Issuu on Google+

Palabres de Papiers Association Livres et Palabres Maison des associations Palais des Sports et des Congrès Avenue de Brandes 38750 Alpe d’Huez livresetpalabres@laposte.net http://livresetpalabres.canalblog.com

TEMPÊTE SOUS UN CRÂNE 27 décembre 2013 à huez

Atelier d’écriture autour de Victor Hugo –


Livres et Palabres Palabres de Papiers – Atelier d’écriture décembre 2013

Un atelier, un spectacle

Pour accompagner le spectacle “Les Misérables” de la Compagnie Vocale à Vaujany le 29 décembre, Livres et Palabres a proposé un atelier d’écriture le vendredi 27 décembre 2013. Des palabres de papiers pour partir à la (re) découverte de Victor Hugo et de son œuvre… Un atelier créé par Sandrine et auquel ont participé André, Jeannine, Michèle et Sylviane.

2


Livres et Palabres Palabres de Papiers – Atelier d’écriture décembre 2013

Arrêts sur Victor Hugo Hugo, l’homme océan La "boîte aux lettres de la mer", décrite au "sieur Clubin" par le capitaine Gestrais-Gaboureau dans Les Travailleurs de la mer : « Je veux dire, capitaine Clubin, que tout de suite après qu’on a doublé la pointe Anna on voit sur un caillou de cent pieds de haut un grand bâton. C’est un poteau qui a une barrique au cou. Cette barrique, c’est la boîte aux lettres. (….) Voici maintenant comme se fait le service. Tout bâtiment qui passe expédie au poteau un canot avec ses dépêches. Le navire qui vient de l’Atlantique envoie ses lettres pour l’Europe, et le navire qui vient du Pacifique envoie ses lettres pour l’Amérique. L’officier commandant votre canot met dans le baril votre paquet et y prend le paquet qu’il y trouve. Vous vous chargez de ces lettres-là ; le navire qui viendra après vous se chargera des vôtres. Comme on navigue en sens contraire, le continent d’où vous venez, c’est celui où je vais. Je porte vos lettres, vous portez les miennes. (…) Vous voyez qu’on peut écrire à ses amis. Les lettres parviennent.

Hugo l’homme engagé, portraitiste de l’humanité C’était un garçon bruyant, blême, leste, éveillé, goguenard, à l’air vivace et maladif. Il allait, venait, chantait, jouait à la fayousse, grattait les ruisseaux, volait un peu, mais comme les chats et les passereaux, gaîment, riait quand on l’appelait galopin, se fâchait quand on l’appelait voyou. Il n’avait pas de gîte, pas de pain, pas de feu, pas d’amour ; mais il était joyeux parce qu’il était libre. Les Misérables « La poésie vraie est dans l’harmonie des contraires" Préface de Cromwel

Hugo le plasticien Georges Hugo, dans Mon grand-père, a ainsi décrit la technique des dessins d’après l’exil : "Il jetait l’encre au hasard en écrasant la plume d’oie qui grinçait et crachait en fusées. Puis il pétrissait pour ainsi dire la tache noire qui devenait burg, lac profond ou ciel d’orage ; il mouillait délicatement de ses lèvres la barbe de sa plume et en crevait un nuage d’où tombait la pluie sur le papier humide ; ou bien il en indiquait précisément l’horizon. Il finissait alors avec une allumette de bois et dessinait de délicats détails d’architecture, fleurissant des ogives, donnant une grimace à une gargouille, mettant la ruine sur une tour et l’allumette entre ses doigts devenait burin."

Hugo le voyageur "le voyageur a marché toute la journée, ramassant, relevant ou récoltant des idées, des chimères, des sensations, […] le soir venu, il entre dans une auberge, et pendant que le souper s’apprête, il demande une plume, de l’encre et du papier, il s’accoude à l’angle d’une table et il écrit."

Hugo l’écrivain, l’épistolaire, le poète, l’homme aux manuscrits spectaculaires … 3


Livres et Palabres Palabres de Papiers – Atelier d’écriture décembre 2013

Textes de l’atelier Chère Dame Plaqueminette, « La mélancolie ,c’est le bonheur d’être triste « ai-je coutume de dire. J’ avais promis de vous écrire, vous voyez que je suis de parole, pas comme ce félon de Lord Clancharlie, aussi nanti que pingre, en commerce peu équitable de ses charmes, artisan de l’ombre de surcroît. Vous souffrez ce me semble , gente Dame , d’isolement et de l’indifférence voire du mépris de vos paires. Si d’aventure vous ne repoussez point mes offres, je puis vous assurer dès demain les services d’un ami d’âge mûr ,mais non point blet , compagnon attentif , qui saura sans retard agrémenter vos jours. Il excelle en effet dans le métier de rôtisseur, de fabricant de calissons au goût de kaki , tout autant que dans celui de tailleur ou d’astiqueur de vaisselle fine. Il polit en outre schistes et mica. Ses vertus sont nombreuses ,et avec lui , ni confusion , ni complication , nulle vénale stratégie. Certes , son charme est un brin pédantesque. Vous l’entendrez approcher au claquement martelé de ses talonnettes. Vous le repérerez entre mille au bouquet de houx qui orne son haut-de-forme. Point de tempête sous son crâne, le trépidant , il le réserve à son gilet rayé zèbré qui ressemble un tantinet à la grille de l’enfer. Vous avez la nuit pour réfléchir , Dame Plaqueminette. Mes hommages appuyés. Sylviane de la Teillardière

4


Livres et Palabres Palabres de Papiers – Atelier d’écriture décembre 2013

Textes de l’atelier

Je vous écris cette lettre, Cher Gilliat, à peu près au hasard, ne sachant où elle vous trouvera, ni même si elle vous trouvera. Je compte sur ma bonne étoile ou bien sur quelques pieuvres en délire pour vous découvrir sur votre île ou sur les flots. Les carillons ont tintinnabulés et ils annoncent votre retour. J’ai mis ma couronne d’or et ma parure d’émeraude.

Je vous attends mon amoureux, mon anglais, mon flamboyant rouquin. Que Dieu vous donne des ailes comme l’oiseau. Comme l’enfant, vous êtes l’aube et mon âme est la plaine.

Jeannine Fontanel

5


Livres et Palabres Palabres de Papiers – Atelier d’écriture décembre 2013

Textes de l’atelier

6


Livres et Palabres Palabres de Papiers – Atelier d’écriture décembre 2013

Textes de l’atelier

Chère et tendre amie Voici le premier moment de joie de toute la journée : Je t’écris… Le jour se lève, agité, frauduleux micmac de songes brouillés. Rêveur, je laisse mes pensées courir au gré des flots, dans une déliquescence joyeuse. Tel un filousophe, j’entremêle la vertu et la folie sur un même fil diaphane dont vous reconnaîtrez le charme, l’esprit ailé. Le temps semble s’effacer, sourd à nos attentes, sage dans nos ardeurs, et la mer étale nos amours et nos regrets. Que tu es loin ! Et pourtant si proche… Le vent gémit ton nom et dans les creux des vagues se dessine ta douce silhouette élancée. Je récolte des images de toi, les range précieusement dans la bourse de mon cœur car « chaque homme dans sa nuit s’en va vers sa lumière ». Tu es mon phare, mon cap, et aucun brigand ne pourra sournoisement mettre en pièce les souvenirs de mon Éponine, ma bien aimée. Demain dès l’aube, je reprendrai ma plume et me ferai une place à tes côtés… Avec tout mon amour, Alexandrin de Mosca

7


Livres et Palabres Palabres de Papiers – Atelier d’écriture décembre 2013

Textes de l’atelier

Mon cher Barkilphedro

Figure-toi que je viens de vivre une semaine extraordinaire… J’avais décidé de faire une grande randonnée dans une région que je ne connaissais pas, allant au hasard. Tardivement, je suis entrée dans une auberge qui ne payait pas de mine, devant un vagabond, un mendiant rieur et affamé qui occupait le trottoir de l’échoppe. Or, j’y ai trouvé un accueil et un partage qui m’a étonné. On dit qu’un homme semble souvent trompeur : la bête méchante et inquiétante que j’avais remarquée en entrant m’est devenue un ami, un ami très intéressant avec des ailes comme l’amour. Et malgré la tempête et le bruit, la chaleur et l’ambiance amicale m’ont permis de passer une soirée dont je me souviendrai longtemps.

Sincèrement, Michèle de la gente Mégret 8


Livres et Palabres Palabres de Papiers – Atelier d’écriture décembre 2013

Arrêts sur Images

9


Tempête sous un crâne