Issuu on Google+

Fête des jardins rêvés “prenez place à l’Union” édition 2013

Présentation des projets lauréats

10 11

6 2 1

8

3

7 4

5

9

association Les Saprophytes


2

11

8

3

site 1 : “Clos des utopies réalistes” 7

4

Jardin à créer, gestion transitoire, dans le parc de l’Union rue Cadeau propriétaire : SEM Ville Renouvelée 5 structure associée : Jardin Chlorophylle

L’équipe 9

Le jardin Chlorophylle, la Cense de la Tossée et le Collectif de l’union Les référents sont Fréderic Andrieux et Hamza El Kostiti Le rôle technique est le domaine du jardin chlorophylle, association rattachée à l’Angle 349, reconnue pour ses actions en matière d’insertion et de connaissance technique de la gestion différenciée. Le rôle d’animation et de propositions est assurée par le Collectif de l’Union, ce collectif est une boîte à idées où se défendent des projets alternatifs des habitants et des associations autour de l’agriculture urbaine, l’habitat partagé et de association Les Saprophytes www.les-saprophytes.org la création d’un lieu de mémoire autour du textile. SEM Ville renouvelée Vincent Kra et Flavie Lescieux assurent une aide technique en tant que prestataires.


Résumé de la proposition

Il s’agit de promouvoir différentes propositions portées par le collectif de l’Union : -un mur en torchis, un préau et des habitats pour insectes pour parler de l’habitat partagé. -cultures en butte, en hauteur, production de légumes en bacs et de variétés anciennes pour parler d’agriculture urbaine -démonstrationetreprésentationdesplantesliéesautextile,récupérationd’objets liées à l’industrie du textile, cultiver le houblon, pour parler du patrimoine textile et industriel de l’Union. Un aménagement à minima sera réalisé sur 1000m² en comptant une zone humide, une prairie fleurie et du gazon . Le cœur d’ilot, le jardin rêvé avec le mur en torchis (mur qui ne ne dépassera pas 2m de haut) sera concentré sur 400m². Dans ce terrain de 400m² , l’équipe dispose 6 grands potagers, hors sol, en bac pour ce qui sera comestible. Le tout sera géographiquement localisé dans la partie sud Est du jardin cadeau. Le jardin sera ouvert au public. Le Collectif de L’union, le Jardin de Chlorophylle et Roubaix Sport Culture assureront à tour de rôle des animations sur la période de Juin à Octobre Le jardin sera réalisé et géré par un chantier d’insertion ARI, via l’association Angle 349. Le projet imaginé est un jardin ouvert avec une animation chaque semaine durant la période allant du mois d’avril au mois d’octobre. Ces animations seront proposées aux centres de loisirs, aux écoles avoisinantes et aux différents acteurs du territoire. Un atelier jardinage bi mensuelle est programmé avec les enfants Rroms du campement du point des Couteaux.


11

6

2 1

8

3

site 2 : “un espace de nature en ville” 7

4

Jardin à conforter rue de Roubaix, Tourcoing

propriétaire : SEM Ville Renouvelée structure associée : Espace Naturel Métropolitain 5

L’équipe Territoire canal de Roubaix, Marque urbaine du Syndicat Mixte Espace Naturel Lille Métropole (Nicolas Balland), lycée horticole de Lomme (Gautier Vancoppenolle, Alexandre Rasse, Quentin Foulon, Margot Cuignet, Céline Bayart, Corentin Carincotte et François Locquet), association Astuce (Isabelle Bras, Medhi Berrabah) Porteur de projet : Territoire canal de Roubaix, Marque urbaine du Syndicat Mixte Espace Naturel Lille Métropole L’espace Naturel Lille Métropole s’occupera de la coordiantion et de la gestion du jardin. association Les Saprophytes www.les-saprophytes.org Le lycée horticole de LomSEM Ville renouvelée me, classe BTS 2 est en charge de la conception du projet et de sa réalisation avec les habitants membres de l’association Astuce. Astuce participera à la rélaisation, à travers des ateliers.


Résumé de la proposition Le relais nature est implanté au cœur du parc de l’ancien siège social de Logicil. Ce parc est appelé à être en partie intégré au parc de l’Union. Au rez de chaussé de la maison de l’ingénieur, l’ENLM développe depuis 2 ans son activité en proposant à un large public un espace présentant le canal de Roubaix, son histoire, sa réhabilitation, son entretien et les perspectives devant faire decetouvrageunvecteurimportantdutourismefluvialàl’échellecommunautaire et de l’Euro-métropole. A l’occasion de la fête des jardins rêvés, le groupe projet constitué de l’ENLM, d’étudiants du lycée horticole de Lomme et de l’association Astuce, se propose de mettre l’accent sur la création d’outils pédagogiques de sensibilisation et l’appropriation de la biodiversité en milieu urbain. Cette démarche qui pourrait s’intituler  « à chacun son milieu,  à chacun son habitat : un espace de nature en ville dédié à la biodiversité» Cette démarche s’articule autour d’ateliers organisés avec les élèves du lycée horticole. Ces ateliers permettront de concevoir et d’aménager à échelle réduite des biotopes caractéristiques de ceux de l’Union. -Le milieu boisé, mettra en scène les quelques grands arbres présents dans le parc Logicil. -Le milieu prairial et arbustif s’appuiera sur les espaces herbeux existants. -Lemilieuhumidedonneralieuàlaréalisationd’unemarreetdesonaménagement caractéristique des milieux en bordure du canal et sur les bassins de l’Union. Un second temps viendra compléter cette première intervention. Il sera co-animé par l’association et l’ENLM et visera à impliquer les habitants des quartiers dans la réalisation d’habitat spécifique à la faune accueillie dans ces différents milieux. Les nichoirs seront installés dans les parties boisés et dans les haies, les hôtels à insectes émailleront les prairies et les espaces herbeux, la roselière s’implantera près de la marre pour pouvoir accueillir une faune typique. A travers ces différentes réalisations les participants seront sensibilisés et capable de relayer à l’échelle de l’Union, cette notion de biodiversité urbaine. Dernier temps forts de cette démarche, des fiches techniques et des panneaux d’information seront réalisés pour les visiteurs accueillis au relais nature au cours de la saison. En résumé, ce projet s’inscrit complétement dans la notion de jardin à conforter proposé dans l’appel à projet. Il confortera un espace déjà existant le parc, il confortera une pratique développée par les équipes du relais nature, il confortera l’engagement des acteurs locaux dans le projet de l’Union, il confortera l’implication des habitants dans leur approche environnementale d’un projet d’aménagement urbain.


2

33

1

8

7

site 3 : “Le jardin des Houtlins verts” 4

Jardin à créer, au coeur du parc de l’Union rue de Roubaix-Tourcoing propriétaire : SEM Ville Renouvelée structure associée : centre social Boilly

L’équipe

Le Centre social Boilly (Robin Lechantre, Karel Polez), et BTS aménagement paysager (François Colin, Nicolas Pellegrini, Christophe Delbarre et Antoine Blehaut)), professionnels en formation. porteur de projet : Centre social Boilly Le centre social est en charge de faire vivre le projet, d’impluser une dynamique. Il mettra en place des réunions de coodination afin de mobiliser l’équipe d’animateur et/ ou de bénévoles. Le centre social compte sur le comité des fêtes pour l’accompagner dans l’animation et la vie du jardin. Les BTS gèreront associationla Lesrelation Saprophytes avec les sous-traitants, réaliseront les plans et les www.les-saprophytes.org croquis, un calendrier des travaux et ils assureront une partie de la mise en oeuSEM Ville renouvelée vre, à travers un encadrement éducatif.

Résumé de la proposition Ce jardin s’inspire d’une fiction et des contes fantastiques, pour toucher le public. La volonté est ici de mêler l’ordinaire et l’extraordinaire, pour laisser libre court à l’imagination, à la curiosité de chacun. C’est un jardin ouvert pour tous, partagé, pédagogique, instructif. Un espace fantastique doit montrer l’étrange de la nature, pour susciter l’intérêt des plus jeunes. Le jardin se déploie autour de plusieurs zones : -haie libre qui forme l’enceinte du jardin -théâtre de verdure -zone boisée avec un parcours sensoriel -le coin potager (4 carrés de potager) -la prairie fleurie Il sera entretenu de manière écologique. Une forte volonté d’auto-construire est exprimée, nécessitant un besoin d’être épauler par un constructeur pour la pergola et le théâtre de verdure. Le collectif ETC est invité par l’équipe pour ces constructions.


Chemin piétonnier

Théâtre de verdure 6m de long x 4m de large

Butte circulaire 1.20m de haut / 3m de diamètre

Parcours sensoriel

Nord

Les Houtlins verts Projet Jardins rêvés

Butte circulaire 1.20m de haut / 3m de diamètre

Préau en bois 3 mx 3m

Zone de carrés potager x 4

Talus 0.50m de haut

échelle 1/100 Fossé Rue de Roubaix

“L’ensemble de ce projet ce veut avant tous être un partenariat main dans la main. Il est né de l’imagination et des rêves de 7 personnes, et du regard des différents enfants de l’accueil de loisirs... L’écologie au jardin avance à pas de géants, au grand bénéfice de la biodiversité. Danslesnouveauxprojetsdejardins,l’hommeréapprendàs’inspirerdesonenvironnement et des espaces aujourd’hui encore à l’état de nature. Il y puise la poésie qui donne vie à ces microcosmes que sont les potagers et autres espaces verts de nos villes. Latendanceestaujourd’hui au jardin naturel, qui imitelesmécanismesdelanature.Vaste chantierqueceluidelacréation,enminiature,d’écosystèmesdontnombredebiologistes peinent encore à comprendre tous les rouages. Humblement,notrerêvedejardinpuisedoncdanslesquelquesclésproposéespar l’écologieurbaine(essenceslocales,gestiondesdéchets,participationdeshabitants...).Il s’agit aussi de donner à voir une nature surprenante et magique, qui donnera l’envie de découvrir les mystères de la production de légumes et de fleurs. Enfin, notre jardin rêvé vise à offrir un dépaysement aux visiteurs, à travers une expérience sensorielle accessible à tous. Par le toucher, l’odorat ou encore la vue, il sera possible de découvrir un autre visage de la ville, et pourquoi pas de prendre goût aux joies du jardinage. Un petit Houtlin, sera le fil conducteur de ce jardin. Il se chargera de nous faire découvrir les secrets de ce jardin, nous emmènera à la découverte des noms d’arbustes et de plantes qui nous entourent, nous fera découvrir à travers les potagers, de succulentes espèces végétales, nous fera sentir à travers nos sens, des sensations perdus pour nous emmener nous asseoir et partager une histoire, une légende oublié...”

Entrée

Entrée


7

4

site 4 : “Le jardin du vent et le vaisseau de 5

l’Union”

Jardin à 9créer, gestion transitoire d’une friche de la ZAC de l’Union rue Jean Bart, rue de la Guinguette, Roubaix propriétaire : SEM ville Renouvelée structure associée : Centre social de l’Alma

L’équipe

Le Centre Social de l’Alma, le collectif Pied à Terre (Gaby Bonnefille, Benjamin Perrot, Emma Saunders) et la participation active des habitants. association Les Saprophytes Porteur de projet : Centre social de l’Alma www.les-saprophytes.org SEM Ville renouvelée

Le processus de travail s’est inscrit dans un eller-retour permanent entre“Pied à terre” et le centre social de l’Alma. “Pied à Terre” assurera la conception technique et artistique du projet. Le centre social participe au processus de conception, en étant attaché particulièrement à la démarche pédagogique at participative des habitants. La gestion et l’animation du jardin seront orchestrées par le centre social avec tous les partenaires associés au projet, ville, entreprises, écoles, collèges, lycée etc...

Résumé de la proposition Ce jardin, « le vaisseau de l’Union et le jardin du vent », est une plateforme sur laquelle les rêves des habitants et usagers du quartier peuvent se révéler. Le jardin est de forme circulaire sur 250m² au milieu de la friche de la Guinguette. Au centre on trouve la construction qui accueille les ateliers et autour différents jardins permettant un panel d’usages: des expérimentations de plantes méconnues, sauvages, comestibles, mais aussi la détente ou encore la récupération de matériaux.


“Comment faire sens du lieu, ne pas simplement créer un jardin d’agrément mais faire le lien avec le quartier, son histoire, les changements présents et futurs? Notre première impression en visitant le site de l’Union a été de constater la vaste étendue de terre mise à nue. C’est un grand chantier qui fait table rase du passé et ne présente que quelques images d’un futur plein de promesses mais encore invisibles. La proposition de construire un jardin dans ce contexte devient une interrogation. Ces lieux sont chargés d’histoire et d’émotions; ils nous poussent à réfléchir à l’existant, au passé et à leur connexion. La question qui nous semble centrale est : Quelle est la place de l’histoire du lieu et quelle est sa relation au changements futurs ? Et si nous pouvions introduire un rêve? Nombreuses sont les histoires errantes de la Zone de l’Union; notre objectif est pour le temps du projet de donner corps à ces fantastiques voyages dans le jardin. Et si, l’esprit du lieu était une âme errante, un vaisseau fantôme: il est apparu sous la forme d’un dragon dans le projet de la Condition Publique, sous la forme du diriloliptère à la Fabrique à Brac, et hante encore la ville. Notre jardin sera un lieu d’ancrage pour cet esprit flottant.Danscetempsoùlesbulldozersommeillent,lejardinproposeraunatelierpourconstruire la machine du vent, une machine patchwork de souvenirs et d’histoires qui n’ont pas encore trouvé leur place dans le paysage de demain. Notre objectif est donc de créer un lieu ou chacun pourra venir donner sa version du vaisseau fantôme de l’union.’


5 5

site 5 : “Imaginons notre jardin” 9

Jardin à créer, gestion transitoire du “parvis” de l’Imaginarium Boulevard Constantin Descat, Tourcoing propriétaire : SEM Ville Renouvelée structures associées : Plaine Images, Association Sésame

L’équipe

association Les Saprophytes

www.les-saprophytes.org Association Sésame (Marie Bouche, Laeticia Jaeck), cabinet d’architectes APLA SEM Ville renouvelée (Claire Dematos, Elinor Devey), Plaine Images (Pascale Debrock, Florence Créquy) et des salariés d’Ankama (Ingrid Florin Muller, Jean-Philippe Florin, Elise Jammes) Porteur de projet : La Plaine Images

Les architectes APLA sont en charge de la conception, du dessin du jardin et du suivi de chantier. L’association Sésame et la Plaine Images assurent le lien avec les salariés des entreprises. Elles mobiliseront les habitants du quartier pour la réalisation du jardin, l’organisation et l’animation du chantier. Jean Philippe Florin, Ingrid Florin et Elise Jammes seront responsables de l’espace “jardinage”.

Résumé de la proposition Ce jardin, « imaginons notre jardin », est la création d’un jardin sauvage dans lequel sont aménagées des zones de détente, de rencontre, et de récréation pour les salariés des entreprises et les habitants du quartier. -un espace de pique-nique -un espace jardiné Le projet est pensé évolutif dans le temps, en fonction des nouveaux besoins et envies des usagers.

L’équipe ambitionne de ramener unn peu de nature dans cet îlot en voie d’urbanisation avec un jardin “sauvage” qui cultive des zones de rencontre. C’est au milieu d’une grande prairie fleurie, avec des graminées hautes que seront aménagées des zones de convivialité : terrasse, tables et bancs, barbecue etc... Ce projet répond aux premières demandes des salariées, un espace pour manger et se retrouver. Dans cette première phase de réalisation, l’équipe a souhaité retrouver également un espace “jardinage” avec une zone potagère en bacs et un bac à compost.


Le jardin sera construit sur le thème de la récupération et du recyclage. les salariés sont invités à participer à cette grande récolte de matériaux qui seront utilisés en particulier pour la fabrication du mobilier. l’équipe souhaite mettre en place des évènements, des temps forts, pour mobiliser les salariés et les habitants pendant le temps du chantier, tels que des temps d’apéro, des barbecues, des ateliers réalisés par des artistes extérieurs comme Wiithaa et Shu Lea Cheang etc...


10 11

6 2 1

8

site 6 : “De l’autre côté de la palissade” 3

jardin à créer, au milieu d’une friche végétale. rue de la Tossée, l’atelier électrique, Tourcoing 7 propriétaire : SEM Ville Renouvelée structure associée : -

4

L’équipe 5

9

Juliette Duchange et Mathilde Sauvillers, paysagistes, Sarah Mogosan, Sylvain Daval, Sarah Foulquier, Perrine Grivaux et Stéphane Thonnard, artistes, et Laurent Trierweiler, architecte. Porteur de projet : Juliette Duchange et Mathilde Sauvillers JulietteDuchange et Mathilde sauvillers, toutesdeuxpaysagistes,sontencharge du travail de conception et du suivi de chantier. La réalisation du jardin sera impulsée par le Colectif d’Ouvriers Réfléchissants. Ce collectif est un groupementd’artistesconstructeursquioeuvrentpourunejubilationcollectiive.Laurent Trierweiler, architecte et spécialiste en permaculture. Il accompagnera l’équipe à choisir parmis les très nombreuses espèces répertoriées dans la friche actuelle celles qui permettront de transfigurer un tiers paysage en un monde onirique.

Résumé de la proposition association Les Saprophytes www.les-saprophytes.org SEM Ville renouvelée

L’équipe aime ce lieu « clos », la friche et cultive cette image pour le projet. C’est un jardin de sculptures, une friche domptée avec des lieux d’accueil pour œuvres d’arts. C’est un lieu d’aventures, d’abris, de cabanes, une ville imaginaire en cours. Certaines sculptures seront réalisées par l’équipe projet et d’autres installées par des artistes locaux. Il y aura une structure permanente, des œuvres toujours là et des clairières d’accueil pour des expositions temporaires. La proposition se construit autour d’un parcours, un « parcours» surélevé, un fil, un jeu d’équilibre permettant différents points de vue sur le jardin et sur l’Union, et qui se transforme en un chemin dans la friche. L’équipe voit le jardin comme un espace d’aventures, cultivant un sentiment de risque, de prouesse. L’équipe propose une entrée par la rue des métissages. Elle interviendra en différentes phases de workshop, qu’elle annoncera au préalable pour toucher un public plus large.


“De l’atelier électrique je traverse le jardin caché qu’est la pépinière de Tiphaine. Je me dirige vers la palissade, la porte m’appelle. Je pénètre dans une autre végétation, un autre ordre. Un jardin sauvage. Unefoislaportefranchij’avancesuruncheminementlégèrementsurélevédusol, une passerelle vers le jeu, vers l’imaginaire. Ce parcours aérien (de 10 cm à 1 m du sol) me permet de changer de point de vue, Je vole au dessus de l’herbe. Les structures, sculptures, totems, rythment le parcours. Je tourne autour , je les regarde, je rentre dedans , je les vois . Comme pour un décollage une rampe me mène vers le haut de la palissade qui donne sur la friche. Là je vois l’Union en train de se faire et la dynamique végétale continuer son œuvresurlesterrainsencoreinoccupés.Puisjemeretourneetjevoiscetautreuniversqui est clôt et protégé par la palissade, un monde de sculptures que maintenant je vois d’en haut. Jem’arrêteetcontemple.Jecourspourdescendre,j’arrivesuruneplaced’herbe. Il n’y a rien d’autre que de l’herbe mais elle a l’air douce, je m’allonge, je rêve, d’autres mangent, d’autres encore discutent. C’est petit, on se touche presque mais c’est bien. Je reprend le circuit encore et encore. Le lendemain, l’atelier électrique est fermé mais il fait si beau, je prend la rue Stephenson, et juste avant le lampadaire je passe la petite porte ouverte dans le mur qui me sépare de la friche. Une grande porte au loin m’invite à avancer. Je marche à travers les hautes herbes, j’arrive enfin à la porte. À ma droite la palissade du jardin avec sa toute petite porte, elle m’invite vers l’ailleurs. Je l’ouvre et je passe en me penchant. Je suis sous mon belvédère.”


3

Les Folies Références

77 4

site 7 : “Le jardin de briques et de brocolis” Le Mobilier partagé Références

Jardin à conforter, dans le cadre d’un plan de gestion transitoire pour l’ïlot Rossini, dans la ZAC de l’Union, Roubaix

propriétaire : SEM Ville Renouvelée structure associée  : groupe de travail réuni autour de la Cense de la Tossée, du Comité de quartier du Cul du Four et du Centre social de Bassemasure.

L’équipe

Le Four à pain Références

Le Centre Social Basse-Masure (Alexandre Billet), le Comité de quartier du Cul de Four (Pascaline Badezet), la Cense de la Tossée (denise Bouchez et pierre De Sariac), l’association la Maison du Jardin (Jean-Pierre Bertin), et CaIlôt Rossini / Jardins rêvés mille Delage, paysagiste. Les Folies association Les Saprophytes Porteur de projet : Centre-social Basse Masure  Références www.les-saprophytes.org SEM Ville renouvelée

La datcha four à pain

En terme de conception/réflexion, tous les membres de l’équipe ont joué un rôle important, et ce, avant même l’implication dans ce projet de jardin rêvé (travail mené sur la gestion transitoire de l’îlot Rossini). Concernant les aspects techniques (jardinage, entretien...), la maison du jardin et Ilôt Rossini / Jardins rêvés Les Folies la Cense de la Tossée disposent des compétences requises. D’autre part, Camille Delage apportera ses connaissances de concepteur paysagiste. Références Le centre-social et le comité de quartier apportent quant à eux leur connaissance du quartier et de ses habitants. Ils sont à même de mobiliser le public et animer des Le Mobilier partagé temps forts. Références

Le Mobilier partagé Références Le Four à pain Références

Le Four à pain Références

La datcha four à pain


La pergola mobile

Résumé de la proposition L’aménagement de l’ilot Rossini est porté par différentes associations depuis plusieurs mois déjà. Il s’agit ici d’un projet de gestion transitoire de l’îlot. La fête des jardins rêvés est l’occasion d’amorcer la dynamique et de tester, sur une petite emprise les contraintes que l’équipe se fixe pour la gestion transitoire de l’ilôt : récupération des matériaux, convivialité dans la réalisation et l’usage du site, plantation de végétaux comestibles en bacs, récupération de l’eau de pluie, construction d’un four à pain, de tables et de pergolas amovibles. Le jardin sera ouvert par les habitants usagers du jardin lorsqu’ils seront présents (à la façon des AJONC). Un animateur sera présent 10h par semaine pour de la formation des jardiniers et l’animation d’ateliers publics. Des animations/temps forts seront organisés. Pour l’équipe, le jardin rêvé doit permettre aux habitants d’avoir une image future de leur quartier, en lien direct avec le quartier de l’Union. Le principe de base est de mélanger différentes notions de“nature”: créer un centre d’intérêt autour du jardinage, de la convivialité, de l’éducation à l’environnement, de l’économie d’énergie, de l’alimentation etc... l’équipe souhaite installer, via des ateliers avec les habitants, quelques aménagements qui pourront rendre visible et attirant le jardin partagé qui sera créé prochainement : -Des bancs placés sous et autour des cerisiers ainsi que de longues tables -Un four à pain -Une zone de compostage pour le jardin partagé. -Un abri amovible pour les temps forts -Une serre sera également aménagée.

La datcha four à pain


2 1

8 8

3

site 8 : “Le chant du hérisson” 7

4

Jardin à créer, friche à dominante minérale, à investir avec le campement roms

boulevard des Couteaux, Wattrelos propriétaire : SEM Ville Renouvelée structure associée : association Canal

L’équipe Association Canal, Laurent Trierweiler (T-time) et des familles du campement Roms Porteur de projet : T-time L’association Canal se propose d’intervenir dans ce projet à travers la médiation avec la communauté Roms et les habitants du quartier, la mise au service des connaissances et des savoir-faire des personnes travaillant au sein de l’association. ils seront présents sur le terrain, en tant qu’acteur local, et propose un apport de main d’oeuvre. T-Time, atelier pluridisciplinaire de création oriente son action vers la conception du jardin,lacoordiantionduchantier,l’apportdeconnaissancesetcompétencesenbotanique, en pédologie, en jardinage et en permaculture. l’atelier T-Time propose égaleassociationment Les Saprophytes l’animation d’ateliers divers, selon le principe de l’échange de savoir-faire. www.les-saprophytes.org SEM Ville renouvelée

Résumé de la proposition

Le jardin intitulé  « le chant du hérisson » prend son essence dans une valorisation de la diversité humaine et de la biodiversité. Inspiré par la proximité d’un campement de Roms et le caractère pauvre en biodiversité du site, le projet présenté ambitionne de dynamiser le territoire choisi par l’échange culturel, le partage de l’espace entre les différents acteurs, participants humains mais également animaux et végétaux. Faire de cette friche un lieu de rencontre participatif et festif, approprié par différentes populations, privilégiant le développement d’écosystèmes en transition douce. L’équipe a choisi de « faire avec ». Le site subit donc très peu de modification. Il s’agit d’installer de nouveaux éléments en deuxième couche. Les bacs de plantation construits en participatif, en briques et tuiles de récupération., sont disposés de telle sorte qu’ils créent un labyrinthe. Ces murs, proposant une multitude d’aspérités, proposent naturellement des abris à insectes. Une zone centrale est laissée libre pour l’accueil du public, ou pour des festivités. l’équipe propose la mise en place d’un poulailler. Une zone de compost en tas est réalisée au nord du terrain. la récupération de l’eau est prévue. jardin ouvert au public.


Les bacs en briques et tuiles de récupération sont construits selon un mode participatif. Les muretssontconstituésd’unemultituded’anfractuositésvolontairesconstituantautantdezones refuges aux insectes et autres animaux, cette attitude créent des modénatures dissonantes tout en recherchant l’harmonie par la variabilité des teintes et des formes. Ils serviront également de bancs. Les bacs ont une moyenne de 50 cm de hauteur, une largeur de +/- 120 cm et une longueur variable. Ils occupent une surface d’environ 250-300 m2 et servent à la culture comestible. Le reste de la surface du terrain sert en grande partie à la circulation aisée des personnes, créant un espace de liberté et d’appropriation. Les bacs accueillent le substrat (terre arable, Brf...) nécessaire à la culture associée de plantes potagères vivaces ou annuelles, de plantes sauvages comestibles et/ou médicinales, de petits fruitiers, des aromatiques et d’arbustes de basses tiges. Sur certaines parties de bacs, des composts en tas sont réalisés afin d’amplifier les zones refuge pour animaux. Des treilles entre bacs seront réalisées avec différents matériaux ou végétaux (sureau, tournesol...) pour les grimpants comestibles (haricots, houblons...). Une bande (+/- 2m) sur les bords du terrain est laissée telle quelle, la végétation y étant contrôlée et agrémentée de plantes ornementales indigènes utiles (mellifères, tinctotiales...) avec fleurs et couleurs. L’ambition est de créer une zone sauvage en assumant la dimension de friche du lieu avec un parfum de bohème, même si celle-ci reste contrôlée. Le parfum de la musique plane autour de ce projet jusque dans son titre « Le chant du hérisson ». Le projet prend en compte cette donnée en invitant la fanfare bruxelloise Bernard Orchestar, aux saveurs balkaniques, lors de l’inauguration des jardins pour partager avec les musiciens du camp et les visiteurs.


99

site 9 : “Le jARd-MOIRE” Jardin à conforter, un jardin d’école école René Lecocq, Tourcoing propriétaire : Ville de Tourcoing structure associée : école élémentaire R. Lecocq, l’ instituteur Mr Delannoy

association Les Saprophytes www.les-saprophytes.org SEM Ville renouvelée

L’équipe

L’école Lecocq, représentrée par l’instituteur Mr Delannoy, Victor Yvin, Margaux Lienard et Nathan leclercq, étudiants en architecture, Jean Pierre Bertin, Lise Kroll, association la Maison du Jardin. Porteurs du projet : Mr Delannoy, Victor Yvin L’équipe d’architectes se concerte pour réaliser des plans liés à l’extension du jardin et à l’implantation d’une structure. Elle participera également à la réalisation du chantier. L’association“la maison du jardin”s’occupe du lancement du composteur, de plantations diverses, et participe à la réalisation de la structure. Les élèves de l’école fabriquent des nichoirs à oiseaux et à insectes, participent à la décoration et gèrent le jardin au quotidien.

Résumé de la proposition

C’est un jardin à conforter, il se veut être un jardin vivant, convivial, support à l’éveil et à l’épanouissement des petits et des grands, il permet de faire le lien entre ce que les enfants apprennent à l’école et la mise en pratique dans un espace protégé jusque là inutilisé. Il s’agit de mobiliser l’intélligence et les jeunes savoir des enfants, à travers une approche systémique du jardin. -Une structure qui se déploie comme une armoire : elle propose un espace pédagogique en plein air ou une scène pour les spectacles et lectures. Les 24 modules en bois peuvent être transportés dans tous les endroits du jardin pour un atelier, ou disposés devant la scène. -Des bacs de plantation permettront la création de jardins hors sol. Ces petits jardins carrés suélevés comprenent des assises. -Création d’une haie fruitières pour habiller la clôture existante. -Les enfants pourront participer à travers la fabrication d’hôtels à insectes, d’abris à oiseaux, ou à travers des ateliers de plantation des bacs. Ce jardin, situé au sein d’une école, a vocation à constituer un support à des activités pédagogiques dans divers domaines : le monde du vivant, les arts visuels, le développement durable... Il est destiné en priorité aux élèves et à leurs familles.

Le Jardin Mille-pattes

école LECOCQ


10 10 6 2

site 10 :“Jard’Intérieur” 1

3

8

Jardin à créer, au pied d’immeubles murés Square Dufy, Wattrelos

propriétaire : bailleur Vilogia 7 structures associées  : Centre Social de la Mousserie, Association Citoyenne des Résidents de l’Ouest Wattre4

L’équipe

Centre social de la Mousserie (Hervé Haudiquet, Brigitte Van Hooland), L’ ACROW (Patrick Rose), Benjamin Duquenne + l’ association KaraKol Porteur de projet : Centre social de la Mousserie et l’ACCROW Le centre social de la Mousserie a un rôle de médiation, de coordianation au cours de la démarche de conception et de fabrication. Il accompagnera des ateliers préalables et post-chantier. Benjamin Duquenne, artiste-peintre et graffeur est le concepteur et ralisateur d’un graff’ réparti sur 3 murs. Les habitants du square Duffy ont pu être sensibilisés au projet afin de soumettre leurs envies sur le jardin. Le Collectif sans nom a pour rôle l’information, la conception et la fabrication du “jardin rêvé” dans un esprit collectif, en y intégrant les acteurs cités ci-dessus.

Résumé de la proposition Les Saprophytes Le projet association s’appelle le jard’intéreur. Il s’agit d’un salon d’extérieur collectif, www.les-saprophytes.org SEM Ville renouvelée qui mette en scène ce lieu ordinaire de la maison, mais à l’échelle du quartier. Plusieurs usages sont proposés: s’assoir, jouer, flâner, contempler ou simplement passer.

L’équipe intègre les bâtiments dans la composition du jardin, et valorise ainsi les murs, avec une fresque réalisée par Benjamin Duquenne. L’ensemble du jardin est pensé pour les enfants. Il est pensé comme un grand terrain d’aventures. Chaque espace à un double usage : utile et ludique, afin de créer des liens intergénérationnels. Le salon : composé d’une terrasse, il propose des bancs, un barbecue, une table. Le jardin à manger : plantations en bacs de plantes comestibles. Le terrain de Basket : peinture au sol et panier accroché au mur. Le jardin à boss : modélisation du sol avec armatures de lit. Le jardin est ouvert et public. Il sera un support d’échange, de débats, d’activités,derencontresàl’initiativeducentresocialet/oudesassociations et/ou des habitants.


“Il s’agit ici de réaffirmer le contexte particulier du Square Duffy et desVillas alorsquelefuturéco-quartierdel’Union vit et poursuit son réaménagement. Les habitants, locataires vivent plus ou moins bien cette situation, résignés?, indifférents?,indignésmaissolencieux, nousnesavonsledire,sansaucundoute un mélange de tous ces sentiments. mais nous, au sens large du terme, souhaitons à l’image de ce qu’était Raoul Duffy, redonner un semblant de vis au square, à ce territoire, le graff, l’aménagementd’espacespublicsconviviaux et partagés, en utilisant des matériaux différents, de récupération, seront la base. ... Il ne s’agit pas de dépnser des fonds publics,pourpermettreàcertainsartistes de rêver; le respect et la préservation des fonds publics sont trop précieux. Il s’agit avant toute chose de permettre à des habitants locateaires, pour la plupart en grande précarité, de pouvoir construirecollectivementcequidoitdevenir un espace d’échangesn, de bien vivreensemble,alorsqueleurquartiers vide de tout ce qui fait du lien social. leurredonnerunespacededécisions,de participations,decréations,d’émotions... voilà ce que nous proposons dans cette démarche.”


10 11 11

6 2 1

site 11 : “Maison-Mazamet” 3

8

Jardin à créer, dans une dent creuse en attente impasse Mazamet, Tourcoing 7

4 propriétaire : Conseil général du Nord structure associée : Travail à mener avec les riverains directement concernés par cet espace

L’équipe 5

Danse à Lille (Alice Rougeulle), compagnie Artopie (Cristina Santucci, Loïc Sallio), Aymeric Boissay (artiste plasticien, peintre), 12 étudiants en BTS aménagements paysagers au lycée horticole de Lomme, Delphin Colin, étudiant en architecture. 9 Porteur de projet : Danse à Lille Le processus de conception du jardin se fait en interaction étroite des différents membres de l’équipe. La fabrication du jardin sera davantage assurée par les étudiants du lycée horticole de Lomme et Aymeric Boissay. Danse à Lille/CDC mènera dans le même temps un travail chorégraphique avec les habitants de l’Impasse Mazamet, les enfants de l’école élémentaire Jacques Prévert, et les acteurs du projet, afin de privilégier une approche corporelle et sensible du site, de sa conception à sa fabrication. La gestion du jardin, en aval, sera poursuivie par les habitants et les classes de l’école élémentaire Jacques Prévert. Aymeric Boissay assurera également une présence régulière suite à l’inauguration. association Les Saprophytes ;0/&&/'3*$)&

www.les-saprophytes.org SEM Ville renouvelée

#"3

(3"/%&#655&

105&"69&/#0*4

(3"/%&#655&

4536$563& ":.&3*$ 4536$563& ":.&3*$

."44*'%&7*7"$&4 "7&$"3#645&4 #"/$4


Résumé de la proposition La Maison-Mazamet est un jardin qui est pensé et aménagé selon le plan d’une habitation. Il joue sur intérieur/extérieur ; la distinction entre les pièces est faite de manière sensible, en jouant sur la vue, le goût, le toucher, l’odorat. La Maison-Mazamet est composée de 3 pièces, chacune pensée selon un ou plusieurs sens : Le salon, centré sur le toucher, la douceur, le confort, et donc aménagé avec des plantes et matières aux textures douces La cuisine, mêlant le goût et l’odorat : menthe, thym, plantes aromatiques, framboisiers, capucines, fleurs manger, etc. La chambre, salle de jeux, conçue selon le sens de la vue, à partir d’un jeu de couleurs et de formes. Entre les différentes pièces, il n’y aura pas de clôture qui obstruera le regard ; Au-delà des plantes, fleurs, plantations qui habiteront et dessineront le jardin, l’équipe souhaite jouer sur le détournement des meubles et des objets propres à chaque pièce ; Des mobiliers en terre seront construits. Les murs seront le prolongement de cette rencontre entre l’intime et l’extérieur. Ils seront un espace d’expression plastique en mouvement, un terrain d’expérimentation pour l’artiste Aymeric Boissay. La dimension chorégraphique du projet interviendra dans le processus de réalisation et d’appropriation, d’implication des riverains. Elle propose une approche sensible de cet espace en devenir ; Des ateliers chorégraphiques sont proposés aux habitants, ainsi qu’aux enfants de l’école élémentaire et aux étudiants à différents stades du projet. C’est un jardin public, ouvert, où les riverains sont invités à participer.


présentation des 11 projets lauréats