Page 1

L’EAU NAVIGABLE, CONFLUENCE DU TERRITOIRE TOULOIS Sarah Sutter Mémoire - Travail de fin d’études 2017-2018


COMPOSITION DU JURY PRÉSIDENT DU JURY BRUNO RICARD Ingénieur chef de projet au bureau d’études Sinbio Enseignant en hydrologie à l’ENP DIRECTEUR D’ÉTUDES SYLVAIN MORIN Ingénieur paysagiste concepteur, co-directeur de l’Atelier Altern Enseignant en projet 2 ème année à l’ENP PROFESSEURE ENCADRANTE BÉATRICE AMOSSÉ Ingénieure écologue, Observatoire Loire Enseignante en écologie à l’ENP PERSONNALITÉS EXTÉRIEURES Une personne représentant la maîtrise d’ouvrage Une personne reconnue pour ses compétences professionnelles Un ancien élève de l’école


AVANT-PROPOS C’est un peu par hasard que je me suis retrouvée à travailler à Toul. Ce nom ne m’évoquait pas grand chose, si ce n’est un nom sur une sortie d’autoroute. A l’origine, je recherchais un ancien site industriel qui serait le support de mon travail de fin d’études, car les ambiances qui s’y dégagent m’intriguent, et l’histoire, la technique et la production sont des thèmes qui m’attirent. En Lorraine, je sais qu’il existe beaucoup de sites marqués par la crise industrielle et je me suis donc mise en quête d’un espace qui ferait l’objet de mon étude. Le nom de Toul m’est revenu au cours d’une discussion et ses caractéristiques de ville moyenne, industrielle et militaire, fortifiée par Vauban, a piqué ma curiosité. Ma première visite était mêlée de bonnes et mauvaises surprises. Je me suis bien sûr empressée de visiter le site industriel, mais je me suis retrouvée face à une zone de bâti récent accueillant visiblement encore des activités. En visitant la ville j’ai été marquée par le centre fortifié, l’eau des remparts, un premier canal, un second, un bras de Moselle canalisé,

un autre libre. L’eau est omniprésente autour de la ville, pourtant, j’ai peu ressenti sa présence au cœur du tissu urbain. De plus, je n’ai remarqué aucune accroche de la ville vers la Moselle, pas même vers le site industriel, alors que la rivière est canalisée et navigable. Pourquoi la Moselle n’est-elle pas plus intégrée à Toul? L’eau est pourtant un atout majeur pour le cadre de vie d’une ville, mais a aussi un réel atout économique lorsque la navigation est possible. Pourquoi la navigation n’a-t-elle pas plus marqué Toul, alors qu’elle permet d’échanger et de communiquer avec d’autres villes fluviales? Pourtant, l’eau navigable est un levier pour le développement local et un excellent prétexte à l’aménagement urbain. Ainsi, mon travail s’articule autour de l’idée que les canaux peuvent devenir une entrée dans la ville de Toul et doivent être au centre des réflexions territoriales.


SOMMAIRE 1 26 8

INTRODUCTION

10

Immersion

16

L’eau navigable

20

De la source à la ville

24

Démarche

TRACÉS

2 52

28

Le sillage des voies navigables

36

Mise en scène de la navigation

46

Emprunter les canaux

50

Renforcer le potentiel des voies navigables

MARGES 54

Les tracés de l’eau

56

Les fondements de la ville

58

Percevoir les paysages de l’eau

64

La végétation

66

Composition de l’aire urbaine

76

Consolider les liens entre le territoire et les canaux


3 78

ÉTENDUES

4 88

VERS LE PROJET

80

Différentes échelles territoriales

90

Synthèse globale des enjeux

101

CONCLUSION

82

Un horizon élargi

92

Tracés

102

BIBLIOGRAPHIE

86

Favoriser les interactions à plus grande échelle

94

Marges

96

Étendues

104

REMERCIEMENTS


INTRODUCTION Sauvage, calme ou plate, libre ou bien contrainte, on retrouve l’eau sous différentes formes, et chacune d’elles contribue à la spécificité de la ville de Toul. L’eau recouvre 3% du territoire communal, la compréhension du site passe donc inévitablement par celle de l’eau et de ce que son passage génère. Avant de développer mes réflexions liées au territoire toulois, je propose tout d’abord une immersion au cœur des paysages de l’eau, afin de saisir le contexte dans lequel elle s’inscrit et comment se traduisent ses différentes formes. Parmi elles, une en particulier a attiré mon attention: l’eau canalisée. Permettant de naviguer à l’intérieur des terres pour commercer ou simplement se déplacer, le canal est une invention humaine qui permet aux villes de s’ouvrir vers d’autres horizons. J’aborderai son histoire et son fonctionnement avant de m’intéresser plus particulièrement à Toul et son eau, de la source aux canaux. La mise en place de ces fondements est essentielle pour comprendre le choix de ma démarche d’analyse de site qui me permet de structurer le développement de l’étude.


10

La Moselle sauvage. Grande étendue d’eau vive, bordée par des rives densément végétalisées.


11

La Moselle canalisée. Long linéaire d’eau calme, cadrée par des berges enherbées, rigides et rectilignes


12

L’ingressin. Petit cours d’eau naturel, accompagnant le tracé des remparts, enfermé dans un espace encaissé.


13

Le canal de la Marne au Rhin. Tracé rigide de cette voie d’eau calme, traversant l’aire urbaine de Toul


14

Bras abandonné du canal de la Marne au Rhin. Un tracé conservé, mais des berges densément végétalisées


15

Ballastière. Ancienne carrière, aujourd’hui grande étendue d’eau plate dans un écrin végétal.


L’EAU NAVIGABLE : DU NATUREL AU FONCTIONNEL HISTOIRE DE LA NAVIGATION FLUVIALE Au XIXème siècle, la voie d’eau apparait comme le moyen le plus adapté au transport de masse de marchandises nécessaires à l’alimentation des nombreux sites industriels de l’époque. L’armée préférait également ce mode de déplacement afin d’acheminer les troupes et le matériel au plus près des zones de conflits. L’avancée technique que représentait la canalisation permettait de répondre à ces besoins en facilitant la navigation. Dans un premier temps, on aménageait les cours d’eau naturels, puis, on les dérivait pour contourner de trop grandes difficultés propres à certaines rivières. La volonté de dépasser les limites naturelles est allée encore plus loin grâce aux canaux de jonctions, qui ont permis de connecter deux bassins versants et de relier ainsi deux cours d’eau qui n’avaient jusqu’ici aucun rapport. La mise en réseau des voies navigables a permis un essor considérable du transport fluvial durant le XIXème siècle, par la suite le fer et la route se sont démocratisés, réduisant la part des déplacements par voie d’eau.

Cependant, l’utilisation touristique et la modernisation de certains tracés a permis de ne pas totalement abandonner ce mode de déplacement. Aujourd’hui, la navigation apparaît comme une alternative au transport routier, plus soumis aux risques d’accidents et aux ralentissements liés à l’engorgement des réseaux mais surtout pointé du doigt en matière d’écologie. Dans un contexte de changement climatique, le rapport entre l’impact environnemental et la quantité de marchandises transportées est meilleur avec un transport fluvial. De plus, la faible proportion d’accidents et la possibilité de naviguer de nuit pour les bateaux de commerce peut compenser la faible vitesse de navigation. Pour les bateaux de plaisance, cette lenteur est une caractéristique appréciée pour ce qu’on peut qualifier de «tourisme contemplatif». Les canaux sont donc un atout considérable pour une ville d’un point de vue écologique, économique et social. À Toul comme ailleurs, il est donc important de leur attribuer une place de choix dans les réflexions d’aménagement territorial.

17


18

« Les méandres et leurs alternances paysagères et les somptueux éclairages des soirs et des matins. Les arbres, les roseaux et les frayères ; les lacs, les étangs, les marais ; les confluents, les deltas, les estuaires. Les saisons, les jours, les heures ; les crues hivernales et leurs inondations, les étiages et les fabuleux dessins du lit fluvial dénudé ; la brume, la pluie, la glace, le vent, les orages. Les mystères de l’eau douce : ses couleurs, ses transparences, les reflets et les ombres qui s’y combinent de façon magique...»

Immersion dans le monde fluvial avec un extrait cumulatif et sensible des caractéristiques attribuées au monde de l’eau. Par François Beaudouin, peintre fluvial, issu de l’ouvrage «Rivières et canaux de France» (1997).


QU’EST-CE QU’UN CANAL? Un canal est un cours d’eau navigable, qui peut être naturel ou artificiel, et qui a été aménagé ou creusé, ce qu’on appelle la canalisation. Il en existe trois catégories différentes : l’aménagement d’un cours d’eau naturel, la construction d’un canal en parallèle d’une rivière, ou bien la construction d’un nouveau tracé. Mais concrètement, comment navigue-t-on sur des canaux?

Principe de navigation: le rectangle Rectangle de navigation

Tirant d’air Tirant d’eau

Hauteur libre

Mouillage

La navigation, est «le fait de se déplacer sur l’eau à bord d’un navire, d’un bateau01». Les Chenal de navigation canaux sont ainsi parcourus pour transporter de grandes quantités de marchandises, et se déplacer à des fins commerciales ou de Le rectangle de navigation est la zone dans laquelle plaisance. Pour voguer d’un port à un autre sans le bateau doit circuler. Cette délimitation permet d’assurer risque d’accrocher le fond ou les bords du canal, une traversée des bateaux en garantissant une hauteur d’eau indiquée par le mouillage. La hauteur libre indique les bateaux doivent respecter l’un des principes suffisante quant à elle, la hauteur limite pour le passage sous des ouvrages de base de la navigation fluviale: le rectangle de tels que ponts et tunnels. Tirant d’air et tirant d’eau dépendent navigation. Il définit si le passage d’un bateau des dimensions du navires et du poids de son chargement. est possible ou non en fonction de sa hauteur hors de l’eau (tirant d’air) et de son enfoncement (tirant d’eau). Pour respecter cela, les bateliers Les gabarits des canaux toulois peuvent se fier aux gabarits, sept catégories de canaux définis en fonction de leurs dimensions et de celles de leurs ouvrages. L’échelle des Gabarit 1, «Freycinet»: gabarits varie de 1 à 8. En France et en Europe, le L x l: 38,50 x 5,05 m plus courant est le gabarit Freycinet, du nom de Enfoncement x tirant d’air: 1,8-2,2 x 4 m son créateur français, Charles de Freycinet, qui Tonnage: 250 - 400 t établit en 1879 des dimensions normalisées qui correspondent aujourd’hui au gabarit de type 1. On retrouve ce type de canal à Toul ainsi que le Gabarit 5: L x l: 95-185 x 11,4 m gabarit 5 appelé «grand gabarit», permettant le Enfoncement x tirant d’air: 2,5-4,5 x 5,25-9,1 m Tonnage: 1500-3200 t passage de bateaux volumineux. 01

Dictionnaire culturel de la langue française

19


Mer du nord ALLEMAGNE Rhin

LES ORIGINES DE L’EAU

FRANCE

Mer Méditerranée Meuse Moselle Reims

Rhin Metz

20

Toul

DE LA SOURCE À LA VILLE

Strasbourg

La France est parcourue par de nombreux fleuves et rivières qui s’entremêlent avant de rejoindre les eaux salées des mers et océans, modelant les paysages sur leur passage. Mais l’identité d’un territoire se façonne également à travers sa culture et son histoire. Toul est située dans le nord-est de la France, au cœur de la nouvelle région administrative du Grand-Est, comprenant les anciennes régions Alsace, Champagne-Ardennes et Lorraine. C’est dans cette dernière que la cité touloise est installée, au sud du département de la Meurthe-et-Moselle, marquée entre autres par une époque industrielle glorieuse, de grandes guerres et par la suite, une importante crise de l’industrie. Aujourd’hui, Toul ressent l’influence de Nancy et des intercommunalités auxquelles elle est intégrée. L’eau s’immisce dans ce contexte administratif, ignorant les frontières et les accords. La Moselle, principal cours d’eau irriguant les terres touloises, prend sa source dans les Vosges, serpente à travers la région, formant un virage important vers l’est au niveau de Toul, avant d’être rejoint par la Meurthe aux environs de Nancy, et de se jeter dans le Rhin en Allemagne. LÉGENDE Mer et océan

Metz

Moselle

Frouard

Meuse Nancy

Moselle Toul

Toul

NeuvesMaisons

Meurthe Moselle

Région Grand-Est Département Meurthe-et-Moselle (54) Communauté de Communes Terres Touloises (CC2T) Toul Cours d’eau naturel Frontière de pays

Meuse FRANCE


LA MOSELLE, RIVIÈRE SAUVAGE La Moselle est un cours d’eau caractéristique du climat tempéré français, c’est-à-dire qu’elle est rythmée par des périodes de crues et d’étiages très marquées. De sa source à sa confluence, elle charrie une grande quantité de matériaux solides qu’elle abandonne progressivement le long de sa course vers le Rhin. L’eau qui l’alimente est issue principalement des eaux pluviales, de la fonte des neiges vosgiennes et parfois des remontées de nappes. À Toul, ces variations sont à l’origine d’inondations en hiver et de mouvements de terrain liés à la sécheresse estivale. Ces phénomènes ont façonné la vallée de la Moselle, creusant le relief et alimentant des zones humides comme les terres sur lesquelles s’est installée la cité touloise. Les populations ont pu bénéficier des ressources nourricières de la rivière, du caractère défensif que représente cet obstacle naturel, mais aussi de la possibilité de déplacement et de transports qu’elle offre. Au niveau de la Moselle, les caprices saisonniers, les profondeurs aléatoires et les méandres sinueux rendaient parfois la navigation difficile, d’où la volonté de créer des canaux. Longueur: 560 km Source: Massif des Vosges, Bussang, France Confluence: Rhin, Coblence, Allemagne RELEVÉS À TOUL > Débit moyen inter annuel (de 1960 à 2017): 62,7 m3/s > Débit quinquennal sèche 49,0 m3/s > Débit instantané maximal 1190 m3/s, le 10 avril 1983, à 12h28 > Hauteur maximale instantanée 574 cm, le 10/04/1983, à 12h28

21


TOUL: À LA CROISÉE DES CANAUX L’époque glorieuse de la canalisation a permis de relier par l’eau de grandes villes éloignées. C’est le cas de Paris qui souhaitait se raccrocher à Strasbourg afin d’améliorer les échanges vers les ports fluviaux de l’est du continent. La création de toute pièce du canal de la Marne au Rhin (M-R), mis en service en 1853 permettait de traverser la moitié est de la France et de connecter la Seine au bassin rhénan. Cependant, la conquête de l’Alsace et d’une partie de la Lorraine par la Prusse après la guerre de 1870 a modifié les stratégies de mobilité nationale. Pour renforcer les voies fluviales en partie est de la France et développer un axe nord-sud, le canal de l’Est a été créé et ouvert en 1887, s’appuyant sur la présence de la Saône, de la Moselle et de la Meuse et permettant ainsi de les relier entre elles. Le canal de l’Est croise le tracé du canal de la Marne au Rhin au niveau de la ville de Toul. 22

Dans les années 1960, les échanges européens se sont intensifiés et la volonté de redynamiser le transport fluvial s’est fait sentir. Appuyé fortement par le Luxembourg et l’Allemagne, le projet de mise à grand gabarit de la Moselle est lancé afin de renforcer et de faciliter les échanges commerciaux internationaux existant sur cet axe. Des parties de la Moselle sont aménagées et des tronçons sont dérivés pour éviter des passages difficiles et ainsi favoriser les déplacements de bateaux de grandes dimensions jusqu’à Neuves-Maisons, où une grande aciérie réclamait l’amélioration du cours d’eau pour ses échanges de matériaux. À la fin des années 1970, lorsque la mise à grand gabarit est terminée, le canal de l’Est scindé a été renommé canal des Vosges pour la partie sud et canal de l’Est branche Nord pour le tronçon connecté à la Meuse. Un petit linéaire a été conservé à Toul, parallèlement à la Moselle canalisée. Une partie du canal de la Marne au Rhin a quant à elle été abandonnée. La ville de Toul est donc placée à la croisée de canaux qui représentent aujourd’hui des voies commerciales et touristiques importantes renforcées par la formation d’une boucle de canaux unique en Europe, appelée la Boucle de la Moselle.


La Boucle de la Moselle : un circuit de canaux dans le sud du département FROUARD

Moselle

Meurthe

Canal de la Marne au Rhin (M-R) Vers Paris

TOUL NANCY

Canal de la Marne au Rhin Vers Strasbourg

NEUVESMAISONS

Moselle

Embranchement de Nancy

LÉGENDE

23

Canal Cours d’eau naturel

Canal des Vosges Vers Dijon

Zoom présenté cidessous

Zoom sur les canaux à Toul avant et après la canalisation de la Moselle Canal de l’Est

Canal M-R

Ancien canal de l’Est

Moselle

Canal M-R

Ancien bras Ancien du canal de bras du l’est canal M-R

Moselle canalisée

Moselle sauvage


DÉMARCHE Cette phase introductive permet d’évoquer les fondements de l’histoire des canaux et de comprendre quels sont les intérêts qui ont mené à leur réalisation. Leur présence en milieu urbain est un atout pour la vie locale et le développement de la ville, dont il faut prendre conscience afin de l’intégrer pleinement à nos réflexions contemporaines sur l’aménagement du territoire. La position de Toul, implantée à un carrefour de voies navigables, est une spécificité qu’il est important de mettre en avant. Cette caractéristique sera donc le prisme à travers lequel j’ai choisi de porter mon regard sur le territoire, et qui me guidera vers un projet d’aménagement. Pour parvenir à une cohérence d’ensemble, j’ai adopté une réflexion en trois temps. 24

Tracés Tout d’abord, j’ai souhaité porter mon attention sur les canaux qui s’infiltrent dans les terres touloises. Comment fonctionnent-ils et qu’elle vision nous apporte la présence de ces voies navigables sur le paysage proche et lointain? Comment vit-on ces canaux et qu’est ce qu’ils engendrent en matière d’activités? Marges Cette partie sera l’occasion de percevoir ce qui s’esquisse depuis les canaux. En accostant sur les terres, tout le contexte devient palpable: le relief, les zones de contact entre terre et eau, la végétation et le bâti. Étendues Enfin, cette partie nous projette au-delà des eaux et terres touloises, vers des horizons plus ou moins lointains, mais qui ont un impact sur le devenir local. Chaque partie permettra de mettre en évidence différents enjeux qui seront mis en lien progressivement afin d’aboutir à une synthèse globale. Celle-ci déterminera les fondements sur lesquels le projet d’aménagement s’appuiera.


Tracés

Marges

25

Étendues


1

TRACÉS Naviguer, c’est s’imprégner des espaces que l’on traverse grâce aux tracés dessinés par l’eau à travers les terres. Plusieurs canaux sillonnent le territoire toulois et offrent des perceptions nouvelles, qui diffèrent de celles auxquelles nous sommes habitués depuis la terre ferme. Cette vision choisie de Toul et son contexte mettent en avant le concept du canal et l’imaginaire qui se développe autour. Les différents tracés de voies navigables seront abordés et nous parcourrons leurs cours pour révéler la vision des abords que chacun nous offre. Cette traversée, rythmée par les ponts et les écluses, est le théâtre quotidien d’un trafic fluvial important. Navires marchands ou bateaux de plaisance, ils s’insèrent dans les eaux touloises et interrompent parfois leur course en s’amarrant aux rives de la cité lorraine. Entre commerce et loisirs, les canaux toulois vivent au rythme des usages de l’eau. La compréhension des canaux permettra de faire le point sur les enjeux du territoire spécifiques aux voies navigables qui passent à Toul.


LE SILLAGE DES VOIES NAVIGABLES : DES PERCÉES À TRAVERS LE TERRITOIRE TOULOIS COMPOSITION DES CANAUX L’eau de la Moselle a modelé progressivement les terres de Lorraine, creusant les vallées et marquant les plaines par ses méandres. À l’inverse, le tracé rigide des canaux a été déterminé par les ingénieurs et politiques en charge de grands projets d’aménagement nationaux. D’importants travaux ont ainsi dessiné le réseau hydraulique toulois.

28

La Moselle suit son cours, mais arrivée à Toul, les ouvrages de canalisation la sépare. On distingue alors Moselle sauvage et Moselle canalisée. La première poursuit sa course vers le nord en serpentant librement à travers les terres, tandis que la seconde suit le parcours dérivé qu’on lui a dessiné. Dans cet espace de divergence, on retrouve l’ancien canal de l’Est, connecté à la rivière et toujours navigable, mais il se mêle rapidement à la Moselle canalisée qui a été implantée en partie sur son tracé. On retrouve des signes de son passage un peu plus au nord, un tronçon aujourd’hui comblé dans lequel ne coule qu’un filet d’eau. Il connectait autrefois canal de l’Est et canal de la Marne au Rhin. Depuis que les travaux de mise à grand gabarit de la Moselle ont été réalisés, un nouvel espace de confluence s’est dessiné. Une liaison a été créée avec le canal de la Marne au Rhin, afin de n’utiliser qu’un seul tracé en direction du nord. En effet, le tronçon canalisé de la Moselle a été construit parallèlement à celui du canal de la Marne au Rhin, son utilisation n’était donc plus

nécessaire. Il n’a cependant pas été détruit, mais comblé sur certains passages. Là où l’eau coule encore, la végétation a pris le pas, les berges s’effacent, lui conférant des allures de cours d’eau naturel. Plus au nord, la Moselle canalisée s’efface à son tour, se mêlant au tracé naturel de la rivière, sur laquelle les bateaux poursuivent leur parcours vers le nord de la Lorraine et au delà des frontières. Les espaces de divergences ou confluences sont des carrefours clés qui marquent des changements d’ambiances et de directions. Pour développer ces sites comme de véritables carrefours navigables, il est important de travailler leurs ambiances et leur contexte. D’autre part, on peut se demander quel sera le devenir des canaux abandonnés. Affirmer leur présence permettrait de mettre en lumière une partie de l’histoire de la navigation à Toul. Au niveau de l’ancien canal de la Marne au Rhin, la présence de l’eau pourrait être un atout pour l’émergence de nouveaux usages, en marge des voies navigables. Confluence et divergence des canaux LÉGENDE Divergence ou confluence


Bras abandonné du canal de la Marne au Rhin

Ancien bras du canal de l’Est

Canal de la Marne au Rhin Moselle canalisée

Moselle canalisée

Ancien Canal de l’Est

29

Moselle canalisée

Moselle sauvage

Moselle

0

0,5

1

1,5

2 km


30

Large espace de confluence entre le canal de la Marne au Rhin et la Moselle canalisĂŠe


Avant la confluence entre l’ancien canal de l’Est et la Moselle canalisée, des tracés parallèles. Source: Google 2016

Un large espace de divergence de la Moselle donnant accès à l’ancien canal de l’Est et la Moselle canalisée. Source: Google (2016)

31


32

Ancien bras du canal de la Marne au Rhin. Certains tronçon sont encore en eau, mais la structure du canal s’efface sous la végétation.


33

Ancien bras du canal de l’Est, remblayé après les travaux de canalisation de la Moselle, aujourd’hui dissimulé sous une végétation dense.


FONCTIONNEMENT DES CANAUX

34

Dans le territoire toulois, on peut naviguer sur le canal de la Marne au Rhin et sur la Moselle jusqu’à la division entre la partie sauvage et la partie canalisée. Dans la rivière, l’eau s’écoule naturellement, du sud vers le nord, mais qu’en est-il pour les canaux? La Moselle canalisée est un tronçon dérivé de la rivière naturelle, c’est-à-dire qu’il capte une partie de son eau, suit l’axe du chenal et retrouve la Moselle sauvage 9 km en aval. L’Ingressin s’ajoute à ce système en se déversant dans le canal après avoir traversé la ville. L’ancien canal de l’Est également branché à la Moselle se déverse quant à lui dans la Moselle canalisée. La hauteur d’eau nécessaire pour assurer la navigation est régulée par le barrage de Chaudeney. Il laisse passer plus ou moins d’eau vers la Moselle sauvage, mais n’entrave pas son écoulement naturel, il ne régule donc pas les crues. Durant la période hivernale et celle de l’étiage, des restrictions de navigation s’appliquent pour assurer la sécurité des bateliers et un écoulement suffisant vers la rivière lorsque le niveau d’eau est bas. Ces restrictions prennent en compte les dimensions des canaux et le rectangle de navigation qui en découle. Le canal de la Marne au Rhin, en revanche, est un canal de jonction, il doit donc être alimenté par différentes sources. A l’ouest du bassin toulois, c’est la Meuse qui l’alimente, puis la Moselle grâce à un système de pompage et une rigole d’alimentation qui mène l’eau en amont de la ville. Cette eau rejoint la Moselle canalisée au niveau de la confluence des canaux, laissant une part s’écouler dans le bras aujourd’hui abandonné. Ce système hydraulique ne peut fonctionner seul, la présence et le regard d’un organisme de gestion est nécessaire.

Bras abandonné du canal de la Marne au Rhin

Ancien bras du canal de l’Est

Canal de la Marne au Rhin

Moselle canalisée

Moselle sauvage

Ancien Canal de l’Est

Barrage de Chaudeney Rigole d’alimentation pour le canal M-R

Moselle


GESTION

Schémas de dimensionnement des canaux Canal de la Marne Au Rhin

1 2

1_ Hauteur libre: 3,60 m

Longueur max. des bateaux: 38,50 m

2_ Mouillage: 2,20 m

Largeur max. des bateaux: 5,05 m

Moselle canalisée

1

2

1_ Hauteur libre: 5,10 m

Longueur max. des bateaux: 176,0 m

2_ Mouillage: 3,00 m

Largeur max. des bateaux: 12,0 m

Confluence et divergence des canaux LÉGENDE Barrage permettant la régulation du niveau d’eau pour permettre la navigation Direction de l’eau

L’eau navigable s’insère dans les terres en transgressant les limites territoriales, traversant différents territoires ruraux et urbains. Lorsqu’une voie navigable franchit les limites d’une commune, celle-ci n’en devient pas pour autant propriétaire. C’est à l’État qu’appartient le réseau de navigation intérieure. La gestion d’une grande partie du domaine public fluvial a été confié à un établissement public à caractère administratif: les Voies Navigables de France (VNF). Le territoire est alors découpé en bassin versant, géré par sept directions, dont celle du Nord-Est à laquelle sont rattachés la Moselle et les canaux toulois. L’entretien, la gestion et les grandes décisions sont prises par cette administration. Pour emprunter les voies d’eau, installer un port, une entreprise ou n’importe quel autre activité utilisant les voies navigables ou les berges, il faut collaborer avec VNF, qui délivre ainsi des autorisations de navigation ou des conventions d’occupation. À Toul, différentes structures utilisent la voie d’eau et sont donc conventionnées par VNF. Aujourd’hui, bien qu’il existe des liens entre le toulois et VNF, les politiques de développement et d’aménagement restent encore trop séparées ce qui influe sur l’harmonie du territoire. Envisager une collaboration plus étroite entre la ville et le gestionnaire des canaux pourrait permettre d’aboutir à une meilleure cohérence du domaine public local.

35


MISE EN SCÈNE DE LA NAVIGATION

Le Mont Saint-Michel en arrière-plan

QUELLES PERCEPTIONS DES MARGES DEPUIS LES CANAUX?

36

La découverte du territoire toulois par la voie d’eau permet d’entrevoir des éléments naturels ou bâtis, qui marquent la traversée et éveillent la curiosité des bateliers. C’est une lecture partielle qui donne un aperçu du caractère de la ville et de ses abords. C’est donc une approche visuelle et sensorielle du territoire qui a la plus grande importance pour une ville telle que Toul, traversée par deux axes navigables majeurs. Des coupes suivant le tracé des canaux permettent d’entrevoir la vision que l’on peur avoir du point de vue d’un batelier. On remarque alors que l’ouverture sur la ville est inégale entre le canal de la Marne au Rhin et la Moselle canalisée. La ville semble avoir intégré d’avantage le canal à petit gabarit que le large canal construit plus récemment. LÉGENDE

1

Coupe du haut : le canal de la Marne au Rhin

2

Coupe du bas : la Moselle canalisée

1

2

Le port de commerce

Le port de plaisance

Approche de la ville dans un écrin végétal


Successions d’infrastructures

Une vue ouverte sur la ville

Une vue ouverte sur la ville

La jonction vers la Moselle canalisée Fermeture par la végétation Le long des remparts Vue sur les remparts et la cathédrale

Pas d’ouverture sur la ville

La jonction vers le canal de la Marne au Rhin

37

Signal de la zone industrielle

Premier plan bloqué par une haute une digue Linéaire monocorde de digue et boisement en arrière-plan


LES OUVRAGES LIÉS À LA NAVIGATION : PASSAGE D’ÉCLUSE ET FRANCHISSEMENT TERRESTRE

38

Au fil des canaux, on rencontre différents types d’ouvrages liés à la navigation et à la présence d’une voie d’eau. Les écluses et les ponts sont ceux qu’on rencontre le plus couramment au fil de l’eau, ils rythment le parcours et marquent des points de repères dans le linéaire du canal. Comment structurentils le tracé du canal de la Marne au Rhin et de la Moselle canalisée au niveau de Toul?

Les ponts de Toul correspondent à différents modes de circulation. Piéton, routier ou ferroviaire, ils permettent le franchissement des différents canaux et offrent un point de vue dégagé sur ces voies d’eau et les bateaux qui y circulent. Ces ponts ont été construits à différentes époques révélées par leurs caractéristiques physiques, et font aujourd’hui partie du paysage architectural de la ville.

Dans un premier temps, il est important de rappeler quel est le rôle des écluses installées sur les canaux. C’est un système hydraulique de franchissement permettant de résoudre la problématique des dénivelés et d’assurer le déplacement des navires02 . L’espace navigable entre deux écluses est appelé un bief. Le canal de la Marne au Rhin étant un canal de jonction, il ne bénéficie pas du relief encaissé d’un cours d’eau et doit donc traverser des éléments de relief. Sur tout son tracé, on compte 97 écluses, dont 4 au niveau de Toul. Elles marquent ce qu’on pourrait qualifier d’entrée de ville par la voie d’eau et imposent une halte aux navires. Leur passage est aussi l’occasion de créer un lien entre les usagers de l’eau et les personnes présentes au sol. Cette co-visibilité est rendue possible par la présence de ponts sur les écluses, reliant les deux rives séparées lors de la construction du canal.

Ainsi, ces deux types d’infrastructures jouent un rôle majeur dans le lien qui doit être établi entre les canaux et le territoire. Il est donc important d’aménager au mieux les vues et les espaces à proximité afin de ménager de réels espaces de contact visuel et de rencontre entre terre et eau.

02

Définition du site Futura Sciences

Infrastructures de passage LÉGENDE Pont, circulation douce Pont, circulation mixte Pont, circulation routière Pont, voie ferrée Écluse


39

0

0,5

1

1,5

2 km


40

La longue écluse de la Moselle canalisée, ouvrant ses portes sur la ville de Toul

Écluse marquant la jonction entre le canal de la Marne au Rhin et la Moselle canalisée


41

Écluse et pont métallique sur le canal de la Marne au Rhin, permettant de rejoindre le port de plaisance

Écluse bordée de végétation, sur le tronçon abandonné du canal de la Marne au Rhin.


42

Pont ferroviaire mis hors-service, crĂŠant une arche de style industriel au-dessus de la Moselle canalisĂŠe.

Passerelle reliant les chemins parcourant les berges de la Moselle canalisĂŠe.


43

Pont routier au-dessus de la Moselle canalisée, inaccessible aux piétons, et dont le trafic perturbe l’ambiance paisible du canal.

Pont en pierre permettant aux piétons de franchir le canal de la Marne au Rhin.


UNE HALTE DANS LA TRAVERSÉE Parcourir une grande distance sur les canaux demande du temps. Sachant que les plaisanciers ont interdiction de naviguer de nuit, il est nécessaire de leur proposer des espaces où ils peuvent s’amarrer pour une simple halte, pour une ou plusieurs nuits, ou bien sur une période plus longue (restriction de navigation, période hivernale...). Il est important que ces espaces soient à l’écart du chenal de navigation pour ne pas gêner le trafic. Différents espaces sont donc dédiés à l’arrêt des bateaux au niveau de Toul.

44

Le plus important est le Port de France, port de plaisance pouvant accueillir 35 navires de petit gabarit. Les abords du port et les quais ont été aménagés de manière à créer un véritable espace public, pouvant être parcouru par toute personne, usager de la voie d’eau ou non. De plus, cet espace affirme la présence de la navigation à l’intérieur du territoire. D’autres emplacements d’amarrage sont installés aux abords de la ville, mais le lien entre terre et eau est beaucoup moins présent. Soit parce que l’espace est privé, comme le port Saint-Mansuy, ou bien parce que les secteurs d’amarrage sont trop éloignés de l’activité urbaine et ne constituent donc pas de réels espaces de vie, mais de simple espaces de «stationnement» pour navires. En envisageant une augmentation du trafic fluvial lié à la valorisation des voies navigables touloises, la quantité et la qualité des espaces de haltes seraient à revoir.

1

2 Les points d’accroches dans les canaux LÉGENDE

1

Port de plaisance, Port de France. Aménagé pour l’accueil des plaisanciers (restauration, sanitaires...)

2

Port Saint-Mansuy. Possibilité d’amarrage mais uniquement pour du long terme, pas de plaisanciers de passage. Propose également des services de réparation.

3

Pontons d’amarrage sur la Moselle canalisée. Pour les grands et petits gabarits de bateau, en marge de la ville, pas de services proposés à proximité.

4

Bittes d’amarrage sur l’ancien canal de l’Est. Accessibles uniquement aux bateaux de petit gabarit, en marge de la ville, pas de services dans les environs.


2 3

3

1 45

4 4

4

0

0,5

1

1,5

2 km


EMPRUNTER LES CANAUX: QUELS DÉPLACEMENTS SUR LES VOIES D’EAU TOULOISES?

46

Le canal de la Marne au Rhin et la Moselle canalisée sont empruntés chaque jour par des embarcations de différents types, déterminés par leurs usages. On retrouve ainsi des navires marchands d’envergure variable en fonction du canal qu’ils empruntent, à grand ou petit gabarit. Les bateaux de plaisance sont généralement de dimensions plus modestes et peuvent ainsi parcourir l’ensemble des canaux toulois. Parmi eux, on trouve également des embarcations de loisirs, types canoë, kayak ou aviron. Ils se mêlent aux autres navires sur les canaux mais peuvent aussi accéder à la Moselle sauvage. Leur passage n’est cependant pas comptabilisé dans les chiffres du trafic fluvial. Les chiffres recensant le nombre de bateaux passant par les canaux toulois permettent de mettre en évidence la part du trafic commercial et de plaisance. On constate alors que le canal de la Marne au Rhin est essentiellement Quel trafic sur les canaux? LÉGENDE

95%

Part du trafic annuel à Toul

emprunté à des fins touristiques alors que la Moselle canalisée est arpentée majoritairement par des navires marchands, ce qui révèle une divergence d’usages. Pour justifier ces écarts de type de fréquentation on peut évoquer le fait que le transport de marchandises sur la voie d’eau a connu un déclin au milieu du siècle dernier, favorisant les déplacements par la route, plus rapide. L’utilisation des canaux à petit gabarit s’est affaiblie, seul les grands axes fluviaux ont conservé leur importance économique. Cependant, le tourisme fluvial tend, depuis plusieurs dizaines d’années, à faire revivre les voies navigables de gabarit Freycinet. À cela s’ajoute l’accroissement des activités de loisirs, qui renforcent l’engouement de la population pour les canaux. L’analyse des différentes activités présentes sur les canaux permet de comprendre la relation que Toul entretient avec l’activité fluviale.

Canal de la Marne au Rhin

5% 66 navires

Données issues des chiffres 2016 de la Direction Territoriale Nord Est VNF

32% 620 navires

Plaisance Commerce

Moselle canalisée

95% 1271 navires

Tonnes de marchandises: 7260 t

68%

1291 navires

Tonnes de marchandises: 943 989 t


UNE FAIBLE UTILISATION DU FRET FLUVIAL DEPUIS TOUL Les produits transportés à bords de navires marchands circulant sur la Moselle sont essentiellement liés à l’industrie métallurgique présente à Neuves-Maisons. Des matériaux de construction bruts, comme les alluvions provenant des sites d’extractions de la Vallée de la Moselle, transitent également sur le tracé à grand gabarit. Une grande quantité des marchandises transportées par voie d’eau ne provient pas de Toul, elles ne font que traverser la ville. Pourtant, un port de commerce privé est installé au sud de la ville et permet d’affréter des marchandises conditionnées ou en vrac pour le fluvial et le routier. Par ailleurs, des installations de chargement sont présentes au niveau du coude de l’ancien canal de l’Est. Elles sont rattachées à la Coopérative Agricole Lorraine, mais ne sont plus utilisées depuis plusieurs années faute de clients réceptionnant les céréales touloises venues par voie d’eau. Pourtant, ce type de transport est intéressant selon la coopérative, il permet de transporter 200 à 250 T de céréales sur un bateau de petit gabarit, contre une vingtaine pour un semi-remorque. La structure de chargement est toujours présente et pourrait être remise en marche en cas de nouvelles commandes acheminées par le canal. Il est évident que le potentiel du fret fluvial est sous-exploité à Toul. Pourtant, des marchandises produites localement pourraient bénéficier de ce mode de transport, qui s’avère économique pour des chargements en grande quantité. Mais pour favoriser ce type de fret, une cohérence doit s’établir à une échelle régionale ou nationale.

Frouard

Moselle

Port industriel influent: Nancy Port

Nancy Toul

NeuvesMaisons Moselle

Aciérie SAM, fin de la Moselle à grand gabarit

47

2

1

0

0,5

1

1,5

2 km


LA PLAISANCE, OU L’ÉLOGE DE LA LENTEUR

48

Une grande partie des canaux français est, à l’image du canal de la Marne au Rhin, parcourue par des bateaux de plaisance. Ce type de tourisme permet de découvrir le territoire au rythme de l’eau et de la traversée des écluses. Il séduit des personnes sensibles à un mode de déplacement doux permettant de contempler le paysage, de le ressentir, et non pas uniquement de le traverser. Cette activité s’effectue surtout entre le mois d’avril et la fin octobre, période durant laquelle le trafic peut être relativement intense, conduisant parfois à la saturation de ports de plaisance comme celui de Toul. Entre les navires amarrés pour une longue période (utilisés comme habitation) et les bateaux touristiques de passage, les places disponibles peuvent se faire rares. Le Port de France, à quelques pas des fortifications de Vauban, attire par son implantation à proximité du centreville de Toul, mais aussi grâce aux récents aménagements des abords et à l’obtention en 2013 du label Pavillon Bleu, symbole de qualité environnementale. Cependant, le port étant situé sur le canal de la Marne au Rhin de petit gabarit, il ne peut capter une forme de tourisme de plus grande importance : les croisières fluviales de grand gabarit. Celles-ci pourraient s’installer le long de la Moselle canalisée, mais aucune structure ne permet pour l’instant de les accueillir. D’autres embarcations côtoient les petits bateaux de plaisance et les navires marchands sur la Moselle canalisée : ce sont celles des loisirs nautiques.

“La contemplation du temps est la clef de la vie humaine” Simone Veil La connaissance surnaturelle

Des berges enherbées pour le port de Toul du début du siècle dernier:

Carte postale ancienne. Source : Éditions Pratbernon


Berge douce 1

UNE DIVERSITÉ DE LOISIRS PROPOSÉE SUR LES COURS D’EAU La présence de l’eau inspire la pratique de différentes activités sportives et de loisirs. Ces activités permettent de ressentir la voie d’eau en étant à son niveau. On rencontre ainsi des kayak sur l’eau vive de la Moselle sauvage, des avirons en retrait des axes de navigation sur l’ancien canal de l’Est, voir parfois des embarcations moins courantes sur la Moselle canalisée et parfois dans les remparts de Toul: des «dragon boat» (bateau composé de 10 à 20 rameurs). Sur les voies navigables, la présence de ces activités est parfois difficilement conciliable avec le trafic des bateaux de plaisance et surtout ceux de marchandises pour des questions de sécurité. Mais les activités nautiques participent à la vie des canaux, il faut donc les encourager et proposer des espaces adaptés à leur pratique. La pêche est également courante aux bords des canaux. Elle est autorisée sur l’ensemble des voies d’eau et peut être encadrée par des organismes tels que l’Association Agréée de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique (AAPPMA). En réalité, cette pratique ne peut se faire tout le long des canaux, en raison des infrastructures de la navigation et de la morphologie des berges. En parlant d’eau on pense également à la baignade, celle-ci est interdite dans les canaux, mais on peut envisager cette activité dans les autres formes de l’eau du territoire.

Berge pentue

À l’écart de l’eau

2

1

2 49

3

Répartition des activités liées à l’eau

Kayak

Dragon boat

Aviron

3

0

0,5

1

1,5

2 km


RENFORCER LE POTENTIEL DES VOIES NAVIGABLES EN FAVEUR DU TERRITOIRE TOULOIS

50

En arpentant les canaux, une ébauche du territoire toulois se dessine. À mesure que l’on avance sur le canal de la Marne au Rhin ou la Moselle canalisée, on prend conscience de ce que les voies navigables engendrent sur un espace. Entre infrastructures de franchissements, aménagements des berges, création de port et de haltes, les voies navigables ont un réel impact sur le contexte dans lequel elles s’insèrent. Mais les canaux sont également propices au développement d’activités économiques ou de loisirs qui profitent au territoire et à ses habitants. L’analyse des tracés navigables permet de faire émerger le potentiel et les faiblesses de la ville vis-à-vis de sa relation aux canaux. C’est en actionnant certains leviers que le territoire toulois pourra répondre aux enjeux qui se profilent pour son développement futur.

Carte des enjeux liés aux tracés des canaux LÉGENDE

> Des espaces charnières se dessinent entre l’eau et la terre grâce à la composition des canaux et aux infrastructures. > Les tracés délaissés reflètent une part de l’histoire de la navigation touloise. > La traversée du canal de la Marne ua Rhin est plus rythmée et ouverte sur la ville que la traversée de la Moselle canalisée (cloisonnement des vues, accès à l’eau compliqué, traitement léger des abords...)

Mettre en scène les espaces de confluence, entrées du territoire par la voie d’eau.

Révéler l’histoire de la navigation touloise en affirmant la présence des anciens canaux.

Donner de l’épaisseur à la Moselle canalisée

> Les opportunités de faire une halte sur le parcours navigable existent, mais leur répartition ne répond pas entièrement aux besoins actuels.

Améliorer l’offre de haltes fluviales en prenant en compte les différents gabarits d’embarcations.

> Parcourir les canaux grâce aux activités nautiques permet de ressentir l’eau et de s’approprier l’espace du canal.

Développer les loisirs liés à l’eau


51

0

0,5

1

1,5

2 km


52


2

MARGES 53

Sortons maintenant des canaux pour découvrir le paysage qui se dessine depuis la voie d’eau. Arpentons le territoire pour ressentir son relief, contempler de plus près les éléments du patrimoine bâti et le contexte naturel dans lequel il s’insère en prenant contact avec la population et ses activités. Partons à la rencontre de ce qui façonne le domaine terrestre du toulois, en marge du tracé des canaux. Étudier le territoire toulois d’un point de vue terrestre permettra de comprendre les enjeux liés à l’eau dans le contexte de vie urbaine. Comment s’articule l’intersection entre les tracés des canaux et les marges touloises? Comment la ville s’est-elle développée, s’est-elle suffisamment tournée vers ses canaux? Autant de questions qui permettront d’enrichir la compréhension du territoire et de croiser les regards entre l’eau et la terre.


LES TRACÉS DE L’EAU DANS LE CONTEXTE DU TERRITOIRE TOULOIS

54

La navigation sur les canaux nous offre une ébauche du territoire toulois. On saisit quelques ambiances et éléments marquants dans le paysage grâce aux ouvertures et perspectives que le tracé des voies d’eau révèle. Le tracé des canaux s’inscrit en fond de vallée, marquée par la présence de l’eau, dominée par le point haut boisé de la butte du Mont Saint-Michel, repère visuel naturel, et bordée de coteaux cultivés. Le cœur de ville s’insère dans ce contexte, irrigué par la Moselle et bordé par les canaux. Le tissu urbain de Toul et des communes proches, Écrouves et Dommartin-lès-Toul, s’étire depuis le fond de vallée vers les hauteurs du territoire et se découvre partiellement au fil des tracés navigables. Des éléments forts se distinguent de ce tissu bâti, constituant des amers dans le paysage toulois. La cathédrale Saint-Étienne et la collégiale Saint-Gengoult affirment la présence du centre-ville qui se dissimule derrière de hautes fortifications de pierres, tandis qu’un château d’eau signal la présence d’un espace industriel sur les hauteurs du territoire. De larges massifs forestiers se distinguent en marge des espaces construits. Pour compléter cette lecture du paysage, il faut décortiquer les différentes couches qui le constituent afin de s’imprégner pleinement du territoire pour en faire ressortir les enjeux. 1

Cathédrale Saint-Étienne

Collégiale Saint-Gengoult

2

Les éléments composant le paysage toulois LÉGENDE Espaces forestiers majeurs Urbanisation lâche Urbanisation dense Zone d’activités industrielles La Moselle sauvage et le ressenti de son épaisseur Les canaux et leur épaisseur perçue Anciennes carrières en eau Terres composées majoritairement de cultures agricoles Point haut : Mont Saint-Michel Fortifications remarquables

1

Amer paysager bâti Château d’eau du site Kléber

3


Forêt de plaine

Plaine agricole Espace industriel

3 Coteau cultivé Butte boisée

Coteau nord, urbanisé

Urbanisation en fond de vallée

Fond de vallée alluviale

1 2 Centre fortifié, urbanisation dense

Plateau cultivé Urbanisation de plateau

Coteau sud, urbanisé

Massif forestier de plateau Vallée alluviale

0

0,5

1

1,5

2 km


LES FONDEMENTS DE LA VILLE : LE TERRAIN ET SON OCCUPATION LE SOCLE: APPROCHE DE LA MORPHOLOGIE DU TERRITOIRE Le socle sur lequel s’est installée la ville de Toul a été modelé durant des siècles par le cours d’eau qui alimente encore aujourd’hui la cité : la Moselle. Elle a creusé, découpé et lissé le terrain pour lui donner la forme que l’on connait aujourd’hui, et continue encore, petit à petit, de transformer le territoire.

56

Autrefois, la Moselle rejoignait le cours de la Meuse en empruntant un tracé sinueux à travers les côtes de Meuse, marquées entre autres par les buttes de la Côte Barine (387 m d’altitude) et le Mont SaintMichel (389 m). L’évolution d’un des affluents de la Moselle entraîna un revirement de direction de cette rivière qui, depuis lors s’écoule vers la Meurthe, à l’est. Cet épisode, appelé la capture de la Moselle, explique la formation du coude de la rivière. Seul l’Ingressin, cours d’eau naturel, parcourt l’ancien tracé de la Moselle avant de rejoindre cette rivière au cœur du territoire toulois. La morphologie actuelle du socle est donc liée aux mouvements de la Moselle. Au fil du temps, elle a creusé sa vallée, découpant les côtes de Moselle en trois, au niveau du plateau de Haye. La Moselle scinde également la plaine de Woëvre et touche les côtes de Meuse à l’ouest dont le début est marqué par le Mont Saint-Michel qui surplombe le territoire. Le fond de la vallée est composé de matériaux solides amenés par la rivière, formant une couche superficielle alluviale. C’est dans ce contexte morphologique, au cœur de la vallée de la Moselle, dans une zone plutôt humide, que la ville de Toul s’est installée. Le socle, modelé par la Moselle, accueille désormais les canaux. Ces voies d’eau sillonnent le territoire mais n’ont pas d’influence sur sa morphologie, alors que la rivière sauvage continue progressivement son ouvrage, au gré des méandres qui creusent le sous-sol et des évènements de crues et d’étiages qui impactent le sol.

Composition des éléments de relief

A A’

LÉGENDE Côtes de Meuse Plateau de Haye sur côtes de Meuse Plaine de Woëvre Couche superficielle alluviale Trait de coupe


Le territoire toulois: encaissé dans la vallée de la Moselle Mont Saint-Michel 389 m

Cœur du territoire toulois

Plateau de Haye

210 m

244 m

A

A’

Moselle

Canal de la Marne au Rhin

57

Moselle canalisée

Ingressin

Ancien canal de l’Est

Coupe transversale de la vallée de la Moselle : entre mont Saint-Michel et plateau de Haye Altitude (m) 400

A

Mont Saint-Michel

Canal M-R

Moselle canalisée

Moselle sauvage

Plateau de Haye

A’

300

200

1000

2000

3000

4000

Distance (m)


PERCEVOIR LES PAYSAGES DE L’EAU LES CHEMINS DE HALAGE : DES VOIES À PROXIMITÉ DES CANAUX

58

La navigation fluviale a connu différentes évolutions au fil des siècles, parmi lesquelles on retrouve la canalisation avec un système d’éclusage, mais aussi la motorisation des embarcations. Cette avancée majeure a permis aux navires empruntant les canaux de devenir autonome dans leurs déplacements. Auparavant, les bateaux naviguaient au rythme du courant du canal et il était naturellement plus simple de suivre son cours que de le remonter. Mais circuler seulement dans une seule direction est absurde et inutile. C’est pourquoi, afin de remonter le courant, les embarcations étaient tractées depuis les berges: c’est ce qu’on appelle le halage. D’abord effectué par des hommes, le halage évolua au XIXème siècle avec l’aménagement de chemins sur les berges qui ont permis d’utiliser la traction animale. Les cheminements ainsi créés sont appelés «chemins de halage». Ce travail laborieux, effectué principalement par des chevaux, s’est poursuivi jusque dans les années 1950, lorsque la motorisation était devenue accessible et incontournable. Les chemins de halage bordent toujours les canaux bien qu’ils ne répondent plus à leur fonction originelle. Aujourd’hui, les chemins de halage sont des voies de service dont dispose VNF, gestionnaire des voies navigables et des berges. À Toul, comme dans beaucoup d’autre villes bordées par des canaux, ces chemins sont accessibles

au public. Ils représentent un important réseau de circulation douce qui traverse le territoire toulois de part en part. Ces chemins se connectent aux tracés qui s’étendent à l’intérieur des terres, comme les chemins suivant le tracé des remparts. Les ponts permettent de compléter ce système en offrant la possibilité de passer d’une rive à une autre. Cependant, il existe des discontinuités dans ce réseau de circulations : l’accès à l’ancien canal de la Marne au Rhin est interrompu ; l’accès à la rive droite de la Moselle sauvage est compliqué depuis la rive gauche, car seul un pont routier traverse l’eau ; et le chemin des remparts n’assure pas une circulation douce sur l’ensemble de son tracé. Renforcer cette trame et adapter les chemins de halage aux usages actuels permettrait de créer une cohérence et du lien entre la ville et les canaux. Un important réseau de chemins préexistant (carte) : LÉGENDE Chemins de halage Autres circulations douces Pont, circulation douce Pont, circulation mixte Pont, circulation routière Secteur de rupture des circulations douces


Carte postale par Jules Poitte, Halage le long du canal de la Marne au Rhin (1928)

59

Cheminement boisĂŠ le long du canal de la Marne au Rhin, semble presque informel.

Grand axe rectiligne monotone le long de la Moselle canalisĂŠe

0

0,5

1

1,5

2 km


LES AUTRES FORMES DE L’EAU : ENTRE MIROIRS ET TUMULTES DE LA MOSELLE

60

En creusant sa vallée, la Moselle a déposé sur son tracé une importante quantité de matériaux solides. Ces éléments sont intéressants à différents niveaux. Tout d’abord, la présence de ces alluvions est un atout pour l’agriculture car elles constituent un support drainé, frais et riche en éléments nutritifs ce qui est favorable au développement des cultures. L’activité agricole s’est donc installée sur une grande partie du fond de vallée et côtoie un autre type de production liée à la présence d’alluvions: l’extraction de matériaux. Le sable, les graviers et les galets sont extraits du creux de la vallée de la Moselle depuis les années 1940. Au fil du temps de nouveaux emplacements d’exploitation, les « ballastières 03», ont vu le jour modifiant la morphologie du fond de vallée. Les alluvions extraites sont destinées aux marchés du bâtiment, des travaux publics et des voiries, et sont acheminées généralement par bateau, ce qui révèle une complémentarité entre production locale et transport fluvial au sein du territoire toulois. Cette activité perdure encore aujourd’hui et une nouvelle parcelle sera bientôt exploitée. Cependant, la durée d’autorisation d’exploitation et les ressources disponibles n’étant pas infinies, les ballastières sont progressivement laissées à l’abandon. Qu’advient-il alors de ces incisions dans le paysage? Installées dans le lit majeur de la Moselle, les ballastières révèlent la proximité de la nappe phréatique, mais celle-ci n’est pas la seule source d’eau qui remplit les excavations et les transforme en miroir naturel. Les crues participent à la conversion des ballastières en inondant les terres de part et d’autre de la Moselle, limitées à l’est par le plateau de Haye et à l’ouest par une digue de 4 mètres de hauteur. Au-delà de cette barrière, la Moselle canalisée subit aussi les fluctuations des crues car elle est directement connectée à la rivière. Cependant, les aléas sont plus faibles en raison de l’endiguement du tracé qui permet de protéger la ville. Pour les abords de la Moselle sauvage, l’inondabilité est forte, mais les risques sont faibles, il faut donc assumer ces fluctuations saisonnières. 03

Augmentation du nombre de ballastières au fil du temps :

1946

1968

1988

2009

État actuel du fond de vallée et zone inondables : LÉGENDE Ancienne ballastière aujourd’hui en eau Ballastière en cours d’exploitation Foncier dédié à l’exploitation d’alluvions Zone inondable : aléa faible Zone inondable : aléa fort

«Carrière d’où on extrait des matériaux de ballast» (remblais et fond de forme). Définition du CNRTL


Lit majeur naturel de la Moselle sauvage

0

0,5

1

1,5

61

2 km


62

La Moselle sauvage, depuis le barrage de Chaudeney, durant la crue de janvier 2018. L’eau déchaînée sort de son lit


63

La Moselle s’étend dans les terres, ici au niveau d’un bras mort au sud du territoire toulois, ouvrant une perspective sur la cathédrale.


LA VÉGÉTATION DU TERRITOIRE TOULOIS AUTOUR DES TRACÉS DE L’EAU

64

Les épisodes de crue nous rappellent que l’eau ne se cantonne pas au tracé qu’elle s’est creusée ou à celui qu’on lui a attribué. Elle s’étend dans les terres et rencontre en premier la végétation installée aux abords. Le long de la Moselle, la ripisylve composée en grande partie d’Aulnes et de Frênes accompagne le tracé de l’eau. De manière générale, on retrouve ce type de végétation de milieux humides dans tout le fond de vallée irriguée par la rivière et les canaux. Elle forme un linéaire entrecoupé de prairies agricoles qui s’étendent du nord au sud. Lorsque le relief s’élève, les milieux bénéficient moins de l’humidité des cours d’eau, la végétation s’adapte donc à un milieu mésophile. On retrouve trois grands pôles de végétation sur les hauteurs de la ville qui représentent d’importants réservoirs de biodiversité pour le territoire toulois. C’est pourquoi, l’Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN) identifie ces trois espaces comme de «grands ensembles naturels riches et peu modifiés, offrant des potentialités biologiques importantes», ce qui correspond au type 2 de leur inventaire national des Zones Naturelles d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF). Dans le fond de vallée, c’est aux abords de l’Ingressin que des intérêts écologiques ont été mis en évidence, même au sein des remparts. Un espace en bordure de Moselle sauvage, en partie nord, est également inventorié dans cette catégorie. Entre les deux s’insère plus d’un hectare de ballastières bordées d’une végétation alluviale dense. Pourtant, ces espaces ne sont pas reconnus comme étant

écologiquement riches. Il est vrai que leur installation est récente, mais leur présence au cœur de la vallée de la Moselle participe à la continuité de la trame verte et bleue. Leurs caractéristiques écologiques pourraient être mises en avant afin de justifier la présence de ces nouveaux espaces naturels sur le territoire toulois. La végétation participe également à créer des ambiances le long des canaux en rythmant les vues ouvertes sur la ville. C’est en adoptant une gestion adaptée de ces espaces que des ouvertures et fermetures pourront être ménagées entre ville et canal. Les continuités de trame verte et bleue représentent à Toul des problématiques majeures car l’aire urbaine s’insère entre trois grands pôles de végétation et le long d’un cours d’eau naturel. Tout l’enjeu se situe dans le fait de tisser des liens entre les pôles d’intérêts écologiques à travers le tissu urbain tout en maintenant des perspectives ouvertes sur la ville depuis les canaux. De plus, Toul pourrait valoriser les anciennes ballastières comme de nouveaux espaces naturels accessibles au public. Répartition de la végétation : LÉGENDE Ripisylve de la Moselle autre végétation de milieu humide Végétation de milieux mésophile ZNIEFF de type 1 et 2 Parc Naturel de Lorraine


Bois la ville

Mont SaintMichel

65

Bois Blanc

Bois de Chaudeney


COMPOSITION DE L’AIRE URBAINE

L’EAU

CONSTRUCTION DE LA VILLE À TRAVERS LE TEMPS : DES VOCATIONS MILITAIRE ET RELIGIEUSE AFFIRMÉES

66

Les premières civilisations dateraient de -35000 et se seraient installées à l’écart des fluctuations de la Moselle, tout en tirant partie de ses ressources, sur le relief du Mont SaintMichel. Vers -1200, le territoire a été intégré à une petite nation de la Gaule belge, habitée par les Leuques, qui a développé une cité au cœur de la vallée de la Moselle, en contrebas de la butte. On distingue alors ville haute et ville basse. La cité fût assiégée par les romains qui la développèrent et érigèrent des fortifications venant compléter le rôle naturellement défensif de l’eau circulant aux abords de la ville. En parallèle de la navigation sur la Moselle, la création d’une voie de communication terrestre allant de Lyon à Trèves a permis de faciliter les échanges commerciaux favorables au développement de la ville. Au IVeme siècle, le christianisme s’est répandu dans le royaume, conférant à Toul le statut d’évêché avec l’arrivée de SaintMansuy. La ville s’est tournée vers cette vocation religieuse et a affirmé son influence dans le nord du royaume par la création de la cathédrale Saint-Étienne, puis la collégiale Saint-Gengoult au XIIIeme siècle. En parallèle, la position défensive de la ville a été renforcée par une modification de l’enceinte et le détournement de l’Ingressin pour créer une distance entre les remparts et les terres extérieures. L’évêché de Toul, comme celui de Verdun et de Metz, était alors sous la protection de la France, mais c’est après l’invasion de Henry II en 1552 et la signature du traité de Westphalie que Toul devint officiellement française. Une importante campagne de renforcement des frontières est alors entreprise et Toul, comme de nombreux autres sites, est remaniée par Vauban. L’eau de l’Ingressin est à nouveau utilisée pour renforcer le système défensif des remparts. En 1777, le remembrement du diocèse, recentré sur Nancy, amorce une longue période de déclin pour Toul, qui se consacre alors à sa vocation militaire.

Irrigation Défense naturelle Axe commercial

Chronologie catégorisée du développement du territoire toulois

Représentation de la ville de Toul d’après sa forme médiévale, avant les fortifications de Vauban Gravure par M. MERIAN le vieux, d’après Johann PEETERS, 1656. (16x38)

Utilisation défensive affirmée


POLITIQUE

MILITAIRE

Tullum leucorum Ville assiégée par les romains

RELIGION - 51 375

1221 Toul officiellement française par la signature du traité de Westphalie Fortifications Vauban

TRANSPORT

Saint Mansuy, 1er évêque de Toul Début de la construction cathédrale Saint-Étienne

1648

1700

1777

Remembrement du diocèse: Toul perd sa fonction d’évêché

67


68

Au milieu du XIXeme siècle, la création de la ligne de chemin de fer et du canal de la Marne au Rhin place la ville de Toul à un carrefour de voies de communication entre Paris et Strasbourg et favorise l’essor économique de la cité. Mais cet axe est coupé par le recul de la frontière après la guerre franco-prussienne de 1870. Toul se retrouve alors en première ligne face à l’ennemi. Une politique de renforcement des frontières orchestrée par Séré de Rivières intègre la ville de Toul dans un système défensif déployé de Verdun à Belfort. Dans ce contexte, les besoins en transport le long de la frontière s’intensifient et le canal de l’est est ainsi créé. Le caractère militaire de la ville s’accentue à l’aube de la Première Guerre Mondiale, avec le développement d’une base militaire au nord de la ville, s’étalant au niveau de l’entrée de la plaine de Woëvre: le site de la Croix de Metz. Malgré les systèmes défensifs de la cité touloise, celle-ci est assiégée et finie par tomber aux mains des allemands durant la Seconde Guerre Mondiale. La base militaire est soumise à l’occupation ennemie et le centreville est ravagé à plus de 40 % par les bombardements. Après cette période de conflit, la reconstruction est longue et coûteuse. La ville tente de retrouver un nouvel élan grâce à la conversion de la Croix de Metz en site industriel en 1965. À cette époque, la ville est le théâtre de grands aménagements liés aux besoins croissants en terme de mobilité. Les travaux de canalisation de la Moselle à grand gabarit démarrent en 1969 et s’étalent sur plusieurs années, puis à la fin des années 1970 l’autoroute A31 est créée, permettant de relier Nancy à Dijon. C’est également la période à laquelle se démocratise la navigation de plaisance. La ville entame la seconde grande phase de déclin de son histoire suites aux différentes restructurations militaires, dont celle du plan Joxe. Plus d’un millier de postes sont concernés par ces mesures qui affectent l’ensemble de l’économie de la ville. Elle subit un nouveau coup dur en 2008, lors de la fermeture du site Kléber, une grande usine de pneumatique installée à la Croix de Metz. Malgré un affaiblissement du dynamisme de la ville, la mise en service d’un port commercial et l’accueil de nouvelles entreprises sur l’ancien site Kléber permetten d’entrevoir les prémices d’une nouvelle énergie pour la ville de Toul.

L’EAU

Transport fluvial en marge de la frontière prussienne Transport de matériels et troupes militaires

Plaisance

Chronologie Augmentation catégorisée trafic fluvial du développement du territoire toulois


POLITIQUE

MILITAIRE

ÉCONOMIE

TRANSPORT Ligne de chemin de fer ParisStrasbourg

1852

Canal de la Marne au Rhin

1853 Renforcement de Toul en temps que place forte par le système Séré de Rivières

1870

1887 Installation base militaire site Croix de Metz

1914 1965

1969 Plan Joxe: fermetures de régiments militaires

Canal de l’Est

69

Conversion de la Croix de Metz en site industriel Canalisation de la Moselle

1992

2008

2010

Fermeture de l’usine Kléber Mise en service du port commerciale sur la Moselle


ASSEMBLAGE ACTUEL DE LA VILLE : COMMENT LE TISSU URBAIN TOULOIS S’EST-IL ORGANISÉ? Au fil du temps, le tissu urbain s’est développé, conservant les traces de chaque grandes époques.

70

Le centre-ville dévoile des indices révélant le passé religieux et militaire glorieux de Toul. La collégiale et la cathédrale font parti des éléments bâtis incontournables de la ville, tout comme les fortifications de Vauban qui cernent le centre de la cité. Ils constituent l’identité de Toul et en sont devenu les emblèmes. L’enceinte fortifiée est une spécificité à valoriser car Toul est la dernière ville lorraine à avoir conservé cette structure, soulignée par un miroir d’eau créé par le passage du cours tranquille de l’Ingressin. Pour s’assurer que les éléments bâtis remarquables ne seront pas dénaturés par l’évolution urbaine, 43 éléments bâtis ont été inscrits au titre des monuments historiques et 6 sont classés: les fortification de Vauban, la cathédrale Saint-Étienne, la collégiale SaintGengoult, l’Hôtel de ville ancien palais épiscopal, des fortification gallo-romaines et l’actuel musée d’art et d’histoire, ancienne Maison Dieu. Pour ces monuments classés, un périmètre de protection s’applique dans un rayon de 500 m autour, ce qui signifie que toute construction ou modification impactant visuellement l’espace public devra faire l’objet d’une approbation auprès des architectes de Bâtiments de France, chargés de faire appliquer la réglementation liée au classement.

Population (2016) : 16 617 habitants

Surface: 30,59 km²

Densité : 543 habitants/km²

Composition de la ville et monuments historiques LÉGENDE

1

Monuments historiques classés Périmètre de protection lié au classement au titre des monuments historiques. Entité urbaine Zone industrielle

Ville basse

Ville sud

Ville haute


ZI Croix de Metz

Régina / Croix de Metz

Saint-Michel / Clémenceau

ÉCROUVES

SaintMansuy / Briffoux

71

Centre historique

3 1

2 Saint-Evre / Valcourt

DOMMARTINLÈS-TOUL

CHAUDENEY SUR MOSELLE

0

0,5

1

1,5

2 km


«Il faut être fier d'avoir hérité de tout ce que le passé avait de meilleur et de plus noble. Il ne faut pas souiller son patrimoine en multipliant les erreurs passées.» Gandhi, Le Jeune Inde

72

2

1

3


En dehors de l’enceinte fortifiée, la ville s’est surtout développée sur les hauteurs du territoire, sur le relief du Mont Saint-Michel et la plaine de Woëvre. Des entités urbaines se distinguent, mais, en écoutant les habitants, je me suis aperçu qu’un découpage basé sur le ressenti s’était établi: ville haute, ville basse, ville sud et zone industrielle.

Quelques édifices classés monuments historiques : LÉGENDE

1

Mémoire du statut d’évêché de la ville de Toul. Amer paysager dans le territoire, visible depuis les canaux. Cathédrale Saint-Étienne

2

Remparts encerclant la ville et soulignant la cathédrale. Une limite visuelle depuis les voies navigable. Fortifications de Vauban, Porte de Metz

3

Installé à proximité de la cathédrale, bâtiment majestueux qu’on ne découvre qu’une fois avoir franchi l’enceinte fortifiée. Hôtel de ville, ancien palais épiscopal

L’armée a déployé différentes structures, dont le fort du Mont Saint-Michel dominant la vallée mais inaccessible au public. En ce qui concerne les habitations, elles se sont surtout déployées au cours du XXèmesiècle, en lien avec les opportunités économiques du territoire. Par exemple, le quartier Régina / Croix de Metz a été construit pour loger les ouvriers travaillant dans l’usine Kléber. La fermeture de cette usine et les restructurations militaires ont impacté la démographie de la ville, passant de 17 281 habitants en 1990 à 16 617 en 2016 (Source INSEE). Bien que le projet de revitalisation du site Kléber attire de nouvelles entreprises, le dynamisme économique de la ville peine à se relancer. Aujourd’hui, une grande partie des toulois travaillent à Nancy, faute d’offres dans la commune, et font le trajet dans la journée. Ils profitent donc de la proximité du bassin d’emploi nancéien tout en vivant dans un petite ville avec un prix du foncier plus abordable et un cadre urbain moins dense dans lequel viennent s’insérer les canaux qui participent à la qualité du cadre de vie. Comment ceux-ci sont-ils intégrés dans le tissu urbain entre patrimoine bâti remarquable et quartiers d’habitation ?

73


1

4 Les connexions entre ville et canal : LÉGENDE

74

1

Accès fonctionnel entre route et chemin de halage à proximité du canal de la Marne au Rhin

2

Passerelle piétonne vers la Moselle canalisée, surtout lisible grâce à la percée dans la végétation

3

Les hautes berges du canal de la Marne au Rhin, limite visuelle et physique entre ville et canal (Source Google 2016)

4 2

Circulations et espaces aménagées pour l’accueil du public autour du port de plaisance.

Les connexions entre ville et canal (carte) : LÉGENDE Accès menant aux chemins de halage uniquement pour une aspect fonctionnel ou mal mis en évidence. Haute digue mettant à distance les habitants/promeneurs, soit à l’extérieur (barrière visuelle et accès compliqué), soit à l’intérieur de l’emprise du canal (regard ouvert sur le canal, mais de proximité avec l’eau) Espaces ouverts utilisés pour l’organisation d’événements temporaires.

3


INTERSTICES ENTRE VILLE ET CANAL Le passage des canaux à Toul est dû à une décision gouvernementale car ces tracés navigables relèvent du domaine public de l’État et sont gérés par VNF. Si les villes traversées veulent bénéficier du passage des canaux, ce sont à elles de s’organiser pour aménager des espaces reliant ville et canal, en s’accordant avec VNF lorsque le projet d’aménagement inclus les berges. L’intégration des canaux à l’espace public toulois passe par la création d’accès et d’ouvertures sur les canaux. Le port de plaisance illustre cette connexion réussie entre domaine public et domaine fluvial, car il s’intègre dans la ville et est adapté aux usages des habitants. Les accès aux canaux reflètent également ce lien, mais pour la plupart, il ne sont pas toujours mis en évidence et sont de simples connexions fonctionnelles au réseau routier. Parfois, l’accessibilité aux canaux s’avère même compliquée pour les habitants, coincés face à la hauteur des digues ou par la végétation dense. Pourtant, la traduction du lien entre ville est canal passe par ces accès. La ville tente cependant d’établir un contact entre les habitants et leurs canaux lors d’événements organisés dans des entre-deux comme le festival de musique rock «Jardin du Michel» qui prend place sur la digue entre Moselle canalisée et remparts. D’autres évènements temporaires s’installent entre canal de la Marne au Rhin et remparts en partie nord.Ces espaces, tout comme les accès aux berges, sont peu nombreux. Pourtant une valorisation des connexions ville/canal permettrait d’intégrer les canaux comme un véritable espace public.

75

0

0,5

1

1,5

2 km


CONSOLIDER LES LIENS ENTRE LE TERRITOIRE ET LES CANAUX L’étude des marges nous révèle les atouts du territoire et les problématiques qui émergent en raison du passage des canaux. Les voies navigables pénètrent dans Toul mais ne semblent pas être pleinement intégrées dans la vie locale. Le lien entre ville et canaux n’est pas totalement inexistant, il faut cependant le renforcer en s’appuyant sur les atouts caractéristiques du territoire. > Le paysage toulois se révèle lors de la navigation, des éléments bâtis ou de relief se distinguent et marquent des points de repères visuels.

76

> Dans un relief plutôt doux, la butte du Mont Saint-Michel se distingue par un contraste fort avec le vallée de la Moselle: il domine le territoire toulois.

Carte des enjeux en marge des canaux : LÉGENDE

> Les chemins de halage offrent des possibilités de déplacement piéton et cycliste, mais des discontinuités compliquent l’accessibilité à l’ensemble du territoire

Profiter du relief naturel pour ouvrir des vues sur la vallée de la Moselle.

> D’autres formes de l’eau se distinguent : les ballastières participent à la spécificité du territoire et rappellent son passé productif lié à sa situation dans une vallée alluviale inondable.

Mettre en valeur le patrimoine bâti remarquable et tirer parti de sa proximité avec les canaux.

> La trame végétale participe à la qualité paysagère du territoire et une gestion adaptée permettrait d’en tirer parti avec le maintien d’ouvertures ou de fermetures des vues.

Assurer une continuité de déplacements doux et améliorer l’accessibilité aux canaux

> La ville dispose d’un important patrimoine bâti remarquable, qui forge l’identité de Toul. > Le rapport aux canaux est difficile à percevoir en raison du manque d’accessibilité de qualité et des hautes digues mettant une distance entre les promeneurs et l’eau.

Valoriser les espaces des anciennes ballastières dans un contexte soumis aux aléas saisonniers de la Moselle sauvage. Maintenir des espaces disponibles pour des évènements ponctuels


77

0

0,5

1

1,5

2 km


3

ÉTENDUES Le dynamisme du territoire toulois lié à l’eau se construit en grande partie au niveau local, mais on ne peut nier son intégration à des entités de plus grande ampleur car il subit leur influence. Un rappel des institutions dans lesquels s’inscrit Toul me permet de mettre en évidence les opportunités qui se dessinent localement mais qui dépendent d’une organisation à plus grande échelle.


DIFFÉRENTES ÉCHELLES TERRITORIALES : RAPPEL DES INSTITUTIONS INFLUENÇANT LE TOULOIS

80

L’agglomération touloise est englobée dans des institutions qui régissent les politiques territoriales et influencent les décisions prises localement. Ce système de réflexion à plus grande échelle permet d’établir une logique de réflexion commune pour une cohérence territoriale d’ensemble. Depuis le 1er janvier 2017, la ville de Toul est intégrée dans la Communauté de Communes Terres Touloises (CC2T) issue de la fusion entre celles du Toulois et de Hazelle-en-Haye. La CC2T se compose aujourd’hui de 42 communes étendues sur 473 km² habitée par 46 000 personnes. Cette structure intercommunale est elle-même inclue dans un pays. Il correspond à « un territoire cohérent sur le plan géographique, culturel, économique ou social, à l’échelle d’un bassin de vie ou d’un bassin d’emploi.» 04. Le pays Terre de Lorraine regroupe quatre communautés de communes réparties dans le sud ouest de la Meurthe-et-Moselle et constituées de presque 100 000 habitants. Cette institution dialogue avec les autres à proximité afin de développer une cohérence dans tout le sud du département. C’est sur cette base que s’est établi le périmètre du Schéma de Cohérence Territoriale du sud Meurthe-et-Moselle (SCoT sud 54) établi par le Syndicat Mixte Sud 54. Créé en 2013, le SCoT est un document d’urbanisme et d’aide à la planification intercommunale qui définit des directives générales concernant des décisions 04

liées à l’organisation spatiale, les objectifs en matière d’habitat, de transport, de commerce, d’agriculture... Toutes ces institutions s’insèrent également dans une réflexion départementale et régionale (Grand-Est) qui ont un impact sur les décisions prise à Toul. Dans ce contexte, la notion de territoire s’élargit, il est donc important de rappeler qu’à l’échelle communale, elle s’applique aux marges des canaux, incluant des fragments de la commune de Toul, d’Écrouves, de Dommartin-lès-Toul, de Gondreville et de Chaudeney-sur-Moselle. Mais le paysage ne se cantonne pas aux limites administratives, il faut donc l’entrevoir dans sa globalité. Les institutions englobant la ville de Toul : LÉGENDE Agglomération touloise Communauté de Communes Terres Touloises (CC2T) Pays Terres de Lorraine Emprise du Schéma de Cohérence Territoriale du sud Meurthe-et-Moselle (SCoT Sud 54) Département de Meurthe-et-Moselle Cours d’eau principaux

Définition de l’Association Nationale des Pôles d’équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP)


Moselle

81

Meurthe

0

10

20

30

40 km


UN HORIZON ÉLARGI PAR LES CONNECTIONS ENTRE VOIES NAVIGABLES UN CONFIGURATION CIRCULAIRE : LA BOUCLE DE LA MOSELLE

82

Le sud du département de la Meurtheet-Moselle est marqué par une spécificité rare en Europe : une boucle de canaux appelé la «Boucle de la Moselle». Les voies navigables constituent un réseau de tracés connectés entre eux mais la possibilité de réaliser un parcours circulaire en une journée n’existe qu’en Lorraine. La Boucle de la Moselle est constituée de séquences de la Moselle navigable (libre et canalisée), du canal de la Marne au Rhin branche est et du canal de l’embranchement de Nancy. Ces canaux relient entre elles les villes de Toul, Nancy et Neuves-Maisons et crééent des ouvertures vers les autres villes qu’ils desservent, dont Strasbourg, Metz, Dijon et Paris. La localisation de la Boucle la place dans une situation centrale par rapport à ces grandes villes. Elle est un passage clé pour les déplacements dans le nord-est de la France, que ce soit en bateau ou en vélo, car elle s’insère aussi à la croisée de grands itinéraires cyclables. La Boucle s’insère donc dans un système national et international offrant d’importantes opportunités d’échanges commerciaux et touristiques. Nous aborderons ultérieurement les enjeux commerciaux qui se jouent sur le réseau navigable et qui impactent Toul. Pour ce qui est du tourisme, les canaux formant une boucle de 64 km de long, représentant une petite échelle pour les voies navigables, et les circulations

aménagées aux abords permettent aux visiteurs d’effectuer des trajets courts sur une journée ou bien de prendre le temps de s’arrêter dans les étapes clés qui bordent l’eau et de s’attarder plusieurs jours dans le circuit. Toul est traversée chaque année par plus d’un millier de bateau de plaisance. Elle présente des atouts majeurs pour l’attrait touristique en raison de son patrimoine bâti remarquable, de sa proximité avec le Parc Naturel Régional de Lorraine et de l’important complexe de ballastière dont certaines pourront être reconverties en base de loisirs. La ville doit pouvoir miser sur ses particularités pour inciter les touristes de passage à rester plus longtemps sur le territoire. Pour cela, les touristes doivent être captés et guidés depuis les abords des canaux grâce à des aménagements adaptés, afin d’entrevoir les possibilités qu’offre le territoire toulois. Il existe une forme de tourisme au sein de la Boucle qui ne profite pour l’instant qu’à Nancy : ce sont les croisières fluviales. Elles s’effectuent à bord de bateau de croisière de grande envergure adaptés à la navigation sur les canaux à grand gabarit. Toul est théoriquement accessible à ce type de navire, mais les structures le long de la Moselle canalisée ne sont pas forcément prêtes à les accueillir. Il faut donc renforcer les capacités d’accueil touristique de la ville afin de l’inscrire comme une destination incontournable de la Boucle.


Temps de trajet autour de la Boucle de la Moselle, trajets Toul / Nancy

14h40 44 km FROUARD

2h45

6h30 27 écluses NANCY 31 min par A31

TOUL

83

24,8 km

13h40

NEUVESMAISON

2h30

13h40 27 écluses

41 km


DES OPPORTUNITÉS COMMERCIALES VERS LES GRANDS PORTS FRANÇAIS ET EUROPÉENS

84

Les voies navigables sont des axes de communication utilisés pour le fret, reliant entre elles des villes portuaires de forte influence. En Europe, ce moyen de transport est très utilisé. Pourtant, la France a fait le choix au siècle dernier de favoriser la route, minimisant les avantages économiques et écologiques du fluvial. Dans un contexte de changements climatiques et de multiplications des échanges internationaux, les regards des politiques publiques se tournent à nouveau vers la voie d’eau, mais le réseau français composé en majorité de canaux Freycinet n’est pour l’instant pas en mesure de rivaliser avec les grands ports européens. C’est pourquoi de grands projets de modernisation du réseau navigable sont en cours. Le projet Seine Nord Europe reliant Paris à Dunkerque va bientôt voir le jour, tandis qu’une liaison à grand gabarit entre Saône, Moselle et Rhin est envisagée. Elle permettrait de créer un axe nord sud, facilitant les mobilités commerciales vers l’Europe. Toul serait au cœur de cet axe. La ville dispose déjà d’une voie à grand gabarit ouverte sur le nord, mais elle ne l’utilise que très peu. Pourtant, l’agriculture et les industries présentes sur le territoire pourraient bénéficier de ce type de transport, mais les silos n’ont pas d’accès au tracé à grand gabarit et la zone industrielle est à l’opposé du port de commerce existant. Une réserve foncière inscrite dans les documents d’urbanisme prévoit l’installation d’un nouvel espace portuaire au nord de la ville mais ce projet ne fait pas l’objet d’études pour le moment. Pourtant, ce port serait une

incroyable opportunité pour le développement économique de la ville, à la fois pour transporter les marchandises produites sur le territoire mais aussi pour capter celles qui transitent par la route. Toul et Nancy sont reliées par l’autoroute A31, allant de Dijon à Metz, mais le tronçon entre les deux villes de Meurthe-et-Moselle est régulièrement congestionné par le passage de nombreux camions. Un projet de contournement de l’aire urbaine nancéienne est en cours d’étude, il permettrait de désengorger l’axe routier en créant un nouveau tronçon (A31 bis) dont le tracé reste à définir. La pertinence de ce projet peut être remise en cause. Au lieu de renforcer le réseau routier, pourquoi ne pas profiter de la présence de la Moselle canalisée à Toul pour transporter les marchandises acheminées actuellement en camion. La configuration des réseaux de communication du territoire toulois permettrait également de bénéficier d’un système de transport multimodal : eau, rail et route. La proximité d’une plateforme logistique à Gondreville, sur la rive droite de la Moselle, justifie d’autant plus la présence du futur espace multimodal à l’emplacement envisagé. Cependant, sa création ne doit pas se faire au détriment de la qualité paysagère du territoire toulois et de la continuité des déplacements autour de la Moselle. Ce projet représente un réel enjeu pour le dynamisme du territoire et de la ville de Toul et serait renforcé dans le cas où la liaison Saône-Moselle-Rhin serait réalisée.


ZI Croix de Metz

Projet de liaison SaôneMoselle, Saône-Rhin :

Vers Nancy 85

A31 Une plateforme multimodale à Toul : LÉGENDE Voie ferrée

Tracé routier majeur Réserve foncière pour la création d’un plateforme multimodale

Vers Dijon

0

0,5

1

1,5

2 km


FAVORISER LES INTERACTIONS À PLUS GRANDE ÉCHELLE

86

Les réflexions liées aux canaux traversant le territoire toulois s’établissent à une échelle locale mais doivent prendre en compte un contexte élargi afin d’établir une stratégie de développement cohérente d’un point de vue écologique, touristique et économique. Toul étant à la croisée de grands axes navigables, il paraît évident de favoriser les atouts liés à l’eau dont elle dispose. > Des opportunités touristiques à saisir grâce à l’insertion de Toul sur la Boucle de la Moselle. > Le potentiel navigable de la Moselle à grand gabarit pourrait être utilisé pour valoriser les déplacements de marchandises produites dans le territoire toulois et à proximité. > Le projet de plateforme multimodale devrait être envisagé sérieusement, car le transport fluvial présente des avantages économique et écologique compétitifs par rapport à la route. De plus, le projet Saône-Moselle-Rhin permettrait d’élargir les perspectives de fret fluvial toulois.

Carte des enjeux : LÉGENDE : Inscrire Toul comme une étape majeure au sein de la Boucle de la Moselle.

Favoriser l’utilisation de la voie fluviale pour le transport de marchandises.

Renforcer l’accueil touristique au sein de la Boucle de la Moselle.


87

0

0,5

1

1,5

2 km


4

VERS LE PROJET La démarche analytique que j’ai développée en trois temps m’a permis de comprendre la composition et le fonctionnement du territoire toulois ainsi que le lien qu’il entretient avec ses canaux. Les tracés, les marges et les étendues révèlent tour à tour des enjeux liés à l’eau navigable sur lesquels je me suis basée pour amorcer une nouvelle phase de réflexion menant à au projet de paysage. Pour cela, je propose de revenir sur les enjeux principaux qui émergent au fil de mon propos, avant de définir d’éventuelles solutions applicables au territoire, qui s’appuieront sur des références d’aménagements existants.


SYNTHÈSE GLOBALE DES ENJEUX TRACÉS : Renforcer le potentiel des voies navigables

Mettre en scène les espaces de confluence, entrées du territoire par la voie d’eau. Révéler l’histoire de la navigation touloise en affirmant la présence des anciens canaux. Travailler l’épaisseur de la Moselle canalisée. Améliorer l’offre de haltes fluviales en prenant en compte les différents gabarits d’embarcations. Développer les loisirs liés à l’eau

MARGES : 90

Consolider les liens entre le territoire et les canaux.

Profiter du relief naturel pour ouvrir des vues sur la vallée de la Moselle. Mettre en valeur le patrimoine bâti remarquable et tirer parti de sa proximité avec les canaux. Assurer une continuité de déplacements et améliorer l’accessibilité aux canaux. Valoriser les espaces des anciennes ballastières dans un contexte soumis aux aléas saisonniers de la Moselle sauvage. Maintenir des espaces disponibles pour des évènements ponctuels

ÉTENDUES : Favoriser les interactions à plus grande échelle

Renforcer l’accueil au sein de la Boucle de la Moselle. Favoriser l’utilisation de la voie fluviale pour le transport de marchandises. Tirer parti des voies de communication existantes pour une logique de transport multimodal.


91

0

0,5

1

1,5

2 km


TRACÉS : AFFIRMER LA PRÉSENCE DES VOIES NAVIGABLES INTENTIONS

92

Mettre en scène les espaces de confluence, entrées du territoire par la voie d’eau. Créer des espaces de rencontre et de covisibilité à proximité des ouvrages de navigation et de franchissement.. Révéler l’histoire de la navigation touloise en affirmant la présence des anciens canaux. Rendre les berges et le cours d’eau à nouveau accessible. Travailler l’épaisseur de la Moselle canalisée, en aménageant les abords et en créant des espaces de contact avec l’eau. Améliorer l’offre de haltes fluviales en prenant en compte les différents gabarits d’embarcations. Améliorer les structures existantes et créer de nouveaux points d’arrêts. Développer les loisirs liés à l’eau, en proposant de nouveaux espaces dédiés sur les canaux et en marge de leur tracé

1

2

3

4 5

LÉGENDE : Interprétation personnelle Référence de l’aménagement

1

Mise en scène d’un carrefour de voies d’eau grâce à la végétation et la création d’une passerelle. Parc Schinkeleilanden, à Amsterdam (Pays-Bas), par Buro Sant en Co

2

Passerelle permettant d’accéder à l’eau et de rejoindre l’autre rive. Parc du chemin de l’Ile, à Nanterre, par Mutabilis (2006)

3

Passerelle en bordure de voie navigable, pour un contact plus rapproché avec le canal. Le Perreux : berges et plages, à Perreux-sur-Marne, par Base (2013)

4

Espace d’amarrage en interaction avec l’aire urbaine, avec une ouverture sur les éléments bâti remarquables. Amarrage de bateaux et vue sur la ville. Auxerre

5

Aménagement des abords du canal pour un accès facilité aux loisirs du canal. Port de plaisance Val’Escaut, à Valenciennes, par Valenciennes Métropole


93


MARGES : CONSOLIDER LIENS ENTRE LE TERRITOIRE ET LES CANAUX INTENTIONS Profiter du relief naturel pour ouvrir des vues sur la vallée de la Moselle. Aménager un belvédère au sommet du Mont Saint-Michel. 94

1

2

3

4

LÉGENDE :

Mettre en valeur le patrimoine bâti remarquable et tirer parti de sa proximité avec les canaux. Intégrer les hauteurs des remparts à l’espace public en installant des points de vue ouverts sur la ville et les canaux.

1

Belvédère installé sur un point haut de territoire, ouvert sur la vallée. à Harder Kulm, Interlaken (Suisse)

Assurer une continuité de déplacements doux et améliorer l’accessibilité aux canaux. Créer de nouveaux tracés et franchissements adaptés aux circulations douces et les connecter aux tracés pénétrant dans la ville.

2

Remparts connectés à l’espace public, permettant de ménager des points de vue sur la ville et ses abords. Lucques, Italie

3

Passerelle surélevée permettant de ne pas interférer avec les milieux de la zone naturelle et d’être encore pratiquable lors des variations de hauteur d’eau. Réserve naturelle d’Arjuzanx, à Arjuzanx, par Alep paysage(2015)

4

Base de loisirs aménagée dans un cadre naturel. Site départemental du Malsaucy, à Sermamagny, par Gallois Curie (2010)

5

Un réseau de circulations douces permettant les déplacements en bordure du canal et le franchissement d’une rive à l’autre. Les 9 écluses de Fonseranes, à Béziers, par Alep Paysage (2017)

Valoriser les espaces des anciennes ballastières, en les considérant comme de nouveaux espaces naturels publics et en aménageant les abords. Maintenir des espaces disponibles pour des évènements ponctuels, tels que des concerts, cinéma en plein air...

5

Interprétation personnelle Référence de l’aménagement


95


ÉTENDUES : FAVORISER LES INTERACTIONS À PLUS GRANDE ÉCHELLE INTENTIONS

96

Renforcer l’accueil au sein de la Boucle de la Moselle. Créer des espaces d’accueil pour les touristes de la Boucle et mettre en avant les opportunités de découvertes du territoire toulois en partant de la ville. Favoriser l’utilisation de la voie fluviale pour le transport de marchandises. Créer un nouvel espace portuaire dédié au transport de marchandises, en évitant la privatisation des berges. Tirer parti des voies de communication existantes pour une logique de transport multimodal. Relier fer et route au nouvel espace portuaire. Réhabiliter l’ancienne voie ferrée dans la zone industrielle de la Croix de Metz pour un acheminement direct vers la voie d’eau.

1 2

3 4

LÉGENDE : Interprétation personnelle Référence de l’aménagement

1

Un espace d’accueil et d’information pour les bateliers et les promeneurs, installé à proximité du canal. Capitainerie et base d’exploitation Crow Blue Line, à Tannay, par ABW Warnant (1997)

2

Composition de l’espace avec l’intégration d’activités industrialo-portuaires et de voies de circulation douces en marge du canal. Parc de la Presqu’île du Rollet, à Rouen, par Atelier Jacqueline Osty (2013)

3

Mise en scène de l’activité industrielle perceptible le parcours pédestre sur les berges. Parc de la Presqu’île du Rollet, à Rouen, par Atelier Jacqueline Osty (2013)

4

Une plateforme tri-modale pour le fret, ouverte sur le canal. Terminal Garocentre, à La Louvière (Belgique), (2011)


97


EXEMPLES DE STRATÉGIES

1 Aménagement de quais le long de la Moselle canalisée pour permettre aux navires de croisière à grand gabarit de s’amarrer à proximité de la ville.

2 Animer la confluence en gérant les berges et en cadrant les vues grâce à la végétation

98

3 Création d’un cheminement dans le fond du canal. Espace dédié à l’histoire de la navigation touloise

5 Permettre de traverser cet ancien canal encore en eau grâce à l’installation d’une passerelle.

4 Création d’une base de loisirs intégrée dans le contexte végétal actuel

6 Création d’un espace de stockage privé accessible depuis la route et le rail et donnant sur les quais de chargement. En dehors des périodes d’activité, le quai et libéré, permettant le passage des promeneurs.


6

5 2 3

4

99

1

0

0,5

1

1,5

2 km


CONCLUSION Le regard que je porte sur Toul au cours de mon étude est axé sur le potentiel que représente l’eau navigable pour la ville. Je me suis interrogée sur les tracés de voies navigables qui s’insèrent dans le territoire toulois. Je me suis ensuite demandé quelle relation la ville entretient avec ses canaux avant d’élargir mes réflexions à des problématiques régionales et nationales. Naviguer sur les canaux permet d’appréhender un territoire avec un regard différent de celui qu’on a depuis la terre ferme. En passant sur le canal de la Marne au Rhin ou la Moselle canalisée, un aperçu paysage toulois se dessine, la ville doit donc gérer les perspectives ainsi dévoilées tout en donnant de l’épaisseur aux canaux pour qu’ils s’intègrent complètement au territoire toulois. Une collaboration entre gestionnaires de l’eau et du territoire doit être envisagée afin de tisser des

liens entre les canaux et la ville qui permettrait de donner une lecture cohérente du territoire et de donner l’occasion aux habitants de se saisir pleinement des avantages que présente les tracés navigables. Envisager de développer le territoire autour de l’eau navigable nécessite de prendre en compte le fait que ces axes de communication sont ouverts sur un territoire bien plus étendu que les limites communales de Toul. Les enjeux liés à ces horizons plus ou moins lointains doivent être inclus dans les réflexions au niveau local. Les enjeux liés au contexte urbain, au tourisme, à l’écologie et à l’économie engendrés par la présence des canaux à Toul doivent être pris en considération dans les décisions futures de la ville. La phase projet de mon travail d’étude permettra d’entrevoir les possibilité d’application des intentions développées dans ce mémoire.


BIBLIOGRAPHIE Ouvrages : Informations générales concernant les canaux et leur fonctionnement. «Canaux fleuves et rivières de France», André Papazian et Michel Destombes, éditions Massin (2005) Informations relatives à l’histoire de Toul «Toul», Howald Gerard, édition Sutton (1998) Informations relatives à l’histoire de Toul «Toul en Lorraine», Association Le Pélican, édition Schnell und Steiner (2011) 102

Sites internet : Recherche d’informations sur les canaux géré par VNF http://www.fluviacarte.com/fr Définition d’un pays. http://anpp.fr/payspetr/definition-pays-petr/ Site du tourisme rattaché au pays Terres de Lorraine. Recherche diverses sur Toul http://www.lepredenancy.fr/fr/ Site du Pays Terres de Lorraine. Recherche d’informations générales concernant Toul et le pays. http://www.terresdelorraine.org/ Site de la ville de Toul. Recherches très diverses sur l’ensemble du site relatives à la ville. https://www.toul.fr/ Site de VNF. Recherches de données et informations concernant les canaux. http://www.vnf.fr/vnf/home.vnf?action=vnf


Site de la Direction Territoriale Nord-Est de VNF. Recherches de données et informations concernant les canaux. http://www.nordest.vnf.fr/ Site des paysages de Meurthe-et-Moselle. Informations concernant la topographie et les entités de paysage dans le sud du département. http://www.vivrelespaysages.cg54.fr/les-paysages-et-l-eau,151.html Documents : Informations générales par rapport à la ville de Toul Rapport de présentation du plan local d’urbanisme de Toul, décembre 2007 Vidéo : Vidéo relative à l’histoire du site Kléber de la zone industrielle de la Croix de Metz. «De l’usine Kléber à l’Espace K • HISTOIRE DU SITE», par la Communauté de Communes du Toulois (2006) https://www.youtube.com/watch?v=lJ_XPnN5iZw Citation : Source complète de la citation de François Beaudouin Rivières et canaux de France» de François Beaudouin, peintre fluvial (1997), éditions Anthèse, 30 Avenue Jean-Jaurès 94 117 Arcueil Cedex France Illustrations: Toutes images dont les sources ne sont pas citées directement sous l’image sont issues d’une production personnelle

103


REMERCIEMENTS Je tiens tout d’abord à remercier mes professeurs encadrants pour leurs conseils et leurs encouragements qui contribuent à faire de cette cinquième année une belle aventure. Merci à toutes les personnes qui m’ont aidée sur le terrain ou à distance à comprendre le site, ses canaux et leur fonctionnement. Je remercie plus particulièrement les personnes de VNF et de la ville de Toul qui m’ont accordée leur temps et leur attention et m’ont fourni plus d’informations que je n’espérais. Merci à mes parents pour leur patience, leur soutien, leur écoute et tout ce qu’ils ont pu m’apporter durant ces neuf longues années d’études (promis, celle-ci est la dernière ! ) Merci à ma grande sœur, pour la relecture attentive de ce mémoire et pour toutes ses petites attentions qui m’ont redonnée le sourire. Merci à toutes les autres personnes de ma famille pour leur bienveillance.

Merci à celui qui m’encourage chaque jour, qui m’aide à avancer et qui me transmet par son regard plus de confiance que je n’ai en moi. Merci à sa famille pour m’avoir supportée tant de week-end et m’avoir permis de me changer les idées. Merci à ma très chère colocataire pour cette belle amitié qui s’est créée et pour tous ces instants du quotidien qui m’ont aidée à traverser et à rendre ces cinq années mémorables. Merci à mes amies de toujours qui restent présentes malgré le temps et la distance. Merci à mes amies d’ici pour leur écoute et pour tous les bons moments passés ensemble. Merci à mes amis aubois pour leur bonne humeur communicative. Merci à toute la promo pour les moments studieux à l’atelier et ceux qui l’ont moins été en dehors.


L’EAU NAVIGABLE, CONFLUENCE DU TERRITOIRE TOULOIS Toul est une petite ville lorraine connue pour son centreville fortifié par Vauban et sa cathédrale gothique majestueuse. Selon moi, le territoire toulois possède une autre caractéristique qui forge son identité : l’eau. On la retrouve sous différentes formes, calme ou sauvage, libre ou canalisée, elle est omniprésente autour de la ville, pourtant on ressent peu sa présence au cœur du tissu urbain malgré le fait que Toul soit bordée par deux canaux : le canal de la Marne au Rhin et la Moselle canalisée. Ils traversent la ville sans que celle-ci ne lui prête une grande attention. Pourquoi Toul n’intègre-t-elle pas d’avantage ses tracés navigables? L’eau est pourtant un atout majeur pour le cadre de vie d’une ville, mais a aussi un réel atout économique lorsque la navigation est possible. Pourquoi la navigation n’a-t-elle pas plus marqué Toul? Elle permet pourtant d’échanger et de communiquer avec d’autres villes fluviales tout en permettant des déplacements moins polluants que la route. Elle est aussi un levier pour le développement local et un excellent prétexte à l’aménagement urbain. Je me suis donc intéressée à l’idée que les canaux pourraient devenir un axe à favoriser dans les réflexions globales de développement du territoire toulois, car les enjeux liés à ces voies s’articulent autour des tracés navigables, s’étendent dans les marges et prennent en compte un horizon plus élargi.

Sarah Sutter Mémoire - Travail de fin d’études 2017-2018

Mémoire TFE ENP 2018 - Sarah Sutter  
Mémoire TFE ENP 2018 - Sarah Sutter  
Advertisement