Page 1

PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page1

ÉDITION SPECIALE

LES MEILLEURS TALENTS 2017 L’EXCELLENCE EN 28 NOMS DARGAA D’HONNEUR KID NOIZE

Retrouvez l’émission « C’est du Belge » Spéciale Les Meilleurs de l’année 2017 sur la Une ce 2 février

FORCE ET CRÉATIVITÉ Le trophée créé par Anis Dargaa fusionne dans l’or fin les deux visages du talent.


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page2

Ice-Stores : Antwerpen - Bastogne - Brussels - De Panne

CHANGE. YOU CAN.


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page3

spécial Meilleurs de l’année match

Palmarès des lauréats

Les MeiLLeurs de L’annee 2017

Tous les lauréats, parrains et marraines de la grande soirée de remise des récompenses aux Belges talentueux en 2016 sont ici réunis autour du créateur du trophée, Anis Dargaa.

1. Jeunes solistes Jodie Devos

5. Gastronomie Pistolet Original

2. Cinéma Jimmy Labeeu

6. Scène Manon Lepomme

3.Mode Ilke cop

7. Déco & Design P-E. Vandeputte

4. Joaillerie Liestretto

Dargaa d’honneur Kid Noize

LE GRATIN DES BELGES PA R P H I L I P P E F I É V E T

e toute évidence, Hugo Claus n’aura pas à se chagriner : ses compatriotes ont la pêche et sont même loin de se faire du mouron. Car cette année n’est pas une année ordinaire, comme le disait le défunt BlaBla, sur les traces duquel surfe Kid noize, le musicien à face de chimpanzé, comme un enfant qui ne demande qu’à jouer. Coïncidence prémonitoire, on vient tout juste de revoir sur le petit écran ‘La Planète des singes’, version Tim Burton, illustrant à quel point l’apocalypse a de beaux jours devant elle. derrière son masque, le lauréat aux d6bels Music awards 2017 affiche en effet ‘l’apocalypse joyeuse’, pour paraphraser le titre de l’essai de Baptiste Fressoz où l’auteur développe l’idée que « nous sommes au bord du gouffre mais nous semblons joyeux d’en avoir enfin pris conscience ! ». Festival ou carnaval ? avec son dargaa d’honneur qui fusionne dans l’or fin les deux visages du talent, le Zorro de la ‘pop synthé-électro éclectique’ a le trophée du succès en main pour nous en mettre plein les oreilles.

D

a cet égard, les parrains et marraines de cette troisième édition des ‘Meilleurs de l'année’, le concept créé par Paris Match en partenariat avec l’émission ‘C’est du Belge’ de la rTBF, se sont démenés comme de beaux diables pour offrir le plus crédible aux votes du public: Pierre Marcolini pour le food, Carine Gilson pour la mode, Laetitia Huberti pour la musique classique, Katherine Berquin en joaillerie, Lionel Jadot en déco design, stephan streker pour le cinéma et Patrick ridremont pour la scène. ils ont, tous les sept, joué le jeu à fond, détectant les talents d’aujourd’hui qui seront peut-être les génies de demain, en misant d’abord sur l’originalité et la créativité, comme l’expliquait en aparté le maître-chocolatier Marcolini. et là, le grand Pierre de la praline rejoint l’idée commune aux six autres mentors que la créativité, c’est briser les conventions afin de regarder les choses sous un jour nouveau, percer le banal pour trouver le merveilleux, mais aussi, comme l’écrivait Mary Lou Cook, inventer, expérimenter, grandir, prendre des risques, briser les règles, faire des erreurs et s’aMuser !

Pendant ce temps, les autres lauréats tombent les masques. et là, on reste sidéré par le foisonnement d’initiatives dans ce qu’il est convenu d’appeler le secteur artistique au sens large: on n’est plus sur Zardoz, mais sur la planète Belgique, là où le ciel si gris est ‘bas et lourd comme un couvercle’, mais où le talent - peut-être pour compenser - semble presque contagieux. En partenariat avec Marie-Hélène Vanderborght et Gérald Watelet (C’est du Belge) Tous les vendredis vers 20h20 sur la Une

Marc Deriez et Jean-Pierre Tordeurs (Paris Match Belgique)

Cover : © oeuvre Anis Dargaa - Ed. responsable: François Le Hodey. Rédacteur en chef : Marc Deriez. Responsable éditorial : Jean-Pierre Tordeurs - Tel: +32 2 211 29 11. Publicité IPM Advertising Michel Druart 02 211 29 10. Jean-Pierre Cremers 02 211 30 47. Dominique Flamand 02 211 31 55. Laurence Thomsin 0471 63 67 01 Supplément promotionnel détachable et gratuit de Paris Match n°857 du 1 février 2018. Ne peut être vendu séparément.


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 20:02 Page4

spécial Meilleurs de l’année match RS LE S M EI LL EU

2017 D E L’ A N N ÉE

JODIE DEVOS

LA VOIX ARC-EN-CIEL Deuxième lauréat en chant du Concours Reine Elisabeth 2014, la jeune soprano de Libramont, âgée aujourd’hui de 29 ans, a su aussi éblouir le public qui lui avait décerné alors son prix coup de cœur. Cette année, le Prix des Meilleurs couronne un début de carrière éblouissant. PA R G I L D A B E N J A M I N

Jodie Devos jouera dans « Les Noces de Figaro » de Mozart du 6 au 14 avril à l’Opéra Royal de Wallonie

Paris Match. On s’habitue aux prix et aux louanges ? Jodie Devos. Jamais ! J’ai pensé que l’engouement allait pas-

Comment le chant est-il arrivé dans votre vie ?

ser après le Reine Elisabeth et il n’en est rien. J’en suis ravie. C’est très touchant de voir à quel point le public belge me soutient. Je réalise enfin que je suis devenue soprano professionnelle et que j’ai trouvé ma place dans le milieu européen.

Je ne m’en rappelle pas mais mes parents me disent que j’ai toujours chanté, j’ai commencé le chant choral très jeune. À 11 ans, c’était évident, j’allais devenir chanteuse et pas autre chose ! Mes parents étaient mélomanes mais absolument pas de musique classique et je n’en ai pas écouté avant mes 18 ans. Cependant, cette ouverture a compté, ils nous emmenaient ma sœur et moi à des concerts de rock ou de pop. L’art a toujours eu sa place à la maison, ma maman peint et mes parents m’ont toujours encouragée du fait de leur esprit créatif.

Vous enchaînez les scènes, de Paris à Liège, de Bruxelles à Toulouse. Est-on dans le même esprit quand on passe d’un rôle dans un opéra à un récital en soliste ? Non, je ne l’aborde pas de la même façon. Jouer dans un opéra implique un travail en équipe et on peut se « cacher » derrière un rôle. Le travail pour un récital s’avère beaucoup plus intense et plus compliqué, on se retrouve seule face à soi-même. Par contre, le récital permet une liberté dans l’élaboration du programme, selon les mélodies et les histoires que j’ai envie de raconter, et me pousse à explorer d’autres aspects de ma voix et une palette plus large. Je suis aujourd’hui cataloguée comme soprano colorature me portant vers des emplois légers et vocalisants. Avec le récital, je me sens plus près du texte.

LA MARRAINE

Comment décrire le plaisir physique que vous ressentez en chantant ? Quand j’ai chanté mes premiers airs de Puccini, j’ai ressenti à quel point la voix

pouvait prendre possession du corps et je ne me suis plus posé de questions. Il existe aussi le plaisir à être sur scène. J’aime jouer la comédie.

Quels sont vos rêves de répertoire ? J’ai carrément une liste des rôles que j’aimerais chanter dans ma carrière. Il y a «‘Manon’ de Massenet. Qui sait, un jour, selon l’évolution de ma voix, la Violeta de ‘La Traviata’ de Verdi ? Mes professeurs et mes agents y croient. Je ne lâche pas ‘Lucia di Lammermoor’ de Donizetti que j’interprète depuis des années et qui m’a fait aimer l’opéra. J’ai eu la chance d’interpréter, il y a un an, un de mes rôles préférés, Lakmé. Mais j’en ai tellement et cette diversité fait la beauté de mon métier. jodie.devos.com

Laetitia Huberti, directrice de Musiq’3

Le chant est bien représenté aux côtés du piano et du violon. Est-ce l’envie de toucher à différents styles ? Surtout de mettre en lumière de vraies étoiles jeunes et talentueuses. Nous vivrons cette année l’édition Chant du Concours Reine Elisabeth. De jeunes chanteurs se sont fait remarquer aussi bien chez nous, à La Monnaie ou à Liège, que sur les scènes à l’étranger. Jodie Devos mène une carrière incroyable depuis le Reine Elisabeth, se produisant sur les plus grandes scènes d’opéra. Kamil Ben Hsaïn Lachiri a été révélé PARIS MATCH DU 1 AU 7 FÉVRIER 2018

© Anthony Dehez

« Je n’ai pas écouté de musique classique avant mes 18 ans »

par le Concours Honda et exprime une sensibilité extraordinaire, au sens littéral du terme. Ce sont des personnalités pétillantes et passionnées, d’une passion contagieuse. La musique a besoin d’eux pour montrer à quel point le classique peut toucher tout le monde.

Qu’ont-ils en commun ? Kamil est vraiment le petit nouveau et nous le suivons de très près à Musiq 3. Quant à Jodie, Lorenzo et Julien, nous avons avec eux une relation très forte. Nous réfléchissons continuellement, avec

Lorenzo, aux moyens de faire rayonner cette musique auprès du plus grand nombre. Quand je suis arrivée à Musiq3, il y a bientôt 4 ans, nous avions envie de développer une vision cohérente et rafraîchie de la musique classique. Les quatre nommés sont des ambassadeurs formidables qui représentent magnifiquement cette vision. Transformer la perception que le public a du classique et partager des émotions.


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 20:02 Page5

spécial Meilleurs de l’année match

LORENZO GATTO

Une nouvelle décennie

Il n’a que 22 ans quand il devient 2e lauréat et Prix du Public au Concours Reine Elisabeth en 2009. Depuis, le violoniste construit une carrière brillante, alternant concerts dans le monde entier, enregistrements et projets pédagogiques, jalonnée d’aventures humaines comme celle qu’il vit avec son ami pianiste Julien Libeer, dans une interprétation saluée des sonates de Beethoven. « Je suis très gâté grâce au public belge depuis le Reine Elisabeth. Je ne m’estime jamais en compétition face à d’autres, encore moins ici où je me trouve en compagnie d’amis. Seul on ne va jamais très loin. J’aime réaliser mes ambitions au contact de gens avec qui je me sens bien humainement. Je pense sincèrement que les projets sont temporaires mais que les liens ne le sont pas. »

KAMIL BEN HSAÏN LACHIRI

À 31 ans, Lorenzo Gatto édifie son avenir avec une belle maturité. « Je n’ai jamais imaginé ma carrière à l’américaine, avec des rêves absolus de salles prestigieuses. J’ai de nouveaux agents, plusieurs concerts avec la BBC se préparent, d’autres aux Pays-Bas… Je continue avec Julien la suite des enregistrements de l’intégrale des sonates de Beethoven, avec un prochain disque cet automne, un 3e en 2019 et le coffret de l’intégrale pour 2020, année du 250e anniversaire de Beethoven. Plus un disque de concertos et des approches de nouveaux grands chefs et orchestres internationaux. » Lorenzo Gatto sera en concert avec les Young Belgian Strings le 17 février à Louvain et le 18 à Anvers. www.lorenzogattoviolin.com

Le cérébral et le physique

Il a remporté haut la main, l’année passée, la 1e édition du Concours ‘Honda’ récompensant le meilleur soliste des écoles supérieures et Conservatoire de Musique du pays ! Le jeune baryton possède, outre une voix impressionnante à seulement 24 ans, un jeu de scène digne d’un réel comédien. Issu, comme Jodie Devos, de l’IMEP de Namur, il fait preuve d’une énergie et d’un charisme irrésistibles. « J’ai commencé par le piano. Honnêtement, je détestais l’opéra mais mon professeur de chant a décelé un potentiel. En même temps, je suivais des études d’économie. J’ai découvert un plaisir physique et animal en sentant mon corps vibrer mais aussi celui d’élaborer un personnage. En fait, le chant faisait le lien entre tout ce que j’aimais : le physique et le cérébral. » Le jeune homme a trouvé le moyen de terminer son cycle de piano, de mener de front un double Master en macroéconomie à Louvain-la-Neuve et en finances à Genève, pour

enfin décider de se consacrer entièrement au chant. « Tout est question de volonté. Maintenant que j’ai mes deux diplômes, je peux vraiment tout donner pour le chant. Ces études m’ont nourri et mon expérience de vie sert indubitablement l’interprétation de mes rôles. » Mozart, Verdi, Poulenc, Lully… Sa technique le porte vers des registres riches. « Les récompenses et les nominations agissent comme des signaux d’encouragement car, quoi qu’on pense, je ne suis pas sûr de moi. » Quand il était enfant, Kamil recevait des bonbons quand il essayait le piano de sa grand-mère qui l’a toujours encouragé. « Elle est décédée il y a 4 ans, juste quand j’ai décidé de devenir chanteur. Il n’y a pas un seul jour sur scène sans que je pense à elle. » Kamil Ben Hsaïn Lachiri Récital Gaieté Lyrique à l’Opéra de Liège le 24 février, le Requiem de Gabriel Fauré le 10 mars à BOZAR et « Manon » au PBA de Charleroi du 21 au 22 avril.

JULIEN LIBEER

Sensations fortes

Paris, Bruxelles, Abu Dhabi, Gand, Amsterdam, Beyrouth… Son agenda reflète exactement l’excellence de ses concerts. Le jeune homme de 30 ans sillonne les scènes du monde tout en restant fidèle à ses attaches belges. Artiste en résidence à Flagey en 2018, le public aura tout le loisir de découvrir l’étendue de son talent. « J’ai besoin d’initier des projets qui me sortent de ma tour d’ivoire. Ce métier est beau car il est divers, je passe d’un univers à l’autre, dans des extrêmes qui vont de salles prestigieuses ou d’endroits très luxueux à mon projet primordial avec des gamins dans une école de Molenbeek. Quel métier peut vous permettre de vivre des sensations aussi fortes ? La musique est une clé d’accès à tous genres de lieux et de gens. Le musicien détient une grande responsabilité de ne pas l’enfermer dans le seul contexte de la salle de concert. Je le ressens de plus en plus fort. »

Julien Libeer a 3 ans lorsqu’il découvre un documentaire sur l’enregistrement de ‘West Side Story’ par Leonard Bernstein. Fasciné par une telle exaltation, il commence le piano à 6 ans. Il se souvient de la phrase de Jacques Brel « Le talent c’est l’envie de faire quelque chose ». Il compte bien l’appliquer cette saison à Flagey. Julien Libeer sera en concert lors des Piano Days e 25 février à Flagey et également le 30 mars. www.julienlibeer.net


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page6

spécial Meilleurs de l’année match

JIMMY LABEEU

LA STAR DU WEB

Nos talents, jeunes et moins jeunes, nous proposent de belles performances devant et derrière la caméra. Notre jeune humoriste a ainsi explosé sur Youtube avec des vidéos grinçantes. Aujourd’hui, le cinéma lui ouvre grand les portes. PA R M A G A L I E Y L E N B O S C H LES ME ILL EU RS DE L’A NN ÉE 20 17

C’était un rêve de gamin ! Mais ce n’est pas parce qu’on rêve que les choses se réalisent. On se dit qu’on veut devenir footballeur et on devient boulanger. déjà quand j’avais 10 ans, mon père me disait : « Fais du théâtre ! » Moi, je n’y croyais pas. et puis j’ai arrêté mes études, j’ai fait des vidéos et ça m’a amené au cinéma.

Vous étiez difficile ? non, pas vraiment ! J’y allais mais je n’y faisais rien. Je préférais faire rire mes profs et mes amis. Je n’y étais pas détesté parce que je n’étais pas méchant. À 19 ans, je n’étais qu’en quatrième, c’est vous dire. et avec un père directeur d’école et une mère prof de chimie, ça ne le fait pas ! (sourire)

Est-ce plus facile d’y arriver grâce à la présence des réseaux sociaux ? Bien sûr que c’est plus facile. Faire des vidéos et passer par les réseaux permet de montrer ce qu’on sait faire dans le monde entier. avant ce n’était pas possible, il fallait faire des castings, enfoncer les portes pour se faire voir. aujourd’hui, je vais dans ma chambre

PARIS MATCH DU 1 AU 7 FÉVRIER 2018

Bien sûr. C’est un tournant qui semble se faire naturellement. Pour 2018, je camperai plutôt des rôles de jeune homme. Je sais qu’il faut grandir et proposer autre chose. J’aimerais d’ailleurs aussi sortir du registre ‘comédie’. Je serais vraiment preneur si on me proposait un rôle dramatique ou le tournage d’un thriller.

Même une belle histoire d’amour, ça vous plairait ! absolument ! Je suis vraiment ouvert à tout. J’aimerais même faire une voix dans un dessin animé. Quand on vient de l’internet, ça prend du temps avant d’être considéré comme un acteur. aujourd’hui, je peux l’annoncer, en 2018, je participerai à un long métrage dans lequel je joue le fils de Benoît Poelvoorde. Ça, pour moi, c’est un rêve qui se réalise !

Quel est votre plus beau souvenir de tournage ? Être sur un plateau, c’est déjà une anecdote pour moi ! Tout m’intéresse, je profite à 100 %. On découvre de nouvelles personnes, de nouveaux paysages. Je vais tout faire pour garder cet enthousiasme.

C’est vrai ? (rire) Je vais demander à mes parents d’aller immédiatement sur alloCiné !

Vous attendiez-vous à être nominé parmi Les Meilleurs Belges ? Pas du tout ! C’est la première fois qu’on me nomine par rapport au cinéma. Ça m’a fait hyper plaisir. d’autant que parmi les autres nominés, il y a un réalisateur et une jeune-fille qui a été à Cannes…

La scène, ça vous attire ? Pas pour l’instant. Je préfère acquérir de l’expérience. Je rêve plutôt de réaliser et de jouer dans mon propre film. Être libre de ce qu’on fait, ça doit être génial.

N 2014

Vous attendiez-vous à pouvoir passer d’une chaîne Youtube au cinéma ?

Jusqu’ici, vous avez joué la carte de « l’adolechiant », maintenant vous allez devoir vous tourner vers des rôles d’hommes…

LE PARRAIN

AGELLA

tifs. La chaîne Youtube continue a être alimentée tous les mois. J’ai participé à deux tournages. Celui de ‘Tamara 2’ et une adaptation de Gaston Lagaffe… le petit belge avec une petite tête rousse, ce sera moi ! et puis, il y a eu la sortie de ‘rattrapage’. et je pense que 2018 sera encore meilleure !

Vous avez presqu’un million de followers sur les réseaux sociaux. Sur AlloCiné, vous avez 76 fans, Dany Boon en a 2 300 et Brad Pitt 19 000. Il y a encore du boulot côté cinéma !

Stephan Streker

Réalisateur et scénariste belge, Stephan Streker a déjà trois longs métrages à son actif: ‘Michael Blance’ (2005), ‘Le monde nous appartient’ (2013) - primé Meilleur musique originale signée Ozark Henry aux Magritte 2014 - et ‘Noces’ (2016). Après des études en journalisme à l’ULB, il a commencé sa carrière comme journaliste. Parti à la rencontre de ceux qu’il admirait le plus - les cinéastes - il décide de passer lui-même derrière la caméra pour partager l’une de ses passions, la boxe, dans un court métrage qui fera le tour des festivals. Cet hyperactif passionné n’a pas fini de nous surprendre en devenant aussi chroniqueur et consultant permanent pour tous les matches des Diables Rouges et dans l’émission ‘La Tribune’ sur la Deux. Nominé 8 fois aux Magritte cette année pour son troisième film, il fait partie des favoris de la 8e édition. Inspiré d’événements réels, ‘Noces’ raconte le combat d’une femme belge d’origine pakistanaise tiraillée entre deux cultures et aborde la problématique des mariages forcés « Il était essentiel à mes yeux d’être irréprochable du point de vue de la culture pakistanaise ! » Stefan dit de lui qu’à plus de 50 ans, il est un jeune cinéaste mais déjà une vieille personne et qu’il a intérêt à se grouiller !

SIN - IM

Jimmy Labeeu. Que des souvenirs posi-

avec mon téléphone, je me filme, et sur les milliers de gens qui vont voir ma vidéo, il y aura peut-être un réalisateur ou un metteur en scène qui se dira : « Tiens, c’est lui qu’il me faut ! ». J’ai eu la chance d’être repéré comme ça.

PE BUIS

vous de 2017 ?

© PHILIP

Paris Match. Quels souvenirs garderez-


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page7

©Jean-Yves Leveau

spécial Meilleurs de l’année match

Igor Van Dessel fait partie des jeunes étoiles montantes du cinéma.

Fantine Harduin, un caractère déjà bien affirmé Du haut de ses 13 ans, Fantine Harduin compte déjà plusieurs courts et longs métrages ainsi que des séries télé à son actif. Le talent n’attend pas le nombre des années.

Qu’est-ce qui vous attire dans le métier d’actrice ? Tout ! On passe plusieurs semaines sur le plateau d’un tournage. Ça crée des liens. Et puis ça me permet d’incarner différents personnages. J’espère pouvoir en faire mon métier.

Et le théâtre ? J’en fais après l’école et je prends des cours de diction, mais je préfère le cinéma. C’est moins stressant, tu as d’avantage droit à l’erreur. Sur scène, il vaut mieux avoir de l’expérience.

Cannes, avec le film ‘Happy end’ de Michael Haneke, c’etait une belle surprise ? Carrément ! J’avais l’impression d’être toute petite parmi toutes ces stars. À douze ans, on n’y est pas préparée.

Y a-t-il un genre de personnage que vous aimeriez incarner ? On me donne souvent des rôles de folle ou de tueuse. J’aimerais peut-être jouer dans une comédie.

Étiez-vous étonnée d’être nominée parmi Les Meilleurs Belges ? Quand on me l’a annoncé, j’étais vraiment contente.

Il a déjà décroché le prix du meilleur comédien au WaHFF pour son interprétation du jeune Louis XV dans ‘L’Échange des Princesses’.

Est-ce compliqué de mener une carrière d’acteur en même temps que l’école ? Oui et non ! Dans l’ensemble je suis l’école tout à fait normalement. Je n’ai que 14 ans. J’espère pouvoir vivre du métier d’acteur. Si ce n’est pas le cas, j’aimerais aussi être chocolatier. En tout cas, j’ai déjà un cannevas dans ma tête et je vais faire ce qu’il faut pour y arriver.

Qu’est-ce que vous aimez dans le cinéma ? Incarner différents personnages et puis l’ambiance des tournages. Je préfère le cinéma au théâtre. C’est plus confortable ! Je suis assez introverti et le théâtre demande d’avoir plus d’expérience. On ne peut pas se tromper.

Quel est votre plus beau souvenir de tournage ? ‘Le Voyage de Fanny’ était mon premier long métrage et le tournage a été incroyable. D’autant qu’on a tourné dans différents lieux.

Vous allez retrouver Fantine Harduin parmi les nominés et vous avez tourné ensemble ? On a tourné ensemble sur ‘Le Voyage de Fanny’ et on fait tous les deux partie du casting ‘d’Ennemi Public’.

Y a-t-il un acteur avec qui vous aimeriez tourner ? Johnny Depp. Je suis l’une de ses fans. Je me dis que ça n’arrivera jamais, mais tant qu’à rêver. Autant mettre la barre très haut !

C’est une série qui est très attendue… La saison 1 a très bien marché et on espère faire carton plein avec la saison 2. En tout cas, on fait de notre mieux !

Après un passé tumultueux, François Troukens est revenu à la vie active. Télé, radio, écriture, réalisateur, ce touche à tout a décidément plus d’une corde à son arc. Son long métrage, ‘Tueurs’, a largement été salué par la critique et le public.

Le cinéma, ce n’est pas arrivé par hasard ?

film. Je voulais absolument le réaliser moi-même. Il a fallu prouver aux producteurs que j’étais capable de le faire.

Les critiques ont salué votre travail ? Il y a toujours des gens qui n’aimeront pas mais les critiques qui m’importaient étaient vraiment bonnes. La sélection du film à la Mostra de Venise m’a vraiment touché. D’autant que là, les gens ne connaissent pas mon passé. Ils ont simplement jugé le film.

Non, c’était une véritable envie et un long travail. Ça a mis dix ans pour arriver aux résultats qu’on connaît. Il y a des codes et il n’y a pas de place pour l’improvisation. Par contre, la télé et la radio, ce n’était pas programmé, même si j’ai beaucoup travaillé pour proposer quelque chose de bien.

Le challenge maintenant, c’est de réussir un deuxième film ?

Est-ce que les expériences que vous avez vécues vous servent dans votre métier de réalisateur ?

Je suis à l’écriture du prochain long. Pour moi, ça a encore du sens d’aller dans une salle pour aller voir un film.

Oui et non. Disons que j’ai transformé mes erreurs en force. Mais je n’aurais absolument pas voulu être conseiller technique sur un


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page8

spécial Meilleurs de l’année match

ILKE COP

L’ÉPURÉ POP Passionnée de mode et diplômée en histoire de l’art, cette jeune bruxelloise s’est très vite rendue compte qu’elle éprouvait le besoin irrépressible d’entreprendre, de se nourrir de son savoir universitaire et de son tempérament affranchis pour développer son côté créatif. PA R E U G É N I E R I T T W E G E R D E M O O R L’A NN ÉE 20 17 LE S ME ILL EU RS DE

lle s’est alors inscrite à l’école de mode sask à sint niklass dont elle est sortie majeure de sa promotion en 2015. aguerrie par cette expérience et couronnée de succès pour ses créations, ilke décide dès l’année suivante de lancer sa propre marque. L’audace de cette jeune femme témoigne d’une détermination et d’un optimisme rares et cela se retrouve dans la mode qu’elle crée, des pièces urbaines et non-conformistes. Largement influencée par l’art pop, la marque ilkeCop se distingue par son approche éthique, ses pièces aux coupes graphiques et ses détails ludiques. ainsi, en 2017, ilke Cop utilisait les codes du Comic iconique avec des broderies décalées telles que des pieuvres géantes et des dinosaures ailés cousus sur des matières aux allures futuristes, presque galactiques. Très attachée à la qualité des tissus et aux coupes épurées, ilke pro-

E

pose une collection printemps-été 2018 qui fait un joli clin d’œil aux couleurs chaudes et saturées des seventies comme pour cette sculpturale jupe fendue orange stabilo empreinte de références rétro mais résolument moderne dans sa toile raide et son allure couture. C’est avec un talent certain que cette toute jeune créatrice allie travail pointu, souci de l’esthétisme et légèreté. ilke Cop a déjà une vision très personnelle de ce que doit représenter la mode : « C’est une belle façon de s’exprimer et de déclarer qui nous sommes, aux autres et à nous-mêmes. » Infos et collection sur ilkecop.com

LA MARRAINE

Carine Gilson, créatrice de lingerie Quel est votre sentiment sur ce concours? Mettre à l’honneur des talents belges est important, dans notre propre pays nous ne sommes pas toujours reconnus et n'avons pas suffisamment de visibilité. Avoir un support tel que ‘C'est du belge’ et ‘Paris Match’, est extraordinaire pour se faire remarquer. J'espère que ce concours apportera aux nominés le désir d’aller encore plus loin dans leur envie de création.

Qu’attendez-vous de ces créateurs de demain ? J'espère que les créateurs nouvelles générations continueront à nous faire rêver avec leur passion et sauront appréhender la mode dans toute sa complexité car, à mes yeux, c’est le plus beau métier du monde, mais aussi l’un des plus difficile. Il faut créer 3 à 4 collections par an, chaque silhouette, chaque pièce doit être pensée, imaginée, produite. Pour moi la mode doit être considérée comme de la création artistique à part entière. Les créateurs sont des artistes avec leur sensibilité, leur passion et la capacité de se remettre en question à chaque saison.

Quel est votre conseil clé pour lancer une collection, pour réussir dans ce métier ?

RÉSOLUMENT MODERNE Sculpturale jupe fendue de couleur orange stabilo empreinte de références rétro. PARIS MATCH DU 1 AU 7 FÉVRIER 2018

La Passion, la volonté, l'ambition. Croire en ce que l'on fait et persévérer. Lorsque l'on est un jeune créateur et que l'on veut lancer sa propre collection, il y a pas mal de défis qu'il faudra relever en plus du quotidien bien mouvementé d'un créateur. Alors je leur souhaite d’être courageux et de s’entourer des bonnes personnes.


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page9

BOUTIQUES CL HOMME & DAME - WWW.MAISON-ROUSSEL.BE

ROU S S E L DAM E

RO U S S E L H O MM E

64 PASSAGE WELLINGTON 1410 WATERLOO • 02/354 65 47

71 PASSAGE WELLINGTON 1410 WATERLOO • 02/354 65 47

OUVERT TOUS LES JOURS DE 10H À 18H30 (SAUF LE DIMANCHE)

OUVERT TOUS LES JOURS DE 10H À 18H30 (SAUF LE DIMANCHE)

EUREX

Mirabell

UNIFORMES SCOLAIRES:

Berlaymont Servites de Marie ROUSSEL PARTENAIRE

Collège Saint-Benoît de Maredsous


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page10

spécial Meilleurs de l’année match

LES CRÉATRICES AU TOP

MLS

Les sacs smart

Bardée de diplômes belges, parisiens et londoniens dans de prestigieuses écoles de mode et après avoir été styliste d’accessoires chez Nina Ricci, Marie-Laurence Stévigny crée en 2004 une agence pour la création, la conception et le développement d'accessoires et de maroquinerie. Et ce MLSTUDIO bruxellois collabore avec des marques prestigieuses telles que Agnelle, Aston Matin, Guerlain, Lacoste, Rochas, … Mais l’ambition et la passion de Marie-Laurence sont sans limite et elle lance cette année un nouveau projet très personnel, une collection de sacs signée MLS (My Little Sherpa). Des accessoires objets qui subliment la silhouette et sont inspirés de son goût pour l’art et de ses très nombreux voyages en Asie et dans les pays anglo-saxons. Avec sa première collection, Marie-Laurence Stévigny aborde le délicat travail des formes et des fonctions, de la balance entre élégance et praticité… Ses modèles ‘poches’ se révèlent à la fois modulables, allurés et sécurisés. MLS a créé le sac parfait avec l’approche poétique et pointue « que l’accessoire ne soit plus qu’accessoire ». Infos et collection sur mlstudio.be

WEHVE

Le beau bohème

BONJOUR MAURICE

Le tandem espiègle

Géraldine De Mey et Céline Lejeune forment un duo déterminé et détonnant. Ses deux trentenaires ont créé, il y seulement un an, la marque pour enfant Bonjour Maurice et se partagent le travail de manière toute naturelle. Géraldine est en charge de la direction artistique et Céline gère le pôle business. Mais ces deux professionnelles sont également des mamans attentives qui ont souhaité aborder la mode enfantine avec philosophie et conscience. Leur marque de fabrique, des modèles réversibles faciles à enfiler et faits en coton bio. Elles reconnaissent que leur collection a des caractéristiques bobo qu’elles chérissent comme l’envie de liberté, des idéaux bien ancrés et une douce fantaisie assumée. Chez Bonjour Maurice, la bonne humeur est à l’honneur avec des pièces ultra colorées, des matières et des coupes confortables et des motifs mutins. Le dressing enfantin rêvé ! Et le rêve de ce beau duo n’est pas prêt de se terminer puisque les projets sont nombreux et heureux avec l’ouverture d’une boutique en Belgique, un lancement international et de nouvelles collaborations. Infos et collection sur bonjourmaurice.be

PARIS MATCH DU 1 AU 7 FÉVRIER 2018

Ancienne business woman accomplie et reconnue, Gésine Holschuch est une femme qui illustre parfaitement que les virages de carrières peuvent être aussi radicaux que réussis. Forte de son expérience professionnelle, cette entrepreneuse de caractère se dévoue aujourd’hui à la création de mode avec sa marque Wehve. Passionnée d’art contemporain et de voyages, Gésine puise ses inspirations dans les tissus ethniques, l’univers graphique de l’artiste Franck Stella et prône une mode absolument éthique. Pour la collection estivale, Wehve décline les imprimés psychés dans couleurs chaudes, des silhouettes cruise et des pièces enveloppantes et douces. Mais le look n’est pas tout, Gésine Holschuch insiste aussi sur la qualité des matières, le savoir faire de l’artisanat et les conditions de production. Autant de points importants qu’elle souhaite transmettre à ses clientes majoritairement actives et citadines. Ainsi son mantra mode est de « proposer un look intemporel alliant confort et qualité avec les valeurs de travail respectueux et durable. » Infos et collection sur wehve.com


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page11

MONT-SAINT-JEAN FERME BRASSERIE WATERLOO

Anthony R. Martin • rue du Cerf 191 • 1332 Genval • Belgium I Sweet Globe XVIII

18 15

! er w e r b e Meet th Waterloo 0 1 4 1 • 1 9 ,5 chaussée de Charleroi

Beer brewed carefully, to be consumed with care.

waterloo-beer.be


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page12

spécial Meilleurs de l’année match

17 DE L’ AN NÉ E 20 LE S M EI LL EU RS

Non, je n’irai pas chez le psy ! Avec ce seul en scène décapant et très personnel, Manon Lepomme triomphe à Paris, en Suisse et en Belgique avec un spectacle à la fois intelligent et incisif qui n’a pas fini de séduire un public cosmopolite.

MANON LEPOMME

UN SHOW MERVEILLEUX PA R M A G A L I E Y L E N B O S C H Paris Match. Le théâtre, est-ce une vocation ? Manon Lepomme . en tout cas, j’y pense

dramaturgé et écrit, mais c’est très personnel. Les femmes rient, mais les hommes aussi !

depuis toujours. J’ai suivi des cours de diction et de déclamation mais quand j’ai voulu faire des études d’art de la Parole après mes secondaires, mes parents ont voulu que je choisisse un vrai métier. J’ai fait les sciences politiques, puis j’ai été prof d’anglais pendant trois ans. en parallèle, je jouais mon spectacle et depuis deux ans et demi, je ne fais plus que ça.

Vous avez le trac quand vous montez sur scène ?

Le seul en scène est-il un exercice difficile ?

Toujours ! J’ai eu un trou de mémoire au Point Virgule alors que le spectacle était bien rodé. J’en ai joué et on n’y a vu que du feu.

Les gens se retrouvent-ils dans le spectacle ? Complètement ! Ce qui m’amuse c’est que toutes les générations viennent le voir et rient. Je suis autant la bonne copine, que la grande sœur ou la petite fille.

L’inspiration vous vient-elle de votre vécu ? ah oui ! 80 % des choses que je raconte dans le spectacle sont vraies. après, on a

Pour le moment ça ne me fait pas peur. Mais ça ne fait qu’un an et demi. il m’arrive d’écrire d’autres spectacles pour des événements ponctuels et je ne suis jamais en panne d’inspiration. Je ne sais pas si je vous dirai la même chose quand j’aurai 50 ans. Pour l’instant je parle de mon ancienne vie de prof, de la maladie d’alzheimer de mes grands-parents,…. La vie est une source inépuisable d’inspiration.

Avez-vous envie de tenter d’autres expériences, par exemple le cinéma ? Mais pourquoi pas ! C’est à réfléchir…Pour l’instant, je joue beaucoup et c’est difficile de faire autre chose. J’aimerais aussi être plus présente en radio, parce que j’adore ça et il n’est pas impossible que je chante dans un prochain spectacle.

Vous avez joué en France, en Suisse et en Belgique. L’accueil est-il différent selon les régions ?

RTBF 2017

Tous les publics sont différents, mais le public français n’est effectivement pas le même. J’avais très peur de monter sur scène à Paris, et finalement ça c’est très bien passé. Le bouche-à-oreille a bien fonctionné. Je défends ma belgitude et je n’hésite pas à taquiner les Français. Mais je pense que mon style d’humour passe bien, où que vous viviez.

©STUDIO G

RAPHIQUE-

LE PARRAIN

Peut-être ! en tout cas, je sais que c’est mon élément et que je ne me sens jamais aussi bien que lorsque je suis sur scène. Je me suis déjà demandée si mon spectacle me ferait rire en tant que spectatrice. et bien oui, ça me ferait rire !

Est-ce qu’on peut rire de tout ? Mais bien sûr ! Même s’il y a des sujets que je n’aborde pas dans mon spectacle. Je ne parle par exemple pas de politique, même si j’ai fait sciences-Po et que je suis éveillée à la chose. www.manon-lepomme.be

Patrick Ridremont

Patrick Ridremont a fait ses armes avec la Ligue d’Impro Belge. C’est dire que l’homme a de la répartie. Il a d’ailleurs été champion du monde en 1999, au Québec. L’écriture et les planches, il connaît. Il a joué dans quantité de pièces avant d’être seul en scène. L’homme n’est pas

PARIS MATCH DU 1 AU 7 FÉVRIER 2018

C’est quand il y a un moment difficile qu’on se rend compte qu’on est faite pour ce métier ?

avare de sa personne : il prête sa voix à de nombreuses capsules humoristiques ou pubs et se glisse de temps en temps dans la peau d’un animateur TV. C’est aussi lui qui double Robert Redford, comme narrateur, dans la version française d’un documentaire animalier, ‘Un nouveau jour sur terre’. Acteur et réalisateur,

Patrick Ridremont a fait une rentrée remarquée dans le rôle principal de la nouvelle série policière ‘Unité 42’. Il y incarne le rôle d’un flic 2.0 beaucoup moins drôle que ce qu’il n’est à la ville. En 2017, il a également réalisé ‘La Station’, un court métrage dans lequel on retrouve son ex-compagne, Virginie Efira.


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page13

Pour vos pneus hiver,

la lounge expérience... Pneu Vanhamme, la réponse à vos exigences en termes de services : I La plus grande gamme de pneus été/hiver « haute performance » I Stockage de vos pneus été/hiver I Zone d’attente super équipée (réseau wi-fi et ordinateurs Mac, ...) I Agréé pneus été/hiver par les sociétés de leasing

CHAINES A NEIGE

ACCESOIRES THULE

LOCATION COFFRE DE TOIT

PNEUS HIVER

NETTOYAGE À LA MAIN

JANTES ALU ET KIT HIVER

Waterloo Ch. de Bruxelles 722 02/386 03 10

www.pneuvanhamme.be Ouvert tous les jours de 8h30 à 18h. Le samedi de 9h à 12h.

Uccle Ch. de Waterloo 1298 02/373 08 20


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page14

aProd ©Louis de Caunes/Olympi

spécial Meilleurs de l’année match Trois artistes, trois tempéraments très affirmés et une passion commune : aller à la rencontre du public.

Guillermo Guiz a semble-t-il trouvé sa voie. Son spectacle, Guillermo Guiz a un bon fond, fait un tabac ! Vous n’avez pas toujours voulu être comédien ou humoriste ?

Écrivez-vous déjà un nouveau spectacle ?

Pas du tout, j’étais journaliste. C’est même venu assez tard… aux environs de la trentaine. Là, le spectacle tourne bien, je joue trois fois par semaine à Paris et j’affiche complet. Je tourne aussi dans la série ‘Roi de la vanne’ sur Canal+.

J’écris tout le temps. Cela dit, je devrais encore jouer le spectacle actuel pendant un an et demi.

S’il fallait définir votre style, qu’en diriez-vous ? C’est toujours difficile de parler de soi-même. Les deux mots qui me viennent sont ‘absurde et noir’.

Le stand-up est un genre qui vous va bien, improvisez-vous beaucoup sur scène ? Ça me convient plutôt bien parce que ça me laisse un bel espace de liberté, mais je n’improvise quasiment pas ! C’est un spectacle qui est vraiment écrit, pourtant les gens me posent souvent cette question. Ça veut dire qu’ils ont trouvé tout ça très naturel.

Vous attendiez-vous à être nominé parmi les Meilleurs Belges de l’année ? Pas du tout, mais ça fait toujours plaisir de constater que le travail commence à être reconnu. J’aimerais ajouter que les autres nominés sont des amis, qu’ils proposent des choses de qualité et que si l’un d’entre eux gagne, ça me va très bien également. www.guillermoguiz.com

Avec On the road…A, un seul en scène qui tourne bien et un beau rôle dans ‘Unité 42’, Roda Fawaz fait partie des comédiens qui explosent.

Vous êtes aussi tombé amoureux d’une Israélienne ?

Vous ne vouliez pas spécialement devenir acteur…

Le seul en scène, c’est compliqué ?

Exactement ! J’ai fait un graduat en tourisme. La dernière année, un professeur a proposé des cours de théâtre à 500 mètres de l’école. J’y suis allé par curiosité et ça m’a titillé. L’année suivante, j’ai passé l’examen d’entrée au Conservatoire de Bruxelles. Je me suis dit, si je rentre, je continue et si je ne rentre pas, je retourne dans le tourisme. J’y suis rentré ! Comme je n’aimais pas trop la formation, je suis passé à l’IAD pour 4 ans de théâtre.

Vous êtes un peu un champion du multi-culturalisme… Je suis de nationalité belge, d’origine libanaise et né au Maroc. C’est le point de départ de mon spectacle, On the road…A.

(Rire) Je suis tombé amoureux d’une fille ! Je parle un peu de ça dans le spectacle pour expliquer le conditionnement et ce que peut être une rencontre entre deux personnes qui n’ont jamais été dans leur pays d’origine et qui sont pleins d’a-priori. On est toujours l’étranger de quelqu’un et tout le monde se reconnaît. J’aime ça ! Et c’est un moyen pour monter sur scène rapidement parce que ça ne coûte pas trop cher aux théâtres.

Vous faites aussi partie du casting de la série, Unité 42… C’est intéressant de pouvoir travailler un personnage sur la longueur et c’est aussi un travail d’équipe. D’autant qu’il y avait trois réalisateurs différents.

Il y aura une suite… On prévoit une saison 2 !

L’écriture et la scène sont depuis longtemps les terrains de jeu de Véronique Gallo. Ses capsules, ‘Vie de mère’, ont fait un malheur sur Youtube. On la retrouve aussi dans son one-womanshow, ‘The One Mother Show’ – Vie de mère. Le succès des capsules n’était pas attendu… Non, mais cela dit ça fait dix ans que je raconte des histoires sur scène. Mes enfants m’ont dit de faire quelque chose de plus moderne mais je n’avais pas mesuré l’impact de Youtube.

C’est très intergénérationnel… Avant mes spectacles parlaient d’avantage à des femmes entre 30 et 60 ans. Maintenant j’ai de plus en plus de famille qui viennent au spectacle.

Vous aviez une formation de comédienne ? Absolument pas. J’ai un parcours atypique. J’ai fait beaucoup de théâtre à l’adolescence mais je voulais une famille à tout prix et donc j’ai suivi des études de let-

PARIS MATCH DU 1 AU 7 FÉVRIER 2018

tres. J’ai enseigné pendant dix ans. En 2012, j’ai sauté le pas !

Vous avez beaucoup puisé dans votre quotidien de maman ? Oui. Le fait d’avoir une petite dernière ça a stimulé mon imagination. Et puis je travaille toujours beaucoup dans les émotions. Cela dit, ce que je raconte dans le spectacle n’est pas le reflet de la vie de mes enfants. Je respecte leur intimité, mais on a tous un ado qui râle à la maison ! www.veroniquegallo.com


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page15


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page16

©Erwin Maes

spécial Meilleurs de l’année match

Bague or rose , quartz fumé.

LIESTRETTO

RS LE S M EI LL EU

FACETTES DE CRÉATIVITÉ

2017 D E L’ A N N ÉE

Du pur artisanat du haut de ses vingt-trois ans. Lieselotte Van de Putte remporte l'Award Joaillerie qui va ciseler sa carrière naissante... P A R C AT H E R I N E M A L A I S E lle est jeune, mais « aux âmes bien nées, la valeur n'attend pas le nombre des années ». Le Cid ou Liestretto ? Cette fraîche diplômée a choisi un nom espiègle pour jongler avec l'or, l'argent, les formes et les techniques. son style est à la fois minimaliste, élégant, énergique et épuré. La demoiselle est, quant à elle, auréolée d'un courage à toute épreuve : Lieselotte s'est lancée seule dans le métier.

E

Paris Match. Le public vous a élue 'Meilleur

Est-ce compliqué de débuter ?

Talent 2017 ' de votre catégorie : vous y attendiez-vous ? Liestetto. Pas du tout ! J'étais déjà très

Je fabrique tout moi-même : mes collections (très accessibles) et les pièces uniques personnalisées. J'ai installé un studio-atelier chez moi, à staden (Flandre Occidentale). J'aime l'or parce qu’il est agréable à façonner et j'utilise peu de pierres. Pour me financer, je dois avoir une autre activité : je travaille aussi pour une autre créatrice. depuis 2 ans, je suis donc très occupée mais ravie du chemin déjà parcouru.

fière de faire partie des nominées malgré ma jeunesse. remporter l'award, c'est un formidable coup de pouce. avoir été choisie par la marraine Katherine Berquin, le public de la rTBF et les lecteurs de Paris Match représente beaucoup pour ma carrière.

Comment avez-vous attrapé le virus joaillier ? a 12 ans, je répétais à qui voulait l'entendre que je voulais faire des bijoux pour rendre les gens heureux. n'ayant jamais voulu étudier autre chose, j'ai suivi l'enseignement du Tna à anvers : une école très exigeante où, en 3 ans, on apprend à maîtriser le design joaillier, les techniques classiques et nouvelles comme l'impression 3d.

Bague Disk, or et diamants.

Vos projets ? agrandir mon studio, mais pas trop : je veux qu'il reste familial. développer de nouvelles collections pour offrir l'éventail le plus large possible. Je crée déjà des alliances et j'imaginerais une ligne complète dédiée au mariage. L'important, c'est de pouvoir exprimer mes émotions et celles de mes clients. www.liestretto.be

LA MARRAINE

Katherine Berquin, créatrice de la Maison Berquin Jewels A vos yeux, quels sont les points forts de Liestretto ?

concave en or et une barrette de diamants. Le résultat : une bague avec d'inouïs effets miroirs.

gros problème des gens qui débutent. Trop de talents se perdent à cause de cela !

Elle a beaucoup de goût et un vrai don. Son 'sur mesure' est époustouflant ! En tant que professionnelle, je vois le savoir-faire dans ses techniques. Elle ne recule pas devant les difficultés de fabrication. Par exemple, allier une surface ronde

Pourquoi l'avoir soutenue ?

Que lui conseillez-vous ?

Elle me touche en me faisant penser à mes propres débuts. Je sais ce que c'est de se lancer et de travailler seule. Il faut se battre. Et surtout, trouver les moyens financiers de vivre sa passion : c'est le

De s'accrocher, d'obtenir l'aide de bons artisans et de veiller à la communication. Si elle se structure bien, je suis convaincue qu'à l'avenir, elle va encore plus nous étonner.

PARIS MATCH DU 1 AU 7 FÉVRIER 2018


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page17

spécial Meilleurs de l’année match

Bague Alpha, or jaune brossé 18 cts.

Collier Mikado, perles d'eau douce, or jaune 18 cts.

SABINE HERMAN

30 ans d'avant-gardisme

Avoir toujours une longueur d'avance, voilà sa solution pour faire fi de ceux qui la copient. " On ne peut pas me voler l'idée à venir ! ", lance-t-elle avec un sourire. Sabine Herman est une grande dame des bijoux contemporains. Depuis l'ouverture de sa galerie à Bruxelles en 1988, son concept n'a pas dévié d'un carat : mettre en parallèle ses créations et celles d'autres créateurs. Jeunes ou confirmés, belges ou étrangers. " Pas d'apriori, si leur démarche est pertinente et innovante ". Chaque lundi et mardi, on trouve porte close : Sabine Herman travaille à guichet fermé dans l'atelier de la galerie. Surtout l'or qu'elle lamine, étire, découpe, ponce, émerise. A 15 ans, le pli était déjà pris en découvrant les outils de son grand-père orfèvre. A 18 ans, elle étudie la joaillerie à Anvers et se lance à 23. Aujourd'hui, la créatrice est fière de prouver qu'il y a encore moyen, en Belgique, de réaliser des bijoux à l'ancienne. Condition essentielle : " s'entourer d'artisans compétents officiellement installés au lieu de sous-traitants sous-payés ". Circuit court, prix justes : ce fairtrade 'made in Belgium' rayonne dans ses collections et ses pièces uniques. www.sabineherman.be

Un classique Nayestone : la bague Skin, or jaune 18 cts.

GÉRALDINE RAULIER

Authentique artisane Façonner chaque bijou à la main, couler le métal selon la méthode traditionnelle de la 'cire perdue', modeler et polir : " c'est vraiment de la sculpture ", résume la créatrice. Autre défi : utiliser de l'or recyclé (100% européen) pour respecter la nature qui lui offre sa première source d'inspiration. Après ses années bruxelloises passées à créer les bijoux et accessoires de divers stylistes, l'amour du végétal l'a installée en pleine campagne. "Feuilles, fruits, fleurs, bois...ici, j'ai tout à ciel ouvert ! ". Précisons qu'elle en recueille formes et textures dans des bijoux désormais limités à 10 exemplaires. Géraldine l'avoue : ce qui l'amuse le plus, c'est le sur mesure. La pièce unique née d'une écoute attentive des mots, émotions et aspirations de ses clients. " Pas question de la dupliquer. J'aurais l'impression de voler la part d'histoire qu'ils me confient. Leur projet leur appartient, à moi de le concrétiser ". La joaillière doit cette souplesse à sa formation basée sur l'apprentissage du métier (Infac). " Pour moi, c'est la meilleure ! ". www.geraldineraulier.be

Bague Signature two-fingers, or 9 cts et topaze, 495 €.

NAYESTONE Minimalisme sensuel " Ce qui me plaît dans le bijou, c'est son luxe intime, son dialogue avec la personne ", explique Natalie Schayes. Après des années 'dans la com', cette passionnée de mode et d'esthétisme a réussi sa reconversion. En 2012, elle travaille le jour et le soir, suit assidûment les cours de joaillerie des Arts et Métiers à Bruxelles. Et pour cause, la création du bijou réunit tout ce qu'elle aime en seul objet ! Son nouveau métier s'organise : Natalie réalise les prototypes dans son studio-showroom à Overijse et confie leur fabrication à des ateliers d'Anvers. Son processus de création ? S'emparer des formes rondes, organiques et pures. Eliminer le superflu. Loger perles et pierres dans des endroits inattendus. Y glisser - incognito - une symbolique puissante. Résultats : des bijoux faussement simples, en or 18 cts ou 9 et 12 cts plus accessibles. Monoboucles d'oreille multiposition, trombone de bureau métamorphosé en pendentif coeur, bagues 'two-fingers' faciles à porter... " Je teste moi-même chaque bijou : il doit être pratique et confortable. Nous sommes des femmes actives ! ". www.nayestone.com

Fragment de corail devenu bijou : bagues 'Gorgones' argent, saphirs et tourmalines.


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page18

© Miko Miko Studio

spécial Meilleurs de l’année match

PIERRE-EMMANUEL VANDEPUTTE

OFFRIR L’ÉMOTIONNEL ET L’EXPÉRIMENTAL

Son diplôme de designer industriel (La Cambre) en poche, Pierre-Emmanuel Vandeputte ouvre un premier studio dans la résidence MAD Lab où il produit ses objets qui interrogent les perceptions acquises de notre société. Largement reconnu et exposé, il vient de déménager le long du canal. ÉE 2017

Paris Match. Quels sont les facteurs qui vous plaisent

le plus dans votre métier ? P-E. Vandeputte. C’est un métier de passion qui allie plusieurs capacités et savoir-faire qui sont tous aussi intéressants les uns que les autres et où il faut arriver à jongler entre côté créatif et scientifique et répondre à de nombreuses contraintes techniques. C’est vraiment un challenge au quotidien.

Quel a été l’élément déclencheur de votre orientation ? J’ai été sensibilisé assez jeune. avec mon grand-père, je fabriquais des moulins et creusait des rigoles pour faire circuler l’eau dans le sable. J’ai trouvé que le fait de pouvoir faire quelque chose avec ses mains était très gratifiant.

Quels sont vos matériaux préférés ? J’aime les matériaux nobles et qui véhiculent des histoires et un savoir-faire. Je travaillais beaucoup le chêne à une

© Miko Miko Studio

Nascondino, 2016 © Pierre-Emmanuel Vandeputte

PARIS MATCH DU 1 AU 7 FÉVRIER 2018

N S D E L’ A N

époque, un matériau qui rappelle les meubles des parents ou grands parents, mais aussi le feutre, et en ce moment, je suis plutôt dans le travail du cuir.

Et parmi les objets que vous préférez travailler ? Je travaille sur une thématique où l’objet ne répond plus à un besoin pratique, mais plutôt à un besoin de type émotionnel ou expérimental. un objet qui apporte un sentiment plutôt qu’une fonction donc moins ciblé qu’une table ou qu’une chaise. Ce sont des objets qui satisfont des besoins primaires, qui vont offrir une autre perspective comme prendre de la hauteur, s’isoler, se cacher tel Belvédère, diplomatie, Paradosso, nascondino.

Sur quoi travaillez-vous actuellement ? sur une table basse qui sera présenté à Milan en avril au salon du Meuble. un objet un peu plus fonctionnel dont le nom sera isola en référence à un workshop réalisé alors que j’étais en résidence sur la Comacina, une île du lac de Come dédiée aux artistes et créateurs belges. J’y ai créé les premières esquisses de cette table inspirée du savoir-faire rencontré dans la région. elle a une structure en acier et une surface en cuir qui doit être rigide. Le challenge réside dans cette tension du cuir de manière à générer une surface parfaitement plane et assez solide. Je suis en train de réaliser les prototypes. 0488 655 455. info@pevdp.com. www.pierreemmanuelvandeputte.com

© Serge Anton

PA R V I V I A N E E E M A N

EUR L E S M E IL L

LE PARRAIN

Lionel Jadot

Autodidacte, architecte, architecte d’intérieur, scénographe, artiste.

Qu’est-ce qui vous a guidé pour choisir les 4 nominés? Dans mon travail j’essaie toujours de penser les choses différemment et ca me plait de retrouver cette même énergie chez les créateurs. Je suis content de ne pas avoir à les départager, ce serait très difficile.

Qu’attend-on d’un designer actuellement ? On peut imaginer qu’un designer doit représenter son époque. Personnellement, je ne le pense pas. Pour moi, il doit essayer d’emmener les gens plus loin et ouvrir de nouvelles voies. Etre un défricheur, avoir sa boule de cristal et tenter de nouvelles expériences et à chaque fois créer l’émotion.

Quel est votre point de vue sur PierreEmmanuel Vandeputte ? Son travail questionne notre poésie intérieure, il reste empreint d’humour et de légèreté tout étant solidement ancré dans une énergie contemporaine. www.lioneljadot.com


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page19

© DORIAN LOHSE - SPECIAL THANKS LUCAS & LOUISE

CARPETS MADE WITH LOVE

DIDDENCO.COM & DIDDENCO-SHOP.COM RUE BLAES 66-74, 1000 BRUXELLES


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page20

spécial Meilleurs de l’année match

À LA POURSUITE DE LA FORME

© A.Poppelier

© Lothaire Hucki

© A.Poppelier

Andromeda

KRJST STUDIO

Le tissage, entre abstraction et figuration KRJST? Un mot presqu’imprononçable, mais facile à décoder. «KR», c’est pour Erika Schillebeeckx. «JST » pour Justine de Moriamé. Elles se rencontrent lors de leurs études de stylisme à La Cambre et débutent dans la mode avec le lancement d’une marque de vêtements. Une aventure qu’elles continuent actuellement en édition limitée sans subir la pression des saisons. Le tissage a commencé à cause des tissus qu’elles produisaient avant de devenir une priorité et une pasJeanlaAngelats sion pour ce jeu infini entre les couleurs, l’épaisseur des fils, matière, le contraste brillance/mat , la combinaison des armures. Chacune poursuit de son côté ses recherches autour de la 3D, du dessin, de la peinture avant de les mettre finalement ensemble. Leurs créations sont désormais exposées avec des formats très variables qui vont d’1 m 65 à 13 m de long. « Ce qui nous plait, c’est cet espace de liberté qu’on a ouvert par rapport à la mode et notre seul challenge aujourd’hui est d’en repousser les barrières ». Leurs œuvres portent le nom de constellations et chacun peut y voir ce qu’il souhaite un peu comme dans celles-ci. A partir du 15 mars, elles exposeront à la villa Empain dans Melancholia, une exposition collective sur la mémoire. Deux grands tissages orneront également le DIVA, Musée du Diamant qui ouvrira en mai à Anvers.

Venise

© Julien Renault

© Kevin Faingnaert

www.studiokrjst.com

JULIEN RENAULT

Designer et photographe, une double casquette Parti pour des études d’économie, ce Français a ensuite bifurqué pour le design à Reims et Lausanne avant de s’arrêter à Bruxelles par amour. Assistant chez un antiquaire et chez différents designers comme les frères Bouroullec, Sylvain Willenz, Alain Berteau, ce gagnant du ‘D3 Contest’ à Cologne, en 2010, avec sa série de mains forgées en aluminium, a une vraie culture du design et aime aussi concevoir des objets en partant des standards de l’industrie. Il développe des projets en partenariat avec les marques ce qui le conduit souvent à des refontes de l’identité visuelle globale de celles-ci comme c’est le cas pour Kewlox, par exemple. Avec Board, axée sur le bois et créée pour Timbergroup, il initie à partir d’une table ultra minimaliste et d’un banc, une collection qui ira en s’élargissant avec une chaise, des étagères, des versions bureaux. Autre casquette, la photo. Julien Renault a toujours pris des clichés des différentes étapes de ces projets et a l’œil pour mettre en avant les particularités des objets. Il est actuellement très demandé par les designers et les marques pour sa mise en évidence intelligente des produits. Depuis le mois d’aout, il partage de nouveaux locaux avec un architecte d’intérieur et y a inscrit ses bureaux et son studio de photo. www.julienrenaultobjects.com Mist, Kewlox, Julien Renault

PAULINEPLUSLUIS

Ils sont Français tous les deux. Elle c’est Pauline Capdo. Lui, Luis Bellenger. Complémentaires et en couple dans la vie, ils travaillent aussi ensemble. Ils ont tous deux étudiés le design à Saint-Luc et le design industriel à La Cambre. Luis a aussi ajouté l’ébénisterie à ses compétences. Leur travail est basé sur l’observation d’objets, de phénomènes et de moments traduits avec poésie. Il s’inscrit dans le mobilier, les accessoires et principalement dans les luminaires pour « l’histoire qui peut se créer » comme dans cette dernière création, Venise, une lampe murale, inspirée d’un store vénitien, à l’effet chaleureux. « Elle retranscrit et fige ce moment où la lumière passe à travers le store ». En alu découpé au laser et tordu, c’est une réalisation aux procédés et matériaux simples qui se prête bien à un avenir industriel. En 2017, ils ont été élus ‘Designers de demain’ par Paris Design Week. La lampe Memoriam Paper, résultat de leur collaboration avec Habitat, sort incessamment et, en avril, ils seront au salon satellite à Milan. paulineplusluis.com PARIS MATCH DU 1 AU 7 FÉVRIER 2018

© Julien Renault

La poésie de l’instant


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page21

www.ubi.edu

BE PREPARED FOR A CHANGING WORLD Next Academic Intakes : February 5 & September 10, 2018 UNITED BUSINESS INSTITUTES - BRUSSELS Avenue Marnix, 20 B-1000 Brussels Tel. 02 548 04 80 info@ubi.edu

UNITED BUSINESS INSTITUTES LUXEMBOURG Campus Wiltz - Château de Wiltz L-9516 Wiltz - Luxembourg Tel. 00 352 27 99 01 82

• BA (HONS) BUSINESS STUDIES 3-YEAR BACHELOR DEGREE • MBA − MASTER OF BUSINESS ADMINISTRATION

• The opportunity to study Business in Brussels or Luxembourg. • Small classes taught in English by business professionals. • Strong academic course of study plus practical training. • Yearly in-company internships. • International environment. • Programmes validated by Middlesex University London. The students will be awarded a Middlesex University London degree on successful completion.


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page22

spécial Meilleurs de l’année match

Avec son petit pain croquant qui fait craquer les Belges, Valérie Lepla a réussi le pari audacieux de concilier à la fois les élans de gourmandises que l’on croyait perdus, la collaboration de chefs prestigieux et l’adhésion de gourmets sur le pouce!

VALÉRIE LEPLA

SES PISTOLETS FONT MOUCHE ! PA R P H I L I P P E F I É V E T

Paris Match. Voici une Valérie très valorisée puisqu’avec votre food

concept « Pistolet Original », vous êtes à la tête du palmarès gastronomie. Une première réaction ? Valérie Lepla. J’en suis vraiment ravie ! Même si j’ai mon public et pas mal de gens qui me soutiennent, c’est une belle récompense car je me bats pour un produit typiquement de chez nous. Les gens ne s’en rendent pas compte, mais c’est un combat de tous les instants, avec des hauts et des bas.

D’où vous est venue cette idée de redonner du lustre au petit pain national? depuis mes 15 ans, je baigne dans l’Horeca et les petites spécialités belges. Ce sont les souvenirs d’enfance qui m’ont guidée, souvenirs de repas familiaux, de couques et de pistolets garnis avec les grands-parents et les cousins qu’on ne voyait que de temps à autres…

Sans utiliser les grands mots, on est un peu dans une démarche proustienne Oui, il y a un petit parfum de madeleines dans tout cela, les petits plaisirs de tous les jours, le partage d’émotions ! Je crois que c’est cela : on est dans l’émotionnel ! Mes clients savent que chaque pistolet a une histoire. Tout a commencé avec le boulanger Yves Guns ! nous avons fait de nombreux essais pour trouver la recette d’antan, la forme

et le goût. C’était le moment où je sortais d’une chouette aventure avec la Villa Lorraine. J’y avais rencontré Freddy Vandecasserie et Pierre Wynants qui non seulement ont cru en mon projet, mais l’ont parrainé. nous avons tissé des liens d’amitié avant de nous attabler autour des premières recettes en compagnie de Carlo de Pascale.

Quels sont vos pistolets stars ? L’américain-cressonnette est un must, composé à partir de rouge des Flandres provenant de la boucherie de mon ami Hendrik dierendonck, l’un des nominés de cette année. Le pistolet crevettes grises fait également partie des vedettes tout comme le hachépickles, le préféré de Pierre Wynants. nous proposons aussi des choses plus classiques comme le gouda accompagné d’une salade de chicons ou encore des pistolets chauds tels que celui au pain de viande maison, chi-

UR LE S M E IL LE

cons et sauce aux épices signée stéphane Jacobs. Chaque recette a son histoire, empruntée à ma grandmère ou créée par mes soins. Je n’ai certes rien inventé, mais j’ai remis sur l’établi des choses oubliées dont on avait perdu la saveur. Ce qui est particulièrement intéressant dans cette démarche, c’est ce partage et cette collaboration avec des artisans et des copains chefs, étoilés ou non. Tous les six mois, l’un d’eux a carte blanche autour du pistolet, un thème imposé qui est souvent source de merveille.

LE PARRAIN Pierre Marcolini maturée ; Damien, lui, est un garçon qui travaille Vous êtes celui qui a choisi les nominés de dans la finesse et la créativité tandis que chez cette cuvée 2017. Quels ont été vos criHumus & Hortense, on assiste à un dialogue très tères de sélection? Mon critère absolu, c’était l’originalité, la question de savoir qui apporte quelque chose de plus dans la paysage food d’aujourd’hui. C’est pour cette raison qu’à mes yeux, ils ont tous gagné ! Pistolet Original est un vrai concept novateur, une belle mise en avant du patrimoine culinaire bruxellois qui, finalement, fait partie de notre identité. Pour sa part, Hendrik a remis au goût du jour l’idée du boucher que nous avons perdue, la mise en avant de races anciennes et de la viande

PARIS MATCH DU 1 AU 7 FÉVRIER 2018

NÉE 2017 S D E L’ A N

riche entre un mixologue et un cuisinier qui vous fait voyager. On est donc en présence d’un faisceau de gens motivés par quelque chose de différent de ce à quoi on est habitué d’ordinaire.

L’attraction pour les légumes d’une part,la fascination pour la viande de l’autre, ces tendances ne sont-elles pas contradictoires ? Je ne le pense pas ! Car, à mon avis, on mise de part et d’autre sur la recherche de qualité et de

Pistolet Original Sablon rue Joseph Stevens, 24/26 à 1000 Bruxelles. 02/880 80 98 et Galeries rue des Bouchers, 44 à 1000 Bruxelles. 02/880 44 06 - www.pistolet-original.be

l’excellence. Il y a manifestement une quête d’authenticité commune à tous les nominés.

A ce propos, justement, qu’en est-il de votre état d’esprit et surtout, de vos projets ? Je suis un chocolatier hyper heureux, avec des projets super excitants. Je prépare nos rendezvous de la Saint-Valentin et de Pâques, mais aussi de l’été qui, c’est un scoop, annonce le retour du pâtissier Pierre Marcolini. La question que je pose est de savoir quel peut être le regard d’un chocolatier sur la pâtisserie ? La réponse, cet été !


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page23


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page24

spécial Meilleurs de l’année match

LA TRINITÉ GOURMANDE DE L’ANNÉE Les meilleurs talents dans l’art de cajoler les papilles ! De la viande labellisée au potager soluble en cocktails en passant par un retour aux sources ébouriffé de plantes sauvages, ce palmarès suit, finalement, les évolutions actuelles de la société. PA R P H I L I P P E F I É V E T

DAMIEN ET BÉNÉDICTE HENDRIK DIERENDONCK

Dans un grand vent de fleurs

Le sommelier de la viande

Il y a de la volupté dans l’air au sein de ce restaurant ucclois dédié aux cinq sens auxquels Damien Bouchery donne une texture presque palpable. Dans son univers qu’il partage avec Bénédicte Bantuelle, les légumes salés et sucrés forment la ronde du buffet lunch sans qu’il n’y ait d’exclusive car le chef pratique avec le même brio l’art de l’iode ou de la nourriture carnée. Sa seule priorité réside dans la sélection des produits et la qualité des provenances à travers une complicité entretenue avec des agriculteurs éthiques et locaux. Ce qui ne l’empêche pas de suivre une inspiration quasiment aérienne quand il suit le chemin des senteurs et des plantes sauvages qui émaillent ses menus. Il y a du Manon des sources dans cette démarche pétillante en symbiose avec la directrice artistique culinaire, l’âme parfumée des assiettes et l’accent du terroir soulignant volontiers la cohérence et l’harmonie du propos. Le chouchou du GaultMillau semble en tout cas promis aux plus hautes espérances à une époque où, justement, l’authenticité n’a pas de prix.

Végétariens, passez votre chemin ! Car ici, à Coxyde, on s’aiguise d’autant plus volontiers les crocs que l’enseigne de Hendrik Dierendonck cultive les secrets d’une viande fraîche, tendre et savoureuse. Fondée par son père il y a 39 ans, la boucherie qui lui échoit à toujours gardé le cap sur les pratiques à l’ancienne, aimantée par la Rouge des Flandres (le dada de la maison) et les produits du terroir, jusqu’à ce que le boucher lorgne sur d’autres débouchés ! C’est ainsi que l’artisan de l’excellence est devenu l’alchimiste de la grillade! Le partage des meilleurs morceaux et l’art de la découpe rejoignent celle de la cuisson idéale, grillée ou poêlée selon le persillé naturel. Mais chez Hendrik, la fête commence dès les entrées avec de joyeuses propositions en abats et en morceaux oubliés. Queues de bœuf et pieds de porc prennent leur revanche sur les stéréotypes tandis que les viandes maturées entrent dans la danse. « Nous proposons différentes viandes de bœuf en compagnie d’une déclinaison de maturations, un peu à la manière d’un sommelier qui propose une verticale de vins » explique l’heureux élu plaidant pour une qualité absolue, traçabilité et transparence des provenances comprises. Hendrik Dierendonck aura en tout cas changé quelque chose en Belgique : la manière de déguster une côté à l’os, à laquelle il a donné de nouvelles lettres de noblesse, sans frites ni mayo s’il-vous-plaît !

Restaurant Bouchéry, Chaussée D’Alsemberg, 812 A 1180 Bruxelles - 1180 Bruxelles 02/332 37 74 - ouvert du lundi au samedi le soir et lunch du lundi au vendredi. www.bouchery-restaurant.be

Restaurant Carcasse, Avenue Henri Christiaen 5, 8670 Coxyde - 058/60 40 00 - www.dierendonck.be

CAROLINE, NICOLAS ET MATTHIEU

L’or du potager Humus & Hortense, voilà une enseigne qui fleure bon la quintessence du légume frais, à l’initiative d’un trio chaud comme la braise ! Nicolas Decloedt est l’âme des fourneaux, Caroline Baerten celle de la céramique scintillant sur la table, mais aussi grillon de salle et sommelière, Matthieu Chaumont se chargeant des cocktails, une vocation pour ce restaurant qui vous propose, par exemple, un blanc de poireaux dans l’assiette en compagnie d’une infusion de vert du même légume dans du gin pour une escorte inédite. Les trois comparses s’en donnent à cœur joie pour mettre les légumes de chez nous en valeur, saisons et jardiniers surdoués compris. Avec eux, c’est le potager requinqué en hommage à la cuisine de grand-maman, de ses soupières et d’une tradition bien de chez nous. Le tout vous est emballé de manière créative et contemporaine, l’œil trouvant autant de plaisir que les papilles. « Notre cuisine est un jeu permanent de cuisson et de textures » explique Nicolas à travers ses menus dont les plats revisitent l’imaginaire, à l’instar de ce céleri rave en compagnie d’une crème légère, d’algues marinées et de poires fermentées. Le voyage se poursuit au gré de desserts peu sucrés où le légume se taille, là encore, la part des anges, tel ce panais confit au cacao et sa glace au lait de brebis. Ici, le paradis a un goût de fruits et de légumes. Restaurant Humus & Hortense, Rue de Vergnies, 2 1050 Bruxelles - 0474/65 37 06 fermé dimanche et lundi - www.humusrestaurant.be

PARIS MATCH DU 1 AU 7 FÉVRIER 2018


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page25

Comme à Paris,

LA BRASSERIE FRANÇOIS Dans la veine des célèbres brasseries ‘Belle époque’ parisiennes, elle est une véritable institution pour les Namurois.

Située au cœur du vieux Namur dans un majestueux immeuble du XIXème siècle, la Brasserie François donne le ton élégant et charmant des indémodables brasseries parisiennes. Dans la décoration bien sûr, dans l’ambiance et à la carte également. On y savoure une cuisine qui honore de grands classiques dont le véritable cassoulet de Carcassonne, le filet américain ‘préparé minute’ ou encore le rognon de veau à la moutarde à l’ancienne. La carte propose aussi quelques belles salades, un coin du boucher apprécié des amateurs de viandes, de nombreuses suggestions de saison dont les fameuses préparations de moules. À l’étage, une prestigieuse salle accueille réceptions et soirées privées, réunions et séminaires. Ornée de polychromie et de peintures allégoriques d’origine, ce lieu historique est classé au Patrimoine de Wallonie. Aux beaux jours, la jolie terrasse à l’arrière, isolée de tout vacarme urbain, est particulièrement appréciée. D’inattendues cabanes de plage - chauffées si le temps fraichit - permettent d’y déjeuner ou d’y dîner dans une atmosphère cosy. Au registre du confort, il faut ajouter que La Brasserie François est accessible aux personnes à mobilité réduite, est dotée d’une connexion Wi-Fi et est ouverte 7 jours sur 7 – jouant les prolongations des spectacles aux heures tardives les fins de semaine. Dans l’esprit joyeux des brasseries !

Place Saint-Aubain,3 - 5000 Namur - 081 / 22 11 23 - rejoignez-nous sur facebook - www.brasseriefrancois.be


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page26

spécial Meilleurs de l’année match

© follow Mi

Kid Noize sur le Belgium Boat durant le Festival de Cannes en 2017

17 A N N ÉE 2 0 EU R S D E L’ LL EI M S LE

KID NOIZE

LE MASQUE DE LA LIBERTÉ

Ne cherchez pas à apercevoir son visage. Le phénomène Kid Noize fait danser les foules multi-générationnelles au son d’une pop synthé-électro éclectique, dissimulé derrière un masque de singe. Comme une invitation dans l’univers d’un artiste qui touche du doigt ses rêves d’enfant. PA R G I L D A B E N J A M I N es titres tournent en boucle sur les chaînes de radio et son personnage semblant débarquer de la Planète des singes a bousculé la scène électro belge. Mais Kid noize, lauréat aux d6bels Music awards 2017 du Hit de l’année pour son titre ‘Ocean’, n’a rien d’un feu de paille. L’ancien membre du groupe Joshua, graphiste, dJ, producteur (de Mustii entre autres), compositeur, remplit son agenda de multiples projets. il n’y a rien de mieux que de bosser pour repousser les lois de la création.

S

Paris Match. Quel regard portez-vous sur une année 2017 si riche de succès et couronnée à présent d’un Prix d’Honneur ? Kid Noize. Les années filent et 2017 a fait écho à une année 2016 déjà exceptionnelle, les émotions sont de plus en plus fortes. et ce prix, toutes catégories confondues, est une très jolie surprise ! Je me retrouve avec un agenda jusqu’en 2020, ce qui me ravit, me rassure et m’effraye à la fois. Mais je me concentre sur chaque étape de mon parcours puisque 2019 verra la sortie de mon 2e album. Le processus créatif est pour moi un besoin absolu, je mets sur papier ou en musique ce que mon corps et mon esprit me demandent. J’ai le bonheur de ne jamais connaître de panne d’inspiration, seuls les choix sont difficiles. Choisir c’est renoncer,

PARIS MATCH DU 1 AU 7 FÉVRIER 2018

aujourd’hui plus que jamais. Même si je suis graphiste au départ, la musique a toujours été une passion en parallèle à mon travail sur l’image. Kid noize se présente comme la synthèse entre ces deux disciplines. J’enregistre, je réalise des clips, je réfléchis à la scénographie de mes concerts…

Kid Noize est-il un personnage ou un concept ? un personnage autour duquel gravite un univers réunissant toutes mes envies et qui s’invite dans la réalité, propice à pousser plus loin les expériences. J’ai signé avec la maison dupuis pour plusieurs Bd, le Tome 1 sortira dans un an, pour le festival d’angoulême 2019. il s’agit de mon premier véritable projet en-dehors de la musique. avant de suivre des études de graphisme, je voulais devenir dessinateur de Bd. Je rejoins donc un de mes rêves d’enfant en me lançant dans une telle aventure.

La création du personnage Kid Noize comporte de nombreuses contraintes : le port continuel de ce masque prothèse, l’obligation de le renouveler sans cesse… Est-ce la garantie de votre liberté ? J’avoue que mon personnage ne me crée aucune barrière, ni physique ni mentale, même si je dois suivre tout un pro-


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page27

© Dupuis - Dessin Otocto

RETOUR AUX SOURCES De la musique à la BD, le Tome 1 sortira pour le festival d’Angoulême 2019. Aux Editions Dupuis.

« Je réalise que j’ai créé ce qui me faisait rêver gamin »

Petits bouts de vie Chaque expérience apporte son lot d’enseignements. En quoi votre expérience avec le groupe Joshua a-t-elle nourri votre musique aujourd’hui et celle de coach à The Voice votre envie de produire de nouveaux talents tel Mustii ? Je n’ai jamais aimé me trouver emprisonné dans un seul genre musical. Je joue partout et pour tous les publics, dans une cave comme à Tomorrowland ou au Festival de Cannes, en mixant selon mes inspirations. avec Joshua, nous venions d’univers très différents et notre musique déroutait une partie du public qui n’arrivait pas à nous cataloguer, jusqu’à ce qu’il en redemande. Kid noize se situe dans la foulée, je propose des titres pointus et assez violents et des titres très commerciaux et dansants sur un même album. Ma

liberté se situe entre ces deux extrêmes.

Votre musique comme vos concerts visentils surtout à emporter le public et à faire la fête ? Qu’il y a-t-il de plus intense pour un être humain que de danser ? On retrouve alors nos racines ancestrales primitives, comme une célébration autour du feu. Tant qu’on fait la fête, on ne fait pas la guerre ! une phrase bateau mais qui exprime notre désir de profiter de la vie. Chaque titre d’un album est juste une petite tranche de vie. La musique n’est que ça : des bouts d’existence qui nous procurent une foule d’émotions. des gens me disent qu’ils ont dansé sur un de mes morceaux à leur mariage, ça me rend heureux. et ma musique me permet d’aller à la rencontre de gens tellement différents.

sait, ni l’argent ni l’entourage. Pourtant, un jour, je l’ai achetée, malgré les avis contraires, et cette voiture fait désormais partie de l’aventure Kid noize puisqu’elle apparaît dans nombre de mes clips et fait partie de mon univers. Je réalise que j’ai créé ce qui me faisait rêver gamin. Comme on ne sait pas réellement quelle est notre place sur terre et la raison de notre existence, si ce n’est de faire des enfants et de transmettre cette même interrogation, autant essayer de réaliser ses rêves. Mais c’est du travail, quels qu’ils soient.

Que fait Kid Noize quand il tombe le masque ? Je n’arrête jamais de créer et de remettre en question mes choix. du coup, quand j’ai du temps, je m’attelle à du concret. et rien de plus concret que de vivre des moments précieux avec ma famille. Je n’ai pas l’intention de passer à côté de ma vie privée. kidnoize.com

En toute logique, le film ‘Toy Story’ a marqué votre adolescence. Je suis un grand fan de jouets. Mon personnage me donne l’opportunité de m’assumer à 200 %. désormais, je fais en sorte de ne plus jamais m’échapper de ce que suis profondément. J’ai essayé de devenir un jouet grandeur nature. ado, je m’étais dit « C’est dommage, je n’aurai jamais de belle voiture des années 70, type Mustang », car rien ne m’y prédispo-

© Jeremy Adonis

cessus particulier assez fatigant. en fait, je le vis comme une sorte de ‘happening’ permanent. C’est fou de pouvoir s’offrir une certaine vision de soimême permettant d’aller encore plus loin. Comme un acteur qui endosse son costume de scène, j’ose davantage me mettre en avant, mon personnage me protège, épargne ma vie privée et évite toute forme de narcissisme.

AMBASSADEUR DU FUTUR Toyota sort un C-HR en édition limitée aux couleurs de Kid Noize


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page28

spécial Meilleurs de l’année match

Fresque 'Elefès' : oeuvre monumentale peinte au 'bleu de Fès' par Anis Dargaa dans le luxueux hôtel Palais Shéhérazade & Spa (Maroc). Estimation : 1.300.000 €.

ANIS DARGAA

L'ART DE DONNER DES AILES Le créateur du trophée des 'Meilleurs Talents' oeuvre aussi à aider les autres à croire en eux.

© Agnès Woinin

P A R C AT H E R I N E M A L A I S E

a renommée internationale, l'artiste liégeois la doit à l'eléphantasme. Créature surréaliste qui, de tableaux en sculptures, mêle un corps de femme et une tête d'éléphant. « C'est l'union de la beauté, la force et la sagesse ». ailé, son être hybride peut également symboliser l'envol du talent. d'où, une seconde et foisonnante carrière en tant que trophée honorifique. Les Meilleurs Talents, les 'dargaa d'Or' décernés par le Cercle Montaigne aux français qui se distinguent en Belgique, les 'dargaa nobles' couronnant les spectaculaires soirées glamour des 'Folies nobles Blanches' à Liège.

S

Paris Match. Vous attribuez en personne les Dargaa Nobles. Au

feeling ? Anis Dargaa . Oui, j'aime récompenser les gens carrés qui respectent leur passion et s'y investissent corps et âme. Cette année, la très talentueuse Typh Barrow. elle cartonne mais il y a 3 ans, je l'avais déjà invitée à chanter au gala 'Wheeling around The World' qu'alexandre Bodart Pinto et moi-même organisons, en marge du Festival de Cannes. J'ai remis un autre dargaa nobles au dessinateur Pierre Kroll pour ses années d'humour et de regard acéré sur l'actualité politique.

Quels autres artistes l'Eléphantasme prend-t-elle sous son aile ? a Paris, un jeune joaillier-créateur nommé allan schmidt. Ce joaillier 'privé' collabore avec les plus grands ateliers joailliers. il réalise des bijoux inouïs mais n'osait toujours pas travailler sous son propre nom. Je l'ai poussé à le faire ! depuis plusieurs années, nous miniaturisons

PARIS MATCH DU 1 AU 7 FÉVRIER 2018


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page29

spécial Meilleurs de l’année match

Un moment de 'Folies Nobles Blanches' : Typh Barrow visiblement ravie de son 'Dargaa Nobles'. Une reconnaissance de plus pour 'l'Artiste Féminine 2017' des D6bels Music Awards.

Et notre incontournable caricaturiste Pierre Kroll, déjà sous le charme de sa sclupture.

Coachée par Anis Dargaa, la sportige belge Tatou Ania fait partie des femmes que la photographe globe-trotter Mihaela Noroc a rencontrées à travers le monde. Objectif : révéler leur beauté dans les pages du livre 'Atlas of beauty'.

l'eléphantasme en pendentifs d'or, platine et diamants. alors, pourquoi ne pas passer à la vitesse supérieure avec une sculpture précieuse ? Je lui ai proposé ce défi : 20 kilos d'or fin, 1000 carats de diamants, un an de travail et un budget évalué à 25.000.000 €. investisseurs et clients aussi discrets que fortunés s'y intéressent...

Votre réussite sert donc à en booster d'autres ? si j'ai les compétences et les moyens pour aider mes semblables, je dois le faire. Ma démarche se situe entre coaching et mécénat. J'adore pousser les gens à donner le meilleur d'eux-mêmes. Pour certains, j'y vais de mes propres deniers. J'aime l'art sous toutes ses

formes, je peux aider une jeune galerie qui débute (espace nao Galerie à Verviers) ou un réalisateur. Ces derniers mois, j'ai apporté mon soutien à l'auteur/metteur en scène liégeois sébastien Furio. ses deux projets ont pu se réaliser : un vaudeville policier et le court-métrage 'Ombre Toxique', thriller psychologique inscrit au Festival du Film Policier de Liège et à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes ! J'y joue le rôle d'un psy...


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:47 Page30

spécial Meilleurs de l’année match

Quand l'art et la joaillerie s'unissent : Anis Dargaa et Allan Schmidt se donnent un an pour terminer une sculpture précieuse. 20 kilos d'or fin, 1000 carats de diamants...

On dit les artistes individualistes, d'où vous vient, au contraire, cette force d'émulation ? de mes études en publicité ! J'ai d'abord été conseiller en image et en communication. Créer des concepts, développer des services et des produits m'ont toujours passionné. Même artiste à 100%, c'est encore plus fort que moi : il me faut créer des connexions, révéler des potentiels, sublimer le travail des autres. depuis 2 ans, je coache et conseille une sportive atypique : Tatou ania. née sans jambe droite, cette battante enchaîne les défis et veut faire carrière dans le handisport de haut niveau. Je l'ai aidée à obtenir ce qui lui manquait pour viser les Jeux Paralympiques de Tokyo en 2020 : une lame de course spécialement adaptée (Ossur). Gérant son image médiatique, je l'ai encouragée à ne plus cacher sa prothèse métallique sous une jambe factice en mousse. Ce geste l'a libérée, épanouie et fait reconnaître en tant que 'femme inspirante' par le WonderWomen Magazine.

Vous êtes aujourd'hui un artiste coté, vous a-t-on aidé à le devenir ? et comment ! a 12 ans, j'étais très habile avec un crayon et tous mes proches me quémandaient des portraits. J'en avais marre, je voulais faire section sciences-éco et devenir architecte. Mon prof de dessin a fini par

PARIS MATCH DU 1 AU 7 FÉVRIER 2018

convaincre mes parents de m'inscrire à l'académie des Beaux-arts : j'y suis entré avec des pieds de plomb. Pour moi, à l'époque, un artiste était forcément pauvre, méconnu de son vivant, coincé dans un atelier sombre et avec une oreille en moins.... Je ne voulais pas de ça ! Le déclic est venu à 17 ans, à la mort de dali. notre médecin de famille m'ayant laissé son matériel de peintre amateur, je

me suis lancé dans le surréalisme. un an plus tard, à ma première exposition, j'avais déjà vendu la moitié de mes toiles. alors, seulement je me suis dit que j'étais fait pour ça et que le but de l'art est de susciter l'émotion ! sans ce professeur attentif, ce médecin généreux et ma mère pour qui j'allais devenir un grand artiste, je n'en serais pas là aujourd'hui. a la très réputée galerie Mazzolini de Londres, au salon art3 F à Paris en janvier dernier, à la Foire de Bologne... www.anisdargaa.com

Près de Paris, la Galerie La Grange Chantilly expose lithos, tableaux et sculptures parmi des bolides de collection. L'artiste pose avec les propriétaires Claudine et Dominique Jouvain et Bernard Richards, créateur des montres BRM.


E) IN S VE BE N LG TÉ E LA S O LU NT M (P IÈ RE RE S ... QU

Exposition 19.11 . 2017 — 2 5 .02 . 201 8

LE

www.cid-grand-hornu.be

Sans titre-1 1

Rue Ste-Louise 82 , 7301 Hornu, Belgique +32 (0)65 65 21 21 - Mar-Dim : 10.00 —18.00

22/01/2018 14:50:36


PM_180131_CBELGE3 30/01/18 19:48 Page32

TALENT (BELGE) A L’ETAT PUR

www.facebook.com/OmmegangBeer

Carnet du 08022018  
Carnet du 08022018