Page 51

Dans le cloître autour duquel tout gravite dans l’abbaye, la répétition régulière des percements en arcs en plein cintre chacun redivisés en deux par une colonne et deux arcs secondaires participe à la clarté et la lisibilité de l’espace. La lumière qui y pénètre crée une ombre portée dans les coursives agissant comme un cadran solaire et modifie la perception de l’espace au fil de la journée et des saisons. A certains moments de la journée, des rythmes de bandes et de sphères de lumière se projettent sur le sol et les murs, ajoutant une dimension supplémentaire au thème de la répétition et mettant en valeur les jonctions nettes entre la courbe, la ligne et le plan. On remarque également les quelques marches qui séparent le cloître de la salle capitulaire. Une fois de plus, l’espace s’en trouve hiérarchisé, confiné par le simple changement de niveau. Les circulations verticales font partie intégrante de l’architecture et ne sont pas isolées. 51

Les pierres éternelles  

Travail de mémoire en semestre 9 pour mon master à l'école d'architecture de Bordeaux

Les pierres éternelles  

Travail de mémoire en semestre 9 pour mon master à l'école d'architecture de Bordeaux

Advertisement