Page 1

Randonnai

Saint-Mauriceles-Charencey Chennebrun

n°75

Trimestriel - juin 2014

Tourouvre Longny au-Perche

Neuilly sur-Eure

-

“Éduquer, ce n’est pas remplir des vases, c’est allumer un feu” u début du baptême, le prêtre demande aux paÉduquer ne consiste donc pas à faire passer ses convicrents du petit enfant : “Vous demandez le baptême tions à force d’arguments affectifs, mais à faire en sorte pour votre enfant. Vous devrez l’éduquer dans la que l’enfant devienne progressivement le propre moteur foi et lui apprendre à garder les commandements, de sa vie intérieure. Montaigne avait cette bonne formule pour qu’il aime Dieu et son prochain comme le qui se prête bien à l’éducation chrétienne : “éduquer, ce Christ nous l’a enseigné. Êtes-vous n’est pas remplir des vases, c’est allumer conscients de cela ?” Et les parents un feu.” Eduquer de répondre : “Oui”. Mais ont-ils vraiment En effet, éduquer chrétiennement, c’est alluchrétiennement, mer dans le cœur de l’enfant le Feu de l’Esconscience de ce que signifie éduquer dans la c’est allumer foi ? Quelle est la responsabilité des parents prit saint. Ensuite, on peut faire confiance chrétiens quant à l’éducation religieuse de à ce dernier pour aider l’enfant à mener dans le cœur leurs enfants et que peuvent-ils faire ? de l’enfant le Feu sa barque. Or, comme pour les disciples de Trop souvent, on pense que l’éducation chrél’Évangile, c’est en vivant au contact de Jésus de l’Esprit saint. que ce feu peut être allumé. Et c’est dans la tienne consiste à transmettre un certain nombre de “valeurs” enseignées par l’Église : vie de l’Église qu’on trouve ce contact avec des repères moraux (la solidarité, le partage…), des Lui (dans les sacrements, dans les rassemblements de connaissances religieuses (les prières du chrétien, le la communauté chrétienne…). Credo…), certaines traditions (La messe de Noël, de Ce numéro essaye, à sa manière, de donner quelques Pâques, des Rameaux, de la Toussaint). Or, ces “valeurs” pistes aux parents et grands-parents qui cherchent des présentées de façon trop abstraite intéressent peu nos conseils sur la manière de donner une éducation chréjeunes d’aujourd’hui. tienne à leurs têtes blondes. Bonne lecture ! Alors, comment faire ? Regardons dans l’Évangile comment le Christ “éduquait” uait” Don Ludovic ses disciples. Il transmet bien un enseignement à ses disciples, il rappelle bien la nécessité d’obéir aux commandements mais surtout, il renvoie ses interlocuteurs eurs à eux-mêmes, les invitant à trouver le chemin qui mène vers Dieu en puisant dans leurs expériences et dans leurs désirs profonds. Or, tout cela, c’est en vivant nt au contact de Jésus, qui est le Chemin, la Vérité et laa Vie, que les disciples le découvrent.

Édito

A

CIRIC / CORINNE MERCIER

6117

Journal d’information de la paroisse Sainte-Anne-du-Perche Diocèse de Séez


[[[ Sommaire ]]] Vie paroissiale

En bref Camp de préparation à la première communion

18 > Livre de vie, Dimanches et célébrations 19 > Jeux

Dossier : la Foi en famille 3 > Les époux Martin, une vie chrétienne profonde

4 > Famille, je vous aime ! 5 > Le mariage catholique engage 6 > Pourquoi demander le baptême pour son enfant

8 > Vivre sa foi avec ses enfants 10 > La famille, lieu de transmission de la foi

Orne actualités

Le mardi 4 mars et le mercredi 5 mars, les enfants se préparant à recevoir la première communion, se sont retrouvés à l’abbaye de La Trappe. Pendant ces deux jours, ils ont découvert les sacrements de l’Église, et plus particulièrement le sacrement de l’eucharistie. Un temps de partage, de jeux, de rencontre et de prière avec les moines. Le camp s’est achevé par la célébration des Cendres à Tourouvre.

I > “Mensonge qu’un cheval pour sauver”

Culture 15 > La servante à la cave 16 > J’ai vu pour vous J’ai lu pour vous

17 > “Quand nous chanterons le temps des cerises…” Adresse où nous écrire : Presbytère de Tourouvre 6 place du Canada, 61 190 Tourouvre téléphone : 02 33 25 73 21, site de la paroisse : http://sainteanneduperche.com courriel : ste-anne.tourouvre@sfr.fr Cheminsdesainteanne@gmail.com

[[[ Comité de rédaction ]]] > Don Ludovic de Mas Latrie > Jean-Claude Chevalier, Neuilly-sur-Eure > Yves et Nicole Delplanque, Randonnai, > Robert Duyck, Gournay-le-Guérin, > Emmanuelle Esnol de France, Randonnai, > Marcel Fonte, Tourouvre, > Béatrice Jacquand, Tourouvre, > Béatrice Leys, L’Hôme Chamondot > Éric Quenardel, Beaulieu, > Pierre Rives, Prépotin > Ombeline Simonin, Longny-au-Perche

Nous remercions pour leur témoignage ou leur participation : > Christine Garnier, Marie Pichon, Claire, Emmanuel Guenard.

Pour les jeunes • La colo de Saint-Léo du 7 au 13 juillet Camp multi-activités à Saint-Léonard-des-Bois S’informer à : pastoralejeunes@diocèseseez.org • Pélé Jeunes à cheval du 24 au 30 août : pèlerinage à cheval de Caen au Haras du Pin S’informer à : pastoralejeunes@ diocèseseez.org • Pélé collégiens et lycéens à Lourdes - Du 23 au 29 août : pèlerinage diocésain des collégiens et lycéens à Lourdes (12-17 ans) S’informer à : pastoralejeunes@diocèseseez.org - Du 24 au 29 août : pèlerinage des jeunes mineurs hospitaliers à Lourdes(16-17 ans). Une manière différente de vivre le pèlerinage en se mettant au service des malades. S’informer à : pastoralejeunes@diocèseseez.org

Fêtes patronales

Marche paroissiale Le dimanche 6 juillet, notre marche paroissiale annuelle nous conduira à la découverte des églises de Monceaux, Bizou et Le Mage. La messe unique sera célébrée, à 11 h, à Bizou. Après la messe, ceux qui le souhaitent peuvent rester pour le pique-nique tiré du sac.

L’absence de curé sur notre paroisse, cette année, ne nous permet pas de célébrer une messe dans les différentes églises à l’occasion des fêtes patronales. Nous proposons, à ceux qui le souhaitent, un temps de prière animé par un laïc. Nous vous invitons à en faire la demande au presbytère de Tourouvre (02 33 25 73 21).

ERRATUM Publication de la paroisse Sainte-Anne-du-Perche RESPONSABLE DE LA RÉDACTION : Béatrice Jacquand ÉDITEUR : Bayard Service Édition Ouest, BP 97 257, 35 772 Vern-sur-Seiche, Tél. 02 99 77 36 36 bse-ouest@bayard-service.com www.bayard-service.com DIRECTEUR DE PUBLICATION : Georges Sanerot SECRÉTAIRE DE RÉDACTION : Bernard Le Fellic. IMPRIMEUR : Atimco (Combourg - 35) Dépôt légal à parution

Vous pouvez passer vos commandes du mardi au jeudi

- Le très bel article, “Le retour du Fils prodigue ou l’histoire d’un pardon”, en page 8 du numéro 74 sur le Pardon, a été écrit par Étienne LEBRUN. Que nous soit pardonnée cette omission bien involontaire. - Les magnifiques bouquets illustrant l’article “Que serait notre paroisse sans les bénévoles ?” en page 10 du même numéro sont de Paulette Riolet pour l’un, mais aussi de Monique GIRARD et Geneviève DUYCK… (à gauche)

GARAGE Joël BELLANGER 26 rue du Québec

61190 TOUROUVRE ✆ 02 33 25 73 12 - Fax 02 33 25 31 95

DE LONGNY-AU-PERCHE Tél. 02 33 83 57 20 Lundi de 13h30 à 17h - Mercredi et vendredi de 9h à 12h S’engage au quotidien auprès des familles, des enfants, des personnes âgées, handicapées ou malades.

2

RN 12 - Route de Mortagne - 27130 VERNEUIL-SUR-AVRE www.bedouet-carrelage-61.fr 02 32 602 952


Les époux Martin, une vie chrétienne profonde “Les Martin ne sont pas saints pour avoir mis au monde une sainte, mais pour avoir aspiré à la sainteté en tant que couple…” Cardinal José Saraiva Martins, préfet émérite de la Congrégation pour les Causes des saints. Ils cherchaient à répondre à l’amour de Dieu en tant que couple.

Ernest TIREL MAÇONNERIE - COUVERTURE CARRELAGE - ISOLATION RESTAURATION 61290 L’HÔME CHAMONDOT - ✆ 02 33 25 67 38

HOTEL DE FRANCE BAR RESTAURANT

Annie et Denis Gérard

Ouvert du mardi au dimanche midi Menu et carte

61190 TOUROUVRE

Tél. 02 33 25 75 55 - Fax 02 33 25 69 43 Du mardi au vendredi : menu à 12 € uniquement le midi

Dossier : La foi en famille

Z

élie Guérin voit le jour à Gandelain dans l’Orne en 1831, Louis lement le 22 mars 57 que s’ouvre, à Bayeux, Martin est né à Bordeaux en 1823. Leur rencontre tient du le procès de Louis et le 10 octobre 57, celui de hasard : c’est en traversant le pont Saint-Léonard à Alençon Zélie, par le diocèse de Séez. Il faudra attendre que leurs regards se croisent. Zélie découvre dans les yeux 1971 pour que le pape Paul VI, cas unique de Louis un regard plein de bonté. Saint Léonard les a rapprochés, dans l’Église, réunisse les deux causes en mais leur foi aurait pu ne jamais les faire se rencontrer car, après une seule. En 1994, année de la famille, Jeanses études, Zélie envisage la vie religieuse, mais la supérieure Paul II signe le décret “d’héroïcité”. En 2008, de l’Hôtel-Dieu l’en dissuade, quant à Louis, c’est les époux Martin sont proclamés son ignorance du latin qui lui fera abandonner la vie Bienheureux. monastique. Ils se marient le 13 juillet 1858 et de cette Le mieux est union naitront neuf enfants dont quatre mourront en Instruction à Rome de remettre bas âge. Zélie travaille au Point d’Alençon, à la fabrique Le 7 janvier 2013 s’ouvre l’enquête toutes choses sur la guérison miraculeuse de la de dentelles, et Louis tient une bijouterie à Alençon. entre les petite Carmen, puis le 21 mai, en mains Amour simple présence de Mgr Boulanger et de Malgré leur travail, l’éducation des enfants et les aléas Mgr Habert, se clôture la phase du Bon Dieu. de la vie, les époux Martin ont une vie chrétienne diocésaine du procès canonique profonde : messe chaque matin à 5 h 30, relations de ce miracle. Aujourd’hui, le doscommerciales honnêtes, respect des ouvriers et de leur clientèle, sier de la canonisation des parents de sainte aides aux plus démunis et aux défavorisés. Ils vivront pendant ces Thérèse est en phase d’instruction et d’invescourtes années un amour simple, joyeux et chaleureux comme tigation à Rome. le disait Céline, une de leur fille religieuse : “Très gai, papa savait Espérons que ce modèle de famille chrétienne épanouir la vie au foyer” ; ou encore Zélie elle-même disant, exceptionnelle attirera suffisamment le re“J’aime les enfants à la folie, j’étais née pour en avoir…le mieux gard de la Congrégation et servira d’exemple à est de remettre toutes choses entre les mains du Bon Dieu…” nombre de couples de la nouvelle génération. Zélie quittera cette terre à 46 ans et Louis élèvera seul PauEt pour toutes les familles, en ces temps de line, Marie, Léonie, Céline et Thérèse, qui deviendront toutes crise des vocations, méditons sur cette parole religieuses. de Louis Martin, père de cinq religieuses : C’est cette vie pleine d’amour, de bonté, de fibre maternelle, d’es“Le Bon Dieu me fait un grand honneur en me prit de foi, de sérénité, d’attention pour leurs enfants, de dialogue demandant tous mes enfants. Si je possédais intergénérationnel, que la Congrégation pour les Causes des saints quelque chose de mieux, je m’empresserais met en avant pour aboutir à la canonisation des époux Martin. de le lui offrir.” Louis Martin  Mais la route est longue : en effet, dès 1946, l’évêque de Lisieux exprime le souhait de voir cette cause examinée, mais c’est seuJean-Claude CHEVALIER

Bernard SOULIER

Menuiserie - Ebénisterie - Ouvrage de style ou classique

Bois et Fleur de Lys

Maitre Artisan

Portes, fenêtres, boiseries, escaliers, cuisines, meubles…

Atelier : Z.A. de Sainte-Anne - 61190 TOUROUVRE Tél. 02 33 73 70 29 - Fax 02 33 83 61 43

SARL PLESSIS MATTHIEU

PLOMBERIE CHAUFFAGE ÉLECTRICITÉ matthpless@gmail.com ÉNERGIES RENOUVELABLES TÉL. 06 76 19 52 05 02 33 73 99 37 61190 TOUROUVRE

3


Dossier : La foi en famille

Famille, je vous aime ! Étymologiquement, le mot “famille” viendrait du latin “famulus” (serviteur). Il s’employait autrefois pour désigner l’ensemble des esclaves et des serviteurs, considérés comme un bien meuble appartenant au Seigneur.

L’origine de la famille

L’Écriture nous apprend que l’union de l’homme et de la femme pour fonder une famille a été voulue par Dieu et, à ce titre, revêt une forme substantielle permanente : “Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide qui sera son vis-à-vis[…]. C’est pourquoi, l’homme quittera son père et sa mère ans les structures sociales traditionnelles, la famille est et s’attachera à sa femme et ils deviendront l’unité de base de la société. Constituée par des personnes une seule chair” (Gen.2,18. et 23-24). réunies par des liens de parenté, elle est dotée d’une En ne devenant qu’une “seule chair”, personnalité juridique, d’un nom, d’un domicile et d’un l’homme et la femme établissent une noupatrimoine commun. Elle crée, entre ses velle structure sur le modèle membres des obligations de solidarité morale de base qu’ils ont reçu de Transmettre et matérielle et est censée protéger et favoriser leurs parents mais qui, en se aux générations leur développement social, physique, affectif et détachant du tronc patriarcal, spirituel. s’ouvre à l’innovation. futures les valeurs Les relations de parenté, qui en sont le fondeDepuis l’origine des temps, fondamentales ment, résultent, dans la plupart des cas, de la l’homme a ressenti le besoin et intemporelles filiation, de l’alliance et de l’adoption, en fonction d’appartenir à un groupe de l’homme libre, des règles qui peuvent différer selon les sociétés social défini et structuré qui et les époques. lui assure protection, aide et dans l’harmonie Du point de vue de la foi chrétienne, le rôle de la de la foi chrétienne. reconnaissance. Si la famille famille se manifeste dans la vie de tous les jours, a été la première mouture de mais pour en bien comprendre tous les aspects, cette alliance entre les indiil importe d’analyser son origine, son caractère et sa finalité. vidus, c’est parce qu’elle repose sur des

D

Travaux d’ensilage, pressage et battage

MR ETIENNE JF

Sarl Philippe

Tél. 02 33 25 63 30 Le Breuil 61 190 Beaulieu

E. 06 62 90 27 65 C. 06 62 96 47 01 Le soir : 02 32 58 19 75

17 la vallée 27820 Chennebrun

02 32 58 21 55 06 11 05 27 16 4

D.R.

La Villeneuve 27580 GOURNAY LE GUERIN TERRASSEMENT Tél /Fax : 02 32 37 35 07 ASSAINISSEMENT Portable : 06 24 10 49 84

MENUI

SERIE CIMETIERE JEROME

BOIS - ALU - PVC

ESCALIERS - PORTES - FENÊTRES - PARQUETS - ISOLATION CUISINE SUR MESURE - MENUISERIE GÉNÉRALE

Les Forges - 61290 L’HÔME CHAMONDOT Tél. 02 33 25 30 46 ou 06 63 60 78 24 - cimetiere.jerome@orange.fr


critères génétiques ou ethniques. Son transfert vers le clan ou la nation n’étant qu’un phénomène de croissance, d’essaimage ou de foisonnement.

Le caractère Si la famille est un phénomène d’essence naturelle, c’est-à-dire qui renvoie au biologique, à l’inné et à l’instinct, elle n’en demeure pas moins une structure sociétale et, à ce titre, elle est susceptible de variations liées aux époques et aux diverses sociétés humaines. L’histoire, l’anthropologie, la sociologie nous apprennent qu’il existe une grande diversité de formes familiales. Les familles françaises du XVIIIe siècle fonctionnaient différemment de celles d’aujourd’hui et celles des sociétés primitives n’avaient pas la même taille que celles de nos jours. Observons, à ce propos, le paysage familial français : Jusque dans les années 50, le modèle familial français est relativement stable. La famille est composée de deux parents hétérosexuels mariés et d’enfants. Les couples se mariaient tôt et ne divorçaient que très rarement. La femme ne travaillait pas. C’était le mari qui détenait l’autorité. L’Église, qui avait l’emprise sur la société, légitimait ce modèle en lui accordant des origines spirituelles (La Sainte Famille). À partir des années 50 jusqu’à nos jours, la famille ne cesse d’évoluer. D’abord, elle n’est plus nécessairement composée de deux parents car, avec l’accroissement du nombre de divorces, les structures monoparentales se multiplient ainsi que les familles

recomposées. Ensuite, l’autorité parentale est désormais conjointement assurée par l’homme et la femme. Enfin, l’institutionnalisation du Pacs et des unions libres fait que le mariage n’est plus la seule voie à la création d’une famille.

Finalité L’homme est un être social, culturel et mystique. Pour vivre et subsister dans la société, il a besoin d’apprendre les règles de base et en assimiler les idéaux. Pour l’enfant, la famille est précisément la première matérialisation de l’environnement social. Il prend conscience qu’il n’est pas seul. D’autre part, grâce à la famille, il va apprendre les modèles de la collectivité, ses normes et ses valeurs, car ces apprentissages ne sont ni innés, ni héréditaires. Enfin, la famille est le ferment indispensable à l’éveil de l’enfant à une réflexion métaphysique ou spirituelle.

Conclusion Comme on peut l’entendre parfois, dire que la structure familiale est, de nos jours, en pleine déliquescence, est, peut-être, aller un peu vite en besogne. Certes, la famille du XXIe siècle est très différente de celle des siècles précédents, mais cette différence lui permet non seulement d’exister, mais aussi de continuer de transmettre aux générations futures les valeurs fondamentales et intemporelles de l’homme libre, dans l’harmonie de la foi chrétienne. 

[[[ Demander le baptême, un acte qui nous dépasse ! ]]] Combien de parents non baptisés et non mariés à l’église demandent le baptême pour leurs enfants. Lors de la conception et de la naissance d’un enfant, les parents perçoivent toujours l’intervention de quelque chose qui les dépasse… Par le baptême, les parents désirent manifester leur lien avec cette réalité divine qui les dépasse. Ils souhaitent poser un acte de protection sur leur enfant si fragile, le faire grandir avec la conscience de l’existence d’un Dieu qui l’aime infiniment. Car offrir le baptême à son enfant est un acte d’amour pour lui ; il entre dans la communauté des enfants de Dieu. Une personne non baptisée et/ou non croyante peut faire baptiser son enfant, à condition qu’elle soit déterminée à lui donner une éducation chrétienne et à le faire participer au catéchisme ; il faut alors choisir un parrain ou une marraine chrétien pratiquant ou bien encore qu’un des grands-parents, par exemple, s’engage, tout comme les parrain et marraine, à soutenir la foi de l’enfant et à répondre à ses questions. Emmanuelle ESNOL de France

Pierre RIVES

[[[ Le mariage catholique engage ]]] Vous posez la question dans la rue et l’on vous répond : le mariage célèbre l’union de deux êtres humains qui s’aiment et veulent vivre ensemble. Derrière cette réalité humaine, l’Église a mis d’autres mots pour marquer la grandeur de cet engagement qui est celui de toute une vie. “Le mariage entre un homme et une femme baptisés, vivant de la foi chrétienne, est un sacrement s’il est décidé librement, voulu comme unique et définitif, c’està-dire jusqu’à la mort, et ouvert à

l’accueil des enfants. Le sacrement du mariage donne aux époux la grâce de renforcer et perfectionner leur amour, d’affermir leur unité indissoluble et de se sanctifier dans leur vie familiale¹”. Ainsi par le mariage, les époux s’engagent à accueillir la vie des enfants qui naîtront de cette union, à les faire baptiser et à les éduquer chrétiennement. L’on voit bien que derrière ces mots, il y a le concept de permanence, de fidélité, d’épanouissement de chaque être au sein du couple puis

La radio dans l’âme

de la famille, d’éducation des enfants aux valeurs de la famille et de la foi chrétienne. Et, on perçoit aussi toute la magnificence de cet engagement qui élève au rang de sacrement une institution, dépasse les époux et les projette dans l’éternité par-delà leurs réalités humaines et matérielles. Emmanuelle ESNOL de France ¹ http://www.diocese-laval.fr/priercelebrer/le-mariage/3692-qu-est-ceque-le-mariage-catholique.html

Vivre la région et partager ses grands moments BANQUE ET ASSURANCES

5


Pourquoi demander le baptême pour son

Dossier : La foi en famille

Lors du baptême de Martin le dimanche 4 mai à Saint-Maurice-lès-Charencey.

On peut distinguer aujourd’hui deux catégories de parents qui demandent le baptême pour leur enfant, et cela n’est pas sans nous poser quelques questions sur cette demande d’entrer dans l’Église catholique. Le code de Droit canonique en son canon 96 stipule que “par le baptême, un être humain est incorporé à l’Église du Christ et y est constitué comme personne avec les obligations et les droits qui sont propres aux chrétiens”. un côté donc, les parents chrétiens demandent naturellement le baptême de leurs enfants avec un profond désir de leur transmettre leur foi, et généralement ce baptême a lieu dans les premiers mois des enfants : il y a là une volonté réelle d’éducation chrétienne pour suivre l’enseignement du Christ et de l’Église, aussi bien dans la vie quotidienne de la famille que dans la pratique des sacrements. D’un autre côté, certains parents chrétiens “non pratiquants” font également cette même démarche pour leurs enfants et la plupart du temps, l’Église accepte de les baptiser, non sans se poser un certain nombre de questions. Pour préparer cet article, j’ai rencontré Emmanuelle Guenard, qui, dans notre paroisse, prépare les enfants de 3 à 7 ans à leur baptême. J’aimerai transcrire ici ses constatations et interrogations quant à la difficulté de sa mission mais aussi son côté passionnant.

D’

Tout d’abord, Emmanuelle Guenard, baptisée en 2000 à l’âge de 50 ans, a fait elle-même une démarche de catéchuménat chrétien très profonde, dont elle vit encore aujourd’hui avec enthousiasme et ferveur, et c’est cela qu’elle cherche à transmettre aux plus petits. L’attitude des enfants (normalement accompagnés de leurs parents) qu’elle prépare pendant cinq semaines

RENOVATION RESTAURATION

02 33 25 10 36

Une démarche profonde

Baptisé à 50 ans

de manoirs, châteaux et maisons de caractères... Bâtiment - Industrie Électricité générale - Chauffage - Ventilation lafitte.sa@wanadoo.fr - Fax : 02 33 83 59 84 42 rue Faubourg St-Eloi - 61400 MORTAGNE-AU-PERCHE

13 rue du 13 août 1944 61190 TOUROUVRE

Merci aux annonceurs !

Peugeot - pas de texte !!!!

6

Coiffure mixte

Salle détente avec bac allongé Service esthétique

✆ 02 33 25 71 21

AGENT PEUGEOT

garage-hautemulle@wanadoo.fr

Au cours de ces préparations, la vraie question qui se pose est de savoir quelle est la profondeur de la démarche des parents qui demandent le baptême de leur enfant. À cette question, Emmanuelle répond tout simplement que, “la transmission de la foi est rarement la motivation première puisque les parents sont

Salon Clotilde

Garage HAUTEMULLE 1 rue Charles de Gaulle - 61190 TOUROUVRE Tél. 03 33 25 70 02 - Fax : 02 33 25 29 10

est, pour elle, une vraie source d’admiration, car même si leur concentration sur le sujet laisse parfois à désirer, “ils sont parfaitement réceptifs aux merveilles de Dieu” qu’elle leur enseigne de façon assez ludique pour capter leur attention. La plupart de ces petits prennent la chose très au sérieux, notamment quand elle leur parle de la cérémonie avec “le bain d’eau qui purifie, la présence de la lumière qui éclaire et ouvre les cœurs et le vêtement blanc qui montre qu’une nouvelle vie commence”. Au moment de la répétition de cette célébration à l’église, Emmanuelle est toujours frappée par l’attention et le sérieux des enfants qui semblent percevoir le mystère de l’Amour du Père pour eux.

TERRASSEMENT - DÉMOLITION CRÉATION

ET CURAGE D’ÉTANGS

- FOSSES

TOUTES EAUX

- LOCATION

PELLE

Le Mineraie - 61290 Moulicent - Tél./Fax 02 33 25 77 62 - Port. 06 16 51 05 27


Témoignage :

Un partage de “moments précieux”

enfant ?

Je suis heureuse de partager avec eux ces précieux moments, particulièrement quand je leur fais découvrir leur “nouvel ami” Jésus, lumière qui nous guide. Je leur parle de l’eau qui nous fait vivre et du vêtement blanc qui nous habille de la vie du Christ (“Vous avez revêtu le Christ”, nous dit saint Paul). À la fin de la préparation, nous allons à l église répéter la célébration. C’est un moment très fort, car l’enfant est conscient de l importance de ce jour. Lorsque la date arrive, je suis très émue, car je revis mon propre baptême qui a eu lieu en l’an 2000. Préparer ces enfants me permet de rester dans la joie de ce baptême.

Emmanuelle GUENARD

CIRIC / CORINNE MERCIER

très souvent “non pratiquants” ; par contre, l’occasion de réunir toute la famille pour cette cérémonie est souvent la motivation essentielle, à laquelle s’ajoute la possibilité de choisir un parrain et une marraine. Chez d’autres parents, ce baptême sera aussi une sorte de “garantie” pour qu’ensuite, leurs enfants puissent se marier à l’Église”. De ces constats, qui au fond correspondent parfaitement à l’ambiance de notre époque, Emmanuelle conclut : “Comme Le baptême est un sacrement, donc une histoire sacrée pour l’enfant qui devient enfant de Dieu et capable de recevoir la grâce de l’Esprit saint pour vivre en chrétien, j’aimerais que ces baptêmes soient l’occasion de cérémonies publiques, avec la communauté chrétienne, au cours de la messe dominicale, pour que les familles se sentent accueillies en l’Église”. Par ailleurs, Emmanuelle sent chez les enfants qu’elle prépare “un besoin de sérieux, une joie de découvrir autre chose que leur “smartphone”, parfois, le désir d’installer chez eux “un coin prière”. Ils sont comme un terreau fertile, pas encore atteints par le relativisme ambiant où tout se vaut, mais encore sensibles à cette notion de “sacré”, dont les hommes ont toujours besoin”. À la dernière question que je lui posais : “Faut-il encore baptiser les enfants dans des familles apparemment non croyantes ou tout du moins pas pratiquantes ?” Emmanuelle m’a répondu avec enthousiasme et un large sourire : “Bien sûr que oui, car je sème une petite graine de foi en Jésus et c’est l’Esprit qui, ensuite, fera son travail en profondeur.” Le côté passionné de son action m’a beaucoup frappé, surtout quand elle a conclu en me disant : “Je ne suis pas prête de m’arrêter car cela me tient trop à cœur.” 

En 2003, m’a été confiée la mission de préparer au baptême les enfants de 3 à 7 ans. Cette préparation, en cinq rencontres au domicile de l’enfant, aborde les thèmes de l’eau, du prénom, de la lumière et du vêtement blanc. La vie de jésus et les symboles qui nous font entrer dans la vie chrétienne sont présentés de façon ludique, en laissant aussi l’enfant s’exprimer avec ses propres mots. Un des parents assiste toujours à ces rencontres et pour certains, “se catéchise” à cette occasion ; pour d’autres, ils refont connaissance avec leur propre catéchisme, qu’ils retrouvent, car même si c’est ancien, cela est toujours présent dans leur mémoire.

Éric QUENARDEL

Ebénisterie

Meubles tous styles et Boiseries anciennes Cuisines, Portes d’intérieur, Dressing, Bibliothèques

Fabrication & Restauration Bruno MELEUX Tél. 02 33 25 32 15 - Port. 06 67 61 19 00

S.A.R.L. Fabien PLESSIS MAÇONNERIE - COUVERTURE - ISOLATION TRAITEMENT DE CHARPENTES

61190 LES COUDRAIS - Tél. 06 35 20 00 03 7


Vivre sa foi avec son enfant Aimer son enfant, ce n’est pas seulement avoir un sentiment maternel ou Aim paternel pour lui, c’est aussi le conduire à l’âge adulte en l’accompagnant dans sa con construction d’homme ou de femme responsable. C’est lui transmettre les connaissances, connai les valeurs auxquelles nous tenons, les valeurs morales, mais aussi auss les valeurs spirituelles et notre foi, c’est aussi lui apprendre à penser. lus son intelligence s’éveillera et sa maturité grandira, plus il se sera à même de reprendre à son propre compte ce que nnous lui avons proposé, qu’il aura aussi la liberté de moduler, modu d’approfondir ou même parfois de rejeter. Peu imp importe, l’essentiel, c’est de l’avoir accompagné, de l’avoir éveillé év à un questionnement spirituel, de l’avoir “nourri “et d’avoir posé les fondements de notre foi. Après, il aura la liberté d’en faire ce qu’il voudra.

à la messe, c’est bien, mais cela ne suffit pas. Savoir demander pardon et pardonner, ne pas parler en mal des autres, se rendre disponible à son prochain, sont autant de témoignages sur ce qu’est “vivre en Jésus”. “La foi n’est pas une somme de connaissances ni de savoirs. L’adulte ne devra donc pas se figer dans une attitude de transmetteur, mais plutôt “être avec” l’enfant et le Vivre en accord avec sa foi faire évoluer dans un monde où Dieu peut Comment donc transmettre cette foi qui est la nôtre, à notre trouver sa place. L’essentiel étant de vivre, enfant, puisque c’est de cela qu’il s’agit ici. d’aimer, de laisser “transpirer” à travers nous, Déjà par l’exemple : en vivant nous-mêmes notre foi, nous lui ces expériences de vie sur lesquelles nous donnons la possibilité de s’identifier ; nous sommes n’avons pas prise et qui éveilledes modèles pour nos enfants jeunes, même si à ront spirituellement l’enfant”. “Les l’adolescence, sortant du cocon, ils semblent rejeter, parents transpirent, les enfants C’est l’occasion respirent”, renchérit le P. Jeanviolemment parfois, notre éducation, nos valeurs et même ce que nous sommes. C’est donc à la Luc Ragonneau, jésuite. ¹ de cheminer prime enfance que l’enfant sera le plus perméable C’est aussi donner matière à avec l’enfant. à ce que nous désirons lui communiquer. Mais à l’enfant pour qu’il puisse, de condition que nous le fassions dans la joie et que son côté, s’éveiller à la Présence. nos actes soient en accord avec nos “dires”. Aller Prier avec lui, prendre le temps d’écouter ses questions. L’enfant entre 3 et 7 ans se pose beaucoup de questions sur la vie, la mort, la création du monde et sur Dieu. Dire à un enfant que l’on ne connaît pas toutes les réponses, que l’on est nousmêmes en recherche, en chemin, mais que nous croyons en un Dieu bon et aimant, c’est lui permettre de ne pas fermer des portes, afin que son questionnement grandisse avec lui et que sa soif de Dieu ne s’éteigne pas. CIRIC / CORINNE MERCIER

Dossier : La foi en famille

P

En pratique chez les plus jeunes, on peut faire, avec lui, un petit coin prière avec une croix, une bougie (il existe des petites bougies à pile pour plus de sécurité), une statue de

PLOMBERIE - CHAUFFAGE Tél./fax : 02 33 25 20 88 Port. 06 16 82 10 12

Sarl

Energies renouvelables Entretien Neuf et Restauration - Ramonage Installation Sanitaire Le Larry - 61190 TOUROUVRE

SIMON - DROUET

61190 LA VENTROUZE

COUVERTURE - CHARPENTE ZINGUERIE - ISOLATION Tél. 02 33 25 05 29 - 02 33 34 41 86 - Fax 02 33 83 30 16 (le soir après 19 h)

8

Partager et échanger

SOS Soudure Tig Dominique NOUAUX Zone Artisanale des Graviers - 61190 ST-MAURICE-LÈS-CHARENCEYY Tél. 02 33 83 92 64 (répondeur) - Fax 02 33 83 92 66

Mécan o Soudu Tous M re étaux

Sylvie MAILLARD Professeur de Musique

61190 ST-MAURICE-LÈS-CHARENCEY

Tél. 02 33 25 14 60

SOLFÈGE - ÉVEIL SYNTHÉ -ACCORDÉON


Témoignages

Un petit coin prière. Les livres, figurines et icônes proviennent de l’abbaye de La Trappe. 61 380 Soligny-la-Trappe

Marie, une icône, laisser à sa portée des petits livres de prières pour enfants. Il en existe de toutes sortes : prières du soir, prières du matin, prières pour dire merci, prières quand on est triste, etc. Avec les plus grands, on peut parler d’un livre qui nous a touchés, regarder un film comme une vie de saint. Parler de ses propres doutes permet aussi à l’ado de vivre son questionnement comme normal, et de ne pas le refouler dans un désert spirituel. Choisir un temps de retraite pour les familles, un pèlerinage à vivre en famille, c’est aussi mettre Dieu au centre de la famille et lui permettre de vivre une expérience commune. L’essentiel est de laisser sa place à l’Esprit saint, qui œuvre dans toute âme en quête de Dieu. Un petit mot pour tous ceux qui ont demandé le baptême pour leur enfant et qui, à ce titre, se sont engagés à lui donner une éducation chrétienne, mais qui se sentent très loin de la vie chrétienne. C’est peut-être l’occasion de cheminer avec l’enfant, “beaucoup n’ont en effet que de vagues souvenirs du catéchisme, plus ou moins bien digérés, et ils ressemblent à des personnes portant des vêtements bien trop petits pour eux. Ils ont gardé les notions d’un catéchisme élaboré pour les enfants sans maintenir l’intelligence de la foi au niveau de leur maturité, d’où de fortes incompréhensions.”² 

Béatrice JACQUAND ¹ http://www.la-croix.com/Famille/Parents-Enfants/Dossiers/Education-et-Valeurs/Vivre-sa-foi/Comment-eveiller-sonenfant-a-la-foi-_NP_-20 10 05 25 551 976 ² h t t p : / / w w w. e q u i p e s t a n d e m . org/4685/4748.html

Christine Garnier : “La première catéchèse est à la messe” Lorsque nous nous sommes engagés dans le mariage, nous avons souhaité mettre notre union sous le regard de Dieu. Aussi, afin de nous préparer à cet engagement, nous avons participé à une retraite de préparation au mariage, en silence. Le prêtre nous a aidés à comprendre que pour avancer ensemble, à deux, jour après jour, cela nécessite une écoute de l’autre, un partage et de savoir conjuguer le “nous” à la place du “je”. Ensuite sont arrivés les enfants. Dès le plus jeune âge, c’est-à-dire dès la naissance, nos enfants ont participé à la messe. Là, nous pouvons témoigner que la première catéchèse est à la messe. Il se passe des choses imperceptibles pour nous. Puis est arrivé le temps du catéchisme. Après réflexion, nous avons choisi une paroisse où il avait lieu toutes les semaines, cela nous paraissait très bien pour poursuivre cette découverte de Jésus. Là encore, nous pouvons témoigner que la rencontre avec les catéchistes a été marquante pour la foi de nos enfants. Nous ne serons jamais assez reconnaissants pour leurs témoignages, un grand merci à Catherine et à Marie-Caroline. Maintenant, ils sont plus grands, mais nous continuons notre chemin en famille avec la messe dominicale, ainsi que tous les offices importants comme la Semaine sainte, etc. Nos garçons ont participé au “pélé” des jeunes à Lourdes, accompagnés par des prêtres formidables qui ont suscité en eux l’envie d’y retourner. Ils font également partie des Scouts unitaires de France, où ils apprennent et vivent avec joie les valeurs transmises. Que dire de plus, nous avons la chance - le Seigneur y veille chaque jour qu’il fait- de rencontrer sur notre chemin d’autres témoins qui nous aident et nous guident vers le Seigneur. Claire : “Un beau moment de partage” La prière en famille est un beau moment de partage, d’échange où nous laissons parler nos cœurs. C’est un moment où l’amour familial peut nous aider à mieux aimer Jésus. Mais c’est avec toutes nos faiblesses

TANNERIE DU PERCHE EURL 61190 TOUROUVRE Tél. 02 33 25 70 18 Fax : 02 33 83 29 90 Email : mick.viel@orange.fr

NATURALISATION FABRICATION ET VENTE DE VÊTEMENTS SUR MESURE

humaines et nos réalités quotidiennes. Nous essayons de pratiquer la prière en famille de temps en temps, le soir, les enfants et moi-même (malheureusement sans le papa). Elle est variée : nous lisons une lecture que nous entendrons à la messe, nous récitons un “Notre Père”, un “Je vous salue Marie”, une partie du chapelet, nous chantons aussi. Parfois, nous lisons un livre qui parle de grands personnages comme saint François, sainte Bernadette, ou qui, sans être des saints, ont beaucoup fait pour les autres. Nous confions des intentions de prière en relation avec ce qui a été vécu dans la journée, ou demandé à la messe. Nous confions nos amis, nos familles… Parfois, la prière se limite à une croix sur le front et à la phrase “Que le Seigneur te bénisse”. Cependant les enfants grandissant, je reconnais que ces temps de prière en commun sont plus rares et plus difficiles à pratiquer. Je prie encore facilement avec mon plus jeune fils et avec ma fille ou séparément avec mon grand garçon. Marie Pichon “Nous vivons notre foi tous en famille de plusieurs manières : Par des moments de discussions afin de répondre au mieux aux questions des enfants : Pourquoi allons-nous à la messe ? Qui est Jésus ? Pourquoi priet-on pour lui, pour les autres ? Qu’est-ce que la prière ? Il est vraiment important pour nous d’en discuter car les enfants doivent comprendre pour croire. Par des moments de prière le soir avec des bougies, (sainte Thérèse, ou NotreDame de La Trappe…) nous lisons des prières, suivies généralement par le “Notre Père” et “Je vous salue Marie”. Nous couchons nos enfants tous les soirs avec le signe de croix sur le front en leur disant : “Que Jésus te bénisse car il t’aime.” Nous allons avec nos enfants à la messe quasiment tous les dimanches, c’est un vrai moment de partage et de prière avec eux. Tous ces moments partagés avec eux font naître et grandir en eux la foi. Après, cela sera à eux de continuer leur chemin vers le Seigneur.

CHAUSSURES VÊTEMENTS GRANDE LARGEUR GRANDES TAILLES

Possibilité de mettre des semelles médicales

Maroquinerie

DESVAUX-CHEUTIN 23, rue de l’Eglise - 61290 LONGNY AU PERCHE Tél. 02 33 73 65 13 - desvaux.cheutin@orange.fr 9


La famille : lieu de transmission de la foi J’ai connu une famille où la foi s’est transmise de parents à enfants sans que cela pose problème, simplement, et j’allais dire, naturellement. Sans s’attarder sur la “sainteté” ou pas de ces personnages, c’est surtout l’ambiance qui régnait dans cette maison qui a permis l’épanouissement d’une vie chrétienne, acceptée, dynamique et profonde.

Dossier : La foi en famille

L

e père était agriculteur, son épouse parisienne jusqu’au bout des ongles. Ils se sont mariés à son retour de captivité en Allemagne (en 1943) après avoir tout perdu pendant cette guerre : la ferme avait été transformée par les Allemands en terrain d’aviation, goudronnée et bétonnée en grande partie. L’installation dans une autre ferme fut laborieuse, car l’argent manquait, mais, “bon an mal an”, ils refirent surface et quatre enfants sont nés en huit ans. C’est surtout l’ambiance de cette famille dont je me souviens. D’abord, il y avait porte et table ouvertes en permanence avec le bénédicité, chanté à pleine voix. La porte était tellement ouverte que de temps en temps, la nuit, un clochard vidait le “frigo” et laissait un petit mot sur la table “merci, à l’année prochaine” ! Personne ne s’en offusquait !

Un rythme serein et paisible Tous les enfants, pensionnaires à l’âge de 7-8 ans chez les “Bons Pères” ou les “Religieuses”, revenaient au bercail à chaque période de vacances et retrouvaient avec gourmandise les joies de la vie familiale. La communauté parents-enfants reprenait alors son rythme serein, paisible mais toujours très occupé avec des loisirs variés : parties de cartes, parties de chasse, de tennis chez un voisin, ramassage d’escargots et cueillette de champignons (dans des coins à morilles gardés secrets) sans oublier les parties de pêche mémorables avec les amis de passage. Que ce soit aux cartes ou au tennis, le père n’admettait pas que les enfants râlent en cas de défaite et là-dessus, il était intransigeant même avec les amis des enfants ! J’en ai été témoin ! La musique (piano, trompe de chasse, violon), pratiquée par presque tous, ajoutait de la poésie à tout cela. Plus tard, quand les enfants allaient danser le samedi soir chez des amis, même si le retour se faisait à 5 h du matin, la messe de 7 h 30 à l’aube était un point de passage obligé, jamais négociable…Que de sermons écoutés d’une oreille, dans un total demi-sommeil ! Un autre point m’avait marqué : il n’y avait pas de télévision ! Non pas par repli sur soi, mais pour privilégier les soirées familiales.

Un Évangile vécu en famille Ce qui frappait le plus, c’est que la façon de vivre des parents était, pour ceux qui les côtoyaient, un véritable message évangélique. Le père était ferme sur les grands principes religieux, politiques ou sociaux (les discussions étaient passionnées), mais plutôt “cool” sur les aspects secondaires. La mère était très exigeante sur l’art de vivre au quotidien : le sens de la politesse, du merci, et aussi sur l’élégance de la tenue et le respect de l’autre. Une phrase ressortait souvent à ce propos : “Mes enfants, si vous êtes dépenaillés dans votre tenue, c’est comme dans votre tête, car tout se tient”… et vlan ! Pour y avoir séjourné à maintes reprises, je me souviens des prières en famille, matin et soir, à genoux au pied du lit, où le sérieux des parents était parfois débordé par des enfants un peu chahuteurs ; mais qu’à cela ne tienne, tout le monde participait à sa façon et “l’examen de conscience” final, en silence, était dur à tenir avec ces garnements ! Une fois au lit, la mère donnait un baiser et faisait un signe de croix sur le front avant l’extinction des feux. Croyez-moi nous n’étions pas au XVe siècle mais dans les années 1950-1970 ; c’était hier. Tout s’est terminé par le mariage de deux enfants et l’entrée dans les ordres religieux des deux autres. Depuis, tout cela tient bon. Je voulais faire cette présentation anecdotique (et sûrement pas unique) pour bien montrer que transmettre la foi en famille peut ne pas être compliqué : de la fermeté sur les principes, beaucoup d’occasions de joies et d’amusements, beaucoup d’ouverture aux autres, une parfaite rectitude morale dans la vie quotidienne, une vie vécue dans la simplicité, pour que les enfants comprennent que l’Évangile se proclame, mais aussi et surtout, se vit dans ses choix quotidiens. 

Jacques

N° Vert : 0 800 800 931 Notre choix respecter le vôtre E-mail : pf.bonhomme@wanadoo.fr - Site Internet : www.pompesfunebres-bonhomme.com 10


Juin 2014

Trimestriel

n°66

Orne

0500

Diocèse de

Sées

“Mensonge qu’un cheval pour sauver”

V

Liés aux puissants - à ceux qui comptent sur leur propre force pour assurer la victoire - les chevaux sont aussi des indociles : “N’imite pas les mules et les chevaux, qu’il faut mater par la bride et le mors, et rien ne t’arrivera.” (Ps. 31, 9).

Alors, pas cathos les chevaux ?

A en croire la Genèse, ils furent créés le 6e jour, celui de l’homme, et “Dieu vit tout ce qu’Il avait fait, cela était très bon”… Rien de ce que Dieu crée n’est mauvais. Ce qui au...rien torise l’homme, sommet de la n’empêche création, à faire du cheval sa de se mettre “plus noble conquête” (Buffon). On doit donc pouvoir conjuguer en selle pour “chevaux” et “cathos”, mais à galoper vers condition d’une conversion. la sainteté. Cet orgueilleux coursier qui selon Dieu lui-même, dans sa réponse à Job, “bondit comme une sauterelle, répand la terreur par son hennissement altier, se moque de la peur et ne craint rien” (Job 39, 19-20), doit passer par l’abaissement, apprendre l’obéissance par “la bride et le mors”, et son cavalier avec lui… Alors, certainement, “mensonge qu’un cheval pour sauver” (Ps. 33, 17). Mais si l’on a découvert qu’il “n’y a pas d’autre nom sous le ciel [que celui de Jésus] par lequel nous puissions être sauvés” (Ac. 4, 12), rien n’empêche de se mettre en selle pour galoper vers la sainteté. INGRAM

ous le lirez dans ce numéro, les chevaux, qui sont l’emblème de notre département et que l’actualité (Jeux équestres mondiaux de l’été) met sous les feux des projecteurs n’ont pas très bonne presse dans la Bible.

I


Du Buisson d’Hiesmes au Haras du Pin

Trois siècles du travail des hommes Interrogé sur le haras du Pin, son rôle dans l’organisation de l’élevage du cheval, son évolution, Tanneguy de Sainte Marie, régisseur du Haras du Pin, met l’accent sur la richesse de l’activité humaine qu’il a favorisée.

Orne Actualités

P

II

our améliorer sa cavalerie, Colbert crée les haras royaux. Ils achètent les entiers, les confient à des paysans appelés garde-étalons. Les évêques sont chargés de veiller à la production d’un maximum de chevaux, les plus beaux destinés à la reproduction, les autres envoyés à Versailles. Le roi veut un haras dans le pays du Merlerault mais les terres y sont chères. Son choix se fixe alors sur celles du Buisson d’’Hiesmes, étendues à la Seigneurie du Pin que Béchameil de Nointel consent à échanger.

Le Haras du Pin en chiffres · 1100 ha (environ 300 affectés à l’Institut français du cheval et de l’équitation, 600 à l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), le reste à l’Institut national des forêts) · Une photo de 1913 montre 91 palefreniers en uniforme. · Aujourd’hui, ils sont 12 des 95 personnes qui composent le personnel du site : une trentaine pour les services aux éleveurs, une trentaine pour les formations ; quelques-unes au pôle hippique et une vingtaine pour l’entretien et la logistique de l’ensemble du site. Quelques autres personnes sont en poste au Haras du Pin dont la responsable nationale de la recherche équine. Le site héberge également une station de l’Inra d’une trentaine de personnes et l’équipe de Haras du Pin Tourisme. · En France, on est passé de 1000 agents il y a 10 ans à environ 500 aujourd’hui. · En 1913 : 400 étalons ; aujourd’hui, 200 chevaux dont une quinzaine d’étalons.

À partir de 1715, il faut défricher, creuser des puits (12), créer des retenues d’eau (6 étangs), des lavoirs (6), encaisser, remblayer, construire à partir de fabrications locales qu’atteste le nom des lieudits : La Briqueterie, La Tuilerie, La Verrerie. Restent à charrier la pierre de Caen, les ardoises. En 1730 arrivent les premiers étalons. Ayant rétabli le système d’élevage aboli par la Révolution, Napoléon en multiplie le nombre, utilise églises, couvents et monastères vides, les terres, l’eau qui les entourent. Une cinquantaine de monastères sont investis : ainsi le Bec Hellouin par un dépôt de remonte militaire.

Une économie se met en place Ailleurs s’installent des dépôts d’étalons mis par l’État à la disposition des agriculteurs (l’étalonnage privé ne concerne que les chevaux de course). Les militaires leur achètent les poulains en fonction de la taille, de la couleur : la race n’est prise en compte que depuis peu. Les étalons stationnent au haras. En février, deux ou trois palefreniers partent pour cinq mois avec sept ou huit étalons pour les stations de monte (une par zone d’élevage). Ils arrivent avec femme, enfants, basse-cour, “petit fût de goutte” même… Les communes, qui scolarisent les enfants, se battent pour avoir une station de monte. Le chef de station se procure foin, paille, avoine auprès des agriculteurs du cru. Des liens se créent, des mariages. Les saillies sont payées immédiatement -en balais


Les petits cavaliers

I

La fin d’un système · 1947 : premier projet de loi visant à supprimer l’étalonnage public (le Plan Marshall avait favorisé la motorisation ). Mais le monde du cheval traîne les pieds et développe l’équitation sportive, l’équitation de loisir : on continue donc à produire des chevaux, le financement étant assuré par un prélèvement de 0,7 % sur les courses. · 28 décembre 2001 : la loi de finance 2002 mise en application par Alain Lambert supprime l’affectation directe de ce prélèvement aux Haras nationaux. · 2001-2011 : disparition du service des Haras nationaux. · 2010 : l’État crée l’Institut français du cheval et de l’équitation qui regroupe deux institutions historiques, les Haras nationaux et le Cadre noir (créé en 1815 pour que les écuyers forment les instructeurs de la cavalerie). · Une nouvelle gouvernance se met en place au Pin, codirigée pour l’instant par le Conseil régional et le Conseil général avec quatre acteurs. D’autres sont possibles.

Contact

Denis Mary, prêtre

“Les petits cavaliers” - La Fontaine Courthenou 61 400 - La chapelle Montligeon Mail : claudine.milet@wanadoo.fr - 06 25 02 07 89

PHOTOS D.R.

de bouleau ou en paniers- par les Romanichels qui, n’attachant pas d’importance à la race, font saillir leurs juments ici puis là et gardent les poulains. En 1947 s’amorce la suppression de l’étalonnage public qui conduit à la disparition du service des haras nationaux et à la création en 2010 de l’Institut français du cheval et de l’équitation. Belle reconversion : le cheval qui servait à la guerre, au travail, au transport est désormais dévolu au loisir dans ce haras qui perpétue nombre de formations.

l faut contourner la forêt de Réno-Valdieu à l’est de Mortagne au Perche, prendre des petites routes au-delà de la basilique de Montligeon, bien se chausser à la mauvaise saison, pour accéder au centre des “Petits Cavaliers”. C’est le prix pour rencontrer Claudine Pelletier-Milet, femme passionnée par la mission qu’elle veut accomplir. Educatrice à l’IME de Pigeon, elle a compris depuis longtemps qu’au cœur de la nature, dans une sorte d’arche de Noë, les enfants ayant des difficultés à intégrer notre monde, pouvaient trouver une vie sociale épanouissante. Je connais Louis, que j’ai baptisé il y a quelques années. Il a fait des progrès immenses dans ce lieu. Il est d’ailleurs ici comme chez lui. Il est un “petit cavalier” depuis qu’il marche. Avec le cheval, il arrive à créer des contacts, ce qu’il a tant de mal à réaliser avec les êtres humains. “En devenant cavalier, me dit Claudine, c’est l’ensemble du développement psychomoteur de l’enfant qui se développe. C’est la dynamique : corporelle, mentale, relaChaque enfant tionnelle, affective et émotionnelle qui se met en route”. est unique. Ici, Et d’ajouter : “Au centre que je viens de reconstruire, le dès leur arrihandicap n’existe pas. Je ne fais pas de différence entre les enfants autistes et les autres. Mais chaque enfant est vée, les petits unique. Ici, dès leur arrivée, les petits se mettent tout se mettent de suite à explorer la nature et les animaux, ils sont en tout de suite confiance et cela les libère.” à explorer la Pour cette aventure peu ordinaire, Claudine s’est donnée nature et les de multiples formations. Depuis quatorze ans (en 1999), elle conjugue cette activité aux “Mairins Berdrix”, à la animaux. lisière de la forêt, avec son travail à Pigeon. Elle est soutenue par une association (“Les poneys et l’autisme”), composée de personnes compétentes, et qui veut l’aider à tenir. Elle a aussi écrit plusieurs livres à partir de son expérience afin que cela serve d’autres éducateurs d’enfants en difficulté. Nous avons la chance de vivre dans une région où la nature et le monde animal peuvent être un lieu naturel de vie pour nous. Notre département est spécialement riche en chevaux. Comme quoi tout peut être utile et bon pour l’être humain. Ici des animaux peuvent servir à sauver des enfants enfermés dans leurs problèmes.

Claudine : tendresse avec ses animaux.

III


Cheval et âne dans la Bible : puissance orgueilleuse contre humilité

O

n ne peut parler du cheval dans les écrits bibliques sans évoquer l’âne, en quelque sorte l’anti-cheval. Au commencement, “Dieu fit les bêtes sauvages, les bestiaux, selon leur espèce, et il vit que cela était bon.” (Gn 1, 25) Tous les animaux sont partie prenante de l’harmonie de la première création. Et pourtant le cheval va très vite avoir mauvaise presse. Les Patriarches sont des pasteurs nomades qui se sédentariseront. L’âne d’Abraham accompagne un temps la marche vers la montagne du Sacrifice (Gn 22,3). Le cheval est nommé pour la première fois quand la famine frappe l’Egypte et que Joseph troque le blé en échange “des chevaux, des troupeaux et des ânes”. Le cheval a un statut spécial : il porte le cavalier oppresseur (Gn 49,17). Son nom est synonyme de guerre et de mort. Quand le pharaon refuse de laisser partir le peuple hébreu, une des plaies est la peste qui atteint les seuls troupeaux et chevaux égyptiens (Ex 9,3).

âne” (Za 9,9). L’évangéliste Matthieu applique ce texte à Jésus quand il entre triomphalement à Jérusalem, le jour des Rameaux (Mt 21). Si le cheval demeure l’emblème de la guerre, l’âne du Messie est associé à la paix de Dieu.

Jean Fleur

Les Jeux équestres mondiaux 50 pays participants du 23 août au 7 septembre 2014.

Accompagnement spirituel

Quand les Hébreux traversent la mer “tous les chevaux du pharaon, ses chars et ses cavaliers” (Ex 14,23) les poursuivent. La mer engloutit cette armée “quand le peuple mit sa foi dans le Seigneur et en Moïse son serviteur” il chanta (Ex 15,1) : le Seigneur a fait un coup d’éclat. Cheval et cavalier, en mer il les jeta.” Le peuple choisi fait l’expérience que seule la foi en Dieu est porteuse de vie et de liberté. Le prophète Nahoum annonce la chute de Ninive, avec des images semblables : “Claquement du fouet ! fracas des roues ! chevaux au galop ! chars bondissants” (Na 3, 2-3) Les psaumes explicitent souvent la victoire de la “droite” du Seigneur : “Aux uns les chars, aux autres les chevaux, mais à nous le nom du Seigneur notre Dieu” (Ps 20, 8-9). Ne s’en remettre qu’à ses propres forces n’est pas entrer dans l’Alliance avec Dieu. Dans l’Apocalypse, le premier des quatre chevaux portera le Messie triomphant tandis que le dernier portera la mort (Ap 19). Le prophète Zacharie décrit le Messie-roi, “humble, monté sur un

PHOTOS D.R.

Orne Actualités

Les chevaux de Pharaon

La pastorale du tourisme et arts, cultures et foi, en lien avec le Conseil général et la Conservation des antiquités et objets d’art proposent - Une exposition permanente “A hue et à Dieu” dans l’église du Vieux Pin, tout près des pistes. Thème : la représentation du cheval dans les églises de l’Orne (vitraux, peintures, statues). - Un pélé à cheval de Caen au Haras du Pin. Les pèlerins seront bénis au départ par Mgr Boulanger en l’église Saint-Jean de Caen. - Un accueil des visiteurs dans nos églises (en particulier, Saint-Germain d’Argentan et N-D d’Alençon) - Des conférences : “Le cheval dans la littérature”, par Mme Elisabeth Bart - “Le cheval dans la Bible” par Claude Boitard.

PUBLICATION DU DIOCÈSE DE SÉES B.P.25 - 61 500 Sées. DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : Guy Fournier Éditeur : Bayard Service Édition Ouest, BP 97 257 - 35 772 Vern-sur-Seiche - Tél. 02 99 77 36 36 - bse-ouest@bayard-service.com - www.bayard-service.com SECRÉTAIRE DE RÉDACTION : Bernard Le Fellic - MAQUETTE : Christelle Karpikhine - IMPRIMERIE : Du Loch. DÉPÔT LÉGAL : 2e trimestre 2014 - ISSN en cours Il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement sur quelque support que ce soit la présente maquette Orne Actualités, sans autorisation préalable et écrite de la part de Bayard Service. Tout contrevenant s’expose à des poursuites pénales.

IV


Conte

I

l y avait une fois une servante de curé qui faisait sa cuisine un peu comme cela tombait. M. le curé, qui n’était pas difficile, s’en contentait, ajoutant même : “Du moins, elle a cela de bon, elle n’est pas gourmande.” On dit parfois que les cuisinières qui ne sont pas portées sur “le manger”, se rattrapent sur le vin. Mais à la Toinette, de vin, qu’il soit rouge ou blanc, il ne fallait pas parler. La vue d’un seul verre lui faisait mal à l’estomac. “C’est, disait-elle, que je suis délicate des nerfs.” Or, depuis quelque temps, ne voilà-t-il pas que, le soir, des vapeurs lui montaient aux joues ; elle avait la figure en feu comme une pivoine, des fumées de tête, des vertiges et je ne sais quels autres malaises tout aussi dérangeants les uns que les autres. “Vous devriez aller voir le médecin”, disait le curé en regardant par-dessus ses lunettes. Mais Toinette répondait que c’était les nerfs, et qu’il n’y avait rien à faire. Au moment des vendanges, M. le curé, qui faisait lui-même son vin, descendit un jour dans sa cave afin de laver ses cuves en vue des futures récoltes. Au passage, il toqua, comme il avait l’habitude de le faire, contre le tonnelet de vin blanc, le vin de messe. Quelle ne fut pas sa surprise en entendant le fût rendre un son clair. “Comme c’est étrange ! Il n’y a pas deux mois que je l’ai rempli et il résonne comme s’il était à moitié vide ! Il me faut élucider ce mystère.”

TAXI

Longny-Tourouvre

TAXI T. BACLE

10, rue de l’Église 61290 LONGNY-AU-PERCHE

CIRIC / CORINNE MERCIER

La servante à la cave

Le soir venu, après l’angélus, au lieu de rentrer dans sa salle basse, M. le curé s’en revint à la cave et se cacha derrière sa cuve. L’heure du souper allait sonner. Toinette apparut, portant d’une main la chandelle et de l’autre la bouteille. Elle alla au tonneau de vin rouge et remplit son litre pour M. le curé. Jusque-là, aucune anomalie à constater. Mais, au lieu de remonter, Toinette se dirigea vers le tonnelet de vin blanc. Elle sortit alors un verre de la poche de son devantier, l’emplit et gaillardement le vida. Ne voulant pas s’en aller sur une seule jambe, elle remplit un second verre qu’elle vida tout pareillement. Convaincue que le chiffre deux ne peut exister sans le chiffre trois, le troisième verre disparut comme les deux autres. Elle remplit alors un quatrième verre

Toutes distances Médical sous condition Voitures climatisées

qu’elle leva à la hauteur de sa face en disant : “Les hommes trouvent bon le vin, Les femmes ne le crachent point.” Puis d’un ton solennel, elle s’écria : - À la bonne vôtre, M. le curé ! - À la vôtre Toinette ! fit une voix de fausset qui semblait venir le la cuve. - Ah, ben v’la la cuve qui parle à ct’heur ! - Et v’la la Toinette qui boit ! reprit l’écho. Le curé sortit alors de sa cachette et dit : Ma pauvre Toinette, le vin de messe ne vous vaut rien, il faudra désormais vous contenter du vin de vêpres. - Le vin de vêpres ? demanda Toinette. - Et oui, répondit M. le curé, celui qui tombe d’en haut, qui fait tourner les moulins et qui lave la vaisselle. 

Pierre RIVES

COUVERTURE - ZINGUERIE - MAÇONNERIE AMÉNAGEMENT DE COMBLES

Arnaud TIREL

Terrassement avec Mini pelle Tél. 02 33 73 67 22 Port. 06 76 77 47 70

Chalumeau Automobiles Thierry Chalumeau

RN12 “Le Paradis” - 27130 VERNEUIL/AVRE Tél 02 32 32 48 48 - Fax 02.32.32.24.53

6, rue des Accacias - 61300 CRULAI Tél. 02 33 34 40 90 PEINTURES, SOLS, PLAQUES DE PLÂTRE, VITRERIE & REVÊTEMENTS

15


J’ai Vu pour vous

J’ai lu pour vous…

C’est quoi l’idée

Le christianisme est-il misogyne ?

DVD Enfants. C’est quoi l’idée ? Un dessin animé où les enfants appréhendent l’infini, la vérité, la tolérance… Qu’est-ce que la jalousie ? Qu’est-ce qui est grand ? Que veut dire être juste ? Autant de questions que ce dessin animé, tiré du Livre des grands contraires philosophiques édité par Nathan en 2008, aborde avec malice : le décor se métamorphose au fil des idées et de la curiosité des personnages. Le cheminement de la pensée forme une suite de saynètes amusantes où les enfants appréhendent les concepts les plus abstraits (l’infini, la vérité, la tolérance…). Comme une boîte à outils inventive qui fournit des clés pour mieux se comprendre et vivre ensemble.

Cécile Jaurès La Croix, n° 39 796, 29/1/14, www.la-croix.com > Dès 3 ans, Éd. Montparnasse, deux DVD, 25 €.

J’ai Vu pour vous

De Joseph FAMERÉE Éditions : LUMEN VITAE Depuis quelque temps déjà, un certain nombre de femmes s’interrogent sur leur reconnaissance par l’Église et sur le rôle que le monde ecclésiastique leur assigne dans notre société contemporaine. Le christianisme serait-il misogyne ou du moins androcentré ? La lecture des Évangiles ne nous donnant aucune indication à ce sujet, un groupe d’universitaires, placés sous l’égide de la Fondation Sedes Sapientiae et dirigé par Joseph Famerée, a réalisé une étude qui est à la fois œuvre d’inventaire et œuvre de mémoire. Composé de quatre exposés, développant des points de vue différents (féminins, masculins, disciplinaires et confessionnels) ce livre offre au lecteur une approche nouvelle, dynamique et stimulante du rôle des femmes dans les Églises chrétiennes, mais aussi plus largement dans les sociétés humaines. Un ouvrage qu’il convient de lire sans a priori afin de mieux découvrir la pertinence des arguments développés.

Éveiller à la foi en bricolant

Pierre RIVES

Culture

Pèlerin du 07/02/2013, n° 6793, 7/2/13 page 40-41, Spiritualité (n° 6793) Le forum des chrétiens. Croix, stickers, médailles, pochoirs, tampons, perforatrices… On trouve de tout sur Brico catho. Mis au point par une maman de deux petits enfants installée à Dieppe, ce site Web propose des supports de bricolages aux parents, catéchistes, écoles, chefs scouts, pour l’éveil à la foi. Une manière d’allier vie professionnelle et vie spirituelle. Chaque fin décembre, 10 % du bénéfice de l’entreprise sont reversés au Secours catholique ! > www.bricocatho.fr.

Olivier MENON 61190 NORMANDEL

MAÇONNERIE COUVERTURE CARRELAGE Le Bourg - 61190 MOUSSONVILLIERS • Tél. 02 33.25 43 23

MEUBLES - SALONS - LITERIES - RANGEMENTS - DÉCORATION Le Bourg Tél. 02 32 32 05 49 Fax : 02 32 37 55 69

RN 12 - 27130 VERNEUIL-SUR-AVRE

Terrassement Assainissement Voiries Démolition Clôtures

61290 NEUILLY sur EURE ✆ 02 33 73 97 93 - Port. 06 09 36 07 26 - Fax 02 33 83 06 96

SYLVIE RETOUCHES 06 78 34 59 92 61290 LONGNY-AU-PERCHE

16

Mercerie - Couture rue du 13 Août 1944 - 61190 TOUROUVRE Tél. 02 33 25 75 61


La table de Jean-Claude C

ous y arrivons… et nous en profitons pour vous donner une recette bien connue de nos enfants mais dont l’histoire ne l’est pas toujours des plus grands, il s’agit du clafoutis et de son fruit de prédilection : la Cerise.

N

L’ancêtre de nos cerisiers actuels, le merisier, est présent en Europe depuis le néolithique, mais la culture du cerisier daterait du IVe siècle avant Jésus-Christ, en Anatolie, l’actuelle Turquie qui est toujours, à notre époque, le premier producteur au monde. En France, il faudra attendre le Moyen Âge pour trouver la trace de la culture du cerisier, pour ses fruits, mais aussi pour la qualité de son bois. Cependant, c’est à Louis XV, grand amateur de cette drupe sucrée, douce et énergétique, que nous devons le développement de la culture du cerisier. Aujourd’hui, le premier producteur en France est le Vaucluse. La cerise est un fruit riche en bêta-carotène, en vitamine A, E et C et en potassium, ainsi qu’en pectine, très utile pour les confitures. L’infusion de queues de cerise est un bon remède pour les crises de goutte, la cystite ou les maladies des voies urinaires. Les cerises sont la base de nombreuses boissons telles que le guignolet, le cherry, le kirsch, le marasquin, la kriek (bière belge parfumée à la cerise) et la ginjinha, - le tout avec modération - et sont à l’origine de nombreuses expressions populaires : se soucier de quelqu’un comme

d’une guigne, avoir la cerise, c’est la cerise sur le gâteau, travailler pour des queues de cerise, ramener sa cerise, se refaire la cerise, se taper la cerise, etc… Il existe même, en Suisse, un championnat de lancer de noyaux de cerise. Pour revenir à notre titre, la chanson Le temps des cerises fut longtemps un chant révolutionnaire interdit dans de nombreux pays. Venons-en maintenant aux choses sérieuses : la confection d’un clafoutis, également nommé “milliard”. Il est apparu en 1864, dans le Limousin. Ce terme signifierait en patois local “fixer avec des clous”, qu’évoquent les cerises (non

Le Clafoutis

dénoyautées bien sûr, pour éviter au jus du fruit de se répandre dans le flan). Il se nomme aussi flaugnarde (lorsque les pommes remplacent les cerises), far en Bretagne (avec des pruneaux) et cacou (avec des bigarreaux), spécialité de Parayle-Monial. 

D.R.

STOCK XCHNG

“Quand nous chanterons le temps des cerises…”

Vous aurez besoin de 750 gr de cerises bien mûres, deux œufs, 60 gr de farine, 150 gr de cassonade, 1/2 litre de lait, 30 gr de beurre, une pincée de sel, de la vanille et, pour l’accompagner : un Anjou rosé ou un Muscat (toujours avec modération) • faire fondre le beurre, dans un saladier • mettre la farine en fontaine et y ajouter au centre : le sel, le beurre fondu, la moitié du sucre, puis les œufs battus en omelette • mélanger le tout en y versant le lait froid • puis ajouter les cerises • beurrer un moule à gâteau et y verser la préparation • enfourner 40 minutes puis saupoudrer du reste de sucre et réenfourner 20 minutes (les bords de votre clafoutis doivent être bien caramélisés) • Éteindre votre four et laisser refroidir le clafoutis à l’intérieur • Démouler quand il est bien froid

Bonne dégustation et bonnes vacances d’été Sylvie Dumont

POMPES FUNÈBRES - MARBRERiE

JEAN-PAUL MOUSSET

✗ Transport de corps avant et après mise en bière ✗ Chambre funéraire ✗ Organisation complète des obsèques ✗ Contrats obsèques ✗ Menuiserie fabricant 61560 Saint-Germain-de-Martigny - Tél. 02 33 25 30 68

COIFFURE à DOMICILE

Tél. 02 33 24 75 10 - Port. 06 08 28 30 34 Les Gatineries - 61190 LIGNEROLLES

Centre de Tourisme Equestre Les Chevauchées du Genetay Promenades - Rando T.R.E.C. - Pension box

Stage enfants : Journée et 1/2 journé e

27820 St. Christophe sur Avre Graziella 06 64 39 57 06 - www.genetay.fr

en 4 versions :

n°1

Existe de mots• petits (3-6 ans) • junior (6-12 ans) x u je s e d • champion (+ 15 ans) • famille (+ 10 ans/adultes)

Edité par MEGABLEU - 61190 RANDONNAI Tél. 02.33.85.25.00 - Fax 02.33.85.25.04/E-mail : info@megableu.com

17


Livre de vie Baptêmes

Irai

Neuilly

26 mars : Xavier Cote, 81 ans

25 février : Jean Pierre Leblanc, 61 ans 27 février : Michel Monhay, 83 ans 12 mars : John Ladd, 84 ans

Longny Le Mage

9 mars : Eléanore Sonnet

13 mars : Josiane Rossignol, 87 ans

Neuilly

Tourouvre Longny

23 mars : Lucas Cirou

Funérailles Bubertré 8 février : Madeleine Paris, 91 ans

4 février : Isabelle Sevestre, 84 ans 6 février : Félicienne Fedala, 97 ans 7 février : Stéphane Tabard, 39 ans Denise Faure, 94 ans 14 mars : Marguerite Habert, 98 ans 20 mars : Jean Joret, 86 ans 31 mars : Jacqueline Barbaud, 74 ans

14 février : Claude Chevreau, 78 ans 17 février : Ginette Jarnigon, 79 ans Bernard Narbonne, 84 ans 18 février : Jean Vivarès, 64 ans 26 février : Andrée Joly, 74 ans 22 mars : Gilbert Nicolas, 94 ans

Vie paroissiale

Dimanches et célébrations Pour connaître les horaires des messes chaque weekend, consulter : - les feuilles affichées chaque mois à la porte des églises - le site de la paroisse : http://sainteanneduperche.com - l’accueil du presbytère de Tourouvre 02 33 25 73 21 Ce calendrier peut évoluer : merci de vérifier sur le site de la paroisse, sur l’affichage des églises ou sur le Sainte-Anne-Dimanche

Messes • Dimanche 1er juin 10 h 30 : Tourouvre 10 h 30 : Longny • Samedi 7 juin 18 h 30 : Randonnai • Dimanche 8 juin 10 h 30 : Saint-Maurice 10 h 30 : Longny • Dimanche 15 juin 10 h 30 : Longny • Dimanche 22 juin 10 h 30 : Tourouvre 10 h 30 : Neuilly

• Dimanche 29 juin 10 h 30 : Saint-Maurice • Samedi 5 juillet 18 h 30 : Randonnai • Dimanche 6 juillet 11 h : Bizou (marche paroissiale) • Dimanche 13 juillet 10 h 30 : Tourouvre 10 h 30 : Longny • Dimanche 20 juillet 10 h 30 : Tourouvre

Menuiserie - Charpente - Escaliers Jean LAVENANT

depuis 1983

La Plaine de Villeneuve 28340 ROHAIRE - Tél./Fax 02 37 37 50 17

Offert par un sympathisant 18

• Dimanche 27 juillet 10 h 30 : Saint-Christophe 10 h 30 : Longny • Dimanche 3 août 10 h 30 : Tourouvre • Samedi 9 août 18 h 30 : Randonnai • Dimanche 10 août 10 h 30 : Saint-Maurice 10 h 30 : Longny • Vendredi 15 août 10 h 30 : Longny • Dimanche 17 août 10 h 30 : Tourouvre • Dimanche 24 août 10 h 30 : Longny • Dimanche 31 août 10 h 30 Tourouvre

NORMANDIE

Temps de prière : N’ayant pas de prêtre disponible pour les fêtes communales, nous proposons aux communes qui le souhaitent un temps de prière. En faire la demande au presbytère de Tourouvre. • Dimanche 15 juin 10 h 30 : La Poterie • Dimanche 23 juin 10 h 30 : Bivilliers • Dimanche 3 août 10 h 30 : La Lande-sur-Eure • Dimanche 10 août 10 h 30 Moussonvilliers • Dimanche 24 août : Le Pas-Saint-Lhomer

Eric LEYS Demeures de caractère

BROTZ - 61290 L’HÔME-CHAMONDOT TÉL. 02 33 25 74 91 - FAX 02 33 83 70 04

MENUISERIE

Philippe DUBOIS ÉBÉNISTERIE Bellevue Fabrication traditionnelle sur mesure 61190 TOUROUVRE Tél. 02 33 83 60 57 - Fax 02 33 83 28 71


Jeux Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc, chapitre 19, versets 2 à 10 Il y avait un homme du nom de Zachée ; il était le chef des collecteurs d’impôts et c’était quelqu’un de riche. Il cherchait à voir qui était Jésus, mais il n’y arrivait pas à cause de la foule, car il était de petite taille. Il courut donc en avant et grimpa sur un sycomore pour voir Jésus qui devait passer par là. Arrivé à cet en-

droit, Jésus leva les yeux et l’interpella : “Zachée, descends vite : aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison.” Vite, il descendit et reçut Jésus avec joie. Voyant cela, tous récriminaient : “Il est allé loger chez un pécheur.” Mais Zachée, s’avançant, dit au Seigneur : “Voilà, Seigneur : je fais don aux pauvres

À l’aide de cet extrait de l’Évangile de saint Luc et des définitions ci-dessous, remplis la grille de mots croisés suivante.

HORIZONTAL 1 - c’est lui qui appelle Zachée 4 - synonyme d’offrir 8 - le contraire de malheureux 9 - il est collecteur d’impôts 10 - le contraire de pauvre

VERTICAL 2 - nom de l’arbre où Zachée est monté 3 - Zachée a commis des péchés, c’est un ? 5 - la ville où la scène se passe 6 - à cause d’elle, Zachée ne peut rien voir 7 - Zachée a été sauvé, il a reçu le ?

de la moitié de mes biens, et si j’ai fait du tort à quelqu’un, je vais lui rendre quatre fois plus.” Alors Jésus dit à son sujet : “Aujourd’hui, le salut est arrivé pour cette maison, car lui aussi est un fils d’Abraham. En effet, le Fils de l’homme est venu chercher et sauver ce qui était perdu.”

Rébus

Découvre la phrase de Jésus qui se cache derrière ce rébus Sources : http://www.rebus-o-matic.com/ liens trouvés sur KT 42

www.serenium-funeraire.fr

• Chambres funéraires • Travaux et Entretiens • Organisation d’Obsèques • Articles Funéraires • Caveaux et Monuments • Contrats obsèques Agence de MORTAGNE AU PERCHE ZA des Gaillons 61400 ST HILAIRE LE CHATEL 02 33 25 92 90

Agence de LONGNY AU PERCHE 2 rue G. de Gaulle 61290 LONGNY AU PERCHE 02 33 73 19 34

Agence de l’AIGLE 4 rue du Docteur Frinault 61300 L’AIGLE 02 33 34 29 37

Agence de MELE SUR SARTHE ZI de Coulonges 61170 MELE SUR SARTHE 02 33 27 63 72

19


ASP PERCHE : pour sauvegarder les églises et mieux les aimer Le Perche de l’Orne comprend un peu plus de 100 communes et certaines ont hérité de plusieurs églises, soit après une réunion de communes, soit en raison de l’existence d’une abbaye ou d’un château sur leur territoire.

C

Les interventions se font en partenariat avec les associations locales, les municipalités, la Fondation du patrimoine et l’État. d’ASP Perche participe à la remise en état de ces objets par ses dons, mais aussi par la présence de nombreux membres le jour de l’inauguration de l’objet. Souvent, l’artiste intervenant présente ses découvertes ou les difficultés rencontrées, les choix faits pour permettre que la restauration soit réversible. Depuis sa création, ASP Perche a participé à de nombreuses restaurations :

Patrimoine

Gémages : Charité de saint Martin restaurée en 2008.

20

PHOTOS D.R.

ela constitue un grand patrimoine religieux, mais aussi un réel patrimoine artistique, digne d’un musée et aujourd’hui, ces beaux édifices attirent des visiteurs de tous horizons, malgré leurs rares heures d’ouverture. Depuis une dizaine d’années, des associations de sauvegarde se sont constituées, pour les mettre en valeur et les restaurer. Parmi elles, ASP Perche (Association de sauvegarde du patrimoine religieux du Perche ornais) a été créée en 2005 à l’initiative d’Éric Yvard, historien du patrimoine. Son but est d’intervenir dans toute église du Perche de l’Orne où est menée une action de restauration du “petit” patrimoine religieux : vitraux, peintures, statues et autre mobilier… Pour ce faire, les sociétaires d’ASP Perche rassemblent des sommes modestes (10 euros de cotisation de base) et limitent le plus possible leurs frais de fonctionnement. Ainsi, tout l’argent recueilli va financer une partie des travaux envisagés.

Monceaux-au-Perche : Peintures murales qui seront restaurées en 2014.

- les tableaux du maître-autel et des autels latéraux (une Annonciation, une Crucifixion) puis la statue de saint Sébastien de Comblot ; - la Charité de saint Martin, la Crucifixion du maître-autel et le grand Christ de Gémages ; - les lustres, le grand Christ de Saint-Germain-de-la-Coudre ; - le chemin de Croix et la statue de sainte Barbe de Mâle ; - le tableau du maître-autel de Pervenchères (une Assomption) ; - les tableaux du maître-autel de Saint-Aubindes-Grois, (une éducation de la Vierge et un saint Aubin) ; - un calvaire, à Chemilli : - un tableau du Christ marchant sur les eaux, à Bellême ; - le tableau du baptême du Christ, à Corbon. En 2014, ASP Perche interviendra à Autheuil (tableau de saint François d’Assises), Monceaux (les peintures intérieures) et Verrières (tableau du Christ aux outrages) À côté de ces restaurations, ASP Perche organise des visites d’églises et construit un site Internet (eglisesdupercheornais.org). Nous réunissons quatre-vingts particuliers, une bonne trentaine de communes (un tiers de celles du Perche ornais) et huit associations de sauvegarde. Si vous voulez nous rejoindre, un mail à aspperche@gmail.com nous permettra de vous adresser notre documentation ; et pourquoi ne pas devenir membre de l’association ? 

ASP Perche

les chemins de sainte anne 75  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you