Page 1

N° 454 - DU 12 AU 18 JUIN 2012 - GRATUIT - WWW.TRIBUNEDEBRUXELLES.BE

Egérie du mouvement nu soul, révélée en 97 par l’excellent “Baduizm” et connue pour ses coiffures enturbannées, Erykah Badu a su ramener le r’n b à ses racines jazz. A voir le vendredi 29 juin de 23h45 à 1h. © DR

LE FESTIVAL STAR DE BRUXELLES

COULEUR CAFÉ APPELLE L’ÉTÉ

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


lactu ÉVÉNEMENT CE WEEK-END DEVANT LA BOURSE

DES PIQUE-NIQUES DOMINICAUX POUR SE RÉAPPROPRIER L’ESPACE PUBLIC A l’appel d’un philosophe, près de 2000 personnes sont venues s’installer devant la Bourse pour un pique-nique qui empêchait toute circulation... Histoire de montrer à qui appartient (aussi) l’espace public. L’histoire commence au début du mois de juin… Philippe Van Parijs, professeur aux Universités de Louvain (Chaire Hoover d’éthique économique et sociale) et d’Oxford (Faculté de droit) lance un appel vibrant aux Bruxellois dans les pages du journal Le Soir : “Avec le retour des beaux jours, que penseriez-vous d’un pique-nique chaque dimanche à midi sur toute la largeur du boulevard Anspach entre la Bourse et la place De Brouckère ? Il suffira d’expliquer poliment aux automobilistes que pour une fois ce n’est pas à eux d’y imposer leur loi.” Le philosophe bruxellois entend ainsi dénoncer le manque d’actions et la mauvaise gestion autour des espaces publics de la Région. “A Bruxelles comme ailleurs, aucun progrès majeur ne pourra être réalisé sans libérer de vastes espaces de la

Près de 2 000 personnes ont pique-niqué devant la Bourse, bloquant la circulation du boulevard Anspach dimanche dernier. © Bernard Demoulin

circulation automobile et du stationnement”, insiste l’intéressé. Peu de temps après, une première mobilisation s’organise sur Facebook. Quelque 3500 personnes annoncent qu’elles participeront à un pique-nique géant, baptisé “Pic Nic The Streets”, le dimanche 10 juin. Finalement, selon les estimations de la police, environ 2000 Bruxellois se sont retrouvés devant la Bourse pour un déjeuner sans incident…

RÉAMÉNAGEMENTS À L’ÉTUDE La gestion de la mobilité sur les grands boulevards de la capitale est au centre des préoccupations de la

Ville. “Il faut se rendre compte que la question du réaménagement des boulevards dépasse de loin la seule thématique de la mobilité”, détaille Freddy Thielemans, bourgmestre de la Ville. “Il s’agit avant tout d’un enjeu de développement économique qui doit intégrer les aspects d’attractivité touristique, d’offre commerciale, d’urbanisme, de mobilité et de convivialité. C’est pourquoi nous menons aujourd’hui une réflexion globale qui inclut tous ces aspects.” A propos de la manifestation “Pic Nic The Streets”, “ c’est un message qui va en fait dans le sens de la politique que mène la Ville de Bruxelles”, explique Freddy Thielemans. Cepen-

ALHAMBRA TOURNE LE DOS AU PLUS VIEUX DES MÉTIERS L’interdiction de la prostitution dans le quartier Alhambra est entrée en vigueur la semaine passée. Le règlement de lutte contre la prostitution proposé par le bourgmestre de la Ville, Freddy Thielemans, et sa majorité a été adopté lors du dernier conseil communal. Il vise à interdire la prostitution de rue dans le quartier Alhambra. Les prostituées et les clients qui seront pris en train de racoler s’exposeront désormais à une

amende pouvant aller jusqu’à 250 euros. Bien que l’opposition libérale (MR et Open Vld) ait voté pour la motion, elle juge que le texte ne va pas assez loin. Ainsi, la conseillère communale Marion Lemesre (MR) dénonce que ce règlement n’ose pas s’attaquer à ce qui attire la prostitution dans ce quartier, à savoir les deux hôtels de passe de la rue Van Gaver. Selon plusieurs élus de droite, le risque réside en un déplacement de la prostitution vers d’autres quartiers du centre, notamment vers l’avenue Louise. Les libéraux flamands proposent notamment de s’inspirer du modèle anversois qui a interdit la prostitution de rue et hôtelière sur l’ensemble du territoire de la ville en mettant en place une offre de prostitution en vitrine, encadrée par la police et des associations, sur une zone délimitée.

La prostitution dans le quartier Alhambra (rue des Commercants et rue de Laeken) est en passe de disparaître. © Stéphanie Lecocq

dant, “le réaménagement ne pouvait pas avoir lieu plus tôt en raison de la tenue d’autres chantiers d’importance : la petite ceinture ouest, la zone piétonne Unesco, le boulevard de l’Impératrice et le Carrefour de l’Europe. Combiner les chantiers serait revenu à condamner l’accessibilité du centre au détriment des riverains, commerçants et autres usagers.” Et de conclure : “Je veux aboutir avec un projet concret d’ici fin 2013, si l’électeur nous accorde à nouveau sa confiance…”

NICOLAS ROZEN

BRUOCSELLA DE PROMÉTHÉA Un prix pour la préservation du patrimoine non classé de la Région. Le prix « Bruocsella de Prométhéa » récompense chaque année des projets qui contribuent à la création, à la rénovation ou à la sauvegarde du patrimoine non classé ou d’éléments touchant à l’aménagement urbain en Région bruxelloise. Au cours de l’année 2012, le jury, composé d’entreprises privées actives dans le mécénat, a examiné une vingtaine de projets. Le lauréat de cette dixième édition se nomme « Identités mosaïques : hommage au surréalisme » et a reçu une enveloppe de 175 000 euros. Mené à bien par le comité de quartier Magritte, à Jette, le projet a permis de réaliser un dallage de mosaïques sur 80 pieds de porte du quartier ainsi que devant l’entrée de deux écoles. Par ailleurs, un coup de pouce de 7500 euros a également été attribué au projet « Le Web du monde au travail », de BruxellesFabriques asbl. Il consiste à créer une plateforme interactive de sensibilisation au patrimoine urbain qui reprendra les lieux chargés d’histoire de la Région.

SUIVEZ LES BRACELETS DANS TOUT LE JOURNAL... ET GAGNEZ-EN EN PAGE 23! 3

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


lactu QUATRE DIMANCHES DE CYCLOVIA AURONT LIEU CET ÉTÉ, AVEC MOULT ANIMATIONS

CYCLOVIA : PLACE AU VÉLO ! La première Cyclovia qui a lieu ce dimanche partira du canal vers Ganshoren, les suivantes s’inviteront notamment à Saint-Josse, Saint-Gilles et place de la Monnaie. Après une première édition réussie l’an dernier, Bruxelles Mobilité passe le grand plateau cette année et ce ne sont pas moins de quatre dimanches qui accueilleront une Cyclovia quelque part dans la capitale. Cette fois, la Région exporte le concept hors du centre, implantant les deux-roues et les animations (qui se multiplient, voir par ailleurs) aussi

bien au nord qu’au sud de la capitale. La première Cyclovia, qui se tiendra ce dimanche, partira du canal pour atteindre les frontières de la Région à Ganshoren et Berchem. Le village d’animation sera dressé près de la station de métro Comte de Flandre.

s’étaleront jusqu’au mois d’octobre. “Mettre le vélo en ville, c’est une démarche constante et à long terme. A travers ces Cyclovias, nous tenons à rappeler qu’il est possible d’utiliser le vélo dans une ville, appuie Bruno De Lille, secrétaire d’Etat à la Mobilité. Et nous espérons faire découvrir

les ICR aux riverains et leur prouver que le vélo est un moyen de transport rapide, facile et sûr.” Dimanche, toute la famille y sera invitée. THOMAS LEROY Plus d’infos sur Cyclovia : www.cyclovia-brussels.be et plus d’infos sur les ICR : www.bruxellesmobilite.irisnet.be/velo ou 0800/94.001.

Chaque troisième dimanche du mois, un nouveau parcours (évidemment gratuit) sera proposé à tous ceux qui souhaitent participer, leur permettant de découvrir à chaque fois un itinéraire cyclable régional (ICR) différent. “Les ICR sont des routes cyclables signalisées qui traversent plusieurs communes, explique Frederik Depoortere, responsable vélo de la Région. A terme, il y en aura 16 à Bruxelles. Tous relient le centre à la Promenade verte et vont même audelà.” Vous pourrez en découvrir quatre lors de ces Cyclovias qui

DE MULTIPLES ANIMATIONS QUI TOURNENT TOUJOURS AUTOUR DU VÉLO Outre les habituels services aux cyclistes que proposeront les associations, des événements en tout genre ont été prévus pour cette édition Cyclovia. D’abord et surtout, elle s’ouvre à tout le monde. “Chacun, chaque association, chaque commune peut proposer un Cyclostop à proximité de l’une des Cyclovias, pointe Bruno De Lille. Qui veut faire découvrir un endroit singulier de son quartier ou tenir un stand de friandises pour les participants, pourra le faire.” Il suffit pour cela de

contacter Bruxelles Mobilité et de se faire connaître. De nombreuses autres activités sont déjà programmées. Les associations cyclistes proposeront de réparer, de dépanner, d’entretenir ou de graver les vélos des participants. Ceux qui n’en ont pas pourront aussi en louer. Des Villos ! seront également disponibles évidemment. Cela permettra à tous, et notamment aux familles comme tient à le souligner le Secrétaire d’Etat, de participer au rallye-concours qui aura lieu lors de chaque Cyclovia. Il s’agit de répondre à diverses

questions dont les réponses sont disséminées au fil du parcours. De nombreux prix sont à la clé. On pourra aussi admirer des pros du vélo, et des deux roues insolites. Les enfants auront la possibilité d’améliorer leur habilité cycliste, les plus grands pourront, eux, en amoureux, faire un tour en rickshaw ou en pousse-pousse. Un atelier de décoration (Pimp your bike !) sera aussi présent et gratuit, tout comme des jeux ludiques, toujours sur deux roues bien sûr ! Enfin, à 17 h, un concert conclura l’événement qui débute dès 11 h. TO.L.

De 2010 à 2011, le nombre de cyclistes a augmenté de 24 % à Bruxelles. Cyclovia espère faire encore croître ce chiffre. © DR

BXL-VILLE : 500 000 € D’ÉCONOMIE D’ÉNERGIE EN UN AN A l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement qui a eu lieu mardi de la semaine dernière, la Ville a tenu à rappeler les efforts réalisés par ses services pour réduire leur consommation d’énergie. Entre juillet 2010 et décembre 2011, 500 000 euros ont ainsi pu être épargnés dans les bâtiments de la commune les plus énergivores. En plus d’être passée à l’électricité verte pour l’ensemble de son patrimoine immobilier, la Ville a accordé une attention toute particulière aux trois piscines de la com-

mune. En effet, ces dernières consomment 10% de l’énergie des 330 édifices appartenant à la Ville. A titre d’exemple, la rénovation complète en bâtiment « basse énergie » de la piscine de Laeken a débuté en avril 2012. Une baisse de consommation d’énergie comprise entre 50% et 75% est attendue. Par ailleurs, à la piscine de Neder-overHeembeek et aux Bains du Centre, des chaudières à cogénération, qui produisent de l’électricité, seront installées en septembre prochain.

EN BREF Un terrain pour les forains. Un terrain destiné à accueillir les forains a été inauguré à Haren, rue de la Grenouillette. Le lopin compte 24 emplacements pour des caravanes et six autres pour des camions. Il a nécessité un investissement de 630 000 euros Cinq ans pour une réduction. Pour bénéficier d’une réduction sur les droits d’enregistrement (jusqu’à 9325 euros), les personnes qui achètent pour la première fois un appartement ou une maison en Région bruxelloise devront désormais rester domiciliées un minimum de cinq ans dans le bien acquis. Le jardin extraordinaire de Saint-Josse. Un jardin intergénérationnel a été inauguré la semaine dernière à Saint-Josse-ten-Noode, par la Maison de la famille. La nouvelle zone verte, baptisée « jardin extraordinaire », a été imaginée par les seniors et les enfants du quartier qui fréquentent l’association La Ruelle. Elle devrait être terminée fin août. Des galets décoratifs ont été déposés en guise de premières pierres. Cet aménagement fait suite à un appel à projets pour la sensibilisation des citoyens aux enjeux de l’urbanisme, lancé en 2011 par le cabinet du secrétaire d’Etat chargé de l’urbanisme, Emir Kir. Dans ce cadre, les projets de 26 autres associations ont étés ou seront menés à bien avant la fin de l’année.

4

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


danslaville MANGER A L’ITALIENNE VISITER AMPERSAND HOUSE, EXQUISE GALERIEMAISON A Bruxelles, existent des endroits tout à fait extraordinaires, qui contribuent à l’image de la ville à l’international tout en cultivant l’art de la discrétion. Ampersand House & Gallery est de ces lieux à la beauté parfaite et au service du beau... Il s’agit en fait d’une galerie d’art et de design ouverte il y a un peu plus d’un an par un couple de collectionneurs atypiques, Kathryn Smith et Ike Udechuku. Ces deux Anglo-Australiens qui ont habité Londres, San Francisco, Luxembourg ou encore New York ont été séduits par le charme discret et atypique de Bruxelles et par son ouverture éclairée et grandissante à l’art contemporain. Une somptueuse maison de maître dans une petite rue à deux pas de la chaussée de Charleroi a achevé de les convaincre. Ils ont ainsi lancé ce qui leur tenait à coeur depuis des années : s’installer dans une maison dans laquelle ils habiteraient et qui serait en même temps une galerie, peuplée de mobilier et d’accessoires vintage qui

feraient vivre l’espace, oeuvres design contemporaines ou non qui vivraient également dans l’espace puisque la plupart des pièces font partie de leur intérieur ! A l’occasion de la présidence danoise, Kathryn et Ike ont ainsi ouvert leurs portes à la création danoise sous toutes ses formes. Le résultat ? Une combinaison réussie et harmonieuse de pièces d’art et de design danois d’hier et aujourd’hui.Le tout dans une atmosphère de zen absolu et un accueil exquis... Bien sûr, tout est à vendre, même si cela reste à portée de quelques bourses seulement. Mais le fait même qu’un tel lieu existe se sufit à lui-même et... à la satisfaction de tout Bruxellois amateur d’art ! (E.W.) Jusqu’au 7 juillet. Ouvert au public pendant l’exposition du jeudi au samedi de 13h à 18h ou sur rendez-vous. Rue Tasson Snel, 30 à 1060 St-Gilles. www.ampersandhouse.com

UNE SEMAINE POUR... Cette semaine, les activités et les occasions de redécouvrir Bruxelles partent dans tous les sens !

Le festival Estate Italiana s’empare de l’espace gastronomique et gustatif de la chaussée de Charleroi pour la 4e année. Mais Brusselicious oblige, il met encore plus les petits plats italiens dans les grands. Du 14 au 24 juin, c’est un florilège d’ateliers, de dîners, d’apéros et d’événements autour des chefs italiens d’ici et de là-bas que proposent Carlo de Pascale et sa bande chez Mmmmh. Notons que pour l’occasion, Pietro d’Agostino (photo), chef et propriétaire du restaurant La Capinera à Taormina, sera chez Mmmmh pour deux soirées exceptionnelles. Parmi les autres soirées qui égayeront cet “Estate italiana”, notons encore un vrai aperitivo italien le 21 juin (15€), un cours de cocktails transalpins avec Sergio Pezzoli le 22 juin (35€). Tandis que, dans la foulée, Carlo de Pascale fera revivre, le temps d’un soir, la carte de son ancien restaurant “Perbacco”. (En photo : Amedeo Lanza (60€)… L’espace Mmmmh ! se transforme également durant les deux week-ends à venir en véritable “mercato” à l’italienne. L’occasion de faire le plein de charcuteries et fromages frais, fruits et légumes, vins et huiles d’olive en provenance de la Péninsule et en présence des producteurs-artisans locaux qui se sont déplacés. www.mmmmh.be

HUMER L’AMBIANCE ANGLAISE AU CBBD Posy Simmonds, ça vous dit quelque chose ? Typiquement anglaise, cette auteure était connue essentiellement outre-Manche avant de connaître la gloire à la publication de ses deux romans graphiques “Gemma Bovery” et “Tamara Drewe” (adapté par Stephen Frears au cinéma). Son univers : romantisme, meurtre et mystère dans une ambiance totalement et “so british”. A découvrir au Centre belge de la bande dessinée. Du 12 juin au 25 novembre, rue des Sables, 20 1000 Bruxelles. www.cbbb.be

ÊTRE DES SUPERVOISINS Les Halles de Schaerbeek ouvrent grand leurs portes sur le quartier pour Supervoisins. Et comme pour toute bonne habitude, tous les âges et sensibilités y sont conviés. Cette année, l’accent sera mis sur la danse et la participation du public grâce aux chorégraphies ludiques, hors-formats et collectives de David Rolland (“ Happy Manif” et “Les Lecteurs”). Le 17/06, de 14 à 20h aux Halles de Schaerbeek, Rue Royale Ste Marie 22a - 1030 Schaerbeek. www.halles.be

DÉCOUVRIR L’OEUVRE AU NOIR DU PARC D’EGMONT

DANSER AU PARC Avis (enthousiaste) à la population : cet été, c’est reparti pour une danse ! Le Bal Moderne est de retour dans les parcs bruxellois pour faire danser le public sur des airs connus ou à découvrir. Le principe ? Des chorégraphes sur une scène montrent les mouvements à suivre. Aucune compétence n’est requise, simplement le plaisir d’être ensemble et de redécouvrir de manière ludique les parcs de la capitale. On en reparle très bientôt. Sachez juste que le prochain rendez-vous est fixé le dimanche 17/06 à 15h au parc Tournay-Solvay à Boitsfort. www.balmoderne.be

Dans le brouhaha des rues commerçantes du haut de la ville, existe un havre de paix finalement peu connu : le parc d’Egmont. Derrière The Hotel, ce petit parc accueille un resto-salon de thé, L’Orangerie mais il abrite surtout une grande pelouse verte, des arbres centenaires et un calme bienvenu. L’Iselp, l’Institut supérieur pour l’étude du langage plastique le jouxte. Et en a profité pour en faire un terrain d’expérimentation. C’est ainsi que depuis la mi-mai, l’on peut voir la longue grille qui sépare le parc du ministère des Affaires étrangères transformée en vague noire ondulant au gré du vent. Non loin, la statue du prince Charles-Joseph de Ligne est ornée d’un bandeau blanc et d’un “platron” d’un genre spécial alors qu’à l’autre extrémité du parc, l’ancien puits arbore des rivières rouges... comme le sang. Mais que se passe-t-il ? Peu d’indications pour éclairer le promeneur car on en appelle principalement à sa poésie et à sa curiosité... En fait, il s’agit d’une installation éphémère de l’artiste plasticienne Tatiana Bohm à qui l’Iselp a demandé d’investir le parc pour une intervention qui ne laisserait ensuite aucune trace. Inspirée par le passage Marguerite Yourcenar qui relie le parc à la rue aux Laines, Tatiana a lu “L’Oeuvre au noir” et en a tiré une interprétation très “alchimique” et triptyque : “L’Oeuvre au rouge” (la vie errante, le sang qui s’échappe du puits), l’Oeuvre au blanc (la vie immobile, la statue au bandeau) et enfin “L’Oeuvre au noir” (la prison, les grilles noires). C’est interpellant et c’est à voir jusqu’au 23 juin ! On en profite aussi pour aller jeter un oeil à l’expo autour des lames, couteaux et autres “Armes blanches pour nuits noires” à l’Iselp. Brrrrr... pour s’amuser à se faire peur tout en se frottant à la nouvelle génération des artistes contemporains belges et internationaux. Les oeuvres de Eric Angenot y sont monstrueusement incroyables ! (E.W.) Iselp, boulevard de Waterloo, 31B - 1000 Bruxelles. www.iselp.be

5

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


danslaville ELLES CRÉENT LE BUZZ SUR INTERNET ET FACEBOOK

LES MINI-SÉRIES BRUXELLOISES FONT UN TABAC Les Petits Gars de Jette, Ce que disent les Bruxellois, Caméra quartier… autant de titres de mini-séries dont vous avez sûrement entendu parler et qui cartonnent ces derniers mois. Décryptage de ces phénomènes de mode. Jette, Schaerbeek et Bruxelles-ville possèdent désormais leur mini-série. Apparues il y a quelque mois sur Internet, Les Petits Gars de Jette, Ce que disent les Bruxellois et Caméra quartier ont rapidement créé le buzz sur les réseaux sociaux. A elles trois, les productions ont cumulé respectivement des dizaines de milliers de vues ! Un succès auquel Thomas Ancora, créateur du projet “Ce que disent les Bruxellois”, ne s’attendait pas. “On misait sur 1 000 vues à la fin du tournage du premier épisode et, en fait, on a atteint 25 000 vues en à peine 24h”. Une aventure partie de l’adaptation à Bruxelles du concept américain “Shit people say”. S’en sont suivis deux épisodes hilarants où une bande de copains – à l’écran comme dans la vie – caricature les habitants de notre capitale. “Beaucoup de répliques sont des phrases qu’on a entendues dans la rue et notre entourage. On l’a vraiment fait pour s’amuser et proposer un concept inédit !”. Pour “Les Petits Gars de Jette”, tout est aussi allé très vite. “Au début de l’année, Alexis est venu me voir en me proposant de faire une web-série. J’ai tout de suite accepté”, explique Jimy Engelen qui, dans la série, est victime des gadgets élaborés par son camarade. Le concept est simple : à

chaque épisode, les deux compères mettent au point une invention qu’un internaute leur commande. Le tout, presque en improvisant. “On a déjà créé un essuie-klak pour baffer les policiers, un attrape-tout et une cagoule dodo qui t’aide à dormir debout !” Avec 13 épisodes à son actif, le duo de copains souhaite continuer sur sa lancée. “Ce qu’on veut, c’est s’amuser, rire et divertir”, complète Alexis Papageorgiou, humoriste depuis plusieurs années au Kings of Comedy. Avec un budget très limité (un ordinateur et une web-cam), le tandem suscite humour et autodérision, tout en abordant des questions sérieuses comme le handicap ou la crise financière. “On aborde des sujets tabous pour inciter les gens à se poser les questions, conclut Alexis. Sans oublier d’où l’on vient : la commune de Jette, notre inspiration première !”. Du côté de “Caméra quartier”, la série a d’abord mûri dans l’esprit de Nordine Oualdlhadj, son initiateur, avant de prendre forme. “Au fil des années, j’ai remarqué que Schaerbeek, la ville où j’ai grandi, était une commune de Bruxelles qui avait plutôt une mauvaise réputation. Je me suis dit qu’il s’y passait des choses pas si dangereuses, et même plutôt marrantes, qu’on devait faire connaître à l’ensemble des Bruxellois pour

PROS DE LA COMÉDIE… OU PAS

Cathy Immelen, éclatante en Bruxelloise qui se la joue. © DR

casser les clichés.” Nordine a alors contacté un de ses amis et une bande de jeunes bruxellois, les Parasites, pour composer une équipe de tournage. “On a voulu créer une web-série qui diffuse une image positive, mais surtout proche de la réalité de Schaerbeek et de sa vie de tous les jours”, poursuit Nordine qui est devenu producteur et réalisateur du projet. Avec des épisodes de vingt minutes, l’équipe qui s’inspire jusqu’au titre de la série Caméra Café en est déjà à son cinquième épisode. Pourvu que ça dure !

Humoristes, éducateurs ou comédiens, les membres de nos mini-séries bruxelloises cultivent la diversité des profils professionnels. “Dans la série, je joue mon propre rôle dans la vie, celui d’un éducateur”, avance Nordine. Deux de mes camarades interprètent un animateur et un éducateur et le reste des jeunes du quartier jouent des Bruxellois au profil bien précis : mythomane, fou, vantard, timide etc. Ce qui nous a aidés dans le jeu, c’est notre vécu personnel et notre expérience commune du théâtre.” Dans le groupe de Thomas Ancora, on a davantage affaire à des pros de la comédie. “On est tous dans le milieu des médias (Cathy Immelen, etc.), soit comme comédiens ou comme animateurs télé. Avec mon ami Clément, on a écrit les dialogues mais, en fin de compte, chacun a apporté sa touche personnelle aux textes.” Chez “Les Petits Gars de Jette”, c’est du 50-50. “Alexis est humoriste depuis 10 ans et moi je suis initialement danseur, donc aucun rapport avec le milieu de la comédie”, précise Jimy. Acteurs en herbe ou confirmés, on avouera quand même que nos vedettes locales s’en sortent plutôt bien dans le domaine du 7e art.

ANNABELLE DUAUT

6

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


cinéma LE COUP DE CŒUR DE GUS TYRANNOSAUR

LE GRAND SOIR

Les Bonzini tiennent un restaurant dans une zone commerciale. Le fils aîné, Not, est un vieux punk alors que Jean-Pierre est vendeur dans un magasin de literie. Lorsque ce dernier est licencié, les 2 frères se retrouvent et débutent une révolution… à leur manière. De Gustave Kervern, Benoît Delépine avec Benoît Poelvoorde, Albert Dupontel, Brigitte Fontaine, Areski Belkacem, Serge Larivière, Bouli Lanners, Gérard Depardieu, Miss Ming, Yolande Moreau, Barbet Schroeder, Didier Wampass. France, 2012. Comédie, 1h32.

FOOTNOTE

Les Shkolnik sont chercheurs de père en fils. Alors qu’Eliezer Shkolnik, professeur puriste et misanthrope a toujours joué de malchance, son fils Uriel est reconnu par ses pairs. Jusqu’au jour où le père reçoit un appel : l’académie a décidé de lui remettre le prix le plus prestigieux de sa discipline. Son désir de reconnaissance éclate au grand jour. De Joseph Cedar avec Shlomo Bar Aba, Lior Ashkenazi, Alisa Rosen, Yuval Scharf, Edna Blilious, Alma Zack, Micah Lewensohn. Israël, 2011. Comédie dramatique, 1h43.

BLANCHE NEIGE ET LE CHASSEUR Kristen Stewart (“Twilight”) interprète l’héroïne dont la beauté vient entacher la suprématie de l’orgueilleuse Reine maléfique (Charlize Theron) et déclencher son courroux. Mais la cruelle marâtre ignore que sa seule et unique rivale a été formée à l’art de la guerre par le chasseur (Chris Hemsworth, Thor) qu’elle avait elle-même envoyé pour la supprimer. Sam Claflin (“Pirates des Caraïbes : La fontaine de jouvence”) y incarne le prince, envoûté par la beauté et la force de Blanche Neige. De Rupert Sanders avec Kristen Stewart, Chris Hemsworth, Charlize Theron, Ian McShane, Toby Jones, Nick Frost, Ray Winstone, Bob Hoskins. Etats-Unis, 2012. Action, aventure, fantastique, 2h07.

COULEUR DE PEAU : MIEL

Mélange d’animations et de prises de vues réelles, ce film documentaire raconte le destin d’un déraciné et sa quête pour se réconcilier avec ses origines. Ils sont 200 000 adoptés, disséminés à travers le monde depuis la guerre de Corée. Jung est l’un d’entre eux. Dans ce film autobiographique réalisé avec la complicité de Laurent Boileau, il revient sur sa vie passée et nous raconte les événements qui l’ont conduit progressivement à prendre en main son destin tout en acceptant ses mixités. Le déracinement, l’identité, l’intégration, la sexualité, la famille recomposée et métissée sont autant de thèmes abordés avec poésie, humour et émotion. De Jung, Laurent Boileau avec Jung. Belgique, France, 2012. Documentaire, Film d’animation, 1h15.

Non, “Tyrannosaur” n’est pas la suite de “Jurassic Park” ! Très loin de là même. C’est plutôt l’histoire de la rencontre de Joseph, homme tourmenté par la violence qui le conduit à l’autodestruction, et d’Hannah, fervente chrétienne gérante d’un petit magasin et battue et humiliée par son mari. Vous l’aurez compris, nous ne sommes pas vraiment ici dans le registre de la comédie… “Tyrannosaur” est au contraire très âpre mais recèle une telle force qu’il serait dommage de passer à côté. Pour son premier long métrage en tant que réalisateur, Paddy Considine nous livre un grand film, mené de main de maître par Peter Mullan (révélé par “My name is Joe” de Ken Loach) et une formidable Olivia Colman que l’on découvre. Bref, “Tyrannosaur” est un film dur, très dur même (n’est-ce pas Cath ?), mais très touchant, d’une force incroyable et qui arrive à éviter tout manichéisme. A voir dans l’une des rares salles qui le proposent encore !

JOURNAL DE FRANCE

Dans son camping-car, Raymond Depardon photographie depuis six ans, seul au grand format, le territoire français. Ce long périple solitaire sur les routes fut propice à rêver un carnet de voyages. De Raymond Depardon. France, 2011. Documentaire, 1h40.

7

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


bxljobs EMPLOIS CRITIQUES

LA STIB CHERCHE 2 000 NOUVEAUX COLLABORATEURS Pour parvenir à engager tout le personnel dont la Stib aura besoin d’ici 2014, un accord de collaboration a été signé avec Actiris. D’ici 2014, la Stib espère embaucher près de 2 000

La Stib recherche une grande variété de profils techniques : 150 chauffeurs de bus, 50 conducteurs de tram, 160 ouvriers techniques ainsi que 50 postes techniques. © Didier Bauweraerts

nouveaux collaborateurs, notamment pour des métiers techniques. Cependant, malgré un taux de chômage élevé en Région bruxelloise, ces types de profils sont rares sur le marché du travail. Désireuse de relever le défi, la société de transports publics a signé un accord de collaboration avec Actiris, l’office régional de l’emploi. Parmi les nouveautés, toutes les offres d’emploi publiées sur le site Internet de la Stib sont désormais transmises à Actiris. Grégor Chapelle, directeur général d’Actiris : “Nous nous réjouissons d’enfin conclure une collaboration privilégiée avec le plus important employeur public de la Région bruxelloise. Celle-ci s’inscrit pleinement dans notre volonté de contribuer à la relocalisation de l’emploi et de l’embauche à Bruxelles. Actiris mettra à disposition sa banque de données reprenant l’ensemble des chercheurs d’emploi de Bruxelles pour assurer un matching efficace répondant aux demandes spécifiques de la Stib.”

LES BESOINS La Stib recherche une grande variété de profils techniques : 150 chauffeurs de bus, 50 conducteurs de tram, 160 ouvriers techniques ainsi que 50 postes techniques réservés à des chercheurs d’emploi peu scolarisés. Kris Lauwers, administrateur directeur général a.i. de la Stib : “La Stib a un besoin structurel en matière de ressources humaines, principalement en raison de la croissance considérable enregistrée par notre société de transports publics ces dernières années. Par ailleurs, nos besoins sur le marché du travail sont très spécifiques. Grâce à la collaboration avec Actiris, nous toucherons de manière plus efficace les collaborateurs recherchés.” Quelques hautes fonctions sont également à pourvoir, notamment dans le management, l’administration et les TIC (technologies de l’information et de la communication). NICOLAS ROZEN Plus d’infos : www.actiris.be et www.stib.be

LE CHÔMAGE SOUS LA BARRE DES 20% Fin mai, la Région comptait 104 412 demandeurs d’emploi inoccupés inscrits chez Actiris, soit une baisse de 0,5% par rapport à l’année précédente et de 1,9 % par rapport à avril 2012. Le taux de chômage est ainsi passé sous la barre des 20%. Selon les chiffres récemment publiés par l’office de l’emploi, il s’établit désormais à 19,8 %, contre 20,1 % en mai 2011. Par ailleurs, le chômage des jeunes de moins de 25 ans a reculé de 3,6 % cette année, alors que le nombre de demandeurs d’emploi indemnisés de plus de 50 ans a progressé de 3,9 %. Enfin, au cours du mois de mai, l’office a reçu 10 977 offres, y compris celles venant du Forem et du VDAB. Sur ce total, 3145 offres d’emploi concernaient un poste en Région bruxelloise. (Faut-il le rappeler, les chiffres du chômage ne tiennent pas compte des Bruxellois à la recherche d’un emploi, mais qui ne sont pas inscrits auprès d’Actiris.)

8

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


topic UNE ÉTUDE ORIGINALE QUI FAIT LE FOCUS SUR UN SUJET PEU PRIS EN COMPTE À L’ÉCOLE

ENSEIGNER, UNE P Un professeur de l’UCL s’est penché sur la composante “plaisir” dans l’enseignement. Une des clés, selon lui, pour “tenir” dans le métier. Alors que de nombreux jeunes enseignants quittent le métier après quelques années d’exercice seulement, pour d’autres, la motivation reste intacte. Ghislain Carlier est professeur à la faculté des Sciences de la motricité de l’UCL. Il a publié une étude intitulée “Plaisir d’enseigner : la quête du Graal” qui se penche sur la composante “plaisir” dans l’acte d’enseigner chez les professeurs d’éducation physique et sportive (EPS). “Mais j’espère que cette étude peut être extrapolée aux professeurs qui enseignent d’autres disciplines, dit-il. La notion de plaisir me semble incontournable et au cœur de la pratique du métier. On ne reste pas dans l’enseignement si l’on n’éprouve pas de plaisir. La persévérance,

c’est une façade. Je ne blâme pas ceux qui sont restés sur ce terrain mais j’essaie de mettre en place des éléments d’action et de réflexion pour permettre aux élèves et aux professeurs d’admettre que le plaisir est également une clé de la réussite des élèves. Il faut oser le dire.” Ghislain Carlier détaille une typologie des enseignants d’EPS liée au plaisir. “Dans un monde en perpétuelle transformation, ils reconnaissent que les adolescents ne sont pas les seuls qui ont changé. Ils repèrent les aspects positifs des transformations de valeurs individuelles et collectives chez leurs élèves. Ils s’y intéressent, voire s’y initient”, écrit-il. Cette typologie montre également que ces enseignants privilégient le contact humain avec leurs classes. “Ils communiquent vers leurs élèves, verbalement ou non, à l’aide de routines avérées, élégantes et efficaces, génératrice d’action. Ils responsabilisent leurs élèves en leur confiant des rôles judicieux et ils ne traitent pas leur classe comme un troupeau. Au contraire, ils caractérisent avec finesse les groupes d’élèves. Ils se sentent grati-

fiés par les retours positifs des élèves et ils l’expriment.” Mais alors, les professeurs qui prennent du plaisir à enseigner sont-ils forcément de bons profs ? “Cela devrait faire partie de la définition mais il faudrait interroger les élèves à ce sujet. Si on injectait la notion de plaisir dans les tests Pisa (visant à mesurer les performances des systèmes éducatifs de différents

pays, NdlR), on obtiendrait peut-être des résultats bien différents. En tout cas, le plaisir est lié à la connivence et aux interactions avec les élèves, à une approche non dictatoriale de la transmission des savoirs; ce qui, a priori, sont des éléments englobés dans le concept de bon prof”, déclare l’auteur.

futurs enseignants. “On ne met pas suffisamment cette notion en avant alors qu’on est censé préparer les étudiants à exercer un métier quasiment impossible. J’invite donc les formateurs à repérer les pépites de plaisir et à les faire fructifier”, conclut-il. ISABELLE LEMAIRE

Ghislain Carlier plaide encore pour que le plaisir soit au cœur de la formation des

’étude de Ghislain Carlier s’insère dans un ouvrage intitulé “Le plaisir”, publié en 2011 aux éditions EP&S.

“On ne reste pas dans l’enseignement si l’on n’éprouve pas de plaisir. La persévérance, c’est une façade”, affirme Ghislain Carlier qui a publié l’étude “Plaisir d’enseigner : la quête du Graal”. © J-L F.

L’UN CHERCHE À FUIR ET L’AUTRE VEUT Y ARRIVER Pierre (prénom d’emprunt) a une vingtaine d’années. Ce licencié en histoire souhaitait devenir prof dans le secondaire et ses motivations à embrasser cette carrière étaient plutôt nobles. “On commence à voter à 18 ans. J’estime donc que toute personne mérite d’être formée, informée et de développer un esprit critique”, dit-il. Mais il a vite déchanté. “A cause du statut temporaire des profs débutants, j’ai été affecté dans une école différente par année scolaire. J’ai dû enseigner le français, la géographie, la religion et tout de même l’histoire. C’est la galère pour obtenir un poste fixe et sa nomination. Cela peut prendre des années.” Pierre a connu des établissements scolaires variés, dont une école réputée difficile. “J’ai été amené à porter plainte contre un élève qui avait créé un faux compte Facebook à mon nom où il avait publié des photos personnelles ainsi que des commentaires à caractère sexuel”, explique-t-il, tout en précisant qu’il s’agit là d’un cas isolé. Des commentaires désobligeants sur le métier de prof, il en a entendu souvent. “Enseignants fainéants, qui se plaignent tout le temps, voilà ce qu’on nous dit.” Il décrit un métier parfois abrutissant, avec une charge de travail à domicile impor-

tante. “J’ai perdu la flamme et ma motivation à donner cours. Je cherche activement à quitter le métier.” A contrario, Julien Pierrard, ingénieur de formation, a fait le choix de devenir prof. “J’ai volontairement quitté un boulot d’ingénieur pour passer l’agrégation et devenir prof de sciences en septembre dernier”, déclare-t-il. De l’enthousiasme à enseigner, il en a à revendre. “J’aime les échanges (humains et pédagogiques) avec les jeunes, leur transmettre un savoir, les motiver à apprendre une matière qu’ils n’aiment pas toujours. C’est un vrai challenge.” Julien Pierrard donne actuellement cours dans une école bruxelloise où il a rapidement trouvé ses marques. “J’ai été très bien accueilli par l’équipe enseignante et il y a beaucoup d’élèves agréables.” Les problèmes, il ne les occulte pas mais ils ne lui font pas peur. “Je suis optimiste. L’attente de la nomination, la charge de travail, les problèmes de comportements de certains élèves, les préjugés sur les profs, il faut juste apprendre à gérer cela car ça fait partie du métier”, déclare-t-il. I.L.

10

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


topic

ARTIE DE PLAISIR ? TÉMOIGNAGES : ILS ONT TOUJOURS LE FEU SACRÉ ! PHILIPPE, 34 ANS, PROF DE MATHS DEPUIS 10 ANS

Il travaille dans une école secondaire de la banlieue liégeoise. “Une matière ingrate car abstraite, souvent détestée par les élèves, dit-il. Au début de ma carrière, j’étais ultra-motivé et je le suis toujours. Les maths, c’est mon truc et je voulais transmettre cette passion. L’approche des mathématiques, telle qu’on la conçoit habituellement, peut être rébarbative car très théorique. J’ai décidé d’aller a contrario de cela et de rendre cette matière vivante, via des exemples concrets applicables dans la vie de tous les jours, des petits jeux, des travaux de groupe. Je veille également à ne laisser personne au bord du chemin. Il n’y a rien de pire pour un élève en difficulté de se sentir abandonné par son prof. J’ai vécu cela moi-même étant adolescent avec un prof de néerlandais qui concentrait toute son attention sur les élèves doués. C’est vraiment tout ce qu’il ne faut pas faire.” SYLVIE, INSTITUTRICE PRIMAIRE DEPUIS 21 ANS

Elle travaille dans une petite école près de Bastogne.

Elle apprend à lire, écrire et compter à des petits bouts de 6 ans. “Un défi passionnant et quelle responsabilité, clame-t-elle. Je leur inculque les savoirs de base alors il ne faut pas se louper; c’est d’une importance capitale et aussi très valorisant.” Le sourire vissé aux lèvres, Madame Sylvie entame chaque journée de cours avec la même énergie. “C’est un métier qui peut être épuisant mais les enfants m’apportent tellement que cela efface les mauvais côtés. Etre institutrice primaire, c’est un métier varié, aussi bien du fait des nombreuses matières que l’on enseigne, que par ses à-côtés créatifs (les petits spectacles que l’on monte pour la fête de l’école, les bricolages pour les parents…) et la dimension humaine. J’ai beaucoup de chance car j’exerce le plus beau métier du monde.” JEAN-CLAUDE, PROFESSEUR DANS

L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR DEPUIS 40 ANS

Il prendra sa pension en juin, après une carrière de 40 ans dans l’enseignement supérieur. Il a enseigné

la littérature ou la sémiologie dans plusieurs établissements et a vu défiler des générations d’étudiants. “Les choses ont beaucoup changé depuis le début de ma carrière, le rapport à l’autorité notamment. Les jeunes d’aujourd’hui ne sont plus du tout impressionnés par le statut de l’enseignant et ils n’hésitent pas à vous le faire savoir. La clé, c’est d’être capable de s’adapter, de se remettre en question. En fin d’année, je soumets à mes étudiants un petit questionnaire de satisfaction. En fonction de ce qu’ils m’apprennent, je n’hésite pas à modifier aussi bien le contenu de mes cours que ma manière de les dispenser. Rester humble et à l’écoute de son public, c’est primordial. Outre le fait que j’ai gardé intacte cette passion de transmettre des savoirs et ma motivation à exercer ce métier, c’est sans doute cela qui m’a permis de garder le feu sacré après toutes ces années. Je sais que je n’ai pas réussi à intéresser tous mes étudiants mais c’est la règle du jeu.” Propos recueillis par Isabelle Lemaire

11

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


topic UNE POLÉMIQUE VIEILLE DE PLUSIEURS DÉCENNIES !

GARÇONS ET FILLES UNE ÉVIDENCE ? La mixité scolaire est obligatoire en Communauté française depuis 1997. Désormais perçue comme la normalité, la question continue de diviser.

Les écoliers d’un côté, les écolières de l’autre. Il est bien loin le temps où les petits garçons et les jeunes filles en fleurs pouvaient jouer et s’amuser en toute innocence (naïveté ?), à l’abri des regards apparemment condescendants, mais en réalité tellement attendrissants de leurs camarades. Aujourd’hui, la mixité sexuelle à l’école s’impose littéralement comme norme, est accueillie par la

société comme quelque chose d’incontestable, les choses, de faire évoluer les comportements des d’inébranlable… Bref, de tellement indéboulonna- quelques dernières écoles non mixtes – notamble que d’aucuns s’étonneront ment catholiques – qui subsistaient peut-être de voir un journal y con- SELON DES ÉTUDES encore. Car dans les faits, le chansacrer une double page et ce, en ANGLO-SAXONNES gement s’était déjà opéré massive2012. Et pourtant, le sujet pasment avant cette date théorique”, MENÉES SUR LA sionne et divise toujours autant les explique-t-on au cabinet de la miprofesseurs, pédagogues et autres QUESTION, LA nistre de l’Enseignement obligapsychiatres. Emergeant ici et là MIXITÉ SEXUELLE À toire, Marie-Dominique Simonet dès 1960, la mixité scolaire se gé- L’ÉCOLE (cdH). Une disposition – coulée néralise chez nous dans le courant CONSTITUERAIT UN dans le marbre – dont l’ambition des années septante. A l’époque, il FREIN, UNE était de faire de la mixité sexuelle à n’existe aucune législation belge l’école un gage d’égalité. Egalité ENTRAVE À en la matière. Il faut attendre 1997 des sexes, égalité des chances. Un pour voir la Communauté fran- L’APPRENTISSAGE discours hypocrite aux yeux de cerçaise en faire une obligation lé- SCOLAIRE. tains, un échec selon d’autres. “La gale, du moins dans les écoles qui mixité scolaire a échoué, puisque lui sont rattachées. l’égalité des sexes n’est toujours pas assurée”, écrit Michel Fize (1), sociologue français et spécia“C’était essentiellement une façon d’officialiser liste des questions de l’adolescence. Pour lui, au

12

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


topic

À L’ÉCOLE, contraire, ce mélange génère des inégalités. A certains âges, particulièrement à 11, 12 ans, les filles et garçons se distinguent tellement les uns des autres – notamment par leur développement physique et psychique – qu’il paraît peu sensé de les éduquer ensemble. Un point de vue que partage totalement une quinquagénaire et “rescapée” de l’école non mixte : “Nous, les filles, vivions comme dans un cocon. On grandissait ensemble sans se soucier de la gent masculine. Pour ma part, j’aurais été totalement perturbée de côtoyer le sexe opposé à l’école durant mon adolescence.” Avant d’ajouter : “Et inversement, je pense que les garçons auraient eu l’attention fortement détournée par notre présence.” Car il est là le nœud du problème. Selon de nombreuses études anglo-saxonnes menées sur la question, la mixité sexuelle à l’école constituerait un frein, une entrave à l’apprentissage scolaire. Et ce, davantage du côté du sexe dit “fort”. Les jeunes hommes obtiendraient ainsi de moins bons résultats que les demoiselles. “Les garçons jouent les durs pour affirmer leur virilité”, raconte Marie Duru-Bellat (2), sociologue française et spécialiste

La mixité à l’école constituerait un frein, une entrave à l’apprentissage scolaire. © Johanna de Tessières

de la psychologie sociale. Qui poursuit : “Certains vont jusqu’à rejeter purement et simplement l’école, pensant peut-être qu’il s’agit là d’un acte digne d’un mâle, d’un vrai.” Un élève de 6e secondaire témoigne : “Sans doute que la présence de filles en classe en a perturbé plus d’un, que certains auraient été plus performants s’ils avaient été séparés de leurs camarades féminins. Mais, finalement, je ne pense pas que les résultats soient la chose la plus importante à l’école.” Pour ses défenseurs, la mixité scolaire doit surtout apprendre aux jeunes à vivre ensemble et ce, dès les premières années de leur existence. “C’est un véritable projet de société. Il s’agit de favoriser une vision d’une école non discriminatoire à références démocratique, universaliste et pluraliste”, estime José-Luis Wolf, professeur et coordinateur

du service des Sciences de l’Education à l’ULB. “Personnellement, j’ai beaucoup souffert de la non mixité”, avoue une ancienne écolière. Qui poursuit : “Je n’avais pas de frère et je ne voyais plus mon père. J’ignorais tout du sexe masculin. Cela a suscité chez moi une forme de crainte de l’étranger.” Et un directeur de conclure : “L’institution scolaire se doit de donner aux élèves une image représentative de ce qu’est la société, à savoir un mélange d’hommes et de femmes.” La mixité sexuelle à l’école, un gage d’égalité ? Un non-sens à l’adolescence ? Une entrave aux performances scolaires ? Ou un véritable projet de société ? Le débat reste ouvert… A.D. (1) “Les pièges de la mixité scolaire”, Michel Fize, Presses de la Renaissance, 2003, 274 pp. (2) “Ce que la mixité fait aux élèves”, Marie Duru-Bellat, Revue de l’OFCE, n°114, 2010/3.

13

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


sortir

ILS SONT “WANTED” ! Chaque année, Couleur Café organise un concours et permet à de jeunes groupes de se produire sur les scènes du festival. Cette sélection “Wanted” est très prisée parmi les groupes belges. Cette année, c’est un subtil mélange féminin-masculin, soul-rock, funkrap qui attend nos festivaliers. Entre Sarah Carlier et

Sarah Ferri, il n’y a que le prénom de commun. Alors que l’une (Ferri) vit à Gand et a opté pour le jazz, l’autre (Carlier) est une Bruxelloise de souche et préfère les touches soul. A leurs côtés, d’autres Bruxellois : le rock de tous horizons de Madé J, le skunk de Opmoc, le reggae-

SARAH CARLIER, LA SOUL GUIDE SES PAS

gospel de Joshua Alo. Du reggae aussi pour les Gantois de Asham meets Collieman, un collectif qui vient de sortir son premier opus. Enfin, le hip-hop représenté par le Liégeois Kaer, ancien MC de Starflam. Autant de découvertes à faire du 29 juin au 1er juillet ! (M.C.)

MADÉ J ET SON ROCK AUX ALLURES DE ROAD MOVIE Madé J a fait le tour du monde et travaillé avec les plus grands tels Keziah Jones et Jack Johnson. Il a choisi Bruxelles pour enregistrer son dernier album, “Das Rumble”. Un opus qui a donné envie à ce globe-trotter de poser ses valises dans notre capitale.

Sarah Carlier, au Metteko. Cette jeune Bruxelloise avoue ne connaître bien que Bruxelles ! © DR

Pourquoi avoir enregistré “Das Rumble” à Bruxelles ? J’ai un ami producteur qui vit ici depuis six ans. Un jour où je lui rendais visite, on est allé faire la fête dans un bar et on s’est dit “tiens pourquoi ne pas enregistrer mon album ici ?”. Donc je suis resté quelques mois en Belgique pour enregistrer cet album. J’ai logé dans l’appartement d’un ami près de la gare du Midi et on a fait pas mal de prises là-bas. Une fois que tout était enregistré, mon producteur était assez content du résultat.

C’est pour ça que vous avez décidé de rester ? Oui, j’ai décidé de rester. Surtout qu’on a trouvé un label, une maison de disques, un bookeur. Tout le travail de l’album a été fait avec une vraie équipe qui était prête à me suivre pour la suite. Ils m’ont trouvé un appartement donc oui, je suis resté. Je n’avais plus très envie de partir. (Rires). Qu’est-ce qui vous plaît à Bruxelles ? Beaucoup de choses ! La bière pas cher en est une ! (Rires). J’ai fait beaucoup de villes, j’ai voyagé vraiment beaucoup mais Bruxelles a un charme particulier. La musique est de très bon niveau ici. Les musiciens jouent pour leur plaisir et pas pour atteindre la célébrité comme c’est le cas à Londres. Ils ne pensent pas plus loin que le plaisir d’être sur scène. Etes-vous fier d’avoir été sélectionné pour “Wanted” ? Je suis très fier d’en faire partie. Il y avait un paquet de candidats donc je suis très content de faire partie de la sélection ! Votre musique oscille entre rock et roots, très éloigné du style des autres groupes présents à Couleur Café… C’est vrai ! J’ai moi-même été très surpris d’avoir été choisi en fait. Je pense que si tu es bon, tu arrives à captiver les gens même si tu proposes quelque chose de différent. Quels sont les groupes que vous aimeriez voir cette année ? Malheureusement, je dois partir juste après mon concert pour jouer ailleurs. Sinon, j’aurais vraiment voulu voir Public Enemy et surtout Gogol Bordello car un ami à moi joue dans ce groupe.

Toute jeune recrue du paysage musical belge, Sarah Carlier a usé de l’expérience Akamusic pour son premier opus. La chanteuse bruxelloise effectuait son tout premier concert au Botanique en octobre 2011. Avant de jouer à Couleur Café, dans la sélection “Wanted”, le 30 juin prochain. Tout ce qui vous arrive est très nouveau… Oui tout ce qui arrive depuis deux ans, c’est tout nouveau. Je n’aurais jamais imaginé vivre, faire et refaire tout ça. Tout est une grande découverte. Pourquoi avoir choisi Akamusic ? Ma maman avait vu un reportage sur ce site et m’en a parlé. J’ai été voir, j’ai mis mes vidéos sur le site sans vraiment me soucier du principe. En quelques mois, j’ai récolté assez pour enregistrer mon EP trois titres. Et puis on est parti très vite sur l’album.

Vous qui avez beaucoup voyagé, que pensez-vous du public belge ? Le public est très bon même si, comme partout ailleurs, il faut savoir le captiver. Je dirais que c’est encore plus difficile de le captiver ici. Le Belge est un peu fainéant et regarde parfois des concerts comme il regarde la télévision en bruit de fond. Mais une fois que tu l’as gagné, il est incroyable !

Pouvez-vous expliquer le titre de l’album ? C’est ce qui m’a guidé. C’est ce qui m’a fait composer, créer. Toutes les idées partent de là. Il faut croire en ce qu’on fait. On n’a qu’une vie donc si on a l’occasion d’essayer… Si on fait les choses à fond, il n’y a pas de regrets à avoir. Vous aviez envie depuis longtemps d’un album soul ? La soul a toujours été là. L’envie de faire de la musique je l’ai toujours eue secrètement. Pour cet album, on a fait ça de manière très ouverte. On ne s’est pas donné de ligne ou de limite à suivre. Ça partait d’un guitare voix à la base. Vous êtes une véritable Bruxelloise ! Oui ! Je suis née à Etterbeek, je vis à Evere. J’ai très peu voyagé, je ne connais vraiment que Bruxelles. J’aime aller boire des verres place Sainte-Catherine, du côté du cimetière d’Ixelles aussi. Je bouge hors de Bruxelles pour aller jouer donc je découvre un peu la Belgique grâce à la tournée. M.C.

Sarah Carlier, “For those who believe”, Akamusic. En concert le 30 juin à Couleur Café.

Touché par l’ambiance de Bruxelles, cet artiste voyageur a posé guitare et valise ici © DR

M.C.

Madé J, “Das Rumble”, Intersection. Concert le 1er juillet à Couleur Café, Tour&Taxis, www.couleurcafe.be

14

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


sortir FESTIVAL COULEUR CAFÉ, DU 29 JUIN AU 1ER JUILLET

ET DEUX NOUVELLES SCÈNES ! Couleur Café s’agrandit. Désormais, cinq scènes accueilleront artistes et public du 29 juin au 1er juillet, avec une affiche toujours plus éclectique. Du vendredi au dimanche, il y aura encore plus de têtes d’affiche à Tour&Taxis. La scène Fiesta laisse la place à la scène Phoenix, plus grande. La scène Move fait son apparition et la Dance Club devient une scène à part entière. Le vendredi démarre fort avec la star anglaise Jessie J, Psy4 de la Rime, Magic System, Nas, Erykah Badu et nos Bruxellois dans le vent : Joshua. Le lendemain, on multiplie encore les têtes d’affiche avec Gentleman, Sean Paul, De la Soul, Le peuple de l’herbe,

les rois du dance floor : The Subs, Caravan Palace, La Chiva Gantiva, Jali et notre rockeuse à la langue bien pendue, BJ Scott. Pourquoi s’arrêter en si bon chemin quand on a l’occasion d’accueillir l’un des fils de Bob Marley le dimanche ? Au programme de ce dernier jour : Stephen Marley, Public Enemy, Zebda, Brigitte, Gogol Bordello, Ben l’Oncle Soul, Ayo, The Peas Project. De quoi plaire à tout un chacun ! M.C. www.couleurcafe.be

Couleur Café, toujours l’occasion de faire la fête aux couleurs du soleil et de la cool attitude. © Aurore Belot

15

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


agendabonsplans MUSIQUE BIENNALE DE LA CHANSON FRANÇAISE: DEMI-FINALE Avec Mandaye (folk), Mochélan (hip hop acoustique), Les Filles de Hirohito (pop punk), La Baleine (folk, hip hop, reggae). Le 17·06 à 19h30 8€ Espace Delvaux. Place Keym - Rue Gratès 3 - 1170 Watermael-Boitsfort & 02 663 85 50 R 02 672 14 39 www.lavenerie.be

BOENTJE ? Dub, electro, hip hop. Avec Debruit, L'Oeuf Raide, Le Clan d'Estinnes, LBNHRX, AVL! et MZK. Le 15·06 à 20h - De 9 à 12 € Magasin 4. Avenue du Port 51b - 1000 Bruxelles & 02 223 34 74 www.magasin4.be

DOCTOR GABS FEAT. IMELDA Un concert destiné aux amateurs de jazz, boogie woogie, swing et blues. Au programme: oeuvres de Gabs, Duke Ellington, Ray Charles, Gershwin, Fats Waller... Le 16·06 à 20h30 - De 20 à 40 € Palais des Beaux-Arts/Bozar. Rue Ravenstein 23 - 1000 Bruxelles & 02 507 82 00 - www.bozar.be

PAUL WELLER Fondateur et figure de proue de groupes mythiques tels "The Jam" et "The Style Council", il est de retour avec un nouvel album solo "Sonik Kicks". Le 14·06 à 20h - De 31 à 34 € Ancienne Belgique. Boulevard Anspach 110 - 1000 Bruxelles & 02 548 24 84 www.abconcerts.be

REVEREND DEADEYE DON CROISSANT - THE SKEPTICS - THE GLÜCKS Blues, garage, gospel - Blues Rock'n'roll, garage - Stomp garage, rock'n'roll. Le 16·06 à 20h - 8 € € Magasin 4. Avenue du Port 51b - 1000 Bruxelles & 02 223 34 74 www.magasin4.be

THE GEE STRINGS ASHTONES Punk-rock influencé par les Sex Pistols, les Ramones... - Cinq fanatiques de rock nourris aux Stooges,

aux New York Dolls, aux Dead Boys... A l'issue des concerts: soirée Punk Nightmare Part Three pour clôturer la saison. Le 15·06 à 21h - 7 € L'Os à Moelle. Avenue Emile Max 153 - 1030 Schaerbeek & 02 267 10 90 www.osamoelle.be

SORTIR APÉRO SAINT-JOB Les curieux profiteront des rayons de soleil sur la terrasse ou dans l'un des transats pour boire un verre au son de la musique de Patrick Balzat, Moulinexs, Olivier Gosseries et DJ Blondie. Du 15·06 au 31·08. Tous les V. de 17 à 22h30 - Gratuit Place du Vivier d'Oie. - 1180 Uccle & 0477 61 24 14 www.brusselsaperos.be

APÉROS URBAINS Cette année encore, les Apéros Urbains proposent de redécouvrir Bruxelles, ses parcs et son petit côté village. L'occasion de vivre un moment convivial, de prendre un verre, de jouer aux cartes ou aux boules, de danser au son des concerts et des DJ's... Pour les lieux, se référer au site web. Jusqu'au 07·09. Tous les V. dès 17h - Gratuit Dans la capitale. www.aperos.be

LEFTORIUM Avec Tomas Barfod/WhoMadeWho, Krikor, Geoffroy Mugwump, Prince Off. Le 16·06 dès 23h - 10 € Bazaar Club. Rue des Capucins 63 - 1000 Bruxelles - www.leftorium.be

MAKE PARTY Avec Le Cousin SUPERDRUMS, Collogne, The Krossfaderz, Mik EP, Charly Andreo. Le 16·06 dès 22h30 The Wax Club. Boulevard Anspach 66 - 1000 Bruxelles & 0476 73 75 07 www.thewax.be

LE RATTACHEMENT OU L'ENVERS DE NAPOLÉON

CYRANO DE BERGERAC

Imaginez qu'avant de naître, on soumette un projet de vie comme on dépose un plan de vol. Imaginez qu'une sorte de conseillère examine, modifie ou bloque ce projet, tant qu'il ne lui paraît pas convaincant... Du 15·06 au 08·07. Du Me. au S. à 20h30, le D. à 16h - De 9 à 15 € Théâtre de la Flûte Enchantée. Rue du Printemps 18 - 1050 Ixelles & 02 660 79 50 R 0474 28 82 69 www.lafluteenchantee.be

D'EDMOND ROSTAND, M.E.S. MICHEL KACENELENBOGEN, AVEC OLIVIER MASSART, PIERRE GÉRANIO, CHRISTIAN CRAHAY...

VERT POP Dès 20h: concerts avec Zinger, Date with Elvis et Joli Coeur. Dès 23h: Club Night avec James Holden, Axel Boman, Pierre, Issam & Jazzydemon, The Evil Twins. Le 16·06 dès 20h 15 € (prévente: uniquement ticket 2 personnes: 20 €) Cinéma Marivaux. Rue Saint-Pierre 27 - 1000 Bruxelles - www.vertpop.be

Atelier 210. Chaussée Saint-Pierre 210 - 1040 Etterbeek & 02 732 25 98 www.atelier210.be Palais de Justice. Place Poelaert - 1000 Bruxelles & 0488 63 83 46

LES TRASH CROUTES Cinq filles en tutu et en paillettes se proposent de lutter contre la globalisation anglophone en livrant leurs traductions françaises des plus grands tubes pop anglophones, de Bob Dylan à Shakira en passant par ABBA, Les Jackson 5... Le 16·06 à 22h Maison du Peuple de Saint-Gilles. Parvis de Saint-Gilles 39 - 1060 Saint-Gilles www.myspace.com/lestrashcroutes

SPECTACLES ALEX BARBE EN STAND UP... OU PAS! ONE MAN SHOW D'ALEX BARBE.

A la frontière du personnage et du stand up, cet humoriste d'un nouveau genre bouscule joyeusement toutes les règles du one man show pour amener le public là où il ne l'attend pas. Du 20 au 23·06 à 20h15 De 12 à 17 € Kings of Comedy Club. Chaussée de Boondael 489 - 1050 Ixelles & 02 649 99 30 www.kingsofcomedy.be

CEUX QUI MARCHENT DANS L'OBSCURITÉ DE HANOKH LEVIN, M.E.S. LARA HUBINONT, AVEC EDWIGE BAILY, GRÉGORY CARNOLI, JULIEN DE BORMAN...

Trois personnages se lèvent en pleine nuit et décident de marcher. Vers où ? Pourquoi ? Au fil de leur marche nocturne, ils rencontreront leurs pensées, leurs doubles, leurs morts, Dieu aussi. Chacun avec sa valise, chacun avec son passé. Jusqu'au 30·06. Du Ma. au S. à 20h30 De 10 à 18 €

Cyrano c'est un nez, un roc, un cap, une péninsule... c'est une oeuvre magistrale ou se bousculent mille personnages... Jusqu'au 07·07. Du Ma. au S. à 20h30 - De 8 à 25 € Le Public. Rue Braemt 64-70 - 1210 Saint-Josse-ten-Noode & 0800 944 44 www.theatrelepublic.be

ERA, SONNET POUR UN CLOWN CIRQUE CONTEMPORAIN, PAR LE MAGDACLAN.

Acrobatie volubile aux gestes intimes, dans un souci constant de simplicité, mais aussi empreint d'irrévérence, Era défie les lois du temps et s'empare de la piste à bras le corps. Les 15 et 16·06 à 20h30, le D. 17·06 à 17h - De 8 à 12 € Chapiteau Escale. Place de l'Eglise - 1082 Berchem-Sainte-Agathe & 02 538 12 02 www.catastrophe.be/magdaclan

LE MARTEAU DES SORCIÈRES DE ET PAR BÉNÉDICTE PHILIPPON, M.E.S. PIERRE COLLET, AVEC MÉLISSA PIRE, THOMAS DEMAREZ ET LAURENT DENAYER.

"Le Marteau des sorcières" est un ouvrage écrit par des hommes d'Eglise au XVe siècle. Pendant 200 ans, ce livre a servi à faire condamner les femmes suspectées d'actes de sorcellerie. Dans ce contexte hérétique, Jeanne, Jeannette et Jeanneton signent innocemment un pacte avec le diable de passage dans leur village. Commence alors le commerce des potions, les virées nocturnes au cimetière et les chats noirs au coin du feu... Du 14 au 30·06. Du Ma. au S. à 20h30 - De 5 à 12 € Centre culturel Bruegel. Rue Haute 247 - 1000 Bruxelles & 02 503 42 68 www.ccbruegel.be

DE DIDIER VAN CAUWELAERT, M.E.S. JEAN LUC DURAY, AVEC DENISE SCHWAB, MURIEL AUDREY, JEAN LUC DURAY.

LES MONOLOGUES DU VAGIN SPÉCIAL AFRIQUE DE EVE ENSLER, M.E.S.NATHALIE UFFNER, AVEC BABETIDA SADJO, AWA SENE SARR ET BWANGA PILIPILI.

Nouveauté dans le combat d'Eve Ensler: la sensibilisation aux effets de la violence sexuelle sur les femmes de la République démocratique du Congo. Jusqu'au 16·06. Du Me. au S. à 20h30 - De 10 à 22 € Théâtre de la Toison d'Or. Galerie de la Toison d'Or 396-398 - 1050 Ixelles & 02 510 05 10 - www.ttotheatre.be

MY WAY ONE MAN SHOW DE KODY.

Entre funky attitude et humour noir, Kody aurait pu en d'autres temps être le fils caché de Sammy Davis Jr. Du 20 au 23·06 à 20h30 - De 11 à 16 € Koek's Théâtre. Chaussée de Jette 292 - 1081 Koekelberg & 02 428 66 79 www.kingsofcomedy.be

PAIX NATIONALE DE GENEVIÈVE DAMAS, M.E.S. PIETRO PIZZUTI, AVEC GENEVIÈVE DAMAS ET ALEXANDRE VON SIVERS.

L'histoire se déroule dans un pays où deux territoires cohabitent avec plus ou moins de difficultés: Là-bas et Ici. Un beau jour, tout explose et Là-bas s'en va en emportant la mer... Jusqu'au 30·06. Du Ma. au S. à 20h30 De 8 à 25 € Le Public. Rue Braemt 64-70 - 1210 Saint-Josse-ten-Noode & 0800 944 44 www.theatrelepublic.be

16

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


agendabonsplans SHERPA DE ET PAR PHILIPPE VAUCHEL, M.E.S. JEAN-MICHEL FRÈRE.

Un homme porte sa mère sur le dos: lui a le coeur gros, et elle, c'est une marionnette chauve et pétillante à souhait sous les mains du comédien. Ils nous livrent leur vie et ses rebondissements, ses épisodes douloureux, ses moments savoureux ou hilarants... Jusqu'au 30·06. Du Ma. au S. à 20h30 - De 8 à 25 € Le Public. Rue Braemt 64-70 - 1210 Saint-Josse-ten-Noode & 0800 944 44 www.theatrelepublic.be

VOUS EN PRENDREZ BIEN DEUX LOUCHES DE ET PAR CLAUDE RION ET JÉRÔME DE WARZÉE.

La comédie met en scène un couple improbable qui tente de se persuader qu’ils sont faits l’un pour l’autre. Le 15·06 à 20h15 - De 12 à 16 € Centre culturel d'Auderghem. Boulevard du Souverain 183 - 1160 Auderghem & 0478 12 01 12 www.deuxlouches.com

FAMILLE ALERTE AUX MONSTRES ! ATELIER (DÈS 4 ANS)

La littérature de jeunesse regorge de monstres et de créatures bizarres. Après la lecture de plusieurs albums de monstres en tous genres, Edith Van Dooren propose aux enfants de créer leur monstre imaginaire à l'écoline et à l'encre de chine, à partir de taches. Le 17·06 de 11 à 12h30 - 7,50 € Le Wolf - la Maison de la Littérature de Jeunesse. Rue de la Violette 18-20 - 1000 Bruxelles & 02 512 12 30 www.lewolf.be

BOZARSUNDAYS ANIMATION FAMILIALE (ENFANTS DE 3 À 12 ANS ET PARENTS)

C'est LE rendez-vous des familles amateurs de l’art dans toutes ses expressions. Après le petit-déjeuner en famille, les générations se séparent: les adultes ont le choix entre participer à une visite guidée des expos en cours ou du bâtiment Horta, ou assister à un concert pendant que les enfants participent à un atelier bilingue et explorent la

fibre artistique qu’ils portent en eux. Cette semaine, pour le dernier rendez-vous de la saison: "Un concert baroque à la cour de l'Empereur de Chine". Jusqu'au 17·06. Tous les D. à 10h (petit-déjeuner) ou 11h (activité) - De 4 à 8 € Palais des Beaux-Arts/Bozar. Rue Ravenstein 23 - 1000 Bruxelles & 02 507 82 00 - www.bozar.be

spectacles de théâtre, danse et musique, un salon de coiffure déjanté de l'asbl Karton, des arbres à histoires, une caravane grimage... Le 17·06 de 11h à 20h - Gratuit Parc de Forest et Saint-Gilles. - 1190 Forest - www.blib.be

MAIS ENCORE BAL MODERNE IN THE PARK

CONTE DU CIEL ET DE LA TERRE CONTES, PAR ZAZIE PRIGNON (DÈS 5 ANS)

Des contes doux et terribles à la fois, pour un voyage imaginaire au fil des oeuvres de l'exposition "7SP Seven Artist from São-Paulo". Le 20·06 à 16h - 10 € (goûter compris, rés. souhaitée) CAB Art Center. Rue Borrens 32-34 - 1050 Ixelles & 02 644 34 32 www.CAB.be

GUIGNOLET DANS LE PARC: GUIGNOLET COMMISSIONNAIRE D’APRÈS UNE FARCE DU MOYEN ÂGE "LE PÂTÉ ET LA TARTE", PAR LE THÉÂTRE ROYAL LES COEURS DE BOIS (DÈS 5 ANS).

Guignolet est chargé par son maître d’aller chercher un gâteau chez le pâtissier. Celui-ci le charge à son tour d’une commission. Jusqu'au 01·07. Les Me., S. et D. à 15h30 Entrée libre Parc de Bruxelles. - 1000 Bruxelles & 02 279 64 14 - www.brupass.be

MAROCKIN’BRASS MUSIQUE (DÈS 6 ANS).

La musique des neuf musiciens de Marockin’Brass reflète l’amour des rythmes (nord-)africains sur lesquels sont greffées des lignes mélodiques se référant au jazz, à la musique contemporaine et à un idiome non occidental. Le 16·06 à 19h30 - De 5 à 10 € Théâtre La Montagne Magique. Rue du Marais 57 - 1000 Bruxelles & 02 210 15 90 www.theatremontagnemagique.be

SAMEDIS DU CINÉ: IL ÉTAIT UNE FOIS UNE SÉANCE DE CINÉMA, UNE COLLATION ET UNE ANIMATION

JEAN-PAUL BELMONDO, LE MAGNIFIQUE Le Palais des Beaux-Arts accueille Jean-Paul Belmondo pour une soirée exceptionnelle. L'acteur se verra décerner la médaille de l’Ordre de Léopold pour l’ensemble de sa carrière. La cérémonie sera suivie de la projection d' “Itinéraire d’un enfant gâté”, un film de Claude Lelouch qui raconte l’histoire d’une célébrité mettant en scène sa propre disparition pour se reconnecter à la vie dans le plus grand secret, à l’autre bout du monde. Le 19·06 à 20h - 10 € Palais des Beaux-Arts/Bozar. Rue Ravenstein 23 - 1000 Bruxelles & 02 507 82 00 - www.bozar.be

(DÈS 6 ANS)

La très belle princesse Giselle est bannie de son royaume magique de dessin animé et de musique par la méchante reine. Elle se retrouve à Manhattan... Déroutée par ce nouvel environnement étrange, Giselle découvre un monde qui a désespérément besoin de magie et d'enchantements... Pendant ce temps, pour les adultes: "Miss Mouche". Le 16-06 à 10h30 - 2,50 € Cinéma Vendôme. Chaussée de Wavre 18 - 1050 Ixelles - www.samedisducine.be

SUPERVLIEGSUPERMOUCHE FESTIVAL DES ARTS POUR ENFANTS (DE 2 À 12 ANS)

Au programme: des ateliers (mandalas, danse, création d'un robot, atelier scientifique...), de nombreux

En collaboration avec Bruxelles Environnement, l'équipe du Bal Moderne sera présente dans les parcs bruxellois tout au long de l'été pour vous faire (re)découvrir le plaisir de danser ensemble dans des écrins de verdure. Cette semaine, rendez-vous au Parc Tournay Solvay. Jusqu'au 02·09. Le D. de 15 à 17h Gratuit Dans les parcs de la capitale. - 1000 Bruxelles - www.balmoderne.be

BRUSSELS FILM FESTIVAL La programmation du festival s'articule en plusieurs sections: la Compétition officielle ouverte à tous les films européens, les avant-premières proposant des oeuvres du monde entier, les séances en plein air gratuites se déroulant place Sainte-Croix, la compétition courts métrages mettant les jeunes talents belges sous le feu des projecteurs, les ciné-concerts en plein air, les soirées spéciales (Pologne, Italie, Espagne...), une journée entière dédiée au thème de la musique au cinéma (14·06)... Programme détaillé sur le site web. Jusqu'au 16·06 - De 5 à 10 € (par film, pass 5 films: 25 €) Flagey. Place Sainte-Croix - 1050 Ixelles & 02 641 10 20 - www.brff.be

BRUXELLES À S'EN LÉCHER LES BABINES (VISITE GUIDÉE) Ingrédients: choux de Bruxelles et chicons, stoemp, moules et caricoles, choesels et bloempanch, plattekeis, lambic et gueuze, pralines, gaufres, smoutebollen et carabitjes... Préparation: faites revenir les ingrédients dans un fonds d'histoire relevé d'une pointe de tradition et d'un zeste de folklore, assaisonnez d'anecdotes

savoureuses et dégustez ! Rendezvous devant la fontaine de Minerve (place du Grand Sablon). Le 17·06 à 14h30 - 15 € (rés. indisp.) Les Parcours bavards. Rue des Thuyas 12 - 1170 Watermaal-Boitsfort & 02 673 18 35 - www.busbavard.be

CZECH STREET PARTY Un événement pour présenter la musique, la bière et les spécialités gastronomiques de la République Tchèque. Le 15·06 de 17h30 à 22h30 Gratuit Rue Caroly. - 1050 Ixelles www.czechrep.be/streetparty

DEUXIÈME MAIN, DEUXIÈME PAGE Des centaines de livres d'occasion à prix réduits seront proposés dans le décor verdoyant du parc Félix Hap. Le 16·06 de 10 à 16h - Gratuit Parc Félix Hap. Avenue d'Auderghem 191 - 1040 Etterbeek & 02 735 05 86 www.biblioherge.be

EVERE EN FÊTE Au menu de cette journée de fête: grande brocante-braderie réunissant plus de 400 exposants, brocante aux livres, spectacle de marionnettes et chasse au trésor à la Bibliothèque H. Teirlinck, portes ouvertes à la ludothèque, animations de rue, performances artistiques, jeux géants et ateliers au Parc Van Ruusbroeck, mini-ferme Square Hoedemaekers, concerts (Strawdogs, Sarah Carlier, Marka...), bal populaire avec Mister Cover, feu d'artifice... Le 16·06 dès 6h (brocante) - Gratuit Dans la commune. - 1140 Evere www.evere.be

GRAFF EXPO Graff Museum est un projet mené par de jeunes bruxellois encadrés par les éducateurs de rue des Marolles de l'asbl BRAVVO. Initiés à l'art du graffiti par trois artistes, ces jeunes graffeurs ont réalisé une série de toiles ainsi qu'une fresque murale dans le quartier de la Querelle à Bruxelles. Du 14·06 au 11·07. Du L. au V. de 10 à 17h - Entrée libre BRAVVO (Atrium). Rue de la Caserne 37 - 1000 Bruxelles & 02 279 65 00 www.bravvo.be

17

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


agendabonsplans LA CAMBRE EN MUSIQUE (VISITE GUIDÉE) Véritable village dans la ville, le quartier de l'abbaye de la Cambre se dévoile aux yeux des promeneurs. Après la promenade, les curieux auront le privilège d'écouter l'orgue de l'abbaye, un instrument historique de grande valeur. Rendez-vous à l'entrée du square de la Cambre (rue du Monastère à Ixelles). Le 17·06 à 14h - 16 € (rés. indisp.) Arkadia.be. Rue Royale 2-4 - 1000 Bruxelles & 02 563 61 53 www.asbl-arkadia.be w.natagora.be

LES LUNDIMANCHES Chaque 3e D. du mois, les Amis du Parc de Forest se retrouvent pour des après-midi ludiques où petits et grands s'amusent au gré des jeux de société, cartes, puzzles... Un espace "jeux et détente" est spécialement aménagé pour les enfants de 0 à 3 ans. Le 17·06 de 14 à 17h - 4 € (collation comprise) Villa du Parc de Forest. - 1190 Forest & 0472 681 587 www.facebook.com/myfriendsparcdeforest

OUT LOUD ! (FILMS ET CONCERTS) * Le 13·06: Projection de "Fix: The Ministry Movie", une vision chaotique et fascinante dans les coulisses de la tournée mondiale du groupe Ministry, pionnier du rock industriel au milieu des années 90. * Le 14·06: Projection de "God Bless Ozzy Osbourne", un documentaire sur le frontman de Black Sabbath, l'un des groupes fondateurs du heavy metal. * Le 15·06: concert de SX (indie pop). * Le 16·06: Concert de Goatcloaks (death metal) et Rise and Fall (hardcore, punk). Jusqu'au 30·06. Films à 22h30, concerts à 22h - Gratuit Sur le toit du Beursschouwburg. Rue A. Orts 20-28 - 1000 Bruxelles & 02 550 03 50 www.beursschouwburg.be

PROMENADE À LA DÉCOUVERTE DES LUCANES CERFS-VOLANTS Le lucane est le plus grand coléoptère d’Europe. L’adulte s’observe le plus fréquemment de juin à août, et c’est au coucher du soleil qu’il débute son activité qui durera toute la nuit. L'espèce est actuellement

protégée (Natura 2000) mais continue à se raréfier géographiquement. Rendezvous devant l’Eglise Saint-Hubert (avenue Delleur). Le 15·06 à 20h30 Dans la commune. - 1170 WatermaelBoitsfort & 02 672 88 03 ou 0478 55 04 24 www.cowb.be

RE-CRÉATION Quatre jours de fête proposant expos, concerts, parcours insolites, projections... Programme détaillé sur le site web. Du 20 au 24·06 dès 14h Prix variés Atelier Théâtre de la Vie. Rue Traversière 45 - 1210 Saint-Josse-ten-Noode & 02 219 11 86 R 02 219 60 06 www.theatredelavie.be

ROLLER BIKE PARADE 2012 Les sportifs sont invités à chausser leurs rollers le temps d'une soirée ! Les vélos, skates, trottinettes et autres moyens de transport dévolus à la mobilité douce et verte sont également autorisés à prendre le départ de la promenade. Le rendezvous est donné Place Poelaert. En cas de mauvais temps, la balade

sera annulée. Jusqu'au 28·09. Tous les V. de 20 à 21h (débutants) ou de 21 à 23h (confirmés) - Gratuit Dans la capitale. -1000 Bruxelles www.belgiumrollers.com

SUPERVOISINS Pour fêter la fin de la saison, les Halles transforment le quartier en plaine de jeux géante. Au programme: cirque et acrobaties, ateliers pour petits et grands, danse, chorégraphie collective, expo, concert de l'Ensemble vocal Kaïros... Programme détaillé sur le site web. Le 17·06 dès 14h - Gratuit Les Halles et environs. Rue Royale Sainte-Marie 22 -1030 Schaerbeek & 02 218 21 07 - www.halles.be

TABLE D’HÔTES HAÏTIENNE La soirée sera l'occasion de visionner le film "Le Pain des Tropiques" de Bernard Simon, qui raconte l’histoire de paysans haïtiens qui décident de cultiver, dans une perspective agro-écologique, la cassave, sorte de manioc, nourriture traditionnelle des Indiens avant la conquête espagnole.

La projection sera suivie d'un repas aux saveurs d'Haïti. La soirée sera l’occasion de soutenir le projet Solidarité Haïti, qui a pour objectif de construire une bibliothèque à Jérémie, ville située à 280 kilomètres de Port-Au-Prince. Le 16·06 à 18h30 - De 10 à 30 € Le Rayon Vert. Rue Van Huynegem 30-32 -1090 Jette & 02 420 21 26 www.lerayonvert.be

PIQNIQ AU PARC Les piQniQ Brusselicious permettront de découvrir les parcs de la capitale d'une autre manière, de s'initier à la fabrication du pain, de danser, de participer à des parcours-découvertes de la nature environnante, de s'initier aux jeux géants, au cerf-volant... En outre, des artisans, producteurs et transformateurs venus des quatre coins de la Belgique présenteront le fruit de leur travail issu de l'agriculture biologique. Le 17·06: Parc Tournai Solvay. Jusqu'au 16·09. Tous les D. de 10 à 18h - lunchbag en vente 12 €/2 pers. le jour même dans le parc ou 10 € en prévente sur le site web Dans la capitale - www.brusselicious.be

18

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


bxlrestos BRASSERIE

MAX LE TENACE

Depuis plus de 35 ans, le Max régale Schaerbeek. L’occasion de pointer ses papilles pour goûter si l’adresse n’est pas endormie sur ses feuilles de laurier. Et ? Loin s’en faut !

C’est en famille que l’on a été testé ce Max – dont

LE MAX

on nous a dit tant de bien –, un vendredi soir pour être précis. On s’est dit : quatre avis valent mieux qu’un. Première bonne surprise, le cadre est sobre, faisant valoir de beaux murs gris et un magnifique carrelage ancien. L’accueil charmant est assuré par une jeune femme à la voix douce, presque cassée. A côté de nous s’installe un couple avec enfant. Cela pourrait être un détail, ça ne l’est pas car cette présence a été l’occasion de la seule fausse note de la soirée. Explications. Si l’on n’a rien à reprocher à la tablée proprement dite, c’est l’attitude du chef qui nous a posé question. L’homme, en affaire, a passé sa soirée à chouchouter cette table. Etait-ce la présence d’une jolie Italienne ? A tel point que nos entrées froides sont arrivées après les entrées chaudes de celle-ci qui pourtant avait été commandées après. Par la suite, il n’a eu de cesse de s’enquérir du bien-être des trois privilégiés, nous tour-

Avenue Emile Max, 87 1030 Schaerbeek. Ouvert de 12h à 14h et de 19h à 21h30, fermé le dimanche. Tél. : 02 733 17 88.

HHH

© Bénédicte Maindiaux

nant sans cesse le dos. En partant, même pas une réponse à notre au revoir… Eh, Roberto, on sent le pâté ou quoi ? No big deal mais le comportement est limite méprisant et, en tout cas, pas pro du tout. C’est exactement pour rendre compte de ce genre de situation que l’on ne s’annoncera jamais dans un restaurant…

PARDONNÉ Cela dit, on passe l’éponge car la qualité de l’assiette a franchement compensé cette négligence, d’autant plus que la jeune serveuse mentionnée était aux petits soins. En guise d’entrée, on s’offre une planchette de charcuteries sardes (13 €) et une assiette italienne de légumes (11 €) pour l’ensemble

ANNIVERSAIRE 150 BOUGIES POUR LA CHIMAY A l’occasion de son 150e anniversaire, la brasserie de Chimay a mis au point une bière inédite, qui sera vendue en édition limitée. 150 000 bouteilles de ce breuvage 100 % naturel seront distribuées, dont environ la moitié en Belgique. Il s’agit d’une bière spéciale, à la fois corsée et délicate. Elle possède une robe or pâle, au pétillement qui rappelle celui du champagne, et est surmontée d’une belle coiffe de mousse blanche. La Chimay “Spéciale Cent Cinquante” sera vendue dès le début du mois juillet dans l’Horeca, puis en grande distribution en fin d’année. Elle sera disponible uniquement en bouteilles de 75 cl, ornées d’une sérigraphie d’un dessin original de Père Omer, créé à l’occasion de cet anniversaire.

de la table. Les charcuteries – coppa, jambon, saucisson… – sont d’une top qualité, idem des légumes clairement préparés sur place. Le tout accompagné de pain carasau, un pain craquant de longue conservation. En plat, les papardelle asperges vertes et jambon sarde séduisent tout autant. La cuisson parfaite des pâtes et des as-

perges justement soulignées par le côté très salé du jambon. Simple mais bon. Un tour dans les assiettes voisines permet de se rendre compte que la tagliata de bœuf maison est à la hauteur – en revanche, pas les bâtonnets de pomme de terre servis en accompagnement qui ne sont pas assez cuits –, idem pour l’escalope milanaise et les pâtes aux vongole. Du beau travail dans l’ensemble. La note sucrée ne déçoit pas non plus avec des fraises de Wépion (6 €) sur lesquelles le chef – il est donc au courant qu’on existe… – est venu déposer une succulente quenelle de crème fraîche maison. Miam et… sans rancune. WAZABI

LE JAJA DE LA SEMAINE CÔTES DE PROVENCE 2011, CHÂTEAU CAVALIER A la recherche d’un bon rosé de l’été ? D’une robe joliment framboisée, ce château Cavalier 2011 dégage immédiatement des arômes de fruits rouges qu’évoque sa couleur (framboise, fraise, groseille). Grâce à son corps et sa grande persistance en bouche, il appelle des nourritures estivales mais savoureuses (poissons de roche, salades composées…). A siroter en terrasse en écoutant “Soudain il ne reste qu’une chanson” de Claude François. Château

Cavalier (75cl) chez Champion au prix de 8,49 €.

20

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


danslesboutiques DANIEL OST

MARY CHOCOLATIER Le chocolatier “Mary” a été fondé en 1919, par Madame Marie Delluc, qui ouvrait alors sa première boutique, servant également d’atelier, au 126 de la rue Royale. Manon, crème fraîche, liqueur, ganache… Toutes les pralines – il en existe plus de 70 variétés – sont réalisées de manière artisanale, sous la direction du maître chocolatier de la maison. Désormais, la boutique est localisée au numéro 73, tandis que l’atelier est établi sur le site “Arsenal”, à Etterbeek, où il côtoie d’autres grandes marques bruxelloises. Mais les valeurs de la maison n’ont pas changé pour autant. Les recettes de Mary s’inscrivent toujours dans le respect des traditions. Côté décoration, la boutique fait la part belle au style Louis XV-rococo. En parallèle à la vente de chocolat, Mary propose également deux formules de visites de son atelier pour les groupes. La première se concentre sur les méthodes de fabrication et l’histoire du chocolat tandis que la seconde invite les amateurs à créer leur propre praline. Rue Royale, 73 – 1000 Bruxelles. Tél. : 02 217 45 00. www.marychoc.com; de lundi à samedi, de 10h à 18h.

Avec sa façade de verre de style Art nouveau, la boutique de l’artiste floral Daniel Ost n’a aucun mal à attirer le regard des passants de la rue Royale. Une fois la porte franchie, on découvre un univers propre au créateur, où la beauté ne peut être qu’éphémère et où simplicité est synonyme d’élégance. Daniel Ost voit la vie au travers des fleurs et exprime cette vision dans ses compositions. Pour les mettre en valeur, un souci tout particulier est accordé aux récipients qui accueillent ses créations. De couleurs et de formes complexes, ils se doivent d’être en harmonie avec le contenu. Connu dans le monde entier, Daniel Ost l’est tout particulièrement au Japon, grâce à sa maîtrise de l’Ikebana, un arrangement floral né au pays du soleil levant et considéré comme un art à part entière. Ce Belge des temps modernes n’hésite d’ailleurs pas à revisiter les règles établies par les anciens maîtres du genre. Plus récemment, l’artiste s’est également lancé dans l’architecture de paysages et de jardins. Rue Royale, 13 – 1000 Bruxelles. Tél. : 02 217 29 17. www.danielost.be. De lundi à vendredi, de 9h à 18h30. Samedi, jusque 14h.

CONGRÈS En 1976, par amour du vin, un petit groupe de Français passionnés créait les premières armoires climatisées dédiées à la conservation des précieux crus. L’enseigne “Eurocave” est née avec eux. Aujourd’hui, la marque est présente dans le monde entier. Les modèles proposés en magasin sont nombreux, de la version encastrable à la plus complexe, qui peut contenir jusqu’à une dizaine de compartiments de rafraîchissement. La règle d’or : recréer les conditions exactes d’une cave naturelle et garantir des températures constantes. Par ailleurs, afin de satisfaire les amateurs les plus exigeants et les professionnels du secteur Horeca, les meubles peuvent être réalisés sur mesure. Et pour qu’ils ne soient pas que fonctionnels, plusieurs habillages sont proposés : en métal, en bois ou même en cuir. Eurocave propose également des climatiseurs de caves, des systèmes de rangements ainsi qu’un modèle humidor, destiné à conserver les cigares.Rue Royale, 55 – 1000 Bruxelles. Tél.: 02 217 17 15. www.eurocave.be; de lundi à vendredi, de 10h à 18h. Samedi, de 10h à 17h.

TITANIC Tenté par une croisière gustative ? A la brasserie “Titanic”, le moindre détail invite au voyage en haute mer : de la décoration, évoquant l’intérieur d’un navire, au bar à rhums, où la boisson préférée des marins coule à flots (pas moins de 60 références), sans oublier les spécialités du chef français… Rue du Congrès, 31. Tél. : 02 219 99 10. www.titanicbrussels.be

BODART Jusqu’au 30 septembre, l’opticien Bodart propose de nombreuses “promotions solaires” pour se protéger des rayons UV. Cette boutique de la rue Royale a ouvert ses portes en 1959. Une équipe de 17 opticiens y travaille actuellement. Rue Royale, 33. Tél. : 02 219 30 60. www.bodartopticiens.be

FOCUS SUR LE QUARTIER

EUROCAVE

AGENDA

GROOVE STREET

LE MUSÉE DU JOUET Des trains en bois, des bateaux en métal, des jeux de plateau anciens… Sur près de 1 000 m², dans une vieille maison de maître, une vingtaine de salles accueille des expositions temporaires et permanentes. Le musée du jouet est ouvert tous les jours de 10h à 18h. Rue de l’Association, 24. Tél. : 02 219 61 68. www.museedujouet.eu

BIER CIRCUS Ce bistrot propose une belle carte de bières reprenant quelques grands crus en provenance de grandes et de petites brasseries. La collection de verres est aussi impressionnante, chaque breuvage dispose du sien. Rue de l’Enseignement, 57. Tél. : 02 218 00 34. www.bier-circus.be

TOUS LES 15 JOURS retrouvez les choix de la Tribune sur Le magasin Groove Street est spécialisé dans le commerce de guitares électriques et d’amplis ainsi que, dans une moindre mesure, de basses et de guitares classiques et acoustiques. Au premier abord, la boutique peut donner l’impression d’offrir peu de choix, mais il n’en est rien. Le patron, un passionné de musique, connaît son affaire et préfère proposer une sélection de qualité. Toutes les grandes marques sont au rendez-vous. Il est évidemment possible, et même recommandé, d’essayer les instruments avant de les acheter. Groove Street se démarque également par son vaste choix de pédales à effets, l’une des spécialités de la maison. Quelque 250 modèles issus de plus de 50 marques y sont proposés. L’adresse est également incontournable pour les réparations. De nombreuses pièces détachées sont disponibles en stock. Rue Royale, 59 – 1000 Bruxelles. Tél. : 02 217 17 98. www.groovestreet.be; lundi, de 14h à 18h. De mardi à samedi, de 11h à 18h. TEXTES : NICOLAS ROZEN - PHOTOS : © BÉNÉDICTE MAINDIAUX

21

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


bxlloisirs

15 juin

S.A. d'Informations et de Productions Multimédia, Rue des Francs, 79 - 1040 Bruxelles - T.V.A. : 403.508.716 R.C.B. : 185.436 - 02 744 44 33 VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION ET DU COMITÉ PERMANENT : Patrice le Hodey / ADMINISTRATEUR-DÉLÉGUÉ ET ÉDITEUR RESPONSABLE : François le Hodey / COORDINATION : Elodie Weymeels / RÉDACTION : Rue des Francs, 79 - 1040 Bruxelles - 02 211 30 51 www.tribunedebruxelles.be - mail : lecteur@tbx.be (commentaires); contact@tribunedebruxelles.be (INFOS) / AGENDA BONS PLANS : envoyez vos événements à agenda@saipm.com / PUBLICITÉ : Régie Générale de Publicité S.A. - 02 211 29 59 Sales Manager, Pierre-Eugène Wintgens : 0472 28 90 49 - Hatim Elmajd : 0498 62 92 37 - Catherine l'Allemand : 0492 58 33 95. La Tribune est imprimée sur du papier recyclé. Glissez-la dans un sac ad hoc après sa lecture !

22

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


bxlloisirs

C’EST À BRUXELLES MAIS OÙ ?

GUESS WHERE ! Avec la collaboration de “Guess where ! Bruxelles – Brussels – Brussels”, un groupe Facebook créé par un Bruxellois (JeanFrançois Maljean), chaque semaine, nous vous emmenons en balade à Bruxelles à travers des photos belles, étranges, drôles, étonnantes ou originales. A vous de trouver quels endroits elles présentent ! La solution vous sera livrée la semaine suivante. Une belle façon de partir à la découverte de la capitale avec un autre œil. On atteint directement le site en tapant “Guess Bruxelles” dans la recherche de Facebook ou “Guess Bruxelles Facebook” sur Google.

spagne 59 rue d’E s. e ill à Saint-G mme o al C s ve Y ©

L’HOROSCOPE PAR SERGE DUCAS 0475 822 250 BÉLIER Vous retrouvez cette semaine une complicité ainsi qu’une communication plus enrichissante. Au travail, l’entrée le 11, de Jupiter en Gémeaux, vous procure une belle aisance. Vous surfez sur la vague du succès. TAUREAU Vous êtes en équilibre, en totale harmonie avec votre partenaire. Vous renouez même avec de grands sentiments passionnés. Au travail, plus ambitieux, vous avez besoin que l’on vous donne un défi à relever. GÉMEAUX L’entrée le 11 de Jupiter dans votre signe va assurément dépoussiérer une vie sentimentale marquée depuis plusieurs mois par l’influence de Saturne. Si vous vivez en couple, vous vous sentez plus indépendant et surtout plus épanoui. CANCER Professionnellement, vous formulez des projets audacieux que votre entourage estime hors de votre portée. Mais vous laissez dire et poursuivez votre objectif. LION Sur le plan sentimental, vous vous sentez pousser des ailes. Vous êtes enthousiaste à l’idée de prendre des engagements pour votre couple ou votre famille. Professionnellement, vous entrez dans une période bénéfique. VIERGE L’entrée de Jupiter le 11 dans votre Maison X va considérablement dynamiser votre carrière. La planète de la chance qui va vous accompagner pendant un an, va, au fil des mois, conforter, votre position sociale. BALANCE Si vous ne vivez pas encore avec l’être aimé, la situation commence à vous peser. Vous aspirez à une vie de couple et de famille. Vous passez outre votre besoin d’indépendance et provoquez la vie commune. En couple, vous tendez à vous éloigner.

SCORPION Votre nature douce, sentimentale, affectueuse reprend le dessus. Vous aspirez à une vie affective calme, sereine et équilibrée. Vous faites des concessions, vous mettez beaucoup d’eau dans votre vin, afin de ne pas éveiller la susceptibilité de vos proches. Au travail, vous préparez vos échéances futures. SAGITTAIRE Vous prenez un engagement avec votre partenaire. Vous vous sentez, poussés tous les deux, par la même envie de faire des projets communs. Vous avez une grande confiance l’un envers l’autre. Par ailleurs, votre activité professionnelle est en pleine relance. CAPRICORNE Votre activité professionnelle est relancée. Vous êtes en pleine expansion. Vous êtes par ailleurs invité à effectuer des changements nécessaires pour un meilleur rendement. En amour, vous exprimez vos sentiments avec plus de chaleur et de générosité. VERSEAU Vous aimez avec davantage d’intensité. Vous vous impliquez totalement dans le couple. Vous renouez avec de beaux et de tendres sentiments. POISSONS Votre relation se renforce. Votre partenaire se montre plus explicite. Vous êtes rassuré sur l’amour qu’il vous porte. Vos doutes et vos angoisses disparaissent. Vous vous sentez en confiance, épaulé et soutenu par l’être aimé. Jupiter en Maison IV vous rend plus complice et disponible pour votre conjoint.

A rosace, rosace et demie... © Geneviève Nys

23

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.

La Tribune de Bruxelles du 12 juin 2012  

Couleur Café

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you