Issuu on Google+

LE MAGAZINE FÉMININ DE

C I N É M A B E LG E

GÉNÉRATION SPONTANÉE ! SEPTEMBRE 2013 - Supplément à La Libre Belgique


Génération Le cinéma belge, ce sont des réalisateurs dont le talent renouvelle, de génération en génération, la formidable reconnaissance dont jouit notre cinéma partout dans le monde. Le cinéma belge, ce sont aussi des acteurs qui habitent notre imaginaire, nous font rêver, nous émeuvent, nous font rire. Depuis plus de 20 ans, les comédiens belges ont la cote. Yolande Moreau, Cécile de France, Marie Gillain, Émilie Dequesne, Déborah François, Virginie Efira, Benoît Poelvoorde, Olivier Gourmet, Jérémie et Yannick Renier, Jonathan Zaccai, François Damiens et tant d’autres, imprègnent de leur empreinte si personnelle les toiles de notre cinéma et celles du cinéma français.

Et puis, derrière ces arbres devenus grands, de jeunes pousses gorgées de talent sont en train d’éclore. Une nouvelle génération d’acteurs belges trace son chemin. Ils ne sont pas encore tous très connus du grand public, ils font leurs premières armes et déjà la profession les reconnaît. Six d’entre eux ont d’ailleurs été primés aux Magritte du cinéma, dans la catégorie meilleur espoir. Et comme ce sont les professionnels du cinéma belge qui votent, c’est dire s’ils croient en leur avenir et au rôle important qui sera le leur dans le cinéma belge de demain. Frédéric Delcor est le Secrétairegénéral de la Fédération Wallonie-Bruxelles depuis 4 ans. © Jean Poucet DirCom-FWB

C’est une véritable nouvelle vague d’acteurs qui est en train de déferler sur les écrans. Pauline, Ambre, Erika, Hande, Anne-Pascale, Stéphanie, Thomas, Joffrey, Mourade, David, si jeunes et déjà en tête d’affiche d’au moins un long métrage, du Gamin au vélo à La religieuse, des Barons à La tête la première, et tant d’autres à venir. Cette génération d’actrices et d’acteurs est l’avenir de notre cinéma, de l’imaginaire de nos créateurs. C’est grâce à eux que les idées, les scénarios vont devenir des films, voyager de par le monde et toucher le public. Ils sont la chair qui donne vie aux personnages fantasmés, et sans nul doute une grande source d’inspiration. Nous les adorons déjà, et nous sommes certains que dans très peu de temps, vous allez les adorer vous aussi. Merci à La Libre d’avoir répondu à ce projet avec tant d’enthousiasme, merci au MAD Brussels et à Didier Vervaeren pour leurs choix judicieux, merci aux stylistes belges d’avoir si bien mis en valeur les comédiens dans toute leur diversité, merci à Serge Leblon de les avoir photographiés avec tant de talent, merci à tous ceux qui ont rendu possible ce projet, et merci à vous d’y prêter attention.

PS : L’agenda de Pauline Burlet, révélée à Cannes cette année dans le film “Le Passé” ne lui a pas permis de participer à notre séance photo. Mais retenez aussi son nom. Elle fait partie de cette nouvelle génération de comédiens belges que nous vous présentons ici.

Frédéric Delcor

Pauline Etienne, Thomas Doret, Anne-Pascale Clairembourg, Ambre Grouwels, Hande Kodja, Joffrey Verbruggen, Mourade Zeguendi, Stéphanie Crayencour, David Murgia, Erika Sainte : six actrices, quatre acteurs aux âges différents, aux parcours différents, certains plus versés dans le théâtre, d’autres plus proches du cinéma français. Mais avec tous, chevillée au corps, l’envie de jouer et de se donner dans un rôle.


s n o i t a r o b a l l o c s Le

STYLISME

COIFFEUR

DIDIER VERVAEREN

ADRIEN COELHO

Sa vie, c’est le noir, la mode, les happenings arty, la mode et encore la mode. Didier Vervaeren, ex-Cambrien qui fut directeur artistique chez Delvaux, est aujourd’hui fashion curator pour MAD Brussels, styliste renommé qui court de shooting en shooting et professeur invité à La Cambre. DV c’est bien simple, connaît tous les acteurs de la mode belge. Il n’y avait qu’un pas pour qu’il connaisse tous les acteurs du cinéma belge ! Rencontre entre les deux univers effectuée en février 2013 lors des Magritte du cinéma, où il s’est occupé d’habiller tout ce beau monde. Il a récidivé avec le groupe des dix jeunes talents en juin avant de filer en Corée… Car ce grand ami d’Axelle Red est aussi fou d’Asie où il est régulièrement invité dans les écoles de mode. Ses lunettes noires et son air énigmatique y font toujours sensation…

PHOTOGRAPHIE

SERGE LEBLON Serge Leblon est une pointure dans le petit cercle fermé des artistes photographes. Il shoote notamment la mode depuis 28 ans. Pour le magazine du New York Times, le Elle US, le Vogue Italie ou encore pour L’Officiel entre autres… Et il adore travailler avec des artistes comme Axelle Red, Charlotte Gainsbourg ou encore la danseuse étoile Marie-Agnès Gillot. Sa patte : des textures rêveuses qui font naître des univers énigmatiques, une approche jamais frontale de ses modèles et des “snapshots” qui ont tous une vraie gueule d’atmosphère ! Il a tout de suite accepté de participer au projet “Jeunes Talents” parce qu’il aime le cinéma et les acteurs. Sur le plateau… chapeau bas à sa cool-attitude : photographier dix personnes d’un coup, c’est loin d’être facile !

PREMIER STUDIO

Adrien Coelho est ambassadeur l’Oréal et Français de Belgique. En juillet 2013, il a ouvert son propre salon à Bruxelles “Adrien Coelho, Premier Studio”, avec Jean-Philippe Beaupied et Michael Bassenelli. Mais cet artiste du cheveu n’a pas envie de s’enfermer entre quatre murs et met sa créativité au service des défilés (en juillet, il coiffait pour Natan) et des happenings en tout genre. Prescripteur de tendance, les people, et mannequins ne jurent plus que par lui ! Ici, c’est Clément qui a installé ses brosses, peignes, laques et sèche-cheveux. Au programme : des soins, de la douceur, de l’écoute... et des petites retouches à longueur de journée. Rue Tenbosch, 74 -1050 Ixelles. Tél. 02/345 58 47.

VOLET MODE

MAD BRUSSELS Mad Brussels, c’est l’organisme qui œuvre à la promotion de la mode belge à travers du coaching pour les jeunes créateurs, des événements de promotion au sein de la Fédération Wallonie-Bruxelles et à l’international. Dirigé par Alexandra Lambert avec l’aide notamment d’Elke Timmerman et Didier Vervaeren, MAD Brussels a coordonné toute la partie mode du projet “Jeunes Talents”.

MISE EN BEAUTÉ

DIOR On ne présente évidemment plus la Maison Dior ! Ce que l’on sait moins, c’est que depuis que M. Christian Dior a lancé sa marque de couture, la Maison a toujours soutenu la jeune création et le talent… Approché dans le cadre de ce projet “Jeunes Talents”, LVMH Parfums et Cosmétiques a aussitôt marqué un grand intérêt à s’associer à un shooting qui rassemblerait le cinéma et la mode belge sur un même plateau. Deux maquilleuses, Inge et Sylvie ont installé une bulle cosy et luxueuse dans le grand espace d’Action + Service et ont mis en beauté chacun des dix actrices et acteurs avec un grand professionnalisme, beaucoup de conseils personnalisés à la clé et beaucoup de bonne humeur et de sympathie.

MAIS AUSSI…

ACTION + SERVICE, société de services, d’aménagement et de stockage, spécialisée dans l’événementiel, de la conception à la réalisation, qui a prêté son (grand) espace pour abriter le shooting. www.action-service.be l

ESSENTIELLE, le magazine féminin de La Libre Belgique, qui a donné corps et coordonné ce supplément en collaboration avec La Libre Belgique, MAD Brussels et le CCA de la Fédération WallonieBruxelles. l

CINEVOX pour le tournage du making of vidéo qui fait l’objet d’une capsule à voir au cinéma dès septembre. l

À L’ORIGINE DU PROJET

LE CENTRE DU CINÉMA ET DE L’AUDIOVISUEL DE LA FWB 1er partenaire du cinéma belge francophone, le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel de la Fédération WallonieBruxelles soutient activement la création, la promotion et la diffusion. En mettant en scène les comédiens pour une séance photo commune, le CCA a pour objectif de promouvoir auprès du public l’idée d’un cinéma belge francophone qui va de l’avant et qui a du talent. Mission accomplie !

WALLONIE BRUXELLES IMAGES Wallonie Bruxelles Images (WBI) est l’agence officielle pour la promotion de l’audiovisuel de la Fédération WallonieBruxelles à l’étranger. En participant à l’élaboration de ce support mettant en scène les jeunes talents du cinéma belge francophone, WBimages entend promouvoir ces jeunes actrices et acteurs sur la scène internationale.

JOHANNA DE TESSIÈRES, photographe touche-àtout, elle passe des pays en guerre à un shooting avec intérêt. Elle a assuré les photos du making of. Sachant se faire toute petite... mais bien présente pour capter tous les détails de la journée. l

LES SITES DU GROUPE IPM : essentielle.be, cinebel.be, lalibre.be et dh.be qui, à travers leurs informations, soutiennent la médiatisation des jeunes talents. l


Pauline

Etienne VUE DANS : Élève libre de Joachim Lafosse (2008), Le Bel Âge de Laurent Perreau (2009), Qu’un seul tienne et les autres suivront de Léa Fehner (2009), L’Autre Monde de Gilles Marchand (2010), Paradis perdu d’Ève Deboise (2011), La Religieuse de Guillaume Nicloux (2013). ÂGE : 23 ans. LA PLUS FORTE ÉMOTION AU CINÉMA ? L’Enfer de Chabrol avec Emmanuelle Béart et François Cluzet. Ce film m’a retournée. COMMENT AVEZ-VOUS FRANCHI LE MIROIR ? Un ami m’a conseillée de passer des castings car il trouvait cela drôle. Je suis allée voir sur cinergie.be et comédien.be. Et j’ai trouvé cette annonce : “ Cherche jeune fille à l’air fragile”. C’était celle d’Élève libre de Joachim Lafosse. LE FILM QUE VOUS NE VOUS LASSEZ PAS DE REVOIR ? Eternal Sunshine… de Michel Gondry. À chaque fois, je découvre quelque chose de nouveau. Passionnant.

DANS QUEL FILM AURIEZ-VOUS AIMÉ JOUER ? Titanic, parce que c’est grandiose et que j’adore Kate Winslet. V pour Vendetta, j’aime le côté 1984 et puis je trouve Natalie Portman incroyable. Jules et Jim aussi. VOTRE COMÉDIEN PRÉFÉRÉ : Mathieu Amalric. VOTRE COMÉDIENNE PRÉFÉRÉE : Anaïs Demoustier. ET SI TOUT S’ARRÊTAIT DEMAIN ? Je crois que je me dirigerais vers la pédagogie. J’aime bien transmettre. Et puis j’aimerais réaliser aussi. VOUS RECEVEZ UN MAGRITTE, QUELLE EST LA PERSONNE À REMERCIER ABSOLUMENT (PAPA, MAMAN, COMPAGNON ET RÉAL DU FILM EXCLUS) ? Joachim Lafosse pour m’avoir donné ma chance. VOTRE ACTUALITÉ : Eden de Mia Hansen-Løve, Tokyo Fiancée de Stefan Liberski dont le tournage s’est achevé fin juin. J’y interprète Amélie Nothomb.

Top VÉRONIQUE BRANQUINHO. Mise en beauté Sylvie et Inge pour Dior. Coiffure Clément pour Adrien Coelho Premier Studio.

n Interviews réalisées par Alain Lorfèvre et Fernand Denis

ESSENTIELLE

SEPTEMBRE 2013

4


VU DANS : Le gamin au vélo de Jean-Pierre et Luc Dardenne (2011), Renoir de Gilles Bourdos (2012). ÂGE : 16 ans. VOTRE PLUS FORTE ÉMOTION AU CINÉMA ? Récemment, j’ai vu Shame de Steve McQueen. J’ai trouvé l’interprétation de Michael Fassbender très réaliste, très forte. Et l’histoire sort des sentiers battus. COMMENT AVEZ-VOUS FRANCHI LE MIROIR ? Un mois avant de passer le casting pour Le Gamin au vélo, j’ai vu un film américain (dont j’ai oublié le titre) qui montrait l’envers du décor d’un tournage de cinéma. Cela m’a donné envie de découvrir ce monde. J’ai eu de la chance de pouvoir passer ce casting et d’être retenu par les Dardenne. VOTRE RÉALISATEUR PRÉFÉRÉ? J’ai eu de la chance là aussi, parce que je l’ai rencontré ! Lors de l’avantpremière de Tintin et le secret de la Licorne, j’ai été présenté à Steven Spielberg. Ce réalisateur, on l’admire tous. Je tournais à l’époque Renoir, et les techniciens étaient aussi excités que moi quand je leur ai dit que j’allais le rencontrer. VOTRE COMÉDIEN RÊVÉ ? J’admire beaucoup Jérémie Renier avec qui j’ai joué. C’est un comédien qui s’investit totalement dans ses rôles. Je l’ai trouvé fantastique dans Elefante Blanco ou Cloclo. Il m’inspire. En France, indépendamment de tout ce qui se passe avec lui, j’admire Gérard Depardieu. On a l’impression qu’il peut tout jouer. POURQUOI CE MÉTIER EST-IL FORMIDABLE ? Il vous enrichit. On y apprend plein de choses, on rencontre et croise des gens de partout. VOTRE PASSION ? Le karaté, que je pratique depuis dix ans. VOTRE MEILLEUR SOUVENIR PROFESSIONNEL ? La rencontre avec les Dardenne. Ils me suivent toujours, nous restons en contact. Je n’aurais pas cru que cette relation se poursuive audelà du film. VOTRE ACTUALITÉ : J’ai terminé cet été le tournage d’une série pour Arte, Paris de Gilles Bannier.

Ambre

Grouwels

Thomas

Doret

“J’aimerais faire de tou de la com t: édie, du cinéma du fantastique, romantiqu e...” Chemise SAINT PAUL. Mise en beauté Sylvie et Inge pour Dior. Coiffure Clément pour Adrien Coelho Premier Studio.

VUE DANS : Sur scène : Hairspray, Tom Sawyer, La mélodie du bonheur. Au cinéma : à l’affiche de Baby Balloon de Stefan Liberski qui sort cet automne. ÂGE : 20 ans. COMMENT EST NÉE VOTRE VOCATION : Quand j’étais enfant, ma grand-mère italienne me chantait toujours des berceuses et des airs d’opéra. Vers l’âge de sept ans, j’ai entendu l’air La reine de la nuit dans La flûte enchantée de Mozart. Je l’ai reproduit tip top. Ma mère m’a alors inscrite à un cours de chant. Par ailleurs, le théâtre a toujours été un passe-temps, dès l’âge de six ans. J’ai toujours allié les deux disciplines pour m’évader dans la comédie. MODÈLES : Barbara Hendricks, la chanteuse d’opéra, que j’ai eu la chance de voir sur scène. Et Barbra Streisand pour sa carrière. J’ai vu tous ses concerts, tous ses films en vidéo. VOTRE RÉALISATEUR PRÉFÉRÉ : Tim Burton. J’ai toujours été admirative de ses films. Le premier que j’ai vu – et que je connais par cœur depuis – aussi bien en anglais qu’en français – c’est L’Étrange Noël de Monsieur Jack. VOTRE FILM DE CHEVET : En dehors de Tim Burton, c’est Moulin Rouge de Baz Luhrmann, que je revois souvent. Les couleurs, la musique sont exceptionnelles. Et comme je suis désespérément romantique, l’histoire me bouleverse. VOTRE RÔLE RÊVÉ : Sur scène, il y a Tracy dans Hairspay – ça, c’est fait : je l’ai joué ! Maria dans West Side Story et Christine dans Le Fantôme de l’Opéra. VOTRE ACTUALITÉ : Je joue dans I Am What I Am, un spectacle que j’ai écrit et mis en scène et qui a été présenté à Avignon en juillet. En décembre, je jouerai dans une comédie musicale 100 % belge, Il était une fois/Once Upon a Time. Pullover JOHANNE VANDEN AVENNE, collier ISABELLE LENFANT. Mise en beauté Sylvie et Inge pour Dior. Coiffure Clément pour Adrien Coelho Premier Studio.

5


ur air Ne vous fiez pas à le à sérieux. Pour arriver une photo de groupe il a aussi harmonieuse, rires, fallu passer par des es, des blagues potach ents quelques changem ls de place, des consei avisés. une Mais au signal, le je a cinéma francophone pris la pose...

De bas en haut et de gauche à droite. Pauline Etienne, Erika Sainte, David Murgia, Thomas Doret, Anne-Pascale Clairembourg, Ambre Grouwels, Hande Kodja, Joffrey Verbruggen, Mourad

ESSENTIELLE

SEPTEMBRE 2013

6


JEUNES ET

JOLIS MODE MODE MODE Pour ce shooting, il s’agissait d’associer les jeunes créateurs à la nouvelle génération du cinéma francophone. Le MAD (Mode and Design Center) dirigé par Alexandra Lambert s’est donc joint au projet. Consultant du MAD et styliste de renom pour les shootings mode, Didier Vervaeren a pris contact avec de nombreux créateurs, belges pour la grande majorité, qui ont ouvert les portes de leur showroom. Résultat : des centaines de vêtements attendaient les acteurs qui ont été conseillés par DV, l’homme en noir...

Pauline Etienne Pullover Chauncey, pantalon Filles à Papa, chaussures Robert Clergerie

Erika Sainte Robe et chaussures Véronique Leroy

David Murgia Maillot de corps Marcel de Bruxelles, pantalon Idiz Bogam, sneakers New Balance

Thomas Doret Sweater Raf Simons, pantalon Idiz Bogam, sneakers Diesel

Anne-Pascale Clairembourg Blazer et pantalon OMSK, top MarcPhilippe Coudeyre, chaussures Ferragamo

Ambre Grouwels Robe Tim Van Steenbergen, bracelet Isabelle Lenfant, chaussures Robert Clergerie

Hande Kodja Robe Idiz Bogam, cardigan Dries Van Noten, chaussures Mellow Yellow

Joffrey Verbruggen Blazer et pantalon Café Costume, chemise Melinda Gloss, sneakers OXS

Mourade Zeguendi Blazer Dior Homme, chemise Saint Paul, casquette Filles à Papa

Stéphanie Crayencour Pullover Jean-Paul Knott, legging Christian Wijnants, collier Isabelle Lenfant, chaussures Noé by Ketchup

eguendi, Stéphanie Crayencour sous l’objectif de Serge Leblon.

7


VUE DANS : Fils unique de Miel van Hoogenbemt (2010), Elle ne pleure pas elle chante de Philippe De Pierpont (2010), CowBoy de Benoît Mariage. ÂGE : 33 ans. VOTRE VOCATION : À l’âge de onze ans, je suis entrée à l’Académie en diction et déclamation. C’était un peu par hasard, j’aurais pu aussi bien m’inscrire en solfège. Mais dès ce moment-là, cela m’a paru évident que c’était ce que je voulais faire et tout s’est enchaîné. Après mes humanités, je me suis inscrite à l’IAD. UN MODÈLE : Ce n’est pas que je suis fan, mais la comédienne qui me touche le plus est Charlotte Gainsbourg. Je trouve son parcours juste et beau. VOTRE RÉALISATEUR RÊVÉ : C’est une question compliquée. Car pour moi, c’est avant tout un rapport personnel. J’ai surtout envie de travailler avec des personnes. C’est donc avant tout une question de rencontre et de contact. ET SI DEMAIN TOUT S’ARRÊTAIT… Je ne me suis jamais posé la question. Tout ce que je sais, c’est qu’il faudrait que je trouve un métier où je puisse m’épanouir. VOTRE DERNIER COUP DE CŒUR : Le roman L’art de la joie de Goliarda Sapienza qui est juste sublime. C’est l’historie de Modesta, une femme née pauvre en Sicile en 1900 et qui évolue en marge de la société dans l’entre-deux-guerres. C’est une belle leçon de vie. VOTRE TRUC POUR VOUS RESSOURCER ? Mon truc, c’est une petite fille de six ans. C’est un métier difficile quand on a des enfants, car on n’est pas toujours à la maison. Dès que je termine un projet, je lui donne tout. VOTRE ACTUALITÉ : Je viens de terminer de jouer la pièce Skylight au festival Bruxellons. Je vais tourner Brabançonne de Vincent Stael.

Erika

Sainte

Top MAISON MARTIN MARGIELA. Mise en beauté Sylvie et Inge pour Dior. Coiffure Clément pour Adrien Coelho Premier Studio.

VU DANS : La Régate (2009) de Bernard Bellefroid, Sœur Sourire (2009) de Stijn Coninx, Rundskop (2010) de Michael R. Roskam, La tête la première (2011) d’Amélie van Elmbt, Tango Libre (2011) de Frédéric Fonteyne, Je suis supporter du Standard (2012) de Riton Liebman. ÂGE : 25 ans. VOS PREMIÈRES ÉMOTIONS AU CINÉMA : Amarcord de Fellini, mais aussi les films de Peter Watkins, comme La Commune ou Punishment Park. C’est un cinéma très actif pour son temps, où la fiction permet de donner une grille de lecture à la réalité. Un autre grand choc, c’est Sans Soleil de Chris Marker, où il y a un vrai langage

cinématographique, une écriture poétique à travers l’image. COMMENT EST NÉE VOTRE VOCATION ? Je suis sorti à 17 ans de l’Athénée de Soumagne et je me demandais ce que j’allais faire. Je voulais faire du journalisme. Du coup, je suis entré au Conservatoire de Liège ! (rires) J’y ai pris conscience de mon envie de raconter le monde qui nous entoure à travers des histoires. VOTRE MODÈLE : Ascanio Celestini, sociologue, anthropologue, auteur, acteur et metteur en scène. C’est la nouvelle figure de proue du théâtrerécit italien. Il crée des histoires et les joue de manière simple. J’ai eu la chance de le rencontrer et de pouvoir

“Pour Ken Loach, je signe des deux mains ! Il met devant sa caméra ce qu’il faut montrer aujourd’hui.” ESSENTIELLE

SEPTEMBRE 2013

8


Mourade

Zeguendi “Quand je n’étais pas motivé, Amid Chakir, mon prof au Théâtre Océan Nord me tirait les oreilles en me disant que ça payerait un jour.”

VU DANS : Dikkenek d’Olivier Van Hoffstadt (2006), JCVD de Mabrouk El Mechri (2008), Les Barons de Nabil Ben Yadir (2009), L’Amante du Riff de Narjiss Nejjar (2011), Offline de Pieter Monsart (2012). ÂGE : 32 ans. L’ORIGINE DE VOTRE VOCATION : J’ai commencé totalement par hasard. J’aimais bien le cinéma et le théâtre, cela me faisait rêver, mais quand on vient de Saint-Josse-ten-Noode, c’est un peu un rêve impossible. Et puis un jour, je suis passé devant une porte de garage qui s’est ouverte et Amid Chakir du Théâtre Océan Nord est sorti en disant qu’il organisait un atelier de théâtre pour les jeunes. Je suis entré et tout a commencé comme ça. VOS COMÉDIENS RÊVÉS : Un modèle proche de nous, c’est Roschdy Zem. Il a prouvé qu’il est capable de jouer autre chose qu’un Arabe. Son répertoire est vaste. Comme lui, ça ne m’intéresse pas d’être l’Arabe de service. Dans le même ordre d’idée, j’aime beaucoup Lubna Azabal. Elle aussi, à travers son talent, son travail, elle a réussi à sortir des stéréotypes. VOTRE RÉALISATEUR RÊVÉ : Il y en a plein. Mais il ne faut pas trop rêver des Américains… pour rester dans l’accessible, je dirais Jacques Audiard et les Dardenne. Ils me font rêver parce que leur cinéma est un cinéma vrai. Ils donnent de l’espoir. J’espère que les Dardenne feront un jour un film avec un peu plus de Blacks et de Beurs, que leur cinéma se colorera, il n’en sera que plus vrai ! À la télé aussi, il faudrait qu’il y ait plus de couleurs, pour de vrai. VOTRE MEILLEUR SOUVENIR PROFESSIONNEL : Le tournage de Dikkenek. C’était mon premier tournage avec des gens comme Marion Cotillard, Dominique Pinon, Jérémie Renier,… Tout d’un coup j’étais dans la cour des grands. Et c’était une comédie aussi sur le plateau. Il y avait une super ambiance. Il y a d’ailleurs un projet de suite que nous allons bientôt tourner. VOS PASSIONS EN DEHORS DU MÉTIER : J’aime beaucoup le foot, je suis fan de Barcelone. Mais je suis aussi fan de l’équipe actuelle des Diables rouges : elle s’est bien colorée, elle, et depuis, elle gagne ! Ce qui me tient le plus à cœur, par contre, c’est de passer du temps avec mes potes de toujours, en dehors du milieu du théâtre et du cinéma. VOTRE RÔLE RÊVÉ : Pour le Théâtre du Manège, à Mons, j’ai joué en juillet le rôle principal dans Hannibal. Voilà le genre de rôle que j’aime : un truc complètement différent de moi. Ça me permet de me dépasser, de sortir de ce que je suis et de montrer ce que je sais faire. VOTRE ACTUALITÉ : J’ai joué dans plusieurs films qui vont bientôt sortir : Wasteland de Pieter Vanhees avec Jérémie Renier, Certifié hallal de Mahmoud Zemmouri avec Hafsia Herzi. Je prépare aussi Plan Bart de Roel Mondelart.

Chemise SAINT PAUL, casquette FILLES À PAPA. Mise en beauté Sylvie et Inge pour Dior. Coiffure Clément pour Adrien Coelho Premier Studio.

David

Murgia

écrire avec lui Discours à la nation, que j’ai monté au National. Il est juste. J’admire son positionnement artistique. Il est une vraie source d’inspiration concernant la manière d’exercer mon métier. VOS COMÉDIENS RÊVÉS ? Pour le mythe : Marlon Brando, James Dean. Mais nous avons la chance chez nous d’avoir un comédien fantastique que j’admire pour son rapport au métier, aux médias et à la simplicité : Olivier Gourmet. C’est chouette, dans ce métier, d’avoir des grands arbres comme lui. Et je me dis que j’aurais peut-être un jour la chance de travailler avec lui. Il y a Bouli, aussi. Et Sergi Lopez, que j’ai rencontré sur mon premier film au cinéma. C’est quelqu’un qui a une grande intégrité comme comédien. VOTRE FILM OU VOTRE LIVRE DE CHEVET : J’en ai beaucoup. Mais je dirais Borges. J’apprécie de lire une nouvelle avant de m’endormir. Une histoire bien écrite, sur cinq ou six pages, c’est un exercice toujours formidable et un beau voyage. VOTRE ACTUALITÉ : Je travaille sur un nouveau spectacle avec le Raoul Collectif, la troupe de théâtre dont je fais partie. Cela va nous occuper pendant deux ans. J’ai la tournée de Discours à la nation. Et il y a la sortie du film de Sylvestre Sbylle, Je te survivrai, où je joue avec Jonathan Zaccai. Chemise IDIZ BOGAM. Mise en beauté Sylvie et Inge pour Dior. Coiffure Clément pourAdrien Coelho Premier Studio.

9


Anne-Pascale

Clairembourg VUE DANS : Mobil Home (2012) de Mathieu Donck, Les tribulations d’une caissière (2011) de Pierre Rambaldi, De leur vivant (2011) de Géraldine Doignon. ÂGE : 38 ans. COMMENT EST NÉE VOTRE VOCATION : Le théâtre a été présent tout au long de mon enfance. Je l’ai beaucoup fréquenté avec mes parents qui ont eux-mêmes suivi une formation. Enfant, j’ai suivi des cours de diction, de déclamation puis d’art dramatique. En sortant de rhéto, j’ai fait 3 ans de déclamation au Conservatoire de Bruxelles puis je me suis inscrite à l’IAD. VOTRE PREMIÈRE ÉMOTION COMME SPECTATRICE : Je me souviens notamment d’un spectacle de danse de Michèle Anne De Mey, Sinfonia Eroica. À l’entracte, je n’avais plus de jambes. Au théâtre Yzz ! Yzz ! Tout Shakespeare de Charlie Degotte m’a également marquée, ainsi que la mise en scène de La Belle au Bois Dormant par Pietro Pizzuti à Villers-la-Ville. Au cinéma, Chantons sous la pluie de Stanley Donen et Gene Kelly, Peau d’âne de Jacques Demy, Amadeus de Milos Forman. LE CINÉMA QUI VOUS FAIT RÊVER : J’admire le cinéma de Jaco Van Dormael, avec qui j’ai eu la chance de travailler au théâtre. J’aime aussi beaucoup le travail d’Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri. Et puis, il y a le cinéma de John Cassavetes. Ce qu’il a fait avec sa femme Gena

Rowlands, c’est énorme. Les films de Mike Leigh. J’adore Secrets and Lies c’est, je pense mon film fétiche ! Les films de Ken Loach évidemment, ceux de Stanley Kubrick aussi. VOTRE PASSION EN DEHORS DU MÉTIER : J’aime voyager, marcher, me ressourcer en famille. Mais la danse et le chant restent aussi une vraie passion. VOTRE RÔLE RÊVÉ : J’aime être confrontée à des personnages éloignés de ceux que j’ai déjà travaillés. Au cinéma, j’aimerais surtout avoir le temps de pouvoir travailler des rôles sur la durée. Pour l’instant, mes interventions sont assez courtes. VOS COUPS DE CŒUR RÉCENTS AU CINÉMA : Tot altijd de Nic Balthazar, La part des anges de Ken Loach, Le Secret de Peacock de Michael Lander, Une séparation d’Asghar Farhadi, Rundskop de Michael R. Roskam, Les Géants de Bouli Lanners, A single man de Tom Ford, La famille Savage de Tamara Jenkins, Another Year de Mike Leigh… et tant d’autres ! VOTRE ACTUALITÉ : Il y aura Orphelin de Dennis Kelly au Théâtre de Poche, mis en scène par Patrice Minck. J’enchaîne avec La Dame de chez Maxim de Feydeau, mis en scène par Miriam Youssef. Puis une reprise créée au Théâtre des Tanneurs Une lettre à Cassandre de Pedro Eiras mis en scène par David Strosberg.

Pull-over ANNEMIE VERBEKE. Mise en Beauté Sylvie et Inge pour Dior. Coiffure Clément pour Adrien Coelho Premier Studio.

ESSENTIELLE

SEPTEMBRE 2013

10


“Dans mon premier film, je me suis vue moi, avec ma fragilité, mes défauts.Alors j’ai pris des cours de théâtre. C’est là que j’ai commencé à me sentir comédienne”.

Stéphanie

Crayencour

VUE DANS : Les Amours d’Astrée et de Céladon d’Éric Rohmer (2007), Oscar et la dame rose d’Éric-Emmanuel Schmitt (2009), Nos résistances de Romain Cogitore (2011), Les Mythos de Denis Thybaud (2011). Elle a aussi enregistré un album de chansons, La Garçonnière (2011), écrit par Saule. ÂGE : 26 ans. VOS PREMIÈRES ÉMOTIONS AU CINÉMA : Les films de Spielberg ! Je regarde encore des films comme Les Goonies (qu’il a produit) ou Hook. Petite, ça m’a fait rêver. Je me disais que faire du cinéma, c’était ça, qu’on pouvait voler comme les fées. COMMENT EST NÉE VOTRE VOCATION ? J’adorais la danse, le théâtre, le chant, le cinéma. Je dois avouer que la danse m’a vite découragée. Mais je continuais de rêver de cinéma. Et j’ai eu de la chance parce que j’ai rencontré Éric Rohmer. Il m’a choisie alors que, j’avoue, je ne connaissais pas vraiment son cinéma. C’est comme un grandpère plein de gentillesse qui m’a ouvert les portes du cinéma. Il me disait que j’étais sa nouvelle muse… VOTRE RÉALISATEUR RÊVÉ : Spielberg me fait toujours rêver. J’aime beaucoup le cinéma de Jim Jarmusch, aussi. Et, même si je n’ai pas aimé L’Écume des Jours, je trouve que ce que fait Michel Gondry est génial. VOS COMÉDIENS RÊVÉS : J’adore les comiques. Louis de Funès, Pierre Richard, sont de grands comédiens. C’est vraiment ce qu’il y a de plus difficile à faire, la comédie. Plus près de nous, j’admire des gens comme Alain Chabat et Omar Sy. Ils me touchent et me donnent la banane en même temps. En plus, je trouve qu’ils ne sont pas prétentieux. VOTRE PASSION EN DEHORS DE VOTRE MÉTIER : C’est vrai que c’est un métier difficile qui rend parfois les gens cons. Et, j’ose le dire, même si je l’aime, ce n’est pas le plus beau métier du monde. Mon échappatoire, c’est le fantastique, les contes de fée. C’est une culture fascinante. Je fais des recherches là-dessus. Je rencontre des druides, des shamans. Beaucoup ignorent que c’est une culture encore très vivace. Je travaille d’ailleurs sur un scénario autour ça. Pour l’instant, c’est ma grande passion. Sinon, je cuisine, je jardine. Ça me vide la tête. VOTRE ACTUALITÉ : Je suis à l’affiche de La planète des cons, une comédie de et avec Charlie Dupont, qui fut très drôle à tourner. En novembre sortira Tom le cancre de Manuel Pradal, dans lequel je joue une maîtresse-fée amnésique – encore un conte ! Je suis aussi dans un documentaire sur Marguerite Yourcenar, qui était mon arrière-grand-tante. Enfin, je prépare un nouvel album sur des textes de Jérôme Attal, mais je suis très exigeante là-dessus, alors ça risque de prendre un peu de temps ! T-shirt OMSK. Mise en beauté Sylvie et Inge pour Dior. Coiffure Clément pour Adrien Coelho Premier Studio.

11


VUE DANS : Meurtrières de Patrick Grandperret, Marieke Marieke de Sophie Schoukens, Affaire de famille de Claus Drexel. ÂGE : 29 ans. UN CHOC CINÉMATOGRAPHIQUE : Breaking the waves de Lars von Trier. J’ai mis une journée avant de pouvoir à nouveau prononcer un mot. Mais tous les films de Lars von Trier furent des chocs pour moi. C’est un mélange de fascination et d’incompréhension. Je ne suis pas toujours d’accord avec tout ce qu’il fait mais je suis toujours fascinée. DERNIER COUP DE CŒUR : Frances Ha de Noah Baumbach. J’ai beaucoup aimé ce film qui cerne très bien notre époque et les difficultés pour un jeune de pouvoir grandir et s’affirmer dans cette société. DANS QUEL FILM AURIEZ-VOUS AIMÉ JOUER ? J’aurais adoré jouer dans les films de David Lynch. De Kubrick aussi. De Tim Burton. J’aime voyager dans des univers. UN COMÉDIEN PRÉFÉRÉ : J’adore Michel Simon. ET UNE COMÉDIENNE : Je suis fan de Cate Blanchett. C’est une des plus grandes comédiennes de notre époque. Elle a tout : la beauté, le talent, la capacité de passer d’un univers à l’autre. UNE RENCONTRE : Pour moi, tout n’est pas arrivé grâce à une rencontre. Il y a eu des étapes, mais les premiers qui m’ont donné ma chance dans ce métier, ce sont Sylvie Pialat et Patrick Grandperret. Cela a commencé avec eux, avec Meurtrières. Ca a été mon premier pilier important. À partir de là, j’ai grandi, j’ai fait de nouvelles rencontres qui, aussi, furent importantes. UN HOBBY : Le piano. J’adore Chopin. VOTRE ACTUALITÉ : Je viens de terminer Rosenn avec Ruppert Everett, Béatrice Dalle et Stanislas Mehrar. C’est un mélodrame, une histoire d’amour un peu tragique – comme toutes les histoires d’amour – qui se déroule à la fin du XIXe siècle. Sa date de sortie n’est pas encore fixée. J’ai aussi tourné un moyenmétrage à Los Angeles, One man’s Loss qui va voyager dans les festivals et puis sera visible en ligne. Chemise AGNÈS B et pullover CHAUNCEY. Mise en beauté Sylvie et Inge pour Dior. Coiffure Clément pour Adrien Coelho Premier Studio.

Hande

Kodja

Joffrey

Verbruggen

“C’est la vraie liberté que d’être l’auteur de son texte”

VU DANS : Unspoken de Fien Troch, La Régate de Bernard Bellefroid, Krach de Fabrice Genestal, Dead Man Talking de Patrick Ridremont, Superstar de Xavier Giannoli. ÂGE : 24 ans. CHOC CINÉMATOGRAPHIQUE : Les Affranchis de Martin Scorsese. Pour la puissance des acteurs, la qualité du scénario, la façon de tourner. DERNIER COUP DE CŒUR ? The Big Lebowski des frères Coen. Je l’avais découvert plus jeune et je l’ai revu, il n’y a pas longtemps, c’est vraiment drôle. J’adore les frères Coen. DANS QUEL FILM AURIEZVOUS AIMÉ JOUER ? Les films de Tarantino ou des frères Coen. Parce que les dialogues sont bons et puis ce sont des rôles physiques, à transformation. Et ce sont aussi des réalisateurs qui ont beaucoup d’humour. Ils mêlent l’action, l’humour, leurs films ont plusieurs couleurs. UN COMÉDIEN : Côté français, j’aime bien Vincent Cassel. Côté américain, Daniel D. Lewis, Robert De Niro. J’aime les acteurs qui vont jusqu’au bout, qui composent des personnages. UNE ACTRICE : J’aime beaucoup Carey Mulligan. Elle a ce quelque chose en plus. Elle risque de faire mal dans les années à venir. L’ORIGINE DE VOTRE VOCATION : Cela a démarré très tôt, j’ai eu un déclic quand j’étais à l’école. J’étais plutôt un cancre, je travaillais peu, mais j’avais toujours de beaux points pour la forme des élocutions. Et j’aimais parler devant la classe. Puis j’ai fait des sketches en voyage scolaire, puis des castings, j’ai tourné dans des longs métrages et maintenant je prépare mon premier spectacle. Je n’ai jamais eu de plan B. UNE RENCONTRE CLÉ : Le producteur de mon spectacle Christophe Meilland. On est sur la même longueur d’onde. VOTRE PASSION EN DEHORS DU MÉTIER : La musique fait partie de ma vie, elle m’aide dans ma création. J’aime voyager aussi, être en mouvement, faire la fête. UN LIVRE : Les poèmes de Bukowski. VOTRE ACTUALITÉ : À Paris, à la Comédie des Boulevards, je joue, depuis septembre mon premier seul en scène que j’ai écrit et qui s’intitule Liberté. C’est la vraie liberté que d’être l’auteur de son texte. Pullover CHAUNCEY, chemise MELINDA GLOSS. Mise en Beauté Sylvie et Inge pour Dior. Coiffure Clément pour Adrien Coelho Premier Studio.

n Interviews réalisées par Alain Lorfèvre et Fernand Denis

ESSENTIELLE

SEPTEMBRE 2013

12


SHOOTING

UNE JOURNÉE

PARTICULIÈRE SIX ACTRICES, QUATRE ACTEURS, UN PHOTOGRAPHE DE RENOM, UN STYLISTE QUI SAIT CE QU’IL VEUT, DEUX MAQUILLEUSES, UN COIFFEUR, UNE RÉD’CHEF QUI COURT PARTOUT : LA JOURNÉE DE SHOOTING A ÉTÉ INTENSE POUR TOUT LE MONDE. RÉCIT D’UN SAMEDI ENTRE ATTENTE, RIRE ET CRÉATIVITÉ.

8h50. Tout le monde est déjà là ou presque. 8h52. Didier Vervaeren, le styliste, n’en revient pas. Habitué des shootings, il comptait bien sur le fait que tout le monde arrive en retard. Comme d’habitude, quoi. Ce qui lui laissait le temps de déballer les nombreuses caisses reçues des showrooms des créateurs. 9h02. Tout le monde commence déjà à s’ennuyer. La machine à café tourne à plein régime. 9h06. Ambre Grouwels n’arrive pas à se réveiller. Quant à Thomas Doret, il semble encore dormir. 9h08. La seule fille pleine d’entrain en ce (petit) matin pluvieux c’est Erika Sainte. Qui a amené sa petite fille Hannah et qui lui installe un petit coin douillet avec nounours, écran et jeux. 9h10. Perchés sur une mezzanine, à l’autre bout de l’établissement, Serge Leblon et son assistant Christian installent le studio. 9h11. Sly le régisseur d’Action + Service réagence les pièces de bois qui serviront de décor. 9h20. Joffrey Verbruggen s’anime à la vue de son pote Mourade Zeguendi qui vient d’arriver (enfin un qui arrive un peu en retard !). 9h22. La maline du groupe : Stéphanie Crayencour a apporté du boulot et apprend un texte souligné en jaune, coincée contre le poteau de la cuisine. Douce et élégante. 10h00. Pauline Etienne qui tourne de nuit depuis des jours pour “Tokyo Fiancée” de Stefan Liberski est épuisée. Elle regarde un dessin animé assise par terre avec la petite fille d’Erika. On dirait qu’elles ont le même âge. 10h05. David Murgia arrive, l’œil halluciné. Il débarque du Mexique où il est sept heures de moins. C’est dire qu’il n’est pas “frais frais” Les maquilleuses vont avoir du boulot ! 10h20. Hande Kodja, jolie comme un cœur, commence les essayages. Elle veut être “plutôt fifties”. 10h25. Didier Vervaeren devient fou. Il y a des vêtements partout. 10h30. L’une des maquilleuses à Thomas Doret : “Thomas, vous êtes parfait”. Thomas, innocent en diable : “Ah ? Merci beaucoup”. Et c’est vrai qu’il dégage un max le “petit” (c’est le benjamin du groupe). 10h45. David Murgia demande à la maquilleuse s’il peut s’endormir. Oui. S’il peut ronfler. Non. 10h49. Ambre Grouwels est enthousiaste face aux propositions de Didier 11h00. Atelier lecture de magazines pour passer le temps. 11h07. Mourade et Joffrey commencent à rigoler. Et se disent qu’ils aimeraient bien jouer ensemble. Un flic blanc et un flic beur. Ca s’appellerait Deux flics à Madou par exemple ou Police Academy (royale d’Ixelles). 11h15. Anne-Pascale Clairembourg s’est fait dévorer par les moustiques en vacances. Elle se gratte partout, désespérée. 11h17. Hande Kodja se fait maquiller les jambes à coup de pinceaux ultra-doux, ça doit être agréable ! 11h22. Joffrey essaye la robe d’Ambre et court partout avec un chapeau d’Elvis Pompilio sur la tête. 11h23. Ce qui fait que DV devient re-fou. 11h26. Mourade porte sa casquette Les Filles à Papa à l’envers. 11h31. Thomas fait des photos avec l’appareil de Johanna, la photographe du making of.

11h46. Cinevox attrape les actrices et acteurs “mis en beauté” pour les interviews filmées dans un petit coin aménagé en studio. 11h46 (bis). On doit tous se taire. 11h46 (ter). On se tait… mais pas tous. Des grands “chuuuuuuut” résonnent. Cela se reproduira 10 fois sur la journée ! 12h00. Stéphanie Crayencour enfile un t-shirt gris avec un homme à moustache et casquette. Et demande : “Mais, c’est toi Didier, non ?”. 12h01. Didier, qui n’est pas un dikkenek, s’esclaffe. 12h15. Tout le monde a faim. 12h22. Les petits sandwiches ont disparu en un clin d’œil. Faut pas croire, ça donne faim d’attendre. 12h23. – “Y a quoi comme dessert ? – Tu verras bien, finis ton sandwich, non mais…” (je ne donnerai pas de nom :-)). 13h25. Après des heures de mise en beauté make-up, coiffure et essayages, tout le monde est prêt. 13h30. Direction le plateau. 13h35. Hé oui, 5 minutes pour faire 50 mètres... mais en groupe, avec un escalier en colimaçon, on a des circonstances atténuantes. 13h40. Serge Leblon qui n’est pas du genre directif laisse les acteurs se placer. 13h45. Didier place tout le monde. 13h47. L’ambiance est assez calme, on les sent presque intimidés. 13h50. Un peu trop calme selon Joffrey qui se met à raconter des blagues. 14h00. Mourade et David s’y mettent aussi. On n’y arrivera JAMAIS. Ambre rigole. 14h10. Ca shoote, ça shoote, ça shoote. On découvre sur l’ordinateur de Serge Leblon les photos au fur et à mesure. 14h30. Oui mais bon, s’il y en a un qui tire une drôle de tête quand le petit oiseau sort, il faut… recommencer. Concentration les gars ! 14h55. La lumière est magnifique. On commence “à l’avoir” cette photo de groupe. 14h57. Oui, ça prend du temps. 14h58. Et en plus, on doit faire la panoramique, hop, tous debout. 15h20. Mourade s’enfuit pour filer à sa répèt à Mons. 15h21. Personne ne partira sans passer par Check Point Charlie : “Ok, tu as fait la photo de groupe. Et tu as fait ta photo portrait ? tu as fait l’interview filmée ? Bon, mouais… Tu peux partir”. 15h30. Les éclairs et autres pâtisseries sont aussi engloutis. Faut pas croire, ça donne faim de se faire photographier. 16h00. David photographie Pauline Etienne avec l’appareil photo de Serge Leblon qui le laisse faire, tranquillou. Pauline fait des grimaces et se déride. 18h20. Les derniers seront les premiers… tiens, qui a dit ça déjà ? 18h30. Erika Sainte termine la session portrait. Pro, belle, drôle. 18h45. Aaaaaaaaaaaaaaaaaaah, c’est fini. 18h50. Ou presque : Didier en a pour des heures de rangement. Serge remballe avec Christian. Et je lave encore 22 tasses à café. 19h00. On fait une présélection des photos. Il y a du matos, coco… n Élodie Weymeels

13


SHOOTING...

LE MAKING OF

Au tour de Pauline Etienne de confier ses cheveux à Clément. Un petit massage du cuir chevelu pour commencer. Décor brut pour les photos du jeune cinéma belge. Le photographe Serge Leblon a tout de suite répondu présent pour le shooting. Après la photo de groupe, Didier Vervaeren et Serge Leblon vérifient les clichés.

Même les jambes de Hande Kodja n’échappent pas à la mise en beauté !

Grand moment lorsque Joffrey Verbruggen chapeauté en Elvis Pompilio se met à courir à travers tout l’espace...

Dès que Serge Leblon fait une photo, elle apparaît sur l’écran de son ordinateur. Tout au long de la séance, acteurs et collaborateurs n’auront de cesse de venir regarder “ce que ça donne”. Les piles de vêtements bien rangés se muent en montagnes de vêtements à ranger...

n Texte : Élodie Weymeels. Photos : Johanna de Tessières.

ESSENTIELLE

SEPTEMBRE 2013

14


Essai chassures pour Stéphanie Crayencour, qui semble bien timide des pieds...

SHOPPING LISTE

Essai lumière durant la matinée : certains portent déjà leur tenue “de scène”, d’autres pas encore. L’ambiance est relax.

Thomas Doret en route vers un look ébouriffé.

Moment lecture et discussions dans la petite cuisine de Action + Service.

Agnès B. – T. 02/512.0872 Annemie Verbeke – T. 02/511.2171 Café Costume – T. 02/513.5444 Chauncey – T. 02/647.0988 Christian Wijnants – T. 02/512.7477 Diesel – T. 02/503.3427 Dior homme – T. 02/500.1818 Dries Van Noten – T. 02/512.0313 Elvis Pompilio – T. 02/512.8588 Ferragamo – T. 02/511.4625 Filles à Papa – T. 02/511.0488 Idiz Bogam – T. 02/512.1032 Isabelle Lenfant – T. 02/511.4613 Jean-Paul Knott – T. 02/511.6656 Johanne Vanden Avenne – T. 016/898.582 Maison Martin Margiela – T. 02/223.7520 Marc-Philippe Coudeyre – T. 02/502.7151 Marcel de Bruxelles – T. 0474/808.809 Melinda Gloss – T. 02/647.7737 Mellow Yellow – T. 02/502.6367 New Balance – T. 02/647.7737 Noé by Ketchup – T. 02/514.4131 OMSK – T. 0496/921.482 OXS – T. 02/513.4250 Raf Simons – T. 02/512.0313 Robert Clergerie – T. 02/548.1487 Saint Paul – T. 02/647.7737 Tim van Steenbergen – T. 02/512.0313 Véronique Branquinho – T. 02/513.4250 Veronique Leroy – T. 02/502.7151

Séance portrait individuel pour la pétillante Ambre Grouwels dont on dit le plus grand bien de sa prestation dans “Baby Balloon” de S. Liberski.

LES GESTES BEAUTÉ Mise en beauté aspect nude réalisée par Inge et Sylvie pour Dior. Teint : une base porcelaine avec Capture Totale 10 ou 20. BB Crème Beige Lumière Hydra Life. Les plus : le Skin Flash Primer, un produit pro à poser avant ou après le maquillage et le Skin Flash, un pinceau booster d’éclat. On matifie avec la Poudre Libre 001 ou la Poudre Compact 001. Pour les joues : une touche de Rosy Glow Blush. Yeux : mono-phare à paupière 726 Greige ou 566 Panama. Mascara Iconic Overcurl et Mascara Blackout. Bouche : Lip Maximizer et/ou Baume Lèvres Crème de Rose.

Serge Leblon à l’œuvre : Mourade Zeguendi est son modèle.

Vernis à ongles : nouveau Dior Automne.

15


www.centreducinema.be

VIJAY AND I de Sam Garbarski avec Moritz Bleibtreu, Patricia Arquette, Danny Pudi, Michael Imperioli, Catherine Missel Sortie prévue : le 18 septembre 2013

Bientôt sur vos écrans

LA TENDRESSE de Marion Hänsel avec Olivier Gourmet, Marilyne Canto, Adrien Jolivet, Margaux Chatelier, Sergi Lopez Sortie prévue : le 16 octobre 2013

BABY BALLOON de Stefan Liberski avec Ambre Grouwels, César Domboy, Pauline Parigot, Philippe Rebbot Sortie prévue : le 20 novembre 2013

LE CENTRE DU CINÉMA ET DE L’AUDIOVISUEL 1er partenaire du cinéma belge francophone


Essn 20130831 essn full