Issuu on Google+

tout ce qu’il faut savoir

PARI SPORTIF,

SUPPLÉMENT À LA DERNIÈRE HEURE - LES SPORTS DU 30 OCTOBRE2013


PARI SPORTIF

30 Octobre 2013 I 2

“Nous avons aussi des comptes à rendre” La Commission des Jeux de hasard propose un colloque avec tous les acteurs du secteur du jeu ces 30 et 31 octobre

P

résident de la Commission des Jeux de Hasard, Etienne Marique nous a reçu en compagnie de son expert Marc Callu, à la veille du colloque que la CJH organise ces mercredi et jeudi au Palais d’Egmont avec tous les acteurs du jeu en Belgique, alors que depuis bientôt deux ans, les licences permettant l’organisation de jeux en ligne ont été distribuées. “Nous constatons que depuis l’instauration de

rendre à l’ensemble du secteur. Et nous avon aussi le devoir d’interpeller les pouvoirs exécuti et législatif à ce sujet.” Car, si la Belgique s’est dotée d’un cette légalisation des sites, entre 70 et 80 % des systèmes de contrôle les plu des joueurs ont choisi la voie de la légalité”, pointus en la matière, étant la “Nous entame Etienne Marique. “Cela signifie première à légiférer sur la ca n’avons plus quand même qu’une petite trentaine de nalisation du jeu, force est d ets dg bu les pour cent prennent encore le risque de constater que depuis, le gou pour traquer jouer sur des sites illégaux, basés à vernement ne semble plu les fraudeurs Malte, Gibraltar ou plus loin encore, avec considérer la fraude par le jeu sur le Net” le danger de voir leur gain à jamais perdu.” sur la Toile comme une prio Ce colloque sur les jeux se veut un état rité. des lieux de la situation belge, remise dans le Marc Callu, à ce propos, ne mâch contexte européen. “Nous avons des comptes à pas ses mots : “C’est bien simple, notre ministr de la Justice ne fait rien pour la Commission de Jeux de Hasard. Nous n’avons plus les budget pour traquer les fraudeurs sur le Net. Nous avon conservé des moyens pour faire fonctionner c qui était déjà en place, pas pour développer no activités de contrôle des joueurs. Pourtant, c’es indispensable. Nous savons que des mineur sont inscrits sur les sites mais nous ne pouvon les traquer.” Etienne Marique précise ainsi : “Nous avon


PARI SPORTIF

3 I 30 Octobre 2013

e cas d’une personne qui change de login tous es jours; il en ouvre donc 365 par an ! Et nous ne ommes pas en mesure de croiser ces données avec le Registre national, de réaliser l’historique du joueur ni d’obtenir son âge. D’un point de vue budgétaire, on a sauvé ce qui existait ainsi que es moyens à son entretien.” En Belgique, le jeu sur internet (casinos, pais, salles de jeux online) représente environ 5 % de l’ensemble. “Même ces chiffres-là deraient être vérifiés et affinés. Disons qu’en 2010011, environ 300.000 personnes jouaient sur des ites, par définition illégaux. On a constaté une hausse du nombre de joueurs depuis la légalisaion mais on estime que si 450.000 jouent sur des sites légaux, établis en Belgique et en ordre de licence + (le + pour le fait qu’il s’agit du Net), l en reste environ 100.000 qui prennent le risque de jouer sur des sites illégaux.” Néanmoins, la Belgique est plutôt en pointe en matière d’interdiction de jeu. “Il aut savoir qu’il y a environ 200.000 EPIS (exlude persons informatics system) chez nous : 0.000 en raison de leur profession (policiers, magistrats, etc.), 20.000 interdictions spontanées, 40.000 suite à des décisions judiciaires et 00.000 faisant l’objet d’un règlement de dettes ollectif. À ce titre, on a observé en juillet une hausse des plaintes car un millier de personnes ont signalé qu’elles avaient payé toutes leurs dettes et avaient donc le droit de jouer.” Mais si les personnes interdites de jeux ne essent d’augmenter, leur proportion diminue par rapport au nombre de joueurs insrits sur les sites légaux, en plus forte croisance. Jean Bernard

“Besoin d’une analyse indépendante” Plusieurs points posent actuellement problème vu l’absence des arrêtés royaux d’exécution

T

ant que les arrêtés royaux ne sont pas signés, on reste dans le flou artistique.” Le président Marique et l’expert Callu n’y vont pas par quatre chemins. “En matière de bonus ou de publicité proposés par les opérateurs de jeux, nous ne pouvons délivrer que des avis non contraignants. Heureusement, à l’image de Betfirst.be, nombre d’entre eux nous consultent pour voir ce qui est faisable et légal et ce qui ne l’est pas. Mais si nous pouvions fonctionner dans un cadre légal, avec les moyens dégagés pour cela, la CJH serait plus efficace.” D’autant que depuis 2010, de nouveaux modes de jeu sont apparus. “Sur Facebook, par exemple”, souligne Etienne Marique. “Nous avons vu des gens perdre jusqu’à 12.000 € très vite à des social gaming. Mais sur Fb, ce sont les plus jeunes qui sont aussi visés, selon la Stepping Stone Theory, la théorie de l’escalade; si on les habitue tôt à leur faire jouer un centime, ils joueront gros plus tard. Il s’agit par exemple du jeu du petit lapin. Si tu veux le nourrir, il te faudra acheter la nourriture virtuelle à x euros.”

Mais les responsables du réseau social ne sont pas opposés à la régulation. “Ils sont venus nous trouver à la CJH en nous expliquant ‘c’est à vous de nous dire quel jeu est légal et lequel ne l’est pas et est à interdire’mais pour cela, il faut aussi les autorisations gouvernementales pour que nous puissions agir.” Marc Callu reconnaît pour sa part qu’une analyse indépendante et scientifique devrait se pencher sur les jeux les moins addictifs, et donc les plus adéquats, sur Internet. “Il s’agit objectiver ce qui est nécessaire. Il faut bien comprendre qu’on est actuellement à un carrefour et il reste à y poser un panneau directionnel.” “Je n’ai pas assez de recul pour réaliser une telle étude”, réagit Etienne Marique. “On attend aussi que l’Europe prenne enfin des mesures en matière de jeux online. Ce qu’on a mis en place en Belgique permet qu’en même d’assurer un meilleur contrôle et un plus grand confort de jeu aux joueurs. Le joueur qui porte plainte sait qu’on peut intervenir plus rapidement, puisque les serveurs et opérateurs sont situés en Belgique et connus de nos services.” J. B.

“Les effets pervers d’une éventuelle taxation sur les joueurs” “Ce qui est acquis depuis très longtemps, c’est que l’homme joue, c’est dans sa nature. Il s’agit donc de lui donner la possibilité de jouer. Mais selon des règles et canaux bien définis. La difficulté, pour la Commission des jeux de Hasard, c’est de prendre les tricheurs et joueurs illégaux sur le fait. Ainsi, en réel, des policiers accompagnés de membres de la Commission des Jeux de Hasard ont saisi récemment à Schaerbeek 12.000 € sur table dans une arrière-salle de café où des joueurs pratiquaient le barbout, un jeu de dés ressemblant au crabs.” JEU ET CRIMINALITÉ font hélas bon ménage et sur le Net, il n’en va pas autrement, souvent. “Le résultat brut des jeux sur le Net est de 100 millions d’euros. Le jeu sur internet a donc rapporté 12 millions d’euros l’an dernier, à l’avantage des régions.” “Par contre”, soulignent Marc Callu et Etienne Marique, “une épée de Damoclès pèse : la taxation des joueurs sur Internet. On sait déjà que si les gros joueurs continuent à jouer à l’étranger, sur des sites illégaux, c’est parce qu’ils ont peur des taxes. Or, les gains, dans le réel, ne sont pas taxés; pourquoi donc envisager une telle taxation sur le online ? On risque juste de voir des joueurs qui jouaient en confiance sur les sites légaux se rabattre sur les illégaux, les étrangers. Avec le risque de retomber sur des criminels.” J. B.


PARI SPORTIF

30 Octobre 2013 I 4

BetFIRST séduit le lecteur de la DH fan de foot Vous pouvez parier sur 30 sports différents, dont le tennis et le basket

D

ans le monde des paris sportifs, betFIRST cultive une belle spécificité : c’est en effet l’un des rares opérateurs online de référence à être 100 % belge. Et pour cause : la société Sagevas SA, qui propose les paris sportifs sous le label betFIRST, est une filiale du groupe de presse IPM, éditeur de la DH !

devraient être partenaires de la société de paris du groupe IPM. “Notre stratégie est d’avoir cette double approche, alors que la plupart de nos concurrents n’offrent généralement qu’un seul canal pour effectuer un pari”, relève-t-il encore.

LE FOOT se taille la part du lion. Il représente plus de deux-tiers de l’ensemble des paris. Le foot belge, bien entendu, mais aussi les compétions internationales – les LE PARIEUR TYPE est justement le lecteur de paris sur les Diables Rouges ont été très la DH, qui peut d’ailleurs retrouver quelélevés- et les championnats nationaux, Anques ficelles dans les colonnes de son quogleterre en tête. Sans doute parce qu’il y a tidien préféré. “Notre public cible est le lecde nombreux joueurs belges outre-Manteur de la DH, fan de foot, qui aime de temps che. Le Real, Barcelone, le Bayern Munich, en temps miser 5 ou 10 euros sur un match” le PSG suscitent aussi beaucoup d’intérêt. explique Lionel Lammens, Directeur BusiLe joueur privilégie le pari simple (1-X-2), ness Development. mais aime aussi miser sur des situa“Le parieur aime le côté ludique tions de match (qui mènera au et social de la chose. Parier, ce score à la mi-temps, par exembetFIRST n’est pas simplement attenple), voire à parier “en LIVE” est l’un des rares dre que des numéros tomen fonction de l’évolution bent”. Il peut en discuter du match (possible via pc, opérateurs online avec ses copains, et ne smartphone et tablette). de référence manquera pas d’en parler autour de lui lorsqu’il LA PALETTE DE PARIS proà être aura fait le bon choix. posés est très large : c’est Et comme la probabilité 10.000 paris différents par 100 % belge ! de gagner est assez imporsemaine, et pas uniquement tante… dans le foot. Le tennis, mais “Nous redistribuons en moyenne aussi le basket – belge et amérientre 80 et 90 % des mises”, souligne Lionel cain- attirent pas mal de paris. De même Lammens, rappelant que la proportion est que le… hockey sur glace. bien plus faible pour les produits de la LoSurtout, le parieur ne doit pas craindre terie Nationale (de l’ordre de 50 %). de se faire rouler dans la farine : si les “Les paris sportifs sont parmi les jeux de matchs truqués ne relèvent pas forcément hasard qui sont les moins addictifs. Si vous du phantasme, betFIRST n’a rien détecté jouez le mardi pour un match qui a lieu le sade délictueux en plus de deux années medi, vous attendrez d’abord le résultat de ce d’existence : “Il existe une cellule de contrôle match avant de rejouer”. qui suit tous les mouvements de paris. Nous Comment se comportent les parieurs ? n’avons pas détecté jusqu’à présent le moin“Le parieur qui joue via le site internet prend dre soupçon de match truqué. En général les généralement le temps de comparer. Une sestricheurs ne jouent pas sur les sites des opérasion peut d’ailleurs facilement durer entre 10 teurs régulés européens, très contrôlés, mais et 15 minutes”, explique Lionel Lammens. plutôt sur des sites basés en Asie”. Le parieur peut également se rendre Autant d’atouts qui doivent permettre à dans une librairie ou une agence spécialibetFIRST de tripler son chiffre d’affaires sée proposant les paris de betFIRST. D’ici la sur l’année 2013 ! fin de l’année, plus de 200 points de vente P.D.-D.


5 I 30 Octobre 2013

PARI SPORTIF

“Bien me renseigner sur les équipes” Benoît Peeters est notre confrère spécialisé dans les paris. Nous lui avons demandé quelques conseils pour parier en toute connaissance de cause. S’il n’a malheureusement pas la recette pour gagner à tous les coups, il a celles pour éviter les catastrophes. Pour Benoît Peeters, qui distille ses conseils dans la DH et est aussi un joueur en ligne, “l’astuce principale consiste à bien me renseigner sur les équipes en présence et a réaliser une petite étude statistique : quel a été leur parcours les dernières semaines, y a-t-il des blessés, des suspendus, quelles sont les performances à domicile, à l’extérieur, encaissent-elles beaucoup de buts, marquent-elles comme à l’entraînement… Ensuite, il s’agit de trouver le juste milieu entre performance d’une équipe et sa cote affichée sur le site; l’intérêt étant de trouver la cote la plus intéressante pour une équipe la plus performante possible”. Quitte à faire l’impasse et ne pas parier si la combinaison semble trop peu intéressante ou trop risquée. “Autre conseil, il vaut mieux privilégier les combinaisons (paris sur au moins deux matches) que les paris sur une seule rencontre; ce dernier étant beaucoup plus addictif. On y dépense beaucoup plus car on va plus facilement jouer 100 € s’il y a une cote à 1,5. Si on loupe son coup, on va vouloir se refaire, et cela enclenche un mécanisme infernal. Avec une combinaison, on misera petit – quelques euros à peine – mais le gain éventuel est plus important. La perte, elle, sera plus supportable. En plus, la combinaison peut porter sur des matches qui ont lieu à quelques jours d’intervalle, donc pas d’envie de rejouer immédiatement.” Gros joueur à un moment donné, Benoît Peeters a aussi tenu à se faire interdire de jeu. “Cela a duré six mois. Cela m’a permis de réfléchir à ma façon de jouer et désormais, je ne prendrais plus les risques que je prenais à l’époque. Je pense que j’étais interdit de jeu juste sur le site de paris en ligne en question.” Etienne Marique, président de la Commission des Jeux de Hasard, dément : “Un joueur qui décide spontanément de se faire exclure, l’est non seulement sur le site Internet où il jouait mais également pour tous les sites ainsi que les casinos et salles de jeux réels, et ce pour toute la durée de l’interdiction.” “Enfin”, conclut Benoît Peeters, “je dois avouer que mon bilan général est négatif mais en ne jouant désormais que quelques euros à la fois, je n’ai pas l’envie, à tout bout de champ, de me refaire. Cela reste un amusement, pas une drogue.” Jean Bernard


PARI SPORTIF

Pourquoi jouer

30 Octobre 2013 I 6

coin de l’œil par les serveurs de la Commission qui limite les pertes horaires maximums (va riables en fonction des jeux de hasard). Il y a donc toutes les raisons du monde d privilégier les sites de paris sportifs légau (seuls habilités d’ailleurs à afficher la mention “Site de paris en ligne autorisé sous l’égide d la Commission des Jeux de Hasard belge”). Les sites illégaux sont quant à eux sur un liste noire : il y a en a actuellement une septan taine, mis à l’index car ils proposent des jeu Privilégiez les sites légaux, sous peine de vous exposer de hasard ou des paris sportifs sans avoir ob tenu la licence indispensable. Leur liste com à des amendes plète se trouve sur le site de la Commission (www.gamingcommission.be). l fut un temps où le monde des paris dont le site BetFIRST. be, qui fut même le preDites-vous, pour faire simple, que cela sen sportifs en ligne était une véritable junmier en Belgique à obtenir le feu vert de la CJH l’oignon si l’adresse du site se termine par gle. en décembre 2011. com (les sites légaux ont tous une adresse s Et pour cause : n’importe qui pouvait La CJH veille au grain et soutient tout terminant par. be). du jour au lendemain investir le terd’abord une approche responsable des jeux de Surtout, aller jouer ou parier sur un site illé rain et proposer aux Belges de parier hasard et des paris sportifs : pour pougal n’est pas sans danger, au-delà de l sur des événements sportifs via des sites hébervoir jouer en ligne, il faut tout crainte de tomber sur un site qu Le gés dans des contrées exotiques, au-delà de d’abord s’inscrire. ne respecte pas les règles. Certes joueur est tout contrôle. Il n’était pas rare qu’un joueur Et ne peut s’inscrire qui veut : il dès qu’un site se retrouve sur l extrêmement soit pigeonné, sans réelle possibilité de récupéfaut par exemple avoir 18 ans liste noire, une demande d protégé, y compris rer ses gains. pour être autorisé à effectuer des blocage est transmise par l contre paris sportifs sur un site internet. Commission auprès des opéra LE LÉGISLATEUR et la Commission des Jeux de Et pas moyen de tricher sur son teurs. Cela peut prendre un peu lui-même hasard ont depuis lors remis de l’ordre dans âge : c’est via votre numéro de regisde temps. cet univers, en s’appuyant sur la loi du 1er fétre national que l’inscription sera validée. Toujours est-il que jouer ou parie vrier 2010, entrée en vigueur le 1er janvier 2011. sur un site illégal – peu importe qu’il se trouv Il n’est donc plus question de faire tout et L’AUTRE GROS AVANTAGE , c’est que toutes les indéjà ou non sur la liste noire – n’est pas san n’importe quoi ! formations concernant les paris sportifs effecdanger, dans tous les sens du terme. Il est en ef Désormais, les paris sportifs en ligne sont tués sur les sites légaux sont stockées sur un fet interdit à quiconque de participer à un jeu clairement réglementés et dûment encadrés : serveur basé en Belgique, et non à Malte, à Gide hasard illégal. La loi est d’ailleurs claire à c miser sur le résultat d’un match de votre braltar, ou au-delà des océans. sujet : les joueurs peuvent être soumis à un équipe favorite se fait en toute transparence et En cas de contestation ou de gros problème, amende pouvant varier de 26 euros à 25.000 sans crainte d’être arnaqué, pour autant que la justice belge peut accéder aux données stoceuros. Franchement, pourquoi jouer avec l vous optiez pour les sites légaux répertoriés kées sur ce serveur. feu ? par la Commission des Jeux de hasard (CJH), Bref, : lorsqu’il joue en ligne, il est suivi du P.D.-D

avec le feu ?

I


PARI SPORTIF

7 I 30 Octobre 2013

Quelques clics pour s’inscrire Devenir membre de la communauté BetFIRST est simple comme bonjour

V

ous pensez sans doute, comme moi, que se lancer sur les paris sportifs en ligne est long et compliqué. L’expérience montre que quelques clics permettent de se lancer dans la grande aventure. Pour s’inscrire sur le site BetFIRST. be par xemple, il suffit de cliquer sur l’icône… s’insrire. Là, vous devez vous identifier – vous avez besoin de votre numéro de registre national, qui permettra au système de s’assurer que vous avez bien 18 ans ou plus- et, surtout, trouver un pseudonyme.

CELA A ÉTÉ LE PLUS DUR : n’étant pas vraiment le premier à m’inscrire, j’ai donc dû faire preuve d’imagination après quelques refus. Poipoine, ’est moi ! Ensuite, pour jouer, il faut quand même quelques thunes sur le compte. C’est l’étape suivante. l y a plusieurs possibilités. J’ai opté pour l’alimentation du compte joueur via Bancontact/ Mister Cash. Là encore, c’est tout simple : vous choisissez le montant que vous souhaitez transférer (de 10 à .000 euros) et introduisez votre numéro de arte bancaire (n’oubliez pas, comme moi, d’insrire le petit chiffre solitaire esseulé tout à droite). Vous êtes alors transféré vers le site sécurisé de votre banque : il faut donc avoir, aussi, le digipass sous la main. La transaction est quasiment nstantanée : quelques instants plus tard, les 0 euros arrivaient à bon compte. Vous voilà donc fin prêt pour effectuer votre premier pari. Là encore, le site va vous prendre par la main pour vous aider à faire vos premiers pas grâce à l’icône “Comment placer votre 1er pari”. Utile.

VOUS IREZ SANS DOUTE surfer un peu partout à la découverte des différentes possibilités de paris : plus vous combinez de pronostics, plus le gain potentiel peut être élevé. Le guide du parieur ous explique tout cela en long et en large. Moi, j’ai commencé petit en misant 2 malheueux euros sur un match de 2ème division anglaise : Yeovil-Brighton&Hove Albion, déçu qu’une victoire de mon club favori ne me rapporte que le double de la mise mais heureux de onstater que les Seagulls sont favoris malgré un début de saison catastrophique. Mal m’en a pris : ’ai pas gagné. Si Brighton gagne cette fois conre Watford, je vais multiplier ma mise par 2,5 ! Chouette ! Dès que le pari est enregistré, vous recevez un ms ou un mail de confirmation. Il ne reste plus qu’à croiser les doigts. Sans doute serez-vous plus tenté par un pari ur votre équipe belge favorite ou sur un club nglais abritant les Kompany, Fellaini, Lukaku, Benteke et autre Mignolet. Les grosses surprises peuvent rapporter gros : de 11 à 12 fois la mise, ce week-end-là, si Hazard et Chelsea devaient perdre contre Cardiff de ce… diable de Bellamy. Cela me donne déjà envie d’être infidèle aux eagulls ! P.D.-D.

Vous pouvez aussi parier en librairie Vous pouvez également parier via des bornes ou des pc BetFIRST installées dans les librairies, notamment, après avoir acheté justement la DH. Vous retrouvez sur la borne toutes les fonctionnalités que vous pouvez découvrir sur le site internet. Pour la mise, rien de plus simple : vous pouvez miser à partir de 1 euro le pari (fort judicieusement, l’appareil accepte les pièces de 1 euro). Vous pouvez également glisser des billets dans l’appareil. Après avoir effectué votre pari, vous recevrez un ticket qui vaudra preuve. P.D.-D. Vice-Président du conseil d’administration : Patrice le Hodey. Administrateur délégué et éditeur responsable : François le Hodey. Directeur général : Denis Pierrard. Rédacteur en chef : Ralph Vankrinkelveldt. Rédaction : Rue des Francs, 79 - 1040 Bruxelles. Crédit photos : Belga - Reporters - PhotoNews.


VI VEZLE SPORTPLUSI NTENSÉMENT

P ARI E ZSURBE T F I RST . BE

60€

DEP ARI S

OF F E RT S

L ESI T EDEPARI SSPORT I F S NUMÉRO1ENBEL GI QUE WWW. BET F I RST . BE * Of f r er éser véeauxnouveauxj oueur s.Tousl esdét ai l ssur www. bet f i r st . be/ pr omot i ons/ par i sgr at ui t s Aut or i séparl a Commi ssi ondeJeuxdeHasar dBel ge

JOUERCOMPORTEDESRI SQUES: endet t ement ,i sol ement ,dépendance Fai t esvousai derparSOSJEUXau0800/ 35. 777( appelgr at ui t24H24,7J7)oubi ensurwww. cl i ni queduj eu. be

Jeu Responsabl e

18


Supdh 20131030 supdh full