Issuu on Google+

CLAUDIO COLUCCI Kaléidoscope Format : 22 x 29 cm Nombre de pages : 256 Nombre d’illustrations : 340 Illustrations couleur et noir & blanc Couverture brochée Prix de vente : 45 € ISBN : 978-2-9155-4246-2 Parution : septembre 2012 Exposition à partir du 7 septembre 2012 à la galerie Perimeter, 47, rue Saint André des Arts, Paris 6ème. Signature au Drugstore Publicis, Champs-Élysées le 11 septembre 2012 à 18h Diffusion France Belgique Suisse : VILO – 116, rue de la Tour, 75116 Paris. Tél. : 01 45 77 08 05 – Fax : 01 45 79 97 15 149, rue de Rennes 75006 Paris

N O R M A Tél. : 01 45 48 70 96 – Fax : 01 45 48 05 84 ÉDITIONS

Mail : editionsnorma@wanadoo.fr www.editions-norma.com

LE LIVRE Nomade, trublion du design, Peter Pan jet-setteur, joli cœur kawaii, Claudio Colucci ne tient pas en place. Genève, Paris, Tokyo, récemment Shanghai et Beijing viennent sous-titrer son nom, telle une enseigne de luxe. On s’arrête trop souvent à son sourire de Joker. But what you see is not necessary what you get… Claudio est un fabulateur. Créateur d’objets narratifs, de lieux chargés d’histoire, généreux en pirouettes et paradoxes, il trouve le ferment de son inspiration dans l’art du conte. « J’aime la fabulation, raconter des histoires, inventer… vraies ou fausses… plutôt fausses avec un départ un peu vrai… brouiller les pistes... jouer ! » claironne-t-il. Sous la direction de Sarah Carrière-Chardon, commissaire indépendante, ses compagnons de routes ont rejoint l’aventure : les designers Tom Dixon, Christian Ghion, les Tsé & Tsé, le chef pâtissier Sébastien Gaudard, les architectes Astrid Klein et Mark Dytham, le styliste Paul Smith et la douce Chika, geisha de Kagurazaka et Michel Temman, ex-correspondant de Libération au Japon, qui comme Claudio s’installe en Chine. Depuis Paris, l’agent Dominique Serrell, avec qui les galeristes Pierre Romanet et Pierre Staudenmeyer ont, les premiers, exposé et édité ses créations. Ses sempaï (parrains) nippons : l’incontournable Teruo Kurosaki, le producteur Takaya Iwasaki et le directeur de la communication d’Hermès Japon Kozo Fujimoto, qui lui ont ouvert les portes du Levant. Enfin, Kanae Hasegawa, critique, Ruy Niimi, professeur à la Musashino Art University, Marie-Laure Jousset, conservateur en chef honoraire au Centre Pompidou, Gérard Laizé, directeur du VIA ou Christine Colin, inspectrice au ministère de la Culture, qui ont fait sa fortune critique. Ces personnalités marquantes dans le parcours de Claudio ont toutes pris part à l’histoire et au jeu. Entre le portrait chinois qui se devine par analogie et le kaléidoscope, dont les variations sur le même motif évoluent à chaque tour de main ou à chaque clin d’œil, chaque invité est venu apporter sa touche et son angle de vue à l’épopée coluccienne... Se jouant des usages du livre de designer, cette monographie tient plus de l’affabulation, à moins que ce ne soit du roman d’anticipation ?


CLAUDIO COLUCCI Kaléidoscope

L’AUTEUR Diplômée de l’Institut d’histoire de l’art Paris IV-Sorbonne, Sarah Carrière-Chardon a tout d’abord exercé à Paris en tant que commissaire et auteur, principalement auprès des Arts Décoratifs, d’Amnesty International ou du designer Jean-Marie Massaud, avant de s’installer au Japon. Pendant près de cinq ans, elle vit et travaille à Tokyo. Directrice de création pour l’éditeur de mobilier et galeriste Time & Style, elle est mandatée pendant trois ans par l’ambassade de France de la coproduction du festival Esprit Design France dans le cadre de la Tokyo Design Week. Elle conçoit et coproduit l’exposition collective « Fresh Touch », prix de la meilleure installation, attribué par le comité japonais Design Tide et le magazine anglais ICON. Elle ponctue son séjour par l’exposition collective « The Taste of my skin », présentée au Louis Vuitton Hall de Tokyo. Son travail de recherche s’associe à une activité d’enseignement, organisant conférences et workshops auprès d’étudiants et de professionnels en France comme au Japon. Ainsi a-t-elle créé les cours d’histoire du design à l’institut francojaponais de Tokyo. Désormais basée en France, Sarah Carrière-Chardon poursuit son travail sur la mixité franco-japonaise et le design. Elle travaille auprès d’agences de communication ou de grandes marques autour d’événements culinaires. Enfin, commissaire agrémentée par l’organisation internationale PechaKucha Tokyo, elle contribue au développement de ce réseau indépendant de designers, graphistes et architectes.


CLAUDIO COLUCCI Kaléidoscope


CLAUDIO COLUCCI Kaléidoscope


CLAUDIO COLUCCI Kaléidoscope


Dossier de Presse Claudio Colucci Norma Editions