Issuu on Google+

ASAVPA

Audace

de l'

Le Journal des salariés agricoles

Trimestriel n° 165 - Octobre - Novembre - Décembre 2011

Edito La nouvelle année se profile pour laquelle il est de tradition de formuler des  souhaits pour notre ASAVPA, formulons le souhait que 2012 soit l’année qui réponde à vos attentes, mais encore faudrait-il que l’on soit plus nombreux à participer aux réunions et aux formations. Vous n’avez peut-être pas le temps ? ou l’horaire est mal adapté ? Dans ce cas n’hésitez pas à nous le signaler, tout comme le changement de votre adresse. Parlez du journal de l’Audace et de l’ASAPVA à vos collègues. Le monde agricole bouge mais on a toujours le choix de prendre le train en marche ou de rester en gare. Se former, c’est s’enrichir de nouvelles connaissances pour soi, vouloir progresser et échanger avec d’autres. Une grande part de notre avenir est entre nos mains, ne soyons pas manchots ! Bonne Année 2012 à tous.

Salon de l’agriculture Paris Porte de Versailles

Le 25 février 2012, l’Asavpa organise une sortie au Salon International de l’Agriculture, Porte de Versailles à Paris, n’hésitez pas à venir nombreux (voir page 7)

Bonne année 2012

Aubert CHENAUD Administrateur Asavpa

De l’audace n° 165 - Décembre 2011

1


Vie de l’Asavpa Les Conseils d’Administrations Asavpa Picards à la découverte de la taille de vigne

Photo souvenir d’un accueil chaleureux Armelle et Claude de part et d’autre de Joseph Alexandre.

L

ors des RISA (Rencontres Internationales des Salariés Agricoles) à Albi en mars 2011 (voir « de l’Audace n° 162 »), la délégation de la Somme a sympathisé avec des producteurs de champagne de l’Aisne. Ces derniers nous ont proposé de nous expliquer sur le terrain leur métier à l’occasion de la taille des vignes. Date fut prise pour le 2 décembre. Après deux heures de route, nous arrivons à Gland, à proximité de Château-Thierry, petit village de la vallée de la Marne. Nous sommes

accueillis par Armelle et Claude, un couple de viticulteurs sur une de leur parcelle avec du gâteau et un café. Après cette collation, ils nous ont expliqué les différentes tailles selon le cépage et la fixation sur fils mobile ou «palissage» et ont répondu avec passion à toutes nos questions sur la conduite de la vigne. Pour la vallée de la Marne, il existe 3 cépages, permettant d’élaborer le champagne : - le Chardonnay pour la finesse - le Pinot meunier pour le fruité - le Pinot noir pour la structure Après cette matinée d’explications sur le terrain, rendez-vous chez nos amis viticulteurs pour une dégustation du fruit de leur travail, tout cela dans une ambiance bon enfant. Même le chien était présent ! Après un repas pris en commun dans une cafétariat, l’après-midi a été consacré à la visite de la COVAMA, une coopérative qui travaille la récolte de 400 ha de vigne fondée en 1899 par Louis Eugène Pannier à Château-Thierry ; Armelle et Claude en sont membres. Après de nombreuses étapes et différents mélanges des 3 cépages, la commercialisation se fait sous la marque : «Champagne Pannier». Cette visite fut très instructive du fait de nos hôtes, du cadre et des produits dégustés toujours avec modération ! Encore merci au nom de tous les membres de l’Asavpa à Armelle et Claude pour leur accueil chaleureux.

Patrice Ringard Administrateur Asavpa

Claude nous explique le principe de la taille chablis. Fonctionnement du pistolet à ligaturer (lien sur le doigt de Claude).

Armelle nous montre le résultat de la taille.

2

De l’audace n° 165 - Décembre 2011

Projection d’un film sur la fabrication du champagne (Coopérative de la Couama).


Vie de l’Asavpa La réforme des retraites. Quelles incidences ?

A

ctuellement, certains d’entre nous en âge de prendre leur retraite se posent nombre de questions. Il en est de même pour les plus jeunes. Mme Hermann, conseillère en protection sociale à la MSA Picardie est venue à notre rencontre le samedi 3 décembre à Péronne. Malgré un envoi conséquent de courrier qui nous invitait à recevoir l’info, seulement une vingtaine de personnes sont venues. Pour ceux qui s’étaient inscrits auprès de Anne Hotte, il leur a été proposé d’obtenir leur relevé de carrière. Il faut savoir que la réforme des retraites va encore évoluer. La réforme actuelle qui devait entrer en vigueur en 2018 est avancée à 2017.

La retraite est un droit, mais il ne faut pas attendre que cela se mette en place tout seul. Il faut préparer son dossier et faire la demande au moins quatre mois avant sa cessation d’activité. Deux personnes nées le même jour n’ont absolument pas la même carrière, donc pas le même dossier à constituer. Au fur est à mesure de la présentation, un dialogue s’est établi entre Mme Hermann et les personnes présentes. Tout en restant très sérieux, quelques remarques ont tantôt déclenché le rire et tantôt fait ressortir la détresse de certaines personnes face à leur problème particulier. La pénibilité a été évoquée, les cas de maladies professionnelles, les enfants, le départ anticipé, ainsi que d’autres thèmes qui font que chaque dossier est particulier à monter. A la fin de l’intervention, il a été demandé à chacun de répondre à un petit questionnaire. Cela nous permet de savoir si le sujet présenté correspond à l’attente et de voir si il y a une demande sur d’autres sujets. Pendant ce temps, Mme Hermann a répondu de façon individuelle à quelques personnes. Elle nous a confié que cette matinée avait été enrichissante. Encore «Merci» à elle de s’être rendue disponible un samedi matin.

Bernard GODIN Secrétaire Asavpa

Machinisme Le remisage en fin de saison Circuits de pulvérisation Faire un nettoyage approfondi selon la même procédure que pour un changement de produit : - Remplir la cuve d’eau à 20 % de sa capacité et ajouter une solution détergente (Teepol, 1,5 l pour 100 l) - Mettre l’agitation en route et remplir les rampes - Laisser agir avant de vidanger - Rincer à l’eau claire, puis nettoyer les filtres En cas d’encrassement ou de colmatage : - Utiliser un produit nettoyant approprié dilué avec l’eau de nettoyage - Laisser tremper 10 minutes et rincer abondamment toutes les conduites, buses déposées - Rincer à l’eau claire et nettoyer les filtres Ne pas oublier le nettoyage des filtres et des buses avec une brosse douce. Mise hors gel Mise hors gel - Vidange complète du circuit de liquide, toutefois attention à ne pas faire tourner la pompe sans eau - Si le circuit ne peut être totalement vidangé, penser à ajouter de l’antigel

mécanismes - Détendre les courroies de transmission - Décomprimer les ressorts du régulateur de pression - Dégonfler la cloche à air - Graisser les parties métalliques mobiles et particulièrement les dispositifs de réglage de hauteur et de stabilité des rampes - Vidanger le carter de la pompe et remplacer l’huile selon les préconisations du constructeur - Faire vérifier l’état du manomètre Etat extérieur - Nettoyer avec soin en totalité l’extérieur du pulvérisateur - Enlever toute trace de rouille et protéger les parties métalliques à nu avec un produit adapté ou effectuer des retouches de peinture. De l’audace n° 165 - Décembre 2011

3


Formation continue Le Dif, un droit encore méconnu

D

epuis 2004, tous les salariés agricoles bénéficient d’un Droit Individuel à la Formation professionnelle appelé DIF. Ce droit se rajoute aux droits existants auparavant : Plan interentreprises pour les formations au catalogue FAFSEA ou aide à l’effort de formation par exemple ou encore Congé Individuel de Formation. Trop peu connu et utilisé, le DIF ouvre néanmoins des perspectives intéressantes aux salariés. Et ce d’autant plus qu’en fin de contrat, dans certaines conditions, ce droit peut continuer à être utilisé chez un nouvel employeur ou pendant une période de chômage qui peut ainsi être mise à profit pour acquérir de nouvelles compétences. Cet article résume l’essentiel des droits du salarié concernant le DIF. Chaque situation particulière doit bien sûr être vérifiée auprès du FAFSEA ou de l’organisme paritaire dont vous dépendez.

Qui est concerné ? Tout salarié en CDI à temps plein, justifiant d’au moins un an d’ancienneté dans l’entreprise, acquiert chaque année un Droit Individuel à la Formation ou DIF d’une durée de 20 heures, cumulable sur 6 ans et plafonné à 120 heures. En agriculture, cette durée est portée à 24 heures (plafonnée à 144 heures) pour les salariés : - ayant plus de 20 ans d’ancienneté dans l’entreprise, ou ayant plus de 45 ans, - ou n’ayant pas de diplôme au moins égal au niveau V ou de CQP (Certificat de qualification professionnelle). Tout salarié en CDI à temps partiel, justifiant d’au moins un an d’ancienneté dans l’entreprise, acquiert chaque année un DIF, calculé au prorata de son temps de travail sur la base de 20 heures et plafonné à 120 heures (144 heures pour les publics concernés). Le droit au DIF s’applique depuis le 1er janvier 2004. Depuis cette date, tout salarié en CDI ayant une ancienneté de plus de 6 mois bénéficie chaque année d’un DIF de 20 heures (24 heures) ou proratisé. Tout salarié en CDD peut bénéficier d’un DIF calculé au prorata de son temps de travail sur la base de 20 heures) pendant la durée de son contrat, à compter du 4ème mois de travail sous CDD (consécutifs ou non) au cours des 12 derniers mois. Salariés agricoles, vous bénéficiez d’un droit à 20 ou 24 heures de formation payées par an !

Formations prioritaires : Attention ! Les actions de formation donnant droit au titre du DIF sont prioritairement : - les actions techniques ou professionnelles en lien avec les métiers ou emplois existants dans les différents secteurs de l’accord ; - les actions liées aux nouvelles technologies et aux langues ;

4

De l’audace n° 165 - Décembre 2011

Déroulement du DIF : Le DIF relève de l’initiative du salarié, mais le choix de l’action de formation doit recueillir l’accord de l’employeur. Toutefois, le refus ne peut être opposé à un salarié âgé de 50 ans et plus dès lors que l’action de formation choisie est conforme aux formations éligibles. Le salarié formule une demande écrite à son employeur. Ce dernier doit répondre dans le mois qui suit la réception de la demande (l’absence de réponse vaut accord). La formation peut avoir lieu : - soit sur le temps de travail - soit hors temps de travail, dans ce cas l’employeur vous verse une allocation égale à la moitié de votre salaire A noter enfin qu’en cas de désaccord de l’employeur sur le choix de l’action de formation durant deux années civiles consécutives, le salarié a la possibilité de présenter cette action dans le cadre d’un CIF au FAFSEA qui assurera, en priorité, sa prise en charge financière (sous réserve qu’elle corresponde aux priorités définies par les partenaires sociaux). La formation hors temps de travail vous donne droit à une allocation égale à la moitié du salaire !

Démarche et prise en charge L’entreprise adresse une demande de financement à la Délégation régionale du FAFSEA. Lorsque la demande de DIF est éligible, le FAFSEA verse à l’enreprise, au titre des coûts pédagogiques, de l’allocation de formation et/ou de la rémunération, une participation financière qui diffère selon le type d’action suivie : - Pour une action de formation : 25 € TTC maximum par heure de formation suivie ; - Pour un bilan de compétences : 66 € TTC maximum par heure suivie, dans la limite de 24 heures ; - Pour une VAE : de 58 € à 66 € TTC par heure selon le niveau de formation du bénéficiaire au moment du DIF.


Formation continue Transférabilité : Démission ou licenciement En cas de démission : Le salarié démissionnaire peut demander à bénéficier de son DIF. Il doit formuler sa demande par écrit et débuter l’action avant la fin de son préavis. L’employeur peut refuser cette demande. Par ailleurs, le salarié démissionnaire bénéficie de la transférabilité de son DIF non utilisé si, dans les 3 mois, il retrouve un CDI dans une entreprise relevant de l’accord agricole du 02 juin 2004. En cas de licenciement (sauf faute lourde) : Le salarié qui souhaite bénéficier de son DIF, doit formuler sa demande avant la fin de son préavis. Dans ce cas, une somme forfaitaire égale à 9.15 € multiplié par le nombre d’heures DIF acquises et non utilisées, lui permet de financer tout ou partie d’une formation, d’une VAE ou d’un bilan de compétences. L’employeur ne peut refuser la demande. La réalisation du DIF durant le préavis doit s’effectuer sur le temps de travail. Si le salarié ne formule aucune demande, cette somme forfaitaire n’est pas due par l’employeur.

Portabilité du DIF En cas de rupture du contrat (sauf pour faute lourde) ou d’échéance à terme du contrat (fin de CDD), ouvrant droit à une prise en charge par le régime d’assurance chômage, vous pouvez être concerné par la «portabilité du DIF». Depuis 2009, celui-ci est non seulement «transférable» (= demandé avant la fin du contrat), mais «portable» (= demandé et mobilisable après la fin du contrat ) : Une somme forfaitaire égale à 9,15 € multiplié par le nombre d’heures DIF acquises et non utilisées pourra être mobilisée pour le financement de tout ou partie d’une action de bilan de compétences, de VAE ou de formation : l soit durant la période d’indemnisation par l’assurance chômage, après avis du référent Pôle-Emploi ; le versement de cette somme forfaitaire pourra être sollicité auprès de l’OPCA dont le nom figure sur le certificat de travail ; l soit dans une nouvelle entreprise, dans un délai de deux ans à compter de l’embauche, - après accord de l’employeur - sans l’accord de l’employeur, dès lors que la demande relève des priorités définies par la branche professionnelle (l’action se déroulera hors temps de travail et sans versement de l’allocation formation). Le versement de la somme forfaitaire pourra être sollicité auprès de l’OPCA dont relève cette entreprise.

Par ailleurs, le salarié licencié bénéficie de la transférabilité de son DIF non utilisé si, dans les 8 mois, il retrouve un CDI dans une entreprise relevant de l’accord agricole. Ce délai peut être prolongé de 4 mois si, entre ses deux CDI, le salarié a réalisé un ou des CDD dans une entreprise relevant de l’accord agricole. Les heures de DIF non utilisées vont être converties en une somme d’argent mobilisable pour une formation. A noter - sur le certificat de travail, des nouvelles mentions doivent être portées :

- le solde du nombre d’heures acquises au titre du DIF et non utilisées, - le montant correspondant à ce solde, soit 9,15 € X nombre d’heures restant donnant droit au DIF, - l’OPCA agréé au titre de la professionnalisation dont relève l’entreprise.

Si vous êtes demandeur d’emploi Inscrit et indemnisé au titre de l’assurance chômage, le demandeur d’emploi, ayant choisi de mobiliser sa portabilité pour financer tout ou partie d’un projet de formation doit recueillir l’avis du référent Pôle emploi en charge de son suivi sur ce projet. Cet avis favorable ou défavorable sera ensuite transmis par le demandeur à l’Organisme Paritaire Collecteur Agréé dont le nom figure sur le certificat de travail (le plus souvent le FAFSEA pour les salariés agricoles), accompagné de la demande de prise en charge ainsi que des justificatifs demandés. Une somme forfaitaire égale à 9,15€ multiplié par le nombre d’heures DIF acquises et non utilisées pourra être mobilisée pour le financement de tout ou partie d’une action de formation : - Soit durant la période d’indemnisation par l’assurance chômage, après avis du référent Pôle-Emploi ; le versement de cette somme forfaitaire pourra être sollicité auprès de l’OPCA dont le nom figure sur le certificat de travail.

Nouvelle embauche Dans le cadre d’une nouvelle embauche, le salarié qui n’a pas encore utilisé la portabilité de son DIF, porte sa demande auprès de l’Organisme Paritaire Collecteur Agréé de son nouvel employeur avec l’accord ou sans l’accord de ce dernier. En cas de désaccord et si la demande de prise en charge a été acceptée par l’OPCA, suivant les priorités définies, la formation demandée se déroulera hors temps de travail, sans versement d’allocation formation. Le salarié a deux ans à compter de son embauche pour mobiliser la portabilité de son DIF ; au-delà, il perd la possibilité de mobiliser le budget alloué à cette portabilité. Ce budget peut permettre de financer tout ou partie d’une action de formation, de bilan de compétences ou de Validation des Acquis de l’Expérience. n

Source : Ouvrier et progrès n°87 Asavpa de l’Aveyron et site FAFSEA

FAFSEA Formation continue des salariés Agricoles www.fafsea.com Contact FAFSEA Picardie : 03 22 22 59 59

De l’audace n° 165 - Décembre 2011

5


Info salarié En cas de maladie ou d’accident du travail, vos démarches et vos droits Vous rencontrez un problème de santé ou subissez un accident du travail, il est important de faire rapidement des démarches pour être pris en charge par l’assurance maladie et vous garantir un revenu pendant votre arrêt de travail. L’arrêt de travail pour maladie Lorsque votre état de santé le nécessite, votre médecin traitant peut vous prescrire un arrêt de travail. Quelles démarches devez-vous effectuer ? Dans les 48 heures, vous devez adresser les deux premiers volets de l’arrêt de travail à la MSA. Le troisième volet et à remettre à votre employeur (ou à l’ASSEDIC si vous êtes chômeur indemnisé). Les indemnités journalières Le paiement d’indemnités journalières compense en partie la perte de salaire provoquée par un arrêt de travail. Pour en bénéficier, vous devez faire parvenir à la MSA une attestation de votre employeur précisant le montant de votre salaire. Si vous travaillez pour plusieurs employeurs, chacun d’eux doit remplir une attestation. Les indemnités journalières sont calculées en fonction de l’activité professionnelle et du salaire brut. L’arrêt de travail pour cause d’accident du travail Si vous avez un accident durant votre activité professionnelle ou pendant le trajet aller-retour entre votre domicile et votre lieu de travail, vous serez pris en charge, sauf notification de refus de prise en charge, dans le cadre des «accidents du travail». Quelles démarches devez-vous effectuer ? Dans les 24 heures, vous devez prévenir ou faire prévenir votre employeur et lui adresser un certificat médical initial. Vous devez envoyer les 2 premiers volets à votre organisme de Sécurité Sociale. Un volet à l’employeur et le dernier à conserver L’employeur est chargé de déclarer votre accident à la MSA, dans les 48 heures, par lettre recommandée avec accusé de réception (il est possible de faire cette démarche sur le site internet de la MSA Picardie). Il doit également vous remettre une feuille d’accident de travail pour vous éviter de faire l’avance des frais médicaux. Tous les soins médicaux liés à votre accident sont pris en charge à 100 % du tarif de responsabilité(*). Les indemnités journalières Les indemnités journalières dans le cadre d’un accident du travail sont égales à 60 % du salaire de base pendant les 28 premiers jours (*) Le tarif de responsabilité est la part du coût des prestations dont le montant est pris en charge au titre d’un régime de sécurité sociale selon un barème résultant d’une décision ministérielle ou d’un accord conclu au niveau national entre les Caisses de sécurité sociale et les organismes représentatifs des professions médicales et paramédicales concernées. Il sert de base pour les remboursements effectué par votre Caisse d’assurance maladie et votre mutuelle.

6

De l’audace n° 165 - Décembre 2011

d’arrêt et à 80 % à partir du 29e jour. Leur montant ne peut pas dépasser le gain journalier net. La rente accident du travail Si une incapacité physique subsiste à la fin de la période des soins, une indemnité forfaitaire est versée lorsque le taux d’incapacité permanente est inférieur à 10 % et une rente est attribuée lorsque le taux d’incapacité permanente est égal ou supérieur à 10 %. Le taux d’incapacité est évalué par le médecin conseil de la MSA. Les horaires de sorties pendant un arrêt de travail Sauf autorisation spéciale de votre médecin traitant, justifiée sur l’arrêt de travail, vous devez être présent à votre domicile, tous les jours, de 9 heures à 11 heures et de 14 heures à 16 heures (sauf en cas de soins ou d’examens médicaux). Sous peine de suppression de vos indemnités journalières, vous ne devez jamais vous absenter hors de la circonscription de votre caisse sans une autorisation du médecin conseil de la MSA. n

Exemple de calcul d’indemnités journalières Monsieur Martin a été en arrêt maladie du 1er au 15 janvier 2011. Il a travaillé à temps complet durant l’année précédente, à raison de 39 heures par semaine, avec un salaire mensuel au SMIC (1 382,16 €). Conditions : · avoir travaillé au moins 200 heures (soit environ 6 semaines à temps plein) au cours des 3 mois civils ou des 90 jours précédant l’arrêt, · ou avoir perçu un salaire au moins égal à 1.015 fois le montant du SMIC horaire au cours des 6 mois civils précédant l’arrêt. Pour le calcul de ses indemnités journalières, la MSA a pris en compte les trois derniers salaires avant son arrêt de travail (octobre – novembre et décembre) avec un salaire mensuel brut de 1 382,16 €. Calcul est de 1 382,16X3= 4146,48 : 91,25 soit 45,44 En maladie les indemnités journalières sont en demi journée soit en brut 45,44 : 2 = 22,72 € brut Ensuite de ce montant on déduit la CSG et RDS et on retient 3 jours de carence. Ce montant tient compte de la déduction de la CRDS et de la CSG et du délai de carence*. Carence Les indemnités journalières sont versées après un délai de carence de 3 jours (soit à compter du 4ème jour d’arrêt de travail).

*Délai de carence : période entre l’ouverture d’un droit et le versement des prestations correspondantes. Les indemnités journalières ne sont versées qu’après un délai de carence de trois jours.

Plus d’informations sur : www.msa.picardie.fr (des simulations de calcul sont à votre disposition en page d’accueil du site – rubrique Démarche en ligne).


Info salarié La carte enfant famille La MSA est partenaire de la carte Enfant Famille, qui permet aux familles de bénéficier de tarifs préférentiels sur les voyages en train. Pour l’obtenir, c’est simple, faites votre demande sur le site voyages-sncf.com. Qu’est-ce que vous y gagnez ? Cette carte permet de bénéficier de réductions allant de 25 % (minimum garanti) à 50% sur les trains à réservation obligatoire SNCF, c’est-à-dire TGV, Corail Téoz, Corail Lunéa, Corail de nuit. La durée de validité des cartes est de trois ans et ne peut dépasser la date du 18ème anniversaire des enfants bénéficiaires. Pouvez-vous en bénéficier ? La carte est destinée aux familles d’un ou deux enfants de moins de 18 ans, qui ne peuvent bénéficier de la carte «Famille nombreuse» et dont les ressources pour l’année 2009 sont inférieures à 22 970 euros avec un enfant ou 28 271 euros avec deux enfants (plafonds de l’allocation de rentrée scolaire 2011/2012). Comment obtenir votre carte Enfant Famille ? C’est simple, faites votre demande de carte en ligne ! Si vous pensez pouvoir en bénéficier, rendez-vous sur le site voyages-sncf.com muni de vos codes d’accès aux services en

ligne MSA. Si vous ne disposez pas encore de votre espace Internet privé, inscrivez-vous sur le site de votre caisse MSA. Accéder au service en ligne de la carte Enfant Famille : h t t p s : / / c a r t e - e n f a n t - f a m i l l e. voyages-sncf.com Vous devrez ensuite compléter votre dossier en envoyant par courrier les photos d’identité des membres de votre famille et en réglant les frais de dossier de 15 euros, payables en ligne ou par chèque. Quels membres de votre famille sont concernés par les réductions ? * Les personnes de votre famille figurant sur l’attestation transmise par votre MSA à la SNCF. * Les parents, s’ils sont accompagnés de leur(s) enfant(s) lors du voyage. Source : www.msa.fr

Vie de l’Asavpa Sortie Salon de l’Agriculture, Paris, porte de Versailles, le samedi 25 février 2012

L

e salon est une véritable fenêtre ouverte sur l’agriculture dans toute sa diversité. Dans une ambiance festive et conviviale, c’est le grand défilé des animaux (plus de 3 500 de 330 races différentes !), la découverte de la gastronomie du terroir français, la présentation du monde végétal et du bien vivre au naturel et tout pour comprendre l’agriculture d’aujourd’hui et de demain. L’ASAVPA organise une sortie au salon et vous propose d’y participer Nous nous chargeons du transport avec point de ramassage et des

"

entrées. Une petite participation de 12,5 euros vous sera demandée. Elle prend en compte l’entrée au salon et le transport. Si vous êtes intéressé par cette sortie, merci de vous inscrire à l’aide du coupon réponse ou par mail à l’adresse suivante a.hotte@ somme.chambagri.fr et d’envoyer votre réglement. Pour plus d’information téléphone : 03.22.33.69.27 (Anne HOTTE) Les places sont limitées inscrivez vous rapidement

Coupon –Réponse à renvoyer à :

Anne Hotte - ASAVPA - Chambre d’Agriculture de la Somme 19 bis rue Alexandre Dumas – 80096 Amiens cedex 3 - tél. 03 22 33 69 27

Nom  : Adresse : Téléphone

Prénom : Adresse mail

Suis intéressé(e) pour : r La sortie au Salon de l’Agriculture du 25 février 2012 Nombre de personnes :

x 12,50 € =

De l’audace n° 165 - Décembre 2011

7


L’A.S.A.V.P.A. est le regroupement de développement agricole des salariés de la production. C’est une Association Loi 1901, créée et administrée par les salariés agricoles élus par les adhérents. Son rôle : unir les salariés et agir pour le développement et l’information des salariés et de leur famille dans les

Adresses utiles Direction Départementale du Travail, de l'Emploi et de la Formation professionnelle - Section Agricole 40 rue de la Vallée 80042 Amiens cedex tél. 03 22 22 41 35 - fax. 03 22 22 41 12 mail:dd-80.inspection-section-agriculture&travail.gouv.fr Horaires d'ouverture au public et standard : de 9h00 à 12h et de 13h30 à 17h. FAFSEA : Fond d’Assurance Formation des Salariés des Exploitations et Entreprises Agricoles Immeuble Athéna rue Mathias Sandorf Pôle Jule Vernes 80440 Boves tél. 03 22 22 59 59 mail:www.fafsea.com

domaines professionnel, économique, social et culturel. Anne HOTTE - tél. 03 22 33 69 27 Antoine ROISIN - tél. 03 22 33 69 26

Extrait des offres d’emploi en production agricole Offre N° 2659 - région PROVINS (Seine et Marne) Exploitation grandes cultures recherche un premier chauffeur. Il effectuera les travaux de plaine (charrois, préparation de sols, semis, irrigation, traitements, récolte). Permis B exigé. Expérience dans la fonction et autonomie. Poste CDI après période d’essai, à pourvoir de suite. Possibilité de logement. Offre N° 2719 - région ROYE Exploitation grandes cultures (pommes de terre de consommation, céréales, betteraves) recherche chauffeur qualifié. Il interviendra sur les travaux de plaine tels que : transport, préparation des sols, labour, semis, irrigation, traitements (mise en route possible) et récolte. Il participera à l’entretien du matériel de l’exploitation. Profil : expérience confirmée, autonomie sur le travail et disponibilité (irrigation), prise de responsabilités, aptitude à travailler en équipe et à rendre compte. Poste évolutif, heures supplémentaires rémunérées. Permis B obligatoire. Contrat CDI après essai. Embauche prévue dès accord..

Offre N° 2741 - région ABBEVILLE Entreprise de travaux agricoles recherche chauffeur de pelle pour assurer des travaux de terrassement sur chantier. Expérience dans la fonction exigée. Permis caces 2 et permis B obligatoires. Contrat CDD de 2 mois renouvelable suivant la durée du chantier. Date d’entrée au 1er novembre 2011. Offre N° 2745 - région Montdidier Exploitation de polyculture élevage (pommaes de terre, céréales, betteraves, porcs) recherche un chauffeur qualifié. Il interviendra sur les travaux de plaine (préparation de sols, labour, irrigation, semis, récolte) et sur l’entretien du matériel. Profil : expérience dans la fonction exigée, disponibilité (irrigation), permis B obligatoire. Contrat CDI après essai. Embauche prévue dès accord.

tion, embouteillage). Elle devra faire preuve d’autonomie et de rigueur. Aptitude physique (port de charge). Niveau de formation requis Bac. Débutant accepté. Contrat à durée déterminé de 3 mois renouvelable à raison de 20 heures par semaine. Embauche prévue pour janvier 2012.

Inscriptions auprès de la Bourse d’emploi au 03 22 33 69 27 L’ensemble des offres sont disponibles sur internet : www.somme.chambagri.fr

Offre N° 2745 - région PERONNE Pour le secteur de Péronne nous recherchons un assistant de fabrication en agroalimentaire. La personne sera en charge du suivi de fabrication (surveillance fermentation, filtra-

ASAVPA Journal édité et publié avec l'aide du concours financier de nos partenaires : Chambre d'agriculture de la Somme, Conseil général de la Somme, Cas DAR Directeur de la publication : Dominique WATTIER 8

De l’audace n° 165 - Décembre 2011


De l'audace 165