Issuu on Google+

Randonnai

Trimestriel - mars 2014

Saint-Mauriceles-Charencey Chennebrun

n°74

Tourouvre Longny au-Perche

Neuilly sur-Eure

-

“Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font” écemment dans une cour de récréation, un - Quand le Christ ressuscité apparaît à ses disciples, élève, à qui on demandait de pardonner à l’un il leur montre toujours les cinq cicatrices des clous et de ses camarades, protestait : “Il n’y a aucune du coup de lance pour se faire reconnaître. La Résurraison. Je ne suis pas chrétien !” On peut sourection n’efface pas les blessures de notre histoire, elle rire de cette réponse si décalée ! les cicatrise au point qu’elles ne nous font On peut aussi déplorer un certain plus souffrir. C’est pour cela que pardonner recul des valeurs chrétiennes dans n’est pas oublier, mais exige un travail de les mentalités ! Toujours est-il que, sans la mémoire (à chaque fois que la mémoire Pardonner nous être réservé aux chrétiens, le pardon est nous ramène la dispute, nous devons nous fait également bien l’une des grandes constantes du messouvenir du pardon qui a été donné). entrer dans une sage évangélique. - Quand le Christ apparaît à ses disciples, vie nouvelle, une il est à la fois le même (ses disciples le Pardonner consiste non seulement à ne vie où l’amour pas garder ressentiment ni tirer venreconnaissent) et pas le même (quelque geance pour une offense faite, mais c’est chose a changé en Lui) : la mort, la soufa vaincu toute surtout dire à celui qui nous a offensés : haine et tout désir france, le mal n’ont plus d’effet sur lui. La “Même si tu m’as fait du mal, je veux Résurrection est la manifestation de la de vengeance. t’aimer par-delà ce que tu m’as fait, je ne victoire définitive de l’amour. Pardonner veux pas que ta mauvaise action limite nous fait également entrer dans une vie mon amour”. Les chrétiens s’efforcent, nouvelle, une vie où l’amour a vaincu toute avec l’aide de Dieu, d’avancer sur ce chehaine et tout désir de vengeance. min exigeant du pardon. En cela, ils s’efforcent d’agir Que ces 40 jours du carême, dans lesquels nous comme le Christ, lui qui, sur la Croix, a pardonné à entrons en vue de nous préparer à la fête de la ses bourreaux, mais aussi à ses disciples qui l’ont Résurrection du Christ, le jour de Pâques, soient abandonné ou renié (Père, pardonne-leur, ils ne savent l’occasion pour chacun d’entre nous de renouveler pas ce qu’ils font, Luc 23, 34). Pour exprimer plus fornotre façon de considérer le pardon et de poser des tement ce pardon, le Christ ressuscité refait le chemin pardons dans nos vies, tant qu’il en est encore que ces derniers ont parcouru en l’abandonnant, c’est temps. C’est ainsi que Pâques se vivra concrètement Lui qui comble la distance. dans nos cœurs ! Ainsi, chaque fois que nous pardonnons, nous vivons avec le Christ une véritable expérience de la Don Ludovic Résurrection.

R

Édito

6117

Journal d’information de la paroisse Sainte-Anne-du-Perche Diocèse de Séez


[[[ Sommaire ]]] Vie paroissiale 3 > École Notre-Dame : au service des familles depuis 166 ans

18 > Livre de vie 19 > Dimanches et célébrations

Dossier Le pardon > Pour vous, qu’est-ce le pardon ? > Le pardon, une simple complexité… > Le pardon en couple : la clef du succès ! > Le retour Fils prodigue ou l’histoire d’un pardon 9 > La confession, une réconciliation…

4 6 7 8

Vie de l’Église 10 > Que serait notre paroisse

Paroisse Sainte-Annedu-Perche • Longny-au-Perche, Bizou, Le Mage, L’Hôme-Chamondot, Malétable, Marchainville, Monceaux, Moulicent, Saint-Victor-de-Réno • Neuilly-sur-Eure, La Lande-sur-Eure, Les Menus, Le Pas-Saint-L’Homer • Randonnai, Bresolettes, Irai • Saint-Maurice-lès-Charencey/ Chennebrun, Armentières, Beaulieu, Gournay-le-Guérin, La Poterie-au-Perche, Moussonvilliers, Normandel, Saint-Christophe-sur-Avre • Tourouvre, Autheuil, Bivilliers, Bubertré, Lignerolles, Prépotin, La Ventrouze

Ce journal est le vôtre

sans les bénévoles ?

Orne actualités I > “Avec” nos frères et sœurs handicapés

Reportages 15 > Conte : La part à Dieu 16 > Livre : Les Sept chefs d’œuvre de Dieu 17 > Pourquoi cherchons-nous des œufs à pâques ?

[[[ Comité de rédaction ]]] > Don Ludovic de Mas Latrie > Jean-Claude Chevalier, Neuilly-sur-Eure > Yves et Nicole Delplanque, Randonnai, > Robert Duyck, Gournay-le-Guérin, > Emmanuelle Esnol de France, Randonnai, > Marcel Fonte, Tourouvre, > Béatrice Jacquand, Tourouvre, > Béatrice Leys, L’Hôme Chamondot > Éric Quenardel, Beaulieu, > Pierre Rives, Prépotin > Ombeline Simonin, Longny-au-Perche Nous remercions pour leur témoignage ou leur participation : - Ghyslaine MACE - Jean-François LECOMTE, et tous ceux qui ont bien voulu témoigner

N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques, suggestions, idées de reportages, en écrivant au presbytère de Tourouvre ou en nous envoyant un courriel à Cheminsdesainteanne@gmail.com

Fête diocésaine Mgr Habert appelle à un grand rassemblement diocésain le 18 mai 2014, à Sées. Ce sera jour de fête pour notre diocèse et chacun est invité à y participer. Des programmes et fiches d’inscription seront distribués aux Rameaux et à Pâques. Venez en famille, entre amis ! La réussite de cette journée dépend de notre volonté à y participer. n

Denier de l’Église D V recevez dans ce numéro Vous l’enveloppe l’ du denier de l’Église. Un grand gr merci pour votre générosité. Ne recevant re aucune subvention de l’État, l’Église l’É pourra, grâce à votre don, vivre et assurer aux prêtres un traitement -inférieur au SMIC-. Tout don, même minime, est bienvenu. Merci à chacun de réfléchir sur la nécessité de sa participation. Galette des rois à Tourouvre le 18 janvier. Merci à la photographe, Ghyslaine Mace.

Pour que ce journal vive, nous avons besoin de vous, toute participation financière est la bienvenue. Vous pouvez adresser vos dons au journal à l’ordre de “Paroisse Sainte-Anne” Adresse où nous écrire : Presbytère de Tourouvre 6 place du Canada, 61 190 Tourouvre téléphone : 02 33 25 73 21, site de la paroisse : http://sainteanneduperche.com courriel : ste-anne.tourouvre@sfr.fr Cheminsdesainteanne@gmail. com

Publication de la paroisse Sainte-Anne-du-Perche RESPONSABLE DE LA RÉDACTION : Béatrice Jacquand ÉDITEUR : Bayard Service Édition Ouest, BP 97 257, 35 772 Vern-sur-Seiche, Tél. 02 99 77 36 36 bse-ouest@bayard-service.com www.bayard-service.com DIRECTEUR DE PUBLICATION : Georges Sanerot SECRÉTAIRE DE RÉDACTION : Bernard Le Fellic. IMPRIMEUR : Du Loch (Auray - 56) Dépôt légal à parution

Vous pouvez passer vos commandes du mardi au jeudi

Ronde des chapelets au mois de mai Chaque jour du mois de mai, l’équipe pastorale renouvelle la ronde des chapelets. Un chapelet par jour durant le mois de Marie : c’est l’occasion de prier dans trente et une églises de la paroisse. Si vous avez l’habitude de prier le chapelet et si vous désirez un jour précis, contactez le presbytère de Tourouvre (02 33 25 73 21). Plus de détails dans les feuilles de SainteAnne-Dimanche.

Carême et Pâques Chemins de croix et rencontres (voir en fin de journal).

Annonceurs Grand Merci à tous nos annonceurs dont vous voyez la publicité au bas des pages. Sans eux et leur aide financière, le journal, qui reste déficitaire, ne pourrait pas paraître.

GARAGE Joël BELLANGER 26 rue du Québec

61190 TOUROUVRE ✆ 02 33 25 73 12 - Fax 02 33 25 31 95

DE LONGNY-AU-PERCHE Tél. 02 33 83 57 20 Lundi de 13h30 à 17h - Mercredi et vendredi de 9h à 12h S’engage au quotidien auprès des familles, des enfants, des personnes âgées, handicapées ou malades.

2

RN 12 - Route de Mortagne - 27130 VERNEUIL-SUR-AVRE www.bedouet-carrelage-61.fr 02 32 602 952


Pèlerinages diocésains • 25 et 26 mars : Paris, à la rencontre

• 25 au 28 avril : Rome, canonisation de Jean-Paul II

du diocèse aux armées. • 26 avril : Mont Ormel, marche pèlerine au mémorial. • 20 mai : Sainte-Mère-Église, la maison de la paix • 24 au 29 août : Lourdes. Pèlerinage diocésain annuel (en train), présidé par Mgr Jacques Habert ; pour valides, invalides et membres de l’hospitalité. • 22 au 29 septembre : Marseille - Provence Lyon, aux sources de la foi • 13 au 20 octobre : Rome-Assise, Vatican II

et Jean XXIII. • 12 au 19 mai : Crète, sur les pas de Paul et de Tite • 6 au 15 mai : Roumanie octobre 2014 : Saint-Jacques-de-Compostelle et Fatima Direction diocésaine des pèlerinages Courriel : pelerinage@diocesedeseez.org Site Internet : www.diocedeseez.org Permanence du secrétariat : lundi, mardi matin et jeudi matin. Correspondante sur la paroisse Sainte-Anne du Perche : Mme Monique LAMBERT (02 33 25 70 20)

L’

école Notre-Dame de Longny est la seule école catholique de notre paroisse. Créée à Longny-au-Perche en 1848 par les Dames de Marie, devenues ensuite les sœurs de la Providence, l’école Notre-Dame est un établissement catholique sous contrat d’association, ouvert à tous. École maternelle et primaire, elle accueille les enfants de la petite section de maternelle jusqu’au CM2. Les enfants y travaillent quatre jours par semaine (pas d’école le mercredi et le samedi). Les cours commencent à 8 h 40 et se terminent à 16 h 15, avec une pause de 12 h à 13 h 30. La cantine accueille les enfants au foyer pour déjeuner. L’étude et la garderie sont proposées chaque soir jusqu’à 17 h 30. L’école s’adapte au rythme de l’enfant en proposant un “temps relax” en début d’après-midi, où les activités permettent de gérer la baisse d’attention des enfants, (souvent constatée et bien normale après le déjeuner).

Ernest TIREL MAÇONNERIE - COUVERTURE CARRELAGE - ISOLATION RESTAURATION 61290 L’HÔME CHAMONDOT - ✆ 02 33 25 67 38

HOTEL DE FRANCE BAR RESTAURANT

Annie et Denis Gérard

Ouvert du mardi au dimanche midi Menu et carte

61190 TOUROUVRE

Tél. 02 33 25 75 55 - Fax 02 33 25 69 43 Du mardi au vendredi : menu à 12 € uniquement le midi

C’est une école ouverte à tous, car l’éducation de chaque enfant relève du choix de sa famille. Des valeurs chrétiennes sont inscrites dans son projet éducatif. Les enfants ont souvent l’occasion de s’entraider. Des activités permettent aux enfants d’âges différents de travailler ensemble dans un climat de bienveillance et de respect.

Jean-François Lecomte

Sœur Ludgarde vers 1935.

Pratique : Directrice : Mme Edith Desailly École Notre-Dame, 9 bis, rue Docteur Vivarès à Longny-au-Perche, Tél. 02 33 73 67 19 Mail : notredame-longny@wanadoo.fr

Vie paroissiale

École Notre-Dame : au service des familles depuis 166 ans

Bernard SOULIER

Menuiserie - Ebénisterie - Ouvrage de style ou classique

Bois et Fleur de Lys

Maitre Artisan

Portes, fenêtres, boiseries, escaliers, cuisines, meubles…

Atelier : Z.A. de Sainte-Anne - 61190 TOUROUVRE Tél. 02 33 73 70 29 - Fax 02 33 83 61 43

SARL PLESSIS MATTHIEU

PLOMBERIE CHAUFFAGE ÉLECTRICITÉ matthpless@gmail.com ÉNERGIES RENOUVELABLES TÉL. 06 76 19 52 05 02 33 73 99 37 61190 TOUROUVRE

3


Le pardon ? Selon le dictionnaire : le pardon, c’est la rémission d’une faute, d’une offense. C’est aussi une formule de politesse pour s’excuser. Et pardonner : c’est renoncer à punir une faute, à se venger d’une offense ; avoir de l’indulgence, excuser sans dépit. Pour les chrétiens : le pardon, c’est la rémission des péchés. C’est aussi : “l’attitude traduisant la capacité du cœur à tenir une offense pour non avenue, à renoncer à en tirer vengeance et à privilégier l’amour sur la revanche. Le pardon est une exigence chrétienne… Dans l’Évangile on voit souvent le Christ pardonner ou rappeler l’importance du pardon : la pécheresse (Luc 7 ; 36-50), la parabole de l’enfant prodigue (Luc 15, 11-32), Jésus sur la croix (Luc 23 ; 34).” Réf : http://www.eglise.catholique.fr

Dossier : Le pardon

Voici quelques réflexions de personnes à la question : “Pour vous, qu’est-ce que le pardon ?” - Le pardon est un acte difficile à réaliser lorsque l’outrage est grave ou l’atteinte, profonde. - Le pardon appelle d’abord la reconnaissance du tort fait à quelqu’un, que ce soit volontaire ou pas. Il fait grandir l’offensé qui ouvre son cœur à l’offenseur et reconnaît ses torts, et l’offenseur qui fait acte d’humilité. Le pardon est donc un grand signe d’amour. - Je peux repousser mes limites très loin quand on me fait du mal, mais quand ça casse, c’est fini : je n’arrive pas à pardonner. - Le pardon est un choix que tu fais, un cadeau que tu donnes à quelqu’un même s’il ne le mérite pas, cela ne coûte rien, mais tu te sens riche une fois que tu l’as donné. - Dans certain cas, pardonner peut être très difficile. En même temps, c’est laisser à l’autre une chance… mais aura t’il la reconnaissance de cet acte ? - Le pardon est une nécessité, l’oubli n’en est pas une ! - C’est forcément un témoignage d’amour… et une bonne manière d’avancer… H 56 ans - Le pardon pour moi, c’est déjà d’essayer de comprendre l’autre et les raisons qui l’ont poussé à agir/parler ainsi. C’est tenter de se “mettre à sa place”. C’est laisser surgir, au-delà de la blessure, le sentiment d’amour que l’on ressent pour l’autre. F 55 ans - Pour moi le pardon, c’est accepter l’autre comme il est, l’aimer pour ses qualités comme ses défauts, même si ses défauts nous blessent. Cela vaut pour les petites blessures de la vie quotidienne. Pour le “grand” pardon, pour un acte vraiment Travaux d’ensilage, pressage et battage

MR ETIENNE JF

Sarl Philippe

Tél. 02 33 25 63 30 Le Breuil 61 190 Beaulieu

E. 06 62 90 27 65 C. 06 62 96 47 01 Le soir : 02 32 58 19 75

17 la vallée 27820 Chennebrun

02 32 58 21 55 06 11 05 27 16 4

grave, c’est plus compliqué : je pense que c’est accepter pleinement de ne plus se retourner sur le mal qui a été fait et reprendre la relation avec celui qui en est responsable, comme avant, sans ressentiment. F 56 ans - Le pardon, c’est mettre de côté sa rancune et trouver à l’autre des circonstances atténuantes. F 59 ans - Pardonner c’est pour moi, “donner à nouveau” ! On est, à mon sens, obligé de pardonner, car l’amertume contenue dans nos cœurs nuit à notre propre équilibre. Pour vivre plus apaisée, il me paraît donc essentiel de pardonner aux autres, et donc aussi de se pardonner à nous mêmes nos erreurs et mauvais penchants. F 57 ans - Pardonner, c’est avoir la force de repartir à zéro sans amertume. C’est donc un acte entier, sans concession et sans retour. F 33 ans - Oublier le mal que l’on a pu vous faire. F 75 ans - Le pardon, c’est au-delà du don. C’est arriver à accepter et à passer par-dessus la souffrance et le mal que l’autre vous a fait subir et ne pas lui en vouloir. F 57 ans - Le pardon, c’est accorder une deuxième

La Villeneuve 27580 GOURNAY LE GUERIN TERRASSEMENT Tél /Fax : 02 32 37 35 07 ASSAINISSEMENT Portable : 06 24 10 49 84

MENUI

SERIE CIMETIERE JEROME

BOIS - ALU - PVC

ESCALIERS - PORTES - FENÊTRES - PARQUETS - ISOLATION CUISINE SUR MESURE - MENUISERIE GÉNÉRALE

Les Forges - 61290 L’HÔME CHAMONDOT Tél. 02 33 25 30 46 ou 06 63 60 78 24 - cimetiere.jerome@orange.fr

•••


•••

chance, faire preuve d’empathie et de compassion à l’égard du pardonné. Mais il faut aussi se souvenir de l’offense pour que la situation ne se renouvelle pas. F 42 ans - Pour moi, le pardon est une grâce. C’est le fait de pouvoir tourner une page. Ce n’est pas forcément oublier la souffrance endurée du fait de l’autre, mais c’est pouvoir poser sur ce dernier un regard neuf, détaché de tout ce qui a précédé, un regard empli de bienveillance, ouvert à une nouvelle rencontre dans la confiance. F 56 ans - Le pardon n’est pas l’oubli, mais un chemin vers le mieux vivre ensemble ! F 55 ans

- Comment quelqu’un qui ne sait pas pardonner peut parler de pardon ? Car pardonner, n’est ce pas renoncer et accepter sans discuter la blessure quelle qu’elle soit, en dissimuler à soi même et à l’autre l’existence et en négliger la portée, n’est-ce pas une forme de résignation ? Mais celui qui ne pardonne pas souffre, car la blessure le ronge au plus profond de lui et pardonner le libérerait certainement. F 60 ans - Le pardon c’est habiter l’amour, envisager la joie de l’avenir et garder intacte l’espérance de la bonté. F 52 ans - À mon sens pardonner signifie ne pas oublier ce qui a pu nous blesser. Pardonner c’est consentir à sa blessure à

Demander pardon

Pardonner c’est devenir libre

P

L’

our moi, demander pardon, c’est un signe d’humilité pour la réconciliation. La première dimension, c’est de reconnaître qu’on a blessé l’autre mais ça n’implique pas forcément la reconnaissance d’une faute. En cela, c’est encore plus fort, car je pense qu’on peut demander pardon à l’autre, même si l’on considère qu’on n’est pas “fautif”, simplement parce que “l’autre” est blessé. C’est un acte altruiste. Parfois personne n’ayant tort ou raison, parce que chacun voit la vérité à sa porte, en fonction de ses souffrances et de son passé. Donc demander pardon, ça voudrait dire déjà : “je reconnais que je t’ai blessé(e)”. Ensuite pour moi, la deuxième dimension, qui se fait en même temps que cette reconnaissance, c’est de s’en remettre à l’autre. C’est à dire qu’en demandant pardon, non seulement on reconnait avoir blessé l’autre et en même temps, on demande à l’autre de nous excuser pour cela. Quand on “demande pardon”, on ne s’auto-excuse pas pour son geste, c’est un acte bilatéral. Dire “je m’excuse” est un acte unilatéral, demander pardon est un acte bilatéral qui implique la volonté de l’autre aussi. On s’en remet à la volonté de la personne qu’on a blessée. Je ne reconnais pas simplement que je t’ai blessé(e), je te demande, à toi, d’accepter mon geste de revenir vers toi après cette blessure. La troisième dimension est religieuse, quand on blesse l’autre et qu’on lui demande pardon, je pense qu’on demande aussi pardon à Dieu en même temps.

Sarah 27 ans

offense, la blessure, le pardon demandé, le pardon donné, la réconciliation, qui n’est pas concerné par ces mots, qui n’a jamais eu à demander pardon, qui n’a jamais eu à pardonner ? Il est des offenses dont nous sommes complètement victimes, il est des actes gravissimes qui bouleversent une vie, parfois même la destinée d’une famille ou celle d’un peuple. Et pourtant seul le pardon peut guérir la blessure, aussi grande, aussi terrible soit-elle. Plus fréquemment, nous sommes pris dans un engrenage, une escalade de “violence” avec l’un de nos proches, et là, il est parfois difficile en vérité, de savoir, qui de l’œuf ou de la poule, est à l’origine de la polémique ; l’un et l’autre se sentant offensés et blessés, mais étant, en réalité, tour à tour offenseur et offensé. Mais dans tous les cas cela conduit à l’amertume, au désir de vengeance. Gérard Ducrozet nous dit dans un très bel article ¹ sur le pardon : “Nous ne sommes pas responsables du péché des autres, mais nous sommes responsables de nos réactions. Nous ne sommes pas responsables des blessures que nous donnent les autres, mais nous sommes responsables de ce que nous faisons de ces blessures. “Je ne peux pas réécrire mon histoire, mais je peux vivre autrement avec mon histoire.” Seul le pardon peut opérer cette transformation. “Maintenant je deviens responsable des sentiments, et des pensées négatifs qui sont en moi, et je choisi d’y faire face !…OUI je renonce à faire payer à l’autre le prix de ma blessure’’” Et en allant plus loin, Gérard Ducrozet nous fait prendre conscience que parce que nous sommes blessés, nos réactions

sa désillusion à sa peine… voire s’en souvenir à jamais mais sans esprit de haine, de rancune, ou de revanche, F 50 ans - Quand je pardonne à quelqu’un, il se passe une transformation de mon regard sur lui : je deviens capable de dissocier ce qu’il m’a fait de ce qu’il est en vérité. Du coup, je lui rends la valeur de son Être, certes imparfait, mais je peux à nouveau entrer en relation. De même, lorsque je demande pardon à quelqu’un, j’aspire à ce que son regard sur moi puisse changer, et que l’image qu’il a de moi ne soit pas réduite à la faute commise. S. 63 ans

peuvent nous conduire nous-mêmes au péché, entendez par là à pécher contre l’amour. Et il nous engage à : “Demander pardon à Dieu pour les péchés commis en réaction à nos blessures. “OUI je suis amer. OUI je suis habité du désir de vengeance, OUI je pleure sur moi…” Je sais que c’est difficile à entendre, mais dans les blessures, je me trouve confronté à mon propre péché : vengeance, méchanceté, amertume, désir de punir, pitié de soi… Voilà ce que je découvre en moi. Pardonner c’est aussi entrer dans une démarche de repentance, confesser son propre péché et y renoncer. “Je ne peux pas changer le passé, mais je peux, avec l’aide de Dieu, changer mes pensées et mes sentiments, je peux changer mes fonctionnements. Cela change même nos larmes”. Le fruit du pardon c’est cela : Un cœur qui est préparé, apaisé, disposé à la grâce même si la réconciliation n’est pas possible. Le pardon est une démarche intérieure et personnelle, indépendante de l’attitude de celui qui nous a offensés. Pardonner c’est un acte de puissance qui nous fait ouvrir les portes de nos prisons. Pardonner c’est devenir libre” Prière de confession : “Oui Père, dans ma condition de personne blessée, j’ai péché. Mon cœur s’est rempli de colère, de rancune, de méchanceté. Je confesse cet état d’esprit. Au nom de Jésus, je te prie de me pardonner et de me libérer. Je dépose mon péché au pied de ta Croix. En te soumettant mon péché, je me détourne de la voie que j’ai chérie et à laquelle je me suis attachée et je renonce à mes mauvais sentiments. Je reconnais que je n’ai pas le droit de rester amer envers ceux qui m’ont blessé. Je veux leur faire grâce. Je te prie de m’accorder la grâce de remplacer mes réactions naturelles par le fruit de ton Esprit.’’ ¹ http://www.topchretien.com/topfamille/ view/3689/pourquoi-pardonner-lapratique-du-pardon-partie.html

5


Le pardon, une simple complexité… Étymologiquement, pardonner vient du latin donare (faire don, tenir quitte) et du préfi xe intensif per (tout à fait, jusqu’au bout).

La troisième condition, et peut-être une des plus importantes qu’il convient de respecter, c’est de comprendre son offenseur. Bien sûr, il ne s’agit pas d’excuser son agresseur et d’accepter les torts qu’il a causés, principalement s’il est responsable de ses actes, mais de comprendre ce qui a pu le e pardon est donc le résultat de l’acte de tenir quelqu’un pousser à commettre son acte. pour quitte de l’offense qu’il a commise et de renoncer La quatrième condition indispensable au à en tirer vengeance. Il s’agit, par conséquent, comme pardon est de se pardonner à soi-même. le suggère l’étymologie, d’un véritable don car c’est En effet, lorsque l’on est offensé, il y a une la victime qui, sans justification juridique partie de soi qui est agressée et ou morale, prend l’initiative d’annuler “la une autre qui, par réaction, dedette” contractée par l’agresseur. Il y a en quelque vient agresseur pour se défendre. Le seul chemin Pour se guérir, il convient d’harsorte une véritable remise de dette. qu’il convient Pardonner ne signifie pas pour autant oublier, car moniser ces deux parties afi n il est indispensable de se souvenir de l’offense qu’aucune des deux ne prennent d’emprunter, pour pardonner. le pas sur l’autre. c’est celui qui Trop souvent, le mot pardon est galvaudé et utilisé permet d’appro- Ne pas blâmer avec légèreté, comme s’il n’était qu’une convention fondir l’amour Ultime mais pas la moindre des anodine et standardisée permettant de régler les conflits et les différends entre les individus. conditions à remplir pour parvenir entre ces Que n’entend-on souvent dire : “Il est facile de au pardon, c’est de cesser de personnes. pardonner, il suffit de le vouloir.” vouloir pardonner à tout prix. En s’y penchant d’un peu plus près, on s’aperçoit Pardonner n’implique pas forcéque le pardon est une réponse à l’offense beaucoup ment que l’on se réconcilie avec plus complexe qu’il n’y paraît, car il implique un certain nombre son agresseur, car la relation ne peut plus de conditions, sans lesquelles le pardon est impossible. revenir exactement comme avant. Lorsqu’il y a eu blessure entre deux personnes, le Le fruit d’une profonde analyse seul chemin qu’il convient d’emprunter, c’est La première de ces conditions est la décision prise. En effet, celui qui permet d’approfondir l’amour entre le pardon doit commencer par un acte de courage qui consiste ces personnes. de ne plus accepter le chemin de la vengeance pour répondre à En définitive, pardonner, c’est accepter de l’offense. C’est sans doute l’une des conditions les plus difficiles souffrir sans blâmer l’autre et sans l’accuser. à remplir car on est seul à prendre cette décision. Elle doit être On comprend alors mieux pourquoi la notion le fruit d’une profonde analyse de sa blessure et de l’apaisement de pardon trouve sa véritable inspiration que procurera le pardon. Mais, il faut prendre garde de ne dans l’enseignement du Christ, car il est vouloir pardonner que pour manifester sa supériorité, car on ne venu lui-même accomplir sur terre une pardonne pas aux autres, on se laisse prendre par le pardon. œuvre de pardon en versant son sang pour La seconde condition est de reconnaître l’offense et, pour la rémission des péchés. cela, il faut admettre que l’on a été blessé, puis bien identifier la blessure pour faire le deuil de ses attentes vis-à-vis des Pierre Rives personnes.

Dossier : Le pardon

L

RENOVATION RESTAURATION de manoirs, châteaux et maisons de caractères... Bâtiment - Industrie Électricité générale - Chauffage - Ventilation

02 33 25 10 36

lafitte.sa@wanadoo.fr - Fax : 02 33 83 59 84 42 rue Faubourg St-Eloi - 61400 MORTAGNE-AU-PERCHE

Salon Clotilde

Merci aux annonceurs !

AGENT PEUGEOT

Peugeot - pas de texte !!!!

garage-hautemulle@wanadoo.fr

6

13 rue du 13 août 1944 61190 TOUROUVRE

✆ 02 33 25 71 21

Garage HAUTEMULLE 1 rue Charles de Gaulle - 61190 TOUROUVRE Tél. 03 33 25 70 02 - Fax : 02 33 25 29 10

Coiffure mixte

Salle détente avec bac allongé Service esthétique

TERRASSEMENT - DÉMOLITION CRÉATION

ET CURAGE D’ÉTANGS

- FOSSES

TOUTES EAUX

- LOCATION

PELLE

Le Mineraie - 61290 Moulicent - Tél./Fax 02 33 25 77 62 - Port. 06 16 51 05 27


Le pardon en couple : la clef du succès ! Former un couple heureux, uni pour la vie, c’est le rêve évident de tous les amoureux de la terre depuis que le monde est monde. homme est ainsi fait que nous Une œuvre solide nous apercevons, chaque jour, Prenons le temps de revenir à l’amour du que cette évidence n’est pas couple. Nous voyons bien que le rêve de aussi simple que cela à réalifaire ensemble une œuvre solide est le ser et que le rêve est souvent même que celui des bâtisseurs de cathédifficile à concilier avec notre drales, et les difficultés sont les mêmes : pauvre réalité. une fois la passion un peu émoussée, L’amour d’un homme et d’une femme il faut passer de l’“Eros” à l’“Agapè” part toujours d’une attirance naturelle où (terme grec qui signifie l’amour accompli, l’aspect sexuel a son importance, mais l’amour épanoui, l’amour harmonieux) et cela ne suffit pas. c’est là que la foi du bâtisseur (d’amour) L’amour au sein d’un couple intervient, c’est là que le parest, à mon avis, comparable don va pouvoir jouer son rôle. à la construction d’une caPardonner vient de Par-Don : Pardonner, thédrale à l’époque où davandonner plus, donner au-delà, c’est se donner au-delà du simple don de soi. tage d’hommes croyaient en les moyens Dieu. L’amour d’un homme On donne son amour autant d’achever et d’une femme est la plus qu’on le reçoit, mais si on belle aventure qu’on puisse la construction ne va pas au-delà, l’édifice imaginer, car il participe devient fragile et les fragilités de l’amour à une forme d’éternité sur viennent souvent de broutilles au sein terre : c’est une œuvre de de la vie quotidienne : “Mon du couple. longue haleine : c’est le chefmari ne m’écoute plus… Il est d’œuvre du “compagnon” à toujours à la chasse… Ma l’époque des cathédrales. femme m’énerve… Elle est Imaginons la cathédrale : la foi des archimoins coquette qu’avant…” Tout cela tectes, des “compagnons”, crée, dès le n’est rien que de très normal, mais peut début, un élan passionnel et les travaux finir par empoisonner la vie de couple démarrent en trombe et dans l’enthouet, très vite, le rêve d’éternité s’affadit siasme. Puis, ces travaux avancent et des pour finir par s’éteindre. Sauf si, Madame, dame, imprévus surviennent : certaines pierres Monsieur, nous arrivons à passer sser sont de mauvaise qualité, un échafauoutre en parlant et en se pardage s’écroule, le maître tailleur se casse donnant mutuellement nos os un poignet… Mais malgré tout, à force petits manquements ; et de persévérance, d’ingéniosité, les trapardonner, ce n’est pas as vaux continuent, l’édifice s’élève et prend attendre que l’autre reforme. À l’époque des bâtisseurs, tous connaisse ses torts, s, y croient : la force de la foi en l’œuvre c’est d’abord reconnprime sur tout : il aurait fallu cinquante naître ses propress ans et on a mis un siècle pour achever carences, même si l’ouvrage ! Peu importe, ces hommes de c’est difficile et pararsavoir, de compétence, et surtout de foi, fois humiliant. C’est unn voient “leur” cathédrale culminer vers le chemin à parcourir ennciel. Les obstacles insurmontables ont semble, l’un vers l’autre. e. été vaincus par leur volonté poussée par Pardonner, c’est se donnune foi plus forte que tout. ner les moyens d’achever er

L’

Ebénisterie

Meubles tous styles et Boiseries anciennes Cuisines, Portes d’intérieur, Dressing, Bibliothèques

Fabrication & Restauration Bruno MELEUX Tél. 02 33 25 32 15 - Port. 06 67 61 19 00

la construction de l’amour au sein du couple avec le souci d’accomplir “l’œuvre” entreprise. Le pape François, à titre anecdotique, déclarait aux couples à Assise, il y a quelques mois : “Disputez-vous autant que vous le voulez. Si les assiettes volent, laissez-les. Mais ne laissez jamais la journée finir sans faire la paix ! Jamais !” ( ¹ ) Pour terminer, et à titre de boutade, je voudrais citer cette phrase de Clémenceau : “La guerre est une chose trop sérieuse pour être confiée aux seuls militaires.” Pourquoi ne pas l’appliquer aussi à l’amour : “L’amour est une chose trop sérieuse pour être confiée à un homme et une femme seuls.” Entendez par là que le mariage, surtout sacramentel, conclu sous le regard du Père, ne finira en œuvre parfaite qu’avec son aide, et sous son regard bienveillant.

Éric Quenardel (1)

Visite pastorale à Assise, discours du pape François lors de la rencontre avec le clergé, les consacrés et les membres de conseil pastoraux. Cathédrale Saint-Rufin, Assise Vendredi 4 octobre 2013

S.A.R.L. Fabien PLESSIS MAÇONNERIE - COUVERTURE - ISOLATION TRAITEMENT DE CHARPENTES

61190 LES COUDRAIS - Tél. 06 35 20 00 03 7


Le retour du fils prodigue, détail, Rembrandt, musée de l’Hermitage, Saint Petersbourg.

Le retour du Fils prodigue ou l’histoire d’un pardon

En 1659, Rembrandt entreprend de peindre Le retour du fils prodigue et l’achève dix ans plus tard, quelques mois avant sa mort. Ce tableau illustre le texte de l’Évangile de saint Luc (15,11.32), et veut magnifier l’infinie tendresse du Père pour son fils pécheur ainsi que l’immédiateté du pardon.

D Dossier : Le pardon

oué d’un talent surprenant, Rembrandt commence à peindre à 15 ans et parvient au sommet de sa gloire et de la fortune quinze ans plus tard. Il épouse Saskia, la fille de son marchand de tableaux, dont il est très épris et achète, à Amsterdam, une vaste maison qu’il remplit d’objets d’art. C’est alors que commence pour lui, une suite de terribles épreuves : il perd trois enfants en bas âge avant de connaître la joie de la naissance de son fils Titus. Mais Saskia, très affaiblie, meurt l’année suivante. Plus tard, sa servante, Hendrickje, lui donne sa fille Cornelia. Les commandes deviennent plus rares et c’est le désastre financier. Sa collection et sa maison sont vendues, il s’installe dans un quartier pauvre et ne peint plus que pour lui-même. Le cœur déchiré après la mort de Hendrickje en 1663, de Titus en 1668, Rembrandt meurt à son tour, en 1669, comme sa belle-fille Magdalena van Loo, entouré seulement de Cornelia, âgée de quinze ans, et de sa petite-fille Titia, âgée de sept mois. Plus tard, Van Gogh pourra dire de lui : “Il faut être mort plusieurs fois pour peindre ainsi !”

Repentir du fils Le fils prodigue, ayant dilapidé la fortune de son père, se trouve dans la misère et souffre de la faim. Il se dit en lui-même : je vais retourner chez mon père et je lui dirai : “Père, j’ai péché contre le ciel et contre toi. Je ne mérite plus d’être appelé ton fils. Prends-moi comme l’un de tes ouvriers.” Mais le père qu’il découvre à son retour ne ressemble pas au père qu’il croyait connaître : celui-ci, depuis son départ, le guettait douloureusement et espérait son retour. Et ainsi malgré son âge, il s’élance à sa rencontre et le serre contre lui. Sa main droite, longue et féminine, le presse contre son ventre, comme pour dire : “Mon enfant, mon tout petit, la chair de ma chair, comme tu as dû souffrir !” et la main gauche, large et puissante, se pose sur son épaule dans le geste de l’adoubement qui semble exprimer : “Fils, tu es mon égal. Viens t’asseoir à ma droite.” La mandorle formée par les deux bras du père symbolise d’une part, l’amande, la matrice protectrice où se forme l’homme nouveau, et d’autre part, l’ovale géniteur de la femme, le passage, la porte

PLOMBERIE - CHAUFFAGE Tél./fax : 02 33 25 20 88 Port. 06 16 82 10 12

Sarl

Energies renouvelables Entretien Neuf et Restauration - Ramonage Installation Sanitaire Le Larry - 61190 TOUROUVRE

SIMON - DROUET

61190 LA VENTROUZE

COUVERTURE - CHARPENTE ZINGUERIE - ISOLATION Tél. 02 33 25 05 29 - 02 33 34 41 86 - Fax 02 33 83 30 16 (le soir après 19 h)

8

étroite par où tout humain vient au monde. Sur les épaules du père, le voile huméral rouge, vêtement liturgique, manifeste le caractère sacramentel du pardon. À côté du pied du fils, la sandale abandonnée est un signe biblique du renoncement à l’héritage. À sa ceinture, le couteau dans son fourreau suggère que le fils a renoncé à “tuer le père” après lui avoir jadis réclamé sa puissance. La tunique déchirée rappelle celle du fils de Jacob, Joseph, qui fut vendu comme esclave par ses frères. Les mains du père semblent vouloir refermer cette déchirure. Le visage glabre et la tête tondue du fils sont les marques traditionnelles de l’esclave.

Miséricorde du Père Pour Jésus, le Fils de Dieu, qui nous raconte cette parabole, la miséricorde du Père est sans limite. Son pardon anticipe la faute. Il est sans mesure : “soixante-dix-sept fois sept fois”. L’amour du Père est un don universel permanent et gratuit. Le fils prodigue a dépensé sans compter les biens de son père : il croyait naïvement que la puissance du père était dans ses biens ; qu’être puissant, c’est posséder, consommer, dominer, être admiré. En dépensant sans compter, il se croyait libre. L’échec l’a rendu lucide sur lui-même, mais ce ne sont ni la confession ni le repentir qui nous sauvent ; ce ne sont ni nos faibles mérites ni nos petits talents : ce sont uniquement la tendresse et l’amour du Père. La contrition n’est nécessaire que pour nous : elle nous aide à mesurer le pardon sans mesure du Père. “Notre Père…”, c’est celui-ci ! “Sans pardon, il n’y a pas d’avenir pour les sociétés” Frère Aloïs - Taizé -

SOS Soudure Tig Dominique NOUAUX Zone Artisanale des Graviers - 61190 ST-MAURICE-LÈS-CHARENCEYY Tél. 02 33 83 92 64 (répondeur) - Fax 02 33 83 92 66

Mécan o Soudu Tous M re étaux

Sylvie MAILLARD Professeur de Musique

61190 ST-MAURICE-LÈS-CHARENCEY

Tél. 02 33 25 14 60

SOLFÈGE - ÉVEIL SYNTHÉ -ACCORDÉON


La confession, une réconciliation… n ne vient pas se confesser pour extirper de soi un mal qui nous a déçus ou humiliés, comme on arrache une dent cariée. On ne vient pas se confesser pour se débarrasser d’une part de soi-même. Or on confond si souvent confessionnal et machine à laver. On vient dire “confiteor”. On vient dire “je reconnais”. On ne vient pas se refuser, on vient s’assumer. On vient se rassembler avec le pire et le meilleur. On vient revendiquer tout ce que l’on est, même cette plaie secrète. On vient avec ses blessures, on vient avec sa détresse pour les déposer, pour les immerger dans la démesure de la tendresse de Dieu. Alors la confession, c’est ce chemin de lumière que fait le soleil sur la mer, c’est l’entrée triomphale : on ne comparaît jamais devant Dieu, on se blottit en Dieu.

O

Vous comprenez mes amis : nous avons tous été créés et mis au monde par ce Dieu-là. Nous avons tous été profilés pour le poème, pour la fête et la danse. Hélas, on vient avec sa grammaire ! Se confesser, c’est pour vivre et pour aimer, pour faire chanter sa vie : des plaies qui suppurent, on peut faire des plaies vives. Avec des obstacles, on peut faire des tremplins ! Avec des lambeaux, on fait des étendards ! C’est cela la confession. Si ce n’est pas cela, je ne suis pas prêtre. On vient se confesser pour être soimême, pour se réinventer, pour dire : “ce que je suis, je le suis et tu m’aimes”. Et savoir que c’est merveilleux d’être aussi pauvre quand on est tant aimé ! Et savoir que nos pas titubants, sur la poussière de la terre sont des pas d’éternité.

Et savoir que devant ce Dieu-là, quand on va vers ce Dieu-là, même un faux pas, c’est un pas, et on avance, et quelquefois, vous savez bien, avec un faux pas, cela va plus vite. Alors un jour, un jour ou l’on croyait que tout était mort et que l’on s’était habitué à ses routines, à ses illusions, à ses déceptions, à ses maladresses, un jour que l’on croyait l’amour étouffé, alors parce que l’on bascule dans la démesure de l’amour, parce que l’on peut se rassembler tout entier, avec toute la douceur, avec toute la tendresse, un jour, on passe de l’habitude de soi à l’invention de soi. Et c’est tout neuf ce matin, comme le soleil chaque matin. Un jour, on se surprend de nouveau avec le visage chéri dans ses deux mains et il n’y a plus de parole, et il ne faut surtout pas casser ce silence-là. Il n’y a plus d’analyse, il n’y a plus d’argument, on sait seulement ceci : Je t’aime parce que c’est toi, je t’aime parce que c’est moi.

Père Leclercq - 9 juin 1983

VINCENT/SANCTUAIRE LOURDES/CIRIC

La confession, c’est le plus beau mot de l’amour. Car je crois que le mot le

plus beau de la tendresse, n’est pas de dire “je t’aime”, mais “je sais que tu m’aimes”.

TANNERIE DU PERCHE EURL 61190 TOUROUVRE Tél. 02 33 25 70 18 Fax : 02 33 83 29 90 Email : mick.viel@orange.fr

NATURALISATION FABRICATION ET VENTE DE VÊTEMENTS SUR MESURE

CHAUSSURES VÊTEMENTS GRANDE LARGEUR GRANDES TAILLES

Possibilité de mettre des semelles médicales

Maroquinerie

DESVAUX-CHEUTIN 23, rue de l’Eglise - 61290 LONGNY AU PERCHE Tél. 02 33 73 65 13 - desvaux.cheutin@orange.fr 9


Que serait notre paroisse sans les bénévoles ? ous voulons parler de cette forme d’occupation non être à l’écoute des détresses humaines et obligatoire et non rémunérée où la contrepartie consiste essayer de savoir où et comment intervenir. dans la liberté de consentement et la volonté de bien Pour telle catéchiste, ce sera l’occasion d’acfaire. compagner, un temps, ses propres enfants C’est ainsi que les bénévoles offriraient leurs dons ou dans cette activité “récréative” qu’est le caqualités sans que cela leur coûte en termes d’effort téchisme ou la préparation des baptêmes. supplémentaire. Pour tel membre de l’équipe Le bénévolat se situerait donc davantage dans le “fleurissement”, “liturgique” ou domaine du passe-temps, du hobby comme disent encore “pastorale”, ce sera l’ocLe bénévolat nos amis d’Outre-Manche, du loisir encore. casion de mettre en pratique est une façon Cependant, ces activités prennent du temps, ses dons manuels, musicaux d’être chrétien, ou inventifs pour la beauté des quelques fois au détriment d’autres occupations ; c’est la raison pour laquelle elles sont majoritairement célébrations et la sérénité de la dans le don exercées par des personnes “sans activité” ou à la vie en paroisse. Pour telle autre, gratuit de soi. retraite, les “actifs” devant prendre sur eux et faire ce sera l’occasion de mettre au un effort immense pour dégager du temps dans des service des autres ses capacités semaines déjà bien remplies. en techniques de l’information… Pas d’obligation, pas de salaire, du temps mais où est le plaisir L’important est que la fonction ne dépasse dans tout cela ? pas le bénévole et que celui-ci se tienne Le bénévolat permet d’accomplir des tâches courantes pour les toujours avec humilité et simplicité dans son autres, et avec les autres, souvent dans l’ombre et en retrait, rôle, sans revendication d’un droit de suite pour rompre l’isolement, tenir informé de la vie de la paroisse, ni d’une hiérarchie, en pensant qu’il est là pour un temps limité dont il peut lui-même fixer le terme. Ainsi, le bénévolat est-il une façon d’être chrétien, dans le don gratuit de soi, tout en gardant à l’esprit, dans notre “bonne vieille” Église catholique, que la tâche est accomplie au nom du prêtre ou des religieux, dont le nombre se fait de plus en plus petit, et, au-delà d’eux, dans l’Esprit et au nom de l’enseignement de Jésus, qui doivent guider à chaque instant les pas du bénévole. C’est de là que le bénévole tire son devoir mais aussi son plaisir, sa joie de faire du bien et du beau autour de lui, d’être en harmonie avec sa foi, de se sentir partie d’un corps vivant en action. PHOTOS DR

Vie de l’Église

N

Emmanuelle Esnol de France

Les bouquets de Paulette Riolet.

N° Vert : 0 800 800 931 Notre choix respecter le vôtre E-mail : pf.bonhomme@wanadoo.fr - Site Internet : www.pompesfunebres-bonhomme.com 10


0500

)ÂYULHU0DUV 7ULPHVWULHO

QŠ

Diocèse de

Orne

Sées

“AVEC” … nos frères et sœurs handicapés

V

Au-delà de nos différences Servir la fraternité au-delà de nos différences, ce n’est pas seulement venir en aide, c’est aussi accepter soi-même de recevoir toutes les richesses que la personne veut nous donner. C’est accepter d’agir non seulement “pour” elle, mais “avec” elle.

Aux ateliers, aux stands, au spectacle de la journée du 13 octobre, que de richesses nous avons pu partager ! Dans les services et mouvements répertoriés dans ces pages, osons “être avec” nos frères et sœurs handicapés et les rendre acteurs de la rencontre.

Jean-Marie Poussin, diacre

24-25 avril 2010: personne handicapée lors du Frat, Lourdes (65), France.

CIRIC / VINCENT / SANCTUAIRE DE LOURDES

ivre une journée festive diocésaine avec les personnes handicapées, leurs proches, et plus largement toute personne de la communauté chrétienne. Vivre ce temps fort pour servir ensemble la fraternité, au-delà de nos différences. Tel était le but du rassemblement dont font écho ces pages. “Là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur” nous dit l’Évangile…, d’où le titre de cette journée : Atout “cœur” , ensemble gagnons la fraternité. Osons Dans une société où la valeur “être avec” de l’individu se mesure à des nos frères atouts tels que la perforet sœurs mance, la productivité, l’efficacité…, la personne fragilisée handicapés par son handicap risque de et les rendre figurer dans la catégorie des acteurs de la “perdants”. Or, il y a un atout rencontre que ces personnes possèdent et qu’elles sont bien loin de nous envier : c’est leur capacité d’aimer, de s’ouvrir aux autres, de faire confiance et de se faire le frère de l’autre. S’il est un domaine où leur “compétitivité” sort gagnante, c’est sans doute celui de la fraternité.

I


Avec la pastorale des personnes handicapées

Atout “cœur”, gagnons Fraternité gagnante ! Cette conclusion convient parfaitement pour traduire le sens de la journée diocésaine organisée en octobre dernier, à Sées, avec la participation de Mgr Habert, notre évêque. e chant final, “ne rentrez pas chez vous comme avant”, sonnait juste car “personne n’est trop pauvre pour n’avoir rien à partager”. La démonstration en était faite. Une journée, si belle soit elle, passe vite… Sauf quand elle pose un rayon de soleil sur les lendemains, sauf quand elle invite à changer de regards sur les personnes pour cesser de voir d’abord les handicaps mais pour repérer leurs richesses. Cela faisait dire à une participante, Marie-Madeleine : “Monde de compétitivité et de vitesse, regarde donc la disponibilité, l’enthousiasme et la belle confiance des plus fragiles. N’oublie pas la beauté intérieure qui rend le monde meilleur.”

2UQH$FWXDOLWÂV

L

II

De nombreux mouvements présents Amitié espérance, Relais Lumière espérance, Fraternité chrétienne des personnes malades et handicapées, Foi et lumière, Action catholique ouvrière, catéchèse spécialisée célèbrent unanimement, par leur présence, la fraternité au-delà des différences de chacun dans ce monde de compétitivité et de vitesse.

Jean-Charles Arnaud et son assistante Une journée joyeuse et chantante grâce à l’animation de musicale de Jean-Charles Arnaud et son assistante Dominique. “Je prends conscience par les personnes handicapées qu’il y a du bonheur à vivre” Damien. “Chacun a pu exercer ses dons les meilleurs pour le service réciproque et la joie de tous” Marie-Madeleine, accompagnante.


ensemble la fraternité Le fil rouge La chorégraphie des Arts sensibles, compagnie de Caen, met en scène la symbolique du lien qui nous relie les uns aux autres. “Nous étions tous atout cœur et accordés les uns aux autres.” Sylvie.

Un déjeuner convivial Une ambiance conviviale avec des personnes heureuses d’être là. L’évêque s’est fait proche et disponible, lui qui rappelait au cours de son homélie que “handicapés du corps, de la tête ou du cœur, nous le sommes tous d’une façon ou d’une autre.” “La présence de Mgr Habert toute la journée était aussi pour nous un signe encourageant de notre Église qui cultive le bonheur d’être ensemble.” Claude et Marie-Claude, accompagnants.

L’atelier fleurs Lors de la procession des offrandes, de belles compositions florales préparées dans l’atelier du matin sont apportées.

III


Au service des enfants, jeunes et adultes qui vivent avec un handicap L’Orne est l’un des départements qui, en France, a la plus forte densité d’institutions présentes dans le monde du handicap. De nombreuses structures, aujourd’hui tenues par des collectivités publiques, ont été fondées par des prêtres ou des congrégations religieuses.

2UQH$FWXDOLWÂV

P

armi les 300 000 habitants de notre département, plusieurs milliers ont des difficultés à s’insérer pleinement dans notre vie commune. Nous n’avons pas attendu ces dernières décennies pour mettre en place des structures qui les aident. La plupart ont une origine catholique. Depuis une cinquantaine d’années, des associations, issues de ces initiatives religieuses, ont mis en place des centres adaptés aux situations diverses, avec des sigles qui ne disent pas tout. Aujourd’hui, il y a dans l’Orne plus de cinquante “maisons” et “services aux familles”, avec plus de 2 000 salariés pour accomplir une tâche qui demande beaucoup de compétence et de qualités humaines. Elles sont soutenues par l’État et le Conseil général de l’Orne, qui font de gros efforts financiers. Il y a tant à faire que tout ce qui serait nécessaire n’est pas prêt d’être réalisé.

D.M.

“N’oublie pas la beauté intérieure qui rend le monde meilleur”*

Services et mouvements catholiques pour personnes malades et handicapées Le diocèse met en œuvre de nombreux services et mouvements au service des personnes handicapées et de ceux qui en sont proches (familles - amis - professionnels). - Pastorale de la santé (02 33 81 15 15) - Aumôneries des hôpitaux (02 33 83 87 86) - Pastorale des personnes handicapées (02 33 81 15 15) - Service évangélique des malades (02 33 83 87 86) - Service diocésain de catéchèse spécialisée (02 33 81 15 09) - Hospitalité diocésaine de Séez (Lourdes) 06 83 84 81 59 - Lourdes cancer espérance (02 33 96 12 53) - Fraternité chrétienne des personnes malades et handicapées autonomes (FCPMH) 02 33 36 24 13 Les membres s’organisent entre eux pour une mission chrétienne près de leurs semblables. Equipes à : Argentan, Flers, Domfront, La Ferté Macé, Alençon, L’Aigle. - “Action catholique ouvrière en ESAT” (02 33 28 71 73) Equipes à Argentan et à Sées. - Communauté foi et lumière - (02 33 29 17 61) Rencontre de personnes handicapées mentales, de leurs familles et d’amis en lien avec les paroisses. - Fondation OCH (Office chrétien des personnes handicapées) Correspondant dans l’Orne : 02 43 97 26 88 - Rencontre alençonnaise personnes handicapées amitié entraide et loisirs (Raphael) 02 43 97 26 88 - Amitié-Espérance pour des personnes malades psychiques (Alençon) 06 31 76 48 24 - Relais Lumière Espérance pour les proches de malades psychiques (groupe Alençon : 02 33 29 29 10 / groupe Bocages : 02 33 64 21 86) - Traverses en psychiatrie pour les professionnels de santé mentale (06 08 18 23 82)

“Heureux ceux qui voient ce que vous voyez”* (Jésus)

(M. Madeleine) *paroles entendues lors de la fête avec les handicapés à Sées le 13 octobre 2013

La Beaujardière à Randonnai : fresques réalisées par les personnes de l’ESAT. PUBLICATION DU DIOCÈSE DE SÉES B.P.25 - 61 500 Sées. DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Guy Fournier Éditeur : Bayard Service Édition Ouest, BP 97 257 - 35 772 Vern-sur-Seiche - Tél. 02 99 77 36 36 - bse-ouest@bayard-service.com - www.bayard-service.com SECRÉTAIRE DE RÉDACTION : Bernard Le Fellic - MAQUETTE : Christelle Karpikhine - IMPRIMERIE : Du Loch. DÉPÔT LÉGAL : 1er trimestre 2014 - ISSN en cours Il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement sur quelque support que ce soit la présente maquette Orne Actualités, sans autorisation préalable et écrite de la part de Bayard Service. Tout contrevenant s’expose à des poursuites pénales.

IV


Conte

La part à Dieu I neigeait depuis la veille. On ne voyait plus le chemin, ni le mur du potager, ni les toits des ruches. Pour autant, Mme Duteil ne se tourmentait pas. Elle avait arraché, à temps, les derniers légumes, empaillé le tuyau de la pompe, mis le bois à l’abri et bouché le soupirail de la cave. Ce n’était là que gestes de prévoyance qu’elle accomplissait seule, depuis trois ans que son mari était décédé. À la belle saison, un jardinier venait l’aider ; l’hiver, on s’en passait. D’ailleurs, il y avait Amélie, sa fille, qui, déjà forte pour ses treize ans, ne rechignait pas à mettre la main à la pâte pour soulager sa mère. Depuis que le père était par ti, Mme Duteil et sa fille avaient pris l’habitude, au moment de l’Épiphanie, de donner sa part de galette à quiconque viendrait la demander. Ainsi vint d’abord la mère Chenue, puis Joachim, le taupier, et enfin un mendiant inconnu. Mais aujourd’hui, qui, par un temps pareil, s’aventurerait pour une part de galette ? Amélie se désolait : - Avec cette neige, personne ne viendra chercher notre “part à Dieu”. - Que veux-tu, ma pauvre Amélie, Papa comprendra bien qu’avec le temps… Tout à coup, Amélie s’écria : - Ça y est, j’ai trouvé ! Je sais à qui donner notre part à Dieu ! - À qui ? demanda sa mère ? - À Rose Plouben, marmonna Amélie entre ses dents. Et avant même que sa mère eût le temps d’avoir quelques explications,

Amélie avait mis son manteau, enfilé ses bottes et pris la porte. Ce nom de Rose Plouben avait en effet de quoi surprendre Mme Duteil, car c’était celui de la pire ennemie de sa fille. En avaient-elles eu des démêlés ces deux-là ! Tirage de cheveux, griffures, prises d’affaires, insultes, injures et je ne sais encore quelles roueries qui les faisaient se détester comme chien et chat.

I

TAXI

Longny-Tourouvre

TAXI T. BACLE

10, rue de l’Église 61290 LONGNY-AU-PERCHE

Le temps du pardon Depuis près d’une heure, Amélie travaillait dans la neige, s’efforçant de tracer un chemin avec une pelle. La tâche était des plus pénible. Amélie ne sentait plus ses doigts. Dix fois, vingt fois, elle voulut abandonner mais elle s’y refusa, songeant au but qu’elle s’était assignée : représenter son papa, si généreux, en donnant sa part de galette et pardonner à Rose. Les joues mordues par le froid, les yeux larmoyants, les doigts gourds, elle continuait à déblayer le chemin quand, elle butta contre un obstacle inattendu… Une forme humaine gisait en travers de

la route, à demi recouverte d’un linceul de neige. Surmontant son émotion, elle se pencha en avant et, reconnaissant le visage blême et immobile, poussa un cri : - Rose ! Mon Dieu, c’est Rose ! Que lui est-il arrivé ? Oubliant les différends qui les opposaient, Amélie aida, comme elle le put, Rose à se relever et, la soutenant, l’amena chez elle pour qu’elle se remettre de sa chute. Mme Duteil l’installa confortablement devant la cheminée, l’entoura d’une couverture et lui apporta du vin chaud aromatisé. Quand elle eut recouvré ses forces, Rose raconta que sa mère l’avait envoyée chercher du pain et que, le froid l’ayant saisie, elle était tombée et n’avait pu se relever. Elle s’approcha alors d’Amélie, l’embrassa et lui dit : - Amélie, tu m’as sauvé la vie, moi qui ai été si méchante avec toi. Puisses-tu jamais me pardonner ? Amélie s’en alla alors chercher une part de galette qu’elle tendit à Rose en disant : - Tiens, voici la part de Dieu, celle qui était réservée à mon père. En ce jour de l’Épiphanie, elle sera la marque d’une amitié profonde qui désormais nous liera.

Pierre Rives

Toutes distances Médical sous condition Voitures climatisées

COUVERTURE - ZINGUERIE - MAÇONNERIE AMÉNAGEMENT DE COMBLES

Arnaud TIREL

Terrassement avec Mini pelle Tél. 02 33 73 67 22 Port. 06 76 77 47 70

Chalumeau Automobiles Thierry Chalumeau

RN12 “Le Paradis” - 27130 VERNEUIL/AVRE Tél 02 32 32 48 48 - Fax 02.32.32.24.53

6, rue des Accacias - 61300 CRULAI Tél. 02 33 34 40 90 PEINTURES, SOLS, PLAQUES DE PLÂTRE, VITRERIE & REVÊTEMENTS

15


J’ai lu pour vous…

Les Sept chefs-d’œuvre de Dieu du père Jacques Roger Édition Mediaspaul

des signes et des rites qui “disposent” les hommes à recevoir l’effet principal des sacrements. Il s’agit : n examinant attentivement l’œuvre littéraire du père - des funérailles d’un baptisé : bien vivre Jacques Roger, on s’aperçoit qu’avec Les sept chefssa mort. d’œuvre de Dieu, cela fera le septième livre que le - de la consécration religieuse : se mettre bon père aura écrit. à l’écoute du Seigneur. Simple coïncidence ou signe d’immanence, chacun - des bénédictions des personnes, y verra ce qu’il veut bien y voir ; cependant, et avant des activités humaines et des objets d’analyser ce dernier ouvrage, il serait peut-être judicieux de de dévotion. s’interroger sur ce que représente le chiffre sept Ouvrage passionnant, écrit pour nous, les chrétiens. dans une langue soignée Hautement symbolique, ce chiffre est avant tout le mais néanmoins accessible à Redécouvrir septénaire génésiaque pendant lequel, Dieu a créé tous, Les sept chefs-d’œuvre la beauté le monde : six jours pour la création et le septième de Dieu permettent au lecteur des sacrements (Sabbat) pour son achèvement dans la perfection. de redécouvrir la beauté des Le chiffre sept renvoie aussi aux sept péchés sacrements, véritables trésors capitaux, aux sept diacres créés par les apôtres que l’Église détient en son sein enfin, aux sept sacrements de la foi et c’est précisément et qu’elle offre aux croyants. ce dernier sujet que le père Jacques Roger a voulu développer. L’iconographie de la page de couverture Les sacrements, selon l’auteur, sont les moyens que Jésusaccentue, tant par le choix du graphisme Christ a mis en place pour “rendre visible”, dans la foi, l’œuvre que par celui des couleurs, l’impression de de Dieu. splendeur et de lumière. Véritables forces, qui “sortent du corps du Christ”, ces chefsReproduisant un vitrail de l’église de d’œuvre de Dieu sont au nombre de sept : Mongaury, réalisé par un artiste “percheron” • Les trois sacrements de l’initiation chrétienne : bien connu, Malel, cette - le baptême : porte d’entrée dans l’Église. illustration, associant - la confirmation : accomplissement du baptême. un camaïeu de jaune - l’eucharistie : source et sommet de toute la vie de l’Église. orangé avec le bleu • Les deux sacrements de guérison : cobalt de la croix - la pénitence et la réconciliation : la reprise du baptême. et de la main de - l’onction des malades : signe d’espérance au cœur de Dieu, laisse à l’œil l’épreuve. une luminescence • Les deux sacrements de vocation : persistante. - le mariage : expression de l’Alliance du Christ et de Un livre à lire et à l’Église. conserver dans sa - l’ordination : la marque des serviteurs de Dieu et des bibliothèque. hommes. À côté de ces sept sacrements, l’auteur attire notre attention sur ce qu’on appelle les sacramentaux. Pour lui, ce sont Pierre Rives

Culture

E

Olivier MENON 61190 NORMANDEL

MAÇONNERIE COUVERTURE CARRELAGE Le Bourg - 61190 MOUSSONVILLIERS • Tél. 02 33.25 43 23

MEUBLES - SALONS - LITERIES - RANGEMENTS - DÉCORATION Le Bourg Tél. 02 32 32 05 49 Fax : 02 32 37 55 69

RN 12 - 27130 VERNEUIL-SUR-AVRE

Terrassement Assainissement Voiries Démolition Clôtures

61290 NEUILLY sur EURE ✆ 02 33 73 97 93 - Port. 06 09 36 07 26 - Fax 02 33 83 06 96

SYLVIE RETOUCHES 06 78 34 59 92 61290 LONGNY-AU-PERCHE

16

Mercerie - Couture rue du 13 Août 1944 - 61190 TOUROUVRE Tél. 02 33 25 75 61


Pourquoi cherchons-nous des œufs à pâques ?

La table de Jean-Claude

T

out a commencé par les Égypqui ne sont plus aujourd’hui qu’au nombre tiens et les Perses, qui avaient de 56 à travers le monde. l’habitude de teindre des œufs Plus proche de nous, souvenons-nous pour symboliser le renouveau tout simplement que, dans nos camde la vie, car le prinpagnes, les œufs étaient temps est la saison interdits à la consommation de l’éclosion de la nature et pendant le carême, mais L’œuf reprél’œuf représente la vie et la les poules de nos pousente la vie et renaissance. Pâques pour les laillers, ne respectant la renaissance chrétiens, célèbre la Résurpas cette trêve, rection du Christ et est fêté continuaient au printemps. Le symbole de à p ondre. l’œuf y trouve tout naturellement sa place. L’afflux d’œufs dans Cette coutume d’offrir un œuf à Pâques les garde-manger est apparue au IVe siècle en Europe, mais poussait les familles seulement sous Louis XV en France, qui à les consommer en fait une institution en distribuant, à ses dès le carême tercourtisans, le jour de Pâques, des œufs miné, soit le jour de peints avec des feuilles d’or. Plus tard, Pâques. De plus, selon en 1885, on doit à Fabergé, orfèvre de la légende, les cloches, la cour impériale des tsars de Russie, les restées muettes depuis le magnifiques œufs richement décorés et Jeudi saint, sèment, en revenant

La recette Œufs mollets à la florentine Si, à Pâques, vous avez mangé trop d’œufs en chocolat et que, pour respecter la tradition, vous souhaitez faire un petit plat “sympa”, délicieux et rapide à préparer lors de l’arrivée d’amis à l’improviste, alors voici une recette toute simple, d’origine italienne. Vous aurez besoin :

- d’épinards, - d’œufs, à cuire mollet : soit 3 mn à l’ébullition, - d’une sauce Béchamel : faites un roux avec 20 g de beurre et 1 cuillerée à soupe de farine, puis ajoutez progressivement 25cl de lait chaud, sel poivre et noix de muscade et laissez épaissir. Puis transformez-la en Mornaix en y ajoutant 1 jaune d’œuf et 25 g de fromage râpé, - déposez vos épinards dans un plat à gratin, posez les œufs mollets écalés (dépouillés de leur coquille) - puis nappez de sauce

- et faites gratiner à four vif, pas trop longtemps pour laisser les œufs mollets. Un petit rappel les œufs ne supportent pas le vin comme accompagnement, alors pour faire plus local, une petite bolée de cidre fera l’affaire.

Et si vous n’avez ni œuf peint en or, ni œuf “Fabergé”, n’hésitez pas à en offrir en chocolat, ce simple geste suffit à faire plaisir.

Sylvie Dumont

POMPES FUNÈBRES - MARBRERiE

JEAN-PAUL MOUSSET

✗ Transport de corps avant et après mise en bière ✗ Chambre funéraire ✗ Organisation complète des obsèques ✗ Contrats obsèques ✗ Menuiserie fabricant 61560 Saint-Germain-de-Martigny - Tél. 02 33 25 30 68

de Rome et en passant sur nos jardins, nombre d’œufs, de cloches, de poules ou de lapins en chocolat, qui, pour les enfants, suscitent une course joyeuse, à travers massifs de fleurs, vergers ou jardins.

COIFFURE à DOMICILE

Tél. 02 33 24 75 10 - Port. 06 08 28 30 34 Les Gatineries - 61190 LIGNEROLLES

Centre de Tourisme Equestre Les Chevauchées du Genetay Promenades - Rando T.R.E.C. - Pension box

Stage enfants : Journée et 1/2 journé e

27820 St. Christophe sur Avre Graziella 06 64 39 57 06 - www.genetay.fr

en 4 versions :

n°1

Existe de mots• petits (3-6 ans) • junior (6-12 ans) x u je s e d • champion (+ 15 ans) • famille (+ 10 ans/adultes)

Edité par MEGABLEU - 61190 RANDONNAI Tél. 02.33.85.25.00 - Fax 02.33.85.25.04/E-mail : info@megableu.com

17


Livre de vie Baptêmes

Irai

Longny

20 novembre : Claudine Maréchal, 59 ans

17 novembre : Alya et Solan Colomina 8 décembre : Victoire Hureau 26 janvier : Milan Hacquebey

La Poterie-au-Perche

Marchainville

27 novembre : Robert Levert, 88 ans

Malétable

Le Mage

2 novembre : Yannick Thierry, 63 ans 27 décembre : Marie-Joseph Mazurier, 106 ans

23 novembre : Quentin Piot

31 décembre : Jean Gallerand, 95 ans

Neuilly-sur-Eure

Vie paroissiale

Tourouvre 24 novembre : Lucas Pradel

Le Pas-Saint-L’Homer

Funérailles

10 décembre : Daniel Lebrun, 82 ans

18 novembre : Victor Louvet, 71 ans 20 décembre : Suzanne Leblanc, 82 ans

Gournay-le-Guérin

L’Hôme-Chamondot

Normandel

22 novembre : Simone Riguet, 90 ans

2 décembre : Roland Cirou, 90 ans

28 novembre : Yvette Lechat, 76 ans

Lignerolles 7 décembre : Patrick Durand, 57 ans

Longny 8 novembre : Bernard Bourdin, 87 ans 17 décembre : Paul Tournelle, 81 ans 31 décembre : André Foucault, 79 ans 14 janvier : Renée Hamelin, 89 ans 16 janvier : Patricia Tréhorel, 58 ans 17 janvier : Jeannine Descaves, 79 ans 28 janvier : Madeleine Cocherel, 86 ans

La radio dans l’âme

Menuiserie - Charpente - Escaliers Jean LAVENANT

depuis 1983

La Plaine de Villeneuve 28340 ROHAIRE - Tél./Fax 02 37 37 50 17

Offert par un sympathisant 18

Randonnai 6 décembre : Odette Bellemare, 86 ans 23 janvier : Dominique Bernard, 57 ans

Tourouvre 13 décembre : André Buisson, 94 ans 6 janvier : André Guerrier, 83 ans

Saint-Maurice-les-Charencey 29 janvier : Raymond Barrois, 85 ans

Saint-Victor-de-Réno 15 janvier : Odette Frichet, 76 ans

Vivre la région et partager ses grands moments BANQUE ET ASSURANCES

NORMANDIE

Eric LEYS Demeures de caractère

BROTZ - 61290 L’HÔME-CHAMONDOT TÉL. 02 33 25 74 91 - FAX 02 33 83 70 04

MENUISERIE

Philippe DUBOIS ÉBÉNISTERIE Bellevue Fabrication traditionnelle sur mesure 61190 TOUROUVRE Tél. 02 33 83 60 57 - Fax 02 33 83 28 71


Dimanches et célébrations Pour connaître les horaires de messes chaque week-end, consulter :

Célébration pénitentielle jeudi 10 avril 20 h : Longny Confession sur rendez-vous : voir au sanctuaire de Montligeon ou à L’abbaye de la Trappe

- les feuilles affichées chaque mois à la porte des églises - le site de la paroisse : http:// sainteanneduperche.com - l’accueil du presbytère de Tourouvre 02 33 25 73 21

Les Rameaux

Vivre le carême et Pâques dans la paroisse Des soirées vous sont proposées : repas-partage, soirée autour d’un film, soirée culturelle musicale et picturale, soirée-témoignage. Venez découvrir toutes ces propositions.

samedi 12 avril 18 h 30 : Randonnai dimanche 13 avril 10 h 30 : Longny 10 h 30 : Chennebrun

Semaine sainte Mardi 15 avril 18 h 30 : messe chrismale à Sées Jeudi saint 17 avril La Cène à 20 h à Saint-Maurice avec les enfants du caté en CM1

Chemins de Croix chaque vendredi de carême à 15 h Nord paroisse : 21 mars : Bivilliers 28 mars : Beaulieu 4 avril : Irai 11 avril : Gournay-le-Guérin 18 avril Randonnai Sud paroisse 21 mars : Moulicent 28 mars : Le Mage 4 avril : Les Menus 11 avril : L’Hôme-Chamondot 18 avril : Neuilly

Vendredi saint 18 avril Chemins de Croix à 15 h à Randonnai et Neuilly Office de la Passion à 20 h à Tourouvre avec les enfants du caté en CM2 Samedi saint 19 avril 21 h à Longny avec les enfants du caté en 6e

PÂQUES La Résurrection du Seigneur 10 h 30 à Tourouvre

Repas-partage (soupe / pomme) lundi 17 mars à 19 h salle communale de Beaulieu

Soirées culturelles • autour d’une peinture toujours animée par Étienne Lebrun : L’annonciation selon les peintres mardi 25 mars à 20 h 30, église de Longny • autour de la musique et de la vierge Marie toujours animée par Sylvain Delobel : “Stabat Mater” selon différents chefs-d’œuvre mercredi 2 avril à 20 h 30, église de Tourouvre

Soirée autour d’un film sur le thème du pardon INVICTUS, un film de Clint Eastwoood avec Morgan Freeman et Matt Damon mercredi 23 avril à 20 h 30 salle Pierre-Tremblay à Randonnai

Premières communions et professions de foi dimanche 11 mai : Tourouvre à 10 h 30 dimanche 25 mai : Neuilly à 10 h 30 jeudi 29 mai : Randonnai à 10 h 30 dimanche 1er juin : Longny à 10 h 30 dimanche 8 juin : Chennebrun à 10 h 30

De dimanche en dimanche • samedi 22 mars 18h : Longny • dimanche 23 mars 10h30 : Tourouvre 10h30 : Neuilly • dimanche 30 mars 10h30 : Saint-Maurice 10h30 : Longny • dimanche 6 avril 10h30 : Tourouvre 10h30 : Longny • samedi 12 avril 18h30 : Randonnai • dimanche 13 avril 10h30 : Chennebrun 10h30 : Longny • dimanche 20 avril 10h30 : Tourouvre messe unique : Pâques • dimanche 27 avril 10h30 : Tourouvre 10h30 : Neuilly • dimanche 4 mai 10h30 : Saint-Maurice 10h30 : Longny • dimanche 11 mai 10h30 : Tourouvre 10h30 : Longny • samedi 17 mai 18h30 : Randonnai • dimanche 18 mai rassemblement diocésain à Sées (pas de messe sur la paroisse) • dimanche 25 mai 10h30 : Chennebrun 10h30 : Neuilly Ascension jeudi 29 mai 10h30: Randonnai, 10h30 : Longny dimanche 1er juin 10h30 : Tourouvre, 10h30 : Longny samedi 7 juin 18h30 : Randonnai dimanche 8 juin 10h30 : Saint-Maurice, 10h30 : Longny

www.serenium-funeraire.fr

• Chambres funéraires • Travaux et Entretiens • Organisation d’Obsèques • Articles Funéraires • Caveaux et Monuments • Contrats obsèques Agence de MORTAGNE AU PERCHE ZA des Gaillons 61400 ST HILAIRE LE CHATEL 02 33 25 92 90

Agence de LONGNY AU PERCHE 2 rue G. de Gaulle 61290 LONGNY AU PERCHE 02 33 73 19 34

Agence de l’AIGLE 4 rue du Docteur Frinault 61300 L’AIGLE 02 33 34 29 37

Agence de MELE SUR SARTHE ZI de Coulonges 61170 MELE SUR SARTHE 02 33 27 63 72

19


Les confessionnaux Les magnifiques ouvrages d’art, souvent en bois, que nous découvrons sur le côté de nos églises, sont en fait des isoloirs où le confesseur, assis derrière une cloison grillagée, entend le pénitent lors de sa confession.

Patrimoine

L

Le sacrement de réconciliation

es confessionnaux sont apparus d’abord en Espagne, au XVI e siècle, le concile de Trente obligeant de se Confession égale réconciliation. En effet, confesser avant la communion. Puis au XVIIe siècle, notre vie n’est possible que si nous arriun meuble spécial fut mis en place pour permettre vons à pardonner et à demander pardon, une certaine discrétion et l’anonymat des pénitents. donc à nous réconcilier : avec Dieu, avec les Il faudra attendre le XVIIIe siècle pour qu’ils soient sculptés autres mais aussi avec nous-même et pour et décorés. cela, nous devons comprendre Depuis le concile Vatican II, la confession a été pourquoi il faut nous confesser revue pour exprimer plus clairement sa nature et discerner nos péchés. nous et son effet et, pour faciliter cette pratique, les Le péché est un manquement à réconcilier : confessions face au confesseur ont été autorisées. l’amour ; souvenons-nous de ce Mentionnons aussi les confessionnaux démon- avec Dieu, avec passage de l’Ancien Testament : tables des JMJ de Madrid, en forme de voiles de les autres mais “Tu aimeras le Seigneur ton Dieu bateau, disposés dans le parc du Retiro, en plein de tout ton cœur, de toute ton aussi avec centre-ville, pour la fête du Pardon : des centaines âme, de toutes tes forces et de nous même de prêtres et d’évêques, de plus de trente nationatout ton esprit ; tu aimeras ton lités différentes, ont pu y confesser les pèlerins. Le prochain comme toi-même.” pape Benoît XVI, lui-même, a donné le sacrement Dans les Évangiles, on ne parle de la réconciliation à quatre pèlerins. Ces confessionnaux pas souvent du péché mais plutôt du pardon. ont été démontés à la fin des JMJ. Jésus, lui-même, pardonne à la femme pécheresse (Luc 7, 48), à la femme adultère (Jean 8, 11), à Zachée (Luc 19, 9), à ses bourreaux sur la croix (Luc 23, 34), et bien d’autres fois encore. Pour nous, la confession se prépare tout d’abord en faisant notre examen de conscience, une liste de nos fautes et en regrettant nos gestes, nos actes ou nos paroles qui ont offensé Dieu et enfin, en prenant de bonnes résolutions. Le sacrement de réconciliation est un besoin, il nous rend plus fort en nous libérant d’un poids. Pour terminer et avant de nous confesser, méditons cet extrait du petit guide de la foi catholique de Mgr André Vingt-Trois, archevêque de Paris : “Le sacrement de la pénitence nous réconcilie avec Dieu et nous fait rentrer dans la pleine communion avec lui. Il nous réconcilie aussi avec l’Église et avec nos frères. Il nous donne la paix et la sérénité et fait grandir nos forces spirituelles pour vivre en chrétiens.” Joyeuses et saintes fêtes de Pâques à tous nos lecteurs,

Jean-Claude Chevalier


Chemins de sainte anne 74