Page 1

N° 1211 du 16 au 22 janvier 2014 courrierinternational.com Belgique : 3,90 €

EDITION BELGIQUE

Islamistes contre islamistes Syrie, Irak, Liban : la guerre fratricide qui oppose sunnites et chiites

(!4BD64F-eabacj!:K;N BELGIQUE — L’ALCOOBUS DES ADOS NÉERLANDAIS EUROPE — LA RUÉE VERS L’OUEST N’AURA PAS LIEU ESPAGNE— LA MONARCHIE EN PÉRIL ÉCOLOGIE — UNE GUÊPE SAUVE LES PAPAYES EN INDE HISTOIRE — ET THOMAS COOK INVENTA LE TOURISME


  

  

        



         


3

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

Sommaire

ÉDITORIAL

ÉRIC CHOL

En couverture : Dessin de Joep Bertrams, Amsterdam Dessin de Magee, Royaume-Uni.

Retrouvez Eric Chol chaque matin à 7 h 50, dans la chronique

à la u ne

En Syrie comme au Liban ou en Irak, les tensions entre radicaux sunnites et chiites tournent à la guerre ouverte et révèlent chaque jour un peu plus les luttes d’influence entre l’Iran et l’Arabie Saoudite.

ISLAMISTES CONTRE ISLAMISTES Europe Bienvenus au club ?

SUR NOTRE SITE

“Chers amis britanniques, j’arrive !” Une blogueuse bulgare raille les peurs britanniques et allemandes quant à l’ouverture du marché du travail européen aux Bulgares et aux Roumains.

p.20

Etats-Unis Condamnés à une vie de galère

www.courrierinternational.com FRANCE Les réactions de la presse internationale après la conférence de presse de François Hollande. VIDÉO Sunnites-chiites : l’analyse du chef du service Moyen-Orient, Marc Saghié. PORTFOLIO Iran, un jour le dragon s’éveillera, par la photographe Gohar Dashti. Retrouvez nous aussi sur Facebook, Twitteer, Google + et Pinterest

360°

“Où va le monde” sur 101.1 FM

PHOTO COSTA/LEEMAGE

Des millions d’Américains voient leur candidature à un emploi rejetée en raison de leur passé de délinquant. Des pratiques discriminatoires qui frappent d’abord les minorités raciales.

p.40

HEUREUX QUI COMME ULYSSE Longtemps les lointaines contrées furent réservées à une élite. Jusqu’à ce que Thomas Cook révolutionne l’idée même de voyage.

p.16

France Un président en roue libre Pour The Sunday Telegraph, François Hollande a réussi le tour de force d’échouer non seulement dans la gestion des affaires publiques, mais aussi dans celle de ses affaires privées.

NIELS BOJESEN

p.12

MAYK

T

oute sa vie, Ariel Sharon a lutté pour la sécurité d’Israël. Le très controversé général, disparu le 11 janvier à l’âge de 85 ans, a été de toutes les guerres israélo-arabes. Et le virage politique opéré à la fin de sa carrière – lorsqu’il organise en 2005 le retrait des colons juifs de la bande de Gaza – relevait de la même vision : avant tout, assurer les frontières de l’Etat hébreu. C’était son obsession. Mais si le “bulldozer”, comme il était parfois surnommé – les Palestiniens le considèrent, eux, comme un criminel de guerre –, était sorti de son coma, peut-être aurait-il été surpris par la nouvelle donne régionale. Car le conflit israélo-palestinien n’est plus aujourd’hui au cœur de l’actualité. Non pas que les deux parties se soient enfin décidées à s’entendre : John Kerry, le secrétaire d’Etat américain, est bien placé pour savoir qu’un bon diplomate doit s’armer de patience. Et qu’en dépit de ses tentatives acharnées, un accord de paix est encore loin de voir le jour. Mais une déflagration, encore plus brutale, embrase actuellement le Moyen-Orient : la guerre des radicaux. Sunnites contre chiites. Avec en arrièrefond l’affrontement de deux colosses : l’Arabie Saoudite et l’Iran. Batailles rangées en Irak, combats meurtriers en Syrie, explosions de voitures piégées au Liban… Cette lutte des fondamentalismes met à feu et à sang la région et torpille les alliances traditionnelles. Rapprochement surprise entre Téhéran et Washington, entente tacite entre Israël et l’Arabie Saoudite : les déchirures de l’Islam rendent de moins en moins lisible le puzzle oriental et très minces les chances de succès de la conférence Genève 2, prévue le 22 janvier.

p.26

BURKI

D’une guerre à l’autre


4.

Courrier international — no 1211 du 16 au 22 janvier 2014

Sommaire Les journalistes de Courrier international sélectionnent et traduisent plus de 1 500 sources du monde entier : journaux, sites, blogs. Ils alimentent l’hebdomadaire et son site courrierinternational. com. Les titres et les sous-titres accompagnant les articles sont de la rédaction. Voici la liste exhaustive des sources que nous avons utilisées cette semaine : Adevarul Bucarest, quotidien. Aftonbladet Stockholm, quotidien. Alternet (alternet.org) San Francisco, en ligne. Ha’Aretz Tel-Aviv, quotidien. Al-Ayyam Ramallah, quotidien. Bangkok Post Bangkok, quotidien. City Press Johannesburg, hebdomadaire. The Daily Telegraph Londres, quotidien. Deutsche Welle Berlin, quotidien. The Diplomat (the-diplomat.com) Tokyo, en ligne. The Economist Londres, hebdomadaire. Financial Times Londres, quotidien. Fountain Ink Madras, mensuel. Gazeta Wyborcza Varsovie, quotidien. The Guardian Londres, quotidien. Al-Hayat Londres, quotidien. Israel Hayom Tel-Aviv, quotidien. Kill Screen New York, trimestriel. Mag14 (mag14.com) Tunis, en ligne. Al-Monitor (al-monitor. com) Washington, en ligne. La Nación Buenos Aires, quotidien. The Nation New York, hebdomadaire. The New York Times New York, quotidien. Le Nouvelliste Port-au-Prince, quotidien. Now. (now.mmedia.me/lb/ar) Beyrouth, en ligne. El País Madrid, quotidien. El Plural (www.elplural.com) Madrid, en ligne. P.M. History Munich, mensuel. Shun Po (Hong Kong Economic Journal) Hong Kong, quotidien. El Siglo de Europa Madrid, hebdomadaire. Der Spiegel Hambourg, hebdomadaire. Tempo Jakarta, hebdomadaire. Le Temps Genève, quotidien. USA Today McLean (Virginie), quotidien. 24 Tchassa Sofia, quotidien. The Washington Institute (washingtoninstitute.org) Washington, en ligne. The Washington Post Washington, quotidien. Yediot Aharonot Tel-Aviv, quotidien. Zhongguo Qingnian Bao Pékin, quotidien.

← Toutes nos sources Chaque fois que vous rencontrez cette vignette, scannez-la et accédez à un contenu multimédia sur notre site courrierinternational.com (ici, la rubrique “Nos sources”).

7 jours dans le monde

20. Etats-Unis. Condamnés à une vie de galère 22. Uruguay. Les vacances fumeuses des Argentins

5. Liban. Le Hezbollah au banc des accusés 9. Portrait. Sam Rainsy 10. Controverse. Faut-il boycotter les universités israéliennes ?

— MOYEN-ORIENT

D’un continent à l’autre — EUROPE 12. UE. Bienvenus au club ? 15. Espagne. Réinventer la couronne — FRANCE 16. Politique. Les Anglais s’en donnent à cœur joie 17. Vu de Hong Kong. Hollande n’est pas un surhomme

— ASIE

23. Israël. Sharon, haïssable et sympathique 23. Vu de Palestine. Fêtons la mort d’un criminel

Transversales

34. Economie. Du yaourt de porte en porte 35. Economie. Des affaires dans les règles de l’art 36. Ecologie. Comment une guêpe a sauvé la papaye 37. Ecologie. Des chaises à l’air propre 38. Médias. Le Robin des bois des stagiaires 39. Signaux. Meurtrières guerres civiles

— AFRIQUE 24. Rwanda. Autopsie du meurtre d’un opposant 25. Tunisie. Une transition exemplaire

— BELGIQUE I. Anvers. L’alcoobus des ados Néerlandais

18. Bangladesh. Le bras de fer des deux bégums 19. Chine. A quatre pattes pour la transparence

Dossier

— AMÉRIQUES

26. Islamistes contre islamistes

360° 40. Voyage. Heureux qui comme Ulysse 44. Culture. Des réfugiées syriennes en “Troyennes” 46. Architecture. La noblesse retrouvée du bambou 48. Tendances. Retour en terre saine 50. Plein écran. Un bâtisseur d’histoires

C’est le propre du barbare de détruire ce qu’il ne peut comprendre. Arthur C. Clarke

Edité par Courrier international SA, société anonyme avec directoire et conseil de surveillance au capital de 106 400 €. Actionnaire La Société éditrice du Monde. Président du directoire, directeur de la publication : Antoine Laporte. Directeur de la rédaction, membre du directoire : Eric Chol. Conseil de surveillance : Louis Dreyfus, président. Dépôt légal Janvier 2014. Commission paritaire n° 0712c82101. ISSN n°1154-516X Imprimé en France/Printed in France Rédaction 6-8, rue Jean-Antoine-de-Baïf, 75212 Paris Cedex 13 Accueil 33 (0)1 46 46 16 00 Fax général 33 (0)1 46 46 16 01 Fax rédaction 33 (0)1 46 46 16 02 Site web www.courrierinternational. com Courriel lecteurs@courrierinternational.com Directeur de la rédaction Eric Chol Rédacteurs en chef Jean-Hébert Armengaud (16 57), Claire Carrard (édition, 16 58), Odile Conseil (déléguée 16 27), Rédacteurs en chef adjoints Catherine André (16 78), Raymond Clarinard, Isabelle Lauze (hors-séries, 16 54) Assistante Dalila Bounekta (16 16) Rédactrice en chef technique Nathalie Pingaud (16 25) Direction artistique Sophie-Anne Delhomme (16 31) Directeur de la communication et du développement Alexandre Scher (16 15) Conception graphique Javier Errea Comunicación Europe Catherine André (coordination générale, 16 78), Danièle Renon (chef de service adjointe Europe, Allemagne, Autriche, Suisse alémanique, 1622), Gerry Feehily (Royaume-Uni, Irlande, 16 95), Lucie Geffroy (Italie, 1686), Nathalie Kantt (Espagne, Argentine, 16 68), Hugo dos Santos (Portugal, 1634) Iwona Ostapkowicz (Pologne, 16 74), Caroline Marcelin (chef de rubrique, France, 17 30), Iulia Badea-Guéritée (Roumanie, Moldavie, 19 76), Wineke de Boer (Pays-Bas), Solveig Gram Jensen (Danemark, Norvège), Alexia Kefalas (Grèce, Chypre), Mehmet Koksal (Belgique), Kristina Rönnqvist (Suède), Agnès Jarfas (Hongrie), Mandi Gueguen (Albanie, Kosovo), Miro Miceski (Macédoine), Kika Curovic (Serbie, Monténégro, Croatie, Bosnie-Herzégovine), Marielle Vitureau (Lituanie), Katerina Kesa (Estonie) Russie, est de l’Europe Laurence Habay (chef de service, 16 36), Alda Engoian (Caucase, Asie centrale), Larissa Kotelevets (Ukraine) Amériques Bérangère Cagnat (chef de service, Amérique du Nord, 16 14), Gabriel Hassan (Etats-Unis, 16 32), Anne Proenza (chef de rubrique, Amérique latine, 16 76), Paul Jurgens (Brésil) Asie Agnès Gaudu (chef de service, Chine, Singapour, Taïwan, 16 39), Christine Chaumeau (Asie du Sud-Est, 16 24), Ingrid Therwath (Asie du Sud, 16 51), Ysana Takino (Japon, 16 38), Kazuhiko Yatabe (Japon), Zhang Zhulin (Chine, 17 47), Elisabeth D. Inandiak (Indonésie), Jeong Eun-jin (Corées) Moyen-Orient Marc Saghié (chef de service, 16 69), Ghazal Golshiri (Iran), Pascal Fenaux (Israël), Philippe Mischkowsky (pays du Golfe), Pierre Vanrie (Turquie) Afrique Sébastien Hervieu (16 29), Hoda Saliby (chef de rubrique Maghreb, 16 35), Chawki Amari (Algérie) Transversales Pascale Boyen (chef des informations, Economie, 16 47), Catherine Guichard (Economie, 16 04), Anh Hoà Truong (chef de rubrique Sciences et Innovation, 16 40), Gerry Feehily (Médias, 16 95), Virginie Lepetit (Signaux) Magazine 360° Marie Béloeil (chef des informations, 17 32), Virginie Lepetit (chef de rubrique Tendances, 16 12), Claire Maupas (chef de rubrique Insolites 16 60), Raymond Clarinard (Histoire), Catherine Guichard Ils et elles ont dit Iwona Ostapkowicz (chef de rubrique, 16 74) Site Internet Hamdam Mostafavi (chef des informations, responsable du web, 17 33), Carolin Lohrenz (chef d’édition, 19 77), Carole Lyon (rédactrice multimédia, 17 36), Paul Grisot (rédacteur multimédia, 17 48), Pierrick VanThé (webmestre, 16 82), Marie-Laëtitia Houradou (responsable marketing web, 1687), Patricia Fernández Perez (marketing) Agence Courrier Sabine Grandadam (chef de service, 16 97) Traduction Raymond Clarinard (rédacteur en chef adjoint), Hélène Rousselot (russe), Isabelle Boudon (anglais, allemand), Françoise Escande-Boggino (japonais, anglais), Caroline Lee (anglais, allemand, coréen), Françoise Lemoine-Minaudier (chinois), Julie Marcot (anglais, espagnol, portugais), Marie-Françoise Monthiers (japonais), Mikage Nagahama (japonais), Ngoc-Dung Phan (anglais, italien, vietnamien), Olivier Ragasol (anglais, espagnol), Danièle Renon (allemand), Mélanie Sinou (anglais, espagnol), Leslie Talaga (anglais, espagnol) Révision Jean-Luc Majouret (chef de service, 16 42), Marianne Bonneau, Philippe Czerepak, Fabienne Gérard, Françoise Picon, Philippe Planche, Emmanuel Tronquart (site Internet) Photographies, illustrations Pascal Philippe (chef de service, 16 41), Lidwine Kervella (16 10), Stéphanie Saindon (16 53) Maquette Bernadette Dremière (chef de service, 16 67), Catherine Doutey, Nathalie Le Dréau, Gilles de Obaldia, Josiane Petricca, Denis Scudeller, Jonnathan Renaud-Badet, Alexandre Errichiello, Céline Merrien (colorisation) Cartographie Thierry Gauthé (16 70) Infographie Catherine Doutey (16 66) Calligraphie Hélène Ho (Chine), Abdollah Kiaie (Inde), Kyoko Mori (Japon) Informatique Denis Scudeller (16 84) Directeur de la production Olivier Mollé Fabrication Nathalie Communeau (directrice adjointe), Sarah Tréhin (responsable de fabrication) Impression, brochage Maury, 45330 Malesherbes Ont participé à ce numéro : Edwige Benoit, Gilles Berton, Jean-Baptiste Bor, Chen Yan, Dounia Hadni, Valentine Morizot, Corentin Pennarguear, Polina Petrouchina, Judith Sinnige, Leslie Talaga, Isabelle Taudière, Nicole Thirion, Sébastien Walkowiak Secrétaire général Paul Chaine (17 46) Assistantes Claude Tamma (16 52), Sophie Nézet (partenariats, 16 99), Sophie Jan Gestion BénédicteMenaultLenne(responsable,1613) Comptabilité 01 48 88 45 02 Responsable des droits Dalila Bounekta (16 16) Ventes au numéro Responsable publications Brigitte Billiard Direction des ventes au numéro Hervé Bonnaud Chef de produit Jérôme Pons (0 805 05 01 47, fax : 01 57 28 21 40) Diffusion internationale Franck-Olivier Torro (01 57 28 32 22) Promotion Christiane Montillet Marketing Sophie Gerbaud (directrice, 16 18), Véronique Lallemand (16 91), Lucie Torres (17 39), Romaïssa Cherbal (16 89)

GEIE COURRIER INTERNATIONAL EBL COURRIER INTERNATIONAL pour la Belgique et le Grand Duché de Luxembourg est commercialisé par le GEIE COURRIER INTERNATIONAL EBL qui est une association entre la société anonyme de droit français COURRIER INTERNATIONAL et la société anonyme de droit belge IPM qui est l’éditeur de La Libre Belgique et de La Dernière Heure Les Sports. Co-gérant Antoine Laporte Co-gérant et éditeur responsable François le Hodey Directeur général IPM Denis Pierrard Coordination rédactionnelle Pierre Gilissen

+ 32 2 744 44 33 Ouvert les jours ouvrables de 8h à 14h. Rue des Francs, 79 — 1040 Bruxelles Publicité RGP Marie-France Ravet marie-france.ravet@IPMAdvertising.be + 32 497 31 39 78 Services abonnements abonnements@saipm.com + 32 2 744 44 33 / Fax + 32 2 744 45 55 Libraires + 32 2 744 44 77 Impression IPM Printing Directeur Eric Bouko + 32 2 793 36 70


6.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

7 jours dans le monde.

↙ Sur les branches, les noms de personnalités libanaises assassinées en 2005 : Rafic Hariri, George Haoui, Samir Kassir et Gébrane Tuéni. Dessin de Haddad paru dans Al-Hayat, Londres.

LIBAN

Le Hezbollah au banc des accusés Un rapport israélien révèle des détails incriminant le mouvement chiite dans l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri. Le procès par contumace des cinq inculpés débute ce 16 janvier à La Haye.

—Yediot Aharonot Tel-Aviv

L

e Tribunal spécial des Nations unies pour le Liban se réunira [le 16 janvier] pour statuer sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, opposant déclaré du Hezbollah tué en février 2005 à Beyrouth lors d’un attentat à la voiture piégée. Un document judiciaire a levé le

Le goût de la polémique ÉTATS-UNIS— Amy Chua s’est fait connaître il y a trois ans avec un livre sur les “mères tigres” prônant une éducation à la schlague et la supériorité des mères chinoises en ce domaine. Elle récidive aujourd’hui avec un nouvel ouvrage cosigné avec son mari, Jed Rubenfeld. The Triple Package (éd. Penguin) développe la thèse selon laquelle certains groupes sont supérieurs aux autres. Le couple

voile sur l’enquête, révélant de nouveaux détails sur le principal suspect, Mustafa Badr Aldin, beau-frère et successeur présumé d’Imad Moughnieh, l’ancien chef des opérations du Hezbollah. Ce document a été découvert par Ronen Solomon, analyste du renseignement israélien et spécialiste des questions de sécurité et de renseignement liées au Hezbollah. Il s’agit d’un rapport

Chua-Rubenfeld en répertorie huit, sans hiérarchie : Juifs, Indiens, Chinois, Iraniens, Libanais-Américains, Nigérians, Cubains exilés et mormons. “Selon eux, ces groupes possèdent en commun trois qualités garantes de richesse et de pouvoir : un sentiment de supériorité, un sentiment d’insécurité et la maîtrise de leurs pulsions”, précise The New York Post, qui ne ménage par ailleurs pas ses critiques sur le livre : “Une succession d’arguments chocs enveloppés dans des discours sur l’épanouissement personnel avec le même objectif que le racisme : faire peur.”

exhaustif – comme il se doit pour une enquête longue de plusieurs années – contenant des informations que les hauts responsables du Hezbollah préféreraient garder confidentielles, notamment celles sur la famille et les proches de Mustafa Badr Aldin. Les enquêteurs internationaux ont travaillé sur des informations recueillies par les autorités libanaises concernant les responsables

Un quotidien est né SUÈDE— Le numéro un de

Dagens ETC, autrement dit “Le quotidien etc.”, est paru le 13 janvier, affichant fièrement à la une “premier numéro”. C’est la première fois depuis trente ans qu’un quotidien voit le jour dans le pays. Il s’inscrit à gauche, tendance écolo, et ne dépendra de la publicité que pour 10 % de son chiffre d’affaires, affirment ses créateurs. “C’est grâce à nos lecteurs, qui nous ont prêté 6 millions

directs de l’assassinat ainsi que toutes les lignes téléphoniques utilisées par les agents de sécurité de Mustafa Badr Aldin. Pour établir le lien entre le numéro de téléphone utilisé lors de l’attentat et l’identité du principal suspect, les enquêteurs ont examiné l’ensemble des conversations téléphoniques passées par Mustafa Badr Aldin entre 2000 et 2008. Les documents font apparaître un lien entre Imad Moughnieh, assassiné à Damas en février 2008, et son successeur, Mustafa Badr Aldin : le premier était marié à la sœur du second. Diplômé en relations internationales à l’Université américaine de Beyrouth, Aldin, qui apparaît comme un homme de l’ombre, a également été gérant de deux magasins de bijoux dans la capitale. Les documents indiquent que cet homme a téléphoné à plusieurs bases du Hezbollah, ce qui laisse penser que le terroriste ne prenait pas de précautions particulières. Ce laxisme pourrait bien lui coûter cher. Alors que la guerre civile en Syrie ne cesse de déborder sur le Liban et que les bombardements se multiplient sur le territoire, l’assassinat de Rafic Hariri, perpétré il y a neuf ans, continue d’ébranler le pays. L’attentat avait fait 23 autres victimes et de nombreux blessés. La mort de l’ancien Premier ministre, chef du courant antisyrien, avait bouleversé le pays. Depuis, la création d’un tribunal international établi à la demande du gouvernement libanais – qui le finance en partie – suscite la colère des dirigeants du Hezbollah. Réuni pour la première fois le 1er mars 2009, le tribunal spécial a, deux ans plus tard, lancé une procédure d’inculpation contre

quatre membres du Hezbollah. Un cinquième nom a récemment été ajouté à cette liste. Les cinq inculpés seront jugés par contumace. Depuis un an, l’implication du Hezbollah dans la guerre civile syrienne aux côtés du régime de Bachar El-Assad a donné lieu à plusieurs bombardements d’extrémistes sunnites opposés au dirigeant syrien et affiliés à Al-Qaida. Ces organisations sont parvenues à pénétrer les bastions du Hezbollah à Beyrouth, et même à viser l’ambassade d’Iran dans la capitale. Il y a deux semaines, Mohammad Chatah, conseiller politique du fils de Rafic Hariri, a été assassiné en plein cœur de Beyrouth. Ancien ministre des Finances, Mohammad Chatah était un des critiques les plus virulents du Hezbollah. Pour Saad Hariri, fils de l’ex-Premier ministre assassiné, les responsables sont à chercher du côté du gouvernement syrien et du Hezbollah. —Roi Kais Publié le 8 janvier

SOURCE YEDIOT AHARONOT Tel-Aviv, Israël Quotidien, 400 000 ex. Créées en 1939, “Les Dernières Informations”, situées à droite, marient un sensationnalisme volontiers populiste à un journalisme d’investigation et de débats passionnés. Le site Ynet, d’où vient cet article – abondamment repris dans la presse arabe –, est largement indépendant de l’édition imprimée du quotidien et les rédactions sont autonomes.

de couronnes [675 000 euros], que nous avons pu lancer ce journal”, précise Johan Ehrenberg, directeur de la rédaction. Il ne croit pas à la mort du journal papier : “Tant que nous faisons un journal que les lecteurs auront envie d’acheter, nous n’avons rien à craindre.”

Beppe Grillo est chocolat ITALIE— L’exercice de démo-

cratie participative aura tourné court pour le chef de file du Mouvement 5 étoiles (M5S). Le


7 JOURS.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

7

LA PHOTO DE LA SEMAINE 13 janvier, Grillo a lancé via son blog un référendum adressé à l’ensemble des membres du mouvement, avec cette question : “Etes-vous pour ou contre l’abrogation du délit de clandestinité ?” 15 839 personnes ont voté pour l’abrogation, 9 093 contre. C’est un cinglant désaveu pour Beppe Grillo, qui s’était personnellement prononcé en faveur du maintien du délit de clandestinité lors de la dernière tragédie de Lampedusa. “Beppe Grillo pris à son propre piège”, titre le quotidien L’Unitá du 14 janvier.

Bangkok sous haute tension

Des Roms au tribunal POLOGNE— Le procès intenté

en novembre dernier par la ville de Wroclaw (sud-ouest du pays) contre un campement de Roms a repris le 10 janvier. “C’est la première affaire de ce type”, signale le quotidien Gazeta Wyborcza. Plusieurs familles originaires de Roumanie mais installées en Pologne depuis des années sont menacées d’être expulsées du terrain vague municipal, où elles ont installé des constructions de fortune. Sous la pression de plusieurs associations, dont Amnesty International, la ville leur a d’abord promis un relogement, avant de se rétracter. Les avocats des Roms ont demandé un traducteur de romani, pour que les intéressés puissent suivre les délibérations dans leur langue, mais le tribunal leur a imposé un traducteur de roumain, langue que beaucoup d’entre eux ne comprennent pas.

THAÏLANDE— Les manifestants opposés au gouvernement (photo) ont entamé le 13 janvier le siège de Bangkok ;

celui-ci semblait, le 14 janvier, devoir s’installer dans la durée. Le blocage d’un certain nombre de carrefours stratégiques n’a pas empêché la capitale de fonctionner, mais la violence n’est pas à exclure, selon un rapport de l’International Crisis Group qui estime que les marges de négociation sont étroites. Les partisans de l’ancien vice-Premier ministre et député du Parti démocrate Suthep Thaugsuban demandent que le Parlement soit remplacé par un “conseil populaire” composé de personnalités. Photo Damir Sagolj/Reuters

350 000 dollars, c’est le montant atteint, le 12 janvier, par le permis de tuer un rhinocéros noir en Namibie vendu aux enchères. Les organisateurs espéraient que les offres s’envoleraient vers le million de dollars, mais la publicité négative donnée à l’affaire – avec les protestations bruyantes de mouvements de protection des animaux – a dissuadé les potentiels acheteurs, estime un membre du club de chasse texan organisateur de l’événement interrogé par The Dallas Morning News. Les autorités namibiennes, qui délivrent cinq permis de chasse au rhinocéros chaque année, avaient pourtant assuré que tous les bénéfices de la vente seraient consacrés à la préservation de l’espèce ; le pays, qui abrite 1 750 spécimens de rhinocéros noirs, a grand besoin d’argent pour financer, entre autres, des patrouilles antibraconnage. Le rhinocéros est prisé pour ses cornes, auxquels les Asiatiques accordent des vertus thérapeutiques.

T LE KRENT RACONTEN C S O U E O N IN T S T IS CHR XPER ILLEURS E ET LES ME MEDI, 12H45-13H30 CHAQUE SA iat avec

en partenar

MONDE

lture.fr

francecu


8.

7 JOURS

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014 ↓ Dessin de Stephff, Bangkok.

ILS PARLENT DE NOUS

HAÏTI

Hitzlsperger, pas si banal hélas ! ALLEMAGNE— En faisant son

Survivrai-je la prochaine fois ? Le pays a célébré le 12 janvier l’anniversaire du séisme de 2010, dans un mélange d’espoir, de rage et d’incertitude.

coming out dans les colonnes de Die Zeit, l’ancien international de football Thomas Hitzlsperger a brisé un tabou. “C’est une nouvelle qui ne devrait pas en être une, commente le mensuel Cicero, et pourtant, aussi longtemps que des dizaines de milliers de citoyens sont capables de se mobiliser pour faire circuler une pétition visant à empêcher que l’homosexualité soit abordée à l’école, comme cela vient de se produire dans le BadeWurtemberg, aussi longtemps qu’un Norbert Blüm [chrétiendémocrate, ex-ministre du Travail] expliquera pourquoi les couples homosexuels ne constituent pas une famille, il faudra en parler.”

DR

“Un vote peu honorable au Sénat”

Les valeurs en débat —Le Nouvelliste (extraits) Port-au-Prince

BADO

I QUÉBEC— La “cha r te des valeurs”, ce projet de loi qui promeut la laïcité et la neutralité religieuse de l’Etat ainsi que l’égalité entre les femmes et les hommes n’a pas fini de susciter des débats. Le Parlement a entamé une consultation pu– blique sur le sujet le 14 janvier ; la commission chargée de l’affaire devrait entendre près de 300 groupes ou individus qui en ont fait la demande. Parmi les interventions remarquées de ces derniers jours, celle de l’indépendantiste Yves Michaud, défenseur de l’interdiction des signes religieux chez les employés de l’Etat. “Que des salariés de la fonction publique portant la kippa perdent leur emploi parce qu’ils expriment leur foi en milieu professionnel n’émeut pas M. Michaud, note Le Devoir. Ceux qui refuseront de ranger au placard leurs symboles religieux n’auront qu’à s’installer sous d’autres cieux, dit-il.”

ANAÏS GINORI, correspondante du quotidien italien La Repubblica, sur l’immunité de Serge Dassault

ls sont visibles, résolus à aller de l’avant, ces survivants. Quatre ans après ce mardi-là, l’après se construit. En minuscule, en majuscule. L’orphelin hébergé chez une tante a repris le chemin de l’école. Le courage chevillé au corps, un père a construit son twa pyès kay [une maison de trois pièces]. Sa famille ne vit plus sous les bâches déchiquetées par le vent dans les hauteurs de Canaan. La fiancée, après le deuil de son âme sœur, a refait sa vie. Deux ruptures au compteur et, aujourd’hui, elle porte l’enfant d’un homme qu’elle découvre. Elle est heureuse. Maman a repris son commerce. Elle bourlingue, arpente les rues, vend ses pépé [vêtements de seconde main]. Son père n’a pas survécu pour voir le fils aîné décrocher son diplôme en génie informatique, un boulot six mois plus tard et devenir le nouveau chef de la famille à 25 ans. Elle suit son cours, la vie. Ses implacables défis sont relevés au quotidien. Des fois avec des coups de gueule, tant le leadership sectaire, frileux, tarde à rassembler les énergies,

souder les destins dans le projet d’un véritable sursaut. Personne, entre-temps, ne crachera des mots gonflés d’ingratitude sur la vie ou sur Dieu. Trente-cinq secondes, c’est peu. Nos trentecinq secondes ce 12 janvier-là, cela ne se gomme pas. Elles changent des vies, des perspectives. La terre a tremblé. Sur la tête, on a reçu le ciel. Des gémissements, la danse des enragés, la solidarité spontanée pour extirper un survivant ou un corps écrabouillé sous les décombres ont défilé sur les scènes de nos vies. Des jours durant. On s’est accrochés. Dans la folie passagère, quelques-uns ont trouvé un curieux refuge. On s’est accrochés. Pour aller de l’avant, parce qu’on a survécu. Cela a un sens dans l’addition des petits bonheurs succulents après la marche les pieds nus sur les braises de l’enfer. Parce qu’on a survécu, des fois sans dire au revoir à Jean Robert, Sarah, Gina, Philippe et les autres, quatre ans après, il faut agiter une question, une préoccupation : survivrai-je la prochaine fois ? —Roberson Alphonse Publié le 10 janvier

46 000 000

d’Américains vivent sous le seuil de pauvreté. “Pour de nombreux Américains, la guerre contre la pauvreté déclarée il y a cinquante ans par le président démocrate Lyndon B. Johnson [lors du fameux discours sur l’état de l’Union prononcé le 8 janvier 1964] est un échec. Le taux de pauvreté n’est passé que de 19 % à 15 % en deux générations”, constate The New York Times, précisant encore que “selon une étude récente réalisée à la mi-2011, quelque 1,7 million de foyers vivent avec moins de 2 dollars par jour et par personne”.

Le bureau du Sénat a voté contre la levée de l’immunité de Serge Dassault, mis en cause dans une affaire d’achats de votes. Votre réaction ? On peut évidemment voir dans ce vote la réaction d’une caste qui s’autoprotège et donne l’impression d’une grande tolérance par rapport à des accusations qui sont quand même graves. Le fait que Serge Dassault soit l’un des hommes les plus riches de France, patron d’un grand groupe industriel et d’un groupe de presse, peut aussi inciter à penser que les sénateurs sont sous influence au moment où ils votent pour refuser la levée de l’immunité.

Un sénateur de gauche au moins a voté en faveur de Dassault. Qu’en pensezvous ? Vu d’Italie, ce n’est guère étonnant, puisque c’est ce que nous connaissons depuis vingt ans environ, depuis l’opération “Mains propres”. Il est arrivé souvent qu’au sein de la gauche italienne des élus refusent de lever l’immunité – de Berlusconi, par exemple – parce qu’ils n’étaient pas favorables à ce que la justice prenne le pas sur le politique. Cela dit, c’est vrai que la justice transalpine a parfois pu franchir certaines limites, donner l’impression de vouloir se substituer au politique ; mais ce n’est pas le cas en France, où l’équilibre des pouvoirs est respecté.

Ce vote vous semble-t-il de nature à alimenter le “Tous pourris” ? Dans un contexte où les partis populistes ont le vent en poupe, un vote de ce genre ne fait en effet pas honneur à la politique.


7 JOURS.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

9

ILS/ELLES ONT DIT

Sam Rainsy, opposant inoxydable

Bangkok

S

am Rainsy est le chef de file d’un vaste mouvement qui cherche à faire annuler les résultats d’un scrutin [les législatives de juillet 2013] auquel luimême n’a pas été autorisé à se présenter. “Auparavant, ils tentaient de vous tuer physiquement, mais maintenant ils vous tuent politiquement”, observe-t-il. Depuis son retour d’exil en France à la veille des élections législatives du 28 juillet, Rainsy est libre de ses mouvements, ayant été gracié par le roi et échappant ainsi à une peine de prison qu’il encourait en raison, dit-il, de ses convictions politiques. Cette amnistie entre selon lui dans le jeu politique du Premier ministre, Hun Sen. Une manière de montrer à la communauté internationale que la démocratie progresse au Cambodge. [Ce 14 janvier, il est convoqué devant la justice pour incitation à la violence. Les manifestations contre le pouvoir rassemblent depuis juillet des dizaines de milliers de personnes. Le 3 et le 4 janvier dernier, quatre personnes sont mortes lors de l’intervention des forces de l’ordre pour disperser des ouvriers en grève.] La détermination du leader du Parti du sauvetage national du Cambodge [PSNC, coalition de plusieurs partis d’opposition] à créer une vraie démocratie est plus vivace que jamais. Pourtant, le chemin a été long. Aujourd’hui titulaire d’un passeport français, Sam Rainsy a étudié la finance et l’économie à Paris et a commencé sa carrière dans le secteur bancaire avant d’ouvrir son propre cabinet d’expertise comptable. C’est en France également qu’il a rencontré son épouse. C’est sa profonde envie de sauver le pays qui l’a poussé à quitter la finance pour se lancer en politique au Cambodge. “Je menais une vie confortable et, si j’ai renoncé à ma carrière pour travailler à plein temps

Cambodge. Depuis vingt ans, il dénonce la corruption du régime de Phnom Penh. Autorisé à rentrer après des années d’exil en France, il séduit une nouvelle génération d’électeurs. ↓ Sam Rainsy, 64 ans, a étudié à Paris, où ses parents étaient réfugiés politiques. Ministre des Finances en 1993, sous l’étiquette du parti royaliste Funcinpec, il en est exclu et fonde son propre mouvement. Son parti surfe sur la haine antivietnamienne. Dessin de Bromley, Royaume-Uni, pour Courrier international.

en tant que politicien, c’est parce que j’ai pris conscience que ce serait une chance pour moi de sauver le Cambodge. Après les Khmers rouges et les champs de la mort, le pays était occupé par le Vietnam et les guerres civiles qui s’étaient succédé l’avaient considérablement affaibli.” Avec le recul, il pense que son mandat de ministre des Finances [en 1993-94, lorsqu’il était membre du parti du prince Norodom Ranariddh, avant d’en être exclu pour avoir dénoncé la corruption qui y régnait], lui a permis de faire ses preuves en montrant à la communauté internationale qu’il avait de profondes convictions

et la volonté de servir réellement les intérêts du peuple. “J’ai réduit l’inflation et augmenté le salaire des fonctionnaires. C’est une époque où les gens ont accédé à la stabilité économique et à la prospérité, ditil. Voilà pourquoi le PSNC est si fort aujourd’hui, en partie grâce à ma réputation et au soutien politique dont je bénéficie depuis.” Vieux rival du Premier ministre Hun Sen, Sam Rainsy se dit heureux de voir le changement survenu dans le paysage politique de son pays, en particulier l’engagement des jeunes Cambodgiens, qui partagent leurs idées sur les réseaux sociaux. Il reste néanmoins préoccupé par la situation économique, qui n’est pas très stable et ne permet pas de créer un nombre suffisant d’emplois pour les jeunes diplômés. L’opposant admet toutefois que, depuis son retour à Phnom Penh, en juillet dernier, il a observé de nombreux signes positifs qui pourraient conduire à un changement. “Je pense que le Cambodge se trouve à un tournant. Nous avons les mêmes ingrédients que ceux des ‘printemps arabes’ : une masse de jeunes, un chômage élevé, une pauvreté extrême, l’injustice, la corruption, le développement des réseaux sociaux qui permet aux gens de se mobiliser très vite. Tous ces facteurs font que le pays est en mesure de changer.” A ses yeux, Hun Sen, le doyen des Premiers ministres asiatiques, est un dirigeant sans grand projet, dont la seu le ambition est de survivre en s’accrochant au pouvoir. Son passé de Khmers rouges et son gouvernement provietnamien ont eu et continueront d’avoir un effet négatif sur le pays. “Cela l’empêche d’avoir une vision à long terme et c’est la raison pour laquelle le Cambodge va à la dérive.” —Nilhi Kaveevivitchai Publié le 25 novembre 2013

DR

—Bangkok Post (extraits)

“Pas de négociations, pas de compromis”, a lancé à ses partisans Suthep Thaugsuban, à la tête du mouvement antigouvernemental qui agite la Thaïlande depuis octobre, et dont l’objectif est d’en finir avec ce qu’il appelle le “système Thaksin”. Il a déjà poussé le Premier ministre, Thaksin Shinawatra, à la démission et souhaite désormais empêcher la tenue des élections le 2 février prochain. (Bangkok Post, Bangkok)

VASSAL

“Est-ce que le président a dit qu’il ne se présenterait pas ? Eh bien, nous disons qu’il se présentera !” L’Algérien Amar Saâdani, secrétaire général du Front de libération nationale, veut que le président sortant, Abdelaziz Bouteflika, décroche un quatrième mandat en avril. De nombreux internautes s’étonnent que le chef du FLN puisse apporter son soutien à un président “mortvivant”, malade et âgé de 77 ans. (Le Soir d’Algérie, Alger)

CONTINENT

“A partir de cette année, nous introduisons des règles concernant la vie sexuelle : une fois par trimestre”, annonce Vladimir Jirinovski, leader ultranationaliste russe, dans une consigne aux membres de son parti à l’occasion du nouvel an. “Plus c’est rare, meilleur c’est. Et uniquement quant il y a sympathie mutuelle”, insiste-t-il. (Vzgliad, Moscou)

TRANSPARENT

“Rien à cacher.” Chris

DR

ILS FONT L’ACTUALITÉ

JUSQU’AU-BOUTISTE

Christie, gouverneur républicain de l’Etat du New Jersey, réfute les accusations selon lesquelles il aurait personnellement fait fermer deux voies du pont George Washington – reliant le New Jersey à la ville de New York –, provoquant des embouteillages sur cet axe très fréquenté, pour se venger du maire démocrate de la localité de Fort Lee, qui avait refusé de soutenir sa réélection. (CNN, Atlanta)


10.

7 JOURS

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

CONTROVERSE

Faut-il boycotter les universités israéliennes ? La décision prise par l’Association des études américaines de boycotter ces universités considérées comme solidaires de la politique d’occupation des Territoires palestiniens a déclenché une vague de réactions.

OUI

Pour dénoncer l’ethnocratie —Alternet (extraits) San Francisco

L

e 16 décembre dernier, les membres de l’American Studies Association (ASA) ont voté à une écrasante majorité [66,05 %] une résolution visant à boycotter les institutions universitaires israéliennes. Ce vote des adhérents survenait après que le conseil national de l’ASA eut approuvé la résolution à l’unanimité – suscitant du même coup un débat houleux. Les réactions des adversaires du boycott ont, pour la plupart, été infantiles : menaces de poursuites judiciaires, accusations d’antisémitisme, provocations grossières sur les réseaux sociaux, hurlements d’hystérie… Il y a toutefois eu d’autres réactions qui appellent une analyse sérieuse. L’une est le fait de Peter Beinart [commentateur politique, ancien rédacteur en chef du site Open Zion], qui soutient [dans The Daily Beast] un boycott axé sur les colonies de Cisjordanie, mais pas sur les limites d’Israël fixées en 1948. Si l’article de Beinart est bienveillant, il n’en comporte pas moins de sérieuses lacunes, notamment sur ses hypothèses non vérifiées. Beinart s’oppose à la résolution de l’ASA, car “elle nie la légitimité d’un Etat juif démocratique, même s’il coexistait avec un Etat palestinien”. Or, si le boycott cible non seulement les Territoires occupés mais aussi Israël,

L’ACTUALITÉ INTERNATIONALE “UN MONDE D’INFO” du lundi au vendredi à 16h15 et 21h45 franceinfo.fr

c’est précisément en raison de la discrimination, que Beinart admet du bout des lèvres. Il n’établit pas la distinction que Beinart aimerait y trouver pour la simple et bonne raison que l’Etat qui réduit à néant la démocratie en Cisjordanie exerce un simulacre de démocratie à l’intérieur d’Israël. Il ne peut y avoir de démocratie dans des systèmes juridiques qui créent des hiérarchies d’accès et d’appartenance fondées sur de simples critères biologiques. Les défenseurs du boycott nient “le droit d’Israël à entretenir une politique d’immigration préférentielle qui fait du pays un refuge pour les juifs”, assure Beinart. “Probablement”, tempère-t-il. Qu’il attribue une conviction à un groupe hétérogène d’individus sur une simple présomption est déjà assez troublant en soi, mais le fait qu’il admette soutenir des quotas d’immigration inégaux sur des critères d’appartenance ethnique – en clair, le déplacement de Palestiniens pour accueillir de nouveaux colons juifs avec la bénédiction des pouvoirs publics – est absolument révoltant. Plus grave, Beinart est malhonnête lorsqu’il prétend que le “refuge pour les juifs” n’est qu’une expression admise d’humanisme, et non une formule hautement polémique qui ancre et renforce les bases juridiques du nettoyage ethnique en Palestine. Israël est un “refuge pour juifs” non dans un vide géographique ou historique, mais en opposition directe aux droits des Palestiniens indigènes, qui eux-mêmes ont besoin d’un refuge contre la violence et le racisme d’Etat qui découlent de la colonisation. En invoquant la “légitimité” d’Israël, les sionistes expriment en réalité le désir d’Israël d’être confié à une majorité de juifs

par des règlements législatifs et administratifs qui sont par définition incompatibles avec la démocratie. Ces règlements prévoient notamment le déplacement intérieur d’Israéliens palestiniens, des colonies planifiées (en Israël comme en Cisjordanie) qui manipulent les équilibres démographiques, des restrictions au droit des Arabes à posséder des terres et une censure des discours critiques à l’égard d’Israël. De nombreux commentateurs sionistes sont quant à eux incapables de voir Israël comme autre chose qu’un espace exclusif pour les juifs. Ils ne peuvent ou ne veulent pas regarder en face l’ethnocratie, un système de pouvoir qui distribue les privilèges en fonction d’identités culturelles arbitraires et mal définies. —Steven Salaita* Publié le 20 décembre 2013 * Professeur d’anglais à Virginia Tech.

NON

C’est de l’antisémitisme —The Washington Post (extraits) Washington

P

endant des décennies, l’American Studies Association (ASA) a travaillé dans l’ombre et n’en méritait pas davantage. Ce n’est plus le cas. Elle s’est fait remarquer à la mi-décembre en votant un boycott des universités israéliennes coupables, à son sens, de fouler aux pieds les droits universitaires et humains des Palestiniens. Cette accusation ne laisse pas d’étonner lorsqu’on sait qu’Israël possède un système politique éminemment démocratique, la presse la plus libre du Moyen-Orient, une justice farouchement indépendante et une étonnante diversité religieuse et raciale au sein de ses institutions universitaires, qui prévoient même une discrimination positive en faveur des étudiants arabes. Elle est encore plus surprenante au regard de l’état des droits de l’homme dans les pays voisins d’Israël. A l’heure où nous écrivons ces lignes, le gouvernement syrien largue des bombes sur ses propres villes. Qu’attend donc l’ASA pour boycotter la Syrie ? Voilà qui montre bien que son boycott n’a strictement rien à voir avec les droits

de l’homme. Il ne s’agit que d’une pose “radical-chic” offrant à des universitaires marginalisés un frisson de pseudo-anticolonialisme additionné d’une pincée d’antisémitisme dernier cri. Et que l’on ne vienne pas me dire qu’il ne s’agit que d’antisionisme. Le stratagème ressemble fort à une entreprise de discrimination patente, et la discrimination contre les Juifs a un nom. Cela s’appelle de l’antisémitisme. L’intention est claire : il s’agit d’attiser la haine contre la plus grande communauté juive de la terre – et la seule nation juive souveraine. Que faire ? Il y a sept ans, confrontés à un même type de boycott universitaire des Israéliens, Alan Dershowitz et le Prix Nobel de physique Steven Weinberg avaient déclaré dans une lettre ouverte que, dans le contexte de tout boycott anti-Israël, ils souhaitaient être considérés comme des Israéliens. Ce qui, en clair, revenait à dire : vous voulez discriminer les Israéliens ? Soit : excluez-nous aussi. Des milliers d’autres universitaires ont signé la lettre Dershowitz-Weinberg. Il n’aurait pu y avoir meilleure réponse du berger à la bergère. Boycottons les boycotteurs, avec tout notre mépris. Mais il n’y a pas que dans le milieu universitaire que ce type de préjugé a pris racine. D’un bout à l’autre de la sphère culturelle, le mouvement de boycott antiIsraël prend de l’ampleur. Il est devenu de bon ton pour les musiciens, les acteurs, les écrivains et les artistes de tout poil de se démarquer ostensiblement d’Israël et des Israéliens. La manifestation actuelle la plus odieuse de cette montée de l’antisémitisme est la banalisation de la “quenelle”, salut nazi inversé mis au goût du jour par l’humoriste français ouvertement antisémite Dieudonné M’Bala M’Bala. Dans ce climat de sectarisme facile et éhonté, un homme hors du commun a fait une déclaration hors du commun : russe de naissance, européen par son lieu de résidence, Evgeny Kissin est incontestablement le plus grand pianiste virtuose du monde. Il est également juif par conviction. Profondément choqué par la façon dont Israël est traité par les milieux culturels dans lesquels il évolue, Kissin est allé plus loin que Dershowitz et Weinberg : le 7 décembre, dans un acte de défi, il a pris la nationalité israélienne. La persistance de l’antisémitisme, le plus ancien des poisons, est l’un des grands mystères de l’Histoire. La honte de la Shoah n’a même pas servi d’antidote ; elle n’a fait qu’apporter un répit de courte durée. —Charles Krauthammer Publié le 10 janvier


PARTEZ EN LIBREFAMILLE UN VOYAGE EXCEPTIONNEL

RANDONNÉE– DÉCOUVERTE

AU MAROC DU 13 AU 20 AVRIL 2014

LA VALLÉE D’ANERGUI & SÉJOUR À MARRAKECH. Cette randonnée a été conçue autour d'une idée clé : vous faire découvrir les paysages splendides et méconnus tout en approchant les Berbères et leur culture séculaire.

PRIX LIBREFAMILLE Sur une base de minimum 30 participants au voyage : Adultes : 1 340 € / Enfants de moins de 10 ans : 1 295 € Supplément tente single : sur demande.

LA RANDONNÉE FAMILLE que nous vous proposons est adaptée au rythme des jeunes enfants. Une caravane de mulets pour nous encadrer, des bivouacs inoubliables mais aussi des moments précieux comme celui du thé à la menthe rythment les étapes de notre trek.

Ce tarif comprend Vol charter direct aller/retour sur Thomas Cook / transport bagages et logistique / pension complète du déjeuner du Jour 1 au dîner du Jour 7 dont 1 repas festif et soirée musique / Déjeuners et dîners à Marrakech / 3 nuits hôtel Kenzi Farah**** (base ½ DBL/DP) + visite guidée Palais Bahia & tombeaux saadiens + visite des souks Ne comprend pas Les assurances annulation, assistance médicale et rapatriement / option mule de selle : 40 € / supplément chambre SGL hôtel Kenzi Farah : 36 €/nuit / option tente caïdale familiale : 25 €/tente

VOTRE PROGRAMME 4 nuits en bivouac sous tente dans une vallée très préservée de l’Atlas marocain, à la rencontre des Berbères Ait Sukhmane, tribu semi nomade qui a su préserver ses traditions et sa culture amazighe. Leurs villages citadelles à l’architecture impressionnante, qui jaillissent au cœur de paysages grandioses et sauvages, sont parmi les plus beaux de l’Atlas. 3 nuits en hôtel Kenzi Farah**** à Marrakech dans le quartier prisé de l’Hivernage. Cet hôtel possède une piscine intérieure et extérieure, un sauna et un spa. Plusieurs excursions sont proposées, à choisir selon votre intérêt : Palais Bahia ou tombeaux saadiens et visite des souks.

PROGRAMME SUR SIMPLE DEMANDE & RÉSERVATIONS EAGLE TRAVEL

Laurent de Rosée Tél. 02 652 02 52 – ldr@eagletravel.be Cindy Mondus Tél. 02 663 37 66 – cm@eagletravel.be

UN VOYAGE DIFFÉRENT À VIVRE AVEC TOUTE LA FAMILLE

Lic : A 1894

Le niveau de marche de ce trek dans l’Atlas marocain est de niveau 1, le niveau le plus facile, plutôt axé sur la randonnée et la découverte.


12.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

d’un continent à l’aut r e. europe

France ........... Asie ............. Amériques........ Moyen-Orient..... Afrique ..........

16 18 20 23 24

UE. Bienvenus au club ? Depuis le 1er janvier, Roumains et Bulgares peuvent accéder librement au marché du travail de l’Union européenne. FOCUS Mais c’est un climat hostile et xénophobe qui les attend, souvent pour des raisons électoralistes.

“Chers amis britanniques, j’arrive !” Bulgarie. Sous le pseudonyme de Lola Montesquieu, une célèbre blogueuse de Sofia raille les peurs britanniques et allemandes.

—24 Tchassa Sofia

C

hers voisins britanniques ou allemands, bonjour. Ce petit mot pour vous informer que, à partir du 1er janvier, je compte vivre à vos crochets. Je suis une immigrée bulgare, une sangsue, un aspirateur à allocations sociales, un piqueassiette, un vandale et un barbare. Pire : je suis une femme. A partir d’aujourd’hui, gardez donc un œil sur vos maris, vos sacs

et votre linge qui sèche sur les balcons. J’arrive ! Et ne dites pas que je ne vous ai pas prévenus… Je m’étais engagée depuis longtemps à vous retrouver pour le réveillon. A Londres. Mais, finalement, j’ai fait la fête à Sofia et me voici aujourd’hui, avec quelques jours de retard, dans l’avion et – bientôt – faisant la queue pour percevoir vos fameuses allocations sociales. Je dois avouer que je fais tout ça à contrecœur : je trouve la météo chez vous épouvantable et j’ai des sueurs froides à l’idée de conduire à gauche. Mais je ne voulais pas vous décevoir. A l’aéroport de Sofia, j’ai quand même dû décider à pile ou face si j’allais m’envoler pour Londres ou Berlin : là-bas aussi cela va faire un an qu’ils ne parlent que de ma modeste personne. L’autre jour, les membres du gouvernement se sont même étripés à ce sujet – sans décider pour autant quel sort me réserver : la prison ou l’expulsion. Finalement, j’ai jeté mon dévolu sur Londres parce que j’ai entendu dire que, dès l’aéroport, je serais accueillie par une foule de journalistes et trois députés. En effet, c’était très sympa : il y avait moi, les

représentants du peuple britannique et tous ces flashs des photographes. Etre le seul – et tant attendu – immigré est finalement une expérience formidable. Mais qui m’oblige. Il est vrai qu’en tant que ressortissante d’Europe de l’Est, je n’ai peur de rien. Je peux faire des poivrons farcis juchée sur mes hauts talons tout en remplaçant les fusibles chez moi et en surveillant les devoirs de mathématiques de mon gamin. Pendant les années de socialisme, j’ai développé pas mal de qualités et acquis un fort potentiel technique et scientifique. Donnez-moi, par exemple, une paire de collants en nylon et regardez-moi faire ! Je peux les recoudre à perpétuité : les dessous féminins devaient durer éternellement sous le communisme. Mais je dois dire que vous, chers concitoyens européens, vous avez un peu surévalué mes capacités. Je dois à la fois incarner ces 180 000 Bulgares et Roumains qui comptent déferler sur l’Allemagne tout en envahissant la Grande-Bretagne, où le nombre d’immigrés devrait atteindre les 12 millions. Certes, je peux faire plusieurs choses à la fois et, en ma qualité de mère qui travaille, il m’arrive souvent d’être à

deux endroits en même temps. Mais je ne peux pas à moi toute seule déferler sur l’Allemagne et la perfide Albion. Vous vous demandez si je suis, de surcroît, médecin, ingénieur, informaticien ou simple malfrat. Là aussi, je dois vous décevoir : malgré tous les efforts de mes profs sous le communisme, je ne suis pas bonne en maths et le seul larcin que j’aie commis est celui d’avoir cueilli les cerises de ma voisine sans lui demander sa permission. Et vous vous obstinez à penser que je compte bien venir chez vous pour vous piquer vos emplois – les vôtres et ceux des Allemands en l’occurrence. Vous n’avez franchement rien compris. Je viens de Bul-ga-rie ! Et nous sommes tout sauf des workaholics. Chez nous, on dit par exemple qu’à force de trop travailler, on finit par se casser le dos. Lever régulièrement le coude en bonne compagnie permet, en revanche, de garder une forme olympique. C’est pour cela que je ne comprends toujours pas pourquoi vous tenez absolument à ce qu’on vienne vous piquer votre travail précisément le 2 janvier. Ce jour-là c’est la Saint-Basile, la fête de tous


EUROPE.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

13

↓ Dessin d’Eva Vázquez paru dans El País, Madrid.

les Vassil, mes frères britanniques ! Quel Bulgare qui se respecte viendrait travailler à la Saint-Basile ? Ensuite arrivent la SaintIvan, la Saint-Iordan, Noël selon le calendrier orthodoxe et, le temps de dessoûler, nous voici à la Trifon Zarezan, la fête des vignerons. Suivent Pâques et tous les jours fériés du mois de mai. Ensuite, c’est les vacances à la mer ou à la montagne – un rituel sacré sous nos latitudes. Tout comme les travaux de rénovation obligatoires que l’on entreprend dans nos barres HLM forcément l’été. Quel est l’idiot qui attendrait les premières pluies pour les réaliser ? Par conséquent, ne nous attendez pas avant septembre. Et pour nous accueillir, allez plutôt à la gare routière qu’à l’aéroport. Nous ne prendrons l’avion qu’après nous être bien rempli les poches avec vos allocations sociales. Et préparez-vous bien à nous recevoir : apprenez nos us et coutumes, habituez-vous à faire cul sec et ne vous prenez pas trop la tête avec des contingences telles que les factures, les impôts et autres balivernes. Relax ! Car si vous vous refusez toujours à prendre la vie du bon côté, on ne viendra pas. Et vous serez obligés de nous verser nos allocations par voie bancaire. Je vous envoie, à ce titre, mes coordonnées bancaires en pièce jointe. Portez-vous bien ! —Lola Montesquieu Publié le 4 janvier

“Quittez donc l’Union, M. Farage !” Roumanie. Un journaliste roumain s’en prend au chef du Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni. —Adevarul Bucarest

M

onsieur Nigel Farage, j’aime la Grande-Bretagne. Sincèrement. J’aime l’architecture néogothique, j’aime les maisons londoniennes (par là, je ne veux pas dire que je voudrais en cambrioler une) et j’aime Oxford Street. Je suis un supporter de Chelsea et j’ai un tee-shirt à l’effigie de John Terry. J’ai lu Francis Bacon, Thomas Hardy et William Shakespeare. J’adore Westminster Abbey et Big Ben. J’avoue, cependant, que l’humour anglais demeure, pour moi, une figure de style. Je ne sais pas pourquoi, mais depuis peu, à chaque fois que je vois une serviette, je pense à Winston Churchill. Vous savez, l’homme qui a décidé que la Roumanie allait tomber dans la sphère de l’Union soviétique [lors des accords de Yalta, en 1945]. Et nous vous sommes “reconnaissants” de notre appartenance

aux bolcheviques pendant cinquante ans. Chers Britanniques, vous nous avez relégués dans le coin le plus sombre de l’Histoire. Mais, en 1989, je pense que vous vous êtes aussi réjouis de la chute du communisme. Vous alliez trouver ici de nouveaux marchés et de la main-d’œuvre pas chère. Vous n’avez pas bronché lorsque nous avons rejoint l’Union européenne. Vous avez tous voté l’extension des frontières de l’UE. D’un point de vue économique, géopolitique et géostratégique, c’était prometteur pour vous. Vous ne vous êtes pas posé alors la question de la libre circulation au sein de l’Union. Et même maintenant, vous n’êtes pas vraiment contre une certaine ruée des Européens de l’Est vers les pays occidentaux, à savoir celle des jeunes éduqués et ambitieux qui souhaitent y poursuivre leurs études et s’y établir. J’ai lu que la plupart des Roumains ayant émigré au RoyaumeUni ont moins de 35 ans. Grâce à l’exode de jeunes talents qui se sont établis dans votre pays, le Royaume-Uni deviendra, dans quelques années, l’économie la plus forte de l’Union. Si vous en faites toujours partie… Voyez-vous, à Bucarest, je n’ai pas peur de me promener dans les rues la nuit. A Londres, si. Est-ce vraiment parce que tous les voleurs roumains y ont emménagé ? Moi, en tant qu’Européen de l’Est, je me suis senti offensé par vos paroles, du moins au début. Je veux dire, dois-je comprendre que, si je viens en vacances dans votre pays, en bravant la pluie pour y dépenser mon argent, vous en conclurez que je viens voler des portefeuilles dans l’Essex ? Oui, je me suis senti offensé lorsque vous avez sacrifié les Roumains à vos luttes politiques internes, pour grappiller quelques voix aux élections européennes de mai 2014. En revanche, je me réjouis que les Européens de l’Ouest blâment la Roumanie pour sa médiocrité sur le plan législatif. Peut-être que cela fera bouger un peu nos politiciens. Mais, d’un autre côté, comment pouvez-vous avoir l’audace, monsieur Farage, d’affirmer que c’est par la faute des migrants que les politiciens britanniques n’ont pas pu promulguer des lois pour protéger le système et les avantages sociaux ? Comment un pays si développé, qui n’a pas subi cinquante ans de communisme, qui n’a pas été rongé par la pauvreté et par la crainte d’être dénoncé à la Securitate par la personne qui partage votre lit, comment ce pays n’a-t-il pas pu, au moins ces dix dernières années, monsieur Farage, améliorer son système d’éducation ? L’arme favorite de l’Histoire est le boomerang. L’Europe de l’Est a toujours été un paria. L’adhésion à l’Union européenne a représenté également une chance pour les jeunes talentueux, celle de ne plus se faner dans un recoin sombre que l’Occident a abandonné depuis longtemps en l’exploitant seulement conformément à ses intérêts. Monsieur Farage, à ce que je sais, vous êtes toujours dans l’Union européenne. Et, tant que vous y serez, vous devrez vous soumettre aux lois européennes. Nous

savons que, pour vous, la Roumanie a été, est et sera juste une tache d’encre sur un coin de serviette. C’est l’Histoire qui le dit. Nous sommes pauvres, corrompus et, malheureusement, blasés. Nous en avons assez de nous combattre nous-mêmes, au point de préférer subir l’humiliation d’aller chercher un emploi à l’étranger. Mais monsieur Farage, maintenant je suis vraiment de votre côté ! J’espère que vous mettrez un maximum de bâtons dans les roues des migrants. Alors, peut-être que les jeunes dont je parlais précédemment ne choisiront plus de s’en aller par-delà nos frontières. Peut-être qu’ainsi nous nous éveillerons de ce sommeil de plomb dans lequel est plongée cette nation [référence à l’hymne national, Desteapta-te romane, littéralement “Réveille-toi, Roumain”]. Dommage que bon nombre de Roumains qui ont quitté le pays avec l’espoir de se réaliser au-delà des frontières aient honte de raconter les humiliations qu’ils ont dû endurer. Il est bon que vous vous battiez, monsieur Farage, et j’espère que vous finirez, comme vous le souhaitez, par sortir de l’UE. Mais n’oubliez pas que, si vous quittez l’Union, il se peut que vous ayez besoin d’un visa pour venir en Roumanie. Et qu’arrivera-t-il aux banques de la City londonienne ? Qu’en pensent les gens là-bas ? Si tous les Britanniques sont comme vous, alors je vous remercie. Vous m’avez fait aimer encore davantage la Roumanie. —Vlad Epurescu Publié le 28 décembre 2013 P.S. : Cher monsieur Nigel Farage, tout a un début. J’ai eu l’idée d’écrire ce texte après avoir lu votre échange de lettres avec Ralitsa [Behar, à retrouver sur le site www.presseurop.eu/fr/ content/article/3391351-chere-ralitsa-je-nedeteste-pas-votre-pays], ma collègue de douleur de Bulgarie. Nous, les Roumains, nous attendons habituellement jusqu’à ce que la coupe soit pleine. C’est le cas. Alors trinquons : bonne année !

SOURCE

ADEVARUL Bucarest, Roumanie Quotidien, 187 000 ex. C’est le plus grand quotidien roumain. Il a choisi comme devise “Personne n’est au-dessus des lois”. Son site, récemment relooké, héberge les blogs de plus de 300 journalistes (dont Vlad Epurescu), écrivains et analystes. L’essentiel de son contenu ne se limite plus à la reprise des articles publiés dans la version imprimée, mais s’ouvre largement au débat, notamment sous forme de vidéos. Un virage qui lui vaut un appréciable regain d’audience.

La xénophobie, ça peut rapporter gros… Allemagne. Pourquoi les partis au pouvoir à Berlin participent au battage contre le “tourisme social”. —Der Spiegel (extraits) Hambourg

S

i Ali commet un délit, c’est illico retour au pays !” proclamait le NPD [néonazi] en 2011. Aujourd’hui, quand la CSU [Union chrétienne-sociale de Bavière, parti membre de la coalition du gouvernement Merkel III] concocte des slogans populistes de droite, cela donne : “s’il fraude, il dégage”. Certes, la rime n’y est pas, mais ce slogan-là provient d’un parti qui est membre de la coalition gouvernementale et non du programme électoral d’un groupuscule mis au ban de la société. Mais c’est bien là la seule différence. Qu’elle se cache sous des airs bien pensants ou qu’elle montre ouvertement sa face hideuse, la xénophobie est toujours abjecte. Il est vrai que les élections européennes se tiendront prochainement [22-25 mai]. Les partis de l’Union [CDU-CSU] vont donc, une fois encore, attiser la peur de l’étranger. Cette année, il semble que ce soient les Bulgares et les Roumains qui aient été désignés pour servir de boucs émissaires aux dirigeants politiques allemands. Quand la xénophobie émane du camp gouvernemental, on ne peut plus parler de farce bavaroise inoffensive. Elmar Brok (CDU), eurodéputé et rien de moins que président de la Commission des Affaires étrangères au Parlement européen, n’avaitil pas récemment suggéré de relever les empreintes digitales des étrangers pour prévenir le “tourisme social” ? Et Volker Bouffier (CDU), ministre-président de Hesse, n’a-til pas profité de l’occasion pour renforcer son image de conservateur en demandant que chaque migrant s’“efforce de subvenir à ses besoins par ses propres moyens” ? Une déclaration qui semble de bon sens, mais qui est perfide : il est manifestement nécessaire de rappeler certaines évidences à nos compatriotes européens. Comme si l’idée ne leur venait pas toute seule. Et surtout, tandis qu’on s’indigne que le petit parti bavarois claironne par monts et par vaux ses slogans dignes du NPD, le très honorable Volker Bouffier joue sur le registre xénophobe sans se salir les mains. Difficile de croire que les Verts, qui viennent de former une coalition gouvernementale avec lui [la première coalition CDU-Verts dans un Land allemand], n’aient pas pu le savoir avant. —Jakob Augstein Publié le 6 janvier


14.

EUROPE

FOCUS BIENVENUS AU CLUB ?

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

↓ Dessin de Niels Bojesen paru dans Jullands-Posten, Copenhague.

Les étrangers ne sont pas un boulet Royaume-Uni-Pologne. A l’approche des élections législatives de 2015, David Cameron oublie combien les étrangers contribuent au bien-être du pays.

—Gazeta Wyborcza (extraits) Varsovie

D

avid Cameron veut marquer des points chez ses compatriotes eurosceptiques et couvrir les difficultés de son propre gouvernement en alimentant dangereusement l’ambiance xénophobe et en remettant en question un des principes de l’Union européenne, la libre circulation des citoyens et les avantages qui en résultent. Le dimanche 6 janvier, une fois de plus, il s’en est pris aux Polonais, menaçant de couper les allocations accordées

aux parents qui travaillent et payent leurs impôts au Royaume-Uni, mais qui ont laissé leur progéniture au pays. Pour les Polonais de Pologne, les sommes peuvent paraître importantes (81,2 livres [98 euros] par mois pour un enfant et 53,6 pour le second), mais à l’échelle du budget

britannique, ces 2 à 3 millions de livres [2,4 à 3,6 millions d’euros] – concernant environ 25 500 enfants polonais et 15 000 originaires d’autres pays – représentent une somme dérisoire. Les parents en question, qui travaillent et payent leurs impôts, ont les mêmes droits que les Britanniques. Cameron a oublié de mentionner les chiffres avancés par des chercheurs de l’University College de Londres qui affirment que, pour la période 2010-2011, les immigrés originaires d’autres pays de l’UE, de Norvège, d’Islande et du Liechtenstein ont apporté à l’économie britannique 22 milliards de livres net [27 milliards d’euros]. De plus, en termes d’impôts, ils ont payé 34 % de plus que ce que l’Etat a déboursé pour eux sous forme de couverture sociale, éducation ou protection santé. A la même période, les Britanniques ont apporté au fisc 11 % de

moins que ce que l’Etat a dépensé pour eux. Si Cameron s’attaque aux Polonais, aux Roumains ou aux Bulgares, ce n’est pas parce qu’ils sont un boulet pour le budget. Il veut montrer sa fermeté vis-à-vis de ceux qui, aux yeux de nombreux Britanniques, apparaissent comme responsables de bien des maux, comme les files d’attente chez le médecin ou à l’agence pour l’emploi. Ce n’est pas un hasard si Cameron a formulé ses accusations à la veille de la nomination du nouveau chancelier de l’Echiquier, George Osborne, qui annonce des coupes de 25 milliards de livres dans les dépenses sociales si les conservateurs se maintiennent au pouvoir en 2015. Ce n’est pas non plus un hasard si depuis les élections locales où les eurosceptiques de l’Ukip ont obtenu 23 % des voix, le Premier ministre britannique joue de plus en plus souvent sur la corde sensible de l’immigration. Avec ces adversaires sur sa droite, Cameron se radicalise. Mais c’est un jeu dangereux. Il ne peut pas y gagner grand-chose et il ne pourrait pas faire de surenchère face à Nigel Farage, connu pour sa rhétorique musclée. Il y a quelques mois, le chef des travaillistes, Ed Miliband, a ainsi décrit le virage antiimmigration effectué par les conservateurs : “Un jour, les conservateurs ont traité les gens de l’Ukip de clowns. Aujourd’hui, ils veulent se joindre à ce cirque.” Sauf que ce cirque se déroule dans un pays qui fait partie de l’UE. Les politiques au pouvoir devraient se rappeler qu’être membre de l’UE consiste à respecter les valeurs et les principes européens. —Roman Imielski Publié le 8 janvier

Polémiques ●●● Après la déclaration du Premier ministre britannique, Radoslaw Sikorski, ministre des Affaires étrangères polonais, a réagi via Twitter. “Si la Grande-Bretagne reçoit nos contribuables, ne devrait-elle pas payer aussi des prestations en leur faveur ? Pourquoi les contribuables polonais devraient-ils subventionner les enfants des contribuables britanniques ?” Dans un blog pour le Daily Telegraph, James Kirkup, chef du service politique du quotidien britannique, constate que “la colère de M. Sikorski est significative. Diplômé d’Oxford, il a été citoyen britannique. De plus, il a écrit pour le Telegraph, donc, forcément, ce doit être un brave type.” “Je me demande pourquoi, franchement, nous ne sommes pas beaucoup plus positifs sur nos amis polonais chez nous et là-bas : ils aiment

travailler dur. A la fin d’une dure journée de travail, ils aiment boire une bière. A la fin d’une dure semaine de travail, ils vont à l’église. N’est-ce pas un mode de vie assez proche du mode de vie idéal chéri par tant de Britanniques ?” Selon le journaliste, le Premier ministre britannique serait bien inspiré à l’avenir de ne pas réitérer ce genre de bourde diplomatique. “Si M. Cameron veut obtenir des concessions de l’Europe, il aura besoin de convaincre son parti et son électorat que les relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne sont vraiment en train de changer ; il aura donc besoin d’amis en Europe, des amis comme M. Sikorski. Mais comme la réaction de M. Sikorski le démontre, la rhétorique de Cameron risque de lui coûter des amis. Que la politique est difficile !”


EUROPE.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

↙ Dessin de Capdevila, Espagne.

ESPAGNE

Réinventer la couronne L’inculpation de l’infante Cristina relance le débat sur la monarchie : il faut changer de roi et de style ou passer à une république.

—El Siglo de Europa (extraits) Madrid

L

’effondrement de la monarchie est-il arrivé ? Est-il tout proche ou encore très loin ? La Zarzuela [résidence des rois d’Espagne] parviendra-t-elle à sauver le roi de sa solitude et de ses ennuis de santé ? Juan Carlos Ier devrait-il abdiquer dès que possible et laisser sa place au prince héritier de la couronne avant qu’il ne soit trop tard ? Quoi qu’il en soit, la monarchie n’a jamais connu d’heures aussi sombres. Après avoir été ces dernières années la garante de la stabilité politique, elle est devenue une institution de plus en plus instable. Le juge José Castro a porté le coup de grâce dans l’affaire Nóos [affaire de corruption politique impliquant le gendre du roi, Iñaki Urdangarín, époux de Cristina] et il peut maintenant jeter son dévolu sur l’infante Cristina. La pression contre la mise en accusation est très forte. Qui irait s’imaginer que

15

la justice est la même pour tous ? Ce qui est en jeu, c’est non seulement Cristina, mais le monarque lui-même. Et, au fond, l’avenir de la monarchie. Iñaki Urdangarín est grillé [mis en cause fin 2011 dans l’affaire Nóos pour détournement de fonds, prévarication, blanchiment d’argent,…]. L’infante aussi, quoi qu’il arrive. Le roi a perdu la confiance de la majorité des citoyens de notre pays. A ce stade, vouloir tenter de la retrouver serait un exercice pratiquement inutile. Il ne reste plus sur l’échiquier que [son fils] Felipe de Bourbon et Letizia [son épouse].

devra être le roi des pauvres et des plus faibles, sans oublier bien sûr la classe moyenne. Il devra garder le contact avec les gens simples, mais aussi rester en prise avec les grands entrepreneurs et les plus riches. Sinon, ce sera la IIIe République. Il n’y a pas de quoi en faire un plat. Ce n’est pas la IIe République qui nous a entraînés dans la guerre civile [guerre d’Espagne]. Ce sont les militaires et les phalangistes putschistes – aidés par les nazis et les fascistes – qui ont balayé la république pour lui substituer une monarchie absolutiste, confessionnelle et médiévale. Il ne s’agissait donc pas d’une monarchie, mais d’une dictature, menée par un caudillo sanguinaire. A la mort de Franco, Juan Carlos Ier a pris le virage de la démocratie, devenant ainsi le chef de l’Etat. Il l’est encore aujourd’hui. Mais le passé est le passé, et nous sommes dans le présent, avec une monarchie chancelante. Il faut soit promouvoir une monarchie profondément rénovée, sans avoir peur des urnes, soit aller vers la IIIe République. La république fait peur ? L’actuelle monarchie chancelante est bien plus effrayante. —Enric Sopena Publié le 13 janvier

SOURCE

N’ayez pas peur ! Selon toute vraisemblance, l’avenir de la monarchie est entre leurs mains. Mais il ne suffit pas qu’ils s’acquittent correctement de leurs obligations de couple royal. Il faut réinventer la couronne. Il faut dégager le plus grand charisme possible. Il faut changer ostensiblement une institution qui échappe au verdict des urnes. De fait, Felipe

EL SIGLO DE EUROPA Madrid, Espagne Hebdomadaire, 30 000 ex. www.elsiglodeuropa.es Fondé en 1992 et clairement situé à gauche, cet hebdomadaire indépendant des grands groupes affiche un républicanisme rare dans la presse espagnole.

Un roi qui ne veut pas partir L’abdication de Juan Carlos serait une sage décision, mais les conditions pour une république ne sont pas encore réunies.

—El Plural Madrid

L

’inculpation de l’infante Cristina [pour détournement de fonds] est une étape importante dans la longue marche de la monarchie vers le suicide institutionnel. Cette décision sans précédent en Espagne – et dans les pays européens qui maintiennent cette forme de gouvernement – affecte la famille royale et touche le cœur même de l’institution puisque l’infante arrive septième dans l’ordre de succession. Par ailleurs, l’affaire Nóos met en avant la complicité du roi Juan Carlos qui, par ses interventions dans le monde des affaires et son goût pour les cadeaux hors de prix, a ruiné l’important capital de sympathie dont il bénéficiait. Dire qu’en Espagne il n’y a pas de monarchistes mais plutôt des juancarlistes est devenu un cliché. Et voilà le nœud du sujet : comment le juancarlisme peut-il survivre si la popularité de Juan Carlos est en berne, puisqu’à en croire les sondages il serait encore moins populaire que son fils [Felipe], le prince des Asturies ? Je parle de “longue marche” parce que selon moi les conditions ne sont pas encore réunies pour l’avènement d’une alternative républicaine. Pour une grande partie de la droite sociologiquement franquiste, république équivaut à révolution, et même si elle reste réticente à l’égard du roi à cause de sa “trahison” envers Franco, elle est prête à avaler toutes les couleuvres par crainte de ce qui pourrait remplacer la monarchie.

Quant à la gauche majoritaire, celle du Parti socialiste ouvrier espagnol [PSOE], de tradition républicaine, elle reste fidèle à la monarchie parlementaire pour des raisons de stabilité politique. Le monarque peut encore compter sur le soutien des deux grands partis du pays mais la dégradation de l’institution est bien réelle, et si ce phénomène se poursuit il sera difficile pour le PSOE, en pleine ébullition, de continuer à apporter son soutien à la monarchie. La solution la plus raisonnable serait que Juan Carlos abdique, ce qu’il persiste à refuser catégoriquement, comme Louis XV avant lui. L’abdication ne va pas tout résoudre et avec le temps qui passe elle pourrait arriver trop tard. La monarchie finira par être considérée comme un anachronisme par les nouvelles générations. Les jeunes n’ont pas vécu l’appréhension des plus âgés d’entre nous à la mort de Franco et ils ne comprennent pas que la fonction de chef de l’Etat puisse être héréditaire. Si elle veut perdurer, la monarchie doit démontrer son utilité, comme elle l’a fait par le passé. Or comme l’institution et la personne du roi ou sa famille se confondent facilement, la famille royale doit se montrer exemplaire, ce qui n’est vraiment pas le cas. Pour le moment, la monarchie apparaît plus comme un problème que comme une solution pour le pays. —José García Abad Publié le 8 janvier

SOURCE EL PLURAL Madrid, Espagne Site d’information en ligne www.elplural.com Fondé en 2005, le titre se définit comme un journal progressiste proche du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE). Le journaliste catalan Enric Sopena, qui le dirige depuis ses débuts, en est aussi devenu le propriétaire en 2010.

ure.fr

francecult t avec

en partenaria


16.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

france

Politique. Les Anglais s’en donnent à cœur joie La presse conservatrice britannique prend le prétexte de l’affaire Hollande-Gayet pour tomber à bras raccourcis sur le président socialiste.

—The Daily Telegraph Londres

P

ouah !” ont pensé les Français lorsque François Hollande, un politicien au charisme d’endive, est devenu président, il y a deux ans. Au moins avaientils échappé au premier favori, Dominique Strauss-Kahn, dont l’incapacité notoire à garder ses pantalons* au-dessus des genoux aurait certainement entraîné le pays dans un scandale sexuel embarrassant. François était peut-être ennuyeux, mais son obsession à lui était d’écraser le pays d’impôts, ce qui allait au moins épargner au personnel de ménage de l’Elysée toute crainte d’agression sexuelle. De toute façon, le nouveau président avait amené avec lui une Première petite amie délicieuse, une certaine Valérie Trierweiler, une journaliste bien faite et amatrice de jupes fendues. Lorsque Valérie a monté l’escalier de marbre de l’Elysée sur ses talons hauts en laissant derrière elle des effluves de parfum onéreux, la lueur de triomphe de ses yeux a laissé augurer qu’elle ne serait pas facile à déloger. La semaine dernière, Mme Trierweiler, 48 ans, a dû soupeser ses options en voyant un magazine étaler sur sept pages en papier glacé une relation présumée entre François et l’actrice française Julie Gayet, 41 ans. La classe politique s’est, comme il se doit, répandue en invectives moralisatrices sur le caractère sacré de la vie privée, mais la question qui brûlait la plupart des lèvres était : “Comment fait-il ?”

Soap opera. On peut pardonner au socialiste, récemment nommé pire homme politique du monde et se situant de plus en plus profond dans l’impopularité nationale, d’avoir cherché du réconfort quelque part. Son incompétence fait le désespoir de son gouvernement, et dans les recoins sombres des vieux restaurants de la rive gauche on parle de plus en plus d’un coup d’Etat* constitutionnellement acceptable qui permettrait de se débarrasser de lui. Pour les électeurs, le plus important, ce ne sont pas les croissants*, c’est la croissance* économique, ou plutôt son absence notable depuis que Hollande est arrivé au pouvoir. Productif pour ce qui est de pressurer les contribuables français et de chasser quiconque voudrait honnêtement gagner deux sous*, le président s’est montré pour le reste tellement inefficace qu’un rapport publié la semaine dernière dans The Economist affirme que la France va encore plus mal que la Grèce. Tout cela risque fort de neutraliser l’admiration fugace que Hollande aurait pu attendre d’un pays qui prend les ébats conjugaux de ses dirigeants avec un calme impressionnant. “Songez à l’embarras dans lequel nous aurions été si un autre que moi avait fait cette découverte”, aurait dit le duc de La Rochefoucauld après avoir surpris sa femme au lit avec un amant. Aujourd’hui encore, les Français

Hollande n’arrive jamais à se décider et les femmes le mènent par le bout du nez affichent la plus grande incompréhension devant l’indignation morale qui s’abat généralement sur les politiciens britanniques et américains dont la vie privée attire l’attention des médias. Mais les vieux protocoles sont en train de changer, et ils changent vite. Le prédécesseur de François Hollande, le président adepte des gros titres Nicolas Sarkozy, a démoli des traditions séculaires en révélant lors d’une conférence de presse qu’il sortait avec l’ex-top modèle Carla Bruni, ce qui a poussé son ex-femme, Cécilia, à le décrire très justement comme étant “ridicule” et “pas digne”. “Il ne fait pas président de la République”, a-t-elle dit. Et pour faire bonne mesure elle a dépeint les femmes qui lui plaisaient comme des “pétasses fardées”. Ironie des choses, c’est le dégoût suscité chez les électeurs par la présidence aux allures de soap opéra de Sarko qui a permis à Hollande de lui succéder. Le public s’est dit que comme ça il savait ce qui l’attendait, et dans un sens il n’a pas été déçu. Le nouveau chef de l’Etat était l’exemple type du fonctionnaire du Parti socialiste moderne. Il n’avait jamais exercé de vraie profession dans sa vie, mais il avait passé les trente années et plus qui s’étaient écoulées depuis sa sortie de l’université à occuper des postes ingrats au sein du parti tout en gravissant lentement les échelons. Dans les couloirs, il était appelé “monsieur Mécano” pour sa capacité à arranger des compromis entre les factions ennemies du parti. Ce talent lui a valu d’être applaudi, mais a plus tard révélé une incapacité à décider. Ce défaut n’a été nulle part plus flagrant que dans sa vie sexuelle. Lorsqu’il était étudiant à l’Ecole nationale d’administration, l’établissement d’élite qui fabrique les bureaucrates français, il a rencontré Ségolène Royal, une camarade à la coiffure impeccable et aussi obsédée que lui par la politique, avec laquelle il a eu quatre enfants mais qu’il n’a jamais épousée. Dans le grand appartement du couple, avenue de Breteuil, le mariage n’était pas considéré comme une chose importante. Ce qui comptait, c’était lequel des deux entrerait le premier à l’Elysée. Mais voilà qu’arriva Valérie Trierweiler, journaliste à Paris Match, chargée par sa rédaction de couvrir la fascinante rivalité politique du couple. Avec une Ségolène prête à lui arracher les yeux et une Valérie cramponnée à son amant de toutes ses forces, Hollande finit par décrocher le plus haut poste de l’Etat en mai 2012. Pendant la campagne électorale, il s’était présenté comme “monsieur Normal” et, comme l’ont rapidement fait remarquer certains esprits acérés, il disait la vérité à moitié : celle qui fait “mal”.


FRANCE.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

17

↙ Dessin de Burki paru dans 24 Heures, Lausanne. Il est difficile de n’éprouver aucune sympathie pour ce fils de médecin de province qui n’arrive jamais à se décider, se laisse mener par le bout du nez par les femmes et a vécu toute sa vie loin des corvées quotidiennes. Tous les pamphlets électrisants du Parti socialiste lui disaient que malmener les riches et les entreprises résoudrait les problèmes du pays. Au lieu de cela, il s’est fait descendre en flammes pour avoir voulu augmenter les taxes sur le Nutella, la pâte à tartiner adorée des petits déjeuners français, et contrôler les travailleurs.

Question périlleuse. Maintenant il doit s’occuper du délicat problème du statut officiel de Valérie. Lorsqu’elle est arrivée à l’Elysée, on lui a attribué de facto le statut de Première dame bien que la France ne reconnaisse pas ce rôle. Elle a profité depuis de tous les avantages d’être une femme de président, avec un personnel nombreux et un budget généreux. Si elle a été remplacée, les contribuables vont se demander avec raison pourquoi ils paient, et ce seul point confère aux révélations de Closer un intérêt public. Pour François, la question est encore plus périlleuse. Les retombées de sa nouvelle aventure présumée vont-elles le distraire de son devoir ? Si c’est le cas, le pays s’en portera peut-être mieux. —William Langley Publié le 12 janvier * En français dans le texte.

Vu de Hong Kong

Hollande n’est pas un surhomme La vie privée du président prouve qu’il ne s’est jamais enfermé dans l’image d’un homme parfait, ce qui est très rassurant.

—Shun Po (Hong Kong Economic Journal) Hong Kong

E

n voyant la fière allure du président de la République, casque sur la tête sur un scooter (dont il n’était malheureusement que le passager), on ne peut s’empêcher de soupirer d’admiration : ah, cette France romantique, avec sa tradition révolutionnaire, toujours aux avant-postes du monde ! Quelqu’un comme Poutine ne sait que bomber un peu le torse pour donner de

lui l’image d’un vrai homme, séduisant et déterminé. Quant [au dirigeant nord-coréen] Kim Jong-un, c’est un cas extrême : on ne peut que s’inquiéter pour celle qui partage sa couche, Ri Sol-ju, car comme dit le proverbe : “Côtoyer un seigneur est aussi dangereux que côtoyer un tigre”. Mais quelle position doit adopter dans cette affaire Hong Kong, cette métropole cosmopolite où se heurtent au quotidien les traditions chinoise et étrangère, ce grand creuset, cette cuve de teinturier où se mélangent chaque jour l’ancien et le nouveau ? Doit-elle accepter ou refuser ce genre d’attitude ? Même aux Etats-Unis, la respectabilité est de mise ; tout y est très conventionnel, avec un couple [présidentiel] marié. Pendant la campagne électorale, la famille se presse autour du candidat pour lui apporter son soutien, et lorsque le président prête serment, c’est avec ses enfants à ses côtés. Voilà l’image de sérieux absolu d’un homme politique américain respectueux des coutumes.

Pieds sur terre. L’histoire des présidents de la République en France est émaillée de nombreux scandales d’alcôve. Mais ici, ce qui rend encore plus fantastique cette affaire se déroulant à l’ombre de la tour Eiffel, de Victor Hugo, Balzac, Sartre ou Camus, c’est que le président, loin de monter sur ses grands chevaux, s’est contenté [juste après les révélations du magazine Closer] de faire une déclaration à titre personnel en dénonçant une “atteinte à sa vie privée”, souhaitant qu’on la respecte comme celle de tout citoyen. Après tout, il a toujours une Première petite amie, avec laquelle il habite et qui l’accompagne dans ses déplacements officiels. François Hollande s’est targué d’être un “président normal” et, comme de nombreux Français, il habite avec sa compagne sans être marié. Cependant, est-il vraiment important de savoir comment il passe ses nuits, dès lors qu’il ne perd pas complètement la tête et qu’il n’abuse pas du pouvoir (demander à ses gardes du corps d’aller lui acheter des croissants pour le petit déjeuner prouve qu’il garde les pieds sur terre !). Les Chinois attachent une grande importance à la morale, mais, ces dernières années, il est courant d’entendre dire que, dès lors qu’un homme politique obtient de bons résultats, l’opinion publique ne doit pas s’immiscer inutilement dans sa vie privée. En laissant échapper cet aspect de sa personnalité, le président de la République montre qu’il ne s’est jamais enfermé dans l’image d’un homme parfait ou d’un surhomme. Et à Hong Kong, quand sera-t-on prêt à accepter un célibataire ou un homosexuel à la tête de l’exécutif ? —Bernadette Tsui Wing Suen Publié le 13 janvier

A la une “Après l’escapade de Hollande, la première dame, trahie, finit à l’hôpital”, titre par ailleurs le journal.

THE TIMES

IL GIORNALE (Italie) “Le couple explose”, titre le quotidien berlusconien au sujet du différend entre le président du Conseil italien et le président du Parti démocrate. Mais cela vaut évidemment pour François Hollande et Valérie Trierweiler.

(Royaume-Uni) “‘Oui, monsieur le Président’. La comédienne, le scooter et une affaire d’Etat”. Comme le reste de la presse conservatrice britannique, le quotidien se moque des frasques du président socialiste.

TA NEA (Grèce) “Valérie déprime,Hollande en état de siège”. C’est ce que titrait le quotidien athénien le 14 janvier, précisant que “le président français [était]

attendu à sa conférence de presse annuelle”. Mais “il devra répondre de sa vie privée, au moment où sa compagne a du mal à se remettre de la publicité faite par un magazine people qui le montre allant retrouver sa maîtresse”. Et le journal de conclure : “Les Français sont pudiques, mais l’affaire les passionne.”


18.

D’UN CONTINENT À L’AUTRE

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

↙ Dessin de Falco, Cuba.

asie

Bangladesh. Le bras de fer des deux bégums Violences et guerre de pouvoir entre la Première ministre et sa principale opposante : les plaies du passé ne sont pas refermées, et l’incertitude règne quant à l’avenir du pays.

—Le Temps Genève De New Delhi

L

e Bangladesh s’enfonce dans l’instabilité, alors que la Première ministre Sheikh Hasina a maintenu dimanche 5 janvier, dans un climat de violence, un scrutin controversé et boycotté par l’opposition. Le dépouillement des bulletins s’est déroulé sans surprise : avant l’ouverture des 18 000 bureaux de vote, la victoire de l’alliance au pouvoir, dirigée par Sheikh Hasina et son parti, la Ligue Awami, était acquise. Car 153 de ses candidats n’avaient aucun opposant, sur un total de 300 sièges. De facto, la formation du gouvernement leur est assurée.

Pour encadrer ce scrutin tronqué, les autorités ont déployé 375 000 membres des forces de l’ordre et 50 000 soldats. Mais les affrontements ont été l’ordinaire de la journée. Près de 380 bureaux de vote ont dû renoncer à fonctionner en raison d’attaques, et au moins 18 militants ont été tués dans différents heurts. Les médias rapportent une très faible participation des 90 millions d’électeurs appelés aux urnes, et la commission électorale s’est abstenue de livrer les estimations. Face à l’absence de crédibilité de ces législatives, les pays occidentaux ont renoncé à envoyer des observateurs. Le scrutin était à l’image de l’insécurité régnante et de la

plus grave crise politique qu’ait connue le Bangladesh depuis sa création en 1971. L’entêtement de la Première ministre Sheikh Hasina à former un gouvernement d’union nationale pour diriger les élections se trouve à l’origine du boycott électoral. Selon les principes constitutionnels antérieurs, elle aurait dû installer, trois mois avant le scrutin, un pouvoir intérimaire neutre, placé sous autorité militaire. Mais la dame de fer de Dacca a aboli ce système, craignant un coup d’Etat

L’opposition qualifie les élections de “farce scandaleuse”

de l’armée, qui n’en est pas à ses premiers essais. En restant au pouvoir, elle a aussi favorisé sa coalition, dont la popularité était en chute libre aux élections locales. L’opposition, dirigée par sa grande rivale Khaleda Zia et le Parti nationaliste du Bangladesh (BNP), a dénoncé une manipulation politique. La dispute a dégénéré et gagné les supporters des deux camps. Plus de 150 personnes ont perdu la vie durant la campagne. L’ex-Première ministre Khaleda Zia a appelé au boycott du scrutin, qualifié de “farce scandaleuse”, puis à une grève générale. Suivant sa ligne jusqu’au-boutiste, et malgré les appels internationaux, elle n’a pas cédé d’un pouce, tout comme son implacable rivale. La guerre de pouvoir entre les deux bégums mine la politique du Bangladesh. C’est dans ce jeu de la surenchère que s’inscrit la montée du courant islamiste, courtisé par un BNP en quête d’alliés. L’affrontement des deux femmes s’est durci, tout comme les idéologies qu’elles incarnent : le BNP conservateur et proche des mouvances islamistes contre la Ligue Awami, parti de centre gauche laïque et socialiste, dans un pays peuplé à 90 % de musulmans. Depuis septembre 2012, le cycle des violences est ininterrompu. 2013 a été l’année la plus meurtrière de l’histoire du pays, avec un bilan de 300 à 500 victimes. “Alors que le gouvernement a refusé d’œuvrer pour des élections inclusives, l’opposition s’est quant à elle compromise dans une violence sans précédent”, dénonce l’éditorial du quotidien The Daily Star. “Le recours à la violence par l’opposition est un crime contre le peuple”, ajoute-t-il. Sur les réseaux sociaux se lit le pessimisme des Bangladais. “Pourrait-on avoir la liste des bureaux de vote qui ne sont pas attaqués ?” ironise Fahmida. “De quel vote parle-t-on ?” commente Shanta. Ou Shaheen, qui s’attriste : “Est-ce là le Bangladesh que nous méritons ?” L’escalade des violences s’explique notamment par la tourmente née de l’institution d’un tribunal de guerre, en mars 2010, par Sheikh Hasina. Baptisé “Tribunal international des crimes”, et cela sans aval international, il a prononcé des condamnations contre de hauts dirigeants de l’opposition, en particulier ceux de la Jamaate-Islami. Avec ces verdicts s’est rouvert le chapitre noir des massacres de la guerre de 1971 [le Pakistan oriental a fait sécession

du Pakistan occidental et proclamé son indépendance sous le nom de Bangladesh, avec l’aide de l’Inde]. La guerre a fait 3 millions de morts et opposait les islamistes propakistanais aux indépendantistes alliés de l’Inde. Mais les condamnations prononcées uniquement à l’encontre de membres de l’opposition mettent en question les véritables motivations de Sheikh Hasina. Les procès, perçus comme instrumentalisés, ont exacerbé les forces radicales, qui ont multiplié les attaques contre les forces de l’ordre, les biens publics, mais aussi contre les minorités [notamment les hindous] du Bangladesh. Avec la perspective d’un Parlement sans opposition, les dés démocratiques sont faussés. “Et demain ?” s’interroge l’analyste Ashfaqur Rahman : “Le BNP et les autres partis d’opposition ne vont pas accepter les résultats. Cela augure une longue période d’instabilité et de violences.” La communauté internationale aura elle aussi du mal à cautionner le gouvernement de Sheikh Hasina, à l’exception probable de l’Inde. Dans un tel climat, les analystes soulignent la nécessité cruciale d’une “réconciliation nationale” : enterrer la hache de guerre entre les deux coalitions, pour la paix au sein d’une population extrêmement pauvre et pour la survie de la démocratie au Bangladesh. —Vanessa Dougnac Publié le 4 janvier

A la une

APRÈS LES ÉLECTIONS Le 12 janvier, le nouveau gouvernement bangladais, élu dans des conditions très difficiles le 5 janvier, a prêté serment. La Première ministre Sheikh Hasina conserve le pouvoir, avec, comme le montre le quotidien en bengali le plus lu dans le pays, Prothom Alo, un cabinet de 49 ministres, dont 24 nouvelles têtes. Mais sa légitimité est contestée par l’opposition, qui a boycotté le scrutin, et par de nombreux observateurs étrangers.


ASIE.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

↙ Dessin de Balaban, Luxembourg.

CHINE

A quatre pattes au nom de la transparence En pleine campagne anticorruption, un juriste avait parié que la clarté sur les biens des fonctionnaires gagnerait du terrain en 2013 – sinon, il s’engageait à effectuer un kilomètre à quatre pattes… Bingo !

—Zhongguo Qingnian Bao Pékin

L

e jour de l’an, le professeur de droit Fan Zhongxin a parcouru un kilomètre à quatre pattes sur la rive sud du lac de l’Ouest, à Hangzhou [dans le sudest de la Chine]. Un an plus tôt, ce célèbre spécialiste de l’histoire du droit avait parié sur son blog qu’en 2013 toutes les municipalités et provinces chinoises (à l’exception des régions autonomes de minorités ethniques) obligeraient leurs fonctionnaires de rang préfectoral et cantonal à rendre public l’état de leur patrimoine. Il s’était engagé, s’il perdait, à “accomplir un kilomètre à quatre pattes comme punition”. Malgré l’épreuve douloureuse qu’il a dû s’infliger, M. Fan reste persuadé que la publication des biens des fonctionnaires devrait progresser au cours des trois à cinq

31

HAUTS RESPONSABLES NATIONAUX ont fait en 2013

l’objet d’une enquête de la Commission de la discipline du Parti, dont 8 qui ont été renvoyés devant la justice, écrit le site officiel Zhongguo Xinwen Wang. 182 000 fonctionnaires ont fait l’objet de sanctions émanant du Parti ou de l’administration, 36 907 d’entre eux ont été poursuivis pénalement pour corruption.

prochaines années. Nul n’est tenu d’imiter sa démarche, mais sa détermination ne peut laisser indifférent. En fait, les citoyens qui réclament la même chose que M. Fan ne sont pas rares. Cela fait longtemps que les spécialistes comme les simples quidams attendent que l’obligation de transparence pour les fonctionnaires devienne réalité. Mais, en dépit des efforts réalisés ces dernières années localement, cet espoir tend à s’enliser dans le tourbillon médiatique. Cependant, les vicissitudes des tentatives locales de publication des patrimoines, comme le pari perdu du Pr Fan, convergent peu ou prou vers un point qui se rapproche. Autrement dit, même si les résistances restent fortes et malgré certains faux pas inévitables, on assiste actuellement à la formation d’un consensus qui constitue une solide base populaire en faveur de la publication du patrimoine des agents de l’Etat. De fait, l’ouverture politique passe forcément par ce genre de mesure précisant les devoirs des personnes impliquées dans les affaires publiques. Une telle transparence participe des principes fondamentaux de fonctionnement d’une société moderne, mais va également de soi si l’on veut établir une nette distinction entre pouvoir public et intérêts privés. Plus vite des mesures seront prises en ce sens et plus complètes elles seront, plus la crédibilité et l’autorité du pouvoir en sortiront renforcées. De plus, eu égard au développement économique et social, la publication des patrimoines des agents de l’Etat ne pose désormais plus aucun problème sur le plan technique. Naturellement, dans cette démarche, il convient d’être guidé par un souci d’exactitude, mais aussi de prendre en compte la capacité de la société à supporter ce procédé qui doit se mettre en place progressivement et de manière ordonnée [allusion aux fortes résistances à cette publication parmi les cadres]. Dans le “Plan 2013-2017 pour l’établissement d’un système de prévention et de répression de la corruption”, publié par le Comité central à l’issue du 3e plénum du XVIIIe Congrès du Parti communiste chinois [en novembre 2013], il est clairement indiqué qu’il faut “perfectionner le système de communication par les cadres dirigeants de leurs informations personnelles, promouvoir à titre d’essai un système instaurant plus de transparence à propos des hauts fonctionnaires nouvellement recrutés et élaborer des dispositifs de contrôle des postes occupés par des agents de l’Etat dont le ou la conjoint(e) a émigré dans un pays étranger”. Il y a trop longtemps que la population attend avec impatience la publication du patrimoine des fonctionnaires. L’heure est venue de prendre des mesures concrètes et efficaces en ce sens. L’action seule empêchera que la population ne désespère et mettra fin à de telles “performances artistiques” en forme de pari ! —Hu Yinbin Publié le 7 janvier

19

LE MOT DE LA SEMAINE

“gongkai” rendre public

I

l y a un an, le nouvel homme fort de la Chine, Xi Jinping, lançait une campagne contre la corruption. Cette initiative suscita l’espoir. Certains pensaient que des mesures visant à la transparence de la vie publique seraient mises en place dans ce cadre – la publication du patrimoine des dirigeants est bien plus efficace pour lutter contre la corruption qu’une punition administrative du haut vers le bas. Du coup, certains dénoncèrent les corrompus sur les microblogs, d’autres descendirent dans la rue pour réclamer la publication du patrimoine des fonctionnaires. Les plus optimistes parièrent sur un début de transparence dès 2013. Le Pr Fan est l’un des meilleurs représentants de ce courant. Il a juré que tous les fonctionnaires au niveau du canton et du district dévoileraient le montant de leur fortune personnelle. Un an plus tard, les internautes dénonçant la corruption des hauts cadres du Parti ont été censurés ; ceux qui réclamaient la transparence ont été arrêtés. Ceux qui avaient parié sur la transparence ont donc perdu. M. Fan est le seul à avoir annoncé dès le début une suite à son pari. S’il n’obtenait pas ce qu’il annonçait, il se mettrait à quatre pattes pour se punir. Autrement dit, il avait programmé un an à l’avance une manifestation contre le refus de l’application de la transparence. Alors, était-il vraiment optimiste ou a-t-il délibérément prévu son coup ? En raison de ce geste peu ordinaire, la presse en parle, les réseaux sociaux s’enflamment, l’exigence de transparence revient au centre du débat public. Pourtant, cette action n’incite guère à l’optimisme. Une manifestation à genoux n’a rien de réjouissant ! Quant aux cibles choisies par M. Fan, ce sont des fonctionnaires locaux. Pour être efficace, la publication de la fortune personnelle devrait concerner en premier lieu le cœur du pouvoir. —Chen Yan Calligraphie d’Hélène Ho


20.

D’UN CONTINENT À L’AUTRE

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

↙ Dessin de Mayk, paru dans Sydsvenskan, Malmö.

amériques —The Nation (extraits)

Rivera fait partie d’un nombre inconnu d’anciens condamnés ou détenus qui essaient de trouver uis Rivera a été un peu du travail. En général, ils n’y tranquille pendant cinq arrivent pas : les employeurs mois, de la fin de l’automne rejettent leur candidature ou 2010 au début du printemps de les licencient uniquement parce l’année suivante. C’est le plus qu’ils ont un casier judiciaire, une près qu’il ait été de la stabilité pratique illégale mais néanmoins financière en plus de vingt ans. largement répandue. “J’avais trouvé un boulot génial : Un mouvement s’affirme pour homme à tout faire/portier/concierge pousser les Etats à “interdire l’exdans un immeuble de l’East Village”, clusion” ou à encadrer plus stricse souvient-il avec nostalgie. tement quand et comment les Rivera, 44 ans, est marié et a trois employeurs peuvent demander filles adolescentes. La famille vit à le casier judiciaire des candidats East Harlem, où a grandi ce New- à un poste. Il a obtenu quelques Yorkais d’origine portoricaine. victoires : Target, le deuxième disIl est farouchement fier de son tributeur du pays, a annoncé en mariage et de ses enfants, comme octobre qu’il cesserait de poser un homme qui est parvenu à la question. accomplir quelque chose qu’il En 1987, la Commission [fédén’était pas censé réussir. rale] pour l’égalité des chances Rivera est encore très excité en matière d’emploi (EEOC) a en évoquant ses cinq mois déclaré que l’exclusion systémacomme homme à tout faire au tique des personnes ayant un service des hipsters du sud de casier judiciaire constituait une Manhattan. “Quand ils avaient violation de la loi sur les droits besoin de quelqu’un, ils m’appelaient civiques. Celle-ci interdit non seuau milieu de la nuit et lement les discrimije disais ‘oui !’. J’avais nations fondées sur besoin d’un job. Et la certaines catégories paie était excellente”, protégées comme la se r appel le -t-i l, REPORTAGE race, mais également vantant ses 17 dollars les politiques appa[12 euros environ] de l’heure pour remment neutres qui renforcent un temps partiel. “J’étais près d’être les disparités raciales. Elle a donc embauché en fixe.” Cet emploi fait savoir aux employeurs que lui promettait de n’avoir enfi n le casier judiciaire ne pouvait qu’un travail, un vrai – déclaré, constituer qu’un des motifs de avec des horaires et un salaire rejet d’une candidature et seuréguliers –, au lieu de courir d’un lement quand la condamnation temps partiel au noir à l’autre avait un lien direct avec le poste. comme il l’avait fait toute sa Mais le Congrès a été le premier vie d’adulte. Mais ce n’était pas à vider cette directive de son sens. encore fait. Aussi, quand le gérant Après le 11 septembre 2001, les d’un immeuble de l’autre côté législateurs ont fermé aux anciens de la rue a fait savoir que son condamnés toute une série d’eméquipe cherchait du renfort à plois dans les transports. Les temps partiel, Rivera s’est fait Etats ont suivi le mouvement connaître. Il a été franc. et la liste des emplois interdits “J’ai expliqué au type que j’avais aux condamnés a augmenté de un casier qui datait de 1990, par là, façon exponentielle : agents de mais que j’avais payé ma dette. Je sécurité privés, employés de maisuis clean, donnez-moi une chance. sons de retraite, presque tous les Il m’a donné sa parole d’honneur emplois impliquant des enfants. qu’il ne dirait rien.” Mais les Plus de 800 emplois sont désornouvelles vont vite quand on a mais fermés aux anciens condamété condamné. Tout d’un coup, nés, selon une étude. l’immeuble chic où Rivera espérait L’EEOC a donc publié une nouse construire un avenir a cessé velle directive en 2012. Celle-ci de le faire travailler. A 22 ans, Luis Rivera a commis un cambriolage dans le Bronx. La liste des emplois Il était nul et s’était fait prendre interdits aux rapidement. Condamné à cinq ans avec sursis, il n’a pas été incarcéré. condamnés a Mais cette condamnation n’a augmenté de façon cessé de le poursuivre depuis. exponentielle

New York

Etats-Unis.

Condamnés à une vie de galère

Avoir un casier judiciaire est un handicap majeur pour les Américains qui cherchent un emploi. Des millions de repris de justice, appartenant souvent aux minorités raciales, enchaînent les boulots précaires.

L

ne modifiait pas l’idée de base – écarter toute personne ayant un casier judiciaire a un impact disproportionné sur les Noirs et les Latinos, et viole donc la loi sur les droits civiques –  mais précisait aux employeurs comment rester du bon côté de la loi. En bref : si vous vérifiez les antécédents d’une personne, vous devez également vous assurer que les renseignements sont exacts et prendre en compte les particularités de l’intéressé. L’expérience de Rivera est exactement le genre de chose qui n’est pas acceptable.

Disparités raciales. Il n’existe pas de statistiques sur les travailleurs ayant un casier judiciaire, mais le National Employment Law Project (NELP) [une association de défense des travailleurs peu rémunérés] les estimait à 65 millions en 2010 – soit 28 % de la population adulte, un chiffre ahurissant. Nombre d’entre eux ont fait l’objet d’une vérification de leurs antécédents. Selon une étude de 2010 citée par l’EEOC, 92 % des gros employeurs procèdent à ce type d’enquête. Les millions de personnes qui sont exclues du marché du travail à cause de leur casier judiciaire ne restent pas sans rien faire. Elles enchaînent les emplois à temps partiel, déclarés ou non, et alimentent une économie souterraine semblable à celle qui exploite les travailleurs sans papiers. Bien des choses ont été dites sur l’augmentation spectaculaire du taux d’incarcération aux EtatsUnis ces trente dernières années. Mais on aurait du mal à exagérer son ampleur ou l’intensité des disparités raciales en la matière. En 2000, 3 % de la population étaient soit sous les verrous, soit condamnés avec sursis, soit en liberté conditionnelle – un taux sans équivalent dans le monde. Comme le démontre Michelle Alexander, l’auteur de The New Jim Crow [La nouvelle discrimination, non traduit], ce phénomène affecte les personnes de couleur de façon disproportionnée et renforce la forte inégalité raciale qui règne dans tout le pays. La marijuana est devenue le moteur de cette inégalité. L’Union américaine pour les libertés civiles [ACLU, principale association de défense des libertés civiles] a rapporté l’été dernier que les Noirs avaient quatre fois plus de chances que les Blancs


AMÉRIQUES.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

d’être arrêtés pour possession de marijuana, alors que les études ne montrent aucune disparité dans la consommation entre les deux groupes. Les municipales de l’an dernier à New York ont été marquées par l’indignation suscitée par les contrôles au faciès (“stop and frisk” – interpeller et fouiller) pratiqués par la police de la ville sur un nombre énorme de Noirs et de Latinos sous prétexte de chercher des armes illicites. Les données de la police new-yorkaise suggèrent que leur premier résultat est d’arrêter des gens pour possession de marijuana. Albert Martinez, 22 ans, est exactement le genre de type visé par ces contrôles. Noir, il a grandi dans les logements sociaux de East Harlem [à New York]. A l’adolescence, il s’est juré d’échapper à la pauvreté. A 17 ans, il travaillait plus de trentecinq heures par semaine comme vendeur dans une épicerie tout en continuant ses études. Il était à un mois d’adhérer au syndicat de son magasin quand il s’est fait licencier à la suite d’un conflit avec un autre employé.

Vérifications tatillonnes. Martinez a un visage de bébé, avec ses petites tresses et ses quelques poils au menton, mais il est impressionnant avec son 1,98 mètre et sa carrure de deuxième ligne. Il considère celle-ci comme un désavantage dans la rue : elle fait de lui une cible pour les gens qui ont quelque chose à prouver. Il s’est donc mis à porter une arme, “juste par précaution”. En 2010, il se fait contrôler par les flics. Ils trouvent l’arme et l’arrêtent. Il finit par passer un accord avec le procureur : deux ans de prison, puis un an et demi en liberté conditionnelle. Il est rentré chez lui en avril en espérant trouver du travail tout de suite. Il a d’abord dû trouver à se loger, un défi compliqué par sa condamnation. Les effets d’un casier judiciaire vont bien

“On n’est pas censé me refuser un travail à cause d’un délit commis il y a cinq ans.” au-delà de l’emploi. Une condamnation pour trafic de drogue vous barre l’accès aux prêts étudiants, bourses et formations en alternance fédéraux. Plusieurs Etats y ajoutent les aides sociales et alimentaires. Certaines municipalités interdisent en outre aux personnes ayant été condamnées pour certains faits d’accéder à toute une série d’espaces publics, par exemple les parcs. L’exclusion la plus frappante concerne cependant le logement social. A New York, les services du logement peuvent rejeter une demande d’attribution ou expulser une famille en cas de condamnation de n’importe quel membre du foyer pour certains forfaits. Albert Martinez ne pouvait donc pas rentrer à la maison – non qu’il en eût envie de toute façon. Sa copine avait accouché pendant qu’il était sous les verrous. Prématurée, leur fille était intubée et sous oxygène. Après beaucoup d’efforts, ils ont fini par convaincre la ville qu’ils étaient sans abri et par obtenir un appartement dans un centre d’hébergement d’urgence. Martinez est jeune et demeure optimiste malgré tout. Avec l’aide de l’Osborne Association [qui accompagne les anciens condamnés], il est entré dans une école d’infirmier. Il travaille à mitemps comme concierge pour l’association et il est déterminé à tirer parti de son ardeur au travail. “Si vous me demandez des comptes pour quelque chose que j’ai déjà payé, eh bien c’est une honte”, déclare-t-il, convaincu que tout cela sera de l’histoire ancienne quand il obtiendra son diplôme. “On n’est pas censé me refuser un

travail à cause d’un délit commis il y a cinq ans.” Mais, pour les experts, si Martinez parvient à faire oublier son passé, son cas sera exceptionnel. Celui de Luis Rivera est plus classique. L’emploi le plus durable que Rivera ait occupé, ç’a été trois ans dans un restaurant de la chaîne Dunkin’ Donuts. Le propriétaire se fichait de son casier, dit-il, parce que l’endroit était truffé de caméras de sécurité. Mais c’est peut-être aussi parce que Rivera acceptait de faire de longues et dures journées pour un salaire minime : il travaillait en général quatorze heures de suite. Tous les autres emplois qu’il a exercés ont duré quelques mois par-ci, un an par-là, en général à temps partiel et souvent au noir. “En ce moment, j’ai la chance d’avoir deux boulots”, explique-t-il. Il fait le ménage dans des immeubles de bureaux la nuit, au noir, et travaille en cuisine dans un restaurant turc en tant qu’intérimaire pour 10 dollars [7 euros] de l’heure – même s’il ne leur a pas encore parlé de son casier. Il est impossible de dire exactement combien de personnes sont employées dans l’économie souterraine créée par les casiers judiciaires, mais, d’après une étude du Centre de recherche et de politique économique, en 2008, la population condamnée pour crime ou délit majeur a fait baisser le taux officiel d’activité des hommes de 1,7 point. La restriction des opportunités offertes aux anciens délinquants sur le marché du travail a coïncidé avec une croissance rapide du secteur de la vérification des antécédents. Les enquêtes conduites par des agences privées et par le FBI ont explosé entre 1996 et 2006, selon Maurice Emsellem, du NELP. Les demandes d’information adressées au FBI pour des affaires civiles ont doublé, si bien que dès 2006 celui-ci

effectuait davantage de vérifications d’empreintes digitales à des fins civiles qu’à des fins criminelles. Ces enquêtes posent divers problèmes. Leurs résultats sont souvent inexacts. Les directives 2012 de l’EEOC soulignent le peu de fiabilité de nombre de bases de données qui déterminent le sort des travailleurs. L’un des plaignants d’une procédure lancée par l’EEOC contre [la chaîne de supermarchés] Dollar General avait été licencié pour une condamnation inexistante.

21

Détentions record Taux d’incarcération par pays (pour 100 000 hab., 2012-2013) 707

ÉTATS-UNIS 475

RUSSIE

422

SALVADOR AFR. DU SUD

294

IRAN

284

BRÉSIL

274

FRANCE 98 SOURCE : INTERNATIONAL CENTRE FOR PRISON STUDIES (ICPS)

Employeurs frileux. Il existe Des millions un fossé énorme entre la perception qu’ont les employeurs du risque présenté par les anciens délinquants et le risque réel. La probabilité statistique que Rivera commette une autre infraction a commencé à chuter très fortement deux à trois ans après son cambriolage commis à l’âge de 22 ans. A l’approche de la trentaine, il n’était pas plus susceptible de commettre un cambriolage qu’une personne sans casier. Rivera considère qu’il a de la chance d’avoir simplement du travail. “J’essaie de rester aussi positif que possible”, déclare-til. Parmi les bonnes choses, il compte sa foi, sa famille et le fait qu’il a accès aux bons d’alimentation et aux aides sociales de la ville de New York. “Je ne dis pas que je ne ressens pas de stress. Là, tel que vous me voyez, je suis un peu stressé.” C’est parce qu’il attend une réponse du restaurant turc à propos d’une augmentation de salaire et de ses heures de travail. “Je ne suis pas idiot. Ils vont faire une enquête. Ils vérifient toujours le casier des gens”, confie-til, avant d’ajouter, plein d’espoir : “Mais ils savent que je travaille. Ils savent bien comment je travaille.” Si ça ne suffit pas à faire oublier son passé, il va devoir trouver autre chose. —Kay Wright Publié le 5 novembre 2013

de condamnés Détenteurs d’un casier judiciaire aux Etats-Unis (2010)

28 %

65 millions d’adultes

SOURCES : “THE NATION”, NATIONAL EMPLOYMENT LAW PROJECT (NELP)

SOURCE

THE NATION New York, hebdomadaire, 140 000 ex. www.thenation.com Fondé par des abolitionnistes en 1865, résolument à gauche, The Nation est l’un des premiers magazines d’opinion américains. Des contributeurs tels que Henry James, JeanPaul Sartre ou Martin Luther King ont contribué à sa renommée. Dirigé par Katrina vanden Heuvel depuis 1995, The Nation fait la part belle aux sujets politiques et société.


22.

AMÉRIQUES

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014 ↙ Dessin de Pat Bagley paru dans The Salt Lake Tribune, Etats-Unis.

URUGUAY

Les vacances fumeuses des Argentins Ils débarquent en voisins avec l’illusion que tout est permis, mais la loi qui autorise la culture et la vente de marijuana n’est pas destinée aux touristes.

la nouvelle loi à côté d’une femme qui se reposait avec son enfant sur La Mansa [“la docile”, plage où la mer est calme]. Cette semaine, alors que deux agents surveillaient La Brava [“la plage aux vagues fortes”] de José Ignacio, La Nación leur a demandé ce qu’il en était de la consommation de marijuana sur la plage. “En réalité, on n’a jamais poursuivi la consommation personnelle, à moins qu’il y ait des soupçons d’achat ou de vente”, ont-ils expliqué. L’un d’entre eux a cité une enquête récente de l’institut Equipos, qui concluait que 66 % des Uruguayens étaient contre la loi et que seuls 24 % étaient pour. Les autres n’avaient pas d’opinion ou préféraient la garder pour eux.

CAGLE CARTOONS

Cannabis en pharmacie. Lucho

—La Nación Buenos Aires De Punta del Este (Uruguay)

O

n peut en sentir l’odeur à la terrasse des meilleurs restaurants comme en pleine rue. On la respire pendant la journée et à la tombée de la nuit. Et sa présence s’impose aussi lors des événements les plus glamour. Autrefois, au cours d’une soirée, on descendait sur la plage ou bien on cherchait un endroit tranquille pour allumer un joint. Aujourd’hui, il est loisible à chacun de le faire devant tout le monde. C’est l’été [austral] de la dépénalisation et les pharmacies reçoivent en permanence la visite d’Argentins qui veulent savoir s’ils peuvent déjà acheter du cannabis. On leur répond alors qu’il n’est pas encore en vente, et que de toute manière les étrangers n’y auront pas droit, à moins qu’ils ne soient résidents et enregistrés comme tels. Il y a toujours eu un certain laxisme en ce qui concerne la consommation de marijuana sur les plages d’Uruguay. De surcroît, après l’adoption, le 10 décembre, de la loi qui réglemente le commerce et la culture du cannabis

en Uruguay, ce qui domine chez les Argentins, c’est l’impression que tout est permis, la curiosité, le marchandage et l’envie d’observer les répercussions sur les habitudes sociales de Punta del Este. Pour beaucoup de consommateurs, même s’ils sont de ce côté de la flaque d’eau [le Río de la Plata], ce qui se dit à Buenos Aires a encore son importance.

Pas de consignes. Cette loi, qui a suscité le débat dans le monde entier, va entrer en vigueur dans le délai de cent vingt jours prévu pour sa ratification. Elle permet aux résidents intéressés, après s’être fait enregistrer comme consommateurs, d’acheter 40 grammes de marijuana par mois. Par ailleurs, ils auront la possibilité de cultiver pour leur consommation personnelle jusqu’à six plants par famille, dont ils pourront tirer une récolte de 480 grammes par an au maximum. Bien que la loi ne soit pas encore ratifiée, de nombreux Argentins débarquent en Uruguay convaincus que ce pays est déjà devenu le paradis du cannabis. Et ils se

comportent comme si c’était déjà le cas. “Cette saison, on a déjà fumé de la marijuana à la terrasse de La Huella”, commente Martín Pittaluga, conseiller municipal du Frente Amplio [parti de gauche au pouvoir] pour José Ignacio [station balnéaire à la mode] et fondateur de ce restaurant de bord de mer, l’un des meilleurs et des plus sélects d’Uruguay. “Quand les clients le font à l’extérieur, on ne peut rien dire. Aujourd’hui, c’est la même chose que de fumer un havane.” Alors qu’est-ce qui se passe si un client s’approche de la caisse et se plaint que quelqu’un fume de la marijuana à la table d’à côté ? “Ça devient une question d’attention et d’éducation. Moi, je n’allumerais jamais un joint ou un havane à côté d’un gamin”, poursuit-il. Pittaluga est favorable à la loi. Dès son adoption, il s’est renseigné auprès du commissariat du quartier sur la conduite à tenir. On lui a répondu que pour l’instant la police n’avait pas reçu de consignes spécifiques. Mais les premières frictions n’ont pas tardé. Il y a plusieurs jours, il y a eu une discussion entre un groupe de jeunes qui avait organisé une séance fumette pour fêter

et Nacho, respectivement 25 et 30 ans, sont de Buenos Aires. Ils ont entendu notre conversation avec les policiers et paraissent intéressés. “On a le droit, alors ?” ont-ils demandé. La réponse les a mis de très bonne humeur. “Alors je peux passer devant eux sans qu’ils me disent rien ?” a lancé l’un d’eux. Ils avaient du mal à le croire. “Avant, on devait fumer en douce, feinter. On ne fumait jamais devant tout le monde.” D’autres consommateurs préfèrent rester discrets. “Pour moi, c’est une expérience, affirme Pittaluga. Je crois que l’Uruguay peut la tenter parce que c’est un pays petit et responsable. C’est avant tout une question de responsabilité.” Le sous-secrétaire uruguayen au Tourisme, Antonio Carámbula Sagasti, a affirmé qu’il n’était pas prévu d’accueillir un tourisme lié au cannabis dans le pays. “La loi autorise l’achat uniquement aux résidents inscrits, ce qui exclut les visiteurs, explique-t-il. Le nouveau dispositif est né d’un constat d’échec des politiques répressives. C’est pourquoi l’Uruguay a cherché à augmenter les contrôles sur les substances qui entraînent une dépendance : lutte contre le tabac, loi qui contrôle la vente et la consommation d’alcool, et aujourd’hui réglementation de la consommation de marijuana.” Depuis des décennies, on ne poursuit plus la consommation en Uruguay. La loi interdit uniquement l’achat et la vente, deux activités qui seront désormais dans l’orbite de l’Etat, avec pour objectif principal de combattre le trafic de drogue et maîtriser la consommation. L’Argentin Javier Azcurra, producteur d’événements à Punta del

Este, raconte que cette année les blagues parlant d’“aller à la pharmacie” se sont mises à fleurir. En effet, la loi prévoit que ces officines seront seules autorisées à vendre de la marijuana aux résidents inscrits. Certains touristes entrent dans les pharmacies de Punta del Este pour demander : “Ça y est, c’est en vente ?” Dans celle du centre de Manantiales, cela arrive au moins deux ou trois fois par jour. —Fernando Massa Publié le 5 janvier

Contexte

Un marché juteux ●●● Depuis l’annonce de la légalisation de la vente de cannabis en Uruguay, des laboratoires pharmaceutiques et des entreprises du monde entier s’intéressent à ce nouveau marché légal. Le gouvernement uruguayen a été approché par de nombreux laboratoires pharmaceutiques étrangers désireux de s’installer dans le pays afin de se lancer sur le marché du cannabis médical, souligne le quotidien uruguayen El País. “C’est un grand défi, car, même si ce n’était pas un des objectifs de la loi, l’Uruguay peut devenir un pôle biotechnologique. C’est un secteur concurrentiel en plein développement”, a déclaré le porte-parole du gouvernement au journal. Des entreprises canadiennes ont ainsi pris contact avec le gouvernement uruguayen pour importer du cannabis médical, annonce le quotidien El Observador. Des banques de semences, notamment hollandaises, pourraient aussi s’implanter en Uruguay pour alimenter le marché local. “Il y a une longue queue d’investisseurs étrangers disposés à investir sur ce marché”, affirme El País.


23

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

moyenorient

Israël. Sharon, haïssable et sympathique Un portrait tout en nuances d’Ariel Sharon, décédé le 11 janvier, par Yossi Beilin, l’ancien dirigeant de la gauche israélienne.

↙ Dessin de Stavro paru dans The Daily Star, Beyrouth. 1998, et appela à implanter [des colonies] sur chaque colline et sous chaque arbre, il devint à mes yeux ce qu’il peut y avoir de plus laid chez un Israélien, et je ne me suis pas privé de le lui dire. Lorsqu’il a mis sur pied son gouvernement [février 2001], son chef de cabinet, Dov Weisglass, est venu me trouver pour me demander de rester ministre. Je lui ai rappelé l’abîme politique qu’il y avait entre nous. Pour Sharon, l’Initiative de Genève, que moi et mes collègues de gauche venions de conclure avec les Palestiniens, en octobre 2003, n’était qu’une trahison. Ce n’est que plus tard qu’il allait admettre que cette initiative de paix était un des facteurs déterminants dans sa décision de se retirer de la bande de Gaza [en 2005]. Toutefois, pour lui permettre de mettre un terme à l’occupation de la bande de Gaza, le Meretz [à gauche du Parti travailliste]

allait décider, sous ma présidence, de soutenir le gouvernement que Sharon venait de mettre sur pied avec le Parti travailliste. J’ai moi-même dû me pincer pour y croire. En avril 2005, la dernière fois que nous nous sommes rencontrés, j’ai plaidé pour qu’il organise le retrait de Gaza dans le cadre d’un accord avec le nouveau président palestinien, Mahmoud Abbas, et non sous la forme d’un acte unilatéral. Il était amical et chaleureux. Alors qu’il me raccompagnait jusqu’à sa porte, il m’a dit : “Yossi, j’apprécie tes efforts pour la paix, mais je ne fais pas confiance aux Arabes.” “Aux Arabes, lui ai-je demandé, ou aux Palestiniens ?” “ Aux Arabes”, m’a-t-il répondu. Je lui ai dit que cette généralisation était absurde. Il s’est contenté de sourire, pour éviter une altercation. —Yossi Beilin Publié le 12 janvier

La mort d’un criminel

—Israël Hayom (extraits) Tel-Aviv

L

orsque j’étais enfant, Sharon représentait pour moi la “beauté chevelue”, l’officier fascinant, le commandant de cette unité spéciale de combattants intrépides auxquels nous voulions tous ressembler. Quand il a mis un terme à sa carrière militaire et qu’il est entré en politique, ses opinions ont commencé à me faire peur. Lorsqu’il est ensuite devenu le patron de la colonisation de peuplement [en Cisjordanie], j’ai vu en lui un adversaire idéologique impitoyable. Quand il a embarqué Israël dans une guerre inutile et mensongère au Liban [en 1982], il est devenu pour moi l’un des plus dangereux dirigeants israéliens. Quelque temps plus tard, il allait être déchu de son poste de ministre de la Défense. En 1984, je venais d’être nommé secrétaire du gouvernement [d’union nationale Likoudtravaillistes]. S’il y siégeait toujours, c’était en tant que ministre sans portefeuille. Bien

que frustré et en colère, il avait à cœur de séduire ses adversaires. Souvent, il venait me voir dans mon bureau avant le Conseil des ministres, asseyait sa masse imposante dans un fauteuil et se mettait à médire. Quelquefois il s’endormait et, quand il se réveillait, il me passait un billet où de sa grosse écriture il me demandait : “Quelqu’un a dit quelque chose d’intelligent pendant que je dormais ?” Ses conseillers prenaient pourtant souvent des mesures décisives contre les Palestiniens. A la fin, il venait vers moi et me disait qu’il n’était pas vraiment un likoudnik [de la droite dure], qu’il était le dernier des mapaïniks [d’un ancien parti israélien de gauche] et que c’étaient nous, les travaillistes, qui avions viré à gauche… Sa nomination au poste de ministre des Affaires étrangères fut surprenante et absurde. Il pouvait occuper beaucoup de fonctions, mais certainement pas celle de chef de la diplomatie. Quand il revint des négociations de Wye Plantation, en

● Après avoir résisté pendant huit israélienne Channel 10, fidèle à sa basans à la mort, Ariel Sharon est parti. sesse, a reproché au président palesMais il n’aurait pas dû partir comme tinien Mahmoud Abbas de garder ça, du fait du le silence et s’est destin, échapémue qu’on ait disVu de pant ainsi au tribué des sucreries Palestine châtiment qu’il à Gaza pour fêter la méritait. Les mort de Sharon. Israéliens le considèrent comme un Nous aussi avons un reproche à faire héros national, mais comment en à Abbas, ainsi qu’à beaucoup d’autres serait-il autrement puisqu’il était le Palestiniens, à savoir qu’ils ne disent principal survivant de la vieille garde, pas la vérité sur ce que leur inspire ayant joué un grand rôle dans la suc- ce héros du crime. Les Israéliens cession incessante de batailles visant qualifient tous les dirigeants palesà éliminer le peuple palestinien ? tiniens de terroristes et d’assassins. Il était adolescent quand il a rejoint En quoi cela nuirait-il au processus la Haganah [organisation clandes- de paix si nos dirigeants utilisaient tine armée sioniste créée en 1920], les qualificatifs qui conviennent qui était en pointe pour terroriser, et disaient que Sharon était un tuer et chasser les Palestiniens. Au criminel ? sein de la Haganah, il a tété le lait du Je ferai également des reproches à terrorisme pour devenir l’organisa- ceux qui ont fêté sa mort et distriteur de tous les massacres, dont celui bué des sucreries. Parce que sa mort de Sabra et Chatila [en 1982, les deux a été provoquée par le destin, et non camps palestiniens au sud de pas par un combattant palestinien. Beyrouth ont été attaqués par les Pour vraiment se réjouir, il aurait milices chrétiennes libanaises : une fallu que Sharon et ses semblables commission israélienne a reconnu soient condamnés pour crimes de la responsabilité indirecte de Sharon guerre devant la justice internatiodans le massacre commis alors]. nale. Cela aurait été une condamnaIl est l’homme qui a permis à Tsahal tion de toute l’occupation israélienne, de se ressaisir après les coups infli- qui continue à tuer et à disperser le gés par l’Egypte en 1973 [guerre du peuple palestinien. Kippour]. Mais il est aussi l’homme La liste des dirigeants israéliens qui des tortures infligées aux prison- ressemblent à Sharon est longue. niers égyptiens et arabes. Beaucoup ne peuvent plus voyager en Qu’est-ce que les médias israéliens raison de poursuites pénales. Mais, voulaient que les Palestiniens disent si Sharon est mort, son héritage est à propos de sa mort ? Est-ce qu’un bien vivant. Des successeurs dévoués Palestinien peut dire un seul mot posi- s’appliquent à reproduire sa politique tif au sujet de celui qui s’était dépouillé à l’encontre des Palestiniens. de toute hu ma n ité f ace au x —Talal Awkal Al-Ayyam Ramallah Publié le 13 janvier Palestiniens ? La chaîne de télévision


24.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

afrique

Rwanda. Autopsie du meurtre d’un opposant Ancien fidèle du président Paul Kagame avant de se brouiller avec lui, Patrick Karegeya a été étranglé dans une chambre d’hôtel à Johannesburg.

↙ Dessin de Springs paru dans Financial Times, Londres. guerres civiles parmi les plus sanglantes d’Afrique. Karegeya est mort par strangulation et ne portait aucune blessure, mais on a retrouvé du sang dans la chambre. Cela signifie qu’au moins l’un de ses assaillants a été blessé avant de quitter l’hôtel. Pour les détracteurs du président Paul Kagame, l’homme fort à lunettes du Rwanda, le meurtre porte la marque d’un nouvel assassinat perpétré par ses services de sécurité. Mais les partisans du régime, eux, mettent en avant le bilan de Kagame, qui a apporté la stabilité et une certaine prospérité dans un pays jadis en proie aux troubles. Amnesty International et Human Rights Watch détiennent depuis des années des preuves de l’implication des forces de sécurité de Kagame dans les assassinats de ses opposants sur tout le continent noir. Les Nations unies ont accusé le président d’avoir fomenté la rébellion dans l’est du Congo et elles ont récemment découvert que ses forces avaient commis des atrocités dans la région. Au Rwanda même, les membres de l’opposition sont soit en prison, soit morts, les journalistes derrière les barreaux et les partis politiques interdits. Kigali a évidemment nié toute répression contre les dissidents et prétendu que le Rwanda est une jeune démocratie où l’opposition politique bénéficie d’un espace de liberté grandissant. Karegeya est entré discrètement en Afrique du Sud en février 2008. Il y a demandé le statut de réfugié et s’est installé à Johannesburg.

Tueurs à gages. Son arrivée faisait suite

—City Press (extraits) Johannesburg

L

e comble de l’ironie est qu’un maître de l’assassinat devienne victime à son tour des complots et intrigues qu’il prisait tant. Le régime que l’ancien chef des services du renseignement militaire extérieur rwandais, le colonel Patrick Karegeya, 54 ans, défendait dans le sang, s’est visiblement retourné contre lui en ce début d’année, le laissant sans vie dans une luxueuse chambre d’hôtel. Les compatriotes dissidents de Karegeya sont stupéfaits de voir l’ancien patron de l’espionnage tomber aussi facilement dans le piège mortel tendu contre lui à l’hôtel Michelangelo de Sandton, dans la banlieue de Johannesburg, en Afrique du Sud. Une unité d’élite de la police sud-africaine, la Hawks’ Crimes Against the State,

chargée des crimes contre l’Etat, est maintenant à la recherche d’un courtier en huile de palme rwandais du nom d’Apollo Kiririsi, qui avait rencontré Karegeya à l’heure du déjeuner le dernier jour de 2013. Lorsque le corps de ce dernier a été découvert, près de vingt heures plus tard, Kiririsi, lui, avait disparu dans la nature. L’hôtel n’a gardé aucune trace de son passage, la chambre ayant été réservée au nom de Karegeya. La police vérifie si Kiririsi est bien un agent rwandais qui s’était lié d’amitié avec Karegeya au cours de l’année dernière dans le but d’organiser un coup monté contre lui. L’homme un peu rondelet, diplômé de la faculté de droit de l’université Makerere, en Ouganda, s’est défendu. Il est réputé avoir été formé par le service du renseignement israélien, le Mossad, et il avait combattu dans deux

à une brouille avec Kagame, de trois ans son aîné. Il avait été arrêté et emprisonné pour “indiscipline” et s’était vu retirer son grade en 2006. Les deux hommes ont combattu côte à côte au sein du mouvement rebelle ougandais qui a porté au pouvoir Yoweri Museveni en 1986 en Ouganda. Museveni les avait alors autorisés à fonder leur propre mouvement rebelle tutsi, le Front patriotique rwandais (FPR). Celui-ci est arrivé au pouvoir en 1994, à la fin du génocide au Rwanda, au cours duquel 800 000 Rwandais ont trouvé la mort. Karegeya jouissait d’un immense pouvoir en tant que chef du renseignement militaire extérieur et il a fait un temps partie du premier cercle des proches de Kagame. Il aurait également traqué les ennemis du régime de l’après-génocide un peu partout dans la région. Il lui est reproché, entre autres, l’assassinat de l’ancien ministre rwandais de l’intérieur, Seth Sendashonga, en 1998. Sendashonga s’était vu confier le portefeuille après le génocide. Mais il a ensuite obtenu des preuves sur la complicité du régime dans les massacres et les abus commis durant la période qui avait suivi. Il les a envoyées à Kagame, et ce faisant, il a signé son propre arrêt de mort. Sendashonga s’est réfugié au Kenya puis en Tanzanie, où il a continué de verser des pièces à son dossier incriminant Kagame. Il a

“Ceux qui trahissent ” ●●● Le 12 janvier, le président Paul Kagame a de nouveau mis en garde les dissidents, rapporte The New Times. “Dieu nous a donné la force de construire, mais aussi de protéger ce que nous avons construit. Ceux qui ont oublié qu’ils doivent ce qu’ils sont aux Rwandais sont maintenant en train de comploter contre le pays. Ils n’ont pas compris qu’ils ne pourront jamais être au-dessus de la nation ou de son peuple. […] Je ne dois pas être désolé pour ces gens […] qui finissent par trahir le Rwanda.” été abattu en 1998, quelques jours avant son audition prévue devant le Tribunal pénal international des Nations unies pour le Rwanda. L’ambassadeur rwandais au Kenya et Karegeya étaient accusés d’être les cerveaux derrière ce crime. Le diplomate a été rappelé à Kigali, où il allait être mystérieusement tué. Après son arrivée en Afrique du Sud, Karegeya avait promis de “tout révéler” le moment venu. Une confession que Kagame ne pouvait guère laisser passer. En mars 2010, Karegeya était devenu l’un des membres de la “bande des quatre”, quand trois autres anciens proches de Kagame s’étaient enfuis du Rwanda. L’ancien chef d’état-major, le général Kayumba Nyamwasa, se réfugia lui aussi en Afrique du Sud. La “bande des quatre” avait joué un rôle décisif dans la création du Congrès national du Rwanda (Rwanda National Congress, RNC), le mouvement politique multiethnique qui veut chasser Kagame du pouvoir. Le gouvernement rwandais a interdit le mouvement et un tribunal militaire fantoche a condamné ses membres à une longue peine de prison. Kayumba Nyamwasa a échappé à deux tentatives d’assassinat à Johannesburg en juin 2010. Au cours de l’une d’entre elles, il a reçu une balle dans l’estomac. Un procès portant sur cette affaire est actuellement en cours à Johannesburg, visant un agent du renseignement rwandais et ses complices. Des preuves ont été produites, selon lesquelles l’ordre est venu de très haut dans les services du renseignement. Le tribunal a appris l’existence d’enregistrements dans lesquels le chef du renseignement militaire discutait des meurtres de Nyamwasa et de Karegeya avec de nouveaux agents recrutés en Afrique du Sud. A la suite de cet incident, l’Afrique du Sud a rappelé pendant plus d’un an son ambassadeur à Kigali. Kayumba Nyamwasa et Patrick Karegeya avaient été tous deux placés sous protection policière sud-africaine, en tant qu’anciens agents du renseignement militaire. Mais, en septembre 2011, City Press avait mis à jour un autre complot visant K. Nyamwasa, lorsque les services du renseignement rwandais avaient engagé une entreprise privée de sécurité pour retrouver la résidence du


AFRIQUE.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

général. Ils avaient également embauché des réfugiés rwandais comme tueurs à gages. Le renseignement militaire sud-africain s’était dépêché de déplacer Kayumba Nyamwasa pour le mettre à l’abri. En 2011, Patrick Karegeya avait renoncé à la protection policière dont il bénéficiait, arguant qu’il devait gagner sa vie et retrouver sa liberté de mouvement. Lorsque les Américains ont supprimé Oussama Ben Laden, en mai 2011, l’organe officiel du régime rwandais, le New Times, avait lancé cet avertissement à Kayumba Nyamwasa et Patrick Karegeya  : “Vous pouvez prendre la fuite. Vous pouvez vous cacher. Mais vous ne vous échapperez pas.” En 2012, le président du RNC en Afrique, Frank Ntwali, a été attaqué et poignardé douze fois. Il a survécu. La même année, la belle-sœur du secrétaire général du RNC en Afrique, a confessé qu’elle avait été recrutée par les services secrets rwandais pour monter un coup contre un avocat de Pretoria, Kennedy Gihana, afin de le tuer.

Une transition exemplaire Le troisième anniversaire de la révolution tunisienne est marqué par l’arrivée d’une nouvelle Constitution et par le renouvellement de l’équipe ministérielle.

Tensions diplomatiques. Au cours des deux dernières années, les exilés rwandais au Royaume-Uni ont été avertis par des agents de sécurité locaux de l’existence d’un complot de Kigali pour les tuer. La Suède et la Belgique ont expulsé des diplomates rwandais pour espionnage sur des réfugiés rwandais. Certains permanents du parti RNC ont pris l’habitude de ne plus dormir dans leur propre lit, et les détenteurs d’un permis de port d’armes en possèdent une. “On a peur. On ne sait pas ce qui va arriver”, reconnaît l’avocat Kennedy Gihana. L’assassinat de Patrick Karegeya place le gouvernement sud-africain devant un dilemme en matière de politique étrangère. Le meurtre de Kayumba Nyamwasa, en 2010, a failli provoquer une rupture des relations diplomatiques entre les deux pays. Si la police sud-africaine met la main sur les preuves d’une responsabilité de Kigali, Pretoria sera bien obligé de sanctionner l’homme jadis qualifié de “dictateur bienaimé” par les Occidentaux. “Sincèrement, une telle chose n’est pas acceptable. Cela mine nos relations diplomatiques, qui sont fondées sur le respect mutuel”, explique un responsable gouvernemental sud-africain disposant de contacts diplomatiques hauts placés. “Cela mine aussi l’agenda du continent africain, qui a pour objectif de se débarrasser de telles personnes.” Il ajoute que la décision de Pretoria de protéger les personnes en désaccord avec leurs gouvernements avait provoqué des tensions avec le Zimbabwe, le Rwanda, la République démocratique du Congo et le Nigeria, mais que ces gouvernements devaient finir par accepter que l’Afrique du Sud soit tenue par ses lois sur les droits de l’homme et les conventions internationales. —Jacques Pauw Publié le 5 janvier Lire aussi notre rubrique “La source de la semaine”, p.  38.

↙ Dessin de Willis from Tunis, Tunisie. C’est cette assemblée, dominée par les islamistes, qui a permis ce vote historique. En l’occurrence, même le parti Ennahda votera majoritairement pour cet amendement historique. Alors que la Syrie sombre dans la violence et la Libye dans le chaos, alors qu’un coup d’Etat militaire a réfréné les velléités démocratiques en Egypte, voici que notre chef de gouvernement [sortant, Ali Larayedh] lance à l’adresse des Cassandre  : “J’espère que la Tunisie sera pour le monde un exemple de transition ‘made in Tunisia.’” Faut-il pour autant tresser des lauriers au mouvement de Rached Ghannouchi [le chef du parti islamiste Ennahda] ? Pas si vite. Pendant que l’on plastronne dans la capitale, les régions s’enflamment, prenant pour prétexte l’augmentation des taxes [prévue par la loi de finances 2014], suspendue in extremis par le Premier ministre démissionnaire, avec en toile de fond des pans entiers de la population marginalisés et paupérisés dans des régions toujours mises à l’écart des centres de décision, même après la révolution. Un déséquilibre toujours aussi flagrant entre la bande côtière et l’intérieur des terres, qui menace de renverser la donne à tout moment. Tant que le mal ne sera pas traité à la racine, les mêmes causes continueront à produire les mêmes effets, quelle que soit la couleur affichée par le gouvernement du moment. —Soufia Ben Achour Publié le 10 janvier

SOURCE MAG14

—Mag14 (extraits) Tunis

A

li Larayedh a tiré sa révérence [le 9 janvier]. C’est le troisième gouvernement qui démissionne depuis la révolution [janvier 2011], et, vendredi 10 janvier, Mehdi Jomaâ [ministre de l’Industrie sortant] a annoncé avoir été officiellement chargé par le président de la République de former le nouveau gouvernement. Quant à l’Assemblée constituante, caricaturée, épinglée, raillée, dont certains dirigeants de l’opposition, comme Caid Essebsi, ont même exigé la dissolution, elle nous prouvera finalement que la Tunisie demeure à l’avant-garde du monde arabomusulman, avec une Constitution en voie de finalisation, et une garantie de l’Etat en ce qui concerne “l’égalité des chances entre la femme et l’homme pour assumer les différentes responsabilités et dans tous les domaines”, visant la parité entre les sexes dans les conseils élus. C’est dire que le modèle tunisien représente toujours un horizon indépassable dans une région traditionnellement marquée par des discriminations sexistes d’un autre âge.

Tunis, Tunisie www.mag14.com/ Ce webzine lancé au lendemain de la révolution de janvier 2011 se présente ainsi : “Un journal électronique, pour un nouveau regard sur la Tunisie.”

Contrepoint

Insécurité et crise économique ●●● Les émeutes qui ont eu lieu début janvier dans la plupart des régions du pays étaient justifiées par les nouvelles taxes imposées par la loi de finances 2014 [adoptée le 30 décembre 2013]. Toutefois,la suspension par le gouvernement [in extremis, avant sa démission le 9 janvier] des mesures fiscales ayant provoqué le gros des manifestations aurait dû se traduire par une baisse immédiate des tensions. Or, il n’en a rien été, on a même vu les émeutes prendre une tournure franchement violente. Qui sont donc ces casseurs et incendiaires ? Selon les agents de l’ordre, il y aurait un mélange de délinquants, qui s’attaquent aux recettes des finances, aux agences des banques et aux commerces pour les piller, et d’éléments extrémistes religieux, dont les seules cibles restent les agents de l’ordre et les postes de police. Les uns et les autres ont appris à se connaître et à s’apprécier dans les prisons sous l’ancien régime, et ils coopèrent aujourd’hui pour essayer de créer le chaos dans le pays. Cela dit, on pourrait aussi s’interroger sur le timing des émeutes, qui ont pris de l’ampleur quelques heures après l’annonce de la démission du chef du gouvernement Ali Larayedh et la nomination officielle de Mehdi Jomaâ, technocrate sans appartenance politique, chargé de former un cabinet restreint de compétences nationales indépendantes. Cette passation de pouvoir n’est pas, on l’imagine, pour plaire à tout le monde. Ridha Kéfi Kapitalis (extraits) Tunis Publié le 11 janvier

Vu d’ailleurs présenté par Christophe Moulin avec Eric Chol Vendredi à 23 h 10, samedi à 11 h 10, et dimanche à 14 h 10, 17 h 10 et 21 h 10. L’actualité française vue de l’étranger chaque semaine avec

Ibo Ogretmen / LCI

TUNISIE

25


I.

Courrier international – n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

D'UN CONTINENT À L'AUTRE

Belgique. Alcoobus pour Anvers Depuis le 1er janvier, les jeunes Néerlandais de moins de 18 ans ne peuvent plus acheter de boissons alcoolisées. Un service privé de bus s’est mis en place entre les Pays-Bas et la Belgique.

—De Standaard Bruxelles (extraits)

C

’est un car de tourisme tout blanc. Il parcourt toute la Flandre zélandaise – Sluis, Oostburg, Breskens, Terneuzen – et embarque des adolescents qui attendaient patiemment sous la pluie. Des jeunes filles en collants serrés quittent le vent glacé et montent à bord en

piaillant. L’organisateur, Daniel Dankaart, 16 ans, coche un à un les noms de tous ces jeunes passagers sur sa liste. Destination finale : le Noxx, une boîte de nuit à Anvers. “NIX18, juste 16+, parce que c’est possible”, clame le slogan sur la page Facebook “Party-PeopleZeeuws-Vlaanderen”, l’organisation qui a pris l’initiative de ce voyage en car. Une allusion di-

recte à la campagne NIX18 orchestrée par le gouvernement néerlandais : “On ne fume pas, on ne boit pas avant 18 ans”. Car, depuis le 1er janvier dernier, les jeunes de moins de 18 ans ne sont plus autorisés à acheter des boissons alcoolisées aux Pays-Bas. En Belgique, la limite est également fixée à 18 ans pour les alcools forts mais à 16 ans seulement pour le vin et la bière.

↙ Dessin de Gaëlle Grisard pour Courrier international.

A bord du car, les règles commencent déjà à changer. La moitié des passagers a moins de 18 ans. Pour un euro, on peut acheter une bière. Une bouteille de “bulles” coûte dix fois plus cher. Mais on peut aussi amener ses propres boissons : pour les organisateurs, cela ne pose pas de problème. Laura, 16 ans, trouve les boissons très chères au Noxx. “Si vous commandez une vodka Red Bull, on ne vous rend qu’un euro sur un billet de dix”, se plaint-elle. Elle trouve injuste les nouvelles restrictions qui frappent les jeunes de son pays. “C’est quand même dingue qu’ils puissent décider de nous enlever ça comme ça”. “Alors que ce sont les 16-17 ans qui boivent le plus”, réplique en criant un jeune en blouson noir. Eclat de rire dans le bus. Laura : “C’est pour ça que désormais, nous allons en Belgique.” Laura affirme connaître ses limites. Six vodkas Red Bull par soirée, maximum sept. Et personne ne lui a encore demandé son âge dans une discothèque belge. “Une fois que j’ai commencé à boire, je continue”, confie son amie Kayleigh, 16 ans également. Alors, quand elle a assez bu, il faut que quelqu’un le lui dise. La fois dernière, au Noxx, personne ne l’a fait et elle a fini par être malade en plein milieu de la boîte de nuit. “Si vous prévenez le personnel, ça ne pose pas de problème”, dit-elle. “Ils sont habitués. On jette un seau de sable par-dessus et voilà.” Kayleigh approuve bruyamment. Désert nocturne. C’est dès l’année passée que Sebastiaan Keijmel a commencé à organiser ces expéditions en Belgique. Pas spécialement pour offrir une alternative à ces jeunes de 16-17 ans interdits de boisson dans leur pays mais pour donner à tout le monde une possibilité de sortir. En Flandre zélandaise, il n’y a plus rien selon lui. La dernière boîte de nuit a fermé ses portes l’année dernière. Depuis, il s’est associé à Daniel Dankaart. Ils sont tous les deux DJ et se sont connus à des soirées. Maintenant que la loi a changé, Keijmel s’attend à davantage de demande pour ses cars. “Mais je ne veux pas être associé à des expressions comme alcoobus”, affirme-t-il. Selon lui, il s’agit d’aller passer une chouette soirée et non de se saouler. Il est minuit. Le bus arrive à Anvers. Le Noxx est situé dans une zone industrielle, entre les boulevards bordés d’appartements et une zone d’immeubles de bureaux vides. Le bus se gare juste devant l’entrée et les jeunes se précipitent sans tarder à l’intérieur. Pas besoin de montrer patte

blanche. Au dessus de la piste principale, les boules à facettes côtoient les croissants de lune dorés et les chandeliers blancs. Tout le monde se précipite au bar. Dans un coin, deux jeunes Néerlandaises en jupes courtes à paillettes. Elles ondulent leurs longues chevelures brunes avec des regards polissons. Dans le bus, elles avaient l’air bien réservées mais, après deux vodkas, leur timidité semble avoir disparu et un groupe de garçons vient bientôt les entourer. Les clients belges de cette boîte de nuit trouvent tous ces Néerlandais impeccables. Ils ont du mal à croire que ce soit dans ce havre de tolérance que sont les Pays-Bas qu’on a justement augmenté les limites d’âge pour consommer de l’alcool. “C’est bizarre”, conclut un groupe de quatre amis. Devant eux, deux bouteilles de Vodka Belvédère à 260 euros chacune. Une fois la vodka bue, ils sont remplacés par un autre groupe qui se prend en photo avec les bouteilles vides en main. Deux heures du matin. Gers Pardoel vient de monter sur le podium. Il chante “Je t’emmène en voyage” et le public reprend en choeur “à Rome ou à Paris”. Il n’est pas rare de voir des chanteurs flamands se produire dans les boîtes belges. Une équipe de foot de Rotterdam assez éméchée entoure maintenant les deux filles avec les jupes à paillettes. Les jeunes de Zélande sont là aussi mais ils sont moins entreprenants. Parce qu’ils ont encore la route à faire jusque chez eux ou qu’ils ont travaillé toute la journée. Quatre heures et demie. Daniel est à l’avant du bus et coche les noms sur sa liste d’appel. Ça y est, tout le monde est à l’intérieur. La plupart sont ravis de rentrer. Fleur : “La fois dernière, tous ceux de Hulst étaient à moitié morts. Beaucoup avaient été malades.” Cette fois-ci, pas de nausées mais on chante en choeur. Une des filles en jupe à paillettes va demander au chauffeur de changer un peu de musique, “Slam FM ou quoi...” Selon Daniel, dans le car, la situation ne déborde jamais. Il y a en permanence quelqu’un de l’organisation à bord. “Et puis, la plupart du temps, les filles sont en majorité et elles gardent les garçons sous contrôle.” Deux chansons plus tard, on entend encore une voix à bord : “Eh, chauffeur. Tout le monde doit pisser !” L’instant d’après, il n’y a plus un bruit. —Romy Van Der Poel Publié le 7 janvier


Courrier international – n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

II.

IMMIGRATION

Belgique-Maroc, 50 ans La convention sur l’immigration entre la Belgique et le Maroc aura 50 ans le 17 février prochain. Un documentaire mettant en scène les protagonistes de cette aventure vient d’être réalisé.

—De Standaard Bruxelles

U

n des épisodes dont je me souviendrai toujours, c’est la fois où nous avons dû créer une mosquée pour la toute première fois”, se souvient Piet Janssen. “Bien entendu, nous avions besoin d’un grand tapis et nous avions entendu dire qu’il y a en avait un de disponible dans la cathédrale d’Anvers.” Piet Janssen et ses collègues ont obtenu le droit de l’emprunter et ils sont allés le chercher avec une camionnette de location. “C’était pendant le ramadan, qui tombait pendant le mois de décembre cette année-là, s’amuse-t-il. La seule chose à laquelle on nous avait dit de faire attention, c’est de veiller à ce qu’il soit bien de retour à la cathédrale pour Noël.” Au début des années 70, Piet Janssen était l’une des figures centrales dans l’accompagnement des premiers immigrants marocains à Anvers. Après que la Belgique et le Maroc aient signé, en 1964, un accord bilatéral sur l’immigration, un grand nombre de Marocains sont venus s’installer dans notre pays. Surtout à la demande de l’industrie qui était alors en forte demande de main d’oeuvre. “Comme étudiant, j’étais déjà fortement impliqué dans la problématique du tiersmonde, raconte Piet Janssen. Mais c’est quand les premières familles marocaines ont commencé à arriver que le tiers-monde s’est véritablement retrouvé à nos portes.” Avec

quelques autres jeunes, il s’est alors mis à aider les immigrés comme volontaire, notamment dans la recherche de logements et l’organisation d’activités sociales. “C’est ainsi que nous sommes partis en prospection à la recherche d’un endroit pour implanter la première mosquée permanente d’Anvers”, se souvient-il. Une des options était alors d’utiliser la crypte d’une église à Borgerhout. “Mais, malheureusement, pour des raisons d’ordre purement pratique, cela ne s’est jamais fait.”

C’est quand les premières familles marocaines ont commencé à arriver que le tiers-monde s’est véritablement retrouvé à nos portes. “Piet est trop modeste, estime Fatima Bali. Mais il a vraiment joué un rôle-clef.” A l’époque, les parents de cette ex-femme politique anversoise d’origine marocaine ont assisté Piet Janssen et ses collègues. Elle travaille aujourd’hui à la préparation d’une série d’activités dans le cadre de ce jubilé, lequel a fait l’objet d’un documentaire rappelant le travail accompli par tous ces pionniers [ce documentaire sera projeté en avant-première le 11 février prochain au cinéma Roma à Borgerhout].

Edito “A l’époque, Borgerhout était le laboratoire en matière de politique des minorités”, raconte-t-elle. Le but de ce film est de mettre cette période en images mais aussi de sensibiliser les jeunes d’aujourd’hui à l’intérêt du travail social. “Il est important que les jeunes d’origine étrangère se rendent compte du travail accompli par beaucoup de Flamands pour aider leurs parents et grands-parents à l’époque. Souvent, ils ne connaissent pas vraiment leur propre passé.” A la fin des années 70, on a assisté à une professionnalisation du travail des Piet Janssen et consorts. “Un service social à l’intention des immigrants a notamment été créé.” Et puis, des cours de langue néerlandaise ont aussi été organisés. “Parce que la langue peut être source de beaucoup de malentendus”, ironise Piet Janssen, qui se souvient de cette infirmière qui tentait d’insuffler du courage [moed en néerlandais] à une patiente marocaine. “Mais en arabe, le mot maut, qui se prononce quasiment de manière identique, signifie la mort.” “Outre Piet Janssen, le père Martens, un jésuite, a également joué un rôle essentiel dans l’accueil des étrangers, dit Fatima Bali. Pour beaucoup de Marocains, il a été comme une sorte de second père ici.” Le père Martens, qui a encore pu être interviewé au début de cette année dans le cadre de ce documentaire, s’est éteint peu de temps après à l’âge de 92 ans. “Un homme est un homme, déclarait-il dans cette ultime interview. J’espère qu’à terme nous ne devrons plus faire de différence entre autochtones et immigrés. Et que nous n’aurons même plus besoin de ces mots.” Piet Janssen, quant à lui, est désormais à la retraite. La plupart des activités de son Centre pour travailleurs étrangers ont entre-temps été reprises en main par les pouvoirs publics. “Nous avons essentiellement essayé de mettre des choses en place, explique-t-il. Après c’est à la société de prendre ses responsabilités et de reprendre le flambeau.” —Samuel Hanegreefs Publié le 19 décembre

↙ Dessin de Cécile Bertrand paru dans La Libre Belgique.

La loi, c’est la loi ? Mais oui ! ●●● “De wet is de wet”. La

secrétaire d’Etat en charge de l’asile, Maggie De Block (Open VLD), ne cesse de répéter que “la loi, c’est la loi !” pour justifier le refus d’accorder l’asile aux ressortissants afghans. La Belgique leur dit “non” ou “nee”, notamment parce qu’elle considère que les intéressés sont issus d’un district assez sûr pour ne pas risquer d’être victime de violence. Même si le HautCommissariat pour les réfugiés des Nations unies juge que le conflit est volatil et qu’une région considérée comme sûre aujourd’hui peut ne plus l’être dans quelques semaines ou quelques mois. Mais soit. Le gouvernement belge estime donc que l’Afghanistan – pays dans lequel la Belgique est engagée militairement – ne se trouve pas dans une situation de conflit armé sur tout le territoire et qu’il n’est pas déraisonnable d’y renvoyer des gens. Mais il ne pousse pas sa logique jusqu’au bout (preuve qu’il la sait boiteuse ?) : seuls des hommes seuls sont, de temps à autre, effectivement mis dans un avion à destination de Kaboul. Les familles ne sont pas éloignées. Ni accueillies. Ce moratoire de fait sur les expulsions ne leur accorde aucun droit (ni à un logement, ni à un travail…) et les condamne à l’illégalité. Aujourd’hui, 450 Afghans (sur)vivent en Belgique dans des conditions inhumaines. Ils dorment dans une église glaciale, mangent ce que de braves gens leur apportent, se lancent dans des marches à travers la Belgique pour tenter de faire valoir leurs droits. “De wet is de wet.” On est bien d’accord. Appliquons-la donc aux Afghans. La protection subsidiaire est inscrite dans la loi de 1980 sur l’accès au territoire. Elle permet d’octroyer un séjour d’un an aux étrangers qui ont besoin de protection “en raison d’une violence aveugle en cas de conflit armé interne ou international” dans leur pays. —Annick Hovine La Libre Belgique Publié le 13 janvier


III. II.

D’UN CONTINENT À L’AUTRE

Courrier international — no 1211 du 16 au 22 janvier 2014

europe

Coopération. L’Europe sans conditions Critiquée pour avoir soutenu les régimes autoritaires, l’UE veut renforcer le principe “aides contre réformes”. Mais celui-ci ne fonctionne pas. Mieux vaut donc l’abandonner et veiller plutôt aux intérêts des populations. ↓ Dessin de Mayk paru dans Sydsvenskan, Malmö.

—Cicero (extraits) Berlin

A

près les profonds bouleversements qu’a connus le monde arabe, la poursuite d’une politique européenne de coopération sans conditions avec les autocrates de la région a été maintes fois critiquée. Bruxelles a donc décidé de renforcer le principe de conditionnalité. En d’autres termes, plus ils se montreront enclins à la réforme, plus les pays voisins de l’UE recevront d’aide de sa part. Et inversement. Cette approche n’est pas nouvelle, elle a servi de fondement à l’élargissement à l’Est, ainsi qu’à l’actuelle politique européenne de voisinage. La logique est la suivante : l’UE est un modèle et ses voisins doivent l’imiter pour profiter de certains avantages. Si ce principe de conditionnalité politique a bien fonctionné avec les pays de l’Est, il ne semble toutefois guère adapté aux voisins du Sud comme l’Egypte. Les pays de l’Est avaient – et ont toujours – une très bonne raison de mettre en place des réformes  : l’adhésion à l’UE. Doublé d’un soutien financier, cet objectif constitue une incitation suffisante pour accepter le coût de certaines réformes et mesures d’harmonisation du droit. Sauf que l’adhésion à l’UE des pays d’Afrique du Nord ou du Moyen-Orient est inconcevable. Les seules mesures d’incitation existantes se situent donc aux plans de l’aide financière, de l’intégration dans le marché unique et d’un assouplissement dans l’attribution des visas. En résumé : l’argent, l’accès au marché et la mobilité. Reste que ces mesures ne sont pas suffisamment incitatives pour être soumises à de trop sévères conditions. Comment pourrait-on conditionner les investissements privés et les activités touristiques des pays d’Afrique du Nord ? Le tourisme et les entreprises se soucient de la sécurité et de la stabilité de ces pays, mais la nature du régime et le respect des droits de l’homme ne leur importent guère, voire pas du tout. L’aide financière reste donc l’argument le plus convaincant de l’UE. D’autant plus que les pays du Sud, profondément endettés, en dépendent fortement. Si l’UE a consenti un léger effort financier depuis le début du “printemps arabe”, le montant de ses aides reste clairement insuffisant au regard des sommes provenant des pays du Golfe. Par ailleurs,

dans son voisinage méridional, l’UE n’est pas vraiment perçue comme un modèle. Les citoyens qui sont descendus dans la rue au Caire et à Tunis n’avaient pas en tête le modèle européen de démocratie. Contrairement aux Géorgiens et aux Ukrainiens, les manifestants de ces pays du Sud ne brandissaient pas le drapeau européen. Certes, bon nombre de leurs revendications – Etat de droit, pluralisme des partis, abolition de la torture – sont des piliers de la démocratie occidentale, mais tous leurs représentants politiques, de quelque camp qu’ils soient, insistent sur la nécessité de développer un modèle spécifique de démocratie tenant compte de leurs spécificités culturelles et religieuses. A cela s’ajoute le fait que, pour les pays d’Afrique du Nord, l’UE n’est qu’un partenaire parmi beaucoup d’autres. Elle représente avant tout un partenaire commercial avec lequel il est bon de faire des affaires, mais dont l’influence politique est tout à fait négligeable. Dans les pays de l’Est, l’Europe faisait figure de modèle parce qu’elle semblait être l’unique moyen d’échapper à l’emprise de la Russie. En Afrique du Nord et au Moyen-Orient, en revanche, les luttes d’influence sont vives entre les pays du Golfe, les Etats-Unis, la Turquie, l’Iran et la Russie. Et la concurrence s’est encore exacerbée avec le “printemps arabe”. Ainsi, alors que s’enlisaient les discussions entre l’Egypte et le Fonds monétaire international (FMI) concernant l’octroi d’un crédit, les pays du Golfe se sont empressés de tendre la main au Caire. A peine les Etats-Unis avaient-ils commencé à réduire leur aide militaire que la Russie a présenté une proposition de coopération militaire. Quant au Maroc et à la Jordanie, ils ont obtenu une place au Conseil de coopération du Golfe.

Quelle est l’alternative ? Bruxelles devrait d’abord considérablement augmenter ses moyens financiers et tout faire pour renforcer ses liens culturels avec ses voisins du Sud. Les promesses européennes ne doivent pas rester vides de contenu et l’UE doit exprimer plus souvent et plus clairement ses propres intérêts. Ainsi pourra s’établir une relation de confiance qui renforcera la position de l’Europe dans la région. L’actuelle division des Etats membres – qui obéissent à


EUROPE.

Courrier international — no 1211 du 16 au 22 janvier 2014

ÉLECTIONS des stratégies différentes – ne fait que réduire un peu plus l’influence de l’Europe. L’aide financière, l’accès au marché et la mobilité peuvent être des domaines de coopération non soumis au principe de conditionnalité. Bruxelles doit étudier attentivement l’impact de ses aides pour que celles-ci profitent réellement aux pays destinataires. Jusqu’à présent, bon nombre de mesures ont plutôt servi les intérêts européens que les besoins des supposés bénéficiaires. L’UE doit reconnaître que le principe de conditionnalité – aussi noble soit-il et sa réussite souhaitable – ne fonctionne pas avec ses voisins du Sud. Bruxelles doit admettre que les régimes non démocratiques de la région ne peuvent être mis sous pression pour se réformer et que l’influence politique de l’Europe y est très limitée. L’Europe doit également avoir conscience que, si elle réduit sa coopération avec les pays d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, d’autres pays s’empresseront de prendre sa place. Faut-il laisser les pays du Golfe prendre la relève de l’Europe dans le secteur éducatif ? Est-il souhaitable de laisser la Chine et la Russie conclure des accords de coopération avec ces pays en matière de sécurité ? Le principe de conditionnalité doit servir à promouvoir les règles et les valeurs de l’Europe chez ses voisins. Le renoncement à ce principe ne signifie pas que tout aspect normatif doit dorénavant disparaître de la politique étrangère européenne. Cela ne signifie pas que l’UE ne fera plus de différence entre les démocraties et les régimes autoritaires. Tout le monde sait qu’il n’est pas conseillé de livrer des armes à un autocrate qui s’en servira pour réprimer son opposition. Pas besoin de principe de conditionnalité pour critiquer des manquements, annuler une rencontre officielle ou convoquer un ambassadeur. Bruxelles doit simplement veiller à ce que ses aides financières servent les intérêts des populations, et non le budget de dirigeants autoritaires. Tels sont les éléments normatifs d’une politique étrangère responsable, honnête et réaliste, qui défend ses valeurs en dehors du principe de conditionnalité. —Christian Achrainer* Publié le 9 janvier * Chercheur à l’institut allemand Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik (DGAP), spécialiste de l’Egypte.

↙ Dessin de Cost, Belgique.

Viviane Reding, une aubaine pour les eurosceptiques La commissaire européenne à la Justice et aux Droits fondamentaux appelle de ses vœux la création des Etats-Unis d’Europe. Mais penser que cette idée puisse séduire les Européens montre à quel point Bruxelles est coupé de la réalité.

—The Daily Telegraph Londres

Q

IV. III

uand Viviane Reding a récemment appelé à la création des “Etats-Unis d’Europe”, personne n’a été surpris. Non seulement Mme Reding est un membre éminent de l’aile fédéraliste militante de l’UE. Mais surtout tout le monde sait qu’elle brigue le poste de présidente de la Commission européenne. Quand Mme Reding parle des “Etats-Unis d’Europe dont la commission serait le gouvernement”, elle s’imagine bien évidemment à sa tête. Et qui mieux qu’elle (pense-t-elle) pourrait endosser le rôle de père fondateur, ou plutôt de mère fondatrice, de cette nouvelle union fédérale, et devenir la première présidente des Etats-Unis d’Europe, sur les traces héroïques de George Washington. Ce discours s’inscrivait dans le cadre de la campagne de Mme Reding pour mener le Parti populaire européen (PPE), ce parti paneuropéen fédéraliste de centre droit que David Cameron a quitté il y a quatre ans, lors des élections européennes de mai.

Cela la catapulterait au poste principal de la Commission, celui de présidente, où elle remplacerait José Manuel Barroso après son départ, en octobre. Cette vision idéalisée du “fédéralisme” séduit de plus en plus de gens au sein du PPE et même dans le microcosme de l’UE. Lors de la crise de la zone euro, les institutions supranationales de l’UE se sont retrouvées au premier plan et ont ainsi dévoilé leur vrai visage. La brutalité bureaucratique des institutions européennes, qui ont imposé les objectifs budgétaires arbitraires du traité de Maastricht (à l’origine de l’UE et de l’euro), est devenue une réalité quotidienne pour des dizaines de millions d’Européens. Or personne ne leur a demandé leur avis sur les plans de sauvetage, et ils ont même été prévenus dès le départ, par Angela Merkel en personne, que si le peuple grec cherchait à s’en sortir par ses propres moyens il serait dans l’illégalité. Personne ne leur a non plus demandé s’ils étaient d’accord pour déléguer à l’UE des

Téléchargez gratuitement

l’application Courrier international

et suivez toute l’actualité internationale où et quand vous le souhaitez. Retrouvez toutes nos rubriques : Europe, Amériques, Moyen-Orient, Asie, Afrique et Insolites L’actualité en images : photos, cartoons et unes de la presse mondiale Recevez en direct l’information grâce aux notifications personnalisables Toujours plus de contenus multimédias avec des vidéos de l’actualité mondiale

décisions cruciales concernant l’attribution de leurs propres fonds au sauvetage de l’euro. A-t-on fait voter les Allemands pour leur demander s’ils souhaitaient que les Français aient leur mot à dire sur le budget de l’Allemagne ? Et les Français ? Qui voudrait que l’arrogante troïka de la Banque centrale européenne, la Commission et autres bureaucrates sans mandat décident de l’avenir de son pays, comme c’est le cas pour la Grèce et le Portugal aujourd’hui ? La realpolitik féroce de la zone euro a suscité une hostilité sans précédent à l’égard des institutions de l’UE. Selon des sondages effectués par Bruxelles, la confiance des Européens dans l’UE a chuté de 57 % à 31 % en 2007 (au moment où on leur promettait que l’Union européenne les mettrait à l’abri de la crise financière qui s’annonçait). Mais pour des gens comme Mme Reding, il est impossible de revenir en arrière. Leur mantra reste “plus d’Europe”. Le fait que l’UE croie que des EtatsUnis d’Europe pourraient avoir le moindre attrait auprès du public européen illustre bien la distance sidérale qui la sépare du reste du monde. Chaque fois que des partisans du fédéralisme, comme M me Reding, s’expriment, ils ne font qu’aggraver la fracture entre les institutions de l’UE et les Européens. Et sans le vouloir Mme Reding devient ainsi le meilleur sergent recruteur de ce mouvement eurosceptique qu’elle redoute tant. Demandez aux électeurs s’ils souhaitent “plus d’Europe”, surtout ce genre d’Europe qui se donne l’apparence d’un Etat à part entière, et ils se précipiteront en masse pour voter contre. En dépit de ses ambitions et de ses rêves, Mme Reding est la meilleure alliée de Nigel Farage [le leader de l’Ukip, formation fortement eurosceptique]. Et plus elle donne de la voix, plus l’Ukip récolte de nouveaux électeurs. —Bruno Waterfield Publié le 9 janvier


26.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

à la une

Jadis exclus du pouvoir, les chiites du Moyen-Orient ont peu à peu réussi, avec le soutien de la république islamique d’Iran, à mettre la main sur le Liban par le biais du Hezbollah, à diriger l’Irak après l’élimination de Saddam Hussein et à empêcher la chute du régime syrien. Une dynamique qui effraie l’Arabie Saoudite et les sunnites arabes, majoritaires mais mal organisés, et qui ouvre les portes à Al-Qaida et à ses filiales pour affronter les milices chiites, comme l’explique The New York Times (p. 32). Cette guerre entre deux fondamentalismes risque d’être la plus meurtrière qu’ait jamais connue le Moyen-Orient. Mais, comme le démontre le site libanais Now., les sociétés civiles arabes ne sont pas prêtes à accepter la mainmise islamiste sur leur mode de vie (p. 33). — Service Moyen-Orient

ISLAM CONTR ISLAM


27

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

Lexique

Chiites et sunnites au Moyen-Orient

SUNNISME

Mer Caspienne

TURQUIE 25

AZERBAÏDJAN

5

TURKMÉNISTAN

15 85

90

TADJIKISTAN

75

SYRIE

IRAK

15 35

LIBAN 47

47

82

“Croissant chiite”

65

Damas PALESTINE

AFGHANISTAN

IRAN

17

10

Kerbala Nadjaf

Jérusalem

ÉGYPTE

83

PAKISTAN 85

KOWEÏT

JORDANIE

65

35

90

BAHREÏN

30

ARABIE SAOUDITE

Médine

70

QATAR 90

12

10

15

É.A.U.** 85

15

Le courant religieux majoritaire de l’islam regroupe plus de 85 % des musulmans du monde. Il est souvent perçu comme le représentant de la ligne orthodoxe de la religion. Au Moyen-Orient, il est confronté à la montée du chiisme, l’autre branche de l’islam, majoritaire en Iran, en Irak, et au sein de l’islam libanais.

CHIISME OMAN

La Mecque

88

Mer d’Oman

SOURCES : PEW RESEARCH CENTER, “THE WORLD FACTBOOK”

SOUDAN

↓ Alep, en janvier 2014, des rebelles non islamistes calment la population, excédée par les islamistes sunnites d’Al-Qaida. Photo Jalal Alhalabi/Reuters

ISTES RE ISTES

Mer Rouge

La grosseur des camemberts est proportionnelle au nombre de musulmans (en millions, par pays)

YÉMEN

55

70

45

30 Chiites* Sunnites

55/45 Les chiffres correspondent à la part des 2 communautés dans l’ensemble de la population musulmane du pays (en %). Ces chiffres peuvent être approximatifs.

* dont les alévis (Turquie), les alaouites (Liban et Syrie) et les zaydites (Yémen)

Autres branches de l’islam :

druze

ibadite

Affrontements violents entre chiites et sunnites

non confessionnelle Tensions

** É.A.U. Emirats arabes unis

10 3

La Mecque Principaux lieux saints de l’islam

Les racines du radicalisme Le culte d’un passé glorieux et le rejet de la modernité ont alimenté l’islamisme politique dans ses versions sunnite comme chiite.

—Al-Monitor (extraits) Washington e phénomène contemporain du fondamentalisme musulman trouve son expression à la fois dans l’islam chiite et sunnite. L’“islam politique” est le terme fourre-tout qui sert à désigner le fondamentalisme dans ces deux branches de l’islam. Si un grand nombre de musulmans sunnites et chiites du Moyen-Orient n’ont pas le sentiment de participer aux conflits religieux actuels, plusieurs interprétations politiques de l’islam ont transformé la région en un théâtre de guerre. Ces interprétations ont des structures idéologiques très similaires, ainsi que des racines historiques communes. L’islam fondamentaliste que nous connaissons est un phénomène récent qui est apparu il y a une centaine d’années seulement. Ce mouvement

L

était une réaction à la fragilité et à la faiblesse des pays islamiques par rapport à leur passé glorieux. Ainsi, les fondamentalistes ne sont pas venus des milieux conservateurs, mais plutôt des mouvements réformistes qui cherchaient à créer un “éveil islamique”. L’objectif du fondamentalisme est en réalité un retour au texte sacré, visant à appliquer scrupuleusement ses dogmes sans les interpréter et à rejeter ses interprétations historiques officielles plus conservatrices. Pour les fondamentalistes, revenir à une lecture originelle et éviter toute interprétation ultérieure est la solution à tous les problèmes actuels. Les fondamentalistes regrettent un “âge d’or” perdu, bien que la signification de cet “âge d’or” ne soit pas la même pour les sunnites et les chiites. Pour les sunnites, le but est de revenir à l’époque glorieuse du califat. De leur côté, les chiites → 28

A la mort de Mahomet, en 632, les conflits de succession ont engendré la première scission au sein de l’islam. Les partisans d’Ali (chiites), gendre du Prophète et quatrième calife, ont reconnu son fils Hassan comme nouveau calife. Mais la nouvelle dynastie omeyyade installée à Damas n’était pas prête à céder le califat. L’assassinat à Kerbala, en 680, de Hussein, deuxième fils d’Ali, a irrévocablement séparé ces deux branches de l’islam. Le chiisme a été adopté par les Perses, après leur conversion à l’islam et il est devenu leur religion d’Etat, il a été marginalisé et exclu du pouvoir au Moyen-Orient, jusqu’à la victoire de la révolution islamique en Iran.

ALAOUITES Minorité apparentée au chiisme, implantée dans le nord de la Syrie et constituant 10 % de la population syrienne. En 1970, le coup d’Etat mené par Hafez El-Assad a consacré la mainmise de cette communauté, jadis pauvre et marginalisée, sur l’Etat syrien.


28.

À LA UNE

27 ← espèrent l’avènement d’un système régi par les imams. Quoi qu’il en soit, les deux groupes s’accordent à dire que l’avenir idéal ressemble à leur illustre passé. Pour cette raison, ils se rejoignent sur les grands critères suivants : 1. Le retour aux racines sous la forme d’une opposition à la modernité : pour les fondamentalistes, le manque de développement dans leurs sociétés est dû au totalitarisme interne et au colonialisme externe, deux phénomènes issus de la modernité. A leurs yeux, la solution est l’élaboration d’une interprétation politique de l’islam ainsi que sa mise en œuvre dans la société. 2. La compatibilité avec la charia : les fondamentalistes souhaitent que les règles de leur société soient compatibles avec celles de la charia. Selon eux, c’est la solution à tous les problèmes actuels. Toute autre méthode prescrite pour gouverner la société relève de l’innovation, ce qui en fait une aberration. Selon eux, la démocratie n’est qu’un outil qui doit servir à ouvrir la voie en vue de préparer la société au règne de la charia. 3. La violence : pour les fondamentalistes, toutes les formes historiques de châtiment sont légitimes et applicables. Ainsi, les actes comme la lapidation, la décapitation et la flagellation, entre autres pratiques qui appartiennent à un lointain passé, sont considérés comme des formes légitimes de sanction à notre époque. C’est pour cette raison qu’ils sont pratiqués aujourd’hui en Arabie Saoudite et en Iran, deux exemples d’Etats fondamentalistes sunnite et chiite. 4. L’idéologisation religieuse : selon les fondamentalistes, l’islam est un système politique, social et économique complet qui devrait être appliqué à la société quels que soient l’époque et l’endroit. Pour eux, l’islam n’est pas uniquement une religion.

Origine commune. Il est intéressant de noter qu’une étude de l’histoire du fondamentalisme – dans l’Islam chiite et sunnite – permet de révéler leur origine commune. D’une manière générale, le fondamentalisme est apparu à peu près au même moment dans trois territoires musulmans différents. Dans la péninsule arabe, les wahhabites exigeaient un retour au Salaf (le premier âge de l’islam) et ils ont trouvé un gouvernement qui leur convenait à la suite d’une coalition avec la famille Saoud [en 1932, création du royaume de l’Arabie Saoudite]. Dans le sous-continent indien, le Pakistanais Abul Ala Maududi [1903-1979] proposait de faire renaître le califat et de créer un gouvernement uni pour tous les territoires musulmans. Ses idées ont aussi été une grande source d’influence pour Sayyid Qutb [1906, exécuté en 1966], le principal idéologue des Frères musulmans en Egypte, qui a diffusé l’idéologie de Maududi pour raviver le gouvernement islamique et s’opposer à l’Occident. Dans le monde chiite, Mohammad Baqir Al-Sadr [1935, exécuté en 1980], inspiré lui aussi par la pensée de Maududi, a présenté et publié une nouvelle version de la Constitution du gouvernement islamique. De plus, lorsque la Constitution iranienne était en cours de rédaction, il a présenté aux doyens religieux d’Iran un modèle comportant la structure globale de l’Etat islamique. Ce modèle a été remis aux doyens au

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

moment où le gouvernement intérimaire iranien venait de présenter à l’assemblée constitutionnelle d’experts un projet de constitution séculaire. Par conséquent, Mohammad Beheshti – le viceprésident de l’Assemblée – a immédiatement préparé un nouveau projet fondé sur les écrits de Mohammad Baqir Al-Sadr et finalement, après quelques modifications, c’est ce projet qui a été adopté par l’Assemblée. Ainsi, le principe du velayat-e faqih [gouvernement du docte] a été intégré à la nouvelle Constitution. En outre, il existe d’autres éléments de preuve concernant l’origine unique du fondamentalisme dans les branches chiite et sunnite de l’islam. Les fidèles de Mohammad Baqir Al-Sadr et les leaders religieux d’Iran ont tous été subjugués par les idées de Sayyid Qutb. Ses écrits restent la principale source idéologique du Parti islamique Dawa. Ce parti chiite a été inspiré et dirigé par Mohammad Baqir Al-Sadr, et c’est actuellement le parti le plus puissant d’Irak. Le dirigeant actuel de l’Iran, le grand ayatollah Ali Khamenei, a également traduit plusieurs ouvrages de Sayyid Qutb en persan et, à plusieurs occasions, il a fait l’éloge de ses illustres pensées et croyances. —Ali Mamouri Publié le 18 octobre

↑ Théâtre du monde arabe. Dessin de Stavro, Liban.

Selon les deux fondamentalismes, la démocratie n’est qu’un outil qui doit servir à préparer la société au règne de la charia

Le réveil du géant sunnite Les atermoiements américains face au conflit en Syrie poussent le royaume saoudien à mener une intense activité diplomatique et militaire, et à s’allier à la France. —Now. (extraits) Beyrouth e royaume saoudien est à bout de patience. Les tentatives de résoudre la crise syrienne par la voie diplomatique restent infructueuses. Aussi de fétides appels au djihad [contre le régime syrien] vont-ils être lancés par les instances religieuses, de La Mecque et d’ailleurs. Les mollahs [chiites] n’ont qu’à s’en prendre à euxmêmes. “Nasrallah [chef du Hezbollah chiite] a merdé”, m’a récemment déclaré une source syrienne bien informée. “Il a réveillé le géant sunnite.” Les récents désaccords entre le Hamas [palestinien et sunnite] et le Hezbollah au Liban et en Syrie témoignent de cette nouvelle donne. Autre preuve de la détermination de Riyad à mettre fin au règne d’Assad : l’article publié le 15 juin par

L


Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

Jamal Khashoggi, journaliste [saoudien] proche du prince Turki Al-Faiçal, l’ancien directeur général des renseignements saoudiens. Ce dernier considère que le Hezbollah et la brigade chiite irakienne Abu Fadl Al-Abbas en Syrie constituent les “serres d’acier” de l’Iran. L’article en question, intitulé “L’expansion du croissant chiite”, paru dans Al-Hayat, met en garde contre l’hégémonie grandissante de l’Iran au Moyen-Orient, fondée tant sur les intérêts énergétiques que sur l’idéologie. Si on laisse Assad gagner, voilà ce qui, selon M. Khashoggi, arrivera : “Le ministère du Pétrole iranien ressortira de vieilles cartes de ses tiroirs pour construire l’oléoduc qui transportera le pétrole et le gaz d’Abadan, à la frontière iranienne, jusqu’à Tartous [en Syrie]. Le ministère des Routes et des Transports dépoussiérera les projets de nouvelle ligne de chemin de fer entre Téhéran et Damas, et peut-être Beyrouth. Et pourquoi pas ? Le vent souffle en leur faveur. Je n’exagère pas.” Une source anonyme du Golfe citée par l’agence Reuters affirme que les Saoudiens ont commencé à faire passer des missiles antiaériens (missiles sol-air à courte portée, Manpads) en Syrie. Qui plus est, au moins 50 Konkurs, des missiles guidés antichars de fabrication russe, ont fait en juin 2013 leur apparition à Alep, comme l’a confirmé Richard Spencer, correspondant au Moyen-Orient du Daily Telegraph. (Les Konkurs servent en particulier à détruire les chars T-72, le dernier modèle soviétique qu’utilise l’armée syrienne.) De façon plus étrange, cette campagne est ostensiblement soutenue par la France. La radio militaire israélienne a fait savoir cette semaine que les responsables des renseignements français travaillaient avec leurs homologues saoudiens pour former les rebelles aux armes de guerre, de concert avec le ministère de la Défense turc (les lignes d’approvisionnement turques vers Alep jouent un rôle de plus en plus déterminant.) Le ministre des Affaires étrangères saoudien, le prince Saoud Al-Faiçal, et le chef des mukhabarat [la police secrète], le prince Bandar bin Sultan (conseiller pour la sécurité du roi Abdallah), se sont rendus à Paris lors d’une série de voyages diplomatiques d’urgence. [Une alliance entre Israël et l’Arabie Saoudite pour contrecarrer l’hégémonie iranienne a fait couler beaucoup d’encre, voir CI n° 1202.]

La France a payé. “Les Français font pression pour une action renforcée en se montrant très proactifs”, estime Elizabeth O’Bagy, directrice politique de la Syrian Emergency Task Force [une ONG basée aux Etats-Unis]. “Ils ont beaucoup de correspondants actifs sur le terrain.” La source du Golfe qui a signalé à Reuters l’envoi de missiles antiaériens en Syrie précise : “Ils [les missiles] ont été obtenus auprès de fournisseurs en France et en Belgique, et la France a payé pour les envoyer dans la région.” L’entente franco-saoudienne donne à Washington une bonne raison de défendre le statu quo ante bellum – bonne raison qui lui manquait. Certains commentateurs adoptent un langage quasi apocalyptique frisant le ridicule. La MaisonBlanche s’en tient toujours à sa volonté de mener un processus de paix sans s’impliquer directement. Ainsi, tout le monde [à Washington], du chef d’étatmajor des armées, Martin Dempsey, jusqu’au président Obama, rejette haut et fort l’idée de frappes aériennes ou de zone d’exclusion aérienne. (Ces “réalistes” négligent toutefois une réalité : la

meilleure façon d’éviter de se quereller à propos de la question de l’armement de l’Armée syrienne libre [les rebelles non islamistes] est d’empêcher le régime syrien de se réapprovisionner auprès des Iraniens et des Russes – mais ça nécessiterait de larguer des bombes, et il n’en est pas question, n’est-ce pas ?) Les Américains, qui ont décidé que la crise syrienne n’était pas une question d’“intérêt national”, en oublient les intérêts nationaux de leurs alliés [sunnites]. Ceux-là déplorent le vide géopolitique laissé par l’absence des Etats-Unis et redoutent grandement la montée en puissance des éléments [Iran, Russie] qui s’empressent de combler cet espace vacant. Washington perd son temps en palabres avec Moscou à propos de Genève 2 [la conférence prévue le 22 janvier pour discuter de la paix en Syrie], une conférence bien

ISLAMISTES CONTRE ISLAMISTES. 29

partie pour ressembler à la dernière demi-heure de Rocky IV, alors qu’en Syrie la guerre se poursuit. Les soldats de l’armée syrienne et les militants issus du Hezbollah, des Comités populaires financés par l’Iran et des Forces de défense nationale se font face dans la province d’Alep. Entre 3 000 et 4 000 combattants du Hezbollah, soutenus par les gardiens de la révolution islamique [iraniens], se disent prêts à remporter une victoire comme à Qousseir [la localité syrienne reprise par le Hezbollah en mai 2013]. Les Etats-Unis ont gagné une place aux premières loges pour assister précisément au genre d’affrontement qu’ils voulaient éviter : un conflit transnational entre sunnites et chiites. Toutes mes félicitations. —Michael Weiss Publié le 21 juin 2013

Le discours de la victimisation Les sunnites se sentent lâchés par l’Occident alors qu’ils sont en partie responsables de leurs malheurs. —Al-Hayat (extraits) Londres

D

epuis que les Etats-Unis se sont abstenus de punir le régime de Bachar El-Assad pour son utilisation criminelle d’armes chimiques, en août dernier, les sunnites se considèrent de plus en plus comme des victimes. Ils dénoncent la tyrannie exercée par des minorités arrogantes [alaouite et chiite] et le silence international face au drame syrien. Ce discours d’autovictimisation ne date pas d’aujourd’hui. Il s’est développé au cours des décennies de règne de la minorité alaouite et de la famille du président Assad, et en particulier depuis que celui-ci a écrasé son seul adversaire sérieux, à savoir les Frères musulmans [en 1982, faisant des dizaines de milliers de victimes à Hama]. Dès le début de la révolution syrienne, il s’est avéré que les minorités [alaouite druze et chrétienne] ne comptaient pas se joindre en masse à cette révolution. Cela a fait couler beaucoup d’encre. Par conséquent, les sunnites, qui forment le gros des troupes de l’opposition, se sont retrouvés seuls pour affronter l’appareil de répression du régime, surentraîné et déterminé à tuer. Mais, au-delà de la Syrie, le discours d’autovictimisation sunnite se nourrit également de ce qui se passe au Liban et en Irak, où les sunnites ont été nettement marginalisés. Ils en arrivent ainsi à se considérer comme de pures victimes, faisant abstraction de la complexité des relations tumultueuses entre sunnites, chiites, alaouites et chrétiens dans le passé récent. Il n’est pas vrai, par exemple, que les sunnites syriens s’opposent [depuis toujours] et en bloc au régime de la famille Assad. On

sait qu’Hafez El-Assad, fondateur de ce régime, avait noué une alliance avec la bourgeoisie damascène et alépine, essentiellement sunnite. Sans cette alliance, le régime n’aurait pas survécu à l’affrontement avec les Frères musulmans en 1982. De même, sans l’appui des hommes d’affaires sunnites, Bachar El-Assad n’aurait pas tenu face à la révolution.

“Islam arabe”. Ce sont les principales failles du discours d’autovictimisation sunnite. Le plus grave est que ce discours ignore la diversité confessionnelle et ethnique de la Syrie. De fait, il reproduit implicitement l’idéologie de son ennemi baasiste. Là où le baasisme appelle les Kurdes, entre autres, à renoncer à leurs droits nationaux pour se ranger sous la bannière du nationalisme arabe prôné par le parti Baas, l’opposition islamiste sunnite exige que chacun se conforme à la place que lui assigne l’“islam arabe”, c’est-à-dire sunnite [en opposition au chiisme, qualifié de “perse”]. Autrement dit, il s’agit de ramener les chrétiens à la catégorie des dhimmi [statut réservé aux minorités religieuses, aussi appelé “capitation”] et à renouer avec une vision pathologique des alaouites [considérés comme des apostats]. Une telle idée, récemment apparue dans un document du Front islamique, n’a pas sa place dans le monde d’aujourd’hui. Certes, il est difficile de réfléchir calmement et de résister aux pulsions de vengeance alors que tant de sang est versé par le régime, mais il n’est pas acceptable que cela devienne la doctrine de la révolution syrienne. Celle-ci y perdrait son âme. —Hussam Itani Publié le 29 novembre

Lexique AL-QAIDA Née en 1987, Al-Qaida (la Base) est un mouvement islamiste violent fondé par le Saoudien Oussama Ben Laden. Le 11 septembre 2001, elle mène son action la plus mortelle sur le sol américain, l’attaque des Twin Towers (près de 3 000 morts). Depuis, elle a multiplié les attentats terroristes dans de nombreux pays et créé des “filiales” notamment en Afrique et au Moyen-Orient. En Syrie, deux mouvements islamistes se revendiquent actuellement d’Al-Qaida : le Front Al-Nosra (Jabhat Al-Nusra), né avec la guerre civile en Syrie. Ce groupe islamiste de rebelles violents (djihadistes) semble plus enclin au compromis avec les autres rebelles syriens non islamistes que son rival qui se revendique aussi d’Al-Qaida ; l’EIIL (l’Etat islamique en Irak et au Levant, connu aussi sous le nom de Daesh). L’EIIL s’est illustré par de nombreux massacres de civils syriens.

LE HEZBOLLAH Le Parti de Dieu, fondé en 1982, est un mouvement politique et militaire chiite financé et soutenu par l’Iran. Il est actuellement le seul mouvement libanais à garder les armes, au nom de la lutte contre Israël. Sa guerre contre l’Etat hébreu en 2006 l’a rendu très populaire dans tout le monde arabe. De nombreux groupes militaires chiites irakiens combattent au côté du Hezbollah en Syrie.


30.

À LA UNE

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

De “parti de la résistance” à simple milice chiite L’implication du Parti de Dieu libanais en Syrie lui fait perdre son aura de mouvement de résistance anti-israélienne. —The Washington Institute (extraits) Washington epuis la fin de la guerre de juillet 2006 [au Liban, entre Israël et le Hezbollah] le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a prononcé la quasi-totalité de ses interventions publiques à l’abri d’un bunker sécurisé. Son apparition lors de la “journée de Jérusalem” [2 août 2013], lorsqu’il a tenté de rallier des soutiens pour relever quelques-uns des plus graves défis auxquels le Hezbollah ait jusqu’ici été confronté, a constitué la première et unique exception à cette règle. Il a déjà eu fort à faire le jour de ce discours, et il a encore beaucoup à faire aujourd’hui. Le Tribunal spécial de l’ONU pour le Liban (STL), à La Haye, a inculpé des agents du Hezbollah pour le meurtre de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri. Plusieurs militants du groupe, soupçonnés de fomenter des attentats, ont été arrêtés au Nigeria, tandis que d’autres ont été condamnés pour les mêmes motifs en Thaïlande et à Chypre. L’Union européenne a inscrit l’aile militaire du Hezbollah sur sa liste noire, tandis que le Conseil de coopération du Golfe a interdit à ses membres de collaborer de quelque façon que ce soit avec le groupe et a entrepris d’expulser les individus soupçonnés d’en être des sympathisants.

D

Mais tout cela n’est rien à côté des défis existentiels auxquels le Hezbollah doit faire face en raison de sa participation active à la guerre en Syrie. En se rangeant au côté du régime d’Assad, des partisans alaouites de ce régime et de l’Iran, et en prenant les armes contre les rebelles sunnites, le Hezbollah s’est placé à l’épicentre d’un conflit interconfessionnel qui n’a rien à voir avec la raison d’être affichée du groupe : la “résistance” à l’occupation israélienne. “Nos valeureux combattants ne retrouvent plus la Palestine sur la carte, ils la confondent avec la Syrie”, s’est gaussé un satiriste libanais chiite au lendemain du discours de Nasrallah. L’implication est claire : le Parti de Dieu libanais n’est plus une pure “résistance islamique” combattant Israël, mais une milice confessionnelle agissant par procuration au profit de l’Iran, prenant le parti de Bachar El-Assad et de l’ayatollah Khamenei contre une partie des musulmans. Au mois de juin dernier, les Brigades Abdallah Azzam, un groupe affilié à Al-Qaida et basé au Liban, ont publié un communiqué mettant Nasrallah et ses combattants du Hezbollah au défi de “tirer une seule balle en direction de la Palestine occupée et d’en revendiquer la responsabilité”. Le groupe pourrait très bien tirer sur Israël depuis le Liban ou la Syrie, poursuivait le communiqué, mais “tire des milliers d’obus et de roquettes sur

des hommes, femmes, vieillards et enfants sunnites désarmés, les enfouissant sous les décombres de leurs maisons détruites”. De telles critiques ne sont pas surprenantes de la part de groupes extrémistes sunnites, mais le Hezbollah est aujourd’hui confronté à de nouveaux défis. En août dernier, le président du Liban, Michel Sleimane, a demandé pour la première fois à l’Etat de réduire les capacités du Hezbollah à agir comme une milice échappant au contrôle du gouvernement. De nombreux Libanais estiment qu’en envoyant des combattants en Syrie, le Hezbollah a fait passer ses intérêts particuliers avant ceux du Liban en tant qu’Etat, ce qui contredit radicalement ses efforts déployés de longue date pour se présenter comme une formation d’abord et avant tout libanaise. Désormais, le groupe, qui se décrit comme l’avant-garde protégeant les plus faibles face à l’injustice et qui s’est toujours efforcé de minimiser son identité confessionnelle et proiranienne, voit son image remise en cause. Son soutien actif à un régime alaouite brutalisant une opposition syrienne majoritairement sunnite dégrade son image de mouvement de “résistance”.

Le Hezbollah mieux armé. Dans son discours, Nasrallah évoquait les “deux graves dangers” auquel est confronté le Liban. Le premier est “Israël, ses intentions, sa rapacité et ses manœuvres”. Le second danger, poursuivit Nasrallah, ce sont “les changements qui ont lieu en Syrie”. En dehors des plus farouches partisans chiites du Hezbollah, il se trouve peu de gens pour accepter le raisonnement tortueux du Hezbollah selon lequel la rébellion syrienne est une manœuvre américaine ou israélienne. Ce n’est qu’après le bombardement par l’aviation israélienne de plusieurs dépôts d’armes – qu’il s’agisse des armes livrées par le régime Assad à ses propres forces ou bien des stocks d’armes stratégiques tels que des missiles de croisière anti-navires Yakhont de fabrication russe – que le régime Assad et le Hezbollah ont pu accuser Israël avec un minimum de crédibilité. Sans l’alibi d’une menace israélienne justifiant le maintien de son arsenal comme outil de “résistance légitime”, quasiment plus rien ne justifie l’existence du Hezbollah en tant que milice indépendante échappant au contrôle du pouvoir libanais. Pis encore, tant que le Hezbollah continuera de se battre aux côtés de l’Iran et du régime Assad contre les rebelles sunnites, il sera de plus en plus considéré comme une force combattante sectaire mettant en danger la sécurité et les intérêts politiques de l’Etat libanais. Le Hezbollah continue de renforcer ses capacités militaires le long de la frontière libanoisraélienne, et, selon le général Golan, chef du Commandement Nord israélien, par rapport à ce qu’était la situation il y a sept ans, quand le groupe a affronté les forces israéliennes, “le Hezbollah est mieux armé, mieux entraîné et plus prudent”. Un jour, le Hezbollah pourrait éprouver le besoin de redorer son statut de force de “résistance”. Et, lorsque ce moment viendra, Israël se retrouvera à nouveau dans le collimateur de ce parti. —Matthew Levitt Publié le 6 janvier

← “… Juste mes gardes du corps”. Dessin de Chappatte paru dans l’International Herald Tribune, Paris.


Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

ISLAMISTES CONTRE ISLAMISTES. 31

Mercenaires LE DJIHAD INTERNATIONAL Selon les services de renseignements israéliens, relayés par The Washington Post, la guerre en Syrie attire beaucoup plus de combattants étrangers que les guerres d’Irak ou d’Afghanistan. Dans le camp des rebelles, on estime que 6 000 à 7 000 jeunes sunnites étrangers ont rejoint les mouvements affiliés à Al-Qaida. La grande majorité viendrait du Moyen-Orient et du Maghreb, mais on compterait un millier d’Européens, souvent des fils d’immigrés musulmans. Les combattants chiites qui soutiennent le régime Assad seraient encore plus nombreux, entre 7 000 et 8 000, venus majoritairement du Liban et d’Irak.

Main dans la main avec Assad Le Hezbollah se présente comme le parti des “minorités vulnérables” qui combat l’islamisme sunnite.

—The Guardian (extraits) Londres ans une vaste résidence libanaise, huit hommes de milieu professionnel et social aisé s’étaient rassemblés pour écouter un important visiteur leur parler de la guerre en cours [en Syrie]. Arrivé dans le froid glacial de cette soirée d’hiver, ce dernier pénétra dans un salon agréablement chauffé où les huit hommes le saluèrent en s’adressant à lui sous un nom de guerre très connu dans les rangs du Hezbollah, la puissante organisation [chiite libanaise] au sein de laquelle il milite depuis plus de vingt ans. “C’est une guerre non seulement contre les chiites, mais contre l’humanité

D

tout entière, déclara-t-il. Et nous allons la gagner.” Il parlait de la guerre qui se déroule en Syrie, un conflit dans lequel le Hezbollah a admis jouer un rôle significatif, ralliant la cause de l’armée syrienne dans sa longue bataille contre les forces de l’opposition et les groupes islamistes sunnites. L’intervenant aborda des sujets rarement évoqués : l’impact régional du rôle du Hezbollah en Syrie, l’intensité des combats et l’efficacité retrouvée de l’armée syrienne, qui il y a peu menait encore un combat apparemment perdu pour reprendre le contrôle du pays. Les présents l’écoutaient avec une attention soutenue. Même s’ils ne s’accordaient pas entièrement sur les vertus du président syrien Bachar El-Assad, tous soutenaient dans son

↑ Des militants du Hezbollah défilent à l’occasion de la fête religieuse d’Achoura, le 13 novembre 2013 dans la banlieue sud de Beyrouth. Photo Khalil Hassan/ Reuters

principe le combat contre l’opposition syrienne. “Elles se battent bien. Il serait injuste de dire qu’elles n’ont pas l’initiative”, déclara l’orateur à propos des forces régulières d’Assad. “Notre rôle se borne à les conseiller. Nous ne dirigeons pas les opérations.” A une quinzaine de kilomètres au nord-ouest de la résidence, les ruines de la ville frontalière syrienne de Qousseir racontent une histoire différente. En mai dernier, le Hezbollah a conquis la ville par le sud, réussissant en trois semaines ce que l’armée syrienne avait été incapable de réaliser en deux ans. On estime que cette attaque est la plus grosse opération coordonnée jamais menée par la milice chiite soutenue par l’Iran. La bataille de Qousseir a coûté 112 hommes au Hezbollah. Mais elle a surtout été déterminante parce qu’elle a permis au chef de l’organisation, Hassan Nasrallah, de reconnaître pour la première fois que ses hommes se battaient effectivement en Syrie. Cette déclaration a été perçue par nombre de dirigeants arabes sunnites comme un acte belliqueux destiné à jeter de l’ huile sur le feu des conflits interconfessionnels. Aux yeux de l’Arabie Saoudite et de nombreux Etats du Golfe, la troïka formée par l’Iran, le Hezbollah et le régime alaouite d’Assad pourrait être à la veille de déclarer la guerre aux musulmans sunnites pour s’assurer une hégémonie régionale. “C’est faux, a objecté l’orateur. Ils sont majoritaires et se font passer pour des victimes. Est-ce que ce ne sont pas les minorités qui sont vulnérables ? Nous défendons nos terres. Si les takfiris [islamistes sunnites] n’avaient pas commencé à attaquer les villages frontaliers chiites, nous n’aurions pas été contraints d’agir.” Au fil de la discussion, le commandant considérait tous les membres de l’opposition syrienne comme des takfiris. Quand on l’a interrogé pour savoir s’il restait des combattants de l’opposition encore attachés aux objectifs originels [fin de la dictature et démocratie], il a répondu : “S’il existait des révolutionnaires à l’époque, il n’en reste quasiment plus. Dans l’histoire du sunnisme, Ibn Taymiyyah [théologien sunnite radical du xiiie siècle] s’est prononcé à trois reprises contre nous [chiites]. Nous savons depuis longtemps contre quoi nous nous battons.” —Martin Chulov Publié le 1er janvier


32.

À LA UNE

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

Le casse-tête saoudien Envoyer des Saoudiens combattre en Syrie aux côtés des rebelles islamistes peut avoir des conséquences fâcheuses sur la stabilité du royaume lors du retour de ces combattants.

—The New York Times (extraits) New York u cours du dernier voyage qu’il a effectué au mois d’août pour aller combattre aux côtés des rebelles syriens, Abu Khattab a vu quelque chose qui l’a perturbé : les corps ensanglantés de deux enfants étendus dans la rue d’un petit village. Il a immédiatement compris que c’était ses compagnons rebelles qui les avaient tués. Abu Khattab, administrateur hospitalier saoudien de 43 ans qui avait l’habitude de partir mener le djihad pendant ses congés, est allé aussitôt demander des explications à son commandant local, Abu Ayman Al-Iraqi, un homme connu de tous pour sa brutalité. Abu Khattab raconte que le commandant l’a envoyé balader en expliquant que ses hommes avaient exécuté les enfants “parce qu’ils n’étaient pas musulmans”. A cet instant Abu Khattab a compris que le djihad en Syrie – où il s’était rendu à plusieurs reprises malgré l’interdiction officielle édictée par le royaume saoudien – ne se déroulait pas tout à fait en accord avec la volonté de Dieu. Mais lorsqu’il est rentré à Riyad, où il participe désormais à un programme destiné à décourager d’autres volontaires de partir, le régime saoudien avait mis de côté ses propres scrupules et était devenu le principal soutien des rebelles syriens, parmi lesquels de nombreux islamistes purs et durs affiliés à Al-Qaida. La désillusion d’Abu Khattab illustre la complexité du défi auquel sont confrontés aujourd’hui les dirigeants saoudiens : comment mener en Syrie une guerre par procuration de plus en plus chaotique en ayant recours à des milices fanatiques sur lesquelles les Saoudiens n’exercent quasiment aucun contrôle. Riyad redoute la montée en puissance des filiales d’AlQaida en Syrie et garde à l’esprit ce qui s’est passé [en 1979] lorsque les militants saoudiens partis se battre en Afghanistan sont rentrés en Arabie Saoudite et ont fomenté une insurrection. Les autorités saoudiennes interdisent officiellement à leurs citoyens d’aller mener le djihad en Syrie, mais cette interdiction n’est guère appliquée. Au moins un millier de Saoudiens sont partis en Syrie, dont certains appartiennent à de grandes familles du royaume. Les Saoudiens veulent chasser le président syrien Bachar El-Assad et son mentor iranien, qu’ils considèrent comme leur ennemi mortel. Or la seule façon de les combattre est de fournir un appui financier et militaire aux rebelles syriens. Et les plus efficaces d’entre eux sont justement les islamistes dont il

A

est souvent difficile de distinguer les convictions – enracinées dans la version puritaine de l’islam pratiquée en Arabie Saoudite – de celles professées par Al-Qaida. Abu Khattab, un homme d’aspect chétif portant la barbe clairsemée caractéristique des musulmans salafistes, incarne une partie de ces paradoxes. Il passe désormais bénévolement une journée par semaine dans le centre de réhabilitation pour djihadistes mis sur pied par le gouvernement saoudien afin de démystifier le djihad syrien aux yeux des candidats à la guerre sainte. “Les conditions religieuses du djihad en Syrie ne sont pas réunies, explique-t-il. De nombreux combattants tuent des civils syriens, ce qui constitue une infraction à l’islam.”

↑ Les liens de la terreur. Dessin de Bleibel, Liban.

LES MOTS Trop de chiites. Pourtant, en écoutant Abu DE LA HAINE Khattab parler de la Syrie, je ne peux m’empêcher de constater que ses convictions ne diffèrent guère de celles des djihadistes qu’il vient de dénoncer si consciencieusement (deux représentants du ministère de l’Intérieur assistent à l’entretien). Abu Khattab explique qu’il considère les musulmans chiites et la secte alaouite de M. Assad comme des infidèles représentant un danger mortel pour l’Arabie Saoudite. “Si les chiites parviennent à prendre le contrôle de la Syrie, cela constituera une menace pour mon pays”, remarque-t-il. Abu Khattab mentionne également avec fierté qu’il est un habitué du djihad. Il a combattu en Afghanistan durant son adolescence (“Avec l’autorisation du gouvernement !”) et, quelques années plus tard, en Bosnie. Il a cependant décidé de ne pas aller se battre contre les Américains en Irak “parce qu’il y a trop de chiites là-bas”, précise-t-il avec un air dégoûté. Les autorités saoudiennes affirment qu’elles exhortent leurs citoyens à ne pas partir en Syrie, mais elles n’ont pas les moyens de repérer tous ceux qui souhaitent aller y combattre. “Nous essayons d’enrayer le phénomène, mais nos capacités d’action sont limitées”, pointe Mansour Al-Turki, porte-parole du ministère saoudien de l’Intérieur. “Nous ne pouvons pas empêcher tous les jeunes gens de quitter le royaume. Beaucoup d’entre eux s’envolent d’abord pour Londres ou un autre endroit. Ensuite ils se rendent en Turquie et de là en Syrie.” Les raisons qui ont poussé Abu Khattab à partir pour la Syrie sont celles qui poussent beaucoup d’autres jeunes d’Arabie Saoudite et d’autres pays du monde arabe à s’y rendre. Ils n’y vont pas seulement à cause de l’effusion de sang, expliquet-il, mais parce que leurs frères sunnites se font tuer par des alaouites et des chiites. —Robert F. Worth Publié le 7 janvier

Le site All4Syria a fait récemment allusion à la floraison des chansons haineuses que s’adressent les communautés, mais les propos des religieux n’en sont pas moins meurtriers. Ainsi, le célèbre prédicateur sunnite Al-Qaradawi, tout en niant qu’il veuille diaboliser les chiites, a lancé son appel au djihad : “Toute personne qui a les capacités de tuer doit aller en Syrie.” Evoquant la communauté alaouite, Al-Qaradawi a jugé qu’elle était “plus infidèle que les chrétiens et les juifs”. Le chef du Hezbollah chiite, lui, demeure plus mesuré dans ses propos, de peur de perdre toute légitimité dans le monde arabe. Néanmoins, le Premier ministre chiite irakien qualifie désormais tous les sunnites de “terroristes”, même lorsqu’il s’agit d’un député sunnite au Parlement.

Al-Qaida en manque de soutien populaire Se présentant comme la véritable armée des sunnites, l’organisation de Ben Laden n’arrive pas encore à imposer sa loi à une population habituée à d’autres modes de vie. —Now. (extraits) Beyrouth l est devenu évident qu’Al-Qaida fait sa réapparition au Moyen-Orient en exploitant une série d’opportunités : conflit syrien, instabilité politique consécutive au “printemps arabe”, aggravation des tensions interconfessionnelles en Irak et au Liban et absence d’intervention occidentale. Depuis quelque temps, Al-Qaida s’abstient de perpétrer des attaques dans des pays occidentaux, mais s’emploie en revanche à former des milices armées afin de mettre en place des Etats islamiques au Proche-Orient et en Afrique du Nord. Elle est parvenue à grignoter du territoire en Syrie et en Irak. Les attentats terroristes en Irak se sont multipliés, causant la mort de 6 000 personnes et faisant de 2013 l’une des années les plus sanglantes de l’histoire récente du pays. D’après certains experts, la tactique d’Al-Qaida a toujours été de souffler sur les braises des conflits interconfessionnels afin de s’assurer un soutien populaire et de renverser les régimes autoritaires du monde arabe pour les remplacer par des Etats islamiques. “Al-Qaida [et ses filiales] sont des révolutionnaires politiques, explique Thomas

I


Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

Une idée folle. Pourtant de nombreux opposants syriens ne considèrent pas le Front Al-Nosra comme une menace immédiate. “Nous savons qu’ils veulent instaurer un Etat islamique, souligne Manhal Barish, membre du Conseil national syrien, mais, contrairement à l’EIIL, ils n’ont jamais commis d’exactions à l’encontre de la population, ils n’ont jamais cherché à imposer leur projet par la terreur. Le Front Al-Nosra a toujours été présent sur le champ de bataille. Ils n’ont jamais arrêté, enlevé ni torturé des militants ou des journalistes étrangers.” Thomas Joscelyn estime que c’est précisément le soutien de la population qui est l’élément clé pour combattre l’extrémisme dans la région et au-delà. “Nous devons gagner la confiance de la population, ditil. C’est sur ce point que les Etats-Unis ont échoué en Irak et en Syrie. Au début, l’Occident aurait pu aider les Syriens qui souhaitaient uniquement se débarrasser d’Assad. Le vide que nous avons laissé se creuser à l’époque est aujourd’hui investi par Al-Qaida.” D’après une étude récemment publiée de la fondation Quilliam, un club de réflexion londonien qui étudie le phénomène de l’extrémisme dans le monde, le soutien populaire à ses véritables projets est le point faible d’Al-Qaida. En dépit de la réapparition de l’organisation dans les zones de conflit comme la Syrie, l’Irak et plusieurs pays d’Afrique du Nord, elle manque en définitive du soutien populaire effectif qui lui permettrait d’imposer son idéologie et de prendre le pouvoir. [Elle vient de subir une défaite à Alep, reprise par l’opposition syrienne.] “Vouloir imposer un Etat islamique en Syrie est une idée folle, explique Barish. Je ne pense pas que ce soit réalisable : au début de l’insurrection, les Syriens exigeaient la liberté et un Etat civil, et ils demandaient la séparation des pouvoirs au sein de l’Etat.” —Ana Maria Luca Publié le 8 janvier

48,8% DE CHÔMEURS EN SYRIE

Depuis le déclenchement de la violence en Syrie, sur 6 millions de salariés, 2 965 000 personnes ont perdu leur emploi, soit une proportion de 48,8 % de chômeurs, révèle un centre de recherches syrien sur le site All4Syria.

LE CHOIX DES CHRÉTIENS Au Liban, où les chrétiens jouissaient de nombreux privilèges, leur rôle dans la vie politique s’est considérablement réduit. Dans le conflit opposant sunnites et chiites, les chrétiens libanais sont plus que jamais divisés entre les deux camps, certains s’alliant au Hezbollah chiite, d’autres rejoignant la coalition prooccidentale soutenue par l’Arabie Saoudite sunnite. Mais une nouvelle tendance à l’isolationnisme commence à émerger. Le site Now. reprend les propos d’un chrétien libanais sur Facebook : “Lorsque le Baas, Al-Qaida ou le khomeynisme sont les choix de la région, se séparer de leurs adeptes serait de bon goût. La création du Grand Liban [en 1920, ajoutant à la montagne chrétienne de nombreuses régions sunnites et chiites] a permis à Nasser, Arafat et Khomeyni de s’implanter chez nous…” ↓ Dessin de Stavro, Liban.

Bras de fer entre les deux communautés Le sectarisme du gouvernement irakien, à majorité chiite, renforce les rebelles d’Al-Qaida dans les zones sunnites.

—Deutsche Welle (extraits) Berlin es violents aff rontements opposant les forces gouvernementales et des membres du groupe djihadiste de l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL, lié à Al-Qaida) devraient se poursuivre après que les rebelles, liés à Al-Qaida, ont pris fin décembre [les villes sunnites de] Falloudjah et de Ramadi. Le 3 janvier, les rebelles ont décrété un Etat islamique et hissé leurs drapeaux noirs dans le centre-ville de Falloudjah. Le 5 janvier, un porte-parole du gouvernement irakien a déclaré que l’Irak préparait “une attaque de grande ampleur” afin de les en déloger. L’EIIL a commencé à opérer en 2006 et 2007, au plus fort de la résistance contre l’invasion américaine du pays. L’EIIL, qui ne bénéficiait pratiquement d’aucun soutien auprès de la population, a été repoussé lorsque les soldats américains se sont alliés aux chefs tribaux sunnites. Mais depuis, l’EIIL a renforcé sa position en Syrie comme en Irak. En Syrie, il a profité de l’affaiblissement de l’Armée syrienne libre (ASL), le groupe rebelle modéré qui a brièvement été soutenu par les Etats-Unis dans la guerre civile syrienne. En Irak, en revanche, c’est la ligne dure adoptée par le Premier ministre chiite Nouri Al-Maliki, qui a contribué à stabiliser l’EIIL, explique Jochen Hippler, spécialiste de sciences politiques à l’université de Duisburg-Essen. La main de fer d’Al-Maliki, sa politique de discrimination à l’égard des sunnites et la violence avec laquelle

L

Le triangle sunnite Arabes sunnites (20 %) Arabes chiites (60 %)

Kurdes sunnites (17 %) Zones peu peuplées

TURQUIE

300 km

SYRIE IRAN

Tikrit Bagdad

Ramadi Falloudjah

I R A K

ARABIE SAOUDITE

Eu phr ate

Ti gr e

KOWEÏT

SOURCE : CARTOTHÈQUE DE L’UNIVERSITÉ DU TEXAS

Joscelyn, membre de la Foundation for Defense of Democracies, un groupe installé à Washington. Depuis le début, ils veulent un Etat, et le Levant a toujours eu leur préférence. Tant que l’Occident les percevra comme des terroristes à l’esprit borné seulement intéressés à perpétrer des attentats les plus sanglants possible, nous ne les vaincrons pas.” La stratégie d’Al-Qaida est de susciter ou de tirer profit des conflits interconfessionnels et de se présenter comme le protecteur des musulmans sunnites. Le cas syrien s’est compliqué avec l’émergence de deux groupes différents affiliés à l’organisation : l’EIIL (Etat islamique en Irak et au Levant) et le Front Al-Nosra.

ISLAMISTES CONTRE ISLAMISTES. 33

il a réprimé les manifestations ont permis aux groupes djihadistes de se repositionner. Rares sont pourtant ceux qui soutiennent l’EIIL car, comme le souligne Hippler, “le groupe est connu pour les méthodes brutales qu’il emploie afin de préserver son pouvoir régional”. “Les militants de l’EIIL constituent toutefois la première force militaire dans certaines régions des deux pays, ajoute-t-il. Ses combattants sont bien entraînés, bien armés, très motivés et bien organisés”.

“Incursion”. Pour Günter Meyer, de l’université de Mainz. l’EIIL essuie depuis quelques jours plusieurs revers et il est persuadé que, pour l’heure, sa progression a été stoppée et que son occupation de Falloudjah et de Ramadi ne sera qu’“une incursion de courte durée”. La suite du conflit dépend maintenant des mesures qu’adoptera Al-Maliki et des prochaines initiatives des rebelles. Meyer attend de voir si le Premier ministre chiite Al-Maliki est prêt à s’allier aux chefs tribaux sunnites ou s’il compte rester sur ses positions intransigeantes. “J’imagine qu’il se montrera un peu plus souple, prédit-il. Ce qui permettra à Bagdad et aux chefs tribaux sunnites d’unir leurs forces contre les combattants d’Al-Qaida – avec un petit coup de pouce du renseignement américain.” Si Al-Maliki adoptait une autre position à l’égard des chefs tribaux sunnites, conclut Meyer, “la partie serait très difficile à jouer pour les combattants d’Al-Qaida en Irak”. —Jennifer Fraczek Publié le 6 janvier


34.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

tra n sversales.ie économ

Economie ......... Ecologie ......... Médias ........... Signaux ..........

—Financial Times Londres

34 36 38 39

Du yaourt au porte-à-porte En Indonésie, le fabricant japonais de boisson lactée Yakult a bâti son succès sur un vaste réseau de vendeuses à domicile. Un modèle qu’il compte exporter au Brésil et au Mexique. → Dessin de Boligán paru dans El Universal, Mexico.

C

haque jour, Mme Sumarni sillonne sur sa bicyclette rose les rues d’une banlieue aisée de Jakarta. Cette femme de 39 ans, mère de trois enfants, vend au porte-à-porte des yaourts à boire probiotiques Yakult. Vêtue d’une chemise en vichy rouge et blanc, d’un pantalon assorti et d’un hidjab, elle fait partie des quelque 5  000 “Yakult Ladies” qui contribuent à l’expansion en Indonésie du fabricant japonais. “C’est difficile de vendre aux clients haut de gamme, les vigiles et les bonnes ne nous laissent pas leur parler directement”, regrette-t-elle. Dans le centre de distribution de Yakult du quartier de Cipete, dans le sud de Jakarta, les murs sont couverts d’affiches présentant des argumentaires adaptés à toutes sortes de situations, que le client potentiel soit en train de lire le Coran ou de préparer le dîner. Chaque jour, Yakult organise une réunion à midi pour entretenir le moral de ses troupes. Ensemble, les agents commencent par prier et entonner des slogans (“Continue, va chaque fois plus haut” ou encore “Yakult doit être livré, que le soleil brûle ou qu’il tombe des trombes d’eau”). Ensuite, un cadre japonais traverse la salle à grandes enjambées et lève les bras en criant “Ganbaru” (Tenez bon !). Tout cela fait partie de la campagne de conquête des marchés émergents lancée par Yakult, dont les ventes au Japon stagnent. L’entreprise emploie plus de 80 000 agents dans le monde, dont plus de la moitié au Japon. Avec leurs uniformes soignés et leurs chariots parés de maximes comme “Aimez votre côlon”, ils sont tout autant ambassadeurs de la marque que vendeurs. Le Yakult a été mis au point dans les années 1930 par Minoru Shirota, microbiologiste à l’université de Kyoto, qui avait cultivé une souche de bactérie capable de survivre aux acides secrétés par l’estomac et de passer dans l’intestin, où elle avait, selon le scientifique, un effet bénéfique sur la digestion. Depuis, la société promeut le “shirotaïsme”, une philosophie un peu spéciale qui combine la conviction qu’un “appareil digestif sain permet de vivre longtemps” et l’idée que l’entreprise doit vendre ses produits à “un prix accessible à tous”.

Yakult, qui réalise aujourd’hui près de 10 % de ses ventes de lait fermenté sucré en Indonésie, compte sur ses agents pour se développer dans le pays musulman le plus peuplé au monde. Dans les années 1960, la société a suivi l’exemple de la compagnie d’assurances Nippon Insurance, dont la force de vente au porte-àporte était constituée de veuves de la Seconde Guerre mondiale, des femmes respectables qui avaient besoin de travailler. Au début, pour vendre les mérites digestifs d’une bactérie, il fallait déployer la même force de persuasion que pour placer une police d’assurance. “Pour les gens, une bactérie, c’était quelque chose de nocif”, commente Takashige Negishi, le président de Yakult, à Tokyo. “Il était essentiel de bien leur expliquer les choses.” Disposer d’un réseau de vendeurs qui entretiennent des liens avec leurs clients peut s’avérer précieux. En Chine, les ventes de Yakult ont progressé d’un quart en 2012, malgré le boycott des produits japonais à la suite d’un différend territorial sino-japonais. Yakult possède trois usines en Chine et en

“Avant que mon mari soit embauché comme chauffeur par l’un de mes clients réguliers, je gagnais plus que lui” construit deux supplémentaires. “Notre personnel de vente est local et notre boisson est perçue comme un produit fabriqué en Chine”, explique Takashige Negishi. Malgré tout, trouver la bonne formule n’est pas toujours facile. Lorsque, dans les années 1990, Yakult a pour la première fois essayé d’appliquer le modèle de la “Yakult Lady” en Indonésie, l’entreprise s’est heurtée à de sérieuses difficultés. “Pour 100 postes, nous totalisions au bout d’un an 100 démissions”, résume Sanae Ueno, qui dirige Yakult Indonesia depuis quatorze ans. Pour motiver ces femmes, Yakult les payait uniquement à la commission. Mais elles connaissaient si mal le produit et les techniques de vente que la plupart d’entre elles ne parvenaient pas à vendre suffisamment pour gagner leur vie. Lorsque l’économie du pays s’est redressée au début

des années 2000, après la crise financière asiatique, Yakult a eu du mal à augmenter ses ventes. Résultat : la société a dû jeter plus de 10 % de ses stocks. Le vent a tourné après la réorganisation mise en œuvre en 2007. La zone couverte par chaque employée a été ramenée de 2 000 à 1 000 foyers, de sorte que chacun puisse être visité environ une fois par semaine et que les agents puissent nouer des liens avec leurs clients. De plus, la formation des vendeuses a été renforcée afin de leur permettre de gagner assez d’argent pour avoir envie de rester. Depuis 2007, le volume des ventes de Yakult est passé de 1 à 3 millions de bouteilles par jour, malgré plusieurs hausses de prix. Le pack de cinq bouteilles de 65 ml coûte aujourd’hui 7 500 roupies [46 centimes d’euro]. Près de la moitié du chiffre d’affaires est apportée par les agents, contre un quart il y a cinq ans. L’entreprise construit une seconde usine dans le pays, à Surabaya, à Java-Est, pour répondre à la demande croissante. Parallèlement, le taux de rotation du personnel chez les agents a chuté à 2 ou 3 % par an. A Jakarta, les Yakult Ladies gagnent en moyenne de 3 à 4 millions de roupies par mois [de 180 à 240 euros], bien plus que le salaire minimum de 2,4 millions de roupies [145 euros]. Mme Sumarni, qui travaille pour cette entreprise depuis plus de dix ans, gagne 4 millions de roupies par mois. Tandis qu’elle additionne soigneusement les chiffres de ses ventes dans le petit carnet bleu remis à tous les agents, elle assure qu’elle entend bien rester à ce poste. “Avant que mon mari soit récemment embauché comme chauffeur par l’un de mes clients réguliers, je gagnais plus que lui”, explique-t-elle. Yakult savait qu’il était possible de développer sa force de vente en s’appuyant sur toutes ces femmes mariées qui, à l’instar de Mme Sumarni, n’ont pas fait d’études supérieures et ont peu de débouchés professionnels. Mais il lui a fallu près de vingt ans pour y parvenir. Cette expérience va maintenant l’aider à adapter sa politique commerciale à la réalité locale, sur des marchés prometteurs comme le Brésil et le Mexique. —Ben Bland et Jonathan Soble Publié le 27 novembre 2013


TRANSVERSALES.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

Des affaires dans les règles de l’art Commerce. Etsy, le site de vente en ligne spécialisé dans les articles faits maison, pourrait entrer en Bourse cette année. Son succès reflète l’émergence d’un nouveau type de consommation.

—The Economist (extraits) Londres

W

illiam Morris, le père [britannique] du mouvement Arts and Crafts [Arts et Artisanats], qui a connu un bref succès à la fin du XIXe siècle, aurait apprécié Etsy. Cette société américaine basée à Brooklyn gère un florissant marché en ligne pour 1 million de bijoutiers, fabricants de bougies, créateurs de sacs, graveurs sur bois et autres artistes et artisans du monde entier. Parmi les meilleures ventes figurent actuellement des bottes italiennes (367 dollars [environ 270 euros]), un collier au motif d’oie des neiges provenant de Raleigh, en Caroline du Nord (29 dollars [21 euros]), et un porte-papier hygiénique en acier inoxydable minimaliste fabriqué à Portland, dans l’Oregon (36 dollars [26 euros]). William Morris s’était fait le champion de l’artisanat contre la production de masse de son époque, qu’il accusait de promouvoir une conception de mauvaise qualité et un travail déshumanisé. Etsy se donne également pour mission d’humaniser le travail et le commerce. L’entreprise vient de réaliser sa meilleure année depuis sa création, en 2005. En 2012, les ventes sur le site se sont élevées à 895 millions de dollars. Fin octobre 2013, avant la saison des achats de Noël, elles avaient déjà dépassé le milliard de dollars. Même si la société ne prélève que 20 cents par article référencé sur son site et 3 à 5 % du montant de chaque transaction, elle serait valorisée à plus de 1 milliard de dollars. On parle d’une introduction en Bourse courant 2014. Etsy a emprunté au (bien plus important) site d’enchères en ligne eBay le modèle consistant à mettre en relation de petits marchands et des millions de lointains acheteurs, et à fonder la réputation des deux parties sur une évaluation mutuelle.

Le “mouvement des makers” ne se résume plus à une bande d’amateurs férus de nouvelles technologies.

Mais Etsy a ajouté un élément social : il enseigne aux “Etsiens”, comme il appelle les vendeurs, les bases du métier, et facilite les rencontres “hors ligne” dans les villes comptant de nombreux utilisateurs, comme Brooklyn, San Francisco, Londres et Berlin. Parmi les autres entreprises prometteuses qui assistent les créateurs figurent des sites de financement participatif tels Indiegogo et Kickstarter, et ceux spécialisés dans la conception, comme Quirky. Les artisans modernes tirent également profit des avancées en matière d’impression en 3D et de la conception assistée par ordinateur. En 2013, environ 100 000 articles ont été mis en ligne chaque mois sur Shapeways, un producteur en 3D sur la plateforme duquel 13 500 concepteurs ont ouvert leur boutique. Le maker movement [traduit parfois par “mouvement des makers”, des “bricoleurs” ou des “fabricants”] ne se résume plus à une bande d’amateurs férus de nouvelles technologies. En novembre dernier, Etsy a publié une enquête menée auprès de 5 500 de ses vendeurs américains, dont 88 % sont des femmes. Bien que 97 % d’entre eux travaillent à domicile, 74 % considèrent leur boutique sur Etsy comme une activité professionnelle, et 18 % assurent qu’il s’agit pour eux d’un emploi à temps plein. Chad Dickerson, le patron d’Etsy, y voit le début d’une tendance, particulièrement sensible chez les femmes et les moins de 30 ans, vers un travail à horaires souples, fondé sur un intérêt personnel et effectué à domicile. Peut-être a-t-il raison. Mais la montée en puissance d’Etsy en dit plus sur les consommateurs que sur les vendeurs. “Les gens en ont assez des mêmes vieux produits qu’on voit partout”, estime Chad Dickerson. Les jeunes adultes en particulier sont séduits par le parcours des vendeurs dont ils achètent les créations. “On est très loin des produits de masse livrés chez vous par un drone”, ajoutet-il, en référence à Amazon. Les grands distributeurs sont prêts à le prendre au mot. En 2013, Etsy a persuadé plusieurs d’entre eux, notamment Nordstrom, une chaîne de magasins de luxe, de proposer ses marchandises en test. Les Etsiens font également des démonstrations dans les magasins. De son côté, eBay commence à vendre des produits artisanaux sélectionnés par la grande prêtresse

de l’art de vivre Martha Stewart, sous le label American Made. Certains analystes établissent un parallèle avec les débuts des produits bio et locaux, qui sont passés du marché paysan aux magasins spécialisés, avant d’arriver dans les rayons de la grande distribution. Alors que le mouvement Arts and Crafts était divisé sur le rôle des machines, c’est la question de la sous-traitance qui agite le mouvement des makers. En novembre dernier, Etsy a autorisé les vendeurs à faire fabriquer leurs articles par d’autres, afin de permettre aux meilleurs d’entre eux de développer leur activité et de les dissuader de partir (pour rejoindre eBay, peut-être). Les Etsiens ne sont pas tous convaincus, à en juger par leurs discussions en ligne. Selon certains, l’entreprise a trahi les artisans, sous la pression d’investisseurs espérant profiter de l’introduction en Bourse. En guise de protestation, ils ont quitté le site. D’autres sont rassurés par le fait qu’Etsy soit enregistré comme “benefit corporation”, un statut qui protège les entreprises répondant à certains critères sociaux ou environnementaux des exigences démesurées de ses actionnaires. Si Etsy entre en Bourse, on verra si ses valeurs résistent aux pressions du marché – à supposer qu’il soit possible

35

de convaincre les investisseurs d’acheter ses actions. Le mouvement lancé par William Morris a échoué parce qu’il rejetait le capitalisme et voulait revenir à un âge d’or de l’artisanat qui n’avait jamais existé. En combinant les nouvelles technologies et les nouveaux modèles d’entreprise, Etsy et l’ensemble du mouvement des makers réussiront peut-être à soutenir les artisans.— Publié le 4 janvier

SUR NOTRE SITE

courrierinternational.com

A relire : “Des entreprises éthiques protégées par la loi”, un article du Financial Times publié le 5 juillet 2012 (CI n° 1131), consacré aux benefit corporations. Proposé par une vingtaine d’Etats aux Etats-Unis, ce statut protège les entreprises dont l’objectif ne se limite pas à créer de la valeur pour les actionnaires, et qui prennent aussi en compte l’intérêt de leur personnel, de leur communauté locale et de l’environnement. La société Etsy est l’une d’entre elles.

présentent

le salon des masters

& mastères spécialisés SAMEDI

25 JANVIER 2014

LES DOCKS - CITÉ DE LA MODE ET DU DESIGN 34 QUAI D’AUSTERLITZ - PARIS ENTRÉE GRATUITE

Inscrivez-vous sur : www.salondesmasters.com www.facebook.com / salondesmasters @Salon_SAMS et #salonmasters


36.

TRANSVERSALES

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

ÉCOLOGIE ↙ Dessin de Magee, Royaume-Uni.

Inde : comment une guêpe a sauvé la papaye Agriculture. Bien plus efficace que les pesticides, cet insecte a repoussé l’invasion d’un parasite qui dévastait les cultures de papayers depuis trois ans.

—Fountain Ink (extraits) Madras

U

n matin de novembre 2010, Radha Doraisamy s’est retrouvée avec un tube à essai dans la main et des doutes plein la tête. Trois ans auparavant, ses trois hectares de papayers avaient été détruits par un insecte et elle avait renoncé à cette culture. L’insecte avait envahi l’exploitation en un rien de temps : en deux mois, les fruits avaient été réduits à une masse blanche cotonneuse inexploitable. Le coupable était la cochenille du papayer, Paracoccus marginatus pour les scientifiques, un insecte jaune plus petit que le chas d’une aiguille, qui était venu du Mexique en semant destruction et ruine économique dans son sillage. En l’espace d’un an, elle s’était répandue dans toute l’Inde du Sud et la production de papaye avait chuté de 80 %. La bestiole avait poursuivi son expansion, faisant perdre 15 milliards de roupies [180 millions d’euros] par an aux producteurs. Cette année-là, Radha avait perdu 3 millions de roupies. Il lui a fallu huit mois avant de pouvoir recommencer. Cette fois-ci, lui a-t-on dit,

Une fois écloses, les larves consommaient l’hôte et le tuaient

il y avait une solution. Celle-ci semblait d’une simplicité absurde. Tout ce que Radha avait à faire, c’était de prendre un tube à essai fourni par les autorités, de le déboucher et de parcourir sa plantation en l’inclinant vers la terre noire ; le tube contenait une centaine de guêpes minuscules, à peine visibles, se mirent à parasiter les cochenilles. Elles pondaient leurs œufs dans l’insecte et, quand ils avaient éclos, les larves dévoraient les organes internes de l’hôte et le tuaient [on parle alors de parasitoïde et non de parasite, car un parasite ne tue pas son hôte]. Comme Radha, plus de 20 000 agriculteurs du Tamil Nadu ont reçu ces tubes. Cette technique a été inventée à la fin du XIXe siècle, mais elle est davantage en phase avec les sensibilités modernes touchant à la protection de l’environnement. Le bio-

contrôle – la protection des végétaux par des mécanismes naturels – est antérieur à l’usage massif des pesticides et ne présente pas les effets néfastes des produits chimiques. Il repose sur le principe que tout nuisible a un “ennemi naturel”, comme les chats pour les rats. L’ennemi naturel maintient la population de nuisibles à un niveau qui ne provoque pas de dommages économiques. La cochenille du papayer forme des amas cotonneux sur les feuilles et les fruits. La femelle adulte est jaune, ovale, et mesure environ 2 millimètres de long pour 1,5 de large. Elle est en partie recouverte d’une sécrétion cireuse blanche qui lui permet de bien mieux résister aux pesticides que les autres cochenilles courantes en Inde. La cochenille se nourrit de la sève de l’arbuste en insérant ses stylets dans la feuille, le fruit ou la tige. De plus, elle injecte dans les feuilles une toxine qui les déforme, les racornit et les empêche de produire de la chlorophylle. Feuilles et fruits tombent prématurément. En cas d’infestation massive, les fruits se retrouvent couverts d’une épaisse sécrétion cireuse qui les rend impropres à la consommation. En juillet 2010, le ministère américain de l’Agriculture a envoyé par FedEx cinq colis, contenant chacun environ 200 spécimens vivants des trois parasitoïdes ennemis naturels de la cochenille du papayer, au Bureau national des insectes importants pour l’agriculture (NBAII), dont le siège est à Bangalore. [Les premiers tests en laboratoire puis sur le terrain furent concluants et, après consultation de plusieurs experts, il apparut que l’Acerophagus papayae était le candidat le plus indiqué pour l’Inde.] Acerophagus papayae est une guêpe jaune aux ailes transparentes et aux yeux bleuâtres. Chaque femelle vit trente-cinq jours et peut pondre jusqu’à 50 œufs à raison d’un œuf par cochenille. Une guêpe peut ainsi tuer 50 cochenilles et les 50 guêpes qui naissent peuvent en tuer 50 autres, ce qui provoque une croissance exponentielle de la population de guêpes. Avant l’avènement du biocontrôle, les agriculteurs abusaient des pesticides. Ils doublaient leur concentration et procédaient à quatre ou cinq pulvérisations au lieu des deux prescrites, explique le Dr M. Kalyanasundaram, professeur d’entomologie à l’université agricole du Tamil Nadu (TNAU), à Coimbatore. “Un agriculteur avait même pulvérisé dix doses sur ses papayes. Même si les fruits avaient survécu, ils auraient été extrêmement toxiques”, ajoute-t-il. Quand les nuisibles sont naturellement résistants aux pesticides, le recours à ces produits les fortifie. Grâce à ses sécrétions cireuses, la cochenille du papayer résistait mieux aux pesticides que ses ennemis naturels. Ces derniers, des insectes utiles, étaient éliminés, ce qui avait fait exploser la population de cochenilles du papayer. Aujourd’hui, les décideurs en matière agricole insistent pour qu’on fasse appel au

biocontrôle quand c’est possible et n’autorisent le recours aux produits chimiques que quand cette méthode échoue. Les scientifiques du NBAII et de la TNAU reconnaissent que le biocontrôle est encore trop peu utilisé en Inde. “Dans les pays développés, 12 % des infestations de nuisibles sont traitées par biocontrôle ; en Inde, cela tourne autour de 1 %”, regrette Kalyanasundaram. L’Inde a lancé il y a vingt ans une politique de gestion intégrée des nuisibles, mais les résultats ont été décevants. Le gouvernement a donc décidé, dans le cadre du XIIe plan quinquennal (2012-2017), de mettre sur pied une mission nationale pour l’agriculture durable destinée entre autres à promouvoir le biocontrôle. Les guêpes parasitoïdes ont été lâchées dans les plantations en octobre 2010 et on a diminué une diminution des cochenilles du papayer dès le mois de janvier suivant. “En l’espace de trois à quatre mois, les incidences ont diminué de 32 à 42 %”, rapporte le Dr A. N. Shylesha, entomologiste au NBAII. A la saison suivante, le nombre de cochenilles est tombé au-dessous du seuil de nuisance économique : il était trop faible pour causer des dommages. Deux ou trois ans plus tard, la production de papaye a retrouvé son niveau d’avant l’infestation. Le biocontrôle a permis à Radha de continuer à cultiver des papayes. Elle est productrice depuis 1997, elle a été parmi les premiers de la région, confie-t-elle. La papaye est une culture très appréciée dans cette région du Tamil Nadu, parce qu’elle nécessite moins d’eau que d’autres et un investissement très faible. Les plants ont un cycle de vie de deux ans et l’agriculteur peut en tirer un bon revenu – près de 400 000 roupies par demi-hectare. Maintenant que le problème de la cochenille est réglé, Radha va tenter de cultiver des variétés hybrides. Elle s’est rendue en Thaïlande et en Malaisie au début de l’année pour y observer les plantations de papayers et elle est revenue avec de nouvelles techniques qu’elle compte mettre en œuvre sur son exploitation. Elle s’inquiète pourtant : le virus de la tache annulaire de la papaye a récemment fait son apparition. Les spécialistes de l’université lui ont assuré que ce n’était pas grave. Il n’y aurait pas un tube à essai pour ça ? a-t-elle demandé. —Shamsheer Yousaf Publié le 4 janvier

ARCHIVES

courrierinternational.com Organisés comme des abeilles bâtissant leur ruche, des nuées de robots pourraient contribuer à reconstruire les récifs coralliens. “Coralbots, de ruche en récif“, un article du quotidien australien Sydney Morning Herald publié dans CI n°1202 (du 14 novembre 2013).


TRANSVERSALES.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

Des chaises à l’air propre Des ingénieurs américains ont mis au point un procédé bon marché pour fabriquer du plastique à partir du carbone atmosphérique.

—USA Today McLean (Virginie)

I

l y a une dizaine d’années, dans son dortoir de l’université de Princeton, Mark Herrema a eu une révélation. En lisant un article sur l’augmentation des émissions de méthane provoquées par l’élevage laitier, il s’est dit “et si on récupérait le carbone de l’air pour fabriquer des objets ?” Cet étudiant en sciences politiques qui avait étudié la chimie décida alors de s’associer avec un ami d’enfance, Kenton Kimmel, qui étudiait l’ingénierie biomédicale à l’université Northwestern. Une fois leur diplôme en poche, ils ont fait des petits boulots pour financer leurs recherches. “Je bossais comme groom et Kenton comme valet de chambre”, se souvient Mark Herrema, qui raconte comment, pendant des années, ils ont travaillé quatorze à seize heures par jour – y compris les jours fériés – pour payer leurs factures et louer une salle de laboratoire pour tester leurs idées. Des spécialistes les ont mis en garde contre la folie de l’entreprise. Non sans raison. Des scientifiques avaient passé des décennies à tenter de capter le carbone pour fabriquer du plastique, mais le processus s’était révélé trop onéreux. Les deux amis trouvèrent la solution en mettant au point un biocatalyseur dix fois plus efficace, extrayant le carbone du gaz liquéfié et le transformant en une molécule de plastique à longue chaîne. Résultat : à 31 ans, ils sont à la tête de la société Newlight Technologies, qu’ils ont fondée en Californie, et de deux usines qui utilisent le méthane produit par des exploitations laitières pour faire de l’AirCarbon. Ce plastique servira prochainement à fabriquer des chaises, des récipients alimentaires, des pièces automobiles, puis des coques pour les téléphones portables de Virgin Mobile. “C’est du carbone que vous aurez entre vos mains”, promet Mark Herrema. Selon les conclusions d’un laboratoire indépendant, la fabrication de ces produits consomme davantage de carbone qu’elle n’en émet. En substituant l’AirCarbon au plastique à base de pétrole, l’entrepreneur souhaite contribuer à atténuer le réchauffement planétaire. “Nous voulons changer le monde”, résume-t-il. “Ça va révolutionner l’industrie”, annonce

Dick Resch, directeur du fabricant de meubles KI, qui soutient Newlight Technologies depuis huit ans et détient les droits de propriété industrielle exclusifs sur ses produits. Selon lui, l’AirCarbon va permettre de fabriquer les premiers meubles à bilan carbone négatif. En 2014, l’entreprise commercialisera des chaises et sans doute d’autres produits à base d’AirCarbon. “Je regrette de ne pas avoir eu cette idée moi-même”, Avoue William Dowd, ancien directeur du département de recherche et de développement en biotechnologie industrielle du groupe Dow Chemical. Des investisseurs en capital-risque lui avaient demandé de se pencher sur les travaux de Newlight Technologies, mais il avait hésité, doutant des chances de réussite. “J’ai été surpris par ce qu’ils ont été capables de faire.” Bien qu’il n’ait finalement pas investi dans Newlight Technologies, il reconnaît que l’AirCarbon ressemble beaucoup au polypropylène [plastique utilisé notamment pour les emballages alimentaires et certaines pièces d’équipement automobile] et pourrait représenter une solution moins coûteuse. Cependant, compte tenu de l’énorme volume de gaz à effet de serre émis notamment par les centrales électriques [au charbon], il doute que l’AirCarbon puisse vraiment limiter le réchauffement climatique. “Cela ne contribuera pas de manière significative à résoudre le problème”, reconnaît David Keith, un physicien de Harvard qui a fondé la société Carbon Engineering, financée notamment par Bill Gates, pour capter le carbone à une échelle industrielle et le transformer en biocarburant [voir son portrait dans CI n° 1207, du 19 décembre 2013]. Mais selon Brent Ehrlich, éditeur de produit chez BuildingGreen, une société spécialisée dans l’étude de bâtiments respectueux de l’environnement, “c’est un pas dans la bonne direction”. Selon lui, l’AirCarbon pourrait remplacer beaucoup de matières plastiques à base de pétrole. “Ça pourrait aider.”

Mark Herrema place de grands espoirs dans son invention, qui, à ses yeux, représente bien plus qu’“une goutte d’eau dans l’océan” et n’en est qu’à ses premiers balbutiements. En 2013, l’AirCarbon a été sélectionné comme “biomatériau de l’année” par la Conférence internationale sur les plastiques et les composites d’origine biologique. Même si ses deux créateurs ont vécu des moments difficiles, ils ont été suffisamment naïfs pour croire à leur réussite. “Nous avons toujours eu le sentiment qu’une grande découverte nous attendait”, confie l’ancien étudiant en sciences politiques. —Wendy Koch Publié le 30 décembre 2013

37

↑ Dessin de Belle Mellor, Royaume-Uni.

présentent

le salon

DES FORMATIONS SUPÉRIEURES SAMEDI

1ER FÉVRIER 2014

LA SUCRIÈRE 49-50 QUAI RAMBAUD LYON

SOURCE USA TODAY McLean, Etats-Unis Quotidien, 1 700 000 ex. www.usatoday.com Lancé en 1982, c’est le seul quotidien national du pays, avec The Wall Street Journal. Surnommé le “CNN de la presse écrite”, ce titre populaire n’en offre pas moins des articles de qualité, parfois en avance sur les grands journaux. USA Today est sans doute le quotidien qui permet le mieux d’appréhender les questions d’actualité auxquelles s’intéressent les Américains.

Inscrivez-vous sur :

www.salon-confluence.fr

www.facebook.com/SalonConfluence @SalonConfluence et #SalonConfluence

En partenariat avec


38.

TRANSVERSALES

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

MÉDIAS

↙ Dessin de Kopelnitsky, Etats-Unis.

Le Robin des bois des stagiaires Un jeune Portugais au chômage a créé un site Internet très populaire qui dénonce les conditions de travail catastrophiques des diplômés de sa génération.

—El País (extraits) Madrid

F

rancisco Ferreira a 30 ans et il est originaire de Porto. Diplômé en communication et publicité, il s’est retrouvé au chômage en décembre dernier. Il a alors commencé à éplucher les petites annonces sur Internet et à diffuser des centaines de CV et de cartes de visite. Au Portugal, le taux de chômage a atteint le taux record de 17 %, c’est pourquoi le jeune homme ne s’est pas limité aux offres liées à son secteur. A sa grande surprise, il s’est aperçu que personne ne lui répondait. Personne. Il s’est dit qu’il était trop vieux pour être stagiaire, trop qualifié pour certains emplois et trop revendicatif par les temps qui courent. Il a découvert que le marché du travail portugais, à en juger par la plupart des annonces qu’il a lues, confine parfois à la misère totale : partout on trouve des stagiaires contraints de travailler pendant des mois sans toucher de salaire ou des employeurs qui demandent à leurs salariés d’adopter le statut d’indépendant (et de payer la voiture, l’ordinateur et le téléphone), pour ensuite les obliger à travailler plus de huit heures par jour au bureau. Il a aussi remarqué l’existence d’une sorte de marché parallèle à celui des annonces d’emploi : il lui suffisait d’envoyer un CV à une entreprise (théoriquement) intéressée par son profil et ses compétences pour commencer à recevoir, quelques heures plus tard, une quantité inimaginable de

publicités trompeuses. Il a fini par penser qu’un grand nombre de ces annonces n’étaient qu’une stratégie des sociétés qui collectent des données pour obtenir des informations. Excédé, indigné et très disponible (car toujours au chômage), Francisco Ferreira a créé un blog provisoire et très rudimentaire sur lequel il a commencé à dénoncer les offres qui proposaient des emplois à des conditions illégales. Il a aussi appelé les internautes à envoyer des témoignages de cette exploitation moderne.

remplie de témoignages que Francisco (toujours au chômage) s’est mis à étudier, car il s’est engagé dès le départ à ne pas relayer une plainte sans vérifier sa validité. Puis les dénonciations ont été suivies par des menaces : “J’ai déjà reçu quatre appels d’avocats représentant quatre entreprises, qui m’ont assuré que je serais traîné devant les tribunaux. Naturellement, aucun d’entre eux n’a donné suite.” Il a aussi été confronté à un cas exemplaire, celui d’une entreprise de Porto spécialisée dans le design qui employait des stagiaires (non rémunérés, évidemment) pendant plus de quatre mois à raison de plus de huit heures par jour, y compris le weekend, le tout dans une ambiance qui s’approchait du harcèlement au travail, selon les témoignages recueillis par Francisco auprès de cinq personnes. “Par ailleurs, si les prétendus stagiaires concevaient quelque chose qui était finalement rentable, tout l’argent revenait évidemment à l’entreprise.” Cette affaire a même été relayée sur RTP, la télévision publique portugaise, qui s’est appuyée sur le travail du site Ganhem Vergonha pour dénoncer la société en question. Depuis, le site attire encore plus d’abonnés et a enregistré plus de plaintes. Francisco Ferreira affirme qu’il n’a pourtant publié que 10 % des plaintes qu’il a reçues. “Dans l’immense majorité des cas il n’y a pas de preuves, et je manque de moyens et de temps pour mener l’enquête”, avoue-t-il. En effet, alors que son site a de plus en plus d’audience et qu’il est inondé de messages, Francisco a été embauché dans une agence publicitaire et il n’a plus beaucoup de temps pour s’occuper des conditions de travail des autres.

Annonces trompeuses. Malgré tout, il saisit toutes les occasions qui lui permettent de poursuivre son projet : “Il y a une entreprise qui recrute des secrétaires ou des employés de bureau et qui, dès l’arrivée des candidats, leur donne un produit à vendre en faisant du porte-à-porte. Ces personnes doivent Employeurs sans vergogne. En peu de y passer la journée. A leur retour, on leur fait temps, le blog est devenu un site Internet, savoir qu’il n’y a pas de poste de secrétaire, avec plus de 12 000 fans sur Facebook. Il mais uniquement de vendeur.” Obnubilé par les annonces trompeuses s’appelle Ganhem Vergonha, que l’on pourrait traduire par “Vous devriez avoir honte”, qu’il a vues pendant sa période de chômage, et son sous-titre explique qu’il s’agit d’une il a organisé une pétition sur Internet pour “plateforme pour dénoncer les employeurs sans que toutes les annonces publiées soient vergogne”. Un coup d’œil permet de trou- accompagnées du nom de l’entreprise et ver quelques-unes des perles que découvre du salaire proposé. Et, en attendant qu’un directeur futé Francisco Ferreira chaque fois qu’il explore le marché du travail. Par exemple, une bou- l’embauche dans un journal engagé, il tique dans un centre commercial de Porto réfléchit aux effets pervers de la crise au cherche “une stagiaire non rémunérée dis- Portugal et aux jeunes de sa génération, ponible immédiatement” et une entreprise qui cherchent tant bien que mal un emploi cherche des ingénieurs (avec moins de cinq  médiocre : “Les emplois fixes sont de plus en ans d’expérience) disposés à être stagiaires plus réservés à une élite, non seulement parce pendant quatre mois sans toucher 1 euro. que ces personnes ont pu aller à l’université Face à ce plafond de cinq ans, Francisco – qui est de plus en plus chère –, mais aussi Ferreira se demande combien de temps il parce qu’elles ont pu être des stagiaires de luxe faut travailler avant de ne plus être stagiaire. pendant un an ou plus, toujours gratuitement. Le site a commencé à gagner des lec- C’est contre ce phénomène qu’il faut lutter.” —Antonio Jiménez Barca teurs et des fidèles, mais aussi à accumuPublié le 5 janvier ler les plaintes. La boîte électronique s’est

LA SOURCE DE LA SEMAINE

“City Press” Ce journal du dimanche sud-africain dénonce régulièrement les manquements du parti au pouvoir.

F

ondé en 1982 sous le titre original Golden City Press, cet hebdomadaire dominical sudafricain était à la fin des années 1980 la principale publication noire lue sous le régime de l’apartheid. Aujourd’hui, le journal, propriété du groupe de médias sud-africain Naspers, est vendu chaque dimanche à près de 125 000 exemplaires et est lu par 1,7 million de personnes. Composé de plusieurs cahiers, le City Press publie de nombreux reportages pour donner notamment la parole aux Sud-Africains les plus déshérités, qui estiment être les laisséspour-compte de la nouvelle démocratie sud-africaine. Depuis la nomination d’une directrice de la rédaction, Ferial Haffajee, il multiplie les unes dénonçant les scandales de corruption du Congrès national africain. En 2012, le parti au pouvoir avait choisi de boycotter City Press en raison de la publication d’un tableau représentant le président Jacob Zuma sous les traits d’un Lénine exhibant son sexe, en référence à la polygamie du chef de l’Etat.

CITY PRESS Johannesburg, Afrique du Sud Hebdomadaire, 125 000 ex. www.citypress.co.za


TRANSVERSALES.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

39

Chaque semaine, une page visuelle pour présenter l’information autrement

sig n au x

Meurtrières guerres civiles Un bilan des 100 conflits “intérieurs” qui ont fait le plus de morts depuis 1946. Asie de l’Est, Asie du Sud-Est et Océanie Europe Asie du Sud et Asie centrale Moyen-Orient et Afrique du Nord Afrique subsaharienne Amérique du Nord et du Sud

Bilan humain Guerres civiles et conflits armés internes, 1946-2012 Nombre total de morts*† (en milliers)

1946

50

55

60

65

70

75

80

85

90

10

12

ÉTHIOPIE (Erythrée) 122,7 SUD-VIETNAM 82,5 ANGOLA‡ 71,3

CAMEROUN‡ 77,5

OUGANDA 67,4

LIBAN 66,3

MOZAMBIQUE 62,9

PAKISTAN (Est) 55,9

LES 100 CONFLITS LES PLUS MEURTRIERS (EN MILLIERS DE MORTS)

05

AFGHANISTAN 334,4

GRÈCE 77,0

SOUDAN 57,3 INDONÉSIE (Timor-Oriental) 37,7

NIGERIA 37,5

IRAK (Kurdistan) 34,6

SRI LANKA 62,2

ÉTHIOPIE 48,4

ANGOLA 39,5

SOMALIE 31,6 SALVADOR 28,7

BIRMANIE 25,2 TCHAD 22,3 GUATEMALA 21,8

TURQUIE (Kurdistan) 27,0

PHILIPPINES (Mindanao) 22,1

NICARAGUA 20,3

COLOMBIE 19,3

INDE (Cachemire) 19,3

PHILIPPINES 19,5

PAKISTAN 19,2

IRAK 18,4

BIRMANIE (Kachin) 18,0

RUSSIE (Tchétchénie) 17,6

BIRMANIE (Karen) 17,4 YÉMEN (Nord)‡ 15,9

INDONÉSIE 17,1

LAOS 14,0 SOUDAN (Sud) 11,7

ZIMBABWE 13,6 MOZAMBIQUE 11,7 ÉTHIOPIE (Ogaden)‡ 10,8

SYRIE 15,9

CONGO 14,2 BOSNIE (Serbie)‡ 11,6

PÉROU 11,4 SIERRA LEONE‡, 10.6

CHINE (Tibet) 10,0

ALGÉRIE 18,3

R. D. CONGO‡ 15,3

BIRMANIE (Shan) 15,0

NÉPAL 9,9

ISRAËL (Territoires palestiniens) 9,1 BURUNDI 8,6

GUINÉE-BISSAU 7,5 KENYA 6,5

RWANDA‡ 9,2

INDE (Pendjab/Khalistan) 7,6

UNION SOVIÉTIQUE (Ukraine) 8,9 AFRIQUE DU SUD (Namibie) 6,7

INDE 6,3

TADJIKISTAN 6,8

MAROC (Sahara-Occidental) 6,4 CAMEROUN 5,9

MALAISIE 5,4

YÉMEN (Sud) 5,7 INDE 4,8

PHILIPPINES 4,8

INDONÉSIE (Papouasie occidentale) 4,8

‡ 4,6

AZERBAÏDJAN

MADAGASCAR 4,6 PAKISTAN (Baloutchistan) 4,3

UNION SOVIÉTIQUE (Lituanie) 4,3

SYRIE 3,8 BIRMANIE (Arakan) 3,4

CONGO 3,6

IRAN (Kurdistan) 3,3

THAÏLANDE 2,5

ÉTHIOPIE (Oromia) 2,8

SERBIE (Kosovo) 2,6 LIBERIA 2,6 RUSSIE (Emirat du Caucase) 2,4 INDONÉSIE (Aceh) 2,3 LIBYE 2,3

AFRIQUE DU SUD 2,2

INDE (Nagaland) 2,2

YÉMEN (Nord) 2,0 INDONÉSIE 1,8

YÉMEN‡ 3,7

BOSNIE (Croatie)‡ 3,6

ARGENTINE 2,3

PARAGUAY 2,0

SERBIE (Croatie) 3,9

IRAN 3,7

HYDERABAD 3,2

Moins

2000

CAMBODGE 186,8

VIETNAM 188,8 ALGÉRIE 91,3

GÉORGIE 2,2

RÉPUBLIQUE DOMINICAINE 2,0 ROYAUME-UNI (Irlande du Nord) 1,5

* Bilan de plus de 250 conflits survenus entre 1946 et 2012. † Morts dans des batailles entre des forces gouvernementales et des forces rebelles politiquement organisées ; les conflits qui ont repris dans un délai de moins de dix ans sont considérés comme permanents. ‡ Avec intervention étrangère.

La revue DR

SOURCES : PRIO, UNIVERSITÉ D’UPPSALA.

95

CHINE 600,0

Plus

250 200 150 100 50 0

THE ECONOMIST. L’hebdomadaire britannique a publié cette infographie en novembre 2013 pour accompagner une analyse sur les guerres civiles dans le monde depuis 1946 et les meilleures façons d’y mettre un terme. La chute du mur de Berlin en 1989

et la fin de la guerre froide ont marqué un tournant majeur en la matière, note The Economist. Non seulement il y a moins de guerres civiles aujourd’hui, mais elles durent moins longtemps (3,7 ans après 1991, contre 4,6 ans avant cette date).


360 40.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

MAGAZINE Des réfugiées syriennes jouent “Les Troyennes” q Culture ..................... La noblesse retrouvée du bambou q Culture ..... Retour en terre saine q Tendances ............. Un bâtisseur d’histoires q Plein écran .........

44 46 48 50

HEUREUX QUI COMME

Longtemps, les périples vers de lointaines destinations, interminables et dangereux, o au XIXe siècle, un prédicateur ait une idée lumineuse qui a révolutionné le monde du vo


360°.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

41

↓ Dans les années 1860, passagers, parents et porteurs se pressent sur le quai de la gare de Paddington, à Londres, avant le départ d’un train. La Gare (huile sur toile, 1863), William Powell Frith (1819-1909). Photo New Walk Museum & Art Gallery, Leicester, Royaume-Uni.

ULYSSE

ont été réservés à une élite. Jusqu’à ce que, oyage. — P. M. History, Munich

L

es gens massés sur le quai de la petite ville de Leicester, au cœur de l’Angleterre, applaudissent avec enthousiasme. L’homme d’âge mur qu’ils acclament ainsi, vêtu d’une redingote, d’une chemise à col droit et coiffé d’un haut-de-forme, vient de déclamer un discours théâtral d’un ton vibrant : “Servons-nous de la force de la locomotive à vapeur pour libérer les masses laborieuses !” Sur ces mots, près de 600 hommes et femmes se pressent dans les wagons à ciel ouvert de la compagnie Midland Railway. En ce 5 juillet 1841, tous s’embarquent pour un périple extraordinaire : une excursion ferroviaire à Loughborough, bourgade située à 17 kilomètres au nord de Leicester, nichée dans un charmant paysage composé de petits lacs, de maisons de maître et de villages de carte postale. Ils y passeront une journée de plaisirs au grand air avec fanfare, cricket et tir à la corde, autour d’une tasse de thé, de pâtisseries et de sandwichs au jambon. L’idée a germé dans l’esprit du noble orateur de Leicester, un certain Thomas Cook, tourneur sur bois de formation, imprimeur et éditeur d’écrits religieux, mais aussi fervent prédicateur baptiste. Il se destinait initialement au pastorat, avant de se raviser et de se contenter de livrer une lutte acharnée au “démon” de l’alcoolisme et du tabagisme. A 37 ans, Thomas Cook a cette idée de génie : “Ne serait-ce point formidable si les forces nouvelles du chemin de fer et les possibilités de voyage qu’elles ouvrent étaient mises au service de la promotion de l’abstinence ?” Pourquoi ne pas organiser des excursions en train pour extirper les ouvriers des pubs et autres assommoirs enfumés, et les amener au grand air ? Thomas Cook se met aussitôt en devoir de passer à la phase pratique. Avec pour slogan “Adieu le gin, bonjour l’air pur”, il propose des billets de train moyennant la modique somme de 1 shilling. La demande est énorme, et pas seulement chez les dévots. Après tout, le chemin de fer n’existe que depuis quinze ans et la plupart des Britanniques n’ont encore jamais pris le train. Qui veut se rendre dans le village ou la ville d’à côté y va à pied, et ceux qui ont les reins un peu plus solides empruntent une calèche, presque toujours dans un but précis. Il est rare qu’une excursion soit motivée uniquement par la curiosité ou le plaisir, autrement dit par des envies d’ailleurs. Aux premiers temps du chemin de fer, les trains sont compartimentés en quatre classes distinctes. Les voyageurs des troisième et quatrième classes sont parqués dans ce qui ressemble à des wagons de marchandises, le plus souvent dépourvus de places assises – quand il y en a, ce sont des banquettes de bois dur. Il en va autrement dans les

VOYAGE


42.

360°

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

↑ Le bateau restait le moyen de transport le plus sûr. A Khambhat, en Inde, des marchands débarquent des ballots de leurs navires. Miniature tirée d’une version du Livre des merveilles de Marco Polo (1254-1324) réalisée vers 1410-1412. Photo Josse/Leemage ↑ Seuls les nobles pouvaient voyager à cheval. A l’entrée d’une auberge, un cavalier se voit offrir un verre de vin. Tacuinum sanitatis, traité de médecine et de diététique, XIVe siècle, Bibl. Braidense, Milan. Photo Costa/Leemage

compartiments de première classe : le voyageur y est généralement tranquille et passe le temps à lire ou à somnoler en rêvassant dans un petit compartiment qui est encore conçu sur le modèle des diligences. Chaque côté est équipé de portes vitrées, les banquettes sont généreusement rembourrées, le dossier et l’assise tapissés d’étoffes raffinées. Jusqu’alors, les voyages étaient loin d’être aussi confortables. Rares étaient les gens qui se hasardaient dans une contrée étrangère uniquement par plaisir. Dans l’Antiquité, par exemple, c’est pour se rendre dans des lieux de culte que l’on prend la route. Ainsi, les Egyptiens aisés vont visiter des monuments célèbres, comme la pyramide à degrés de Saqqarah [au sud du Caire], les Grecs fortunés se rendent aux jeux pythiques de Delphes pour y assister à des représentations musicales ou à des compétitions sportives, les Romains cossus quittent la cité pour profiter de lieux de villégiature aux portes de la ville. A la Renaissance, les voyages éducatifs deviennent à la mode. Les fils de l’aristocratie européenne partent faire leur “grand tour”, une sorte de voyage réservé aux jeunes gens de bonne famille pour parfaire l’éducation qui sied alors à un homme du monde. Ils sont flanqués d’un tuteur qui doit posséder de bonnes compétences linguistiques, une solide culture générale et des talents d’organisateur, mais aussi prémunir leur protégé contre les dangers physiques et moraux qui le guettent. Le voyage se fait généralement en voiture à cheval, laquelle transporte également tous les bagages nécessaires, de la literie à la vaisselle, en passant par les médicaments. On fait étape dans des endroits

VOYAGE

La moindre expédition se transforme en chemin de croix connus comme Paris, Lyon, Gênes, Florence ou Rome. Seule la bonne société peut cependant se permettre de tels périples. De manière générale, on part en voyage à cause d’obligations religieuses ou professionnelles. Les Phéniciens [1200-300 av. J.-C.], qui avaient la bosse du commerce, expédiaient déjà des objets de verrerie et de la pourpre par-delà la mer Noire, jusqu’en GrandeBretagne. Les Grecs de l’Antiquité aussi commerçaient activement avec les contrées lointaines. Au début du Moyen Age, dans le bassin méditerranéen et en France, Syriens et Juifs prennent la relève. En général, ils maîtrisent plusieurs langues et naviguent avec aisance aussi bien dans le monde chrétien que dans le monde musulman.

P

our eux tous, le voyage n’en recèle pas moins des dangers. Le marchand trouvera-t-il le soir table mise et couche pour la nuit ? Peut-il se fier à l’hospitalité de l’étranger ? Ou bien se fera-til détrousser ? Pour garantir sa sécurité et ne pas se sentir totalement perdu, le voyageur se met en quête de coreligionnaires ou de compatriotes avec lesquels il pourra communiquer sans peine, et à qui il pourra faire confiance. C’est ainsi que certains marchands constituent une “hanse”, autrement dit une association qui leur permet de faire front commun face aux bandits de grand chemin. Entre autres compétences indispensables, le marchand doit posséder de bonnes connaissances topographiques, c’est-à-dire savoir quels itinéraires il peut emprunter et où il pourra trouver un pont ou un gîte. Les auberges sont à l’époque les seuls endroits qui offrent un tant soit peu de sécurité aux voyageurs. Les pèlerins y trouvent eux aussi refuge. Au Moyen Age, les hôtelleries ne permettent pas d’accueillir tout le monde ; elles ne commenceront à se multiplier qu’au xviie siècle. Rares sont les voyageurs qui emportent une tente dans leurs bagages – en cas d’urgence, ils se blottissent sous leur cape et passent

↑ Les déplacements en voiture à cheval n’étaient pas sans risque. Diligence versant dans un précipice (1828), peinture d’Hippolyte Lecomte (1781-1857). Photo DeAgostini/Leemage

la nuit sous un arbre, leur sac leur tenant lieu d’oreiller. Ce dernier contient un peu de pain ou des croûtons, du fromage, des fruits secs ou des noix. La moindre expédition se transforme en chemin de croix, comme en témoigne le périple de Reims à Chartres entrepris par Richer, moine bénédictin de noble extraction, en mars 991. Il se met en route “sans argent, sans habit de rechange, sans aucun objet de première nécessité”, flanqué “pour toute aide” d’un mulet que lui a confié le père abbé, d’un serviteur pour transporter ses maigres bagages et du messager du clerc Héribrand [de Chartres], qui l’a invité à venir étudier les écrits d’Hippocrate. Il faut alors compter quatre jours de cheval, voire une semaine, pour une distance que l’on avale aujourd’hui en deux heures par l’autoroute. Au début, tout va bien. Mais, dès le deuxième jour, les “malheurs” se multiplient sur des sentiers mangés par la végétation. Faute de signalétique, les voyageurs se trompent de chemin aux embranchements, ce qui les oblige à de longs détours. Le mulet finit par montrer des signes de fatigue, avant de déclarer subitement forfait – 100 kilomètres en deux jours auront eu raison de lui. Pour couronner le tout, il pleut à torrents, et la nuit tombe. Richer laisse son serviteur sur place et poursuit sa route avec le messager. Une nouvelle difficulté les attend un peu plus loin : il leur faut traverser la Marne, et le pont est en piteux état, percé d’ouvertures béantes. “Elles étaient si nombreuses que, ce jour-là, même les gens qui avaient à faire en ville avaient à peine osé traverser.” Il lui faut déployer des trésors d’adresse pour gagner l’autre rive. Après une étape au monastère de Meaux, Richer arrive enfin à bon port, sain et sauf. Le danger est l’inséparable compagnon du voyageur à l’époque médiévale. Les bandits sont à l’affût aux abords des chemins, les animaux sauvages, comme les ours ou les sangliers, peuvent attaquer à tout moment, et les chemins sont souvent obstrués par des éboulis ou par la végétation. Le cheval est un luxe, alors réservé aux seuls messagers, ecclésiastiques et seigneurs. A la campagne, on se déplace


360°.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

43

SOURCE

P.M. HISTORY Munich, Allemagne Mensuel www.pm-magazin.de Cette revue est une déclinaison, consacrée à l’histoire, de P.M. Magazin, revue de vulgarisation scientifique créée en 1978 par Gerhard “Peter” Mossleitner – d’où les initiales du titre. Elle appartient à Gruner + Jahr, le premier groupe de presse magazine européen, détenu à 74,9 % par Bertelsmann.Au début des années 1990, l’histoire devenant un marché à part entière, P.M. Magazin se positionne sur ce créneau. Après une première mouture plutôt élitiste lancée en 1993, P.M. History change de visage en 1998, avec l’ambition de toucher un plus large public en adoptant une approche des sujets plus populaire que scientifique.

→ En 1900, le tourisme en est encore à ses débuts. Lors d’une croisière Cook en Egypte, des Occidentaux longent une palmeraie. Photo Lux-in-Fine/Leemage

à pied. On parcourt en moyenne une trentaine de kilomètres par jour. Les pays européens développés devront attendre le xviiie siècle pour disposer d’un réseau routier digne de celui que connut l’Empire romain à son apogée.

M

ême alors, les routes ne sont qu’empierrées – bien que régulièrement nivelées et réparées avec du gravier. A la fin du xvie siècle, le tronçon Paris-Orléans, relativement carrossable, passerait presque pour la huitième merveille du monde, alors qu’il est loin d’être pavé sur l’ensemble du parcours. Sur la plupart des routes, les nids-de-poule se remplissent d’eau lors des averses et transforment la chaussée en bourbier. Ce qui explique que les marchandises soient essentiellement transportées par voie fluviale. Les marchands n’optent pour le char à bœufs, garantie d’un trajet pénible, que s’ils n’ont pas d’autre choix. Sous l’Empire romain, les routes sont certes idéalement tirées au cordeau et pavées de dalles taillées ou recouvertes de sable et damées, mais elles ne sont pas destinées à un usage civil, étant réservées aux légions romaines. En cas de pluie, elles se transforment en patinoires pour les véhicules comme pour les bêtes. Enfin, à l’époque moderne, les voyages se trouvent facilités non seulement par le meilleur entretien des routes, mais aussi par l’apparition de nouveaux modes de transport. A partir du xviie siècle, la poste assure la protection des voyageurs. Les malles-poste desservent des destinations fixes, y compris par-delà les frontières, et les correspondances sont assurées. Il devient désormais possible de calculer son temps de trajet, et les voyages sont dès lors un peu moins angoissants et éprouvants. Malgré tout, il n’est pas rare que les usagers d’une malle-poste se retrouvent coincés parce qu’un essieu du coche a cédé ou parce que des brigands les ont détroussés. Il faudra attendre l’arrivée

du chemin de fer, au xixe siècle, pour que les voyageurs puissent s’adonner aux joies du voyage dans des conditions de confort relatif. Le 17 mai 1861 [vingt ans après sa première expérience ferroviaire], Thomas Cook propose le premier voyage organisé entre l’Angleterre et Paris, qui comprend, réunis dans un même forfait, un aller-retour en train et bateau, ainsi que l’hébergement, les repas et les tickets pour les visites. Il supervise tout, reconnaissant lui-même les lieux. Il est l’inventeur de toutes ces choses qui facilitent la vie des touristes : le billet combiné, le coupon de réservation pour l’hôtel et, surtout, le chèque de voyage. Dès 1863, Thomas Cook met le cap sur le mont Blanc en compagnie de 130 touristes, essentiellement des femmes. Enchantées, les dames de la bonne société victorienne, en crinolines et brodequins à lacets, partent à l’assaut des cimes et citent des poèmes de Lord Byron sous leurs ombrelles déployées pour préserver la pâleur aristocratique de leur teint. En 1865, Cook inaugure ses légendaires croisières sur le Nil, en 1872 son tour du monde en deux cent vingt-deux jours. Il a bientôt des clients dans toute l’Europe – grâce aux tarifs de groupe, les voyages organisés sont devenus abordables pour une classe bourgeoise en plein essor. Ceux qui peuvent se le permettre ne se contentent plus désormais des traditionnelles vacances d’été en famille à la campagne, mais s’inscrivent pour des voyages organisés à destination de contrées plus lointaines.

Grâce au chemin de fer, le voyage devient un agrément

En 1963, un voyagiste de Francfort, Josef Neckermann, reprend l’idée pour l’Allemagne. Un moyen de transport arrive alors en force : l’avion. Il est désormais possible de rallier le Sud par la voie des airs : quinze jours en pension complète, aller-retour, compris pour Majorque, la Dalmatie ou la Tunisie. Les Allemands deviennent bientôt les champions du monde du tourisme. Après la guerre et la reconstruction, beaucoup rêvent de plages et de soleil. Au début, c’est surtout pour l’Allemagne que l’on opte, en train ou en voiture. La commune de Ruhpolding, dans la région de Chiemgau, en Bavière, est la première destination touristique allemande à attirer les foules. Puis on part à Rimini [en Emilie-Romagne] ou sur les bords du lac de Garde [dans les Alpes italiennes] en Coccinelle. Un peu plus tard, les Allemands découvrent les charters et se massent sur les plages de l’Adriatique et de la Côte d’Azur. De retour chez eux, ils fredonnent O Sole Mio ou Die CapriFischer [Les pêcheurs de Capri], portent des cols Lido [sans bouton de fermeture sur la bande de col] et des capris, à la mode méditerranéenne, et la pizza et les spaghettis envahissent les cuisines allemandes – l’Allemagne succombe à l’italomanie ! L’été prochain, la plupart des vacanciers mettront une fois encore le cap sur les plages de la Méditerranée, de la mer du Nord ou de la Baltique. Malmenée par la crise, la Grèce retrouvera alors des couleurs. Et partout les vacances commenceront tôt le matin par une lutte pour savoir qui décrochera la meilleure place au bord de la piscine ou sur la plage. Le premier à étaler sa serviette sur la chaise longue aura gagné. A l’époque des premières croisières déjà, Thomas Cook recevait des réclamations liées à la “guerre des serviettes” : “Ces Teutons tapageurs ont pris possession de toutes les places sur le pont supérieur et nos femmes sont obligées de rester sur le pont inférieur.” —Tania Greiner Publié en septembre 2013


44.

360°

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

culture.

← En scène, à Amman, en décembre 2013. Photo Lynn Alleva Lilley

Des réfugiées syriennes jouent “Les Troyennes” La Britannique Charlotte Eagar a monté, en Jordanie, une adaptation de la tragédie d’Euripide avec des exilées syriennes. Sur scène, elles exorcisent les épreuves qu’elles ont subies. —Financial Times (extraits) Londres

D

ébut novembre. Je suis installée, nerveuse, dans l’immense salle grise de l’Institut Reine Zein Al-Sharaf, un centre de loisirs du centre d’Amman. Un tableau de conférences attend sur un chevalet, conformément aux instructions d’Omar Abu Saada, notre metteur en scène syrien. La salle est pratiquement vide, il n’y a qu’Omar, le coproducteur [américain] Hal Scardino et moi, devant une série de fauteuils disposés en U. Une seule pensée me hante : et si personne ne venait ? Aujourd’hui ouvre notre atelier “Les Troyennes de Syrie” : une mise en scène de la grande tragédie d’Euripide, interprétée par des réfugiées syriennes, dans un théâtre de Jordanie. La guerre en Syrie a fait à ce jour plus de 2 millions de réfugiés, soit 10 % de la population syrienne,

dont 500 000 se trouvent en Jordanie. Nous espérons lancer un programme à long terme d’ateliers de thérapie par le théâtre et attirer l’attention sur les réfugiés syriens. Enfin, si les participantes viennent. Yasmine Fedda, une réalisatrice de documentaire ayant des origines syriennes, installée au Royaume-Uni, fait son entrée. Avec tact, elle se met à bidouiller sa caméra. Itab Azzam, notre productrice syrienne, arrive à sa suite. Elle fixe la porte ouverte, presque paralysée. L’action se déroule juste après la chute de Troie. Tous les hommes sont morts et la reine Hécube, sa fille Cassandre et les autres Troyennes attendent dans un camp de réfugiées de connaître leur sort. [Le dramaturge grec] Euripide a écrit la pièce en 415 avant J.-C., pour dénoncer la conquête de l’île neutre de Milo :

L’AUTEUR Charlotte Eagar est une journaliste britannique. Ses enquêtes et reportages, écrits depuis Sarajevo, Moscou ou Bagdad, sont publiés entre autres dans The Sunday Times Magazine et The Spectator. Elle est l’auteur du roman The Girl in the Film, dont l’action se déroule lors du siège de Sarajevo (inédit en français). Elle est également scénariste. Elle et son mari, Willy Stirling, se sont rencontrés à l’âge de 17 ans à un cours de grec ancien. D’où leur passion commune pour Euripide et la tragédie antique.

les Athéniens avaient massacré tous les hommes et vendu les femmes et les enfants comme esclaves. Nous avons passé un mois à chercher des Syriennes prêtes à participer au projet. Nous avons fait traduire la pièce en arabe. Omar doit la travailler avec les réfugiées, de façon à ce qu’elles puissent incorporer leur histoire personnelle dans le texte : intégrer les bombardements aériens, mortiers, tireurs isolés et maisons détruites de Homs au milieu des lances grecques et des tours de Troie. J’ai à peine dormi la nuit précédente. Itab me dit : “Je crois que personne ne viendra.” Comment allons-nous expliquer cet échec aux donateurs qui nous ont versé 75 000 livres [90 000 euros] ? Puis je me souviens de toutes les femmes que j’ai rencontrées, de tous les réfugiés des guerres précédentes que j’ai croisés lors de mon ancienne vie de correspondante à l’étranger. Leur douleur d’avoir vu leur existence brisée, leur frustration de ne pouvoir raconter leur histoire au monde.

Garder son hidjab. Trois semaines auparavant, dans un appartement miteux de la banlieue d’Amman, la femme d’un colonel de l’Armée syrienne libre [armée des rebelles non islamistes] nous servait des biscuits et du jus de fruit sous les yeux de sa sœur, de sa fille adolescente et de deux fillettes. “Nous adorerions être dans la pièce”, avaitelle déclaré, son beau visage encadré par un foulard. “Est-ce que ça fait quelque chose si nous gardons notre hidjab ?”


360°.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

45

Retrouvez sur Télématin la chronique de Marie Mamgioglou sur “Des réfugiées syriennes jouent Les Troyennes” dans l’émission de William Leymergie, le vendredi 17 janvier 2014, à 7 h 35.

La maison syrienne du colonel avait été rasée lorsqu’il avait déserté l’armée régulière, sa famille avait dû tout quitter. “Cette maison [où nous habitons à Amman] se trouve dans un très mauvais quartier, plein de drogués”, nous confiait sa femme. Le loyer était d’environ 170 livres par mois [210 euros]. Ils recevaient 100 livres par mois [120 euros] du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) et le fils, qui travaillait dans une boutique après l’école, rapportait 100 livres par mois de plus. Cela ne faisait que 30 livres par mois pour vivre. Les jus de fruit avaient dû entamer une part substantielle de leurs revenus. “J’ai dû donner ma fille en mariage à un Jordanien, avait ajouté tristement la femme du colonel. Il est très strict et ne la laisse pas nous voir.” Il n’y avait presque rien dans l’appartement, à part des matelas de mousse par terre – ni tableaux, ni chaises, ni photographies, ni jouets pour les petites filles.

retrouver dans cette salle vide d’Amman. Le projet est complexe : outre un documentaire sur la pièce, il prévoit également un film. Itab, une productrice de télévision syrienne qui vit désormais à Londres, a fait venir Omar, un éminent metteur en scène de théâtre qui a travaillé au Royal Court Theater de Londres. Itab revient dans la salle, tout sourire, en menant un groupe de femmes. Celles-ci sourient timidement en serrant leur sac d’une main, des enfants accrochés à l’autre. La femme du colonel, sa sœur et beaucoup d’autres encore que je ne reconnais pas, les cheveux dissimulés par un foulard de couleurs vives. La femme aux lunettes de soleil Jackie O franchit la porte. Elles sont près de vingt en tout, issues de milieux très divers. Omar leur demande de former un cercle et de scander leur nom. Il les divise en petits groupes qu’elles baptisent Espoir et Victoire, les incite à écrire des choses sur le tableau de conférence. Les Barbie démembrées. Nous nous étions femmes se détendent, posent le sac qu’elles ensuite rendus dans un appartement situé avaient attrapé en quittant la Syrie, laissent dans un quartier plus chic. Une grande leurs enfants courir partout. famille était installée dans une pièce sans La première journée d’atelier prend fin. Les âme, elle aussi vide de tout objet personnel. femmes rassemblent leurs enfants en bavarLe mari, un promoteur immobilier d’une dant avec excitation. La salle est parsemée trentaine d’années à l’air épuisé, de fausses Barbie démembrées, s’efforçait de se réinventer en THÉÂTRE telles des parodies de plastique Jordanie. Il avait fui Homs avec rose de la guerre que ces femmes sa femme, sa belle-mère, trois belles-sœurs ont fuie. L’épouse du colonel nous raconte et trois petits enfants. Horrifiés par le vide que sa sœur était institutrice au pays. Elle de l’appartement précédent, nous avions est instantanément recrutée pour la crèche. apporté des poupées “Barbie” à 1 livre et Un problème : nous n’avons toujours pas des balles en caoutchouc pour les enfants. d’hommes. Omar hausse les épaules. “De Ils s’en étaient saisis avec un grand sourire. toute façon, on réécrit la pièce… Ne gardons que A l’origine, nous avions prévu de réali- les personnages féminins. Ce sera plus agréable ser notre projet dans un camp de réfugiés. pour elles comme ça.” La thérapie par le théâtre est considérée par la plupart des psychologues comme Une grande famille. Le troisième jour un bon moyen de travailler sur le trauma- nous sommes débordés : avec plus de 50 tisme et la dépression dont souffrent par- participantes à l’atelier et 51 enfants à la fois les personnes déplacées. Nous n’avons crèche, nous devons encore refuser 100 canpas obtenu l’autorisation. Peter Kessler, le didates. Après trois semaines d’improvisaporte-parole de l’UNHCR pour la Syrie, nous tion, d’exercice et de travail vocal, Omar a fait remarquer que la plupart des réfugiés retient 24 femmes qui souhaitent monter vivaient en ville. “Les réfugiés urbains sont sur scène. “J’ai toujours rêvé d’être interviewée pour souvent plus isolés et déprimés que les personnes vivant dans des camps”, a-t-il ajouté. raconter aux gens ce qui se passe”, confie Hal et Itab se sont donc installés à l’Insti- Souad, une jeune mère en hidjab bleu et tut Reine Zein Al-Sharaf, où ils demandaient abaya noire. “Maintenant notre histoire est aux Syriennes de passage de se joindre au incluse dans le texte.” La pièce présente des projet. Hal se souvient qu’Itab visait les parallèles avec sa situation personnelle. femmes qui portaient les hidjabs les plus Son mari, soldat, a déserté quand on lui a colorés. “Elle pensait qu’elles étaient plus pro- demandé de tuer ses compatriotes. “Dans gressistes.” Il y a eu pourtant des exceptions. Les Troyennes, Hécube se retourne pour jeter Une femme tout de noir vêtue, tellement un dernier regard sur Troie, explique-t-elle. A décente qu’elle portait d’immenses lunettes la frontière, mon mari m’a demandé de regarnoires Jackie O même à l’intérieur, a accueilli der la Syrie une dernière fois, parce que nous ne la verrions peut-être jamais.” l’idée avec un enthousiasme débordant. Mais aujourd’hui, il est 10 h 10, et elles ne Faten, 25 ans, une ancienne étudiante en sont toujours pas là. “Je vais voir où elles sont”, droit islamique dont le père et deux frères déclare Itab en se dirigeant vers la porte. ont été tués par le régime, déclare : “La C’est en mai que Willy Stirling, mon mari, pièce m’a rendue plus forte. Je peux affronter qui est écrivain et réalisateur, et moi avons la vie. Je sais que je pourrai obtenir ce que je eu l’idée de monter une pièce avec des réfu- veux en travaillant dur.” Avec son niqab et giées syriennes. Il nous a fallu des mois de son abaya noirs, Faten ne ressemble pas au réunions et de collectes de fonds pour nous genre de personne qu’on s’attend à voir sur

→ En coulisses, avant la première. Photo Lynn Alleva Lilley

une scène. Elle vit dans une maisonnette délabrée d’Amman avec sa mère diabétique et épileptique, quatre neveux et sa bellesœur. “J’adore travailler avec mes nouvelles amies de la pièce – c’est comme si nous formions une grande famille heureuse.” Un psychologue de Bright Future, une ONG syrienne basée à Amman, est à la disposition des participantes. Nous ne pouvons citer son nom, car il est recherché par le régime d’Assad. “Une fois que leurs besoins de base – sécurité, nourriture, abri – sont assurés, 70 % des réfugiés reviennent à leur routine d’antan du mieux qu’ils peuvent, explique-t-il. Dix pour cent ont besoin d’un véritable traitement clinique. Ce projet concerne les 20 % restants, ceux qui ont besoin d’aide pour parler de leurs angoisses.” En décembre, nous déménageons au Centre national de la culture et des arts, dans la banlieue d’Amman. La crèche est installée à la cantine du théâtre. Les costumes, hidjabs noirs, abayas noires, chaussures noires, sont faits par les femmes qui ne souhaitent pas monter sur scène. Les dames nerveuses d’il y a quelques semaines s’agitent joyeusement entre répétitions, essayages et crèche. Une semaine avant la représentation, elles demandent de l’argent. Omar avait conseillé de ne pas payer les participantes, de peur d’attirer les candidates pour de mauvaises raisons, mais nous avions trouvé un compromis en leur accordant de généreuses indemnités de transport et d’alimentation. Les actrices veulent davantage pour monter sur scène. Nous acceptons : ça va être difficile d’un point de vue budgétaire, mais c’est merveilleux de les voir prendre conscience de leur valeur.

Coup de froid. Le jour de la répétition en costume, le blizzard s’abat sur Amman, on a droit aux plus fortes chutes de neige enregistrées au Moyen-Orient en un siècle. Les routes sont de vraies patinoires la nuit. Faudra-t-il repousser la représentation ? Le premier soir [le 18 décembre], je suis aussi

nerveuse que je l’étais le premier jour. Il y a encore 60 centimètres de neige. Quelques amis qui travaillent dans l’humanitaire arrivent au compte-gouttes ; les familles des réfugiées viennent, plus des inconnus qui ont vu des tracts dans les cafés de la ville, un noyau dur d’intellos jordaniens. Les 250 places du théâtre sont bientôt à moitié occupées.

De vraies actrices. Une masse humaine murmurante apparaît sur scène à travers l’obscurité et un frisson me parcourt la colonne vertébrale. Les lumières s’allument et Hécube se met à parler. L’une après l’autre, les femmes racontent leur histoire : la guerre du xxie siècle transposée à Troie. Quand les Troyennes sont finalement regroupées pour être emmenées en exil, le public se lève d’un bond en criant : “Bravo !” Les femmes, interloquées, reviennent sur scène pour saluer sous les trépignements et les acclamations du public, puis elles se mettent à sourire. Quand le rideau tombe sur la deuxième et dernière représentation, nos Syriennes agitent la main pour saluer leurs nouveaux fans. En coulisses, la réalité s’installe : elles pleurent, se disent au revoir en s’embrassant, comme de vraies actrices. Mais apparemment le spectacle va continuer. L’UNHCR souhaiterait que la pièce soit jouée dans toute la Jordanie, dans d’autres communautés de réfugiés, voire dans un camp. Nous sommes invités cette année au festival de théâtre de Tbilissi et Omar songe aux festivals du Royal Court et d’Edimbourg – à condition de pouvoir régler la question des visas, à condition que les familles soient d’accord. Et là les femmes seront vraiment payées. Tu pourrais aller à Londres ou en Géorgie ?, demandé-je à Reema, 23 ans, célibataire. “J’ai toujours rêvé de voyager. C’est mon rêve”, confie-t-elle, rayonnante. Elle n’est plus une réfugiée, mais une actrice en tournée. —Charlotte Eagar Publié le 3 janvier


46.

360°

n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

← Le Festival international d’architecture en bambou, sur l’île de Lombok, Indonésie. Photo Budi Pradono

La noblesse retrouvée du bambou Une exposition indonésienne célèbre les mérites de cette graminée. Son intérêt n’est plus à démontrer pour de nombreux architectes. —Tempo Jakarta

XXe siècle et avait été construite par les Hollandais. “C’est là que j’ai pris conscience e soleil tombe dans l’océan teinté du fait que les constructions en bambou d’orange, tandis que le sable de pouvaient résister au temps”, raconte Andry, la plage de Senggigi, sur l’île de qui enseigne aujourd’hui l’architecture à Lombok, commence à se refroidir. Le long l’Institut technologique de Bandung [sur du rivage se dressent une cinquantaine l’île de Java]. A l’époque de cette découverte, d’installations en bambou, œuvres de divers il venait juste de terminer son doctorat ; il créateurs du monde entier venus [à la mi- s’est aussitôt lancé dans des recherches sur décembre] participer au Festival interna- la plante. Très vite, il les a appliquées à des tional d’architecture en bambou. Certaines maisons résistantes aux tremblements de ont la forme de nids étranges, d’autres sont terre, dans la région de Sukabumi, à Javades constructions plus monumentales, qui Ouest. Pour les murs, il a développé une sorte mettent en valeur les techniques d’assem- de plâtrage en bambou, très souple et léger, blage utilisées pour édifier des échafau- capable d’épouser les ondes sismiques. Le dages. L’artiste russe Ingemar a travaillé prix de revient de cette construction s’est ces cannes flexibles pour leur donner la révélé bien inférieur à celui d’un équivalent forme de longs rouleaux de vagues. de briques et de ciment. En 2006, l’architecte Le festival célébrait le retour du bambou est parti approfondir ses recherches en comme matériau noble de construction. Colombie. Sur place, il a rencontré plusieurs En Indonésie, ce renouveau est porté par architectes également adeptes du bambou. une nouvelle génération Il a constaté que c’était un de jeunes architectes qui ARCHITECTURE matériau non seulement allient traditions locales et durable mais très précieux. techniques d’ingénierie internationale. “Là-bas, les constructions en bambou sont Andry Widyowijatnoko et Pon Puradjatnika splendides et prestigieuses, alors qu’en en sont les principaux représentants. Indonésie ce sont les maisons des pauvres C’est une vieille masure, dans un village ou bien des structures provisoires comme de Java-Est, qui en 1999 a éveillé Andry à la les abris construits après les catastrophes science du bambou. Les murs de l’habitation naturelles”, explique Andry. A son retour semblaient en briques, mais, en les observant en Indonésie, il rêvait de bâtir un bâtiment de plus près, le jeune homme s’est aperçu public monumental en bambou. Deux qu’ils étaient faits d’un tressage de bambou ans plus tard, son rêve se réalisait sous associé à un plâtrage de sable. D’après ses la forme d’un hall de sport ouvert sur occupants, la maison datait du début du la nature à Purwakarta, à Java-Ouest :

L

le Great Hall Outward Bound Indonesia. La structure ressemble à un navire qui aurait fait naufrage dans le ciel. La voûte de la toiture, haute de 17 mètres, forme une coque gigantesque qui semble flotter dans des trouées d’azur, apportant lumière et circulation d’air naturelles. Aucun pilier central ne soutient cet édifice végétal de plus de 1 000 mètres carrés, pouvant accueillir 700 visiteurs. Andry a marié là les techniques traditionnelles et modernes. Les écrous et les boulons sont doublés de cordes en fibres végétales. La structure du toit, qui joue sur les poussées et contre-poussées, repose sur des poteaux fichés dans le sol. Huit mille bambous ont été employés pour cette construction, à raison de 30 000 roupies [2 euros] le bambou de 8 à 9 mètres de long et de 10 centimètres de diamètre. “Le matériau est bon marché. Ce qui est cher, c’est le travail et le temps”, précise Andry. Pour protéger l’édifice contre les termites, le jeune architecte a injecté du

En savoir plus L’EXPOSITION Le Festival international d’architecture en bambou a été lancé à la mi-décembre 2013 à Senggigi, la plage la plus touristique de l’île de Lombok, située juste en face de Bali. Les constructions érigées à cette occasion resteront visibles jusqu’à la mi-février 2014.

LE PAYS DU BAMBOU “Bagai aur dengan tebing” (“Comme le bambou et la berge du fleuve”) : tel est le dicton que Barack Obama prononça en indonésien pour illustrer les relations entre l’Indonésie et les Etats-Unis, lors de son discours au palais présidentiel de Jakarta, le 9 novembre 2010.

borax dans le chaume lignifié du bambou. Pon Puradjatnika, son confrère, a quant à lui privilégié des techniques traditionnelles quand il a conçu à Bogor [sur l’île de Java] son amphithéâtre en forme d’ailes d’oiseaux déployées. “Avant que les bambous puissent être utilisés comme piliers, ils doivent subir un traitement spécifique assez complexe, explique Pon. Cela commence par la coupe, qu’il faut impérativement faire entre 11 heures et midi, car c’est à ce moment-là de la journée que la teneur en sucre dans le chaume est le plus faible. Or, ce qui attire les termites, c’est le sucre. Par ailleurs, il ne faut surtout pas couper les bambous à l’approche de la pleine lune : c’est la période de fertilité pour ces plantes, et la teneur en glucose augmente. Ensuite, on les met à tremper pendant plusieurs semaines dans une rivière ou dans la mer, puis on les fait sécher en position verticale – si l’on est pressé, on peut aussi les passer au four.” Selon Andry, il y a trois choses importantes auxquelles il faut veiller au moment de dessiner une structure en bambou. Premièrement, le toit doit être large et bien couvrir les piliers, pour les protéger de la pluie et du soleil. Deuxièmement, la distance au sol entre les piliers doit être assez grande pour prévenir les phénomènes de moisissure. Enfin, une ventilation importante doit assécher l’atmosphère. Andry croit fermement que le bambou va devenir le matériau de construction du futur, parce qu’il pousse très vite et qu’il est bon marché “Bientôt, il remplacera le bois, assure-t-il. Mais, pour cela, il faut que la chaîne en amont suive, c’est-à-dire que les plantations soient bien exploitées. Cela suppose le soutien du gouvernement et de l’industrie.” —Kurniawan, Cheta Nilawaty et Sorta Tobing Publié le 6 janvier

De la même façon que le bambou a besoin de l’eau du fleuve pour pousser, les berges du fleuve ont besoin du bambou pour résister à l’érosion. Sur les îles de l’archipel indonésien, le bambou, décliné en quelque 160 espèces, se plie à de multiples usages : tambour d’alarme, instrument de musique pour chasser les prédateurs des rizières, récipient de cuisson à la vapeur, instrument de massage et de thérapie, meuble, cloison et charpente. Entre 1945 et 1947, les combattants indépendantistes l’affûtèrent et l’utilisèrent comme arme contre l’armée coloniale hollandaise. Un monument commémoratif “aux bambous affûtés” se dresse au centre de la grande ville portuaire de Surabaya, la capitale de Java-Est… mais il est en béton !


UNE LIBRÉVASION EXCEPTIONNELLE CROISIÈRE EN ANTARCTIQUE À BORD DU SOLEAL

LE GRAND VOYAGE DE LA LIBRE

D SECON T DÉPAR 0 AU 3 DU 16 BRE NOVEM 2014

DANS LE PARADIS BLANC

IL EST DES CROISIÈRES QUI CHANGENT À JAMAIS NOTRE REGARD SUR LE MONDE PARCE QUE FORTES EN ÉMOTIONS, RICHES EN SENSATIONS ET NOURRIES DE RENCONTRES EXCEPTIONNELLES. UNE LIBRÉVASION UNIQUE : L’EXPÉRIENCE D’UNE VIE, À LA DÉCOUVERTE DE CE MYTHIQUE CONTINENT BLANC. LES MOMENTS FORTS DE VOTRE VOYAGE

BUENOS AIRES > Mélange de modernité et de traditions, Buenos Aires vous ouvre les portes de l’époustouflante Argentine. Les richesses culturelles du pays se concentrent à Buenos Aires qui allie architecture coloniale au charme mélancolique et quartiers ultra branchés. L’ANTARCTIQUE > Qui n’a jamais rêvé de découvrir le mythique « continent Blanc », tout au bout de la terre. Un voyage unique au cœur d’une immensité glacée aux couleurs pures. Cette ultime frontière encerclée par une gigantesque banquise offre une nature préservée faite de millions d’animaux : otaries à fourrure, éléphants de mer, colonies de manchots, orques et baleines en grand nombre se côtoient dans un décor fabuleux. Les sorties en zodiacs vous feront toucher au plus près la grâce naturelle de ce 6e continent et approcher une faune aussi diverse qu’exceptionnelle.

VOTRE BATEAU : LE SOLEAL – COMPAGNIE DU PONANT

Doté de 132 cabines et suites, toutes tournées vers la mer, LE SOLEAL, tout dernier fleuron lancé cet été 2013 s’inscrit dans la philosophie de la Compagnie du Ponant, réservant à leurs 200 passagers, un service attentionné et une véritable proximité avec l’équipage. Matériaux nobles et raffinement discret, le Soleal reflète l’esprit du Yachting de croisière.

L’ENCADREMENT : UNE ÉQUIPE SPÉCIALISTE DES PÔLES

Vous embarquez accompagnés de véritables professionnels de l’Antarctique. Géologues, guides naturalistes et conférenciers, tous les membres d’encadrement sont des scientifiques expérimentés et seront des compagnons idéaux pour découvrir ce territoire encore méconnu.

PROGRAMME & RÉSERVATIONS EAGLE TRAVEL

SOYEZ PARMI LES CHANCEUX À VIVRE CE VOYAGE EXCEPTIONNEL. NOMBRE DE PARTICIPANTS LIMITÉ !

Lic : A 1894

Laurent de Rosée Tél 02 663 37 52 – ldr@eagletravel.be / David Reculez Tél 02 663 37 60 – dr@eagletravel.be


48.

360°

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

tendances. Coffee time ROYAUME-UNI – “La nation est en danger :

Aux frontières du réel Les machines, comme les humains, n’échappent pas à l’erreur. L’artiste italien Emilio Vavarella a passé un an à répertorier les bugs “artistiques” PHOTO de Google Street View pour en tirer une exposition intitulée Report a Problem (Signalez un problème) et présentée à la galerie Jarach, à Venise, jusqu’à fin janvier. Il s’agit du premier volet d’un plus vaste projet de l’artiste, The Google Trilogy, “qui s’articule autour des rapports entre l’humain, le pouvoir et la surveillance, et explore l’esthétique de l’erreur”, rapporte Wired Italy.

La plus grande piste de danse du monde

Teheran burger

TUTE, ARGENTINE

M. RAHMANIAN / GETTY

MEXIQUE— Faire danser sa ville pour qu’elle perde du poids.

C’est l’idée développée par Gabriella Gómez-Mont, à la fois artiste et directrice du Laboratoire citoyen, un organisme qui travaille avec la municipalité de Mexico. Elle a ainsi créé une plate-forme en ligne qui encourage les habitants de la capitale du Mexique à se défier dans des “batailles de danse” au cœur des espaces publics, relate le magazine espagnol Yorokobu. Les danseurs doivent filmer leurs exploits et les poster sur le site web, avec des récompenses à la clé. “D’un côté, nous sommes une ville d’obèses avec un problème de santé publique gravissime et, de l’autre, nous sommes une ville dynamique et amoureuse de la danse. Il nous faut réunir ces deux aspects pour résoudre nos soucis de poids”, fait valoir celle qui est à l’origine de l’initiative. Avec près d’un tiers de sa population en surpoids, le Mexique a ravi aux Etats-Unis, en 2013, le titre de champion américain de l’obésité.

- 6 %

BELORTAJA, ALBANIE

EMILIO VAVARELLA/JARACH GALLERY

nous devenons des buveurs de café”, s’inquiète The Guardian. Le quotidien britannique constate avec effroi que les ventes de thé baissent considérablement d’année en année outre-Manche (– 6 % en 2013), alors que celles de café suivent le chemin inverse (+ 6,3 % sur les douze derniers mois). La raison ? “Nous avons été séduits par la culture américaine du café, ses saveurs sucrées et crémeuses”, regrette le journal. L’autre explication avancée est le penchant des Britanniques à consommer de plus en plus en dehors de chez eux. “Nos habitudes vis-à-vis du café ont été modelées par les pintes de cappuccino servies dans les grandes chaînes de cafétérias. Ils pourraient nous servir n’importe quoi, on le boirait et on en serait ravis. Mais le thé, c’est un autre sujet. […] Ce n’est pas quelque chose que l’on peut confier à un serveur à moitié endormi, muni de gobelets en carton.”

IRAN— Le hamburger fait partie du paysage gastronomique iranien depuis des décennies, y compris depuis la révolution islamique de 1979, qui a vu l’utilisation de tout produit symbolisant la culture américaine déconseillée. “Jusqu’ici, il était plutôt servi dans des quartiers ouvriers, à des travailleurs en manque de calories ou à des étudiants faisant attention à leur budget”, note The Washington Post. Depuis peu, néanmoins, Téhéran voit se multiplier les restaurants à burgers haut de gamme, “et la quête du meilleur sandwich constitue la dernière mode dans les dîners de la capitale”, selon le quotidien. “Ce succès n’est pas un phénomène culturel”, assure toutefois Amir Javadi, restaurateur à Téhéran. “Plus personne aujourd’hui ne voit le burger comme un produit américain, ni même étranger. Il passe juste pour l’une des meilleures nourritures au monde.”

Mariages en réseau IRAK—“C’est une histoire de plus en plus fréquente dans le pays, raconte Your Middle East. Après seulement deux mois d’échanges sur Facebook, Haider Al-Saadi, un commerçant de la province de Karbala, s’est marié avec l’une de ses amies rencontrées sur le réseau social.” D’après le site d’information sur le Moyen-Orient, Facebook aiderait les Irakiens à surmonter leur timidité naturelle : ceux-ci “déclarent leurs sentiments plus facilement en ligne”. Et, surtout, les jeunes “n’ont plus besoin aujourd’hui de demander de l’aide à leurs proches pour arranger une rencontre, ou même un mariage”.


360°.

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

↙ 0-"3'21$0'1130*#+0!&k "# ,-Â?ĹŠ#,(,4'#0Ä„Ä‚ÄƒÄ†Ĺ‰ Photo Hoang Dinh Nam / AFP

Retour en terre saine PrÊoccupÊs par les questions de santÊ alimentaire, les Vietnamiens redÊcouvrent une agriculture responsable et biologique qui avait disparu il y a près de quarante ans.

—The Diplomat (extraits) Tokyo

P

endant vingt ans, M. Thanh a ĂŠtĂŠ le seul vendeur de fruits de la rue Phan Huy Chu, en plein centre de la capitale Hanoi. Mais l’annĂŠe dernière, une boutique a ouvert juste de l’autre cĂ´tĂŠ de la rue, avec comme annonce publicitaire : “Rau an toanâ€? [“Produits sĂťrsâ€?]. Un atout qui manque manifestement aux paniers de litchis et de mangues de M. Thanh, exposĂŠs quasiment sur le trottoir. Il y a peu encore, personne au Vietnam ne parlait de sĂŠcuritĂŠ alimentaire. Mais l’annĂŠe dernière, la question a fait les gros titres de la presse. Les rumeurs sur des raisins contaminĂŠs aux pesticides et des porcs impropres Ă  la consommation, passĂŠs en contrebande depuis la Chine, ont fait prendre conscience aux consommateurs

qu’ils ne savaient plus ni oĂš ni comment leur nourriture ĂŠtait produite. “Les gens avaient pris l’habitude de faire leurs courses au marchĂŠ et de ne pas se poser de questions. Mais aujourd’hui, ils s’inquiètent de plus en plus, surtout en ville, Ă propos de l’origine des aliments qu’ils consommentâ€?, rĂŠsume Dan Dockery, qui dirige Highway 4, une chaĂŽne de restaurants prĂŠsente Ă  Hanoi, HĂ´ Chi Minh-Ville [Saigon] et Hoi An. Chez M. Sach, une ĂŠpicerie ouverte en 2010 dans la capitale, les clients remplissent leur panier de lĂŠgumes produits localement, Ă  Ba Vi, et d’avocats venant de la province de Moc Chau. Tous les articles sont emballĂŠs sous plastique et portent une ĂŠtiquette mentionnant leur rĂŠgion d’origine. “Je suis vraiment prĂŠoccupĂŠe par la qualitĂŠ de la nourriture au Vietnam, j’essaie d’acheter des produits sĂťrsâ€?, conďŹ e Nguyen Thu Huong,

30 ans, pendant que le caissier enregistre ses achats : tofu, Ĺ“ufs et cĂŠleris. “Dans les mĂŠdias, ils disent que les produits chimiques que l’on utilise sur les vĂŠgĂŠtaux et les animaux sont très dangereux pour la santĂŠ.â€? Une brochure ĂŠditĂŠe par une association de consommateurs liste 122 boutiques de lĂŠgumes sĂťrs Ă  Hanoi. Depuis sa publication, des dizaines de nouveaux points de vente, comme l’Êpicerie de M. Sach, ont ouvert. “Quand je me suis installĂŠe ici il y a six ans, il n’y avait pas un seul magasin bio. Aujourd’hui, ils se multiplient quotidiennementâ€?, tĂŠmoigne StĂŠphanie Ralu, qui dirige 100 %, un dĂŠtaillant d’HĂ´ Chi Minh-Ville qui propose des aliments traçables et produits au Vietnam. L’agriculture vietnamienne se fait encore principalement Ă  petite ĂŠchelle, la plupart des agriculteurs individuels travaillant sur moins d’un demi-hectare de terre. Mais le bio n’Êtait plus la règle depuis les annĂŠes 1970 et une grave pĂŠnurie alimentaire qui avait frappĂŠ le pays. Les produits chimiques avaient alors permis de donner un coup de fouet Ă  la productivitĂŠ et de remplir les assiettes vides. A la ďŹ n des annĂŠes 1980, la transition vers l’Êconomie de marchĂŠ a accentuĂŠ la dĂŠpendance vis-Ă -vis des produits chimiques. Pour la première fois, les agriculteurs cultivaient des lĂŠgumes dans un but lucratif et voyaient les engrais comme un moyen facile d’augmenter leur production. “Les gens voulaient gagner de l’argent rapidement, alors ils ont utilisĂŠ un tas de produits chimiques pour que leurs cultures poussent plus vite, constate Tran Trung Chinh, qui a lancĂŠ M. Sach en 2010. RĂŠsultat : beaucoup de personnes sont tombĂŠes malades. Aujourd’hui, vingt ans plus tard, chacun sait que ces substances chimiques sont dangereuses pour l’homme.â€? Dans un mouvement inverse, les gouvernements d’Asie du Sud-Est s’activent, eux, Ă  dĂŠmanteler l’agriculture traditionnelle pour adopter des formes de production Ă  grande ĂŠchelle et mondialisĂŠe. Et cette intĂŠgration au marchĂŠ mondial a un prix. La ThaĂŻlande a agressivement industrialisĂŠ son système agricole dans les annĂŠes 1960 et s’est lancĂŠe avec enthousiasme dans les accords internationaux de libre-ĂŠchange, Ă  la ďŹ n des annĂŠes 1990. Mais rares sont les producteurs Ă  en avoir tirĂŠ proďŹ t. Aujourd’hui, bien des paysans thaĂŻlandais sont criblĂŠs de dettes et, Ă  Bangkok, les consommateurs se pressent sur les marchĂŠs de petits producteurs Ă  la recherche de produits bio. Le Vietnam peut-il revenir Ă  une agriculture biologique Ă  petite ĂŠchelle ? M. Chinh, le propriĂŠtaire de M. Sach, l’espère. Lui ne se contente pas de la vente et dirige des programmes pour ĂŠclairer les consommateurs et former les agriculteurs aux bienfaits des pratiques biologiques. “C’est ma mission de faire comprendre aux gens ce que sont les produits alimentaires bio, explique-t-il. C’est essentiel si nous voulons prĂŠserver le Vietnam.â€? —Elisabeth Rosen PubliĂŠ le 2 janvier

49

INSOLITES

Les croisĂŠs de la passoire IJ<0+#01$-'Ĺ?!0-'6 #2* ,,'i0#Ĺ?-1!-3Ĺ&#x160;3, +313*+,#12+-,2k130*#2-'2 "#*!2&k"0*#"#8,Ĺ&#x160;130 *.*!#-3%#Ĺ&#x160;&30*,2*Ĺ&#x2019;..#* A*.0'i0#*4#'**#"3-o* -02&-"-6#Ĺ&#x2030;#.#01-,,#*$'2 1-,,#0*#1!*-!&#1.-30k2-3;#0 *#12-,'203,21Allahou Akbar Ĺ&#x;'#3#12*#.*31%0,"Ĺ&#x; "3.0m!&#3032-.0-!*+kĹ&#x2030; #!-,1#'*"#1+3$2'1Ĺ&#x160;*.*31 &32#32-0'2k'1*+'/3# "#311'#Ĺ&#x160;"k,-,!k!#22# â&#x20AC;&#x153;dangereuse provocationâ&#x20AC;?, ,-2#The Moscow Times. #+3#88','+.0-4'1kk2k .*!k#,&Âł.'2*.17!&'20'/3#Ĺ&#x2030; 36221Ĺ?,'1Ĺ&#x160;!Ĺ&#x2019;#124#!3,# .11-'0#130*2m2#/3Ĺ&#x2019;3, .-*'2'!'#,.0m2k1#0+#,2 *-01"#11-*#,,#**##,20k# #,$-,!2'-,1Ĺ&#x160;0..-02#*# New York Daily News.-30!#36/3' *Ĺ&#x2019;'%,-0#0'#,2Ĺ&#x160;*Ĺ&#x2019;k%-322-'0,Ĺ&#x2019;#12 .11#3*#+#,23,312#,1'*#"# !3'1',#Ĺ&#x2039;!Ĺ&#x2019;#12311'3,!-340#Ĺ? !&#$0#*'%'#36Ĺ&#x2030;Ĺ&#x2030;&0'12-.&#0 !&#;#0Ĺ&#x160;',20-,'1k!-,1#'**#0 +3,'!'.*A-+$0#2Ĺ&#x160;",1 *Ĺ&#x2019;22"##5-0)Ĺ&#x160;#123, "'1!'.*#"3.12$0'1+#Ĺ&#x2030; Ĺ&#x2019;#+ *i+#"#!#22#0#*'%'-, #12*.11-'0#Ĺ&#x160;1"'4','2kĹ&#x160;3, m20##,1.%&#22'1Ĺ&#x160;!0k2#30"# *Ĺ&#x2019;,'4#01Ĺ&#x2030;Ĺ&#x2019;%*'1#"3-,120# #,1.%&#22'14-*,21,Ĺ&#x2019;/3Ĺ&#x2019;3, "-%+#Ĺ&#x2039;0#(#2#02-31*#1"-%+#1Ĺ&#x2030; #22#.0#122'-,"#1#0+#,2#12 3,.1"#.*31",1*!0-'1"# "#!#22#0#*'%'-,12'0'/3#!0kk# #,Ä&#x201E;Ä&#x201A;Ä&#x201A;Ä&#x2021;.03,.&71'!'#,2&k# .-30"k,-,!#0*#!0k2'-,,'1+#Ĺ&#x2030; Ĺ&#x2019;,.11kĹ&#x160;3,.12$0'#, 2!&i/3#- 2#,3"#9%30#0 4#!3,#.11-'0#1301!02# "Ĺ&#x2019;'"#,2'2k#23,#6,k2k 32-0'1kA0 -0#01!-';# 0#*'%'#31#1301-,.#0+'1 "#!-,"3'0#Ĺ&#x2030;Ĺ&#x2019;320'!&'#,')- *+.-02#3,k%-322-'0130 *#1'#,"#.3'1Ä&#x201E;Ä&#x201A;Ä&#x192;Ä&#x192;Ĺ&#x2030; * 2'**k .#,",220-'1,1.-30- 2#,'0 * k,k"'!2'-,"#132-0'2k1Ĺ&#x2030;

SUR NOTRE SITE

courrierinternational.com

Scannez cette vignette et retrouvez les Insolites sur notre site.


50.

360°

Courrier international — n° 1211 du 16 au 22 janvier 2014

plein écran.

Un bâtisseur d’histoires L’Argentin Daniel Benmergui est une star parmi les développeurs de jeux vidéo indépendants d’Amérique latine. Son succès ouvre la voie à des créations 100 % latinos. —Kill Screen (extraits) New York

T

out ce qui entoure Daniel Benmergui ressemble à de la fiction. Le jour où je dois le rencontrer à Buenos Aires, en Argentine, je suis en retard et prends un taxi. Quelques minutes plus tard, je demande au chauffeur si nous arrivons bientôt à destination et il me répond par une question : “Pourquoi allez-vous là-bas à cette heure ? En général, les gens y vont pour dîner, pas pour déjeuner. — Oui, je sais, mais je vais voir quelqu’un qui travaille dans ce quartier. — Il travaille dans un café ? Comment il s’appelle ? — Daniel — Daniel Benmergui ?” Je suis interloqué. Est-il célèbre au point d’être connu des chauffeurs de taxi ? “Oui, réponds-je. Vous le connaissez ? Vous avez joué à ses jeux ? — Oui. Je suis son beau-père.” Buenos Aires est une métropole de 3 millions d’habitants. Environ 40 000 taxis y circulent en permanence. Les probabilités de tomber sur le beau-père de Daniel en allant rencontrer ce dernier étaient quasi nulles. Quelques minutes plus tard, nous arrivons devant El Faro, le café où Daniel travaille sur ses jeux. Lui n’en croit pas ses yeux. La vie culturelle, à Buenos Aires, est parmi les plus dynamiques d’Amérique latine. Des festivals de cinéma, des pièces

de théâtre et des concerts sont programmés toute l’année. Le mois de novembre ne fait pas exception, puisque y a lieu la plus grande conférence argentine sur les jeux vidéo, l’Exposición de Videojuegos Argentinos (EVA). Daniel Benmergui est la vedette du milieu argentin des jeux indépendants. Le jeune homme travaille au café El Faro uniquement parce qu’il ne veut pas bosser là où il dort et que l’endroit est calme. “Rien à voir avec ces cafés où, à 15 heures, plein de vieilles dames arrivent et crient à tue-tête. Ici, je peux être efficace.” Il est assis devant un ordinateur portable et une tasse de café. C’est un Argentin typique, au look hirsute, qui adore la viande de bœuf. Rien ne laisse penser qu’il a remporté en 2012 le prix Nuovo de l’Independent Game Festival [IGF, festival du jeu indépendant], lui qui trafique constamment les rouages des jeux pour en extirper une signification, une trame. Tout commence en 2005, à la Game Developers Conference de San Francisco [conférence des développeurs de jeux vidéo, un rendez-vous incontournable pour les professionnels du secteur]. Pour la première fois, Daniel Benmergui assiste à l’événement. “A l’époque, la conférence était suffisamment importante pour attirer les gens qu’on voulait y voir et suffisamment petite pour que l’on puisse les approcher et discuter avec eux.” Mais lui

↙ “Storyteller, c’est un jeu vidéo… qui utilise entre autres le langage de la BD… comme le ‘deuil’ !… Il y a des histoires d’amour… de mort… et de sainteté.” Extraits du jeu Storyteller

↓ Daniel Benmergui. Photo DR

n’a rien à montrer, quand d’autres développeurs indépendants vantent leurs projets du moment. A son retour en Argentine, il déprime. Persuadé qu’il est temps de passer à autre chose, il démissionne de son poste de directeur technique à Gameloft [cette société française spécialisée dans les jeux vidéo téléchargeables a un studio en Argentine]. Il a assez d’économies pour vivre pendant un an, pas plus. Il sort I Wish I Were the Moon (2008), dans lequel le joueur peut choisir un personnage – ou un objet – et le déplacer sur l’écran pour créer de nouvelles interactions. Le jeu suit l’histoire de deux amoureux, par une nuit calme de pleine lune. Le joueur peut décider si la relation aura une fin heu- JEUX reuse ou triste. En général, ceux qui tentent leur chance en viennent à se poser cette question : “Est-ce que je peux faire quelque chose pour changer le cours de l’histoire ?” Dès la sortie du jeu sur [la plate-forme de jeux en ligne] Kongregate, les compteurs explosent – les internautes y ont joué plus de 500 000 fois à ce jour. En 2009, à la conférence de San Francisco, tout le monde sait qui est l’Argentin. La scène indépendante argentine est aujourd’hui dans une position rêvée pour lancer des projets artistiques. Cela n’a pas toujours été le cas. En Amérique latine, un grand nombre de développeurs indépendants sont autodidactes, car il existe peu de formations dans le secteur. Pendant longtemps, chacun a travaillé de son côté sur de petits projets, sans partager aucune information, car il n’existait pas vraiment de plate-forme permettant de collaborer. Le problème était également culturel. Sur le continent, on croit souvent qu’il vaut mieux ne pas solliciter l’avis de confrères, de peur qu’ils ne volent vos idées. Cette tendance s’inverse néanmoins depuis quelques années : les développeurs ont compris qu’ils ne se faisaient pas concurrence et qu’ils devaient travailler ensemble pour que leurs jeux soient diffusés dans le monde entier. Pourtant, il reste du chemin à parcourir. “En Amérique

latine, personne ne sait négocier”, affirme Daniel Benmergui. Les développeurs latinos ne savent pas combien vendre un jeu ou comment évaluer un contrat. Le problème est le même en Argentine, au Brésil, au Chili, en Colombie ou au Pérou. Des développeurs conçoivent des jeux, ils ont un public au sein de leur pays, mais aucun moyen facile de commercialiser leurs créations. Que faudrait-il pour qu’apparaisse un marché local de consommateurs ? Selon Daniel Benmergui, trois facteurs sont à prendre en compte : un moyen simple de facturation, un prix raisonnable et des jeux qui intéressent les Latino-Américains. Acheter des jeux sur Steam [la principale plate-forme de distribuVIDÉO tion en ligne de jeux vidéo] nécessite une carte de crédit ; pour réussir sur le marché latinoaméricain, il faudrait quelque chose de plus pratique. Par ailleurs, comme les revenus sont moins élevés en Amérique du Sud, les prix devraient être revus à la baisse. Enfin, les consommateurs veulent des jeux qui leur parlent. Que signifie concevoir un jeu argentin ou latino ? La question n’est pas de parler de tango, du bœuf ou de la culture inca. Il faut comprendre la sensibilité latine, et non faire appel aux clichés. En 2008, après avoir quitté Gameloft, Daniel Benmergui commence secrètement à travailler sur Storyteller, son premier projet à portée commerciale, un jeu dont le but est de construire des histoires. Il n’arrive pas à le mener à son terme : quelque chose cloche. En 2011, il tombe sur L’Art invisible de Scott McCloud [un essai en forme de BD sur l’art de la bande dessinée, éd. Vertige Graphic]. Il y trouve ce qui lui manque : l’idée d’aboutissement, et cette tendance que nous avons à terminer des images ou des histoires incomplètes, à combler les lacunes. C’est alors qu’il reprend Storyteller et termine un prototype qui lui permet de remporter le prix Nuovo à l’IGF, en 2012. Depuis, le jeu a encore évolué. Il possède bien une logique, qui dérive des pensées de Benmergui sur la vie et la sensibilité des Latino-Américains. Selon le jeune homme, c’est dans le cadre du jeu que les joueurs comprennent comment inventer des histoires. Chaque niveau propose une phrase, énonçant la fin de l’histoire, et un grand nombre de cases – comme dans une BD – que le joueur doit remplir avec des personnages et des objets. Daniel Benmergui est convaincu que les gens adorent les histoires. Avec Storyteller, il leur apprend ce en quoi il est devenu expert : en inventer de nouvelles. —Luis Wong Publié le 30 décembre 2013


Ú N° 1 à 26 Ú

TM &©Procidis, 2013

COLLECTIONNEZ LES 2 SÉRIES MYTHIQUES !

Ú N° 27 à 52 Ú

Un nouveau numéro en vente chaque

MERCREDI en librairie !

8 . € SEULEMENT !

LIVRE + DVD GRATUIT

Chaque numéro contient

1+ 1 DVD LIVRE GRATUIT

N°18

99

La collection pour apprendre en s’amusant !

COMMANDEZ DÈS À PRÉSENT ! · La collection complète au prix de 315€. J’économise 30% · Par lot de 26 numéros au prix de 179€ chacun. J’économise 20% · Versez le montant correspondant à votre achat sur le compte BE 95 310-1802523-58 avec la communication «il était une fois»*. · Faites un virement sécurisé en ligne via www.hellomaestro.com

www.lalibre.be/page/iletaitunefois

Je recevrai le lot commandé par colis de 5 numéros au rythme de sortie des DVD et livres en librairie.

* Si vous avez opté pour une commande de 26 numéros, merci de préciser, dans la communication, «Homme» ou «Vie».


OFFRE SPÉCIALE  ! Abonnez-vous dès aujourd’hui et profitez de 36% de réduction !

101,40

65€

6 mois de Courrier international + une superbe ménagère Laguiole en cadeau.

Une ménagère Laguiole ! Superbe ménagère de 24 couverts «Laguiole» aux couleurs estivales. Ménagère au design très décoratif grâce à ses manches en ABS nacré. Garantie 5 ans. 6 couteaux, 6 fourchettes, 6 cuillères à café et 6 cuillères à soupe. Lavables en lave-vaisselle.

BON à renvoyer à Courrier International – service abonnements – rue des Francs 79 à 1040 Bruxelles ou par fax au 02/211.31.65 ou directement sur internet à l’adresse http://abo.lalibre.be/cilaguiole OUI, je désire profiter de votre offre au prix de 65 € pour 26 numéros. Je recevrai en cadeau la ménagère 24 couverts Laguiole. Nom…………………………………………………………………………………………………………….………Prénom…………………………………………………………..…………………………………………………. Rue………………………………………………………………………………………………………………….……N°…………………….……..…………………………Bte……………………..………………………………….. CP:……………....................………………………………………………………………………….................Localité…………….…………………………………………………………………………………….……….... TVA (si facture) : BE0………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..………………………………….………………...... Tél…………………../…………………………………………………………………………………………………..Date de naissance…………..…………../……………….…………../……………………….………… E-mail* …………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………......................................................... ... *Pour recevoir nos avantages exclusifs destinés aux abonnés et consulter la version numérique. Offre non cumulable pour un nouvel abonné (nouveau nom-nouvelle adresse) en Belgique jusqu’au 28/02/2014. En cas de rupture de stock un cadeau équivalent ou de valeur supérieure sera proposé.

Courrier 20140116 courrier full 20140212 165503  

Courrier International du 16 janvier 2014