Issuu on Google+

LE MAGAZINE FÉMININ DE

ESSENTIELLE SPÉCIAL MODE FASHION WEEKS

On va adorer... l’hiver prochain ! DANS LES COULISSES

À Milan chez Max Mara MAKE-UP

Les tendances des podiums

Cécile DE FRANCE FÉMININE EN DIABLE !

PSYCHO MAIS POURQUOI MENT-ON SI SOUVENT ? MARS 2013 - #153 - essentielle.be


By Ro u s s e l

B OUTIQ UE P OUR DAMES DU 3 6 AU 5 4 V i s i t e z : www. m a i s o n - ro u s s e l .b e


By Ro u s s e l

P a s s a g e W e l l i n g t o n 6 4 - 1 4 1 0 W at e r l o o - T é l . : 0 2 / 3 5 4 6 5 4 7 O u v e rt to u s le s j o u r s d e 1 0 h 0 0 à 1 8 h 3 0 ( s a u f le d i m a n c h e )


Pour tout renseignement: Cobema s.a./n.v. (Agence Max Mara) - TĂŠl. 010/24 37 68 MAXMAR A.COM


SOMMAIRE 06 Les Essentiels.............................. Un mois tendance, mode et culture 09 Musique................................... Saule et Charlie Winston, duo gagnant 14 Livres................................................................................ Catherine Ysmal 18 Psycho................................................... Pourquoi tant de mensonges ? 26 Beauté........................................ Les tendances make-up des podiums 28 Rencontre.............. Alexander McQueen raconté par sa photographe 34 Fashion Weeks........................................... Nos looks pour l’hiver 2013 36 Style.............................................................................. Les news du mois 42 Goûter................................................... Patrick Roger, homme chocolat 43 Manger........................................................................ La recette du mois 44 L’Horoscope.................................................................... Par Alain Clesse 46 Chance..................................................... Les concours d’essentielle.be

16Rencontre Cécile de France “Möbius” révèle la femme en elle EN COVER : Cécile de France porte une robe à sequins Jay Ahr Photo Philippe Quaisse / PascoAndCo.com Mise en beauté : Catherine Bruchon Coiffure : Jean-Claude Gallon

26Beauté

À chaque âge, son anti-âge

45Week-end

Les produits stars de 2013

À Lisbonne avec Pinto

31Style

On découvre l’esprit “Movida”

L’hiver nous attend !

EN MARS, les jours rallongent et s’adoucissent, il y a du printemps dans l’air, il nous prend comme des envies d’abandonner celui qui nous a accompagné tout l’hiver (le bonnet en alpaga) et d’oublier égoïstement celle qui nous a sauvé du froid mordant (l’écharpe en mohair). En mars, on peut enfin penser à se découvrir, quoi ! Enfin, en principe… car ça, c’était sans compter février et ses Fashion Weeks présentant le prêt-à-porter Automne-Hiver 13/14 à New York, Londres, Milan et Paris (qui défile en ce moment). Rendez-vous très pro, devenu aujourd’hui très tendance, très couru, très com’ 3.0 et réseaux sociaux, ces défilés nous font rêver de nous couvrir à nouveau à la vue des manteaux Max Mara (reportage en coulisses à Milan, p.31), des néo-tailleurs sexy d’Oscar de la Renta, des 5

chemisiers colorés ou encore des touches sixties qu’on portera dans… 9 mois (décryptage des tendances p.34). Et si le look, ça vous passe un peu au-dessus, profitez d’ESSENTIELLE en mars pour découvrir la femme féminissime qu’est devenue Cécile de France qui se la joue so sexy en couverture; l’homme qui mangeait plus de 60 pralines par jour (le chocolatier Patrick Roger, p.42); ou encore ce qui nous pousse à mentir près de six fois par jour (notre enquête p.18). On vous couvre de pensées printanières ! Sans mentir… Elodie Weymeels

© GANAËLLE GLUME

édito

À la Fashion Week de Milan


LES ESSENTIELS

LES ESSENTIELS NDANCE E E T , S W E N E D IS O UN M

T CULTURE

“ARRRGH” À PARIS

CHACUN CHERCHE SON MONSTRE

Jean-Paul Lespagnard

Bart Hess

Bas Kosters

Paul Graves

Manon Kundig

De passage à Paris ? Rendez-vous à la Gaïté-Lyrique pour y voir la très réussie expo sur les “Monstres de mode”. D’Alexander McQueen à Andrea Crews en passant par Craig Green ou Walter Van Beirendonck, Arrrgh ! présente une sélection de 58 créateurs contemporains qui utilisent les figures et les expressions monstrueuses dans leurs costumes et leurs vêtements, inspirés par le design, l’animation ou encore le dessin. À y voir de plus près, les créateurs se sont emparés du thème comme des gamins d’un sachet de bonbons… Les vêtements deviennent costumes bouffons, mises en

scène délirantes ou apparat ténébreux. On rigole, on admire, on est limite effrayés à la vue de ces 80 “créatures”. En tout cas, on n’en ressort surtout pas indifférent : beauté, monstruosité, identité, anormalité… tout devient relatif. Et si chacun d’entre nous était le monstre de quelqu’un après tout ? Brrr… (E.W.)

Tracy Widdess

“Arrgh- Monstres de Mode”, jusqu’au 7 avril à la Gaïté Lyrique, 3bis, rue Papin - 75003 Paris. www.gaite-lyrique.net

ÉPHÉMÈRE

PRENDRE UN VERRE

DANS UN JARDIN

EN FLEURS

Il était une fois, en ce printemps 2013, forcément merveilleux, une ancienne banque possédant en son sein une verrière magnifique qui devint un jardin. C’est l’effet Cointreau. La marque au goût d’orange lance en effet à Bruxelles le “Cointreau Fizz Garden” : un jardin où l’on se rend entre amis en afterwork ou après dîner pour y déguster un cocktail Cointreau. Mais pour y accéder, il faut s’inscrire ! Le jardin, lui, est fleuri par la grâce et le talent du fleuriste Thierry Boutemy. Dj’s en résidence, invités surprises, chaque soirée aura sa propre signature et ce jusqu’au 20 avril… Cointreau Fizz Garden, Espace Chambon 48, rue du Fossé aux Loups - 1000 Bruxelles. Inscriptions sur le site dédié : www.cointreaufizzgarden.be pour obtenir son pass et devenir membre.

ESSENTIELLE

MARS 2013

© Thierry Ségur

EMPS BRUXELLOIS COINTREAU LANCE LE PRINT AVEC LE COINTREAU FIZZ GARDEN : CINQ SEMAINES TRÈS COCKTAIL RÉSERVÉES AUX MEMBRES… C’EST-À-DIRE VOUS !

6


Bruxelles - Tél. (02) 511 20 62 Anvers - Tél. (03) 227 09 43 Knokke-le-Zoute - Tél. (050) 62 71 99 Hermes.com


LES ESSENTIELS SUR SCÈNE

PAUSE

MAMAN, JE T’AIME

RE, IL FALLAIT OSER ! INTERPRÉTER SA PROPRE MÈ THIBAUT NÈVE ET QUENTIN MARTEAU LE FONT NOS MÈRES SANS TABOU DANS “TOUTES SONT DÉPRESSIVES”.

On ne choisit pas sa famille ? Thibaut Nève décide, lui, de l’incarner sur scène. Avec “Toutes nos mères sont dépressives”, cet auteur et comédien présente le 2e volet de sa trilogie sur la maternité. Drôle et surprenant ! Vous et Quentin Marteau jouez vos propres mères… Nous les avons fait se rencontrer sur la scène. Avec nos 10 ans de Ligue d’impro derrière nous, nous nous sommes amusés avec cet exercice avant que je ne couche la pièce sur papier. Le texte a jailli de la scène… et de vos vies personnelles. Peut-on parler de travail thérapeutique ? Non, ce que nous abordons dans la pièce, nous l’avons dépassé personnellement à tel point que l’on peut en jouer et en faire rire. J’aime simplement sonder la frontière entre le personnage et le comédien, entre le réel et la fiction. Et maman, qu’est-ce qu’elle en pense ? Ma mère et celle de Quentin sont très touchées. Nous leur avouons leurs quatre vérités avec amour et sans concession. Et puis, la pièce parle avant tout de la relation mère-fils. Chacun en prend pour son grade ! (F.L.) Du 7 au 23 mars. “Toutes nos mères sont dépressives” au Théâtre de la Toison d’Or. Galeries de la Toison d’Or, 396-398 - 1050 Ixelles. www.ttotheatre.be. Rés. : 02 510 05 10

La top-model Rosie Huntigton Whiteley a fait sensation lors de son arrivée au défilé Burberry Porsum dans son look rouge et noir. À Londres, le 18 février.

Avant la Fashion Week de Londres, l’actrice et mannequin Olivia Palermo était sur le continent américain. Elle assistait le 13 février à New York au défilé Rachel Zoe Runway. © Reporters Lana Del Rey et Alexa Chung, mannequin anglaise, en look garçonne pour le show Mulberry le 17 février à Londres.

Etaient aussi présentes à ce défilé, les deux copines Pixie Geldof et Daisy Lowe.

ESSENTIELLE

MARS 2013

WIIIILD CAT...WALK Les Fashion Weeks, ça se passe sur les catwalks mais également aux premiers rangs des défilés où les it-girls rivalisent de style et d’élégance pour découvrir les nouvelles tendances et certaines pour... attirer les flashs.

Un premier rang de défilé sans Anna Wintour du Vogue, n’est pas vraiment un premier rang. Ici, au défilé Ralph Lauren à New York, le 14 février.

8

SIX MOIS SANS GSM Six mois sans GSM, ordinateur, internet et réseaux sociaux ? Un “calvaire” choisi par une sociologue américaine et ses trois ados qu’elle raconte dans un livre… Susan Maushart, sociologue américaine divorcée et mère de trois adolescents, vit en Australie. Très nostalgique de sa ville de New York, elle travaille, vit et respire en fonction de son ordinateur. Comme tous ses enfants dont les mains semblent pourvues d’extensions électroniques ! Normal me direz-vous ? Il faut vivre avec son temps et apprécier pleinement toutes les avancées technologiques. Jusqu’au jour où elle décide, au grand dam de ses rejetons, de se lancer dans une grande cure de déconnexion. “Avant l’Expérience (comme l’auteur aime à nommer cette parenthèse pas très enchantée), j’avais déjà commencé à me demander si nous ne confondions pas “être connecté” avec “être éveillé”. Et si l’ennui, loin d’être l’ennemi de tout ce qui fait l’éducation, ne pouvait pas, au contraire, être notre allié”. Cette nouvelle confrontation aux choses élémentaires du quotidien va bouleverser l’existence de cette famille. Sans mails à envoyer, sans photos à poster, sans Facebook et Twitter pour blablater, ils vont tous redécouvrir les vertus oubliées de… l’ennui. Et donc passer à autre chose : la cuisine, la musique, les valeurs essentielles. Ne vaut-il pas mieux cinq vrais amis fidèles que 500 virtuels ? Réflexion parmi d’autres qui figure dans cet essai conséquent de 360 pages qui se lit comme un roman. Mises à part les nombreuses réflexions féministes très datées de l’auteur, visiblement déçue par la gent masculine, le livre a le mérite de nous tenir en haleine grâce à une plume habile non dénuée d’humour. On n’ira pas jusqu’à se dire qu’on va tenter la même “Expérience” mais on réfléchit plutôt deux fois qu’une à notre utilisation abusive de nos médias électroniques… n Gilda Benjamin Susan Maushart, Pause, NiL


LES ESSENTIELS

SAULE

À PAS DE GÉANT

SAULE REVIENT AVEC UN NOUVEL ALBUM PRODUIT ET ARRANGÉ PAR CHARLIE WINSTON ET DES CONCERTS QUI ENFLAMMENT LE PUBLIC.

©FABRICE HAUWEL

Baptiste Lalieu porte joliment son nom de scène : Saule, fort comme un arbre, émouvant comme un végétal aux multiples racines musicales dont l’âme vibre pour la scène, lui qui a d’abord suivi une formation au Conservatoire d’Art dramatique de Bruxelles. “On m’associe souvent à l’image de l’arbre mais mon pseudo fait surtout référence au mot anglais “soul”, l’âme, j’aime ce double sens. Dès que j’ai commencé à écrire des textes, j’ai vu mes chansons comme des médicaments, sortes d’exutoires à toute une série de phobies ressenties. Après le témoignage de différentes personnes réagissant à certains de mes titres, j’ai compris que je devais garder le nom de Saule. Si je peux composer une musique qui fait un peu de bien à l’âme, je serai ravi.” Il en va de la vie des artistes comme de celle des hommes, faite de rencontres et de coups de cœur. Le nouvel album de notre compatriote est marqué du sceau d’un “Hobo” au succès retentissant en France comme en Belgique. “Charlie Winston dégage une espèce de luminosité, une humanité et une générosité spontanée, des qualités que je m’efforce également d’appliquer. On peut parler de vraie rencontre entre nous, qui remonte déjà à plusieurs années. Il a agi comme une sorte de caisse de résonance pour toutes mes chansons. C’est le même sentiment que j’ai ressenti lors de ma rencontre avec Benoît Mariage pour qui j’ai composé la musique de son film “Cow-boy”. J’apprécie quand les choses se font avec simplicité et évidence. Bénabar, dont j’ai fait les premières Une de mes parties de concerts, fonctionne également de cette devises façon. Une de mes devises pourrait être “L’instinct pourrait être avant tout !”

avant tout pour les concerts. Après, je suis disponible pour signer des dédicaces et boire des coups. Je sais qu’il faut pouvoir, aussi, se préserver mais je tiens à garder ma simplicité. En fait, c’est une attitude très belge !” “L’instinct Juste un type normal Dans “Le bon gros géant”, il se pose en défenseur de la avant tout!” Les petites choses de la vie et les grandes différence, lui qui a dû assumer, tout jeune, un physique SAULE questions, l’amour, la vie, la mort, la solitude, particulier. Mais franchement, il vaut mieux être un bon l’identité… Autant de questionnements abordés gros géant qu’un rachitique désagréable non ? “Exact ! dans les textes de Saule et qui parlent aux gens. On croit que j’ai beaucoup souffert de ma très grande “J’ai toujours eu besoin d’écrire des chansons qui me collent à la taille, comme si ma chanson était une sorte de revanche. S’il est peau. Plus on parle de choses qui nous sont proches et plus on vrai que j’étais un peu le grand dadais de la classe, je l’ai toujours touche à l’universel. Avec un titre comme “Rien que pour soi”, assumé avec le sourire et j’avais la chance d’avoir beaucoup de j’avais l’impression de livrer des sentiments très personnels quant copains. Alors oui, on me surnommait paratonnerre ou bon gros à la famille et au temps qui passe mais elle interpelle énormément géant, comme je le raconte dans cette chanson qui dénonce le public. L’album sort ce mois-ci en France, les critiques sont toutes les formes de discrimination. Cette réflexion m’a amené à partout élogieuses. J’ai beau chanter “Type normal”, ce qui se découvrir l’association de défense des fibro-myalgiques qui m’a passe en ce moment s’avère un peu irréel. Mais le fait d’avoir sept demandé de les parrainer. C’était important pour moi d’avoir ans de bouteille me permet de garder les pieds sur terre. Je l’occasion d’être à l’écoute de ces gens qui souffrent et d’y faire rassure tout le monde, je reste vraiment un type normal !” allusion dans un texte sans qu’il se montre bateau ou racoleur.” Papa de deux enfants, le “chanteur bio” (titre figurant sur l’album) Saule un type normal ? Oui, et aussi un type bien. savoure chaque instant passé sur scène et le public en redemande n Gilda Benjamin depuis le début de sa tournée. “Je me rends à mes concerts comme à un rendez-vous avec des potes. Je lâche deux ou trois Saule, Géant, PIAS. En concert le 7 mars au Parc à Liège, le 16 au Centre culturel de Soignies, le 21 au Centre culturel de Nivelles et le 9 novembre vannes entre les chansons, je joue avec le public qui m’a toujours à l’AB à Bruxelles. énormément soutenu, je savoure les sourires. Je fais ce métier 9


LES ESSENTIELS

EXPO

VENT DE JEUNESSE À EURANTICA La spécificité de cette nouvelle édition de l’Eurantica Fine Art Fair ? La lumière mise sur la jeunesse. Parmi les 120 exposants de ce rendez-vous incontournable des amoureux de l’art, les jeunes antiquaires seront particulièrement mis à l’honneur. Les œuvres exposées feront, elles, la part belle aux débuts de carrière des artistes, à la naissance de leurs talents. Du 15 au 24 mars à Brussels Expo Place de Belgique, 1 – 1020 Laeken. www.eurantica.be

ROSE, C’EST PARIS On va à la galerie Maruani&Noirhomme pour tomber nez à nez avec le Paris des surréalistes, mis en scène, en noir et blanc, par Bettina Rheims. Une jeune femme que l’on connaît par son initiale, B., cherche Rose, sa sœur jumelle, qu’elle prétend disparue : tel est le point de départ d’une sorte de quête initiatique, de l’Autre et de Soi, prétexte à de multiples tableaux photographiés de manière précieuse et inspirée par la photographe… Une histoire à la Marcel Duchamp, étrange mais Notre dame des Roses aérienne pour une © Bettina Rheims expo qui l’est tout autant. Jusqu’au 8 avril, rue de la Régence, 17 1000 Bruxelles. www.alain-noirhomme.com

NYLON FLASH Intense et sensuelle : c’est l’expo “Peau sensible” de l’artiste Valero-Kim organisée au salon Marianne Gray à Bruxelles, en partenariat avec la Galerie Emilie Dujat. Elle a créé des œuvres d’art tissées avec des matériaux artificiels et colorés qui s’adressent autant à l’œil qu’à la main. Jusqu’au 12 avril au Salon Marianne Gray, rue des Chapeliers, 38/40 – 1000 Bruxelles. www.mariannegray.com Valero Kim a intitulé son travail “Patchworks et boursouflures”.

GÉNIAL “ART-CCENT”

IRLANDAIS

Ils débarquent. Qui ? Mais les Irlandais ! 23 artistes contemporains qui ont contribué de façon significative à l’art depuis l’an 2000 sont exposés à Bozar. “Changing States”, Une installation murale en c’est l’événement laine signée Katie Holten. majeur du programme culturel mis en place à l’occasion de la présidence irlandaise de l’Union européenne. On y verra Brian Maguire et ses peintures expressives ou encore Richard Mosse, Paul Seawright et leurs grandes photographies abordant la géopolitique et les expériences de conflits. Même si toutes les œuvres présentes expriment, grâce à différents supports, les idées et préoccupations propres à chaque artiste, toutes tendent à construire des univers esthétiquement attirants pour communiquer leur perception du monde. Et puis, last but not least, on approchera aussi au plus près le processus créatif du génial Francis Bacon grâce au déménagement fidèle de son atelier reproduit dans la Dublin City Gallery The Hugh Lane. L’artiste né à Dublin de parents anglais a durablement été influencé par l’Irlande qu’il a quittée à 16 ans. “Changing States : Contemporary Irish Art&Francis Bacon’s Studio”. Jusqu’au 5 mai au Bozar, rue Ravenstein 23 – 1000 Bruxelles. www.bozar.be

CONCOURS

ACTION FIAT 500L EN MARS, ESSENTIELLE ET FIAT VOUS OFFRENT LA POSSIBILITÉ DE ROULER EN FIAT 500L ! FIAT 500L : L’ÉVOLUTION D’UNE ICÔNE Elle a grandi, mais elle est restée fidèle à elle-même, en ajoutant certaines subtilités alliant protection et confort aux caractéristiques traditionnelles de la 500. DESIGN, CONFORT ET SÉCURITÉ La 500L est la voiture la plus spacieuse de sa catégorie. Avec seulement 4,1 mètres de long, elle dispose d’un coffre d’une capacité de 400 litres et vous permet de transporter des objets mesurant jusqu’à 2,4 mètres de long. Un espace basé sur les concepts de sécurité et de technologie innovante tel que le système multimédia Uconnect qui vous permet de gérer tout votre contenu multimédia. ESSENTIELLE

MARS 2013

UNE OU DEUX COULEURS ? T... Avec 11 couleurs pour la carrosserie, 2 VOITU R E E 1 couleurs supplémentaires pour le toit et 3 pour Lounge les jantes, la 500L est la voiture qui offre le plus , Pop Star et p o P : ns io 3 vers ffre de possibilités de personnalisation de sa ité dans le co res de capac lit 0 0 4 ler les catégorie. entes de rég ér

Du 04 au 31/03, rendez-vous sur le site www.essentielle.be et participez à notre grand concours pour tenter de gagner la possibilité de rouler avec la nouvelle FIAT 500L.

10

8 manières diff ations 500 configur sièges et 1 7 airbags possibles. t e rangemen 22 espaces d


CHANGE. YOU CAN.

NEW

COLLECTION facebook.com/ice.watch

www.icewatches.com Ice-Stores : Brussels - Antwerpen - Knokke De Panne - Wavre - Namur - Bastogne


LES ESSENTIELS LA LOUVIÈRE

LES RÊVES OBSCURS

DE DAVID LYNCH

LYNCH . LES MYSTÈRES QUI HABITENT L’IMAGINAIRE DE DAVID SONT AU CENTRE DE LA GRAVURE ET DE L’IMAGE IMPRIMÉE DE LA LOUVIÈRE QUI LUI CONSACRE UNE EXPOSITION… ENVOÛTANTE. David Lynch, Le Miroir, 8 octobre 2008.

“Family of bugs”.

ll ne faut pas chercher à tout comprendre avec David Lynch, juste se laisser emporter vers des univers insoupçonnés, quitte à être quelque peu bousculé. Car le réalisateur n’a pas son pareil pour secouer les spectateurs : de l’humanité éclatante de “Elephant Man” à la violence de “Blue Velvet”, des énigmes fascinantes de “Twin Peaks” à l’étrangeté effrayante de “Mulholland Drive”, toute son œuvre semble habitée par une poésie horrifique qui ne laisse personne indifférent. Avec l’exposition “Circle of dreams” (Le cercle de rêves), le public peut approcher ce qui constitue l’essence même de son œuvre à travers des estampes où l’amour, la mort et l’érotisme se côtoient pour mieux générer, comme à son habitude, un sentiment de malaise et de fascination, de confusion et de lumière. Lynch, artiste curieux, ne renie pas ses influences, de Bacon à Magritte en passant par Hopper et même Tati. C’est pourtant sur le tard, en 2007, que ce plasticien de formation se

“Man in the rain“.

LE SPOT

PTYX,

LIBRAIRIE ENGAGÉE Avec une façade rendant hommage à des monuments littéraires comme Virginia Woolf, Marcel Proust ou James Joyce, des vitrines prometteuses, un design trendy et une sélection pointue, la librairie Ptyx n’a pas lésiné sur l’effet de son ouverture. D’esprit farouchement indépendant, résolumment alternatif, car préférant défendre les plumes et le style que le blockbuster et le nom, la librairie Ptyx est un ilôt rêvé pour tous ceux qui considèrent encore la littérature comme un art vivant. Rue Lesbroussart, 39 -1050 Ixelles. www.librairie-ptyx.be

ESSENTIELLE

MARS 2013

découvre une véritable passion pour la lithographie, enthousiaste quant au procédé lequel, à partir de pierres et d’encre, transpose ses rêves et ses émotions en dessins où le noir domine. “Pour moi, la couleur est trop réelle et empêche de rêver. Plus on met de noir dans une couleur, plus elle devient onirique. Il y a une petite histoire dans ma tête pour chaque lithographie. J’adore pénétrer dans un autre monde et j’adore les mystères.” Plus de 120 lithographies et gravures sur bois présentées à La Louvière emmèneront les visiteurs vers un ailleurs situé au cœur des ténèbres. Un événement complété par la projection de courts métrages expérimentaux et de quatre de ses films. n Gilda Benjamin

Jusqu’au 19 mai. 10, rue des Amours – 7100 La Louvière. Du mardi au dimanche de 10h à 18h. Tél. 064 27 87 27. www.centredelagravure.be Gratuit le 1er dimanche du mois.

7/10

Est-ce qu’on lit bien? Oui! Jusqu’à 7 femmes sur 10 sont violentées, battues, maltraitées ou mutilées au cours de leur vie. Ce qui en fait l’une des violations des droits de l’Homme les plus répandues. Un constat effarant qui poussent les Nations Unies à faire de cette problématique, le thème de la Journée Internationale de la Femme. La date qui nous concerne toutes? Le 8 mars. www.unwomen.org

C'EST BEAU ! C’EST SQUAW ?

E TOMBER LES FRUITS SOUVENIRS DE POMME LAISS POUR LES PLUMES DANS SA NOUVELLE COLLECTION ET NOUS DONNE ILLICO UN LOOK INDI CHIC. BOUCLE D’OREILLES NÉPAL, 124 €. WWW.SOUVENIRSDEPOMME.BE

12


Imaginer le confort Imaginez un instant que le temps s’arrête. Imaginez un espace paisible, loin de l’agitation de la vie quotidienne, où vous pouvez vous plonger dans vos pensées et refaire le plein d’énergie ; un nid

T H E I N N OVATO R S O F CO M F O RT ™ ( 1 )

douillet, où votre corps et votre esprit peuvent se laisser aller librement. Venez le découvrir, vous verrez, la réalité dépasse, de loin, votre imagination. Cet espace s’appelle Stressless®, le seul salon équipé du système ErgoAdapt™.

Le système ErgoAdapt™ de Stressless® bascule automatiquement l’assise lorsque vous vous asseyez et trouve l’angle d'assise idéal pour un maintien parfait. Si vous préférez vous allonger sur le canapé, l'assise reste parfaitement plane. Les innovateurs du confort (1)

Fabriqué en Norvège

www.stressless.be


NOUVEAU

TRISTANE BANON, LA FILLE ÉCORCHÉE Exit l’affaire DSK, l’écrivaine est de retour. Avec Le Début de la tyrannie, Tristane Banon met en scène une relation douloureuse, voire carrément toxique, entre mère et fille, et explore les notions d’héritage et de construction de soi, montrant de quelle manière se transmet d’une génération à l’autre la difficulté d’aimer. Un roman initiatique, ou seule la mort peut, en l’occurrence, apporter une libération. Tristane Banon, “Le début de la tyrannie”, Julliard.

BOUDDHISME

COMME LE DALAÏ-LAMA

La quatrième de couverture l’annonce avec enthousiasme : “S’il n’y avait qu’un livre du Dalaï-lama, ce pourrait être celui-ci : un ouvrage complet, à la fois philosophique et pratique, pour enfin tout savoir du bouddhisme et accéder au bien-être grâce à des conseils accessibles au plus grand nombre.” Une introduction au bouddhisme ayant pour vocation d’initier tous les amateurs de cette philosophie au succès grandissant, qui nous propose des alternatives spirituelles à la folie matérialiste ambiante. Sa Sainteté Le Dalaï-Lama, “L’art du bouddhisme”, Editions Robert Laffont.

À L’AGENDA

LA FOIRE DU LIVRE 2013 Si l’Espagne est célébrée cette année, avec sa pléiade d’auteurs émergents ou consacrés, on n’y croisera aussi une brochette assez savoureuse de stars des rayons : l’immense Douglas Kennedy himself nous fera l’honneur de sa présence, parmi des habitués comme Amélie Nothomb, Vincent Engel, Boris Cyrulnik, Thierry Janssen ou Armel Job pour ne citer qu’eux. Mesdames, réjouissez-vous : Marc Levy (ah, sa barbe de trois jours…) donnera deux séances d’autographes sur le stand Robert Laffont : le 7 mars, de 18h à 20h et le 8 mars de 17h à 19h. On reste calme. Du 7 au 10 mars à Tour&Taxis – www.flb.be.

ESSENTIELLE

MARS 2013

LIVRES

LES ESSENTIELS

LE LA DÉCOUVERTE ESSENTIEL

CATHERINE YSMAL,

JOLI TALENT À travers des histoires qui n’en sont peut-être que l’alibi, Catherine Ysmal nous emmène en voyage au fil de ses métaphores, aussi existentielles que les thèmes qui les motivent sont universels. De son premier roman “Irène, Nestor et la vérité”, jaillit toute la vitalité de son écriture et sa force poétique. L’éclosion d’un joli talent, qui a choisi Bruxelles comme ville d’adoption. Nestor ressasse et s’enferme dans la vérité de ses délires tandis qu’Irène supposément folle cherche à conquérir sa liberté. Au gré d’un processus créatif cherchant à dépasser ses limites, l’auteur nous livre une écriture métaphorique dont l’intention avouée est de questionner le langage même : interne ou externe, écrit ou parlé, ses différentes formes sont explorées sous une plume qui se distingue par son inventivité et sa fraîcheur. Autant de qualités lui ayant d’emblée valu un accueil enthousiaste et privilégié dans certains cercles littéraires parmi les plus hermétiques. BELGE DANS L’ÂME

Parisienne de naissance et Marollienne de cœur, Catherine Ysmal s’est installée en Belgique il y a 18 ans. Sa première édition chez Maelström (”Une maison d’édition belge qui prend des risques et 14

a l’énergie des gens qui bougent et font bouger des choses !”) est un bootleg sur la ville : “Cela part d’une intention : un homme qui habite dans les marolles regarde la vie à travers un carreau brisé. C’est une histoire d’amitié, qui reflète bien mon sentiment sur Bruxelles, le sens de l’amitié qui en émane. Bruxelles est plus décontractée, il y règne une ambiance plus chaotique, plus désordonnée qu’à Paris, qui est ultra-policée. Ici, la ville est de taille humaine, il y a plus d’espace, plus de liberté pour tout le monde. L’appropriation y est possible, comme si Bruxelles n’était à personne et à tout le monde à la fois. Quand j’arrive gare du Midi et que j’entends le flamand, je sais que je suis chez moi…” SES HOT SPOTS

“On ne peut pas dire que j’aie une vie sociale trépidante : je passe mon temps à travailler ! Mais j’adore le centre-ville. Si je sors, c’est de préférence à L’Ultième Hallucinatie, ou pour prendre un thé à la menthe au Moeder Lambic ou au Lombard. L’été, j’apprécie toujours un déjeuner en terrasse au Resto Sol place de la Chapelle, leur cidre catalan étant particulièrement bon !” n Nathalie Kuborn

Catherine Ysmal “Irène, Nestor et la Vérité”, Quidam Éditeur, mars 2013. (Dans les excellentes librairies : Ptyx, Maelström La Boutique, Tropismes).


Choisissez votre couleur!

Book Cover cadeau A l’achat d’un Samsung Galaxy Tab 2 10.1 ou Samsung Galaxy Note 10.1, vous recevez temporairement un étui de protection gratuit. Ce book cover est disponible en pas moins de huit couleurs tendance. Choisissez la couleur la mieux assortie à votre style et personnalisez ainsi votre tablette Samsung Galaxy.

www.samsung.com

* Jusqu’à l’épuisement du stock. Offre valable du 15/01/13 jusqu’au 31/03/13


RENCONTRE

LE FILM DE ROCHANT LA RÉVÈLE SOUS UN AUTRE JOUR

: E C N A R F E D E CÉCIL

TROP BELLE !

LA COMÉDIENNE BELGE A TROQUÉ SA PANOPLIE DE JEUNE FILLE TOUTE SIMPLE CONTRE CELLE D’UNE AMOUREUSE TORRIDE DANS LE FILM “MÖBIUS” DE ROCHANT.

U

n rire franc, des yeux pétillants, une blondeur mise en valeur par une coupe à la garçonne irrésistible. Longtemps, Cécile de France a été de ces rares comédiennes à faire l’unanimité côté garçons comme côté filles. Elle est belle et talentueuse, excelle dans chacun de ses films et sa gouaille force la sympathie. D’autant que notre jolie compatriote n’a jamais alimenté la presse à potins, gardant jalousement son jardin secret, à Paris comme à Namur, tout en semblant franche et accessible. La séduction en toute simplicité ? Du grand art.

ÊTRE FEMME Alice est une grosse tête de la finance à Monaco. Brûlée aux USA, elle accepte de devenir agent secret pour retrouver ses papiers. La voilà impliquée dans une affaire qui la dépasse mais surtout dans une formidable histoire d’amour avec Moïse, officier des services secrets russes. Fini les jeans et les cheveux courts. Place, pour ce rôle, aux tailleurs, talons et chemisiers de soie. Pour parfaire le personnage, Cécile de France arbore une coupe plus sexy, assumant une image nettement plus

femme. “Alice n’est pas une espionne au départ mais elle cherche à recouvrer sa liberté et un casier judiciaire vierge. Eric (Rochant, le réalisateur) est venu chez moi plusieurs fois et on s’est lancés dans une grande préparation : il m’a notamment donné des cours de finance car je n’y connaissais vraiment rien ! Il fallait quand même que je joue une femme très forte, très expérimentée. Je me suis bien amusée à construire le personnage avec Carine, la costumière.” Si Cécile s’amuse, c’est bon signe, celui d’une totale liberté, d’un abandon qui confère à chacun de ses engagements un naturel qui lui fait réussir tout ce qu’elle entreprend. Ce naturel qui la voit recevoir une multitude de récompenses (dont deux Césars). Maîtresse de cérémonie à Cannes ou femme fatale dans “Möbius”, elle a l’aisance qui cloue le bec au moindre détracteur… si détracteur il y a. “Je déteste les conflits, j’aime vivre les choses dans l’harmonie, la raison pour laquelle j’aime bien me marrer sur les tournages. En fait, je suis très détendue au quotidien. Je passe pour une bosseuse détendue !”

JEAN ET CÉCILE

MARS 2013

Elle a beau incarner son premier rôle de grande séductrice, la comédienne a déjà à son palmarès professionnel une belle liste d’acteurs convoités : Romain Duris, Vincent Lindon, Christopher Thompson, Patrick Bruel, Roschdy Zem ou encore Matt Damon. Sans oublier le grand Gégé : même Depardieu ne tarit pas d’éloges pour celle qui, fidèle et intègre, dit lui garder toute sa tendresse. Avec Jean Dujardin, elle a dû franchir un cap, oublier sa pudeur pour oser jouer l’amour et le plaisir. “Il s’agit d’une très belle histoire qui évite les clichés et la facilité. C’est la première fois qu’Alice, mon personnage, découvre qu’elle peut être heureuse avec un homme. Elle lui donne beaucoup et lui montre à quel point il lui permet de s’épanouir, surtout quand ils font l’amour. Heureusement, Jean est très cool et extrêmement gentil. C’était génial de jouer avec lui car ce que nous avions à faire tous les deux n’était pas simple… Je dois dire qu’il m’a beaucoup aidé.” Car oui, il a fallu chorégraphier avec précision les scènes de sexe, répéter les soupirs, les gémissements, les

MÖBIUS,

LE FILM

Quand l’oscarisé Jean Dujardin parle de la césarisée Cécile de France : “J’avais très envie de tourner avec elle car je me disais qu’on avait sûrement un peu la même méthode de travail, qu’on était tous deux de bons petits soldats. Chacun de notre côté, nous avons travaillé au maximum pour arriver détendus sur le plateau. Cécile s’engage de manière incroyable dans son rôle, elle a une grande disponibilité et une certaine légèreté. Je pense aussi qu’après avoir souvent joué les femmes-enfants, elle laisse émerger ici une femme très féminine. D’ailleurs, quand elle allait se préparer, elle disait : “Je vais me déguiser en femme”. Et elle se déguise très bien ! Je pense que l’on va découvrir une autre facette de sa personnalité.” ESSENTIELLE

LES HOMMES DE CÉCILE

Alice, surdouée de la finance aux allures froides, est recrutée par les services secrets russes à son insu pour approcher un homme d’affaires tout puissant. Quand elle tombe amoureuse de Moïse, alias Gregory Lioubov, elle ne se doute pas du piège qui va se refermer sur eux, tous deux emportés par leur passion. Après “Les Patriotes” en 1994 et plus récemment la série “Mafiosa”, Eric Rochant renoue avec le film d’espionnage. Il propose à l’écran le duo très glamour formé par Jean Dujardin et Cécile de France, confronté au magnétisme inquiétant de Tim Roth et à la détermination toute en douceur d’Emilie Dequenne.

16


tremblements du plaisir. Une première pour les deux acteurs. Comment déconnecter après de tels moments ? En vivant sa vie intensément, la vraie, pas celle des plateaux. Et celle de Cécile de France était là, à portée de bras de maman puisque la jeune femme, mariée et heureuse, pouponne son deuxième enfant. “J’essaie de donner au public des petits bouts de rêve. Mais on a parfois tendance à me confondre avec mes personnages, on a l’impression de me connaître, de me cerner alors que, bien sûr, je ne leur ressemble pas, même s’il y a une part de moi en chacun d’eux. Ma vie c’est de savourer les instants passés chez moi avec ma famille. Je traîne en jeans et T-shirt, je joue avec les enfants… J’aime beaucoup être maman, mon instinct maternel fonctionne du tonnerre !”

Mais que signifie le nom du film ? Le ruban de Möbius est un ruban mis au point par les mathématiciens Möbius et Listing au XIXe siècle qui ne présente qu’une seule face continue, sorte de représentation de l’infini.

LE TICKET CHIC Va pour les jeans mais la jeune femme arbore également, avec classe et élégance, les tenues des plus grands stylistes. “Je suis consciente que j’ai une image publique que je dois honorer mais je tiens à le faire avec sincérité. Comme j’estime ne pas avoir une personnalité assez forte pour me suffire à moi-même en tant que personnage public, j’avoue qu’il m’est difficile de me livrer et de projeter une image sophistiquée. C’est un vrai métier que d’être en représentation ! Ce n’est pas dans ma nature de me pomponner. Mais il y a des occasions qui demandent un certain chic.”

QUAND ON VEUT, ON PEUT ? Le parcours de Cécile de France n’est nullement le fruit du hasard. Débrouillarde et fonceuse, voire frondeuse, un peu à l’image de son personnage fétiche d’Isabelle dans “L’Auberge Espagnole” et “Les Poupées russes” de Cédric Klapisch (la sortie du 3e volet “Casse-tête chinois” est prévue en octobre), elle s’est souvent donné les moyens d’atteindre ses rêves. “Il a toujours été établi dans ma famille que je deviendrais comédienne mais je n’imaginais pas faire du cinéma. Je pensais plutôt au théâtre. Mes parents, mes grands-parents me voyaient tout le temps jouer la comédie. Je ne fais pas ce métier pour être aimée. Enfin… peut-être inconsciemment. Quand j’étais petite, et que je récitais mes poésies dans la classe, que je voyais mes camarades rigoler ou êtres émus, m’applaudir, j’avais l’impression d’être à ma place, d’avoir trouvé ce qui me rend heureuse. À 18 ans, on a envie de conquérir le monde et je suis partie à Paris. J’ai suivi des cours tout en étant jeune fille au pair. J’aimais bien les enfants mais j’ai détesté mon boulot ! J’ai l’air délurée comme ça mais je suis en fait hyper timide. Sans doute une des raisons pour lesquelles le théâtre et la comédie m’ont attirée.” Prochaine étape : la comédie musicale “Anna” de Serge Gainsbourg. Cécile de France au chant ? Décidément, rien ne l’arrête ! n Gilda Benjamin

©PHOTO “PHILIPPE QUAISSE/PASCOANDCO.COM” – MISE EN BEAUTÉ : CATHERINE BRUCHON – COIFFURE : JEAN CLAUDE GALLON – STYLISME : BLOUSON CUIR MULBERRY, TOP COS, PANTALON MAISON MARTIN MARGIELA

17


À LA LOUPE

[PSYCHO]

À QUAND REMONTE VOTRE DERNIER MENSONGE ? ACTES TROMPEURS, SÉDUCTION, HYPOCRISIE SOCIALE, PROTECTION, FAIBLESSE, SECRETS DE FAMILLES, OMISSION… IL Y A TANT DE FAÇONS DE MENTIR. DÉCRYPTAGE.

I O U Q R U O P S MAI

TANT DE MENSONGES ?

L

e mensonge fait partie de la nature humaine. Il questionne l’être et son intériorité, mais aussi la relation à l’autre. Il nous contraint, soit à nous révéler sans maquillage, soit à nous grimer, parfois, au risque de nous perdre ! À la fois victime et complice, nous le côtoyons dans notre famille, notre couple, nos enfants mais aussi nous-même. Parfois cependant nous qualifions de mensonge ce que les autres pensent être leur vérité, en toute bonne foi. Mais pourquoi l’humain se fourvoie-t-il dans la voie de Pinocchio ? Pour Fabienne De Broeck, thérapeute humaniste, si on ment sciemment, c’est que quelque chose nous “pousse” à mentir. Derrière ce besoin de fabulation, se cache probablement des émotions comme l’insécurité ou la peur (de

l’abandon, de l’injustice, de l’image de nous que l’on souhaiterait autre…) Celles-ci sont généralement liées à nos expériences passées parfois très anciennes. Le mensonge n’est, dans ce cas, que le symptôme d’un mal-être plus profond. Le travail thérapeutique consistera à en décrypter la source et apportera les ressources nécessaires au patient afin qu’il puisse appréhender la réalité plus sereinement. Fort de nos deux mensonges quotidiens, il nous serait, d’après Pascal Neveu, psychanalyste et psychothérapeute, auteur du livre “Mentir, pour mieux vivre ensemble” (Éditions l’Archipel), impossible de ne pas mentir : “Une étude anglaise en dénombre jusqu’à 6 par jour, soit plus de deux mille mensonges annuels. Quelles craintes de perte d’amour, de nécessité absolue de se faire aimer (ou ne pas se sentir détesté) alimentent notre vie de mensonge ?

U N E ÉTU DE E N DÉ NOM B R E SIX… PAR JOU R

ESSENTIELLE

MARS 2013

18

Le mensonge que nous pratiquons serait donc davantage social que nécessité de survie. Il n’est cependant pas que langage. Tant de comportements sont susceptibles de nous duper, comme de nous trahir. L’Homme n’est pas le seul menteur de la Création. Les animaux aussi. Même s’il s’agit essentiellement pour eux de répondre à des instincts primaires de survie et de reproduction. Afin d’échapper à leurs prédateurs et de subvenir à leurs besoins alimentaires, ils sont capables d’adopter des comportements très élaborés de mensonge et de simulation. La pieuvre mimétique par exemple, une espèce présente dans les mers tropicales d’Asie, est capable de prendre l’apparence d’une vingtaine d’animaux marins pour leurrer ses proies qui ne la repèrent ainsi plus et ne fuient pas avant d’être dévorées ! Comme on peut le constater, les mensonges des animaux sont très sophistiqués et n’ont rien à envier à ceux des humains !” EEE


Vous habiller, notre passion depuis 3 générations !

VENEZ DÉCOUVRIR NOS NOUVELLES COLLECTIONS / PRINTEMPS

Avenue de Tervuren 2 - 1040 Bruxelles - Tél.: 02/735.78.00 - Fax: 02/734.59.95 - www.roseetvangeluwe.be vangeluwe@skynet.be - Parking privé - Du mardi au vendredi de 9h30 à 18h30 et le samedi jusquà 17h30


À LA LOUPE

[PSYCHO]

Preuve d’empathie, le mensonge est, pour le neurologue et psychiatre Boris Cyrulnik, “la” virtuosité intellectuelle humaine. Mentir, c’est savoir qu’avec un mot, un scénario, une mimique, un sourire, une posture, il est possible de modifier les représentations de l’autre et entrer dans son monde intime. Pour cela, il faut être très intelligent, mais surtout respectueux de l’autre. Les pervers, les psychotiques ne mentent pas parce qu’ils se moquent des autres. Le pervers dit ce qu’il pense et, si c’est blessant, cela n’a pour lui aucune importance. Quant au psychotique, l’autre n’existant pas pour lui, il dit ce qu’il pense sans se poser de question. EEE

NAÎT-ON MENTEUR ? Selon Christophe Godfriaux, formateur en communication, certifié en PNL et praticien de la relation d’aide, le mensonge occupe une place importante dès le début de la vie. Il fait partie du processus d’individualisation de l’enfant. Explication : “À la naissance, il y a fusion entre le bébé et sa mère. Durant quelques années, l’enfant pense qu’il est transparent, que sa maman sait tout ce qu’il pense jusqu’au jour où il se rend compte que ce n’est pas vrai. Là, il commencera à mentir afin de vérifier qu’il peut lui cacher des choses et donc être un être différent d’elle à part entière. Ainsi, grâce au mensonge, l’enfant pourra entrer en relation avec sa mère et avec son père et prendra plaisir à développer la notion

d’intimité, de jardin secret. Le mensonge va lui permettre de construire cette partie de lui-même cachée à l’autre…” Pour le psychanalyste Pascal Neveu, dès le plus jeune âge, nous baignons dans un monde paradoxal de mensonges. D’un côté, les adultes entretiennent savamment les légendes fictives dans l’esprit des enfants comme le Père Noël et de l’autre, ils prennent soin de leur apprendre qu’il ne faut pas mentir. Nombre de contes comme Pierre et le Loup ou Pinocchio développent en nous, de manière profonde et inconsciente une relation coupable au mensonge. Le contact de l’enfant avec le mensonge est totalement involontaire et subi puisqu’il est présent dans cet espace qui l’unit à l’autre. Ce sont plus précisément les enjeux affectifs, présents dans toute relation qui nous unit à l’autre, qui créent un espace de mensonge possible, tellement nous avons besoin de ressentir l’amour de ce que nous sommes. Au point d’en spolier notre identité. Le mensonge n’apparaît pas dès l’acquisition du langage. Il va s’immiscer dans les premières interactions qui relient l’identité, l’affect et le social. Il faut cependant savoir que sur le plan psychique, avant l’âge de 6-7ans, l’enfant ne différencie pas fabulation et mensonge. Il oublie ses mensonges qu’il pense sans incidence. Il se développe dans cet univers distinct entre imaginaire et réalité. En revanche, dès 7 ans, il commence à mieux

Si le mensonge s’immisce dans le couple, c’est souvent parce qu’aucune base de la relation n’a été établie. Énoncer ses vérités et ses propres règles peut améliorer fortement cette problématique.

ESSENTIELLE

MARS 2013

20

maîtriser la dissimulation et prend conscience de ses conséquences. Chez le jeune enfant, le mensonge vient du fait qu’il croit que ce n’est qu’en collant au désir de l’adulte qu’il va être accepté et non rejeté. Si chez l’enfant il est donc normal, le mensonge ne doit cependant pas être vécu comme un outil positif de socialisation. Il ne s’agit pas de montrer à l’autre ce qu’il veut que nous soyons mais de rester loyal envers soi-même et ses convictions, en fonction d’une confiance réciproque. LE MENSONGE PAR OMISSION Celui qui ment par omission ne semble pas mentir puisqu’il n’affirme rien de faux ! Comment dès lors reprocher ce qui n’a pas été dit ? “Précisément, le menteur par omission sait parfaitement ce qu’il ne dit pas. Et il ne dit pas ce qui pourrait lui nuire ou nuire à l’autre. Ce faisant, il en tire un bénéfice. La confusion s’inscrit alors dans le champ relationnel. Le menteur par omission ne dévoile pas qui il est, pas plus qu’il ne se soucie d’accéder à la connaissance de l’autre. Son Moi n’est pas pleinement identifié, ressenti ni exprimé : toute communication vers l’autre est alors pur travestissement de Soi et de la réalité. Jugé par certains comme de la manipulation, par d’autres comme de la langue de bois, le mensonge par omission ne fait que laisser apparaître de grands blancs dans la vie de


SANS MENTIR

celui qui le pratique. Cependant, il est peut hélas rester intacte et va ressortir à un parfois des erreurs de jeunesse qui nous moment donné et ce, tant qu’un travail poursuivent toute notre vie et qui peuvent psychologique sur le traumatisme n’a pas être un passé lourd à porter, empêchant de été fait. tourner la page d’une ancienne vie. Dans ce Il y a une répercussion, même si elle n’est cas, ne pas dévoiler son ancien MOI peut pas mathématique. Grâce aux constellations parfois aider à se reconstruire dans une familiales, méthode de thérapie familiale nouvelle vie”, souligne le psychanalyste transgénérationnelle, on peut découvrir le Pascal Neveu. non-dit qui a créé le symptôme. Accéder au Mais qu’en est-il des répercussions sur les secret et couper la connexion énergétique générations suivantes ? Un secret, devenu permettra, dans la mesure du possible, de un secret de famille peut-il avoir un impact résoudre le problème à l’origine. Il faut négatif sur notre descendance ? parfois plusieurs séances pour délier Explication de Thierry Deketelaere, définitivement le lien afin que les thérapeute spécialisé en constellations générations suivantes soient libérées du familiales (www.cofasy.be) : poids du secret. Les enfants “Prendre conscience de bénéficient toujours du travail Pour Boris secrets de famille dus à des que les parents font. Quoi qu’il Cyrulnik, mensonges permet de en soit, les ancêtres doivent le mensonge soulager les descendants. Si être d’accord que l’on perce est “la” par exemple une femme s’est leur secret. On leur demande virtuosité fait violer et n’a pas pu en donc, par une technique parler, les générations appropriée, leur autorisation, intellectuelle suivantes restent connectées à même s’ils ne sont plus vivants humaine par l’énergie de la victime. Un des puisque tout se travaille au excellence... enfants peut alors porter niveau énergétique. l’événement. Les filles peuvent Particulièrement pour les manifester des troubles comme des choses qui sont graves, garder un problèmes de sexualité ou relationnels mensonge pour soi ronge, est lourd à dans leur couple mais aussi des maladies porter, crée des maladies. Quel liées à tout ce qui touche les organes soulagement quand on le lâche ! C’est génitaux, comme un cancer du col de l’énergie du mensonge qui est transmise et l’utérus. La connexion énergétique se occasionne des troubles, pas l’histoire transmet et peut perdurer durant de puisqu’elle, reste bien cachée.” nombreuses générations. Sa puissance n Matilda Ancora

Monsieur trouve que la robe de madame la grossit. Il va sans doute lui mentir et lui dire qu’elle n’a jamais été aussi belle ! Fiction ? Non, réalité si, dans un couple, le manque de communication sur leurs valeurs de base prend le pas. Qu’attend-elle de son mari, qu’il la flatte ou qu’il lui dise la vérité ? Franck Marcheix, formateur en communication, expert en non-verbal, hypnothérapeute : “La première erreur en communication est de penser que chacun a les mêmes valeurs. Si le mensonge s’immisce dans le couple, c’est souvent parce qu’aucune base de la relation n’a été établie. Énoncer ses vérités et ses propres règles peut améliorer fortement cette problématique. Se dire ce que chacun met derrière des mots aussi importants que l’amour, ce que signifie une relation de fidélité, de confiance, d’authenticité, de bonheur personnel, est une clé importante de la réussite d’un couple. Souvent, le manque d’authenticité est dû à une différence de “carte géographique mentale”, une vision du couple autre. De là s’élaborent les mensonges, de là s’installe le manque de confiance. Or, si j’ai confiance en l’autre, en sa capacité d’entendre la vérité, je n’ai pas besoin de lui mentir et je serai plus authentique. Il faut aussi un niveau suffisant de confiance en soi et de force intérieure pour dire la vérité, être sûr que l’on va pouvoir gérer les conséquences de cette vérité que le partenaire n’est peut-être pas en mesure d’entendre. Faire attention que l’autre soit assez solide pour entendre une vérité ne veut pas dire que je ne ferai rien pour augmenter sa solidité et finir par lui dire ce que je veux dire. Ce qui est important, c’est de prendre cette précaution au début pour éviter un clash. Ne pas dire immédiatement ne veut pas dire “ne dire jamais” mais plutôt “dire au bon moment”. 3 concepts motivent souvent le mensonge : le sexe, l’argent et le pouvoir.”

21

w Il n’y a pas de différence significative entre le pourcentage de menteurs filles ou garçons. Mais les filles sont plus empathiques dans leur rapport au mensonge, craignant de faire du mal à leurs proches. w Les adolescents mentent une fois sur deux à leurs parents. w 42 % des femmes sont capables de mentir sur leur contraception afin de tomber enceinte. w 50% des femmes seraient susceptibles de cacher être tombées enceinte d’un autre homme. Réf : “Mentir pour mieux vivre ensemble” Pascal Neveu.

TOUS DES ME NTE URS ? D’après une étude du psychologue et chercheur américain Robert Feldman, nous mentons au moins 3 fois dans les dix premières minutes de toute rencontre, du “Comment vas-tu ?” au “Dînons ensemble prochainement !” en passant par “Tu es magnifique !”. Discours convenus, flatteries et hypocrisies seraient devenus de vrais codes sociaux jugés indispensables… Une autre partie de son étude montre que nous sommes attirés par les personnes qui mentent. Ce qui signifie que statistiquement, les menteurs chevronnés auraient plus de chance d’accéder à une carrière médiatique que celle ou celui qui dit la vérité.

LA MYTHOMAN IE Le mythomane n’est pas un menteur. Un menteur sait qu’il ment. Lui ne le sait pas et croit ce qu’il raconte. Il ne ment pas pour tromper mais pour y croire lui-même. Il s’agit là d’une pathologie narcissique : il ment à l’autre mais aussi à lui-même. Il ne se supporte pas tel qu’il est et est très souvent en proie à de très fortes crises d’angoisses liées à cette non-séparation entre ce qu’il est et ce qu’il n’est pas. Réf : “Mentir pour mieux vivre ensemble” Pascal Neveu.


BEAUTÉ

LES MOLÉCULES

QUI ASSURENT

S EXISTENT... LES SOINS MIRACLE MES INNOVENT È R C S LE ! S É V U O ON LES A TR ELA VA SE VOIR... C T E S U PL S R U JO TOU

Q

uoi de neuf au rayon anti-âge ? Les chiffres sont formels : le marché de l’anti-âge reste le pilier qui, à lui seul, préserve tout le marché cosmétique de la crise. Qu’on soit ou pas convaincue de leur efficacité, rien ne nous fera renoncer à notre antirides. Comment faire pour choisir notre soin miracle et laisser les années glisser sur la carapace de notre indifférence ? n Ingrid Van Langendhonck

OBJECTIF : 10 ANS DE MOINS

LE MAQUILLAGE ANTI-ÂGE, ÇA EXISTE ? Bien sûr que oui ! On ne parle pas ici d’un simple camouflage mais de véritables astuces d’une make-up artist qui vous feront perdre quelques années (ou gagner quelques heures de sommeil, c’est selon). Trois astuces de Elke Willemen, make-up artist chez MAC.

Un fard bien mat

De 25 à 35 ans Protéger et hydrater

Un bon anti-cernes

25 ans, c’est l’âge béni où la peau ne présente pas de rides. On prolonge cette beauté au maximum et on ne travaille que sur la prévention. Une peau bien hydratée et protégée des agressions comme le soleil sera, dans le futur, la peau qui vieillira le mieux. w La bonne habitude à prendre Un SPF dans sa crème de jour, parce que les UV sont à eux seuls, responsables de 80 % de notre vieillissement cutané !

De 35 à 45 ans Lisser et défatiguer Après 35 ans, souvent, la peau reste belle mais elle accuse la fatigue. Les premières rides d’expression apparaissent. On veut les lisser, les empêcher de nous creuser les traits et garder un teint frais. w La bonne habitude à prendre Un soin de nuit, parce que c’est la nuit que la peau se régénère, c’est un coup de pouce qui nous fera gagner cinq ans au réveil.

De 45 à 55 ans Réparer et raffermir À l’approche de la ménopause, les rides s’installent sur des zones jusqu’alors préservées, comme le contour des lèvres. Mais surtout, c’est l’ovale du visage qui s’affaisse. La peau perd de sa fermeté. Les premières taches s’installent. C’est l’âge où on se tourne vers des soins multi-actifs, qui agissent sur tous les signes du vieillissement. w La bonne habitude à prendre Un soin anti-taches, même si l’on en a peu, parce que vers 50 ans, la production de mélanine s’emballe. Et, sachez-le, prévenir les taches est assez aisé, alors que faire disparaître totalement une tache installée, c’est quasiment impossible.

Après 55 ans Préserver l’éclat Passé un certain âge, on assume sa peau mature, ses rides et ses taches. Mais ce n’est pas pour cela qu’on renonce à être belle. Le souci principal est alors de garder un teint éclatant, une jolie mine. Les peaux ménopausées sont souvent sèches, profondément déshydratées, on se tourne vers les textures plus riches, les huiles, les baumes ultrahydratants pour garder à la peau son aspect rebondi. w La bonne habitude à prendre Un sérum, de jour comme de nuit, si ce n’est pas déjà fait, parce que le sérum est un concentré d’actifs. Il démultiplie l’action de votre soin, un coup de “boost” qui devient presque indispensable quand on parle des peaux matures. MARS 2013

DE ELKE WILLEMEN

Les fards à paupière irisés, brillants ou pailletés ont tendance à accentuer les rides. On privilégie les fards mats, de préférence plus clairs pour amener de la lumière.

À CHAQUE ÂGE SON ANTI-ÂGE

ESSENTIELLE

LES 3 ASTUCES

22

Cela vous fait perdre dix ans. L’anti-cernes idéal, il est un ton plus clair que votre carnation, se pose au pinceau sur les cernes et dans le coin interne de l’œil, mais aussi dans tous les plis qui ombrent le visage comme la ride du lion, les plis d’amertume autour de la bouche et la petite ombre au creux du menton. Puis on l’estombe au doigt. Cela resculpte et illumine tout le visage.

Un coup de crayon beige clair Un petit truc de maquilleur pro, pour une bouche repulpée, c’est le petit coup de crayon beige clair juste au-dessus de l’arc de Cupidon, cela ourle la lèvre et redessine une jolie bouche.


4STARS

LES ZONES

MOLÉCULES

Les marques investissent dans la mise au point de nouveaux actifs et nous promettent des résultats toujours plus spectaculaires. Alors, à qui le Nobel de la peau la plus jeune ? LE PRO-XYLANE C’est une molécule de jouvence, surtout quand elle allie ici ses pouvoirs rajeunissants à la richesse d’une texture en huile. Idéal pour les peaux matures, assoiffées, en quête d’une texture plus onctueuse. w Absolue Oleo Serum Sublime Régénératif, Lancôme, 199€ LA PROTÉINE G Celle que l’on trouve dans le Cangzhu, elle protège la membrane cellulaire et optimise son activité. Résultat: des rides lissées mais aussi une peau plus éclatante et un teint plus égal, quel que soit son âge. w Double Sérum Clarins, traitement Complet Antiâge Intensif, Clarins, 74.80€ L’ACIDE HYALURONIQUE Nouveau meilleur ami des peaux pulpeuses, il capte et retient l’hydratation : le nouveau soin développé par Estée Lauder, reformulation d’un de ses best-sellers, propose de doubler la production naturelle d’acide hyaluronique en moins de trois jours grâce au complexe anti-âge Tri-HA Cell Signaling TM. w Pour les peaux fatiguées, déshydratées. Advanced Time Zone, Estée Lauder, 80.69€ LE PEPTIDE-4 ET LE PRO-COLLAGÈNE Nouvel ingrédient mis en lumière par la marque Etat Pur et son concept sur mesure, cet actif surpuissant s’adresse aux peaux ménopausées, aux rides installées. Un travail sur la structure de l’épiderme, reconstitution de la matrice dermique, qui active la biosynthèse de collagène. Une cure de jouvence en 4 gouttes à masser sur le visage tous les jours. w Nouvel actif pur A12, Etat Pur, 14.50€ L’OMEGA 6 ET 9 Les omégas dont sont chargées les huiles de carthame et de riz permettent aux peaux ménopausées de compenser la perte de lipides propre aux changements hormonaux. Lutter contre la sécheresse et la perte de tonicité est un vrai souci des peaux post-ménopausées et ici, non seulement la peau est nourrie mais elle est surtout rééquilibrée, remodelée et plus confortable. w Néovadiol Magistral, Vichy, 32.50 €

YEUX

À CHOUCHOUTER

Avec pas moins de 10 000 battements de cils par jour et une peau deux fois plus fine que sur le reste du visage, le contour des yeux est une zone hautement sensible que l’on nourrit abondamment avec des soins adaptés ! Mais surtout, on se démaquille soigneusement tous les jours avec une eau micellaire, non irritante ou une huile, puis on pose un soin contour des yeux, matin ET soir. w Notre sélection : LiftActiv Serum 10 Yeux et Cils, Vichy, 29.95€

LÈVRES

Parce que les rides verticales sont celles qui nous vieillissent les traits, ces petites ridules traîtresses dans lesquelles le rouge à lèvre se faufile sont une calamité. On les combat avec rage. Une à deux fois par semaine, on offre à sa bouche un gommage spécifique, suivi d’un soin ultra nourrissant pour repulper en profondeur … w Notre sélection : Bubblegum lip scrub, Lush, 11.50€. Doux exfoliant Lèvres et Contours, Clarins, 22.50€. Collagenist Re-PLump, Lip Zoom, Helena Rubinstein, 48€

COU

On voit l’âge d’une femme à son cou. Parce qu’après 40 ans, il perd de sa fermeté et accuse le relâchement. Si on ne veut pas investir dans un soin spécifique pour tonifier le cou, on n’oublie pas d’appliquer son soin de jour ou son masque jusque dans le cou. Idéalement, on masse le cou de gauche à droite avec le plat de la main dans un mouvement ascendant remontant le long de la mâchoire. w Notre sélection : Chin Neck Lift Sculpting Gel, Rodial, chez Cosmeticary, 84€

ENVIE D’ALLER PLUS LOIN ? Lutter contre les signes de l’âge, on le sait, cela implique aussi bien notre alimentation que nos routines cosmétiques. Et ça peut même aller jusqu’à l’intervention d’un chirurgien. Un nouveau centre à Bruxelles propose une approche globale de l’anti-âge qui va bien au-delà des simples soins en cabine. Fanny Bretagnon s’attache à mettre au point un programme 100 % personnalisé qui tient compte de nos habitudes de vie, de nos facteurs génétiques et de notre capital santé. Elle délivre ensuite un protocole unique et un suivi personnalisé. Pourquoi ? “Parce que c’est le seul moyen de garantir des effets durables”. w Anti Aging Center – rue Vilain XIV, 19 -1050 Bruxelles. www.antiaging-center.be

23


BEAUTÉ n Par Ingrid Van Langhendonck

LE SÉRUM POUR LES CHEVEUX À quoi ça sert ? Kérastase nous assure que cela va renforcer le cheveu de l’intérieur, dès la racine. C’est une sorte de pré-soin, une “cure d’engrais” pour obtenir une fibre en pleine santé. Mais comment ça marche ? On verse une ou deux pipettes que l’on applique à la racine en créant des raies successives sur cheveux essorés. Puis, on procède au brushing comme d’habitude. Les résultats : il faut bien avouer que le cheveu gagne en force. La matière est plus dense surtout celle des cheveux fins qui affichent un joli gonflant. Mais attention, si vos cheveux manquent de brillance ou restent fragiles, un soin spécifique sur les longueurs ou sur les pointes reste recommandé. w Le + La texture invisible, ne colle pas, se fond dans le cheveu qui reste léger. w Le - La pipette n’est pas idéale pour doser le produit à la racine.

NEWS

ON A TESTÉ

ACTION

JE VEUX… UN VENTRE PLAT Les abdominaux, les pieds coincés sous le lit, tout le monde le sait, c’est out (et ça fait mal au dos). Pour celles qui veulent un ventre plat sans avoir à passer par la case ‘salle de sport’, il existe un petit accessoire pratique, ludique et qui se range n’importe où. Cette petite coque en forme de fleur n’est pas tout à fait nouvelle mais elle est franchement efficace. On se pose dedans, on incline le dos et on laisse travailler la ceinture abdominale sans se ruiner la colonne vertébrale. En prime, le fabricant propose une démonstration et toute une série d’exercices trop faciles, en vidéo sur son site internet : www.domyos-fitness.com. En un mois, à raison d’un quart d’heure par jour, devant notre série préférée, on se refait une sangle abdominale en béton. Disponible en 6 couleurs, parce qu’on aime se sculpter avec panache. Abdo Gain de Domyos chez Decathlon, 29.95€

BOUCHE GOURMANDE Un baume à lèvres qui soit à la fois un super hydratant et un rouge à lèvres. En somme, un seul geste pour réparer, hydrater et en même temps maquiller nos lèvres. Voilà le rêve des femmes pressées, des working-girls que nous sommes. On dit “merci” Clinique, qui a enfin réussi à combiner la couvrance d’un vrai rouge et l’hydratation du plus onctueux des baumes. Six nouvelles teintes plus intenses que jamais dans un stick stylo à glisser dans le sac.

Initialiste, concentré fondamental, Kérastase, 42€

LE VERNIS DU MOIS

Christa Allen à la remise des Golden Globe Award s

Puisqu’il est devenu le baromètre de nos humeurs cosmétiques, on apprend à manier le vernis comme un accessoire de mode. Ce mois-ci on craque pour un nude, parce que c’est frais, discret et chic à la fois. C’est comme un fond de teint pour les ongles et c’est faussement classique, en fait.

Chubby Stick intense (6 teintes), Clinique, 19,45€

TENDANCE

LA CC CREAM, ET PUIS QUOI ENCORE ?

Pure Color « FrenchNude », Estée Lauder, 21.72€

Marre des parfums préformatés, on peut aujourd’hui se faire coacher pour trouver le parfum qui nous sublime. La boutique Nose est installée à Paris, mais à l’ère d’internet, nous n’allons pas nous arrêter à ça ! Nose nous propose un diagnostic sur mesure, réalisé en ligne à partir des parfums que nous aimons, que nous avons porté… Le site détermine en quelques clics notre univers olfactif et dresse une liste de parfums qui nous correspondent. Pas de grands labels, rien que des parfums de niche, des ingrédients précieux, des parfums de peau (à prix variable). Le petit plus ? Si on hésite entre tous les parfums proposés, le site permet de faire livrer chez nous toutes les fragrances en format échantillon. Ca ne coûte que 10€ (qui seront déduits de la première commande).

Cela ne fait pas un an que nous sommes toutes passées à la BB Cream et voilà qu’arrive à nos oreilles la rumeur d’une nouvelle révolution : la CC Cream. N’est –elle pas qu’une pâle prolongation de la BB, devons-nous nous attendre, marketing oblige, à une DD Cream ? Pas du tout ! Il s’agit d’une nouvelle génération de soins qui répond à d’autres attentes même si, au départ, la mission première reste la même : la perfection du teint. Mais là où la BB cream masque rougeurs et imperfections, la CC cream, elle, agit plus globalement sur le teint et assure une fonction éclaircissante et correctrice. En résumé, c’est un maquillage et un soin en un seul geste que l’on peut désormais attendre de sa crème de jour. Le premier à s’engouffrer sur le marché est bien entendu le géant L’Oréal, mais Chanel et Clinique nous en livreront une version luxe avant la fin du printemps.

www.nose.fr

Nude Magique CC Cream, L’Oréal, 13.99€

PARFUM

PASSEZ AU SUR-MESURE

ESSENTIELLE

MARS 2013

24


UN SÉRUM POUR UN REGARD PLUS JEUNE ET PLUS FRAIS

LIFTACTIV SERUM 10 YEUX & CILS Contour de l’œil visiblement plus lisse* Regard illuminé* Cils Fomme Iorti´és* Le regard idéal n’est plus un rêve. INNOVATION MONDIALE : UN SÉRUM S’APPLIQUE DÉSORMAIS SUR TOUTE LA ZONE REGARD, Y COMPRIS LES CILS Rhamnose 10% + Pigments éclaircissants + Céramides Testé sous contrôle dermatologique et ophtalmologique sur yeux sensibles.

NOUVEAU

DEMANDEZ CONSEIL À VOTRE PHARMACIEN ET RECEVEZ VOTRE ÉCHANTILLON GRATUIT** www.vichy.be ***

* Auto-évaluation, 51 femmes, après 4 semaines. ** Jusqu’à épuisement des stocks, uniquement dans les pharmacies participantes. *** Test clinique, 41 femmes, sous contrôle ophtalmologique, amélioration moyenne du score, après 4 semaines. **** Parfum formulé de sorte à minimiser les risques d’allergies.

****

DÉCOUVREZ LA FACILITÉ D’EMPLOI. SCANNEZ LE CODE QR


BEAUTÉ

n Par Ingrid Van Langhendonck

LES 5 TENDANCES “PODIUM” À ADOPTER

ORK ET MILAN. Y W E N , IS R PA À LA MODE DÉFILE OPRIER , COMMENT S’APPR E U R LA À LK A W DU CAT STUCES ? LEURS TRUCS ET A

L’ŒIL NÉON On l’a vu chez Dior, entre autres, l’œil cerné de couleurs. Cette saison, la tendance pop prend une dimension arty. C’est fun, c’est frais, cela nous rappelle les années 80, mais on se demande si ça va déferler dans les rues…

Donna Karan

NÉOBRONZÉE

C’EST PORTABLE ? Franchement, non si on le prend tel quel. Mais on peut se l’approprier dans une version plus sobre : un aplat vif, mat sur la paupière mobile uniquement, que l’on tempère en surchargeant de mascara. Autre alternative : un fin trait fluo en eyeliner pour les soirées d’été. Retenez que, pour une fois, les yeux noisette sont avantagés, car ils peuvent se permettre davantage de tonalités différentes quand il s’agit de couleurs flash. Dior.

Exit le masque brun orangé, ou la terre de soleil en couche uniforme, aujourd’hui le bronzage est subtil, dosé… Il illumine sans dénaturer. ON FAIT COMMENT ? On retient que le fond de teint n’est pas un produit bronzant, mais une base de teint pour lisser, égaliser, unifier. Si on veut se créer un léger hâle, on ajoute une goutte d’autobronzant à son soin de jour et c’est tout. Au quotidien, on apprend à poser sa terre de soleil avec modération. A l’aide d’un gros pinceau, on saupoudre les parties hautes du visage, car elles sont les premières à bronzer quand on est au soleil : le haut des pommettes, l’arête du nez et le front.

UNE ASTUCE ? Quand on opte pour un œil flashy, on se contente d’un rouge à lèvres nude, sinon, c’est l’effet maquillage de clown assuré. DANS LA TROUSSE w Un crayon Khôl, taillé fin, parce qu’un trait gras glisse facilement et libère une couleur plus intense. Crayon Khôl in Love, n° 20 Jade Crush, Lancôme, 21€

Diane Von Fürstenberg

UNE ASTUCE ? Une touche de doré estompé dans votre ombre à paupières ou même sur le haut des pommettes: cela réchauffe et illumine en même temps… Alors on ose les paillettes, en dose homéopathique, dans notre blush. DANS LA TROUSSE w L’or en poudre : un pigment pur à disperser avec parcimonie au coin de l’œil, à glisser dans le décolleté en soirée, ou à saupoudrer dans votre fond de teint pour une mine solaire. Pigment poudre Old Gold, MAC, 22.50€ w La poudre bonne mine : plus discrète qu’une terre de soleil juste un nuage de bonne mine, comme un week-end au grand air. Poudre bonne mine, Les Beiges, Chanel, 48€ Rochas

ESSENTIELLE

MARS 2013

26


LA BOUCHE

ULTRA-MATE

LE VERNIS TIPP-EX

Versace

A chaque saison, il en faut un pour défrayer la chronique, celui-ci nous ramène tout droit dans les années 90. Le vernis blanc opaque s’est fait remarquer sur le défilé Rag&Bone à New York et les rédactions de tous les magazines ont instantanément accroché. Ce sera le it-vernis de l’été, qu’on se le dise !

C’est vraiment joli, une bouche velours. C’est un magnifique jeu de textures et de matières. Et puis une belle bouche rouge ou fuchsia, c’est un véritable accessoire de mode. Porté à la ville, c’est plus doux, plus sophistiqué que le gloss, bref, un maquillage bijou. À adopter sans tarder. C’EST PORTABLE ? Tout à fait ! C’est même une technique qui permet de porter des couleurs intenses sans avoir l’air trop maquillée. Un rouge vif ou un rose framboise que vous aurez poudré sera bien plus passe-partout en journée, qu’une bouche laquée.

NUDISSIME Missoni

Burberry

ON FAIT COMMENT ? On pose le crayon à lèvres sur toute la bouche, puis une couche de rouge à lèvres, que l’on estompe en pinçant un mouchoir entre les lèvres, on poudre le tout en douceur et le tour est joué. Le soir, on peut carrément jouer sur plusieurs couleurs et poser du rose sur le contour de la bouche et un orange flash au cœur des lèvres. UNE ASTUCE ? Ce maquillage ne

supporte aucune imperfection. Le crayon à lèvres est ici incontournable, car non seulement il dessine les contours, mais en plus, il empêche le rouge à lèvres de filer. DANS LA TROUSSE

w Un crayon contour des lèvres, la base. Stylo à lèvres, Yves Rocher, 9,95€. w Une texture ultra-crémeuse et un fini mat, presque poudré, magique. Nouveau Lip Maestro, n°504 Ecstasy, Giorgio Armani, 30€

Tous les maquilleurs pro vous le diront, le “no-make up” est le plus difficile des exercices. Parce qu’il ne suffit pas de se la jouer beige à tous les étages, il faut recréer de la matière et de la brillance là où c’est nécessaire. On adhère parce que, au fond, c’est ce que l’on recherche toutes : un teint parfait, naturel, que l’on jurerait sans maquillage… ON FAIT COMMENT ? On réduit le fond de teint à sa plus simple expression, à savoir une goutte sur les zones rouges ou brillantes et un nuage de poudre translucide. Par contre, on apprend à jouer de l’anticernes, que l’on choisit une teinte plus claire que sa carnation, pour illuminer le contour de l’œil.

Défilé Rag and Bone.

C’EST PORTABLE ? Presque. Ou disons plutôt uniquement dans une version “high summer”, sur des mains très bronzées. Soyons franches, on lui préfère sa variante nude (beige clair, un peu rosé) ou légèrement nacrée, bien plus douce. UNE ASTUCE ? Ce genre de teinte se pose en double, voire triple couche pour un effet laqué, les jeux de transparence donneront un effet “pas net”. On ne radine donc pas, mais on retient qu’il vaut mieux trois fines couches, plutôt que deux couches épaisses pour un résultat plus élégant.

UNE ASTUCE ? Une belle bouche nude, c’est un crayon à lèvres beige rosé que l’on applique sur les contours, puis sur toute la lèvre, puis on applique DANS LA TROUSSE un baume un peu brillant pour créer du relief. Cela w Le vernis blanc, donne un effet à peine maquillé, mais une bouche Essie, 10,99€ tout à fait redessinée… DANS LA TROUSSE w Un nouveau fond de teint qui resserre les pores et assure une perfection instantanée, à poser du bout des doigts, en lissant vers l’extérieur du visage, sans tirer sur la peau. Pore Refining Solution, Clinique, 30.31€. Diane Von Fürstenberg w L’anticernes de La Mer, parce qu’il est en texture crème qui fond sur la peau et s’applique aussi bien au doigt qu’au pinceau. The Radiant Concealer, La Mer, 51€

27


RENCONTRE

[EXCLUSIF]

“ON NE PEUT PAS LIMITER

ALEXANDER

N E E U Q MC

À SON CÔTÉ OBSCUR”

LA PHOTOGRAPHE ANNE DENIAU N’A JAMAIS CESSÉ D’ACCOMPAGNER MCQUEEN DEPUIS SES DÉBUTS CHEZ GIVENCHY EN 1997 JUSQU’À SA TRAGIQUE DISPARITION EN 2010. ELLE LE CONNAÎT MIEUX QUE QUICONQUE.

G

râce à une incroyable créativité, l’amour pur du détail et une approche peu conventionnelle des tissus, Lee Alexander McQueen a démontré que la mode peut être considérée comme un art. Ce n’était pas uniquement sa façon de fabriquer les vêtements qui était remarquable. Il se démarquait également du reste des grands noms de la mode par sa manière de les présenter. McQueen considérait ses défilés de mode comme une performance artistique. Il mettait de véritables spectacles en scène faisant preuve en outre d’une grande variété d’idées. Cela allait du jeu d’échecs humain au spectacle utilisant un hologramme en trois dimensions, en passant par un maquillage inspiré par les aliens, lequel paraissait modifier la structure osseuse du visage de ses mannequins. Mais Alexander McQueen était aussi l’un des plus secrets et seul un groupe de personnes triées sur le volet pouvait l’approcher. La photographe française Anne Deniau était l’une d’elles. Elle n’a jamais cessé de photographier McQueen depuis ses débuts de créateur chez Givenchy en 1997 jusqu’à son tragique suicide en 2010, documentant le processus créatif de l’un des visionnaires les plus exceptionnels de notre époque. Aujourd’hui, plus de deux ans après son décès qui a fait couler beaucoup d’encre, Anne Deniau a décidé de publier une collection de ces photos dans “Love Looks Not with the Eyes: Thirteen Years with Lee Alexander McQueen”, un regard remarquable porté sur l’esprit d’un génie. Nous avons rencontré Anne Deniau à Berlin pour une interview exclusive consacrée à l’amitié qui la liait à McQueen, à son approche de la mode, et à la contradiction entre le côté aimable et aimant du créateur de mode pourtant décrit comme un être sombre.

énormément de temps ensemble, entre 15 et 17 heures par jour pendant deux semaines. En avril, il a été envoyé à Tokyo pour refaçonner un défilé de prêt-à-porter et participer à des émissions de télévision, entre nombreuses autres choses. Il y a ainsi séjourné pendant quatre semaines et je devais pour ma part le suivre partout. Nous étions ensemble tout le temps. Après le Japon, j’ai déménagé à Londres. C’était quelque chose de très naturel et il m’a demandé de documenter sa façon de travailler, le travail en lui-même et sa vie autour de la collection Alexander McQueen. Quelle a été votre première impression au moment de votre rencontre avec McQueen ?

C’était une personne très profonde mais avec une manière de voir les choses très jeune pour tout ce qui touchait à l’énergie, l’enthousiasme et la curiosité. Il possédait certaines des qualités que les gens ont alors qu’ils sont enfants mais qu’ils perdent à l’âge adulte, cette capacité de désirer quelque chose et de lutter pour l’obtenir, même lorsque les personnes raisonnables disent que c’est impossible. Il disait : « C’est possible. Et je vais le réaliser. » Il débordait alors d’enthousiasme. Il possédait ce genre d’énergie vibrante. Kate Moss fut l’une des nombreuses mannequins à travailler avec Alexander McQueen durant le défilé “Voss” à Londres en 2000. © Anne Deniau

Vous étiez l’une des rares personnes qu’Alexander McQueen autorisait à le photographier. Comment l’avez-vous rencontré ?

Nous avons été présentés en décembre 1996. Lee venait d’être nommé Directeur artistique de Givenchy et on m’a demandé de le photographier pendant deux semaines alors qu’il était en train de créer sa première collection couture à l’atelier couture de Paris. C’était très intense car il était totalement sous pression vu l’importance que cela revêtait dans sa carrière. Nous avons passé ESSENTIELLE

MARS 2013

28


En pleine retouche sur le vêtement porté par la mannequin Tanya Dziahileva lors du défilé “Sarabande” à Paris en 2006. © Anne Deniau

Aviez-vous déjà entendu parler de lui avant qu’il commence à travailler chez Givenchy ?

personnes ont réussi à l’approcher comme vous l’avez fait.

La seule chose que je pourrais probablement dire, c’est qu’il appréciait mon honnêteté radicale. Je suis quelqu’un de très direct. Je crois qu’il aimait ça. Nous partagions assurément le même mélange de force et de fragilité. Nous étions tous les deux très extrêmes.

Non. Il était très jeune à l’époque.

Oui, il avait déjà réalisé quelques défilés à Londres et je me souviens que je me trouvais dans le bureau de presse de Givenchy au moment où John Galliano s’en allait pour rejoindre Dior. Quelqu’un m’a dit : “Nous avons ce nouveau créateur. Il est censé être exceptionnel et extraordinaire”. Il est arrivé et il était assez impressionnant. Il était plus gros que par la suite, la tête rasée, avec un accent cockney. Tout un personnage !

Je ne l’ai jamais vu aussi détendu que sur vos photos.

J’ai apporté les premières impressions et il les a aimées. Il m’a également dit qu’il m’avait observée pendant que je prenais les photos et qu’il aimait ma façon de travailler. Tout simplement. Avec Lee, tout allait très vite. Une fois qu’il avait accordé sa confiance à quelqu’un, c’était quelque chose d’extrêmement solide et d’incontestable.

C’est assez étonnant qu’ils lui aient alors donné une telle responsabilité. C’était un gosse grassouillet de 27 ans qui arrivait d’Angleterre et que, jusqu’alors, personne ne comprenait vraiment.

Qu’est-ce qui vous a le plus impressionnée dans la façon dont il a monté ses collections ? Ses défilés étaient tellement artistiques, tellement incroyables. Et vous, vous avez photographié toute cette mise en place pendant plus de dix ans.

Je pense que c’était très intelligent de la part de Bernard Arnault, le grand patron de LVMH, si vous vous rappelez de cette période. Il était en train de lancer Christian Lacroix, ce qui n’était pas un mauvais choix, il avait John Galliano chez Dior et il prenait McQueen chez Givenchy. C’était en effet une sorte de révolution. C’était une idée judicieuse de faire entrer ce jeune débordant de talent dans une maison de couture pour voir ce que cela allait donner. Et la haute couture était magnifique. Le prêt-à-porter, c’est une autre histoire, mais la haute couture que Lee a créée lorsqu’il était chez Givenchy, cela dépassait toutes les limites.

Il n’était pas seulement un créateur. C’était un artiste et chacun de ses défilés était un spectacle. Mais les défilés de mode sont très courts. Cela se passe comme ça (claquement de doigts). Cela commence et c’est tout de suite si fort. Cela vous emmène très loin et c’est déjà fini. C’est en quelque sorte très violent. Mais je n’ai jamais assisté au moindre défilé. Pendant ces 13 ans, je n’en ai pas vu un seul car je restais tout le temps à ses côtés. Il n’accordait pas d’interviews après les défilés comme le font la plupart des créateurs.

Vous qui l’avez connu pendant autant d’années, comment décririez-vous sa personnalité ?

Il prenait des risques en donnant autant, car s’exposer est quelque chose de dangereux. Vous vous mettez en danger lorsque vous êtes si honnête et radicalement sincère. Parler après cela aurait été un acte vide de sens. Il avait déjà tout donné. Vous aviez des oreilles pour écouter et des yeux pour regarder et si à partir de là vous n’étiez pas capable de saisir les choses, et bien tant pis ! Il disparaissait effectivement toujours à la fin du défilé. Il était impossible de le voir, de lui parler, mais c’était tout à fait compréhensible. EEE

Lee était quelqu’un de bien, quelqu’un de vraiment très bien. Très honnête, très profond, et également très attentionné, très tendre, très doux. Dans sa vie personnelle, avec ses proches, ou avec moi, il était toujours très attentionné et très affectueux. Vraiment un être charmant, doté d’un grand cœur. Comment êtes-vous parvenue à gagner sa confiance ? C’��tait une personne tellement sélective que seule une poignée de

29


RENCONTRE

[EXCLUSIF] privée et ils ont utilisé son travail pour écrire qu’il souffrait de dépression et d’autres choses dans le genre. C’était pareil au cirque à l’époque romaine. On donnait du pain à la foule et on lui disait ce qu’elle avait envie d’entendre. Tout à fait inutile. Selon vous, pourquoi voulait-il que quelqu’un documente son processus créatif ? Était-ce dû au fait qu’il souhaitait que sorte un livre comme celui-ci, qui permette aux gens de voir ce qui se passait derrière les coulisses, à quel point il travaillait dur et tout le cœur qu’il mettait dans tout ce qu’il faisait ?

Anne Deniau a pris ce cliché durant la préparation de “Voss”, l’un des défilés les plus importants de l’artiste en 2000 à Londres. © Anne Deniau

En parlant de vous, il a dit que “vous saisissiez à la fois sa facette solide, sa facette sombre et sa facette romantique”. Quel est ce côté sombre dont il parlait ? EEE

C’est tout simplement qu’il était un artiste, comme on dit, et que tout artiste passe par des moments très sombres et d’autres pleins de lumière. Je ne peux pas imaginer un artiste qui serait parfaitement heureux à chaque minute. Sa vie intérieure était très riche, paradoxale et variée, c’est on ne peut plus évident. Mais limiter sa personnalité à son côté sombre est tellement injuste.

Ses apparitions comme personnage public étaient donc très rares. Le réduire à une personne sombre et macabre ne rend absolument pas justice à son travail et à tout ce qu’il a donné. Je pourrais ouvrir le livre et vous montrer tellement d’images pleines de poésie et de féminité… Pleines de vie et d’amour ?

Pleines de vie, ça oui. Ces gens-là ne possédaient pas de matériel relatif à sa vie

J’étais en train de prendre une belle photo débordante de vie pour l’Opéra Bastille à Paris, 4 mètres sur 12. C’était donc une photo très importante. Et comme chaque fois que je réalise une session photo de cette importance, j’avais éteint mon téléphone. Lorsque je l’ai allumé, le soir à 20 h, j’avais de nombreux messages d’amis et voilà. Il y a eu un blanc et j’étais assise dans le taxi qui me ramenait à la maison. Cela a-t-il été difficile de lire tout ce que les gens ont écrit par la suite, des gens qui ne le connaissaient pas comme vous le connaissiez ?

Cela a été très difficile, en effet. Cela a été un tel choc. Franchement, personne dans son entourage ne s’attendait à ce qui est arrivé. Nous avons tous été tellement choqués, dévastés. Et puis j’imagine que c’est quelque chose d’humain. On a besoin de comprendre, alors on lit des choses. On ne devrait pas le faire, mais on les lit tout de même. D’autant plus qu’il protégeait sa vie privée. Il n’y a pas beaucoup de photos de Lee en train de faire la fête ou de Lee avec des petits amis ou des amis. On le voyait uniquement au Gala du Met ou à des inaugurations officielles, et peu souvent. MARS 2013

n Sven Schumann

Kate Moss fut l’une des nombreuses mannequins à travailler avec Alexander McQueen durant le défilé “Voss” à Londres en 2000. © Anne Deniau

Où vous trouviez-vous lorsque vous avez appris qu’il avait mis fin à ses jours ?

ESSENTIELLE

Je ne peux pas parler en son nom, mais mon sentiment est que ce qui se passait dans les coulisses était pour lui au centre de tout. Le processus créatif a toujours été plus important que le résultat. Je travaille de la même manière. Je pense que c’est ce processus qui est intéressant. Une fois que c’est fini, c’est déjà un peu mort. Le processus était vraiment important pour lui – le processus ainsi que les détails et l’artisanat. Je trouve donc cela très logique qu’il ait voulu que cela soit reflété, disons, de la meilleure façon qui soit. Je ne suis pas la personne la mieux placée pour dire cela, mais d’une certaine façon cela le réjouissait.

30


STYLE

Ci-dessus : avant le début du défilé, les mannequins prennent place en silence dans le backstage, par ordre de passage. Ci-dessous : pendant que les coiffeurs s’affairent autour d’elles, les jeunes mannequins trouvent souvent refuge sur Facebook pour tuer le temps. Ci-contre : une des silhouettes représentatives de la collection Max Mara A/W 13-14. © V.P. avec Nikon D5200

À LA FASHION WEEK DE MILAN CHEZ MAX MARA

EN BACKSTAGE D’UN DÉFILÉ XXL NS PRÉSENTER LES COLLECTIO UR PO E… IG NE LA UÉ OQ NV NS MILAN AVAIT CO N SE VOYAIT PLUTÔT BIEN DA L’O ET . ER IV E-H MN TO AU ES. DE PRÊT-À-PORTER OÙ L’ON ÉTAIT, EN COULISS RA MA X MA É FIL DÉ DU ED LES MANTEAUX OVERSIZ

A

LES ARRIVÉES À NE PAS MANQUER

ssister à un défilé de mode, c’est un peu comme un premier rencard. On en a envie mais ça fait aussi un peu peur… Arrive le jour J : le matin, c’est l’euphorie ! Celle des petites filles qui rentrent à la grande école, pour malheureusement très vite laisser place au doute… On met quoi à un défilé de mode ? Manteau ou blazer, escarpins ou mocassins, sac chaînette ou it-bag, bonnet ou chapka ? Ça a l’air d’être du détail mais tout ça est réellement très compliqué, surtout lorsque la neige s’invite au dernier moment à Milan, comme cette année…

Les défilés Max Mara sont bien connus de la mode milanaise. Arriver un peu avant le show, c’est s’offrir le luxe d’un spectacle hors du commun. Celui des “va-et-vient” incessants entre le staff de sécurité – dont l’élégance est à souligner – les attachées de presse et les organisatrices reliées à leurs oreillettes, les yeux “rivés/braqués/fixés” sur leur liste d’invités. Mais il y a aussi les arrivées… Celles des papes et des papesses de la mode, attendus par des photographes du monde entier, coûte que coûte et peu EEE

31


STYLE importe le temps. Oui, oui, même sous la neige ils étaient là. Cette année, nous avons eu la chance de croiser : Suzy Menkes (la très influente journaliste de mode de l’”International Herald Tribune”, Carine Roitfeld, le journaliste Angelo Flaccavento, Anna Dello Russo, Emmanuelle Alt, la blogueuse Elena Braghieri ou encore la jeune actrice américaine Hailee Steinfeld (16 ans), fraîchement nommée Face of the Future 2013 par le label italien. Contrairement à d’autres défilés, les people sont plutôt rares chez Max Mara. “Ce n’est pas vraiment dans la politique de la maison”, nous explique Giorgio Guidotti, directeur de la communication depuis plus de 25 ans. “C’est un peu comme en interne, nous travaillons plutôt sur un système démocratique, notre équipe de designers est composée de 5 stylistes. Nous ne sommes pas trop pour ce système de starification du créateur, même si nous avons eu l’opportunité de collaborer avec de grands noms comme Karl Lagerfeld, Jean-Charles De Castelbajac ou encore Narciso Rodriguez”. EEE

RIEN N’EST LAISSÉ AU HASARD Et puis, il y a l’effervescence des backstages. Une effervescence à l’italienne, presque tranquille. Malgré le stress palpable des préparatifs, stylistes, mannequins, photographes, techniciens, CEO, maquilleurs et coiffeurs cohabitent dans une harmonie quasi orchestrale. Le timing est pourtant serré, moins d’une heure pour certains. Tout cela est assez impressionnant, il est d’ailleurs parfois difficile d’y trouver sa place. “L’orchestration” continue avec l’attribution des places des invités, tout est étudié au millimètre près, même la façon dont sont disposés les cartons. Les plus influents, comme Suzie Menkes ou Carine Roitfeld, sont placés au premier rang. La plupart des invités sont des journalistes, soit plus ou moins 80 %. Chez Max Mara, les médias ont un rôle très important dans le processus de vente qui suit le jour de la présentation. Certaines pièces ne sont pas prévues à la distribution et ne sont créées que pour renforcer l’esprit de la collection. Mais si la presse s’en amourache, une production en série limitée peut être envisagée. Peu avant le début du défilé – disons-le… toujours en retard – les mannequins prennent place en silence dans le backstage, par ordre de passage. L’ordre est primordial, chacune des filles effectuera deux passages, soit l’équivalent de 42 silhouettes pour cette saison. Quelques instants plus tard, l’agitation laisse place au show de façon assez surprenante dès les premières notes de musique, un arrangement électro-pop plutôt sympa arrangé par Frédéric Sanchez. La collection a exactement 10 minutes et 13 secondes pour séduire l’assistance. Tout va très vite, un peu trop d’ailleurs à notre goût... Trois semaines d’excitation, dix minutes de spectacle ! n Valérie Pétillon

Entrée du défilé Max Mara – deux passages bien gardés, celle des acheteurs, et celle de la presse. Sans le carton d’invitation, fameux sésame tant convoité, inutile de tenter de passer, la sécurité veille.

Hailee Steinfeld, 16 ans, fraîchement nommée “Face of the future 2013” par Max Mara.

L’attribution des places des invités, un moment important pour un défilé. Tout est étudié au millimètre près, même la façon dont sont disposés les cartons.

MAX MARA

DERRIÈRE LA SCÈNE… IL Y A TOM PÊCHEUX

De Paris, à Milan, en passant par New York, chaque show n’a qu’une ambition : faire rêver. Mais derrière cette énorme machine de guerre que sont les défilés de mode, il y a ces faiseurs d’image, ces hommes et ces femmes, qui œuvrent pour sublimer les plus beaux mannequins du monde. Lors du défilé Max Mara automne-hiver 2013 de Milan, nous avons eu la chance de pouvoir rencontrer l’un d’eux, le talentueux Tom Pêcheux, make-up artist, dont le nom n’est plus à faire. Quelles ont été vos inspirations pour ce défilé La collection m’a beaucoup inspirée, son côté urbain, à la fois technique et sportwear, ses gros manteaux en superposition qui donnent du volume et une sensation de confort. Les

ESSENTIELLE

MARS 2013

mélanges de matière tels que le cachemire, les draps de laine, les détails de cuir et son monochrome camel, m’ont donné envie d’un maquillage contrasté, lumineux et frais.…J’ai donc opté pour une peau mate et transparente, avec un focus sur les yeux, une ligne bordeaux sur la paupière du dessus, et une ligne bleue lagon sous l’œil.

32

Comment se passe la création d’un maquillage de défilé? Cela dépend de la relation que l’on a avec le designer… Il faut savoir décortiquer ses mots, sa collection, ses aspirations. C’est un travail d’équipe, mais également un jeu, comme un puzzle ou une mosaïque géante que l’on doit rassembler, tout doit être pris en compte. La collection, ainsi que les accessoires, l’ambiance, la musique ou encore l’éclairage, jouent un rôle très important dans le processus de création. C’est en fait comme si nous captions l’essence d’un moment pour la mettre en beauté et la partager, c’est très passionnant ! Pour le temps, tout va très vite, souvent l’inspiration nous vient la veille, voire le jour même.


L’arrivée de Carine Roitfeld, une arrivée toujours très attendue. Anciennement rédactrice du Vogue Paris, elle est nommée depuis 2012 au poste de “global fashion director” pour l’ensemble des éditions du magazine Harper’s Bazaar.

Silhouette Max Mara shootée en bakstage avant le défilé.

DÉCRYPTAGE MAX MARA POUR CET HIVER,

C’EST COMMENT ? C’est oversize, c’est graphique, c’est chic… voici la nouvelle urbaine ! Cette saison, Max Mara semble avoir eu envie de repousser ses propres limites, tout en effectuant un retour aux sources plutôt bien maîtrisé. C’est en effet une collection conçue de façon architecturale que nous avons pu découvrir ce 20 février à Milan.

Laura Lasuardi, directrice des collections et du design depuis 1968 et Gorgio Guidotti, directeur de la communication depuis plus de 25 ans, découvrent les premières impressions de la presse au lendemain du défilé Max Mara, en pleine préparation du défilé SportMax. Les retours de la presse sont très importants pour Max Mara, ils déterminent la colonne vertébrale des ventes de la collection.

À la fin des défilés, les mannequins sont si pressées qu’elles enfilent leur jeans en deux secondes et se démaquillent souvent elle-même avant de courir vers le défilé suivant. En moins de 20 minutes, tout le monde a quitté le lieu, pour d’autres projets.

Les manteaux, essence de Max Mara, ont été cette année revisités en format oversize. Les épaules s’arrondissent, accentuant ainsi l’effet gigantesque. Ils se superposent aux blazers et aux gros pulls, offrant une palette de nouveaux volumes à la fois imposants et innovants. Combinés à des silhouettes streetwear, composées de pantalons fluides, ou de jupes longueur genoux, la femme Max Mara hiver 2013 prend des allures dynamiques et s’impose comme la nouvelle urbaine. Cette sensation est d’ailleurs soutenue par le choix des couleurs des silhouettes, pour la plupart en monochrome et basées sur une gamme de couleurs très graphique Walter Gropius, reprenant le camel – couleur mère de la collection – mais également tous les gris urbains : le noir, le bleu, et plus intensément, le jaune. On aime particulièrement les mélanges de matière comme le cachemire, les draps de laine, la maille, la peau de mouton et les velours, souvent habilement associés à quelques détails en cuir.

La régisseuse vérifie le moindre détail des passages, rien n’est laissé au hasard. © Valérie Pétillon avec Nikon D5200

Combien de temps vous faut-il pour exécuter un maquillage Idéalement, il nous faut une heure, mais si la fille est en retard, ce qui arrive de temps en temps pendant les Fashion Weeks, nous sommes capables de le faire en 10 minutes. Selon vous, quels sont les faux pas à éviter cette saison Il n’y a pas vraiment de faux pas à éviter, j’ai envie de dire. Chaque femme est différente et tout est permis… C’est souvent juste une question de moment, de connaissance et d’acceptation de soi. C’est aussi apprendre à se connaître et à s’apprécier. Pour moi, un trait de caractère dévoilé est souvent la plus belle mise en beauté d’une femme.

Focus sur les accessoires de la collection : ici un sac en crocodile monochrome.

L’hiver prochain : toutes à plat !

33

© Stefano Trovati SGP

Ces nouveaux volumes et ces superpositions offrent une silhouette à la fois riche et confortable, le tout combiné à des accessoires en cuir ou en daim et à la nouvelle chaussure de saison : la basket. Il fallait oser, et surtout être les premiers. Toutes les silhouettes du défilé sont en effet à plat, pas toujours évident avec une jupe longueur genoux. Mais finalement ça fonctionne assez bien, en tout cas sur catwalk. Pari réussi pour Max Mara. Nous pour le coup, on a juste adoré ! (V.P.)


STYLE “FASHION WEEKS” DÉCRYPTAGE

À QUOI LA MODE

Tom Ford

JOU E-T-E LLE

LA SAISON PROCHAINE ?

LEVONS LE VOILE SUR LES BELLES CHOSES QUI ONT DÉFILÉ SOUS NOS YEUX, ET QUE L’ON CONVOITERA L’HIVER PROCHAIN.

C

’est la pleine saison des Fashion Weeks, il en tombe de partout. Alors que New York et Londres ont déjà fait leur show, Milan a assuré son tour de piste, et Paris attend en trépignant pour montrer ses collections de prêt-à-porter féminin. Comme à son habitude, la mode des podiums nous propulse à la saison prochaine et déjà étrenne les manteaux de l’automne-hiver 2013-2014. Premier constat, le réchauffement climatique n’est pas le premier souci des créateurs qui ont prévu de quoi nous couvrir lors des frimas de l’hiver, ainsi que le prouve le déballage de tout un bel attirail anti-frisson. Un froid qui n’empêche pas de cacher, sous capes et manteaux, des toilettes rétros très façonnées, inspiration années 20, que l’on s’imagine tout droit sorties des coulisses de la fameuse série britannique, très chic, “Downtown Abbey”. Et puis, comme l’hiver est la saison où l’on doit se couvrir, autant que la mode devienne le support de la bonne humeur – ainsi évoluerons-nous, pourquoi pas, tout de rose vêtues. Ou laissons-nous faire par les rêveries esthétiques de créateurs à l’esprit presque plastique. Une pratique qui ne remettra pas en cause les plus belles variations autour de formes d’une mode plus classique. Et vous, à quoi voulez-vous jouer la saison prochaine ? n Aurore Vaucelle

ANTI-

Alexander Wang

FRISSON

La saison automne-hiver 2013-2014 ne saurait se départir de quelques pièces chaleureuses qui enrubannent joliment les femmes, lorsque le froid survient. Cette saison, un peu de fourrure mais sans que celle-ci ne domine. Peut-être les designers deviennent-ils sensibles au discours anti-fourrure ? A tout le moins, ils ont trouvé de belles façons de nous tenir au chaud pour la fin de l’année.

Anna Sui

John Rocha

Ralph Lauren

“DOWNTOWN

ABBEY”

Le succès télévisuel actuel de la série britannique tient en grande partie, on le sait, à la qualité des décors et des costumes, qui représentent à la perfection un monde, l’aristocratie du début du XXe siècle. La mode de l’époque fait la part belle aux robes Empire, extrêmement travaillées et habillées de bijoux. On aime les étoffes fines, les bustiers en transparence discrète, et cette illusion que les silhouettes évoluent dans des robes en marquetterie dentelée. Marchesa

ESSENTIELLE

MARS 2013

34


ENROSE

Tom Ford

C’est l’hiver, mais pas vraiment une raison pour se suffire des couleurs sombres et grises du ciel. Parmi les couleurs largement mises en scène lors de ces défilés, on aura tiré notre épingle du jeu en épinglant le rose. La couleur phare des filles se sépare de son côté parfois ringard et donne très bonne mine une fois porté.

L’Wren Scott

Diane Von Furstenberg

CLASSIQUE

Vivienne Westwood, la designer britannique, est inspirée (elle crée depuis presque 40 années), elle est inspirante et fait partie des piliers de la mode (elle a été à l’initiative du style punk, en habillant les Sex Pistols). On aime son esprit engagé contre l’anticonsumérisme et pour la protection de l’environnement. Et l’on peut dire qu’elle donne encore de sa personne pour convaincre sur le catwalk de Londres. Il fallait oser le look pirate avec collant à plumetis SUR le mini-short...

Theyskens Theory

Le sac que l’on convoite Le modèle Ralph Lauren sera-t-il le it-bag de la saison prochaine ? L’avenir nous le dira, ainsi que le matraquage publicitaire qui l’accompagnera. En tout cas, pour nous, c’est le premier choix.

CHIC

La mode doit se renouveler à chaque saison et il est cependant compliqué d’inventer à chaque fois une nouvelle idée de génie. Les créateurs choisissent de réinventer avec succès les classiques de la mode passée, ceux qui fonctionnent toujours et encore, distillant élégance et allure. Dans ce cadre, le noir et blanc est bien souvent plébiscité.

Victoria Beckham

ARTY

Angelo Marani

FLASH PODIUMS

Mary Katrantzou

L’autre sac que l’on veut à tout prix Le sac bowling signé Victoria Beckham. Il est compliqué de ne porter son amour qu’à un seul sac à main, durant la saison automne-hiver. La monogamie est un concept qui s’applique mal à la maroquinerie. C’est ainsi que l’on vous présente notre amant en cuir bicolore. Quel manteau pour quel univers, cet hiver ? Plutôt le modèle de chez Burberry, idéal pour se glisser dans les étroites cases d’une BD noir et blanc, ou encore pour marcher, en anonyme chic, le long des “blocs” de New York City ? Ou bien, le modèle Moschino Cheap and Chic, idéal pour se frayer dans un monde de muppets rose Moschino bonbon.

Quand les silhouettes d’un défilé se font le support des visées esthétiques d’un designer, un manteau devient alors la toile du couturier qui possède aussi les talents cachés du peintre. Une robe se transforme en sculpture mouvante instantanée. Le motif, lui-même devient prétexte à autant de variations plastiques.

35


STYLE

[NEWS]

n par Marie Hocepied

ROTTERDAM INVITE

LES CRÉATEURS AU MUSÉE

IT

RECONVERSION Christophe Coppens ne se revendique pas créateur de mode dans cette exposition, mais bien artiste à 100 %. On ne peut pas être un bon artiste quand on réfléchit comme un créateur de mode. Être artiste à temps partiel ne m’a pas réussi. Sa première œuvre d’artiste donc, s’intitule “Everything is local”. Elle sera exposée pour la première fois au musée Boijmans.

- GLASSES

Komono – qui veut dire accessoire en japonais – est la nouvelle marque de lunettes solaires à adopter. À l’origine de ce style mi-futuriste, mi-rétro, deux Belges basés à Anvers. Elles ont conquis Colette et Merci à Paris, elles ne coûtent que 39,95€ et on peut aussi les acquérir en ne bougeant pas de chez soi, que demander de plus ? www.wearekomono.com

CARRÉS NIPPONS

Du 9 mars au 2 juin 2013. www.boijmans.nl

MULTIMEDIA Un Jean Paul Gaultier qui d’emblée accueille le visiteur de sa voix (et donc de son plus bel anglais !) et de son visage projeté sur un mannequin vêtu d’un pull marin, c’est sûr on est loin de la rétrospective classique. Ici tout se mêle : plus de 140 créations originales, des enregistrements de défilés, des programmes de télévision, des films, des photographies de mode, Madonna, Pedro Almodovar, Luc Besson et bien d’autres emblématiques collaborations artistiques.

Des carrés de soie mixant l’univers d’Hermès fait de tradition et de savoir-faire d’artisan à celui de Rei Kawakubo de Comme des Garçons fait de rigueur, de justesse et d’énergie. Cette rencontre a donné naissance à deux collections ; l’une nommée « Noir et Blanc », l’autre « Couleur ». Tout simplement. En vente dans les magasins Comme des Garçons et au Dover Street Market de Londres et de Tokyo. www.doverstreetmarket.com

Du 10 février au 12 mai 2013. www.kunsthal.nl

DANS LE DRESSING DE...

CAMILLE VALÈRE-GILLES QUE TROUVE DANS BLOG BXLFASHIONSTYLE EST UN T-ON RECUEIL DE TES PLACARDS ? Je préfère de loin RENCONTRES ARTISTIQUES ET l’été DEdonc JOLIS LOOKS m’habiller des hauts, des robes, À des slims, des shorts, des combis, des ADOPTER.

SON BLOG BXLFASHIONSTYLE EST UN RECUEIL DE RENCONTRES ARTISTIQUES ET DE JOLIS LOOKS À ADOPTER ESSENTIELLE

MARS 2013

petites vestes et des basiques comme des bodys et des leggings American Apparel. Quand un modèle me plaît, je l’achète souvent en plusieurs couleurs, j’aime les couleurs neutres et nude surtout cette saison. J’ai aussi un faible pour la lingerie et les matières nobles, agréables à porter à même la peau. Je ne suis pas très « accessoires » sauf pour les lunettes de soleil : dès qu’il fait beau, j’enfile mes Wayfarer ou mes Chloé Vintage. UNE WISH-LIST ? Une veste en tweed Filles à Papa, les Buckle “Snake” Surface To Air, le sac Rocco noir d’Alexander Wang et une paire de Thierry Larsy.

36


LE CRÉATEUR DU MOIS

L’ELÉGANCE

À BOUT DE BRAS NOS PETITS BELGES

Quelle est la philosophie de votre marque ? La philosophie Just Campagne c'est le bon goût, l'esthétisme, l'épure. C'est l'objet avant d'être un produit de consommation. Just Campagne est avant tout un style épuré et s'adresse à une femme qui avant d'être à la mode est prescriptrice de son style, dans le sens où elle Le Confort 9 n'a pas besoin d'être dirigée. de Just Campagne. En quoi vos sacs sont-ils différents des autres ?

De par leur côté pérenne : ils sont contemporains et intemporels. Un homme qui crée des sacs pour des femmes… Ces dernières n'ont donc plus de secrets pour vous ?

EN POLO

© MILLE-REGARDS BY STUDIO BALASSE

JUST CAMPAGNE, CE SONT DES SACS CHIC À SOUHAIT, 100% MADE IN FRANCE, PENSÉS PAR UN PASSIONNÉ. RENCONTRE AVEC AZZEDINE BERKOUK.

C'est en se promenant dans les grandes capitales et en observant les femmes faire du shopping qu'on apprend à les connaître. Une femme d'élégance reste une femme d'élégance qu'elle soit à New York, Milan ou Tokyo. Elles recherchent des produits exclusifs, des produits qui ne sont pas galvaudés par la logomania. La quête de ma création tourne toujours autour de cette femme Just Campagne. Je l'ai beaucoup observée et je connais son profil. Dans ce sens, elle n'a plus de secret pour moi. Les tendances évoluent mais la personnalité de cette femme reste constante dans sa manière de vivre en société. Et plus particulièrement, quelle est votre relation avec Nathalie Baye et Anna Gavalda que l’on a pu apercevoir à l’ouverture de votre boutique à Bruxelles ?

Ce sont deux femmes complètement différentes. La rencontre s'est faite en tant que clientes Just Campagne avant de devenir des amies. Ce sont des femmes de caractères qui correspondent tout à fait à la femme Just Campagne décrite plus haut. Mais il s’agit avant tout d’une relation d'amitié et de sincérité. Et si vous ne deviez choisir qu'un seul modèle…

Le Confort 9 ! Parce qu'il est à la fois cabas, chic, élégant et qu'il peut être porté en toutes circonstances. Just Campagne, 30 chaussée de Waterloo, 1060 Bruxelles, www.justcampagne.com

UN COUP DE CŒUR MODE ? La collection Saint Laurent par Hedi Slimane. UN STYLE ? Casual-chic. J’aime la simplicité et la subtilité, il faut que je me sente confortable et à la fois pointue. Je pense être inspirée du minimalisme des années 90 dans les couleurs et dans les coupes avec une petite touche Streetwear et féminine. DES ICÔNES MODE? Mes icônes traversent le temps, entre Marilyn, Bardot et Kate Moss en passant par Bianca Jagger et l’époque studio 54. UN PARFUM? White Suede de Tom Ford. UNE PIÈCE FÉTICHE? Pour le moment, mes boots Pistols noir Acne. UN OBJET DE DÉSIR ? Un sac Kelly Hermes et un 2.55 Chanel. http://bxlfashionstyle.blogspot.be. Photos : Julie Calbert

37

Pour ses soixante ans, la marque british Fred Perry a donné carte blanche à soixante Walter van Beirendonck de leurs « fans » issus de milieux artistiques divers pour revisiter son polo iconique de 1952. Parmi les soixante grands noms, nous retiendrons cinq belges : les créateurs de Tom Tosseyn mode Raf Simons et Walter Van Beirendonck, le graphique designer Tom Tosseyn, le groupe de rock Goose et le photographe Pierre Debusschere. Une vraie interprétation ons Sim Raf personnelle donnant lieu à un panel détonnant et percutant. Tandis que l’un pense un polo comme un drapeau, un autre n’hésite pas à y verser encre et cire. Après leur exposition au Dover Pierre Debuschere Street Market de Londres, les pièces inédites seront vendus aux enchères dans le courant de l’année au profit de la Fondation Amy Winehouse, qui oeuvre en faveur des jeunes en difficulté. Pour la bonne cause, Goose en plus de ça ! www.fredperry.com


STYLE

[LOOK]

VU CHEZ

L’IRISÉ Le lamé prend des couleurs pop et des allures de papiers bonbons sophistiqués. Sur le tapis rouge, vive le total look. Sur le macadam, vive les petites touches. On salue Raf Simons pour Dior qui excelle dans cet exercice ou comment maintenir la grande maison dans l’air du temps.

OLÉ !

Cache-tétons en sequins, Agent Provocateur, 50€

n par Marie Hocepied Saunders

Boucles d’oreilles, APC, 100€

Cardigan gris, Eric Bompard, 270€

Burberry

Pochette, Damien Fredriksen Ravn, 190€ Veste Gérard Darel, 285€

Sac à roulettes, Kipling, 149.90€

Sac Emilia, Lilù, 345€

Pantalon Nina, Filles à papa, 390€ Espadrilles, Marc By Marc Jacobs, 198€

Dior

Sandales Filippa K, 255 € Just Cavalli

ESSENTIELLE

MARS 2013

38


www.bananamoon.com


GOÛTER

n par Nicolas Doyon

LE BAR QU’ON ATTENDAIT

L’ITALIEN

HORTENSE

La carbonara est sans doute l’une des préparations de pâtes les plus communes. Trop souvent, servie avec un jaune d’oeuf, de la crème, du parmesan et des lardons, elle n’a malheureusement plus rien à voir avec la spécialité romaine originale, qu’on élabore avec du guanciale (joue de porc) et du pecorino romano. C’est dire qu’on était content de voir débarquer en novembre dernier l’«Osteria romana» à Bruxelles. Tenu par un jeune couple venu d’Italie, ce resto à la déco soignée (beau carrelage, hauts plafonds, banquettes noires...) invite en effet à découvrir les spécialités romaines. Bombolotti alla Carbonara (19€), spaghetti all’Amatriciana (19€) ou cacio e pepe (18€), les recettes sont authentiques, les produits de qualité mais l’exécution un poil grossière au vu des prix pratiqués. Et si l’on se réjouit de trouver à la carte la trippa alla romana (18€), on est quand même loin de ce que l’on peut déguster à Rome. Tandis que les antipasti sont sans intérêt. Comme ces involtini di melanzane con pomodoroni secchi (9€), de simple tranches d’aubergine roulées autour de tomates séchées bien trop acides. Heureusement, le Rosso di Montefalco 2009 d’Ombrie (40€) n’est pas mal. Mais on attend toujours une vraie osteria romaine abordable à Bruxelles... Av. Legrand, 11 - 1000 Bruxelles. Rens.: 02.648.13.95 ou www.osteriaromana.be. Fermé samedi midi et dimanche.

LE MOT

VIRGIN BUTTER C’est le beurre du moment, celui qu’on déguste au célèbre “Noma” du Danois René Redzepi, l’un des chefs les plus influents actuellement. Il s’agit d’un beurre suédois fabriqué à partir de crème fermentée pendant 2 à 3 jours, celle-ci devenant ainsi naturellement acide car les sucres contenus dans le lait se transforment en acides lactiques. Le barattage est ensuite réalisé à la main. Le produit final est un beurre granuleux, aigrelet et rafraîchissant, qui contient tout son babeurre et seulement 40 % de matière grasse. On retrouve ce type de beurre sur différentes tables européennes, comme chez l’Anglais Simon Rogan, deux étoiles à “L’enclume” dans le Lake District. Distribué en Angleterre par Real France, qui a un stand au Borough Market de Londres. Rens. : www.realfrance.co.uk. ESSENTIELLE

MARS 2013

Depuis le temps qu’on l’attendait ! Voici enfin, dans une belle cave voûtée du Sablon qui accueillait auparavant la vinothèque “Les caves de la Nonciature”, le premier vrai bar à cocktails de Bruxelles. “Hortense” y importe en effet l’esprit des néo-speakeasies qui, partis de New York, fleurissent dans toutes les grandes villes du © Didier Bauweraerts monde. Organisée autour du grand bar, bien fourni en belles bouteilles, la déco est sobre, tandis que les lumières tamisées confèrent aux lieux une ambiance cosy. Cette vraie réussite, on la doit à Matthieu Chaumont qui, derrière son bar, compose des cocktails (env. 13€) classiques (”Dry Martini”, “Sazerac”...), revisités (comme un excellent “Old-Fashioned” aux deux Cognac) ou des créations savantes. Egalement importateur de produits de la mer pour les maisons étoilées, le jeune Français nous régale aussi de grignotages raffinés (boeuf fumé hollandais, crevettes Obsiblue crues de Madagascar, etc.). Le nouveau lieu incontournable des noctambules stylés... Hortense, rue des Sablons, 7 - 1000 Bruxelles. Rens.: 02.514.43.47 ou www.h-hortense.be. De 18h à minuit. Fermé lundi et mardi.

NEWS

OSTERIA ROMANA

L’HEURE DU COCKTAIL

MARTINEZ AU GIN BELGE Prédécesseur du “Martini”, le “Martinez” est traditionnellement préparé avec de l’Old Tom gin, un type de gin populaire au XVIIIe siècle et plus proche de son ancêtre, le genièvre. À défaut, on pourra utiliser un gin tirant sur le genièvre, comme le Filliers Dry Gin 28. w Ingrédients (pour 1 verre) : w 1,5 oz (45 ml) de Filliers Dry w Gin 28 2 oz (60 ml) de Martini Rosso w 1 cuillère à cocktail de liqueur de Maraschino w 1 trait d’Angostura Bitters 1 zeste de citron jaune w Préparation : Verser le gin, le Martini, le Maraschino et le bitter dans un verre. Remplir de glaçons et mélanger à la cuillère jusqu’à refroidissement complet. Filtrer dans un verre à Martini rafraîchi au congélateur. Garnir avec le zeste de citron et servir. Filliers Dry Gin (env. 19€ la bouteille de 50 cl). Rens. : www.filliersdrygin28.be.

LE LIVRE

FAVIKEN Le Suédois Magnus Nilsson est l’un des chefs les plus en vogue. Il a établi son restaurant, “Faviken”, dans le Jämtland, région rurale du centre de la Suède. À travers ce superbe opus, on pénètre dans son univers, imprégné de nature, et l’on découvre ses improbables créations culinaires, comme ce vinaigre élaboré à même un tronc d’arbre brûlé ou ces légumes saumurés. Les recettes sont difficilement réalisables à la maison mais la lecture est passionnante car le livre illustre superbement l’esprit locavore et nature de la cuisine scandinave, qui domine actuellement le paysage gastronomique mondial. “Faviken”, publié en anglais chez Phaidon (272 pp., env. 36€).

40


WWW.

S P L E N D E U R D U B O I S .COM

JOURNÉE DE L’ARTISAN

Destockage de chaises - Promo sur les tables.

PORTES OUVERTES ET DÉMONSTRATION EN ATELIER Dimanche 24 mars de 10h à 17h00

Des Artisans passionnés pour vous conseiller : • Plus de 600 chaises et de nombreuses tables de salle à manger. • Fabrication sur mesure de meubles et de bibliothèques. • Une gamme complète de meubles classiques. • 20 ans d’expertise en restauration de meubles anciens. • Egalement, garnissage - paillage - cannage.

Pour tout voir et tout savoir : www.splendeurdubois.com - 49 rue Neerveld - 1200 Bruxelles - tél : 02 762 09 25

Les Mille et une idées cadeaux

Avenue Madoux 44 - 1150 Bxl - Tél. /Fax 02 771 79 57 Du mardi au samedi de 10h30 à 18h30 sans interruption.

Parking Privé devant le magasin

L e s n o u v e L L e s c o L L e c T i o n s v o u s AT T e n D e n T . . .


GOÛTER

L’HOMME CHOCOLAT

Q

uand on pénètre dans la boutique de Patrick Roger, on pense être dans une galerie d’art contemporain. Mais l’air sent bon la fève de cacao… Nous sommes à la bonne adresse. Patrick Roger arrive, cheveux ébouriffés, dévorant une orangette au passage. Vêtu de son tablier, il semble tout droit sorti de son atelier, situé en banlieue parisienne. Simple, énergique, il dévoile dès les premières minutes un débit de parole impressionnant et un léger brin de folie. “Comme tous les journalistes, vous allez me demander de philosopher sur mon travail… Je suis instinctif, je ne réfléchis pas”.

PATRICK ROGER S’EST INSTALLÉ FIN 2011 PLACE DU GRAND SABLON. RENCONTRE AVEC UNE PERSONNALITÉ SENSIBLE, UN CHOCOLATIER REBELLE ET ATYPIQUE. L’instinct… qui l’a guidé à devenir aujourd’hui l’un des plus grands chocolatiers français, sacré Meilleur Ouvrier de France chocolatier en 2000. Propriétaire de plusieurs comptoirs à Paris, Patrick Roger a ouvert sa première boutique hors de France fin 2011 dans une demeure classée de la place du Grand Sablon, le fief du chocolat haut de gamme. “Un coup de cœur pour le lieu”, nous dit l’intéressé. Il fallait oser… Rien ne prédestinait pourtant ce fils de boulangers du Poislay (petit village français de 80 âmes dans le Loir-et-Cher) – un rien insolent sur les bancs d’école, et qui, comble de l’histoire “détestait le chocolat” – à ce succès. “La chocolaterie est née d’une punition. Je ratais l’école et j’ai donc été à l’école de pâtisserie. Ce n’était pas mon truc, moi, je n’avais qu’une passion dans la vie : les motos”. Le jeune homme, se montrant peu motivé, est envoyé au poste “chocolaterie”. Et là, dès le premier contact avec le chocolat, Patrick Roger a une révélation, un coup de foudre pour la matière, “j’ai compris qu’avec elle, tout m’était possible”… Il travaille alors sans cesse, fabrique des pralines sur la table de cuisine de sa mère et les vend dans la boulangerie. Sa première création, un délicieux mélange de chocolat, d’amandes et de noisettes, fait vibrer les papilles des voisins. Il la nommera plus tard “L’Instinct”… “ Je partais de zéro. Il fallait tout bâtir”, explique-t-il. En 1997, rassemblant ses économies, il ouvre un atelier-boutique à Sceaux. Il y travaille d’abord tout seul. La boutique ne désemplit pas si bien que trois mois plus tard, 18 personnes le rejoignent. Mais le succès ne lui monte pas à la tête : “Ce qui a changé ? J’ai pu m’acheter une, deux… trois motos ! Tu es connu mais tu restes un bosseur. Il faut que les clients reviennent”. ESSENTIELLE

MARS 2013

UN MANIAQUE DU GOÛT Travailleur acharné, en recherche perpétuelle, il n’a pas sacrifié l’exigence et la minutie pour la rentabilité. L’inspiration, il la puise dans son quotidien, ses souvenirs, ses sensations : “Je ne cherche pas, je fonctionne au coup de foudre…”, explique-t-il. Un jour, des yeux bleus renversants lui inspirent la praline “Cyclone”, à la prunelle. Plus tard, il crée “Bornéo” de retour d’un voyage… Artiste sensible et exigeant, maniaque du goût, il peut assembler jusqu’à 14 produits différents – issus de 47 producteurs du monde entier – pour trouver ce détail, cette saveur, qui fera la différence et éveillera les sens. Pour réaliser l’Amazone, demi-sphère au caramel et citron vert (son ingrédient fétiche) il a pressé près de trois cents citrons verts du Brésil… Choisir les bons ingrédients, c’est une chose mais il faut impérativement goûter. Celui qui a grandi à la campagne reconnaît les produits authentiques, “Quand je mange une carotte, je sais si elle est bonne ou pas. C’est pareil pour les pralines, si je n’aime pas, j’ai envie de vomir. C’est aussi simple que ça.” Il confie d’ailleurs manger 50 à 60 chocolats par jour (un toutes les cinq minutes environ durant l’interview), “et encore je suis frustré”, dit-il en souriant. Et pourtant, il est loin d’être gros… Parallèlement à la production de ses bonbons chocolatés, Patrick Roger n’a jamais délaissé son amour pour la matière. Il la dompte, la cisèle pour en faire d’immenses sculptures. “C’est fusionnel, c’est du corps-à-corps quand je sculpte le chocolat”. De ces duels naissent des singes, des éléphants ou des meubles tout en chocolat, qui lui servent de décor pour ses boutiques. Sculpteur, artisan, artiste… Mais comment doit-on le qualifier finalement ? “Ouvrier chocolatier, je le revendique, répond-il, je saute dans le Thalys ce soir et repars à l’atelier, 15 000 pralines m’attendent”. n Manon Legrand Patrick Roger, place du Grand Sablon, 43. 1000 Bruxelles. www.patrickroger.com

42


MANGER

S E M U R G A ’ D E D SALA

CARAMEL À LA BADIANE ET TURRÓN 2 ORANGES 100 G DE TURRÓN (NOUGAT ESPAGNOL) 50 G DE CRÈME LIQUIDE 100 G DE SUCRE 1 ÉTOILE DE BADIANE (ANIS ÉTOILÉ) 100 G DE GRAND MARNIER 3 G DE LÉCITHINE DE SOJA ½ LITRE DE GLACE VANILLE

1 Peler les oranges à vif et les détailler en tranches fines. Couper le nougat en petits morceaux. 2 Dans un poêlon, faire fondre le sucre dans un petit peu d’eau et chauffer à feu vif jusqu’à obtenir une caramélisation bien ambrée. Arrêter la cuisson du sucre en plongeant le poêlon dans l’eau froide. 3 Incorporer le turrón, la badiane et la crème liquide dans le caramel et déposer les oranges par-dessus. Remettre sur le feu (doux) et remuer délicatement afin de bien enrober les oranges de caramel (le jus des oranges va “décuire” le caramel). 4 Dans un petit bol, mélanger le Grand Marnier et la lécithine puis activer le mixeur à la surface du liquide. Laisser stabiliser 1 min puis recueillir la mousse qui s’est formée sur la partie supérieure. 5 Retirer du feu et servir les tranches d’orange avec une boule de glace vanille. Surmonter le tout d’un peu d’écume de Grand Marnier et de quelques morceaux de turrón.

RETROUVEZ CHAQUE MOIS LES RECETTES SÉLECTIONNÉES PAR CARLO DE PASCALE LE COFONDATEUR DU BIEN CONNU

Autour d’un thème forcément exquis, cet enthousiaste passionné de cuisine, de gastronomie et de traditions culinaires, a sélectionné au moins une recette sortie de “Yes you can ! ”, son nouveau livre de cuisine, écrit en collaboration avec Kasper Kurdahl. www.mmmmh.be

“Yes, you can ! - Les recettes créatives de Mmmmh! Astuces, techniques et émotions” de Carlo de Pascale et Kasper Kurdahl aux Editions de la Renaissance du Livre.

PLUS D E RECETTES ? RETRO UVEZ-LES SU R ESSENTIELLE.BE

www.renaissancedulivre.be

43


HOROSCOPE

POISSON

DU 19 FÉVRIER AU 20 MARS

nn

E N CE MOIS DE PR INTE M P

S

BALANCE 23 SEPTEMBRE AU 23 OCTOBRE

n

Prudence ! Marchez à petits pas

Entre deux eaux

Votre objectif de ce mois-ci : c’est faire du sport ! L’hiver vous a assez encrassé et pour vous, ami du beau et de l’esthétisme, il serait bon de retrouver la forme. Essayez aussi de faire le tri dans vos pensées et de savoir ce que vous voulez. En attendant, votre partenaire devra subir tous vos reproches.

L’hypersensibilité constitue votre marque de fabrique. Soucieux du bien-être d’autrui, vous vous sentez bien si votre entourage est heureux. Vous êtes d’ailleurs armé d’une intuition remarquable ! Doué d’une vision globale de la vie, vous ne vous attardez pas à la mesquinerie. Physiquement, vous séduisez grâce à un charme indéfinissable qui laisse rarement de marbre. Mais un regard ne suffit pas toujours à être compris. Un dialogue profond avec votre partenaire est, pour vous, la clef de l’équilibre entre vos vies de famille et professionnelle. Pensez “communication” et n’hésitez pas à vous exprimer.

SCORPION 24 OCTOBRE AU 22 NOVEMBRE

nn

En santé, focalisez-vous sur un régime sain et léger qui facilitera l’assimilation de vos repas. N’oubliez pas, manger dans le calme ! Quelques Verseau célèbres : Ursula Andress, Isabelle Huppert, Michèle Morgan, Elizabeth Taylor, Ornella Muti, Albert Einstein, Victor Hugo, Nicolas Copernic, Boris Vian, Michel-Ange. n PEUT MIEUX FAIRE nn FAVORISÉ n nn CHANCEUX

BÉLIER DU 21 MARS AU 20 AVRIL

CANCER 22 JUIN AU 22 JUILLET

Tout feu, tout flamme

Mars attaque !

Vous êtes le dynamisme et l’enthousiasme incarnés ce mois-ci. Un état d’esprit qui favorisera vos entreprises, surtout sentimentales… Seulement, attention ! La patience ne sera pas votre qualité première. Prenez donc le temps de demander conseil avant de prendre une décision importante.

Tant que le printemps n’aura pas pointé le bout de son nez, votre humeur restera changeante. Quelques troubles de l’estomac ne devraient pas améliorer la situation. Attention aussi à l’équinoxe de printemps (21 mars), le climat pourrait se charger de nuages dans votre couple.

nnn

TAUREAU 21 AVRIL AU 21 MAI n

Il faut souffler Profitez de l’arrivée du printemps pour prendre une bouffée d’air. Objectif : bien-être. Histoire de se faire du bien à tout point de vue, optez pour une alimentation équilibrée, sans excès surtout ! Dans votre vie sentimentale, vous cherchez plutôt le chemin de traverse, voire le compromis.

GÉMEAUX 22 MAI AU 21 JUIN nn

Laissez passer les giboulées de mars Exit la fébrilité et la nervosité. Faites place à l’aisance et à la forme avec l’arrivée du printemps. Pour vous y aider, la fin du mois de mars devrait vous apporter de belles opportunités sentimentales. Et cela devrait continuer en avril. Un mois qui vous apportera de belles satisfactions professionnelles, voire de la chance !

nnn

Rien ne sert de courir, il faut finaliser Vous êtes fatigué ! Et la récupération, ce n’est pas votre fort en ce moment. Soyez avant tout moins exigeant avec vous-même et avec votre partenaire. Si vous ne demandez pas la lune, vous devriez filer le parfait amour. Vous savez très bien ce que vous voulez mais n’oubliez pas d’écouter l’autre.

SAGITTAIRE 23 NOVEMBRE AU 21 DÉCEMBRE

nnn

LION 23 JUILLET AU 22 AOÛT nnn

Prenez le large Profitez des beaux jours qui reviennent pour reprendre une activité sportive. Votre corps vous dira merci. Vous allez d’ailleurs peut-être être amené à vous déplacer pour des raisons professionnelles. Quant à vos amours, le ciel s’éclaircit !

CAPRICORNE 22 DÉCEMBRE AU 20 JANVIER

n

C’est le printemps !

Prenez votre mal en patience

L’arrivée du printemps “booste” votre forme et votre dynamisme. Et votre entourage aime ça ! Cette nouvelle énergie va faire émerger en vous des sentiments passionnés qui pourraient faire naître... des relations passionnantes. Côté famille, vous risquez par contre d’avoir quelques soucis.

Vous aimez tout contrôler, n’est-ce pas ? Pourtant cette attitude fige votre relation amoureuse ! Apprenez à lâcher du lest. Gardez une partie de votre énergie pour faire avancer vos projets… leur concrétisation pourrait prendre un certain temps. Et puis, faites du sport !

VIERGE 23 AOÛT AU

Les rapports avec les proches s’améliorent !

22 SEPTEMBRE

nn

Belles éclaircies Les premières jonquilles éclaircissent la grisaille et votre moral. Il était temps ! Ce nouvel élan va vous pousser à exprimer des sentiments plus spontanés. Quant à votre milieu de travail, n’y parlerait-on pas d’une promotion vous concernant ?

VERSEAU 21 JANVIER AU 18 FÉVRIER nn

Une humeur en dents de scie ? Ca vous caractérise les derniers temps, non ? C’est parce que votre besoin d’aimer et d’être aimé est grand… et vous désespérer parfois du répondant que vous recevez. Lâchez prise et faites confiance aux autres ! Une alimentation équilibrée devrait aussi améliorer votre forme.

PAR ALAIN CLESSE, ASTROLOGUE ET SECRÉTAIRE DE L’ASBL DELTA-BLANC BELGIQUE (WWW.DELTA-BLANC.NET) ESSENTIELLE

MARS 2013

44


CHANCE

À LISBONNE AVEC ANTOINE PINTO

” A D I V O M “ IT R P S ’E L

I

l a grandi parmi les gens de théâtre, les intellectuels et les artistes. Lui-même artiste pluridisciplinaire reconnu, épicurien devant l’éternel, Antoine Pinto ne tarit pas d’éloges – ni de connaissances – sur le berceau de sa naissance : “Lisbonne est une ville très particulière, baignée d’une lumière extraordinaire, qui reste magnifique pendant toute l’année, au climat agréable quelle que soit la saison, avec un ciel très bleu et beaucoup d’arcs-en-ciel en hiver. L’esprit y est extraordinairement chaleureux et festif ! Nous la décrivons par l’expression espagnole : “la movida”, qui signifie “le mouvement, l’effervescence”. Les gens aiment se rassembler en cercles dans les cafés, sur les terrasses,… et faire la fête !”

ses résidences fin XVIIe – début XVIIIe, ses grands jardins et le Château de Pena... De plus, la ville bénéficie d’un microclimat très agréable. Enfin, une expérience magnifique à vivre est de traverser le Tage. L’occasion d’une belle balade en bateau en compagnie d’autochtones. Et de l’autre côté, c’est la surprise. À partir d’un petit restaurant qui ne paye pas de mine, l’“Atira-te ao Rio”, la sensation est extraordinaire : on découvre un point de vue unique sur les quartiers authentiques de Lisbonne. Et le soir, toutes les lumières s’illuminent !”

CONFLUENT DES SAVEURS “Parce que Lisbonne a été le premier port européen à ouvrir les voies maritimes vers

N” ET ARCHITECTE EE U Q A G EL “B U D SS LE BO , IL RETOURNE ES LL XE U R B À E R IV A BEAU V DE SON ENFANCE. E N N O SB LI LA S N A SOUVENT D

l’Afrique, l’Amérique et l’Asie, elle possède également une richesse culturelle qui ne manque pas de saveurs. Ainsi, au niveau gastronomique, on trouve des goûts et des parfums exceptionnellement subtils, une cuisine très condimentée et une grande variété de fruits exotiques. Très fameuses, les sardines portugaises ne ressemblent à aucune autre, par la façon dont elles sont grillées au gros sel marin, riche en iode. Mon péché mignon ? Les pasteis de nata, un dessert traditionnel à la crème chiboutz sur pâte feuilletée. Quand j’arrive à Lisbonne, je fonce à Bélem, où l’on produit probablement les meilleurs du monde, et j’en commande 6, tout juste sortis du four, saupoudrés de cannelle et accompagnés d’un verre de porto. Nous avons une expression pour cela : “Matar saudade” : tuer le manque.” (Rires) n Nathalie Kuborn

UNE PROMENADE EN VILLE ”Il y a tant à voir à Lisbonne ! Il ne faut pas manquer d’y visiter le Musée d’Art Ancien, qui possède une impressionnante collection de peintures de Jérôme Bosch, le Musée Gulbenken pour l’art contemporain, ou le Musée des Coches, qui présente des voitures anciennes aux sculptures et décorations admirables ! De faire un saut jusqu’à l’Élévateur d’Eiffel, offrant une vue imparable sur les sept collines, se balader dans les rues de l’Alfama, le quartier des fados avec ses petits bistrots authentiques ou sortir à “Cais do Sodre”, nouveau quartier de la “movida”, la Lisbonne de la nuit : tout le port a été transformé en 20 km de bars, discothèques, cafés et restaurants”, s’enthousiasme-t-il. “À une trentaine de kilomètres, Sintra vaut le détour ! Son ambiance extraordinaire,

Café Brasileira. Café typique fréquenté par des artistes, écrivains et intellectuels portugais. C’est le lieu de rendez-vous de Fernando Pessoa, grand poète portugais. Bica do Sapato. Grand restaurant trendy, grande terrasse, vue sur le Tejo.

Même lorsqu’il s’investit totalement dans des projets aussi ambitieux que la Clinique Sainte-Elisabeth, le Dock’s Café d’Anvers ou le Casino d’Ostende, (pour ne citer qu’eux), Antoine Pinto ne manque pas une occasion de se replonger dans les sensations et les saveurs de sa ville aux mille couleurs>

Lux Club. A côté du Bica do Sapato. Boire un verre et danser après dîner. Papa Açorda. Restaurant typique portugais à la mode depuis début des années 80 et toujours trendy. Cervejaria Trindade. Grande brasserie portugaise. Ramiro Almirante Reis. Brasserie portugaise, spécialité de fruits de mer.

45

Gambrinus. Restaurant classique portugais où il est agréable de manger au comptoir les tapas portugaises. Restaurant Olivier. Glamour… Un des meilleurs cuisiniers portugais. Quartier “Cais do Sodre”. Nouveau quartier de la “movida” de Lisbonne la nuit. Pasteis de Bélem. La fameuse pâtisserie portugaise à Bélem à ne pas rater.


WEEK-END

DES CONCOURS CHAQUE SEMAINE SUR ESSENTIELLE.BE ESSENTIELLE # 153 SUPPLÉMENT GRATUIT DE LA LIBRE BELGIQUE

LIQUEUR

PROCHAIN NUMÉRO LE 6 AVRIL 2013

NOIR C’EST NOIR Plus audacieuse et plus mystérieuse que le célèbre BLACK LABEL, l’édition DOUBLE BLACK de la marque de liqueur JOHNNIE WALKER se veut aussi d’une plus grande intensité. Ce whisky « plus noir que noir », à l’arôme fumé, possède toutes les qualités qui ont fait la réputation du Black Label®. Son plus ? Pommes, poires et zeste d’orange pour la fraîcheur. Épices et vanille pour la douceur. Il ne reste plus qu’à déguster. Whisky, JOHNNIE WALKER DOUBLE BLACK, 27,99 €. Disponible chez Delhaize, Carrefour, Metro et Makro. Concours du 04/03/2013 au 17/03/2013 sur www.essentielle.be

HORLOGERIE

COLORAMA

Le Belge Ice-Watch fait une fois de plus le buzz en s’associant à Pantone, la référence de couleurs en matière de design. Et quand deux amoureux de teintes vives se mettent ensemble, cela donne une collection de montres unisexes au cadran bicolore et au bracelet moulé en une pièce, une première pour le fabricant. On vous l’avait prédit, 2013 sera émeraude.

UNE MONTRE ICE-WATCH ÉMERAUDE, POUR VOIR L’HEURE CÔTÉ COULEUR...

Montre, PANTONE UNIVERSE™, 89 €. www.ice-watch.com Concours du 11/03/2013 au 24/03/2013 sur www.essentielle.be

SOIN DE BEAUTÉ

RÉVOLUTION

SENTEUR

COOL ATTITUDE

L’Oréal veut révolutionner le soin capillaire avec son 1er sérum “créateur de cheveux sublimes”, enrichi en cellules végétales natives. Appliqué à même le cuir chevelu, INITIALISTE agit directement sur le follicule pileux, la partie vivante du cheveu. Résultat : un cheveu qui pousse plus fort, plus brillant, plus beau.... parce qu’on le vaut bien !

La fragrance féminine phare de Davidoff ne se démode pas. Les fanatiques la ressortent après chaque saison hivernale, un peu comme on remet un t-shirt une fois le froid passé. Cool Water Woman séduit par la fraîcheur des notes aquatiques qui se marient aux notes fruitées elles-mêmes rehaussées par les fleurs de nénuphar et de jasmin. Un seul « pshiit » et on se croirait presque les pieds au bord de l’eau.

Sérum capillaire, KÉRASTASE INITIALISTE, 55 €. www.kerastase.com

Parfum, DAVIDOFF COOL WATER WOMAN, EDP 50 ml, 56 €.

Concours du 18/03/2013 au 31/03/2013 sur www.essentielle.be

ESSENTIELLE

MARS 2013

Concours du 25/03/2013 au 07/04/2013 sur www.essentielle.be

46

Rédactrice en chef Elodie Weymeels elodie.weymeels@essentielle.be Rédaction 79, rue des Francs - 1040 Bruxelles tél. : 02 211 30 51 e-mail: contact@essentielle.be Collaborateurs Gilda Benjamin, Manon Legrand, Lisette Kazadi, Michel Verlinden, Cindy Limpens, Marie Hocepied, Ingrid Van Langhendonck, Carlo De Pacale, Raoul Buyle, David Hainaut. Graphisme Eric Guidicelli (D.A.) Vanessa Calcoen, Alain Druart, Nina Carleer. Régie Publicitaire IPM Advertising Caroline Grangé - 02 211 30 95 caroline.grange@saipm.com Dominique Flamant - 02 211 31 55 dominique.flamant@saipm.com et Marie-Noëlle Raquez (Voyages) 02 211 31 00 marie-noelle.raquez@saipm.com Marketing et Promotion Delphine Guillaume - 02 211 31 78 delphine.guillaume@saipm.com Lisette Kazadi (partenariat web/ concours) lisette.kazadi@essentielle.be Directeur des ventes publicitaires Emmanuel Denis Impression IPM Press Print Vice-Président du conseil d’administration Patrice le Hodey Administrateur délégué, éditeur responsable François le Hodey LE MAGAZINE FÉMININ DE

ESSENTIELLE STYLE

New York, Londres, Milan : les Fashion Weeks nous font adorer l’hiver prochain

PSYCHO MAIS POURQUOI MENT-ON SI SOUVENT ? RENCONTRE Saule, un si charmant GÉANT

Cécile

DE FRANCE FÉMININE EN DIABLE !

MODE Dans les coulisses du défilé Max Mara MARS 2013 - #153 - essentielle.be

Photographies dans ce numéro : Corbis, Reporters, AP, Rue des Archives, D.Bauweraerts, DR, pixelformula.com (sauf mention).


aromathérapie focus

Spécial sommeil

Notre RDV santé-nature avec Puressentiel®

Améliorer qualité et durée du sommeil avec les huiles essentielles Contrairement aux somnifères et autres tranquillisants chimiques, elles ne favorisent pas l’accoutumance. Le Spray Puressentiel Sommeil Détente est la solution naturelle à l’efficacité démontrée réunissant des huiles essentielles hyperactives aux puissantes vertus apaisantes et sédatives. Il suffit de vaporiser sa formule aux quatre coins de la chambre avant le coucher, pour favoriser la détente, l’endormissement et un bon sommeil réparateur pour toute la famille. Résultat : des nuits plus calmes, plus longues, et des réveils plus toniques !

UNE EFFICACITÉ PROUVÉE

LES HUILES ESSENTIELLES : SOMNIFÈRES NATURELS Les huiles essentielles sont naturellement soporifiques, calmantes et rééquilibrantes.

*Études scientifiques Puressentiel.

OFFRE SPÉCIALE JUSQU’AU 30 AVRIL 2013 : 1 Spray Puressentiel Sommeil Détente offert pour l’achat de 2 Sprays Puressentiel Sommeil Détente. Modalités de l’offre au 04/285.62.11 ou sur www.puressentiel.com

LE CONSEIL DE LA SPÉCIALISTE Isabelle Pacchioni

Experte en aromathérapie. Créatrice de la gamme Puressentiel. Auteur d’”Aromathérapia - Tout sur les huiles essentielles” (éditions Aroma Thera). Info + : www.aromatherapia.fr Et pour les tout-petits ? Le massage aromatique est idéal pour les détendre, dès l’âge de 3 mois ! Mais attention : surtout pas n’importe quelles huiles essentielles et pas n’importe quel dosage ! Le Baume Puressentiel Bébé Dodo Détente, tout doux, est spécialement adapté à leur peau très fine, et à base d’huiles essentielles très légèrement concentrées, mélangées dans un doux onguent végétal. Elles peuvent alors être appliquées en légères frictions sur le plexus solaire. Un moment d’échange privilégié avec votre enfant, qui vous détendra tout autant ! La gamme Puressentiel, à base d’huiles essentielles 100% naturelles, 100% pures et à l’efficacité 100% maximale, est disponible uniquement en pharmacie et parapharmacie. En savoir plus ? Téléphonez au 04/285.62.11 ou consultez www.puressentiel.com

© RICHARD AUJARD

Les experts assurent que si l’on dort moins de 6 heures par jour, les conséquences : fatigue et irritabilité, se font immédiatement ressentir. En cause : exposition aux écrans (ordinateur, télévision) avant le coucher, dîners trop lourds, excès d’alcool, horaires décalés… Des troubles du sommeil qui peuvent entraîner, à plus long terme, une fatigue musculaire, des troubles immunitaires, une prise de poids avec, parfois, des phases dépressives.

© THIERRY DELÉTRAZ

MANQUE DE SOMMEIL ? LES CONSÉQUENCES

En utilisant Puressentiel Sommeil Détente, Spray aux 12 huiles essentielles, on observe* : ● 93% d’amélioration de la qualité du sommeil ● 96% de réduction du stress ● 70% de réduction des réveils précoces ● et donc, une forme à 100% au cours de la journée !


Décor : Daniel Buren

© A D A G P - P a r i s & D B 2 012

En vente exclusivement dans les magasins Louis Vuitton. Tél. 02 289 28 28 louisvuitton.com


La Libre Essentielle du 2 mars 2013