Issuu on Google+

DINGUE DES DIABLES !

POSTER

DIVOCK ORIGI

LES

DIABLES

COMME VOUS NE LES AVEZ

JAMAIS VUS N째 29 MAGAZINE GRATUIT 31 MAI 2014

J-12


LA SEMAINE DIABOLIQUE

L’ANNONCE

Ü ÉDITO Benoît Delhauteur

Van Buyten, auf Wiedersehen Bayern

TÊTE, ÉPAULES ET GENOUX, PIEDS

REPORTERS

Cette fois, c’est fini. En marge de la présentation d’un livre revenant sur sa carrière, Daniel Van Buyten a annoncé qu’il n’allait plus porter les couleurs du Bayern qu’il quitte donc sur un nouveau doublé Coupe-Championnat. “Après huit saisons de belle collaboration, nous sommes tombés d’accord avec le Bayern pour arrêter ici.” Mais ce n’est qu’un au-revoir et ils se reverront. “J’y suis le bienvenu dans un autre rôle éventuel.”

LE GALA Kompany bien accompagné

Vincent Kompany est un homme occupé. Même quand il a un jour de congé. Le Diable a profité du jour de relâche accordé par Marc Wilmots pour organiser une soirée de charité en collaboration avec Studio Brussel dont les bénéfices ont été reversés au BX Brussels et à SOS Villages d’Enfants. Triés sur les volets, les invités parmi lesquels figuraient Kim Clijsters ou Kim Gevaert par exemple ont débuté la soirée au Concert Noble avant de la terminer au Bloody Louise, où le défenseur s’est déhanché sur le dancefloor avec sa charmante épouse Carla.

10

PHOTO NEWS

LE COUP DE GUEULE Nainggolan

2 La semaine diabolique y De Van Buyten à

Lukaku, retour sur l’actualité brûlante des Diables 4 Portfolio y Le photographe Stephan Vanfleteren commente ses surprenants clichés des Diables 10 Souvenirs endiablés y Robert Waseige revient sur le Mondial de 2002 + Poster et portrait technique y Divock Origi

2 I

la dernière heure - les sports I

PHOTO NEWS

02/744.44.55

NUMÉRO GÉNÉRAL Administrateur délégué et éditeur responsable François le Hodey Directeur général Denis Pierrard Rédacteur en chef Ralph Vankrinkelveldt Responsable du magazine Benoît Delhauteur Responsable rédaction sportive Philippe Lacourt Mise en pages IPM Press Print Direction, administration, rédaction rue des Francs, 79 1040 Bruxelles Fax > (02) 211.28.70 Publicité IPM Advertising > (02) 211.29.59 Abonnements > (02) 744.44.55. Fax > (02) 744.45.55. E-mail > dh.foot@dh.be Internet > www.dh.be Crédits Une Stephan Vanfleteren Magazine gratuit avec la DH du 31 mai 2014. Ne peut être vendu séparément.

n’en démord pas

Même loin de la Belgique, Radja Nainggolan n’a toujours pas digéré la déception de ne pas avoir été retenu dans le groupe des 23. À Orlando, où l’AS Rome a effectué un stage de fin de saison, le médian l’a une nouvelle fois répété. “Je méritais d’être sur le terrain au Brésil, je pensais avoir montré suffisamment sur le terrain pour être appelé”, a lancé le médian dans la presse italienne. Marc Wilmots appréciera…

31 MAI 2014

BELGA

SOMMAIRE

Dans douze jours, ce sera le début du Mondial. Une échéance d’autant plus grisante que nous aurons la chance d’être au Brésil pendant le tournoi… Avant ce grand départ, nous sommes passés par trois phases : 1. On ne réalise pas vraiment ce qui va arriver. 2. Un peu de stress. 3. L’impatience ! Les Diables ont-ils vécu ce même cheminement ? Visiblement pas. Si on les a sentis très appliqués à l’entraînement depuis le début de la préparation, ils donnent pour la plupart l’impression d’en être toujours à la première phase. L’insouciance de la jeunesse, sans doute. Ils ne sont pas encore touchés par la fièvre du Mondial et c’est certainement mieux, pour eux, de ne pas avoir conscience des énormes enjeux (financiers) qui pèsent sur leurs personnes. Mais il viendra bien un moment où les Diables, d’une façon ou d’une autre, seront rattrapés par l’importance de l’événement. C’est là qu’il faudra garder son sang-froid. Si les Diables ont bien assez de qualités footballistiques pour réaliser un très beau parcours, le talent dans les pieds ne suffit pas pour briller en Coupe du Monde. Il faut aussi avoir la tête froide, les épaules très solides et les genoux qui ne flanchent pas. Trois hommes auront, plus que les autres, les clés de ce match face à la pression : Marc Wilmots, Daniel Van Buyten et Vincent Kompany. Un match à ne pas perdre. l


BELGACOM, SPONSOR DES DIABLES DEPUIS 20 ANS

J-12

LA TENDANCE

Ü CAÏPIRINHA

Les Diables bien chaussés

AP

BELGA

Ne vous y méprenez pas: les Diables n’ont pas effectué un bond en arrière. Si les chaussures que certains arborent ressemblent à s’y méprendre à celles qui faisaient fureur au début des années 1900, Romelu Lukaku, Adnan Januzaj, Kevin Mirallas, Anthony Vanden Borre, Divock Origi, Dries Mertens et Steven Defour sont à la pointe de la mode avec les nouvelles Magista de Nike. Des pompes en forme de bottines ultra légères qui enveloppent les pieds. De Bruyne, qui a opté pour le modèle rose, est formel : “Ce n’est pas que l’esthétique qui compte, la qualité est là.” Et voilà nos Diables bien chaussés.

PENDANT CE TEMPS­LÀ, AU BRÉSIL

LE PUBLIC GUETTE LES BOULETTES DE JULIO CÉSAR

LE BAPTÊME Bon sang ne saurait mentir

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un Thibaut Courtois en ses rangs ! En ce moment, le Brésil, grandissime favori, se pose des questions sur son gardien titulaire, Julio César (au centre de la photo). Un sondage réalisé par la chaîne SporTV vient même de révéler que seuls 1,83 % des supporters de la Seleção aimeraient voir le gardien de Queens Park Rangers entre les perches durant le Mondial ! C’est ce qu’on appelle un vote de méfiance… Ses concurrents, Victor (Atletico Mineiro, à gauche sur la photo) et Jefferson (Botafogo, à droite) recueillent, respectivement, 52,4 % et 45,7 % des préférences des Brésiliens. A priori, Luiz Felipe Scolari n’est pas prêt à changer sa hiérarchie. Mais vu la pression populaire, qui ne fera que s’accentuer pendant la Copa, une seule boulette risquera d’être fatale à Julio César…

PHOTO NEWS

Pour ses débuts avec les Diables, Adnan Januzaj a pu se rendre compte que le niveau de jeu n’avait rien à envier en terme d’intensité à ce qu’il connaît à Manchester United. Le gaucher s’est bien fait secouer et a terminé l’entraînement avec une belle balafre. Mais Januzaj s’est relevé. Bon sang ne saurait mentir…

“Je peux aussi jouer à gauche !”

LA RECRUE

Prêt pour la croisade

Toby Alderweireld qui, après la défaite en finale de la Ligue des Champions, n’avait pas perdu le sourire et a fait acte de candidature dans l’autre couloir de la défense

Les Diables tiennent leur 24e homme. Son nom ne figurait pas dans la liste de Marc Wilmots, mais son renfort sera bénéfique au vu de son expérience. Godefroy de Bouillon s’est en effet paré aux couleurs de la Belgique. Puissent les Diables avoir autant de succès à Rio que le chevalier lors de la première croisade.

LE BISOU

10.500

Elle lui donne des ailes

Le nouveau record de spectateurs à un entraînement des Diables, établi lors du stage à Genk

BELGA

INSTAGRAM

Cœur à prendre Romelu Lukaku ? Pas sûr. D’ordinaire très discret sur sa vie privée, l’attaquant a posté une photo équivoque sur son compte Instagram, avec un petit commentaire. “Rien que de l’amour pour elle…” On en sait peu sur l’heureuse élue n’est pas connue mais visiblement, elle donne des ailes au buteur…

LE TWEET Félicitations au Real Madrid&à l’Atletico pour cette finale intense et surtout à @thibautcourtois&@AlderweireldTob pour leur saison incroyable Vincent Kompany, consensuel

31 MAI 2014

I

la dernière heure - les sports I 3


UN AUTRE REGARD SUR LES DIABLES

Stephan Vanfleteren, photographe renommé en Flandre, a eu le privilège d’immortaliser les Diables d’une manière inédite. Ces clichés, plutôt étonnants, ont fait l’objet d’un livre intitulé MMXIV Les Diables Rouges et seront bientôt mis à l’honneur dans une exposition qui prendra place au Botanique du 6 juin au 17 août. Stephan Vanfleteren raconte les coulisses de ce shooting particulier et commente cinq de ses photos… TEXTE BENOÎT DELHAUTEUR PHOTOS STEPHAN VANFLETEREN

x Stephan Vanfleteren a publié ses photos dans un livre intitulé MMXIV. Les Diables Rouges, édité par Kanibaal (www.uitgeverijkannibaal.be). Les clichés seront également mis à l’honneur dans une exposition qui sera organisée au Botanique du 6 juin au 17 août. “Les cadres viennent d’être livrés, une soixantaine de photographies ont été tirées en très grand”, raconte l’artiste, qui finalisera lundi la mise en place de l’expo. “Nous utiliserons aussi les empreintes de pieds des joueurs, également présentes dans le livre.”

4 I

I

la dernière heure - les sports

Pas facile, par les temps qui courent, d’accéder aux Diables. D’autant moins quand il s’agit de les faire poser torses nus pour une séance photo ! C’est pourtant ce qu’est parvenu à faire Stephan Vanfleteren, photographe flamand dont la réputation n’est plus à faire dans le milieu. “J’avoue que ça n’a pas été facile de tout arranger”, reconnaîtil. “Ce sont des joueurs de classe internationale, qui passent très peu de temps au pays quand ils y reviennent. En plus, je n’étais pas la priorité de Marc Wilmots… et c’est bien normal : il avait très peu de temps pour préparer ses matches. Heureusement, j’ai toujours eu de bons contacts avec les gens de l’Union belge, qui connaissaient mon travail. Quand je leur ai proposé de réaliser une série de portraits artistiques des Diables, ils m’ont accordé leur confiance. Et j’ai pu réaliser ce rêve.” Une fois l’accord conclu, il fallait passer au shooting proprement dit, ce qui ne fut pas une mince affaire. “J’avais parfois trois joueurs, parfois six. Parfois, la séance était tout simplement annulée. J’ai dû faire preuve de flexibilité et par moments, j’ai un peu paniqué. Mais nous sommes arrivés au bout.” Durant ce shooting, réalisé dans une petite pièce de l’hôtel des joueurs, à savoir le Crowne Plaza à Diegem, Stephan Vanfleteren a eu affaire à des joueurs de plutôt bonne composition. “Très franchement, pour eux, qui suis-je ? Un petit photographe ? Pourtant, aucun d’eux n’a eu de comportement hautain ou prétentieux. Ils ont été très respectueux et ponctuels et il faut à mon avis y voir la patte de Wilmots. Ils ont été, pour la plupart, très à l’aise durant le shooting. Ce sont des hommes de sport, avec un corps en état de grâce, si je puis dire. Ils sont généralement fiers de le montrer. Et ça, c’est une aubaine pour un photographe. Les joueurs tatoués sont généralement fiers de se montrer. D’autres ont des atouts bien différents : Jan Vertonghen et Vincent Kompany, par exemple, ont des peaux vierges de tout tatouage. Pour un joueur comme Bakkali, qui débarquait en sélection, c’était peut-être un peu plus intimidant. Cela ne fut pas simple non plus avec Lukaku. Mais au final, tout le monde s’est prêté au jeu et l’expérience a été excellente.” l


BELGACOM, SPONSOR DES DIABLES DEPUIS 20 ANS

“COMME UNE STATUE VIVANTE” “Axel Witsel était vraiment très à l’aise. Il faut dire qu’il a une beauté très particulière et qu’il est vraiment photogénique. Grâce à ses yeux clairs, sa coupe de cheveux et ses tatouages. Durant le shooting, il a fait preuve d’un calme et d’une classe qui m’ont impressionné. Il me donnait l’impression, par ses poses naturelles, d’être une statue. Mais une statue vivante. C’était à la fois un peu bizarre et interpellant.” l

“PAS FACILE DE LUI DEMANDER DE SE COUCHER PAR TERRE” “C’est très différent de shooter un joueur dans ces conditions que d’aller, par exemple, chez un artiste pendant une heure ou deux. Courtois, il arrive à peine de Madrid et voilà qu’il doit se mettre torse nu et faire des photos. C’est un peu comme s’il débarquait sur une autre planète. Ce n’est pas facile de demander à quelqu’un comme lui de se mettre par terre pour prendre des poses. Mais il l’a fait de manière très décontractée. Thibaut est très cool et ça a été un plaisir de le photographier.”

la dernière heure - les sports I

I 5


“EDEN, LE PETIT FOU DE LA BANDE”

STEPHAN VANFLETEREN

“Chadli était dans la pièce et ce n’était pas facile de garder la concentration ! Parce qu’Eden ne cesse de faire des plaisanteries. Il saute sur le dos de ses équipiers, il les taquine. C’est le petit fou de la bande, mais ce n’est pas pour mettre le bazar. Il le fait dans un esprit chaleureux, pour mettre l’ambiance. En fait, ce shooting m’a permis de déceler puis de mettre en avant les différents traits de caractère des Diables. Eden Hazard est un comique, Kompany est le patron, alors que Jan Vertonghen, très intelligent, pose sans cesse des questions pour comprendre les raisons de tel ou tel choix de prise de vue.” l

6 I

I

la dernière heure - les sports


BELGACOM, SPONSOR DES DIABLES DEPUIS 20 ANS

“KOMPANY, EN VITESSE”

STEPHAN VANFLETEREN

“Vu son agenda et sa blessure, le shooting avec Vincent Kompany a été compliqué à régler. Finalement, je l’ai eu en dernier lieu, pour trois ou quatre minutes. C’est très peu. C’est aussi dommage, car Vincent a un corps très photogénique. Mais la séance s’est faite dans le respect, car j’avais déjà eu un shooting avec Vincent précédemment. Pour l’anecdote, l’automne arrivait et il commençait déjà à faire froid. On a dû utiliser de nombreux chauffages pour rendre la pièce agréable…” l

la dernière heure - les sports I

I 7


“LA BEAUTÉ DE CETTE ÉQUIPE, C’EST SA MULTICULTURALITÉ”

STEPHAN VANFLETEREN

“Tout le monde sait que les Diables jouent très bien au football. Mais pour moi, la beauté de cette équipe, ce n’est pas seulement son jeu, c’est aussi et surtout son côté multiculturel. Il y a des Flamands, des Wallons, des joueurs d’origine marocaine, congolaise, espagnole ou martiniquaise… Et ça ne pose aucun problème. Je voulais faire transparaître cette idée dans une photo et j’ai eu l’idée de faire poser De Bruyne et Benteke ensemble. De Bruyne est un Flamand roux, à la peau très claire, alors que Benteke est un francophone, avec la peau très foncée. Ils ont aussi des statures très différentes. C’est cette idée de contraste qui fait la beauté de ce cliché.” l

8 I

I

la dernière heure - les sports


BELGACOM, SPONSOR DES DIABLES DEPUIS 20 ANS

la dernière heure - les sports I

I 9


SOUVENIRS ENDIABLÉS

Coupe du Monde 2002

x Robert Waseige et ses joueurs exultent : Johan Walem vient d’inscrire, face à la Russie, un coup franc capital pour les Diables. (REPORTERS)

“ON A RENDU FOUS LES BRÉSILIENS” Chaque semaine, nous vous proposons de vous plonger dans les Mondiaux disputés par la Belgique entre 1982 et 2002, en publiant des extraits du livre Diables d’hommes. L’épopée belge en Coupe du Monde, de Xavier Thirion, d’Olivier Beaujean et de Frédéric Renson (éditions Mardaga, février 2014). Aujourd’hui, retour sur le Mondial asiatique avec le témoignage de Robert Waseige

10 I

la dernière heure - les sports I

31 MAI 2014

C

omme en 1986, les Diables rouges ont entamé cette première Coupe du Monde en terres asiatiques face à un des deux pays hôtes : le Japon. De quoi éveiller la méfiance de Robert Waseige. “C’est toujours très délicat à négocier. On a déjà vu des équipes, et pas des moindres, louper leur premier match. Le nôtre s’est terminé sur un partage. Ce n’était pas superbe, mais tout de même un résultat très honorable.” La Belgique a d’abord ouvert le score avec Marc Wilmots, avant que les Japonais ne répliquent et prennent même l’avance. “À 2-1 au marquoir, on râlait sur le banc, car nous étions très mal payés à ce moment-là. On a méritoirement égalisé sur un but de Van der Heyden. Dans un stade au soutien inconditionnel pour notre adversaire, ce n’était pas un mauvais départ du tout.” Le partage suivant, face à la Tunisie (1-1), aura par contre l’aigreur d’un échec. “Là, c’était une déception. Je ne sais pas s’il y a eu un peu de relâchement psychologique, car la Tunisie ne faisait peur à personne. Mais, nom d’une pipe, ils savaient garder le ballon, ces Tunisiens, et faire preuve de rigueur pour nous poser

problème par moments. On les a bousculés la plus grande partie du match, mais pas suffisamment pour créer des occasions de buts. L’avertissement était d’importance.” Le seul but belge face aux Tunisiens sera encore une fois signé Marc Wilmots. “On a beaucoup parlé de son influence dans mon équipe, mais il faut aussi citer Gert Verheyen. Tous deux ont eu un impact positif sur le groupe car ils étaient les plus adultes. Van Meir était aussi un père tranquille, mais il s’engageait peutêtre moins parce qu’il avait moins de matches à son actif. Avec Marc et Gert, j’avais mes deux relais sur le terrain. Marc est un gars totalement réglo. On avait notre cadre tactique pour chaque match et il n’aurait jamais pris une initiative inattendue ou engagé une action que nous n’aurions jamais testée auparavant. Il avait un sens très développé du collectif. C’était plus que le joueur vedette, c’était l’animateur, le leader moral. Gert arrivait au même objectif, mais dans un style moins flamboyant.”

“J’ÉTAIS PARVENU À LEUR FAIRE CROIRE QU’ON POUVAIT LE FAIRE…” Avec deux points au compteur, la Belgique se retrouvait presque dans l’obli-


BELGACOM, SPONSOR DES DIABLES DEPUIS 20 ANS

gation de battre ensuite la Russie pour atteindre les huitièmes de finale. Contrat rempli (3-2) avec des buts de Johan Walem, Wesley Sonck et… Marc Wilmots, encore lui. “Cela n’a pas été facile face à la plus forte équipe de notre poule. J’ai utilisé Wesley Sonck qui, trop peu utilisé à son goût, est arrivé sur le terrain avec plein de rage et de ressentiment. Il a pleinement joué son rôle avec un but à la clef. Mais, désolé pour Sonck, aussi longtemps que j’avais Wilmots à l’avant-centre et Verheyen comme ailier droit sur le terrain, avec Bart Goor à gauche, Wesley arrivait derrière.” Impossible pour Robert Waseige de ne pas s’arrêter sur le coup-franc de Johan Walem en ouverture du score. “Johan nous a inscrit un bijou en déposant le ballon dans la lucarne avec son pied gauche. Du travail d’artiste ! Cela nous a donné un coup de boost.” Et lequel !. À l’hôtel, le groupe se sent pousser des ailes avant d’affronter le Brésil au second tour. Robert Waseige endosse le tablier de psychologue. “Cela n’a l’air de rien, mais j’étais parvenu à leur faire croire qu’on pouvait neutraliser les Brésiliens. Et qu’à partir de là, tout était possible avec des arguments tactiques. Bien sûr, il y avait du danger en face avec les Ronaldo, Ronaldinho et Rivaldo. Ce dernier trouvera d’ailleurs l’ouverture. Mais Roberto Carlos terrorisait tout le monde. J’ai alors décidé de m’appuyer sur un grand Mbo Mpenza. Il lui fallait neutraliser Carlos et frapper à son tour de temps en temps. Car si le back gauche brésilien partait dans le dos de Mbo, celui-ci ne le reverrait plus. La consigne était donc de bien occuper sa zone et de demander aux autres joueurs de relancer directement Mbo à la récupération. Ce dispositif a marché plusieurs fois et cela a dissuadé la star brésilienne de monter sur son flanc. Il s’est limité à neutraliser Mbo qui s’en est trouvé transcendé. Et un Mbo remonté, ça peut faire très mal !”

x Robert Waseige pensif: le Mondial asiatique n’a pas été de tout repos pour lui, notamment à cause de relations tendues avec la presse (flamande). (PHOTO NEWS)

12 ans qu’on l’attendait, les Diables rouges se sont qualifiés pour une 12 ème Coupe du Monde ! 1982- 2002 6 Coupes du Monde en 20 ans : des souvenirs de tous les Diables…

“LA PLUS BELLE PÉRIODE DE MA CARRIÈRE D’ENTRAÎNEUR” Les défenseurs avaient pour consigne de miser sur leur fierté et leur confiance. Mais De Vlieger, notre portier, se retournera par deux fois. Au grand soulagement d’un Brésil peu à son affaire. “De notre banc, on voyait le staff brésilien et Scolari devenir fous au fil des minutes. Ça gueulait ! Étonnamment, les Brésiliens ont pris une allure humaine ce match-là. Et ils nous ont félicités avec beaucoup d’humilité.” La Belgique quittait la Coupe du Monde asiatique avec les honneurs, le sentiment du devoir accompli et celui, plus désagréable, d’avoir été flouée par l’arbitre sur l’annulation d’un but de Wilmots pourtant valable. Robert Waseige ne renouvelait pas son bail à la tête des Diables rouges. “Je n’ai jamais regretté cette décision. Comme je ne l’ai jamais caché, c’était la plus belle période de ma carrière d’entraîneur, même si je ne revivrai jamais les sensations de mon premier passage à Winterslag avec trois montées consécutives jusqu’en D1.” l

COMMANDEZ DÈS À PRÉSENT NOUS VOUS OFFRONS LA LIVRAISON ! Faites un virement sécurisé en ligne via

www.dh.be/page/diables OU Versez 24 € sur le compte BE 95 310-1802523-58 avec la communication « Livre Diables ».

24 € Livraison gratuite

Un livre de : Olivier Beaujean Frédéric Renson Xavier Thirion Editeur : MARDAGA

31 MAI 2014

I

la dernière heure - les sports I 11


Créez l’album photo de

VOTRE COUPE DU MONDE

Rassemblez vos photos endiablées dans votre album photo en ligne sur belgacom.be/album, et recevez-le gratuitement chez vous. Version imprimée uniquement pour les clients Belgacom et/ou Proximus et limitée aux 100.000 premiers clients.


RED - Les Diables comme vous ne les avez jamais vus !