Page 163

ROMAN

PASTORAL.

157

meilleur des hommes ; il t’aimera comme il m’aime ; et se jetant aux pieds d’Aristée , il ajouta : Tu vois celle que j’ai choisie, ô mon père ! si tu consens à notre union, elle ne peut manquer de plaire aux dieux. Délie se mit aussi aux genoux du vieillard , et baisa sa main qu’il lui tendait pour la relever. Il les contemplait avec un ravissement paisible. Les souvenirs de son printemps se réveillaient dans son ame, et quelques larmes coulaient sur ses joues flétries. Que j’ai de joie, disait-il, de Vous voir contents ! rien ne rafraîchit mon sang comme l’image du bonheur. Délie, en ce moment, leva sur lui ses yeux émus , et il reprit en soupirant : Je crois revoir ma chère Chloé ; elle avait ce sourire ingénu , cette simplicité touchante ; elle habitait comme toi l’île des Nymphes , et je me souviens de l’ivresse que j’éprouvais quand je traversais le fleuve pour accourir à la cabane de sa mère. Heureux temps de l’aimable jeunesse ! félicité qu’on ne retrouve plus ! pourquoi passes-tu si vîte ? Tout périt, mes enfants ! la mémoire seule des vertus demeure dans l'ame du sage, pour le consoler de ses pertes. Mais nos plaisirs étaient quelquefois troublés par des peines,

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Profile for scduag
Advertisement