Page 1

Les champions s’engagent pour un sport durable


L

ier les pratiques sportives et le développement durable aurait, il y a encore quelques années, semblé incongru. Joggeur quotidien, marathonien à l’occasion, je sais combien l’espace offert par les collectivités locales aux habitants compte pour encourager la pratique sportive et donner à tout un chacun l’envie de se « remettre au sport ». Avec la prise en compte d’enjeux environnementaux de plus en plus importants, les communes lisent aujourd’hui l’ensemble de leurs politiques publiques à travers le prisme du développement durable. Autrefois créer une course à pied, aménager une piscine relevaient plus des politiques sportives et associatives. Aujourd’hui, quand on construit un équipement sportif, il est nécessaire d’intégrer la lutte contre le réchauffement climatique, l’aménagement urbain durable et la protection de la biodiversité et de penser l’installation en fonction de sa gestion temporaire ou permanente. Pour un évènement, il s’agit de s’interroger sur la production de déchets, le choix et la provenance des tee-shirts et biens de consommation offerts aux sportifs. Gérer écologiquement la création et la vie des aménagements sportifs et penser autrement les manifestations font partie de l’action des collectivités, des sujets sur lesquels celles-ci ont besoin d’être accompagnées. C’est le sens que nous avons voulu donner à ce livre avec nos deux partenaires que sont la Saur et l’ANDES.

Guy Geoffroy, Président des Eco Maires Député-Maire de Combs-la-Ville


atisfaire les besoins des générations actuelles sans compromettre les générations futures, telle est la devise du développement durable qui est au cœur des politiques sportives.

S

L

Les collectivités locales intègrent désormais les activités physiques et sportives dans une réflexion de développement durable, que ce soit en termes de lien social, de santé publique, de bien-être, d’économie ou d’emplois.

Rien de plus naturel que le sport intègre aujourd’hui les principes du développement durable dans ses pratiques et sa gestion, à tous les niveaux : athlètes, équipes, encadrements, clubs et partenaires.

C’est pourquoi l’ANDES a effectué 16 propositions* pour contribuer à la Stratégie nationale du développement durable sur les thèmes de la gouvernance du sport, des installations sportives, de l’environnement et de la société, et enfin du sport professionnel.

Le groupe Saur s’engage dans le sport au quotidien en se mettant au service d’une gestion durable des installations sportives des collectivités, que sont les piscines et les golfs, ou encore avec la collecte des balles jaunes de tennis.

L’ANDES, « le réseau sport des collectivités locales », représentant 2 700 villes, s’engage aux côtés des Eco Maires et du groupe Saur, pour faire connaître au grand public les bonnes pratiques dans le champ du développement durable du sport.

*Les 16 propositions de l’ANDES sont présentées à la fin du livret.

e sport porte des valeurs fortes et fédératrices de courage, d’effort, de performance, d’esprit d’équipe et de solidarité, dans lesquelles tout un chacun se reconnaît.

Pour nous, soutenir les sportifs et les clubs autour de projets dessinant un sport durable est une évidence* et se traduit par le plaisir que nous avons à participer à ce livre aux côtés des Eco Maires et de l’ANDES pour mieux faire connaître ces bonnes pratiques.

*Le groupe Saur est notamment partenaire des équipes Saur-Sojasun (Cyclisme) ; Orléans Loiret Basket (Basket) ; Club athlétique de Brive (Rugby) ; Nîmes Olympique (Football).

Jacques Thouroude, Président de l’ANDES, Adjoint au maire de la ville de Castres, Conseiller régional de Midi-Pyrénées

Joël Séché, Président exécutif du groupe Saur


Anne-Sophie Le Parenthoën, 17 fois championne de France de natation, membre de l’équipe de France de 1995 à 2008


Q

u’elle soit pratiquée en compétition ou comme loisir, la natation représente de nombreuses heures passées dans les bassins. La qualité de l’air et de l’eau constitue donc une préoccupation pour les nageurs, avant tout pour leur santé, mais aussi en termes de respect de l’environnement. Les nageurs de haut niveau évoluent cinq heures par jour dans l’eau. Nous sommes donc attentifs au type de traitement utilisé. Si la qualité des eaux de piscine est encadrée par le code de la santé publique et fait l’objet de contrôles réguliers, il est important d’inciter les piscines municipales et les clubs de natation à réduire les quantités de produits chimiques utilisés pour traiter l’eau. C’est possible en privilégiant certains types de traitement et en préconisant des gestes simples mais essentiels, comme se doucher avant de nager et utiliser un bonnet de bain, qui permettent de réduire les quantités de produits chimiques utilisés pour désinfecter l’eau.

Les piscines sont également des équipements très énergivores et de grands producteurs de CO2. De la conception des bâtiments au choix des matériaux et des solutions de chauffage, il faut encourager des modes de gestion de ces installations durables et respectueux de l’environnement. Une natation durable, ce sont des équipements conçus pour consommer moins d’eau, d’énergie et de produits chimiques, intégrés dans leur environnement direct et assurant aux nageurs amateurs et professionnels, petits et grands, une eau de qualité garantissant leur bien-être et leur santé.

Anne-Sophie Le Parenthoën


Jérémie Galland, coureur cycliste professionnel au sein de l’équipe Saur-Sojasun


E

n début de saison, coureurs, directeurs et partenaires, toute l’équipe a signé une charte de développement durable tournée vers la préservation de la santé des coureurs et la protection de l’environnement. Nos maillots sont conçus en fibres recyclées et dotés d’une poche poubelle, nos bidons sont 100% biodégradables et recyclables et les véhicules de course sont équipés de poubelles de tri sélectif et rejettent peu de CO2.

Respecter la charte au quotidien et en course ne représente pas de contraintes particulières. Placer les papiers vides dans la poche du maillot est devenu un réflexe. Et plutôt que de les jeter comme le font les autres, nous préférons donner nos bidons et nos musettes au public qui est ravi. Sur Paris-Nice, un coureur d’une équipe adverse m’a même demandé : « Pourquoi gardes-tu ta musette, c’est une question de budget ? » Aujourd’hui, cela nous choque de voir les autres coureurs jeter leurs bidons en montagne ou dans la nature. Au fond, cela ne demande pas un gros effort. La protection de l’environnement est un sujet dont on nous parle tous les jours. Pour l’équipe, il était naturel de s’investir, encore plus avec le groupe Saur à nos côtés. Nous nous sommes tout de suite inscrits dans ce projet d’équipe. Il y a une vraie prise de conscience et chaque co-équipier a joué le jeu. Nous savons que nous n’allons pas tout changer à nous seuls, que notre engagement est surtout symbolique, mais il est important et porteur d’image. D’ailleurs, notre maillot commence à être copié par d’autres équipes, ce qui est très bon signe.

Jérémie Galland


Arnaud Hybois, double médaillé d’or aux Championnats du monde de Kayak à Poznan en 2010


L

es deux médailles d’or remportées cet été à Poznan, je les partage avec mes co-équipiers : Sébastien Jouve, Philippe Colin et Étienne Hubert. Ensemble, nous formons une équipe. Ces victoires, je les dois aussi à l’équilibre que j’ai trouvé en dehors du sport. Je suis titulaire d’un BTS de « Gestion et maîtrise de l’eau » et d’une Licence « Aménagement du territoire » et depuis 2009, je travaille au sein du groupe Saur en tant que technicien d’assainissement. Après six mois à temps plein, j’ai eu la chance que le Groupe me propose un contrat à temps partiel, complété par une convention avec le Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports et la Fédération française de kayak. Car contrairement aux études, il est très difficile de concilier vie active et sport de haut niveau. Mon temps de travail est donc aménagé et annualisé en fonction de la compétition et des stages. La vie professionnelle me rend plus fort, plus équilibré dans mon projet sportif et donc plus performant. Mon métier m’apporte une grande sérénité car je sais ce que je ferai après. Le kayak est un sport amateur. En France, une carrière de kayakiste se termine vers 30 ans. Il est important de préparer sa reconversion. Si à ce moment là, on n’a pas d’expérience professionnelle, cela peut devenir très compliqué. Intégrer un grand groupe offre des perspectives d’avenir. Aujourd’hui, mes missions sont sur le terrain, ce qui offre plus de souplesse par rapport à mon emploi du temps modulé, et je suis basé à Toulouse, ce qui me permet de m’entraîner sur la Garonne.

Arnaud Hybois


Fabrice Estebanez, joueur de rugby professionnel au Club athlĂŠtique de Brive


D

epuis trois saisons, au sein du CA de Brive, nous avons adopté des gourdes nominatives afin de limiter les déchets plastiques. Nous sommes quarante joueurs. Trente à quarante bouteilles à moitié vides abandonnées sur le terrain d’entraînement ne donnaient pas la meilleure image. L’autre avantage est que, là où nous pouvions laisser des bouteilles d’eau à peine consommées, avec les gourdes à nos noms, nous ne gaspillons plus d’eau. Nous sommes même gagnants au niveau de l’hygiène. Avant, tout le monde buvait dans les mêmes bouteilles, ce qui était propice aux épidémies saisonnières. La gourde fait désormais partie intégrante de notre matériel de sportif, au même titre que les crampons ou le maillot. Cela nous responsabilise. Nous ne laissons plus les bouteilles sur le terrain après l’entraînement. Aujourd’hui, en cas d’oubli, le joueur a une « amende », ajoutée au pot commun. Il y a une grande sensibilité de l’équipe, joueurs et staff, pour le respect de l’environnement. Dans la même lignée, les vingt-quatre pensionnaires (16-18 ans) de la structure d’élite du club, mise en place à la rentrée 2010, ont signé une Charte de respect de l’environnement, par laquelle ils s’engagent notamment à s’équiper d’un vélo pour leurs déplacements entre le stade et leur lycée. A travers ces initiatives, nous donnons l’exemple. Il est important que les sportifs et le monde sportif s’engagent. Cela montre aux jeunes que l’on ne peut plus agir n’importe comment et qu’ils doivent eux aussi adopter une attitude responsable.

Fabrice Estebanez


Amara Sy, joueur de basket professionnel au sein d’Orléans Loiret Basket


O

rléans Loiret Basket est né du regroupement des trois clubs de basket associatifs d’Orléans, Saint-Jean-de-Braye et Fleury-les-Aubrais et cultive son ancrage dans le tissu social, éducatif, politique et économique local. De cette synergie naît une énergie que l’ensemble de l’équipe a à cœur de transmettre sur le parquet et en-dehors des matchs auprès des jeunes. Près de 70 % des 900 licenciés de basket sur l’agglomération sont âgés de 15 à 18 ans. Les joueurs, tels qu’Amara Sy, ont une image très positive auprès de la jeunesse et incarnent des valeurs sportives, éducatives et de réussite. L’engagement social d’Orléans Loiret Basket sur le territoire est inscrit dans ses gênes. L’équipe met à profit son rayonnement local et, malgré un agenda très rempli, l’ensemble des joueurs participe volontiers au programme d’actions « Esprit Entente » mené par le club. L’idée est de rencontrer le plus de jeunes possible à travers les visites des joueurs professionnels en milieu scolaire, l’accueil de classes sur le terrain ou l’action « Premier jour de basket » initiée par le club et les élus. Ce projet est né de la forte attractivité de l’équipe auprès des jeunes des quartiers. Les entraîneurs d’Orléans Loiret Basket proposent aux élèves des écoles primaires une première approche du basket à la fois ludique et originale, avec un éclairage différent, celui du monde professionnel. Ces rencontres génèrent de nombreux échanges. D’ailleurs, des rencontres linguistiques sont organisées dans les classes afin que les joueurs anglophones et les élèves puissent discuter en anglais.

Gil Vilain, Vice-président d’Orléans Loiret Basket, sur la photo avec Amara Sy


Benoît Poulain, joueur de football professionnel au sein de Nîmes Olympique


D

ans l’équipe, nous sommes trente joueurs, plus le staff. A multiplier par un ou deux entraînements par jour, cela représente un nombre de bouteilles d’eau important. Pour nous responsabiliser, chaque bouteille distribuée est numérotée. On sait qui oublie sa bouteille sur le terrain... Une fois la bouteille vide, on peut la remplir avec l’eau municipale et lorsque l’entraînement est fini, chacun jette sa bouteille dans la poubelle de tri. Et depuis un an, sur proposition d’un co-équipier, nous conservons les bouchons en plastique au profit de l’association « 1 bouchon, 1 sourire »* qui vient en aide aux personnes handicapées. C’est à la fois une initiative écologique et une bonne action. Le club innove depuis deux saisons avec des maillots de match dotés d’un label écologique, fabriqués avec un tissu biologique et floqués avec des colorants aqueux, donc sans solvants. Issus de la nanotechnologie, ils sont imperméables, antibactériens, anti transpirants et anti-tâches. Comme ils se salissent moins, leur lavage demande moins d’eau et de produit et leur séchage moins d’énergie. On sait que l’écologie commence par de petits gestes. Pour faire le maximum, chacun doit agir. Cela commence à l’entraînement, qui est notre lieu de vie, et donne naissance à toutes ces initiatives. Et puis, à travers ces gestes très faciles, devenus automatiques, nous donnons l’exemple, que ce soit aux joueurs du centre de formation que nous accueillons régulièrement ou aux jeunes nîmois.

*www.1bouchon1sourire.com

Benoît Poulain


Gilbert Naturale, secrétaire général adjoint de la Fédération française de tennis en charge du développement durable


L

e sport est par nature un exercice exigeant, qui se doit d’être exemplaire. Grandes manifestations, nombreux déplacements... La Fédération française de tennis (FFT) a pris conscience de son empreinte carbone. Parce que nous devions agir, nous avons élaboré, en 2009, un programme de développement durable autour des événements que sont le tournoi de Roland-Garros, le BNP Paribas Masters, les rencontres de Coupe Davis..., la vie du siège et celle des clubs et des ligues locales. Le Bilan Carbone du tournoi de Roland-Garros a été réalisé, le bilan eau et énergie est en cours. Pendant les Internationaux de France 2010, nous avons mis en place le tri sélectif pour les spectateurs, ainsi qu’un site Internet de covoiturage et des « écocups » consignées grâce auxquelles nous avons économisé près d’une tonne de gobelets carton (soit 250 000). Une sensibilisation des publics a également été réalisée via des messages ciblés. Et nous améliorons chaque année l’accès du tournoi aux personnes à mobilité réduite. Lancée en 2008 et symbole emblématique de l’engagement de la FFT, l’opération Balle Jaune incarne tout-à-fait cet élan. Les balles de tennis usagées, collectées par les adhérents des clubs, sont récoltées par notre partenaire Coved auprès des ligues et des clubs, puis sont recyclées en sols sportifs offerts à des associations locales à vocation sociale ou éducative. Cette initiative exemplaire joue un rôle de moteur au sein de la FFT et notamment auprès des licenciés qui ont très vite intégré le bon geste.

Les missions de service public de la FFT intègrent par nature la dimension sociale du développement durable. La FFT est donc, depuis toujours, garante d’un développement équilibré du tennis dans la société. Notre sport est un vecteur d’éducation et d’intégration pour les jeunes, en particulier les moins favorisés, mais aussi pour tous les publics. La signature de la FFT : « le tennis, un sport pour tous ».

Gilbert Naturale


Pavel Jirsa, ancien champion de golf et directeur de golf


E

n tant que gestionnaire de golf, nous exerçons un métier proche de la nature et respectons l’environnement au moyen d’une politique volontariste.

En 8 ans, nous avons diminué la consommation d’eau de 30 à 40%. Pour économiser la ressource, nous avons réduit les zones arrosées, renouvelé la totalité des arroseurs et mis en place la surveillance informatique de nos consommations. Le choix de la mise en place de graminées plus résistantes à la sécheresse est à l’étude. Nos efforts se traduisent également par l’aménagement de zones de biodiversité ou « sauvages » aux abords des parcours et la gestion différenciée des hauteurs de tonte*. La technique d’aération mécanique des sols favorise l’intégration des intrants et nous permet de diminuer les quantités de produits phytosanitaires. Si ces produits restent, à ce jour, le seul moyen de lutter contre les maladies cryptogamiques, là où nous traitions en préventif (1,2 ha x 7/an), aujourd’hui nous intervenons en curatif, localement dès l’apparition de la maladie (1,2 ha x 4/an). Enfin, nous avons opté pour une fertilisation organique et réduit d’environ 75% nos apports en azote en 20 ans. Le golf impose de nombreux standards. Cette démarche est donc parfois mal perçue par notre clientèle, qui s’exporte facilement à l’étranger où le développement durable est encore inexistant. Si les golfeurs ne sont pas encore tout-à-fait prêts, nous profitons de notre implantation sur l’ensemble des golfs du Morbihan pour imposer notre politique environnementale en douceur.

*green, bords de green, fairway et rought

Pavel Jirsa ancien champion de golf et directeur de golf, avec la complicité de Michel Tehery, intendant des parcours Formule golf Val Queven et Ploemeur Océan (Morbihan)


Les propositions de l’ANDES pour un développement du sport durable : La Gouvernance 1. Pour une gouvernance réellement équilibrée, prendre en compte l’engagement primordial des Collectivités Territoriales dans le sport, proposer une voix délibérative pour les élus locaux dans les différentes instances décisionnaires du sport, notamment les commissions territoriales CNDS. 2. Prendre en compte les problématiques spécifiques des territoires ruraux, en termes de financements et de transports, l’intercommunalité pouvant jouer un rôle fédérateur. 3. Inciter à la mutualisation de l’utilisation des moyens et des matériels entre les Collectivités Territoriales notamment à l’échelle intercommunale, tel que le projet de loi sur la réforme des Collectivités Territoriales le propose (article L. 5211-4-3). 4. Favoriser la consultation et la coordination des fédérations en amont, pour une harmonisation des règlements fédéraux, en particulier pour les disciplines pratiquées dans une même installation sportive. 5. Limiter la surenchère normative qui représente un coût financier élevé à la charge des Collectivités locales. 6. La consultation des concitoyens sur leur attente en matière d’offre de pratiques sportives peut être un préalable pour l’élaboration des projets sportifs locaux : notion de démocratie participative. Installations Sportives 7. Privilégier la conception et la réalisation d’équipements sportifs qui permettent de répondre à la demande sociale en accueillant les différents types de pratiques (loisirs, scolaires, clubs, entreprises). 8. Inciter à la prise en compte, dans les planifications de rénovation, d’urbanisation ou de construction des quartiers, des installations sportives, comme un facteur structurant de l’animation de la cité. 9. Inciter au développement d’infrastructures sportives des territoires en difficulté (ZUS, quartiers sensibles...), pour contribuer à l’animation des territoires par l’accès à la pratique sportive. Favoriser l’accès à la pratique sportive pour le public féminin. 10. Anticiper et mieux évaluer les coûts de fonctionnement des équipements, sur leur durée de vie, pour optimiser le niveau d’investissement et le mode de gestion. Environnement et Société 11. Recyclage des terrains synthétiques et d’autres matériaux : les entreprises doivent inclure dans leurs prestations, le recyclage de ces produits en fin de vie. 12. En période hivernale, aménager les calendriers et horaires des rencontres sportives se déroulant en plein air, pour éviter les gaspillages d’énergie comme les pelouses chauffées. 13. Inciter les équipes et clubs à se déplacer par le biais de modes de transport à faible émission de gaz à effet de serre, à tout niveau de pratique. 14. Développer l’intérêt de l’activité physique dans l’ensemble des sphères de la société (école, entreprise, administration...) pour qu’elle puisse être au service de la santé, du bien-être et du lien social des citoyens. Sport Professionnel 15. Maintenir et développer la solidarité financière entre le monde du sport professionnel et celui du sport amateur. 16. Les Ligues professionnelles doivent partager, aux côtés des Collectivités Territoriales, l’effort de financement des infrastructures dédiées au sport professionnel.

P

hotographier des sportifs de haut niveau qui s’impliquent dans le développement durable c’est partir en voyage à la rencontre de nouveaux visages et individualités. C’est constater que de jeunes athlètes conscients de leur image de leader d’opinion auprès du public donnent l’exemple des bonnes pratiques à avoir chaque jour pour un sport durable.

C’est enfin avoir le plaisir de découvrir en huit séances de prises de vue à travers la France, quelques unes des milliers de communes qui la composent et d’apprécier le temps d’une journée leur particularité géographique, architecturale, économique, sociale, sportive et culturelle.

Joël Robine

Remerciements : Les Eco Maires, l’ANDES et le groupe Saur remercient les témoins de ce livre, ainsi que leur équipe ou fédération respective, pour leur disponibilité : Anne-Sophie Le Parenthoën ; Jérémie Galland et Saur-Sojasun ; Arnaud Hybois ; Fabrice Estebanez et le Club athlétique de Brive ; Amara Sy, Gil Vilain et Orléans Loiret Basket ; Benoît Poulain et Nîmes Olympique ; Gilbert Naturale et la Fédération française de tennis ; Pavel Jirsa.


ANDES 6 boulevard Miredames - 81100 Castres Tél. : 05 63 71 01 44 Saur Atlantis - 1, avenue Eugène Freyssinet - 78280 Guyancourt Tél. : 01 30 60 22 60

3()&

35202892,5 /$*(67,21'85$%/( '(/$)25Ç7

Saur Direction du développement - 11/2010 - Studio Mapi - Photos : Saur - ©Joël Robine - Place aux images.

Eco Maires 215 Bis, bd Saint-Germain - 75007 Paris Tél. : 01 53 59 58 00

Les champions s’engagent pour un sport durable  

Publication des Eco Maires, de l'Association nationale des élus du sport et du groupe Saur

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you