Guide "L'enfant et l'adolescent face au cancer d'un parent"

Page 39

PARTIE V Comment s’adresser à un adolescent (12 ans et plus)

Témoignage de valérie Adulte qui se souvient lorsqu’elle avait 15-16 ans

avec les autres patients. Malgré les circonstances, je crois que ma mère était ravie que je l’accompagne à l’hôpital.

Ma mère m’a annoncé son diagnostic de cancer comme si elle l’annonçait à une personne adulte responsable. J’ai rapidement constaté que la situation était sérieuse puisqu’une série de traitements de chimiothérapie et de radiothérapie étaient prévus, mais j’ai senti qu’elle me faisait confiance en me divulguant cette information. Je lui étais reconnaissante d’avoir agi ainsi puisque je savais à quoi l’on devait faire face.

Avant la maladie, je recevais une allocation en accomplissant mes tâches ménagères hebdomadaires : épousseter, passer la balayeuse, etc. J’ai commencé à aider de plus en plus avec la routine quotidienne alors que ma mère ressentait certains effets secondaires des traitements. Je souhaitais la soutenir le plus possible, du mieux que je pouvais, mais je trouvais la tâche parfois lourde. Parfois, j’avais même l’impression d’être le parent. Par contre, ma mère me remerciait souvent de l’aider, et à chaque fois, j’avais l’impression de contribuer à faciliter son quotidien. Ça, c’était important pour moi.

J’avais un profond besoin de voir mes amies. C’est avec elles que j’en parlais. Je savais que je pouvais compter sur elles. Parfois, je me sentais terriblement coupable aussi d’aller m’amuser avec mes amies alors que ma mère souffrait physiquement, et même si elle m’invitait fréquemment à poursuivre mes activités à l’école et à sortir avec mes amis.

Lorsque ma mère m’a annoncé que le pronostic s’était assombri, j’ai crié et pleuré un bon coup dans ses bras. Je pouvais lire sur son visage à quel point ma réaction la bouleversait. Le lendemain, je me suis ressaisie en me disant que je profiterais le plus possible de mon temps avec elle. La meilleure décision de ma courte vie!

J’étais contente et fière que ma mère me demande de l’accompagner à ses traitements de chimiothérapie. Je m’assoyais à ses côtés et on se parlait, on se racontait des histoires, on échangeait

Informez-le sur ce qui se passe au fur et à mesure que vous avez des nouvelles. Insistez sur le fait que prendre une étape à la fois ou une journée à la fois est valable autant pour le parent malade que pour les proches.

de me parler ou lorsque tu trouves que je te pose trop de questions. Dis-le-moi et on parlera une autre fois. » Parler du parent malade Donnez-lui le plus d’informations possible sur le diagnostic, les traitements, le pronostic et les recommandations des médecins.

Répondez à ses questions concernant l’absence, le retour ou l’hospitalisation du parent malade mais aussi sur le comportement à avoir face au parent malade : quoi lui dire, quoi faire en sa présence.

39

PAGE

L’enfant et l’adolescent face au cancer d’un parent Guide pour la famille et les intervenants