Page 1

Vie de château

Annonces

Achat ou vente d’un bien immobilier par un mineur : ce qu’il faut savoir. p.5

Partez à la découverte du château de Longueville. p.4

Dans ce supplément, 10 pages pour trouver le bien de votre choix.

D.R.

Question time

PP > 6-15

BOIS & HABITAT - ARCHITECTES CRAHAY ET JAMAIGNE

Supplément à La Libre Belgique - N°141 - Semaine du 22 au 28 mars 2012

LE BOIS

SORT DU BOIS

PP. 2>3

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


2

Le dossier

SEMAINE DU 22 AU 28 MARS 2012 LIBRE IMMO

l Habitat l Construction

Le bois conquiert peu à peu le cœur des Belges h Le Belge n’hésite plus à construire en bois. Pour des raisons écologiques notamment. UN PEU PLUS DE 15 %. Telle est l’estimation de la part des maisons en bois dans le volume des constructions neuves édifiées en Belgique. Il y a dix ans, nous étions à 5 %. Mais nous restons très loin de ce qui se fait en Amé­ rique du Nord – où l’on trouve quelque 350 millions de maisons en bois et 2 millions de plus chaque année – ou en Scandinavie – où 90 % des unifamiliales sont en bois. Des chiffres avancés par les organisateurs du salon Bois&Habitat qui ouvre ses portes à Namur ce 23 mars. Un salon créé en 1999, époque pas si lointaine où le “bois conservait une place à part dans l’imaginaire collec­ tif” et où “la tradition de la maçonnerie était encore soli­ dement ancrée dans les mentalités”. Comment expliquer cette évolution ? Les préoccupa­ tions écologiques y sont pour beaucoup. “Le grand re­ tour de la construction en bois après un ostracisme de plu­

sieurs siècles est dû autant aux qualités intrinsèques de ce matériau qu’au travail de sape de quelques convaincus de la première heure qui n’ont eu de cesse de battre en brèche certaines idées reçues”, notent les responsables de Bois&Habitat. Quelles sont ces idées reçues ? Le bois est fragile et peu durable. “Faux. A poids égal, le bois peut supporter une charge cinq fois plus importante que le béton armé”. Correctement traité, il est pérenne. Autre critique : il nécessite de l’entretien. A quoi ses défenseurs rétorquent notamment que certaines es­ sences sont dotées d’une protection naturelle contre les attaques biologiques. Enfin, un autre reproche a trait au fait qu’il brûle. “C’est indéniable, mais ce que l’on sait moins c’est que le bois résiste particulièrement bien aux incendies. Le bois se consume lentement même à des températures extrêmes. Grâce à la couche carbonisée, le bois s’autoprotège natu­ rellement contre le feu”. Ses qualités ? “Matière vivante et respirante, le bois est un matériau affectif qui offre une grande diversité de cou­ leurs et de structures”, note­t­on chez Thomas&Piron, un promoteur­constructeur qui vient de se lancer dans

la construction bois (voir ci­dessous). C’est un maté­ riau sain, écologique et renouvelable. Le bois est un iso­ lant thermique naturel – il est 350 fois plus isolant que l’acier et 12 fois plus isolant que le béton – et un maté­ riau respirant – il empêche naturellement l’accumula­ tion d’humidité. Atout non négligeable pour les porte­ feuilles : il permet une grande rapidité de construction. Il offre également de nombreuses possibilités architec­ turales tant dans les formes que dans les styles. La construction bois est désormais mieux acceptée par l’urbanisme. “Certaines communes et régions ont tou­ jours été très ouvertes et le sont encore plus maintenant”, constate Admond Wajnblum, de Bois&Habitat. “Du côté de Malmedy par exemple. D’autres y étaient tout à fait hermétiques. Mais là aussi, on constate une ouverture, suite notamment à l’engouement du public et au fait que les fonctionnaires de l’urbanisme sont de mieux en mieux formés. Ils se sont rendu compte que la diversité du bâti pouvait avoir un intérêt, que le bois se mariait très bien avec la brique ou la pierre et que la construction bois était fiable. Ils sont bien conscients que les maisons en bois ne sortent pas de l’imagination de quelques écolos farfelus !” Solange Berger

Le “Fleximodule”, un bâtiment d’avenir ? Le besoin pour des petits locaux com­ plémentaires, modulaires et qui se montent vite est récurrent en Belgique. Mais comment répondre à cette de­ mande ? Par des préfabriqués, style containers, tels qu’on les trouve sur le marché depuis une trentaine d’an­ nées ? “Ils sont obsolètes. Ils n’ont pas évolué. Ils ne sont ni écologiques ni durables; ils sont également très mal isolés. Il y fait froid en hiver et chaud en été. Et en plus, ils sont plutôt moches !”. C’est ce constat qui a incité l’ébéniste designer Frédéric Dupont, sans cesse à la recherche de nouvelles idées, à lan­ cer en 2010 un tout nouveau concept qu’il a baptisé “Fleximodule”. Le principe : un bâtiment mobile dont la surface habitable peut varier entre 35 et 125 m². Il se fixe sur des plots en béton et ne nécessite qu’une arrivée et une sortie pour l’eau et l’électricité. “Il ne demande pas de permis non plus en principe, car il est démontable”, précise son concepteur. Le module est quasi 100 % écologique et durable. Sa structure est en ossature bois, l’isolant est à base de fibres de cellulose insufflée, le bardage, le châssis et planchers de terrasse sont en afzélia certifié, le sol et le mobilier en MDF bio, le revêtement du toit plat est en EPDM sur lequel on peut intégrer une toiture végétale,… Le module est aussi à basse consomma­ tion d’énergie : son coefficient d’isola­ tion global est de K20, la région wal­ lonne préconisant K45. Il offre plusieurs avantages : une con­

FLEXIMODULE

h Ce module en bois préfabriqué se présente comme l’appoint idéal. Ecologique et économique en plus.

Les modules mobiles et démontables offrent de nombreuses possibilités. sommation d’énergie réduite, un prix attractif – environ 1000 euros le m² – et des délais de livraison extrêmement courts. En effet, il faut compter entre 4 et 6 semaines seulement entre la com­

mande et la livraison clé en main. “Au départ, nous avons créé un module en nous disant : “on verra bien après”. Nous avons été étonnés du succès. La

première année, nous avons sorti quel­ ques modules. Une dizaine l’année sui­ vante. Pour 2012, nous avons déjà une dizaine de commandes. C’est très promo­ teur. Quand nous avons avancé dans le

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Le dossier

SEMAINE DU 22 AU 28 MARS 2012 LIBRE IMMO

3

Le bois permet toutes les possibilités architecturales.

En pratique Salon. Le salon Bois&Habitat se

BOIS&HABITAT - ARCHITECTE CAROLINE FONTAINE

tiendra au Namur Expo du 23 au 26 mars. Le 23 mars le salon est réservé de 10h à 17h aux professionnels. Il sera accessible au grand public de 17h à 21h. Les 24, 25 et 26 mars, il sera ouvert de 10h à 19h. Plus de 180 exposants seront présents sur une surface de 12000 m². Trois grandes thématiques seront abordées : la construction/ rénovation, les aménagements intérieurs et extérieurs, et l’ameublement et le design. Au programme du salon également : une exposition Design et Bois, un village des artisans, qui permettra aux visiteurs de prendre connaissance des différents métiers du bois, des conférences,… Rens. : www.bois-habitat.com

Une technique de construction comme une autre h Thomas&Piron s’est lancé dans la construction bois, il y a un an. Et continue à la faire évoluer. Le bois est de plus en plus demandé par les candidats­bâtisseurs. Alors il faut répondre à cette demande. C’est ce qu’a fait le promoteur­entrepreneur Tho­ mas&Piron en lançant il y a un an sa marque Tomwood, qui propose des maisons à ossature bois. “Nous nous sommes intéressés à cette technique pour pouvoir répondre aussi aux besoins des Belges qui ne souhaitent pas construire en maçonnerie”, explique Yves Arnould, directeur commercial chez Thomas&Pi­ ron. “Si nous avons choisi l’ossature bois c’est surtout pour son étanchéité à l’air”. Tomwood travaille avec une double paroi. “Au niveau des parois extérieures, une structure porteuse est réalisée en bois au travers d’une ossature composée d’éléments horizontaux et verticaux en épicéa traité”, explique le constructeur. “Entre les éléments, un isolant en laine de verre occupe toute la place disponible. Un panneau étanche au vent et aux précipi­ tations est posé sur le côté extérieur de l’ossature. Un panneau étanche à l’air est placé du côté intérieur. Ces composantes procurent une isolation thermique et acoustique très performante. Une struc­ ture de contrecloison composée de che­ vrons en épicéa est placée du côté inté­ rieur, contre la structure porteuse. Elle permet une localisation spécifique des tubes électriques et des diverses canalisa­ tions. La place vide disponible est remplie de laine de verre. L’isolation thermique et phonique est ainsi renforcée. Une plaque de plâtre est posée du côté intérieur. Un parement en briques est proposé parmi un vaste choix. En variante, d’autres

matières ou combinaisons de parement sont envisageables (crépi, bardage en bois, pierres naturelles…). Les parois intérieures sont réalisées avec une ossa­ ture composée de montants et de lisses en épicéa. Les faces extérieures sont en plaques de plâtre. A l’intérieur, entre les montants, une isolation en laine de verre est appliquée”. La technique évolue encore. “Il est important de continuer sans cesse à la faire évoluer. Chaque construction nous permet d’améliorer certains éléments”, explique Yves Arnould qui précise encore : “L’un des inconvénients de l’ossature bois est l’inertie thermique. Nous travaillons dès lors avec des élé­ ments en terre cuite dans le bâtiment qui, eux ,joue le rôle de régulateur thermi­ que”.

L’un des concepts d’inspiration Tomwood.

Tomwood propose aujourd’hui une vingtaine de modèles ou plutôt de “concepts d’inspiration” précise Yves Arnould. “Il n’est pas question de modè­ les figés. Les gens pensent trop souvent que quand on parle de clé sur porte il s’agit de maisons livrées telles quelles et où les moindres changements sont factu­ rés très cher. Ce n’est pas le cas. Nous avons des modèles – que ce soit pour la construction traditionnelle ou la cons­ truction bois – que nous proposons à nos clients qui peuvent ainsi s’en inspirer et avoir une idée plus précise d’un budget. Après, tout est personnalisable à sou­ hait”. Côté budget, l’ossature bois est sensi­ blement plus chère. “A peu près 8 %. Nous essayons de limiter au maximum ce surcoût mais nous ne sommes pas encore parvenus à le réduire à zéro”.

THOMAS & PITON

projet, nous avons constaté qu’il avait plus d’applications qu’on ne le pen­ sait”, explique Frédéric Dupont, qui travaille via son atelier La Fabrique. Les demandes concernent aussi bien le secteur privé que le public ou le monde des entreprises : secondes résidences, cabinets médicaux, lo­ caux scolaires, bureaux d’appoint pour profession libérale, maisons d’hôtes, des maisons de repos,… “Dans le privé, on constate que les clients en demandent comme annexe à leur habitation. Le module peut facile­ ment devenir une pièce en plus. Il est d’ailleurs de mieux en mieux accepté par les services de l’urbanisme qui sont conscients de son côté écologi­ que”. Fleximodule propose une dizaine de modèles différents. “Au départ, nous ne souhaitions pas faire du sur­me­ sure. Mais nous avons eu tellement de demandes en ce sens que nous avons décidé d’en faire”. A Bois&Habitat, Frédéric Dupont présentera son tout dernier modèle : un module transportable tel quel. “Jusqu’à présent, nos modules étaient préfabriqués en atelier et puis montés là où ils devaient être placés. Notre nouveau modèle est entièrement fabriqué en atelier et puis transporté monté. Il suffit de le placer”. Ce mo­ dèle existera en deux dimensions : 3,5 m x 3,5 m et 7 m x 3,5 m. “Mais les modules peuvent être combinés et mis les uns à côté des autres. Pour obtenir de plus grands espaces”.

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


4

Vie de château

SEMAINE DU 22 AU 28 MARS 2012 LIBRE IMMO

l Vie de château (616)

PHILIPPE FARCY

Calme et sérénité à Longueville

Le château de Longueville se cache dans ce village aux ruelles complexes. le parc bien arboré abrite des arbres classés. LONGUEVILLE EST UN PETIT VILLAGE du Brabant wallon qui touche Incourt et Bonlez. Au milieu de nulle part, il béné­ ficie d’espaces encore importants ce qui laisse des perspectives paysagères de très belle ampleur où prairies, bois et champs se mêlent et se croisent. La val­ lée du Train n’est pas loin et les déclivi­ tés sont fortes par ici. Longueville est toutefois posée sur le plateau qui mène vers Dongelberg et Jodoigne. Plusieurs grosses fermes piquent les étendues de leurs masses imposantes. Il y a notam­ ment celle d’Arnelle, superbe, de l’anti­ quaire Yves Mattart, qui fait partie du réseau des “Jardins ouverts”. La demeure qui nous occupe est de cel­ les qui poussèrent dans de nombreux villages du pays dans la seconde moitié du XIXe siècle. Nous sommes à la date de 1868, selon une tradition familiale em­ preinte d’un peu d’incertitude. La mai­ son est d’une grande simplicité, érigée toute en briques et en pierre bleue pour les décors traditionnels. Le style est celui issu dès les années 1840 sous l’impul­ sion de l’architecte Jean­Pierre Cluyse­ naar, élève de Suys, et chantre de l’éclec­ tisme. La maison est de plan massé. Elle aligne cinq larges baies sur deux niveaux, sépa­ rés par un épais bandeau­larmier. Les baies possèdent encore pour la plupart d’entre elles leurs volets en bois ajouré. Chaque niveau est animé d’autres ban­ deaux, plats, et par des chaînages aux baies. Une frise de demi­sphères se

trouve sous les toitures. Le toit principal est en pavillon. La maison bénéficie d’un corps annexe pour l’escalier de service; il est placé sous une autre toiture à croupe. La couverture est percée de quelques ve­ lux et deux lucarnes à trois baies qui donnent vers l’ouest, de la lumière aux anciennes chambres de bonnes. On dit qu’y vécut une sorte de fée du nom de Procris qui laissa des ondes positives sur cette maison d’un autre âge, pleine de charme. On accédait jadis au hall d’en­ trée par le flanc occidental ce qui laisse à penser que l’accès au domaine s’effec­ tuait alors par l’autre flanc du parc. Car deux perrons accueillent les visiteurs et celui que l’on découvre en premier lieu, à l’est, donne directement accès dans la salle­à­manger. Hors de cela, rien n’a bougé en termes de décor et d’espaces intérieurs dans cette maison qui a connu pourtant un passé aussi mouvementé que court. La propriété fut créée par le notaire Li­ bert qui résidait dans la ferme de la Ba­ quelaine, du nom d’une puissante fa­ mille de propriétaires terriens au XVIIIe siècle et dont on trouve le patro­ nyme jusque dans le Namurois septen­ trional, et évidemment de nos jours à Embourg. Le notaire avait fait construire ceci pour ses deux sœurs restées céliba­ taires. Les propriétaires actuels savent qu’ensuite, mais à une époque indéter­ minée, que le bien devint une petite pension de famille où l’on pouvait venir déjeuner et goûter. Donc les neveux des

deux sœurs vendirent la maison, aux alentours de la Grande Guerre. Le bien s’appelait alors “La Villa des Roses”. Ce qui est plus certain c’est que les parents de l’actuel propriétaire, qui vivaient au château de Merdorp, achetèrent le do­ maine qui valait un très bel aleu d’An­ cien Régime, un peu avant la Seconde Guerre mondiale. Il leur fallait quitter Merdorp pour des raisons de santé et d’humidité. La ferme attenante à Lon­ gueville faisait bien sûr partie du do­

maine jadis. Elle est de belle taille, en U et toute construite en briques. Lors d’une des ventes elle a été séparée du manoir, comme on le fit à Schalckoven chez les Borman. Le mur a été même re­ haussé pour éviter que des œillades trop insistantes ne se poursuivent. Mais qui regardait qui ? Personne n’a pu répon­ dre. C’était Procris sans doute dont la beauté de l’âme était immense. On ne vi­ site pas mais la demeure se voit de la rue. Philippe Farcy

Épinglé A propos de Sauheid Grâce à Denise de Donnea et à Marc de Bellefroid d’Oudoumont nous sommes en mesure de vous communiquer quelques précisions à propos du manoir de Sauheid, sous Embourg où coule l’Ourthe et pas la Sambre comme indiqué par erreur sur le graphique. Denise de Donnea avait publié l’histoire de sa famille en 1978 dans un volume de l’Office généalogique et héraldique de Belgique. On y lit que Gaspar de Donnea, un an après la mort de son épouse Dieudonnée, à Lassus (Hamoir), racheta le 18 juin 1766 le domaine de Sauheid. Il le fit des mains du baron Ferdinand-Conrad de Haxhe, sire de Hermal et de Ehin, des mains du seigneur Dethier et de celles de Mlle de Blisia, dame de Russon, chacun propriétaire d’un tiers. Les Donnea fendaient le fer à Sauheid depuis 110 ans lors de cet achat. Ils étaient locataires. L’ensemble fut payé 25000 florins brabant. André de Donnea signa l’acte à la place de son père trop malade. Sauheid resta aux descendants d’André de Donnea jusqu’à une vente publique chez le notaire Dussart, le 9 mars 1859. On en donna 157 112 francs. Il s’agissait alors d’un trio d’acheteurs, à savoir Hubert de Donnea, son beau-frère Armand de Spirlet et du gendre de ce dernier, Léon Viot. Le domaine fut loué illico au sieur Jacques-Joseph Remacle. Ce dernier décéda le 9 juillet 1889. Il avait entre-temps acheté Sauheid. A travers les Remacle, Sauheid passa aux Deflandre et depuis quelques années il échut au propriétaire actuel.

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


En pratique

SEMAINE DU 22 AU 28 MARS 2012 LIBRE IMMO

l Infos pratiques l

5

Question time

Site Internet

Rénover avec (l’)énergie h Le site Internet, lancé en 2010, est continuellement remis à jour. Ces dernières semaines plus que jamais. LES FUITES D’ÉNERGIE SE SITUENT principalement en quatre endroits : le toit, les murs, les vitrages et les chaudières. Afin d’aider les candidats rénovateurs wallons et bruxellois à rendre leur bien moins éner­ givore, à en améliorer les performances énergétiques, six sociétés – Recticel Insulation, Isover, Wienerber­ ger, Viessmann, Deceuninck et Saint Gobain Glass – ont décidé de mêler leurs conseils et expériences sur un seul et même site web : www.renoveraveclener­ gie.be. Le site a été lancé en 2010. Il guide les rénova­ teurs au long de 4 grandes étapes : l’isolation de la toiture et/ou du plancher des combles; la pose de vi­ trages de haut rendement en remplacement des sim­ ples vitrages et/ou le remplacement des châssis; le remplacement d’une ancienne installation de chauf­ fage par une chaudière à condensation ou une pompe à chaleur : d’autres mesures visant à écono­ miser l’énergie, entre autres l’isolation des murs et le remplacement d’un chauffage électrique. Ces dernières semaines, le site a été fameusement réactualisé. Car tel était aussi, bien entendu, l’objectif du quintet. “Les mesures de soutien et les primes chan­ gent, précisent les promoteurs du site dans un com­ muniqué, les directives des autorités sont revues, les fa­ bricants proposent des solutions novatrices.” “Et ces der­ niers temps plus que jamais” ajoutent­ils. En pratique, l’internaute trouvera des conseils pour des cas bien définis, des solutions pour répondre aux directives en matière d’économie d’énergie, la possi­ bilité de demander de la documentation, des listes de

L’achat ou la vente par un mineur

distributeurs et installateurs agréés, des mesures de soutien auxquelles il a éventuellement droit, ainsi qu’une estimation des coûts et du délai de récupéra­ tion. Le site est illustré par des réalisations tandis que des auteurs de transformations témoignent sur les mesures qu’ils ont prises en vue d’économiser l’éner­ gie. Du côté des “récompenses” données par les pou­ voirs publics à ceux qui économisent l’énergie (les primes et autres réductions fiscales), le site se veut également être un guide. “Ces mesures de soutien sont une matière complexe, car elles comprennent des primes au niveau national, régional et communal. En outre, la réglementation et le montant des primes changent telle­ ment – comme l’annonce récente de mesures de soutien supplémentaires pour les vitrages à haut rendement et les boilers solaires – que les rénovateurs s’en sortent dif­ ficilement. Sur www.renoveraveclenergie.be toutes les mesures de soutien sont actualisées et ordonnées de ma­ nière à s’y retrouver facilement”, précisent ses promo­ teurs. En cliquant sur l’onglet ‘nouveautés’, l’internaute trouvera des articles sur les jeunes ménages qui pré­ fèrent rénover que faire construire, sur le succès des mesures d’isolation des toitures, sur le fisc qui devra peut­être rembourser des propriétaires… Ceux qui, malgré tout, ne trouveraient pas la ré­ ponse à une question spécifique pour leur projet de rénovation peuvent toujours la poser sur la page Fa­ cebook de Rénover avec l’énergie. “Lorsque la ré­ ponse à la question ne se trouve pas sur le site, elle est posée aux partenaires du site et/ou à l’IBGE ou au Portail de l’énergie en Wallonie”, conclut le commu­ niqué.

Un enfant mineur peut devenir propriétaire lorsqu’il hérite, par exemple. Mais il n’a pas la capacité de vendre ou d’acheter un immeuble. Pour ces opérations, il est représenté par ses parents. Ceux­ci pourront s’engager à sa place. Au préalable, les parents devront disposer d’une autorisation spéciale, délivrée par le Juge de paix du domicile du mineur. L’opération en tant que telle se fera également sous contrôle strict de l’autorité judiciaire. Il faudra avant tout veiller à protéger les intérêts de l’enfant. Lors de l’achat d’un bien pour un mineur, les parents devront disposer d’une autorisation spéciale tant pour l’achat que pour le prêt et l’établissement de l’hypothèque. Les parents agissent, dans ce cadre, au nom et pour compte de l’enfant mineur. Lors de la vente d’un bien, elle s’effectuera via le système de la vente publique classique ou en ligne comme Notaclick.be. La vente publique permet en effet, à tout un chacun, de faire une offre de prix. Il garantit que le bien sera vendu au prix le plus juste et en toute transparence. Dans ce cas, la vente se tient devant le Juge de paix de la situation de l’immeuble. Il peut éga­ lement solliciter la production d’un rapport d’expertise pour s’assurer que le prix offert est suffisant. Il est toutefois possible de procéder à une vente de gré à gré, moyennant une autori­ sation spéciale du Juge de paix. Celui­ci don­ nera son autorisation s’il estime que le prix proposé est supérieur à celui qui pourrait être obtenu en vente publique. Si la vente a lieu, les parents ne pourront pas profiter de l’argent obtenu. Ils ont l’obligation de replacer cette somme au nom du mineur, au mieux de ses intérêts (soit en acquérant un nouvel immeuble, soit sur un compte bloqué jusqu’à sa majorité). e

U Pour la Flandre, l’équivalent flamand du site web se trouve sur www.renovatie2020.be.

U Consultez votre notaire pour des conseils sur mesure ou rendez­vous sur www.notaire.be.

En bref

“Tous à la Côte” Les 24 et 25 mars, Westtoer et les dix communes du Littoral organisent pour la première fois le week­end Spécial Printemps “Tous à la Côte”. Par cette action de promotion, les or­ ganisateurs entendent mettre davan­ tage en exergue le Littoral comme destination touristique de printemps. Plus de 200 partenaires du Littoral y participent : une centaine d’exploi­ tants de logements, une soixantaine de restaurants et une trentaine d’at­ tractions qui proposeront formules avantageuses et offres spéciales. Et l’immobilier dans tout ça ? Dans des hôtels, campings, chambres d’hôtes et parcs de vacances, les amateurs pourront loger pour 30, 40, ou

50 euros par personne et par nuitée. Un premier pas vers une location pas­ cale ou estivale, voire vers une acqui­ sition ? Toutes les offres sur le site www.tousalacote.be. e

plus porteur ? L’énergie. Ceux qui pourraient décroître ? Les bâtiments éducatifs et de commerces. e

Engel&Völkers cartonne Construction en hausse… À tout le moins au niveau mondial et selon l’avis de 161 dirigeants d’entre­ prises de construction et d’ingénierie, dans 27 pays du monde, interrogés par le cabinet de conseil KPMG. La moitié (49 %) des dirigeants mon­ diaux du secteur de la construction estime en effet que leur carnet de commandes continuera à progresser en 2012, avec un taux de croissance attendu d’au moins 5 %. Le secteur le

Depuis l’ouverture de la première agence du Bois de la Cambre à Bruxel­ les en 2006, le réseau Engel&Völkers a pris ses marques dans le paysage immobilier belge. Il dispose aujourd’hui de 20 agences : 6 à Bruxelles (Cambre, Brugmann, Sa­ blon, Dumon, Montgomery, Fort Jaco), un à Waterloo, Lasne, Wavre, Spa, Liège, Eupen, Gand Centre, Gand Laethem­Saint­Martin, Hasselt, Mali­ nes, Brasschaat, Schilde, Heide­Kal­ mthout et Anvers centre. Soit, au to­

tal, 120 collaborateurs. Sa cible ? Les biens résidentiels haut de gamme d’une valeur supérieure à 500 000 euros. Dans un communi­ qué, Engel&Völkers indique que le chiffre d’affaires du réseau belge et Luxembourgeois a progressé de 30 % entre 2010 et 2011. Le prix moyen par transaction conclue s’élève à 632 000 €. “L’année 2012 constituera une année de développement, lit­on en­ core, avec l’ouverture de Knokke­Le Zoute, Courtrai, une deuxième agence à Luxembourg, une cinquième à Anvers mais aussi avec l’objectif d’implanta­ tion au Nord de Bruxelles, à Louvain, a Bruges et autres localisations stratégi­ ques.” Le groupe prévoit une augmen­ tation de 25 % du nombre de transac­ tions pour la Belgique en 2012. e

Libre Immo. Supplément hebdomadaire à La Libre Belgique. Coordination rédactionnelle: Vincent Slits. (02 211 29 13 - vincent.slits@lalibre.be) Illustrations: Etienne Scholasse. Réalisation: Sodimco. Administrateur délégué - éditeur responsable: François le Hodey. Directeur général: Denis Pierrard. Rédacteur en chef: Vincent Slits. Rédacteur en chef adjoint: Pierre-François Lovens. Conception graphique: Jean-Pierre Lambert (responsable graphique), Bruno Bausier. Publicité: Véronique Le Clercq (00322 21127 64 - vero.leclercq@saipm.com)

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


6

Annonces immobilières

SEMAINE DU 22 AU 28 MARS 2012 LIBRE IMMO

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


8

Annonces immobilières

SEMAINE DU 22 AU 28 MARS 2012 LIBRE IMMO

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


SEMAINE DU 22 AU 28 MARS 2012 LIBRE IMMO

Annonces immobilières

9

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


10

Annonces immobilières

MAISONS À VENDRE de 375.000 à 500.000 €

SEMAINE DU 22 AU 28 MARS 2012 LIBRE IMMO

MAISONS À VENDRE plus de 500.000 €

21-97476318-18

21-97447102-02 21-97486906-06 21-97484104-04

21-97486905-05

21-97485908-08

21-97447103-03

21-97484801-01

21-97484804-04

21-97484101-01

21-97484102-02

21-96502701-01

21-97476313-13

21-97485903-03

21-97484106-06

MAISONS À VENDRE prix non précisé

21-97476317-17

21-97484103-03

21-97484802-02

21-97484107-07

21-97484105-05

21-97486908-08

21-97485907-07

21-97485904-04

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Annonces immonilières

SEMAINE DU 22 AU 28 MARS 2012 LIBRE IMMO

11

APPARTEMENTS À VENDRE

de 375.000 à 500.000 €

21-97485909-09

21-97486904-04

21-97476310-10 21-97484808-08

21-96502704-04 21-97486907-07 21-97476309-09 21-96502702-02

APPARTEMENTS À VENDRE

de 125.000 à 250.000 € 21-97485902-02

21-96502708-08

21-97489901-01 21-97485901-01

21-96502703-03

APPARTEMENTS À VENDRE plus de 500.000 €

APPARTEMENTS À VENDRE

de 250.000 à 375.000 €

21-97476303-03

21-96502710-10

21-97485905-05

21-97476316-16

21-96502705-05

21-97476315-15

21-97476305-05

21-96502706-06

21-97484807-07

21-96502707-07

21-96502709-09

21-97486903-03

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


12

Annonces immobilières

SEMAINE DU 22 AU 28 MARS 2012 LIBRE IMMO

IMMEUBLES DE RAPPORT

FACULTÉ DE SURENCHÈRE

21-97143305-05

21-97476308-08 21-97476312-12

21-67470110-10

21-97476307-07

21-97485906-06

21-97143304-04

21-97487306-06 21-97486902-02

21-97143302-02

21-97406601-01 21-97484108-08

21-97484805-05

LOFTS

21-97476314-14

vente & location

VENTES PAR NOTAIRES des autres provinces

21-97143303-03

APPARTEMENTS à louer

21-97487302-02 21-97476304-04

ÉTRANGER à vendre

21-97486901-01

21-97487301-01

21-97324301-01 21-97476311-11

TERRAINS à vendre

21-96191501-01

RÉSULTATS DES VENTES PUBLIQUES Bruxelles

VIAGER 21-97476301-01 21-97320701-01

LITTORAL à louer

21-86748901-01

21-97485910-10

21-97496016-16

21-97476302-02 21-97387301-01

21-97143306-06

COMMERCES à vendre

21-97496015-15

21-97476306-06

21-83200403-03

21-97487305-05

21-97447101-01

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


SEMAINE DU 22 AU 28 MARS 2012 LIBRE IMMO

Ventes notariales

13

21-97496004-04 21-97496014-14

21-97269704-04

21-97496013-13 21-97496005-05

21-97269705-05

21-97496012-12 21-97496006-06 21-97269706-06

21-97496011-11 21-97496007-07

21-97269707-07

21-97496010-10 21-97496008-08

21-97269708-08 21-97496009-09

21-97269701-01

21-97269709-09 21-97496001-01

21-97269702-02

21-97269710-10 21-97496002-02

21-97269703-03

21-97496003-03

21-97269711-11

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


14

Ventes notariales

SEMAINE DU 22 AU 28 MARS 2012 LIBRE IMMO

21-97269717-17 21-97496019-19

21-97269712-12

21-97269719-19 21-97496018-18

RÉSULTATS DES VENTES PUBLIQUES Brabant

21-97269720-20

21-97496017-17

21-97496025-25

21-97269721-21 21-97269713-13

21-97496024-24

21-97269714-14

21-96930918-18

21-97496023-23

21-97269715-15

21-96930919-19

21-97496022-22

21-97269716-16

21-96930920-20

21-97496021-21

21-97496020-20

21-97269718-18

21-96930921-21

© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2012. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.

La Libre Immo du 22 mars 2012  

Le bois sort du bois