Issuu on Google+

Vente publique

Expo en vue

A la Tefaf, l’Italie et les anciens Pays-Bas rivalisent. PP.12-13

Vente du mobilier de la Converserie, relais de chasse magique. PP.14-15

Deux artistes originaires du Pakistan et du Koweit à la Joyce Gallery. PP.4-5 COURTESY JOYE GALLERY, BRUSSELS (C) D.R.

Foire

MÉLANIE GERAY, “AMANDINE 4”,MANIÈRE NOIRE, 10 CM DE DIAMETRE, 2012

Supplément à La Libre Belgique - N°178 - Semaine du 15 au 21 mars 2013

À LA MANIÈRE...

NOIRE Portrait jeune artiste PP. 2-3

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


L'actu

2

SEMAINE DU 15 AU 21 MARS 2013 ARTS LIBRE

Commentaire

Des bijoux de famille : Non merci ! Par Roger Pierre Turine Hors ses affres communautaires, la Belgique se déleste de tout. Que n’avons­nous perdu ! En vrac, choco­ lats, bières, dentelles, banques de famille, “L’entrée du Christ à Bruxel­ les” d’Ensor filée aux States, la Maison du Peuple d’Horta fourguée à la mi­ traille, remplacée par une infamie architecturale. Triste bilan pour un pays qui, il est vrai, a depuis longtemps perdu son âme. Un pays que la culture indiffère, en haut­lieu s’entend… Sauf si retombées sonores, valorisantes, à court­terme. Non­exhaustive, la liste se pare, âmes sensibles se garder de lire, d’un nouvel épisode, lamentable, qu’un Etat digne du nom aurait sauvé, tambour battant, de la dispersion petite­bourgeoise. Edgard Tytgat : ce monsieur fut un de nos peintres très particuliers de la première moitié du XXe siècle. Mais, défendrions­nous des vieilleries, comme on l’entend dire de nos jours ? Edgard Tytgat (1879­1957) fut cet inclassable magique et sonore (surtout accompagné de sa fantasque Maria) qui valut à l’art belge quelques­ unes de ses perles souriantes, savou­ reusement coquines, poétiques. Em­ plies d’une fantaisie aux accents tou­ chants. Son écriture : entre expression­ nisme et surréalisme, entre imagerie pour travaux de dames et livre de prières pas très pieuses. Un peintre hors normes qui eut ses heures de gloire, “l’amuserie” s’avérant art d’ex­ ception quand le monde s’abîme entre guerres, niaiseries et balivernes collet monté. Pour en revenir à ce cher Ty­ tgat, dont le monde s’apercevra un jour qu’il fut indissociable d’un certain humour et d’humeurs bien de chez nous, le pire vient d’être commis. Frappé à mort sous le marteau d’un commissaire­priseur qui, hélas, a fait son métier. Les lointains descendants d’un grand artiste, d’un homme res­ pectable, ne sont pas toujours à la hauteur de leur parentèle. Et voilà comment, sans doute, le mobilier peint avec amour par un Tytgat espiègle jusqu’au bout de ses commodes et vitrines, vient d’être dispersé, à peu de choses près, comme du vulgaire bois de caisse. L’histoire du “Grand chêne” de Brassens ! Patrimoine national, monument d’états d’âme, ce trésor devait être sauvé de la déperdition vulgaire par quelque musée responsa­ ble ! Présent dans les rétrospectives du peintre, le voici réduit au silence chez des privés tout heureux de leur bonne étoile. Dix meubles polychromés, sujets savoureux et tendresses, ont été galvaudés pour des sommes indécen­ tes. A en vomir !

Infos pratiques Les dix jeunes artistes exposeront à la Médiatine, 1 allée Pierre Levie (anciennement 45 chaussée de Stockel), 1200 Bruxelles, du vendredi 26 avril au dimanche 26 mai. www.wolubilis.com

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


SEMAINE DU 15 AU 21 MARS 2013 ARTS LIBRE

L'actu

3

Les manières noires de Mélanie Geray h Une jeune artiste qui ose encore en appeler

Portrait de Mélanie Geray par Johanna de Tessières. A droite, “Amandine Geray, portrait”, manière noire, 10 cm, 2012 et “La robe verte”, manière noire, 2010, 24x15 cm.

PAR LE PLUS GRAND DES HASARDS, NOTRE NOUVELLE JEUNE artiste vient, elle aussi, de l’Hexagone. Originaire d’une France profonde entre Beauce et Perche, entre Chartres et Le Mans, elle fut nourrie par une nature à perte d’humeurs et des accointances avec la terre d’ancêtres agriculteurs. Puis, à l’âge des écoles, s’en est allée… “Il n’y avait rien là­bas !” Bien que rien du côté familial ne l’y prédisposa, l’art l’a sollicita, le dessin et les bricolages ayant, de tout temps, assouvi son tempérament solitaire. Elle passa un bac littéraire avec option arts plastiques, parce que, pour elle, cela allait de soi. Pas de déclic imprévu. Seulement le souci d’apprendre à représenter. “Et j’ai choisi la Belgique ! En France, on ne vous y apprend pas les techniques. Moi, je voulais sa­ voir dessiner. Pour arriver pas à pas à ce que je voulais, il me fallait ces outils !” Mélanie Geray s’en est venue avec ses inquiétudes, ses silences intérieurs, a posé ses feuilles blanches à Saint­Luc, s’y est as­ treinte aux bases élémentaires, en classe d’illustration. “Attaquer ces études par le biais de l’illustration m’importait beaucoup, mon but étant la narration à travers diverses approches.” Elle en garde le souvenir d’un excellent professeur de peinture et de couleur, Patrick Radermecker, dont le départ fut une grande perte pour l’école. “J’aime travailler en négatif et je le faisais par le biais de car­ tes à gratter, du fusain, quand, un jour, je suis allé voir en gravure. Et là, j’ai découvert ce qui ressemblait à du fusain en plus précis : on m’a dit que c’était la manière noire. J’ai compris que c’était la réponse à mes désirs !” Après Saint­Luc, cours du soir à l’Académie d’Uccle, sous la houlette d’Anne Wolfers et de Paul Dumont, plus encline que jamais à sa technique de prédilection : “Elle vous requiert en­ tièrement. C’est même si intense que vous ne pourriez y consacrer toute votre journée. La manière noire exige précision et lenteur. Je de­ viendrais folle à ne faire que ça !” La manière noire, un savoir qui vous implique physiquement. Peu la pratiquent encore, sinon de rares inconditionnels… “Je vais continuer envers et contre tout !” Née le 15 septembre 1980, Mélanie Geray vient de remporter le Prix du Gouvernement de la Fédération Wallonie­Bruxelles au Concours 2013 de La Médiatine. Nous l’y avons découverte, éberlué par la finesse de ses portraits, souvent des Autoportraits, traités dans la délicatesse de lumières incidentes et profondes. Pas question pour elle de dilettantisme. Elle veut tout contrôler et, chez elle, les travaux succèdent les uns aux autres avec, par­ fois, des mélanges entre les techniques, vernis mou et manière noire, par exemple. Elle a sa presse à demeure et avoue aimer les surprises de l’impression. Mais attention : si elle n’est pas satis­ faite, elle reviendra sur ce qui la tracasse. Solide à l’ouvrage. Mais de nature mélancolique, songeuse, attirée par fables et contes, par le passé… “J’aime bien rêver, m’inventer des histoires”. Comme elle apprécie les vêtements à l’ancienne, le travail des motifs, broderies et dentelles, “On n’a jamais rien fait de mieux !” Elle en pare ses modèles et certaines de ses planches ne sont pas sans

MELANIE GERAY

JOHANNA DE TESSIERES

aux techniques éprouvées, à une écriture qui aime les histoires, les lumières !

faire penser à Rembrandt, à Vermeer, clairs obscurs et luminosi­ tés. “Les Anglo­saxons et les Flamands semblent particulièrement ap­ précier mes travaux.” Elle a illustré les “Exercices de style” de Queneau en façonnant des personnages rudement sympathi­ ques. Elle a créé des cartes à jouer pour “Alice au pays des mer­ veilles”. Travaux de longue haleine dans le retrait de l’atelier, sous les combles. Pas de problème : “Je suis fort casanière et cela me convient. J’aime le travail, l’artisanat. Le travail à la main : y a ja­ mais rien eu de mieux !” Mélanie Geray a créé des chapeaux ! Et elle rêve de retour à la campagne. Ce qui n’empêche pas d’avan­ cer, envers et contre tout. Roger Pierre Turine

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


4 La parution de la semaine

L'actu Jan Fabre. Gisants.

GALERIE TEMPLON

Après avoir renoué avec le bronze, Jan Fabre retrouve, à la suite des Pietas, la tradition du marbre blanc sculpté par les excellents artisans de Carrare et expose ses gisants en première vision à Paris en la galerie Daniel Templon. Dans l’ouvrage qui accompagne cette exposition, quatre auteurs commentent cette nouvelle production par laquelle l’artiste anversois marque son attachement à une forme de classicisme. L’ouvrage reprend l’ensemble des sculptures exposées, soit deux grands gisants en hommage à deux figures scientifiques, E.C. Crosby et K.Z. Lorenz, et une série de cerveaux surmontés de diverses excroissances. Comme le note Jo Coucke, les sculptures funéraires et celles dédiées au cerveau, “le régulateur de notre corps” font partie du registre de l’artiste. Pour lui, par ces sculptures “psychédéliques”, Jan Fabre “visualise et matérialise l’imaginaire essentiellement infini de l’être humain”. Dans un texte poétique, l’écrivaine Marie Darrieussecq écrit que “c’est après l’avoir rencontrée que Jan s’est mis à sculpter des cerveaux […], que le cerveau est un organe qui rêve […] qu’il touche et jouit […]” et donc qu’il est “sexy” ! Le critique Vincent Huguet, en référence aux animaux, escargot, lombric, scarabée et surtout papillons, qui ornent les gisants, évoque la rencontre des temps, “celui, éternel, du gisant, confronté à la vie terrestre qui continue”. Enfin notre confrère critique bruxellois Bernard Marcelis note que “la fascination pour la mort est pour Fabre en relation immédiate avec l’idée qu’il se fait du rôle de l’artiste”. Un bel éclairage. (C.L.)

U Jan Fabre. Gisants. Hommage à E.C. Crosby et K. Z. Lorenz. 92 pp., textes (ang et fr) de Jo Coucke, Marie Darrieussecq, Vincent Huguet et Bernard Marcelis. Ed. Gal. Templon

U Paris. Exposition. Jan Fabre. Gisants. Galerie Daniel Templon, 30 rue Beaubourg, 75003 Paris. Jusqu’au 20 avril.

SEMAINE DU 15 AU 21 MARS 2013 ARTS LIBRE

l Expo en vue

Du contemporain venu d’ailleurs h A Bruxelles, la Joyce Gallery a invité deux jeunes artistes, Farid Saleem Kamboh et Noor Ali Chagani, en provenance de pays orientaux artistiquement émergents. LA MONDIALISATION DE L’ART et l’ouverture des nouveaux marchés n’a pas seulement pour conséquence une diffusion mondiale et accrue des artistes reconnus. Désormais bien informée via les médias actuels dits de communication, une génération d’artistes de toutes origines se présente via les foires, les galeries, les événe­ ments thématiques, les biennales et autres ras­ semblements temporaires, sur le marché mon­ dial. A la suite des émergences de la Russie, puis des ex pays de l’Est, de l’Afrique, ce sont les pays du Moyen Orient et d’Asie qui occupent de plus en plus le terrain et diversifient l’offre en appor­ tant, généralement dans des formes adaptées et conformes aux propositions plasticiennes d’aujourd’hui, leur sensibilité culturelle. Entre des traditions qui nous sont souvent étrangères ou mal connues, des pratiques spécifiques et lo­ cales, une histoire particulière, une approche dif­ férente des réalités et de la vie, des considéra­ tions sur le monde à travers le filtre de civilisa­ tions autres, et leur propre regard sur l’art contemporain, les artistes de ces pays et régions se forgent leurs expressions singulières qu’ils ex­ portent comme tout un chacun. Leur multiplica­ tion allant de pair avec celle des galeries autoch­ tones et étrangères, on est de plus en plus appelé à aller à la rencontre de ces nouveaux artistes qui ouvrent des horizons et nous invitent à entrer dans les arcanes de leur art, autrement dit de leur pensée traduite visuellement. La jeune galerie bruxelloise Joye présente ainsi un duo assez em­ blématique de cette situation, formé d’un artiste pakistanais et d’un autre originaire du Koweit. Remarqué à la Slick Brussels 2012 par ses com­ positions réalisées à l’aide de billets de banque, Farid Saleem Kamboh, revient avec de nouvelles pièces conçues sur le même principe. Le serpent

Infos pratiques Noor Ali Chagani & Farid Saleem Kamboh. Curator: Mannan Ibrahim. Joye Gallery, Chaussée de Vleurgat, 125, 1000 Bruxelles. Jusqu’au 13 avril. Du mardi au samedi de 14h à 18h.

Bio express Farid Saleem Kamboh est né au Koweit en 1990, il a une double formation dans les domaines économiques et artistiques. Il expose depuis 2010 à Londres, à Paris, à Rome et à Bruxelles. Noor Ali Chagani est né à Karachi au Pakistan en 1982. Il a été formé au Pakistan et à la Rijksacademie à Amsterdam. Il expose depuis 2009, principalement au Pakistan, à Londres, à Paris, en Inde et à Dubaï. Il a fait partie de la shortlist du Jameel Prize 2011 au V&A Museum à Londres.

Farid Saleem Kamboh, le serpent monétaire, Sans titre, billets de banque, 2013. Noor Ali Chagani, le tableau où il n’y a rien à voir, Concrete block in frame, 2012.

“Certains connaissent l’art de faire de l’argent – Certains font de l’art pour faire de l’argent.” Farid Saleem Kamboh monétaire à lui seul occupe très symbolique­ ment le centre de la galerie et prend position, tout en débordant de manière significative, sur le socle réservé aux sculptures. Il impose sa pré­ sence, se faufile partout et va jusqu’à se confon­ dre avec l’œuvre elle­même dès lors indissocia­ ble de l’aspect financier qui lui colle à la peau jus­ qu’à la métamorphoser. Il ne faut pas être devin pour comprendre que l’artiste s’interroge sur le rapport actuel entre art et argent, entre l’œuvre et sa valeur, entre la création et son marché, entre le monde et la situation financière. En utilisant des billets de banque et de la monnaie en d’autres sculptures, il concrétise visuellement l’une des problématiques les plus à l’ordre du jour sur un plan planétaire tout en réalisant, il ne faudrait pas le perdre de vue, une œuvre colorée, souple, singulière, de grande qualité esthétique. Se questionnera­t­on sur le fait qu’il soit d’ori­ gine koweitienne ? Y verra­t­on une allusion ? Les sculptures de Noor Ali Chagani, très actuel­ les dans le mode de formulation, impliquent da­ vantage une prise en compte d’une histoire per­ sonnelle et locale, à travers l’usage de la brique d’une part, aussi de la place et du rôle du livre en tant que symbole, enfin d’autre part de l’idée de protection et du caché. On n’oubliera pas davan­ tage que l’on est dans une tradition musulmane au Pakistan et que notre perception occidentale laisse des traces sur la manière d’appréhender ces sculptures. La mixité des cultures y est une réalité tangible, particulièrement dans un ta­ bleau aux dorures décoratives dont la fenêtre centrale est murée : il n’y a rien à voir, pas d’image. Claude Lorent

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


L'actu

SEMAINE DU 15 AU 21 MARS 2013 ARTS LIBRE

5

l Expo en vue

COURTESY JOY GALLERY, BRUSSELS (C) D.R.

h Trois Sieff à la Young Gallery, mais pas tous du même tonneau. LES IMAGES DE JEANLOUP SIEFF (1933­2000) ont marqué toute une génération de photographes particu­ lièrement au début des années 70. Ils furent nombreux dans les photo­ clubs à imiter son style mis au point essentiellement dans ses travaux pour la mode. Un style inimitable, une sorte de cocktail dont les ingré­ dients étaient tout ce que décon­ seillaient les gardiens de l’orthodo­ xie technique de l’époque. À savoir, dans le désordre : le super grand an­ gle utilisé pour ses déformations et pour ses avant­plans spectaculaires, le grain assumé et même expressé­ ment exagéré, le contraste extrême et surtout, surtout, la retouche visi­ ble des ciels avec des assombrisse­ ments accusant un liseré blanc à l’horizon.

On retrouve un peu de tout cela dans la douzaine de ses œuvres ex­ posées en ce moment à la Young Gal­ lery à Bruxelles. Mais avec un goût de trop peu dans la mesure où le maître partage les cimaises avec sa femme et sa fille. Certes le travail de celles­ci est honorable, mais dans la même gamme que nombre de photogra­ phes de mode souvent exposés en ces mêmes lieux. En tout cas, leurs photos ne sont pas comme les sien­ nes reconnaissables entre toutes. Celles de Barbara­Rix Sieff, sa femme, souffrent le plus de la com­ paraison inévitable dans la mesure où elles s’emparent de distances, mais aussi de situations proches des siennes. Celles de sa fille Sonia, plus disparates dans leurs mises en page et présentation, évitent cet inconvé­ nient de la comparaison, mais po­ sent la question de la nécessité d’une exposition conjointe si ce n’est pour tirer les côtes vers le haut. Ce court aperçu du travail de l’élé­ gant photographe qui débuta sa car­ rière dans le reportage devrait inci­

JEANLOUP SIEFF

COURTESY JOYE GALLERY, BRUSSELS (C) D.R.

Sieff, Sieff, Sieff

Jeanloup Sieff, un style inimitable : Jill Kennington, Angleterre, 1964. ter à revoir quelques uns de ses beaux ouvrages ­dont l’excellent De­ main le temps sera plus vieux édité par Contrejour en 1990­ ou simplement son site www.jeanloupsieff.com. Jean-Marc Bodson U Bruxelles, Young Gallery, avenue Louise, 75b (Wiltcher’sPlace). Jusqu’au 6 avril, du mardi au samedi, de 11h à18h30. Renseignements : www.younggalleryphoto.com

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


6

Les galeries

SEMAINE DU 15 AU 21 MARS 2013 ARTS LIBRE

Encres et pigments

Galeries BRUXELLES A.L.I.C.E. Détails d'une rue. Oeuvres d'Olivier Kosta-Théfaine. ‣ Du 21·03 au 30·04. Du Me. au S. de 14 à 18h ou sur rdv. URue du Pays de Liège 4 - 1000 Bruxelles 02 513 33 07 - www.alicebxl.com

Albert Dumont Yvonne Cattier. Peintures. ‣ Jusqu'au 24·03. Du J. au D. de 13h30 à 19h ou sur rdv. URue Léon Lepage 43 - 1000 Bruxelles 02 512 49 43 - www.galeriedumont.be

COURTESY GALERIE 2016

B-Gallery Past Forward. Photos de Katherine Longly. ‣ Jusqu'au 23·03. Du Me. au S. de 13 à 18h, fermé les j.f. UGalerie Bortier - Rue Saint-Jean 17 1000 Bruxelles - 02 279 64 03 www.brupass.be

CLEARING Moon and a Half. Oeuvres de Korakrit Arunanondchai, Aaron Aujla, Henri Michaux et Loïc Raguénès. ‣ Jusqu'au 23·03. Du Me. au S. de 14 à 18h ou sur rdv. The Shadow Knows. Oeuvres de Dylan Bailey, William Blake, Isaac Brest, Natalie Czech, Cooper Jacoby, Dylan Lynch et Lili Reynaud-Dewar. ‣ Jusqu'au 23·03. Horaires ci-dessus. UAvenue Louise 292 - 1000 Bruxelles 02 644 49 11 - www.c-l-e-a-r-i-n-g.com

Catherine Bastide Ficcionario. Oeuvres vidéo de Sebastian Diaz Morales. ‣ Jusqu'au 23·03. Du Ma. au S. de 11 à 18h ou sur rdv. URue Vandenbrandenstraat 1 - 1000 Bruxelles - 02 646 29 71 www.catherinebastide.com

Champaka Fragments de Valentina. Avec “Valentina”, Guido Crepax (1933-2003) s'affirme comme le géant du dessin en noir et blanc et l'érotisme cérébral trouve son grand maître. ‣ Jusqu'au 07·04. Du Me. au S. de 11 à 18h30, le D. de 10h30 à 13h30. URue Ernest Allard 27 - 1000 Bruxelles 02 514 91 52 ou 0475 26 94 08 www.galeriechampaka.com

dépendance Inner Piece. Oeuvres d'Hanna Schwarz. ‣ Jusqu'au 12·04. Du Me. au V. de 14 à 18h, le S. de 12 à 18h ou sur rdv. URue du Marché aux Porcs 4 - 1000 Bruxelles - 02 217 74 00 - www.dependance.be

Design Vlaanderen Paradigm. L'expo présente le travail de 18 artistes norvégiens utilisant la céramique, le verre et le métal. ‣ Jusqu'au 17·03. Du Ma. au V. de 12 à 17h, les S. et D. de 13 à 17h ou sur rdv. URue de la Chancellerie 19 - 1000 Bruxelles - 02 227 60 60 - www.designvlaanderen.be

Double One Photo Art Gallery Crop Circles. Photos de Philippe Ullens ‣ Jusqu'au 30·03. Du Ma. au D. de 11 à 19h. UGalerie du Roi 11 - 1000 Bruxelles 0484 47 83 81

Etablissement d'en face projects Steinar Haga Kristensen. Installations. ‣ Jusqu'au 21·04. Du Me. au D. de 14 à 18h. URue Ravenstein 32 - 1000 Bruxelles 02 219 44 51 www.etablissementdenfaceprojects.org

Galerie 2016 & Mira Sandro Godel. Peintures. ‣ Jusqu'au

Les heureuses transparences de Sandro Godel Il est Suisse, né à Estavayer­le­Lac en 1961, et il a fourbi ses armes à Paris auprès de Tinguely. Graveur d’exception, il est aussi, et cette nouvelle exposition s’avère magnifique à cet égard, un peintre qui surprend et enchante. Jumelant encres et pigments, il parvient à confier à ses papiers, marouflés sur toile, des transparences qui, éclairant l’œuvre d’une aura de démultiplications chatoyantes et subtiles, doublent la mise technique de sensations aussi fortes que délicates. Il y a, chez lui, les coups de brosse tranchés et dominants, il y a aussi les passages moins structurés, plus envahissants et légers, presque bondissants, qui détaillent et font vibrer des harmonies, des éclaircies, des énergies bien présentes. Godel confie du coffre aux ombres, donne vie aux cendres, illumine la nuit noire et un beau poème d’un de ses parents, Vahé Godel, dit bien les vérités du travail plastique du cousin Sandro. L’exposition est féconde, se diversifie allègrement entre tableaux plus structurés mais toujours empreints de souplesses, et toiles plus aériennes qui n’écartent pourtant pas les turbulences. Un peu comme si les travaux de Godel étaient des fenêtres ouvertes sur des espaces de liberté et d’éclaircies dans un monde qui n’est jamais tout à fait noir ou rose. Il excelle même dans les gris sur gris comme il manie avec délicatesse les ocres. Paysages de l’âme et de l’infini, les tableaux de Sandro Godel ne sont surtout pas des abstractions de plus. Ici, 40 chants du monde heureusement aboutis vous embrassent d’un seul tenant le dit et l’indicible. A la perfection technique, aux matières généreusement actives, Godel adjoint une petite cantate humaine, infiniment vibratile. (R.P.T.)

U Galerie 2016, rue des Pierres 16, 1000 Bruxelles. Jusqu’au 30 mars, du jeudi au dimanche, de 13 à 18h. Infos : 02.502.81.16. et www.galerie2016­mira.be

30·03. Du J. au D. de 13 à 18h.

URue des Pierres 16 - 1000 Bruxelles 02 502 81 16 - www.galerie2016-mira.be

Galerie Paris-Beijing Liu Bolin. Artiste contestataire, il est surtout connu pour ses photos de luimême dissimulé dans ses paysages. La

galerie lui consacre une rétrospective. ‣ Jusqu'au 11·05. Du Ma. au S. de 11 à 19h. URue Hôtel des Monnaies 66 - 1000 Bruxelles - 02 851 04 13 www.galerieparisbeijing.com

Gladstone Gallery Kalendergeschichten.

Oeuvres

Arts Libre. Supplément hebdomadaire à La Libre Belgique. Coordination rédactionnelle : Gilles Milecan et Camille de Marcilly. Réalisation : IPM Press Print. Administrateur délégué- éditeur responsable : François le Hodey. Rédacteur en chef : Vincent Slits. Rédacteur en chef adjoint : Pierre-François Lovens. Conception graphique : Bruno Bausier, Jean-Pierre Lambert. Publicité : Martine Levau (0032.2.211.29.12 – martine.levau@ipmadvertising.be).

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Les galeries

SEMAINE DU 15 AU 21 MARS 2013 ARTS LIBRE

d'Hanne Darboven. ‣ Du 16·03 au 27·04. Du Ma. au V. de 10 à 18h, le S. de 12 à 18h. URue du Grand Cerf 12 - 1000 Bruxelles 02 513 35 31 - www.gladstonegallery.com

Jan Mot Fictionnalisme: une pièce à conviction. Oeuvres de Jean Brolly, Georges Bully, Herman Daled, Lidewij Edelkoort, Françoise Epstein, Dominique Païni et Michel Tournereau. ‣ Jusqu'au 20·04. Du J. au S. de 14 à 18h30 ou sur rdv. URue A. Dansaert 190 - 1000 Bruxelles 02 514 10 10 - www.janmot.com

Meessen De Clercq Continuum. Les grands travaux d'Evariste Richer soulignent son intérêt pour l'immensité. ‣ Jusqu'au 23·03. Du Ma. au S. de 11 à 18h. The Philosophical Nail. Oeuvres de James Lee Byars. ‣ Jusqu'au 23·03. The Price of Nails. Susan Collis explore la vastitude et la complexité de notre environnement en mettant en confrontation monde réel et images perçues. ‣ Jusqu'au 23·03. URue de l'Abbaye 2 - 1000 Bruxelles 02 644 34 54 - www.meessendeclercq.com

MOT International Repeated Affinity. Oeuvres d'Aleksandra Domanovic, Gaillard & Claude et Manfred Jade. ‣ Jusqu'au 16·03. Du Me. au S. de 11 à 18h ou sur rdv. URue Vandenbranden 1 - 1000 Bruxelles 02 511 16 52 - www.motinternational.org

Petits Papiers Cosmos. A travers une trentaine d'oeuvres en noir et blanc et de sculptures colorées, l'expo met en regard le travail d'Hervé Di Rosa et Philippe Druillet, dont l'univers se nourrit de récits d'anticipation et d'imagerie de science-fiction. ‣ Jusqu'au 31·03. Du Me. au D. de 11 à 18h30. UPlace du Grand Sablon - Rue de Bodenbroek 8 - 1000 Bruxelles - 0478 31 92 82 www.petitspapiers.be

Pierre Hallet Je ma Muse. Peintures de Jacqueline Devreux, déclinaisons d'autoportraits au récit davantage autofictif qu'autobiographique. ‣ Du 21·03 au 09·05. Du Ma. au S. (fermé le Me.) de 14h30 à 18h30, le D. de 11h30 à 13h30. URue E. Allard 33 - 1000 Bruxelles 02 512 25 23 - www.galeriepierrehallet.com

Quest 21 Thomas Lohmann & Eric Monbel. Lohmann confronte ses peintures délicates aux encres sobres de Monbel. ‣ Jusqu'au 06·04. Le Me. de 12 à 16h, les V. et S. de 12 à 18h ou sur rdv. UAvenue de Stalingrad 21 - 1000 Bruxelles 0473 81 36 90 - www.quest21-art.be

Sorry We're Closed Flat Retrospective. Oeuvres de Dan Perjovschi. ‣ Du 18·03 au 18·05. Uniquement sur rdv. URue de la régence 65 - 1000 Bruxelles 0478 35 42 13 - www.sorrywereclosed.com

Synthèse Alberto Cont. Toiles et papiers. ‣ Du 21·03 au 25·05. Du J. au S. de 14h30 à 18h30. Entre deux. Sélection d'oeuvres sur papier. ‣ Jusqu'au 16·03. Du J. au S. de 14h30 à 18h30. URue E. Allard 24 - 1000 Bruxelles 02 514 40 55 - www.galeriesynthese.be

van der Mieden Un air banane. Oeuvres de Freek Wambacq. ‣ Jusqu'au 21·04. Du Me. au S. de 14 à 18h. URue d’Alost 10 - 1000 Bruxelles 02 513 62 12 - www.vandermieden.com

Young Gallery Les Sieff. Oeuvres de Jeanloup, Barbara, Sonia et Sacha Sieff. ‣ Jusqu'au 06·04. Du Ma. au S. de 11 à 18h30.

UAvenue Louise 75b (Hôtel Conrad) 1050 Bruxelles - 02 374 07 04 www.younggalleryphoto.com

Artiscope Foreshadow. L’artiste florentin Fabrizio Corneli envahit la galerie de ses œuvres dans lesquelles la lumière et les ombres sont les composantes essentielles. ‣ Jusqu'au 26·04. Du L. au V. de 14 à 18h.

UBoulevard Saint-Michel 35 - 1040 Bruxelles - 02 735 52 12 - www.artiscope.be

105 Besme Dan Van Severen. Une sélection inédite de dessins et travaux sur papier. ‣ Du 16·03 au 15·05. Les 16 et 17-03, ainsi que du 19 au 21-04 de 14 à 19h, les autres jours sur rdv. UAvenue Besme 105 - 1190 Bruxelles 0475 29 98 73 - www.105besme.be

Quadri Jacques Lacomblez. Peintures et encres récentes. ‣ Jusqu'au 05·04. Les V. et S. de 14 à 18h ou sur rdv. UAvenue Reine Marie-Henriette 105 1190 Bruxelles - 02 640 95 63 www.galeriequadri.be

Albert Baronian Interritorial und territòriàlis. Sculptures d'Olaf Holzapfel. ‣ Jusqu'au 23·03. Du Ma. au S. de 12 à 18h. URue Isidore Verheyden 2 - 1050 Bruxelles 02 512 92 95 - www.baronianfrancey.com

Almine Rech Black Swamp. Oeuvres de Mark Hagen. ‣ Jusqu'au 10·04. Du Ma. au S. de 11 à 19h.

Galerie d'Ys Poupées Masquées. Peintures et dessins de Yasemin Senel. ‣ Jusqu'au 24·03. Du J. au S. de 14 à 18h, le D. de 11 à 15h.

URue Charles Decoster 8 - 1050 Bruxelles 02 648 14 05 - www.galerie-obadia.com

URue de l'Arbre Bénit 84 - 1050 Bruxelles 0499 22 57 66 - www.galeriedys.com

Puls Contemporary Ceramics Wouter Dam & Turi Heisselsberg Pedersen. ‣ Jusqu'au 04·04. Du Me. au S. de 13 à 18h.

Galerie Lazarew The Birth of Gravity. Photographies de Yuriko Takagi. ‣ Jusqu'au 30·03. Du Ma. au V. de 14 à 19h, le S. de 11 à 20h.

Xavier Hufkens David Altmejd. ‣ Jusqu'au 20·03. Du Ma. au S. de 11 à 18h.

UAvenue Louis Lepoutre 112 - 1050 Bruxelles - 02 345 30 83 - www.galerie-lazarew.fr

Jozsa Gallery Moi aussi je fais des trucs sympas mais n'oublie pas de brancher la prise !. Oeuvres de Natalia De Mello. ‣ Du 21·03 au 18·05. Du J. au S. de 12 à 18h ou sur rdv.

URue du Page 19 - 1050 Bruxelles 02 640 26 55 - www.pulsceramics.com

URue Saint-Georges 6-8 - 1050 Bruxelles 02 639 67 30 - www.xavierhufkens.com

XXL ART on Waterloo 503 En marge de l'Ecole de Nice. Oeuvres

7

d'Arman, Ben, Sosno, Vennet, Christo, Viallat, Chubac... ‣ Jusqu'au 16·03. Du J. au S. de 14 à 18h. UChaussée de Waterloo 503 - 1050 Bruxelles - 0472 45 81 49

Zedes Art Gallery Karlo Binsztok. ‣ Jusqu'au 30·03. Du Me. au V. de 12h à 18h et le S. de 14h à 18h. URue Paul Lauters 36 - 1050 Bruxelles 02 646 00 04 ou 0475 52 62 58 www.zedes-art-gallery.be

100 Titres On s'en souviendra de la planète. La galerie propose de (re)découvrir un des derniers grands surréalistes en Belgi-

URue Saint-Georges 24 - 1050 Bruxelles 0478 48 77 09 - www.jozsagallery.com

Nadine Feront Silent Anatomies. Oeuvres d'Agnes Arnould, Pascale Barret, Ellen Cantor, Sébastien Marciak, Selcuk Mutlu et Jerôme Poloczek. ‣ Jusqu'au 27·04. Du J. au S. de 14 à 18h30. URue Saint-Georges 32 - 1050 Bruxelles 02 640 34 44 - www.nadineferont.com

Nathalie Obadia Spanning Time. Peintures de Brenna Youngblood. ‣ Jusqu'au 06·04. Du Ma. au V. de 10 à 18h, le S. de 14 à 18h.

URue de l'Abbaye 20 - 1050 Bruxelles 02 648 56 84 - www.alminerech.com

Anyspace Co|oc. Manuel Larrazábal et Antonio Guiotto présentent un dialogue qui prend la forme d'une cohabitation artistique. ‣ Jusqu'au 04·04. Du J. au S. de 14 à 18h ou sur rdv. URue Van Eyck 59 - 1050 Bruxelles 0471 88 26 17 - www.anyspace.be

Bodson-Emelinckx Stop-Over. Street Art avec ROA. ‣ Jusqu'au 23·03. Du Me. au S. de 14 à 19h. URue de Hennin 70 - 1050 Bruxelles 02 648 40 06 - www.bodson-emelinckx.com

Didier Devillez Masque et varia. ‣ Jusqu'au 23·03. Du J. au S. de 14h à 18h30 ou sur rdv. URue E. Van Driessche 53 - 1050 Bruxelles 02 215 82 05 www.galeriedidierdevillez.be

Dubois Friedland Indisciplinées / Carte blanche à Karine Marenne. Avec les oeuvres de Pascale Barret, Karine Marenne et Dominique Thirion. Performance en commun, photos, dessins, vidéos et oeuvres plastiques se réunissent pour créer un moment de partage, de poésie et de provocation. ‣ Jusqu'au 16·03. Uniquement sur rdv. URue Souveraine 97 - 1050 Bruxelles 0470 54 98 98 - www.duboisfriedland.com

Elaine Levy Project Breakin' Windows. Oeuvres de Stephen Felton. ‣ Jusqu'au 30·03. Du J. au S. de 14 à 19h ou sur rdv. URue Fourmois 9 - 1050 Bruxelles 02 534 77 72 - www.elainelevyproject.com

Esther Verhaeghe Art Concepts Daniel Enkaoua. Peintures figuratives. ‣ Jusqu'au 15·05. Du Ma. au S. de 14 à 18h. URue Mignot Delstanche 51 - 1050 Bruxelles - 0476 28 37 35 - www.estherverhaeghe.com

Feizi Gallery Cheap Body. Oeuvres de Qin Ga. ‣ Jusqu'au 06·04. Du Me. au S. de 14 à 18h. URue de l'Abbaye 8b - 1050 Bruxelles 02 647 55 16 www.feizi-gallery.com

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


8

Les galeries

SEMAINE DU 15 AU 21 MARS 2013 ARTS LIBRE

Dédoublement

URue A. Cluysenaar 2 - 1060 Bruxelles 02 534 03 43 - www.100titres.be

Aeroplastics Contemporary Fearless Realism. Peintures récentes de Till Rabus. ‣ Jusqu'au 16·03. Du Ma. au V. de 11 à 18h, le S. de 14 à 18h ou sur rdv. Les non-dupes errent. Dessins récents de Dennis Scholl. ‣ Jusqu'au 16·03. URue Blanche 32 - 1060 Bruxelles 02 537 22 02 - www.aeroplastics.net

Antonio Nardone Laurent Dierckx. Peintures. ‣ Jusqu'au 16·03. Du Me. au S. de 14 à 18h ou sur rdv.

‣ Jusqu'au 20·04. Du Me. au V. de 14 à

‣ Jusqu'au 29·06. Du Ma. au S. de 14 à

URue Faider 12 - 1060 Bruxelles 02 538 71 18 - www.galeriefaider.be

UChaussée de Charleroi 108 - 1060 Bruxelles - 02 537 81 360 ou 0477 25 26 92 www.pascalpolar.be

19h, le S. de 14 à 18h ou sur rdv.

Galerie Arielle d'Hauterives Rêves d'Arctique. Alice Pieters pose un regard tendre et aiguisé sur les ours polaires, représentés à travers sculptures, dessins et peintures. ‣ Jusqu'au 29·03. Du Me. au S. de 14h à 19h ou sur rdv. URue Tasson Snel 37 - 1060 Bruxelles 0477 70 02 32 - www.arielledhauterives.be

Le Salon d'Art Apparition Disparition. Pastels et gravures de Maurice Pasternak. ‣ Jusqu'au 11·05. Du Ma. au V. de 14h à 18h30, le S. de 9h30 à 12h et de 14 à 18h.

URue Saint-Bernard 34-36 - 1060 Bruxelles 02 333 20 10 www.galerieantonionardone.be

URue de l'Hôtel des Monnaies 81 1060 Bruxelles - 02 537 66 40 www.lesalondart.be

D+T Project Zachary Formwalt. Films et photos. ‣ Jusqu'au 30·03. Du J. au S. de 12 à 18h30 ou sur rdv.

Pascal Polar Eye for an eye, image for an image. Originaire du Soudan, Musa est un artiste contemporain majeur d'héritage à la fois européen, arabe et africain. Sa technique, basée sur l'assemblage de textiles, le distingue par son traitement et son assimilation de la culture et de l'histoire de l'art occidentale.

URue Bosquet 4 - 1060 Bruxelles 02 537 76 30 - www.dt-project.com

Faider Renaat Ivens. Oeuvres récentes.

19h ou sur rdv.

Valérie Bach Macula. Peintures de Gérard Alary. ‣ Jusqu'au 30·03. Du J. au S. de 11 à 13h et de 14 à 19h, le Me. sur rdv. URue Faider 6 - 1060 Bruxelles 02 502 78 24 - www.galerievaleriebach.com

COURTESY KRETHLOW GALLERY BERNE/BRUXELLES

que, André Stas, à travers ses principales séries de collages, depuis les années 70 jusqu'à nos jours. ‣ Jusqu'au 24·03. Du J. au D. de 14 à 19h.

LaGalerie.be Ex-voto. L'exposition réunit 79 artistes, dont Michel Bocart, John Bulteel, Olivier Marcovich, Romina Remmo, JeanClaude Saudoyez... ‣ Jusqu'au 17·03. Uniquement sur rdv. URue Vanderlinden 65 - 1030 Bruxelles 0485 79 95 01 - www.lagalerie.be

Rossicontemporary Le Bleu du ciel est sans pourquoi. Dessins de Romain Cadilhon. ‣ Jusqu'au 13·04. Les J. et V. de 13 à 17h, le S. de 14 à 18h ou sur rdv. Non madame, tout ne va pas si mal. Peintures de Jean-Louis Micha. ‣ Jusqu'au 13·04. Second-Hand Emotions. Peintures de Simon Laureyns. ‣ Jusqu'au 13·04. URivoli Building - Chaussée de Waterloo 690 - 1180 Bruxelles - 0486 31 00 92 www.rossicontemporary.be

DS Galerie Le Rêve du soldat. Photographies d'Armyde Peignier, gravures et sérigraphies d'Olivier Sonck. ‣ Jusqu'au 24·03. Du V. au D. de 11 à 19h ou sur rdv. URue de l'Hospice communal 67 1170 Bruxelles - 02 675 83 80 www.louisedsgalerie.com

Galerie Verhaeren Deepam, festival des lumières. Olivier Vin présente, en noir et blanc, ses images d'un festival religieux du sud de l'Inde, célébration des dieux et de la lumière. ‣ Jusqu'au 31·03. Du Me. au S. de 14 à 18h, le D. de 10 à 13h. Fragments et Formes. Le photographe Alex Koutsalexis construit, à partir de la réalité, des images apparemment abstraites mais auxquelles de courts textes donnent un sens et une vie propres. ‣ Jusqu'au 31·03. Du Me. au S. de 14 à 18h, le D. de 10 à 13h. URue Gratès 7 - 1170 Bruxelles 02 662 16 99 - www.lavenerie.be

BRABANT WALLON BRAINE-L'ALLEUD Galerie 360° Intervalle. Peintures de Véronique Decoster. ‣ Jusqu'au 30·03. Le Me. de 15 à 18h et le S. de 14 à 17h en présence de l'artiste. UPlace Abbé Renard 1 - 1420 Braine-l'Alleud - 02 384 63 17 http://galerie360.braine-lalleud.be

Dessin et extension Installée à Bruxelles depuis une bonne année, la galerie Krethlow, doublure de la galerie bernoise (1992) de belle réputation, s’est spécialisée dans le dessin et, sous le signe de la diversification, consacre dorénavant un second espace, Lounge, à des expositions dont le curateur est Philip Braem. Le dessin est à considérer dans une large acceptation, preuve par l’actuelle exposition d’Inga Häusermann (Suisse, 1971 – Vit à Berne), une première en Belgique. Son travail s’apparente à la peinture à travers une technique mixte très personnelle qui donne la sensation de l’apparition de l’image, tout autant que de sa disparition. Cette manière de piéger la réalité et le temps dépend d’un travail sur papier effectué au verso qui révèle donc les images par transparence. Le papier imbibé provoque littéralement une épiphanie de portraits humains qui contiennent en leur statut leur état éphémère. C’est précisément cette concision, cette contraction de la présence et de l’absence, qui donnent au travail toute son originalité et sa profondeur non sans insérer quelques étrangetés. L’ensemble Lounge #1 réunit quatre plasticiens. Franz Burkhardt qui pratique le collage à partir de clichés érotiques des années cinquante, Sylvie Janssens de Bisthoven qui déforme des corps par pliage de papiers collés; le sculpteur de petites personnages étranges mi jouet, mi martien, Maen Florin et Hans Verhaegen dont les grandes impressions d’imbrications chromatiques sont extraites de réalisations vidéos programmées. (C.L.)

U Inga Häusermann. Fleur de sel. Lounge #1 : Franz Burkhardt, Sylvie Janssens de Bisthoven, Maen Florin et Hans Verhaegen. Galerie Krethlow, 24, av. Jean Volders, 1060 Bruxelles. Jusqu’au 30 mars. Jeudi et vendredi de 14h à 18h, samedi de 11h à 16h. www.krethlow.be

GLABAIS Espace B Portraits et auto-portraits. Oeuvres de Camille De Taeye. ‣ Jusqu'au 24·03. Les S. et D. de 14 à 18h ou sur rdv. UHaute Rue 33 - 1473 Glabais 067 79 08 11 - www.espaceb.be

HAINAUT COUILLET Jacques Cerami Under the Bridge #2. Oeuvres de Vincent Beeckman, Michel Couturier, Ronny Delrue, Jean Revillard, Philippe Herbet, Francesco Nonino... ‣ Du 16·03 au 27·04. Du Me. au V. de 14 à 19h, le S. de 11 à 18h, fermé les j.f. ainsi que du 03 au 06·04. URoute de Philippeville 346 - 6010 Couillet - 071 36 00 65 ou 0477 78 44 34 www.galeriecerami.be

LIÈGE LIÈGE Liehrmann Pierre Alechinsky. Estampes. ‣ Jusqu'au 15·03. Du Me. au S. de 13 à 18h30, le D. de 11 à 13h.

Nadja Vilenne Jacqueline Mesmaeker. ‣ Jusqu'au 21·04. Du J. au S. de 14 à 18h ou sur rdv. Olivier Foulon. Petits et grands formats. ‣ Jusqu'au 21·04. URue du Commandant Marchand 5 4000 Liège - 04 227 19 91 www.nadjavilenne.com

UBoulevard Piercot 4 - 4000 Liège 04 223 58 93 - www.galerie-liehrmann.be

STAVELOT

Monos Gallery French Stamp. Gravures de Christian Bonnefoi, Sylvie Turpin, Bernar Venet, Claude Viallat et Tony Soulié. ‣ Du 17·03 au 19·05. Du V. au D. de 14h30 à 18h30 ou sur rdv.

Triangle bleu Pieter Laurens Mol. L'artiste décline son oeuvre en sculptures, installations, photos, peintures, dessins et mixed media, avec un sens tantôt mystique, tantôt poétique et mystérieux versant parfois dans la poésie de l'absurde. ‣ Jusqu'au 14·04. Du J. au D. de 14 à 18h30.

URue Henri Blès 39 - 4000 Liège 04 224 16 00 ou 0485 91 16 02 www.monosgallery.com

UCour de l'Abbaye 5 - 4970 Stavelot 080 86 42 94 - www.trianglebleu.be

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Les galeries

SEMAINE DU 15 AU 21 MARS 2013 ARTS LIBRE

9

A l’étranger France

UChâteau de Petit-Leez - Rue de Petit-Leez 129 - 5031 Grand-Leez - 081 64 08 66 www.exit11.be

JAMBES

Office Baroque Gallery Notes on Neo-Camp. Oeuvres de Matthew Brannon, Anthea Hamilton, Allison Katz, Paul Lee, Daniel Sinsel, Ricky Swallow, Camilla Wills... ‣ Jusqu'au 20·04. Du Me. au S. de 14 à 18h ou sur rdv. ULange Kievitstraat 48 - 2018 Antwerpen 0484 59 92 28 - www.officebaroque.com

BRABANT FLAMAND

Détour Raccourci en détour. Oeuvres de Jean-Pierre Maury. ‣ Du 20·03 au 20·04. Du Ma. au V. de 12h30 à 17h30, le S. de 14 à 18h. UAvenue Jean Materne 166 - 5100 Jambes -081 24 64 43 - www.galeriedetour.be

NAMUR Gery Art Gallery Images d'été. Michel Peetz présente pour la première fois une série complète de ses fausses cartes postales, une centaine de vues de la côte belge ainsi que l'intégralité de la collection “Namur au 15 août”. ‣ Jusqu'au 13·04. Du J. au S. de 14 à 18h ou sur rdv. URue des Brasseurs 38 - 5000 Namur 0475 60 25 58 - www.geryartgallery.com

Rive Gauche Clotilde Ancarani. Peintures et sculptures. ‣ Jusqu'au 29·03. Du Me. au S. de 11 à 13h et de 14 à 18h30 ou sur rdv. URue de la Croix 17 - 5000 Namur 0477 39 18 70 - www.rivegauche.be

ANVERS ANVERS Fifty One Fine Art Photography The Quest for the Man on the White Donkey. Le photographe Yaakov Israel explore son pays d'origine: Israël. ‣ Jusqu'au 30·03. Du Ma. au S. de 13 à 18h ou sur rdv. UZirkstraat 20 - 2000 Antwerpen 03 289 84 58 - www.gallery51.com

Micheline Szwajcer Hans-Peter Feldmann. ‣ Jusqu'au

ASSE De Ziener Jean-Georges Massart. Oeuvres récentes. ‣ Jusqu'au 21·04. Du V. au D. de 15 à 18h ou sur rdv.

COURTESY ALMINE RECH GALLERY

Exit11 Contemporary Art Please leave a message. Oeuvres d'Alain Bornain, Jörg Coblenz, Luc Fierens, Christian Grenier, Jacques Lennep, Robert Quint, Alice Janne... ‣ Jusqu'au 07·04. Les S. et D. de 10 à 18h ou sur rdv.

UVerlatstraat 14 - 2000 Antwerpen 03 237 11 27 - www.gms.be

UStationsstraat 55 - 1730 Asse 02 452 77 86 ou 0472 55 25 70 www.deziener.be

OTEGEM Deweer Gallery Panamarenko Revisited. Oeuvres de Panamarenko. ‣ Du 17·03 au 28·04. Du Me. au V., ainsi que le D., de 14 à 18h ou sur rdv, fermé les 31·03 et 21·04. Where is your alibi, Mr Motorway ?. Oeuvres de Kasia Fudakowski. ‣ Du 17·03 au 28·04. Horaires ci-dessus. UTiegemstraat 6a - 8553 Otegem 056 64 48 93 - www.deweergallery.com

Dans une démarche duchampienne revisitée (“C’est le regardeur qui fait l’œuvre”), l’artiste français (1964) s’applique à proposer des œuvres à plusieurs niveaux de lecture. A l’occasion de la pu­ blication du livre “Hyperobjets d’art” (éd. Incertain Sens) il pré­ sente des nouvelles séries d’objets issus de son encyclopédie OXO. U Jusqu’au 13 avril. Galerie Lara Vincy, 47 rue de Seine, 75006 Paris. www.lara­vincy.com

Ugo Rondinone – Peinture & objet Paris - Almine Rech Gallery L’artiste suisse (1964 – Vit à NY) montre d’une part des lunes à différents stades, aux reflets bleutés et argentés, peintures mura­ les devant lesquelles le regard doit se concentrer tant leurs con­ tours demeurent incertains, ainsi que trente bougies en bronze et plomb qui renforcent l’idée de temps suspendu. U Jusqu’au 12 avril. Almine Rech Gallery, 64 rue de Turenne, 75003 Paris. www.alminerech.com

Angleterre

FLANDRE OCCIDENTALE COURTTHOMAS DANE GALLERY ESY

GRAND-LEEZ

20·04. Du Ma. au V. de 10 à 18h30 et le S. de 12 à 18h30.

Dominick Di Meo – Peinture Londres -Thomas Dane Gallery L’exposition de l’artiste américain (1927 – Vit à NY), “Limp Voyeur in a Humid Landscape” est le reflet d’un travail pictural marqué par un certain humour noir et une pratique du transfert des images de manière à les placer dans un espace où, distordues, déformées, elles flottent comme perdues et énigmatiques. U Jusqu’au 13 avril. Thomas Dane Gallery, 6, 3 & 11 Duke Street, St James’s, SW1Y 6BN Londres. www.thomasdane.com

FLANDRE ORIENTALE

Luxembourg

GENT Fortlaan 17 Hunt. Peintures et sculptures de Stief Desmet. ‣ Jusqu'au 20·04. Du Me. au V. de 14 à 18h, le S. de 12 à 18h. UFortlaan 17 - 9000 Gent - 09 222 00 33 www.fortlaan17.com

Contact Agenda culturel : Tél. : 02.211.27.23 Email : agenda@lalibre.be

COURTESY NOSBAUM & REDING

NAMUR

COURTESY GALERIE LARA VINCY

Pascal Le Coq - Objets Paris - Galerie Lara Vincy

Manuel Ocampo & Guests – Peinture & sculpture Luxembourg – Nosbaum & Reding L’exposition est une rencontre d´un artiste contemporain, un peintre, Manuel Ocampo et d´une sélection de sculptures d´art premier, masque Punu ou figure Basikasingo. La peinture de l’ar­ tiste originaire des Philippines est un mixte de modernité et d’influences de rites païens ancestraux. U Jusqu’au 20 avril. Nosbaum et Reding, 4, rue Wiltheim, 2733 Luxembourg. www.nosbaumreding.lu

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


10

Adjugé!

Toussaint

Henry Auguste Le 25 janvier der­ nier, on vendait à Paris chez Arte­ misia Auctions, des souvenirs du premier Empire. On y trouvait no­ tamment un por­ trait en pied peint par Alexandre Casanova (1777­ 1844) figurant le capitaine Jean­Baptiste de La­ borde. Daté de 1805, annoncé à 40 000 €, il a été vendu à cette norme, soit 43 000 €, frais compris. Il s’y trouvait également un dessin de projet pour la psyché de table de la princesse Pauline Bonaparte. La feuille de 900 x 600 mm passa de 8000 à 31000€. Elle était signée de Cavelier. Puis il y avait ce projet très abouti du service à thé de la reine Hortense de Hollande, façonné par Henry Auguste. La feuille de 350 x 400 mm changea de mains contre 11500 €, à plus du double de l’estimation haute.

Amberes a fort bien travaillé la semaine passée avec sa vente d’art classique. Il s’y trouvait un lustre remarquable de la fin du XIXe siècle qui a été vendu à 6 700 €, puis aussi cette sculp­ ture à la manière renaissante et florentine, dans un cadre idoine, le tout sans doute du XIXe siècle finissant. Ce lot­là trouva preneur à 11 700 €. Le tableau de Verwée figuré ci­con­ tre et montrant un jour de moisson s’en alla contre 5 500 €.

5 500 €

AMBERES

AMBERES

ARTEMISIA

Alfons Verwée

SEMAINE DU 15 AU 21 MARS 2013 ARTS LIBRE

Le 11 mars dernier chez Amberes à Anvers, on vendait des fournitures meublantes et décora­ tives dont nous avions parlé naguère. Cette toile de 69 x 74 cm, peinte par Fernand Tous­ saint et figurant une “Jeune Femme dans un Parc” a été vendue à 9 000 € frais compris. Par ailleurs, la “Nature morte de gibier à plumes et au sanglier” attribuée à Pieter Boel a été adju­ gée à seulement 7 000 €, frais compris.

9 000 €

11 500 €

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Adjugé!

SEMAINE DU 15 AU 21 MARS 2013 ARTS LIBRE

11

l Vente publique

Effets décoratifs chez Godts

GODTS

Ces deux feuilles font partie du volume de Bartoli reprenant des peintures antiques découvertes à Rome et imprimées à Paris en 1757. On en attend 6000 €.

h On peut être libraire de livres et documents anciens et avoir à négocier des choses plus décoratives que des archives. LA VENTE DE CE 19 MARS CHEZ HENRI Godts est comme à chaque fois d’une diversité éloquente en ce qu’elle souligne la richesse des bibliothèques belges voire des greniers où sont parfois entreposés des documents rares hérités depuis plusieurs générations. La dispersion comprendra bien sûr ses nombreux lots de li­ vres illustrés et imprimés des XIXe et XXe siè­ cles, mais on nous excusera d’évoquer ici d’abord et avant tout les lots chargés d’effets décoratifs. C’est le cas dès l’apparition de la section des dessins et gravures avec un point d’orgue en faveur de Rembrandt Harmensz van Rijn dont on offre entre 5000 et 6000 € un recueil en retirage du milieu du XIXe siècle de la quasi­totalité de l’œuvre gravé du peintre hollandais. Le lot contient 373 feuilles. Juste après suivent des gravures de Piranese, con­ nues pour représenter des vues de Rome ou de prisons. Ici, il s’agit de la colonne Trajane (150 à 200€) et du “Campidoglio” (400 à 500 €), en tirage d’époque encadrés. En avançant dans le catalogue, visible sur le net sous www.godts.com, on trouve au nu­ méro 64 pas moins de six zincographies imagi­ nées par Alphonse Mucha (1860­1939) pour commémorer un dîner de gala donné à Bruxel­ les le 1er mars 1898. Le lot de style Art nouveau est annoncé entre 6000 et 8000 €. Il s’agit en fait des projets pour les menus de cette soirée qui dut être grandiose. Ces feuilles ne sont ré­ pertoriées nulle part ce qui explique leur prix d’estimation alors que les documents sont de petites tailles. Le lot 66 renferme quant à lui un

ensemble de cinq feuilles de formats moyens ornées de peintures sans doute à vocation mu­ rales. Les peintures figurent des déesses comme Terpsichore ou Erato mais aussi des natures mortes de fruits et un ravissant visage d’enfant couronné de pampre et de feuillages de raisins. Le lot est annoncé entre 200 et 250 €. Le lot 103 revient à Luc Lafnet (Liège 1899 – Reuil 1939) dont nous avons parlé na­ guère suite à une vente de son fond d’atelier à Paris chez Artcurial. Ici, on proposera un lot de sept dessins consacrés aux “Sept péchés capi­ taux” à l’encre de Chine, rehauts de mine de plomb et de crayon rouge. Sous cadres, ces compositions sont annoncées entre 700 et 900 € pour le tout bien sûr. Notons encore sous la bannière 180, un superbe et très rare volume de planches gravées et rehaussées de couleurs de décors antiques se trouvant à Rome. L’édi­ tion voulue par l’archéologue et antiquaire comte de Caylus( 1692­1765), à Paris reprend des travaux de Bartoli (1635­1700). Seuls trente volumes ont été imprimés. Le lot est de ce fait annoncé entre 6000 et 7000 €. Parmi les éléments de cette vente qui sont amusants et instructifs, il y a ces souvenirs d’un jeune chasseur sur le retour, depuis sa naissance jusqu’à son mariage. Le volume da­ tant des années 1850 est orné de trente­quatre gravures de scènes de chasse épiques et pleine d’humour. L’auteur en est le marquis Adrien de Mun et le volume est annoncé entre 200 et 250 €. Le lot suivant (n°111) est d’un grand in­ térêt journalistique car il s’agit de 450 photo­ graphies (parfois en dix épreuves différentes), des activités du directeur de presse de l’Elysée Georges Reynal, sous la présidence de René Coty. On escompte 200 à 250 € pour cet en­ semble rare. Ph. Fy. U Exposition cet après­midi, demain et dimanche chez Horta. Vente le 19 à 13h30.

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


12

Le marché

SEMAINE DU 15 AU 21 MARS 2013 ARTS LIBRE

l Foire d’art contemporain

l Foire

Le rendez­ vous de Dubai

Tefaf entre Nord et Italie

h Pour sa 7e édition, la

Kendell Geer, “Mutus Liber 20”, 2009, encre résine et peinture sur objet trouvé, 120 x 32 x 24 cm. Une œuvre exposée à la Dubai Art Fair par la galerie bruxelloise Rodolphe Janssen.

Les anciens Pays­Bas et l’Italie rivalisent, avec la France en outsider. APRÈS AVOIR ÉVOQUÉ LA PRÉSENCE de nos nombreux compatriotes à la Tefaf qui ouvre au grand public ce vendredi, un petit tour dans le monde des arts plastiques des XVe au XVIIIe siècle s’impose. Les galeries bri­ tanniques, italiennes, françaises et américai­ nes dominent ici le débat et c’est sur ce sec­ teur que la Tefaf façonne toujours son aura. Commençons par la galerie Moretti qui ex­ pose des bustes et des sculptures en marbre, alignés comme dans des palais romains, en les faisant voisiner avec des tableaux floren­ tins ou siennois du XVe siècle. La meilleure pièce ici sera sans doute un panneau à fond d’or représentant saint Dominique. L’auteur n’est pas absolument identifié mais on est dans l’orbite de Giotto et sans doute proche de Maso di Banco qui fut son élève. Les étu­ des de pigments puis de style permettraient de conclure que le jeune Maso di Banco a peint ce petit montant d’un autel d’église dans son atelier de Naples vers 1330. Le prix demandé tournera autour des 2,5 millions d’euros. L’œuvre ne mesure que 33 x 14,5 cm. La galerie Grassi installée à New York est venue avec d’autres tableaux italiens anciens dont un petit panneau montrant saint Antoine abbé, peint par Vittore Crivelli (1440­1501), artiste vénitien de première importance. La galerie Canesso, installée à Paris, propo­

sera des tableaux essentiellement baroques et italiens. On y trouvera notamment deux toiles importantes d’un des meilleurs pein­ tres florentins du XVIIe siècle, à savoir Fran­ cesco Furini (1603­1646) qui travaillait tou­ jours avec des couleurs fortes et saturées aux effets augmentés par un ténébrisme post­ca­ ravagesque capables de dramatiser des situa­ tions. Ce sera le cas avec son “Samson et Da­ lila”. Cette toile avait été exposée dans une fameuse réunion sur le XVIIe florentin en 1986 sous le nom de Cecco Bravo. Du même artiste, il ne faudra pas manquer “La Paix”, allégorie vue à travers les traits d’une jeune fille en demi­corps où l’essentiel des effets picturaux repose dans des drapés transpa­ rents et veloutés. Chez les frères Tomasso (Leeds), on verra également un nombre important de sculptu­ res, entre la fin de la Renaissance et le Manié­ risme. Mais s’il fallait retenir une pièce, im­ portante pour notre patrimoine, ce serait le buste de Michel de Montaigne exécuté par notre compatriote Gilles­Lambert Gode­ charle (1750­1836), haut de 60 cm et œuvré entre 1816 et 1817. Il s’agit d’un projet pour un buste en marbre qui est conservé au Mu­ sée d’Art ancien de Bruxelles. On en deman­ dera autour de 175000 €. Cette pièce était destinée avec trente­six autres à décorer le parc de Wespelaer, passé de Léonard Artois à

l Portrait |

Les fruits de h Bob Haboldt est l’un des meilleurs marchands de tableaux anciens en Europe. Exposant à la Tefaf depuis plus de vingt ans, il a sorti récemment un fort volume de souvenirs.

DR

PARMI LES FOIRES D’ART con­ temporain non occidentales à prendre de l’importance et de l’envergure, on compte Art Du­ bai par son positionnement dans les pays où le marché de l’art a connu une expansion des plus rapides au cours des dernières années par le développement cultu­ rel croissant grâce à la puissance financière locale. La foire rassemble 76 galeries dont de nombreuses de stature in­ ternationale parmi lesquelles on compte Athr Gallery (Jeddah – Arabie Seoudite), Marianne Boesky Gallery (New York), Galerie Chantal Crousel (Paris), D Gallerie (Djakarta), Experimenter (Kolk­ ata), Alexander Gray Associates (New York), Grey Noise (Dubai), Galerie Krinzinger (Vienne), Platform China (Beijing/Hong Kong), The Third Line (Dubai), The Pace Gallery (Londres/Beijing/New York), Sfeir­Semler (Hambourg/Beyrouth), ainsi que et pour la pre­ mière fois Greenaway (Adelaide/Berlin), Yvon Lambert (Paris), Vic­ toria Miro (Londres)… Plus de 500 artistes participent à la manisfestation qui s’est ad­ joint un programme non commercial auquel participent des artis­ tes comme Etel Adnan, Kutlug Ataman, Yto Barrada, Daniel Buren, Annabel Daou, le Belge Wim Delvoye, Meschac Gaba, Wade Guy­ ton, Zarina Hashmi, Mona Hatoum, Iman Issa, Idris Khan, Yayoi Ku­ sama, MadeIn Company, François Morellet, Nasir Nasrallah, Oto­ bong Nkanga, Michelangelo Pistoletto, Seth Price, Ibrahim Qu­ raishi, Walid Raad, Anri Sala, Taryn Simon, Rirkrit Tiravanija, James Turrell, Joana Vasconcelos, Danh Vo et Akram Zaatari. Sous com­ missariat de Bisi Silva (vit à Lagos) un focus est consacré aux artistes et organisations de l’Afrique de l’Ouest. Trois galeries bruxelloises et une belge de Dubai font partie de la sélection. Rodolphe Janssen sera présent pour la seconde fois avec un ensemble composé de Davide Balula, Walead Beshty, Kendell Geers (B), Farhad Moshiri, Sam Moyer et Gert & Uwe Tobias. Deux galeries implantées à Paris et à Bruxelles seront aussi de la partie. Nathalie Obadia avec Fiona Rae, Youssef Nabil, MadeIn Company, Joana Vasconcelos, Rina Banerjee, Enoc Perez, Sarkis et Barry X Ball. Almine Rech avec Ziad Antar, Matthias Bitzer, le Belge Johan Cre­ ten, Gregor Hildebrandt, Isaac Julien, J. Tursic & W. Mille, A. Reyle, Hassan Sharif, Heidi Slimane, Taryn Simon et Liu Wei. Enfin Isabelle van den Eynde (B) gallery établie à Dubai, a mis à son programmes des œuvres de Zoulikha Bouabdellah, Bita Fayyazi, Ramin et Rokni Haerizadeh, ainsi que de Mohammed Ka­ zem, Aisha Khalid, de Fred Eerdekens (Hasselt, 1951) le plasticien poète des mots mis en images de Idris Khan et Hassan Sharif. C.L. U Art Dubai. Du 20 au 23 mars. Madinat Jumeirah, Dubai, UAE. www.artdubai.ae

h La Tefaf reste avant tout un salon de tableaux et sculptures anciens.

COURTESY @ GALERIE RODOLPHE JANSSEN

Dubai Art air se positionne en leader de la région Menasa (Middle East/ North Africa/ South Asia) où le marché de l’art ne cesse de croitre.

TRENTE ANS DE CARRIÈRE CELA SE FÊTE. Trente ans de passions, trente ans de risques pris sur des œuvres valant parfois des fortu­ nes, cela méritait un petit retour en arrière et c’est ce qu’a fait en fin de l’année passée Bob Haboldt, le plus “british” des marchands hol­ landais, installé à Paris et New­York. 500 œuvres sont ici décrites par diverses mains expertes, parmi les 2000 œuvres peintes ou dessinées au moins, qui sont passées par sa galerie. Voilà qui en dit long sur les facettes internationales d’un homme plein de feu, amoureux des peintres de son pays natal, les Pays­Bas, mais aussi de la France et de l’Italie.

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Le marché

SEMAINE DU 15 AU 21 MARS 2013 ARTS LIBRE

13

TOMASSO / TEFAF 2013

Ce buste de Michel de Montaigne par Godecharle, sculpteur bruxellois, sera chez Tomasso à la Tefaf. On en demandera 175000 €.

sa fille Jeanne­Marie qui épousa Jean­Bap­ tiste Plasschaert. La commande fut signée en 1791 et se poursuivit malgré les événements jusqu’en 1822. Notons encore la présence d’une magnifique sculpture figurant, en bronze partiellement doré et argenté, le roi Charles II d’Espagne à cheval. L’œuvre de 34 cm de haut est due aux ciseaux de Gia­ como Serpotta (1656­1732). Chez Charles Beddington, on annonce une très belle et large vue de la basilique de Saint­ Paul­hors­les­Murs à Rome, précédé du Ti­ bre qui serpente dans ce qui était encore une demi­campagne. Le peintre est d’origine nor­ dique et se nomme Gaspar Van Wittel, de­

venu en Italie Vanvitelli. La toile mesure 42 x 67 cm. Dieu que la banlieue de Rome était belle vers 1760. Pour regarder un peu ce qui viendra de France, il ne faut jamais manquer le stand des Aaron et Cie où l’on verra notamment une superbe vue d’un paysage idyllique et par­ nassien agrémenté de ruines, par Pierre Patel le Vieux (1605­1676). Nous sommes là dans les paysages inspirés de l’antique, façonnés en atelier et où tout est perfection. Il faut aussi se rendre chez Coatalem, Caylus, Ba­ roni, et chez Jean­François Heim qui défend autant les artistes français que les Danois. Philippe Farcy

la passion Après avoir travaillé chez Sotheby’s, Phillips et Christie’s puis pour la galerie Col­ naghi, Haboldt constitua son propre patri­ moine, ouvrit sa première galerie à l’ombre de Manhattan en 1983 et vola de ses propres ailes. Le premier tableau qu’il vendit était une “Montée au Calvaire” peinte par le Do­ minicain, peintre bolonais, dont la composi­ tion provenait des collections de sir John Po­ pe­Henessy, un des grands historiens de l’art du XXe siècle, spécialisés dans la Renaissance. Le tableau fut acheté par le musée Getty. Tout de suite, Haboldt montra qu’il ne cher­ chait qu’un chemin : celui des sommets pour ne fréquenter que les meilleurs musées, col­ lectionneurs et historiens. Bob Habolt a toujours joué la carte de la modestie. Point de grande galerie, ni de vitri­ nes dispendieuses dans les plus belles artères du monde. Ses bureaux et galeries, entre Pa­ ris, Amsterdam et New York ne furent et ne sont que des lieux de passage, de rencontres, d’amitiés qui se forment, de goûts qui se fa­ çonnent. Haboldt a le sens aigu de son métier de for­

mateur. Un marchand d’art, antiquaire ou négociant en tableaux, est aussi un historien de l’art, un formateur pour ses relations, clients et amis. Son livre de 429 pages mon­ trent son parcours, ses goûts variés qui vont des tableaux luministes d’Elsheimer aux na­ tures mortes comme celle de Sébastien Stos­ kopff (1597­1657), découverte dans une cui­ sine à Maison­Lafitte en 1999 ou encore de cette magnifique “Annonciation” de Lorenzo Monaco, à fond d’or provenant des collec­ tions Stoclet. Acheter et vendre ce n’est pas seulement faire circuler de l’argent. C’est aussi découvrir et la vie de Bob Haboldt a été peuplée de tableaux ou de dessins anony­ mes, achetés parce qu’ils étaient beaux, forts, puissants, mais anonymes. L’œil du mar­ chand comme celui du collectionneur doit ne regarder que la qualité de la facture. Le reste vient après. Et peu importe le nom de l’auteur. C’est le coup de patte qui compte. Le livre “Singular Vision” se trouve sur le stand de Bob Haboldt, à la Tefaf. C’est son musée personnel, une part de son âme. Ph. Fy.

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


14

Le marché

SEMAINE DU 15 AU 21 MARS 2013 ARTS LIBRE

l Événement

Vente des meubles h Le baron Coppée a décidé de se séparer du mobilier garnissant ce qui fut le relais de chasse de la princesse Liliane à la barrière de Champlon. Une page se tourne. LA CONVERSERIE EST UN LIEU MAGIQUE, mythique à certains points de vue, histori­ ques également. Parfaitement conservée de­ puis des décennies grâce au baron Coppée qui l’avait rachetée aux Launoit, la Converse­ rie va changer de cap sous peu pour devenir un centre d’aide à des jeunes placés dans une institution néerlandaise. Cette mise à dispo­ sition des espaces, qui avaient servis depuis plus de vingt ans à un centre de recherche sur le cerf et à des séminaires, impose de se dé­ faire du mobilier. Les 26 et 27 mars, Christie’s s’occupera de vendre à Amsterdam le con­ tenu de cet endroit incomparable. Les lieux sont majestueux et avaient été aménagés par la seconde épouse du roi Léo­ pold III. Le couple aimait autant la chasse que le golf et dès le début des années 1950, grâce à la générosité du comte de Launoit, le couple royal de retour de Suisse put bénéficier au sein de l’immense forêt de saint­Hubert d’une résidence magnifique. Le grand salon disposé sur deux niveaux sous une charpente de chêne est toujours à tomber mort de beauté. Ce sont les Launoit qui se chargèrent de transformer ce qui était une grosse ferme en une résidence de qualité. Mais une fois l’œuvre architecturale agencée, encore fal­ lait­il mettre les lieux aux normes du goût cy­ négétique. Car tout était vide. Et tout va le re­ devenir. La princesse Lilian en fit une demeure à la

sauce autrichienne, chic et simple, rythmée par des antiquités de grande qualité, dont les tapisseries d’Audenaerde, Enghien et Bruxel­ les, assorties de meubles d’époque Renais­ sance ou Louis XIII. Quant aux cimaises, outre quelques tableaux à motifs de chasse, généra­ lement flamands, on y trouvait jusque dans les cages d’escalier des sculptures des XVIIIe et XIXe siècles en forme de têtes de cerfs. Quand le premier comte de Launoit, père de

l Vente publique

2423 parts d’histoire h La vente de ce 16 mars fourmille de références et de puissants personnages. PIÈCES ET MÉDAILLES DE TOUTES TAILLES, poids et matériaux ferreux ou non seront au menu de la 116e dispersion orchestrée par la famille Elsen en ses murs de l’avenue de Ter­ vuren à Bruxelles. Ce genre de réunion pour­ rait paraître répétitif, mais cela ne l’est pas, au contraire. De nombreux angles d’“attaque” sont possibles, pour les collectionneurs comme pour les observateurs et cette fois, nous allons regarder aux médailles modernes dont les prix varient de 75 € à 3500 €, ce der­

nier prix attendu venant couronner une mé­ daille de Chaplain pour commémorer l’expo­ sition universelle de Paris en 1878. Sur une face, on voit une victoire en vol, tenant une couronne et sonnant le buccin; sous elle se trouve un amour tenant un cartouche. Cet objet rare de 50 mm est attribué à Gérard Hauzeur. Un peu plus loin, une médaille de 1918 cé­ lébrant le retour de l’Alsace et de la Lorraine sous le drapeau français, devrait monter à 75 €. Les effigies de Clémenceau et Poincaré figurent sur une des faces. Il y a plus vieux comme cette médaille de 1776 commémo­ rant la guerre d’indépendance des Etats­Unis. Mais l’âge ne fait pas la chanson financière et la médaille qui a été abîmée au cours du temps et sans doute trop nettoyée n’est an­

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Le marché

SEMAINE DU 15 AU 21 MARS 2013 ARTS LIBRE

15

CHRISTIE’S

de la Converserie

Cette magnifique tapisserie, attendue entre 50000 et 60000€, sera le clou de la vente de mobilier décoratif qui aura lieu à Amsterdam à la fin du mois.

Jean­Pierre et de Jean­Jacques et de leur sœur Gabrielle surnommée “Gabon” acheta ce bien au début des années 1950, il ne faisait que compléter des territoires de chasse. Dès le re­

tour du roi Léopold III et de sa famille, le pro­ jet d’une mise à disposition de la demeure se fit jour. Notons qu’à l’époque le toit était de chaume et que les façades étaient chaulées dans une couleur blanche traditionnelle. Le roi accepta l’idée. La princesse Lilian fit donc appel pour une partie du mobilier (dont les canapés du grand salon), au décorateur pari­ sien Janssen que tout le monde s’arrachait alors. Des éléments provenaient également de la maison Hermès; cette firme intervint pour des recouvrements, notamment des chaises neuves façonnées chez Van den Broeck. Le comte et la comtesse Walderdorff, propriétaires du célèbre hôtel “Goldener Hirsch” à Salzbourg, furent appelés eux aussi pour donner des conseils. L’ambiance plus autrichienne, simple, campagnarde et pro­ vinciale, avec ses références cynégétiques vint de ce couple alors très en vue. Beaucoup de lots sont de grande décora­ tion et des années “fin 50”, mais leur prove­ nance est un argument de poids. La vente concernant la Converserie ne dépassera pas la centaine de lots, mais certains lots con­ tiennent plusieurs éléments. C’est le cas du grand canapé en U de plus de cinq mètres de long, dessiné par Janssen vers 1957. Avec le pouf, l’ensemble est annoncé entre 2 000 et 4 000 €. Des appliques en grand nombre seront à prendre. Elles sont en tôle et fer et sans doute de la maison Baguès, laquelle maison créa des lustres de formes fantas­ ques voire fantastiques. Pour un lot de dix éléments hauts de près de 50 cm, assortis de sept bras de lumière, on attend entre 3 000 et 5 000 €. Enfin, le clou de la vente sera une tapisserie de Bruxelles vers 1550, au motif de “Diane et Actéon”, annoncée entre 50 000 et 60 000 € Philippe Farcy U A voir sur www.christies.com

noncée qu’à 200 €. Le lot 2269 est pour sa part occupé par seize médailles en souvenir de personnalités liégeoises des temps anciens ou du XIXe siècle. Ainsi d’Eugène Ysaye, d’An­ dré­Dumont, André­Modeste Grétry et d’autres encore. Le tout est annoncé à 200 €. On trouve une autre médaille de prix. Elle se trouve sous le numéro 2207. Il s’agit d’une médaille créée par un orfèvre de Nuremberg, Hans Krafft. L’objet porte sur une face le profil de Charles­Quint jeune couronné et cuirassé. La bordure affiche quatorze blasons de ses états. L’autre face est occupée par l’aigle im­ périale éployée. La médaille mesure 67 mm. Datée de 1521, elle est annoncée à 750 €. Ph. Fy. U Vente demain de 9 h à 13h puis de 13h45 à 19h. Infos : www.elsen.be

ELSEN

chez Elsen

Cette médaille commémorative de l’Expo de 1878 à Paris devrait monter à 3500 €.

© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2013. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Arts Libre du 15 mars 2013