Issuu on Google+

ENGOUEMENT EN BELGIQUE 7 PAGES PHOTOS

POSTER STEVEN DEFOUR

DINGUE DES DIABLES !

Au cœur des

Diables N° spécial

UNE SEMAINE AVEC LES

HÉROS N° 5 MAGAZINE GRATUIT MARDI 10 SEPTEMBRE 2013

BELGACOM, SPONSOR DES DIABLES DEPUIS 20 ANS


LA SEMAINE DIABOLIQUE

LUNDI 2 SEPTEMBRE

Ü ÉDITO Benoît Delhauteur

Quand Mirallas séquestre Lukaku

LA DÉFENSE DE WILMOTS

Même s’il lui rend une bonne vingtaine de centimètres et au moins autant de kilos, Kevin Mirallas est capable de sortir vainqueur d’un rapport de force avec Romelu Lukaku pour le convaincre de le rejoindre à Everton. “Une fois que j’ai appris qu’il y avait des contacts entre Everton et Romelu, je me suis mis au travail. Je l’ai rejoint dans sa chambre d’hôtel et ne l’ai pas quitté avant qu’il signe”, lance le Liégeois aussi efficace devant le but qu’habile en négociations.

MERCREDI 4 SEPTEMBRE

Le Grand Jojo à Glasgow

VENDREDI 6 SEPTEMBRE

La drache nationale ressemble à une simple ondée à côté de ce qui tombe sur Glasgow durant le match. Mais Marc Wilmots est imperméable. Même une fois la victoire en poche, il refuse de parader. “On fumera un gros cigare en cas de qualification, mais ce n’est pas pour maintenant.” Mais il n’y a pas de fumée sans feu…

BELGA

4

supporters, retour sur l’actu brûlante des Diables. 4 Reportage De Bruxelles à Glasgow, six jours dans les pas des Diables Rouges. 12 Événement Retrouvez les plus belles photos des soirées de la retransmission du match sur écran géant à Mons, Charleroi, Liège et Namur. + Posters Steven Defour et les héros de Hampden.

02/744.44.55

NUMÉRO GÉNÉRAL Administrateur délégué et éditeur responsable François le Hodey Directeur général Denis Pierrard Rédacteur en chef Ralph Vankrinkelveldt Responsable du magazine Benoît Delhauteur Responsable rédaction sportive Philippe Lacourt Mise en pages IPM Press Print Direction, administration, rédaction rue des Francs, 79 1040 Bruxelles Fax > (02) 211.28.70. Publicité IPM Advertising > (02) 211.29.59 Abonnements > (02) 744.44.55.Fax > (02) 744.45.55. E-mail > dh.foot@dh.be Internet > www.dh.be Crédits Une Belga Magazine gratuit avec la DH du 10 septembre 2013. Ne peut être vendu séparément.

I

la dernière heure - les sports

PHOTO NEWS

Wilmots n’a pas le cigare

2 La semaine diabolique y De Wilmots aux

2 I

De nombreux supporters belges sont déjà présents dans la capitale écossaise. Au point que dans un disco bar, on a pu y entendre… le Grand Jojo. Pas en personne, mais via un DJ sans doute bien rencardé. “E Viva Mexico, enlevez les sombrerooooos.” Voilà qui fait assez décalé dans le froid pinçant de Glasgow.

SAMEDI 7 SEPTEMBRE Muscles from Brussels Plutôt que d’enfoncer les siens, la presse écossaise met en avant la performance des Diables, rebaptisés par le Scottish Sun “Muscles from Brussels”. Roi des bons mots, Gordon Strachan s’interroge : “Que peut on faire génétiquement pour avoir une génération comme les Belges ? La Belgique est l’une des meilleures équipes internationales que j’ai jamais vues ou affrontées. Cela faisait mal de se prendre tellement de gifles.” Il n’y a plus qu’à espérer que la boîte à claques soit encore de sortie en Croatie…

BELGA

SOMMAIRE

Après un match des Diables en déplacement, les journalistes belges ont une habitude : se retrouver au bar de l’hôtel pour débriefer le match, comme on dit. Qui a été bon ? Qui a été mauvais ? Wilmots a-til fait les bons choix ? S’il n’y avait pas unanimité sur la prestation de Defour – nous, nous l’avons trouvé bon –, personne n’a trouvé à redire sur le onze choisi par le sélectionneur, ni sur ses changements. Durant cette campagne, Wilmots a plusieurs fois fait des choix aussi surprenants que payants. La décision de poster Axel Witsel au poste de numéro six était un vrai de coup de maître. Pourtant, certains observateurs ne sont pas encore totalement convaincus par Wilmots. Lors du débrief des journaleux, entre deux pints, une question est arrivée sur le tapis : avec ces joueurs-là, les sélectionneurs précédents auraient-ils fait aussi bien ? Anthuenis ? Peut-être que oui. Vandereycken ? non. Advocaat ? Sans doute. Leekens ? Difficile à dire. Poser la question, c’est un peu diminuer les mérites de Wilmots ? Sa griffe, on la voit essentiellement dans la rigueur défensive. Sous l’ère de Monsieur 90 %, les bévues des arrières étaient communes. Durant cette campagne, elles ont été très rares. Donc, oui, ça ne fait pas de doute: il faut prolonger Marc Wilmots. Nous sommes simplement un peu plus sceptiques sur le timing des négociations et du nouveau contrat. Pourquoi est-il si urgent de faire prolonger le coach ? L’Union belge craint peut-être qu’après la qualification, son nouveau statut de héros national ne le rende encore plus cher…


BELGACOM, SPONSOR DES DIABLES DEPUIS 20 ANS

J – 275

MARDI 3 SEPTEMBRE

BELGA

Belge le plus suivi sur Twitter, Eden Hazard a servi de professeur de luxe à Marc Wilmots qui va lui aussi se mettre aux gazouillis. Pourquoi faire au juste ? “Quand on dira des bêtises sur mes joueurs ou mon équipe, je pourrai directement rectifier et dire la vérité. Cela permettra aussi aux supporters de me parler. On sélectionnera les bonnes questions et j’y répondrai. Vous avez vu comme je deviens moderne ?” Plus de 3.000 personnes le suivent déjà…

JEUDI 5 SEPTEMBRE

Les Diablotins en imposent aussi Le jour où Gordon Strachan s’extasie devant les Diables, déclarant en conférence de presse “qu’autant de talents ensemble dans une équipe, cela n’arrive qu’une fois dans une vie”, les Diablotins démontrent que le sélectionneur écossais se trompe. En Italie, les hommes de Johan Walem s’imposent 3-1 avec un doublé de Yannick Ferreira Carrasco, également passeur décisif pour Junior Malanda.

“Bravo Marouane ! Un compatriote qui va bien, ça me rend heureux. Mais attention, je peux être un voisin bruyant !” Vincent Kompany félicite Fellaini de passer à Manchester United, le grand rival de City

6 BELGA

Jeudi, les Diables seront au pire sixièmes au classement Fifa. Un record de plus pour la bande à Wilmots qui peut même espérer être tête de série pour le tirage au sort de la phase de groupes du Mondial…

Ü LE CAIPIRINHA

SANTOS

Wilmots débarque sur Twitter

PENDANT CE TEMPS­LÀ, AU BRÉSIL…

SANTOS TIENT DÉJÀ SON NOUVEAU NEYMAR Santos s’est bien rempli les poches cet été en vendant Neymar au Barça. Et le club de São Paulo n’a pas pleuré sa star longtemps, puisqu’il lui a déjà trouvé un successeur ! Il s’appelle Neilton, a 19 ans et la ressemblance avec Neymar est frappante. Même crête mais surtout même style, même dribbles et mêmes accélérations. Santos tient une nouvelle pépite et au Brésil, le talent se paie. Les négociations sont ardues avec l’entourage du joueur pour déjà lui offrir un nouveau contrat. Bien sûr, il va resigner. Mais Santos devra mettre un bon paquet de reais sur la table. Pas grave : ils finiront bien par rentabiliser leur investissement en le vendant bien cher en Europe…

D

DIMANCHE 8 SEPTEMBRE À 4.000 en Croatie ?

Ils étaient plus de 8.000 en Écosse, combien seront-ils en Croatie ? La Fédération belge a demandé à son homologue 4.000 billets. Plus de 1.000 ont déjà été vendus. Un nouvel exode se prépare…

LE TWEET “Quel match ! Quelle équipe ! Quels supporters! J’ai regardé le match de la Belgique ce soir. Quel groupe talentueux de jeunes joueurs ils ont! Ce n’est jamais facile de battre l’Écosse chez elle. Surtout sans Kompany et Hazard”

PHOTO NEWS

Joey Barton, le rugueux médian anglais tombé sous le charme des Diables

la dernière heure - les sports I

I 3


REPORTAGE

Six jours sur la route du Brésil

Vendredi dernier, les Diables ont fait un pas de géant vers le Brésil. Une fois encore, la réussite a été au rendez­vous. Mais ce n’est pas qu’une question de talent. Il y a aussi l’état d’esprit. C’est peut­être un cliché mais oui, ces joueurs forment une vraie bande de potes, à qui tout semble réussir. Pendant cette semaine capitale pour le football belge, nous nous sommes plongés dans le quotidien de la sélection. Le temps de mieux comprendre les liens qui unissent les Diables et, aussi, la structure hyper professionnelle qui les entoure. Ils sont peut­être gâtés, mais ils nous le rendent bien…

CARNET DE BORD

AFP

À BRUXELLES ET ENVOYÉS SPÉCIAUX À GLASGOW CHRISTOPHE FRANKEN, BENOÎT DELHAUTEUR ET YVES TAILDEMAN

4 I

I

la dernière heure - les sports


BELGACOM, SPONSOR DES DIABLES DEPUIS 20 ANS

De haut(s) vol(s) C’est le jour du grand rassemblement. Pas facile d’être à l’heure. Pour certains, il faudra déjà être à l’aéroport à 6h du mat…

02/09/2013

Lundi

C

x Eden Hazard arrive à l’hôtel pour le rendez-vous de la sélection. Il ne manquera qu’un Diable au rendez-vous : Marouane Fellaini. (PHOTO NEWS)

DES DIABLES ET DES PINTES Lundi, plusieurs Diables sont allés tourner la vidéo de récompense pour le sixième défi des Diables. Le but : surprendre des supporters qui avaient participé à l’action en débarquant chez eux ! Le résultat était amusant, tant pour les fans que pour les joueurs. Pendant que Chadli et Hazard rendent visite à une famille, notamment pour y faire la vaisselle, Mignolet et Lukaku débarquent dans un café de Sint-Pieters-Leeuw. Ils font la causette avec quelques piliers de comptoir et servent même quelques bières. Ni trop de mousse, ni trop peu : Mignolet est doué. “Pas trop mal, hein ? Qui en reprend une ?” Le jour où les Diables et Liverpool seront loin derrière lui, Simon pourra toujours ouvrir un café… l

MOZKITO

’est le jour de rassemblement des Diables. Les joueurs arrivent des quatre coins de l’Europe pour rejoindre l’hôtel Crowne Plaza de Diegem, à un jet de ballon de l’aéroport de Zaventem. Pour Nicolas Cornu, team manager, c’est toujours un moment stressant. “J’ai réglé tous les vols à l’avance, mais je suis toujours content de les voir débarquer”, sourit-il. “Ils débarquent au comptegouttes. Un bus de l’hôtel va les chercher à la sortie de l’aéroport et les amène.” Seul un joueur manque à l’appel lundi : Marouane Fellaini obtient une journée de congé pour régler son transfert à Manchester United. “On a donc dû annuler le billet d’avion. Heureusement, c’est Manchester qui s’est occupé de le rapatrier le lendemain, comme promis au sélectionneur. Il avait le droit de reprendre le vol de 10h au départ de Manchester, mais son club l’a mis dans celui de 7h40 du matin !” Nicolas Cornu est souvent en contact avec les joueurs une fois que Marc Wilmots a dévoilé sa sélection. “Je les appelle pour connaître leur programme du week-end. De là, je regarde les vols disponibles et je leur propose plusieurs possibilités. Le pire, c’est quand ils jouent le dimanche. Cela laisse peu de temps pour revenir en Belgique.” Les plus compliqués à rapatrier sont les joueurs du Zenit. “Il faut toujours faire une escale en venant de Saint-Pétersbourg. Cela oblige Axel Witsel et Nicolas Lombaerts à partir très tôt le matin. Heureusement, ils prennent parfois le jet privé du club. Plus étonnamment, ce n’est pas simple de revenir de Porto non plus. Steven Defour doit aussi faire une escale.” Au retour, c’est la même rengaine qui reprendra. “La contrainte supplémentaire pour le retour, c’est que les clubs sont très exigeants. Si un entraîneur dit : Mon joueur doit être de retour à telle heure, il vaut mieux respecter sa volonté. Et quand il y a une blessure, comme pour Jan Vertonghen avant le match amical contre la France en août dernier, on le fait rentrer dans son club dès que possible. L’habitude est là maintenant. La confiance aussi. Tout se passe assez bien.” Même avec Chelsea qui, en plus d’être pointilleux sur les horaires, suit en ce début de semaine de très près l’évolution de la blessure d’Eden Hazard. l

la dernière heure - les sports I

I 5


REPORTAGE

Looking for Marouane Au petit déj, les Diables ne parlent que d’une chose : le transfert de Fellaini à Manchester United, acté la veille à la dernière minute du mercato. La presse est elle aussi en émoi…

J

03/09/2013

Mardi

our 2 chez les Diables. Marouane Fellaini a signé à Manchester United la veille, à… 23h59. C’est un événement et au petit déjeuner, les joueurs ne parlent que de ça. “On a suivi ça comme on pouvait à distance depuis notre chambre d’hôtel”, expliquent-ils. Ils sont tous impatients de le revoir, mais le milieu de terrain dort après avoir passé une nuit blanche. Il n’a pas croisé ses équipiers à l’hôtel le matin. Il ne les verra que l’après-midi et recueillera de nombreuses félicitations. La presse aurait aussi aimé croiser le nouveau double Red Devil. Plusieurs journalistes mettent la pression à Stefaan Van Loock, le responsable de la communication. “Demande à Wilmots si on peut le voir à l’hôtel l’après-midi quand il est réveillé”, propose un scribouillard francophone. “Tu te rends bien compte qu’on doit avoir ses impressions”, ajoute un plumitif néerlandophone. Stefaan Van Loock n’aura même pas le temps de poser la question au sélectionneur : Marc Wilmots met fin aux espoirs des journalistes en conférence de presse juste après l’entraînement matinal. “Voir Marouane aujourd’hui ? Ça, c’est non. Par contre, je vous promets que je vais tout faire pour qu’il vienne vous parler mercredi, même s’il est fatigué.” Le coach fédéral a tenu parole : Marouane Fellaini sera bien là le lendemain pour répondre aux nombreuses questions. En attendant le Mancunien, la presse belge cuisine tous ses équipiers sur ce transfert. Et elle parviendra à bien faire rigoler Sébastien Pocognoli. Alors qu’il répondait aux questions, il s’est arrêté en entendant la sonnerie bruyante d’un GSM reproduisant un tube d’Eminen. “C’est qui ?”, interroge-t-il en regardant les journalistes les plus jeunes avant de se rendre compte que c’est le doyen de le presse écrite néerlandophone qui recevait cet appel. “Toi t’écoutes Eminen ?” se marre le défenseur d’Hanovre. l

6 I

I

la dernière heure - les sports

LA FOLLE NUIT DE FELLAINI Lundi soir: le sprint a commencé. Il ne reste plus que quelques heures avant la clôture du mercato. Pour Lukaku, tout s’accélère après l’entraînement des Diables. C’est depuis son hôtel qu’il suit le feuilleton de son transfert, sans presque jamais quitter son téléphone. Car West Bromwich, son ancien club, fait le forcing. Mais ce sera bien Everton. La soirée est folle. Mais pas autant que pour Marouane Fellaini, qui a disputé un véritable contre-la-montre, dont voici les étapes. 21h00 > Marouane quitte Finch Farm, le centre d’entraînement d’Everton. Il vient d’y passer une heure. C’est le temps qui a été nécessaire pour faire entendre raison à son manager, Roberto Martinez, et à ses dirigeants. Les discussions ont été vives, mais le Diable a gagné son bras de fer… non sans avoir abandonné de nombreuses primes au passage. 23h30 > Fellaini reçoit le coup de fil qu’il attendait depuis si longtemps. Les deux clubs ont enfin un accord sur la somme, à 32 millions d’euros. Maintenant, c’est une autre épreuve

qui commence. Il faut que tous les documents soient signés par les trois parties et envoyés à temps à la Fédération anglaise. Le Diable le fait à distance. 23h59 > Ouf ! Tout est réglé. À une minute près, le transfert capotait. Heureux comme un gamin, il doit maintenant se rendre à Carrington, le centre d’entraînement et QG de ManU, qui n’est qu’à quelques kilomètres de son domicile. Marouane vit en effet depuis l’an dernier à Manchester. 03h00 > Le néo-Red Devil fait sa première interview, pour la télévision du club. Il fait les photos d’usage avec David Moyes et son nouveau maillot, puis file vers l’hôpital pour passer les tests médicaux. Ceux-ci durent deux bonnes heures. 05h15 > Marouane quitte l’hôpital et repasse en vitesse chez lui pour faire ses bagages et file à l’aéroport, où il doit prendre le vol programmé à 7h40. Il arrive à le prendre, mais il s’en est fallu de peu. 09h30 > Fellaini arrive à l’hôtel des Diables, le Crown Plaza à Diegem. Il est temps de dormir un peu… l

x Pas d’entraînement aujourd’hui pour Marouane, la star du jour, qui a des arguments très valables pour expliquer ses petits yeux… (BELGA)


BELGACOM, SPONSOR DES DIABLES DEPUIS 20 ANS

Parfois, les journées sont longues pour les Diables. C’est dans ces moments­là que l’absence de certains se fait presque pesante…

L

a veille du départ pour Glasgow était une très longue journée. La raison ? L’entraînement n’a lieu qu’à 17 h. La séance du matin n’a pas pu avoir lieu. Le stade Roi Baudouin n’était en effet pas libre : les préparations du Mémorial Ivo Van Damme s’y tenaient. Et à Anderlecht, John van den Brom avait déjà fixé son entraînement en matinée... Que fait un Diable pour tuer le temps ? Ne pas se lever trop tôt. Sous Wilmots, l’heure du petit-déjeuner est variable. Et puisqu’il n’y a pas de départ à l’entraînement, certains joueurs restent plus longtemps au lit. Les spécialistes ne cessent de le dire : la récupération et le repos sont cruciaux pour un sportif. Mais ne pas bouger pendant toute une journée, c’est impossible pour un Diable Rouge. Chacun d’eux, ou presque, travaille en salle de musculation, sans trop forcer. Le plus fervent de la bande s’appelle Timmy Simons. Il profite de chaque moment de temps libre pour faire de la course à pied. À 13 h, le repas est au programme. Comme toujours, Flamands et francophones sont mélangés. Cela fait longtemps qu’il n’y a plus de clan, ni de communautarisme, chez les Diables. Zakaria Bakkali commence à se sentir vraiment à l’aise au sein du groupe. Mais un homme manque fortement aux autres: Jean-François Gillet.

Mercredi

L’ombre de JF Gillet

04/09/2013

t la veille du départ pour Glasgow. Marc Wilmots a-t-il senti un peu de lassitude au sein groupe en cette longue journée? Comme souvent, il prend la parole devant tout de pour mettre les choses au clair. Pendant l’entraînement, les joueurs se lâchent. u et Mertens régalent avec quelques très belles reprises acrobatiques.(PHOTO NEWS)

Après le repas, une sieste est au menu. Puis, à 16h25, le car part vers Neerpede. Sur le Ring, quelques bouchons et donc un léger retard. À 16h55, la famille des Diables arrive au centre d’entraînement d’Anderlecht. Hazard, Chadli, Vertonghen et Witsel s’entraînent, mais les trois premiers ont encore mal. Ils sont incertains pour le match en Écosse. Les autres s’amusent dans le soleil. Les belles actions se succèdent. Lukaku et Mertens réalisent de jolis rétros. 20 h. Les Diables se mettent tous à table pour leur dernier repas. Puis ils passent chacun à leur tour chez le staff médical pour le massage obligatoire avant le sommeil. À 23h30, ils doivent être au lit. La longue journée assez monotone est terminée. Demain, ils partent enfin pour Glasgow. l

COUVRE­ FEU À 23H30 Il est absent à cause de la lourde suspension (43 mois) infligée par la Fédération italienne. Gillet était celui qui, plus que les autres, mettait de l’ambiance dans le groupe. Avec son grand pote Laurent Ciman, il multipliait les blagues. Plusieurs joueurs lui envoient régulièrement un message. Casteels est un remplaçant très valable sur le terrain, mais en dehors, l’absence de Gillet fait mal. Même Ciman semble plus silencieux que d’habitude.

la dernière heure - les sports I

I 7


REPORTAGE

Une tonne de matos C’est le grand départ, qui exige un gros effort logistique. Tout est prévu, même des chaussures de foot de rechange pour les distraits… À Glasgow, les Diables sont déjà très attendus

E

05/09/2013

Jeudi

nfin, le jour du départ ! 24 joueurs et presque autant de membres du staff prennent l’avion pour la capitale écossaise. Dans les bagages : 1,2 tonne de matériel. Autant pour deux jours ? Eh! oui. Heureusement qu’il ne faut pas, comme dans les compagnies low cost, payer les bagages au poids ! Les coffres contiennent surtout du matériel médical. Chaque masseur, chaque médecin, chaque kinésithérapeute transporte un coffre avec des propres outils de travail. Cinq tables de massage ont ainsi fait le voyage. Il y a, aussi, des équipements assez encombrants. Pour chaque joueur, six maillots sont prévus : trois rouges et trois noirs, plus des trainings et des anoraks. Les Belges évolueront en rouge, avec des bas noirs. Également du voyage : une machine de flocage, avec laquelle les numéros seront apposés sur les maillots. Le cuisinier, lui, est déjà sur place. Tous les ingrédients pour ses repas ont été achetés sur place, en Écosse. Ce n’est pas toujours le cas. Les joueurs n’ont que leur propre petite valise à porter, ou plutôt à faire rouler. Ils ont choisi eux-mêmes le type de chaussures avec lequel ils joueront. Mais les responsables du matériel remplissent toujours un coffre avec des chaussures de réserve, au cas où l’un ou l’autre joueur distrait aurait oublié les siennes. Le voyage vers l’Écosse ne dure qu’une heure et demie. Arrivés sur place, ce sont surtout les responsables du matériel qui travaillent. Les joueurs, eux, sont soignés comme des princes. Mais vu leur popularité, il est impossible qu’ils se promènent vers le car sans être interpellés. Ils prennent le temps de donner des autographes et de poser pour des photos. Il y a déjà pas mal de monde pour les accueillir à l’aéroport. Surtout des supporters belges. Comme le veut la tradition, Marc Wilmots s’assied au premier rang du car, à côté du kiné Lieven Maesschalck. Après un repas et une sieste au Hilton, les Diables s’entraînent au Scotlands National Stadium, plus communément Hampden Park.

VERTONGHEN ET WILMOTS TROP MALINS POUR LA PRESSE BRITISH Jan Vertonghen, Daniel Van Buyten et Marc Wilmots rejoignent le stade en mini-van une heure avant les autres. Big Dan et le sélectionneur passent le temps en ressassant les vieux

8 I

I

la dernière heure - les sports

souvenirs : ils avaient tous les deux marqué à Glasgow 12 ans plus tôt, lors d’un match mémorable (2-2). Avant de rencontrer la presse belge, les deux joueurs et le coach sont invités à s’exprimer devant la presse locale dans un cadre plus formel. La presse tabloïd essaie par tous les moyens de leur faire dire l’une ou l’autre phrase choc qu’elle pourrait utiliser en titre. Elle pousse les Belges à se montrer hautains, comme les Croates en juin dernier. Mais personne ne tombe dans le piège. Un journaliste demande à Wilmots : “Est-ce l’équipe écossaise la plus faible que vous ayez déjà affrontée ?” Le coach répond : “C’est une équipe qui va nous faire souffrir.” Vertonghen, lui, s’était fait piéger l’an dernier à Wembley, juste avant sa signature à Tottenham. On ne l’y reprendra plus. Il décide de caresser les Écossais dans le sens du poil. “Je ne sais pas ce que vous avez fait, les gars,

mais avec des joueurs comme ceux-là, l’Écosse peut faire de bonnes choses.” Malin. À l’heure de sortir du tunnel pour découvrir Hampden Park, les Diables ont une bonne surprise : quelque 200 supporters belges les y accueillent. D’ordinaire, ses séances d’avantmatch sont soit à huis clos, soit seulement ouvertes à la presse. Mais vu la demande, le staff, l’UB et les gestionnaires du stade ont accepté de laisser entrer le public. L’atmosphère est assez surréaliste. Les supporters multiplient les chants, alors que les Diables préparent un match capital. Mais les nombreux Belges, dont certains en kilt, semblent saisir l’importance du moment et diminuent le volume. Eden Hazard débute l’entraînement, mais il doit se faire une raison : ça ne va pas. Il passe l’essentiel de la séance assis sur un ballon, le regard dans le vide. Dégoûté. On a beau s’appeler Hazard, c’est toujours aussi râlant de rater un tel rendez-vous. Cette fois, il devra se contenter d’être un supporter des Diables. Comme plus de 9.000 de ses compatriotes présents à Glasgow. l

x Pendant le voyage, tout est fait pour que les Diables n’aient pas à se tracasser. Tout ce qu’ils auront à porter, c’est un sac… et leurs écouteurs estampillés Red Devils. Avec eux, plus d’1,2 tonne de matériel fera le voyage. Un séjour qu’Eden Hazard fera finalement en tant que supporter. À son grand dépit... (BELGA/PHOTO NEWS)


BELGACOM, SPONSOR DES DIABLES DEPUIS 20 ANS

x Sous une très désagréable douche écossaise, Fellaini et les Diables exultent après le but de Defour. Très enthousiastes, les Diables ont surtout été très intelligents dans leur gestion du match. Les gamins ont grandi. (PHOTO NEWS)

Vendredi

06/09/2013

Le jour J Avec autant de qualités dans l’effectif, il y a forcément des frustrés quand Wilmots donne son équipe. Mais au pied des Highlands, il ne pouvait y en avoir qu’onze…

E

nfin, le jour J. Deux heures et demie avant le coup d’envoi, Marc Wilmots s’adresse au groupe pour dévoiler le onze de base. Forcément, ça fait quelques frustrés. Le plus dégoûté, c’est Kevin Mirallas. En l’absence de Hazard, il s’attendait à être titularisé, mais il devra une fois encore prendre place sur le banc. L’attaquant d’Everton est fâché. Très fâché même. Il s’empresse d’appeler sa femme et ses proches, qui parviennent un peu à le calmer. Daniel Van Buyten intervient également auprès de celui qui l’appelle “son grand frère”. Il le fait revenir à la raison. Mirallas réussira à transformer sa déception en énergie positive pour marquer un superbe but en fin de partie. À l’heure des hymnes – la Brabançonne puis le retentissant Flowers of Scotland –, impossible de ne pas avoir la chair de poule dans les tribunes. Les joueurs semblent moins pris par l’émotion. Peut-être ont-ils simplement envie de jouer, et de bouger, pour oublier cette satanée douche écossaise qui ne cesse de tomber. On verra, pendant le match, certains gestes qui ne trompent pas. Ils traduisent la volonté et la maturité des Diables. Defour, qui court après chaque ballon comme un mort de faim. Fellaini, qui parvient à tempérer son enthousiasme après sa jaune alors que la bataille fait rage dans l’entrejeu. Vertonghen, qui mord sur sa chique malgré une cheville à nouveau très douloureuse. Et, bien sûr, Marc Wilmots, trempé comme une soupe, qui ne cesse de replacer ses troupes par de grands gestes. Ces attitudes, ajoutées au talent pur des Diables, suffisent pour s’imposer à Glasgow. Avec la manière. La fête peut commencer... l

LE PROGRAMME D’AVANT­MATCH Dans cette campagne, le programme d’une journée de match est toujours resté sensiblement le même. Tant que ça marche, pourquoi en changer ? Voilà le détail de la journée des Diables vendredi; 8-10h > L’heure du petit-déjeuner est libre, dans ce créneau de deux heures. Cela donne une ambiance plutôt décontractée. Personne ne doit se presser de grand matin. 11h > Les joueurs font tous ensemble une petite promenade, histoire de prendre un peu l’air. Elle est suivie d’un moment de temps libre. 13h > Lunch collectif, suivi d’un moment de repos. 17h > Collation puis séance de théorie. L’essentiel de celle-ci, qui concerne l’adversaire, s’est déjà donné la veille, sur base d’images vidéo. Le staff de Wilmots essaie toujours de limiter la durée à une demi-heure, pour garder l’attention des joueurs. Le jour du match, il s’agit plutôt de donner les dernières consignes, de motiver les joueurs et, bien sûr, de donner les noms des onze titulaires. 18h > Départ vers le stade. l

la dernière heure - les sports I

I 9


Vendredi

REPORTAGE

x Fous de joie, les Belges fêtent leur victoire à Hampden Park. Oui, c’est un exploit: ce n’est que la deuxième fois que les Diables parviennent à s’imposer en Écosse. (BELGA)

06/09/2013

Hier is da feestje On aurait dit de grands gamins à qui l’on venait d’offrir le plus beau des jouets. Les Diables ont dignement fêté leur succès...

Il l’avait promis, il l’a fait. Vincent Kompany était présent à Hampden Park vendredi avec sa femme et son père. Placé dans une tribune vide, il est ensuite descendu sur le terrain pour fêter le succès, comme un gamin, auprès de ses équipiers. Même blessé, il reste l’un des chouchous du public belge, qui lui a concocté une nouvelle chanson. Celle-ci est inspirée de celle qu’ont chantée les fans de City pendant la blessure du défenseur, remaniée à la sauce belge. Sur l’air de Mrs Robinson, les paroles sont cellesci : “And here’s to you, Vincent Kompany, Belgium loves you more than you will know (Woah woah woah)”. Tradution : “C’est pour toi, Vincent Kompany, la Belgique t’aime plus que tu ne le sais.” Ce chant a été entonné à répétition par les fans avant, pendant et après le match. Et une fois qu’on l’entend, c’est très difficile de se le sortir de la tête… l

“C’EST POUR TOI, VINCENT…”

10 I

I

la dernière heure - les sports

AFP

2

1h48, heure de Glasgow. De nombreux supporters écossais ont déjà quitté le stade. Ceux qui sont restés applaudissent… les Diables. Sur le terrain, la fête est totale. Comme après le succès contre la Serbie le 7 juin. On croirait presque que les Diables fêtent la qualification. Ils dansent, sautent, se charrient. Laurent Ciman déverse une bouteille entière d’eau sur la tête de Marc Wilmots. Le premier réflexe des joueurs est de rejoindre le kop principal où se trouvent les supporters belges. La communion dure de très longues minutes, malgré la pluie toujours aussi désagréable. Dans les vestiaires, la fête continue. D’après ceux qui l’ont vécu, rarement on voit une telle ambiance à ce niveau… Romelu Lukaku est derrière les platines : il utilise le dock de la Fédé pour y brancher son iPod et assurer l’ambiance musicale. Du R&B à fond de balle. Hazard est l’autre roi de la fête. Quand le président De Keersmaecker arrive dans le vestiaire, tous les joueurs l’invitent à danser. D’un sourire gêné, il préfère refuser. Les Diables prennent le temps d’en profiter. L’euphorie est à peine retombée quand ils passent devant la presse en sortant du vestiaire. “On est une bande de potes, on joue comme une bande de potes”, souligne Axel Witsel. Des potes qui auront la chance d’aller ensemble au Brésil l’été prochain. l


Defour

Steven


BELGA


BELGA

Les hĂŠros de Glasgow


BELGACOM, SPONSOR DES DIABLES DEPUIS 20 ANS

Le retour des héros

Félicités de toutes parts, les Diables ont vite oublié leur manque de sommeil pour savourer the day after…

L

07/09/2013

Samedi

a nuit a été courte. Non seulement parce que la majorité des joueurs parviennent très difficilement à dormir après un match, mais également parce que les Diables ont (modestement) fêté la victoire. Les Anglais Lukaku, Fellaini, Hazard et Witsel (qui rentrait pour Saint-Pétersbourg via Londres) n’accompagnent pas la délégation belge à Bruxelles. Ils sont déjà rentrés en jet privé dans leur club. Les autres n’échappent pas à l’enthousiasme des supporters belges. Présents en grand nombre à l’aéroport de Glasgow, ils demandent des photos et des autographes à tous les joueurs. Malgré leur fatigue, aucun Diable ne refuse. La bonne humeur est au rendez-vous. Même Nicolas Lombaerts, sérieusement blessé à la cheville, a le sourire alors qu’il traîne la patte. Arrivés à bord de l’avion, les joueurs reçoivent les félicitations du personnel de bord. Sur chaque siège de joueur se trouve une grande bouteille. D’eau, rassurez-vous. L’une des hôtesses de l’air félicite également Guido Van Onsem pour son anniversaire. Guido est le responsable du matériel depuis belle lurette. En équipe nationale, tous les membres du staff sont aussi importants : Wilmots insiste beaucoup là-dessus. Zaventem accueille ses héros les bras ouverts. Au contrôle des passeports, chaque joueur reçoit un bravo. Van Buyten et Lombaerts sont désignés pour donner une dernière interview aux médias qui avaient fait le déplacement. Puis arrive le dernier moment de cette semaine avec les Diables. Dans le hall des arrivées, c’est de la folie. Ils ne sont qu’une centaine à être venus à Zaventem, mais l’ambiance est digne d’un kop en plein match. Marc Wilmots est le premier à passer. “Merci Wilmots”, répètent les supporters à tue-tête. Il signe quelques autographes. Il a déjà disparu quand les joueurs font leur apparition. Acclamés comme des héros. “Des accueils comme ça, on en redemande”, esquisse un Van Buyten presque étonné avec un large sourire. “Brasiiiiiiil, la-la-la-la-la-la-la-la...” résonne, encore et encore. Imaginez un peu ce qu’il se passera si les Diables décrochent leur qualification en Croatie... l

x Les Diables ont été accueillis comme des héros samedi après midi à Zaventem. Imaginez ce que ça pourrait donner à leur retour de Zagreb ... (PHOTO NEWS/ AFP/ BELGA)

la dernière heure - les sports I

I 11


ÉVÈNEMENT

Tous ensemble!

Liège

REPORTAGE PHTO: STÉPHANIE LECOCQ

Vendredi, quatre villes wallonnes avaient mis les petits plats dans les grands pour retransmettre, avec la DH, la Une et Vivacité, le match des Diables. L’engouement a été une fois de plus assez phénoménal. Plus de 30.000 supporters devant les écrans géants, c’est un record dans l’histoire des Diables Rouges. La DH en partenariat avec Vivacité et La Une et avec le soutien de Belgacom, d’ING, de BetFirst, d’Eurocenter et Maes vous disent donc : M.E.R.C.I et vous donnent déjà rendez­vous le vendredi 11 octobre pour le choc Croatie ­ Belgique. Voil qui promet pour le Mondial brésilien…

12 I

I

la dernière heure - les sports


BELGACOM, SPONSOR DES DIABLES DEPUIS 20 ANS

la dernière heure - les sports I

I 13


ÉVÈNEMENT

Mons

Les Montois savent

REPORTAGE PHOTO : BERNARD DEMOULIN

faire la fête !

14 I

I

la dernière heure - les sports

Dès 18h, les supporters noir­ jaune­rouge ont commencé à se rendre sur l’une des plus belles places de Wallonie, la Grand­Place de Mons. La raison ? Deux écrans géants installés en plein centre­ ville par votre quotidien préféré, La DH, retransmettaient le match Ecosse­Belgique. Perruques, grimages, colliers, drapeaux,… le tout estampillé aux couleurs nationales. La Grand­Place était bondée, plus de 10.000 supporters déchaînés jusqu’à minuit. Les cafetiers situés de part et d’autres des écrans en ont également profité. Les Montois avaient aussi eu la chance de recevoir la visite du Grand Jojo, le plus fidèle des supporters des Diables Rouges. Invité et présenté par le Premier ministre himself, le chanteur confiait en sortant du balcon de l’Hôtel de Ville : “C’est formidable ! Les Diables Rouges sont le ciment de la Belgique. Aujourd’hui, c’est encore plus fort qu’en 86”.


BELGACOM, SPONSOR DES DIABLES DEPUIS 20 ANS

la dernière heure - les sports I

I 15


ÉVÈNEMENT

Carton plein pour Saint­Aubain

REPORTAGE PHOTO : JC GUILLAUME

r u m a N

Plus de 5.000 supporters dans l’enfer de Saint­Aubain. Du jamais vu à Namur, une ambiance proche d’un stade de foot ! Les Namurois ont répondu à l’attente. La drache qui a humidifié le tarmac de la place en milieu d’après­midi n’a pas refroidi les supporters. Dès 18h30, ils sont arrivés au compte­gouttes pour progressivement transformer la place en véritable tribune surchauffée. Quelques minutes avant le coup d’envoi, le bourgmestre Maxime Prévot a lancé la Brabançonne au micro. Un grand moment, d’autant plus que les Namurois ont suivi… “C’est vraiment génial de voir cette ambiance. Namur est une ville qui bouge enfin et ça fait du bien”, a d’ailleurs déclaré le maïeur.

16 I

I

la dernière heure - les sports


BELGACOM, SPONSOR DES DIABLES DEPUIS 20 ANS

la dernière heure - les sports I

I 17


ÉVÈNEMENT

Diabolo­Carolos “Come on Belgium”, “Allez les Diables”, “On est les meilleurs” : les 5.000 supporters présents vendredi soir au pied de l’écran géant, installé par la DH, sur le parking du Charleroi Expo n’ont cessé de donner de la voix durant les 90 minutes de match. Ils ont particulièrement apprécié le fait de se retrouver tous ensemble….

REPORTAGE PHOTO : DIDIER BAUWERAERTS

i o r e l r Cha

18 I

I

la dernière heure - les sports


BELGACOM, SPONSOR DES DIABLES DEPUIS 20 ANS

la dernière heure - les sports I

I 19


€ 9,95 /mois

Les Diables Rouges, c’est le top du football européen. Et le top du foot européen, c’est sur Belgacom 11+. Avec la diffusion de l’intégralité de l’UEFA Champions League, vous êtes sûr de ne rater aucun exploit de nos Diables Rouges sur la scène européenne avec leurs clubs respectifs. Abonnez-vous maintenant à Belgacom 11+ pour seulement €9,95 par mois.

Plus d’infos sur belgacom11.be Prix TVAC. L’offre Belgacom 11+ est un bouquet complémentaire réservé aux clients de l’offre de base de Belgacom TV. L’UEFA Champions League est diffusée à partir des play-offs jusqu’à la finale et ne comprend pas les matchs de qualification. La Copa del Rey n’inclut pas la finale. Les matchs de la Jupiler Pro League sont ceux du lot 3. Le nombre de goals est une estimation calculée sur base de la saison 2012-2013.


Supdh 20130910 supdh full