Page 1

LE CALENDRIER DÉTACHABLE

LES 8 GROUPES LES 32 PAYS

LES 12 STADES

SUPPLÉMENT GRATUIT - AVEC LA DH DU 7 DÉCEMBRE 2013

L’HISTORIQUE


LE COUP D’ENVOI Seize mains innocentes ont déciagrémenté, cette fois, de l’AlgéÜ ÉDITO LAURENT DENUIT dé hier soir, à Costa Do Sauipe, rie, adversaire inédit. du destin des trente-deux nations Vivement en tout cas le 12 juin, qui se sont qualifiées pour la 20e pour le retour de la Coupe du phase finale de la Coupe du MonMonde au pays du football samde, après 820 matches de qualifiba. L’affiche est alléchante, la fêcation. te s’annonce belle puisqu’elle Dans 187 jours exactement, le jeudi 12 juin 2014, la Seleção, face à la réunit tous les anciens champions, dont trois ont été versées hier au sein Croatie, donnera le coup d’envoi de la phase finale, à l’Arena de São Paulo, du même groupe : le D, qui verra l’Angleterre, l’Italie et l’Uruguay se dispudevant plus de 65.000 spectateurs et quelque 3 milliards de téléspectater les deux tickets qualificatifs. Le sort a aussi réuni les deux dernières teurs, sur une pelouse belge (la célèbre GrassMaster de la société Desso de finalistes, l’Espagne et sa victime néerlandaise, dans un groupe B qui croiTermonde) et après qu’un artiste belge, le Louviérois Franco Dragone, eut sera ensuite sa route avec le A, celui du Brésil… ouvert la grand-messe du football par une cérémonie haute en couleurs… Cinq fois sacrée, la Seleção aspire à ajouter une nouvelle étoile sur son La Belgique, heureusement, ne sera pas seulement un élément du décor. maillot auriverde. Le palmarès des Brésiliens, il est vrai, n’a pas d’égal. Elle effectuera avec force et ambition son grand retour sur l’échiquier Avec 210 buts marqués en 19 participations, ils disputeront le 23 juin mondial, pour la douzième fois, douze ans après sa dernière apparition 2014 à Brasilia, leur capitale, le 100e match de leur histoire en phase fina(Mondial 2002) et un huitième de finale douloureux face au… Brésil. le. En espérant continuer leur route jusqu’au Maracanã, théâtre de la finaProtégés par leur statut de têtes de série, Marc Wilmots et ses Diables ont le, le 13 juillet. Pour prendre leur revanche sur l’histoire, et gommer à tout évité la Seleção au premier tour, mais ils retrouveront un adversaire déjà jamais le funeste souvenir de l’apothéose de 1950, lorsque l’Uruguay avait croisé en 2002 : la Russie, plus un de 1998, la Corée du Sud, programme privé la Seleção de sa Coupe du Monde… l

VIVEMENT LE 12 JUIN !

Ü GROUPE H 6 Belgique y 7 Algérie y 8 Corée du Sud y 9 Russie y

Ü GROUPE A 10 Brésil y 1 0 Mexique y 1 1 Cameroun y 1 1 Croatie y

Ü GROUPE B 12 Espagne y 12 Australie y 13 Chili y 13 Pays-Bas y

Ü GROUPE C 14 Colombie y 14 Japon y 15 Côte d’Ivoire y 15 Grèce y

Ü GROUPE D 16 Uruguay y 16 Costa Rica y 17 Italie y 17 Angleterre y

Ü GROUPE E

x L’actrice et top model brésilienne Fernanda Lima, choisie parmi les animateurs du grand show du tirage au sort, hier soir, a porté chance à nos Diables Rouges. (AP)

18 Suisse y 18 Honduras y 19 Équateur y 19 France y

Ü GROUPE F 20 Argentine y 20 Iran y 21 Nigéria y 21 Bosnie-Herzégovine y

Ü GROUPE G NUMÉRO GÉNÉRAL

02/744.44.55

Administrateur délégué et éditeur responsable François le Hodey. Directeur général Denis Pierrard. Rédacteur en chef Ralph Vankrinkelveldt. Responsable du magazine Laurent Denuit. Responsable rédaction sportive Philippe Lacourt. Rédaction Pierre Ghislain, Jonathan Lange, Vincent Lothaire, Florent Mariaud, Fabrice Melchior, Antoine Vidua, Christophe Verstrepen. Mise en pages IPM Press Print. Crédits Une Photo News. Direction, administration, rédaction rue des Francs, 79 1040 Bruxelles. Fax > (02) 211.28.70. Publicité IPM Advertising > (02) 211.29.59. Abonnements > (02) 744.44.55. Fax > (02) 744.45.55. E-mail > les.sports@dh.be. Internet > www.dh.be

2 I

la dernière heure - les sports I

22 Allemagne y 22 États-Unis y 23 Ghana y 23 Portugal Touteslesheuresetlesjoursdecespécialontété convertisen“tempsbelge”.Unmatchàminuit,cheznous, estindiquélelendemaindujouroùilsedisputeauBrésil.


LES ÉLIMINATOIRES

36 54

L’Allemagne et la… Nouvelle-Calédonie ont été les nations les plus prolifiques des éliminatoires de ce Mondial 2014 : 36 buts chacune. Mais l’archipel océanique n’a pourtant pas réussi à se qualifier pour le Brésil…

Saint-Marin est, de très loin, l’équipe qui a encaissé le plus de buts lors de ces éliminatoires : 54 goals en 10 matches ! Le gardien Aldo Simoncini (portier de l’AC Libertas) s’est retourné 45 fois, et son compagnon d’infortune Federico Valentini (dernier rempart d’Alki Larnaca, à Chypre) 9 fois… en un seul match (9-0 en Ukraine, en septembre dernier) !

11

100

208

Le nombre de buts inscrits par les meilleurs buteurs des éliminatoires de ce Mondial 2014 : le Néerlandais Robin van Persie, l’Uruguayen Luis Suarez et l’attaquant de… Belize Deon McCaulay. Le meilleur buteur belge est Kevin De Bruyne : 4 buts.

Le nombre de cartons rouges distribués durant les éliminatoires… à 100 joueurs différents. Il y eut aussi 2.916 bristols jaunes brandis. Les recordmen ? Mario Yepes (Colombie) et Diego Lugano (Uruguay), avec 7 avertissements reçus.

Le nombre de pays qui étaient inscrits pour participer à la phase finale qui en réunira 32. C’est 3 de plus que pour la Coupe du Monde 2010, le précédent record.

820 2.350 Le nombre de matches disputés lors des éliminatoires de ce Mondial 2014, dont 10 par les Diables. Le premier? Le 16 juin 2011, avec la victoire du Belize sur Montserrat (Concacaf). Le dernier? Le 20 novembre 2013, avec la qualification de l’Uruguay face à la Jordanie (Barrages Amsud-Asie).

I

Le nombre de buts inscrits pendant les éliminatoires, dont 18 par nos Diables Rouges, qui, a contrario, n’en ont encaissés que 4.

la dernière heure - les sports I 3


LES STADES g BELO HORIZONTE g BRASÍLIA g CUIABÁ g CURITIBA g FORTALEZA g MANAU 1

ARENA AMAZONIA

VILLE : Manaus (État d’Amazonas), 2000.000 d’habitants, en plein cœur de l’Amazonie, la plus grande forêt au monde. CAPACITÉ : 44.000 spectateurs (40.000 pendant le Mondial) COÛT : 188,1 millions € Toujours en construction, le nouveau stade construit à la place du stade Vivaldo Lima se veut être un futur moteur pour la région amazonienne. Mot d’ordre : développement durable (système de récupération de l’eau de pluie ou panneaux solaires pour atteindre l’autosuffisance énergétique, notamment).

1

µ 4 MATCHES Di 15 juin Me 18 juin Di 22 juin Me 25 juin

6

03h00 21h00 21h00 22h00

Gr. D Gr. A Gr. G Gr. E

Angleterre - Italie Cameroun - Croatie USA - Portugal Honduras - Suisse

ARENA PANTANAL

VILLE : Cuiaba (État du Mato Grosso), 1.000.000 d’habitants, capitale de l’État du Mato-Grosso, frontalier avec la Bolivie. Elle est située à 1.000 km de Brasilia, plus de 2.000 km de Rio. CAPACITÉ : 44.000 spectateurs COÛT : 180,5 millions € L’ancien Stade José Fragelli, surnommé aussi le Verdao pour ses caractéristiques écologiques, a été pensé pour accueillir de nombreux événements après l’été 2014, grâce à son toit amovible et ses gradins modulables.

µ 4 MATCHES Sa 14 juin Me 18 juin Di 22 juin Ma 24 juin

00h00 00h00 00h00 22h00

Gr. B Gr. H Gr. F Gr. C

Chili - Australie Russie - Corée du Sud Nigéria - Bosnie Herzégovine Japon - Colombie

7

ESTADIO NACIONAL

VILLE : Brasilia (District Fédéral), 2.800.000 habitants, capi-

10

ARENA DA BAIXADA

tale du Brésil depuis sa fondation le 21 avril 1960, située au cœur de l’arrière-pays. CAPACITÉ : 72.000 spectateurs COUT : 444,2 millions € Deuxième stade de la Coupe du Monde en termes de capacité, il a été entièrement rénové pour l’événement : nouvelle façade, nouvelle structure métallique, nouvelles tribunes et une pelouse abaissée pour donner aux spectateurs une vision complète du jeu.

7 MATCHES 15 juin 19 juin 23 juin 26 juin 30 juin 05 juillet 12 juillet

VILLE : Curitiba (État du Parana), 1.800.000 habitants, surnommée La cité modèle de l’Amérique Latine, pour sa qualité de vie, son économie dynamique et ses infrastructures durables. CAPACITÉ : 43.000 places COÛT : 103,3 millions €. Repaire de l’Atletico Paranaense, ce stade très récent (1999) était réputé pour être le plus moderne au Brésil. Il n’a donc subi que quelques travaux mineurs en prévision de l’événement.

µ 4 MATCHES Lu 16 juin Sa 21 juin Lu 23 juin Je 26 juin

12

21h00 00h00 18h00 22h00

Gr. F Gr. E Gr. B Gr. H

Iran - Nigéria Honduras - Equateur Australie - Espagne Algérie - Russie

9

18h00 18h00 22h00 18h00 18h00 22h00 22h00

Gr. E Gr. C Gr. A Gr. G

Suisse - Equateur Colombie - Côte d’Ivoire Cameroun - Brésil Portugal - Ghana Huitième de finale Quart de finale Petite finale

ITAQUERAO/ARENA CORINTHIANS

VILLE : São Paulo (Etat de Sao Paulo), 11.500.000 habitants, capitale économique du pays, septième ville la plus peuplée au monde. CAPACITÉ : 69.160 spectateurs (dont près de 20.000 de façon temporaire) COÛT : 264 millions €. Le projet de construction (livraison du stade prévue début 2014) prévoit le développement de l’est de la ville, un secteur très défavorisé qui accueille environ quatre millions d’habitants. Au total, la construction du stade a permis l’embauche directe ou indirecte de quelque 6.000 personnes, mais un accident a récemment coûté la vie à deux ouvriers.

ESTADIO BEIRA­RIO µ 6 MATCHES

VILLE : Porto Alegre (État du Rio Grande do Sul), 1.500.000 habitants, a accueilli de 2001 à 2004 les premières éditions du Forum Social mondial. CAPACITÉ : 60.800 places. COÛT : 106,2 millions €. Construit en 1969, le José Pinheiro Borda, Géant du Beira-Rio, est le théâtre des exploits de deux clubs majeurs de l’histoire du football brésilien : l’Internacional et le Grêmio Porto Alegre.

12 juin 19 juin 23 juin 26 juin 1 juillet 9 juillet

15 juin 18 juin 22 juin 25 juin 30 juin

4 I

21h00 18h00 18h00 18h00 22h00

Gr. E Gr. B Gr. H Gr. F

France - Honduras Australie - Pays-Bas Corée du Sud - Algérie Nigéria - Argentine Huitième de finale

la dernière heure - les sports I

PHOTOS AP

µ 5 MATCHES

22h00 21h00 18h00 22h00 18h00 22h00

Gr. A Gr. D Gr. B Gr. H

Brésil - Croatie Uruguay - Angleterre Pays-Bas - Chili Corée du Sud - Belgique Huitième de finale Demi-finale


g NATAL g PORTO ALEGRE g RECIFE g RIO DE JANEIRO g SALVADOR g SÃO PAULO 2

ESTADIO CASTELAO

VILLE : Fortaleza (État du Ceara), 2.550.000 habitants, 5e ville du pays et capitale de l’Etat, vit au rythme du football, du surf et du tourisme. CAPACITÉ : 63.903 places. COÛT : 167 millions €. Déjà surnommé Le géant de Boa Vista pour sa capacité, le Stade Gouverneur Placido Casteloa, dont la rénovation s’est achevée en décembre 2012, peut désormais accueillir 9.000 personnes de plus.

2

µ 6 MATCHES 14 juin 17 juin 21 juin 24 juin 29 juin 4 juillet

3

4

3 5

Gr. D Gr. A Gr. G Gr. C

Uruguay - Costa Rica Brésil - Mexique Allemagne - Ghana Grèce - Côte d’Ivoire Huitième de finale Quart de finale

ESTADIO DAS DUNAS

VILLE : Natal (État du Rio Grande do Norte), 1.000.000 d’habitants, capitale de l’État : fait partie des destinations touristiques majeures du pays. CAPACITÉ : 42 000 places (32.000 pendant le Mondial) COÛT : 126,8 millions €. Des cendres du Machadão s’est érigé le Stade des Dunes, dont le nom et le design font référence à l’une des attractions touristiques les plus appréciées de la région du Natal : les dunes de sable.

7

6

21h00 21h00 21h00 22h00 18h00 22h00

µ 4 MATCHES

8

13 JUIN 17 JUIN 20 JUIN 24 JUIN

H

18h00 00h00 00h00 18h00

Gr. A Gr. G Gr. C Gr. D

Mexique - Cameroun Ghana - USA Japon - Grèce Italie - Uruguay

11 9

4

10

ARENA PERNAMBUCO

VILLE : Recife (Etat du Pernambouc), 1.555.000 habitants, considérée comme la Venise du Brésil. Les influences culturelles héritées des colons hollandais puis portugais donnent à la vieille ville un ton assez singulier. CAPACITÉ : 46.000 places. COUT : 168,4 millions €. Stade flambant neuf, conçu pour soutenir l’expansion économique du Grand Recife dans une région défavorisée. Un quartier comptant plus de 5 000 unités résidentielles sera érigé à proximité.

12

µ 5 MATCHES

H

15 juin 20 juin 23 juin 26 juin 29 juin

HÔTEL DES DIABLES Pendant le Mondial 2014, les Diables Rouges seront logés à 60 kilomètres de São Paulo, à l’hôtel Paradise Golf and Lake Resort situé à Mogi Das Cruzes.

8

ESTÁDIO MINEIRÃO

Gr. C Gr. H Gr. F Gr. D

Colombie - Grèce Belgique - Algérie Argentine - Iran Costa Rica - Angleterre Huitième de finale Demi-finale

Côte d’Ivoire - Japon Italie - Costa Rica Croatie - Mexique USA - Allemagne Huitième de finale

ARENA FONTE NOVA

5

µ 6 MATCHES 13 juin 16 juin 20 juin 25 juin 1 juillet 5 juillet

µ 6 MATCHES 18h00 18h00 18h00 18h00 18h00 22h00

Gr. C Gr. D Gr. A Gr. G

VILLE : Salvador (Etat de Bahia), 3.100.000 habitants. Première capitale historique du pays, de 1549 à 1763, elle est également l’hôte de sa plus ancienne cathédrale. CAPACITÉ : 55.000 places. COÛT : 217,6 millions d’euros. Inauguré le 28 janvier 1951, le stade Octavio Mangabeira de Salvador a été utilisé jusqu’en novembre 2007, avant d’être démoli trois ans plus tard. La nouvelle Arena Fonte Nova conservera toutes les caractéristiques de l’enceinte originale, le modernisme en plus.

VILLE : Belo Horizonte (Etat du Minas Gerais), 2.500.000 habitants, 3e métropole et pôle économique du pays, siège brésilien de Google notamment. CAPACITÉ : 62.160 places. COÛT : 220,5 millions €. Temple du football brésilien, fief de deux de ses plus grands clubs nationaux (Cruzeiro et Atletico Mineiro), le stade Governador Magalhaes Pinto a été revu pour répondre aux critères de durabilité (récupération d’eau) et son accessibilité fut retravaillée et améliorée, afin d’accueillir au mieux les foules prévues pour les 6 rencontres qu’il accueillera. 14 juin 17 juin 21 juin 24 juin 28 juin 8 juillet

00h00 18h00 22h00 18h00 22h00

11

21h00 18h00 21h00 18h00 22h00 22h00

Gr. B Gr. G Gr. E Gr. F

MARACANÃ

Espagne - Pays-Bas Allemagne - Portugal Suisse - France Bosnie Herzégovine - Iran Huitième de finale Quart de finale

VILLE : Rio de Janeiro (État de Rio de Janeiro), 6.500.000 habitants, deuxième ville du pays. Vitrine du Brésil, elle symbolise ses plages, son carnaval et son football. CAPACITÉ : 78.838 spectateurs (à sa construction en 1950, il pouvait accueillir jusqu’à 200.000 spectateurs debout). COÛT : 316 millions d’euros. Construit à l’occasion de la Coupe du Monde 1950, il fut le théâtre d’un des moments les plus marquants de l’histoire de l’épreuve reine : le Maracanazo, finale perdue par la Seleçao contre l’Uruguay (1-2). Après deux ans et demi de fermeture pour rénovation, le Mario Filho a ouvert ses portes à l’occasion de la Coupe des Confédérations en juin.

µ 7 MATCHES 16 juin 19 juin 23 juin 25 juin 28 juin 4 juillet 13 juillet

I

00h00 00h00 00h00 22h00 22h00 18h00 21h00

Gr. F Gr. B Gr. H Gr. E

Argentine - Bosnie Herzégovine Espagne - Chili Belgique - Russie Equateur - France Huitième de finale Quart de finale Finale

la dernière heure - les sports I 5


H

BELGIQUE

Ranking FIFA au 28/11 : 11e

w Fiche d’identité Surnom : Diables Rouges Superficie : 30 528 km2² Habitants : 11 116 243 hab. Capitale : Bruxelles Langues officielles : Néerlandais/Français/Allemand Roi : Philippe Ier Hymne national : La Brabançonne

w Palmarès Coupe du Monde (12e participation) : 5 huitièmes de finale en 1934, 1938, 1990, 1994 et 2002 demi-finaliste en 1986 Euro (4 participations) : finaliste en 1980 demi-finaliste en 1972

Participant récurrent depuis la première Coupe du Monde en Uruguay où ils finirent 9ème, les Diables ne se sont extirpés qu’une fois des huitièmes. Emmenés par Enzo Scifo, ils se hissèrent jusqu’en demi aux dépens de la Roja (1-1, 5-4 pen.). Un doublé du meilleur joueur de la compétition, Diego Maradona, mis fin aux espoirs de finale. Depuis 2002, la sélection reste sur deux désillusions, n’ayant pu prendre part aux éditions de 2006 et 2010.

BELGA

w Passé en CM

LA STAR

GROUPE H

w Les joueurs utilisés en éliminatoires M/B* 1. Thibaut Courtois Atlético Madrid (Esp) 10/0 2. Axel Witsel Zénith Saint-Petersbourg (Rus)10/0 3. Jan Vertonghen Tottenham Hotspurs (Ang) 10/1 4. Kévin De Bruyne Chelsea (Ang) 10/4 5. Moussa Dembélé Tottenham Hotspurs (Ang) 10/0 6. Eden Hazard Chelsea (Ang) 9/2 7. Kévin Mirallas Everton (Ang) 9/2 8. Nacer Chadli Tottenham Hotspurs (Ang) 8/0 9. Toby Alderweireld Atlético Madrid (Esp) 8/0 10. Thomas Vermaelen Arsenal (Ang) 7/0 11. Christian Benteke Aston Villa (Ang) 7/2 12. Marouane Fellaini Manchester City (Ang) 7/1 13. Vincent Kompany Manchester City (Ang) 6/2 14. Daniel Van Buyten Bayern Munich (All) 5/0 15. Dries Mertens Naples (Ita) 5/0 16. Romélu Lukaku Everton (Ang) 4/2 17. Steven Defour FC Porto (Por) 3/1 18. Guillaume Gillet Anderlecht (Bel) 2/1 19. Nicolas Lombaerts Zénith Saint-Petersbourg (Rus) 2/0 20. Sébastien Pocognoli Hanovre (All) 2/0 21. Zakaria Bakkali PSV Eindhoven (P-B) 1/0 22. Pelé Mboyo Ilombe Genk (Bel) 1/0 *Matches/Buts

LE SÉLECTIONNEUR

Eden Hazard

Marc Wilmots

Né le 7 janvier 1991 à La Louvière Club actuel : Chelsea (Angleterre)

Né le 22 février 1969 à Jodoigne Carrière de joueur (attaquant) > 321 matches, 133 buts

Difficile de n’en retenir qu’une, tant le Diable est désormais devenu un produit de luxe, recherché par les plus grands clubs de la planète. Parmi ceux-ci, Eden Hazard, titulaire indiscutable dans une des équipes phares du Vieux Continent, Chelsea, et pion devenu indispensable sur l’échiquier de Marc Wilmots… Le Louviérois est d’ailleurs l’unique Belge à figurer dans la liste des 23 meilleurs joueurs FIFA 2013, et demeure la cible des louanges de toute la planète football. Son poste et la nature de son talent favorisent sa médiatisation sur la toile, qui s’accroît continuellement. Eden Hazard a trouvé en Wilmots un entraîneur qui le comprend bien mieux que Leekens, et son impact sur le jeu de la Belgique est de plus en plus important. Il sera l’un des joueurs qui sera scruté lors de ce Mondial. Car le protégé de Mourinho sera peut-être le premier joueur belge à concourir pour un Ballon d’Or au moment d’aborder le tournoi. Au sein des Blues, il est incontournable, et l’effectif qui l’entoure est suffisamment armé pour nourrir de grandes ambitions en championnat comme en Ligue des Champions… Si la saison londonienne d’Eden se passe sans encombres, et qu’il éclabousse le Mondial de sa classe, pourquoi ne pas rêver à un titre un premier Ballon d’Or belge ? Après tout, les stars, c’est fait pour rêver…

> Saint­Trond (1987 > 88); FC Malines (1988 > 91); Standard de Liège (1991 > 96); Schalke 04 (All) (1996 > 2000); Girondins Bordeaux (Fra) (2000 > 01); Schalke 04 (All) (2001 > 03)

Carrière d’entraîneur > Schalke 04 (All) 2003; Saint­Trond (2004 > 05); Equipe nationale belge – Adjoint (2009 > 12); Equipe nationale belge (2012 > ?)

Adjoint d’Advocaat puis de Leekens, Marc Wilmots aura attendu mai 2012 avant d’être nommé sélectionneur national, au terme de deux joutes amicales plutôt convaincantes (0-0 en Angleterre et 4-2 face aux Pays Bas). La Belgique du foot place alors tous ses espoirs en celui qui devie nt rapidement symbole du renouveau de l’équipe nationale. Du talent individuel foisonnant, il réussit à créer un véritable esprit collectif qui permet aux Diables de se qualifier pour le Mondial avec 26 points sur 30. Lorsqu’il évoque le Brésil, Wilmots se veut à la fois pragmatique et ambitieux : “Le plus dur, c’est de sortir des poules. Après, tout est possible…”

ÉQUIPE TYPE Ch. Benteke

PHOTO NEWS E. Hazard

w Parcours en qualification Favorite du groupe, la Belgique a confirmé sur le terrain ses nombreuses qualités individuelles. Pour le match décisif, les Diables se sont présentés en Croatie après avoir enchaîné six victoires consécutives. Un seul point suffisait, mais le doublé de Lukaku a assuré la qualification dès la première mi-temps.

6 I

w Résultats Belgique - Croatie Belgique - Serbie Belgique - Ecosse Belgique - Pays de Galles Belgique - Macédoine

la dernière heure - les sports I

K. De Bruyne M. Dembélé

w Classement 1-1 3-0 2-0 2-0 2-0

2-1 2-1 2-0 1-1 1-0

1 2 3 4 5 6

Belgique Croatie Serbie Ecosse Pays de Galles Macédoine

Pts 26 17 14 11 10 7

J 10 10 10 10 10 10

G N 8 2 5 2 4 2 3 2 3 1 2 1

P 0 3 4 5 6 7

p. 18 12 18 8 9 7

c. 4 9 11 12 20 16

M. Fellaini

A. Witsel

T. Alderwereld

J. Vertonghen

V. Kompany

Th. Vermaelen Th. Courtois


Ranking FIFA au 28/11 : 26e

H

ALGÉRIE w Fiche d’identité Surnom : Fennecs Superficie : 2.381.741 km2 Population : 37.900.000 hab. Capitale : Alger Langue officielle : Arabe Président : Abdelaziz Bouteflika Hymne national : Kassaman

w Palmarès Coupe du Monde (4e participation) : 1er tour en 1982, 1986 et 2010 CAN (15 participations) : vainqueur en 1990, finaliste en 1980, demi-finaliste en 1982, 84, 88 et 2010

w Passé en CM Pour leurs débuts en Espagne en 1982, les Fennecs avaient frappé un grand coup en dominant la RFA (2-1), premier succès africain en CM. Les éditions de 1986 et 2010 leur ont laissé de moins bons souvenirs: un seul point récolté.

AP

w Les joueurs utilisés en éliminatoires

SÉLECTIONNEUR

LA STAR

Vahid Halilhodzic

Ishak Belfodil

Né le 15 mai 1952 à Jablanica (ex­Yougoslavie)

Né le 12 janvier 1992 à Mostaganem (Algérie) Club actuel : Inter Milan (Italie)

Carrière de joueur (attaquant) > 710 matches, 338 buts

> Turbina Jablanica (1968 > 71); FK Velez Molstar (1971>81); FC Nantes (1981>86); Paris SG (1986>87)

Carrière d’entraîneur > FK Velez Molstar (1990>92); AS Beauvais (1993>94); Raja Casablanca (1997>98); Lille (1998>2002); Stade rennais (2002­03); Paris SG (2003­05); Trabzonspor (2005­06); Ittihad Djeddah (2006); Equipe nationale Côte d’Ivoire (2008­10); Dinamo Zagreb (2010>11); Equipe nationale Algérie (2011>?)

Un attaquant redoutable et redouté. Tel est le souvenir qu’a laissé Vahid Halilhodzic joueur. Sa carrière aurait pu prendre une tout autre dimension si l’avant-centre était né après la chute du rideau de fer. Mais le joueur a dû attendre ses 28 ans avant de pouvoir s’exiler en Europe de l’Ouest, en France où il a brillé à Nantes et à Paris. D’une précision clinique devant le but, le Francobosnien, passé sur le banc, a conservé ce souci du détail. Technicien à poigne, très rigoureux, il a notamment conduit Lille des dernières places de Ligue 2 à Ligue des Champions en deux ans. En 2010, après deux ans sans concéder la moindre défaite, il est démis de ses fonctions de sélectionneur de la Côte d’Ivoire après un revers contre… l’Algérie où il est devenu depuis la qualification pour le Brésil un héros national. l

Tout jeune joueur en équipe nationale, qu’il n’a découvert qu’en août dernier, Ishak Belfodil porte déjà sur les épaules le lourd statut de star de sa sélection. Remarqué depuis son plus jeune âge grâce à son physique imposant et son sens du but, il rejoint le centre de formation de l’Olympique Lyonnais en 2008. Belfodil est alors le meilleur buteur de l’Algérie U16, avec pas moins de 16 réalisations en 15 rencontres. Pourtant, quatre ans plus tard, l’impressionnant gaillard d’un mètre 92 n’a pas réussi à faire son trou aux côtés de Lisandro Lopez ou Bafétimbi Gomis. Il s’exile donc en Italie, à Bologne puis à Parme, où ses qualités de renards des surfaces font merveille. Choix de carrière payant à l’été 2013 puisqu’il rejoint, pour la coquette somme de 10 millions d’euros, l’Inter Milan, séduit par ses 8 buts lors de l’exercice 20122013. À lui, cette saison, de profiter au maximum de ses prestigieux partenaires pour engranger une expérience qui lui fait encore défaut à six mois du Mondial. l

M/B* 1. Carl Medjani Olympiakos Le Pirée (Grè) 8/1 2. Islam Slimani Sporting Clube Portugal (Por) 7/5 3. El Arabi Soudani Dinamo Zagreb (Cro) 7/3 4. Sofiane Feghouli Valence CF (Esp) 7/3 5. Adi Raïs Mbolhi CSKA Moscou (Rus) 7/0 6. Saphir Taider Inter Milan (Ita) 6/2 7. Madjid Bougherra Lekhwiya Sports (Qat) 6/1 8. Adlane Guedioura Crystal Palace (Ang) 6/0 9. Mehdi Mostefa-Sbaa AC Ajaccio (Fra) 6/0 10. Djamel Mesbah Parme FC (Ita) 6/0 11. Foued Kadir Stade Rennes (Fra) 5/0 12. Medhi Lacen Getafe CF (Esp) 5/0 13. Rafik Djebbour Sivasspor (Tur) 4/0 14. Essaid Belkalem Watford FC (Ang) 4/0 15. Faouzi Ghoulam AS Saint-Étienne 3/0 16. Hassan Yebda Grenade CF (Esp) 3/1 17. Yacine Brahimi Grenade CF (Esp) 3/0 18. Nabil Ghilas FC Porto (Por) 2/1 19. Abdelmoumene Djabou Club Africain 2/0 20. Ryad Boudebouz SC Bastia (Fra) 2/0 21. Ismail Bouzid Kilmarnock (Éco) 2/0 22. Nacer Khoualed USM Alger 2/0 23. Ishak Belfodil Inter Milan (Ita) 1/0 24. Hocine El Orfi US médina d’Alger 1/0 25. Hemza Koudri US médina d’Alger 1/0 26. Kaled Lemmouchia Club Africain 1/0 27. Amir Karaoui ES Sétif 1/0 28. Hamer Bouazza Racing Santander (Esp) 1/0 29. Abderahmane Hachoud Mouloudja Club d’Alger 1/0 30. Mohamed Zemmamouche US médina d’Alger 1/0

w Parcours en qualification

ÉQUIPE TYPE

L’Algérie a surclassé le groupe dans lequel elle fut versée : défense la moins perméable, attaque la plus efficace, pour un bilan final de quinze points sur dix-huit. Seul le Mali l’a empêchée de signer un sans faute. En barrage, la tâche fut moins aisée : la défaite au Burkina Faso (3-2) l’a placée au pied du mur mais les Fennecs ont finalement valider leur ticket au retour (1-0).

Slimani

PHOTO NEWS / REPORTERS Soudani

Brahimi Feghouli

w Classement 2e tour

Mostefa

S. Taïder

Halliche

Mesbah Bougherra

Medjani

1 2 3 4

Algérie Mali Bénin Rwanda

w Éliminatoires Afrique Pts 15 8 8 2

J G N P p. c. 6 5 0 1 13 4 6 2 2 2 7 7 6 2 2 2 8 9 6 0 2 4 3 11

2e tour (Groupe H) Algérie - Mali Algérie - Bénin Algérie - Rwanda 3e tour Algérie - Burkina Faso

Calendrier GROUPE H Ma 17 18:00

1-2 3-1 1-0

1-0 3-1 4-0

2-3

1-0

Me 18 00:00 Di 22 18:00 Lu 23 00:00 Je 26 22:00 Je 26 22:00

BELGIQUE- Algérie Belo Horizonte Russie - Corée du Sud Cuiabá Corée du Sud - Algérie Porto Alegre BELGIQUE - Russie Rio De Janeiro Corée du Sud - BELGIQUE São Paulo Algérie - Russie Curitiba

Mbolhi

I

la dernière heure - les sports I 7


H

CORÉE DU SUD

Ranking FIFA au 28/11 : 54e

w Fiche d’identité Surnom : Guerriers Taegeuk Superficie : 99 274 km2 Population : 48 955 2031 hab. Capitale : Séoul Langue officielle : Coréen Présidente : Park Geun-hye Hymne national : Aegukga

w Palmarès Coupe du Monde (9e participation) : demi-finaliste en 2002 huitième de finaliste en 2010 Coupe d’Asie (11 participations) : vainqueur en 1956 et 1960 finaliste en 1972, 1980 et 1988

2002 constitue l’année de référence côté coréen : à domicile, la sélection alors emmenée par Guus Hiddink remporte son groupe, écarte successivement l’Italie et l’Espagne et n’est stoppée qu’en demi par l’Allemagne (1-0). En 2010, les Guerriers Taeguk ont réalisé un nouvel exploit en accédant pour la première fois à la deuxième phase de l’épreuve reine en terre étrangère.

AP

w Passé en CM

w Les joueurs utilisés en éliminatoires M/B

GROUPE H

1. JUNG Sungryong Suwon Bluewings (Cds) 2. LEE Keunho Ulsan Hyundai (Cds) 3. JI Dongwon Sunderland (Ang) 4. KWAK Taehwi Ulsan Hyundai (Cds) 5. LEE Jung Soo Al-Sadd (Ara) 6. KI Sungyueng Sunderland (Ang) 7. SON Heung Min Leverkusen (All) 8. LEE Dong Gook Jeonbuk Hyundai Motors (Cds) 9. KIM Shinwook Ulsan Hyundai FC (Cds) 10. KOO Jacheol Wolfsburg (All) 11. PARK Chuyoung Arsenal (Ang) 12. KIM Bokyung Cardiff (Ang) 13. LEE Yong Rae Suwon Samsung Bluewings (Cds) 14. HONG Jeong Ho Augsburg (All) 15. LEE Chung Yong Bolton (Ang) 16. NAM Taehee lekhwiya (Qat) 17. CHA Duri Dusseldorf (All) 18. PARK Joo Ho Mainz (All) 19. OH Beom Seok Club Africain 20. KIM Younggwon Guangzhou (Cds) 21. CHOI Hyojin Seoul (Cds)

14/0

LA STAR

SÉLECTIONNEUR

Heung­Min Son

Myung­Bo Hung

Né le 8 juillet 1992 à Chuncheon (Corée du Sud) Club actuel : Bayer Leverkusen (Allemagne)

Né le 12 février 1970 à Séoul (Corée du Sud)

12/5 11/2 10/1 9/0 9/0 9/1 9/2 8/1 8/2 7/6 6/2 5/0 5/0 5/0 5/0 4/0

Carrière de joueur (défenseur)

À 20 ans, Heung-Min Son est une sorte de Dieu vivant en Corée du Sud, où il est de très loin le sportif le plus médiatisé et vénéré de la population. À tel point que l’avoir sur sa feuille de match, comme c’est le cas pour le Bayer Leverkusen et auparavant pour le Hambourg SV, garantit une audience non négligeable dans le pays du matin calme. Avant-centre de formation, Son s’est exilé avec réussite sur un côté. Et à Leverkusen qui a déboursé pour lui 12 millions d’euros, ce qui fait de lui le joueur le plus cher de l’histoire de son pays, il ne lui a fallu que quelques semaines pour faire oublier Andre Schürrle. Une manière pour lui de confirmer les promesses entrevues lors de sa dernière saison à Hambourg où il avait inscrit 12 buts dont une jolie petite collection de bijoux. Idéal pour encore augmenter sa côte de popularité et aborder un tournoi avec le statut de joueur capable de faire basculer à tout moment le sort d’une rencontre… l

3/0 3/0

> 281 matches, 21 buts

> Pohang Steelers (1992>97), Bellmare Hiratsuka (1997>98), Kashiwa Reysol (1999>2001), Pohang Steelers (2002), Los Angeles Galaxy (2003>04).

Carrière d’entraîneur > Corée du Sud U20 (2009), U23 (2009­2012), Corée du Sud (2013)

Détenteur du record national de sélections pour la Corée du Sud, avec pas moins de 136 capes, Myung-Bo Hung est une légende vivante dans son pays natal. Il y a passé toute sa carrière de footballeur, hormis un intermède d’un an aux Los Angeles Galaxy avant de mettre fin à sa carrière. Il fait partie du club très fermé des joueurs ayant participé à 4 Coupes du Monde successives en 1990, 1994, 1998 et 2002. Ce palmarès et cette aura populaire lui valent ainsi d’être nommé par Pelé dans le FIFA 100 des plus grands joueurs du siècle. Cette Coupe du Monde brésilienne, un an après sa prise en main de l’équipe, est l’occasion pour la légende Hung de devenir un mythe. l

3/0 3/0

ÉQUIPE TYPE K. Lee AFP / AP

w Parcours en qualification

3e tour (Groupe B) Sa défaite devant l’Iran (1-0) lors de la Corée - Liban dernière journée lui a fait perdre la Corée - Koweït maîtrise de son destin. Il aura donc Corée - Ém. Arabes Unis fallu à la Corée attendre le résultat du 4e tour (Groupe A) match Ouzbékistan-Qatar (5-1) pour valider son ticket en terminant second, Corée - Iran Corée - Ouzbékistan aux dépens des Centrasiatiques, Corée - Qatar victimes de la différence de but. Corée - Liban

8 I

w Classements

w Éliminatoires Asie

la dernière heure - les sports I

3e tour

6-0 1-1 2-1

1-2 2-0 2-0

0-1 2-2 4-1 3-0

0-1 1-0 2-1 1-1

Pts 1 Corée du Sud 13 2 Liban 10 3 Koweït 8 4 Ém. Arabes Unis 3 4e tour Pts 1 Iran 16 2 Corée du Sud 14 3 Ouzbékistan 14 4 Qatar 7 5 Liban 5

D. Lee

J 6 6 6 6 J 8 8 8 8 8

G N P p. c. 4 1 1 14 4 3 1 2 10 14 2 2 2 8 9 1 0 5 9 14 G N P p. c. 5 1 2 8 2 4 2 2 13 7 4 2 2 11 6 2 1 5 5 13 1 2 5 3 12

D. Ji C. Park J. Koo

S. Ki

J. Lee

J. Park T. Kwak

J. Hong Jung S.


Ranking FIFA au 28/11 : 22e

H

RUSSIE w Fiche d’identité Surnom : Sbornaïa Superficie : 17 098 242 km2 Population : 143 300 106 hab. Capitale : Moscou Langue officielle : Russe Président : Vladimir Poutine Hymne national : Hymne national de la Fédération de Russie

w Palmarès Coupe du Monde (3e participation) : 1er tour en 1994 et 2002 Euro (4 participations) : demi-finaliste en 2008

w Passé en CM Depuis sa naissance en 1992, la sélection russe n’a jamais été au-delà du premier tour, ne récoltant à chaque fois que trois points.. Avant elle, l’Union Soviétique avait atteint les demi-finales du Mondial 1966 en Angleterre (défaite 2-1 contre la RFA).

AP

w Les joueurs utilisés en éliminatoires M/B*

SÉLECTIONNEUR

LA STAR

Fabio Capello

Alan Dzagoev

Né le 18 juin 1947 à San Canzian d’Isonzo (Italie)

Né le 17 juin 1990 à Beslan (Russie) Club actuel : CSKA Moscou (Russie)

Carrière de joueur (attaquant) > 438 matches, 64 buts

> Spal (1964>67), AS Roma (67>70), Juventus (70>76), Milan Ac (76>79)

Carrière d’entraîneur > Milan AC (1991>96), Real Madrid (96>97), Milan AC (97>98), AS Roma (99>04), Juventus (04>06), Real Madrid (06>07), Angleterre (07>10), Russie (2012)

Son aura de coach a tendance à faire oublier le drôle de joueur qu’était Fabio Capello. Milieu de terrain au sens tactique déjà acéré, Capello a joué dans les plus grands clubs italiens (AS Rome, Juventus Turin et AC Milan) à une époque où le calcio régnait sur la planète. Son goût pour la mise en place le prédestinait naturellement à devenir entraîneur. Et le succès n’a pas tardé, du Real Madrid à l’AC Milan avec notamment cette folle année 1994 où rien, ni personne résistait aux Lombards. Champion dans tous les clubs où il est passé,. Son bilan en tant que sélectionneur fut plus mitigé. Nommé sur le banc anglais, son départ à cause du scandale autour de John Terry avant l’Euro 2012 a fait grand bruit. Mais en Russie, Capello a fait mieux que se relancer, construisant une formation comme il les aime : discipliné et efficace. l

1. Alexander Kerzhakov Zenit Saint-Pétersbourg 2. Victor Faizulin Zenit Saint-Pétersbourg 3. Roman Shirokov Zenit Saint-Pétersbourg 4. Dmitry Kombarov Spartak Moscou 5. Igor Akinfeev CSKA Moscou 6. Vasili Berezutskiy CSKA Moscou 7. Vladimir Bystrov Zenit Saint-Pétersbourg 8. Sergey Ignashevich CSKA Moscou 9. Alexander Kokorin Dynamo Moscou 10. Alexander Samedov Lokomotiv Moscou 11. Denis Glushakov Spartak Moscou 12. Igor Denisov Zenit Saint-Pétersbourg 13. Alexander Anyukov Zenit Saint-Pétersbourg 14. Alexey Kozlov Rubin Kazan 15. Alan Dzagoev CSKA Moscou 16. Andrey Eshchenko FK Anzhi 17. Yury Zhirkov Dynamo Moscou 18. Vladimir Granat Dynamo Moscou 19. Georgy Shchennikov CSKA Moscou 20. Alexander Ryazantsev Rubin Kazan 21. Denis Cheryshev FC Séville (Esp) 22. Pavel Mamaev FK Krasnodar 23. Fedor Smolov Dynamo Moscou 24. Alexey Ionov Dynamo Moscou 25. Artem Dzyuba FK Rostov 26. Oleg Shatov Zenit Saint-Pétersbourg

Alan Dzagoev est un peu le Eden Hazard du football russe. Tout comme le Brainois, Dzagoev est un génie précoce, mis sous les projecteurs dès le plus jeune âge : première titularisation avec le CSKA à 17 ans et 10 mois, première cape 6 mois plus tard contre l’Allemagne en match éliminatoire pour l’Euro. Pendant les phases de qualification, le médian brille en étant le co-meilleur buteur de l’équipe avec 4 réalisations en 8 matchs, et autant de passes décisives. Parallèlement, le jeune Dzagoev continue sa progression effrénée et s’impose de plus en plus comme chef d’orchestre du CSKA Moscou, équipe avec laquelle son influence est considérable, qu’il joue dans l’axe ou sur un côté. À 23 ans seulement, du haut de ses 134 matchs de championnats et 27 sélections, Dzagoev présente déjà un drôle de vécu. Sonne désormais pour lui l’heure de la conformation après un Euro 2012 où il avait fait souffler un vent de fraîcheur en inscrivant trois buts en quatre rencontres. l

10/5 10/3 10/3 10/0 10/0 9/1 9/0 9/0 8/4 8/2 8/2 8/0 5/0 5/0 4/0 3/0 2/0 2/0 1/0 1/0 1/0 1/0 1/0 1/0 1/0 1/0

ÉQUIPE TYPE Kerzhakov

Fayzulin

Shirokov Dzagoev Bystrov

Denisov

Kozlov

Zhirkov V. Berezutskiy

Ignashevich Akinfeev

w Parcours en qualification Grand favori du groupe F avec le Portugal, la Russie n’a pas failli à sa tâche, se permettant même de reléguer Ronaldo et ses équipiers en seconde position. A domicile, ce fut carton plein : quinze points récoltés sur quinze possibles.

w Classement

w Éliminatoires Europe Russie - Portugal Russie - Israël Russie - Azerbaïdjan Russie - Irlande du Nord Russie - Luxembourg

1-0 4-0 1-0 2-0 4-1

I

0-1 3-1 1-1 0-1 4-0

1 2 3 4 5 6

Russie Portugal Israël Azerbaïdjan Irlande du Nors Luxembourg

Pts 22 21 14 9 7 6

J G 10 7 10 6 10 3 10 1 10 1 10 1

N P p. c. 1 2 20 5 3 1 20 9 5 2 19 14 6 3 7 11 4 5 9 17 3 6 7 26

la dernière heure - les sports I 9


A

BRÉSIL

Ranking FIFA au 28/11 : 10e

w Fiche d’identité Surnom : Seleção Superficie : 8.514.876 hm2 Population : 201.032.714 habitants Capitale : Brasilia Langue officielle : Portugais Présidente : Dilma Rousseff Hymne national : Hino Nacional Brasileiro

w Palmarès Coupe du Monde (20e participation) : vainqueur en 1958, 1962, 1970, 1994 et 2002 finaliste en 1950 et 1998 Copa America (32 participations) : vainqueur en 1919, 1922, 1949, 1989, 1997, 1999, 2004, 2007

w Passé en CM L’équipe du Brésil de football est la seule équipe au monde à avoir participé à toutes les éditions de la Coupe du Monde, et elle a remporté cinq éditions. Victorieuse pour la dernière fois en 2002 face à l’Allemagne (2-0), la Seleção a vu sa route barrée au stade des quarts lors des deux éditions suivantes.

LA STAR

SÉLECTIONNEUR

Neymar

Luiz Felipe Scolari

Né le 5 février 1992 à Mogi das Cruzes (Brésil) Club actuel : FC Barcelone (Espagne)

Né le 9 novembre 1948 à Passo Fundo (Brésil)

De l’histoire de la Coupe du Monde, Neymar est peut-être le plus jeune joueur à porter sur ses épaules un tel poids, une telle attente populaire épaules, à l’approche de la compétition. À 21 ans, il est déjà une icône au Brésil, qu’il n’a quitté que l’été dernier pour rejoindre Messi, Iniesta et compagnie. Le FC Barcelone n’a pas hésité à débourser 57M d’euros pour acquérir la star de la Seleçao. De très loin le record de vente pour un club brésilien… Justifié, au regard de son bilan à Santos, où il brille depuis son plus jeune âge (première titularisation en Liga à 17 ans et 3 mois). Depuis, le Brésil (et bientôt, l’Europe) est entré dans l’ère de la Neymar-mania. Ses dribbles, tout aussi inattendus qu’efficaces, transitent à toute vitesse sur la toile. Il enchaîne buts, trophées (3 championnats brésiliens, une Copa Libertadores en 2012) et distinctions personnelles (meilleur joueur du championnat en 2010, 2011, 2012). Plus impressionnant encore, il prend les rênes de l’équipe nationale à 19 ans, et devient le fer de lance de la nouvelle génération du football Brésilien. Une génération sur laquelle est fondé le plus ambitieux des espoirs : celui d’une Coupe du Monde remportée chez soi. l

S’il occupe les bancs de touche depuis 1982, c’est seulement à partir de 2002 qu’il s’affirme comme l’un des meilleurs techniciens du monde. Cette année, il remporte la Coupe du Monde avec la sélection brésilienne, puis est finaliste de l’Euro 2004 avec le Portugal. Comme T1, Luiz Felipe Scolari détient le record du nombre de victoires consécutives en phase finale de CM : 11 (7 en 2002 avec le Brésil, 4 en 2006 avec le Portugal). Son expérience européenne s’arrête, déjà, en 2010. En novembre 2012, dix ans après son sacre, il redevient sélectionneur du Brésil, en vue du Mundial 2014. En quelques mois, il parvient à transformer une Seleção boitillante et juvénile en une formation sur laquelle il faudra compter pour les premières places. Au lendemain du sacre à la Coupe des Confédérations, l’italo-brésilien déclarait : “Cette conquête donne la possibilité aux supporters de croire que nous bâtissons une équipe qui peut être compétitive et peut briguer le titre en 2014”. l

w Parcours en qualification Pays hôte, le Brésil était qualifié d’office pour son Mondial, et n’a dès lors pas disputé de tour préliminaire, se contentant de rencontres amicales. A épingler : des victoires face au Portugal (3-1), l’Australie (6-0) et la France (3-0), notamment.

AFP / PHOTO NEWS

MEXIQUE

LA STAR

SÉLECTIONNEUR

Javier Chicharito Hernandez

Miguel Herrera

Né le 1er juin 1988 à Guadalajara (Mexique) Club actuel : Manchester United (Angleterre)

Né le 19 avril 1990 à Tijuana (Mexique)

Adulé dans son pays, Chicharrito (“le petit pois” en espagnol) a rapidement conquis le cœur des supporters mancuniens grâce à une magnifique première saison en 2010-11 où il inscrit 20 buts en terrorisant les défenses adverses avec sa vitesse et ses déplacements. Il était arrivé en juillet 2010 du Chivas de Guadalajara (79 rencontres, 29 buts depuis 2006) pour devenir le premier joueur mexicain jamais entraîné par le mythique Sir Alex Ferguson, un peu avant la Coupe du Monde 2010. La saison de la confirmation est moins spectaculaire, la faute à plusieurs petites blessures, mais cela n’empêche pas l’attaquant de poche d’inscrire 12 buts, importants pour la plupart, en 2011-12. Souvent décisif, il est un renard des surfaces capable de faire basculer, à lui seul, n’importe quel match. l

Fort d’une saison 2012-2013 couronnée de succès avec son club du CF America, champion du Mexique, Miguel Herrera a été nommé sélectionneur de son pays le 19 octobre dernier, à quelques longueurs d’une échéance cruciale : les barrages de la Coupe du Monde contre la Nouvelle-Zélande. Des matchs couperets parfaitement négociés, qui lui ont valu les éloges de la presse mexicaine pour sa capacité à avoir remobilisé un groupe déstabilisé après le départ de son prédécesseur Victor Vucetich. Il demeure néanmoins que Miguel Herrera reste néophyte à ce poste et devra faire face dans quelques mois à des oppositions autrement plus dangereuses que la modeste équipe néo-zélandaise… l

w Fiche d’identité Surnom : Tricolores Superficie : 1 972 550 km2 Population : 118 395 054 hab. Capitale : Mexico Langue officielle : Espagnol Président : Enrique Peña Nieto Hymne national : Himno Nacional Mexicano

w Palmarès Coupe du Monde (15e participation) : quart de finaliste en 1970 et 1986 Gold Cup (12 participations) : vainqueur en 1993, 1996, 1998, 2003, 2009 et 2011 finaliste en 2007 demi-finaliste en 1991 et 2013

GROUPE A

w Passé en CM Le Mexique signe ses meilleurs résultats lors des deux éditions organisées sur son territoire : 1970 et 1986, en se hissant en quart de finale. L’Italie (4-1) et la RFA (4-1 aux t.a.b) ont alors mis fin à l’aventure. A noter qu’en 1986, les Tricolores avaient terminé en tête du groupe du groupe B, celui des Diables Rouges.

Ranking FIFA au 28/11 : 20e

AP

w Parcours en qualification Après une première place au 3e tour, le Mexique a souffert ensuite, ne bouclant le quatrième et dernier tour qu’à la quatrième places, qualificative pour les barrages intercontinentaux, où il n’a fait qu’une bouchée des Néo-Zélandais : 5-1 et 2-4.

10 I

w Eliminatoires Concacaf 4e tour Mexique - USA Mexique - Costa Rica Mexique - Honduras Mexique - Panama Mexique - Jamaïque Barrage Mexique - N. Zélande

la dernière heure - les sports I

0-0 0-0 2-2 0-0 0-0

0-2 1-2 1-2 2-1 1-0

5-1

4-2

w Classement 1 2 3 4 5 6

USA Costa Rica Honduras Mexique Panama Jamaïque

Pts 22 18 15 11 8 5

J G N 10 7 1 10 5 3 10 4 3 10 2 5 10 1 5 10 0 5

P 2 2 3 3 4 5

p. 15 13 13 7 10 5

c. 8 7 12 9 14 13


Ranking FIFA au 28/11 : 51e

SÉLECTIONNEUR

A

CAMEROUN

LA STAR

w Fiche d’identité

Volker Finke

Samuel Eto’o

Né le 24 mars 1948 à Nienburg/Weser (Allemagne)

Né le 10 mars 1981 à Douala (Cameroun) Club actuel : Chelsea (Angleterre)

Longtemps, le nom de Volker Finke a systématiquement associé à celui du SC Fribourg. 16 ans exactement. En 1991, cet ancien joueur amateur débarque en Forêt Noire comme un Ovni après permis TSV Stelingen de grimper de 5 échelons en 11 ans jusqu’en D2. Avec Fribourg, il connaîtra tout : les joies des qualifications européennes et des accessions en D1, les peines des relégations. L’histoire s’achève en 2007 après deux échecs consécutifs pour faire remonter le club. Finke décide alors de partir loin, au Japon, à Urawa Red où il reste deux ans jusqu’en 2010. Après un passage éclair à Cologne où sa carrière de manager dure 3 mois, il succède à la surprise générale à Jean-Paul Akono. Et pour sa première expérience en tant que sélectionneur, il parvient à redresser une situation compliquée dans une équipe déchirée. l

Si tout va bien, Samuel Eto’o devrait disputer cet été sa quatrième Coupe du Monde. Le conditionnel reste de mise au vu des rapports tumultueux qu’entretient l’attaquant avec les Lions Indomptables. Une vraie histoire d’amour faite de grandes déclarations, de petites bouderies, de larmes, de rires, de claquements de porte retentissants et de réconciliations parfois surprenantes que les producteurs de télénovelas pourraient mettre en scène. Dernier épisode en date cet automne : en septembre, avant le match face à la Libye, Eto’o annonce pour la troisième fois sa retraite internationale avant de revenir sur sa décision un mois plus tard sur ordre de la présidence de la République. Derrière ces tumultes se cache une vraie lutte d’influence dans une sélection où l’attaquant de 32 ans a vu son pouvoir s’éroder au profit de la nouvelle génération incarnée par Alex Song. Mais en dépit de ces conflits et des années qui passent, Eto’o reste titulaire. Et lui qui a tout gagné e n club espère désormais passer pour la première fois de sa carrière la phase de groupe du Mondial. l

Surnom : Lions indomptables Superficie : 475 442 km2 Population : 20 549 221 hab. Capitale : Yaoundé Langues officielles : Français,Anglais Président : Paul Biya Hymne nationale : Ô Cameroun, berceau de nos ancêtres

w Palmarès Coupe du Monde (7e participation) : quart de finaliste en 1990 Coupe d’Afrique des Nations (16 participations) : vainqueur en 1984, 1988, 2000 et 2002 finaliste en 1986 et 2008

w Passé en CM Cette grande puissance du foot africain a du attendre 1982 pour accéder à une phase finale. Les Lions Indomptables ont depuis lors pris part à cinq des six dernières éditions, notamment celle de 1990 en Italie, où les Camerounais se sont hissés en quart de finale, une première pour un pays africain.

AFP / REPORTERS

w Parcours en qualification

w Éliminatoires Afrique

w Classement

Les Lions Indomptables sont facilement sortis des qualifications africaines, en terminant en tête du groupe I avec quatre victoires en six rencontres. Lors du barrage face à la Tunisie, ils ont d’abord souffert à l’aller (0-0) avant de dérouler au match retour (4-1).

2e tour 1 2 3 4

Pts 13 9 6 4

Cameroun Libye RD Congo Togo

Ranking FIFA au 28/11 : 16e

SÉLECTIONNEUR

J G N P 6 4 1 1 6 2 3 1 6 1 3 2 6 1 1 4

p. c. 8 3 5 3 3 3 4 11

2e tour (Groue I) Cameroun - Libye Cameroun - RD Congo Cameroun - Togo 3e tour Cameroun - Tunisie

1-2 1-0 2-1

1-0 0-0 3-0

0-0

4-1

CROATIE

LA STAR

w Fiche d’identité

Niko Kovac

Luka Modric

Né le 15 octobre 1971 à Berlin­Ouest (Allemagne)

Né le 9 septembre 1985 à Zadar (Croatie) Club actuel : Real Madrid (Espagne)

La relation entre l’équipe nationale Croate et Niko Kovac est une longue histoire d’amour qui dure depuis 1996. L’ancien médian défensif qui a fait la majeure partie de sa carrière en Allemagne au Hertha Berlin, à Hambourg, au Bayer Leverkusen et au Bayern Munich était de la belle aventure au Mondial 98 achevée en demi-finale face à la France. Un pedigree associé à une aura qui ont fait de lui le successeur logique d’Igor Stimac démis de ses fonctions avant les barrages. En charge des Espoirs depuis le début de l’année, Kovac a réussi sa première mission : franchir l’écueil des barrages malgré quelques sueurs froides face à l’Islande. À lui désormais de réussir la seconde en venant à bout des vieux démons croates pour réussir son Mondial. l

À 28 ans, Luka Modric compte déjà 72 sélections et semble bien parti pour devenir le joueur le plus capé de l’histoire de la Croatie. Si sa sélection a pu profiter très vite des inspirations de l’élégant milieu de terrain, l’inverse est aussi vrai. En 2008, avant l’Euro, Modric est une curiosité observée de près et Tottenham flaire la bonne affaire en l’engageant avec le début du tournoi. Un coup de génie au vu des performances du meneur de jeu qui fut élu dans l’équipe type de l’Euro. S’il s’est révélé sous les ordres de Slaven Bilic avec qui il était très proche, ses rapports avec Igor Stimac étaient nettement plus orageux, la passe d’armes ayant opposé les deux hommes avant le match contre les Diables en octobre quand Modric avait publiquement critiqué son sélectionneur fut le point d’orgue de ce conflit larvé qui a forcément nui au rendement de la sélection. Et le joueur fut le premier à se féliciter de la nomination de Niko Kovac. Preuve en est, il retrouva comme par enchantement son rayonnement lors des barrages contre l’Islande. l

Surnom : Vatreni Superficie : 56 594 km2 Population : 4 284 889 hab. Capitale : Zagreb Langue officielle : Croate Président : Zoran Milanovic Hymne national : Lijepa naša domovino

w Palmarès Coupe du Monde (4e participation) : demi-finaliste en 1998 Euro (4 participations) : quart de finaliste en 1996 et 2008

w Passé en CM Leur première participation à une phase finale, c’était en 1998. Cette année, en France, les Vatreni frappe un grand coup en se hissant jusqu’en demi, où ils seront sortis par le pays hôte, futur vainqueur, et le fameux (unique) doublé de Lilian Thuram. Depuis, ils n’ont jamais franchi le 1er tour.

AP / PHOTO NEWS

w Parcours en qualification Dans le groupe A, deux formations sortent rapidement du lot : la Croatie et la Belgique. Le mano-à-mano connu son épilogue à deux rencontres de la fin, lorsque Romelu Lukaku s’offrit un doublé à Zagreb, qualifiant ainsi les Diables et obligeant les Croates à passer par les barrages (0-0 et victoire 2-0 devant l’Islande).

w Classement

w Éliminatoires Europe 1er tour (Groupe A) Croatie - Belgique Croatie - Serbie Croatie - Ecosse Croatie - Pays de Galles Croatie - Macédoine Barrage Croatie - Islande

1-1 2-0 0-1 2-0 1-0

1-2 1-1 0-2 2-1 2-1

0-0

2-0

1 2 3 4 5 6

Belgique Croatie Serbie Ecosse Pays de Galles Macédoine

Calendrier GROUPE A Pts 26 17 14 11 10 7

J 10 10 10 10 10 10

G N 8 2 5 2 4 2 3 2 3 1 2 1

P 0 3 4 5 6 7

p. 18 12 18 8 9 7

c. 4 9 11 12 20 16

I

la dernière heure - les sports I 11

Je 12 22:00 Ve 13 18:00 Ma 17 21:00 Me 18 21:00 Lu 23 22:00 Lu 23 22:00

Brésil - Croatie Mexique - Cameroun Brésil - Mexique Cameroun - Croatie Cameroun - Brésil Croatie - Mexique

São Paulo Natal Fortaleza Manaus Brasília Recife


B

ESPAGNE w Fiche d’identité Surnom : Roja Superficie : 505 911 km2 Population : 47 265 321 hab. Capitale : Madrid Langue officielle : Espagnol Roi : Juan Carlos Ier Hymne national : Marcha Real

w Palmarès Coupe du Monde (14e participation) : vainqueur en 2010 demi-finaliste en 1950 Euro (9 participations) : vainqueur en 1964, 2008 et 2012 finaliste en 1984

w Passé en CM Avant de soulever enfin le trophée en 2010, l’Espagne semblait être victime d’une malédiction qui l’empêchait de franchir le cap des quarts de finale. Son meilleur parcours jusqu’alors était une quatrième place en 1950, à l’époque où le champion du monde était désigné à l’issue d’un mini-championnat à quatre équipes.

Ranking FIFA au 28/11 : 1e

LA STAR

SÉLECTIONNEUR

Andres Iniesta

Vicente Del Bosque

Né le 11 mai 1984 à Fuentealbilla (Espagne) Club actuel : FC Barcelone (Espagne)

Né le 23 décembre 1950 à Salamanque (Espagne)

Il y a des équipes où faire ressortir un joueur techniquement et tactiquement est chose aisée. À nouveau grande favorite de la compétition, la Roja n’est assurément pas de celles-là. Son armada offensive et son jeu basé sur le collectif plutôt que sur les individualités rendent difficile la sélection d’une star prédominante. Andres Iniesta semble tout de même tenir la corde, par son charisme et sa régularité au cours des années écoulées où jamais son influence ne s’est étiolée, tant en club qu’en sélection. Le médian fait tout pour, en étant l’homme des grands rendez-vous. À jamais, Iniesta restera comme le buteur de Johannesburg, l’homme qui a permis à l’Espagne de décrocher son premier titre de champion du Monde. Et le défi qui consiste à devenir le premier joueur à marquer durant deux finales de Coupe du Monde consécutives semble à la mesure de son talent. l

Cette Coupe du Monde peut permettre à Vicente Del Bosque de devenir le sélectionneur le plus titré de l’histoire. Ni plus, ni moins. Champion du Monde et d’Europe en titre, décrocher une deuxième couronne Mondial lui permettrait de dépasser Helmut Schön, champion d’Europe et du Monde avec l’Allemagne dans en 1974 et 1976. Elle viendrait aussi récompenser la carrière incroyable d’un homme qui a tout gagné que ce soit en tant que joueur ou qu’entraîneur, à chaque fois avec le Real Madrid. Mais la grande force de cet ancien milieu défensif élégant aura justement été d’aller au-delà des clivages pour bonifier l’héritage d’Aragones et faire de sa Roja l’une des plus grandes équipes de l’histoire du jeu. Et nul doute qu’il a tiré les enseignements de la lourde défaite face au Brésil lors de la dernière Coupe des Confédérations.. l

PHOTO NEWS

w Parcours en qualification

w Classement

w Éliminatoires Europe

Dans le groupe le moins nombreux (cinq équipes) des qualifications européennes, l’Espagne a terminé en tête devant la France, avec un bilan de six victoires et deux nuls (face aux Bleus et aux Finlandais). Elle a bouclé le tournoi préliminaire avec la meilleure défense du Vieux Continent (trois buts encaissés).

Espagne-France Espagne-Finlance Espagne-Géorgie Espagne-Bélarus

1-1 1-1 1-0 4-0

1-0 2-0 2-0 2-1

AUSTRALIE w Fiche d’identité Surnom : Socceroos Superficie : 7 686 850 km2 Population : 22 683 600 hab. Capitale : Canberra Langue officielle : Anglais Reine : Élisabeth II Hymne national : Advance Australia Fair

w Palmarès Coupe du Monde (4 participation) : huitième de finaliste en 2006 Coupe d’Océanie (6 participations) : vainqueur en 1980, 1996, 2000 et 2004 finaliste en 1998 et 2002 e

GROUPE B

w Passé en CM C’est avec une équipe composée entièrement d’amateurs que l’Australie se présente à son premier Mondial, en Allemagne de l’Ouest (1974). Elle en reviendra avec un point, obtenu face au Chili (0-0). En 2006, les Socceroos finissent seconds derrière le Brésil, et sont ensuite éliminés en huitième par l’Italie (1-0), futur vainqueur de l’épreuve.

1 2 3 4 5

Espagne France Finlande Géorgie Bélarus

Pts 20 17 9 5 4

J G N 8 6 2 8 5 2 8 2 3 8 1 2 8 1 1

P 0 1 3 5 6

p. 14 15 5 3 7

c. 3 6 9 10 16

Ranking FIFA au 28/11 : 59e

LA STAR

SÉLECTIONNEUR

Tim Cahill

Ange Postecoglou

Né le 6 décembre 1979 à Sydney (Australie) Club actuel : New York Red Bulls (USA)

Né le 27 août 1965 à Athènes (Grèce)

S’il est né à Sydney, Tim Cahill a vite compris que son avenir passait par l’Angleterre. Et en 1997, après avoir mis la pression à ses parents, il met le cap sur Londres et Millwall où son style rugueux fait de lui une icône. Mais c’est à Everton qu’il rejoint en 2004 que sa carrière prend une autre dimension. Meilleur buteur et meilleur passeur du club, il est également sacré joueur océanien de l’année et connaît ses premières sélections avec les Soccerros, lui qui chez les jeunes avait défendu les couleurs samoanes. Premier Australien à marquer un but en Coupe du Monde en 2006, auteur de plusieurs réalisations décisives dans la course à la qualification en 2010, Cahill est un monument du football australien. Un monument plus près de la fin que du début de sa carrière mais qui peut encore être très précieux comme ce fut le cas lors de la campagne de qualification au Mondial où celui qui défend les couleurs des New York Red Bulls a inscrit trois buts. l

En théorie, Ange Postecoglou n’était pas censé prendre en main la sélection australienne. Mais la débandade des Socceroos face à la France à Paris au mois d’octobre a été fatale à son prédécesseur allemand Holger Osieck. Pour les dirigeants australiens parés de faire au plus pressé, son nom s’est imposé comme une évidence. Si P ostecoglou a débuté sa carrière d’entraîneur au South Melbourne FC, club où il a effectué toute sa carrière de joueur, son travail durant 7 ans à la tête des sélections de jeunes australiennes de 2000 à 2007 lui a permis d’avoir côtoyé l’intégralité des joueurs actuellement en sélection. Utile, forcément, quand il s’agit de travailler dans l’urgence. l AFP

w Parcours en qualification Auteur d’une entame peu convaincante (2 points sur 9), l’Australie s’est ensuite partiellement ressaisie en signant trois succès en cinq rencontres. À épingler, le double nul (1-1) face au leader japonais.

12 I

w Éliminatoires Asie

w Classements 3e tour

1 2 3 4 1 2 3 4 5

Pts 15 Australie 8 Oman Arabie Saoudite 6 4 Thaïlande 4e tour Pts 17 Japon 13 Australie 10 Jordanie 9 Oman 5 Irak

la dernière heure - les sports I

J 6 6 6 6 J 8 8 8 8 8

G 5 5 1 1 G 5 3 3 2 1

N 0 2 3 1 N 2 4 1 3 2

P 1 2 2 4 P 1 1 4 3 5

p. 13 3 6 4 p. 16 12 7 7 4

c. 5 6 7 8 c. 5 7 16 10 8

3e tour (Groupe D) Australie - Oman Australie - Ar. Saoudite Australie - Thaïlande 4e tour (Groupe B) Australie - Japon Australie - Jordanie Australie - Oman Australie - Irak

3-0 3-1 2-1

0-1 4-2 1-0

1-1 1-2 0-0 2-1

1-1 4-0 2-2 1-0


Ranking FIFA au 28/11 : 15e

SÉLECTIONNEUR

LA STAR

B

CHILI w Fiche d’identité Surnom : Roja de todos Superficie : 756 950 km2 Population : 16 634 603 hab. Capitale : Santiago Langue officielle : Espagnol Président : Sebastián Piñera Hymne national : Dulce patria, recibe los votos

Jorge Sampaoli

Alexis Sanchez

Né le 13 mars 1960 à Casilda (Argentine)

Né le 19 décembre 1984 à Tocopilla (Chili) Club actuel : FC Barcelone (Espagne)

Formé au pays, Jorge Sampaoli n’est jamais passé professionnel. En 2002, il a quarante-deux ans lorsqu’il se lance comme entraîneur, au Pérou. En cinq saisons, il y connaîtra quatre clubs, avec des fortunes diverses. Il faut attendre 2010 et une pige à Emelec (Équateur) pour voir s’ouvrir son palmarès, avec un sacre au Tournoi d’ouverture du championnat. L’espace d’un an, il dirige l’Universidad, puis se voit proposer le poste de sélectionneur national. Il travaille depuis dans la lignée de Marcelo Bielsa, manager du Chili entre 2007 et 2010, qui avait réorganisé l’ensemble des sélections nationales et la formation des jeunes, instaurant également un schéma tactique osé, en 3-4-3, avec l’idée d’aligner “un défenseur de plus qu’il n’y a d’attaquants adverses”. l

Marc Wilmots le redoute. Et il a bien raison. Alexis Sanchez est l’attaquant que tout le Chili attendait depuis les retraites d’Ivan Zamorano et Marcelo Salas. Dans un autre style fait d’accélérations ravageuses, de dribbles déroutantes et d’efficacité clinique. Après des débuts compliqués à Barcelone qu’il a rejoint pour près de 40 millions en provenance d’Udinese, il retrouve cette année l’efficacité qui était la sienne en Italie. La preuve lors du dernier clasico avec un lob magistral après un appel parfait. De quoi décupler la confiance de l’attaquant qui traverse un automne doré en club mais aussi en sélection avec en point d’orgue ce doublé face à l’Angleterre le 16 novembre dernier. Dithyrambique sur son atout offensif majeur, le sélectionneur chilien voit d’ailleurs très grand pour son fer de lance offensif : “je pense qu’il a tout pour être l’une des grandes stars du tournoi”, assurait il y a quelques jours Jorge Sampaoli. l

w Palmarès Coupe du Monde (9e participation) : demi-finaliste en 1962 Copa America (36 participations) : finaliste en 1955, 1956, 1979 et 1987 demi-finaliste en 1999

w Passé en CM Huit fois mondialiste, le Chili est, avec le Paraguay, le quatrième pays sudaméricain affichant le plus grand nombre de participations au grand rendez-vous footballistique. Sa meilleure prestation remonte à 1962, année où il a décroché la troisième place sur ses terres.

AP / PHOTO NEWS

w Parcours en qualification

w Éliminatoires Amsud

w Classement

Après un bilan de 12/24, le coach Borghi fut remplacé par Jorge Sampaoli, dont le mandant commença par une défaite au Pérou (1-0). La Roja Sud-Américaine a réussi sa meilleure série dans des qualifications pour une Coupe du Monde, avec une série de six matches sans défaite (cinq victoires et un nul).

1 2 3 4 5 6 7 8 9

Argentine Colombie Chili Equateur Uruguay Venezuela Pérou Bolivie Paraguay

Pts 32 30 28 25 25 20 15 12 12

J 16 16 16 16 16 16 16 16 16

G 9 9 9 7 7 5 4 2 3

N 5 3 1 4 4 5 3 6 3

P 2 4 6 5 5 6 9 8 10

p. 35 27 29 20 25 14 17 17 17

c. 15 13 25 16 25 20 26 30 31

Chili - Argentine Chili - Colombie Chili - Equateur Chili - Uruguay Chili - Venezuela Chili - Pérou Chili - Bolivie Chili - Paraguay

Ranking FIFA au 28/11 : 9e

SÉLECTIONNEUR

1-4 1-3 1-3 0-4 2-0 4-2 2-0 2-0

1-2 3-3 2-1 2-0 3-0 0-1 3-1 2-1

PAYS­BAS

LA STAR

w Fiche d’identité

Louis Van Gaal

Robin Van Persie

Né le 8 août 1951 à Amsterdam (Pays Bas)

Néle 6 août 1983 à Rotterdam (Pays­Bas) Club actuel : Manchester United (Angleterre)

L’ancien joueur de l’Antwerp (1973-1977) tient enfin sa revanche. En 2002, Louis Van Gaal avait été licencié sans ménagement de son poste de sélectionneur après avoir manqué la qualification à la Coupe du Monde, payant ainsi au prix fort les problèmes d’ego d’un groupe doué mais aussi légèrement ingérable. Une vraie tache sur son CV que le technicien a mis longtemps à digérer. S’en est suivi un retour catastrophique à Barcelone, un autre come-back tout aussi désastreux à l’Ajax avant la remontée de la pente à l’AZ entre 2005 et 2009 puis au Bayern de 2009 à 2011. Nommé à la tête la sélection en 2012, Van Gaal a réussi son pari en rajeunissant les cadres et en trouvant une harmonie qui lui faudra préserver durant le mois et demi de vie commune qui s’annonce. Un sacré défi… l

Le doute n’est désormais plus permis et son talent, tout comme les baisses de régime de ses coéquipiers, lui ont permis de s’imposer comme le leader incontesté et incontestable de la sélection néerlandaise. Symbole de cette nouvelle dimension prise par Robin Van Persie ? Les 11 buts qu’il a inscrits durant une campagne de qualification où il a littéralement survolé son sujet. Oubliée la concurrence de Klaas Jan Huntelaar qui avait précipité la chute des PaysBas dès la phase de groupe de l’Euro 2012, envolée l’influence de Wesley Sneijder qui est revenu en sélection sur la pointe des pieds, Van Persie semble désormais le seul maître à bord du navire orange. Reste maintenant à savoir jusqu’où l’attaquant qui semble au sommet de son art pourra mener l’embarcation néerlandaise. Chez nos voisins, personne n’est dupe : de la réussite du meilleur buteur de l’histoire de la sélection (41 buts en 81 matches) dépendra grandement la courbe de performances des vice-champions du monde en titre. l

Surnom : Oranje Superficie : 41 530 km2 Population : 16 733 727 hab. Capitale : La Haye Langue officielle : Néerlandais Roi : Willem-Alexander Hymne national : Wilhelmus

w Palmarès Coupe du Monde (10e participation) : finaliste en 1974, 1978 et 2010 demi-finaliste en 1998 Euro (9 participations) : vainqueur en 1988 demi-finaliste en 1976, 1992, 2000 et 2004

w Passé en CM Son football total des années septantes permis aux Pays Bas de Johan Cruyff d’atteindre de disputer deux finales d’affilée, perdues contre les pays hôtes : l’Allemagne en 1974 (2-1), l’Argentine en 1978 (3-1). Jamais deux sans trois, dit-on : en Afrique du Sud, c’est cette fois l’Espagne qui brise les rêves des Oranje (1-0 a.p.).

PHOTO NEWS

w Parcours en qualification Comme souvent, les Pays Bas furent intraitables lors de la phase qualificative, récoltant vingt-huit points sur trente, seul le déplacement en Estonie ne s’étant soldé sur une victoire (2-2). La Hongrie fut sans aucun doute la victime la moins heureuse, puisque les ouailles de Van Gaal lui ont infligé un sévère 8-1 à Amsterdam.

w Éliminatoires Europe

w Classement 1 2 3 4 5 6

Pays-Bas Roumanie Hongrie Turquie Estonie Andorre

Pts 28 19 17 16 7 0

J 10 10 10 10 10 10

G N P 9 1 0 6 1 3 5 2 3 5 1 4 2 1 7 0 0 10

p. 34 19 21 16 6 0

c. 5 12 20 9 20 30

Pays-Bas-Roumanie Pays-Bas-Hongrie Pays-Bas-Turquie Pays-Bas-Estonie Pays-Bas-Andorre

4-0 4-1 2-0 3-0 3-0

Calendrier GROUPE B 4-0 8-1 2-0 2-2 2-0

Ve 13 22:00 Sa 14 00:00 Me 18 18:00 Je 19 00:00 Lu 23 18:00 Lu 23 18:00

I

Espagne - Pays-Bas Chili - Australie Australie - Pays-Bas Espagne - Chili Australie - Espagne Pays-Bas - Chili

la dernière heure - les sports I 13

Salvador Cuiabá Porto Alegre Rio De Janeiro Curitiba São Paulo


C

COLOMBIE w Fiche d’identité Surnom : Los Cafeteros Superficie : 1.141.748 km2 Population : 46.591.147 habitants Capitale : Bogota Langue officielle : Espagnol Président : Juan Manuel Santos Hymne national : ¡Oh gloria inmarcesible !

w Palmarès Coupe du Monde (5e participation) : huitième de finaliste en 1990 Copa America (19 participations) : vainqueur en 2001

w Passé en CM La Colombie a réalisé ses meilleurs résultats dans les années nonante, accédant trois fois à la phase finale. En 1990, elle atteint les huitièmes de finale mais est éliminée par le Cameroun (2-1 a.p). Elle retrouve la Coupe du Monde pour la première fois depuis 1998

Ranking FIFA au 28/11 : 4e

LA STAR

SÉLECTIONNEUR

Radamel Falcao

José Pekerman

Né le 10 février 1986 à Santa Marta (Colombie). Club actuel : AS Monaco (France)

Né le 3 septembre 1949 à Villa Dominguez (Argentine)

Fils d’un ancien défenseur professionnel et nommé Falcao en hommage à l’attaquant brésilien des années 70-80, l’attaquant effectue ses débuts à 19 ans en Argentine avec River Plate. Son premier match donne le ton, avec deux buts à la clef. International dès 2007, il rejoint ensuite le FC Porto à l’été 2009, où il se forge un palmarès (sept trophées au total) deux saisons durant et marque buts et esprits lors de la campagne victorieuse en Europa League 2011. Le 18 août 2011, il signe à l’Atletico Madrid pour 40 millions d’euros, ce qui constitue le plus gros transfert du club espagnol avec un objectif : assurer la succession de Sergio Agüero. Dans un autre registre, le Colombien assume pleinement l’héritage et brille une nouvelle fois en Europa League avec un doublé en finale. Son transfert cet été à Monaco pour 60 millions d’euros fait grand bruit. Mais depuis son arrivée, celui qui est considéré comme le meilleur avant-centre du monde empile les buts et fait tout pour permettre au promu de disputer la Ligue des Champions, une compétition que lui n’a encore jamais connu. l

Méconnu en Europe, José Pekerman est l’un des techniciens en vogue en Amérique du Sud. Pas en raison de sa carrière sans relief qui s’est achevée à cause d’une blessure au genou mais plutôt pour ses talents d’entraîneur. Après des débuts au pays à Argentinos Juniors, il migre à Medelin avant d’intégrer la direction technique nationale. Formateur réputé, il remporte trois fois le Mondial des U20 en 1995, 1997 et 2001 et permet de faire émerger les générations Riquelme, Aimar ou Saviola. Ses succès lui permettent en 2004 de prendre en main les rênes des A avec qui il est éliminé en quarts de finale du Mondial 2006 par l’Allemagne. Après un exode au Mexique (Toluca, Tigres) et plusieurs années loin des bancs, il est nommé en 2012 à la tête de la sélection colombienne avec une mission : permettre aux Cafeteros de regoûter à un Mondial, eux qui n’avaient plus eu ce bonheur depuis 1998. Ce que le technicien est parvenu à faire, faisant même de la Colombie un potentiel trouble-fête. l

AP / BELGA

w Parcours en qualification Deuxième de son groupe, avec la meilleure défense (13 buts encaissés en seize rencontres), et à deux points de l’Argentine, qu’elle a tenu en échec au match retour (0-0), pour ce qui s’avère être le seul score vierge des qualifications Sud-Américaines.

w Éliminatoires Amsud Colombie - Paraguay Colombie - Bolivie Colombie - Pérou Colombie - Venezuela Colombie - Uruguay Colombie - Equateur Colombie - Chili Colombie - Argentine

JAPON w Palmarès Coupe du Monde (5e participations) : huitième de finaliste en 2002 et 2010 Coupe d’Asie (6 participations) : vainqueur en 1992, 2000, 2004 et 2011

GROUPE C

w Passé en CM En 2002, à domicile, les Japonnais remportent leur poule, juste devant la Belgique, avant d’être sortis par la Turquie au tour suivant (1-0). En Afrique du Sud, c’est à nouveau au stade des huitièmes de finale que s’arrête leur compétition, suite à une défaite aux tirs au but contre le Paraguay.

w Classement 2-1 5-0 2-0 0-1 0-2 1-0 3-3 0-0

1 2 3 4 5 6 7 8 9

Argentine Colombie Chili Equateur Uruguay Venezuela Pérou Bolivie Paraguay

Pts 32 30 28 25 25 20 15 12 12

J 16 16 16 16 16 16 16 16 16

G 9 9 9 7 7 5 4 2 3

N 5 3 1 4 4 5 3 6 3

P 2 4 6 5 5 6 9 8 10

p. 35 27 29 20 25 14 17 17 17

c. 15 13 25 16 25 20 26 30 31

Ranking FIFA au 28/11 : 48e

w Fiche d’identité Surnom : Blue Samurai Superficie : 377 915 km2 Population : 127 368 088 hab. Capitale : Tokyo Langue officielle : Japonais Empereur : Akihito Hymne national : Kimi ga yo

2-0 2-1 1-0 1-1 4-0 0-1 3-1 1-2

LA STAR

SÉLECTIONNEUR

Keisuke Honda

Alberto Zaccheroni

Né le 13 juin 1986 à Settsu (Japon) Club actuel : CSKA Moscou (Russie) – Milan AC (Italie)

Né le 1er avril 1953 à Meldola (Italie)

Longtemps raillé, le Japon s’est imposé au fil du temps comme une équipe difficile à manœuvrer comme les Diables ont pu le constater. Les qualités de l’ensemble ? Une grosse débauche d’énergie physique, de la rigueur tactique et une belle touche technique. Autant de valeurs qu’incarne Keisuke Honda. Doté d’une patte gauche d’une précision presque clinique, atout majeur sur coup de pied arrêté, il est grâce à sa technique hors normes le principal dépositaire du jeu nippon comme celui du CSKA Moscou qu’il a rejoint il y a trois ans après ses deux premières années en Europe très réussies du côté du VVV Venlo. Mais l’heure du grand saut a changé pour le médian offensif qui cet hiver rejoindra les rangs de l’AC Milan. Une forme de consécration pour lui. Mais aussi une manière de se mettre à danger à quelques mois du Mondial. Reste à espérer pour lui que ce pari s’avère gagnant. Ce pour quoi tout un pays prie. l

Alberto Zaccheroni, c’est d’abord une histoire de chiffres. Ou plutôt de système. Le technicien italien est un adepte inconditionnel du 3-4-3. Partout où il est passé, cet ancien attaquant qui a vu sa carrière briser par une blessure a mis en place ce dispositif avec à la clef un scudetto remporté à la tête de l’AC Milan en 1999 et des mandats à la tête de la Lazio, de l’Inter, de la Juventus et de l’Udinese. Mais depuis 2010, celui qui n’avait jamais quitté l’Italie a décidé de changer de vie. Finie la vie d’entraîneur de club, place au quotidien d’une sélection, le tout à l’autre bout du monde. Et très vite, au Japon, son travail a porté ses fruits avec une victoire en Coupe d’Asie en 2011 et cette qualification facilement obtenue. Le tout en 3-4-3. Évidemment. l

PHOTO NEWS

w Parcours en qualification Meilleure attaque, meilleure défense : le Japon a tout logiquement terminé en tête du groupe B des qualifications asiatiques. Fort d’un 12/15 initial, il a validé son billet pour le Brésil grâce au nul arraché contre l’Australie à la 91e minute (1-1, but de Honda).

14 I

w Éliminatoires Asie 3e tour (Groupe C) Japon - Ouzbékistan Japon - Corée du Sud Japon - Tadjikistan 4e tour (Groupe B) Japon - Australie Japon - Jordanie Japon - Oman Japon - Irak

la dernière heure - les sports I

w Classements 3e tour

1-1 1-0 8-0

0-1 0-1 4-0

1 2 3 4

1-1 6-0 2-1 1-0

1-1 1-2 3-0 1-0

1 2 3 4 5

Ouzbékistan Japon Corée du Nord Tadjikistan Japon Australie Jordanie Oman Irak

4e tour

Pts 16 10 7 1 Pts 17 13 10 9 5

J 6 6 6 6 J 8 8 8 8 8

G 5 3 2 0 G 5 3 3 2 1

N 1 1 3 1 N 2 4 1 3 2

P 0 2 3 5 P 1 1 4 3 5

p. 8 14 4 1 p. 16 12 7 7 4

c. 1 3 7 18 c. 5 7 16 10 8


DEMI-FINALES


Ranking FIFA au 28/11 : 17e

SÉLECTIONNEUR

C

CÔTE D’IVOIRE LA STAR

w Fiche d’identité Surnom : Éléphants Superficie : 322 462 km2 Habitants : 23 202 000 hab. Capitale : Yamoussoukro Langue officielle : Français Président : Alassane Ouattara Hymne national : L’Abidjanaise

Sabri Lamouchi

Yaya Touré

Né le 9 novembre 1971 à Lyon (France)

Né le 13 mai 1983 à Sekoura Bouaké (Côte d’Ivoire) Club actuel : Manchester City (Angleterre)

Sabri Lamouchi aborde cette Coupe du Monde 2014 avec un statut un peu particulier, parmi les sélectionneurs qui peupleront les bancs de touche brésiliens l’été prochain, celui du technicien le moins expérimenté. En 2012, fraîchement diplômé, son CV séduit les dirigeants de la fédération ivoirienne à la recherche d’un successeur à François Zahaoui. Objectif principal : préparer l’après Didier Drogba tout en continuant d’assurer la présence des éléphants au plus haut niveau. Si son échec en quart de finale de la CAN 2012 l’a fragilisé, Lamouchi a mené la Côte d’Ivoire jusqu’au Brésil de manière sereine. Charge à lui désormais de parvenir à qualifier sa formation pour le premier huitième de finale de son histoire. l

Yaya Touré est le joueur que tout sélectionneur rêve d’avoir dans son équipe pour partir en campagne de Coupe du Monde. Expérimenté, charismatique, technique, physique et polyvalent, l’Ivoirien de 30 ans a tout pour lui et le démontre semaine après semaine sur les terrains de Premier League. Les observateurs du football belge s’en souviennent peut-être, c’est en Jupiler League qu’il a découvert l’Europe en 2001, sous les couleurs du KSK Beveren. Depuis, Touré s’est imposé comme un cadre du FC Barcelone, de la sélection ivoirienne où il a petit à petit repris le leadership à Didier Drogba, puis à Manchester City. Polyvalent, sa palette est assez large pour lui permettre de briller partout dans l’entrejeu. Joueur africain de l’année en 2011, en 2012 et en 2013, le médian semble à son apogée, prêt à emmener les Éléphants le plus loin possible au Brésil. l

w Palmarès Coupe du Monde (3e participation) : 1er tour en 2006 et 2010 CAN (19 participations) : vainqueur en 1992 finaliste en 2006 et 2012

w Passé en CM Malgré leur statut de grosse nation africaine, les Éléphants n’ont jamais passé le 1er tour d’une compétition qu’ils n’ont disputée qu’à deux reprises. Bon, pas de chance, ils sont à chaque fois tombés dans le “groupe de la mort” : Argentine, Pays-Bas et Serbie-Monténégro, puis Brésil, Portugal et RDP Corée.

REPORTERS / PHOTO NEWS

w Parcours en qualification

w Classement

w Éliminatoires Afrique

2e tour

2e tour (Groupe C) Côte d’Ivoire - Maroc Côte d’Ivoire - Tanzanie Côte d’Ivoire - Gambie 3e tour Côte d’Ivoire - Sénégal

La Côte d’Ivoire n’a fait qu’une bouchée de la Tanzanie et de la Gambie. Seul le Maroc, emmené par El Arabi, a réussi à la tenir en échec. En barrage, le Sénégal a lui a bien résisté mais a fini par s’incliner 4-2 au total des deux manches.

1-1 2-0 3-0

2-2 4-2 3-0

3-1

4-2

1 2 3 4

Ranking FIFA au 28/11 : 12e

Côte d’Ivoire Maroc Tanzanie Gambie

Pts 14 9 6 4

J G N 6 4 2 6 2 3 6 2 0 6 1 1

P 0 1 4 4

p. 15 9 8 4

c. 5 8 12 11

GRÈCE

SÉLECTIONNEUR

LA STAR

Fernando Santos

Konstantinos Mitroglou

Né le 10 octobre 1954 à Lisbonne (Portugal)

Né le 12 mars 1988 à Kavala (Grèce) Club actuel : Olympiakos le Pirée (Grèce)

Oublié le visage ultra défensif de l’ère Otto Rehagel, la Grèce a changé d’ère avec Fernando Santos. Ingénieur en télécommunication, Santos s’est construit entre son pays natal, le Portugal, et sa terre d’adoption, le Grèce. À chaque fois avec succès, au point d’être élu entraîneur de la décennie par la Ligue grecque. Il y avait donc une forme de logique à le voir être nommé sélectionneur en juillet 2010. Son bilan ? Un quart de finale à l’Euro 2012 et une qualification sans vraiment trembler pour le premier Mondial de sa carrière. Le tout en essayant de changer l’image d’une sélection cataloguée ennuyeuse et désormais plus joueuse mais toujours aussi solide défensivement. l

Son nom donne encore des sueurs froides aux supporters anderlechtois. Konstantinos Mitroglou l’a démontré au Parc Astrid : chez lui, le réalisme est une seconde nature. Son parcours est du genre atypique. S’il est né à Kavala, l’attaquant a effectué ses premiers pas en Allemagne où l’Olympiacos est allé le débusquer dans l’équipe réserve de Mönchengladbach. Avec le plus grand club du pays, Mitroglou a connu des hauts et des bas. Prié d’aller voir ailleurs sous Ernesto Valverde qui voulait des attaquants plus rapides et participants plus au jeu, il n’a pas perdu ses sensations de buteur au gré de ses multiples prêts. Et depuis que Valverde s’en est allé, le voilà confortablement installé à la pointe de l’attaque où son profil atypique ne nuit pas à son rendement incroyable depuis le début de la saison avec déjà 22 buts en 19 matches. Preuve qu’il n’y a pas que les supporters d’Anderlecht qui en font des cauchemars. l

w Fiche d’identité Surnom : Hellènes Superficie : 131 957 km2 Population : 10 815 197 hab. Capitale : Athènes Langue officielle : Grec Président : Károlos Papoúlias Hymne national : Hymne à la Liberté

w Palmarès Coupe du Monde (3e participation) : 1er tour en 1994 et 2010 Euro (4 participations) : vainqueur en 2004 quart de finaliste en 2012

w Passé en CM Aux États-Unis, les Grecs ont fait leurs valises après avoir concédé trois défaites face à l’Argentine (0-4), à la Bulgarie (0-4) et au Nigeria (0-2). Seize ans plus tard, en dépit d’une victoire initiale devant le Nigeria (2-1), les Hellènes ont de nouveau échoué aux portes des huitièmes de finale, essuyant deux revers contre la République de Corée (0-2) et l’Argentine (0-2).

PHOTO NEWS / AP

w Parcours en qualification Versé dans un groupe abordable, la Grèce a terminé co-leader avec la Bosnie-Herzégovine, mais fut contrainte de participer aux barrages à cause d’une différence de buts défavorable. Opposée à la Roumanie, elle a validé son billet pour le Brésil en l’emportant 4-2 au total des deux manches (3-1 et 1-1).

w Résultats 1er tour (Groupe G) Grèce - Bosnie Grèce - Slovaquie Grèce - Lituanie Grèce - Lettonie Grèce - Liechtenstein Barrage Grèce - Roumanie

Calendrier GROUPE C

w Classement 0-0 1-0 2-0 2-1 1-0

1-3 1-0 1-0 1-0 2-0

3-1

1-1

1 2 3 4 5 6

Bosnie Grèce Slovaquie Lituanie Lettonie Liechtenstein

I

Pts 25 25 13 11 8 2

J 10 10 10 10 10 10

G N 8 1 8 1 3 4 3 2 2 2 0 2

P 1 1 3 5 6 8

p. 30 12 11 9 10 4

c. 6 4 10 11 20 25

Sa 14 18:00 Di 15 00:00 Je 19 18:00 Ve 20 00:00 Ma 24 22:00 Ma 24 22:00

Colombie - Grèce Belo Horizonte Côte d’Ivoire - Japon Recife Colombie - Côte d’Ivoire Brasília Japon - Grèce Natal Japon - Colombie Cuiabá Grèce - Côte d’Ivoire Fortaleza

la dernière heure - les sports I 15


D

URUGUAY w Fiche d’identité Surnom : Celeste Superficie : 176 220 km2 Population : 3 477 778 hab. Capitale : Montevideo Langue officielle : Espagnol Président : José Mujica Hymne national : Orientales, la Patria o la tumba

w Palmarès Coupe du Monde (12 participation) : vainqueur en 1930 et 1950 demi-finaliste en 1954, 1970 et 2010 Copa America (40 participations) : vainqueur en 1916, 1917, 1920, 1923, 1924, 1926, 1935, 1942, 1956, 1959, 1967, 1983, 1987, 1995 et 2011 finaliste en 1919 et 1999 demi-finaliste en 1975 e

w Passé en CM Après avoir remporté la première Coupe du Monde de l’histoire, chez elle, en 1930, la Celeste récidive 20 ans plus tard au Brésil, à l’issue d’une victoire d’anthologie contre l’hôte (2-1). En 1970, le Mexique atteint les demifinales. Ce sera leur dernier bon parcours avant 2010, où Diego Forlán et compagnie ont étonné la planète entière en atteignant la demi.

Ranking FIFA au 28/11 : 6e

LA STAR

SÉLECTIONNEUR

Luis Suarez

Oscar Tabarez

Né le 24 janvier 1987 à Salto (Uruguay) Club actuel : Liverpool FC (Angleterre)

Né le 3 mars 1947 à Montevideo (Uruguay)

Luis Suarez est apparu aux yeux du monde il y a quatre ans. En l’espace d’un mois, la planète footbal a découvert toutes les facettes ou presque de l’attaquant. Côté pile, un attaquant ultra complet qui a formé un trio irrésistible avec Diego Forlan et Edinson Cavani. Côté face, un joueur roublard, garant de la fameuse grinta uruguayenne qui n’a pas hésité à se sacrifier à la dernière minute du quart de finale face au Ghana en s’improvisant gardien de but. Depuis, l’attaquant continue sur cette lignée, alternant le pire comme avec les insultes à caractère raciste proférées à l’encontre de Patrice Evra ou sa morsure sur Branislav Ivanovic mais aussi le meilleur avec des buts venus d’ailleurs et une rage de vaincre qui a fait de lui le chouchou d’Anfield Road. Entre pétages de plomb et divines inspirations, Suarez est l’exemple que la frontière entre la folie et le génie est parfois très mince. Reste à voir ce que le meilleur buteur de l’histoire de la Celeste (39 réalisations) nous réserve cet été quatre ans après son premier coup d’éclat en mondovision. l

Plus de trente années que celui que l’on surnomme le Professeur écume les bancs de touch. Défenseur moyen auteur d’une carrière anonyme, Tabarez, enseignant de formation, est devenu un entraîneur à la longévité rare. Deux dates pour résumer son parcours : en 1987, il conduit Penarol au sommet du football sud américain avec une victoire en Copa Libertadores qui lui permet ensuite d’être nommé à la tête de la sélection. 23 ans après, en 2010, le technicien passé par Boca Juniors, l’AC Milan (quelques mois seulement en 1996), Oviedo, Cagliari ou Velez permet à la Celeste de renouer avec son lustre d’antan lors du Mondial en Afrique du Sud avec une épopée qui s’achève en demi-finale. De quoi faire de l’Uruguay un vrai trouble-fête. l AFP / AP

w Parcours en qualification

w Éliminatoires Amsud

Sept succès en seize matches, cinq défaites et vingt-cinq goals encaissés : c’est le (faible) bilan de l’Uruguay en qualification. Il a dès lors fallu passé par les barrages intercontinentaux, où la tâche s’est révélée plus aisée, face à la Jordanie (0-5 et 0-0).

1er tour Uruguay - Argentine Uruguay - Colombie Uruguay - Chili Uruguay - Equateur Uruguay - Venezuela Uruguay - Pérou Uruguay - Bolivie Uruguay - Paraguay Barrage Uruguay - Jordanie

w Classement

0-3 0-4 4-0 1-1 1-1 4-2 4-2 1-1

3-2 2-0 0-2 0-1 1-0 2-1 1-4 1-1

5-0

0-0

1 2 3 4 5 6 7 8 9

COSTA RICA w Fiche d’identité Surnom : Los Ticos ou La Sele Superficie : 51.100 km2 Population : 4.636.348 hab. Capitale : San José Langue officielle : Espagnol Présidente : Laura Chinchilla Hymne nationale : Noble patria, tu hermosa bandera

w Palmarès Coupe du Monde (4e participation) : huitième de finaliste en 1990 Copa America (4 participations) : quart de finaliste en 2001

GROUPE D

w Passé en CM Qualifiés pour la première fois en 1990 grâce, notamment, à la suspension du Mexique, les Ticos atteignent les huitièmes mais sont sortis sans discussion par la Tchécoslovaquie (4-1). Après deux qualifications successives (2002 et 2006), ils avaient manqué l’édition Sud-Africaine, éliminés en barrage par l’Uruguay, futur demi-finaliste de l’épreuve.

Argentine Colombie Chili Equateur Uruguay Venezuela Pérou Bolivie Paraguay

Pts 32 30 28 25 25 20 15 12 12

J 16 16 16 16 16 16 16 16 16

G 9 9 9 7 7 5 4 2 3

N 5 3 1 4 4 5 3 6 3

P 2 4 6 5 5 6 9 8 10

p. 35 27 29 20 25 14 17 17 17

c. 15 13 25 16 25 20 26 30 31

Ranking FIFA au 28/11 : 31e

LA STAR

SÉLECTIONNEUR

Bryan Ruiz

Jorge Luis Pinto

Né le 18 août 1985 à San José (Costa Rica) Club actuel : Fulham (Angleterre)

Né le 16 décembre 1952 à San Gil (Colombie)

Bryan Ruiz a commencé sa carrière au pays, au LD Alajuelense, en 2003 où La Gantoise le déniche en 2006. Ce passage en Belgique lui sert de tremplin : passé la déception de sa nonsélection pour le Mondial allemand, il devient incontournable chez les Buffalos où Michel Preud’Hommme fait de lui son capitaine. Après presque 90 matches officiels et une trentaine de réalisations qui lui ont valu une solide réputation dans notre Royaume, Ruiz quitta la Pro League pour l’Eredivisie, pour plus de 5 millions d’euros. De l’autre côté de la frontière, il poursuit sa progression avec plus de 40 parties disputées, pour un total de 28 buts et permet à Twente d’être sacré champion à la surprise générale. En 2010, un an après leur séparation, il retrouve Preud’Homme et remporte la Coupe et la Super Coupe des Pays-Bas. Ses performances lui ouvrent les portes de l’Angleterre et de Fulham où, collectivement, les choses sont plus compliquées cette année. Mais la perspective de disputer le premier Mondial de sa carrière en étant en plus capitaine égaye son quotidien. l

Joueur plutôt modeste, Jorge Luis Pinto a commencé sa carrière en entraînant dans son pays natal, au cours des années quatre-vingt. Grand bourlingueur, il écume la Colombie, le Chili, l’Équateur ou encore le Vénézuela. Des clubs mais aussi des sélections figurent sur son CV : son passage entre 2007 et 2008 sur le banc colombien fut mitigé. Mais cette qualification obtenue avec le Costa Rica est pour lui une revanche et lui permet d’effacer l’échec du Mondial 2006 et la cruelle élimination des Ticos. l

AFP / AP

w Éliminatoires Concacaf 3e tour (Groupe B) Costa Rica - Salvador Costa Rica - Guyane Costa Rica - Mexique 4e tour Costa Rica - USA Costa Rica - Honduras Costa Rica - Mexique Costa Rica - Panama Costa Rica - Jamaïque

16 I

w Classements 3e tour

2-2 4-0 0-2 0-1 1-0 0-0 2-2 2-0

1-0 7-0 0-1 3-1 0-1 2-1 2-0 1-1

1 2 3 4

Mexique Costa Rica Salvador Guyane 4e tour

1 2 3 4 5 6

USA Costa Rica Honduras Mexique Panama Jamaïque

Pts 18 10 5 1 Pts 22 18 15 11 8 5

la dernière heure - les sports I

J 6 6 6 6 J 10 10 10 10 10 10

G 6 3 1 0 G 7 5 4 2 1 0

N 0 1 2 1 N 1 3 3 5 5 5

P 0 2 3 5 P 2 2 3 3 4 5

p. 15 14 8 5 p. 15 13 13 7 10 5

c. 2 5 11 24 c. 8 7 12 9 14 13

w Parcours en qualification La Costa Rica s’est hissé au tour final des qualifications en terminant deuxième de sa poule avec 50% de victoires. Dans le tournoi final, une identique statistique de succès lui a permis de se classer second, validant ainsi son ticket pour la phase finale.


Ranking FIFA au 28/11 : 7e

SÉLECTIONNEUR

D

ITALIE

LA STAR

w Fiche d’identité

Cesare Prandelli

Andrea Pirlo

Né le 19 août 1957 à Orzinuovi (italie)

Né le 19 mai 1979 à Flero (Italie) Club actuel : Juventus Turin (Italie)

Cheveux gominés, costard finement taillé, Cesare Prandelli a tout du beau gosse italien et promène sur les bancs de touche une élégance qu’il avait déjà en tant que joueur où il brilla avec la Juventus Turin en 1985, année de tous les succès. En Italie, Prandelli a pour réputation d’être une sorte de romantique. Une notion qui escorte ce technicien qui a vu sa carrière décoller à Parme où dans un contexte financier compliqué, il est parvenu à obtenir des résultats avec style de 2002 à 2004. Un bilan qui lui a permis ensuite d’être nommé sur le banc de l’AS Rome où il n’est resté que deux mois, préférant soutenir sa femme, malade. En 2005, il reprend du service à la Fiorentina où il imprègne sa patte avec un jeu léché. Un style qui lui a permis de reconstruire une Squadra en ruines en 2010. Le tout avec style. Celui du renouveau italien qu’il symbolise. l

Andrea Pirlo l’a d’ores et déjà annoncé : cette Coupe du Monde, la troisième de sa carrière, marquera la fin de sa carrière internationale. Fini donc ses passes ciselées avec la précision d’un orfèvre, cette justesse technique et ce toucher de balle en velours. Si imaginer la Squadra sans Pirlo est à peu près aussi inconcevable que se représenter Venise sans ses gondoles, tout n’a pas été aussi rose qu’actuellement. International depuis 2002, le médian a dû attendre que Marcelo Lippi prenne la tête de la sélection pour enfin se voir confier les clefs du jeu et magnifier ce rôle de meneur de jeu reculé. Avant, Trapattoni, par exemple, ne lui a accordé q u’une confiance mesurée. Mais la nomination de Lippi a tout changé et Pirlo, un peu à l’image de ce qu’il a connu en club, a connu une consécration tardive. Mais une consécration tout de même. Et même s’il court encore moins qu’avant, même s’il joue moins cette année à la Juventus Turin, le sélectionneur ne peut se passer de son métronome. Pour le plus grand plaisir de Gianluigi Buffon qui en le voyant joué à Turin s’est exclamé “Dieu existe”. l

Surnom : Squadra Azzurra Superficie : 301 336 km2 Population : 60 626 442 hab. Capitale : Rome Langue officielle : Italien Président : Giorgio Napolitano Hymne nationale : Fratelli d’Italia

w Palmarès Coupe du Monde (18e participation) : vainqueur en 1934, 1938, 1982 et 2006 finaliste en 1970 et 1994 Euro (8 participations) : vainqueur en 1968 finaliste en 2000 et 2012

w Passé en CM Avec quatre sacres (1934, 1938, 1982 et 2006) et deux autres finales perdues (1970 et 1994), l’Italie est, après le Brésil, la formation qui compte le plus grand nombre de victoires en Coupe du Monde. Elle est également la seule équipe avec le Brésil à avoir remporté deux éditions consécutives.

AFP

w Classement

w Éliminatoires Europe

w Parcours en qualification L’Italie a terminé en pôle position d’un groupe plutôt relevé, avec le Danemark et la République Tchèque. Invaincue, elle n’a cédé que deux points à la maison, lors du dernier match (face à l’Arménie), alors qu’elle était déjà qualifiée.

Italie - Danemark Italie - Rép. tchèque Italie - Bulgarie Italie - Arménie Italie - Malte

3-1 0-0 2-2 3-1 2-0

2-2 2-1 1-0 2-2 2-0

1 2 3 4 5 6

Italie Danemark Rép. tchèque Bulgarie Arménie Malte

Pts 22 16 15 13 13 3

J 10 10 10 10 10 10

G 6 4 4 3 4 1

N 4 4 3 4 1 0

P 0 2 3 3 5 9

p. 19 17 13 14 12 5

c. 9 12 9 9 13 28

ANGLETERRE

Ranking FIFA au 28/11 : 13e

SÉLECTIONNEUR

LA STAR

w Fiche d’identité

Roy Hodgson

Wayne Rooney

Né le 9 août 1947 à Croydon (Angleterre)

Né le 24 octobre 1985 à Liverpool (Angleterre) Club actuel : Manchester United (Angleterre)

Roy Hodgson fut un joueur modeste : il n’a jamais pu percer en pro à Crystal Palace et a écumé des petits clubs de banlieue londonienne en D5 et D5. À 29 ans seulement, Hodgson commence sa carrière d’entraîneur en Suède au Halmstads BK. Après cinq saisons et deux titres de champion, il s’en retourne en Angleterre et entame alors un véritable marathon : en trente ans (de 1982 à 2012), il a entraîné seize formations, dont l’Inter Milan, Fulham, Liverpool et les sélections nationales finlandaises et suisses. Son palmarès : neuf trophées au total, dont six remportés en Suède. er Le 1 mai 2012, Hodgson est nommé sélectionneur des Three Lions, qu’il mena en quart à l’Euro 2012. Il est fort apprécié outre-Manche et fait (presque) l’unanimité, seulement critiqué au cours des qualifs par Gary Lineker, qui juge le jeu anglais” affligeant”. l

Wayne Rooney est du genre précoce. À onze ans, il signe pour Everton. En 2002, à tout juste seize ans, il devient le plus jeune buteur de l’histoire de Premier League. L’année suivante, il honore sa première sélection avec l’équipe nationale. SvenGöran Eriksson le retient alors pour disputer l’Euro au Portugal (2004) et le natif de Liverpool entre (encore) dans les annales : sa rose plantée contre la Suisse en fait le cadet des buteurs de la compétition continentale, toutes éditions confondues. La même année, Manchester United le fait signer pour six ans. Son centième but en championnat anglais arrive, déjà, à l’hiver 2010, quelques mois avant qu’il ne paraphe un nouveau contrat de cinq ans avec le club mancunien. Ses statistiques laissent rêveurs. Plus de 400 matches pour le compte des Red Devils, une moyenne d’un but toutes les deux rencontres et un palmarès aussi long que le tunnel sous la Manche : une Ligue des Champions, un Mondial des clubs, cinq titres de champions, quatre Community Shied. Ne reste plus qu’à connaître la même réussite avec sa sélection. l

Surnom : Three Lions Superficie : 130 395 km2 Population : 53 012 456 hab. Capitale : Londres Langue officielle : Anglais Reine : Élisabeth II Hymne nationale : God save the queen!

w Palmarès Coupe du Monde (14e participation) : vainqueur en 1966 demi-finaliste en 1990 Euro (7 participations) : demi-finaliste en 1968 et 1996

w Passé en CM La Coupe du Monde 1966 constitue l’apogée du football outre-Manche : à domicile, l’Angleterre remporte son groupe, avant d’éliminer successivement l’Argentine (1-0) et le Portugal (2-1). En finale, il aura fallu attendre les prolongations pour voir céder la RFA, offrant le sacre aux Three Lions.

AP / PHOTO NEWS

w Parcours en qualification L’Angleterre a du patienter jusqu’à l’ultime journée et une victoire devant la Pologne (2-0) pour assurer sa présence au Mondial. Hors de ses bases, la sélection de Roy Hodgson n’est parvenue à s’imposer que chez les deux derniers du groupe.

w Éliminatoires Europe Angleterre - Ukraine Angleterre - Monténégro Angleterre - Pologne Angleterre - Moldavie Angleterre - Saint Marin

1-1 1-1 1-1 5-0 5-0

w Classement 0-0 4-1 2-0 4-0 8-0

1 2 3 4 5 6

Angleterre Ukraine Monténégro Pologne Moldavie Saint-Marin

Calendrier GROUPE D Pts 22 21 15 13 11 0

J 10 10 10 10 10 10

G 6 6 4 3 3 0

N 4 3 3 4 2 0

P 0 1 3 3 5 10

p. 31 28 18 18 12 1

c. 4 4 17 12 1 54

I

la dernière heure - les sports I 17

Sa 14 21:00 Di 15 03:00 Je 19 21:00 Ve 20 18:00 Ma 24 18:00 Ma 24 18:00

Uruguay - Costa Rica Angleterre - Italie Uruguay - Angleterre Italie - Costa Rica Italie - Uruguay Costa Rica - Angleterre

Fortaleza Manaus São Paulo Recife Natal Belo Horizonte


E

SUISSE

Ranking FIFA au 28/11 : 8e

w Fiche d’identité Surnom : Nati Superficie : 41 285 km2 Population : 8 036 917 hab. Capitale : Berne Langues officielles : Allemand, Français, Italien Président : Ueli Maurer Hymne national : Cantique suisse

w Palmarès Coupe du Monde (10 participation) : quart de finaliste en 1934, 1938 et 1954 Euro (3 participations ) : 1er tour en 1996, 2004 et 2008 e

w Passé en CM Il faut remonter au Mondial de 1954 organisé en son territoire pour voir la Suisse signer un résultat notable dans cette compétition, à savoir un (spectaculaire) quart de finale, perdu 7-5 contre le voisin autrichien.

LA STAR

SÉLECTIONNEUR

Xherdan Shaqiri

Ottmar Hitzfeld

Né le 10 octobre 1991 à Gjilan (Kosovo) Club actuel : Bayern Munich (Allemagne)

Né le 12 janvier 1949 à Lörrach (Allemagne)

À la tête d’une jeune génération prometteuse et métissée (entre autres Granit Xhaka et Ricardo Rodriguez, 21 ans et titulaires en Bundesliga), Ottmar Hitzfeld peut compter sur Xherdan Shaqiri pour mener ses coéquipiers au front. D’origine albanaise Cet ailier de poche formé à Bâle a fait trois saisons complètes au plus haut niveau, faisant le bonheur des supporteurs suisses par ses accélérations fulgurantes et ses frappes lointaines d’une précision chirurgicale. Il ne tarde pas à se faire remarquer des recruteurs du Bayern Munich, notamment grâce à ses performances avec l’équipe nationale Suisse et sa progression au classement Fifa. Son premier but international inscrit face à l’Angleterre à tout juste 18 ans est un condensé de ses qualités : prise de balle incisive et frappe des 30 mètres qui se fige dans la lucarne. Cantonné à un rôle de joker au Bayern Munich où la concurrence à son poste est intense, le gaucher est par contre incontournable avec la Nati où, malgré son jeune âge, il a endossé avec brio le costume du leader technique d’une sélection en devenir. l

Prénommé Ottmar en hommage au footballeur allemand Ottmar Walter, vainqueur de la Coupe du Monde 1954, Hitzfeld fut en son temps un redoutable avant-centre dans le championnat suisse et en Bundesliga. C’est en Suisse que sa carrière d’entraîneur débute mais c’est en Allemagne, à Dortmund puis au Bayern, qu’il s’est forgé le plus gros de son palmarès avec notamment sept titres de champions et deux Ligues des Champions. En poste depuis 2008, il a parfaitement accompagné l’éclosion au plus haut niveau d’une nouvelle génération, prêt à disputer sa deuxième Coupe du Monde consécutive. l

AP / PHOTO NEWS

w Parcours en qualification

w Éliminatoires Europe

La Suisse a validé son billet pour la Coupe du Monde brésilienne une journée avant la fin de la compétition préliminaire, en s’imposant 1-2 en Albanie. Accrochée à trois reprises, la Nati n’a jamais connu la défaite pendant une phase de groupe qu’elle termine donc tout logiquement en tête.

Suisse - Islande Suisse - Slovénie Suisse - Norvège Suisse - Albanie Suisse - Chypre

HONDURAS w Fiche d’identité Surnom : Los Catrachos et La Bicolor Superficie : 112 090 km2 Population : 7 639 327 hab. Capitale : Tegucigalpa Langue officielle : Espagnol Président : Porfirio Lobo Sosa Hymne national : Tu bandera es un lampo de cielo

w Palmarès Coupe du Monde (3 participation) : 1er tour 1982 et 2010 Gold Cup (11 participations) : finaliste en 1991 demi-finaliste en 2005, 2009, 2011 et 2013 e

GROUPE E

w Passé en CM En 1982, le Honduras participe à sa première Coupe du Monde et y signe des résultats peu probants : dernier du groupe avec seulement petits points et autant de buts inscrits. Après dix-huit années de disette, la Bicolor est de retour. Mais l’Afrique du Sud ne lui réussit pas plus que l’Espagne : à nouveau dernière, avec un petit point comme lot de consolation (0-0 contre la Suisse).

2-0 2-0 1-1 2-0 0-0

Dans l’Hexagone final, les Catrachos ont décroché la troisième place, dernière directement qualificative pour le Mondial. Ils doivent leur ticket brésilien en majeure partie grâce à leur bilan at home : trois victoires pour deux nuls.

18 I

1 2 3 4 5 6

Suisse Islande Slovénie Norvège Albanie Chypre

Pts 24 17 15 12 11 5

J G 10 7 10 5 10 5 10 3 10 3 10 1

N 3 2 0 3 2 2

P 0 3 5 4 5 7

p. 17 17 14 10 9 4

c. 6 15 11 13 11 15

Ranking FIFA au 28/11 : 41e

LA STAR

SÉLECTIONNEUR

Maynor Figueroa

Luis Fernando Suarez

Né le 2 mai 1983 à Jutiapa (Honduras) Club actuel : Hull City (Angleterre)

Né le 23 décembre 1959 à Medellin (Colombie)

Après s’être fait connaître dans son pays natal, comme défenseur central de l’Olimpia Tegucigalpa, Maynor Figueroa fait le grand saut en 2008, et rejoint le clan dépeuplé des joueurs hondurais partis tenter leur chance sur le Vieux Continent. Après une année de prêt à Wigan, le club de Premier League annonce la signature définitive du robuste défenseur d’un mètre 90. Malgré son naturel défensif, le cadre de la sélection honduraise dispose d’une palette technique intéressante. Son but contre Stoke City le 12 décembre 2009, nominé parmi les plus beaux buts du championnat, l’atteste : depuis sa propre moitié de terrain, Figueroa avait remarqué l’avancée de Thomas Sorensen, le gardien adverse, et décoché aussitôt une frappe limpide qui ne laissa aucune chance au portier danois. Il lui faudra réitérer ces exploits en juin prochain, si le Honduras veut nourrir un quelconque espoir de passer les poules de ce Mondial… l

Petit Poucet de la compétition sans réelle star, le Honduras peut par contre s’appuyer sur un collectif parfaitement huilé bâti par son entraîneur Luis Fernando Suarez. Le Colombien, ancien défenseur, s’est forgé une réputation de maître tacticien de l’autre côté de l’Atlantique. Héros national en Colombie pour ses performances sur le terrain, il l’est en Équateur pour sa science tactique. C’est sous ses ordres que la sélection équatorienne a réalisé l’inédit en 2006 : s’extirper des poules d’une Coupe du Monde. Pour finalement se faire sortir sous les honneurs en huitième par un coup franc de David Beckham (1-0). Le Honduras, petit Poucet à surveiller. l

AFP / REPORTERS

w Parcours en qualification

w Classement 4-4 1-0 2-0 2-1 1-0

w Éliminatoires Concacaf 4e tour Honduras - USA Honduras - Costa Rica Honduras - Mexique Honduras - Panama Honduras - Jamaïque 3e tour (Groupe C) Honduras - Panama Honduras - Canada Honduras - Cuba

la dernière heure - les sports I

w Classements 3e tour

2-1 0-1 2-2 0-2 2-0

0-1 1-0 2-1 2-2 2-2

0-2 0-0 3-0

0-0 8-1 1-0

1 2 3 4

Honduras Panama Canada Cuba

1 2 3 4 5 6

USA Costa Rica Honduras Mexique Panama Jamaïque

4e tour

Pts 11 11 10 1 Pts 22 18 15 11 8 5

J 6 6 6 6 J 10 10 10 10 10 10

G 3 3 3 0 G 7 5 4 2 1 0

N 2 2 1 1 N 1 3 3 5 5 5

P 1 1 2 5 P 2 2 3 3 4 5

p. 12 6 6 1 p. 15 13 13 7 10 5

c. 3 2 10 10 c. 8 7 12 9 14 13


Ranking FIFA au 28/11 : 23e

SÉLECTIONNEUR

E

ÉQUATEUR

LA STAR

w Fiche d’identité Surnom : Tri Superficie : 283 520 km2 Population : 15 007 343 hab. Capitale : Quito Langue officielle : Espagnol Président : Rafael Correa Hymne national : Salve, Oh Patria

Reinaldo Rueda

Antonio VALENCIA

Né le 16 avril 1957 à Cali (Colombie)

Né le 4 août 1985 à Nueva Loja (Équateur) Club actuel : Manchester United (Angleterre)

Juste avant le Mondial 2010, Reinaldo Rueda avait demandé et obtenu sa naturalisation comme citoyen… du Honduras. Logique pour celui qui est parvenu à qualifier son pays d’adoption pour le deuxième Mondial de son histoire et jouissait alors d’une popularité intense dans un pays en pleine crise. Mais le vent a tourné en Afrique du Sud et l’échec au premier tour a sonné comme la fin de son mandat. Mais rapidement Rueda a rebondi en équateur qu’il a qualifié une nouvelle fois. Aux dernières nouvelles, il n’aurait pas encore demandé son passeport équatorien et rêve simplement de hisser la Tri en huitièmes de finale. l

L’homme le plus cher de l’histoire du football équatorien. En 2009, Manchester United n’a pas hésité à débourser près de 20 millions d’euros sur l’ailier de Wigan, grillant ainsi la politesse au Real Madrid. Et les Red Devils n’ont jamais regretté cet investissement. La trajectoire du droitier est plutôt atypique. Si Valencia est arrivé en Europe via l’Espagne, il n’y a fait qu’un passage éclair avant d’exploser en Angleterre. Son vécu en club, sans commune mesure avec celui de ses coéquipiers, fait de lui un leader incontesté. S’il n’a pas marqué lors de la campagne de qualification, son influence technique fut considérable. Et puis le droitier sait hisser son niveau de jeu quand le besoin s’en fait sentir : lors du Mondial 2006 en Allemagne, il avait ainsi été élu dans l’équipe type du premier tour de la compétition où ses accélérations dans son couloir avaient été meurtrières. l

w Palmarès Coupe du Monde (3e participation) : huitième de finaliste en 2006 Copa America (25 participations) : quart de finaliste en 1997

w Passé en CM Corée/Japon 2002 a constitué un rude baptême du feu pour la Tri, qui a dû quitter sa première Coupe du Monde dès la phase de groupes. Leçon vite retenue : dès 2006, dans un groupe relevé qui comptait notamment l’Allemagne, l’Equateur s’est classé deuxième. Une défaite 1-0 infligée par l’Angleterre a toutefois mis un terme à ce beau rêve en huitièmes de finale.

AFP / AP

w Parcours en qualification

w Éliminatoires Amsud

L’Équateur a eu deux visages lors des qualifications, battant à Quito tous ses adversaires à l’exception de l’Argentine, contre qui il a concédé le nul (1-1). À l’extérieur en revanche, il n’a jamais réussi à prendre les trois points. La Tri a finalement décroché la dernière place directement qualificative au nez et à la barbe de l’Uruguay.

Equateur - Argentine Equateur - Colombie Equateur - Chili Equateur - Uruguay Equateur - Venezuela Equateur - Pérou Equateur - Bolivie Equateur - Paraguay

0-4 1-0 3-1 1-1 2-0 2-0 1-0 1-2

w Classement 1-1 0-1 1-2 1-0 1-1 0-1 1-1 4-1

1 2 3 4 5 6 7 8 9

Ranking FIFA au 28/11 : 19e

SÉLECTIONNEUR

Argentine Colombie Chili Equateur Uruguay Venezuela Pérou Bolivie Paraguay

Pts 32 30 28 25 25 20 15 12 12

J 16 16 16 16 16 16 16 16 16

G 9 9 9 7 7 5 4 2 3

N 5 3 1 4 4 5 3 6 3

P 2 4 6 5 5 6 9 8 10

p. 35 27 29 20 25 14 17 17 17

c. 15 13 25 16 25 20 26 30 31

FRANCE

LA STAR

w Fiche d’identité

Didier Deschamps

Franck Ribéry

Né le 15 octobre 1958 à Bayonne (France)

Né le 7 avril 1983 à Boulogne­sur­Mer (France) Club actuel : Bayern Munich (Allemagne)

Une expression l’accompagne depuis le début de sa carrière : la culture de la gagne. Joueur, Didier Deschamps a très vite brillé par un sens tactique très au-dessus de la moyenne. Relais privilégié de ses entraîneurs, ce récupérateur a tout gagné, que ce soit en club avec la Juventus Turin notamment ou en sélection où il fut le capitaine des Bleus champions du Monde et d’Europe. Devenir entraîneur était pour lui une évidence. Sa première expérience fut concluante avec Monaco où, après des débuts difficiles, il est parvenu à hisser l’ASM en finale de la Ligue des Champions. Après avoir fait remonter la Juventus en Serie A et dépoussiéré le palmarès de l’OM, sa nomination en tant que sélectionneur n’a souffert d’aucune contestation. Et, encore une fois, le Basque est parvenu à atteindre son objectif même si la manière a parfois laissé à désirer. Mais lui n’en a cure, pour Deschamps, l’essentiel est ailleurs : dans le résultat. l

En 2006, Franck Ribéry fut une bouffée d’air frais pour l’équipe de France. En 2010, le Boulonais est devenu l’un des symboles du plus triste épisode de l’histoire des Bleus, celui des mutins de Knysna. Longtemps sifflé, Ribéry a mis du temps à se reconstruire. Mais ces derniers mois ont marqué un tournant et l’histoire d’amour avec le public français a pu reprendre. Le déclic ? Sans doute ce match en Biélorussie où, après la pause, l’attaquant s’est occupé de tout ou presque. À nouveau au service du collectif alors qu’il s’était perdu sur des chemins trop individualistes, Ribéry vient de connaître l’année la plus faste de sa carrière au Bayern où il a tout raflé sur son passage. Lui rêve désormais du Ballon d’Or mais la Coupe du Monde peuple aussi ses songes. Le meilleur ami de Van Buyten au Bayern le sait : il doit aussi renouer les fils de sa belle histoire avec la plus belle des compétitions. Et il n’y a pas plus bel endroit que le Brésil pour le faire… l

Surnom : Les Bleus Superficie : 641 185 km2 Population : 65 800 000 hab. Capitale : Paris Langue officielle : Français Président : François Hollande Hymne national : La Marseillaise

w Palmarès Coupe du Monde (14e participation) : vainqueur en 1998 finaliste en 2006 demi-finaliste en 1958, 1982 et 1986 Euro (8 participations) : vainqueur en 1984 et 2000 demi-finale en 1960 et 1996

w Passé en CM Tant espérée, la victoire au Mondial 1998 est depuis lors souvent regrettée. Cette année-là, dans une Stade de France bouillonnant, un homme se se démarque : Zinédine Zidane. En deux coups de boule, il fait entrer les Bleus dans l’histoire.“Et un, et deux, et trois-zéro…” résonne encore à Saint Denis.

AFP / AP

w Parcours en qualification La France ne fut pas vernie au moment du tirage, puisqu’elle a hérité ni plus ni moins du champion du monde en titre, l’Espagne. Si le nul ramené de Madrid (1-1) aura fait naître l’espoir d’une qualification directe, la hiérarchie ne fut finalement pas perturbée et les Bleus ont du forcer l’exploit à Paris, contre l’Ukraine, en barrage retour (3-0), après la désillusion de l’aller (2-0).

w Classement

w Éliminatoires Europe 1er tour (Groupe I) France - Espagne France - Finlande France - Géorgie France - Bélarus Barrage France - Ukraine

1-1 1-0 3-1 3-1

0-1 3-0 0-0 4-2

0-2

3-0

1 2 3 4 5

Espagne France Finlande Géorgie Bélarus

Calendrier GROUPE E Pts 20 17 9 5 4

J G N 8 6 2 8 5 2 8 2 3 8 1 2 8 1 1

P 0 1 3 5 6

p. 14 15 5 3 7

c. 3 6 9 10 16

Di 15 18:00 Di 15 21:00 Ve 20 22:00 Sa 21 00:00 Me 25 22:00 Me 25 22:00

I

Suisse - Equateur France - Honduras Suisse - France Honduras - Equateur Honduras - Suisse Equateur - France

la dernière heure - les sports I 19

Brasília Porto Alegre Salvador Curitiba Manaus Rio De Janeiro


F

ARGENTINE

LA STAR

SÉLECTIONNEUR

Lionel Messi

Alejandro Sabella

Né le 24 juin 1987 à Rosario (Argentine) Club actuel : FC Barcelone (Espagne)

Né le 5 novembre 1954 à Buenos Aires (Argentine)

w Fiche d’identité Surnom : Albiceleste Superficie : 2 766 890 km2 Population : 40 677 348 hab. Capitale : Buenos Aires Langue officielle : Espagnol Présidente : Cristina Kirchner Hymne national : Himno Nacional Argentino

Ranking FIFA au 28/11 : 3e

Qu’écrire de plus sur le petit prodige argentin ? Aux yeux de son sélectionneur actuel, Alejandro Sabella, il n’est ni plus ni moins qu’un “grand génie”. Tout simplement. Avec ses 10 saisons sous le maillot Blaugrana et son affolant rendement d’un but marqué toutes les 110 minutes, le natif de Rosario fait d’ores et déjà partie des plus grands footballeurs de l’histoire. Si comparaison n’est pas raison, une zone d’ombre demeure sur son CV pour postuler au rang de meilleur joueur de l’histoire : l’absence de consécration avec sa sélection. L’échec le plus marquant date d’il y a 3 ans : à domicile, l’Argentine s’est lamentablement pris les pieds dans le tapis en quart de finale de la Copa America, ce qui a valu à Sergio Batista de prendre la porte. Messi n’a pas non plus échappé aux critiques décuplées par ses prouesses accomplies en club. À 26 ans, l’attaquant arrive dans ses meilleurs années et une fois encore, tout sera construit autour de lui pour ce qui s’annonce comme le plus grand défi de sa carrière : conduire l’Argentine au titre le tout sur les terres de l’ennemi ancestral brésilien. l

w Palmarès Coupe du Monde (16 participation) : vainqueur en 1978 et 1986 finaliste en 1930 et 1990 Copa America (38 participations) : vainqueur en 1921, 1925, 1927, 1929, 1937, 1941, 1945, 1946, 1947,1955, 1957, 1959, 1991 et 1993 finaliste en 1916, 1917, 2004 et 2007 e

w Passé en CM L’Argentine a disputé quatre fois la finale de l’épreuve reine : en 1930, elle s’incline 2-4 face à l’Uruguay, pays hôte, lors de la toute première édition. Elle monte ensuite sur la plus haute marche du podium chez elle en 1978, puis en 1986 au Mexique, avec en ses rangs un certain Diego Maradona.

Longtemps, Alejandro Sabella s’est plu à rester dans l’ombre de Daniel Passarella. Fidèle lieutenant du volcanique entraîneur, cet ancien attaquant a accompagné son grand ami sur le banc de la sélection, de Parme, de l’Uruguay, de Monterrey ou encore des Corinthians avant que ne sonne l’heure de l’envol en 2009. La réussite fut immédiate avec une Copa Libertadores remportée avec l’Estudiantes La Plata. Et quand il a fallu désigner un successeur à Sergio Batista, son nom s’est imposé comme une évidence. Ou comment cet homme de l’ombre se trouve désormais en pleine lumière. l AFP / AP

w Parcours en qualification

w Éliminatoires Amsud

L’Argentine a réalisé sa meilleure campagne dans les qualifications sud-américaines depuis qu’elles sont passées au format actuel. La bande à Messi a empoché son billet pour le Brésil à deux journées de la fin et terminé en tête des qualifications pour la troisième fois en cinq éditions.

Argentine - Colombie Argentine - Chili Argentine - Equateur Argentine - Uruguay Argentine - Venezuela Argentine - Pérou Argentine - Bolivie Argentine - Paraguay

IRAN w Palmarès Coupe du Monde (4e participations) : 1er tour 1978, 1998, 2006 Coupe d’Asie (11 participations) : vainqueur en 1968, 1972, 1976

GROUPE F

w Passé en CM En trois participations, la Melli n’a pas signé de résultat réellement positif : un seul point pris en 1978 et 2006. L’unique succès remonte au Mondial français, c’était lors du duel politicofootballistique face aux Etats-Unis (2-1).

w Classement 0-0 2-1 1-1 2-3 3-0 3-1 1-1 5-2

1 2 3 4 5 6 7 8 9

L’Iran est arrivé en tête du Groupe A des qualif. asiatiques. Tout n’avait pourtant pas idéalement commencé : au cours des cinq premières rencontres, les ouailles de Carlos Queiroz ont concédé deux revers et un nul. Un probant neuf sur neuf leur a alors permis de valider leur ticket pour le Brésil.

20 I

Pts 32 30 28 25 25 20 15 12 12

J 16 16 16 16 16 16 16 16 16

G 9 9 9 7 7 5 4 2 3

N 5 3 1 4 4 5 3 6 3

P 2 4 6 5 5 6 9 8 10

p. 35 27 29 20 25 14 17 17 17

c. 15 13 25 16 25 20 26 30 31

LA STAR

SÉLECTIONNEUR

Javad Nekounam

Carlos Queiroz

Né le 7 septembre 1980 à Ray (Iran) Club actuel : Esteghlal Téhéran (Iran)

Né le 1er mars 1953 à Nampula (Mozambique)

Sept ans : c’est le laps de temps qu’a passé Javad Nekounam au PAS Téhéran FC (Iran), club de ses débuts. Il y fera ses dents en tant que footballeur pro : 190 matches, pour 52 buts (pas mal pour un milieu défensif). Il y remporte également son unique titre de champion, en 2004. Entre-temps, il reçoit sa première cape internationale en mai 2000. Après une courte escale aux Émirats arabes unis (douze mois), partagée entre Al-Wahda et le Sharjah SC, il fait ses valises et rejoint la péninsule ibérique, à Osasuna, au sortir de la Coupe du Monde 2006. Il foulera les pelouses espagnoles six années durant. Sa meilleure saison ? 2011-2012, où il dispute 33 rencontres, dont 30 en tant que titulaire. Depuis mi-2012, il évolue à nouveau dans la capitale iranienne, pour le compte du Esteghlal Téhéran, cette fois. Avec l’équipe nationale, le capitaine Javad Nekounam s’est vu confier la lourde responsabilité de faire oublier l’inusable Mahdavikia (13 ans avec la Melli). Il totalise 100 % de temps de jeu au dernier tour des qualifications asiatiques. l

Carlos Queiroz est un symbole : celui de la génération dorée portugaise, celle des Luis Figo, Rui Costa ou Victor Baia, qui a tout raflé chez les jeunes en étant à la fois championne d’Europe et du Monde. Cette réussite a permis au technicien d’être nommé à la tête de la Seleçao en 1991 mais l’expérience fut de courte durée après son échec dans les qualifications à l’Euro 92. Commença alors pour Queiroz un tour du monde qui le mena d’abord au Sporting, puis à New York, aux Emirats Arabes Unis ou en Afrique du Sud avant qu’Alex Ferguson n’en fasse son adjoint durant six ans entrecoupés d’un passage catastrophique en tant qu’entraîneur principal au Real. Nommé à la tête du Portugal en 2008, Queiroz a ensuite quitté son poste avec fracas après le Mondial 2010. Pour mieux reprendre son bâton de pélerin et les destinées de l’Iran en main depuis 2011. l

AP / PHOTO NEWS

w Parcours en qualification

Argentine Colombie Chili Equateur Uruguay Venezuela Pérou Bolivie Paraguay

Ranking FIFA au 28/11 : 45e

w Fiche d’identité Surnom : Team Melli Superficie : 1 648 195 km2 Population : 77 176 930 hab. Capitale : Téhéran Langue officielle : Persan Président : Hassan Rohani Hymne nationale : Soroud-e Melli-e Jomhouri-e Eslami-e Iran

2-1 4-1 4-0 3-0 0-1 1-1 1-1 3-1

w Classements

w Éliminatoires Asie 3e tour (Groupe E) Iran - Qatar Iran - Bahreïn Iran - Indonésie 4e tour (Groupe A) Iran - Rép. de Corée Iran - Ouzbékistan Iran - Qatar Iran - Liban

la dernière heure - les sports I

3e tour

1-1 6-0 3-0

2-2 1-1 4-1

1 2 3 4

Iran Qatar Bahreïn Indonésie

1-0 1-0 0-0 0-1

1-0 0-1 1-0 4-0

1 2 3 4 5

Iran Rép. de Corée Ouzbékistan Qatar Liban

4e tour

Pts 12 10 9 0 Pts 16 14 14 7 5

J 6 6 6 6 J 8 8 8 8 8

G 3 2 2 0 G 5 4 4 2 1

N 3 4 3 0 N 1 2 2 1 2

P 4 0 1 6 P 2 2 2 5 5

p. 17 10 13 3 p. 8 13 11 5 3

c. 5 5 7 26 c. 2 7 6 13 12


Ranking FIFA au 28/11 : 36e

F

NIGÉRIA

SÉLECTIONNEUR

LA STAR

Stephen Keshi

Vincent Enyeama

Né le 31 janvier 1962 à Lagos (Nigeria)

Né le 29 août 1982 à Aba (Nigeria) Club actuel : LOSC (France)

En Belgiqiue, personne n’a oublié Stephen Keshi. Que ce soit à Lokeren (1986-1987), à Anderlecht (1987-1991) où il a remporté un titre de champion et deux Coupes ou encore au RWDM (1993-94), ce défenseur central très solide à la lourde frappe n’a laissé que des bons souvenirs. Leader dans l’âme, Keshi semblait prédestiné à devenir entraîneur. À succès. À la tête du Togo en 2004, il qualifie les éperviers pour leur premier Mondial mais il est démis de ses fonctions à quelques mois du début de la compétition. Peu rancunier, il acceptera par deux fois de reprendre l’équipe. Et s’il a failli avec le Mali, il a permis au Nigéria de remporter la CAN l’hiver dernier tout en menant à bien la mission première qui était la sienne : la qualification pour le Mondial. Et cette fois-ci, pas de doute, il sera bien au rendezvous. l

Deuxième joueur le plus capé (82 apparitions) de la sélection nigériane derrière Joseph Yobo (ex-Standard), il en est le capitaine inamovible. Incroyablement agile, Vincent Enyeama peut, dans une bonne période, mener très loin son équipe. Comme il le fait en Ligue 1 depuis le début de saison, avec le LOSC qui, grâce à son record d’invincibilité, effectue le meilleur début de championnat de son histoire. Pour sa deuxième Coupe du Monde, en 2010, il avait écœuré Messi et l’Argentine lors d’un match d’une exceptionnelle qualité. Avec Obi Mikel, ils forment la clé de voûte de l’arrière-garde des Super Eagles qui doit pouvoir compter sur une assise défensive performante pour nourrir un quelconque espoir d’exploit au Brésil. Détail qui peut faire la différence, Enyeama pratique avec dextérité l’art des tirs au but. Il compte deux réalisations en Ligue des Champions inscrits alors qu’il gardait les cages de l’Hapoël Tel-Aviv et se chargeait des penalties. Lors de la saison 2009-2010, il a même inscrit 9 buts en 54 matchs toutes compétitions confondues, un record pour un gardien de but. l

w Fiche d’identité Surnom : Super Eagles Superficie : 923 768 km2 Population : 170 123 740 hab. Capitale : Abuja Langue officielle : Anglais Président : Goodluck Jonathan Hymne national : Arise Oh Compatriots, Nigeria’s Call Obey

w Palmarès Coupe du Monde (5e participation) : huitième de finaliste en 1994 et 1998 CAN (16 participations) : vainqueur en 1980, 1994 et 2013 finaliste en 1984, 1988, 1990 et 2000

w Passé en CM Impressionnant lors de ses deux premières apparitions mondialistes en 1994 et 1998 où il a atteint le deuxième tour, le Nigeria s’est montré décevant depuis, bien que prenant part à quatre des cinq derniers Mondiaux. Éliminé dès la phase de groupes à trois reprises, il n’a pris que deux petits points lors de ses huit dernières rencontres en Coupe du Monde.

AP / REPORTERS

w Parcours en qualification

w Éliminatoires Afrique

Vainqueur du groupe F où il a été accroché par chacune des sélections, le Nigeria a ensuite écarté l’Ethiopie (1-2 et 0-2) pour s’offrir sa cinquième participation à une Coupe du Monde, tout en privant son adversaire d’une première participation.

Ranking FIFA au 28/11 : 21e

w Classement 2e tour

2e tour (Groupe F) Nigéria - Malawi Nigéria - Kenya Nigéria - Namibie 3e tour Nigéria - Ethiopie

1-1 1-1 1-0

2-0 1-0 1-1

2-1

4-1

1 2 3 4

Nigéria Malawi Kenya Namibie

Pts 12 7 6 5

J G 6 3 6 1 6 1 6 1

N P p. c. 3 0 7 3 4 1 4 5 3 2 4 5 2 3 2 4

BOSNIE­HERZÉGOVINE

SÉLECTIONNEUR

LA STAR

w Fiche d’identité

Safet Susic

Edin Dzeko

Né le 13 avril 1955 à Zavidovi (ex­Yougoslavie)

Né le 17 mars 1986 à Sarajevo (ex­Yougoslavie) Club actuel : Manchester City (Angleterre)

Safet Susic joueur, c’est d’abord un style, fait d’élégance, de vista. Un vrai meneur de jeu dans le plus pur style de l’école yougoslave qui a enthousiasmé le Paris Saint Germain et toute la France, au point d’être élu meilleur joueur étranger de l’histoire de la Ligue 1 par France Football en 2012. Ses expériences d’entraîneur sont plus délicates. Après des débuts encourageants à Cannes où il participe à l’éclosion de Patrick Vieira, Susic enchaîne les passages sur les bancs en Turquie dans des clubs de seconde zone. Jusqu’à ce qu’il soit nommé au poste de sélectionneur en 2010. S’il manque de peu la qualification à l’Euro 2012 en échouant aux barrages face au Portugal, Susic a marqué l’histoire de son pays en devenant le premier sélectionneur à qualifier la Bosnie pour sa première phase finale. Le tout avec un certain style bien entendu. l

En club, Edin Dzeko a connu des hauts et des bas. Avec Wolfsbourg, l’espace de trois saisons, l’avant centre s’est imposé comme l’un des meilleurs attaquants de Bundesliga. À tel point que Manchester City n’a pas hésité à débourser 35 millions d’euros à l’hiver 2011 pour s’attacher ses services à une époque où tous les grands d’Europe lui faisaient les yeux doux. Mais dans le club de Vincent Kompany, les premiers mois sont délicats et les critiques affluent. Dans un environnement nettement plus concurrentiel, le rendement de l’attaquant baisse mais Dzeko reste l’homme des buts importants. Comme il l’est en sélection où ses dix réalisations ont fait de lui le deuxième meilleur buteur des qualifications de la zone Europe et le principal artisan de la première qualification bosnienne de l’histoire. l

Surnom : Zmajevi Superficie : 51 197 km2 Population : 3 875 723 hab. Capitale : Sarajevo Langue officielle : Serbo-croate Président : Vjekoslav Bevanda Hymne national : Jedna si jedina

w Palmarès Coupe du Monde : 1ère participation Euro : jamais qualifiée dépuis son indépendance

w Passé en CM La Bosnie-Herzégovine ne s’est jamais qualifiée pour un Mondial. Toutefois, il est nécessaire de préciser que la Bosnie faisait partie jusqu’en 1992 de la Yougoslavie, de nombreux joueurs bosniens ayant donc participé à des Coupe du Monde ou Championnat d’Europe, tel Safet Sušic, le coach actuel.

AFP / AP

w Parcours en qualification C’est emmenée par son efficace duo offensif Džeko-Ibiševic (dix-huit des trente buts inscrits) que la Bosnie-Herzégovine a terminé en première position du groupe G, concédant un seul revers, face à la Slovaquie (0-1).

w Éliminatoires Europe Bosnie - Grèce Bosnie - Slovaquie Bosnie - Lituanie Bosnie - Lettonie Bosnie - Liechtenstein

0-0 0-1 3-0 4-1 8-1

w Classement 3-1 2-1 1-0 5-0 4-1

Calendrier GROUPE F Pts J

1 2 3 4 5 6

Bosnie Herzégovine Grèce Slovaquie Lituanie Lettonie Liechtenstein

G N P p. c.

25 10 8 25 13 11 8 2

10 10 10 10 10

1

1 30 6

8 1 1 12 3 4 3 11 3 2 5 9 2 2 6 10 0 2 8 4

4 10 11 20 25

I

Lu 16 00:00 Lu 16 21:00 Sa 21 18:00 Di 22 00:00 Me 25 18:00 Me 25 18:00

Argentine - Bosnie-H. Iran - Nigeria Argentine - Iran Nigeria - Bosnie-H. Nigeria - Argentine Bosnie-H. - Iran

la dernière heure - les sports I 21

Rio De Janeiro Curitiba Belo Horizonte Cuiabá Porto Alegre Salvador


G

ALLEMAGNE

LA STAR

SÉLECTIONNEUR

Bastian Schweinsteiger

Joachim Löw

Né le 1er août 1984 à Kolbermoor (Allemagne) Club actuel : Bayern Munich (Allemagne)

Né le 3 février 1960 à Schönau im Schwarzwald (Allemagne)

Un Bavarois, un vrai, un pur, un dur. Au Bayern depuis ses 14 ans, Bastian Schweinsteiger devrait atteindre cette année la barre des 600 matches disputés avec son club formateur où il a tout connu. Et tout gagné aussi alors qu’il n’a même pas encore 30 ans. Sa carrière a connu deux époques : la première a duré jusqu’en 2008 où il a majoritairement évolué sur les côtés sans jamais trouver de régularité. La seconde a débuté suite à une inspiration de Jürgen Klinsmann qui l’a repositionné au cœur du jeu à Munich, lui permettant de troquer le costume de jeune premier doué, mais irrégulier pour celui de patron technique du Bayern mais également de la Mannschaft où sa qualité dans le jeu long lui permet de dicter le tempo. Symbole du virage joueur pris par l’Allemagne, tout un pays attend désormais qu’il fasse en sélection ce qu’il fait en club : empiler les trophées. l

À l’instar d’Arsène Wenger dont il aime la philosophie, Joachim Löw fait partie de ces joueurs aux capacités modestes qui sont devenues des entraîneurs brillants. Attaquant de formation, Löw a connu son heure de gloire à Fribourg en D2 et a terminé sa carrière de joueur en Suisse où il a connu ses premières expériences sur un banc si tôt les crampons raccrochés. De retour au pays en 1995 à Stuttgart, l’adjoint qu’il est se trouve très vite projeté sur le devant de la scène et il remporte la Coupe en 1997 en manifestant déjà ce souci du beau jeu. Une constante dans sa carrière qui le mène à Fenerbahçe, Karlsruhe ou en Autriche où Oliver Bierhoff le débauche pour seconder Jürgen Klinsmann à la tête d’une Mannschaft en pleine crise après l’Euro 2004. Architecte de cette équipe devenue un perdant magnifique, Löw, sélectionneur depuis 2006, sait que l’heure est désormais venue pour lui de gagner. l

w Fiche d’identité Surnom : Mannschaft Superficie : 357 026 km2 Population : 80 523 700 hab. Capitale : Berlin Langue officielle : Allemand Chancelière : Angela Merkel Hymne national : Deutschlandlied

w Palmarès Coupe du Monde (18 participation) : vainqueur en 1954, 1974 et 1990 finaliste en 1966, 1982, 1986 et 2002 Euro (10 participations) : vainqueur en 1972, 1980 et 1996 finaliste en 1976, 1992 et 2008 e

w Passé en CM L’Allemagne est le pays le plus titré derrière le Brésil et l’Italie. La RFA a conquis ses premiers lauriers à l’issue du Miracle de Berne en 1954 (3-2 face au favori Hongrois). En 1974, elle fut sacrée sur ses propres terres (2-1 contre les Pays Bas de Cruyff). Enfin, son dernier triomphe en Coupe du Monde remonte à l’Italie 1990 (1-0 devant l’Argentine).

Ranking FIFA au 28/11 : 2e

PHOTO NEWS

w Parcours en qualification L’Allemagne a littéralement survolé son groupe, empochant neuf succès en dix rencontres, et inscrivant 36 buts (meilleure attaque des qualifications européennes). Seul la Suède d’Ibrahimovic l’a contrainte au partage (4-4), à la 93e minute.

w Éliminatoires Europe Allemagne - Suède Allemagne - Autriche Allemagne - Rep. Irlande Allemagne - Kazakhstan Allemagne - Féroé

4-4 2-1 6-1 3-0 3-0

w Classement 5-3 3-0 3-0 4-1 3-0

ÉTATS­UNIS w Fiche d’identité Surnom : Yankees Superficie : 9 629 048 km2 Population : 315 647 656 hab. Capitale : Washington, D.C. Langue officielle : Anglais Président : Barack Obama Hymne national : The StarSpangled Banner

w Palmarès Coupe du Monde (9 participation) : demi-finaliste en 1930 quart de finaliste en 2002 Gold Cup (14 participations) : vainqueur en 1991, 2000, 2005, 2007 et 2013 finaliste en 1989, 1993, 1998, 2009 et 2011 e

GROUPE G

w Passé en CM Les Yankees ont signé leur plus beau résultats lors de leur première participation à la phase finale (1930, en Uruguay) : demi-finalistes, sortis par l’Argentine (6-1). Soixante-quatre ans plus tard, sur leurs terres, ils se hissent en huitième et sont éliminés par le Brésil (1-0), futur vainqueur de l’épreuve.

1 2 3 4 5 6

Défaits au Honduras (2-1), les Américains de Jürgen Klinsmann n’ont pas idéalement débuté le dernier tour des qualifications CONCACAF. Ils ont ensuite enchaîné les succès pour terminer en tête avec l’attaque la plus prolifique (15 buts), s’offrant le luxe de clore leur compagne sur une victoire acquise dans le temps additionnel, au Panama (2-3, c’était encore 2-1 à la 90e).

22 I

Pts 28 20 17 14 5 1

J 10 10 10 10 10 10

G N 9 1 6 2 5 2 4 2 1 2 0 1

P 0 2 3 4 7 9

p. 36 19 20 16 6 4

c. 10 14 10 17 21 29

Ranking FIFA au 28/11 : 14e

LA STAR

SÉLECTIONNEUR

Jozy Altidore

Jurgen Klinsmann

Né le 6 novembre 1989 à Livingston (Etats­Unis) Club actuel : Sunderland (Angleterre)

Né le 30 juillet 1964 à Goppingen (Allemagne)

Longtemps grand espoir du football outre-Atlantique, Jozy Altidore commence enfin à confirmer les nombreuses attentes placées en lui. Après avoir fait ses classes chez les New York Red Bulls et dans les sélections espoirs, où il montre de très belles dispositions techniques et athlétiques, Villareal le fait venir en Espagne pour 6 millions d’euros. Mais son adaptation est délicate et l’attaquant est prêté un peu partout en Europe. Sa confiance s’étiole mais son statut en sélection reste le même et le Mondial 2010 est l’occasion pour lui de reprendre des couleurs. Pas assez pour convaincre les dirigeants de Villarreal de lui redonner sa chance. Et après un nouveau prêt à Bursaspor, il rebondit enfin à l’AZ en 2011. Deux saisons pleines qui lui permettent de réaliser son rêve : rejoindre la Premier League. À Sunderland depuis cet été, il prend doucement ses marques mais reste incontestable en sélection où il a prouvé qu’il était l’homme des grands rendezvous. l

Son rêve américain a repris après l’un des plus gros échecs de sa carrière. Flash-back : 2008, le Bayern Munich en crise s’en remet à celui qui a redonné des couleurs à la Mannschaft entre 2004 et 2006. L’expérience est un fiasco, jamais la greffe Klinsmann ne prendra. Le champion du monde (en 1990) et d’Europe (1996) va mettre plus de deux ans à s’en remettre. Mais en 2011, lui qui est retourné en Californie où il avait achevé sa carrière de joueur en 2004 répond aux appels du pied de la fédération américaine pour succéder à Bob Bradley. Dans un contexte plus apaisé, en s’appuyant sur de nombreux joueurs qui sont nés en Allemagne, Klinsmann a su bâtir une formation à son image, savant mélange de culture américaine mais aussi de rigueur européenne. Il devait en rêver sans doute. l AP / PHOTO NEWS

w Parcours en qualification

Allemagne Suède Autriche Rép. d’Irlande Kazakhstan Féroé

w Concacaf 3e tour (Groupe A) USA - Jamaïque USA - Guatemala Antigua-et-Barbuda 4e tour USA - Costa Rica USA -Honduras USA - Mexique USA - Panama USA - Jamaïque

la dernière heure - les sports I

w Classements 3e tour

Pts J G N P 6 4 1 1 6 3 1 2 6 3 1 2 6 0 1 5 Pts J G N P 22 10 7 1 2 18 10 5 3 2 15 10 4 3 3 11 10 2 5 3 8 10 1 5 4 5 10 0 5 5

1-2 1-1 3-1

1-0 3-1 2-1

1 2 3 4

13 USA 10 Jamaïque 10 Guatemala Antigua-et-Barbuda 1

1-0 1-2 0-0 2-0 2-1

1-3 1-0 2-0 3-2 2-0

1 2 3 4 5 6

Etats-Unis Costa Rica Honduras Mexique Panama Jamaïque

4e tour

p. 11 9 9 4 p. 15 13 13 7 10 5

c. 6 6 8 13 c. 8 7 12 9 14 13


Ranking FIFA au 28/11 : 5e

SÉLECTIONNEUR

LA STAR

w Fiche d’identité

Paulo Bento

Cristiano Ronaldo

Né le 20 juin 1969 à Lisbonne (Portugal)

Né le 5 février 1985 à Funchal (Portugal) Club actuel : Real Madrid (Espagne)

Surnom : Selecção das Quinas Superficie : 92 201 km2 Population : 11 012 078 hab. Capitale : Lisbonne Langue officielle : Portugais Président : Aníbal Cavaco Silva Hymne national : A Portuguesa

w Palmarès

Faut-il encore le présenter ? Superstar mondiale, le Portugais est le joueur le plus médiatisé de la planète, selon Forbes. Cette année, il a remporté son duel avec Lionel Messi en étant le buteur le plus prolifique de 2013. Travailleur acharné, Ronaldo n’a jamais semblé aussi fort. Les deux rencontres de barrages face à la Suède l’ont démontré avec 4 buts inscrits lors de cette double confrontation où il a pris le meilleur sur Zlatan Ibrahimovic. Capitaine et leader incontesté de sa sélection dont il est le meilleur buteur de l’histoire avec Pauleta (47 réalisations), la star a été longtem ps marqué par la cruelle élimination contre l’Espagne en demi-finale aux tirs au but lors du dernier Euro. Et ce Mondial brésilien est l’occasion rêvée pour lui de con naître la consécration avec la Sele çao : Ronaldo l’a prouvé lors des qualifications où il s’est occupé d e tout ou presque, il est capable de porter très haut sa formation. l

Milieu de terrain de devoir, membre de la génération dorée portugaise, Paulo Bento a accompli la majeure partie de sa carrière au pays contrairement à ses coéquipiers Luis Figo ou Rui Costa. Et il est aussi l’un des premiers à être passé de l’autre côté de la barrière. Auprès des jeunes du Sporting où il a terminé sa carrière d’abord puis à la tête de l’équipe première ensuite en 2005, Bento est parvenu à insuffler un nouveau souffle avec très peu de moyens, avec notamment deux Coupes du Portugal. Nommé sélectionneur en 2010, le crédit accumulé avec sa demi-finale de l’Euro 2012 a quelque peu été écorné par une campagne de qualifications mitigée. l

G

PORTUGAL Coupe du Monde (6e participation) : demi-finaliste en 1966 et 2006 Euro (6 participations) : finaliste en 2004 demi-finaliste en 1984, 2000 et 2012

w Passé en CM En 1966, en Angleterre, le Portugal battant le Brésil en poule, avant de s’incliner en demi-finale contre le pays organisateur (2-1). Quarante ans plus tard, la Selecção das Quinas retrouve le dernier carré mais est stoppée par la France de Zinédine Zidane (2-1).

AP / AFP

w Parcours en qualification

w Classement

w Éliminatoires Europe

Devancés d’un point par la Russie, les Portugais ont du se farcir Ibrahimovic et consors en barrage. Cristiano Ronaldo a scellé le destin de cette double confrontation, en scorant quatre fois (1-0 et 2-3).

1er tour (Groupe F) Portugal - Russie Portugal - Israël Portugal - Azerbaïdjan Portugal -Irlande du Nord Portugal - Luxembourg Barrage Portugal - Suède

0-1 3-3 3-0 1-1 2-1

1-0 1-1 2-0 4-2 3-0

1-0

3-2

1 2 3 4 5 6

Ranking FIFA au 28/11 : 24e

Russie Portugal Israël Azerbaïdjan Irlande du Nord Luxembourg

Pts 22 21 14 9 7 6

J G 10 7 10 6 10 3 10 1 10 1 10 1

N P p. c. 1 2 20 5 3 1 20 9 5 2 19 14 6 3 7 11 4 5 9 17 3 6 7 26

GHANA

SÉLECTIONNEUR

LA STAR

Kwesi Appiah

Kevin­Prince Boateng

Né le 9 août 1959 à Kumasi (Ghana)

Né le 6 mars 1987 à Berlin (Allemagne) Club actuel : Schalke 04 (Allemagne)

Défenseur de l’Asante Kotoko (Ghana) pendant dix ans, international ghanéen de 1987 à 1992, Appiah fut l’un des acteurs de l’interminable finale de la CAN en 1992 perdue 11-10 aux tirs au but, face à la Côte d’Ivoire (ce fut la première fois de l’histoire qu’une compétition majeure s’est décidée sur une séance de t.a.b. où tous les joueurs, gardiens compris, ont dû tirer). C’est en 2011 qu’il entame sa carrière d’entraîneur avec les Black Meteors, l’équipe ghanéenne espoir, remportant les Jeux africains 2011. Par la suite, il devient le sélectionneur intérimaire des Black Stars entre 2010 et 2011, puis en avril 2012, et termine quatrième de la CAN 2013. Avec le Nigeria, le Ghana est la seule des formations africaines qualifiées entraînée par un sélectionneur local. l

Kevin-Prince Boateng fait partie des nombreux enfants d’immigrés ghanéens ayant opté pour la sélection de leur pays d’origine. Né à Berlin, formé à l’Hertha, il part très vite en Angleterre et passe trois ans à Portsmouth et Tottenham entrecoupés d’un prêt à Dortmund. En 2010, juste avant le Mondial, il crée la polémique dans son pays natal en blessant gravement Michael Ballack qui ne disputera pas la compétition. En Afrique du Sud, le médian, leader technique du Ghana, prend une autre dimension et mène les siens jusqu’en quart de finale. Mais l’idylle avec les Black Stars connaît de sérieuses anicroches en novembre 2011 quand le médian de l’AC Milan annonce sa retraite internationale. L’éclipse dure près de deux ans et Boateng, de rentré en Allemagne à Schalke cet été, a effectué son retour en sélection à l’occasion des barrages où il signe son retour d’un but contre l’Egypte. Comme pour mieux prouver son attachement retrouvé à sa sélection. l

w Fiche d’identité Surnom : Les Blacks Stars Superficie : 238.540 km2 Population : 24 965 816 hab. Capitale : Accra Langue officielle : Anglais Président : John Dramani Mahama Hymne nationale : God Bless Our Homeland Ghana

w Palmarès Coupe du Monde (3e participation) : quart de finaliste en 2010 Coupe d’Afrique des Nations (18 participations) : vainqueur en 1963, 1965, 1978 et 1982

w Passé en CM En 2010, ils ont égalé la meilleure performance d’une équipe africaine en Coupe du Monde en atteignant les quarts de finale, après avoir battu les États-Unis en huitième (1-2). En quart, ils se sont finalement incliné aux tirs au but contre l’Uruguay, après qu’Asamoah ait manqué un penalty en toute fin de prolongation.

AFP / PHOTO NEWS

w Éliminatoires Afrique

w Parcours en qualification Leader autoritaire de son groupe (cinq victoires en six rencontres, dix-huit buts inscrits pour trois reçus), le Ghana s’est également baladé en match aller des barrages en l’emportant 6-1 devant l’Egypte. Au retour, l’Egypte sauva néanmoins l’honneur (2-1).

w Classement 2e tour 1 2 3 4

Ghana Zambie Lesotho Soudan

Pts 15 11 5 2

J G N P p. c. 6 5 0 1 18 3 6 3 2 1 11 4 6 1 2 3 4 15 6 0 2 4 3 14

I

2e tour (Groupe D) Ghana – Zambie Ghana – Lesotho Ghana – Soudan 3e tour Ghana – Egypte

Calendrier GROUPE G Lu 16 18:00

0-1 2-1 7-0 2-0 3-1 4-0

Ma 17 00:00 Sa 21 21:00 Di 22 21:00 Je 26 18:00

6-1 1-2

Je 26 18:00

Allemagne - Portugal Ghana - USA Portugal - Ghana USA - Allemagne USA - Allemagne Portugal - Ghana

la dernière heure - les sports I 23

Salvador Natal Fortaleza Manaus Recife Brasília


PALMARÈS

1930 URUGUAY g 1934 ITALIE g 1938 ITALIE g 1950 URUGUAY g 1954 RFA

URUGUAY LA CÉLESTE, CHEZ ELLE Demi-finales 26/07/1930 Argentine – USA 27/07/1930 Uruguay – Yougoslavie Finale Stade Centenario de Montevideo 30/07/1930 URUGUAY – Argentine Meilleur buteur Guillermo STABILE (Arg) Les matches des Belges 13/07/1930 USA – Belgique 20/07/1930 Paraguay – Belgique

6-1 6-1 4-2 8 buts 3-0 1-0

1934

ITALIE POUR ET PAR LE DUCE

AP/REPORTERS

AP/REPORTERS

1930

Puisque le Comité olympique avait décidé de ne plus inscrire le foot au programme des JO de 1932, la Fifa put enfin inviter les pays qui le souhaitaient à disputer la première Coupe du Monde. L’Uruguay, double championne olympique, qui fêtait son centenaire, accueillit le tournoi… qu’elle remporta lors d’une finale gagnée face à l’Argentine (la photo), sous le sifflet de notre compatriote John Langenus. Quatre pays européens seulement avaient accepté de rejoindre Montevideo en bateau, dont la… Belgique, qui y fit de la figuration, sans marquer de but. l

Demi-finales 03/06/1934 Tchécoslovaquie – Allemagne 3-1 03/06/1934 Italie – Autriche 1-0 Match pour la 3e place 06/06/1934 Allemagne – Autriche 3-2 Finale Stade Nazionale PNF à Rome 10/06/1934 ITALIE – Tchécoslovaquie ap 2-1 Meilleur buteur Oldrich NEJEDLY (Tch) 5 buts Le match des Belges 27/05/1934 Allemagne – Belgique 5-2

33 nations, cette fois, étaient inscrites, mais pas l’Angleterre ni l’Uruguay, tenante du titre. La Belgique en était encore, mais disparu d’emblée après une défaite face à l’Allemagne, malgré deux buts de Bernard Voorhoof. L’Italie avait obtenu l’organisation de cette 2e phase finale, grâce aux arguments de Mussolini, qui voulait porter haut le renom du fascisme. Et la Squadra Azzurra, renforcée par les Argentins naturalisés Monti et Orsi, remercia le Duce en remportant le trophée, au terme de prolongations, face aux Tchèques. l

1950 FRANCE L’ITALIE EN SURCLASSEMENT

L’Allemagne de l’Ouest, victime d’un sévère ostracisme de Jules Rimet en 1950, prit sa revanche quatre ans plus tard, alors que la Hongrie faisait figure d’épouvantail. Puskas et les siens menaient d’ailleurs rapidement 2-0, en finale, mais, grâce aux ouvertures magiques de Fritz Walter vers Helmut Rahn, la RFA inversa la tendance. Après seize années de privation, la Belgique retrouva la Coupe du Monde, et empocha le premier point de son histoire, contre l’Angleterre : 4-4 après prolongations. Mais une défaite contre l’Italie mit fin au parcours des Diables. l

1954 Demi-finales 30/06/1954 RFA – Autriche 30/06/1954 Hongrie – Uruguay Match pour la 3e place 03/07/1954 Autriche – Uruguay Finale Stade Wankdorf de Berne 04/07/1954 RFA – Hongrie Meilleur buteur Sandor KOCSIS (Hon) Les matches des Belges 17/06/1954 Angleterre – Belgique 20/06/1954 Italie – Belgique

la dernière heure - les sports I

6-1 4-2 3-1 3-2 11 buts ap 4-4 4-1

Tour final 09/07/1950 Brésil – Suède 7-1 09/07/1950 Uruguay – Espagne 2-2 13/07/1950 Brésil – Espagne 6-1 13/07/1950 Uruguay – Suède 3-2 16/07/1950 Suède – Espagne 3-1 16/07/1950 Brésil – URUGUAY 1-2 Meilleur buteur ADEMIR (Bré) 8 buts

AP/REPORTERS

Premier succès populaire pour cette 3e Coupe du Monde organisée en France. La Belgique eut l’honneur de défier l’organisateur, au Stade de Colombes, au premier tour, et quitta déjà la compétition, battue 3-1. L’Italie, tenante du titre, balaya tout sur son passage, sous la conduite du même entraîneur, Vittorio Pozzo : elle ne trembla réellement qu’en demi-finale, face au Brésil de Leonidas. l

SUISSE LA RFA LA PLUS BRILLANTE

24 I

1938

AP/REPORTERS

Demi-finales 16/06/1938 Italie – Brésil 2-1 16/06/1938 Hongrie – Suède 5-1 e Match pour la 3 place 19/06/1938 Brésil – Suède 4-2 Finale Stade de Colombes à Paris 19/06/1938 ITALIE – Hongrie 4-2 Meilleur buteur LEONIDAS (Bré) 7 buts Le match des Belges France – Belgique 3-1

Après une parenthèse de douze ans due à la Seconde guerre mondiale, le football international reprit vie au Brésil, mais sans la Belgique, ni l’Allemagne, les pays d’Europe de l’Est, l’Argentine… Au point que seuls treize nations rallièrent Rio, dont, pour la première fois, l’Angleterre… éliminée d’entrée par les USA ! Le Brésil d’Ademir, grandissime favori, devait émerger du tour final regroupant 4 équipes. Tout se joua finalement lors du dernier match opposant la Seleção à l’Uruguay, dans un Maracanã plein à craquer. Et Ghiggia offrit à la Céleste sa deuxième Coupe du Monde, ouvrant une cicatrice brésilienne pas encore refermée plus de soixante ans plus tard. l

1958

SUÈDE L’AVÈNEMENT DU ROI PELÉ Devancée par la France en phase éliminatoire, la Belgique rata le Mondial suédois qui marqua le début du règne du Roi Pelé. Réserviste au départ, le Brésilien de 17 ans allait transcender toute la compétition par sa technique géniale. Et la Suède, étonnante finaliste, ne put évidemment pas empêcher le sacre de la Seleção dans un tournoi marqué par les treize buts inscrits par le Français Just Fontaine, record toujours inégalé. l

AP

AP/REPORTERS

BRÉSIL LA SELEÇÃO VOULUT TROP BIEN FAIRE

Demi-finales 24/06/1958 Brésil – France 5-2 24/06/1958 Suède – RFA 3-1 Match pour la 3e place 28/06/1958 France – RFA 6-3 Finale Rasunda Stadium de Solna 29/06/1958 Suède – BRÉSIL 2-5 Meilleur buteur Just FONTAINE (Fra) 13 buts


g 1958 BRÉSIL g 1962 BRÉSIL g 1966 ANGLETERRE g 1970 BRÉSIL g 1974 RFA g 1978 ARGENTINE

1962

CHILI GARRINCHA APRÈS PELÉ

ANGLETERRE UN CHAMPION CONTROVERSÉ

Malgré la blessure rapide de Pelé, le Brésil parvint à atteindre la finale grâce à un intenable et efficace Garrincha. La Seleção y retrouva l’étonnante Tchécoslovaquie de Masopust et Schroïff, qui, après avoir marqué la première, ne fit pas le poids. Les Diables, eux, avaient été inexistants en éliminatoires : 4 défaites en 4 matches, contre la Suisse et la Suède. l

La Belgique rate de peu la phase finale : elle termine en tête de son groupe, à égalité avec la Bulgarie qui gagna le test-match et priva les Diables du voyage en Angleterre. Le premier tour fut marqué par les éliminations surprises du Brésil (une nouvelle fois vite privé de Pelé, blessé) et de l’Italie, devancée par la... Corée du Sud ! Les demi-finales 100 % européennes sourirent à l’Angleterre et à l’Allemagne de l’Ouest. L’apothéose restera dans l’histoire comme la plus controversée : 2-2 au terme des nonante minutes, avant que Geoff Hurst (deux buts) n’offre le trophée à l’Angleterre, mais on ne sait toujours par aujourd’hui si, sur le 3-2 (la photo), le ballon avait réellement franchi la ligne. l

2-4 3-1

3-1

4 buts

1970

MEXIQUE LE CHEF-D’ŒUVRE DE PELÉ

Les Diables sont de retour en phase finale : ils devancent la Yougoslavie et l’Espagne lors des éliminatoires ! Après un succès face au Salvador et une défaite contre l’URSS, les Diables de Goethals furent éliminés sur un penalty douteux accordé au Mexique. Ils purent dès lors assister à la balade brésilienne : emmenée par un Pelé au sommet de son art (la photo), la Seleção était inarrêtable. Même le catenaccio italien explosa en finale. l

1974

DPA/REPORTERS

Demi-finales 17/06/1970 Brésil – Uruguay 3-1 17/06/1970 Italie – RFA ap 4-3 Match pour la 3e place 20/06/1970 RFA – Uruguay 1-0 Finale Estadio Azteca de Mexico 21/06/1970 BRÉSIL – Italie 4-1 Meilleur buteur Gerd MUELLER (RFA) 10 buts Les matches de la Belgique 03/06/1970 Belgique – El Salvador 3-0 06/06/1970 URSS - Belgique 4-1 11/06/1970 Mexique – Belgique 1-0

AP/REPORTERS

AP/REPORTERS

1-0

AP/REPORTERS

1978 ARGENTINE L’ALBICELESTE AU PARADIS

Match pour la 3e place 24/06/1978 Brésil – Italie 2-1 Finale Estadio Monumental de Buenos Aires 25/06/1978 ARGENTINE – Pays-Bas ap 3-1 Meilleur buteur Mario KEMPES (Arg) 6 buts

Les Pays-Bas étaient décidés à prendre leur revanche sur 1974: après avoir encore devancé la Belgique en éliminatoires, Cruyff et les siens atteignirent la finale, laissant la RFA et l’Italie à quai lors du deuxième tour à nouveau disputé sous forme de groupes. Dans l’autre tableau, l’Argentine devança de justesse le Brésil grâce à une meilleure différence de buts. Mais les Oranjes de Haan et Rensenbrink ratèrent une nouvelle fois leur finale, et l’Argentine de Kempes et Passarella (la photo) émergea lors des prolongations… l

I

x Le joueur qui a remporté le plus grand nombre de victoires en Coupe du Monde est le Brésilien Pelé avec trois succès (1958, 1962 et 1970). (REPORTERS)

la dernière heure - les sports I 25

AP/REPORTERS

Demi-finales 13/06/1962 Chili – Brésil 13/06/1962 Tchécoslovaquie – Yougoslavie Match pour la 3e place 16/06/1962 Chili – Yougoslavie Finale Nacional de Santiago du Chili 17/06/1962 Brésil – Tchécoslovaquie Meilleurs buteurs Florian ALBERT (Hon), Valentin IVANOV (URSS), Drazen JERKOVIC (You), Leonel SANCHEZ (Chi), VAVA (Bré), GARRINCHA (Bré)

1966 Demi-finales 25/07/1966 RFA – URSS 2-1 26/07/1966 Angleterre – Portugal 2-1 Match pour la 3e place 28/07/1966 Portugal – URSS 2-1 Finale Wembley à Londres 30/07/1966 Angleterre – RFA ap 4-2 Meilleur buteur EUSEBIO da Silva Ferreira (Por) 9 buts

ALLEMAGNE LE KAIZER À DOMICILE Organisé en deux phases de groupes, donc sans demi-finales, ce Mondial souria aux Pays-Bas (qui n’avaient devancé la Belgique en éliminatoires que grâce à davantage de buts marqués), qui empêcha le Brésil d’atteindre la finale, et à la RFA, qui se fit pourtant battre par la RDA lors du premier tour pour éviter le Brésil dans son groupe suivant. À Munich, Berti Vogts mit Johan Cruyff sous l’éteignoir et Gerd Mueller offrit à son pays un trophée que souleva Franz Beckenbauer. l Match pour la 3e place 06/07/1974 Pologne – Brésil Finale Olympiastadion à Munich 07/07/1974 RFA – Pays-Bas Meilleur buteur Grzegorz LATO (Pol)

1-0 2-1 7 buts


PALMARÈS

AP/REPORTERS

1982 ESPAGNE LA TROISIÈME ITALIENNE

Dans la foulée de sa finale à l’Euro 1980, les Diables se qualifient tranquillement pour le Mondial, le premier à 24 et en mondovision. Ils signent un premier coup d’éclat face à l’Argentine, championne du monde en titre, emmené par un jeune prodige, un certain Diego Maradona. Les hommes de Guy Thys passent avec maîtrise le premier tour mais ils échouent ensuite face à la Pologne de Zbigniew Boniek. En finale, l’Italie de Dino Zoff et Paolo Rossi prend le meilleur sur la RFA qui a laissé trop d’énergie dans sa demi-finale dantesque face à la France. l

Demi-finales 08/07/1982 Pologne – Italie 0-2 08/07/1982 RFA - France (ta b : 5 )3-3 Match pour la 3e place 10/07/1982 France – Pologne 2-3 Finale Stade Santiago Bernabeu à Madrid 11/07/1982 ITALIE – RFA 3-1 Meilleur buteur Paolo ROSSI (Ita) 6 buts Les matches de la Belgique 13/06/1982 Argentine – Belgique 0-1 19/06/1982 Belgique – Salvador 1-0 22/06/1982 Belgique – Hongrie 1-1 28/06/1982 Pologne – Belgique 3-0 01/07/1982 Belgique – URSS 0-1

Demi-finales 25/06/1986 Argentine – Belgique 25/06/1986 France – RFA Match pour la 3e place 28/06/1986 Belgique – France Finale Stade Azteca à Mexico 29/06/1986 ARGENTINE – RFA Meilleur buteur Gary LINEKER (Ang) Les matches de la Belgique 03/06/1986 Mexique – Belgique 08/06/1986 Belgique – Iraq 11/06/1986 Belgique – Paraguay 15/06/1986 Belgique – URSS 22/06/1986 Belgique – Espagne

1990 ITALIE LA RFA AU BOUT DE LA TRISTESSE Demi-finales 03/07/1990 Italie – Argentine 1-1 (tab : 3-4) 03/07/1990 RFA – Angleterre 1-1 (tab : 4-3) e Match pour la 3 place 07/07/1990 Italie – Angleterre 2-1 Finale Stade olympique à Rome 08/07/1990 RFA – Argentine 1-0 Meilleur buteur Toto SCHILLACI (Ita) 6 buts Les matches de la Belgique 12/06/1990 Belgique – Corée du Sud 2-0 17/06/1990 Belgique – Uruguay 3-1 21/06/1990 Belgique – Espagne 1-2 26/06/1990 Angleterre – Belgique ap 1-0

AP/REPORTERS

26 I

la dernière heure - les sports I

3-2 6 buts 2-1 2-1 2-2 ap 4-3 (tab: 5-4)1-1

1

Uruguay (1930, 1950) Angleterre (1966) Espagne (2010) France (1998)

ÉTATS­UNIS MAUDIT BAGGIO, BÉNI BRÉSIL Demi-finales 13/07/1994 Bulgarie – Italie 1-2 13/07/1994 Suède – Brésil 0-1 Match pour la 3e place 16/07/1994 Suède – Bulgarie 4-0 Finale Rose Bowl à Pasadena 17/07/1994 BRÉSIL – Italie (tab: 3-2) 0-0 Meilleur buteur Oleg SALENKO (Rus) et Hristo STOICHKOV (Bul) 6 buts Les matches de la Belgique 19/06/1994 Belgique – Maroc 1-0 25/06/1994 Belgique – Pays-Bas 1-0 29/06/1994 Belgique – Arabie Saoudite 0-1 02/07/1994 Allemagne – Belgique 3-2

ap 2-4

1986 MEXIQUE L’ARGENTINE MET FIN AU RÊVE

5 Brésil (1958, 1962, 1970, 1994, 2002) 4 Italie (1934, 1938, 1982, 2006) 3 Allemagne (1954, 1974, 1990) 2 Argentine (1978, 1986)

1994

Avec Paul Van Himst sur le banc, les Diables réalisent un premier tour marqué du sceau de l’irrégularité entre une victoire face aux Pays-Bas et un camouflet contre l’Arabie Saoudite du funambule Al-Owairan. Mais l’Allemagne, tenante du titre, et M. Röthlisberger représentent une marche trop haute. La Suède et la Bulgarie font souffler un vent d’air frais sur un Mondial où la chaleur est écrasante. Mais la finale est un grand classique et se joue aux tirs au but : Baggio, meilleur joueur du monde, manque le sien, le Brésil de duo Romario-Bebeto et du jeune loup Ronaldo remonte sur le toit du monde, 24 ans après celui de Pelé. l

2-0 0-2

LES PAYS TITRÉS AP/REPORTERS

Quatre ans après la folle épopée au Mexique, les Diables réussissent leur entame de tournoi mais l’Angleterre leur barre la route des quarts de finale après le fameux but meurtrier de David Platt. En Italie, quatre ans après sa main de Dieu, Diego Maradona est au sommet de son art et le public de Naples l’applaudit plus que sa Squadra en demifinale. Le stade olympique se vengera dans une finale où la RFA prend sa revanche grâce à un penalty d’Andreas Brehme. l

La folle épopée belge de 86 prendra corps après ces fameux barrages passés face aux Pays-Bas. Au Mexique, le début de parcours est chaotique. Mais les Diables noircissent les plus belles pages de leur histoire lors de ce mémorable match contre à l’URSS puis face à l’Espagne (aux tirs au but) avant de voir l’Argentine de Diego Maradona leur barrer la route. Le retour des héros (4es) sera triomphal dans un pays qui vibra à l’unisson durant près d’un mois alors que les Argentins viennent à bout de la RFA dans une finale haletante. l

AP/REPORTERS

1982 ITALIE g 1986 ARGENTINE g 1990 RFA g 1994 BRÉSIL g 1998 FRANCE

x Vainqueur en 2010, l’Espagne espère conserver son titre… loin des cinq trophées remportés par le Brésil… qui veut en ajouter un sixième, sur ses terres. (REPORTERS)


g 2002 BRÉSIL g 2006 ITALIE g 2010 ESPAGNE

Comme pour la France, les Diables, devancés cette fois par la Croatie, passent par les barrages face à la République Tchèque pour se qualifier pour le Mondial le plus surprenant de l’histoire, marqué notamment par d’intenses polémiques sur l’arbitrage et ce fameux but de Wilmots refusé face au Brésil par M. Prendergast. En finale, Ronaldo, revenu des limbes avec sa coupe de cheveux improbables, met l’Allemagne de Kahn K-0. l

Demi-finales 07/07/1998 Brésil – Pays-Bas (tab : 4-2) 1-1 08/07/1998 France – Croatie 2-1 Match pour la 3e place 11/07/1998 Pays-Bas – Croatie 1-2 Finale Stade de France à Saint-Denis 12/07/1998 FRANCE – Brésil 3-0 Meilleur buteur Davor SUKER (Cro) 6 buts Les matches de la Belgique 13/06/1998 Pays-Bas – Belgique 0-0 20/06/1998 Mexique – Belgique 2-2 25/06/1998 Belgique – Corée du Sud 1-1

AP/REPORTERS

2002

Demi-finales 25/06/2002 Corée du Sud – Allemagne 0-1 26/06/2002 Brésil – Turquie 1-0 e Match pour la 3 place 29/06/2002 Corée du Sud – Turquie 2-3 Finale Yokohama International Stadium 30/06/2002 BRÉSIL – Allemagne 2-0 Meilleur buteur RONALDO (Bré) 8 buts Les matches de la Belgique 04/06/2002 Japon – Belgique 2-2 10/06/2002 Belgique – Tunisie 1-1 14/06/2002 Belgique – Russie 3-2 17/06/2002 Belgique – Brésil 0-2

2006 ALLEMAGNE L’ITALIE, SUR UN COUP DE TÊTE Demi-finales 04/07/2006 Allemagne – Italie 05/07/2006 Portugal – France Match pour la 3e place 08/07/1998 Allemagne – Portugal Finale Olympiastadion à Berlin 09/07/1998 ITALIE – France Meilleur buteur Miroslav KLOSE (All)

ap 0-2 0-1 3-1 (tab : 5-3) 1-1 5 buts

Aimé Anthuenis n’y résiste pas : la non qualification des Diables pour la première fois depuis 28 ans sonne le glas du technicien. En Allemagne, dans des stades pleins, le Mondial est une énorme réussite populaire. Le tournoi est marqué par le retour des grandes puissances historiques du jeu et par le crépuscule de l’un des meilleurs joueurs de l’histoire, Zidane, qui quitte la scène sur un désormais célèbre coup de tête en finale, laissant l’Italie de Fabio Cannavaro sur le toit du monde. l

2010 AFRIQUE DU SUD L’ESPAGNE, NOUVEAU ROI

Un bon début de campagne fait naître l’espoir d’une qualification des Diables. Mais les deux défaites face à la Bosnie Herzégovine sont celles de trop pour René Vandereycken et Franky Vercauteren assure l’intérim avant la prise de fonction de Dick Advocaat. La première Coupe du Monde en Afrique restera aussi comme la première remportée par l’Espagne, championne d’Europe en titre, qui imite la prouesse accomplie par la RFA entre 1974 et 1976, grâce à Iniesta en finale, face aux Pays-Bas. l

I

AP/REPORTERS

FRANCE ET 1, ET 2, ET 3-0

JAPON ET CORÉE DU SUD LA RENAISSANCE DE RONALDO

AP/REPORTERS

REPORTERS/AP

1998

Devancés en groupe par les PaysBas, les Diables doivent passer par les barrages face à l’Irlande où Luc Nilis campe le rôle du héros. En France, la campagne des Diables est marquée par 3 nuls dont celui dans la fournaise bordelaise face au Mexique mais aussi par le clash Leekens – Scifo. Loin de ces considérations, la France déjoue les pièges paraguayens, italiens et croates pour se hisser en finale. Et là, face au Brésil, tout se passe comme dans un rêve pour les Bleus portés par Zidane. l

Demi-finales 06/07/2006 Uruguay – Pays-Bas 07/07/2006 Allemagne – Espagne Match pour la 3e place 10/07/2006 Allemagne – Uruguay Finale Soccer City à Johannesburg 11/07/2010 ESPAGNE – Pays-Bas Meilleur buteur Diego FORLAN (Uru), Thomas MÜLLER (All), Wesley SNEIJDER (P-B) et david VILLA (Esp)

2-3 0-1 3-2 ap 1-0

5 buts

la dernière heure - les sports I 27


466. 000LECTEURSPARJOUR 1. 900. 000pagesv uesparj our s i t esparj our 400. 000vi

200. 000

APPLI CATI ONSTÉLÉCHARGÉES SURMOBI LESETTABLETTES

100. 000 ett r èsbi ent ôt . . .l el anc ementde

La

,l amar quepr éf er éeenBel gi quef r anc ophone!

Supdh 20131207 supdh full  

Supplément DH du 7 décembre 2013

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you