Page 1

Association Livres  et  Palabres   livresetpalabres@laposte.net   http://livresetpalabres.canalblog.com    


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Résumé À  l’occasion  de  la  21e  édition  de  la  Semaine  de  la  langue  française  et  de  la   Francophonie,  l’association  Livres  et  Palabres  a  organisé  une  journée   «  Triathlon  des  Mots  »  le  18  mars  à  Huez,     entre  la  Maison  d'Huez  et  la  Grande  Maison  de  Charlotte  et  Patrice,     sur  le  thème    "Mots  de  France  d’ici  et  d'ailleurs".     Au  programme  :   • 1ère  épreuve  :  3  dictées  pour  nager  au  fil  des  mots  des  autres  en  évitant   les  écueils  des  expressions  rares  et  des  règles  insolubles   • La  mi-­‐temps  avec  un  repas  collaboratif   • 2e  épreuve  :  le  speed  booking,  ou  comment  rouler  pour  un  livre  ou  auteur  francophone  en  4  mn  30   • 3e  épreuve  :    l’atelier  d’écriture  pour  courir  après  les  mots  et  les  idées  lors  du  rallye  écriture  "Dis-­‐moi  dix   mots  ...  en  langue(s)  française(s)"   • La  3e  mi-­‐temps  :    l’échansonnerie  pour  mettre  des  mots  dans  son  vin,  le  temps  de  l’apéro  avec  les  plus   LE DAUPHINÉ LIBÉRÉ | DIMANCHE 20 MARS 2016 | 23 célèbres  goualantes  toutes  en  jeux  de  mots,  calembours  et  contrepèteries   !  

S | TRIÈVES

ES

HUEZ |

CORDÉAC

Première journée huizate de la francophonie

Ü Commémoration

u 19-Mars érémonie aujourd’hui, à 10 h evant la mairie de Cordéac uis à 11 h 30 à Prébois.

MENS

Ü Assemblée générale de

église protestante unie rièves-Matheysine ujourd’hui à 9 h 45 au Presbyre de la place Paul-Brachet. Ü Don de sang endredi 25 mars, de 17 h à 9 h 30, l’association des Doneurs de sang organise une ollecte de sang, à l’espace ulturel de Mens. Ü Assemblée générale xtraordinaire de l’amicale es donneurs de sang Assemblée générale extraordiaire de l’amicale des donneurs e sang de l’ex canton de Clelles, ura lieu, le samedi 2 avril, à 10 h, l’espace culturel de Mens.

MONESTIERDE-CLERMONT

Ü RC VMT : concours

e belote e RC VMT, organise ce dimanche 0 mars, un concours de belote n doublettes formées, à partir de 4 h, à l’ancien gymnase. Nomeux lots, buvette et petite stauration assurée. Ü Horaires des messes e Notre-Dame ’Esparron e dimanche 20 mars, messe des ameaux, à 9 h, à Lens, 10 h 30 à elles, 11 h à Monestier-de-Cleront. Jeudi 24 mars, Jeudi saint. esses à 18 h à Clelles, 18 h 30 à ens et Monestier-de-Clemront.

P

our la Semaine de la francophonie, l’association Livres et Palabres a organisé vendredi un grand Triathlon des Mots de France d’ici et d’ailleurs avec trois épreuves. Sur la terrasse de la Maison d’Huez, au soleil, les choses sérieuses ont commencé le matin avec trois dictées. Mais c’est dans une atmosphère bon enfant et au milieu des rires que les règles sur l’accord des verbes pronominaux ou l’emploi des traits d’union ont été âprement discutées. Après une collation bien méritée, la journée s’est poursuivie par un café littéraire transformé en speed booking.

Concision et vitesse pour la deuxième épreuve La deuxième épreuve se déroulait sur le modèle du speed dating. Les participants disposaient de quelques minutes seulement pour présenter le livre d’un auteur francophone. Toutes les 4 minutes 30, les tables se séparaient et c’était reparti pour une autre présentation ! Roman, album jeunesse, BD, les genres étaient variés, les choix particulièrement intéressants et auditeurs comme présentateurs sont repartis avec de nouvelles envies de lecture. Puis, dans la “Grande Maison” de Charlotte et Patrice, l’atelier d’écriture a permis de jouer avec les mots.

rapprocher la langue française, créative et vivante, d’un Oisans, lieu au métissage culturel en constante évolution. Le voyage au cœur de la francophonie s’est appuyé sur l’opération “Dis-moi dix mots” qui, cette année, mettait en avant l’héritage local du français, ainsi que sur le joli conte “L’Amiral des Mots” de Pierre Aroneanu qui apprend que, tout comme Monsieur Jourdain parlait en prose sans le savoir, on parle de multiples langues sans le savoir. Les contraintes et jeux ont permis à tout le monde de réaliser de jolis textes, souvent drôles, parfois très poétiques, et où l’Oisans s’est enrichi de rencontres improbables hautes en couleurs. La soirée s’est achevée en échansonnerie, un joyeux apéritif tout en jeux de mots, calembours et contrepèteries…

Pauline présente une BD très graphique sur les dessous du Louvre, une vision originale et inattendue, riche d’anagrammes et de mise en abîmes.

André avait déniché trois dictées francophones qu’il a soumises, sous le soleil d’Huez, aux participants avides de se confronter à la richesse et à la diversité de la langue française.

S.M.

L’association Livres et Palabres a organisé vendredi un grand Triathlon des Mots de France d’ici et d’ailleurs.

Audace et jonglage pour la troisième épreuve

SS

ison des jeunes mercredi

L’atelier d’écriture audace et jonglage a été réalisé avec en tête le projet “Visages des cimes” et le désir de

Relecture attentive pour Claude qui ne laissera passer aucune faute.

À l’atelier d’écriture, la coopération est de rigueur.

CHICHILIANNE |

Les économies au cœur de l’assemblée des maires du Trièves D

ans la salle du conseil municipal, a eu lieu jeudi, la deuxième assemblée des maires du Trièves, pilotée par Michel Picot, maire de Lalley,

vérification des poteaux et bouches d’incendie, incombant désormais aux communes, comme la sécurité routière, la renégociation des em-

- 1 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

- 2 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Table des  matières    

Nata^on • 3  dictées   •   supplément  :  3  règles  de  grammaire   • Page  5  

Cyclisme • Speed  booking   • Présenta^on  de  8  livres   • Page  11  

Course • Atelier  d'écriture"  Mots  de  France  d'ici   et  d'ailleurs"   • Textes  des  par^cipants   • Page  15  

Mi-­‐temps • L'échansonnerie   • Textes  et  chansons   • Page  23  

- 3 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

- 4 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Les dictées  préparées  par  André                             Extraits  de  la  dictée  Francophone  2015  de  Pauline  Massenot-­‐Maurage     Sur  les  pas  de  Colette   Délaissant  cette  année  les  bords  de  Loire  enorgueillis  de  nobles  châteaux,  laissant  aussi  derrière  nous  la   clémente  douceur  angevine  chantée  par  Du  Bellay,  nous  allons  diriger  nos  pas  vers  une  tout  autre  contrée,   humble  et  mystérieuse,  humide  et  boisée,  loin  de  tout  ce  qui  est  kitsch  ou  urbain,  contrée  encore  trop  souvent   méconnue,  qui  se  tapit  entre  vaux  et  collines.  Quel  que  soit  votre  âge  et  quoi  que  vous  sachiez  déjà,  ou  non,  de   Colette, quand  sur  une  façade  vous  lirez  ces  trois  mots  :  «  Le  Fanal  bleu  »,  alors  vous  comprendrez  que  là   s'arrête  la  visite,  comme  à  cet  ouvrage  s'est  arrêtée  d'écrire  sa  main  prolifique.  Vous  vous  recueillerez,  émus  et   cois  peut-­‐être.  Mais  ne  vous  en  faites  pas  mouron,  car  si  les  années  se  sont  succédé  depuis  sa  mort,  ses  livres   sont  vivants  et  recèlent  des  trésors  qui  valent  mille  bravos.              

             

 

- 5 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Extraits de  la  dictée  adulte  France-­‐Québec  2014  de  Noëlle  Guilloton,  Conseillère  linguistique   Les  fautes  commises  dans  les  mots  en  caractère  gras  ne  doivent  pas  être  comptabilisées.  Ces  mots  peuvent  présenter   des  difficultés  ou  font  partie  des  mots  officiels  de  l'opération  «  Dis-­‐moi  dix  mots»  de  la  Semaine  de  la  langue  française  et   de  la  Francophonie.  

Tous  les  moyens  étant  bons  pour  s'épivarder,  en  Nouvelle-­‐France  comme  ailleurs,  l'ancêtre  des  réseaux   sociaux  fut  le  bouche  à  oreille,  moins  hygiénique,  mais  plus  humain  et  presque  aussi  efficace  !  Les  foules  éclair,   sentimentales  ou  musicales,  étaient  plus  rares,  mais  les  défilés  et  les  parades  avaient  aussi  leur  petit  côté   charivarique.   Quoiqu'on  n'en  ait  peut-­‐être  guère  parlé  à  l'époque  et  quoi  qu'on  en  dise,  les  folies  de  l'Halloween,  du  Mardi   gras  n'ont  décidément  rien  à  envier  aux  folies  de  notre  langue  française  que  nous  célébrons  cette  année!          

      Extraits  de  la  dictée  d’Evelyne  pour  un  club  Genevois     Le  gâteau  au  maïs   C’était  quelques  années  après  la  guerre.  On  ne  trouvait  pas  beaucoup  de  bonbons  ni  de  sucreries,  à  part  les   sucres  d’orge.  Et  les  gâteaux  étaient  rares  aussi.  Mais  je  me  régalais  de  celui  au  maïs  que  confectionnait  notre   voisine.  Que  contenait-­‐il  hormis  des  écorces  d’orange  séchées  qui,  en  se  racornissant,  exhalaient  une  agréable   fragrance  ?   Devenue  adulte,  j’avais  essayé  de  recréer  ledit  gâteau.  En  avais-­‐je  compulsé  des  recueils  de  recettes,  mais  les   réalisations  s’étaient  succédé  sans  que  j’obtinsse  le  résultat  escompté.  Déçue,  j’avais  laissé  libre  cours  à  mon   imagination,  ajoutant,  de  la  badiane,  une  pointe  de  cannelle  ou  un  soupçon  de  quatre-­‐épices.  Assurément,  rien   ne  valait  le  parangon  que  j’avais  en  mémoire  !    

- 6 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Quelques règles  discutées…     L'accord  du  participe  passé  des  verbes  pronominaux   Bien  qu'ils  soient  conjugués  avec  l'auxiliaire  être,  les  verbes  pronominaux  n'accordent  pas  systématiquement   leur  participe  passé  avec  leur  sujet.  Ils  suivent  différentes  règles  selon  la  fonction  du  pronom  réfléchi.   • Si  le  pronom  n'a  pas  de  fonction  propre,  l'accord  se  fait  avec  le  sujet.  C'est  le  cas  pour  les  verbes  qui   n'existent  qu'à  la  forme  pronominale  (appelés  verbes  essentiellement  pronominaux)  et  pour  les   pronominaux  passifs.   • Le  pronom  des  verbes  pronominaux  réfléchis  (il  se  lave)  et  réciproques  (ils  se  téléphonent)  a  une   fonction  qu'il  faut  analyser  pour  faire  les  bons  accords.  En  effet,  pour  ces  verbes,  l'accord  se  fait   comme  si  le  verbe  était  conjugué  avec  l'auxiliaire  avoir  (voir  accord  du  participe  passé  avec  avoir).  Il   convient  donc  de  savoir  si  le  pronom  réfléchi  est  COD  ou  non  pour  savoir  si  le  participe  s'accorde  avec   ce  pronom  ou  non.   • Les  cas  d'accord   o Le  participe  passé  s'accorde  avec  le  sujet  du  verbe,  lorsque  le  sujet  fait  l'action  sur  lui-­‐même.   Exemples  :  Ils  se  sont  aperçus  de  leur  erreur  /  Ils  se  sont  lavés  /  Ils  se  sont  battus.   o Le  participe  passé  s'accorde  avec  son  C.O.D  en  genre  et  en  nombre  lorsque  le  C.O.D.  précède   le  verbe  (même  règle  qu'avec  l'auxiliaire  avoir).   Exemples  :  les  mains  qu'ils  se  sont  lavées  /  les  lettres  qu'ils  se  sont  écrites  /  les  billets  qu'ils  se  sont   répartis.   • Les  cas  de  non-­‐accord   o Le  participe  passé  ne  s'accorde  pas  lorsque  C.O.D.  suit  le  verbe.   Exemples  :  Ils  se  sont  lavé  les  mains  /  Ils  se  sont  écrit  des  lettres  /  Ils  se  sont  réparti  tous  les  billets.   o Le  participe  passé  ne  s'accorde  pas  lorsque  le  verbe  pronominal  réfléchi  ou  réciproque  admet   un  C.O.I.   • Les  participes  passés  des  verbes  suivants  sont  invariables  :  se  plaire,  se  complaire,  se  déplaire,  se  rire,   se  convenir,  se  nuire,  se  mentir,  s'en  vouloir,  se  ressembler,  se  sourire,  se  suffire,  se  survivre.   Exemples  :  Ils  se  sont  plu  /  Ils  se  sont  déplu  dans  cet  appartement  /  Elles  se  sont  ri  de  son  erreur.     Astuce  !   Pour  savoir  si  le  verbe  accepte  un  C.O.I,  il  faut  transformer  la  phrase  :   Ils  se  sont  nui.  -­‐>  Ils  ont  nui  "à  eux-­‐mêmes".  -­‐>  C.O.I  donc  pas  d'accord.   Ils  se  sont  écrit.  -­‐>  Ils  ont  écrit  "à  eux-­‐mêmes".  -­‐>  C.O.I  donc  pas  d'accord.   Les  groupes  qui  se  sont  succédé  .-­‐>  Ils  ont  succédé  "à  eux-­‐mêmes".  -­‐>  C.O.I  donc  pas  d'accord.  

- 7 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Trait d'union     Le  trait  d'union  sert  à  marquer  un  lien  étroit  entre  deux  termes  :  lien  lexical  (mots  composés)  ou  lien   syntaxique  (entre  le  verbe  et  le  pronom  qui  le  suit).   • Entre  le  verbe  et  le  pronom  sujet  inversé  dit-­‐il  ou  le  pronom  complément  placé  après  le  verbe  :  range-­‐ le  !   =>  Quand  le  pronom  se  rapporte  à  un  infinitif  placé  après  l’impératif,  on  n’emploie  pas  le  trait  d’union.   Exemples  :  Viens  me  le  dire  (tu  viens  me  le  dire,  dire  à  moi  :  moi  n’est  pas  complément  de  viens  donc  on   n’utilise  pas  le  trait  d’union)  -­‐  Laisse-­‐moi  achever  (tu  me  laisses  achever,  me  laisser  moi  :  moi  est   complément  de  laisse  donc  on  utilise  le  trait  d’union)  -­‐  Faites-­‐moi  lui  parler  (lui  est  complément  de   parler,  et  non  pas  de  faites  ;  donc  pas  de  trait  d’union).   • Pour  la  deuxième  personne  de  l’impératif  qui  n’a  pas  de  s  final,  par  euphonie,  devant  en  et  y,  pourvu   que  ces  deux  mots  forment  un  sens  indivisible  ;  alors  on  place  s  ou  un  t,  qui  sont  tout  euphoniques  et   rien  qu’euphoniques,  entre  deux  traits  d’union.  Exemples  :  Vas-­‐y,  va-­‐t-­‐en,  etc.   • Avec  un  “T  euphonique''  placé  entre  le  verbe  et  le  sujet  inversé  :  Le  faudra-­‐t-­‐il?  Viendra-­‐t-­‐elle?     =>  Ne  pas  confondre  le  pronom  te  (écrit  t’)  qui  se  rencontre  à  l’impératif  des  verbes  pronominaux,  comme   dans  occupe-­‐t’en,  souviens-­‐t’en,  va-­‐t’en,  avec  le  t  euphonique  de  s’occupe-­‐t-­‐il  ?  s’assure-­‐t-­‐elle  ?     • Entre  le  pronom  personnel  et  l’adjectif  'même'.  Exemple:  nous-­‐mêmes   • À  un  nom  rattaché  aux  particules  ci,  là,  çà,  dà  :  Ceux-­‐ci,  ce  livre-­‐là,  ci-­‐contre,  là-­‐dessus…   =>  On  écrit  cependant  de  çà,  de  là,  venez  çà,  il  ira  là,  sans  trait  d’union,  parce  que  çà  et  là,  dans  ces   exemples,  sont  des  adverbes  et  non  des  particules.   =>  Remarque  :  On  écrit  sans  trait  d’union  :  c’est  là  un  beau  cadeau  !  Que  dites-­‐vous  là  ?  Vous  avez  donné  là   un  grand  exemple  de  justice,  etc.  parce  que,  dans  ces  phrases,  là  n’est  pas  un  mot  indispensable.  Il  n’y   est  employé  que  par  une  sorte  de  redondance,  et  pour  donner  plus  de  force  et  d’énergie  au  discours.   • Entre  certains  préfixes  (sous-­‐,  non-­‐,  mi-­‐,  semi-­‐,  demi-­‐,  grand-­‐,  ex-­‐)  et  leur  substantif.     Exemples:  ex-­‐femme;  non-­‐fumeur;  grand-­‐chose;  mi-­‐clos;  sous-­‐développé    =>  Pas  de  trait  d'union  pour  les  adjectifs  formés  avec  le  préfixe  non-­‐    (un  film  non  violent)   • Pour  les  numéraux.  Exemples:  soixante-­‐et-­‐un  (61);  six-­‐cent-­‐soixante-­‐dix-­‐neuf(679)   =>  L’emploi  du  trait  d’union  cesse  entre  les  parties  d’un  nombre  unies  par  et  :  vingt  et  un,  trente  et  un   • Pour  certaines  expressions  mais  attention  aux  homophones:  on-­‐dit  =  racontar,  rumeur    /    on  dit:   pronom  ON  +  verbe  DIRE   • Dans  les  mots  composés,  on  met  un  trait  d'union  :   o Si  le  nom  composé  est    librement  formé  (néologismes  ou  créations  stylistiques)  ou  dans  des   suites  de  mots  figées.  Exemples  :  Train-­‐train,  porte-­‐drapeau,  va-­‐nu-­‐pied,  etc.   o si  le  mot  composé  a  un  sens  spécifique,  indépendant  de  ses  différents  composants  ;  une   longue-­‐vue  (le  sens  n'est  pas  celui  de  «  vue  qui  est  longue  »).   o si  le  mot  composé  résulte  d'un  changement  de  catégorie  grammaticale.   Cela  peut  être  une  simple  erreur  (verbe  de  la  phrase  )  /  C'est  peut-­‐être  une  simple  erreur  (est  adverbe  ).   =>  Noter  que  compte  rendu  s'écrit  sans  trait  d'union.   o s'il  s'agit  d'un  mot  composé  d'origine  étrangère  :  fac-­‐similé  –  turn-­‐over  –  ping-­‐pong…   Les  Rectifications  de  l'orthographe  proposent  que  l'on  écrive  en  un  seul  mot  ces  noms  d'origine  étrangère  :   un  facsimilé  –  le  turnover  –  un  weekend   o Quand  les  deux  mots  sont  coordonnés  sans  conjonction  :  le  trait  d'union  remplace  et.   Un  aller-­‐retour  (un  aller  et  un  retour)  /  Quarante-­‐cinq  (quarante  et  cinq).   o Les  mots  composés  contenant  des  éléments  savants  s'écrivent  généralement  en  un  seul  mot.   Biochimie,  socioculturel,  électroacoustique,  antichoc.  Sauf  pour  éviter  la  répétition  de  deux  voyelles   identiques  ou  le  rapprochement  de  deux  voyelles  dont  la  lecture  pourrait  prêter  à  confusion.  Auto-­‐ induction,  bio-­‐organique,  micro-­‐ondes   • Le  trait  d’union  se  met  toujours  entre  les  parties  d’un  nom  propre,  excepté  ceux  qui  commencent   par  le  ou  la.  Il  ne  faut  pas  mettre  un  trait  d’union  quand  il  s’agit  du  saint  lui-­‐même  :Clermont-­‐Ferrand,   Boulogne-­‐sur-­‐Mer,  rue  Michel-­‐Ange,  le  Poussin,  la  Fontaine,  saint  Michel,  etc.  

- 8 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Règle de  formation  de  l’adverbe   L’adverbe  s’est  formé  primitivement  en  ajoutant  -­‐ment  à  la  forme  féminine  de  l’adjectif  dont  il  dérivait.   Exemple  :  frais  →  fraîche  →  fraîchement.  Aujourd’hui  ils  suivent  dans  leur  formation  les  règles  suivantes  :   • Tout  adverbe  dérivé  d’un  adjectif  terminé  par  une  voyelle  se  forme  par  l’addition  de  la  finale     -­‐ment.  Exemples  :    agréable  →  agréablement  —  aisé  →  aisément  —  absolu  →  absolument.   Mais  d’impuni  on  a  formé  impunément.   =>  Par  exception,  on  change  l’e  muet  des  adjectifs  suivants  en  é  fermé  avant  l’addition  de  -­‐ment.   Exemples  :  aveugle  →  aveuglément  —  commode  →  commodément  —    conforme  →  conformément   • Quand  l’adjectif  est  terminé  au  masculin  par  une  consonne,  l’adverbe  se  forme  du  féminin  par   l’addition  de  -­‐ment.  Exemples  :   délicieux  →  délicieuse  →  -­‐  franc  →  franche  →  franchement     Mais  gentil  →  gentille  →  gentiment.   • L’e  muet  du  féminin  se  change  en  é  fermé  :  commun  →  commune  →  communément     • Si  l’adjectif  est  terminé  par  -­‐ant,  -­‐ent,  l’adverbe  se  forme  par  le  changement  de  -­‐ant  en  -­‐amment,  et   de  -­‐ent  en  -­‐emment.  Exemples  :    constant  →  constamment  —  éloquent  →  éloquemment.   Lent,  présent  et  véhément  suivent  la  règle  générale  de  formation  pour  l’adjectif  masculin  terminé  par  une   consonne  :  lentement,  présentement,  véhémentement.  

• Adverbes irréguliers  dont  la  connaissance  est  indispensable  

assidu →  assidûment   aveugle  →  aveuglément   beau  →  belle  →  bellement   bon  →  bien   conforme  →  conformément   congru  →  congrûment   commode  →  commodément   confus  →  confuse  →  confusément   continu  →  continûment   cru  →  crûment   diffus  →  diffuse  →  diffusément   dru  →  drûment  →  dûment   énorme  →  énormément  

exprès →  expresse  →  expressément   fou  →  folle  →  follement   gai  →  gaie  →  gaiement  /  gaîment   gentil  →  gentiment   goulu  →  goulûment   immense  →  immensément   importun→importune→importunément  

impuni →  impunément   incommode  →  incommodément   incongru  →  incongrûment   indûment   intense  →  intensément   mauvais  →  mal  

mou  →  molle  →  mollement   nouveau  →  nouvellement   obscur  →  obscure  →  obscurément   opiniâtre  →  opiniâtrement   précis  →  précise  →  précisément   profond→profonde  →  profondément   prodigue  →  prodigalement   sûr  →  sûre  →  sûrement   traître  →  traîtreusement   uniforme  →  uniformément

- 9 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

- 10 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Le Speed  Booking     Dans  la  foulée  de  twitter  où  l’on  doit  s’exprimer  en  peu  de  mots,   le  speed booking  est  un  moyen  de  parler  de  ses  lectures  favorites  en   peu  de  temps.  Le  principe  est  très  simple  :  sur  le  modèle  du   speed dating,  les  participants  disposent  de  quelques  minutes   seulement  pour  convaincre  leur  partenaire  de  lire  le  livre  qu’ils  sont   en  train  de  lui  présenter.     3  minutes  de  présentation,  1mn30  pour  un  bref  échange, on  réagit  au   coup  de  sifflet  qui  démarre  la  rencontre.  On  peut  accompagner  son   récit  d’un  verre  et  de  grignotages.  On  évoque  alors  pêle-­‐mêle  de  la  BD,   du  livre  pour  adulte  ou  enfant, etc.  Seule  consigne :  il  doit  s’agir  d’un  livre  écrit  en  français  ou  d’un  auteur   francophone.  Toutes  les  4mn30  minutes,  les  tables  se  séparent  pour  se  reformer  aussitôt,  et  c’est  reparti !   Les  livres  passent  de  main  en  main  et  les  arguments  s’échangent,  autour  d’un  auteur,  d’un  ouvrage,  d’un   passage,  d’une  phrase.  Le  tout  dans  une  atmosphère  bon  enfant  permettant  la  transmission  de  ce  qu’on   aime.     Il  faut  le  prendre  comme  un  exercice  de  style,  un  jeu  où  la  règle  est  la  même  pour  tout  le  monde  et  où  il  faut   user  de  stratagèmes  pour  convaincre  son  vis-­‐à-­‐vis.  Comme  le  temps  est  compté,  les  mots  employés  pour   accrocher  son  public  se  doivent  d’être  justes,  bien  choisis,  joliment  tournés.  On  peut  aussi  décider  de  lire  un   passage  minutieusement  choisi.     Et  vous,  pour  quel  livre  seriez-­‐vous  prêt  à  rouler  ?       1. Par  André   D'après  une  histoire  vraie  de  Delphine  de  Vigan   Editeur  :  JC  Lattès  (26  août  2015)   Collection  :  Littérature  française   ISBN-­‐10:  2709648520   ISBN-­‐13:  978-­‐2709648523      

2. Par Jacqueline   Les  Déferlantes  de  Claudie  Gallay   Editeur  :  Editions  du  Rouergue  (27  février  2008)   Collection  :  La  brune   ISBN-­‐10:  2841569349   ISBN-­‐13:  978-­‐2841569342       3. Par  Patricia   L'arbre  du  pays  Toraja  de  Philippe  Claudel   Editeur  :  Stock  (1  janvier  2016)   Collection  :  La  Bleue   ISBN-­‐10:  2234081106   ISBN-­‐13:  978-­‐2234081109

- 11 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

 

4. Par Pauline   Les  Sous-­‐sols  du  Révolu:  Extraits  du  journal  d'un  expert  de  Marc-­‐Antoine   Mathieu   Editeur  :  Futuropolis  (12  octobre  2006)   Collection  :  Musée  du  Louvre   ISBN-­‐10:  2754800506   ISBN-­‐13:  978-­‐2754800501        

5. Par Sandrine    Cyrano  de  Rébecca  Dautremer  et  Taï-­‐Marc  Le  Thanh   Editeur  :  GAUTIER-­‐LANGUEREAU  (17  octobre  2005)   Collection  :  Rebecca  Dautremer   ISBN-­‐10:  2013911289   ISBN-­‐13:  978-­‐2013911283      

6. Par Solange   Les  souvenirs  de  David  Foenkino   Editeur  :  Gallimard  (18  août  2011)   Collection  :  Blanche   ISBN-­‐10:  2070134598   ISBN-­‐13:  978-­‐2070134595    

7. Par Sylviane     Silbermann  de  Jacques  De  Lacretelle   Réédition,  ouvrage  de  1922   Editeur  :  BiblioBazaar  (25  octobre  2009)   ISBN-­‐10:  1116034085   ISBN-­‐13:  978-­‐1116034080      

8. Par Valery   Kersten,  médecin  d'Himmler  de  Pat  Perna  (Auteur),  Fabien  Bedouel  (Illustrations)   Tome  01  :  Pacte  avec  le  diable   Tome  02  :  Au  nom  de  l'Humanité   Editeur  :  GLENAT  (14  janvier  2015)   Collection  :  Grafica                              

          ISBN-­‐10:  2344000585   ISBN-­‐13:  978-­‐2344000588  

ISBN-­‐10: 2344009299   ISBN-­‐13:  978-­‐234400929

- 12 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

   

- 13 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

- 14 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

L’atelier d’écriture     Savez-­‐vous  ce  que  veut  dire  "dracher"?     Avez-­‐vous  déjà  souri  en  écoutant  une  conversation  entre  un  Belge,  un   Canadien  et  un  Français  ?     Avez-­‐vous  déjà  goûté  les  mille  et  une  saveurs  du  français  ?       Entre  régionalisme  et  mots  venus  d’ailleurs,  la  langue  française  est   vivante.  Comme  notre  territoire,  l’Oisans,  creuset  d’un  métissage  culturel   en  constante  évolution.       Voici  un  voyage  dans  la  langue  française  sous  forme  de  jeux  autour  des   mots.  Enrichissons  notre  langue,  notre  terre,  de  nos  écrits  et  de  notre   imagination.       Pour  jouer,  deux  sources  :     • «  Dis-­‐moi  dix  mots  »  qui,  cette  année,  met  en  avant  l’héritage  local  du  français,  où  les  mots  se   teintent  des  accents  variés  de  ceux  qui  la  font  vivre.  Avec  le  temps,  les  échanges,  elle  s’est   enrichie  de  mots  issus  du  quotidien  et  des  langues  voisines.  La  langue  française  sait  être  la   langue  de  tous  et  se  montrer  créative.  En  dix  mots,  elle  nous  fait  voyager  du  Québec  au  Congo   en  passant  par  Haïti,  la  Belgique,  la  Suisse  avant  de  nous  arrêter  dans  la  douceur  de  la  Provence     • «  L’Amiral  des  mots  »  de  Pierre  Aroneanu,  qui  nous  apprend  que,  comme  Monsieur  Jourdain   parlait  en  prose  sans  le  savoir,  nous  parlons  de  multiples  langues  sans  le  savoir  !       Albert  Jacquard  dit  dans  sa  préface  :   Sans  le  savoir,  je  parle  arabe,  chinois  turc  et  sanscrit.  Et  moi  qui  ne  croyais  parler  que  le  français,  «  la  plus   belle  langue  du  monde  »  évidemment.   Mais  si  elle  est  «  la  plus  belle  »,  c’est  qu’elle  a  su  absorber  les  mots  que  d’autres  langues  lui  ont  proposés  et,   acceptant  le  mot,  s’enrichir  du  concept  évoqué  par  le  mot.   Les  Arabes  m’ont  apporté  le  mot  hasard  et  du  coup  m’ont  amené  à  réfléchir  au  mystère  de  l’imprévisibilité  de   demain,  non  contenu  dans  aujourd’hui  ;  les  Hébreux  m’ont  apporté  le  mot  manne  et  du  coup  m’ont  conduit  à   considérer  la  richesse  de  ce  que  l’univers,  autour  de  moi,  produit.   Au  total,  ma  langue  n’est  pas  «  la  plus  belle  »,  ce  qui  ne  veut  rien  dire,  elle  est  belle  parce  qu’elle  s’est   enrichie  de  toutes  les  autres.  Je  suis  français  parce  que  mes  parents  sont  français  ;  mais  si  je  remonte  assez   loin  dans  ma  généalogie,  je  découvre  des  ancêtres  d’un  peu  partout.   Je  n’appartiens  pas  à  une  race,  j’appartiens  à  l’espèce  humaine  et  la  richesse  de  cette  espèce  vient  de  ce  que   les  hommes  ont  le  pouvoir  étrange  de  se  faire  cadeau  les  uns  aux  autres  de  toutes  leurs  interrogations  à   propos  du  monde  qui  les  entoure  et,  surtout,  à  propos  d’eux-­‐mêmes.       Chacun  est  capable  d’écrire  et  tout  le  monde  a  écrit.     À  partir  d’expressions  locales,  de  mots  avec  une  seule  voyelle,  de  mots  de  la  neige,  de  rimes,  de  mots  pillés,   venus  d’ailleurs,  d’images  et  de  chansons,  il  a  fallu  inventer  ses  “Visages  des  cimes”…              

- 15 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Visages des  cimes    -­‐  Bernard  

J’avais décidé  de  passer  un  instant  à  la  Folie  Douce.  La   Hi-­‐Fi  beuglait  au-­‐delà  de  ce  qui  était  raisonnable.  Je   décidais  de  boire  une  orange  pressée.  Au  bar,  près  de   la  cabane,  deux  personnes  vêtues  différemment   devisaient  sur  la  station.     L’un,  un  civil,  n’était  intéressé  que  par  la  fête,  l’autre,   une  jeune  femme  avec  une  frange,  en  tenue  de  ski,  ne   parlait  que  neige,  ski,  pistes,  flocon,  etc.   Il  était  évident  que  leur  dialogue  ne  durerait  pas  très   longtemps.     La  Folie  Douce   Assommé  par  le  bruit,  je  décidais  de  reprendre  mes  skis   pour  retrouver  le  plaisir  de  skier,  le  calme,  et  apprécier  la   vue  sur  nos  montagnes  de  l’Oisans,  en  chantonnant  :     L’Oisans,  ce  n’est  pas  toujours  la  neige,  c’est  parfois  le  béton   L’Oisans,  ce  n’est  pas  le  flocon,  ce  sont  les  pistes  qui  donnent  le  trac.   L’Oisans,  ce  n’est  pas  la  mousse,  c’est  souvent  des  boissons  aigres-­‐douces   L’Oisans,  ce  n’est  pas  souvent  la  neige  béton,  c’est  la  Folie  Douce    

  Visages  des  cimes  -­‐  André  

L'architecte  avait  rendez-­‐vous  avec  le  jockey.  Il  était  là,   cravache  à  la  main,  dansant  le  cha-­‐cha-­‐cha  au  Bar  des   cimes.   L'architecte,  un"  pourri",  rêvait  de  jonques  et  de  pays  du   bambou,  là  où  tout  n'est  qu'ordre  et  beauté,  luxe  et   volupté.   Cette  rencontre  allait  décider  de  leur  avenir  en  Oisans  :   l'architecte,  à  la  veille  d'un  licenciement  en  bonne  et   due  forme  pour  malversation  et  le  jockey  surpris  à   roupiller  sur  ses  roupies  au  Grand  Prix  de  la  Cravache   d'or.   Ils  entonnèrent  de  concert  l'hymne  à  l'Oisans  (ci-­‐joint)  et   ne  durent  leur  salut  qu'au  P.-­‐D.G.  de  Caran  d'Ache,  qui   Projet  de  refuge  par  l'Atelier  8000     les  autorisa  à  taguer  la  montagne  aux  couleurs  de  l'arc-­‐en-­‐ ciel.     "Mon  pays,  ce  n'est  pas  le  passe-­‐temps,  c'est  l'Oisans.   Mon  pays,  ce  n'est  pas  la  Sata,  c'est  l'Oisans.   Mon  pays,  ce  n'est  pas  le  Fendant,  c'est  l'Oisans.   Mon  pays,  ce  n'est  pas  le  beau  temps,  c'est  l'Oisans.   Et  ma  terre,  c'est  l'hiver."  

- 16 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Visages des  cimes  -­‐  Sandrine  

Mégavalanche -­‐  Alpe  d'Huez  

C’était un  véritable  embouteillage  au  sommet.  Dans  la   neige,  les  vélos  s’entrechoquaient.  Harnachées  comme   des  guerriers  d’un  autre  temps,  les  brutes  dévalaient  la   pente  qui  s’enroulait  comme  un  turban  sikh  autour  des   Rousses.  Parfois,  de  franches  algarades  éclataient  et  de   noirs  regards  s’échangeaient  sous  les  visières  baissées.   Je  me  tenais  à  la  lisière  du  carnage,  regardant  avec   autant  de  fascination  que  de  répulsion  cette  horde  de   sauvages  qui  transformait  mes  montagnes  en  une   gigantesque  foire.   Le  plus  gros  de  la  bande  était  passé  et  je  m’apprêtais  à   reprendre  tranquillement  ma  descente  quand  derrière   moi  une  voix  s’éleva…    

Les  amants  de  l’Oisans   Ne  viennent  pas  par  hasard,   Les  galants  de  l’Oisans   Sont  vraiment  à  part     Je  me  retournai  sur  une  silhouette  improbable,  vêtue  de  bric  et  de  broc,  les  baskets  s’enfonçant  dans  la   sloche.  S’approchant  tranquillement,  l’homme  reprit  sa  chansonnette     Et  quand  dans  la  neige  douce   Se  dessine  sa  frimousse   Fondent  en  chœur  les  flocons   Déposés  sur  l’hiver  de  saison     Je  ne  pus  m’empêcher  de  sourire  et  l’accompagnai  quand  il  reprit  son  petit  refrain.     Les  amants  de  l’Oisans   Ne  viennent  pas  par  hasard   Les  galants  de  l’Oisans   Sont  vraiment  à  part     Et  moi  de  continuer     Et  quand  soufflent  les  barbares   Comme  le  plus  fort  des  blizzards   S’élève  alors  de  la  poudrerie   L’impertinente  badauderie     Si  je  vous  disais  que  depuis,  nos  petites  chansons  slaloment  ensemble  entre  banc  de  neige  et  sastrugi,   donnant  aux  cimes  de  l’Oisans  tous  les  visages  de  nos  rêves…    

- 17 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Visages des  cimes  -­‐  Fanny  

Le vieux  trappeur  vivait  seul,  coupé  du  monde,  dans  sa   cabane  au  fond  des  bois,  perdue  dans  l’immensité   blanche.  Un  jour,  alors  qu’il  s’apprêtait  à  fermer  ses   volets,  une  silhouette  se  découpa  dans  l’embrasure.  La   nuit  tombait,  elle  avait  une  jolie  frimousse,  était  vêtue   de  rouge  et  semblait  quelque  peu  frigorifiée.  Son  air   séraphique  lui  coupa  la  chique,  elle  allait  troubler  sa   solitude  :  Paria  d’un  jour,  paria  toujours  "  espèce   d’ours  »  s’écria  la  jeune  femme  «  tu  ne  vas  pas  me   fermer  la  porte  au  nez  !  »   Elle  sortit  son  talisman  :  un  talisman,  c’est  pour  la  vie,  il   tomba  sous  le  charme  et  lui  fit  découvrir  son  coin  de   Christiane  Javaux  –  Matin  de  givre   paradis.   Ma  cabane  dans  la  montagne  ne  s'enfarge  pas  dans  les   fleurs  du  tapis  mais  j’aime  son  bruissement  vespéral,  elle  ne  fait  pas  dans  l’esbroufe  mais  a  comme  vous  une   jolie  frimousse,  elle  ne  file  pas  la  frousse,  c’est  un  fanal,  la  preuve  vous  êtes  là  et  l’ours  est  apprivoisé…     Ma  montagne  ne  me  file  pas  la  frousse,  c’est  un  fanal   Elle  ne  s’enfarge  pas  dans  les  fleurs  du  tapis   Mais  j’aime  son  bruissement  vespéral   Auprès  d’elle  je  n’ai  pas  le  trac,  j’y  vais  tout  schuss   Ses  sommets  ne  sont  pas  tôlés,  mais  doux  comme  de  la  mousse   Ma  montagne  ne  fait  pas  dans  l’esbroufe,  elle  a  une  jolie  frimousse   Elle  n’abrite  pas  des  pandas,  mais  des  chamois   D’elle  j’aime  tout  :  ses  congères,  ses  névés,  je  glisse  pour  elle.  

  Visages  des  cimes  -­‐  Jacqueline  

Mon  pays,  ce  n’est  pas  un  pays,  c’est  l’Oisans   Mes  montagnes  ne  sont  pas  des  névés,  c’est  l’Oisans   Mon  ski,  ce  n’est  pas  le  télémark,  c’est  le  slalom   Le  lama,  ce  n’est  pas  un  panda,  c’est  le  chamois   In  chalet,  ce  n’est  pas  un  sana,  c’est  d’air  pur   Ma  maison,  ce  n’est  pas  du  fada  ;  c’est  du  bois   Mon  pays  ce  n’est  pas  la  Provence,  c’est  l’Oisans   Deux  personnes  sont  en  admiration  (ou  perplexité)   devant  cette  construction.  Elle  est  perchée  sur  un  piton   Le  restaurant  Top  Mountain  Star-­‐Autriche     rocheux  enneigé,  telle  une  diva  ou  un  maravédis.   Qu’est-­‐ce  ?   Il  y  a  là  une  dame  raide  comme  la  justice  —  probablement  sans  un  dirham  en  poche,  et  un  zigue.  On  dirait  un   mazagran  ?  Non,  une  cage  pour  des  oiseaux  au  beau  ramage  ?  Non  peut-­‐être  un  jardin  des  délices  ?   Tout  cela,  ce  sont  des  jérémiades.  Moi,  je  vous  assure  que  c’est  un  ovni  qui  est  tombé  là,  égaré  en  haute   montagne.  À  Gaza,  on  serait  bien  content  d’avoir  cette  chose,  qui  n’est  pas  un  chalet  mais  la  maison  du  fada.   On  peut  y  faire  du  ski,  plus  de  télémark  bien  sûr,  mais  de  la  descente  ou  du  slalom  sur  des  névés.  Il  n’y  a  pas   de  pandas  mais  des  chamois.  Mais  ce  n‘est  pas  mon  pays,  c’est  l’Oisans  

- 18 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Visages des  cimes  -­‐  Solange  

L’après-­‐midi touchait  à  sa  fin,  les  gerbes  étaient  liées,   le  mulet  chargé,  et  ils  s’apprêtaient  à  redescendre  à  la   ferme,  dans  la  vallée  quand  ils  entendirent  un  ramdam   du  tonnerre.  Ils  virent  apparaître  au  milieu  du  champ   voisin  une  espèce  de  vaisseau  de  verre.  Augustin   pressentit  qu’un  drame  allait  se  produire  dans  leur  vie   si  calme.  Une  porte  s’ouvrit  et  des  personnages   semblables  à  des  momies  en  goguette  descendirent   sur-­‐le-­‐champ.  Augustin  retint  sa  femme  :  «  ne  bouge   pas  ma  mie  »  dit-­‐il,  «  je  vais  voir  ce  qu’ils  veulent.   Occupe-­‐toi  du  môme  !  ».   Il  s’avança  vers  les  apparitions  et  leur  demanda  :   Musée  d'Huez  et  de  l'Oisans     -­‐ Quel  bon  vent  vous  amène  ?   Le  plus  âgé  des  visiteurs  lui  répondit   -­‐ Nous  venons  d’étoile  aux  immenses  plaines  et  nous  serions  ravis  de  visiter  vitre  belle  montagne   Augustin  et  Jenny  invitèrent  alors  les  nouveaux  venus  dans  leur  belle  ferme.  Ceux-­‐ci  dégustèrent  l’oie  farcie   et  le  caviar  d’aubergines.  À  la  veillée,  Jenny  les  régala  de  ses  chansons     Mon  étoile,  ce  n’est  pas  une  étoile,  c’est  ton  nom   La  feuille  qui  murmure,  ce  n’est  pas  une  feuille,  c’est  un  arbre   Le  flocon,  ce  n’est  pas  un  flocon,  c’est  une  larme   La  neige,  ce  n’est  pas  de  la  neige,  c’est  ton  karma     Quand  ils  repartirent  cette  nuit-­‐là,  les  visiteurs  promirent  de  revenir  quand  la  burle  soufflerait  et  que  les   andains  recouvriraient  la  mousse  des  chemins  de  l’Alpe.         Mon  étoile,  ce  n’est  pas  une  étoile,  c’est  ton  nom   La  feuille  qui  murmure,  ce  n’est  pas  une  feuille,  c’est  un  arbre   Le  flocon,  ce  n’est  pas  un  flocon,  c’est  une  larme   Ta  frimousse,  ce  n'est  pas  une  frimousse,  c’est  la  joie   La  burle,  ce  n’est  pas  la  burle,  c’est  ta  force   La  neige,  ce  n’est  pas  de  la  neige,  c’est  ton  karma   Le  jour,  ce  n’est  pas  le  jour,  c’est  la  vie        

- 19 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Visages des  cimes  -­‐  Sylviane  

La campagne  des  primaires  s'annonçait  longue  et  épuisante.  Ce  samedi   soir,  il  dirigea  ses  pas  vers  les  "  pierres  qui  croulent",  un  site  fameux  qu'il   connaissait  bien,  hérissé  de  granit  d'où  montait  une  mer  de  nuages.   Un  moment  pour  se  vider  la  tête,  se  ressourcer,  s'aider  à  ne  pas  renoncer.   Son  alpenstock  lui  conférait  équilibre  voire  élégance  sur  cet  amas  de   pierres.   Hasard  du  moment  ?  Il  entendit  le  son  d'un  clocher  au  loin.  Une  cloche…   Ah  !Cette  vieille  civilisation  chrétienne  en  perdition  !   Hasard  et  nécessité  d'entendre  ce  doux  chant.  Sans  totem  ni  tabou,  il  se   mit  à  revivre  une  ancienne  messe  des  Rameaux,  brin  de  buis  main  droite,   missel  main  gauche,  et  marche  silencieuse.   Son  frère  fuguait  toujours  ce  jour-­‐là,  préférait  assurément  tyroliennes  et   Caspar  David  FRIEDRICH,  Le   toboggans.   Voyageur  contemplant  une  mer   Un  bruit  de  hase  le  fit  sursauter.  Il  bouta  quelques  aoûtats  qui  menaçaient   de  nuages  –  1818     son  mollet.   Cette  mer  de  nuages,  cotonneux  et  enveloppants,  c'était  l'Or  du  Rhin…   Un  souvenir  de  l'Oisans  lui  remonta  :  la  Meije  et  le  Rateau  rose  au  couchant,  quelques  vieux  à  la  peau  tannée,   au  patois  revendiqué  .Est-­‐ce  qu'ils  voteraient  encore  pour  lui  ?  Il  l'espérait  fort.   Et  il  se  surprit  à  chantonner  :  "  L'Oisans  ce  n'est  pas  le  pays  de  la  frousse,  on  y  va  même  tout  schuss.   L'Oisans,  ce  n'est  pas  le  pays  des  attaques,  c'est  le  coin  des  rattracks,   L'Oisans,  ce  n'est  pas  le  pays  des  aras,  c'est  celui  de  la  Sata  "   Son  alerte  de  portable  coupa  net  cette  envolée  .  C'était  le  moment  de  redescendre.  Non  il  ne  ferait  pas   comme  la  chèvre  de  M.  Seguin,  il  se  battrait,  cognerait,  attaquerait,  répliquerait  !!!   Emporté  par  son  élan  combatif,  il  souleva  son  bâton  de  marche  d'un  geste  de  tribun,  et  soudain,  buta  sur  le   granit  et  s'affaissa,  laissant  dévaler  et  résonner  très  haut  les  lourdes  pierres  du  chemin.  

  Visages  des  cimes  -­‐  Charlotte  

Notre montagne  change   Avec  la  venue  des  vacances,  l’engouement  du  ski  et   autres  sports,  les  touristes  affluent.   Elles  sont  loin  les  années  de  neige,  la  station  bloquée   par  de  grandes  chutes,  les  véhicules  en  travers  de  la   montée  ;  les  scolaires  dans  le  car  au  milieu  des   avalanches.   L’hiver  chaque  semaine  nous  avons  une  «  migration  »  le   changement  du  samedi  avec  la  venue  des  skieurs  et   touristes.   La  vie  est  devenue  plus  facile  qu’il  y  a  vingt  ans   Les  commerces  se  sont  implantés  ainsi  que  le  palais  des   Projet  immobilier  l'Eden  Blanc  -­‐  Huez     sports,  la  piscine  et  le  corps  médical…   Enfin  la  vie  moderne  a  pris  le  dessus  mais  entre  les  saisons  d’hiver  et  d’été,  on  reprend  un  peu  le  temps  de   vivre  comme  avant.  La  vie  est  plus  calme,  moins  de  touristes,  les  Dhuizats  sont  entre  eux     Mon  pays  c’est  l’Oisans   Mon  pays  ce  n’est  pas  la  chaleur   Mon  pays  c’est  la  neige   Attirent  l’hiver  des  frimousses  Rousses   Veuves  de  l’océan   Prendre  un  peu  de  couleur   Pour  un  temps    

- 20 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Visages des  cimes  -­‐  Daniel  

Il avait  beaucoup  neigé  sur  l’Oisans.  C’est  ce  qui  avait   décidé  Julien  d’aller  randonner  du  côté  de  l’Alpe   d’Huez.  Il  avait  décidé  de  faire  le  couloir  de  la  pyramide.   Arrivé  au  Pic  Blanc,  il  commença  par  boire  un  thé  dans   sa  timbale.  Comme  il  avait  un  point  douloureux  sur  le   mollet,  il  se  massa  avec  de  l'huile  de  camphre.  Au   moment  de  partir  rejoindre  la  Pyramide,  il  remarqua   quelqu’un  qui  mettait  ses  peaux  de  phoques  sur  ses   skis.  Les  deux  hommes  se  regardèrent  et  échangèrent   rapidement.  Ils  voulaient  faire  le  même  itinéraire.   Julien  dit  qu’il  connaissait  bien  le  parcours,  il  l’avait   déjà  fait  plusieurs  fois.  Pour  Alain,  c’était  la  première   fois  mais  il  dit  «  je  suis  en  forme,  j’ai  mangé  des  pâtes   et  des  patates  douces  »  ils  partirent  donc  ensemble  et   Refuge  du  Goûter  -­‐  Mont  Blanc     au  bout  d’une  demi-­‐heure,  ils  avaient  rejoint  le  sommet  de   ma  Pyramide.  Alain  dit,  un  peu  effrayé,  «  on  est  au  bord  de  l’enfer  ».  Ils  commencèrent  la  descente  et  Julien   s’extasiait  sur  la  beauté  des  paysages.  Avant  la  fin  de  la  descente,  il  se  mit  à  fredonner,  mais  assez  fort  pour   qu’Alain  l’entende  :     Mon  pays,  ce  n’est  pas  que  des  congères,  ce  sont  de  jolis  flocons   Mon  pays,  ce  n’est  pas  un  pays  que  l’on  traverse  tout  schuss,  c’est  un  pays  où  je  plante  mon  hamac   Mon  pays  l’Oisans,  ce  n’est  pas  le  pays  de  Satan,  c’est  la  rencontre  des  amants   Mon  pays  l’Oisans,  ce  ne  sont  pas  que  des  téléskis,  ce  sont  aussi  de  beaux  névés   Mon  pays  l’Oisans,  ce  n’est  pas  la  mort  aux  trousses,  c’est  le  canal  des  Sarrasins   Mon  pays  l’Oisans,  je  glisse  pour  toi…     Ainsi  se  termine  l’expédition  de  nos  deux  randonneurs  à  travers  l’Oisans    

Visages des  cimes  -­‐  Patricia  

-­‐ Bonjour Monsieur   -­‐ Bonjour  Monsieur   -­‐ Que  faites-­‐vous  près  de  cette  boîte  aux  lettres   géantes  ?   -­‐ Je  poste  mon  courrier  de  suggestions  pour  le  projet   nommé  «  Visages  des  Cimes  »  et  je  pense  avoir  des   idées  irréfutables  pour  mener  à  bien  mes   élucubrations  géniales.   -­‐ Oh,  mais  je  vous  trouve  vantard  comme  Matamore   -­‐ Ah  Monsieur,  vous  n’allez  pas  m’agonir  d’insultes  ni  me   Refuge  de  Febrouze  -­‐  Mont-­‐Blanc  -­‐  Italie     bourrer  de  horions   -­‐ En  tout  cas  si  votre  projet  a  pour  but  d’ajouter  des  hordes  sauvages  aux  touristes  pépères  qui  se   contentent  de  jouer  au  mah-­‐jong  en  pyjama  ou  qui  regardent  des  rodéos  à  la  télé,  libre  à  vous,  mais  moi  je   préfère  mon  Oisans  comme  je  l’aime  car  l’amour  d’Huez,  ce  n’est  pas  que  tire-­‐fesses,  c’est  aussi  cha-­‐cha-­‐ cha.  L’hiver  ici  ce  n’est  pas  tap-­‐tap  sur  les  tablettes  de  chocolat,  c’est  aussi  pouce  au  coin  du  feu  sans   flocons  sur  papa,  et  le  printemps  ici,  ce  n’est  pas  pleige  et  neige,  ou  brousse  et  mousse,  c’est  jardiner   comme  un  fada.   -­‐ Je  comprends  Monsieur  –  on  dit  bien  drêche  en  novembre,  Noël  en  décembre   -­‐ Je  vous  salue  Monsieur   -­‐ Moi  de  même  Monsieur            

- 21 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

       

- 22 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

L’échansonnerie Corps  des  échansons  au  service  d'un  roi,  d'un  prince.   Pièce  du  palais  où  se  faisait  la  distribution  du  vin.       échanson   Personnage  qui  était  chargé  de  servir  à  boire  à  la  table  d'un  roi,  d'un   prince.  (Les  échansons  de  la  maison  du  roi  de  France  étaient  soumis  à   l'autorité  du  grand  échanson  de  France,  qui  hérita  des  fonctions  du   bouteiller  de  France  sous  Charles  VII.)         Voici  quelques  textes  présentés  par  André               Framboise  (Boby  Lapointe)     Elle  s'appelait  Françoise     Elle  avait  peu  d'avantages     Mais  on  l'appelait  Framboise     Pour  en  avoir  davantage     Une  idée  de  l'adjudant     Elle  s'en  fit  rajouter     Qui  en  avait  très  peu,  pourtant,  des  idées     A  l'institut  de  beauté,  ah  ah  ah  !     Elle  nous  servait  à  boire     On  peut,  dans  le  Maine-­‐et-­‐Loire,     Dans  un  bled  du  Maine-­‐et-­‐Loire     S'offrir  de  beaux  seins  en  poire     Mais  ce  n'était  pas  Madelon     Y  a  un  institut  d'Angers     Elle  avait  un  autre  nom     Qui  opère  sans  danger     Et  puis  d'abord,  pas  question     Des  plus  jeunes  aux  plus  âgés     De  lui  prendre  le  menton     On  peut  presque  tout  changer     D'ailleurs,  elle  était  d'Antibes  !     Excepté  ce  qu'on  ne  peut  pas  !     Quelle  avanie  !     Quelle  avanie  !         Avanie  et  Framboise     Avanie  et  Framboise     Sont  les  mamelles  du  destin  !     Sont  les  mamelles  du  Destin  !         Pour  sûr  qu'elle  était  d'Antibes  !     Davantage  d'avantages     C'est  plus  près  que  les  Caraïbes     Avantagent  davantage     C'est  plus  près  que  Caracas     Lui  dis-­‐je,  quand  elle  revint     Est-­‐ce  plus  loin  que  Pézenas  ?  Je  ne  sais  pas     Avec  ses  seins  angevins,  deux  fois  dix  !     Et  tout  en  étant  Française     Permets  donc  que  je  lutine     L'était  tout  de  même  Antibaise     Cette  poitrine  angevine     Et,  bien  qu'elle  soit  Française,     Mais  elle  m'a  échappé     Et  malgré  ses  yeux  de  braise     A  pris  du  champ  dans  le  pré     Ça  ne  me  mettait  pas  à  l'aise     Et  je  n'ai  pas  couru  après     De  la  savoir  Antibaise     Je  ne  voulais  pas  attraper     Moi  qui  serais  plutôt  pour  !     Une  Angevine  de  poitrine  !     Quelle  avanie  !     Moralité  :         Avanie  et  Framboise     Avanie  et  mamelles     Sont  les  mamelles  du  destin  !     Sont  les  framboises  du  destin    

- 23 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Ta Katie  t’a  quitté  (Boby  Lapointe)     Ce  soir  au  bar   Ta  tactique  était  toc   De  la  gare   Ta  tactique  était  toc   Igor  hagard  est  noir   Ta  Katie  t'a  quitté   Il  n'arrête  guère  de  boire   Ote  ta  toque  et  troque   Car  sa  Katia,  sa  jolie  Katia  vient  de  le  quitter   Ton  tricot  tout  crotté   Sa  Katie  l'a  quitté   Et  ta  croûte  au  couteau   Il  a  fait  chou  blanc   Qu'on  t'a  tant  attaqué   Ce  grand  duc  avec  ses  trucs,  ses  astuces,  ses  ruses   Contre  un  tacot  coté   de  Russe  blanc   Quatre  écus  tout  compté   "Ma  tactique  était  toc"  dit  Igor  qui  s'endort,  ivre   Et  quitte  ton  quartier   mort  au  comptoir  du  bar   Ta  Katie  t'a  quitté   Un  Russe  blanc  qui  est  noir   Ta  Katie  t'a  quitté   Quel  bizarre  hasard  se  marrent   Ta  Katie  t'a  quitté   Les  fêtards  paillards  du  bar.   Ta  Katie  t'a  quitté   Car  encore  Igor  y  dort   Tout  à  côté,  des  catins  décaties  taquinaient  un   Mais  près  d'son  oreille   cocker   Merveille  un  réveil  vermeil,   Coquin   Lui  prodigue  des  conseils   Et  d'étiques  coquettes  tout  en  tricotant   Pendant  son  sommeil:   caquetaient  et     Discutaient  et  critiquaient   Tic  tac  tic  tac   Un  comte  toqué,  qui  comptait  en  tiquant,  tout  un   Ta  Katie  t'a  quitté   tas  de  tickets   Tic  tac  tic  tac   De  quai.   Ta  Katie  t'a  quitté   Quand  tout  à  coup...   Tic  tac  tic  tac   Tic  tac  tic...     T'es  cocu,  qu'attends-­‐tu  ?   Brrrrrr...   Cuite-­‐toi,  t'es  cocu     T'as  qu'à,  t'as  qu'à  t'cuiter   "Oh  matin  quel  réveil   Et  quitter  ton  quartier   Mâtin  quel  réveille  matin"   Ta  Katie  t'a  quitté   S'écrie  le  Russe  blanc  de  peur     "Pour  une  sonnerie     C'est  une  belle  çonnerie!"  

    Bobo  Léon  (Boby  Lapointe  –  1961)     Il  a  du  bobo  Léon   Il  porte  un  bandeau  Léon   Il  a  du  bobo  Léon   Oh,  pauvre  Léon     D'abord  il  ne  s'appelle  pas  Léon   Mais  je  ne  me  souviens  plus  de  son  nom   J'peux  pourtant  pas  l'appeler  Hortense   Et  puis  ça  n'a  pas  d'importance            

- 24 -

Il a  du  bobo  Léon   Il  va  peut-­‐être  canner  Léon   Il  a  du  bobo  Léon   Oh,  pauvre  Léon     On  l'a  mené  à  l'hôpital   Pour  le  soigner  où  il  avait  mal   Il  s'était  fait  mal  dans  la  rue   Mais  on  l'a  soigné  autre  part     Et  il  est  mort  !...  


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Le tube  de  toilette  (Boby  Lapointe)   Pour  faire  un  tube  de  toilette     En  chantant  sur  cet  air  bête     Avec  des  jeux  de  mots  laids     Il  faut  pondre  des  couplets     Permets  que  je  te  réponde     C'est  sûr,  faut  que  tu  les  pondes     Bon,  mais  que  dois-­‐je  pondre  ?     Que  ponds-­‐je.  Que  ponds-­‐je.     Pot  podet  pot  pot     Le  dernier  mot  qui  t'a  servi   était  :"Ponds-­‐je"     Serviette  éponge  !  parfait  !  ...     Allez  vas-­‐y,  je  vais  t'aider     J'apprécie  quand  de  toi  l'aide     Gant  de  toilette     Me  soutient  cela  va  beau-­‐     Ce  lavabo     coup  plus  vite  c'est  bien  la  vé-­‐     C'est  bien  lavé     rité,  ça  nous  le  savons     A  nous  l'savon     DE  TOILETTE      

Sur ce  piano  les  touches  t'y  aident     Les  douches  tièdes     Ton  air  est  bon,  mais  mon  chant   point     Mets  mon  shampooing     Il  s'ra  peut-­‐êt'  pas  sal'  demain     Salle  de  bains     Il  m'aura  en  tout  cas  miné     Ou  cabinet     DE  TOILETTE     Eau  chaude  eau  froide  eau  mitigée     Cette  salade,  on  verra  dans     Un  verre  à  dents       Un  instant  si  c'est  le  bide,  et     C'est  le  bidet     Est-­‐ce  à  répéter  ou  à  taire     T'es  au  water     J'aimerais  mieux  que  d'aut'  la   vendent     Eau  de  lavande,  eau     DE  TOILETTE    

Eau chaude  eau  froide  eau  mitigée     Ma  face  de  carême  harassée     Crème  à  raser     Pour  sûr  aura  ce  soir  les  tics     Rasoir  électrique     Ils  font  rire  les  gosses  mes  tics     Les  cométiques     Sur  ma  gueule  d'empeigne  à   moustache           PEIGNE  A  MOUSTACHE     COSMÉTIQUES     CREME  A  RASER       RASOIR  ELECTRIQUE     SERVIETTE  EPONGE       CHANSON  DE  TOILETTE     TRÈS  POÉTIQUE     TOC

VINCENT ROCA   Deauville  :  enchères  (pas  données)  aux  «  yearlings  »  (étalon  d'un  an)       Pour  venir  à  Deauville,  cette  année  nous  avons  pris  le  métro,  la  nouvelle  ligne  15,  Gambetta-­‐Deauville  !   Bien  sûr  on  s'est  fait  haranguer  par  un  ancien  pauvre  qui  faisait  la  manche,  le  bon  bougre,  cherchait   quelques  centaines  de  milliers  d'euros  pour  rester  propre  et  s'offrir  un  yearling  pour  survivre.  C'est  ce  qui   s'appelle  avoir  l'estomac  dans  l'étalon.  Il  faut  savoir  que  le  guide  du  Routard  vient  de  sortir  un  «  Deauville   pas  trop  cher  »  qui  permet  de  dégotter  des  petits  yearlings  de  bois  à  500  €  et  des  plaques  pour  jouer  au   Géant  Casino.     À  Deauville,  on  vous  déroule  le  tapis  vert  ...  Ici  le  comique  est  croupier  et  la  banque  vous  taille  des   croupières  ...  Le  Casino  est  une  femme  aimante,  disponible  et  compréhensive  :  le  tripot  du  guerrier  !  Pour   t'initier  à  Deauville,  tu  n'as  pas  trop  le  choix,  tu  fais  école  de  cheval  ou  école  de  casino,  tu  passes  le  bac   «  haras»  ou  le  baccara  ...     On  dit  qu'à  Deauville  les  gens  se  la  pètent.  C'est  faux.  Les  chevaux  se  la  pètent  !  Ils  sont  mégalos,   roulent  en  harnais-­‐Davidson,  fument  des  cigares  de  la  avoine  et  leurs  écuyères  sont  en  argent.   Contrairement  au  reste  du  monde,  dans  les  grands  restaurants  deauvillais,  vous  ne  verrez  jamais  un  client   renvoyer  un  cheval  en  cuisine  parce  qu'il  est  bouchonné  !     Les  chevaux  de  course,  les  mauvaises  langues  disent  qu'on  les  séquestre.  N'importe  Quoi  !  Ici,  à   Deauville,  c'est  l‘embellie  poulain  !  On  a  de  la  suite  dans  l'équidé  !  Mais  attention,  on  n'accepte  que  le   gratin  du  crottin  !  Et  les  chevaux  qui  n'ont  paleron  :  à  la  boucherie  :  Pour  les  bêtes  déprimées,  les  psys   organisent  des  thérapies  de  croupes,  un  peu  de  jus  de  pomme  et  hop,  on  repart,  calvanisé  !     Chaque  année,  lors  du  festival  du  Cinéma  américain,  «  Autant  en  emporte  le  vent  »  oblige,  il  faut   amener  les  starlettes  aux  haras  ...  Bien  sûr,  on  achève  bien  les  chevaux.  Ils  traversent  le  pont  des  Belges,   clopin-­‐clopant,  la  mort  aux  dents,  à  rides  abattues,  pour  aller  se  reposer  dans  un  trou  de  terre  à  Trouville  .   Le  Maire,  à  cheval  sur  les  principes,  rend  un  dernier  et  vibrant  hommage  à  la  race  chevaline,  une  sorte  de   discours  du  trot,  il  n'oublie  pas  de  placer  sa  formule  préférée  :  «  Vous  hennîtes?  Eh  bien  chantez,   maintenant  !  »  ...  Et  de  conclure,  par  ce  cri  du  cœur  :  «  C'est  pas  tout  ça,  Deauvillaises,  Deauvillais.  au   turf  !    

- 25 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Caen (Raymond  Devos)     J'avais  dit,  "pendant  les  vacances,  je  ne  fais  rien!...  rien!...  je  ne  veux  rien  faire".  Je  ne  savais  pas  où   aller.  Comme  j'avais  entendu  dire:  "A  quand  les  vacances?...  A  quand  les  vacances?..."  Je  me  dis:   "Bon!...  je  vais  aller  à  Caen...  Et  puis  à  Caen!...  ça  tombait  bien,  je  n'avais  rien  à  y  faire."  Je  boucle  la   valise...  je  vais  pour  prendre  le  car...  je  demande  à  l'employé:   -­‐  Pour  Caen,  quelle  heure?   -­‐  Pour  où?   -­‐  Pour  Caen!   -­‐  Comment  voulez-­‐vous  que  je  vous  dise  quand,  si  je  ne  sais  pas  où?   -­‐Comment?  Vous  ne  savez  pas  où  est  Caen?   -­‐  Si  vous  ne  me  le  dites  pas!   -­‐  Mais  je  vous  ai  dit  Caen!   -­‐  Oui!...  mais  vous  ne  m'avez  pas  dit  où!   -­‐  Monsieur...  je  vous  demande  une  petite  minute  d'attention!  Je  voudrais  que  vous  me  donniez   l'heure  des  départs  des  cars  qui  partent  pour  Caen!   -­‐  !!...   -­‐  Enfin!...  Caen!...  dans  le  Calvados!...   -­‐  C'est  vague!   -­‐  ...  En  Normandie!...   -­‐  !!...   -­‐  Ma  parole!  Vous  débarquez!   -­‐  Ah!...  là  où  a  eu  lieu  le  débarquement!...  En  Normandie.  A  Caen...   -­‐  Là!   -­‐  Prenez  le  car.   -­‐  Il  part  quand?   -­‐  Il  part  au  quart.   -­‐  !!...  Mais  (regardant  sa  montre)...  le  quart  est  passé!   -­‐  Ah!  Si  le  car  est  passé,  vous  l'avez  raté.   -­‐  !!...  Alors...  et  le  prochain?   -­‐  Il  part  à  Sète.   -­‐  Mais  il  va  à  Caen?   -­‐  Non  il  va  à  Sète.   -­‐  !!...  Mais,  moi,  je  ne  veux  pas  aller  à  Sète...  Je  veux  aller  à  Caen!   -­‐  D'abord,  qu'est-­‐ce  que  vous  allez  faire  à  Caen?   -­‐  Rien!...  Rien!...  Je  n'ai  rien  à  y  faire!   -­‐  Alors  si  vous  n'avez  rien  à  faire  à  Caen,  allez  à  Sète.   -­‐  !!...  Qu'est-­‐ce  que  vous  voulez  que  j'aille  faire  à  Sète?   -­‐  Prendre  le  car!   -­‐  Pour  où?   -­‐  Pour  Caen.   -­‐  Comment  voulez-­‐vous  que  je  vous  dise  quand,  si  je  ne  sais  pas  où!...   -­‐  Comment!...  Vous  ne  savez  pas  où  est  Caen?   -­‐  Mais  si  je  sais  où  est  Caen!...  ça  fait  une  demi-­‐heure  que  je  vous  dis  que  c'est  dans  le  Calvados!...   Que  c'est  là  où  je  veux  passer  mes  vacances,  parce  que  je  n'ai  rien  à  y  faire!   -­‐  Ne  criez  pas!...  Ne  criez  pas!...  On  va  s'occuper  de  vous.   Il  a  téléphoné  au  Dépôt.   Mon  vieux!...  (regardant  sa  montre)  :   A  vingt-­‐deux,  le  car  était  là.  Les  flics  m'ont  embarqué  à  sept...     Et  je  suis  arrivé  au  quart.  Où  j'ai  passé  la  nuit!    

- 26 -  


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez   Dernière  Heure  (Raymond  Devos)  

Figurez-­‐vous  qu'il  y  a  quelques  jours,  on  sonne  à  la  porte  de  la  maison.  C'était  ma  belle-­‐mère...     Elle  me  dit  :  "Je  sens  que  ma  dernière  heure  est  arrivée,  je  voudrais  la  passer  chez  vous  !"     Moi,  je  me  dis  :  "Une  heure,  c'est  vite  passé..."     Je  lui  dis  :  "Entrez,  belle-­‐maman  !"  Pauvre  belle-­‐maman  !  Je  dois  dire  que  j'aurais  passé  une  partie  de  ma  vie   à  la  semer  !     Je  l'ai  semée  partout  !  Je  l'ai  semée  sur  un  quai  de  gare...  dans  la  foule...  Je  l'ai  même  semée  dans  un  champ  !   (Sans  jeu  de  mot  !)     Alors,  en  l'accueillant...  je  ne  faisais  que  récolter  ce  que  j'avais  semé  !  Bref  !  Je  lui  dis  :  "Entrez,  belle-­‐maman  !   Installez-­‐vous  !"     Une  heure  se  passe.  Rien  !  Je  lui  dis  (montrant  sa  montre)  :  "Belle-­‐maman,  l'heure  tourne  !"     Elle  me  dit  :  "Vous  êtes  pressé  ?"  Je  lui  dis  :  "Moi,  non  !  Mais  vous...  Vous  allez  vous  mettre  en  retard  !"     "Oh,  elle  me  dit,  je  ne  suis  pas  à  une  seconde  près  !  "     Elle  chausse  ses  lunettes  et  elle  se  met  à  lire  les  nouvelles  de  dernière  heure  !     Alors  la,  je  lui  ai  dit  :   "Belle-­‐maman,  ce  n'est  pas  très  honnête,  ce  que  vous  faites  !  Quand  on  a  convenu  d'une  heure,  on  s'y  tient  !   "     C'est  vrai  !  D'autant  que  je  croyais  que  sa  dernière  heure,  elle  ferait  soixante  minutes,  une  durée  normale,   quoi  !     Tandis  que  la,  elle  n'en  finissait  plus,  sa  dernière  heure  !     D'autant  qu'elle  me  dit  :  "Qu'est-­‐ce  qu'on  joue  ce  soir  à  la  télé  ?"     Je  lui  dis  :  "Les  cinq  dernières  minutes,  belle-­‐maman  !"     Elle  me  dit  :  "Oh,  c'est  plus  qu'il  ne  m'en  faut  !"     Et  elle  s'installe  devant  le  poste.     Quand  elle  a  vu  que  c'était,  l'histoire  d'un  monsieur  qui  essayait  de  semer  sa  belle-­‐mere,  elle  me  dit  :     "J'ai  déjà  vu  le  film.  D'ailleurs,  il  est  temps  de  passer  de  l'autre  coté  !"     Je  lui  dis  :  "Voila  une  sage  résolution,  belle-­‐maman  !  Faites  !  Passez  donc  !"     Et  elle  est  passée  dans  la  chambre  d'à  coté  !     Depuis,  on  en  est  là...  On  ne  sait  plus  sur  quel  pied  danser  !     De  temps  en  temps,  on  allume  des  bougies  pour  créer  l'atmosphère...  pour  inciter  au  recueillement  !     Dans  ces  moments-­‐là,  vous  vous  surprenez  à  marmonner  des  phrases  ambiguës  :     "Tiens  ?  Il  y  en  a  une  qui  ne  va  pas  tarder  à  s'éteindre  !  Forcement  !  Cela  fait  plus  d'une  heure  qu'elle  se   consume  !"     Alors,  les  heures  passent  !  Onze  heures  !  "Vous  prendrez  bien  un  bouillon,  belle-­‐maman  ?  Non  ?...  Ah  !?.."     Une  heure  plus  tard  :  "Et  un  bain  de  minuit,  bien  glac...  Non  ?"     "Non,  mais  je  fumerais  bien  une  cigarette,  la  dernière  !"     "Ah  !!  Va  chercher  le  paquet  !"     Et  tout  le  paquet  y  est  passé  !     De  plus,  elle  ironise  :     "Oh,  je  ne  sais  même  plus  où  mettre  mes  cendres."     Forcément,  le  cendrier  est  plein  !   Je  n'ose  pas  le  vider  !   On  va  encore  dire  que  j'essaie  de  semer  ma  belle-­‐mère  !          

- 27 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

Les goûts  d'Olga  (Gérard  Morel  -­‐  1999)     Le  poulet,  Olga  n'aime  pas   Le  poisson  si   Sauf  la  queue  qu'Olga  n'aime  pas   Mais  son  chat  si   La  brioche,  Olga  n'aime  pas   Les  éclairs  si   Astiquer  ça  la  gêne  pas   Mais  laver  si   Ajaccio,  Olga  connaît  pas   Mais  Calvi  si   Et  Marinella  n'apprécie  pas   Mais  Anne  si     Faire  sa  fière,  Olga  n'aime  pas   S'effacer  si   La  queue  d'pie,  Olga  la  met  pas   L'anorak  si   De  boulot,  elle  en  manque  pas   Mais  de  sous  si   Et  son  boulot  très  payant  n'est  pas   Salissant  si  

A  son  père  elle  ressemble  pas   A  sa  mère  si   Et  sa  mère  ne  lui  en  veut  pas   Mais  son  père  si   Faire  un  môme,  Olga  ne  veut  pas   Mais  l'élever  si   Se  marier,  Olga  n'y  tient  pas   Mais  bibi  si     Avant  de  la  voir  j'savais  pas   Mais  après  si   Que  de  pierre  le  cœur  j'avais  pas   D'amadou  si   Les  p'tits  gros  Olga  n'aime  pas   Les  grands  secs  si   Que  j'aime  Olga,  ça  c'est  sûr  papa   Qu'Olga  m'aime  non.      

 

les  ptits  papiers  (Serge  Gainsbourg) Laissez  parler     Les  p'tits  papiers     A  l'occasion     Papier  chiffon     Puissent-­‐ils  un  soir     Papier  buvard     Vous  consoler       Laisser  brûler     Les  p'tits  papiers     Papier  de  riz     Ou  d'Arménie     Qu'un  soir  ils  puissent     Papier  maïs     Vous  réchauffer       Un  peu  d'amour     Papier  velours     Et  d'esthétique     Papier  musique     C'est  du  chagrin     Papier  dessin     Avant  longtemps    

- 28 -

Laissez glisser     Papier  glacé     Les  sentiments     Papier  collant     Ça  impressionne     Papier  carbone     Mais  c'est  du  vent         Machin  Machine     Papier  machine     Faut  pas  s'leurrer     Papier  doré     Celui  qu'y  touche     Papier  tue-­‐mouches     Est  moitié  fou                  

C'est pas  brillant     Papier  d'argent     C'est  pas  donné     Papier-­‐monnaie     Ou  l'on  en  meurt     Papier  à  fleurs     Ou  l'on  s'en  fout       Laissez  parler     Les  p'tits  papiers     A  l'occasion     Papier  chiffon     Puissent-­‐ils  un  soir     Papier  buvard     Vous  consoler       Laisser  brûler     Les  p'tits  papiers     Papier  de  riz     Ou  d'Arménie     Qu'un  soir  ils  puissent     Papier  maïs     Vous  réchauffer  


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

                                         

                                   

- 29 -


Le Triathlon  des  Mots  de  Livres  et  Palabres  –  18  mars  2016  -­‐  Huez  

   

- 30 -

Livret Triathlon des Mots  

Pour la 21e édition de la Semaine de la langue française et de la Francophonie, l’association Livres et Palabres a organisé un « Triathlon d...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you