Issuu on Google+


Editorial ’année 2010 se termine et nos regards sont déjà tournés vers 2011 qui sera une année de gros travaux. Ils débuteront dès le printemps par la réfection du gymnase qui permet de réaliser sa mise aux normes d’accessibilité et thermique tout en rénovant l’aire de jeux. La première phase de travaux consistera à créer à l’arrière de nouveaux vestiaires. L’école Gay Lussac devrait voire la création d’un nouveau bloc sanitaire en remplacement de l’ancien vétuste et trop exigu. Les travaux place de la République, inscrits dans le cadre du Pôle Economique du Patrimoine et des arts du feu, sont en cours de reprise pour permettre l’accueil d’un artisan d’art et la rénovation de deux logements. L'urbanisme sera également au cœur de nos préoccupations. La 2ème révision du PLU (Plan Local d’Urbanisme) est en voie d’achèvement avec la fin de l’enquête publique. Il rentrera en vigueur au printemps. Une nouvelle révision sera engagée dans la foulée. La loi ayant changé cet été, la transformation de la ZPPAU (zone de protection du patrimoine architectural et urbain) en ZPPAUP (zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager) n’est plus possible, un nouveau dispositif, intégrant le renouvellement durable, est mis en place , il s’agit de l’ AVAP (aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine). Un complément d’étude devra être réalisé. Dans le domaine du patrimoine, l’année 2011 sera marquée par une exposition de « Connaissance et Sauvegarde » sur l’histoire urbaine de notre ville présentant la maquette du centre-ville réalisée dans le cadre du 30ème anniversaire de l’association. Les élèves de l’école de Chaillot, présents sur la commune fin octobre, travaillent sur quelques édifices emblématiques de notre ville. Ils présenteront le fruit de leur étude début juillet sous la forme d’une exposition. En 2011, l’association « Les amis du musée Gay-Lussac » organisera des animations dans le cadre de l’année internationale de la chimie. Tous ces chantiers feront de 2011, une année de « structuration » pour Saint-Léonard !

L

Bonne lecture et bonnes fêtes de fin d’année

Sommaire

Christine Riffaud Maire de Saint-Léonard-de-Noblat fleurissement

P 32

Vie DE LA COMNUNE

P2

SAINT-LEONARD, TERRE D’INSPIRATION

P 34

SERVICES MUNICIPAUX

P6

CULTURE ET PATRIMOINE

P 39

Travaux

P 11

URBANISME

P 42

Associations et Sport

P 15

VIE SCOLAIRE ET JEUNESSE

P 43

vie des LIEUX-DITS : billat

P 18

VIE SOCIALE

P 46

saint-leonard, autrefois

P 20

VIE ECONOMIQUE

P 48

Agenda des festivités

P 21

LES BONNES ADRESSES

P 50

ENVIRONNEMENT

P 25

VIE COMMUNAUTAIRE

P 52

nouvelles technologies

P 27

ETAT CIVIL

P 54

evenement :

P 28

INFOS UTILES

P 55

P 30

TRIBUNE LIBRE

P 56

des miauletous en roumanie

FOCUS LA VACHE LIMOUSINE DANS TOUS SES ETATS

Directeur de publication : Christine RIFFAUD Tirage : 2 700 exemplaires Impression : Nouvelles Presses du Centre - Le Palais/Vienne Dépôt légal - Décembre 2010 ISSN : 1141-491 X Rédaction : V.Giroir, A.Mazin, C.Gauthier, G.Loiraud, J.Chastang, D.Babule, G.Fournaud, A.Gastou, communauté de communes de Noblat, V.Villaneau-Ecalle, S.Mouney, ALSH, associations, écoles maternelle et primaire

Crédits photographiques : droits réservés pour les ayants droit identifiés ou non, ainsi que N.Duchier, A.Mazin, N.Magy, G.Loiraud, J.Chastang, C.Nicot, S.Catrou, G.Fournaud, communauté de communes de Noblat, office de tourisme de Noblat, écoles maternelle et primaire, foyer rural centre social, association « Saint-Léonard Balesti », comice agricole Couverture Création : comité communication, Nouvelles Presses du Centre Crédit photographique : Mairie de Saint-Léonard de Noblat, associations « Saint-Léonard Balesti » et « échappée belle en Limousin – amis de Raymond Poulidor et André Dufraisse »


VIE DE LA COMMUNE

Les services de la mairie vous accueillent

Avez-vous pensé à vous inscrire sur les listes électorales ? Les personnes non inscrites sur la liste électorale de la Commune ont jusqu'au vendredi 31 décembre 2010 pour le faire.

Du lundi au vendredi de 9h00 à 12h00 et 14h00 à 17h00 Le samedi Permanences des services accueil et état civil de 9h00 à 12h00 Le standard téléphonique est joignable au 05.55.56.00.13 jusqu'à 18h00 du lundi au vendredi et le samedi jusqu’à 12h00.

Accueil, affaires générales Patricia Dufour Claudette Panteix  05.55.56.00.13 accueil@ville-saint-leonard.fr

ette démarche concerne les personnes nouvellement domiciliées sur la commune, ainsi que les jeunes qui atteindront leur majorité à la date du 28 février 2011

C

(nés au plus tard le 28 février 1993) et qui n’ont pas été inscrits automatiquement

par la mairie. Les personnes concernées sont priées de se présenter en mairie (service des élections) munies : - d’un titre d'identité et de nationalité, en cours de validité (carte nationale d’identité, passeport) ou d’un permis de conduire accompagné d’un justificatif de nationalité - d’un justificatif de domicile (facture d’électricité, de gaz ou de téléphone fixe établie au nom et prénom du demandeur et datant de 3 mois maximum) ou les pièces permettant de prouver que le demandeur est inscrit pour la 5ème fois et sans interruption, au rôle d’une des contributions directes communales ou que son conjoint répond à ces conditions Par ailleurs, les électeurs qui ont changé d'adresse à l'intérieur de la commune doivent également le signaler au plus tôt, afin qu'ils soient affectés dans le bureau de vote le plus proche de leur nouveau domicile. La date du 31 décembre 2010 est impérative afin que ces modifications soient prises en compte pour les élections cantonales qui se dérouleront les 20 et 27 mars 2011. A ce sujet, nous rappelons aux électeurs qu’il est obligatoire de se munir d’une pièce d’identité pour pou-

Service des eaux Patricia Dufour  05.55.56.20.55 eau-assainissement@ville-saint-leonard.fr voir voter. Etat civil, élections, aide sociale Sylvette Nablanc Prévenir pour savoir comment agir  05.55.56.00.13 etat-civil@ville-saint-leonard.fr Les changements climatiques, les évolutions techniques et technologiques créent des Urbanisme, état civil, aide sociale perturbations que l'on ne peut ignorer. Suite aux catastrophes naturelles récemment survenues, la législation contraint les collectivités à engager de nouvelles actions en vue Nadine Ducher de prévenir les risques majeurs reconnus sur les territoires. Cette démarche vise à protéger  05.55.56.92.08 au mieux les habitants face à ces menaces. urbanisme@ville-saint-leonard.fr Voirie, périscolaire Claudine Ruby  05.55.56.10.90 technique@ville-saint-leonard.fr

U

Mouvement au sein du conseil municipal et du conseil communautaire

organiser l'existant

Suite à la démission de Mme Anne SERVE, en qualité de conseillère municipale, déléguée à la petite enfance et aux relations de proximité avec les commerçants, M. Alain LE GOC a été installé en tant que conseiller municipal. M. Emmanuel POISSON et M. Thierry BELLANGEON ont été élus conseillers communautaires. 2

n document, appelé Plan Communal de Sauvegarde (PCS), a été élaboré en partenariat avec la Direction Départementale des Territoires de la Haute-Vienne (anciennement Direction Départementale de l’Equipement). Il s’agit d’un outil d'aide à la gestion d'un fait majeur, ou même courant, en proposant une méthode pour chaque événement de crise. La rédaction de ce PCS ne signifie pas créer de nouveaux moyens, mais

avec les possibilités techniques, matérielles et humaines de la commune. Tous les services municipaux sont donc concernés. La législation impose la gestion de certains risques majeurs, comme les phénomènes de tempête, d’orage, de chute de neige, et de canicule.

En 1960, les sapeurs-pompiers portent secours aux habitants du quartier du Pont de Noblat. Cette crue exceptionnelle à Saint-Léonard sert de référence pour l’établissement des plans d’expositions aux risques. © Editions Allan Sutton – Mémoire en images

décembre 2010 / N°19


D'autres sont retenus en fonction des caractéristiques climatiques, géographiques et historiques de la commune. Pour Saint-Léonard, les événements suivants ont été scrutés à la loupe : inondation, rupture de barrage, mouvements de terrains, transport de matières dangereuses, nucléaire (distribution de pastille d'iode). Chacun de ces faits, potentiellement dangereux, a été décortiqué afin d'organiser et de prévoir, en dehors du temps de crise, la protection et la sauvegarde des intérêts menacés : les habitants, le tissu économique, l’environnement et le patrimoine. Ce document sera prochainement consultable en mairie. Il devra faire l'objet d'une mise à jour annuelle et d'une révision en fonction de la connaissance et de l'évolution des risques encourus sur notre commune. Le point final du PCS, est la distribution du Document d'Information Communale sur les Risques Majeurs (DICRIM). Outil de communication, il doit être porté à la connaissance de tous et conservé par chacun d’entre nous. Son objectif est de rendre chaque miaulétous conscient des risques majeurs auxquels il peut être exposé et du comportement à adopter.

Premiers coups de pioche pour 23 nouveaux logements sociaux Fraulas (à proximité de la cité du docteur René Barrière), lundi 13 septembre, ont été donnés les

A

premiers coups de pioche pour la construction de 23 nouveaux logements sociaux. La société DOMOCENTRE HLM,

maître d’ouvrage de ce projet d’envergure, a acquis, en fin d’anné 2008, un terrain de 17 000 m2 en vue de développer l’offre en logements sociaux sur la commune. Le premier pavillon témoin devrait être opérationnel au cours de l’été 2011. La fin du chantier est prévue entre le dernier trimestre 2011 et le début de l’année 2012. Pour plus de renseignements, vous pouvez contacter la

société DOMOCENTRE HLM au 05.55.35.90.46 (gestion locative). Début des travaux en septembre 2010

Police municipale Philippe NICOT  05.55.56.00.13 police@ville-saint-leonard.fr Communication, manifestations, associations Géraldine Loiraud  05.55.56.92.07 communication@ville-saint-leonard.fr Finances, comptabilité Philippe Nahornyj  05.55.56.92.05 Philippe Lebreau  05.55.56.92.09 comptabilite@ville-saint-leonard.fr Régie municipale électrique Chemin du Panaud  05.55.56.00.19 Bibliothèque municipale Espace Denis Dussoubs  05.55.56.76.87 bibliotheque.municipale@ville-saint-leonard.fr www.bibliotheque-st-leonard-de-noblat.fr Garderie municipale périscolaire Chemin de la Forestière (locaux de l’accueil de loisirs)  05.55.56.67.63

Petite enfance Relais Assistantes Maternelles Avenue du Général de Gaulle  05.55.56.21.58 ram87400@wanadoo.fr Crèche parentale 6, bd Barbusse  05.55.56.34.21

Communauté de communes de Noblat ZA de Soumagne 87400 Saint-Léonard de Noblat Accueil, affaires générales 05.87.22.99.00 accueil@ccnoblat.fr Espace Aqua’Noblat Avenue Léon Blum 05.87.22.99.10 aqua-noblat@ccnoblat.fr SICTOM (collecte des déchets ménagers et gestion de la déchèterie) 05.87.22.99.01 sictom@ccnoblat.fr

Avancée des travaux - novembre 2010 décembre 2010 / N°19

SPANC (Service Public de l’Assainissement Non Collectif) 05.87.22.99.02 spanc@ccnoblat.fr 3


VIE DE LA COMMUNE

Liberté, égalité, fraternité ! Les récipiendaires présents

A l’initiative du Président de la République, le secrétaire d’Etat à la défense et aux anciens combattants, Hubert Falco, a été mandaté pour labelliser les opérations mémorielles liées aux terribles combats de 1940. La bravoure et l’humanisme des 250 000 anciens combattants et résistants français encore en vie ont été mis en lumière.

Maurice Cluzelaud En juillet 1944, il décide de rejoindre les troupes de Résistance FrancsTireurs et Partisans (FTP) du colonel Georges Guingouin. Il participe ainsi aux parachutages d’armes sur le Mont Gargan le 14 juillet de la même année.

Robert Cluzelaud Il entre dans la Résistance en 1943, soit une année avant son frère, M. Maurice Cluzelaud. Réquisitionné pour le STO (Service de Travail Obligatoire), il part en direction de l’Allemagne. Trois mois après son arrivée, et au cours d’une permission, il refuse de repartir et rejoint les troupes FTP du colonel Guingouin. Son groupe est basé à Combret, à proximité du Chatenet de Saint-Denis des Murs. Sous les ordres du commandant André et de Pierre Villachou, il participe à la libération de Limoges. Il a le privilège, et certainement la grande joie, de défiler en moto devant le Général de Gaulle lors de sa visite à Limoges.

‘est une cérémonie empreinte d’une grande émotion qui se déroule en mairie, vendredi 18 juin dernier. En ce jour du 70ème anniversaire de l’Appel du Général de Gaulle, les 24 anciens combattants et résistants miaulétous sont mis à l’honneur.

C

Entourés de leurs amis et de leurs familles, ces anciens combattants et résistants se voient remettre un diplôme d’honneur. Celui-ci salue leurs actes héroïques et téméraires au cours de la Seconde Guerre Mondiale. Emus, ils reçoivent cette distinction avec une grande humilité. A leurs yeux, leur engagement pour notre patrie était « motivé par une profonde indignation face au régime nazi. Notre pays ne pouvait pas être gouverné par des idéologies barbares et vides de toute dignité humaine. Leurs actes étaient donc ordinaires et non héroïques. Et puis, cette remise de diplôme d’honneur n’arrive-t-elle pas trop tard ? » N’oublions pas les propos du colonel Georges Guingouin : « La connaissance exacte du

passé, en éclairant le présent, vous permettra d’agir sur le futur ».

Roger Lockwood Engagé en 1938, il intègre le 62ème Régiment d’Infanterie où il est pilote de char. Malheureusement, il est blessé le 10 juin 1940. Au préalable, il a participé aux difficiles et terribles combats dans la Somme. Il restera en convalescence jusqu’à la fin de la guerre.

Louis Malaguise (Représenté par sa fille, Jacqueline Vergne) En 1944, il intègre le groupe de maquisards de Pierre Villachou et Roger Jourde, situé à Champnétery. Parallèlement, il aide ses parents alors fermiers. C’est son père qui lui sauve la vie en lui ordonnant de se mettre à l’abri le 9 juin 1944. Ce dernier avait compris que les nazis avaient investi en nombre le département. A la Libération, on lui défend de partir. Il rejoint la ferme familiale où les bras manquaient pour travailler, suite à l’assassinat de son père par les Allemands en 1944.

Marcel Marsilhac Mobilisé en 1940 à Narbonne, il incorpore le 162ème Régiment d’Infanterie Alpine. Capturé au début de l’année 1943, il est envoyé en Autriche d’où il s’évade en novembre de la même année. De retour en France, il décide d’intégrer le maquis dans le nord du département. C’est au cours de 4

Les anciens combattants et résistants participant à la cérémonie. A noter, la présence d’une petite-fille de Germaine Lalo, grande résistante locale distinguée du titre de Juste en 1994 par l’Etat d’Israël

Repères historiques Dès 1941, les miaulétous s’organisent autour de ce qui allait devenir la Résistance, après 1942. Le fait le plus marquant est le détournement de plus de 3 tonnes de dynamite à la mine de wolfram de Puy-les-Vignes, le 13 mars 1944 par les FTP (Francs Tireurs Partisans) de Georges Guingouin. Une garnison allemande de la Wehrmacht était alors présente. Les événements de juin 1944 empêchèrent heureusement la déportation de 25 otages dont Germaine Lalo, Louis Valadas, le docteur Jagot Lacoussière. L’action du Maquis limousin retarda la remontée de l’armée allemande sur le front normand. Cependant, les stèles du Raca et de La Bussière témoignent de la barbarie nazie. Source : Mémoires en image – Saint-Léonard de Noblat et sa région

décembre 2010 / N°19


Erratum Au cours de la Seconde Guerre Mondiale, la ville de Drusenheim scelle son destin à celui de Saint-Léonard de Noblat. Libérée le 17 mars 1945, cette bourgade alsacienne compte dans les rangs de ses sauveteurs deux miaulétous : Albert Pradeau et Ennemond Didier, tous deux incorporés dans le 9ème Régiment de Zouaves. Dans un précédent bulletin municipal, nous avions fait état de la libération de Drusenheim et de la présence d’un seul miaulétou, Albert Pradeau, sur le front des libérateurs.

l’une de ses missions, en tant que maquisard, qu’il est repris à Bellac. Au cours de ses années de combat, il a eu la chance de côtoyer le Maréchal de Lattre de Tassigny.

Fernand Nizou En 1944, alors âgé de 18 ans, il souhaite combattre aux côtés de ses compatriotes et camarades pour libérer le pays de l’emprise nazie. Il s’engage donc volontairement dans l’Armée et il est envoyé à Nantes.

Jean Patelout

Nous nous devons de réparer cet oubli en rendant justice et honneur à Ennemond Didier. Il contribua au même titre que son frère d’arme à libérer Drusenheim de l’oppression nazie. C’est d’ailleurs à ce titre que des élus de Drusenheim se sont rendus à son domicile lors de leur dernier séjour estival à Saint-Léonard.

Ennemond Didier et les élues de Drusenheim

Raymond Rambis

Bleu, Blanc, Rouge ! ème

Les 18 et 19 septembre derniers se tenait la 27 édition des journées européennes du patrimoine. Le thème 2010 était : " Les grands Hommes : quand hommes et femmes construisent l’Histoire ". Rétropsective de l’exposition organisée en mairie pour l’occasion. avez-vous qui sont Gaucher Tourgnol, dit Jules, ou Aristide Constant ? … des écrivains ? mauvaise réponse … des philosophes ? non … des sociologues non plus ! Tous deux furent maires de Saint-Léonard, respectivement de 1900 à 1909 et de 1909 à 1919.

S

Parée aux couleurs républicaines, la salle du conseil municipal accueillait une exposition présentant l’histoire de la commune. Au cours de ces deux jours, 114 visiteurs ont franchi les portes de la mairie. Ils ont pu découvrir le développement de notre ville, au travers des projets entrepris par les maires successifs, ainsi que les rencontres et les événements survenus durant leurs mandats. Face à ce succès, la municipalité a décidé de prolonger cette exposition jusqu’au samedi 15 janvier 2011 à la bibliothèque municipale.

Refusant de partir pour le STO, il rejoint le colonel Georges Guingouin. Il intègre les rangs de la Résistance, en janvier 1944, au sein des FTP et aux côtés de Roger Fourneau. Il fait parti du même groupe que le sergent Canou où il est lui-même sergent. Basé à Cheissoux, il participe à de nombreuses opérations sur le secteur, notamment la capture du commandant Kampfe. Par la suite, il entre à l’école des cadres de Magnac-Laval, puis il est affecté au Quartier Général, rue Cruveilhier, d’où il est démobilisé.

Le saviez-vous ? Le 10 novembre 1913 : visite du Président de la République, Raymond Poincaré Le 16 mai 1937 : visite de Léon Blum venu pour l’inauguration du monument Adrien Pressemane Le 19 juin 1941 : venue du Maréchal Philippe Pétain

Incorporé de force dans les chantiers de jeunesse dans le Massif Central, il déserte pour rejoindre les maquis FTP. Son groupe est basé aux environs de Saint-Paul d’Eyjeaux. Il s’est engagé pour la durée de la guerre et participe à la libération de Limoges.

Marie-Thérèze Vanoverbeke (Représentée par sa fille Jacqueline Vardelle) Elle fut une active résistante aux côtés de son époux, Joseph Vanoverbeke. Celui-ci fut sauvagement assassiné par les nazis, le 14 août 1944 à Chenours. Il fut capturé au cours d’une embuscade avec deux autres de ses compatriotes résistants, Henri Laporte et Léon Breffy. Aujourd’hui, une stèle commémorative à Chenours nous rappelle les conditions inhumaines et barbares dans lesquelles il a perdu la vie.

Les récipiendaires n’ayant pu assister à cette cérémonie se sont vus remettre leur diplôme ultérieurement en mairie ou à leur domicile par Nadine Magy, adjointe. Il s’agit de : René Besse, Paul Carcy, Elie Château, Ennemond Didier (voir notre erratum), Jany Dubernet, Albert Dussartre, René Lageat, Jean Lefaure, Claude Léger, Edmond Legouteux, Jean-Baptiste Létinaud, Maurice Marcheix, Lucien Patelou, Germain Thiebaut.

114 visiteurs, amateurs ou avertis, ont feuilleté quelques pages du grand livre de l’Histoire de Saint-Léonard

décembre 2010 / N°19

5


SERVICES MUNICIPAUX

Si la régie municipale électrique vous était contée … La ville de Saint-Léonard de Noblat se distingue par la beauté et la richesse de son patrimoine architectural et minéral. Unique secteur sauvegardé en Limousin, la cité médiévale possède également une autre caractéristique moins connue du grand public. Pourtant, la commune peut se targuer de détenir sa propre régie municpale d’électricité. tructure originale et unique dans la région, la régie municipale électrique de Saint-Léonard permet à la ville de gérer et de produire une partie de la consommation électrique communale. Elle dispose de ses propres moyens et administre, sous son entière responsabilité, une partie du réseau de la ville.

S

Un peu d’histoire … En 1891, la municipalité opte pour l’éclairage public des rues et places de la ville. En 1894, la commune acquiert le moulin de Beaufort en vue d’y installer une turbine hydraulique de 45 cv. Le 4 novembre de cette même année, Jean-Baptiste

DANIEL LAMAZIERE, alors maire, préside l’inauguration de cette turbine. A l’issue de " 110 lampes dans ses rues celle-ci, Saint-Léonard devient la première ville du département à bénéficier de l’éclairage et 60 lampes dans les électrique, huit ans après Bourganeuf, ville pionnière. La ville compte alors 110 lampes dans ses édifices publics " rues et 60 lampes dans les divers édifices publics. En 1908, la ville concède et loue pour 30 années, les ouvrages de production et de distribution à une société privée.

LES PRESTATIONS Réalisation de branchements fixes ou provisoires : raccordements au réseau électrique d’un nouvel immeuble ou pavillon, à un branchement de chantier lors des manifestations organisées par la commune ou les associations (fête de la viande, fête de la Quasimodo, fête de la SaintMartial …), installations et branchements des décorations festives (Noël, fête du 14 Juillet …) Entretien du parc matériel Eclairage public : entretien et maintenance du matériel, soit environ 1 000 points lumineux, pose de nouvel éclairage (rue du 11-Novembre), dans le cadre d’un programme d’économies d’énergie, remplacement des ampoules actuelles par des lampes moins énergivores (boulevard Carnot, rue du colonel Ledot). Depuis cette année, 30 lampadaires, situés avenues Raymond Poulidor et Jean Moulin, sont équipés également de lampes 100 watts SHP (lampes à sodium).

6

Dans les années 1930, le manque d’investissement et d’entretien provoque un important état de délabrement des infrastructures qui ne répondent plus aux attentes des usagers. Cette situation pousse les municipalités successives à demander aux exploitants des améliorations. Malheureusement, les élus se heurtent aux exigences " Il coupait l’électricité financières des prestataires. Celles-ci s’expliquent par de minuit à 5h00 […] l’absence totale de concurrence entre les distributeurs qui pour faire pression avaient une entente professionnelle. Certains habitants de la sur la municipalité " commune se rappellent peut-être les manifestations de mauvaise humeur du concessionnaire. Il coupait l’électricité de minuit à 5h00 sans raison technique mais pour faire pression sur la municipalité afin d’obtenir de nouveaux avantages. Le 1er juillet 1938, le maire de l’époque, Louis VALADAS, entouré de son conseil municipal, prend officiellement possession des installations de Beaufort et des réseaux de distribution. Après plusieurs péripéties judiciaires et administratives, dues aux manœuvres du dernier distributeur, « Les secteurs électriques de province », la ville reprend donc en régie directe l’exploitation du site. La Seconde Guerre Mondiale perturbe l’amélioration des installations techniques devenues vétustes, inadaptées et dangereuses, héritées de l’ancien gestionnaire. Dans les années 1950, ces rénovations voient le jour. Depuis, un entretien et un soin permanents sont apportés au site de Beaufort : installation d’une nouvelle turbine, importantes réparations de la retenue d’eau, améliorations constantes du réseau de distribution, installation d’un second poste de distribution à l’école du pont de Noblat asservissement de la turbine de la Vienne…

Moulin de Beaufort à la fin du XIXe siècle

décembre 2010 / N°19


Connaissez-vous les missions de la régie municipale électrique ? Le rôle de cette structure publique et de proximité est la fourniture et la distribution de l’électricité autour de deux métiers : la gestion des réseaux de distribution (GRD) et la fourniture d’électricité. Aujourd’hui, elle alimente 1 560 abonnés dont

265 professionnels. En tant que GRD, la régie municipale électrique construit, exploite, entretient et renouvelle un réseau, de 5 kilomètres de haute tension aérienne, 4 kilomètres de haute tension souterraine, 14 kilomètres de basse tension aérienne et 3 kilomètres de basse tension souterraine, desservant la partie urbaine de la commune. L’objectif étant d’assurer aux clients qualité, sécurité,

fiabilité, proximité du réseau. En tant que fournisseur, la régie municipale électrique vend l’énergie qu’elle produit et qu’elle achète à EDF. Elle propose également les services associés à son activité commerciale. Attentif aux besoins de sa clientèle, la solution la plus adaptée à la situation de chacun est recherchée.

" […] 5 kilomètres de haute tension aérienne, 4 kilomètres de haute tension souterraine, 14 kilomètres de basse tension aérienne et 3 kilomètres de basse tension souterraine "

Les moyens de production Le site hydroélectrique de Beaufort possède trois turbines qui produisent environ 10 % de l’électricité vendue. • 40 cv année 1910 « Singrün » produit une puissance électrique de 29 KVA (Kilo – Volt – Ampère) • 130 cv année 1946 « Kaplan » délivre une puissance électrique de 96 KVA. Celle-ci fut entièrement rénovée en 2009 • 140 cv année 1961 « Francis » donne une puissance électrique de 103 KVA

Turbines hydroélectriques

ORGANIGRAMME Présidente : Christine Riffaud, Mme le Maire Directeur : Daniel Babule Responsable technique : Gérard Fournaud Adjoint au responsable : Carl Chartier Technicien réseaux : Marc Chazette Technicien réseaux : Michel Beligaud Contact Régie municipale électrique Chemin du Panaud 87400 Saint-Léonard de Noblat 05.55.56.00.19 – 05.55.57.12.19 www.regie-electrique-saint-leonard.com

Le personnel de la régie municipale électrique. De gauche à droite : Marc Chazette, Daniel Babule, Gérard Fournaud, Carl Chartier et Michel Béligaud

décembre 2010 / N°19

Du lundi au vendredi de 8h00 à 12h00 et de 13h30 à 17h00 Une astreinte est assurée toute l’année 24 heures/24. 7


8

décembre 2010 / N°19


décembre 2010 / N°19

9


SERVICES MUNICIPAUX

Une nouvelle apprentie au service espaces verts epuis le 6 septembre 2010, vous avez peut-être pu apercevoir un nouveau visage féminin au service espaces verts, il s’agit d’Ophélie Roche. Elle prépare en alternance un CAPA travaux paysagers, au centre de formation des apprentis de

D

Brive à Objat. Son apprentissage pratique est encadré par le responsable du service espaces verts. Souhaitons-lui

la bienvenue ! Astreinte hivernale : sécurité et bien-être Une astreinte hivernale est en place sur la commune. Celle-ci a débuté le 22 novembre pour s’achever le 10 avril 2011. Une convention, signée entre la mairie et trois agriculteurs, permet d’assurer, conjointement avec les services techniques municipaux, le déneigement des voies routières situées sur le domaine communal. ette astreinte hivernale a pour objectif d’intervenir sur le réseau routier lors d’intempéries remarquables (chute de neige importante, verglas …). Durant cette période, les agents municipaux d’astreinte peuvent également procéder à des interventions sur le réseau des conduites d’eau potable, soumises aux contraintes de températures et de mouvement de terrain.

C

Face aux chutes de neige et au verglas, le territoire de la

commune est divisé en quatre secteurs afin de permettre une plus grande rapidité d’intervention, adaptée aux conditions météorologiques routières locales et de circulation ainsi qu’à l’état de surfaces des voies routières.

Le saviez-vous ? Les agents des services techniques d’astreinte interviennent sur l’ensemble du centre- ville et les trois prestataires mandatés couvrent le reste de la commune. En cas d’important épisode neigeux, la halle des sports est un lieu d’accueil pour les « naufragés » de la route. Pour une prise en charge rapide, composez le 18 ou le 112.

Lotissement de Fraulas et quartier du pont de Noblat

Vue du Pénitent

10

décembre 2010 / N°19


TRAVAUX REALISES

SALLE DE JEUX Ecole Maternelle Les travaux de réfection de la salle de jeux de l’école maternelle ont été exécutés cet été. Ces travaux ont été réalisés par l’entreprise MT Peinture. Coût de l’opération : 16 000 € HT

Salle de jeux - avant travaux

Salle de jeux - après travaux

Remplacement de la chaudière de l’ecole Adrien Pressemane L’ancienne chaudière de l’école Adrien Pressemane a été remplacée par un modèle gaz à condensation. Cette opération permettra d’économiser jusqu’à 20 % d’énergie par rapport au modèle précédent. Ces travaux ont été réalisés par les services techniques. Coût de l’opération : 14 460 € HT

Nouveau jeu au lieu multi-accueil Un nouveau jeu a été installé à la halte-garderie parentale, située boulevard Henri Barbusse. Il vient en remplacement du précédent modèle devenu trop vétuste. Ce jeu a été acquis auprès de la société Proludic.

300 mètres à pied … Face à l’entrée de l’espace Aqua’Noblat, un accès piéton a été créé par les agents des services techniques municipaux. Celuici permet de sécuriser la traversée des écoliers lorsqu’ils se rendent au complexe sportif de Boussac.

décembre 2010 / N°19

11


TRAVAUX REALISES

Adduction Soumagne – Saint-Aubin Pour le Syndicat Vienne Combade Dans le cadre du projet de construction d’une usine d’eau potable, le tronçon de transport d’eau vient d’être construit. Il reliera à terme, l’usine au château d’eau de tête de Saint-Léonard, à savoir celui de Saint-Aubin. Cette opération a également permis de poser des fourreaux en prévision du raccordement à la fibre optique. Coût de l’opération : 165 000 € HT Suvention conseil général de la Haute-Vienne : 49 000 € HT Suvention Agence de l’eau Loire-Bretagne : 33 000 € HT. Travaux réalisés par l’entreprise SADE-HEBRAS TP Maître d’ouvrage : Syndicat Vienne Combade Maître d’ouvrage délégué : Mairie de Saint-Léonard de Noblat

Les nouvelles couleurs du stade Poulidor L’enveloppe extérieure du stade Raymond Poulidor a été rénovée durant cet été. Les travaux de peinture, réalisés par les services techniques, ont permis de redonner une nouvelle jeunesse à cet équipement très utilisé.

Tondeuses autoportées La commune de Saint-Léonard a fait l’acquisition de deux nouvelles tondeuses autoportées plus performantes pour son service espaces verts :  Une tondeuse Kubota (Etablissements LIMAGRI-MOREAU)  Une tondeuse Iseki (Etablissements Soury – Jardiloisirs) Coût de l’opération : 40 000 € HT

12

décembre 2010 / N°19


Programme voirie Le programme de gros entretien du réseau de voirie communale a vu les voies suivantes remises en état :  Le Grand Billat  La Maladrerie  Le Moulin Maumot  La côte des Murailles  Rue de la Poste et rue des Coopérateurs Coût de l’opération : 90 000 € HT - Entreprise COLAS Une campagne de « point à temps » viendra en fin d’hiver réparer les plus grosses dégradations routières.

Voie du Theil Les travaux de construction de la voie du Theil ont été réalisés par l’entreprise Eurovia. Ils permettent de desservir les villages de la Ronde, du Theil, de Maisonneuve, et du Nouhaud par un accès plus sûr en traversant la zone d’activités du Theil. Coût de l’opération : 69 000 € HT

TRAVAUX PREVUS

Conduite d’eau dU BAS DU CHEMIN DU PAVE au Theil Le renforcement en eau potable du secteur du Theil est envisagé pour 2011. Le projet permettra également d’alimenter en fibre optique la zone d’activités du Theil en partenariat avec la société Dorsal et la commune. Ce raccordement en fibre optique sera financé à 40 % par l’Europe. les 60 % restant seront répartis entre le conseil régional du Limousin, le conseil général de la HauteVienne et la communauté de communes de Noblat.

Rue Jean Jaurès Les travaux de la rue Jean Jaurès débuteront après les vacances de février 2011. La première phase du chantier consiste en la pose du nouveau réseau d’assainissement. Par la suite, les travaux de voirie seront engagés.

Moulin du Got La construction de l’accès piétonnier du moulin du Got est en cours d’achèvement. Il permettra de relier le parking visiteurs au site du musée, sans emprunter l’actuelle voie de circulation mal sécurisée. Cet accès permettra également de bénéficier d’un chemin de liaison agréable en bord de Vienne, entre le Pénitent et Brignac.

décembre 2010 / N°19

13


TRAVAUX PREVUS

Traçage route départementale 941 Une signalisation temporaire est en place sur la remontée du passage à niveau aux feux de circulation. Bien que non obligatoire en agglomération, un nouveau traçage des voies est à l’étude. Dans l’attente, le dépassement en montant ou en descendant est interdit, la vitesse de circulation est toujours limitée à 50 km/heure.

RD 941 - sens Limoges / St-Léonard

RD 941 - sens St-Léonard / Limoges

Gymnase municipal Le permis de construire a été déposé au mois d’août. La première phase du chantier devrait débuter au cours du premier

semestre 2011.

Perspective sur entrée principale

Vue depuis la salle vers le hall d’entrée 14

décembre 2010 / N°19


ASSOCIATIONS ET SPORT

Gym tonic à Saint-Léo ! Tout le monde le sait, la pratique régulière d’une activité physique, même à intensité modérée, a des effets bénéfiques sur l’amélioration de la santé. Les études scientifiques les plus récentes prouvent, à contrario, que sédentarité et manque d’exercice constituent des facteurs de risque pour la santé ! aintien en forme physique et mentale, amélioration des capacités cardio-vasculaires et respiratoires, amélioration des douleurs musculo-squelettiques, meilleur équilibre du diabète, meilleures chances de guérison d’un cancer. Avec la gymnastique volontaire, faites le choix « sport santé » quel que soit votre âge, en salle, en piscine, prenez de manière préventive votre avenir en main ! La doyenne du club a 84 ans et elle est en pleine forme ! Alors, n’hésitez pas à venir rejoindre l’association, vous verrez que, sans effort démesuré, vous ressentirez un bien-être et un plaisir immédiat. A bientôt, dans une ambiance amicale et sportive, ouverte à tous, de 18 à 99 ans !

M

Demandez le programme ! Au gymnase, deux séances gratuites offertes à l’inscription

Lundi Lundi Jeudi

A l’espace Aqua’Noblat

Jeudi 19h30 – 20h30 Vendredi 10h30 – 11h30

15h00 – 16h00 19h30 – 20h30 16h15 – 17h15

seniors Cours tonique Gym douce Aquagym tonique Aquadouce seniors

Jeu, set et match A l’initiative conjointe du tennis club de Saint-Léonard et de l’association Les Amis de l’Atelier qui accueillent des personnes en situation de handicap à Saint Just le Martel, douze résidents de ce foyer de vie, accompagnés de trois éducateurs ont pu s’initier à la pratique du tennis sur les deux courts extérieurs. écouvrir le tennis à l’occasion du tournoi Rolland Garros (23 mai au 6 juin 2010) rompre avec

D

l’isolement, s’intégrer par l’échange dans le tissu social local, étaient les principaux objectifs de cette rencontre. Même si certains ont avoué qu’ils n’étaient pas trop décidés avant de venir, les initiateurs du club, Claude et Thierry, les ont vite convaincus et ont cerné les facultés de chaque participant. La majorité d’entre eux ont révélé des capacités importantes à comprendre la technique de jeu, à avoir le plaisir de jouer, et à posséder une bonne endurance physique après deux heures d’échanges ! Tous sont sortis grandis de cette expérience clôturée par un sympathique goûter. De nouveaux liens se sont ainsi créés entre le club de tennis et Les Amis de l’Atelier accueillant des jeunes gens pleins de ressources méconnues. Leurs performances et leurs éclats de rires sont la plus belle des récompenses. Gageons qu’ils reviendront courir après la balle jaune sur les courts de Saint-Léonard. Bravo et merci aux amis ainsi qu’aux bénévoles du tennis club, sans qui cet après midi n’aurai pu réussir.

décembre 2010 / N°19

Les activités du club pour l’année Le tennis club a repris ses activités début octobre, date de renouvellement des licences fédérales. Les cours collectifs, à partir de 5 ans et par niveau, ont lieu à la halle des sports le mardi, vendredi et samedi matin. Cette année encore, tous les créneaux sont complets car les nouveaux arrivants comblent largement les quelques départs. Le lundi et le jeudi soir sont réservés aux licenciés du club. Quant au dimanche, deux équipes masculines et une

équipe féminine, engagées en championnat, occupent les terrains sur quinze week-ends, tandis que les autres restent dédiés aux licenciés pour notre formule "tout le monde joue avec tout le monde". De l'enseignement, en passant par le loisir et la compétition avec deux tournois homologués par an (permettant d'accéder au classement), le club offre une large gamme d'activités tennistiques. Au club house, un accueil vous est réservé tout l'été dans un cadre agréable. Deux terrains en résine sont disponibles sans limite pour les licenciés du club, Renseignements Isabelle Lajat (présidente)  06.19.79.01.17 www.club.fft.fr/tcsaintleonard Dépliants à l’office de tourisme 15


ASSOCIATIONS ET SPORT

CONNAISSEZ-VOUS LE FOYER RURAL CENTRE SOCIAL ? L’ÉQUIPE DU FOYER RURAL CENTRE SOCIAL :

Pour les miaulétous, le « Foyer » c’est souvent le magnifique bâtiment qui fut, tour à tour, le couvent des Filles-Notre-Dame, puis une gendarmerie ! Le foyer rural centre social de Saint-Léonard de Noblat (FRCS) est une association loi 1901, créée en 1972 par un groupe de bénévoles qui avait à cœur de fédérer différentes activités au sein d’une seule et même structure : des pionniers de la mutualisation ! e foyer rural est un espace associatif qui contribue à la vitalité de notre territoire rural. Il a pour objectif de participer à

L

l'amélioration

de la vie de notre

cité, en organisant des

Bob SAUNIER Directeur

événements, en proposant des activités sportives, culturelles ou artistiques et en favorisant les échanges. Cette association a pris un essor important. Dans un premier temps, le foyer rural prend en charge la gestion de l’accueil de loisirs sans hébergement, avant de se voir décerner le label centre social par la caisse d’allocations familiales en 2000. En 2009-2010, ce sont près de 600 adhé-

rents,

venant de l’ensemble du canton ou même d’ailleurs, qui ont fréquenté l’association, devenue la plus importante du canton. La gestion est assurée par un conseil d’administration bénévole de seize membres, présidé par Maryline Chatelon et par une équipe de salariés.

Marie-Aude EGLIZEAUD Accueil

Quels sont les services proposés par le foyer rural ?  L’accueil de loisirs sans hébergement : situé dans le parc de la Forestière, il accueille des enfants de 4 à 13 ans les mercredis, et durant les vacances scolaires. Ils sont encadrés par une équipe de professionnels du secteur socio-éducatif composée d'un directeur (agent municipal mis à la disposition du foyer rural) et d’une trentaine d’animateurs titulaires du BAFA ou stagiaires (salariés du foyer rural).

Guylène GALLON Comptable

Nadine LEBLOND Agent d’entretien 16

Cette année dans le cadre de la réactualisation du projet éducatif de la structure, les familles, dont les enfants fréquentent l’accueil de loisirs, vont être sollicitées afin d'élaborer ensemble ce projet. Si certains d’entre vous sont intéressé(e)s ou ont des idées, n’hésitez pas à prendre contact avec le foyer rural.  Les ateliers : le foyer rural propose de nombreuses activités pluridisciplinaires et adaptées aux demandes : - sportives : tennis de table enfant, musculation, badminton, step … - artistiques : art floral, peinture, vitrail, théâtre, danse… - bien-être : yoga, taï-chi, sophrologie … - divers : couture, maquette, échec … Ces ateliers sont animés soit par des bénévoles soit par des animateurs salariés ce qui explique les différences de cotisations. Toute personne ayant des compétences dans n’importe quel domaine, et ayant envie de faire découvrir ou partager sa passion, peut prendre contact avec le foyer en vue de créer un atelier.  Les activités jeunes : les jeunes de 13-20 ans ont a leur disposition un local « Le South

Squat »

et ont accès à la salle informatique/multimédia. En période de vacances scolaires, François, l’animateur de ce secteur, propose des activités fort appréciées (mais les places sont limitées !). Les jeunes peuvent également trouver une aide pour imaginer et réaliser leur propre projet. Dans la salle informatique, toute la documentation du Point Information Jeunesse (PIJ) sur des thèmes variés est à leur disposition : santé, métiers, loisirs…  Evènements culturels : le foyer rural est un lieu d’accueil d’expositions pour les artistes locaux, amateurs ou professionnels. Chaque année, l’exposition « Avril en Mai » permet de découvrir de jeunes créateurs (prochain rendez vous du 8 avril au 6 mai 2011). Il est également organisateur de divers spectacles et événements tout au long de l’année (théâtre, Francophonies, marathon culturel tous les deux ans …).

La troupe des Arcades décembre 2010 / N°19


Aide aux devoirs

 L’accompagnement scolaire : en collaboration avec les enseignants, avec l'aide de la municipalité, de la caisse d’allocations familiales, de la mutualité sociale agricole, et du conseil général de la Haute-Vienne, trois soirs par semaine, une action centrée sur l’aide aux devoirs est mise en place, pour les enfants ayant besoin d'un soutien dans leur scolarité. Ce dispositif est réservé aux enfants des deux sites des écoles primaires sur proposition des enseignants. Pour les élèves en plus grande difficulté, un atelier complémentaire est organisé le mercredi matin au foyer.  Espace informatique : six postes sont en usage libre aux heures d’ouverture du foyer rural. Vous pouvez y réaliser des recherches, des travaux de bureautique, vos projets multimédias… Des stages de formation sont organisés tous les trimestres : initiation, bureautique, Internet et multimédia  Point d’information famille : le foyer rural est à la disposition des familles pour trouver des informations, les aider dans leurs démarches administratives …  Accueil des permanences : le pôle emploi, CAP emploi, la mission locale, association de travail occasionnel et de services (ATOS) et le groupement de vulgarisation agricole (GVA). Dans le cadre de conventions avec la municipalité et diverses administrations, le foyer ac-

cueille dans ses locaux ces permanences. Attention, les prises de rendez-vous pour ces organismes ne sont pas assurées par les salariés du foyer rural. En revanche, ils mettent à votre disposition leurs installations informatiques, leurs salles de réunion, leur accueil.  Services aux associations : le foyer rural, c’est aussi des services auprès d’autres associations : photocopies, tirages d’affiches, prêt de matériel d’exposition, prêt de matériel de sonorisation et d’éclairage, prêt de salle… La labellisation « Centre Social » permet au foyer rural de mettre à la disposition du plus grand nombre, le maximum d’informations et d’activités. Ce label s’applique à chacune de ses actions et peut faire l’objet d’actions spécifiques.

François FAUREL Animateur jeune

Françoise ESCALLE Coordinatrice

Quel Avenir ? Depuis deux ans, le foyer rural centre social traverse une zone de « turbulence financière », due à une baisse des subventions, une augmentation des assurances, obligeant l’association à pratiquer une hausse de ses tarifs et à fermer l’accueil de loisirs durant les vacances de Noël. L’année à venir va être décisive pour l’avenir de l’association (nouvelles conventions avec la municipalité de Saint-Léonard de Noblat, recherche de nouveaux partenaires …). Le foyer rural est lié à la caisse d’allocations familiales par le projet 2008-2012, et a encore de grands chantiers à mener : Cyber base ambulante cantonale, nouveau projet éducatif à l’accueil de loisirs, développement des activités et services en direction des familles…

Steve BRUNI Directeur intérimaire ALSH

Sèverine JALOUNEIX Animatrice Renseignements Foyer rural centre social Rue Roger Salengro 87400 Saint-Léonard de Noblat  05.55.56.11.18 www.foyer-rural-saint-leonard.fr Du mardi au vendredi de 9h00 à 12h00 et de 13h30 à 18h00 Le samedi de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00 Pendant les vacances scolaires du mardi au vendredi de 9h00 à 12h00 et de 13h30 à 18h00 décembre 2010 / N°19

17


VIE DES LIEUX-DITS

BILLAT Suite de notre rétrospective sur les hameaux miaulétous. Après « La Grange », « Lajoumard », nous vous présentons dans ce bulletin la vie d’antan au lieu-dit « Billat ». Nous tenons à remercier chaleureusement toutes les personnes qui ont contribué à la création de ces pages : M. Roger Périgaud, Mlle Edith Ribière, Mme Raymonde Georget, Mme Colette Lecousin.

Situation démographique Actuellement, on compte près de 35 habitants aux lieux-dits Petit Billat et Grand Billat réunis.

La naissance et la vie de son école Une délibération du 27 juillet 1880 approuve la demande d’acquisition d’un terrain pour la construction de la future école de Billat, reconnue d’utilité publique par le Président de la République (décret du 19 mars 1880). Une parcelle de 30 ares, dont M. François PEYROT est propriétaire, est achetée par la municipalité, présidée par Jean-Baptiste Guillaume DANIEL LAMAZIERE au prix de mille francs. Le bâtiment, dessiné par M. JEANTON, architecte, est alors en mesure d’accueillir 64 élèves (32 garçons et 32 filles). L’école de Billat ouvre ses portes à la rentrée scolaire 1882/1883. Par la suite, plusieurs travaux seront entrepris dont la construction du préau en 1887. Les élèves fréquentant l’école provenaient des villages voisins aux Petit Billat et Grand Billat : Vialle, Le Repaire, Le Monteil, Le Petit Moulard, Le Grand Moulard, Les Landes, Lachaud, La Grillère. Par délibération du 5 novembre 1955, le conseil municipal présidé par le docteur et maire René BARRIERE, décide la fermeture de l’école, celle-ci nécessitant alors de grosses réparations imputant d’importantes dépenses sur le budget communal. A cette date, l’établissement est fréquenté par 13 élèves dont 10 appartiennent à deux familles. L’école ferme donc ses portes le 1er octobre 1956 (date de la rentrée scolaire). Les bénéfices de la vente du bâtiment de l’école de Billat permettent de construire une cantine scolaire à l’école du pont de Noblat. Classe de Mlle Evrard - Année 1937 1er rang (en bas - de gauche à droite) Yvonne LECOUSIN – Yvonne RIBIERE Henri RIBIERE – Raymond LYRAUD Renée PANGAUD – Lucie NEUVIALLE Lucienne NENERT – Roger JANICOT André MARCHEIX – René NENERT 2ème rang (au milieu - de gauche à droite) Aline CHABRETOU – Marcelle PANGAUD Germaine LAVERGNE Simone CHAMPEYMONT Alice MARCHEIX – Mlle EVRARD 3ème rang (en haut - de gauche à droite) Maurice LAVAUD – Lucien CHAMPEYMONT Pierre MARCHEIX – Charles PERIGAUD Roger PERIGAUD – Joseph LENOIR Maurice MARCHEIX – ? PEJOUX

18

décembre 2010 / N°19


Fêtes de fin d’année - Années 1930

(De gauche à droite) Yvonne LECOUSIN - Edith RIBIERE - Yvonne RIBIERE

(De gauche à droite) Maurice LAVAUD – Roger PERIGAUD – Charles PERIGAUD Maurice MARCHEIX – Pierre MARCHEIX

Quelques chiffres … Les élèves étaient rassemblés au sein d’une classe unique mixte où instituteurs et institutrices se sont succédés. A l’époque, l’école était obligatoire pour les enfants âgés de 6 à 13 ans.

Année scolaire 1882/1883

Nombre total d’élèves 25 élèves

Nombre de garçons 15

Nombre de filles 10

1896/1897

49 élèves

25

24

1887/1898

43 élèves

20

23

1900/1901 1906/1907

33 élèves 27 élèves

1941/1942

32 élèves

Instituteur en place M. Chabrol nommé le 21 octobre 1882 M. Vergnaud nommé le 28 octobre 1886 M. Peyrat

17

15

Mlle Evrard

Mme Thoumieux nommée le 26 juillet 1907 Mlle Gatinier institutrice stagiaire arrivée en poste le 30 juillet 1930 en remplacement de Mme Maligne Mlle Missioux qui fut la dernière institutrice à enseigner à l’école de Billat Portraits des années 1930 à l’école de Billat

Le saviez-vous ? Des travaux d’aiguille étaient enseignés aux jeunes filles fréquentant l’école de Billat. C’est pourquoi, les épouses des instituteurs en poste pouvaient être nommées pour l’apprentissage de cette discipline. Ce fut le cas pour Mmes Chabrol et Vergnaud, nommées respectivement le 5 avril 1883 et le 9 août 1892.

1er rang (en bas - de gauche à droite) Yvonne LECOUSIN – Mlle EVRARD avec dans ses bras Yvonne RIBIERE - Edith RIBIERE 2ème rang (en haut - de gauche à droite) Ginette RABY – Aline CHABRETOU - ? – ? – Germaine LAVERGNE - Alice MARCHEIX – Marcelle PANGAUD décembre 2010 / N°19

… A suivre, dans votre prochain bulletin, la vie de l’école du « pont de Noblat » 19


SAINT-LEONARD, AUTREFOIS

Retour vers le passé… …suite de notre album souvenirs

HOTEL DU MIDI - boulevard de la promenade, devenu aujourd’hui, boulevard Carnot

HOTEL DE LA BOULE D’OR - avenue du Général De Gaulle

CARREFOUR ADRIEN PRESSEMANE Près de 25 000 personnes sont rassemblées à Saint-Léonard, le 16 mai 1937, pour l’inauguration du monument Adrien Pressemane en présence de Léon Blum et de Louis Valadas, alors maire de la commune 20

décembre 2010 / N°19


AGENDA DES FESTIVITES

JUILLET 2010

saint Martial a l’honneur De tout temps, le quartier historique du pont de Noblat a su afficher son caractère identitaire. L’association « Lo St-Marsaut » tend à dynamiser et valoriser ce faubourg situé en contrebas du centre ville. e premier week-end de juillet, le pont de Noblat est en fête. Saint-Martial, patron des ponticauds, est honoré selon d’ancestrales réjouissances : aubade à la population avec l’union musicale, couronnement du Roi, messe à la chapelle SaintMartial, course à la bague, fête foraine, concours de pêche, organisé par la société de pêche de la commune, repas champêtre en bord de Vienne et tir d’un feu d’artifice "[…] fédérer les ponticauds apportent une touche plus contemporaine à cette fête traditionnelle. Cette année encore, qui oeuvrent pour la promotion le spectacle pyrotechnique a mis en valeur la richesse du patrimoine bâti du quartier de leur quartier historique" du pont de Noblat. Trois sites différents ont été embrasés illuminant la vallée de la Vienne. Les yeux émerveillés du public et leurs applaudissements sont une jolie récompense pour les membres de l’association. L’organisation de cette manifestation permet de fédérer les ponticauds qui oeuvrent pour la promotion de leur quartier historique.

L

Marchés de producteurs de pays Organisés en coopération avec la Chambre d’agriculture, les marchés estivaux de producteurs se déroulent cinq jeudis par an, place Saint-Martial. Soutenus par une splendide météo, ils ont connu un succès sans précédent : public nombreux, produits régionaux de qualité avec possibilité de dégustation sur place … jusqu'à une heure avancée de la nuit !

Course à la bague - début XXè siècle - édition de la photo Margotin

Repères historiques Situé en bord de Vienne, le quartier du pont de Noblat est une dépendance du château de Noblat. Il s’est formé à son pied, autour des moulins et du passage de la rivière. è

Il se distingue avec sa chapelle et son pont médiéval du XIII siècle, classé Monument Historique. Ce dernier est vulgairement appelé « vieux pont » afin d’être distingué du « pont neuf » bâti en 1785. De nombreuses lavandières ont sillonné ses ruelles se rendant en bord de Vienne.

décembre 2010 / N°19

Le saviez-vous ? Autrefois, la fête patronale de la SaintMartial était organisée par la Confrérie saint Martial du pont de Noblat. Au cours des siècles, différentes équipes se succèdent. Après onze années d’inactivité, une nouvelle équipe de bénévoles reprend le flambeau en créant l’association « Lo St-Marsaut ».

21


AGENDA DES FESTIVITES

AOUT 2010

Grand braquet sur le Paris Corrèze 2010 Patrie de la Petite Reine, Saint-Léonard de Noblat accueille régulièrement de grands événements cyclistes : la Grande Boucle Féminine en 2003, le Tour de France en 2004, le Tour du Limousin en 2006, le Paris Corrèze en 2008 et 2010.

Le Paris Corrèze élit domicile une seconde fois à Saint-Léonard ! algré la pluie, les coureurs n’ont pas failli ! La première étape du 10ème « Paris Corrèze » prend le départ depuis Contres (Loir-et-Cher), mercredi 4 août, pour arriver sur les terres de Raymond Poulidor, après plus de 210 kilomètres de course (avec une moyenne de 38 km/h !).

M

Le temps exécrable ne décourage pas les nombreux amoureux du cyclisme qui sont au rendez-vous pour encourager les rois de la Petite Reine. Aux alentours de 17h00, et sous des trombes d’eaux, Mickaël Buffaz franchit victorieusement la ligne d’arrivée. Si l’on parle vélo à Saint-Léonard, on pense immédiatement à Raymond Poulidor. Le plus « poupoulaire » des champions cyclistes et des miaulétous a accordé des séances de dédicaces avant et après l’arrivée de l’étape.

" […] plus de 210 kilomètres de course et une moyenne de 38 km/h !"

Les organisateurs du Paris Corrèze en compagnie de Raymond Poulidor et de Mme le Maire, Christine Riffaud lors de la tenue de la conférence de presse du 10ème Paris Corrèze, en mairie, en avril dernier

Bonne route Monsieur Fignon …

Vainqueur du Paris-Corrèze 2010

22

Mardi 31 août, Laurent Fignon nous quittait. Double vainqueur du Tour de France en 1983 et 1984, Greg LeMond lui arrache à 8 secondes la plus haute marche de podium. Co-organisateur du Paris Corrèze, aux côtés de Max Mamers, les élus de Saint-Léonard ont eu la chance de le rencontrer cette année encore. Sa chaleur humaine, son professionnalisme et sa franchise le caractérisaient. Nous adressons nos pensées émues à ses proches. décembre 2010 / N°19


Une expo en l’honneur de Poupou L’accueil de cette première étape est l’occasion, pour la municipalité, de saluer, une nouvelle fois, la brillante carrière de Raymond Poulidor. En partenariat avec l’association « Echappée Belle – Amis de Raymond Poulidor et d’André Dufraisse », la municipalité a mis sur pied, du 31 juillet au 8 août, une exposition lui étant dédiée. Celle-ci, intitulée « De Saint-Léonard aux Champs-Elysées :

Raymond Poulidor, une belle histoire française », retraçait la formidable épopée sportive de Poupou, emprunte de bons souvenirs et de moments forts de l’histoire du cyclisme. Plus de 700 passionnés ont visité cette rétrospective (voir extraits du livre d’or).

Raymond Poulidor dédicaçant le dernier ouvrage lui étant consacré

Quelques extraits du livre d’or « Poupou, le sel du Limousin. Très belle expo ! » « Bravo pour cette exposition très sympathique qui nous rappelle les belles années du cyclisme » « Super expo, idée formidable. Cette expo doit être permanente » « Content de visiter pour la première fois le fief du grand Raymond Poulidor » « Cette rétrospective est exceptionnelle. Une grande page de cyclisme » « Souvenirs d’enfance : colère paternelle quand un interlocuteur osait dire Poupou, l’éternel second … et surtout l’attente fébrile sur le passage du Tour pendant nos vacances dans les Alpes »

Le saviez-vous ?

Claude Louis, président association des Amis de Raymond Poulidor et André Dufraisse

décembre 2010 / N°19

En 1975, soit deux ans avant sa retraite sportive, il fut établi que Raymond Poulidor avait sur son vélo couvert 800 000 kilomètres, passé 1 125 journées de 24 heures en selle, soit 3 années complètes de sa vie. C’est l’équivalent de 100 ans de travail, à raison de 8 heures par jour et de 365 jours par an. (extrait du livre « Poulidor intime » avec l’aide de Jean-Paul Brouchon, éd. Jacob Duvernet).

23


AGENDA DES FESTIVITES

AOUT 2010

Battage mécanique à La Palisse Tous les deux ans, depuis 2004, la société de pêche, entourée de nombreux bénévoles, organise une fête de la batteuse. Zoom sur la quatrième édition empreinte de nostalgie et de découverte. imanche 8 août, le son mécanique des batteuses résonne à La Palisse … attirant plus de 1 000 visiteurs curieux ! Cette quatrième fête de la batteuse a rendezvous avec le soleil et avec des élus de Drusenheim présents pour l’occasion. Le coup d’envoi est donné avec le défilé de tracteurs anciens … charrettes, botteleuses sillonnent la ville au rythme de l’accordéon.

D

Le battage des céréales : dur travail des hommes, ensuite aidés de l’animal durant des siècles. Les anciens, empreints de nostalgie, endossent la blouse de maître d’école. Ils enseignent aux jeunes générations la rudesse de leur labeur. Cette fête souligne l’évolution de leur profession au fil des siècles. Le battage des céréales, pour séparer le grain de la paille et de la balle, fut effectué pendant des millénaires manuellement, à l'aide de fléaux, ou avec l'aide d'animaux. Il s’agissait d’une véritable corvée demandant beaucoup de temps et d'effort.

Démonstrations de battage mécanique et par traction d’un cheval, exposition de tracteurs d’époque, promenades en calèche, expositions, déjeuner convivial, lâcher de ballons ponctuent cette journée ! Une belle réussite pour les organisateurs bénévoles.

Le saviez-vous ? En 1784, Andrew Meiklee, ingénieur écossais, invente le principe du battage mécanique. Il permet un énorme progrès de productivité dans l'agriculture. En 1834, l'américain Cyrus McCormick obtient le brevet de la moissonneuse mécanique. La même année, un autre américain, Hiram Moore, acquiert le brevet de la moissonneuse-batteuse. En 1866, Célestin Gérard construit la première batteuse mobile en France.

la Journée du commerce de proximité

A NOTER ! Pour connaître les prochaines

Pour la deuxième année consécutive, les commerçants de Saint-Léonard ont participé à la journée du commerce de proximité, organisée en partenariat avec la Chambre de commerce et d’industrie de Limoges. Portes ouvertes, sourires et mains tendues étaient au programme de cette journée du 9 octobre 2010. Nous vous donnons rendez-vous le samedi 8 octobre 2011 pour une nouvelle édition de cette manifestation. 24

manifestations, vous pouvez contacter le service communication de la mairie au 05.55.56.92.07 ou vous connectez sur le site Internet de la ville : www.ville-saint-leonard.fr décembre 2010 / N°19


ENVIRONNEMENT

Saint-Léonard : une « Bat-ville » ! Mammifère volant, insectivore, elle peut manger entre un quart et un tiers de son poids par jour, la chauve-souris cohabite avec l’homme depuis des siècles. e Groupe Mammalogique et Herpétologique du Limousin (GMHL) a effectué, au cours de cet été, un inventaire des chauves-souris présentes sur dix-sept communes, situées le long de la Vienne depuis sa source, dont Saint-Léonard de Noblat.

L

Cette étude, commandée par le Parc Naturel Régional de Millevaches, s'est intégrée dans les études faites sur le site Natura 2000 "Haute vallée de la Vienne". Grâce au concours de la commune, les combles de la collégiale et de la chapelle Saint-Martial ont pu être visités et ont permis de découvrir la présence d'une espèce : le Petit Rhinolophe. Cette petite chauve-souris recherche des gîtes au volume assez important. Les combles des maisons, des églises ou les caves voûtées lui conviennent parfaitement. Cette découverte revêt un intérêt particulier car, bien que le Petit Rhinolophe soit protégé par la loi comme toutes les chauves-souris de France, il bénéficie en plus du statut d'espèce d'intérêt communautaire délivré par l'Europe.

Une soirée de détection des chauves-souris à été menée en parallèle de la recherche des colonies présentes en milieu bâti. Cette détection s'est effectuée à l'aide de détecteurs à ultrasons et a permis de découvrir cinq autres espèces : deux espèces de pipistrelles, la Noctule commune, le Murin

de Daubenton et l'Oreillard gris. Cet inventaire se termine fin 2010 mais nous restons très intéressés par toute observation de chauves-souris dans les bâtiments. Bien que certaines espèces soient bien visibles, suspendues dans les combles ou les caves, certaines se dissimulent dans les toitures. Dans ce cas, l’existence de petites crottes noires, de la taille d'un grain de riz et très friables, renseigne sur leur présence. N’hésitez pas à nous en informer ou à nous contacter pour toute question relative à ces animaux menacés.

La Sérotine commune est une autre espèce découverte lors de l'inventaire. Cette grande chauve-souris est assez répandue en Limousin. Elle peut s'établir dans les toitures, tout comme ses cousines plus petites, les pipistrelles.

Murin de Daubenton en hibernation © GMHL

Noctule commune © G.Ouigre

Oreillard gris © S.Missout

Renseignements Groupe Mammalogique et Herpétologique du Limousin Maison de la nature 11, rue Jauvion 87000 Limoges  05.55.32.43.73 gmhl@gmhl.asso.fr - www.gmhl.asso.fr

Oreillard © V.Nicolas

Pipistrelle © F.Giroir

petit rhinolophe © J. De Valette

1, 2, 3, nous irons au bois ! La mise en place d'une clôture le long des périmètres immédiats des captages d'eau potable permettra de créer une promenade de 2,5 km qui sera prochainement aménagée à Lifarnet. e parcours en pleine nature débute par une vue panoramique sur la commune au milieu d'essences variées (chênes américains, châtaigniers, houx), se poursuit le long des boisements récents (chênes sessiles, douglas), descend ensuite à proximité de la station de pompage. Enfin, les promeneurs remontent le long d'une zone éclaircie et traversent une zone boisée de bouleaux avant de rejoindre le début du parcours.

C

Cette boucle permet de prendre conscience du rôle joué par la forêt dans la protection et la sauvegarde de nos ressources en eau.

Le saviez-vous ? Les sources de Lifarnet assurent un tiers des besoins en eau de la commune. La consommation annuelle 2009 totale sur la commune est de 384 837 m3. En 2008, cette consommation était plus élevée en raison du faible taux de pluviosité.

décembre 2010 / N°19

25


ENVIRONNEMENT

Chassons les pesticides en ville La France compte 17 millions de jardiniers et un million d'hectares de jardins qui reçoivent chaque année environ 5 000 tonnes de pesticides ... Cela représente 5% des usages de pesticides en France !!! ous êtes sûrement nombreux à vous demander pourquoi cette année les herbes dites « mauvaises », étaient bien vivantes, ici ou là, le long de certains caniveaux. Voici quelques éléments de réponse.

V

Les produits les plus efficaces étant également les plus dangereux pour notre santé, ceux-ci sont désormais interdits d'usage pour les collectivités. Nous sommes donc maintenant contraints d'utiliser d'autres produits moins nocifs mais moins radicaux dans l'élimination des « mauvaises herbes ». Des tests ont été effectués dans les allées du cimetière en rajoutant un colorant au désherbant pour mesurer son efficacité. Le résultat prouve que l'élimination des « mauvaises herbes » par cette méthode est plus aléatoire ! L'utilisation des produits phytosanitaires sont nocifs pour la santé et nécessitent de prendre certaines précautions, que l'on soit un particulier ou une collectivité. C'est pourquoi, " […] les produits nos agents portent toujours phytosanitaires sont des tenues de protection nocifs pour la santé " (combinaisons, lunettes, gants, bottes) lorsqu'ils manipulent ces produits. Les zones traitées par ces produits chimiques doivent être interdites au public pendant au moins six heures après les avoir passés. Aussi, afin de protéger la " les zones traitées doivent santé des miaulétous et être interdites pendant des agents, les au moins 6 heures" alternatives aux produits chimiques prennent de plus en plus de place dans la gestion des « mauvaises herbes ». Celles-ci ont vocation à se développer et à se généraliser dans les années à venir.

Existe-il des solutions alternatives pour améliorer leur maîtrise ?

 Les plantes couvre-sol : le meilleur moyen pour limiter la pousse des « mauvaises herbes », en évitant de laisser un sol nu et en occupant l’espace avec d’autres plantes. Cette technique est pratiquée dans les talus, comme aux abords de la place de la Libération, par exemple.  Le paillage : il permet d'empêcher le développement des « mauvaises herbes » et de limiter les arrosages. Cette technique a été généralisée à l'ensemble des massifs.  Le désherbage manuel : binette, serfouette, sarcloir, couteau à désherber sont des solutions simples et efficaces. La commune fait appel au relais infos services quelques jours dans l'année pour mettre en œuvre cette solution.  Le balayage : la pousse de l’herbe sur les aires minérales (caniveaux, trottoirs…) est due à la présence de matière organique. Un balayage régulier permet d’éviter l’accumulation de terre dans les recoins, mais également d’arracher les jeunes pousses et les mousses. La nouvelle balayeuse peut être équipée d'une brosse spéciale désherbage. Après plusieurs essais, cette technique ne fonctionne que sur les secteurs où les caniveaux sont en bon état.  Le désherbage thermique : la commune possède un désherbeur thermique à gaz et un second sera prochainement acquis. Par ce moyen, le service espaces verts traite les rues du centre-bourg, les cours d'école, les abords des aires de jeux. Pour compléter toutes ces alternatives, la signature de la charte « objectif zéro pesticides », au printemps 2010, permet aux agents de la commune de partager les expériences et les bonnes pratiques des autres villes signataires.

A la douche ! Cet automne, la commune a fait procéder à des tests pour vérifier le bon raccordement des maisons au réseau d’assainissement collectif dans les quartiers d’Augères et du pont de Noblat. Les zones soumises à ces tests sont celles où le réseau a été récemment créé ou étendu. Les essais pratiqués pour valider la conformité du raccordement sont visuellement impressionnants (injection de fumée et de colorant), tout en étant inoffensifs pour l’environnement et la santé. RAPPEL POUR LES USAGERS SITUES EN ZONE D’ASSAINISSEMENT COLLECTIF ! Dès lors que votre quartier est couvert par le réseau d’assainissement collectif, vous êtes tenus de vous raccorder à celui-ci et à prendre contact avec la commune pour faire vérifier la conformité du branchement. C’est une opération relativement simple qui consiste à raccorder directement votre évacuation d’eaux usées au réseau d’assainissement, sans passer par votre assainissement autonome (fosse sceptique…). En cas de non raccordement au réseau d’assainissement collectif, ou en l’absence de demande de vérification du raccordement réalisé par les agents de la commune, votre taxe d’assainissement est majorée.

26

décembre 2010 / N°19


NOUVELLES TECHNOLOGIES

Petit écran deviendra grand ! Le passage à la télévision « tout numérique » est organisé progressivement, région par région. Pour le Limousin, ce passage a été fixé par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) au 29 mars 2011. Passée cette date, le mode de réception actuel (analogique) cessera de fonctionner. n groupement d’intérêt public, France Télé Numérique, dont les membres sont l’Etat et les grandes chaînes, a été créé pour accompagner le passage à la télévision « tout numérique ». Une aide, d’un montant maximal de 250 €, sans condition de ressources, est prévue pour les foyers qui ne pourront pas recevoir la télévision « tout numérique » avec leur antenne râteau.

U

Une autre aide, sous condition de ressources, peut être accordée pour l’équipement d’un adaptateur TNT, permettant de recevoir la télévision « tout numérique » avec un téléviseur ancien. Pour en savoir plus, vous pouvez contacter

France Télé Numérique au 0 970 818 818

Le net en plein air Récemment, la commune a créé un point Wifi place et espace Denis Dussoubs. Mode d’emploi de ce service. ne fois sur la zone de couverture (place Denis Dussoubs, arcades et bancs du parc du foyer rural) et munis de votre ordinateur portable, suivez les différentes étapes :

U

1- Détectez les réseaux disponibles et choisir « STLEONARDWIFI »

Le haut débit en un clic

2- Ouvrez votre navigateur Internet. A la première connexion, vous êtes dirigés vers une page qui demande un nom d'utilisateur et un mot de passe 3- Attention ! Le point d'accès peut accueillir jusqu'à 30 utilisateurs simultanés, les noms d'utilisateurs ont la forme « wifi1 », « wifi2 »... etc. jusqu'à « wifi30 »

4- Après avoir choisi votre nom d'utilisateur, entrer « wifi » comme mot de passe et valider. Si un message vous indique que ce nom est déjà utilisé, choisissez-en un autre comme expliqué au n°3

Et bien ! Surfez maintenant ...

5% des foyers miaulétous ne peuvent pas avoir accès à l'internet haut débit par ADSL. Depuis le printemps 2009, des solutions alternatives ont été mises en service par le syndicat mixte DORSAL. Après un an et demi, l'heure est venue de faire un premier bilan, à l'échelle de la commune, de l'accès par ondes radio (WIMAX) et par satellite. u 30 août 2010, on compte 25 abonnés WIMAX et 5 abonnés satellite sur la commune. Le WIMAX, après avoir connu des retards de lancement et d’ajustements techniques les premiers mois de mise en service, connaît maintenant son rythme de croisière et propose aujourd'hui un service relativement fiable.

A

En cas d'inéligibilité aux autres solutions, reste l'accès par satellite. Un peu plus contraignante, cette solution permet de télécharger un volume limité de données chaque mois, volume suffisant pour une utilisation courante.

Internet haut débit pour les foyers qui ne sont pas éligibles à l'ADSL. Pour en savoir plus vous pouvez contacter le syndicat mixte

DORSAL au 0810 87 23 19.

WIMAX et satellite restent à court terme les deux seules solutions d'accès

Le web miaulétous En 2003, la commune crée son site Internet. Face aux attentes des internautes, deux refontes ont été engagées. La dernière version voit le jour en juillet dernier. Graphisme et contenu ont été entièrement repensés et retravaillés. u total, neuf rubriques composent la nouvelle version du site Internet. Quatre ont été créées afin de développer le contenu du site et d’optimiser le temps de recherche des internautes. Les « démarches administratives » côtoient ainsi « Les associations », « Le cinéma Rex », « Les liens d’amitié »,

A

« Histoire, patrimoine et personnages illustres », la « vie scolaire et jeunesse », la « vie communale », la « vie intercommunale » sans oublier les « événements et manifestations ». La création d’un bandeau défilant, en page d’accueil, vous permet également de vous tenir informés des dernières actualités sur la commune.

Le saviez-vous ? Durant l’été, ce sont près de 9 000 internautes qui ont surfé sur le site Internet de la ville.

www.ville-saint-leonard.fr décembre 2010 / N°19

27


Mariage célébré par les deux maires

EVENEMENT

Des miau

En 2009, la ville de Saint-Léonard de Noblat reçoit une délégation d’élus et d’enfants de Balesti (Roumanie). En retour, les miaulétous ont répondu à l’invitation de cette cité amie du 7 au 17 août 2010. Récit d’une belle histoire d’amitié. e 7 août, à l’aéroport de Bucarest, chacun est saisi par la chaleur qui s’abat encore à 20 heures. A la tête d’une petite délégation roumaine, Néagu Tanasuica, président de l’association Balesti-Saint-Léonard, nous accueille. Il nous transporte avec un minibus et deux voitures à 180 km au nord, jusqu’à notre terre d’accueil, Balesti. Il est minuit. A la mairie, M. le Maire, Stancu Balescu, dit Stànel, nous attend avec une foule de personnes. Ceux qui connaissent les miaulétous depuis les premières rencontres en 1990, sont là, les larmes aux yeux. Des familles de Balesti nous ouvrent les portes de leurs foyers et nous offrent la chaleur de leur cœur pour la durée de notre séjour.

C Rencontre amicale de foot

Dans une exceptionnelle canicule, nous vivons éveillés notre rêve roumain, empreint d’une grande chaleur humaine. Au cœur de cette petite ville de 2 300 habitants, son école surgit avec ses couleurs lumineuses. Elle est remarquablement équipée. Seize ordinateurs récents trônent dans une classe informatique. Toutes les salles sont éclairées de murs gais, qui font de l’école un lieu chaleureux et intimiste. Parcourir les rues plantées d’arbres fruitiers, assister et participer à des matches de football locaux, croiser des chevaux attelés, faire une promenade en charrette, regarder les enfants jouer le spectacle spécialement conçu pour nous (où des professeurs sont totalement investis), partager les repas et les rigolades. Voilà l’essence de notre séjour. Dans cette atmosphère, il n’est plus besoin de traduire, chacun se comprend au travers d’un mot, d’un geste, d’une attention. Spectacle d’accueil des enfants qui ont joué, pour l’occasion, devant la délégation miaulétoune des petites scènes théâtrales en français.

Fête traditionnelle organisée chaque année à Balesti « Les Fils du village » 28

décembre 2010 / N°19


La délégation miaulétoune à Bucarest, au palais de CEAUSECU

Ville de Brasov

l étous en Roumanie ! A la découverte du château de Dracula ! Un périple de cinq jours et de 1 500 km, nous fait découvrir les charmes de la Roumanie. Les montagnes des Carpates, l’incontournable château de Dracula, la fascinante ville de Brasov, joyau de la Transylvanie, la grâce de la Moldavie, les terres sauvages de la douce Bucovine, et bien sûr la capitale, Bucarest. Partout, nous observons de belles et harmonieuses clôtures en bois, des frises qui bordent les rives des toits, des descentes d’eau en zinc sculptées dans le métal. Le charme d’un style local est respecté et les abords sont aussi coquets que les maisons.

Les traces de la révolution roumaine de 1989

Balesti et Saint Léonard de Noblat : unies dans l’amitié Avec ferveur, ils expriment, le maire en tête, leur souhait d’une relation forte et officielle avec Saint-Léonard dont ils ont cloué la devise à l’entrée de la commune. Partager l’amitié avec Balesti est un espoir pour les jeunes générations. Cette relation fraternelle concoure à résister aux démons de l’individualisme, à la peur de l’inconnu et au recul de la francophonie.

Speranţa că nostru frumoasă poveste de prietenie îndură ! (Souhaitons que notre belle histoire d’amitié perdure !)

Derrière cette douceur affichée, se cache la souffrance séculaire d’un peuple. Seulement 20 ans après l’avènement de la démocratie, le pays est en marche. Les changements sont impressionnants depuis le premier voyage des miaulétous. Cependant, le revenu moyen et le pouvoir d’achat restent encore extrêmement faibles en comparaison des autres pays européens. Pauvres, généreux et chaleureux, tels sont nos amis de Balesti.

De gauche à droite : Néagu Tanasuica, Christine Riffaud, Stancu Balescu, Bernard Rouilhac (président Saint-Léonard Balesti) décembre 2010 / N°19

Le château de Dracula 29


LA VACHE L DANS DANS TOUS TOUS La reine des prés, généreuse et goûteuse

« Vaches des villes et vaches des champs »

Cette année, le comice agricole de Saint-Léonard a fait face, avec courage et ténacité, au contexte économique plus que difficile. Grâce à la commune de Saint-Léonard, aux nombreux bénévoles et aux partenaires (le conseil régional du Limousin, le conseil général de la Haute-Vienne, la communauté de communes de Noblat, INTERBEV, INTERBOLIM, Limousin Promotion, FNCAB), nous sommes fiers d’annoncer la réussite du 25ème anniversaire des journées promotionnelles de la viande bovine limousine. Rond point - création A. Meneau

a vente directe de viande limousine s’est déroulée sous la halle marchande. De nombreux fins connaisseurs attendaient devant les portes, tôt le matin, pour avoir la primeur d’acheter cette viande de qualité, labellisée « Limousin Junior ». Ce sont donc près de 300 caissettes, d’environ 10 kg chacune, qui se sont vendues en une demi-journée.

L

Trois pôles de dégustations ont fait découvrir aux visiteurs et promeneurs des recettes originales à base de tendre limousine. Chaque morceau de viande servi répond à un cahier des charges strict pour obtenir la reconnaissance du label et des professionnels.

Sculpture bois - création A. Meneau

Le concours puis la vente aux enchères ont donné lieu à un beau spectacle. Les animaux ont été vendus dans la France entière. Les visiteurs ont pu, une fois de plus, prendre conscience de la qualité de cette viande à forte identité locale : La Limousine. Nous sommes heureux d’annoncer les dates de l’édition 2011, les 20 et

21 août. Vente de viande sou

s la halle marchand

e

Sculpture bois - parking de la mairie

Sculpture sable - création L. Sadrin

Sculptures sable - création L. Sadrin

Vache colorisée par les enfants de l’accueil de loisirs - exposée au relais assistantes maternelles


IIMOUSINE MOUSINE SES ÉTATS Souriez, vous êtes photographiés ! Nouveauté ! 2010 a vu le lancement de la première édition d’un concours photos rattaché au thème du fleurissement de la ville : « La Limousine, star de l’été ». En complément des vaches en ville, ce concours photos invitait enfant comme adulte à proposer leur plus beau cliché de vaches des champs. ette première édition a rassemblé treize participants dont de jeunes adolescents. Ce concours photo permet à la commune de sensibiliser un public nouveau, et d’inciter un plus grand nombre de miaulétous à contribuer au dynamisme de la ville.

C

Au cours des journées de la viande bovine limousine, les 21 et 22 août derniers, un stand dédié au concours photo était installé. Un grand panneau présentait les treize photographies en compétition. 1 354 visiteurs ont participé au choix de la photo gagnante. En cohérence avec le fil conducteur du fleurissement communal 2010, deux distinctions ont été décernées aux lauréats le 26 novembre dernier : un prix professionnel ainsi qu’un prix public. Le premier a été attribué par un jury composé d’un photographe, d’une professionnelle de l’horticulture et de l’art floral ainsi que d’un membre du comité communal de fleurissement. Le second a été attribué selon les votes du public, collectés lors des journées de la viande.

1er prix public - © Sophie Vincent

1er prix professionnel et 2ème prix public - © Catherine Breuilh

2ème prix professionnel - © Stéphanie Turbe

3ème prix public - © Perrine Dumas

3ème prix professionnel - © Pauline Breuil

décembre 2010 / N°19

31


FLEURISSEMENT

LA FLEUR DE LA Premiers prix du concours communal des maisons fleuries

Depuis 2005, la commune s’est engagée dans une campagne d’embellissement du cadre de vie de chaque miaulétous. Concours des maisons fleuries, participation au concours départemental et régional des villes et villages fleuries, initiatives en faveur du développement durable sont autant d’actions pour le bien-être de tous.

ette année, créativité et rigueur ont permis à la ville de Saint-Léonard de Noblat de se voir attribuer une seconde fleur, deux ans après la première. Le travail minutieux et assidu des agents du service espaces verts et la forte implication des miaulétous sont ainsi récompensés.

C Maison avec jardin visible de la rue Roger et Jacqueline Février (diplôme d’honneur*) Rue Berlioz

Cette distinction salue nos « efforts en matière d’embellissement et d’aménagements paysagers », comme le précisent les membres du Jury du concours régional des villes et villages fleuris. Ils ont été séduits par l’aménagement autour de l’hôtel de ville et par les premiers travaux de voirie entrepris en centre ville qui ont su redonner le caractère originel de notre ville. Le fleurissement est l’affaire de tous ! Chaque année, le concours

communal des maisons fleuries

rassemblent de nombreux passionnés du jardinage, de la nature et amoureux des plantes. En 2010, 24 miaulétous se sont inscrits en choisissant l’une des huit catégories existantes.

Décor floral installé sur la voie publique Lucien et René Donarier (diplôme d’honneur avec mention spéciale) Le Tilleul

Sur ces huit catégories, six sont imposées par le Comité Départemental du Tourisme (CDT). Deux catégories originales ont été créées par la municipalité : jardin et coins et jardins secrets, afin d’intégrer les particularités de notre ville.

potager

Place Denis Dussoubs

Balcon ou terrasse Danielle Faucher (diplôme d’honneur) Cité du Breuil

Parc fleuri Nicole Lacore (diplôme d’honneur) Place Saint-Martial 32

Puits découvert avenue de Limoges décembre 2010 / N°19


RECOMPENSE Hôtel – restaurant café – commerces « Le Grand Saint-Léonard » (diplôme d’honneur avec mention spéciale) Jean-Marc Vallet Avenue du Champ de Mars

Ferme fleurie Rachel Joffre (diplôme d’honneur avec mention spéciale) Le Pénitent

Hôtel de ville

Jardin potager Raymond Laumonier Eycouveaux

Coins et jardins secrets Martine Cornard Lajoumard

Massif de la Poste décembre 2010 / N°19

* les diplômes d’honneur (avec ou sans mention spéciale) sont décernés par le CDT

33


SAINT-LEONARD, TERRE D’INSPIRATION

Raymond Poulidor : Roi de la Petite Reine Propos recueillis par le comité de rédaction (CR) auprès de Raymond Poulidor (RP) avec l’aide de Jean-Pierre Micaud Né le 15 avril 1936 à Masbaraud-Mérignat dans le département de la Creuse, Raymond Poulidor, dit « Poupou », est le chouchou des cyclistes dans le cœur des français. Il codétient avec Lance Armstrong le record de podiums (8) sur le Tour de France en 14 participations et des Championnats du monde (4) avec six autres coureurs en 18 participations.

CR : Légende vivante du cyclisme, vous êtes, sans nul doute, l’un des plus célébres champions français. Pouvezvous nous dire à quel âge la passion de la Petite Reine est née en vous ? Raymond Poulidor - avril 2010 RP : J’ai débuté en tant que coureur non licencié en 1952 – 1953 à l’âge de 16 ans. J’ai fait ma première course officielle le 29 mars 1953 au Premier Pas Dunlop. J’ai obtenu mon premier succès au prix de la Quasimodo à Saint-Léonard de Noblat le 25 avril 1954.

CR : Combien de fois avez-vous participé au Tour de France ? Quelles étapes vous ont le plus marquées et pourquoi ? RP : J’ai participé à 14 Tour de France et ma première participation était en 1962. Plusieurs étapes m’ont marquées. Toutefois, je citerai ma première victoire d’étape à Aix les Bains, comprenant cinq cols, mes victoires à Luchon en 1964 et à Saint-Lary Soulane en 1974. IL est vrai que celles-ci m’ont davantage marquées car il s’agissait d’étapes de montagne où le Tour de France se jouait. CR : En dehors du Tour de France, vous avez participé à de nombreuses épreuves depuis vos premiers « coups de pédales »? Parlez-nous de votre palmarès et de vos moments forts ? RP : Vous savez en 18 ans de carrière professionnelle, j’ai vécu tellement de moments forts qu’il faudrait des pages entières pour les raconter. CR : A quel âge avez-vous souhaité « raccrocher » votre vélo et quelle fut votre dernière course ? Comment résumeriezvous votre carrière ? RP : J’ai raccroché le vélo fin 1977. Le sport de haut niveau est très difficile. Il demande une certaine rigueur et une hygiène de vie pour être performant mais il faut savoir arrêter bien que cela soit dur. Ma dernière course était un cyclo-cross à Wambrechies, dans le département du Nord, le 25 décembre 1977.

CR : : Pouvez-vous nous parler de vos courses amateurs et de vos débuts chez les professionnels ? RP : Classé en 4ème catégorie, j’ai gravi les échelons petit à petit en remportant plusieurs victoires. Je passe en 1ère catégorie indépendant en 1956 où je peux me mesurer aux professionnels. Au Bol d’Or des Monédières, je termine 6ème de la course chère à Jean Ségurel, remportée par Raphaël Géminiani (Louison Bobet termine 8ème). Après mon service militaire, effectué en Allemagne et en Algérie de septembre 1956 à décembre 1958, je me consacre au vélo. Le 5 juillet 1959, je deviens champion du Limousin des indépendants à Saint-Laurent-sur-Gorre. Je participe à un grand nombre d’épreuves ouvertes aux professionnels. Le 9 août de cette même année, je me classe 3ème à Peyrat-le-Château derrière Jean Dotto et Louis Rostollan. A l’issue de cette course, Bernard Gauthier parle de moi à Antonin Magne qui me fait signer un contrat chez Mercier. Ma carrière professionnelle débute alors en 1960. Je suis resté fidèle à Mercier jusqu’à la fin de ma carrière le 25 décembre 1977, au Duel Poulidor-Anquetil en 1964 - Puy-de-Dôme total 18 saisons ! 34

Si je devais résumer ma carrière, je dirai que j’ai eu beaucoup de chance de pouvoir côtoyer un monde différent de celui de mon milieu d’origine et de rencontrer des personnalités de divers horizons.

CR : Aujourd’hui, comment avez-vous entrepris votre reconversion sportive ? RP : Je suis resté dans le monde du cyclisme au sein de la société Mercier – France Loire. De 1978 à 2006, j’avais en charge la promotion des ventes en grandes surfaces. J’ai continué à suivre l’actualité cycliste en participant au Tour de France avec France Inter, TF1, Antenne 2 comme consultant, puis en tant que « relation publique » dans la caravane publicitaire. CR : Malgré votre grande popularité, vous avez préféré demeurer dans votre région décembre 2010 / N°19


natale. Miaulétous d’adoption, nous sommes ravis de vous compter parmi nos habitants. Vous répondez toujours présent aux invitations des différentes municipalités, dès que votre emploi du temps vous le permet. Pourquoi avez-vous choisi de rester en terre limousine ? RP : Je suis très attaché à ma région. Le Limousin est une Raymond Poulidor chez lui (maison natale) en 1960 à Vaux (commune de Champnétery)

région formidable pour la pratique du cyclisme !

CR : Au mois d’août dernier, le monde sportif disait adieu à un autre champion cycliste français, Laurent Fignon. Notre commune a eu la chance de le côtoyer lors de l’accueil d’une étape du Paris Corrèze en 2007 et 2010. Quels souvenirs garderez-vous de lui ? RP : Personnellement, je connaissais très peu Laurent Fignon en tant que coureur. J’ai appris à l’apprécier au travers des organisations sportives qu’il menait. Il s’investissait toujours à fond. J’ai eu l’occasion de le fréquenter lors du Tour de France 2010 où il a fait preuve de beaucoup de courage. Les médias lui ont offert les honneurs qu’il méritait. CR : Quel regard portez-vous sur le monde du cyclisme au XXIè siècle. Quelles différences notables existe-t-il avec celui que vous avez connu ? RP : L’évolution du monde du cyclisme, et du sport de manière générale, suit la même courbe que notre rythme de vie de tous les jours.

Le saviez-vous ? Ses victoires en bref … 1961 : champion de France sur route 1964 : vainqueur du Tour d’Espagne 1961 : vainqueur de la classique Milan-San-Remo 1963 : vainqueur de La Flèche Wallone 1972 et 1973 : vainqueur de Paris-Nice 1966 et 1969 : vainqueur du critérium du Dauphine Libéré 1971 : vainqueur de la Semaine Catalane 1973 : vainqueur du Grand prix du Midi Libre

Raymond Poulidor impliqué dans la vie de la commune En 1972 : Il participe, aux côtés du docteur et maire René Barrière, à l’inauguration du Mille Club (maison des jeunes) situé à proximité de la cité du Breuil. Le 25 janvier 1973 : Raymond Poulidor se voit décerner les insignes de Chevalier dans l’ordre de la Légion d’Honneur en présence de Joseph COMITI, Ministre de la Jeunesse et des Sports, de Jacques CHIRAC, Ministre de l’Agriculture, de Maurice LAMBERT, Préfet de la région Limousin et du département de la Haute-Vienne et du docteur et maire René Barrière. Le 1er novembre 1978 : Inauguration du stade Raymond Poulidor en partenariat avec les clubs de rugby et de football et en présence, entre autres, de M. Corbon, Préfet de la région, de Louis Longequeue, Sénateur-maire de Limoges et M. Hidalgo, sélectionneur des équipes de France de football. Le 17 avril 1996 : célébration du 60ème anniversaire de Raymond Poulidor avec, entre autres, le tournage d’une émission de télévision par France 3 Limousin au cœur de la halle des sports où 700 spectateurs ont pu assister à son enregistrement. Le 13 juillet 2004 : la renommée de Raymond Poulidor permet à la commune d’être ville de départ du TOUR DE FRANCE. A cette occasion, l’avenue Raymond Poulidor (anciennement avenue du stade) est inaugurée en présence de Jean-Marie Leblanc, alors Directeur de course du Tour de France. Lithographies et livres en l’honneur de Raymond Poulidor sont imprimés au Moulin du Got. Du 31 juillet au 8 août 2010 : une exposition dédiée à la formidable épopée de « Poupou » est organisée en partenariat avec la municipalité et l’association des amis de Raymond Poulidor et d’André Dufraisse. décembre 2010 / N°19

35


SAINT-LEONARD, TERRE D’INSPIRATION

Guillaume Moreau : La passion du sport automobile dans le sang Propos recueillis par le comité de rédaction (CR) auprès de Guillaume Moreau (GM) A 27 ans, Guillaume Moreau a su s’imposer dans le milieur du sport automobile aux côtés des plus grands noms. Miaulétous amoureux de sa commune, il reste encore trop peu connu du grand public et pourtant, « il le vaut bien ! »

CR : Pouvez-vous nous parler de votre passion et quand est-elle née ? GM : J’aime le sport et très jeune je décide de pratiquer le basket-ball. A l’âge de 10 ans, mon père me fait découvrir le karting. Je fais mes premiers pas à La Bastide, où les tours Gauguin ont été détruites. Je deviens rapidement « accroc » à cette discipline qui me conduira jusqu’au Championnat du monde. J’ai pratiqué cette activité durant cinq ans au cours desquels j’ai usé 20 kartings. Je ne possède plus mon premier kart, mais j’ai conservé le dernier. C’est donc grâce à mon père que mon intérêt pour le sport automobile s’est révélé. J’ai eu la chance d’avoir l’appui des médias locaux. Il est toujours plus difficile de percer dans ce milieu et de « dénicher » des partenaires. J’ai donc pratiqué le karting jusqu’à l’âge de 19 ans, et en 2002, je me lance à 100% dans la course automobile, avec l’objectif de devenir pilote professionnel. De 2002 à 2007, j’ai gravi les échelons un à un dans le domaine de la vitesse, ce qui m’a permis d’accéder à la Formule 3000 qui nécessite un budget plus important. C’est pourquoi, en 2007, je décide de m’orienter vers l’endurance par manque d’appuis financiers. En sport mécanique, l’endurance consiste à accomplir la plus longue distance dans la durée impartie. L'une des plus célèbres est les 24 Heures du Mans. Elle nécessite stratégie, concentration, performances mécaGuillaume Moreau porte les couleurs de son équipe OAK Racing - © Paolo Pellegrini niques et technologiques. En choisissant cette discipline, j’ouvre ainsi les portes de l’endurance aux plus jeunes pilotes qui n’envisagent pas forcément de faire carrière dans ce domaine. Mon évolution professionnelle a favorisé mon enrichissement personnel et humain grâce aux différentes rencontres qui ont jalonné mon parcours. CR : Vous vous êtes distingué cette année encore en vous classant 2ème aux 24 Heures du Mans avec votre team OAK Racing. Quel regard portez-vous sur cette épreuve ? GM : C’est en 1923 que se déroule la première édition des 24 Heures du Mans. Epreuve mythique et emblématique du sport mécanique d’endurance, cette course populaire a rassemblé cette année plus de 300 000 spectateurs attirés par la magie du Mans. Contrairement à une course de Formule 1, où tout se joue en 1h30 et où l’on va assister à un « show », les 24 Heures du Mans sont un véritable laboratoire où développement durable, consommation sont étudiées, et où de nouvelles performances mécaniques et technologiques sont testées. Les 24 Heures du Mans consistent à parcourir le maximum de tours possibles dans le temps imparti, en sachant que le circuit compte près de 14 kilomètres et que trois pilotes de la même équipe se relaient au volant. Pour moi, la réussite de cette épreuve passe impérativement par l’excellent travail réalisé par le personnel technique de mon équipe, OAK Racing, qui compte près de 40 personnes !!! Vous savez, dans le sport de haut niveau, rien n’est jamais acquis. Aussi, faut-il toujours se lancer de nouveaux défis. Pour réussir, deux conditions sont nécessaires : entretenir d’excellentes relations avec l’ensemble de son équipe, et avoir du plaisir à pratiquer ce que l’on fait, sans quoi, le résultat ne sera pas au rendez-vous. Mon objectif principal est de remporter les 24 heures du Mans en catégorie reine. CR : Quel est votre ou vos plus beau(x) souvenirs en tant que pilote automobile ? GM : Un moment m’a tout particulièrement marqué. Il s’agit de ma deuxième place en Formule 3 Euroseries à Hockenheim (Allemagne) aux côtés de Lewis Hamilton et Sebastian Vettel. Je retiendrais aussi deux autres moments forts : ma deuxième place aux 24 Heures du Mans, cette année, et mes premiers tours de roue en Formule 1, en 2008, à l’occasion d’un inoubliable test avec la Scuderia Ferrari à Misano grâce au Baron de Rotschild. Cette saison sportive 2008 a été fabuleuse et forte en émotions pour moi. 36

A l’âge de 10 ans, Guillaume Moreau fait ses premiers pas en tant que pilote de Kart décembre 2010 / N°19


© Clément Marin

CR : Enfant de Saint-Léonard de Noblat, quels liens conservez-vous avec votre ville natale ? GM : Enfant du pays, j’ai conservé des attaches fortes pour Saint-Léonard où j’ai pu grandir et m’épanouir, et où j’ai plaisir à retrouver mes amis et mes souvenirs d’enfance. J’aime la nature et les possibilités qu’elle nous offre. C’est pourquoi, à SaintLéonard, j’ai pu m’adonner à la pratique de plusieurs activités sportives dont la moto. Résidant à Limoges, j’aime revenir à Saint-Léonard pour me ressourcer et y retrouver ma famille, car je n’oublie pas d’où je viens et cela est primordial pour moi. Lorsque l’on me demande d’où je viens, les gens sont parfois étonnés de savoir que je suis originaire d’une petite ville au cœur du Limousin là où habite Poulidor. Pourtant, je suis fier de leur parler de Saint-Léonard et de porter les couleurs de ma ville, autant que celle de ma région. Je suis d’ailleurs ravi que le conseil régional du Limousin me soutienne professionnellement car cela apporte une « valeur ajoutée » à ma carrière.

Le saviez-vous ? Le public ignore parfois combien de progrès techniques, à priori évidents aujourd’hui, ont été accomplis grâce au sport automobile en général, et aux 24 Heures du Mans en particulier. Qu’il s’agisse des essuieglaces, du turbocompresseur, des freins à disque, de l’aérodynamique, la technologie n’aurait pu faire de si rapides progrès sans Le Mans. Source : www.lemans.org De gauche à droite : Guillaume Moreau, Lewis Hamilton et Sebastian Vettel en 2008 - © Paolo Pellegrini

Les moments forts de son palmarès 2010 : 2ème des 24 Heures du Mans - Championnat Le Mans Series et 24 Heures du Mans – Team OAK Racing – 2 podiums 2009 : Championnat FIA GT Team Luc Alphand Aventures – 1 podium - FR 3.5 World Series by Renault – Team SG Formula - 1 podium 2008 : FR 3.5 World Series by Renault – Team KTR – 1 podium - Championnat Le Mans Series – Team Luc Alphand Aventures – 2 victoires 4 podiums - Vainqueur du Le Mans Series GT 1 – 5ème des 24 Heures du Mans - Test Ferrari F1 2007 : FR 3.5 World Series by Renault – Team KTR – 1 victoire – 1 pole position – 2 podiums - Championnat Le Mans Series et 24 Heures du Mans Team Courage Compétition 2005-2006 : F3 Euro Series – Team Signature – 1 victoire - 7 podiums - 2ème à Hockenheim avec Lewis Hamilton et Sebastian Vettel (voir notre photo) 2004 : Championnats de France et d’Europe Formule Renault 2.0 – Team SG Formula – 3 victoires – 5 pole positions – 13 podiums 2003 : Championnats de France et d’Europe Formule Renault 2.0 – Team Graff Racing – 4 podiums 2002 : Championnat de France Formule Renault – Team Pole Services 1995-2001 : Karting Pour en savoir plus … www.guillaumemoreau.com décembre 2010 / N°19

37


SAINT-LEONARD, TERRE D’INSPIRATION

Gay-Lussac, miaulétous et savant Grand savant limousin qui a eu une vie extraordinaire, Louis-Joseph Gay-Lussac est né le 6 décembre 1778, près de l’église Saint-Estienne à Saint-Léonard, fils d’Antoine Gay (Procureur du Roi au pont de Noblat) et de Léonarde Bourriquet.

Louis-Joseph Gay-Lussac

Fort de quelques rudiments de culture acquis avec l’abbé Bourdeix et Mrs Couty et Albert, il est envoyé à Paris en 1794 dans des conditions de vie difficiles. Désireux de réussir, il va se passionner pour les mathématiques et apprendre l’anglais quasiment tout seul. Son travail acharné va lui permettre d’être le pre-

mier Haut-Viennois à intégrer l’Ecole Polytechnique (créée en 1794) en octobre 1797. C’est le point de départ d’une réussite exceptionnelle sous le regard du chimiste Claude Berthollet. Voici quelques étape d’une fascinante épopée :  Chercheur (lois sur les gaz, ascensions en ballon,…),  Enseignant remarquable (Polytechnique, La Sorbonne, Muséum d’Histoire Naturelle…),  Capitaine d’industrie (SaintGobain, La Monnaie, Les Poudres et Salpêtres…),  Homme politique (trois fois député de la Haute-Vienne),  Couvert d’honneurs (Académicien, Pair de France, membre de nombreuses sociétés savantes…). Louis-Joseph fut pour Geneviève-MarieJoséphine Rojot un époux et un père exemplaire. Après un dernier séjour dans sa propriété de Lussac, il décède le 9

Nacelle exposée au musée Gay-Lussac

mai 1950 à Paris et est inhumé le 12 mai au cimetière du Père Lachaise. L’association des amis du musée GayLussac assure la conservation du patrimoine du savant et la gestion du musée municipal. Nous attendons toutes les personnes que la culture scientifique intéresse afin de diversifier nos actions. Vous voulez connaître l’univers scientifique, culturel, politique de la période allant de 1778 à 1850, alors venez visiter le musée Gay-Lussac dont l'entrée se situe sous les arcades du foyer rural. Renseignements Michel Métrot (président)  05.55.49.03.16 mmetrot@aol.com

Tubes à essai exposés au musée Gay-Lussac

Louis-Joseph Gay-Lussac dans l’histoire de la commune En 1943 : Victor Gandois, alors maire et son conseil municipal protestent énergiquement contre le retrait du buste de Gay-Lussac. Le maire expose les faits en ces termes : « Gay-Lussac n’est pas une gloire régionale ou locale, mais l’un des plus grands savants du début du XIXè siècle. Les immortelles découvertes dans les domaines les plus variés dans les sciences physiques font partie du patrimoine intellectuel de l’humanité toute entière. Il me semble que sa petite patrie ait le droit de garder intact le monument élevé en souvenir du plus illustre de ses enfants ». Le 7 mai 1950 : célébration de l’anniversaire du centenaire de la mort de Gay-Lussac en présence de Charles Roumagnac, Délégué du Président de la République, de nombreux représentants du monde politique, scientifique, de l’école Polytechnique et de sa famille. Le 14 décembre 1974 : inauguration du musée municipal Gay-Lussac Le 6 décembre 1978 : fête du bicentenaire de la naissance de Gay-Lussac Du 3 au 8 mai 2000 : célébration du 150ème anniversaire de la mort de Louis-Joseph Gay-Lussac. De nombreuses festivités ont été organisées (conférence, colloque scientifique, assemblée annuelle des professeurs de physique, dépôt de gerbes au Monument GayLussac …) 38

décembre 2010 / N°19


CULTURE ET PATRIMOINE

Le fonds ancien accessible à la bibliothèque Depuis début août, une nouvelle opération d’inventaire et de constitution d’un catalogue informatisé du fonds ancien se déroule à la bibliothèque. Nous vous l’avions annoncé pour 2008, mais un grave problème informatique a remis en cause la mise en ligne de ce fonds ancien. Aujourd’hui, grâce à un renouvellement des outils informatiques, ce travail a pu s’effectuer dans de bonnes conditions. a Direction des Affaires Culturelles (DRAC) du Limousin a, de nouveau, apporté son soutien à cette opération, en subventionnant à 80% un chargé de mission, spécialiste en livres anciens, présent durant deux mois. Une amélioration prochaine de la recherche documentaire devrait permettre au public d’accéder facilement à l’ensemble des notices identifiant chacun des ouvrages. Dès maintenant, une recherche par titre ou auteur, sujet ou éditeur, est possible soit sur le catalogue consultable à la bibliothèque, soit en ligne à partir du portail de la bibliothèque à l’adresse suivante : www.bibliotheque-st-leonard-de-noblat.fr

L

Ces ouvrages ont pour origine les confiscations révolutionnaires au détriment des établissements religieux de l’époque. Sur Saint-Léonard, il s’agit, sans doute, d’une partie de la bibliothèque du couvent des Récollets et du legs d’un particulier, le comte Desmaisons du Pallant par testament olographe du 7 octobre 1814 à la commune de Saint-Léonard. Ces collections ont été placées dans des dépôts littéraires créés dans chaque district ou département et ne furent jamais l’objet d’inventaire. C’est pourquoi en 2006, l’Etat a décidé de la mise en place d’un vaste Plan d’Action pour le Patrimoine Ecrit (PAPE) donnant ainsi aux petites et moyennes communes l’occasion de procéder à ces inventaires et à la constitution des catalogues informatisés de ces fonds. Au moment où nous rédigeons cet article, le fonds ancien de la commune se compose de 1 196 documents dont 20% sont datés entre 1501 et 1810, 50% entre 1810 et 1899, les 30% restant étant datés entre 1899 et 1920. Un livre de prière du XIIIè siècle, avec lettres enluminées, constitue l’objet le plus précieux de cette collection.

Le saviez-vous ? Renseignements Bibliothèque municipale Place Denis Dussoubs  05.55.56.76.87 bibliotheque.municipale@ville-saint-leonard.fr www.bibliotheque-st-leonard-de-noblat.fr

Ce fonds est exclu du prêt habituel. Les ouvrages ne pourront être consultés que sur place suite à une demande précise et prise de rendezvous.

Mille et une Notes musicales Après plusieurs saisons de « l’été musical », puis de « l’été vocal », le Cercle Saint-Léonard a choisi de rejoindre le festival « Mille et une Notes », géré par l’association « Opus 87 ». Ce partenariat avec d’autres manifestations a permis une soirée dédiée au tango ou une magistrale interprétation de partager les dépenses liées à la promotion, à la du concerto pour piano et orchestre de Chopin par Denis billetterie et aux frais annexes. Ce rapprochement faKOZHUKHIN, jeune virtuose russe. vorise le maintien d’une programmation musicale Le festival « Mille et une Notes », poursuivant sa politique de estivale de qualité remarquable sur notre commune. développement, un été musical 2011, d’une aussi grande quaLa collégiale accueille ces représentations pour le plus lité, est à espérer. grand bonheur des mélomanes. Parallèlement au maintien de ces concerts estivaux, le Cercle Désormais, Albin de La Tour (créateur des « EstiSaint Léonard continue d’organiser des dimanches après-midi vales du Chalard ») est en charge de la programen musique. Le premier a eu lieu à la fin du printemps. Il a permation. Grâce à ce professionnel, grand mis de découvrir un instrument qui s’invite dans les grands orconnaisseur de la musique classique et populaire, chestres autant qu’en solo : le marimba. Le 10 octobre, un cinq concerts ont vu le jour : concertos pour violons hommage à Frédéric Chopin a été rendu avec un petit récital et orchestre, un magnifique quatuor de violoncelles, d’œuvres majeures du compositeur. décembre 2010 / N°19

39


CULTURE ET PATRIMOINE

13ème Biennale : Des artistes fidèles Une fois de plus, le Cercle Saint-Léonard nous prouve qu'une petite ville de province peut égaler, en qualité et en nombre de visiteurs, les expositions parisiennes au vu du magnifique succès de la 13ème Biennale de peinture et de sculpture contemporaines. Une renommée internationale a présence du grand artiste bavarois, Angerer der Altère, et ses 17 tableaux, la fidèle présence de Claude Verlinde et de son œuvre, et les 37 invités, peintres et sculpteurs, ont contribué à donner à la Biennale une renommée internationale avec la venue de nombreux visiteurs étrangers.

L

Soulignons-le, la Biennale n'est soutenue que par la municipalité de Saint-Léonard, par ses bénévoles et ses annonceurs. Deux expositions auront lieu en 2011 à la salle des conférences, et la 14ème Biennale est déjà en gestation.

Les artistes de la 13ème biennale et son organisatrice Marie-Thérèse Malbet

Les coquilles ont le bourdon ! Cette année, le 25 juillet, fête de saint-Jacques, était un dimanche. C’est donc une année jacquaire exceptionnelle et rare … la prochaine étant en 2021 ! A cette occasion, le conseil de l’Europe et Europa Compostela organisaient le 2ème relais pédestre européen. ne trentaine de « bourdons » (bâton de pèlerin) et de livres d’or sont partis de différentes villes européennes (Rome, Londres, Lisbonne, Munich, Strasbourg…) pour se rejoindre à Santiago le 18 septembre 2010.

U

Un des bourdons a fait étape à Saint-Léonard de Noblat le 27 juillet dernier. Il était emmené par un groupe de pèlerins, de scouts et de marcheurs locaux. Madame le Maire, qui les a reçus à l’hôtel de ville, a signé les crédancials (passeports des pèlerins) et leur livre d’or. Après avoir profité d’une nuit de repos au centre paroissial pour les scouts et au refuge des pè" […] quelques lerins de la commune, situé à 1 000 pèlerins traversent côté de la collégiale, pour les notre cité chaque année " autres, le groupe a repris le « chemin de Saint-Jacques », marchant dans les pas des quelques mille pèlerins qui traversent notre cité chaque année. Un grand merci à tous ceux qui donnent de leur temps pour les accueillir. 40

Le saviez-vous ? Dans l’Antiquité, la coquille est symbole d’amour. Elle protège des mauvais sorts et des maladies. Elle est offerte en guise d’ornement ou d’offrande mortuaire. On en a ainsi retrouvé à Paris dans les tombes d’un cimetière mérovingien, bien avant la découverte du tombeau de Saint-Jacques-de-Compostelle. Les pèlerins qui reviennent de Compostelle rapportent des coquilles. Ils les fixent à leurs capes en l’honneur de Saint-Jacques et les rapportent chez eux avec grande joie en signe de leur long périple. Les deux valves du coquillage représentent les deux préceptes de l’amour du prochain. Source : www.saint-jacques.info

Renseignements ou pour rejoindre l’association Jean-Louis DAVID (président)  05.55.56.08.50 décembre 2010 / N°19


Il était une fois Saint-Léonard en Limousin Une maquette du centre ville de Saint-Léonard sur 4 m2, un nouvel ouvrage de 350 pages sur la cité des miaulétous, une grande exposition sur l’histoire urbaine de notre ville, depuis son origine, tel est le programme proposé par l’association « Connaissance et Sauvegarde » pour le printemps prochain.

Une œuvre d’art pédagogique Après 10 ans d’effort et plus de 12 000 heures de travail, fournies par une équipe de 6 à 8 personnes passionnées, patientes et persévérantes, la maquette au 1/200e sera achevée. Véritable œuvre d’art, elle sera un formidable outil pédagogique indispensable à notre ville d’origine médiévale au secteur sauvegardé, et entourant sa collégiale classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO au titre des Chemins de SaintJacques.

" […] Un évènement à ne pas manquer durant le mois de mai 2011,qui marque trente années de recherches archéologiques et historiques par « Connaissance et Sauvegarde de Saint-Léonard » "

Un livre et une exposition : SaintLéonard de Noblat : histoires de ville

L’adieu de Virginie - papier peint panoramique provenant d’une maison de Saint-Léonard - vers 1820

Le livre parlera des origines de la ville, des maisons et de leur évolution à travers les siècles, des décors urbains, des remparts et des monuments disparus, de la maison des Filles NotreDame, du couvent des Récollets, de l’hôpital ou de la gendarmerie et des halles. La plupart des auteurs qui ont écrit des pages de l’histoire de Saint-Léonard, depuis la naissance de l’association en 1980, sont représentés. L’exposition mettra en scène l’essentiel de ces récits autour de la maquette, à partir de documents d’archives, de photos anciennes, de tableaux, de

vitraux ou de sculptures, d’objets mobiliers ou décoratifs. L’association a ainsi fait restaurer un tableau de 1729 représentant le baptême du Christ, peint par E.Seiglière à Aubusson, provenant de l’ancienne chapelle des Pénitents Blancs de Saint-Léonard. C’est un événement à ne pas manquer durant le mois de mai 2011, qui marque trente années de recherches archéologiques et historiques par « Connaissance et Sauvegarde de Saint-Léonard ».

Représentation de saint Léonard dans le monde entier Parallèlement, les membres de l’association poursuivent leurs recherches sur bien d’autres thèmes, en particulier, sur les lieux et les représentations de saint Léonard du Limousin en Europe, et dans le monde entier. Un travail de longue haleine qui permet de développer un pôle documentaire de premier plan sur ce sujet. Des correspondants étrangers n’hésitent pas à faire appel à l’association pour en savoir plus sur ce thème dans leur région ou leur pays. Chacun de vous, lors de vos voyages, peut aider « Connaissance et Sauvegarde » à ce recensement. Renseignements ou pour devenir membre  05.55.56.54.88 cssl.st.leonard@orange.fr

Les ateliers de l’école de Chaillot s’intéressent au patrimoine miaulétous Fin octobre, 35 architectes, en cours de spécialisation à l’école de Chaillot de Paris, se sont mobilisés durant cinq jours sur le patrimoine de Saint-Léonard de Noblat. utre la ville et l’histoire de sa formation, ils ont étudié trois demeures et leur environnement respectif : une maison médiévale à l’angle de la place Noblat, la maison à la tour carrée du XVIIè et la maison XVIIIè au niveau de la porte Champlepot (rue Jean Jaurès). Un quatrième groupe s’est penché sur les moulins de Noblat récemment acquis par les établissements Coquet. Ils ont ainsi passé une semaine sur le terrain pour faire des relevés et des croquis, des recherches aux archives municipales, comprendre les mises en œuvre et l’histoire de ces édifices. L’objectif principal de ces recherches est de connaître l’architecture, les modes de construction, mais aussi l’histoire et le contexte urbain de Saint-Léonard afin de mieux mettre en valeur son patrimoine et le transmettre aux générations à venir. Le résultat des ateliers sera présenté publiquement au cours d’une exposition le 4 juillet 2011. Par la suite, elle sera visible au moulin du Got.

O

décembre 2010 / N°19

Découverte de la tour carrée datant du XVIIè siècle par les élèves architectes de l’école de Chaillot

41


URBANISME

Secteur Sauvegardé Prochainement, la mairie adressera à chaque propriétaire concerné un courrier les informant des dispositions relatives à la création du secteur sauvegardé. Un secteur sauvegardé a été créé et délimité sur le territoire de la commune de Saint-Léonard de Noblat par arrêté préfectoral du 26 novembre 2008, en raison de son « caractère historique, esthétique ou de nature à justifier la conservation, la restauration et la mise en valeur de tout ou partie de l’ensemble d’immeubles bâtis ou non bâtis » qui le constitue. e secteur sauvegardé de Saint-Léonard de Noblat couvre 22,5 hectares et comprend toute la vieille ville cernée par les boulevards, ainsi que les quartiers périphériques du centre ancien ou faubourgs situés au nord et à l’est regroupés autour de la place de la Libération et de la place du Champ-de-Mars.

L

" Il existe en France une centaine Le secteur sauvegardé est une démarche entreprise conjointement par de secteurs sauvegardés l’Etat et la commune concernée, démarche urbaine spécifique fondée dont un en Limousin sur la valeur de l’ensemble du patrimoine urbain, à l’aide d’un outil insà Saint-Léonard " titué par la loi du 4 août 1962 (articles L 313.1 et L 313.2.1 et R 313.23 du code de l’urbanisme). Une telle démarche est réservée aux centres anciens qui ont su conserver, au fil des siècles, une haute qualité urbaine

et architecturale. Il existe en France, aujourd’hui, une centaine de secteurs sauvegardés, dont un en Limousin à SaintLéonard de Noblat. La création du secteur sauvegardé est une étape préalable à l’élaboration du plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV). Il permet d’assurer la sauvegarde du patrimoine urbain pendant cette élaboration. Le plan de sauvegarde et de mise en valeur de Saint-Léonard de Noblat va être confié à un chargé d’étude, architecte du patrimoine. Une commission locale aura en charge le suivi de mise en œuvre.

Tous les projets de travaux nécessitent une autorisation A compter de l’arrêté créant et délimitant le secteur sauvegardé, et jusqu’à la publication du plan de sauvegarde et de mise en valeur, l’architecte des bâtiments de France assure la surveillance générale du secteur sauvegardé afin qu’en soient préservés et conservés, pendant la durée de l’élaboration du plan de sauvegarde et de mise en valeur, les éléments patrimoniaux. A cette fin, tous les projets de travaux susceptibles de modifier l’état des constructions et des espaces, y compris les travaux d’amélioration et d’aménagement inLe saviez-vous ? térieur des immeubles, les abattages d’arbres etc, situés à l’intérieur du périmètre du secteur sauvegardé sont soumis à l’avis conforme de l’architecte des bâtiments de France et doivent faire l’objet d’une demande de permis de construire en application des articles R ATTENTION ! 313.17, R 421.9 et R 421.11 du code de l’urbanisme. Les travaux réalisés sans déLes propriétaires concernés peuvent selon certaines conditions bénéficier d’avantages fiscaux.

claration préalable pourront être interrompus.

La ZPPAUP rebaptisée La loi « Grenelle II », publiée au Journal officiel du 13 juillet 2010, modifie le dispositif de la zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager (ZPPAUP) en « aire de mise en valeur de l’architecture et du patrimoine (AVAP) qui ajoute un volet développement durable. out comme la ZPPAUP, l’AVAP est une servitude d’utilité publique annexée au plan local d’urbanisme (PLU) et ses principes fondamentaux restent les mêmes. Ce dispositif est donc un outil de protection et de mise en valeur du patrimoine dans toutes ses déclinaisons : architecturale, urbaine, paysagère, historique, archéologique et plus largement culturelle.

T

Le contenu de l’AVAP est désormais constitué sur la base d’un diagnostic, préalable et obligatoire, portant à la fois sur le patrimoine et sur l’environnement, au regard du respect des principes de développement durable. Depuis le 14 juillet 2010, il est donc impossible de créer de nouvelles ZPPAUP. Cependant, la ZPPAU est toujours en vigueurjusqu’à son remplacement par l’AVAP. 42

décembre 2010 / N°19


VIE SCOLAIRE ET JEUNESSE

Les vacances à l’accueil de loisirs L’accueil de loisirs de Saint-Léonard de Noblat, situé chemin de la Forestière, accueille les enfants âgés de 4 à 13 ans. Durant les vacances estivales, diverses animations ont été proposées, de l’activité manuelle aux grands jeux extérieurs en passant par des sorties baignade au plan d’eau de Bujaleuf. n partenariat avec la mairie de Saint-Léonard, un projet a vu le jour sur le thème des 25èmes journées de la viande bovine limousine. Les enfants ont décoré une maquette de vache, réalisée par les services techniques municipaux, en coloriant chaque pièce du boucher.

E

Des animations thématiques ont également été organisées dont une sortie au parc Walibi réunissant plus de 50 enfants sur la journée. La visite de la cité des insectes, une journée baignade au plan

d’eau de Vassivière ou la visite du cirque Valdi ont permis à plusieurs jeunes de s’extérioriser. De nombreux camps et mini-camps sous tentes ont été proposés avec des destinations et des animations variées : un camp à optique sportive avec la pratique d’accrobranche et de canyonning pour les plus grands (8-13 ans), ainsi que la visite d’un élevage de bisons et balade en âne pour les plus petits (4-7ans). La plus forte fréquentation de l'accueil de loisirs a été enregistrée en juillet. Une dizaine d’animateurs ont assuré l’encadrement des plus petits (4 ans) aux plus grands (17 ans). Des activités et des animations ont d’ailleurs été spécifiquement mises en place sur tout le mois de juillet pour les 12-17ans : laser game, karting, voile, jeux de rôles, jorky ball, tournois divers sur console… incitant ainsi une réflexion sur les activités proposées pour les petites vacances ! Au mois d’août, même si la fréquenta-

tion a baissé, des activités tout aussi pertinentes ont favorisé l’évasion et l’épanouissement des jeunes présents. En novembre, un atelier sur le travail des matières a été mis en place avec une thématique axée sur la porcelaine et la visite de la manufacture Carpenet.

Le saviez-vous ? Des aides financières sont possibles auprès de la caisse d’allocations familiales, de la mutualité sociale agricole ou de votre comité d’entreprise…

Renseignements Accueil de loisirs Chemin de la Forestière  05.55.56.67.63 ou 06.03.36.53.30 Foyer rural centre social  05.55.56.11.18 (pour les 12–18 ans)

Monsieur le Directeur Suite au départ de Stéphanie July, la direction des écoles primaires Adrien Pressemane et Gay-Lussac a un nouveau visage, celui de Jean-

Baptiste DELPECH. Il peut compter sur l’appui de ses collègues pour faciliter sa prise de fonction et sur le soutien de Sandrine DARNEIX, directrice de l’école maternelle George Sand. Souhaitons-lui la bienvenue à Saint-Léonard !

La cloche a sonné

Sandrine Darneix et Jean-Baptiste Delpech

Cette année, l’école maternelle George Sand compte 129 enfants, dont 50 nouveaux petits bouts, nés en 2007, accueillis en petite section. Les statistiques nous laissent présager une augmentation pour l’an prochain. leurs, interrogations … bien sûr nous avons dû essuyer quelques larmes, mais rapidement, tous nos petits bouts sont plein d’enthousiasme et de bonnes résolutions. Comme chaque année, nos objectifs sont d’appren-

P

dre à vivre ensemble, à « faire tout seul », à maîtriser le langage oral (indispensable pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture), à préparer l’entrée au cours préparatoire pour les plus grands. Et, conformément à notre projet d’école, nous allons sensibiliser nos élèves au monde des arts et de la culture. décembre 2010 / N°19

Aiguiser les curiosités Une classe de moyenne section s’est rendue à l’espace Rebeyrolles, à Eymoutiers, pour découvrir l’exposition Mirò et participer à un atelier pédagogique. Les classes de moyenne et grande sections ont pu assister à la présentation du film « Les trois brigands » au cinéma Rex. Nous continuons à fréquenter régulièrement la bibliothèque municipale. Dès que possible, nous nous rendons aux expositions proposées au foyer rural et aux divers spectacles théâtraux ou musicaux qui ont lieu dans l’année.

70 enfants devraient intégrés les bancs de l’école maternelle, en petite section, à la rentrée 2011/2012

Nous espérons, ainsi, que l’enrichissement personnel de nos élèves nous permette de les accompagner au mieux sur le chemin de la découverte esthétique et de la création. 43


VIE SCOLAIRE ET JEUNESSE

La CLIS : So british ! Partir en voyage tout en restant à l’école : c’est ce qu’ont fait les enfants de la CLIS (Classe d’Intégration Scolaire) en construisant un bus anglais sur la base d’une citroën Xsara break destinée à la casse. piste. e bus aux dimensions impressionnantes (pas moins de Soudain, un mardi après midi à 13 heures 45 précises, les en5 mètres de long, 2 mètres de large et 2.20 mètres de fants se rassemblent sous la tente. Tous les regards sont tourhaut ) a été intégré au spectacle de fin d’année. Ce der- nés vers le maître. L’attention est à son paroxysme. Nous nier se produit tous les ans dans la cour de l’école Gay-Lussac arrivons enfin à comprendre la raison de toute cette attention : devant des spectateurs toujours plus nombreux. l’atelier chantier est lancé !

C

Mais qui sont exactement ces enfants et comment Les élèves troquent leurs habits d’écoliers contre des tenues font-ils pour réaliser de tels projets ? de travailleurs. Puis, ils sont répartis par groupe avec des obRentrons dans les coulisses d’une classe un peu particulière… Notre envoyé spécial a suivi pour nous, mois après mois, le travail de ce petit groupe d’enfants sur l’année scolaire 20092010. A l’entrée de la classe, le ton est tout de suite donné ! Un petit écriteau émaillé vissé à la porte nous avertit: « Attention,

enfants espiègles ! ». Puis la porte s’ouvre… Dans un grincement sourd et mystérieux on découvre, trônant au centre de la classe, une grande tente des années 30. Ouverte sur 3 côtés, abritant 13 petits sièges et 1 grand siège en rondin de bois, elle est en forme d’arc de cercle. Une cordelette est suspendue d’un bout à l’autre de la tente avec une série de photos et de schémas représentant une vieille Xsara break. Immédiatement, nous en déduisons que c’est ici, sous ce petit chapiteau, que le projet est négocié entre les élèves et leur maître, à l’abri des regards indiscrets. Afin de satisfaire votre curiosité légitime, nous décidons, dans le plus grand secret, de placer une caméra cachée à la place de la petite boule en bois qui surplombe la tente … Malheureusement après une semaine de surveillance active, le mystère n’est toujours pas percé. Le visionnage de l’enregistrement par nos experts montre une organisation pédagogique complexe. Les enfants alternent moments de travail individuel et regroupement collectif. Aucune place n’est attitrée et plusieurs activités ont lieu en même temps. Les adultes passent d’un groupe à l’autre et une atmosphère studieuse se dégage. Grâce au puissant zoom de notre caméra, nous constatons que les traces dans les cahiers ressemblent aux écrits des enfants des autres classes. Seul le nombre d’élèves diffère. Ainsi s’enchaînent les activités de lecture, d’écriture, de mathématiques ou de sciences sans que rien ne filtre sur l’activité qui intéresse nos lecteurs. Il semble que nous soyons sur une fausse

44

jectifs précis. Tous se dirigent vers le préau, armés d’outils divers, où les attend la vieille Xsara break. Telles des fourmis sur une proie prise au piège sur la fourmilière, les enfants débarrassent la voiture des éléments superflus pour ne laisser que l’essentiel : le châssis et le moteur. Les outils passent de main en main. Les uns aident les autres, et au bout de quelques mardis, il ne reste plus grand-chose sur ce véhicule. Pourtant, les différents tests montrent que le moteur tourne encore… Chaque mardi matin, la voiture du maître entre dans la cour pour déposer du matériel avant l’entrée des élèves. Tous ces matériaux sont ensuite transformés, sciés, assemblés, poncés, vissés autour du châssis de la Xsara. Vraisemblablement, aucun plan précis n’existe, si ce n’est une petite maquette de bus anglais à l’échelle 1/43è ! Ce qui est incroyable, c’est ce flou artistique qui permet à chaque morceau de bois, plus ou moins bien découpé, de trouver sa place sur cette étrange construction. Ainsi, au fur et à mesure que l’année passe, on croit voir un échafaudage mobile, un monstre, une cabane roulante ou un bateau. Jusqu’à la dernière minute, cette forme ne nous livre pas son secret. Le résultat après la dernière couche de peinture est impressionnant. Les élèves peuvent enfin tous s’asseoir dans leur œuvre et arpenter la cour de l’école sous les regards envieux des élèves des autres classes.

Le saviez-vous ? La création de ce bus a nécessité 2h30 de travail manuel hebdomadaire, du mois de septembre 2009 au mois de juin 2010. Sans compter le travail pédagogique et théorique quotidien entrepris pour la concrétisation de ce projet.

décembre 2010 / N°19


Mangez sain et équilibré tout en se régalant Propos recueillis auprès de Sabine Mouney, diététicienne Depuis 2006, la municipalité travaille en étroite collaboration avec une diététicienne, Sabine Mouney, pour la constitution des menus de la cantine scolaire. Elle nous présente son intervention au sein de nos services et au profit du bien-être alimentaire des enfants fréquentant le restaurant scolaire. on travail concerne principalement l’activité d’élaboration des menus, la diététicienne étant le garant d’une alimentation équilibrée. Les éléments à prendre en compte sont à la fois :

M

Sabine Mouney

• Des connaissances actuelles dans le domaine de la nutrition • Des textes législatifs et réglementaires, ainsi que des circulaires relatives à la composition des repas, à la répartition des aliments, aux grammages conseillés • Des contraintes budgétaires et matérielles • L’environnement socioculturel des convives Une volonté forte est exprimée par la municipalité quant à l’amélioration continue de la qualité de la restauration scolaire. Les efforts menés portent également sur le choix de fournisseurs, d’entreprises ou de commerçants locaux dans la mesure du possible.

Développer les sens pour apprécier les aliments nouveaux ! Notre objectif commun est non seulement de nourrir nos jeunes convives mais aussi de leur faire

découvrir de nou-

velles saveurs en proposant chaque jour une alimentation variée, équilibrée, répondant à des critères sanitaires et organoleptiques (présentation des plats et saveur des aliments) précis afin de satisfaire leurs besoins nutritionnels.

Comment sont constitués les menus ? Ils sont élaborés par l’équipe des cuisiniers municipaux dans un premier temps. Puis, je vérifie la diversité des plats proposés. En suivant les recommandations du Plan National Nutrition Santé (PNNS) n°2, je contrôle l’équilibre alimentaire sur la journée, la semaine et le mois afin d’obtenir un taux de calcium suffisant, une teneur élevée en glucides, une réduction des graisses… Je tiens compte, en collaboration avec l’équipe de cuisine et la municipalité, des remarques faites lors de la précédente réunion des parents d’élèves. Ces menus sont ensuite transmis aux associations de parents d’élèves pour information et affichage dans l’école. Ils sont également consultables sur le site Internet de la ville (www.ville-saint-leonard.fr), rubrique « vie scolaire et jeunesse ». Les Projets d'Accueil Individualisés (PAI) sont également pris en compte. Ils sont rédigés à la demande de la famille, par le directeur de l'établissement en concertation avec le médecin scolaire, et l’équipe de restauration s’attache à leur mise en œuvre. Nous actualisons régulièrement les formations du personnel au respect des règles d’hygiène afin d’éviter au maximum les risques d’intoxication alimentaire. Les locaux de la cuisine ont été récemment agrandis et mis aux normes réglementaires. Ainsi, les enfants bénéficient de repas élaborés et cuisinés sur site. Le personnel de restauration, dédié au service, est proche de vos enfants et aide les plus jeunes lors de la consommation des plats.

La semaine du goût, croquez-la ! Du 11 au 17 octobre derniers était organisée la Semaine du goût. A cette occasion, la municipalité a proposé, en partenariat avec le restaurant scolaire, une animation destinée aux enfants. Celle-ci visait à favoriser l’éducation des plus jeunes à la nutrition et à l’éveil du goût. ne animation a donc été mise en place sous forme d’ateliers découverte et dégustation. Plusieurs variétés de fruits ont été proposées à la curiosité des enfants de la garderie. Chaque midi à la cantine, les enfants des écoles primaires et de l’école maternelle ont découvert de nouvelles saveurs dans leurs assiettes.

U

Durant toute l’année scolaire, l’équipe des cuisiniers éveille les enfants aux émotions gustatives en leur préparant chaque jour une nouveauté culinaire. décembre 2010 / N°19

45


VIE SOCIALE

Centre Communal d’Actions Sociales (C .C .A. S) omme chaque année, le C.C.A.S organise un repas pour les aînés de la commune. Celui-ci se déroulera le dimanche 19 décembre au gymnase municipal. Il sera préparé par le traiteur Philippe Rebeyrat et la journée sera animée par l’orchestre Pascal Terrible. Les personnes ne pouvant pas assister à ce déjeuner, se verront remettre un colis confectionné par le supermarché Carrefour Market. « Ce panier gourmand » est à retirer à la mairie depuis le 15 novembre. Il sera livré au domicile des personnes ne pouvant se déplacer.

C

Tous les membres du C.C.A.S. vous souhaitent de passer d’excellentes fêtes de fin d’année !

Relais infos services : un réseau de proximité Le relais infos services (RIS), association loi 1901, est une plateforme d'information et de mise en relation avec des personnes assurant un certain nombre de services à domicile, sur les trois cantons du pays Monts et Barrages (Saint-Léonard de Noblat, Eymoutiers et Châteauneuf-la-Forêt). Cette structure sociale gère également le chantier d’insertion « Monts et Barrages environnement ».

Plateforme de mise en relation Depuis 2002, la plateforme du RIS informe sur le dispositif et la règlementation des services à domicile. En appelant le 06.33.31.45.33, la liste des personnes ou des entreprises agréées susceptibles de vous aider à votre domicile (ménage, repassage, garde d’enfant...) vous est transmise gratuitement.

Chantier d’insertion Monts et Barrages Il ouvre ses portes en mai 2006 pour accompagner des personnes éloignées de l’emploi vers une insertion sociale et professionnelle. Chaque salarié travaille deux jours au sein d’une équipe de six personnes sur les différents chantiers. En parallèle, ils effectuent des heures de formations au portail formation limousin (ateliers « mieux lire et écrire », « informatique », « préparation du code », « français », « langues étrangères »), des heures de recherche d'emploi, de stages, d'entretiens individuels et collectifs). En 2009, grâce aux missions d’entretien (de sentiers, de berges, d’espaces naturels, de balisage et de pose de

clôture), confiées par les collectivités du territoire et grâce au travail accompli par tous pour l’insertion professionnelle, 30% de sorties positives ont été réalisées (entrée en formation, CDD, CDI). Chaque année, la commune de Saint-Léonard de Noblat fait appel au chantier d’insertion. Les salariés sont intervenus pour l’entretien de sept parcelles communales en friches (pont de Noblat, Marsac…) et pour le débroussaillage de chemins communaux.

En 2010, le relais infos services a accompagné 23 personnes grâce au chantier d’insertion. Aujourd’hui, après une étude sur le temps de travail partiel (besoins des entreprises, compétences sur le territoire), le relais infos services examine les solutions facilitant l’accès à un complément d’heures pour les salariés à temps partiel du territoire Monts et Barrages. La mise en place d’un réseau de partenaires est actuellement en cours.

Organigramme Présidente du relais infos services : Nadine MAGY Coordinatrice : Delphine CHEMARTIN Accompagnatrice socioprofessionnelle et animatrice plateforme d’informations : Odile BERNARD Encadrant technique insertion : Cédric BESSON Secrétaire : Joëlle DIAZ

Débroussaillage d’un chemin de randonnées pédestres - commune de La Geneytouse

46

Renseignements Relais infos services Place du 14 Juillet (à côté de la mairie) 87400 Saint-Léonard de Noblat  05.55.56.38.23 décembre 2010 / N°19


« LA PAUVRETE EST LA PIRE DES VIOLENCES » (citation de Ghandi)

2010 est l’année européenne de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. A l’heure où les populations doivent faire face à une crise mondiale, les mots solidarité et générosité prennent tout leur sens.

Par conséquent, cette année, la municipalité a relogé ces deux associations, à l’ancien mille-club pour le secours populaire et dans l’ancien local de la Croix-Rouge pour le secours catholique.

’est avec attention que la municipalité a étudié la demande du secours populaire et du secours catholique, pour leur affecter de nouveaux locaux. Ceux-ci permettent de maintenir leur action caritative respective sur notre territoire. Les actions menées par chacune de ces associations sociales communales, tout comme celles engagées par « Les Restos du Cœur », sont indispensables.

Des travaux ont été engagés en partenariat avec les bénévoles associatifs de ces deux structures et les services techniques municipaux : travaux de peinture, de menuiserie, mises aux normes électriques, installation de nouveaux radiateurs, de faux-plafond, renouvelement des anciennes fenêtres sont autant d’interventions réalisées.

C

Secours Populaire Tous les mercredis de 14h00 à 17h30 Local situé à l’entrée du stade R.Poulidor, à proximité de la cité du Breuil  05.55.04.20.00 Secours Catholique ous les lundis de 10h00 à 12h00 19, rue Georges Périn

Hôpital « Monts et Barrages » : du conseil d'administration au conseil de surveillance

Le conseil de surveillance se substitue à l'ex-conseil d'administration. Celui-ci est chargé de se prononcer sur le projet de l'établissement, de contrôler sa gestion et d'intervenir, à titre consultatif sur diverses questions (gestion des risques, échanges d'immeubles et leur affectation, règlement intérieur ...). La composition du conseil de surveillance est tripartite.

’hôpital Monts et Barrages étant intercommunal, les trois collèges de son conseil de surveillance se composent de la façon suivante: cinq élus locaux (le maire de la commune de Saint-Léonard, siège de l'établissement, un représentant de la commune de Bujaleuf, un membre de la communauté de communes de Noblat et un des portes de Vassivière, la présidente du conseil général de la Haute-Vienne ou son représentant), cinq re-

L

présentants des personnels et cinq personnalités qualifiées (deux désignées par le directeur de l'agence régionale de la santé, deux représentants des usagers, une personne désignée par le préfet). Le conseil de surveillance compte également différents membres ayant voix consultative. Le nouveau fonctionnement, voit la création du directoire, organe collégial qui remplace l'exécutif du conseil d'administration. Il est présidé par la directrice de l'établissement, l'un des médecins est le vice-président (le président de la commission médicale d'établissement) et le président de la commission des soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques (CSIRMT) en fait également partie. Le directoire délibère sur l’état des prévisions de recettes et de dépenses (EPRD), c’est-à-dire sur le budget de l’infrastructure, l’organisation interne, le projet médical, prépare le projet d'établissement et conseille la directrice dans la gestion et la conduite de l'établissement.

décembre 2010 / N°19

47


VIE ECONOMIQUE

Créations AROME BEAUTE Activité créée le 27 avril 2010 par Magalie July  06.17.14.63.54 Prestations Esthéticienne à domicile Sur rendez-vous du lundi au samedi de 8h 30 à 20 heures.

A L’HORIZON DES SENS Activité créée le 2 novembre par Démeline Lacour Avenue du Champ de Mars -  05.55.42.87.33 Prestations Institut de beauté : soins esthétiques, solarium, maquillage Lundi de 14h00 à 18h30 Mardi, mercredi et vendredi de 9h30 à 19h00 Jeudi de 9h30 à 12h00 - Samedi de 9h30 à 18h30

J.POULIDOR

SOLIDEP

Activité créée le 1er juillet 2010 5, rue Traversière  06.37.76.11.52 ou 06.77.51.82.17

Activité créée le 1er août 2010 par Bruno Daccord 4, rue Jean Jaurès  06.21.59.45.00 bruno.daccord@solidep.fr Prestations Plomberie – chauffage – dépannage - entretien

Prestations Plaquiste - jointeur - isolation - pose de parquets et vitrification

L’ATELIER DE LA GRANGE AUX FEES Valérie Juving a ouvert cette boutique 13 novembre 8, rue de la Fraternité -  05.55.42.86.52 Prestations Artisan créateur textile en tissu naturel (lin, coton, chanvre, toile de jute), objets de décoration, articles de maison … Mardi au samedi de 10h00 à 12h30 et de 14h30 à 18h30

ETIENNE MOYAT, SCULPTEUR Activité créée le 1er novembre 2010 Le Penaud -  06.30.27.24.24 ewoody@voila.fr Prestations Réalisation de sculptures sur mesure et ébénisterie. Tous les jours sur rendez-vous

48

décembre 2010 / N°19


Changements de propriétaires CONTROLE TECHNIQUE

BOUCHERIE DOMINIQUE LEGRAIN

Depuis le 1er juillet, Michaël Serbourdin succède à Daniel Pagès 12, avenue du Champ de Mars -  05.55.56.85.54

Depuis le 5 novembre, Lionel Richard succède à Dominique Legrain 10, place de la République -  05.55.56.63.23

AUTO ECOLE CARNOT

BOULANGERIE « LE PAIN DES GOURMETS

Succède à Monique Sulpis 9, rue Jean Jaurès -  06.18.54.41.20

Depuis cet été, Bruno Boissière remplace Philippe Blasco 3, place de la République -  05.55.56.08.56

Changements d’adresses At Home Développement se situe 15, boulevard Adrien Pressemane depuis le 15 juin 2010 Saint-Léonard dépôt vente se situe désormais 20, rue de la Révolution (anciennement Léonétout)

FERMETURES Restaurant « Le Gay-Lussac » - rue Victor Hugo Chambres d’hôtes M. et Mme Collet – rue Georges Périn

occuper le domaine public en toute legalite Vous avez besoin de stationner un ou plusieurs véhicules pour la réalisation de travaux ? Vous êtes commerçant et vous souhaitez placer un chevalet publicitaire devant votre vitrine ? Vous êtes une association et souhaitez organiser une animation ? Sachez que ces exemples d’occupation du domaine public sont soumis à réglementation. oute occupation privative du domaine public doit faire l’objet d’une demande écrite auprès de Claudine Ruby, service voirie de la mairie (05.55.56.10.90 ou technique@ville-saint-leonard.fr).

T

Le maire autorise l’utilisation du domaine public à des fins professionnelles ou personnelles en prenant en compte les besoins des demandeurs qui doivent respecter les règles de sécurité publique et de circulation. Conformément à la loi, toute occupation privative du domaine public est assujettie au paiement d’une redevance, dont les tarifs sont fixés par le conseil municipal, sont exclues : l’occupation liée à l’exécution de travaux qui contribuent à la conservation du domaine public, des monuments historiques ou à de nombreuses activités associatives.

« A.V.E.C » SAINT LEONARD … … des projets plein la tête ! Après les différentes opérations commerciales de cet été (repas des commerçants, 1ère fête de l'été), c’est à un Noël authentique et féerique où vous convient les commerçants de Saint-Léonard de Noblat les 22, 23 et 24 décembre. u programme : une représentation du Cirque Européen à la halle marchande ou encore une démonstration de sculpture sur glace avec l'artiste Michel Authier qui réalisera un ensemble de très belles sculptures, sans oublier l'arrivée du Père Noël, le vendredi 24 décembre, du haut de la collégiale, ainsi qu'une promenade en calèche toute l'après-midi. L'association des commerçants met également à votre disposition un annuaire gratuit, pratique et informatif de toutes les bonnes adresses de la ville. De l'alimentation à la mode, en passant par les artisans, vous retrouverez, grâce à son classement alphabétique, l'ensemble de vos commerces en un clin d'œil !

A

décembre 2010 / N°19

Dorénavant, l'association dispose d'un site Internet ! Dès à présent, vous pouvez y accéder en tapant l’adresse www.avecsaintleonard.com. Retrouver toute l’actualité de l’association et de ses membres : des articles sur la vie commerciale de la commune, les comptes-rendus de séance, les offres et animations commerciales que vos commerçants et artisans peuvent vous proposer... Dans la rubrique « Annuaire », par exemple, découvrez les noms et adresses des membres. En un clic, chaque visiteur bénéficie d’une sélection d’informations et de services utiles pour venir ensuite rencontrer ses commerçants. Ce site Internet est un service qui se construit progressivement grâce aux suggestions et apports de tous. N'hésitez donc pas à nous envoyer vos informations économiques et commerciales à avecsaintleonard@gmail.com.

Au plaisir de vous accueillir très bientôt ! 49


LES BONNES ADRESSES

Mardi au samedi 8h-12h15 et 14h-19h15

Christine GALLEMAND-MORLON Pose de perruques

mardi au samedi : 9 h00 à 12h30 et de 14h00 à 19h15 dimanche : 9h00 à 12h30 21, avenue du Champ de Mars 87400 SAINT-LEONARD DE NOBLAT Tél. 05 55 69 25 52 - Fax : 05 55 69 23 05

Spécialités régionales Massepains de St Léonard Pruneaux de St Léonard Moelleux aux Pruneaux Pain à l’ancienne Mêlée au levain (vente au poids) HORAIRES Tous les jours 6h00-20h00 Fermé le mercredi Dimanche 6h00-13h00

22 rue du maréchal Foch 87400 Saint-Léonard de Noblat

http://www.vivianefleurs.vpweb.fr/

INSTITUT DE BEAUTE

HARMONIE D’Ô Hélène Biron Galerie commerciale Route de Bujaleuf 87400 St-Léonard de Noblat

05 55 69 57 10

S E N BON

Lundi (sauf premier lundi du mois) de 14h à 18h Mardi au vendredi de 9h à 19h Samedi de 9h à 15h 50

décembre 2010 / N°19


Philippe JOUIN MENUISERIE - SCIERIE DEBARDAGE LE BOURG 847400 LE CHATENET EN DOGNON Tél. et Fax : 05 55 57 11 37 Portable : 06 80 47 09 24 E-mail : philippe.jouin.menuiserie@wanadoo.fr

12, place de la République 87400 St-Léonard de Noblat Tél. 05 55 56 04 58

10, avenue de Paris 87120 EYMOUTIERS Tél. 05 55 69 75 87

Location de robes de baptême, de cérémonies et de communion Création de sachets de dragées 18, av. du Champ-de-Mars

05 55 56 89 91 du mardi au vendredi : 9h00 / 12h00 - 13h30 / 18h30 Samedi : 9h00 à 12h30 1er lundi du mois : 9h00 / 12h00

Si vous souhaitez faire de la publicité dans le bulletin municipal de Saint-Léonard de Noblat ou connaître les tarifs des encarts publicitaires, contactez le service communication au 05 55 56 92 07 ou communication@ville-saint-leonard.fr

! S E FÊT

décembre 2010 / N°19

51


VIE COMMUNAUTAIRE

Plongeons à l’espace Aqua’Noblat Malgré un temps mitigé, Aqua’Noblat a fait le plein aux mois de juillet et août en accueillant de nombreux baigneurs venus profiter des joies de l’eau et de la détente en famille. e début de la période estivale a été marqué par un concert durant lequel le public a pu danser et faire du vélo dans l’eau. Comme l’indique le graphique ci-dessous, on constate que les habitants de la communauté de communes de Noblat n’ont pas été les seuls à profiter de l’équipement. En parallèle des activités se déroulant durant l’année, telles que les bébés nageurs ou l’aquagym, des journées animées, comme le tapis fou, ont été appréciées par les baigneurs, petits et grands.

L

Il ressort que le point fort de l’espace Aqua’Noblat est d’être un lieu de vie et de rencon-

tres intergénérationnelles. En proposant des prestations adaptées à tous, cet espace accueille autant d’adultes que d’enfants (hors scolaire) et cela tout au long de l’année.

Tapis fou

Victime de son succès, l’équipe d’Aqua’Noblat a déjà ajusté les prestations proposées en créant notamment des créneaux supplémentaires d’aquabike, de cours de natation, d’école de natation ou encore d’organisations d’anniversaires. Après une saison estivale bien rythmée, la fin de l’été s’est conclue par la vidange des bassins, étape incontournable deux fois par an. Depuis, les habitudes ont repris. Les scolaires apprennent à nager … alors que leurs grandsparents continuent leur activité aquadouce, et que leurs parents font de l’aquabike ou accompagnent leurs petits frères et sœurs aux bébés nageurs.

Aquagym

Renseignements Espace Aqua’Noblat Avenue Léon Blum 87400 Saint-Léonard de Noblat  05.87.22.99.10 aqua-noblat@ccnoblat.fr www;ccnoblat.fr

Zone d’activités du Theil : Accueil des entreprises a zone d’activités économiques du Theil, créée et aménagée par la communauté de communes de Noblat, accueillera sa première entreprise dans les prochains mois. L’intercommunalité a signé un compromis de vente le 1er juillet dernier pour la cession de 8 000 m2 de terrain. Elle est en cours de discussion avec une autre entreprise pour la vente d’une parcelle de 3 000 m2.

L

Superficie de la zone d’activités : 12 hectares Tarifs et renseignements disponibles auprès de la communauté de communes de Noblat au 05 87 22 99 00. 52

décembre 2010 / N°19


Les tout petits de Noblat A compter du 1er janvier 2011, la communauté de communes de Noblat exercera la compétence « petite enfance ». Ainsi, elle assurera la gestion directe du lieu multi-accueil (halte garderie), du relais assistantes maternelles et du lieu d’accueil enfants parents (Oasis pour la famille). es trois structures reçoivent et sont à l’écoute des enfants, des assistantes maternelles et des parents du territoire de Noblat et de ses environs. C’est pourquoi, les élus communautaires ont souhaité exercer directement cette compétence de rayonnement intercommunal.

C

Crèche parentale Depuis près de douze ans, le lieu multi-accueil, situé boulevard Barbusse à Saint-Léonard, propose ses services aux parents d’enfants âgés de 0 à 4 ans, sous la direction de l’association « Les copains de Léonard ». En devenant gestionnaire de cette structure, l’intercommunalité garantit le maintien de la mission d’accueil permanent ou ponctuel des jeunes enfants de Noblat, et pérennise l’emploi du personnel de puériculture et d’encadrement déjà existant.

Relais assistantes maternelles (RAM) et lieu accueil enfants parents (LAEP) Le RAM et le LAEP, lieux d’informations et d’échanges entre petits et grands, deviendront communautaires afin de répondre aux besoins de tout un territoire.

Lieu multi-accueil

Mariage en terre de Noblat Les communes de l’intercommunalité ont approuvé l’extension du périmètre géographique de la communauté de communes de Noblat. Ainsi, à compter du 1er janvier 2011, la commune de Saint-Paul intégrera la communauté de communes de Noblat. Forte de ses 1 181 habitants, de ses commerces et artisans, elle apporte une nouvelle structure aux habitants de Noblat : une école de musique implantée à Saint-Paul. Gérée directement par l’intercommunalité, l’école de musique vient renforcer l’offre déjà existante sur Saint-Léonard de Noblat. Elle permettra à chaque habitant de notre territoire de s’initier à la trompette, au violon, à la guitare ou à de multiples instruments et de découvrir de nombreuses disciplines (éveil musical, chant…).

Ecole de musique de Saint-Paul décembre 2010 / N°19

53


ETAT CIVIL

Dans cette rubrique, les décès enregistrés sur la commune sont donc publiés pour la période du

17 mai 2010 au 16

novembre 2010, ainsi que deux transcriptions de décès parvenues après la publication du bulletin municipal du mois de juin 2010. Sont également publiés, les naissances et les mariages pour lesquels les parents et les époux ont déposé leur accord en mairie. Une autorisation de publication des naissances et des maraiges est disponible en mairie pour les futurs parents, les parents et les époux souhaitant que la naissance de leur enfant ou que l’annonce de leur mariage paraisse dans le bulletin municipal. Ce document est à votre disposition auprès des services état civil et communication, et téléchargeable depuis le site Internet de la ville (www.ville-saint-leonard.fr), rubrique « démarches administratives ».

NAISSANCES (à Limoges, parents domiciliés sur la commune) 17 naissances ont été enregistrées entre le 17 mai et le 16 novembre 2010. SEPTEMBRE 2010 Le 15 septembre : Alexi VILLAUDIERE

MARIAGES 16 mariages ont été célébrés sur la commune entre le 17 mai et le 16 novembre 2010. SEPTEMBRE 2010 Le 04 septembre : Jean-Marie GUILLON et Sidonie DEFAYE Le 04 septembre : Nicolas GUERY et Hélène CARPENET Le 11 septembre : Christopher CORMON et Gwendoline GORIAUD Le 11 septembre : Christophe DEMARS et Isabelle VANNIER Le 18 septembre : Mathieu SAILLANT et Sabrina BARTHELOT

DECES 33 décès sont à déplorer sur la commune entre le 17 mai et le 16 novembre 2010. MAI 2010 Le 09 mai (à Limoges) : Berthe POUFFARY, veuve LABERCHE, 95 ans Le 12 mai (à Limoges): Robert MINGOTAUD, 85 ans Le 27 mai (à Limoges) : Victorine VILLEMONTEIX, 86 ans Le 31 mai (à Limoges) : Fernande MOULINJEUNE, veuve CHAUME, 91 ans JUIN 2010 Le 05 juin (à Limoges) : Didier MONJARET, 48 ans Le 13 juin : Renée NICOT, épouse MOREAU, 75 ans Le 24 juin : Geneviève NARDY, 82 ans JUILLET 2010 Le 05 juillet (à Limoges) : André PIDOU, 81 ans Le 05 juillet (à Limoges) : Anna MAZIÈRE, veuve VÉRÉTOUT, 94 ans Le 05 juillet (à Limoges) : Renée RAMBY, 86 ans Le 21 juillet : Germaine MALE, veuve AUTHIER, 86 ans Le 23 juillet : Yvonne FAUCHADOUR, veuve FAUCHER, 95 ans Le 31 juillet : Yvonne VARDELLE, épouse CROUGNAUD, 84 ans AOÛT 2010 Le 10 août : Yvonne DUJARDIN, veuve PHALIPPOUT, 88 ans Le 11 août : Simone AYMARD, épouse LACHALARDE, 78 ans Le 16 août : Roger CROUGNAUD, 83 ans Le 16 août : Yvonne MISSIOUX, 92 ans Le 23 août : Marie BIBOS, 87 ans 54

SEPTEMBRE 2010 Le 02 septembre (à Limoges) : Chantal BUREAU, épouse BERNET, 66 ans Le 05 septembre : Jacqueline MINATCHY, 69 ans Le 5 septembre : Marie MERLIAUD, veuve DÉZEROT, 86 ans OCTOBRE 2010 Le 01 octobre : René DESCHAMPS, 85 ans Le 01 octobre : Paul RIBIÉRAS, 66 ans Le 12 octobre : Yvonne CHÂTELAIN, 95 ans Le 12 octobre (à Limoges ) : Raymonde JARRAUD, veuve RINGAUD, 82 ans Le 15 octobre (à Limoges) : Patrice RIBOULET, 58 ans Le 16 octobre (à Limoges) : Marie-Thérèse MERLE, épouse POULIDOR, 80 ans Le 18 octobre (à Limoges) : Ajsa ALILOVIC, veuve KURTIC, 84 ans Le 19 octobre (à Limoges) : Herminia MONTEAGUDO MARTINEZ, veuve ROMA, 96 ans Le 24 octobre : Germaine BOUTET, veuve CLÉDAT, 90 ans NOVEMBRE 2010 Le 04 novembre (à Limoges) : Marie MALEVERGNE, veuve TOURNEL, 84 ans Le 07 novembre : Jean-Baptiste LÉTINAUD, 89 ans Le 11 novembre : Christiane HERVE, veuve RIBIÉRAS, 67 ans

décembre 2010 / N°19


INFOS UTILES

Le service civique, le plus volontaire des engagements Vous voulez donner de votre temps aux autres, agir pour le bien commun, et vivre une expérience enrichissante en servant l’intérêt de tous ? Devenez volontaire en service civique ! e service civique, mis en place par la loi du 10 mars 2010, prend le relais du service civil volontaire. Il s’agit d’un engagement volontaire qui concerne les jeunes de

L

16 à 25 ans pour la réalisation d’une mission d’intérêt général dans un domaine reconnu comme prioritaire pour la Nation.

Le Service civique c’est quoi ? - Un engagement citoyen reconnu et valorisé - Une chance de vivre de nouvelles expériences - L’opportunité de se rendre utile et de faire bouger la société

Le Service Civique fera émerger une génération de personnes engagées. En 2010, 10 000 jeunes devront être concernées par le Service Civique. D’ici à 5 ans, ce temps d’engagement aura vocation à mobiliser 75 000 jeunes !

Que pouvez-vous faire ? Les missions s’articulent autour de neuf thèmes : - Culture et loisirs - Développement international et action humanitaire - Education pour tous - Environnement - Intervention d’urgence en cas de crise - Mémoire et citoyenneté - Santé Renseignements - Solidarité Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale - Sports 24, rue Donzelot 87037 Limoges  05.55.45.80.94 www.service-civique.gouv.fr

J’ai 16 ans, je me suis fait recenser Et toi ??? epuis le 1er janvier 1999, tous les jeunes français, filles et garçons, doivent se faire recenser à la mairie de leur domicile. Cette démarche doit s’effectuer le mois de leur seizième anniversaire et dans les trois mois suivants.

D

La mairie vous remettra une attestation de recensement qu’il est primordial de conserver dans l’attente de la convocation à la Journée défense et citoyenneté (anciennement Journée d’Appel et de Préparation à la Défense). L’attestation de recensement vous sera réclamée pour l’inscription à la conduite accompagnée, ou tous examens et concours. Renseignements Centre du Service National 88, rue du pont Saint-Martial 87000 Limoges  05.55.12.69.71 ou 05.55.12.69.74 www.defense.gouv.fr csn-lim@dsn.defense.gouv.fr

La santé à l’écoute Le département de la Haute-Vienne a été retenu pour expérimenter une nouvelle organisation de la permanence des soins les nuits, les week-ends et les jours fériés. e nouveau dispositif vise à pérenniser une permanence de soins efficaces et de qualité répondant aux besoins de la population. Fruit d’un travail partenarial avec les professionnels concernés, ce dispositif est mis en place depuis le 1er septembre 2010.

L

Renseignements Agence régionale de santé du Limousin www.ars.limousin.santé.fr

décembre 2010 / N°19

55


TRIBUNE LIBRE

AU MOMENT DE L’IMPRESSION DE CE BULLETIN, LE GROUPE D’OPPOSITION N’A PAS FAIT PARVENIR DE TEXTE

56

décembre 2010 / N°19


VIDANGE - POMPAGE

Assurances & Finances Pierre Magnier 4, avenue Gal De Gaulle 87400 ST-LEONARD DE NOBLAT Tél. 05 55 56 07 94 Email : pierre.magnier@agents.allianz.fr

TOUTES FOSSES

CURAGE ET INSPECTION DE RÉSEAU

NETTOYAGE, DEGAZAGE CUVE A FIOUL CONTRAT D’ENTRETIEN DEVIS GRATUIT ZI Nord Rouge - 21, rue Nicolas Appert - 87070 LIMOGES Tél. 05 55 37 27 40 Fax : 05 55 37 33 17 www.sanicentre-limoges.com

SAINT ETIENNE TELEMENAGER Electricité générale - Antenne satellite et TNT Electroménager - Télévision - Climatisation Comment recevoir la télévision numérique ?

ets.chenel@hotmail.fr

1, place Gay Lussac 87400 SAINT-LEONARD DE NOBLAT Tél. 05 55 56 22 08 - www.pulsat.fr

Christian ZANNA Agent général Tour Ronde - 18, place de la République 87400 SAINT-LÉONARD DE NOBLAT

Tél. 05 55 56 20 53 c.zanna@areas-agence.fr Assurances du particulier et des professionnels. Epargne, placements, retraite, santé… N° Orias : 07 018 925

Si vous souhaitez faire de la publicité dans le bulletin municipal de

Saint-Léonard de Noblat contactez le service communication

au 05 55 56 92 07


ESPACE LITERIE NOUVEAU

Sommiers et Matelas Neufs à prix discount


Bulletin municipal décembre 2010