Page 1

Like –  Lille  international  knowledge  exchange  –  16  septembre  2013  

   

16 septembre  2013  –  Lille  Grand  Palais  

Fiche mémo  

                             

1


Like –  Lille  international  knowledge  exchange  –  16  septembre  2013  

Le Nord  –  Pas  de  Calais,  région  entreprenante   En   2013,   le   Nord   –   Pas   de   Calais   s’affiche   plus   que   jamais   comme   région   entreprenante.   Les   efforts   fournis   de   concert  par  tous  les  acteurs  du  territoire  depuis  plusieurs  années  pour  promouvoir  l’esprit  d’initiative  ont  en  effet   été   récompensés   par   l’attribution   du   label   européen   European   Entrepreneurial   Region   (EER).   Une   première   en   France  qui  sonne  comme  un  honneur  mais  aussi  comme  «   u ne  responsabilité   »  pour  Pierre  de  Saintignon,  1er  Vice-­‐ président   du   Conseil   Régional   Nord-­‐Pas   de   Calais,   car   «   i l   faudra   être   à   la   hauteur   pendant   la   durée   de   validité   du   label   (deux   ans)   et   ensuite   y   rester   » ,   ajoute   Laurent   Degroote,   Président   de   la   Commission   CCI   Entreprendre   en   Nord-­‐   P as   d e   C alais.    

Une dynamique  collective  soutenue  par  la  SRIE   Un  effort  collectif  de  longue  date  

Promouvoir l’esprit  d’entreprise  n’est  pas  un  objectif  nouveau  en  Nord  –  Pas  de  Calais.  Depuis  une  dizaine  d’années,   un   large   partenariat   (Région,   Education   nationale,   enseignement   supérieur,   délégation   régionale   aux   droits   des   femmes,   C hambres   d e   c ommerce   e t   d ’industrie   ( CCI),   t erritoires,   e tc.)   œ uvre   d ans   c e   s ens.   Autre   atout   de   la   région,   cette   démarche   collective   au   service   du   développement   des   initiatives   et   de   l’entrepreneuriat  a  été  concrétisée  dès  2012  dans  la  Stratégie  régionale  initiatives  et  entrepreneuriat  (SRIE).  La  SRIE   est   a ussi   l e   g age   d ’une   p olitique   i ntense   e t   p érenne.   S es   o bjectifs   s ont   l es   s uivants   :   -­‐   d évelopper   l a   c ulture   é conomique   d es   h abitants   a fin   q u’ils   p ortent   u n   r egard   é clairé   s ur   l eur   e nvironnement   e t   q u’ils   puissent   s ’engager   d ans   l ’initiative   é conomique   -­‐   i mpulser   et   accompagner   un   changement   culturel   dans   une   région   marquée   par   une   tradition   salariale   fortement   ancrée.     Un  exemple  :  le  dispositif   Des  premiers  résultats  très  satisfaisants  

Entreprenarium

Enseignement primaire   e t   secondaire  

Enseignement supérieur  

Femmes

Une a ugmentation   d e   4 2   %   d u   n ombre   d’élèves   s ensibilisés   à   l ’esprit   d ’initiative   e n   2012-­‐2013   p ar   r apport   à   l ’année   2 011-­‐2012   130   a ctions   d e   t outes   n atures   m enées   p ar   les   é tablissements   e n   f aveur   d e   l’entrepreneuriat   ( sensibilisation,   f ormation,   etc.),   s oit   1 4   4 00   é tudiants   t ouchés   Sept   h ubhouses   c réés   d ans   l a   r égion   ( dont   deux   e n   c ours   d ’ouverture)   d isséminés   s ur   tout   l e   t erritoire   Plus   d e   1   5 00   f emmes   i mpliquées   d ans   d es   actions   d e   s ensibilisation   e t   d e   d écouverte   de   l ’entrepreneuriat  

Quel objectif   ?   Démystifier   l’image   du   chef   d’entreprise   d ans   l ’opinion   p ublique   Comment   ?   Par   la   mobilisation   et   la   formation   des   entrepreneurs   qui   souhaitent   valoriser   l’esprit   d’initiative   à   travers   leur   témoignage   au   sein   des   établissements   scolaires   primaires   et   secondaires   (déjà   20   0 00   élèves   sensibilisés)   Quelle   ambition   ?   500   chefs   d’entreprise   mobilisés   d ’ici   2 020,   r épartis   s ur   l ’ensemble   du   t erritoire   r égional   Quels   moyens   ?   Un   pilotage   par   la   CCIR   Nord   de   France   et   une   équipe   d’animation   dédiée   a vec   d es   r elais   t erritoriaux  

Le label  EER  en  quelques  mots  

Depuis 2011,   le   label   EER   récompense   les   régions   de   l’Union   européenne   qui   se   distinguent   par   des   visions   entrepreneuriales  d’exception.  Cette  initiative  vise  à  susciter  l’émergence  de  régions  dynamiques  et  entreprenantes.   A   c e   j our,   1 2   r égions   e uropéennes   o nt   r eçu   l e   l abel   E ER   :   -­‐   e n   2 011,   l e   L and   B randenburg   ( Allemagne),   l e   c omté   d e   K erry   ( Irlande)   e t   M urcia   ( Espagne)   -­‐   e n   2 012,   l a   C atalogne   ( Espagne),   l a   r égion   d ’Helsinki-­‐Uusimaa   ( Finlande)   e t   c elle   d e   T rnava   ( Républiques   s lovaque)   -­‐   e n   2 013,   l e   N ord   –   P as   d e   C alais   ( France),   l a   r égion   d u   s ud   d u   D anemark   e t   l a   S tyrie   ( Autriche).   Enfin,   la   Flandre   belge,   la   Marche   (Italie)   et   le   Brabant   (Pays-­‐Bas)   sont   les   trois   régions   qui   ont   obtenu   le   label   EER   pour   l ’année   2 014.  

2


Like –  Lille  international  knowledge  exchange  –  16  septembre  2013  

Défis Like  2014   Pour   que   like   entrepreneurship   ne   vive   pas   seulement   une   journée   par   an,   les   participants   de   chaque   atelier   ont   sélectionné   l es   D éfis   L ike   2 014,   i nitiatives   d ont   i ls   o nt   j ugé   l a   m ise   e n   œ uvre   u tile   d ans   c ette   r égion   e t   a illeurs…  

3


Like –  Lille  international  knowledge  exchange  –  16  septembre  2013  

Atelier 1  :  Eveiller  les  plus  jeunes  à  l’esprit   d’initiative  !  (-­‐12  ans)   L’intérêt   pour   la   sensibilisation   des   plus   jeunes   (entre   3   et   12   ans)   à   l’entrepreneuriat   peut   paraître   surprenant.   Pourtant,   sans   vouloir   à   tout   prix   en   faire   de   futurs   chefs   d’entreprise,   de   tels   projets   permettent   à   ceux   qui   y   participent   d e   d évelopper   d ès   l e   p lus   j eune   â ge   d es   q ualités   e ssentielles   c omme   l ’autonomie,   l a   c onfiance   e n   s oi,   l es   compétences  interpersonnelles  ou  encore  la  créativité.  Autant  d’atouts  qui  leur  seront  fort  utiles  dans  leur  future  vie   professionnelle,   q u’ils   c hoisissent   o u   n on   d e   c réer   u ne   «   e ntreprise   »   a u   s ens   s trict   d u   t erme.  

Enjeux et  philosophie  de  la  sensibilisation  des  plus  jeunes  à  l’esprit  d’initiative   «   L ’enfant,   un   entrepreneur   naturel   » .   Les   dispositifs   de   sensibilisation   des   plus   jeunes   à   l’esprit   d’initiative   recouvrent   des   formes   variées.   Ils   reposent   cependant   sur   une   même   conviction,   partagée   par   tous   les   porteurs   de   projets   :  l’enfant  est  un  entrepreneur  naturel.  Participer  à  un  projet  de  création  d’entreprise  est  pour  lui  l’occasion  de   découvrir   s es   q ualités   –   i magination,   p ersévérance,   d ynamisme,   e tc.   –   e t   d e   l es   d évelopper.     D’un   bout   à   l’autre   d’un   projet.   Une   façon   efficace   de   promouvoir   l’esprit   d’initiative   des   enfants   :   leur   laisser   développer  leurs  propres  idées.  Lorsqu’on  laisse  libre  court  à  leur  imagination  pour  mettre  en  œuvre  un  projet  qu’ils   auront   eux-­‐mêmes   définis,   les   enfants   sont   plus   motivés   et   s’investissent   dans   la   durée.   Ce   qui   a   des   répercussions   positives   non   seulement   sur   les   bénéfices   qu’ils   retireront   du   projet   lui-­‐même,   mais   également   sur   leurs   résultats   scolaires   e n   g énéral,   a insi   q ue   s ur   l a   c ohésion   d e   g roupe   d ans   l a   c lasse.   Parties  prenantes.  P our   m ener   e fficacement   u n   p rojet   d e   s ensibilisation   d es   p lus   j eunes   à   l ’esprit   d ’initiative,   l e   s outien   de   diverses   parties   prenantes   est   nécessaire.   Tout   d’abord,   les   enseignants   et   les   autorités   en   charge   de   la   politique   de   l’éducation,   auprès   desquels   certaines   réticences   et   inquiétudes   doivent   parfois   être   levées,   notamment   vis-­‐à-­‐vis   de   l’opportunité-­‐même   de   sensibiliser   les   enfants   à   l’entrepreneuriat.   Le   concours   des   administrations,   des   entrepreneurs   locaux,   sans   oublier   des   parents   eux-­‐mêmes,   est   lui   aussi   nécessaire   pour   créer   un   «   é cosystème   »   favorable   a u   d éveloppement   d e   l ’esprit   d ’entreprendre.  

Panorama de  projets  européens     -­‐   C ible   :   l es   1 0-­‐12   a ns  

« Cap’ten  »   -­‐   E n  deux  étapes  (invitation  et  introduction   ;  réalisation  du  projet),  et  à  l’aide  d’outils  pédagogiques   ICHEC,   Bruxelles  

fournis g ratuitement   p ar   l ’ICHEC   a ux   p rofesseurs   -­‐   E ntre   1 0   0 00   e t   1 5   0 00   j eunes   s ensibilisés   p ar   a n   d epuis   2 004   -­‐   P rogramme   d écliné   e n   f rançais   e t   e n   f lamand  

« C  MA  VILLE  »  -­‐   C ible   :   l es   8 -­‐10   a ns                                                                                                                                                                         * Lauréat Défi like 2014   Entreprendre  pour  -­‐   L es   enfants   sont   invités   à   identifier   un   besoin   économique   en   relation   avec   leur   espace   de   vie,   et   apprendre  (EPA),   modélisent  la  réponse  à  y  apporter  (à  l’aide  de  dessins,  de  maquettes,  de  collages,  etc.).  L’opération   Nord  –  Pas  de   s’achève   p ar   l a   p résentation   d es   p rojets   é laborés   l ors   d ’un   f orum   p ublic   Calais  

-­‐ 5 00   e nfants   s ensibilisés   e t   9 5   p rojets   d éveloppés   e n   r égion   e n   2 012-­‐2013.  

« Emprender   -­‐  Cible  :  Les  10-­‐13  ans   -­‐  En  6  étapes  intégrées  aux  programmes  d’enseignement  (apprentissage  de  la  gestion  en  cours  de   mi  escuela  »  

mathématiques, réalisation  d’un  logo  en  cour  d’arts  plastiques,  etc.),  les  enfants  créent  une  véritable   coopérative,  et  réalisent  eux-­‐mêmes  des  démarches  administratives    (demande  de  prêt  bancaire  par   Asturias  (Espagne)  exemple)  leur  permettant  de  vendre  leurs  produits  en  fin  d’année  au  sein  d’un  marché  local.   «  Junior   -­‐  Cible  :  enfants  en  école  primaire   entrepreneur   -­‐  10  étapes  (recherche  d’idées,  visite  d’une  entreprise,  réalisation  d’une  étude  de  marche,  etc.)  qui   permettent  aux  enfants  de  découvrir  et  développer  des  compétences  variées  (résolution  de  problème,   programme  »   storytelling,  gestion,  écriture,  etc.).     County  Kerry     -­‐  Organisation  d’un  spectacle  pour  que  les  enfants  présentent  leurs  projets  aux  membres  de  leur  famille,  et   (Irlande)   ainsi  associer  ces  derniers  à  la  dynamique  créée  par  le  projet.    Valnalon,  

4


Like –  Lille  international  knowledge  exchange  –  16  septembre  2013  

Atelier 2  :  Cultiver  l’esprit  entrepreneurial  !   (-­‐  18  ans)   Susciter  l’envie  d’entreprendre  est  une  construction  longue.  Après  les  enfants,  d’autres  dispositifs  de  sensibilisation   prennent   le   relais   et   s’attaquent   aux   ados.   A   l’approche   de   leur   vie   professionnelle,   les   collégiens   et   lycéens   ont   eux   aussi   besoin   de   clés   leur   permettant   de   construire   leur   projet   de   vie.   Selon   une   approche   par   l’exemple   ou   via   une   méthodologie   de   projet,   les   dispositifs   de   sensibilisation   à   l’esprit   entrepreneurial   élargissent   leurs   perspectives   et   leur   a pprennent   à   m ieux   s e   c onnaître.    

La sensibilisation  par  l’exemple  –  Association  100  000  entrepreneurs     Quoi  de  plus  simple  et  efficace  pour  sensibiliser  les  jeunes  à  l’esprit  d’initiative  que  d’organiser  des  rencontres  entre   eux  et  de  vrais  entrepreneurs   ?  C’est  le  défi  relevé  par  l’association  100   0 00  entrepreneurs,  qui  permet  chaque  année   à   près   de   50   0 00   jeunes   de   13   à   25   ans,   dans   neuf   régions   différentes,   de   découvrir   le   monde   de   l’entreprise.   Chefs   d’établissements  et  enseignants  d’un  côté,  et  entrepreneurs  de  l’autre,  peuvent  manifester  leur  envie  de  participer   au   programme.   L’association   s’occupe   ensuite   de   former   les   chefs   d’entreprise   ou   les   professionnels   volontaires   –   3   5 00   depuis   2007   –,   et   d’organiser   leurs   interventions   dans   les   établissements.   3   0 00   enseignants   ont   ainsi   accueilli   des   e ntrepreneurs   d ans   l eurs   c lasses   d epuis   2 007.  

Découvrir son  projet  de  vie  et  le  mettre  en  mouvement  –  Projet  «  DREAM  »       Développé   par   l’ICHEC,   en   Belgique,   le   projet   «   D REAM   »   consiste   en   une   méthodologie   permettant   à   des   jeunes   de   plus   de   16   ans   d’entreprendre   leur   projet   de   vie.   Depuis   1998,   entre   10   0 00   et   12   0 00   adolescents   belges   sont   ainsi   partis   à   l a   d écouverte   d e   l eurs   m otivations   e t   d e   l eurs   c ompétences,   p our   e nsuite   c onstruire   l eur   p rojet   p rofessionnel.   La   première   étape   consiste   en   une   découverte   de   ses   moteurs   de   motivation   et   du   métier   en   rapport   avec   ceux-­‐ci.   Pendant  la  deuxième  étape,  le  jeune  recherche  et  enfin  rencontre  un  professionnel  passionné  par  son  métier  –  qu’il   soit   o u   n on   c réateur   d ’entreprise. *Lauréat Défi like 2014

Trouver ensemble  une  idée  d’entreprise  –  «  Le  camp  de  l’innovation  »   Au  cours  de  l’année  scolaire  2012-­‐2013,  près  de  1   2 00  jeunes  âgés  de  13  à  22  ans  ont  participé  à  l’une  des  16  éditions   du   camp   de   l’innovation.   Organisés   par   l’association   EPA   en   Nord   –   Pas   de   Calais,   les   camps   de   l’innovation   rassemblent   des   jeunes   en   provenance   de   différents   établissements   scolaires.   Au   cours   d’une   journée,   ils   sont   mélangés,   afin   d’apprendre   à   travailler   avec   d’autres   jeunes   qu’ils   ne   connaissent   pas.   Ils   mettent   ensuite   en   commun   l eurs   c ompétences   p our   t ravailler   s ur   u n  sujet   e n   r apport   a vec   l e   t erritoire   o ù   l e   c amp   e st   o rganisé.   L es   b uts   du   camp   de   l’innovation   :   développer   les   compétences   interpersonnelles   des   adolescents,   leur   faire   prendre   conscience   qu’une   idée   d’entreprise   suppose   toujours   de   bien   définir   la   cible   du   produit   ou   du   service   imaginé,   et   enfin  profiter  de  la  créativité  de   A   Lille,   une   étude   pour   mieux   comprendre   les   effets   des   mini-­‐ ces   journées.   Les   idées   entreprises   développées   à   ces   occasions   Des   chercheurs   de   l’université   de   Lille   3   élaborent   une   étude   concernant   les   pourront   en   effet   être   mini-­‐entreprises,   dispositif   phare   de   la   sensibilisation   des   jeunes   gens   à   récupérées   et   testées   par   de   l’entrepreneuriat.   Quels   sont   les   effets   attendus   et   inattendus   de   ces   mini-­‐ réels   entrepreneurs,   dans   le   entreprises   ?   Comment   améliorer   leur   fonctionnement   ?   L’étude   aborde   ces   respect   de   la   propriété   différentes   questions   pour   améliorer   la   connaissance   de   ce   dispositif,   et   aider   intellectuelle   d es   p articipants.   enseignants,  partenaires  associatifs  et  institutionnels,  et  bénéficiaires  à  en  tirer     le   m eilleur   p arti.  

  Trois   programmes  pour  créer  des  citoyens  entreprenants  –  Valnalon       Dans   les   Asturies   espagnoles,   la   société   publique   Valnalon   a   mis   en   place   trois   programmes   originaux   de     sensibilisation   à   l’entrepreneuriat   à   destination   des   ados   :   établir   une   coopérative   internationale   et   échanger   des     produits   avec   d’autres   coopératives   basées   à   l’étranger   ;   création   et   management   d’une   Organisation   non-­‐   gouvernementale   (ONG)   active   à   l’international   ;   conception,   développement   et   commercialisation   d’un   produit     innovant.  De  belles  occasions  pour  les  élèves  participants  de  développer  leurs  compétences  (langues,  Technologies  de     l’information   e t   d e   l a   c ommunication   –   T IC   – ,   e tc.)   e t   l eur   o uverture   s ur   l e   m onde.       5    


Like –  Lille  international  knowledge  exchange  –  16  septembre  2013  

Atelier 3  :  Développer  l’entrepreneuriat   chez  les  jeunes  (+  18  ans) La  voie  entrepreneuriale  s’impose  rarement  comme  une  évidence  pour  les  jeunes.  Une  carrière  dans  le  salariat  est   le  plus  souvent  leur  premier  choix.  D’où  la  nécessité  de  démythifier  l’image  de  l’entrepreneuriat  et  de  proposer  un   accompagnement   à   c eux   q ui   a uraient   f inalement   e nvie   d e   l ancer   l eur   a ffaire.  

Un intérêt  mitigé  de  la  génération  Y  pour  l’entrepreneuriat   La   génération   Y   (18-­‐34   ans)   manifeste   un   intérêt   mitigé   pour   une   carrière   entrepreneuriale.   Non   seulement,   on   lui   a   longuement   vanté   les   avantages   du   salariat   tout   au   long   de   ses   études,   mais   en   plus,   elle   accorde   une   place   plus   importante   aux   loisirs   et   à   la   famille   qu’à   la   réussite   professionnelle   et   financière.   Par   conséquent,   ceux   qui   se   lanceront   finalement   dans   l’entreprenariat   rechercheront   avant   tout   du   plaisir   dans   cette   aventure,   bien   avant   un   quelconque  gain  financier.  Enfin,  les  jeunes  affichent  une  estime  d’eux-­‐mêmes  plutôt  faible,  or  l’estime  de  soi  –  avec   la   d ébrouillardise,   n otamment   –   e st   l ’un   d es   t raits   d e   p ersonnalité   q ui   c aractérisent   u n   e ntrepreneur.  

Trois initiatives  à  travers  le  monde  pour  booster  l’esprit  d’initiative  des  jeunes   Le  principe  

Les résultats  

La belle  histoire  

Youth B usiness   I nternational   ( Royaume-­‐Uni)         * Lauréat Défi like 2014   Créé   e n   2 000,   Y outh   B usiness   I nternational   (YBI)   c onsidère   l ’entrepreneuriat   c omme   un   m oyen   d e   l utte   c ontre   l e   c hômage   d es   jeunes.   L ’organisation   p romeut   l ’esprit   d’initiative   g râce   à   d es   a ctions   d e   sensibilisation,   m ais   s urtout   e lle   a pporte   un   s outien   f inancier   e t   h umain   ( mentorat)   à   d e   j eunes   e ntrepreneurs.  

En 2 012,   Y BI   a   s outenu   l a   création   d e   1 2   0 00   entreprises   d ans   l e   m onde   entier.   L’objectif   p our   2 020   :   atteindre   1 00   0 00   c réations   d'emplois.  

Grâce à   u n   p rêt   d e   1   5 00   d ollars,   R achel   Renie   a   o uvert   M arket   M overs,   l a   première   é picerie   e n   l igne   d e   T rinidad   et   T obago.   A ujourd’hui,   s on   e ntreprise   génère   u n   c hiffre   d ’affaires   a nnuel   d e   plus   d e   5 0   0 00   d ollars.  

L’Institut d e   l ’entrepreneuriat   d e   l ’université   c atholique   d e   L ille   ( France)   Créé   e n   2 005,   l ’Institut   d e   l’entrepreneuriat   ( IES)   d e   l ’université   catholique   d e   L ille   a   u ne   d ouble   m ission   :   promouvoir   l ’esprit   d ’initiative   e t   s usciter   la   c réation   d ’entreprise.   L ’IES   a ccompagne   notamment   l es   é tudiants   e t   l es   j eunes   diplômés   d isposant   d ’un   p rojet   d e   c réation   d’entreprise.  

En 2 012-­‐2013,   l ’IES   a   sensibilisé   4   3 00   é tudiants   à   l’entrepreneuriat.   Depuis   l e   d émarrage   d u   dispositif,   l ’IES   a   accompagné   1 07   é tudiants   et   j eunes   d iplômés,   a vec   a u   final   3 8   e ntreprises   c réées.  

Avec l ’accompagnement   d e   l ’IES   /   -­‐     Aurélien   Chiquet   et   Charles-­‐Henri   Carton  ont  créé  en  2011  Pimp  My  Team,   une   société   de   vente   d’objets   publicitaires.   Devenue   SARL   en   2012,   l’entreprise   compte   désormais   quatre   salariés   e n   p lus   d e   s es   d irigrants.   -­‐   Damien   Abgrall   a   créé   Wid’op,   une   agence   web   spécialisée   dans   le   développement   agile   de   projets   sous   Symfony.  

Le p rogramme   2 012   d e   p romotion   d e   l ’entrepreneuriat   d e   l a   r égion   d ’Helsinki-­‐Uusimaa   ( Finlande)   Labellisée   E ER,   l a   r égion   d ’Helsinki-­‐ Uusimaa   a   c hoisi   d e   p romouvoir   l’entrepreneuriat   d es   j eunes   t out   a u   l ong   de   l ’année   2 012.   A u   t otal,   p lus   d e   8 0   évènements   o nt   r ythmé   l ’année   (workshops,   t émoignages,   e tc).   L ’objectif   était   d ’insuffler   u ne   i mage   p ositive   d e   l’entrepreneuriat   p our   e n   f aire   u ne   r éelle   option   d e   c arrière.    

Plusieurs m illiers   d’étudiants   e t   d ’élèves   sensibilisés   à   l ’esprit   d’initiative.   Plusieurs   c entaines   d e   jeunes   e ntrepreneurs   e t   d’enseignants   m obilisés.  

Fin 2 012,   u ne   e nquête   a   é té   m enée   auprès   d es   é lèves   d e   l ’enseignement   secondaire   p our   é valuer   l ’impact   d u   programme.   L es   r ésultats   s ont   p ositifs   puisque   l es   r épondants   o nt   u ne   i mage   plutôt   b onne   d e   l ’entrepreneuriat   e t   sont   p lus   n ombreux   à   f aire   p art   d ’une   intention   e ntrepreneuriale.  

6


Like –  Lille  international  knowledge  exchange  –  16  septembre  2013  

Atelier 4  :  Oser  entreprendre  tout  au  long   de  la  vie   Entreprendre  :  un  état  d’esprit  avant  tout   Pourquoi   a -­‐t-­‐on   b esoin   d ’entrepreneurs   ?   Focus  :  la  carrière  entrepreneuriale  des   Selon  The  Gallup  World  Poll,  parmi  la  population  mondiale,  3   milliards   de   personnes   travaillent   ou   veulent   travailler.   femmes   Occuper   un   emploi   à   temps   complet   est   le   souhait   de   la   Le   Consortium   de   recherche   Nord   –   Pas   de   Calais   a   plupart   d’entre   elles.   Mais   il   n’existe   que   1,2   m illiard   mené   une   étude   auprès   de   41   femmes   d’emplois   de   ce   genre   dans   le   monde   !   Pour   être   comblé   entrepreneures   de   la   région.   En   voici   quelques   malgré   tout,   créer   son   propre   emploi   grâce   à   éléments   s aillants   :   l’entrepreneuriat   p eut-­‐être   l a   s olution.     -­‐   L ’âge   moyen   de   création   dans   le   panel   est   de   37   L’entrepreneuriat,   c ’est   p our   q ui   ?   ans.   Les   femmes   interrogées   ont   toutes   une   Inutile   d’avoir   un   parcours   particulier   pour   devenir   expérience   d u   s alariat   entrepreneur.   Ce   choix   est   à   la   portée   de   chacun,   quels   que   -­‐   D ans   le   panel,   on   compte   6   reprises   et   35   soient   s on   â ge,   s a   f ormation,   s on   e xpérience   p rofessionnelle,   créations   d’entreprises.   Parmi   ces   dernières,   18   etc.   Mais   attention,   on   ne   se   réveille   pas   un   jour   avec   une   s’inscrivent   dans   le   secteur   d’activité   liée   à   soudaine   envie   d’entreprendre.   Il   faut   d’abord   prendre   du   l’expérience   professionnelle   initiale   et   17   recul,   oser   penser   différemment,   pour   que   la   création   concernent   des   secteurs   totalement   différents   (y   d’entreprise  apparaisse  comme  la  voie  à  suivre.  Une  attitude   compris   p arfois   t rès   m asculins)   positive   et   confiante   combinée   à   des   savoir-­‐faire   :   voilà   la   recette   g agnante   d e   l ’entrepreneur.   -­‐   L es   éléments   déclencheurs   de   la   création   sont     variés   :   perception   d’une   opportunité   d’affaires,   Comment   t enir   l e   c oup   ?   changement   majeurs   dans   l’entreprise   employeur,   La   création   d’entreprise   n’est   pas   un   long   fleuve   tranquille.   environnement   de   travail   insatisfaisant   (plafond   C’est   un   chemin   risqué   où   l’entrepreneur   se   retrouve   de   v erre),   e tc.)   souvent   isolé.   Voici   quelques   conseils   pour   se   faciliter   la   tâche   :   s’appuyer   sur   les   conseils   d’experts,   ne   pas   négliger   l’aspect   administratif   de   l’entreprenariat,   mesurer   ses   résultats   e t   s urtout   p rend   d u   t emps   c haque   s emaine   p our   f aire   l e   p oint   s ur   l es   a vancées   h ebdomadaires.    

Deux initiatives  pour  stimuler  l’entrepreneuriat  tout  au  long  de  la  vie   Le  modèle  Learning  by  Doing  (LbD)   En   F inlande,   l ’université   L aurea   p ropose   u n   modèle   p édagogique   i nnovant   o rienté   v ers   l’acquisition   d e   c ompétences   p rofessionnelles,   directement   t ransposables   d ans   l e   m onde   d u   travail.   L e   m odèle   m obilise   d es   p rofesseurs   m ais   aussi   d es   p rofessionnels,   q ui   é changent   a vec   l es   étudiants.    

Le réseau  CitésLab  * Lauréat Défi like 2014   Le   r éseau   C itésLab   c ompte   1 2   a ntennes   e n   N ord   –   Pas   d e   C alais.   L ’ambition   d u   d ispositif   e st   d e   stimuler   l ’émergence   d e   l ’entrepreneuriat   d ans   l es   quartiers.   C oncrètement,   d es   b us   C itésLab   parcourent   l es   v illes   p our   r encontrer   d irectement   la   p opulation.   A près   c e   p remier   c ontact,   u n   premier   r endez-­‐vous   d e   s ensibilisation   e st   f ixé.  

Entreprendre sans  frontière  :  l’utilité  de  la  formation  continue   Développer   son   entreprise   au-­‐delà   des   frontières   peut   être   une   opportunité   pour   plusieurs   raisons.   C’est   avant   tout   un   moyen   d’étendre   son   activité   et   de   mieux   s’implanter   sur   un   marché   lui-­‐même   transfrontalier.   Mais   ce   peut   être   aussi   l’occasion   de   tirer   partie   des   différences   qui   existent   entre   deux   territoires   transfrontaliers,   sur   le   plan   administratif   o u   f inancier   ( impôts   e t   t axes).   Dans  ce  cadre,  la  formation  tout  au  long  de  la  vie  est  cruciale,  car  elle  permet  d’identifier  les  différences  culturelles  et   légales   avec   son   pays   d’origine,   d’identifier   les   marchés   clés,   etc.   Plus   largement,   les   chambres   de   commerce   sont   toujours   u n   a ppui   u tile   a ux   e ntrepreneurs   q ui   s ouhaitent   d évelopper   u ne   a ctivité   t ransfrontalière.     7

Fichesmemolikeentrepreneurship2013  

Éveiller l’esprit d’initiative dès le plus jeune âge et donner l’envie d’entreprendre tout au long de la vie… Telle est l’ambition like entr...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you