Issuu on Google+

Pause

Annonces

Immobilier neuf

La Libre Immo s’offre une petite pause. Prochain numéro: le jeudi 12 janvier.

Dans ce supplément, 7 pages pour trouver le bien de votre choix.

Les dernières nouvelles dans le domaine de l’immobilier neuf.

pp.>15-19

DMITRIY RASHCHEKTAYE/FOTOLIA

Supplément à La Libre Belgique - N°130 - Semaine du 15 au 21 décembre 2011

RELOCATIONS SERVICE SUR MESURE PP. 2 et 4

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


2

Le dossier

SEMAINE DU 15 AU 21 DÉCEMBRE LIBRE IMMO

l Tendances l

Assistance aux voyageurs Bruxelles est pour les particuliers la zone la plus dense en termes de relocation.

h La relocation est un domaine en vogue depuis quelques années, à peine une trentaine. Pour les capitales économiques, c’est une obligation.

Bruxelles est pour les particuliers la zone la plus dense en termes de reloca­ tion. Anvers suit d’assez près. Les autres villes du pays sont très en­deça des moyennes imposées dans la capitale et en Wallonie le phénomène existe un peu en région montoise et dans le périmètre de La Louvière depuis l’arrivée massive de compagnies étrangères, américaines surtout. Liège, Verviers et le Limbourg surtout dégagent quelques lignes d’ave­ nir dans cette niche de services. La créa­ tion de zonings industriels qui sont de véritables zones franches comme on les concevait sous la féodalité, permet aux seigneurs d’aujourd’hui, les mayeurs, de proposer des zones d’activités très at­ tractives. Revenons en terres plus habitées. Les so­ ciétés de relocation, généralement peti­ tes en leurs structures, sauf une ou deux exceptions de format européen, vont, à la demande des sociétés étrangères, s’oc­ cuper de tous les éléments d’une loca­ tion. Le service rendu sera étendu, consi­ dérable parfois en temps, car il faut gérer l’approche des bailleurs et aller jusqu’à intégrer dans le paquet des services ren­

ART PHOTO PICTURE/FOTOLIA

LOUER UN APPARTEMENT ou une mai­ son c’est bien quand on s’y installe pour du long terme. Mais dans le domaine d’une entreprise qui fait circuler ses ca­ dres comme un Etat fait se mouvoir ses ambassadeurs et autres fonctionnaires des Affaires étrangères, il y a lieu de con­ sidérer la location pure comme une complication. Mieux vaut pour les fir­ mes internationales passer par le sys­ tème de la relocation afin de jouir d’es­ paces parfaitement tenus et dans les­ quels les locataires peuvent rester quelques semaines voire quelques mois ! Il y a dans ce monde de l’éphémère des appart­hôtels de plus en plus nombreux, spacieux et bien décorés qui peuvent convenir même pour le temps d’un week­end. La relocation pour aussi con­ cerner des entreprises en quête d’espa­ ces nouveaux et dont il faut déménager l’outillage. Des firmes sont capables de s’occuper de tout, comme le firent les Chinois voici dix ou quinze ans avec une immense usine métallurgique située sur la rive droite entre Liège et Engis. Son nom nous échappe mais le phénomène de délocalisation avait alors frappé les esprits du bassin liégeois et bien au­delà.

dus, les démarches administratives. A distance cela est impossible ou très com­ pliqué, même avec l’aide de l’internet. Il faut donc du personnel disponible qui connaît les arcanes du métier et qui va faire vite. Le temps c’est de l’argent. Les services rendus vont toutefois au­delà de la seule question locative dès lors qu’une famille va s’implanter chez nous. Il existe certes une littérature à destina­ tion des étrangers installés ou qui vont venir passer quelque temps chez nous, à l’instar du volume “Expats in Brussels”. Il existe un site Internet à ce nom, en lien avec notre magazine gratuit “La Tribune de Bruxelles”. Tout est donc mis en place pour faciliter l’arrivée puis l’intégration de ces nouveaux arrivants, parfois éphé­ mères voisins. Pour nous guider dans la compréhension de cette profession nous avons contacté Eric Klitsch. Il est le di­ recteur de la compagnie “Brussels Relo­ cation”, membre de l’Abra, association

professionnelle de ce métier. Son point de vue permet d’approcher une profes­ sion qui s’adapte aux couleurs du temps. Sans être un observateur aiguisé, il sem­ ble clair que les firmes étrangères n’agis­ sent plus comme il y a vingt ans, en dé­ pensant sans compter ou presque. Et dans la relocation on y va avec modéra­ tion comme pour les places louées dans les aéronefs où les hommes d’affaires ne prennent plus aussi facilement les pre­ mières classes. Depuis son bureau de Waterloo, notre hôte couvre toute la Bel­ gique. La relocalisation prospère là où sont implantées de grandes firmes. Donc outre Bruxelles et Anvers, la zone de Liège, Verviers, Namur même sont con­ cernés. Et c’est l’Anglais qui domaine avec les clients. “Mais quand il s’agit de travailler avec des loueurs de biens ou avec les administrations, en général c’est la lan­ gue locale qui est d’application. Cela fait nos affaires et justifie nos interventions”, nous dit Eric Klitsch.

Pourquoi ceci dit se situer à Waterloo et depuis plus de vingt ans maintenant ? Eric Klitsch nous fit savoir que cela te­ nait à ce que Waterloo depuis longtemps attire les Américains. Notamment il y a trente à quarante ans, car la belle ban­ lieue de Bruxelles ressemblait aux jolis quartiers des grandes villes américaines. Cela n’a donc rien à voir avec le site his­ torique et même si plusieurs Waterloo existent aux USA, ce n’est pas là que rési­ dait leur désir de s’installer dans cette jo­ lie cité brabançonne. Puis il se fait que Waterloo abrite depuis longtemps une école internationale. “Or les écoles sont des éléments majeurs de la recherche de nos clients”, précise Eric Klitsch.

Philippe Farcy

SUITE DE NOTRE DOSSIER EN PAGE 4

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


4

Le dossier

SEMAINE DU 15 AU 21 DÉCEMBRE LIBRE IMMO

l Relocation

Toujours prêt à servir

CHRISTOPHE BORTELS

faut trouver un lieu dans la journée. Les challenges changent sans cesse pour nous. On travaille dans l’urgence et celle­ci ne peut être assumée que si on se trouve à Bruxelles ou Anvers. Ailleurs, que ce soit Gand, Bruges ou Namur, il faut prendre son temps et au moins trois jours pour trouver un rendez­vous avec une agence immobilière. La réactivité des réseaux d’agences immobilières n’a rien à voir en­ tre les deux grandes villes et toutes les autres”.

La relocation ou l’art de livrer un lieu de résidence complètement utilisable. POUR LES PROFESSIONNELS de la relo­ cation, rendre service aux clients, seuls ou accompagnés, est le maître mot. Quand il s’agit d’une famille, chercher une crêche, une école, diverses activités ludiques pour les enfants, est essentiel. Il leur faut se sentir bien tout de suite, soutenus. Plus de la moitié des clients de ce genre de société de services arrive avec femme et enfants. Or nous dit Eric Klitsch, “il y a dix ans encore, 100% des

enfants allaient dans les écoles internatio­ nales. Maintenant ils ne sont plus que 50 pc. Les écoles choisies sont celles de l’im­ mersion locale”. On voit dès lors ici les contingences, car les écoles publiques sont moins onéreuses que les institu­ tions privées. Tout évolue dans la ma­ nière d’agir et les recherches d’écono­ mies sont généralisées. Dans la manière de préparer le terrain,

les comportements changent énormé­ ment. Jadis les firmes prévenaient un ou deux mois avant l’établissement de l’employé ou du cadre. A présent nous dit Eric Klitsch, “les compagnies appellent les spécialistes à la dernière minute. Il nous arrive régulièrement de recevoir un coup de fil d’un patron pour nous dire qu’il a un membre de son personnel venu de l’étran­ ger pour s’installer chez nous et que ce­ lui­ci se trouve dans son bureau. Dès lors, il

Un autre très gros boulot est de livrer un lieu de résidence complètement uti­ lisable; tous les flux doivent être en état de marche, vérifiés, modernisés. L’inter­ net est devenu indispensable. Pour fina­ liser l’implantation des familles, les fir­ mes étrangères donnent à leurs em­ ployés un ou trois jours pour des recherches. En général le mari se charge du déplacement, après avoir vu sur le net toutes les possibilités offertes. A son arrivée, illico pris sous les ailes protec­ trices des compagnies de relocation, il est emmené pour des visites de résiden­ ces pré choisies. “En général nous en voyons cinq ou six, parfois une seule, mais aussi parfois, dix. Puis ils rentrent et re­ viennent un peu plus tard pour s’installer”. Afin d’appréhender une dernière fois les changements d’attitudes et de com­ portements, il convient de noter que pas mal de cadres d’entreprises démé­ nagent seuls. Ils laissent leurs familles dans le cocon habituel, s’obligeant à des navettes incessantes les week­ends et à des séparations douloureuses, ce qui risque parfois d’entraîner des tensions au sein des couples. Enfin, il y a la ques­ tion des budgets déjà évoquée pour les écoles. Eric Klitsch nous faisait remar­ quer que “voici dix ou vingt ans, on trou­ vait sans peine les moyens financiers pour assumer une location mensuelle de 80 000 francs. C’était le haut de gamme évidemment, situé dans les beaux quar­ tiers de Rhodes, Uccle, Waterloo, Lasnes. Désormais ce chiffre est le milieu de gamme et il est aussi celui qui fonctionne le moins bien. Les lots disponibles vers ce montant sont difficiles à signer. Par contre et pour répondre à une dualité qui se voit partout dans notre monde actuel, il est plus aisé de louer un bien à 5 000 € (200 000 francs). Mais la majorité des ap­ partements voire des maisons sont négo­ ciés entre 500 et 1 000 €. C’est sur cette tranche que l’on trouve le plus d’activités. On voit alors que les écarts entre les gros revenus et les plus petits grandissent. Une fracture sociale s’installe qui n’est guère positive mais le fait est là”. Dès lors, il n’est donc plus aussi attractif d’être expatrié. Tous les budgets sont serrés. La crise est présente et les gran­ des firmes calculent le moindre cen­ time. Philippe Farcy

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


SEMAINE DU 15 AU 21 DÉCEMBRE LIBRE IMMO

Conjoncture

5

l Grand-Duché de Luxembourg

1 million d’euros… h C’est le prix moyen que pourrait très vite atteindre une maison unifamiliale. En cause : la croissance démographique.

Question time

JEAN-LUC FLÉMAL

Les obligations du notaire Le déséquilibre entre l’offre et la demande va pousser les prix à la hausse. LA POPULATION DU GRAND­DUCHÉ de Luxembourg ne cesse de croître. On pourrait même parler d’explosion puisque les projec­ tions établies en 2006 par le Statec (service de statistiques de l’Etat luxembourgeois) ont en effet été revues à la hausse parce que le chiffre de 500000 habitants a été dépassé en 2010 alors qu’il était donné pour intervenir nettement plus tard. On en arrive mainte­ nant à une estimation de 646740 personnes en 2030 (soit + 28% par rapport aux 505831 habitants de 2010), dont 284438 ménages (+40% par rapport à 2010). Cette très forte augmentation a bien sûr un fort impact sur les besoins en logement et, par conséquent, sur les prix de l’immobilier. Surtout qu’il y a déjà déséquilibre entre l’offre et la demande. Patrick Kersten, fondateur de atHome.lu vient ainsi, dans une étude, de tenter de voir quelles sont les perspectives d’évolution des prix à l’horizon 2020. Et le moins que l’on puisse dire est que ça décoiffe… Premier constat : la valeur moyenne d’une maison unifamiliale s’affichait, en 2008, à 556554,35 euros. Soit rien moins que +85% pour la période 1988 – 1998 et +145% pour 1998 – 2008. Et, aujourd’hui, atHome note un prix moyen de 606 000 euros (mais le million d’euros est déjà régulièrement dé­

passé dans certaines communes du centre). AtHome.lu reprend deux scénarii, basés sur la hausse moyenne du prix de l’immobilier. Le scénario bas, à +4,5%/an voit le prix moyen d’une maison atteindre le million d’euros entre 2021 et 2024. Le scenario haut – qui pourrait très bien se réaliser – passe par une appréciation des prix de 6 à 9%/an, et donc le cap du million d’euros franchi entre 2017 et 2020. Patrick Kersten souligne toutefois, dans son document, que “cette évolution du prix moyen ne mettra pas fin au fort écart entre les biens immobiliers les plus chers et les moins chers du marché”. “Il existera toujours des maisons en vente à des prix très inférieurs à la moyenne” (jusque ­45% dans certaines communes). atHome.lu n’aborde pas la question des ré­ percussions de ces prix sur les régions fron­ talières allemande, française et belge voisine. Mais il n’y a aucun doute que, en Sud­ Luxembourg belge, où la pression des prix due à la proximité du Grand­Duché est très forte, les conséquences ne seront pas anodi­ nes. A la fois sur les prix, mais aussi en voyant venir des personnes qui n’auront plus les moyens de se loger outre­Capellen, ce qui est d’ailleurs déjà le cas pour certaines. Marc Vandermeir

Depuis quelques années, la loi impose au notaire d’in­ former immédiatement la Cellule de Traitement des In­ formations Financières (CTIF) lorsqu’il a des soupçons qu’une opération dans laquelle il doit intervenir pour­ rait servir à du blanchiment d’argent. En outre, la loi n’autorise pas le notaire de prévenir le client de cette transmission d’information à la CTIF. D’autres obliga­ tions s’imposent également au notaire. Ainsi, en cas de vente d’un immeuble, le paiement du prix de vente se fait uniquement au moyen d’un virement ou d’un chè­ que bancaire. Il en va de même si une partie du prix doit encore être payé après la signature de l’acte (comme dans les cas de bâtiments à construire, de rente via­ gère,…). Toutefois, il existe des exceptions. Une partie du prix de vente – il s’agit souvent de l’acompte – peut encore être payée en espèces. Mais deux conditions doivent être respectées : ­ elle ne dépasse pas 15000€, et ­ elle soit limitée à 10 % du prix de vente. Le notaire doit renseigner l’origine des fonds (numéro du compte qui a servi au paiement) dans l’acte authen­ tique ou le compromis. De la même manière, l’origine des fonds doit être renseignée dans tout compromis ré­ digé directement entre des particuliers ou par un agent immobilier. Le notaire doit renseigner les données d’identité de chacune des parties (ou du mandataire) à un acte et de tout autre client intervenant dans un dossier de 10 000 euros, les contrôler et en conserver une copie durant les cinq années suivant la clôture du dossier. e

U Consultez votre notaire pour des conseils sur mesure ou rendez­vous sur www.notaire.be.

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


8

Annonces immobilières

SEMAINE DU 15 AU 21 DÉCEMBRE LIBRE IMMO

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


SEMAINE DU 15 AU 21 DÉCEMBRE LIBRE IMMO

Annonces Immobilières

9

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


10

Annonces Immobilières

SEMAINE DU 15 AU 21 DÉCEMBRE LIBRE IMMO

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Annonces Immobilières

SEMAINE DU 15 AU 21 DÉCEMBRE LIBRE IMMO

MAISONS À VENDRE

11

MAISONS À VENDRE

de 375.000 à 500.000 €

plus de 500.000 €

21-95870601-01

21-95933806-06 21-95837513-13

21-95934502-02 21-95917401-01 21-95933808-08

21-95919302-02

21-95930801-01

21-95917402-02

21-95930809-09

21-95934506-06

21-95919808-08

21-95919807-07

21-95837502-02

21-95919809-09

21-95930804-04

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


12

Annonces Immobilières

SEMAINE DU 15 AU 21 DÉCEMBRE LIBRE IMMO

21-95930815-15

21-95930818-18

21-95930816-16

21-95930810-10

21-95919810-10

21-95919806-06

APPARTEMENTS À VENDRE

de 125.000 à 250.000 € 21-95919304-04 21-95933804-04

21-95917406-06

21-95837504-04

APPARTEMENTS À VENDRE

de 375.000 à 500.000 €

21-95934501-01

21-95677309-09

21-95933807-07

21-95837506-06

21-95677308-08

21-95837501-01 21-95900801-01

21-95934503-03

21-95930807-07 21-95837507-07

21-95934508-08

21-95919308-08

21-95900802-02

21-95930817-17 21-95933810-10

21-95933805-05

21-95934505-05

MAISONS À VENDRE prix non précisé

21-95677310-10

21-95919303-03 21-95677303-03

APPARTEMENTS À VENDRE

21-95677301-01 21-95677305-05

de 250.000 à 375.000 €

21-95933801-01

21-95919805-05 21-95677306-06

21-95919802-02

21-95677304-04

21-95934507-07

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Annonces Immobilières

SEMAINE DU 15 AU 21 DÉCEMBRE LIBRE IMMO

APPARTEMENTS À VENDRE

13

LOFTS

vente & location

plus de 500.000 €

21-67470109-09

21-95930813-13

21-95699501-01

21-95832304-04

21-95919804-04

COMMERCES

21-95837508-08

21-95919306-06

à vendre

21-95832301-01

21-95832303-03 21-95933809-09

MAISONS 21-95837511-11

à louer

21-95930806-06

21-95919803-03

21-95918701-01

COMMERCES

21-95930802-02 21-95677302-02 21-85363901-01

à louer

APPARTEMENTS

21-95919801-01

à louer

21-95930803-03

21-95870602-02

INDUSTRIES

21-95837512-12

21-95933802-02

à vendre

21-95917405-05 21-95677307-07

21-95934504-04 21-95870603-03

FLATS & STUDIOS

21-95930812-12

à vendre

à vendre

21-95930814-14

TERRAINS 21-95837510-10

VIAGER 21-95930805-05

21-95699502-02

21-86748901-01 21-95930811-11

21-95930808-08

21-95835401-01 21-83200402-02

21-95919307-07

21-95933803-03

21-94020601-01

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


14

Annonces notariales SALLE DE VENTE PAR NOTAIRES

34, rue de la Montagne ­ 1000 Bruxelles

SEMAINE DU 15 AU 21 DÉCEMBRE LIBRE IMMO

FACULTÉ DE SURENCHÈRE

21-95934902-02

21-95691301-01 21-95914701-01

21-95934904-04

RÉSULTATS DES VENTES PUBLIQUES Bruxelles

21-95934905-05

21-95934901-01

21-95691201-01

VENTES PAR NOTAIRES

21-95934903-03

21-95934906-06

des autres provinces

21-95935401-01

Comme chaque année, la Libre Immo interrompt ses parutions pendant 3 semaines. Nous vous donnons rendez-vous le jeudi 12 janvier et vous souhaitons déjà nos meilleurs vœux “l’équipe immobilière”

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


16

Publi- rédactionnel

SEMAINE DU 15 AU 21 DÉCEMBRE LIBRE IMMO

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


SEMAINE DU 15 AU 21 DÉCEMBRE LIBRE IMMO

Immobilier neuf

17

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


La Libre Immo du 15 décembre 2011