Page 1

COURTESY : THE ARTIST AND XAVIER HUFKENS, BRUSSELS PHOTO CREDIT : HV-STUDIO, BRUSSELS – MONTAGE LLB

Supplément à La Libre Belgique - N°235 - Semaine du 6 au 12 juin 2014

QUAND L’ART FAIT

“PSCHITT”

PP. 2-3

© S.A. IPM 2014. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


L'actu

2

SEMAINE DU 6 AU 12 JUIN 2014 ARTS LIBRE

Commentaire

Révolution duchampienne

En cette année où l’on célèbre le cente­ naire du “Porte­bouteilles”, premier ready­made de Marcel Duchamp, il n’est sans doute pas inutile de revenir sur le rôle de l’artiste qui a introduit l’objet banal dans l’art et qui a engagé le spectateur à participer activement à sa finition. Saura­t­on jamais s’il a accompli ce geste par bravade, par jeu intellectuel comme il les aime, par défi ou en tant qu’acte résolument révolu­ tionnaire pour changer le regard sur l’art, le statut de ce dernier et engager la création autant que le spectateur sur un nouveau chemin ? Des tonnes d’écrits plus ou moins savants sur son œuvre n’apporteront jamais la réponse à cette question. Cela n’empêche pas que l’on puisse se pencher sur la lecture de cet acte dont nombre d’artistes, d’historiens, de critiques, de commissaires d’expos, de commentateurs, se revendiquent pour fonder des œuvres, des théories, des discours, des expos, voire des attitudes en tous genres. La Verrière Hermès nous en offre un exemple, mais ce n’est pas le seul. La panoplie d’interpréta­ tions est tellement large que tout sem­ ble permis, au point de devenir la porte d’entrée et de justification la plus facile. Dans un opus relativement récent “Abrégé hédoniste” (2011, éd. J’ai lu – Librio), le philosophe choc Michel Onfray, dont les écrits font autant autorité pour les uns qu’ils ne héris­ sent le moindre poil chez d’autres, revient sur le sujet. L’auteur, on en conviendra, n’est pas un spécialiste des questions artistiques, ni de l’art con­ temporain, même s’il marque parfois ses préférences. Sa vision, dans le cas présent, partiale évidemment mais bien taraudante, incisive, et peu commune, vaut que l’on s’y arrête un instant sans pour autant tout prendre en vrac. “Je propose donc qu’on se souvienne que, pour être fidèle à Duchamp, il ne faut pas le dupli­ quer mais le dépasser.” Là, c’est un vrai défi rarement relevé ! Et sa première proposition est un tir ciblé qui va à contre sens du courant dominant : “Raréfier le conceptualisme et renouer avec l’idéal révolutionnaire de Du­ champ”, sans compter qu’il opte pour “une esthétique cynique” et qu’il sou­ haite “restaurer la valeur intellectuelle contre les discours légitimants […] par citations d’auteurs”. Il y a du travail !

l Expo en vue

Tu es plutôt Pepsi h Jonathan Horowitz ne se gêne pas pour nous balancer nos quatre vérités sur la société de consommation, sur notre narcissisme maladif, sur le genre humain quoi.

h La leçon de choses se donne à la galerie Hufkens jusqu’au 21 juin. UN ARTISTE AMÉRICAIN, J. HOROWITZ, 48 ans, plutôt installé dans le métier, exposé dans le monde entier, nous parle des affres de la société de conso. Hum, hum, méfiance. Que va­t­il nous dire que nous ne saurions point encore sur notre état misérable d’humains pris dans le système néolibéral ? Eh bien, il faut parfois avoir confiance, justement. L’art peut être rafraîchissant. La preuve avec cette série “Zero to Max”, signée Mister Horowitz où, en l’espace de douze étapes, on passe d’une marque à l’autre, de Coca Zero à Pepsi Max, d’une identité visuelle à l’autre. Sans avoir vraiment bien perçu de transition.

Jonathan Horowitz, “Pepsi Challenge (Baby)”, 2014. D’un côté, l’image de l’ours polaire, image qui, poussée à l’extrême, représente selon Horowitz la peur de l’extinction de la race blanche. Face à cela, Beyoncé incarne la figure d’un nouvel ordre du monde où les origines se mixent. Et dire qu’on croyait avoir affaire à une simple pub pour boisson à bulles… Pepsi et Coca ? Des concurrents. Même pas vrai­ ment. Horowitz dénonce avec une ironie dégouli­ nante (comme la gouttelette qui se balade le long de la canette) la non­concurrence, le monopole, préci­ sément interdit aux Etats­Unis par la loi anti­trust. Car de quelle concurrence parle­t­on vraiment quand deux géants du soda qui fait pschitt – et qui décape les pièces oxydées, des fois que vous feriez tomber une pièce d’un euro dans le fond du godet de soda – se partagent le monde en deux. En matière de marché de la bulle en canette. Les écoles (“Moi, j’aime pas le goût du Coca, le Pepsi c’est meilleur” et les autres, qui pensent tout juste le contraire – les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas, n’est­ce pas ?) ne se rendent même plus compte que le choix entre deux géants qui recouvrent tout un marché, ce n’est plus vraiment un choix. Ou alors, pour faire sécession, il faudrait boire du Breizh Cola. Mais là encore c’est un placement de produit, breton, pour ce coup­là.

COURTESY : THE ARTIST AND XAVIER HUFKENS, BRUSSELS PHOTO CREDIT : HV-STUDIO, BRUSSELS

Par Claude Lorent

Jonathan Horowitz “Philodendron”, 2014. Est-ce de l’art abstrait ou le motif d’une tapisserie pour maison moderne ? Horowitz interroge les traits de la peinture actuelle. Et appelle à ne pas tomber dans le panneau de l’abstrait que tout le monde croit pouvoir imiter.

Horowitz n’est pas tendre pour ses contemporains. Il martèle, avec force, que la pub nous remplit les écoutilles, choisit des symboles qui ne font pas de re­ mous. Pour nous endormir. Beyoncé est l’égérie de Pepsi; et pour cause, son CV de fille propre sur elle fait sensation. Si, en plus, on la déguise en blonde caucasienne, elle ramasse encore plus de suffrages. En face, le gentil ours blanc boit du Coca mais, en fait, on ne voit pas bien pourquoi. Il aurait sans doute plutôt besoin d’un verre de vin chaud. Et à force de

© S.A. IPM 2014. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


L'actu

3 COURTESY : THE ARTIST AND XAVIER HUFKENS, BRUSSELS PHOTO CREDIT : HV-STUDIO, BRUSSELS

SEMAINE DU 6 AU 12 JUIN 2014 ARTS LIBRE

Jonathan Horowitz “Zero to Max” (12 Cannettes), 2014. Que tu sois plutôt Coca ou plutôt Pepsi, il semble que les deux maisons vendent la même soupe en boîte. De la Campbell’s signée Warhol ?

COURTESY THE ARTIST AND XAVIER HUFKENS, BRUSSELS PHOTO CREDIT : HV-STUDIO, BRUSSELS

COURTESY : THE ARTIST AND XAVIER HUFKENS, BRUSSELS PHOTO CREDIT : HV-STUDIO, BRUSSELS

ou Coca, toi ? – “La politique est au cœur de votre travail. Pensez-vous que l’art soit un outil politique ?” – “Je ne sais pas. Sûrement pas de manière directe. Mais l’art documente la culture. Il écrit l’histoire”. Jonathan Horowitz Dans une conversation avec Steven Cairns, pour la revue d’art “MAP” en décembre 2010.

Jonathan Horowitz, “Autoportrait dans Mirror#2” (Jessica), 2014. “Miroir, mon beau miroir, dis-moi si je suis la plus belle ?” Apparemment, contrairement à ce qui se passe dans l’histoire de Blanche Neige, le miroir d’Horowitz ne répond pas.

voir ces pubs d’oursons qui se dégoupillent une bou­ teille en verre ondulée, on en arrive à croire que Coca œuvre pour le sauvetage de la planète. Pas de doute, la pub nous travaille le cervelet.

COURTESY : THE ARTIST AND XAVIER HUFKENS, BRUSSELS PHOTO CREDIT : HV-STUDIO, BRUSSELS

Et quand on croit que c’est fini, il y en a encore. Dans la pièce principale, en face de la blonde Beyoncé, peinte à la façon de Warhol (hommage sans détour d’Horowitz au grand protagoniste du Pop Art qui savait “faire de la maille” avec son art), des mi­ roirs s’alignent, sur les murs des cimaises. Là encore, une citation, du travail de Roy Lichtenstein, cette fois­ci. On retrouve la marque d’un dessin en poin­ tillé, comme dans une BD. Ce qui est perturbant ce­ pendant, c’est que personne n’apparaît dans le “Mi­ roir” imaginé par Horowitz. On a beau s’approcher, on ne voit jamais son reflet. Il se peut qu’Horowitz remette en question la puissance de l’ego de l’artiste car lui­même n’y a pas laissé la trace de son reflet. In fine, nous qui faisons la visite seule avec nous­ même, nous ne nous voyons pas plus dans ses mi­ roirs de papier. Pour une fois que la société ne nous tend pas un miroir pour nous mirer, ce n’est peut­ être pas plus mal. Enfin, on peut regarder l’art, sans tout rapporter à soi­même. Ouf. Aurore Vaucelle

Infos pratiques “Plants, Mirrors, Coke/Pepsi Paintings and More”, à la Galerie Xavier Hufkens, 6 rue Saint Georges, à Ixelles. Jusqu’au 21 juin. A deux pas du musée Constantin Meunier. Ouvert du mardi au samedi de 11h à 18h. Infos : www.xavierhufkens.com ou 02.639.67.30.

Jonathan Horowitz “Coke/Pepsi (646 Cannettes)”, 2014. Est-ce que ces 646 canettes ne correspondraient pas à votre conso de soda en une année ? Ouh, ça fait mal… Sauf bien sûr à l’industrie bucco-dentaire. Et à Coca. Et à Pepsi.

© S.A. IPM 2014. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


L'actu

4

Sm’Art Le 67 Régence Désormais, le 67 de la rue de la Régence sera un lieu incontournable, avec un pre­ mier rendez­vous fixé au 11 juin. Quatre galeries ont décidé de s’y installer, dans une grande maison bourgeoise, et d’ap­ porter toute leur vitalité dans le quartier Sablon/Palais de justice où officient déjà bien des galeries comme Laurentin, Hal­ let, Maruani et Mercier, et Gladstone. Jan Mot, Catherine Bastide et Waldburger quittent le bas de la ville et inaugurent respectivement avec David Lamelas, Sa­ rah Crowner et Stan Back. La galerie an­ versoise de Micheline Szwacjer rejoint Bruxelles et ouvre avec une expo de nou­ velles œuvres d’Ann Veronica Janssens. The place to be ! (C.L.) U 67, rue de la Régence, 1000 Bruxelles. Vernissage le mercredi 11 juin de 18h à 21h.

SEMAINE DU 6 AU 12 JUIN 2014 ARTS LIBRE

l Expo en vue

Mariées et fleurs façon Badaire A gauche : Jean-Gilles Badaire, “Fleurs guerrières”, 76,5 x 56,5 cm, technique mixte sur papier, 2014. A droite : “Suite du pavot blanc”, technique mixte sur toile, 147 x 114 cm, 2006. En bas, à gauche : “24-10-10”, technique mixte sur papier, 46 x 37 cm.

Idéations chez Bastien

h Jean­Gilles Badaire expose ses toiles en séries à la Galerie d’Ys, à Bruxelles, jusqu’au 29 juin prochain. PH © JACK GASPERINI

Jane Bastien a invité S. Harsha Vardhana, diplômé en sciences biologiques et pein­ tre, à exposer ses “Idéations”; autrement dit, son processus de création de nouvel­ les idées au travers d’une technique lon­ guement mise au point. “En vert, doré, bleu et jaune avec une touche de rouge ou d’orange, son travail semble jouer avec des impressions indiscernables de certaines for­ mes géométriques – lignes, triangles et mo­ tifs rectangulaires.” Intriguant n’est­il pas ? (R.P.T.) U Galerie J. Bastien, 61, rue de la Madeleine, 1000 Bruxelles. Jusqu’au 12 juillet. Infos : 02.513.25.63 et www.jbastien­art.be

Michaux prolongé Alors qu’elle vient d’ouvrir une expo consacrée aux peintures abstraites et tra­ vaux sur papier de l’artiste originaire de Hongrie mais ayant vécu à Paris, Paul Kallos (1928 – 2001), la galerie Laurentin annonce la prolongation, au premier étage de son magnifique ensemble con­ sacré au peintre (et poète) d’origine na­ muroise, Henri Michaux (1899 – 1984). Une double bonne raison de s’y rendre car, si l’on connaît et apprécie les encres et dessins de Michaux (Voir Arts Libre du 25/4), le travail de Kallos sera pour de nombreux amateurs une belle décou­ verte. L’artiste n’a, en effet, jamais exposé personnellement en Belgique. (C.L.) U Paul Kallos et Henri Michaux. Galerie Laurentin, 43 rue Ernest Allard, 1000 Bruxelles. Expos jusqu’au 19 juillet. Du mardi au samedi, de 10h30 à 18h30.

“A 7 ans, je voulais être matador ou peintre. A 15 ans, j’ai découvert la littérature, les surréalistes et les peintures qui gravitaient autour. Cela m’a mis le pied à l’étrier…” Jean-Gilles Badaire, en 2003

La galerie parisienne Marie Vitoux rend hommage à Maurice Rocher (1918­ 1995) qui, à l’instar d’un Rouault, d’un Soutine, fut l’un des représentants de l’Expressionnisme en France. Solitaire, Rocher sut magnifier les bruns et les noirs avant de laisser exploser les violets et les rouges, de faire éclater corps et vi­ sages, et même des églises, comme des torches. S’il décrivait avec affection les suppliciés de la terre, décorés et notables le révoltaient. Un peintre exigeant. (R.P.T.) U Galerie Marie Vitoux, 3, rue d’Ormesson, Paris 4e. Jusqu’au 14 juin. Infos : 01.48.04.81.00 et www.galeriepierremarievitoux.com

PH © JACK GASPERINI

Hommage à Maurice Rocher

JEAN­GILLES BADAIRE EST FRANÇAIS de naissance, peintre de son état. Il vit près de Chambord, au cœur d’une douceur angevine élargie aux confins de la Loire, rivière aux bénéfices incommensurables. Les­ quels se mesurent entre terre et ciel, ses châteaux, son art de vivre, ses lumières plus encore. Bien connu chez nous, reconnu en tout état de cause, à la suite de quelques belles expositions de­ puis de nombreuses années, Jean­Gilles Badaire fait sensation régulière au fil de nouvelles audaces. Il est un peintre qui voyage, qui fait aussi voyager ses sen­ sations, ses découvertes et audaces. Badaire parle de sa vie dans ses toiles, sur ses pa­ piers, parle de la nôtre par ricochet constant. C’est un faiseur d’images qui se double d’un arpenteur d’existences. Entre charmes et douleurs. De la vie à la mort. Mort des sentiments, des évidences, des aventures. Badaire a le regard aigu, qui plus est par­ faitement aiguisé, sensible infiniment à ce qui émerge d’une vie à tu et à toi avec ses interdits et, surtout, sa liberté envers et contre tout. Faiseur d’images certes, mais avant tout plasticien qui sait comment animer un espace pictural de cou­ leurs, de matières, de lignes de force et d’une force d’impact joliment maîtrisée. Avec lui, on ne s’ennuie pas. Chaque nouvelle exposition est une autre mise en abîme. Une autre conquête spatiale et chromati­ que. Et, invariablement, une illustration de l’art de la métamorphose. Badaire ne réduit jamais la peinture a une espèce de compte­rendu visuel d’une réalité. Il voit et va au­delà. Il scrute l’envers du décor ou, si vous voulez, l’avers de la médaille. Ce qui ne se voit pas mais se sent. Ses voyages l’enjoignent à des introspections inci­ dentes, ses nombreuses lectures le poussent à percer les secrets de l’écriture. Ses travaux plastiques nous convient à le rejoindre auprès de vérités indicibles. Et d’autant plus réelles et touchantes, qu’elles nous sont contées par le biais d’un jeu d’images et de mi­ ses en espaces et en couleurs qui peuvent être verti­ gineuses. Badaire a une écriture qui se reconnaît de loin. Impossible de la confondre avec une autre; et c’est là charme prégnant. Ce qui frappe d’emblée dans son nouvel accro­ chage, c’est la particularité de ses figurations tra­ vaillées sur des fonds peints… à l’huile de vidange !

© S.A. IPM 2014. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


L'actu

SEMAINE DU 6 AU 12 JUIN 2014 ARTS LIBRE

5

© WIM TACITURN – – COURTESY ARTMAGNA

© HARRY FAYT – – COURTESY ARTMAGNA

© ERIC DE VILLE – – COURTESY ARTMAGNA

l Expo en vue

Des fonds frottés, puis séchés, sur lesquels il pose un latex mélangé avec des pigments. La donne est inédite, les résultats sont convaincants : ses fleurs paraissent “navrées”, encore vivantes mais déjà en train de se déliter. De pourrir. “Ma peinture s’est ra­ dicalisée”, dit­il. Vestiges de sa grande expo de l’an dernier au Château de Chambord, ses fleurs appa­ raissent “marcescentes”, mot compliqué pour un moment trouble. Badaire aime travailler par séries. Plus récem­ ment, il y a eu ses grandes mariées, ses fleurs, ses folles… “Je cherche une forme de somptuosité”, de spa­ tialité”, dit­il aussi. Et il a peint des grandes fleurs sur toile à l’aide d’acrylique et de cendre de chemi­ née. Dans ce nouveau travail, on ressent encore les couleurs ocre et les bruns rapportés de ses séjours au Mali. Il a peint dans la foulée un Christ d’après Zurbaran. Chez lui, tout est jeu et rapport de cou­ leurs et de lignes. On y trouve parfois du bleu, du rose, du vert, du blanc, du rouge. Et du noir. L’écriture de Jean­Gilles Badaire est une écriture vive, vivante, elliptique avec des transparences. Et, chez lui, il y a du sourire au­delà des visages grima­ çants ! Voici un peintre que nous apprécions depuis toujours. Roger Pierre Turine

Bio express Né à Bourges en 1951, vit à Huisseau-sur-Cosson, près de Chambord. Expose depuis 1987. En 2005, au Château de Tours; en 2011, “Les cérémonies” au Château de Chambord. A illustré de nombreux livres : ainsi, en 2011, “Greniers dogons”, de Marcel Griaule, chez Fata Morgana.

Infos pratiques Galerie d’YS, 84, rue de l’Arbre Bénit, 1050 Bruxelles (Ixelles). Jusqu’au 29 juin, du jeudi au samedi, de 14 à 18h; le dimanche, de 13 à 15h. Infos : 0499.22.57.66 et www.galeriedys.com

© PATRICE LE HODEY – COURTESY ARTMAGNA

PH © JACK GASPERINI

Une palette de talents

De la série “Réflexions”.

h ArtMagna® présente une sélection qualitative d’artistes reconnus chez Brenart. LA VITRINE DU 221 de l’avenue Louise affiche la couleur au pro­ pre comme au figuré. Au propre, dans la mesure où les œuvres présentées jouent toutes sur une chromie très affirmée. Au figuré, dans la mesure où ces mêmes œuvres sont celles d’artistes déjà bien reconnus comme le reven­ dique très justement Nathalie Samson, la présidente d’ArtMa­ gna® Federation. La biographie d’un Eric de Ville, par exemple, est impressionnante : outre une carrière de 30 années consacrées aux clients très exigeants des cosmétiques et de l’automobile, le photographe collectionne les distinctions dans les concours et les manifestations spécialisées comme d’autres les timbres. Du reste, cela fait un bout de temps qu’il donne de ses nouvelles lors d’invitations dans les meilleures galeries. Ce qui s’explique par ses images sophistiquées, travaillées avec les outils informatiques jus­ qu’à un surréalisme des plus in­ trigants. Si les images d’un Patrice Le

Hodey (qui a déjà notamment exposé à Paris, Amsterdam, New York, ou Hong Kong) chambou­ lent tout autant nos repères vi­ suels, c’est néanmoins avec le parti pris d’une photographie pure, non recomposée à l’ordina­ teur. Ici, tout est question de re­ gard. C’est l’œil alerte qui se fo­ calise sur les reflets chatoyants des plages. C’est l’œil attentif qui perçoit le potentiel des surim­ pressions de foules et nous incite à relativiser les certitudes trop souvent fondées sur les représen­ tations du monde qui nous en­ toure. Une belle lucidité de la part de celui qui est par ailleurs administrateur du groupe IPM auquel appartient “La Libre”… Même si l’on pourrait encore citer des auteurs comme Harry Fayt ou Eric Fransman, il n’y a ce­ pendant pas que des photogra­ phes dans cette sélection sédui­ sante organisée dans la galerie Brenart. On y retrouve des sculp­ teurs, comme Philippe Brodski avec ses céramiques souvent cen­ trées sur le rapport entre

l’homme et l’animal, ou encore l’inventif Wim Taciturn. On y re­ trouve également des peintres et des dessinateurs, en fait une trentaine d’artistes à la réputa­ tion souvent déjà bien établie ou qui ne tardera pas à l’être. Jean-Marc Bodson

Infos pratiques “ArtMagna® Exhibition”. Exposition collective avec notamment les travaux de Philippe Brodzki, Eric de Ville, Patrice le Hodey, Eric Fransman, Floriane Lisowski, Catherine L.S., Olivier Lamboray, etc. Bruxelles, Brénart International, 221, avenue Louise. Jusqu’au 5 juillet, du mardi au samedi de 11h à 18h30. Rens. : www.artmagna.com A noter que très bientôt, on retrouvera les photographies de Patrice Le Hodey à la DCA Gallery, avenue Louise, 335. Du 4 juin au 3 juillet, du mardi au samedi de 14h30 à 18h30.

© S.A. IPM 2014. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


6

Les galeries

SEMAINE DU 6 AU 12 JUIN 2014 ARTS LIBRE

Imagination

Galeries BRUXELLES

Catherine Bastide Gladstone Gallery Motifs. Oeuvres de Sarah Crowner. ‣ Du Richard Aldrich. Dessins, peintures et sculptures. ‣ Jusqu’au 07·06. Du Ma. au S. de 12·06 au 26·07. Du Ma. au S. de 11 à 18h. 10 à 18h. URue de la Régence 67 - 1000 Bruxelles URue du Grand Cerf 12 - 1000 Bruxelles -

02 646 29 71 - www.catherinebastide.com Albert Dumont 02 513 35 31 - www.gladstonegallery.com Denis Crutzen. ‣ Jusqu’au 08·06. Du J. au Espace Blanche Group 2 Gallery D. de 13h30 à 19h ou sur rdv. Natalya Zaloznaya. ‣ Jusqu’au 29·06. de Wannes Lecompte. Peintures. ‣ Du 13·06 14 à 18h, présence de l’artiste les S., D. et Un voyage du figuratif à l’abstraction. Huiles sur toile, gouaches, aquarelles et lavis au 13·07. j.f. de Marcel-Louis Baugniet, Gaston Bertrand, URue Léon Lepage 43 - 1000 Bruxelles URue Marché au Charbon 3 - 1000 Bruxelles Zéphir Busine, Roger Dudant, Jean Milo, Mig 02 512 49 43 - www.galeriedumont.be 02 510 01 41 - www.espaceblanche.be Quinet, Louis Van Lint... ‣ Jusqu’au 05·07. Du Me. au S. de 14 à 18h ou sur rdv. Alice Etablissement d’en face projects URue Blanche 8 - 1000 Bruxelles - 02 539 23 09 Just before Brazil. La galerie présente les A Hidden Quiet Pocket. Oeuvres de Shelly http://artalog.net/gallery/gallery.php?id=286 travaux sur papier de 27 artistes: Maya Nadashi. ‣ Jusqu’au 08·06. Du Me. au D. Hayuk, Todd James, Steve Powers, Atelier de 14 à 18h. J. Bastien-Art Ideations. Peintures de de S. Harsha VardPica Pica, Invader, Hell’O Monsters, Colonel URue Ravenstein 32 - 1000 Bruxelles hana. ‣ Jusqu’au 12·07. Du Me. au S. de 11 & Spit, Sophie d’Ansembourg... ‣ Jusqu’au 02 219 44 51 à 18h30. 27·06. Du Me. au S. de 14 à 18h ou sur rdv. www.etablissementdenfaceprojects.org

Galerie Morbee 100 dessins érotiques. Croquis et aquarel- Jan Mot (nouvel espace) c-l-e-a-r-i-n-g les de Marec. ‣ Jusqu’au 19·07. Les V. et S. Mon Amour. Reading Films. Oeuvres de DaShe. Oeuvres de Spencer Sweeney. ‣ Jus- de 14h15 à 19h. vid Lamelas. ‣ Du 11·06 au 19·07. Du J. au qu’au 21·06. Du Me. au S. de 11 à 18h. UAvenue de Stalingrad 26 - 1000 Bruxelles S. de 14 à 18h30 ou sur rdv. UAvenue Louise 292 - 1000 Bruxelles 02 644 49 11 - www.c-l-e-a-r-i-n-g.com

02 502 32 67 ou 0475 37 43 73 www.morbeegalerie.com

URue de la Régence 67 - 1000 Bruxelles 02 514 10 10 - www.janmot.com

LOTTE VAN DE WALLE, “HOOFD”, PEINTURE À L’HUILE SUR TOILE, 27 X 19 CM, 2014 - PH © GALERIE D’YS

URue de la Madeleine 61 - 1000 Bruxelles 02 513 25 63 - www.jbastien-art.be

URue du Pays de Liège 4 - 1000 Bruxelles 02 513 33 07 - www.alicebxl.com

Keitelman Gallery Rust and Fire. Oeuvres de Gal Weinstein. ‣ Jusqu’au 19·07. Du Ma. au S. de 12 à 18h. URue van Eyck 44 - 1000 Bruxelles - 02 511 35 80 www.keitelmangallery.com

Laurentin Gallery Henri Michaux. Peintures et oeuvres sur papier. ‣ Jusqu’au 19·07. Du Ma. au S. de 10h30 à 18h30. Paul Kallos. Peintures et oeuvres sur papier. ‣ Jusqu’au 19·07. URue Ernest Allard 43 - 1000 Bruxelles 02 540 87 11 - www.galerie-laurentin.com

monumentale d’Ellen Harvey. ‣ Jusqu’au 12·07. URue de l’Abbaye 2 - 1000 Bruxelles 02 644 34 54 - www.meessendeclercq.com

MOTinternational The Meeting. Par le biais de vidéos, peintures, installations sonores et ready-made, Laure Prouvost joue avec les limites de la communication, son environnement quotidien et les erreurs de traduction. ‣ Jusqu’au 02·08. Du Ma. au S. de 10 à 18h ou sur rdv. UPlace du Petit Sablon 10 - 1000 Bruxelles 02 511 16 52 - www.motinternational.com

Mathilde Hatzenberger Office Baroque Gallery Adam & Eve. Oeuvres d’Anne-Lise Riond-Si- Weird Vibe. Peintures de Mathew Cerletty. bony. ‣ Jusqu’au 28·06. Du J. au S. de 13 à ‣ Jusqu’au 07·06. Du Me. au S. de 11 à 18h 19h ou sur rdv. ou sur rdv. URue Léon Lepage 11 - 1000 Bruxelles 0478 84 89 81 - www.mathildehatzenberger.eu

UPlace du Jardin aux Fleurs 5 - 1000 Bruxelles 0484 59 92 28 - www.officebaroque.com

Meessen De Clercq Office d’Art contemporain Double readings. Ignasi Aballí répertorie Point attracteur. Oeuvres de Marcus Bering. des échantillons de couleurs et dresse une ‣ Jusqu’au 21·06. Du J. au S. de 14 à 18h relation ambiguë entre texte et image en se ou sur rdv. référant à des passages d’“Ulysses” de Ja- URue de Laeken 105 - 1000 Bruxelles mes Joyce. ‣ Jusqu’au 12·07. Du Ma. au S. 02 512 88 28 - www.officedartcontemporain.com de 11 à 18h. Pedestal for a water drop. Oeuvres de Roberto Polo Gallery Oneiric Landscapes. Peintures de Michaël Benoît Pype. ‣ Jusqu’au 12·07. What is missing ?. Peintures et installation de Kok. ‣ Jusqu’au 07·09. Du Ma. au V. de

© S.A. IPM 2014. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Les galeries

SEMAINE DU 6 AU 12 JUIN 2014 ARTS LIBRE

7

Bêtes et mystères La très jeune Lotte Van De Walle (Gand, 1985) fait merveille dans la galerie de Yasemin Senel aux côtés du vieux routier Jean­Gilles Badaire, dont nous vous parlons par ailleurs (lire en pages 4­5). On peut même dire que les petites peintures subtiles et délicates de l’une s’intègrent fort bien dans l’environnement musclé et accaparant de l’autre. Deux mondes sans doute, mais aussi deux personnalités qui, pour largement contrastées, n’en sont pas moins complémentaires. La jeune artiste travaille à la gouache et à l’encre sur carton mais aussi à l’huile sur toile, généralement des petites pièces, mais très denses et superbement énigmatiques. Les scènes décrites nous font pénétrer dans l’inconnu des rêves. Dans les souvenirs emplis de mystères d’une adepte des histoires qui n’en disent pas plus qu’il ne faut. “Je veux créer ma propre symbolique, dit Lotte Van De Walle. Et pour cela, j’utilise des animaux un peu mystérieux et des objets qui ont façonné mon enfance, la balançoire de mon petit frère, des poupées… Des poupées qui deviennent des squelettes, ce qui me plaît graphiquement. Et c’est d’ailleurs ce qui restera de nous !” L’écriture est légère, souple, raffinées, synthétique… Bien qu’on ne sache jamais très bien de quoi il s’agit, ce que c’est. Le mystère est, ici, partout. Et quand elle peint un enfant mort sur un lit, Lotte précise : “Je le peins entouré de feuilles pour le protéger comme dans un cocon.” Estimant nos relations avec les animaux très mystérieuses, elle peint des animaux qui intriguent. Formée à l’illustration, Lotte Van De Walle nous délivre une peinture qui vibre de sous­ entendus par la grâce d’une imagination débridée. A suivre ! (R.P.T.)

U Galerie d’YS, 84 rue de l’Arbre Bénit, 1050 Bruxelles. Jusqu’au 29 juin. Infos : 0499.22.57.66 et www.galeriedys.com

Quadri Tinta China. Oeuvres de Marcel-Louis Baugniet, Jacques Calonne, Jean-Pierre Maury, Reinhoud, Walter Swennen, Lionel Vinche, Léon Wuidar, Rik Wouters... ‣ Jusqu’au 21·06. Les V. et S. de 14 à 18h ou sur rdv. UAvenue Reine Marie-Henriette 105 1190 Bruxelles - 02 640 95 63 www.galeriequadri.be

Albert Baronian Sisters. Oeuvres de Fiona Mackay. ‣ Jusqu’au 21·06. Du Ma. au S. de 12 à 18h. URue Isidore Verheyden 2 - 1050 Bruxelles 02 512 92 95 - www.albertbaronian.com

Bodson ... How low can you go. Sculptures de Simon Nicaise. ‣ Jusqu’au 14·06. Du Me. au S. de 14 à 19h. URue de Hennin 70 - 1050 Bruxelles 02 648 40 06 - www.bodsongallery.com

Box Galerie A la croisée des chemins. Photographies de Mark Steinmetz. ‣ Jusqu’au 05·07. Du Me. au S. de 14 à 18h. URue du Mail 88 - 1050 Bruxelles - 02 537 95 55 www.boxgalerie.be

Brigitte Geerinckx Artistes au féminin. Oeuvres du XXe siècle. ‣ Jusqu’au 29·06. URue Emile Bouilliot 61 - 1050 Bruxelles 0477 52 20 52 - www.galeriebrigittegeerinckx.be

Didier Devillez Un parcours. Oeuvres de Michel Carrade. ‣ Jusqu’au 28·06. Du J. au S. de 14 à 18h30 ou sur rdv. URue E. Van Driessche 53 - 1050 Bruxelles 02 215 82 05 - www.galeriedidierdevillez.be

duboisfriedland Music for a Code. Oeuvres de Pascale Barret. ‣ Jusqu’au 05·07. Les V. et S. de 14 à 18h ou sur rdv. URue Souveraine 97 - 1050 Bruxelles 0470 54 98 98 - www.duboisfriedland.com

Elaine Levy Project The Stanley Parable. Oeuvres d’Alisa Baremboym, Bea Fremderman, Valerian Goalec, Sean Raspet, Hugo Scibetta et Rachel de Joode. ‣ Jusqu’au 05·07. URue Fourmois 9 - 1050 Bruxelles - 02 534 77 72 www.elainelevyproject.com

danois. ‣ Jusqu’au 27·06. Du Me. au S. de Galerie d’Ys 13 à 18h. Jean-Gilles Badaire & Lotte Van De Walle. Peintures et dessins & oeuvres sur papier. URue Antoine Dansaert 196 - 1000 Bruxelles 02 513 62 12 - www.vandermieden.com ‣ Jusqu’au 29·06. Du J. au S. de 14 à 18h et Schiller Art Gallery le D. de 13 à 15h ou sur rdv. Gaiska. Oeuvres de Gaiska Torrealba. ‣ JusURue de l’Arbre Bénit 84 - 1050 Bruxelles qu’au 08·06. Du J. au S. de 12 à 18h ou sur Young Gallery 0499 22 57 66 - www.galeriedys.com Illuminated. Le photographe de mode anrdv. versois Dirk Lambrechts présente en pre- Galerie Lazarew URue van Moer 12 - 1000 Bruxelles 0496 23 88 54 mière vision une sélection d’une trentaine Captures. Oeuvres de Jo Guerreiro. ‣ Juswww.facebook.com/schiller.art.gallery de tirages photographiques, couleur et noir qu’au 05·07. Du Ma. au V. de 14 à 19h, le S. et blanc, portant sur une période de plus de de 11 à 20h. Synthèse vingt années de prises de vues. ‣ Jusqu’au UAvenue Louis Lepoutre 112 - 1050 Bruxelles Exposition collective. Oeuvres des plasti- 08·06. Du Ma. au S. de 11 à 18h30. 02 345 30 83 - www.galerie-lazarew.fr ciennes Estelle Adoud, Nathalie Grall, Janica, Marta Pan, Annie Polak, Martine Ras- Patience. Photos de Josef Hoflehner prises Jozsa Gallery sineux, Raphaëlle Saintenoy, Danielle Sta- entre 2006 et 2013, constituant une sorte Transmutation. Oeuvres de Natalia de bel, Marie Thérèse Vacossin et Ann Vinck. de carnet de route des voyages qu’il effectue Mello, Lucie Lanzini, Lello//Arnell, Yerbos‣ Du 12·06 au 19·07. Du J. au S. de 14h30 à tout au long de l’année avec son fils. ‣ Du syn Meldibekov et Anila Rubiku. ‣ Jusqu’au 13·06 au 20·07. 18h30. 28·06. Du J. au S. de 12 à 18h ou sur rdv. Un salon d’ensemble. Oeuvres sur toile et UAvenue Louise 75b (Hôtel Conrad) - 1050 Bruxel- URue Saint-Georges 24 - 1050 Bruxelles les - 02 374 07 04 - www.younggalleryphoto.com sur papier. ‣ Jusqu’au 21·06. 0478 48 77 09 - www.jozsagallery.com 14 à 18h, les S. et D. de 11 à 18h ou sur rdv. URue Lebeau 8-10 - 1000 Bruxelles 02 502 56 50 - www.robertopologallery.com

URue E. Allard 24 - 1000 Bruxelles - 02 514 40 55 www.galeriesynthese.be

Tribal Art Society Invocations Oubanguiennes. Oeuvres de Joaquin Pecci. ‣ Jusqu’au 01·07. URue des Minimes 38 - 1000 Bruxelles

van der Mieden Adam Jeppesen. Oeuvres du photographe

Artiscope Nadine Feront Art in situ. Guillaume Bottazzi présentera Everything Must Go !. Oeuvres de Loïc Pandouze tableaux récents ainsi que douze taly, Rémi Tamburini, Julien Amillard, Felix œuvres réalisées dans l’espace public. Kindermann et L.A.A.A. ‣ Jusqu’au 12·07. ‣ Jusqu’au 20·06. Du L. au V. de 14h30 à Du J. au S. de 14 à 18h30. 18h ou sur rdv. URue Saint-Georges 32 - 1050 Bruxelles UBoulevard Saint-Michel 35 - 1040 Bruxelles 02 735 52 12 - www.artiscope.be

02 640 34 44 ou 0479 95 07 10 www.nadineferont.com

Arts Libre. Supplément hebdomadaire à La Libre Belgique. Coordination rédactionnelle: Gilles Milecan et Camille de Marcilly. Réalisation: IPM Press Print. Administrateur délégué éditeur responsable: François le Hodey. Rédacteur en chef: Francis Van de Woestyne. Rédacteurs en chef adjoints: Xavier Ducarme, Pierre-François Lovens et Gilles Milecan. Conception graphique: Bruno Bausier, Jean-Pierre Lambert. Publicité : Martine Levau (0032.2.211.29.12 – martine.levau@ipmadvertising.be).

© S.A. IPM 2014. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


8

Les galeries

SEMAINE DU 6 AU 12 JUIN 2014 ARTS LIBRE

Nathalie Obadia Zedes Art Gallery Still Life. Oeuvres de Valérie Belin. ‣ Jus- After Mother. Oeuvres de Louis d’Hauteriqu’au 21·06. Du Ma. au V. de 10 à 18h, le S. ves. ‣ Jusqu’au 28·06. Du Me. au V. de 12 à 18h, le S. de 14 à 18h. de 12 à 18h. URue Charles Decoster 8 - 1050 Bruxelles 02 648 14 05 - www.galerie-obadia.com

URue Paul Lauters 36 - 1050 Bruxelles 02 646 00 04 - www.zedes-art-gallery.be

100 Titres Puls Contemporary Ceramics Yoshimi Futamura & Thérèse Lebrun. Confusion des genres. Oeuvres de Fanny ‣ Jusqu’au 07·06. Du Me. au S. de 13 à 18h. Viollet. ‣ Jusqu’au 15·06. Du J. au D. de 14 à 18h. URue du Page 19 - 1050 Bruxelles - 02 640 26 55 www.pulsceramics.com

URue A. Cluysenaar 2 - 1060 Bruxelles 02 534 03 43 - www.100titres.be

than Rosic, Eleonore Gaillet, Chisato Ishiyama, Marie Rosen... ‣ Jusqu’au 30·08. Vertueux dans la colère. Oeuvres de JeanMarc De Pelsemaeker. ‣ Jusqu’au 30·08. URivoli Building - Chaussée de Waterloo 690 1180 Bruxelles - 0486 31 00 92 www.rossicontemporary.be

BRABANT WALLON WAVRE

Opsis Art Gallery Rodolphe Janssen Aeroplastics Contemporary Marlo Pascual. ‣ Jusqu’au 18·07. Du Ma. After you. Peintures récentes de Kate Wa- Yannick Vandermolen. Photographies d’exploration urbaine. ‣ Jusqu’au 04·07. Du au V. de 10 à 18h, le S. de 14 à 18h. ters. ‣ Jusqu’au 19·07. Du Ma. au V. de 11 à Me. au V. de 12h45 à 18h. Mountain Stream Ring Tone. Oeuvres de 18h, le S. de 14 à 18h ou sur rdv, fermé les UZoning Nord - Avenue Lavoisier 18b Louis Eisner. ‣ Jusqu’au 18·07. 1300 Wavre - www.opsisartgallery.be j.f. Painting With Stars. Peintures de David Guanxi. Peintures et dessins récents de MinRatcliff. ‣ Jusqu’au 18·07. gjun Luo. ‣ Jusqu’au 19·07. URue de Livourne 32-35 - 1050 Bruxelles 02 538 08 18 - www.galerierodolphejanssen.com

URue Blanche 32 - 1060 Bruxelles - 02 537 22 02 www.aeroplastics.net

HAINAUT

COUILLET

Faider XXL ART on Waterloo 503 Jacques Cerami Haut en Couleur. Peintures, dessins et Anne Boland. Oeuvres récentes. ‣ Jusqu’au Jean-Baptiste Sauvage & Floris Hovers. aquarelles de Vincent Delpierre. ‣ Jusqu’au 07·06. Du Me. au S. de 14 à 18h ou sur rdv. ‣ Jusqu’au 26·06. Du Me. au V. de 14 à 19h, URue Faider 12 - 1060 Bruxelles - 02 538 71 18 07·06. Du J. au S. de 14 à 18h ou sur rdv. le S. de 11 à 18h, fermé les j.f. UChaussée de Waterloo 503 - 1050 Bruxelles 0472 45 81 49 - www.xxlartonwaterloo503.com

www.galeriefaider.be

URoute de Philippeville 346 - 6010 Couillet 071 36 00 65 ou 0477 78 44 34

Galerie Arielle d’Hauterives www.galeriecerami.be Milie. L’expo de Mélanie Peduzzi réunit différents projets impliquant ses trois médiums de prédilection: la performance, TOURNAI l’écriture et la photo. ‣ Jusqu’au 28·06. Du Rasson Art Gallery J. au S. de 14 à 19h ou sur rdv. Salon d’été. Oeuvres de Pat Andrea, URue Tasson Snel 37 - 1060 Bruxelles Edouard Buzon, Antoine Gamard, Philippe 0477 70 02 32 - www.arielledhauterives.be Pasqua, Olivier Vincent... ‣ Jusqu’au 27·07. Du J. au D. de 14 à 18h30 ou sur rdv. Galerie Paris-Beijing URue de Rasse 13 - 7500 Tournai - 0474 93 50 22 Umwelt. Oeuvres de Rero. ‣ Jusqu’au www.rassonartgallery.be 07·06. Du Ma. au S. de 11 à 19h. URue Hôtel des Monnaies 66 - 1060 Bruxelles 02 851 04 13 - www.galerieparisbeijing.com

LIÈGE

Le Salon d’Art LIÈGE Texture de la Mémoire. Oeuvres récentes Christine Colon d’Yves Zurstrassen. ‣ Jusqu’au 12·07. Du Ma. au V. de 14 à 18h30, le S. de 9h30 à Hommage à Jean-Marie Tack. Oeuvres choisies de Jean-Marie Tack, Yves Bage, Alain 12h et de 14 à 18h. Denis, Jo Rome et Thomas Urban. ‣ Du URue de l’Hôtel des Monnaies 81 - 1060 Bruxelles 07·06 au 05·07. Du Ma. au J. de 13 à 17h30, - 02 537 66 40 - www.lesalondart.be les V. et S. de 12h30 à 18h, le D. 08·06 de 14 à 17h ou sur rdv. Pascal Polar Imaginations. Oeuvres de Ricard Aymar, URue Saint-Remy 12 - 4000 Liège Lance Letscher, Hassan Musa, Max Neu- 0475 92 07 97 - www.christinecolon.be mann, Chéri Samba, Michel Scarpa, Miroslav Tichý, Karl Waldmann... ‣ Jusqu’au Nadja Vilenne 28·06. Du Ma. au S. de 14 à 19h ou sur rdv. Such are the vanished coconuts of hidden Africa. Oeuvres de John Murphy. ‣ Jusqu’au UChaussée de Charleroi 108 - 1060 Bruxelles 29·06. Du J. au S. de 14 à 18h ou sur rdv. 02 537 81 360 ou 0477 25 26 92 www.pascalpolar.be

URue du Commandant Marchand 5 - 4000 Liège 04 227 19 91 - www.nadjavilenne.com

Valérie Bach A Small Man in A Big World. Photographies STAVELOT de Gérard Rancinan. ‣ Jusqu’au 21·06. Du J. au S. de 11 à 13h et de 14 à 19h, le Me. sur Triangle bleu Sensus. Oeuvres de Jacques Charlier, Anrdv. thony Duchêne, Baudouin Oosterlynck, StéURue Faider 6 - 1060 Bruxelles - 02 502 78 24 www.galerievaleriebach.com phanie Roland et Rémi Tamburini. ‣ Jusqu’au 27·07. Du J. au D. de 14 à 18h30 ou Boycott Art Gallery sur rdv, fermé du 19 au 22·06. I Get Along. Peintures figuratives de Ray Ri- UCour de l’Abbaye 5 - 4970 Stavelot 080 86 42 94 - www.trianglebleu.be chardson. ‣ Jusqu’au 22·06. UAvenue des Aubépines 40 - 1180 Bruxelles 0475 51 99 31 - www.boycottgallery.com

NAMUR

Galerie Espace Lorraine Moké. A travers ses peintures, il est l’un des GRAND-LEEZ meilleurs chroniqueurs de la vie congolaise Exit11 Contemporary Art contemporaine. ‣ Jusqu’au 28·06. Du Me. Live. Oeuvres d’Alain Bornain. ‣ Du 08·06 au S. de 15 à 19h. au 31·08. Les S. et D. de 10 à 18h ou sur UAvenue Van Bever 8 - 1180 Bruxelles rdv. 02 375 01 75 - www.galerieespacelorraine.com

UChâteau de Petit-Leez - Rue de Petit-Leez 129 5031 Grand-Leez - 081 64 08 66 - www.exit11.be

Rossicontemporary Credi Poetic. Encres sur papier d’Emmanuel Tête. ‣ Jusqu’au 30·08. Les J. et V. de 13 à JAMBES 17h, le S. de 14 à 18h ou sur rdv. Détour Photo de Groupe. Oeuvres de Romain Cadil- Anne Marie Finné. Dessins et carbones. hon, Eric Croes, Thomas Mazzarella, Jona- ‣ Jusqu’au 21·06. Du Ma. au V. de 12h30 à

© S.A. IPM 2014. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Les galeries

SEMAINE DU 6 AU 12 JUIN 2014 ARTS LIBRE

9

A l’étranger

Le livre de la semaine

Yona Friedman – Dessin et publication Paris – Galerie mfc-Michèle Didier Animaux, Mythes, Villes, Contes nègres, Fragments, Miracles : voici six chapitres aux titres évocateurs qui viennent rythmer le conte dessiné de la publication des “1001 nuits + 1 jour” de l’artiste architecte, soit l’ensemble des dessins qui couvraient les murs de son premier atelier du boulevard Pasteur. U Jusqu’au 9 août. Galerie mfc­Michèle Didier, 66, rue Notre­Dame de Nazareth, 75003 Paris. www.micheledidier.com

Khaled Jarrar – Peinture Paris – Galerie Polaris COURTESY GALERIE POLARIS

En 2007, le Congolais de Lubumbashi Sammy Baloji participa aux expositions du festival Yambi autour des arts de l’ex­Congo belge. Il y fit sensation avec ses photos de la Gécamines de la série “Mémoire”. Sur d’anciens clichés en noir et blanc pris par le colonisateur au début du XXe siècle, on voit, d’une part, des travailleurs nus, parfois enchaînés, numérotés, corvéables à merci et, de l’autre, des Blancs nantis, imbus d’eux­mêmes et de leurs arrogants pouvoirs. Et ces images d’une autre époque ont servi d’avant­plan aux clichés couleur pris, un an plus tôt, par Sammy Baloji sur des sites souvent déglingués et inopérants. Très réussie, cette confrontation à double tranchant a eu l’immense mérite de réactualiser des réalités qui donnent à réfléchir autant sur le passé que sur le présent des hommes et des pouvoirs. Depuis, Baloji a relevé d’autres défis, parfois en compagnie de Patrick Mudekereza. Il a photographié la ville de Kolwezi, l’activité des mines, parfois clandestines, pris le portrait d’une jeunesse actuelle en quête d’avenir. Du travail soigné, bien fait, opportun et nécessaire qui, pourtant, n’a pas cette force d’impact de la série “Mémoire”. L’idée de génie de celle­là fut de superposer une réalité ancienne sur une actualité qui, à son tour, donne le tournis. (R.P.T.)

Artiste et soldat dans la garde présidentielle, vivant à Ramallah en Palestine, Khaled Jarrar utilise son arme pour réaliser des peintures dans une cave secrète creusée sous une maison. Le rapport au tunnel, à la violence armée, à la cache, fait partie de performances dont sont issues des peintures éclatées. U Jusqu’au 21 juin. Galerie Polaris, 15, rue des Arquebusiers, 75003 Paris. www.galeriepolaris.com

Collectif – Pluridisciplinaire Paris – Galerie Michel Rein COURTESY GALERIE MICHEL REIN

ED. AFRICALIA&STICHTING KUNSTBOEK

Sammy Baloji, “Mémoire/ Kolwezi”

COURTESY GALERIE MFC-MICHÈLE DIDIER

France

Proposée par l’artiste Raphaël Zarka, l’exposition collective et thématique “Have we been here for a long time ?” porte sur les miroirs noirs ou “miroirs de Claude”, en référence à Claude Lorrain, et rassemble nombre de plasticiens dont le Belge Koenraad Dedobbeleer, l’initiateur, ainsi que Roger Ackling, Edgardo Navarro, Martin Szekely… U Jusqu’au 26 juillet. Galerie Michel Rein, 42 rue de Turenne, 75003 Paris. www.michelrein.com

U Sammy Baloji : “Mémoire/Kolwezi”, Editions Africalia&Stichting Kunstboek, 2014. Infos : www.africalia.be

ANVERS Fifty One Fine Art Photography Nonage. Oeuvres de William Klein, Katy Grannan, Elinor Carucci, Bruce Davidson, Helen Levitt, Deanna Templeton, Martin Munkasci, Seydou Keïta... ‣ Jusqu’au 28·06. Du Ma. au S. de 13 à 18h. UZirkstraat 20 - 2000 Anvers - 03 289 84 58 www.gallery51.com

UGodtsstraat 15 - 2140 Borgerhout - 03 216 16 26 www.zeno-x.com

BRABANT FLAMAND ASSE

De Ziener Een Groep. Oeuvres de Sjoerd Buisman, Karel De Meester, Jo De Smedt, Jean-Georges Fifty One Too Arnold Newman “Early Works and Por- Massart, Sara Van Woerden... ‣ Jusqu’au traits”. ‣ Jusqu’au 28·06. Du J. au S. de 14 15·06. Du V. au D. de 15 à 18h ou sur rdv. UStationsstraat 55 - 1730 Asse - 02 452 77 86 à 18h ou sur rdv. UHofstraat 2 - 2000 Anvers - 03 233 88 14 www.gallery51.com

www.deziener.be

LOVENJOEL Galerie Zuid Goran Djurovic. Peintures. ‣ Jusqu’au The White House Gallery 14·06. Du Me. au S. de 14 à 18h (le J. jus- Unwritten & Written. Oeuvres d’Elodie Antoine, Hallveig Ágústsdóttir, sara Bjarland, qu’à 20h). UPacificatiestraat 34 - 2000 Anvers Mats Dekock, Patrick Keulemans, Hilde 03 248 84 83 - www.galeriezuid.be overbergh et Bart De Zutter. ‣ Jusqu’au 29·06. Du J. au D. de 14 à 18h ou sur rdv. Ingrid Deuss UGroot Park 2 - 3360 Lovenjoel - 0473 39 14 78 Kevin Westenberg. Photos d’artistes de la www.thewhitehousegallery.be planète rock. ‣ Jusqu’au 20·06. Du Me. au S. de 14 à 18h ou sur rdv. UProvinciestraat 11 - 2018 Anvers - 0475 56 22 83 www.ingriddeussgallery.com

ZEEBRUGGE

Tim Van Laere Gallery Portray. Oeuvres d’Armen Eloyan, Kati Heck, Anton Henning, Edward Lipski, Vivian Maier, Dan McCarthy, Pablo Picasso, Ed Templeton, Rinus Van de Velde, Henk Visch... ‣ Jusqu’au 28·06. Du Ma. au S. de 13 à 18h. UVerlatstraat 23-25 - 2000 Anvers - 03 257 14 17 www.timvanlaeregallery.com

URederskaai 16 - 8380 Zeebrugge 0475 98 39 99 - www.mgart.be

Contact Agenda Culturel

L’artiste belge (1968) représenté par Annie Gentils Gallery à Anvers expose pour la seconde fois en solo à Londres. Son expo se présente comme un dialogue cocasse, alimenté par les titres des sculptures, objets les plus banaux (ballon de football, pou­ belle, boule de papier aluminium…) disposés dans la galerie. U Jusqu’au 28 juin. Andor Gallery, 237 Hackney Road, E2 8NA Londres. www.creativeandorcultural.com

Pays-Bas Guillaume Bijl – Sculpture Amsterdam – Lumen Travo Galerie L’artiste belge, connu pour s’approprier et détourner les objets les plus divers, propose une nouvelle série de “Compositions”, des mises en scène de petites installations ou “dessins” consti­ tués de fragments de réalités, d’éléments décoratifs et autres composantes qui constituent des “natures mortes” d’aujourd’hui. U Jusqu’au 12 juillet. Lumen Travo Galerie, Lijnbaansgracht 314, 1017WZ Amsterdam. www.lumentravo.nl

Luxembourg

FLANDRE OCCIDENTALE

NK Gallery MG Art Flesh !. Oeuvres d’Alexander Pogorgelsky et Landscape I. Oeuvres de Johan Boutelegier Maria Pogorgelskaya. ‣ Jusqu’au 28·06. et Pierre Courtois. ‣ Jusqu’au 16·06. Du V. Du J. au S. de 12 à 18h. au L. de 11 à 13h et de 15 à 18h. UMuseumstraat 35 - 2000 Anvers - 03 237 98 22 www.nkgallery.be

COURTESY ANDOR GALLERY

ANVERS

Zeno X Gallery New Squares. Oeuvres récentes d’Anton Corbijn. ‣ Du 11·06 au 05·07. Du Me. au S. de 13 à 17h. The Distance. Oeuvres récentes de Jan De Maesschalck. ‣ Du 11·06 au 05·07.

COURTESY LUMEN TRAVO GALERIE

UAvenue Jean Materne 166 - 5100 Jambes 081 24 64 43 - www.galeriedetour.be

Herman Van Ingelgem – Sculpture Londres – Andor Gallery

BORGERHOUT

COURTESY NOSBAUM&REDING

17h30, le S. de 14 à 18h, fermé les j.f.

Angleterre

Group Show – Pluridisciplinaire Luxembourg – Nosbaum&Reding Sous commissariat de Alberto García del Castillo and Agata Jas­ trzbek, l’exposition “Strawberry Sausages” rassemble huit plas­ ticiens dont quatre vivent à Bruxelles : Jakup Auce (USA, 1979), Wobbe Micha (Be, 1985), Kenneth Andrew Mroczek (USA, 1981) et Monsieur Pimpant (Fr, 1986); exposent également : Wojciech Bkowski (Pl, 1979), Dorota Jurczak (Pl, 1978), Fabian Marti (Ch, 1979) et Agnieszka Polska (Pl, 1985). U Jusqu’au 28 juin. Galerie Nosbaum&Reding, 4, rue Wiltheim, 2733 Luxembourg. www.nosbaumreding.lu

Tél.: 02.211.27.23 Email : agenda@lalibre.be

© S.A. IPM 2014. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


10

Adjugé!

SEMAINE DU 6 AU 12 JUIN 2014 ARTS LIBRE

l Vente publique

HORTA

Cette très belle toile signée et datée par George Morren en 1921, était curieuse­ ment datée de 1922 sur une éti­ quette au dos. L’œuvre présentée chez Horta à la mi­mai avait été exposée à “Ostende 2000” et au Mu­ sée Rops à Namur, la même année. Tony Cala­ brese l’avait publiée dans un volume qui sert de référence à cet artiste liégeois. La toile de 95 x 75 cm a été vendue à 21600 euros.

Vente pas

à Brux

Cette bague en platine et or blanc agrémentée d’un diamant solitaire de +/­ 9,53 carats, avec une petite ébréchure sur le rondiste, a été très joliment vendue chez Horta voici trois semai­ nes. Elle est partie à 45600 euros. Pour un col­ lier en platine, dit “De huissier”, agrémenté de diamants, de baguettes et brillants, de taille an­ cienne, pour +/­ 24 carats, avec des émeraudes pour 6 carats, transformable en une broche et deux bracelets, on donna par ailleurs 36 000 euros. Enfin, la salle qui aime bien ce qui brille a cédé une bague en or blanc agrémentée d’un saphir de Ceylan de couleur naturelle de +/­ 22,27 carats et de brillants (1,60 carat), pour la belle somme de 26400 euros.

26400€ @DENOYELLE

21600€

Brillants

HORTA

Le Sommeil

h Oise­Enchères et Athéna seront ensembles le 14 juin pour la dispersion du contenu d’un hôtel de maître du quartier Vergote. CE 14 JUIN AURA LIEU la vente du mobilier du 17 rue Vergote à Bruxelles, avec une expo­ sition “in­situ” du contenu partiel d’une mai­ son de maître de grande qualité. L’architecte tout désigné fut Albert Schneider, frère de Henri. Henri et son épouse descendante des Waha, aïeux des vendeurs actuels lui com­ mandèrent cette maison en 1920. Henri était dans les affaires, ingénieur puis banquier, au service du baron Josse Allard. L’immeuble fut érigé sur une base de style Louis XVI, mais agrémenté de quelques pointes d’éclectisme, sur une parcelle jouxtant celle des Michiels (Côte d'Or). L’intérieur avait été décoré par des éléments provenant de divers lieux dont un escalier mo­ numental d’époque Louis XVI repris à une ins­ titution scolaire jésuite de Mons. Cela ne bou­ gera pas, pas plus qu’une paire de colonnes torses en marbre, flamandes et du XVIIe siècle peut­être. Ce sont des immeubles par destina­ tion. Diverses parties accessoires avaient été ornées de boiseries de belle facture, des XVIIIe et XIXe siècle. Le XXe siècle avait même droit de cité mais sans oser aller trop dans l’Art nou­ veau ou l’art Déco. Et on ne vous parle pas du jardin de plus de 20 ares, long de 80 mètres. Un endroit fantastique donc. Tout cela a encore beaucoup de gueule même si pas mal de meubles et tableaux ont été enlevés par les héritiers. Il n’empêche que la demeure est encore bien remplie et que la

© S.A. IPM 2014. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Le marché

SEMAINE DU 6 AU 12 JUIN 2014 ARTS LIBRE

11

classique

elles

L’intérieur de la maison a été partiellement remeublé avec des objets et des fournitures des XVIIIe et XIXe siècles.

@DENOYELLE

vente sera, dans le cadre bruxellois, un événe­ ment. Evènement encore car les vendeurs ont fait appel, par le jeu des contacts noués au ha­ sard de visites dans des salons d’antiquaires avec Pascal Denoyelle, aussi efficace dans ce nouveau métier et affable qu’il est connais­ seur. M. Denoyelle est antiquaire et expert, spécialisé dans le mobilier français du XVIIIe siècle. Il participe depuis longtemps aux sa­ lons du Heysel, de Namur, de Luxembourg et d’autres encore en France. Pour contrer les ris­ ques liés à une crise qui n’en finit pas depuis 2008, il a simplement décidé de travailler plus pour gagner plus et donc d’ouvrir une salle de vente dans son département de l’Oise. Pour pouvoir travailler sur la place de Bruxelles, il s’est associé avec Jo Vandercapel­ len de la salle de ventes Athéna, à Bruxelles. La

Cette paire de globes, hauts de 52 cm, de Jacques Hardy datant de 1738 sont des raretés attendues à 40 000 euros.

vente aura lieu chez Athéna, par contrainte lé­ gale. L’un et l’autre amèneront un peu de fourni­ tures pour remeubler la maison et consolider une vacation qui permettra de convoiter plus de 400 lots. De ce que nous avons vu, la grande majorité tient du classicisme de bon aloi, dans le goût bourgeois de la fin du XIXe siècle. Du mobilier d’époque Louis XV et Louis XVI cotoyait des biens de styles divers et de provenances va­ riées. Les Schneider avaient l’esprit ouvert et collectionnaient autant les céramiques (por­ celaines et faïences), que les bronzes romanti­ ques ou les tableaux anciens, parfois d’ancê­ tres, mais souvent de peintres flamands. La dispersion du 14 juin aura comme vedette une paire de petits globes, terrestre et céleste, de la plus haute rareté. Ils sont signés et datés de Jacques Hardy en 1738. Il fut libraire et maître géographe du roi de Danemark à partir de 1769. Les globes sont dédiés au comte de Brancas. Ils sont à mettre en milieu de table ou sur une cheminée à la tablette large. Par ailleurs, ils sont d’une qualité suprême et ris­ que à eux seuls de générer plus de 25 % du produit de la vente. Ces objets sont en bois sculpté, orné de feuilles en papier gravé, coloré et collé. On en attend entre 40 000 et 60 000 euros. Huit fauteuils français d’époque Louis XV sont annoncés entre 8 000 et 10 000 euros. Enfin, une paire de serviteurs nubiens du XIXe siècle devrait monter entre 12 000 et 15 000 euros. Philippe Farcy

U Exposition : 11, 12, 13 juin de 10h à 12h puis de 14h à 19h. Le 14 de 10h à 12h. Vente chez Athéna, à 13h30. 17 rue Vergote, 1030 Bruxelles. Vente au 78 rue de Laeken, 1000 Bruxelles.

© S.A. IPM 2014. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2014. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2014. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


14

Le marché

SEMAINE DU 6 AU 12 JUIN 2014 ARTS LIBRE

l Salle des ventes

Silences enfantins au Sablon h L’étude Millon va vendre une impressionnante collection de poupées et d’accessoires pour ces jouets anciens parfois devenus précieux.

Ce bel ensemble de poupées fait partie d’une incroyable collection qui sera dispersée ce vendredi après-midi chez Millon, au Sablon, à Bruxelles.

@MILLON

CE VENDREDI 6 JUIN, le Sablon va accueillir au 8 de la rue Bodenbroeck la plus grande crèche de Belgi­ que. Plusieurs centaines de jeunes filles et quelques gamins qui ne sont pas de Poulbot, vont en effet pas­ ser sous le feu des enchères. Ce sont des poupées de tous âges, en terme d’ancienneté mais pas de traits, car là, on ne dépasse sans doute pas les dix ans. Cer­ taines sont entières, vêtues, possèdent un visage voire trois sur le même tronc pour permettre des expres­ sions différentes selon les moments choisis. D’autre sont en morceaux et vendues telles quelles, comme des “gueules cassées” sorties des tranchées de 1916 dans la Meuse. Les plus de 350 lots renferment par ailleurs des éléments accessoires pour faire vivre ces demoiselles dans un univers que seuls les plus petits comprennent. Il y a dès lors des milliers d’objets curieux et amu­ sants. Tout cela est annoncé à très petits prix, en dé­ marrant à moins de cent euros, avec une moyenne de l’ordre de 300 à 600 euros. Le plus cher dans ce pay­ sage frôle les 3 000 euros. On y trouvera des poupées commémoratives comme celles éditées en 1938 pour saluer le passage des deux princesses d’Angleterre à Paris, les mardi 19 et mercredi 20 juillet, venues en France avec leurs pa­ rents bien sûr, le roi Georges VI et la reine mère. On annonce le lot entre 200 et 300 euros, ce qui n’est pas cher car la poupée est de la marque la plus célèbre, à savoir Jumeau, à Paris. Un garçonnet habillé en lieutenant de l’armée fran­ çaise est lui annoncé entre 800 et 1 200 euros. Une

damoiselle à la triste mine, articulée et vêtue d’habits anciens pourrait pour sa part s’en aller vers les 2 000 à 3 000 euros (lot 325). D’autres marques comme Fleischman ou Heubach seront également présentes. Les poupées sont en général en biscuit, à têtes pleines ou creuses selon les cas et ce sont sou­ vent les différentes expressions, outre l’état de con­ servation, qui justifieront les prix. On vous parlait plus haut d’un triple visage. Le lot se trouve au nu­ méro 291 et a été édité par la maison Carl Bergner. Le mécanisme intérieur n’est plus en ordre de marche et

cela vaut sans doute le podium à cette curiosité que l’on affiche ici entre 500 et 700 euros, avec sa boîte et quelques vêtements. Parmi les accessoires on trou­ vera des chaises Thonet évaluées entre 40 et 50 euros. Plus loin il y aura des commodes, des armoires à glace, des machines à coudre, des coffrets de toilettes et bien sûr de quoi régaler ce petit monde, depuis une cuisine et les effets de vaisselles indispensables. On vend à deux heures de relevée mais on expose encore de 11h à 12h, donc il n’est pas trop tard. Ph. Fy.

l Salon d’art contemporain

Les livres d’artistes le Salon du livre d’artiste de Bruxelles investit l’Entrepôt Royal sur le site de Tour&Taxis les 7 et 8 juin. CRÉÉ EN 1973, “HISTOIRE DE LIVRES” a connu une belle évolution et s’est ouvert de plus en plus au grand public, à qui il fait miroiter les facettes multi­ ples de la création d’un livre d’artiste, ce médium spécifique des arts visuels contemporains. Il s’agit de livres illus­ trés, de livres pauvres, de livres objets, de livres animés, mais aussi de livres conceptuels et de livres numériques, dès lors que les nouvelles technologies

s’invitent aussi dans la création de li­ vres d’artistes. Comme l’année dernière, deux sec­ tions sont mises en place : une section classique avec des espaces individuels pour les exposants (artistes, éditeurs, collectifs…) et une section “Un artiste un livre” pour permettre aux nouveaux créateurs de livres d’artiste, qui n’ont encore qu’une ou deux créations à leur actif, de pouvoir les présenter dans un espace commun pour effectuer ainsi leur premier pas vers le grand public. Les exposants, belges et étrangers, sont une bonne centaine à participer à cette manifestation qui réserve bien des surprises et met cet art à portée de toutes les bourses. Si les plasticiens y sont à la fête avec leurs créations sur­ prenantes et ingénieuses, on y croise aussi des éditeurs singuliers, des gra­

Laurence Skivée, la page “cadeau à Dominique A.” de “Je m’emballe”, paru aux Editions de la Lettre Volée, un livre d’artiste exposé dans “Histoires de livres”. veurs, des illustrateurs, des relieurs, des collectifs d’artistes, ainsi que des écri­ vains, conteurs et poètes ou tout sim­ plement créateurs passionnés et amou­ reux du livre original, singulier, ou d’exception. Impossible de citer tout le monde, mais sachez, pour situer le niveau, que participent notamment la Lettre Volée, le Daily Bul&Co, la galerie Pascal Polar,

© L.SKIVÉE – ÉD. DE LA LETTRE VOLÉE

h Pour sa septième édition,

l’artiste Laurence Skivée, Dominique Lomré… et que des hommages seront rendus à Pierre Puttemans et Gaston Puel. C.L. U Histoires de livres. Le salon du livre d’artiste de Bruxelles. Entrepôt Royal sur le site de Tour&Taxis, avenue du Port, 86c à 1000 Bruxelles. Les samedi 7 et dimanche 8 juin, de 10h à 18h. Entrée gratuite.

© S.A. IPM 2014. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Le marché

SEMAINE DU 6 AU 12 JUIN 2014 ARTS LIBRE

15

l Vente publique

h Ce 10 juin, la maison de ventes du Sablon officiera pour des tableaux et objets belges, mais pas seulement. Du design est au programme. COMME POUR RÉPONDRE aux vacations des salles concurrentes, Pierre Berger et Cornette de Saint­Cyr, l’étude Millon propose dans ses belles salles du Sa­ blon une dispersion lourdement charpentée avec de l’art belge, du contemporain et du design internatio­ nal. Le catalogue est donc très riche et diversifié. Il se consulte sur le site internet de la compagnie. On se concentrera ici sur nos artistes versés dans l’art graphique, mélangés qu’ils sont avec quelques noms connus du XXe siècle, sans que ce soit les stars mondiales. On commencera ce petit tour de proprié­ taire avec Oscar Landuyt (1922­1986) et sa lithogra­ phie figurant un oiseau perché (100 à 150 euros). Après quelques belles estampes de Vasarely on verra sortir une peinture de Jean Brusselmans (1884­ 1953), “Ruelle”, peinte sur panneau et annoncée en­ tre 2 000 et 3 000 euros. C’est une pièce pleine d’at­ mosphère malgré l’absence de personnages. Nicole Dubuisson, née à Binche, suivra avec trois techniques mixtes figurant chacune des études de jeunes fem­ mes nues. Les pièces sont annoncées entre 400 et 500 euros, ce qui n’est pas volé. Puis viendra le tour d’Auguste Mambour, liégeois bien connu dont l’œuvre présentée ici sort enfin et totalement des ca­ nons habituels de cet artiste qui fit 90 % de sa carrière sur des modèles de jeunes femmes africaines. Cette fois il s’agit d’un portrait d’homme en pied de 190 x 110 cm. Le modèle est Marcel Florkin (1900­ 1979), futur biochimiste et professeur à l’ULg, mais alors étudiant, lié d’amitié avec Georges Poulet, Gilles

Anthelme et un peu avec Robert Denoël (1902­ 1945), le fameux éditeur parisien, écrivain en sa jeu­ nesse, excellent élève en Sciences à l’ULg. Florkin fut professeur de biochimie comparée dès 1939 et de biochimie pathologique à partir de 1942. Il fut docteur honoris causa des universités de Pa­ ris­V, de Montpellier, Bordeaux, Rio de Janeiro et même de Gembloux. Une Fondation à son nom existe à l’ULg. Denoël qui découvrit Céline, obtint le Goncourt avec Elsa Triolet et fit fortune avec Lucien Rebatet. Plus de 700 ouvrages en 17 ans de carrière sortirent de sa maison d’édition. Il fut assassiné en décem­ bre 1945 près des Invalides, pour collaborationnisme sans doute. Il a lui aussi été portraituré par Mambour, mais en 1925, à mi­corps (voir www.thyssen.com). Ici, avec Florkin, on est en 1921 et l’écriture est très enlevée, post­impressionniste. Une photo d’archive montre le peintre avec la toile en cours d’exécution; elle est presque plus intéressante que la toile ache­ vée. Ce lot qui a des accents historiques pour Liège est annoncé entre 8 000 et 10 000 euros. L’ULg ferait bien de s’en porter acquéreuse. Félicien Rops (1833­1898), suit le maître liégeois et par six lots, dessinés et gravés. “La Servante assoupie” est annoncée entre 1 800 et 2 000 euros. La “Pay­ sanne hollandaise”, de trois­quart, est un autre des­ sin; elle est évaluée entre 6 000 et 8 000 euros. Une étude au crayon pour “Le vrai Miroir de Sorcellerie” est pour sa part affiché à la somme bien plus considé­ rable de 30 000 à 35 000 euros. “La Meunière et le Garçon meunier”, rivalisent d’érotisme avec le lot précédant, mais pas en termes financiers car on en escompte les mêmes sommes. Et c’est tout pareil pour une belle espagnole à peine vêtue, tenant un verre à la main tout près d’un énorme tonneau à vin. On passera ensuite vers un monde bien différent; c’est celui de Jean­Luc Moerman (né en 1967), du temps où il travaillait au Sablon et qui sera présent ici

@MILLON

Millon cultive les terres belges

Cette toile passionnante de Mambour figure en 1921 le futur professeur de l’ULg Marcel Florkin. Elle sera à vendre chez Millon entre 8000 et 10000 €. avec “Mutations Hybrides”, de 1995. Le lot est an­ noncé entre 2 500 et 2 800 euros. Marcel Delmotte suivra juste avant que n’apparaisse une toile très in­ téressante de Floris Jespers, un nu féminin datant de 1950 et que l’on évalue entre 3 000 et 4 000 euros. La composition ne fait que 54 x 71 cm. On terminera avec le Liégeois Frédérick Beunkens (1938­2009) qui fut élève de Robert Crommelinck, et ses deux toiles de qualité, un “Sculpteur” suivi par “Deux Hommes”. Les lots sont annoncés entre 200 et 300 euros. Ph. Fy.

© S.A. IPM 2014. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


16

L'actu

6 AU 12 JUIN 2014 ARTS LIBRE

l Résultats

BEAUSSANT

Cette suite de quatre appliques en argent partiellement doré, d’Augsbourg, est partie à 125 000 euros.

Vente de château réussie h L’étude Beaussant­Lefèvre a vendu à la mi­mai le contenu d’un beau château de l’Eure. Les enchères furent soutenues.

BEAUSSANT

VENDRE DES FONDS DE CHÂTEAUX sur place 300 à 400 euros. Il lui fallut près de quatre mi­ n’est pas chose fréquente en France. Le château nutes pour en venir à bout. Et au terme du du village de Fontaine­l’Abbé n’eut pas cette compte, le marteau tomba à 38 000 euros, frais chance, comme il l’eut en 1989; c’eut été un inclus quand même. Le rêve ne dura guère et si événement, à moins de 150 km de Paris. presque tout se vendit, ce ne fut pas avec extra­ L’étude Beaussant préféra vendre les fournitu­ vagance, du moins dans la suite proche de ce lot res dans le cadre de l’hôtel Drouot, comme on incroyable. le fit naguère encore avec “La Louque”, qui était On donna quand même 650 euros (à la place la maison de Maurice Chevalier. Une foule im­ des 180 escomptés), pour un autre lot de gravu­ portante s’est déplacée durant les jours d’expo­ res, mais cette fois elles étaient en couleurs et sition, pour voir de quoi il retournait. On ne sait ne figuraient que des grappes de raisins. Les jamais, en effet, avec de feuilles n’avaient pas plus telles provenances, s’il de cent ans et sortaient n’y a pas un petit trésor d’un livre de P. Viala. qui se cache. Les objets en porcelaine Ce ne furent pas que de Chine ne se sont pas des tonnes de poussières, très bien vendus en termes même si le catalogue ré­ financiers, à l’exception vélait quelques vieilleries notoire d’une paire de va­ dont les murs de ce genre ses balustres de la famille de maison sont souvent rose, ornés de blasons, encore – tant mieux et haut de 58 cm et que l’on pourquoi pas – remplis. affichait entre 2 500 et La vente se fit à la de­ 3 000 euros. Il en vint mande de la vicomtesse 11500 euros. Le plus haut douairière Venetia Wim­ prix, attendu il faut le dire, borne, née Quarry (fa­ se logea sur une suite de mille australienne) et quatre appliques à lumière sœur de Miranda, ex­ en argent (avec des traces épouse d’Alexander Mac­ de dorure), de forme mou­ millan (fils de Maurice Ce fauteuil anglais d’époque George II vementée à décors de vo­ qui a vendu le château de a trouvé preneur à 32 000 euros. lutes, treillages et rinceaux Highgrove au prince de feuillage. Ces objets de Charles d’Angleterre en 1980 et petit­fils du 75 cm de haut et 47 cm de large étaient poin­ premier ministre de ce nom), comtesse Stock­ çonnés par l’orfèvre d’Augsbourg, Johan­Valen­ ton (top­modèle jadis et mariée en premières tin Gevers. Le lot a été adjugé à 125 000 euros, noces avec Peter Sellers). Lady Venetia résida dans la fourchette des estimations. dans cette demeure 25 ans. A 2500 euros, sur une base de 600 euros, un Parmi les quelques centaines de lots mis à amateur s’en alla avec le portrait de la comtesse l’encan, nul doute que la venderesse et même de Sabran, en terre cuite, d’après l’original de les gens de la salle de ventes furent surpris par Houdon. Ce buste provenait d’une autre vente quelques enchères terriblement musclées en en ce même château de Fontaine­l’Abbé, en comparaison à des estimations furieusement 1989. Une autre très belle surprise provint du avantageuses, du moins a priori. lot 113 où se trouvait un rare tapis de table, tra­ Et cela commença dès le lot numéro 2. Il ren­ vaillé à l’aiguille, à décor d’un monarque sur fermait une farde décrite comme suit : “Carte son char acclamé par ses sujets devant un pa­ d’Europe par Blaeu, Les Îles Britanniques par lais. Il s’agissait d’une pièce de 203 x 234 cm, Delisle (2 ex.), Provence par Nolin, Provinces sans doute de production anglaise, vers 1600. des Pays­Bas et La Principauté de Catalogne par Le lot était annoncé par Nicole de Pazzis­Che­ Jaillot, Moscovie par Delisle, Plan de l’attaque et valier à 5000 euros et il fila à douze fois cette de la défense de Prague par Le Rouge, Partie de somme, soit 60000 euros. la Russie (anonyme). Ensemble de neuf cartes Enfin, si on n’a pas vendu quatre fauteuils géographiques, salissures, taches et déchirures. d’époque Louis XIV français attendus à Ensemble vendu en l’état et sans possibilité de 30000 euros, on a très bien cédé un seul fau­ retour”. Point de poussières donc, mais des teuil anglais attribué à Paul Saunders, dans le feuilles attaquées par le temps. Vendues en style George II, soit au milieu du XVIIIe siècle. l’état, elles ne pouvaient être rendues. Evalué à 15000 euros, il a trouvé preneur à L’expert maison annonça le lot à 250 euros, ce 32000 euros. qui était logique puisque l’estimation variait de Ph. Fy.

© S.A. IPM 2014. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.

Supplément Arts Libre 6 juin 2014  

Supplément Arts Libre 6 juin 2014

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you