Page 167

ROMAN

PASTORAL.

161

la Veille. Ils se parlaient ainsi en regagnant File des Nymphes. La lune les éclairait du haut des collines ; sa lumière argentée qui se projetait sur les eaux , la fraîcheur d’un beau soir , la tranquillité du fleuve, et le petit bruit de son onde, tout portait au cœur de ces amants l’impression de la volupté. Ils ne pouvaient se séparer , et longtemps après s’être quittés, ils se disaieut encore adieu. Dès que le bruit se fût répandu qu’Alexis et Délie allaient être unis par l’Hymen, les bergers des deux rives promirent de se trouver à cette fête ; et l’Aurore matinale les vit voguer sur le fleuve dans des bateaux ornés de verdure. C’était un spectacle charmant de voir celte flotte répandre sur le bord une foule de bergers dont la marche ressemblait à un triomphe, et qui semait sur sa route le parfum des campagnes. Alexis , frais et brillant comme un beau jour de mai, était auprès d’Aristée, qui s’avancait en chancelant, appuyé sur l’épaule de son fils. Sophronyme portait sur ses cheveux blancs une couronne de fleurs ; il marchait en tenant la main de Delphie, et chantait des vers à l’Hymen. Dioclès les suivait ; il avait 11 I.

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Profile for scduag
Advertisement