Page 1

3 questions A Ofri Nehemya À seulement 19 ans, le batteur d’Avishai Cohen se distingue par sa maturité et son talent. Il jouera ce soir à la Scène du Parc à 22 h 30. Originaire d’Israël et connaisseur en musique classique, il se dit « bombardé d’influences » dans ses compositions.

À quel âge avez-vous commencé à jouer de la batterie ? Dans quel environnement musical avez-vous évolué ? J’ai commencé à jouer à l'âge de 3 ans dans un environnement très musical : mes parents sont tous les deux musiciens. Mon père est batteur et ma mère est chanteuse, aussi m’encouragent-ils dans cette voie.

Pouvez-vous nous évoquer votre rencontre avec Avishai Cohen ? Quels sont les qualités artistiques qui vous plaisent chez cet artiste ?

J’ai participé pendant plusieurs années aux jam sessions du Red Sea Jazz Festival. À l’époque, Avishai en était le directeur artistique. Je me souviens que lorsque je jouais, il était assis derrière la batterie pour nous écouter. Aujourd’hui, j’ai la chance d’être son batteur. Avishai m’a beaucoup appris jusqu’ici. Il continue à m’enseigner le métier de musicien professionnel. Mon expérience dans son groupe m’a notamment permis d’être plus performant sur les mesures asymétriques et de mieux ressentir les rythmes.

VU et ENTENDU...

Impressions du festival à picorer.

Auriez-vous des conseils à donner à des batteurs débutants ? Je leur conseillerais d’écouter beaucoup de musique car c’est ce qui m’a le plus aidé à progresser. Quand j’apprécie un morceau, j’essaie de savoir d’où il vient, de trouver ses racines. J’essaie aussi de profiter de tout ce que j’entreprends.

Suite de l'édition 2012, sur Facebook : "le jazz segréen où mes notes jazz rythment la douceur nord angevine dans un écrin de fraîcheur qui résonne le long du clapotis de l'Oudon." posté par Laurent G.

TOQUE & NOTES MERCREDI 17 JUILLET / Numéro 1

Le journal du "Saveurs Jazz"

MENU DU JOUR 11h30 (Marché) 16h (Médiathèque) Baby Face & Her Scalp Dealers 16h45

(Médiathèque)

Conférence par J. Duclos-Arkilovitch 20h30 Ouverture des portes de la Scène du Parc 21h Antoine Hervier Trio 22h30 Avishai Cohen 4tet

à déguster chaque jour...

Édito Quand le Saveurs Jazz s'est installé il y a quatre ans, notre volonté était que ce festival s'implante sur le territoire de façon durable, en développant des actions tout au long de l'année. Aujourd'hui, nous sommes fiers du chemin parcouru et de la diversité des partenariats créés : l'Office de tourisme fait découvrir des ressources gustatives de l'Anjou bleu sur le village du festival. Cette année, l'association segréenne les Passionnés du bois fabriquera les étals des producteurs qui seront présents. L'école de musique et le collège Georges Gironde bénéficient toute l'année des masterclasses avec des musiciens professionnels. Les bénévoles, quelques-uns au début, sont de plus en plus nombreux à s'investir. Ils seront 63 pour cette 4e édition. Les commerçants jouent leur rôle d'ambassadeurs en décorant leur vitrine et en accueillant les midis jazz. La médiathèque et le cinéma font une place au festival dans leur programme d'animations. Des entreprises, locales ou plus lointaines, sont mécènes de ce festival, démontrant que culture et économie peuvent aller de concert. Les collectivités locales et territoriales soutiennent l'événement, un des quatre soutenu par le Conseil Général. La porte est ouverte pour d'autres partenariats, pour d'autres façons de relier le festival à la vie de notre territoire. Bon festival à tous !

Gilles Grimaud, Maire de Segré, Président de la communauté de communes du canton de Segré, Conseiller général de Maine-et-Loire.

C'était

14h16 : temps de pause !

12h22 : ça roule pour les techniciens de la scène du Parc ! Le quotidien du "Saveurs Jazz" est concocté et servi par : Aimée, André, Anne-Cécile, AURORE, Carole, Claire, Gisèle, Hélène, Jean, Myriam, Nadège, Robin

Rétro

2012... ...le soleil était déjà là !


3 questions A Jonathan DUCLOS, passionnément jazz ! Directeur artistique des Victoires du jazz, Jonathan Duclos-Arkilovitch tient aujourd’hui une conférence à la Médiathèque de Segré à 16h45 où il nous parlera de cette « exception culturelle ».

Depuis la 1ère cérémonie des Victoires du jazz en 2002, quel est votre plus beau souvenir ? C'est difficile : il y en a eu tellement... J'accueille chaque année une quinzaine de groupes, qui sont autant de rencontres et de beaux moments. Pour n’en citer qu’un : George Benson [guitariste, chanteur et compositeur de jazz] et Marcus Miller [compositeur et bassiste de jazz fusion] étaient présents à la cérémonie 2010 pendant le festival Jazz à Juan. Une heure durant, Benson a fait un bœuf sur la plage!!! C'était un moment extraordinaire.

En plus d’être directeur artistique des Victoires du jazz et ancien journaliste, vous avez mené des études sur la musique, animé des débats et des conférences…

Comment expliquez-vous ce rapport particulier que vous entretenez avec le jazz ? On dit toujours que les critiques de jazz sont des musiciens frustrés, c’est sans doute vrai pour moi aussi. On n'est pas obligé d'être musicien pour parler de jazz ou le faire aimer. Lorsque j’étais adolescent, ma mère m’a fait découvrir le jazz et c’est devenu une passion. En faculté d’histoire, j’ai rédigé un mémoire qui traite de l'histoire du jazz sur la Côte d'Azur. Ensuite, cette étude est devenue un livre et c’est à partir de là que j’ai commencé à travailler dans le milieu du jazz et à transmettre ma passion. Le jazz est un milieu marginal auquel le grand public n’a pas accès. Aussi, lorsqu’on aime ce genre musical, on a envie de le faire découvrir aux autres pour toutes les formes qu’il prend aujourd'hui.

Quoi de neuf Georges ?

La rubrique de l'orchestre du Collège Georges Gironde, en concert samedi soir sur la scène du Parc.

Cette année, les Victoires du jazz ont notamment récompensé Thomas Enhco, révélation de l’année. Quel prolongement artistique ce prix peut-il lui apporter ? Recevoir une Victoire de la musique, c'est souvent une étape dans la carrière d'un artiste. Bien sûr, ce n’est pas avec ce prix qu'il va vendre des millions de disques étant donné la crise du disque aujourd'hui. Néanmoins, c'est une récompense, un label de qualité et une reconnaissance de la part du jury réunissant 200 professionnels. Les artistes y sont sensibles.

Dans la marmite de ChristinE ET BENOIT Eleveurs de porcs et de volailles à la ferme de la Beurrerie, présents chaque mercredi et samedi au marché de Segré Nous cuisinons tous les deux. L’été, une marinade de travers de porc accompagnée d’une bonne salade du jardin. Benoît s’occupe de la viande, Christine cuisine la marinade. Je fais mariner la viande la veille dans de la sauce tomate, de l’ail, de l’huile d’olive, des échalotes… La cuisson se fait au barbecue dans du papier sulfurisé, sous surveillance, pour ajouter de temps en temps de la sauce. Avec l’os, la viande est plus moelleuse, pas de matière grasse, c’est excellent ! Ce plat se déguste avec une ratatouille maison ou des pommes de terre. On propose en accompagnement un Saumur Champigny ou encore un Saint-Nicolas-de-Bourgueil. En dessert, nous préparons un gâteau de courgettes avec 600 gr de courgettes râpées, 5 œufs, 60 gr de beurre fondu, 1 verre de farine et de sucre, 1,5 verre de lait. Éplucher, râper les courgettes les mettre à cuire dans une casserole, allumer le four à 200°. Mélanger le sucre et les jaunes, les courgettes. Ajouter la farine, le lait et le beurre fondu, monter les blancs en neige et ajouter à la pâte. Cuire au four pendant 50 min. Côté musique, nous écoutons de tout à la radio, les cochons sont élevés en musique, ça calme les coliques et lors de la mise-bas les truies sont plus détendues. La musique adoucit les mœurs : ici les porcs ne sont pas élevés comme des cochons !

MELI-MELO a relier...

63

• Producteurs locaux présents toute la semaine

13

• Bénévoles au festival 2013

15142

Le collège Georges Gironde s'associe une nouvelle fois au festival et devient un acteur régulier de l'événement. Sous la direction d'Emmanuel Dardelle, professeur de musique, l'orchestre et la chorale ont donné de leur temps et de leur énergie pour vous restituer, samedi soir, le résultat d'une année de musique. Tout au long du festival, nous vous ferons partager la préparation du concert, l'état d'esprit de la soixantaine d'élèves participant au projet, leurs répétitions… Ils nous parleront de leurs rencontres avec Nicolas Folmer, du déroulement du projet  : de l'idée à la concrétisation. Ces artistes en herbe, plein de talent et à la motivation sans faille vous feront vivre leur aventure musicale riche en émotions.

• Visiteurs du site Internet du festival depuis le lancement de l'édition 2013

Zoom sur...les coulisses du festival L'équipe de Jazz au Pays se mobilise depuis 2010 pour que Segré puisse vous recevoir pendant ces 5 jours de festival. Au programme depuis lundi matin  : mise en place des scènes du Parc des Expositions et du Moulin sous la Tour. Cette dernière accueillera le Village où se regroupent producteurs et commerçants pour vous faire partager leurs produits au rythme des concerts. Le soleil étant au rendez-vous, nous n'attendons plus que vous  !

Tweet du jour: ça va jazzer dans Segré #JourJ Suivez-nous @saveursjazz


Toque & Notes 17/07/2013  

le quotidien du saveurs jazz festival

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you