Page 1

DU 23 ET 24 FÉVRIER 2013 PHOTO : © SHUTTERSTOCK

n° 158+

Spécial

MARIAGE Quelle robe, quelle bague, quelle fête Des idées stylées pour dire oui


Une émotion unique que l’on veut éternelle…

Un Atelier, une Inspiration… La joaillerie Manalys vous présente sa dernière collection de solitaires et alliances.


Pour un moment d’exception…

11 Boulevard de Waterloo – 1000 Bruxelles – +32 (0) 2 512 61 18 – www.manalys.com


Waouh* * La nouvelle Classe A.

​3,8 - 6,4 L/100 KM • 98 - 148 G CO2/KM ​ ​Informations environnementales AR 19/3/2004 : www.mercedes-benz.be – Donnons priorité à la sécurité.


© Shutterstock

édito

SOM M A I R E

Mariage à consommer sans modération Et si le mariage revenait à la mode ? C’est inattendu, ce n’est qu’un frémissement, mais pour la première fois depuis bien longtemps le nombre d’unions a augmenté. Le mariage, en baisse constante depuis les années 70 - en fait depuis qu’il n’est plus obligatoire de passer devant monsieur le maire pour avoir un enfant –, semble reprendre du poil de la bête. Avec plus de faste que jamais. Des prestations très classiques aux plus folles, rien n’est trop beau pour le grand jour. En 2011, pour la première fois, la courbe des statistiques s’est inversée et remonte sensiblement. Allez savoir pourquoi  ! Aucune explication de démographe, aucune certitude de sociologue sur l’émergence d’une tendance. Pas de quoi affoler les maisons communales, ni mettre le bazar à la sortie des églises. Mais, alors, qu’est-ce qui

pousse à se marier ? Symboliquement, l’amour. Quand deux personnes décident de s’unir et de mettre cette union au-delà de leur intérêt personnel. L’envie de se marier pour mieux lutter contre l’individualisme. Qu’en dit Jean-Claude Kaufmann qui a étudié l’évolution du mariage à travers les âges ? Sans doute a-t-on (re)envie de se marier parce que la société est dure pour les individus. On a envie de son petit monde à soi, de son duo idéal, de sa part d’intimité familiale. Le mariage, on le rêve protecteur, rassurant, serein, épanouissant. Le mariage, oui, mais après réflexion et toujours de plus en plus tard. Aujourd’hui, on se marie à 30 ans chez les femmes, 32 chez les hommes. Mariage plus vieux, mariage heureux.

Par Raoul Buyle

05 Edito 06 Jean-Claude Kaufmann 08 En pratique 10 Eric d’Humilly 11 Salon du mariage 12 Wedding Planners 14 Mariage sur le Net 16 Marie-Catherine le Hodey 18 Sœurs Wasiers 20 La jarretière 22 Audrey Hepburn 24 Moïse Mann 26 Conseils beauté 28 Voyage de noces 30 Pêle-Mêle Rédacteur en chef Raoul Buyle / Rédaction : 79 rue des Francs - 1040 Bruxelles - e-mail : llb.essentielle@ saipm.com / Ont colla­boré à ce numéro Ont collaboré à ce numéro : Raoul Buyle, Pierre Dragomirov, Céline Pécheux, Nina Van Pallandt. / Direction artistique et mise en page mpointproduction (Julie Joseph) / Régie Publicitaire RGP Dominique Flamand - 02 211 31 35 - Dominique. flamand@saipm.com / Marketing et Promotion Delphine Guillaume - 02 211 31 78 delphine.guillaume@saipm. com / Directeur des ventes publicitaires Emmanuel Denis / Impression Sodimco / Vice-Président du conseil d’admi­ni­stration et du comité permanent Patrice le Hodey/ Direction, Administrateur délégué, éditeur responsable François le Hodey

—5—


dites-nous

Gai, gai,

© Hanoteau

marions-nous !

Jean-Claude Kaufmann, sociologue et directeur de recherche au CNRS, est connu pour scruter les détails les plus fins de notre vie quotidienne. Dans Mariage, un livre nourri de témoignages, il analyse l’évolution du mariage à travers les âges. Le plus beau jour de sa vie, dit-on.

Par Raoul Buyle Racontez-moi votre mariage… Ainsi, JeanClaude Kaufmann débute-t-il cette aventure consacrée au « grand jour ». Recueillant récits et images auprès d’une cinquantaine de couples, il éclaire l’évolution des rituels des années 1910 à aujourd’hui. Comment se mariait-on autrefois ? Comment se marie-t-on aujourd’hui ? De la traditionnelle pièce montée au couture cake branché, du tailleur bleu marine à la robe de princesse, de la cérémonie intime à la journée à thème grandiose, les comportements évoluent, l’institution demeure. Votre livre débute par des histoires de mariages touchantes pendant la guerre… Jean-Claude Kaufmann : Le livre est centré sur le jour du mariage, sur la cérémonie comme sur tout ce qui se passe ce jour-là : les petites histoires de cette grande journée. Mais ces témoignages sont significatifs. Ils tranchent avec ce qui se passait avant-guerre : jusqu’aux années 30, il y avait encore une structure traditionnelle dans les campagnes. La communauté du village organisait les mariages et, à l’intérieur de celleci, les familles, garantes de la morale, décidaient. L’expression des sentiments n’avait pas l’importance qu’elle prend pendant la guerre. Au milieu de la tourmente ont surgi des émotions fortes, soudant tant bien que mal le groupe familial réuni autour des époux.

—6—

Dans les années 70, cette belle harmonie paraît brisée. Pourquoi ? Jusque-là, on entrait dans la vie à deux par le mariage ; cette institution était fondatrice du couple pour la vie. À partir des années 70, notamment avec l’apparition de la pilule, le mariage cesse d’être obligatoire. Avant tout, les jeunes veulent se libérer des contraintes. Et s’ils décident de se marier, cela donne lieu, à des débats enflammés au sein des familles sur le rituel de la cérémonie. Mais, les témoignages le montrent bien, cela débouche le plus souvent sur des compromis parce que, au fond, il y a une volonté partagée que la famille soit réunie. Aujourd’hui comme hier la fidélité reste une valeur essentielle, y compris chez les jeunes Oui. Et c’est un peu surprenant, dans une société de séduction généralisée et de légèreté par rapport aux mœurs. L’exigence de fidélité reste extrêmement forte, car il existe un contrat moral avec le partenaire, fondateur du couple. La fidélité est un élément essentiel de la construction de l’estime de soi, par cette attitude de soutien systématique. On comprend alors que l’engagement exclusif soit nécessaire au fonctionnement conjugal, malgré les sollicitations offertes par la société.

Le désir de durer est aussi profondément ancré, en dépit des apparences… C’est clair. Personne ne dit : je vais entrer en couple en CDD. Même s’il existe des expériences très brèves, notamment dans la jeunesse. On sait qu’on ne sera peut-être pas couple à tout jamais, et que si on n’est pas bien ensemble un jour, on préférera rompre. Mais le rêve reste que ce soit le plus loin possible. S’il y a un désir de mariage, est-ce parce qu’il apporte quelque chose de plus ? Oui. Le sens premier de cette journée à nulle autre pareille permet à la plupart des couples de sceller leur engagement et de le marquer symboliquement. S’y ajoute le désir d’une fête partagée. On proclame ainsi, à la face du monde et à soi-même, que l’on change d’identité, de chapitre de vie. Je pense à ce mariage à bicyclette, à Paris, suivi d’un pique-nique dans un square public. Les mariés voulaient un mariage original, pas conventionnel, tout en marquant leur engagement. Au fond, on rêve d’originalité et d’un mariage différent, tout en aspirant à vivre une journée qui corresponde à un « vrai » mariage qui marque l’engagement... et donc pas trop différent. Les deux dimensions se combinent. A lire : « Mariage - Petites histoires du grand jour, de 1910 à aujourd’hui » de Jean-Claude Kaufmann ; Editions Textuel


Vous habiller, notre passion depuis 3 générations !

LOCATION ET VENTE DE VÊTEMENTS DE CÉRÉMONIE POUR HOMMES

Avenue de Tervuren 2 - 1040 Bruxelles - Tél.: 02/735.78.00 - Fax: 02/734.59.95 - www.roseetvangeluwe.be vangeluwe@skynet.be - Parking privé - Du mardi au vendredi de 9h30 à 18h30 et le samedi jusquà 17h30


en pratique

Mariage : présence de témoins facultative

Le mariage a des conséquences pour les époux : il entraîne des droits et des devoirs, notamment ceux de secours, d’assistance, de fidélité, de cohabitation. Vivre d’amour et d’eau fraîche ? Peut-être, mais d’ici au « grand jour » vous allez sûrement vous posez quelques questions.

A partir du 1er juillet 2010, la présence de témoins devient facultative lors du mariage civil. Si les futurs époux décident de se marier en présence de témoins, ils ne peuvent pas en désigner plus que quatre.

Hit Parade En Belgique, un certain nombre d’œuvres de musique classique accompagne régulièrement les cérémonies de mariage. Voici le Top five des « hits » les plus diffusés :

Par Pierre Dragomirov

DES DROITS ET DES DEVOIRS Doit-on faire un contrat de mariage ?

Les futurs époux n’ont pas l’obligation d’établir un contrat de mariage. Dans ce cas, la loi propose une solution, appelée «régime légal». S’ils souhaitent adapter ce régime, ou en adopter un autre, par exemple celui de la séparation de biens ou un autre régime de communauté, ils devront établir un contrat de mariage. Rien n’est définitif: les situations changent. La loi a donc prévu la possibilité de laisser aux époux la faculté de modifier leur régime matrimonial. Et depuis 2008, c’est beaucoup plus simple qu’avant ! Prix d’un contrat de mariage : environ 250€. Par contre, contrairement à ce que beaucoup de gens croient, le conseil d’un notaire est gratuit (pour autant que vous ne lui demandiez pas d’effectuer des recherches qui pourraient engendrer des frais). Même si vous n’avez pas l’intention de signer un contrat, le notaire répondra à vos questions. Infos Fédération Royale des Notaires de Belgique www.notaire.be

Peut-on se marier dans son jardin ?

Beaucoup rêvent d’un mariage « à l’américaine » en plein air, dans le jardin de ses parents, dans un parc, dans un bel endroit en Toscane que l’on affectionne particulièrement Aucun problème, aujourd’hui prêtre, pasteur, rabbin et autre imam acceptent la célébration religieuse en dehors d’un lieu consacré. Sachez que dans

—8—

beaucoup de pays européens, la cérémonie religieuse se tient séparément de la cérémonie civile préalable, comme c’est le cas en Belgique, en France, aux Pays-Bas… Dans certains pays comme les Etats-Unis, le Canada, le RoyaumeUni, l’Irlande, la Norvège et l’Espagne, les deux cérémonies civiles et religieuse peuvent être tenues ensemble. Alors qu’en Australie, on autorise que les mariages soient célébrés en privé et dans n’importe quel endroit, d’autres « pays », comme l’Angleterre, exigent que la cérémonie civile se tienne dans un endroit ouvert au public et désigné spécialement par la loi. Toujours en Angleterre, l’endroit où est célébré le mariage n’est pas nécessairement une église ou un bureau d’état civil, mais peut très bien être un hôtel, un édifice historique ou un autre lieu qui a obtenu l’autorisation nécessaire. En Israël, il n’existe pas de mariage civil.

Quid des mariages entre Européens ?

Les citoyens de l’Union européenne ont désormais la possibilité d’accéder à l’information sur le droit des régimes matrimoniaux et des partenariats de tous les pays de l’Union européenne dans la langue de leur choix. Fruit du travail des notaires d’Europe, un site web réalisé avec le soutien de la Commission européenne est désormais en ligne. Il met à disposition des citoyens européens le droit en vigueur dans les 27 Etats membres et apporte des réponses aux questions juridiques que peuvent se poser tous

• Felix Mendelssohn – Marche nuptiale (Le Songe d’une nuit d’été) • Franz Schubert – Ave Maria • Johann Pachelbel – Canon • Richard Wagner – Lohengrin (Acte III, scène I) • Antonio Vivaldi – Le Printemps (Les Quatre Saisons) les couples en Europe et ce, en 21 langues. L’infrastructure technique d’une grande simplicité d’utilisation permet au citoyen de trouver facilement et rapidement les informations recherchées. Quelles sont les conséquences d’un divorce ou d’une séparation au regard du régime matrimonial ? Quelle est la loi applicable aux biens d’un couple ? Que prévoit la loi pour les biens de partenaires enregistrés ou nonenregistrés ? Quelles sont les conséquences du décès au regard du régime matrimonial ? Autant de questions pour lesquelles le citoyen européen trouvera une réponse sur le site www.coupleseurope.eu.

Dans quel cas est-on solidaire des dettes de son(sa) conjoint(e) ?

Que se passe-t-il quand votre conjoint(e) s’endette ? Etes-vous aussi responsable en cas de non-paiement ? Oui et non. Un huissier de justice peut saisir le mobilier de l’autre conjoint s’il n’a pas de factures avec preuve de paiement. D’où l’intérêt de les conserver précieusement. Contrat de mariage ou pas, on peut être poursuivi à la place de son époux pour des dettes fiscales (le fisc ne tient pas compte du régime matrimonial adopté, il ne reconnaît qu’un «foyer fiscal»). Idem pour les dettes qui concernent l’entretien de la maison (loyer, gaz, électricité…) et en ce qui concerne les frais engendrés par l’éducation des enfants.


rencontre Mariage sur iPhone

Photographié par Pascal Dekoninck dans le style du Studio Harcourt ; www.dklic.be

Pour connaître tous les trucs et astuces des pros, l’application « iGuideMariage » réunit des fiches pratiques pour faire le point à chaque étape et un top questions à utiliser lors des rendez-vous avec les prestataires. 1,59 €, sur l’Apple Store

A lire

« Organiser son mariage pour les nuls », aux Editions First (22,90 €) par la wedding planner (parisienne) Peggy Mignot-Paillet et la journaliste (américaine) Peggy Frey. « Le Guide du Mariage », aux Editions Petit Futé (17,95 €), une référence chic et pas chère pour trouver des prestataires classé par région (principalement en France).

Rencontre avec Eric d’Humilly à l’initiative des « Rendez-Vous » incontournables pour bien gérer son mariage. En un mot comme en cent : déléguez à des pros l’organisation des festivités !

Par Raoul Buyle

Petit label deviendra grand Si…vous manquez d’idées et de temps, rendezvous au « Salon mensuel de l’Événement privé », plus particulièrement consacré à l’organisation dynamique des mariages. L’idée : tous les 1ers dimanches du mois (entre février 2013 et décembre 2013), Eric d’Humilly et ses partenaires réunissent, dans le cadre prestigieux du Cercle de Lorraine (situé dans l’ancien hôtel de Mérode), une sélection d’exposants à votre écoute. Ceux-ci répondent à des critères sélectifs de qualité, d’originalité et d’exclusivité, en matière d’organisation de fêtes, stylisme, catering, accessoirisation, etc. Au programme : animations, défilés, concours, ateliers créatifs. Pourquoi un série de «  micro-salons  » d’un jour et pas un grand Salon d’une semaine ? Eric d’Humilly : Tout simplement parce qu’on se marie tout au long de l’année. Et, mieux vaut que l’info soit dynamique et continue. Que ce soit en décembre, en mai ou durant les vacances d’été, vous êtes confrontés un jour ou l’autre à l’organisation d’une grande fête, privée ou corporate. C’est le credo de The Event Residence, la société que j’ai créée : rencontrer (sur invitation)

—10 —

des pros et des jeunes créateurs un dimanche par mois, pendant 7 mois. Régulièrement, ceuxci prennent le temps, pour vous, de répondre à vos questions, de vous offrir leurs services adaptés ainsi que leur expérience et leur écoute. Dans des domaine aussi variés que la décoration florale, la robe de la mariée, le traiteur, le wedding planner, les animateurs musicaux, les créateurs événementiels, etc. Pourquoi vous, pourquoi le mariage ? Parce que je suis dans le métier depuis toujours : organisateur de fête (Son Excentrique), prestataire de lieu et de services (l’Abbaye de Nizelles), accessoirement DJ, light jockey… Je suis également à l’initiative du site www.lieux-de-prestige.be, un regroupement sélectif d’une quarantaine de très belles propriétés (privées) à louer pour une réception. Pourquoi le mariage  ? Parce que la thématique du mariage se décline à l’infini. C‘est rien que du bonheur, auquel tout le monde a droit et que tout le monde veut fêter dignement quelle que soit son milieu, sa religion ou ses moyens financiers. Si l’on ne devait se souvenir que d’une seule fête, c’est bien le jour de son mariage. Rai-

son pour laquelle j’ai créé ce salon quotidien et régulièrement renouvelé, car un mariage réussi est d’abord un moment de bonheur partagé…qui ne s’improvise pas. Existe-t-il des spécificités belges ? Oui, en matière de gastronomie, par exemple. Les traiteurs belges sont réputés pour leur inventivité et la qualité de leur service. Quelqu’un comme Jean-Michel Loriers a upgradé tout le monde. Résultat : nos traiteurs belges sont souvent sollicités Outre-Quiévrain. Par contre le métier de «  wedding planner  » à l’américaine est relativement récent chez nous. Une autre (bonne) idée 100% belge : « 1001 listes » vous offre la liste de mariage la plus riche et flexible. Un voyage de noces, des cadeaux parmi 200 boutiques art de vivre et/ou une remise partielle de cash, c’est vous qui choisissez. Prochains rendez-vous en 2013? Dimanche 3 mars à partir de 11h (édition spéciale : Evasions lointaines et Business events). Dimanche 7 avril (édition spéciale : Animation et Décoration). Dimanche 5 mai (édition spéciale : Tout en image) - www.theeventresidence.be


salon du mariage Dans les coulisses du grand jour, Eric d’Humilly nous ouvre son carnet d’adresses. Et nous livre quelques-uns de ses petits secrets pour une fête réussie. Show devant !

Clic, clac Merci pour la photo !

Madame est servie ! Sa réputation n’est plus à faire. Il a révolutionné l’art de recevoir, reléguant au placard la «  pêche au thon  » et les  «  œufs mayonnaise  » de sinistre mémoire. Le traiteur Jean-Michel Loriers a un sens inné de la gastronomie et de « l’événementiellisation » de celle-ci. De mariages en dîners de gala, de soirées à thème en events branchés, son talent s’impose. A la table des mariés, le nouveau luxe dépasse aujourd’hui les archétypes de l’abondance. Il s’agit de partager avec ses invités une expérience inédite, gourmande, gourmette. L’inspiration  ? Jean-Michel Loriers la glane partout, depuis le patrimoine culinaire populaire qu’incarnent les baraques à frites (les fameuses échoppes) jusqu’aux sauces allégées et surtout aux très ludiques « cuillères » qu’il fut le premier à utiliser… jusqu’à devenir «  LE  » traiteur de référence en Belgique. Aujourd’hui JeanMichel Loriers (dont le nom est devenu une marque déposée) lance sa nouvelle structure « JML Concept » et se recentre sur des valeurs sûres : créativité, produits imparables, professionnalisme et efficacité éprouvée. Il n’en faut pas plus pour qu’il soit une nouvelle fois nommé Fournisseur de la Cour à titre personnel. Une belle performance qui ne l’incite pas à la jouer solo pour autant. (R.B.) JML Concept : 0478 31 31 31 info@jml.be – www.jml.be

Couture cakes Au frigo la sempiternelle (et classique) pièce montée. On veut du bon, bu beau, du fun. Sans poudre de perlimpinpin, ni formule magique, la fée Olivia Roemaet (Lila by Lila) métamorphose ce gâteau traditionnel en petite œuvre d’art, épurée, stylisée, personnalisée. La haute couture et la pâtisserie font désormais bon ménage ! Architecte d’intérieur et pâtissière, formée au French Culinary Institute à New York, Olivia confirme la vogue du food design. Blanc neigeux, rose bonbon, jaune berlingot, bleu dragée, les «  coutures cakes  » sont les nouvelles coqueluches de la pâtisserie glossy. Un cake moelleux, fourré de ganache, étagé sur plusieurs niveaux, surmonté d’un savoureux glaçage, de papillons et fleurs en pâte à sucre, de perles (en sucre) et de crème fouettée ton-sur-ton. Aussi beau que bon. Info 0496 55 41 55 - www.lilabylila.com

Place à la suite

De l’hôtel de ville jusqu’à la réception, on adopte une attitude branchée et écolo : tout le monde à bicyclette ! Chez Vélo Cité, à Schaerbeek, on loue des vélos (roses) qui donnent un cachet fou à la suite (à partir de 10 € la journée). Royal Event, à Corbais, se charge de trouver les prestataires capables de louer un bus double deck, des taxis anglais, un petit train ou une suite de VW Coccinelle ou de 2CV. Info www. velocite.be - www.royal-event.com

Splash !

La photo-souvenir de mariage la plus originale : sous l’eau  ! Dans une piscine, dans un bassin de natation, dans la mer (à condition que l’eau soit limpide). C’est la spécialité du photographe Guy Schotte, qui ne manque pas d’idées (fun) pour immortaliser ce « grand jour ». Prévoir une robe de rechange… Info : 0471 941 472 - www.guyschotte.be

Vu nulle-part-ailleurs. La Sharing Box est un concept 100% belge. Une borne photos interactive façon « photomaton  » design qui amuse, anime et focalise tous les regards. Idéal pour immortaliser les plus beaux moments de la soirée ou du dîner ou de la cérémonie…ou de n’importe quoi puisque ce «  photobooth  » (personnalisable) se place où vous voulez. Fini les photos guindées, laissez vos invités, face à la sharing box, capturer (eux-mêmes) ces moments de fun et de complicité. L’appareil se chargeant de leur donner un tirage papier directement et/ou de leur envoyer un double par email. Une alternative originale et exclusive au traditionnel (et poussiéreux) livre d’or ! Info 0486 42 43 05 - www.sharingbox.be

Moderato cantabile A la fois punchy et délicieusement nostalgique, le groupe Choosy Child est né de la rencontre entre la chanteuse Marie Bauwens et le bassiste Thierry Rombaux (BJ Scott, Perry Rose, Bai Kamara). En formule pop-folk-acoustique, ils revisitent les « classiques  » des 60’s à nos jours. Des Beatles, Bob Dylan à Alanis Morissette, Sting, en passant par Eurythmics, Depeche Mode et même Rihanna, dis donc. Ce duo épatant peut être rejoint par d’autres musiciens (percussions, saxo, basse). Musique de fond, pas forcément pour danser. Info 0476 20 74 93 www.choosychild.blogspot.com

—11—


wedding planners

Serial noceuses

Sharon et Emilie

À J-9 mois, monsieur frise la crise de nerfs et menace de retourner vivre chez sa maman si on lui soumet la plaquette d’un énième wedding planner ! Plus efficaces qu’un conseiller conjugal, hyper créatives, Emilie et Sharon sauvent la mise en organisant le mariage de vos rêves. De A à Z.

Par Céline Pécheux

Comme il est de coutume aux Etats-Unis, confier l’organisation de son « jour J » à un wedding planner, c’est l’assurance d’un mariage sans stress qui en jette. A Bruxelles, Emilie Waisblum et Sharon Thiel, connues et reconnues sous le nom de code « Invite’Out », ont repris l’idée de la fête made in America et réalisent (depuis six ans) les mariages « all inclusive » les plus fous de la capitale. Comment êtes-vous devenues wedding planner ? Sharon et Emilie : Très inspirées par ce qui se fait aux Etats-Unis, on a commencé il y a dix ans par proposer des invitations sur mesure, fun et personnalisées aux futurs jeunes mariés. Un jour, une amie nous a demandé d’organiser l’entièreté de son mariage. La fête a connu un gros succès ! De fil en aiguille, les gens nous ont sollicitées pour en organiser d’autres. La machine était lancée. Quelle est votre recette du mariage parfait ? Du temps, de l’implication, du timing, du rythme, beaucoup de recherche, d’écoute, d’astuces, un soupçon de psychologie et une bonne dose de bonne humeur ! Notre force, c’est d’être deux et allier le côté « organisation » et « logistique » au sens strict, la gestion des rendez-vous, du budget, des devis et le côté créatif au sens large,

—12—

des cartons d’invitation en passant par l’animation musicale et la décoration des tables. On est un peu comme des « demoiselles d’honneur » sur lesquelles les futurs mariés peuvent entièrement se reposer. Comment faites-vous pour rendre chaque mariage unique et inoubliable ? Proposer un mariage sur catalogue comme ils le font aux Etats-Unis, très peu pour nous. Dès le premier rendez-vous, notre idée est de s’inspirer des mariés, de leur univers, de ce qu’il leur plait, de leur passion et de leurs souhaits pour leur proposer un concept unique en fonction de leur budget. Le Jour J, on est sur place et on s’occupe de tout, du montage aux retouches maquillage, en passant par le premier des impondérables : le temps. Ce qui compte, c’est que les mariés se sentent «  invités  » à leur propre mariage  ! Du coup, ils passent un moment inoubliable au même titre que leurs amis et la famille. Un wedding planner, ça coûte cher? Certes, faire appel à un wedding planner a un coût, mais cela peut également vous faire faire quelques économies ! Nous partageons avec nos clients notre carnet de bonnes adresses avec des prestataires qui nous font les meilleurs prix.

Mais, peu importe le budget, on aura toujours une astuce pour organiser la plus belle fête possible. Nous proposons aussi des prestations « à la carte ». Entre le gain de temps et les ristournes que font les prestataires, le coût de notre intervention est vite récupéré. Votre meilleur souvenir ? Un jour, on nous a demandé d’organiser un mariage «  surprise  » camouflé en fête d’anniversaire. Ça nous a pris neuf mois de préparation. Personne n’était au courant à part nous et les futurs mariés ! Le jour J, au milieu des festivités, on a rassemblé tous les invités autour d’une scène circulaire cachée derrière un rideau. Tout à coup le rideau tombe et les mariés apparaissent en grand blanc  ! La cérémonie a alors pu vraiment commencer… Les gens n’en croyaient pas leurs yeux. En fait, chaque mariage est différent, et chaque mariage est un joli souvenir. Lorsqu’à la fin de la soirée, les mariés, épuisés, viennent nous dire qu’ils ont passé une journée géniale et que tout était parfait : c’est notre plus belle récompense ! Invite’Out Événements c/o Emilie Waisblum 0475/52 65 73 et Sharon Thiel  0475 63 55 36


SPECIALISTE DE LA CHAUSSURE DE MARIAGE ET DE SUITE AVEC ASSORTIMENT DE SACS 40 ans d’expérience - Grand choix de chaussures italiennes

Galerie de la toison d’or 21 • 1050 Bruxelles • Tél. : 02.512.10.63 • www.scottsboutique.be


multimédia

Convolez en un clic. Déposer sa liste, chercher des idées déco, trouver sa robe : voici notre palmarès des blogs et sites internet de mariage pour vous aider à préparer le vôtre. Sans bouger de son canapé.

Chic et pas trop cher : Delphine Manivet à La Redoute ; www.laredoute.be

Par Céline Pécheux

Happy Pour bien commencer

Web

Elle a dit oui ! Et la date du mariage est maintenant fixée. On peut officiellement commencer à organiser le jour J. Première chose à faire  : se créer un compte sur le réseau social « Pinterest », LE compagnon idéal de chaque future mariée à la recherche de bonnes idées pour le D-Day. Pinterest c’est quoi ? Un réseau social à l’univers bohème-chic qui regorge d’idées do-it-yourself pour noces petits budgets. En pratique  : un tableau de liège géant et numérique, qui permet à chacun d’épingler («  pin  ») ses images préférées glanées sur le net et d’organiser toutes ses trouvailles sous forme de dossier (« boards ») définit par thème (robes de mariée, invitations, décoration, etc.). Une façon « cyber » pratique de partager ses envies de jeune mariée avec sa famille, ses amis et son fiancé. www.pinterest.com

www.lamarieeauxpiedsnus.com

10 –

mois

—14 —

par catégorie les plus chouettes sites du « plat Pays ». Pour un mariage exotique sans quitter la Belgique, Restauration Nouvelle (www.restauration-nouvelle.be) propose des endroits insolites comme le Pavillon du Congo belge ou encore La Tente Berbère.

mois

L’endroit Le budget et la liste des invités établis, on doit choisir le lieu qui accueillera les festivités. En Belgique ou à l’étranger, les endroits en location envahissent la toile. Pour s’y retrouver, on surfe sur www.mariagedereve.be et www.ideesmariage.be qui répertorient par prix et

9

La robe

Arty, provoc, ethnique, chic ou romantique. Pour trouver LA robe, on cherche sur les sites internet des stylistes belges spécialisés en la matière. Coup de cœur pour le style rétro des sœurs Waziers (www.soeurswaziers.com), l’esprit haute couture de Marie-Catherine le Hodey (www.mariecatherinelehodey.be), l’esprit mode de Johann Riss (www.johannriss.com) ou le chic princier et les lignes pures de Natan Couture (www.natan. be). Robes de rêve à tout petit prix sur Etsy (www.etsy.com) avec retouches si nécessaire. On peut aussi s’inspirer des très beaux (mais très chers) modèles de Delphine Manivet (www.delphinemanivet.com) avant de louer les services d’une super couturière.

8

mois

La liste 1001 listes c’est quoi ? Une liste de mariage sur Internet, où on peut piocher des cadeaux dans les e-boutiques partenaires et rapatrier la totalité des dons sur notre compte. Après le mariage, on


Vu sur www.desideespourunjolimariage.com : mojitos « champagne-fraise » au lac de Côme

Pour chaque mariage, un blog

•L  e « blog de Madame C » et « La mariée aux pieds nus » pour leurs idées déco. • « Trendy Wedding » pour ses super sélections mode. • « Un beau jour » pour des mariages hors norme. • « Leouiblog » pour une fête entièrement home made. • « Mariages-retro » pour ses thématiques classées par style et époque. • « La mariée en colère » pour son ton sans chichi. • Mais aussi… Pour faire le plein de belles images, on s’inspire  de vrais jolis mariages sur www.unbeaujour.fr, www.queenforaday.fr, greatwedding.canalblog.com, mariageuguen.canalblog.com, www.lesmoineauxdelamariee.com

Wedding ! consulte le solde de sa liste depuis son iPhone avec appli dédiée… et le tour est joué ! (www.1001listes.be)

toutes les bourses. Pour les plus motivés, on pique les idées de « Do It Yourself  » sur pimpyourwedding.blogspot. be et www.desideespourunjolimariage. com. Pour les plus pressés, on achète sa déco en kit sur les sites de vente en ligne : www.sous-le-lampion.com, www. petit-mariage-entre-amis.fr  ou www. baldefamille.com. Une caverne d’Ali Baba où tout n’est que tentation divine.

7

Les invitations

Plus besoin d’imprimeurs, aujourd’hui mois on crée soi-même ses invitations via son ordinateur. Que ce soit sous forme d’un petit film humoristique posté sur Youtube ou d’un event sur Facebook, le « Save the date  », c’est le nouveau faire-part  ! On peut aussi cultiver une attitude connectée en créant un blog sur www.petit-mariage-entre-amis.fr entièrement consacré à son mariage. Et pour les inconditionnels des « bristol », on pique les idées créatives de sites comme www.mariagesetbabillages. com et www.weddingland.fr. «  Epouse-moi cocotte  »  est une toute nouvelle agence d’event styling basée sur Lille avec des (jeunes) clients jusqu’à Bruxelles. La mission d’Anouck et Laurence  : assurer la direction artistique et imaginer sur mesure les éléments visuels de votre mariage, notamment pour le faire-part et ses déclinaisons graphiques (à partir de 600 euros) www.epousemoicocotte.com

6

La déco En matière de déco sur internet, il y en

mois a pour tous les goûts, tous les styles et

5

Les photos

Pour immortaliser le grand jour, on le photographe Frederic Beard (www.fredericbeard.be) qui fait de chaque reportage de mariage un souvenir plein d’humour et de spontanéité. Plus inattendu, on loue la Sharing Box, un « photomaton  » nouvelle génération qui envoie par mail à chacun des invités leurs clichés pris pendant la soirée (www.sharingbox.be).

mois booke

4

mois

Le bouquet Les plus beaux bouquets sont sur le site www.lamarieeauxpiedsnus.com. Il suffit de choisir, d’imprimer la photo et le faire refaire par son fleuriste favori.

Les alliances en un clic A découvrir : le nouveau site de La Maison du Diamant pour choisir d’une

manière claire et didactique les plus beaux modèles du genre, de l’anneau en or blanc à la création signée Boucheron. www.lamaisondudiamant.com.

2

Le gâteau

Optons pour une pièce montée de Cakes et un bar à bonbons à la fin du diner. Au rayon « it-cakes », coup de cœur pour les cupcakes colorés et personnalisables à l’envi d’Emilie (www.lescupcakesdemilie.be) et pour les pièces montées olé olé de The French Cake Company (www.thefrenchcakecompany.com). Et si on se sent d’attaque pour réaliser nos pâtisseries nous-mêmes, la boutique en ligne www.sweetnfairy.com propose une large gamme d’accessoires de cuisine comme aux Etats-Unis.

mois Pop

Les cadeaux aux invités Le meilleur rapport « coup-de-cœur/ prix », ce sont les cadeaux « à consommer » : dragées à la violette ou au gingembre, sucettes personnalisées, guimauve artisanale ou confiture maison. Large choix de friandises sur www.sweetshop.be. Pour les présenter joliment, le site www. beau-coup.com propose une multitude de petits contenants chics et pas chers, livrables en Belgique.

—15 —


talent Le principal trait de mon caractère La générosité Mon principal défaut Ma timidité Ce que j’apprécie chez mes amis  Leur fidélité Ma couleur Le rose La fleur que j’aime La pivoine Mon héroïne favorite dans la fiction  Marraine la bonne fée dans Cendrillon Et dans la vie réelle Ma grand-mère L’élégance c’est Cet éclat dans les yeux d’une femme quand elle se sent belle Ce que je déteste dans la mode Les faux-semblants La faute qui m’inspire le plus d’indulgence Une faute de goût commise par maladresse Et, s’il existe, qu’aimeriez-vous que Dieu vous dise T’inquiète pas, je suis là !

Au royaume du sur-mesure, il se crée des robes d’exception. Du blanc, évidemment. Du satin, du tulle et de la dentelle, forcément. Rencontre avec Marie-Catherine le Hodey qui a fait le choix du « cousu main ». Glamourissime !

Jupon de tulle cousu sur une ceinture en dentelle pailletée, boléro mousseux repiqué de fleurs en dentelle ; création Marie-Catherine le Hodey

Au fil Cv express

Marie-Catherine le Hodey (30 ans) est née à Paris. Elle entreprend ses études de stylisme-modélisme à St-Luc à Bruxelles, entame une formation chez Bruphils, puis chez Pierre Gauthier où elle découvre le travail de la Haute couture. Ses références : Yves Saint Laurent et Christian Lacroix. Depuis 2004, son univers est celui d’un « conte de fées » où mousseline, soie, dentelle, perles et paillettes virevoltent pour créer des robes magiques. Sans doute le dernier atelier à Bruxelles où toutes les tenues sont réalisées entièrement à la main.

—16 —

et à mesure

Depuis (presque) toujours, la mariée se rêve en blanc. Mais le choix du blanc parfait n’est pas chose évidente. Parole d’experte. Dans son atelier, à Uccle, Marie-Catherine le Hodey propose à ses clientes ce petit je-ne-sais-quoi qui est le fruit d’un long et patient savoir. Lorsqu’on parle d’une robe de mariée, dit-elle, on évolue dans le domaine de la tradition, du raffinement, du rêve. « Mon rôle : transposer en couture les rêves des jeunes femmes qui viennent me voir. Et réaliser des robes qui racontent des histoires oniriques et gaies. Une très jolie façon d’être hors du temps pour cette parure d’un jour. »  

De l’envie au croquis

Par Raoul Buyle

Partir de ses envies, se laisser porter par les conseils avisés de la styliste-modéliste jusqu’à ce que sa sensibilité épouse la vôtre, décrypter les courbes et les angles de votre personnalité avant de laisser le rêve prendre forme sur le croquis. Le dessin prendra ensuite forme par la magie de la toile réalisée à partir d’une quarantaine de mesures prises lors d’un premier essayage, le vrai luxe du vrai sur-mesure. Seules, celles qui ont déjà vécu un « essayage  » chez leur «  couturière » connaissent le frisson de celle qui, tout droit dans l’assemblage des premiers pans de soie, de tulle et de dentelle, s’en remet au savoir-

faire de la créatrice, détentrice de cette curieuse géométrie d’où surgit l’élégance. Une complicité qui détermine le choix d’un tissu, l’arête de l’épaule, la cambrure du dos, la profondeur d’un décolleté…et la prise en considération – essentielle - de la souplesse des mouvements que la robe doit épouser lors du jour J. Marie-Catherine se souvient de cette robe « patchwork » toute en dentelle, réalisée à partir de 9 échantillons de dentelle différents. Un travail d’orfèvre ! La tendance  2013  ? Le retour à une simplicité remarquable et une féminité assumée, revendiquée. Des robes, longues ou courtes, fluides, plus agréables à porter, d’inspiration bourgeoisbohème. Si vous faites le choix du voile, prenezle court (cela affine la silhouette) ou portez-le « à la pirate », comme dans les années 20, en dentelle très fine, couronné d’une simple guirlande en fleurs d’oranger ou d’un headband précieux. Le prix de cette robe de rêve  ? 3000 euros en moyenne. Un prix variable selon le modèle décidé, la qualité des tissus (précieux) requis, la présence ou non de broderies (faites à la main)… La fourchette peut être assez large dans un même atelier de création. Info : 0475 270 147 www.mariecatherinelehodey.be


Isabel Graham B R U S S E L S

M.L.B. La référence depuis 1947

HABILLE LES PLUS BEAUX MARIAGES Le plus beau choix d’articles classiques et intemporels Rue de Linthout, 143 - 1200 Bruxelles 02/742.93.13 - info@isabelgraham.com www.isabel-graham.be

89, av de Tervueren • 1040 Bxl • Tél.: 02/734 50 95 Ouvert de 10h00 à 18h00 (sauf le dimanche) Parking devant le magasin


mode

T   an dem chic Fini la robe blanche aveuglante de candeur, les perles et les froufrous façon Marie-Antoinette ! Dans la vitrine des sœurs Waziers, la « meringue » est bannie et laisse place à des silhouettes sobres, romantiques, élégantes. Made-in-Belgium !

Par Céline Pécheux

Avant d’être associées, Marine et Aurélie de Waziers sont sœurs. Et leurs parcours sont très différents. Aurélie a suivi une formation de styliste-modéliste aux Ateliers Lannaux, tandis que Marine est diplômée de Solvay (en 2004) et a travaillé dans la distribution à Londres et à Paris. Ensemble, la créatrice et la gestionnaire ont créé une « griffe » et proposent depuis 2010 un éventail de robes en soie qu’elles réalisent sur mesure après les avoir adaptées aux envies de chacune. Dans leur petite boutique, du côté de la place Brugmann, chaque robe peut donc être modifiée et/ou agrémentée de dentelle, d’une cape ou de volume, pour devenir un modèle unique. Ni tartes ni quiches, les sœurs Waziers nous expliquent la recette de leur succès… Pourquoi avoir choisi de créer des robes de mariée  ? Aurélie  de Waziers  : Avant mon mariage, je suis allée à Paris pour choisir ma robe… Je me suis rendu compte que beaucoup de mes copines faisaient la même chose. Il y avait quelque chose à faire à Bruxelles pour combler les filles qui rêvaient d’une robe pas trop classique mais pas trop sophistiquée non plus. Marine de Waziers  : Moi, je rêvais de créer mon entreprise. Contrairement au prêt-à-porter classique, les filles prennent encore le temps de choisir leur robe de mariée. C’est quelque chose d’important. Comme le contact avec le client me

—18 —

plait énormément et que ma sœur avait une formation de styliste, je lui ai demandé de dessiner notre première collection. C’est comme cela que tout a commencé. Comment définir votre style? AW : Une robe intemporelle avec un petit « twist » qui la rend unique. Je puise mon inspiration dans les magazines du début de siècle, d’où le petit côté rétro de certaines silhouettes. MW : Toutes nos robes sont fabriquées en soie et mettent l’accent sur la féminité, le creux du dos, la taille, le décolleté. Notre but est de mettre en valeur chaque mariée en respectant sa personnalité. Qui est la mariée des «  Sœurs Waziers  »  ? MW  : Une femme indépendante et décidée qui veut être une mariée décontractée mais élégante. AW : Celle qui a passé le cap de vouloir une robe de princesse et qui veut autre chose qu’une allure conventionnelle, quitte à se marier pieds nus ! Pour vous, la robe de mariée parfaite c’est… MW  : La robe dans laquelle la mariée se reconnaît. AW : Et dans laquelle le marié la reconnaît ! (rires)

Quelles sont les différentes étapes entre le premier essayage et le jour J ? AW  : Lors des premiers rendez-vous, la future mariée choisit son modèle de base parmi les 18 prototypes que nous avons en boutique. Elle décide ensuite de le personnaliser, soit en y ajoutant des accessoires, soit en changeant des petits détails comme les manches, l’encolure, la longueur de la jupe... Tout au long du processus, la robe est ajustée à la main dans notre atelier situé au-dessus de la boutique. Le jour J, chaque robe est unique. MW : Travailler à partir de modèles nous permet de personnaliser les robes tout en gardant des prix très accessibles. A quoi ressemble la robe de mariée 2013  ? AW : Elle est évolutive. C’est une robe qui a une allure différente le matin, le midi et le soir. On peut par exemple avoir une silhouette très sobre pour la cérémonie, avec un peu plus de dentelle pour le cocktail, voire plus sophistiquée pour le soir. MW : Cette saison, on joue beaucoup avec les chemises en dentelle, les ceintures perlées, les capes transparentes qui viennent à tout moment customiser la robe. Les années 50 font aussi leur grand retour avec des tailles très marquées et des jupes plus courtes. Info www.soeurswaziers.com   0478/320 430 (sur rendez-vous)


STYLISTE MODÉLISTE RÉALISATION DE TENUES SUR MESURES

CHAUSSÉE DE WATERLOO 1226 - 1180 BXL SUR RENDEZ-VOUS -TÉL. : 0475 270 147 WWW.MARIECATHERINELEHODEY.BE INFO@MARIECATHERINELEHODEY.BE MARIE-CATHERINE-LE-HODEY-STYLISTE


accessoire

Délicate dentelle, coton doux et tulle léger, pour une mariée délicieusement troublante. On connaît tous plus ou moins le principe de la jarretière, mais rarement l’origine. Retour sur une tradition du mariage en perdition. Entre romantisme et espièglerie.

Choisir son bouquet

Par Pierre Dragomirov

Petites

tenues Avant, la jarretière était synonyme de virginité et de mystère. On raconte même que, très très loin dans l’histoire des Hommes, la jarretière était associée à des pouvoirs mystiques, presque magiques. Chez les Hébreux, le bleu et le blanc sont le symbole de l’amour, de la pureté et de la fidélité, ce qui explique sans doute que la mariée portait une jarretière de ces couleurs. Par ailleurs, il faut savoir que l’Ordre de la Jarretière est le plus important ordre de chevalerie Britannique et considéré comme la plus importante récompense pour la fidélité et le mérite militaire. Le nom de cet ordre viendrait d’un incident (cocasse) qui s’est passé au XIVe siècle : selon la légende, la comtesse de Salibury, maîtresse du roi Edouard III d’Angleterre, laissa tomber sa jarretière lors d’un bal. Le roi la ramassa et l’aurait attachée à sa propre cuisse. Devant les plaisanteries des courtisans, il s’écria : « Honni soit qui mal y pense » (qui devint la devise de l’ordre de la Jarretière). Il promit alors à sa favorite de faire de ce ruban bleu un insigne si prestigieux que les courtisans les plus fiers s’estimeraient trop heureux de le porter. Il créa ainsi L’Ordre de la Jarretière

— 20 —

Up and down

De nos jours, bien que la tradition se perde un peu, la mariée porte sous sa robe une jarretière bleue et blanche, que les invités ont la possibilité de remporter au terme d’une « vente aux enchères ». Le fruit de la « vente  » participant au départ dans la vie du jeune couple. Le principe: les hommes donnent de l’argent pour faire monter la robe, alors que les femmes paient pour la faire baisser et «  préserver ainsi la vertu de la mariée ». L’un des invités, souvent le témoin du marié, joue « l’arbitre ». La plupart du temps, le jeu de la jarretière dure environ 3 minutes, le temps d’une chanson. Si un homme gagne, il a l’honneur de détacher la jarretière (avec les dents ?). Si une femme gagne, la jarretière reste à sa place. Tout cela se faisant, bien sûr, dans une ambiance bon enfant. D’où vient cette tradition ? Cela remonterait…à l’époque préhistorique  ! Des peintures rupestres ont été retrouvées sur lesquelles on peut voir des femmes nubiles porter des « liens » autour de la cuisse, que les historiens ont assimilés à une jarretière, leur conférant un pouvoir magique. Un symbole de fertilité devenu aujourd’hui un accessoire ludique et sensuel.

Tendance 2013 : classique pureté monochrome, ou, fleurs des champs mêlées à des fleurs plus nobles dans des bouquets faussement désinvoltes, comme à peine cueillis. Mauves, calendulas, bourraches, chardons, bleuets, camomilles, pervenches, pâquerettes. Pivoines, pavots, roses anciennes, hortensias, renoncules, œillets rose chair. A prescrire : les gerbes, les feuilles de bananier, le gypsophile et autres amaryllis accordées selon des codes graphiques stricts. Couleur à la mode : le jaune bouton d’or.

Du neuf, du vieux, du bleu

Une vieille tradition (anglaise) dit que la mariée, le jour de son mariage doit porter quelque chose de neuf, quelque chose de vieux, quelque chose d’emprunté et quelque chose de bleu (« Something new, something blue, something borrowed and something old »). Le neuf est censé représenter la nouvelle vie qui commence, le vieux le passé, l’emprunt symbolise l’amitié et le bleu la fidélité. Voici quelques idées si vous souhaitez suivre cette ancienne coutume : •q  uelque chose de neuf : des sous-vêtements en soie •q  uelque chose de vieux : un bijou de famille •q  uelque chose de prêté : un voile en dentelle ou une paire de gants •q  uelque chose de bleu : un mouchoir brodé, la jarretière


style Des yeux de biche, un sourire désarmant, un port de reine, des manières exquises et bien davantage. C’est ainsi que Hubert de Givenchy résume son amie. Une allure vive et craquante, élégantissime, qui, aujourd’hui encore, fait référence.

Un mariage dans la vrai vie, avec l’acteur Mel Ferrer ; 1954

© Reporters

Par Pierre Dragomirov

Une allure garçon manqué, indémodable ; 1956

© Reporters

La petite robe noire dessinée par Givenchy pour « Breakfast at Tiffany’s » a été vendue aux enchères par la maison de ventes Christie’s et a atteint 607.700€. Un montant record pour un costume de cinéma ! Les revenus tirés de la vente ont été reversés au fonds d’aide des enfants de la « Cité de la joie », à Calcutta, à qui Givenchy avait initialement donné la robe. La robe vendue n’est cependant pas celle que porte Audrey Hepburn dans le film. Des deux robes qu’elle porta, l’une est conservée dans les collections privées de Givenchy, l’autre au musée du costume à Madrid. L’acheteur, qui avait gardé le secret, était Bernard Arnault (LVMH), le propriétaire de la marque Givenchy.

Une bien jolie mariée au cinéma, dans « Funny Face » ; 1957

© Reporters

Pour la bonne cause

TROP BELLE Comme Audrey Hepburn Indémodable Plus que jamais le look « Hepburn » plait. Dans les défilés, le clin d’œil (de biche) est manifeste. Dans la mode, Audrey a porté des basiques stylés, indémodables – la petite robe noire structurée de Givenchy, les ballerines Ferragamo, le pantalon corsaire, le pull marin, le trench-coat Burberry, les lunettes noires oversized Wayfarer de Ray Ban – qui inspirent à la nouvelle génération une féminité piquante. Idem pour son allure de garçon manqué, mincissime et longiligne pour l’époque (1m70), qui continue de faire de nombreuses émules, de Keira Knightley en passant par Anne Hataway, Jennifer Love-Hewitt, Alexa Chung, Carey Mulligan, et même Victoria Beckham.

— 22—

D’accord elle est née du côté de Bruxelles, à Linkebeek, mais son irrésistible allure chic et son élégance intemporelle lui viennent d’un savant métissage : une maman aristocrate hollandaise, un papa britannique, du sang autrichien, un jene-sais-quoi d’Indonésie dans le divin mystère de ses grands yeux noirs. Vêtue d’un trench-coat ou d’une robe du soir, miss Hepburn incarne la femme chic mais sans tapage. Depuis ce jour de 1953, où on l’a vue, assise à l’arrière d’une Vespa pilotée par Gregory Peck. Ils découvraient la Ville éternelle, lors de « Vacances romaines », le film qui a fait connaitre Audrey Hepburn. A 20 ans et des poussières, elle reçut l’Oscar de la meilleure actrice. Habillée d’un top et d’une grande jupe de popeline de coton en biais, chaussée de ballerines, elle est ravissante et moderne, tout simplement. Cette fille, on le sentait, avait quelque chose en plus. Un chic fou qu’elle mettra au service des enfants d’Afrique en devenant ambassadrice de l’Unicef. Au fait, saviez-vous que sa

grand-mère (paternelle) était une descendante de James Hepburn, comte de Bothwell, troisième époux de Marie Stuart, reine d’Ecosse.

L’emblème d’un style

A l’écran et dans la vie, la jeune femme impose un style , le sien, mélange de naturel et de glamour, de simplicité et de sophistication. Tout en elle donnait envie aux jeunes femmes de l’imiter. Qu’elle soit Sabrina, Natacha dans « Guerre et paix  », l’espiègle croqueuse de «  Diamants sur canapé » ou la mystérieuse « voleuse » de « Charade  », elles faisaient l’impossible pour se faire des yeux de biche, avoir les cheveux courts et plaqués ou lissés en chignon banane. Les filles se coiffaient de petits chapeaux posés à l’arrière du crâne ou de cloches de feutre bien enfoncées sur le front. On faisait des régimes d’enfer pour avoir sa ligne, afin de glisser dans un pantalon cigarette de coton noir marié à une chemise d’homme en popeline blanche. Elégantissime.


Kadolog,

Bien plus qu’une liste de Mariage.

• Créez librement votre liste de mariage sans être lié à des magasins partenaires • Financez toutes vos envies et votre voyage de noces • Présentez-les de façon personnelle, classique ou plus originale • Récoltez vos dons directement sur votre compte bancaire sans intermédiaire ni commission • Dépensez et profitez où et quand vous le voulez

Ouvrez gratuitement votre liste sur : www.Kadolog.com


joaillier Moïse Mann dans son atelier

Le Serti Secret Créer un nouveau serti est la récompense d’une vie de joaillier ! De ce défi à la lumière il préfère ne pas trop en dire, sinon ceci : tout se joue dans les profondeurs cachées de la pierre. Aucunes griffes apparentes, aucune entrave, le diamant (taille brillant) se transforme en « point de beauté » comme en lévitation sur la peau. Une technique qui exige de la maîtrise et des dizaines d’heures de travail. Objectif : briller, briller, briller ! De la Haute joaillerie au petit pendentif en suspension sur une chaînette d’or, le Serti Secret s’offre aussi à budget tendre.

Alliances « Croque » en or rose et gris, serties brillants, saphirs et diamants bruns ; Manalys

CARATS en ébullition

Un emblème de la Haute joaillerie belge (depuis 1922) ne pouvait disparaître. La maison Holemans change de main et devient « l’hôte » du joaillier Moïse Mann (Manalys). Ce qui fait l’esprit de ces deux grands noms de la création joaillière made-in-Belgium ? Leur atelier.

Par Raoul Buyle

Sublime Anneau en or blanc et diamants ; Manalys

Aurore by Manalys Emeraude de Colombie, rubis birman, saphir de Birmanie : chez Manalys, chaque gemme (certifiée par un organisme suisse indépendant) atteste de son naturel et de sa préciosité. Outre la Haute joaillerie, Manalys concentre aussi sa créativité dans des collections plus accessibles, dont « Aurore ». Des pendentifs composés d’une « pastille » de grenat ou d’améthyste enlacée d’or rose et de diamants.

— 24 —

Qui mieux que Moïse Mann pouvait se voir confier les clés et le nom Holemans ? L’enseigne bruxelloise l’a fait travailler pendant 17 ans, voyager, conclure des achats, expertiser...une expérience complète et polyvalente qui l’a amené (en 2009) à créer sa propre marque : Manalys. «  Mon identité artistique consiste à concevoir des pièces uniques, tout en volume et esthétiquement différentes de ce que je faisais chez Holemans. Je suis en constante recherche de pierres inattendues et de design innovant », souligne le joaillier. Une «  patte particulière  »  qu’il va continuer à développer en parallèle du style plus géométrique, librement inspiré par l’Art déco, de Holemans. Côté Manalys, le culte de la Haute joaillerie ; côté Holemans, un esprit plus « collections ».

UN ARTISANAT VIRTUOSE

Chez les joailliers Holemans on retrouvait ce qui fait la force et la fierté de Manalys : un atelier de fabrication intégré, authentiquement intramuros et désormais animé par une dizaine d’arti-

sans passionnés. « Nos bijoux ont ceci d’unique qu’ils sont des commandes faites sur mesure et adaptées à la personne qui les porte, pas besoin d’intermédiaires, précise Moïse Mann. Chaque bijou représente en soi une prouesse technique, difficilement applicable à grande échelle. » Première étape  : créer des collections inédites et modernisées, inspirées par les grands classiques et icônes qui abondent dans les archives Holemans, dont les fameuses broches « Tulipe », « Fleur » et « Œuf » en laque naturelle mordorée et coquille d’œuf cintrée d’or jaune et soulignée de diamants. «  Bien utilisée, la laque confère une présence fascinante à un bijou, confie Moïse Mann. Notre équipe recherche des pigments innovants qui sont testés en ce moment. Les essais s’annoncent très concluants. » Deuxième étage  : offrir très rapidement à l’univers Holemans sa propre boutique, à Bruxelles. Info 02/ 512 61 18 - www.manalys.com


Bronze de Vienne signé « B »

Venez sélectionner votre liste de mariage chez l’antiquaire Frantz Hemeleers ! Vous y trouverez des bibliothèques, des bureaux, des commodes, des fauteuils et tout autre objet de décoration …

N’hésitez pas à nous contacter et à confectionner avec nous une liste de mariage originale composée d’autant d’objets rares que pratiques et tout cela dans des budgets raisonnables.

Visitez notre site www.frantzhemeleers.be Ouvert du mercredi au samedi de 11h00 à 18h30 Avenue des Casernes 61 1040 Bruxelles Tel. 02/640 29 16 info@frantzhemeleers.com Double corps Suède époque Gustavienne

Bureau victorien en acajou

Biscuit Sèvres H. 63 cm

Paires d’appliques en bois polychrome avec miroir

H.S.T. Pirate Fin XIX ème siècle


beauté Tube de crème Diorskin Nude BB

Les petits « trucs » de Sylvie

Se coiffer avant de se maquiller ! Quand le maquillage est terminé, je conseille de faire une brumisation (à l’eau thermale) sur le visage pour fixer le maquillage et le rendre plus lumineux et pour qu’il dure plus longtemps. Surtout ne pas foncer le teint et éviter les nuances brunes autour des yeux, car cela creuse le visage et le regard, et accentue l’effet fatigue. Pour avoir un joli rendu sur les photos, je conseille la poudre Diorskin Shimmer Ultra Scintillante (nuance Diamant Rose ou Ambre) qui fixe si bien la lumière sur le visage et sur le décolleté. Ne pas oublier d’hydrater le décolleté avec la crème Dior Svelte Huile Satinante Créatrice de fermeté.

Un teint de rose

Stop chrono La plus belle pour aller danser ? Facile, il suffit de faire une pause dans les préparatifs du mariage pour prendre vraiment soin de soi. Sylvie Coussement, make-up artist Dior, nous dit tout pour être jolie. Conseils de pro.

Par Nina van Pallandt

© Christian Dior Parfums

1

2 Vernis Dior

Palette Dior Chérie Bow

— 26 —

Le teint Tout pour être fraîche, ferme, lisse… Cela passe d’abord par une belle peau, bien hydratée Hydra Life Sorbet crème de Dior. La nuit d’avant, poser un masque Hydra Life Réhydratant Réveil Beauté, puis un sérum Dior Skin Energizer Hydratant ProJeunesse. Pour un teint de rose, dites-vous qu’il vous faut quelque chose de frais et de léger qui tienne toute la journée : la crème Diorskin Nude BB (BB crème comme blemish balm). Grâce à elle vous pourrez allier soin, couvrance et longue tenue. La fraîcheur rosée unique de son résultat maquillage embellit le teint d’un éclat « blooming » irrésistible et resplendissant sur les photos.

3

Les yeux Un joli regard illumine le visage. Seul ce point ciblé prend en compte le réseau vasculaire intense pour traiter les poches et les cernes. La formule adapte à la finesse de cette zone le dosage et le choix des actifs hydratants, antirides et fermeté. Contre le stress oxydatif, ennemi de l’éclat et de la fermeté : La Crème Yeux L’Or de Vie de Dior. On l’applique matin et soir par effleurages et tapotages sous les yeux et sur les arcades sourcilières. Pour intensifier le regard, Dior Twinset Eyeshadow n°840. Appliquer le coté gras sur la paupière mobile et fixer avec la poudre en étirant l’œil vers le haut. Plus sophistiqué  : souligner l’œil de liner dense ou « smoky » faussement innocent avec la palette Dior Chérie Bow (créée par Tyen) qui contient 3 ombres à paupières

4

veloutées (vieux rose et rose pop), un eyeliner et un gloss rose. Toujours appliquer la teinte la plus claire en base sur toute la paupière et l’arcade, la teinte intermédiaire sur la paupière mobile et la teinte la plus foncée à l’extérieur et sur les contours, au raz des cils. Pour des cils d’enfer : mascara noir DiorShow Iconic Overcurl.

La bouche Le baume à lèvres, c’est l’atout belle bouche de la journée. En soin comme en make-up. Qu’attend-on de son baume ? Qu’il donne de l’éclat au visage. Il doit aussi esquisser une bouche bien ourlée et avoir de la tenue. Pour cela, on en redessine le contour à l’anti-cernes posé au coton-tige. On applique le gloss Dior Addict Lip Glow avec un pinceau plat en partant du milieu de la bouche. Toutes les couleurs sont permises. Pour un effet plus soutenu, Sylvie Coussement conseille un rouge à lèvres Dior Addict qui donnera fraîcheur et candeur à la bouche.

Les ongles Pour une manucure plus sophistiquée, n’hésitez pas à poser un vernis rose dragée, le Dior Rose Tutu n°155 ou un rose plus profond le Dior Rosy Bow n°355. Pour celles qui préfèrent une main plus naturelle, utiliser le Dior Nail Glow qui va raviver la couleur naturelle de l’ongle tout en lui donnant un effet « french manucure  » ou le vernis Charnelle n°115 de la gamme Nude et Dior Vernis Ivory n°108. Conseils maquillage Dior dans les magasins Galerie INNO à Bruxelles www.inno.be


une organisation à vos côtés dans DES SITES D’EXCEPTION

EVENTS

RÉCEPTIONS

SEMINAIRES

L’Orangerie de Beauval (Braine le château) La Ferme Coquiamont (Haut Ittre) L’Abbaye de Nizelles (Ittre) Le Concert Noble (Bruxelles) La Bibliothèque Solvay (Bruxelles) L’Hôtel particulier Wielemans (Bruxelles) Le château d’Huldenberg (Overijse) Le Château de Corroy le Château (Corroy l.C.) Le château de Lavaux Sainte Anne (Lavaux) La Cour Saint Paul (Liège) Le Château de Vierset (Huy) Le château de Grand Bigard (Bruxelles)

MARIAGES


lune de miel

En toute

intimité

Vivre d’amour et d’eau fraîche comme Robinson sur son île...mais avec air co, butler et wifi : rien n’est trop beau pour les amoureux en escapade.

Par Raoul Buyle

Love on the top

A Londres, le plus haut gratte-ciel d’Europe, « The Shard » (l’écharde ou l’éclat), culmine à 310m. Conçus par Renzo Piano, ces bureaux et appartements sont accompagnés d’un hôtel Shangri-La du 34e au 52e étage. A découvrir : la plateforme « The view from the Shard » avec vue inouïe sur Londres… dans un rayon de 65km ! www.the-shard.com

Sucré-salé

Enfin seul au monde… ou presque

C’est le dernier « must see  » des Maldives  : le Anantara Villas Kihavah. Au premier plan, la mer turquoise, le sable blanc, une cocoteraie vert fluo entrecoupée de manguiers et d’hibiscus. Entre les arbres, un resort de toute la beauté, lové sur un île-confetti de l’Atoll de Baa, qui conjugue l’expérience du raffinement et de l’hospitalité selon Anantara. On aime son esprit «  robinsonnade de luxe » à la fois écolo et terriblement chic, on adore son style tropical et dépouillé, élégant et sans chichis. Des villas spacieuses (sur pilotis ou en bord de plage), largement ouvertes sur la nature, d’un design maldivien contemporain, toutes dotées de piscine privée et des services d’un butler. Le must  : la salle de bains, immense, quasi en plein air, où règne une baignoire sous un gazébo. Ici l’intérieur et l’extérieur sont tellement complices, qu’ils se confondent souvent sans qu’on ne sache plus très bien si on est dedans ou dehors. Qu’importe, à Kihavah, la vie se déroule sans prise de tête, entre privacy et sociabilité. Le plus : un restaurant gastronomique très exclusif…sous l’eau ! Spécial « Honeymoon » : 35% de réduction pour l’épouse (selon la période et selon le type de villa)  ; possibilité d’organiser une cérémonie de mariage personnalisée «  à la balinaise  » sur la plage (« Wedding package ») ; organisation de dîner personnalisé (« Dining by design ») ; upgrade possible (selon les disponibilités). Infos www.anantara.com kihavahmaldives@anantara.com

— 28 —

On ne présente plus le Royal Palm (du groupe Beachcomber, pionnier de l’hôtellerie de luxe à l’île Maurice). Une « institution  » qui n’a de cesse de se réinventer, où le souci du détail et le service sont érigés en règle d’or. Déjà, il y a le lieu : une intimité rare à deux pas de l’effervescence de Grand-Baie. Ensuite, il y a la vue : un jardin luxuriant, le lagon, une langue de sable blanc et des villas évanouies entre le bleu et le vert. Ici se perpétue l’art de vivre Mauricien sucré-salé, teinté de luxe et l’art de recevoir à la française. Où que vous soyez, à l’ombre d’une paillote sur la plage, sous la varangue de votre suite, à table, un personnel chaleureux, attentif, toujours disponible, veille à votre bienêtre. Au Royal Palm tout nous rappelle que nous sommes dans l’un des plus beaux endroits du monde, et que ça n’a pas de prix. Spécial «  Honeymoon  » : le groupe Beachcomber propose 30% à 50 % de réduction pour l’épouse (selon la période) ; déjeuners offerts ou 50 % de réduction sur le all in pour le couple ; cadeaux offerts au couple. Organisation de BBQ de langoustes « les pieds dans l’eau ». Infos www.royalpalm-hotel.com - Réservations chez les tours-opérateurs Rainbow, Odysseus, Uniclam ou Exclusive Destination

Croisières de noces

Avec sa brochure spéciale, Costa est le croisiériste des « love stories  ». Réductions jusqu’à 230 € par couple avec, en prime, un cocktail en compagnie du commandant. On aime la croisière dans les sublimes îles Vierges à bord du Costa Luminosa au départ de la Guadeloupe et retour en République Dominicaine. Suite avec balcon privé (à partir de 1.110 €/semaine). Pour réduction « lune de miel », faxez la copie de la page du livret de famille où figure la date du mariage. Infos  078.18.99.69 www.costacroisieres.be


Continents Insolites, le spécialiste du «voyage de noces sur mesure» Des moments rares et privilégiés pour enrichir votre voyage,pour le rendre unique et insolite.

Le Monde à «ma façon»

Pépite

Demandez à nos conseillers de pimenter votre itinéraire en incluant des pépites dans la trame de votre voyage : Travel and Learn, Mon animal, Bateau et Train insolites, Survoler la Terre, Volcan Actif, Sommet Chic

Gratuit sur demande au 02/218.24.84 Le guide du Voyage sur mesure. 60 destinations passées au crible.

Rue César Franck 44a,1050 Bruxelles • Tél.: +32 (0)2 218 24 84 • bruxelles@insolites.com

www.continents-insolites.com PubCiLibreFocus2013_L235-H160mm.indd 1

16/02/13 08:44

maquillage grandes et petites occasions, cours de maquillage, conseil en image & style aurianedeh@gmail.com • www.aurianedehults.be

0478/20.22.35 - Felix Timmermanslaan 23 • 1560 Hoeilaart


Helmut Stelzenberger © Cartier 2013

pêle-mêle

Mon premier diamant !

www.carnetfamilial.be

Choisir « sa » bague, se dire « oui » en Cartier est un geste d’amour, beaucoup plus accessible qu’on ne le pense. Le joaillier parisien propose un véritable bijou d’atelier à composer soi-même parmi 14 montures en platine ou en or, à sertir d’un diamant rond taille brillant – fut-il modeste ou beaucoup plus grand (à partir de 0,18 jusqu’à 3 carats). Un rêve à deux, entre le joaillier et soi, entre lui et elle, entre le diamant et sa monture, pour une bague à la (dé)mesure des rêves de chacune. (Photo) Solitaire Cartier Destinée Solitaire en platine et brillants ; collection « Mon Diamant » par Cartier.

Rédigez sur Internet votre faire-part de mariage et annoncez-le dans le célébrissime « Carnet familial » de La Libre Belgique. Choisissez votre catégorie d’annonce sur www.carnetfamilial.be et remplissez les champs en quelques clics avant de prévisualiser le résultat. Le groupe IPM vient en effet de faire l’acquisition de ce site. Ce nouvel outil multimédia lui servira à la fois de site pour les internautes (prolongement du journal), de nouvelle plate-forme d’encodage pour le Service Interne de Petites Annonces et de service «  Extranet  » pour l’envoi d’annonces à une entreprise de pompes funèbres par exemple. Simple et rapide.

Bague Croissant de Lune © ViVansi

www.cartier.com

L’esprit « Belles Plantes »

Avec ses créations « rénovatrices », Daniel Ost transcende les frontières entre l’ornementation et la biodiversité. Librement inspiré par l’art traditionnel japonais du bouquet (ikebana) et par le « land art », ses « mises en fleurs » architecturales et ses théâtralisations de jardin ont fait le tour du monde. « Les fleurs, dit-il, touchent le meilleur de nous-mêmes et nous font voyager loin de notre quotidien. » (Photo) Composition florale pour un mariage au château de Vaux-le-Vicomte. Infos 02 217 29 17 –www.danielost.be

— 30 —

Atelier Alliances

A la fois artisan virtuose et joaillier-créateur « sur mesure », Vincent Verdoodt (ViVansi) a eu une idée de génie : vous impliquer directement dans la création de vos alliances. Un concept novateur : l’Atelier Alliances. Au cours de cet atelier, les futurs mariés conçoivent et façonnent eux-mêmes (et réciproquement) les bijoux qui les unirons pour la vie. Comme tout artiste imprègne son œuvre de son âme, les alliances ainsi créées porteront en eux votre amour partagé ! Rappelons que chacun des bijoux de Vincent Verdoodt est unique, entièrement fait à la main dans son atelier où il est le seul maître à bord… après Dieu, of course. Info www.vivansi.com


Tant que vous direz oui Ă la Gift List.

www.inno.be

Essentielle Focus du 23 février 2013  

Spécial Mariage

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you