Page 1

Le

magazine

du

salon

IndustrIe

Lyon

inFos

indusTrie Edition - novembre 2010 - n°1 I 20 000 exemplaires

evénement

Nouvelle équipe, nouvelle dynamique par Sébastien Gillet p.3

MÊME LIEU

05 08

- MÊMES DATES

AVrIL 2011 E U R E X P O - LY O N

FRANCE

evénement

CEPI 2011 : un événement inédit entièrement dédié aux process industriels p.18

IndustrIe Lyon 2011

Lyon d'Or 2011, pleins feux sur la performance et les innovations p.10

tendances

TPE-PME, changer son regard sur les robots pour aller de l’avant p.12

recherche & développement

Le Cetim, un outil R&D de 700 personnes p.14


LE RENDEZ-VOUS DE TOUTES LES INDUSTRIES INNOVANTES

800 exposants 20 000

visiteurs

05 08

AVRIL 2011 EUREXPO - LYON F R A N C E

10 secteurs s -!#().%/54), s &/2-4½,% s 3/5$!'% s #/.42/,&2!.#% s /54),,!'% s 42!)4%-%.43$% 352&!#%3%44(%2-)# s !33%-",!'% -/.4!'% s 2/"/4)15% s ).&/2-!4)15% ).$5342)%,,%

CARREFOUR DES ÉQUIPEMENTS POUR LES PROCESS INDUSTRIELS

CARREFOUR DES ÉQUIPEMENTS POUR LES PROCESS INDUST

s 3/53 42!)4!.#%

50 000 m

2

d’exposition

CARREFOUR DES ÉQUIPEMENTS POUR LES PROCESS INDUSTRIELS

CARREFOUR DES ÉQUIPEMENTS POUR LES PROCESS INDUST

Même lieu, même date

LE CARREFOUR DES ÉQUIPEMENTS POUR LES PROCESS INDUSTRIELS

THE MEETING PLACE F INDUSTRIAL PROCESS EQUIPME

Renseignements : Julie Voyer industrie@gl-events.com - tél. 05 53 36 78 78

www.industrie-expo.com


edito

ediTo

Nouvelle équipe, une nouvelle dynamique par Sébastien Gillet

IndustrIe Lyon 2011 : Création en 2005 4ème édition 800 exposants 20 000 visiteurs

Depuis 2005, le salon INDUSTRIE vous invite tous les deux ans en région Rhône-Alpes, en alternance avec son rendez-vous parisien. Le succès de la manifestation lyonnaise confirme la position du salon INDUSTRIE comme salon leader sur son marché. INDUSTRIE se devait de créer son magazine, c’est désormais chose faite avec INDUSTRIE infos. Diffusé trois fois par an gratuitement et nominativement à 20 000 exemplaires, INDUSTRIE infos pénètrera au cœur des usines en s’adressant à l’ensemble des fonctions concernées par la production industrielle et ses innovations. INDUSTRIE infos aura comme fil conducteur votre salon, son actualité, ses évolutions, ses nouveautés. Mais il consacrera aussi une large place aux infos marché, et à nos partenaires ; un grand reportage illustrera, dans chaque numéro, le dynamisme de vos entreprises : pour cette première édition d’INDUSTRIE infos, coup de projecteur sur le CETIM !

Nouveauté 2011 : la création du CEPI Afin de compléter l’offre d’INDUSTRIE et de favoriser les synergies industrielles, le CEpI - Carrefour des Equipements pour les process Industriels - viendra s’associer à INDUSTRIE Lyon. Dans ce premier numéro d’INDUSTRIE infos, nous donnons la parole à Louis Félicité, le président du GIFIC qui nous accompagne dans la création de cette manifestation. Avec INDUSTRIE infos, nous mettons tout en œuvre pour qu’INDUSTRIE Lyon 2011, « votre salon », soit un succès pour l’ensemble de ses participants, exposants et visiteurs. Découvrez maintenant INDUSTRIE infos… Bonne lecture !

Sébastien Gillet Directeur des salons

GL events Exhibitions BP223 47305 Villeneuve -sur-Lot Cedex-France Tél : +33 (0)5 53 36 78 78 Fax : +33 (0)5 53 36 78 79 Directeur de la publication Sébastien Gillet Responsable Relations Presse Julie Voyer Responsable Promotion Visiteurs David Luche Création Cimaya communication’s Impression Sign’up

sommaire INDUSTRIE Lyon 2011 : Une nouvelle dynamique

p.4

Lyon d'or 2011 : pleins feux sur la performance et les innovations

p.10

Recherche & Développement : Le Cetim

p.14

CEpI 2011 : Un événement inédit entièrement dédié aux process industriels

p.18

Interview Louis Félicité – président du GIFIC

p.20

Destination : Lyon et Eurexpo

p.22 novembre 2010

IndustrIe infos I 3


IndustrIe Lyon 2011

indusTrie lyon 2011 : Une nouvelle dynamique dans une conjoncture de marché en plein essor

Augmentation de la demande à l’export, reprise du cycle des investissements de renouvellement, le marché des industries mécaniques françaises retrouve des couleurs et les carnets de commande se remplissent. C’est dans cette conjoncture de reprise du marché que se tiendra INDUSTRIE Lyon, salon leader qui fédère tous les métiers de la mécanique industrielle (fournisseurs, donneurs d’ordre, syndicats professionnels et représentants de l’Etat). En 2011, INDUSTRIE Lyon accompagnera ce renouveau de multiples façons : nouvelle équipe d’organisation, nouveaux services destinés aux exposants et visiteurs (magazine INDUSTRIE Infos, nouveau site web, Plateforme Nouveautés, e-newsletters…), nouveaux rendez-vous (Lyon d’Or nouvelle formule, CEPICarrefour des Equipements pour les Process Industriels, espace Sous-traitance entièrement repensé).

INDUSTRIE Lyon, une offre exhaustive pour toutes les filières industrielles C’est au cœur de la première région industrielle française que se tiendra la prochaine édition d’INDUSTRIE Lyon où 800 exposants proposeront sur 50 000 m² d’exposition un panel complet de solutions technologiques au service de la production industrielle. Innovations, conférences, villages thématiques, animations seront autant de pistes concrètes qui aideront les visiteurs à faire les choix les plus judicieux et les plus adaptés à leur démarche d’innovation, de développement, de prospective. Au fil des allées, les professionnels de toutes les filières (conception, R&D, bureaux d’études, production, contrôle qualité…) trouveront idées et solutions concrètes répondant à leurs besoins spécifiques et leurs préoccupations du moment.

4 I IndustrIe infos

novembre 2010

Le visiteur au cœur de la stratégie de communication En 2009, INDUSTRIE Lyon a rassemblé 20 000 professionnels du secteur de la mécanique du grand Sud-Est. La nouvelle équipe d’organisation a choisi de capitaliser sur ce succès en lançant plusieurs nouveaux services capables de fidéliser ces professionnels en leur apportant une information pertinente : Un nouveau magazine trimestriel, INDUSTRIE Infos, dont vous tenez entre les mains le premier numéro, diffusé à 20 000 exemplaires au cœur des usines : outre la vie du salon et les données utiles y référant (animations, nouveautés, détails pratiques…), ce magazine traitera également des filières (technologies, visites d’entreprises…). Un site Internet (www.industrie-expo.com) plus pratique et plus clair, totalement

repensé pour faciliter la navigation de l’internaute : programme des temps forts et des animations, détails sur les nominés aux Lyon d’Or, informations pratiques sur Eurexpo… Une e-newsletter est diffusée tous les mois à un fichier de 120 000 destinataires. En outre, une nouvelle plateforme Nouveautés produits et services est mise en place, pour que le professionnel puisse optimiser sa visite grâce aux différents modes de recherche par exposant, par secteur ou par motclé.

Des Lyon d’Or 2011, nouvelle formule parce que l’innovation est moteur de développement, INDUSTRIE Lyon a décidé


Industrie Lyon 2011 de faire évoluer ses Trophées INDUSTRIE Lyon et de valoriser plus largement les entreprises qui contribuent à faire progresser l’industrie. Au nombre des changements, la participation systématique et gratuite aux Lyon d’Or de chaque nouveauté mise en avant, leur présentation sur la nouvelle plateforme Nouveautés INDUSTRIE, une remise de trophées officielle et conviviale, une communication renforcée.

Une nouvelle équipe au service d’INDUSTRIE

Benoît Gauthier continuera d’apporter son concours à l’organisation d’INDUSTRIE Lyon en assurant le suivi des relations institutionnelles et en contribuant au programme des animations et des conférences du salon.

Une synergie gagnante avec le CEPI

Ses 200 exposants proposeront des équipements et technologies à la pointe de l’innovation, à destination de tous les acteurs industriels : industries chimiques (chimie, cosmétologie, peintures, pétrochimique, pétrole, pharmacie, colles), agroalimentaires (transformation), énergies (nucléaires, pétrolières, bioénergies), papier/carton, matières premières et environnement.

Conjointement à INDUSTRIE Lyon 2011, aux mêmes dates et au même lieu, se tiendra la première édition du CEPI, le Carrefour des Equipements pour les Process Industriels.

Naturel et évident, ce rapprochement entre INDUSTRIE Lyon et le CEPI donnera lieu à un événement d’ampleur inédite dont l’offre s’adressera aux visiteurs des deux salons.

Sébastien Gillet est nommé Directeur du salon INDUSTRIE en remplacement de Benoît Gauthier. Sébastien Gillet, a fait toute sa carrière dans l’organisation de salons. Il a ainsi collaboré, depuis sa création, à la réussite du Carrefour des Fournisseurs de l’Industrie Agroalimentaire – CFIA – dont il est le directeur depuis quatre ans. Avec cette nomination, GL events Exhibitions entend mettre en œuvre les synergies entre ses manifestations dédiées au secteur industriel : développer la qualité des services proposés aux participants, enrichir le contenu des événements, et accroître les échanges commerciaux entre professionnels.

Une offre exhaustive en 10 secteurs complémentaires Machine-outil :

secteur leader du salon, il regroupe les dernières innovations en machinesoutils, centres d’usinage, tours et en équipements de machine.

Form & Tôle :

rassemble les activités de découpage, de formage et le travail de la tôle.

Soudage :

regroupe des équipements complets, des consommables et des solutions liées à la protection de l’homme au travail.

 www.industrie-expo.com

Control France :

réunit l'ensemble des équipements et appareils de mesure mécanique dans la production industrielle.

Outillage :

une offre complète en porte-outil et en outils coupants.

Traitements de surfaces et Thermic :

Regroupe tous les équipements et solutions en protection et traitement des matériaux.

Assemblage- Montage :

réunit les composants et systèmes mécaniques, pneumatiques, électriques et d’automatismes ; et couvre l’assemblage mécanique et adhésif.

Informatique industrielle :

regroupe les éditeurs de logiciels CAO/FAO, GDT/PLM, GMAO ou encore des logiciels de suivi de production.

Robotique :

rassemble les robots industriels, la péri-robotique ou encore les intégrateurs.

Sous-Traitance :

réunit l’ensemble des soustraitants dans les domaines suivants : industrie mécanique, métaux, plastiques et composites, traitement de surfaces et électronique.

novembre 2010

Industrie infos I 5


Industrie Lyon 2011

industrie lyon 2009

Témoignages exposants Alexandre Lahaye, Directeur Général DMG France

Luc Thollon, Président Cazeneuve

La prochaine édition du salon Industrie à Lyon sera à nouveau le rendez-vous professionnel incontournable de notre profession. Cette future session à Lyon sera d'importance dans un contexte d'activité industrielle qui, nous l'espérons, ne faiblira pas en 2011. Ce salon est l'opportunité de présenter nos nouveaux produits en démonstration à un public venant de toute la France. En tant que leader sur notre marché, nous nous devons d'être présents, de communiquer sur nos nouveautés technologiques afin de participer activement à la reprise industrielle et d'y recevoir au mieux nos clients et visiteurs.

Sur le salon Industrie, nous souhaitons rencontrer des professionnels utilisant des machines outils, des sous-traitants de mécanique générale. Les visiteurs viennent s’informer, se renseigner, établir une première prise de contact. Au niveau de l’image nous nous devons d’être présents, c’est important, car en présentant une vitrine de nos produits ce salon contribue à notre business.

Bernard Jacqueson, Responsable Commercial POLYSOUDE

Marc Antoine Schneider, Responsable marketing Europe CREAFORM

POLYSOUDE, en tant que leader dans le domaine du soudage orbital, participe à cet événement afin de générer de nouveaux prospects et de présenter ses nouveautés aux industriels des secteurs de l’agroalimentaire, de la pharmacie ou du domaine nucléaire.

Sur le salon Industrie, nous souhaitons établir des contacts avec des visiteurs à la recherche de solutions de métrologie. Nous avons noté une évolution par rapport à l’édition précédente : les visiteurs viennent moins par curiosité, ils ont plus de projets concrets et sont dans une démarche de vraie recherche de solutions. Nous sommes satisfaits de notre présence sur ce salon car pour nous, c’est une participation «obligatoire» en termes de visibilité, et qui contribue à notre business... par rapport à la concurrence et à notre positionnement nous nous devons d’être là ! Pour nous qui travaillons sur la zone Europe, en France c’est le salon le plus important.

6 I Industrie infos

novembre 2010

Christelle Coutand, Assistante commerciale MTI Engineering Nous participons à Industrie Lyon afin de rencontrer des professionnels du secteur chaudronnerie/tôlerie industrielle. Nous sommes satisfaits de notre présence sur ce salon, car nous avons eu de très bons contacts à développer. Le but de notre participation est de nous faire connaître dans l’est car nous y avons un pôle maintenance. Ce salon contribue à notre business, car même si nous sommes dans l’Ouest, nous souhaitons conquérir l’Est et cet événement y contribue vraiment… nous tenons à participer à la prochaine édition !


IndustrIe Lyon 2011

Hall 8

Assemblage Montage

Plan des salons IndustrIe Lyon & CePI Hall 6

Forme & tôle soudage

Machine outils

robotique Hall 7

Informatique industrielle

Hall 99 Passage 7

Entrée

Outillage Control France Entrée Galerie C

traitements de surfaces & thermic sous-traitance

Entrée Hall 9

CePI Hall 10

IndustrIe Lyon 2011 en chiffres

05 08

AVrIL 2011 E U R E X P O - LY O N

FRANCE

4e édition création en 2005 800 exposants 20 000 visiteurs 50 000 m² d’exposition Plus de détails sur :

www.industrie-expo.com  www.industrie-expo.com

novembre 2010

IndustrIe infos I 7


Industrie Lyon 2011

industrie lyon 2009

Témoignages visiteurs Magali Collet, Responsable atelier & qualité Berger Plastics

Alain Raynaud, Responsable d’atelier mécanique Fuji Electric

Industrie est pour nous l’occasion de découvrir des innovations, de nouvelles technologies et orientations… pour notre secteur, c’est un salon assez complet même si à mon sens le secteur de la plasturgie devrait avoir une place plus importante. Sur ce salon, il y a beaucoup de matériel exposé, de nouvelles machines et les fournisseurs y sont nombreux. Nous avons été satisfaits de notre visite, c'est un salon très professionnel et technique.

Un tel salon me permet de m’informer des nouveautés et trouver des fournisseurs pouvant m’aider dans la recherche de matériel spécifique. Nos investissements portent sur les machines outils et les moyens de contrôle dimensionnel. J’ai été satisfait de ma visite, car grâce au salon Industrie, j’ai pu trouver ce que je recherchais.

Jean-Pierre Ravix, Directeur général Ecosophia Ce que nous attendons d’un salon tel qu’Industrie ? Des opportunités de rencontres, des innovations… car dans notre secteur, la tendance forte s’axe sur le développement des technologies nouvelles. Nous sommes très satisfaits d’avoir visité, et avons trouvé l’édition 2009 intéressante car de nouveaux contacts ont été noués.

8 I Industrie infos

Patrick Thievon, Responsable de production Balloffet Nous visitons ce salon afin de trouver des soustraitants et découvrir de nouveaux équipements, même si l’on observe une certaine prudence par rapport aux investissements dans notre secteur, en raison du contexte économique actuel. Nous sommes satisfaits de notre visite à Industrie Lyon en 2009.

Jean-Claude Privat, Technicien méthodes AREVA Nous sommes très satisfaits de notre visite lors de la dernière édition d’Industrie à Lyon, nous avons trouvé de nouveaux fournisseurs et pas mal d’idées !

novembre 2010


IndustrIe Lyon 2011

rHÔne-alpes : Premier bassin industriel français

Le socle industriel solide de Rhône-Alpes en fait le premier pôle industriel français (12,2% de l’effectif industriel français) et la première région de sous-traitance (mécanique, construction électrique, plastique, automobile, textile) en France. L’industrie régionale représente 22 % de l’emploi total. Le tissu rhônalpin est constitué de onze secteurs industriels employant près d’un demi million de personnes et concentre 25 % de la sous-traitance française. Avec 58 485 créations d’entreprises en 2009, rhône-Alpes est la 3ème région entreprenante de France (+ 72.4 % de créations d’entreprise entre 2008 et 2009). Tandis qu’elle a réussi à garder compétitives ses activités traditionnelles (mécanique, plasturgie, textile), rhône-Alpes a su se tourner vers des activités plus innovantes comme l’électronique, le numérique, les nouveaux matériaux, la santé, la pharmacie (100 % du paracétamol français est produit en rhône-Alpes), les biotechnologies, l’environnement, la chimie, les nanotechnologies, l’énergie… rhône-Alpes bénéficie d’une position de leader national (en termes d’emplois ou de production) sur un grand nombre d’activités :

région région région région région région région

française pour la chimie, caoutchouc, plastique (plus de 50 000 salariés) française pour les biotechnologies française pour la mécanique (75 000 emplois) française pour la métallurgie et la transformation des métaux (plus de 75 000 salariés) française pour l’énergie renouvelable, hydroélectricité, nucléaire (30 000 emplois) française pour les composants électriques, électroniques (38 000 salariés) française pour le bois et le papier (18 000 salariés)

région française pour la pharmacie, parfumerie, entretien (16 000 salariés) région française pour la santé (2 500 salariés) région française pour l’électricité, l’électronique (29 000 salariés) pôle agroalimentaire en France pôle de recherche scientifique et technique en France, rhône-Alpes est impliquée dans 15 des 67 pôles de compétitivité français ; trois sont à vocation mondiale. La région se place aujourd’hui au dixième rang de l’union Européenne pour les demandes de brevets (15 % des ingénieurs français sont formés en rhône-Alpes).

C

arrefour naturel des grands axes de communication européens, rhôneAlpes est proche de marchés porteurs (suisse, Italie, Maghreb, Europe de l’Est…). De fait, l’économie régionale est ouverte sur l’international et compte nombre d’entreprises étrangères.

*Source : CCI Rhône-Alpes – Les chiffres-clés de Rhône-Alpes 2009-2010

 www.industrie-expo.com

novembre 2010

IndustrIe infos I 9


IndustrIe Lyon 2011

lyon d’or 2011: Pleins feux sur la performance et les innovations

Evolution des marchés, concurrence croissante des pays émergents, exigences technologiques et réglementaires accrues, pour rester compétitives ou tout simplement booster leurs affaires, les entreprises doivent revoir sans cesse leurs performances à la hausse : plus de capacité, plus de productivité, de flexibilité, de précision, de qualité, de rapidité… Qui dit performance, dit innovation. Et sur INDUSTRIE, qui dit innovation, dit Lyon d’Or. En 2011, INDUSTRIE jouera à plein la carte de l’innovation avec une formule rénovée de ses Trophées : dorénavant, tout nouveau produit ou service présenté par les exposants entre d’office en compétition pour les Lyon d’Or. De la même façon, il se voit répertorié sur la Plateforme Nouveautés en ligne, vitrine incomparable de toutes les solutions technologiques au service de la production industrielle présentées par les exposants.

Les nouveautés : moteur de visites plannings de plus en plus chargés, budgets toujours plus serrés… le visiteur de salon n’a plus de temps à perdre. Au cours de sa visite, il veut pouvoir tout à la fois trouver une réponse à une demande précise, référencer de nouveaux fournisseurs, préparer des projets d’achat, voir du matériel en fonctionnement, actualiser ses connaissances… Il est donc logique que découvrir les dernières innovations et solutions des fournisseurs soit sa première motivation pour se rendre sur un salon. pour pérenniser son activité, il doit savoir trouver la nouveauté, l’innovation qui lui permette de se renouveler, de se démarquer de la concurrence, et ce, dans la mesure de ses moyens, de ses besoins spécifiques et des attentes de ses clients.

10 I IndustrIe infos

novembre 2010

A travers ses 800 exposants, INDUSTRIE Lyon propose une offre exhaustive de solutions technologiques au service de la production industrielle.

Lyon d’Or 2011 : l’innovation et l’entreprise à l’honneur ! Depuis toujours, INDUSTRIE distingue les industriels qui s’emploient à améliorer l’industrie de demain et qui, pour concevoir leurs produits, systèmes ou services, déploient des trésors d’ingéniosité. C’est pour eux qu’ont été créés les Lyon d’Or. Et parce qu’en 2011 plus que jamais, l’excellence permettra aux industriels de faire la différence, INDUSTRIE a décidé d’apporter plusieurs changements à ses Trophées. pour la première fois en 2011, tous les exposants sont susceptibles de se voir attribuer un Trophée puisque toutes

les innovations présentées sur le salon entreront directement – et gratuitement en compétition. C’est donc à partir de toutes ces nouveautés que le pré-jury sélectionnera une vingtaine de sociétés qui viendront défendre à paris leur produit, système, service… devant un jury composé de journalistes et de professionnels du secteur. A l’issue de ce grand oral, le jury désignera cinq lauréats. En 2011, INDUSTRIE prendra soin de valoriser les entreprises lauréates encore plus qu’à son habitude : les lauréats seront annoncés en amont du salon, de façon à profiter pleinement pendant INDUSTRIE des retombées presse générées. Une signalétique spécifique les mettra en avant sur le salon, sur les plans, dans le catalogue… Enfin, la remise des Trophées INDUSTRIE Lyon 2011 se fera le 5 avril, lors de la soirée d’ouverture.


IndustrIe Lyon 2011 La Plateforme Nouveautés, vitrine de l’innovation En 2011, INDUSTRIE Lyon a décidé de capitaliser pleinement sur la richesse et la variété de l’offre nouveautés / innovations de ses exposants. pour clarifier cette offre, la rendre plus facilement accessible et exploitable,

INDUSTRIE Lyon lance la plateforme Nouveautés INDUSTRIE. Accessible en ligne depuis le site Internet du salon (www.industrie-expo.com), cette nouvelle plateforme répertorie en temps réel et présente en détail toutes les nouveautés et innovations que les exposants proposeront du 5 au 8 avril sur INDUSTRIE. Recherche par exposant, par secteur, par mot-clé…, les professionnels pourront, quel

que soit leur métier, trouver les nouveautés qui les concernent spécifiquement et se créer un parcours de visite sur mesure. S’ils le souhaitent, des liens hypertextes les dirigeront directement chez les industriels et les fabricants. Gageons que sous peu, cette nouvelle plateforme Nouveautés INDUSTRIE deviendra un outil indispensable à tous ceux dont la priorité est d’optimiser leur visite.

retour sur les Lyon d’Or 2009

En 2009, cinq sociétés se sont distinguées parmi les quinze présélectionnées :

CONDAT,

Huiles Mecagreen

CINCINNATI VR,

Banc de perçage avec écran tactile

 www.industrie-expo.com

EMCI,

système de contrôle Optifive

TRUMPF,

Prix spécial : presse-plieuse Trubend 7036

METRIS,

scanner laser digital LC60D

novembre 2010

IndustrIe infos I 11


© Crédit photo : ABB

tendances

Tpe - pme :

Changer son regard sur les robots pour aller de l’avant Les robots comme outil de développement de l’industrie et alternative à la délocalisation des entreprises, voilà des réalités qui ont fait leur chemin dans l’esprit des chefs d’entreprise français. Et pourtant, même si cette évidence est de plus en plus largement partagée dans les PMI, elles restent trop peu nombreuses à passer à l’acte. Résultat : la France enregistre un important retard par rapport à ses voisins européens, notamment italiens et allemands. Le principal frein à la robotisation des industries françaises ? Un cruel manque d’information sur les apports de la robotique en termes d’économie et de flexibilité des systèmes ou sur le rôle essentiel des intégrateurs dans l’accompagnement de leur démarche. Pour remédier à la situation, à travers l’opération Robotcaliser, le Groupe Robotique du Symop s’attache depuis 2005 à informer les PME/PMI pour qu’elles s’équipent et à s’assurer du soutien des pouvoirs publics et des collectivités. Une mission que les récentes turbulences économiques ont rendue plus délicate, mais d’autant plus nécessaire.

La mauvaise exception française Des 1 035 000 unités qui constituaient le parc mondial de robots en 2008, la France en recensait 34 500 tandis que l’Italie en dénombrait 63 000 et l’Allemagne 145 000 ! Les chiffres de l’IFR-International Federation of Robotics montraient qu’en consacrant 10 % de ses investissements à la robotique, la France était à la traîne de ses voisins européens, loin derrière l’Allemagne (42 %) et, dans une moindre mesure, de l’Italie (18 %). Et si on ramène le parc des robots au nombre des employés d’un secteur donné, la densité de robots dans les pME/pMI automobiles françaises est 1,5 fois moins élevée que chez leurs voisines allemandes et 4 fois moins dans l’industrie hors automobile. A l’heure où la main d’oeuvre asiatique est 25 fois moins chère qu’en Europe, la robotisation engendre des gains de productivité qui

12 I IndustrIe infos

novembre 2010

permettent de compenser ces surcoûts. En outre, en pérennisant l’activité de l’entreprise, les robots créent des emplois industriels. L’Allemagne est l’exemple qui prouve que robotisation et tissu industriel fort ne sont pas antinomiques. Les pMI françaises doivent considérer la robotique comme un outil de prospection qui permet à l’entreprise de se développer. En effet, tout en maintenant ses emplois en France, elle peut ainsi conquérir de nouveaux marchés, poursuivre son expansion et même recruter.

Robotiser pour améliorer la compétitivité des PME A l’heure de la mondialisation, dans un contexte de concurrence exacerbée, de développement de pays émergents à bas salaire entraînant une nouvelle répartition internationale du travail, les pME/pMI françaises ont fort à faire pour

rester compétitives. Elles doivent lutter sur plusieurs fronts à la fois pour gagner en productivité, améliorer leur rentabilité, conquérir de nouveaux marchés mais aussi conserver leurs compétences et savoir-faire pour éviter de délocaliser leur production. Ce qui relève souvent pour les chefs d’entreprise de la quadrature du cercle peut trouver une solution rapide dans l’automatisation et la robotisation. Aujourd’hui, le robot est devenu un outil simple de mise en œuvre et d’utilisation (ne nécessitant que peu de connaissances en programmation), personnalisable et pouvant être mis en place rapidement, parfois le temps d’un week-end. De plus, sa flexibilité lui permet de s’adapter aux cadences et rythmes de travail (activités saisonnières, pics de production). polyvalent et modulable, le robot permet de produire plus vite, mieux et moins cher.


Tendances En garantissant une qualité constante (grâce à sa précision et à sa répétitivité), il réduit la quantité de rebuts et la consommation des produits de base, participant ainsi du même coup à l’amélioration de la protection de l’environnement. Si en dix ans la fiabilité des robots a été accrue, dans le même temps son prix a été divisé par deux (tandis que le prix de la main d’œuvre augmentait de 30 % !). Il s’ensuit un meilleur retour sur investissement, de l’ordre d’un à deux ans, tout à fait acceptable pour les PME, et cela même pour les productions en petites séries. Autre bénéfice et autre source d’économie générée par l’automatisation / robotisation : l’amélioration des conditions de travail. Non seulement le robot réduit la pénibilité de certaines tâches mais en améliorant la sécurité du travail, il réduit grandement les risques professionnels et les accidents du travail associés, dégrevant d’autant le budget consacré aux cotisations et aux dépenses. Parallèlement, le robot participe à la revalorisation du travail : il permet la reconversion du personnel vers des tâches et des fonctions plus responsabilisantes, comme le suivi de qualité ou la supervision de la production, par exemple.

La nécessité d’une information sur la robotique Alors, une fois exposés tous les bénéfices que les entreprises ont à tirer de l’automatisation et de la robotisation, comment peut-on expliquer le retard de la France en la matière ? Bien sûr, certains préjugés et idées fausses ont la vie dure. En outre, l’intégration de robots nécessite de réorganiser l’appareil productif de l’entreprise, de modifier les méthodes de travail, de revoir les techniques de vente. Toutes les PME/PMI n’y sont pas prêtes. Et si les mentalités ont commencé à évoluer, la crise que vient de traverser l’économie mondiale et la baisse des aides de l’Etat (dont l’abandon pur et simple de la prime à la casse annoncée pour les robots) a freiné l’élan des actions entreprises. Présentée en décembre 2009, une étude Nodal Consultants sur l’impact de la robotisation sur la compétitivité des PME/ PMI, cofinancée par le ministère de l’Industrie et le Symop, montre que l’origine de la situation française est à chercher dans la méconnaissance que les PME-PMI ont de la robotique. Elles souffrent d’un cruel manque d’informations concernant l’offre robotique, les conditions de mise en place, les aides dont elles peuvent bénéficier… Les coûts engagés et la rentabilisation du matériel, ainsi que la difficulté à trouver des intégrateurs qui possèdent les compétences nécessaires et jouent à fond leur rôle  www.industrie-expo.com

d’accompagnement et de conseil, sont deux autres freins à la robotisation des PME. Véritable coach en robotisation, un bon intégrateur les aidera à analyser leurs besoins, définir le projet, sélectionner le type de machines, estimer correctement le retour sur investissement, à savoir à quels financements ils peuvent prétendre… Il peut aussi assurer le suivi de la conception et de l’installation, ainsi que la formation à l’application. Aux entreprises qui hésitent encore à sauter le pas de la robotisation, certains intégrateurs proposent des offres de location. Les fabricants de robots proposent de plus en plus de solutions modulaires et évolutives, prêtes à l’emploi, ne nécessitant aucune connaissance en programmation. Autant de ressources qui devraient réconcilier les PME/PMI françaises avec la robotisation. D’ailleurs, les retours de plus en plus fréquents d’unités de production en France prouvent qu’il existe une alternative à la délocalisation, dont on sous estime souvent les coûts cachés (transport des produits finis, charges d’exportation, perte du savoirfaire, baisse de qualité constatée, coûts induits par les difficultés de coordination ou le suivi à distance). *Source SYMOP

Robotcaliser pour ne pas délocaliser Le Groupe robotique du Symop (Syndicat des entreprises de technologies de production) fédère dix-neuf entreprises, (constructeurs de robots, intégrateurs de solutions automatisées et centres d’études et de développement) qui produisent ou mettent sur le marché des robots ou des cellules robotisées ainsi que leurs accessoires. La vocation du groupe est de promouvoir la robotique, notamment à travers le projet Robotcaliser, lancé en 2005. Plus d'informations sur : www.robotcaliser.com

novembre 2010

Industrie infos I 13


© Crédit photo : Cetim, Christian Barret.

recherche & développement

le CeTim :

Un outil R&D de 700 personnes au service de toutes les entreprises de mécanique

La dégradation du contexte économique n’a pas épargné la filière mécanicienne. Sévèrement frappées, les entreprises ne doivent pas pour autant relâcher les efforts engagés pour rester performantes. Au contraire, plus que jamais, la R&D et l’innovation leur offrent les moyens de rester compétitives, d’assurer leurs emplois et même de se développer. A 80 %, les entreprises mécaniciennes sont des PME de moins de 50 personnes qui ne possèdent pas les moyens humains et financiers qui leur permettraient d’avoir accès à la R&D. C’est pour cette raison qu’a été mis à leur disposition un outil R&D de 700 personnes : le Cetim (Centre technique des industries mécaniques) !

Un outil R&D de 700 personnes au service de toutes les entreprises de mécanique Dans l’industrie mécanique, toutes les entreprises connaissent le Cetim ne seraitce qu’à travers la taxe affectée qu’elles lui versent chaque année. Mais combien savent ce qu’elles peuvent en retirer ?

14 I IndustrIe infos

novembre 2010

Créé en 1965 par et pour les industriels de la mécanique, le Cetim repose sur un principe fondamental : la mutualisation de moyens humains et de capacités techniques mis au service de toutes les entreprises du secteur. puisque toutes les entreprises cotisent, toutes ont accès gratuitement aux résultats des travaux et des études menées au nom de la collectivité. L’objectif du Cetim est d’apporter aux entreprises mécaniciennes des moyens

et des compétences qui leur permettent d’accroître leur compétitivité. La R&D et l’appui aux pME sont deux axes stratégiques qui se traduisent par le développement de partenariats et de plateformes technologiques, une implication dans les pôles de compétitivité et un engagement européen. Le Cetim assure également l’accompagnement des pME confrontées à la création de nouveaux produits et services.


recherche & développement Des choix technologiques pour le futur Chaque année, le Cetim pilote en continu pas moins de 200 études professionnelles (veille des technologies et des marchés, recherche appliquée), développées selon quatre grands axes technologiques prioritaires : Conception, simulation, essais - Mécatronique, contrôle, mesure Matériaux, procédés - Développement durable. Mobilisateurs et visibles, ces choix technologiques favorisent les coopérations internationales. Entrepris à la demande des représentants de chacune des professions de la mécanique, ces travaux sont programmés et pilotés par trente commissions ouvertes à toute entreprise du secteur, quels que soient sa taille ou le montant de sa cotisation.

Le Cetim, créé par et pour les industriels de la mécanique

L’ensemble des résultats de ces actions collectives est mis gratuitement à la disposition de tous les cotisants via le site Internet, les publications, les événements... parallèlement, le Cetim contribue fortement à la normalisation, en particulier à l’international. Avec plus de 200 sièges dans les instances, source de financement majoritaire de l’UNMUnion de Normalisation de la Mécanique, il veille à faire valoir la qualité des produits et services des industries mécaniques françaises, et de leur accès aux marchés étrangers.

Un accompagnement de proximité Les actions du Cetim se déclinent aussi sur le terrain, au plus près des pME mécaniciennes : accompagnement technologique, appui à la stratégie individuelle, appui au développement technologique en région… Une partie de la taxe versée par les industriels

La mécanique française : chiffres clés Premier employeur industriel en France, la mécanique regroupe 11 000 entreprises de 10 salariés ou plus et se place au sixième rang mondial. réparties sur l’ensemble du territoire, les industries mécaniques représentent en moyenne 20 % de l’emploi industriel de chaque région. ses 650 000 salariés réalisent un chiffre d’affaires de 97,5 milliards d’euros (dont 39 % à l’exportation). Source : Chiffres 2009 (FIM)

A la croisée de la recherche et de l’industrie, le Cetim (Centre technique des industries mécaniques) est le plus gros centre technique de France. Il est financé par une taxe représentant un millième du chiffre d’affaires des entreprises mécaniciennes, dont la reconduction est votée par le Parlement dans le cadre de la loi de finance annuelle. Le Cetim est présent sur 3 pôles principaux (senlis, nantes, saintEtienne), 17 délégations régionales et 2 filiales internationales (Maroc et Tunisie). Il repose également sur 4 centres associés partenaires (Cetim Cermat, Cetim Certec, Pôle Polymère sud, LrCCP), un centre de ressource mécatronique (Annecy) et une fondation (Fondation Cetim). Le Cetim rassemble 700 personnes (dont plus de la moitié d’ingénieurs et de techniciens) et réalise un chiffre d’affaires annuel de 100 millions d’euros.

 www.industrie-expo.com

novembre 2010

IndustrIe infos I 15


recherche & développement sert à créer des réseaux (avec les UIMM, les régions, les CCI, les Dreal) et à trouver des abondements supplémentaires, de telle sorte que les coûts engendrés pour une action représentent au final 10 à 30 % de ceux qu’elle aurait engendré si elle avait été entreprise à titre individuel. Des comités mécaniques régionaux rassemblant les instances régionales (UIMM, CCI…) veillent à la cohérence des programmes engagés. Ce dispositif concerne chaque année plus de 800 entreprises et engage un financement de 5 millions d’euros au profit des pME. La taxe finance également un dispositif d’accès aux conseils d’experts, gratuit pour les cotisants : le service Question Réponse. Chaque lundi, quelque part en France, des industriels mécaniciens se rencontrent à l’occasion des Lundis de la Mécanique : interventions d’experts, questions/réponses, visite d’usine… pendant quelques heures, en fin de journée, ils débattent d’un sujet technologique ou stratégique qui les concerne directement. Tous les ans, ce sont ainsi plus de 2000

participants et 450 entreprises cotisantes qui prennent part gratuitement à ces rendez-vous qui enregistrent une affluence croissante.

L’innovation au cœur de la stratégie Anticiper les mutations du secteur, répondre aux nouvelles exigences de ses clients, garder une longueur d’avance sur la concurrence, la survie d’une entreprise passe par sa capacité à innover. Dans sa démarche de création de nouveau produit ou service, la pME ne sait pas toujours comment s’y prendre : quelles sont les dernières évolutions technologiques, où trouver les ressources scientifiques et technologiques adéquates, à quelles subventions puis-je prétendre, comment m’organiser… ? Autant de questions auxquelles le Cetim répond depuis 2007 avec sa délégation à l’Innovation et à la Valorisation qui accompagne les projets innovants des pME, du montage du projet à son industrialisation, en passant par l’aide à la conception.

réussir son développement avec Acamas Lancé en 2005, Acamas est un programme qui accompagne des PME mécaniciennes dans leur démarche d’anticipation et de changement, afin de garantir leur pérennité et leur développement. Il concerne toutes les PME, les entreprises de sous-traitance, les fabricants de composants et les constructeurs de biens d’équipements. Initié par la FIM et soutenu par le Cetim, le programme Acamas compte 18 régions partenaires, 32 actions lancées et plus de 600 entreprises engagées.

Caïus compare les performances des entreprises en usinage Opération de concurrence virtuelle inédite, Caïus est une campagne d’intercomparaison interrégionale qui permet aux PMI dont le métier est l’usinage d’améliorer leur compétitivité. En participant au programme Caïus, les PMI des

16 I IndustrIe infos

novembre 2010

régions Midi-Pyrénées, Auvergne et Limousin peuvent évaluer leurs performances et se situer sur le marché… en toute confidentialité ! Au-delà, il s’agit bien sûr de comprendre les écarts et d’engager des actions d’amélioration avec l’appui d’experts.


recherche & développement En toute confidentialité, le Cetim collabore au développement du produit et apporte son expertise sous diverses formes : structuration de la démarche pour gagner en efficacité, apport des compétences pluridisciplinaires nécessaires, réalisation d’un prototype et d’études d’industrialisation, recherche des partenaires industriels. Depuis 2007, ce sont près de vingt projets mobilisant 15 M€ qui ont été lancés. La rémunération de ces études est basée sur les royalties perçues sur le chiffre d’affaires lorsque le projet est arrivé au stade de la commercialisation.

une technique de contrôle non destructif à découvrir non référencé dans les codes et les normes et encore peu connu des utilisateurs potentiels, le TOFD (Time of flight diffraction) est une technique de contrôle non destructif ultrasonore apparue il y a quelques années. Malgré de nombreux essais témoignant de ses capacités pour la détection, la localisation et la mesure des défauts, le TOFD reste peu utilisé. La commission Chaudronnerie, tuyauterie, tôlerie du Cetim a rédigé avec le syndicat de la chaudronnerie, tuyauterie et maintenance industrielle (snCT) un fascicule de préconisation bilingue qui rappelle les principaux aspects de la technique et donne aux industriels les éléments nécessaires pour tirer le meilleur de ses possibilités.

Une offre commerciale en complément des projets collectifs Assistance technique, conseil, formation, appui à des programmes d’innovation…, le Cetim propose également toute une gamme de prestations payantes aux entreprises qui souhaitent mener des démarches individuelles*. En matière d’ingénierie de projets innovants, R&D industrielle et aide à la conception, le Cetim dispose d'une offre multidisciplinaire pour la conception (et la reconception) de produits et de procédés, prenant en compte les paramètres humains, technologiques, organisationnels, environnementaux, ergonomiques… Ingénierie d’essais, contrôle des produits et des équipements, caractérisation et aide au choix des matériaux et des traitements, simulation, validation et fiabilisation des produits… mieux connaître les matériaux et les procéder pour mieux innover. Conseil, expertise, formation…, les consultants du Cetim affichent une large palette de compétences pour améliorer l’organisation, les produits ou les procédés. Avec 1000 cas nouveaux traités chaque année, le Cetim est leader français en analyse des défaillances mécaniques. *A noter que sur ces prestations réalisées à titre privé, les cotisants bénéficient d’une remise de 10 %

La rentabilité par l’éco conception Mapeco est un programme qui met en œuvre la méthode d’éco conception Maïeco développée par l’Ensam et le Cetim. Mapeco intègre l’environnement dans la conception des produits et valorise cette démarche auprès des clients,

 www.industrie-expo.com

tout en revoyant la facture à la baisse. réduction des rebuts, de la masse des produits, des besoins en énergie, de la consommation en matière première… Les exemples concrets sont là pour attester que la prise en compte de l’environnement peut se faire de manière

efficace et réaliste. Ces travaux sont à l’origine de la norme nFE 01-005 « Produits de la Mécanique : Méthodologie d’éco conception » qui a été homologuée et publiée par l’Afnor en août 2010.

novembre 2010

IndustrIe infos I 17


CePI 2011

Cepi 2011 :

Un événement inédit entièrement dédié aux process industriels Manifestation inédite regroupant les fournisseurs d’équipements et de technologies pour les industries, le CEPI, Carrefour des Équipements pour les Process Industriels, a été voulu et conçu comme un rendezvous de spécialistes, attachant autant d’importance à l’exposition des savoir-faire et aux conférences. Ce nouvel événement trouve en Rhône-Alpes, première région industrielle de France, un environnement privilégié pour le lancement de sa première édition et ses ambitions d’ouverture vers l’Europe du Sud et le Maghreb.

CEPI / INDUSTRIE Lyon : une complémentarité naturelle CEpI se tiendra aux mêmes dates et au même lieu qu’INDUSTRIE Lyon, salon des équipements de production (machine outils, robotique, assemblage, soudage...). La complémentarité des deux événements est évidente : le secteur sous-traitance d’INDUSTRIE trouvera des interlocuteurs privilégiés au CEpI, les exposants du Village Nucléaire INDUSTRIE ont des besoins en process disponibles au CEpI, les traitements de surfaces, l’assemblage… attirent les visiteurs d’INDUSTRIE et du CEpI… L’ensemble va constituer l’évènement industriel le plus important à Lyon en année impaire.

Les organisations professionnelles engagées avec le CEPI Le CEpI bénéficie du soutien actif des grandes instances de la profession : FIM (Fédération des Industries Mécaniques) SNCT (Syndicat National de la Chaudronnerie et Tuyauterie et

18 I IndustrIe infos

novembre 2010

Maintenance industrielle) PROFLUID (Association Française des pompes et Agitateurs, des Compresseurs et de la Robinetterie) GEP (Groupement des Entreprises parapétrolières et paragazières) UIC (Union des Industries Chimiques) GIFIC (Groupement Interprofessionnel des Fournisseurs de l’Industrie Chimique) SFGP (Société Française de Génie des procédés).

Un programme dense de conférences techniques La surface d’exposition des technologies et savoir-faire dédiée à tous les décideurs cœur d’usine (achats, production, maintenance, bureaux d’études,…) a été volontairement limitée à 6 000 m², tandis que le programme de conférences applicatives abordera tous les sujets qui font l’actualité de la pétrochimie, de la pharmacie ou de l’agroalimentaire... Ces grandes thématiques (maîtrise des risques industriels, éco énergie des process, éco conception…) qui concernent l’ensemble des acteurs industriels seront présentées par des personnalités reconnues du secteur. Outre la séance plénière du mardi après-

midi sur les attentes des grands donneurs d’ordres, le programme se déroulera sur six demi-journées en matinée (10h-12h) et en après-midi (14h30-16h30). Ainsi, ce sont deux grands thèmes de conférences (réglementations, efficacité énergétique, développement durable...) qui seront traités chaque jour sur un rythme de 45 minutes de présentation, suivies de 15 minutes de débats entre les intervenants et l’assistance.

Un ensemble d’actions destinées à rapprocher donneurs d’ordres et équipementiers En plus des conférences techniques, plusieurs actions ont été pensées pour favoriser les échanges entre clients et fournisseurs : rendez-vous d’affaires personnalisés et individuels avec des cibles spécifiques préalablement identifiées, plateforme Internet pour trouver des informations sur les marchés et des espaces pour prendre des rendezvous avant le CEpI et poursuivre ses contacts après l’événement.


CePI 2011

05 08

CePI 2011 en chiffres

AVrIL 2011 E U R E X P O - LY O N

FRANCE

1ère édition création en 2011 200 exposants 3 000 visiteurs 6 000 m² d’exposition

>

Plus de détails sur :

www.cepi-expo.com

un programme de conférences d’envergure, Orienté vers tous les marchés utilisateurs, le programme de conférence du CEPI mobilise les organisations professionnelles nationales et européennes :

mardi 5 avril i 10h00-12h00 La maîtrise des risques industriels L’étanchéité dynamique : montage, mise en service et maintenance des systèmes d’étanchéité (ArTEMA / Cetim) La modernisation des installations industrielles (Bureau des risques Industriels) Pourquoi un système de référencement en sécurité du travail (MAsE) retour d’expérience en sécurité des installations pétrolières et chimiques (GEsIP)

mardi 5 avril i 14h30-16h30 Investissement et développement : quels défis pour l’industrie en France et en Europe ? séance plénière en présence de dirigeants de grandes entreprises, des Présidents des organisations professionnelles partenaires et des instances régionales.

mercredi 6 avril i 10h00-12h00 L’innovation dans le process L’usine du futur (AXELErA) L’innovation dans les procédés (sFGP) Le concept green process engeenering : la place des équipementiers (EnsI AssET Toulouse / sFGP) Procédés verts : quels outils d’évaluation ? Les écobilans et cycles de vie (rHODIA / sFGP)

mercredi 6 avril i 14h30-16h30 Eco concevoir L’éco conception adaptée aux pompes et robinetteries (PrOFLuID) Concevoir et construire pour recycler (DEGrEMOnT / sFGP) Eco conception dans la mécanique (PrOFLuID / Cetim)

Jeudi 7 avril i 10h00-12h00 Normes et réglementations : un enjeu pour les industriels L’effet de la normalisation (unM) Les nouvelles normes de soudage et

leurs conséquences (GDF suEZ / snCT) CODAP 2010, ce qui va changer (CODAP / snCT) norme ATEX : où en sommes-nous ? (EurEKA)

Jeudi 7 avril i 14h30-16h30 L’efficacité énergétique des procédés retour d’expérience sur les économies en consommation de vapeurs (BOnDuELLE / sOLVAY) Applications industrielles d’optimisation énergétique des procédés (VEOLIA EnVIrOnnEMEnT / sYnTHEC) Financement de l’optimisation énergétique (ADEME) Moteurs et consommation énergétique (ADEME)

vendredi 8 avril i 10h00-12h00 Le développement durable : un avenir pour chacun Des procédés pour le recyclage (uIC) Chimie du végétal (uIC) Table ronde avec des acteurs du Développement Durable Programme arrêté le 15 octobre 2010

 www.cepi-expo.com

novembre 2010

IndustrIe infos I 19


Interview

inTervieW : Louis Félicité, Président du GIFIC

Faciliter le dialogue entre clients et fournisseurs est la raison d’être du GIFIC

Louis Félicité, vous êtes Président du GIFIC, Groupement Interprofessionnel des Fournisseurs de l’Industrie Chimique, pouvez-vous nous le présenter ? Louis Félicité : Le GIFIC a été créé en 1987, pour assurer la promotion des constructeurs français d’équipements pour l’industrie chimique et parachimique, tant sur le marché français qu’à l’exportation. Aujourd’hui, il fédère quatre syndicats-membres, une fédération professionnelle et deux autres entités (voir encadré pour détails). A travers ses membres, le GIFIC représente plus de 600 entreprises françaises identifiées qui réalisent un chiffre d’affaires d’environ 5 milliards d’euros dont 45 % à l’exportation. Ces entreprises s’adressent à la chimie sous ses aspects les plus variés : pétrochimie, biochimie, pharmacie, cosmétiques, arômes, colles, peintures…

20 I IndustrIe infos

novembre 2010

Quel est le rôle du GIFIC ? LF : La mission du GIFIC est d’être une passerelle entre clients et fournisseurs, tant en France qu’à l’étranger. En favorisant le dialogue et les échanges entre les passeurs d’ordres et les équipementiers, le GIFIC leur permet de trouver ensemble la meilleure adéquation technique et économique entre équipements et besoins des procédés. Cela vaut aussi bien pour des questions touchant aux différentes techniques, qu’aux diverses réglementations, ou à l’évolution des marchés.

Quels types d’actions mettez-vous en place ? LF : pour le marché français, nous organisons régulièrement des groupes de travail dans lesquels industriels et équipementiers se retrouvent sur une thématique en rapport direct avec les sujets d’actualité. preuve de l’efficacité de ces réunions, l’une d’entre

elles a récemment débouché sur la création d’un référentiel sur les procédures à suivre lors des arrêts d’unités pour maintenance, périodes particulièrement sensibles pour les entreprises de type Seveso notamment. Au niveau international, nous étudions de près les marchés émergents et les zones économiques les plus favorables à nos adhérents. Nous sommes également en contact permanent avec Ubifrance, organisme de développement international pour lequel nous définissons les orientations à suivre dans la filière chimique. Toujours avec Ubifrance, nous organisons des sessions de travail à l’étranger lors desquelles des chefs d’entreprises français rencontrent des décideurs de haut niveau. Ces rencontres sont des opportunités uniques pour eux de finaliser des contrats, relancer des discussions, faire le point sur les opportunités… (voir encadré) Nous sommes aussi présents sur les grands rendez-vous internationaux du secteur, comme le salon Chemtech qui se tiendra en 2011 à Bombay. Enfin, le GIFIC est membre de EUCHEMApEuropean committee for the suppliers of the chemical and allied industries qui est la voix européenne des fournisseurs de l’industrie chimique auprès de la Commission de l’Union Européenne. En outre, nos actions sont régulièrement soutenues par l’association INTERCHIMIE, Association pour l’exposition internationale du génie des procédés.


Interview Comment est né le nouveau rendez-vous professionnel, CEPI, Carrefour des équipements pour les process industriels ? LF : Le GIFIC reste constamment à l’écoute des besoins de ses adhérents. Depuis quelque temps, les professionnels exprimaient leur envie de voir se tenir en France un événement fédérateur, un lieu d’échanges privilégié autour de thématiques incontournables de l’industrialisation des produits, depuis la conception jusqu’à l’exploitation, en passant par leur maintenance. C’est dans cette optique qu’a été créé le CEpI. Le CEpI est un vrai rendez-vous de spécialistes, axé autour d’un cycle de six conférences aux thématiques d’actualité, où interviennent des personnalités industrielles importantes, et de la présentation sur un espace à la surface volontairement réduite des technologies et du savoir-faire des entreprises du secteur. Et puisque l’organisation d’événement de ce genre n’est clairement pas notre métier, nous avons donc choisi de faire appel à GL events qui a pris en charge la création du salon avec notre soutien actif, et de profiter de son expérience en la matière. En outre, dès sa première édition, le CEpI pourra s’appuyer sur la notoriété d’INDUSTRIE Lyon 2011, salon leader de son secteur.

Mission auprès de l’Office Chérifien des Phosphates : un succès aux retombées concrètes Appuyé par la Chambre Française de Commerce et d’Industrie au Maroc (CFCIM), le GIFIC a mené une mission auprès de l’Office Chérifien des Phosphates. En novembre dernier, une délégation de 45 personnes représentant une trentaine d’entreprises a été accueillie pour deux jours au Maroc par le ministre marocain de l’Industrie et du Commerce, Monsieur Ahmed réda Chami. Après une présentation de l’OCP et la visite de Jorf Lasfar, premier site mondial de phosphates, des rendez-vous individuels organisés par le GIFIC en amont de la visite ont permis aux industriels français de présenter leur savoir-faire

dans les domaines spécifiques qui intéressaient tout particulièrement l’OCP, comme par exemple la tuyauterie pour réseaux d’eau de mer, les revêtements anti-acide et réfractaire, les pompes axiales immergées à grand débit… Ces réunions client/prospects ont été fructueuses, la plupart d’entre elles se traduisant par la signature de contrats. Pour donner suite à cette action, les entreprises françaises recevront fin novembre une délégation de l’OCP, menée par le directeur des achats du groupe, accompagné de quatre acheteurs et ingénieurs spécialisés.

Le GIFIC fédère quatre syndicats-membres GIMELEC solutions électriques et d’automatismes pour l’énergie, le bâtiment, l’industrie et les infrastructures, MESURE Equipement de mesure, contrôle et régulation, PROFLUID Association Française

 www.cepi-expo.com

des Pompes et Agitateurs, des Compresseurs et de la robinetterie, SNCT syndicat de la Chaudronnerie, Tuyauterie et maintenance industrielle. En plus de ces quatre syndicats membres, le GIFIC regroupe : La FIM Fédération des Industries

Mécaniques, le Cetim Centre Technique des Industries Mécaniques et la SFGP, société Française de Génie des Procédés. Le GEP, Groupement des Entreprises Pétrolières et Parapétrolières, et l’UIC, union des Industries Chimiques en sont membres associés.

novembre 2010

IndustrIe infos I 21


destination

lyon eT eurexpo : une ville et un parc, main dans la main

Au cœur de l’Europe, Lyon est à la fois une métropole économique dynamique et une ville de culture et de gastronomie, classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO depuis 1998. Son Centre de conventions et d’expositions, Eurexpo, situé à mi-chemin du centre ville et de l’aéroport Lyon-Saint Exupéry, est un site moderne entièrement modulable, pouvant accueillir tout type de manifestations. Fidèle à sa tradition de convivialité, Lyon a mis en place une démarche engageant l’ensemble des partenaires du tourisme : la Lyon Welcome Attitude, dont l’objectif est de mieux accueillir visiteurs et exposants des grands salons qui ont lieu à Eurexpo. Pour sa part, le parc des expositions vient d’achever un vaste projet d’extension qui développe son offre de services et améliore le confort des visiteurs : un nouvel espace d’accueil et un nouveau hall. Assurément, la capitale des Gaules sait conjuguer affaires et douceur de vivre.

La Welcome Attitude mobilise tous les partenaires du tourisme à Lyon Faciliter l’accès et les déplacements, accueillir chaleureusement les personnes qui arrivent à Lyon, faire en sorte qu’elles se sentent considérées. Tels sont les trois grands enjeux de la démarche Lyon Welcome Attitude en matière de tourisme d’affaires, qui mobilise l’ensemble des partenaires du tourisme du Grand Lyon (SNCF, aéroport, transports en commun, taxis, hôtels, restaurants, commerçants...), de l’Office de tourisme et d’Eurexpo. La Lyon Welcome Attitude se traduit de plusieurs façons : dispositifs d’accueil (bornes avec hôtesses), une signalétique renforcée aux couleurs du salon dans les gares et à l’aéroport Lyon-Saint Exupéry pour indiquer les accès à Eurexpo, des annonces sonores dans les gares et les transports en commun lyonnais, kiosque « accueil et informations » sur le salon où le visiteur sera informé des meilleures façons de profiter de son séjour : informations et réductions dans de nombreux lieux phares de la

22 I IndustrIe infos

novembre 2010

ville, le journal Welcome Lyon reprend les meilleures adresses et sorties à faire… chemin de moquette déployé en gare de la part-Dieu depuis la descente des trains jusqu’à l’arrêt de tramway permettant d’aller à Eurexpo, des panneaux publicitaires souhaitant la bienvenue au salon dans toute la ville. Un accueil de première classe !

Eurexpo, des investissements pour plus de convivialité et de modularité, Avec ses 12 halls contigus de plain-pied et climatisés, 4 espaces de réunions modulaires, un espace convention, une surface d’exposition extérieure, une piste 4x4, 6 restaurants et 6 bars, 5000 places de parking exposants et 8000 places de parking visiteurs, un service Wifi disponible gratuitement sur tout le site, Eurexpo est à même d’accueillir tout type d’événement : exposition, congrès, convention, dîner de gala, démonstration de produit, conférence… Dans le souci de développer son offre de services et d’améliorer le confort de ses

visiteurs, Eurexpo vient d’achever un vaste programme d’extension qui comprend un nouvel espace d’accueil et un nouveau hall multifonctionnel de 10 000 m². Moderne et lumineux, le nouvel espace d’accueil devient l’emblème du « nouvel Eurexpo ». Agrandi de 2 000 m², il se veut un lieu de vie convivial où trouver tous les services nécessaires à l’accueil des visiteurs : point info, business center, restaurants, vestiaires-bagagerie, boutiques et espace détente dans un jardin paysagé. Répondant initialement aux besoins d’accroissement de surface des grands salons d’Eurexpo, le nouveau hall paul Bocuse a pris un caractère multifonctionnel pour mieux répondre à plusieurs configurations possibles : exposition, convention, spectacle. Cet espace de 10 000 m² intègre un auditorium rétractable (jauge de 2 400 à 4 200 assis pouvant atteindre 6 000 places en assis-debout). En outre, les 6 bars et 6 restaurants d’Eurexpo ont été entièrement repensés et relookés pour offrir aux visiteurs et exposants un service de restauration innovant et de qualité, dans la tradition du patrimoine culinaire lyonnais : restaurants des célèbres Mères lyonnaises, traditionnels Bouchons, Halles de Lyon,…


15 e É

RENNES2011

Parc Expo RENNES Rennes Aéroport

IO DIT N

Carrefour des fournisseurs de l'industrie agroalimentaire

IO DIT N

Carrefour des fournisseurs de l'industrie agroalimentaire

5 eÉ 12011

RCS TOULOUSE B 387 987 811 / Crédits photos : Franck Monéger - Fotolia.

RCS TOULOUSE B 387 987 811 / Crédits photos : Franck Monéger - Fotolia.

Parc Expo 15¬16¬17 Mars Rennes Aéroport 15¬16¬17 Mars

osants p x e 0 1 20 des IAA ! eosants se0rveixcp u0 a2 !

1

s IAA e d e c i v r au se

Unconcentré concentré d’idées ! ! Un d’idéesperformantes performantes INGRÉDIENTS & PAI | ÉQUIPEMENTS & PROCÉDÉS | EMBALLAGES & CONDITIONNEMENTS INGRÉDIENTS & PAI | ÉQUIPEMENTS & PROCÉDÉS | EMBALLAGES & CONDITIONNEMENTS Renseignements : Julie Voyer cfia@gl-events.com - tél. 05 53 36 78 78

Renseignements : Julie Voyer cfia@gl-events.com - tél. 05 53 36 78 78

www.cfiaexpo.com

www.cfiaexpo.com


Renseignements : Julie Voyer - cepi@gl-events.com - tĂŠl. 05 53 36 78 78

INDUSTRIE infos, Novembre 2010  

Le magazine du salon INDUSTRIE, prochain rendez-vous du 26 au 30 Mars 2012, à Paris Nord Villepinte

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you