Page 1

Le 02 novembre 2013 Samuel CAZENAVE Conseiller municipal Philippe LAVAUD Maire d’Angoulême 1, Place de l’Hôtel de ville CS 42216 16022 ANGOULÊME CEDEX Monsieur le Maire, Depuis des mois, le Champ de Mars est devenu le théâtre d’actes délictueux en tous genres, de violences multiples, un espace de non-droit et d’impunité inacceptable dans notre Cité. En négligeant depuis trop longtemps cette situation, et en renvoyant systématiquement la responsabilité vers la police nationale, vous avez fait d’un lieu de rencontres, de balades, d’achats, un espace hostile qui porte des conséquences immédiates et fâcheuses sur la vie des riverains et sur l’activité des commerçants. La presse locale nous informe que vous avez adressé – sans en aviser les élus de l’opposition - une lettre aux commerçants détaillant par le menu le cadre légal en la matière et égrenant les démarches ponctuelles réalisées par les acteurs locaux, comme si tout cela pouvait servir de justification. Il ne suffit pas de jouer les bons élèves toujours prêt à répondre aux demandes du pouvoir national actuel. Il faut d’abord et avant toutes choses répondre aux situations locales ce que, de fait, vous n’êtes pas parvenu à faire. La récente convention de coopération entre Police nationale et Police municipale, qui n’est qu’un simple « copier-coller » d’un décret de 2012, ne signe aucune volonté singulière pour apporter des réponses précises aux Angoumoisins. Nous le regrettons d’autant plus qu’il s’agissait là d’une occasion de réunir tous les acteurs autour d’une table pour la réalisation d’un projet utile. Il me semble aujourd’hui indispensable et urgent, pour préserver les intérêts de nos commerçants et pour assurer la tranquillité des passants, angoumoisins ou non, que vous provoquiez une réunion de concertation pour trouver des solutions concrètes, notamment avec l’ensemble des acteurs du CLSPD, ainsi que des représentants des riverains, des usagers et des commerçants. Ces commerçants, légitimement excédés, vous en ont fait la demande la semaine dernière, que je me permets d’appuyer par la présente. Je vous remercie de leur répondre positivement sans délais, afin que notre centre-ville retrouve peu à peu calme et sérénité, qui constituent le préalable à un nouvel élan de notre vie commerciale. Je vous remercie de me tenir informé des suites que vous donnerez à cette demande et vous prie de croire, Monsieur le Maire, à l’expression de mes sentiments distingués.

Lettre au maire d'Angoulême (Champ de Mars)  

Lettre au maire d'Angoulême concernant les problèmes de tranquillité et de scurité sur la place du Champ de Mars.