Page 1

LE MAGAZINE FÉMININ DE

PARFUMS

FRAGRANCES

2.0

LIVRES LA SAISON DES PRIX EST OUVERTE, CELLE DE L’ÉMOTION AUSSI

ON VEUT DU

LUXE !

VIRGINIE

EFIRA LA BELLE TRACE SON CHEMIN

NOVEMBRE 2013 - #160 - essentielle.be


Le parfum des instants prĂŠcieux


www.piaget.com

Piaget Rose White gold, diamond set ring

Alost - JUWELIER ZWITSERLAND - tél.: 053/77.02.61 • Anvers - JUWELIER SLAETS (Corner Piaget) - tél.: 03/213.50.80 JUWELIER SLAETS - tél.: 03/226.41.44 • Bruxelles - GEORGE JOAILLIERS - tél.: 02/343.52.34 - GILSON - tél.: 02/512.86.99 TOLLET Fripiers - tél.: 02/218.11.93 - TOLLET Woluwé - tél.: 02/762.35.47 • Charleroi - JOAILLERIE MICHEL - tél.: 071/32.70.85 • Courtrai - NYS JUWELIERS - tél.: 056/22.26.30 • Gand - BOUVERNE JUWELIER - tél.: 09/223.95.72 • Genk - KIM MAESSEN - tél.: 089/30.95.20 • Knokke - GILSON JUWELIER - tél.: 050/61.21.26 • Liège - MAISON CHARLES DESITTER - tél.: 04/222.36.76 • Louvain - GEORGE JOAILLIERS - tél.: 016/22.28.16 • Louvain-La-Neuve - GEORGE JOAILLIERS : tél: 010/45.47.69 • Ostende - HULPIAU - tél.: 059/70.35.59 • Roeselare - JUWELIER POOLS - tél.: 051/20.12.56


8Puggy LE GROUPE

(presque) bruxellois que le monde est sur le point de s’arracher !

22Virginie Efira

26Spécial luxe EN SI BELLE COMPAGNIE

© Pierce Brosnan photographed by Terry O’Neill exclusively for Hackett London

“HEUREUSE MAIS PAS BIENHEUREUSE”

44Reportage LES PARFUMS NAISSENT DANS LES ROSES. MAIS PAS QUE ! by Marc Jacobs. a est habillée par Marc Calbert. EN COVER. Virginie Efir Guerlain. © Photo Julie r ke-up Erica Tanaka pou Coiffure : Badrane. Ma

5

SOMMAIRE

édito © GANAËLLE GLUME

............... News tendance culture .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... cirque 06 Photo ........................ ............. L’humoriste nous refait son .... .... .... .... .... .... .... .... le .... .... à .... se 18 Zidani........... ................... L’acteur pas tab e .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... éraire rich 19 Guillaume Gallienne.. ........................... Une saison littMarc Jacobs .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... .... e secrète de 20 Livres ........ .................... Julie de Libran, l’armcomme un bijou Pomellato .... .... .... .... .... .... .... .... le. Sty 38 ................................... Heureux 42 Success Story............................................................................... Focus sur le visage 46 Beauté............................. .................................................... J’ai testé être médium 50 Vivre ................................ .......................................................... Les news du mois 52 Goûter............................... ................................................ par isabelle Van Molhem 53 Horoscope........................................................ Nos concours du mois sur essentielle.be 54 Chance.............................

Les chasseurs de tendances l’ont vu, l’ont dit et le prévoient encore : en temps de crise, on subit, on fait le gros dos et on thésaurise mais comme l’homme est (tellement) humain… il met aussi en place des stratégies de compensation. Et pour briser la tension ambiante, on a vu apparaître quatre sortes de comportement : un retour croissant à l’authentique, la recherche des petits bonheurs immédiatement accessibles, la prise en compte d’un comportement éthique dans les achats et l’apparition d’une plus grande catégorie de “jouisseurs”. Celles et ceux qui aiment les belles marques, les beaux objets, les histoires humaines qui mènent à des produits avec une âme. Celles et ceux qui aiment aussi prendre le luxe de s’arrêter pour donner une place au plaisir. Et au luxe. Le luxe, c’est une pause dans la course, la qualité d’un beau matériau, d’un savoir-faire, d’une coupe parfaite… Le luxe, finalement, ça a quelque chose de réconfortant ! Vous trouverez dans les pages de notre dossier des belles marques, des maisons de qualité installées depuis des décennies et qui font toujours rêver. Et puis on y a mis quelques “grooooos” prix pour rendre songeur et surtout des histoires. Des histoires de femmes et d’hommes, parce que des passions naissent des produits fiers, des choses frappées au sceau du beau, de l’amour, du savoir-faire et du bien fait. Retour à l’authentique on disait… Élodie Weymeels


LES ESSENTIELS

LES E SSENTIELS NCE ET C A D N E T , S W E N MOIS DE N

ULTURE

U

ÉMOTION

BIRTH DAY UNE EXPO, UN LIVRE, DES ÉMOTIONS Un thème universel mis en photo par Lieve Blancquaert : la naissance. Entre sourire et effroi, espoir et fatalité, elle nous livre son regard sur le jour le plus déterminant de notre vie. “J’ai prié pour que ce soit un garçon. Après trois filles, il nous fallait un garçon… On n’a su qu’il y avait deux bébés que lorsque j’ai accouché. Deux filles. Comment va-t-on survivre ?” Il y a tout le désespoir du monde dans les propos de Champa, jeune mère du Bengale. D’autres luttent et accouchent souvent dans des conditions effroyables, au Congo ou au Kenya. Mais le désespoir côtoie aussi l’amour, la tendresse et la joie, aux quatre coins de la planète. Les instantanés de vie exposés par Lieve Blancquaert à l’Espace ING, trouvent leur prolongement dans un livre superbe, abondamment commenté par la photographe, qui observe et témoigne, sans juger, touchée dans la détresse comme dans l’allégresse. En fin de compte, un formidable message d’espoir et d’égalité devant l’essence même du monde. L’expo comme le livre offrent des moments d’intense émotion. n Gilda Benjamin

Livre : Birth Day. Comment le monde accueille ses enfants, Lieve Blancquaert, Ed. Racine. Expo : Birth Day jusqu’au 5 janvier 2014 à l’Espace ING. Place Royale, 6 – 1000 Bruxelles. www.birthday.be

Bébé berbère. © Lieve Blancquaert.

À TOUR&TAXIS

DES PETITS RIENS POUR DE MEILLEURS LENDEMAINS DE NOVEMBRE : LE RENDEZ-VOUS DU MOIS IT DU BIEN. UN DÉFILÉ DE MODE QUI FA Le Second Hand Second Life, Fashion&Design ou défilé des Petits Riens, est LE rendez-vous du mois de novembre. Depuis onze ans, des designers de talent au grand cœur investissent Tour&Taxis au profit de l’asbl Les Petits Riens, qui œuvre en faveur des plus démunis. Ils y présentent leurs créations uniques réalisées à partir d’objets et de vêtements chinés au centre de tri ou dans les boutiques de l’association. On y va pour admirer les objets

des designers (car oui, depuis quelques années, il n’y a plus que les fringues). Mais aussi pour rêver devant les silhouettes des grands noms – Elvis Pompilio, Edouard Vermeulen ou Véronique Leroy pour ne citer qu’eux – et des jeunes talents prometteurs, qui défileront sur une bande-son signée Soldout. Et puis surtout, on fait chauffer la carte de banque lors de la vente aux enchères pour (se) faire plaisir. n M.L.

Second Hand Second Life, Fashion&Design. Défilé de mode et exposition suivis d’une récolte de fonds au profit des Petits Riens. Le vendredi 8 novembre 2013 à partir de 19 h à Tour&Taxis. Avenue du Port 86c – 1000 Bruxelles. Places VIP au prix de 60 €. Places adultes au prix de 30 €. Les places sont en vente sur le site www.petitsriens.be.

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

6


ADVERTORIAL

Le secret des courbes belles

Le secret d’une jolie silhouette ?

moyen ou élevé, les matières ultra légères,

Triumph est un expert dans la fabrication

lisses et sans coutures feront en sorte

de shapewear élégant. Grâce à l’utilisation

que vous ne sentirez même pas que vous

de matières innovantes, votre silhouette

portez du shapewear. De plus, les modèles

paraît encore plus mince. Que vous optiez

restent bien en place et constituent un

pour des modèle avec un niveau shape

réel must-have à porter tous les jours !

UN SHAPEWEAR TRENDY ET CONFORTABLE SIGNÉ TRIUMPH.

iss

es plus m

i

e

s e c r et p o u r

e

es

cu

Le

tai

nc

l ntre plu s p

s e c r et p o u r

nc

ve

at

i s plus m

Le

un

sse

s e c r et p o u r

des

rin

Le

un

fe

s

e

u s j o e p oit li

de

un

pl

s e c r et p o u r

es

Le

nc

s e c r et p o u r

e

Le

i lle pl u s m


LES ESSENTIELS

MATTHEW, ROMAIN ET ZIGGY : TROIS COMPÈRES POUR UN GROUPE QUI N’EN FINIT PAS D’ENFLAMMER LES SCÈNES D’ICI ET D’AILLEURS. MAIS BRUXELLES RESTE LEUR PORT D’ATTACHE OÙ ILS FERONT, ENFIN, LEUR “FOREST” !

L

’Anglais, le Français et le Suédois se sont connus à Bruxelles, au gré des cafés-concerts qu’ils écumaient. C’était il y a près de dix ans. Aujourd’hui, le groupe au nom qui claque comme celui d’un héros de BD se revendique volontiers belge.

Quels sont vos endroits préférés en Belgique ? Romain J’adore Saint-Gilles, c’est bourré de cafés sympas et on y trouve une belle ambiance et des gens assez cool, très ouverts. Comme je suis un peu agoraphobe, je ne fréquente pas trop les grands musées, je préfère les petites galeries où je peux découvrir de nouveaux artistes. Là, j’ai eu un coup de cœur pour un Belge, David Delruelle, qui fait des collages extraordinaires. Sinon, notre QG depuis trois ans c’est notre Tourbus, vu que nous sommes continuellement en tournée ! Ziggy Le quartier du Châtelain à Ixelles. Bruxelles a un côté village que j’apprécie énormément. Je repars très rarement en Suède, ma famille vient plutôt me rendre visite ici. Matthew Le Parc du Cinquantenaire et tout le quartier européen car on y entend toutes les langues. C’est le milieu où j’ai grandi, multiculturel, où on est tous obligés de s’accepter les uns les autres. J’aime aussi le quartier Saint-Géry. Sinon je trouve les Ardennes superbes et j’aime beaucoup Liège, on y a souvent joué. Il n’y a pas que Stromae pour faire Forest National. Vous y serez en février. Romain Remplir Forest représente une belle étape… et un rêve de gamin. D’autant que nous avons toujours eu le sentiment de créer une musique plus appropriée aux petites salles. Pourtant, à chaque festival, on vit aussi un rêve. En Hollande ou en Allemagne, on retourne jouer dans des clubs et ça nous aide à garder les pieds sur terre. Le titre de votre récent album a comme un petit quelque chose de prémonitoire : To Win The World (“Conquérir le monde”)… Matthew C’est notre petit côté décalé, un clin d’œil à notre groupe, trois mecs qui se sont mis en tête de conquérir le monde. OK, nous sommes ambitieux et on ne le cache pas mais ce titre est une façon de marquer notre complicité avec le public. Un concert agit comme une histoire, à chaque fois différente. Les plus beaux concerts sont ces moments où tu sens une vraie communion et cette certitude que tout le monde vit un truc spécial, en même temps au même endroit.

Qu’avez-vous de belge en vous ? Matthew Les Belges ne se prennent pas au sérieux et j’aime cette attitude. Puggy n’a pas la prétention de changer la face du monde, on essaie juste de rendre les gens heureux par nos disques et nos concerts. Cette attitude, je pense qu’elle est très belge et qu’on n’aurait pas pu l’avoir ailleurs. Pop, électro… Difficile de définir votre style même s’il est reconnaissable entre mille. Romain La catégorie pop nous va très bien, c’est un terme très général et nous n’avons pas dans l’idée de faire une musique révolutionnaire. Nos influences sont multiples et nous nous sentons très libres d’exprimer ce que nous voulons. Il y a souvent une dualité entre une musique douce et des textes plus sombres et vice versa, ce qui apporte une profondeur autre que de juste faire de la pop légère. On met en avant notre énergie mais les textes sont aussi importants que la musique, il n’y a rien de gratuit. Vous dégagez une certaine image de classe et d’élégance. Est-ce travaillé ? Romain En dix ans, le groupe a évolué, a gagné en notoriété et… a pu s’acheter des vêtements ! On a le goût de bien s’habiller sans être, du tout, des fashion victims. Notre image ne fait pas partie de nos priorités mais nous avons appris à nous faire plaisir tout en restant naturels. En fait, nous n’avons aucune contrainte de style, on s’habille comme on le sent et tant mieux si nous nous accordons bien tous les trois. Matthew Je pense que nous sommes allés, en toute simplicité, vers ce qui nous convenait le mieux. Longtemps, je n’ai pas eu de tunes pour m’acheter de belles fringues. Alors si aujourd’hui on me donne un budget, je vais plutôt choisir de belles chemises et des super costumes, des trucs assez raffinés. Mais bon, ce n’est pas ma passion. Ziggy a beaucoup plus le sens de l’esthétique ! Quant à Romain, il est plus rock, jeans et t-shirt. Il y a de très grosses différences de style vestimentaire entre nous mais ensemble ça le fait. Je suis pour une élégance décontractée.

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

© Vincent Philbert

PUGGY BIEN DE CHEZ NOUS

n Gilda Benjamin Puggy, To Win The World, Universal. En concert le 22 février 2014 à Forest National. 0900/84 100. www.forestnational.be

8


Imaginer le confort Imaginez un espace de plénitude et de bien-être vous offrant tout le calme et la détente dont vous rêvez. Une oasis de sérénité, où le temps n’a plus de prise sur vous et où chacun de vos mouvements se fait en douceur. Un monde où

T H E I N N OVATO R S O F CO M F O RT ™ ( 1 )

vous vous laissez aller les yeux fermés pour profiter d’un repos bien mérité. Passez du rêve à la réalité car ce lieu existe vraiment : venez vous installer confortablement dans votre Stressless® chez votre revendeur.

Le système PlusTM Stressless®, breveté, assure un maintien synchronisé des lombaires et de la nuque lorsque vous vous inclinez. Le repose-tête, exclusivement équipé de la fonction “sommeil” et réglable en hauteur pour la plupart des modèles, complète ce confort total. Les innovateurs du confort (1)

Fabriqué en Norvège

www.stressless.be


LES ESSENTIELS À L’HÔTEL BLOOM

CUSTOMISEZ-MOI MOI MOI LE DÉFILÉ DE LA RÉCUP’EST DE RETOUR CE 9 NOVEMBRE À BRUXELLES.

Brunel Mintona, gagnante de l’édition 2010

L’HOMME

LE DÉFILÉ

Bernard Gavilan. Vous avez sûrement déjà croisé ce drôle d’oiseau sans le savoir. On l’appelle aussi le Roi du Vintage à Bruxelles, un surnom qu’il tire de sa petite boutique de fripes rue Blaes, dans le quartier des Marolles. Il est aussi connu pour être un trublion de la vie nocturne bruxelloise, un styliste, et.. l’initiateur du défilé Customisez-moi.

Customisez-moi est un concours de mode créé il y a 6 ans. Il invite des créateurs de tous horizons – professionnels ou amateurs – à proposer leurs créations. En novembre, après une présélection on-line sur base de dix pièces de customisation, les créations des autodidactes et des élèves des écoles de stylisme sélectionnés se croiseront sur un catwalk face à un jury de professionnels. À la clé de ce concours : un lookbook, un shooting, une possibilité de stage et surtout, rappelle Bernard Gavilan, “tous les participants repartent forts d’avoir été confronté au vrai milieu de la mode”.

LE SLOGAN

© Freddy D’Hoe

“No age, leave your inspiration. No edge, keep your inspiration. Recycle up cycle”. Un slogan qui dit tout. Explications. Pour Bernard Gavilan, “le talent est partout. Il n’y a pas de limite, pas de frontière. Des créateurs belges de talent comme Jean-Paul Lespagnard n’ont pas fait de formation, et pourtant ont des idées à la minute”. Le concours est donc ouvert à tous et donne la possibilité aux créateurs en devenir de mettre en avant leur talent. Un seul mot d’ordre ? La créativité exposant 1 000. “Je suis friand du détournement. On consomme trop. Je veux que les participants redonnent vie aux matières, détournent les fonctions premières des objets. J’aime quand ils emploient de vieux tissus, des tricots. Comme Samantha Vandedriessche (ndrl : lauréate de Customisez moi en 2012) qui avait utilisé des visières de casquettes pour réaliser ses pièces phares ”.

L’AFFICHE

“ Elle peut surprendre, voire choquer. Moi, je l’adore. Dès que je l’ai vue, je me suis dit : On l’a ”, confie Bernard Gavilan, encore excité par le résultat de l’affiche du concours qu’il compose chaque année à partir d’accessoires et de vêtements. “ Elle s’est inspirée d’une pochette d’un vieux 45 tours de Plastic Bertrand où il a un look très punk (ndlr : eyeliner noir et épingle à nourrice dans la joue). J’ai ensuite retrouvé chez moi cette épingle à nourrice dorée, en rangeant ma boutique. Quand j’ai vu que le punk était justement le thème du MET à New York, je me suis dit qu’on était vraiment dans le coup. Mais c’était le pur fruit du hasard ”. n Manon Legrand

Hotel BLOOM !, Rue Royale, 250 – 1210 Bruxelles. Préventes : 10 €/défilé + afterparty au bar. Sur place : 15 €. Infos préventes sur www.bernardgavilan.be, www.cafedelapresse.be,www.mr-ego.be, chez Idiz Bogam, Rue Haute, 180 - 1000 Bruxelles. Du mardi au dimanche de 10 h à 18 h.

PLUS D’INFOS SUR ESSENTIEL

E ! 2 , N O H T A R A M C I S U M IQUE

LE.BE

NE DE MUS UNE FOLLE SEMAI VOICI QU’ARRIVE RMINHO RTOLI, SMADJ, CA AVEC CÉCILIA BA CORE IT PLEURER) OU EN FA I QU A ST DI FA A (L ES, US DES RENCONTR PL EN ET V. IE RG ZAR ! VALERY GE S. ON DIT BRAVO BO ON TI EC OJ PR S DE DES ATELIERS ET .BE MBRE. WWW.BOZAR DU 23 AU 30 NOVE

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

10

24H01, L’HEURE BELGE A SONNÉ Puisqu’on aime quand certains osent… on feuillette le nouveau défi de la presse belge : 24 h 01. C’est quoi cette nouvelle revue atypique ? Un support qui veut ralentir le rythme, rouvrir calmement les yeux sur le monde, se donner le temps, s’offrir une autre approche iconographique avec des dessins et des oeuvres illustratives interpellantes. Et par là, aider le lecteur à reprendre son souffle. 200 pages de respirations, de rencontres et de réflexions avec zéro pub ! (F.L.) 24 h 01. En vente en librairie, 17.5 €. www.24h01.be


LES ESSENTIELS SALON DU MARIAGE

ROBE, BAGUE, ETC. N DU MARIAGE, MARRY ME ! C’EST UN SALO DÉCALÉ. CERTES ! MAIS MODERNE ET La moustache à la cote, les étages de cupcakes n’en parlons pas et les idées déco DIY (do-it-yourself) cartonnent ! Où ? Dans les mariages jolis d’aujourd’hui. Et si avant, les amoureux furetaient sur les blogs pour trouver leurs idées, ils vont désormais pouvoir se retrouver à flâner dans les allées d’un beau et grand salon du mariage. Oui mais pas n’importe lequel : Marry Me !, celui qui imagine et réinvente l’univers de la noce. Aujourd’hui, on se marie sur-mesure, on customise, on personnalise. On dose sa cérémonie avec un peu de tradition, beaucoup ou pas du tout. Et toute cette créativité prend du temps… pour aider à une organisation au top, mieux vaut compter sur des prestataires de qualité. C’est ce que propose Marry Me ! pour sa première édition aux allures arty. Les 15 et 16 novembre, plusieurs temps forts animeront les journées comme un défilé, des workshops DIY, des dégustations, un espace make-up et coiffures, des ateliers enfants… Bref, un rendez-vous, imaginé par les organisatrices de l’exposition Labelle, pour rêver et réaliser son mariagetendance.

45X2 ENTRÉES

POUR MARRY ME !

À GAGNER

beau jour de votre vie, nnes idées pour le plus bo de ir urr no s vou ez Ven Me !, valables les 15 et ces pour le salon Marry pla x2 45 s ron off s vou nous – 1040 Etterbeek. , rue des Pères Blancs, 2 rie ffe au Ch la à bre vem 16 no sur www.essentielle.be. jusqu’au 10 novembre rs cou con tre no à pez Partici

MUSIQUE

n F.L.

Marry Me ! Les 15 et 16 novembre à la Chaufferie (sur le site de l’Arsenal). Rue des Pères Blancs, 2 – 1040 Etterbeek. Infos sur la page Facebook Marry Me !

THE MERCEDES HOUSE CONCERTS Les formules concerts de Mercedes proposent d’enflammer tous vos sens… La gastronomie et la musique ont toujours fait bon ménage.

Un showroom rutilant, des vitrines exposant un merchandising élégant et à l’arrière un restaurant à la cuisine ouverte très design doublé d’une terrasse qui a fait le plein lors des beaux jours. Au sous-sol, le showroom s’étend. C’est là que Mercedes House, au cœur du Sablon à Bruxelles, propose des concerts de grande qualité. Que ce soit en jazz ou en classique, les musiciens sont des pointures, nullement gênés par le côté parfois anachronique de la situation. Il faut dire qu’apprécier, par exemple, un duo clavecin-violon baroque au milieu des derniers modèles de la marque a de quoi dérouter. Et pourtant, le charme opère. Chaque dernier jeudi du mois, deux formules sont proposées : soit l’apéro-concert (dégustation, champagne et concert live) pour la somme de 15 €, soit le dîner-concert (apéro, concert puis dîner gastronomique trois services) pour 75 €. Quand on sait que le restaurant WY jouit d’une cuisine hors pair sous l’égide du chef doublement étoilé Bart De Pooter, aux commandes du célèbre établissement De Pastorale, les papilles ont de quoi se réveiller. Le menu est tenu secret jusqu’au soir du concert. Pour ma part, je garde un souvenir ému d’un suprême de veau fondant et d’une tarte Tatin revisitée sous forme de glace. Et si vous êtes plutôt du genre casanier en semaine, des concerts de jazz ont lieu le samedi soir entre 19 et 22 h. Libre à vous alors de vous installer au resto ou au bar. Si le concert du jeudi 28 novembre, avec le violoncelliste Benjamin Glorieux, affiche déjà complet, n’hésitez pas à finir l’année en beauté avec l’un de nos grands talents jazz, Nathalie Loriers en trio, le 19 décembre. Le projet a séduit des centaines de convives mélomanes, il continue donc en 2014. n G.B.

The Mercedes House au Grand Sablon. Rue Bodenbroek, 2224 - 1000 Bruxelles. 02/400 42 50. www.mercedeshouse.be

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

12


Unique. La preuve par deux. N O U V E AU

Double Serum® Traitement Complet Anti-Âge Intensif Deux sérums en un qui concentrent 20 extraits de plantes parmi les plus performants dans un soin complet et intensif. Double Serum® agit sur tous les signes de l’âge : immédiatement le teint est éclatant, après 4 semaines, la peau est plus ferme, les rides réduites et les pores moins visibles*.

90%des femmes le trouvent plus efficace que leur sérum habituel**, découvrez pourquoi. Clarins, N°1 Européen des soins de beauté haut de gamme***. *

Test de satisfaction – 197 femmes. Test de satisfaction – 126 femmes – 4 semaines. *** Source : NPD BeautyTrends, ventes totales des 4 pays : France, Italie, Espagne (péninsule) et Royaume-Uni, produits de soins vendus en parfumeries, marques prestige, ventes en valeurs 2012. **

www.clarins.com


LES ESSENTIELS LA CINEMATEK DEPUIS 1938 En 1934 sort le premier film américain anti-nazi. Une bombe pour l’époque, mise en veille depuis. Jusqu’à ce que l’équipe de la Cinematek découvre l’existence dans ses collections de pellicules de l’unique copie au monde de ce film. En fait, la Cinematek regorge de ce genre de bijou culturel et historique. Et à l’occasion de ses 75 ans, le dépôt de films ouvre grand ses portes au public les 16 et 17 novembre. Une caverne d’Ali Baba à visiter comptant près de 70 000 titres de films et documentaires. Un écrin fascinant compte tenu de l’époque charnière à laquelle nous vivons : celle de la transition de la pellicule au support numérique. Concrètement, que peut-on y voir et y apprendre ? l L’historique de la collection. D’où proviennent les films ? Comment les enregistre-t-on ? l Les techniques de conservation. l Les différents types de pellicule. l Le travail quotidien de la Cinematek. l La visite du laboratoire où les films sont scannés pour ensuite être restaurés. Le tout en visite guidée pour plonger en profondeur dans cet intéressant univers. A noter que le MoMA (Modern Art Museum) à New York a fêté les 75 ans de la Cinematek en lui consacrant le mois passé dix séances dans le cadre du International Festival of Film Preservation. Quel prestige !

Intérieur d’une maison bruxelloise réalisé par les Lempereur. “Notre intervention concrétise les rêves d’un couple d’une grande sensibilité pour les matières, les étoffes, les couleurs”. © Beta Plus

DESIGN

ARCHITECTURE D’INTÉRIEUR LUXE ET ÉLÉGANCE Chez les Lempereur, tout se fait à quatre mains. Depuis leur rencontre en 1995 à Paris, chez Ecart International, le bureau d’Andrée Putman, ils n’ont de cesse de peaufiner leur style qu’ils qualifient de contemporain chaleureux. Rencontre à Bruxelles où ils ont décidé de vivre en famille et d’installer leur bureau belge. UN TANDEM PARFAIT

Quinze années de complicité sans faille… Le couple formé par Olivier et Hélène Lempereur a décidé de fêter ce beau parcours avec la réédition d’un objet pas tout à fait comme les autres : un vide-poches. Initiale de leur histoire, lui l’a dessiné, elle l’a habillé. Une répartition des tâches équilibrée que l’on retrouve naturellement dans les projets qu’ils pilotent, désormais, dans le monde entier. Avec humour, Olivier déclare : "C’est Hélène qui apporte la chaleur. Moi, je suis sérieux et radical". DES DÉBUTS REMARQUABLES ET REMARQUÉS

Depuis leur premier projet réalisé au Bois de Boulogne, ils ont multiplié les commandes sans jamais renier ce qui les a rapprochés. À deux, ils forment le noyau de l’agence mais s’entourent d’indépendants motivés qui combinent savoir-faire et respect des délais. Lorsqu’ils rentrent en Belgique en 2004, ils reçoivent la confiance de Pierre Marcolini pour l’ouverture de sa boutique du Sablon. Une réussite qui va donner des envies à Pierre Hermé, fabuleux pâtissier et pape du macaron. Et après Wittamer en 2010, c’est la famille Oberweis qui vient de les solliciter pour repenser leur espace gourmand au Luxembourg.

n F.L.

Cinematek. Visites guidées les 16-17 novembre. Inscription obligatoire. Rue Gray, 178, 1050 Ixelles. 02/551 19 00. www.cinematek.be

DE NOUVEAUX PROJETS ENTRE BRUXELLES ET PARIS.

Lorsque l’on évoque notre pays, un architecte se distingue : Marc Corbiau. C’est dans deux de ses réalisations que vont devoir intervenir Hélène et Olivier. Tout en respectant la philosophie des lieux, mais plus encore, en écoutant les nouveaux propriétaires, ils imaginent des espaces de vie qui seront le reflet de la personnalité des occupants. Concevoir un intérieur privé pour ses clients revient à accorder plusieurs instruments afin que l’ensemble réjouisse les yeux et le cœur. Il faut pallier à toutes les demandes comme celle d’une épouse allergique au toucher du métal qu’il a donc fallu recouvrir entièrement de cuir. "Nous sommes à la recherche d’une décoration intemporelle porteuse d’un ADN qui fusionne parfaitement avec celui du client. Les inciter à aller au-delà de leur rêve et participer au bonheur du foyer est une source de richesse qui nous nourrit jour après jour". Au regard de leurs réalisations et des multiples projets à venir, on s’associe au site du Figaro qui les a cités comme “personnalités faisant bouger Bruxelles”. n Kunty Moureau

www.olivierlempereur.be

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

14


CHANGE. YOU CAN.

Ice-Stores : Antwerpen - Bastogne Brussels - De Panne - Knokke - Namur - Wavre

facebook.com/ice.watch

www.ice-watch.com


LES ESSENTIELS

OLIVIER MINNE LA TÊTE ET LE CORPS

É

légance et prestance définissent bien l’homme : Olivier Minne a la stature imposante, la voix grave et le sourire franc. L’idée de revenir jouer à Bruxelles le réjouit. Dans Le chien des Baskerville, œuvre bien connue d’Arthur Conan Doyle, il se glisse dans la peau du célèbre détective. “Il s’agit d’un personnage assez torturé dont la vie n’est essentiellement consacrée qu’à l’observation. Il est en éveil permanent, scrute tout ce qui l’entoure et possède cette forme de radar lui permettant de détecter la pièce manquante du puzzle. Avouons-le, c’est un grand malade ! Il n’est heureux que quand il trouve et ce n’est pas à Sherlock qu’on demanderait de faire la fête, il y a plus avenant. Cependant, il doit avoir des côtés attachants sinon ce cher Watson n’aurait pas partagé sa vie avec lui. L’auteur Jean Marcillac a su rendre, en français, toute la musicalité de l’anglais. Cerise sur le gâteau, j’ai énormément de plaisir à porter le costume qui participe à l’appropriation du personnage.” Naissance à Bruxelles, cours de théâtre à Paris, animation et journalisme sur France 2, pour mieux retrouver les planches, tous les chemins empruntés semblent n’avoir servi qu’à ramener Olivier Minne à ses premières amours. “J’ai su très tôt que mon attirance pour le théâtre ne résidait pas en des rôles de jeune premier romantique. À 19 ans, j’aurais déjà eu envie de jouer Sherlock Holmes mais j’en paraissais 16 ! J’aspirais à des personnages qui m’auraient forcé à l’introspection, à une recherche profonde. Comme tous les étudiants, j’ai fait mes gammes, j’ai joué plein de rôles avec le plus d’authenticité possible. Aujourd’hui, finissant la quarantaine, je trouve plus de rôles qui me permettent de m’exprimer. Par contre, je n’ai aucun regret par rapport à ma carrière en TV, j’adore ce métier. Je ne suis pas un frustré. Sûrement parce que j’ai, dans certaines animations comme Fort Boyard, un cousinage avec la comédie.”

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

ENTRE LE MAÎTRE DE FORT BOYARD ET SHERLOCK HOLMES, IL Y A UN GRAND ÉCART QU’OLIVIER MINNE FRANCHIT AVEC JUBILATION, À L’AISE À L’ÉCRAN COMME SUR LA SCÈNE, SA PASSION DE TOUJOURS. L’ANIMATEUR-COMÉDIEN BELGE PASSERA PAR LES PLANCHES BRUXELLOISES EN DÉCEMBRE. Olivier Minne, côté audiovisuel et Olivier Minne côté théâtre. Deux facettes d’un même passionné.

GRANDS BRAS, GRANDES PATTES L’homme séduisant du paysage audiovisuel français et belge n’a pas beaucoup d’indulgence pour son image. “Je me trouvais un peu raide. Il faut du temps pour devenir tranquillement soi-même. Plus jeune, je me sentais mal à l’aise avec ce corps si grand. Une fois que je me suis réconcilié avec lui, que je l’ai travaillé, j’ai abordé mon métier avec plus de naturel. Franchement, je n’ai jamais compris qu’on puisse mettre mon physique en avant, je me suis longtemps trouvé insignifiant. J’ai vécu une jeunesse terrible, ne sachant que faire de mes grands bras et mes grandes pattes”. Olivier Minne se souvient avoir grandi dans une famille qui n’avait pas la télévision et pour laquelle la lecture était source d’évasion. “J’ai toujours aimé qu’on me raconte des histoires pour ensuite aimer les raconter à mon tour. Jouer la comédie permet de faire les deux. J’ai grandi avec ma famille maternelle, je piquais des livres dans la bibliothèque. Quitter Bruxelles pour Paris c’était tenter mon rêve ailleurs, loin de chez moi. À l’époque, il fallait trois heures pour s’y rendre. Et puis, mes grands-parents sont d’origine française, j’ai grandi dans une double culture même si les artistes français étaient plus à l’avant. On ne vivait pas le formidable engouement qu’il y a pour les Belges actuellement. Aujourd’hui, je suis heureux, Bruxelles s’est réveillée. Et je suis enchanté chaque fois que je reviens. Je fonce directement à Ixelles, l’église Sainte-Croix, Flagey, les étangs… J’y ai mes fantômes et mes souvenirs. Ixelles c’est mon Amérique à moi. D’autant que je vis désormais à Los Angeles. J’y trouve une liberté, une énergie, un plaisir en tant que producteur, l’opportunité d’initier des projets, bien plus qu’à Paris, et surtout, il y a la lumière. En vieillissant, j’ai besoin de recul et de lumière.” n Gilda Benjamin Sherlock Holmes, Le chien des Baskerville du 9 au 15 décembre au Centre Culturel d’Auderghem. Boulevard du Souverain, 183 – 1160 Auderghem. Réservation : 02 660 03 03. www.cc-auderghem.be

16


Je suis

nouveau, frais et plein

de ressources.

Rien ne vaut l’Original. Avec moi, c’est du velours. Et la douceur,

ça me connaît.

Je suis tout ce qu’il vous faut! Même si vous ne raffolez pas du soja.

Lequel vous fera

craquer Allez sur alpro.com/love

Savourez une jolie réduction sur votre chouchou. Et laissez-vous offrir l’un des week-ends

romantiques.


LES ESSENTIELS

À

VOIR

SCÈNE

ZIDANI VA À PARIS !

1

L’HUMORISTE BELGE S’EXPORTE ET FÊTE SES 15 ANS DE CARRIÈRE.

Magic Mirrors. Place d’Espagne – 1000 Bruxelles. www.magicmirrorsbxl.com

© SASHA HESSE

2

3

T R O M À S E É S S E BL

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

Blessées à mort. Le 28 novembre au théâtre St-Michel. Rue Père Eudore Devroye, 2 – 1040 Etterbeek. Réservation : www.theatresaintmichel.be, Fnac, Ticketnet et sur www.beitlive.com. Tarif unique : 30 €

18

Miss Dior, c’est le premier parfum créé par Monsieur Christian Dior en 1947, déjà ! Pour lui rendre hommage et pour perpétuer cet héritage, Miss Dior s’expose et inspire 15 artistes féminines du monde. Des œuvres exposées gratuitement à Paris à la manière d’une vraie carte blanche !

MAT EST (DAS) POP Mat Maitland, designer anglais, est le “fournisseur” des musiciens internationaux tels que Beck, Snow Patrol, Goldfrapp ou encore Basement Jaxx. Son approche surréaliste, colorée d’images pop très années 80 et 90 l’ont aussi conduit à travailler avec Bent Van Looy, musicien de Das Pop et Soulwax. On peut voir ses œuvres jusque fin décembre à l’hôtel Aloft.

Zidani fait son cirque. Le 16 novembre au Cirque Royal. Rue de l’enseignement, 81 – 1000 Bruxelles. www.cirque-royal.org

dans le gouvernement Di Rupo), Évelyne Huytebroeck (Ministre de la Jeunesse, de l’Environnement, de l’Énergie et de la Rénovation urbaine), ou encore Karin Gerard (Présidente de Chambre à la cour d’appel de Bruxelles), Julie De Groote (Présidente du Parlement francophone bruxellois), Isabelle Wéry (comédienne, dramaturge et romancière), Beverly Jo Scott (chanteuse) et bien d’autres. Une performance, un cri à soutenir.

MISS DIOR A SON EXPO

Miss Dior du 13 au 25 novembre au Grand Palais à Paris. www.grandpalais.fr

n Fanny Leroy

Le 25 novembre, c’est la Journée contre la violence faite aux femmes. On prend conscience de cette réalité à travers la pièce Blessées à mort, un projet théâtral contre le féminicide écrit et mis en scène par une présentatrice italienne, Serena Dandini. La pièce est en réalité portée par une vingtaine de personnalités féminines provenant du monde du spectacle, de la télévision, de la politique ou de la société civile. Elle sera donc adaptée et jouée en français le 28 novembre au théâtre StMichel. Sur scène ? Marie-Esméralda de Belgique, Joëlle Milquet (vice-Première ministre, ministre de l’Intérieur et de l’Égalité des chances

RETOUR DU MAGIC MIRRORS Un petit écrin de tranquillité entre la gare Centrale et la Grand Place, cette place d’Espagne ! C’est elle qui accueille désormais le Magic Mirrors, un lieu culturel magique et chaleureux ouvert de 13 h à 23 h. On y joue, on y boit, on s’y amuse. En novembre, on va y écouter Daran, un chanteur français exilé au Québec.

Elle aime les gens, elle aime qu’on l’aime et son public le lui rend bien… Un public qui s’agrandit puisque la Belge Zidani fait désormais salle comble à Paris ! Rencontre avec la femme derrière le personnage. Âge. 45 ans. Prénom. Sandra. Son actu : La rentrée d’Arlette à la Comédie de Boulevard à Paris jusqu’au 30 décembre et Zidani fait son cirque le 16 novembre au Cirque Royal à Bruxelles. Son anniversaire. “Le spectacle Zidani fait son cirque, c’est une soirée spéciale, un spectacle anniversaire pour célébrer les 20 ans de mon premier one-woman-show et les 15 ans des réels débuts de ma carrière pro. On y verra des sketches pêchés dans mes huit précédents spectacles mais aussi du chant, de la danse, des amis. Ce sera unique.” Son envolée à Paris. “Mon passage dans l’émission On n’demande qu’à en rire sur France 2 m’a permis d’exister dans le paysage français des humoristes. C’était une bonne école même si j’ai détesté recevoir des points. Ce qui m’a intéressée, c’était le côté créatif, les avis objectifs donnés sur mes prestations. J’ai dû prendre de l’assurance. Et puis, ça m’a donné l’occasion d’adapter mes textes au public français.” Son passé. “J’ai été prof de religion protestante pendant 10 ans. Je ne l’ai jamais regretté mais le théâtre a toujours été un fil conducteur. Je suis sur les planches depuis l’âge de 9 ans.” Son projet. “Je voudrais voir le monde. Chez moi, j’ai une carte où l’on gratte les pays que l’on a visités… j’ai envie de gratter et puis j’aime rencontrer les gens mais j’aurais par contre des difficultés d’abandonner mes chats pendant le voyage.” Son rêve. “Poser le pied en Antarctique.” Sa cause. “J’aimerais me battre pour la cause des femmes dans le monde… peut-être en Algérie, le pays de mon père. Il y a tellement de réalités à changer.” Son personnage. “Être une femme dans ce métier ne m’a pas posé de problème. Peut-être parce que je n’ai pas le look de la jolie poupée et peut-être aussi parce que je rentre vraiment dans la peau de mon personnage, Zidani.”

LES COUPS DE ¤ DU MOIS

Place Jean Rey – 1040 Etterbeek. www.aloftbruxelles.com

4

NOUVELLES PLANCHES Le paysage culturel de Bruxelles s’agrandit et accueille le Théâtre des Bosons, un nouvel espace infiniment intime. La pièce qui inaugure les planches ? L’Aide-Mémoire. L’Aide-Mémoire du 27 novembre au 20 décembre au Théâtre des Bosons. Chaussée de Boondael, 361 – 1050 Ixelles. www.bosons.be


LES ESSENTIELS

GUILLAUME GALLIENNE

A GAGNÉ SON PARI LES GARÇONS ET GUILLAUME, À TABLE ! EST UNE RÉUSSITE POUR LE MOINS ORIGINALE.

P

our la crème des comédiens, l’époque est étrange. Paradoxale, même. De nos jours, on a beau arborer depuis dix-sept ans la prestigieuse étiquette de “sociétaire de la Comédie Française”, jouer régulièrement les seconds rôles au cinéma (Fanfan la Tulipe, Astérix 4), et même avoir fait un peu de télé (Le Grand Journal), on peut être méconnu – de nom, en tout cas ! – du grand public. Inconsciemment ou non, Guillaume Gallienne savait qu’il lui faudrait un jour mettre lui-même les mains dans le cambouis pour changer la donne. La raison pour laquelle il est l’auteur, l’acteur principal et le réalisateur de son premier film ? “Oh, tout n’était pas aussi calculé, mais vous avez raison, j’ai compris tout ça le jour où j’ai voulu raconter cette histoire. Pas parce que c’était la mienne, mais parce que je me suis dit qu’elle était bonne et universelle.”

UN LONG-MÉTRAGE, APRÈS LA PIÈCE Cette épopée intime, à la fois atypique, touchante et drôle, qui est en fait le prolongement d’un one-man-show avec lequel il s’est baladé trois ans, n’a finalement été qu’un prétexte pour abattre les clichés qui l’ont trop longtemps entouré. Et pas seulement ceux qui hantent le milieu bourgeois dont il est issu. “Le film m’a surtout emmené beaucoup plus loin que la pièce, où je jouais tous les rôles. Dans un théâtre, je ne pouvais pas interpréter les choses avec autant de profondeur. Le film m’a permis de mieux cerner le personnage, celui que j’étais dans la vie. De mieux expliquer pourquoi il avait été victime de malentendus au sein de sa propre famille et pourquoi il ne s’était jamais rebellé.” Rebelle, Gallienne ? Sûrement pas ! “Il est d’une infinie gentillesse. Si je ne pouvais travailler qu’avec des acteurs comme lui, ce serait le bonheur absolu !”, nous glisse notre intermédiaire pour cet entretien. L’acteur est équilibré sur un plan personnel : il est marié et papa d’un petit garçon. Mais aussi professionnel. Et tout ça grâce à une thérapie longue de quatre années, “Elle s’est terminée le… 1er janvier 2000 ! “, se souvient-il fièrement. Ce jeune quadra transmettrait à n’importe qui sa joie de vivre. Son bonheur d’être là, tout simplement.

ACCUEIL CHALEUREUX ”À Cannes, à Namur – où nous l’avons rencontré, à l’occasion du dernier FIFF – ou ailleurs, le film est chaque fois formidablement bien accueilli. Je suis assez soulagé car financer un premier film reste une tâche compliquée. En France, pour acquérir un peu de notoriété, j’ai compris qu’il fallait soit que je fasse de la télé, soit que je couche avec une femme très connue. Mais vu que j’étais déjà amoureux de ma femme et que je n’avais plus envie de draguer, encore moins d’atterrir dans Voici, j’ai fait de la télé. Mais bon, Les Bonus de Guillaume, même si au départ je me demandais vers quoi j’allais, ça m’a vraiment éclaté de le faire !”

Face à ce premier long-métrage qu’il nous livre, on a toutes les raisons de croire que Guillaume, qui sortait tout juste de la pièce de La Trilogie de la Villégiature lors de notre rencontre, continue de filer sur de bons rails. Lui et ses ondes positives accompagneront son bébé de film jusqu’au 20 novembre. “Et le 20 novembre, je commencerai à écrire un deuxième film, qui n’a plus aucun lien avec mon vécu, puisqu’il raconte l’histoire d’une femme très modeste. Mais bavarde, comme moi (rires).” Début d’année prochaine, l’acteur sera à l’affiche de Yves Saint Laurent, un biopic signé Jalil Lespert. À présent donc, nous avons décidé de suivre sa carrière de plus près encore, et avouons-le : on a déjà hâte de découvrir ça ! n David Hainaut Les Garçons et Guillaume, à table ! Sortie en salles le 20 novembre

19

© Christophe Bortels

SUR DE BONS RAILS


LES ESSENTIELS

LES ÉMOTIONS LITTÉRAIRES

N’ONT PAS DE PRIX

NOVEMBRE ET SA SAISON DE PRIX LITTÉRAIRES, SES GLOIRES ET SES OUBLIÉS. DANS ESSENTIELLE, ON VOUS PARLE DE NOS COUPS DE CŒUR.

SORJ CHALANDON LE QUATRIÈME MUR

COLUM MCCANN TRANSATLANTIC

Il y a en lui toute l’humanité du monde exprimée dans des romans d’une sensibilité infinie où chaque mot porte la force de son intelligence, et de son vécu. Récompensé, encensé, Sorj Chalandon, exgrand reporter de guerre, livre avec Le quatrième mur sa plus grande blessure : celle du conflit au Liban dans les années 80. L’histoire d’un metteur en scène de théâtre qui rêve de rassembler, au-delà de l’absurdité de la violence. Triste illusion… Il a fallu du temps pour écrire ce roman déchirant ? Je le porte en moi depuis 1982, sachant juste qu’il se passerait à Chatila. Aujourd’hui, j’étais prêt à affronter cette guerre et surtout mes propres interrogations par rapport à ce que j’aurais pu faire et devenir. Je n’ai pas écrit un livre de journaliste sur le Liban mais sur la guerre et un homme qui s’y perd. J’aurais pu moi aussi me perdre mais j’ai décidé d’abandonner le reportage de guerre. J’ai beaucoup pleuré en écrivant ce livre et pour pleurer, il faut être seul. Je me suis donc isolé à deux reprises, loin de ma famille Dans un train, un et de mes jeunes filles de 4 et 9 ans. Le marginal trouve un boulot d’un reporter est de témoigner portable dernier cri des larmes des autres en gardant les qui affiche siennes. J’ai longtemps été un creuset obstinément le de larmes pour enfin choisir les mots message : “Tu veux qui libéreraient mes émotions. La fiction jouer ?” En finissant permet de dire enfin “Je”. Moi qui ne par céder, il va se pensais pas écrire de romans, j’en suis à trouver pris dans un mon sixième et ça me plaît. engrenage qui met Comment recevez-vous les très vite sa vie en louanges et les prix ? danger et dans C’est un honneur et un bonheur que lequel il va entraîner d’être récompensé. Le bonheur d’être lu une sœur qui a une et de toucher autant les gens. Quand on dette envers lui. est à cœur ouvert, on rencontre les Premier tome d’une cœurs. En rentrant sous la Coupole trilogie, Le Jeu est un pour recevoir le Grand prix de thriller paranoïaque l’Académie française pour Retour à qui ne vous lâche Killibegs qui traite de l’IRA, des plus dès les Académiciens m’ont dit, “vos Irlandais premières pages. sont immortels”. En figurant sur la liste Vivement la suite… du Goncourt, ce sont les enfants de au printemps Chatila qu’on n’oublie pas. prochain !

LE COUP DE

ª

ANDERS DE LA MOTTE

LE JEU

Sélection Prix Goncourt 2013. Le quatrième mur, Sorj Chalandon, Grasset

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

Le Jeu, Anders De La Motte, Fleuve Noir

20

Les liens tissés, au fil du temps, entre les États-Unis et l’Irlande vus à travers quatre générations de femmes et leurs flux migratoires. Des figures féminines qui seront amenées à croiser des personnages ayant existé à travers quelques moments de l’histoire des deux pays pris à différentes époques et dont le roman mélange à plaisir la toile temporelle. Ainsi, après un prologue situé en 2012, Transatlantic nous conte le premier vol entre l’Amérique du Nord et l’Irlande réalisé en 1919 par deux aviateurs de la Première Guerre mondiale, suivi par la visite, dans l’Irlande de 1848, de l’ancien esclave Frederick Douglass, la conscience du mouvement abolitionniste aux États-Unis, auquel succéderont, en 1998, les voyages entre New York, Londres, Belfast et Dublin du sénateur George Mitchell, négociateur américain de la paix en Irlande du Nord. Le livre rebondira encore en 1863, en 1929 avant de s’achever en 2011. Portrait familial transgénérationnel, Transatlantic dessine une épopée intimiste (seul Douglass est une figure inscrite dans le marbre de l’Histoire) où Colum McCann explore avec son style unique cette longue toile que tissent ces femmes d’un continent à l’autre. Souvent émouvant, le roman ne possède pas tout à fait la force de Danseur (qui recréait la vie de Rudolph Noureev) mais n’en reste pas moins l’un des grands livres de cette rentrée littéraire. Sélection Prix Femina 2013. Transatlantic, Colum McCann, Belfond

PHILIPPE JAENADA SULAK Comme le dit le quatrième de couverture “Aucun romancier n’aurait pu inventer un personnage aussi fascinant que celui de Bruno Sulak”. Celui qui fut désigné en France comme l’ennemi public n°1 dans les années 80 n’avait rien d’un Mesrine. Peu intéressé par la politique, cet ancien légionnaire fut pendant dix ans le dernier gentleman braqueur. Spécialiste des supermarchés qu’il délestait de leur recette (l’arme à la main mais sans jamais tirer un coup de feu) avant de se prendre de passion pour les bijouteries, ce séducteur fut à l’origine d’évasions spectaculaires dont la dernière lui fut fatale. Philippe Jaenada, avec ses apartés drôles sur sa propre vie, nous raconte la dérive de Sulak comme celle d’un ami (en empathie totale avec son personnage, sa famille, son grand amour et ses plus proches complices) tout au long d’une biographie qui se lit comme un roman. Sélection Prix Renaudot 2013. Sulak, Philippe Jaenada, Julliard


Parfois vous préférez qu’on ne vous laisse pas partir en vacances

Offre limitée

- 35 euros* Afin que vous puissiez partir à un meilleur moment. Avec NoGo, l’assurance annulation de voyage d’Europ Assistance, vous protégez le budget de vos voyages et séjours de toute une année, de courte ou de longue durée, à l’étranger et en Belgique, et ce quel que soit le mode de réservation. Chez Europ Assistance, vous bénéficiez d’une solution personnalisée, non pas parfois mais toujours. Contactez-nous au 02/541.90.00 ou sur www.europ-assistance.be

Europ Assistance. Personne ne vous aidera mieux.

*Offre valable pour les 7000 premières nouvelles souscriptions d’un contrat annuel NoGo, à partir du 5 novembre 2013.


RENCONTRE

Pas de langue de bois avec Virginie Efira. Le cinéma, la TV, la féminité, l’amour, la maternité, la vie qui vous bouscule, pour le meilleur, ou pas… La jeune femme parle de tout avec assurance et intelligence, sourire aux lèvres.

LE BONHEUR

COMME IL VIENT

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

22


VIRGINIE EFIRA E

lle a les traits tirés et les yeux fatigués après une nuit de délibérations dans le cadre du FIFF, Festival du Film Francophone de Namur, où elle faisait partie du jury. Mais cette casquette lui sied tellement bien, correspondant à son besoin viscéral de communiquer, échanger, débattre. Virginie Efira n’est pas comédienne par hasard. Son métier n’est constitué que de rencontres, d’expériences de vie et de coups de cœur.

Comment expliquez-vous la sympathie que le public vous témoigne ? Je pense que je suis un peu drôle et que je reste cohérente avec ce que je crois et ce que je désire, quels que soient mes erreurs et mes succès. On m’a proposé certaines grosses comédies où j’aurais très bien gagné ma vie mais j’ai refusé. Franchement, pour qui je me prenais de refuser des propositions ? Mais voilà, je n’y croyais pas. Cela fait peu de temps que je peux vraiment choisir d’aller vers ce qui me convient pleinement. Je suis, par exemple, extrêmement heureuse d’avoir tourné dans un film comme 20 ans d’écart. En se montrant sincère, les gens viennent plus facilement à vous, ce qui fait que je ne me sens absolument pas enfermée dans une image de fille venant de la TV. Avant, je m’excusais sans cesse d’avoir été animatrice. Et puis quoi ? La TV fait partie de moi et je n’ai rien à regretter.

Le débat d’idées a-t-il toujours été important dans votre vie ? Être juré dans un festival permet, d’une façon idéale, de rencontrer et d’en savoir plus sur l’autre. Les conversations s’établissent facilement, on mène un peu une vie de groupe. À Namur, l’ambiance était chaleureuse, tout le monde était très à l’écoute. Débattre, c’est se sentir vivant. Je pense que l’échange est toujours possible et bénéfique, même dans la timidité ou la réserve, même en cherchant ses mots. Inutile d’asséner les choses, j’aime les gens qui ne mettent pas de point final à leurs phrases. Moi qui suis plutôt une actrice de comédies, j’ai des goûts de spectatrice très divers et je peux me passionner pour des films très différents. Il est parfois difficile, et pas obligatoire du reste, de verbaliser des émotions qui passent par le ventre et le cœur. Mais l’échange est primordial, essentiel dans ma vie.

Vous savez saisir les opportunités et faire face aux imprévus, dans votre vie professionnelle comme votre vie privée. Dans ma vie privée sûrement, au vu de ce qui s’est produit récemment ! Je n’ai aucun chemin tracé, je suis le mouvement en me montrant la plus curieuse possible. La peur me fait rarement reculer. C’est l’idée du confort qui me fait peur. S’enfermer, rester sur place, éteint les gens. J’espère arriver à cette forme de sagesse qui vous fait accepter les choses. L’adversité, les erreurs sont des événements normaux qui peuvent vous pousser à réaliser d’autres choses. Si un jour je tourne moins, je me mettrai peut-être enfin à écrire, comme je le répète depuis mille ans ! Quel autre choix avons-nous si ce n’est d’avancer ? Je suis quelqu’un de positif, je dis merci à mes parents. L’idéal est d’être positif en restant conscient. Heureux mais pas bienheureux.

Vous n’hésitez pas à affirmer votre point de vue, notamment dans certaines émissions TV où vous ne vous en laissez pas compter. S’affirmer prend du temps, je n’ai pas toujours été comme ça. Il faut quand même qu’il y ait quelques avantages au fait de vieillir ! Je me censure facilement et, longtemps, je me suis demandé si ma parole était légitime. Je me suis dit que, finalement, je ne devais pas tomber dans l’excès contraire de la blonde qui n’ose plus rien dire. J’ai peu de principes, je ne suis pas animée par des préceptes immuables et ce sont les belles rencontres de la vie qui m’ont appris à évoluer et à ne pas avoir une vision fermée des choses. Attention, j’aime l’emportement, les gens qui sont capables de monter sur la table pour défendre leur choix. De toute façon, il faut faire les choses à fond. Ceux qui aiment ont toujours raison.

Vous plaisez-vous aujourd’hui à Paris ? L’idée de vivre dans un endroit où je n’ai pas grandi me séduit et j’ai fini par me sentir bien à Paris. Si vous n’y restez que quelques jours, vous pouvez recevoir son côté agressif en pleine tête, les rapports humains y sont plus compliqués qu’à Bruxelles. Mais en y vivant, on finit par y tracer son chemin et à construire son réseau d’amis. Je connais les défauts de EEE

Stylisme. Marc by Marc Jacobs - Rue Antoine Dansaert, 90 1000 Bruxelles. 02 511 05 82. Coiffure. Badrane - Rue Edith Cavell, 228 - 1180 Bruxelles. 02 374 67 50. Make-up. Erica Tanaka pour Guerlain - www.guerlain.com. Lingerie de Peau Foundation 03, Precious Light 01, Terracotta 4 Saisons 04, blush duo Chic Pink, Eyebrow Kit Look Printemps 2014, 4 couleurs FAP look printemps 2014, Gloss d’Enfer 463, Cils d’Enfer Noir. Photos : © Julie Calbert.

23


RENCONTRE

ville et mes amis parisiens ne rêvent que d’une chose, venir vivre à Bruxelles ! À commencer par mon compagnon, le réalisateur Mabrouk El Mechri qui a réalisé JCVD à Bruxelles. Qui sait… La vie est longue. Ce qui est top, c’est qu’à chacun de mes retours au pays, je redeviens une enfant. Je laisse ma fille à mon père et j’ai la permission de sortir, c’est génial. Ce que le temps vous apprend également, c’est de prendre du recul par rapport à tout ce qui se dit ou s’écrit sur vous. Vous aviez à peine accouché qu’on se demandait déjà si vous aviez perdu vos kilos superflus… Incroyable, je sais ! On est malheureusement dans une société où l’image de la femme reste stéréotypée. Si on a des enfants, il faut maigrir. Si on n’a pas d’enfants, on n’est pas stable affectivement. La femme enceinte n’est plus connue que sous ce statut. À trois mois de grossesse, on vous demande déjà si vous allez allaiter. Franchement, il faut s’en ficher de tout ça. Et surtout, en tant que personne médiatisée, il faut se resituer par rapport aux articles et aux ragots. Là, l’humour retrouve toute son importance. Alors, avouez-le, depuis la naissance de votre fille Ali, vous ne parlez plus que d’elle à vos amis ? Avant la naissance de votre propre enfant, vous vous demandez pourquoi chacun est si prompt à vous montrer la photo de ses rejetons. Et là, je fais pareil. Je montre sa photo en clamant, “c’est elle, elle existe !”. En même temps, je ne me résume pas à son existence et je continue à avoir beaucoup de plaisir à faire des choses sans elle. Heureusement d’ailleurs, son épanouissement passe aussi par le mien. On sait qu’en tant que parent, on fera des erreurs. Tant pis, je ferai du mieux que je peux. Par contre, j’ai vite pris conscience que c’est en cette petite personne que vont se cristalliser mes plus grandes émotions, mes déceptions aussi. Enfin, je vis encore les premiers mois, autant dire, un grand bouleversement. n Gilda Benjamin Virginie Efira est à l’affiche du film En solitaire avec François Cluzet et Guillaume Canet. Elle tournera en 2014 une comédie d’Emmanuel Mouret.

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

QUIZZ MODE Virginie Efira chez Marc Jacobs, pourquoi ? Marc Jacobs, c’est chic, il y a de la fantaisie, c’est très féminin, j’aime la structure de la coupe impeccable. Et puis, il y a quelque chose de masculin aussi que j’aime bien. C’est très cohérent. C’est vraiment le créateur que je chéris le plus ! À New York, avant toute autre visite… je file à la boutique Marc Jacobs. Cela dit, celle de Bruxelles est canon. Votre look cet hiver, ce sera… Si je continue à manger des courgettes et des aubergines (rires), ça pourrait bien être les chemises rouge et bleu à carreaux de Marc Jacobs justement. Et ces grosses vestes colorées et confortables du moment. La tendance mode que vous vous êtes surprise à aimer Le sarouël… Non, je rigole ! Au départ, les imprimés très marqués me faisaient un peu peur. Mais une fois portés très assumés, ça devient top. Le look que vous aimez depuis toujours Ce serait celui de la belle rousse dans Mad Men ! Des tenues sexy, des coupes près du corps qui mettent en valeur sans être vulgaire du tout. Vos marques fétiches Marc Jacobs, Alexander Wang, Alexandre Vauthier, Saint Laurent aussi : j’adore les coupes pures et sobres de Hedie Slimane. Sonia Rykiel aussi pour la fantaisie de ses collections. Une fashion addiction ? Je suis plutôt timbrée des chaussures ! Un parfum Philosykos de Diptyque. Dans votre sac, on trouve ? On pourrait trouver un accordéon ou une tronçonneuse ! J’ai un sac très gros et très lourd, je compatis totalement avec les enfants et leur énorme cartable ! Ma trousse de maquillage contient de quoi partir deux semaines en vacances : des crèmes pour toutes les parties du corps, du maquillage à n’en plus finir. Je ne peux pas m’empêcher. Si vous deviez ne garder qu’une chose ? Mes clés, ce serait génial, je les perds sans arrêt. Un conseil aux mamans actives ? C’est moins un conseil qu’une interrogation qu’on partage toutes, j’imagine, par rapport au poids. Il y a une telle pression sociale qui est complètement nulle mais terriblement présente. Nos modèles sont des femmes retouchées. Donc, on part déjà perdantes… Ce que vous avez acheté à votre bébé qui vous a fait vraiment plaisir ? Pour tout dire, la chambre de ma fille est jolie, j’ai soigné la déco mais le tapis d’éveil, il faut le prendre… moche, avec des couleurs criardes, du rouge, du jaune, du vert, du bleu qui pètent ! J’étais heureuse de la voir toute contente sur ce tapis épouvantable. (E.W.)

24

© Julie Calbert

EEEcette


STYLE

UNE CERTAINE IDÉE

LUXE

DU

Novembre éteint la lumière. On la rallume en s’offrant le luxe. Celui qui brille dans les bijoux, celui qui donne une âme aux belles choses, celui qui magnifie les produits rares. On y a ajouté quelques prix extraordinaires pour faire parler et des histoires de femmes et d’hommes qui font naître de leur passion le luxe, le vrai.

PARIS, SA MUSE Paris-Cartier. Deux inséparables. Alors pourquoi chercher l’inspiration ailleurs quand elle est toute proche ? Avec Paris Nouvelle Vague, la Maison Cartier renoue avec le charme à la française. Sa ligne ? Une rigueur graphique troublée de féminité, un brin de fantaisie sophistiquée, de la modernité et toujours l’excellence joaillière. Cartier. Bague en or jaune, lapis-lazuli, chrysoprases et diamants - 31 500 €. Boulevard de Waterloo, 54 – 1000 Bruxelles. www.cartier.fr

© Vincent Wulveryck - Cartier 2013

VERTIGINEUX Prendre plus de 8 centimètres de hauteur d’un coup grâce à Jimmy Choo. Jimmy Choo. Escarpins Kahlua en cuir vernis noir, cuir beige et serpent métallisé argent – Collection Croisière 2014 – 525 €. Boulevard de Waterloo, 53 – 1000 Bruxelles. www.jimmychoo.com

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

26

MONTRE SIDÉRANTE C’est une montre mais c’est surtout un chef-d’œuvre. IWC Schaffhausen a créé la montre la plus compliquée jamais construite par la marque. Il a fallu 10 ans pour arriver à cette Portugaise Sidérale Scafusia qui indique l’heure normale et l’heure sidérale ! Par rapport à notre heure solaire normale, elle varie de 4 minutes par jour et sert notamment à trouver chaque nuit la même étoile à la même position. Ça n’est pas tout : le dos de la Sidérale Scafusia est un astrolabe pouvant être configuré en fonction des coordonnées personnelles de chaque client, une prouesse méritant tous les superlatifs. Vu le temps que demande la production de cette merveille et les quelque 200 variantes de configuration personnelle, peu d’exemplaires sortent de la manufacture chaque année. Cet objet de collection s’affiche à 600 000 CHF (soit aux alentours de 488 900 €).


HACKETT 007 La griffe anglaise Hackett ne pouvait pas mieux s’entourer… Pierce Brosnan est le nouvel ambassadeur de sa collection automne-hiver. À acteur de légende, photographe de légende puisque c’est Terry O‘Neill, le grand portraitiste et photographe de tous les James Bond qui le shoote. Autant dire qu’il savait comment mettre en valeur l’élégance de l’agent. Dans une mise en scène imprégnée des codes des années soixante, l’acteur apparaît plus charismatique que jamais en trench bleu marine ou costume de flanelle noire trois pièces, prenant la pose devant un avion, une voiture de sport ou un gratte-ciel au bras d’une pin-up digne héritière d’Ursula Andress. Du grand Bond, comme au début. © Pierce Brosnan photographed by Terry O’Neill exclusively for Hackett London

LES POUPÉES RUSSES De l’émail, du savoir-faire viennois… La maison Freywille illumine la bijouterie de ses couleurs vives depuis 60 ans. Direction la Russie avec la nouvelle collection “Passionate Russia”. Freywille. Bracelet Diva en émail “My Matryoshka” – en or jaune : de 460 € à 885 € – en or blanc : de 495 € à 980 €. www.freywille.com

JUPE PLISSÉE Parce qu’il est toujours de bon ton d’avoir un peu d’orange chez soi (ou d’en apporter)… on s’offre le luxe d’une Veuve Clicquot et on la choisit en jupe plissée grâce à Fashionably Clicquot ! Constitué de deux parties, l’emballage en papier plissé dévoile sa vraie nature une fois l’étui ôté et fait office de seau à glace. So elegant. Dedans, on y déposera le champagne Veuve Clicquot Carte Jaune Brut.

SOIN ROYAL

À partir de 63 €

Guerlain en parle comme d’un miracle. Avec la première “cure de gelée royale” libérée pour la peau et la première huile “booster de fermeté” au pur miel d’Ouessant, la maison parisienne propose des soins qui soignent mais qui font aussi rêver… La cure jeunesse 1 mois se présente en deux alvéoles, l’une contenant la gelée royale encapsulée dans des perles, l’autre la crème activatrice. Le premier jour de la cure, on mélange ce caviar d’or à la crème délicate et l’on obtient en 10 minutes un concentré magique tout frais. Et seules les abeilles de 200 ruches en Sologne sont exclusivement dédiées aux soins Abeille Royale ! À compléter avec l’huile de soin visage au miel d’Ouessant pour chouchouter l’élasticité de sa peau. L’apithérapie made in Guerlain.. ou le luxe absolu en matière de soins de la peau.

DE MÈRE EN FILLE Un carré Hermès ? Une merveille “pour toujours”qu’on se passe de mère en fille. ... En soie ou en cachemire et soie. Hermès. Carré 90 Maillons de Joël Stein en twill de soie – 320 €. www.hermes.com

Guerlain. Abeille Royale Cure 1 mois – 271 € & Abeille Royale Huile de Soin – 82 €

Un dossier réalisé par Manon Legrand, Fanny Leroy et Elodie Weymeels

27


STYLE UNE CERTAINE IDÉE

DU

LUXE Un avion à moi (entre autres)

CHIC CLASSIQUE Le must-have d’une vie de shoppeuse… Le Brillant, c’est la perfection made in Belgium non ? Sac Delvaux, Brillant Black Edition, Box Calf Mandarine. 4 400 €. www.delvaux.com

Le luxe, c’est la liberté d’esprit, l’indépendance, bref le politiquement incorrect

1/32. C’est la plus petite part d’avion qu’il est possible d’acquérir auprès de la société Netjets, le leader européen de l’aviation d’affaires. Et 1500 clients ont déjà fait l’investissement. Car posséder une part d’avion Netjets, c’est permettre aux entreprises, à leurs dirigeants ou à des particuliers d’avoir accès à une flotte complète d’appareils pour une fraction seulement du coût d’achat et de maintenance d’un seul avion. Et les copropriétaires se partagent près de 130 engins pouvant accueillir jusqu’à 14 personnes. Un must ! À eux les pistes de près de 5 000 aéroports dans le monde… quand ils le veulent ! www.netjetseurope.com

Extrait de l’ouvrage Le monde selon Karl, par Patrick Mauriès et Jean-Christophe Napias, Editions Flammarion, 25 €

LINGERIE DU DÉSIR

30 000 € C’est le prix du safran par kilo. Pas étonnant que ces pistils de crocus soient baptisés “or rouge”. Un or qui ne vient pas seulement d’Egypte ou d’Iran mais aussi de Belgique ! Eric et Sabine Léonard possèdent près de 100 000 bulbes de fleurs qu’ils exportent dans le monde entier, tout comme leur savoir-faire. Des amoureux de la fleur comme de l’épice qui organisent des visites de leurs plantations et créent aussi des produits dérivés comme de la liqueur, du thé, de la moutarde, de la confiture, du miel… aux saveurs subtiles, toujours.

La Perla, une marque italienne jusqu’au bout de la dentelle. Une maison qui fêtera ses 60 ans en 2014… Autant d’années d’expérience dans le monde de la soie et de l’érotisme immortalisées dans un ouvrage sen-su-el intitulé Lingerie et Désir ! Lingerie et Désir. Éditions Rizzoli, 60 €. La Perla. Boulevard de Waterloo, 12 1000 Bruxelles. www.laperla.com

Le Safran de Cotchia. Eric et Sabine Léonard. Rue de la Waloppe, 26 – 4219 Wasseiges. www.safrandecotchia.com

Nuisette en satin de soie rouge et dentelle noire – 364 € / Collection Maison.

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

28


Chez Givenchy, le tartan se la joue un poil punky. © Pixelformula

BACK TO THE GRUNGE Les défilés ont livré leurs tendances et cela n’a échappé à aucun observateur : le grunge fait son retour. Pour le plus grand bonheur des nostalgiques des nineties, les saisons à venir verront réapparaître les chemises XXL en tartan, les jeans troués et les gros godillots de cuir noir. C’est à Hedi Slimane qu’on doit ce revival. Le directeur artistique de l’élégante maison française Yves Saint Laurent – devenue Saint Laurent entre temps – a fait défiler des filles, dignes héritières de Courtney Love, icône du grunge qui fut la compagne de Kurt Cobain, chanteur de Nirvana. Ce qui n’a pas manqué de choquer certains fidèles d’YSL plus attachés à l’esprit Rive Gauche qu’underground. Mais les rebelles d’Hedi Slimane sont plus “propres”, plus chic et bien plus luxe qu’on ne croit. Leurs mines blafardes résultent en réalité d’un maquillage nude bien maîtrisé, leurs yeux charbonneux renvoient au très tendance smoky eye et leurs cheveux gras devraient plutôt être qualifiés de “faussement négligés”. Le grunge est donc de retour. À la différence que le grunge d’aujourd’hui, contrairement à celui d’hier, met en valeur de plus nobles matières... mais moins d’esprit contestataire. Hedi Slimane réinterprète les influences de la rue des années 80. © Pixelformula

DURABLEMENT LUXE

SHOPPING GRIFFÉ

Glamour, ostentation, consommation… le luxe a tous les stéréotypes de son côté pour tourner le dos au développement durable. Mais puisque l’heure de la green attitude a sonné, le label français 1.618 Sustainable Luxury assemble les marques qui appartiennent aux deux univers. “Le luxe se met à nouveau à écouter son consommateur et renoue avec son ADN premier : la notion de temps, la transmission, le respect des ressources naturelles, le savoir-faire, la qualité”, souligne Barbara Coignet, fondatrice du projet 1.618. Le label made in Paris promeut les marques innovantes, crée un réel web guide destiné aux consommateurs et s’intéresse de près au futur du luxe… durable évidemment. De son côté, Greenpeace a aussi établi un classement des maisons de luxe italiennes et françaises selon leur politique gouvernementale, The Fashion Duel. Et seule la maison de haute couture Valentino respecte la planète dans son processus de fabrication !

Le Francis Ferent nouveau est arrivé ! Et ici, on shoppe avec élégance dans l’Exclusive Department Store. On a de l’espace, beaucoup d’espace pour apprécier une multitude de marques dont certaines nouvelles venues à Bruxelles comme Vanessa Bruno, Porsche Design, Hogan ou encore Yves Salomon. Le label Francis Ferent, existant depuis les 70’s, est un voyage sur-mesure et décontracté à travers les nombreux départements qui dessinent les formes de la boutique. L’ensemble est épuré mais chaleureux, proche de la tradition du beau et de l’innovation. Francis Ferent. Avenue Louise, 60 – 1050 Ixelles. www.ferent.be

www.guide.1618-paris.com www.thefashionduel.com

29

Carreaux, superposition pour Dires Van Noten. © Pixelformula


STYLE UNE CERTAINE IDÉE

DU

LUXE

LE LUXE VU PAR…

GIORGIO ARMANI À ANVERS

Les espaces Armani sont toujours spectaculaires et élégants. Avec la réouverture mi-octobre de deux boutiques complètement réaménagées Emporio Armani et Armani Jeans (plus jeune et trendy) à Anvers, la Belgique est servie ! La plus luxueuse des deux, Emporio, offre 600 m² sur deux niveaux. Marmorino pour les plafonds, pierre indienne grise pour les sols, murs revêtus de tissu argenté et de verre noir, c’est totalement wouahou ! Et ce n’est pas tout : les accessoires sont disposés au rez-de-chaussée sur des étagères en verre rétroéclairées qui apportent un impact visuel fort et harmonieux à l’espace. On y trouve l’intégralité des collections Emporio Armani homme et femme, la lingerie Emporio Armani Underwear, la collection sport EA7 ainsi que de nombreux accessoires (montres, lunettes, bijoux). Pur luxe ! Nous avons demandé à cette occasion à Giorgio Armani ce qui pour lui représentait le luxe du style. Quels sont les détails avec lesquels on exprime le maximum du luxe ?

Tout d’abord la grande qualité des matériaux qui valorise la délicatesse des nuances. Ensuite, une excentricité bien calculée pour les accessoires, dans les proportions, dans les matériaux et dans les mariages. Pour finir, la perfection des finitions, qui garantissent le confort à celles ou ceux qui portent ce vêtement ou cet accessoire. Selon vous, quelle est la tendance de l’hiver qui sied le mieux aux femmes ?

L’éclectisme, mélangeant la saveur des années 20 et 40 au goût pur du design contemporain. Quelle est votre pièce préférée dans la collection Emporio Armani AI 13-14 ?

Pour la journée, ma tenue préférée est un tailleur à l’allure masculine, avec la veste coupée à vif, la blouse au col asymétrique fermée par une broche géante, le gilet cache-cœur en velours, le pantalon fuselé. Un aspect masculin, contredit par une certaine douceur des détails. Pour le soir, j’aime la robe-sculpture en néoprène allégé et assoupli comme une espèce de velours, coupé de manière à construire un bustier moulant et asymétrique, avec des mocassins transparents et une empeigne assortie à la couleur de la robe. n E.W.

Emporio Armani. Hoplandstraat, 22&Armani Jeans. Leysstraat, 30 -- 2000 Anvers.

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

30


CAVIAR IRANIEN

HISTOIRES

DE

LE PETIT BRUIT DE LA CUILLÈRE EN NACRE…

LUXE

Derrière Kian Caviar, il y a un jeune patron épicurien et passionné de l’œuf mordoré si luxueux.

MONTRES

CHASSE GARDÉE MAISON LA ARMURERIE DE PRESTIGE, E AUSSI LEBEAU-COURALLY PARTAG GERIE. LES SECRETS DE L’HORLO

Barillet, rouage, ressort… Le vocabulaire se partage et les univers se croisent. De l’armurerie à l’horlogerie il n’y a qu’un pas et Lebeau-Courally l’a franchi en 2011. “Nous voulions nous diversifier et le monde de l’horlogerie était le secteur le plus évident vers lequel se tourner. Tous les armuriers reçoivent des cours d’horlogerie… les mécanismes sont proches”, explique Edouard de Liedekerke, directeur général du pôle montres de la marque. Un sacré changement dans l’horizon de cette maison familiale belge créée en 1865 et hissée au rang des maîtres armuriers de prestige. “Aujourd’hui encore, une vingtaine de personnes confectionnent des armes dédiées à la chasse et effectuent un travail minutieux à la main à Liège… des métiers d’art qui se transmettent de génération en génération”, continue-til. L’entreprise, toujours enracinée en Belgique, s’est pourtant naturellement tournée vers la Suisse pour mettre en place sa collection de montres. “C’est une obligation pour atteindre l’excellence”, ajoute-t-il. Et ainsi, ce lien avec le savoir-faire et les minutieux métiers d’art reste prégnant. “Certaines montres sont serties, d’autres gravées à la main…”, souligne Edouard de Liedekerke. Le modèle Le Comte par exemple, dernier en date, offre une gravure personnalisée. Un travail effectué par un maître graveur liégeois, à la main pendant près de 100 h. Des détails qui séduisent les enthousiastes, les collectionneurs et surtout les connaisseurs. n F.L. Montres Lebeau-Courally en vente en exclusivité à Bruxelles à la joaillerie Leysen, place du Grand Sablon, 32. www.lebeau-courally.com

Il nous parle de la couleur du caviar, du petit bruit si important quand on y plonge sa cuillère, de sa consistance à nulle autre pareille. Du goût plus iodé du dauricus, et plus beurré de l’osciètre impérial dont les grains dorés rappellent aussi la noisette. Tout petit déjà Olivier Afshin a aimé manger du caviar. Sa famille est “tombée dedans” quand son arrière-grand-père, iranien, s’est lancé dans le caviar. Aîné de la famille, Olivier Afshin Saghezchi a déjà roulé sa bosse dans la com’et les livres avant d’être comme rappelé naturellement vers l’entreprise familiale. Il y a quelques mois, il a créé sa marque “Kian Caviar”. Une entreprise familiale : Kian est le 2e prénom de son frère Philippe Kian, flic de la brigade des stups au 36 quai des Orfèvres tandis que le dessin sur les boîtes est l’oeuvre de Matthieu Cyrus, dessinateur pour Dysney à LA ! “Mon père et moi sélectionnons le caviar qui provient de nos bassins en Iran”, complète Olivier. Il a décidé de lui donner pignon sur rue avec deux associés depuis mars 2013 en reprenant l’ancienne boutique Caviar Louise. Un déco contemporaine pour cette petite épicerie fine qui donne envie de tout acheter (Surtout qu’Olivier Afshin, qui se définit comme un épicurien adorant tous les plaisirs de la vie est à l’origine de la sélection proposée). En bonne place : le caviar. La boîte de 30 g de dauricus s’affiche à 60.25 €, celle d’osciètre impérial à 79.90 €. De quoi faire rayonner un moment spécial en tête-à-tête par exemple… “On a vraiment fait en sorte que le caviar devienne un luxe abordable, pour casser le côté réservé à une élite”. L’élevage en bassin (mais avec des techniques toujours aussi artisanales de production) contribue à une certaine démocratisation du caviar même si cela reste un produit cher car, comme les meilleurs vins, le processus est long avant que les œufs ne terminent dans ces petites boîtes de toutes les envies… Envie de tester ? Tous les vendredis, c’est Afterwork Party avec 10 g de Dauricus, des blinis, de la crème et une coupe de champagne ou une vodka pour 30 €. Dans une ambiance d’avant week-end qui est à la discussion informelle entre… personnes de bon goût ! n E.W. Kian Caviar. Avenue Louise, 505 – 1050 Ixelles.www.kiancaviar.com

31


STYLE HISTOIRES

DE

LUXE

RELAIS&CHÂTEAUX

DES ARDENNES AUX PAYS-BAS EN ROUTE VERS LE BONHEUR

JOAILLERIE

PRÉCIEUSE

AMITIÉ C’EST L’HISTOIRE DE DEUX COPINES ANVERSOISES PASSIONNÉES DE BIJOUX.

© Inga Powilleit

DES DÉBUTS LIÉS À LA MODE

Voici les clés pour une échappée belle dans le monde de la gastronomie et du bien-être. Relais&Châteaux a mis au point deux Routes du bonheur, tout près de chez nous.

Être diplômées de l’Académie Royale des Beaux-Arts en même tant que les “Six d’Anvers*” a porté chance à Katrin Wouters et Karen Hendrix. L’atmosphère était au partage et c’est en leur compagnie qu’elles ont présenté leurs premières créations à Londres. “Nous avions loué une camionnette ensemble pour faire le voyage. Nous étions enthousiastes et pleines d’espoir. Depuis, nous sommes toujours restées connectées aux stylistes belges”.

Le principe de ces Routes du bonheur réside en des suggestions d’itinéraires susceptibles de vous faire découvrir des adresses cosy au service grande classe, des cuisines aptes à ravir les palais les plus fins et des lieux de quiétude, véritables petits joyaux touristiques. Un hôtelier vous prend par la main et vous dévoile ses coups de cœur. La Route du bonheur de Julien Lahire, propriétaire de la très appréciée Auberge du Moulin Hideux à Noirefontaine, au cœur de la Vallée de la Semois, nous propose de commencer notre escapade par l’hôtel Héritage, en plein Bruges, adresse romantique par excellence. Petite halte conseillée à Oostkerke considéré comme l’un des plus beaux villages de Flandre occidentale. Le deuxième jour nous emmène à La Butte aux bois, un établissement aux portes de la réserve naturelle de Hoge Kempen et des Pays-Bas. Notre guide nous conseille ensuite de ne pas rater le marché dominical d’Aubel, autre magnifique village de la région de Liège. Le troisième jour, on fait un arrêt obligé à notre auberge de référence avec une promenade conseillée via la route panoramique de l’ancien duché de Bouillon. Pour terminer, le quatrième jour, direction l’hôtel Le Place d’Armes, ancien hôtel particulier du 18e au centre de Luxembourg au Grand-Duché. Une centaine de kilomètres séparent chaque étape, de quoi avoir un joli aperçu des richesses du Bénélux. L’autre Route du bonheur limitrophe a été pensée par Henk Salverberg, étoilé Michelin de plusieurs restaurants aux Pays-Bas. Il propose cinq jours, des côtes de Zélande au Musée Kröller-Mûller d’Otterlo, avec sa collection incroyable de toiles de Van Gogh, en passant par La Haye ou encore les champs de tulipes à Lisse.

NOUVELLE TENDANCE

La marque Wouters&Hendrix naît en 1984 et s’inscrit comme une troisième tendance en matière de bijouterie entre la haute joaillerie et l’accessoire purement décoratif. Les formes, en accord avec leur temps, affichent un design actuel mêlant une touche d’humour que Marcel Broodthaers ne renierait pas. UN DÉVELOPPEMENT À L’INTERNATIONAL

En véritables femmes d’affaires, elles ont rapidement appris le métier et continuent à tout dessiner et gérer elles-mêmes. Outre le marché européen, c’est le Japon qui les plébiscite depuis plus de 25 ans. Deux boutiques à Anvers, une à Bruxelles, 30 personnes dans les ateliers plus de 200 pièces par saison sont les signes d’une vitalité créative permanente. INFLUENCES MULTIPLES

Pour cette saison, la collection I don’t need you, but I want you, présente un savant mélange du style Punk et Art Déco. Le savoir-faire artisanal, la touche fashion, l’argent, l’or et les pierres semi-précieuses (pierre de soleil, agathe, iolite, carnéole) résument ce look sensible et trendy reconnaissable au premier coup d’œil. n Kunty Moureau (*)

Walter Van Beirendonck, Ann Demeulemeester, Dries Van Noten, Dirk Van Saene, Dirk Bikkembergs et Marina Yee.

n Gilda Benjamin

Wouters&Hendrix. Place Brugmann, 16 - 1050 Bruxelles. www.wouters-hendrix.com

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

www.relaischateaux.com/fr/route-du-bonheur/benelux

32


TAILLEUR POUR HOMMES

MAÎTRE ÈS COSTUME Papa, Maman avaient un magasin de vêtements pour hommes et pour femmes. Mais la ligne féminine, c’est trop compliqué, il y a trop d’accessoires alors Frank Mercken dit humblement avoir choisi la “solution de facilité”. Et puis, “aujourd’hui, il faut choisir son créneau pour exceller”, dit-il. Exceller, c’est bien le mot. Mercken, c’est le luxe vestimentaire, version hommes, décliné dans trois boutiques belges. Dans ces antres du sur-mesure, on y vend des costumes haut de gamme. Le classique blazer blue ou la veste vert menthe, des triples poches intérieures ou des plumes au col… Mercken rend tous les désirs de ses clients possibles. Des clients qui savent souvent ce qu’ils veulent. “Nos costumes sont à-propos pour des mariages ou des événements business mais en réalité, ils conviennent à toutes les occasions. Nombreux sont encore ceux créés à la main”, souligne Frank Mercken.

Entre la soie, la laine ou le cachemire, le prix des costumes varie entre 300 et 9 000 euros. Peu importe le prix dépensé par le client pourvu qu’il se sente à la maison lorsqu’il choisit son costume. Car chez Mercken, le point d’honneur est aussi mis sur l’accueil. A noter que l’on y trouve en exclusivité pour le Benelux la marque Tom Ford, costumes et accessoires pour hommes, tout comme pour l’ensemble des collections Brioni et Ermenegildo Zegna. De quoi trouver du casual chic sans problème ! n F.L. Mercken. Havermarkt, 32 – 3500 Hasselt. Lange Gasthuisstraat, 28 – 2000 Anvers. Boulevard de Waterloo, 8 – 1000 Bruxelles. www.mercken.com

CHAMPAGNE

DANS UNE BULLE c Alexandra e v a e tr n o c n e R nancourt, Peyrerre de No ères l’une des hériti r. Laurent Perrie

D’ÉLÉGANCE Elle attend, royale. Sa ligne est fine, son port de tête haut, sa voix douce et accueillante. “Soyez les bienvenus au château de Louvois”. Cette phrase prononcée si simplement sonne comme une invitation à voyager un siècle en arrière. Car la soirée qui suivra sera digne des plus nobles du début du XXe siècle. Le château de Louvois, c’est encore la propriété de la famille de Nonancourt… l’illustre lignée qui se cache derrière les champagnes Laurent-Perrier. Il y a encore trois années, la figure du père régnait sur l’empire de bulles. En 2010, Bernard de Nonancourt s’en est allé laissant à la tête de sa compagnie, ses deux filles, Alexandra et Stéphanie. L’aînée nous reçoit. Elle n’habite pas au château mais pour une soirée, elle est la maîtresse de maison. Par la fenêtre s’aperçoit le jardin, dessiné par Michel Le Bouteux, un élève de Le Nôtre… on en discute autour d’une coupe de champagne, LaurentPerrier, bien sûr. Alors que les finesses de la cuvée Grand Siècle se dévoilent, Alexandra Peyrerre de Nonancourt laisse aussi entrevoir une partie de son histoire et de sa personnalité. Diriger l’empire Laurent-Perrier avec sa sœur ? Ça ne semblait pas être l’un de ses projets de départ… “Je suis indirectement tombée dedans dès le plus jeune âge mais je n’étais pas destinée à y travailler. J’ai étudié le design et l’architecture d’intérieur puis j’ai ensuite travaillé dans le monde du parfum…”. D’ailleurs, le champagne, Alexandra ne l’a apprécié que bien tard. “Mon palais a seulement commencé à l’apprivoiser vers l’âge de 20 ans”. De la parfumerie à l’élaboration du champagne, il n’y a qu’un pas et Alexandra l’a franchi en 1987, l’année de son mariage et l’année aussi de la cuvée prestigieuse qui porte encore son nom. Aujourd’hui, elle marche dans les pas de son père, l’homme qui a hissé Laurent-Perrier au niveau du champagne grand luxe. Et son ombre n’est jamais loin. “Il est dans tous nos actes mais avec ma sœur, nous avons dû aussi construire notre légitimité, vivre avec nos équipes, acquérir leur confiance. Nous avons à cœur notre métier, l’héritage de notre père”, explique-t-elle. Et sa mère dans tout ça ? “C’est le pilier de la famille, une globe-trotteuse, une ambassadrice du champagne”. On aimerait continuer la conversation mais les portes de la salle à manger s’ouvrent… “Madame est servie”, entonne le majordome. Se découvre une table à la nappe cousue de fil d’or, aux cartons d’invitation nominatifs, et aux verres baccarat. Le chic et le service à la française en somme… n F.L.

www.laurent-perrier.com

33


STYLE HISTOIRES

DE

LUXE Un vélo signé Abici, une toute jeune maison qui fabrique des bicyclettes minimalistes inspirées des années 50, assemblées pièce par pièce. Des vélos uniques et high-tech.

L’atelier Tramontin & Fils qui fabrique les célèbres gondoles de Venise, notamment.

Les bougies à l’orange incomparable de Acqua di Parma sont fabriquées à la main.

ACQUA DI PARMA

L’ITALIE EN “FAIRE” ET EN PHOTOS AVEC LE MAGNIFIQUE OUVRAGE “NOBILTÀ DEL FARE – HISTOIRES DE L’EXCELLENCE ITALIENNE”, ACQUA DI PARMA MET EN VALEUR L’ITALIE DES ARTISANS ET DES ARTISTES Et si le comble du luxe, c’était de laisser parler le beau dans tous les domaines (et pas que le sien), le savoir-faire (celui des autres aussi) et surtout la noblesse de l’artisanat (dans son ensemble). Acqua di Parma, cette classieuse maison de colognes italienne a présenté il y a peu un ouvrage prestigieux qui réunit vingt-trois histoires de ce savoir-faire noble que l’Italie perpétue depuis la Renaissance. Acqua di Parma a ainsi proposé au grand photographe italien Giovanni Gastel d’aller à la rencontre de familles d’artisans, de lieux et d’artistes pour en prendre leur essence, leur passion, la beauté de leurs histoires. En résulte un volume précieux, très grand format, où chaque histoire se découvre à travers une technique, un portrait, une couleur, un pas de danse, un tour de vis, un morceau de bois… On part au Teatro alla Scala Academi, dans les ateliers des ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

pianos Fazioli, au château della Gherardesca ou encore là où naissent les céramiques Gatti. De grands noms italiens mis en valeur par des photos magnifiques. Et quelques surprises : au détour d’un page, un échantillon de tissu de soie de Rubelli Textiles, la maison vénitienne qui a fourni les tissus pour la couverture du livre. L’introduction a été écrite par Enrico Colle, l’ambassadeur par excellence de la culture et des arts italiens, expert des arts décoratifs et directeur du musée Stibbert à Florence. On peut se faire une idée de ce livre et surtout de ce qu’il entend mettre en valeur sur le site d’Acqua di Parma à travers des photos et des vidéos du projet. Un enchantement. Le livre étant… pure magie ! n E.W. La Nobilta del Fare, 332 pages, 280 illustrations, Éd. Electa, 200 €.

34


STYLE HISTOIRES

DE

LUXE

“Ce que Tiffany & Co imagine, femme veut”… Depuis 175 ans, la marque américaine fait étinceler le corps féminin de ces diamants et pierres précieuses savamment serties. Rencontre en tête-à-tête avec de véritables joyaux.

DIAMANT, GLOIRE ET BEAUTÉ

B

ondstreet à Londres. Un autre monde. Loin du tumulte de la ville, un écrin de luxe. Ici, pas de taxis mais des voitures avec chauffeur. Des hommes qui attendent patiemment que les emplettes de Madame ou Monsieur se terminent. Et certains peuvent attendre longtemps car dans Bondstreet, les boutiques luxueuses sont irrésistibles... Entre Chanel, Dior et d’autres hauts créateurs se loge le flagship store du joaillier Tiffany & Co. Tiffany... la marque mythique depuis un certain film (voir encadré), reconnaissable entre mille notamment par l’écrin dans lequel on dispose doucement les bijoux : une jolie boîte bleu turquoise entourée d’un ruban blanc. Oui, celle que les stars américaines s’offrent fréquemment dans les films, les séries et surtout dans la vraie vie d’ailleurs. Celle qui renferme LA traditionnelle bague de fiançailles avec le diamant solitaire. Tant de brillance, de beauté et de perfection, on croit rêver ! Et si on était au paradis ? En tout cas, dans l’Eden des bijoux, on est traitée comme une vraie princesse. Que l’on vienne pour acheter un présent à 25 euros comme une parure à plusieurs millions. Et pour les chanceuses comme nous qui ne viennent que pour le plaisir des yeux (et celui de fouler la moquette ultra-moelleuse du magasin) ? On nous réserve le droit de nous noyer dans le regard bleu saphir du Britannique Melvin Kirtley, le gemmologue de la marque depuis 28 ans. Aujourd’hui gérant de la première et emblématique boutique de la 5e Avenue à New York, il a fait le

AUDREY HEPBURN & CO Le film Breakfast at Tiffany’s sort au cinéma. Audrey Hepburn y est magnifique. On est en 1958 et l’actrice devient d’emblée une égérie mythique pour la marque. Quelques années avant, Marilyn chante Diamonds Are A Girl’s Best Friend et entonne le nom de la marque en pleine chanson. Depuis, de nombreuses autres stars ont affiché la brillance made by Tiffany & Co. Parmi elles : Jackie Kennedy, Elisabeth Taylor, Laetitia Casta, Natalie Portman, Doutzen Kroes…

CHIFFRES & CO 2008 Ouverture d’un magasin Tiffany & Co à Bruxelles

VIRTUELLEMENT MAGNIFIQUE

le long de l’avenue Louise.

16 Les plus jeunes clientes de la marque ont 16 printemps ! 12 millions C’est le prix, en euros, de la plus chère

Tiffany & Co. annonce la refonte de tiffany.com, un portail dynamique présentant les collections légendaires du joailler, avec des fonctionnalités interactives pour découvrir son patrimoine qui a

parure signée par la marque.

300 Nombre de magasins qui ont éclos dans le monde. Une centaine se regroupe aux États-Unis. Tandis que l’Europe en compte une trentaine.

Façade du flagship de Londres au beau milieu de la très hype Bondstreet.

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

36


LES “CRÉATIONS” DE FERRAGAMO

déplacement jusque Londres pour présenter une collection unique intitulée The Blue Book… Soit des pièces rares précédemment éparpillées dans les différents Tiffany & Co du monde et réunies en guise de rétrospective d’exception de l’expertise de la marque. Dans l’arrière-boutique du magasin, le passage est contrôlé. Il faut montrer patte blanche pour accéder aux joyaux… Descendre quelques marches pour être bouleversée par la brillance et la rareté. Sous les vitrines, s’alignent quelques-uns des diamants sertis les plus rares du monde, aux couleurs étonnantes et à l’intensité fascinante. La grâce toujours les fait vivre, la finesse les sublime. Dans les yeux de Melvin Kirtley, on capte une passion inébranlable. Après son assentiment et son jugement de qualité, ont été serties des pierres incroyables, formant des bijoux d’une haute élégance. Rêve-t-il encore de trouver une nouvelle sorte de diamant, plus coloré, plus gros ? “Personne ne peut savoir ce que Mère Nature est capable de produire. Elle est toujours surprenante. Qu’il m’ait été permis de manipuler ces richesses est un déjà vrai privilège”, avoue-t-il modestement. En 1878 déjà, Charles Lewis Tiffany, le fondateur de la marque, avait bâti sa réputation sur la découverte d’un immense diamant jaune. Une pierre impressionnante qui lui a valu de se faire une place dans le monde de la joaillerie, un marché alors uniquement réservé à l’Europe. “Tiffany & Co est l’une des seules marques de luxe véritable venant des États-Unis”, souffle le gemmologue. Par souci de patriotisme d’ailleurs mais aussi pour leur éclat incroyable, les diamants joliment bleutés du Montana sont souvent utilisés par Tiffany & Co. Mais, en souvenir de la découverte couleur miel de son fondateur, la marque est aujourd’hui encore réputée pour sa collection de diamants jaunes. “Nous collaborons de manière privilégiée avec une mine d’Australie qui nous fournit en diamants de cette couleur”, confie Melvin Kirtley avant de nous inviter à découvrir un ensemble collier-bracelet orné uniquement de diamants couleur d’or. “Obtenir deux diamants jaunes relativement identiques est très rare”, ajoute le gemmologue. Alors, lorsque ceux-ci se comptent par dizaine, le prix flambe ! Combien ? “Un peu plus d’un million d’euros pour le collier et un peu moins pour le bracelet”. On se croirait dans l’univers de Gatsby le magnifique ! C’est d’ailleurs Tiffany & Co qui a créé toutes les parures de l’adaptation cinématographique. C’est vrai que l’on aurait bien imaginé Daisy à Londres faire son shopping, un paquet turquoise à la main dans Bondstreet …

TEBE (1930). Une sandale dorée au talon en forme de pyramide qui nous emmène directement dans les films costumés des années 20.

HOLLYWOOD À NOS PIEDS Le créateur italien offre chaque année une réédition de chaussures et de sacs autour d’un thème : cette année, le hollywood des années 20. En 2006, la marque italienne Salvatore Ferragamo, créateur prolixe s’il en est (un bon nombre des costumes du récent film “Rush” c’est lui) plonge le nez dans ses archives rassemblées au musée Salvatore Ferragamo à Florence. Dans le Palazzo Spini Feroni qui les abrite, on compte plus de 13 000 modèles de souliers différents ! Un rêve où chaque paire a une histoire à raconter. Vont naître alors les “Ferragamo Creations” soit des rééditions de chaussures et de sacs en édition limitée et numérotée. Les modèles sont entièrement faits à la main à partir du design original. Chaque pièce est livrée dans un packaging exclusif extrêmement luxueux et un certificat. Pour cette saison, 7 paires de souliers ont été rééditées qui toutes ont un lien avec le Hollywood des années 20. Vendues dans seulement quelques boutiques dans le monde, on peut trouver ces merveilles chez Coccodrillo à Anvers (Schuttershofstraat 9). n E.W.

www.ferragamo.com

n Fanny Leroy

assis sa notoriété tant dans les milieux du design et du glamour que des « amoureux de l’amour » grâce à ses fameuses bagues de fiançailles Tiffany. les utilisateurs peuvent personnaliser leurs recherches par catégorie, marque, prix, matériaux et pierres précieuses avec une possibilité de zoom sur les modèles et les vidéos. www.tiffany.com

INSOLITA (1938). Cette chaussure à lacets est en suède avec des applications géométriques de différentes couleurs brodées.

TAVOLOZZA (1938). Un bottillon en toile avec des motifs de feuilles peints à la main.

PLUS ES DE TENDANC SUR

LE.BE

ESSENTIEL

37

CORTINA (1939). Un soulier en suède aux lanières entrecroisées. Un modèle qui a été refait pour Éva Perón après la guerre et en 1996 pour le film Evita d’Alan Parker avec Madonna dans le rôle-titre.


STYLE

[RENCONTRE]

Lignes pures, couleurs primaires, imprimés vichy… La collection “Icônes” Été 2014 de Louis Vuitton révèle une femme élégante et résolument moderne. Julie de Libran, Française parfaitement anglophone, bras droit de Marc Jacobs à la direction artistique de Louis Vuitton, a puisé son inspiration dans l’univers de la designer française Charlotte Perriand.

JULIE DE LIBRAN

L’ARME SECRÈTE DE MARC JACOBS

Que vous a inspiré Charlotte Perriand ? Charlotte Perriand alliait constamment créativité et fonctionnalité. Elle avait un sens des couleurs, pensait la construction des espaces et les contrastes des matières avec beaucoup d’intelligence.. Nous avons eu l’opportunité extraordinaire de rencontrer sa fille. Elle nous a montré ses archives, l’occasion de nous imprégner de l’univers de sa maman. Il s’agit vraiment d’une artiste passionnante et inspirante. D’ailleurs, on continue à faire référence à elle pour la collection Hiver. Charlotte Perriand recherchait la simplicité mais aussi la fantaisie. C’est aussi votre objectif avec vos collections ? Cette femme avait une grande liberté. Elle pouvait se photographier nue et ensuite enveloppée dans un foulard de soie. Dans son style, elle développait un côté masculin-féminin très audacieux pour l’époque. Nos collections Icônes partent toujours de nos classiques, des héritages, des belles pièces de la maison. Nos modèles ne se limitent pas à une période, on les veut intemporels. Nous voulons construire un vestiaire de tous les jours avec des matières luxueuses. On ne le voit pas mais les pièces sont réversibles, on peut y enlever des manches, les vestes sont doublées d’un jersey élastique pour l’assouplir… Nos pièces sont modulables en fonction du moment de la journée d’une femme, des humeurs. C’est ça l’intelligence de la mode. Charlotte Perriand travaillait comme cela aussi. Elle faisait contraster des matières luxueuses avec des matières plus pauvres plus industrielles. Elle combinait beauté et fonctionnalité. À quelle femme vous adressez-vous avec cette collection ? On s’adresse à des femmes en recherche d’élégance avant tout. Charlotte Perriand était d’ailleurs d’une grande élégance. Notre collection est pensée pour des femmes qui ont une culture, qui aiment les traditions et qui sont sensibles aux détails… Vous vous êtes inspirée de François Truffaut pour une précédente collection. Se référer à des personnalités, des univers à part entière, vous aide-t-il ? Ces personnalités ont laissé un esthétisme et une beauté en France.

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

38


C’est important d’avoir de telles images pour commencer une collection. De plus, nous nous tournons vers des références françaises pour la maison Louis Vuitton, grande maison française. Diplômée de Milan, vous avez travaillé pour Dior, Versace, Prada… Avant de revenir à Paris. Que vous apporte ce “pedigree mode” plutôt éclectique ? Toutes ces expériences m’ont aidée à arriver là où je suis aujourd’hui. J’ai vécu aux États-Unis jusqu’à mes 18 ans avant de partir en Italie. À Milan, j’ai appris les matières, les couleurs, les artisanats. Je suis rentrée en France dont la beauté et le savoir-faire en matière de mode me fascinent. Travailler pour une maison à l’héritage français, c’est un rêve pour moi qui suis française d’origine. C’est comme un retour aux sources. L’ensemble de ces expériences m’aide à comprendre les femmes du monde entier. Dans mes créations, j’intègre l’artisanat d’Italie, le pragmatisme et le confort des États Unis et la beauté de la France. On vous décrit comme le “bras droit” de Marc Jacobs, son “arme secrète”… Comment définiriez-vous votre relation avec lui ? Nous avons eu un contact immédiat. Il était Américain, j’ai vécu aux États-Unis. C’était extraordinaire de travailler 5 ans avec lui. Il m’a poussée à faire des choses incroyables. J’ai des souvenirs d’heures avec lui à dessiner, draper… La mode est un travail d’équipe, d’échanges perpétuels, c’est ça qui fait notre force. Marc Jacobs vient d’annoncer son départ. Avez-vous un souvenir marquant de ces cinq ans de collaboration : une pièce, une collection ? J’en ai énormément. On a fait des défilés extraordinaires. Marc Jacobs est un show-man, il a cette force et cette passion pour faire de grands spectacles, pour pousser la créativité à l’extrême. Si je devais isoler un souvenir, je pense au défilé des ascenseurs Automne-Hiver 2011. Il marquait le retour de Kate Moss sur les podiums. Je me rappelle de la force de frappe de ce défilé, la beauté des mannequins, l’élégance de la collection faite de tons sombres. Mais c’est vraiment difficile de choisir. Les défilés sont toujours des grands moments de magie, l’aboutissement d’heures de travail. Je ne pourrais pas vous expliquer le sentiment qu’on a quand le défilé commence. Une grande émotion. C’est plus qu’un défilé, c’est un départ.

CHARLOTTE PERRIAND LIBRE ET MODERNE

Figure de la modernité, Charlotte Perriand (1903-1999) fut conceptrice de mobilier, architecte, photographe et urbaniste. Elle fait ses armes aux côtés de Pierre Jeanneret et le cousin de celui-ci Le Corbusier qui l’intègre dans l’équipe de son agence en 1927 en lui confiant la responsabilité de l’équipement de l’habitation. Il en ressortira la chaise longue toujours célèbre B306, rééditée chez Cassina. Son intérêt pour le minimalisme et la fonctionnalité de l’objet se confirmera lors de son séjour au Japon dans les années 40. Créatrice visionnaire Charlotte Perriand était aussi dotée d’un sacré tempérament. Elle s’affranchit des conventions, milite au Front Populaire, arbore une coupe courte et ne lâche jamais son collier fait de boules de cuivre chromé : “Je l’appelais mon roulement à billes, un symbole et une provocation qui marquaient mon appartenance à l’époque mécanique du XXe siècle. J’étais fière de ne pas rivaliser avec les bijoux de la Reine d’Angleterre”, écrit-elle dans ses Mémoires.

Le célèbre modèle Petalo designé par Charlotte Perriand pour Cassina. © DR

n Manon Legrand

JULIE DE LIBRAN, LE SENS DU DÉTAIL

C’est elle, l’élégante et dynamique quadra aux longs cheveux blonds qui salue le public avec Marc Jacobs à l’issue des défilés. Julie de Libran est née en France. Elle a vécu les 20 premières années de sa vie en Californie, a étudié en Italie, avant de travailler pour des maisons prestigieuses -Dior, Versace et Prada- et de finalement revenir “à la maison” en devenant le bras droit de Marc Jacobs à la direction artistique prêt-àporter femmes de Louis Vuitton. On lui doit les collections Croisière et Icônes, composés de classiques de la maison revisités. La collection Icônes Été 2014 se compose de 16 looks élégants, féminins, intemporels et toujours fonctionnels : pantalons en vichy, trench en cuir, veste réversible, short. Une garde-robe quotidienne, “pour une femme toujours semblable et jamais pareille”, comme aimait se définir Charlotte Perriand.

La campagne “Icônes” shootée autour du mobilier de Charlotte Perriand réédité par Cassina.

39


STYLE

[NEWS]

RETOUR EN ENFANCE Flash-back : la tendance cette saison est au régressif. Que ce soit le retour du cartoon, le détail animal ou la fashion phrase, elle est le must-have de nos penderies.

n Par Marie Hocepied

BELGIUM IS… Beautiful ! Du 21/10 au 21/11, la Cité Ardente sera placée sous le signe de Belgium is Beautiful, la première édition d’une vente caritative d’un genre nouveau. Au menu : les pièces exclusives et limitées de huit créateurs vendus pendant un mois seulement dans huit boutiques partenaires. Le tout au profit d’Espace +, une association qui dépend du CHC de Liège et qui propose des ateliers (danse, nutrition, beauté) aux patientes traitées dans le service d’oncologie de l’hôpital. À découvrir : Alma Deting et ses bijoux décalés en or et argent, une fresque belgo-belge signée Keone, le sac Messenger de Niyona en preview, les sweatshirts Demain, il fera jour (vendus depuis ce mois-ci chez Colette à Paris), une collaboration unique et inspirante entre L’Antichambre et la chocolaterie liégeoise Benoit Nihant, les luminaires funky de MAKÏÏAJ, les jolis turbans de Delphine Quirin et une série de fourrure vintage par One Off. Huit créateurs, huit enseignes liégeoises et des créations sous le signe de la Belgique trendy.

JOLI CONTE “J’appartiens à cette génération qui, enfant, chanta Au Clair de la Lune, Il pleut, il pleut Bergère et Maman les P’tits Bateaux”. Rien d’étonnant donc à ce que Christian Lacroix accepte l’invitation de Petit Bateau pour penser quelques modèles intemporels avec la complicité de l’Opéra de Paris. Des modèles à lignes pour petites et grandes élégantes en prévision des fêtes de Noël. Dans une sélection de boutiques Petit Bateau, www.petit-bateau.be

Vente éphémère jusqu’au 21/11, www.facebook.com/belgiumisbeautiful

Pull oiseau, Zalando, 44.95 €. www.zalando.be Pull agneaux, Barbour, 149 €. www.barbour.com

LE FABULEUX MARCEL DE BRUXELLES Disponible maintenant sur la toile ! www.fabuleuxmarcel-shop.com

Porte-monnaie, Salvator Ferragamo, 150 €. www.ferragamo.com Tee-shirt, Kitsune, 55 €. www.huntingandcollecting.com Pochette, Ipad, Marc by Marc Jacobs, prix non communiqué. www.marcjacobs.com Gilet cœur, Eric Bompard, 215 €. www.eric-bompard.com

NOVEMBRE 2013

Montrer ce qu’ils font et la manière dont ils le font, tel est le concept d’Hello James, nouveau craftmanshipstore ouvert sous la houlette de Niyona, la marque de maroquinerie belge qui âgée de trois ans à peine, rencontre ses adeptes, esthètes évidemment. À côté des pièces de Niyona et de leurs projets de collaboration, nous pouvons découvrir d’autres marques et créateurs qui partagent cette même éthique de production. Bref, de belles raisons d’aller dire hello à James. Rue de Laeken, 86 - 1000 Bxl Bruxelleswww.hellojames.be

Sweat paon, APC, 125 €. www.apc.fr

ESSENTIELLE

HELLO JAMES

40


QUESTIONS DE SAC Le Tanneur fête ses 115 ans, de quoi s’entretenir avec Sophie Geisselmann, Responsable Communication Le Tanneur Paris.

BRAVO !

115 ans d’histoire, que pouvons-nous souhaiter à Le Tanneur ?

De continuer au moins aussi longtemps à créer des sacs et petite maroquinerie pour homme et pour femme ! Le savoir-faire est, chez Le Tanneur, une belle histoire à suivre. En 115 ans, on a l’occasion de créer le sac parfait ?

Saisons après saisons, nos stylistes imaginent un sac, un porter, toujours plus parfait, ingénieux, stylé. Choisir de poursuivre une ligne de sacs, c’est aussi se permettre d’aller plus loin : sur une matière, sur un détail de bijouterie. Le sac parfait est surtout celui qui répond à vos envies, désirs et besoins, et pour cela, chaque homme et chaque femme en fait son propre compagnon ! Quel est votre coup de cœur pour cette nouvelle collection hiver ?

Définitivement le Sans Couture. De multiples coloris, un format pocket pratique et l’évocation d’un savoir-faire. Décliné en pochette, il n’en reste pas moins une innovation technique très moderne. D’ailleurs, Guila Clara Kessous, artiste de l’Unesco pour la paix s’en est emparé pour le réinterpréter à partir d’un poster Le Tanneur des années 1900.

AUX PIEDS DE SES DAMES Aujourd’hui, Michel Perry, directeur artistique de JM Weston, pense aussi de jolis souliers pour dames. Derby, loafer, oxford, tous les modèles qui font le succès de la marque sont là, portés par la muse de la collection Isild Le Besco sous l’œil du photographe Nicolas Hidiroglou. Et c’est beau ! Prix sur demande, www.jmweston.com

Quelles sont les femmes qui inspirent la maison ?

Les femmes Le Tanneur ne sont pas ancrées dans des diktats précis. Elles aiment, sont libres et accomplies, et chérissent les belles choses. www.letanneur.com

NEWS

HEROES CLIO CHEZ LES PARIGOTS ! Et Clio Goldbrenner prend ses quartiers au premier étage Luxe des Galeries Lafayette du Boulevard Haussmann à Paris en face de Vuitton, Balenciaga, Céline et les autres. Rien que ça !

www.cliogoldbrenner.com

Minju Kim est la gagnante du H&M Design Award 2013, un prix annuel, lancé en 2012, qui vise à encourager et soutenir les jeunes diplômés du monde de la mode au moment où ils débutent tout juste leurs carrières. La Coréenne a développé avec H&M certaines pièces de sa collection, celles-ci seront mises en vente dans une sélection de magasins du géant suédois, mais aussi – grande nouveauté ! – chez Opening Ceremony. Mini cocorico : Minju, âgée de 27 ans est diplômée de l’Académie d’Anvers. Elle a charmé le jury international grâce à sa collection qui transforme des personnages en tenues.

Le héros de la nouvelle boutique HEROES Uncompromised, c’est qui ? L’homme ! Cette nouvelle enseigne du quartier des créateurs se dédie au prêt-àporter masculin original et raffiné avec des pièces de qualité en édition limitée. Le tout à un prix abordable. (F.L.) HEROES Uncompromised. Rue Léon Lepage, 19-21 1000 Bruxelles.

41

WONDERBAG Helena Christensen est sur tous les fronts. Mannequin, photographe et maman, elle signe aujourd’hui une mini collection de sacs pour Kipling. Le thème ? Tout ce qu’Helena aime. Un esprit vintage pour le cuir (photo) et une illu de rose imprimée provenant de

son travail, les deux au cœur de cette collection capsule. www.kipling.com


SUCCESS STORY

LES PIERRES ADDICTIVES

DE POMELLATO Qu’est-ce qui se cache derrière un bijou de haut luxe ? Une idée géniale au départ, un réel talent, des matières nobles et de l’humain ! À Milan, Pomellato nous a ouvert les portes de son atelier.

Q

uand la réalisatrice Sofia Coppola a reçu le Lion d’Or à Venise pour son film Somewhere, elle portait au poignet droit un bracelet en maillons de diamants signé Pomellato. Entre elle et lui, cela a été le coup de foudre : en récompense de sa récompense… elle se l’est offert et est devenue inséparable de son Tango, un des bijoux phares de la maison de bijoux italienne . Gwyneth Paltrow le préfère en diamant brun, Jennifer Lopez porte le sien presque tous les jours. Cameron Diaz “adooooore” Pomellato et la fashion trendsetteuse Anna Dello Russo a plusieurs Tango à son actif. Mais qu’ont-elles toutes avec cette marque ? Pomellato, c’est surtout Tilda Swinton, top model mais surtout actrice sans retenue, beauté non conventionnelle et inclassable personnalité qui incarne depuis presque cinq ans des bijoux féminins, colorés et so chic. Cinquième maison de joaillerie au monde (derrière Chopard, Tiffany&Co, Cartier,…) Pomellato est la plus jeune puisqu’elle a vu le jour en 1967. Avec un succès immédiat pour ces bagues de couleur en pierres semi-précieuses qui irradient.

Tango

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

ON RANGE LES BIJOUX DE FAMILLE En 1967, l’époque est pétillante, pleine de promesses et de possibles. Côté bijoux pourtant, ce n’est pas tout à fait la joie : on porte encore souvent les bijoux de famille, classiques, lourds, pour les grandes occasions. Et l’on se contente de la petite quincaillerie pour les jours “sans”. Pino Rabolini, fils de négociants en pierres précieuses, se désole : les orfèvres manquent cruellement de fantaisie. Alors c’est décidé, il se lance dans le bijou avec l’idée audacieuse pour l’époque de transférer le concept du prêt-à-porter de la mode à la bijouterie. Le bijou devient soudain un accessoire de luxe à coordonner avec ses tenues de tous les jours autant qu’à porter pour une grande occasion. Le fun et l’anticonformisme entrent dans la haute joaillerie : le bijoutier ne fait pas de concession sur l’or mais utilise en revanche des pierres semi-précieuses qu’il va faire tailler d’une manière inimitable. C’est le succès total et immédiat et les années 70 voient apparaître des lignes iconiques comme le bracelet Tango aux gros maillons “vivants” et élégants, les chaînes en or qui permettent de mettre en valeur des pendentifs colorés. Vient plus tard la Nudo qui relance de plus belle la maison sur la scène internationale des joailliers qui comptent : une bague en or dont la pierre est comme posée sur l’anneau et non sertie de griffes. Taillée en cabochon sur ses côtés et à facettes au-dessus, elle laisse fuser la couleur et la limpidité de la pierre. Au fil des années, d’autres couleurs viendront enrichir la collection. En 2011, pour fêter les 10 ans de la ligne, des Nudo encore plus grosses débarquent. Ca brille de partout… Côté prix ? 1 700 € pour une “petite”, 2 160 € pour la plus grande. Comme un pied de nez, le diamant et les autres pierres précieuses sont saupoudrés (magnifique bague Sabia) sur les bijoux et viennent magnifier les améthyste, quartz, topaze, tourmaline, pierre de lune, péridote,… sans jamais être les stars. Bye bye le passé, et toc !

42

Nudo

ON S’ADRESSE AUX FEMMES FÉMINISSIMES Avec Pomellato, on est loin des maisons de joaillerie qui magnifient la tradition. Le passé est derrière et la marque italienne ose dans les années 80 des bijoux imposants aux pierres irrégulières : la Pom Pom est digne d’une castafiore remastérisée ! À côté de ce bling qui déménage, elle crée aussi ses classiques qu’elle réinventera année après année. Mais toutes les collections ont un point commun : les rondeurs, les irrégularités maîtrisées, la féminité des courbes. L’anneau rond plutôt que plat : tout est pensé pour être dans la sensualité, pour donner envie de toucher (et donc de porter) ! C’est aussi pourquoi l’immense majorité des bijoux Pomellato sont fabriqués à partir d’or rose, un ton plus flatteur pour toutes les couleurs de peaux. “En fait Pomellato cherche à rendre les femmes plus belles pas à les faire paraître plus riches”, sourit Laura qui travaille depuis 13 ans pour le joaillier milanais. La deuxième idée chic et choc : le mix and match. Pomellato a été le précurseur de la tendance addictive de porter deux, voire trois bagues et d’en mêler les couleurs. Effet ludique et élégant assuré… et depuis, beaucoup copié !

ON NE BADINE PAS AVEC LE SAVOIR-FAIRE “Il faut au moins deux mois de formation à un tailleur de pierre pour apprendre la technique Pomellato”, explique Giorgio, le directeur de l’atelier. Tous les bijoux sont fabriqués à la main et lorsque l’on entre dans l’atelier, on commence à comprendre le prix de ces bijoux… Ici, la centaine d’ouvrières et d’ouvriers ont été triés sur le


L’or est évalué entre 30 et 40 € le gramme. Les plus habiles des artisans sertissent les pierres à la main.

© Didier Bauweraerts

MAKING OF Comment fabrique-t-on un bijou en or ? C’est à cette opération presque magique que nous avons assisté ! Premièrement, le modèle “étalon” arrive du bureau du design en ”german silver” (un alliage). Chaque pièce est alors moulée dans une poche de résine souple. On retire ensuite le modèle et l’on injecte dans ce vide de la cire. Ces formes en cire sont ensuite assemblées dans une sorte d arbre (ci-dessus) qui sera lui-même moulé dans du plâtre. Ces blocs de plâtre sont chauffés pour que la cire fonde et s’évacue or du moule. Cette technique de la “cire perdue” remonte aux Egyptiens ! On obtient exactement le modèle voulu en négatif, dans lequel on va couler l’or. Dans l’atelier de Pomellato, on reçoit ainsi régulièrement des lingots de 1 kg d or. Ceux-ci sont coupés puis fondus à 1160°. Une fois fondu, le liquide en fusion s’écoule par gouttes dans un récipient rempli d’eau. Ces gouttes d’or sont ensuite alliées à un autre métal (cuivre, argent) pour obtenir une couleur spécifique (dans 90% des cas, Pomellato travaille l’or rose). Il se monte ainsi à18 carats.

volet et l’ambiance est appliquée. Une femme assemble un à un les maillons d’une chaîne d’or (il en faudra environ 200) qu’un artisan a fabriqués peu de temps auparavant à partir d’un fil d’or tourné autour d’une forme. Côté prouesse, on ne saura pas comment tient la pierre Nudo sur son support, secret maison ! En revanche, on nous expliquera les techniques destinées à faire briller davantage les pierres : elles sont montées sur argent ou sur nacre pour prendre et rendre plus de lumière. Ainsi, même les pierres opaques se mettent à briller chez Pomellato. De cette usine milanaise sortent 50 000 bagues par an et au total 100 000 bijoux qui iront magnifier les femmes du monde entier. Une boutique a été récemment ouverte sur Rodeo Drive à Los Angeles et une autre… au Luxembourg. Avec le même luxe. n E.W.

La nouvelle collection “Rouge Passion”

COLLECTIONS Pomellato. La marque Pomellato vient du nom du cheval pommelé. Pino Rabolini adorait l’élégance et la force des chevaux et la robe pommelée est celle qu on remarque le plus ! 67. Lancée en 2012, Pomellato 67 est la ligne qui reprend toutes les collections à succès mais fabriquées en argent. Résultat : c’est moins cher, cela permet de toucher aussi une clientèle plus jeune et de fabriquer des bijoux plus gros : parfois 20% plus grand qu’en or ! Et chez Pomellato, on aime aussi les bijoux imposants ! Les bijoux sont plus rock n’ chic. Lesp rix : 260 euros pour une bague. Quand l’acheteur de Saks a vu cette collecttion, il a immédiatement demandé l’exclusivité pour les Etats-Unis ! Love at first sight. Après les grosses pièces (un peu bling) des années 90, retour à une finesse légère avec la collection “Love at first sight” en 2010 : la pierre semi-précieuse se fait très fine, rehaussée de pierres précieuses. Magnifique... Ingéniosité. les fermoirs sont invisibles ou deviennent bijoux. Les bracelets Schiava sont une merveille de technicité : le jonc est fait de différentes parties qui permettent de l’écarter pour le passer au poignet. Tout est parfaitement invisible. Bois fossilisé. appelé “jet”. C’est la nouvelle pierre qui permet du nouveau design. Son brun-noir transparent est magnifique. Couleurs fétiches. Améthyste, topaze bleu et quartz lemon sont les couleurs favorites les plus vendues parmi la collection Nudo.

43


BEAUTÉ

[REPORTAGE]

Firmenich : géant suisse de la parfumerie, numéro 2 mondial des arômes et des fragrances de synthèse travaille sur les senteurs de demain, celles qui n’existent pas encore… Mais on y tr uve aussi des magnolias en pot et plein d’humains passionnés par leur métier.

Alberto Morillas dans son labo chez Firmenich. Pour lui, jasmin, fleur d’oranger ou muscenone sont des mots magiques ! © Stanislas Liban

L’IMPORTANT, ÇA N’EST PAS QUE

La rose de Mai en infusion compose Flower in the Air, de même que l’oxyde de Rose, le bouton de Rose Firnat et la Rose de Mai absolu. © Stanislas Liban

LA ROSE…

N

on loin du lac de Genève, encore moins loin du périph. Un sévère bâtiment gris. Aucun volute, aucune odeur. Et pourtant nous sommes dans le saint des saints des fragrances. Là où naissent des parfums comme CK One (Calvin Klein) ou encore le muscenone dextro, un ingrédient de haute qualité qui trouve sa place dans bien des parfums musqués. C’est ici qu’est installée Firmenich. Cette société suisse au capital encore familial compte parmi les trois géants mondiaux de l’univers du parfum de synthèse. Elle peut se targuer de posséder 22 usines, une cinquantaine de sociétés et 23 filiales réparties sur tous les continents. Il y a quelques jours, elle rendait d’ailleurs public son (beau) bilan : Firmenich affiche un chiffre d’affaires de 2.89 milliards de francs suisses.

combinaisons naturelles et synthétiques mais aussi la production d’ingrédients high-tech grâce à des techniques brevetées et jalousement gardées. “C’est quand même une révolution merveilleuse”, remarque Alberto Morillas, maître parfumeur de talent travaillant avec Firmenich depuis des années “Le parfum au 18e, 19e siècle tournait autour de la rose ou du jasmin. Mais quel ennui ! Aujourd’hui, c’est riche de détails, on peut aller vers des créations spectaculaires”. En moyenne, un parfum contient 40 ingrédients. Mais au-delà de ce nombre, ce qui est important pour le concevoir, c’est la richesse de la palette chimique des molécules.

TOUT COMMENCE AVEC DE LA FRAMBOISE À l’origine limitée à la production et à la synthèse de parfums, Firmenich s’est engagée dans la fabrication d’arômes synthétiques en créant un substitut de framboise en 1938, suivi par des substituts de citron et de fraise. De multiples saveurs ont suivi, l’arôme de synthèse étant de plus en plus demandé par l’industrie agroalimentaire. Depuis, la société s’est largement agrandie et s’est notamment fait un nom dans la parfumerie de luxe. Les spécialités de Firmenich ? Tous les muscs (dans le milieu, on l’appelle d’ailleurs The Musk Company), l’hédione, les notes d’ambre, la rose, les notes boisées…

ÇA SENT BON TOUT ÇA ! Depuis sa création en 1895, Firmenich a toujours innové. Aujourd’hui, 10 % du CA est consacré au secteur R/D, elle possède un catalogue de 18 000 formules à déjà déposé 1 850 brevets ! Résultat : le groupe possède une “palette du parfumeur” (à usage interne) de quelque 1 000 ingrédients. Rayon production, Firmenich garde des bases traditionnelles en proposant des extractions classiques (infusions, distillations, huiles essentielles) à côté de

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

44


À L’ORIGINE DE FLOWER IN THE AIR

L’ODEUR EXACTE DU MAGNOLIA Ce que l’on est venu voir ce jour-là, c’est un procédé unique en son genre appelé Nature Print. Dans le labo, un petit gardénia solitaire avec trois fleurs d’un blanc absolu. Autour, des machines, des capteurs et le ronron des machines. Un système hautement technologique et protégé qui va permettre de humer, sentir, absorber toutes les molécules volatiles produites par la fleur pendant une période donnée. Toutes ces données chimiques sont transcrites par un graphe et un parfumeur technique (un homme, quoi) compensera les micro-molécules que la machine n’aura pas décelées. Une technique impressionnante où la machine est indispensable à l’homme et inversement. “Le parfumeur a la possibilité de sentir les odeurs ‘dessinées’ par le graphe et il annote le document de ses impressions qui vont pouvoir aiguiller encore plus finement vers le rendu final”, remarque Xavier Brochet, ingénieur chimiste depuis 25 ans chez Firmenich. Et la nature reste toujours un peu reine… “Pour certaines odeurs comme le muguet, il est impossible d’avoir la fragrance exacte, on ne sait pourquoi mais c’est ainsi !”, sourit-il. De même, il y a encore des mystères dans la parfumerie : certaines personnes sentent très bien le muscenone dextro (une variante du musc) et d’autres non. “Mais on n’a jamais réussi à savoir pourquoi là non plus.”

UN CŒUR DE ROSE ET BEAUCOUP D’AIR LE MAÎTRE PARFUMEUR ALBERTO MORILLAS ET LA ROSE, C’EST UNE HISTOIRE D’AMOUR QU’IL A RACONTÉE DANS LE NOUVEAU PARFUM DE KENZO. Alberto Morillas est un des maîtres parfumeurs les plus attachants du milieu du parfum. Ses yeux pétillent, ses narines frémissent. Il lui arrive de fumer ce qui fait pousser des cris d’étonnement à toutes les personnes qu’il rencontre. Mais il élude d’un sourire : les senteurs sont aussi dans son esprit. Il sent mais surtout, il sait… “Écrire une formule sur un ordinateur a l’avantage d’être précis mais enlève le côté émotionnel. Écrire mes formules à la main me permet d’exprimer véritablement mon idée sur une seule page. Lorsque j’écris la formule, je peux sentir le parfum”, nous décrit-il. Il est à l’origine de grands classiques comme CK One, Acqua di Gio, L’eau d’Issey Florale, Bulgari pour Homme, ou encore Miracle. Il a rejoint l’équipe de parfumeur Firmenich en 1970 et depuis, il travaille avec bonheur les fragrances naturelles qu’il associe aux nouveautés de la biotechnologie. Une belle histoire de confiance le lie également à Kenzo. Le célèbrissime et délicieux Flower by Kenzo, c’est lui, de même que ses déclinaisons. Cet automne, Kenzo avait très envie de lancer un nouveau parfum. Un frère plutôt qu’une réinterprétation... qui puisse vivre une aussi belle histoire que le parfum au coquelicot. Alberto Morillas a alors créé Flower in the Air. Une merveille d’air et d’eau, d’ombre d’été… Quand de la rose naît un nouveau coquelicot, nous on dit chapeau... Quel était le souhait de la marque pour ce nouveau jus ? Treize ans après le lancement de Flower by Kenzo, la marque m’a demandé de travailler une nouvelle fragrance sur cette ligne à succès, en y intégrant un effet “aérien” et plus léger que ce que j’avais pu concevoir pour l’eau de parfum. J’ai donc travaillé à donner une nouvelle odeur au coquelicot, avec une facette plus légère et en pensant à ce que pourrait être une féminité universelle. Quelle est la passerelle entre Flower by Kenzo Eau de Parfum et Flower in the Air ? Flower by Kenzo est une composition olfactive extrêmement originale, très poudrée mais également très fleurie. J’ai cherché un autre moyen de créer une fragrance avec une composition audacieuse en alliant l’air à un cœur très puissant de rose éblouissante. Comment avez-vous travaillé la rose dans cette fragrance ? Afin de la sublimer et de la rendre unique, j’ai décidé de la créer spécialement pour Kenzo. C’est donc une rose éblouissante. Elle se compose ainsi : de l’oxyde de rose pour la modernité, l’énergie fusante, vibrante, du bouton de rose, issu d’une distillation à la vapeur d’eau des pétales de rose combinés au savoir-faire des parfumeurs Firmenich pour incarner le croquant d’une fleur de jardin, d’une fleur naturaliste, de l’infusion de rose de mai (centifolia) issue d’une technique d’extraction oubliée et remise au goût du jour (la macération dans l’alcool des pétales pour son côté miellé, enveloppant, sensuel). Et bien sûr de l’absolu de Rose de mai pour sa facette animale, chaude, passionnée !

LA ROSE DANS TOUS SES ÉTATS De toute façon, “Il n’y a pas de vérité absolue dans la parfumerie”, assure Julien Firmenich, directeur produit. “Il y a tout un jeu éminemment scientifique et savant autour des molécules… Mais il y a aussi le savoir-faire des maîtres parfumeurs, la passion des chercheurs pour les fleurs et la magie des parfums”. Le meilleur exemple en est Flower in the Air de Kenzo, l’un des derniers-nés dans ces murs “qui est une interprétation moderne d’une technique ancienne : la macération des fleurs dans de l’alcool, ce qui est d’ailleurs la manière la plus efficace de reproduire l’odeur riche de la rose par exemple. Cela termine une composition avec des notes rondes, riches ! Mais le maître parfumeur n’en est pas resté là, il a créé pour ainsi dire une nouvelle odeur de rose : la rose éblouissante grâce à nos avancées technologiques…”.

TOUTES LES FLORAISONS DU MONDE Et tous les brevets, tous les procédés les plus modernes sont finalement suspendus… aux produits naturels. Car Firmenich dépend de la nature et de la matière première : les fleurs, les floraisons, les conditions climatiques, etc. La firme l’a évidemment bien compris. Depuis des années, elle travaille sur un mode développement durable. Comme l’explique de manière pragmatique Patrick Firmenich le CEO de l’entreprise, “cela ne relève pas de la charité”. C’est aussi un moyen de s’assurer les meilleures filières en matière de qualité et d’approvisionnement. L’entreprise travaille notamment avec huit “sourceurs” qui voyagent toute l’année, suivent les floraisons, les filières, les producteurs. Ils sont un gage de la qualité et du “bien-être” des producteurs. “Car c’est aussi une histoire de ressources humaines : si les fermiers, les horticulteurs subissent une mauvaise récolte, s’ils ont du mal à suivre, à vivre, ils peuvent fermer, baisser la qualité et c’est une perte pour nous”, explique Xavier Brochet.

TOUJOURS PLUS LOIN DANS L’INNOVATION François Raphaël Balestra, parfumeur en charge des nouveaux ingrédients de synthèse est le premier à sentir une odeur synthétique. Soit une odeur qui n’existait pas avant ! “Je ne dis pas que le synthétique est mieux que le naturel. Nous raisonnons par rapport à des structures chimiques pour reproduire absolument la nature. C’est complémentaire”, tempère-t-il. D’ailleurs, toute la difficulté selon lui n’est pas de “manquer” une odeur, c’est de lancer un produit qui ne serait pas utile. Quand on sait que pour produire un ingrédient qui sera finalement intégré dans la palette du parfumeur, il faut 3 à 4 ans de recherche et plus de 2 millions de dollars d’investissements… On comprend, oui ! n E.W.

Flower in the Air, eau de parfum. 30ml, 56€. 50ml, 79€. 100ml, 108€ Un flacon compact et aérien qui a beaucoup inspiré le maître-parfumeur

45


BEAUTÉ

FOCUS

SOIN

NOVEMBRE EST UN MOIS POUR PRENDRE SOIN DE SA PEAU !

Ils ne sont pas nouveaux, mais ils apportent une réponse globale à notre volonté de trouver la routine de soin qui nous convient. Essoufflées des produits ultra-ciblés, nous aspirons à des formules simples, à un rituel unifié… Toutes les marques proposent des produits répondant à chaque moment de notre routine beauté, mais nous en avons déniché deux qui se démarquent quand il s’agit d’apporter un programme global. Deux bons plans beauté à adopter sur le long terme. Car c’est bien là que réside leur secret : un travail de longue haleine, en profondeur…

ON PRÉPARE LES FRIMAS DE L’HIVER ET ON SE DORLOTE L’ÉPIDERME…

1

LA VALEUR SÛRE

TOUT, TOUT, TOUT, POUR UN JOLI GRAIN DE PEAU CET HIVER.

LE PROGRAMME BASIC 3 TEMPS DE CLINIQUE Pourquoi on l’aime ? Parce qu’il est axé sur une étape essentielle du soin de la peau à savoir le nettoyage en profondeur. Une fois purifié, l’épiderme peut mieux accueillir le soin et donc optimiser son action au maximum. w La nopuveauté. La célébrissime DDML, la lotion hydratante reformulée pour une hydratation XXL. Une peau bien hydratée offre davantage de protection et de réparation. Aujourd’hui, les femmes ont des exigences accrues en ce qui concerne leur peau et attendent beaucoup de leur soin, celui-ci formulé spécialement pour agir après le savon et la lotion, restaure la barrière hydrolipidique de manière idéale. w Le programme. Une routine en trois temps qui enchaîne nettoyage, exfoliation et haute hydratation. Trois produits : un savon, une lotion et un soin à utiliser jour et nuit. Cela paraît simple et ça l’est. Tant mieux, car tout y est, en fait.

n Par Ingrid Van Langhendonck

UNE BB CREAM Parce qu’elle est incontournable dans la nouvelle génération des soins de la peau. C’est une crème, certes, mais elle unifie et perfectionne le teint autant qu’elle prend soin de la peau, un geste élémentaire en une seule application. w Notre sélection. Un gel crème qui fond sur la peau et libère le teint de bébé qui sommeille en vous. Forever Youth Light Creator, Yves Saint Laurent, 89 €

Programme Basic 3 Temps de Clinique : le Facial soap (17 €) la Clarifying lotion (22.55 €), la Dramatically Different Moisturizing Lotion (27.30 €)

PLUS NS DE BONS PLA BEAUTÉ SUR L ESSENTIEL

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

46

E.BE


UN MASQUE C’est une cure de jouvence pour la peau ! Un masque permet à l’épiderme d’emmagasiner des actifs, de combler les manques accumulés au cours des jours et de “se repulper”. C’est un moment pour soi, mais surtout, en hiver, c’est un must… w Notre sélection. Un masque cocoon, lissant et hydratant, tout ce dont on a besoin quand le thermomètre passe sous zéro. Masque Hydratant Lissant, Bio Beauté, Nuxe, 18 €

2

LE CONCEPT WORKING GIRL

UN SÉRUM

LE JOUR, LA NUIT, LE WEEK-END DE CHANEL

Il est à la crème de jour ce que la grenadine est à l’eau minérale : un concentré d’actifs qui vient en complément démultiplier les effets de votre soin de jour. Il répond le plus souvent à une problématique spécifique sécheresse, taches, rides ou perte d’éclat, mais peut aussi être un anti-âge global. w Notre sélection. Gorgé de vitamine C, il résout absolument tout, des rides à la perte d’éclat, on arrête de vieillir illico ! L’impossible C-rum, Sampar, 69 €

Pourquoi on l’aime ? Parce que c’est simple, épuré, sans chichis, chic et efficace, à l’image de Coco Chanel. Parce que cela ne promet pas la lune mais juste une jolie peau. w Le principe. Un programme basé sur les rythmes biologiques de notre peau, trop souvent malmenés que l’on va ici reprogrammer pour unifier, éclairer, hydrater et rééquilibrer. En bref : réinitialiser la jeunesse de la peau. Pas de rides atomisées, pas de pourcentage de fermeté gagné, juste un joli grain de peau ferme et lumineux. w Le programme. Sur une peau démaquillée, on applique le soin correspondant au moment de la semaine. Trois produits : Le Jour renforce et protège la peau, La Nuit apaise et régénère, Le Week-end ressource et rééquilibre l’épiderme en profondeur.

UN NETTOYANT

DOUX

Programme Les trois Essentiels de Chanel : Le Jour de Chanel (75 €), La Nuit de Chanel (75 €), Le Week-end de Chanel (90 €)

Ce n’est pas parce qu’on ne se maquille pas que la peau n’a pas besoin d’être nettoyée. Mais pour celles qui courent peau nue, un nettoyant peut être doux, en mousse légère… w Notre sélection. Un parfum addictif, une mousse aérienne, un coup de cœur de la rédaction. Lotus en Mousse nettoyant, Kenzoki, 22.50 €

UN CONTOUR DES YEUX Parce que la zone du contour de l’œil est fragile, plus fine et nécessite un soin adapté. On adopte ce petit geste en plus. Et oui, un regard frais, c’est dix ans de gagnés ! Une astuce. Le contour des yeux s’applique aussi en contour des lèvres, exit les petites ridules qui nous ruinent le sourire. w Notre sélection. Le plus doux des soins, une formule haute tolérance, sans odeur, sans parfum ni conservateurs et une efficacité redoutable. Redermic Yeux, concentré anti-âge intensif, La Roche Posay, 23.95 €

47


BEAUTÉ LE BON PLAN DU MOIS

UN REGARD AU TOP ! Le saviez-vous ? Plus on avance en âge, plus notre regard se ferme. La peau en perdant de son élasticité s’affaisse et le contour des yeux, plus fin et plus fragile porte plus lourdement le poids des années. En 2011, Vichy inventait le sérum LiftActiv Sérum 10; un soin gorgé de Rhamnose, une molécule qui agit sur le derme papillaire. Traduction : elle aide la peau à s’autorégénérer. Aujourd’hui en complément de ce soin quotidien, Vichy nous livre son sérum magique autoliftant en soin contour des yeux, un fluide spécifique qui raffermit, lisse les ridules et qui, grâce à des nacres fines aux reflets blancs illumine le regard d’un seul geste. Mais ce qui est nouveau, surtout, ce sont les céramides, ingrédients star de ce sérum qui boostent la longueur, la courbure et la croissance des cils. On aime, ça parce qu’une belle frange de cils, c’est dix ans de moins dans le regard ! LiftActiv Sérum 10, Vichy, 39,95€ et LiftActiv Serum 10 Yeux & Cils, Vichy, 29,95€ Twiggy © JRC-The Hollywood Archive

ADRIEN COELHO

SERVICE DE POINTE

NEWS

OU DES DÉFILÉS ADRIEN COELHO, CHOUCH EN VRAI, ET DES FASHIONISTAS… ET E COUPE, POUR UNE COULEUR ET UN C’EST COMMENT ?

On en a tellement entendu parler par tout le monde du salon de coiffure d’Adrien Coelho que l’on s’attend à un salon de coiffure dernier cri, top trendy avec musique qui décoiffe dans le quartier du Châtelain à Bruxelles. Et l’on entre dans un salon aérien, clair où le bois et la pierre appellent à la zen attitude. Installée à une grande table de bois clair (avec encore tous nos cheveux en place et pas une tête de chien mouillé), on fait le point avec le coloriste avant qu’Adrien Coelho ne vienne papoter pour s’inspirer de ce que vous voulez faire… Si vous n’avez pas d’idée par contre, il en aura pour vous ! Lui et son équipe sont des grands habitués des défilés et des shootings mode et ils savent ce que “mise en beauté” veut dire… Et cela se sent. Un petit thé, la lumière qui fuse, douce, la musique électro pas trop forte, c’est simple, on se croirait à la maison ! Et lorsque vient l’heure de la couleur, on est agréablement surprise de ne pas être emmenée “en vitrine” sur le devant du salon. Parce qu’avec de la teinture plein les cheveux, on a plutôt envie d’être dans un coin sans fenêtre… Pendant 20 minutes (sans être mise sous un casque chauffant, les produits Inoa de L’Oréal Professionnel avec lesquels travaille Adrien Coelho Premier Studio n’en demandent pas), on profite du moment et de la belle ambiance du lieu. En plus, le spécialiste des couleurs est un amour et une mine de conseils pendant le shampooing !

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

La coupe est rapide, soignée et on ressort des mains expertes d’Adrien avec les cheveux aussi aériens que ce Premier Studio. w En résumé, on aime : la précision des gestes de l’équipe (trois coiffeurs, trois coloristes pro), l’ambiance douce et lumineuse, l’accueil vraiment soigné et détendu. w Conseil : pas envie d’être dans la foule ? Allez-y le mardi ou le mercredi qui sont les jours les plus calmes de la semaine. w Envie de voir les inspirations des coiffeurs du Studio ? rendezvous sur Facebook, Instagram ou Pinterest, des supports sur lesquels les acteurs du salon communiquent sans cesse. n E.W.

Adrien Coelho Premier Studio. Rue Tenbosch, 74 – 1050 Ixelles. Tél. : 02 345 58 47. www.adriencoelho.be

48


LES SÉRUMS SURPUISSANTS POUR UNE JEUNESSE VISIBLE DÈS LA PREMIÈRE GOUTTE

LIFTACTIV

SERUM 10 RHAMNOSE 10 % + ACIDE HYALURONIQUE

SERUM 10 VISAGE CORRECTION ANTI-ÂGE AVEC UN EFFET IMMÉDIAT*

SERUM 10 YEUX & CILS CONTOUR DES YEUX VISIBLEMENT PLUS LISSE ILLUMINATION DU REGARD, LES CILS SONT COMME FORTIFIÉS**

DEMANDEZ CONSEIL À VOTRE PHARMACIEN WWW.VICHY.BE

MON SECRET DE JEUNESSE :

UN VISAGE PLUS LISSE UN REGARD PLUS OUVERT UNE PEAU COMME NEUVE

(RIDES ESTOMPÉES)

* Auto-évaluation de 52 femmes. ** Auto-évaluation de 51 femmes, après 4 semaines. *** Le parfum est formulé de sorte à minimiser les risques d’allergies.

***

(YEUX & CILS)


VIVRE

J’AI TESTÉ...

ÊTRE

MÉDIUM Une voyante tarologue fondatrice d’une association d’éthique autour de la voyance prodigue régulièrement des cours de tirage divinatoire des cartes. On y était… Illustration Caterina Baldi

A

ywaille, petite ville non loin de Liège, connue surtout pour son parc animalier. Dans une maison de particuliers, une pièce particulière : sous les toits, une table et des paquets de cartes… de tarot précisément. Esmeralda Bernard est voyante. Ses consultations se font chez elle. J’étais allée la voir il y a quelques années, poussée par la curiosité, mise en confiance parce qu’elle était l’amie d’une amie. Que celle (ou celui) qui n’a jamais eu envie de se frotter à une telle expérience lève le doigt ! J’avais déjà été agréablement surprise par l’absence de tralala (pas de collections ésotériques en évidence sur une étagère, pas de grands tissus psychédéliques, pas de tête de mort, tout au plus une petite boule de cristal…). Esmeralda n’a pas non plus de foulard sur la tête, ni l’air en transe. Elle a un regard perçant cela dit… Elle est surtout une petite femme dynamique, volontaire, fonceuse, joueuse, perspicace (“Je suis Bélier 100 %”, se justifie-t-elle en riant). Elle s’appelle Esmeralda parce que ses

parents ont été séduits par l’héroïne de Notre-Dame de Paris. Et elle a hérité d’un don tout à fait spécial, comme sa grand-mère maternelle avant elle “qui était médium, mais n’en faisait pas profession”. Elle, à 20 ans, a eu un rêve prémonitoire qui l’a fait entrer dans le monde de la perception. D’une manière si claire qu’elle décide d’exercer publiquement. Cela fait 27 ans qu’elle pratique… et son carnet de rendez-vous est digne de celui d’un ophtalmologue d’une petite ville vieillissante : quasi six mois d’attente ! Surtout qu’elle partage son temps entre des consultations, des conférences, des débats et des ateliers d’initiation à l’art de la divination et du développement intuitif. Esmeralda a aussi écrit un livre, Les yeux de votre Destin en 2002 expliquant ses principes. Mais elle a aussi, et surtout, les pieds sur terre et rien ne l’irrite plus que les prétendus voyants qui font du mal à une profession déjà largement décriée. Alors, elle a fondé Delta Blanc, une association

LES ASSOCIATIONS INTUITIVES Se tourner vers les cartes, c’est aussi ouvrir la porte à notre intuition et être réceptif à l’idée de sixième sens... Partant de là, un deuxième stage “intiés” est également organisé qui permet d’aborder l’univers “psi”. Le but du week-end : ouvrir son canal intuitif et se faire confiance. Ce qui n’est pas loin du coaching en développement personnel finalement... Nous sommes tous des êtres intuitifs, encore faut-il se laisser aller et rentrer dans un état d’esprit relâché

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

et confiant en ses capacités. On met les doutes, les a priori, les rationalisations de côté et on se fait une série de petits exercices, juste pour voir… “Le sixième sens n’est pas destiné à concurrencer la raison, c’est simplement une autre forme d’intelligence spontanée. C’est apprivoiser un allié avec lequel on peut apprendre à dialoguer”, explique Esmeralda. w Faites le jeu des associations intuitives : prenez un carnet, et notez, pour chaque mot suivant les

50

impressions intuitives que vous recevez (symboles visuels, images, odeurs ou ressentis). Vous aurez des surprises à la relecture : votre imaginaire ne va pas nécessairement dans le sens que vous croyez. Chaud, froid, jour, nuit, bon, mauvais, haut, bas, lourd, léger, grand, petit, lisse, rugueux, propre, sale, clair, sombre, confus, vivant, mort, beau, laid, passif, actif, bénéfique, maléfique, blanc, noir, coloré, plein, vide.


qui regroupe des praticiens des arts divinatoires autour d’un code de déontologie. Une asbl comme un phare pour une profession trop souvent galvaudée. Elle s’emporte contre les voyances par téléphone, les mages qui promettent le Lotto, les salons de la voyance où l’on fait la file pour passer devant un apprenti voyant juste briefé quelques heures avant par un "maître" qui entend surtout se remplir les poches sur le compte de personnes souvent en détresse). Esmeralda, elle, pratique un tarif totalement abordable, prend son temps et pour tout dire… est confondante. Son support : le tarot de Mademoiselle Lenormand, un jeu si vieux que l’on n’en aperçoit quasi plus les dessins ni les nombres ! En complément : un jeu divinatoire que la voyante a imaginé “en prenant du temps et beaucoup de soin” quelques années auparavant. Un jeu qui parle un langage symbolique puissant mais qui, accompagné d’un livre explicatif est compréhensible pour les néophytes. Pratique, bien expliqué, plein de détails, c’est une entrée en matière pour les curieux intéressés par la pratique divinatoire. C’est bien simple : quand on l’a en main, on tirerait même les cartes pour son animal de compagnie, tant c’est passionnant. Alors, déjà familiarisée avec les cartes des Plaisirs, de La Fin, du Fardeau, de la Force, du Karma ou encore du Féminin… je me suis inscrite à un petit séminaire de deux jours. Histoire de mieux maîtriser les 54 cartes de mon jeu, et pourquoi pas avoir peut-être la révélation que je suis une médium qui s’ignore. Plus prosaïquement, je vais surtout devenir la coqueluche de tous mes amis : il n’y en a pas un qui n’a pas rigolé puis m’a demandé de lui tirer les cartes dès mon retour !

ÉPOPÉE EN TERRE INCONNUE Nous sommes une dizaine dans une petite salle d’Aywaille. Et tout de suite, elle nous met au parfum. "Il y a 300 ans, les femmes comme moi finissaient brûlées sur un bûcher. Moi, j’ai été soutenue par ma famille; ma grand-mère a vite compris. Mais encore aujourd’hui, ça n’est pas bien vu, on se méfie toujours beaucoup". Pour l’heure, Esmeralda peste contre un professeur de médecine qui, dans son compte-rendu a laissé traîner un "se dit voyante !" dans son dossier. Elle en oublierait presque de nous raconter que la carte de La fin signifie à chaque fois… un recommencement. En ce premier jour de stage, Esmeralda, nous met au parfum : “Tout le monde peut apprendre à interpréter un jeu divinatoire, pas besoin d’être voyante”. Pour commencer, il nous faut l’alphabet du jeu divinatoire. Pour comprendre ce que recèlent les cartes, leur symbolique, leur portée. Les 54 cartes représentent chacune une émotion, un état, une possibilité qui peuvent s’interpréter de nombreuses manières. Ce qui va dé-

terminer la “lecture” d’une carte, c’est sa place dans le tirage. En fait, chaque tirage raconte une histoire par rapport à la question posée. Et pour raconter au mieux ces histoires, il faut savoir de quoi l’on parle et donc étudier les cartes et leur symbolique. Un peu fastidieux mais nécessaire. On ressort du premier jour avec une tête comme un seau : les cartes tournent en rond dans nos têtes : Les Plaisirs, Le Féminin, L’Aveuglement, Le Karma prennent place dans notre esprit. Le deuxième jour, c’est entraînement pratique sur des cas fictifs. A priori, on se dit que cela ne sert à rien alors… Erreur ! On apprend à lier les cartes entre elles, à élargir nos perceptions et nos décryptages en quelque sorte. Et dans cette petite salle sans âme, on sent soudain que chacun se prend au jeu divinatoire. Cette femme (inventée par Esmeralda) qui se demande si elle va déménager devient notre problème. Ce type qui s’est fait virer abusivement et qui est en pleine dépression retrouvera-t-il du travail ? On l’espère et surtout on interprète ses cartes avec passion ! Tirage à trois cartes, tirages à cinq cartes plus précis et plus “pro” : cela commence à venir ! En revanche, la grande roue (à faire une fois par an) qui permet d’avoir une vision large dans tous les domaines de la vie n’est pas encore à notre portée, ni le tirage anniversaire à faire le jour de sa naissance. On a encore du pain sur la planche !

À QUI LE TOUR ? Tout va tellement vite, surtout le temps... On a parfois l’impression de lâcher, de ne jamais y arriver sans la supervision de la pétillante (et bavarde !) Esmeralda. Mais franchement, quelque chose se passe : on prend confiance en nous. Bilan : poser les bonnes questions s’avère le plus difficile ! Quant aux réponses, tout le petit groupe peut se rendre compte qu’avec ses mots propres, chacun dit la même chose finalement et ça, c’est interpellant et encourageant. “Les cartes ne mentent pas, c’est nous qui nous trompons parfois dans l’interprétation”, assène la médium. Et c’est ce qui fait lever les yeux aux ciels des plus cartésiens. Mais c’est ce qui n’arrêtera pas ceux qui ont envie d’y croire ! Après le stage, mieux vaut se forcer à pratiquer un peu (les cobayes sont légion) pour gagner en assurance. Car plus on parle avec assurance, plus on bluffe ses amis… même ceux qui n’y croient pas. Un conseil de “pro” : mieux vaut noter les questions et les interprétations. À la relecture, on s’offre quelques belles surprises. Eh oui, cela s’est passé tel qu’on l’avait prédit ! Opération à Aywaille terminée… Total succès : si je ne suis pas encore voyante, j’ai comme l’impression d’être devenue plus… clairvoyante. n E.W.

51

LIRE DANS DES ENVELOPPES FERMÉES Oui, j’ai réussi à voir le contenu d’une enveloppe fermée. Rien n’était tout à fait précis, j’ai “vu” des mots et des formes mais à chaque fois, le contexte, le climat, la “couleur” de la photo était retranscrite d’une certaine manière dans mes mots et mes schémas… Durant toute une journée, nous avons visité l’univers psi en compagnie de “notre” voyante : exercice de décontraction mentale, ouverture du canal intuitif, récit étonnant (Le livre Le Titan écrit par Morgan Robertson qui raconte presque l’histoire véritable du Titanic des années avant la catastrophe). Bref, tout était là pour qu’on se lance en fin de journée. Le résultat a été étonnant pour tous. Le cas le plus frappant ? L’enveloppe contenant une photo de l’endroit où eut lieu l’accident de Lady Di dans le tunnel du Pont de l’Alma. Pourquoi donner des photos aussi fortes : “Parce que plus elles sont chargées émotionnellement, plus elles parlent”, dixit Esmeralda. Autant j’ai un penchant pour le tarot, autant j’étais dubitative quant à cet exercice… mais j’en suis sortie un peu secouée tant par mes “résultats” que par ceux des autres. Surtout Céline, une autre participante, qui avait une précision confondante… Après avoir pris l’enveloppe dans mes mains et m’être concentrée, j’ai dessiné une série de carrés et par après des traits parallèles. J’ai ensuite écrit en vrac sur mon carnet : événement géant, dans ma nuque, horreur, un poids énorme, une personne noire dans un coin, du ciel devant un peu, en l’air du blanc lumineux qui aspire, la mort. La photo représentait donc la voiture après l’accident, on y voyait les pylônes du tunnel qui formaient des carrés… Je n’avais pas “vu” que cela faisait référence à la mort de la princesse Diana. Mais en même temps, c’était mon premier essai de tous les temps !


GOÛTER n En Duo, Denis Balencourt et Valérie Nimal

L’ITALIE CHEZ NOUS

LA TABLE

MAMMA ROMA !

BOCCONI

NOUVEAUTÉ

À l’ombre de l’Hôtel de Ville de Bruxelles, le Ristorante BoCConi et son chef Marco Visinoni proposent une cuisine centrée sur la simplicité. L’amour du pays, du produit, et les joies de l’enfance s’expriment dans une série de recettes empruntées à toute l’Italie. La panzanella toscane (15 €), salade de pain rassi sans sel, plat des pauvres devenu emblématique, est colorée et croquante. Céleri, tomates cerises, concombre et buffala, pain trempé de vinaigre doux composent une entrée fraîche et apéritive. Le Vitello tonato (18 €) monté en tatin, le veau rosé, tendre, posé en rosace masque la sauce au thon et moutarde. Cette originalité de présentation, la justesse de la cuisson du veau en font un des meilleurs de Bruxelles ! Un carré d’agneau (28 €) et sa caponatta à la sicilienne (légumes croquants poêlés) sont cuits justement et nous raccrochent aux saveurs d’un lointain été. Pour le dessert, les poires caramélisées et leur glace à la ricotta nous replongent avec délice dans les plaisirs d’automne (9 €). BoCConi – Hôtel Amigo Rocco Forte. Rue de l’Amigo, 1 – 1000 Bruxelles. 02/547 47 15 Service voiturier et parking offert midi et soir à la clientèle. www.ristorantebocconi.com

LA CUEILLETTE

Mamma Roma lance la pizza à composer chez soi : Pizza Mia, une gamme de cinq pizzas fraîches – Melanzane Pesto, 4 Formaggi, Speck al Tartufo, Bufala, Pere Gorgonzola. Vous garnissez la fine pâte aérée avant de l’enfourner. L’avantage ? Elle est conditionnée sous vide, avec chaque élément (certains d’appellation d’origine contrôlée, comme la mozzarella di Bufala D.O.P) emballé séparément, afin de préserver le goût. Pour jouer au pizzaïolo. Disponible dans les Delitraiteurs de Bruxelles, Wallonie et Flandre. Prix : 6.65 € – 7.65 € pour 1 ou 2 personne(s). www.mammaroma.be

À PARIS AUSSI La saga continue pour Mamma Roma. Après l’ouverture de sept pizzerias à Bruxelles et Waterloo, l’enseigne belge conquiert Paris dès novembre. Réputée pour ses pizzas romaines à la coupe, elle ne cesse d’innover et d’élargir le choix d’ingrédients authentiques. Prochaines étapes annoncées par le patron, Carmelo Cennamo : Londres, la Flandre et la Wallonie. Mamma Roma. Rue du Cherche-Midi, 55 – Paris VIe.

NEWS UN PARFUM CHOCOLAT

COFFRET CHAMPIGNONS L’automne offre de belles occasions pour partir en quête de champignons. Où les trouve-t-on ? À quelle saison ? Comment les reconnaît-on ? Comment ne pas les confondre ? Mieux vaut s’informer au préalable pour éviter les intoxications. Larousse réédite un guide qui décrit les 170 espèces les plus courantes. En prime, un couteau pliable, qui s’accroche à la ceinture et nettoie les champignons avec sa brosse. Bonne cueillette ! Champignons, Guillaume Eyssartier, Larousse, 15.90 €

EN IMAGES

À BOIRE ET À MANGER Suisse, illustrateur, blogueur, conteur gonzo, gourmand, critique, cuisinier, passionné, comique, prolixe, puxisardinophile (soit collectionneur de boîtes de sardines), n’aimant pas la bière, Guillaume Long a à son actif 2 tomes hétéroclites de récits, recettes, reportages, bavardages, aventures illustrées dont le fil conducteur reste la satisfaction d’un insatiable appétit. En plus de rire fréquemment, la lecture d’À boire et à manger nous apprend à cuisiner des betteraves crues, nous met en garde contre les cafés parisiens, nous renseigne sur les doubles sens de la langue française… une mine ! À boire et à manger, Guillaume Long, Gallimard. Le blog : long.blog.lemonde.fr

ESSENTIELLE

NOVEMBRE 2013

52

Benoit Nihant a du génie et du cœur. Ce cacaofévier a gagné sa réputation dans les restaurants étoilés où ses chocolats sont mis en avant, et via ses boutiques. Pour soutenir une action caritative, Belgium is Beautiful, le maître chocolatier s’associe avec Anne Pascale Mathy-Devalck, le nez de la parfumerie personnalisée L’Antichambre à Bruxelles. De leur duo est né un parfum unique. Une fragrance chaude, construite autour d’un accord suave, avec une pointe d’amertume de cacao, des épices et de l’ambre, qui donnent à la fève une facette boisée. Un cadeau idéal pour gourmandes sensuelles. Jusqu’au 21 novembre, vendu au profit de l’association Espace + du CHC de Liège. Eau de parfum 25 €. Parfum 165 € et 195 €. Benoit Nihant. Passage Lemonnier, 30 – 4000 Liège. 04/222 16 72. www.benoitnihant.be. www.l-antichambre.com

LE COUP DE CŒUR


HOROSCOPE

SCORPION

DU 23 OCTOBRE AU 21 NOVEMBRE

Un mois tout en légèreté et en douceur pendant lequel vous aurez le vent en poupe. Vous fêterez votre anniversaire dans une ambiance sereine et détendue. Un amas de planètes dans votre signe éclaircira votre horizon et vous irradiera d’influx positifs. Votre efficacité au travail et votre discipline renforceront votre bel esprit d’entreprise. En couple, vous comblerez votre partenaire par des démonstrations spontanées et sincères. Ce sera une bonne période pour renforcer vos liens. Amicalement, vous serez très entourée et vous pourriez rencontrer de nouvelles connaissances. Réjouissez-vous !

SAGITTAIRE DU 22 NOVEMBRE AU 21 DÉCEMBRE

EN NOVEMBRE, C’EST “MOVEMBER”, UN MOUVEMENT QUI FINANCE LA RECHERCHE CONTRE LE CANCER DE LA PROSTATE

BÉLIER DU 21 MARS AU 20 AVRIL Voici un mois bien difficile en perspective. Votre vie sentimentale risque d’être parsemée d’embûches et si vous n’y mettez pas un peu du vôtre, elle pourrait même rapidement dégénérer. Vous aurez beaucoup de mal à contrôler toute cette électricité ambiante. Tournezvous vers votre vie professionnelle qui pourrait vous réserver quelques belles satisfactions. Ce ne sera qu’en fin de mois que l’atmosphère s’allégera et vous rendra toute votre gaieté.

TAUREAU DU 21 AVRIL AU 20 MAI Votre bonne humeur vous permettra de voir la vie tout en couleurs. Les choses évoluent rapidement et bien-sûr en votre faveur. Votre vie professionnelle et votre vie amoureuse se teintent de réussite, conséquence de votre énergie débordante. C’est le signe évident que vous êtes sur la voie d’un succès mérité. Seul votre franc-parler pourrait blesser quelques collègues. Modérez la teneur de vos paroles car vous pourriez vous en mordre les doigts.

GÉMEAUX DU 21 MAI AU 20 JUIN Ce mois sera en demi-teinte. Vous songez à de nouvelles perspectives et vous envisagez de vous lancer dans des projets à longue échéance. Vous êtes concentrée, votre esprit est solide mais prenez garde. Mars pourrait poser des obstacles sur votre route. Retards et autres couacs sont à craindre. Si vous vous montrez attentive et que vous ouvrez bien l’œil, vous ne trébucherez pas. Le succès est au bout du chemin.

CANCER DU 21 JUIN AU 22 JUILLET C’est le mois de la communication ! Vous vous exprimerez aisément et avec beaucoup d’engouement. Vous souhaiterez partager vos avis et conseiller vos amis. Vous vous sentirez guillerette et

tiendra pas rigueur. Je vous conseille de vous mettre dans votre bulle et de vous ressourcer pleinement. Cela ne pourra qu’être bénéfique.

vous communiquerez ce dynamisme à votre entourage. Négociez même une augmentation avec votre hiérarchie ! Côté cœur, vous aurez à traverser quelques petites disputes mais rien de bien méchant. Contrôlez aussi vos dépenses car vos finances risquent d’en pâtir.

LION DU 23 JUILLET AU 22 AOÛT Les astres ne vous épargnent pas du tout ce mois. Dispersée et inconsistante, vous manquerez de suite dans les idées. Vous vous montrerez étourdie et vous pourriez manquer de tact. De plus, votre humeur sera plus que morose. Vous serez peu encline à vous mettre à la tâche. Nerveuse et entêtée, vous pourriez être intolérante dès que les choses ne seront pas en votre faveur. Patience et persévérance, vous retrouverez un peu d’entrain en fin de mois.

VIERGE DU 23 AOÛT AU 22 SEPTEMBRE Voilà un mois remarquable pendant lequel vous vivrez sur votre petit nuage. C’est le bon moment pour initier de nouveaux projets ou partir pour de belles aventures. Pleine de spontanéité, vous n’aurez aucun mal à profiter des belles embellies qui parsèment votre route. En résumé, tout réussira à qui sait saisir sa chance. Sentimentalement, c’est également l’équilibre et la plénitude. Amoureuse, vous regarderez tous les deux dans la même direction.

BALANCE DU 23 SEPTEMBRE AU 22 OCTOBRE

Votre humeur et votre énergie seront très fluctuantes durant tout ce mois. Très réactive, vous serez à prendre avec des pincettes et personne ne saura comment réagir à votre égard. Même votre conjoint sera perturbé et déstabilisé par votre comportement très changeant. Parlez-lui et rassurez-le car il ne vous en

PAR ISABELLE VAN MOLHEM

53

Vous devriez être vigilante professionnellement. Bercée d’illusions et ultra-distraite, vous aurez tendance à en faire trop et vous risquerez de vous disperser. Contretemps, retards et autres imprévus se mettront sur votre route. Restez raisonnable, maîtrisez vos élans et mettez de l’eau dans votre vin afin de calmer le jeu. Côté cœur, cela ne va guère mieux. En fin de mois seulement, vous retrouverez votre calme et vous nourrirez de sages ambitions.

CAPRICORNE DU 22 DÉCEMBRE AU 19 JANVIER

Votre moral sera au top ! De beaux aspects constructifs accompagneront votre équilibre affectif et professionnel. Vos initiatives et projets ambitieux sont sur le bon chemin de la réussite grâce à votre motivation légendaire. C’est vraiment le moment de vous surpasser afin de réaliser vos projets évolutifs. Vos relations amoureuses et amicales sont également sur le même chemin et vous rayonnerez sous les feux de la rampe. Que demander de plus ?

VERSEAU DU 20 JANVIER AU 18 FÉVRIER Les aspects de ce mois ne vous faciliteront pas du tout la tâche. Vous êtes complètement découragée. Votre énergie et votre punch sont en berne. De plus, vous gérerez le tout avec beaucoup de nervosité et d’impatience. Vos erreurs de jugement seront fréquentes. Vous communiquerez difficilement. En couple, les choses se corsent aussi et vous vous dirigez vers l’échec cuisant si vous ne vous reprenez pas. L’éclaircie arrive en fin de mois. Patience d’ici là !

POISSONS DU 19 FÉVRIER AU 20 MARS

Un ciel fort dégagé se présente à vous. Vous ressentirez les effets bénéfiques de Vénus qui solidifieront vos liens affectifs et favoriseront une ambiance harmonieuse. Mercure facilitera votre vie relationnelle et donnera un coup de pouce pour vos activités professionnelles en rendant vos idées constructives. Défendez vos projets car vous convaincrez. En fin de mois, une baisse de régime se fera sentir sous forme de fatigue nerveuse. Mettez le holà !


CHANCE DES CONCOURS CHAQUE SEMAINE SUR ESSENTIELLE.BE PARFUM

Inspirée des muses de la marque (Laetitia Casta, Anna Nicole Smith, Amber Heard), la nouvelle fragrance “GUESS Girl Belle” est une version dérivée du parfum “GUESS Girl” original. C’est le parfumeur Laurent Le Guernec qui a fait de “GUESS Girl Belle” un parfum aussi frais que féminin, aux notes de tête pétillantes de groseilles dans du champagne rosé. Les notes de cœur poursuivent le dialogue avec la pivoine, les violettes chaudes et le jasmin arabe naturel. Enfin, le parfum séduisant du bois de santal australien, le musc enivrant et la vanille exquise se mélangent dans un écrin violet et doré aux courbes féminines. w Eau de toilette 100 ml, GUESS Girl Belle. 55.50 €. Disponible dans les drogueries, chez Planète Parfum et dans toutes les boutiques GUESS. www.guessparfums.com Concours du 04 au 17/11 sur www.essentielle.be

VERNIS SUR MESURE

Véritables coups de cœur des nailistas, les vernis “Liquid Sand™” lancés par OPI en février dernier sont des ovnis beauté à tester absolument ! Grâce à une technologie novatrice, ces vernis injectés de paillettes réfléchissantes donnent aux ongles une finition unique et mate, infusée de particules éclatantes. Ce mois-ci, OPI s’associe à ESSENTIELLE pour vous offrir une trousse de collection composée de 6 vernis “Liquid Sand™” ainsi que d’un kit “On the Go” pour une manucure irréprochable ! w Trousse de collection OPI en exclusivité pour ESSENTIELLE (indisponible dans le commerce), composée de : 3 “Liquid Sand™” édition limitée de la collection San Francisco by OPI (Alcatraz… Rocks, It’s All San Andreas’s Fault, Wharf ! Wharf ! Wharf !) et 3 “Liquid Sand™” de la collection fin d’année Mariah Carey by OPI (Baby Please Come Home, Make him Mine, It’s Frosty Outside), ainsi que d’un kit “On the Go” (DripDry Lacquer Drying Drops, 9ml, OPI Nail Envy Natural Nail Strenghtener, Correct&Clean up pen et Avoplex Cuticle oil to go). www.opibelgium.be Concours du 11 au 24/11 sur www.essentielle.be

BEAUTÉ

AUDIO

ÉLIXIR DE JOUVENCE

SUR ÉCOUTE

Expert incontesté de la protection solaire depuis 1971, les Laboratoires Lancaster ont développé une expertise unique dans le domaine de la protection solaire haute technologie. Résultat de 10 années de recherche, la formule du Sérum 365 Cellular Elixir – Réactivateur Jeunesse rompt avec les modes d’actions habituels des produits cosmétiques et aborde la cosmétique anti-âge sous un angle nouveau. Enrichi d’ingrédients anti-âge, antioxydants et hydratants, ce complexe agit directement sur les mécanismes majeurs de réparation de l’ADN cellulaire. Protégée, réparée, pulpeuse, radieuse et plus forte, la peau rayonne d’une nouvelle jeunesse. w Soin, 365 Cellular Elixir Intense Rénovateur de Jeunesse de Lancaster. 70 € les 30 ml. www.lancasterbeauty.fr

Quelques mois après le lancement réussi de ses modèles funs et colorés, le géant de l’audio Sennheiser lance cet hiver une version luxe et épurée de ses écouteurs MOMENTUM On-Ear dans deux couleurs intemporelles : noire haute brillance et brun classique. À l’instar du look urbain minimaliste du très populaire casque d’écoute MOMENTUM, ces nouveaux modèles réunissent esthétisme minimaliste et haute performance, le tout dans un format plus compact. L’attention portée au design ainsi que la qualité acoustique de ce bel accessoire démontrent, une fois de plus, le savoir-faire incontesté de Sennheiser. w Casque d’écoute, MOMENTUM On-Ear de Sennheiser. 199 €. www.sennheiser.be Concours du 25/11 au 08/12 sur www.essentielle.be

NOVEMBRE 2013

Rédactrice en chef Elodie Weymeels elodie.weymeels@essentielle.be Rédaction 79, rue des Francs - 1040 Bruxelles tél. : 02.211.30.51 e-mail : info@essentielle.be Collaborateurs Fanny Leroy (adjointe), Denis Balencourt, Gilda Benjamin, Marie Hocepied, Manon Legrand, Kunty Moureau, Valérie Nimal, Ingrid Van Langhendonck, Isabelle Van Molhem. Graphisme IPM Print : Vanessa Calcoen, Alain Druart, Eric Guidicelli Régie Publicitaire IPM Advertising : Caroline Grangé - 02.211.30.95 caroline.grange@saipm.com Dominique Flamant 02.211.3155 dominique.flamant@saipm.com Marie-Noëlle Raquez (Voyages) 02.211.31.00 marie-noelle.raquez@saipm.com Marketing et Promotion Delphine Guillaume 02.211.31.78 delphine.guillaume@saipm.com Lisette Kazadi (partenariat web/ concours) lisette.kazadi@essentielle.be Directeur des ventes publicitaires Emmanuel Denis Impression IPM PRESS PRINT Vice-Président du conseil d’administration Patrice le Hodey Administrateur délégué, éditeur responsable François le Hodey

LE MAGAZINE FÉMININ DE

PARFUMS

FRAGRANCES

2.0

LIVRES LA SAISON DES PRIX EST OUVERTE, CELLE DE L’ÉMOTION AUSSI

ON VEUT DU

LUXE !

VIRGINIE

EFIRA LA BELLE TRACE SON CHEMIN

NOVEMBRE 2013 - #160 - essentielle.be

Photographies dans ce numéro Corbis, Reporters, AP, Rue des Archives, D.Bauweraerts, DR, (Sauf mention).

Concours du 18/11 au 01/12 sur www.essentielle.be

ESSENTIELLE

SUPPLÉMENT GRATUIT DE LA LIBRE BELGIQUE

PROCHAIN NUMÉRO LE 7 DÉCEMBRE

BELLES BELLES BELLES

EXCLU ESSENTIELLE

ESSENTIELLE # 160

54


aromathérapie focus L’air de nos maisons peut être jusqu’à 100 fois plus pollué qu’à l’extérieur!*

Notre RDV santé-nature avec Puressentiel®

Purifiez-le naturellement et efficacement grâce au Spray Puressentiel Assainissant LES BONS GESTES ? 1/ Renouveler l’air ambiant… Prenez l’habitude d’aérer chaque jour, durant au moins 10 minutes d’affilée, les pièces de votre logement et celles de votre bureau. 2/ … puis le rendre 100% plus sain et respirable ! Vaporisez dans l’air ambiant les huiles essentielles qui vont « nettoyer » l’air intérieur en éliminant les acariens, virus, bactéries, champignons microscopiques…

ON ADOPTE

20 heures : c’est le temps que l’on passe en moyenne chaque jour entre quatre murs, que ce soit au bureau ou à la maison ! La pollution intérieure est tout aussi néfaste que celle qui nous menace à l’extérieur. Les pollueurs de l’air que nous respirons au quotidien (acariens, virus, germes…) présents dans les pièces confinées, la climatisation ou le chauffage mal réglés, empoisonnent nos voies respiratoires. Pas étonnant si les infections respiratoires et les allergies reprennent et que nous toussons, éternuons, respirons mal, avons les yeux qui piquent et si nous nous réveillons fatigués…

*Environmental Agency. **Études scientifiques Puressentiel.

OFFRE SPÉCIALE JUSQU’AU 31/12/2013 1Spray Puressentiel Assainissant (200 ml) offert pour l’achat de 2 Sprays Puressentiel Assainissant (200 ml). Modalités de l’offre au 04/285.62.11 ou sur www.puressentiel.com

LE CONSEIL DE LA SPÉCIALISTE Isabelle Pacchioni Experte en aromathérapie. Créatrice de la gamme Puressentiel. Auteur d’”Aromathérapia Tout sur les huiles essentielles” (Éditions Aroma Thera). Info + : www.aromatherapia.fr

© RICHARD AUJARD

MAISON, BUREAUX, CABINETS MÉDICAUX, ATELIERS, ENFANTS, ANIMAUX… ON VEUT TOUS DE L’AIR PUR CHEZ SOI !

Le Spray Puressentiel Assainissant aux 41 huiles essentielles : très pratique, il assainit l’air que l’on respire chez soi au quotidien en 6 à 8 pulvérisations aux quatre coins des pièces à vivre. L’efficacité acaricide, bactéricide, fongicide et virucide de cette formule brevetée est démontrée par 10 études** très sérieuses. Résultat : il limite les risques d’allergies et d’épidémies, on respire mieux au quotidien, on protège activement son système respiratoire et on « booste » ses défenses naturelles avant l’arrivée des premiers virus ! On adore son parfum d’air frais et propre, 100% naturel.

Puressentiel Assainissant existe désormais en grand format familial et économique. Ce champion de l’air pur sort un nouveau système de pompe breveté qui permet une diffusion puissante par microdispersion, sans gaz propulseur. Son nouveau format (500 ml) concentre pas moins de l’équivalent de 25 kg de plantes. La tornade verte antipollution s’occupe de « nettoyer » l’air de nos maisons du sol au plafond ! Et pour garder nos menottes et surfaces (poignées de porte, clavier d’ordi, téléphone, siège W.-C.) à l’abri des bactéries, désinfecter sans eau ni savon avec Puressentiel Antibactérien Gel Hydro Alcoolique aux 3 huiles essentielles (citron, lavandin, arbre à thé). 2 formats : nomade (80 ml) et familial (250 ml). La gamme Puressentiel, à base d’huiles essentielles 100% naturelles, 100% pures et à l’efficacité 100% maximale, est disponible uniquement en pharmacie et parapharmacie. En savoir plus ? Téléphonez au 04/285.62.11 ou consultez www.puressentiel.com Codes CNK Puressentie l: l Spray Assainissant aux 41 huiles essentielles : 2398-964 l Gel Hydro Alcoolique Antibactérien aux 3 huiles essentielles : 2667-731 Utilisez «Puressentiel Spray Assainissant aux 41 huiles essentielles» et «Puressentiel Gel hydro alcoolique aux 3 huiles essentielles» avec précaution. Avant toute utilisation, lisez l’étiquette et les informations concernant ces produits.


En vente exclusivement dans les magasins Louis Vuitton. TĂŠl. 02 289 28 28 louisvuitton.com

Essn 20131102 essn full  

La Libre Essentielle du 2 novembre 2013