Page 111

SCENE M.

V.

105

DORVAL.

Rendre ma fille heureuse est mon ambition. Quand j’ai perdu mon rang , ma fortune , mon nom , Elle m’a consolé de toutes ces disgraces. Sous ce toit ignoré , loin des grands , loin des places , Nous vivons sans besoins , contents dans nos revers : Ma fille me tient lieu de tout ce que je perds , Et je me réjouis que la bonté céleste M’ait laissé ce trésor en me privant du reste. Voyez-la , parlez-lui ; mais , pour un choix pareil, Je n’ai sur son esprit que le droit du conseil. Peut-être aurez-vous peine à vaincre son silence : J’ai moi-même , sans fruit, lassé sa résistance ; Rêveuse , combattant de secrètes douleurs , Je la vois s’échapper pour dérober ses pleurs. Ces mots insinuants , ces caresses touchantes , De l’amour d’une mère armes toujours puissantes , Ne savent plus trouver le chemin de son cœur : Elle écoute , soupire, et pâle de frayeur , Elle repousse au fond de son ame oppressée Un aveu toujours près de suivre sa pensée. ARISTE,

après avoir rêvé un instant.

Eh bien ! pour l’éprouver il me reste un moyen ; Je vous en ferai part : mais s’il ne produit rien , Mon unique ressource est d’affranchir Emile Des liens dangereux d’un penchant inutile.

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Œuvres de Léonard. Tome I  

Nicolas-Germain Léonard / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Profile for scduag
Advertisement