Page 1

JOURNAL DES BRUYÈRES

CHAPITRE I DU

5 AU

19

MAI

LA C A T A S T R O P H E DE LA

(1)

e r

1902 MARTINIQUE

Câblogrammes. — Informations. — Causeries. — Récits. — Souveûirs. — Sympathies. Souscriptions. — Mesures de sauvetage. —• Questions diverses.

1.

JOURNAL

DU

5 AU

10

MAI

Aux Bruyères, 5 mai 1901. A la Très Révérende Mère Théodore,

Saint-Pierre-Martinique.

« . . . C e n'est pas sans u n e profonde émotion que j ' e n viens à mon j o u r n a l , ce m a t i n . J e commencerai par les dernières nouvelles reçues ; elles sont d'aujourd'hui même et r e g a r d e n t la Martinique. « U n câblogramme, conçu dans les termes suivants, nous est arrivé de New-York : « 4 mai. — Le volcan de la Montagne P e l é e , « qui n ' a v a i t pas donné signe d'activité depuis 1 8 5 1 , rejette main« tenant des c e n d r e s . Il est couronné de fumée et d e flammes. L a « ville de S a i n t - P i e r r e a été couverte, le d e u x m a i , de six milli« mètres de c e n d r e . L e sommet du volcan est enveloppé de b r u m e . « La consternation règne. L e s affaires sont suspendues » e

I. Journal des Bruyères. Sous ce titre, avec le 168 courrier « France-Martinique », ce recueil en était aux messages à confier au premier paquebot transatlantique en partance pour le mais de mai 1902, quand des événements inattendus l'ont transformé en un lugubre carnet de deuil. S A I N T - P I

E R R E - M A R T I N I Q U E .

15


226

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902

« Rien de ce qui a trait à la M a r t i n i q u e , vous le savez, n e m'est indifférent, et j e suis d ' a u t a n t plus d e c œ u r a u x Antilles que l'ép r e u v e , fût-ce la plus l é g è r e , les visiterait... » ...A l'heure même

où j ' é c r i v a i s ces lignes, la

Martinique

allait

être

affligée p a r l a d e s t r u c t i o n d e l ' u s i n e G u é r i n , à l a R i v i è r e - B l a n c h e , a u p i e d de la M o n t a g n e P e l é e . Q u a n t à m a l e t t r e , elle fit i n u t i l e m e n t l a t r a v e r s é e d e l ' A t l a n t i q u e , S a i n t P i e r r e n'existait plus et M è r e T h é o d o r e était ensevelie sous les ruines de son c o u v e n t

avec plus

milliers d'autres

d e t r e n t e d e ses v é n é r é e s c o m p a g n e s , p a r m i des

victimes,

avant que le paquebot

de

Saint-Nazaire

eût

quitté son port d ' a t t a c h e .

Le Volcan.

4 mai. — L e p r e m i e r télégramme du g o u v e r n e u r ,

M. Mouttet, a u ministre des colonies, portait « q u ' u n e éruption

L E

M O N T

P E E É

P R I S

D O

P A R N A S S E

s'est produite à la Montagne P e l é e , dans la nuit d u 2 a u 3 m a i . D e g r a n d e s quantités de c e n d r e s ont été projetées dans la campagne avoisinante, dont les habitants ont dû abandonner précipitamment leurs d e m e u r e s et se réfugier a u P r ê c h e u r , à Sainte-Philomène ou à S a i n t - P i e r r e . L'éruption

semble en décroissance.

L e s pertes en

cultures et en bestiaux n e p e u v e n t encore être évaluées ». M. Mouttet « s'est r e n d u i m m é d i a t e m e n t sur les l i e u x du sinistre et a fait a u x habitants u n e p r e m i è r e distribution d e secours ».


(ClichĂŠ

de l'Illustration.)


(Cliché

LA

RADE

DE SAINT-PIERRE

LE LENDEMAIN

DE

L'ÉRUPTION

de l'Illustration.)


JOURNAL DU 1 0 MAI

1902

227

7 mai. — L e second t é l é g r a m m e du g o u v e r n e u r r e ç u , le 7 mai, a u département des colonies, fait alors connaître q u ' u n torrent de boue brûlante est d e s c e n d u du cratère, le 5 m a i , à 1 h e u r e de l'après-midi, par la vallée de la R i v i è r e - B l a n c h e , détruisant u n e partie de l'usine I s n a r d et engloutissant l'usine G u é r i n , située a u bord de la mer. M. Mouttet ajoute qu'il y a eu des victimes, et que l'écoulement p r o v e n a n t du cratère de la Montagne P e l é e c o n t i n u e , mais avec moins d'intensité. Des r e n s e i g n e m e n t s complémentaires ont été d e m a n d é s p a r le ministre des colonies a u g o u v e r n e u r de la Martinique, notamment en ce qui concerne les accidents et disparitions de p e r s o n n e s , dont les familles résident dans la métropole.

2. JOURNAL DU 10 MAI 1902 E n quelques m i n u t e s d ' u n e tempête foudroyante, la vieille cité de S a i n t - P i e r r e , la plus opulente des Petites-Antilles, a été d é t r u i t e de fond en comble, le 8 m a i . Toute la chaîne volcanique de la mer Caraïbe est en activité. U n ouragan de gaz et de flammes s'est abattu sur les infortunés habitants de S a i n t e - P h i l o m è n e , du F o n d s - C o r é , d u F o r t , d u C e n t r e et du Mouillage. Dix-huit navires avec leurs équipages presque en entier b r û l e n t s u r r a d e et s'engloutissent dans les flots. Après le d é s a s t r e u x cyclone du 18 août 1891 et le terrifiant inc e n d i e de F o r t - d e - F r a n c e , le 22 j u i n de l ' a n n é e p r é c é d e n t e , n u l n e pensait plus devoir j a m a i s a s s i s t e r a d'autres fléaux aussi l u g u b r e s , et voilà q u e l'infernale vision d u cataclysme de S a i n t - P i e r r e surpasse, d e millions de coudées, tout ce que les cauchemars enfantés par la fièvre auraient à peine permis do concevoir follement,


228

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI 1 9 0 2

Une v i l l e entière m a r t y r e .

A M. S. A A u x B r u y è r e s , c e 10 mai IG02. M O N PAUVRE AMI,

« C'est avec tout mon cœur, brisé par le chagrin, que j e vous trace ces misérables lignes. « A en croire les épouvantables dépêches, q u i , depuis tantôt huit j o u r s , se succédaient et q u ' u n e d e r n i è r e , inouïe celle-là et terrifiante, m a r q u e d'un sceau l u g u b r e , la ville de S a i n t - P i e r r e serait entièrement détruite. « Après l'anéantissement de l'usine G u é r i n , le 5 mai, dans la sinistre matinée d'avant-hier, fête de l'Ascension, c'était le sort funèbre de Saint-Pierre qui se décidait. Il paraît q u ' u n fleuve de vapeurs et de flammes a couvert la cité, n a g u è r e si belle et si maj e s t u e u s e , et la rade e n t i è r e . Maisons et bâtiments, sur terre et sur mer, disparaissaient dans un embrasement indescriptible. Mais, hélas ! c'est le moindre chapitre de la catastrophe : on p r é t e n d que de 20 000 à 3 0 0 0 0 personnes ont p é r i . « J e v e u x croire exagérées beaucoup de ces dépêches atroces. La triste v é r i t é , cependant, vînt-elle à être ensuite, comme j e me plais à l'espérer, fort restreinte dans ses proportions, ne sera pas moins toujours accablante. . . . Q u e l l e s r u i n e s et quels deuils à la M a r t i n i q u e , après tous les fléaux subis d a n s la colonie p e n d a n t ces vingt dernières années !... . . . P e u t - ê t r e , mon p a u v r e ami, q u ' a v e c tant de milliers d'autres m a r t y r s , trois de vos s œ u r s , votre oncle, et votre frère à peine installé à grands frais dans sa nouvelle maison, ont trouvé la mort, ainsi que la presque totalité de vos a u t r e s parents, et tous ceux q u e nous aimions le plus avec e u x ! J e n'ai pas à vous dire quels calices de larmes amères remplit m a i n t e n a n t , loin de son pays disparu, l'unique survivante de votre famille, v e n u e ici m a l a d e , en quête


JOURNAL DU 1 0 MAI 1 9 0 2

229

d ' u n peu de santé sous le d o u x ciel de F r a n c e , et qui s'y trouve tout à coup r u i n é e et isolée à j a m a i s . D è s ce j o u r , b i e n e n t e n d u , quoi qu'il a d v i e n n e et si p a u v r e q u e j e sois en ma r e t r a i t e , j e partagerai avec elle le pain et le sel. C ' e s t tout ce que j e puis dans mon h u m b l e condition... A g r é e z , mon ami, mes condoléances et mes meilleurs sentiments. CŒUR CRÉOLE.

P r e m i è r e s i n f o r m a t i o n s et p r e m i è r e s dépêches.

C ' e s t en lettres de feu que j e reverrai toujours d e v a n t mes y e u x , aussi longtemps que j e v i v r a i , cette annonce effroyable que j e viens de lire avec t e r r e u r , en dépliant mon j o u r n a l , ce matin : P a r i s , le 9 m a i 1902. Une é p o u v a i t a b l e catastrophe, qui est pour ainsi dire sans précédent d a n s l'histoire, vient de s'abattre sur u n e de nos colonies. H i e r m a t i n , 8 mai, u n e éruption de volcan a complètement r a v a g é la ville d e S a i n t - P i e r r e d e la M a r t i n i q u e e t c a u s é la m o r t d e p l u s de 2 0 0 0 0 personnes.

P a u v r e Martinique bien-aimée ! Q u e l l e envolée au Ciel, ce matin de l'Ascension du 8 mai 1902 ! Exhaussez-vous, Portes éternelles ! P r i n c e s des C i e u x à vos postes, vous q u e D i e u a chargés de donner libre accès a u Paradis a u x légions de ses martyrs ! D e 25 0 0 0 à 30 0 0 0 élus, sous vos Portes sublimes, passent, triomp h a n t s , d'un cataclysme mortel dont ils ont eu à peine conscience à u n e gloire immortelle qu'ils n e soupçonnaient pas. D u Times : Saint-Thomas, 8 mai.

« Saint-Pierre et ses habitants, ainsi que tous les vaisseaux d u port, ont été totalement d é t r u i t s par u n e éruption volcanique. » L e j o u r n a l anglais, dans le commentaire dont il fait suivre cette


230

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902

grave nouvelle, exprime l'espoir que les pertes ne sont pas aussi élevées que la dépêche le fait craindre. O n t é l é g r a p h i e d e S a i n t - T h o m a s , l e 9 m a i , q u e le v a p e u r Boddam

est

arrivé, dans l'après-midi d u 8, à Sainte-Lucie, qu'il avait quittée mercredi, se r e n d a n t à la Martinique. I l a n n o n c e q u e l a v i l l e d e S a i n t - P i e r r e a é t é e n t i è r e m e n t r a s é e : l a plup a r t des h a b i t a n t s ont péri et tous les b â t i m e n t s de t r a n s p o r t qui occupaient la r a d e ont é t é a n é a n t i s . U n v a p e u r , le Boraima,

a u r a i t p e r d u t o u t s o n é q u i p a g e , le Boddam

m ê m e a failli d i s p a r a î t r e ; s o n c a p i t a i n e a é t é g r i è v e m e n t b l e s s é ,

lui-

plusieurs

hommes du bord ont trouvé la mort dans la catastrophe. E n f i n , le m i n i s t è r e d e l a m a r i n e r e c e v a i t d u c a p i t a i n e d e f r é g a t e L e B r i s , c o m m a n d a n t d u c r o i s e u r Suchet,

d e l à division de l ' A t l a n t i q u e , le t é l é g r a m m e

s u i v a n t q u i n e p e r m e t p l u s a u c u n d o u t e s u r la r é a l i t é d e l ' e f f r o y a b l e

évé-

nement :

« Suchet » à Marine,

Paris. h

F o r t - d e - ï r a n c e , 8 mai, 9 5 5 soir. R e v i e n s de S a i n t - P i e r r e ; v i l l e c o m p l è t e m e n t d é t r u i t e p a r m a s s e f e u , v e r s 8 h e u r e s d u m a t i n . S u p p o s e t o u t e p o p u l a t i o n a n é a n t i e ; a i r a m e n é leB q u e l ques survivants, une trentaine. T o u s navires sur r a d e incendiés et p e r d u s . Eruption volcan continue. J e pars p o u r Guadeloupe chercher des vivres.

Ce télégramme v e u t être e x p l i q u é . L e s derniers mots du capitaine L e Bris laisseraient u n peu d'espoir. « Des vivres ! » Donc, il resterait des fugitifs ou des blessés survivants, qui auraient pu se sauver à temps de Saint-Pierre vers le C a r b e t . . . Mais, p e u t - ê t r e aussi q u e , en tout état de cause, le besoin de n o u r r i t u r e se sera fait sentir i m m é d i a t e m e n t dans la colonie, Saint-Pierre étant l'entrepôt général des approvisionnements de la M a r t i n i q u e . . . P r e m i e r s récits des j o u r n a u x .

L a destruction de S a i n t - P i e r r e , qui fait des milliers d e victimes, est certainement u n

des plus effroyables désastres qu'ait e u à

enregistrer l'histoire d e l ' h u m a n i t é . E l l e a u r a une profonde répercussion dans la métropole et sera un deuil national.


JOURNAL

DU 1 0 MAI

1902

231

L a M a r t i n i q u e , lisons-nous, est, comme nous l'avons déjà dit nous-même tant de fois, u n e t e r r e bien française qui, a u x j o u r s les plus tragiques, a su tenir h a u t et ferme le d r a p e a u de la patrie. Ses habitants sont des créoles de vieille roche. Beaucoup d ' e n t r e e u x se sont illustrés dans les lettres, les arts, les sciences et l ' a r m é e . Toutes les sympathies du pays vont donc a u x infortunées victimes. Aussitôt que la nouvelle se fut r é p a n d u e dans P a r i s , beaucoup de personnes ayant des parents ou des amis dans la colonie accour u r e n t a u ministère, afin d'avoir des détails complémentaires. L a dépêche d u commandant d u Suchet avait été affichée dans l'antichambre du m i n i s t r e . Autour d'elle se pressait u n e foule é m u e , commentant la trop laconique information. P e n d a n t toute la j o u r née, l'affluence des visiteurs continuait au Pavillon de F l o r e , chacun voulant s'enquérir du sort d'êtres chers. P a r m i les premiers fut M. T r i l l a r d , ancien p r o c u r e u r g é n é r a l de la M a r t i n i q u e , aujourd'hui conseiller à la Cour d'appel de P a r i s , dont toute la famille habitait S a i n t - P i e r r e . M. T r i l l a r d v e n a i t de h

recevoir le matin m ê m e , à 7 3 0 , u n t é l é g r a m m e envoyé de F o r t - d e F r a n c e la veille, j o u r d e l à catastrophe. Cette dépêche n e contenait que d e u x mots : « Tous sauvés. » 11 est probable que la famille Trillard, inquiète de la t o u r n u r e que p r e n a i e n t les é v é n e m e n t s , avait quitté Saint-Pierre pour Fortd e - F r a n c e . On est donc assuré que M. Trillard p è r e , ancien gouv e r n e u r des colonies et ancien directeur de la Banque à la Martinique -, son g e n d r e , M. de G e n t i l e , avocat, et M. T r i l l a r d fils, avoué, ainsi que l e u r famille, sont sains et saufs. Y a-t-il d'autres surviv a n t s ? Nous devons l'espérer. 11 n'était encore p a r v e n u à Paris que trois dépêches de la Mart i n i q u e , hier, avant 6 h e u r e s . L ' u n e , d e M. E r n e s t Liottier à M. Bougenot ( F o r t - d e - F r a n c e , 8, 5 heures après-midi), est ainsi conçue : « Ville Saint-Pierre d é t r u i t e p a r pluie de feu. J e n'ai pu atterrir. Suis sans r e n s e i g n e m e n t s sur les miens. » L a seconde (6''10) est celle de la famille Trillard. h

L a troisième ( 9 5 5 ) est la d é p ê c h e officielle du commandant d u Suchet.


232

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E

MAI

1902

Washington, 9 mai.

L e consul des E t a t s - U n i s à la P o i n t e - à - P i t r e télégraphie à M. Hay q u ' h i e r m a t i n , à 7 h e u r e s , u n e tempête d e v a p e u r s et de feu se déchaîna sur Saint-Pierre, et que tous les habitants ont succombé à l'exception d e quelques-uns. Suivant u n e dépêche de Saint-Jean-de-Porto-Rico, on a n n o n c e que le v a p e u r Grappler,

chargé de la réparation des câbles sous-

marins, a coulé corps et biens dans le désastre d e la M a r t i n i q u e . Londres, 9 mai.

U n e note communiquée a u x j o u r n a u x dit que le Foreign

Office

n ' a encore r e ç u du consul d'Angleterre à Saint-Pierre a u c u n e nouvelle au sujet de l'éruption volcanique. On télégraphie de Saint-Thomas que le schooner

Océan-Travel-

h

ler a touché à la D o m i n i q u e , le 7 m a i , à 3 3 0 du soir. Il fait savoir q u ' u n e pluie de cendres l'avait obligé, dans l'aprèsmidi de mercredi, à fuir de l'île S a i n t - V i n c e n t . Il essaya d'aller à S a i n t e - L u c i e , mais il n e p u t y p a r v e n i r à cause des courants contraires. Il arriva en vue de S a i n t - P i e r r e , j e u d i m a t i n . Il se trouvait à peu près à un mille de la plage, lorsque le Mont Pelé e n t r a en éruption. L e feu balayait tout et détruisait à la fois la ville et les navires du port. C o m m i s s i o n de secours.

U n e commission a été désignée p a r le ministre pour porter des secours à la Martinique. Ses membres s'embarqueront à bord du d'As sas. A n t i l l e s anglaises.

L e volcan de l'île Saint-Vincent est aussi en éruption, en m ê m e temps que celui de la Montagne P e l é e , et à la D o m i n i q u e ainsi qu'à la G u a d e l o u p e , paraît-il, de sourds grondements épouvantent les populations. I l y a tout lieu de croire que la chaîne entière des


JOURNAL

D U 1 0 MAI

1902

233

volcans des Antilles est en activité et q u e les feux souterrains, par une formidable poussée v e n a n t de toutes p a r t s , ont ébranlé dans ses fondements le volcan de S a i n t - P i e r r e . C'est ainsi q u e cette ville, la plus solidement bâtie de la m e r des Caraïbes, n'est plus aujourd'hui q u ' u n entassement g i g a n t e s q u e de r u i n e s . L'Ile de Saint-Vincent.

E l l e appartient au groupe des Petites-Antilles-du-Vent. E n vertu d'un traité passé entre les F r a n ç a i s , les Anglais et les Caraïbes, elle fut assignée comme résidence à ces d e r n i e r s . Des nègres l'envahirent plusieurs fois et p a r v i n r e n t à refouler les Caraïbes au nord de l'île. Ceux-ci implorèrent notre secours contre leurs agresseurs, venus de la Barbade pour les expulser ou les exterminer. Les nègres b a t t i r e n t en r e t r a i t e et les Caraïbes passèrent de plein gré sous notre domination. E n 1 7 6 3 , nous abandonnions cette possession à l ' A n g l e t e r r e . C'était, j a m a i s les cœurs français n e l'oublieront, à la suite du traité de P a r i s , qui nous enleva notre empire colonial. P e u de temps après, les Caraïbes, ayant confiance en notre autorité, se révoltèrent contre celle des Anglais. Ils triomphèrent tout d'abord, puis furent vaincus et décimés. Comme on le voit, la F r a n c e j o u a son rôle dans l'histoire de Saint-Vincent, où, aujourd'hui encore, des noms assez n o m b r e u x rappellent les commencements mêmes de notre colonisation. Cette île est de forme circulaire. E l l e est traversée a u nord par une chaîne de montagnes a t t e i g n a n t , avec le cratère du mont Garou, 1 570 mètres d ' a l t i t u d e . A u t o u r d e ce massif m o n t a g n e u x sont de riches vallées, d'un coup d'œil e n c h a n t e u r , couvertes de plan-

tations de cannes à s u c r e , cacaoyers et autres cultures tropicales . E n 1812, il y eut à S a i n t - V i n c e n t u n e terrible éruption qui eut pour résultat de r e n d r e l'île infertile en maints endroits. Sa capitale est Kingstown, c h a r m a n t e ville qui, comme SaintPierre, s'étale a u bord de la mer, au pied de hautes montagnes. L a grande industrie de Kingstown est, de m ê m e qu'à S a i n t - P i e r r e , celle du r h u m .


234

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902

L ' é m o t i o n à Bordeaux. Bordeaux, 9 mai.

L e préfet de la G i r o n d e a adressé ce t é l é g r a m m e a u ministre des colonies : L e s d é p ê c h e s d u j o u r a n n o n c e n t q u e l a ville d e S a i n t - P i e r r e d e la

Mar-

t i n i q u e est d é t r u i t e . J e m e fais l ' i n t e r p r è t e d e p l u s de c i n q u a n t e familles bordelaises, ayant

des p a r e n t s d a n s cette m a l h e u r e u s e

ville, pour

vous

d e m a n d e r d e v o u l o i r b i e n m e f a i r e c o n n a î t r e , d a n s le p l u s b r e f d é l a i p o s sible, les n o m s des p e r s o n n e s qui o n t é c h a p p é a u d é s a s t r e .

Les c o m m u n i c a t i o n s .

L e s nouvelles sont d ' u n e brièveté angoissante. Cela tient nécessairement à la r u p t u r e des câbles dont d e u x fonctionnaient à SaintP i e r r e , comme nous l'avons déjà s i g n a l é . Les d e r n i è r e s nouvelles. New-York, 9 mai.

L e vapeur anglais Esk est entré à S a i n t e - L u c i e . Ayant passé hier au soir à cinq milles de S a i n t - P i e r r e , il a été, néanmoins, couvert de c e n d r e s . D e s ténèbres impénétrables enveloppaient la ville. U n e chaloupe de YEsk fut envoyée en reconnaissance, aussi près q u e possible d u r i v a g e , mais elle n e p u t apercevoir a u c u n e trace d'êtres vivants ; elle n e vit q u e des flammes et le navire anglais Roraima

faire explosion et s'engloutir.

Un p e u après la dépêche du Suchet,

le ministre des colonies

recevait, du secrétaire général de la Martinique, d e u x câblogrammes q u i , bien qu'expédiés le 8 m a i , l'un à 5 h e u r e s d u soir, l'autre h

à 1 0 3 0 , sont parvenus en m ê m e temps a u Pavillon de F l o r e . D ' a p r è s le premier, les communications étaient

interrompues

entre Saint-Pierre et F o r t - d e - F r a n c e et le bruit courait dans cette dernière ville q u ' u n e éruption volcanique avait incendié SaintPierre. M. L h u e r r e ajoutait q u ' e n l'absence du g o u v e r n e u r , qui s'était r e n d u depuis la veille auprès de ses administrés inquiets, il avait


JOURNAL D U 1 0

MAI

1902

2 3 5

envoyé a u secours de la population tous les vapeurs disponibles à Fort-de-France. L e second câblogramme confirme la destruction, par une pluie de feu, de la ville de S a i n t - P i e r r e , de ses environs et des navires sur rade. Monseigneur de C o r m o n t .

« Ce m a t i n , dit M

sr

l'évêque de la Martinique en ce m o m e n t à

Paris, j ' a i eu u n entretien avec le ministre des colonies. J e lui ai tout d'abord exprimé mon intention de p r e n d r e le prochain paquebot. « Mais M. Decrais m'a vivement engagé à rester ici, où, penset-il, j e serai plus utile â m e s diocésains que là-bas... « J e patienterai donc. Q u a n d les renseignements v i e n d r o n t , j ' a v i s e r a i . Nous organiserons des souscriptions. Nous ferons appel à la presse. P o u r le moment, j e n e puis r i e n décider. J ' a t t e n d s . » Le ballottage du 11 m a i à Saint-Pierre.

Saint-Pierre faisait partie d ' u n e circonscription dans laquelle devait avoir lieu u n scrutin d e ballottage. Comme la politique j o u e un très g r a n d rôle a u x colonies, ses m e n é e s ont dû étourdir pas mal de gens et paralyser l'action de p l u s i e u r s . L o r s q u e nous saurons toute la vérité, nous pourrons dire probablement sur des monceaux de cadavres : « Impitoyable politique, voilà encore un de tes coups ! Sans toi, dix ou douze mille hommes, peut-être d a v a n tage, auraient eu le temps de fuir la ville en d a n g e r ! . . . »

3.

JOURNAL

DU

11

MAI

1902

Les j o u r n a u x a n g l a i s . L o n d r e s , 10 m a i .

Tous les j o u r n a u x , ce matin, consacrent de longs articles à la destruction de Saint-Pierre. Ils p u b l i e n t des dépêches confirmant l'étendue du désastre.


236

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI 1 9 0 2

Il y a q u e l q u e différence dans l'évaluation des pertes. Certains donnent le nombre d e 26 000 victimes, mais le Daily Mail et l'agence R e u t e r sont d'accord pour le chiffre d e 40 0 0 0 . U n e dépêche d e la Pointe-à-Pitre fait savoir q u e l'éruption d u mont P e l é a duré 3 m i n u t e s . E l l e a éclaté à travers les parois d u cratère et S a i n t - P i e r r e a été complètement ravagé s u r u n périmètre de 3 milles. H u i t passagers d u Roraima

o n t été sauvés p a r le Suchet. L e s

habitants de la région sud d e l'île, qui recevaient d e Saint-Pierre la presque totalité de leurs provisions, sont menacés p a r la famine. L e Daily

Mail publie le récit d ' u n matelot d u Roddam

sous le

titre : « U n e vision des régions infernales. » Ce marin dit q u e , p e n d a n t q u e l q u e t e m p s , la ville d e Saint-Pierre n'était qu'un enfer, sous u n e grêle d e roches incandescentes. Autres informations.

L e g o u v e r n e u r et les fonctionnaires ont p é r i . Les dernières nouvelles p a r v e n u e s a u ministère des colonies a u sujet d e la catastrophe de la Martinique portent : Télégramme du gouverneur de la

Guadeloupe.

Suchet v i e n t d ' a r r i v e r d e M a r t i n i q u e . S a i n t - P i e r r e d é t r u i t p a r t r o m b e f e u . Trentaine personnes seulement, provenant bateaux en rade, recueillies p a r Suchet. T o u t p o r t e à c r o i r e q u e g o u v e r n e u r

Mouttet et Madame,

colonel

G e r b a u l t e t M a d a m e , q u i se t r o u v a i e n t S a i n t - P i e r r e , o n t d i s p a r u avec p o p u l a t i o n v i l l e . Suchet v e n u c h e r c h e r Ai d o n n é

tous

Pointe-à-Pitre

vivres.

ordres pour embarquement

et Basse-Terre.

Suchet

rapide approvisionnement

repartira

ce soir pour

à

Martinique.

T o u t i ersonnel et tous m o y e n s de secours d o n t dispose G u a d e l o u p e s o n t à votre

disposition. MERLIN.

Récit de M. Sarlat.

On mande de L y o n a u Petit

Journal:

« J e sors d'avoir u n e conversation avec M. Sarlat, ancien d é p u t é de la G u a d e l o u p e , q u i fut trésorier-payeur à S a i n t - P i e r r e , où il était encore en 1896.


JOURNAL

DU

11

MAI

237

1902'

« L'éruption de la Montagne P e l é e , dit-il, était absolument impossible à prévoir. Ce n'est pas comme à la P o i n t e - à - P i t r e , où nous avons la Soufrière, qui est à cette ville ce qu'est la Montagne Pelée à S a i n t - P i e r r e , à cette différence près que la Soufrière est un volcan encore en ébullition, tandis que la Montagne P e l é e n'était plus en activité depuis très longtemps.

«

« ...C'est dans les environs de S a i n t - P i e r r e , dans sa banlieue,

(.Cliché UNE

RUEELE

DE

SAINT-PIERRE

AVEC

VUE

de SUR

l'Illustration.) LA

MER

dans ses faubourgs que se trouvent les manutentions de c a n n e s . Sur les quais s'élèvent d'immenses entrepôts, où les navires font leurs chargements. « E n cette saison, la rade est très a n i m é e ; car c'est la fin de la campagne sucrière, et n o m b r e u x devaient en être au mouillage les voiliers du H a v r e et de B o r d e a u x . « Ce g e n r e de b a t e a u x construits en bois et l'inflammabilité du


238

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902

chargement i n d i q u e n t comment la r a d e a pu être transformée soudain en une m e r de feu. « Ce qui s'est produit pour le port et les b a t e a u x qu'il contenait, a d û se r e n o u v e l e r dans la Cité m ê m e , toutes les maisons y é t a n t construites en bois. C h a c u n e , élevée de d e u x étages, sert g é n é r a l e m e n t pour u n e sgule famille. « Si l'on se rappelle que les r h u m m e r i e s e n s e r r e n t la ville, on se r e n d compte que les flammes ont dévoré ce que l'éruption d u volcan n'avait pas englouti. » NOTE. — manifeste, Petit

Journal

Maisons

de Saint-Pierre

moins imputable,

construites

en bois!

C'est une erreur

sans d o u t e , à M. S a r l a t q u ' a u

reporter

du

qui n e l ' a y a n t p e u t - ê t r e pas écouté avec assez d ' a t t e n t i o n a u r a

identifié les b â t i m e n t s d e la ville avec c e u x de la r a d e . E n t o u s cas, les maisons de S a i n t - P i e r r e , n o u s l'avons dit d a n s l'article sur la cité créole, étaient à p e u près t o u t e s bâties en très solide et t r è s vieille m a ç o n n e r i e . U n a r r ê t é m u n i c i p a l y i n t e r d i s a i t d ' a i l l e u r s l e s c o n s t r u c t i o n s en b o i s . A j o u tons néanmoins, pour être absolument véridique, que certaines cours et divers emplacements des quartiers

excentriques comportaient environ

cinq

cents modestes bâtisses avec cases, chambres et h a n g a r s en bois. C'est Fortd e - F r a n c e qui nécessite d a n s la colonie l'emploi souvent exclusif du bois, p a r c e q u e c e t t e v i l l e s ' é l è v e s u r u n t e r r a i n d ' a l l u v i o n ; e n c o r e f a u t - i l se h â ter de dire q u ' à la suite des d e u x i n c e n d i e s q u i ont détruit de fond en comble les c i n q sixièmes des m a i s o n s d u chef-lieu, F o r t - d e - F r a n c e m ê m e a t r a n s f o r m é s o n m o d e d e c o n s t r u c t i o n e t e m p l o y é p r e s q u e p a r t o u t l e fer e t l e s briques.

O p i n i o n autorisée.

Un personnage a y a n t , p e n d a n t de longues a n n é e s , occupé u n e h a u t e situation à la M a r t i n i q u e , son p a y s , raconte ce qui suit : « Vous me voyez encore sous le coup de la terrifiante nouvelle. « L'anéantissement de S a i n t - P i e r r e , q u e j e crois complet, n'est pas seulement une g r a n d e r u i n e , mais bien b r u t a l e m e n t la r u i n e de la M a r t i n i q u e . S a i n t - P i e r r e était le c œ u r m ê m e de la colonie; c'était là, comme nous l'avons écrit nous-même plus h a u t , que se concent r a i e n t le commerce, l'industrie, toute la richesse d e l'île. L a calamité, là-bas, sera g é n é r a l e et i r r é m é d i a b l e , puisqu'il est impossible de supposer que la ville puisse j a m a i s être r e b â t i e .


JOURNAL

DU 1 1 MAI

1902

239

« R i e n ne faisait prévoir u n e semblable catastrophe. L e volcan de la Montagne Pelée était considéré par tout le m o n d e comme définitivement éteint. D e p u i s 1 8 5 1 , il n'avait donné a u c u n signe d'activité. Subitement, il y a quinze j o u r s , quelques inquiétudes naquirent. D a n s les environs de la m o n t a g n e , on avait e n t e n d u plusieurs grondements sourds, qui sont, en g é n é r a l , les précurseurs d'une

CUrhé UN

COIN

DE

IjA R U E

de

l'Illustration.)

VICTOR-HUGO

activité volcanique renaissante. Cependant, le premier t é l é g r a m m e expédié par le g o u v e r n e u r Mouttet, annonçant que les cendres avaient été projetées dans les campagnes e n v i r o n n a n t la montagne, n'avait rien qui pût p a r t i c u l i è r e m e n t alarmer. « Beaucoup plus grave était la seconde éruption détruisant la sucrerie G u é r i n . J e v o u s a v o u e , en toute franchise, que j e n'aurais pas cru S a i n t - P i e r r e m e n a c é . A la r i g u e u r , j ' a u r a i s admis que des coulées de lave eussent été capables d'occasionner des dégâts dans u n


240

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

des d e u x quartiers de la Cité, celui d u F o r t . Q u a n t à l'autre, le quartier d u Mouillage, séparé d u p r e m i e r p a r la rivière Roxelane et en quelque sorte isolé et protégé par cette b a r r i è r e naturelle, j e n'admettais point qu'il fût compromis. Cela prouve combien nos prévisions p e u v e n t être vaines. « Il est certain que Saint-Pierre a été d é t r u i t non par l'afflux de

(Cliché RUE

D'ENFER

de

l'Illustration.)

(SAINT-PIERRE)

formidables coulées de laves, mais bien par u n e pluie de feu, qui s'est abattue sur la ville, brûlant et anéantissant tout. « Malgré les télégrammes nous affirmant que tous les habitants ont péri, j ' o s e encore espérer que plusieurs d'entre e u x ont échappé à la mort. Il est à supposer, en effet, que beaucoup de gens ont pu fuir S a i n t - P i e r r e , en suivant la côte par la route du Carbet, c'est-à-dire vers F o r t - d e - F r a n c e et dans la direction opposée à la Montagne P e l é e .


JOURNAL

241

D U 1 1 MAI 1 9 0 2

Les dépêches m a l h e u r e u s e m e n t ne nous annoncent pas la fin d e l'éruption. Toutes craintes pour l'avenir ne sont pas encore dissipées. Souhaitons a r d e m m e n t q u e de n o u v e a u x désastres soient épar- . gnés à la p a u v r e île.

Les volcans de l a c o l o n i e .

Toutes les montagnes d e la M a r t i n i q u e sont d'origine volcanique.

On y

compte

six volcans. L e s montagnes

élevées

s'ap-

pellent des pitons; les montagnes moins élevées, a u x pentes douces, se nomment des mornes. Au nord se dresse la

Montagne

Pelée

( 1 3 5 0 m è t r e s ) , q u i est la plus h a u t e d e l'île. A

son s o m m e t ,

on

trouve le c r a t è r e des Palmistes, formant un lac

d'une

circonfé-

rence d e 150 m è t r e s , dont l'eau abondante et limpide

avait u n

goût h e r b a c é .

(Cliché M.

MOUTTET,

GOUVERNEUR

de la V i e i l l i i a t r é e . )

DE LA

MARTINIQUE

On cite encore le mont Conil, les pitons P i e r r e u x (596 mètres), Balata (597 mètres), Carbet ( 1 2 0 7 mètres), les mornes Saint-Gilles (522 mètres), D i a mant (478 mètres), e t c . Toutes les montagnes martiniquaises sont envahies j u s q u ' à la cime p a r la végétation l u x u r i a n t e des tropiques ; elles sont pittoresques et d o n n e n t a u pays u n aspect aussi c u r i e u x q u ' e n c h a n t e u r . SA INT—PIERRE-M A RT I N I Q U E


242

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E

Conseil des

MAI

1902

ministres.

L e Conseil des ministres s'est r é u n i à l ' E l y s é e , sous la p r é s n dence de M. Loubet, pour e x a m i n e r les mesures à p r e n d r e en raison du sinistre q u i a frappé la M a r t i n i q u e . L e ministre des colonies lui a donné connaissance des dernières nouvelles reçues par son d é p a r t e m e n t . Il est m a l h e u r e u s e m e n t certain que toute la ville de Saint-Pierre a été a n é a n t i e . Le Conseil a autorisé le ministre des finances à a v a n c e r les sommes qui pourraient être nécessaires pour venir en aide a u x sinistrés. Toutes les autorisations voulues ont été envoyées à la G u a d e loupe pour p e r m e t t r e a u g o u v e r n e u r de faire les dépenses utiles de transports et de ravitaillement Le Conseil a décidé q u ' e n signe de deuil le d r a p e a u national serait mis en b e r n e p e n d a n t trois j o u r s sur tous les édifices publics Enfin, le ministre des colonies a été chargé d'adresser a u secrétaire général de la Martinique u n e dépêche d a n s laquelle il exprimera la douleur ressentie par la nation tout entière à la nouvelle du désastre qui frappe l ' u n e des plus a n c i e n n e s et plus chères possessions de la F r a n c e .

Le g o u v e r n e u r de la Martinique.

Ce fonctionnaire, u n des plus j e u n e s g o u v e r n e u r s coloniaux, a eu u n e carrière rapide. M. Louis Mouttet a d é b u t é dans l'administration

d'outre-mer

comme chef du secrétariat du g o u v e r n e u r , a u Sénégal. Il est allé ensuite en I n d o - C h i n e , en qualité de d i r e c t e u r du cabinet du gouverneur g é n é r a l . E n 1892, il était nommé directeur de l'intérieur à la Guadeloupe et, en 1894, transféré dans les mêmes fonctions au S é n é g a l . D a n s cette d e r n i è r e colonie, il présida en quelque sorte à la transformation du g o u v e r n e m e n t particulier du Sénégal en gouvernement g é n é r a l de l'Afrique occidentale. C'est alors qu'il partit pour la Côte d'Ivoire, comme g o u v e r n e u r de q u a t r i è m e classe, le 14 mai 1896. Il a été promu à la troisième classe le


JOURNAL

DU 1 1 MAI

243

1902

23 mai 1898, comme g o u v e r n e u r d e la G u y a n e , et à la seconde, le 18 j a n v i e r 1 9 0 1 , comme g o u v e r n e u r de la Martinique.

(Cliché

M6'

DE

CORMONT,

BVÊQUE

DE

SAINT-PIERRE

ET

de

la V i e

illustrée.)

FORT-DE-FRANCE

M. Mouttet a péri dans u n canot a u moment où il se dirigeait vers la Montagne. U n e trombe d'eau bouillante l'a submergé.


244

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902

Chez l'évêque de la Martinique.

L a Croix a pu interroger M

g r

de Cormont sur le m a l h e u r e u x

événement. Monseigneur dit avoir quitté S a i n t - P i e r r e , il y a u n mois. Alors, rien ne faisait prévoir la terrible catastrophe. On craignait si peu u n accident que le volcan était u n lieu de p r o m e n a d e . On y allait le d i m a n c h e par plaisir. Il est terrible de songer q u ' e n si p e u d e temps tout a été renversé sens dessus dessous et a n é a n t i . Et M

g r

de Cormont, dans la tristesse la plus g r a n d e , déroule le

tableau des misères qui se sont accumulées dans sa ville épiscopale. I l dit son affliction de père éloigné de ses fils, au moment du danger. Monseigneur se lamente d'avoir été obligé de quitter, pour raison de santé, ce pays où il éprouvait tant d e joies et où tous ses prêtres travaillent avec t a n t d ' i n t r é p i d i t é . Mais, en F r a n c e , il n'oubliera pas les infortunes d e là-bas. A ceux, n o m b r e u x , il faut l'espérer, qui ont s u r v é c u a u désastre, il n e cesse de p e n s e r . « J e v e u x , dit-il, profiter de mon séjour ici pour intéresser la générosité de mes compatriotes en faveur de ces m a l h e u r e u x , qui ont p e r d u leurs propriétés, leurs maisons, l e u r gagne-pain ; en faveur des orphelins, qui vont se trouver dans la misère la plus noire, privés de tous les soins... J e p r ê c h e r a i . . . j e dirai ces cruelles é p r e u v e s . . . et les cœurs s'ouvriront et les bourses aussi, pour verser, j ' o s e croire, d'abondantes aumônes. »

A Fort-de-France.

Les dépêches de F o r t - d e - F r a n c e , le 10 mai, s'exprimaient toutes en ces termes : « L a ville de Saint-Pierre n'existe plus. « Les effets de la poussée volcanique se firent sentir j u s q u ' a u


JOURNAL D U 1 1 MAI

245

1902

chef-'ieu, où l'on reçut u n e pluie de cendres et de pierres de la grosseur d ' u n e noisette, pesant de 7 à 10 g r a m m e s . Toute l'île fut -

. .

couverte

d'une

épaisseur de cendres

d'environ

3 millimètres. « L'affolement devint

général

parmi nous. « Maintenant, les vivres sont r é quisitionnés. D e s sentinelles

(Cliché RUINES

DE

LA

RUE

de

la

Vie

sont

illustrée.)

VICTOR-HUGO

placées chez de gros commerçants, a u x entrepôts et au Trésor. « L a catastrophe s'est produite i n s t a n t a n é m e n t . Il a dû y avoir


246

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

un d é g a g e m e n t p r o d i g i e u x de gaz. L e s cadavres qui encombrent le sol sont complètement n u s . L e v e n t r e laisse échapper les entrailles. « Pour éviter toute épidémie, l'incinération des victimes a été décidée. On a commencé le déblaiement de la ville. « Les mornes e n v i r o n n a n t le Carbet et le bourg du P r ê c h e u r sont peuplés de réfugiés qu'on dit être au nombre d'environ 5 000 et qu'on r a m è n e peu à peu ; on porte des vivres à c e u x qui attendent. « Le g o u v e r n e m e n t de la G u y a n e a voté u n crédit de 2 5 0 0 0 fr. pour les sinistrés. Cayenne et les a u t r e s communes ouvrent des souscriptions. « L a Compagnie française des câbles a envoyé u n de ses collaborateurs à S a i n t - P i e r r e . Il a pu retrouver le b u r e a u de l'agence enfoui sous les décombres, sans a u c u n e trace du d i r e c t e u r , M. J a l labert, ni du personnel. « Les enfants de M. Mouttet et le s é n a t e u r K n i g h t sont sains et saufs à F o r t - d e - F r a n c e . « Suchet » a Marine,

Paris.

F o r t - d e - F r a n c e , 10 m a i , 4 h e u r e s s o i r . J ' a r r i v e au chef-lieu avec vivres de la G u a d e l o u p e . Ai passé près SaintPierre, incendie continue. Volcan lance encore cendres, en quantité moins grande. SLCHET.

Étrange accusation.

U n e inconcevable accusation pèserait sur un officier anglais coupable, dit-on, d'avoir pris et emporté à bord les vases sacrés d ' u n e des églises de S a i n t - P i e r r e . Cet officier serait parti pour S a i n t e - L u c i e par le croiseur Cincinnati. On p r é t e n d qu'il sera a p p r é h e n d é a u d é b a r q u e m e n t . Il doit y avoir là une très regrettable erreur. Comment un officier, dans u n e catastrophe comme celle de S a i n t - P i e r r e , irait-il se faire voleur sacrilège ?


JOURNAL DU 1 2 MAI 1 9 0 2

247

Exode d u n o r d de l ' I l e .

Toute la partie nord est maintenant é v a c u é e . Il y a, à F o r t - d e F r a n c e , affluence de réfugiés, tout en larmes, épuisés de douleur et d'émotion. Le secrétaire g é n é r a l , la garnison, le clergé, les principales autorités sont partis pour Saint-Pierre sur trois navires. Ils emportent de la chaux et du pétrole pour incinérer les c a d a v r e s . L'angoisse et la consternation sont indescriptibles. Habitants et réfugiés restent frappés de s t u p e u r .

Ce q u i s u b s i s t e de S a i n t - P i e r r e .

La plage et la m e r sont couvertes de débris de navires. L e s arbres sont inclinés dans la direction d u r i v a g e . Les canots accostent difficilement. Des cadavres gisent partout ; quelques murailles sont encore debout. L'horloge de l'hôpital est i n t a c t e , marquant 7''50. Il n ' y a plus d'eau d a n s la ville, ni r i e n de vivant, mais des épaves, des cendres, des n u a g e s , des débris fumants. On entend des grondements souterrains. P a r t o u t les murs sont calcinés. Les traces m ê m e des rues n'apparaissent plus très nettes. Les caves de la B a n q u e restent intactes. On r e c h e r c h e le caveau du Trésor public et les caisses des c o m m e r ç a n t s .

4.

JOURNAL

DU

12

MAI

1902

Aux Bruyères, 12 mai 190».

A M. J. C,

Marseille.

C H E R MONSIEUR ET A M I ,

J e suis m a l h e u r e u x de n'avoir pas été enveloppé tout entier dans la catastrophe. Mes y e u x me m o n t r e n t sans cesse, dans les visions du passé et


248

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

1902

dans celles du p r é s e n t , la légion d'élus qui vient de monter au ciel, le matin de l'Ascension. Sans que j e puisse m ' e n défaire, j e sens d e u x êtres en moi : l ' u n , esclave e n c h a î n é i c i ; l'autre q u i s'agite, là-bas, sur les r u i n e s de S a i n t - P i e r r e , à côté des cadavres qu'on est en t r a i n d'incin é r e r . . . . Tout ensemble, à chaque instant, j e vois les choses les plus disparates mêlées les unes a u x a u t r e s ; j ' e n t e n d s les cris de la r u e , d'un bout à l'autre de la ville, de la Galère à la place du Mouillage ; r i e n n e m'échappe ; c'est u n défilé q u e j e voudrais a r r ê t e r , mais qui continue malgré moi et qui m ' o b s è d e . . . E t puis, soudain, comme a u milieu

des éclairs et d e la foudre et de

mille autres épouvantes, j e vois tomber la pluie d e c e n d r e s , d e pierres et de feu, et les toitures de toutes les maisons s'enflammer et des tourbillons de v a p e u r s s'élever de toutes parts

Bientôt,

plus vite qu'il n'en faut à l'éclair pour zébrer la n u e , plus r i e n d ' h u m a i n n e subsiste à S a i n t - P i e r r e . P a s u n cri, plus de plainte, plus d'appel, plus u n e seule voix qui m u r m u r e . Il n ' y a que des m o n c e a u x de cadavres sur les appontements, sur la place B e r t i n , sur le seuil des maisons, dans les églises, partout. E t le

fléau

poursuit son œuvre d ' a n é a n t i s s e m e n t . Une fumée épaisse, une chaleur torride, des vapeurs insupportables couvrent l'immense étendue ravagée. D e p u i s déjà q u a r a n t e - h u i t h e u r e s , voilà ce à quoi j ' a s s i s t e , sans que ma tête et mon imagination puissent se calmer. J e suis emporté dans les souvenirs d ' u n passé encore tout vivant, et de plus en plus inoubliable, et dans ces horreurs qui ont pris la place des édifices publics, des superbes d e m e u r e s si l u x u e u s e m e n t a m é n a gées, des splendides établissements de tous genres, des j a r d i n s magnifiques, des trésors sans nombre dont s'enorgueillissait à bon droit cette ville t a n t aimée de Saint-Pierre-Martinique, où la vie était si facile et si h e u r e u s e . J ' a u r a i s voulu pleurer, mais pas u n e larme n'a pu tomber de mes y e u x embrasés et flétris. J e prie et j e souffre, c'est tout ce qui me reste. Essayons pourtant, si possible, de plus d e calme. Trop souvent, les dépêches e x a g è r e n t ; mais, ici, tous les télé-


JOURNAL D U 1 2 MAI 1 9 0 2

249

grammes reçus sont en trop parfaite concordance, depuis le 8 j u s qu'au 10 mai. Ce que j ' o s e , en tremblant, en d é t a c h e r de moins l u g u b r e , tient en ceci : Peut-il y avoir quelques s u r v i v a n t s ? O u i , sans d o u t e . D'où et combien ? J e v e u x me p e r s u a d e r que la partie du Mouillage la plus voisine de la place du m ê m e nom a pu p e r m e t t r e , à c e u x qui a u r o n t obéi sans r e t a r d à l'inspiration de s'enfuir vers le Carbet, d e gagner sans encombre la route de l'Anse et du bord d e m e r ou celle du Quartier-Monsieur. Des centaines de m a l h e u r e u x , talonnés par la mort menaçante, auront pu ainsi se sauver. Q u a n t au reste de la population, vu la soudaineté du fléau et la distance qui les séparait de la place du Mouillage, il n'est g u è r e possible

d'espérer

q u ' u n seul homme ait pu échapper à la catastrophe. Les maisons des nôtres, a u contraire, n e sont qu'à 150 ou 200 mètres d u chemin du Carbet. Tous c e u x de là qui, fuyant, sans se préoccuper de r i e n emporter avec e u x , auront quitté la ville en toute h â t e , sont en vie ou n'ont que des blessures. L e s a u t r e s , sans exception, dans leurs demeures, ou sur le seuil de leurs maisons ou d a n s la r u e , seront tombés asphyxiés et b r û l é s . J e suis avide d ' a p p r e n d r e que votre belle-sœur et ses enfants, et tels a u t r e s d e nos plus chers amis sont vivants ; mais à tout dire j u s q u ' a u bout, surtout s'ils n e sont plus, j e n e me consolerai jamais de n'avoir pas péri sous la m ê m e trombe de feu. Agréez, j e vous p r i e , l'hommage de mes meilleurs sentiments. CŒUR

CRÉOLE.

Même jour.

Au même. J'allais r e m e t t r e ma lettre, q u a n d le facteur m'apporte la vôtre. Les mêmes sentiments nous a n i m e n t , dans les m ê m e s angoisses. J e n'ai rien à modifier dans ce qui précède et m a l h e u r e u s e m e n t j e n e vois que trop p e u de choses rassurantes à y ajouter. U n e dépêche parle d e 445 survivants et de voyages pour r e -


250

LA CATASTROPHE DU MOIS D E MAI 1 9 0 2

cueillir d'autres victimes. Voilà confirmées u n p e u mes prévisions ; mais, comme il arrive à l'esprit h u m a i n , plein d'exigences infinies, j e voudrais déjà lire 1 4 4 5 , a u lieu d u chiffre p r é c é d e n t . C'est parmi ces n o m b r e s , hélas ! qu'il faudra sans

doute s'arrêter

et nous

pleurerons la mort de 3 0 0 0 0 à 4 0 0 0 0 disparus, c'est é p o u v a n t a b l e . E t le fléau continue ses ravages. Aussi bien, les morts finiront p a r être les plus h e u r e u x .

CŒUR CRÉOLE.

Récit d ' u n t é m o i n .

Ce témoin est un officier d u navire Roraima.

On télégraphie d e

la G u a d e l o u p e ses paroles t e x t u e l l e m e n t reproduites, comme s u i t : B

« C ' é t a i t j e u d i , 8 courant. Il était 7 3 0 d u m a t i n . T o u t à coup, sans q u e r i e n fît soupçonner cet é v é n e m e n t , u n e sorte d'ouragan de feu, de boue et d'eau bouillante s'abattit s u r la ville, le port et la r a d e . « D i x - h u i t vaisseaux environ mouillaient à S a i n t - P i e r r e . Tous ces navires d o n n è r e n t immédiatement de la b a n d e . Il commencèrent à s'embraser, puis ils coulèrent à pic presque aussitôt, à l'exception d u Roraima.

A ce moment, les maisons s u r le rivage furent

ensevelies sous les cendres et les laves b r û l a n t e s . « U n officier, dépêché à terre en reconnaissance, n e p u t pas p é n é t r e r bien a v a n t d a n s la ville. I l n ' y trouva q u e quelques m u railles encore debout. L e s rues étaient jonchées de c a d a v r e s . »

Autre détail.

L e capitaine d u Korona, arrivé à la D o m i n i q u e avec q u e l q u e s marins d u Roraima,

dit q u e l'éruption semblait provenir d ' u n nou-

veau cratère, et qu'elle a été accompagnée d'une sorte de raz de marée a u x q u e l la batellerie n ' a p u résister. A Bordeaux.

L a maison

David Gradis et fils a reçu plusieurs dépêches :

F e m m e s et enfants

famille Plissonneau sauvés, ainsi q u ' E m i l e


JOURNAL

251

DU 1 2 MAI 1 9 0 2

Plissonneau. Ce dernier a lui-même câblé, mais on n e sait rien encore de MM. Joseph et P i e r r e Plissonneau, E r n o u l t e t M a c - H u g h , qui étaient restés dans la ville, de M. de Courmont et de diverses personnes qui devaient se trouver à l'usine de la Basse-Pointe, à 7 kilomètres de la Montagne P e l é e .

(Cliché RUINES

D'UNE

R U U M M E R 1 E

A

de

la

Vie

illustrée.)

SAINT-PIERRE

La maison Gradis suppose que ses usines ont été é p a r g n é e s . E l l e en possède beaucoup a u j o u r d ' h u i . On est aussi sans nouvelles de M. Souquet-Basiège, père de M"" Georges Plissonneau.


252

LA

CATASTROPHE

DU

MOIS

DE

MAI

1902

Chez M. Lasserre fils, l ' i n q u i é t u d e est non moins g r a n d e . A Saint-Pierre, demeuraient ses d e u x oncles : M. Anatole Lasserre, ancien président de la chambre de commerce de cette ville, et M. E d o u a r d L a s s e r r e , d i r e c t e u r de la r h u m m e r i e c e n t r a l e . P a s u n télégramme n'est encore v e n u rassurer la famille sur le sort de ces messieurs. M. Charles Borde est très a n x i e u x sur le compte de ses cousins. On est également i n q u i e t sur le sort de M. F e r n a n d Clerc, n e v e u d u général Brière de l'Isle, directeur des usines L a r e i n t y et Trinité ; il était candidat à la députation dans l'arrondissement du nord. Les autres comptoirs de la place sont encore sans informations. e r

D u 1 j a n v i e r a u 1 " m a i 1902, le port de B o r d e a u x a importé à la Martinique 5 5 0 0 0 0 0 fr. de marchandises, et la M a r t i n i q u e , de son côté, a exporté vers ce port 6 millions de francs de d e n r é e s . On voit par ces chiffres le dommage que va subir le commerce bordelais. L a Société d'expansion coloniale de la Gironde vient d'ouvrir u n e souscription publique régionale, dont le produit est destiné à venir en aide a u x victimes de cette terrible catastrophe.

A Nantes.

Des r e c h e r c h e s ont été faites pour savoir a u j u s t e les relations de Nantes et si, par hasard, quelques dépêches particulières étaient p a r v e n u e s dans cette ville c o n c e r n a n t les victimes de la catastrophe de Saint-Pierre. On a constaté que ces relations sont moins nombreuses q u ' a u t r e fois. 1

M" ' D . . . , femme d ' u n a g e n t supérieur d e la Compagnie t r a n s atlantique, a trois proches parents à Saint-Pierre. Son mari voyage dans ces p a r a g e s . E t pas la moindre dépêche !... L a maison d'armements Rozier, la seule qui fasse u n service r é gulier entre N a n t e s et la M a r t i n i q u e , n ' a encore p u obtenir une réponse ni de son agent à la Pointre-à-Pitre, n i de son représentant à


JOURNAL D U 1 2 MAI

253

1902

F o r t - d e - F r a n c e . Son navire Tamaya est indiqué par les dépêches américaines comme étant au nombre d e c e u x qui ont péri en r a d e de S a i n t - P i e r r e . A Marseille.

L'émotion est des plus vives dans la population. Tous les n a vires ancrés dans le port ont mis l e u r pavillon en b e r n e , en signe de deuil national. Il en est de m ê m e de tous les m o n u m e n t s publics. D e n o m b r e u x particuliers et les sociétés de la ville ont suivi le m ê m e e x e m p l e . Mgr A n d r i e u x a ordonné des prières dans toutes les églises du diocèse, et u n e g r a n d ' m e s s e a été célébrée à la cathédrale. Les négociants qui font le commerce avec la Martinique d e m e u rent sans nouvelles. L a maison Ricoux, seule, a reçu de son correspondant, M. Gaston Clanis, qui se trouvait à C a y e n n e lors de la catastrophe, confirmation du cataclysme. M. B l a n c , sous-directeur des Messageries m a r i t i m e s , a eu aussi une dépêche d ' u n de ses parents, M. Chiris, qui a pu échapper au désastre. On a acquis la certitude de la perte totale des navires italiens Restituta-Madre,

Clementina,

et

Sacro-Cuore-Maria-di-Pompei.

L a mort de M. Mouttet produit la plus profonde impression à Marseille, dont il était originaire. Les consuls des puissances étrangères se sont r e n d u s a u p r è s du préfet pour lui e x p r i m e r la part qu'ils p r e n n e n t a u m a l h e u r qui frappe notre colonie. A Brest.

L e maire de Brest a adressé a u ministre des colonies le télégramme suivant : Interprète des sentiments de la population brestoise, profondément par le sinistre de S a i n t - P i e r r e , j e v o u s prie

de vouloir bien me

émue

donner,

a u s s i t ô t q u e p o s s i b l e , des r e n s e i g n e m e n t s s u r l e s v i c t i m e s de ce d é s a s t r e , p o u r r a s s u r e r les n o m b r e u s e s familles qui o n t des p a r e n t s d a n s l'île.


254

LA CATASTROPHE DU MOIS OE MAI 1 0 0 2 Notes du 1 2 mai, soir.

L e désastre dépasse toute proportion. Les p r e m i è r e s dépêches, si lugubres pourtant, étaient pâles dev a n t ce que nous savons à l'heure présente. L e seul point possible pour la fuite, suivant ce que j e pensais, n'a pas été plus praticable que les a u t r e s . L e c o m m a n d a n t du Suchet a exploré S a i n t - P i e r r e , samedi, avec u n e escouade de m a r i n s . L a ville, dit-il, est u n amas de décombres fumants sous lesquels les victimes sont ensevelies. L e Suchet a pu r a m e n e r à F o r t - d e - F r a n c e u n e partie d e la population d u P r ê c h e u r , mais il lui a été impossible de se porter au delà, en raison de la pluie de c e n d r e s , qui était des plus fortes. L e volcan offre une a p p a r e n c e m e n a ç a n t e et on constate encore des grondements, des éclairs et des projections d ' u n e très g r a n d e intensité. U n télégramme d u g o u v e r n e m e n t de la M a r t i n i q u e , via SainteLucie, avise le ministre que sur u n e population de 28 000 âmes, il n ' y a que de très rares survivants en état de fournir quelques donn é e s précises sur l ' e m b r a s e m e n t d e S a i n t - P i e r r e , embrasement foudroyant,

la ville a y a n t été engloutie en moins d'un quart

d'heure. U n e information de l'agence Havas dit, avec exagération sans doute : « D a n s le nord de l'île, terrain bouleversé. Des crevasses profondes se forment. D e s collines s'élèvent subitement ; des vallées nouvelles se creusent. « L a conformation géographique de l'île se modifie. » L e g o u v e r n e u r de la G u a d e l o u p e a été informé que des fugitifs provenant du nord de la M a r t i n i q u e sont arrivés à la Dominique. M. Merlin fera partir, à destination d e F o r t - d e - F r a n c e , u n e goélette qui portera des vivres et s'arrêtera à Roseau pour recueillir les réfugiés et p r e n d r e des provisions que le g o u v e r n e m e n t anglais met à la disposition des autorités de la M a r t i n i q u e . D e Sainte-Lucie on signale qu'on a découvert des cadavres desséchés par la pluie d e cendres, à plusieurs milles du lieu dévasté.


JOURNAL

DU

12

MAI 1 9 0 2

255

Le correspondant du Daily Mail envoie des détails complémentaires sur le désastre qui lui ont été fournis par des survivants. Us disent q u ' u n e g r a n d e p a n i q u e s'est emparée des habitants dès que le mont Pelé a offert des signes d'activité. Toute la population était dans les r u e s . On a u r a i t dû s'enfuir à ce moment. L'éruption fatale et définitive n e s'est produite q u e quatre j o u r s après. L a colonne de feu atteignait 5 ou 6 mètres de h a u t e u r sur un kilomètre de largeur.

Comité de secours.

L e ministre des colonies vient de former un comité de secours a u x victimes de la catastrophe. Ce comité est composé d e la façon suivante : M. A l b e r t D e c r a i s , ministre des colonies, président. L e s a n c i e n s ministres et sous-secrétaires d ' E t a t des colonies. L e s p r é s i d e n t s d e s c o m m i s s i o n s des colonies au S é n a t et à la

Chambre

des députés. Les s é n a t e u r s et d é p u t é s des Antilles, l'évêque de la M a r t i n i q u e . L e s p r é s i d e n t s de l ' A s s o c i a t i o n d e la presse coloniale p a r i s i e n n e et d é partementale. L e président du conseil de surveillance et l'agent central des

banques

coloniales. Le directeur général du Comptoir d'escompte de Paris. L e s o u s - g o u v e r n e u r de la B a n q u e de F r a n c e . L e s directeurs du Crédit foncier colonial. Les directeurs du ministère des colonies. Le d i r e c t e u r d u m o u v e m e n t g é n é r a l des fonds au ministère des

finances.

L e s chefs d e cabinet des ministères de la m a r i n e , de l'intérieur et des colonies. L e s p r é s i d e n t s des c h a m b r e s de c o m m e r c e de P a r i s , d u H a v r e , d e N a n t e s , de B o r d e a u x et de Marseille. Le président de la Compagnie générale transatlantique. L e président d e la C o m p a g n i e française des câbles télégraphiques. MM. B o u g e n o t , R a o u l G r a d i s , Mignot, C r o u a n t et A r t a u d , industriels à Paris, à B o r d e a u x , a u H a v r e , à N a n t e s et à M a r s e i l l e . L e p r é s i d e n t et l e s e c r é t a i r e g é n é r a l d e l ' U n i o n c o l o n i a l e .


256

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

M. Gourbeil, chef adjoint du cabinet du ministre des colonies, secrétaire général du comité. M M . D e m a r t i a l , chef de b u r e a u , et L e m o i n e , sous-chef du c a b i n e t

du

ministre des colonies, secrétaires du comité.

L'activité v o l c a n i q u e dans les A n t i l l e s . New-York, Il mai.

D ' a p r è s u n t é l é g r a m m e d e la P o i n t e - à - P i t r e daté d'hier, on a ressenti des secousses de t r e m b l e m e n t d e t e r r e à la Basse-Terre. P r e s q u e tous les habitants de la capitale de la

Guadeloupe

avaient des parents à la M a r t i n i q u e . U n e i m m e n s e douleur r è g n e parmi e u x . L e s magasins sont fermés et les d r a p e a u x sont mis en berne. Les s y m p a t h i e s é t r a n g è r e s .

L e terrible deuil qui frappe non s e u l e m e n t la F r a n c e , mais, peut-on dire, l'humanité tout e n t i è r e , devait n a t u r e l l e m e n t éveiller u n écho douloureux à l'étranger et provoquer des manifestations de g é n é r e u s e s y m p a t h i e . C'est ainsi que la p l u p a r t des g o u v e r n e ments et des chefs d ' É t a t se sont, dès la première h e u r e , empressés d'apporter à notre pays le témoignage officiel de cette universelle commisération H i e r , le roi V i c t o r - E m m a n u e l d'Italie chargeait son ambassadeur, le comte T o r n i e l l i , d ' e x p r i m e r

ses s e n t i m e n t s de condo-

léances à notre g o u v e r n e m e n t ; l'ambassadeur d ' A u t r i c h e - H o n g r i e accomplissait quelques instants plus tard u n e d é m a r c h e semblable a u nom de son souverain ; le président d u S é n a t espagnol adressait en m ê m e temps, du h a u t de la t r i b u n e , des paroles émues à la nation française, si cruellement frappée. Enfin, sir E d m u n d Monson s'est r e n d u à l ' E l y s é e , pour transmettre à M. L o u b e t les condoléances personnelles du roi E d o u a r d ; d'autre part, la nation b r i t a n n i q u e , par l'organe de la presse, a proclamé la solidarité des d e u x p e u p l e s en face d ' u n irréparable m a l h e u r , et s'est efforcée de nous seconder l a r g e m e n t dans l ' œ u v r e de sauvetage et de secours.


JOURNAL

DU

12

MAI

1901

257

Mais, de toutes ces manifestations amicales, la plus é c l a t a n t e , la plus t o u c h a n t e , nous a r r i v e des E t a t s - U n i s . L a g r a n d e nation d'outre-mer v i e n t de prouver u n e fois d e plus que les sentiments d ' h u m a n i t é et de générosité d e m e u r e n t chez elle p a r m i les plus nobles qualités dont elle puisse s'enorgueillir. L e Congrès, de W a s h i n g t o n , avec une spontanéité qui l'honore hautement, a voté u n c r é d i t d e 100 0 0 0 dollars — 5 0 0 0 0 0 fr. — pour les sinistrés de la Martinique ; il a autorisé ensuite le gouvernement à e n v o y e r tous les v a p e u r s disponibles sur les lieux d e la catastrophe. Mieux encore : un croiseur est parti pour S a i n t - P i e r r e avec des approvisionnements et des secours, et il n ' e s t pas j u s q u ' à l'initiative privée q u i , d a n s toutes les villes d ' A m é r i q u e , n e se soit empressée de r é u n i r des souscriptions, des m é d i c a m e n t s , des vêtements, des vivres, pour venir en aide a u x m a l h e u r e u x survivants. T é l é g r a m m e de l ' e m p e r e u r d ' A l l e m a g n e . W i e s b a d e n , 11 m a i 1902.

A Son Excellence le Président Profondément

de la République,

Paris.

ému p a r la nouvelle de la terrible catastrophe

qui vient

de frapper S a i n t - P i e r r e , c o û t a n t la vie à u n e p o p u l a t i o n d ' u n n o m b r e lant presque celui qui périt à P o m p é i , je l'expression de ma plus sincère

éga-

m ' e m p r e s s e d'offrir à l a F r a n c e

sympathie.

Q u e D i e u T o u t - P u i s s a n t s o u l a g e les coeurs de ceux qui p l e u r e n t des p e r t e s irréparables. Mon

ambassadeur

remettra

à Votre

Excellence

une

somme

de 10 0 0 0

m a r k s d e m a p a r t , p o u r s e c o u r i r l e s affligés. GUILLAUME, Imperator

Bex.

Voici le t é l é g r a m m e que le président de la République a adressé en réponse à l ' e m p e r e u r : P a r i s , I l m a i 1902.

A Sa Majesté l'empereur Guillaume II, Très touché

de la m a r q u e de s y m p a t h i e

Wiesbaden.

q u e , d a n s le t e r r i b l e

malheur

qui é p r o u v e la F r a n c e , V o t r e Majesté a b i e n v o u l u m ' e x p r i m e r , j e v o u s prie SAINT-PItCRRE-MARTINIQUE

1

7


258

LA

CATASTROPHE D U

MOIS DE

MAI

1902

d ' a g r é e r m e s v i f s r e m e r c i e m e n t s , a i n s i q u e la g r a t i t u d e d e s v i c t i m e s

que

v o u s v o u s p r o p o s e z de s e c o u r i r . EMILE

LOUBET.

Grande-Bretagne et Russie. L o n d r e s , 12 mai.

L e roi a fait parvenir une somme de 2 5 0 0 0 fr. a u comité qui s'est formé à Paris. S a i n t - P é t e r s b o u r g , 12 mai.

Dès la première annonce du sinistre de la Martinique, l'emp e r e u r de Russie a adressé au président de la R é p u b l i q u e u n t é l é g r a m m e lui e x p r i m a n t sa vive et sincère sympathie ainsi que celle d e l'impératrice. L e tsar ajoute qu'il partage de tout cœur les sentiments douloureux que cette pénible catastrophe fait éprouver à la F r a n c e . Envoi d ' u n c r o i s e u r italien.

L'amiral Morin, ministre d e la m a r i n e , a donné l'ordre au croiseur Calabria de se r e n d r e à Saint-Pierre pour porter secours. Dépêche de l ' a m i r a l Servan.

L e ministre de la marine a r e ç u la dépêche suivante de l'amiral Servan, qui commande la division navale de l'Atlantique : Nouvelle-Orléans, 11 mai.

Amiral

T a g e à ministre Marine,

Paris.

R e ç u t é l é g r a m m e , compte appareiller demain matin, 12 m a i , pour Martinique, emportant 60 000 rations, quelques secours offerts par maire New-Orléans, médicaments, et 10 0 0 3 f r . provenant souscriptions diverses recueillies aujourd'hui. Danemark.

D e s secours sont aussi envoyés à la Martinique par le gouvernem e n t danois de Saint-Thomas.


JOURNAL

DU

1 2 MAI

259

1902

Récits é m o u v a n t s .

Voici les émouvantes relations faites par les rares personnes de Saint-Pierre et p a r les marins étrangers qui ont pu fuir à temps et se réfugier à Sainte-Lucie : Port-Castries (Antilles anglaises), 11 mai.

« La Montagne Pelée commença, le 1

e r

courant, à paraître cou-

ronnée d'épais nuages de fumée p e n d a n t la j o u r n é e et de

flammes

p e n d a n t la nuit. « Ces p h é n o m è n e s étaient accompagnés de grondements souterrains. L e ciel, la n u i t , paraissait embrasé sur une é t e n d u e considérable. La population s'alarmait. « Le 4 m a i , la m o n t a g n e était cachée par u n e p l u i e de cendres chaudes. Tout le district d e Saint-Pierre se trouvait recouvert d'un pouce d e c e n d r e s . « L e 5 m a i , à m i d i , u n e coulée de boue b r û l a n t e tombant d'une h a u t e u r de 4 400 pieds, le long du lit desséché d'un torrent, franchissait en trois minutes l'espace d e 5 milles qui sépare le cratère du r i v a g e , renversant sur son passage plantations, édifices, factoreries et tout être vivant, sur u n e étendue d'un demi-mille. U n e g r a n d e c h e m i n é e d'usine émergeant d e cette coulée, c'était tout ce qu'on pouvait voir de l'importante sucrerie G u é r i n , e n gloutie sous le flot, avec toutes les personnes qui s'y trouvaient, et parmi elles le fils G u é r i n et sa femme. « L a mer, c é d a n t sous la poussée formidable de l'avalanche, avait reculé de 300 pieds sur la côte ouest; puis, r e v e n a n t en u n e immense vague a v e c une force irrésistible, elle s'abattit comme une trombe sur la g r è v e , sans toutefois causer trop de dégâts. D e s détonations terribles se faisaient entendre à des intervalles irréguliers, mais courts. « Cela continua ainsi toute la nuit « L'obscurité était intense ; mais les gerbes de flammes de la montagne j e t a i e n t l e u r sinistre clarté sur S a i n t - P i e r r e . Les habitants, é p e r d u s , affolés, poussant des cris et des gémissements, se précipitaient vers les collines.


260

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

« L a famille Plissonneau s'échappa sur un petit v a p e u r . T r e n t e cinq personnes, des femmes et des enfants, pour la plupart, a r r i v è r e n t aussi à Port-Castries dans la m a t i n é e d u 6. Ce sont ces réfugiés qui ont fourni les détails qui précèdent. Les hommes étaient restés à l e u r poste. L e câble fut rompu dans l'après-midi d u 6 entre S a i n t e - L u c i e et la M a r t i n i q u e . « Enfin, dans l'après-midi du 8, on voyait p é n é t r e r très l e n t e m e n t , dans le port de Castries, u n v a p e u r méconnaissable. C'était une sorte d'épave fantomatique, grisâtre, couverte d e c e n d r e s . Ses agrès, ses voiles, ses bâches p e n d a i e n t en loques calcinées. « Ce vapeur était le

Boddam.

« L e capitaine raconta qu'après avoir essuyé p e n d a n t la n u i t u n e terrible tempête mêlée d e t o n n e r r e , il v e n a i t de s'amarrer à u n e bouée de la r a d e en vue d e S a i n t - P i e r r e , à 7 heures du m a t i n , par u n temps magnifique. Il était en train de causer avec M. J o seph Plissonneau, l'agent de ses a r m a t e u r s , qui se trouvait dans u n e chaloupe r a n g é e près de son bord. T o u t à coup, u n e immense nappe de fumée, toute pailletée de scories incandescentes, s'abattit sur la ville et sur le port avec une rapidité inconcevable. Déjà la ville entière flambait, d r a p é e d a n s un r i d e a u en combustion, et il pleuvait d u feu sur le Eoddam.

M. Joseph Plissonneau eut tout

j u s t e le temps d'escalader le bord d u n a v i r e ; sa chaloupe v e n a i t de couler à pic. « Plusieurs hommes de l'équipage étaient tombés morts, brûlés vifs. Un effort s u r h u m a i n fut fait pour couper les a m a r r e s et, comme le vapeur se trouvait encore sous pression, il put g a g n e r le large et arriver neuf heures plus tard à Port-Castries. « P a r m i les 6 pouces d e c e n d r e s noirâtres qui recouvraient le pont du Eoddam,

gisaient u n e dizaine de gros objets carbonisés, in-

descriptibles : c'étaient des cadavres. D e u x a u t r e s hommes de l'équipage ont succombé à leurs b r û l u r e s . L e Roddam

fut pour-

suivi dans sa fuite, p e n d a n t 6 milles, par la pluie de scories enflammées.

L e capitaine a été g r i è v e m e n t a t t e i n t ; mais M. J o s e p h

Plissonneau l'est plus encore. On croit ici q u e M. Plissonneau est l'unique survivant des personnes qui sont restées d a n s S a i n t - P i e r r e après les dernières menaces de l'approche de la catastrophe.


JOURNAL D U 1 2 MAI

« Les matelots du Roddam

1902

261

n e tarissent pas d'éloges sur l'hé-

roïsme de l e u r c a p i t a i n e , qui, les mains b r û l é e s , avait t e n u à faire lui-même le service du gouvernail à l'heure du d a n g e r . « Ajoutons q u ' u n caboteur français est arrivé de F o r t - d e - F r a n c e d e m a n d e r des secours à Port-Castries. Il rapporte q u e toute la campagne est rôtie ; les a n i m a u x crèvent -, toutes les plantations sont calcinées. L e s paysans accourent en masse dans la ville. On craint u n e famine. » Le r a v i t a i l l e m e n t de la M a r t i n i q u e .

Le ministre des colonies p r e n d des dispositions pour a s s u r e r le ravitaillement de la Martinique. Des vivres étaient déjà en cours de route a v a n t la catastrophe. D ' a u t r e s approvisionnements et des désinfectants ont été embarqués sur le

D'Assas.

L a mission envoyée dans l'île et qui comprend MM. Bloch, inspecteur des finances, L a b a r t h e , secrétaire du ministre des colonies, est a r r i v é e à Brest. Ces messieurs se sont r e n d u s à la préfecture maritime et ont eu u n e e n t r e v u e avec l'amiral Roustan. L a mission s'embarque ce soir. U n i n g é n i e u r de la m a r i n e , M. D r o s n e , p r e n d passage sur le D'Assas,

avec la mission officielle, afin de p r ê t e r son concours a u x

autorités locales de la M a r t i n i q u e , pour l'organisation des transports et des t r a v a u x qu'il y a u r a lieu d'effectuer d a n s la colonie. Information

du « N e w - Y o r k H e r a l d ». New-York, Il mai.

L e correspondant du New-York

Herald

télégraphiait samedi de

S a i n t e - L u c i e qu'au-dessus d e la mer le ciel était noir d e cendres et de fumée de la Montagne P e l é e . L e s cendres de la M a r t i n i q u e et d e S a i n t - V i n c e n t , e n t r a î n é e s par le v e n t en mer, forment sur tout le parcours d'épais n u a g e s qui créent u n e obscurité p a r t i e l l e . D e la poussière recouvre tous les vaisseaux. Les navigateurs éprouvent d e l ' a n x i é t é .


LA CATASTROPHE DU MOIS D E MAI

2G2

5.

JOURNAL

DU

13 MAI

1902.

1902.

Le c o m i t é d'action de la c o l o n i e c r é o l e .

L a colonie créole de Paris s'est rassemblée chez le docteur Pic h e v i n , de la M a r t i n i q u e ,

si c r u e l l e m e n t

éprouvé

lui-même.

0

M"' Pichevin est dans l'angoisse, à peine incertaine sur le sort de ses proches les plus chers. L'impression était poignante de ces affligés, frappés par l'immensité de ce deuil et qui a v a i e n t à déplorer, à peu près tous, la perte de leurs familles et de leurs b i e n s . Environ soixante personnes avaient r é p o n d u à l'appel de leur compatriote qui, les unes et les a u t r e s , échangeaient, en s'abordant, de brèves et douloureuses paroles, s'informaient de l ' é t e n d u e du désastre, sans vaines lamentations, a v e c u n courage et u n e fermeté qui sont le gage des réparations futures. Contre l'adversité la plus implacable, ces négociants, ces industriels, ces travailleurs ruinés et en deuil font bonne c o n t e n a n c e , conscients, sans doute, que l'humanité tout entière est de c œ u r avec e u x en cette catastrophe et qu'elle connaît son devoir, qui est de les aider à en relever les épaves. 11 y a là MM. Tronche-Macaire, sans nouvelles de son frère ; Butel, de Feissal, qui pleurent des foyers détruits ; M. B e r t é , dont les rhummeries n ' e x i s t e n t plus ; M. Reynoird, qui possédait les plus 1

grands magasins de la ville, aujourd'hui sous les cendres. L e D ' Le D e n t u , M. Sainvel, l'agent d e c h a n g e , M. Charles D u p u y , qui ont des leurs à la Martinique, sont v e n u s également. M. C a m i n a d e ne se fait plus d'illusion : il perd q u a r a n t e m e m b r e s de sa parenté et presque tous ses b i e n s . M. B o r d e , sans nouvelles, n ' e n reste pas moins sans espérance. M. Langellier-Bellevue sait m a i n t e n a n t que son père a disparu M. le D

r

P i c h e v i n avait prié M

s r

de Cormont de se r e n d r e à

cette réunion ; il avait invité tous les représentants de nos colonies. M. H e n r i q u e - D u b u c , d é p u t é de l ' I n d e , est le seul qui soit venu, en


JOURNAL

DU 1 3 MAI

1902

263

compagnie d e M T a u n a y . l i a présidé la réunion à côté de M

gr

de

Cormont. L'idée qui se fait j o u r , au milieu d ' u n e discussion courtoise, c'est q u e , tout en encourageant l'initiative privée, on n e doit pas p e r d r e de vue que son effort, en présence de cette calamité sans précédent, ne p e u t être q u ' u n e indication ; qu'on ne doit

s'attendre

qu'à un résultat pécuniaire insuffisant; que le véritable effort doit être fait par les pouvoirs publics, qui ne sauraient s'en d é c h a r g e r sur la charité. Il a p p a r t i e n t à la colonie créole d e P a r i s de dire la g r a n d e u r de l'infortune, d ' i n d i q u e r

en toute équité les besoins

urgents et de constamment s'aboucher avec les pouvoirs publics, pour faciliter leur tâche dans la répartition des secours, dans le relèvement des r u i n e s . Il n'y a pas là, en j e u , que des intérêts privés. Il se dégage de ce sinistre u n devoir d ' h u m a n i t é a u - d e v a n t duquel va l'univers : témoin la décision g é n é r e u s e du Sénat a m é r i c a i n . Il y a aussi un devoir patriotique : Saint-Pierre était la tête et le coeur de nos possessions des Antilles ; il maintenait p a r sa population, depuis t a n t de générations assise dans le pays, u n e tradition nationale qui n e doit pas mourir. Sous le bénéfice de ces observations, la r é u n i o n a formé un comité d'action des familles martiniquaises, composé, à l'exclusion de toute personnalité politique ou officielle, de m e m b r e s a y a n t des attaches avec les victimes. Ce comité a reçu mission de signaler le plus r a p i d e m e n t possible à l'attention publique la misère résultant de l'effroyable cataclysme du 8 mai, et de se faire l'intermédiaire entre les familles sinistrées et la commission constituée par le gouvernement. Cette commission est composée de MM. Bougenot, p r é s i d e n t ; Pichevin, v i c e - p r é s i d e n t ; T r i l l a r d ; G u i l l e m a u d , i n g é n i e u r arts et m a n u f a c t u r e s ; M \ I . H u e , Morestin et

des

Delmond-Bebet,

médecins à Paris, qui ont perdu p a r e n t s et biens. Ce comité, dont les m e m b r e s sont si étroitement unis par les liens du m a l h e u r , sera, à P a r i s , le véritable centre de l'action charitable et réparatrice. 11 a déjà r e n d u hommage à la générosité des premiers concours. 11 sait combien seront efficaces c e u x qui suivront.


264

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

1902.

Mais, en louant la noblesse de toutes les i n t e n t i o n s , il se propose de faire savoir qu'il désire que l'argent ne soit point sollicité par des fêtes éclatantes, et, d'avance, il déclare q u e le bruit des archets n e pourrait que douloureusement résonner dans les cœurs. « Point de bal, supplie-t-il, et point de m u s i q u e . . . » Très noble, cette conception créole des choses présentes !...

Les d r o i t s de l ' h u m a n i t é .

D a n s l'effroyable sentiment de douloureuse s t u p e u r causé par le désastre de la M a r t i n i q u e , les innombrables témoignages de sympathie v e n u s d e toutes les parties d u monde produisent u n e impression consolante. On éprouve u n véritable soulagement à voir passer, dans l'affreuse confusion des haines et des jalousies internationales, u n souffle apaisant d ' h u m a n i t é . Partout r è g n e u n e émulation charitable ; de toutes les nations civilisées arrivent des condoléances sincères, qui dépassent les démonstrations d'usage en de telles calamités 5 partout s'éveille u n e solidarité fraternelle. L'égoïsme de race se fond d e v a n t u n e si g r a n d e infortune et le deuil qui nous frappe devient celui de la g r a n d e famille h u m a i n e . U n e p r e m i è r e l i s t e de m o r t s .

On avait a n n o n c é a u x familles des victimes habitant Paris qu'on attendait u n e première liste des fonctionnaires disparus a u cours de la catastrophe. Aussi le ministère a-t-il été assiégé par une foule de personnes anxieuses de connaître le sort de c e u x qui leur sont chers. U n e liste contenant les noms d ' u n e centaine d e fonctionnaires est arrivée. M. L e m o i n e , sous-chef du cabinet, à qui incombe la douloureuse mission d'annoncer aux n o m b r e u x visiteurs le deuil qui les a t t e i n t , s'acquitte de ce devoir avec u n tact a u q u e l chacun r e n d hommage. A u fur et à m e s u r e q u ' u n e carte lui est passée dans son b u r e a u , il reçoit aussitôt le solliciteur. Les larmes qui inondent le visage


JOURNAL

DU 1 3 MAI

1902

265

de tous c e u x qui sortent de son cabinet indiquent l'universalité du deuil et l'immensité du

fléau.

Cette p r e m i è r e liste fait connaître q u e , parmi le personnel e n seignant, il n ' y a que q u a t r e sauvés, que toutes les sœurs de SaintJoseph de C l u n y sont mortes et que d u pensionnat colonial il ne reste q u e d e u x femmes. Ces r e n s e i g n e m e n t s , quoique officiels, doivent être c e p e n d a n t accueillis sous toutes réserves. Ils sont susceptibles de rectifications; leur rédaction, la hâte avec laquelle ils ont été câblés, l'affolement naturel que révèlent les dépêches autorisent cette opinion. La pression v o l c a n i q u e .

Les savants, qui n e r e c u l e n t devant a u c u n problème, ont calculé l'énergie volcanique, c'est-à-dire la force de soulèvement que supposent des éruptions aussi violentes que celle qui vient d ' a n é a n t i r Saint-Pierre. Cette force varie avec l'altitude des pays, mais, en tout cas, elle est considérable. L e cratère de l ' E t n a est à 3 300 mètres, celui du pic de Ténériffe à 3 710, celui de PAntisana, d a n s la province de Quito, à 5 833 m è t r e s . On estime q u e , pour déverser la colonne de lave à ces h a u t e u r s , pour « dégorger », comme on dit, il faut ou il a fallu : u n e pression de 900 atmosphères à l ' E t n a , de 1 0 0 0 au pic de Ténériffe, de 1 500 à l'Antisana, l'intensité de la lave fondue v a r i a n t e n t r e d e u x et trois atmosphères. P o u r le volcan d e la Montagne P e l é e , dont la cote est de 1 350 m è t r e s , la pression d'éruption a d û être d'environ 400 atmosphères. Souvenirs d ' u n c o l o n i a l .

U n négociant de C a y e n n e qui se trouvait à bord d ' u n des derniers paquebots a y a n t touché à la Martinique raconte ce qui suit : « Lors de notre passage à S a i n t - P i e r r e , il y a trois semaines, le volcan de la Montagne Pelée ne manifestait ses mauvaises disposi-


266

LA CATASTROPHE DU MOIS D E MAI 1 9 0 2 .

tions par a u c u n signe extérieur. Son cratère, que l'on croyait éteint, n e laissait pas échapper le plus mince filet de fumée et la t r a n q u i l lité d'esprit des habitants était complète. « Comme la fièvre j a u n e règne à C a y e n n e , d'où nous venions, la Santé nous défendit de descendre à terre p e n d a n t l'escale. Beaucoup d ' e n t r e nous a v a i e n t sur le quai des parents et des amis accourus pour les e m b r a s s e r , les relations

étant étroites

entre les familles créoles de la G u y a n e et celles de la M a r t i n i q u e . Nous ne pûmes échanger à distance q u e des gestes et quelques cris d'affection avec ces parents et ces a m i s , que nous ne reverrons j a m a i s , s'il faut en croire les affreuses nouvelles apportées par les câbles. « Les dépêches de source anglaise a n n o n c e n t que les lignes sousmarines reliant la Martinique aux Antilles voisines ont été rompues par le cataclysme. « J e rapproche ce fait de la destruction de tous les navires sur r a d e , pour en t i r e r cette conclusion q u ' u n t r e m b l e m e n t de t e r r e , qui se sera prolongé j u s q u e sous la m e r , a dû accompagner l'éruption. On s'expliquerait ainsi pourquoi les survivants sont en si petit nombre et pourquoi a u c u n vaisseau n'a pu sortir i n d e m n e de la catastrophe. Ce n'est pas s e u l e m e n t le sommet de la Montagne Pelée qui a u r a fait explosion, déversant sur la ville des torrents de lave enflammée : il est infiniment probable que tout autour du foyer volcanique, la croûte t e r r e s t r e a été secouée de soubresauts, renversant les maisons sur les habitants, e n t r ' o u v r a n t les flots du port sous la carène des navires, e m p ê c h a n t les uns et les a u t r e s de chercher leur salut dans la fuite. « 11 y a, en effet, u n désastre a n t é r i e u r que rappelle la destruction de S a i n t - P i e r r e , a u t a n t qu'elle fait songer à l'ensevelissement de Pompéi et d ' H e r c u l a n u m sous la c e n d r e du Vésuve : le fameux tremblement de terre de Lisbonne, en 1755, où les d e u x tiers de la ville s'écroulèrent, cinquante mille personnes périrent écrasées, le port entier fut bouleversé et les vaisseaux qu'il contenait submergés. « Voici, d ' a i l l e u r s , d e u x souvenirs personnels. Ils d o n n e r o n t une idée de la violence des convulsions terrestres ou atmosphériques


JOUKXAL

DU

1 3 MAI 1 9 0 2

267

dont cette pauvre M a r t i n i q u e , si r i c h e , d ' a u t r e part, en magnificences de la n a t u r e , a été fréquemment victime. « Ma m è r e résidait à F o r t - d e - F r a n c e lors du t r e m b l e m e n t de terre de 1838. L a moitié de la ville fut d é t r u i t e . L a p a u v r e femme échappa par miracle à la mort. Elle avait conservé de ce d r a m e , on le comprendra sans p e i n e , u n souvenir é p o u v a n t é . E l l e m'a souvent dit— peut-être son imagination affolée jouait-elle un rôle dans ce récit — que les p e r s o n n e s , q u i fuyaient à travers les rues avaient v u par endroits le sol s'ouvrir devant leurs pieds et la flamme souterraine jaillir de ces terrifiantes crevasses ! « Les cyclones n e sont

pas

moins

frayants. L e

ef-

dernier

qui ait r a v a g é

l'île,

en 1891-,alaissé,entre mille a u t r e s , de son foudroyant

passage

une trace peu

ordi-

n a i r e . Lorsque les hôtes d u château P e r r i (Cliché

de

la V i e

illustrée.)

nelle, à S a i n t - P i e r r e , M.

furent revenus de l e u r surprise,

LE

DERNIER

DENIS DÉPUTÉ

GUIBERÏ DE

SAINT-PIERRE

ils décou -

vrirent, incrusté dans le bois du plafond, le marbre d'une commode. La trombe était e n t r é e d'autant plus facilement qu'il n ' y a point de c a r r e a u x a u x fenêtres des maisons de la Martinique, et, non contente d'éventrer les cloisons et de culbuter les m e u b l e s , elle avait apposé sa griffe en bonne place en projetant avec la force d'un boulet de canon cette pesante masse de p i e r r e . L e g é r a n t de la propriété, mon ami Raoul D e p a z , respecta la signature du terrible


LA CATASTROPHE

268

DU MOIS D E MAI

1902

visiteur du 18 août 1 8 9 1 . Le inarbre de commode est encore encastré dans le plafond du château de P e r r i n e l l e , si ce beau domaine n'a pas cessé d'exister. » Ce s o u v e n i r d u m a r b r e de la c o m m o d e , s u r l ' h a b i t a t i o n de P e r r i n e l l e , p o u vait être classé p a r m i les é t r a n g e s b i z a r r e r i e s de la n a t u r e , mais la foudre à elle seule en p r o d u i t d e non m o i n s stupéfiantes. L e cyclone de 1 8 9 1 a causé à la M a r t i n i q u e 75 millions de pertes d a n s l e s b o u r g s , l e s h a b i t a t i o n s e t les u s i n e s . S e s r a v a g e s i n o u b l i a b l e s é t a i e n t loin d ' ê t r e r é p a r é s , l o r s q u e é c l a t a l ' e f f r a y a n t c a t a c l y s m e d u 8 m a i 1 9 0 2 . Q u a n t à la l i s t e d e s p h é n o m è n e s i m p o s a n t s c o n s t a t é s d u r a n t l e c y c l o n e d e 1 8 9 1 ou a p r è s , elle serait i n t é r e s s a n t e p e u t - ê t r e , mais t r o p l o n g u e a s s u r é ment.

Pour l ' i n c i n é r a t i o n des m o r t s .

L e comité de l'Association des journalistes coloniaux s'est r é u n i sous la présidence de M. D e n i s G u i b e r t , d é p u t é sortant de SaintP i e r r e , pour délibérer sur les mesures à p r e n d r e à la suite de la catastrophe. L e comité estime qu'il est u r g e n t d'appeler l'attention du pays et des pouvoirs publics sur les devoirs à remplir à l'égard des morts et des survivants. 11 considère que, envers les morts, l'incinération contrôle et sans identification

exécutée

— (contrôle et identification, mon

D i e u ! mais il n ' y en a pas de possibles) — expose a u x plus complications, 6ujet

graves

t a n t pour l'état civil que pour les questions de succes-

sion et d'intérêt « Au

sans

privé.

des vivants, en outre des secours distribués, des me-

sures doivent être prises, comme en temps de g u e r r e , relativement a u x obligations commerciales et industrielles. » La première mesure à p r e n d r e serait, à mon avis, d'assurer à chacun des trop rares survivants trois mois de vivres et d ' e n t r e t i e n complet, comme cela se pratiquait a u d é b u t de la colonisation. Ces temps lointains, réputés si barbares, auraient-ils donc été meilleurs et plus prévoyants que les n ô t r e s ?


JOURNAL

DU 1 3 MAI

269

1902

C o l o n i a l Office.

L e Colonial Office a reçu le t é l é g r a m m e suivant du g o u v e r n e u r de S a i n t e - L u c i e , en date du 12 : J'avais l'intention d'aller à Saint-Vincent dans u n petit caboteur ; mais j ' e n a i été i n s t a m m e n t d é t o u r n é , le c a b o t e u r a y a n t failli, hier,

être

dé-

truit. L e t e m p s paraissait très mauvais d a n s la direction de S a i n t - V i n c e n t . L'île est invisible p a r suite d ' u n

épais brouillard

n o i r de c e n d r e s et

de

sables. J ' a t t e n d s a n x i e u s e m e n t l'arrivée d ' u n n a v i r e de g u e r r e .

Retour p r o c h a i n de M 9 de C o r m o n t à l a Martinique. p

M

gr

l'évêque de Saint-Pierre se sent pressé d e revoir a u plus tôt

son diocèse. « J e voudrais, en ces jours de m a l h e u r , être là-bas, dit-il, j u g e r par moi-même de l ' é t e n d u e du sinistre, a s s u r e r de toute ma compatissance et consoler c e u x qui survivent « J e n e resterai d'ailleurs q u e le temps nécessaire pour visiter les r u i n e s , soutenir mon clergé et distribuer quelques premiers secours. « P u i s j e reviendrai en F r a n c e . Alors, d'une façon plus efficace, j e ferai appel à la charité des catholiques et à la g é n é r e u s e intervention de mes v é n é r é s collègues d e l'épiscopat « Toutes les lettres que j ' a i reçues sont datées d'avant l'éruption ; pas u n e ne faisait prévoir l'affreuse nouvelle

»

r

E t M« de Cormont ajoute : « L e désastre est g r a n d , non s e u l e m e n t pour les familles des défunts, mais pour les entreprises commerciales et industrielles et pour l'avenir de la colonie. Se relèvera-t-elle j a m a i s de cette ruine ? L a crise s u c r i è r e , apaisée il y a d e u x a n s , reparaissait plus aiguë : les m a l h e u r e u x épargnés seront achevés par la misère. « Q u i voudra, désormais, se fixer dans ces parages ? Où se feront les transactions ? O ù va-t-on créer u n n o u v e a u port ? C'est à SaintP i e r r e , en effet, que tous les navires v e n a i e n t c h a r g e r ; F o r t - d e F r a n c e n'est pas une r a d e suffisante. C'est la r u i n e , l'anéantissement de la colonie... »


270

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902

Frère Fulbert.

F r è r e F u l b e r t est ancien élève de l'Ecole des beaux-arts de Munich. 11 s'est fait r e l i g i e u x et il arrive de la Martinique. Il raconte q u ' à son départ quelques détails annonçaient déjà le m a l h e u r , si l'on y avait prêté toute l'attention désirable. L e 12 o u le 1 3 m a r s d e r n i e r , j e fus c h a r g é d e p r é v e n i r u n h a b i t a n t q u i devait nous conduire en excursion à la M o n t a g n e P e l é e . Or, celui-ci me dit : « U n p h é n o m è n e c u r i e u x se p r o d u i t e n c e m o m e n t . L e l a c c o m m e n c e à s e « dessécher ! » Malheureusement, une indisposition m'empêcha de partir et je ne pus rien constater par moi-même. U n m o i s p l u s t a r d , l e 1 0 a v r i l , le c u r é d e S a i n t e - P h i l o m è u e , M . l ' a b b é Duffau, v i n t nous voir et n o u s dit : « J e ne sais ce q u e n o u s allons d e v e n i r ; « n o u s sommes empestés par une o d e u r d e soufre depuis q u e l q u e t e m p s . L a « vie e s t i n s u p p o r t a b l e c h e z n o u s . » J e n e p u i s m e f i g u r e r , c o n c l u t le b o n F r è r e , q u e d e c e t t e v i l l e s u p e r b e , de ces belles églises du F o r t , d u Mouillage, d u C e n t r e et de la Consolation, a i n s i q u e d e ces 2 8 0 0 0 h a b i t a n t s , il n e r e s t e p l u s r i e n . C ' e s t h o r r i b l e !

Les s o u s c r i p t i o n s . PREMIÈRE

LISTE

DES

VERSEMENTS

FAITS

AU

COMITÉ

Le ministre des colonies a déjà r e ç u les souscriptions suivantes : MM. E m i l e Loubet, p r é s i d e n t de la R é p u b l i q u e , 20 000 fr. ; Waldeck-Rousseau, 500 fr. 5 Monis, 500 fr. ; Delcassé, 500 fr. ; Caillaux, 500 fr. ; général A n d r é , 500 fr. ; D e L a n e s s a n , 500 fr. ; Georges L e y g u e s , 500 fr. ; B a u d i n , 500 fr. ; J e a n D u p u y , 500 fr. ; Millerand, 500 fr. ; Mougeot, 200 fr. ; A l b e r t Deorais, 500 fr. MM. You, chef du cabinet du ministre des colonies, 100 fr.; Goubeil, chef-adjoint, 50 fr. ; L e m o i n e , sous-chef, 25 fr. ; Fonten e a u , sous-chef, 25 fr. ; Vasselle, directeur des colonies d'Amée

rique. 100 fr. ; M"' Vasselle, 100 fr. ; M. J e a n D e c r a i s , 100 fr. M. C h . - G . Siegfried, 100 fr. ; la B a n q u e d'Algérie, 2 000 fr. ; M. Marc Lafbn, 500 fr. ; l'association chorale la Jeune France,

de

D u n k e r q u e (à la suite d ' u n e audition donnée a u K u r s a a l ) , 300 fr., etc., etc. Cette première liste a produit u n total de 3 0 1 7 0 fr.


JOURNAL D U 1 3 MAI 1 9 0 2

271

Dépêche du « Morning Leader »

U n e dépêche d e New-York a u Morning

Leader annonce que les

j o u r n a u x d e la M a r t i n i q u e publiés a v a n t la catastrophe v i e n n e n t d'arriver a u x E t a t s - U n i s . Ces j o u r n a u x m o n t r e n t q u e le désastre n'était pas e n t i è r e m e n t i n a t t e n d u et q u e , dès le commencement d e la s e m a i n e , on discutait les probabilités d ' u n e éruption volcanique. Il paraîtrait que d e nombreuses familles s'apprêtaient à quitter la ville, mais qu'elles furent r e t e n u e s p a r les fêtes d e l'Ascension. Désastre complet.

Le consul américain d e la Guadeloupe s'est r e n d u à F o r t - d e F r a n c e . Il télégraphie à son gouvernement que le désastre est complet. L e consul américain de Saint-Pierre et sa famille sont morts. Les

condoléances. L o n d r e s , 12 mai.

Chambre des lords. — Lord Ripon d e m a n d e des r e n s e i g n e m e n t s sur la situation à Saint-Vincent et sur celle des colonies françaises, parce qu'il est convaincu que la Chambre partage les sympathies qu'éprouve l'Angleterre pour la F r a n c e et la nation française. (Applaudissements

) W a s h i n g t o n , \ï mai.

L e président Roosevelt a envoyé a u p r é s i d e n t Loubet u n câblog r a m m e pour l u i e x p r i m e r les regrets des Etats Unis au sujet de la catastrophe de S a i n t - P i e r r e . Budapest, \ï mai.

D a n s la séance d e la Chambre des d é p u t é s , a v a n t la discussion de l'ordre d u j o u r , le comte Apponyi, président, prononce les p a roles suivantes : « L a nouvelle d ' u n e catastrophe e x t r ê m e m e n t émouvante à rempli ces jours-ci tous les j o u r n a u x .


272

LA

CATASTROPHE

DU

MOIS

DE

MAI

1902

4 La principale ville d ' u n e des plus florissantes colonies de la F r a n c e a été complètement d é t r u i t e par l'éruption d ' u n volcan. « Cette catastrophe a causé la mort de plusieurs milliers de personnes. « J e suis certain que le c œ u r de tous les hommes se serre à la pensée de cette effroyable calamité.

(Oui!)

« E n raison des sentiments de solidarité et de fraternité qu'ils éprouvent, tous les peuples p r e n d r o n t part au deuil profond et cruel qui frappe la F r a n c e .

(Oui!)

« A n i m é de ces s e n t i m e n t s , j e pense q u e nous devons, n o u s , r e présentants de la nation hongroise, e x p r i m e r la profonde compassion que nous inspire le g r a n d m a l h e u r de la nation française. (Assentiment

général.)

« J e vois que toute l'assemblée s'associe à l'expression de ce v œ u , et, comme les Chambres françaises n e siègent pas en ce m o m e n t , j e prie le gouvernement hongrois de faire parvenir au chef de l'Etat français, et plus t a r d a u x C h a m b r e s , de la façon appropriée à la circonstance, nos vives condoléances. » (Assentiment

gé-

néral.) C o p e n h a g u e , 12 mai.

L a princesse W a l d e m a r de D a n e m a r k a adressé u n appel à la charité de la population danoise pour v e n i r en aide a u x victimes du désastre de la M a r t i n i q u e .

Suède et Norvège.

M. A c k e r m a n n , ministre de S u è d e et de Norvège à Paris, s'est r e n d u au ministère des colonies, où il a remis à M. Decrais u n e somme de 5 000 fr., de la part de S. M. Oscar I I , pour lessinistrés. Sofia, 12 mai.

L e sobranié a chargé 6on b u r e a u d ' e x p r i m e r a u g o u v e r n e m e n t français ses sentiments de compassion et de sympathie à l'occasion d e la catastrophe de S a i n t - P i e r r e .


JOURNAL D U 1 3 MAI

273

1902

P a r l e m e n t d'Italie.

L a Chambre italienne approuve à l'unanimité une proposition de M. Arconati t e n d a n t à transmettre a u président de la Chambre française les condoléances du P a r l e m e n t italien. Francfort. L a r é d a c t i o n e t l ' a d m i n i s t r a t i o n d e l a Gazette

de Francfort

ouvrent une

s o u s c r i p t i o n p u b l i q u e p o u r l ' a l l é g e m e n t de la m i s è r e r é s u l t a n t de la c a t a s trophe .

La Nouvelle-Orléans. M . P a g e n b a k e r , d i r e c t e u r d u Times

Democrat,

à la Nouvelle-Orléans, a

a d r e s s é u n t é l é g r a m m e à l ' a m b a s s a d e u r d e F r a n c e p o u r l u i e x p r i m e r le d é sir q u ' a v a i t t o u t e la p o p u l a t i o n d e la N o u v e l l e - O r l é a n s d ' e n v o y e r des s e c o u r s aux survivants de Saint-Pierre, et pour l'informer qu'une souscription était ouverte d a n s les colonnes de son j o u r n a l . C e t t e s o u s c r i p t i o n a p r o d u i t i m m é diatement 1 000 dollars.

Les c o m m u n a u t é s religieuses à l a Martinique.

Les r e l i g i e u x représentés à la Martinique sont les P è r e s du Saint-Esprit, les Sœurs de Saint-Joseph de C l u n y , de Saint-Paul de Chartres et de la D é l i v r a n d e , possédant à F o r t - d e - F r a n c e et à Saint-Pierre des maisons d'éducation et des résidences importantes. L e s P è r e s du Saint-Esprit avaient à S a i n t - P i e r r e un collège florissant

comprenant 20 professeurs et 200 élèves. Trois Pères seu-

lement résidaient a u Morne-Rouge, comme missionnaires. Les P è r e s d u Saint-Esprit, d e Paris, ont r e ç u u n e dépêche leur annonçant la disparition de leur c o m m u n a u t é , et ils ont également r

appris, de source privée, que le Morne-Rouge ( ) avait été épargné. Les Sœurs de Saint-Joseph de C l u n y avaient quatre établisse1. J u s q u ' à c e t t e d a t e , e n effet, le M o r n e - R o u g e n'avait p a s été é p r o u v é . 11 n e d e v a i t m a l h e u r e u s e m e n t p a s l a r d e r à s u b i r le s o r t d e S a i n t - P i e r r e . Moins d e q u a t r e m o i s a p r è s l ' a n é a n t i s s e m e n t d e la cité c r é o l e , le M o r n e - R o u g e d i s p a r a i s sait s o u s u n e a u t r e t r o m b e v o l c a n i q u e . N o u s a u r o n s o c c a s i o n d ' e n p a r l e r p l u s en détail. SAINT-PIE ItllE-MARTINIQUE

18


274

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

1902

m e n t s , dont u n à la Consolation (Saint-Pierre), u n à F o r t - d e F r a n c e , u n au L a m e n t i n , et un a u t r e , de beaucoup moins important, au Morne-Rouge. Ces divers établissements comptaient plus de 400 élèves et 37 religieuses. Les Sœurs de Saint-Joseph, à Paris, ignoraient encore que le b o u r g du Morne-Rouge avait échappé à la catastrophe, et cette nouvelle a un peu a t t é n u é la douleur qu'elles ont ressentie en r e c e v a n t de la supérieure de leur couvent d e F o r t - d e - F r a n c e u n e dépêche ne contenant que ces simples mots : « C o m m u n a u t é a n é a n t i e . » L a congrégation des Sœurs de Saint-Joseph de Cluny a été établie à la Martinique dans la p r e m i è r e moitié du xix" siècle par sa fondatrice, la T . R . Mère Marie J a v o u h e y . P r e s q u e toutes les religieuses qui enseignaient dans le pensionnat de Saint-Pierre v e n a i e n t de F r a n c e . Aussi est-ce, à la maison de la r u e d'Ulm et à la m a i s o n - m è r e de la r u e M é c h a i n , une succession d e personnes, parentes ou amies, accourant a u x nouvelles. Q u e l q u e s familles ont été déjà avisées du m a l h e u r qui les frappe. D e u x religieuses a p p a r t e n a n t à la maison de S a i n t - P i e r r e , Mère Stéphanie et Mère S a i n t e - L u d g a r d e , a v a i e n t fort

heureusement

quitté la Martinique, pour r e n t r e r en F r a n c e , quelques jours seul e m e n t avant le désastre. Texte du message a m é r i c a i n .

D a n s son message, le président Roosevelt s'exprime en ces termes : « L ' u n e des plus grandes calamités dont l'histoire ait j a m a i s fait mention vient d e frapper l'île voisine d e la M a r t i n i q u e . D a n s sa dépêche, notre c o n s u l , M. A y m é , dit qu'il y a u n besoin u r g e n t de toutes sortes de provisions. Il déclare que la présence de navires de g u e r r e est i m p é r i e u s e m e n t nécessaire pour travailler à l'œuvre du sauvetage et du ravitaillement. « D ' u n a u t r e côté, le g o u v e r n e m e n t français, tout en nous exprimant ses remerciements pour les témoignages de sympathie qu'il a reçus d ' A m é r i q u e , nous informe que F o r t - d e - F r a n c e et la Mar-


JOURNAL

DU

13

MAI

275

1902

t i n i q u e tout entière sont encore en d a n g e r et il nous d e m a n d e , dans le but d e sauver la population du péril si terrible de la famine qui la g u e t t e , d'envoyer aussitôt que possible les moyens de transporter les gens hors d e l'île ainsi éprouvée. « Saint-Vincent et d'autres îles p e u t - ê t r e de cette région sont aussi menacées par la calamité qui a revêtu u n e forme si épouvantable à la M a r t i n i q u e . « J ' a i donné a u x départements de la g u e r r e et du Trésor l'ordre de p r e n d r e , pour secourir ces populations, toutes les mesures à la disposition du pouvoir exécutif. « J e r e c o m m a n d e avec le plus vif empressement à la g é n é reuse considération d u Congrès le cas de ce désastre, qui est sans exemple. « J e propose l'ouverture immédiate d ' u n crédit de 1 0 0 0 0 0 dollars. » Philosophe à bout. — Son p r o b l è m e .

J e n'ai r i e n à dire de ce cataclysme des Antilles. E n présence de pareils phénomènes cosmiques, la p a u v r e bête h u m a i n e n'en m è n e pas large. Ses orgueils philosophiques, scientifiques, artistiques, et les a u t r e s , y sont rabattus d ' u n tel revers de main, q u e rien que d'y songer, on a envie d e d e s c e n d r e h u r l e r dans sa cave. Mais sur quoi alors se dispute-t-on en ce m o n d e ? Pourquoi se hait-on? Pourquoi se b a t - o n ? A u feu, a u feu ! la terre b r û l e . U n e seule réflexion, voulez-vous? P a r m i tous les pasteurs de peuples qui ont adressé à la F r a n c e les témoignages de cette solidarité h u m a i n e , que le vers de T é rence résumait avant l ' E v a n g i l e ,

l'empereur

d'Allemagne

est

arrivé bon p r e m i e r . Q u e nous le devions à la politique, ou non, il n'importe. Cette poignée de m a i n allemande nous est v e n u e tout de suite, chargée m ê m e d ' u n a r g e n t de secours dont l'effigie et la monétisation signent u n antagonisme fondamental d ' i n t é r ê t s , d e lois et d'histoire. Si, à cause d e cet antagonisme, encore frémissant de la lutte de 1870, nous nous trouvions en g u e r r e en ce m o m e n t avec les hommes de race allemande et si la catastrophe de la Mar-


276

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

1902.

t i n i q u e était s u r v e n u e au milieu d ' u n e bataille, le j e u n e chef ennemi nous tendrait-il sa main sanglante et prendrait-il à la caisse de son armée les 1 0 0 0 0 marks qu'il nous envoie, au nom de T é rence ? S'il le faisait, quel p r i n c e serait-ce? S'il n e le faisait p a s , quel homme ? Voilà les p r o b l è m e s , les v r a i s , les s e u l s , qu'il s'agirait

de

résoudre, et les volcans se mettent à nous les poser impérieusement.

6.

JOURNAL

DU

14

MAI

1902

Liste des f o n c t i o n n a i r e s v i c t i m e s de la catastrophe.

M. L h u e r r e a fait p a r v e n i r a u d é p a r t e m e n t des colonies u n e liste des fonctionnaires, officiers, prêtres et religieuses qui, à la d a t e du 11 mai, semblaient avoir disparu dans la catastrophe de Saint-Pierre. Nous avons p u compléter cette liste. L e tableau dressé par M. L h u e r r e , à la d e m a n d e du ministre, comprenait 104 noms, dont d e u x , c e u x de MM. F o n t e i x et Ballandras, i n s t i t u t e u r s , ont été retirés ; mais beaucoup d'autres ont dû y être m a l h e u r e u s e m e n t ajoutés. Liste officielle des f o n c t i o n n a i r e s , officiers, religieuses, prêtres et religieux, v i c t i m e s de la c a t a s t r o p h e d u 8 m a i . I.

Gouvernement.

M . M o u t t e t , g o u v e r n e u r , et s a f e m m e .

II. Conseil

privé.

M. Jules Husson, avocat-avoué.

111. Conseil

général.

MM. Niuet, Nicole, Clavius-Marius, P o n k - T s o n g .


JOURNAL DU 1 4 MAI

IV.

277

1902

Magistrature.

M M . C a r r a u d , p r é s i d e n t ; D a r i u s , p r o c u r e u r de la R é p u b l i q u e ; M i c h e l , juge d'instruction; Maggio-Olivi,

substitut;

G u è z e , greffier;

Desrivaux.

L e h e r , j u g e s d e p a i x ; d e L a v a u , greffier d e l a j u s t i c e d e p a i x .

V.

Trésor.

M M . H o d e b o u r g - D e s b r o s s e s et f a m i l l e ; C h é r u b i n et famille; Boulin et famille ; G l o u m e a u ; D a r s i è r e s ; F o u c h é ; P a u l M o n t o u t ; A n d e r s o n ; L a m b e r t , receveur municipal, et famille.

VI.

Troupes.

M M . G e r b a u l t , l i e u t e n a n t - c o l o n e l , et sa femme ; V e r g o z , médecin-major, et sa femme ; F o u q u e et H e r m a r y , lieutenants d'artillerie ; Marc,

vété-

rinaire.

V I I . Beligieutes M

m e s

Fustch,

mère Théodore,

de Saint-Joseph

mère Marie-Thérèse, assistante;

de

supérieure

Cluny. principale;

Guingand

mère Angèle (Martiniquaise);

mère

Saint-Paul; Ducard, sœur Aglibert ; Ouilbades, sœur Lutrude ; Canonge, s œ u r N i c é p h o r e ; A c h a r d , s œ u r Maxellende; de Signoris, s œ u r S a i n t - J e a n du-Crucifix ; L i é n a r d ,

sœur Louise du D i v i n - C œ u r ;

H é l è n e du C œ u r de J é s u s ;

Espinasse,

sœur

Labouchein,

sœur

Léonie de Saint - Joseph :

B e r n a r d , s œ u r B e r c h m a n s de Saint-Joseph ; T h é z i e r ,

sœur Saint-Pierre ;

Mingaud, sœur E m é r a n ; Chester, sœur Clavérie (Martiniquaise) ; Boisseau, sœur Saint-Adelme (Martiniquaise); Onésime de J é s u s ; Carrette,

s œ u r Nathalie de J é s u s :

sœur Amator ; Gavalda,

s œ u r T h é r è s e de la P r o v i d e n c e ; Les sœurs Ascéliua,

Saint-Primien,

...,

s œ u r Marie d u Ciel.

converses : V é r o n i q u e ,

Domitius,

sœur

sœur Reiue ;

Blandine,

Alphonsine,

Marie Lupicin

et

deux

Christine, postulantes

(Martiniquaises). NOTA.

La

R.

Mère supérieure était Alsacienne, 3 9 ans de profes-

sion ; m è r e T h é o d o r e , o r i g i n a i r e de S a i n t B e n o i t - d e - J o u x ( A u d e ) , 5 5 a n s de profession ; s œ u r s L u t r u d e , Nicéphore, L é o n i e , Reine-Marie, de l'Aveyron, a y a n t r e s p e c t i v e m e n t 2 5 , 2 3 , 6 , 2 2 a n s de profession ; s œ u r E m é r a n , de la T r i n i d a d ; s œ u r A g l i b e r t , de C h â l o n s , 5 2 a n s de profession ; s œ u r S a i n t P i e r r e , d e l a D r ô m e , 5 1 a n s d e p r o f e s s i o n ; s œ u r s S a i n t - J e a n - d u - C r u c i f i x et H é l è n e , de P a r i s , 1 0 , 9 a n s de profession ; s œ u r L o u i s e , de C o m i u e s ( N o r d ) , 9 ans de profession; s œ u r Amator, du Finistère, 2 0 ans de profession.


278

LA CATASTROPHE

VI11. Au MOUILLAGE. —

DU MOIS DE MAI

Clergé

1902

séculier.

M M. L e B r e t o n , c h a n o i n e , c u r é d e la c a t h é d r a l e ;

Houzé et L e Seaux, vicaires. Au CENTRE. — MM. Bertot, c h a n o i n e , curé de S a i n t - E t i e n n e du Centre ; Léchénault, vicaire. Au FORT.

MM. Anquetil,

chanoine,

doyen

de F o r t - S a i n t - P i e r r e ;

B e a u b r u n , vicaire ; de L a Vallée, c h a n o i n e , a n c i e n aumônier du lycée ; Brisedoux, aumônier du lycée et du pensionnat colonial ; Lancelot,

ancien

curé du P r ê c h e u r ; Duffau, c u r é de S a i n t e - P h i l o m è n e . IX.

Clergé

régulier.

P è r e s du S a i n t - E s p r i t et du S a i n t - C œ n r - d e - M a r i e , du séminaire-collège diocésain : BK. P P . L e Gallo, supérieur intérimaire; Fuzier,

Chassagnol,

A c k e r m a n , D e m a e r e l , H u y g h e s , D n r n y , M a r r e r , Schoff, D u b a i l ,

Rappin,

Fiïnault, Frère Joseph. X.

Enseignement

secondaire.

MM. Ricci, proviseur, chef du service de l'instruction publique, et fdmme ; M e h o u a s , c e n s e u r , et famille ; R o z i e r et famille ; Oousté mat) ; M

m e

sa

(écono-

Clarac (lingère) ; MM. A n i a r t et famille ; Morisson et famille ;

C o c h a i n et famille ; R o l l a n d et famille ; C h a p d e l a i u e et famille ; H e r b i n et famille ; A r m a n e t et famille ; D a r i u s ; F o u c h é et famille ; P é e o u et famille ; S a u s s i n e et famille ; L a n d e s ; C. M o u n i e r et famille ; D o z e et famille ; L é o e t f a m i l l e ; d e B e u z e e t f a m i l l e ; B a r r e a u e t s a f e m m e ; D e g e u n e s et f a m i l l e ; Huyghes-Lacour Husson, Lamotte,

et famille;

L e Biez

et famille;

Guillaume

et

famille;

G u i t t o n ; Milia et famille ; Catel et famille ; L i t t é e ; m

D u p u y et famille ; D u p e y r a t et famille ; M ° Q u é n a r d , maîtresse d e la classe enfantine ; MM. Des Vouves. Chadel.

XI. M

m e s

M"

e s

Pensionnat

colonial.

D o z e ; L a g r o s i l l i è r e ; O s e n a t ; de L a v a u . Vautor ; Gitro-Siger ; Lemoine ; Sévère; Gabriel-Charles;

Cazes ;

Zamy ; Morélot ; Tessier; L a u r e ; Hilaire. XII. MM. Quénard,

Instituteurs.

inspecteur primaire ; Boutonuet ; Doignon ; Tombarel ;

Dupuy-Nouillé ; Martial ; Romain ; Siméon ; Illemay ; Emile ; Phélix ; Louis dit Cours ; Berté ; Charlery ; Rosélie ; de S a i n t - L a u r e n t ; Portel ; Elisée ; Bouteuil ; Morélot;

Salef;

Luc;

Gorze ; B e a u b r u n ;

Bombay;

Bomiu ;


JOURNAL

DU 14

MAI

279

1902

Uranie ; Joseph Eugène ; Gratian Labadie ; Hello ; Samson ; Torquéty ; Joseph Elie ; Pousset ; Eleuther ; Salles,

professeur

d'anglais

au

cours

complémentaire. XIII. MM""

1

Institutrices.

Piver ; Degennes ; Hébert-Suffrin ; Eémy ; Bertrand;

Collot :

Lebrave. M"

e s

Voisin ; Desanges ; Meyer ; Vautor ; Valeton ; Dumas ; Bienaimé

Iphate ; Zamy ; Mompéï ; T a r d o n .

XIV.

Gendarmerie.

M M . M a i r e , l i e u t e n a n t ; Grimaldi et M o u r i e r , b r i g a d i e r s ; P a l e t t e ;

Le

Pont-Peire ; Gagnère ; Achard ; Guimon ; Martin ; Chaumont ; Pierson ; J u g u e t ; Vassel ; Valade ; Mengel ; Richard, et leurs familles.

XV.

Presse.

MM. Hurard ; Canque ; Bonneville ; Sully. XVI.

Contributions.

M M . D u b o i s , chef du service ; H o u e l l e m o n t et sa famille ; P i g n i e r et sa famille ; L u c i e n V a l è r e ; C y r ; C l i t a n d r e ; d e L a v a u ; L e B r a v e ; L a n g l é ; Apô ; Flavia ; H e n r y ; Rosal ; Chaisse ; Gaignard ; Sédécias ; Osenat,

con-

trôleur des contributions directes ; A r n a u l d ; de B e u z e ; D é t o u r n e l ; Désert : Jean François ; Darsières ; Privat-Lenogue.

X V I I . Postes

et

téléphones.

MM. Polydore ; Bermeilly ; Auzé ; T h é s é e ; Gaubert ; D o r m i e r ; RosélieBenoit ; Dubousquet ; J e a u Noël ; Victor ; Aristie Ferréol ; D a n t y ; P é t r é gille-Mondor. XVIII.

Banque.

MM. Michon; Préville. X I X . Ponts

et

chaussées.

MM. L é o n c e ; Louilot. XX.

Enregistrement.

MM. L a n e s , conservateur des h y p o t h è q u e s , D e s r i v a u x ; L a c o m b e .


LA CATASTROPHE

280

D U MOIS D E MAI 1 9 0 2

XXI.

Port.

MM. J a g u e n a u d ; Lasper. XXII. MM. Alonzo,

Police.

commissaire; Arnuel, adjudant;

Deslong;

Darquitain :

Caron ; P l a n c h e t t e ; Rustal, brigadier ; Robin ; L o u i s Cyrille ; Veille ; Cayol ;

Bouteille;

Maslet; Cécilia; Orfévry; Marajo;

Arnuel; Reynard : Louisy ;

Caty. XXIII.

Prison.

M M . S a l l e r o n , Suffrin, c o m m i s ; C a y o l , L u b i n , g u i c h e t i e r s . X X I V . Imprimerie

coloniale.

M. Etienne Cléodore. XXV. M . H e n r i W a d d y , officier

Troupes.

d'administration.

X X V I . Secrétariat

général.

M. V i c t o r M é l a n , c o m m i s . XXVII.

Justice.

M. A l f r e d J o a c h i m , h u i s s i e r . XXVIII.

Commissariat.

MM. De S a i n t - C y r ; Cervau, syndic. XXIX. MM.

Douanes

Casadavant ; Sigougne - Latouche ; Boursier;

Aitières ; Beaudu ;

Dubois; Laporte; Ortoli; Deeord; Calonne; Lepelletier-Beaufond; Thorin ; Larade ; Joseph

Edward ; Louis-Félix ; Joilan ; Poupinet ;

Euphrosine ; Gratian ; Rémeau ; Bertrand ; Rémy ;

Modestine-

Quivar ; Bernard ;

Sylvestre ; Boniface ; Louis ; Lefort ; Cayol ; Z a m y ; d'Espinose de L a c a i l lerie ; N o u v e t ; Montlouis ; Delor ; Mala ; Pereire ; Lefranc ; Cotrébil ; R o n é ; G e n t y ; Orlé ; Pierre-Emile ; L i m é r y ; Charles-Hippolytc ; Sidney ; T é a n o r ; Michel ; Marchand ; Daudi ; Virginie ; Xavier ; Marie-Jean Robert ; Gaud ; Germain ; J o u a l a n ; Brival ; Loric ; Castor ; Cologne ; Privât ; Sabel ; Carbeti ; Berger.


JOURNAL

DU 1 4

X X X . Chaloupe

MAI

à

281

1902

vapeur.

MM. Emile Marie-Anne, patron ; Amable Agastor, mécanicien; Yonzine, chauffeur; P r i v â t et L e s n a r d , m a t e l o t s .

Liste des f o n c t i o n n a i r e s . XXXI. Institutrices

: M

m e

Omissions.

B a u c h e t , née P a u l i n e B e r n a r d , directrice de l'école du

P a r n a s s e . E l l e s ' é t a i t r e n d u e , le 8 m a i , à S a i n t - P i e r r e , p o u r r a m e n e r

son

v i e u x p è r e , q u a n d e l l e fut s u r p r i s e p a r l a c a t a s t r o p h e . M. Lacroix.

M . L a c r o i x était c o n d u c t e u r des p o n t s et c h a u s s é e s . N e p o u -

v a n t s u p p o r t e r l e s e n t r a v e s d u f o n c t i o n n a r i s m e , i l se j e t a d a n s

l'industrie

p r i v é e . C'est à lui q u e la c o l o n i e est r e d e v a b l e de l ' é t a b l i s s e m e n t de l a l i g n e t é l é p h o n i q u e q u i s i l l o n n e e n t o u s s e n s l a M a r t i n i q u e . Il a v a i t e n c o r e p o u r v u l a v i l l e d e S a i n t - P i e r r e d ' u n r é s e a u de l u m i è r e é l e c t r i q u e .

L a catastrophe a profondément atteint aussi, dans ses affections et dans ses œ u v r e s , la Congrégation

des sœurs de Saint-Paul

de

Chartres. Ces religieuses hospitalières étaient v e n u e s se fixer à la Martinique en 1817, et là, comme partout où on les rencontre, au J a pon, au T o n k i n , en C h i n e , en Cochinchine, à la G u y a n e , à la G u a d e l o u p e , elles n'ont cessé d ' e x e r c e r l e u r zèle, fait de patriotisme et de d é v o û m e n t sans réserve. A S a i n t - P i e r r e , elles étaient réparties entre les établissements suivants : hôpital 1851, huit sœurs,

militaire,

trois sœurs ; hospice civil,

ouvert en

soignant 250 malades, sous la direction de

A T B a r o n , sœur Sainte- Virginie, qui, après u n ministère d e dix-sept ans à l'hôpital de Saïgon, avait été envoyée a u x Antilles en 1886. L e s sœurs de Saint-Paul prêtaient leurs services au collège diocésain. L a s u p é r i e u r e , sœur Saint-Germain,

s'est consacrée p e n d a n t

quarante-sept ans à cette maison d'éducation. La maison de santé e

comprenait cinq religieuses a y a n t à leur tête .l/'° Blanchet,

sœur

Maria Emile, venue en 1862 à Saint-Pierre, qu'elle n'avait plus quitté. L'ouvroir

des jeunes filles, fondé en 1862, comptait 80 or-

phelines, sous l'administration de M*' Bertholin,

sœur Zoé, avec


282

LA CATASTROPHE

DU MOIS DE MAI

1902.

r

trois autres religieuses. M ' C a r m é n é fut, p e n d a n t les vingt et quelques années de son épiscopat, le plus insigne bienfaiteur d e cette institution charitable. A u lycée, enfin, il y avait deux sœurs s'occupant de la l i n g e r i e . Les autres religieuses de Saint-Paul de Chartres, de la Martiniq u e , que le désastre a épargnées, dirigent les hospices d e la Grand'Anse, de la Trinité,

du Marin,

du Saint-Esprit,

ainsi que les hôpi-

taux de F o r t - d e - F r a n c e .

A M™ M. ...et

ci M ' Ch. P... . 11

A u x B r u y è r e s , f i mai 1902 MESDAMES,

Merci de vos sympathies. L a catastrophe est é p o u v a n t a b l e . L a colonne de vapeurs explosives qui s'est abattue sur la m a l h e u r e u s e cité de Saint-Pierre courait avec u n e vitesse i n i m a g i n a b l e , sur u n e immense étendue. J u g e z si la destruction a dû être prompte. L a ville de S a i n t - P i e r r e était aussi bien et aussi solidement bâtie que la nôtre, mais q u a t r e fois plus g r a n d e et a u t r e m e n t importante pour le commerce, l ' i n d u s t r i e , la fortune, les relations e x t é r i e u r e s . L e s 3 0 0 0 0 ou 35 000 habitants q u ' e l l e

renfermait,

le 8 mai a u matin, ont péri en moins de d e u x ou trois secondes. U n quart

d'heure après l'anéantissement

de ses habitants, la

ville, le port, la rade avec tous ses bâtiments d e v e n a i e n t la proie des flammes et de la volatilisation. Pour accroître l e u r m a l h e u r , des milliers de gens de la banlieue et des bourgs avoisinants avaient envahi Saint P i e r r e . C'est ce qui porte à près de 40 000 le chiffre des m a r t y r s du 8 m a i . L a disparition de la Cité Créole est la r u i n e de la M a r t i n i q u e . C'était la ville d u commerce et des finances, comme F o r t - d e F r a n c e est la ville de g u e r r e et d'administration. L'entrepôt g é n é r a l des approvisionnements, marchandises et denrées des colonies et de l'étranger, était à S a i n t - P i e r r e . S a i n t - P i e r r e renfermait l'élite de la colonie. Il y avait là u n e


JOURXAL DU 1 4 MAI 1 9 0 2

233

société choisie, laborieuse, intelligente, aimant passionnément la F r a n c e et la religion. L a voilà, p a r permission de D i e u , cette opulente cité, effacée depuis six j o u r s du nombre des villes les plus renommées par l e u r hospitalité, l e u r patriotisme et l e u r foi. Cette belle et g é n é r e u s e colonie de la M a r t i n i q u e , qui compte 267 ans de loyaux services r e n d u s à la m è r e - p a t r i e et à la civilisation, n ' a u r a plus, demain p e u t - ê t r e , que la valeur d'un rocher d a n g e r e u x p e r d u dans l'Océan et redouté des navigateurs. CŒUR C R É O L E .

D ' u n p r ê t r e m a r t i n i q u a i s . — Ses i n t e n t i o n s d è s ce j o u r , 14 m a i 1902.

...Il aspire à être le premier volontaire inscrit dans u n e œuvre particulièrement sainte. C'est que beaucoup de fondations perpétuelles de la Martinique é t a n t fatalement détruites par la disparition des q u a t r e paroisses et de toutes les chapelles de S a i n t - P i e r r e , sans parler de plusieurs autres dans le nord de l'île, il se propose d'acquitter j u s q u ' à la fin de ses j o u r s , a u t a n t de fois qu'il le pourra, la messe pour les défunts dont les familles ensevelies, le 8 m a i , avaient voulu p e r p é t u e r la mémoire et hâter la d é l i v r a n c e . Infinies, c'est absolument certain, sont les miséricordes de D i e u , a u t a n t que les secrets de sa providence sont insondables ; la solidarité des âmes chrétiennes n e laisse pas, n é a n m o i n s , croit-il, d'avoir à t e n t e r d'accomplir tout son devoir, avec les moyens dont elle dispose, en dépit des pires catastrophes. A u t r e s i n t é r ê t s de l a c o l o n i e .

Il est question d'évacuer l'île e n t i è r e . Ce serait u n e nouvelle calamité. On n ' a u r a pas à rebâtir S a i n t - P i e r r e ; mais on n e doit pas davantage songer à l'abandon de la M a r t i n i q u e , comme si elle n'était déjà plus q u ' u n récif m a u d i t dans l'Océan. E n t r e le L a mentin et le Robert, à u n i r l'un à l'autre par u n e voie ferrée peu coûteuse, on trouvera pour l'avenir u n nouvel état de choses florissant et le salut pour l'île e n t i è r e .


284

LA CATASTROPHE DU MOIS D E MAI

1902

Idées généreuses.

M. E s c u d i e r , président d u conseil m u n i c i p a l de P a r i s , a écrit à M. de Selves, préfet de la S e i n e , a u sujet d e la souscription organisée en faveur des sinistrés. M. E s c u d i e r fait r e m a r q u e r que beaucoup d'ouvriers n e p o u v a n t disposer que d e sommes minimes seraient p o u r t a n t h e u r e u x de j o i n d r e l e u r obole a u x dons des personnes plus fortunées. L e président du conseil m u n i c i p a l émet l'avis q u e des troncs soient installés dans toutes les mairies pour recevoir les offrandes a n o n y m e s des petits et des h u m b l e s , non moins charitables ni moins patriotiques que les riches. M. d e Selves a parfaitement accueilli les idées généreuses d e M. E s c u d i e r . — E n ce qui concerne le vote d ' u n secours de 2 0 0 0 0 fr., le président et les membres d u b u r e a u font r e m a r q u e r que cette tomme a été votée à titre de provision. L'importance de la souscription définitive sera déterminée à la première séance de la prochaine session. L e conseil p r e n d part officiellement, par l'intermédiaire des membres de son b u r e a u , a u deuil national.

Orphelines.

P l u s i e u r s j e u n e s filles, originaires de la M a r t i n i q u e , font leurs études dans un g r a n d pensionnat de P a r i s . L a directrice n ' a pas encore osé apprendre à ces enfants la catastrophe qui a détruit l e u r ville natale. Ces pauvres j e u n e s filles sont donc dans l'ignorance complète de l'événement, et elles anim e n t encore de l e u r joie l'immense parc a u x grands arbres, où elles p r e n n e n t leur récréation avec leurs compagnes. P o u r quelques-unes d'entre elles, toutefois, plusieurs au moins des êtres qui leur sont chers sont sauvés. Dès les premières pluies de cendres, les chefs de ces familles avaient conduit leurs femmes et leurs enfants à F o r t - d e - F r a n c e ou à S a i n t e - L u c i e , pour revenir eux-mêmes aussitôt à leurs affaires et à la mort.


JOURNAL D U

14

MAI

285

1902

Des prédictions.

Il paraît que, dès 1897 — l'Écho du Merveilleux

l'affirme et

l'aurait publié à cette d a t e , en ses pages 2 8 , 7 1 , 9 1 , 1 0 6 , 156 et 291 — le lendemain de la catastrophe d u bazar de la C h a r i t é , 8

M" Couesdon avait prédit le cataclysme de Saint-Pierre : L a terre va trembler. Écho,

1897, page 28.

J e vois u n e ville s'effondrer et des falaises, à côté, Écho,

s'écrouler. 1897, page 7 1 .

Une secousse est d o n n é e , les m a i s o n s t o m b e n t . Écho,

1897, page 9 1 .

Des volcans éclatent. Écho,

1897, page 106.

Sur un mont très élevé, D e la m e r e n t o u r é . . . L e feu v a p a s s e r . . . L e s hommes vont griller, J ' e n vois des milliers... Écho,

1897, page 156.

Écho,

1897, page 2 9 1 .

Ce s o u l è v e m e n t a u r a lieu à l ' é t r a n g e r .

Marie Martel, u n e voyante de T i l l y , rapporte la Libre

Parole,

aurait dit à la m ê m e époque : U n e a u t r e calamité plus cruelle que celle d u b a z a r de la C h a r i t é n a c e la F r a n c e : ce s e r a u n e c a t a s t r o p h e é p o u v a n t a b l e ,

encore

me-

produite

p a r le f e u , e t o ù il p é r i r a b e a u c o u p p l u s d e m o n d e q u ' à P a r i s .

U n e a u t r e voyante, Louise Polinière, a dit, dans le m ê m e temps, toujours d'après l'Écho du Merveilleux Des h o m m e s v o n t se t o r d r e d a n s les

flammes.

:

U n éboulement doit accom-

p a g n e r ce s i n i s t r e .

D e p u i s longtemps, nos prophétesses avaient cessé de p l a i r e . L a publicité de ces visions leur vaudra-t-elle un regain de popularité ?


286

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI 1 9 0 2 .

Détails s u r l ' h é c a t o m b e h u m a i n e de S a i n t - P i e r r e .

Beaucoup de dépêches et de récits commencent déjà à se r é p é t e r ; il en est qui, avec de légères v a r i a n t e s , font double ou m ê m e triple emploi. On trouve p a r - c i p a r - l à , dans les j o u r n a u x français ou étrangers, quelques détails n o u v e a u x , quelques suppositions plus ou moins j u s t e s , s'ajoutant a u x télégrammes connus. Certains récits des mêmes faits ne concordent pas e x a c t e m e n t ; c'est d'ailleurs chose difficile, dans le cas particulier, puisque les survivants sont dans l'impossibilité de tout dire, vu q u e , dans u n pareil cataclysme, les phénomènes qui se sont produits sont peut-être aussi n o m b r e u x que les victimes de la catastrophe. L a stupeur causée par le terrible désastre des Antilles croît avec la gravité des nouvelles qui arrivent et les récits de

l'affreuse

hécatombe faite p a r le fléau. L ' h o r r e u r des détails dépasse tout ce que l'on savait et ce qu'il était possible de supposer. A u c u n e des p r é c é d e n t e s catastrophes de m ê m e n a t u r e n e p e u t aujourd'hui être comparée avec celle qui vient d'anéantir SaintP i e r r e et les n o m b r e u x villages d u nord de la M a r t i n i q u e , qui a atteint Saint-Vincent et qui menace de s'étendre encore. Les n o u v e l l e s o f f i c i e l l e s .

M. L h u e r r e a fait connaître a u d é p a r t e m e n t des colonies que le périmètre ravagé par l'éruption comprend le Carbet, le P r ê c h e u r , la G r a n d ' R i v i è r e et le Macouba. L a Basse-Pointe se trouve très e n d o m m a g é e . L e Soient a d é b a r q u é à la Martinique le secrétaire colonial des Barbades, trois médecins, des infirmiers et des infirmières de l'hôpital de c a m p a g n e . L e s Barbades envoient aussi 700 barils de v i v r e s , d e la glace et des médicaments. Le d é p a r t des s e c o u r s .

L e ministre de la m a r i n e vient de passer l'ordre à la division


JOURNAL

OU 1 4

MAI

287

1902

des croiseurs de la force navale de l'Atlantique de p r é p a r e r son départ pour les Antilles. Cette division, qui est commandée par le contre-amiral Gourdon, est composée d u Bruix (pavillon du contre-amiral), du Lôme, d u D'Assas

et du

Dupuy-de-

Sureouf.

M. Severo. — Catastrophe du « Pax ».

Le nom de M. Severo mérite de figurer en « nos tombeaux » de la Martinique. Voici ce q u e rappelait M. de la V a u l x , a u cimetière de P a s s y , montrant q u e l noble cœur battait dans la poitrine de l'infortuné aéronaute : Ces jouis d e r n i e r s , j e le v o y a i s , l e v i s a g e r e s p l e n d i s s a n t d e j o i e , à la p e n s é e q u e s o n r ê v e a l l a i t enfin se r é a l i s e r . E t d a n s sa s u p r ê m e b o n t é , l u i q u i s ' é t a i t r u i n é d a n s l a p o u r s u i t e d e s e s p r o j e t s , il escomptait cettes qu'il pourrait aux sinistrés

réaliser

avec ton

P a x pour

en faire

parvenir

déjà le

les

re-

montant

de la Martinique

H é l a s ! u n e c a t a s t r o p h e é p o u v a n t a b l e v e n a i t a n é a n t i r t o u s les desseins de' S e v e r o . L e Pax

s'enflammait à travers les airs, e n t r a î n a n t d a n s u n e hor-

r i b l e m o r t l ' h é r o ï q u e B r é s i l i e n , a i n s i q u e s o n fidèle c o m p a g n o n , le cien

Sache.

mécani-

C o m m e u n e t r a î n é e d e p o u d r e , la terrible nouvelle se r é p a n d a i t

dans le m o n d e entier, et, de tous côtés, des t é m o i g n a g e s de s y m p a t h i e p a r v e n a i e n t à l a v e u v e et a u x s e p t e n f a n t s d e n o t r e m a l h e u r e u x c o l l è g u e

P a r sa pensée charitable, comme aussi par son

imprudence

fatale, l'illustre Severo est d e v e n u l'un des nôtres. Qu'il soit donc pleuré chez nous comme nous pleurons les victimes d e

Saint-

Pierre !

La m o r t de M. M e r w a r t .

P a r m i les victimes du cataclysme du 8 m a i , l'on compte M. P a u l Merwart, peintre du ministère des colonies, artiste fort connu à P a r i s . P a r suite de la mort de sa femme, s u r v e n u e récemm e n t , M. Merwart, très affecté, voulut entreprendre un g r a n d voyage. 11 partit pour la G u y a n e , où son frère, ancien chef adjoint


288

LA CATASTROPHE

DU MOIS DE MAI

1902.

du cabinet de M. Méline, occupe les fonctions de secrétaire g é n é ral. Après u n séjour à C a y e n n e , au cours d u q u e l sa santé fut assez éprouvée, il r e g a g n a i t la F r a n c e . E n passant à la Martinique, il eut l'idée de s'arrêter quelques semaines, tant pour visiter l'île que pour voir M. le g o u v e r n e u r Mouttet, avec lequel il entretenait de très cordiales relations. Il est donc à p r é s u m e r qu'il se trouvait a u x côtés du g o u v e r n e u r à l'heure fatale. Une visite des a u t o r i t é s à Saint-Pierre.

Les autorités qui ont visité Saint-Pierre ont fait les constatations suivantes : Les quais sont enlevés en certains endroits, principalement a u Mouillage. Tout est brisé, comme si u n e trombe avait passé. On relève l'emplacement du Cercle et de l'hôtel des Bains, des douanes et de l'hôpital, où des lits ont été projetés sur un pan de muraille. L e s fers sont tordus. L'accès de la ville est d e v e n u plus facile. L e s décombres ne fument plus et on reconnaît que peu de personnes ont succombé dans les r u e s . E n v i r o n 2 000 cadavres ont été trouvés, p r é s e n t a n t d'affreuses brûlures ; ils sont carbonisés e x t é r i e u r e m e n t ; la plupart ont la face contre t e r r e , les bras en avant ; u n e femme est retrouvée assise sur un sac de farine de manioc intact. A côté d'elle, plusieurs maisons du bord de la m e r ont été détruites par le raz de m a r é e . Le quartier du Centre et celui du F o r t présentent l'aspect d ' u n e mer de cendre. Les mornes environnants sont ravagés : il n ' y existe plus que des tronçons d'arbres, tout a été déraciné ou coupé a u ras du sol. D a n s la c a m p a g n e , on a constaté que la pluie de feu s'est arrêtée à 200 mètres du bourg du Carbet. Les maisons sont presque toutes détruites en cet endroit. Vers l'Anse, certaines d e m e u r e s sont intactes, mais les habitants ont été retrouvés asphyxiés, et l'air était empesté par les cadavres en putréfaction. L e s détails, recueillis sont terrifiants. L e p h é n o m è n e s'est produit avec une telle rapidité que l'on n e p e u t s'en r e n d r e compte.


JOURNAL

DU 1 4 MAI

289

1902

On présume qu'il y a eu u n e poussée énorme de gaz produisant u n e pression atmosphérique considérable, chassant et renversant tout sur son passage. L e feu n'est v e n u qu'après. Les blessures constatées sur certains cadavres i n d i q u e n t bien q u ' u n e pluie d e feu s'est abattue sur la ville. On trouve la p r e u v e de la rapidité avec laquelle le fléau a passé dans ce fait q u ' a u c u n e des victimes survivantes n'est a v e u g l e , bien qu'elles aient les paupières presque e n t i è r e m e n t b r û l é e s . Contrairement à ce qu'on avait dit, il n ' y a pas eu de lave i n c a n descente. D'après u n horticulteur du Morne-Rouge, la m o n t a g n e , à l'instant m ê m e d e la catastrophe, présentait sept points l u m i n e u x . Ce témoin a eu l'impression d'être i n v i n c i b l e m e n t attiré vers le volcan par u n courant d'air. L a m o n t a g n e s'entr'ouvrit et j e t a u n tourbillon de feu sur S a i n t - P i e r r e .

Récits de survivants.

D e u x mécaniciens d u Roraima,

qui sont à l'hôpital de F o r t - d e

F r a n c e , disent que le navire prit feu i m m é d i a t e m e n t après l'explosion du volcan. Ils combattirent l'incendie, puis se m i r e n t à construire u n radeau ; mais, à 3 h e u r e s , ils furent sauvés par le Suchet. U n charpentier du m ê m e n a v i r e raconte que le capitaine, horriblement b r û l é , car il avait aspiré la flamme, a r r a c h a ses v ê t e m e n t s et se j e t a à la m e r . Il se m a i n t i n t à la surface p e n d a n t quelque temps, en s'accrochant à u n cordage, puis il d i s p a r u t .

Naïf récit d ' u n m a t e l o t .

Un matelot du Teresa-Lovico,

J . - L . P r u d e n t , fait ce récit :

Il y e u t d'abord u n b r u i t effrayant e t , a u s s i t ô t a p r è s , u n c y c l o n e d e f u m é e e t de f e u . L a f a m é e é t a i t si t e r r i b l e et si « v é n é n e u s e » q u ' e l l e b r û l a i t p l u s que l e feu. Quand elle atteignait les g e n s , ceux-ci tombaient morts. B i e n t ô t , s u r v i n t u n « n u a g e de feu » e n c o r e p l u s g r a n d q u e le n u a g e d e f u m é e , q u i p o u r t a n t n o u s a v a i t p a r u p l u s g r a n d q u ' u n e m o n t a g n e . Ce f e u a dévoré la ville tout entière. SAINT-PIERR1->MARTI«IQUE

19


290

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

P r è s d e m o i , j e n ' a i a p e r ç u q u e des m o r t s , m a i s s u r la c ô t e j ' a i vu des h o m m e s et d e s f e m m e s q u i c o u r a i e n t i c i e t l à p a r m i l e s flammes. I l s n e c o u r u r e n t p a s l o n g t e m p s . U n e é p o u v a n t a b l e fumée v i n t , et ils t o m b è r e n t c o m m e des mouches. L ' e x p l o s i o n d e f u m é e et c e l l e d e f e u , t o u t a r r i v a e t d i s p a r u t e n t r o i s m i n u t e s , mais la ville b r û l a p e n d a n t trois h e u r e s .

L e mont P e l é est toujours en éruption, et l'on craint de nouveaux malheurs. Arrivée d'un croiseur allemand. F o r t - d e - F r a n c e , 13 m a i .

L e croiseur a l l e m a n d Falke est arrivé ce m a t i n . C'est le premier navire de g u e r r e a l l e m a n d qui touche à la Martinique

depuis

1871. On a passé trois h e u r e s à chercher sans succès les corps du consul d'Angleterre et d e sa famille. On s'étonne que les r e c h e r c h e s faites en v u e d e retrouver les victimes pour les incinérer aient a m e n é la découverte d ' u n si petit nombre de cadavres. Ce fait est d û sans doute à ce que les quartiers les plus p o p u l e u x ont été ensevelis sous u n e épaisse couche de cendres. S e c o n d e l i s t e de s o u s c r i p t i o n .

L a seconde liste de souscriptions est p a r v e n u e au ministère des colonies. Détachons-en les noms d e quelques d o n a t e u r s . L e roi d'Italie, 25 0 0 0 f r . M. Michel E p h r u s s i , 1 0 0 0 0 fr. ; M. J u l e s Rueff, directeur des Messageries fluviales de Cochinchine, 500 fr. ; B a n q u e des consignations, 500 fr. ; marquis et marquise P a u l u c c i de Calboti, 100 fr. ; Magasins du L o u v r e , 1 0 0 0 0 fr. ; M. L é p i n e , 300 fr. ; prince et princesse Murât, 1 000 fr. ; B a n q u e Lazard frères, 1 0 0 0 0 fr. ; TouringC l u b d e F r a n c e , 5 0 0 f r . , M. et M

m e

Picanon, 200 fr. ; etc., e t c . , etc.

L e total de cette seconde liste s'élève à Montant de la liste précédente Total général

68 340 fr. 30170 98 5 1 0 f r .


JOURXAL DU 1 4 MAI

291

1902

Organisation des secours.

L e comité d e secours a u x sinistrés a t e n u sa première s é a n c e , au pavillon de F l o r e , sous la présidence de M. Albei't D e c r a i s . L'assemblée a élu comme vice-présidents MM. Cicéron, s é n a t e u r ; Gérault-Richard, d é p u t é de la G u a d e l o u p e , et D e n i s G u i b e r t ; comme trésorier, M. de L a v e r g n e . L e ministre a proposé tout d'abord d'ouvrir u n e souscription nationale, qui de fait se trouve déjà en train, puisque de n o m b r e u x versements ont été recueillis, et que leur total s'élève à la somme de 98,510 fr. Il est décidé qu'on lancera un appel à toutes les municipalités de F r a n c e . M. B é n a c , d i r e c t e u r a u ministère des finances, désire que les caisses publiques soient autorisées à recevoir les souscriptions. L e s percepteurs et trésoriers les feront ensuite parvenir à la caisse centrale d u Trésor ; de m ê m e , les établissements

financiers

privés

seront priés d e vouloir bien accepter les souscriptions et de les envoyer ensuite à l e u r siège social à P a r i s . M. Guillain, a n c i e n ministre des colonies, v e u t q u e des vivres partent i m m é d i a t e m e n t et M. Chailley-Bert, secrétaire général de l'Union coloniale, d e m a n d e q u ' u n e sous-commission soit chargée d ' e x a m i n e r et d ' é t u d i e r ce qu'il conviendrait d ' e n t r e p r e n d r e en vue d'assurer l'avenir économique d e la colonie. L e ministre r e p r é s e n t e qu'en ce qui concerne les vivres, tout porte à croire que les envois, ordonnés d ' u n e part par le d é p a r t e m e n t il y a quelques semaines, c e u x d'autre part assurés par les navires anglais et a m é r i c a i n s , sont de n a t u r e à suffire

aux

premiers

besoins ; néanmoins, u n câblogramme sera adressé a u g o u v e r n e u r intérimaire de la Martinique pour le p r i e r de faire connaître a u département les ressources dont il dispose et les quantités de provisions à expédier. Q u a n t à l'avenir économique de l'île, l'examen en sera confié, soit a u conseil s u p é r i e u r des colonies, soit à la commission e x é c u toire prise a u sein d u comité et qui c o m p r e n d : MM. G o d i n , s é n a t e u r ; E t i e n n e , d é p u t é ; le s é n a t e u r et les d é -


292

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902

pûtes de la Martinique ; Vasselle, directeur d ' A m é r i q u e au ministère des colonies ; G a b r i é , ancien g o u v e r n e u r de la Martinique ; Couturier, directeur du Crédit foncier colonial ; de L a v e r g n e ; Bougenot et Gradis, négociants ; R o u y , J u n g et E t i e n n e ,

repré-

sentants de la presse p a r i s i e n n e , d é p a r t e m e n t a l e et coloniale. Cette commission siégera chaque j o u r a u ministère et se m e t t r a en relation avec le comité des colonies a p p a r t e n a n t a u x Antilles françaises et résidant en F r a n c e , qui s'est chargé d'être l ' i n t e r m é diaire entre les familles des sinistrés et ladite commission. Un récit d u c o n s u l des États-Unis à la Guadeloupe.

M. A y m é , interviewé, a fait le récit s u i v a n t de la catastrophe d e la Martinique : L ' a u b e du 8 mai a t r o u v é les h a b i t a n t s de S a i n t - P i e r r e éveillés, c o n t e m p l a n t a v e c a n x i é t é le n u a g e é p a i s d o n t s ' e n v e l o p p a i t

le c r a t è r e du

mont

Pelé. P e n d a n t toute la j o u r n é e de la veille, d'épouvantables d é t o n a t i o n s , dont l'écho retentissait de S a i n t - T h o m a s

aux B a r b a d e s , a v a i e n t déchiré l'air ;

ces b r u i t s c e s s è r e n t d a n s la s o i r é e , p o u r faire p l a c e à la c h u t e de c e n d r e s fines

c o m m e de la p l u i e .

L e g o u v e r n e u r s'efforça d e d i s s i p e r l a p a n i q u e e t , d a n s c e b u t , il d é c l a r a que le danger n'augmenterait pas. Il résolut d'envoyer à Saint-Pierre u n d é t a c h e m e n t de troupes p o u r p ê c h e r u n e x o d e g é n é r a l e t se r e n d i t l u i - m ê m e d a n s l a

em-

m a l h e u r e u s e ville

a v e c M""' M o u t t e t . C ' e s t p e u a p r è s q u e l e Roraima

arriva à Saint-Pierre. Ses passagers re-

gardaient tomber la pluie de cendres, q u a n d tout à coup éclata un bruit épouvantable et, parmi de

terribles

décharges

électriques,

un

véritable

c y c l o n e d e f e u e t d e b o u e s u r g i t d u c r a t è r e et s ' a b a t t i t r a p i d e m e n t s u r l a ville et sur la b a i e , où t o u s les n a v i r e s à l ' a n c r e furent d é t r u i t s .

Ce récit confirme, h é l a s ! tous ceux qui nous sont déjà connus. Éruption volcanique sous-marine probable.

Sous ce titre, l'Antigua Standart d u 22 j u i n 1901 avait p u b l i é le rapport suivant, daté d'un an avant la r u i n e d e l'usine G u é r i n . L e c a p i t a i n e J o h n T h o m a s , d e l a g o é l e t t e Kate,

allant de la B a r b a d e à


JOURNAL D U 1 4 MAI

293

1902

A n t i g o a , r a c o n t e q u e le 6 m a i , v e r s m i n u i t , à 3 2 m i l l e s à l ' e s t d e l a p o i n t e sud de la M a r t i n i q u e , p a r u n t e m p s b e a u , u n v e n t s u d - e s t l é g e r , u n e

mer

c a l m e , celle-ci s'éleva t o u t à c o u p a v e c u n e g r a n d e furie, s e m b l a n t se b r i ser s u r des r o c h e r s ; ce p h é n o m è n e c o n t i n u a p e n d a n t q u a t r e h e u r e s , puis les flots d e v i n r e n t s u b i t e m e n t t r a n q u i l l e s . P e n d a n t l a f u r i e , l a g o é l e t t e a b e a u c o u p souffert ; l e s v o i l e s f u r e n t e n d o m m a g é e s p a r le f o r t t a n g a g e e t l a c a b i n e du p o n t fut e m p o r t é e ; il n ' y a v a i t alors n i v e n t ni c o u r a n t a p p r é c i a b l e .

Le

capitaine avait eu la pensée de j e t e r à l'eau la cargaison qui était sur le p o n t , mais il c h a n g e a d'idée en o b s e r v a n t q u ' i l n ' y avait p a s de v e n t ; p o u r c e t t e r a i s o n , il é t a i t i m p o s s i b l e d e d i r i g e r l e b â t i m e n t , q u i n ' o b é i s s a i t p l u s a u g o u v e r n a i l e t n e fit p a s d e c h e m i n p e n d a n t c e s q u a t r e h e u r e s .

Le maire de Bordeaux

à M. le ministre des colonies. Bordeaux.

C'est avec l'émotion l a p l u s g r a n d e et l a d o u l e u r la plus profonde que l a v i l l e d e B o r d e a u x a a p p r i s l ' a f f r e u s e c a t a s t r o p h e q u i p l o n g e d a n s le d e u i l e t d a n s les l a r m e s l a M a r t i n i q u e e t l a F r a n c e . N o t r e c i t é a r e s s e n t i d ' a u t a n t p l u s v i v e m e n t l e m a l h e u r q u i v i e n t de f r a p p e r la p a t r i e , q u e les l i e n s q u i u n i s s e n t é t r o i t e m e n t n o t r e p o r t à l a M a r t i n i q u e d e p u i s l e c o m m e n c e m e n t d u d i x - h u i t i è m e s i è c l e n ' a v a i e n t f a i t q u e se resserrer ; que S a i n t - P i e r r e était en quelque sorte un p r o l o n g e m e n t de notre ville et q u e d e t r o p n o m b r e u s e s familles b o r d e l a i s e s p l e u r e n t l e u r s p a r e n t s disparus. Le

conseil municipal,

interprète des sentiments

d e la p o p u l a t i o n t o u t

e n t i è r e , se j o i n t a u m a i r e d a n s l ' e x p r e s s i o n d e s e s d o u l o u r e u s e s s y m p a t h i e s et m e t à la disposition du c o m i t é d e secours u n e s o m m e de 5 0 0 0 f r .

à titre de

souscription.

Souvenirs d ' u n officier.

D e M. Gaston Jollivet, dans le Gaulois : ... E l l e était bien pittoresque, cette ville de S a i n t - P i e r r e , disait un officier de marine, qui se rappelait les mornes v e r t sombre et les noires silhouettes des nègres t r a n c h a n t sur le blanc de c h a u x des maisons. E t si accueillante ! J ' e n t e n d s encore chanter les naïves romance» en créole avec, pour t h è m e , u n départ d e b a t e a u r e t o u r n a n t en F r a n c e . A d i e u , foulards ; a d i e u , madras !... A d i e u , Saint-Pierre !... A d i e u ! .


294

LA CATASTROPHE D U MOIS DE MAI

1902

... Q u a n t a u x blancs, c'étaient les meilleures gens du m o n d e , ardents pour les belles causes. Combien d'entre e u x , a u lieu de bénéficier de l'exemption d u service militaire qui leur était octroyée, entraient à Saint-Cyr, a u Borda ! Bons catholiques également, ces créoles. J e n'en v e u x q u ' u n e petite p r e u v e à l ' a p p u i . . . La culture d u café ayant dû être a b a n d o n n é e dans l'île, comme insuffisamment r é m u n é r a t r i c e , une petite plantation subsista, que les propriétaires, de père en fils, cultivent et bonifient pour le pape. P i e I X ne buvait que de ce café-là ( ) . . . 1

P a u v r e S a i n t - P i e r r e , des noms de l'ancienne monarchie résonnaient a u x échos de ses v i e u x hôtels, construits à la mode de Louis X I V . Ce n'est pas seulement u n peu de F r a n c e , mais aussi un peu de vieille F r a n c e que la lave a pour toujours enseveli.

Réveil des volcans. — T h é o r i e s des é r u p t i o n s .

On a admis différentes théories relativement à la cause des éruptions volcaniques : les unes basées sur l'existence d ' u n feu souterrain, les autres niant cette supposition. Voici, en quelques mots, les d e u x principales hypothèses. Tout d'abord, on semble bien v e n u à a d m e t t r e q u ' u n e partie d u centre de la terre est composée de matières en fusion. L ' a p p a r e n c e de ce qu'on en extrait prouve qu'il a fallu u n e c h a l e u r considérable pour fondre la plus grande partie de ces matières. On r e n 1. L e café n'abonde plus à la Martinique, c'est vrai ; mais il n'y est pas aussi rare que le souvenir de l'officier du Gaulois le ferait supposer. D e p u i s plus d'un demi-siècle, la Martinique n e produit pas assez de café pour sa propre consommation g é n é r a l e ; elle p o s s è d e n é a n m o i n s de très belles caféières D e p u i s vingt-cinq ans, on r e c o m m e n c e à multiplier çà et là, dans les m o r n e s , les caféiers d'Arabie et c e u x de Libéria. L e Vauclin, la R i v i è r e - P i l o t e , le SaintEsprit, les Trois-Ilets, fournissent le meilleur café du m o n d e , très g o û t é sur place et par suite assez cher, m ô m e à la Martinique. A p e u près s e u l s jusqu'ici, les riches planteurs, les prêtres de la colonie et les officiers p e u v e n t s'en procurer en petites quantités, a v e c certificats d'origine, pour eux et pour leurs amis de France. M" Fava et M' Carméné, M Laure D u c h a m p de Chastaigné et M Laurence Borel, q u e l q u e s autres p e r s o n n e s notables, se faisaient un b o n heur d'envoyer de temps en t e m p s à P i e IX et à L é o n XIII un p e u de délic i e u x café Martinique. Quant à fournir couramment de ce café dans la dernière boutique d'épicerie du moindre h a m e a u de F r a n c e et de Navarre, c'est le s e c r e t du c o m m e r c e , inventif devant l'incommensurable n a ï v e t é des a c h e t e u r s . r

l l c

l l e


JOURNAL DU 1 4

MAI

1902

295

contre, en effet, du v e r r e , du cristal et mille autres sortes de choses qui n'ont pu exister que p a r u n e fusion de silices analogue à ce qu'on obtient artificiellement dans l'industrie. L e s minerais aussi semblent bien avoir été fondus. Si, d'autre part, on p é n è t r e dans la terre à une certaine profondeur, on se r e n d compte q u e , plus on s'enfonce, plus la t e m p é r a t u r e s'élève. L e s sources d'eaux chaudes v i e n n e n t d'ailleurs confirmer ces observations. P o u r ce qui nous occupe spécialement ici, t o u c h a n t les PetitesAntilles, on suppose que l'eau filtre à travers le lit océanien et q u e , lorsqu'elle atteint des rochers en ignition situés en dessous, elle se transforme en v a p e u r et exerce u n e énorme pression sur la croûte solide de la t e r r e . L'effrayant cataclysme qui vient de dévaster u n e partie considérable de la Martinique donne u n terrible regain d'actualité à cette théorie du feu central, et, si l'on considère la distribution géographique des volcans en activité, on voit, à de rares exceptions près, qu'ils sont situés à p e u de distance d e la mer. On est m ê m e en droit d'affirmer, d'une façon générale, que c e u x qui ont fait parler d ' e u x et qui ont acquis u n e retentissante et m e u r t r i è r e notoriété remplissent ces conditions. Tous les volcans éteints a u j o u r d ' h u i , comme les puys

d'Auver-

gne, ont b r u y a m m e n t manifesté j a d i s l e u r activité tant qu'ils se sont trouvés auprès de vastes étendues d'eau, mais lorsque l'émersion des continents les a isolés a u milieu des t e r r e s , ils se sont endormis, ne laissant comme témoins de leur puissance passée que de vastes coulées de lave, dont la lente action des siècles a respecté la stérilité. Partant de ce principe, il semble que l'on p e u t s'expliquer la catastrophe de Saint-Pierre de la façon suivante : 11 y a eu quatre phases dans ce cataclysme : U n e phase préparatoire ; U n e période d'éruption ; L'explosion ; L a phase de répercussion. La phase préparatoire a été caractérisée par des tremblements


296

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

1902

de terre qui ne présentaient rien de bien effrayant, étant données la fréquence de ce p h é n o m è n e , dans le voisinage d ' u n volcan, et la faible a m p l i t u d e de leurs oscillations, qui n ' a v a i e n t occasionné a u c u n dégât dans la région. Mais, malgré leur a p p a r e n t e b é n i g n i t é , ces secousses n ' e n sont pas moins l'origine et la cause des événements qui ont suivi. Ce sont, en effet, ces tremblements de t e r r e anodins, causés p a r des motifs difficiles à définir, qui, en disloquant le fond de la mer, très profonde dans ces p a r a g e s , ont d é t e r m i n é des fissures par lesquelles l'eau a pu p é n é t r e r j u s q u e dans le voisinage des couches ignées. Cette eau a donné naissance à u n e g r a n d e q u a n t i t é de vapeur et provoqué la d e u x i è m e phase, la phase d'éruption. Comprim é e , la v a p e u r , cherchant pour s'échapper les points de moindre résistance, a commencé par déboucher le cratère obstrué. E l l e a fusé par cette o u v e r t u r e , en entraînant des scories, de la t e r r e , des roches i n c a n d e s c e n t e s , qui, poussées par u n e formidable pression, se sont déversées sur les flancs de la m o n t a g n e , tandis q u ' u n épais n u a g e de cendres couvrait les alentours en obscurcissant le ciel. A de pareilles t e m p é r a t u r e s , qui a t t e i g n e n t u n nombre fantastique de degrés, la v a p e u r d'eau se dissocie en ses éléments primitifs et l'hydrogène, en liberté, brûle en projetant hors du cratère des flammes immenses que r e n d éclairantes l'action des sels minéraux. L'oxygène vient ajouter par sa p r é s e n c e comburante à l'élévation de la t e m p é r a t u r e , et les mélanges détonants qui s'enflamment à l'air libre a m è n e n t de violentes commotions qui ébranlent la montagne et les airs. Il se produit aussi, grâce à la décomposition du sel contenu dans l'eau de mer et à l'influence de l'hydrogène, d'énormes quantités d'acide chlorhydrique. L e soufre natif volatilisé forme avec l'hydrogène de l'acide sulfhydrique, et c'est l'action combinée de tous ces éléments qui a provoqué l'explosion foudroyante sur l'infortun é e ville de S a i n t - P i e r r e . L a c h a u d i è r e , i m m e n s e , dont la Montagne P e l é e constituait la soupape, supportait une pression excessive ; les détonations dont elle était le théâtre, se produisant en vase à peu près clos, ébran-


JOURNAL DU 1 4

MAI

1902

297

laient de plus en plus le sol sous-jaeent 5 la pression croissante des gaz agrandissait les

fissures,

et l'eau de mer, se précipitant en

masse au sein des roches en fusion, a déterminé u n b r u s q u e dégag e m e n t de vapeur pour lequal le diamètre d e la cheminée d ' é r u p tion est d e v e n u insuffisant. Les cendres i n c a n d e s c e n t e s , la boue b r û l a n t e formée par le mélange des scories broyées et de la v a p e u r condensée, l'eau bouillante sont d'abord lancées a v e c force ; mais ce n'est pas assez pour la v a p e u r , elle exige de la place pour fuser ; il faut donc qu'elle s'échappe et qu'elle se d é t e n d e , et, alors, ne trouvant pas l'espace nécessaire, elle crève le flanc de la m o n t a g n e . T o u t est renversé p a r la puissance du fléau. Les matières en feu brûlent ce qui a été épargné par le choc d e s t r u c t e u r . Enfin, d'énormes effluves d'acides chlorhydrique et sulfhydrique v i e n n e n t achever l'œuvre de dévastation, en a s p h y x i a n t impitoyablement tous les êtres encore v i v a n t s . P o u r comble d'horreur, la mer, refoulée d'abord par l'explosion, r e v i e n t avec fureur à l'assaut d u rivage dévasté par le feu, et des v a g u e s d ' u n e irrésistible impétuosité b a l a y e n t tout sur leur passage. C'est ainsi qu'a péri Saint-Pierre d e la Martinique, et voilà pourquoi tant de gens désolés pleurent aujourd'hui les êtres aimés à jamais disparus dans le pire cataclysme qu'il soit possible d'imaginer. D e pareilles secousses n e p e u v e n t être p u r e m e n t locales. Elles doivent avoir une répercussion qui s'étend dans u n rayon plus ou moins vaste. Il n'est donc pas téméraire de supposer q u e la r e c r u descence qui se manifeste dans les volcans p e u t v e n i r d e l'ébranl e m e n t profond causé, à la matière ignée qui forme le noyau de notre p l a n è t e , d'abord par les pressions formidables occasionnées par la vaporisation de l'eau de mer, puis par les détonations violentes. Enfin, lors de l'explosion finale, il a dû se p r o d u i r e , par suite de la détente b r u s q u e des gaz, u n e sorte de coup de bélier qui a pu déboucher, par contre-coup, les volcans à demi éteints ou endormis qui se trouvaient d a n s le voisinage et même à des distances qui semblent immenses à qui n e considère pas la colossale puissance des p h é n o m è n e s sismiques.


298

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902.

Puisse cette brève analyse d ' u n e épouvantable catastrophe servir d'enseignement à toutes les villes sises près d'un volcan mal éteint et qui s'endorment dans u n e sécurité trompeuse, a u m u r m u r e berceur des flots caressants ! U n jour, demain p e u t - ê t r e , elles pourraient se voir subitement menacées par le réveil de la m o n t a g n e et rien alors que la fuite n e pourra sauver leurs habitants du sort lamentable de la population de S a i n t - P i e r r e , qui s'est contentée d ' a t t e n d r e avec t e r r e u r la fin du p h é n o m è n e , au lieu de se mettre en sûreté. Q u a n t à la théorie qui n ' a d m e t point l'hypothèse d u feu c e n t r a l , elle pose en principe que les infiltrations d'eau dans le centre de la terre d é t e r m i n e n t des réactions chimiques, lesquelles, a m e n a n t u n e immense chaleur, produisent en fin de compte les éruptions. Mais cette théorie paraît à b e a u c o u p d'esprits j u d i c i e u x par trop impuissante à expliquer les phénomènes géologiques les m i e u x constatés a u j o u r d ' h u i : aussi est-elle à peu près a b a n d o n n é e .

Rivalités s u p e r b e s .

D e plus en plus, à mesure que l ' é t e n d u e d e la dévastation se précise, une douloureuse émotion se manifeste partout, en F r a n c e et dans nos colonies. L a sympathie ne s'est pas, cette fois, bornée à des échanges de télégrammes ; des souscriptions se sont ouvertes ; les dons en n a t u r e et en espèces se multiplient ; des secours arrivent de tous côtés pour soulager a u plus tôt les malheureuses victimes. Plusieurs villes s'inscrivent pour d'assez fortes sommes : Alger, 3 000 fr. ; L a Rochelle, 2 0 0 0 fr. ; L e H a v r e , 5 000 fr. ; Toulon, 1 0 0 0 fr. Marseille, Nantes, D u n k e r q u e , Brest, Cherbourg souscrivent aussi g é n é r e u s e m e n t . Les étrangers rivalisent de charité : la chambre de commerce américaine de Paris donne plus d e 1 2 0 0 0 fr. ; le conseil m u n i c i pal de Berlin, 5 0 0 0 0 fr. ; le conseil législatif de la J a m a ï q u e , 25 000 fr.


JOURNAL

D U 1 5 AU 1 8 MAI

1902

299

L a chambre de commerce d e la capitale a l l e m a n d e adresse un appel a u x négociants de la c i t é . Le g o u v e r n e u r de Saint-Christophe envoie des vivres et 100 livres sterling. Londres.

L e lord-maire a adressé à M. Cambon le télégramme suivant : C'est a v e c l a plu3 p r o f o n d e affliction q u e l e s h a b i t a n t s de L o n d r e s o n t appris la c o n f i r m a t i o n de la c a l a m i t é terrible s u r v e n u e à la M a r t i n i q u e . I l s v o u s p r i e n t d e t r a n s m e t t r e à v o t r e g o u v e r n e m e n t l e u r s profonds

sentiments

de c o r d i a l e s y m p a t h i e . Lisbonne.

M. Santos d e m a n d e à la Chambre de voter des condoléances à la nation française. Bruxelles.

Au Sénat. — « Nous avons appris avec douleur la catastrophe qui a frappé la belle colonie française de la Martinique. A u nom du Sénat et du pays, s'écrie le d u c d'Ursel, j e présente à la métropole l'expression de notre estime et de notre sympathie pour les victimes et les populations éprouvées de la Martinique^ »

7- JOURNAL DU 15 AU 18 MAI A propos des s e n t i m e n t s de la « presse j a u n e » de New-York A u x Bruyères, le 15 mai 1902.

Certains j o u r n a u x ultras (ce q u e l'on appelle la yellow press) accusent l'indifférence du gouvernement français et s'en félicitent, d'ailleurs, disant que cette incurie de l'administration métropolitaine en face des m a l h e u r s de ses colonies fera c e r t a i n e m e n t plus, en faveur de l'annexion future des Antilles françaises a u x E t a t s Unis, que la campagne m e n é e d e p u i s d i x ans dans ces îles par les partisans du pan a m é r i c a n i s m e . Us osent déclarer que les sympa-


300

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI 1 9 0 2

thîes cordiales et les secours rapides, si admirablement choisis, que la Martinique a reçus de New-York, p e n d a n t que le monde officiel, à Paris, ne décommandait m ê m e pas les fêtes de Brest, créeront avant peu à F o r t - d e - F r a n c e un puissant parti annexionniste a m é ricain. A u t a n t d'apathie — cela n'est que trop vrai •— étonne chez nous comme a u x É t a t s - U n i s . E n face de ce désastre q u ' a u c u n t e r m e n e saurait bien caractériser, l'insuffisance des mesures prises p a r l a métropole est notoire. Aussi, beaucoup de F r a n ç a i s s'accordent-ils sur ce point avec les critiques d'outre-mer pour blâmer le ministère, sans restriction aucune. A la première nouvelle de l ' é v é n e m e n t , ce n'est pas seulement le D'Assas,

mais la division de croiseurs r é u n i e à Brest qui aurait

dû, au plus vite, e m b a r q u e r sur ses q u a t r e bâtiments des vivres, des médicaments, des habits et du campement, avec u n e section d'infirmiers et des compagnies d u g é n i e et d'infanterie coloniale. L a g r a n d e charité des É t a t s - U n i s envers la Martinique est a u dessus de toute louange, sans e x c l u r e , de la part de certains sages de W a s h i n g t o n , des idées de politique et de m e r c a n t i l i s m e . L ' A m é rique sait, en effet, qu'elle gagnera beaucoup dans l'esprit des habitants des Antilles à se m o n t r e r libérale et prompte à l'action bienfaisante. Cet esprit étant celui des Antilles elles-mêmes, on s'imagine sans beaucoup d'effort ce q u e pensent les colons et nos r i v a u x étrangers des procédés du g o u v e r n e m e n t français, de ses lenteurs et de sa froideur. Q u a n t a u point de v u e le plus intéressant pour le patriotisme, qu'on se rassure. A b a n d o n n é e s à leur sort, comme elles l'ont été h a b i t u e l l e m e n t de la part d e la F r a n c e , les Antilles n e laisseront point p o u r t a n t de t e n i r h a u t le culte de l'honneur et de la fidélité a u d r a p e a u n a t i o n a l . L a Martinique, en particulier, est é m i n e m m e n t française ; elle a vécu, elle a combattu, elle a souffert pour la F r a n c e et souvent par la France,

elle

est toujours sortie d e ses luttes et de ses épreuves junior et vegetior, plus j e u n e et plus florissante, inviolable dans son patriotisme. Les Anglais en savent q u e l q u e chose, si, e n F r a n c e , on l'ignore. On l'ignore, en effet. A p r e u v e q u e , hier, pas plus t a r d , j ' e n -


J O U R N A L D U 1 5 AU 1 8 MAI

1902

301

tendais de la bouche d ' u n homme instruit ce court r é s u m é historiq u e , par lequel son a u t e u r croyait avoir tout dit sur la question martiniquaise : « D e s nègres, la Martinique ! » L a Martinique a des nègres, oui, de ions nègres. E l l e en compte 1 3 0 0 0 0 environ, sur une population totale de 2 1 0 0 0 0 âmes : tous ces nègres-là sont des citoyens français civilisés ! L a Martinique possède aussi 65 000 mulâtres, e n t r e p r e n a n t s , intelligents, avides de progrès et de libertés, occupant d e belles situations comme propriétaires, i n d u s t r i e l s , négociants, médecins, avocats, professeurs, magistrats, officiers s u p é r i e u r s , prêtres, financiers, fonctionnaires. L a Martinique, enfin, renferme environ 15 000 blancs, créoles, E u r o p é e n s ou A m é r i c a i n s , formant u n e société distinguée, telle qu'il n'est pas commun d'en rencontrer d a n s les petites villes de la métropole. Car, sans m a n q u e r de déférence à personne ni de respect à la v é r i t é , j ' o s e dire que F o r t - d e - F r a n c e , avec ses 1 0 0 0 ou 1 5 0 0 blancs et ses 14 000 noirs et hommes de couleur, et S a i n t - P i e r r e , avec sa population blanche variant de 2 000 à 3 000 âmes et sa classe de couleur ou noire composée de 24 000 à 25 000 hommes, valent bien, à tous égards, sans en excepter auc u n e , nos villes de province peuplées c e p e n d a n t dans l e u r intégralité d'éléments blancs. . . . Mais j e d e m a n d e pardon. J e m'oublie à parler encore a u présent d e c e u x qui n'ont pas besoin d'être défendus. Il faut bon gré mal gré se faire a u c a u c h e m a r q u i tue l'esprit, depuis le 8 m a i , et parler a u passé : S a i n t - P i e r r e n'existe plus et sa population presque e n t i è r e a disparu ! D u moins, j ' a i été fidèle à dire ce qui était et ce qui subsistera toujours, en partie, à F o r t - d e - F r a n c e , a u L a m e n t i n , à la T r i n i t é , au Saint-Esprit et dans le reste de la colonie, blessée a u plus intime de son être. E t , l'ayant dit, j e me sens à l'aise, malgré l'indignation que j ' é prouve à la pensée de ce que j ' e n t e n d a i s d e la bouche de cet homme, u n b l a n c , u n F r a n ç a i s de vieille roche, riche à millions (dans lesquels u n e l a r g e part, fruit des accaparements et des trusts, ne rappelle pas trop mal les agissements des négriers a u temps de l'esclavage), qui avait mis à la quête un louis et q u i , se croyant


302

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI 1 9 0 2 .

quitte, après une si grosse offrande, daignait ajouter en guise d'oraison funèbre : « Des nègres, la M a r t i n i q u e ! » Ces « nègres », il y a longtemps, pour la première fois, qu'ils se sont battus en d é f e n d a n t la F r a n c e contre l'Anglais et qu'ils l'ont chassé. Ces « nègres », il y a quelques a n : ées encore, lors des dernières g r a n d e s inondations du Midi, votaient 1 0 0 0 0 0 fr. pour les sinistrés. E t , de pareils actes, depuis des siècles, ces « nègres » sont coutumiers. CŒUR CRÉOLE.

Mesures

d'ordre.

P o u r éviter les abus qui résulteraient de l'encombrement d e s vivres, M. Decrais a invité le g o u v e r n e u r à veiller à ce q u e les distributions de toute n a t u r e soient faites avec discernement, de façon à satisfaire a u x besoins sans inciter les travailleurs à déserter les usines et les habitations. E n outre, M. L h u e r r e doit p r e n d r e des dispositions pour procurer du travail et des moyens de v i v r e à la population du nord réfugiée dans l'arrondissement de F o r t - d e France. Récit é m o u v a n t d e M . A l b e r t . A u x Bruyères, le 16 mai 1902.

U n de mes bons amis, M. Victor Albert, actuellement à Portd ' E s p a g n e , et, avant la catastrophe, en résidence au pied d u volcan, dans le quartier d u P r ê c h e u r , a fait ce récit des phénomènes du 8 mai : « L a Montagne P e l é e avait déjà donné des signes d'activité, mais nous ne pensions pas qu'il pût s'agir d'autre chose q u e d ' u n e éruption de flammes et de vapeurs comme il y e n avait eu précédemment. « L e 8 au matin, j ' é t a i s de bonne h e u r e dans les champs. L e sol frémissait, non comme dans les t r e m b l e m e n t s de t e r r e , mais comme si des luttes terribles se livraient dans les flancs de la m o n t a g n e .


JOURNAL

303

DU 1 5 AU 1 8 MAI 1 9 0 2

« J e fus frappé d e s t u p e u r . Sans pouvoir m ' e x p l i q u e r pourquoi, il m'était impossible d e crier. Tout à coup, le mont P e l é parut frissonner et une sorte de gémissement sortit d u c r a t è r e . « L'air semblait mort. J e fus assourdi p a r u n bruit atroce et formidable. J e m'imaginai que tout se brisait. U n e l u e u r plus a v e u g l a n t e q u ' u n éclair se produisit et j e restai cloué a u sol. « A ce moment, u n n u a g e qui s'était formé a u sommet d u mont Pelé s'abattait littéralement s u r S a i n t - P i e r r e , et avec une rapidité telle, qu'il aurait été impossible à qui que ce fût d e s'échapper. « P u i s , de violentes explosions retentirent, tandis que des lueurs traversaient, à intervalles réguliers, les intenses ténèbres. O n e û t dit q u e toutes les m a r i n e s d u monde se livraient u n combat d e Titans. « Q u a n d j ' e u s recouvré l'exercice de mes facultés, j e courus j u s q u e chez moi et j e partis pour F o r t - d e - F r a n c e , p a r u n petit v a p e u r , avec toute m a famille. « J ' a i su depuis q u e le premier n u a g e tombé s u r Saint-Pierre ne contenait pas d e feu, mais u n gaz lourd semblable a u grisou, qui doit avoir asphyxié tous c e u x q u i l'ont respiré. »

Un t a b l e a u d e s g r a n d e s c a t a s t r o p h e s l e s p l u s m é m o r a b l e s de l ' h i s t o i r e d e l a p a u v r e h u m a n i t é .

79. H e r c u l a n u m et Pompéi 1667. Schemakha, a u Caucase 1692. Port-Royal ( J a m a ï q u e )

5 0 0 0 0 morts. 80 000 — 3 000

100000

1693. E n Sicile, Catane ensevelie, 5 4 villes et 300 villages dévastés 1703. Destruction complète de Yédo

210 000 —

1731. Shinen-Hoa, a u nord de P é k i n

120000

18000

1746. A u P é r o u , L i m a et Callao 1751. E n H a ï t i , P o r t - a u - P r i n c e 1755. D a n s l'Equateur, Anito

3 000 — 5000

1755. Lisbonne

50 000 —

1797. A u x A n d e s p é r u v i e n n e s et colombiennes .

40000

1812. Caracas

12 000 —


304

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1842. Cap-Haïtien 1868. Aréquipa, I q u i q u e , T a c u a ( P é r o u ) . 1883. Krakatoa 1902. Montagne Pelée,

1902.

4 000 morts. . . .

Saint-Pierre

20000

35 0 0 0

40 0 0 0

Triste consolation de lire dans ce tableau que le cataclysme de la cité créole ne vient q u ' a u sixième ou septième r a n g , parmi les grands désastres qui ont affligé l'univers !

Écho d'une causerie scientifique. Peut-on conjurer, peut-on même véritablement prévoir une

catastrophe

v o l c a n i q u e ? Non. — Mais, quelquefois, n ' y a-t-il p a s des prévisions qui dev i e n n e n t d e s q u a s i - c e r t i t u d e s d e d a n g e r g r a v e ? 11 s e m b l e q u e l e c a s s ' e s t p r é s e n t é p o u r S a i n t - P i e r r e , d a n s les p r e m i e r s j o u r s de m a i , m a l g r é les assertions contraires des savants convoqués par M. Mouttet. D ' a u t r e s savants ont mieux raisonné q u ' e u x . Ce sont ces derniers qu'il faudra écouter. N o u s en reparlerons. A u x B r u y è r e s , le 17 m a i 1902.

Confirmation d e toutes les dépêches des jours p r é c é d e n t s , du 9 au 17 m a i , à part u n p r e m i e r d é m e n t i à l ' u n e d'entre elles : 1. L e g o u v e r n e u r d e l a M a r t i n i q u e a v i s e le m i n i s t r e d e s c o l o n i e s d e la disparition complète,

au

milieu des ruines de Saint-Pierre, des

papiers

p u b l i c s , é t a t c i v i l , a r c h i v e s j u d i c i a i r e s , d u n o t a r i a t e t d e s h y p o t h è q u e s do l'arrondissement. Les mesures à prendre sont promises au ministère pour la reconstitution d e c e s d o c u m e n t s , d a n s le p l u s b r e f d é l a i p o s s i b l e , a u m o y e n d e s d u p l i c a t a centralisés aux archives du département. 2 . L e v e n t p o u s s e v e r s le n o r d l a f u m é e e t l e s m a t i è r e s r e j e t é e s p a r le v o l c a n , facilitant ainsi la t â " h e des t r a v a i l l e u r s , p a r m i les d é c o m b r e s de la cité.

.

.

.

3. Une bataille rangée a dû être soutenue par la troupe contre un ramassis de voleurs v e n u s on ne sait d'où. L a population de F o r t - d e - F r a n c o a v o u l u faire u n m a u v a i s p a r t i a u x b r i g a n d s a r r ê t é s et on a e u t o u t e s les p e i n e s d u m o n d e à les p r o t é g e r c o n t r e les violences de la foule. 4 . U n e r é v o l t e , d i t - o n , c o u v e d a n s le n o r d d e l ' î l e , p a r s u i t e d e c h ô m a g e . Les ouvriers réclament de l'argent q u a n d même aux g é r a n t s

des habita-

tions et aux directeurs des usines. L e s h a b i t a n t s n e p e u v e n t p o u r t a n t

pas


JOURNAL DU 1 5 AU 1 8 MAI

305

1902

se r e n d r e m a î t r e s a b s o l u s d e s é v é n e m e n t s n i s e m e r l ' o r à p o i g n é e s ,

comme

autrefois, puisqu'ils m a n q u e n t

ait

de f o n d s , q u e l q u e s m e s u r e s

qu'on

pu

p r e n d r e j u s q u ' i c i , en face des i n c e r t i t u d e s d u l e n d e m a i n . 5.

L o n d r e s , 16 m a i .

Les j o u r n a u x publient la dépêche suivante d e Saint-Thomas, 15 mai : « L e c o n s u l d e F r a n c e , r e t o u r d e l a M a r t i n i q u e , o ù il s ' é t a i t r e n d u d è s l a p r e m i è r e nouvelle d e la c a t a s t r o p h e , d é m e n t q u e le g o u v e r n e u r de la colonie ait e m p ê c h é l a p o p u l a t i o n d e S a i n t - P i e r r e d e q u i t t e r la ville. » 11 e s t f o r t à c r a i n d r e q u e c e d é m e n t i n e s o i t p a s r e ç u d u p u b l i c .

L'affir-

m a t i o n c o n t r a i r e , quelle q u ' e n soit la v a l e u r , a déjà fait son c h e m i n d a n s le m o n d e e n t i e r a v e c u n v o l r a p i d e ; l a n é g a t i o n , e l l e , c h e m i n e r a b o i t e u s e . A u fond, n i l a n é g a t i v e , n i l'affirmative n e s o n t a b s o l u m e n t v r a i e s . Ce l ' e s t d a v a n t a g e , c ' e s t q u ' i l y a eu quelque par

les élections

et dicté

au gouverneur

science d'un Richelieu ou d'un

par

chose de très les agents

regrettable

du ministère.

qui causé

L a con-

C o l b e r t s e r a i t a u s u p p l i c e p a r m i de

tels

m a l h e u r s ; m a i s l e s R i c h e l i e u e t les C o l b e r t o n t d e n o s j o u r s d e s s u c c e s s e u r s qui ne s'inquiètent pas de les remplacer. O n e s t m i n i s t r e p o u r s o i , e n c e s t e m p s n o u v e a u x , o ù n o u s a v o n s le b o n h e u r d e v i v r e s o u s d e s pavillons couvrent guère la plus

grande

administrées,

que France,

contentes

de liberté,

d'égalité,

de fraternité

qui ne

d e m a u v a i s e s m a r c h a n d i s e s ; m a i s être ministre mère

et maîtresse

de leur sort,

de colonies

florissantes,

pour sagement

c e l a n e se v o i t p l u s d u t o u t !

6. L e 1 5 , de 10 h e u r e s à 11 h e u r e s du soir, le volcan a l a n c é d ' é n o r m e s éclairs, visibles de F o r t - d e - F r a n c e . L e 16, d'épais nuages aux lueurs sanglantes, sillonnés d'éclairs, venant de l a M o n t a g n e P e l é e , o n t s e m é l a p a n i q u e a u L o r r a i n , a u M a r i g o t , à S a i n t e Marie et j u s q u ' à l a T r i n i t é , où u n e a b o n d a n t e pluie de cendres a a c c o m p a g n é le p h é n o m è n e , p e n d a n t u n e v i n g t a i n e d e m i n u t e s . 7. Voici que les sentiments exprimés u n p e u plus h a u t éclatent t e n a n t p a r t o u t . D u 1 5 m a i , o n é c r i t à VÉclair

main-

:

« On a i m e r a i t de lire d a n s les j o u r n a u x m o i n s de d é t a i l s sur les n a v i r e s qui p o r t e n t M. L o u b e t en R u s s i e et u n p e u p l u s sur ceux q u i d e v r a i e n t être e n r o u t e p o u r l a M a r t i n i q u e a v e c d e s v i v r e s et d e s m é d i c a m e n t s . « Si la r é p u b l i q u e des E t a t s - U n i s est seule à d o n n e r des secours p r o m p t s e t s é r i e u x a u x p o p u l a t i o n s d e s A n t i l l e s , e l l e n ' a u r a p a s g r a n d ' p e i n e à se les annexer. » L'Éclair

ajoute : « Ce q u e dit cette lettre, t o u t le m o n d e l'a

pensé.

L ' é p o u v a n t a b l e c a t a s t r o p h e d e l a M a r t i n i q u e a c a u s é si p e u d ' é m o t i o n p a t r i o t i q u e d a n s n o s s p h è r e s officielles allusion d a n s les deux

ou trois

SAINT-PIEIÏRE-MARTIKIQ.UE

que M. Loubet

discours

n'y a pas même

fait

adressés aux municipalités

sur

20


306

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902

s a r o u t e . D e s a c t e s u t i l e s , e n l a c i r c o n s t a n c e , e u s s e n t , il e s t v r a i , a v a n t a g e u s e m e n t r e m p l a c é l e s p h r a s e s é m u e s ; m a i s d ' a c t e s il n ' y e n a p a s eu b e a u c o u p plus q u e de paroles. U n navire est parti d i m a n c h e ,

emportant

5 0 0 0 0 0 fr. d ' o r e t u n e c o m m i s s i o n d e f o n c t i o n n a i r e s . O n a n n o n c e , e n o u t r e , que l'escadre de l ' A t l a n t i q u e p r e n d ses dispositions de d é p a r t ; mais on n e d i t p a s c e q u ' e l l e e m p o r t e . E t q u a n d a r r i v e r a - t - e l l e ? V r a i m e n t , l'effort

na-

t i o n a l p a r a î t b i e n m i n c e , s u r t o u t q u a n d o n le c o m p a r e à c e l u i d e s é t r a n g e r s . » On ne r é p é t e r a j a m a i s assez et on n ' a d m i r e r a j a m a i s t r o p c o m b i e n les Américains ont été superbes d'élan et d'esprit pratique. Quelles raisons nous empêchaient d'en faire a u t a n t ? Notre parcimonie et n o t r e l e n t e u r é t a b l i s s e n t u n f â c h e u x c o n t r a s t e a v e c la g é n é r o s i t é q u e d ' a u t r e s o n t m o n t r é e . U n e s o u s c r i p t i o n n a t i o n a l e v i e n t d ' ê t r e o u v e r t e ; il e s t j u s t e d e reconnaître qu'elle a produit en quelques jours d'importants résultats. voici q u e les m u n i c i p a l i t é s e n t r e n t en l i g n e . M a i s , là e n c o r e , la

Et

comparai-

son avec l'étranger nous honore médiocrement. L e b u r e a u du conseil m u n i c i p a l d e P a r i s a d o n n é 2 0 0 0 0 f r . ; le c o n s e i l m u n i c i p a l d e B e r l i n e n

avait

voté 50 000 du premier coup. E t p u i s , e s t - c e s u r l'effort d e l a c h a r i t é p r i v é e q u ' o n d o i t c o m p t e r , e n p r é s e n c e d ' u n d é s a s t r e d o n t les p r o p o r t i o n s d é p a s s e n t t o u t ce q u e l'histoire a vu j u s q u ' à

nos j o u r s ?

C'est au p a y s ,

au pays tout

entier, qu'incombe

d ' a b o r d le d e v o i r d e r é p a r e r d e p a r e i l l e s r u i n e s e t d ' e n c o u r a g e r l e s c o l o n s . Pourquoi l'Etat n'est-il pas intervenu tout de suite? L'absence du P a r l e m e n t n ' e s t p a s u n e e x c u s e : il y a d e s p r é c é d e n t s q u i , p o u r l e s c a s d ' u r g e n c e , p e r m e t t e n t d e d e v a n c e r le v o t e d e s C h a m b r e s . U n e e x p l i c a t i o n s ' i m p o s e : si le T r é s o r n ' a r i e n d o n n é , c ' e s t q u ' i l e s t à s e c ; l e s é l e c t i o n s l ' o n t vidé. Toutefois, u n e ressource demeure : qu'on s'adresse

à la Banque

de

F r a n c e . Elle p e u t b i e n prêter au g o u v e r n e m e n t p o u r s o u l a g e r la détresse de n o s c o m p a t r i o t e s des Antilles

E l l e a su se m o n t r e r d a n s d ' a u t r e s o c -

c a s i o n s , où la c a u s e , certes, n ' é t a i t p a s populaire c o m m e

8.

JOURNAL

DU

1 8 MAI

Une l e t t r e d u D

r

aujourd'hui.

1902

Pichevin.

D ' u n e lettre de M. Pichevin, m é d e c i n à P a r i s et créole de la M a r t i n i q u e , nous extrayons les lignes suivantes : L ' é p o u v a n t a b l e c a t a s t r o p h e d u 8 m a i , q u i p l o n g e t a n t d e f a m i l l e s d a n s le deuil et d a n s la m i s è r e , a p r o d u i t u n e sorte de s t u p e u r d a n s t o u s les r a n g s de la société martiniquaise établie à Paris.


J O U R N A L D U 1 8 MAI

307

1902

L e d é s a s t r e e s t si g r a n d e t si g é n é r a l q u e l a s o u r c e d e s l a r m e s

semble

t a r i e . Si n o m b r e u s e s q u e soient les v i c t i m e s d a n s c h a q u e famille, on n e se s e n t p a s l a f o r c e d ' e x h a l e r s a d o u l e u r , d e c r a i n t e d ' a u g m e n t e r c e l l e d e s a u t r e s , si c r u e l l e m e n t é p r o u v é s . U n immense et superbe élan de charité s'est manifesté avec u n e

sponta-

n é i t é a d m i r a b l e d a n s l e n o u v e a u m o n d e e t s u r le c o n t i n e n t e u r o p é e n . L ' a c t e de solidarité q u i est en v o i e d e s ' a c c o m p l i r a réussi à abaisser n o s frontières et m ê m e à f a i r e b a t t r e à l ' u n i s s o n d e s c œ u r s si p r o f o n d é m e n t s é p a r é s . C ' e s t p o u r l e s M a r t i n i q u a i s r é s i d a n t à P a r i s u n s o u l a g e m e n t à l e u r p r o f o n d e affliction que de sentir l'universelle compassion et l ' h u m a i n e pitié pour les morts et p o u r l e s s u r v i v a n t s . D e différents côtés s u r g i s s e n t de g é n é r e u s e s initiatives. L'objectif est de v e n i r e n i.ide a u x v i c t i m e s d u c a t a c l y s m e q u i s ' e s t a b a t t u s u r S a i n t - P i e r r e . On veut organiser sans retard des représentations diverses, des fêtes,

des

ventes de charité. L e p a t r o n a g e des comités martiniquais a été sollicité. N e vous semble-t-il pas que les blessures sont trop r é c e n t e s p o u r

qu'il

soit possible à des créoles de s'associer à des m a n i f e s t a t i o n s inspirées

sans

doute p a r la c h a r i t é , mais q u i c o n t r a s t e n t singulièrement avec leur deuil ? L e d é n o m b r e m e n t des morts n'est pas fait. L e d o u t e et l'anxiété

étreignent

encore bien des coeurs. C o m m e n t p e n s e r a u x fêtes ? . . . D e m a l h e u r e u x c r é o l e s v o n t se t r o u v e r s a n s r e s s o u r c e s e t s a n s a p p u i , après la distribution des p r e m i e r s secours. Il faudra vivre et travailler, d a n s des conditions désespérantes. Q u e ceux qui p e u v e n t disposer de p l a c e s , d e s i t u a t i o n s se fassent c o n n a î t r e . Il y a u r a bien des infortunes à soulager. U n comité de p a t r o n a g e a été créé. S o n b u t est d e m e t t r e l'influence d e s h o m m e s d e coeur a u s e r v i c e des m a l heureux qui ne d e m a n d e n t q u ' à lutter contre l'adversité. L e concours des b o n n e s volontés est nécessaire p o u r assurer l'avenir d ' h o m m e s et de femmes qui veulent travailler p o u r g a g n e r leur vie. Deux Parisiennes, dont les noms méritent d'être inscrits en lettres

d'or

d a n s les a n n a l e s coloniales, sont v e n u e s déjà r é c l a m e r d e u x o r p h e l i n s qu'elles voudraient élever. Elles désirent garder l'anonymat. N'est-ce pas réconfortant ? J e termine p a r un v œ u . Il semble nécessaire d ' e n v o y e r à la

Martinique

u n e c o m m i s s i o n f o r m é e d ' h o m m e s c o m p é t e n t s p o u r é t u d i e r l a g é o l o g i e si mal c o n n u e de ce p a y s , l ' é t a t é c o n o m i q u e , les modifications a p p o r t é e s a u sol p a r le réveil terrible d e la M o n t a g n e P e l é e , à l'ombre d e l a q u e l l e

tant

d e g é n é r a t i o n s o n t v é c u e t d o r m i t r a n q u i l l e m e n t d e p u i s le j o u r o ù l e F o r t d e S a i n t - P i e r r e fut c o n s t r u i t . Différents problèmes d'importance considérable se posent pour

l'avenir

d e l a M a r t i n i q u e . L e s s o l u t i o n s , si é l é g a n t e s e t s i r a p i d e s q u ' o n l e s d o n n e , ne p e u v e n t

pas être adoptées d'une façon inconsidérée. L a science

doit


308

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

être i n t e r r o g é e . E l l e r é p o n d r a d a n s la l i m i t e de ses m o y e n s . L e s

humaines

prévisions basées sur l'histoire, l'expérience, seront prises en considération. I l n e f a u t p a s q u ' u n e a u t r e v i l l e b â t i e a u p i e d d u v o l c a n se t r o u v e

dans

quelques années sous la cendre. Veuillez agréer, etc.

D

R

E.

P.CHEVIN.

Grave q u e s t i o n . OU

CONVIENT-IL

DE

D É V E L O P P E R DE

LA

LE

N O U V E A U

M A R T I N I Q U E

C E N T R E

COMMERCIAL

?

D e s idées pratiques, des actes utiles, u n g é n é r e u x concours, un dévouement absolu, voilà ce qu'il faut m e t t r e , pour longtemps, a u service de l'infortunée colonie. Pour mon humble part, y a y a n t dépensé les plus belles a n n é e s de ma v i e , j e la connais et j e l'aime, cette perle de nos Antilles, qui ressemble tant à la métropole, dont elle possède toutes les qualités. L a b e u r , bravoure, hospitalité, patience infatigable, héroïsme, toutes ces v e r t u s , avec le plus fidèle et le plus éclatant amour de la m è r e - p a t r i e , font la gloire d e la race créole. S a i n t - P i e r r e , nous l'avons dit déjà, en était le t y p e parfait. Saint-Pierre a cessé d'exister et ne saurait revivre au pied de la Montagne. Tous y sont morts ; tout y a péri, le cœur aimant, l'esprit remarquable, l'immense fortune de cette cité commerçante, zélatrice du progrès et de l'instruction, très attachée a u catholicisme et à toutes les institutions de la F r a n c e . F o r t - d e - F r a n c e est et doit rester ce que nous savons : place de g u e r r e de premier o r d r e , ville d'administration, port d'attache a u x Antilles d e la Compagnie générale transatlantique. C'est assez. Tout agrandissement qu'on y r ê v e r a , a u t r e que celui de ses chantiers de construction, de son superbe bassin de radoub et de ses forts, deviendra un d a n g e r redoutable, u n e m e n a c e p e r m a n e n t e , pour la défense de l'île en cas de g u e r r e . F o r t - d e - F r a n c e bloqué par u n e escadre a m é r i c a i n e , par u n e flotte anglaise ou par les forces combinées de l'Allemagne et de l'Italie, que d e v i e n d r a i e n t les commerçants de la ville ? Q u e ferait-


J O U R N A L D U 1 8 MAI

309

1902

oncles 15 000 ou 2 0 0 0 0 bouches i n u t i l e s ? Comment vivrait et comment résisterait avec avantage le reste de la colonie ? E t qu'estce que la métropole pourrait bien opposer d'invincible puissance à la conquête é t r a n g è r e ? L a G u e r r e , la M a r i n e , et le département des colonies doivent donc, à tout p r i x , pour le bien national, pour la sauvegarde d e l'île et dans l'intérêt même d e F o r t - d e - F r a n c e , s'opposer à ce que cette place, pour laquelle t a n t de millions ont été dépensés en ces dernières a n n é e s , brigue la succession de Saint-Pierre comme ville de c o m m e r c e ; car ce serait là un m a l h e u r bientôt irréparable, si l'on n ' y prête attention ; ce serait u n misérable guêpier et un gouffre sans fond pour des capitaux qu'il n'est pas difficile d'utiliser mieux ailleurs. Surtout, qu'on n e laisse point, sous le couvert doré de la philanthropie, le commerce américain devenir prépondérant à F o r t - d e - F r a n c e . Caveant consules ! Dès la moindre b a g a r r e e n t r e trois ou quatre de nos soldats et quelques matelots y a n k e e s , les c a r g o - b o a t s de N e w - Y o r k seraient p r o m p t e m e n t suivis, sinon flanqués, de cuirassés formidables, et la Martinique cesserait d'être fille de France pour d e v e n i r la petite sœur de Porto-Rico et de C u b a . Qu'il me soit permis d e n ' ê t r e pas non plus u n c h a l e u r e u x partisan d ' u n développement excessif de la T r i n i t é , à cause de ses raz de marée fréquents et pleins de trahisons. E n faveur de la restauration nécessaire d u commerce de l'île, il convient plutôt d e j e t e r le dévolu sur cette partie centrale de la Martinique qui relie le L a m e n t i n a u Robert, peu distants l'un de l'autre, et y assure d a n s les d e u x m e r s , — sur l'océan Atlantiq u e , le Robert, dans la m e r Caraïbe, le L a m e n t i n — un système u n i q u e de protection, de défense et de ravitaillement, qui permettrait à F o r t - d e - F r a n c e de répondre seul, avec succès, a u x attaques de toutes les flottes d u m o n d e ou d ' a t t e n d r e , sans impatience et sans péril, les secours de la métropole. Les Anglais,

leur histoire

et la nôtre l'attestent, estiment, autant que je puis le faire ce système incomparable

moi-même,

de sauvegarde de la colonie. L e Robert pos-

sède u n havre magnifique. Q u a n t a u L a m e n t i n , sur le canal du m ê m e nom, auprès d ' u n e baie immense et paisible, avec u n vaste réseau de voies ferrées servant à l'exploitation d'une centaine de


310

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902

grandes habitations sucrières et de d e u x usines centrales, d e u x belles r i v i è r e s , u n e plaine f e r t i l e , des mornes très r i c h e s , des plantations à perte de v u e , de n o m b r e u x domaines vivriers, des r h u m m e r i e s , une population r u r a l e de 9 000 â m e s , u n bourg, déjà très commerçant, de 2 500 habitants, c'est, de vieille d a t e , ce que la colonie possède de meilleur et de plus h o n n ê t e , après SaintP i e r r e , a u triple point de v u e agricole, commercial et industriel. J e n'ignore pas q u e , j u s q u ' i c i , les bourgs du L a m e n t i n et d u Robert n e sont pas les plus sains de l'île, quoiqu'ils a i e n t déjà gagné immensément sous ce rapport, dans les t r e n t e d e r n i è r e s a n n é e s , et que les fièvres p a l u d é e n n e s n ' y soient g u è r e plus à r e douter qu'ailleurs. L e u r complet assainissement, d u reste, ne constitue pas u n problème difficile à r é s o u d r e . J e sais bien aussi q u e , pour être de b e a u c o u p plus sûr en tout temps que la r a d e d e S a i n t - P i e r r e , le Cohé du L a m e n t i n n e remplacera cependant pas celle-ci, sans exiger quelques t r a v a u x qui permettent à tous les navires indistinctement d'y m a n œ u v r e r à l'aise. Souvenons-nous, à ce propos, que la r a d e de Saint-Pierre était très d a n g e r e u s e pour les voiliers, q u i s'y mouvaient péniblement et devaient s'embosser en r a n g s serrés les uns à côté des a u t r e s . Saint-Pierre n e donnait asile qu'à des bâtiments d ' u n faible tonnage. L'infériorité actuelle du L a m e n t i n n'est donc pas g r a n d e , puisque tous les voiliers p e u v e n t y j e t e r l'ancre en de n o m b r e u x endroits et, sans avoir jamais à se presser, d é c h a r g e r leurs cargaisons dans des chalands à l'entrée du canal ou sur les wagons du morne Cabrit. L e réseau des voies ferrées a u service des usines Soudon et L a r e i n t y et des habitations sucrières qui s'y rattachent relie déjà maintenant le L a m e n t i n a u Robert, a u Saint-Esprit et au François. Ce réseau (il en v a u t certes bien la dépense, quelle qu'elle puisse être) devrait être mis sur un tel pied q u e , soit par le L a m e n t i n , soit par le Robert, le ravitaillement g é n é r a l et les transports des denrées s'opèrent avec promptitude dans toutes les communes de l'île. P o u r l ' h e u r e u x avenir de la Martinique, le Cohé du L a m e n t i n et le havre du Robert, avec leurs bourgs respectifs unis l'un à l'autre par u n e voie ferrée de 14 kilomètres d e longueur, doivent


J O U R N A L DU 1 8 MAI 1 9 0 2

311

donc, croyons-nous, remplir le p r e m i e r rôle dans les reconstitutions et les progrès à réaliser sans retard dans la colonie. L a T r i n i t é , malgré sa magnificence et sa fertilité, le F r a n ç o i s , le Vauclin et le Marin, très importants aussi ou aptes à le d e v e n i r , ne pourront cependant jamais offrir ensemble a u t a n t d'avantages que ceux dont la n a t u r e et les t r a v a u x de nos devanciers ont doté les d e u x riches communes d u Lamentin et d u Robert, si capables de p r e n d r e i m m é d i a t e m e n t la suite de la place B e r t i n et de relever g l o r i e u s e m e n t le nom de S a i n t - P i e r r e (').

CŒUR C R É O L E .

Le havre de l a T r i n i t é est d a n g e r e u x .

Sans donner a u x notes q u i vont suivre u n e importance e x a g é r é e , elles p e r m e t t e n t c e p e n d a n t d'établir q u e , m ê m e par b e a u temps, le havre de la IVinité est d a n g e r e u x . C'est à la T r i n i t é , et la seulement, dans l'étendue du golfe du Mexique, q u e la fameuse catastrophe de Lisbonne donna elle-même, dans u n e perturbation soudaine, très a l a r m a n t e , de promptes nouvelles de ce qui venait de s'accomplir à 1 8 0 0 lieues d e l à . 1. D e p u i s le jour où nous tracions c e s lignes, e n 1902, u n progrès d e s plus heureux nous a offert d'autres facilités d e communication é c o n o m i q u e entre l e Lamentin et le Robert et, de c e s deux localités, entre l e s c o m m u n e s du sud et celles du nord. N o u s voulons parler d e l'invention du colonel Renard. Le train Renard ayant t'ait aujourd'hui s e s p r e u v e s , semble-t-il, nous pourrons peut-être, sans le secours des voies ferrées existantes et sans la création d'aucune voie nouvelle, transporter d e s v o y a g e u r s et d e s marchandises sur t o u t e s n o s routes coloniales. A u n e machine relativement faible c e l t e invention transmet instantanément la puissance suffisante pour actionner u n train, la force motrice d e la première voilure passant directement a u x roues de chaque w a g o n successif, qui devient moteur pour s o n propre c o m p t e . F i x e à l'arrière, mobile à l'avant, le s y s t è m e d e s attelages de chaque v é h i c u l e répète tour à tour e n c h a c u n e d e s voitures du convoi le m o u v e m e n t de d i r e c tion d e s s i n é par la tête de ligne. D e u x premiers essais concluants ayant permis de constater q u e le train Renard est apte à rendre l e s s e r v i c e s incalculables qu'on attend d e lui, u n e e x p é r i e n c e définitive à é t é t e n t é e , e n 1903, a v e c huit voitures d'une longueur de 40 m è t r e s et d u poids de 20 t o n n e s m e n é e s par u n e automobile pesant 1 tonne et d e m i e s e u l e m e n t . Le train Renard sera u n e d e s premières c o n q u ê t e s d u x x s i è c l e et l'un des plus é m i n e n t s s e r v i c e s rendus à n o s colonies et à u n e multitude d e pays p r e s q u e séparés d u reste du m o n d e jusqu'à présent. E n c e qui n o u s c o n c e r n e , à la Martinique, hâtons-nous d'améliorer n o s routes, on les consolidant et l e s élargissant u n p e u , ç à et là, pour aussitôt y faire rouler le train n o u v e a u . Ce sera la fortune pour de nombreux quartiers de l'île. e


312

Le 1

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI 1 9 0 2 e r

novembre 1755, à 2 h e u r e s après m i d i , par u n temps

calme, écrivait M. S i d n e y D a n e y , la m e r , à la T r i n i t é , se mit à monter, sans agitation a p p a r e n t e , par la seule crue de ses e a u x . E l l e parvint ainsi à 2 pieds au-dessus de son niveau ordinaire -, puis, se repliant avec r a p i d i t é , elle laissa à sec la moitié environ de l'espace compris entre le rivage et le mouillage des b a t e a u x . Ce spectacle étrange attira la population sur la plage et les nègres, aussi imprévoyants que h a r d i s , en apercevant une g r a n d e quantité de poissons dans ce lit desséché, s'y précipitèrent pour les saisir. Mais la m e r r e v e n a n t bientôt en couvrit plusieurs qui faillirent se noyer. L'Océan par trois fois recommença le m ê m e mouvement. L e s maisons et les magasins qui bordaient le rivage furent inondés et les d e n r é e s p e r d u e s ou avariées. E n montant, la m e r se déchargeait dans la petite rivière l ' E p i n e t t e qui vient déboucher à l'extrémité du b o u r g . Elle mettait un quart d ' h e u r e à monter et à descendre. 11 n'y avait pas alors de paquebots transatlantiques ni d e câbles. Trois mois seulement après ce que nous venons de rappeler, un navire de Marseille confirma en détail la nouvelle, déjà arrivée par la voie é t r a n g è r e , q u ' u n tremblement de terre avait a n é a n t i la moitié de la ville de Lisbonne, le 1

e r

n o v e m b r e , entre 9 et 10 heures

du matin. L a concordance de date des d e u x é v é n e m e n t s du Portugal et de la Martinique fit penser que le p h é n o m è n e de la T r i n i t é n ' é t a i t q u ' u n e conséquence de l'épouvantable catastrophe, dont la violence n'avait mis que quelques heures pour traverser un espace de près de 2 000 lieues et se manifester à la Caravelle, sans que le reste de la colonie ni a u c u n e a u t r e île des Antilles en ressentissent le moindre effet. N'oublions pas d'ailleurs ces données scientifiques, aussi habilem e n t établies que possible, s a v o i r : le bassin de la mer Caraïbe, avec ses d e u x zones volcaniques d e l'Amérique centrale et des Petites-Antilles, r e p r é s e n t e la partie la plus active d ' u n des grands systèmes de la t e r r e . C'est, en effet, le centre du parcours du gulfstream qui, partant du pôle sud, côtoie les rivages de l'Australie, du midi d e l'Asie, de l'Afrique orientale et occidentale, du Brésil,


JOURNAL

D U 1 8 MAI

313

1902

de la G u y a n e , pour venir puiser entre les volcans du centre a m é ricain et des îles Caraïbes cette puissance bienfaisante dans l'univers qui le signale, entre la Floride et les B a h a m a s , comme le r é g é n é r a t e u r fécond des contrées froides du nord. D a n s ces évolutions sous-marines, la M a r t i n i q u e , sise sur la grande fissure de la croûte t e r r e s t r e , est u n des points les plus importants du globe, avec sa Montagne Pelée, ses pitons du Carbet, son volcan du Vauclin et celui de la P l a i n e , enfin avec son courant de la T r i n i t é , courant transatlantique, sujet à de fréquentes agitations sous-marines, soudé par surcroît a u x volcans de l'île et relié à ceux des autres Antilles. Il serait donc téméraire de se fier au petit port de la Trinité pour la sécurité p e r m a n e n t e des navires. Un j o u r , la T r i n i t é peut avoir un sort comparable à celui de Lisbonne et de Saint-Pierre ; c'est même fort à craindre, car sa position topographique, à nulle autre pareille sur la surface du g l o b e , semble la prédestiner, comme la Cité Créole, à une mort violente.

Une e x c u r s i o n à la Caravelle en

1876.

Sainte-Marie, 8 novembre 1876.

...... R i e n ne faisait prévoir la violence du raz de marée que nous venons de subir. P a r m a l h e u r , cela se présente assez souvent ici, entre la presqu'île de la Caravelle et l'îlet de Sainte-Marie. Nous nous étions embarqués à la Trinité, vers 9 heures d u matin, dans la chaloupe le Vigilant, patron Cara, u n loup de mer, ayant à bord trois rameurs qui luttaient à l'envi pour doubler la Caravelle jusqu'au Phare. J'avais d o n n é passage à MM. du Chastel et Freyssinet, au frère Odilon et à trois domestiques. D ' a u t r e s excursionnistes, avec quatre valets et cinq c h e v a u x , devaient nous rejoindre entre la vieille église de la Tartane et la T a b l e - a u - D i a b l e , du côté de la pointe Caracoli. L a mer était tranquille et le ciel resplendissant ; c e p e n d a n t , la passe des canots nous fut i n t e r d i t e . Nous dûmes g a g n e r le large, entre l'îlet et la p r e s q u ' î l e , pour atterrir au bois de Galbas. U n e autre chaloupe, sortie avant nous d u F o r t , ne crut pas de-


314

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

voir dépasser Beauséjour

1902

: elle accosta, a y a n t à peine

franchi

2 milles. Nous envoyâmes u n messager à la r e c h e r c h e de nos compagnons. Des h a u t e u r s de la Caravelle, ils s'étaient imaginé q u e nous % courions u n d a n g e r sérieux et ils n ' a v a i e n t pas cru possible notre débarquement. Ils étaient déjà d'avis de rebrousser c h e m i n , quand notre envoyé parvint a u milieu d ' e u x . Avant m i d i , nous nous retrouvions tous ensemble. A 2 heures et d e m i e , après plusieurs explorations, nous d û m e s songer au retour. On délibéra. L e conseil du plus sage était que personne n e reprît la m e r . « Nos raz de marée sont pleins de trahisons », disait M. d u C h a s t e l . I l allait être 3 heures et il fallait que j e fusse à Sainte-Marie pour 5 h e u r e s . Mais voilà que les uns et les a u t r e s , c e u x m ê m e s à qui j ' a v a i s , le m a t i n , p r ê t é mes c h e v a u x , se disent aussi pressés que moi. P o u r en finir, j ' a b a n d o n n e mes montures à qui les v e u t , après avoir interrogé le patron : « Vous êtes père de famille, lui dis-je ; vous tenez à la v i e ; que pensez-vous de l'état de la m e r ? » — « Voici u n e embellie, répondit-il ; j e crois pouvoir passer, mais j e n e prends pas sur moi d ' e n c o u r a g e r a u c u n de vous à m e suivre. » Ces paroles de Cara n ' i n t i m i d a n t personne, j e me j e t t e le premier dans la chaloupe. Mon domestique de confiance me suit. D e u x amis font de m ê m e . Nos a u t r e s compagnons, sans mot d i r e , attend e n t sur la plage que nous ayons franchi le p r e m i e r banc de récifs. Nous filons d'abord sans obstacle. Nous traversons sans osciller u n fort brisant. Nous voilà en pleine m e r . C'était l'heure solennelle du raz d e m a r é e , qui grondait sourdem e n t dans les bas-fonds, depuis le m a t i n , sous u n ciel p u r et u n e t e m p é r a t u r e délicieuse. Tout à coup, les vagues mugissent comme des c h a u d i è r e s bouillantes. Les flots s'entassent et s'enroulent avec f u r i e ; ils ressemblent bientôt à des montagnes qui se renversent avec fracas les u n e s sur les' a u t r e s . P a u v r e b a r q u e , p a u v r e coquille de noix ! Q u e faire ? P a r moments, nous apercevons au loin, vers l'îlet Sainte-Marie, les


JOURNAL D U 1 8 MAI 1 9 0 2

315

gros navires chassant sur leurs ancres, t a n g u a n t et m e n a ç a n t de couler à pic. L e s mornes et les falaises d u B s z a u d i n , de la petite Rivière-Salée, du P é r o u , des Ezzes et du P a i n - d e - S u c r e , trouvent en cet Océan impitoyable l e u r parfaite image. Toutes les déchirures les plus pittoresques d e la terre sont reproduites par cette m e r démontée, q u ' u n soleil r a d i e u x i l l u m i n e . Nous avons tout p e r d u en u n clin d'oeil : gouvernail, rames, agrès, bagages, m a n t e a u x et couvertures. L a chaloupe est pleine d'eau. Nous sommes tour à tour soulevés comme un grain d e sable, ou emportés comme un brin d e paille, ou plongés comme u n e épave dans des gouffres b é a n t s , ou encore balayés, à tribord, par une grosse lame qui nous r e n v e r s e et redressés, à bâbord, p a r u n e autre lame plus formidable qui nous recouvre et qui se brise en des millions de gerbes é c u m a n t e s . Nous subissons ces fureurs du raz de m a r é e p e n d a n t plus de trois quarts d ' h e u r e , dix mille quarts de seconde, dont un seul pouvait être fatal à l'infortunée chaloupe le Vigilant

et a u x m a l h e u -

r e u x qui la montaient. D a n s son épouvante, u n des r a m e u r s de Cara, u n sourd-muet, articula, pour la première fois de sa vie, quelques syllabes que nous ne comprîmes pas, mais qui disaient assez sa t e r r e u r ! . . . Enfin, à 4 h e u r e s , nous étions sauvés, par la grâce de D i e u , versés que nous venions d'être soudain, par les courants contraires, dans u n fort courant favorable, qui nous j e t a assez d o u c e m e n t à la côte, où la population de la T r i n i t é , a n x i e u s e , a y a n t assisté de loin a u d r a m e de notre détresse, nous accueillit, sans prononcer u n e seule parole, mais en levant les bras a u ciel pour le r e m e r c i e r de notre s a l u t . . . J e n'insiste pas. Ces raz de marée d e la T r i n i t é que, la plupart d u temps, rien ne fait prévoir, s u r v e n a n t tout à coup sous un ciel éblouissant, alors que la nature e x u b é r a n t e des Antilles p r ê t e le plus à la j o i e , n e sauraient inspirer u n e confiance aveugle a u x armateurs consciencieux, qui n ' o n t pas toujours à leur disposition de v i e u x navires prêts à être brisés sur les récifs. CŒUR CRÉOLE.


CHAPITRE II

DU LE DERNIER

9.

19

MAI

COURRIER

JOURNAL

DU

AU DE

19

25 SAINT-PIERRE

MAI

1902

A r r i v é e d u « S a i n t - G e r m a i n ».

L e dernier paquebot français qui ait fait escale à Saint-Pierre est arrivé à P a u i l l a c , le 17 mai, avec 175 passagers. Ce transatlantique, le Saint-Germain,

eut du mal de p r e n d r e son mouillage, le

4 mai, t a n t le volcan lançait de cendres et de boules de feu sur la cité créole et sur la r a d e . A u départ, la pluie d e cendres l'accomp a g n a encore l o n g t e m p s . A son a r r i v é e à la G u a d e l o u p e , il en était couvert. L e s passagers n'ont pu apprendre la catastrophe qu'en touchant à Santander. L ' u n d ' e u x , d é p u t é des Antilles, M. Gerville-Réache, fut r e ç u au débarcadère par le chef du service colonial à B o r d e a u x , à qui le ministre avait adressé ce télégramme : Chef du cabinet du ministre des colonies a chef de service

colonial,

Bordeaux. M . le m i n i s t r e v o u s p r i e d ' a l l e r e n s o n n o m a u d e v a n t d e M . le d é p u t é G e r v i l l e - R é a c h e , q u i d o i t d é b a r q u e r a u j o u r d ' h u i à B o r d e a u x , v e n a n t de la G u a d e l o u p e , et de lui e x p r i m e r ses p r o f o n d e s c o n d o l é a n c e s à l'occasion d e l a p e r t e c r u e l l e q u ' i l v i e n t d ' é p r o u v e r e n l a p e r s o n n e d e s o n fils, d i s p a r u d a n s l a c a t a s t r o p h e d e S a i n t - P i e r r e . V e u i l l e z l u i e x p r i m e r a u s s i m a v i v e et cordiale sympathie.

Q u a n d le représentant de la Guadeloupe s'embarquait à la Pointe-à-Pitre, le 5 m a i , les cendres étaient encore visibles sur le


JOURNAL D U 1 9 MAI

317

1902

pont du n a v i r e . M. Grerville-Réache sut alors q u ' e l l e s provenaient d'une éruption de la M o n t a g n e Pelée ; mais les passagers, embarqués la veille à S a i n t - P i e r r e , n e manifestant point d ' i n q u i é t u d e , lui-même ne songea pas à s'émouvoir, quoique sachant son fils chez M. K n i g h t , le s é n a t e u r de la M a r t i n i q u e . C o r r e s p o n d a n c e arrivée par le « S a i n t - G e r m a i n » et reçue aux B r u y è r e s , le 1 9 m a i .

Mon courrier d e la Martinique, correspondances et j o u r n a u x du 19 avril au 4 m a i , m'arrive ce m a t i n , 1 9 . Sous les plis d ' u n e lettre de M

m e

Camoin, j e trouve « quelques

pincées de cendres prises au flanc de la montagne,

après l'éruption

d u 25 avril, qui n'en avait alors semé q u ' a u x alentours du P r ê cheur ». J e reçois aussi u n flacon d'autres cendres, ramassées par M

rae

Camoin elle-même sur le b u r e a u où elle m'écrivait, rue Sainte-

Marguerite, a u Mouillage. P r e s q u e tous les passagers du Saint-Germain

et la p l u p a r t des

lettres apportées par ce packet r é p a n d e n t partout en F r a n c e de ces cendres du mont P e l é . On écrit de Marseille : « M. Bourdillon a montré un sachet de c e n d r e s . C'est une poussière impalpable, d'un gris b l e u t é , avec une très légère odeur d e soufre. » J ' a i feuilleté mes j o u r n a u x pour connaître e x a c t e m e n t où en était la politique à l'heure m ê m e des premières épouvantes causées par le volcan. L e m i e u x est de n ' e n pas dresser le bulletin ni m ê m e de se livrer à a u c u n e réflexion à cet égard. L e désastre est assez complet pour que nous n e nous en laissions pas distraire.

LE

VOLCAN

Les é m o t i o n s au Prêcheur et à Saint-Pierre.

L e 25 avril, u n habitant vivrier d u P r ê c h e u r écrivait ces lignes : U n p h é n o m è n e curieux nous a surpris. D e p u i s plus de trois mois, on sentait dans le quartier u n e odeur infecte, qui, peu à peu, inquiéta tout

le


318

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

1902

m o n d e . O n finit p a r r e c o n n a î t r e q u e l a s o u f r i è r e s ' é t a i t r e m i s e e n a c t i v i t é . L e malaise s'accentuait et n o u s plongeait d a n s la frayeur. racontèrent alors à profusion,

Les

anciens

et n o n sans exagérer b e a u c o u p sans doute,

ce q u ' i l s s a v a i e n t de l ' é r u p t i o n d e 1 8 5 1 . L e mercredi, 2 3 , vers 8 h e u r e s du m a t i n , u n e secousse assez forte de t r e m b l e m e n t d e t e r r e n o u s fit s u r s a u t e r . Aujourd'hui,

2 5 , à la même h e u r e , le t e m p s s'assombrissait.

comme u n e éclipse, accompagnée d'un sourd grondement,

Il y

eut

et comme

des

coups de foudre é c l a t a n t au milieu d ' u n e t e m p ê t e et a u g m e n t a n t à mesure q u e le c i e l s ' o b s c u r c i s s a i t

davantage.

T o u t à c o u p , o n p e r ç u t u n b r u i t p a r e i l à c e l u i d ' u n o b u s se b r i s a n t e n m o r c e a u x . L e ciel, p a r endroits, paraissait en feu. L ' o n voyait t o m b e r u n e p l u i e , fine e t b l a n c h e , d e c e n d r e s q u e l e v o l c a n v o m i s s a i t s u r l a G r a n d e S a v a n e , l e G r a n d - F o n d s , le B o i s - L é z a r d e t le G r o s - M o r n e . C e t t e

cendre

é t a i t si é p a i s s e q u e , à d e u x m è t r e s d e d i s t a n c e , n u l n e p o u v a i t se

recon-

i) a î t r e . L e s h a b i t a n t s p r e n n e n t alors leurs enfants et leurs biens les plus précieux. Ils courent, à droite, à g a u c h e , comme des gens frappés

d'aveuglement.

Ils p r i e n t , ils g é m i s s e n t , ils c r i e n t , ils p l e u r e n t et d e m a n d e n t d u secours aux voisins, consternés comme eux. L a pluie de cendres dura environ deux heures. J e v o u l u s , a v e c c i n q ou six de mes a m i s , t e n t e r d e r e c o n n a î t r e l ' e m p l a c e m e n t e x a c t d e l a f o u r n a i s e , a u x flancs d e l a m o n t a g n e ; m a i s n o u s

fûmes

b i e n t ô t chassés p a r u n e fumée semblable à celle des h a u t s f o u r n e a u x . L e ciel r e s t e s o m b r e et c a l m e . A 10 h e u r e s du soir, nouvelle secousse de t r e m b l e m e n t de t e r r e . C o m m e l a s o u f r i è r e f u m e i n c e s s a m m e n t , il y a g r a n d e f r a y e u r a u s e i n d e la p o p u l a t i o n .

Notre v o l c a n .

Sous ce titre, les Antilles du 30,avril consacrent plusieurs colonnes à des considérations scientifiques ou simplement curieuses. On n e se doutait g u è r e q u e , à cette m ê m e h e u r e , il se faisait déjà tard pour l'exode général de Saint-Pierre. Qui pourrait lire sans angoisse ces lignes du j o u r n a l appelant la cendre du volcan « un poème » et en célébrant « la vertu

bienfai-

sante pour la culture cacaoyère et caféière » ? Des habitants de la montagne assuraient que « les exhalaisons sulfureuses avaient hâté déjà la floraison d e leurs cacaoyers » et


JOURXAL

DU 1 9 MAI

319

1902

qu'ils n'avaient j a m a i s v u , d e mémoire d'homme « t a n t et de si précoces fleurs » ! Les voilà, nos prévisions h u m a i n e s ! Voilà la p r u d e n c e et la science, et toute la poésie des p a u v r e s mortels ! H u i t jours plus tard, 40 000 victimes étaient couchées sous la cendre. Saint-Pierre n'existait plus. L a Montagne P e l é e faisait rage, comme le pire des monstres fabuleux. Avec non moins de maestria que les Antilles,

les Colonies du

30 avril écrivaient q u e « des groupes n o m b r e u x » feraient « u n e excursion a u cratère de la Montagne P e l é e », le d i m a n c h e 4 m a i . La société d e g y m n a s t i q u e avait d o n n é le b r a n l e . L e j o u r n a l ajoutait : « E l l e a u r a avec elle MM. L a n d e s et Saussine. On dit que les magistrats se mettront de la partie. P o u r v u que les gendarmes n e s'avisent pas d'arrêter le cratère ! » Q u e ces mots font mal ! I n n o c e n t e , bien e n t e n d u , mais très p a u v r e plaisanterie

quand

même ! L ' h o m m e , souvent, ferait m i e u x de contenir le trop-plein de son esprit sur la t e r r e , pour en diriger le courant plus h a u t . C o m m e n c e m e n t de l ' é r u p t i o n .

Les Antilles,

du 26 avril. — M. Sully place le commencement

de l'éruption à la date du mercredi 23 avril, à 9 h e u r e s moins un quart d u soir, en coïncidence avec u n e détonation

souterraine

qu'enregistra u n a g e n t du câble français en service d a n s les parages d u P r ê c h e u r . e r

Les Colonies, du 1 m a i . « T r e m b l e m e n t de t e r r e . » Ce j o u r d à , le j o u r n a l se contentait d'écrire : « A S a i n t - P i e r r e , b e a u c o u p de personnes affirment avoir ressenti, avant-hier, à trois reprises, des secousses de t r e m b l e m e n t de t e r r e , de 3 heures à 5 h e u r e s d e l'après-midi. » Les Colonies, 2 mai : « Vers la Montagne P e l é e . » « Nous r a p p e lons, dit M. H u r a r d , que c'est dimanche prochain, 4 m a i , que doit avoir lieu la g r a n d e excursion à la Montagne P e l é e . » 11 finissait par ces mots : « Si donc le temps est b e a u , les e x c u r sionnistes passeront u n e j o u r n é e dont ils garderont longtemps un agréable souvenir. »


320

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

1902.

É r u p t i o n d u volcan.

Les Colonies, 3 m a i . — « H i e r encore, lisons-nous, c'était pour la population de S a i n t - P i e r r e u n spectacle grandiose que la majesté fumante du volcan. Bien des choses cependant a u r a i e n t dû nous faire comprendre que la Montagne Pelée était le siège d'une vraie et sérieuse éruption. D a n s la n u i t de j e u d i (2 mai), la rivière Blanche menace d ' u n e inondation et roule des masses de boues noirâtres. D e légères secousses de t r e m b l e m e n t de t e r r e se font sentir et se font e n t e n d r e aussi des détonations et des chocs de pierres vomies du c r a t è r e . » « Tandis que les a d m i r a t e u r s d u beau n e cessaient de regarder la haute colonne de fumée du volcan et que les gens p e u r e u x , écrit M. Marius H u r a r d , n e s'empêchaient de se recommander à D i e u , il se passait b i e n d'autres choses chez les habitants des h a u t e u r s , enveloppés d'épaisses fumées noirâtres et de pluies de c e n d r e s . . . » A 7 h e u r e s du soir, le v e n t du nord commence à souffler. L e s émanations d u volcan se d i r i g e n t sur la ville. Ce sont d'abord les colons de Sur-le-Morne

qui, a b a n d o n n a n t bêtes et bagages, courent

du côté de S a i n t - P i e r r e . Vers 9 h e u r e s et d e m i e , la cendre gagne le Pavillot et Saint-Martin. C e p e n d a n t , les habitants de ces d e u x endroits, plongés dans le sommeil, ne s'en aperçoivent p a s . Réveillés à m i n u i t et demi par les b e u g l e m e n t s de leurs a n i m a u x , les détonations du volcan, les lueurs fugitives des éclairs p é n é t r a n t dans les cases et des grondements répétés semblables à c e u x du tonnerre, les m a l h e u r e u x vivriers, pris de p a n i q u e , a b a n d o n n e n t tout. Les plus valides se chargent des enfants et des malades et ce monde affolé se précipite sur les routes. D a n s la n u i t , la chute de cendres a décuplé d ' i n t e n s i t é , si b i e n q u e , vers 2 h e u r e s du matin, la ville était comme couverte de neige. L'illusion paraissait complète. Saint-Pierre s'agita. Ce furent partout des bruits de voix comme au moment des tremblements de terre nocturnes. Les anciens rapprochaient i m m é d i a t e m e n t l'éruption actuelle de celle de 1851 ; c e u x de la génération présente s'extasiaient devant ce spectacle absolument nouveau pour e u x .


JOURNAL D U 1 9 MAI

321

1902

U n e poussière fine avait déjà p é n é t r é par toutes les pièces, dans tous les meubles. Les é t e r n u e m e n t s et les toux s'en d o n n a i e n t à qui m i e u x m i e u x . L e F o r t est plus couvert que le Centre et le Mouillage. L a couche de cendre y est de plus de 1 centimètre à 6 h e u r e s d u matin ; elle y atteint bientôt 2 centimètres. C'est dans les maisons u n balayage effréné. La pluie de c e n d r e n e discontinue point, sous u n ciel couvert où se montre timidement le soleil, vers 9 heures et d e m i e . L e s voi-

OOTTAGES

DU

FONDS-CORÉ

(SAINT-PIERRE)'

tures ne font plus résonner le pavé de nos r u e s . C'est à peine si on les e n t e n d rouler. Les v i e u x canassons

posent s o u r d e m e n t leurs

fers usés, en une allure alanguie et stupéfaite. L e v e n t qui souffle de temps en temps par bouffées chasse des toits et des a u v e n t s des masses de c e n d r e . Les magasins dont les portes se sont entre-baîllées se ferment résolument. SAINT-PIEKRE-11AKTISIQUE

21


322

LA CATASTROPHE DU MOIS D E MAI 1 9 0 2

L e bazar du mobilier, le Sans-Rival, les maisons D e p l a n c h e , Dolivet, Reynoird, Saint-Yves, Boissière, Célestin, D u p u y , V i n a c , Guichard, A n d r i e u x , V i l l e m i n , L e j e u n e , D e l s u c , L a l a n n e , Médouze, Crocquet, de Lathifordière, e t c . , e t c . , ont dû fausser compagnie à leur clientèle. Q u e l q u e s magasins de comestibles sont fermés. L a ville est triste L e Morne-Rouge, que l'on croyait é p a r g n é , à cause d e la direction habituelle des vents, est aussi couvert de c e n d r e . L e s grondements du tonnerre s'y font entendre sinistrement et y j e t t e n t la terreur. Cette n u i t , le P . Mary a ouvert l'église ; u n e foule nombreuse s'y est précipitée et y a reçu la communion. L a m e r est noire. Les rivières roulent u n e eau très sale, qui rappelle les grands d é b o r d e m e n t s . Q u e d e v i e n d r a le bétail, avec cette c e n d r e qui recouvre l'herbe et la brûle ? C'est la question q u e l'on se pose avec i n q u i é t u d e . L e m a r c h é , ce m a t i n , était plein d'une foule impatiente de m é nagères qui se disputaient les rares légumes venus des environs. L'alimentation va être difficile ces jours-ci. Vers 10 heures trois q u a r t s , le ciel s'obscurcit de nouveau. D e s sonneurs parcourent la ville pour appeler à l'arrosage. Q u e de pouzzolane p e r d u e ! s'écrient les bâtisseurs de maisons. A m i d i , le maire fait arroser les rues par les pompiers, avec l'eau de la G o y a v e . Les élèves d u lycée, du pensionnat colonial et des écoles primaires ont campos. A la G r a n d e - S a v a n e , la terre est couverte d ' u n e couche de 4 0 centimètres d'épaisseur. L e s oiseaux gisent n o m b r e u x sur le sol. Les a n i m a u x m e u r e n t de faim. S o u s c r i p t i o n e n f a v e u r des s i n i s t r é s de l a M o n t a g n e Pelée.

MM. F e r n a n d C l e r c , 500 fr. ; H u r a r d , 5 0 ; G. de L a g u a r r i g u e , 5 0 ; L . E r n o u l t , 2 5 ; E m . Martineau, 25 ; F . W i n t e r , 10 ; A . Monnelly, 10 ; J . Salleron, 5 ; Roger Portel, 5 .


JOURNAL

D U 1 9 MAI

323

1902

Q u e cette d e r n i è r e charité, qui n ' a p u avoir son effet sur la t e r r e , l'ait d u moins p l e i n e m e n t v u se réaliser a u ciel ! J e me plais à croire q u e ces oboles versées par des cœurs créoles,

toujours

avides de bienfaisance, v a u d r a à la Martinique de l'avenir des pluies de bénédictions fécondes, après les pluies de cendres dévorantes. Correspondance. A u x B r u y è r e s , 19 m a i 1902.

M. J. C,

Marseille.

C H E R M O N S I E U R E T AMI,

J ' a i r e ç u tout à l'heure mon d e r n i e r courrier de S a i n t - P i e r r e , les d e r n i è r e s lignes écrites par c e u x dont les cœurs et la vie ont été notre bien le plus p r é c i e u x depuis v i n g t - n e u f a n s . Voici u n extrait des toutes d e r n i è r e s pages de votre b e l l e - s œ u r : 25 avril, v e n d r e d i . L a chaleur est toujours très vive. L e temps reste beau

L e volcan

de la M o n t a g n e Pelée vomit des cendres. A u x environs du P r ê c h e u r , on a ressenti d e fortes secousses et les h a b i t a n t s sont effrayés. E n ville, c h a c u n en p a r l e et s'en i n q u i è t e . 26 avril, s a m e d i . T o u j o u r s m ê m e b e a u t e m p s et m ê m e é c r a s a n t e c h a l e u r . P a r m o m e n t s , le ciel s'assombrit, le soleil se voile. Il semble qu'il va venir u n e pluie diluv i e n n e ; m a i s p a s u n e g o u t t e d ' e a u n e t o m b e e t le s o l e i l p e r s i s t e , i m p l a c a b l e . 2? avril, d i m a n c h e . T e m p s toujours b e a u et chaud. L e volcan continue à fumer. L e s élections vont leur t r a i n . Il y a des provocations d a n s la rue 28 avril, l u n d i . J o u r n é e triste, temps sombre, petite pluie

fine.

L e journal vous

dira

mieux q u e moi le r é s u l t a t des élections d'hier. Il n ' y a p a s m o y e n de rien savoir de précis, chacun a b o n d a n t en son sens et p a r l a n t suivant sa passion, jalousie, colère ou h a i n e . 29 avril, m a r d i . L a pluie est tombée t o u t e la nuit d e r n i è r e , p a r g r a i n s . L a m a t i n é e a été belle et c h a u d e et l'après-midi passable. T e m p s couvert, t e m p é r a t u r e élevée.


324

LA CATASTROPHE D U MOIS DE MAI

1902

30 avril, m e r c r e d i . L a n u i t a été assez b o n n e , mais l o u r d e . V e r s le m a t i n , n o u s avons eu une brise fraîche.Légers grains, l'après-midi Jeudi, 1

e r

mai.

L e v o l c a n a fumé sans discontinuer, d'une façon é t o n n a n t e .

Beaucoup

d ' h e b i t a n t s d u P r ê c h e u r e t d e S a i n t e - P h i l o m è n e é m i g r e n t e n v i l l e , c a r ils sont chez eux suffoqués. L e u r s terres ont été recouvertes p a r la cendre Belle j o u r n é e d'ailleurs et pas t r o p c h a u d e , ici, a u fond du Mouillage Samedi, 3 mai. ... Graves événements, m o n cher ami ; nous sommes m a i n t e n a n t

nous-

mêmes sous la c e n d r e d u v o l c a n . O n étouffe. D e s b r u i t s d ' o r a g e , de fortes d é t o n a t i o n s , se font e n t e n d r e c o n s t a m m e n t .

Cette date et ces lignes m a r q u e n t quelque chose de manifestem e n t étrange et l u g u b r e , sous la p l u m e de celle qui voulait si bien me r e n s e i g n e r c h a q u e j o u r et qui n e le pouvait déjà plus. C'était pourtant une femme i n t r é p i d e . Mais elle est d e v e n u e soucieuse. E n commençant, ce 3 m a i , sa correspondance quotidienne, elle a l'air de n e pas savoir si elle l'achèvera. « Graves événements », écritelle, et des pleurs et sa p l u m e aussi tombent sur le papier et y laissent des traces visibles. E l l e r e p r e n d , mais a u hasard, comme d'une main é t r a n g è r e . E l l e s'arrête à chaque mot, presque à chaque syllabe. E l l e est prise de fièvre et d ' u n e crise de larmes qu'elle étouffe. L e désordre de sa p l u m e , les hachures de ses p h r a s e s , habituellement si coulantes, dénoncent des perplexités sans égales dans cette â m e fortement t r e m p é e . L e s toits d e s m a i s o n s s e m b l e n t p o u d r é s . L e ciel e t la t e r r e s o n t

dans

l ' a t t e n t e de q u e l q u e chose de t e r r i b l e . Moins on s ' i n t e r r o g e , en ces c i r c o n s tances inquiétantes,

dit-elle, mieux on

se c o m p r e n d ; m o n D i e u ,

que

passe-t-il, que va-t-il a r r i v e r ? J e ne suis point m a l a d e , mais j e me toute comprimée

comme par

une

pieuvre.

Je

rêve éveillée.

se

sens

Jamais

je

n ' a v a i s v u a u x f i g u r e s d e s p a s s a n t s d e s t r a i t s s i b i z a r r e s , si d é f o r m é s ,

si

tristes P e r s o n n e n ' a p u d o r m i r . C ' é t a i t un m o u v e m e n t e x t r a o r d i n a i r e

partout,

j u s q u e d a n s c e t t e r u e S a i n t e - M a r g u e r i t e , si c a l m e d ' h a b i t u d e m ê m e e n p l e i n jour. L a poussière

de la

cendre

s'infiltre de t o u s côtés. L e s

habitants,

d e p u i s m i n u i t , n ' o n t p o i n t c e s s é d e p a r c o u r i r f o l l e m e n t les r u e s d e l a v i l l e . A u P o r t et a u C e n t r e , on s'agite encore plus q u ' a u Mouillage,

paraît-il.


JOURNAL

DU 1 9 MAI

325

1902

Cette animation désolée est bien sombre. P a r e i l état présage évidemment quelque chose de sinistre, mais quoi? L a géante m o n t a g n e volera-t-elle en éclats ? Y aura-t-il u n t r e m b l e m e n t de t e r r e comme ceux de L i s b o n n e et de la P o i n t e - à - P i t r e ? B e a u c o u p p a r a i s s e n t s'y a t t e n d r e . D u c ô t é m ê m e de l a m e r , n ' y a-t-il p a s de d a n g e r ? ... A h ! p o u r q u e l q u e s p o i g n é e s d'or que j e n'ai plus, que ma servitude est pesante ! Encore je ne me soucie pas de moi ; mais, r i v é e ici, j e suis forcée d'y r e t e n i r aussi les m i e n s , c r a i g n a n t de les effrayer plus qu'ils n e s o n t déjà et n ' o s a n t les confier à a u c u n e des p e r s o n n e s q u i l e s i n v i t e n t à fuir. A l a g a r d e d e D i e u ! il n ' y a u r a , e n d é f i n i t i v e , q u e ce qu'il permettra. . . . T o u s c e p e n d a n t ne s u i n t e n t pas la p e u r , quoiqu'il y en ait plusieurs d'engourdis

L e s n è g r e s , d e v e n u s blancs sous la cendre, p r ê t e n t m a l g r é

la d é s o l a t i o n à r i r e e t r i e n t v o l o n t i e r s l e s p r e m i e r s

M. Delsuc, en chan-

g e m e n t d ' a i r a u P o u d s - C o r é , a d û se s a u v e r a v e c s a m è r e , s a s œ u r e t l e s d o m e s t i q u e s . Ils s o n t arrivés à S a i n t - P i e r r e suffoqués L e volcan maudit,

(10 heures du matin) gronde toujours, mais sourdement.

on l'entend

mieux

Le

que ça chez noua, d i s e n t à c ô t é d e m o i d e s g e n s

du P r ê c h e u r

J e n'ajoute r i e n à ces pages. E l l e s seules méritent d'être lues. Nous aurons le temps, cher Monsieur et ami, d e nous retrouver, de rappeler nos souvenirs, de gémir sur nos espérances déçues, de réfléchir à notre i r r é m é d i a b l e c h a g r i n . Restons dans le deuil, les larmes et la prière. CŒUR

LETTRES

DE

CRÉOLE

SAINT-PIERRE

M. Marsan.

M. Marsan, r e p r é s e n t a n t d ' u n e ancienne famille; de S a i n t - P i e r r e , donne les détails les plus circonstanciés j u s q u ' a u moment du départ du paquebot. On j u g e r a de la force d ' â m e de ce père de famille, a t t e n d a n t avec tant de courage et de résignation la fin d ' u n bouleversement des forces d e la n a t u r e qui pouvait et qui devait, hélas ! engloutir en m ê m e temps l'impassible écrivain, sa race et tous leurs biens. Ses d e u x fils, étudiants en m é d e c i n e à P a r i s , sont a u j o u r d ' h u i


326

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

1902

presque les seuls survivants de plusieurs grandes familles créoles : Marsan, L e Pelletier de Basse-Maison, de la V i l l e g é g u , L a m o u r e u x , Susbielle, F a b r e , Prade-Bastide-Conte, S o m m i e r . . . Ils ont p e r d u trente de leurs proches et plus de cent c i n q u a n t e p a r e n t s . S a i n t - P i e r r e ( M a r t i n i q u e ) , le 3 m a i . N o t r e vieux m o n t P e l é fait des s i e n n e s d e p u i s q u e l q u e s j o u r s . A v a n t le 25 avril, on e n t e n d a i t des bruits sur les h a b i t a t i o n s des h a u t e u r s .

Quelques

p e r s o n n e s a f f i r m a i e n t m ê m e a v o i r v u , l a n u i t , d e s flammes j a i l l i r d u c r a t è r e . D e t e m p s à a u t r e , on était i n c o m m o d é p a r de fortes o d e u r s d'acide sulfureux et d'acide s u l f h y d r i q u e .

Deux

ou trois s a v a n t s , ou des i n d i v i d u s se

c r o y a n t tels, ont v o u l u aller sur les lieux p o u r se r e n d r e c o m p t e des p h é n o m è n e s d o n t j e v i e n s d e p a r l e r ; ils n ' o n t p u a r r i v e r q u ' à m i - c h e m i n , t a n t l ' o d e u r d e s o u f r e é t a i t s u f f o c a n t e . I l o n t c o n s t a t é , p a r a î t - i l , q u e 1' « E t a n g S e c », s i t u é à en ébullition denses.

5 0 0 mètres environ au-dessus d u niveau de la mer, était et qu'il s'en

échappait

Les environs de cet

de

la

fumée

et

des

« Etang-Sec » présentaient

vapeurs

de

très

nombreuses

fissures. L ' e a u de la rivière S è c h e était très trouble d'abord, puis p r e s q u e n o i r e . Enfin, le 25 avril, a u m a t i n , après des d é t o n a t i o n s s o u t e r r a i n e s , e n t e n d u e s à S a i n t - P i e r r e , l a n u i t , n o u s a v o n s v u , s u r les

flancs

du Pelé, du

côté de la ville, s'élever u n e superbe colonne de fumée, de deux ou trois kilomètres de h a u t e u r . L a m o n t a g n e a g a r d é ce p a n a c h e à peu près t o u t e l a j o u r n é e . D a n s l ' a p r è s - m i d i , v e r s 6 h e u r e s , l e v e n t a y a n t soufflé

assez

fort, la fumée a été c o m p l è t e m e n t b a l a y é e . D e p u i s le 2 5 a v r i l j u s q u ' a u 2 m a i , r i e n d e b i e n i m p o r t a n t : q u e l q u e s j e t s de v a p e u r et des b r u i t s

sourds. Hier, 2 mai, des émanations

d'acide

s u l f u r e u x e t d ' œ u f s p o u r r i s se s o n t f a i t s e n t i r e t , a p r è s d e t e r r i b l e s

détona-

t i o n s , n o u s a v o n s v u s u r g i r , m a i s , c e t t e fois, d e l ' a n c i e n c r a t è r e a u

nord

du m o r n e Lacroix, un immense j e t de fumée noirâtre, et, j u s q u ' à la nuit, le m o n t P e l é a présenté ce b e a u spectacle. Vers m i n u i t , nous avons tous été réveillés p a r les c o n v e r s a t i o n s des g e n s q u i s ' é t a i e n t a p e r ç u s du p h é n o m è n e . J e suis m o n t é au second, d'où je vois p a r f a i t e m e n t le v o l c a n . Mais q u e je vous dise tout d'abord que nos chambres étaient envahies p a r u n e poussière line et p é n é t r a n t e , qui n o u s a v e u g l a i t t a n t soit p e u . E n o u v r a n t la fenêtre du second, n o u s avons observé d'épais n u a g e s qui m a s q u a i e n t la m o n t a g n e . Ce g r o s a m a s était sillonné de feux e t en même t e m p s n o u s

percevions

des g r o n d e m e n t s souterrains. U n e véritable pluie de cendres nous aveuglait. Elle continue jusqu'à présent (11 heures et demie du matin). L e s toitures, les r u e s en sont c o u v e r t e s . S o n é p a i s s e u r v a r i e de 2 à 5 c e n t i m è t r e s .

La

v i l l e offre l ' a s p e c t d ' u n c o i n d e F r a n c e e n p l e i n h i v e r . S u r l e s h a b i t a t i o n s des h a u t e u r s , des enfants, dit-on, ont été asphyxiés. I l paraît m ê m e

que


J O U R N A L D U 1 9 MAI

327

1902

d e s a n i m a u x o n t p é r i . B e a u c o u p d ' h a b i t a n t s se s o n t r é f u g i é s e n v i l l e . A u Il

faut

t e n i r l e s f e n ê t r e s f e r m é e s p o u r p o u v o i r r e s p i r e r . L e s nègres s o n t blancs.

Fort, à la rue de la

Consolation,

n o u s a v o n s b e a u c o u p souffert.

Les

b a r b e s e t les c h e v e u x s o n t g r i s . C ' e s t t r è s c u r i e u x . L e t r a m w a y s ' a r r ê t e a u pont du M a r c h é , t a n t la pluie de c e n d r e s est forte au F o n d s - C o r é . On circule d a n s les r u e s ,

non plus avec des parapluies,

mais avec des para-

c e n d r e s . L e s a n c i e n s d i s e n t q u e c e t t e é r u p t i o n d e 1 9 0 2 e s t d i x fois p l u s forte q u e celle de 1 8 5 1 . N o u s s o m m e s à la g r â c e de D i e u . E s p é r o n s q u e n o u s n ' a u r o n s p a s l e sort, d e P o m p é i , n i m a l e t t r e ( é c r i t e d a n s u n s t y l e , b i e n e n t e n d u ) le retentissement

de celle de Pline

le

autre

Jeune.

FEUX

MARSAN.

M a d e m o i s e l l e Laurence La Rougery.

L a lettre suivante, adressée par M

elle

Laurence La Rougery, à

ie

sa sœur M " d e la Roche, belle-mère du docteur P i c h e v i n , lettre d'un si noble courage, d'une fermeté d'âme si v r a i m e n t stoïque, d'une résignation si belle en face de la mort pressentie, d e v i n é e , nous donne l'état matériel et moral de la ville quelques j o u r s a v a n t la catastrophe. On la lira a v e c u n intérêt poignant. Ce sera pour ajouter à notre émotion, en présence d ' u n cataclysme qui a fait t a n t de victimes, parmi lesquelles ces femmes admirables qui étaient l'honneur et la puissance d e la plus souriante de nos Antilles. S a i n t - P i e r r e , le 3 m a i 1902. G r a n d émoi général : n o u s sommes sous la c e n d r e depuis cette n u i t . L e s détonations, qui ont com nencé sourdement d'abord, s'accentuent m i n u i t . L e v o l c a n fume de p l u s e n p l u s ; on d i r a i t u n i m m e n s e

depuis

incendie,

q u e l q u e s - u n s m ê m e o n t v u d e s f l a m m e s . C e t t e n u i t , le s p e c t a c l e é t a i t b e a u , paraît-il, je regrette de n'eu

avoir p a s j o u i ; ce n'est

q u e ce m a t i n ,

à

1 h e u r e et d e m i e , q u e , a t t i r é e p a r l'odeur d u soufre, j e me suis a p p r o c h é e de la fenêtre. Malgré l'obscurité, j e ma suis r e n d u compte q u e la cendre avait t o u t e n v a h i ; l'intérieur des a p p a r t e m e n t s , les d r a p s de lit en étaient

cou-

verts. L e s h a b i t a n t s d e s h a u t e u r s o n t u n e frousse entrain admirable. Il paraît

t e r r i b l e , ils fuient a v e c u n

que cette n u i t les P r ê c h o t i n s sont v e n u s

g r a n d nombre d e m a n d e r asile à l'église du F o r t , à S a i n t - P i e r r e .

en

Le lycée

et le collège o n t d o n n é c o n g é ce m a t i n . T o u t e s les familles qui é t a i e n t à la campagne regagnent

la ville pêle-mêle. L a cité est d ' u n e tristesse

égale, revêtue ainsi de cet immense m a n t e a u gris ; tout est uniforme,

sans les


328

LA CATASTROPHE D U MOIS DE MAI

1902

r u e s , n o s m a i s o n s , les a r b r e s , les c h e v a u x , les v o i t u r e s , n o s v ê t e m e n t s , t o u s les visages, ceux des n è g r e s comme ceux des blaucs. 11 y a d e u x j o u r s , n o u s a v o n s e u t r o i s s e c o u s s e s d e t r e m b l e m e n t d e t e r r e d a n s la m ê m e a p r è s - m i d i , mais t r è s f a i b l e m e n t ; ces secousses n ' o n t pas été r e s s e n t i e s p a r b e a u c o u p . S i c e l a se r e n o u v e l a i t , j e c r o i s q u e l a p a n i q u e s e rait terrible. Louis rentre à l'instant dit

que

et n o u s

cette

cendre

gagne partout, Port-deFrance aussi.

en est Le

couvert

service

du

t r a m w a y ne peut plus se f a i r e a u F o n d s - C o r é , la

cendre

étouffe

voyageurs.

Les

les habi-

tants du P r ê c h e u r cont i n u e n t à fuir, les

en-

fantsysont asphyxiés... Le

gouverneur

vient

d'arriver avec son aide de camp. On

parle

déjà

de

m o r t a l i t é s , m a i s il f a u t t e n i r c o m p t e de

l'exa-

gération et de la peur qui

grossit

suis

d'un

m'étonne,

tout.

Je

calme

qui

j'attends

tranquillement événements, P A U L BOUDE

seulement poussière

partout,

par qui

q u o i q u e tout soit f e r m é . B i e n des g e n s sont affolés;

lés

ennuyée cette pénètre

autour

de

n o u s , on est assez calme ; m a m a n p a s i n q u i è t e . E d i t h seule se p r é o c c u p e j u s q u ' à p r é s e n t . Si l a m o r t n o u s a t t e n d , n o u s filerons e n n o m b r e u s e c o m p a g n i e . S e r a - c e p a r l e feu o u p a r l ' a s p h y x i e ? I l e n s e r a c e q u e D i e u v o u d r a . Vous aurez notre dernière pensée. J e ne crois pas q u e S a i n t e - M a r i e ait r e ç u aussi de la c e n d r e . L a B a s s e P o i n t e n ' a rien eu. Le L a m e n t i n et m ê m e le S a i n t - E s p r i t et

Sainte-Anne

en o n t été couverts, cela tient sans doute à la direction des vents. D o n n e de n o s n o u v e l l e s à R o b e r t . D i s - l u i q u e n o u s s o m m e s e n c o r e d e ce monde. Cela ne sera peut-être plus exact quand ma lettre t'arrivera.


JOURNAL D U

19 MAI

329

1902

M. Paul Borde.

Nous transcrivons ci-dessous quelques lignes d'une l e t t r e de M. P a u l Borde, président de la chambre de commerce de SaintP i e r r e , en date du 3 mai : Il s'en est fallu de p e u , l i s o n s - n o u s , q u e l'on n e v o u s c â b l â t q u e la Martinique avait eu le sort

d'Herculanum

t

et d e P o m p é i . D e p u i s p l u s i e u r s j o u r s , on v o y a i t l a M o n t a g n e P e l é e v o m i s s a n t u n e fumée noire. Cette nuit elle lançait des

flammes

détonations

et faisait e n t e n d r e de fortes réveil,

nous

c o n s t a t i o n s l e p l u s j o l i effet d e

et,

à

notre

neige

que l'on puisse désirer. L a ville était couverte

de plusieurs

centimètres

de

c e n d r e ; celle-ci a v a i t p é n é t r é d a n s les appartements

les

mieux

fermés.

La

plus g r a n d e partie de la population du P r ê c h e u r est. d e s c e n d u e à S a i n t - P i e r r e . Des

animaux

meurent

asphyxiés.

On

n e se v o i t p a s à c i n q p a s a u F o n d s Coré. Nous savons que Fort-de-France et p r e s q u e toutes les c o m m u n e s du sud ont eu é g a l e m e n t leur p a r t de c e n d r e s . E n ce m o m e n t , on v o i t le F o r t d a n s u n épais brouillard. Q u a n t à la M o n t a g n e Pelée,

on

ne

la

distingue

pas.

Les

magasins ont fermé. L e s enfants du séminaire-collège et du couvent

n'ont

pu aller en classe. Il p a r a î t q u ' a u Mouillage n o u s sommes d a n s u n

Eldo-

r a d o , bien q u e t o u t soit couvert ; mais au F o r t , c'est t e r r i b l e , dit-on.

Je

ne suis p a s allé voir c e l a . . .

M. Roger Portel.

L a d e r n i è r e lettre de M. Roger Portel à son frère a été commun i q u é e à la Lanterne. E n voici la t e n e u r : S a i n t - P i e r r e , s a m e d i 3 m a i 190Î. J e m e r é v e i l l e ; il e s t 5 h e u r e s e t d e m i e . L e s r u e s , l e s m a i s o n s , s o n t c o u vertes d'une couche de cendre grisâtre semblable au ciment de

Portland.


330

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

1902

L a M o n t a g n e Pelée, qui s'était réveillée depuis h u i t j o u r s de son

long

sommeil d'un demi-siècle, paraît environnée d'une fumée très noire. S a i n t - P i e r r e — s p e c t a c l e i n c o n n u a u x natifs — est u n e ville s a u p o u d r é e d ' u n e « n e i g e » g r i s e . J e d i s à m e s c o n n a i s s a n c e s : « T e n e z ! v o i c i u n effet de n e i g e . C'est u n p a y s a g e d'hiver, moins le froid. » S u r le c h e m i n d e l a R i v i è r e - B l a n c h e , j e n e p e u x p o u s s e r a u d e l à d e l ' E x Voto ; une pluie de poussière m'aveugle, me p é n è t r e dans les narines,

et,

dans ce brouillard peu naturel, on ne distingue pas un homme à 30 mètres. L e s h a b i t a n t s de la M o n t a g n e - G u i r l a n d e ,

du Prêcheur,

d e la

Grande

Savane, de l'anse Céron, de la G r a n d e - C a s e , du Morne-Saint-Martin, hauteurs d'Isnard,

de Pavillot,

abandonnent

leurs maisons, leurs

des

villas,

leurs cottages, leurs cases, leurs paillottes et fuient vers la ville. C'est u n e d é r o u t e de g e n s effrayés,

pêle-mêle bizarre de femmes, d'eu-

fants, pieds nus, de p a y s a n n e s aux petites nattes poudrerizées, à leur insu, c o m m e les m a r q u i s e s d u dix-septième siècle, de g r a n d s gaillards noirs plies sous les matelas nécessaires p o u r la n u i t p r o c h a i n e , — tandis que de b o n n e s vieilles m a r m o t t e n t d ' i n t e r m i n a b l e s prières. Il y a v a i t , v e r s 1 0 h e u r e s , 3 c e n t i m è t r e s d e c e n d r e d a n s l e s r u e s

du

P o r t . L e s m a g a s i n s sont fermés. L e s écoles ont été licenciées. L e g o u v e r n e u r est arrivé d e F o r t - d e - F r a n c e p a r le

Rubis.

L e s r u e s s o n t m o r n e s , l e s p a v é s n e r é s o n n e n t p l u s s o u s les. t a l o n s h â t i f s d e s g e n s affairés. On

dirait

qu'un pavage de bois a été brusquement

mis à la place des

pierres de n o s t r o t t o i r s . Midi. L e j o u r n a l les Colonies

vient d'ouvrir une souscription pour les h a b i t a n t s

d e l a M o n t a g n e P e l é e et d u P r ê c h e u r . Les pompiers, grâce aux bouches d'incendie

de nos principales

voies,

i n o n d e n t l e s r u e s . D a n s l e s h a u t s q u a r t i e r s et d a n s l e s r u e l l e s , u n a g e n t d e police, accompagné d'un h o m m e agitant une cloche, ordonne

l'arrosage.

J e s u i s o p p r e s s é et le n e z m e b r û l e . A l l o n s - n o u s t o u s m o u r i r a s p h y x i é s î L e s p r ê t r e s o n t f a i t o u v r i r l e s é g l i s e s l a n u i t d e r n i è r e , e t t a n d i s q u e le v o l c a n , p a r ses d e u x c r a t è r e s , l a n ç a i t u n e c o l o n n e d e f u m é e e t u n e c o l o n n e de feu, les

fidèles

p r i a i e n t , se c o n f e s s a i e n t ,

communiaient, écoutaient

exhortations d e leurs p a s t e u r s , inquiets parmi les g r o n d e m e n t s du

les

volcan.

L e s p a r e n t s d ' E . . . o n t a b a n d o n n é le F o n d s - C o r é , o ù il e s t i m p o s s i b l e d e r e s p i r e r ; i l s l o g e n t c h e z M " " P . . . J e n ' a i p a s e n c o r e v u 1 5 . . . e t j ' i g n o r e si le p h é n o m è n e l ' a s u r p r i s s u r s o n p l a t e a u d u m o r n e C o d é . D u d é b a r c a d è r e d u g o u v e r n e m e n t à l a p l a c e B e r t i n , o n n ' a p e r ç o i t p a s le h a u t d e s r u e s v o i s i n e s , n i , d u l i t d e l a R o x e l a n e , le c o t e a u d u c o l l è g e d e s pères du Saint-Esprit.


JOURNAL D U De l'école du Mouillage,

au

delà

19 des

MAI

331

1902

clochetons

de la c a t h é d r a l e ,

épaisse couche de fumée rend invisible la masse même du morne Que nous réserve un jet

de

gaz

demain ? U n e coulée

asphyxiants ? quelque

de lave ? une

cataclysme

pluie

une

Abel.

de pierres ?

de s u b m e r s i o n ? N u l

ne

le s a i t . L'excursion que nous avions organisée pour demain la société de g y m n a s t i q u e J e t'embrasse,

est r e n v o y é e à u n e date

m o n cher frère, et j e te

donnerai

a v e c le c o n c o u r s

de

ultérieure. ma

dernière

pensée,

si

je dois mourir. N e te désole p a s t r o p . ROGER PORTEL.

J ' a i parfaitement connu M. Roger Portel, qui avait ma sympathie. J e possède encore u n e photographie de ce j e u n e homme, u n e tête d'apôtre, et j ' y lis cette suscription : fDieu seul ! Roger Témoignage d'une sincère

Portel. affection.

M. Portel était un excellent j e u n e homme. Maintes fois, il est v e n u en mon b u r e a u me d e m a n d e r des encouragements et des conseils. I l se disait alors appelé à l'état ecclésiastique et voulait devenir missionnaire à l'étranger. L e p i e u x abbé Bertot, curé de S a i n t - E t i e n n e du C e n t r e , et le bon P . F u z i e r , professeur a u séminaire-collège, protégeaient cet aspirant, alors i n s t i t u t e u r laïque à S a i n t - P i e r r e . Qu'est-il a d v e n u ? J ' i g n o r e . J e sais seulement que P o r t e l a b e a u coup souffert et qu'il a lutté longtemps a u milieu de cruelles é p r e u ves, pour la p l u p a r t très injustes, qu'on lui suscita de divers côtés. F i n a l e m e n t , il s'est vu contraint, paraît-il, de délaisser ce qu'il croyait être sa voie et a passé à la L i g u e d e l'enseignement. J e retrouverai dans mes papiers la dernière lettre que m'écrivit ce brave cœur, a r d e n t , g é n é r e u x , p r ê t à tout sacrifice. On n e sut pas le protéger assez. On sema sur sa route des obstacles m a l h e u r e u x . L a L i g u e en fit son conférencier à la M a r t i n i q u e .

C. C.


332

LA CATASTROPHE D U MOIS DE MAI

1902

C o m p t e s r e n d u s officiels.

L e p r e m i e r , daté d u 1 5 mai, é m a n e d u directeur du service de santé de la colonie. Ce fonctionnaire formulait les conclusions suivantes : 1° Qu'il est inutile de c h e r c h e r à retirer les corps enfouis sous la c e n d r e et les décombres. 2° Q u e l'isolement du terrain où fut Saint-Pierre ne crée pour la santé publique a u c u n d a n g e r sérieux. L e Carbet pourrait être occupé, sans risque, de ce côté. 3° Q u e tout l a b e u r prolongé accompli par u n nombre d e personnes considérable pourrait être d a n g e r e u x , à cause de l'état actuel du volcan et des fatigues d ' u n travail exécuté sous une température torride. 4° Qu'il n'est pas possible d ' e n g a g e r la vie des hommes pour des intérêts secondaires ou particuliers. 5° Q u e tout ce que l'on pourrait faire, à la r i g u e u r , serait de recouvrir les cadavres exposés, par une besogne m e n é e r a p i d e m e n t .

La c o m m i s s i o n d ' h y g i è n e .

L e s mesures préconisées d a n s ce rapport ont été soumises à l'examen d'une commission nommée par a r r ê t é d u gouverneur ainsi conçu : A R T . 1 " . — U n e c o m m i s s i o n e s t n o m m é e à l'effet

de renseigner l'admi-

n i s t r a t i o n s u r la s i t u a t i o n de l a ville d e S a i n t - P i e r r e a u p o i n t d e v u e h y g i é n i q u e e t la possibilité d ' a c c o r d e r , s a n s d a n g e r p o u r la s a n t é p u b l i q u e , des a u t o r i s a t i o n s de p é n é t r e r d a n s l a ville et d'y faire des fouilles. ART.

2. —

principal de 2

Cette commission e

sera composée de MM. Lidin, médecin

classe des troupes coloniales, directeur de la s a n t é ,

dent ; L ' H e r m i n i e r , médecin aide-major de l aide-major de 1 " classe ; le D cin civil.

r

r e

classe ; Kozi,

B o u v i e r , m é d e c i n c i v i l ; le D

r

prési-

pharmacien Iman, méde-


JOURNAL DU 2 0 MAI

333

1902

A r r ê t é c o n c e r n a n t les f o u i l l e s .

Conformément a u x propositions d e la commission m é d i c a l e , le g o u v e r n e u r a pris l'arrêté suivant : o c

ART. 1 . —

L é s fouilles

sont, d'uue

f a ç o u g é n é r a l e , i n t e r d i t e s s u r le

territoire de S a i n t - P i e r r e . ART. 2 . — D e s autorisations spéciales p o u r r o n t être données par la

com-

mission p o u r r e c h e r c h e r des v a l e u r s , p a p i e r s d'affaires, r e n f e r m é s d a n s

des

coffres-forts. ART. 3 . — Ces autorisations seront délivrées a u x g é r a n t s des c o n s u l a t s , aux établissements

d'intérêt

général,

p o u r r o n t é t a b l i r l ' e x i s t e n c e de

aux industriels,

commerçants,

qui

coffres-forts.

A R T . 4 . — L e l o c a l s e u l o ù s e t r o u v e n t les coffres-forts d e v r a ê t r e f o u i l l é afin d ' é v i t e r l a m i s e à d é c o u v e r t d e s c a d a v r e s e n v o i e d e d é c o m p o s i t i o n . ART. 5. — A u c u n e d e m a n d e p o u r la simple r e c h e r c h e des corps ne sera admise. A R T . 6. — L e s fouilles a u t o r i s é e s s e r o n t p r a t i q u é e s a u x frais et r i s q u e s des intéressés et sous uue surveillance r é g l e m e n t é e p a r l'administration. ART. 7. — L e s h o m m e s c o m p o s a n t les équipes a u r o n t un v ê t e m e n t

de

r e c h a n g e . L e s v ê t e m e n t s q u i a u r o n t s e r v i p e n d a n t le t r a v a i l s e r o n t l a v é s e t désinfectés daus une solution antiseptique de bichlorure de mercure,

avant

le r e t o u r à F o r t - d e - P r a n c e . A R T . 8 . — L e s c a d a v r e s q u i p o u r r a i e n t ê t r e t r o u v é s a u coui-s d e s f o u i l l e s seront brûlés ou enfouis. D a u s le cas où les p e r s o n n e s v o u d r a i e n t t r a n s p o r ter ces corps h o r s de S a i n t - P i e r r e ,

cette translation ne pourra

s'effectuer

q u e d a n s l e s c o n d i t i o n s p r é v u e s p a r l e s r è g l e m e n t s sur l a m a t i è r e .

10.

JOURNAL

DU

20

MAI

I n f o r m a t i o n s et réflexions diverses avec q u e l q u e s a u t r e s lettres de la cité c r é o l e . t>Iew-York, 19 m a i .

Une dépêche de Kingstown ( S a i n t - V i n c e n t ) dit que le navire de g u e r r e anglais Pallas, qui vient d'arriver dans cette ville avec des provisions pour les sinistrés, a passé, l'avant-dernière n u i t , au


334

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI 1 9 0 2 .

large de la M a r t i n i q u e et q u e , à cette date, la Montagne Pelée était encore en pleine éruption. Les cratères lançaient sans discont i n u e r d e magnifiques gerbes de flammes. A 12 kilomètres du rivage, la c e n d r e tombe avec u n e telle abondance q u e l'air est irrespirable.

Fort-de-France, 18 mai.

U n ruisseau de lave a coulé hier matin du cratère, démontrant ainsi que l'activité volcanique ne d i m i n u e p a s . L a cendre s'abat depuis d e u x j o u r s avec une telle abondance que l'air en est obscurci •, la navigation est d e v e n u e impossible d a n s la r a d e ; tout est blanc en ville. U n e pluie abondante a provoqué u n e forte c r u e de la rivière de la Basse-Pointe : 20 maisons ont été emportées ; 50 sont inhabitables, p a r suite de l'accumulation des boues, mais il ne s'est produit a u c u n accident de personnes. L e temps est très noir d a n s le nord, où se forment de fréquents orages. L e pillage continue sur u n e g r a n d e échelle dans les r u i n e s d e Saint-Pierre. L e s aventuriers accourus des îles voisines, presque tous des nègres, sujets de l ' A n g l e t e r r e , montrent c h a q u e j o u r plus d'audace.

Enquête a m é r i c a i n e s u r l a situation à la M a r t i n i q u e . W a s h i n g t o n , 19 mai.

L e p r é s i d e n t Roosevelt a d e m a n d é a u x secrétaires de la Marine et de la G u e r r e de lui établir u n rapport sur la situation exacte à la Martinique. Toutes les provisions, tout l ' a r g e n t qui ont été si g é n é r e u s e m e n t fournis étaient j u s q u ' i c i nécessaires, mais, maint e n a n t , en a t t e n d a n t de nouvelles informations, les souscriptions vont être arrêtées. A New-York, c e p e n d a n t , le comité de secours a décidé de les continuer.


JOURNAL

D U 2 0 MAI

1902

335

r

Une l e t t r e de M« de C o r m o n t .

M

g r

de Cormont vient d'adresser u n e lettre a u x évêques de

F r a n c e , dans laquelle il dit : R e n t r é à la M a r t i n i q u e , j ' a g i r a i s e l o n l e s c i r c o n s t a n c e s , et a p r è s avoir pris, p o u r m'éclairer d a n s m e s d é t e r m i n a t i o n s , l e s a v i s d e c e u x qui, a v e c l e g o u v e r n e m e n t d e la c o l o n i e , s ' i n t é r e s s e n t r e v i e n d r a i , s'il p l a î t à D i e u ,

au sort de ces malheureux,

je

frère m e n d i a n t , v o u s prier de m'autoriser à

t e n d r e l a m a i n a u x c h r é t i e n s de v o t r e d i o c è s e

Mort du capitaine F r e e m a n .

On annonce la mort du capitaine F r e e m a n , commandant du vapeur Eoddam,

qui n ' a p u survivre a u x terribles brûlures qu'il avait

reçues en sauvant son n a v i r e .

Conditions é l e c t r i q u e s dans la m e r Caraïbe.

On signale ce fait c u r i e u x q u e les conditions électriques, dans les parages de la Martinique, ont été r a d i c a l e m e n t modifiées par les éruptions d u mont P e l é et q u e les boussoles des navires devienn e n t « folles ». Même à une distance de 30 kilomètres, l'aiguille a i m a n t é e i n dique des directions fausses ou bien se met à tournoyer soudain sur son pivot. Ce p h é n o m è n e anormal r e n d la navigation très dangereuse dans la m e r des Antilles, où le fond de l'Océan, en se modifiant partout, ajoute un a u t r e péril.

A l ' A c a d é m i e des sciences.

Un m e m b r e de l'Académie des sciences vient d e d e m a n d e r à cette compagnie de favoriser l'envoi d'une mission scientifique à la Martinique pour étudier de près tous les phénomènes se rappor-


336

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

tant à l'éruption volcanique qui a fait t a n t de victimes et qui cont i n u e encore actuellement. Ajoutons q u ' u n échantillon de cendres, rapporté par un passager du paquebot Saint-Germain,

a été présenté à l'Académie.

U n rapide e x a m e n a permis de constater dans cette poudre une forte proportion de débris de feldspath mêlés à q u e l q u e s cristaux de h o r n b l e n d e . Ces c e n d r e s , e x t r ê m e m e n t t é n u e s , ont des grains qui m e s u r e n t à p e i n e 1 /ÔOO de millimètre et présentent l'aspect du ciment de Portland, finement pulvérisé. L a Compagnie occidentale des I n d e s a reçu également

des

échantillons de la poussière volcanique provenant de l'éruption d e la soufrière de S a i n t - V i n c e n t . L e professeur d ' A l b u q u e r q u e l'a analysée : elle contient de l'acide phosphorique, de la potasse avec quelques traces de sulfate de c h a u x et plusieurs silicates.

Justes réflexions s u r « l ' i n s o u c i a n c e ». des habitants de S a i n t - P i e r r e avant l ' é r u p t i o n .

L e s dernières correspondances v e n u e s des Antilles, dont nous reproduirons encore plusieurs fragments, p a r l e n t toutes des prodromes de la catastrophe, avec u n e tranquillité, une

insouciance,

disent les j o u r n a u x de la métropole et de l'étranger, et m ê m e avec une gaîté ironique qui paraissent a u j o u r d ' h u i c r u e l l e m e n t saisissantes et qui serrent involontairement le c œ u r . Il ne faut pas s'y tromper. L'insouciance a p p a r e n t e des créoles, de la vieille ville de S a i n t - P i e r r e surtout, n'allait j a m a i s sans une forte dose de courage ou de résignation i n t r é p i d e . L e créole saintpierrois m'a toujours p a r u brillant comme son soleil et gai comme ses gerbes de fleurs : telle était sa vive p a r u r e , son enveloppe éclatante, mais le fond se révélait toujours s é r i e u x , réfléchi, pétri de courage, fait de labeur et de foi. Race noble et vaillante, en te perdant, la F r a n c e est privée d ' u n de ses plus purs j o y a u x !


J O U R N A L DU 2 0 MAI

337

1902

AVANT LA CATASTROPHE E N C O R E

Q U E L Q U E S

L E T T R E S

DE

LA

CITÉ

CRÉOLE

M. T r i l l a r d .

A la date du 3 m a i , M. T r i l l a r d écrivait : Cette nuit, nous avons eu u n e nouvelle éruption du cratère de la M o n t a g n e ' P e l é e . L a ville est c o u v e r t e d ' u n l i n c e u l b l a n c . L a pluie d e c e n d r e s continue toujours. On dit qu'à 11 heures, heure de l'éruption, on a vu des lueurs sortir du c r a t è r e , et au collège on a dû r e n v o y e r les élèves. J'espère

que cela s'arrêtera

bientôt,

c a r il f a u d r a i t

fuir

(Cliché ÉCOLES

DE

LA

MARTINIQUE

ET

BATAILLON

Cette cendre p é n è t r e p a r t o u t : c'est

SCOLAIRE

Saint-Pierre.

de la V i e

illustrée.)

( FORT-SAINT-PIERRE)

c o m m e les n u a g e s de poussière

de

l ' I n d e en é t é . J ' e s p è r e , m o n c h e r ami, q u e les p r o c h a i n e s nouvelles seront meilleures. J e reçois à l'instant de F o r t - d e - F r a n c e u n e lettre qui me dit que ce m a tin la ville s'est réveillée, elle aussi, c o u v e r t e de c e n d r e . E n 1 8 5 1 , le volc a n n ' a v a i t p o i n t p r o d u i t d ' a u s s i l o i n t a i n s effets. J u s q u ' a u L a m e n t i n ,

on a

eu des cendres et, peut-être, plus loin encore. J e v i e n s d e v o i r l e c o l o n e l D a i n , q u i a a c c o m p a g n é le g o u v e r n e u r

au

P r ê c h e u r . T o u s l e s h a b i t a n t s s o n t affolés d a n s c e q u a r t i e r e t é m i g r e n t a v e c leurs a n i m a u x q u e les é m a n a t i o n s sulfureuses p r o v e n a n t d u v o l c a n font b e a u coup

souffrir... SAIXT-PIERRE-MARTINIQUE

22


338

LA CATASTROPHE D U

MOIS D E

MAI

1902

M. D u p o u y , c o u r t i e r .

M. D u p o u y , courtier à S a i n t - P i e r r e , écrivait de son côté à ses correspondants de B o r d e a u x dans les termes qui suivent : Votre lettre nous prend au dépourvu, et il nous serait difficile de vous fixer d'ores et déjà sur les questions que vous nous posez, étant donné la tournure que peuvent prendre les événements d'un moment à l'autre. En effet, depuis une huitaine de jours, nous sommes menacés d'une éruption volcanique qui vient de se localiser à peu près dans le même cratère que celui qui semblait éteint sur la montagne la plus élevée de notre île et audessous d e laquelle s e trouve bâtie Saint-Pierre. Depuis vingt-quatre heures, toute l'île est remplie de cendres. Ici, au moment où nous vous écrivons, nous constatons dans la banlieue et dans la partie nord de Saint-Pierre de 2 à 3 centimètres d'épaisseur de cendres. La campagne est tout envahie par cette poudre, qui dépose sur les plantes une poussière qui ne tardera pas à les cuire. La récolte prochaine est gravement compromise, et, pour peu que cela dure une huitaine, toutes nos plantations seront irrémédiablement perdues. Heureux encore si d'ici là nous avons l'heur d'échapper au cataclysme qui nous menace ! M. D u p o u y et tous les siens ont p é r i .

M. de G r a n d m a i s o n .

M. Reynoird, de P a r i s , a r e ç u d u fondé de pouvoirs de sa maison de Saint-Pierre la lettre que nous reproduisons i n t é g r a l e m e n t ci-dessous : Saint-Pierre, 3 mai 1902. CHER AMI,

J e vous écris à la hâte et sous l'impression d'inquiétudes bien grandes, surtout à cause de ceux des miens qui m'entourent. Nous sommes en présence d'une éruption volcanique qui finira on ne sait comment. En effet, notre vieille Pelée qui, depuis 1 8 5 1 , n'avait donné signe de vie, s'est tout à coup ranimée et la voilà maintenant à faire ses fredaines. Elle a d'abord envoyé une petite fumée qui, successivement, a


J O U R N A L D U 2 0 MAI pris plus d'intensité,

339

1902

et, hier soir, vers à p e u près minuit u n q u a r t , des

flammes s o r t a n t de la m o n t a g n e , suivies de d é t o n a t i o n s terrifiantes, faisaient fuir e n t o u t e h â t e les h a b i t a n t s r e s t a n t d a n s ses a b o r d s . A l ' h e u r e o ù j e vous écris, bruits et

flammes

ont cessé, mais, p a r

contre, nous

sommes

aveuglés p a r la c e n d r e d o n t j e vous envoie le spécimen e t qui t o m b e s a n s discontinuer dans toute l'île, principalement à S a i n t - P i e r r e . J e v o u s ai t é l é g r a p h i é

ce m a t i n : « E r u p t i o n

sans danger jusqu'ici. »

C ' é t a i t p o u r v o u s r a s s u r e r , si p a r m a l h e u r o n a v a i t t r o p g r o s s i l a c a t a s t r o p h e chez vous. P a r le packet

a n g l a i s de j e u d i p r o c h a i n , j e r é p o n d r a i à vos lettres, si,

d'ici l à , n o u s s o m m e s e n c o r e v i v a n t s . A vous de t o u t c œ u r , E.

de

GrRANDMAISON.

M. D u r a n d .

M. D u r a n d , r e c e v e u r d'enregistrement, écrivait du Carbet, le 3 'mai, à son fils : A S a i n t - P i e r r e , b e a u c o u p de g e n s c o m m e n c e n t à s'enfuir. L a p a n i q u e est g é n é r a l e . J e s u i s d e s c e n d u , c e m a t i n , m e j o i n d r e à l a f a m i l l e . S'il f a u t p é rir, n o u s m o u r r o n s e n s e m b l e . O n dirait l'hiver. L e s arbres et les toits sont t o u t b l a n c s . N o u s ne savons ce qui résultera de cette c a t a s t r o p h e . J e t ' e n voie u n échantillon ; ce n'est p a s de la c e n d r e , mais u n e sorte d e

ciment.

L e P r ê c h e u r est a b a n d o n n é d e p u i s ce m a t i n ; les écoles s o n t fermées ainsi q u e l e s c h a n t i e r s . Q u i s a i t si c e n ' e s t p a s l a d e r n i è r e l e t t r e q u e t u r e c e v r a s de moi ? P r i o n s , n é a n m o i n s , et courage !

L a famille D u r a n d a pu échapper a u désastre en fuyant du Carbet a u Morne-Vert, puis à F o r t - d e - F r a n c e .

M"

10

Blaisemont.

M. R o u x , de Marseille, a reçu d e sa s œ u r , M

m e

A n d r é Biaise-

mont, distillateur à S a i n t - P i e r r e , cette lettre datée du 4 mai : J e t'écris ces lignes sous la plus vilaine impression, quoique j ' e s p è r e encore m ' ê t r e b e a u c o u p e x a g é r é , p e u t - ê t r e , la situation actuelle de la p a u v r e Martinique. T u a u r a s a p p r i s , sans d o u t e , p a r la lecture des j o u r n a u x , que le du m o n t P e l é est en é r u p t i o n . C'est u n e chose h o r r i b l e q u e ces

volcan

déchaîne-


340

LA CATASTROPHE DU MOIS D E MAI

1902

m e n t s d e l a n a t u r e e t j ' a u r a i s b i e n v o u l u ê t r e l o i n d ' i c i , d e p u i s le m o i s d e r nier. André

se m o q u e de m o i , m a i s j e v o i s b i e n q u ' i l e s t t o u t d e m ê m e

plein d ' i n q u i é t u d e s , en v o u l a n t faire le b r a v e , p e u t - ê t r e p o u r me r e m o n t e r le m o r a l . S a n s ce inaudit n a v i r e que n o u s a t t e n d o n s , au mois de j u i n , j ' a u r a i s dem a n d é à m o n mari de devancer de deux mois notre d é p a r t p o u r l a F r a n c e . A n d r é me dit bien de p a r t i r ; mais, que v e u x - t u ? je suis trop nerveuse, j e n e p u i s me r é s o u d r e à v o y a g e r seule. P o u r t a n t , j ' a u r a i s p u profiter de la société des Clanis, qui s ' e m b a r q u e r o n t le 12. M tend

m e

Guérin m'assure que son mari n'est pas d u tout tranquille. Il p r é -

q u e les femmes

et les enfants

devraient tous quitter

Saint-Pierre,

c o m m e si u n e é p i d é m i e y r é g n a i t , m a i s q u e l e s h o m m e s n e p e u v e n t e n f a i r e a u t a n t , s u r t o u t l e s n ô t r e s , q u i o c c u p e n t u n e s i t u a t i o n , p a r c e q u e , a l o r s , on affolerait t o u t le m o n d e .

M. Degennes.

T r è s émouvant récit, adressé, le 3 mai, à sa famille, par M. D e g e n n e s , professeur au lycée de S a i n t - P i e r r e : L e p a y s e s t s o u s le c o u p d ' u n d a n g e r d e s p l u s g r a v e s : n o u s s o m m e s m e n a c é s d ' ê t r e e n g l o u t i s ou a s p h y x i é s d ' u n m o m e n t à l ' a u t r e . L e volcan de la M o n t a g n e P e l é e a l a n c é , cette nuit, a u milieu de gerbes de

flammes,

d ' u n e fumée n o i r e et épaisse et de terribles g r o n d e m e n t s , u n e

cendre c h a u d e , lourde, r e s s e m b l a n t à s'y tromper à du c i m e n t .

C'est à mi-

n u i t c i n q q u e n o u s a v o n s e n t e n d u les p r e m i e r s g r o n d e m e n t s , q u e n o u s a v o n s pris p o u r le bruit du t o n n e r r e . E n ce m o m e n t , De

le v o l c a n f u m e t o u j o u r s , m a i s l a c e u d r e s ' e s t a r r ê t é e .

p l u s i e u r s v i l l a g e s situés aux e n v i r o n s de la m o n t a g n e , les h a b i t a n t s

s'enfuient précipitamment, a b a n d o n n a n t tout. Au Prêcheur,

u n e femme en c o u c h e s , son enfant et u n e a u t r e p e r s o n n e

s o n t m o r t s é t o u f f é s . O n é t e n d d e s d r a p s m o u i l l é s d e v a n t les j a l o u s i e s d e s fenêtres — q u i n ' o n t pas ici de v i t r e s — p o u r e m p ê c h e r l a c e n d r e de p é n é t r e r d a i s les a p p a r t e m e n t s . L ' h e r b e des prairies disparaît sous cette p o u d r e ; on c r a i n t pour la vie des bœufs,

qui sont élevés p r e s q u e à l'état s a u v a g e et n e

connaissent

pas

l'étable. S i l a c e n d r e t o m b e e n c o r e d e u x j o u r s , le m o i n s q u e n o u s p u i s s i o n s a v o i r , c'est la p e s t e , c a u s é e p a r l a d é c o m p o s i t i o n d e s c o r p s d e c e s a n i m a u x . A h ! j e passe p a r de bien g r a n d e s épreuves ! Q u a n d donc pourrai-je r e v o i r m o n P o i t o u si c a l m e , s i t r a n q u i l l e ? J a m a i s , p e u t - ê t r e . O n p a r l e d e fuir.

Mais

nous n'aurions pas

assez de

bateaux pour recevoir

toute

la


JOURXAL

DU

20

MAI

341

1902

population. E t puis, on espère toujours ; o n a t t e n d la dernière h e u r e et peut-être sera-t-il trop tard quand on prendra cette extrême résolution. On a fermé les écoles, les b u r e a u x , les m a g a s i n s . T o u t le m o n d e se r e n ferme. L e s plus braves courent les rues, v o n t a u x nouvelles. Q u a n d j e suis r e n t r é , après u n e sortie d'une h e u r e , j ' é t a i s

complètement

gris de poussière. Si u n e b o n n e pluie

venait

balayer

c e t t e c e n d r e , elle purifierait

l'air.

Nous avons en ee moment une sécheresse épouvantable. Qu'allons-nous d e v e n i r ? J ' a i le c œ u r serré. J e crains u n e catastrophe et p o u r t a n t j e v o u d r a i s e s p é r e r ! P o u r q u o i t i e n t - o n à l a v i e t a n t q u e c e l a ? J e me croyais plus fort. E s p é r o n s ! espérons ! Il n e tombe plus q u ' u n e l é g è r e poussière, et le volcan s'est t u . . . S a i n t - P i e r r e , e n ce m o m e n t , ressemble assez à u n e ville d ' E u r o p e a p r è s u n e g i b o u l é e d e n e i g e . L e ciel e s t t o u t n o i r d e f u m é e ; l e s o l e i l

n'apparaît

q u e p a r i n s t a n t s , e t c e l a n o u s s e m b l e d r ô l e , à n o u s q u i l ' a v o n s t o u t le t e m p s si b r i l l a n t , s i a r d e n t . . . Il est midi ; l'accalmie continue ; nous nous reprenons à espérer.

C'est

égal, j ' a i la poitrine comme dans u n étau...

E t le bon M. D e g e n n e s , le distingué professeur, t a n t aimé des élèves et si estimé des familles créoles, t e r m i n e sa lettre par des a d i e u x pathétiques à ses parents et à ses a m i s . Comme on voit, il pressentait les conséquences d e l'éruption. S'il n ' a pas fui, c'est qu'il avait conscience d'avoir charge d'âmes, au milieu des enfants qu'il dirigeait, c'est q u e l'administration d u lycée avait mandat de rassurer le p u b l i c , c'est q u e , enfin, on se résignait à toute éventualité, in spem contra spern.

Divisions intestines.

U n e j e u n e fille de S a i n t - P i e r r e , a p p a r t e n a n t à u n e des meilleures et des plus vieilles familles coloniales, écrivait ces lignes, à la date d u 4 m a i , 10 heures d u matin : . . . A v a n t d ' ê t r e engloutis,

n o u s s o m m e s déchirés p a r d ' a b o m i n a b l e s d i v i -

sions intestines. D i m a n c h e , F e r n a n d C l e r c a o b t e n u 4 0 0 voix d e m a j o r i t é .

C ' e s t insuffi-

sant. Il y a ballottage. Les partisans de Percin, son concurrent, r u e s , le s o i r , a u c h a n t d e

l'Internationale.

défilent

par bandes dans les


342

LA CATASTROPHE

D a n s le s u d , l e D

r

D U MOIS D E MAI

1902

Clément n'a obtenu, lui aussi, q u ' u n e

insuffisante

majorité. N o s néo-socialistes, inspirés et s o u t e n u s par les pires sectaires de la m é tropole, crient p a r t o u t : « A bas les blancs ! » Quel mal ont donc j a m a i s fait les b l a n c s , pionniers

de la

colonisation

aux Antilles et défenseurs m a g n a n i m e s de la M a r t i n i q u e à toutes les époq u e s ? E t quels si b e a u x c h e f s - d ' œ u v r e o n t a c c o m p l i s p a r m i n o u s ,

depuis

q u e le s u f f r a g e u n i v e r s e l l e s a c o n s t i t u é s m a î t r e s a b s o l u s d u p a y s , l e s g e n s de c o u l e u r et les n è g r e s livrés à e u x - m ê m e s ? . . .

L a chère enfant termine sa lettre par ces mots : J e te c h a r g e de bien e m b r a s s e r m a s œ u r et j e t ' e m b r a s s e t o i - m ê m e comme j e t ' a i m e . E s t - c e v r a i m e n t p o u r la d e r n i è r e fois ? J e n ' a i p a s p e u r

encore.

Cela viendra-t-il? On assure q u e , d a n s une heure ou deux, nous serons servis à s o u h a i t , l ' é r u p t i o n s ' a p p r ê t a n t à g r o n d e r a v e c furie. O n e x a g è r e b e a u c o u p . L e courrier aura, je p e n s e , le temps de p a r t i r , t ' e m p o r t a n t les dern i è r e s c a r e s s e s , l e s d e r n i e r s b a i s e r s , le c œ u r d e t a n i è c e e t f i l l e u l e .

Philosophie des c a t a s t r o p h e s .

« F r a g i l e est notre vie ici-bas, dit, a u sujet de la M a r t i n i q u e , le cardinal-archevêque de L y o n . L a science a b e a u approfondir le mystère du monde et, en particulier, de cette terre qui est notre habitation, elle n e p e u t changer les conditions précaires de notre existence à nous, non plus que de ce globe lui-même, dont la flamme dévore les entrailles. V i v a n t a u j o u r le j o u r sur la m i n c e surface solide au-dessous de laquelle bouillonnent des feux menaçants, se peut-il que, non contents de ces périls communs, nous nous livrions encore les uns et les a u t r e s à des luttes insensées ? » C'est pourtant

ce a quoi on s'ingénie et, comme s'il ne suffisait pas

à la F r a n c e , sur son propre sol, d e se diviser misérablement en partis de tous noms et de tous calibres, il faut q u e , par la diffusion effrénée des pires doctrines révolutionnaires, on surexcite d a n s les colonies les haines des diverses classes sociales.


JOURNAL DU

11.

JOURNAL

2 1 AU 2 5 MAI

DU

21

AU

25

343

1902

MAI

Une n o u v e l l e é r u p t i o n d u volcan de Saint-Pierre, le 2 0 m a i . A u x B r u y è r e s , le 21 mai 1902. Eliam periere

ruinas.

L'éruption d'hier a été d ' u n e violence e x t r ê m e . L e volcan a proj e t é de gigantesques colonnes de matières. L e s ruines de SaintP i e r r e et le pays environnant ont reçu u n e grêle d'énormes blocs brûlants d e plusieurs pieds de d i a m è t r e , s'abattant d ' u n e h a u t e u r considérable et a n i m é s d ' u n e vitesse terrible. Des nuages volcaniques sont arrivés j u s q u ' à F o r t - d e - F r a n c e et, sous les clartés d u soleil levant, on eût dit q u ' u n océan de matières en fusion, suspendues dans les airs, roulait au-dessus d e la ville. Spectacle à la fois sublime et effroyable. U n e p a n i q u e inouïe s'empara de toute la population du cheflieu. L e s troupes et la p o l i c e , les hommes comme les femmes s'étaient élancés dans les rues, terrifiés, les uns p l e u r a n t , les a u t r e s p r i a n t , p e n d a n t que des n u a g e s embrasés

flottaient

sans relâche

au-dessus d e leurs têtes et q u e tombait u n e p l u i e de pierres brûlantes a u milieu de tourbillons de cendres. U n e centaine d e personnes c h e r c h è r e n t u n abri à bord d u Potomac, du Suchet et du

Cincinnati.

U n e avalanche de boue c h a u d e s'abattit sur le Carbet. D e nombreuses coulées se font encore a u P r ê c h e u r . Les cultures secondaires et vivrières n ' e x i s t e n t p l u s , de G r a n d ' R i v i è r e au Marigot. L a population qui y est d e m e u r é e a beaucoup souffert, mais reste c a l m e . Son approvisionnement de vivres est assuré. L e s grandes cultures sont toujours en bon état depuis le Lorrain j u s q u ' a u Mar i n . L e s habitants du Morne-Rouge ont été complètement évacués sur F o r t - d e - F r a n c e , à la suite d ' u n e chute de pierres et de matières sulfureuses. C e u x du Carbet ont été également amenés a u chef-lieu avec l'aide d e l'aviso Jouffroy.

I l en a été de m ê m e d u d é t a c h e -

m e n t de troupes qui était dans le bourg.


344

LA CATASTROPHE DU MOIS D E MAI 1 9 0 2

Les vapeurs Salvador,

Hortin et Helga ont transporté u n millier

de personnes à la Guadeloupe et à Sainte-Lucie. 3 000 environ ont quitté le chef lieu pour se r e n d r e dans les communes de l ' e x t r ê m e sud de l'île. Un raz de marée n'a pas peu contribué à a u g m e n t e r l'épouvante de la population. Fort-de-France.

F o r t - d e - F r a n c e , rebâti complètement à la suite de l'incendie du 22 j u i n 1890, est d e v e n u u n e cité coloniale des plus r e m a r q u a b l e s . C'est aussi une place de g u e r r e de l

r e

classe, en m ê m e temps que

la capitale de la Martinique et la résidence du g o u v e r n e u r , de tous les chefs de service, y compris désormais l'évêque, le personnel de l'université et la magistrature de l'île. L a ville repose sur un terrain d'alluvion, à u n e a l t i t u d e m o y e n n e de 1 mètre seulement au-dessus du n i v e a u de la m e r . E l l e a été d é t r u i t e , en 1838, par u n tremblement de t e r r e , désolée de nouveau par l'incendie de 1890, affligée encore par le cyclone de 1 8 9 1 . C e p e n d a n t , pour la reconstruction de ses maisons, F o r t - d e - F r a n c e a cherché, en appliquant les données actuelles de la science, à conjurer pour l'avenir, le m i e u x possible, le triple effet calamiteux des tremblements de t e r r e , des incendies et des o u r a g a n s . Les r u e s sont tirées au cordeau. Au milieu de la Savane (champ de Mars et p r o m e n a d e p u b l i q u e tout ensemble), se dresse, a u milieu d'un bouquet de palmistes élég a n t s , la magnifique statue de l'impératrice J o s é p h i n e . A côté, de superbes tamariniers et des sabliers énormes couvrent de l e u r ombre une vaste portion de cette place véritablement m o n u m e n t a l e . L a fontaine G u e y d o n offre u n assez bel effet décoratif. Comme édifices à signaler avec éloge ou a d m i r a t i o n , citons la cathédrale Saint-Louis, le calvaire et la bibliothèque Schœlcher. L'aspect de F o r t - d e - F r a n c e , avec sa citadelle, sa r a d e , son bassin de radoub, ses mornes puissamment armés, est très imposant. Les environs de la ville sont coquets et pittoresques.


JOURNAL

DU 2 1 AU 2 5 MAI 1 9 0 2

345

F o r t d e - F r a n c e est depuis longtemps le siège d'une cour d ' a p p e l , d'un tribunal de première instance, d ' u n e justice de paix, d'une chambre de commerce, d'un hospice civil et d ' u n g r a n d hôpital militaire pouvant contenir plus d e 300 lits. On y trouve u n arsenal, une direction de l'artillerie, u n e école

L A

N O U V E L L E

C A T H E D R A L E

D E

F O R T ' D E - F R A N C E

ctes arts et métiers, u n e école professionnelle, u n e x t e r n a t colonial, un collège ecclésiastique, e t c . , etc. C'est le port d'attache, a u x Antilles, de la Compagnie g é n é r a l e transatlantique. Cette agence, parfaitement a m é n a g é e , y possède l'outillage nécessaire à la réparation des plus gros navires de g u e r r e et autres bâtiments à vapeur de toutes les nations. L e port de F o r t - d e - F r a n c e est l'un des plus considérables et des


346

LA CATASTROPHE DU MOIS D E MAI

1902

plus sûrs du golfe du M e x i q u e . Il comprend la r a d e des F l a m a n d s et le C a r é n a g e , où les navires s'abritent sous la protection du fort Saint-Louis. Il a toujours r e n d u d'immenses services pendant la saison de l ' h i v e r n a g e . L a place est défendue par les forts Saint-Louis, D e s a i x , T a r t e n son et les fortins de l'îlet à Ramiers, de la pointe du Bout et de la pointe des N è g r e s . U n nouveau réseau d e défenses vient encore de s'ajouter a u x a n c i e n n e s . F o r t - d e - F r a n c e présente aujourd'hui u n a r m e m e n t formidable. Il y existe pour les troupes u n sanatorium, le camp Balata, distant de 9 kilomètres de la ville et situé à 440 mètres d ' a l t i t u d e . Plus loin, dans les bois, à Colson, entre Balata et les D e u x Choux, où il a été question j a d i s d'installer u n e paroisse, l'artillerie s'est construit u n a u t r e sanatorium. Il y a aussi dans les environs les e a u x ferrugineuses de Moutte, les plus riches que l'on connaisse, et les sources thermo-minérales d'Absalon et de D i d i e r . A u n a u t r e point de v u e , malgré cette importance et tous ces charmes, F o r t - d e - F r a n c e c e p e n d a n t n'est point r e g a r d é , d ' u n e façon g é n é r a l e , comme possédant, et ne saurait avoir, avant quelque temps, la m ê m e b e a u t é , les mêmes attraits, la m ê m e majesté, la même aisance de vie avec les manières et le décorum si captivants et si p r é c i e u x qui d i s t i n g u a i e n t Saint-Pierre parmi toutes les villes des Antilles. Mais ajoutons bien v i t e , toutefois, que d ' a u c u n s prétendent, p a r m i les E u r o p é e n s et parmi les créoles les m i e u x façonnés a u x us et coutumes de cette capitale, q u e le commerce ordinaire de l'existence n ' y est pas moins agréable, dans l'ensemble, qu'il n'était dans la vieille cité disparue. Beaucoup d'étrangers m ê m e , a u t a n t q u e nous sincères appréciateurs de l'aristocratique ville d e S a i n t - P i e r r e , g r a n d e , noble , h è r e ,

exquise

dans ses goûts artistiques, sans laisser d ' ê t r e facile dans ses r e lations et délicate dans ses amitiés, préféraient habiter F o r t - d e F r a n c e , plus cosmopolite, plus bourgeois, a u ton plus simple et plus familier. Il faut néanmoins savoir reconnaître q u e , à S a i n t - P i e r r e , régnait une franchise souveraine et s'exerçait universellement u n e hospi-


JOURNAL D U 2 1 AU 2 5 MAI

1902

34'7

talité qu'il serait peut-être injuste de r é c l a m e r , on le conçoit, d ' u n e ville de g u e r r e et d'administration où nombre de gens n e font que passer, parfois en se c r a i g n a n t les uns les a u t r e s ou en se jalousant, se renfermant chacun chez soi par économie ou par h a b i t u d e , et se taisant par p r u d e n c e , à cause des mille d a n g e r s de la détestable politique q u i , à la M a r t i n i q u e , gâte tout ce qu'elle p e u t a t t e i n d r e de son souffle empesté. Q u a n t a u x familles sédentaires et a u bon peuple de Fort-de-

INXÉKIECR D E LA CATHEDEAEE D E FOKT-DE-PRANCE

F r a n c e en l u i - m ê m e , ils ont foncièrement les qualités qui brillaient d'un si vif éclat dans l'excellente population ensevelie sous les décombres de S a i n t - P i e r r e . A u s u r p l u s , nous n e terminerons pas cette courte monographie sans dire encore q u e , selon notre conviction i n t i m e , les absents d'aujourd'hui,

qui retourneront d a n s quelques années à la Marti-

n i q u e , retrouveront sur plusieurs points de F o r t - d e - F r a n c e

les

pratiques, les traditions, la s p l e n d e u r , l'existence h e u r e u s e qu'ils croyaient à j a m a i s a n é a n t i e s dans le désastre de la cité créole.


348

LA CATASTROPHE D U MOIS DE MAI

1902

P a r a i l l e u r s , nous avons déjà émis ce sentiment, de p u r patriotisme, que F o r t - d e - F r a n c e doit rester avant tout place de guerre et ne point caresser le rêve d a n g e r e u x de d e v e n i r , par surcroît, la première place commerciale des A n t i l l e s . A u x Bruyères, le 22 mai 1902.

P l u s d'expression pour caractériser l'horreur de 11 situation à la Martinique et l'épouvante qui en r é s u l t e . Des sinistrés, terrifiés, à demi-morts, affluent à F o r t - d e - F r a n c e . Ils viennent de tous les points environnants. Ce n e sont pas des indigents, mais des m a l h e u r e u x en proie à la p a n i q u e . P e r s u a d é s , disent-ils, que l'île entière sera détruite par le feu, ils d e m a n d e n t avec insistance à la quitter. Les consuls étrangers et les officiers des navires de g u e r r e mouillés dans le port sont assaillis par des groupes d'infortunés qui les conjurent de les e m m e n e r loin du volcan. L e Potomac, ayant à son bord plusieurs officiers, est allé en inspection à Saint-Pierre. L e d é b a r q u e m e n t n ' a pas eu lieu sans difficulté. L ' é t e n d u e de la dévastation, à la suite de l'éruption du 2 0 , est confirmée. L e s dépôts de cendres, de roches, de pierres a n g u l a i r e s , qui couvrent la p a u v r e ville, stupéfient l'imagination. Les grosses tours de la cathédrale sont en partie pulvérisées. D e vastes colonnes de fumée et de gaz continuent à jaillir du grand cratère et les nouvelles fissures qui se sont ouvertes dans les flancs de la montagne forment des n u a g e s j a u n e s q u i flottent d ' u n e façon intermittente d ' u n point à un a u t r e . Le volcan lance aussi de la vase bouillante qui coule en torrents j u s q u ' à la mer, où elle produit de petits raz de m a r é e . S a i n t - P i e r r e , tombé à l'état de silencieuse cité de la mort, est d e v e n u m a i n t e n a n t u n e sorte d'amphithéâtre où rugit la destruction. U n e commission a r r i v é e par le Dixie étudiera la question de savoir si des d a n g e r s prochains p e u v e n t provenir des pitons du Carbet. L'effroyable éruption du 20 enlève toute confiance a u sujet de


JOURNAL DU

2 1 AU 2 5 MAI 1 9 0 2

349

la sécurité des quartiers de l'île qui j u s q u ' i c i avaient échappé à la destruction. L e cri u n a n i m e des riches comme des p a u v r e s est qu'il, ne s'agil plus d'avoir

du pain, mais de s'en aller au plus vite !

« L a conflagration des éléments, le 20 mai, dit le capitaine du Potomac, a dépassé beaucoup celle du 8 . » Réflexions de la presse. E n cette circonstance, lisons-nous dans plusieurs j o u r n a u x

de P a r i s

et

d e s d é p a r t e m e n t s , l ' a d m i n i s t r a t i o n d e l a c o l o n i e e t a u - d e s s u s d ' e l l e le g o u v e r n e m e n t m é t r o p o l i t a i n ne semblent rien c o m p r e n d r e n i r i e n a c c e p t e r des e x i g e n c e s de leur t â c h e . O n d i r a i t qu'ils n ' o n t p a s idée des m e s u r e s

de

p r u d e n c e q u ' i m p o s e la s i t u a t i o n . I l y a assez de m o r t s , enfin ! D e m ê m e d o n c q u e , après le sinistre de l'usine G u é r i n , on a u r a i t d û p r o c é d e r à l'évacuation de Saint-Pierre et des bourgs avoisinauts, de même m a i n t e n a n t ,

au

l i e u d ' a r r ê t e r l ' e x o d e , o n d e v r a i t le f a v o r i s e r , p o u r c a l m e r l a p a n i q u e

des

survivants et éviter d ' a u t r e s m a l h e u r s .

Réponse du g o u v e r n e u r de la M a r t i n i q u e .

M. L h u e r r e télégraphie a u d é p a r t e m e n t des colonies que « le conseil privé, consulté a u sujet de l'opportunité d ' u n e évacuation totale ou partielle de l'île, a été u n a n i m e à déclarer q u ' u n e pareille mesure était injustifiée quant à présent ». « Toutefois, ajoute le g o u v e r n e u r par i n t é r i m , le paquebot de la Compagnie t r a n s a t l a n t i q u e a c t u e l l e m e n t en réparation à Fort-deF r a n c e pourra être utilisé à l'effet de transporter à la Guadeloupe les personnes désireuses d ' é m i g r e r . Aujourd'hui m ê m e , mille habitants ont déjà pris passage à bord du Versailles et d e La-Ville-deTanger, à destination de la T r i n i d a d et de C a y e n n e . — Ce 22 mai. »

Une m i s é r a b l e politique et sa r é p e r c u s s i o n à l a Martinique. A u x B r u y è r e s , le 24 m a i 1902.

L e gouvernement a eu la bonne pensée de faire célébrer une messe à N o t r e - D a m e pour le repos des âmes des 4 0 000 F r a n ç a i s ensevelis sous une pluie de c e n d r e et de feu.


350

LA CATASTROPHE

DU

MOIS D E MAI

1902

L e Président de la R é p u b l i q u e s'y est fait r e p r é s e n t e r . L e p r é sident d u conseil y assistait en personne, entouré des ministres présents à Paris et des ambassadeurs de toutes les puissances. L a cérémonie, sous la présidence d u cardinal R i c h a r d , a été empreinte d'une sévère solennité. E h bien, ça n ' a été q u ' u n cri d e fureur dans les j o u r n a u x ministériels ! Quoi ! la R é p u b l i q u e irait à la messe ? L e s ministres r e c e vraient sans sourciller des bénédictions dans les églises ? Etait-ce la peine alors d e guerroyer trois ans contre le cléricalisme pour venir, sous prétexte d'une pluie de c e n d r e , courber la tête « sous u n e pluie d'eau bénite » ? La Petite République

ne décolère plus. M. de Pressensé est hors

de lui. E t la Lanterne en fume comme une cheminée de destroyer. Il va falloir q u e ça change. J u s t e m e n t , l'occasion est bonne d e rappeler que le prochain g o u v e r n e m e n t doit d o n n e r sur ce point des garanties formelles, déclare M. R a n c . M. P e l l e t a n partage cet avis. Ce simple incident m a r q u e u n e fois de plus la différence réelle qu'il y a entre des sectaires irréconciliables et des hommes de bon sens. 11 prouve que M. "Waldeek-Rousseau s'est commis avec de tristes personnages, qui n e lui pardonneront pas de se montrer h u main. L a question se pose d e savoir si le nouveau cabinet sera confié à des hommes de combat à outrance, r ê v a n t de g o u v e r n e r pour le parti socialiste révolutionnaire, ou si le P r é s i d e n t de la R é p u b l i q u e appellera au pouvoir des hommes de cœur et de raison, à qui r i e n de ce qui est national n e peut rester é t r a n g e r . L e s lignes qui p r é c è d e n t n e sont q u ' u n très faible écho de ce qui se dit, de côté et d ' a u t r e , dans les milieux politiques. Nous n e saurions, comme Martiniquais, nous empêcher d'y j o i n d r e u n e note douloureuse. La crise intense, a n t i - c h r é t i e n n e , anti-française, qui éloigne les uns des a u t r e s tant de patriotes, a u lieu de les unir intimement pour une action c o m m u n e , a u profit du bien g é n é r a l , paralysera de b e a u x élans de générosité. C e u x , en effet, qui ont charge de soutenir les oeuvres pies a u sein de la R é p u b l i q u e et dans le monde,


351

JOURNAL DU 2 1 AU 2 5 MAI 1 9 0 2

succombent sous le faix : les largesses qu'ils voudraient consacrer au soulagement des sinistrés d e la Martinique se trouveront donc fatalement diminuées. L o n g t e m p s , on se souviendra des .40 0 0 0 victimes du cataclysme de S a i n t - P i e r r e , tombées sous les coups implacables de la politique a u t a n t que sous l'explosion du volcan ; longtemps aussi, on dira q u e les survivants ont été livrés a u x inêmes violences. E n r e v a n c h e , les Pelletan, les R a n c , les Pressensé j u b i l e r o n t , avec la Petite République

et la Lanterne, ces gens-là a y a n t a u cœur

une double r a g e , celle d'étrangler

le bien et celle de surchauffer

le

mal. Q u e leur importe la Martinique agonisante ! Ils sacrifieraient volontiers au triomphe de leurs haines sataniques la fortune, l'honn e u r et toutes les gloires de la F r a n c e . Correspondance. A u x Bruyères, ce 24 mai 1902.

A T. R. sœur Sainte-Lucia,

religieuse

a Port-d'Espagne

de Saint-Joseph

de

Cluny,

(Trinidad).

M A BONNE T A N T E ,

Q u a n d ma d e r n i è r e l e t t r e , d'il y a u n mois a u j o u r d ' h u i , vous est p a r v e n u e , déjà la ville de S a i n t - P i e r r e couvrait de ses r u i n e s u n e m u l t i t u d e de victimes et, d e p u i s , les r u i n e s mêmes ont p é r i . Q u i nous eût dit, après l'effroyable incendie de F o r t - d e - F r a n c e et les horreurs du cyclone, q u e nous étions si près d ' u n e calamité a u t r e m e n t terrible que les d e u x autres ensemble et m ê m e que toutes celles qui ont j a m a i s affligé la colonie ? J e suis encore a u milieu des plus poignantes émotions. Malgré la consternation d a n s laquelle sont plongés la F r a n c e , l ' E u r o p e , le m o n d e entier, à la lecture des nouvelles de plus en plus douloureuses qui p a r v i e n n e n t , à c h a q u e h e u r e , de la M a r t i n i que et de S a i n t - V i n c e n t ; malgré le choc terrible q u e j ' a i ressenti et dont j e ne me r e m e t t r a i sans doute j a m a i s ; m a l g r é l'intimité qui, soudant mon c œ u r et ma vie à l'existence et au sort des A n t i l l e s ,


352

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

1902

m'a j e t é dans la prière sans r e t a r d , pour les 4 0 0 0 0 victimes que

NOTRE-DAME

DE

BON-PORT,

CATHÉDRALE

DE

SAINT-PIERRE

nous devons p l e u r e r , j e n e parviens pas encore à me faire à l'inexo-


JOURNAL DU 2 1 AU 2 5 MAI 1 9 0 2

353

rable d u r e t é des choses présentes. E n effet, m ê m e en priant pour ceux qui n e sont plus, j e n e laisse point de les voir toujours vivants et de les e n t e n d r e . J e sais que Saint-Pierre n'existe plus et Saint-Pierre me remplit constamment de ses visions. D u premier coup, pourtant, j e me suis renfermé en mon deuil et me suis voué plus indissolublement que j a m a i s a u service perpétuel des victimes de la catastrophe, mortes ou survivantes, celleslà emportant avec elles le meilleur de notre c œ u r , celles-ci nous faisant tressaillir d'effroi, a u cri de désespoir qu'elles j e t t e n t a u x

LES

RUINES

DE

LA

CATHÉDRALE

vents de l ' î l e : « Nous n e demandons plus de n o u r r i t u r e , mais des moyens de transport pour nous en aller, la Martinique tout entière devant périr par le feu ! » A u c u n cri de désolation n'avait encore exercé s u r mes oreilles la puissance de celui-là. A u c u n e nouvelle ne m'a agité comme celle-là, après t a n t de secousses et de trépidations déjà ressenties au plus intime de mon ê t r e . Aussi b i e n , j e m ' a r r ê t e . T o u t e la famille s'unit à moi pour pleurer avec vous comme vous pleurez, a u x titres de Martiniquaise, SAINT-FIERRE-MAKTINIQUE

23


354

LA CATASTROPHE DU MOIS D E MAI 1 9 0 2

de Française, de religieuse, de résidante en pays anglais, de parente et d'amie des victimes les plus intéressantes de la fatale journée du 8 mai 1902. CŒUR CRÉOLE.

A J/

m e

veuve C. de Linval, au Lamentin

(Martinique). Ce 24 mai 1902.

CHÈRE MADAME,

Mon cœur s'est littéralement brisé, après le 8 mai, en autant de miettes que la catastrophe de ce jour a fait de victimes, et, depuis lors, ce qui pouvait encore rester de moi se réduit en poussière, à chaque nouveau coup affreux signalé par le câble, comme le cataclysme persistant vient de faire des énormes blocs de la cathédrale, des remparts du collège, de la ville et des régions voisines du volcan. Donnez-moi vite de vos nouvelles, chère Madame, ainsi que de chacun des vôtres. J'embrasse les survivants ; des morts, je porte le deuil comme vous... CŒUR CRÉOLE.


CHAPITRE III

H I S T O I R E T R È S C O M P L È T E DE LA C A T A S T R O P H E

12.

JOURNAL

DU

25

MAI

Coup d ' œ i l r é t r o s p e c t i f .

D e p u i s les premiers j o u r s de février, l'attention des p l a n t e u r s de la m o n t a g n e , les plus rapprochés du v i e u x cratère, se portait vers ce point, d e v e n u i n q u i é t a n t . Des choses étranges se passaient que ces pauvres g e n s désolés n e s'expliquèrent pas d'abord. D a n s le m ê m e mois et, pour m i e u x dire, en décembre et m ê m e en mai 1 9 0 1 , il y avait eu certaines perturbations sous-marines dans la r a d e de S a i n t - P i e r r e et a u x environs, avec des oscillations d'une a m p l i t u d e plus ou moins considérable, mais très anormales dans leur ensemble. L e 23 avril 1 9 0 2 , la terre trembla vers 8 heures du m a t i n . L e 2 5 , il y eut u n e tempête dans la m o n t a g n e , p r é l u d a n t au cataclysme. D a n s la n u i t d u 2 au 3 mai, la panique fut g é n é r a l e . L ' è r e nouvelle des éruptions était o u v e r t e . L e 5 , à midi, l'anéantissement presque subit de l'usine G u é r i n plongeait la ville dans la consternation. L e 8, à 7 h e u r e s 50 d u m a t i n , la cité créole disparaissait sous une trombe de v a p e u r s et de

flammes.

Le 20, à la suite d ' u n e a u t r e éruption formidable, les habitants de la Martinique voudraient pouvoir tous ensemble a b a n d o n n e r l'île.


356

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902

L'arrivée de « La France », c o u r r i e r des A n t i l l e s , à Saint-Nazaire.

IMPRESSIONS

DES

P A S S A G E R S .

L E T T R E S

ET

RÉCITS

N A V R A N T S

Saint-Nazaire, 24 mai 1902.

C'est aujourd'hui qu'arrive en F r a n c e le premier paquebot qui ait pris des passagers à la Martinique après la date fatale du

8 mai. Tout Saint-Nazaire est là, recueilli, m u e t , en larmes, a t t e n d a n t c e u x qui vont d é b a r q u e r , sans famille et sans biens, r e v e n a n t vers la mère-patrie, blessés, m e u r t r i s , désolés p e u t - ê t r e de n ' ê t r e pas morts comme les autres ! S u r le r e m o r q u e u r , quelques privilégiés p r e n n e n t place. Ce sont des p a r e n t s , des amis, dont on devine l'anxiété à l e u r a t t i t u d e et à Leurs gestes. L e u r s y e u x interrogent avidement l'horizon. L e ciel est d ' u n e p u r e t é adorable, tel celui des Antilles avant que la cendre du volcan l'eût assombri, mais cela l e u r est indifférent ; leurs y e u x et leurs pensées n'ont d'autre objectif que le paquebot. L e voici qui s'avance en r a d e . On distingue des passagers sur la passerelle, auprès du commandant. Les mouchoirs

s'agitent,

blancs comme les ailes des mouettes. A bord de l'Athlète,

M. Tronche-Macaire, j u g e au t r i b u n a l de

Nogent-le-Rotrou, ne peut r e t e n i r ses larmes. 11 est resté quatre longs jours, quatre siècles, sans nouvelles de son f r è r e .

« Par

quelles angoisses n'ai-je pas passé ! dit-il. J e l'ai cru mort aussi. Enfin, u n câblogramme de F o r t - d e - F r a n c e m'est p a r v e n u , disant : Arriverai Saint-Nazaire. Est-il sur le La France?

J e l'espère et

j e tremble de n e pas l'y trouver, les choses qui se passent maint e n a n t là-bas sont si déconcertantes. D é j à plus de vingt des nôtres sont ensevelis sous la cendre ! » ... U n e m i n u t e p o i g n a n t e , pleine de silence. L e s regards se croisent, on se dévore des y e u x ! L e long des bastingages, les passagers s'agitent, a n x i e u x . Auprès des matelots, blasés d'ordinaire sur l'impression des retours, mais


JOURNAL

DU

25

MAI

357

1902

aujourd'hui émus j u s q u ' a u fond de l'âme, apparaissent des femmes en deuil, des enfants figés dans leur douleur, graves, mûris avant le temps par le chagrin, des mulâtresses coiffées de leurs madras, des officiers a u casque b l a n c . . . Enfin, des visages s'éclairent. On s'est r e c o n n u . MM. T r o n c h e , Macaire v i e n n e n t l'un l'autre d e s'apercevoir. Ils ne poussent pas un cri. Ils n e trouvent pas une parole. Ils essuient leurs larmes. Un a u t r e passager, un homme d ' u n e t r e n t a i n e d'années, reconnaît aussi l'un des arrivants du r e m o r q u e u r , qui tourmente sa barbe blanche, et il l'appelle comme u n enfant, sans s'occuper de ceux qui l'entourent : « P a p a ! papa ! » On accoste. Ah ! que les effusions sont tristes. On s'embrasse bien fort, bien fort, car on a tant cru n e plus se revoir ! E t les d e m a n d e s se pressent, se multiplient, et, à c h a c u n e , presque i n v a r i a b l e m e n t , on n ' e n t e n d que cette réponse l u g u b r e : « Morte ! « Mort! « Tous d i s p a r u s : h u i t , d i x , quinze

, et j u s q u ' à cent-cinquante

ensemble, comme chez P a p i n - D u p o n t , où s'étaient rassemblés, parents, alliés, amis, les du P r e y de la Ruffinière, les de la Houssaye, les Rousseau, e t c . , etc. » M. Louis Ernoult, a d j o i n t au m a i r e de Saint-Pierre.

Au milieu de l'émotion g é n é r a l e , le reporter d ' u n j o u r n a l parisien interroge M. Ernoult, adjoint a u maire de Saint-Pierre. En raison d'une

dépêche

d o n n a n t , l u i d i t - i l , le chiffre

de 12 0 0 0 per-

s o n n e s r é f u g i é e s d a n s le s u d d e l ' î l e , o n a v o u l u se p e r s u a d e r q u e le des v i c t i m e s n ' a t t e i n t p a s 4 0 0 0 0 ,

comme l'ont a n n o n c é les feuilles

nombre publi-

q u e s d e N e w - Y o r k et d e L o n d r e s .

M. Louis Ernoult a répondu en substance : L e chiffre d e 4 0 0 0 0 , h é l a s ! n ' e s t p o i n t e x a g é r é . S a u f q u e l q u e s c e n t a i n e s de femmes et d ' e n f a n t s , p a r t i s d e S a i n t - P i e r r e la veille ou l'avant-veille d u d é s a s t r e , e t ceux q u e l e u r s affaires a v a i e n t a p p e l é s à F o r t - d e - F r a n c e , population de la ville avec celle de sa banlieue a péri tout entière !

la


358

LA CATASTROPHE

DU MOIS DE MAI

1902.

L e récit qu'on lui d e m a n d e des é v é n e m e n t s , l'adjoint de SaintPierre le donne à peu près en ces termes : L e mardi 6 mai, m a femme

voulut quitter Saint-Pierre. J'acquiesçai à

son désir de partir aussitôt p o u r la c a m p a g n e , très loin du nous rendîmes à S a i n t - J o s e p h ,

volcan, et nous

d a n s le s u d d e l ' î l e , à 1 2 k i l o m è t r e s d e

Fort -de-France. M o n i n t e n t i o n é t a i t de r e n t r e r seul à S a i n t - P i e r r e , a p r è s u n j o u r ou deux de repos a u g r a n d a i r . C'est p o u r q u o i , le j e u d i 8, j e d e s c e n d i s a u chef-lieu, p o u r p r e n d r e le b a t e a u - p o s t e f a i s a n t l e s e r v i c e e n t r e l e s d e u x v i l l e s . L à , j ' a p p r i s la stupéfiante nouvelle. J'insistai auprès des autorités p o u r être admis à

me rendre

immédiate-

m e n t s u r le l i e u d e l a c a t a s t r o p h e , m a i s , j u s q u ' a u s u r l e n d e m a i n , m e s s o l l i c i t a t i o n s r e s t è r e n t s a n s effet. Q u a n d , e n f i n , j e p u s r e v o i r l a v i e i l l e c i t é , q u e d i s - j e ? eampos fuit,

ubi

Troja

la t r o m b e d e feu a v a i t t o u t r a s é !

L e p h a r e de la p l a c e B e r t i n était s e c t i o n n é à q u e l q u e s mètres du sol. Les

arbres

de la p r o m e n a d e gisaient,

sans avoir

été a t t e i n t s p a r les

flammes. D u côté de la c a t h é d r a l e , j e n e r e t r o u v a i s que des p a n s de m u r . Au Fort,

le m a r c h é

c o u v e r t s ' é t a i t v o l a t i l i s é , s a n s q u ' i l y s u b s i s t â t la

m o i n d r e trace des piliers é n o r m e s qui s o u t e n a i e n t la c h a r p e n t e . T r o i s v a i l l e s s é p a r a n t la ville d u v o l c a n , l'on s ' i m a g i n a i t q u e n u l l e force ne parviendrait à les franchir toutes. A leur place, s'étend a u j o u r d ' h u i une plaine morte. J'habitais

la rue L o n g c h a m p ,

au

C e n t r e . J u s q u ' a u p r e m i e r é t a g e , les

murailles, les p o r t e s , les m e u b l e s de m a m a i s o n é t a i e n t i n t a c t s ; plus

haut

e t aux a l e n t o u r s , rien, sauf u n a r b r e , e n c o r e d e b o u t d a n s m o n j a r d i n . L e cataclysme a eu la rapidité de l'éclair. D a n s l e s é c u r i e s d e l a g e n d a r m e r i e , les c h e v a u x , f o u d r o y é s , s o n t t o m b é s les n a s e a u x d a n s la m a n g e o i r e . O u t r e l ' e f f r o y a b l e q u a n t i t é d e g a z p r o j e t é e p a r le v o l c a n , a v e c u n e v i o lence inouïe, l'embrasement

général a été puissamment alimenté par

dépôts de rhums et p a r d ' a b o n d a n t e s

provisions de toutes

sortes

nos

d'autres

matières inflammables. L e s habitants du Morne-Rouge ont vu courir avec une vitesse vertigineuse l'infernale trombe dévastatrice au-dessus de leurs têtes, sans risque pour eux-mêmes. Le bourg du Carbet était fortement endommagé : mâts, cordages, pirogues, cadavres y apparaissaient pêle-mêle avec des tuiles, des meubles, des filets, d e s m a t e l a s , d e s h a m a c s e t d e l a v a i s s e l l e . L à , des soldats d'infanterie coloniale, venus pour procéder au

sauvetage


JOURNAL

DU 2 5 MAI

359

1902

d e s s u r v i v a n t s , d u r e n t p r e s q u e se b a t t r e a v e c l e s s i n i s t r é s p o u r l e s e m p ê c h e r , d a n s l e u r folle p r é c i p i t a t i o n , d ' é c r a s e r l e s b l e s s é s e t d e f a i r e

couler

bas les c a n o t s . Ces braves enfants de la F r a n c e travaillaient, d a n s l'eau j u s q u ' à la c e i n t u r e , p o u r e m b a r q u e r les femmes, les e n f a n t s , les infirmes, les m a l h e u r e u x qui se p r é s e n t a i e n t . P l u s i e u r s d ' e n t r e eux p l e u r a i e n t à c h a u d e s larmes devant tant

d'infortunes.

J ' e s p è r e bien q u ' a u c u n e c r é a t u r e , vînt-elle à dépasser l'âge de Mat h u s a l e m , n e v e r r a p l u s d e p a r e i l l e s h o r r e u r s , si r a p i d e s e t si c o l o s s a l e s . E t dire que depuis longtemps déjà nous aurions d û nous signaler chaque j o u r , les u n s a u x a u t r e s , de g r a v e s m e n a c e s ! . . . A d a t e r d e l ' a n é a n t i s s e m e n t de l'usine G u é r i n , n o t a m m e n t , la situation était j u g é e i n t e n a b l e p a r b e a u coup des plus vaillants Saint-Pierrois. P o u r comble, dans la j o u r n é e du 7, une canonnade presque ininterrompue gronda

e n t r e S a i n t - V i n c e n t et

Martinique et, à l'embouchure de nos rivières, l'eau était aspirée p a r

la une

sorte de siphon, puis rejetée au loin avec fracas, t a n t ô t en colonnes g i g a n t e s q u e s , t a n t ô t e n n a p p e s i m m e n s e s . C e s p h é n o m è n e s si m u l t i p l e s d e s d e r niers j o u r s d e S a i n t - P i e r r e et t a n t d ' a u t r e s , qui les a v a i e n t précédés, ne nous ont pas ouvert les y e u x ! ! ! M . E r n o u l t d é c l a r e f a u x le b r u i t q u i a c o u r u d'une aux habitants

de Saint-Pierre

de quitter

d i t - i l , c ' e s t q u e j e l ' a i b i e n quittée

la ville

défense

menacée.

formelle

faite

« E t la p r e u v e ,

et q u e d ' a u t r e s o n t d û a g i r c o m m e m o i ,

à la prière de leurs femmes et d e leurs

e n f a n t s , saisis de p e u r ,

voulant

fuir à t o u t prix et s'en a l l e r a u l o i n . »

L e témoignage de l'ancien adjoint a u maire n e va pas a u delà. Q u a n t à la stupéfiante pression morale résultant des fermes assurances publiées à cor et à cri par la commission savante que présida le gouverneur, personne n ' a plus rien à en d i r e . Le docteur Masurel, m é d e c i n d u « Suchet ».

D e son côté, le docteur Masurel, passager à bord d e La

France,

raconte ce qui suit : Il y a eu, le 8 mai, plusieurs p h é n o m è n e s : u n e formidable

commotion

é l e c t r i q u e q u i a c o m p l è t e m e n t r a s é l a p a r t i e n o r d de l a ville (le F o r t ) , ainsi q u e le f a u b o u r g d u F o n d s - C o r é et le q u a r t i e r de S a i n t e - P h i l o m è n e ; puis, u n é c l a i r f u l g u r a n t , q u e le Pouyer-Quertier

a vu partir du sommet du volcan

et qui a t u é la p o p u l a t i o n . A p r è s u n n u a g e de fumée et de b o u e , u n e g e r b e de matières en

fusion

s'est élevée, en forme d'éventail, du cratère et s'est a b a t t u e sur la m a l h e u reuse cité.


360

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902.

Q u a n d , le soir, nous sommes passés à S a i n t - P i e r r e , la ville était en feu. Nous avons recueilli les survivants des navires coulés, mais nous

n'avons

pas trouvé u n seul être vivant à terre. L ' u n des n ô t r e s a d é b a r q u é . I l a vu p e u de c a d a v r e s , c a r ils é t a i e n t e n sevelis sous les d é c o m b r e s , sauf d a n s la r u e V i c t o r - H u g o ,

où des

morts

a f f r e u s e m e n t d é c h i q u e t é s offraient le r e p o u s s a n t s p e c t a c l e d e c r â n e s e t d e ventres ouverts. A u Carbet, q u e l q u e s g e n s , à n o t r e a p p r o c h e , agitèi-ent des m o u c h o i r s . D é c r i r e l e u r j o i e d é l i r a n t e , q u a n d n o u s les a v o n s pris à b o r d , est impossible. Les infortunés ! Que d'épouvante dans leurs yeux ! Quelques-uns d e ces survivants sont devenus fous, d'autres sont

morts

presque aussitôt.

Un fait qui m o n t r e dans t o u t e son h o r r e u r le c a t a c l y s m e de l a cité créole.

U n voilier bordelais, la Marie-Hélène,

arrivait devant Saint-

P i e r r e , le j o u r m ê m e du d é s a s t r e . L e capitaine, u n v i e u x marin qui a fait le voyage de la Martinique toute sa vie, allait et v e n a i t sur le pont. Il r e g a r d e et n e comprend pas. P u i s , l'effroi, u n e peur insensée, l'étreint. Il appelle un matelot, lui montre la plage et d e m a n d e : « Qu'est-ce que tu vois là, toi ? » Celui-ci, épouvanté l u i - m ê m e , examine et n e sait que répondre : « J e ne vois r i e n , capitaine. » E t où ce brave garçon, en effet, eûtil pu trouver des mots pour p e i n d r e la chose qui s'offrait à ses yeux ahuris? Le capitaine pourtant répète : « Mais si ! Dis-moi, enfin, ce que tu découvres, ce qui est là-bas d e v a n t nous !» — « J e n e sais pas. » Alors, le p a u v r e commandant de la Marie-Hélène,

se serrant la tête

entre les mains, comme dans u n é t a u , s'écria désespéré : « Mon Dieu ! j e suis d e v e n u fou ! » Voilà ce que c'était que S a i n t - P i e r r e : u n p a n o r a m a si déconcertant, d'une horreur si invraisemblable, si éloigné de tout ce q u ' u n cerveau h u m a i n p e u t r ê v e r , q u e des loups de mer qui l'ont vu brusquement, avant de rien savoir de ce qui venait de se passer, ont p u croire, en face de cet étrange spectacle, qu'ils étaient fous! L a destruction de la vieille cité n'était cependant pas également


J O U R N A L D U 2 5 MAI

1902

361

complète dans toutes ses parties. En effet, le Mouillage était démoli, mais, du moins, il en subsistait encore des traces, tandis que, au delà, presque plus rien, pas même des ruines. Imaginez, si vous pouvez, un marteau-pilon qui, couvrant une surface de 25 kilomètres carrés, pulvérise en quelques coups toute une ville, avec ses quarante mille habitants ! Après le cyclone de 1891, on avait décidé de construire un marché couvert assez solide pour défier, croyait-on, les pires violences de la nature en courroux. On l'édifia tout en fonte, avec des piliers de plus de trente centimètres d'épaisseur. Il n'en reste rien. Etnon seulement il a été impossible de retrouver la trace la plus vague de cette construction de fer, sur la surface de 2 000 mètres carrés qu'elle couvrait, mais, nulle part, au loin, aucun vestige M. A M E D E E K N I G H T n'en a pu être relevé. INDUSTRIEL,

SENATEUR

DE

LA

MARTINIQUE

C'est le sénateur de la Martinique, M. Amédée Knight, qui a donné cette frémissante analyse d'émotions et de faits désolants que nous venons de résumer. « J'étais arrivé dans la colonie quelques jours avant l'éruption, dit M. Knight, et j'avais été surpris des manifestations du mont Pelé, cette belle montagne verdoyante, liée jusqu'ici à toute notre vie créole, couronnée de lilas, avec un air de fête, comme parle Malte-Brun. Au moment de la catastrophe, je me trouvais au Lorrain pour une conférence électorale.


362

LA

CATASTROPHE

D U MOIS

D E M A I 1902.

« Au retour, comme je me rapprochais de Saint-Pierre, je rencontre des gens affolés fuyant à travers la campagne et, dans le lointain, j'aperçois des fumées sinistres d'où s'échappent des pierres incandescentes... La zone de feu s'était étendue autour de la cité et ravageait les cottages de la banlieue. « Je gagnai Fort-de-France et, faisant trêve à ma douleur, puisque je ne pouvais conserver aucun espoir de revoir mon père, mes frères, ma sœur et leurs familles, je pris, d'accord avec M. Lhuerre, les mesures les plus urgentes. « La population s'est montrée héroïque, aussi bien dans sa résignation après le cataclysme que dans les secours apportés aux victimes. « La colonie souffrait déjà depuis de longues années d'une crise économique et c'est à ce moment que le désastre se produit! Les pertes matérielles nouvelles dépassent 300 millions. Saint-Pierre se relèvera-t-il de ses ruines? Je n'en sais rien. La ville me paraît à jamais effacée de la carte du monde. Qui oserait revenir vivre au pied du terrible volcan qui fit tant de victimes? » Lettre de M. J. D u m a s . i

rae

M Dumas, née Marie La Boissière, femme d'un honorable négociant de Saint-Pierre, s'était réfugiée, dès le 6 mai, dans le bourg du Saint-Esprit, à une soixantaine de kilomètres du volcan. Ses quatre jeunes enfants l'accompagnaient. C'est à cette sage mesure, prise à temps, qu'ils doivent, ayant tout perdu, d'avoir au moins la vie sauve. Quant à M. Dumas, retenu en ville pour la garde de son magasin et pour son courrier, il écrivait, le matin même du désastre, une lettre qui, dans son admirable simplicité, témoigne bien de la sécurité funeste qui n'abandonna presque à aucun moment la malheureuse population qui allait périr. Saint-Pierre, ce matin, 8 mai. MA CHÈRE M A R I E , MES BONS PETITS ENFANTS, Il e s t 3 h e u r e s e t d e m i e . — I l y a p l u s d e d e u x h e u r e s q u e j e n e

dors

p a s . — - J e vous écris a u milieu d ' u n feu d'artifice q u e j e n e s a u r a i s vous dépeindre.


JOURNAL D U 2 5 MAI

363

1902

Figurez-vous deux orages ensemble : l'un, volcanique,

a v e c ses

lueurs

blafardes, d ' u n bleu indécis, affectant des formes fantastiques, à t r a v e r s des grondements sourds, sans une seconde d'interruption

entre eux;

l'autre,

a t m o s p h é r i q u e , a v e c ses b r i l l a n t s éclairs e n z i g z a g s , d é c h i r a a t le ciel, et des b r u i t s s t r i d e n t s de toile a r r a c h é e v i o l e m m e n t p a r des m a i n s i n l a s s a b l e s ! Cela, j e vous a s s u r e , fait t r é p i d e r

les m a i s o n s , u n

peu aussi les cou-

rages . V o i l à le s p e c t a c l e g r a n d i o s e et t e r r i b l e a u q u e l j ' a s s i s t e d e p u i s ce t e m p s ! V r a i m e n t , que c'est b e a u , saisissant, sublime ! Q u e l d o m m a g e q u ' u n e p a r e i l l e magnificence n e soit p a s s a n s d a n g e r ! Cette peur de l'inconnu provoque, malgré vous, comme un petit d a n s le c o r p s , e t , p a r t a n t , p o i n t d e p l a i s i r , p o i n t d ' a g r é m e n t ,

frisson

plus de poé-

sie c a p t i v a n t e e n c e s s c è n e s m e r v e i l l e u s e s d e l a n a t u r e ! Q u ' i l s s o n t m e s q u i n s , les e x p l o s i f s e t l e s l u m i è r e s d e n o s f ê t e s , à c ô t é d e ceux du volcan ! J ' a i h o n t e d ' ê t r e si p e t i t , si i g n o r a n t , si « r i e n », d e v a n t ces f o r c e s p u i s santes des éléments déchaînés. Quel magasin d'électricité dans notre m o n t a g n e ! En la distribuant avec m e s u r e , il y a u r a i t d e q u o i é c l a i r e r S a i n t - P i e r r e p e n d a n t m i l l e a n s . C e t o r a g e s e r a u n b i e n f a i t p o u r l a v i l l e . I l p l e u t . N o u s a v i o n s b e s o i n de ce v o l u m e d ' e a u p o u r p u r i f i e r l e s r u e s e t l e s t o i t u r e s d e l a c e n d r e q u i n o u s incommodait. E t q u e l b o n h e u r i n a p p r é c i a b l e q u e c e t t e é n o r m e q u a n t i t é d ' é l e c t r i c i t é se d é g a g e a n t a u d e h o r s ; c a r , si e l l e e û t p e r s i s t é e n c o r e u n p e u à s e ser d a n s les

flancs

du mont Pelé, qui pourrait dire de quelles

conden-

explosions

épouvantables nous étions menacés ? Saint-Pierre

se c o m p o r t e

bravement

en face

de

son

Goliath.

On

ne

b r o n c h e p a s . J u s q u ' à p r é s e n t , il n ' y a a u c u n d a n g e r p o u r l a v i l l e . C e q u e n o u s r e d o u t i o n s , c ' é t a i e n t les t r e m b l e m e n t s d e t e r r e : or, ils sont é c a r t é s par l'éruption. M a i s , si n o u s j o u i s s o n s d ' u n p e u d e t r a n q u i l l i t é , il n ' e u e s t p a s d e m ê m e d a n s ce p a u v r e F o n d s - C o r é : d e t o u t c e r i c h e q u a r t i e r , j e n e d o n n e r a i s p a s u n c e n t i m e , à l ' h e u r e q u ' i l e s t . L a n u i t d e r n i è r e , l e s d e u x r i v i è r e s q u i le c e r n e n t o n t f a i l l i le c o u v r i r t o u t e n t i e r .

L'Ex-Voto

reste indemne, mais,

à

l ' a u t r e e x t r é m i t é , la t o n n e l l e r i e m é c a n i q u e et les m a i s o n s voisines o n t été s u b m e r g é e s . C e c i n ' e s t p o i n t l ' œ u v r e d u v o l c a n , m a i s p l u t ô t le f a i t d u f o r t d é b o r d e m e n t o c c a s i o n n é p a r l e s g r a n d e s p l u i e s q u i se s o n t d é v e r s é e s s u r l a m o n t a g n e . I l n ' y a p l u s p e r s o n n e d a n s les v i l l a s d e l a b a n l i e u e ; j ' y s u i s a l l é h i e r , t o u t e s l e s m a i s o n s é t a i e n t c l o s e s , o u , si q u e l q u e s - u n e s encore, c'est q u e leurs propriétaires

se h â t a i e n t d ' a c h e v e r

s'entr'ouvraient leur

déména-

gement. L ' o r a g e b a t son plein au-dessus de m a tête. L ' e a u tombe à gros bouillons. Depuis deux jours, nos bassins étaient vides.


364

LA

CATASTROPHE

DU

MOIS

DE

MAI

1902.

J e m'étais arrêté d'écrire à 4 heures, croyant prendre un petit sommeil, mais il n ' y a p a s eu m o y e n . L a t e m p ê t e c o n t i n u e , avec u n peu

d'ac-

calmie p o u r t a n t . P a r c o n t r e , la m o n t a g n e r e d o u b l e ses f u r e u r s . E l l e g r o n d e effroyablement ! Oh ! m a chère Marie, que j e suis c o n t e n t q u e t u n'aies pas été ici, cette n u i t , c a r t u a u r a i s t r o p souffert ; et les p a u v r e s p e t i t s , m o n D i e u ! d a n s quelle détresse les aurais-je vus ! Enfin, le j o u r vient. L'Angélus s o n n e . C'est l'Ascension. Cela r a m è n e au c œ u r j e ne sais quelles douces pensées, quelles délices, quelle joie s u a v e ! J e n e vois pas encore la ville, mais s e u l e m e n t le voisinage. Grâce à la pluie torrentielle,

nos toitures

ont repris leur vive

couleur.

L e s a r b r e s o n t c e s s é d ' ê t r e affreux. L e p a v é r e l u i t c o m m e a u p a r a v a n t . Cette vue plus gaie nous réconfortera tous. Q u a n t a u x effets p r o d u i t s p a r l e v o l c a n d a n s la m o n t a g n e , j e l e s a p p r e n d r a i d a n s la j o u r n é e . H i e r , la p l u p a r t des m a g a s i n s sont restés o u v e r t s . L a vie v o u d r a i t r e p r e n d r e , m a i s les affaires c h ô m e n t t o t a l e m e n t . Pensez donc, plus d'étrangers, plus d'acheteurs, plus a u c u n e transaction ! J e m'efforce de g a r d e r mon sang-froid.

S a n s n i e r le p é r i l , j e n e l e

vois

p a s e n c o r e si p r è s q u e ç a . J e v o u s e n v o i e Les

Antilles

e t Les

Colonies.

V o u s v e r r e z , en les feuille-

t a n t , q u e j e ne suis pas seul à dire qu'il n ' y a point de d a n g e r à rester à S a i n t - P i e r r e . T r a n q u i l l i s e z - v o u s d o n c à m o n sujet e t a t t e n d o n s . J e ' m e réjouissais à l'idée d e p a s s e r c e t t e belle fête d e l ' A s c e n s i o n

avec

v o u s , mes chéris. C'est bien le cas d e r é p é t e r : « L ' h o m m e propose et D i e u dispose. » Allons, vous tous que j ' a i m e tant, recevez mes plus tendres baisers. J.

DUMAS.

Cet excellent p è r e , ce travailleur h o n n ê t e , tout à son devoir, finissait d'écrire à 5 heures d u m a t i n , déposait lui-même sa lettre à 6 h e u r e s au b a t e a u et, à 7 h e u r e s 5 0 , de lui comme de la ville entière, il n ' y avait plus que des cendres. A cette famille a m i e , toutes mes condoléances, et a u cher disparu, le tribut de mes prières. Rapport de M. Ellery Scott, un des officiers d u « R o r a i m a ». L e j o u r c o m m e n ç a i t à p o i n d r e l o r s q u e , le 8 m a i , a u m a t i n , l a M a r t i n i q u e ut signalée. N o u s v e n i o n s d e t r a v e r s e r u n o r a g e , e t il é t a i t e n v i r o n 6 h e u r e s

lorsque


JOURXAL D U 2 5 MAI nous jetâmes l'ancre,

365

1902

eu vue d u d é b a r c a d è r e de la place lîertin.

Quand

l ' a g e n t v i n t à b o r d a v e c l e s c h a l a n d s e t l e s g a b a r i e r s , il n o u s d i t q u e m o n t a g n e P e l é e faisait des s i e n n e s , depuis le samedi, et que, j u s q u e

la

dans

S a i n t - P i e r r e , il é t a i t t o m b é u n e f o r t e p l u i e d e c e n d r e s c h a u d e s . C e p e n d a n t , le v o l c a n p a r a i s s a i t a p a i s é , e t l e s g a b a r i e r s se m i r e n t v a i l l a m m e n t a u t r a v a i l . 11 y a v a i t à l ' a n c r e à c ô t é d e n o u s , d a n s l a r a d e , e n v i r o n d i x - h u i t v a p e u r s ou c a b o t e u r s , Tamaya,

dont l'un

était

un navire français

d u port de N a n t e s , le

sans compter quatre grands voiliers. L e steamer anglais

Roddam

était mouillé tout près. I l se p r o d u i s i t a l o r s u n s i n g u l i e r p h é n o m è n e , c o m m e u n e , s o r t e d e t r é p i dation d e l'atmosphère, et j ' e u s la sensation d'avoir été bousculé p a r u n e main invisible. Immédiatement, quelqu'un s'écria auprès de moi : — Grand Dieu ! regardez. I l a v a i t l e s y e u x fixés s u r l a M o n t a g n e P e l é e e t l e s r e g a r d s d e t o u s p r i rent la même direction. Ce que j e vis, j e suis i m p u i s s a n t à le d é c r i r e , mais m a première p e n s é e fut q u e c ' é t a i t l a fin d u m o n d e . O n a u r a i t d i t q u e t o u t c e q u ' i l y a d e d y n a m i t e d a n s l ' u n i v e r s v e n a i t de faire s a u t e r la m o n t a g n e . U n e i m m e n s e colonne de flammes s'éleva d a n s l'air, puis, sembla crouler sur nous du haut du

s'élargissant,

ciel. J e courus alors, avec notre se-

cond, Moxley, et q u e l q u e s h o m m e s , vers la pointe d ' a v a n t p o u r essayer de lever l ' a n c r e . E n p a s s a n t , j ' e n t e n d i s le c a p i t a i n e d o n n e r des ordres et j e vis M a c F e a r , le m é c a n i c i e n , d e s c e n d r e p r é c i p i t a m m e n t d a n s l ' e n t r e p o n t . A u m o m e n t où nous arrivions à l'avant, la terrible trombe était sur n o u s . U n e a v a l a n c h e d e pierres i n c a n d e s c e n t e s , de f a n g e b o u i l l a n t e et de g o u t t e s d e feu s ' a b a t t i t s u r le b â t i m e n t c o m m e u n e v o l é e d e m i t r a i l l e . E n t e m p s , t o u t e l ' e a u d u p o r t semblait se r a m a s s e r en bloc avec

même

u n fracas

é p o u v a n t a b l e , p o u r se r u e r à l ' a s s a u t d e s n a v i r e s q u i , s o u l e v é s p a r l ' é n o r m e v a g u e , n a r u r e n t c a p o t e r e t c o u l e r à p i c . Q u a n d le r a z d e m a r é e a t t e i g n i t le Roraima,

c e fut u n e f f r o y a b l e c o u p d e t a n g a g e . T o u t fut r a s é s u r le p o n t :

l e s m â t s , le3 c h e m i n é e s , l e s e m b a r c a t i o n s . I l y a v a i t u n m a n c h e à a i r à m a p o r t é e , j e m ' y a c c r o c h a i d e t o u t e s m e s forces, c e qui faillit m e c o û t e r

la

v i e , c a r l ' i m p é t u o s i t é d u flot fit e n t r e r m o n c o r p s d a n s l ' o r i f i c e . D e u x g a b a riers me dégagèrent

et m ' e n t r a î n è r e n t

à l'entrepont. J ' y restai quelques

i n s t a n t s , à m o i t i é é v a n o u i , p e n d a n t q u e l e s p r o j e c t i l e s e t le f e u p o u r s u i v a i e n t l e u r œ u v r e de d é v a s t a t i o n a u - d e s s u s de m a t ê t e . D e temps en temps, u n matelot carbonisé dégringolait, avec des h u r l e m e n t s a t r o c e s , à t r a v e r s l'écoutille, et e x p i r a i t e n b a s : j e fus b i e n t ô t e n s e veli sous u n m o n c e a u de c a d a v r e s . Q u e l q u ' u n p o u r t a n t

m'ayant relevé, je

r e m o n t a i s u r l e p o n t et me. m i s à e s s a y e r d e s a u v e r l e s b l e s s é s , é t e n d u s ç à et l à s o u s l a b o u e e t l e s p i e r r e s i n c a n d e s c e n t e s q u i c o n t i n u a i e n t d e p l e u v o i r . P e n d a n t q u e j ' é t a i s à c e t t e b e s o g n e , l e c a p i t a i n e M u g g a h p a r u t . J e n e le


366

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902.

r e c o n n u s q u ' à ses v ê t e m e n t s qui fumaient ; son visage, e n t i è r e m e n t b r û l é , était méconnaissable. — Amène tout ! cria-t-il. I l fut i m p o s s i b l e d ' o b é i r à c e t o r d r e , c a r , a p r è s a v o i r é c h a p p é a u r a z d e m a r é e , le navire avait été t r o u é comme u n e é c u m o i r e

par la pluie de feu.

J e n ' a i p a s r e v u le c a p i t a i n e d e p u i s , m a i s u n g a b a r i e r m ' a d i t q u ' i l a v a i t sauté par-dessus

bord, s'était réfugié sur u n radeau improvisé et qu'il y

était mort presque aussitôt. P e n d a n t ce temps, la mer continuait à rouler de formidables lames de fond. L a m o n t a g n e P e l é e ne cessait de m u g i r et d e prodigieuses secousses ébranlaient l'atmosphère. D u côté de S a i n t - P i e r r e , le spectacle était terrifiant. L a ville avait disp a r u et à sa p l a c e on n ' a p e r c e v a i t q u ' u n e i m m e n s e t r a î n é e d e

poussière

g r i s e , d e flamme e t d e f u m é e . T o u t a u t o u r d e n o u s , l e s n a v i r e s q u i n ' a v a i e n t pas coulé

flambaient,

et la rade était couverte de cadavres

flottant

isolé-

m e n t ou p a r g r o u p e s . Quelques heures plus tard — j e ne saurais dire au juste combien — vers 3 h e u r e s de l'après-midi, d ' a p r è s ce q u ' o n m ' a r a c o n t é , le navire Suchet

irançais

p u t nous accoster : c'est ainsi que j ' a i été sauvé avec plusieurs per-

sonnes, toutes plus mortes que vives. On nous conduisit à

Fort-de-France,

où nous avons été recueillis à l'hôpital.

Neuf des compagnons de M. E l l e r y Scott m o u r u r e n t dans le trajet Un récit d ' u n e t e r r i f i a n t e éloquence.

Q u ' o n lise m a i n t e n a n t ces pages, d ' u n e intensité d'émotion prodigieuse, écrites par M"

10

Charles Dujon, n é e E m i l i e Décomis,

créole de S a i n t - P i e r r e , â m e p u r e , simple et héroïque. Son récit sublime est d'un bout à l'autre le cri de la v é r i t é , de la consternation et de la piété. L'immensité du cataclysme s'y montre dans toute sa force et toute sa désolation. L a M o n t a g n e P e l é e v i e n t d ' a v o i r u n effroyable réveil. J a m a i s , d e p u i s la d é c o u v e r t e d e la M a r t i n i q u e , r i e n n ' a v a i t p u laisser p r e s s e n t i r les événements

cruels

d'aujourd'hui.

E n 1 8 5 1 , u n e p e t i t e é r u p t i o n a v a i t eu l i e u ( ' ) . L a ville de

Saint-Pierre

et les m o r n e s a v o i s i n a n t s s'étaient c o u v e r t s d ' u n e l é g è r e c o u c h e de c e n d r e ;

1. Ce récit dit t r è s bien ce qu'était, au sein de la popu'ation, le souvenir de l'éruption volcanique de 1851.


JOURNAL

DO 2 5 MAI

o67

1902

mais, ce p h é n o m è n e n ' a y a n t été que p a s s a g e r , la p o p u l a t i o n oublia vite son é m o i . J e c r o i s m ê m e , e n fin d e c o m p t e , q u e l ' é r u p t i o n d e 1 8 5 1 a v a i t p l u t ô t laissé a u fond des esprits u n e impression de s é c u r i t é absolue q u ' u n

senti-

m e n t d e c r a i n t e , si b i e n q u e , a u x p r e m i e r s s y m p t ô m e s d e m a l a i s e d a n s l e s flancs

de la m o n t a g n e , cette a n n é e - c i , on s'imagina q u e ce n e serait q u ' u n e

curieuse r é é d i t i o n de la p o u s s é e v o l c a n i q u e d ' a n t a n . L e f a i t a c c o m p l i , d ' u n e m a n i è r e s i b r u t a l e e t si f é r o c e , j e m e d e m a n d e , a u c o n t r a i r e , m a i n t e n a n t , c o m m e n t il a p u a d v e n i r q u e les h a b i t a n t s , p r i s de p a n i q u e ,

après

les terribles avertissements

que Dieu nous

envoyait,

n ' a i e n t p a s tous c h e r c h é , en temps utile, u n refuge à F o r t - d e - F r a n c e ou dans les colonies voisines. F é v r i e r 1902, a u P r ê c h e u r . C ' e s t q u e , e n effet, d è s l e m o i s d e f é v r i e r , d e s o d e u r s d e s o u f r e de l a m o n t a g n e o n t c o m m e n c é à

i n c o m m o d e r le q u a r t i e r de la

émanant Rivière-

B l a n c h e qui,, d e t o u s l e s p o i n t s d e l a c ô t e , e s t le p l u s r a p p r o c h é d u v o l can ('). J ' h a b i t a i s , a v e c les p a r e n t s d e m o n mari, la propi-iété d e l à G r a n d e - C a s e , à 10 k i l o m è t r e s d e l a v i l l e , d a n s l a c o m m u n e d u P r ê c h e u r .

Ma mère et le

reste de m a famille r é s i d a i e n t d a n s la cité m ê m e . N o u s allions s o u v e n t les voir. C'est dans u n de ces v o y a g e s q u e , p o u r la p r e m i è r e fois, j ' a i

senti

des émanations sulfureuses. N o u s revenions de S n i n t - P i e r r e . A la RivièreB l a n c h e , l à o ù l ' o n v o i t l a m o n t a g n e se d r e s s e r d a n s s a p l u s

majestueuse

b e a u t é , le soufre nous saisit à la g o r g e et n o u s i n c o m m o d a sur u n

trajet

de 1 kilomètre. Nous ne nous rendions pas encore très bien c o m p t e de ce p h é n o m è n e ni de sa v é r i t a b l e c a u s e . E n p e u de t e m p s , l ' o d e u r

augmenta

e n i n t e n s i t é e t , d e l a R i v i è r e - B l a n c h e , g a g n a S a i n t e - P h i l o m è n e , le P r ê c h e u r et les h a b i t a t i o n s des a l e n t o u r s . L e s travailleurs r a c o n t è r e n t alors q u e , d a n s l a p a r t i e d e l a m o n t a g n e a p p e l é e 1' « E t a n g - S e c », u n p e u a u - d e s s o u s d u m o r n e L a c r o i x , des fumerolles avaient fait leur apparition. Cela n'était pas e n c o r e e f f r a y a n t . A l a G u a d e l o u p e , il y e n a e n p e r m a n e n c e e t l e s t o u r i s t e s se p l a i s e n t à c h a u f f e r l e u r c a f é s u r c e s c r a t è r e s e n m i n i a t u r e . U n e chose é t r a n g e c o m m e n ç a p o u r t a n t à m'émouvoir u n p e u . U n e fois, après u n e a b s e n c e d ' u n e s e m a i n e , en r e n t r a n t à la G r a n d e - C a s e , j e t r o u v a i toute l'argenterie

couverte de taches semblables à l'acier bleui. Rien de

pareil ne s'était manifesté à S a i n t - P i e r r e . E n t r e le P r ê c h e u r et le v o l c a n , il y a c e p e n d a n t u n e d i s t a n c e p l u s g r a n d e q u e c e l l e q u i s é p a r e 1' « E t a n g S e c » d e l a v i l l e . L e v e n t , s a n s d o u t e , soufflait d e n o t r e c ô t é .

1. D è s le m o i s d e d é c e m b r e p r é c é d e n t , on a u r a i t p u déjà c o n c e v o i r d e s a l a r m e s . L a r a d e d e S a i n t - P i e r r e s u b i t a l o r s , à trois ou q u a t r e r e p r i s e s , d e s osoillations b i z a r r e s , t o u t à fait a n o r m a l e s . O n n ' y p r ê t a m a l h e u r e u s e m e n t p a s attention.


368

LA

CATASTROPHE

DU

MOIS

DE

MAI

1902.

25 avril. L e s choses durèrent en l'état j u s q u ' a u vendredi 25 avril. Ce jour-là, entre 7 et 8 heures du matin, j ' é t a i s au rez-de-chaussée, quand u n b r u i t v i o l e n t , é t r a n g e , a c c o m p a g n é d ' u n e f o r t e s e c o u s s e , se fit e n t e n d r e . L a c o m m o t i o n fut si r a p i d e q u e j e r e s t a i u n m o m e n t i n t e r d i t e , le c œ u r b a t t a n t , n e s a c h a n t p a s si c ' é t a i t u n t r e m b l e m e n t d e t e r r e q u i v e n a i t d e m'effrayer à ce point. O n a u r a i t pu croire aussi q u ' u n objet très lourd

s'était

a b a t t u à l'étage supérieur. Ma belle-mère et m a s œ u r vinrent à moi, en dis a n t qu'elles a v a i e n t senti u n e secousse très b i z a r r e . Mon m a r i et les travailleurs avaient e n t e n d u comme n o u s ce b r u i t a n o r m a l . D e u x h e u r e s après, l a c e n d r e t o m b a i t , fine, i m p a l p a b l e , c e p e n d a n t t r è s l o u r d e , d ' u n g r i s b l e u â t r e , avec u n e o d e u r de soufre bien p r o n o n c é e . E l l e n e t o m b a p a s l o n g t e m p s s u r l e s h a u t e u r s . L e s t r a v a i l l e u r s p u r e n t eu recueillir de petites q u a n t i t é s sur les larges feuilles de c h o u x c a r a ï b e s . D a n s l ' a p r è s - m i d i , il y e u t d e u x s e c o u s s e s d e t r e m b l e m e n t d e t e r r e . C e f u r e n t les seules de toute l'éruption. L e lendemain, suivant notre habitude, nous étions descendus à

Saint-

P i e r r e p o u r y p a s s e r le d i m a n c h e . J e p a r l a i à m a m è r e d e c e q u e n o u s avions éprouvé a u P r ê c h e u r . E n ville aussi, o n a v a i t ressenti les secousses, m a i s l a c e n d r e n ' y é t a i t p o i n t e n c o r e a r r i v é e . L à , d u r e s t e , o n se p r é o c c u p a i t bien moins des troubles volcaniques que des élections. Coïncidence

remar-

quable : ne dit-on pas que P o m p é i a été ensevelie p e n d a n t une période élect o r a l e e t q u ' o n r e t r o u v a s u r l e s m u r s d e l a v i l l e m o r t e l e s p r o f e s s i o n s d e foi d e s c a n d i d a t s ? A S a i n t - P i e r r e , s u r l e s d é b r i s n o i r c i s e t b r a n l a n t s , il n ' y a m ê m e p l u s v e s t i g e d e s affiches b a r i o l é e s q u i d i s a i e n t : « Vive Percin

Clerc!

vive

! »

Le 2 mai. L e vendredi suivant, 2 mai, juste une semaine après la première

petite

é r u p t i o n , la p l u i e de c e n d r e r e c o m m e n ç a . D e p u i s le m a t i n , le t e m p s

était

l o u r d . U n g r o s n u a g e n o i r , s e m b l a b l e à ceux qui a p p o r t e n t la p l u i e , s ' a v a n ç a d u c ô t é d u s u d , e n v a h i t r a p i d e m e n t le c i e l e t y fit l ' o b s c u r i t é . L a c e n d r e se m i t à t o m b e r , l é g è r e d ' a b o r d , p u i s si f o r t e , q u ' o n l ' e n t e n d a i t s ' a b a t t r e . m ê m e t e m p s , la t e m p é r a t u r e s'éleva d'une façon m e n t , maîtres et serviteurs,

nous

f û m e 3

sensible.

Dans un

En mo-

t o u s r é u n i s d a n s la m a i s o n . On

f e r m a les c o n t r e v e n t s d e s p o r t e s e t d e s f e n ê t r e s , c o m m e p o u r u n c y c l o n e ; et, m a l g r é

c e l a , d a n s les a p p a r t e m e n t s h e r m é t i q u e m e n t

clos, l'odeur

de

s o u f r e n o u s p o u r s u i v a i t . E t a i t - c e effroi, i m a g i n a t i o n , r é a l i t é ? I l n o u s s e m b l a i t q u e l a r e s p i r a t i o n d e v e n a i t difficile. D u d e h o r s , s ' é l e v a i e n t d e t o u t e s parts d'immenses clameurs h u m a i n e s et des cris d ' a n i m a u x .

Vis-à-vis de

n o u s , d a n s l a g r a g e r i e , o ù l e s f e m m e s r â p a i e n t le m a n i o c , o n e n t e n d a i t d e s


I.A

ROXELANE ENTRE I>E PONT DE PIERRE ET LE PONT

MORESTIN

(Cliché

de la V i e

illustrée.)


JOURNAL

DU

2 5 MAI

369

1902

pleurs et des g é m i s s e m e n t s , et, u n e à u n e , on les v o y a i t s'enfuir d a n s leurs cases, a b r i t a n t d ' u n p a n de robe la tête de leurs enfants. L a v i s i o n d ' H e r c u l a n u m et d e P o m p é i n o u s p a s s a d e v a n t l e s y e u x . N o u s n e p e n s i o n s p a s q u e n o s p r e s s e n t i m e n t s se r é a l i s e r a i e n t , n i si t ô t , DÎ si é p o u vantablement. A u b o u t d ' u n e d e m i - h e u r e le ciel s'éclairait. Il p o u v a i t être 10 h e u r e s et demie ou 11 heures du matin. L'après-midi, mon mari me proposa une promenade à cheval j u s q u ' à la Rivière-Blanche. J'avais très peur, mais j ' a c c e p t a i q u a n d même.

D'abord,

nos c h e v a u x d o n n è r e n t q u e l q u e s signes d ' i n q u i é t u d e . L e u r s s a b o t s e n f o n ç a i e n t dans l a c e n d r e . A droite et à g a u c h e , l'herbe du c h e m i n , les b r a n c h e s

des

arbres ployaient sous une épaisse couche grise. D e temps en temps, on entendait u n c r a q u e m e n t et on voyait u n e

b r a n c h e de cacaoyer ou de coco-

t i e r se r o m p r e s o u s l e p o i d s . L a m e r e l l e - m ê m e , g r i s e e t t e r n e , a j o u t a i t u n e n o t e l u g u b r e à ce

paysage

de d é s o l a t i o n . P a s u n oiseau d a n s les a r b r e s ,

partout u n silence de mort !... N o u s p a s s o n s les r a v i n e s de c a c a o de la G r a n d e - C a s e

e t les c h a m p s d e

c a n n e s de la propriété G i r a r d . A u h a m e a u des A b î m e s , la brise nous envoie de la c e n d r e en p l e i n e

figure.

Que faire? — Retourner? Continuer?

Nous c o n t i n u o n s . P r è s du cimetière du P r ê c h e u r , plus de c e n d r e . T o u t est calme, c o m m e à l'ordinaire. P o u r t a n t , au-dessus du m o r n e

Goffrc-à-Mort,

o n a p e r ç o i t d ' i n q u i é t a n t s n u a g e s n o i r s . P l u s l o i n , c ' e s t la M o n t a g n e

Pelée,

d a n s t o u t e sa s p l e n d e u r m e n a ç a n t e . D ' é n o r m e s e t s o m b r e s c o l o n n e s s ' é l è v e n t d a n s le c i e l e t s e t o r d e n t s o u s l a p o u s s é e d ' a u t r e s m a s s e s c o m p a c t e s q u i l e s p r e s sent sans trêve ni repos. Arrivées à une certaine hauteur, toutes ces uuées prennent la direction du nord, du P r ê c h e u r par conséquent. Le vent chasse les c e n d r e s d a n s c e t t e d i r e c t i o n , p a r - d e s s u s l a t ê t e d e S a i n t e - P h i l o m è n e . C e jour-là encore, Saint-Pierre n'avait rien eu. Nous l'apprîmes par notre oncle que nous rencontrâmes chemin faisant et qui nous e n g a g e a à r e g a g n e r au plus tôt nos p é n a t e s . L e r é s u l t a t de cette p r o m e n a d e fut d e me terrifier, d ' a u t a n t q u e j e

sus

e n r e n t r a n t c h e z m o i q u e , d u P r ê c h e u r , o n a v a i t e n t e n d u le g r o n d e m e n t d e l a m o n t a g n e , p a r e i l à u n b r u i t q u e p o u r r a i e n t f a i r e c i n q o u six c h e v a u x galopant sur un pont suspendu. Le 3 mai. L e 3 m a i a u m a t i n , l o r s q u e m o n m a r i a l l a o u v r i r sa f e n ê t r e , l e n u a g e d e c e n d r e , a u t o u r d e l a m a i s o n , é t a i t si é p a i s q u e , c o m m e il t e n a i t s a b o u g i e à l a m a i n , il v o y a i t s o n o m b r e p r o j e t é e s u r l a c e n d r e c o m m e s u r u n

écran.

V i t e , il d o n n a l ' a l a r m e . E n u n m o m e n t , t o u t e l a f a m i l l e fut l e v é e , e t l a r é solution prise a u s s i t ô t de q u i t t e r la G r a n d e - C a s e . O n a t t e l a les v o i t u r e s et o n a l l u m a l e s f a n a u x , c a r il é t a i t i m p o s s i b l e d e r i e n d i s t i n g u e r . SAIIfT-FIEKUE-MARTINIQUE

24


370

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902

J e r e d o u t a i s c e t t e f u i t e . L a r o u t e , e n t r e l a G r a n d e - C a s e e t S ai u t - P i e r r e , est p a r endroits taillée d a n s u n e falaise, b o r d é e d ' u n côté p a r le m o r n e et de l'autre p a r u n précipice surplombant la mer ('). D a n s les c i r c o n s t a n c e s a c t u e l l e s , n o u s p o u v i o n s t o u t tume d'intérieur,

c r a i n d r e . E n cos-

des r u b a n s de mousseline sur les y e u x ,

des mouchoirs

mouillés sur la b o u c h e , voilà c o m m e n t nous nous sauvions. C e t t e fois, sur tout le p a r c o u r s et j u s q u ' e n ville, la c e n d r e était t o m b é e . Mon Dieu, quelle course, quel voyage ! J'étais dans des transes mortelles. M o n crucifix à l a m a i n , j e p r i a i s e t j ' a t t e n d a i s l a m o r t à c h a q u e i n s t a n t . Enfin, n o u s sommes à S a i n t - P i e r r e . L a ville est a n i m é e , mais pas trop inquiète. Les toits des maisons étaient gris encore. L e s pompiers

avaient

reçu l'ordre d'arroser les rues, et les négresses en p a s s a n t leur criaient : c Allez donc éteindre la Montagne Pelée ! » Je

retrouvai les miens sans i n q u i é t u d e .

P o u r moi, j ' e u s u n e crise

de

larmes en les embrassant.

Panique à la cathédrale. L e s o i r , à l a c a t h é d r a l e , il se p a s s a u n i n c i d e n t q u i d o n n e u n e i d é e d e l ' é t a t d e s e s p r i t s , c e j o u r - l à . O n é t a i t r é u n i p o u r l'office d u m o i s d e M a r i e , l o r s q u ' u n ou d e u x m e s s i e u r s , v o y a n t l e c i e l s ' o b s c u r c i r e t c r a i g n a n t l a p l u i e de c e n d r e , v i n r e n t c h e r c h e r leurs femmes et leurs enfants. Ce de sortie, a u milieu de la p r é d i c a t i o n , fut r e m a r q u é . L e s a u t r e s

mouvement personnes

s'effrayèrent. U n b a n c t o m b a . S a n s c h e r c h e r d'où venait ce bruit, la masse d e s fidèles c o u r u t v e r s l ' a u t e l , c r i a n t : « N o u s a l l o n s m o u r i r ! » U n e j e u n e fille

s'évanouit.

Enfin,

les p r ê t r e s p a r v i n r e n t , non

sans peine, à calmer

c e t t e m u l t i t u d e affolée. Le 4 mai, dernier dimanche de Saint-Pierre. L e l e n d e m a i n , 4 mai, mon mari r e t o u r n a avec son père à la G r a n d e - C a s e . I l s r e t r o u v è r e n t l ' h a b i t a t i o n d a n s l e m ê m e é t a t , t o u j o u r s r e c o u v e r t e d e son é p a i s l i n c e u l g r i s . L e s b œ u f s , l e s m o u t o n s , p o u s s é s p a r l a faim e t p a r l e u r i n s t i n c t , soufflaient s u r l ' h e r b e a v a n t d e l a m a n g e r , m a i s l e s p a u v r e s b ê t e s m o u r a i e n t d e soif. Q u a n t aux a r b r e s , ils m e n a ç a i e n t d e se b r i s e r sous l e u r c h a r g e de c e n d r e . E n ville, la m a t i n é e s'était passée assez t r a n q u i l l e m e n t , avec u n e petite pluie de cendre de temps en t e m p s .

I. J e p u i s b i e n , moi a u s s i , m e s o u v e n i r de c e s p a r a g e s t r è s p i t t o r e s q u e s . Dans u n d é t o u r p é r i l l e u x d u c h e m i n , il n ' y a p a s l o n g t e m p s , la v o i t u r e du b o u l a n g e r B e r n a r d , m e n é e à fond d e t r a i n p a r u n c o n d u c t e u r i m p r u d e n t , é p o u v a n t a m o n c h e v a l , le fit r e c u l e r et se c a b r e r a u b o r d m ê m e de l ' a b î m e . Ce fut D i e u qui l ' a r r ê t a s u r la p o i n t e d ' u n r o c h e r , a u m o m e n t où c o c h e r , c h e v a l , v o i t u r e s'abattaient à mes pieds.


JOURNAL

DU

25

A la sortie de la m e s s e , ou s ' a b o r d a i t

MAI

en

371

1902

se d e m a n d a n t : « A v e z - v o u s

p e u r ? » Les plus braves riaient. L e soir, la R i v i è r e - B l a n c h e d é b o r d a . Ce d é b o r d e m e n t insolite, sans pluie, en p l e i n e belle saison, é t o n n a t o u t le m o n d e . E n p e u de t e m p s , la rivière g r o s s i t d e t e l l e s o r t e q u e l ' u s i u e G u é r i n fut m e n a c é e . L e lundi 5 mai. Anéantissement de l'usine Guérin. les c o m m u n i c a t i o n s p a r t e r r e avec les c o m m u n e s

du

nord se t r o u v è r e n t i n t e r r o m p u e s . L a rivière avait a c c u m u l é sur le p o n t

Le lundi 5 mai,

de

pierre q u i la t r a v e r s e d ' é n o r m e s q u a r t i e r s de r o c h e s . M. G u é r i n p è r e , M. E u g è n e G u é r i n et sa femme é t a i e n t à l'usine ; m a i s , craignant l'inondation,

ils a v a i e n t c o m m a n d é

de tenir leur yacht

sous

pression. J ' a i eu la c h a n c e — t r i s t e c h a n c e — • d e voir la R i v i è r e - B l a n c h e , ce j o u r - l à . Une grande désolation planait sur la n a t u r e . L e s jolies villas de F o n d s - C o r é ,

d ' o r d i n a i r e s i g a i e s , si p l e i n e s d e v i e ,

étaient toutes abandonnées. D e v a n t q u e l q u e s - u n e s , on voyait encore des c h a r r e t t e s , d a n s

lesquelles

les r e t a r d a t a i r e s e n t a s s a i e n t à l a h â t e m e u b l e s e t m a t e l a s . A mesure qu'on avançait, la cendre épaisse nous couvrait le visage, nous é t o u f f a n t à m o i t i é . P a r t o u t , l e s m o r n e s , l e s p l a i n e s , le c i e l , l a m e r

avaient

cette teinte grise, m o n o t o n e , d o n n a n t l'impression d ' u n p a y s a g e polaire. A u loin, on e n t e n d a i t les g r o n d e m e n t s c o n t i n u s de la r i v i è r e . D e v a n t l ' u s i n e G u é r i n , il f a l l u t p r e n d r e u n c h e m i n d e t r a v e r s e , c a r , e n cet e n d r o i t , on s'enlisait d a n s la b o u e . Enfin, voici la rivière. Quel spectacle ! Ce n ' e s t p l u s de l'eau : c'est u n e boue épaisse, p â t e u s e , noire, qui ne coule p a s , mais glisse, emportant comme des fétus des r o c h e s g i g a n t e s q u e s . N o u s n e p o u v o n s l o n g t e m p s s u p p o r t e r c e t t e vue, et n o u s n o u s en r e t o u r n o n s , l a i s s a n t sur la b e r g e de n o m b r e u x c u r i e u x . A p e i n e r e n d u s en ville, vers midi et d e m i , n o u s e n t e n d o n s des cris p e r çants : « L a m e r m o n t e ! la mer monte ! » D e s femmes du peuple, échevelées, s'enfuient en p l e u r a n t . E n u n m o m e n t , l'alarme est d o n n é e . T o u t le m o n d e sort d a n s la r u e . On s ' i n t e r r o g e . Q u e f a i r e ? « A t t e n d e z , disent les h o m m e s , il f a u t s a v o i r a u m o i n s si l a n o u v e l l e n ' e s t

p a s fausse », et ils c o u r e n t à

la b a t t e r i e d ' E s n o t z . D e l à , o n v o i t t o u t e l a r a d e . U n e m i n u t e a p r è s , i l s r e viennent, la

figure

b o u l e v e r s é e . « J e ne sais p a s a » j u s t e ce qui se passe,

dit l ' u n d ' e u x , m a i s il y a s û r e m e n t u n t r o u b l e p r o f o n d d a n s l a m e r . D e u x fois, le y a c h t d e l a c o m p a g n i e G i r a r d a é t é m i s à s e c ; d e u x f o i s , l ' e a u e s t revenue ; des e m b a r c a t i o n s sont à la côte. » L e s u n s v e u l e n t p a r t i r s u r les h a u t e u r s ; d ' a u t r e s monte réellement, on n'est plus en sûreté nulle part. F a u t - i l fuir ?

d i s e n t q u e , si l a

mer


372

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

Paut-il rester ? E t , p e n d a n t ce t e m p s , d e s g e n s c o u r e n t

d a n s t o u t e s les d i r e c t i o n s . U n e

ou deux voitures p a s s e n t , m o n t a n t au g r a n d galop a u M o r n e - R o u g e . Quelles angoisses ! T o u t à coup, comme l'éclair, vient d'emporter

l'usine

Guérin!

la nouvelle traverse

l a v i l l e : « La

lave

»

Alors, on courut regarder la mer. A u loin, à la pointe où l'on distinguait autrefois les toits de l'usine, tout a v a i t d i s p a r u . S e u l e , l a c h e m i n é e , c o m m e le m â t d ' u n n a v i r e q u i s o m b r e , s e d e s s i n a i t s u r u n f o n d d e f u m é e b l a n c h e q u i s u i v a i t le c o u r s d e l a r i v i è r e . L ' u n après l'autre, les détails arrivent. U n j e u n e homme raconte qu'il passait en canot devant l'usine

Guérin,

l o r s q u e , t o u t à c o u p , il v i t l e flanc d e l a m o n t a g n e s ' o u v r i r e t d o n n e r p a s s a g e à u n fleuve d e b o u e e n f l a m m é e . Il s a u t a à l a m e r , r e g a g n a le r i v a g e , e n criant à ses c o m p a g n o n s : « S a u v e qui peut ! F u y e z ! fuyez vite ! » L e s m a l h e u r e u x n e c o m p r i r e n t p a s et l e u r b a r q u e fut c u l b u t é e p a r l e flot d e b o u e . L a t e r r i b l e a v a l a n c h e , en u n e m i n u t e , é t a i t a r r i v é e de l a m o n t a g n e à la mer, recouvrant complètement l'usine. M. E u g è n e Guérin et sa femme, qui essayèrent de r e g a g n e r à la course l e u r y a c h t , n ' e u r e n t p a s le t e m p s d ' y a r r i v e r . M. G u é r i n , leur p è r e , a u lieu d'aller vers la mer, s'étant

dirigé du

côté

d e F o n d s - C o r é , n e d u t l a vie q u ' à c e t t e c i r c o n s t a n c e . E n v i r o n u n e c i n q u a n t a i n e de p e r s o n n e s , p a r m i lesquelles de n o m b r e u x cur i e u x , t r o u v è r e n t l a m o r t d a n s c e t t e c a t a s t r o p h e , les u n s e n s e v e l i s lave b r û l a n t e , les a u t r e s n o y é s d a n s cette m e r d é m o n t é e d o n t la

sous la

perturba-

t i o n a v a i t f a i t c r o i r e à u n si g r a n d d a n g e r p o u r l a v i l l e . L e s d e u x y a c h t s de l'usine, à cent mètres du r i v a g e , furent renversés et engloutis. L'émoi était au comble. Q u e l q u e s familles p a r t i r e n t p o u r S a i n t e - L u c i e . D ' a u t r e s c h e r c h è r e n t refuge dans les h a u t e u r s a v o i s i n a n t e s : m o r n e D o r a n g e ,

quartier Monsieur, Trou-

Vaillanl. Alors, on rassura la population é p o u v a n t é e . L a c o m m i s s i o n s c i e n t i f i q u e , n o m m é e p a r le g o u v e r n e u r ,

d é c l a r a q u e le

plus mauvais moment était p a s s é ; que la lave s'étant frayé d a n g e r se trouvait certainement

u n e v o i e , le

conjuré.

U n des m e m b r e s de c e t t e c o m m i s s i o n certifia que S a i n t - P i e r r e était désormais aussi en s û r e t é , p a r r a p p o r t à la M o n t a g n e P e l é e , q u e N a p l e s au pied de son V é s u v e . M a l g r é t o u s c e s b e a u x d i s c o u r s , b e a u c o u p a v a i e n t e n c o r e p e u r , e t c e fut a v e c effroi q u e l ' o n v i t a r r i v e r l a n u i t . C a r ,

pour ajouter à nos

appréhen-

s i o n s , la ville e n t i è r e fut p l o n g é e d a n s les t é n è b r e s , l a l u m i è r e

électrique

n ' a y a n t pu s'allumer à cause des troubles du volcan.


JOURNAL D U 2 5 MAI

373

1902

Vers m i n u i t , des g e n s p o r t a n t des f a n a u x p a r c o u r e n t les rues en c r i a n t : « L a rivière d u F o r t déborde, sauvez-vous ! » N o u v e l l e alerte, la R o x e l a n e coulant en pleine ville! L e s p e r s o n n e s qui h a b i t a i e n t ces q u a r t i e r s d é m é n a gèrent. Mais la nouvelle était fausse. Ceux qui l'avaient r é p a n d u e n ' é t a i e n t probablement que de mauvais plaisants ou des pirates.

Le mardi 6 mai. L e m a r d i , 6 m a i , les j o u r n a u x p u b l i è r e n t

les o p i n i o n s r a s s u r a n t e s

des

m e m b r e s de la commission scientifique et b e a u c o u p de familles, q u i é t a i e n t d é c i d é e s à q u i t t e r l a M a r t i n i q u e , se r a s s u r è r e n t , c r o y a n t e f f e c t i v e m e n t

que

tout danger était écarté. P o u r t a n t , l ' é n o r m e p a n a c h e de fumée qui obscurcissait le s o m m e t de la m o n t a g n e était plus sombre que j a m a i s ; comme u n e voix m e n a ç a n t e , on entendait sans discontinuer les détonations sourdes du v o l c a n . Ce j o u r - l à , u n fait t o u t intime se p a s s a , sans i m p o r t a n c e en soi, mais qui ne laissa pas de m'impressionner v i v e m e n t . J e me mourais de frayeur et mon j e u n e frère, plus rassuré que moi, riait de mes craintes, qu'il

trouvait

e x a g é r é e s . S u r l e p i a n o c o u v e r t d e c e n d r e s , il é c r i v i t , e n se j o u a n t , l e s m o t s p r o p h é t i q u e s d u f e s t i n d e B a l t h a z a r : Mane,

Thecel,

Phares,

qui restèrent

l à . E t , c o m m e j ' é t a i s m é c o n t e n t e : « T u n ' a s p a s b e s o i n d ' a v o i r si p e u r , m e d i t - i l , t u n e m o u r r a s p a s p o u r c e l a . » P a u v r e e n f a n t , il n e se d o u t a i t g u è r e qu'il p r o n o n ç a i t son propre arrêt et celui de t a n t d ' a u t r e s . L'après-midi,

notre

famille

se d é c i d a

à quitter Saint-Pierre,

dans

la

crainte des t r e m b l e m e n t s de terre et aussi p o u r é c h a p p e r aux p a n i q u e s de la ville. N o u s partîmes p o u r l'habitation B e a u r e g a r d , q u e l'on avait g r a c i e u sement mise à la disposition de m o n oncle. D a n s cette g r a n d e maison en b o i s , à 2 k i l o m è t r e s et d e m i d u M o u i l l a g e , n o u s p o u v i o n s n o u s c r o i r e r e l a t i v e m e n t e n s û r e t é . J e d i s r e l a t i v e m e n t , c a r , u n e fois l à - h a u t , o n e n t e n d a i t d'une m a n i è r e plus distincte les g r o n d e m e n t s de la m o n t a g n e . C ' é t a i t

un

bruit incessant et m o n o t o n e , semblable p a r m o m e n t s à celui d ' u n e énorme chaudière

en ébullition. Malgré cela, l'idée que n o u s pouvions être

hors

d e d a n g e r e t le p l a i s i r d e n o u s t r o u v e r t o u s r é u n i s n o u s f i r e n t p a s s e r u n e assez b o n n e n u i t .

Le mercredi 7 mai. L e mercredi, 7 mai, on nous apprit que la rivière des P è r e s , qui sépare l a v i l l e d u F o n d s - C o r é , e t l a E o x e l a n e , q u i c o u l e e n t r e le F o r t e t le C e n t r e , avaient t o u t e s deux d é b o r d é . L a nouvelle, cette fois, n'était q u e t r o p v r a i e , malheureusement. L e s deux rivières n'avaient pas seulement grossi façon

d'une

extraordinaire, mais encore, à 53 mètres du rivage, la rivière des

P è r e s , au lieu de couler d a n s la m e r , avait c r e u s é u n t r o u profond, u u v é r i -


374

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

1902

table abîme, d a n s lequel toute la masse liquide allait s'engouffrer.

Ces dé-

bordements ne causèrent pourtant aucun dégât sérieux. Q u e l q u e s e x c u r s i o n n i s t e s , c e j o u r - l à , e u r e n t le c o u r a g e d ' a r r i v e r

assez

p r è s d u c r a t è r e . Ils r a c o n t è r e n t q u e l e m o r n e L a c r o i x , p e t i t m a m e l o n

qui

f o r m e l e p o i n t c u l m i n a n t d e l a m o n t a g n e , é t a i t m i n é p a r l a b a s e e t q u e sa chute possible pouvait occasionner u n fort tremblement

de terre.

c e l a , i l s é t a i e n t si p e u e f f r a y é s q u ' i l s d é c i d è r e n t p o u r l e l e n d e m a i n une nouvelle excursion. Plus tard, de la commission

scientifique

Malgré même

on nous apprit que deux des membres

avaient

déclaré au gouverneur que, à leur

avis, l a ville courait u n g r a v e d a n g e r , mais que les a u t r e s m e m b r e s s'étaient t o u s r a n g é s à l ' a v i s c o n t r a i r e . M . M o u t t e t o p i n a d a n s le s e n s d e l a m a j o r i t é . Il o r d o n n a de r a s s u r e r les esprits i n q u i e t s et, p o u r d o n n e r l ' e x e m p l e , a m e n a sa f e m m e à S a i n t - P i e r r e . C e t a v e u g l e o p t i m i s m e é t a i t d ' a i l l e u r s c e l u i d e la plus g r a n d e p a r t i e de la p o p u l a t i o n , qui croyait q u e l'éruption, après la catastrophe de l'usine G u é r i n , devait passer désormais p a r u n e p h a s e décroissante. D a n s la m ê m e journée, vers 2 heures de l'après-midi, on entendit à Beauregard une véritable canonnade, qui semblait venir

non

de la

Montagne

Pelée, mais du sud. N o u s croyions d'abord à une salve d'artillerie à Fortd e - F r a n c e . Toutefois, le b r u i t se d é p l a ç a n t ,

on s ' i m a g i n a q u e deux b â t i -

m e n t s v é n é z u é l i e n s se b a t t a i e n t à p e u d e d i s t a n c e d e l a c ô t e . P u i s , a u b o u t de deux heures d'indécision,

on

finit

p a r r e c o n n a î t r e que ces

soi-disant

coups de c a n o n v e n a i e n t du volcan. C o u v e r t d ' u n voile i m p é n é t r a b l e d e fumée, éclairé de l u e u r s i n t e r m i t t e n t e s , il g r o n d a i t e t r u g i s s a i t c o m m e u n m o n s t r e p r ê t à s ' é l a n c e r s u r sa proie. D a n s la nuit, un orage

épouvantable

se d é c h a î n a , s a n s u n e g o u t t e

de

p l u i e ; p e n d a n t deux h e u r e s , la foudre et les éclairs n e d i s c o n t i n u è r e n t p a s . Naturellement, p e r s o n n e ne p u t fermer l'œil.

Jeudi, 8 mai, l'Ascension. J e u d i , 8 m a i , f ê t e d e l ' A s c e n s i o n . O n se l e v a t a r d . N o u s é t i o n s f a t i g u é s de n o t r e n u i t b l a n c h e . P l u s i e u r s m ê m e é t a i e n t e n c o r e a u lit, l o r s q u ' u n e détonation

t e r r i b l e s e fit e n t e n d r e . D u d e h o r s , l e s e n f a n t s c r i e n t : « L a

montagne vient sur nous. » Nous sortons tous. O t e r r e u r , j a m a i s p l u m e n e d é p e i n d r a s c è n e si g r a n d i o s e , s i i n c o m m e n s u r a b l e , si e f f r o y a b l e ! D e s f l a n c s e n t r ' o u v e r t s d u v o l c a n s ' e s t é l a n c é e u n e m a s s e p r o d i g i e u s e , f u m a n t e , é p a i s s e , n o i r e , et c e p e n d a n t i l l u m i n é e p a r des m i l l i o n s d ' é c l a i r s . E n u n c l i n d'oeil, e l l e s ' e s t a b a t t u e s u r l a v i l l e . E l l e l a c o u v r e , l'étouffé, l ' e m b r a s e , r o u l e s u r l a m e r , p u i s , se d i l a t a n t en t o u s sens,


J O U R N A L D U 2 5 MAI

375

1902

g r a n d i t c o m m e u n e m o n t a g n e d e c e n d r e e t d e feu d o n t l a b a s e e s t à t e r r e et l a c i m e d a n s l e c i e l . N o u s sommes une vingtaine de personnes, h o m m e s , femmes, petits enfants. T o u t le m o n d e fuit à t r a v e r s l e s c h a m p s d e c a n n e s , affolé, a v e u g l é p a r l a cendre. L'infernale avalanche nous poursuit, s'éployant comme un manteau pour nous couvrir. T o u t à c o u p , m o n m a r i se r e t o u r n e : « O ù e s t m o n p è r e ? o ù e s t m a m è r e ? Ils s o n t r e s t é s d a n s l a m a i s o n . J e v a i s l e s c h e r c h e r . » A l o r s , j e m ' a c c r o c h e à l u i , le s u p p l i a n t d e n e p a s m ' a b a n d o n n e r . M a i s , d ' u n b o n d ,

il

s'élance

loin de m o i , en me c r i a n t : « N e m e suis p a s ! » L'affreux m o m e n t ! T o u s les a u t r e s é t a i e n t d é j à si l o i n q u e j e n e l e s v o y a i s p l u s . S e u l e , m a mère m ' a t t e n d a i t en pleurant : « — Viens vite, n e reste pas là. — J e

cours

mieux que toi, lui répondis-je, v a devant, j e vais t e rejoindre. » Alors, j e restai seule à g é m i r sur la t e r r e , m o u r a n t d e p e u r , n ' o s a n t plus r e g a r d e r et pourtant fascinée p a r cette masse sombre, sillonnée d'éclairs, qui

courait

vers n o u s avec u n fracas assourdissant. Enfin, voilà mon m a r i qui r a m è n e sa mère et son p a u v r e p è r e

aveugle.

Nous s o u t e n a n t les u n s c o n t r e les a u t r e s , n o u s fuyons tous les q u a t r e , f r a n c h i s s a n t les m o r n e s . D e t o u s c ô t é s , d e s m i l l i e r s d e d é t o n a t i o n s

éclatent,

d e s i n c e n d i e s s ' a l l u m e n t . P o u r q u o i fuir ? N o u s s o m m e s p e r d u s . . . U n m i r a c l e s e u l p o u r r a i t DOUS s a u v e r . L a s , épuisés, n o u s t o m b o n s à g e n o u x p o u r prier et puis mourir ! S o u d a i n , u n e rafale terrible, v e n a n t du sud, a r r ê t e et refoule la m o n t a g n e de m o r t s u s p e n d u e sur nos t ê t e s . N o u s r e c o m m e n ç o n s à c o u r i r . U n e pluie de p i e r r e s , de b o u e tiède et fétide, t o m b e s u r n o u s . L e s rafales se s u c c è d e n t . H a l e t a n t s , l i v i d e s , l e s v ê t e m e n t s et l a figure n o i r c i s p a r l a b o u e e t l a c e n d r e , les pieds d é c h i r é s , n o u s n o u s a r r ê t o n s d a n s la p r e m i è r e m a i s o n q u e n o u s r e n c o n t r o n s ; n o u s y t r o u v o n s d u m o n d e d a n s le m ê m e é t a t d e t e r r e u r que n o u s ; on s'empresse, on n o u s soigne. D e u x d'entre n o u s s'évanouissent. L e danger n'est pas conjuré. L a cendre tombe épaisse. Nous

essayons

de voir la ville de la terrasse de la m a i s o n . U n e fumée o p a q u e r e c o u v r e la malheureuse cité d'un voile impénétrable d'où jaillissent p a r intervalles des milliers de flammes. N o u s d e v i n o n s q u e l ' œ u v r e de d e s t r u c t i o n est

accom-

plie. Où sont-ils ceux que nous y avons laissés? P a r e n t s , amis, êtres chers a u x q u e l s n o u s t e n o n s p a r t o u t e s l e s fibres d e n o t r e c œ u r , q u ' ê t e s - v o u s d e venus ? N o t r e désolation est infinie. L ' h o r i z o n est en feu, l ' i n c e n d i e g a g n e . Il faut fuir e n c o r e . N o u s c o u r o n s à la p l a n t a t i o n Dariste, à l'entrée du C a r b e t . Ce n'est point la sécurité. L a m e r p e u t m o n t e r . On décide d'aller j u s q u ' à l'habitation L a j u s . Cette maison est a b a n d o n n é e . L e s propriétaires

nous


376

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

1902

fout dire de v e n i r les r e j o i n d r e d a n s les h a u t e u r s . L a m o n t é e est

difficile,

pénible. C'est la suite d e n o t r e calvaire. Nous trouvons 150 personnes de toutes

conditions réfugiées

daus

une

vaste étable. Enfin ! on p e u t s'arrêter. Il est 3 h e u r e s ; depuis 8 h e u r e s du matin, nous avons quitté B e a u r e g a r d . N o u s n o u s j e t o n s épuisés sur la paille, m o u r a n t de f a t i g u e , la g o r g e e n f e u . L e curé du Carbet arrive. O n lui d e m a n d e

l'absolution, car aucun

n o u s n e s a i t le s o r t q u i l u i e s t r é s e r v é . T o u t l e m o n d e s ' a g e n o u i l l e

de

et sur

les têtes courbées d e s c e n d e n t les p a r o l e s s a c r a m e n t e l l e s . B r i s é s p a r les é m o t i o n s , n o u s n o u s é t e n d o n s d e n o u v e a u p a r t e r r e . V e r s 5 h e u r e s , d e s c o u p s d e sifflet

nous font sortir de n o t r e torpeur, c'est p e u t -

ê t r e le s a l u t . T o u t le m o n d e c o u r t a u r i v a g e , a v e c q u e l l e p e i n e , D i e u

seul

le s a i t , c a r l a p e n t e e s t r o i d e e t n o s p i e d s m e u r t r i s p e u v e n t à p e i n e n o u s porter. ' N o u s a r r i v o n s p o u r v o i r le c r o i s e u r Suchet

qui s'éloigne dans la direction

de F o r t - d e - F r a n c e . Allons-nous donc mourir i c i ? Mais non, d'autres steamers paraissent. L e s embarcations arrivent. Elles sont

prises

d'assaut,

chargées,

à

moitié

remplies

d'eau,

n'ayant

qu'un

s e u l r a m e u r ; e l l e s m e n a c e n t d e c o u l e r e t l e s b a t e a u x o n t si p e u r d e l ' i n cendie qu'ils sont mouillés bien au large ! P a s une angoisse n e nous sera donc épargnée. Enfin, on n o u s hisse à bord. Il est p r è s d e 7 h e u r e s . N o u s faisons r o u t e p o u r F o r t - d e - F r a n c e . L a n u i t est v e n u e , l u g u b r e , d ' u n noir i n t e n s e ; d a n s l'éloig n e m e n t , c o m m e u n e vision d u D a n t e , u n e l u e u r r o u g e et sinistre s'élève d e c e q u i fut S a i n t - P i e r r e . C ' e s t fini. D e s

flammes,

de la cendre, des débris

fumants : voilà t o u t ce qui r e s t e de cette ville q u e nous aimions. A u l a r g e , quelques navires brûlent encore. D u volcan, drapé de t é n è b r e s , s'élancent parfois

des éclairs qui illumi-

nent toute cette scène. Quelle sublime horreur !

,

N o u s n o u s é l o i g n o n s . P e u à p e u d i s p a r a î t à nos y e u x c e t t e vision, ce cauchemar. Nous débarquons au chef-lieu. U n e foule sympathique

nous accueille,

émue de n o t r e aspect l a m e n t a b l e . N o u s sommes comblés de soins et de p r é v e n a n c e s p a r les amis qui n o u s r e ç o i v e n t . Mais je t e r m i n e ce l o n g et pénible récit. A quoi b o n d é p e i n d r e ce qui n e se d é p e i n t p a s : d i s p e r s i o n d ' u n e f a m i l l e é t r o i t e m e n t u n i e , d é n û m e n t

com-

plet, appréhension mortelle de l'avenir, adieux déchirants, départ pour l'inconnu? T o u t un passé anéanti dans l'espace d'une m i n u t e . Il n e n o u s r e s t e p l u s q u ' à f u i r p o u r t o u j o u r s l ' î l e m a u d i t e . Non ! non, je ne t'appellerai pas ainsi, Martinique, mon pays, ma patrie ou dorment à j a m a i s , avec nos morts bien-aimés, nos plus chers souvenirs !


ATJ

PORT

MAISON

QUARTIER

LA

DE

SANTÉ

CONSOLATION COLONIALE

DE

-

PLAISANCE

(Cliché

de la V i e

illustrée.)


JOURNAL

D U 2 5 MAI

377

1902

J e n e v e r r a i plus q u ' e n rêve la m a i s o n d o n t , il y a à peine u n a n , j e u n e mariée h e u r e u s e , j e franchissais le seuil ( ' ) .

L ' é r u p t i o n vue de la m e r .

Le second capitaine de la goélette Gabrielle suivant :

en fait le récit

L e 8 m a i , à G h e u r e s d u m a t i n , le s o l e i l i l l u m i n a i t d e s e s f e u x u n e v i l l e fatiguée, anxieuse et p o u r t a n t

a s s e z c a l m e . L e s h a b i t a n t s se

reprenaient

même à espérer et e s c o m p t a i e n t déjà u n h e u r e u x j o u r a p r è s u n e nuit larme .

d'a-

,

D a n s le n o r d , l a m o n t a g n e f u m a i t e t l e v e n t , c h a s s a n t v e r s l ' o u e s t d e n o i r s t o u r b i l l o n s , y o b s c u r c i s s a i t le c i e l s u r u n e v a s t e é t e n d u e . E n t r e 6 h e u r e s et demie et 7 h e u r e s , des colonnes d ' u n e fumée châtre,

floconneuse,

blan-

sortirent, en tournoyant, comme d'un nouveau cratère,

à 2 0 0 m è t r e s a u - d e s s o u s d e l a c r ê t e d u m o n t d é j à effrité, l é z a r d é , c r e v a s s é de h a u t en b a s . C e fut a l o r s , p a r l a v i l l e e n t i è r e , u n e p a n i q u e r é p a n d u e s u r le r i v a g e , s ' é p u i s a i t e n c o n j e c t u r e s .

générale. L a

population,

P o u r l e s u n s , le p h é n o -

mène du plein j o u r sur la cité et de la p é n o m b r e sur la m e r s'expliquait p a r une

é c l i p s e d e s o l e i l , a n n o n c é e p a r l ' a l m a n a c h B r i s t o l ; p o u r les a u t r e s ,

l'obscurité

de la p a r t i e o c c i d e n t a l e é t a i t d u e à l a fumée d ' u n n o i r d e suie

q u e c r a c h a i t le v o l c a n . I l é t a i t 7 h e u r e s l o r s q u e a t t e r r i t l e Diamant,

de la c o m p a g n i e

A b a n d o n n a n t l e w h a r f , le p e t i t v a p e u r a l l a i m m é d i a t e m e n t s e

fixer

Girard. à une

bouée. h

Vers 7 10, on découvrit,

de la

Gabrielle,

u n e y o l e p o r t a n t le

gouver-

n e u r et les m e m b r e s de la commission scientifique. L ' e m b a r c a t i o n p a s s a à 5 0 m è t r e s d e l a g o é l e t t e . E l l e s e m b l a i t se d i r i g e r v e r s le P r ê c h e u r e t c o n servait u n e distance m o y e n n e de 4 0 0 mètres du rivage. A 7

h

5 5 , u n g r o n d e m e n t f o r m i d a b l e se fit e n t e n d r e d a n s l a m o n t a g n e ,

c o m m e ai u n e d é c h i r u r e m o n s t r u e u s e s ' y o p é r a i t , d e l a c i m e a u p i e d .

Et

a l o r s o n v i t , a u m i l i e u d ' u n e f u m é e n o i r e , i m p é n é t r a b l e à l'oeil, u n e m a s s e

I. T e r m i n o n s p a r ces l i g n e s d e la m ê m e élévation d j s e n t i m e n t s , é c r i t e s d e la T r i n i d a d , où M " D u j o n a c h e r c h é r e f u g e a v e c s o n m a r i , sa m è r e e t sa s œ u r : « Q u e D i e u , dit-elle, b é n i s s e c e t t e ile h o s p i t a l i è r e ; si q u e l q u e c h o s e p o u v a i t a d o u c i r n o s souffrances, c e s e r a i t l ' a c c u e i l s y m p a t h i q u e , s p o n t a n é , c o r d i a l fait a u x réfugiés d e la M a r t i n i q u e . Q u e l q u e s - u n s d e n o s p a r e n t s r e s t é s l à - b a s n o u s é c r i v e n t q u e l ' é r u p t i o n c o n t i n u e . Mon D i e u , n o u s a v o n s p e r d u c i n q u a n t e - s e p t m e m b r e s d e n o t r e famille, le 8 m a i ; p r o t é g e z les s u r v i v a n t s , q u e le d a n g e r guette toujours ! »


378

LA CATASTROPHE DU MOIS D E MAI

1902

g i g a n t e s q u e , informe qui vint s'abattre sur la vallée, avec u n e r a p i d i t é vertigineuse,

enfouissant

sous les r u i n e s ,

engloutissant

dans

sa

tourmente

S a i n t - P i e r r e t o u t entier, avec sa b a n l i e u e , de S a i n t e - P h i l o m è n e à la petite anse du Carbet. Sur mer, les deux tiers des navires en r a d e , après un c r a q u e m e n t sinistre de t o u t e l e u r c h a r p e n t e , e u r e n t les m â t s et les d u n e t t e s brisés, rasés, emportés, et c o u l è r e n t b r u s q u e m e n t , les u n s p a r la p r o u e , les a u t r e s p a r la p o u p e . S e u l s , t r o i s b a t e a u x , d o n t d e u x à v a p e u r , l e Korona riea,

et le

North-Ame-

p u r e n t r é s i s t e r a u c h o c : m a i s , d e l e u r é q u i p a g e c a r b o n i s é , il n e s u b -

sista que quelques hommes, qui furent sauvés comme p a r miracle. M . G e o r g e s M a r i e - S a i n t e , q u i s e t r o u v a i t a l o r s à b o r d d e l a Gabrielle,

ne

d u t l a v i e q u ' à u n e i m m e r s i o n s u b i t e e t f o r c é e . L ' e a u a m b i a n t e é t a i t à ce p o i n t c h a u d e q u ' i l e u t , de m ê m e q u e les q u a t r e a u t r e s s u r v i v a n t s de la g o é lette, le corps affreusement

éehaudé.

A p r è s s'être d é b a r r a s s é des a g r è s q u i g ê n a i e n t ses m o u v e m e n t s sous l ' e a u , il r e v i n t à l a s u r f a c e . C ' e s t a l o r s q u ' i l p u t c o n t e m p l e r ,

d a n s toute sa g r a n -

diose h o r r e u r , l'effrayant b r a s i e r q u i s'étendait d e v a n t sa v u e , de la p o i n t e L a m a r e j u s q u ' à 3 0 0 m è t r e s des p r e m i è r e s m a i s o n s d u C a r b e t , d é v o r a n t les r u i n e s d e l a v i l l e d é j à e f f o n d r é e e t se c o l o r a n t p a r e n d r o i t s d e s l u e u r s d e feux de B e n g a l e . T a n d i s q u ' i l c h e r c h a i t u n e é p a v e q u e l c o n q u e p o u r t e n t e r d e se s a u v e r , u n e pluie de lave i n c a n d e s c e n t e , u n m é l a n g e i n n o m m a b l e de b o u e et de p i e r r e l a v i q u e , s ' a b a t t i t s u r l a v i l l e i n c e n d i é e e t s u r l e s e n v i r o n s , sifflant e t c r é p i t a n t sur la mer c o m m e les balles d ' u n e fusillade p r é c i p i t é e . Vers 9 heures du matin,

dans une éclaircie, M. Marie-Sainte put

t e m e n t distinguer la M o n t a g n e P e l é e , la crête d é c h i q u e t é e , les gement crevassés. Entouré disposait à

des survivants de son ancien é q u i p a g e ,

g a g n e r le l a r g e ,

l o r s q u e le v e n t ,

net-

flancs

laril s e

qui soufflait j u s q u e - l à

du

nord-ouest, c h a n g e a b r u s q u e m e n t et se mit à l'ouest-sud-ouest. L e s épaves é t a i e n t i n v i n c i b l e m e n t poussées vers le r i v a g e en

flammes.

Il

p r i t a l o r s l a d é c i s i o n d e l e s a b a n d o n n e r ; m a i s s e s c o m p a g n o n s , n e se s e n t a n t n i l a f o r c e n i le c o u r a g e d ' a f f r o n t e r

la h a u t e m e r , se

cramponnèrent

a u x l e u r s . S e u l , confiant en la v i g u e u r de ses b r a s , le c a p i t a i n e en second d e l a Gabrielle

se s o u t i n t s u r l ' e a u p e n d a n t p l u s d e d e u x h e u r e s .

Le vent avait c h a n g é d a n s l'intervalle. Ses c o m p a g n o n s l'avaient rejoint. Ils p u r e n t voir b i e n t ô t la fumée d'un v a p e u r qui arrivait sur eux. T o u s leurs s i g n a u x à l ' a d r e s s e d e ce s t e a m e r r e s t è r e n t v a i n s : ils n e f u r e n t

sans doute

pas aperçus. D u r a n t ces péripéties, sur t e r r e , les g r o n d e m e n t s du volcan c o n t i n u a i e n t sans interruption ; les rivières d é b o r d a i e n t ,

charriant des débris de

toute

sorte, arbres, rochers, animaux et êtres humains asphyxiés ou carbonisés, masses informes et m é c o n n a i s s a b l e s .


JOURNAL D U 2 5 MAI Vers 2 heures

379

1902

de l'après-midi, les m a l h e u r e u x sinistrés a p e r ç u r e n t ,

1 mille de d i s t a n c e , u n e p i r o g u e v i d e . L e c o u r a g e u x c a p i t a i n e de la

à

Gabrielle

se j e t a à l a n a g e , d a n s l ' i n t e n t i o n de la m e n e r a u p r è s de ses c o m p a g n o n s d'infortune

e t d e l e s y e m b a r q u e r . A p r è s d e s efforts t e n a c e s , a p r è s

une

l u t t e d ' u n e d e m i - h e u r e c o n t r e l e s v a g u e s , le v e n t e t l e s é p a v e s q u i c o u v r a i e n t l a m e r , l a c h a l o u p e d é b a r r a s s é e de l a l a v e e t d e l ' e a u c h a u d e q u i s ' y é t a i e n t a m a s s é e s , il e u t e n f i n l e b o n h e u r d ' y v o i r e n t r e r s e s c a m a r a d e s , d é s o r m a i s en possession d'un moyen de sauvetage. Il était 3 heures lorsqu'ils découvrirent, venant dans leur direction, n o u v e a u v a p e u r q u ' i l s n e t a r d è r e n t p a s à r e c o n n a î t r e : c ' é t a i t le

un

Suchet.

U n e b a l e i n i è r e m o n t é e p a r q u e l q u e s h o m m e s e t u n officier p a s s a p r è s d ' e u x . E n f i n , ils p a r v i n r e n t a u v a i s s e a u , o ù ils f u r e n t r e c u e i l l i s . O n s ' a p p r o c h a d u C a r b e t ; u n e e s c o u a d e d e m a r i n s d é b a r q u a p o u r s e c o u r i r les s i n i s t r é s . H é l a s ! ce n ' é t a i e n t g u è r e q u ' é c l o p é s , h o m m e s , femmes, enfants, estropiés, mourants,

brûlés,

dont un grand nombre expira à l'embarquement

d u r a n t l a t r a v e r s é e . A u d é p a r t d u Suchet,

la m o n t a g n e vomissait

ou

encore

des blocs de lave en ignition. D e la g r a n d e ville de S a i n t - P i e r r e , la veille si a n i m é e , si m o u v e m e n t é e , il n e r e s t a i t p l u s q u ' u n embrasés

amas

de décombres

et, dans u n vaste r a y o n , des cadavres asphyxés par

l'immense

fournaise et carbonisés.

LES

DERNIERS

JOURS

DE

LA

CITÉ

CRÉOLE

Nous résumons en quelques notes substantielles d'autres récits de témoins oculaires. L'usine Guérin, 5 m a i .

C'était u n beau domaine q u e cet établissement industriel de M. Auguste G u é r i n , à la Rivière-Blanche, avec son g r a n d bâtiment principal, sa tonnellerie, sa forge, ses magasins, ses chantiers, sa flottille de chalands, ses d é p e n d a n c e s , toutes les constructions complétant u n e vaste exploitation sucrière, y compris un châtelet s u p e r b e m e n t a m é n a g é , entouré de v e r d u r e , séparé de la route coloniale par u n m u r surmonté d ' u n e grille en fer forgé, ce châtelet servant de maison de campagne a u propriétaire, — et, plus bas, vers la Rivière-Sèche, dans u n bouquet de lianes tou-


380

LA

CATASTROPHE

DU

MOIS

DE

MAI

1902

j o u r s en fleurs, le g r a c i e u x chalet habité par M. E u g è n e G u é r i n fils, administrateur en second d e l ' u s i n e ; enfin, a u x a l e n t o u r s , les pavillons des employés. A u mois de m a i , la campagne agricole finie, on n e manufacturait plus à la Rivière-Blanche que les bas produits, et le personnel était alors très restreint. E n t r e temps, M. E u g è n e G u é r i n p r ê t a i t une attention vigilante a u x allures d u volcan, à ses grondements sinistres, a u x n u é e s de cendre qu'il projetait, au débit inusité des e a u x de la rivière, à leur t e m p é r a t u r e , à l e u r aspect repoussant, fangeux et noir. 11 prit sans r e t a r d la détermination d'éloigner ses enfants et de les envoyer à l e u r v é n é r a b l e aïeule, en résidence dans sa maison de ville, à F o r t - d e - F r a n c e . Q u a n t à lui, homme du devoir par-dessus tout, il entendait poursuivre sa t â c h e j u s q u ' a u bout, si possible, et n e pas priver les ouvriers d ' u n salaire dont leurs familles avaient besoin plus que j a m a i s . M""" G u é r i n la j e u n e était obstinément restée auprès d e son m a r i . Pourtant, l ' h e u r e vint de songer a u salut commun et de déserter l'usine. L e yacht sous pression attendait a u port. C'était le lundi 5 m a i , u n peu après midi. L e patron, s u i v a n t les ordres r e ç u s , appelait les passagers et ceux-ci g a g n a i e n t l'embarcadère, q u a n d M. A u g u s t e G u é r i n , qui avait d é j e u n é chez sa belle-fille, réfléchissant à u n e communication à laisser a u premier contremaître, se dirigea vers la d e m e u r e de ce d e r n i e r , à gauche de l'usine, du côté de la R i v i è r e - S è c h e . 0 infernale horreur ! A l'instant où M. G u é r i n père s'éloigne ainsi pour u n e m i n u t e , et où son fils, debout, l'attend, prêt à s'embarquer avec sa femme et ses serviteurs, tous sont emportés à la mer sous u n fleuve de boue. A v a n t qu'on en ait rien soupçonné, crevant tout à coup d'entre l'espace restreint des falaises qu'elle avait r e m p l i , l'avalanche submerge la plaine de l ' u s i n e , r e n v e r s a n t , r o u l a n t , ensevelissant, saccageant ce qu'elle trouve sur son passage. E n u n clin d'oeil, là où tout à l'heure causaient M. E u g è n e


JOURNAL

DU

25

MAI

381

1902

G u é r i n et sa j e u n e femme, là où circulaient les employés, là où les ouvriers allaient et v e n a i e n t , là où se dressaient tant d e constructions, là où des c u r i e u x exploraient les abords de la rivière et le pied des mornes, là où sifflait le y a c h t , là où de n o m b r e u x chalands s'alignaient dans l e u r bassin de g a r a g e , il n ' y eut plus trace de vie ni de labeur h u m a i n s . D e u x tronçons de cheminées, seuls, m a r q u a i e n t l'emplacement de l'usine de la Rivière-Blanche. L a masse de boue dévastatrice atteignit u n e c i n q u a n t a i n e de mètres d e h a u t e u r . Se développant en éventail à la sortie du col étranglé des falaises (*) et formant u n e nappe étendue autour de l'établissement, elle refoula très loin les flots de la m e r qui, r e v e n a n t ensuite avec furie, achèvent de ravager le littoral. L a violence e x t r ê m e d e cette m a r é e se fit ressentir avec fracas, le long de la côte caraïbe, à Saint-Pierre et j u s q u ' à F o r t - d e - F r a n c e . A u Fonds-Coré, où vivait u n e population de p ê c h e u r s , les filets, les canots, beaucoup de cases, furent emportés. U n g r o n d e m e n t comme celui du t o n n e r r e , un roulement prolongé comme celui

d e lourds chariots, u n e canonnade

retentissante

comme celle d e d e u x flottes a u x prises, a v a i e n t signalé, d'écho en écho, loin du lieu du désastre, l'effroyable m a l h e u r qui venait de se p r o d u i r e . E t ce n'était q u ' u n e pâle ébauche d'un incommensurable cataclysme. La n u i t d u 5 m a i .

L a noirceur abominable qui désole la cité et l'enveloppe d ' u n épais l i n c e u l , les détonations de la m o n t a g n e , la pluie de c e n d r e suffocante, les coups déjà frappés, la crainte perpétuelle

dans

laquelle on vit d e s . t r e m b l e m e n t s de t e r r e , cela, e n dépit des affirI. E n effet, l'usine Guérin, bâtie sur le littoral, s'élevait non loin de deux vallées étroites dont l'une, e x c e s s i v e m e n t resserrée, n'avait e n t e m p s d'hivernage que la place nécessaire au lit de la rivière, et dont l'autre recevait à leur source, pour l e s voir disparaître u n p e u plus loin sous un banc de rochers, les eaux de la R i v i è r e - S è c h e .


382

LA CATASTROPHE DU MOIS D E MAI

1902

mations contraires, commençait à déconcerter les gens réfléchis. Les esprits les plus calmes se sentaient envahis de sombres pressentiments et s'interdisaient à e u x - m ê m e toute interrogation. La j o u r n é e du 7 m a i .

L a j o u r n é e du 7 fut relativement calme, si l'on p e u t parler ainsi de 40 000 âmes qui en v i e n n e n t à comprendre q u ' u n affreux inconnu les g u e t t e , qu'elles respirent déjà la mort, que c'en sera fait de tous, ce soir, demain ! P o u r t a n t , elles s'accrochent encore à quelque chose d'indéfinissable. Comme des agonisants, elles se cramponnent à u n d e r n i e r souffle d e vie trompeuse, q u a n d les faux savants d ' u n e commission politique in extremis

osent venir l e u r affirmer que le p e u p l e de

Saint-Pierre n'a rien de plus à c r a i n d r e , a u pied du mont P e l é , que celui de Naples sous le Vésuve. L a voici, la proclamation du g o u v e r n e u r , publiée ce jour-là, dans toutes les r u e s de S a i n t - P i e r r e , pour t r a n q u i l l i s e r les habitants : La

commission

chargée

d'étudier

les

phénomènes

volcaniques

de

la

M o n t a g n e P e l é e v i e n t d e se r é u n i r à l ' h ô t e l d e l ' I n t e n d a n c e . A p r è s e x a m e n d e s f a i t s s u c c e s s i v e m e n t c o n s t a t é s d e p u i s le c o m m e n c e m e n t de l ' é r u p t i o n , elle a r e c o n n u : 1° Q u e t o u s l e s p h é n o m è n e s q u i s e s o n t p r o d u i t s j u s q u ' à c e j o u r n ' o n t rien d'anormal et qu'ils sont au contraire identiques aux p h é n o m è n e s observ é s d a n s t o u s les a u t r e s v o l c a n s ; 2° Q u e l e s c r a t è r e s d u v o l c a n

étant largement ouverts, l'expansion

des

v a p e u r s et des b o u e s doit se c o n t i n u e r c o m m e elle s'est déjà p r o d u i t e , sans provoquer de t r e m b l e m e n t s de terre ni de projections de r o c h e s éruptives ; 3° Q u e l e s n o m b r e u s e s d é t o n a t i o n s q u i se f o n t

entendre

fréquemment

sont produites par des explosions de vapeurs localisées dans la

cheminée

et qu'elles ne sont nullement dues à des effondrements de terrain ; 4° Q u e l e s c o u l é e s d e b o u e e t d ' e a u c h a u d e s o n t l o c a l i s é e s d a n s l a v a l l é e de la Rivière-Blanche ; 5° Q u e la p o s i t i o n r e l a t i v e des c r a t è r e s et des vallées d é b o u c h a n t v e r s l a m e r p e r m e t d'affirmer q u e l a s é c u r i t é d e S a i n t - P i e r r e r e s t e e n t i è r e ; 6° Q u e l e s e a u x n o i r â t r e s r o u l é e s p a r l e s r i v i è r e s d e s P è r e s , d e Pointe, du P r ê c h e u r ,

e t c . , ont conservé leur température

Basse-

ordinaire

qu'elles d o i v e n t l e u r c o u l e u r a n o r m a l e à la c e n d r e q u ' e l l e s c h a r r i e n t .

et


JOURNAL DU 2 5 MAI

1902

383

L a commission continuera à suivre attentivement tous les p h é n o m è n e s u l t é r i e u r s , e t elle t i e n d r a la p o p u l a t i o n a u c o u r a n t d e s m o i n d r e s f a i t s o b servés.

Le j o u r fatal. Fête de l'Ascension, 8 m a i 1 9 0 2 .

Il était 7 h e u r e s 50 du m a t i n . Soudain, le ciel p u r , au-dessus des mornes Abel et D o r a n g e , prend u n e teinte indécise. Sous une atmosphère de plomb, u n roulement sourd, profond, lugubre, persistant, faisant croire à u n e t e m p ê t e lointaine d a n s l'extrême nord, n ' a pas encore cessé d e gronder, q u e , déjà, il n ' y a plus u n seul habitant en vie dans la vieille cité et que ses maisons, secouées de fond en comble par de folles trépidations et e n flammées toutes ensemble, croulent les unes sur les a u t r e s . Une n u é e formidable de gaz a s p h y x i a n t s , de v a p e u r s intenses, de toutes sortes d'éléments volcaniques explosibles, s'était a b a t t u e sur la ville, la r a d e , les l i e u x circonvoisins, avec u n e vitesse incalculable et une puissance irrésistible. Projetée v e r t i c a l e m e n t des flancs disloqués de la m o n t a g n e , et non du c r a t è r e , cette n u é e prit feu à la l u e u r d ' u n éclair et se mit à éclater de toutes parts comme u n million de boîtes à m i t r a i l l e , de mines et de torpilles, semant la dévastation. Les grondements sonores d u volcan, les explosions électriques de la colonne e x t e r m i n a t r i c e , le soulèvement d u sol, les éruptions sous-marines, la trépidation des mornes, l'anéantissement de la population, le r e n v e r s e m e n t des arbres séculaires, l'écroulement des édifices, la combustion des maisons, la destruction des navires, l'incendie a u ciel, sur terre et sur m e r , tout cela est l'œuvre d ' u n e

seconde. L e s tourbillons de fumée et de flammes d u r e n t longtemps en-

core, mais Y œuvre de mort, pour la cité comme pour son peuple, a été consommée d'un coup. A u milieu des cadavres et des r u i n e s q u a n d , enfin, on p e u t mettre le pied dans la nécropole, quels spectacles de désolation et de t e r r e u r s'offrent a u x regards !


384

LA

CATASTROPHE

DU

MOIS

DE

MAI

1902

Ici, des groupes d e cadavres forment masse compacte. L à , des pères de famille sont, bras et j a m b e s , étroitement enlacés p a r leurs enfants. Tout près, des femmes tombées la face contre terre étouffent de baisers leurs benjamins chéris par delà cette vie si tristement périssable. Ailleurs, des tribus entières ont été a n é a n t i e s dans la même

THEATRE

DE

SAINT-PIERRE

d e m e u r e , r é u n i e s pour ensemble quitter la terre et monter au ciel ensemble. Sancti Pétri etiam periere ruinée. Colligile fragmenta.

La cité créole n'est plus. L a r u i n e en est consommée. E l l e ne présente point l'aspect qu'offrit Moscou, en 1812, ni F o r t - d e - F r a n c e , en 1890, mais plutôt celui de J é r u s a l e m saccagée par T i t u s . On dirait qu'elle n ' a j a m a i s existé.


JOURNAL DU 2 5 MAI 1 9 0 2

385

On a pu retrouver H e r c u l a n u m et Pompéi : n u l ne découvrira Saint-Pierre de la M a r t i n i q u e . Seul pourra encore être visité campus ubi Troja

fuit.

Si un patricien d'avant Néron voyait la Rome c h r é t i e n n e du xx° siècle, il pourrait se croire é g a r é , a u milieu des magnificences de la cité-reine d ' a u j o u r d ' h u i . Mais, en somme, il ne dirait pas, comme on s'est cru en droit de l'écrire, qu' « il n e retrouve rien de Rome au milieu de Rome », parce qu'il n e tarderait point à se res-

R U I N E S

D U

T H E A T R E

D E

S A I N T - P I E R R E

saisir u n p e u , tant les papes ont su g a r d e r le culte des reliques d ' u n passé très glorieux, p r é c u r s e u r d ' a u t r e s illustrations immortelles. Ici, rien de semblable. Saint-Pierre n e sera rebâti par p e r s o n n e , et le fût-il, que les générations à v e n i r n ' y trouveraient r i e n , absolument

rien, de la

cité créole de 1635 à 1902, puisque pas u n seul de ses m o n u m e n t s , pas une seule de ses maisons n ' y restent intacts et q u e , dès à p r é sent, les r u i n e s de ses ruines n e consistent q u ' e n informes blocs d e roche et en amas de poussière.

S A I N T - P I E R R B - M A K T I N I Q C K

CŒUR CRÉOLE.

25


CHAPITRE

IV

RAPPORTS OFFICIELS SUR LA CATASTROPHE DERNIERS ECHOS DE NOS MALHEURS DU

13.

26

JOURNAL

DU

AU

26

31

MAI.

MAI

AUX

BRUYÈRES

L e m i n i s t r e des colonies a reçu du g o u v e r n e u r intérimaire de la Martinique d e u x rapports circonstanciés sur les d e r n i e r s événements. PREMIER

RAPPORT f

l ort-de-Fra"nce, le 11 m a i 1902. MONSIEUR LE MINISTRE, J'ai l'honneur

de vous confirmer

les télégrammes que vous a

adressés

M. le g o u v e r n e u r , relatifs à l'éruption v o l c a n i q u e de la M o n t a g n e P e l é e et à l'engloutissement de l'usine sujet de la catastrophe qui

G u é r i n , et ceux que j e v o u s ai envoyés

au

a a n é a n t i la ville et la p o p u l a t i o n d e

Saint-

P i e r r e , le 8 c o u r a n t , et d a n s l a q u e l l e M . le g o u v e r n e u r M o u t t e t a

trouvé

la mort. P e r m e t t e z - m o i de v o u s exposer s o m m a i r e m e n t , d ' a p r è s les r e n s e i g n e m e n t s q u e j ' a i déjà p u r e c u e i l l i r , la série d ' é v é n e m e n t s

t r a g i q u e s d o n t la M a r t i -

nique vient d ' ê t r e le t h é â t r e p e n d a n t la première s e m a i n e de m a i . L a M o n t a g n e P e l é e , dont la dernière é r u p t i o n , d a t a n t

de 1 8 5 1 , n'avait

p a s e u g r a n d e i m p o r t a n c e , a c o m m e n c é à fumer dans les p r e m i e r s j o u r s d'avril d e r n i e r . L a p o p u l a t i o n n e p a r a i s s a i t n u l l e m e n t é m u e de ce fait l e s j o u r n a u x se c o n t e n t a i e n t d e l e m e n t i o n n e r

et de r e n d r e compte

et des

progrès des dégagements de vapeurs. D a n s la n u i t d u v e n d r e d i 2 a u s a m e d i

3 mai, l'éruption sembla

entrer

d a n s u n e p h a s e p l u s a c t i v e . U n e q u a n t i t é c o n s i d é r a b l e de c e n d r e s fut p r o jetée

sur les campagnes

avoisinantes

et n o t a m m e n t

s u r le t e r r i t o i r e

P r ê c h e u r et de S a i n t e - P h i l o m è n e , d o n t les h a b i t a n t s d u r e n t

du

abandonner


JOURNAL D U 2 6

MAI

387

1902

p r é c i p i t a m m e n t leurs d e m e u r e s p o u r se réfugier d a n s les b o u r g s et à S a i n t Pierre. L a

cendre tomba d'ailleurs également à F o r t - d e - F r a n c e et jusque

d a n s les c o m m u n e s d e l ' e x t r ê m e s u d d e l ' î l e , m a i s e n m o i n s g r a n d e q u a n t i t é . M . l e g o u v e r n e u r se r e n d i t s u r l e s l i e u x , l e 3 m a i a u m a t i n . I l d i s t r i b u a les p r e m i e r s s e c o u r s a u x h a b i t a n t s n é c e s s i t e u x d u P r ê c h e u r e t d e S a i n t e P h i l o m è n e , s'efforça d e c a l m e r l e u r é m o t i o n e t r e n t r a

au

chef-lieu,

le

dimanche 4 mai, à 4 heures de l'après-midi. L a projection de cendres, quoique a y a n t diminué d'intensité, toujours.

continuait

D e sourds grondements se faisaient entendre dans la m o n t a g n e

et d e s l u e u r s a p p a r a i s s a i e n t , l a n u i t , a u s o m m e t .

P r e m i è r e catastrophe. L e l e n d e m a i n 5 m a i , à 1 h e u r e d e l ' a p r è s - m i d i , u n t o r r e n t d ' e a u et d e boue b r û l a n t e s ' é c h a p p a

b r u s q u e m e n t de l'ancien

cratère, dit Etang-Sec,

d é v a l a le l o n g d e s p e n t e s d e l a m o n t a g n e , s ' e n g o u f f r a

d a n s la vallée de la

Rivière-Blanche, emporta une partie de l'usine Isnard, qui était heureusem e n t é v a c u é e , e t r e c o u v r i t e n t i è r e m e n t l ' u s i n e G u é r i n , s i t u é e s u r le b o r d de l a m e r , à l ' e m b o u c h u r e d o l a R i v i è r e - B l a n c h e , e n g l o u t i s s a n t u n e t r e n t a i n e d e p e r s o n n e s . M . G u é r i n fils e t s a f e m m e é t a i e n t a u n o m b r e d e s v i c times, composées en majorité de gens de service attachés à l'usine.

La

masse de b o u e a v a i t e n v i r o n 1 k i l o m è t r e de l o n g u e u r , 2 0 0 m è t r e s d e largeur et 10 m è t r e s de h a u t e u r . L'arrivée subite de cette masse dans la mer provoqua sur la rade Saint-Pierre, p e n d a n t quelques minutes, des oscillations d'une

de

amplitude

de p l u s d e 2 0 m è t r e s , q u i e f f r a y è r e n t l a p o p u l a t i o n , a v a n t m ê m e q u ' e l l e s e fût r e n d u c o m p t e d e l a c a t a s t r o p h e .

L'affolement à Saint-Pierre. L'affolement

r e d o u b l a l o r s q u e les faits exacts f u r e n t c o n n u s . M. le g o u -

v e r n e u r , p r é v e n u , se r e n d i t e n v i l l e , a c c o m p a g n é d u c o m m a n d a n t s u p é r i e u r des t r o u p e s e t d e m o i - m ê m e , p a r le c r o i s e u r Suchet,

le même jour à 4 heures

du s o i r , v i s i t a l e s l i e u x d u s i n i s t r e , r é c o n f o r t a d e s o n m i e u x l e s p o p u l a t i o n s du P r ê c h e u r e t d e S a i n t - P i e r r e e t r e n t r a à F o r t - d e - F r a n c e , l e m a r d i 6 m a i , dans l'après-midi. L a situation du volcan

était alors

stationnaire,

la boue continuait

a

déborder d u cratère et à couler j u s q u ' à la mer p a r la R i v i è r e - B l a n c h e . D e s crues ou d e s d e s s è c h e m e n t s s u b i t s se faisaient s e n t i r d a n s l a p l u p a r t des cours d ' e a u

d e s c e n d a n t de la M o n t a g n e

P e l é e , t o u t le l o n g de

la

depuis la R i v i è r e - B l a n c h e j u s q u ' à l a B a s s e - P o i n t e , a u n o r d de l'île.

côte,


388

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902.

Avis t r o m p e u r .

L e volcan g r o n d a i t toujours et s'illuminait de l u e u r s . Mais l'avis de tous les g e n s c o m p é t e n t s é t a i t q u e l e s m a t i è r e s v o m i e s a y a n t d o n n é u n e i s s u e n a t u r e l l e p a r l a v a l l é e d e l a R i v i è r e - B l a n c h e , l e s c o m m u n e s a v o i s i n a n t e s et notamment Saint-Pierre ne couraient absolument aucun danger.

L'opinion

g é n é r a l e était alors q u e , à p a r t la c a t a s t r o p h e de l'usine G u é r i n et les pertes i m p o r t a n t e s d e c u l t u r e s e t d e b é t a i l s u b i e s p a r les h a b i t a n t s à l a s u i t e des pluies de c e n d r e , a u c u n d é s a s t r e n o u v e a u n ' é t a i t à r e d o u t e r .

La n u i t d u 6 au 7 m a i .

D a n s l a n u i t d u 6 a u 7 m a i , u n f o r t o r a g e é c l a t a s u r t o u t l e n o r d de l ' i l e e t l a p l u i e t o m b a a b o n d a m m e n t ; il e n r é s u l t a d e s c r u e s d a n s t o u s les t o r r e n t s , et les h a b i t a n t s

de G r a n d ' R i v i è r e ,

Pointe

à évacuer leurs demeures.

durent

commencer

de

Macouba La

et

de

Basse-

Rivière-Sèche,

près de S a i n t - P i e r r e , i n o n d a d a n s la m a t i n é e du 7 la r o u t e du F o n d s - C o r é , laissant par endroits, notamment près de la tonnellerie

mécanique ,

une

m

é p a i s s e u r d e b o u e de l , 5 0 . L a rivière des P è r e s et la rivière R o x e l a n e , c o u l a n t d a n s

Saint-Pierre

même, grossirent également, mais d a n s de moins fortes proportions.

La

p o p u l a t i o n e n t r a d a n s u n e é m o t i o n i n d e s c r i p t i b l e , e n t r e t e n u e p a r des malfaiteurs qui r é p a n d a i e n t de faux b r u i t s d ' i n o n d a t i o n et profitaient de l'évacuation des maisons p o u r commettre des vols. L e temps était particulièrement

orageux. L a

tension

électrique

était

énorme, au point de rendre le travail des employés du téléphone presque impossible. L e volcan fumait

abondamment.

A 2 h e u r e s de l'après-midi, M. F o u c h é , maire de S a i n t - P i e r r e , déclarait au

gouverneur,

par téléphone,

qu'aucun

danger

n'était,

à son

c r a i n d r e , mais que les forces de police à sa disposition n e lui

avis, à

permettaient

pas de maintenir l'ordre dans la ville. Il concluait en d e m a n d a n t l'envoi à Saint-Pierre d'un

détachement

de trente hommes d'infanterie

coloniale,

s o u s le c o m m a n d e m e n t d ' u n l i e u t e n a n t , p o u r s u r v e i l l e r l e s d i s t r i b u t i o n s de v i v r e s a u x h a b i t a n t s d e s e n v i r o n s et p o u r e f f e c t u e r d e s p a t r o u i l l e s d a n s les rues. E n p r é s e n c e d e c e t t e s i t u a t i o n , M . le g o u v e r n e u r d o n n a l e s o r d r e s n é c e s saires p o u r l'envoi d'un détachement par le b a t e a u du lendemain et décida, afin d ' a p p o r t e r à l a p o p u l a t i o n a l a r m é e l ' a p p u i m o r a l de s a p r é s e n c e , de retourner à Saint-Pierre.


JOURNAL DU 2 6

MAI

389

1902

M. Mouttet r e p a r t pour Saint-Pierre. I l q u i t t a le c h e f - l i e u , le j o u r m ê m e , p a r l e b a t e a u d e 4 h e u r e s , a c c o m pagné de M

m e

M o u t t e t , d u l i e u t e n a n t - c o l o n e l G e r b a u l t , d e M . le c o n s e i l l e r

privé H u s s o n . U n c e r t a i n n o m b r e de fonctionnaires et h a b i t a n t s de F o r t de-France, dont M M . J a l l a b e r t , directeur du câble ; Dubois, chef du service des c o n t r i b u t i o n s ; F o u q u e , l i e u t e n a n t d'artillerie, p a r t i r e n t é g a l e m e n t par le m ê m e b a t e a u . L a n u i t du 7 a u 8 se p a s s a s a n s i n c i d e n t s . D e s c â b l o g r a m m e s

officiels

venus de S a i n t - P i e r r e , le 8, e n t r e 6 et 8 heures du m a t i n , d é p e i g n a i e n t situation comme s t a t i o n n a i r e . C'est à ce m o m e n t q u e se place

la

l'épouvan-

table c a t a c l y s m e q u i a a n é a n t i la ville e t l a p o p u l a t i o n .

Épouvantable m a l h e u r . A 8

h

5 d u m a t i n , a u m o m e n t o ù le v a p e u r d e l a C o m p a g n i e G i r a r d a l l a i t

q u i t t e r le c h e f - l i e u p o u r s e r e n d r e à S a i n t - P i e r r e , u n e é n o r m e p o u s s é e d e n u a g e s b l a n c h â t r e s , r o u l a n t eu v o l u t e s g i g a n t e s q u e s , fut a p e r ç u e de F o r t d e - F r a n c e d a n s la d i r e c t i o n d e l a M o n t a g n e P e l é e ; a u m ê m e i n s t a n t , lignes du câble et du t é l é p h o n e r e l i a n t S a i n t - P i e r r e a u

chef-lieu

les

furent

r o m p u e s ; le b a r o m è t r e s u b i t u n e b a i s s e b r u s q u e et u n r a z de m a r é e se fit sentir sur le r i v a g e . L e s n u a g e s o b s c u r c i r e n t e n q u e l q u e s i n s t a n t s t o u t l e c i e l . U n e c h u t e de pierres, dont quelques-unes du poids de 20 grammes, s'abattit sur F o r t - d e F r a n c e , suivie d ' u n e pluie de cendres qui dura j u s q u e vers 11 h e u r e s . bateau

Girard,

Le

q u i a v a i t q u i t t é l e c h e f - l i e u à 8 h e u r e s u n q u a r t , a p r è s le

raz d e m a r é e , c o n t i n u a j u s q u ' à la h a u t e u r de C a s e - P i l o t e , q u i est e x a c t e m e n t à m i - r o u t e et l à , a r r ê t é p a r l e s p i e r r e s e t l a c e n d r e q u i

tombaient

en q u a n t i t é c o n s i d é r a b l e , r e b r o u s s a c h e m i n p o u r r e n t r e r à F o r t - d e - F r a n c e . I l r e p a r t i t v e r s 1 0 h e u r e s , a p r è s q u e l a g r o s s e é m o t i o n s e fut c a l m é e e t , a p r è s a v o i r d é p a s s é la p o i n t e d u C a r b e t . a p e r ç u t l a m i n o t e r i e

Blaisemont

et l ' h a b i t a t i o n

après,

Anse-Latouche

s p e c t a c l e t e r r i f i a n t s'offrit

en

flammes.

Quelques instants

touré d'un n u a g e o p a q u e de fumée et de c e n d r e s , t o u t le littoral, la m i n o t e r i e

Blaisemont,

Pointe-Lamarre,

un

aux yeux des passagers. A u pied du volcan, ensituée u n peu

au nord du Carbet,

depuis

jusqu'à

la

au delà du b o u r g de S a i n t e - P h i l o m è n e , était en feu, sur

une é t e n d u e de plus de 5 k i l o m è t r e s . L e s a r b r e s et les m a i s o n s isolées de la c a m p a g n e b r û l a i e n t é g a l e m e n t . U n e douzaine de b a t e a u x sur r a d e , dont deux steamers américains,

flambaient,

encore à l'ancre. L e littoral paraissait

désert. Sur la mer, rien ne surnageait q u e des épaves. L a chaleur r a y o n -


390

LA CATASTROPHE DO MOIS D E MAI

1902

nante dégagée par cet immense brasier empêchant le bateau d'avancer, il rentra à Fort-de-France, à 1 heure de l'après-midi, rapportant la sinistre nouvelle. L'arrivée d u « Suchet ».

N'ayant, depuis 8 heures du matin, aucune communication avec SaintPierre, et en prévision d'événements graves survenus sur ce point, j'avais, dès 9 heures, demandé au commandant du Suchet de s'y rendre pour s'y tenir à la disposition de M. le gouverneur Mouttet. Le Suchet appareilla à midi et demi. Vers 3 heures, M. le commandant Le Bris put descendre sur la place Bertin, qui était couverte de cadavres. La chaleur qui se dégageait des ruines fumantes l'empêcha de poursuivre plus avant ses investigations ; il recueillit quelques blessés qui avaient survécu par miracle et il se rendit au Carbet, où il embarqua également des blessés qu'il ramena à Fort-deFrance . A 3 heures, j'envoyai à Saint-Pierre un vapeur, où s'embarqua M. le procureur de la République Lubin, avec mission de me renseigner sur la situation. M. Lubin descendit dans la ville et se rendit compte, comme le commandant du Suchet, que la population entière était anéantie. Il regagna ensuite le Carbet, où s'était massée celle des environs, parmi laquelle de nombreux blessés qui avaient pu échapper au désastre. Un service de vapeurs fut organisé entre le Carbet et le chef-lieu pour transporter rapidement à Fort-de-France tous ces malheureux. A Fort-de-France.

En même temps, de concert avec les chefs d'administration et M. le maire de Fort-de-France, qui a déployé dans ces tristes circonstances une activité et un dévouement dignes des plus grands éloges, je prenais des mesures pour assurer la subsistance et le logement aux sinistrés et les soins aux blessés. Les dépôts de vivres existant à Saint-Pierre étaient anéantis. J'envoyai le soir même à la Guadeloupe le croiseur Suchet pour y chercher des provisions. Le Suchet a été de retour, le 10, à 10 heures du matin. En ce qui a trait aux circonstances exactes dans lesquelles s'est produite la catastrophe, il serait difficile de les préciser. Il résulte des témoignages recueillis tant auprès des rares survivants que des personnes ayant assisté de loin au cataclysme, que vers 8 heures du matin, à la suite sans doute d'une déchirure des flancs du volcan, une trombe de feu s'est abattue sur Saint-Pierre, causant la mort immédiate de toute la population et incendiant simultanément toutes les maisons de la ville et tous les bateaux sur rade.


JOURNAL

DU

26

MAI

391

1902

L ' o p i u i o n de ceux qui ont déjà visité les lieux est q u e pas u n des h a b i t a n t s q u i se t r o u v a i e n t à S a i n t - P i e r r e , à l ' h e u r e d e l a c a t a s t r o p h e , n ' a p u échapper à la mort.

Le chiffre des v i c t i m e s . On évalue le nombre des victimes, rien que pour Saint-Pierre, à plus de 2 6 0 0 0 . M a i s il f a u t a j o u t e r à c e n o m b r e l e s r é f u g i é s e t l e s a u t r e s h a b i t a n t s q u i o n t s u c c o m b é d a n s l e s e n v i r o n s , d e s o r t e q u e l e chiffre t o t a l d e s m o r t s peut être porté sans exagération à près de 40 0 0 0 . A la suite de la c a t a s t r o p h e

de la m a t i n é e

du 8 mai, la lave incandes-

cente a y a n t c o m m e n c é à c o u l e r d a n s les lits de la R i v i è r e - B l a n c h e et de la Rivière-Sèche, et en prévision d'autres malheurs semblables, les habitants de la G r a n d ' R i v i è r e , d u M a c o u b a , de la B a s s e - P o i n t e , d e

l'Ajoupa-Bouillon

et d u M o r n e - R o u g e o n t é v a c u é c o m p l è t e m e n t les b o u r g s , d o n t les e n v i r o n s sont ravagés

par l'éruption,

et

se s o n t

massés au

L o r r a i n . J ' a i p r i s le?

mesures nécessaires pour le ravitaillement de la population. Saint-Pierre

disparu, la

colonie est privée

cité, d e son gros centre d'approvisionnements,

désormais de sa plus

belle

où s ' a l i m e n t a i e n t t o u t e s les

c o m m u n e s r u r a l e s , d e 3 5 0 0 0 à 4 0 0 3 0 â m e s , et d ' u n g r a n d n o m b r e de fortunes privées. L e désastre est immense. L a M o n t a g n e Pelée est toujours

en t r a v a i l . D e t o u t e s les localités

voi-

sines on e n t e n d des d é t o n a t i o n s et des g r o n d e m e n t s . P a r tous les m o y e n s , j'essaie de rassurer ces populations

affolées.

H o m m a g e à M. Mouttet. E s c l a v e du devoir, M . M o u t t e t est m o r t e n g o u v e r n e u r sans p e u r et sans r e p r o c h e . Il laisse à ses c o l l a b o r a t e u r s nir d'un a d m i n i s t r a t e u r

et à la p o p u l a t i o n d e l'île le s o u v e -

a u c œ u r élevé d o n t le c o u r a g e g r a n d i s s a i t avec le

péril. Sa douloureuse disparition d a n s les épreuves que nous subissons m e lègue provisoirement de g r a n d s devoirs vis-à-vis du g o u v e r n e m e n t et de la colonie. L e département

peut entièrement compter sur ma bonne volonté.

J e t i e n s à r e n d r e h o m m a g e a u c o n c o u r s s a n s r é s e r v e q u e me d o n n e n t les c h e f s d ' a d m i n i s t r a t i o n , l e s c h e f s d e s e r v i c e e t l e s officiers e t f o n c t i o n n a i r e s sans d i s t i n c t i o n d e c o r p s et d e g r a d e . E n terminant, je ne veux pas oublier de mentionner spécialement l'assistance

q u e m e f o u r n i t M . le s é n a t e u r

Knight qui,

oubliant les

personnels qui l'affligent, se t r a n s p o r t e c o u r a g e u s e m e n t d a n s les

malheurs localités

menacées et use de son influence sur la population p o u r me seconder dans ma tâche. G.

LHUEERK.


392

LA CATASTROPHE

DU MOIS

SECOND

DE MAI

1902

RAPPORT

F o r t - d e - F r a n c e , le 12 m a i 19C2. MONSIEUR LE MINISTRE, Comme suite à ma lettre du 1 1 , j ' a i l'honneur de vous rendre

compte

qu'afin de v e n i r en aide aux sinistrés des c o m m u n e s a v o i s i n a n t S a i n t - P i e r r e , j ' a i organisé, immédiatement après la catastrophe du 8 mai, diverses missions a y a n t p o u r b u t , soit de p o r t e r sur les lieux des s e c o u r s a u x blessés, soit de ravitailler la colonie, q u i se t r o u v e b r u s q u e m e n t p r i v é e des d é p ô t s importants de vivres qui existaient à Saint-Pierre. J e pli copie des rapports

vous adresse sous ce

q u e m ' o n t r e m i s les f o n c t i o n n a i r e s q u e j ' a v a i s c h a r -

gés de ces missio n s. L e 8 m a i , à 10 h e u r e s d u soir, j ' e n v o y a i à l a G u a d e l o u p e p a r le M. B r a b a n , c h e f du b u r e a u d u

secrétariat g é n é r a l , et M. L a b a t ,

Suchet

deuxième

a d j o i n t a u m a i r e , afin d ' a c h e t e r l a p l u s g r a n d e q u a n t i t é d e v i v r e s p o s s i b l e . L a lecture du rapport

qu'ils m ' o n t adressé vous fera c o n n a î t r e

chaleureux et sympathique

q u ' o n t fait à ces m e s s i e u r s M . le

l'accueil

gouverneur

Merlin, M. le m a i r e d e Poinfce-à-Pitre et M . le d i r e c t e u r de la b a n q u e , q u i ont ouvert d'urgence, en faveur des sinistrés, des crédits s'élevant respectiv e m e n t à 2 5 0 0 0 , 1 5 0 0 0 e t 6 0 0 0 fr. L e 9 mai, M. L a n g e , chef de b u r e a u d u s e c r é t a r i a t g é u é r a l , est allé ravitailler les p o p u l a t i o n s de C a s e - P i l o t e , d u C a r b e t et du P r ê c h e u r , où taient

signalées les agglomérations

d'habitants

manquant

de

m'é-

vivres;

la

p o p u l a t i o n d u P r ê c h e u r , q u i a p a r t i c u l i è r e m e n t souffert d e l ' é r u p t i o n , é t a n t d a n s le v o i s i n a g e p l u s d i r e c t d u v o l c a n , est à l ' h e u r e

actuelle entièrement

é v a c u é e s u r le chef-lieu. L e même j o u r , je d o n n a i mission à M. M a r t i n , sous-chef de b u r e a u du s e c r é t a r i a t g é n é r a l , d e se r e n d r e à S a i n t e - L u c i e p o u r y a c h e t e r d e s v i v r e s . Ainsi q u e vous le r e m a r q u e r e z p a r la lecture du r a p p o r t

de ce

fonction-

n a i r e , l e g o u v e r n e u r d e l a c o l o n i e a n g l a i s e a o u v e r t u n c r é d i t d e 5 0 0 0 fr. à p r e n d r e en a p p r o v i s i o n n e m e n t s chez les n é g o c i a n t s de Ca.stries. Sur ma demande,

transmise

par

M. Martin,

le c o n s u l de F r a n c e

dans

cette ville a t é l é g r a p h i é a u x g o u v e r n e u r s de la B a r b a d e et de la T r i n i d a d de v o u l o i r b i e n n o u s e n v o y e r d e s d e n r é e s a l i m e n t a i r e s . L e 1 1 a u m a t i n , le gouverneur de la B a r b a d e a expédié à F o r t - d e - F r a n c e , à titre de secours, u n e certaine q u a n t i t é de vivres, et a mis à m a disposition deux docteurs, des infirmiers et d e s m é d i c a m e n t s . D ' a u t r e p a r t , le g o u v e r n e u r d e l a D o m i n i q u e me faisait c o n n a î t r e qu'il n o u s offrait à t i t r e g r a c i e u x , u n e v a l e u r d e 2 5 0 0 f r . d e v i v r e s , e t le g o u v e r n e u r de la G u a d e l o u p e m ' a v i s a i t qu'il avait fait c o n s t i t u e r à la B a s s e -


JOURNAL

DU

26

MAI

393

1902

Terre un nouvel approvisionnement destiné à la Martinique. L e paquebot Ville-de-Tanger

que j ' a i réquisitionné ira p r e n d r e

ces

deux

chargements

aujourd'hui même. E n f i n , M . le g o u v e r n e u r d e l a G u y a n e f r a n ç a i s e m ' a a n n o n c é p a r c â b l o g r a m m e l ' o u v e r t u r e d ' u n c r é d i t d e 2 5 0 0 0 fr. s u r l e b u d g e t d e c e t t e c o l o n i e , et l ' o r g a n i s a t i o n de s o u s c r i p t i o n s p u b l i q u e s à C a y e n n e e t d a n s les

com-

munes. J ' a v a i s p o u r devoir de remercier vivement, au nom de la population, les d i v e r s e s a u t o r i t é s q u i o n t d o n n é à l a c o l o n i e d e s m a r q u e s si t o u c h a n t e s d e s y m p a t h i e . J e n ' a i p a s m a n q u é de l e f a i r e s a n s r e t a r d . E n ce q u i c o n c e r n e les n o m b r e u x b l e s s é s q u ' o n a dirigés s u r F r a n c e , d a n s l a n u i t d u 8 et la j o u r n é e

Fort-de-

du 9, et q u i p r o v i e n n e n t

m e n t des e n v i r o n s du C a r b e t , r é g i o n e x t r ê m e m e n t r a v a g é e p a r le

notamfléau,

ils

ont été r é p a r t i s à l'hôpital militaire et à l'hospice civil. A c c o m p a g n é

de

M. le p r o c u r e u r g é n é r a l e t de M . le m a i r e d u chef-iieu, j e suis allé d a n s la j o u r n é e du 10 porter à ces malheureux u n e parole d ' e s p é r a n c e . L a plupart o n t d ' h o r r i b l e s b r û l u r e s i n t e r n e s ; il e s t p r o b a b l e q u e f o r t p e u s u r v i v r o n t à leurs blessures. E n f i n , il y a v a i t l i e u d e se p r é o c c u p e r d e l ' i n c i n é r a t i o n o u d e l ' e n f o u i s s e ment des cadavres de Saint-Pierre,

q u i sont restés g i s a n t s d a n s les r u e s et sur les places

ainsi

qu'aux environs du Carbet.

D e u x expéditions

ont

été organisées p o u r p r o c é d e r à cette opération, dans les conditions indiquées p a r M . le m é d e c i n p r i n c i p a l L i d i n , e n sa n o t e du 1 0 m a i . I l est

d'ailleurs

à r e m a r q u e r q u e l a p r e s q u e t o t a l i t é de l a p o p u l a t i o n d e S a i n t - P i e r r e

était,

à 8 h e u r e s du m a t i n , soit r é u n i e d a n s les églises, soit encore dans les maisons. L e s h a b i t a n t s a y a n t é t é foudroyés i n s t a n t a n é m e n t , les c a d a v r e s o n t été c a r b o n i s é s p a r l ' i n c e n d i e d e la ville. J ' a i d o n c lieu de p e n s e r q u e les m e sures

que j ' a i prises

pour

faire disparaître les corps,

relativement

peu

n o m b r e u x , q u i s o n t c o u c h é s a u m i l i e u d e s r u e s e t d e s p l a c e s , s e r o n t suffisantes pour écarter tout danger d'épidémie. G. LHUERRE.

RAPPORT

DU

CAPITAINE

LE

BRIS

L e ministre de la m a r i n e a r e ç u , de son côté, d u capitaine d e frégate commandant le Suchet, le rapport suivant daté du 10 mai ; Le désastre

s'est p r o d u i t à 7

h

50, d'après l'heure indiquée par l'horloge

de l'hôpital, qui s'est a r r ê t é e à ce m o m e n t , et existe e n c o r e . L e p h é n o m è n e a é t é f o u d r o y a n t . I l p e u t ê t r e c o m p a r é à ce q u i a u r a i t é t é


394

LA CATASTROPHE D U MOIS DE MAI

1902.

produit par de gigantesques canons pointés sur S a i n t - P i e r r e , l a n ç a n t avec u n e violence inouïe des matières enflammées. E n u n i n s t a n t , la ville était eu

flammes.

T o u s les h a b i t a n t s m e u r e n t p a r l e feu et l ' a s p h y x i e . D e s n a v i r e s

sont chavirés et i n c e n d i é s , t o u s les m â t s cassés à r a s des p o n t s . L e g o u v e r n e u r et M

me

M o u t t e t , le l i e u t e n a n t - c o l o n e l G e r b a u l t e t s a f e m m e ,

v e n u s la veille de F o r t - d e - F r a n c e , sont p a r m i les victimes, ainsi que quelques autres fonctionnaires. L a veille, le g o u v e r n e u r m ' a v a i t d e m a n d é de me t r o u v e r à S a i n t - P i e r r e , a v e c l e Suchet,

à 7 h e u r e s d u m a t i n , p o u r être à sa disposition.

Quelques

m e s u r e s à p r e n d r e d a n s les m a c h i n e s et d a n s les chaufferies ne m ' a v a i e n t pas permis de donner satisfaction

à sa demande. J e ne pus allumer

f e u x q u ' à 8 h e u r e s . S a n s c e t t e c i r c o n s t a n c e , le Suchet

les

se serait trouvé à

S a i n t - P i e r r e a u m o m e n t de la c a t a s t r o p h e , et a u r a i t subi le sort des autres navires. J ' a i appareillé aussitôt qu'il a été possible, sans connaître le désastre, mais très inquiet p a r l ' a p p a r e n c e de l'éruption et p a r la pluie de t e r r e durcie survenue à F o r t - d e - F r a n c e à 8

h

15 environ.

averti par un petit vapeur que Saint-Pierre

Dans

flambait

le trajet,

j'ai

été

ainsi que les navires

sur rade. E n a r r i v a n t d e v a n t la ville, j e m e suis r e n d u compte

immédiatement

qu'il n ' y a v a i t r i e n à t e n t e r d a n s c e t i m m e n s e b r a s i e r . J ' a i fait s a u v e r les q u e l q u e s s u r v i v a n t s qui s'y t r o u v a i e n t , à bord d u v a p e u r a n g l a i s

Roraima,

s u r les é p a v e s e t à t e r r e . C e s d e r n i e r s p r o v e n a i e n t é g a l e m e n t d e s n a v i r e s . T o u s é t a i e n t p l u s o u m o i n s b r û l é s , e t q u e l q u e s - u n s s o n t m o r t s d a n s la t r a v e r s é e . J ' a i aussi r a m e n é les blessés de l ' e x t r é m i t é d u village d u C a r b e t , qui seule

a été atteinte

Je

suis r e v e n u à F o r t - d e - F r a n c e , le samedi

1 0 a u m a t i n , e t , a p r è s le d é b a r q u e m e n t nouveau

à Saint-Pierre,

des vivres, j e me suis r e n d u de

où j ' a i voulu m'informer

i m m é d i a t e m e n t de

la

situation. J ' a i envoyé à terre quatre escouades avec des ouvriers, et j ' a i

exploré

m o i - m ê m e la ville avec l'une d'elles. J ' a i a c q u i s la c e r t i t u d e q u e pas u n être vivant ne pouvait y exister. E n s u i t e , j ' a i r e m o n t é la c ô t e j u s q u ' a u p o r t du P r ê c h e u r , d o n t la p o p u lation était très menacée. Il y avait déjà eu 4 0 0 personnes environ

tuées

p a r l a l a v e . N o u s a v o n s c o m m e n c é l e s a u v e t a g e e t r a m e n é , s u r l e Suchet, Pouyer-Quertier

le

et u n petit v a p e u r , environ 1 0 0 0 p e r s o n n e s .

J e s u i s r e t o u r n é a v e c l e Pouyer-Quertier

et le croiseur danois

Valkyrien,

d o n t le c o m m a n d a n t a b i e n v o u l u m e p r ê t e r u n s e c o u r s q u i m ' a é t é d e s plus précieux. N o u s avons p u r e v e n i r s u r F o r t - d e - F r a n c e , après avoir e m b a r q u é le reste d e l a p o p u l a t i o n , 2 4 0 0 p e r s o n n e s e n v i r o n . L e Suchet de 1 200 à lui seul.

devait en avoir près


J O U R N A L DU 2 6 MAI

395

1902

L e v o l c a n e s t t o u j o u r s d ' u n e a c t i v i t é e f f r a y a n t e . Il l a n c e d e s c o l o n n e s d e . f u m é e n o i r e à d e s h a u t e u r s c o n s i d é r a b l e s et l ' o n n e s a u r a i t p r é v o i r c e qui peut encore arriver.

RAPPORT DU

LIEUTENANT

DE VAISSEAU

DIEULAFÉ

L e ministre de la m a r i n e a également reçu du l i e u t e n a n t de vaisseau c o m m a n d a n t l'aviso Jouffroy,

d e la station locale de la

G u y a n e , u n rapport daté d u 12 mai, de F o r t - d e - F r a n c e , où nous lisons ces quelques détails relatifs à la j o u r n é e du 8 : h

8 20

matin. —

L e Jouffroy,

m o u i l l é sur d e u x a n c r e s , e t , à l'arrière,

amarré à 5 0 m è t r e s de t e r r e , r e s s e n t u n e s e c o u s s e et fait u n m o u v e m e n t d'acculée. L a m e r se retire b r u s q u e m e n t de 2 m è t r e s e n v i r o n , e t r e v i e n t q u e l q u e s minutes après à son n i v e a u normal. L e baromètre enregistreur accuse nettement la secousse produite. D e u x o u trois p e t i t s b a t e a u x c a s s e n t l e u r s a m a r r e s et s ' é c h o u e n t s a n s m a l a u c u n sur la vase. De 8

h

22 à 9

b

2 0 , pluie continuelle de petits cailloux (pierre p o n c e ) pro-

venant de la Montagne Pelée en éruption. A 9 ' 2 0 , les petits cailloux sont remplacés par une pluie boueuse abond a n t e qui t o m b e s a n s i n t e r r u p t i o n j u s q u ' à 1 0 h e u r e s . h

D e 10 heures à 1 0 2 0 , accalmie. h

D e 1 0 2 0 à 5 h e u r e s d u soir, p l u i e c o n t i n u e l l e de c e n d r e s .

RAPPORT D U VICAIRE

GENERAL

Passons à ce rapport magnifiquement écrit, q u e l'administrateur sr

de

la M o n t a g n e P e l é e ,

ses

du diocèse, en l'absence de l ' é v ê q u e , vient d'adresser à M Cormont, à P a r i s : V o u s c o n n a i s s e z la c o n f i g u r a t i o n d u m a s s i f de

n o m b r e u s e s v a l l é e s e n c a i s s é e s e t s e s t o r r e n t s qui r a y o n n e n t d e p u i s S a i n t P i e r r e j u s q u ' à la G r a n d ' A n s e . V o u s s a v e z q u e l e p l u s h a u t p i c de la m o n t a g n e e s t le m o r n e L a c r o i x , qu'on a p e r ç o i t très b i e n d e la v i l l e , d a n s les b e a u x j o u r s , et a u p i e d d u q u e l s e t r o u v e l ' a n c i e n c r a t è r e , a p p e l é É t a n g - S e c , par o p p o s i t i o n a u L a c , t o u j o u r s p l e i n , s i t u é sur l ' a u t r e v e r s a n t d u m ê m e p i t o n .


396

LA CATASTROPHE D U MOIS DE MAI

1902

Vendredi 25 avril. L e v e n d r e d i m a t i n , 2 5 a v r i l , b i e n q u e l e t e m p s f û t d é c o u v e r t , le s o m m e t d e l a m o n t a g n e d e m e u r a i t coiffé d ' u n s p l e n d i d e b o n n e t d e v a p e u r s ches. J e pus admirer

ce spectacle ( c a r j ' é t a i s depuis la veille à

blanSaint-

P i e r r e ) , e n p r e n a n t le b a t e a u d e 6 h e u r e s e t d e m i e d u m a t i n , p o u r r e n t r e r chez moi. E n arrivant à F o r t - d e - F r a n c e , déjà les dépêches y

annonçaient

une éruption v o l c a n i q u e . C h a c u n t r o u v a la chose intéressante et les excursionnistes se m i r e n t aussitôt en r o u t e p o u r le cratère, qui avait dormi p e n d a n t des siècles, a y a n t fait s i m p l e m e n t a c t e de p r é s e n c e e n 1 8 5 1 , p a r u n j e t d e c e n d r e s , inoffensif, t o m b é p e n d a n t l a n u i t s u r S a i n t - P i e r r e . L e s P è r e s du collège n e furent pas les derniers à la m o n t a g n e . D u sommet du L a c r o i x , ils r e c o n n u r e n t q u e l ' É t a n g - S e c , q u i a l a f o r m e d ' u n e

morne

immense

c u v e t t e i n c l i n é e v e r s S a i n t - P i e r r e , s e r e m p l i s s a i t d ' u n e e a u b o u i l l o n n a n t e et r é p a n d a i t u n e forte odeur de soufre. Vendredi, 2 mai. Huit jours après, l'éruption du

volcan changeait de n a t u r e . A u lieu de

v a p e u r s , il v o m i s s a i t d e l a c e n d r e .

A

6 heures du

soir, j e recevais

curé du P r ê c h e u r la d é p ê c h e suivante : « E r u p t i o n volcanique

du

considéra-

ble ; depuis ce m a t i n , sommes sous la cendre ; d e m a n d o n s p r i è r e s . » D a n s l a n u i t q u i s u i v i t , à 1 1 h e u r e s et d e m i e , l a v i l l e d e S a i n t - P i e r r e fut réveillée au bruit de détonations effrayantes.

Elle p u t c o n t e m p l e r u n e des

grandes scènes de la n a t u r e : un volcan en pleine éruption, vomissant u n e é n o r m e c o l o n n e d e f u m é e n o i r â t r e , m o n t a n t d a n s le c i e l , t o u t e

sillonnée

d'éclairs et a c c o m p a g n é e de b r u i t s f o r m i d a b l e s . Q u e l q u e s m o m e n t s a p r è s , u n e pluie de cendres s'abattait sur la ville et aussi, mais en m o i n d r e q u a n tité, j u s q u ' à F o r t - d e - F r a n c e et sur t o u t e l'île. —

Samedi, 3 mai.

T o u t e l a c o l o n i e , e n se l e v a n t le s a m e d i m a t i n , a p e r ç u t l a c e n d r e , r é p a n due partout, j u s q u e dans l'intérieur des maisons. U n e nouvelle dépêche plus a l a r m a n t e q u e celle de la veille m ' é t a n t p a r v e n u e du P r ê c h e u r , j e partis à 8 heures pour Saint-Pierre, que je trouvai couvert comme d'une neige grise. L e v o l c a n l a n ç a i t d a n s le c i e l , e n f l o c o n s é p a i s , s a f u m é e n o i r e . D e six h e u r e s e n six h e u r e s s e s c a n o n n a d e s r e d o u b l a i e n t d ' i n t e n s i t é ! S o u s u n e p l u i e de c e n d r e s , r é p a n d a n t u n e forte odeur de soufre, j e v o u l u s visiter S a i n t e P h i l o m è n e , le P r ê c h e u r , le M o r n e - R o u g e , q u i s o n t l e s l o c a l i t é s les p l u s r a p prochées du volcan. Ces trois b o u r g s étaient remplis d'habitants de la camp a g n e f u y a n t d e s h a u t e u r s v e r s le l i t t o r a l ; l e s é g l i s e s , o u v e r t e s d e p u i s l a veille, ne désemplissaient pas ; les curés ne cessaient de baptiser, de conf e s s e r e t d e s o u t e n i r le c o u r a g e d u p e u p l e affolé. J ' e s s a y a i d e r a s s u r e r

ces


JOURNAL D U 2 6

MAI

397

1902

p o p u l a t i o n s . E n r e v e n a n t d u P r ê c h e u r , j e m e t r o u v a i dan3 u n n u a g e d e c e n dres tellement intense qu'il y faisait nuit n o i r e . A l a c a t h é d r a l e , d a n s l ' a p r è s - m i d i , a u c o u r s d ' u n e c é r é m o n i e , il s e p r o d u i s i t u n e p a n i q u e q u ' o n e u t g r a n d ' p e i n e à c a l m e r . T o u s l e s b r a s se l e v è rent du côté du prédicateur pour lui demander l'absolution générale. L e s prêtres passèrent encore cette nuit au confessionnal. Collèges, lycées, pensionnats, écoles, avaient été licenciés. Dimanche 4 mai. C e j o u r - l à , le v e n t a y a n t c h a n g é , la p l u i e de c e n d r e s se dirigea v e r s le nord et t o m b a à l'Ajoupa-Bouillon, à la B a s s e - P o i n t e , a u M a c o u b a et à la Grand'Rivière. Saint-Pierre respira un peu. Lundi 5 mai. Depuis le matin, la E i v i è r e - B l a n c h e , ainsi appelée à cause de la couleur lait d'iris de ses eaux, qui grossissait depuis q u e l q u e s j o u r s d'une

manière

i n q u i é t a n t e , sans qu'il y e û t le m o i n d r e o r a g e , devint t o u t à c o u p u n t o r r e n t b o u e u x et m e n a ç a n t d o n t l e s c u r i e u x a l l è r e n t c o n t e m p l e r l e s e m p o r t e m e n t s . E n m ê m e t e m p s , on avait a p e r ç u , d a n s la h a u t e vallée qui sort du cratère, une c o l o n n e de v a p e u r s q u i m a r c h a i t . O n disait : c'est u n n o u v e a u c r a t è r e qui se forme. N o n ; c'était u n e a v a l a n c h e de b o u e noire et f u m a n t e , vomie p a r le c r a t è r e e t q u i , g r o s s i e p a r l e s p o u s s é e s s u c c e s s i v e s , d e v e n a i t

une

m o n t a g n e r o u l a n t e , mais encore invisible, tandis qu'elle se frayait u n chemin d a n s la gorge profonde. Mais, comme

elle a p p r o c h a i t d u d e l t a où est

située l ' u s i n e G u é r i n , t r a h i e p a r son b r u i t formidable et p a r sa colonne de v a p e u r s , quelques témoins du spectacle s ' e m p r e s s è r e n t de crier : S a u v e qui peut ! C'était trop tard. E n u n instant, l'avalanche avait englouti l'usine, les villas des propriétaires, les pavillons des employés, et r é p a n d u s u r plusieurs c e n t a i n e s de m è t r e s de l a r g e , j u s q u e s u r l e s c o t e a u x v o i s i n s , u n e é p a i s s e u r d e p l u s i e u r s mètres de b o u e i n c a n d e s c e n t e . Cela se passait vers m i d i . A u m ê m e m o m e n t , e n r a d e d e S a i n t - P i e r r e , l a m e r se r e t i r a , e f f r a y é e . L e b a t e a u Girard

comme

se t r o u v a à sec. P u i s , s o u d a i n , les v a g u e s r e v i n -

r e n t , c o m m e d e s m o n t a g n e s , s e r u e r s u r l a p l a c e B e r t i n e t au d e l à , r é p a n d a n t l a c o n s t e r n a t i o n d a n s la ville. O n c o m m e n ç a i t à c o u r i r vers les h a u t e u r s . V i n g t m i n u t e s a p r è s , t o u t r e n t r a d a n s le c a l m e . Quand

c e t t e n o u v e l l e p a r v i n t à F o r t - d e - F r a n c e , l e Suchet

fut

réquisi-

t i o n n é a u s s i t ô t p a r l e g o u v e r n e u r , q u i v o u l u t se r e n d r e s u r le l i e u d u s i n i s t r e . J e sollicitai u n p a s s a g e qui me fut p o l i m e n t refusé. O n c r a i g n a i t q u e m a p r é sence n'augmentât la panique.


398

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902 Mardi 6 m a i .

J e ne pus donc partir que le lendemain, par le bateau ordinaire de 8 heur e s . M ' é t a n t fait a c c o m p a g n e r d e l ' a b b é L e B r e t o n , n o u s n o u s r e n d î m e s à la Bivière-Blanche. Ce blocs

de r o c h e r s ,

panache

t o r r e n t , d e v e n u furibond, r o u l a i t avec fracas des

des troncs d'arbres et de la boue fumante. Avec

de vapeur,

on

l'eût

pris pour une locomotive

son

se p r é c i p i t a n t

à

t o u t e vitesse d a n s la m e r . J ' a p e r ç u s les flancs du c r a t è r e r e c o u v e r t s de b o u e , de r o c h e r s , et l a b o u r é s de r a y u r e s v e r t i c a l e s c r e u s é e s p a r les e a u x . D e u x pitons, qui l'encadraient, lui formaient u n e vallée profonde, sorte de réserv o i r , d ' o ù s e s o n d e s f a n g e u s e s se p r é c i p i t a i e n t e n z i g z a g e t s e d é v e r s a i e n t comme u n

t o r r e n t bouillant sur le r i v a g e et j u s q u ' a u fond des abîmes de

notre Méditerranée caraïbe. Mercredi 7 mai. D è s 4 heures du matin, réveillé dans m a chambre du

séminaire-collège

p a r de fortes détonations, j ' a s s i s t e à u n feu d'artifice d'éclairs p r e n a n t les formes les plus v a r i é e s : t a n t ô t celle d ' u n croissant q u i r a s e la surface d u c r a t è r e , t a n t ô t celle de d é c h i r u r e s verticales l o n g e a n t la colonne de fumée, t a n t ô t c e l l e d e f r a n g e s d e f e u a u t o u r d e s é p a i s s e s v o l u t e s q u ' o n v o i t se d é rouler a u - d e s s u s de la fournaise. D e u x cratères r o u g e s , vomissant la flamme comme les h a u t s

fourneaux,

se d é c o u v r e n t p e n d a n t u n e d e m i - h e u r e . J e saisis d i s t i n c t e m e n t q u a t r e s o r t e s d e b r u i t s : d ' a b o r d , les é c l a t s de la foudre q u i s u i v e n t les éclairs d ' u n e v i n g t a i n e de s e c o n d e s ; p u i s , les d é t o nations sourdes et puissantes d u volcan, semblables à plusieurs coups de c a n o n p a r t i s ensemble ; en troisième lieu, le r u g i s s e m e n t c o n t i n u d u crat è r e ; enfin, c o m m e b a s s e de c e t t e sinistre m u s i q u e , u n solennel

frémisse-

m e n t d e g r a n d e s e a u x d o n t le v a c a r m e i m p o s a n t d é p a s s e t o u t ce q u e n o u s c o n n a i s s i o n s j u s q u e - l à des t o r r e n t s de la m o n t a g n e gonflés p a r les t e m p ê t e s de l'hivernage. Cette énorme crue d'une t r e n t a i n e de ravines débordant à la fois, sans qu'il t o m b e u n e g o u t t e d ' e a u p r è s du littoral, laisse à d e v i n e r quelles c a t a r a c t e s v e r s e , sur les sommets des m o r n e s , le concert d'orages q u ' y a t t i r e le c r a t è r e . L o r s q u e l e j o u r é c l a i r a l a r a d e , c e fut u n c r i d e s t u p e u r : e l l e é t a i t c o u verte, à perte de v u e , d'îlots

flottants,

o p u l e n t e s dépouilles des c h a m p s et

des forêts, troncs d'arbres géants, épaves de toutes sortes. Les embouchures raissaient

des

rivières,

rongées par leur propre fureur,

dispa-

d a n s la mer, et leurs e a u x noires et sales, lourdes comme

du

plomb fondu, a v a i e n t à peine le t e m p s d'y laisser a p p a r a î t r e u n mince r u b a n jaunâtre. T o u t , en cette vigile l u g u b r e , était extraordinaire. Accompagné des P P . A c k e r m a n n

e t F u z i e r , à t r a v e r s l e s d é b r i s d e la


JOURNAL DU

2 6 MAI

399

1902

r a d e , et n o n sans d a n g e r , j e partis en c a n o t p o u r S a i n t e - P h i l o u i è n e et le P r ê c h e u r , les p o n t s de l a r o u t a qui l o n g e le r i v a g e a y a n t t o u s d i s p a r u . J e voulais p o r t e r aux prêtres de ces deux paroisses, avec mes e n c o u r a g e m e n t s , quelques secours p o u r leurs m a l h e u r e u s e s populations. J e trouvai ces messieurs à l'église, h a r a s s é s de f a t i g u e , p l e i n s d ' e n t r a i n et d e c o u r a g e

pour-

t a n t , occupés à p r é p a r e r leur p e u p l e comme à u n g r a n d sacrifice. L a moitié des h a b i t a n t s s'était réfugiée à S a i n t - P i e r r e , où les c a s e r n e s et les écoles avaient été mises à leur disposition. A y a n t résisté aux i n s t a n c e s qui m e p r e s s a i e n t de rester, car j e croyais de m o n d e v o i r d e r e n t r e r à F o r t - d e - F r a n c e p o u r l ' A s c e n s i o n , j e

quittai

S a i n t - P i e r r e à 2 h e u r e s et demie, p r o m e t t a n t d'y r e v e n i r le l e n d e m a i n soir ou, au plus tard, le vendredi matin. L e b a t e a u était bondé de gens abandonnaient

la ville. J e

cheur, juste à temps pour

descendis du canot qui me ramenait du

qui Prê-

m'embarquer. J e u d i , 8 m a i , fête de l ' A s c e n s i o n .

L a plume b a i g n e d a n s le s a n g p o u r écrire cette d a t e . A F o r t - d e - F r a n c e , vers 4 heures du matin, un violent orage, avec éclairs et t o n n e r r e , a v a i t d é v e r s é d e s t o r r e n t s d e p l u i e . A 8 h e u r e s , l ' h o r i z o n é t a i t noir c o m m e de l ' e n c r e . L e s n u a g e s g a l o p a i e n t d a n s la direction d u n o r d ouest.

L e ciel d e v e n a i t d e p l u s en p l u s s o m b r e . T o u t à c o u p , j ' e n t e n d s

c o m m e u n e grêle qui t o m b e sur les toits, sur les feuilles des a r b r e s . U n e immense r u m e u r s'élève dans la ville. A l'église, où la messe était commencée, une panique épouvantable ! Le prêtre reste seul. E n même temps, dans la nuit qui s'étend sur n o u s , le t o n n e r r e roule, roule d ' u n e

manière

c o n t i n u e , e f f r a y a n t e . L a m e r s e r e t i r e p a r t r o i s fois à p l u s i e u r s c e n t a i n e s d e m è t r e s . L e b a t e a u , qui p a r t a i t p o u r S a i n t - P i e r r e , r e t o u r n e , effrayé.

Etant

s o r t i s u r m o n b a l c o n p o u r m e r e n d r e c o m p t e d e c e q u i se p a s s a i t , j e le v o i s se c o u v r i r d ' u n e g r ê l e d e p i e r r e s e t d e c e n d r e s e n c o r e c h a u d e s . D a n s l e s rues, les g e n s r e s t a i e n t pétrifiés sur leurs p o r t e s ou c o u r a i e n t é p e r d u s de tous côtés ; cela dura ainsi environ u n quart d'heure, u n quart d'heure

de

terreur ! Mais q u e se passait-il à S a i n t - P i e r r e ! . . . P e r s o n n e n ' o s a i t r é p o n d r e . . . L e s communications par téléphone avaient été i n t e r r o m p u e s b r u s q u e m e n t ,

au

milieu d ' u n m o t . Q u e l q u e s - u n s affirmaient a v o i r a p e r ç u , p a r - d e s s u s les m o n t a g n e s q u i n o u s e n s é p a r e n t , u n e c o l o n n e d e f e u m o n t e r d a n s le c i e l , p u i s se r é p a n d r e p a r t o u t . L ' a n g o i s s e 1 1 h e u r e s , l e b a t e a u le Marin

la plus terrible étreignait

se h a s a r d a à aller faire u n e

et fut t é m o i n d u s p e c t a c l e l e p l u s t e r r i f i a n t

les c œ u r s .

A

reconnaissance

q u i se p u i s s e i m a g i n e r .

Saint-

Pierre n'était plus qu'un épouvantable b r a s i e r ! ! ! . . . Cette nouvelle, jetée vers 1 h e u r e d a n s n o t r e ville, comme l e glas f u n è b r e de la M a r t i n i q u e , y provoqua u n e stupeur i n é n a r r a b l e ! J e n'essayerai pas de p e i n d r e de pareils t a b l e a u x : il f a u d r a i t l a p l u m e d e D a n t e o u les a c c e n t s d e J é r é m i e .


400

LA

CATASTROPHE

DU

MOIS

DE

MAI

1902

O n a n n o n c e q u ' u n b a t e a u v a p a r t i r p o u r r e c u e i l l i r l e s b l e s s i s . J ' a i le b o n h e u r d ' y o b t e n i r u n e p l a c e a v e c u n d e m e s v i c a i r e s . L a p o l i c e e t les g e n d a r m e s ne p e u v e n t c o n t e n i r la foule qui v o u d r a i t s ' e m b a r q u e r .

L'expé-

dition

et d'un

se c o m p o s e

du procureur de la République, d'un

officier

p e l o t o n d ' i n f a n t e r i e d e m a r i n e . O n n e p e u t c r o i r e à la r é a l i t é d ' u n désastre si t e r r i b l e . O n s e r a c c r o c h e à t o u t e s l e s h y p o t h è s e s q u i p e r m e t t e n t d ' e s p é rer encore. D u moins, pensons-nous, la p o p u l a t i o n , en grande partie, aura pu s'enfuir!

L o r s q u e n o u s avons doublé la dernière pointe qui nous sépare

du magnifique

panorama

q u e fut

Saint-Pierre, vers 4 heures de l'après-

m i d i , n o u s a p e r c e v o n s t o u t d ' a b o r d , à l ' e x t r é m i t é opposée de l a r a d e , la R i v i è r e - B l a n c h e sous son p a n a c h e de f u m é e se p r é c i p i t a n t c o m m e l a veille avec furie d a n s la m e r . P u i s , u n p e u a u l a r g e , u n g r a n d n a v i r e q u i b r û l e . O n n o u s d i t q u e c ' e s t u n p a q u e b o t a m é r i c a i n a r r i v é le m a t i n , j u s t e à t e m p s pour être enveloppé d a n s la c a t a s t r o p h e ; puis, u n peu plus près du rivage, deux autres v a p e u r s q u i a c h è v e n t de se c o n s u m e r .

L a r a d e est couverte

d'épaves, de quilles de navires renversés. D e s t r e n t e ou q u a r a n t e bâtiments qui s'y alignaient la veille, c'est tout ce qui en reste. L e long des quais, s u r u n e é t e n d u e de 2 0 0 m è t r e s , les a p p r o v i s i o n n e m e n t s de bois de c o n s t r u c t i o n s f o r m e n t u n f e u t r è s vif. A u t o u r de la ville, sur les h a u t e u r s et j u s q u ' a u F o n d s - C o r é , on aperçoit, à travers la forêt, des incendies partiels. Mais S a i n t - P i e r r e , cette ville, encore le m a t i n vivante, n ' e s t plus !... L a voilà d e v a n t n o u s , c o n s u m é e , gisante d a n s son l i n c e u l de fumée et de c e n d r e s , m o r n e et silencieuse c o m m e une nécropole. N o s yeux y c h e r c h e n t des h a b i t a n t s fuyant éperdus ou revenant c h e r c h e r l e u r s m o r t s ! Mais rien ! P a s u n ê t r e vif n ' a p p a r a î t d a n s ce désert d e d é s o l a t i o n , e n c a d r é d ' u n e s o l i t u d e e f f r a y a n t e ! A u f o n d , l a m o n t a g n e et s e s p e n t e s , j a d i s si v e r t e s , s e m b l e n t r e v ê t u e s , q u a n d e l l e s s e d é c o u v r e n t , d'un

épais m a n t e a u de neige, comme u n p a y s a g e des Alpes ; et, à travers

le n u a g e

de cendres et de fumée

aux lueurs

répandu dans

l ' a t m o s p h i r e , u n soleil

t e r n e s , b l a f a r d e s , i n c o n n u e s sous n o s c i e u x , j e t t e s u r ce

ta-

bleau quelque chose de sinistre, qui d o n n e l'impression d'une vue d'outretombe. Avec quel saisissement

ému j e lève la main sur ces 40 0 0 0

existences

t o u t à c o u p f a u c h é e s , c o u c h é e s , e n s e v e l i e s d a n s c e t affreux t o m b e a u ! Chères et infortunées victimes, vieillards, femmes, enfants, jeunes

filles,

t o m b é e s si t r a g i q u e m e n t , n o u s v o u s p l e u r o n s , n o u s , l e s s u r v i v a n t s m a l h e u reux de cette désolation, t a n d i s q u e vous, purifiées p a r la v e r t u particulière et les m é r i t e s e x c e p t i o n n e l s de l'horrible sacrifice, e n ce j o u r d u triomphe d e v o t r e D i e u , v o u s ê t e s m o n t é e s a u p r è s d e l u i p o u r r e c e v o i r d e sa p r o p r e m a i n la c o u r o n n e de gloire ! C'est d a n s c e t t e e s p é r a n c e q u e n o u s t r o u v e r o n s la force de vous survivre. E n f a c e d e c e d é s e r t , l ' é q u i p e d e s o l d a t s e n v o y é s p o u r le s a u v e t a g e n ' a vait rien à faire : nous revînmes donc atterrir au Carbet, où nous attendaient


J O U R N A L DU 2 6 MAI

401

1902

de nouvelles émotions, des scènes indescriptibles. Ici, dans une seule maison, s'entassent quinze cadavres ; là, des mourants, horriblement brûlés, des f e m m e s , d e s j e u n e s filles a u x c h a i r s t u m é f i é e s , t o m b a n t e n l a m b e a u x , s a n s presque de vêtements, q u ' o n e m b a r q u e péniblement,

qui meurent en arri-

vant à b o r d ! D e s pères pleurent leurs enfants, des femmes, leurs maris ; ceux-ci a r r i v e n t de l e u r c a m p a g n e , i g n o r a n t e n c o r e l'affreuse

vérité.

v o u d r a i t la l e u r c a c h e r , m a i s ils la d e v i n e n t . Ce s o n t des cris à

On

feudre

l'âme ; plusieurs ont p e r d u la raison. P e n d a n t q u a t r e h e u r e s , on e m b a r q u e t o u j o u r s . L e Suchet,

l e Pouyer-Quertier

viennent à notre secours. Nous ren-

trons à F o r t - d e - F r a n c e à 10 heures du soir. Il serait t e m p s de r a c o n t e r c o m m e n t s'est p r o d u i t e l'effroyable c a t a s t r o p h e .

SUR

LA

PLACE

BERTIN

C e l a n ' e s t p a s a u s s i a i s é q u ' o n p o u r r a i t le c r o i r e ; d ' a b o r d , p a r c e q u e n u l d e c e u x q u e le f l é a u a e n v e l o p p é s n ' e n e s t r é c h a p p é p o u r e n f a i r e l e r é c i t , e n suite p a r c e q u e ceux qu'il a é p a r g n é s et qui se t r o u v è r e n t s u r ses l i m i t e s , t r o p é m o t i o n n é s s a n s d o u t e p a r c e d o n t ils f u r e n t l e s t é m o i n s , n e s ' a c c o r d e n t pas e n t i è r e m e n t d a n s leurs descriptions. Voici toutefois ce q u e j ' a i p u r e cueillir de certain : D e p u i s le m a t i n d e c e j o u r , 8 m a i , l e s g r o n d e m e n t s d u v o l c a n s o n t d e v e nus plus i n q u i é t a n t s , les poussées de cendre plus denses et plus noires. L ' a n x i é t é , a u t o u r de la m o n t a g n e et dans l a ville, s'accroît de m o m e n t en moment. Soudain, à 7 heures 5 0 , comme en témoigne l'horloge de l'hôpital, arrêtée à cette m i n u t e précise, et demeurée seule providentiellement S AIN T - P I E R R E - M A R T I N I Q U E

26

au-


402

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

1902

d e s s u s d e s r u i n e s , c o m m e p o u r m a r q u e r d a n s l ' h i s t o i r e l ' h e u r e fatale d e la catastrophe, u n e formidable détonation retentit dans toute la colonie,

et

l'on p u t contempler, s'élançant d u cratère avec u n e rapidité vertigineuse, u n e énorme masse m o n t a n t droit au ciel. L e s noires spirales de cette colonne effrayante, l'espace,

sillonnées de décharges électriques,

s'écartent,

s'étendent

et, mues' par

une

se d é r o u l e n t

puissance

dans

irrésistible,

vont au loin d é c h a r g e r les matières incandescentes condensées d a n s leurs flancs. M a i s , d e c e s m a s s e s p r o f o n d e s , t o u t à c o u p u n e s o r t e d e t r o m b e d e feu s e d é t a c h e , s ' a b a t s u r S a i n t - P i e r r e e n o u r a g a n , e n v e l o p p e , c o m m e d a n s les m a i l l e s d ' u n h o r r i b l e filet, l a v i l l e e n t i è r e , s a r a d e e t s e s b a n l i e u e s , d e p u i s la pointe du Carbet j u s q u ' a u m o r n e

Polie, près du Prêcheur,

en

décri-

v a n t d a n s les terres, t o u t a u t o u r de la ville, u n e c o u r b e régulière de 6 à 7 kilomètres. R i e n n e saurait d o n n e r u n e idée des commotions a t m o s p h é r i q u e s produites p a r cet o u r a g a n de feu. Q u e c o n t i e n t - i l ? D e s m a t i è r e s en f u s i o n ? des gaz ? des v a p e u r s b r û l a n t e s ? t o u t cela ensemble ? D i e u le sait.

« Devant

l u i , n o u s a d é c l a r é u n t é m o i n , b i e n p l a c é p o u r v o i r l e s p e c t a c l e , t o u t est r e n v e r s é et, à la fois, tout p r e n d feu. » U n e n u i t t é n é b r e u s e s'étend, mais aussitôt éclairée par

les lugubres

flammes

de

ce cercle

d'enfer.

Depuis

l'herbe des savanes, les récoltes des c a m p a g n e s , j u s q u ' a u x g r a n d s arbres, j u s q u ' a u x m a i s o n s et édifices de l a ville e t d e ses e n v i r o n s , j u s q u ' a u x n a v i r e s m o u i l l é s e n r a d e , s u r t e r r e e t s u r m e r , il n ' y a p l u s q u ' u n s e u l v a s t e brasier où se c o n s u m e n t 4 0 0 0 0 vies h u m a i n e s ! O h ! d a n s ce fracas épouv a n t a b l e , combien elle a dû être horrible la m i n u t e d ' a g o n i e de t o u t

un

p e u p l e ! Q u e l l e p l u m e p o u r r a j a m a i s d é p e i n d r e l a l a m e n t a t i o n q u i m o n t a à ce m o m e n t , du sein de l a cité m o u r a n t e , d a n s le sein de la miséricorde de D i e u ! T a n d i s q u e le t o u r b i l l o n d e f e u p a r t i d u c r a t è r e se d i r i g e a i t v e r s l e s u d et l'ouest,

é l a r g i s s a n t s a p u i s s a n c e d e s t r u c t i v e p o u r é t e n d r e p l u s l o i n ses

ravages, un

autre p h é n o m è n e digne de r e m a r q u e vint l'enrayer.

Comme

tenus en réserve jusque-là par une main cachée, tout à coup, deux puissants courants atmosphériques chargés de pluie, venant l'un du

sud-est,

l ' a u t r e d u n o r d , se p r é c i p i t è r e n t s u r l e s d e u x flancs d e l a t r o m b e e n f l a m m é e , l a c i r c o n s c r i v i r e n t s u r u n e t r a c e n e t t e m e n t m a r q u é e , e n l a r e f r o i d i s s a n t à tel point que nous avons vu des personnes qui, s'étant trouvées sur cette ligne de démarcation,

r e ç u r e n t , à q u e l q u e s p a s de différence, des m a t i è r e s b r û -

lantes dont elles g a r d e n t les empreintes, d'un côté, et, d e l'autre, la pluie d e c e n d r e b o u e u s e et d e p i e r r e s t i è d e s t o m b é e p a r t o u t a i l l e u r s .

"Vendredi, 9 m a i . T a n d i s que j e viens d'envoyer deux p r ê t r e s , l'abbé A u b e r et le P . V œ t g l i , a v e c l ' e x p é d i t i o n q u i p a r t p o u r S a i n t - P i e r r e , afin d e d o n n e r u n e a b s o u t e


JOURNAL DU 26

MAI

403

1902

et de r é p a n d r e d e l ' e a u b é n i t e s u r les c a d a v r e s q u ' o n v a c o m m e n c e r d ' e n s e velir ou d ' i n c i n é r e r ; t a n d i s que je vois arriver, p a r le courrier

français,

M. l'abbé D u v a l , vicaire g é n é r a l de la G u a d e l o u p e , et M. l'abbé A m i e u x , curé de la c a t h é d r a l e de la B a s s e - T e r r e , que M

s r

C a n a p p e , a u s s i t ô t le s i n i s -

tre connu, a eu la délicate attention de nous envoyer pour nous porter le précieux t é m o i g n a g e d e ses c o n d o l é a n c e s et d e ses s y m p a t h i e s p o u r la M a r t i n i q u e , j ' e s s a y e , M o n s e i g n e u r , d e faire le b i l a n du d é s a s t r e . D ' a p r è s la statistique des paroisses de Saint-Pierre c o n t e n u e dans

YOrdo

du diocèse, cette cité c o m p r e n d u n peu plus de 27 0 0 0 â m e s . E n y ajout a n t 10 0 0 0 ou 12 0 0 0 a n t r e s v i c t i m e s , p r o v e n a n t soit d u n o m b r e des p e r sonnes de la c a m p a g n e réfugiées en ville, soit de celui des m a l h e u r e u x qui furent a t t e i n t s a u x limites m ê m e s d u P r ê c h e u r ou d u C a r b e t , soit enfin de celui des m a r i n s des bâtiments 40 000,

s u r r a d e , o n p e u t a t t e i n d r e l e chiffre d e

d o n t il c o n v i e n t , t o u t e f o i s ,

de retrancher une quantité

notable

d ' h a b i t a n t s d e S a i n t - P i e r r e , d e s f e m m e s et d e s e n f a n t s p o u r l a p l u p a r t , q u i , depuis d e u x ou trois j o u r s , a v a i e n t fui le d a n g e r . D i e u n e v o u l a i t p a s , M o n s e i g n e u r , q u e l ' é v ê q u e d u diocèse fût la p r e m i è r e v i c t i m e d e ce c a t a c l y s m e . Q u i d ' e n t r e n o u s n e l'a r e m e r c i é d e v o t r e départ vraiment providentiel ! D a n s c e t t e h é c a t o m b e effrayante, ai-je b e s o i n de v o u s n o m m e r le c h e f d e la colonie, M . M o u t t e t ; le colonel G e r b a u l t : 2 4 p r ê t r e s , d o n t v o u s connaissez déjà les noms : 1 1 d u clergé séculier, 1 3 r é v é r e n d s pères d u E s p r i t ; ai-je besoin de signaler à

Saint-

votre pitié ces chers MM. L e B r e t o n ,

Bertot, Anquetil ; les B R . P P . L e Gallo, D e m a ë r e l , Fuzier, A c k e r m a u n ; cette p l é i a d e d e j e u n e s v i c a i r e s , de j e u n e s professeurs si d i s t i n g u é s ; et c e t t e phalange

sainte de 71 religieuses : 33 sœurs de S a i n t - J o s e p h de

Cluny,

28 de S a i n t - P a u l de C h a r t r e s , 10 de la D é l i v r a n d e ! C o m b i e n d ' a u t r e s ! D e s n o m b r e u x professeurs d u l y c é e , il y a c i n q s u r v i v a n t s ; d u p e n s i o n n a t c o l o n i a l , il n e r e s t e q u e l a d i r e c t r i c e . T o u s ceux q u i ont é c h a p p é à la m o r t se t r o u v a i e n t , bien e n t e n d u , hors de S a i n t - P i e r r e . F o n c t i o n n a i r e s , m a g i s t r a t s , c o m m e r ç a n t s , t a n t de familles h o n o r a b l e s et c h r é t i e n n e s : la faux exterminatrice n ' a rien é p a r g n é . J e v o u s ai d i t q u e l e s c o l l è g e s , p e n s i o n n a t s , é c o l e s a v a i e n t é t é c i é s ; m a i s il r e s t a i t l e s d e u x m a i s o n s d ' o r p h e l i n e s : l ' o u v r o i r e t

licen-

l'orphe-

linat S a i n t e - A n n e . C e t t e j e u n e s s e et les maîtresses o n t été e n g l o u t i e s . V o i l à le b i l a n m o r a l , q u ' o n n e p o u r r a j a m a i s assez p l e u r e r !

S a m e d i , 10 m a i . S o u s le c o u p d e l a d i s p a r i t i o n d u c h e f d e l a c o l o n i e e t d e t a n t d ' a u t r e s fonctionnaires

civils et militaires, l'administration est a u x abois. L e chef

du service de santé déclare qu'il n ' y a point péril à a t t e n d r e j u s q u ' a u lundi 12 pour p r o c é d e r à l'incinération des cadavres qui gisent sous les décombres.


404

LA CATASTROPHE

D U MOIS DE MAI

1902.

E t , p a r a i l l e u r s , q u i l e c r o i r a i t ? o n p r é p a r e l e s é l e c t i o n s p o u r le l e n d e m a i n , au moins dans l'arrondissement de F o r t - d e - F r a n c e , celui de

Saint-Pierre

n'existant p l u s ! M. L h u e r r e , secrétaire g é n é r a l , en v e r t u des décrets, remplit p r o v i s o i r e m e n t les fonctions de g o u v e r n e u r . C e s m e s s i e u r s d e l a G u a d e l o u p e e t m o i , g r â c e à l ' o b l i g e a n c e d e M . le g o u v e r n e u r p r o v i s o i r e , o b t e n o n s u n p a s s a g e s u r l e Suchet,

qui va à Saint-

P i e r r e a v e c u n e m i s s i o n , p o u r v i s i t e r les c a v e a u x d e l a B a n q u e . M . le c o m m a n d a n t e t l e s officiers d u Suchet

nous accueillent très courtoisement.

Sur rade, brûle encore la carcasse du paquebot américain, d'où s'échappe une forte odeur de chair en putréfaction. Armés de désinfectants, nous déb a r q u o n s s u r c e t t e p l a c e B e r t i n , j a d i s si v i v a n t e , e n m a r c h a n t s u r d e s é p a ves Elle n'est plus q u ' u n amas de décombres d a n s un pêle-mêle indescriptible. Ça et là, des c a d a v r e s aux chairs tuméfiées, horribles, méconnaissables, les m e m b r e s c o n t r a c t é s et t o r d u s . E n t r e les b r a n c h e s b r û l é e s d ' u n t a m a r i n i e r , q u i n ' a v a i e n t p u le p r o t é g e r , g î t le c o r p s d ' u n m a l h e u r e u x , c o u c h é s u r le d o s , la t ê t e r e n v e r s é e , les b r a s levés v e r s le ciel d a n s l ' a t t i t u d e

de sup-

p l i c a t i o n , les entrailles à n u , les j a m b e s é c a r t é e s et crispées. N e p o u v a n t r e c o n n a î t r e les r u e s , n o u s a v o n s p e i n e à a r r i v e r à la c a t h é d r a l e . D a n s l ' i n t é r i e u r des m a i s o n s , d o n t q u e l q u e s m u r s r e s t e n t d e b o u t , ce sont des brasiers qui flambent ou q u i fument. L e s décombres de pierres, de fer, d e c h a u x , de c e n d r e s , d e m a t é r i a u x de t o u t e sorte n o u s b r û l e n t les piedsIl est i m p r u d e n t de t o u c h e r les p a n s de m u r s calcinés, qui s'écroulent au moindre choc. D e l a c a t h é d r a l e , il r e s t e u n e t o u r c a r r é e , p o r t a n t e n c o r e s e s q u a t r e c l o ches, mais toute lézardée et d o n t on ne p e u t a p p r o c h e r . L a tour de gauche gît à t e r r e , avec le b o u r d o n . L a Vierge de la façade me p a r a î t i n t a c t e , dans les d é b r i s . L e s m u r s d e l ' é g l i s e n ' e x i s t e n t p l u s , si c e n ' e s t q u e l q u e s p a n s d e l'abside. Nous y p é n é t r o n s p a r la r u e du Collège et a p e r c e v o n s

quelques

c a d a v r e s é m e r g e a n t des d é c o m b r e s . I c i , c o m m e p a r t o u t , la p l u p a r t des victimes sont ensevelies sous les r u i n e s . N o u s n e p o u v o n s a v a n c e r j u s q u ' à l ' a u t e l , d o n t le t o m b e a u d e m e u r e c a ché sous un fatras

d e p i e r r e s e t d e c e n d r e s . J e r e g r e t t e q u e le c h e f de

la mission n'ait pu me p r ê t e r les deux h o m m e s q u e j e lui avais p o u r m ' a i d e r à faire q u e l q u e s fouilles. êtres, pires que des

Mais qui songeait

chacals, sortis on ne sait d'où,

malheureuse cité, en bandes pillardes, pour

demandés

alors que

des

s ' a b a t t r a i e n t s u r la

a c h e v e r ce q u e le feu

avait

épargné ? Q u e v o u s dirai-je d u p r e s b y t è r e ? T o u t ce p â t é de m a i s o n s est

presque

nivelé et c'est là que s o n t couchés nos chers confrères, sans q u ' o n puisse l e u r r e n d r e l e s h o n n e u r s d e l a s é p u l t u r e ! J e s u i s e n t r é à l ' é v ê c h é p a r le mur

de

la S a v a n e ,

coupé à

la base et c u l b u t é ; j ' a u r a i s pu

en

sortir

p a r - d e s s u s les m a i s o n s de la r u e T o r a i l l e . Il subsiste de v o t r e palais épiscopal q u e l q u e s p a n s de m u r s a u x d e u x e x t r é m i t é s . L e m i l i e u est r a s é j u s -


405

JOURNAL DU 2 7 MAI 1 9 0 2 qu'au niveau du sol. Un coin de la chapelle d e m e u r e aussi. L e

coffre-fort

est c a l c i n é a v e c t o u t ce q u ' i l c o n t e n a i t à v o t r e d é p a r t . L à o n t p é r i vos trois serviteurs. L e s a r b r e s d e l a S a v a n e , d é r a c i n é s , s o n t j e t é s v e r s le

sud

et à

moitié

brûlés. J ' a v a i s h â t e de m ' a r r a c h e r à ce spectacle de désolation. De retour à la place B e r t i n , j e cherche à distinguer l'église

du Fort :

inutile ! L e séminaire-collège est table r a s e . A u Centre, me dit-on, rien ne laisse r e m a r q u e r l'emplacement même de l'église. B i l a n d e nos p e r t e s matérielles : v o t r e p a l a i s , la c a t h é d r a l e , t o u t e s les a n t r e s é g l i s e s d e l a v i l l e , c e l l e s d e S a i n t e - P h i l o m è n e et d e s T r o i s - P o n t s , l e s p r e s b y t è r e s , les caisses

des fabriques et de l'évêché,

celle

des

retraites

ecclésiastiques. A p r è s a v o i r s a u v é le t r é s o r d e l a B a n q u e , l e Suchet

avait encore pour

mission de c o n t i n u e r d'aider à l ' é v a c u a t i o n d u P r ê c h e u r . Sous u n e pluie de cendres i n t e n s e , on a e m b a r q u é 700 h a b i t a n t s , au milieu d'émotions c o n s tantes. D e u x canots c h a r g é s de femmes et d'enfants ont chaviré au pied du n a v i r e . L e s m a t e l o t s d u Suchet,

faisant preuve d'uu dévouement sans égal,

s o n t p a r v e n u s à s a u v e r t o u t le m o n d e . D i m a n c h e 11 et l u n d i 12 m a i . . . . E n m ê m e t e m p s q u e le f e u b r û l a i t S a i n t - P i e r r e , l e P r ê c h e u r é t a i t e n glouti p a r l'eau.

Presbytère,

église, bourg,

étaient

recouverts

de

1

à

2 mètres de sable et de r o c h e r s . L ' a b b é Desprez sauva les saintes espèces, m a i s il n e p u t c é l é b r e r a u c u n office le j o u r d e l ' A s c e n s i o n . vait rester de ses paroissiens

vient d'être recueilli

Ce qui pou-

à l'instant,

ce

lundi

12 m a i . L e m a i r e et le c u r é q u i t t è r e n t l e s d e r n i e r s c e t t e l o c a l i t é , d e v e n u e i n h a b i table.

DERNIERS

14.

ÉCHOS D E NOS

JOURNAL

DU

27

MAI

MALHEURS

1902

La vie à Saint-Pierre.

M. B e a u d u , créole de la Martinique, a c t u e l l e m e n t à P a r i s , cloué sur son lit par la fièvre, depuis qu'il a connu les calamités de son


406

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI 1 9 0 2

pays, raconte ainsi, très simplement et avec la plus exacte vérité, la vie calme et h e u r e u s e qu'on menait à S a i n t - P i e r r e : L a M o n t a g n e P e l é e était chez n o u s , dit-il, le c e n t r e privilégié des a t t r a c tions et des plaisirs. C'est que, aux colonies, nos meilleures

distractions

consistent en bien peu de chose : des explorations, des p r o m e n a d e s ,

des

p a r t i e s de r i v i è r e . A j o u t e z - y c e p e n d a n t de c h a r m a n t e s r é u n i o n s de famille, quelques soirées dansantes, artistiques, t h é â t r a l e s . A p a r t c e l a , l a v i e à S a i n t - P i e r r e é t a i t , o u t o u t e m o n o t o n e , o u t o u t e de labeur. Les agréments des g r a n d e s villes de F r a n c e y m a n q u a i e n t presque t o t a l e m e n t . N o u s n ' a v i o n s q u e l e s c h a r m e s , p e r p é t u e l s , il e s t v r a i , d e n o s fleurs

e t d e n o t r e soleil,

a v e c l e s m a g n i f i c e n c e s d e n o t r e jardin

Botanique

et le t r è s confortable a m é n a g e m e n t de n o s maisons et de nos villas. Cepend a n t , les E u r o p é e n s faisaient, comme n o u s , sans exception, d e Saint-Pierre leurs délices, t a n t y r é g n a i t la cordiale hospitalité, avec le travail toujours l a r g e m e n t r é m u n é r é , l ' e x i s t e n c e c o m m o d e , les d e n r é e s à b o n c o m p t e , p a r fois à vil p r i x , s u r t o u t n o s e x c e l l e n t s p o i s s o n s . L e s h a b i t a n t s d e S a i n t - P i e r r e a i m a i e n t a s s e z à se v i s i t e r . L a p o p u l a t i o n b l a n c h e de c e t t e v i l l e n e s e m b l a i t f o r m e r q u ' u n e s e u l e f a m i l l e d e p l u s i e u r s m i l l i e r s d ' â m e s s y m p a t h i q u e s , u n i e s , s e r v i a b l e s , s ' i n t é r e s s a n t à t o u t e s les œ u v r e s d'utilité p u b l i q u e , de bienfaisance et de p r o g r è s . Il est j u s t e d ' a j o u t e r q u e les m ê m e s n o t e s d e c o m m e r c e facile, de c o m p l a i s a n c e r é c i p r o q u e , de r a p p o r t s e m p r e i n t s de c o r d i a l i t é , s ' a p p l i q u a i e n t

éga-

lement à la classe de couleur et aux noirs de S a i n t - P i e r r e entre e u x . Près de t r e n t e mille âmes vivaient ainsi paisibles, c o n t e n t e s de leur sort, n ' e n r ê vant point de plus heureux. J a m a i s la licence des m œ u r s d'Europe n ' a p p a r u t là-bas, ni n'osa y braver l'opinion. Les habitants de Saint-Pierre n'auraient pu concevoir l'étrange l a i s s e r - a l l e r , l e s t o l é r a n c e s n i l e s c o m p r o m i s s i o n s q u ' o n s e m b l e a u t o r i s e r en F r a n c e . L e s p r i n c i p e s y é t a i e n t s é v è r e s j u s q u ' a u préjugé

(ce m o t

renferme

é t o n n a m m e n t de choses, aux A n t i l l e s ) , et l ' h o n n e u r s'y m a i n t e n a i t infrangib l e , t a n t l e s f a m i l l e s se t r a n s m e t t a i e n t a v e c s o i n , d e g é n é r a t i o n e n g é n é r a -

tion, leurs idées, leurs traditions, toute l'histol: '

1

d u p a y s , h e u r et m a l h e u r ,

gloire et vicissitudes bien faites p o u r instruire et r e n d r e c i r c o n s p e c t .

On

paraît, en F r a n c e , n e rien comprendre à cela, q u a n d on y parle des créoles. A u s s i , avec q u e l facile d é d a i n on p r o n o n c e , à P a r i s , les mots de martiniquais! vie familiale,

préjugés

E h ! p o u r t a n t , c e s p r é j u g é s n e s o n t q u e le r e s p e c t s a c r é d e l à française

et c h r é t i e n n e , q u i n o u s a été transmise p a r

nos

m è r e s , l e c u l t e d e s s o u v e n i r s m é m o r a b l e s l a i s s é s p a r n o s fiers a n c ê t r e s , le p r i x d e l e u r s a n g v e r s é à flots p o u r l a p a t r i e . N o s p r é j u g é s d e c a s t e , p u i s q u ' o n l e s n o m m e a i n s i , s o n t - i l s d o n c si d é t e s t a b l e s ? L e s o p p o r t u n i s t e s , q u i savent

si bien

en prendre

et en laisser,

du poil

des


JOURNAL DU veaux

d'or modernes

2 7 MAI

407

1902

de la R é v o l u t i o n , du socialisme et de l'irréligion,

ont-

ils t a n t q u e c e l a , e n s o m m e , le d r o i t d e n o u s c o n d a m n e r ? . . . ...Pendant

la semaine, on

sortait peu. Assez volontiers,

néanmoins,

a p r è s le d î n e r , à l ' h e u r e f r a î c h e , o n v e n a i t , p r è s d e l a m e r , c a u s e r , a u c l a i r d e l u n e , r i r e o u r ê v e r d e v a n t c e t t e v a s t e r a d e , a u j o u r d ' h u i si d é s o l é e , a l o r s si b l e u e e t si c l a i r e d u c i e l d e s A n t i l l e s , d o n t « l ' e x q u i s e t r a n s p a r e n c e fait le d é s e s p o i r d u p e i n t r e » e t q u i c a p t i v a si a m o u r e u s e m e n t l ' a r t i s t e M e r w a r t q u ' i l s ' y l a i s s a a t t a r d e r e t y m o u r u t . L e s d i m a n c h e s e t les j o u r s d e f ê t e , a u c o n t r a i r e , o n f a i s a i t g r a n d e t o i l e t t e e t , a p r è s l e s offices,

on allait les u n s

chez les a u t r e s ou à la c a m p a g n e . B e a u c o u p de m o n d e c o m m u n i a i t aux p r e mières m e s s e s . Il est aisé de se r e p r é s e n t e r ce q u e fut p o u r ces

pieuses

â m e s l e m a t i n d e l ' A s c e n s i o n . E l l e s n e c r o y a i e n t p a s le d a n g e r si p r o c h e . Combien sont arrivées de b o n n e heure à l'église sans savoir

qu'elles

ve-

naient y prendre leur viatique !

M. Fernand Clerc.

M. F e r n a n d Clerc écrit ces lignes : Nous sommes vivants. C o m m e n t ? j e n ' e n sais rien. J e venais de

quitter

Saint-Pierre pour aller chercher m a femme a u P a r n a s s e . Il était 8 heures e n v i r o n , q u a n d u n e explosion d o n t le f r a c a s n e s'effacera j a m a i s d e m a m é m o i r e se p r o d u i s i t . D e s t o r r e n t s d e

flammes

se p r é c i p i t a i e n t , e m p l i s s a n t l e s

vallées, avec u n bruit infernal. N o u s n ' e û m e s q u e le t e m p s de n o u s s a u v e r a quelques mètres plus h a u t . Ceux qui n'eurent pas assez de j a m b e s périrent. L e j e u n e M o l i n a r d fut enlevé â mes c ô t é s . E n moins de trois m i n u t e s , e n t e n d e z - v o u s b i e n ? la ville était

consumée,

ainsi que plusieurs b o u r g s avoisinants. Notre exode a été épouvantable. N o u s a v o n s t o u t p e r d u . A h ! c ' e s t affreux ! J e crois rêver, j ' a i failli d e v e n i r fou. J e suis r e t o u r n é sur les lieux, aut a n t q u e j e le p o u v a i s , a t t e r r é , et ce q u e j ' a i vu d e c a d a v r e s a m o n c e l é s est inconcevable. L e n o r d est fortement m e n a c é , des torrents de boue s è m e n t la terreur et toute la population a fui. R i e n ne p e u t d o n n e r u n e idée de ce qui se p a s s e . J e crains la f a m i n e .

« Nous avons tout perdu.

» Cette phrase se retrouve dans toutes

les correspondances d e la Martinique. L a lettre d ' u n ami adressée de F o r t - d e - F r a n c e à un m e m b r e d e la commission dit

d'autre

part : Nos craintes du côté du volcan r e s t e n t très g r a n d e s . Son activité est la


408

LA CATASTROPHE

DU MOIS DE MAI

1902

m ê m e . Celui de la G u a d e l o u p e f u m e , ainsi q u e celui d e la D o m i n i q u e . Celui de Saint-Vincent est en éruption. U n d a n g e r plus grave e n c o r e . C'est la n a t u r e du gaz d é g a g é p a r le c r a t è r e qui, se m é l a n g e a n t à l'air, c o n s t i t u e des milieux d é t o n a n t s q u e la m o i n d r e étincelle p e u t faire exploser. D e m a famille, quarante-six personnes ont péri. J e p a r s avec les survivants pour la T r i n i t a d , sans ressources. J e mets en s û r e t é d'abord la vie de mes enfants et p e u t - ê t r e leur raison.

L a lettre donne ensuite de longs et pénibles détails sur la situation misérable.des sinistrés, a u x q u e l s on n e saurait trop ni trop tôt v e n i r en a i d e . Nous estimons, pour notre part, que le ministre des colonies aurait déjà dû faire dresser et p u b l i e r , en F r a n c e et à la Martinique, la liste a u t h e n t i q u e des survivants de S a i n t - P i e r r e et de la banlieue, pour remettre d ' u r g e n c e à chacun d ' e u x , chef de famille, veuve ou orphelin, u n secours important, e n a t t e n d a n t l'indemnité équitable d u e par le g o u v e r n e m e n t à ces infortunés, a u j o u r d ' h u i sans feu ni lieu. Beaucoup de g r a n d e s familles de la métropole, à la vue de cette liste, se seraient émues d a v a n t a g e , en retrouvant des noms des leurs, de qui elles n e recevront jamais directement a u c u n e d e m a n d e de secours, car le créole, qui donne à profusion q u a n d il possède, n e sollicite rien de personne, surtout des siens, q u a n d il est tombé dans l ' i n d i g e n c e . Celle qui résulte d u volcan ne saurait, d'ailleurs, ni d é g r a d e r ni humilier, mais g r a n d i r , au contraire, et imposer du respect. Aussi, que de m a l h e u r e u x de tout âge et de toute condition vont se d r a p e r noblement dans l'infortune qui les étreint, comme d ' a u t r e s dans le l u x e ! Il n'y a pas de doute pour nous à cet égard, c h a q u e victime d e la catastrophe est d e v e n u e u n membre privilégié de l'humanité souffrante et digne, par conséquent, de diligence dans la répartition des moyens qui pourront l'aider à se reconstituer u n d'existence

morceau

pour l'avenir. Lettre de Case-Pilote.

L e mercredi 7 m a i , tel était l'état de la M o n t a g n e P e l é e , que le C a r b e t m ê m e se t r o u v a p l o n g é d a n s d ' é p a i s s e s t é n è b r e s .


JOUKXAL D U 2 7

MAI

409

1902

J e p r i s m a m è r e , p a u v r e femme â g é e , a v e u g l e , i n c a p a b l e d e m a r c h e r , ses j a m b e s é t a n t t o u j o u r s m a l a d e s , e t j e la m e n a i à la G r a n d e - A n s e , c a r n o u s n'osions plus demeurer seules dans notre maison ; mais c'était aussi

dans

l'idée q u e n o u s serions u n peu p l u s loin du v o l c a n . J e r e v i n s a u b o u r g , le 8, de b o n n e h e u r e , p o u r c o m m u n i e r . L e

temps

était horrible. Ma mère, ne v o u l a n t pas rester isolée, s'obstina à me suivre. Il y a v a i t f o u l e à l a s a i n t e t a b l e . L a c r a i n t e d e l a m o r t q u i p l a n e c o n s t a m m e n t sur nos têtes en a tiré plusieurs de leur indifférence en matière religieuse. A l a s o r t i e d e l ' é g l i s e , j e p r e n a i s d u c a f é c h e z u n e a m i e , a v e c I r è n e et s a

RUINES FUNÈBRES

tante, quand j'entends —

ô souvenir ineffaçable! — un assourdissant

d'angoisse, de terreur, de désespoir universel. J e vois t o u t e la

cri

population

levant les bras et les y e u x au ciel, d a n s la direction d u n o r d .

Le

mont

P e l é v e n a i t d e f a i r e e x p l o s i o n ! C ' é t a i t u n c r é p i t e m e n t s a n s fin, d ' u n e i n d e s criptible horreur, comme d'un million de fournaises surchauffées.

La mer,

de son côté, grondait avec r a g e . Je

vous d o n n e r a i plus t a r d les détails q u e m a m é m o i r e a u r e p o s r a m è -

n e r a s o u s m a p l u m e . P o u r le m o m e n t , j e s u i s i n c a p a b l e d ' u n i r d e u x i d é e s ensemble. . . . M a l g r é l e fléau, j e c o u r a i s v e r s m a m è r e p o u r l a s a u v e r . « P a r t e z d o n c


410

LA CATASTROPHE DU MOIS D E MAI

1902.

vite ! » me crie-t-on j e n e sais d ' o ù et, en m ô m e t e m p s , on m ' e n t r a î n e , t a n d i s que d'autres me poussent sans pitié. D é j à , e n effet, les r u i n e s s ' e n t a s s e n t d e t o u t e s p a r t s . L e s v a g u e s e n c o u r r o u x p é n è t r e n t d a n s le v i l l a g e . U n e m a i s o n c r o u l e à m e s p i e d s . J e

roule

dans l'eau comme une épave. M e s h a b i t s d e fête s o n t v i t e d a n s u n p i t e u x é t a t . Enfin, j'arrive, avec quantité d'autres, j u s q u ' à Duvallon. Chemin faisant, j'arrachais, morceau par morceau, ma robe pleine d'eau q u i m ' e m p ê c h a i t d e c o u r i r a s s e z v i t e . J ' a i f r a n c h i 4 ou 5 k i l o m è t r e s , j u s q u e chez Marie Madkaud, qui m'a prêté d'autres habits. J e p l e u r a i s s u r l e s o r t d e m a m è r e , q u e le d é s e s p o i r e t l ' a f f o l e m e n t peuple ne m'avaient pas permis d'aller

du

chercher pour l'emmener au loin.

Malgré mes émotions et mes f a t i g u e s , j e n e t e n a i s plus en p l a c e . J e revins d o n c aussitôt sur m e s p a s . E n r o u t e , des fugitifs m e r a s s u r è r e n t : « V o t r e mère, me dirent-ils, s'est sauvée t o u t e seule. Son b o n a n g e l'a conduite à l'église. C'est là que M

l l e

Irène l'a rencontrée. Elles sont maintenant l'une

e t l ' a u t r e c h e z M . C é l e s t i n . » A 2 h e u r e s e t . d e m i e , j e les y r e t r o u v a i s , effectivement. A cette heure-là, d e p u i s l o n g t e m p s , le c œ u r de la M a r t i n i q u e avait cessé de b a t t r e . L a ville de S a i n t - P i e r r e a c h e v a i t de se t o r d r e d a n s les

flammes

q u i la d é v o r a i e n t : 3 5 0 0 0 ou 4 0 0 0 0 h a b i t a n t s , l'élite de l a colonie, l'av a i e n t q u i t t é e p o u r le c i e l . E t l e s i n f e r n a l e s e x p l o s i o n s d e l a

Montagne

Pelée ne s'arrêtaient pas. Des g e n d a r m e s , envoyés eu reconnaissance de F o r t - d e - F r a n c e P i e r r e p a r le l i t t o r a l , n o u s dirent qu'ils n ' a v a i e n t p r e s q u e plus

à Saintrencontré

de m o n d e d a n s le b o u r g du C a r b e t et qu'il leur a v a i t été impossible d ' a p p r o c h e r de ce qui fut

Saint-Pierre,

sous peine d'être eux-mêmes asphyxiés. Ils

n o u s c o n s e i l l è r e n t d e n o u s d i r i g e r v e r s le c h e f - l i e u . N o u s nous sommes d o n c enfuies de n o u v e a u vers D u v a l l o n , où nous tombions, plus mortes q u e vives, à 8 h e u r e s du soir. Malgré l'angoisse et la terreur

de ce j o u r ,

qui restera unique dans l'histoire universelle, j ' a i pu

fournir une vingtaine de kilomètres de marche désespérée

et de

course

f o l l e , s a n s t r o p s a v o i r c e q u i e n a d v i e n d r a i t e t s'il n e v a l a i t p a s m i e u x m o u rir sur place u n e b o n n e fois. Nous sommes restées à Duvallon jusqu'à ce matiu (10 mai). Nous

nous

e n r e t o u r n i o n s c h e z n o u s e t d é j à n o u s a v i o n s p a r c o u r u 2 k i l o m è t r e s v e r s le C a r b e t , q u a n d on n o u s a s s u r a q u e l a vie n ' y était p l u s t e n a b l e et q u ' i l

fal-

lait plutôt songer à nous expatrier. N o u s nous dirigeâmes alors vers Case-Pilote, m a p a u v r e mère pieds nus, avec u n peignoir c h a r g é de cendre et i m p r é g n é d'eau salée, et u n m o u c h o i r r o u g e s u r l a t ê t e , t o u s o b j e t s d ' e m p r u n t . J ' a i d i t à la c h è r e

aveugle

de

m e t t r e ses m a i n s a u t o u r d e m o n c o u e t j e l ' a i p o r t é e s u r m e s é p a u l e s , e n


JOURNAL

D U 2 8 MAI

cette voie douloureuse, j u s q u ' a u

41L

1902

bourg de Case-Pilote, où une

personne

charitable nous a bien accueillies ('). On a déjà pillé le C a r b e t : des voleurs é t r a n g e r s ont profité d u désarroi de la p o p u l a t i o n pour fouiller les cases et en faire le s a c . J e n e sais pas p o u r c o m b i e n de t e m p s j e suis exilée, s a n s v ê t e m e n t s m ' a p p a r t i e n n e n t e t s a n s un sou vaillant.

qui

L e g o u v e r n e u r envoie des vivres

aux réfugiés. Si, le 8 mai, M

m s

Camoin était encore e n ville, n o u s avons à d é p l o r e r sa

m o r t ; m a i s , p e u t - ê t r e — que Dieu

soit béni si cela s'est réalisé!

— a-t-elle

pris, l a veille ou l'avant-veille, le b a t e a u p o u r F o r t - d e - F r a n c e , comme elle p a r a i s s a i t d é c i d é e d e le f a i r e , d e p u i s l e d é p a r t d u c o u r r i e r d e B o r d e a u x J e n e v e u x m ê m e p a s v o u s p a r l e r d e t a n t d ' a u t r e s a m i s . J e l e s p l e u r e . Si j e les r e j o i n s b i e n t ô t , j e n e v o u s o u b l i e r a i p a s a u c i e l , V.

D.

Actuellement chez à Caêe-Pilote,

15. JOURNAL

DU 2 8

Cécilie Piton, 10 mai 1902.

Jfïls

MAI

A u x B r u y è r e s , le 28 mai 1902.

Lettres, r e n s e i g n e m e n t s et détails divers.

Désormais, les dernières correspondances des victimes de la catastrophe et celles des survivants n e peuvent plus r i e n nous a p p r e n d r e d'essentiel ; mais nous ne devons pas moins les recueillir avec u n e religieuse déférence, puisqu'elles forment la triste galerie de nos tombeaux. P o u r les siècles à v e n i r , c'est tout ce qui restera de Saint-Pierre ! 1. La j e u n e fille qui écrit cette lettre est d'aspect tout gracile, très frêle, de t e m p é r a m e n t délicat, mais v i v e , énergique et résistante : elle l'a b i e n montré en cette j o u r n é e calamiteuse. C'est une pieuse enfant, d'un d é v o û m e n t filial exemplaire, une sainte, disent s e s c o m p a g n e s et les p e r s o n n e s qui l'ont vue constamment à l ' œ u v r e ; c'est, en tout c a s , pouvons-nous affirmer, u n e de c e s riches natures, sans le moindre signe extérieur de force p h y s i q u e , dont presque chaque famille créole compte q u e l q u e type h e u r e u x et que toujours on glorifiera en cette juste louange : Ingénies

animos

angusto

in cor pore

versant.


412

LA CATASTROPHE

DU MOIS DE MAI

1902.

Lettre datée de Fort-de-France, 11 m a i , et écrite par M. T r i l l a r d .

C'est j e u d i , e n t r e 7 h e u r e s et demie et 8 h e u r e s d u m a t i n , q u e l'éruption a e u lieu. D e G e n t i l e v e n a i t d e r e p a r t i r d e F o r t - d e - F r a n c e p o u r aller de n o u v e a u à S a i n t - P i e r r e , afin d ' e s s a y e r d e r a m e n e r les s i e n s . A 8 h e u r e s u n quart,

p e n d a n t la messe à Forfc-de-France, n o u s avons reçu la grêle

de

c e n d r e s e t d e p i e r r e s q u i n o u s a r é v é l é la. c a t a s t r o p h e . G e n t i l e e s t r e v e n u , sans pouvoir c o m m u n i q u e r avec S a i n t - P i e r r e . L a ville était en feu. T o u t ce qui y é t a i t a été b r û l é . L ' i n c e n d i e s'est é t e n d u de la C r o i x - d u - G r a n d Réduit jusqu'au Prêcheur, d'un

côté, et a u M o r n e - V e r t , de l ' a u t r e .

Les

Trois-Ponts ont été rasés. C'est affreux! T o u s nos amis y sont r e s t é s ! . . . L e s prêtres de Saint-Pierre sont morts... Hélas ! je n'en

finirais

pas de citer les noms des victimes !...

Le docteur Marry.

D e v a n t le d a n g e r m e n a ç a n t , combien ont tout sacrifié et fui à temps loin de S a i n t - P i e r r e ? Quelques centaines à peine. L e doct e u r Marry est du nombre. Mes souvenirs, dit-il, sont confus d a n s mon esprit. L e s é v é n e m e n t s s o n t s u c c é d é a v e c u n e t e l l e r a p i d i t é , l a c a t a s t r o p h e a é t é si

se

effroyable,

q u e l ' é m o t i o n de ceux q u i , c o m m e les m i e n s et c o m m e m o i , o n t é c h a p p é a u d é s a s t r e , est loin d ' ê t r e dissipée. D e p u i s deux mois et demi environ, on constatait que la m e r , entre P r ê c h e u r et la G r a n d ' R i v i è r e , s'agitait p a r i n s t a n t s de façon t o u t à

le fait

i n a c c o u t u m é e . D ' a u t r e p a r t , de la r o u t e qui l o n g e la p l a g e , en allant de Saint-Pierre à Fort-de-Frauce,

on p u t é g a l e m e n t r e m a r q u e r à

plusieurs

reprises u n e petite c o l o n n e de fumée très l é g è r e qui s'élevait à la cime du mont Pelé. Q u e l q u e s j o u r s p l u s t a r d , o n p e r ç u t les p r e m i e r s b r u i t s , s e m b l a b l e s à d e s r o u l e m e n t s d e t o n n e r r e , d o n t l e s é c h o s affaiblis se r é p e r c u t a i e n t a u c e n t r e m ê m e de la m o n t a g n e . L e 2 mai, vers minuit, à peine étais-je couché q u e j e sentis un chatouillement sur la

figure

; j ' y p o r t a i l a m a i n e t j e c o n s t a t a i q u e j ' a v a i s l a face

poussiéreuse. J ' a l l a i à la fenêtre et j e vis q u e t o u t était r e c o u v e r t d'une couche n e i g e u s e d e plusieurs c e n t i m è t r e s . A t e r r e , le pas des piétons s'assourdissait sur ce t a p i s . L e lendemain m a t i n , cette matière à l'aspect neige sale, qui n'était autre qu'une ceudre excessivement coup épaissi.

fine,

de

avait beau-


JOURNAL

DU 2 8 MAI

413

1902

L a pluie de c e n d r e c o n t i n u a les j o u r s s u i v a n t s , e n

s'accentuant.

U n de m e s a m i s , q u i possédait u n e p r o p r i é t é a u x e n v i r o n s de S a i n t - P i e r r e , calcula que cette pluie pouvait être évaluée à 8 tonnes par heure et par hectare. A v e c la c h u t e de p o u s s i è r e , les frémissements v o l c a n i q u e s

redoublaient

d'intensité. On aurait dit un continuel orage souterrain. L ' i n q u i é t u d e alors c o m m e n ç a à g a g n e r u n peu t o u t le m o n d e . P o u r m o n c o m p t e , j e résolus de quitter S a i n t - P i e r r e . L e 7 m a i a u soir, d e v a n t une telle r e c r u d e s c e n c e des différents p h é n o m è n e s d o n t j e viens de p a r l e r , j e m e d é c i d a i à n e p a s a t tendre plus longtemps. E n passant, je

n o t e q u e ce j o u r - l à m o n

chien aboya

lamentablement

t o u t e l a j o u r n é e , « h u r l a n t à l a m o r t », s e l o n l ' e x p r e s s i o n p o p u l a i r e . L e b a t e a u f a i s a n t le s e r v i c e r é g u l i e r e n t r e l e s d e u x v i l l e s , m a t i n e t s o i r , était p a r t i . D e c o n c e r t avec u n e famille a m i e , nous frétâmes u n y a c h t

et

nous nous embarquâmes vers 7 heures, emportant avec nous quelques vêtements et u n peu d'argent. C'était tout ce que nous devions sauver. L e l e n d e m a i n m a t i n , j e me levai d'assez b o n n e h e u r e , v o u l a n t aller faire quelques visites à Saint-Pierre. N'avais-je pas des malades auxquels j e me devais ? Ils n'avaient plus besoin de moi J e l a i s s a i c e p e n d a n t r e p a r t i r le y a c h t q u i n o u s a v a i t a m e n é s la veille e t à 8 heures je pris place sur le bateau-poste de la Compagnie G é r a r d . Cinq minutes a v a n t n o t r e d é p a r t , n o u s fûmes v i o l e m m e n t secoués et par u n reflux,

soudain p r e s q u e j e t é s sur la plage ; en quelques

emportés secondes,

l a m e r se d é m o n t a , l e s v a g u e s d é f e r l è r e n t f u r i e u s e m e n t , p u i s l e c a l m e se fit. N o u s nous mîmes en r o u t e . A peine naviguions-nous que l'horizon s'obscurcit rapidement. U n e minute plus tard, des ceudres s'abattirent sur la m e r ; quelque cent mètres plus loin, nous vîmes, terrifiés, q u ' a u x

cendres

se m ê l a i e n t d e s p i e r r e s c h a u d e s . D e s b a t e a u x f u y a n t à t o u t e v i t e s s e d e v a n t la p l u i e de feu a r r i v è r e n t s u r n o u s . L e s p a s s a g e r s é p o u v a n t é s n o u s d i r e n t le d a n g e r q u e n o u s c o u r i o n s . N o u s f î m e s d e m i - t o u r e t r e n t r â m e s à F o r t - d e F r a n c e , poursuivis p a r la grêle de cailloux b r û l a n t s , qui t o m b a i t sur le p o n t . ... J u s q u ' à 500 mètres du chef-lieu, venues s'abattre

des pierres, rouges encore,

sont

violemment.

Le c o m t e Fitzjames.

M. Fitzjames et u n d e ses amis ont été témoins d u cataclysme. Ils assistèrent de très près a u naufrage et à la destruction des navires en r a d e . Us étaient partis de g r a n d matin de Saint-Pierre et a v a i e n t


414

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

1902

ancré l e u r petit yacht voilier à environ 3 kilomètres d u rivage, pour pêcher à la l i g n e . A u m o m e n t où la catastrophe se produisit, ils v i r e n t le v a p e u r « Grappler des eaux,

» se soulever de 5 mètres

comme enlevé par une force mystérieuse,

ment et couler à pic aussitôt.

au-dessus

retomber

lourde-

L e tout n e prit pas q u a t r e m i n u t e s .

L e comte Fitzjames dit avoir vu dans une maison non incendiée u n e petite fille de d i x ans, surprise a u m o m e n t où elle jouait à vêtir une p o u p é e . L e corps de la fillette était e n t i è r e m e n t n u et presque i n t a c t , tandis que toutes les pièces d'étoffe étaient carbonisées.

Lettres écrites à MM. Gérard f r è r e s , de Marseille, qui ont des c o m p t o i r s à l a Guadeloupe et à l a M a r t i n i q u e .

L e témoin a v u la scène, d u Morne-Rouge. J a m a i s , d i t - i l , j e n ' o u b l i e r a i le s p e c t a c l e q u e j ' a i e u s o u s l e s y e u x . D ' u n nuage épais s'échappa

une pluie de pierres grosses comme

des fruits

à

p a i n . T o u t le m o n d e s'enfuit. N o u s suivîmes les s œ u r s de la D é l i v r a n d e et, après avoir fourni 22 kilomètres à pied, nous nous arrêtâmes à la

Grand'-

Anse. L ' a b b é M o n t o u t , c u r é d u L o r r a i n , accueillait les fugitifs ; m a i s , a u b o u t d e t r o i s j o u r s , il n ' e u t p l u s d e v i v r e s . La

situation

était i n t e n a b l e . N o u s avons d û partir de n o u v e a u . Notre

m i s è r e e s t t e l l e q u e n o u s r e g r e t t o n s p a r f o i s d e n ' ê t r e p a s r e s t é s p a r m i les victimes.

D ' u n e a u t r e lettre à ces messieurs, nous détachons ces lignes : P o i n t e - à - P i t r e , 12 m a i . Q u a n d le c r o i s e u r Suchet

n o u s a a p p r i s l'affreuse

nouvelle, nous

avons

fermé tous nos d é p ô t s . L a ville entière a suivi ce m o u v e m e n t . L e s navires en r a d e , les édifices p u b l i c s o n t mis leurs pavillons à m i - m â t . Nos c œ u r s ont saigné, à l'appel de nos compatriotes r u i n é s . Nous avons e n v o y é n o t r e c a b o t e u r l e Carnot

à la M a r t i n i q u e , le 9 mai à 2 h e u r e s , avec

1 0 0 0 0 fr. d e v i v r e s f r a i s . N o u s v o u l i o n s p a r t i r , m a i s le Suchet

a refusé

de

prendre des passagers, sans doute p o u r n e pas mener de b o u c h e s inutiles dans u n p a y s qui d e m a n d a i t des provisions.


J O U R N A L D U 2 8 MAI

415

1902

Sinistre détail.

A l ' h e u r e m ê m e où se produisait la catastrophe, u n employé d u téléphone, à F o r t - d e - F r a n c e , était en communication avec u n de ses collègues d e Saint-Pierre, qui lui n a r r a i t les phénomènes apparus depuis le m a t i n . Tout à coup, a u milieu d ' u n e phrase, l'employé e n t e n d sortir de l'appareil u n vrai h u r l e m e n t , auquel succède un silence prolongé qu'il essaie en vain d e rompre. Son ami venait de passer de v i e à trépas si inopinément que sa dernière phrase était restée coupée.

M. Yangting.

M. Louis Y a n g t i n g a perdu sa femme et sept d e ses quatorze enfants. Si j ' a i é c h a p p é m o i - m ê m e à l a m o r t , r a c o n t e - t - i l , c ' e s t g r â c e à u n e c i r c o n s t a n c e e n q u e l q u e sorte m i r a c u l e u s e . E u effet,

contrairement

à

mes

habitudes, j e me mis en tête de monter à cheval, de b o n m a t i n , le 8 mai, e t d ' a l l e r j e t e r u n c o u p d'oeil s u r m e s p l a n t a t i o n s d e C h a m p - F l o r e . C ' e s t d e là q u e , à 8 h e u r e s , j ' a s s i s t a i à l ' é r u p t i o n .

Un a u t r e t é m o i n d u Carbet, M. D u r a n d . A peine rentrés à la maison après la messe d e 7 h e u r e s , dit-il,

nous

e n t e n d î m e s c o m m e u n e c a n o n n a d e de mille b o u c h e s à feu e t n o u s v î m e s u n e m o n t a g n e de b o u e b r û l a n t e se p r é c i p i t e r vers n o u s . E n m o i n s de trois minutes, la t r o m b e a t t e i g n a i t nos p a r a g e s , j u s q u e t o u t près d u b o u r g . E n même temps, la mer y pénétrait sur une profondeur de 200 mètres, balayant tout sur son passage. Nous nous sauvons à l'église. P r e s q u e à c h a q u e p a s , n o u s r e g a r d i o n s derrière n o u s et n o u s voyions le feu g a g n e r n o s t a l o n s . A r r i v é s d a n s l e t e m p l e , n o u s n ' e n pouvions p l u s . L a p o p u l a t i o n se p r é c i p i t a a u p i e d d e s a u t e l s , m u l t i p l i a n t s e s s u p p l i c a t i o n s et i m p l o r a n t à h a u t s cris l'absolution g é n é r a l e . Brusquement,

u n v e n t d é c h a î n é souffla d u s u d q u i f o r ç a l a m o n t a g n e

d'abomination à reculer,

laissant le feu

seul a c h e v e r ses r a v a g e s .

Une

minute de plus, le Carbet était en cendres, comme Saint-Pierre, Sainte-


416

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902.

P h i l o m è n e e t le P r ê c h e u r . N o u a a v o n s a l o r s p o u r s u i v i n o t r e e x o d e j u s q u ' a u Morne-Vert, chez l'abbé Altéroche. Mais, d a n s la n u i t d u v e n d r e d i a u samedi, u n j e t de

flammes

a y a n t été

p r o j e t é d u c r a t è r e s u r l a B a s s e - P o i n t e , il n o u s p a r u t i m p r u d e n t d e s t a t i o n ner davantage trop près du volcan et nous partîmes aussitôt à pied pour Fort-de-France.

Rapport d un agent de la C o m p a g n i e française des cables t é l é g r a p h i q u e s à F o r t - d e - F r a n c e .

S'étant r e n d u à S a i n t - P i e r r e avec la première mission de secours, le l e n d e m a i n du désastre, il écrit : h

l 5 0 . L e m o u i l l a g e s'effectue a u milieu d e c a r c a s s e s f u m a n t e s d e n a v i r e s . U n n u a g e de c e n d r e c a c h e t o t a l e m e n t la vue de la m o n t a g n e . 2

h

1 0 . D e u x p r ê t r e s p r o c è d e n t a u s e r v i c e m o r t u a i r e , s u i v i d e b o u t s u r les

r u i n e s , en face d e la d o u a n e , à c ô t é des flammes q u i j a i l l i s s e n t e n c o r e des maisons situées au bord de la mer. On visite successivement l'hôpital militaire, le b u r e a u d u c â b l e , la b a n q u e et l a b a t t e r i e d ' E s n o t z . Les rues sont jonchées de cadavres noircis, nus, méconnaissables.

Une

odeur de chair roussie nous é t r a n g l e . U n seul être porte e n c o r e ses habits : c'est u n infirmier

de l'hôpital

q u i a d û se j e t e r d a n s u n b a s s i n , e t , l ' e a u

t a r i e , le c o r p s a é t é e n s u i t e c a r b o n i s é a v e c l e s v ê t e m e n t s p l a q u é s d e s s u s . Quelques murailles subsistent. L e s toitures, les cloisons, les objets à l'int é r i e u r d e s édifices p a r a i s s e n t a v o i r é t é v i o l e m m e n t p r o j e t é s a u d e h o r s . On n e r e n c o n t r e rien de vivant, pas même

u n e m o u c h e s u r les chairs

p u t r é f i é e s : c ' e s t le r o y a u m e d e l a m o r t , d a n s t o u t e s a d é s o l a t i o n .

Lettre d ' u n g e n d a r m e c o l o n i a l à sa m è r e , à L i m o g e s . A l a c a s e r n e , le s p e c t a c l e q u i s'offrit à m a v u e é t a i t si é p o u v a n t a b l e q u e , malgré moi, mes jambes

fléchissant,

je me trouvai à genoux.

T o u t e s l e s m a i s o n s d e ce q u a r t i e r ( C e n t r e et s a v a n e d u F o r t ) s o n t r a s é e s . A u moment de notre visite dans cette hécatombe, n o u s fûmes surpris par u n e a v a l a n c h e de c e n d r e s .

Pressentiment.

Une j e u n e créole de Saint-Pierre envoyait, le 3 m a i , à une amie, à A u r i l l a c , u n e carte postale illustrée avec ces mots : « Peut-être n'existerons-nous plus quand vous recevrez cette carte. Notre


jtVÉS RUINES

D E S A I N T -PI

ERRE

LE

1 4 MAI

(Cliché

de l ' I l l u s t r a t i o n . )


JOURNAL

DU 2 9

MAI

417

1902

volcan fumait depuis plusieurs jours. Il a éclaté cette nuit, gerbes de cendre.

Cette cendre continue à pleuvoir. A

envoyant

des

la grâce de Dieu !

J e vous embrasse. A u revoir... j ' e s p è r e . « Votre

petite

amie,

« C. »

L a carte r e p r é s e n t e un paysage panoramique de S a i n t - P i e r r e , avec u n e croix pour désigner le c r a t è r e . Il apparaît, aujourd'hui, ce petit signe, non plus comme un point de repère, mais comme le sceau du martyre, au-dessus de la nécropole de la Martinique.

16.

JOURNAL

DU 2 9

MAI

F a u t - i l évacuer la M a r t i n i q u e et de q u e l côté d i r i g e r l ' e x o d e ?

L e d é p u t é de la G u a d e l o u p e , M. G e r v i l l e - R é a c h e , a y a n t attiré l'attention d u m i n i s t r e des colonies sur l'utilité évidente qu'il y avait à diriger vers des territoires français les réfugiés de la Martinique, a reçu la lettre suivante : MONSIEUR LE DÉPUTÉ ET CHER COLLÈGUE, V o u s a v e z b i e n v o u l u m e d e m a n d e r si d e s m e s u r e s s o n t p r i s e s p o u r d i r i ger l'exode d e nos m a l h e u r e u x compatriotes de la Martinique sur les colonies françaises

d e l a G u a d e l o u p e e t d e l a G u y a n e , e t si l e s m o y e n s d ' a p -

p r o v i s i o n n e r ces deux colonies sont p r é v u s . J e m ' e m p r e s s e d e vous faire s a v o i r q u e , d è s la n o u v e l l e d e la c a t a s t r o p h e de S a i n t - P i e r r e , j e m e suis p r é o c c u p é d ' a s s u r e r a u x s i n i s t r é s le m o y e n quitter la colonie et q u e j ' a i d o n n é des i n s t r u c t i o n s

à la mission

que le g o u v e r n e m e n t a e n v o y é e à la M a r t i n i q u e p o u r que des

de

spéciale

dispositions

soient prises en vue d e diriger t o u t m o u v e m e n t d ' é m i g r a t i o n de p r é f é r e n c e sur la F r a n c e et sur les colonies f r a n ç a i s e s . P a r un r é c e n t c â b l o g r a m m e adressé à M. L h u e r r e , j ' a i r e n o u v e l é ces inst r u c t i o n s e t j ' a i a u t o r i s é le g o u v e r n e u r p a r i n t é r i m de la M a r t i n i q u e à a c c o r d e r s u r l e s f o n d s d e s e c o u r s d e s p a s s a g e s g r a t u i t s , p o u r l a F r a n c e e t poulies c o l o n i e s f r a n ç a i s e s , a u x p e r s o n n e s q u i o n t d e s p a r e n t s o u j u s t i f i e n t d e r e s s o u r c e s d a n s le p a y s o ù e l l e s d e m a n d e n t à ê t r e t r a n s p o r t é e s . SAINT-PIEKRK-MAliTINIQUK

27


418

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902.

P o u r v e n i r en a i d e à celles q u i se s o n t r é f u g i é e s à l a G u a d e l o u p e e t à la G u y a n e , j ' a i , sur la proposition du comité de secours, mis p a r câblogramme, à l a d i s p o s i t i o n d u g o u v e r n e u r d e c e s c o l o n i e s , u n e s o m m e d e 6 0 0 0 0 fr. (50 0 0 0 p o u r la G u a d e l o u p e , 10 0 0 0 p o u r la G u y a n e ) s u r les fonds provenant des souscriptions publiques. J ' a i en même temps invité M M . Merlin et F r a n ç o i s à me faire connaître d ' u r g e n c e les r e s s o u r c e s n o u v e l l e s d o n t ils p o u r r a i e n t a v o i r b e s o i n et j e les ai avisés q u e d e s m e s u r e s s e r a i e n t p r i s e s a u s s i t ô t p a r le d é p a r t e m e n t p o u r donner satisfaction à leurs d e m a n d e s . J e dois ajouter que par câblogramme

daté de la B a s s e - T e r r e , le 25 mai,

M. Merlin me fait savoir q u e deux convois, c o m p r e n a n t 967 réfugiés martiniquais, sont arrivés le 2 1 mai à la G u a d e l o u p e .

L ' a d m i n i s t r a t i o n locale a pris les dispositions nécessaires p o u r l e u r assurer asile et assistance, t a n t à la P o i n t e - à - P i t r e qu'à la B a s s e - T e r r e . Le gouverneur termine en disant que la situation d e la G u a d e l o u p e continue à être excellente. A g r é e z , Monsieur le d é p u t é et c h e r collègue, les a s s u r a n c e s de m a haute considération. Le ministre

des

colonies,

A . DECBAIS.

A propos de cet exode, voici les sentiments e x p r i m é s par u n ancien a d m i n i s t r a t e u r de la G u y a n e , M. Chessé : Mon c œ u r de vieux

colonial saigne de savoir

Saint-Pierre

M a r t i n i q u e en d a n g e r . J ' a i suivi, d ' a b o r d p a r des d é p ê c h e s

détruit,

la

particulières,

et, enfin, p a r les r e l a t i o n s d e s h a b i t a n t s h e u r e u s e m e n t s a u v é s , les diverses phases d e cette c a t a s t r o p h e et j e n e p u i s , hélas ! q u e r e g r e t t e r (mais cela de tout ce qui m e reste

d e f o r c e ) q u ' o n n ' a i t p a s e u l ' i d é e d e d i m i n u e r le

p é r i l . E n effet, l e v o l c a n a f u m é , dégagé des évaporations

g r o n d é , lancé de la c e n d r e , de la boue,

sulfureuses

(mortelles pour un grand

p e n d a n t p l u s i e u r s j o u r s , et on n ' a r i e n fait,

nombre),

rien fait p o u r éviter m ê m e . . .

l'impossible. O u i , on a n o m m é u n e commission qui a c o n c l u que le

mont

P e l é n e s a u r a i t se m o n t r e r m é c h a n t , q u ' o n e n serait q u i t t e p o u r u n e c h a u d e a l e r t e . Mais, v o u s le savez, les commissions, q u a n d

elles c o n c l u e n t ,

c'est

t o u j o u r s a p r è s s ' ê t r e b r o u i l l é e s a v e c le b o n s e n s . C e r t e s , on n e p e u t avoir la science infuse ; aussi est-il n é c e s s a i r e de p r e n d r e « l'avis » d e s h o m m e s c o m p é t e n t s , m a i s p o u r q u e c e l u i - c i soit v r a i m e n t profitable à q u i le p r o v o q u e , il f a u t t o u j o u r s l ' a s s i m i l e r à s a p e t i t e j u g e o t t e . M . M o u t t e t , q u i

est

mort au c h a m p d ' h o n n e u r , a eu trop confiance en la commission qu'il crut d e v o i r c o n s u l t e r p o u r se d é g a g e r d e l a t e r r i b l e r e s p o n s a b i l i t é q u i sur lui à l'improviste.

fondait


J O U R N A L DU 2 9

MAI

419

1902

M a i n t e n a n t q u e le m a l h e u r e s t e n t i è r e m e n t c o n s o m m é , q u e l e s

secours

affluent, q u e n o s p a u v r e s c o m p a t r i o t e s s u p p l i e n t l a m è r e - p a t r i e d e l e s a r r a cher a u d a n g e r qu'ils c o u r e n t , ou p e u v e n t encore courir dans l'île, qu'on les e x a u c e v i t e , v i t e , e t d a n s l e s e n s d e l a l e t t r e d e M .

Gerville-Réache.

C e t t e l e t t r e l u i fait g r a n d h o n n e u r ; elle est l ' œ u v r e d ' u n c œ u r

généreux

autant que d'un bon Français et d'un colonial éclairé. J e n'ai d o n c

pas

besoin d'insister sur l'immense a v a n t a g e qu'il y aura d'aider nos c o m p a t r i o t e s à a l l e r s e fixer d a n s n o s c o l o n i e s , à n o u s . A l a G u a d e l o u p e , le b i e n - ê t r e s e r a p o u r e u x p l u s i m m é d i a t e t j e n e d o u t e p a s u n s e u l i n s t a n t q u e l e s G u a d e l o u p é e n s offrent a u x M a r t i n i q u a i s , l e u r s f r è r e s si c r u e l l e m e n t é p r o u v é s , l a p l u s l a r g e h o s p i t a l i t é . M a i s j ' o p i n e p l u s particulièrement p o u r l'exode c o n t i n e n t a l , et j e considère c o m m e mieux insp i r é s c e u x q u i é l i r o n t r e f u g e à l a G u y a n e ; il n e f a u t

pas oublier, surtout

en c e m o m e n t , q u e l a G u a d e l o u p e f a i t p a r t i e d e l a v o l c a n i q u e c h a î n e d e s Antilles. A u s s i bien, la G u y a n e est d e t o u t e s nos colonies la plus r i c h e en produits d e toutes sortes, m a i s sa m i s e en c u l t u r e , l'exploitation de ses forêts et sables aurifères souffrent é n o r m é m e n t d u défaut de b r a s .

M. Gallois, l'explorateur, est d'avis que les habitants de la Martinique n e devraient pas songer à s'établir à la G u a d e l o u p e . E n a d m e t t a n t , dit-il, q u e les Martiniquais fussent dirigés s u r la G u a d e loupe, ce n e s e r a pas la place qui leur fera

défaut. Ils pourront

c o n f o r t a b l e m e n t p a r la suite ; m a i s j e c r a i n s q u e les soufrières

s'établir

de l'île n e

s'éveillent à leur tour et b r u t a l e m e n t . Il n'y a pas encore deux mois, j ' e x plorais l'une d'elles —

n o t e z q u e le m o n t

Pelé,

si f a t a l

à

Saint-Pierre,

p a s s a i t e n c o r e à c e m o m e n t p o u r é t e i n t — e t j ' a i p u c o n s t a t e r de visu

qu'un

travail d'enfer s'y opérait : u n e colonne de fumée, assez légère, s'échappait incessamment de son cratère. Ces soufrières ne sont d o n c pas plus éteintes que celles de la Martinique et d e S a i n t - V i n c e n t , q u o i q u ' o n p u i s s e affirmer. C ' e s t m ê m e i n c r o y a b l e q u ' o n dise cela s é r i e u s e m e n t . Q u a n t à m o i , j e m ' a t t e n d s à a p p r e n d r e q u e les s o u frières de la G u a d e l o u p e m o n t r e n t c h a q u e j o u r p l u s d ' a c t i v i t é . S o m m e t o u t e , le m o n t P e l é n ' e s t é l o i g n é d e c e s s o u f r i è r e s q u e d e 1 0 0 k i l o m è t r e s . Q u ' e s t cette distance, devant l'enchaînement mystérieux des phénomènes

géolo-

giques que nous avons la douleur de c o n s t a t e r ?

Même question dans la « Revue bleue ». Les

négociants

et les usiniers,

y l i s o n s - n o u s , ayant

à feu

près

tous

d a n s la c a t a s t r o p h e d e S a i n t - P i e r r e , la p o p u l a t i o n b l a n c h e d e la nique ne se compose plus g u è r e m a i n t e n a n t que d ' a g r i c u l t e u r s

péri

Marti-

dont

les


420

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902.

p l a n t a t i o n s de c a n n e s c o n s t i t u a i e n t t o u t e la r i c h e s s e . L e u r d é p a r t va les laisser sans ressources. Certes, les souscriptions ouvertes en faveur des survivants les mettront p e n d a n t q u e l q u e s j o u r s à l ' a b r i d u b e s o i n , m a i s il f a u d r a a s s u r e r à b r e f délai leur existence, d'une façon définitive. Ce n ' e s t p a s en F r a n c e q u e p e u v e n t s ' é t a b l i r ces h o m m e s , h a b i t u é s à la vie large des colonies, aux g r a n d e s exploitations, aux cultures des climats c h a u d s . Ils s'y t r o u v e r a i e n t c o m p l è t e m e n t d é p a y s é s . D a n s l a p l u p a r t d e n o s p o s s e s s i o n s d ' o u t r e - m e r , il y a d e v a s t e s t e r r i toires très fertiles q u e l a m é t r o p o l e p e u t m e t t r e à leur disposition. Cela v a u d r a i t mieux q u e d ' a b a n d o n n e r ces terres à des g e n s venus de F r a n c e , qui ne connaissent rien aux denrées coloniales

et

qui sont

absolument

i n c a p a b l e s d e m e t t r e l e sol e n v a l e u r .

N O T E . — Tous les négociants et tous les usiniers n e sont pas morts. A u surplus, le Martiniquais est c o u r a g e u x . Il sait se plier a u x exigences des plus dures é p r e u v e s . Sa vaillance n e sera j a m a i s prise en défaut. Ce que proposent la Revue bleue et les cœurs charitables qui s'intéressent à la douloureuse situation des créoles de la Martinique n'est pas aussi pratique qu'on pourrait croire. Ce qu'il faut essayer sagement, c'est d e garder les à la Martinique,

Martiniquais

en les a i d a n t à s'y r e l e v e r .

M. Taylor, de Saint-Thomas, exprime comme nous l'espoir que la M a r t i n i q u e , « si e x u b é r a n t e de vie et de courage, se relèvera et recouvrera son ancienne prospérité ». L ' a r t i c l e de M. T a y l o r dans la New-York

Tribune

se termine

ainsi : « L'on est prompt à se m e t t r e en colère ou à p l e u r e r , sous les tropiques, mais on rit facilement a p r è s . C'est comme cela, avec la n a t u r e , dans ces îles ravissantes. E l l e sourit bientôt après les plus g r a n d e s calamités. » « L'Opinion », de la Martinique.

L'Opinion,

le 10 mai, é c r i v a i t :

D e v a n t c e c a t a c l y s m e qui d é p a s s e en h o r r e u r t o u t ce q u e l'on p e u t i m a g i ner, d e v a n t t a n t d ' i n n o c e n t e s victimes qui d o r m e n t à cette h e u r e d a n s l'att i t u d e d e l ' a n g o i s s e d e r n i è r e , d e v o n s - n o u s d o u t e r d e l ' a v e n i r e t , c o m m e le


JOURNAL

DU 2 9 MAI

421

1902

l a b o u r e u r qui s'est épuisé à r e m u e r u n e t e r r e i n g r a t e , laisser le désespoir nous g a g n e r ? E h b i e n , n o n ! Cela ne sera p a s dit. Si, a u l e n d e m a i n de l ' i n c e n d i e de 1 8 9 0 , n o u s avons su m e t t r e n o t r e énergie à la h a u t e u r catastrophe

; si

nous n'avons pas

fléchi

d'une

si

cruelle

sous la tourmente q u a n d l'ouragan

a v a i t f a u c h é t o u t e s n o s m o i s s o n s , ce n ' e s t p a s à c e t t e h e u r e q u e n o u s d e v o n s douter de nos facultés au travail et de n o t r e vitalité H a u t les c œ u r s ! N o u s invitons nos concitoyens à n'avoir désormais q u ' u u souci, q u ' u n d é s i r : l a r é p a r a t i o n de l'effroyable

désastre qui vient de nous

atteindre en pleine poitrine. Inclinons-nous bien bas d e v a n t t a n t d'infortunes imméritées, mais inclinons-nous pour n o u s redresser plus forts d e v a n t le d a n g e r et pour puiser daus notre détresse même plus d'énergie et plus de c o u r a g e , toujours !

Voilà le vrai langage créole, et les actes suivront les paroles, pour peu que la F r a n c e s'y p r ê t e .

La presse.

Toujours à propos de cette question capitale : exode ou restauration de la M a r t i n i q u e , la presse du m o n d e entier p a r l e avec un vif intérêt et u n e profonde sympathie des mesures indispensables à concerter en faveur de la p a u v r e colonie. Lorsqu'un désastre comme celui de Saint-Pierre, lisons-nous en substance en maints j o u r n a u x et revues, frappe u n e g r a n d e n a tion et atteint u n peuple m a g n a n i m e , très digne d ' u n meilleur sort, il est clair qu'il faut d'abord courir a u plus pressé, en réparant dans la m e s u r e du possible les calamités matérielles par des secours a u x survivants, et en c h e r c h a n t ensuite, si faire se p e u t , à procéder a u x m e s u r e s définitives capables d'assurer l'avenir. D è s la première h e u r e , on s'est ingénié partout à procurer a u x Martiniquais, réduits à la misère, les premiers moyens d e se nourrir. Certaines mesures favorables, quoique très incomplètes, ont été prises également pour éloigner du cratère en furie c e u x qui se trouvaient trop près d e l à zone d a n g e r e u s e . Enfin, les souscriptions recueillies, les dons offerts avec u n e spontanéité touchante par les nations étrangères et le crédit que le


422

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

1902

gouvernement français va avoir à sa disposition permettront, avant qu'il soit longtemps, d'attribuer des i n d e m n i t é s q u i , pour être infinitésimales,

en comparaison des pertes subies, n'apporteront pas

moins u n utile soulagement a u x sinistrés. C'était ce qu'il y avait de plus immédiat : a v a n t tout, panser, puisqu'on n e p e u t la g u é r i r , l'effroyable b l e s s u r e . Mais ensuite, car on n e saurait s'en t e n i r là, il faut songer sérieusement à l'avenir. L a Martinique, après la catastrophe, est-elle susceptible de r e trouver son activité et sa prospérité ? O u i , à condition de lui r e n d r e l'équivalent de la m a l h e u r e u s e cité d i s p a r u e . Il ne peut-être question de rebâtir S a i n t - P i e r r e sur son ancien emplacement, m ê m e lorsque tout d a n g e r d'éruption a u r a disparu. Doit-on, par contre, développer F o r t - d e - F r a n c e , qui n'est certes pas, l'événement l'a prouvé, à l'abri des atteintes du cratère et qui a d'ailleurs à remplir vis-à-vis de sa métropole u n e mission importante d e sentinelle avancée ? L e correspondant d u New-York

Herald, s'entretenant avec Fami-

lial Servan. qui commande le Tage, en a r e ç u cette réponse : « La ville de S a i n t - P i e r r e n e devrait j a m a i s être reconstruite, car le danger créé par la Montagne Pelée p e u t se p e r p é t u e r p e n d a n t des siècles. On n e devrait pas non plus laisser F o r t - d e - F r a n c e p r e n d r e un plus g r a n d développement. J'emploierai mon influence à faire bâtir, sur la côte s u d - e s t de l'île, soit à la T r i n i t é , soit à la Caravelle, u n e a u t r e ville qui devrait être la capitale d e la colonie. » Voilà des avis dont il paraît impossible q u ' o n n e t i e n n e pas compte. Il importe donc, soit d'élever, en r e m p l a c e m e n t de S a i n t - P i e r r e , soit de développer sur u n point parfaitement choisi, dans u n e région à l'abri des atteintes du volcan, u n nouveau c e n t r e commercial à la M a r t i n i q u e . Nous avons déjà traité plus h a u t , pour notre part et suivant nos connaissances personnelles, de ce qu'il y a de plus u r g e n t à élucider au plus tôt pour la restauration de la colonie. Q u ' u n e idée ou u n e autre prédomine, q u ' u n projet ou u n a u t r e obtienne faveur, l'essentiel, pour nous, c'est que la Martinique refleurisse, sous la


JOURNAL DU 3 0

MAI

423

1902

protection de la puissance militaire de F o r t - d e - F r a n c e et à l'aide d'un commerce aussi considérable qu'était celui de la place

17. JOURNAL

DU

30

Bertin.

MAI

I n f o r m a t i o n s , discussions, dépêches, théories scientifiques et d o c u m e n t s divers. A u x Bruyères, le 30 mai 1902. New-York, le 29 mai.

Les dépêches de F o r t - d e - F r a n c e i n d i q u e n t q u e la M o n t a g n e Pelée est encore en éruption, mais que les manifestations d'activité volcanique ont d i m i n u é d ' i n t e n s i t é . L e cratère a cessé de l a n c e r des pierres et des scories ; il vomit seulement des colonnes de fumée qui se résolvent en cendres fines. L a n u i t , ces colonnes s'illuminent i n t é r i e u r e m e n t , ce qui fait croire que la lave continue à bouillonner dans l ' i n t é r i e u r d e la m o n t a g n e , sans 'avoir cependant la force d'atteindre l'orifice du volcan et de s'épandre sur les mornes. L e travail d'incinération a été repris, mais d a n s des conditions e x t r ê m e m e n t défavorables. L e pétrole enflammé n e p e u t plus a t t e i n d r e la p l u p a r t des cadavres, recouverts depuis la d e r n i è r e éruption par u n e épaisse couche de c e n d r e s et de blocs d e toutes dimensions. Il faudrait des milliers d'ouvriers pour d é b l a y e r d'abord les r u i n e s , et les bras m a n q u e n t . L'opinion g é n é r a l e est qu'on devra laisser à la n a t u r e le temps d'achever son œ u v r e ; la chaleur est si intense q u ' a v a n t q u e l q u e douze à quinze j o u r s , les cadavres en putréfaction sciont desséchés ou a n n i h i l é s . D a n s toutes les Antilles, on signale que la chaleur est excessive (87° F a h r e n h e i t d a n s les rez-de-chaussée des maisons), et q u ' u n e maladie de gorge a fait son apparition, causée vraisemblablement par la poussière volcanique dont est imprégnée l'atmosphère. L a nuit, m ê m e lorsque le ciel est sans n u a g e s , on est aveuglé par des éclairs gigantesques, de l u e u r r o u g e .


424

ANNALES DES ANTILLES

FRANÇAISES

Ce que disent les savants.

La majorité est d'avis que l'énergie volcanique n e s'apaisera pas de sitôt ; mais que c e p e n d a n t « il n ' y a u r a pas d'accidents de per-

IJE

J E T

D ' E A U

D U

J A U D I N

D E S

PLANTES

sonnes » ; d'ailleurs, il ne reste plus de fortes agglomérations qui puissent être détruites « et F o r t - d e - F r a n c e semble absolument l'abri des conséquences de toute éruption possible ».

à


JOURNAL DU 3 0

MAI

1902

425

Ce langage h a r d i ne rappelle-t-il pas un peu celui de la commission du 7 m a i ? F o r t - d e - F r a n c e est perpétuellement en d a n g e r , plus que ne paraissait l'être S a i n t - P i e r r e . U n raz de m a r é e , un t r e m b l e m e n t de terre suffit pour a n é a n t i r F o r t - d e - F r a n c e , sans compter q u e cette ville n'est point à l'abri d u volcan. « J u s q u ' à 500 mètres du cheflieu, des pierres, rouges encore, sont venues s'abattre

violem-

m e n t . » (Docteur Marry.) L a Montagne P e l é e p e u t fournir matière, hélas ! à la destruction totale de la Martinique : cette opinion n'est peut-être pas moins « savante » que celle qui p r é t e n d nous mettre « à l'abri des conséquences de toute éruption possible ».

Un c â b l o g r a m m e de M. L h u e r r e .

M. L h u e r r e fait savoir a u ministre des colonies que la mission envoyée par le gouvernement s'est embarquée à destination de la G u a d e l o u p e . E l l e désire s'assurer q u e , au cas où les circonstances exigeraient de faire évacuer sur B a s s e - T e r r e u n certain nombre de sinistrés, la ville dispose de locaux suffisants pour les recevoir et p e r m e t ainsi d'éviter une trop g r a n d e agglomération de réfugiés à F o r t - d e - F r a n c e . D e son côté, M. Merlin, qui devait r e n t r e r en F r a n c e ces j o u r s ci, a porté à la connaissance de M. Decrais q u ' e n raison des événements douloureux de la M a r t i n i q u e , il r e t a r d e r a i t son d é p a r t de la G u a d e l o u p e j u s q u ' a u j o u r où il serait assuré que cette colonie n'a plus besoin de son concours i m m é d i a t . L a souscription p u b l i q u e ouverte dès le 9 à la Guadeloupe s'élève actuellement à 113 000 fr.

Mort de M. Joseph Plissonneau, à Sainte-Lucie.

M. Joseph Plissonneau, qui n'avait eu que le temps de sauter à bord du Roddam,

en r e c e v a n t force b r û l u r e s , vient de succomber

à Sainte-Lucie. M. Joseph Plissonneau, digne et noble cœur, était estimé de tous


426

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

pour son aménité, sa discrétion et surtout pour son amitié g é n é reuse et

fidèle.

Il laisse u n e j e u n e veuve et une intéressante petite famille.

I n t e r v i e w de M. Ramon.

On connaît trop les conclusions, c r u e l l e m e n t démenties, de la commission scientifique du 7 m a i . Comment des hommes sérieux, s'ils n'ont été préoccupés que de science, ont-ils p u donner des certitudes, alors q u ' e n pareille conjoncture la science véritable n e p e u t q u ' é m e t t r e des d o u t e s ? « Il est impossible, dit M. R a m o n d , géologue du M u s é u m , de prévoir, dans l'état actuel de la science, la proximité et l'intensité d ' u n e é r u p t i o n . Nous ne pouvons nous livrer q u ' à des conjectures. C e u x qui affirment q u e l q u e chose sont bien p r é s o m p t u e u x . « Comment a-t-on pu p r é t e n d r e , p a r e x e m p l e , que la position des cratères assurait la sécurité de Saint-Pierre, alors qu'il est fréquent de voir les cratères se déplacer et de nouvelles bouches s'ouvrir à l'occasion d'une é r u p t i o n ? « Il est évident qu'en g é n é r a l , les tremblements de terre précèdent u n e éruption et qu'après le phénomène volcanique, de nouvelles secousses sont moins à c r a i n d r e . Mais il serait d a n g e r e u x de g é n é raliser. « A Paris, on ne comprend pas très bien l'importance de ces p h é nomènes et on n e paraît pas l e u r attacher tout l'intérêt qu'ils mér i t e n t : sur notre épaisse couche de terrains s é d i m e n t a i r e s , nous n'avons g u è r e à c r a i n d r e les chocs t e r r e s t r e s . E n 1 8 8 3 , la catastrophe du K r a k a t o a é m u t p e u la population, m a l g r é le nombre des victimes. C'étaient des indigènes de terres lointaines ! E t pourtant, toute u n e montagne avait sauté, laissant à pic des parois de 600 m è t r e s . . . . « L e s a n i m a u x sont les seuls à prévoir ces cataclysmes. Ils ont u n instinct m y s t é r i e u x dont la raison d'être nous échappe et qui ne les trompe pas. L e s é v é n e m e n t s de la Martinique l'ont encore prouvé. »


J O U R N A L DU 3 0 MAI

1902

427

Les conséquences de l ' é r u p t i o n .

L a science, dit-on, n ' a pas su prévoir l'éruption qui devait ensevelir S a i n t - P i e r r e . « N o n , la science n ' a point failli à son rôle, réplique M. de L a p p a r e n t ; c'est l'administration qui, n ' a y a n t rien compris a u x phénomènes volcaniques, a permis à la population de s'endormir dans une d e m i - q u i é t u d e , a u lieu d'en presser d ' u r g e n c e l'exode g é n é r a l . » E t il ajoute : « L a g r a n d e dépression de la M é diterranée sépara a u x âges géologiques l ' E u r o p e d e l'Asie, elle creusa la m e r Rouge et forma l'immense fossé d e l'océan I n d i e n . Cette action destructive s'est poursuivie autour d u globe ; elle semble s'attaquer a u j o u r d ' h u i a u x Antilles, pour y creuser une m e r nouvelle symétrique des océans de l'autre h é m i s p h è r e . « L e s Antilles seraient donc appelées à disparaître. N e seraientelles pas d'ailleurs les derniers vestiges de ce continent dont les légendes h u m a i n e s nous ont conservé le souvenir, sous le nom d'Atlantide? « U n e a u t r e théorie p e u t être soutenue. J e le sais. E l l e n'envisage plus l'hypothèse d ' u n e disparition, mais a u contraire d ' u n soulèvement volcanique qui rattacherait les Antilles a u système orographique des d e u x A m é r i q u e s . « Quoi qu'il en soit, conclut M. de L a p p a r e n t , les Antilles traversent une période très critique dont la géologie p e u t seulement indiquer les causes. »

Deux o r p h e l i n e s m a r t i n i q u a i s e s .

L e couvent des ursulines de N a n t e s , d o n t une des religieuses a p e r d u tous les siens, à S a i n t - P i e r r e , vient de recevoir en pension d e u x j e u n e s créoles qui se trouvent absolument seules, à la suite de la catastrophe.


428

LA

CATASTROPHE

D U MOIS

D E MAI

1902

Lamentable document.

L a lettre de faire-part q u e nous transcrivons ici est u n e poig n a n t e attestation d e l ' i m m e n s i t é d u d e u i l qui pèse s u r la v a i l l a n t e race créole.

Monsieur G. Caminade ; Madame G. Caminade (née Dupouy) ; Monsieur Gustave Caminade, Monsieur A n d r é Caminade,

Monsieur Maurice

Cami-

nade ; Ont l'immense douleur d e vous faire p a r t d e la perte cruelle qu'ils vienn e n t d ' é p r o u v e r d a n s l e s p e r s o n n e s de :

Monsieur Eugène Caminade Madame veuve Caminade Monsieur et Madame Raphaël Caminade et leurs enfants Raoul, Gabrielle, Albert et Aline Monsieur et Madame Gaston Caminade et leurs enfants Georges, Louis, Gaston et Marie-Louise Monsieur et Madame Loitis Liottier (née Caminade) et leurs enfants, Aimée, Gabrielle et Louis Mademoiselle Léonie Caminade Monsieur et Madame Samuel Dupouy et leurs enfants, Louise, Robert et Georges Madame veuve Paul de Gage [née Dupouy) et ses enfants, Femand, Alix, Léonie et Valentine Monsieur Raphaël Dupouy Mesdemoiselles Ferdilia et Palmyre Dupouy ; l e u r s fils, m è r e , b e l l e - m è r e , g r a n d ' m è r e , f r è r e s , s œ u r s , b e a u x - f r è r e s , b e l l e s s œ u r s , o n c l e s , t a n t e s , n e v e u x , n i è c e s , c o u s i n s e t c o u s i n e s , d é c é d é s d a n s la terrible catastrophe de Saint-Pierre (Martinique), le 8 m a i 1 9 0 2 . Priez

pour

ces martyrs

!


JOUKNAL D U 3 0 MAI

429

1902

M. Hovey.

L e professeur H o v e y , du Muséum d'histoire n a t u r e l l e , m e m b r e de l'expédition scientifique américaine envoyée à la Martinique, résume comme suit le résultat de ses premières observations à Saint-Pierre : On n e p e u t c o m p a r e r l'aspect de la ville q u ' à celui q u e p r é s e n t e n t les r u i n e s d e P o m p é i . e t le c a r a c t è r e d e r a v a g e e t d e d é s o l a t i o n y e s t e n c o r e b i e n plus m a r q u é . E n g é n é r a l , les murs des b â t i m e n t s c o n s t r u i t s au nord et a u sud de la v i l l e o n t m o i n s souffert q u e c e u x q u i s ' é l e v a i e n t à l ' e s t e t à l ' o u e s t . L e s a r b r e s , les m a i s o n s et t o u s a u t r e s objets qui p r é c é d e m m e n t se d r e s s a i e n t

au-

d e s s u s d u sol o n t é t é i n c l i n é s o u p r o j e t é s c o m p l è t e m e n t d a n s l a d i r e c t i o n du

sud.

Cette

circonstance

montre bien que

la ville a

été détruite

par

u n souffle d ' u n e p u i s s a n c e i n c o m p a r a b l e , s o r t e d e t o r n a d e v e n u e d e l a m o n tagne. Il est de plus manifeste que cette t o r n a d e était c o m p o s é e de gaz

suffo-

c a n t s q u i o n t t u é l a p o p u l a t i o n s a n s q u ' e l l e e û t e u le t e m p s d e souffrir. L ' e n q u ê t e a m o n t r é , e n effet, q u e l e s h a b i t a n t s a v a i e n t é t é a s p h y x i é s a v a n t q u e l e s édifices e u s s e n t p r i s f e u . L e s gaz étaient en g r a n d e q u a n t i t é de l ' h y d r o g è n e sulfuré, qui a dû être enflammé s u b i t e m e n t p a r des d é c h a r g e s é l e c t r i q u e s , ce qui fait q u e la c o n flagration

a été générale

et i n s t a n t a n é e . C ' e s t l à u n p h é n o m è n e

qui ne

s'est j a m a i s produit d a n s a u c u n e a u t r e éruption v o l c a n i q u e .

Clairon, tocsin !

L e j o u r n a l La Patrie,

a n i m é des meilleures intentions,

mais

toujours fougueux*, sonne a u j o u r d ' h u i d u clairon. H i e r , c'était le tocsin : avec des élans trop irrésistibles, sans contrôle, a u premier b r u i t v e n u on ne sait d'où, «-La Patrie » ajoutait au désastre de Saint-Pierre

celui de Fort-de-France.

Pourquoi

pas des Antilles tout entières ? L e coup de clairon d'aujourd'hui sonne ainsi : I l y a six a n s , u n e c e n t a i n e d e p e r s o n n e s é t a i e n t r ô t i e s a u b a z a r de la C h a r i t é . L ' é m o t i o n fut é n o r m e . D e tous côtés, la douleur p u b l i q u e éclata. H i e r , q u a r a n t e mille p e r s o n n e s s o n t b r û l é e s vives à la M a r t i n i q u e : l ' é m o -


430

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

t i o n est b e a u c o u p m o i n s i n t e n s e et p r e s q u e n u l l e p a r t le d e u i l p u b l i c n ' e s t apparent. S o m m e s - n o u s blasés s u r les c a t a c l y s m e s , ou b i e n le c h a g r i n est-il en r a i son inverse d u carré des d i s t a n c e s ? I l est c e r t a i n q u e l ' é l o i g n e m e n t est p o u r b e a u c o u p d a n s l'espèce férence q u e le g o u v e r n e m e n t

affecte

d'indif-

depuis le désastre des Antilles. L a

m o r t affreuse de m i l l i e r s de F r a n ç a i s n ' a p u a r r a c h e r u n e l a r m e ou u n cri à M . L o u b e t . A B r e s t il n ' y a p a s u n d r a p e a u , à D u n k e r q u e il n ' y a u r a p a s un lampion en moins. E n Russie, le

C h a m p a g n e

a coulé d a n s des coupes en

forme de c r a t è r e , comme des torrents de l a v e sur les cadavres de

Saint-

P i e r r e , et n o s m a t e l o t s à C r o n s t a d t ont mis moins de h â t e à r e g a g n e r leur b o r d q u e les h a b i t a n t s de F o r t - d e - F r a n c e à s'embarquer. Ici, la j o i e ; l à - b a s , la m o r t ; la vie est faite de ces c o n t r a s t e s ! C ' e s t é g a l , il f a u t c o n v e n i r q u e l ' a u t o r i t é , q u i d e v r a i t d o n n e r

l'exemple

de l'affliction, s'est m o n t r é e s i n g u l i è r e m e n t c y n i q u e . L e d r a p e a u n a t i o n a l a été mis en b e r n e p e n d a n t trois jours : la belle manifestation, e n vérité ! P a s u n e s e u l e f o i s , l e s m u s i q u e s officielles n ' o n t m a n q u é d e f a i r e r e t e n t i r l e u r s plus joyeux

flonflons

dans les squares ou d a n s les salons.

E t , d a n s nos O p é r a s s u b v e n t i o n n é s , le froid l u i - m ê m e n ' e s t p a s p a r v e n u à voiler

la voix des artistes !

L e s s u r v i v a n t s d u d é s a s t r e a g o n i s e n t ; des s c è n e s de t e r r e u r effroyable p r o d u i s e n t ; u n e p o p u l a t i o n fuit,

râle ou prie dans l'épouvante ; tout

m o n d e s e d é b a t a u m i l i e u d e s flammes e t d e s « Quel

fichu

flots...,

et les snobs de s'écrier :

temps tout de même ! Est-ce qu'il ne va pas cesser de

v o i r ? » E t nos ministériels d e se l a m e n t e r :

se un

pleu-

« Est-ce que W a l d e c k ne

va

pas rester au pouvoir? » Si elle n ' é t a i t a u s s i g r o t e s q u e q u e p i t t o r e s q u e , elle s e r a i t de c i r c o n s t a n c e , la p h r a s e de J o s e p h P r u d h o m m e : « L e c h a r de l ' E t a t n a v i g u e sur u n volcan ! » Il est vrai q u e , p o u r le m o m e n t , la g a l è r e présidentielle glisse d o u c e m e n t sur la B a l t i q u e , b e r c é e p a r les v a g u e s , loin de t o u t e é r u p t i o n . Q u a n t a u volc a n , il n e m e n a c e l e s j o u r s d ' a u c u n m i n i s t r e : il t u e s i m p l e m e n t d e s m i l l i e r s de Français.

Ce que nous savons, nous, c'est q u e la M a r t i n i q u e entière a p l e u r é , c'est que la population de Saint-Pierre, en particulier, a prié avec ferveur, c'est que toutes les âmes ont frémi — la distance serait-elle moindre e n t r e la M a r t i n i q u e et Paris q u ' e n t r e Paris et la Martinique ? — quand y est p a r v e n u e la nouvelle d u sinistre d u bazar de la Charité. Si des sympathies presque universelles sont a u j o u r d ' h u i témoi-


JOURNAL D U

3 1 MAI

431

1901

gnées à la p a u v r e colonie, en raison de la soudaineté de son cataclysme, par elle-même, à défaut d ' a u t r e s titres plus pressants, elle en serait digne déjà, cette île q u i , souvent frappée d a n s ses i n t é rêts v i t a u x , a n é a n m o i n s toujours donné a b o n d a m m e n t , lorsque survenait, e n F r a n c e ou sur quelque a u t r e point d u globe, u n e calamité. A toutes les époques de son histoire, la Martinique s'est montrée compatissante a u x m a l h e u r e u x . Une réponse à « La Patrie ».

L e g o u v e r n e m e n t a c o m m u n i q u é cette note relative à la j o u r n é e du 27 mai : Pas d ' i l l u m i n a t i o n s . C o n f o r m é m e n t a u d é s i r f o r m e l e x p r i m é p a r le P r é s i d e n t d e l a R é p u b l i q u e et en r a i s o n d e s d o u l o u r e u x é v é n e m e n t s d e l a M a r t i n i q u e , les édifiées p u b l i c s n e s e r o n t p a s p a v o i s e s le j o u r ( 2 7 m a i ) a u q u e l s o n a r r i v é e e n R u s s i e demeure

fixée.

On a compris q u e la décence était de r i g u e u r en face de la désolation qui plane sur nos Antilles.

18.

JOURNAL

DU

31

MAI

Pour f i n i r .

ONE

N O T E

DU

MOIS

D E

S E P T E M B R E

1900.

Nous retrouvons par hasard, a u moment de t e r m i n e r notre journal, parmi les épaves qui nous restent d ' u n arsenal de paperasses, notes et documents encyclopédiques, u n morceau très c u r i e u x du journal les Antilles,

d u mois de septembre 1900, dont les p r e -

mières et les dernières lignes nous m a n q u e n t . «

Il est certain, y lisons-nous, que les nombreuses secousses

qui agitent nos Antilles depuis déjà quelques années, avec des temps


432

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902

de repos plus ou moins prolongés, semblent bien indiquer un travail souterrain dont la direction paraît être fixée au nord Guadeloupe, en occuperait

dans l'aire maritime

de l'île anglaise de Montserrat,

de la qui

le centre ou en serait très proche.

« Verrons-nous, comme en 1 8 5 1 , ces secousses p r e n d r e fin par quelque éruption boueuse, semblable à celle qui se déversa sur les flancs de la Montagne P e l é e ? Ou bien encore un volcan sous-marin, p e r ç a n t l'écorce terrestre et donnant

finalement

passage a u x gaz

depuis trop longtemps accumulés auprès de nous, nous rendra-t-il la stabilité q u ' e x i g e notre q u i é t u d e ? Hypothèses, vagues conjectures, direz-vous sans doute ! Mais non. L e s faits donnent à réfléchir. « Le 1

e r

du mois d e r n i e r , nous avions à enregistrer u n e forte

secousse dont les ondes horizontales, venues, pour la M a r t i n i q u e , de la direction m o y e n n e du nord, étaient signalées s i m u l t a n é m e n t h

chez nous et à la G u a d e l o u p e à 3 1 8

m

du m a t i n .

« L e 30 d u m ê m e mois, à 1 h e u r e d u matin, u n e d e u x i è m e secousse se localisait dans la colonie-sœur. « Enfin, dans la n u i t de l u n d i à mardi (3 et 4 septembre 1900), h

m

à 1 0 5 0 , u n e violente secousse ondulatoire faisait encore craquer et tinter maisons et vaisselles, presque ensemble, à la Martinique et à la G u a d e l o u p e . » L e s avertissements, on le voit de plus e n p l u s , et même certaines études assez exactes n'ont pas m a n q u é . H é l a s ! tandis que quelque savant créole pressentait, du côté de Montserrat ou à la G u a d e l o u p e , plutôt q u ' à la M a r t i n i q u e , u n d a n g e r d'éruption et qu'il e n escomptait d'ailleurs avec bonhomie les h e u r e u s e s conséquences en faveur du retour, pour des siècles peut-être, faite tranquillité

dans la chaîne des Antilles,

de la par-

c'étaient les insonda-

bles abîmes sous-marins du canal de la D o m i n i q u e et de la Montagne P e l é e qui organisaient le trust des matières volcaniques les plus puissantes et les moins connues.

La M a r t i n i q u e et les p o u v o i r s publics.

L'éruption de la Montagne Pelée a enseveli sous la cendre 40 000 victimes. E l l e a bouleversé la plus g r a n d e partie du nord


JOURNAL, D U 3 1 MAI

433

1902

de la M a r t i n i q u e . P l u s de 25 000 habitants sont sans foyer et les 125 000 a u t r e s r e s t e n t plongés dans les plus cruelles i n q u i é t u d e s . D e telles catastrophes n e sont h e u r e u s e m e n t pas fréquentes d a n s l'histoire de l ' h u m a n i t é et l'on conçoit aisément le concert de compassion et de solidarité qui a r e m u é les cœurs à la nouvelle du d é sastre. C e u x qui dorment sous l'immense nécropole en laquelle s'est tranformée la cité n a g u è r e si riante et si confiante d e Saint-Pierre sont à j a m a i s p e r d u s pour nous, hélas ! E t quelque émotion profonde qu'éveille le souvenir de nos chers disparus, il nous faut faire trêve à la douleur et à la consternation et songer a u x survivants de la catastrophe, pour qui se posent des problèmes si troublants et si complexes. « J ' a i d e m a n d é au ministre des colonies, écrit M. Gerville-Réache, si des mesures étaient prises pour les diriger sur les colonies françaises de la G u a d e l o u p e et de la G u y a n e et si les moyens d'approvisionner ces colonies de refuge étaient prévus. Il m'a fait l'honneur de me répondre qu'il avait ouvert un crédit de 5 0 0 0 0 fr. au g o u v e r n e u r de la Guadeloupe et u n de 1 0 0 0 0 fr. à celui de la G u y a n e . D ' a u t r e part, les j o u r n a u x m ' a p p r e n n e n t que le gouv e r n e m e n t va déposer u n e d e m a n d e d e crédit de 5 millions pour les sinistrés. A ces 5 millions s'ajouteront c e u x d e la charité privée. E t puis, il semble que ce soit tout et que nous devions passer à u n a u t r e exercice. « Il y a é v i d e m m e n t quelque chose qui fait défaut à l'heure présente, il y a m ê m e beaucoup de choses qui m a n q u e n t . Mais la F r a n c e n'est pas morte, son cœur vibre encore ; son esprit de solidarité n ' a pas disparu, son g é n i e , fait de bonté et de commisération, subsiste. Il suffit d'y faire appel, c'est ce que j ' e n t r e p r e n d s avec q u e l q u e précision. « O u i , j ' a i i n d i q u é la G u a d e l o u p e comme lieu de refuge, — bien que la G u a d e l o u p e soit, par elle-même, très p e u p l é e , — parce q u e , d é p u t é de cette colonie, qui est située à la porte de la Martinique, j e devais témoigner de la solidarité qui existe e n t r e nos deux îles-sœurs. Mais j e comprends bien q u e , lorsque celle que j ' a i l'honneur de r e p r é s e n t e r a u r a r e ç u quelques milliers de nos SAINT-PIKRRE-MARTINTQUE

28

»


434

LA

CATASTROPHE

DU

MOIS

DE

MAI

1902

compatriotes en détresse, elle n ' a u r a plus de champ à offrir à leur activité. « Sans doute, si elle était m i e u x aménagée par les pouvoirs publics, elle pourrait tenter u n effort plus g r a n d . Q u ' o n réduise les droits de douane qui pèsent sur elle, qu'on dégrève ses denrées à l e u r entrée en F r a n c e , qu'on abaisse le change inique qui l'accable, qu'on allège les charges qu'on met à son compte, qu'on rétablisse sa circulation monétaire, qu'on lui procure des ressources pour son outillage i n d u s t r i e l , ses routes et ses voies ferrées, et elle pourra très bien recevoir de q u a r a n t e à cinquante mille habitants venus de chez sa m a l h e u r e u s e voisine. Mais qui pense à ces mes u r e s ? Q u i sait qu'elles sont possibles? qu'elles sont p r a t i q u e s ? qu'elles sont efficaces? qu'elles sont nécessaires? P e r s o n n e , ou presque personne. « L a G u y a n e , qui est plus g r a n d e que la F r a n c e et qui n'a que vingt-cinq mille habitants, pourrait recevoir cent fois la population de la M a r t i n i q u e . A fortiori

peut-elle recueillir la portion qui va

émigrer. Mais ce n'est pas a v e c les 1 0 0 0 0 fr. délégués au gouverneur que celui-ci pourra la recevoir, la loger, la vêtir, lui donner des instruments de travail, des champs allotis et des terres défrichées. A l'aide de quelles ressources donc pourrait-on mettre la G u y a n e en état d'accueillir, comme il convient, nos compatriotes? « A mon avis, elles sont d e d e u x sortes. « L a première catégorie de recettes à utiliser, en v u e du refuge des sinistrés, est celle des crédits de transportation. Actuellement, nous dépensons chaque a n n é e pour la m a i n - d ' œ u v r e p é n a l e , dans cette colonie, bien près de 6 millions. Afin d e consommer ces 6 millions a u titre métropolitain, nous faisons fabriquer par les t r a n s portés de mauvais r h u m , de vilain sucre et des c h a p e a u x sans valeur, plutôt que de les faire travailler dans l'intérêt de la colonie, que leur présence frappe d ' u n incontestable discrédit. Malgré que la loi de 1854 sur les t r a v a u x forcés, qui a créé la transportation, ait ordonné que les condamnés soient affectés à des t r a v a u x publics, nous les employons à faire, comme il vient d'être dit, du détestable r h u m , du sucre exécrable e% de piètres c h a p e a u x . « E h bien, le désastre de Saint-Pierre nous fournit u n e occasion


JOURNAL D U 3 1 MAI

1902

435

unique d ' e x é c u t e r cette fameuse loi. F e r m o n s les méchantes distilleries, les ridicules sucreries et les invraisemblables chapelleries de la transportation. Affectons, sans r e t a r d , les transportés à défricher la G u y a n e , à allotir ce bel et immense pays désert, à tracer des r o u t e s , à construire des ponts, des c a n a u x et des maisons. « Malgré tout, les millions d e m a n d é s à la C h a m b r e , c e u x de la charité, les 6 millions annuels dont j e viens de parler n e suffiront pas pour l'œuvre d'appropriation de la G u y a n e à la réception des exilés de la M a r t i n i q u e . E h bien, nous y suppléerons en r e c o u r a n t au crédit p u b l i c . Q u a n d il s'agit d ' u n m a l h e u r aussi g r a n d que celui qui vient de frapper la F r a n c e , c'est le cas, ou j a m a i s , d'appliquer l'adage : « A u x g r a n d s m a u x , les g r a n d s r e m è d e s . » « U n gouvernement soucieux d'accomplir tout son devoir, dans ces heures douloureuses, d e m a n d e r a i t un e m p r u n t assez important pour sauver de la r u i n e totale la M a r t i n i q u e , pour doter à la fois les colonies de la Guadeloupe et de la G u y a n e des moyens de remettre à flot nos m a l h e u r e u x exilés. L e b u d g e t d e l ' É t a t assurerait l'intérêt de l ' e m p r u n t et l'amortissement. L a charge publique serait délimitée. L e s colonies qui bénéficieraient de l'emprunt a u r a i e n t un très long terme pour effectuer le r e m b o u r s e m e n t des avances faites par la métropole. « Si les difficultés financières font repousser cette combinaison, il en est u n e a u t r e moins coûteuse et pour l'État et pour les colonies. Elle consisterait à émettre des bons à lots, sans intérêts, en quantité suffisante, pour opérer le sauvetage des sinistrés, assurer les tirages et couvrir l'amortissement. U n ou plusieurs établissements de crédit pourraient être chargés de l'opération, à la d e m a n d e de l'État. « E n agissant de l ' u n e ou de l'autre m a n i è r e , les pouvoirs publics auraient montré à nos compatriotes des Antilles que la solidarité nationale n'est pas un vain mot et nous l'aurions fait avec les moindres charges pour l'Etat et pour les colonies. « Tandis q u ' u n ministre, a u courant des choses coloniales, a y a n t l'intelligence de nos intérêts, la capacité cérébrale nécessaire, la volonté de les g a r a n t i r , aurait la haute'direction de cette entreprise réformatrice, un commissaire de la R é p u b l i q u e , m u n i de pleins


436

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

pouvoirs, p r e n d r a i t la h a u t e direction de nos trois possessions de la Martinique, d e la G u a d e l o u p e et de la G u y a n e . Il remanierait les b u d g e t s d e ces colonies, où tant de dépenses inutiles sont inscrites. Il enseignerait a u x populations qui les h a b i t e n t qu'il faut faire trêve à leurs rivalités, a u x mesquines discordes, qu'il faut élever les cœurs à la h a u t e u r du patriotique devoir qui s'impose à tous de travailler a u r e l è v e m e n t de nos frères d e la Martinique, à la g r a n d e u r et à la prospérité de cette partie de n o t r e F r a n c e d'outre-mer. G.

GERVILLE-RÉACHE

r

Dernières dépêches adressées à M- de C o r m o n t , à Paris, par M. le vicaire g é n é r a l , c u r é de F o r t - d e - F r a n c e .

Compte r e n d u de la j o u r n é e du 20 m a i : E n c o r e une date pour la Martinique ! C o m m e les j o u r s p r é c é d e n t s , j ' a v a i s d é s i g n é d e u x p r ê t r e s p o u r se r e n d r e à S a i n t - P i e r r e . S e r a i e n t - i l s e n f i n a s s e z h e u r e u x p o u r p a r v e n i r à r e t r o u v e r les vases sacrés des diverses églises ? H é l a s ! voici ce qui s'est p r o d u i t : A 5 h . 1/4, p e n d a n t q u e j e m ' h a b i l l a i s , t o u t à c o u p j ' e n t e n d s d e u x form i d a b l e s d é t o n a t i o n s d u v o l c a n , les p l u s fortes et les p l u s p r o l o n g é e s , j e c r o i s , q u i se s o i e n t e n c o r e p r o d u i t e s . J ' a p p e l l e M . l ' a b b é R e c o u r s é , q u i c o u c h e a u - d e s s o u s d e m o i , d e p u i s q u ' i l a c é d é sa m a i s o n à u n e famille de réfugiés, et lui dis : « L e v o l c a n est m a u v a i s , il v a se p a s s e r q u e l q u e c h o s e ! » E t , a u m ê m e i n s t a n t , p a r d e l à les p i t o n s d u C a r b e t , d a n s la d i r e c t i o n de la M o n t a g n e P e l é e , a u loin j ' a p e r ç o i s , s o r t a n t d ' u n p o i n t noir du ciel, un feu r o u l a n t d ' é c l a i r s a c c o m p a g n é de t o n n e r r e s s o u r d s et c o n t i n u s . P u i s , p a r - d e s s u s c e p o i n t n o i r , j e vois m o n t e r les p r e m i è r e s v o l u t e s d e la c o l o n n e terrible. J'appelle

de n o u v e a u M. Recoursé, lui disant : « V e n e z

voir,

venez vite ! > E t tous deux alors nous assistons, j e n e dis pas sans u n e certaine terreur, a u s p e c t a c l e d e ce m é t é o r e m o n t a n t , m o n t a n t t o u j o u r s d a n s le c i e l , d é r o u l a n t ses spirales, a t t e i g n a n t des h a u t e u r s i n c r o y a b l e s , p u i s

s'approchant

vers n o u s , s ' é t e n d a n t d e tous c ô t é s , c o u v r a n t les e s p a c e s s u p é r i e u r s , évoluant toujours j u s q u ' à ce qu'il arrive au-dessus de nos têtes, n o u s laissant l ' i m p r e s s i o n q u e c ' é t a i t l a fin d e l a M a r t i n i q u e ! Q u ' a l l a i t - i l se p a s s e r ? A l l i o n s - n o u s p é r i r s o u s le f e u c o m m e S a i n t - P i e r r e o u s o u s l a c e n d r e c o m m e


JOURNAL D U 3 1 MAI

437

1902

P o m p é i ? N o u s étions prêts, r e g a r d a n t toujours l'immense n u é e et ses

flo-

c o n s é p a i s q u e c o l o r a i t e n r o u g e , v e r s l ' o r i e n t , l e s o l e i l q u i se l e v a i t . j'étais tombé

à

genoux devant ma fenêtre,

attendant l'heure

de

Et

Dieu,

lorsque, tel un r i d e a u tiré d a n s un t h é â t r e , un n u a g e de v a p e u r s s'étend a u - d e s s o u s de la n u é e e t n o u s l a c a c h e t o u t e n t i è r e . Mais la ville, la ville q u i s'éveillait à p e i n e , où est-elle ?-Une c l a m e u r immense et puis u n « sauve-qui-peut » éperdu. Il n'y a plus personne ! J e me t r o m p e . L'église a été considérée p a r b e a u c o u p comme uu est a r c h i c o m b l e j u s q u ' a u x

asile. Elle

a u t e l s : et d a n s quels c o s t u m e s !

Les

vicaires qui devaient aller en mission à S a i n t - P i e r r e ne p e u v e n t

deux

qu'avec

b e a u c o u p de p e i n e c o n t i n u e r l e u r m e s s e . L e t r o i s i è m e vicaire fait p r i e r ces 5 o u 6 0 0 0 p e r s o n n e s , les b r a s en croix : c'est é m o u v a n t , a u - d e s s u s de t o u t ce q u ' o n p e u t d i r e ; c e s o n t d e v r a i e s s c è n e s d e l a fin d u m o n d e . Un q u a r t d ' h e u r e au moins s'est passé ainsi dans l'angoisse. Alors mence la pluie de cendres. D e s pierres t o m b e n t . J e c h e r c h e les

com-

flammes,

mais j e m e r a s s u r e b i e n t ô t et n o u s en s o m m e s q u i t t e s , e n c o r e c e t t e fois, pour la p e u r et p o u r u n e belle

collection

de pierres volcaniques,

dont

q u e l q u e s - u n e s a t t e i g n e n t la g r o s s e u r d ' u n œuf. P l u s p r è s d u v o l c a n , on

en

recueillit de beaucoup plus grosses. M a i s , si n o u s é t i o n s s a u v é s , q u e s ' e s t - i l p a s s é d a n s l e s p a r o i s s e s p l u s r a p p r o c h é e s ? L e Suchet

p a r t aussitôt en r e c o n n a i s s a n c e . Voici ce qu'il r a p p o r t e :

le p h é n o m è n e q u i a a n é a n t i S a i n t - P i e r r e s ' e s t r e p r o d u i t d e l a m ê m e f a ç o n et aux m ê m e s lieux. Ce qui d e m e u r a i t d e b o u t de m u r a i l l e s d a n s l a m a l h e u r e u s e v i l l e a é t é d e n o u v e a u p a s s é p a r le t o u r b i l l o n d e f e u : il n e r e s t e p l u s pierre sur pierre. Q u e l q u e s maisons, sur le p o u r t o u r où s'était arrêté le p r e m i e r

fléau,

ont

été a t t e i n t e s et c o m p l è t e m e n t s a c c a g é e s . Il n ' y a p a s de nouvelles victimes. Un raz de marée a ravagé la g r a n d e anse du Carbet et emporté cases. Ce qui restait au Morne-Vert,

de population

a évacué

au Fonds-Saint-Denis,

plusieurs

a u C a r b e t et

v e r s le s u d ; l e s c u r é s v i e n n e n t d ' a r r i v e r .

Et

j ' a p p r e n d s q u e le b r a v e P . M a r y a a u s s i q u i t t é le M o r n e - B o u g e le d e r n i e r , m e n a n t devant lui les quelques vaillants qui lui étaient d e m e u r é s

fidèles.

Un d é b o r d e m e n t plus fort e n c o r e que les p r é c é d e n t s a u r a i t a c h e v é d e détruire l a B a s s e - P o i n t e , q u i é t a i t d é j à a b a n d o n n é e . C ' e s t l ' e x o d e d e t o u t le N o r d d e l ' î l e v e r s le S u d . L e s c o n s é q u e n c e s d e c e t t e n o u v e l l e j o u r n é e s o n t i n c a l c u lables. T o u t e s les familles qui e s s a y a i e n t d e r e n a î t r e à la confiance d a n s le p l u s p r o f o n d

sont

découragement.

O n s ' e m b a r q u e p a r milliers p o u r S a i n t e - L u c i e , p o u r la G u a d e l o u p e , p o u r la T r i n i d a d , p o u r la F r a n c e , p o u r l ' A m é r i q u e !

Ce n'est plus

seulement

l ' e x o d e d u N o r d v e r s le S u d , m a i s d e t o u t e l a M a r t i n i q u e v e r s l ' é t r a n g e r .


438

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

Un s e r v i c e f u n è b r e à M a r s e i l l e .

Le Petit Marseillais

nous apporte ces lignes très touchantes :

N o u s avons assisté dans notre vie à bien des services funèbres, mais j a m a i s n o u s n ' e n a v i o n s v u u n q u i p r é s e n t â t le c a r a c t è r e s a i s i s s a n t de c e l u i qui a été célébré hier matin, 30 mai, à 11 heures, en l'église Saint-Joseph, à la m é m o i r e des m a l h e u r e u s e s v i c t i m e s de la M a r t i n i q u e a p p a r e n t é e s aux familles B o u r d i l l o n et B o r d e , soit 156 p e r s o n n e s . P o i n t de c a t a f a l q u e , p o i n t de t e n t u r e s n o i r e s à larmes d ' a r g e n t , ni c h a n t s , ni o r g u e s ! Mais, d a n s un silence absolu, u n e église q u e remplissait u n e assistance recueillie et visiblement compatissante à cet immense malheur, e t e n h a u t d e l a g r a n d e nef, l a f a m i l l e , d e t r e n t e - d e u x p e r s o n n e s : MM.

Emmanuel

Jules Bourdillon,

Bourdillon,

Charles

BourJillon,

Stalla-Bourdillon, Joseph

Albert

Tempier,

Bourdillon,

Jules Borde,

des

dames, des j e u n e s gens, des enfants. A p r è s la messe, la famille s'est r e n d u e à la sacristie, a u milieu d ' u n e h a i e formée p a r l'assistance r e s p e c t u e u s e . N ' e û t été le g r a n d deuil de tous ces p i e u x fidèles, n ' e û t é t é l e u r p r o f o n d e affliction, o n e û t p u croire à u n e de ces i m p o s a n t e s manifestations et cérémonies solennelles de m a r i a g e d o n t se g l o r i f i e n t l e s p r i n c e s d e l a t e r r e . P e n d a n t u n e d e m i - h e u r e , c'a é t é , d e v a n t c e t t e b e l l e e t d i g n e f a m i l l e , à l a d o u l e u r i m m e n s e c o m m e le d é s a s t r e q u i l ' a c r é é e , u n défilé d e c e q u e n o t r e v i l l e c o m p t e d e p l u s n o t a b l e d a n s t o u t e s l e s c l a s s e s de l a s o c i é t é . L e s p o i gnées de main muettes disaient mieux que des p h r a s e s la s y m p a t h i e u n i v e r s e l l e , le c h a g r i n p a t r i o t i q u e e t t r è s c h r é t i e n q u ' o n é p r o u v a i t e n p r é s e n c e d ' u n e i n f o r t u n e si é c r a s a n t e .

Deuil national, deuil de l ' h u m a n i t é .

L a F r a n c e , écrit un des rédacteurs du Bulletin de la Société d'expansion coloniale,

la F r a n c e reste sous le coup de l ' i n e x p r i m a b l e

douleur qui l'a envahie, q u a n d elle a su que la ville de SaintP i e r r e venait d'être d é t r u i t e de fond en comble, avec u n e soudaineté foudroyante. P r è s de q u a r a n t e mille de nos compatriotes, saisis à l'improviste dans leurs maisons, sur la voie p u b l i q u e , dans les cottages avoisinants ou sur les navires en r a d e , ont été anéantis par fulguration, en quelques secondes, avec leurs familles et tous leurs biens. Cette tragique réédition de la r u i n e de Pompéi a suffi


J O U R N A L DU 3 1 MAI

1902

439

à rayer i n s t a n t a n é m a n t d e la carte des Antilles la capitale commerciale de notre vieille Martinique et à é t e n d r e la désolation d e la mort sur cette cité r i a n t e , pleine du mouvement de son port, de l'activité de ses comptoirs et de ses usines. A u c u n sentiment h u m a i n , a u c u n e expression de la p l u m e n i de la parole n e sont à la h a u t e u r d ' u n e semblable calamité. L ' i m a g i nation, terrifiée, se reconnaît impuisante à reconstituer u n pareil spectacle ; le c œ u r , saisi d'une angoisse affreuse, recule devant l'immensité de ce deuil, qui atteint l'humanité tout entière, sans distinction de rang ni de latitudes, dans ce qu'elle a de plus cher et de plus pitoyable. Q u e sont les hommes, que sont leurs efforts, l e u r science, leurs querelles, leurs projets, leur volonté, devant cette force g i g a n t e s que qui, bravant pronostics et p r é c a u t i o n s , se r u e sur u n p e u p l e , sur u n e contrée, et détruit sur le sol qu'elle a touché les moindres vestiges de la civilisation et de la vie ? U n e s t u p e u r et u n e commisération unanimes ont secoué le m o n d e à l'annonce de ce cataclysme. D e toutes parts, les manifestations de la douleur ont j a i l l i . Les condoléances et les secours matériels sont venus de tous les points du globe. Ces frères e n n e m i s , ces peuples que divisent d'ordinaire les compétitions politiques ou économiques, ont retrouvé spontanément, en présence de cette effroyable hécatombe d'innocents, l'instinct de sublime solidarité qui sommeille, comme u n divin p a t r i m o i n e , a u fond du c œ u r de chacun d ' e u x . P l u s que j a m a i s , la parole de T é r e n c e , toujours i d e n t i que à elle-même à travers les siècles et les bouleversements de l'histoire, a m a r q u é la loi des consciences : « J e suis homme et rien de ce qui est h u m a i n ne m'est é t r a n g e r . » Nous n e rééditerons pas les détails de cette agonie d ' u n e ville sous le feu, la c e n d r e et les pierres. J o u r par j o u r , la curiosité a été t e n u e en haleine par les longues et multiples dépêches reçues des Antilles françaises et anglaises, et il n'est plus u n seul trait de cette scène infernale qui n e soit c o n n u du public, depuis trois semaines que le récit en épouvante l ' u n i v e r s . N u l n e p e u t dire, dans le désarroi et la stupeur q u e provoquent ces terribles convulsions du sol, quelle a été la part exacte de la


440

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI 1 9 0 2 .

mort et quelles nouvelles épreuves sont réservées à ces minuscules et vaillantes Antilles, chair de notre chair, qui, depuis des siècles, fidèles à notre fortune, ont glorieusement porté, à la face des deux A m é r i q u e s , le pavillon de leur bien-aimée F r a n c e . On parle d ' u n immense mouvement volcanique, d'un réveil des forces géantes r e t e n u e s prisonnières dans les entrailles du sol, et sous la poussée desquelles le chapelet d'îles égrenées de la Floride à la G u y a n e s'abîmeraient sous les flots, après avoir été ravagées par le feu et étouffées sous la pluie de cendres et de laves. I l n ' a p p a r t i e n t à personne de dire quel calvaire de désolation nos vieilles colonies antillaises peuvent encore avoir à monter. D a n s le champ des hypothèses, la confiance et le désespoir ont aut a n t de droits et autant de raisons l'une que l'autre à se manifester. L ' i n c e r t i t u d e de l'avenir r e n d légitimes et respectables toutes les opinions qu'on p e u t émettre, toutes les impressions qu'on peut éprouver. A u surplus, n e nous égarons pas dans les discussions et abstenons-nous de prophétiser. D e v a n t l'horreur d u sacrifice dont elle saigne, devant ces quar a n t e mille cadavres immolés par une force s u r h u m a i n e , a u champ d ' h o n n e u r , sur ce coin de t e r r e française où, vivants, ils représentaient notre influence, notre esprit, et où ils portaient l'affection de notre nom, d e v a n t la menace de n o u v e a u x deuils, la F r a n c e a le devoir, elle qui est sortie intacte d e toutes les invasions et de tous les naufrages, de d o n n e r a u m o n d e le spectacle de sa cohésion, de sa puissance, de sa vitalité. E l l e a assez de c h a r i t é , assez d'amour, assez de compassion, assez d'or pour les misères déchaînées p a r ce tragique é v é n e m e n t . E l l e doit aussi avoir assez de sagesse, de sérénité et d e volonté pour continuer, la m a i n et le regard fermes, la route de ses destinées coloniales et pour r é p o n d r e à l'acharn e m e n t m e u r t r i e r des éléments par la coopération radieuse et féconde des hommes de bonne volonté. S u r ce cri de fraternel amour, sur ce c h a l e u r e u x appel à la solidarité nationale, à la charité compatissante de toutes les âmes chrétiennes en faveur des héroïques victimes de la Montagne Pelée, nous fermons le livre de l'inoubliable catastrophe du 8 mai 1902.


JOURNAL D U 3 1 MAI 1 9 0 2

Sursum

441

corda

E t , maintenant, scellant enfin cet épouvantable d r a m e , s u p r ê m e couronnement, en une fête d'Ascension, de l'histoire admirable de la cité créole, nous achevons notre travail sous l'inspiration de notre foi, en harmonie avec ce que nous comprenons des mérites exceptionnels des 4 0 0 0 0 victimes d u volcan et des inéluctables lois de la solidarité humaine qui nous lie tous les uns a u x autres à travers le temps et l'espace. A ces causes, nous n e craignons point de proclamer ici avec force ce que nous sentons a u tréfonds de notre âme de plus mystér i e u x et de plus raisonnable : à savoir, que les phalanges des martyrs de S a i n t - P i e r r e ont pris place a u p r è s de D i e u , dont la j u s t i c e est terrible et les miséricordes infinies, à titre d'otages et de r é d e m p t e u r s pour la F r a n c e , pour la Martinique et les autres îles d u nouveau monde. Q u e si donc nous persistons à les p l e u r e r encore longtemps, parce qu'ils nous ont été trop s o u d a i n e m e n t arrachés, nous n'estimons pas moins j u s t e de les b é n i r toujours et de les exalter comme des victimes choisies, des holocaustes de bonne odeur, des r é p a r a teurs insignes, des sauveurs triomphants, des princes parmi les Élus. CŒUR CRÉOLE.


CHAPITRE V ÉRUPTION

DE L A M O N T A G N E

PELÉE

DANS LA NUIT DU 5 AU 6 AOUT 1 8 5 1 ET É V É N E M E N T S DE 1 9 0 2

REVUE HISTORIQUE, GÉOLOGIQUE ET CRITIQUE SUPPLÉMENT

DU

JOURNAL

LES

5 - 6 AOUT

DE LA

CATASTROPHE

1851

L'impression du public.

L'éruption de 1851 passa m a l h e u r e u s e m e n t trop inaperçue et le rapport documenté qu'on en publia, l'année s u i v a n t e , n'intéressa que les érudits. C e u x qui ont eu charge d'âmes à la Martinique dans la seconde moitié d u x i x " siècle n ' a u r a i e n t c e p e n d a n t j a m a i s d û ignorer complètement ce chapitre d'histoire. A ce propos, il n'est q u e trop permis d'accuser le ministère et le g o u v e r n e m e n t local, d'autres aussi peut-être, d'indifférence

et d ' i n c u r i e ; car

a u c u n homme foncièrement honnête et sérieux n e devrait accepter l'administration d ' u n pays qu'il n e connaît pas et qu'il ne v e u t pas a p p r e n d r e à connaître. Ce q u i se passa dans la nuit d u 5 au 6 août 1851 émut bien u n p e u , sur le quart d ' h e u r e ; mais, en vérité, presque tous les h a b i tants de S a i n t - P i e r r e dormirent en paix et n ' a p p r i r e n t q u e le lendemain la curieuse fantaisie qu'avait e u e le volcan de couvrir leurs toitures et le pavé des r u e s d'une mince couche de c e n d r e semblable à d u givre. Ce spectacle leur sembla très intéressant et très g a i . Nous reproduirons à ce sujet quelques lignes d ' u n p r é c i e u x témoignage. Elles ne sont certes pas écrites pour le besoin de la


LES 5 - 6

AOUT

443

1851

cause, mais comme p u r e réminiscence ou terme de comparaison entre l'éruption volcanique de 1851 et l'explosion de 1902. L e u r a u t e u r ignore que j e cherche à reconstituer un précis d'histoire de son pays, et, quoique nous soyons l'un à l'autre de vieilles connaissances et que j e compte dans sa famille de chères amitiés, il ignorait q u ' u n fragment de sa lettre

figurerait

en ces

Nouvelles

Annales de la colonie. Voici ce passage : T u étais bien j e u n e , en 1851 ; tu te rappelles néanmoins les menaces de l a M o n t a g n e P e l é e , q u i s ' é t a i e n t r é s u m é e s e n d e s o u r d s g r o n d e m e n t s e t en un j e t de c e n d r e .

C'est tout ce que remémore le témoin, un ami des lettres, un érudit d'une fidélité de mémoire r e m a r q u a b l e dont l'âge n ' a point 1

diminué la fraîcheur ( ). L e s lignes que nous avons transcrites sont extraites d'une lettre v e n u e , ces jours-ci (mai 1902), de la RivièreSalée à l'adresse de M"" V"" Cl.-C,

actuellement en résidence à

Épinal. Nous avons m i e u x encore. U n des derniers numéros du j o u r n a l Les Antilles,

celui du 26 avril, rappelait pareillement les souvenirs

d'un a u t r e habitant de Saint-Pierre qui fut, douze jours après, victime de la catastrophe : J ' a v a i s v i n g t a n s , d i t le n a r r a t e u r , l o r s d e l ' é r u p t i o n d e 1 8 5 1 e t j e m ' e u souviens c o m m e si c'était h i e r . L a ville et la c a m p a g n e s'éveillèrent sous u n m a n t e a u d e c e n d r e . R i e n d e f â c h e u x d ' a i l l e u r s n ' a r r i v a e t l e d r a m e finit même en comédie. Comme des hommes compétents parlaient des volcans avec s c i e n c e e t é ï u d i t i o n , e x p o s a n t q u e le P e l é e3t u n s a l s e , j e n e s a i s p l u s l e quel, citant Bouillet, disait : Salse s'entend de volcan b o u e u x , volcan d'air qui rejette de l ' e a u salée et du g a z h y d r o g è n e c a r b o n é , a v e c a c c o m p a g n e ment de commotions sismiques parfois r e d o u t a b l e s .

Dans l'assistance

trouvait Desrivières. Qui de nous a oublié Desrivières flairant bour à mille m è t r e s ? — n ' y e u t j a m a i s salsepareille!

« Salse, dit-il,

un

se

calem-

salse! Avouez, Messieurs, qu'il

». — L e m o t a m u s a e t t e r m i n a

l'incident.

1. L'honorable M. Saint-Ange-Codé, que nous citons ici, était « a u x premières loges » en 1851, au Fonds-Coré, au pied de la montagne, à l'heure de l'éruption, aussi bien que M. Leprieur, dont nous a'ions entretenir b e a u c o u p n o s l e c t e u r s , dans la suite de ce chapitre.


444

LA CATASTROPHE

IMPRESSIONS

DES

PLUS

D U MOIS D E MAI

PROCHES

VOISINS

1902

DU

VOLCAN

Q u a n t à la p l u p a r t des gens les plus rapprochés de la m o n t a g n e , ils e u r e n t l'idée de quelque chose d'assez grave,

voire

d'inquiétant,

de l'avis de plusieurs « qui pouan couri (qui se m i r e n t à courir) », nous disait u n n è g r e d e la F o n t a i n e - C h a u d e en 1875. Quelquesuns avaient compris tout de suite la n a t u r e du p h é n o m è n e . « C'é soufié a ha bouilli, c'est la soufrière qui bout ! » criaient-ils. Lisons m a i n t e n a n t ces détails, qui n ' é t a i e n t que douce légende, avant 1902, et qui p r ê t e n t a u j o u r d ' h u i à t a n t de réflexions douloureuses. Rapport de M. L e p r i e u r . La

M a r t i n i q u e , d i t VAnnuaire

d e la colonie, est u n e île d'origine volca-

n i q u e . L a dernière éruption a été celle de la M o n t a g n e P e l é e , en 1 8 5 1 . U n e r e l a t i o n f o r t i n t é r e s s a n t e e n fut p u b l i é e d a n s le Bulletin quand personne

n'y pensait

déjà

officiel

de 1852, —

plus.

« U n e t r a d i t i o n , s a n s f o n d e m e n t h i s t o r i q u e , il est v r a i , disait M . L e prieur, puisqu'elle remonte au delà de l'établissement des Européens dans les îles, m a i s f o r t e m e n t i m p r i m é e d a n s les esprits, r a c o n t a i t q u e la M o n t a g n e P e l é e a v a i t é t é le s i è g e d ' u n v o l c a n . « L a f o r m e c o n i q u e d e c e t t e m o n t a g n e , p a r t i c u l i è r e à t o u t e s c e l l e s o ù ce g r a n d p h é n o m è n e s'est m a n i f e s t é , l ' é p i t h è t e de P E L É E d o n n é e à sa cime, l ' e x i s t e n c e , s u r c e p o i n t , d ' u n l a c p o u v a n t p a s s e r p o u r u n a n c i e n c r a t è r e , la nature ponceuse du terrain, dans un rayonnement de plusieurs lieues,

tout

venait en aide à la t r a d i t i o n et e n t o u r a i t la M o n t a g n e P e l é e de ce respect que l'homme paye aux choses qui lui font p e u r . . . »

L a Montagne Pelée faisant p e u r , oh ! n o n . Ces mots sont tombés par oubli ou par inadvertance de la p l u m e de l'auteur, c a r i a vérité est bien plutôt que la Montagne,

j u s q u ' a u x é v é n e m e n t s de 1902,

n'éveillait dans les âmes créoles que l'idée de charmes et de fêtes. Toute partie de plaisir réunissant u n e j o y e u s e société d'amis avait pour objectif la Montagne Pelée. L ' e x c u r s i o n la plus belle, l'ascension la plus convoitée et d e plus fréquemment renouvelée était celle qui portait les touristes a u morne

Lacroix,

à travers les


LES 5-6

AOUT

445

1851

bégonias couleur de corail, les spondias dépourvus de feuilles, mais couverts de fruits, les mélastomacées

a u x longs tapis d e v e r d u r e

parsemés de fleurs brillantes d ' u n violet foncé à reflets roses, les superbes graminées,

cypéracées,

mousses,

lichens et les splendides

fougères en arbre, arborescentes ou acaules L a Montagne Pelée n e réunissait-elle pas, dans u n m e r v e i l l e u x ensemble, toutes les beautés les plus ravissantes et les panoramas les plus pittoresques ? On la recherchait donc avec prédilection et on n e la redoutait pas du tout, hélas ! Poursuivons : « O n savait aussi q u e , d a n s l ' u n e d e ses g o r g e s , on t r o u v a i t d u soufre. Cet endroit, p o u r cette raison, était appelé p a r les h a b i t a n t s voisins : Soufrière.

La

— D e p u i s l e 10 m a i 1 8 5 1 , l a M a r t i n i q u e n ' a v a i t p a s é t é s e c o u é e

p a r les t r e m b l e m e n t s de t e r r e ; m a i s on a p p r e n a i t q u e la G u a d e l o u p e n e cessait p o i n t d e l'être et q u ' e l l e vivait d a n s des t r a n s e s c o n t i n u e l l e s . Si la p r é v o y a n c e h u m a i n e é t a i t m o i n s l i m i t é e , si mens non Iseva fuisset,

nous au-

rions dû nous attendre à l'enfantement de quelque sinistre t o u r m e n t e .

C e p e n d a n t , le 5 août, S a i n t - P i e r r e s'était paisiblement e n d o r m i ! L a ville reposait d a n s ce premier sommeil, calme et profond, q u e lui a s s u r a i e n t les t r a v a u x d u j o u r et la m o n o t o n i e de la vie créole. Si l'on y r ê v a i t d ' u n volcan, ce n'était c e r t a i n e m e n t pas de celui d e la M o n t a g n e P e l é e . « V e r s l a o n z i è m e h e u r e d u s o i r , u n b r u i t l o i n t a i n c o m m e n ç a à se f a i r e e n t e n d r e . D a n s le p r e m i e r m o m e n t ,

c h a c u n le confondit,

c e l u i - c i a v e c le

t o n n e r r e , c e l u i - l à a v e c le m u g i s s e m e n t d e l a v a p e u r , o u b i e n e n c o r e a v e c l e roulement d'une

rivière qui d é b o r d e . Mais l'agitation n e

finissant

pas et

allant, au contraire, en a u g m e n t a n t , b e a u c o u p en furent éveillés et se m o n trèrent soucieux. « J'étais sur mon habitation de Fonds-Canonville qui, de toutes les sucrer i e s , e s t , à v o l d ' o i s e a u , l a p l u s p r o c h e d u l i e u d ' o ù v e n a i t le g r o n d e m e n t . A d e m i - é v e i l l é , j e p r e n a i s a u s s i p o u r d u t o n n e r r e ce q u e j ' e n t e n d a i s . P o u r t a n t , j ' e n t r o u v a i s la p e r s i s t a n c e assez é t r a n g e , q u a n d des c u l t i v a t e u r s m ' i n t e r r o g è r e n t du dehors. « Q u e faut-il penser de ce b r u i t ? — nerre, répondis-je.

— Oh ! non, reprirent-ils,

C'est du ton-

nous croyons plutôt à un

b o u i l l o n n e m e n t de la Soufrière. » J ' e x a m i n a i a t t e n t i v e m e n t le ciel, la t e r r e , le m o n t P e l é , j e n e v i s r i e n . E t l e b r u i t q u i s u r p r e n a i t t o u t le

monde

persistait. « L e reste de la nuit

se p a s s a d a n s u n e g r a n d e a n x i é t é . N o u s

voyions

courir r a p i d e m e n t sur les m o r n e s des flambeaux allumés, qui i n d i q u a i e n t la fuite d ' a u t a n t de p e r s o n n e s en d é t r e s s e . E n m ê m e t e m p s , d ' a u t r e s p a s s a i e n t sur la g r a n d ' r o u t e , se r e n d a n t aux églises de la ville p o u r implorer la m i s é -


446

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902.

ricorde céleste. A u c u n e n ' e n savait pas plus que nous et ne répondait à n o s q u e s t i o n s q u e p a r l e s m o t s l u g u b r e s : e'est la Soufrière

qui bout ! N o u s

a c h e v â m e s la n u i t au p i e d d ' u n e d e s croix d e mission q u i o n t été p l a n t é e s à l'entrée d e presque toutes les h a b i t a t i o n s du P r ê c h e u r . « A v e c le j o u r , n o u s apprîmes que S a i n t - P i e r r e aussi a v a i t été

effrayé

comme nous... »

Nous avons déjà dit ce qu'il en était. C e r t a i n e m e n t , Saint-Pierre eût bien fait, sinon de s'effrayer beaucoup cette fois-là, du moins de s'intéresser au réveil du volcan. Mais l'émotion superficielle qui se produisit n e laissa point de trace, sauf chez quelques rares personnes réfléchies ou curieuses dont le sommeil se troubla ou qui s'intéressaient par goût a u x grands spectacles de la n a t u r e . Q u a n d donc, le l e n d e m a i n , la ville apprit des nègres, venus comme d'habitude chaque matin au m a r c h é d u F o r t , avec leurs denrées à v e n d r e , que la Soufrière volcan sur le tapis.

avait parlé, il fut de bon ton de m e t t r e le

H u i t jours après, on n ' y pensait pas plus q u ' a u

premier t u r b a n de Mahomet et q u a n d , l'année suivante, parut à l'Officiel

le rapport d ' u n e commission, il passa inaperçu. U n e

cruelle épidémie de fièvre j a u n e , qui fit beaucoup de victimes, étant s u r v e n u e , il n e fut plus d u tout question du volcan. « O n a v a i t t r o u v é , c o n t i n u e M . L e p r i e u r , l e s t o i t s d e s m a i s o n s , le p a v é d e s r u e s , les f e u i l l e s d e s a r b r e s c o u v e r t s d ' u n e c o u c h e l é g è r e d e c e n d r e s g r i s â t r e s qui d o n n a i t à la ville l ' a s p e c t d ' u n e cité d ' E u r o p e s o u s le g i v r e d e s p r e m i e r s j o u r s de l ' a u t o m n e . C e t t e c e n d r e d r a p a i t a u s s i la c a m p a g n e , aux environs de la m o n t a g n e et j u s q u ' a u Carbet, dit-on. — L a R i v i è r e - B l a n c h e ne méritait plus son n o m , car elle roulait des eaux semblables à u n e solution d ' a r d o i s e d o n t la t r a c e , à l ' e m b o u c h u r e , s ' a p e r c e v a i t a u l o i n d a n s la mer. » C e s l i g n e s , a j o u t e l'Annuaire,

ont été écrites p a r M. L e p r i e u r , en col-

laboration avec M M . Rufz et P e y r a u d , c h a r g é s d ' u n e mission p a r le g o u verneur.

Ce qu'il y a de capital dans le rapport de ces hommes distingués, l'un p h a r m a c i e n en chef de l'hôpital de F o r t - d e - F r a n c e , un a u t r e médecin et le troisième ex-pharmacien de la m a r i n e ,

l'Annuaire

ne le cite pas et n ' y renvoie point ses lecteurs. Cette partie du travail de la commission méritait c e p e n d a n t de d e v e n i r classique


LES 5 - 6

AOUT

447

1851

dans les institutions d'enseignement secondaire de la colonie. Or, elle y a toujours été absolument i n c o n n u e . U n professeur du lycée de Saint-Pierre, M. L a n d e s , seul, a parlé du volcan à ses élèves et à ses amis, quelque temps a v a n t la catastrophe qui devait l'emporter comme les a u t r e s . A cette exception p r è s , on n ' e n t e n d i t oncques, à la Martinique, un maître assez p é n é t r é de son sujet pour oser dire, m ê m e sous forme très d u b i t a t i v e , que la Montagne P e l é e pourrait peut-être celer dans ses gouffres insondables des secrets dont la moindre manifestation publique serait capable d ' a n é a n t i r en trois secondes la ville e n t i è r e , œuvre de trois siècles. U n homme assez fort pour tenir u n pareil langage sous le ciel des tropiques aurait été aussitôt j u g é digne d'occuper, pour le restant de ses jours, u n cabanon à la maison de santé. E t pourtant ! Un demi-siècle plus tôt, M. L e p r i e u r avait consigné en vain dans son rapport les graves enseignements q u i suivent : L e 16 mai 1 8 5 1 , à 9 heures 35 minutes du matin, une très forte secousse de t r e m b l e m e n t de t e r r e faisait se r é p a n d r e , d a n s les c o u r s de b e a u c o u p de maisons, l'eau des bassins, et mettait en émoi la p o p u l a t i o n de

Fort-de-

France. A l a fin d e j u i l l e t , o n r e s s e n t i t q u e l q u e s n o u v e l l e s s e c o u s s e s . L e 4 et le 5 a o û t , p l u s i e u r s a u t r e s

firent

s e n s a t i o n . A l a m ê m e h e u r e , un

b r u i t s o u r d e t p r o l o n g é , p a r a i s s a n t v e n i r d e l a montagne,

les

accompagnait.

L ' a n x i é t é é t a i t g é n é r a l e d a n s les h a b i t a t i o n s voisines. O n r e d o u t a i t q u e l q u e c a t a s t r o p h e . P o u r t a n t , j u s q u ' a u s o i r d u 5 , il n ' y eut q u e d e s s e c o u s s e s ; m a i s les d é t o n a t i o n s s o u t e r r a i n e s , qui se s u c c é d a i e n t à de c o u r t s i n t e r v a l l e s , d e v i n r e n t , à 11 h e u r e s , b e a u c o u p p l u s f o r t e s et s e s u i v i r e n t d e p l u s e n p l u s p r è s . L e s c u l t i v a t e u r s , effrayés, c r a i g n a n t d e se voir ensevelis sous les d é combres de leurs m a i s o n s , les q u i t t è r e n t alors et se r e n d i r e n t p r é c i p i t a m m e n t à S a i n t - P i e r r e , f o r m a n t u n e p r o c e s s i o n f a n t a s t i q u e s u r l e s p e n t e s des m o r n e s , ceux-ci avec des flambeaux

d e r é s i n e , c e u x - l à a v e c des

chandelles,

tous

pressés d e fuir u n d a n g e r qui leur p a r a i s s a i t i m m i n e n t et d o n t a u c u n , a u milieu des t é n è b r e s , n e pouvait concevoir u n e idée j u s t e . C e s d é t o n a t i o n s , q u e r é p e r c u t a i e n t l e s é c h o s d e l a montagne,

semaient la

t e r r e u r , et u n e pluie de c e n d r e , q u e les v e n t s p o r t a i e n t a u loin, a c h e v a i t de d é c o n c e r t e r les m a l h e u r e u x fugitifs. Depuis cette date, des gerbes de fumée ont été souvent lancées p a r l e cratère, d'où retentissaient de violentes détonations. L a p o p u l a t i o n d u mont Pelé,

s'alarmant des suites possibles d'une

sem-

blable convulsion, qui se manifestait a p r è s u n sommeil de t a n t de siècles,


LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

448

1902.

sur u n p o i n t q u e déjà les feux s o u t e r r a i n s o n t b o u l e v e r s é et où l'on relève d e s t r a c e s si n o m b r e u s e s e t si p a t e n t e s d e l e u r l o n g u e a c t i o n , l e g o u v e r n o u r g é n é r a l a b i e n voulu me d e m a n d e r u n r a p p o r t sur ce p h é n o m è n e et

m'ad-

j o i n d r e les d o c t e u r s Rufz et P e y r a u d , p o u r j u g e r de l ' i m p o r t a n c e q u ' o n p e u t a t t a c h e r à l ' é r u p t i o n d e 1 8 5 1 e t dire quels douter

pourraient

être

les dangers

à

re-

ultérieurement.

Partis le 29 août, les trois e x p l o r a t e u r s gravirent des sentiers escarpés et s'arrêtèrent à u n endroit de la m o n t a g n e où ils purent se livrer à de curieuses observations. Après deux heures environ, dit M. Leprieur, nous atteignîmes le point où commençait à se révéler l'action

d e s v a p e u r s c h a u d e s l a n c é e s p a r les

bouches qui s'étaient ouvertes. L e feuillage des fougères, des musacées, d e s a r o ï d e s d i v e r s e s , é t a i t c o m m e b r û l é , l à o ù l a b o u e n e le c o u v r a i t p a s . D e v e r t , c e f e u i l l a g e é t a i t d e v e n u r o u g e , a i n s i q u e c e l a a r r i v e l o r s q u e le s o l e i l a f r a p p é d e s e s r a y o n s d e feu les f e u i l l e s h u m i d e s o u l o r s q u e l e s v a peurs c h a u d e s les t o u c h e n t .

T o u s les a r b r e s

étaient recouverts de cette

b o u e g r i s e , c o n t e n a n t d e p e t i t s g l o b u l e s d e s u l f u r e d e f e r , q u e leur avait

fait prendre

au premier

abord pour

hardis y voyaient déjà u n e L a boue s'était

un métal plus précieux.

Californie.

surtout accumulée

les b o u c h e s . D a n s

couleur

D e s esprits

sur le côté des a r b r e s q u i r e g a r d e

q u e l q u e s e n d r o i t s , les t ê t e s touffues

de

quelques-uns

p l o y a i e n t sous la c h a r g e infecte q u i les c o u v r a i t ; mais le plus g r a n d n o m b r e , s u r t o u t e n se r a p p r o c h a n t d e s c r a t è r e s , a p p a r a i s s a i e n t t o r d u s e t b r i s é s d a n s t o u t e s l e s d i r e c t i o n s . D ' a u t r e s é t a i e n t a r r a c h é s . C e t effet n e p e u t p a s ( q u e l l e q u e s o i t l a b o n n e v o l o n t é d e l e v o i r a i n s i ) a v o i r é t é p r o d u i t p a r le seul poids d e la b o u e . Si cela s'était passé d e c e t t e façon, t o u t e s les b r a n c h e s se s e r a i e n t b r i s é e s d u h a u t e n b a s , e t n o n e n t o u s s e u s ; il y e n a u r a i t eu

beaucoup

de

flétries ; des

arbres

n'auraient

pas

été

étêtés et

les

r a m e a u x p r o j e t é s a u l o i n ; l e s b r a n c h e s , s i e l l e s a v a i e n t é t é f r a c a s s é e s parla c h a r g e de b o u e , seraient t o m b é e s au pied des a r b r e s ou se seraient b a l a n c é e s le l o n g d e s t r o n c s . I l e s t p r o b a b l e , a u c o n t r a i r e , q u e d e s chaudes,

lancées

dans

chassé une quantité et, par pulsé, terminé

cela même,

considérable

d'air,

ont déterminé

s'est de nouveau une véritable

l'atmosphère,

précipité trombe,

au moment

de l'explosion,

se sont condensées

un vide,

dans lequel

avec force

et a, quoi

l'air,

vapeurs

après avoir

en se

refroidissant

primitivement

qu'on puisse

dire,

exdé-

dans un espace circonscrit.

Avec d e grandes difficultés, la commission et les guides réussir e n t à a t t e i n d r e les d e u x bouches d'éruption momentanément cal-


LES 5 - 6

AOUT

449

1851

niées et à observer de près les vapeurs qui, jaillies en masse, avaient désolé u n e partie de la m o n t a g n e . L a b o u c h e de g a u c h e , écrit M. L e p r i e u r , s'ouvre d a n s la p e n t e droite d e l a c r ê t e f o r m a n t m a m e l o n , q u i d i v i s e e n d e u x le h a u t d e l a v a l l é e ; e l l e est i r r é g u l i è r e m e n t arrondie de 3 à 4 mètres de d i a m è t r e . C'est p a r

cette

b o u c h e q u e s o r t e n t a v e c le p l u s d e f o r c e l e s v a p e u r s é p a i s s e s , q u i p a r a i s s e n t d ' u n b l a n c b r i l l a n t , l o r s q u e les r a y o n s d u s o l e i l v i e n n e n t à l e s f r a p p e r a u m o m e n t o ù e l l e s s ' é l è v e n t v e r s le c i e l , d e n s e s e t c o m p r i m é e s , e n

panache

o n d o y a n t ; c'est alors aussi q u e ces v a p e u r s c h a u d e s , réduites à un petit volume avant d'arriver à l'ouverture qui leur donne passage,

déterminent,

p a r leur expansion d a n s l'air, les d é t o n a t i o n s quelquefois très fortes qui ont si s o u v e n t effrayé l e s h a b i t a n t s v o i s i n s . Cette explication nous a été suggérée par l'observation

attentive

que

n o u s avons p u faire d e la sortie des v a p e u r s , p e n d a n t plusieurs h e u r e s , à deux reprises, d a n s la j o u r n é e d u s a m e d i 6 s e p t e m b r e , j o u r où les d é t o n a t i o n s o n t été fortes et n o m b r e u s e s , et où les v a p e u r s o n t été a b o n d a m m e n t l a n c é e s e n u n e colonne b l a n c h e , q u i se voyait a u loin. U n s e a u e n zinc a t t a c h é à u n e l o n g u e c o r d e fut p l o n g é d a n s l ' o u v e r t u r e béante du cratère, pour en retirer une certaine quantité du liquide qui pouv a i t exister au fond. Mais n o u s n ' a v i o n s p a s c o m p t é sur la c h a l e u r : le vase d e s s o u d é r e s t a d a n s le gouffre ; l a c o r d e s e u l e r e v i n t t o u t e s o u i l l é e ; l ' o d e u r était celle d e l ' h y d r o g è n e sulfuré, m a i s n u l l e m e n t celle des acides sulfuriq u e e t c h l o r h y d r i q u e , c e q u i , d u r e s t e , s e p r é s e n t e d ' a u t a n t p l u s difficilement que ces acides sont inodores, à moins qu'ils ne soient i m p u r s . Des pierres furent jetées, mais toutes parurent

arriver assez

prompte-

m e n t a u fond, e n d é t e r m i n a n t u n b r u i t pareil à celui q u e fait u n corps l o u r d en t o m b a n t d a n s u n liquide. L e sol était tellement c h a u d q u ' u n bon therm o m è t r e à alcool, m a r q u a n t 3 4 ° , q u ' o n e n f o n ç a à 2 m è t r e s de l ' o u v e r t u r e du cratère, ne put donner la température.

Les excursions étaient dangereuses et les observateurs éprouve rent plus d ' u n e fois de fortes émotions. •

L e 29 a o û t , lors de la p r e m i è r e visite faite aux c r a t è r e s , et a u m o m e n t

où les t h e r m o m è t r e s é t a i e n t p l o n g é s d a n s l'eau p o u r p r e n d r e la

tempéra-

t u r e d e s d i v e r s e s s o u r c e s , il y e u t u n e p a n i q u e g é n é r a l e . '

N o u s n o u s t r o u v i o n s r é u n i s a u n o m b r e de v i n g t à v i n g t - d e u x d a n s u n e

r a v i n e p r o f o n d e . O n n ' e n p o u v a i t ' s o r t i r q u e les u n s a p r è s les a u t r e s , p a r u n s e n t i e r étroit, en p e n t e r a i d e , d o m i n a n t de 20 p i e d s a u m o i n s la r a v i n e inférieure et

finissant

p a r u n e coupure à pic, de 3 à 4 mètres, qu'il n ' é t a i t

pas possible d'atteindre, à moins de s'accrocher aux r a c i n e s et aux anfract u o s i t é s d u r o c h e r , e n c o r e r e n d u glissant p a r u n e épaisse c o u c h e de b o u e . SAINT-PIERRE-MARTINIQUE

29


450

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

N o u s fûmes fort e m b a r r a s s é s q u a n d u n b r u i t , qui p a r a i s s a i t s o u t e r r a i n , a c c o m p a g n é de b o u i l l o n n e m e n t , s e n t e n t e n d r e . E n m ê m e t e m p s , u n e l o u r d e v a p e u r n o i r e , c h a r g é e de parcelles de b o u e sulfureuse qui r e t o m b a i t en pluie, était l a n c é e avec rapidité p a r l a b o u c h e inférieure, près et au-dessus de laquelle nous nous trouvions. A u m ê m e m o m e n t , l e p e t i t r u i s s e a u se g o n f l a i t e n g r o n d a n t e t r o u l a i t d u rocher en u n e bouillie gris noirâtre, remplaçant l'eau trouble qui en t o m bait un instant auparavant. T o u t se r e m p l i t d e v a p e u r a u - d e s s u s d e c e c o u r a n t , d o n t l a t e m p é r a t u r e s'éleva r a p i d e m e n t . C o u p s u r c o u p , il y e u t t r o i s r e d o u b l e m e n t s d e c e t t e p e t i t e é r u p t i o n , d o n t n o u s fûmes s p e c t a t e u r s . A p r è s le troisième, la t e m p é r a t u r e du ruisseau, qui était primitivement de 37°, m o n t a i t à 47° 5 . L a pluie de boue, qui retombait sur n o u s , avait souillé nos v ê t e m e n t s . Il y eut anxiété chez nous tous. Mais les premiers qui p a r t i r e n t étaient l e s p l u s é l o i g n é s d u d a n g e r , s'il y e n a v a i t à c o u r i r . A u n o m b r e d e t r o i s , n o u s r e s t â m e s p o u r o b s e r v e r c e q u i a l l a i t se p a s s e r . L e c r a t è r e , n o t r e v o i s i n , c o n t i n u a à e n v o y e r d a n s l'air des v a p e u r s noirâtres et épaisses, chargées d ' u n e g r a n d e q u a n t i t é de particules de b o u e qui, p e u a p r è s , r e t o m b a i e n t en pluie. L e ruisseau, c o n t i n u a n t à gonfler, décupla de volume et roula de la boue liquide qui se

figeait

sur les bords. L e roulement s o u t e r r a i n ,

qui

n o u s avait d o n n é de l'inquiétude, s'étant r é d u i t à fort p e u de chose, nous p e n s i o n s à c o n t i n u e r les o b s e r v a t i o n s c o m m e n c é e s . Mais n o s c o m p a g n o n s , q u e n o u s s u p p o s i o n s ê t r e e n t r é s d a n s le b o i s p o u r n o u s y a t t e n d r e , é t a i e n t partis avec la majeure partie des guides. Nous n'avions plus ni baromètres, n i m a r t e a u d e g é o l o g u e . F o r c e n o u s fut d e r e g a g n e r à n o t r e t o u r l ' h a b i t a t i o n d e M . Kuffin.

L e 4 septembre, M.

L e p r i e u r fit l'ascension de la montagne

j u s q u ' a u sommet. L e s e a u x du lac n'avaient pas bougé. L ' é r u p t i o n n'avait intéressé que la zone située à 400 mètres plus bas. L e savant déclarait « q u ' a u c u n d a n g e r n'était à c r a i n d r e , si les cratères existants n e s'oblitéraient pas et continuaient à faire fonction de soupapes ». C e u x qui c o n n u r e n t ce j u g e m e n t furent h e u r e u x de se tranquilliser. « Pas de danger. » P o u r e u x , tout le rapport t e n a i t dans ces mots ; ils résidaient, d'ailleurs, tous loin de la Montagne P e l é e . L a trombe de gaz chauds de 1851 avait r a v a g é « la partie supér i e u r e de la ravine d'où sort la Rivière-Claire, sur 1 0 0 0 mètres d e l a r g e u r et 2 0 0 0 d e l o n g u e u r ». L a dispersion des boues avait été


LES 5-6

AOUT

451

1851

plus considérable. P o u r dominer le désastre, les

explorateurs

g r i m p è r e n t sur une crête fort étroite, au-dessus d e la RivièreBlanche, qui coule presque p a r a l l è l e m e n t , mais u n p e u plus à l'est, tandis que le côté ouest est coupé à pic sur la r a v i n e de la RivièreClaire. M. L e p r i e u r compta dix bouches d'éruption direction de Saint-Pierre,

superposées

dans la

par nord-sud.

A u n e n d r o i t , à 8 1 2 m è t r e s d ' a l t i t u d e , et q u i , e n o u t r e , se t r o u v e

direc-

t e m e n t e n f a c e d e l a r a v i n e d a n s l a q u e l l e se s o n t o u v e r t s l e s d i f f é r e n t s c r a t è r e s , il n o u s a é t é o n n e p e u t p l u s f a c i l e d ' o b s e r v e r t o u t à l o i s i r l e s t r o i s b o u c h e s e n c o r e o u v e r t e s a u j o u r d ' h u i ; de ce lieu, Saint-Pierre,

ainsi

que le morne qui masque,

nous

voyions

parfaitement

de ce côté, le bourg du

Prêcheur.

L a b o u c h e la plus r a p p r o c h é e de S a i n t - P i e r r e , celle d ' o ù s o r t e n t les v a peurs les plus épaisses, est à l'est 3 0

3

n o r d ; la s e c o n d e à 32° n o r d : et la

troisième, qui s'ouvre a u fond d e la r a v i n e a u - d e s s u s d e la Soufrière, est à l'est 36° n o r d . S a i n t - P i e r r e

reste

au sud

10° e s t d u c o m p a s , à

environ

10 kilomètres à vol d'oiseau ; le b o u r g du P r ê c h e u r à environ 7 kilomètres directement dans l'ouest.

Il résulte de ces textes que les bouches ouvertes, en 1 8 5 1 , étaient disposées

sur une ligne qui descendait

sans être arrêtée par aucune élévation.

vers

Saint-Pierre,

E n cas d ' u n e pression plus

formidable que celle qui, alors, chassa les gaz c h a u d s , la trombe issue de la même ligne d e bouches menaçantes devait naturellement descendre sur la ville par la seule route qui ne présentait a u c u n obstacle n a t u r e l important. L e bourg d u P r ê c h e u r , a u contraire, quoique plus proche des cratères, mais séparé d ' e u x par u n morne qui leur b a r r e le chemin, pouvait être r e l a t i v e m e n t é p a r g n é . C'est exactement ce q u i s'est passé en 1902. M . L e p r i e u r avait la persuasion que cette ligne d e bouches volcaniques était la seule susceptible de d e v e n i r d a n g e r e u s e . Aussi, après avoir constaté q u e les points culminants de la m o n t a g n e n'avaient pas souffert, il n e j u g e a pas utile d'explorer la région plus a u loin n i , en particulier, de poursuivre ses recherches sur le versant du Macouba. Son rapport se terminait par cet avertissement : « Si une pre-


452

LA CATASTROPHE

mière fois,

D U MOIS D E MAI

on en a été quitte pour la peur,

1902

il n'en serait

peut-être

pas de même une autre fois, les causes semblables ne produisant toujours des effets identiques.

pas

»

Ce coup de cloche m ê m e ne produisit nulle part a u c u n e impression et n e prédisposa personne à réfléchir plus m û r e m e n t . Il faut peut-être excepter M. V a t a b l e , de Saint-Pierre, longtemps propriétaire a u x T r o i s - I l e t s et victime de la catastrophe du 8 mai : lui, du moins, songeait parfois a u volcan et daignait en parler de temps à a u t r e , à titre d'érudit. C'est que les savants se livrent si volontiers à des conjectures que les faits d é m e n t e n t , t a n t d'ignorants font les docteurs, qu'on n'écoute plus les maîtres, surtout si l'on se r a n g e soi-même parmi les intellectuels

: on croit alors p e r t i n e m m e n t connaître ce que

v a u t la science infuse des théoriciens. Trop de mensonges effrontés, trop de suppositions gratuites soutenues comme infaillibles, trop d'attaques méprisantes a u x idées j a d i s reçues, trop de systèmes bâtis sur le sable et p r é t e n d u s solides, trop d'arrogantes prédictions, trop d'intransigeance, en u n mot, chez les savants, ont fait s'émietter la foi scientifique. D a n s le récit de M. L e p r i e u r m ê m e , on n'avait pas m a n q u é , à Saint-Pierre, de signaler des différences notables entre ses premières impressions de la n u i t du 5 a u 6 août telles qu'il les livrait, le lendemain et les j o u r s d'après, à ses amis de la ville et à ses voisins de la campagne, et celles que signalent ses rapports écrits quelques mois plus t a r d . L ' h a b i t a n t avec ses émotions d'alors, assez v a g u e s en résumé, faisant place a u savant invité à une é t u d e approfondie des phénomènes de l'éruption, pour remplir un des cartons d u ministère et distraire un moment les académiciens, n e sut pas échapper à la manie du fonctionnaire d'enfler son personnage et de dramatiser sa diction. Certes, il eût m i e u x valu que p a r l a n t à la Martinique, il dît tout b o n n e m e n t , pièces à l'appui : « Au début, je n'avais presque rien compris ni rien deviné ; je ne soupçonnais pas de redoutables du 5 août ; maintenant, sion remplie, j'estime

menaces dans l'éruption

au contraire,

après étude sérieuse,

volcanique ma mis-

que c'est pour nous un devoir de nous tenir sur

la défensive et de prendre garde à nos personnes et à nos biens ; car,


LES 5 - 6

AOUT

453

1851

nous avons là-haut, dans les flancs de la Montagne Pelée, autre chose qu'un rendez-vous de fête; nous y avons un redoutable venant à se réveiller l'ignore —pourrait

une deuxième

ou troisième fois

ennemi

qui,

— quand?

je

nous ensevelir tous. »

Les créoles a i m e n t ce langage sans apparat, sans exagération, net et précis. A u t a n t qu'on p e u t en user quand il s'agit d ' u n volc a n , M. L e p r i e u r , plein de son sujet, eût bien fait de s'en servir pour produire u n e salutaire impression, dans le moment, et laisser par ailleurs des traces profondes de sa science. On eût e n t e n d u successivement, dans la suite, y faisant écho, a u x époques critiques des raz de marée et des tremblements d e t e r r e , des bourrasques et des cyclones, les premiers chefs de l'enseignement secondaire à la Martinique, MM. Gosse et L e c o r n u , et leurs successeurs i m m é diats, les É m o n e t , les Grasser, les G œ c k l e r , les D i i l m a n n , plus tard les D i i s s e t les V a n h œ c k , ainsi que les Meynard et Catalogne, d u journalisme colonial, les H a y o t , les H a r d y - S a i n t - O m e r , les Marchet, les Vilain, les Martineau, les Codé, les Vatable, les Basiège, sagaces et érudits, et tant d'autres, instruits, influents, touj o u r s en éveil pour le bien du pays. Mais les rapports des L e p r i e u r , Rufz et P e y r a u d sont restés lettre morte dans un p a u v r e j o u r n a l officiel qui n'intéressait personne. C e u x , très rares, qui en p r i r e n t lecture, n e pouvant s'empêcher d'y soupçonner q u e l q u e déclamation fastueuse, refusèrent tout crédit à ces lumineuses études : « Nos savants en prêtent-ils

au petit

pied

à la montagne ! » C'est tout ce qu'ils p e n s è r e n t , et la

colonie s'occupa de plus belle de travailler sans trêve n i merci au développement d u commerce et à la plus g r a n d e s p l e n d e u r de la ville de S a i n t - P i e r r e , dont les r u e s , les façades des maisons et les devantures des magasins pouvaient n e rien dire a u x voyageurs de passage, mais dont chaque foyer était, au-dedans, d e ce bon goût admirable, de ce confort exquis, de cette opulence v r a i m e n t p r i n cière, de ce l u x e , enfin, que nous avons signalés dans le chapitre de la Cité créole. D è s les d e r n i è r e s semaines d e 1 9 0 1 , la mer, a u pied de la Mon tagne Pelée, et la montagne plus encore prévinrent suffisamment à l'avance, il faut en convenir, les populations d'alentour du mal


454

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

1902

qu'elles ressentaient a u plus intime de leur être et des dangers sérieux qui pouvaient en résulter. Comment se fait-il donc que quelques sages, i n d é p e n d a n t s et h a r d i s , n ' a i e n t point songé à e x h u m e r d e la poussière des cartons le rapport de 1852, signé de nos s a v a n t s , et les propres déclarations d u v i e u x j o u r n a l les Antilles, en 1 8 5 1 , pour les discuter et les contrôler s u r p l a c e , en p r é sence des p h é n o m è n e s n o u v e a u x qui, se succédant et se multipliant à de trop courts intervalles, devaient finir par i n q u i é t e r tout le monde ? Mais, après l'anéantissement de l'usine G u é r i n et sous le coup de la stupeur générale qui s'ensuivit, que penser de la commission scientifique qui certifie, comme nous avons vu, à M. le gouverneur, pour qu'il en impose a u public : Q u e t o u s les p h é n o m è n e s q u i se s o n t p r o d u i t s

n'ont rien

d'anor-

mal Q u e les c r a t è r e s d u v o l c a n é t a n t l a r g e m e n t o u v e r t s , l ' e x p a n s i o n d e s v a p e u r s e t d e s b o u e s se c o n t i n u e r a s a n s p r o v o q u e r d e t r e m b l e m e n t s d e t e r r e ni de projections d e r o c h e s éruptives. Q u e les n o m b r e u s e s d é t o n a t i o n s q u i se f o n t e n t e n d r e s o n t p r o d u i t e s p a r d e s explosions d e v a p e u r s localisées d a n s la c h e m i n é e . Que les coulées de b o u e et d ' e a u c h a u d e s o n t r e s t r e i n t e s à la vallée de la R i v i è r e - B l a n c h e . Q u e l a p o s i t i o n r e l a t i v e d e s c r a t è r e s et des vallées d é b o u c h a n t v e r s la m e r p e r m e t d'affirmer q u e l a s é c u r i t é de S a i n t - P i e r r e r e s t e e n t i è r e . Q u e les eaux n o i r â t r e s roulées p a r les rivières des P è r e s , de B a s s e - P o i n t e , du Prêcheur

o n t conservé leur t e m p é r a t u r e ordinaire et qu'elles doivent

leur couleur anormale à la cendre qu'elles c h a r r i e n t ?

L a commission qui dogmatisait avec tant de suffisance s'était r é u n i e le soir du 7 m a i , à S a i n t - P i e r r e , à l'hôtel de l'intendance. Aussitôt après, le tambour battait sur les places de la cité et, au coin des r u e s principales, le crieur public clamait à la population frémissante qu'elle pouvait dormir t r a n q u i l l e . La n u i t pourtant fut loin d'être c a l m e . N é a n m o i n s , l'ouragan d e s t r u c t e u r n'éclata que le lendemain matin. Avant h u i t heures, 4 0 0 0 0 cadavres j o n c h a i e n t le sol de S a i n t - P i e r r e . Il ne restait plus debout que l'horloge de l'hôpital militaire, m a r q u a n t 7 heures 50, dernière m i n u t e de la vie pour cette cité dont la disparition, rapide


LES 5-6

AOUT

455

1851

comme l'éclair, a mis en deuil l'univers entier, solidarisé avec la Martinique et la F r a n c e , pour p l e u r e r comme elles leur irréparable malheur. Serait-il donc absolument vrai q u e , chez nous, les commissions scientifiques m ê m e s , comme toutes les plus nobles institutions d'autrefois, sont à la merci de la politique subversive de ce triste commencement de s i è c l e ? Périssent alors colonies et populations, et la p r é p o n d é r a n c e nationale et le renom d e la F r a n c e dans le m o n d e , et nos traditions et nos droits séculaires, et le d é v o u e m e n t et l'héroïsme, mais vive la d é m e n c e politique d u moment, avec ses pires fureurs ! C'était temps de lutte électorale et, du nord a u sud d e l'île, bataille pour le scrutin de ballottage du 11 m a i . Il fallait voter d ' a b o r d ; a p r è s , on s'occuperait à loisir d u volcan. Est-ce vrai, g r a n d D i e u ? E t dans quelle m e s u r e cela est-il fondé, car il y a é v i d e m m e n t anguille sous roche dans ce qui s'est passé entre S a i n t - P i e r r e , et F o r t - d e - F r a n c e , et de l'hôtel d u g o u v e r n e u r a u pavillon de Flore ? L e Petit

Journal

(27 j u i n

1902) soumet à ses lecteurs les

réflexions que lui inspire le récit d'un reporter qui s'est r e n d u , ces temps d e r n i e r s , à la M a r t i n i q u e , pour essayer de se livrer sur place à u n e étude impartiale des causes et des responsabilités du désastre. M . J e a n H e s s , d ' a p r è s le Petit

Journal,

p r é s e n t e les v e r s i o n s des u n s et

des autres, sans p r e n d r e p a r t i pour p e r s o n n e . A p r è s avoir lu, avec l'attent i o n q u ' i l m é r i t e , s o n r a p p o r t , il n ' y a p l u s m o y e n d e s e t r o m p e r s u r l a r é a l i t é d e s c h o s e s n i s u r l ' é t a b l i s s e m e n t de charges nistration.

accablantes

pour

l'admi-

Celles-ci r e t o m b e n t de t o u t leur poids sur le g o u v e r n e m e n t m é -

tropolitain et sur le g o u v e r n e m e n t local qui, en p r é s e n c e d ' u n e

catastrophe

p r é v u e e t i m m i n e n t e , n e p e n s a i e n t q u ' à la p o l i t i q u e et a u r é s u l t a t d e s é l e c tions législatives d a n s l'île. L e m i n i s t r e , à P a r i s , le g o u v e r n e u r , à F o r t - d e - F r a n c e , é t a i e n t a v e r t i s d u d a n g e r . L e u r devoir e û t été de p r e n d r e d ' u r g e n c e les m e s u r e s

nécessaires,

s u r t o u t la plus i n d i s p e n s a b l e et la p r e m i è r e , celle de l ' é v a c u a t i o n de la ville. Ils o n t fait j u s t e le c o n t r a i r e , en m e t t a n t la lumière sous le b o i s s e a u . Notez que l'on n e s'est pas b o r n é à laisser les populations d a n s

l'igno-

r a n c e de l e u r situation véritable. Elles s'en seraient s a n s d o u t e a p e r ç u e s à t e m p s et y a u r a i e n t p a r é d ' e l l e s - m ê m e s , si on les a v a i t s e u l e m e n t livrées à


456

LA

CATASTROPHE

DU

MOIS

DE

MAI

1902

l e u r p r o p r e i n i t i a t i v e . M a i s , p a r d e s d é c l a r a t i o n s officielles i l l u s o i r e s , o n les a quasi f o r c é e s à c r o i r e a u s a l u t , q u a n d e l l e s d é s e s p é r a i e n t d u l e n d e m a i n . P o u r q u o i l'administration a-t-elle pris cette a t t i t u d e ? P a r c e q u e , d a n s son infaillibilité, d ' a b o r d , et p u i s p o u r les b e s o i n s de la c a u s e q u ' i l l u i f a l l a i t s e r v i r , e n v u e d u s u c c è s d e s é l e c t i o n s d a n s le s e n s m i n i s t é r i e l , elle n ' a p a s v o u l u r e c o n n a î t r e u n d a n g e r e n o p p o s i t i o n a v e c s o n p r o g r a m m e . A ce point q u e , lorsqu'on p a r l a d u volcan p o u r la première fois a u g o u v e r n e u r , c e b r a v e h o m m e d e M . M o u t t e t s ' é c r i a : « U n v o l c a n par-dessus le m a r c h é ! N'avions-nous pas assez des élections? » Le mot est extraordinaire.

Mais, aursi, comment admettre

qu'un

cra-

tère ait la témérité d'entrer e i éruption en pleine période é l e c t o r a l e ? Il l ' a f a i t p o u r t a n t . C e s v o l c a n s o n t t o u t e s l e s a u d a c e s !

Sachons dire toutefois que certaines affirmations de M. Hess sont sujettes à caution. On aurait tort de les accepter sans contrôle. Ainsi, d'après lui, voici quelle aurait été, mot à moi, une déclaration de M. Auguste Guérin, propriétaire de l'ancienne usine de la Rivière-Blanche, un des hommes les plus circonspects que nous ayons connus là-bas : Qui s a u r a j a m a i s si les é l e c t i o n s n ' o n t pas été p o u r M . M o u t t e t la cause d u m a i n t i e n d e l a p o p u l a t i o n à S a i n t - P i e r r e ? D ' a u t r e s v o y a i e n t le d a n g e r ; j e le v o y a i s , p u i s q u e , l e G a u m a t i n , j e d é c l a r a i s à m e s a m i s l a v i l l e i n h a bitable. P o u r q u o i ceux qui savaient, ceux d o n t la parole avait c h a n c e d'être écoutée, ne p a r l a i e n t - i l s p o i n t ? L a p o l i t i q u e , M o n s i e u r , les é l e c t i o n s ! » r

M. le D Guérin n'a, sans doute, pas tenu ce langage. S'il a parlé à quelqu'un, — et il l'a fait, bien entendu, est-il personne qui ait pu se taire dans ces tristes conjonctures? — s e s propres termes ne sont peut-être pas ceux qui précèdent, notamment en ce qui regarde le gouverneur. En revanche, ce qui est certain, c'est que la majorité des survivants crie haine et vengeance à la politique, qui n'a point permis de prendre en temps opportun les mesures rendues indispensables par les pressantes menaces de la Montagne Pelée. Un autre grand usinier, M. Fernand Clerc, aurait parlé comme suit : Il fallait être aveugle p o u r n e p a s voir le d a n g e r . J ' a i i n s t a l l é m a f a m i l l e s u r les h a u t e u r s , p o u r l a m e t t r e à l ' a b r i ; c a r ,


457

LES 5 - 6 AOUT 1 8 5 1

é t a n t d o n n é l ' a c t i v i t é d u v o l c a n , o n a v a i t n o n s e u l e m e n t le d r o i t , m a i s le devoir de pressentir u n malheur à Saint-Pierre. — Si v o u s aviez été g o u v e r n e u r ou m a i r e , v o u s eussiez fait é v a c u e r la ville ? —

P a r f a i t e m e n t . J ' a u r a i s pris p o u r les a u t r e s familles les m e s u r e s q u e

j ' a i p r i s e s p o u r l a m i e n n e . C e u x qiii p r é t e n d e n t q u ' o n i g n o r a i t a b s o l u m e n t l e p é r i l j u s q u ' a u d e r n i e r m o m e n t , ceux-là

mentent.

— Mais la commission scientifique, son r a p p o r t ? — D'office, p a r ordre,

ce rapport ! Savez-vous quelle était la pensée de

M . L a n d e s , a u m o m e n t o ù il s i g n a i t , a v e c l e s a u t r e s m e m b r e s d u

comité,

c e r a p p o r t q u i , p a r u n e e f f r o y a b l e i r o n i e , f u t affiché à F o r t - d e - F r a n c e a u moment même où Saint-Pierre, broyé par l'explosion,

achevait de dispa-

r a î t r e d a n s l e f e u ? J e l ' a i v u , l e 7 a u s o i r ; j ' a i l a m é m o i r e p r é c i s e , il m ' a d i t : J'ai

envoyé

une dépêche

au gouvernement,

l ' i n f o r m a n t q u e le m o r n e L a -

croix allait t o m b e r sous la violence de l'éruption et q u e cela constituait u n g r a v e d a n g e r p o u r S a i n t - P i e r r e . . . O n m ' a r é p o n d u : « M e r c i de v o t r e c o m m u n i c a t i o n , m a i s gardez-vous

d'en prévenir

le public.

» J e n'oublierai jamais

l'expression de tristesse q u ' a v a i t le p a u v r e L a n d e s à ce d e r n i e r soir de sa vie... . . . L ' ' a d m i n i s t r a t i o n a été coupable...

Dissertez là-dessus tant que vous

v o u d r e z , cherchez toutes les explications qu'il vous plaira, j e ne sors pas de là : on a r e ç u des avis du d a n g e r , on les a cachés.

M. F e r n a n d Clerc désigne n e t t e m e n t le coupable : O n d e v a i t laisser les g e n s l i b r e s de faire ce qui leur p l a i r a i t , d e a l l e r s'ils le v o u l a i e n t . O r , on les a littéralement

forcés

de rester,

s'en

p a r d e s affir-

mations d o n t on savait l ' i n a n i t é , p a r u n e v é r i t a b l e p r e s s i o n . . . , m o i n s forte que la pression électorale, mais tout aussi effective... Voilà l'erreur que M . M o u t t e t a p a y é e d e sa v i e e t d e c e l l e d e s a f e m m e . A qui la responsabilité de cette attitude, que l'évidence

condamnait?...

A q u i ? . . . C h e r c h e z , et vous verrez que les vrais responsables n e sont pas m o r t s ; il f a u d r a i t p e u t - ê t r e l e s p o u r s u i v r e j u s q u ' à P a r i s . . . M. Mouttet n'était qu'un instrument.

Vous pouvez bien dire qu'il

est

mort en victime du devoir professionnel, si, par devoir professionnel d'un g o u v e r n e u r de la M a r t i n i q u e , on e n t e n d l'obéissance passive au ministre des colonies ! C'est ainsi q u e l'on fait 4 0 0 0 0 c a d a v r e s ! T e l s sont les r é s u l t a t s d e l ' o p t i m i s m e officiel, d e c e s y s t è m e m i s é r a b l e q u i c o n s i s t e à c a c h e r la v é r i t é , à dissimuler le péril, à e n d o r m i r les foules a u profit de s u p é r i e u r d e la p o l i t i q u e m i n i s t é r i e l l e .

l'intérêt


458

.LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

M. B l o c h .

E t n e pourrait-on pas dire que M. Bloch, le p r e m i e r porteur de secours à la Martinique, au nom du g o u v e r n e m e n t , et le premier e n q u ê t e u r officiel, prête beaucoup aussi, en cherchant l'effet opposé, a u x accusations des critiques qui ne p e n s e n t pas comme la commission des savants de S a i n t - P i e r r e ,

n i comme

l'infortuné

M. Mouttet, n i comme le ministre? L'Éclair

du 26 j u i n publie l'article suivant :

Retour de m i s s i o n . — I n t e r v i e w de M. M a u r i c e

Bloch.

Réponse a u x c r i t i q u e s d e M. C l e r c .

L o r s q u e f u t c o n n u à P a r i s le d é s a s t r e d e S a i n t - P i e r r e , l e g o u v e r n e m e n t c h a r g e a M. M a u r i c e B l o c h , d i r e c t e u r d u c o n t r ô l e au m i n i s t è r e , assisté de M. L a b a r t h e , s e c r é t a i r e de M. D e c r a i s , alors m i n i s t r e des c o l o n i e s , de se r e n d r e i m m é d i a t e m e n t à la M a r t i n i q u e , p o r t e u r d'un p r e m i e r s e c o u r s de 5 0 0 0 0 0 f r . , e t c h a r g é d e p r o c é d e r à la p r e m i è r e e n q u ê t e officielle. Après s'être

acquitté

d e sa m i s s i o n , M . B l o c h

F r a n c e à b o r d d u Versailles,

se r e m b a r q u a

pour

la

qui arrivait, le 24 juin, à Saint-Nazaire.

Il est r e n t r é , le 2 5 , à P a r i s . N o u s avons eu la b o n n e fortune d ' ê t r e r e ç u par lui, pour ainsi dire, au débotté. M. Bloch nous accueille avec une rare c o u r t o i s i e , e t , c o m m e n o u s n e p o u v o n s n o u s e m p ê c h e r d e r e m a r q u e r q u e le voyage n e semble en a u c u n e façon l'avoir éprouvé : « — H y a d e s i n s t a n t s d a n s l a v i e , n o u s r é p o n d - i l , o ù il n e f a u t p a s s e n tir la fatigue. L a période que j e viens de vivre, depuis mon départ de Paris, est u n de ces i n s t a n t s . « — D a n s q u e l état, m o n s i e u r le d i r e c t e u r , a v e z - v o u s t r o u v é l'île à v o t r e arrivée ? « — J e dois d'abord vous déclarer q u e j e n'ai p a s e n c o r e eu l ' h o n n e u r d ' ê t r e r e ç u p a r M . le m i n i s t r e d e s c o l o n i e s e t v o u s c o m p r e n d r e z q u e j e d o i v e lui réserver la p r i m e u r des résultats de m o n e n q u ê t e . « — Aussi ne m e permettrai-je p a s de vous q u e s t i o n n e r sur la partie a d ministrative de cette e n q u ê t e . « — C'est à cette condition q u e je m e ferai u n plaisir de satisfaire votre curiosité. P o u r répondre à votre interrogation de tout à l'heure, je vous d i r a i q u e l e s p e c t a c l e q u i s'offrit à m e s y e u x , l o r s q u e j e d é b a r q u a i à l a M a r tinique, dépasse en h o r r e u r tout ce que je m'étais imaginé. L a

désolation,


LES 5-6

AOUT

459

1851

l a r u i n e , l ' a b a n d o n , le n é a n t , le c h a o s , a u c u n m o t n ' e s t c a p a b l e d ' e x p r i m e r les s e n s a t i o n s q u e j ' é p r o u v a i s . « A la place de ce qui fut la belle cité de S a i n t - P i e r r e , d ' u n

côté une

m e r d e b o u e , d e l ' a u t r e u n o c é a n de c e n d r e s et d e m a t é r i a u x invraisembla>blement entremêlés, inextricables. Une immense étendue de pays dénudée à perte de vue, d'un ton désespérément terne et grisâtre, un paysage lunaire pour ainsi dire,

avec, dans le fond,

la Montagne Pelée,

toujours

m e n a ç a n t e , vomissant encore des n u a g e s de fumée o p a q u e et empestée. « D a n s t o u s les e n v i r o n s , p a s u n ê t r e v i v a n t . C e u x qui n ' a v a i e n t p a s s u c c o m b é a u c a t a c l y s m e fuyaient cette vision de solitude et de m o r t . « — L a p a r t i e n o r d de l'ile vous p a r a î t i r r é m é d i a b l e m e n t p e r d u e ? « — P e r m e t t e z - m o i de ne pas être t o u t à fait de l'avis de ceux qui le p r é t e n d e n t . C e r t e s , il f a u d r a l o n g t e m p s , b i e n l o n g t e m p s , a v a n t q u e l a v i e renaisse d a n s c e t t e r é g i o n désolée ; mais la question se pose p r é c i s é m e n t de s a v o i r si la couche détruire

de cendres

à tout jamais

au contraire,

vomie

les récoltes

un admirable

par

dans

le volcan

la partie

du mont Pelé,

dévastée,

au lieu

ne constituera

de pas,

engrais.

« — On va croire au paradoxe... « — I I n ' y a p a s d e p a r a d o x e ; il y a d e s f a i t s q u e p e r s o n n e l l e m e n t j ' a i p u c o n s t a t e r et qui se p r é c i s a i e n t d a v a n t a g e a u fur e t à m e s u r e

q u e la

d a t e d e la g r a n d e é r u p t i o n s ' é l o i g n a i t . Ç à et l à , en v e r t u d e la m e r v e i l l e u s e fertilité de ce p a y s , la v é g é t a t i o n

r e n a î t et la c e n d r e j u s q u ' a l o r s

unifor-

m é m e n t g r i s e se t a c h e p a r e n d r o i t s d e p o u s s e s n o u v e l l e s q u i s e m b l e n t v o u loir p u i s e r u n e v i g u e u r s u r n a t u r e l l e a u x sources m ê m e s de la m o r t . « S u r les r u i n e s de S a i n t - P i e r r e , l ' h e r b e a c r û déjà,

extraordinairement

v i v a c e , telle q u ' o n la voit d a n s les n é c r o p o l e s . « — - D e quelle façon a-t-on o r g a n i s é les s é p u l t u r e s ? « — O n a i n c i n é r é les corps q u ' o n a p u recueillir, et c'est u n e c h o s e h o r rible que de voir ces m o n c e a u x de cadavres défigurés, p a r m i lesquels

les

g e n s du p a y s c h e r c h e n t v a i n e m e n t , h é l a s ! u n signe q u e l c o n q u e p o u v a n t les aider à reconnaître u n des leurs. « Q u a n t aux autres cadavres, les uns sont ensevelis sous la couche b o u e qui a r e c o u v e r t c o m p l è t e m e n t la plus g r a n d e

de

partie des maisons de

S a i n t - P i e r r e ; et il est, p o u r ceux-là, b i e n i n u t i l e d e p r o f a n e r l e u r s é p u l t u r e n a t u r e l l e ; les a u t r e s s o n t enfouis sous les d é c o m b r e s et ce serait u n t r a vail s u r h u m a i n q u e d ' e s s a y e r m ê m e de les en e x t r a i r e . « I l y a u r a i t a u s s i , j e s u p p o s e , u n t r è s g r a n d d a n g e r . 11 s e d é g a g e , e n effet, d e s r u i n e s u n e é p o u v a n t a b l e o d e u r c a d a v é r i q u e e n c o r e si o n e n t r e p r e n a i t d e s f o u i l l e s .

qui

s'augmenterait

Cette odeur pestilentielle qui nous

p r e n a i t à l a g o r g e , l o r s d e n o s v i s i t e s , est l e s o u v e n i r le p l u s h o r r i f i a n t q u i me restera de mon voyage. « E h bien, m a l g r é t o u t , en dépit de ces douloureuses

é p r e u v e s , les a n -


460

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI

1902

c i e n s h a b i t a n t s d u n o r d d e l'île q u i o n t p u é c h a p p e r , r e v i e n n e n t p e u à p e u . Ils v o n t à la d é c o u v e r t e , e s s a y e r de r e t r o u v e r , q u i , u n c a r r é d e c h a m p , q u i , u n lambeau de mur. « — On a r a c o n t é q u e l ' a d m i n i s t r a t i o n n ' a v a i t p a s f a i t t o u t c e

qu'elle

aurait pu pour prévenir la catastrophe. U n candidat non élu aux dernières élections de la M a r t i n i q u e , M. C l e r c , a formulé m ê m e à cet é g a r d les plus vives c r i t i q u e s . « — - J e crois q u ' o n n ' a pas très e x a c t e m e n t r e n d u la p e n s é e de M. Clerc, avec qui j ' a i beaucoup causé moi-même. D'ailleurs, que pouvait-on La soudaineté être prise.

Aurait-on

ra situation 1 ointe

de l'éruption essayé

topographique,

sur un but sacrifié

y a trouvé

la mort,

à Saint-Pierre

était me

de M

a été telle

qu'aucune

que c'était

peine

est braquée d'avance. Mouttet

perdue

sur

de précaution

: la Montagne

Saint-Pierre

Le gouverneur

loin de se douter

mesure

du danger

en est la plus

un

; la

preuve.

M . L h u e r r e , je suis heureux de constater qu'il a agi avec un

pu par

canon

M. Mouttet,

imminent

éclatante

Pelée,

comme

lui-même,

faire? n'a

qui

présence Quant

à

dévouement

e t u n t a c t a d m i r a b l e s et q u ' i l s'est a c q u i t t é , à l a s a t i s f a c t i o n de t o u s , d e la t â c h e difficile q u e l u i i m p o s a i e n t l e s c i r c o n s t a n c e s . »

(On dira plus tard que M. L h u e r r e a bien traité ses créatures, tandis q u ' u n e m u l t i t u d e de m a l h e u r e u x seront en droit de

flétrir

cet h o m m e , qui n ' a pas voulu s'intéresser à des misères exceptionnelles ni su récompenser des dévouements sublimes. Chaque courrier nous apporte à ce sujet des lettres n a v r a n t e s . Nous n'avons pas de peine à c o m p r e n d r e qu'il soit matériellement impossible d'arriver à contenter tout le monde, d a n s u n e calamité comme celle qui désole a u j o u r d ' h u i la population de la Martinique ; il n'était pas difficile, du moins, de discerner du premier coup les survivants de Saint-Pierre, d u P r ê c h e u r et d u C a r b e t , et de les soulager tous, efficacement, sans exception d ' a u c u n . Cette t â c h e , M. L h u e r r e ne semble pas l'avoir envisagée, u n seul instant, avec g r a n d e u r d'âme ni m ê m e simplement avec j u s t i c e . ) Revenons à l'interview : « — Sera-t-il possible de remplacer Saint-Pierre ? « — O n a p a r l é d e t r a n s p o r t e r l e c e n t r e c o m m e r c i a l à F o r t - d e - F r a n c e . 11 n ' y faut pas songer. F o r t - d e - F r a n c e est p o r t militaire et doit rester u n i q u e m e n t p o r t m i l i t a i r e . On a u r a d o n c à e x a m i n e r les q u e l q u e s b o n n e s r a d e s qui sont é c h e l o n n é e s sur les côtes de l'île, s u r t o u t d u côté o p p o s é à

Saint-

P i e r r e . E t c e s e r a l à l'affaire d ' u n e c o m m i s s i o n d ' e n q u ê t e q u i s e r a n o m m é e


LES 5-6

AOUT

461

1851

p a r le g o u v e r n e m e n t e t c o m p o s é e d e t e c h n i c i e n s , i n g é n i e u r s h y d r o g r a p h e s , commerçants, etc. « — L'île est-elle suffisamment

approvisionnée?

« — Elle l'est de façon parfaite. L e s A m é r i c a i n s n o u s o n t b e a u c o u p servis p o u r le ravitaillement, et c'est s u r t o u t à l ' a c h a t de vivres q u e n o u s avons c o n s a c r é l e s 5 0 0 0 0 0 fr. d o n t j ' é t a i s p o r t e u r . « — On a r a c o n t é q u ' u n e partie de la population n o i r e s'était livrée à des actes d'indiscipline et de c r u a u t é . « — S'il y a eu q u e l q u e s faits r e g r e t t a b l e s , soyez s û r q u ' i l s s o n t r e s t é s i s o l é s e t q u e , d ' a i l l e u r s , ils f u r e n t i m m é d i a t e m e n t r é p r i m é s . J'aime rer que la population courage

ne sont plus

de couleur à

s'est très

bien conduite

à

décla-

et que ses actes

de

compter.

« — C h a c u n a e u s o n l o t d e r e p r o c h e s . I l e s t u n e c e r t a i n e Valse

bleue

q u e l'on s'est étonné d'entendre à bord d'un navire de g u e r r e , p e n d a n t q u e l'amiral dînait. « — S'il s ' a g i t d e l ' a m i r a l S e r v a n , q u i s t a t i o n n a i t à F o r t - d e - F r a n c e , l e reproche me semble bien immérité. Vous n'ignorez pas que le

règlement

à bord des vaisseaux de l'Etat prescrit de faire j o u e r la musique

de

la

flotte à c e r t a i n s m o m e n t s d e l a j o u r n é e . C ' e s t l à u n é p i s o d e d e l a v i e n o r male, u n exercice dont l'exécution ne saurait être interprétée en mauvaise part... »

Il n'est pas bon de j u g e r à la hâte ; mais, pourtant, pourquoi n e pas dire tout d e suite, après le p r e m i e r récit d e son voyage fait par M. Bloch, que ce n'est pas brillant, et le farniente,

que cela sent encore la

politique

quand ne devrait se montrer, là où elle est si impa-

t i e m m e n t a t t e n d u e , que la sollicitude du g o u v e r n e m e n t envers tant d'infortunés sans v ê t e m e n t s , sans p a i n , ni feu, ni lieu, ni famille ? A quelle a m è r e critique n e pourrait-on pas se livrer, après avoir e n t e n d u u n directeur d u contrôle au m i n i s t è r e , envoyé le p r e m i e r en mission d a n s u n pays français d'o,ûtre-mer, après u n e catastrop h e inouïe, qui, a u retour, content de vous retracer ce que la moind r e photographie du désastre donne avec plus de v é r i t é , vient vous t e n i r ce langage : « La soudainetédel'éruption mesure de précaution

n'a pu être prise!

a été telle

qu'aucune

»

É v i d e m m e n t que le 8 mai, à 7 h e u r e s 50 du m a t i n , il n ' y avait plus a u c u n e m e s u r e préservatrice à p r e n d r e ; mais, du 6 a u 8, au contraire, et le 5 a u soir, et dès avant la r u i n e de l'usine G u é r i n ,


462

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902

il y en avait de très importantes à concerter, en raison m ê m e de ce que vous constatez si bien, savoir : « La Montagne Pelée, par sa situation topographique, sur Saint-Pierre

comme un canon pointé

est braquée

sur un but sacrifié

d'a-

vance. » On l'avait dit longtemps avant vous. Consultez vos archives. Vous y trouverez à l'Officiel ces réponses d u savant interrogé par le g o u v e r n e u r de la M a r t i n i q u e , e n 1851 : L a M o n t a g n e P e l é e c o m p t e dix b o u c h e s d ' é r u p t i o n s u p e r p o s é e s d a n s la direction de Saint-Pierre. C e n ' e s t p a s l e M a c o u b a , c'est, m o i n s l e P r ê c h e u r q u e S a i n t - P i e r r e , q u i e s t m e n a c é p a r le v o l c a n . Si, u n e p r e m i è r e fois, d a n s la n u i t du 5 a u 6 a o û t 1 8 5 1 , on a été q u i t t e p o u r la peur, il n ' e n serait p e u t - ê t r e plus de m ê m e u n e a u t r e fois, les c a u s e s s e m b l a b l e s n e p r o d u i s a n t p a s t o u j o u r s d e s effets a b s o l u m e n t i d e n tiques.

On ne sait que trop, depuis le cataclysme du 8 mai, combien les prévisions de ce savant étaient j u s t e s . Au ministère, a u g o u v e r n e m e n t de la M a r t i n i q u e , devait-on les ignorer complètement ? Qu'on n'objecte pas qu'il est facile de j o u e r le rôle de Cassandre après la r u i n e . Nous avons déjà répondu à cela et u n a u t r e que nous a r g u m e n t a i t de la m ê m e m a n i è r e , d a n s l'Illustration,

le 21 j u i n

dernier : Il y avait d a n s le r a p p o r t d e M. L e p r i e u r , écrit M . P o r e s t , des éléments suffisants pour éveiller tinique.

l'attention

de ceux qui avaient

charge

d'âmes à la

Mar-

On a assis des r a i s o n n e m e n t s scientifiques sur des prémisses infini-

m e n t moins solides q u e celles q u ' o n p o u v a i t découvrir dans les é t u d e s du p h é n o m è n e a n t é r i e u r . Si l'on ajoute que les désastres volcaniques d a n s les Antilles ont

été assez n o m b r e u x et assez graves p o u r conseiller la

g r a n d e p r u d e n c e e t cette façon ner,

on peut

écrire,

sans

de prévoir

exagérer,

d o c u m e n t s e x i s t a n t s , de craindre

qui est aussi

qu'il pour

n'était

pas

Saint-Pierre.

une façon impossible,

de

plus gouver-

d ' a p r è s les

Mais peut-être que la

c o m m i s s i o n n o m m é e p a r le g o u v e r n e u r n ' a p a s e u l ' i d é e d e l i r e le r a p p o r t d e M. L e p r i e u r .

N o n , elle n e l'a pas lu, elle ne le connaissait m ê m e p a s ! P e r s o n n e dans l ' e n t o u r a g e de M. Mouttet ne pouvait donc s'inspirer du senti-


LES 5-6

AOUT

463

1851

m e n t de M. L e p r i e u r , corroboré par des déclarations particulières d e MM. Rufz de Lavison et P e y r a u d . On n e se reporta pas davantage a u x prévisions suggestives de M. Sainte-Claire-Deville, sur les crises à venir d e la Montagne P e l é e , ni au r e n s e i g n e m e n t caractéristique fourni par les Antilles du 9 août 1851 : Sur le flanc de la montagne, à 2 ou 3 kilomètres, il a toujours existé une soufrière, d'où s'échappait une source d'eau chaude et où le soufre pouvait se récolter à l'état plus ou moins pur sur le sol. C'était là le témoignage que le volcan avait laissé de son action passée et la réserve qu'il faisait, en quelque sorte, de ses droits, quoique, aux yeux du plus grand nombre, il ne fût plus considéré que comme un volcan éteint. Mais M. L a n d e s , professeur a u lycée, avait parlé du volcan à ses élèves. Ses paroles avaient été reproduites et commentées. M. L a n d e s avait écrit, paraît-il, et m ê m e télégraphié à F o r t - d e F r a n c e , affirme-t-on toujours, m a l g r é des dénégations intéressées.... Ses confidents, ses amis et le g o u v e r n e u r connaissaient bien son sentiment. M. L a n d e s disait : « L e morne Lacroix va tomber sous la violence de l'éruption. S a i n t - P i e r r e est en d a n g e r . » Donc, M. Bloch, vos rapports croulent, sur le point essentiel. Votre voyage a u x Antilles vous a visiblement fatigué plus que vous ne pensez et que n'a voulu le voir le galant homme qui avait à vous interviewer. Moins fatigué,

vous eussiez mieux pointé votre canon — j ' u s e d e

vos termes — vers le b u t q u ' u n h a u t fonctionnaire n e doit j a m a i s perdre de v u e , servir l'État sans le Moins fatigué,

compromettre.

vous n'eussiez pas non plus laissé tomber négli-

g e m m e n t , de vos lèvres délicates, ce mot à'engrais,

sur les cen-

dres chaudes d e quarante mille F r a n ç a i s . La question se pose précisément, dites-vous, de savoir si la couche de cendres vomies par le volcan du mont Pelé, au lieu de détruire à tout jamais les récoltes dans la partie dévastée, ne constituera pas, au contraire, un admirable

engraie.

Oh ! M. Bloch, ce n'est pas cela ! D i r e c t e u r du contrôle a u ministère, vous n'êtes pas affecté à l'agriculture et les créoles se suffi-


464

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

sent pour résoudre avec compétence toute question agricole. L a question du moment, la seule à traiter, est celle des secours aux survivants, des pensions a u x orphelins, aux vieillards, a u x infirmes, a u x incurables, aux personnes qui ne sauraient travailler et que la catastrophe a r u i n é e s . Ces m a l h e u r e u x souffrent d'atroces misères, que vous n'avez p u voir que superficiellement, n ' a y a n t eu comme premier r e m è d e à y opposer q u ' u n e faible somme d'un demi-million, u n peu de poussière, fine comme celle du volcan. Moins fatigué,

vous eussiez peut-être senti j e ne sais quel scru-

pule qui aurait a r r ê t é sur vos lèvres ces paroles, tombées avec bonne intention d'ailleurs : « La population

de couleur s'est très bien

conduite et ses actes de courage ne sont plus à compter.

» Ce n'est

pas là u n e phrase h e u r e u s e , dans la bouche d ' u n h a u t fonctionnaire : ou bien, ils sont inutiles, ces m o t s ; ou b i e n , il fallait p r e n d r e la peine de les compléter. A quoi bon, en effet, s'attarder ici à disting u e r e n t r e les diverses classes sociales de la colonie, soit pour les défendre, soit pour les a c c u s e r ? L a Martinique n e compte plus m a i n t e n a n t que des sinistrés, qui m é r i t e n t tous d'être secourus avec promptitude et avec largesse. E l l e n'a pas distingué, cette noble j e u n e femme, cette mère magnanime qui, a u Lorrain, a partagé tout ce qu'elle possédait a u x bandes de sinistrés venues sur son habitation hospitalière. Q u a n d elle eut épuisé les viandes fraîches et les salaisons, la m o r u e , le manioc, le riz, les l é g u m e s , les fruits, le vin, le r h u m , les vêtem e n t s , le linge et l'argent d e sa maison, n'ayant plus que son sein a donner, elle le livra à un p a u v r e petit être m o u r a n t , que sa mère n e pouvait plus nourrir, p a r suite de l'effroi qui avait figé son lait dans ses mamelles, sous les coups répétés du volcan. P u i s , n e pouv a n t plus exercer de libéralités envers p e r s o n n e , n ' a y a n t plus de vivres pour elle-même, d e v e n u e p a u v r e comme c e u x qu'elle avait secourus j u s q u ' à la fin, elle les suivit dans leur exode à Fort-deF r a n c e ('). I. Sang g é n é r e u x ne ment jamais. Ce sont toujours les m ê m e s qui se font tuer pour les belles causes. Il s'agit ici de M » de Meilhao, n é e L i u r e n c e de Saint-Cyr, fille d'Enguerrand Cornette de Saint-Cyr et d'Elmire de Pompignan. S e s ancêtres ont versé des flots de sang pour la Franco dans nos luttes contre les Anglais. m


LES 5-6 AOUT 1851

465

Or, à cette femme, atteinte comme tout le monde par la catastrophe et qui s'était, en outre, volontairement r é d u i t e à l'indigence, M. L h u e r r e , g o u v e r n e u r p . i., n ' a rien donné, et M. Maurice Bloch pas davantage ('). Cette g r a n d e créole n e d e m a n d e pas de louanges. Bien audac i e u x , pour n e pas dire arrogant, serait celui qui p r é t e n d r a i t l'exalter, comme s'il n'était pas des temps où l'héroïsme et la sainteté n e dépassent point la m e s u r e d u devoir. H e u r e u x qui sait le comprendre ! C'est pourquoi, ceux-là mêmes que vous glorifiez j u s t e m e n t ne vous remercieront pas de votre intervention, monsieur Bloch. L e sens raffiné des Martiniquais leur fait j u g e r intempestives, sinon irritantes, toutes les déclamations superflues. Car, si affolés que soient les habitants de la M a r t i n i q u e , depuis le 8 mai dernier, il n ' e n est pas un seul dont l'âme n e se soit trouvée soudain et n e se soit m a i n t e n u e depuis, à l'égard de ses frères affamés et n u s , cour a n t de refuge en refuge provisoires, à la hauteur de ce devoir que je rappelais

tout h l'heure, l'héroïsme.

<

Ce n'est donc pas assez de dire de quelques-uns que Iturs de courage ne sont plus

actes

à compter ; car il y a de plein droit u n e

place magnifique, a u Livre d'Or de la charité et dans les a n n a l e s de la solidarité universelle qui s'est manifestée en réponse a u cataclysme, pour le plus humble nègre de la Martinique,

le plus

ruiné

des blancs, le plus éprouvé des hommes de couleur, comme pour les plus riches et les plus h e u r e u x de leurs frères du reste du globe, qui ont l a r g e m e n t distribué le pain, les v ê t e m e n t s et les remèdes a u x sinistrés. CŒUR CRÉOLE.

1. Durant ces « instants de la vie ou il ne faut pas sentir la fatigue », comme il disait lui-même, il ne sentait pourtant pas non plus la misère, s'il faut en croire les journaux qui ont publié, sans recevoir de démenti, ce joli trait de gaspillage: « Le déplacement de M. Bloch a coûté cinquante mille francs » (La Liberté). C'est aussi stupéfiant que le mot de M. Mouttet !

SAINT-PIERRE-MAKTINIQUE

30


C H A P I T R E VI L I V R E D'OR DE LA C H A R I T É

Les s e c o u r s a m é r i c a i n s .

Sous ce titre s'écrit d ' e l l e - m ê m e tout entière, pour ainsi dire, avec u n e magnificence u n i q u e , la plus belle page du Livre d'Or de 1902. É m u e j u s q u ' a u plus profond d e son cœur, la Martinique en exprime sa g r a t i t u d e et son admiration a u peuple des États-Unis et à son g o u v e r n e m e n t . Déjà, l'amiral Servan s'est fait son interprète et celui de la F r a n c e , en ces conjonctures à jamais mémorables, également chères a u x d e u x g r a n d e s nations de l'ancien et du nouveau continent, dont la plus j e u n e , à la première nouvelle de l'effroyable catastrophe de S a i n t - P i e r r e , s'empresse avec u n soin j a l o u x d'accourir auprès des survivants, comme si elle voulait essayer ainsi, non p a s , certes, de payer, mais s i m p l e m e n t de reconnaître a u t a n t qu'elle le p e u t le p r i x du sang que les F r a n ç a i s de la métropole et c e u x des Antilles ont versé pour elle, lors de la g u e r r e de l ' i n d é p e n d a n c e . L e g é n i e pratique des Américains, génie hors pair, a permis à leur charité envers la Martinique de s'élever a u sublime, et cela j u s q u e dans les moindres détails des achats, dans l'organisation des transports et en vingt autres attentions inestimables. Aussitôt que le désastre fut connu, une sorte de fièvre contagieuse d'un nouveau g e n r e , une épidémie de bienfaisance, éclata a u x É t a t s - U n i s . « L'île est en proie à la famine, s'écriait-on i ce n'est pas u n e question de semaines, de j o u r s , c'est une question d'heures. » Un employé du ministère de la g u e r r e , le commandant Gai-


LIVRE

D'OR

DE

LA

467

CHARITÉ

lagsher, saute i m m é d i a t e m e n t dans un train, arrive de W a s h i n g t o n à New-York-, s'enquiert auprès des exportateurs de ce que les habitants de la Martinique ont l ' h a b i t u d e de consommer, et, sans retard, r e n s e i g n e m e n t s transmis, le ministère, à coups de téléphone, fait ses commandes et en h â t e le c h a r g e m e n t à bord d'un croiseur, dont il r é d u i t l'équipage de 700 à 250 hommes, pour ne pas envoyer des bouches inutiles a u milieu des affamés. Mais encore, à l'heure m ê m e où on les p r e n d , ces mesures n e semblent point suffisantes à nos frères d ' A m é r i q u e . « De New-York à F o r t - d e - F r a n c e , disent-ils, il faut cinq j o u r s de traversée : cinq siècles, en face d ' u n e détresse comme celle qu'il s'agit de soulager ! » Ils télégraphient donc à l e u r nouvelle colonie d e Porto-Rico d'avoir à expédier, tout d e suite, à la M a r t i n i q u e , sur un transport, les provisions en r é s e r v e dans les magasins de l'armée et de la flotte. L e g o u v e r n e m e n t et les b u r e a u x rivalisent de zèle. « I l me vient à l'esprit, dit un des chefs au ministre, que les eaux de l'île peuvent être imprégnées de soufre. Nous avons u n

transport-réservoir

d'eau douce disponible à K e y - W e s t , le point de la côte le plus voisin des Antilles. On p e u t le r e m p l i r périodiquement à la J a m a ï q u e ou à H a ï t i . » L e chef de l'expédition de secours reçoit 2 5 0 0 0 fr. d ' a r g e n t de poche pour ses distributions personnelles a u x victimes avec lesquelles il se trouvera plus i m m é d i a t e m e n t en relation. L e président Roosevelt, le maire de New-York, le Congrès de W a s h i n g t o n , le ministère, les chambres de commerce témoignent d'une noblesse de sentiments qui les glorifie avec éclat. D é t a i l essentiellement américain : en même temps q u e , sur l'appel du maire de New-York à la population, la chambre de commerce se r é u n i t , le président, avant d ' e n t r e r en séance, s'est déjà fait remettre le tableau des navires en route pour la Martinique et a versé sans délai, de ses propres d e n i e r s , 2 5 0 0 0 fr. pour l'achat d e la première cargaison dès sa bonne arrivée en v u e de l'île. Par suite, peut-on d i r e , les secours de la chambre de commerce de NewYork aux sinistrés

sont partis

avant la catastrophe.

D è s avant le

15 mai, la souscription de cette chambre dépassait 250 0 0 0 f r . La presse entière se plaît à encourager les négociants a m é r i -


468

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI 1 9 0 2

cains à mettre a u service de la charité le m ê m e génie organisateur, le m ê m e élan, la m ê m e générosité. Honneur à l'Amérique ! Lettre de M. Loubet.

U n e lettre du gouvernement français, que M. Cambon a remise à M. H a y et dans laquelle le président de la R é p u b l i q u e remercie le président, le Congrès et le p e u p l e des E t a t s - U n i s de leurs sympathies et de l e u r munificence, a été présentée au S é n a t de W a s hington. Le m i n i s t r e des affaires é t r a n g è r e s .

D ' a u t r e p a r t , M. Delcassé a chargé le consul de F r a n c e à NewYork d ' e x p r i m e r la cordiale g r a t i t u d e d e la F r a n c e à tous les donateurs g é n é r e u x qui ont contribué, d ' u n e manière si a d m i r a b l e , si prompte et si puissante, au soulagement des victimes de la Martinique.

PRIÈRES,

SERVICES

FUNÈBRES

ET

QUÊTES

DANS

LES

ÉGLISES

L ' a p p e l de l'épiscopat en faveur des v i c t i m e s .

Son E m i n e n c e le cardinal Richard a écrit a u clergé de Paris u n e lettre r e m a r q u a b l e dont nous détachons ces lignes : l

P a r i s , 14 m a i 1902.

L e s feuilles publiques nous apportent chaque jour de nouveaux

détails

sur la c a t a s t r o p h e qui a f r a p p é n o t r e c o l o n i e de la M a r t i n i q u e et q u i j e t t e l'épouvante dans le monde entier. T o u s les cœurs se sont émus, à l'annonce de c e t t e i m m e n s e c a l a m i t é , e t n o u s m ê l o n s n o s l a r m e s à c e l l e s d e t a n t d e f a m i l l e s qui p l e u r e n t d e s m i l l i e r s d e m o r t s . . . N o u s savons que D i e u est toujours P è r e , m ê m e a u milieu de ces é v é n e m e n t s terribles qui n o u s f o n t s e n t i r si v i v e m e n t l e n é a n t de l ' h o m m e ,

en

p r é s e n c e de l a t o u t e - p u i s s a n c e d i v i n e . Il r e g a r d e e n p i t i é l e s â m e s qui ont eu recours à sa miséricorde dans les moments suprêmes. N o u s le prierons


LIVRE D'OR

D E LA

469

CHARITE

d e recueillir d a n s le ciel ceux que n o u s p l e u r o n s . N o u s t r o u v o n s n o t r e seule vraie consolation dans cette pensée... E n p r i a n t pour les m o r t s , nous nous souviendrons aussi des

souffrances

des vivants. Ce sont des milliers de personnes qui sont réduites subitement à la plus extrême i n d i g e n c e , à la suite de cette g r a n d e et s o u d a i n e

cala-

m i t é . N o u s n o u s b â t e r o n s d ' a p p o r t e r n o s offrandes. U n e q u ê t e sera faite le j o u r de la P e n t e c ô t e ou le d i m a n c h e d e la T r i n i t é d a n s t o u t e s les églises et chapelles du diocèse, à la g r a n d ' m e s s e et aux vêpres, et, dès les souscriptions

aujourd'hui,

pour les victimes de la M a r t i n i q u e sont reçues au secré-

tariat de l ' a r c h e v ê c h é . r

N o u s voudrions r e m e t t r e aux m a i n s de M s de Cormont de larges offrandes. I l a h â t e d e r e t o u r n e r a u p r è s d e s o n p e u p l e , p o u r le c o n s o l e r e t v e n i r e n r

aide a u x nécessités les plus p r e s s a n t e s . M s l ' é v ê q u e de la M a r t i n i q u e , a n cien c u r é de Saint-Louis-en-l'Ile, est u n des n ô t r e s . Son i m m e n s e

épreuve

est p o u r n o u s u n e d o u l e u r d e famille à laquelle n u l n e p e u t r e s t e r i n s e n sible.

Plusieurs autres évêques ont adressé a u clergé et a u x fidèles des lettres semblables, prescrivant des services funèbres et des quêtes dans leurs diocèses. Les premières sont celles de N N . S S . de Reims, Besançon, B o r d e a u x , Cambrai, R e n n e s , T o u r s , Clermont, Vannes, E v r e u x , Toulouse, Montpellier, Soissons, Tarbes et Valence. D ' a u t r e s encore sont a n n o n c é e s de tous les points de la France. P a r u n e lettre pastorale, en d a t e du 24 mai, le c a r d i n a l V a u g h a n a ordonné, pour le d i m a n c h e 2 5 , que des prières et des secours soient d e m a n d é s dans toutes les églises d u diocèse d e Westminster,

en faveur des victimes d u fléau qui éprouve si cruel-

lement la Martinique et S a i n t - V i n c e n t . L e s sommes recueillies devront être partagées é g a l e m e n t e n t r e les d e u x prélats : M r

Cormont, pour l'île française, et M'" l'archevêque de Spain,

s r

de

Port-of-

pour l'île anglaise.

La c é r é m o n i e de N o t r e - D a m e . L a c é r é m o n i e du 2 3 mai, en l'église métropolitaine de N o t r e - D a m e , à la mémoire des victimes de la c a t a s t r o p h e , a été des plus imposantes. Les trois portails étaient drapés d'immenses tentures bordées et rehaussées d'une large litre d ' a r g e n t .

d'hermine


470

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

A l'intérieur, même décoration : des t e n t u r e s de 12 mètres de h a u t , sur lesquelles étaient piqués, à distances égales, des cartouches

aux

initiales

d e l a R é p u b l i q u e , q u i a l t e r n a i e n t a v e c d e s t r o p h é e s d e p a l m e s v e r t e s et de drapeaux tricolores en soie, cravatés de crêpe. A u centre, un

immense catafalque,

surmonté d'un

b a l d a q u i n , d o n t le

d ô m e d e s c e n d a i t d e l a v o û t e à 2 0 m è t r e s d u s o l . P a r t o u t , d e s t o r c h è r e s et d e s l a m p a d a i r e s , p l a c é s d u h a u t e n b a s d e l a v a s t e nef. L e ministre des colonies, entouré du personnel de son cabinet, recevait a u s e u i l d e l ' é g l i s e l e s i n v i t é s officiels. L e p r é s i d e n t d u conseil, les m i n i s t r e s des

finances,

d e s c o l o n i e s , d e la

g u e r r e , de la j u s t i c e , de l ' a g r i c u l t u r e , d e l a m a r i n e , les chefs d e des autres membres du g o u v e r n e m e n t

cabinet

absents g a g n e n t des deux côtés

du

catafalque les fauteuils qui leur sont assignés. M . D e s c h a n e l , p r é s i d e n t d e l a C h a m b r e , se p l a c e à d r o i t e , e n t ê t e d e s m e m b r e s d u P a r l e m e n t ; à g a u c h e , se t r o u v e n t , e n g r a n d u n i f o r m e , t o u s l e s m e m b r e s d u c o r p s d i p l o m a t i q u e ; u n p r i e - D i e u à é t é r é s e r v é p o u r le n o n c e apostolique. D u m ê m e côté, on a placé au pied de la grille du choeur u n fauteuil p o u r M

m < !

L o u b e t , q u e le v i c a i r e g é n é r a l , a r c h i d i a c r e d e N o t r e - D a m e , a é t é c h e r -

cher au seuil de l'église. M

m c

L o u b e t , a c c o m p a g n é e de M. et M

m e

de S a i n t - P r i x ,

est arrivée

un

p e u a v a n t 1 1 h e u r e s , p r é c é d a n t de q u e l q u e s i n s t a n t s le c o l o n e l B a t a i l l e , r e p r é s e n t a n t le p r é s i d e n t d e l a R é p u b l i q u e . U n f a u t e u i l l u i a é t é r é s e r v é a u h a u t des m a r c h e s , c o n t r e la grille d u c h œ u r . r

L a messe a été dite p a r M« de Cormont.

Saint-Pétersbourg. L e 16 m a i , u n service f u n è b r e , à la mémoire des victimes, a eu lieu d a n s la c h a p j l l e de l'asile français. P a r m i l ' a s s i s t a n c e , e x c e p t i o n n e l l e m e n t n o m b r e u s e , q u i se p r e s s a i t d a n s l a nef, se t r o u v a i e n t : M M . l e m a r q u i s d e M o n t e b e l l o , a m b a s s a d e u r d e F r a n c e ; B o u t i r o n , m i n i s t r e p l é n i p o t e n t i a i r e ; t o u t le p e r s o n n e l d e l ' a m b a s s a d e e t d u consulat, toute l'élite de la colonie française. O n r e m a r q u a i t , en o u t r e , la p r é s e n c e de n o m b r e u x

correspondants

de

j o u r n a u x déjà r é u n i s d a n s la c a p i t a l e , e n v u e d e l a p r o c h a i n e a r r i v é e d u président de la Bépublique.

Vienne. U n service a été célébré aussi dans l'église française de S a i n t e - A n n e , a Vienne.


LIVRE

D'OR

DE

LA

471

CHARITÉ

Lisbonne. L a d i r e c t i o n de la c o n g r é g a t i o n des p è r e s m i s s i o n n a i r e s d u S a i n t - E s p r i t , à L i s b o n n e , a a c q u i t t é u n e m e s s e d e Requiem M . B o u v i e r , ministre de F r a n c e , et M s

r

aux mêmes intentions.

Ajuti,

nonce du pape,

avaient

été invités à cette cérémonie, à laquelle assistaient de nombreux F r a n ç a i s et Portugais. A P a r i s , en la chapelle de la r u e L h o m o n d , la m ê m e c o n g r é g a t i o n a c é lébré é g a l e m e n t u n service p o u r ses défunts et p o u r toutes les victimes du cataclysme.

Jérusalem. Service solennel à la basilique de S a i n t e - A n n e .

T o u s les p a v i l l o n s

des

établissements français sont restés en b e r n e .

Tunis. A Tunis, l'évêque

d e C a r t h a g e officiait. M M . P i c h o n , d ' A n t h o u a r d , l e

général de Saliguac-Fénelon et le corps consulaire étaient présents.

Chambéry. L e s sœurs de S a i n t - J o s e p h de C h a m b é r y ont fait célébrer un service sol e n n e l , à la d e m a n d e de leurs élèves, p o u r les victimes d u 8 m a i , en gén é r a l , et p l u s s p é c i a l e m e n t à l ' i n t e n t i o n d e s r e l i g i e u s e s e t d e s j e u n e s

filles

e n s e v e l i e s sous la c e n d r e d u v o l c a n . I l e n est de m ê m e d a n s t o u t e s les c o m m u n a u t é s religieuses de F r a n c e et du m o n d e entier.

Brest. S u r l'invitation d e s familles créoles h a b i t a n t B r e s t , de celles n o t a m m e n t du général Bégin, des capitaines de vaisseau Couy et Mathieu, du command a n t d'infanterie D e s c h a r d , de l'ingénieur en chef H e n r i e t , de

l'inspecteur

en chef de la marine L e Peltier, de l ' a g e n t comptable P i c a r d ,

du commis-

saire principal Bobin, du c o m m a n d a n t

T h o m a s , e t c . , la population

bres-

t o i s e a p r i s p a r t , le 2 7 m a i , a u s e r v i c e f u n è b r e d e l ' é g l i s e S a i n t - L o u i s , à l a mémoire des victimes de S a i n t - P i e r r e . Les autorités maritimes, militaires et civiles, assistaient à cette manifestation religieuse de deuil public.

grande


472.

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI 1 9 0 2

Chartres. A C h a r t r e s , u u e grand'inesse a e u l i e u à la c a t h é d r a l e . L e s a u t o r i t é s civiles e t militaires é t a i e n t p r é s e n t e s , a y a n t à l e u r t ê t e le préfet, le m a i r e , le c o m m a n d a n t d ' a r m e s , les p r é s i d e n t s des t r i b u n a u x et de l a c h a m b r e de c o m m e r c e , les corps c o n s t i t u é s , les f o n c t i o n n a i r e s e t les n o t a b l e s de la c i t é . U n e quête a été faite pour l e s victimes et l ' a b s o u t e d o n n é e p a r l'évêque.

Au t e m p l e de l'Oratoire. A u temple p r o t e s t a n t de l'Oratoire, à P a r i s , d o n t le p a s t e u r est M. D e coppet, père de M

m e

Mouttet, un service funèbre,

sous la présidence de

M M . les p a s t e u r s G o û t et R o b e r t y , a r é u n i u n e n o m b r e u s e a s s i s t a n c e , dans laquelle on remarquait M M . D e c r a i s , ministre des colonies; Siegfried et F r a n c k P u a u x , oncles de M. Mouttet. U n e q u ê t e faite à l'issue de la c é r é m o n i e a p r o d u i t 5 0 0 0 fr.

CHALEUREUX

APPELS

ET TRÈS A

LA

HEUREUSES

DISPOSITIONS

CHARITÉ

A p p e l aux m u n i c i p a l i t é s de France. L a commission executive du comité de secours a envoyé aux municipalités u n appel en faveur des victimes de la c a t a s t r o p h e . D è s le 16 m a i , le t o t a l d e s s o u s c r i p t i o n s recueillies au H a v r e

dépassait

5 0 0 0 0 fr. L e comité de c e t t e ville a a c h e t é les m a r c h a n d i s e s s u i v a n t e s : 6 0 0 0 0 k i l o g r . de r i z , 2 0 0 0 0 k i l o g r . d e f a r i n e , 15 0 0 0 k i l o g r . de h a r i c o t s , d u v i n , des conserves, des biscuits, de l a bière, d u lait concentré, des vêtements. C e s d i v e r s e s d e n r é e s s o n t c o n f i é e s a u Labrador,

de la Compagnie générale

transatlantique, et à un voilier de l'Union des chargeurs coloniaux. L e transp o r t g r a t u i t e s t offert p a r c e t t e d e r n i è r e s o c i é t é . U n e plaque commémorative, à la mémoire des victimes du volcan, sera placée à la mairie de Nantes. L e 2 0 m a i , l e s s o u s c r i p t i o n s r e c u e i l l i e s à B o r d e a u x se m o n t a i e n t à 3 7 5 0 0 francs, dont 13 0 0 0 de l'institut'colonial, m e r c e , 1 0 0 0 0 d e l a Petite

Gironde,

11 0 0 0 d e la chambre, d e com-

3 500 du

Nouvelliste.


LIVRE

D'OR D E

LA

473

CHARITÉ

Affiche d u c o m i t é d é p a r t e m e n t a l des Vosges.

L a Martinique, cette superbe colonie française, fidèlement mère-patrie, est frappée p a r u n désastre qui stupéfie

a t t a c h é e à la

l'imagination.

L a ville de S a i n t - P i e r r e est e n g l o u t i e , et la dévastation c o n t i n u e à é t e n d r e ses r a v a g e s . E n p r é s e n c e de l ' i m m e n s i t é de c e t t e c a t a s t r o p h e , u n c o m i t é d é p a r t e m e n tal d'assistance et de secours s'est formé. , . . t

Il fait u n p r e s s a n t a p p e l à la s o l i d a r i t é v o s g i e n n e , qui n e m a n q u e r a p a s d e s'affirmer e n t i è r e m e n t d a n s c e g r a n d d e u i l n a t i o n a l . Il s ' a d r e s s e s a n s d i s t i n c t i o n à t o u s les h a b i t a n t s des V o s g e s , afin q u e n o t r e d é p a r t e m e n t t é m o i g n e de l'universelle c o m p a s s i o n q u i é t r e i n t les coeurs. N o u s prions i n s t a m m e n t M M . les maires de r é u n i r d'urgence u n

com'té

local g r o u p a n t t o u t e s l e s b o n n e s v o l o n t é s et p e r m e t t a n t à t o u t e s les i n i t i a t i v e s d e se m a n i f e s t e r , d ' a b o r d s o u s l a f o r m e d e q u ê t e s d a n s l e s é t a b l i s s e m e n t s publics, d a n s c h a q u e maison, et p a r tous a u t r e s m o y e n s que les circonstances suggéreront.

;

. ••

Proclamation du maire d'Angers.

CHERS COKCITOYENS, L a s o u d a i n e e t t e r r i b l e c a t a s t r o p h e q u i , le 8 d e ce m o i s , a n é a n t i s s a i t e n quelques m i n u t e s l a ville de S a i n t - P i e r r e , a r é p a n d u sur tout le territoire de c e t t e île la désolation et la r u i n e . L e m o n d e e n t i e r s'en est é m u . T o u s les g o u v e r n e m e n t s , t o u s les p e u p l e s , s p o n t a n é m e n t , dans un admirable élan de charité et de solidarité h u m a i n e s , ont c o n s e n t i des sacrifices p é c u n i a i r e s e n v u e de s o u l a g e r les

souffrances

imméritées des m a l h e u r e u x survivants de notre colonie. Plus que toute autre nation, la F r a n c e a été atteinte cruellement.

Ce

s o n t s e s e n f a n t s , e n effet, d o n t l e s u n s , p a r m i l l i e r s , v i e n n e n t d e s u c c o m b e r en pleine s a n t é , et d o n t les a u t r e s , p a r milliers encore, sont en ce m o m e n t s o u m i s a u x p l u s d u r e s é p r e u v e s m o r a l e s et p h v s i q u e s . D a n s d e si d o u l o u r e u s e s c o n j o n c t u r e s , j e fais a p p e l , a v e c l a p l u s

entière

confiance, à vos sentiments d e commisération et de c h a r i t é , en faveur

de

nos frères i n f o r t u n é s de la M a r t i n i q u e . U n e souscription p u b l i q u e est ouverte à la trésorerie g é n é r a l e et

dans

toutes les p e r c e p t i o n s . L e s offrandes s e r o n t c e n t r a l i s é e s à la t r é s o r e r i e et t r a n s m i s e s , p a r c e t t e a d m i n i s t r a t i o n , au m i n i s t è r e d e la m a r i n e e t . d e s c o l o n i e s .

,


474

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E

MAI

1902

Dans nos 87 d é p a r t e m e n t s , 36 170 magistrats m u n i c i p a u x tienn e n t le m ê m e langage patriotique que leurs collègues d ' A n g e r s et des Vosges, cités plus h a u t , et les conseils de chaque commune votent les crédits les plus larges à l'infortunée colonie. A p p e l de l ' U n i o n des F e m m e s de France. E n p r é s e n c e d u d é s a s t r e s a n s p a r e i l q u i afflige l a F r a n c e e t a v e c e l l e le inonde entier, l'Union des F e m m e s de F r a n c e adresse un p r e s s a n t appel à ses m e m b r e s et au public. L e comité central a opéré immédiatement un premier versement de l 000 francs et u n envoi d ' u n e v a l e u r de 7 0 0 0 fr., en m a t é r i e l de s u b s i s t a n c e s et de p a n s e m e n t ; les comités de p r o v i n c e font de m ê m e , d a n s la mesure de leurs moyens L ' U n i o n des F e m m e s de F r a n c e , d e v a n t r e n o u v e l e r à bref délai ses e n vois, p r i e i n s t a m m e n t t o u s ceux q u i p o u r r a i e n t disposer de l i n g e r i e de corps et d e l i t e r i e , d e p a n s e m e n t

et de m o y e n s de secours, quels qu'ils

de vouloir bien les adresser au siège social, qui recevra avec

soient,

reconnais-

s a n c e c e s d i v e r s o b j e t s e t les s o u s c r i p t i o n s e n a r g e n t q u ' o n v o u d r a b i e n l u i confier.

Comité des Dames françaises p r o - b o e r s et de l'Aide à l a j e u n e s s e martiniquaise. M

m e

Mâcherez,

du

conseil

d'administration

des

Dames

françaises :

M . H e r b e t t e , c o n s e i l l e r d ' E t a t ; M. S a n d b e r g , a i d e d e c a m p d u g é n é r a l B o t h a ; M. P i e r s o n , c o n s u l de la R é p u b l i q u e s u d - a f r i c a i n e ,

ont, successive-

m e n t , p r i s l a p a r o l e e t , e n t e r m e s é m u s , affirmé l a s o l i d a r i t é d e s d i v e r s c o mités en p r é s e n c e de l'épouvantable c a t a s t r o p h e qui a semé le deuil

dans

t o u s les c œ u r s . M. H e r b e t t e , a v e c u n e é l o q u e n c e p e r s u a s i v e , a exposé l'objet de la r é u nion, qui est de g r o u p e r les divers c o m i t é s , leurs amis et toutes les b o n n e s volontés, en vue d ' u n e action c o m m u n e p o u r secourir, m o r a l e m e n t et m a tériellement,

les j e u n e s g e n s et j e u n e s

filles

de la Martinique v e n u s

eu

F r a n c e y a c h e v e r leurs é t u d e s ou s'y créer u n e s i t u a t i o n . M

m , !

Segond-Weber,

M.

Mounet-Sully,

de

la

Comédie-Frauçaisa,

et

M. Lassalle, de l'Opéra, o n t g r a c i e u s e m e n t p r ê t é le c o n c o u r s de leur t a l e n t . M"

e s

Thenon

ont bien voulu, par sympathie pour leurs jeunes

amies

m a r t i n i q u a i s e s , faire circuler deux p l a t e a u x q u e l ' a s s i s t a n c e a g é n é r e u s e m e n t remplis. L a c o l l e c t e a p r o d u i t 1 0 0 0 fr


LIVRE

D'OR

DE

LA

475

CHARITÉ

Algérie.

Les délégations

financières

ont prié le g o u v e r n e u r g é n é r a l

d'accomplir

t o u t e s formalités légales pour q u e , i m m é d i a t e m e n t , u n e s o m m e d e 50 0 0 0 fr., p r é l e v é e s u r l e s d i s p o n i b i l i t é s b u d g é t a i r e s e t c o n s t i t u a n t l ' o b o l e offerte p a r l ' A l g é r i e à ses frères d e la M a r t i n i q u e , soit mise à la d i s p o s i t i o n d u m i n i s t r e des colonies.

Pour une o r p h e l i n e

martiniquaise.

L'Eclair a r e ç u , avec prière de la transmettre a u comité, la lettre suivante d'un de ses lecteurs qui désire g a r d e r l'anonyme : R o c h e f o r t , le 20 m a i 1902. MONSIEUR

LE D I R E C T E U R .

N o u s a v o n s l u , m a f e m m e e t m o i , l a l e t t r e q u i v o u s a é t é a d r e s s é e p a r le D

r

P i c h e v i n , r e p r o d u i t e d a n s l e n u m é r o d e l'Éclair

du 18 courant.

D o u l o u r e u s e m e n t i m p r e s s i o n n é s p a r l'effroyable c a t a s t r o p h e de l a M a r t i n i q u e et désireux de venir en aide aux s u r v i v a n t s , nous serions

heureux,

dans ce but, de prendre à notre charge, d'élever et d'adopter une fille,

petite

r e s t é e o r p h e l i n e a p r è s le d é s a s t r e . E l l e s e r a i t l a b i e n v e n u e d a n s n o t r e

foyer, où elle v i e n d r a i t r e m p l a c e r u n e e n f a n t morte depuis p e u . Si vous j u g e z cette idée p r a t i q u e , ne youdriez-vous pas nous servir d'int e r m é d i a i r e a u p r è s d u p r é s i d e n t d u comité d e s familles m a r t i n i q u a i s e s , lui soumettre notre proposition,

en l'appuyant

de v o t r e a u t o r i t é . N o u s

vous

serons, d a n s t o u s les cas, r e c o n n a i s s a n t s d'avoir b i e n voulu n o u s aider et nous voudrions pouvoir attendre une réponse favorable.

Nous avons communiqué cette lettre a u président du comité martiniquais, qui nous a dit : L e comité reçoit cette proposition avec une reconnaissance

émue. C'est

l à u n a d m i r a b l e e x e m p l e ! P u i s s e - t - i l ê t r e s u i v i ! L e s s o u s c r i p t i o n s , si n o m breuses qu'elles soient, ne pourront

q u ' a s s u r e r p o u r q u e l q u e s mois la vie

des malheureux créoles. A v e c quelle angoisse nous songeons aux orphelins, à ceux-là qui r e s t e n t seuls au m o n d e , tous les leurs é t a n t m o r t s .

C'est à

eux qu'il faut penser. Cette p r o p o s i t i o n est de celles q u i combleraient nos plus chers désirs !


476

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

Même bonne œ u v r e . e

M. et M"' Fongealliez, à P a r i s , qui ont eu la d o u l e u r de p e r d r e u n e petite fille, il y a u n a n , désirent, eux aussi, adopter u n e orpheline m a r t i n i q u a i s e . « Soyez assuré, disent-ils au D

r

Pichevin,

que cette enfant sera traitée comme l'était notre chère mignonne. E l l e p r e n d r a tout simplement la place v a c a n t e . »

DONS,

OFFRANDES

ET

SOUSCRIPTIONS.

Alsace-Lorraine.

D a n s un m ê m e g é n é r e u x élan de fraternelle solidarité, les ann e x é s à!Alsace-Lorraine

ouvrent partout des souscriptions, et les

dons affluent à S t r a s b o u r g , C o l m a r , M u l h o u s e ,

Wissembourg,

S a v e r n e , Schlestadt, T h a n n Zélateurs patriotiques et pieuses zélatrices recueillent les offrandes dans chaque ville et c h a q u e village de ce beau pays qui, sans connaître les volcans ni la famine, n'ignore point d'autres cruelles souffrances. Un seul journal de Mulhouse, en moins de trois j o u r s , a r é u n i 5 000fr. A Metz, le conseil municipal a voté, à l ' u n a n i m i t é , un crédit de 1000 marks. Canada.

L e commissaire général d u Canada a donné communication au ministère des colonies d ' u n e dépêche de M . F i l d i n g , ministre des finances

à Ottawa, ainsi libellée :

V o y e z l e m i n i s t r e d e s c o l o n i e s et e x p r i m e z - l u i la p r o f o n d e s y m p a t h i e du p e u p l e d u C a n a d a p o u r les v i c t i m e s de l'affreux d é s a s t r e de l a M a r t i n i q u e ; dites-lui que le gouvernement canadien désire contribuer pour une somme de 2 5 0 0 0 d o l l a r s a u x f o n d s de s e c o u r s .

Alsace-Lorraine, Canada, Vieille France, sois b é n i e !


LIVRE

D'OR

DE

LA

CHARITÉ

477

Saint-Siège. O b o l e d e S . S . l e P a p e L é o n X I I I : 1 0 0 0 0 fr.

L ' e m p e r e u r de Russie.

Le ministre des finances de Russie mande par télégramme au gouverneur de la Banque de France que le tsar met 250 000 fr. à la disposition de M. Loubet, pour les sinistrés de la Martinique. M. Krùger.

Aussi compatissant que magnanime, le président de la République du Transvaal, dont la fortune sombre avec le pouvoir, après trois ans de luttes héroïques contre le vieil ennemi commun, au milieu de calamités non moins poignantes que celle du mont Pelé, prélève sur sa cassette pour « ses malheureux frères de la Martitinique » une somme de 800 fr. La reine W i l h e l m i n e .

La reine de Hollande, « pour soulager la noble détresse de ces Français d'outre-mer », remet au ministre de France à la Haye 2000 florins. En même temps, elle envoie un de ses cuirassés, de Curaçao à Fort-de-France, avec une cargaison de vivres. L'empereur d'Autriche.

L'empereur François-Joseph a fait remettre au marquis de Reverseaux, ambassadeur de France à Vienne, 25000 fr. pour les victimes. Espagne.

La reine-régente d'Espagne s'est inscrite pour une somme de lOOOOfr.


478

LA CATASTROPHE DU MOIS DE MAI 1902

Grèce.

A Athènes, où les sommes recueillies s'élèvent déjà à 1 0 0 0 0 fr., le roi s'est inscrit pour 2 0 0 0 fr. sur la liste ouverte à la légation de F r a n c e . Japon.

L e prince Komatsu a été chargé par l ' e m p e r e u r du J a p o n de verser 1 0 0 0 0 fr. dans la caisse des sinistrés. R e m e r c i e m e n t s au tsar et à toutes les nations.

M. Delcassé a envoyé a u comte Lamsdorff, ministre des affaires étrangères de Russie, la dépêche suivante : P r o f o n d é m e n t t o u c h é d u don magnifique, de l ' e m p e r e u r a u x sinistrés de la M a r t i n i q u e , le p r é s i d e n t de la R é p u b l i q u e m e c h a r g e de vous prier

de

transmettre à Sa Majesté la nouvelle expression de sa g r a t i t u d e pour

cet

a c t e d u coeur q u i i r a a u c œ u r d e l a F r a n c e .

D e semblables témoignages présentés officiellement

par nos

agents diplomatiques à l'étranger disent a u monde entier combien la F r a n c e est sensible a u x touchantes manifestations de bénignité et de commisération v e n u e s de tous les points d u globe. Souscription nationale.

A u cours du j o u r n a l , sous les dates des 13 et 14 mai, à la suite d u don de 1 0 0 0 0 marks de l ' e m p e r e u r d'Allemagne et des offrandes de 25 000 fr. c h a c u n e , des rois d ' A n g l e t e r r e et d'Italie, nous avons déjà signalé les d e u x premières listes de la souscription nationale ouverte au ministère des colonies, à P a r i s , s'élevant ensemble à 98 510 fr. D e p u i s lors, j u s q u ' a u 3 1 mai, avec seize autres listes que nous avons sous les y e u x , le total g é n é r a l se monte à 1 965 305 fr. Ces listes complètes et celles q u i , avant longtemps, s'y ajoute-


LIVRE

D'OR

DE

LA

479

CHARITÉ

ront encore par centaines, nous l'espérons, comme une traînée lumineuse dans le ciel désolé de la F r a n c e , attestant chaque jour davantage que, une fois enfin depuis la dispersion des peuples, sous les coups abominables d u mont Caraïbe,

l'humanité s'est

réveillée, ressaisie, retrouvée une, oublieuse de dissension, de discorde, de guerre, d'intérêts étrangers, pour ne penser qu'à un intérêt de famille,

avec bonté, avec charité, avec compatissance ; — ces

listes complètes, disons-nous, Constitueraient assurément un Livre d'Or monumental ! Mais il nous est impossible de nous attarder à ce travail autant qu'il plairait à notre sincère admiration et à notre vive reconnaissance. C'est pourquoi nous nous contenterons de nommer seulement à haute voix- quelques-uns des heureux souscripteurs, auxquels leur fortune confère le privilège de se montrer grands et prompts

dans l'accomplissement

d'un bien immense,

tandis que,

dans notre cœur ravi, nous demanderons doucement à D i e u de remplir d'une joie sans mélange ceux qui, avant de l'offrir, trempaient

d'abord dans leurs larmes l'obole de la veuve. 3

L e duc de Chartres .

.

S. M. le roi de Siam.

. . . .

MM. B o u g e n o t .

.

.

e

.

Liste. . v \

:

\

\

.' .

.

. . .

.

:

2500

. . .

1 500 1 000

Comte de Castellane. Henri Péreire Hozelin.

.

. :

1 0 0 0 0 fr.

:

. . . . . .

. '. \ '.

.

\

.

\

. . . . . . . .

.

...

.

.

/.

\ .

. ...

Crédit foncier colonial Magasins du Printemps

1000 1000 1 000

. '.

. ". '. '.

. . .

. '.

. . .

.

1000

4» Liste. M M . d e R o t h s c h i l d f r è r e s . ".

50000

A g e n t s de c h a n g e P a r i s

15 000

Assureurs maritimes Paris

10 000

Crédit foncier de F r a n c e

10000

Conseil ordre avocats Paris

5 000

Souscription j o u r n a l L e Temps

4 695

Magasins Pygmalion. M

m M

Félix F a u r e

2 000 1 500


480

LA CATASTROPHE

M

me

Gustave Lebaudy . .

L. Taub

,

v

.

.

.

DU MOIS D E MAI .

.

.

l e

.

.

.

.

.

.

.

.

• 1 0 0 0 fr.

...

1000

Guêrin-Boutron Régie G

.

1902

'

chemins de fer.

1 000

.

1 000

Listes 5

e

e

et 6 .

Banque de France

25 000

Comité secours victimes du choléra

.

25 000

Syndicat banquiers Paris

.

17 0 0 0

Banque d'Angleterre

12 600

Le Bon Marché

10 000

Crédit Lyonnais

10000

Banque Paris-Pays-Bas C

i 8

10 000

télégr. Nord-Copenhague

10 000

Comité forges F r a n c e

10000

C

i e

Transatlantique

5000

C

l e

Assurances maritimes.

5 000

Baronne Leonino S o u s c r i p t i o n Gazette

5000 de Francfort

5 000

Société d'encouragement commerce français exportation

. .

5 000

.

5 000

B a r o n de Bleichrceder

5 000

Famille Arnaud-Guichard Banque nationale de Haïti C

i e

5 000

universelle canal Suez

5 000

Marché des rentes françaises

4 000

Jules Beer Lehideux et C

3000 i e

3

0

0

0

Personnel Comptoir national d'escompte

2 100

Félix Potin

2 000

C

i e

assurances L a Foncière- Transports

2 000

Marquise de T h o l o z a n Crédit agricole Algérie

1 000 .

.

.'

1000

Chambre des avoués Paris

1 000

Collège Rollin .

.

7« Liste. J o u r n a l Le Temps

.

(nouveau versement) . .

C

i 0

c h e m i n s de fer Midi

C

i e

c h e m i n s de fer P a r i s - O r l é a n s .

1000

. ..

. . . .

.

.

.

15068 10 000

. . .

;

10000


LIVRE

D'OR D E LA CHARITÉ

481

C'° n o t a i r e s d e l a S e i n e

5 0 0 0 fr.

Magasins Samaritaine . .

i

. .

.

.

.

3000

C" f r a n ç a i s e d e s m i n e s d ' o r A f r i q u e

3 000

Société des téléphones

2 000

Caisse d'épargne Paris

2000

S. P r o p p e r et C " .

.

.

D e B e t m a n n e t C'°

.

.

MM. Darblay

.

.

. . . . . . .

.

2000 2000

.

1000

MM. Oppenheim

1000

Hollier-Larousse

1000

Ch. Weisveiller De C a m o n d o .

. .

.

.

.

.

.

1000 1000

Banque russe du commerce étranger

1 000

Camille J o r d a n , de l'Institut

1000

M

m e

V

v e

Calmann Lévy

1 000

M . Eiffel

1000

e

Listes 8 , 9

e

et 10».

Chambre commerce Bueuos-Ayres

15 000

L e duc d'Orléans

. . . .

. . . .

10000

Colonie de Madagascar

10000

Chantiers Conrard, Haarlem (Hollande).

.

.

.

.

. . . .

5000

Ville de Versailles

3 000

Cercle artistique et littéraire

3 000

L'Urbaine

3000

Mines de Maries (Pas-de-Calais)

3 000

Colonie Côte des Somalis.

. . .

.• .

.•

2000

Chambre commerce Lyon

2 000

L a Liberté

2000

Progrès

( 1 " versement) .

Côte-d'Or

1800

Chambre commerce Calais

.

1000

Société forges d e T r i g n a c

1 000

C " entrepôts magasins Paris

1 000

Brolemann FouldetC

1 000 1 0

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Société Paris-France Hauts-fourneaus, forges, aciéries, P o m p e y —

1000 .

Denain et A n z i n . . . .

1000 1000 1 000

Comptoir des Poutrelles

1000

Société architectes français

1 000

SAINT-PIERRE-MARTISIQUE

3

1


482

LA CATASTROPHE DU MOIS DE MAI 1 9 0 2

e

De la 11° à la 18 liste i n c l u s i v e m e n t .

J o u r n a l Le Temps,

en 4 nouveaux versements

6 6 4 7 3 fr.

M. L é o n Grosjean, Bruxelles C

i e

10 0 0 0

c h e m i n s d e fer O u e s t

10 0 0 0

J u r y s exposition universelle

5 000

M . P e r n o d fils, P o n t a r l i e r

3 000

C

I E

Messageries maritimes

Moniteur

3 000

du Puy-de-Dôme

3 000

M. Veil-Picard.

2000

Colonie française de Santiago de C u b a

1 500

Tageblatt

e t Badenblo.lt

.

1000

Le « L u c k e n b a c k ».

Ce v a p e u r , affrété par le Herald,

sur les ordres transmis de

Paris par M. B e n n e t t , a déchargé à F o r t - d e - F r a n c e une quantité énorme de vibres et de m é d i c a m e n t s . L e Luckenback s'étant trouvé trop petit pour e m b a r q u e r toutes les provisions que la charité des lecteurs du Herald

avait permis d'acheter,

presque aussi plein a dû lui faire suite

un autre

transport

immédiatement.

Croix-Rouge e s p a g n o l e .

L a Croix-Rouge espagnole a remis a u général d u c d'Auerstsedt, président de la Société française de secours a u x blessés militaires, la somme de 5 000 fr.

Milan.

A Milan, le comité de la presse lombarde, qui a pris l'initiative d'une souscription, pensant qu'il n ' y a pas de petite ingéniosité à d é d a i g n e r en face d ' u n m a l h e u r si g r a n d , propose, pour un jour qui sera, indiqué, à toutes les personnes usant d u t r a m w a y de doubler le prix de leur place.


LIVRE D'OR D E LA

483

CHARITÉ

Madrid.

L e j o u r n a l Actualidad

a publié un numéro spécial. L a moitié du

prix de la vente est réservée a u x « victimes françaises ». La Haye.

U n bazar de charité est organisé à La H a y e , en faveur d e la Martinique, sous le patronage de M

m a

de Monbel, avec u n comité

des dames de la noblesse, des femmes des ministres des affaires étrangères et des

finances,

et de la femme du ministre d'Alle-

magne. Rapports d i p l o m a t i q u e s .

L e s rapports chaque j o u r adressés a u d é p a r t e m e n t des affaires étrangères par nos agents diplomatiques p e r m e t t e n t de constater, toujours avec autant de bonheur que d'admiration, le mouvement de sympathie et de bienfaisance qui va croissant au fur et à m e sure que les moindres détails de la désolation sans e x e m p l e de l'infortunée Martinique sont plus universellement c o n n u s .

PREMIERS

ACTES

DU

COMITÉ

DE

SECOURS.

DESIDERATA

Voilà déjà vingt j o u r s tantôt écoulés que le comité officiel de secours a u x victimes de la catastrophe a été constitué par le m i nistre des colonies. A l'heure actuelle, les souscriptions qu'il a reçues atteignent le chiffre de 2 millions, lui p e r m e t t a n t d e faire r a y o n n e r u n peu son action salutaire. Il a donc paru intéressant à u n reporter zélé et très légitimement c u r i e u x de savoir ce qui a été entrepris par cette h a u t e assemblée d'hommes recommandables, tous compé-


LA CATASTROPHE DU MOIS DE MAI 1 9 0 2

484

tents, choisis dans u n e intention de pressante sollicitude et d'ardente charité à déployer sans trêve n i repos. C'est q u e , a u nom m ê m e de notre honneur et de notre devoir national, il faut que nous e n t e n d i o n s r e t e n t i r constamment à nos oreilles ce cri poussé par u n j o u r n a l américain : « L'île de la Martinique est en proie à la famine : ce n'est pas u n e question de semaines, de j o u r s , c'est une question d'heures ! » C'est q u e , d ' a u t r e part, des centaines d e dépêches et de lettres navrantes, inspirées par la détresse des survivants et des réfugiés du Carbet,

du Prêcheur,

Macouba, de la Basse-Pointe,

de

Saint-Pierre

de la Grand'Rivière,

d u Morne-Rouge

et du Lorrain,

du nous

ont arraché à n o u s - m ê m e , dès le d é b u t , avec un cri d'angoisse patriotique, ces lignes sévères, trop m é r i t é e s , a u x q u e l l e s la Répu blique Française a donné u n fort r e t e n t i s s e m e n t : Une première distribution généreuse — sans préjudice d'autres larges, à prendre au plus tôt,

mesures

sans a u c u n retard coupable — devait être

faite i m m é d i a t e m e n t à t o u s les a y a n t s d r o i t b i e n c o n n u s , q u i souffrent

un

vrai martyre à Case-Pilote, à Fort-de-Prance, au Marigot, à Sainte-Marie, à la T r i n i t é , a u E o b e r t ,

au

Gros-Morne,

au Lamentin,

à

Saint-Joseph,

d a n s t o u t le s u d d e l ' î l e , a i n s i q u e d a n s l e s c o l o n i e s v o i s i u e s , e t e n F r a n c e m ê m e , o ù — i r o n i e c r u e l l e — o n a osé l'outrage heureux

dénués de tout,

gagnant

de quelques

sous

aux mal-

la m é t r o p o l e , a p r è s l a c a t a s t r o p h e d u

8 m a i , c o m m e les e n f a n t s r u i n é s v o n t à l e u r m è r e , o p u l e n t e d o u a i r i è r e , c o n f i a n t s , l e c œ u r r a s s u r é , l ' e s p r i t d é j à r e p o s é p a r l e v o y a g e , d é b a r q u a n t enfin à S a i n t - N a z a i r e p o u r se r e n d r e à P a r i s . Quelques

sous ! V o u s n e s a v e z d o n c p a s , v o u s , l e s c h e f s e t l e s m a î t r e s a u -

j o u r d ' h u i d a n s la belle et douce F r a n c e (c'est ainsi, du moins, q u ' o n

parle

t o u j o u r s a u x îles d u V e n t ) , ce q u e v a l e n t ces créoles s i n i s t r é s , a u s s i nobles e t a u s s i fiers s o u s l e u r s h a i l l o n s d ' e m p r u n t q u ' é t a i e n t l e u r s p è r e s s o u s l e s armes, les b l a n c s , les noirs, les h o m m e s de couleur, q u i , tous

ensemble,

v e r s a i e n t s a n s c o m p t e r d e s flots d e s a n g p o u r l a p a t r i e c o m m u n e , d a n s l e s luttes contre l'ennemi héréditaire

de n o t r e p u i s s a n c e n a v a l e et

coloniale?

C e u x m ê m e s qui c o n n a i s s e n t le mieux l'histoire des Antilles ne s a u r a i e n t é n o n c e r l e chiffre e x a c t d e s officiers s u p é r i e u r s e t a u t r e s d e t o u s g r a d e s , d e s m a r i n s e t d e s soldats de t o u t e s a r m e s , fournis p a r la M a r t i n i q u e à l a F r a n c e , de 1 6 3 5 à 1 9 0 2 , alors q u e les r è g l e m e n t s et la p r a t i q u e de la m é t r o p o l e ne les a s t r e i g n e n t p a s e n c o r e a u service m i l i t a i r e , q u e , s p o n t a n é m e n t ils s'imposent de vieille d a t e , et d o n t , p a r leurs votes, c h a q u e a n n é e

renouvelés

a u c o n s e i l g é n é r a l , ils d e m a n d e n t l ' a p p l i c a t i o n p l e i n e e t e n t i è r e à l a c o l o n i e .


LIVRE

D'OR

DE

LA

CHARITÉ

485

C'est à ces vaillants, aux riches héritiers de trois siècles de gloire n a t i o n a l e , q u ' o n d o n n e , a u d é b a r c a d è r e , sur les côtes de F r a n c e , a u n o m des m i n i s t r e s d e l a R é p u b l i q u e , p a r l e s s o i n s d u c o m i t é d e s e c o u r s , quelques

sous !

Quelques sous pour des siècles de m a g n a n i m i t é ! J e n e p a r l e p a s ici d e s m é r i t e s e n a g r i c u l t u r e , n i d e s l a b e u r s h é r o ï q u e s d a n s l ' i n d u s t r i e de ces p i o n n i e r s d e la civilisation d a n s l a m e r d e s C a r a ï b e s , n o n plus que du million et demi mensuel d'exportation

que la Martinique pro-

cure au commerce de la métropole, ni de la m ê m e somme de denrées coloniales importées, chaque mois également, au H a v r e , à Marseille ou à Bordeaux. Cela p o u r t a n t ne constitue pas, que je sache, des non-valeurs au compte de la M a r t i n i q u e . Quelques

sous,

aux

sinistrés m a r t i n i q u a i s , les plus patriotes des

çais, quand, d'un bout à l'autre

r o p e , d u m o n d e e n t i e r , v o u s v i e n n e n t à l e u r a d r e s s e , a v e c le p l u s fique

e m p r e s s e m e n t , l ' o r d e la c h a r i t é c h r é t i e n n e , l ' a r g e n t de l a

i n t e r n a t i o n a l e , l'obole de la fraternité Quelques

sous,

Fran-

du t e r r i t o i r e , d e t o u s les p o i n t s de

l'Eu-

magni-

solidarité

universelle.

q u a n d vous êtes les d é p o s i t a i r e s de 2 millions d ' a u m ô -

n e s , q u ' o n v o u s d e m a n d e à h a u t s cris de l e u r d i s t r i b u e r a v e c sagesse et a v e c z è l e , c ' e s t - à - d i r e vite e t bien,

et non p a s dans dix-huit mois ou deux

a n s , c o m m e v o u s s e m b l e z d é s i r e u x d e le f a i r e , a p r è s l e t r é p a s , s a n s d o u t e , d e l a p l u p a r t d e s r a r e s s u r v i v a n t s d e S a i n t - P i e r r e . Q u e v o u s n e s e m i e z p a s l e s poig.iées d'or au h a s a r d , Messieurs, c'est très j u s t e ; mais q u e vous soyez des disp e n s a t e u r s t y r a n n i q u e s de la charité, des caissiers g o u r m é s , des b u r e a u c r a t e s a u x s y s t è m e s a b s u r d e s d e l e n t e u r e t d ' e n t r a v e s , les r o i s f a i n é a n t s d e l a m u nificence, les i m i t a t e u r s serviles des exploits f a n t a s t i q u e s

des b u r e a u x de

b i e n f a i s a n c e p a r i s i e n s , o h ! n o n , ce n ' e s t p a s cela q u ' a t t e n d e n t d e v o u s la Martinique a g o n i s a n t e , la F r a n c e libérale, l ' E u r o p e

g é n é r e u s e , le

monde

e n t i e r , s y m p a t h i q u e à la d o u l e u r d e la p e r l e des P e t i t e s - A n t i l l e s . Allez p l u s v i t e , M e s s i e u r s , faites m i e u x , ou p a s s e z la b o u r s e à d ' a u t r e s , p l u s

actifs,

plus i n d é p e n d a n t s que vous. E t , autant que possible, qu'on sache

partout

l e s n o m s d e s d e s t i n a t a i r e s e t le m o n t a n t d e s s o m m e s r e m i s e s à c h a c u n . N u l sinistré n ' a à r o u g i r . Il n ' e n est p a s u n seul q u i n ' a i t fait le b i e n a u t o u r de l u i q u a n d il é t a i t r i c h e . L e s o r t a c t u e l e t l e s t i t r e s d e s M a r t i n i q u a i s m a l h e u reux sont grands comme leur infortune même. J e m'en tiens là, me gardant d'occuper une autre charge qui à m o n s e n s , c e l l e - l à , u n droit

e t u n devoir

de l'Etat,

constitue,

et, par suite, n e me

p e r m e t t a n t d'ajouter qu'avec u n e souveraine déférence vis-à-vis du pouvoir s u p r ê m e ces d e r n i e r s mots : Q u a n t à la dette nationale de la F r a n c e , que vous êtes appelés à p a y e r à l a M a r t i n i q u e s i n i s t r é e , M o n s i e u r le P r é s i d e n t

de la R é p u b l i q u e ,

sieurs les ministres, s é n a t e u r s et d é p u t é s , l'univers fixés s u r v o u s e t v o u s a t t e n d à l ' œ u v r e .

Mes-

entier a les regards


486

LA CATASTROPHE

D U MOIS D E MAI

1902

A ces desiderata, à ces e x i g e n c e s de première nécessité, à ces objurgations qui reflètent simplement l'état a ' â m e des sinistrés, M. J u l e s Godin, s é n a t e u r , p r é s i d e n t d u sous-comité, se contente de répondre en ces termes : Vous surtout

voulez

connaître

si l'on tient

convoqués.

Le sous-comité

pêches,

les souscriptions,

envoyé,

dès le premier

titué à Fort-de-France s'exerce Nous

ce que nous avons fait ? Mais

compte

en venant

ne restons

des circonstances se réunit

tous les jours.

les demandes

de secours,

moment, par

100 000 fr.

le gouverneur

en aide aux Martiniquais

donc pas

dans

bien des choses

lesquelles Nous

examinons

et nous avisons.

au comité

intérimaire.

été

les

Nous

déavons

de distributions A Paris,

« en panne

déjà,

nous avons

cons-

notre

», passez-moi

action le

moi.

inaclifs.

L e travail n e m a n q u e pas, sans doute, et il n'est pas près de d i m i n u e r . L a tâche est délicate, grosse de difficultés, cela sa,ute a u x y e u x . Hélas ! notre cri d'angoisse, nos reproches, les graves considérations qui p r é c è d e n t et la légitime curiosité du reporter qui a interrogé l'honorable M. Godin restent d a n s l e u r intégralité, pour ainsi d i r e , sans réponse satisfaisante. E t , non seulement les h e u r e s , non seulement les jours, mais les semaines s'écoulent sans sécher les larmes, sans conjurer les désespoirs, sans rattacher à la vie des êtres agonisants. Aussi bien, le cœur français est g r a n d , il est fort, il est puissant ; mais les Américains ont à leur avantage le génie des affaires, les v u e s promptes, l'action efficace. A u cas présent, soyez donc Franco-Américains

avec éclat, Messieurs du comité officiel de secours

a u x victimes, sous peine d ' a r r ê t e r court aujourd'hui le saint enthousiasme de la charité c h r é t i e n n e , l'élan sublime de la fraternité universelle et, p a r t a n t , d'encombrer demain votre périlleuse mission de toutes sortes cV impedimenta.

Oui, soyez

Franco-Américains

h a r d i m e n t : faites vite, faites bien, triomphez a u profit de la renaissance immédiate et de la prospérité nouvelle de la Martinique. H e u r e u x serons-nous de vous g a r d e r ici, sans contestation, toute première place au Livre

d'Or. CŒUR CRÉOLE.

la


DU

M I L I E U D E S R U I N E S UN D E R N I E R CRI D ' E S P O I R UN D E R N I E R A P P E L A LA F R A N C E POUR

L E R E L È V E M E N T DE LA M A R T I N I Q U E

Comme si l'on n e pouvait narrer des malheurs sans être le jouet des épreuves, il nous a fallu subir, pour la publication de cet ouv r a g e , une série fatale de retards désespérants. P a r suite, ce n'est q u ' a u j o u r d ' h u i , au lendemain anniversaire

de la catastrophe,

du

troisième

qu'il nous est permis de mettre

en place cette humble pierre funéraire

que nous nous étions hâté

d e tailler, avec le dessein de la poser sur les cendres encore chaudes de nos martyrs,

en la première commémoration a n n u e l l e de leur

envolée au ciel. Enfin, nous le présentons quand m ê m e , ce p i e u x témoignage de notre indéfectible a m o u r a u x quarante mille disparus de la Cité créole, et, avec l u i , u n aperçu des Annales de la Martinique, fiant

justi-

assez, croyons-nous, ce que nous exprimons à travers les

pages de ce volume à la louange de cette belle a u t a n t

qu'infortunée

colonie, qui, en c h a c u n des lustres n o m b r e u x de son existence, n ' a pas e u seulement à souffrir de ses propres adversités, mais encore des revers de sa métropole. P a r u n e trop cruelle destinée, en effet, a u x heures les plus critiques, nos colons dans l'angoisse et le péril ont été à peu près abandonnés à leur sort, parce que toujours, a u x mêmes dates, sous Louis X I V , Louis X V , Louis X V I , et p e n d a n t la g r a n d e Révolue r

tion, et plus tard sous Napoléon I , et depuis, n o t a m m e n t en 1848, en 1870, en 1 8 9 1 , aujourd'hui davantage, le g o u v e r n e m e n t métropolitain était ou est lui aussi a u x prises, soit avec des difficultés inéluctables au d e h o r s , soit avec celles qu'il provoque a u - d e d a n s , contre droit et raison. Pour comble d ' é p r e u v e (nous l'avons déjà signalé et nous le r a p pelons avec tristesse), le bon peuple de France, si sensible à Thon-


488

LA CATASTROPHE

DU

MOIS D E MAI

1902

neur, est souvent e n t r e t e n u intentionnellement d a n s l'ignorance des besoins de ses lointaines possessions. Maintes fois, par ailleurs, quand u n éclatant désastre, d é c h i r a n t la prescription du silence, l'oblige à y songer, il se voit paralysé dans ses moyens d'action par les mille charges accablantes sous le j o u g desquelles le tient a n x i e u x sa sollicitude quotidienne pour ses oeuvres locales de charité, d'instruction et d'apostolat, menacées, battues en brèche ou enlevées d'assaut par des sectaires nouvelles, très nécessaires,

à la poursuite de conquêtes

à leur sens, aussi néfastes,

en réalité, à

l'État qu'à l'Église. Le bon peuple de France,

disons-nous, contraint par ces luttes

intestines de défendre pied à pied ses foyers, néglige les vieilles Antilles. Ne verrons-nous donc pas, à la suite du cataclysme de 1902, une âme assez éprise de j u s t i c e pour arrêter u n plan de majorât

colo-

nial d'un million, et assez influente pour lui g a g n e r les suffrages des patriotes de toutes les classes sociales, au profit de ces îles, les premières nées de notre empire d ' o u t r e - m e r ? Actuellement, il existe encore chez nous q u a r a n t e - d e u x majorats, ensemble d ' u n r e v e n u a n n u e l de 1 0 5 5 5 8 4 fr. Qui empêcherait tant d'honnêtes citoyens d ' e n t r e p r e n d r e

une

fois, sur demande, ou m ê m e , comme bloc respectable du p e u p l e souverain, d'inscrire de propre mouvement,

au bénéfice de la Marti-

nique, sans oublier la G u a d e l o u p e , très éprouvée aussi, ce que les décrets de 1806 et de 1808 ont institué à l'avantage des Baston de Lariboisière, Bernadotte et B e r t h i e r ; des Bouille,

Chasseloup-

L a u b a t , C h a u m o n t - Q u i t r y , Galz de Malvirade, la B o n n i n i è r e , Montesquiou-Fezensac, S é g u r et D u c h â t e l ; des L a n n e s , L a w de Lauriston, Masséna, Mortier, Oudinot, P e r r i n , R é g n i e r , Suchet, N e y , prince de la Moskova, N e y , d u c d ' E l c h i n g e n ; enfin Thomas, Reille, Rouillet d e la Bouillerie, Ordener,

des

Méneval,

Maret de Bassano, L e g r a n d , F r a c h o n , baron Ftiin, Dupont, D e l a malle, de G r o u c h y , d'Hastrel, de Burggraff, D a r u ,

Caffarelli,

Bâillon et B a r t h o l d i ? D a n s la balance de la justice distributive, de la reconnaissance publique, de la bienfaisance nationale, les services

noblement


UN DERNIER CRI D'ESPOIR

489

r e n d u s et les sacrifices héroïques consentis, depuis des siècles, par les Martiniquais et les G u a d e l o u p é e n s , p e u v e n t incontestablement être posés avec distinction à côté de c e u x des personnages illustres dont nous relevons plus h a u t les noms historiques. V r a i m e n t , il serait d i g n e , j u s t e , équitable et salutaire d'entrer dans cette voie de protection effective de haute portée et de longue d u r é e , vis-à-vis de nos colonies du golfe du Mexique, quelle que doive être en dernier ressort la forme qu'il plairait d'adopter à cette intention, soit selon la formule susindiquée de majorât, soit suivant les idées émises par M. Gerville-Réache dans les termes excellents de l'article que nous avons reproduit, soit en harmonie avec les c h a l e u r e u x appels lancés p a r le docteur Pichevin, soit conformément a u x propositions du Comité des familles créoles, à P a r i s , soit en vertu d'autres systèmes efficaces. L a m i n i m i t é , précieuse pourtant,

des premières assistances a u x

victimes, celle des bourses attribuées à des orphelins, celle des pensions réservées à des invalides et à des veuves chargées d'enfants en bas âge ne constituent, en somme, q u ' u n semblant de r é paration des pertes et des ruines incalculables causées par l'explosion du mont P e l é . A ne considérer que la surface du sinistre, sans essaj er de sonder la profondeur du m a l , ni de t e n i r compte des répercussions lointaines du fléau, renversement complet des existences, effondrement total ou partiel des fortunes à S a i n t - P i e r r e et autres l i e u x , en relation avec la place Bertin, on a p u évaluer v a g u e m e n t à 300 ou 350 millions les résultats patents du coup fatal porté à la colonie. Mais la vérité est q u ' u n milliardaire, doublé d ' u n homme de g é n i e , qui sacrifierait avec sagesse, conscience, poids et m e s u r e , sa fort u n e entière à la restauration de la Martinique, pourrait seul y r é tablir l'équilibre détruit le 8 mai 1902. L e s lenteurs qui ont r e t a r d é l'apparition de cet ouvrage — sans rien lui enlever de sa perpétuelle d'être longtemps le livre du jour,

actualité,

sans l'empêcher donc

le livre de chevet des créoles, qui

n e se lasseront point de se remémorer leurs gloires et de revivre leurs douleurs — ont eu cela de bon qu'elles nous ont permis, non seulement d'ajouter à notre travail primitif plusieurs documents


490

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI 1 9 0 2

n o u v e a u x , i n d é p e n d a m m e n t de c e u x du cyclone de 1903, mais aussi de constater q u e , en dépit des circonstances calamiteuses, de nature à couper court a u x plus b e a u x élans de charité, la souscription nationale a presque atteint le chiffre de 10 millions, et d'app r e n d r e enfin q u ' u n certain nombre de survivants vont bénéficier bientôt de secours temporaires ou viagers d'une importance c h a c u n de 200 à 1 2 0 0 fr., assez é q u i t a b l e m e n t répartis dans l'ensemble, a u t a n t que nous pouvons en j u g e r personnellement, eu égard à la délicatesse des situations individuelles ou d e famille, a u x difficultés d'estimation et de contrôle, à la multiplicité des intérêts e n j e u et à la modicité des ressources réservées a u x capitalisations nécessaires pour le bon service d e la D e t t e . Disons toutefois que plusieurs des dernières lettres v e n u e s de F o r t - d e - F r a n c e n e p a r t a g e n t point cet avis. E l l e s ne s'accordent pas entre elles sur la v a l e u r des droits respectifs des sinistrés. Il en est qui trouvent défectueuses les quotités de certaines répartitions. A tel par e x e m p l e , qui n ' a rien p e r d u , p u i s q u ' i l ne possédait rien à Saint-Pierre ni ailleurs, les commissaires octroient beaucoup plus q u ' a u x sinistrés, riches propriétaires j u s q u ' a u 8 mai et totalement ruinés ce j o u r - l à . Q u e le seul titre de survivant de la Cité créole prédispose à la sympathie, cela est n a t u r e l auprès de toute â m e bien n é e ; mais q u ' u n e commission de secours n e p é n é t r e pas j u s q u ' a u tréfonds des choses, c'est inadmissible ! Quoi qu'il en soit, m ê m e en d é c e r n a n t d'amples congratulations a u x ayants droit, après lecture attentive des graves documents r e produits ici en dernières pages, nous déclarons que l'œuvre cie relèvement de la Martinique

reste à organiser

intégralement.

P u i s q u e donc ce petit pays possède la g r a n d e valeur que relatent ces Annales et puisque, d'autre part, la conservation et la force de cette sentinelle vigilante,

dans les e a u x d ' A m é r i q u e , sont

indispensables à la F r a n c e , la nation entière doit s'en occuper avec zèle et sommer le g o u v e r n e m e n t de sortir de sa torpeur, au nom de la fraternité, a u nom de l'honneur, au nom de la patrie en danger

là-bas !

CQÎUR C R É O L E .


MINISTÈRE DES COLONIES

RAPPORT DE LA COMMISSION EXECUTIVE AU

COMITÉ

OFFICIEL

DE SECOURS AUX SINISTRÉS DE LA MARTINIQUE

P a r i s , le 27 j u i n 1904. MESSIEURS,

D a n s la s é a n c e du 9 o c t o b r e 1 9 0 2 , n o u s a v o n s fait c o n n a î t r e les p r e mières mesures prises p a r l a commission executive en v u e d'assister et de secourir les victimes des c a t a s t r o p h e s des 8 mai et 3 1 août. N o u s vous a v o n s i n d i q u é d a n s q u e l l e s c o n d i t i o n s il n o u s p a r a i s s a i t p o s s i b l e d ' e m p l o y e r , a u mieux des intérêts des sinistrés, les fonds qui n o u s p a r v e n a i e n t de toutes l e s p a r t i e s d u m o n d e et d o n t l e m o n t a n t d é p a s s e a u j o u r d ' h u i 9 6 5 0 0 0 0 f r . A p r è s a v o i r fait f a c e a u x b e s o i n s l e s p l u s u r g e n t s e n d i s t r i b u a n t d e s s e c o u r s i m m é d i a t s à t o u s l e s s i n i s t r é s q u i se t r o u v a i e n t s a n s a s i l e , s a n s v ê t e m e n t s et sans ressource a u c u n e ; a p r è s a v o i r r e c o n s t i t u é , d a n s la limite d u p o s s i b l e , le f o y e r d e s m a l h e u r e u x q u i a v a i e n t p u fuir S a i n t - P i e r r e q u e l q u e s heures a v a n t les éruptions du m o n t P e l é , nous avons pensé que votre commission d e v a i t se p r é o c c u p e r a u s s i de l ' a v e n i r de c e r t a i n e s v i c t i m e s de la catastrophe, complètement ruinées p a r elle, et qui, en raison de leur â g e , d e l e u r é t a t d e s a n t é , d e l e u r s i t u a t i o n d e f a m i l l e , se t r o u v a i e n t d a n s l ' i m p o s s i b i l i t é d e se c r é e r d e s m o y e n s d ' e x i s t e n c e . N o u s n o u s t r o u v i o n s , e n effet, e n p r é s e n c e d o v e u v e s , d e v i e i l l a r d s , d ' i n firmes e t d ' o r p h e l i n s q u i é t a i e n t i n c a p a b l e s d e d e m a n d e r à u n t r a v a i l q u e l c o n q u e leur p a i n q u o t i d i e n . Il n e s'agissait d o n c p a s s e u l e m e n t de les a i d e r momentanément,

m a i s de l e u r créer des r e s s o u r c e s : p o u r les u n s , p e r m a -

n e n t e s j u s q u ' à l e u r m o r t ; p o u r les a u t r e s , t e m p o r a i r e s j u s q u ' a u j o u r où ils s e r a i e n t e n m e s u r e d e se suffire à e u x - m ê m e s .


LA CATASTROPHE DU MOIS DE MAI 1 9 0 2

492

Vous avez bien voulu approuver nos propositions d a n s cet ordre d'idées et nous d o n n e r m a n d a t de m e n e r à bien cette œ u v r e d ' h u m a n i t é et de p r é voyance. Depuis dix-huit mois, nous avous poursuivi sans relâche la mission que v o u s n o u s a v e z confiée et n o u s v e n o n s v o u s r e n d r e c o m p t e d e s c o n d i t i o n s dans lesquelles nous nous sommes acquittés de notre tâche, ainsi que des résultats que nous avons obtenus. C e r t a i n e s p e r s o n n e s , q u i n e p o u v a i e n t a p p r é c i e r t o u t e s l e s difficultés q u e nous avions à vaincre, ont exprimé l'avis que nous procédions avec trop de l e n t e u r , e t q u e t o u s l e s f o n d s d e l a s o u s c r i p t i o n , si l a r g e m e n t m i s à n o t r e disposition, auraient dû, depuis longtemps déjà, être distribués aux sinistrés. Nous pensons, au contraire, que trop de précipitation dans l'attribution d e s s e c o u r s a u r a i t e u l e s p l u s g r a v e s i n c o n v é n i e n t s . Q u e s i , d è s le d é b u t , n o u s avions d o n n é sans compter, sans souci de l'avenir, sans renseignem e n t s p r é c i s , à t o u s l è s s i n i s t r é s q u i d e m a n d a i e n t , n o u s a u r i o n s f a v o r i s é les mis a u d é t r i m e n t des a u t r e s , et l o r s q u e les fonds de la souscription a u r a i e n t été épuisés, nous n o u s serions trouvés en présence de misères aussi intér e s s a n t e s q u ' i l . n o u s e û t été impossible de soulager. Il nous paraissait, en outre, d a n g e r e u x de m e t t r e , tout d'abord, à la disposition de ces sinistrés d e s s o m m e s u n p e u é l e v é e s , c a r il f a u t c o m p t e r a v e c l ' i m p r é v o y a n c e h u m a i n e , et nous a v o n s fait l'expérience que certains secours plus i m p o r t a n t s , attrib u é s d a n s un b u t d é t e r m i n é , n ' o n t pas toujours été e m p l o y é s avec p r u d e n c e p a r les p e r s o n n e s qui les a v a i e n t sollicités. Est-il besoin de r a p p e l e r q u ' à la suite des éruptions des 8 mai et 3 1 août, t o u t e la population de la partie septentrionale de la Martinique qui avait é c h a p p é a u d é s a s t r e , soit e n v i r o n 2 5 0 0 0 â m e s , a v a i t é m i g r é à F o r t - d e F r a n c e ou d a n s l a r é g i o n s u d d e l ' î l e ? q u ' u n g r a n d n o m b r e d e p e r s o n n e s , même

celles qui n ' h a b i t a i e n t pas le territoire d é v a s t é , a v a i e n t , d a n s

un

m o m e n t d ' a f f o l e m e n t b i e n c o m p r é h e n s i b l e , fui v e r s l e s c o l o n i e s v o i s i n e s o u é t r a n g è r e s , la G u a d e l o u p e , la G u y a n e , la ï r i n i d a d , la D o m i n i q u e , SainteI-ucie? que d'autres encore s'étaient réfugiées eu F r a n c e ? qu'enfin d e 3 milles q u i h a b i t a i e n t à d e m e u r e la m é t r o p o l e et y v i v a i e n t des

fa-

ressources

q u e l e u r p r o c u r a i e n t l e u r i n d u s t r i e o u l e u r s p r o p r i é t é s à l a M a r t i n i q u e , se trouvaient, du j o u r au lendemain, d a n s u n e situation des plus précaires? Il é t a i t d o n c i n d i s p e n s a b l e d e recueillir des r e n s e i g n e m e n t s s u r la s i t u a t i o n , a u s s i b i e n p r é s e n t e q u e p a s s é e , d e t o u s c e s s i n i s t r é s , e t si p o u r le? premiers secours cette instruction était forcément

s o m m a i r e , il

convenait

p o u r l ' a v e n i r d ' ê t r e fixé a u s s i e x a c t e m e n t q u e p o s s i b l e s u r l ' é t e n d u e

des

pjrtes subies par chacun d'eux. Il a é t é c o n s t i t u é a i n s i p l u s d e 8 0 0 0 d o s s i e r s , q u e n o u s a v o n s e x a m i n é s d a n s les 1 7 0 s é a n c e s t e n u e s p a r l a c o m m i s s i o n e x e c u t i v e d e p u i s le 1 3 m a i 1 9 0 2 , e t si l ' o n r e m a r q u e q u ' u n g r a n d n o m b r e d e c e s d o s s i e r s s o n t r e v e n u ? p l u s i e u r s fois d e v a n t l a c o . n . n i s s i o u , o n p e u t é v a l u e r a u m o i n s à 2 0 0 0 0 le


R A P P O R T AU COMITÉ D E

493

SECOURS

n o m b r e d e s r a p p o r t s p r é s e n t é s e t s a n c t i o n n é s c h a q u e fois p a r u n e d é c i s i o n spéciale. T o u t e s les d e m a n d e s qui nous sont p a r v e n u e s ont été examinées avec s o i n e t s o l u t i o n n é e s d a n s le p l u s b r e f d é l a i . N o u s p o u v o n s affirmer q u e les d é c i s i o n s de la commission o n t été p r e s q u e toujours a c c e p t é e s a v e c

recon-

n a i s s a n c e p a r l e s i n t é r e s s é s e t q u e b i e n p e t i t e s t le n o m b r e d e c e u x q u i o n t cru devoir protester contre elles. N o u s a v o n s d i t p l u s h a u t q u e le m a g n i f i q u e é l a n d e s o l i d a r i t é q u i s ' e s t s p o n t a n é m e n t manifesté en F r a n c e et d a n s le m o n d e entier, à la nouvelle de l'effroyable c a t a s t r o p h e d e la M a r t i n i q u e , a v a i t eu p o u r r é s u l t a t définitif de n o u s p r o c u r e r u n e r e s s o u r c e d e p l u s d e 9 6 5 0 0 0 0 fr. N o u s allons m a i n t e n a n t vous faire connaître aussi b r i è v e m e n t que p o s s i b l e l ' e m p l o i d e c e s 9 6 5 0 0 0 0 fr. p r o v e n a n t d e l a s o u s c r i p t i o n n a t i o n a l e .

Martinique. A u s s i t ô t votre commission executive c o n s t i t u é e , son p r e m i e r soin fut d ' e n v o y e r à l a M a r t i n i q u e 1 0 0 0 0 0 f r . e n e s p è c e s e t d e s v i v r e s p o u r 2 0 0 0 0 0 fr. M a i s p a r s u i t e d ' u n m a l e n t e n d u l e s 1 0 0 0 0 0 fr. n e f u r e n t p a s e m p l o y é s i m médiatement. Seulement, grâce au produit de souscriptions particulières rec u e i l l i e s à l a M a r t i n i q u e , a u x 5 0 0 0 0 0 fr. e n v o y é s p a r le g o u v e r n e m e n t , a u x v i v r e s g é n é r e u s e m e n t offerts p a r l e s p a y s v o i s i n s , le c o m i t é l o c a l , p r é s i d é p a r M. S é v è r e , m a i r e de F o r t - d e - F r a n c e , p u t faire face a u x p r e m i e r s b e s o i n s . Du

mois de m a i

a u mois

de septembre

1 9 0 2 , il f u t

dépensé en

se-

cours d e t o u t e n a t u r e , s a n s la p a r t i c i p a t i o n des fonds de la s o u s c r i p t i o n , 6 6 3 9 4 8 fr. 9 6 . L e comité local se b o r n a à distribuer des secours en espèces et e n vivres et à p o u r v o i r au l o g e m e n t des 2 5 0 0 0 sinistrés qui se t r o u v a i e n t sans asile et sans p a i n . S o n œ u v r e d'assistance n e p o u v a i t s'étendre au delà, en présence d'une population frappée de stupeur par u n e catastrophe aussi épouvantable q u i , e n d é t r u i s a n t S a i n t - P i e r r e , l e c e n t r e le p l u s i m p o r t a n t e t l e p l u s r i c h e de la M a r t i n i q u e , avait c o m m e s u s p e n d u la vie é c o n o m i q u e d e la colonie. M a i s u n e p a r e i l l e s i t u a t i o n n ' a u r a i t p u , s a n s i n c o n v é n i e n t s g r a v e s , se p r o l o n g e r l o n g t e m p s . Il n ' é t a i t p a s p o s s i b l e , a u p o i n t d e v u e d e l ' o r d r e e t de la sécurité,

d e l a i s s e r se p e r p é t u e r l ' a g g l o m é r a t i o n

des sinistrés

qui

s'étaient réfugiés à F o r t - d e - F r a n c e ou d a n s les b o u r g s e n v i r o n n a n t s . Il e û t été d a n g e r e u x de secourir indéfiniment des adultes qui, m o m e n t a n é m e n t à l ' a b r i d u b e s o i n , n ' a u r a i e n t p a s e s s a y é d e se t i r e r d ' a f f a i r e

par leurs pro-

pres moyens. 11 f a l l a i t , a u c o n t r a i r e , c h e r c h e r à r e p l a c e r a u p l u s v i t e l e s s i n i s t r é s d a n s des conditions normales d'existence, leur procurer d u travail, les réinstaller s u r d e s c e n t r e s à c r é e r , l e u r d o n n e r , e n u n m o t , l a p o s s i b i l i t é d e v i v r e , le j o u r où les fonds de la s o u s c r i p t i o n s e r a i e n t épuisés.


4<J4

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902

D a n s c e t t e œ u v r e d ' a s s i s t a n c e p a r le t r a v a i l , v o t r e c o m m i s s i o n a é t é p u i s s a m m e n t s e c o n d é e p a r M . le g o u v e r n e u r L e m a i r e , a u d é v o u e m e n t d u q u e l elle t i e n t à r e n d r e h o m m a g e . L'œuvre

é t a i t p a r t i c u l i è r e m e n t difficile.

L e désastre avait

tous les services, d é t r u i t les i n d u s t r i e s les plus

florissantes

désorganisé

de la Martini-

q u e , a r r ê t é l a vie c o m m e r c i a l e d e la c o l o n i e . L e n o r d de l'île é t a i t d e v e n u inhabitable, et l'introduction de n o u v e a u x travailleurs sur des centres déjà s u f f i s a m m e n t p o u r v u s d e m a i n - d ' œ u v r e a u r a i t e u p o u r effet d ' a v i l i r

encore

les s a l a i r e s . Il fallait donc procéder avec p r u d e n c e et m é t h o d e , et, tout en d o n n a n t des secours aux adultes, sous forme de salaires pour des travaux d'utilité p u b l i q u e , il c o n v e n a i t d ' é v a c u e r p e u à p e u , s u r d ' a u t r e s p o i n t s d e l a c o l o n i e , des t r a v a i l l e u r s q u i , oisifs, e n c o m b r a i e n t les r u e s de F o r t - d e - F r a n c e . A l'aide

des fonds

de la souscription

et du

crédit extraordinaire

de

2 2 6 0 0 0 0 fr. v o t é p a r le P a r l e m e n t , d e s p r o p r i é t é s a p p a r t e n a n t a u d o m a i n e ou a c q u i s e s à des p a r t i c u l i e r s et r e p r é s e n t a n t 1 3 0 0 h e c t a r e s e n c u l t u r e s fur e n t défrichées et a m é n a g é e s p o u r des a g r i c u l t e u r s . C h a q u e famille reçut u n e concession avec case, des outils, des g r a i n e s , des p l a n t s . C'est

ainsi

q u e f u r e n t c r é é s d i x - n e u f villages ( ' ) , s i t u é s p o u r la p l u p a r t à p r o x i m i t é des c e n t r e s i n d u s t r i e l s , afin d e p e r m e t t r e a u x h a b i t a n t s d ' y é c o u l e r l e u r s p r o duits et dans lesquels une population que l'on peut évaluer à 8 300 individ u s a r e t r o u v é , s i n o n le f o y e r p e r d u , d u m o i n s u n a b r i e t l e s m o y e n s d e se refaire une nouvelle existence. P o u r l'exécution de cette première partie d u p r o g r a m m e , et t o u t en cont i n u a n t à allouer des secours aux sinistrés qui ne pouvaient être compris dans cette catégorie de travailleurs, l'administration locale a employé une s o m m e d e 1 6 5 5 0 0 0 f r . s u r l e s f o n d s d e l a s o u s c r i p t i o n , e t , a p r è s l a vérification des pièces c o m p t a b l e s , nous a u r o n s e n c o r e à r e m b o u r s e r à l ' E t a t 5 0 0 0 0 0 à 6 0 0 0 0 0 fr. p o u r l a c o n s t r u c t i o n d e s c a s e s e t a u t r e s d'installation,

dépenses q u e le P a r l e m e n t a cru devoir

dépenses

mettre à

notiv

charge. T o u t en p o u r s u i v a n t cette œ u v r e é c o n o m i q u e et sociale, l'administration l o c a l e , s u r les i n s t r u c t i o n s d e l a c o m m i s s i o n , i n v i t a i t t o u s les s i n i s t r é s à f a i r e c o n n a î t r e s u r d e s i m p r i m é s ad hoc l e u r s i t u a t i o n a c t u e l l e , l ' é t e n d u e d e l e u r s p e r t e s , l a n a t u r e d u s e c o u r s , s o i t définitif, s o i t t e m p o r a i r e , s o i t v i a g e r , qu'ils sollicitaient. L e s feuilles de r e n s e i g n e m e n t s e n v o y é e s d a n s la colonie eu d é c e m b r e 1 9 0 2 , remplies p a r les intéressés et c o m m u n i q u é e s p o u r avis aux m a i r e s des c o m m u n e s , à u n comité institué à F o r t - d e - F r a n c e et a u g o u v e r n e u r ,

ont

1. F o n d s - L a h a y e , La Démarche, S c h œ l c h e r , F o n d s - B o u c h e r , Sainte-Mark', Fourniols, R e c u l é , Tivoli, Trinité, Bonair, L a Tracée, Colson, Aima et B o u c h e r , Concorde, Pré-Fontaine, Demartinières, Séailles et R a b u c h o n .


RAPPORT AU COMITÉ D E été retournées

à la commission

SECOURS

executive, qui devait statuer en

495 dernier

ressort. Cette série d ' e n q u ê t e s n ' a p u être a c h e v é e q u ' e n d é c e m b r e 1 9 0 3 , et votre commission, après avoir étudié avec le plus grand soin tous ces dossiers, après avoir examiné les déclarations de pertes déjà formulées p r é c é d e m m e n t , a consacré la plus g r a n d e p a r t i e de ses séances d e j a n v i e r à m a i 1 9 0 4 à classer les sinistrés en trois catégories : L e s v e u v e s , les vieillards et les infirmes q u i d e v a i e n t bénéficier d ' u n s e cours permanent ; L e s o r p h e l i n s ou les e n f a n t s d o n t les pères" et m è r e s a v a i e n t des r e s s o u r c e s r e s t r e i n t e s , a u x q u e l s il é t a i t n é c e s s a i r e d ' a c c o r d e r u n s e c o u r s t e m poraire ; Enfin, les a d u l t e s qui p o u v a i e n t recevoir u n secours définitif après lequel toute assistance devait cesser. N o u s ferons c o n n a î t r e plus t a r d dans quelles conditions nous avons réglé la situation des deux premières catégories. P o u r l a troisième, les secours définitifs, n o u s a v o n s c o n s a c r é u n e s o m m e de p l u s de 9 0 0 0 0 0 fr. E n r é s u m é , ces différentes m e s u r e s , n o n compris les secours t e m p o r a i r e s et viagers, d o n t n o u s p a r l e r o n s plus loin, m a i s en t e n a n t compte des d é p e n s e s de cases é v a l u é e s à 5 5 0 0 0 0 fr., r e p r é s e n t e n t p o u r la s o u s c r i p t i o n u n e d é p e n s e t o t a l e , e n chiffres r o n d s , d e 3 3 1 0 0 0 0 f r . , s o i t p l u s d u t i e r s d e s fonds dont nous disposions.

Colonies françaises et é t r a n g è r e s . Ainsi que nous l'avons dit plus h a u t , u n g r a n d nombre de sinistrés, sous le c o u p d e l a t e r r e u r q u e l e u r i n s p i r a i t l e m o n t P e l é q u i , m ê m e a p r è s l e s éruptions des 8 m a i et 3 0 a o û t , n e cessait de projeter sur la colonie des t o r r e n t s de l a v e , de fumée et de c e n d r e s , s ' é t a i e n t réfugiés d a n s les colonies voisines. D e s c o m i t é s l o c a u x se f o r m è r e n t a u s s i t ô t , m a i s l e u r s r e s s o u r c e s é t a n t i n suffisantes, n o u s n o u s e m p r e s s â m e s de l e u r d é l é g u e r les crédits n é c e s s a i r e s p o u r secourir ces réfugiés qui, la p l u p a r t , avaient quitté la M a r t i n i q u e avec leurs seuls vêtements. La

s o m m e t o t a l e e n v o y é e d a n s c e b u t s ' é l è v e à 2 1 6 4 0 0 fr. a i n s i r é -

partie : Guadeloupe

.

.

7 8 4 0 0 fr

Guyane.

.

.

..

32 000

Trinidad

... .«

.

90 000 13 000

Haïti

2 000

Saint-Domingue La Dominique

.

1000


496

LA CATASTROPHE D U MOIS D E MAI 1 9 0 2

Ces sommes, jointes à celles recueillies s u r place, o n t permis a u x comités d'assurer l'existence de ces malheureux sinistrés p e n d a n t quelques mois. Q u e l q u e s - u n s s e s o n t fixés d a n s c e s c o l o n i e s , o ù i l s o n t t r o u v é u n e s i t u a tion, mais le plus g r a n d n o m b r e o n t été rapatriés à la Martinique où ils o n t été encore secourus dans les conditions indiquées plus haut. L e s frais des p a s s a g e s à l'aller et a u r e t o u r o n t o c c a s i o n n é à l a souscript i o n u n e d é p e n s e q u i n e d o i t p a s ê t r e inférieure â 2 0 0 0 0 0 fr. A l a G u y a n e , en dehors d e s 3 2 0 0 0 fr. envoyés p o u r les secours i m m é d i a t s , n o u s a v o n s affecté u n e s o m m e d e 1 1 0 0 0 0 fr. p o u r u n e t e n t a t i v e d'émigTation d a n s c e t t e c o l o n i e d e f a m i l l e s m a r t i n i q u a i s e s , à l a q u e l l e a b i e n voulu participer le conseil général d e la G u y a n e qui a dépensé pour cet objet s u r s e s fonds d e c o l o n i s a t i o n 2 5 0 0 0 0 à 3 0 0 0 0 0 fr. A u 3 1 décembre 1 9 0 3 , i l familles, c o m p r e n a n t 2 3 5 personnes, étaient installées sur le domaine de Montjolly, situé a u x environs de Cayenne. L e s résultats

obtenus sont favorables,

et, bien q u e la dépense

primitivement

p r é v u e ait é t é s e n s i b l e m e n t d é p a s s é e , on n e p e u t q u e se féliciter de cette tentative qui dans l'avenir favorisera une émigration plus importante de Martiniquais sur la G u y a n e , dont les vastes espaces auraient besoin, pour être mis en valeur, d'une population plus dense. Attirés p a r leurs compatriotes, les Martiniquais, habitués a u climat tropical,

y trouveraient

un

aliment à leur activité et à leur industrie.

France. Il n o u s r e s t e à vous r e n d r e compte de ce q u e n o u s avons fait p o u r les sinistrés en F r a n c e . Ces sinistrés comprenaient : L e s familles établies à d e m e u r e depuis l o n g t e m p s et q u i vivaient d u p r o duit de leurs propriétés situées à la M a r t i n i q u e et gérées p a r d e s t i e r s . L e nombre en était d'ailleurs restreint, mais plusieurs, dans u n e réelle aisance a v a n t la c a t a s t r o p h e , se t r o u v a i e n t après le sinistre c o m p l è t e m e n t sans ressources. Les jeunes gens venus dans la métropole pour y poursuivre leurs

étudrs

supérieures e t q u i r e c e v a i e n t d e s subsides souvent i m p o r t a n t s d e leur famille. Or la p l u p a r t de ces étudiants, a y a n t perdu tous leurs parents et en même temps toutes leurs propriétés, se seraient trouvés d a n s

l'obligation

d ' a b a n d o n n e r le fruit d e plusieurs a n n é e s d ' é t u d e s et p a r suite d a n s l'impossibilité de subvenir à leurs besoins. Enfin,

et c'était

la catégorie la plus nombreuse, tous ceux venus en

F r a n c e pour y retrouver des p a r e n t s , espérant en même temps se créer des moyens d'existence

a v e c m o i n s d e difficulté q u ' à l a M a r t i n i q u e , q u i l e u r

semblait n e pouvoir se relever de cette catastrophe. P a r m i ceux-là se t r o u v a i e n t d e s f o n c t i o n n a i r e s

et des employés que la


RAPPORT AU COMITÉ D E

497

SECOURS

destruction des établissements publics de S a i n t - P i e r r e laissait m o m e n t a n é m e n t s a n s p l a c e et q u i , s'ils c o n s e r v a i e n t l e u r solde d e c o n g é , a v a i e n t p e r d u l e u r s m e u b l e s e t l e u r s effets et q u e l q u e s - u n s m ê m e l e u r s é c o n o m i e s p l a c é e s en i m m e u b l e s ou en valeurs m o b i l i è r e s . L a c o m m i s s i o n e x e c u t i v e a a p p l i q u é à c e s s i n i s t r é s le3 m ê m e s p r i n c i p e s qui l'ont guidée d a n s la répartition des secours à la M a r t i n i q u e . T o u s ont reçu, après u n e enquête sérieuse, des subsides provisoires. L a commission a ainsi directement assisté près de 2 0 0 0 personnes auxquelles il a é t é a l l o u é p l u s d e 9 0 0 0 0 0 fr. A u j o u r d ' h u i e n c o r e , v o t r e commission s e c o u r t m e n s u e l l e m e n t , en a t t e n d a n t q u e vous ayez a p p r o u v é ses propositions c o n c e r n a n t la r é p a r t i t i o n des secours t e m p o r a i r e s et v i a g e r s , 121 chefs de famille, d o n t 8 0 en

province

et à l ' é t r a n g e r , 4 1 à P a r i s , A u d é b u t , le n o m b r e d e s f a m i l l e s s e c o u r u e s à t i t r e p e r m a n e n t é t a i t b i e n plus considérable : 250 en 1 9 0 2 ;

2 2 5 en 1 9 0 3 . Mais votre

commission

n ' a n é g l i g é a u c u n e o c c a s i o n d e r é d u i r e c e s chiffres. E l l e a favorisé, a u t a n t qu'il était en son pouvoir, le r e t o u r à la Martinique des familles qui a v a i e n t encore des a t t a c h e s ou des intérêts d a n s la colonie, où l'existence leur était plus facile et moins o n é r e u s e . A ces sinist r é s elle a a c c o r d é l a r g e m e n t des p a s s a g e s d e r e t o u r et u n d e r n i e r

subside

l e u r p e r m e t t a n t de s u b v e n i r a u x p r e m i e r s frais de l e u r i n s t a l l a t i o n . V o t r e c o m m i s s i o n a facilité d a n s les m ê m e s c o n d i t i o n s l'exode d ' a u t r e s familles, q u e rien n ' a t t i r a i t plus à la M a r t i n i q u e , vers d'autres françaises, à Madagascar,

en I n d o - C h i n e , à la G u y a n e ,

colonies

en Afrique,

en

plus resté à la c h a r g e de la souscription que

les

N ouvelle-C alédonie. P e u à p e u , il n ' e s t

v e u v e s , les vieillards, les infirmes et les e n f a n t s . E n c e q u i c o n c e r n e c e s d e r n i e r s , ils o n t é t é c l a s s é s e n t r o i s c a t é g o r i e s : 1° C e u x q u i , a u m o m e n t d e l a c a t a s t r o p h e , p o u r s u i v a i e n t l e u r s é t u d e s s u p é r i e u r e s : l i c e n c e e n d r o i t , è s l e t t r e s o u ès s c i e n c e s ; d o c t o r a t e n m é d e cine ; diplôme de p h a r m a c i e n ou de chirurgien-dentiste ; brevet de l'école coloniale. P o u r la p l u p a r t d ' e n t r e eux, n o u s a v o n s versé d a n s les caisses des a c a d é m i e s de P a r i s et de T o u l o u s e , a p r è s e n t e n t e avec les r e c t e u r s , u n e s o m m e suffisante p o u r l e u r p e r m e t t r e d ' a c h e v e r l e u r s é t u d e s , soit, p o u r v i n g t é t u d i a n t s , 97 4 2 5 fr., y compris les frais d ' e x a m e n s p e r ç u s p a r l ' E t a t , e t u n d e r n i e r s e c o u r s d e 1 0 0 0 fr. q u i a s s u r e r a l e u r e x i s t e n c e e n a t t e n d a n t qu'ils aient trouvé une situation ; Cinq autres

étudiants sont

également

secourus

directement

dan's

les

mêmes conditions par la commission ; Il convient d'ajouter

que tous ces j e u n e s gens s o n t dispensés des droits

d ' i n s c r i p t i o n s , g r â c e a u b i e n v e i l l a n t c o n c o u r s des u n i v e r s i t é s de la m é t r o pole ; 2° L e s j e u n e s g e n s ( g a r ç o n s o u filles) a u n o m b r e d e 1 0 5 , q u i p o u r s u i v e n t 8 A I N T - P I E R R E - M A R T I N I Q 0 E

82


498

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E MAI

1902

leurs études secondaires, p o u r lesquels nous avons obtenu des bourses d a n s les l y c é e s et collèges d e P a r i s et de p r o v i n c e et d a n s les é c o l e s professionnelles de c o m m e r c e et d ' i n d u s t r i e . J u s q u ' à ce j o u r , en o u t r e d e s frais d e trousseau et de v a c a n c e s , et des m e n u e s dépenses, n o u s avons p a y é à l ' É t a t le p r i x d e l a p e n s i o n p o u r 1 9 0 2 - 1 9 0 3 . M a i s e n v e r t u d u v o t e d u P a r l e m e n t , c e t t e d é p e n s e n e sera plus désormais à la c h a r g e de la souscription, sauf en ce qui concerne trois enfants auxquels des bourses ont été accordées en dehors de la participation de l'Etat. L a d é p e n s e p o u r c e s d e u x c a t é g o r i e s d e s i n i s t r é s s ' e s t é l e v é e à 3 0 1 2 0 5 fr. 5 0 . N o u s p r o p o s o n s d ' a l l o u e r p a r a n j u s q u ' à l a fin d e l e u r s é t u d e s : a u x b o u r siers,

1 5 0 fr. p o u r l e s v a c a n c e s , 2 5 fr. p o u r l e s m e n u e s d é p e n s e s ;

aux

d e m i - p e n s i o n n a i r e s , 4 0 0 fr. p a r a n , e t à t o u s u n d e r n i e r s e c o u r s d e 5 0 0 fr. L e s boursiers au lycée de F o r t - d e - F r a n c e seront traités de la même

ma-

nière. La

troisième c a t é g o r i e c o m p r e n d les enfants qui n ' o n t p u o b t e n i r

de

bourses et qui sont compris dans nos propositions pour un secours annuel v a r i a n t e n t r e 2 0 0 fr. e t 6 0 0 fr. e t u n d e r n i e r s e c o u r s d e 2 0 0 fr. à 5 0 0 fr. E n p r e n a n t ces mesures à l'égard des enfants, nous pensons avoir fait œ u v r e utile et exécuté le v œ u de c e r t a i n s d o n a t e u r s qui ont a p p o r t é leur o b o l e à la s o u s c r i p t i o n e n e x p r i m a n t l e d é s i r q u ' e l l e s o i t p l u s p a r t i c u l i è r e m e n t réservée à cette catégorie de sinistrés. N o u s avons notamment reçu, à c e t effet, u n e s o m m e d e 2 0 6 5 0 fr. p r o v e n a n t d e s o u s c r i p t i o n s

recueillies

par la chambre de commerce de New-York et qui nous a été versée avec cette affectation spéciale. L'ensemble

de

ces

mesures

a

occasionné

une

dépense

globale

de

5 4 9 9 0 7 6 fr. 4 8 . I l n o u s r e s t e u n e s o m m e d e 4 1 6 0 0 0 0 fr. p o u r l e s s e c o u r s t e m p o r a i r e s e t viagers. Les secours

temporaires

c o m p r e n n e n t les b o u r s i e r s , les o r p h e l i n s

qui

n ' o n t pu obtenir de bourses, quelques étudiants, des veuves, j e u n e s encore, qu'il a p a r u nécessaire de secourir p e n d a n t un certain temps p o u r leur perm e t t r e de se c r é e r des m o y e n s d ' e x i s t e n c e . E n ce q u i c o n c e r n e les e n f a n t s , n o u s a v o n s fixé l a fin d u s e c o u r s à l ' â g e d e d i x - h u i t a n s r é v o l u s . N o u s avons classé dans cette catégorie 5 3 2 personnes, r e p r é s e n t a n t une d é p e n s e d e 1 4 2 5 0 0 0 fr. p a y a b l e d e 1 9 0 4 à 1 9 2 0 . N o u s a v o n s t e n u c o m p t e dans nos calculs des intérêts de cette somme au taux de 2 , 5 0 p . 1 0 0 p e n d a n t la p é r i o d e de seize a n s ci-dessus i n d i q u é e . L a s e c o n d e p a r t des fonds disponibles, soit 2 7 3 5 0 0 0 fr., a été r é s e r v é e pour a s s u r e r des pensions v i a g è r e s à 5 4 0 v e u v e s , vieillards et infirmes. C e t t e prévision a été établie en p r e n a n t p o u r b a s e les t a b l e s de m o r t a l i t é et en t e n a n t compte des revenus que produira le placement de cette somme. Ces calculs, faits avec b e a u c o u p de soin p a r le b u r e a u spécial d e l a Martin i q u e , a u ministère des colonies, sur les bases indiquées p a r le ministère du


RAPPORT AU COMITÉ D E

499

SECOURS

c o m m e r c e , n o u s p e r m e t t e n t d'affirmer q u e l e s e r v i c e d e s p e n s i o n s

viagères

est assuré j u s q u ' a u j o u r du décès du d e r n i e r sinistré compris sur l'état des secours concédés à titre permanent. L'agence centrale des banques coloniales, dont l'administrateur

actuel

est le trésorier g é n é r a l de la souscription, sera c h a r g é e , t o u t a u m o i n s p r o visoirement, d u p a y e m e n t d e ces secours t e m p o r a i r e s et v i a g e r s . A u d é b u t , l'organisation de ce service nécessitera u n e série d e m e s u r e s de détail q u e l'expérience acquise p e n d a n t ces deux années p e r m e t t r a à votre trésorier de r é g l e r s a n s difficulté, et l ' a g e n c e c e n t r a l e , p a r ses r e l a t i o n s a v e c les é t a blissements de crédit d e l a métropole et la b a n q u e de la M a r t i n i q u e , est t o u t e désignée p o u r opérer la transmission d a n s la colonie des fonds

né-

cessaires au p a y e m e n t des secours. E n ce qui touche le p l a c e m e n t des fonds, deux établissements de crédit, p r é s e n t a n t é g a l e m e n t t o u t e s les c o n d i t i o n s désirables de s é c u r i t é , n o u s o n t fait des p r o p o s i t i o n s . L ' u n , l e C o m p t o i r n a t i o n a l d ' e s c o m p t e d e P a r i s , q u i a é t é d é s i g n é p a r le c o m i t é g é n é r a l p o u r recevoir en d é p ô t les fonds d e la s o u s c r i p t i o n , n o u s offre d ' a c c e p t e r l a s o m m e d e 4 1 6 0 0 0 0 fr. e n c o m p t e c o u r a n t à r a i s o n d e 3 p . 1 0 0 l ' a n . Il m e t , en o u t r e , à n o t r e disposition t o u t e s ses a g e n c e s et s'engage

à p a y e r s a n s f r a i s l e s c h è q u e s é m i s p a r l e t r é s o r i e r , c o m m e il

l ' a f a i t t r è s g r a c i e u s e m e n t p e n d a n t le c o u r s d e c e s d e u x a n n é e s . I l c o n v i e n t d e f a i r e r e m a r q u e r q u e , d e p u i s l ' o r i g i n e d e s b a n q u e s c o l o n i a l e s , le C e m p t o i r est leur c o r r e s p o n d a n t a g r é é p a r le m i n i s t è r e des colonies. L e s e c o n d é t a b l i s s e m e n t d e c r é d i t a u q u e l n o u s n o u s s o m m e s a d r e s s é s , le C r é d i t f o n c i e r d e F r a n c e , n o u s offre 2 1/2 p . 1 0 0 l ' a n . L e t a u x d e p l a c e m e n t est inférieur d ' u n d e m i - p o i n t ; les facilités de p a y e m e n t des secours et de t r a n s m i s s i o n d e f o n d s s o n t m o i n s g r a n d e s . M a i s o n p e u t c o n s i d é r e r q u e le C r é d i t f o n c i e r , q u o i q u e é t a n t u n é t a b l i s s e m e n t p r i v é , se t r o u v e , e n v e i t u des décrets

des 26 juin

et 6 juillet 1 8 5 4 , placé sous la surveillance

de

l'Etat, qui n o m m e son g o u v e r n e u r et ses deux s o u s - g o u v e r n e u r s et qui oblige l'assemblée générale des actionnaires à prendre trois m e m b r e s du

conseil

d'administration parmi les trésoriers-payeurs g é n é r a u x . V o t r e commission, Messieurs, a y a n t u n e égale sympathie p o u r ces

deux

é t a b l i s s e m e n t s , n ' a p a s c r u d e v o i r m a r q u e r s a p r é f é r e n c e , e t v o u s l a i s s e le soin de d é s i g n e r celui qui r e c e v r a les fonds de la s o u s c r i p t i o n a c t u e l l e m e n t disponibles.


500

LA

CATASTROPHE D U

Mouvement

MOIS D E

MAI

1902

général des caisses du 14 mai 1902 au 31 mai 1904.

RECETTES TRESORIER.

V e r s e m e n t s du caissier d u m i n i s t è r e . V e r s e m e n t s d u Trésor V e r s e m e n t s de la Banque de France . V e r s e m e n t s d u Crédit l y o n n a i s . . . . Souscriptions r e ç u e s p a r l e Comptoir. Souscriptions r e ç u e s par le trésorier. Intérêts d e s bons du Trésor Primes sur le change R e m b o u r s e m e n t s d e s bons d u Trésor. V e r s e m e n t s du trésorier R e m b o u r s e m e n t s d'avances R e m b o u r s e m e n t s de s e c o u r s P r é l è v e m e n t s au Comptoir R e c e t t e s diverses et d'ordre . . . . .

3456357 4 662 895 » » » 236079 » 28 481 » » 473133 3 092 703 000 22764

f

59 »

TOTAL. r

» 3456357 59 » 4 662 855 » 535 049 45 535049 45 51866 65 51866 65 471080 70 471080 70 » 236079 65 263681 85 263681 85 263 32 29 745 07 16020000 » 16020000 » 8 361782 65 8 364782 65 » 473133 76 1 649 90 4 742 45 » 703 000 » 90 » 22851 83 r

65 75

76 55 » 83

f

TOTAL DES R E C E T T E S

COMPTOIR.

9 586 805 13

f

25708 464 52

35 295 269'65

DÉPENSES TRÉSORIER.

V e r s e m e n t s au Comptoir S e c o u r s collectifs S e c o u r s individuels A c h a t s de vivres Frais d'envoi de s e c o u r s : Voitures Impressions. — Fournitures d e bureau. A v a n c e s à régulariser Annulations de souscriptions Frais de transport d e s sinistrés . . . . Frais d'études. — T r o u s s e a u . — M e n u e s dépenses I n d e m n i t é s a u x secrétaires P e r t e s s u r l e change Achats d e bons d u Trésor E s c o m p t e et commission

8 364 782'65 4998175 655066 25 119 474 40 1646 82 104 30 3 866 17 156 429 02 33 309 10 17 507 80

TOTAL.

» 2862741'50 248 551 05 80 864 89 796 65 » 69 25 453 329 53 9 2 0 0 20 295 633 02

8 364 782'65 2 912726 25 903620 30 200 339 29 2 4 4 3 47 104 30 3 935 42 609 758 55 42 470 30 313140 82

144404 30 156 801 20 301205 50 10 765 » » 10765 » 213 60 2 075 90 2289 50 » 20 520000 » 20520000 » » 61 146 75 61 146 75

P r é l è v e m e n t s pour caisse

»

D é p e n s e s diverses et d'ordre TOTAL DES D É P E N S E S

COMPTOIR.

703 000

393 86 9 557 945' 02

»

22223 90 25 416439'84

703 000 » 22656 76 34971 381 86

BALANCE RECETTES DÉPENSES

35 295 269'65 34 974 384 86 R E S T E EN C A I S S E . . . .

:

320884'79


«APPORT

AU

COMITÉ

DE

501

SECOURS

Compte des recettes et des dépenses au 31 mai 1904.

du 14 mai

1902

RECETTES S o m m e s r e ç u e s du caissier du ministère Versements" du Trésor V e r s e m e n t s de la Banque de F r a n c e V e r s e m e n t s du Crédit lyonnais Souscriptions r e ç u e s par le trésorier Souscriptions r e ç u e s par le Comptoir

.

3 456 355 4 662895 535 0 i 9 518G6 236079 471080

f

66 » 45 65 65 70

P r i m e s sur le c h a n g e Intérêts d e s bons du Trésor R e c e t t e d'ordre

9 413 327'11 29745 07 263681 85 250 »

Intérêts des bons du Trésor à recevoir en juillet

9 707 004 03 57 979 • 9 764983 03

A déduire : P e r t e s sur le change E s c o m p t e et commission Annulations de souscriptions

2 289'50 61146 75 42470 30 105906 55

T O T A L DES RECETTES

9 659 076'48

DÉPENSES D é p e n s e s liquidées : S e c o u r s collectifs 2 909 913'80 A c h a t s de vivres 200 339 20 S e c o u r s individuels 901690 30 Frais de transport 313140 82 Frais d'études, trousseaux, bourses 301205 50 Impressions, frais d'envoi de s e c o u r s , secrétariat, frais de c o p i e s , d é p e n s e s diverses 17 298 19 4643587'90 Dépenses engagées : Frais de transport R e m b o u r s e m e n t s à l'État D é p e n s e s de juin D é p e n s e s imprévues

100000 » 650000 » 40 000 » 65 488 58 855 488 58 5 499 076 48

S e c o u r s temporaires S e c o u r s viagers

1 425 000 2735 000

» » 4 160 000

TOTAL DES RECETTES.

»

9 659 076'48


502

LA CATASTROPHE

DU MOIS D E

DÉPENSES

MAI

1902

ENGAGÉES

D é p e n s e s e n g a g é e s et n o n e n c o r e l i q u i d é e s S e c o u r s temporaires et viagers

855 488'58 4 160 000 »

TOTAL

RESSOURCES

5 015 488'58

DISPONIBLES

Bons du Trésor à r e m b o u r s e r Intérêts A v a n c e s d u e s par l'Étal E n caisse TOTAL DES RESSOURCES DISPONIBLES.

4 500 000 » 57 979 » 136624 79 320 884 79 .

5015 488'58


ERRATA

P a g e 25, ligne 0, au lieu de : Essai d'introduction de la canne à sucre, lisez . Essai d'introduction de la culture de la c a n n e à sucre. P a g e 48, ligne 7, au lieu de : du Thoisy, lisez

: de Thoisy.

P a g e 65, ligne 17 : Tel fut longtemps le drapeau de la Martinique. — A c e t e x t e primitif, n o u s avions substitué, dans u n e note qui s'est trouvée omise, les lignes suivantes : « Il battit les mers si brillamment et flotta sur tant d'autres îles, cet étendard de la Martinique, que le gouverneur général des possessions anglaises craignit un jour, comme il en écrivit lui-même, « que ce drapeau vainqueur ne lui lais« sdt pas un seul commandement de tous ceux que la Grande-Bretagne avait « mis sous ses ordres. » P a g e 127, ligne 3, au lieu de : Gorossal, lisez

: Corossol.

m e

P a g e s 129-130, au lieu de : Il s'unit à M v e u v e Jolly, laquelle, étant morte peu de t e m p s après lui, abandonna, lisez : étant morte p e u de temps après, lui abandonna P a g e 162, ligne 4, au lieu de : de Brockard, lisez P a g e 196, ligne 5, au lieu de : bilans, lisez

: de Brochard.

: milans.

P a g e 201, ligne 14, au lieu de : en bois de Balata, lisez P a g e 232, ligne 14, au lieu de : le 7 mai, lisez

P a g e 274, ligne 4, au lieu de : 37 religieuses, lisez P a g e 356, ligne 27, au lieu le s t e a m e r ?

: en bois de balata.

: le 8 mai. : 47.

de : Est-il sur le La France

?... lisez

P a g e 357, ligne 6, au lieu de : MM. Tronche, Macaire, lisez Macaire.

: Est-il sur

: MM. Tronche-

Page 431, Jigne 14, au lieu de : auquel son arrivée en Russie d e m e u r e lisez : auquel son arrivée à D u n k e r q u e d e m e u r e fixée. P a g e 490, ligne 28, au lieu de : P u i s q u e donc, lisez

: Puis donc q u e

fixée,


TABLE DES MATIÈRES

Pages. v ix

AVERTISSEMENT PRÉFACE

PREMIERE PARTIE ANNALES

DES

ANTILLES

CHAPITRE

LES

ORIGINES

DE LA COLONISATION

I

FRANÇAISES

e r

FRANÇAISE

DANS

LE GOLFE DU

MEXIQ.CE

3

Infructueux essai d'occupation de la M a r t i n i q u e p a r de l'Olive et du Plessis, 3. — L a Compagnie des îles d ' A m é r i q u e ,

5 . —•

P é r i p é t i e s et progrès de l'œuvre de d ' E n a m b u c à S a i n t - C h r i s tophe, 6. —

Etablissement de d ' E n a m b u c

à la

12. — L e s premiers jours de Saint-Pierre, lieutenant de d'Enambuc,

14. —

Martinique;

14. —

Du

q u e t , 17. — Éloges de d ' E n a m b u c et de du P a r q u e t ,

CHAPITRE L'ŒUVRE

DE DU PARQUET.

DE LA MARTINIQUE. —

BASES

Pont,

G o u v e r n e m e n t de d u

Par-

19-22.

II

SOLIDES DE LA COLONISATION

SÉRIEUX PROGRÈS AU FORT S A I N T - P I E R R E :

LE BRILLANT AVENIR DE LA CITÉ CRÉOLE SE DESSINE Habile administration de du Parquet, 25. — de

la c a n n e

à sucre, 28. —

25

Essai de

M e s u r e s c o n t r e les

culture

Caraïbes,

30. — Arrivée des jésuites, 32. — Création de l ' I n t e n d a n c e , 3 3 . — P r o g r è s de la colonisation, 3 4 . —

Du Parquet,

séné-

chal, 3 5 . — L e c o m m a n d e u r de P o i n c y , 3 6 . — Rébellion du c o m m a n d e u r de P o i n c y , 3 8 . — D e P o i n c y allié aux Anglais,


506

TABLE

DES

MATIERES Page».

4 0 . — C a p t i v i t é de d u P a r q u e t , 4 1 . — Mise en liberté de d u Parquet,

de la G r e n a d e et de

Sainte-

Lucie, 4 3 . —

Dissolution de la Compagnie des îles

d'Amé-

rique, 4 5 . —

Acquisition

47. —

42. —

Colonisation

de la M a r t i n i q u e p a r d u P a r q u e t ,

O r g a n i s a t i o n j u d i c i a i r e et a d m i n i s t r a t i v e , 4 7 . —

La

p r e m i è r e sucrerie, 4 9 . — E t a b l i s s e m e n t des d o m i n i c a i n s , 4 9 . I n s u r r e c t i o n d e s C a r a ï b e s , 5 0 . — R é v o l t e de3 n è g r e s , 5 0 . — Agression anglaise, 5 3 . —

D e la V i g n e et la C o m p a g n i e de

T e r r e - F e r m e , 5 4 . — Colonisation de S a i n t - D o m i n g u e , 5 6 . — Nouvelle révolte des Caraïbes et des nègres, 5 7 . — m e n t de terre de 1 6 5 7 , 5 8 . —

Tremble-

Mort de d u P a r q u e t ,

59. —

1 6 5 8 - 1 8 9 8 . L ' h i s t o i r e se r é p è t e , 6 2 .

CHAPITRE

III

P R É C I S DE L'HISTOIRE DE LA MARTINIQUE • Tableau —

des annales

de la colonie

64

du XV°

e

au XVII

siècle,

64.

A l'orient par l'occident, 6 1 . — 1 1 novembre 1 4 9 3 : Dé-

couverte et b a p t ê m e de la M a r t i n i q u e p a r Christophe C o l o m b , 6 5 . — XVII'

siècle,

6 5 . — O c c u p a t i o n d e la M a r t i n i q u e

par

les F r a n ç a i s , 6 5 . — L e s esclaves, 6 7 . — Culture du t a b a c , du c o t o n , d e la c a n n e à s u c r e et d u café, 6 7 . —

Guerres

l e s A n g l a i s e t l e s H o l l a n d a i s , 6 7 . — XVIIPsiècle,

contre

6 9 . — Ère

de prospérité, de c a m p a g n e s sur mer et de batailles, 6 9 . — G u e r r e civile, 7 1 . —

7 3 . — XIX"

7 3 . — R e s t i t u t i o n d e l'île à la F r a n c e , 7 3 .

siècle,

Conspirations et é m a n c i p a t i o n , 7 4 . —

Invasion

La

Révolution, 7 1 . —

Valeur

anglaise,

stratégique

d e F o r t - d e - F r a n c e , 7 4 . — C o u p d ' œ i l g é n é r a l , 7 6 . — La créole,

cité

79. CHAPITRE

IV

QUELQUES CÉLÉBRITÉS DE LA COLONIE Madame

de Maintenon,

99

9 9 . — L'orpheline de Case-Pilote, 9 9 . —

F o n d a t i o n de S a i n t - C y r , 1 0 1 . — M a d a m e de M a i n t e n o n et la f e m m e c r é o l e , 1 0 1 . — Joséphine 1814),

Tascher

la célèbre créole, 1 0 4 . —

de la Pagerie

Les incertitudes de

toire, 1 0 8 . — Recherches historiques concernant

(1763l'his-

l'impératrice

Joséphine, 1 1 0 . — LTmpératrice-Mère aux Trois-Ilets, 1 1 9 . — Aimée

Dubuc

de liivery,

sultane-validé, 1 2 1 . — L a

d e M a h m o u d H , 1 2 1 . — Autres

célébrités

de la colonie,

mère 126.

Pierre D u b u c , 1 2 6 . — D u b u c l ' É t a n g , 1 2 7 . — L a famille de


TABLE

DES

507

MATIERES

Pages.

la

Chardonnière-Levassor,

129. —

Levassor,

capitaine

M a r i g o t , 1 2 9 . — F r a n ç o i s L e v a s s o r de L a t o u c h e d e la

au

Char-

d o n n i è r e , 1 3 0 . — L a famille d e L a g u a r r i g u e , 1 3 2 . — J e a n de Laguarrigue, 135. —

L a g u a r r i g u e de la T o u r n e r i e , 1 3 6 . —

L a g u a r r i g u e de S a v i g n y , 1 3 7 . — L a g u a r r i g u e de S u r v i l l i e r s , 1 3 7 . — L a g u a r r i g u e (Rochefort), 1 3 8 . — Philippe de L a g u a r r i g u e , 1 3 8 . — U n e légion de braves, —

Dugué, De

Courville,

Catalogne,

Melse, Bellevue

1 3 9 .— Percin Canon, 1 3 9 .

Desrivaux,

Dubuc

Blanchetière,

de

Marcussy,

Guignod,

Desgatières, L e Pelletier, etc., etc., 1 4 0 . — Léon

Pothuau

Papin-Du-

p o n t , le s a i n t h o m m e de T o u r s , 1 5 0 . — N é c r o l o g e de la vieille F r a n c e coloniale, 1 5 8 .

NOS

CALAMITÉS, A TRAVERS

CHAPITRE

V

LES SIÈCLES,

JUSQU'AU CATACLYSME DE

LA CITÉ CRÉOLE .1.

Tableau

171

des principales

calamités

et

catastrophes qui

sévi d a n s les A n t i l l e s et n o t a m m e n t à la M a r t i n i q u e ,

ont

chaque

q u a t r e a n s e n m o y e n n e , à l ' é p o q u e a c t u e l l e et d e p u i s les t e m p s les plus reculés : 1 9 0 3 - 1 6 2 6 ,

1 7 4 . —• I I . D é t a i l s r e l a t i f s

l'incendie de F o r t - d e - F r a n c e , 2 2 j u i n 1 8 9 0 , 1 8 7 . —

à

Quelques

a u t r e s n o t e s assez o r i g i n a l e s d e M. R a l u , a v e c le b i l a n m o r a l dressé p a r les j o u r n a u x de S a i n t - P i e r r e , 1 9 5 . — I I I . Détails relatifs au cyclone du 1 8 août 1 8 9 1 , 2 0 0 . — I V . T a b l e a u du désastre, 2 1 1 . — V. Le cyclone du 8 août 1 9 0 3 , 2 1 3 .

DEUXIÈME LA CATASTROPHE

PARTIE

DU MOIS DE MAI

1902

J o u r n a l des B r u y è r e s .

CHAPITRE

I

e r

D u 5 AU 1 9 MAI 1 9 0 2 . — L A CATASTROPHE DE LA MARTINIQUE . C â b l o g r a m m e s , 2 2 5 . —• I n f o r m a t i o n s ,

229. —

.

Récits, 2 3 0 . —

Souvenirs, 2 3 6 . — Sympathies, 2 5 6 . — Souscriptions, 2 5 8 . —

Mesures de s a u v e t a g e , 2 6 1 . — Causeries et questions

di-

verses : incinération des morts, 2 6 8 ; communautés religieu-

225


508

TABLE

DES

MATIERES Pages.

ses,

273 : message américain,

victimes d e la c a t a s t r o p h e ,

274 ; liste des

fonctionnaires

276 ; u n e visite des autorités

à

S a i n t - P i e r r e , 2 8 8 ; t h é o r i e d e s é r u p t i o n s , 2 9 4 ; l a presse

jaune

de N e w - Y o r k et le loyalisme créole, 2 9 9 ; t a b l e a u

plus

mémorables catastrophes,

des

3 0 3 ; où convient-il de développer

le n o u v e a u c e n t r e c o m m e r c i a l d e l a M a r t i n i q u e ? 3 0 8 ; l e h a v r e de la T r i n i t é est d a n g e r e u x ,

311 ; une excursion à la Cara-

velle, 3 1 3 . • CHAPITRE Du

1 9 AU 2 5 MAI. —

II

L E DERNIER COURRIER DE S A I N T - P I E R R E .

A r r i v é e d u Saint-Germain,

.

316

3 1 6 . — L e volcan : les émotions d a n s

l a c o l o n i e , 3 1 7 . —• L e t t r e s d e S a i n t - P i e r r e : M . M a r s a n , 3 2 5 ; M"

e

Laurence

M. R o g e r

de la R o u g e r y ,

Portel, 329. —

La

3 2 7 ; M.

Paul

commission

Borde,

329;

d'hygiène,

332.

— Informations et réflexions, avec quelques autres lettres

de

la cité c r é o l e , 3 3 3 ; M . T r i l l a r d , 3 3 7 ; M . D u p o u y , 3 3 8 ; M . de Grandmaison, 338 ; M. D u r a n d , 339 ; M M. D e g e u n e s , 3 4 0 . — L ' é r u p t i o n

m e

Blaisemont,

339 ;

du 20 mai, 3 4 3 . —

Fort-

d e - F r a u c e , 3 4 4 . —- U n e m i s é r a b l e p o l i t i q u e e t s a r é p e r c u s s i o n à la M a r t i n i q u e , 3 4 9 . — A la T . R . s œ u r S a i n t e - L u c i a nidad), 3 5 1 . — Lettre à M

m e

Cassius de L i n v a l

(Tri-

(Lamentin),

354.

CHAPITRE

III

HISTOIRE TRÈS COMPLÈTE DE LA CATASTROPHE Coup d'œil rétrospectif,

3 5 5 . —• La

355

France,

courrier

des

An-

tilles, 3 5 6 . — M. L o u i s E r n o u l t , 3 5 7 . — L e d o c t e u r M a s u r e l , m é d e c i n d u Suchet,

3 5 9 . — U n fait qui m o n t r e d a n s t o u t e son

h o r r e u r le c a t a c l y s m e de la cité créole, 3 6 0 . — M. J . D u m a s , 3 6 2 . — M. E l l e r y Scott, 3 6 4 . —

Lettre

Récit

de

d'une

terrifiante é l o q u e n c e , 3 6 6 . — L ' é r u p t i o n v u e d e la m e r , 3 7 7 . —

Les derniers jours de Saint-Pierre, 379. CHAPITRE

RAPPORTS OFFICIELS SUR LA

IV

CATASTROPHE. —

DERNIERS

ÉCHOS DE

NOS MALHEURS DU 2 6 AU 3 1 MAI

386

M. L h u e r r e , g o u v e r n e u r p a r i n t é r i m , 3 8 6 ; le c a p i t a i n e de f r é g a t e L e B r i s , c o m m a n d a n t d u Suchet, nistrateur

3 9 3 ; le vicaire g é n é r a l , a d m i -

du diocèse par intérim,

395. — L a vie à

Saint-


TABLE

509

D E S MATIERES

Pages.

P i e r r e , 4 0 5 . — M . F e r n a n d C l e r c , 4 0 7 . — L e t t r e d e M"" V a lentine Duclos (Case-Pilote), 408. — Lettres, renseignements et d é t a i l s d i v e r s , 4 1 1 . — D i s c u s s i o n s , d é p ê c h e s , t h é o r i e s s c i e n t i f i q u e s , 4 2 3 . — P o u r finir. N o t e d u m o i s d e s e p t e m b r e 1 9 0 0 , 4 3 1 . — L a Martinique et les pouvoirs publics, 4 3 2 . — D e r nières dépêches de Fort-de-France, 4 3 6 . — Service

funèbre

à Marseille, 4 3 8 . — Deuil national, deuil de l'humanité, 4 3 8 . — Sursum

corda ! 4 4 1 .

CHAPITRE V Supplément du j o u r n a l de la catastrophe. Bévue ÉRUPTION 1851

historique,

D E LA MONTAGNE

géologique

PELÉE

et

critique.

DANS L A NUIT DU 5

AU 6

AOÛT

E T ÉVÉNEMENTS DE 1 9 0 2

442

CHAP1TRE VI LIVRE Du

466

D ' O R D E LA CHARITÉ

MILIEU APPEL

RAPPORT

DES RUINES

U N DERNIÏ.R

CRI D ' E S P O I R .

U N DERNIER

A LA F R A N C E POUR L E R E L È V E M E N T D E L A M A R T I N I Q U E . D E LA COMMISSION E X E C U T I V E A U COMITÉ

COURS AUX S I N I S T R É S D E LA M A R T I N I Q U E

OFFICIEL

.

487

DE SE-

491 505

ERRATA

Nancy, tmpr. Berger-JjevraBlt et <J»».


m


ie

B E R G E R - L E V E A T J L T ET C , 5 e » S ¥ H © i ï ! 5 PARIS, 5|

R U E

F>ES

B E A U X - A R T S .

18,

R U E

D E S

GLACIS,

NANCY

L a C h i n e à t e r r e e t e n b a l l o n . Reproduction de 2 7 2 photographies exécutées par des officiers du génie du corps expéditionnaire et groupées sur 4 planches en phototypie avec . légendes explicatives. 1 9 0 2 . Album in-4,avcc 16° pages de texte. Couverture imprimée. 1 2 fr. 5 0 En un élégant cartonnage percaline gaufrée or et couleurs, plaques spéciales. . . . 1 5 fr. 5 exemplaires sur papier du Japon, numérotés à la presse ( n 1 à 5 ) 3 5 fr. 2 0 exemplaires sur papier Whatman, numérotés à la presse ( n ° G à 2 5 ) 2 5 fr. J a u n e s e t B l a n c s e n C h i n e . — L e s J a u n e s , par J . PÈNE-SIEFEHT, membre de la mission Paul Bert en Indo-Chine, délégué civil près la cour de Hué. 1 9 0 2 . Ouvrage couronné par l'Académie française ( i g o 3 ) . Un volume i n - 1 2 de 5 i 4 pages, broché 3 fr. 5 0 L ' E s c a d r e d e l ' A m i r a l C o u r b e t , par Maurice Loin, lieutenant de vaisseau à bord de la Triomphante. 1 8 9 4 . Très beau volume grand in-8 Jésus de 36o pages, sur fort papier vélin, avec 1 6 0 illustrations par M. B R O S S A R D D E C O R B I G N Y , 1 0 croquis cartographiques et portrait. Broché sous couverture illustrée 1 0 fr. S i l h o u e t t e s t o n k i n o i s e s , par Louis PEYTRAL. 1 8 9 7 . Volume i n - 1 2 , illustré par GAYAC, broché sous couverture illustrée 3 fr. 5 0 L a V i e m i l i t a i r e a u T o n k i n , par le capitaine LECOMTE, breveté d'état-major, attaché à l'état-major du corps expéditionnaire. 1 8 9 3 . Très beau volume grand in-8 Jésus de 3Go pages, sur fort papier vélin, avec 7 0 illustrations par M . D A U P H I N et 5 croquis cartographiques. Broché sous couverture illustrée 1 0 fr. 2

M

s

Couronné par l'Académie des sciences morales el politiques. (Prix Audiffred, 1898.)

L e s R i v a g e s i n d o - c h i n o i s . Étude économique et maritime, par R. CASTEX, enseigne de vaisseau. 1 9 0 4 . Un volume in-8 de 3 4 5 pages, avec 6 planches de cartes, broché. . . 5 fr. R a p p o r t s u r l ' E x p é d i t i o n d e M a d a g a s c a r , par le général DUCIIESNE, adressé le 2 5 avril 1 8 9 6 au ministre de la guerre, suivi de tous les documents militaires (ordres, instructions, ^Kes ministérielles, états d'effectifs, etc.^), diplomatiques et parlementaires, relatifs à l'expédition de i 8 g 5 . Avec 1 6 cartes, croquis ou itinéraires, en noir ou en couleurs, dressés d'après les travaux du Service géographique du corps expéditionnaire. 1 8 9 7 . Un volume in-8 de 4 8 7 pages, avec atlas, broché 1 2 fr. M e s C a m p a g n e s , par une femme ( C . V R A Y ) . Autour de Madagascar. 1 8 9 7 . Un volume i n - 1 2 , couverture illustrée en couleurs. (Ouvrage couronné par l'Académie française.) 3 fr. 5 0 Trente m o i s a u Continent mystérieux. Gabon, Congo et Côte occidentale d ' A f r i q u e , par PAYEUR-DIDELOT, ar.cicn membre des missions Grevaux et de Brazza. 1 9 0 0 . Un volume in-8 de 4 i 5 pages, broché sous couverture illustrée 5 fr. S u r l e H a u t - Z a m b è z e . Voyages et travaux de mission, par François COILLARD, de la Société des missions évangéliques de Paris. Préface de M . J . DE S E Y N E S . Nouvelle édition. 1 8 9 9 . Un beau volume grand in-8 de 7 2 4 pages, avec 2 portraits, 33 planches et 2 cartes, broché. 8 fr. — Relié en percaline gaufrée, plaques spéciales, tranches rouges . . 1 0 fr. A u S u d d e l ' A f r i q u e , par Frédéric CIIRISTOL. 2 édition. 1 9 0 0 . Un volume in-12, avec i 5 2 dessins et croquis de l'auteur, broché sous couverture illus'rée 3 fr. 5 0 C i n q m o i s a u p a y s d e s S o m a l i s , par le prince Nicolas D . G H I K A . Suivi de la Faune Somalie et d'une liste des plantes décrites, par G . S C H W E I N F U R T U et G . V O L K E N S . 1 8 9 8 . Un beau volume petit i n - 4 , avec 2 1 planches et une carte in-folio en couleurs, cartonné en percaline 1 5 fr. Organisation générale d e s Colonies françaises et d e s pays de Protectorat, par Edouard PETIT, sous-chef de bureau à l'administration centrale des colonies, professeur à l'École coloniale. i 8 g 4 . Deux volumes grand i n - 8 d'environ 7 0 0 pages chacun. — Prix de chaque volume, broché 1 2 fr. Relié en percaline. . . . . . 1 3 fr. 5 0 — Relié en demi-maroquin 1 4 fr. 5 0 0

(Couronné par l'Académie des sciences morales et politiques et par la Société de géographie de Paris.)

L e R é g i m e d u t r a v a i l e t l a c o l o n i s a t i o n l i b r e dans nos colonies et pays de protectorat, par Henri BLONOEL, sous-chef de bureau au ministère des colonies. 1 8 9 0 . Un volume de 1 8 0 pages, broche .. • 5 fr. Ce volume fait suite à l'ouvrage de M. Ed.

PETIT

sur V Organisation

des c o l o n i e s .

I m p r e s s i o n s c o l o n i a l e s ( 1 8 6 8 - 1 8 9 2 ) . Étude comparative de colonisation, par Charles CERISIER, ancien officier du commissariat de la marine, directeur de l'intérieur au Congo français. 1 8 9 8 . Volume i n - 8 de 3 6 7 pages, avec une carte, broché 5 fr. M a n u e l d e G é o g r a p h i e c o m m e r c i a l e . Étude économique des différentes parties du monde et particulièrement de la France, par V. DEVII-LE, agrégé, professeur au lycée Michelet et à l'Institut commercial. (Ouvrage récompensé par la Société de géographie commerciale de Paris.) 2 édition. 1 9 0 4 . Deux volumes i n - 8 , 1 0 9 7 pages, reliés . . . . 1 0 fr. H i s t o i r e d e l ' A r m é e c o l o n i a l e , par N I Ï D N O L L . 1 8 9 7 . Un volume i n - 8 , avec illustrations 0

de M . N A Y E L , broché

2

fr.

50

É t u d e s d ' h i s t o i r e m a r i t i m e . Révolution. Empire. Restauration, par Maurice Loin. 1 9 0 1 . Un volume i n - 1 2 , broché, couverture illustrée 3 fr. 5 0 L a G u e r r e s u r m e r e t s e s l e ç o n s . Guerre hispano-américaine (i8gS), par le capitaine M A H A N , de la marine des États-Unis. Traduit de l'anglais, avec l'autorisation de l'auteur, par le comte Alphonse D E DIESBACII. 1 8 9 9 . Un volume i n - 8 , avec 2 cartes 4 fr-


BERGEIt-LEVTîATJLT ET C", E D I T E U R S .•

PARIS, S, mt: o:.s be.i ctc-auts. — i«, mis oks ki.ac.is, t *NCY

"»•

ALGÉRIE-SAHARA-SOUDAN

:

Vio, Travaux, "Voyages DE

gr

M

HACQUARD Des Pères Blancs 1 8 6 0 - 1 9 0 1

D'APRÈS

SA. C O R R E S P O N D A N C E

Par P lt O F fi S S K U H

CO M . Ù0 K

Avec u n e Préface

Ouvrage

couronné

MARIN

PAbbé A[

PUBLIÉE

DB

: A

U A I i O l U K C b

du Commandant

par VAcadèrme

française

if)o5.

U n v o l u m e g r a n d i n - 8 J e 6€6 p a g e s , ot p i a n s , b r o c h é Relié e n percaline gaufrée or, tête r o u g e

(Prix

Hourst

Montyon,

avec 2i3

1905)

photogravure»,

«xrt.es 18 fr.

20IV.

L a M a r t i n i q u e , son présent et son avenir, par le contre-amiral Aube, ancien gouverneur de lu Martinique. i88s. Grand .in-S 3 fr. Etude» s u r l a c o l o n i e d e l a M a r t i n i q u e . Topographie, météorologie, pathologie, anthropologie, démographie, |>«r le IV H. H k y , médecin principal (le la marine. 18Ki. tj.rand jrt-8, broché \. 3 û\ • É t u d e s u r l a c o l o n i e d e l a G u a d e l o u p e (lopoymphie médieale, climatologie, dénioM'grupItU), par le D ' RET, médecin principal de la- marias. 1878. Grandra-8,broche. 1 fr. 5 0 L a 0r-j3rT3 a u x î l e s d e F r a n c e e t B o u r b o n ( 1 8 0 9 - 1 8 1 0 . par le eulonei H. de Poyi.k, ilt l'artillerie de la marine. i8g0. Un Volume in-S de i-5i payes, avec 7 cartes, br. 3 ft. 5 0 L a G u e r r e d e s A n t i l l e s d e 1 7 9 3 à 1 8 1 5 , par le même. . 1 8 9 S . ^'n.TOlume d« 45a liages, avec 7 cartes, bruche. ' 7 fr. 5 0 H i s t o i r e m i l i t a i r e d e l a R é v o l u t i o n d e S a i n t - l J o r u i n g u e , par le même. 1 8 9 9 . Un volume in-£.de 5Go payes, avec 17 cartes, broché, ./sVw^V v S?«lW'arJt^ L a R é p u b l i q u e d ' H a ï t i . Son présent, son avenir économique, par Paul Vibeiit, iharyé de missions économiques aux Antilles. i8g5. Un volume in-ia, avec 8 vues, broché. . 5 fr. É t u d e s u r l e s T r e m b l e m e n t s d e t s r r o . Pressions différentielles dans les jluides, pa" F. DE SAIRTIG.\-OI», maître de forges. igo3. Un volume m-4, avec 1 1 figures, bruche. 3 fiv E t u d e s u r l e s T r e m b l e m e n t s d e t e r r e , par Léon Vi>ot, 1 8 9 3 . Volume in-8 avec 3 photogravure*, brocî.é • $&*ï*f5fîF§& ^'%. . 'ï$ -":l,ît\:S A »'H 3 fr. 5 0 E f f e t s d e s T r e m b l e m e n t s d e t e r r e s u r l e s c o n s t r u c t i o n s et moyens d'y reméii'er,par F . dk MoaTKSsus nu Bam.oiie, capitaine d'artillerie. 189/1. TJrochui" in-8, avec 9 8g. J. fiv E s s a i s s u r l e s p h é n o m è n e s c o s m o g o n i q u e s , par A. CoEFimfcni?s UK Noudkck, lieutenant de vaisseau. Avec une lettre de Pierre Loti. 189.3. Vohtinc in-8 de 3.j4 pages, avec planclie en couleurs, broche, -•, "\ -Sitï^?''r 'V;'<*. . n'\^î %.ZJf ^: . . 6 fr. >

!

:

r

!

i

N'aii v hnpr. Bfvjçtr-Lftvroylt et O v

t


Saint-Pierre Martinique : 1635-1902. Partie 2  

Auteur : Coeur créole (C.C. Lambolez) Partie 2 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentat...

Saint-Pierre Martinique : 1635-1902. Partie 2  

Auteur : Coeur créole (C.C. Lambolez) Partie 2 d'un ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentat...

Profile for scduag
Advertisement