Page 1

Un geste pour la planète : l'impression de cette information est-elle vraiment nécessaire ?

Aux actes, messieurs ! | 05.03.12 | 16h38 • Mis à jour le 05.03.12 | 16h39 La journée du 8 mars, dédiée aux femmes, sera à nouveau l'occasion de belles déclarations d'intention. Tout sera mis en oeuvre pour casser le plafond de verre qui bride la carrière des femmes. Promis, juré ! D'ici peu, les inégalités salariales seront des souvenirs désuets. Comme le fait qu'une femme ne puisse exercer une activité professionnelle sans le consentement de son mari. Ce qui n'est pourtant plus le cas en France que depuis 1966. La majorité (53 %) des centaines de dirigeants de sept pays européens - et 57 % des Français -, interrogés par le cabinet de conseil en stratégie McKinsey, déclarent que cette question de la mixité fait partie de leurs dix priorités stratégiques, selon l'étude Women Matter 2012, que Le Monde a pu consulter. Quelle prise de conscience ! Mais, dans les faits, la situation n'évolue guère. Certes, la loi française, promulguée le 27 janvier 2011, qui impose que les conseils d'administration des entreprises françaises cotées comprennent au moins 20 % de femmes avant janvier 2014, et 40 % avant janvier 2017, a accéléré le processus dans ces instances. Mais, ailleurs, c'est le calme plat. Il n'y a que 8 % de femmes dans les comités exécutifs français. Et elles n'ont qu'une chance infime de devenir un jour PDG. Le secteur financier est le plus machiste, au niveau européen. A la base, les femmes constituent la moitié des effectifs. Mais elles ne sont plus que 22 % dans l'encadrement moyen. Jusqu'à disparaître complètement en haut de la pyramide. Quasiment tous les PDG interrogés (92 %) affirment pourtant qu'ils s'engagent personnellement pour améliorer la mixité dans leur entreprise. C'est-à-dire qu'ils fixent des objectifs en matière de promotion des femmes, par exemple. Mais dans les faits, ce n'est vraiment le cas que dans 41 % des sociétés, ont vérifié les experts de McKinsey. De même, 60 % des entreprises disent avoir mis en place des programmes pour aider les femmes à constituer des réseaux et à acquérir des qualités de leaders. En instituant des systèmes de mentoring, par exemple. Mais à peine 15 % l'ont réellement fait. Il faut dire que 60 % des cadres moyens hommes ne pensent pas que la mixité soit un facteur de performance en entreprise. Les stéréotypes ont la vie dure. Beaucoup reste à faire pour que les mentalités évoluent. Alors, après vos belles paroles, aux actes, messieurs ! Car c'est bien souvent vous qui êtes aux manettes. Pour débloquer la situation.

kahn@lemonde.fr - http://www.lemonde.fr/imprimer/article/2012/03/05/1651969.html Article paru dans l'édition du 06.03.12

aux-actes-messieurs-le-monde-mars12  

La majorité (53 %) des centaines de dirigeants de sept pays européens - et 57 % des Français -, interrogés par le cabinet de conseil en stra...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you