Page 1

PP 4502 Solothurn

santésuisse Römerstrasse 20 Case postale 1561 4502 Soleure

1/10

FOCUS

MiseauPoint Coûts de la santé dans les cantons

Pourquoi les coûts sont-ils si différents d’un canton à l’autre ? La comparaison des coûts entre les cantons révèle d’étonnants résultats : les disparités sont grandes, tant au niveau des coûts de la santé que des fortes hausses de primes. Plusieurs facteurs expliquent ces différences : du côté de la demande, la structure d’âge, le degré d’urbanisation et les différences culturelles ; du côté de l’offre, la densité des fournisseurs de prestations et l’indice des prix des prestations LAMal.

En Suisse, les primes approuvées par l’OFSP ont augmenté en moyenne de 9,9 % en 2010. Toutefois, dans les différents cantons, la hausse oscille entre 4 et 15 %. Si la hausse fluctue beaucoup, les niveaux de primes sont aussi très différents : en 2010, la prime moyenne pour un adulte ayant choisi la franchise de base varie, selon les cantons, de 257 à 452 francs. Le montant de la prime correspond aux coûts prévisionnels de santé pour l’année à venir. Les primes reflètent donc les coûts – du moins sur le long terme. • Comment s’expliquent les disparités de coûts entre cantons ? Les coûts sont le produit des quantités consommées multipliées par leur prix. Une seule raison explique ainsi les disparités cantonales en matière de coûts de la santé : le volume des prestations fournies et les tarifs sont différents d’un canton à l’autre. Selon diverses études,1 plusieurs facteurs sont responsables de la hausse des coûts, mais leurs ef-

Pourquoi les coûts de la santé sont-ils plus d’un tiers plus élevés dans le canton de Vaud que dans celui de Saint-Gall ? • Les vaudois doivent se soumettre – sans justification médicale – bien plus souvent à des interventions diagnostiques et thérapeutiques. Les opérations du fémur sont 70 % plus nombreuses et celles de la vésicule biliaire 20 % plus fréquentes qu’à Saint- Gall. Les césariennes sont également plus fréquentes (+10 %). • Les patients vaudois consomment des médicaments pour un montant 40 % supérieur à celui consommé par les Saint-Gallois. • Par consultation médicale, les Vaudois doivent payer 60 % plus cher que les Saint-Gallois. • Les tarifs (valeur du point tarifaire) : plus les honoraires des médecins sont élevés, plus les coûts des médecins et des hôpitaux augmentent. Pour des prestations strictement identiques, les médecins vaudois touchent des tarifs 17 % supérieurs à ceux de leurs confrères de SaintGall, les médecins agréés des hôpitaux 14 % supérieurs. • Dans le domaine hospitalier stationnaire, planifié par chaque canton, l’assurance obligatoire des soins a dépensé, en 2008, 689 francs par assuré vaudois, soit 16% de plus que pour l’assuré saint-gallois avec 592 francs. 

(Cité d’après Urs P. Gasche, infosantésuisse 2/10)

santésuisse

miseaupoint focus 1 | 2010


infosantésuisse Le Magazine des assureurs-maladie suisses

Tendances du système de santé – avenir des médecins de famille – efficience – qualité. Nous vous en révélons les dessous. Dans infosantésuisse, vous trouverez des dossiers, des interviews et des analyses. De la vision internationale aux offres d’emploi en passant par des conseils pratiques pour votre vie professionnelle, infosantésuisse – actuel, concret et intéressant – vous livre l’essentiel du système de santé. Commandez-le et découvrez-le par vous-même dès maintenant : Abonnement (10 parutions) à Fr. 69.– ou Abonnement découverte : 3 parutions à Fr. 20.– : par fax au 032 625 41 51 / par courriel à l’adresse : shop@santesuisse.ch ou sur la page d’accueil de santésuisse sous www.santesuisse.ch (sous Service – Rubrique « Publications » – un numéro d’essai à télécharger vous attend). santésuisse – Les assureurs-maladie suisses, Römerstrasse 20, 4502 Soleure

fets changent d’un canton à l’autre. Voici les plus importants :

En outre, il ne faut pas oublier l’effet psychologique exercé par des primes élevées, qui renforcent chez les assurés le sentiment d’en vouloir pour leur argent (« j’ai payé, j’y ai droit »), ce qui conduit à une augmentation du volume des prestations médicales consommées. Le même phénomène est observé au niveau cantonal, où la tentation est d’utiliser à plein régime les capacités hospitalières disponibles et, de ce fait, d’encourager un comportement favorisant la consommation. • D’où proviennent dans le détail ces écarts de coûts ? Il est intéressant de comparer deux cantons au profil semblable pour analyser comment les différents facteurs agissent sur les coûts. Dans les cantons de Vaud et de SaintGall, la structure de la population

4500

2005 − 2008

4000

2005

4168 3598

3500 3077

SOURCE: POOL DES DONNEES DE SANTESUISSE

3000 2490

2500 2130

2000 1500 EN FRANCS

• la densité des médecins spécialistes, des hôpitaux, des pharmacies (plus elle est élevée, plus les coûts augmentent) • la structure d’âge (plus la population est âgée, plus les coûts sont élevés) • le degré d’urbanisation et les structures sociales (à la campagne, les réseaux sociaux fonctionnent mieux qu’en ville où les coûts sont par conséquent plus élevés) • les différences culturelles (en Suisse latine, on consomme plus de prestations médicales qu’en Suisse alémanique) • l’indice des prix des prestations LAMal (prestations identiques facturées à des tarifs plus élevés, les valeurs du point tarifaire variant d’un canton à l’autre).

COUTS PAR ASSURE DANS L’ASSURANCE DE BASE 2005 − 2008 (SELON LA DATE DE DEBUT DE TRAITEMENT)

1000 500 0

AI NW AR OW UR SG ZG LU SZ GL TG GR AG VS SH FR SO ZH CH JU BL BE NE TI VD BS GE

En dépit d’un certain nivellement des coûts, les disparités entre cantons restent frappantes. Ainsi, dans le canton de Vaud, le système de santé coûte presque 50 % de plus que celui du canton de Saint-Gall.

et le niveau de vie sont similaires. Pourtant, le premier, contrairement au second, affiche des coûts élevés. (voir l’infobox de la page précédente). En 2008, la combinaison de tous les facteurs de coûts énumérés donne, selon les chiffres les plus récents du pool de données de santésuisse, une différence de 1108 francs par assuré (Vaud : 3598 francs, Saint-Gall : 2490 francs). Autrement dit, les Vaudois paient pour leur santé 44 % de plus que les Saint-Gallois.

nombre de prestataires de soins, le volume des prestations à la charge de l’assurance de base est plus important et il est facturé à des prix plus élevés. Cette situation perdurera tant que les fournisseurs de prestations ne seront pas incités à réduire leurs coûts. Ils le seront dès que la libre concurrence jouera grâce à l’introduction de la liberté de contracter et que les prix et les tarifs pourront être négociés librement, sans être soumis à l’approbation des autorités. (GPA)

• Quelle conclusion faut-il tirer de cette comparaison ?

1

Au regard des seuls résultats des traitements, il faut bien admettre qu’un système moins coûteux ne signifie pas forcément un système de moindre qualité. Les Saint-Gallois ne sont pas plus malades que les Vaudois. Le nombre de médecins, de lits d’hôpitaux et de pharmacies n’améliore ni la satisfaction des patients, ni d’ailleurs leur état de santé. Dans un canton comme celui de Vaud, comptant un grand

P. Camenzind a établi une vue d’ensemble de toutes les études. Analyse des différences interrégionales dans le domaine des coûts de la santé. Analyse de la littérature internationale consacrée à l’économie de la santé et aux statistiques de la santé – avec un éclairage spécifique pour la Suisse, 2008 (Observatoire suisse de la santé (Obsan) : document de travail 30)

impressum edition santésuisse – Les assureurs-maladie suisses, Römerstrasse 20, Case postale, 4502 Soleure Redaction Département Politique et Communication, Case postale, 4502 Soleure, Tél. 032 625 42 83, Fax 032 625 41 51, E-Mail : redaktion@santesuisse.ch, Page d’accueil : www.santesuisse.ch Production Vögeli AG, Langnau i.E.

santésuisse

miseaupoint focus 1 | 2010

Brennpunkt Basics Nr. 1/2010 französisch  
Brennpunkt Basics Nr. 1/2010 französisch  

Brennpunkt Basics Nr. 1/2010 französisch

Advertisement