Issuu on Google+

Événement

Le marché

La galerie Albert Baronian fête ses 40 ans avec une expo sur l’Arte Povera. PP.2-3

Rendez-vous ce week-end aux Brussels Art Days dans plus de 30 galeries PP.4-5

Vente de vins issus d’une cave prestigieuse chez Sotheby’s. PP.10-11

SOTHEBY’S

Actu

Supplément à La Libre Belgique - N°198 - Semaine du 6 au 12 septembre 2013

C’EST LA RENTRÉE

DES GALERIES PP.2 à 5 LUCIANO FABRO ITALIA FETICCIO COPPER 160 X 65 X 40 CM 1981 COURTESY MICHELINE SZWAJCER, ANVERS

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


L'actu

2 Commentaire

SEMAINE DU 6 AU 12 SEPTEMBRE 2013 ARTS LIBRE

l Expo en vue

Une rentrée concentrée

Par Claude Lorent

Arte Povera et 40 ans la Galerie Baronian h Albert Baronian respire la conviction et l’action du jeune homme qui ne vieillit pas ou alors fort bien ! Nouvel anniversaire entouré d’amis. LE TEMPS PASSE ET C’EST HEUREUX quand il ne flétrit pas les enthousiasmes et le goût du combat ar­ dent ! Il a beau afficher une belle soixantaine au ca­ dran du temps, Albert Baronian ressemble comme deux gouttes d’eau au jovial entreprenant que nous avions connu au temps des culottes courtes et des jeux de foot collégiens. Alerte et décidé, en phase avec une nouvelle saison qui démarre, la quarante­ et­unième tout bien compté, on le sent à peine écon­ duit par les coups fourrés de toute vie d’aventure. Pas plus ange qu’un autre, le gaillard n’a sans doute pas plus de vrais amis que vous et moi et sait rester pla­ cide devant l’adversité qui sévit toujours à mauvais escient. Récemment mis sur une voie de garage par la direction d’une Fiac à laquelle il participait pourtant depuis 1974, Baronian voit cette éviction comme une parenthèse regrettable dans une vie fournie, as­ sortie de réussites et d’expositions qui firent le suc­ cès d’une des plus anciennes enseignes artistiques privées du pays. “C’est un beau cadeau, il est vrai, pour mes 40 ans de galerie ! Trois galeries belges importantes sorties d’un coup, ce n’est pas normal, à notre âge ! Et j’entends encore Greta Meert : “Je me sens comme une étudiante qui a raté son examen !” Je ne sais absolument pas ce qui s’est passé et je peux seulement dire que notre présence amenait beaucoup de visiteurs à la Fiac ! C’est la manière qui nous a déplu : une lettre sans plus ! Et, bien sûr, je sais, en faisant partie ici, combien un comité d’organisation d’une foire d’art doit tenir compte de pa­ ramètres, de nécessités politiques, économiques, géopoli­

tiques. C’est la manière seule qui est insultante. Alors, restons positif. Cette foire très franco­belge coûte horri­ blement cher et n’a pas l’aura de Bâle : le monde entier se déplace à Bâle. Ejecté de Bâle, là je n’en dormirais plus !” On l’aura compris, ce qui compte désormais pour Al­ bert Baronian et sa femme Françoise et la jeune équipe souriante qui l’accompagne, c’est ce cap de 40 années à sacrer d’une exposition valorisante. Et, pour y arriver, il a pu compter sur des amitiés de lon­

COURTESY GALERIE ALBERT BARONIAN

C’est reparti pour une saison sans atten­ dre la mi­septembre puisque les deux grands rendez­vous des galeries sont fixés à la nocturne du jeudi 5 pour Anvers, au week­end des 6, 7 et 8 pour les 30 enseignes du Brussels Art Days dont il est question plus en détail dans nos pages. Comme chaque année, ce nouveau départ sera marqué par quel­ ques changements dans les galeries, les unes déménagent, les autres stoppent leurs activités alors que plusieurs s’ins­ tallent confirmant une fois de plus l’intérêt croissant des Français pour Bruxelles qui fort heureusement ne doit faire oublier ni la province, ni Anvers. Si cette dernière a un peu vacillé sur ses bases par des délocalisations et des expatriations vers Bruxelles, elle reste la seconde ville de Belgique la plus attrac­ tive en ce qui concerne le marché de l’art; Knokke toujours d’actualité en ce numéro étant plus spécialisée en con­ temporain. Dès l’ouverture d’hier, les galeries an­ versoises réservent quelques expos attractives à mettre à l’agenda. A signa­ ler particulièrement, un premier grand solo “Aucune Ombre” de la Bruxelloise Lucia Bru chez Axel Vervoordt, Steve McCurry et son “Eye Withness” chez Fifty One Fine Art Photography, Aline Bouvy&John Gilles en “Dual Perspecti­ ves” avec WassinkLundgren chez Ma­ rion de Cannière qui réserve sa Project room au (neo) construvtiv­emotiona­ lism de Kristbjörg Sigurðardóttir, les excellents dessins de la série “Here and There” de Sofie Van der Linden chez Keukens&De Vil; après ses expos en centres d’art à l’étranger, retour de Koenraad Dedobbeleer chez Micheline Szwajcer qui reste implantée à Anvers; les “Acoustics Movements” de Devin Yalkin chez Stieglitz 19, et bien entendu l’expo attendue “The people from the future are not to be trusted” de Michaël Borremans, le peintre qui cultive bizar­ rement l’art à l’ancienne, chez Zeno X à Borgerhout. En Flandre on n’oubliera pas “Everything For You” de Jan De Cock chez Deweer à Otegem, ni le pein­ tre belge Bart De Clercq chez Tatjana Pieters à Gand. En Wallonie on pointera la rétrospective à ne pas louper “From­Beyond” de Djos Janssens chez Exit 11 à Grand­Leez, “Les Filles de Tourguéniev” de Philippe Herbet chez Cerami à Charleroi et l’expo Sen Chung au Triangle Bleu à Stavelot, sans négliger le trio Buzon, Soubeyrand et Zero chez Rasson Art à Tournai. Détail sur les sites et bonne rentrée !

Gilberto Zorio, Stella di giavellotti, 260 x 30 x 260 cm, 1976.

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


gue date, artistes et galeristes soucieux de lui faire fête. Pas banal, en effet, quand tout a commencé en sep­ tembre 1973, dans son appartement du Boulevard Saint­Michel tout d’abord… “On n’avait pas conscience de ce qu’était une galerie !” Même si, plus tôt déjà, alors étudiant à Leuven, il y avait montré, dans la Maison des Etudiants, un certain Jo Delahaut… pro­ chainement à l’affiche du Botanique. Un Delahaut qu’il montra dans la foulée d’une démonstration Op­ tical Art initiée par Thierry de Duve… Bons sangs n’ont point menti ! Galeriste tôt impliqué dans son époque, Baronian, déménagé rue des Francs, y mon­ tra, en 1978, l’Arte Povera tout frais émoulu, puis Pa­ olini dans la foulée et, cette fois rue de Beco, Mario Merz en 1980. Un de ses premiers artistes, le concep­ tuel brésilien Antonio Diaz l’avait si bien introduit en Italie où il résidait, que Baronian put faire main basse sur des vedettes, Zorio notamment, loin de se pousser du col comme tant et tant aujourd’hui. “Une époque glorieuse, préhistorique si on la juge par rapport à l’actuelle ! On transportait les œuvres sur le toit de la bagnole, les artistes mettaient la main à la pâte, on s’amusait ! Zorio, je l’ai exposé à six reprises. Une vraie amitié nous lie.” Et Gilberto Zorio est, bien sûr, d’un quarantième qui, avec la complicité de créateurs et galeristes amis réunit le gratin d’un Arte Povera cher à Germano Celant, leur mentor. Un art de mèche avec la vie, la société. Le florilège convainc autant qu’il émeut pour la beauté du geste et d’une partici­ pation sans exclusive, œuvres emblématiques et for­ tes. Morts ou vivants, ils sont là : Anselmo, Boetti, Calzolari, Kounellis, Fabro, Mario et Marisa Merz, Pa­ olini, Penone, Pistoletto, Zorio. Peu de galeristes pourraient en dire autant ! Tenant de la course en tête, Baronian va de l’avant sans craindre de regarder derrière lui ! Roger Pierre Turine

CHRISTOPHE BORTELS

pour

3

“Tenir une galerie n’est plus du tout si simple dans le contexte actuel. Quand j’ai débuté, il n’était pas question de mode, pas question de surenchère et du reste. Ce n’est plus du tout la même époque, quarante ans après !” Albert Baronian

COURTESY GALERIE ALBERT BARONIAN

L'actu

SEMAINE DU 6 AU 12 SEPTEMBRE 2013 ARTS LIBRE

Giulio Paolini, L’Idolo ( III), 110 x 90 x 90 cm, 1986.

Infos pratiques Galerie Baronian, 2 rue Isidore Verheyden, du 7 septembre au 9 novembre, vernissage le 6/9, de 14 à 20h. Infos : 02.512.92.95 et www.albertbaronian.com

Bios express Giovanni Anselmo (1934, vit à Turin), Alighiero Boetti (1940-1994), Pier Paolo Calzolari (1943, vit à Bologne), Luciano Fabro (19362007), Jannis Kounellis (Grèce, 1936, vit à Rome), Mario Merz (1925-2009), Marisa Merz (1931, vit à Turin), Giulio Paolini (1940, vit à Turin), Giuseppe Penone (1947, vit à Turin), Michelangelo Pistoletto (1933, vit à San Sicario), Gilberto Zorio (1944, vit à Turin).

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


4

L'actu

SEMAINE DU 6 AU 12 SEPTEMBRE 2013 ARTS LIBRE

l Événement

l Expo en vue

Art et galeries : c’est reparti !

Puiser aux sou de la création

h Rendez­vous ce week­end aux Brussels Art Days : plus de 30 galeries marquent le coup.

L’ÉTÉ SE L’EST COULÉE DOUCE, voici venu le temps des retrouvailles, des décou­ vertes, des regrets et des en­ thousiasmes. Revenu du dia­ ble vauvert, le public en re­ demande, les galeries, de leur côté, ont fourbi leurs ar­ mes. Ce week­end des 6, 7 et 8 septembre, les Brussels Art Days donnent du gaz et 30 galeries du réseau Up to Date marquent le coup. D’autres toutefois, qu’on dit moins courtisées par les enseignes pavillon haut, ne font pas moins honnête figure. Autres tendances, autres dé­ couvertes, et pas de juste rai­ son de privilégier les unes et snober les autres. Tel est en tout cas notre choix résolu pour une diversité qui a ses charmes à droite comme à gauche, en bas, en haut. Par­ cours bien détaillé, mis au point, enveloppé de rose et parfaitement ciblé, optons Céramique de Magdalene Odundo exposée à la d’abord pour les Brussels Art galerie Pierre-Marie Giraud. Days version officielle. Chez Aeroplastics, par exemple, ça déménage toujours aussi bien et en­ trée en fanfare avec Tracey Snelling, tandis que Valérie Bach profère “Je hais les couples”, ah bon, avec Jeanne Susplugas et Alain Declercq à la barre. Les 40 bougies d’Albert Baronian la jouent Arte Povera, un must et de beaux rappels cela va de soi. Pas d’inventaire qui vaille, mieux vaut choisir au coup de cœur ou d’esprit, arrêtons­nous chez deux anciens compères reconvertis sous double enseigne différente : D + T Project an­ nonce Jens Haaning et Delire, Gianni Motti, l’homme qui dévergonde les dollars. Peinture chez Elaine Levy Project avec Israel Lund et céramique chez Pierre Marie Giraud qui cible Magdalene Odundo (illu). Deux têtes d’affiche en lice chez Hufkens et deux points de chute : Tim Rollins&K.O.S. pour l’un, Danh Vo pour l’autre. Grosse pointure et critique sociale en rè­ gle avec Kendell Geers hôte de Rodolphe Janssen, le petit frère accueillant Brent Wadden sous label “Sorry We’re Closed”. Mounir Fatmi, sang neuf d’un Maroc qui écume, est à rencontrer chez Keitelman, Robert Barry et Inaki Bonillas assurant les beaux jours de Greta Meert. Chez Meessen De Clercq, y a toujours à voir et à réfléchir : Jorge Mendez Blake et Léon Vran­ ken vous y attendent. Almine Rech joue sa première carte saisonnière sur Adam Helms, tandis que Ricou se branche peinture avec le grand Jean De­ gottex et quelques autres… Les francs­tireurs ne manquent pas non plus, plus classiques, plus en marge, voire peu sensibles aux groupuscules. Retenons Le Salon d’Art avec Pierre Cordier et Gundi Falk, la Galerie Paris­Beijing­Brussels qui montre la nouvelle photographie coréenne dans son superbe Hôtel Horta, la MH Gallery avec Claude Panier, Hughes Dubuisson chez Albert Dumont. Tan­ dis que 2016 fait, pour la première fois, la courte échelle à Petrus De Man, la Galerie D’Ys parie son avenir sur une nouvelle génération et, entre autres, Gabriella Boyd, Reiko Imoto, Marie Boralevi. Fred Lanzenberg ac­ cueille un Axel Cassel très surprenant, inédit. De son côté, Roberto Polo poursuit sa prospection de la scène flamande avec Bert Danckaert. A Namur, fanfare, Molons et détournements d’image pour les 40 ans avec 40 artistes à la Galerie Détour. A Espace B, à Glabais, tempera d’Isa­ belle Happart. Et, à Anvers, l’infatigable Adriaan Raemdonck nous an­ nonce une saison comme toujours florissante avec, pour porte flambeau et attraction automnale, les nouvelles peintures d’un Nick Andrews au pro­ gramme chargé : “Beyond the Scene”. En somme, un peu de tout pour tous les goûts, toutes les bourses, de toutes les couleurs. Roger Pierre Turine

en un accrochage serré et en une publication les dessins d’une septantaine d’artistes de James Ensor à Ann Veronica Janssens. Passionnant !

COURTESY GALERIE RONNY VAN DE VELDE

COURTESY PIERRE-MARIE GIRAUD

h A Knokke, la galerie Ronny Van de Velde réunit

LA MULTIPLICATION DES FOIRES spécia­ lisées dans le domaine, le retour des expo­ sitions qui lui sont consacrées, les prix or­ ganisés, en attestent, le dessin, base de la création artistique, écriture d’une pensée visuelle en action, est de retour au pre­ mier plan de l’expression artistique. On a souvent considéré, à raison, qu’il était une forme de vérité, d’authenticité, dans la démarche qui conduit de la conception à la réalisation. Esquisse sur le vif ou de l’imaginaire, il est mémoire et base de données personnelles; exécuté dans une volonté d’aboutissement, il est œuvre à part entière au même titre que toute autre forme. Entre ces deux extrêmes, il se décline en d’innombrables variations qui ne demandent qu’à répondre aux in­ tentions de l’artiste. L’exposition, impressionnante en sa ri­ chesse et sa diversité, qui lui est consa­ crée, présentée dans la galerie telle une accumulation aux murs ou tel un accro­ chage d’un salon d’art du 19e siècle, en montre de multiples facettes en prove­ nance d’artistes précisément de la fin du 19e à nos jours. Et ce rendez­vous qui, au fond, pourrait débuter dans les grottes de Lascaux ou d’Altamira, n’est en fin de

compte qu’un aperçu tant, à son contact, on se remémore le rôle important pour ne pas dire capital qu’il a joué tout au long des siècles qui nous ont précédés. Est­il seulement un artiste qui ne s’y est pas consacré, et les plus grands se sont appli­ qués à le porter au sommet de Da Vinci à Giacometti, pour ne citer que deux figu­ res majeures. Repris dans le catalogue qui étend en­ core les investigations, un dessin de 1871 d’Henri De Braekeleer, montre à lui seul la gamme immense de ses possibilités ex­ pressives, évocatrices et l’étendue du ta­ lent de l’artiste. Le trait y est sans remord, enlevé, aux limites de l’abstraction pour ce qui est de l’abord de la nature; il a la force vive du croquis dynamique à l’égard du personnage et en contraste saisissant il prend une rigueur structurante pour planter les éléments architecturaux. Comme il s’enrichit d’ajouts aquarellés aux luminosités délicates, son pouvoir dépasse largement celui de l’image pour nous emporter dans un monde ouvert qui nous créons ensemble avec lui à travers les sensibilités réunies, les souvenirs, les évasions oniriques ou tout autre chemin conduisant hors de réalités sans pour

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


L'actu

SEMAINE DU 6 AU 12 SEPTEMBRE 2013 ARTS LIBRE

5

l Actu

Galeries en mouvement

Henri de Braekeleer, “Country estate of M. Coûteaux at Etterbeek, 1871, crayon sur papier, 215x265 mm. Marcel Duchamp, “Hommage à Caïssa”, 1966, 480 x 480 mm.

Le catalogue Rassemblant une septantaine d’artistes modernes et contemporains, le catalogue est un complément de choix à l’exposition. Chaque artiste y est présenté avec une ou plusieurs œuvres, à chaque fois reproduite sur une page au fond noir. Chaque œuvre est spécifiée par son titre, sa provenance, les expositions auxquelles elle a participé et les ouvrages dans lesquels elle est mentionnée. Un texte sur l’œuvre et la démarche de l’artiste accompagne la plupart des reproductions. Textes (en anglais), préface de Jan Ceulers, 116 p., ill. coul., cart. Ed. galerie Ronny Van de Velde, Knokke / Berchem. autant les nier, au mieux pour les sublimer. L’éventail proposé est très large et l’on pourrait penser que les voies de la moder­ nité la plus radicale auraient détourné les artistes de cette pratique on ne peut plus traditionnelle. Il n’en est, bien au con­ traire, car voici Marcel Duchamp en com­ pagnie aussi bien de la nervosité graphi­ que d’un James Ensor que des architectu­ res récentes d’un Wesley Meuris. En cela, l’expo est passionnante car chaque dessi­ nateur nous emmène­là où on ne s’y at­ tend pas et laisse souvent apparaître des ouvertures, des recherches, des audaces, des essais insoupçonnés. René Guiette s’adonne à la figure humaine façon art brut alors qu’un Georges Vantongerloo, en 1915, livre des encres lyriques et gestuel­ les. Dans cette vaste panoplie qui reprend aussi bien les collages de Paul Joostens que ceux érotiques de Paul McCarthy, les pho­ tos retravaillées d’Elaine Sturtevant que la puissance expressionniste d’un Hans Rich­ ter, l’écriture souple d’un Dotremont que les couleurs d’un Raoul De Keyser, on ap­ préciera autant la diversité des démarches que celle des supports et des techniques qui s’étendent sans limite. Claude Lorent

Infos pratiques The Mind of the Artist. From Sketches to finished drawings and everything in between. Galerie Ronny Van de Velde, Zeedijk 759, 8300 Knokke. Jusqu’au 30 septembre. Vendredi de 14h à 18h, samedi et dimanche de 11h à 18h.

Les participants Balthus, Joseph Beuys, Victor Brauner, Carlo Carrà, Constant, Salvador Dali, Sergio De Beukelaer, Jan De Cock, Marcel Duchamp, James Ensor, Jan Fabre, Naum Gabo, Ann Veronica Janssens, René Magritte, Henry Moore, Panamarenko, Francis Picabia, Pablo Picasso, Gino Severini, Koen Theys, Tristan Tzara, Dan Van Severen, Angel Vergara, Andy Warhol, ea.

h Anniversaires, réorientations, délocalisations, nouvelles enseignes et arrêts d’activités, tout est au programme de la rentrée des galeries à Bruxelles et ailleurs. Petit tour de piste. L’OUVERTURE LA PLUS ATTENDUE À BRUXELLES sera celle de la galerie Da­ niel Templon de Paris. Nous y revien­ drons prochainement car prenant ses Jean-Baptiste Bernadet, “Untitled (Vetiver distances avec les Brussels Art Days I)”, huile sur toile, 200 x 180 cm, 2013. (BAD), elle a opté pour 19 septembre (Rue Veydt 13A, 1060 Bruxelles) avec les) avec une expo Arte Povera (voir une installation in situ de l’artiste japo­ pp.2­3) et la galerie Détour (166 av. naise Chiharu Shiota. L’arrêt le plus Jean Materne, 5100 Jambes) qui pour inattendu est celui de la galerie Vidal­ l’occasion rassemble quarante artistes. Cuglietta après trois ans de fonctionne­ A Alost, la galerie c.de Vos (Oude Gent­ ment car cette galerie avait acquis laan, 9300 Alost) fête ses 20 ans avec d’emblée une excellente réputation, une expo de groupe et à Liège, Les Bras­ s’était hissée parmi les meilleures du seurs (6, rue des Brasseurs, 4000 Liège), pays et sa reconnaissance internatio­ faute de lieu car l’espace a été vendu, nale passait par des participations à clôtureront leur 20 ans d’activité en no­ plusieurs foires en Belgique et à l’étran­ vembre après une expo Marc Wen­ ger. Lilou Vidal avait d’ailleurs intégré delski. le comité de sélection des galeries d’Art A La Bascule, dans le bâtiment Rivoli Brussels. En point d’orgue final, la gale­ où Francesco Rossi avec ses trois espa­ rie propose une dernière exposition de ces de galeries (expos Manon Bara : Pro­ Miks Mitrevics &Kristine Kursiša inti­ paganda, Francesco Carnevali : The last tulée “Let me google that for you” qui Symbolist, et Patrick Carpentier : Left) a s’ouvrira pendant les BAD, dès le 6 sep­ joué les pionniers, l’offre se multiplie à tembre (5, Bvd Barthélémy, 1000 côté de Hufkens et Delire. Rossi consa­ Bruxelles). cre le nouvel espace 25, totalement ré­ Pour leur part, les galeries Julien, Va­ nové, à une expo de groupe. Par lérie Lambert et Nomad ne feront plus ailleurs, la rentrée est marquée par partie du paysage bruxellois. La galerie l’ouverture de la nouvelle galerie de Aliceday a ouvert un bureau tempo­ Guy Ledune, par la confirmation de raire au 60 de la rue de l’Aurore à 1000 l’implantation de Plagiarama avec un Bruxelles tandis que Charles­Antoine programme d’art contemporain et du Bodson tient en solo la désormais Bod­ jeune galeriste allemand Olaf Pradhan. son Gallery (70 rue de Hennin, 1050 A noter aussi la vitrine de JAP avec les Bruxelles) et entame la saison avec publications de Michel François et l’expo de Rafael Y Herman. Mot Inter­ Claude Closky. D’autres arrivées sont national a migré au 10 de la place du prévues au cours de l’année. The place Petit Sablon. De son côté, la galerie to be ! Emilie Dujat (rue Ernest Allard, 22, En provenance d’Anvers, Office Baro­ 1000 Bruxelles) développe un nouveau que Gallery pour entamer une carrière secteur d’activité, le courtage d’œuvres bruxelloise a trouvé gîte au 5, place du d’artistes modernes et contemporains, Jardin aux Fleurs à 1000 Bruxelles et de Rubens et Renoir à Bacon et Del­ annonce une expo Michel Auder. Enfin, voye. La galerie LKFF Art&Sculpture la galerie Super Dakota s’installe au 45 Projects (15, rue Blanche, 1050 Bruxel­ de la rue de Washington à 1050 Bruxel­ les) qui ouvre la saison avec deux artis­ les sur 140 m² et deux niveaux, et mise tes néerlandais “Les Deux Garçons” sur une expo de groupe Void avec Joa­ (Michel Vanderheijden van Tinte­ chim Bandau, Jean­ Baptiste Bernadet, ren&Roel Moonen) annonce une nou­ Baptiste Caccia, Jan Groover, Martin velle directrice en la personne de Caro­ Groß, Agata Madejska, Ian Pedigo, Iris line Notté, photographe, enseignante et Touliatou, Chaim Van Luit, Christian décoratrice d’intérieur. Quant au pari­ Vetter. sien Michel Rein, il ne tardera pas à Claude Lorent s’installer chez nous ! U La plupart de ces galeries seront Deux galeries célèbrent leur 40 ans ouvertes durant les BAD, les 7 et d’existence, La Galerie Albert Baronian 8 septembre. Précisions sur leur site (2, rue Isidore Verheyden, 1050 Bruxel­ respectif.

DR

COURTESY GALERIE RONNY VAN DE VELDE

rces

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


6

Les galeries

SEMAINE DU 6 AU 12 SEPTEMBRE 2013 ARTS LIBRE

Portrait de style

Galeries BRUXELLES B-Gallery Living in an immaterial world, and I was a material girl. Installation de Georgia Kokot. ‣ Jusqu’au 21·09. Du Me. au S. de 13 à 18h.

COURTESU MULIER MULIER GALLERY, KNOKKE. ©D.R.

UGalerie Bortier - Rue Saint-Jean 17 1000 Bruxelles - 02 279 64 03 www.brupass.be

Blank Mélanges. Oeuvres de Stephan Laplanche, Ralph Cleeremans, Clemens Schuelgen, Arié Mandelbaum et Kool Koor. ‣ Jusqu’au 30·09. Du J. au S. de 14 à 19h, le D. de 15 à 18h. URue de la Régence 9 - 1000 Bruxelles 02 502 41 02 - www.blan-k.com

c-l-e-a-r-i-n-g Aaron Aujla. Oeuvres récentes. ‣ Jusqu’au 19·10. Du Ma. au S. de 12 à 18h. UAvenue Louise 292 - 1000 Bruxelles 02 644 49 11 - www.c-l-e-a-r-i-n-g.com

Catherine Bastide Manuel Burgener. ‣ Du 07·09 au 12·10. Du Ma. au S. de 11 à 18h ou sur rdv, les 07 et 08·09 de 12 à 19h. URue Vandenbrandenstraat 1 - 1000 Bruxelles 02 646 29 71 www.catherinebastide.com

Dans une trentaine de galeries de la capitale Brussels Art Days. Une trentaine de galeries seront ouvertes tout au long du weekend pour un parcours artistique au coeur de la capitale. ‣ Jusqu’au 08·09. U - 1000 Bruxelles www.brusselsartdays.com

Etablissement d’en face projects Dirty Dancing. Oeuvres de Danh Vo. ‣ Du 07·09 au 20·10. Du Me. au D. de 14 à 18h. URue Ravenstein 32 - 1000 Bruxelles 02 219 44 51 www.etablissementdenfaceprojects.org

Gladstone Gallery Wir baden auf der Freianlage. Oeuvres de Claudia Comte. ‣ Du 07·09 au 18·10. Du Ma. au S. de 10 à 18h. URue du Grand Cerf 12 - 1000 Bruxelles 02 513 35 31 - www.gladstonegallery.com

Hopstreet ”00ooOO” holes, dots, balls. Oeuvres de Davide Bertocchi et Shila Khatami. ‣ Jusqu’au 19·10. Du J. au S. de 14 à 18h.Le V. 06·09 de 14 à 20h, les S. et D. 07 et 08·09 de 12 à 19h. URue du Houblon 7 - 1000 Bruxelles 02 511 05 55 - www.hopstreet.be

Jan Mot One, two, many. Oeuvres de Manon de Boer. ‣ Jusqu’au 26·10. Du J. au S. de 14 à 18h30 ou sur rdv. Le V. 06·09 de 14 à 20h, les 07 et 08·09 de 12 à 19h. URue A. Dansaert 190 - 1000 Bruxelles 02 514 10 10 - www.janmot.com

Keitelman Gallery Intersections. Sculptures, photos et vidéos de Mounir Fatmi. ‣ Du 07·09 au 09·11. Du Ma. au S. de 12 à 18h. URue van Eyck 44 - 1000 Bruxelles 02 511 35 80 - www.keitelmangallery.com

Mathilde Hatzenberger (Hi)Story [X]-III. Théâtre des opérations. Oeuvres de Claude Panier. ‣ Jusqu’au 12·10. Du J. au L. (fermé le D.) de 11 à 18h ou sur rdv. URue Haute 11 - 1000 Bruxelles - 0478 84 89 81 www.mathildehatzenberger.eu

Le binôme Obama – Pollock On connaît la série des “Portraits de V.I. Lénine dans le style de Jackson Pollock”, œuvres emblématiques du collectif d’artistes Art&Language (aujourd’hui duo composé de Michael Baldwin, 1945 et Mel Ramsden, 1944). Outre les questions d’authenticité, d’originalité, de style, d’emprunt voir de pastiche et donc de signature, liées à la démarche générale et critique du groupe, les œuvres provoquaient la rencontre entre deux pratiques que tout opposait : l’abstraction gestuelle spontanée et la figuration expressionniste, soit aussi entre l’acte artistique fondé sur lui­même, libre et autonome, et la création engagée sur un plan humain, ou social, ou philosophique… et en ce cas surtout politique. Un portrait de Lénine n’est pas neutre, on n’est pas dans le versant people de Warhol ! Trente et quelques années plus tard, les mêmes artistes récidivent en s’appropriant le visage de Barack Obama le président du pays qui voudrait dicter sa loi au monde, figure médiatique mondialement connue s’il en est une. Les portraits ne sont pas des images statiques neutres, ce ne sont pas des poses comme dans les portraits classiques et traditionnels, ce sont au contraire des clichés captés sur le vif, des images d’un homme en action dans des attitudes caractéristiques. A chaque peinture exécutée à la manière de Pollock, avec une dextérité égale, est joint un petit portrait au crayon, sorte d’esquisse aboutie livrant une indication de lecture de la peinture. On est plongé pleinement dans l’actualité et dans la réalité bien que le langage plastique date des années cinquante ! Et il est aussi le fait d’un artiste américain, ce qui pourrait signifier que la critique est cette fois autant interne qu’internationale, ne jouant plus seulement sur les antagonismes évidents, mais élargissant le propos capable de gagner toutes les sphères ! (C.L.)

U Art&Language. “Portraits of President Barack Obama in the Style of Jackson Pollock”. Mulier Mulier Gallery, 14, De Wielingen, 8300 Knokke­Zoute. Jusqu’au 30 septembre. Samedi et dimanche de 10h30 à 12h30 et de 15h à 18h30. www.muliermuliergallery.com

MOTinternational Roberto Polo Gallery Simon Mathers. Peintures. ‣ Du 07·09 au No Exit. Films et photos de Bert Danckaert. 26·10. Du Ma. au S. de 10 à 18h ou sur rdv. ‣ Du 12·09 au 03·11. Du Ma. au V. de 14 à 18h, les S. et D. de 11 à 18h ou sur rdv. UPlace du Petit Sablon 10 - 1000 Bruxelles -

Meessen De Clercq URue Lebeau 8-10 - 1000 Bruxelles A Cat’s eye perspective. Oeuvres de l’ar- 02 511 16 52 - www.motinternational.com 02 502 56 50 - www.robertopologallery.com tiste belge Leon Vranken. ‣ Jusqu’au Pierre Hallet 26·10. Du Ma. au S. de 11 à 18h. Synthèse Avalanche. Oeuvres d’Evariste Richer. Around Stéphane Mandelbaum. Oeuvres Eté-Zomer 2013. Oeuvres de Philippe Chard’Alexandra Duprez, Dominique Goblet, pentier, Pierre Duclou, Michel Esbebe, Luc ‣ Jusqu’au 26·10. Nothing is left to tell. Un projet de Jorge Aurélie Piau, Jacqueline Devreux... ‣ Jus- Etienne, Giusto Pilan, Jean François GuzranMéndez Blake évoquant Samuel Beckett. qu’au 22·09. Du Ma. au S. (fermé le Me.) jyi, Danielle Stabel et Jacques Weyer. ‣ Du ‣ Jusqu’au 26·10. de 14h30 à 18h30, le D. de 11h30 à 13h30. 12 au 20·09. Du J. au S. de 14h30 à 18h30. URue de l’Abbaye 2 - 1000 Bruxelles 02 644 34 54 - www.meessendeclercq.com

URue E. Allard 33 - 1000 Bruxelles - 02 512 25 23 - www.galeriepierrehallet.com

URue E. Allard 24 - 1000 Bruxelles 02 514 40 55 - www.galeriesynthese.be

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


SEMAINE DU 6 AU 12 SEPTEMBRE 2013 ARTS LIBRE

van der Mieden No Notion of None. Oeuvres de Steve Van den Bosch. ‣ Jusqu’au 26·10. Du Me. au S. de 14 à 18h. Le V. 06·09 jusqu’à 20h, les 07 et 08·09 de 12 à 19h. URue Antoine Dansaert 196 - 1000 Bruxelles 02 513 62 12 - www.vandermieden.com

Quadri Ondoyantes Planitudes. Peintures et reliefs de Jean-Pierre Maury. ‣ Jusqu’au 21·09. Les V. et S. de 14 à 18h ou sur rdv. UAvenue Reine Marie-Henriette 105 1190 Bruxelles - 02 640 95 63 www.galeriequadri.be

Albert Baronian Arte Povera. Exposition collective à l’occasion des 40 ans de la galerie. ‣ Du 07·09 au 09·11. Du Ma. au S. de 12 à 18h. URue Isidore Verheyden 2 - 1050 Bruxelles 02 512 92 95 - www.baronianfrancey.com

Les galeries

7

nombreux dessins ainsi que des éléments Valérie Bach personnels issus de son travail. ‣ Jusqu’au Je hais les couples. L’exposition présente le 12·10. Du J. au S. de 14 à 18h30. travail de 20 paires d’artistes: Gilbert & URue Saint-Georges 32 - 1050 Bruxelles George, Niki de Saint Phalle & Tinguely, Cat 02 640 34 44 - www.nadineferont.com Loray & Clément Borderie, Lucy & Jorge Orta... ‣ Jusqu’au 26·10. Du J. au S. de 11 à Rodolphe Janssen AlphaBête. Peintures et sculptures récentes 13h et de 14 à 19h, le Me. sur rdv. Faider 6 - 1060 Bruxelles - 02 502 78 24 de Kendell Geer. ‣ Jusqu’au 26·10. Du Ma. URue www.galerievaleriebach.com au V. de 10 à 18h, le S. de 14 à 18h, le V. 06·09 jusqu’à 21h. Rossicontemporary URue de Livourne 35 - 1050 Bruxelles 02 538 08 18 Left. Installation de Patrick Carpentier. www.galerierodolphejanssen.com ‣ Jusqu’au 09·11. Les J. et V. de 13 à 17h et le S. de 14 à 18h ou sur rdv. Super Dakota Propaganda. Oeuvres de Manon Bara. VOID. Exposition collective regroupant des ‣ Jusqu’au 09·11. oeuvres de Jean-Baptiste Bernadet, Jan Groover, Ian Pedigo, Iris Touliatou, Chris- The Last Symbolist. Dessins de Francesco tian Vetter... ‣ Du 07·09 au 26·10. Du Ma. Carnevali. ‣ Jusqu’au 09·11. Building - Chaussée de Waterloo 690 au S. de 11 à 18h, les S. et D. 07 et 08·09 URivoli 1180 Bruxelles - 0486 31 00 92 de 14 à 22h.

www.rossicontemporary.be URue Washington 45 - 1050 Bruxelles Bodson Lightforms Continuum. Oeuvres de Rafael www.superdakota.com Y. Herman. ‣ Du 07·09 au 05·10. Du Me. BRABANT WALLON XXL ART on Waterloo 503 au D. de 14 à 19h. URue de Hennin 70 - 1050 Bruxelles Dessins [variations]. Oeuvres d’Anne Marie 02 648 40 06 - www.bodson-emelinckx.com Finné. ‣ Du 13·09 au 05·10. Du J. au S. de JODOIGNE 14 à 18h ou sur rdv. Galerie du Crabe Charles Riva Collection UChaussée de Waterloo 503 - 1050 Bruxelles Geneviève Vastrade & Pierre Debatty. Sterling Ruby. Selected Works. Collages, 0472 45 81 49 Peintures. ‣ Jusqu’au 28·09. Du Me. au V. peintures à l’aérosol, sculptures en de 14h30 à 18h, le S. de 10 à 18h (prébronze... ‣ Jusqu’au 19·10. Du J. au S. de Aeroplastics Contemporary 13 à 18h. Everything is Everything. Oeuvres de Tra- sence des artistes l’après-midi), les S. et D. URue de la Concorde 21 - 1050 Bruxelles cey Snelling. ‣ Du 07·09 au 19·10. Du Ma. 07 et 08·09 de 10 à 18h. 02 503 04 98 au V. de 11 à 18h, le S. de 14 à 18h. Le V. URue du Sergent Sortet 23a - 1370 Jodoigne www.charlesrivacollection.com 06·09 de 14 à 21h, les 07 et 08·09 de 12 à 010 81 40 50 - www.crabe.be 20h. Delire Gallery Gianni Motti. ‣ Jusqu’au 12·10. Du J. au S. URue Blanche 32 - 1060 Bruxelles - 02 537 22 02 de 13 à 18h ou sur rdv, du 06 au 08·09 de - www.aeroplastics.net 12 à 19h. Antonio Nardone URue de Praetere 47D - 1050 Bruxelles Quentin Shih. Photos. ‣ Du 07·09 au 0487 12 52 50 - http://deliregallery.com 05·10. Du Me. au S. de 14 à 18h. URue Saint-Bernard 34-36 - 1060 Bruxelles duboisfriedland Dirty troubles against the machine. 02 333 20 10 Oeuvres de Laurent Jourquin. ‣ Jusqu’au www.galerieantonionardone.be 19·10. Les V. et S. de 14 à 18h ou sur rdv. D+T Project URue Souveraine 97 - 1050 Bruxelles 0470 54 98 98 - www.duboisfriedland.com Belgique & Other Works. Oeuvres de Jens Haaning, qui travaille différents média dont Elaine Levy Project les installations, les performances, les affiIsrael Lund. ‣ Jusqu’au 26·10. Du J. au S. ches... pour représenter les problèmes que de 14 à 18h ou sur rdv. Le V. 06·09 jusqu’à peuvent rencontrer les groupes sociaux 20h, les 07 et 08·09 de 12 à 19h. marginalisés et les tensions auxquelles font URue Fourmois 9 - 1050 Bruxelles - 02 534 77 72 face les “étrangers” qui essaient de s’inté- www.elainelevyproject.com grer. ‣ Jusqu’au 12·10. Du J. au S. de 12 à 18h30, le V. 06·09 de 14 à 19h. Feizi Gallery Bosquet 4 - 1060 Bruxelles - 02 537 76 30 Ite, missa est. Shi Jinsong investit diffé- URue www.dt-project.com rents champs créatifs comme la sculpture et l’installation, explorant les traditions et les Galerie Paris-Beijing mythes de la culture chinoise dans un dialogue toujours instructif avec l’époque con- New Photography in Korea. Exposition coltemporaine. ‣ Jusqu’au 30·11. Du Me. au lective réunissant une dizaine de photographes coréens contemporains. ‣ Du 07·09 S. de 14 à 18h. au 09·11. Du Ma. au S. de 11 à 19h. URue de l’Abbaye 8b - 1050 Bruxelles 02 647 55 16 - www.feizi-gallery.com

URue Hôtel des Monnaies 66 - 1060 Bruxelles 02 851 04 13 www.galerieparisbeijing.com

Galerie d’Ys Discovery. Oeuvres de Kate Lyddon & Maria Bajt, Reiko Imoto, Marie Boralevi, Aliye Le Salon d’Art Dorkip, Caroline Gaedechens, Maël Noza- Résurgence. “Chimigrammes” de Pierre hic, Lotte Van De Walle et Gabriella Boyd. Cordier et Gundi Falk. ‣ Jusqu’au 19·10. Du ‣ Jusqu’au 29·09. Du 06 au 08·09 de 14 à Ma. au V. de 14 à 18h30, le S. de 9h30 à 19h, du 14 au 29·09: du J. au S. de 14 à 12h et de 14 à 18h. URue de l’Hôtel des Monnaies 81 - 1060 Bruxelles 18h30 et le D. de 13 à 15h ou sur rdv. URue de l’Arbre Bénit 84 - 1050 Bruxelles 0499 22 57 66 - www.galeriedys.com

- 02 537 66 40 www.lesalondart.be

Pascal Polar Galerie Lazarew Dé-mesure. Peintures d’Isabel Michel. Quel avenir pour notre art ?. Les peintures ‣ Jusqu’au 05·10. Du Ma. au V. de 14 à de Chéri Samba, sur une période allant de 19h. 1989 à 2009, révèlent sa perception de la UAvenue Louis Lepoutre 112 - 1050 Bruxelles réalité sociale, politique, économique et www.galerie-lazarew.fr culturelle du Zaïre, exposant toutes les facettes de la vie quotidienne à Kinshasa. Jozsa Gallery ‣ Jusqu’au 09·11. Du Ma. au S. de 14 à 19h The Revolution in the Mountains. Oeuvres ou sur rdv, les 07 et 08·09 de 12 à 19h. de Yerbossyn Meldibekov. ‣ Du 07·09 au UChaussée de Charleroi 108 - 1060 Bruxelles 26·10. Du J. au S. de 12 à 18h ou sur rdv. Le 02 537 81 360 ou 0477 25 26 92 V. 06·09 de 14 à 20h, les 07 et 08·09 de www.pascalpolar.be 12 à 19h. URue Saint-Georges 24 - 1050 Bruxelles Project Space DO NOT OPEN 0478 48 77 09 - www.jozsagallery.com Wild. Installation de Marcin Dudek. ‣ Jusqu’au 12·10. Nadine Feront d’Albanie 47 - 1060 Bruxelles Kaléidoscope. Thierry Grootaers présente URue 0477 76 35 95 - www.donotopen.org une quinzaine de peintures inédites, de

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


8

Les galeries

SEMAINE DU 6 AU 12 SEPTEMBRE 2013 ARTS LIBRE

Carrés

lippe Geluck, Pierre Kroll, Mark Hopkins, Loulou des Bois, Don Ken, Costa Lefkochir, Edmundo Solari... ‣ Jusqu’au 22·09. Du Me. au S. de 13 à 18h30, le D. de 11 à 13h. UBoulevard Piercot 4 - 4000 Liège 04 223 58 93 - www.galerie-liehrmann.be

SPA Galerie Azur Pierre Alechinsky. Estampes (lithographies et gravures) et oeuvres originales (encre et acrylique). ‣ Jusqu’au 06·10. Du Me. au S. de 11 à 18h et le D. de 11 à 13h et de 15 à 18h. UAvenue Reine Astrid 48 - 4900 Spa 087 77 11 88 - www.galerieazur.be

STAVELOT

COURTESY GALERIE FAIDER

Triangle bleu Labyrinthian Path. Peintures de Sen Chung. ‣ Jusqu’au 06·10. Du J. au D. de 14 à 18h30.

Sérénités et couleurs Nicaise Christine Nicaise (1952) est de retour aux cimaises de la Galerie Faider et, depuis sa dernière exposition, un changement d’attitude face à la toile a pu désorienter ceux qui la connaissaient lyrique, balafrant de signes ses comptes rendus plastiques d’une vie qui la laissait pantelante le moment venu d’en découdre avec les amateurs de ses morceaux d’épreuve. A ce niveau­là, la donne n’a guère changé, mais l’attitude est différente. Bien dans sa vie et dans sa peau, la belle entreprenante respire une sérénité nouvelle. Une placidité qui la rajeunit. Ce qui ne l’empêche pas d’attaquer de grandes peintures enlevées avec l’énergie de l’instinct. La couleur et les lumières sont devenus son credo, l’enjeu de ses combats avec la toile et l’infini d’une expression qu’elle maîtrise entre savoir­faire, impulsion battante et accidents retenus comme des “cadeaux du ciel… ou de la terre, je ne sais pas”, dit­elle. Des signes comme des écritures, comme des mystères, viennent encore, parfois, s’inviter entre les plages de peinture étale, parfois lustrées comme du cuir souple et vibrant. Petits, moyens ou grands formats, grandes toiles sans châssis ni encadrement : l’ensemble proposé, fruit de deux années de remises à l’épreuve du temps et des humeurs, n’ont plus le côté emporté d’antan. Il y a un repos de l’âme et des tensions dans le travail récent de Christine Nicaise. Ce qui apparente – peut­être trop ? – ses huiles aux bonheurs chromatiques d’un Rothko. Bleus, mauves ou rouges, jaunes ou rouilles. Carrés dans le carré. Air du temps ou de l’âge ? L’artiste peint tous sens affûtés. (R.P.T.)

U Galerie Faider, 12 rue Faider, 1060 Bruxelles. Vernissage vendredi 6 septembre à 18h, week­end portes ouvertes les 7 et 8, de 12 à 18h. Et jusqu’au 19 octobre, du mercredi au samedi, de 14 à 18h. Infos : 02.538.71.18 et www.galeriefaider.be

UCour de l’Abbaye 5 - 4970 Stavelot 080 86 42 94 - www.trianglebleu.be

NAMUR JAMBES Détour 40e anniversaire. La galerie a invité 40 artistes à intervenir sur le fac-similé d’une ancienne lithographie représentant l’orchestre des 40 Molons et s’associe, de cette manière, au 170e anniversaire de la Royale Moncrabeau-Namur. Avec Alain Bornain, Jacques Charlier, Jacques Lennep, Lionel Vinche, Bern Wéry, Kikie Crévecoeur, JeanPierre Ransonnet... ‣ Du 11·09 au 12·10. Du Ma. au V. de 12h30 à 17h30, le S. de 14 à 18h. UAvenue Jean Materne 166 - 5100 Jambes 081 24 64 43 - www.galeriedetour.be

ANVERS ANVERS Fifty One Fine Art Photography Eye Witness. Exposition du photojournaliste de l’agence Magnum Steve McCurry. ‣ Jusqu’au 26·11. Du Ma. au S. de 13 à 18h ou sur rdv. UZirkstraat 20 - 2000 Antwerpen - 03 289 84 58 - www.gallery51.com

NK Gallery Something in the Water does not compute. Peintures d’Hans Vandekerckhove. ‣ Jusqu’au 19·10. Du J. au S. de 12 à 18h. UMuseumstraat 35 - 2000 Anvers - 03 237 98 22 - www.nkgallery.be

Tim Van Laere Gallery The Story of Frederic, Conrad, Jim & Rinus. Peintures de Rinus Van de Velde. ‣ Jusqu’au 19·10. Du Ma. au S. de 13 à 18h. UVerlatstraat 23-25 - 2000 Antwerpen 03 257 14 17 - www.timvanlaeregallery.com

valerie_traan Playing Fields. Oeuvres de Robin Vermeersch. ‣ Jusqu’au 09·11. Du J. au S. de 14 à 19h ou sur rdv. UReyndersstraat 12 - 2000 Anvers 0475 75 94 59 - www.valerietraan.be

BORGERHOUT HAINAUT TOURNAI

de 14 à 18h ou sur rdv.

URue des Brasseurs 6 - 4000 Liège 04 221 41 91 - www.brasseursannexe.be

Rasson Art Gallery Les Drapiers Edouard Buzon, Michel Soubeyrand et Champ Brodé. Oeuvres brodées de Rita AriRocky Zero. ‣ Du 07·09 au 13·10. Du J. au mont, Michaël Guerra, Floriane Leblong, D. de 14 à 18h30 ou sur rdv. Wolfgang Marx, Emmanuel Tête, Dorothée URue de Rasse 13 - 7500 Tournai - 069 64 14 95 Van Biesen, collectif T.R.E.M.E.N.S, Fanny - www.rassonartgallery.be Viollet... ‣ Jusqu’au 28·09. Du Me. au S. de 14 à 18h ou sur rdv.

LIÈGE

LIÈGE

URue Hors-Château 68 - 4000 Liège 04 222 37 53 - www.lesdrapiers.be

Liehrmann Les Brasseurs / L’Annexe The great blue skype. Peintures de Thierry Art for Art. Exposition collective. Oeuvres Falisse. ‣ Du 11·09 au 19·10. Du Me. au S. de William Sweetlove, Pierre Devreux, Phi-

Zeno X Gallery The people from the future are not to be trusted. Oeuvres de Michaël Borremans. ‣ Jusqu’au 12·10. Du Me. au S. de 13 à 17h. UGodtsstraat 15 - 2140 Borgerhout - 03 216 16 26 - www.zeno-x.com

FLANDRE OCCIDENTALE KNOKKE Stephane Simoens Contemporary Fine Art Tony Matelli. Sculptures, installations. ‣ Jusqu’au 10·09. UGolvenstraat 7 - 8300 Knokke - 050 67 75 90 www.stephanesimoens.com

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Les galeries

SEMAINE DU 6 AU 12 SEPTEMBRE 2013 ARTS LIBRE

A l’étranger

La parution de la semaine

France

ED. G. PERTHUIS

Proche des surréalistes belges et français, en pleine accointance avec la mouvance Cobra à laquelle il a participé, Jean Raine est une figure singulière et majeure de l’art, encore et toujours en manque de reconnaissance muséale en Belgique. Il est vrai que sa personnalité multiple, il était peintre, dessinateur, poète, cinéaste; que sa vie quelque peu tumultueuse partagée entre la France, les Etats­Unis, l’Italie et la Belgique; que sa dépendance à l’alcool et que sa conception artistique expérimentale, l’ont rendu inclassable et souvent insaisissable par les uns et les autres. Né en 1924 à Bruxelles, il fréquente dès 1944 les Luc de Heusch, Storck et Alechinsky, puis Langlois à Paris ainsi que les Matta et autre Brauner, réalise son premier film en 1949, rejoint le Marais et Cobra à Bruxelles, travaille à la Cinémathèque à Paris, peint, écrit, vit la nuit, expérimente la psilocybine et le LSD, s’installe en France en 1968 et travaille dans une réelle frénésie jusqu’à son décès en 1986. Dans la publication à l’occasion de son exposition lyonnaise, Patrick Laupin évoque “L’homme seul”, le poète qui “savait que nous naissions tous fous et que certains le restaient”, tandis que Gwilherm Perthuis retrace les grandes étapes de son cheminement et rappelle cette déclaration de celui dont les toiles sont hallucinées, “Je vis dans un état d’insatisfaction fondamentale. Quand j’écris des poèmes, l’image me manque; quand je peins, c’est le mot qui me manque. Créer n’est pas un plaisir, c’est une nécessité profonde.” (C.L.)

Keith Haring – Dessins Paris – Galerie Taglialatella COURTESY GAL. TAGLIALATELLA

Jean Raine

COURTESY GAL. ALMINE RECH COURTESY GAL. JEAN FOURNIER

UTiegemstraat 6a - 8553 Otegem - 056 64 48 93 - www.deweergallery.com

L’exposition propose trois séries de dessins de l’artiste véné­ zuélien (1982 – Vit en France). Des “Dessins d’après nature”, quatre œuvres où figurent la montagne Saint Victoire, leit­ motiv de Paul Cézanne, et six dessins montrant la Fontaine de Marcel Duchamp; et une série de traces urbaines. U Jusqu’au 21 septembre. Galerie Karsten Greve, 5 rue Debelleyme, 75003 Paris. www.galerie­karsten­greve.com

Luxembourg COURTESY NOSBAUM&REDING

UKustlaan 124-126 - 8300 Knokke-Heist 0473 97 72 36 - www.younggalleryphoto.com

Le travail de l’artiste français (1960, vit à Savins) s’appuie sur une recherche coloriste et une expérimentation de l’utilisa­ tion de la peinture acrylique fluorescente, surjouant ainsi une certaine efficacité de la peinture dans des petits formats qui l’obligent à repenser son rapport à l’espace et à la compo­ sition. U Jusqu’au 5 octobre. Galerie Jean Fournier, 22 rue du Bac, 75007 Paris. www.galerie­jeanfournier.com

Raul Illarramendi – Dessin Paris – Galerie Karsten Greve COURTESY GAL. K. GREVE

OTEGEM

La démarche de l’artiste mexicain (1936 – Vit à Mexico) vise à réhabiliter et moderniser les gestes fondateurs de la tradition mexicaine à travers des œuvres produites avec la technique “Huichol”, faite de fils colorés sur des planches de bois endui­ tes de cire et d’autres en perles colorées, selon la technique indienne dite “Chaquira”. U Jusqu’au 5 octobre. Galerie Almine Rech, 64 rue de Turenne, 75003 Paris. www.alminerech.com

Claude Tetot – Peinture Paris – Galerie Jean Fournier

l’occasion de l’exposition monographique (jusqu’au 14 septembre) en la galerie Michel Descours à Lyon.

Young Gallery @ Maruani & Deweer Gallery Noirhomme Gallery Kate. L’expo réunit les clichés des plus Everything for you. Oeuvres de Jan De grands photographes qui ont jalonné la car- Cock. ‣ Du 11·09 au 13·10. Du Me. au D. rière du mannequin. ‣ Jusqu’au 15·09. Les (fermé le S.) de 14 à 18h ou sur rdv. S. et D. de 11 à 18h30.

Spécialisée dans le pop art, la galerie rassemble autour d’œuvres de Keith Haring : des subway drawings et des édi­ tions sur papier, des pièces de ses contemporains et amis comme Andy Warhol, Jean­Michel Basquiat ou encore Kenny Scharf, de manière à restituer l’ambiance new­yorkaise des années 80. U Jusqu’au 21 septembre. Galerie Taglialatella, 13 rue de Picardie, 75003 Paris. www.djtfa­paris.com

Eduardo Terrazas – Peinture Paris – Galerie Almine Rech

U Jean Raine. Revoir la question. 64 p., ill. coul. Ed. G. Perthuis à

KNOKKE-HEIST

9

Sébastien Cuvelier – Photographie Luxembourg – Nosbaum&Reding Le photographe belge (1975, vit et travaille à Luxembourg), présente sa série intitulée “Gypsy Queens” consacrée aux femmes tsiganes qui habitent en Roumanie dans de riches demeures aux allures de châteaux des contes de Walt Disney et consacrent leur vie aux enfants et aux loisirs. U Jusqu’au 21 septembre. Galerie Nosbaum&Reding, 4 rue Wiltheim, 2733 Luxembourg. www.nosbaureding.lu

COURTESY KONRAD FISCHER GAL.

Allemagne Thomas Ruff – Photographie Düsseldorf – Konrad Fischer Galerie Le photographe allemand revisite des techniques anciennes en transférant des images analogiques en clichés numériques. Ainsi, il reprend des photogrammes et les place dans un es­ pace virtuel en 3D selon différentes perspectives, et manipule également des images de la planète Mars prises par la Nasa. U Jusqu’au 2 novembre. Konrad Fischer Galerie, Platanemstrasse 7, 40233 Düsseldorf. www.konradfischergalerie.de

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


10

Adjugé!

SEMAINE DU 6 AU 12 SEPTEMBRE 2013 ARTS LIBRE

l Vente publique

Dogon

h La vicomtesse Rothermere vend ses vins et il s’y trouve quelques perles à découvrir avant le 18 septembre. SOTHEBY’S AIME VENDRE DES VINS prove­ nant de caves prestigieuses; mais la salle de ventes britannique n’est pas la seule. Tout le monde s’y met depuis quinze ans et cela semble rapporter beaucoup de sous tant aux héritiers qu’aux investisseurs qui ont placé dans ce segment des sommes parfois énor­ mes pour un seul flacon. Demain samedi, il y aura par exemple dans la même maison, deux ventes de vins de Bourgogne, de grand prestige, à prendre à Hong­Kong. Les ventes, parfois de produits récents, sont proposées directement sur le marché chinois de ma­ nière à couvrir une demande de plus en plus forte de ce pays qui génère des millionnaires à la pelle et où l’on aime boire comme en Eu­ rope. La vente Rothemere pourrait n’être qu’une vente de plus, mais il se fait que sous ce pa­ tronyme se cache une des familles les plus puissantes de la presse britannique depuis la fin du XIXe siècle. Les Rothemere à travers sir Alfred­Charles, né en 1865, furent parmi les fondateurs en 1888 d’“Answers”, puis du “Daily Mail” en 1896, puis du “Ladie’s Mir­ ror” en 1903, devenu le “Daily Mirror”. Al­ fred­Charles deviendra en 1908 le patron du “Times”. Lors de la Grande Guerre, il fut chargé de la propagande en territoires enne­ mis. Il mourut en 1922. Ses armes qui sont celles de sa famille sont quatre abeilles et deux rouleaux de parchemin croisés, sous la devise “Bene qui sedulo”, ce qui se traduirait par “celui qui agit avec diligence agit bien”. Vu dans le monde de la presse, c’est une évi­ dence. Et les abeilles cela travaille sans cesse, fallait­il l’écrire ?

Cette impressionnante bague de dame était en platine, sertie d’un diamant de taille coussin inscrit dans un pavage de diamants de taille brillant. Le diamant central pesait 3,51 carats. Il a été adjugé à 12600 € ce qui avec les frais représenta un débours de 15750 €. Ce lot se trouvait également à Deauville dans la vente organisée le 24 août par Artcurial.

10000 €

15750 € Cartier

ARTCURIAL

Mosaïques

Bons vins

ARTCURIAL

ZEMANEK-MUSTER

Au Mali, les Do­ gon forment une des tribus princi­ pales. Ce masque a été façonné par un jeune homme du groupe “Awa” en l’honneur des défunts. Une cé­ rémonie ayant lieu tous les deux ou trois ans ame­ nait à concevoir des masques fi­ gurant des ani­ maux ou des vi­ sages, à partir de plantes ou de blocs de bois. Ce masque fut vendu 10000 € chez Zemanek­Muster en mai dernier. Il provenait d’une collection privée américaine et avant cela du musée de Broo­ klyn à New York. La même maison de ventes sise à Würzburg, proposera une vacation ce week­end, samedi 7 septembre. Infos sur : www.tribal­art­auktion.de/en/auctions

Diamant

750 €

ARCURIAL

Ce joli bracelet composé de cinq médaillons à bouquets de fleurs en micro­mosaïques était à prendre chez Artcurial à Deauville, ce 24 août. Il datait de la fin du XIXe siècle et a été vendu à 750 € avec les frais. On a également donné 1250 € pour une paire de boucles d’oreilles en ors de couleurs, à motifs ovales ornés là aussi de fleurs dans un encadrement de demi­per­ les.

3875 €

SOTHEBY’S

Cette belle montre de 1950 fabri­ quée chez Cartier état une des must de la vente de montres à Deauville, toujours chez Artcu­ rial. Notez que le remontoir est orné d’un cabochon saphir. Le lot a été vendu à 3100 €, ce qui avec les frais imposa de payer 3875 €.

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Le marché

SEMAINE DU 6 AU 12 SEPTEMBRE 2013 ARTS LIBRE

11

à Londres

SOTHEBY’S

Bouteilles de Dom Perignon, 1990 et Château d’Yquem 1988.

La venderesse est sans doute Maiko Joeong­ shun Lee, native de Kyoto, et veuve du 3e vi­ comte Rothemere, né en 1925. Il fut action­ naire du “Daily Mail”, sans oublier une foule de postes dans la presse magazine, les mai­ sons d’éditions et les agences, comme Reu­ ters. Il vivait à Paris, dans le Sentier, tout près du site de l’ombre immense de “France Soir”. Il est décédé en 1998. Voilà pour le milieu d’où proviennent ces nombreux flacons, souvent présentés à l’état de neuf, malgré le passage des ans. Il y a 659 lots à prendre, de contenances diverses. Le premier lot est une caisse de 12 bou­ teilles de Château Troplon Mondot de 1988, er GCC en Saint­Emilion, dont on attend en­ tre 580 et 680 €. Puis viendront autant de Château Margaux, datant de 1989 dont on pense bien obtenir de 2000 à 3000 €. Pour douze flacons de Château La Mission, Haut­ Brion, de 1989, l’estimation de l’experte de la firme britannique, Serena Sutcliffe, est fixée

entre 6800 et 8500 €. Douze Lynch Bages de 1990 devraient pour leur part ne monter qu’“entre” 2 200 et 3 000 €. En remontant dans le temps, il ne faudra que 460 à 580 € pour douze pièces du Château L’Evangile de 1993. De 1994 datent douze autres bouteilles du Château Cheval Blanc; elles sont annon­ cées entre 2000 et 2600 €. Douze autres fla­ cons du délicieux Labégorce Zédé de 1995 (Cru bourgeois supérieur), ne sont annoncés qu’entre 240 et 320 €. Plusieurs lots de Châ­ teau Potensac de 1996 ne sont évalués qu’en dessous des 200 €, toujours en lot de douze. Il y aura ensuite cinq lots de Lafitte, datant de 1998, et chacun devrait se vendre entre 5200 et 6200 €. On voit qu’il y en a pour toutes les bourses. Ce n’est là qu’une infime partie d’une vente qui s’annonce passionnante. Ph. Fy.

U A voir sur www.sothebys.com. Vente le 18 septembre.

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


12

Le marché

SEMAINE DU 6 AU 12 SEPTEMBRE 2013 ARTS LIBRE

l Annonce

Des statuettes qui dansent h On connaissait les ballets de singes en porcelaine de Meissen. Ici ce

CE DOIT ÊTRE LA PREMIÈRE FOIS QUE NOUS ÉVOQUONS la salle de ventes Har­ gesheimer&Gunther de Dusseldorf dans ces pages. Cela tombe bien car en Allemagne, comme chez nous, la diversité régionale est de mise et chaque ville ou presque possède sa ou ses salles de ventes. Certaine sont histori­ ques et importantes. D’autres ont une voca­ tion régionale et s’en contentent, d’autres en­ fin, comme dans la principale rue piétonne de Cologne, se font nommer salle de ventes, mais ce ne sont pas des ventes publiques comme nous l’entendons. Ce samedi 21 septembre il y aura donc à Dusseldorf une vente convenable, mais peu­ plée de tas de statuettes en faïence qui sont un régal pour les amateurs d’Art déco et de

transposition du siècle passé de certaines fi­ gures du début du XIXe siècle dans le genre Biedermeïer. Il n’y aura pas que cela, mais cette foule immobile de jeunes femmes plus parfaites que des barbies font rêver. La vente comptera 173 lots seulement et la plupart re­ lèvera de la céramique, avec entre autres un ensemble étonnant d’ours blancs. La vacation commencera avec quelques ta­ bleaux et dessins, allemands, français et fla­ mands ou les deux derniers mêlés comme en ce dessin ovale d’un certain Jacques Dasson­ ville qui a tracé à l’encre de Chine une feuille de bambochade à l’intérieur d’un cabaret, à la flamande, du temps de Teniers et d’Ostade. Dassonville est né en 1619 et mort en 1670. La feuille de 55 x 80 mm était passée chez

HARGESHEIMER&GUNTHER

sont des jeunes filles qui dansent seules mais en harmonie.

Les demoiselles en porcelaine de Vienne ou d’Allemagne, forment un ensemble plein de charme. Elles seront à vendre à Dusseldorf le 21 septembre. Lempertz à Cologne en décembre 1997. On en attend 800 €. Il n’y a dans cette maison qu’un seul chiffre d’estimation. Notons encore cette charmante composition en paire montrant des scènes de vies de pê­ cheurs. Elles sont dues à l’entourage de Karl von Bemmel (1743­1796) et devrait se vendre à 1300 €. Pour ce qui est des demoiselles qui ne sont pas de Rochefort mais plutôt comme celles qui vi­ vaient à Berlin, Mannheim ou Munich, il y en aura pour tous les genres, mais pas toutes les tailles. Toutes sont de guêpes et fort bien mises et en porcelaine. On mesure entre 20 et 30 cm en général et on se prend pour Carmen (220 €), pour une allégorie de l’Eté (360 €), ou pour une Castafiore qui s’admire dans son miroir (100 €). Tout ceci date des années 1920 et provient d’une manufacture viennoise dans la plupart des cas. La moins chère est annoncée à 60 € (is­ sue de la KKF), ce qui signale la présence d’une fabrique à Cologne, quand la plus onéreuse de­ vrait se vendre autour des 400 €. Dans un autre genre tout aussi doux pour autant que la “bebête” ne prenne pas vie, c’est la collection d’ours, blancs pour l’essentiel qui fait suite à quelques “putti” jouant et des coupes de milieux de tables. Les objets en porcelaine blan­ che sont des productions de Copenhague ou Meissen. Les prix varient de 100 à 300 €. Quel­ ques vases en opaline, allemands ou bohé­ miens, seront proposés vers les 200 €. Ph. Fy.

U A voir sur www.auction.fr ou sur www.kunstauktionen­duesseldorf.de/

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


SEMAINE DU 6 AU 12 SEPTEMBRE 2013 ARTS LIBRE

Le marché

13

l Vente publique

Mercier annonce l’automne Cette aquarelle d’Harry Eliot sera à vendre chez Mercier. On l’attend à 1500 €.

h Une vente sur la chasse et les arts militaires

CE SAMEDI 14 SEPTEMBRE, chez Mercier, à Lille, la plus importante étude du département du Nord et même au­ delà, complémentaire de nos salles flamandes sises à Gand, Bruges et Anvers, on va proposer tout un ensemble assez bien charpenté fixé sur la chasse qui reprend depuis début septembre, avant de faire grand bruit en octobre. Les lots se voient sur www.auction.fr et c’est là que l’on découvre 282 lots divers et variés, dont les cinquante premiers sont des appelants en groupe de huit ou dix. Si vous avez des pièces d’eau dans votre jardin ce peut être intéressant. D’autres les placent sur des commodes ou des bahuts à la campagne. Il n’y a pas d’estimation pour ces lots. Quatre aquarelles d’Harry Eliot (1882­1959) feront la joie des amateurs de chasse à courre pour l’ambiance qu’elles retracent sur des feuilles de 40 à 50 cm selon les cas. La pre­ mière scène est celle du salut à une damoiselle appuyée à sa fenêtre et qui tient un pot de faïence. Quant aux deux mes­ sieurs qui passent sur leurs chevaux, ils tiennent une sacrée cuite au vu de leur nez rougeoyant comme des phares de cent pieds. Une autre composition montre une dame en amazone laissant passer la meute. Une troisième figure la fuite d’un renard qui bondit pour échapper aux chiens. La quatrième est encore plus savoureuse que la première. On y voit le retour bredouille d’un vieux chasseur et d’un groupe de cinq chiens, tous abattus, sous les rires sans retenue d’un groupe d’écoliers bien contents que personne n’ait été pris. Chaque lot est annoncé entre 1000 et 1500 €. Il y a au lot 116 une aquarelle attribuée à Gustave Parquet qui saisit une chasse de la vénerie impériale, donc sans doute à Compiègne, là où les équipages belges obligés de se taire, font des haltes régulières. Le lot est évalué entre 1800 et 2000 €. C’est mérité car c’est un travail quasiment de mi­ niaturiste malgré la taille de l’objet (29 x 40 cm). La vacation comportera une foule de bronzes dont cer­ tains ne sont pas du domaine de la chasse occidentale comme une paire de chandeliers aux perroquets (8000 à 10000 € parce que c’est de Barye), ou un bronze figurant une girafe, un éléphant ou une panthère d’Inde. Le gibier de chez nous tient dans le sanglier, le lapin, quelques cerfs, des bassets, des faisans en groupe. Cela n’est guère passionnant car souvent il s’agit de répliques plus ou moins tardives et de tailles diverses par rapport à l’original. Passons aux armes à présent pour signaler au numéro 180, un superbe coffret contenant un fusil à platine, tirant deux coups, du calibre 12/70, assortis de deux canons juxtaposés de 74 cm. Cette arme de luxe a été façonnée chez Auguste Lebeau et Courally, à Liège. On en escompte entre 3500 et 4000 €. Le lot suivant vient également de Liège. Il s’agit selon le catalogue d’une carabine­express à faux­corps, ven­ due par Claude Kern, d’un calibre de 9,3 et tirant deux coups. Le lot est estimé entre 4000 et 5000 €. Claude Kern était un jeune armurier verviétois, enlevé à l’affection des siens dans la fleur de l’âge, il y a juste un an. Les lots 189, 190 et 191 sont également liégeois. Un calibre 12 est annoncé à 1000 €. Un autre 12 à platines issus des ateliers d’Auguste Francotte est attendu à 1 800 €, et enfin un dernier, ano­ nyme, vendu par Lien à Roubaix, est à prendre contre 1500 €. La suite est réservée à des dagues, des épées et des sabres, des trois siècles passés. La vente se terminera par des unifor­ mes dont celui d’un chasseur à cheval belge (300 €) ou la cuirasse d’un de nos cuirassiers (500 à 600 €). Ph. Fy. U A voir sur www.mercier.auction.fr; vente le 14 septembre à Lille.

MERCIER

est annoncée chez Mercier en ce milieu de mois. Quelques beaux objets sont à prendre.

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


14

Le marché

SEMAINE DU 6 AU 12 SEPTEMBRE 2013 ARTS LIBRE

l Bruges

Livres et ex­libris

VANDEWIELE

Ce groupe de jeunes filles nues qui symbolisent sans doute une source sont de Sergey Kiznitsky, artiste travaillant en Ukraine. C’est un ex-libris. Le lot de 10 exemplaires est annoncé à 100 €.

h Chez Vandewiele à Bruges, on va entamer la saison avec 1400 livres de tous âges. Suivra la dispersion de plus de 400 lots d’ex­libris. Rendez­vous les 4 et 5 octobre. ALORS QUE S’OUVRIRA LA FOIRE du livre ancien à Amsterdam juste derrière la gare centrale, dans le terminal des passagers voya­ geant en bateau, Marc Vandewiele et son équipe seront à pied d’œuvre pour disperser une foule de choses passionnantes à Bruges, les 4 et 5 octobre prochains. Cela commen­ cera par une vacation d’un type rare, consa­ crée uniquement à des ex­libris, générale­ ment de la seconde moitié du siècle passé, parfois anciens d’une centaine d’années mais guère plus. Les artistes sont belges parfois, mais souvent

issus de l’Europe centrale. Ceci permet de prendre conscience de cet art forcément peu répandu, limité à un cercle de collection­ neurs, réunis même en groupe comme dans l’“Association Belge des Collectionneurs et Dessinateurs d’Ex­Libris”. Le libraire a réuni dans chaque lot une vingtaine de pièces, par­ fois dédicacées comme ce portrait par Rassen­ fosse à l’effigie de Louis Titz. Plusieurs lots ne contiennent que des créations d’artistes bel­ ges comme Masereel, Tytgat, Delvaux, Minne, Khnopff, Cantré, Severin ou Jos Albert pour ne citer que des célébrités. Les lots presque tou­ jours signés et numérotés, valent entre 70 et 250 euros. Les scènes sont issues de sujets re­ ligieux, animaliers, de portraits, de caricatu­ res, ou de représentations érotiques. La place de la femme dans ce genre d’art est considéra­ ble, à l’instar de cette composition illustrée ci­ contre, figurant un groupe de jeunes filles qui symbolisent sans doute une source. C’est un travail de Sergey Kiznitsky, artiste travaillant en Ukraine. Pour ce qui est de la seconde partie, elle dé­

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Le marché

SEMAINE DU 6 AU 12 SEPTEMBRE 2013 ARTS LIBRE

butera par une très belle carte de la terre sainte et de la description de Jérusalem, en édition posthume de Christianus Andricho­ mius (1533­1585), datée de 1590. On en at­ tend entre 900 et 1200 €. Trois cents ans plus tard, un anonyme a photographié les mêmes lieux et il en reste des plaques diapositives en verre. Le lot renferme aussi des vues de Syrie, de Londres, et des paysages de la Mer morte et du Jourdain. Le lot (38) est évalué entre 150 et 200 €. Toute une section est consacrée à James Ensor. Il y aura là une part de bibliographie mais aussi un grand nombre de gravures de techniques diverses. On verra de la sorte une très belle pointe sèche figurant le profil d’Er­ nest Rousseau, en 1887, en 3e état. On en es­ père 800 à 1200 €. Deux gravures sortent de l’ordinaire. Il s’agit de “La Prise d’une Ville étrange”, datant de 1888, mise en couleurs et estimée entre 5800 et 6400 €. Puis il y a ces “Squelettes voulant à se chauffer”, cousins de ceux de Paul Delvaux. Le lot est affiché en­ tre 3800 et 4000 €. Toujours au rayon des gravures et ici des livres illustrés, on pourra

15

acquérir “Les Moines” d’Emile Verhaeren, il­ lustré par Henri Wolvens, chez Delahaut en 1973. Le lot est évalué entre 700 et 900 €. Viendront ensuite les plans et gravures de villes, à l’instar de celle de Louvain, tirée de Sanderus (100 à 160 €). Une “Vue d’Ostende prise depuis la mer” ne manque pas de charme grâce à ses bateaux voguant toutes voiles dehors. Elle date des années 1750­1770 et est annoncée entre 280 et 360 €. Toujours dans le charme, on trouvera des vues d’opti­ que laissant admirer les châteaux de Choisy et de Meudon, de même que l’hôtel de ville de Marseille et son port. Tout ceci date des an­ nées 1750 et est attendu entre 200 et 240 €. La vente du samedi 5 octobre inclura la collec­ tion de livres de la famille De Wolf, bien con­ nue à Bruges pour avoir tenu pendant plu­ sieurs générations une pharmacie au coin de la “Zuidzandstraat”. Inutile de dire que c’est une mine sur la Venise du Nord. Ph. Fy. U A voir sur www.vandewiele.com; 050/33.63.17

l Foire

FRÉDÉRIC PLATÉUS COURTESY L’ARTISTE – GALERIE EVA MEYER

Docks à Lyon

Frédéric Platéus, “Hyperfuse”, 2013, 145 x 360 x 240 cm; panneaux composite aluminium, plexiglass, Led.

h La petite foire liée à la Biennale de Lyon s’implante en un nouveau lieu. TROUVANT SA PLACE en complément de la Biennale de Lyon, la 4e édition de la Docks Art Fair est internationale mais centrée principale­ ment sur la France et même sur Lyon au niveau des galeries. Désormais implantée dans le nou­ veau siège social de son principal partenaire, le groupe GL Events au quai Rambaud, la foire inaugurera ce nouveau bâtiment dessiné par l’architecte Odile Decq, qui accueillera pour l’occasion une œuvre de Felice Varini sur l’une de ses façades. Art Fair s’annonce comme étant

non seulement la foire des artistes émergents, mais également celle des galeries émergentes. Elle privilégie les solos et dans ce cadre 32 pro­ jets spécifiques seront réalisés par des artistes, soit un par galerie parmi lesquelles on compte les parisiennes Louis Gendre, Olivier Robert, RX et Sator, Les filles du calvaire, Laurent Godin, Georges­Philippe et Nathalie Vallois…, la Nan­ taise Mélanie Rio, la Franco­Suisse et Luxem­ bourgeoise de Bernard Ceysson…, et la Franco­ Allemande Eva Meyer qui sera la seule à présen­ ter des œuvres d’un artiste belge, Frédéric Platéus, le sculpteur et designer liégeois (1976). C.L. U Docks Art Fair. Foire internationale d’Art contemporain, Lyon. Du 10 au 15 septembre. Les 10 et 11 sur invitation. Siège GL Events – 59 quai Rambaud, 69002 Lyon. www.docksartfair.com

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


16

L'actu

SEMAINE DU 6 AU 12 SEPTEMBRE 2013 ARTS LIBRE

l Vente publique

Zurich en mode tableaux Cette magistrale nature morte de fruits, pain, noix, figues et couteau en damier peinte par l’anversois Osias Beert sera un des clous de la vente de tableaux anciens chez Koller à Zurich le 21 septembre. On en escompte entre 250000 et 330000 €.

h Koller reprend le collier

LES XVIE ET XVIIE SIÈCLES fourniront dans la vente de Zurich une grande par­ tie des œuvres annoncées. Mais il y aura également quelques italiens de l’époque maniériste et des peintres de l’actuelle Allemagne des XVe et XVIe siècles. Parfois, des tableaux du XVIIIe siècle viendront alléger les propos qui toujours dans les temps les plus anciens sont consacrés aux choses de l’Eglise ou de l’Antiquité. C’est que les tableaux étaient avant tout porteurs de messages, destinés à édifier les foules dans les églises, aux autels et avant encore aux murs, complètement peints, comme dans la délicieuse cha­ pelle romane de Bois­Borsu dans le Con­ droz. Il y aura une exception ce 20 septem­ bre (vente à 15h), à Zurich chez Koller et c’est en fin de vente qu’elle se situera. Il s’agit d’une suite de tableaux peints par Hackert et qu’un collectionneur a accu­ mulés pour le plaisir de ses yeux et de son entourage. Commençons par cela pour perpétuer des souvenirs de vacan­ ces et des rivages de la Méditerranée où le peintre d’origine allemande alla sou­ vent peindre sur le motif.

KOLLER

dès la mi­septembre. Une vente de tableaux anciens figure dans une semaine de vacations diverses.

Jacques­Philippe Hackert est né à Pren­ zlau, dans le Brandebourg au nord de Berlin, en 1737. Il fera sa carrière en Ita­ lie, à Rome et à Florence principalement et mourra à San Pietro di Caregi en 1807, pas loin de Fiesole. Peintre de paysages, il se laissera impressionner par les vues de ports et de mers, houleuses ou calmes, de Joseph Vernet. Hackert est un peintre classique mais dont la touche précise, les glacis subtils et les sujets parfois doulou­ reux comme les tempêtes, annoncent le romantisme français. Goethe écrira sa première biographie. Le premier lot est

une paire de toiles, datées de 1776. Elles furent peintes à Rome et montre une fa­ mille de pêcheurs assis sur un rocher de­ vant une mer clame animée de bateaux. L’autre toile est un drame, car on y voit une tempête et un navire qui sombre. On attend entre 290000 et 415000 € pour ces toiles de 63 x 94 cm. Pour 8000 à 12000 € on pourrait em­ porter une minuscule toile du maître. Elle mesure 10 x 14,5 cm et fait voir deux pêcheurs repliant leurs effets avec une grosse bourrasque. Pour la même taille et le même tarif, on pourra prendre une

autre vue de côtes italiennes par temps calme. Une aquarelle de 22 x 24 cm montrant une barque sur une rivière devant une église de France, sera à disputer autour des 10000 à 13000 €. L’œuvre est signée et située à Paris, mais ce n’est pas Paris et donc le peintre travailla d’après des cro­ quis. Du même peintre mais d’une prove­ nance suisse, on verra une étude de “Liè­ vre” peinte en 1803 sur une toile de 62 x 50 cm. On pense à Dürer évidemment, mais ce n’est pas le même traitement. Le lot est annoncé entre 33000 et 50000 €. Mais laissons là ce cher Hackert pour des peintres flamands et Hollandais de renom comme par deux fois, Breughel et Van Balen associés ou par l’entremise de Frans Francken qui est présent ici à tra­ vers un “Jugement de Midas” d’un bel ef­ fet décoratif et qui s’illustre par la dis­ tinction des poses, soutenues par des co­ loris vifs. Le lot est annoncé entre 33000 et 50000 € seulement. Il ne mesure que 33 x 43 cm. Puis il y a surtout cette na­ ture morte d’Osias Beert (1580­1623), sur un panneau de 75 x 54 cm, illustrée ci­contre. On serait vers 1607/1609. C’est une composition d’une grande so­ briété, anti­baroque et d’une précision parfaite. Le lot est annoncé entre 250000 et 330000 €. Plusieurs maîtres hollandais célèbres, comme de Heem seront de la partie. Mais c’est Anvers qui domine et qui dominera. Philippe Farcy U www.kollerauktionen.ch

Arts Libre. Supplément hebdomadaire à La Libre Belgique. Coordination rédactionnelle : Gilles Milecan et Camille de Marcilly. Réalisation : IPM Press Print. Administrateur délégué- éditeur responsable : François le Hodey. Rédacteur en chef : Vincent Slits. Rédacteur en chef adjoint : Pierre-François Lovens. Conception graphique : Bruno Bausier, Jean-Pierre Lambert. Publicité : Martine Levau (0032.2.211.29.12 – martine.levau@ipmadvertising.be).

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Supllb 20130906 art full