Page 1

Question time

Conjoncture

A découvrir

Quid des fonds de roulement lors d’une vente? Page 4

Les riches chinois et russes investissent à Paris. Page 4

Zoom et nouveautés sur le marché de l’immobilier neuf.

Pages 15 à 19

ALEXIS HAULOT

Supplément à La Libre Belgique - N°96 - Semaine du 24 au 30 mars 2011

LOFT PARADE

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


2

Le dossier

SEMAINE DU 24 AU 30 MARS 2011 LIBRE IMMO

ALEXIS HAULOT

l Tendance

Le luxe, dit-on, c’est l’espace. C’est le cas ci-dessus, dans l’atelier en sous-sol de Céleste Galrao, jeune peintre de 21 ans, fille de Catherine Ailesse. Le loft se déploie sur trois niveaux et deux zones

Les lofts gardent tout leur h Le marché bruxellois en l’espèce, des lofts, les vrais, conservent un bon potentiel. Mais l’offre est supérieure à la demande. LE MARCHÉ IMMOBILIER EST EN BONNE SANTÉ SUR LA ZONE BRUXELLOISE. La crise semble estompée et les affaires tournent à un rythme très convenable. Dans le panorama brabançon où les demandes de rési­ dences restent fortes, il y a un segment, une niche qui conserve une bonne part de son allant, alors que l’on aurait pû penser voici 10­20 ans qu’il s’agissait d’une mode. Les lofts gardent donc la cote à Bruxelles et en péri­ phérie. Et il y a plus de demandes que d’offres, donc les vendeurs sont en position de force. Les lofts ne sont donc plus une simple niche, un élément proche de la fantaisie comme on le considérait voici plus de vingt ans quand une certaine mode à son endroit s’était faite jour. Une mode ? Non, ce n’en est plus une non plus. A entendre deux dames spécialisées dans ce segment, le loft est devenu un bien comme un autre et pas néces­ sairement réservé à une élite ou à des gens un peu bi­ zarre ou hors normes comme des artistes, dont on sait qu’ils ont toujours besoin d’espace. Les lofts ce sont des bien ordinaires dont certains, pour reprendre Diane Adam (Immo Style­Immo Lofts), sont parfois détour­ nés, dans les deux sens au demeurant.

Certains sont des lofts purs à l’origine auxquels on a ajouté des cloisons et parfois un peu trop. D’autres sont des appartements au sein desquels on a enlevé des cloisons pour créer un effet d’espace agrandi, mêlant cuisine, salle­à­manger et salon, tout en préservant la solitude des chambres et des salles d’eau. Chez Capi­ tol­Invest, notre correspondante Christine de Vinck, abondait dans le même sens en précisant que les lofts étaient divisés en zone de séjour ouverte à tous sur des dimensions moyennes de 60 m². Les lofts présentent évidemment moins de murs et par là évite le confine­ ment. Ils offrent aussi l’impression de grandeur, alors qu’il n’y en a pas nécessairement beaucoup plus. Outre les artistes auxquels on pense souvent, il y a un marché sur Bruxelles pour les expats ou des gens de la CE, qui iront de préférence vers le sud ou le haut de la ville. Le Belge s’engage volontiers dans cette voie là et sur Bruxelles les Flamands sont assez demandeurs. Voilà pour l’aspect “art de vivre”. Il y a l’autre volet plus économique et commercial. On essayera de voir pourquoi ils ont “germé”. On verra que le classement d’un site (idée toujours bienvenue) peut entraîner des

contraintes très fortes voire paralysantes. Puis qu’il n’y en a jamais deux pareils et enfin qu’il faut bien calculer son coût sur le plan financier en fonction de la surface choisie. Les lofts sont apparus sur le marché avec la dispari­ tion de petites entreprises inscrites dans le tissu social des villes, grandes ou petites. Les crises économiques, la difficulté de se déplacer en ville avec un charroi im­ portant a amené une foule de firmes à partir vers la pé­ riphérie. Beaucoup d’immeubles comme cela ont été abandonnés et détruits. Pour ceux qui furent préser­ vés, il fallait trouver une finalité nouvelle. Des investis­ seurs se sont penchés sur la question et cela a permis d’offrir un nouveau produit, intéressant. A ce mo­ ment­là une mode naissait. Mais voici vingt ans et un peu plus, ils pâtissaient d’un environnement social défavorable. Or, pour re­ mettre une ancienne usine, par exemple, dans un état de viabilité familiale, il faut avoir des sous et aimer vi­ vre dans ce cas de figure dans des quartiers mixtes, as­ sez mal vus à Bruxelles (Molenbeek, Anderlecht, Saint­ Josse…..). Ils sont encore mal considérés maintenant, même si les mentalités changent et que l’on voit des

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Le dossier

SEMAINE DU 24 AU 30 MARS 2011 LIBRE IMMO

3

Avis d’artiste

ALEXIS HAULOT

Lumière. Vivre dans un loft, c’est s’assurer bien

distinctes, en affichant quatre chambres dont une se trouve sous cinq mètres de plafond, décorée par Agnès Emery.

attrait gens “bien sapés” s’installer dans ces quartiers. Le plus bel exemple toujours en cours de développe­ ment est l’ancienne école vétérinaire d’Ander­ lecht, construite sur un parc fermé de près de qua­ tre hectares dans une unité de style néorenais­ sance flamande et une qualité de construction qui est un émerveillement. Tout date là de 1902­1905. Près de cent lots étaient à prendre déjà voici dix ans. Il en reste une grosse vingtaine et le projet, tenu par un investisseur français “qui a tout son temps”, tarde à s’achever à cause de la relative gourmandise du propriétaire. L’endroit étant classé, cela pose aussi d’autres soucis de préserva­ tion, de respects des murs, et implique des con­ traintes pour les acheteurs. Mais en attendant, ceux qui ont joué le jeu ne sont pas totalement ré­ compensés et vivent depuis des années dans un semi­chantier où une part des lieux est toujours abandonnée et où le parc n’est évidemment pas remis en ordre. Quand en plus la ville d’Anderlecht, propriétaire d’un lot majeur à front de rue, elle aussi empêtrée dans des histoires de protection du bâti, ne trans­ forme pas dans des délais raisonnables son bien, alors le site garde des apparences de tristesse na­ vrante qui ne favorise pas l’embellissement des voiries et du cadre de vie. Or, ce parc, quoique privé est une des perles de la commune. Diane Adam nous disait que “les lofts naissent aussi du désir de certains investisseurs qui à défaut de trouver de petites usines dégottent des immeubles de bureaux”, voire des écoles, nous disait­on chez Ca­ pital­Invest. Les promoteurs achètent ces biens et les divisent en unités souvent très différentes. Donc la variété du produit est immense, déjà à l’état brut, en gros œuvre fermé, ou casco comme on dit dans le métier. Quand l’acheteur y ajoute sa “patte”, la diversité croit encore. Comme il se fait que ce type de bien existe depuis vingt ans et plus, on trouve déjà des lofts en “seconde main” et là c’est une nouvelle tendance de chercher des lofts

déjà aménagés. “C’est évidemment moins lourd à supporter qu’un bien vendu brut, avec seulement les fluides arrivants aux cimaises”. Reste à voir comment se porte l’appétit des ama­ teurs. Et bien là, contrairement à ce que l’on pour­ rait penser, les zones recherchées sont plutôt vers le centre­ville de Bruxelles. Sans doute en est­il de même sur Anvers, Liège et Gand, nous disait Diane Adam. Puis il y a la surface; là il faut évoquer une moyenne de 100 à 150 m², parfois moins; avec 80m² on peut vivre une sensation de loft. Ensuite il y a le prix du produit brut. Diane Adam évoquait “un montant de 600 € m² pour des surfaces de 200 à 300 m² voici dix ans. De nos jours, le prix “casco” tourne facilement entre 1350 et 1850 €/m². Dans le centre cela tourne autour des 2 000 €”. Notre correspondante nous cita alors l’exemple encore récent d’un parking boulevard Jamar. “Ses sept étages furent divisés entre des lofts de 80 à 100 m². Le succès fut énorme. L’explication fut simple : qualité des espaces, luminosité, des parkings conser­ vés pour chaque preneur, une terrasse qui en est une vraie et pas un balcon et un coût de revient tout ter­ miné de l’ordre de 220 000 €”. Les lofts de seconde main ont également une belle cote car ils sont prêts pour le service. Encore qu’ils pèchent par manque de modernité. Les implications écologi­ ques et économiques, la domotique également sont des atouts aux mains des produits neufs. Les lofts de 15­20 ans ne possèdent pas toutes ces qualités récentes. Toutefois leur cote est bonne et tourne vers les 350 000 € pour 150 m². Pour 200 m² et plus, la balance va passer entre 400 000 et 500 000 €. Reste à voir la tranche d’âge des ama­ teurs. Et là, on vogue sur toutes les tranches. Les jeunes ménages (25­35 ans) adorent ça, car les es­ paces sont modulables. Les 40­55 ans y voient l’expression d’une réussite. Et il y a même une frange d’amateurs qui tourne entre les 55­65 ans pour qui le loft est symbole de liberté. Comme quoi il y a de l’avenir. Philippe Farcy

sûr de profiter de plus de place et d’un esprit de liberté de mouvement que l’on ne trouve pas dans un espace plus confiné, cloisonné. C’est en tout cas le sentiment exprimé par Catherine Ailesse, peintre portraitiste de son état, qui vit à Anderlecht dans l’enceinte de l’ancienne École vétérinaire, rue des Vétérinaires. “En étant installée ici, je partage avec mes nombreux voisins le sentiment de vivre dans une sorte de petit village, avec la chance de profiter de grands arbres qui ont cent ans comme les bâtiments et qui déploient leurs branches comme des caresses qui vous effleurent au gré des vents. Dans ce coin d’Anderlecht, on entend crisser les trains, au loin, ce qui donne des envies de voyages. Il y a bien quelques avions qui nous survolent mais nous ne sommes pas les seuls à être “gratifiés” de leurs passages. Au-delà de ces minis inconvénients, c’est le silence complet, tout en étant en ville. Il faut ajouter à cela que nous sommes une septantaine de familles à vivre ici, donc il y a un sentiment de sécurité. On se connaît entre voisins de blocs, mais moins avec ceux qui habitent un peu plus loin. Toutefois, les liens se créent sans peine, comme dans les villages, grâce aux enfants et aux animaux que l’on promène en laisse, sauf les chats. Les enfants constituent des raisons de se causer, mais aussi de faire du baby-sitting car il y a de jeunes couples dans notre enceinte. Et le petit parc où nous sommes, n’est pas un vase clos. Nous sommes ouverts sur l’extérieur. Il est très agréable de faire ses courses dans les petits commerces du quartier. L’exotisme est partout présent et les gens qui travaillent là sont très charmants. D’ailleurs, pour ceux qui craindraient de fréquenter des communes comme celles-ci, il faut dire que le mélange se passe très bien. Il y a juste un manque de civilité des gens du quartier qui ne gèrent pas leurs poubelles avec efficacité. Si vous ajoutez à cela que la commune n’envoie pas de balayeurs tous les jours, vous avez rapidement des dépôts de sacs dans tous les coins. Cela se fait à Ixelles, pas à Anderlecht. Allez comprendre. Tout le monde doit faire des efforts dans le sens du respect du voisin. Donc, depuis deux ans que je suis ici avec mes enfants, nous n’avons que des raisons d’aimer Anderlecht et ses rues et ses habitants. J’y travaille avec plaisir et n’ai aucune envie de changer de quartier, d’autant que nous sommes à côté de tout, du centre, des cinémas, de la gare du Midi. La vie est belle quand on se la rend belle”. Ph. Fy.

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


4

Conjoncture

SEMAINE DU 24 AU 30 MARS 2011 LIBRE IMMO

l Conjoncture

Chinois et Russes à Paris

Question time

Fonds de roulement lors d’une vente: quid Les copropriétaires versent périodiquement au syndic ou gérant de l’immeuble des provisions destinée au fonds de roulement. Cette “tirelire” est alimentée par les copropriétaires en fonction de leurs quotités dans l’immeuble. Le fonds de roulement représente toutes les sommes versées à titre de provision pour les frais communs périodiques liés à l’utilisation des parties communes (frais de conciergerie, d’électricité pour les parties communes, d’utilisation des ascenseurs,…) ou à leur administration (salaire du gérant,…). Chaque co­ propriétaire doit verser sa quote­part dans le fonds de roulement. Généralement, il s’agit d’une provision forfaitaire versée chaque trimestre au gérant qui pé­ riodiquement (par exemple une fois par an) dresse des comptes et restitue l’excédent par rapport à la provi­ sion versée ou réclame le solde éventuel. Au moment de l’acte de vente, il n’y aura pas de décompte à faire entre les parties (vendeurs et acquéreurs) qui devront simplement informer le syndic de la date de la vente, de l’identité de l’acquéreur et des clauses de l’acte re­ lative au partage des charges. Le syndic devra faire un décompte et restituer au vendeur sa quote­part dans le fonds de roulement, sous déduction des charges dues à la copropriété jusqu’à la date de l’acte de vente. Il réclamera en même temps à l’acquéreur une somme destinée à reconstituer ce fonds. e

U Consultez votre notaire pour des conseils sur mesure ou rendez­vous sur www.notaire.be.

XAVIER RICHER / PHOTONONSTOP / REPORTERS

Les hôtels et appartements de luxe parisiens font toujours fureur.

h Les biens immobiliers de luxe sont très prisés par les riches Chinois et Russes.

Les riches chinois sont depuis quelques mois à la recherche de biens immobi­ liers d’exception à Paris, affirme Thi­ bault de Saint Vincent, le président de l’agence spécialisée Barnes. “Paris a été sélectionnée par les ache­ teurs internationaux de l’immobilier haut de gamme au même titre que Londres, Ge­ nève ou New­YorK”, souligne M. de Saint Vincent pour expliquer cet intérêt pour la capitale française de la part de clien­ tèle fortunée chinoise qui dispose de beaucoup de “cash”. Le président de Barnes cite notamment le cas de la 40e fortune chinoise, ayant investi en France, à la recherche d’un hôtel parti­ culier, aux environs de 10 millions d’euros, pour recevoir et également hé­ berger certains cadres de ses sociétés. Le marché de l’immobilier parisien de prestige, qui a vu ses prix s’envoler de 20 % en 2010, bénéficie également du retour de la clientèle russe qui avait dé­ serté la capitale suite à la crise finan­ cière. Au­dessus d’une limite de

20 000 euros/m2, soit 2 millions pour un 100m2, la quasi­totalité (85 %) des acquéreurs de ces biens sont des étran­ gers car ceux­ci bénéficient de régimes fiscaux plus avantageux que les Fran­ çais. Le président de Barnes cite toutefois le cas d’un Français, résident en Suisse, qui vient d’acquérir une propriété de 17 millions d’euros, et d’une famille, importante actionnaire d’un groupe du CAC 40, qui a acheté 21 millions d’euros un hôtel particulier de 800 m2 (plus un jardin de 600 m2) à Neuilly­sur­ Seine (Hauts­de­Seine). Mais suite aux évènements au Moyen­ Orient, Barnes envisage pour 2011 une certaine stabilité des prix mais pas de véritable baisse car l’immobilier pari­ sien dispose toujours, selon de M. de Saint Vincent, de “statut de valeur re­ fuge” au moment où les placements en Bourse apparaissent moins intéres­ sants. En 2010, Barnes, le deuxième interve­ nant du secteur derrière Daniel Féau, a réalisé un chiffre d’affaires de 15 mil­ lions pour un volume d’affaires de 450 millions d’euros. Cette année, Bar­ nes, qui compte trois agences à l’étran­ ger à Londres, New­York et Miami, va ouvrir deux nouvelles agence à Deau­ ville et Saint­Tropez. (AFP)

Libre Immo. Supplément hebdomadaire à La Libre Belgique.Coordination rédactionnelle:Vincent Slits. (02 211 29 13 - vincent.slits@lalibre.be) Illustrations: Etienne Scholasse. Réalisation: Sodimco. Directeur général: Denis Pierrard..Rédacteur en chef:Vincent Slits.Rédacteur en chef adjoint: Pierre-François Lovens.Conception graphique: Jean-Pierre Lambert (responsable graphique), Bruno Bausier. Publicité: Véronique Le Clercq (00322 21127 64 - veronique.leclercq@saipm.com)

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


SEMAINE DU 24 AU 30 MARS 2011 LIBRE IMMO

Annonces immobilières

5

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


6

Annonces immobilières

SEMAINE DU 24 AU 30 MARS 2011 LIBRE IMMO

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Annonces immobilières

8

SEMAINE DU 24 AU 30 MARS 2011 LIBRE IMMO

APPARTEMENTS À VENDRE

MAISONS À VENDRE de 250.000 à 375.000 €

de 250.000 à 375.000 €

21-90490401-01 21-89327703-03

21-90436701-01

MAISONS À VENDRE plus de 500.000 €

21-90490406-06

21-90436702-02 21-90469303-03 21-90475708-08

MAISONS À VENDRE 21-90467703-03

prix non précisé

21-90478210-10 21-90490407-07

21-90475704-04

21-90467705-05 21-90467706-06

21-90478208-08

21-90478209-09

21-90469302-02

21-90467707-07

21-90475711-11

21-90490405-05

21-90438701-01

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Annonces immobilières

SEMAINE DU 24 AU 30 MARS 2011 LIBRE IMMO

9

APPARTEMENTS À VENDRE plus de 500.000 €

21-90436705-05

21-90469305-05

21-90478207-07

21-90467708-08

APPARTEMENTS À VENDRE

de 375.000 à 500.000 €

21-90478205-05

21-90478204-04

21-90469307-07

21-90469306-06

21-90475706-06 21-90475707-07 21-90490402-02

21-90475705-05 21-90490403-03 21-90475710-10

21-90490404-04

21-90467701-01

21-90469304-04

21-90490408-08

21-90475703-03

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


10

Annonces immobilières

SEMAINE DU 24 AU 30 MARS 2011 LIBRE IMMO

VIAGER

APPARTEMENTS

TERRAINS

à louer

à vendre

21-86748901-01

21-90451401-01 21-90478202-02

21-83200402-02

21-90436704-04 21-90351204-04 21-90467704-04

FRANCE 21-90351203-03

21-90478203-03

21-67470109-09

21-90396801-01

JUSTICE DE PAIX

LOFTS

vente & location

21-90351202-02

21-90351201-01 21-90467702-02 21-90478206-06

MAISONS à louer

21-90246801-01

VENTES PAR NOTAIRES

21-90490409-09

21-90475709-09

Brabant

21-90475712-12

21-85363901-01

21-90490410-10

21-90478201-01

21-90126701-01

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Annonces immobilières

SEMAINE DU 24 AU 30 MARS 2011 LIBRE IMMO

VENTES PAR NOTAIRES

11

RÉSULTATS DES VENTES PUBLIQUES

des autres provinces

Bruxelles

21-90458410-10

21-90458412-12

21-90458409-09

21-90458411-11

21-90109701-01 21-90458408-08

21-90458407-07

21-90458406-06

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


12

Annonces immobilières

SEMAINE DU 24 AU 30 MARS 2011 LIBRE IMMO

21-90458405-05

21-90458401-01 21-90458414-14

RÉSULTATS DES VENTES PUBLIQUES Brabant

21-90458404-04

21-90458416-16

21-90458413-13

21-90458403-03

21-90458415-15

21-90458402-02

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


16

PUBLI-RÉDACTIONNEL

Du 24 mars au 27 avril 2011

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


Du 24 mars au 27 avril 2011

PUBLI-RÉDACTIONNEL

17

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


18

ANNONCES

Du 24 mars au 27 avril 2011

VOUS PRÉSENTE SES APPARTEMENTS TÉMOINS

© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.


© S.A. IPM 2011. Toute représentation ou reproduction, même partielle, de la présente publication, sous quelque forme que ce soit, est interdite sans autorisation préalable et écrite de l'éditeur ou de ses ayants droit.

La Libre Immo du 24 mars 2011  

Loft Parade

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you