Issuu on Google+

LA

LIBRE

SUPPLÉMENT GRATUIT 26 mai 2012 © shutterstock.com

F O C U S

n° 151+

L’ART Á LA CÔTE PETITES INDISCRÉTIONS

WEEK-END AU

ZOUTE

QUEL QUE SOIT LE TEMPS


COUVERT URE QUAT RE SAISONS POUR PISCINE

E M AD

IUM ELG B IN

Dirk De Leeuw Architects

UNE COUVERT URE REVOLUT IONNAIRE POUR VOT RE PISCINE

ESTHÉ TIQUE

É COLOGIE

TECHNOLOGIE

SÉ CURITÉ

WWW.COVERSEAL.COM Co v ers eal s a − P a rc I n d u st r i e l 1 7 − 1 4 4 0 Wau t h ier - Brain e − Belg iu m - +32 (0) 2 367 1 0 80 − inf o@covers eal.com


édito

1,2,3 SOLEIL ! Et si, pour changer, on parlait de la pluie et du beau temps. La question que tout le monde se pose : Á quelle sauce (climatique) sera-t-on mangé cet été ? Si l’on en croit l’oncle du cousin de la tante Germaine et son adage (rural) préféré : « Saint-Médard grand pissard, il pleut quarante jours plus tard », que risquet-on ? Un été pourri qui chatouille (un de plus) ou une canicule qui gratouille ? C’est comme pour un match de foot, les jeux sont ouverts. Autrefois, nos aïeux y allaient de leurs dictons populaires favoris. A les entendre, plein d’à propos : « Hiver trop beau, été en eau », « Mars nébuleux, été pluvieux », « Pluie de Saint-Jean (le 24 juin) dure longtemps ». Le bon sens paysan et toute la sainte ménagerie déterminaient le temps à venir. La grenouille, le cloporte, le cheval, le cochon, le chien, par leur comportement, étaient mis à contribution pour établir les premiers « bulletins » météo. Quand les uns

SOMMAIRE

annoncent le chaud après un printemps qui n’en fut pas un, les autres soufflent le froid après quelques jours en mai en maillot de bain. Un été pourri ? C’est la faute à l’anticyclone des Açores qui nous envoie des masses d’air frais en direct de Sibérie et des nuages gorgés d’eau. 35° à l’ombre ? Et vas-y pour le réchauffement de la planète, la banquise qui dérive et les courants marins qui se font la malle. Nous, tout ce qu’on veut c’est un joli soleil, un vent caressant et les enfants qui jouent sur la plage. Est-ce beaucoup demander ? Peut-être, car chez nous un été pourri est un été normal, paraît-il. En été, il pleut en moyenne un jour sur deux, statistiques à l’appui. On comprend mieux pourquoi les prévisionnistes belges préfèrent ne pas trop se mouiller sur un sujet qui fait tant causer. L’idéal : toujours prévoir dans sa valise un k-way et une bonne crème solaire.

03 Edito 04 Petites indiscrétions 06 Grands projets 08 Renouveau du Zwin 10 Les moules belges 12 Art à la côte 14 Diva des canots 16 Kite surf 18 Enfants activités 22 En Pratique 24 Mode bikini 26 Saga Club Med 28 Mangez jeune et beau 30 Pêle-mêle

Rédacteur en chef Raoul Buyle / Rédaction : 79 rue des Francs - 1040 Bruxelles - e-mail : llb.essentielle@ saipm.com / Cover : Vase en verre, circa 1933 Vittorio Donà, designer pour S.A.I.A.R.-Ferro Toso Murano, Italie. Chez Marc Heiremans / Ont collaboré à ce numéro Raoul Buyle, Juliette Debruxelles, Julia Delink, Pierre Dragomirov, Kiki Valenta / Direction artistique et mise en page mpointproduction / Coordination technique Luc Deknudt / Régie Publicitaire RGP Dominique Flamand - 02 211 31 35 - Dominique.flamand@saipm. com / Marketing et Promotion Delphine Guillaume - 02 211 31 78 delphine.guillaume@saipm.com / Directeur des ventes publicitaires Emmanuel Denis / Impression Sodimco / Vice-Président du conseil d’administration et du comité permanent Patrice le Hodey/ Direction, Administrateur délégué, éditeur responsable François le Hodey

Raoul Buyle

—3—


littérature pipole

PETITES INDISCRÉTIONS ZOUTOISES Qui se cache derrière les Zoutois ? Des hommes d’affaires, des financiers, des créateurs ? Des hommes, élevés dans le sérail de la discrétion, qui n’ont pas pour habitude de se répandre inutilement dans les médias. Pour nous, ils font une exception et nous parlent du Zoute (*) par amitié, jamais par calcul. — Raoul Buyle

Paul Buysse P Entre le Zoute et Paul Buysse, c’est une longue histoire d’amour qui débute dans l’enfance… Paul Buysse : J’y suis pratiquement né. Mon père, avocat au barreau d’Anvers, possédait une petite maison Avenue Léopold : la Villa Titi. La vraie villa Zoutoise, modeste dans ses proportions, mais Ô combien chaleureuse. J’ai un souvenir ému du temps où elle a été démolie pour construire à la place…des garages. De mon enfance au Zoute, je me souviens de paysages qui n’existent plus, de grandes balades dans les dunes, des gaufres chez Siska, de la piscine au Lekkerbek et du Corso Fleuri, un grand défilé organisé par la Commune le dernier w-e d’août autour du thème des fleurs, à grand renfort de chars colorés, de géants et de flonflons (…) Plus tard, à 20 ans, je ne pensais qu’à deux choses : les filles et les filles, un peu aussi à faire du sport, et accessoirement à réussir mes études. Il faut dire que pour draguer, le Zoute est l’endroit idéal. La plage, la Barque à Jack, le karting… Rolls ou Ferrari ? Ni l’un ni l’autre, pas le genre de la maison ! Il est vrai que j’aurais pu avoir toutes les Rolls Royce du monde car, vous n’êtes pas sans savoir, que j’ai été l’artisan de la vente de ce fleuron (agonisant) de l’industrie britannique au groupe allemand VW. Eh bien, figurez-vous, que je n’ai jamais conduit de Rolls de ma vie.

Michele Sioen X Vous définissez-vous comme Zoutoise ? Si oui, qu’est-ce que cela signifie pour vous ? Michèle Sioen : Je suis tout à fait Zoutoise, mieux, une Zoutoise cosmopolite ! J’habite ici, je vote ici, mes trois enfants vont à l’école du Sacré-Cœur à Knokke (une excellente école). Bref, une grande partie de ma vie (privée) se passe à Knokke-Le Zoute. Et j’y suis très attachée. Pourquoi ? Parce que c’est une mode de vie qui me correspond bien, d’autant que j’ai une vie professionnelle très intense (NDLR-Michèle dirige plus de 4500 personnes au sein du groupe textile familial, Sioen Industries). En plus la ville possède (presque) tout : restaurants, depuis la simple brasserie jusqu’à la table étoilée, galeries d’art, boutiques , environnement naturel, vie mondaine… Rajoutez-y la famille et des groupes d’amis qui se retrouvent d’années en années. Les gens que l’on fréquente en hiver ne sont pas tout à fait les mêmes que ceux que l’on voit en été, ce qui nous permet de rencontrer beaucoup de monde. On ne vit pas du tout isolé au Zoute.

—4—

Aldo Vastapane v Décrivez-nous le Zoute de vos vingt ans ? Aldo Vastapane : Il y avait, à l’époque, un restaurant très chic situé sur la digue, L’Argentière, dans la cave duquel se trouvait le Club «Horse Neck» qui avait énormément de succès. Un autre club à grand succès était ‘Les 3 Cabbaleros’ exploité par Feffo Capponi. Peu de temps après se sont ouverts deux autres bars ‘La Tortue’ et ‘Le Zwin’ où tout le monde allait. Je peux vous dire qu’à l’époque on savait s’amuser ! Drôle de hasard : je vis aujourd’hui dans les briques où j’avais logé 45 ans plus tôt après mes nuits de java. Maurice Breda, patron du Carlton, avait repris une propriété au Zoute et y avait ouvert un hôtel «Le Relais du Comte Jean» où je logeais parfois. Par la suite, cette propriété a été rachetée par Ado Blaton qui l’a revendue à Georges Plouvier et, à la mort de celui-ci, c’est moi qui l’ai achetée…

Baron Albert Frère

Quelles anecdotes amicales et/ou professionnelles vous lient à jamais à Knokke-le-Zoute ? Baron Albert Frère : Le Zoute a été un point de rencontre professionnel important. Pas mal de personnalités du monde des affaires y ont défilé, de Bernard Arnault à Gérard Mestrallet, de Paul Buysse à Claude Deseille, bon nombre de contrats ont été discutés et même signés ici. J’ai un souvenir très fort de ce dimanche 31 mars 1996 au cours duquel, avec Michaël Dornemann, nous avons mis au point le rapprochement RTL-Bertelsmann. D’autres opérations importantes s’y sont élaborées, notamment avec le regretté Mark McCormack accompagné d’Eric Drossart (…) Il m’arrive aussi d’y rencontrer de temps à autre Jean-Claude Van Cauwenberghe et qui mieux que lui peut incarner l’attrait du Zoute pour les Wallons (…) Il y avait aussi John Goossens dont nous gardons tous un souvenir chaleureux. J’ai d’ailleurs été le capitaine du Trophée des Présidents, traditionnellement organisé par Belgacom. Cette compétition réunissait la fine fleur des golfeurs dirigeants d’entreprises. Une vingtaine de PDG européens y ont participé ce qui, vu l’identité de mes « alter ego », a entraîné beaucoup de contacts informels.

Philippe Delusinne ԰

Vous qui avez la réputation d’être un workaholic, parvenez-vous à déconnecter complètement quand vous êtes au Zoute ? Philippe Delusinne : Le Zoute me transpose dans un autre univers, même si celui-ci est souvent rythmé par la rencontre de gens que je croise quotidiennement à Bruxelles. Mais, la magie des lieux fait qu’ici tout le monde adopte un comportement différent et les relations sont d’une tout autre nature, quitte à balancer sa cravate aux orties ! Déconnecté ? Oui, dans la tête…mais peut-être pas totalement en pratique. Disons qu’ici je gagne quelques heures : je ne suis « branché » sur le monde que…18 heures sur 24. Et pas question de renoncer à la lecture de mes quotidiens favoris (Le Soir, L’Echo, La Libre, De Morgen et Libération). Me tenir bien informé est d’abord un plaisir avant d’être un travail.

Olivier Strelli

*

Votre première rencontre avec le Zoute ? Nissim Israël alias Olivier Strelli : 1951. Ma maman estimait que le climat au Congo (où j’ai vécu durant mon enfance) était débilitant. Donc, pour les vacances, on allait respirer le bon air iodé de la mer du Nord. On logeait dans un hôtel qui n’existe plus (l’Hôtel du Globe) qui étonnamment se trouvait exactement situé à l’emplacement actuel de ma boutique à Knokke (…) Je garde de mon enfance Zoutoise des souvenirs épouvantables de maillot de bain en laine qui gratte et qui, mouillé, pèse une tonne et ne sèche jamais. Un « traumatisme » qui est peut-être à l’origine de ma carrière (rire) ! Un autre souvenir :  A 18 ans, j’ai été champion de twist avec une copine (NDLR-Michèle Piteus) dans une boîte qui s’appelait Le Bercy. Et j’ai reçu la coupe des mains de Vince Taylor himself. Aujourd’hui encore j’adore danser. C’est d’ailleurs moi qui a appris à danser à mon neveu John alias John Stargasm, leader du groupe Ghinzu… (rire)z

(*) Propos recueills par Raoul Buyle pour The Zoute Paper - www.zoutepaper.be


architecture

Aujourd’hui comme hier, Knokke change, évolue, s’urbanise, s’architecte, se modernise, s’écologise. Au «jeu de Monoply», la Commune place la barre haut et fait appel aux meilleurs architectes du monde. Sans renoncer à la nature. — Raoul Buyle

CITIUS ALTIUS FORTIUS Lors du 2ième Congrès «North Sea Real Estate», à Knokke, les esprits se sont échauffés et les idées les plus folles ont été échafaudées. Quoi, la côte Belge aurait la folie des grandeurs ? Il se raconte que la construction de gratte-ciel serait tout à fait envisageable du côté de Albert-Plage jusqu’à Duinbergen. Et les entrepreneurs (privés) de se mettre à fantasmer sur des chantiers XXL façon Besix à Dubaï, des centres commerciaux grands comme un village et de Fun Towers qui tutoieraient les nuages ! Il paraît même qu’en haute sphère on brainstorme sur la construction d’une île artificielle (style Palm Island) du côté de Heist, reliée par un pont et orientée côté sud. Cette île entrerait dans le grand projet de protection de la côte belge (Vlaamse Baaien 2100) pour contrecarrer la menace d’une montée du niveau de la mer. Wait and see.

—6—

«Il n’y a rien de pire qu’une ville « historique», précise d’emblée Léopold Lippens, une villemusée qui reste figée dans le temps. Ce n’est pas la vocation de Knokke. Et, je dois avouer que c’est très réjouissant pour un bourgmestre de voir se réaliser dans sa commune les grands projets architecturaux pour lesquels il s’est battu. La politique, c’est l’art du possible ! » En point de mire de cet avenir brillant : la «voile» du nouveau casino. Un projet, pharaonique s’il en est, développé par un prestigieux bureau d’architecture américain, Steven Holl Architects de New York, en collaboration avec le bureau d’architectes belges BURO II de Roeselare. Où en est le projet ? On termine une série de forages pour finaliser le dossier et permettre aux promoteurs (privés) de s’investir. Car, si beaucoup se montrent intéressés, ils sont moins nombreux à avoir signé un «oui» définitif et contractuel. Une chose est certaine : un jour, on le verra de loin ! Comme le Musée Guggenheim de Frank Ghery à Bilbao, la Bionic Tower à Shanghai ou la Tour Eiffel en son temps…

UNE GARE HORS NORME Entre autres projets architecturaux : la construction de la nouvelle piscine (communale) tant attendue est bientôt achevée. Premier plongeon prévu début juillet sur site réservé au développement du vaste projet Duinenwater. Soit 25 ha de terrains constructibles, comprenant notamment une zone boisée et un vaste étang situés entre la gare de Knokke-Heist et celle de Duinbergen. Les fondations d’un golf prévu au même endroit, ainsi que le complexe de loisirs et les immeubles à appartements, tardent un peu à démarrer. Par contre, derrière Heist, on a construit 250 maisons pour les Knokkois. Ce ne sont pas des logements sociaux, mais abordables. Quant au campus du nouvel hôpital (qui devrait employé 1000 personnes) à l’architecture futuriste, surélevée comme un «nuage» de Magritte, il se situera l’entrée de Knokke. Début des travaux ? Remis à plus tard. Les derniers terrains nécessaires viennent seulement d’être expropriés… Et la gare ? Il se dit que l’illustre Zaha Hadid (NDLR-la seule femme lauréate du prix Pritzker considéré comme le Nobel de l’architecture) a été choisie pour un projet tout en courbes et en asymptotes. Impossible ? Non, puisque Liège a bien réussi l’opération avec le grand Santiago Calatrava.


*En 1893, Frédéric Boucheron est le premier des grands joailliers contemporains à ouvrir une Boutique sur la place Vendôme

B R U X E L L E S : 1 0 B O U L E VA R D D E W AT E R L O O +32 2 512 38 63 | www.infodiamond.com


promenade

OUVREZ, OUVREZ LA CAGE AUX OISEAUX 16,3 millions d’euros, c’est l’investissement global consenti pour la rénovation du Zwin. Un projet durable, ambitieux, écolo, qui initie un tourisme plus responsable tout en évoquant la migration des oiseaux. A vos jumelles ! — Raoul Buyle Au Moyen-âge, le bras de mer du Zwin voyait passer les bateaux qui firent la fortune des Brugeois. Damme était alors un des entrepôts les plus cossus d’Europe, idem pour Muyde et Hoeke. Avec l’ensablement de l’estuaire, la migration est devenue aérienne. Aujourd’hui, il ne reste que des «slufters», ces bras d’eau par lesquels la mer s’engouffre dans les dunes aux grandes marées d’équinoxe et aux fortes tempêtes du N-O. Et ce sont plus de 300 espèces d’oiseaux migrateurs qui passent par le Zwin, parfois pour un simple survol, mais aussi le temps d’une courte halte (gastronomique) dans les prés-salés (schorre) et vasières (slikke) alentours. Certaines espèces viennent même y nidifier… même sur la cheminée de l’ancienne Villa royale ! Force est de reconnaître que l’on doit ce site naturel unique en Europe (au monde ?) à l’enthousiasme du Comte Léon Lippens qui s’opposa aux velléités immobilières et parvint à déjouer un plan gouvernemental visant à relier Breskens à Knokke par une ligne de tram traversant le Zwin. Aujourd’hui, pour mieux lutter contre l’ensablement, le transfert du Zwin dans le domaine public est sans doute la meilleure solution pour en assurer la pérennité.

INTERNATIONAL BIRD AIRPORT Légèrement vieillot, le Zwin veut redéployer ses ailes d’ici à 2014. On va supprimer les volières pour en construire de nouvelles, plus

—8—

grandes et aérées. En pratique, le promeneur aura accès à différents espaces délimités par des «filets» qui feront office de volières XXL pour accueillir une sélection didactique et précieuse d’oiseaux typiques de la région. «Les gens pourront se balader en compagnie des oiseaux d’une manière plus aventureuse, dit Kris Struyf, le nouveau conservateur du Zwin. « Bien entendu, la priorité est donnée à l’accueil des oiseaux migrateurs en «centre ouvert». C’est pourquoi le projet écotouristique d’éducation à la nature du Zwin répond à la devise suivante : Le Zwin, «aéroport international pour les oiseaux». Dans le bâtiment d’entrée, qui sera entièrement reconstruit, une expo (permanente) prendra place. Il y aura, par exemple, des écrans plasma où seront annoncées les espèces d’oiseaux que l’on attend, d’où ils viennent, quand est prévu leur atterrissage. Avez-vous déjà assisté au «goûter» des cigognes à 15h parce que, cette heure étant inscrite dans leur horloge biologique, elles savent qu’elles pourront trouver quelques «extras» à grignoter. D’autres oiseaux, comme les cormorans et les mouettes, ont aussi retenu cette heure à laquelle ils peuvent passer à table. «On ne veut surtout pas faire du Zwin, un parc d’attractions, précise Kris Struyf, mais un parc agréable où il y aura beaucoup d’éléments éducatifs.» Objectif : une fréquentation moyenne de 250.000 visiteurs (payants) par an. Info au 050 60 70 86 - www.zwin.be

OUVERT AU PUBLIC Sans vouloir révolutionner l’endroit, la Province de Flandre occidentale (qui finance la plus grande partie du projet) et l’Agentschap voor Natuur en Bos (ANB) planchent sur des travaux de transformation de grande envergure. Au programme : un «centre pour visiteurs» à l’entrée du Zwin, entièrement revu et corrigé, et le nouveau «centre d’observation» bien intégré dans le paysage. Ici, le visiteur aura (même par mauvais temps) une vue panoramique sur les écosystèmes du Zwin et pourra observer le vol et la nidification des oiseaux. Notons aussi que le Zwin sera agrandi de 120 ha du côté du Willem-Leopold-Polder et vers la Hollande. Les études d’impact environnemental, préalables et indispensables aux permis de bâtir, venant d’être finalisées. Déjà accessibles : les «labos» et autre workshop didactiques (mais rigolos) pour les enfants, où ils peuvent jouer aux apprentisbiologistes, aux baby-ornithologues ou aux cuisiniers en herbe (sur rendez-vous). Enfin, sachez que pendant la durée des travaux, le Zwin restera ouvert au public.


available at

STOCKEL - 74, Rue de l’Eglise - 02/ 779 55 25 BRUXELLES - 95, Rue du Marché-Aux-Herbes - 02/ 513 35 86 BRUXELLES - 46, Rue de la Montagne - 02/ 511 40 11 OOSTENDE - 45, Van Iseghemlaan - 059/ 70 33 50 ANTWERPEN - 61, Mechelsesteenweg - 03/ 232 54 75 KNOKKE-ZOUTE - 100, Dumortierlaan - 050/ 62 07 45


gastronomie

Si le moules-frites est aux Belges ce que la bêtise est à Cambrai, il n’en demeure pas moins que la majorité de nos bivalves vient de Zélande. Venait de Zélande, car la belgo-moule a fait son apparition à la criée d’Ostende. — Pierre Dragomirov

GOURMANDE Nature, marinière ou au vin blanc, c’est la manière la plus courante de les manger. Avec des frites, s’il vous plaît. Que l’on prendra soin d’attraper avec une coquille de moule vide façon baguettes chinoises. Grasses, les moules ? Détrompez-vous. Le peu de graisses qu’elles contiennent sont de « bonnes » graisses riches en omega-3. Par contre les frites… Quant au « supplice de la casserole » et au cri de la moule vivante qu’on ébouillante, un mythe ! Une moule n’est pas consciente de ce qui lui arrive, son système nerveux est bien trop élémentaire pour cela. Elle a des nerfs mais pas de cerveau.

LA PERLE BELGE : LA MOULE Le saviez-vous ? Hier encore nous importions tout ce que nous mangions, soit quelque 60.000 tonnes de moules venues principalement de Hollande, mais aussi de Chine (le plus gros producteur au monde), d’Espagne, du Danemark et de France. Car si le moules-frites est un des symboles les plus solides de notre Etat fédéral - le symbole du ventre - il n’en demeure pas moins que la majorité de nos moules vient d’ailleurs. Venait d’ailleurs… Récoltées au large de Nieuport, 4000 kg de moules belges ont fait leur apparition, il y a trois ans, à la criée d’Ostende. Dodue, goûteuse, bien iodée, la belgo-moule n’a rien à envier aux Zélandaises et a reçu le label de qualité A, à savoir qu’elle peut être livrée directement au consommateur sans passer par la case «dégorgement» (contrairement aux moules de Zélande). Avec sa coquille fine de couleur noire rayée de brun, le bivalve national allie le goût très intense des moules de Bouchot au calibre des jumbos de Zélande. Un début prometteur pour les myticulteurs flamands qui escomptent produire 14 millions de kg de moules dans l’ensemble des trois zones réservées à la mytiliculture en mer du Nord, soit 50 % de notre importation actuelle de Zélandaises. Pourquoi de Zélande ? Pour deux raisons simples : la première étant que là-bas s’est développée une vraie industrie de la moule, conséquence en fait de la deuxième : les autorités néerlandaises mènent sur l’Escaut, depuis des décennies, une politique importante et intelligente d’épuration des eaux. Plus aucun rejet d’eaux usées, pas de produits chimiques arrivant des terres agricoles. Car à force de filtrer l’eau à longueur de journée, une moule accumule les substances qui s’y trouvent. Pollution, parasites, plancton, toxines. Ce qui en fait un des meilleurs bio-indicateurs de la propreté

—10 —

des eaux de mer. Si les moules vont mal c’est que la mer va mal. Bref, c’est grâce à cette conscience écolo des Hollandais que nous mangeons tant de moules. Une tradition (gastronomique) qui remonte… à Charlemagne. Dans notre pays, si il s’agissait au départ d’un met de pauvres (pêcheurs), les moules sont vite devenues un repas de choix consommé depuis le XVI e siècle lors de mémorables kermesses breugheliennes.

ARTISTE

Académique ou décalée, la moule inspire les Arts. Depuis le cendrier en coquilles de moules bricolé pour la fête des pères, jusqu’à la fameuse « Casserole de moules rouge » (1965) de Marcel Broodthaers. Outre l’expression d’une autodérision bien de chez nous, l’artiste voulait signifier son refus d’entrer dans le « moule » des musées, de l’académisme, bref du suivisme. Une œuvre « moulesque » qui porte haut et loin l’étendard du surréalisme made in Belgium, et qui a intégré les prestigieuses collections d’art moderne du MoMa à New York…pour 2,5 millions de dollars.


Nous vous accueillons du lundi au mercredi sur rendez-vous, le jeudi et vendredi le showroom est ouvert.

ART NOCTURNE KNOCKE

37e SALON INTERNATIONAL DES ARTS ET ANTIQUITES

78, Rue de la Borne - 1080 Brussels - Tel +32 (0)2 410 61 50 - Fax +32 (0)2 410 63 81 info@vervloet.com - www.vervloet.com

CC SCHARPOORD & HOTEL LA RESERVE 11-19

AOÛT

2012

chaque jour de 16 à 21 h artnocturneknocke.be


art

LA MER ARTY On s’étire, on s’étend, on se prélasse, on se détend. Le corps au repos mais l’œil alerte, on se remplit l’esprit d’art et de culture. Les chocs esthétiques remplacent les coups de soleil. — Juliette Debruxelles

ÊTRE DISTRAIT… MAIS NE SURTOUT PAS RATER BEAUFORT 04 — La Triennale d’Art contemporain dynamise tout le littoral. La Panne, Coxyde, Oostduinkerke, Nieuport, Middelkerke, Ostende, Bredene, La Panne, Blankenberge et Zeebruges mettent à la disposition des artistes des espaces naturels. A La Panne, la pièce d’eau « Boundaries of Infinity » en béton, pensée d’après la suite de Fibonacci et les formes parfaites du nombre d’or de l’artiste maltais Norbert Francis Attard face à la maison communale de La Panne. Les sculptures de l’artiste tchèque Michal Gabriel à la hauteur de la digue et la Canadezenplein. Les figures humaines de l’artiste espagnol Jaume Plensa sur le site Archéologique du Musée Abbatial Ten Duinen 1138. A Nieuwpoort, le Belge Hans Op de Beeck et une œuvre monumentale à la Poudrière munitions Bommenvrij, les petits dessins et critiques ironiques de Nedko Solakov parsemés dans le décor art nouveau déserté de la Villa Hurtebise. Arne Quinze et l’ensemble de sculptures étranges « Rock Strangers » sur la digue à la hauteur de la Zeeheldenplein. A Bredeene, l’installation jaune de huit mètres de haut évoquant les vagues de Nick Ervinck. Les arcs en acier de Bernard Venet sur la digue de Wenduine, à hauteur de la Rotonde. Les concepts humoristiques et esthétiques d’Erwin Wurm sur la St. George’s Day Promenade de Zeebrugge. A revoir également, les œuvres des éditions précédentes devenues permanentes, comme les drapeaux « Le vent souffle où il veut » de Daniel Buren ou la tortue de mer de Jan Fabre à Nieuwpoort ou l’installation de Valérie Mannaerts à Oostende. L’art et les éléments. En grand ! —

Erwin Wurm, « Big Coat », pile dans la tendance fluo ; à Zeebrugge.

Jusqu’au 30 septembre dans une trentaine de lieux de 9 villes côtières. Visites guidées en autocar chaque mardi après-midi d’Oostende jusqu’à Zeebrugge et chaque jeudi après-midi d’Oostende jusqu’à De Panne. Point de rencontre : 13h15 au Thermae Palace, Koningin Astridlaan 7, Oostende. Réservations carine. slabbinck@vzwkunst.be. Visites en vélo avec guide (40 km), 275 euros pour un groupe de 25 personnes maximum. Infos et réservations : info@sportievak.be.

—12—


Nick Ervinck, « Olnetop », une autre vision de la vague, à Bredene.

Arne Quinze, « Rock Strangers », la maquette des œuvres présentée à Oostende pour Beaufort 04

Michal Gabriel, « Players », des hommes sans chair face à la mer ; à La Panne (Canadezenplein)

SE REPOSER, BRONZER... MAIS RESTER INFORMÉ —

EVITER LES SOIRÉES DIAPOS… ET S’INSPIRER DE VRAIS CLICHÉS —

AIMER LES BELLES CHOSES… ET BIEN S’ENTOURER —

L’exposition World Press Photo, c’est l’un des plus prestigieux concours de photographie de presse professionnelle. L’exposition itinérante s’installe dans plus de cent villes à travers le monde. Première escale : Knokke. Le photographe espagnol Samuel Aranda a remporté le premier prix cette année pour son cliché publié dans le New York Times illustrant une femme tenant dans ses bras un membre de sa famille blessé dans une mosquée utilisée comme hôpital de campagne lors des violences qu’a connu Sanaa, au Yémen. Pour ne pas bronzer idiot. — Jusqu’au 10 juin au Centre Culturel Scharpoord, Meerlaan 32.

Le Festival International de la Photo de KnokkeHeist ouvre sa renommée aux clichés aux explorateurs de la terre, de la mer ou de l’espace. Du nord à la jungle Brésilienne, du Costa Rica à la mer de Béring, du Groenland à L’Allemagne, l’événement, baptise cette année “Wonderland”, fait voyager. La présence de six photographes internationaux (Corey Arnold- Etats-Unis, Gerdo de Ruijter - Pays-Bas), Olaf Otto Becker Allemagne, Sanna Kannisto - Finlande, Michael Light - Etats-Unis et Ruud van Empel - Pays-Bas) invite à se cultiver l’œil à l’œil. — Jusqu’au 30 juin. Au Centre culturel de Knokke-Heist, Zeedijk 660. Mais aussi au Centre Culturel Scharpoord, au Musée Sincfala et au Casino.

Le Centre Culturel Scharpoord, l’hôtel La Réserve, c’est là qu’il faut flâner après la plage pour croiser les beautiful people au sens esthétique développé. La 37ème édition d’Art Nocturne Knocke et la 19e Sculpture Link Knokke rassemblent les amateurs d’art et d’antiquité, les coquettes, les collectionneurs et curateurs au cours de soirées très bien fréquentées. L’an dernier, l’événement a attiré douze mille amateurs d’art dépensiers, en faisant de ce Salon le plus important de l’été en Europe. Des valeurs sûres, moyenâgeuses ou contemporaines, des bijoux et pièces de mobilier, de vrais placements, mais aussi une place réservée aux jeunes talents émergents. — Du 11 au 19 août, 11 aout au Centre Culturel Scharpoord et à l’hôtel La Reserve. Service de navettes continu de 15h45 à 20h30 entre Q8 Kustlaan Le Zoute, Albertplein, Lichttorenplein et Scharpoord. Pour 239 euros, la formule VIP propose une combinaison Bruges-Knokke de 2 jours (1 nuit) dans une chambre supérieure de l’hôtel 5 étoiles Dukes Palace Kempinski, l’accès au Kempinski Spa, un ticket d’entrée pour 2 personnes pour Art Nocturne Knocke et un service de navette limousine gratuite entre Bruges et Art Nocturne Knocke. Info +32 50 447 888, reservations.bruges@kempinski.com

www.fotofestival.be

www.fotofestival.be

Gil et Christine Tuteleers, organisateurs de la 37e édition de Art Nocturne Knokke, du 11 au 19 août.

www.artnocturneknocke.be

ART AND THE CITY Á Knokke, l’art est partout. Dans la rue, sur la plage, dans les galeries (nombreuses). Et surtout dans le cœur des Zoutois. Il faut dire que l’exemple vient d’en haut. Peut-être est-ce pour renouer avec le glorieux passé culturel des lieux que Léopold Lippens investit dans l’achat d’oeuvres dispatchées aux quatre coins de la ville. Le Poète d’Ossip Zadkine, La Rose des vents de Wil Delvoye, le Lièvre de Barry Flanagan, L’Ode à la femme de Jef Claerhout. Souvenez-vous aussi des vaches de Art On Cows maquillées comme des voitures volées. En matière d’immersion artistique dans la vie quotidienne d’une ville, on a rarement fait mieux. L’impulsion vient aussi et surtout des galeristes. Les plus grands noms de l’Art contemporain ont exposés à Knokke. Nan Goldin,

Richard Serra, Gilbert et George, Martin Parr, Terry Winters, Günther Förg. Des galeristes qui ont aussi le bon goût d’exposer des belges prometteurs. Yves Ullens, Sophie Cauvin, Delphine Boël, Catherine François dont «L’Homme Debout» défie la mer…pas loin de «L’Homme Assis» de Folon. Á Ostende, l’autre «reine» des plages, on a su également donner l’exemple en installant le Musée provincial d’art moderne (PMMK) dans un ancien supermarché. Un lieu qui se prête tellement bien à son nouvel usage qu’on se demande pourquoi ne pas transformer le Marché-aux-légumes de Knokke en centre d’expression libre. Façon Keith Haring ! Comme bien avant lui Magritte ou Delvaux, le street-artiste a laissé sa signature un peu partout dans la ville...jusque sur le frigo de Roger Nellens ! R.B.

—13 —


saga UNE ŒUVRE D’ART Témoins d’une époque révolue, les Super Ariston et autre Olympic disparaîtront dans les années 80. Aujourd’hui seul l’Aquarama, produit sur commande spéciale par le groupe Ferretti, témoigne encore du passé prestigieux de la marque. Dernièrement, à Genève, un Super Tritone de 1953 entièrement restauré a été vendu plus de 300 000 euros. Le prix d’une œuvre d’art.

AQUARIVA BY GUCCI En 2010, Gucci profile un Aquariva à grand renfort de polyester et de bois précieux. Le tissu imperméable qui habille les sièges et le pont supérieur rend hommage à l’imprimé Guccissima. Point d’orgue de cette customisation, la bande verte-rouge-verte qui borde la ligne de flottaison et parachève à la perfection le pare-brise de cristal vert unique.

Brigitte Bardot à bord de son Riva Florida ; 1968

Riva Aquarama ; 1968

Même s’il n’est pas construit pour naviguer en haute mer, ce Riva Olympic battant pavillon belge est parfaitement capable de fendre les flots ; 1962

INDISPENSABLE ACCESSOIRE Symbole d’un luxe révolu, le Riva demeure le bateau le plus glamour de la Riviera. Un canot à moteur tapissé de chrome et d’acajou dont l’élégance, toute italienne, n’a jamais été égalée. Poussons à fond les 350 chevaux de ce motoscafo de rêve et retournons-nous sur son sillage… — Pierre Dragomirov Cet été, laissez donc les nouveaux milliardaires russes et leurs yachts clinquants. Optez pour un «canot automobile» à l’acajou vernissé et aux chromes étincelants. Symbole du design des années 60, le Riva est à la mer ce que le «Cheval cabré» est à la route des vacances : un concentré d’élégance et de belle mécanique. Rappelons que la légende Riva est née à Portofino de la volonté d’un homme à l’énergie hors du commun : Carlo Riva. Pendant qu’Enzo Ferrari créait ses fabuleux bolides rouges, Carlo monte des moteurs à explosion sur les bateaux, une véritable innovation pour l’époque, et transforme le petit chantier naval familial en mythe. En quelques années, ces superbes canots à moteur tapissés des boiseries les plus nobles et des cuirs les plus moelleux supplantent les Chris-Craft américains et devinrent l’apanage que se disputent encore

—14 —

aujourd’hui les stars et les grands de ce monde (réunis aujourd’hui en un club très huppé baptisé «Riva Historical Society»). Des canaux de Venise à St-Tropez en passant par MonteCarlo et le lac de Côme, ils sont nombreux à avoir piloté ce motoscafo au design très italien. Le Shah d’Iran, Aristote Onassis, le prince Rainier de Monaco, Kirk Douglas, Richard Burton, Belmondo ou Peter Sellers. C’est B.B., propriétaire d’un Riva Florida, qui lancera la mode à Saint-Tropez. D’autres beautés en vogue piloteront un Aquarama Riva (qui doit son nom à la contraction des mots «aqua» et «cinerama») dont Sophia Loren, Anita Ekberg ou l’ex-impératrice Soraya qui a mis une couronne en or à la poupe de son Tritone Riva.

EN PRODUCTION LIMITÉE Côté profilage, les Riva évoluent peu : ils se

Aquariva by Gucci ; 2010 présentent sous une forme unique dont seuls les détails et la puissance du moteur différencient les modèles. Ils sont entièrement en bois verni (on compte vingt couches au total, dix posées par pinceau, dix par pulvérisation), découverts, à deux places, avec un pare-brise inspiré de celui des Cadillac. Le moteur est situé dans l’imposante partie arrière pontée et n’est pas visible. Construits en acajou importé du Gabon ou du Honduras, ces horsbords sont motorisés par des V8 essence américains très gourmands en carburant. Cependant, leur clientèle n’en a cure. Chaque Riva possède un tableau de bord inspiré des Aston Martin dont il reprenne aussi le volant à la jante chromée et des commandes par «tirettes». So chic.


Handmade seats and furniture

20 ans d’élégance

Depuis près de 20 ans, les plus belles demeures, les plus beaux hôtels et restaurants font confiance au bon goût et à la qualité de la marque Marie’s Corner. La collection se compose de 185 modèles exclusifs. Des canapés, des fauteuils, des chaises, des tabourets, des repose-pieds et, depuis peu, des tables. Fabriqués par des artisans qualifiés. Tous les meubles sont personnalisés selon les finitions et dimensions choisies par le client. Dans la plus pure tradition, chaque siège signé Marie’s Corner est réalisé à la main pour des personnes uniques. Vous allez adorer. Découvrez la collection Marie’s Corner et soyez informé en avant-première en vous inscrivant à notre newsletter sur www.mariescorner.com


tendance

VIVONS LA VOILE ! L’EXPÉRIENCE DE JULIEN « J’ai commencé le kitesurf il y a quatre ou cinq ans, du côté de la plage du Lekkerbek, au cours de vacances à Knokke. J’ai tout de suite accroché. C’est devenu une drogue à laquelle je m’adonne dès que possible. Je planifie mes vacances en fonction des bons spots, je communique via le site www.kitesurfeur.be avec d’autres kiters, je m’informe. C’est un sport dans lequel on progresse sans cesse, avec des sensations différentes à chaque fois. Il faut pouvoir appréhender le risque, prendre du plaisir sans se mettre en danger. C’est physique, mais on sort de l’eau bourré d’énergie, avec l’envie d’avoir une vie plus saine. Ça pousse à se fondre dans les éléments, à comprendre les vents plutôt que de lutter contre eux. »

Les gamins adorent, les grands en font un sport. Le cerf-volant est à la Mer du Nord ce que le champagne est au brunch : indispensable et accessoire, pétillant de vitalité. Du matériel léger acheté sur la digue à la merveille de technologie pour kitesurfers, la beach attitude exige de tirer les ficelles. — Julia Delink Il ya deux versions. La version soft : le cerf-volant. Et la version fun : le kitesurf. Les enfants adorent, les grands sont touchés par la force des éléments. Le cerf-volant rassemble toute la famille autour d’une activité ludique et poétique, les yeux rivés vers le ciel. Et pour rendre le moment encore plus excitant, on propose aux enfants de monter et de colorier leur propre voile grâce aux kits proposés sur www.cerfvolantservice.com. Quant au kitesurf, debout sur une planche de surf, on se laisse tracter par un cerf-volant (« kite » en anglais) que l’on retient à l’aide d’une barre. Figures spectaculaires garanties. Le phénomène kitesurf a gagné tout le littoral et plus seulement les branchés en quête d’adrénaline, au point que l’an dernier, un texte officiel conclu en accord avec tous les bourgmestres

—16 —

du littoral réglementant l’activité a été diffusé et appliqué. Objectif : garantir la sécurité de tous, baigneurs, vacanciers allongés, kitesurfeurs, et adeptes du cerf-volant de traction. Des bouées délimitent les zones de baignade, les zones tampons d’au moins 50 mètres et les zones consacrées à ces sports par vent de moins de sept beauforts. Les kiters sont tenus de porter un lycra numéroté par un club de sport aquatique, preuve du club que le kiter est en possession d’un certificat d’aptitude à manier un kite et qu’il est en accord avec la réglementation en vigueur et la charte du club. Le certificat d’aptitude à manier un kite ne peut être délivré que par un professeur reconnu. Avant de se lancer, il faut donc apprendre à bien manier ! Plusieurs écoles de kitesurf dispensent des cours sérieux. En deux ou trois jours, on peut acquérir de bonnes bases qui devront être perfectionnées en une vingtaine d’heures de leçons supplémentaires. Les femmes et les ados sont les bienvenus (on peut commencer des initiations dès huit ans mais 14 ans est l’âge recommandé pour réellement profiter des sensations), l’exercice consistant à développer la maîtrise technique plutôt que la force musculaire pure. En plus d’être une activité physique, le kitesurf éveille au respect écologique, à l’entraide, à la fraternité, au dépassement de soi. On y va !

A NIEUWPOORT  KiteSurfSchool info@kitesurfschool.be www.kitesurfschool.be A KNOKKE Surfers Paradise info@surfersparadise.be www.surfersparadise.be RBSC Kitesurfschool, www.kitesurf.be A ZEEBRUGGE Icarus, info@icarussurfclub.be www.rustyhouse.com A OOSTDUINKERKE Surfclub Windekind peter@surfclub-windekind.be www.surfclub-windekind.be A KOKSIJDE Koksijde Yachting Club info@kyc.be, www.kyc.be TARIF MOYEN 350 euros les 12 heures d’initiation.


La société ORGANIC propose un concept exclusif de tentes d’inspiration bédouine à la location et à la vente. Nos tentes sont disponibles sous une multitude de formats et de coloris attractifs; elles ont été conçues pour des événements tant privés que publics, et leur esthétique novatrice ne manquera pas de surprendre vos convives. Placées sur votre terrasse où dans votre jardin, sur la terrasse de votre restaurant ou votre hôtel, elles vous permettront de prolonger l’été jusqu’à la fin de l’automne. Leur structure en bois d’eucalyptus permet de jongler avec les formes et de s’adapter à tous les terrains, ainsi qu’aux contraintes techniques de vos événements. vo grâce à une toile exclusive, elles offrent une acous100 % imperméabless gr off C O N TA C T

ORGANIC s.a./n.v. 02 720 77 45 71 Ikaroslaan - 1930 Zaventem info@organic-concept.com www.organic-concept.com

répondent à toutes les normes de sécurité. tique unique ett ré no Fabriquées en Afrique du Sud par Tentickle, elles sont exclusivement distribuées en Belgique et en France par notre société, pour des usages distribu ponctuels ou des installations semi-permanentes. ponc Pour tout renseignement relatif à la vente ou aux possibilités de location, veuillez surfer sur : www.organic-concept.com, ou contactez-nous par mail à l’adresse: info@organic-concept.com Une réponse personnalisée vous sera adressée dans les plus brefs délais.

FOLLOW US :

L’équipe commerciale d’ORGANIC

design by www.frigolite.be

TENTES RÉVOLUTIONAIRES


enfants

LES KIDS À LA CÔTE La mer, le ciel bleu, les châteaux de sable, c’est bien. Mais quand le soleil tape trop fort entre midi et deux, quand les nuages s’incrustent, quand les loupiots ne tiennent plus en place, on fait comment ? — Juliette Debruxelles

ILS ONT ENVIE DE SE DÉFOULER

La solution : les épuiser On les inscrit au triathlon Scapa Sport Iron Kid. Le triathlon proposé aux enfants de trois à 13 ans rassemble les disciplines communes à la pratique des adultes, l’esprit de compétition en moins. Ici, seul compte le dépassement de soi, le goût de l’effort et du défit. Course à pied, vélo, natation, le tout adapté en fonction de l’âge et de la condition physique des gamins. Scapa Sport Iron Kid, les 24 et 25/8 à la piscine De Raan à Knokke-Heist. 050/63.04.80

ILS TOURNENT EN ROND

La solution : les laisser exprimer leurs talents

ILS ONT FAIM

La solution : faire du goûter un moment de pure créativité. La nouvelle lubie des créateurs de it-gourmandises ? Les cake pops. Joyeux mariage de sucette et de gâteau, on la prépare “home made” et on la customise. La recette est réalisable par des petits dès quatre ou cinq ans pour autant qu’ils se soient lavés les mains et qu’aucun grain de sable vienne contrarier la dégustation. On commence par réaliser un quatre-quarts que l’on émiette une fois cuit. On choisit un liant comme du lait concentré sucré ou du mascarpone et on forme des boules de gâteau dans la paume des mains. On les plante ensuite au bout d’un bâtonnet de bois. On place la réalisation au congélateur quelques dizaines de minutes puis vient la partie la plus amusante: la décoration. Perles de sucre, glaçage, colorant alimentaire, chocolat fondu, massepain, tout est possible pour envelopper la préparation. De quoi faire passer les cupcakes et whoopies pour des gourmandises has been... A lire : Cake Pops / 50 Best, de Maya Barakat-Nuq (Hachette Cuisine)

—18 —

On les inscrit au Concours “Peindre pour enfants” organisé par le Centre Culturel Scharpoord. Un thème imposé, des réalisations sous la supervision de moniteurs, beaucoup d’inspiration et un petit bonbon pour saluer la créativité. Garde l’œil sur Bo4Kids, la déclinaison de Beaufort04 spécialement pensée pour les enfants : le 20/6, Dalila Gonçalves et les tout-petits de Blankenberge réalisent sur la plage un vaste champ de sable au moyen de formes conçues par l’artiste. En juillet et août, le concours de photos « Phoneography » implique les talents âgés de 18 à 30 en leur demandant de prendre des photos des œuvres exposées dans le cadre de Beaufort04 avec un Smartphone. Sans oublier que dans le guide de côte, chaque description d’œuvre d’art est accompagnée de l’icône « Mouche » et d’une brève suggestion, conçue pour amener les enfants à partir de cinq ans à réfléchir sur les œuvres d’art et à les aborder de façon créative. Centre Culturel Scharpoord. Inscription sur place. www.beaufort04.be/bo4kids

COURS DE YOGA RIGOLOS Cet été, Nicole Leliaert propose d’initier les enfants (entre 6 et 12 ans) au yoga. Le yoga pour enfants consiste en une série d’exercices (ludiques) d’équilibre, de respiration, de souplesse, très bénéfiques pour améliorer la motricité, la concentration et la confiance de soi. Beaucoup de postures (asanas) portent, par exemple, le nom d’un animal (grenouille, papillon, cobra…) ou d’un objet, ce qui permet aux enfants de les faire en s’amusant et de les retenir facilement. Tous les dimanches matins au Centre Culturel Scharpoord. Infos Nicole Liliaert (Yoga Nirmla) 050 55 29 20


Anne-Catherine

GRANDE VENTE D’IMPERMÉABLES CHICS ET GLAMOURS PAR LA CRÉATRICE ANNE-CATHERINE GIRARD. Vendredi 1er, samedi 2 juin Mercredi 6, vendredi 8 et samedi 9 juin de 10h à 22h La pluie ne sera bientôt plus synonyme de grisaille, bien au contraire, vous serez signe d’élégance par tous les temps, en journée, en soirée, ou lors d’évènements!

Il vous suffira d’essayer, de choisir votre couleur. Délais de fabrication 4 semaines. Sur base d’acompte. Cette formule permet de préserver les ateliers et la création textile, «made in Belgium»!

Grand Sablon - Impasse St Jacques, 7 1000 Bruxelles - Tel: 02/611 16 50 www.annecatherinegirard.com Anne-Catherine Girard créatrice pour robes personnalisées de mariage, soirée, tailleurs. Sur rendez-vous uniquement.

Venez découvrir notre vaste choix de vins

Et notre large gamme d’accessoires pour vos idées cadeaux carafes, ice bag, toute notre gamme d’accessoires PULTEX et SCREWPULL

Niché derrière la jolie église de la Trinité, à un jet de bouchon de la Place du Châtelain, OENO TK est un véritable microcosme dédié au monde du vin. Dans un écrin original, composé de matières brutes et modernes, le but de Laurence Lardot et de Grégory Castreuil, deux personnalités différentes tel la robe et le tanin, réunis par la même passion du vin, est de vous en faire boire de toutes les couleurs. Plus sérieusement, de réjouir vos papilles, de vous faire partager leurs émotions et surtout de désacraliser la découverte du vin, en rendant dans une ambiance très conviviale la dégustation accessible à tous. OENO TK, c’est à la fois un Wine Shop où vous pourrez emporter vos bouteilles et un Wine Bar vous invitant à savourer une sélection très rigoureuse de vins du monde, du vin sincère au vin d’auteur en grignotant l’une des gourmandises suggérées sur un imposant tableau noir. Laurence et Grégory vous invitent à découvrir leurs nouveaux vins coups de coeur (France, Espagne, Italie, Belgique, Nouveau Monde, Afrique du Sud…), ainsi qu’une sélection d’accessoires pour servir celui-ci (tire-bouchons, sommeliers, décanteurs, matériel de dégustation…). Spécialisé dans les appellations Rhone, Loire et Languedoc Roussillon.

Rue Africaine, 29-31 - 1060 Bruxelles - Tél : 02/534.64.34. - info@oenotk.be - www.oenotk.be Horaires : Lundi et Mardi de 11h à 20h et du mercredi au samedi de 11h à 22h30


enfants

CONCOURS DE CHÂTEAUX DE SABLE Cinq trucs plus ou moins «bidon» pour que votre château (de sable) dure, dure, dure… 1. Utiliser un sable spécial (argileux) venu du Bassin de la Meuse, celui utilisé pour les concours officiels de sculptures sur sable.

ILS POSENT DES TAS DE QUESTIONS

La solution: leur répondre

Petit Bateau

On leur fait découvrir les trésors de la mer. Un saut au Serpentarium ou au Sealife de Blankenberge, une balade au Zwin… L’intérêt vient aussi de la découverte du Parc éolien de Belwind, sur le banc de sable « Bligh Bank », à 46 km des côtes de Zeebrugge. Un projet d’envergure (le plus important projet énergétique en Belgique) qui voit sortir de l’eau 55 éoliennes pouvant produire suffisamment d’électricité pour approvisionner 175 000 ménages tout en économisant 270 000 tonnes de CO2. De quoi sensibiliser nos enfants à l’écologie. Pour mieux répondre à leurs interrogations, on se connecte sur le site http://belwind.eu et on télécharge les explications techniques. De retour, on leur propose un atelier de bricolage et la réalisation d’éoliennes miniatures. Une feuille de papier carrée sur laquelle on a dessiné des motifs aériens, quatre découpes du milieu des bords vers le centre, on replie les pointes et on les rassemble avec une attache parisienne, on fixe le tout sur un bâtonnet et le tour est joué ! Infos www.serpentarium.be 050/42.31.62 www.sealifeeurope.com 050/42.43.00 www.vlindertuin-knokke.be 050/61.04.72

ILS DÉTESTENT LA PLUIE (ET NOUS AUSSI !)

La solution: bricoler en famille

Converse

— 20 —

Pour insuffler un peu de poésie sous le ciel gris, on file chez Zut, à Knokke, et on shoppe tout le matériel nécessaire pour la fabrication de fleurs en papier de qualité. On leur transmet ensuite notre savoir-faire. Pour les parents qui ne disposent que de deux mains gauches et pour les impatients, l’Office du Tourisme de Nieuwpoort organise des workshops pour les enfants de 6 à 12 ans. Les 4, 18 et 25 juillet, les 1er, 8 et 22 août. Inscription obligatoire à l’Office du Tourisme Nieuwpoort-Bad, 058 23 39 23. Zut, rue Antoine Bréartstraat 2/4, Knokke

2. Au lieu de faire un tas (de sable) informe comme une crotte de dinosaure, construire un édifice comme la proue d’un bateau avec une arête tranchante face à la mer pour mieux fendre l’assaut des vagues. 3. Incorporer (en douce) un seau de béton dans la base de votre édifice. 4. Ne pas choisir un endroit trop sec ni trop mouillé pour construire le château, un édifice en sable saturé d’eau (mais solide) résiste plus longtemps à la mer. 5. Appliquer le Nombre d’Or selon Leonard de Vinci (égal à la racine carré de 5 additionné de 1 et divisé par 2, soit 1,618034) basé sur un équilibre architectonique (compliqué) entre la longueur, la base et la hauteur ésotériques de l’édifice. Ajoutez à cela le temps qu’il fera, le niveau de la marée et l’âge du capitaine… et vous obtiendrez l’équilibre idéal.

ILS NE VEULENT PAS SE REPOSER

La solution : les laisser veiller C’est pour cela qu’au Coq, on leur offre durant deux jours des «spectacles de rue» proposés par des artistes du monde entier. Clou des spectacles, un feu d’artifice géant. Plus tard dans la saison, à La Panne, le happening ouvert à toute la famille, “Les Animaux font la bête” invite à se déguiser et à se comporter comme des bestioles sur l’esplanade et la digue. Fous rires en cascade ! Boulevard 2012 au Coq, les 21 et 22 juillet. “Les Animaux font la bête”à La Panne le 6 août


Nouveau sur la digue de Knokke ! Samedi 9 juin, inauguration et 1re « Digue des Auteurs » de 10.00 à 18.00 Rencontres, dédicaces et animations ininterrompues. De 18.00 à minuit, ambiance musicale avec le groupe « Age of Giants » en concert live. Dégustations, pétanque, concours de fleurs... Rejoignez-nous quand vous voulez pour une journée inoubliable !

• Littérature • Jeunesse • Bandes Dessinées • English Books • CDs, DVDs et gadgets • Cafffé • Cuisine, jardinage et sport • Guides de voyage, beaux-arts, décoration, automobile • Rencontres avec des auteurs, des artistes... • Selectie Nederlandstalige titels in elke afdeling Find us : facebook.com/FiligranesKnokke

Corman by Filigranes • Zeedijk 777-776, 8300 Knokke • +32 50 60 18 28 • info@cormanbyfiligranes.be www.cormanbyfiligranes.be • Mer › Lun : 10.00 › 18.30 • 7/7 pendant les vacances scolaires


pratique

LES CLÉS DU PARADIS Knokke-Le Zoute est un village avec ses us et ses coutumes. Un lieu privilégié s’il en est, où l’art de vivre se conjugue au temps présent. Plus qu’un style, un style de vie. —

BED & BREAKFAST DESIGN Un nouveau concept : le shopping-hotel-selfservice. Ici, tout est à vendre, les meubles, les objets…sauf les murs. Dans cette belle villa au toit de chaume devenue maison d’hôtes, la décoratrice Bea Mombaers (Items) propose trois chambres d’hôtes chics et pas trop chers. La déco très stylée met en scène du design vintage des années 50, 60, 70. Vous aimez ce petit canapé en cuir patiné : emportez-le, il est à vendre. De même que les chaises griffées par des grands noms du design, les lampes, les fauteuils, la table de nuit, les draps, les carpettes de bain…. Items B & B by Bea Mombaers, 050 603 606 www.items-bb.be

Pierre Dragomirov CORMAN BY FILIGRANES FAIT LA FÊTE ! Ce samedi 9 juin, entre 10h et minuit, inauguration (officielle) de Corman by Filigranes. Où ? Sur la Digue du Zoute. La mythique librairie Corman a en effet été rachetée et entièrement rénovée par Marc Filipson (Filigranes), celui qui a su insuffler du peps et de la vie dans l’univers un peu guindé de la vente de livres. Au programme : des auteurs en dédicace, un petit salon littéraire de plein air (la «Digue des Auteurs»), de quoi grignoter, de la musique, des animations pour les enfants… et, surtout, de la convivialité. Tout le monde est le bienvenu ! Pour que Corman by Filigranes prenne son envol, Marc Filipson compte y organiser tous les w-e des animations en tous genres (pour les jeunes et leurs parents), des rencontres avec des écrivains passionnants, des lectures (bilingues) sur la plage, des apéros littéraires (NDLR-du moment que le «fiesta» ne dépasse pas 21h59, aurait insisté Léopold Lippens qui est aussi un grand lecteur !). A l’heure où plus personne ne lit (soit disant), cette librairie conceptuelle affiche une revigorante prospérité. Qui a dit que la littérature était un univers poussiéreux et ennuyeux ? Info sur Facebook : Filigranes Knokke - Corman by Filigranes

— 22—

Survoler le Zoute en hélico ? On peut pas, sauf autorisation spéciale des voies aériennes délivrée que très rarement, en cas d’urgence médicale par exemple. Vendre des fleurs en papier contre du vrai argent ? On peut pas. Faut une licence, et un registre de commerce, et un numéro de TVA. Ramasser des moules sur les brise-lames et les manger « à la marinière » ? On peut pas, car la culture de ces délicieux bivalves est soumise à des normes sanitaires très strictes. Idem pour les coquillages si l’envie vous prend de faire des spaghetti a la vongole. Risque : de la simple gastro au fatal empoisonnement ! Se baigner tout nu dans la Mer du Nord ? On peut pas, même dans les dunes du côté de Cadzan. On peut uniquement sur la plage (naturiste) de Bredene inaugurée le 1er juillet 2001. Accès autorisé de Pâques à mi-octobre de 10h30 à 18h30.

SURFERS PARADISE SE JETTE À L’EAU (DOUCE) La nouvelle était tombée comme un couperet : la mythique plage Surfers Paradise devait déménager car située en «zone verte» etc. Finalement grâce à la bonne volonté de tous (écolos, Région flamande, Commune) le rendezvous des free kiters restera en place. Ouf ! Cela n’empêche pas Frank Vanleenhove d’aller voir ailleurs, là où l’eau est plus douce. L’idée : ouvrir un nouveau hot spot (appelé Lakeside Paradise) au bord de l’étang Put van De Cloedt (du nom de la famille qui possède une partie des terres et y allait jadis chasser le canard) dans le cadre plus large du projet Duinenwater. Au menu : windsurf (sans vagues), water ski, kayak, scuba diving… et un clubhouse comme à Malibu. Info www.lakesideparadise.be

ON PEUT / ON PEUT PAS 

Faire de la pêche au gros ? On peut, au large des côtes en partant de Zeebrugge (avec un peu de chance vous ramènerez un thon rouge ou un petit requin bleu). Quant à la pêche aux «grosses», il y a des endroits spécialisés pour cela.

UN CHEF À DOMICILE Un Maître cuisinier à la maison, à partir de 50 € par personne pour trois plats (sans les vins). Pas de courses à faire, rien à préparer, pas de vaisselle et, au final, une maîtresse de maison au top, disponible pour ses dix invités (au minimum) triés sur le volet. Le chef Fabrice Vuillemin, qui a fait ses classes chez les plus grands (Romeyer, Bruneau, De Karmeliet), se charge de tout. Avec une cuisine gastronomique qui flirte avec justesse entre terre et mer. Elle est pas belle la vie ? Fabrice Vuillemin c/o Le Bel-Étage, Guldenvliesstraat 13 à Knokke - 050 62 77 33 www.bel-etage.be

Dormir à la belle étoile sur la plage ? On peut pas. Même en cas d’alcoolémie (très) avancée, c’est direct le poste (de police). Chasser le canard au Zwin ? On peut pas. Par contre les mitrailler (avec un appareil photo), on peut. Faire du jet-ski ? On peut pas. Les jet-skis sont formellement interdits sur toute la côte belge. Aller au casino en tee-shirt ? Tout dépend du t-shirt…et de la personne qui le porte.


SEBAGO à Knokke :

Info: 02 344 18 71 - www.sebago.be

SEBAGO STORE - Zeedijk 778 BERGHEN - Zeedijk 746 LA PLAGE - Kustlaan 125 RALET - Lippenslaan 301, 303, 305


mode Il symbolise les vacances et la féminité, l’impudeur et le corps assumé. Plus de 65 ans après sa création, le bikini déchaine toujours les passions. —

Flashy fluo et culotte sobre chez Petit Bateau. Qui a dit qu’il fallait assortir le haut avec le bas ?

Julia Delink En 1946, l’objet de tous les scandales s’affiche à la piscine Molitor sur le corps d’une danseuse de cabaret, aucun mannequin n’acceptant de se présenter ainsi dévêtue pour promouvoir l’invention de Louis Réard. Un costume de bain deux pièces qualifié de « plus petit que le plus petit des maillots du monde » et vendu dans une boite d’allumette tant le tissu manquait. Tôlé des autorités morales, vertueuses scandalisées. Il faudra attendre une quinzaine d’années et le ras de marrée des années 60 pour découvrir les ventres bronzés des stars, Brigitte Bardot en tête avec le mythique bikini en vichy de « Et Dieu créa la femme ». Dalida le célèbre dans son « Itsy bitsy, petit Bikini » entêtant, rouge et jaune à petits pois. Ursula Andress, époustouflante de sensualité, sort du Pacifique bleu azur dans « James Bond contre Dr. No » avec un bikini blanc ceinturé et un couteau sur les hanches. Caliente ! Le phénomène emporte les convenances, fait reculer la décence et toutes les belles de la planète s’y mettent.

TENDANCE SUMMER 2012 Cette année, ce sont les motifs végétaux, les tons funky et les imprimés graphiques ethniques qui ont la cote. Pour les menues, un deux pièces bandeau. Pour les musclées, un bikini triangle échancré. Pour les gourmandes, une culotte couvrante et un décolleté pimpant. On assortit sa tenue de bain aux vernis colorblock, it-touche raffinée de la saison. L’erreur à ne pas commettre: se contenter d’une couleur. Le top : quatre tons assumés. Orange et jaune pour les mains, bleu et fuchsia pour les pieds. Des sandales compensées et le soleil, c’est nous !

BIKINI PARTY Totalement déjanté, donc branché Ad Campaigns

— 24 —

Sporty hipster chez Thot Memphis

Indispensable accessoire du bikini : le vernis à ongles pop and flashy ; Dior Summer Mix et Pronails

Tester la température de l’eau en Hampton Bays


tourisme

Indispensable accessoire des premiers Gentils Membres (GO) du Club med : le paréo ; 1969

Gérard Blitz et Gilbert Trigano ; années 50

PRESQUE BELGE !

«Le village de nos rêves». «Notre plus bel établissement pour les familles». Au Club Med, on n’est pas avare de superlatifs pour qualifier l’ouverture du nouveau village de Sinaï Bay (Egypte).

Tout change, rien ne change. Cela fait 60 ans que le Club Med nous enchante. D’accord, l’individualisme a gagné du terrain, mais le naturel reste de mise. Quoi de neuf sous le soleil ? Un nouvel esprit «palace», des villages relookés et des GM toujours ravis. — Raoul Buyle

Académie de golf au village d’Agadir (Maroc)

LE PLUS BEAU «CLUB DE SPORTS» DU MONDE 60 sports différents pour tous les goûts. Tennis, ski, golf, voile, sports collectifs, fitness, yoga… Plus des sports hype à découvrir comme le kite surf, le speed ball, le trapèze volant, free style… Un encadrement unique pour débuter ou se perfectionner. Depuis toujours, les sports sont encadrés par les meilleurs GOs spécialisés. Dès 3 ans avec les encadrements enfants. Différents niveaux de pratique de l’initiation aux Académies professionnelles de golf, tennis et fitness. Comme Sandpiper Bay en Floride, où exerce Gabril Jaramillo, entraîneur jadis d’André Agassi, de Pete Sampras et de Monica Seles. Des équipements hors pair pour pratiquer à tous les niveaux. Tout est là : prêt de matériel, infrastructures dans le village, organisation souple. Matériel et infrastructures de très haute qualité et en grande quantité pour une disponibilité maximum. Avec facilité d’accès pour permettre de découvrir des activités originales Infos : www.clubmed.be

— 26 —

« GM » se dit des gentils membres qui, depuis les années 50, hésitent encore entre le « tu » et le « vous » quand ils sont en vacances. Pourtant au Club Med, la philosophie n’a pas tellement changé en 60 ans : « C’est toujours un esprit ‘village’, construit dans le style du pays où il est implanté, avec une organisation très bien rodée, tournée vers le sport, les bons repas, l’animation, la créativité, la gentillesse, la convivialité », précise Henri Giscard d’Estaing, aux commandes du navire depuis 10 ans. Ce qui a changé, c’est la montée en gamme des villages. Les GMs veulent davantage de privacy, de service et de luxe. Au choix : plusieurs catégories de chambres, drinks et snacking à volonté. Côté stratégie : en phase avec son époque, le Club a signé un partenariat avec le plus grand conglomérat privé Chinois (Fosun) qui a acquis 7,1 % du capital. Concrètement, cela signifie la construction de 5 nouveaux villages en Chine, dont une station de ski (Yabouli) déjà ouverte en Mongolie. But avoué : faire de la Chine le deuxième plus grand marché du Club Med dans les cinq ans à venir.

INVENTÉ PAR UN BELGE 1949. Alors qu’il séjourne en Corse, l’Anversois Gérard Blitz, diamantaire et ex-champion olympique de water-polo, a une idée géniale en visitant un camping : les vacances tout

compris. Sports à gogo, buffets généreux, animations. Un an plus tard, il dépose les statuts d’une Association dont le but est de « développer le goût de la vie en plein air et la pratique des sports ». Premier village : Alcudia à Majorque. Reste à loger les vacanciers. Blitz rachète à bon prix un surplus de tentes à l’armée américaine ; des tentes gratifiées de noms de quartiers parisiens au lieu d’un numéro jugé trop « militaire ». Plus tard, il trouvera un autre fournisseur de tentes : la société Trigano Père & Fils. Suivra le village de Corfou où les cases d’origine polynésienne, les fameux « crazy signs » et le collier-bar (pour payer les extras) apparaissent pour la première fois. Le Club Med devient un art de vivre à part entière. En 1954, Gilbert Trigano entre officiellement au Club où il officie en tant que trésorier, avant d’en devenir le PDG en 1965. Après le pourtour méditerranéen, les sommets enneigés des Alpes, l’Afrique, l’Amérique du Sud, l’Asie seront proposés pour étancher notre soif d’évasion. Des sites pour la plupart exceptionnels. Normal, le Club Med est le pionnier de ce genre de vacances, donc le premier à avoir choisi parmi les plus beaux endroits du monde. Ce qui, encore aujourd’hui, fait sa force et la différence. Le Club Med, c’est 72 Villages dans 26 pays sur les 5 continents et l’un des plus beaux bateaux de croisières, le Club Med 2, en vogue sur les océans.


Les Mille et une idées cadeaux

Venez découvrir nos nouvelles collections.

Avenue Madoux 44 - 1150 Bxl - Tél. /Fax 02 771 79 57 Du mardi au samedi de 10h30 à 18h30 sans interruption. PARKING PRIVÉ DEVANT LE MAGASIN

C’est plus qu’un bain. C’est un bien être. C’est une mentalité. C’est un plaisir particulier.

stØrvatt belgique +32 477.27.62.54

CandC sprl jardin Créateur d’espace vert Dallage,Pavage,Terrassement. Maintenance de jardin

candcjardin@hotmail.com +32 477.27.48.76


santé

SHA WELLNESS CLINIC Régime macrobiotique, potions drainantes, massages équilibre. Plus question de mincir, l’heure est à la détox. La SHA Wellness Clinic, près d’Alicante, est le premier centre anti-âge VIP basé sur la macrobiotique. Un lieu sublime entre mer et montagne qui combine pouvoir curatif des thérapies naturelles et techniques antivieillissement high-tech issues de la médecine esthétique non-invasive sous la houlette du Docteur Michio Kushi, père de la macrobiotique moderne. Après différents examens, le médecin pose le diagnostic. Trop de poids, mauvaise hygiène de vie, stress. Le nutritionniste Kenneth Prange dresse alors votre menu pour la semaine : soupe miso, céréales complètes, fruits et légumes de saison, algues, poissons, thé vert. Heureusement, le chef Pablo Montoro, ex-élève de Ferran Adrià (El Bulli), connait la manière de sublimer l’assiette. En marge de ce grand «nettoyage intérieur», viennent les soins. Parcours aquatonique, sauna et friction à la glace pilée, hydromassages. Une bonne préparation pour le massage «Deep Tissue» qui suit, effectué par un thérapeute qui insiste sur les points d’acuponcture du dos. Rien de tel pour dénouer les tensions et passer une bonne nuit. Le lendemain, entre footing matinal, stretching, séance de reiki et cours de cuisine, la vie se déroule paisible. Zen ! R.B. Info +34 966 811 199 - www.shawellnessclinic.com

Cours de cuisine macrobiotique à la SHA Wellness Clinic

MANGEZ JEUNE  ET BEAU «On creuse sa tombe avec ses dents»... On sait cela depuis longtemps, et ça fait des années que des hommes et des femmes tentent d’alléger leur assiette de tous les aliments «bouche-artères» à grands coups de légumes, fruits, poissons et riz complet. A contrario, existe-il un menu «beauté» ? — Kiki Valenta

SHA Wellness Clinic, en Espagne

Personal Training

— 28 —

Moins de calories, moins de sucres, plus d’antioxydants, plus de magnésium et d’acides gras essentiels : les secrets de la beauté (et de la bonne santé) se comptent sur les dents de la fourchette. Manger moins = vivre mieux. Cela semble évident, mais cette drôle d’équation soutenue mordicus par nombre de médecins n’est pas encore ancrée dans l’esprit de tout le monde. Pourtant, c’est prouvé scientifiquement : lorsqu’on réduit de 30 à 40 % le nombre de calories ingurgitées par des rats, ils vivent plus longtemps, sont plus actifs et développent moins de tumeurs. Peut-être même ont-ils aussi le poil plus joli. Précisons quand même que ces mêmes rats à la diète sont moins résistants au froid et que leur faculté à cicatriser vite diminue.

optez pour le plus simple de tous les régimes : le régime M.M.M (mangez moitié moins !). Par quel mystère le fait de manger moins vous garde-t-il le teint frais et la bouille tonique ? Pr. Curtay, éminent nutrithérapeute, membre de l’Académie des Sciences de New York, avance une explication : plus on mange, plus les mitochondries des cellules produisent d’énergie grâce aux éléments nutritifs et à l’oxygène. Mais, à cause justement de la combustion de l’oxygène, elles fabriquent aussi davantage de radicaux libres qui les rongent. Au final, elles perdent progressivement leur efficacité et fabriquent de moins en moins d’énergie pour plus de radicaux libres. Qu’on se le dise…

MAIGRIR SANS S’AIGRIR

ET L’AMOUR DANS TOUT ÇA ?

Votre silhouette laisse à désirer, votre pas s’est alourdi : pas de panique, il est temps de réagir, mais réagir vite, car plus les capitons sont anciens, plus ils s’incrustent. Si l’on vous garantit la perte de 5 kg en une semaine, si l’on vous conseille la boisson-miracle hyper protéinée ou le régime mono-produit (pamplemousse, ananas ou omelette au fromage) supposé faire fondre les graisses à vue d’œil, c’est suspect ! Vous y entameriez votre capital-beauté avec, en prime, une bonne fatigue…et la quasi certitude de tout reprendre après. Pour maigrir lentement mais surement,

Même nourri aux vitamines, au sport et aux crèmes hydratantes, sachez, Mesdames, que votre capital-beauté est considérablement renforcé par l’amour, l’amitié, l’affection. Artur Jovanov, célébrissime psychologue américain, a publié «La Biologie de l’Amour» (Ed. du Rocher), un ouvrage où il explique comment le sentiment amoureux (et surtout l’acte amoureux) exerce une formidable influence, non seulement sur notre bien-être psychologique mais aussi sur notre santé physique, et donc sur notre beauté intérieure. Qui, comme tout le monde le sait, transparaît au-dehors.


Nombreux tissus sur stock - Confection à vos mesures - Conseil déco à domicile

Uccle – Fort Jaco Chaussée de Waterloo 1383 - 02.375.88.13 Ouvert du lundi au samedi de 10h à 18h30

Wavre Rue de Namur 86 - 010.24.35.50 Ouvert du mardi au samedi de 10h à 18h30


pêle-mêle

PALACE ÉPHÉMÈRE

IMPRESSIONS BALNÉAIRES

Installé sur le sable, avec la mer du Nord pour unique paysage, cette «suite» d’hôtel modulaire ouvre ses portes entre le 18 juin et le 15 septembre. Où ? A Knokke, en face de la Rubensplein. L’occasion de profiter en toute liberté de ces deux étages luxueusement dépouillés et jouir du plus original «palace» qui soit. Et cela en toute intimité grâce à des vitres sans tain. A votre service : un majordome prêt à répondre à la moindre de vos demandes, un chef du restaurant doublement étoilé L’Eau Vive présent sur place pour vous mitonner un bon repas, les gourmandises du chocolatier Patrick Roger pour le petit déjeuner… Bref, de quoi passer une nuit (en amoureux) exceptionnelle, forcément inoubliable. Tender2, du 18 juin au 15 septembre 2012 - à partir de 1500 euros la nuit Service personnalisé sur demande Réservation au 0475 74 16 93 www.tender2.eu

Patrice le Hodey se plait à flirter avec la lumière et l’abstraction, à brouiller les pistes de la représentation convenue en présentant, pour exemple, les images de reflet à l’envers ou en cadrant étroitement des parties de réalité qui en deviennent ainsi méconnaissables. Le photographe joue avec la mer, l’eau, le ciel ou les arbres en leur donnant une représentation tantôt quasi monochrome, tantôt plutôt flamboyante. A travers sa démarche créative, des personnages anonymes parcourant plages ou villes, des reflets d’un moment ou d’un mouvement, prennent une dimension mystérieuse, envoûtante. A découvrir. Patrice le Hodey expose du 4 mai au 31 juillet à la Young Gallery, Zeedijk 811 (Knokke-Le Zoute). Et du 16 mai au 1er juillet à la Yes Art Gallery, Strandlaan 239/c (Sint-Idesbald) - www.patricelehodey.book.fr

LUXUEUSES TENTATIONS

GÉOMÉTRIE AU NATUREL

On ne vient pas chez Stéphanie Haegelsteen par hasard. Soit on est recommandé par une amie, soit on a entendu parler de cette adresse secrète grâce au bouche à oreille. Son credo : la Haute joaillerie en particulier. De fait, Stéphanie reçoit ses clients sur rendez-vous, de manière flexible, et ne travaille «qu’à la carte». Des créations joaillières que l’on offre à l’occasion de ses fiançailles, d’une naissance ou d’un anniversaire, ou pour se faire plaisir, tout simplement. Chaque bijou étant le résultat d’un cheminement entre la créatrice et vous. Ainsi, vous aurez autant de plaisir à participer à la conception de ce joyau qu’à le porter durant toute votre vie ! Bague en platine et diamant de Stéphanie Haegelsteen (Gemmologue, Création de bijoux, Expertise) - Uniquement sur rendez-vous au 0485 085 768 www.stephanie.haegelsteen.com

Il n’y a pas de problèmes, il n’y a que des solutions ! Telle pourrait être la devise d’Esther Gutmer. Un positivisme qui habite les intérieurs qu’elle (ré)aménage, rénove, transforme, agrandit, embellit. En 25 ans de métier, son nom a souvent été lié à celui de Ralph Lauren et représente la vague alternative du classicisme moderne. Á la tête d’une équipe d’une dizaine d’architectes et architectes d’intérieur, elle accompagne les chantiers qu’elle dirige jusque dans les moindres détails et se repose régulièrement sur les Entreprises générales de son ingénieur de mari , le 3e Bureau. De Bruxelles au Zoute, en passant par Anvers, Genève, Saint-Tropez ou Dubaï, les références sont nombreuses, souvent prestigieuses, et perpétuent un consensus du bon goût. Cosy mais élégant. Contemporain mais chaleureux. Á la fois luxueux et intime. Esther Gutmer pour M.E.G. sa, 02 648 25 00 - www.esthergutmer.be

— 30 —


A Bachelor degree in English in Brussels, the perfect preparation for a Masters abroad ! Next intake : September 10, 2012

The opportunity to study Business in Brussels Bachelor - BA (Hons) in Business Studies, 3-year degree.

T h i s d e g r e e i s v a l i d a t e d a n d a w a r d e d b y t h e U n i v e r s i t y o f Wa l e s , U K . For further details regarding the University and its validation services, p l e a s e l o g o n t o w w w. w a l e s . a c . u k / v a l i d a t i o n or email validation@wales.ac.uk

UBI - Avenue Marnix, 20 - 1000 Brussels - Tel. 02 548 04 80 - info@ubi.edu - www.ubi.edu


Delen Private Bank est spécialisée dans la gestion patrimoniale de clients privés. Contactez un de nos sièges pour une première rencontre.

Votre patrimone mérite notre expertise.

www.delen.be 02 511 84 10 - 03 244 55 66


Essentielle Focus 26 mai 2012