Page 1

Collectif Lamaze

Un projet de territoire pour les quartiers Nord-Est de Saint-Denis : vers un vrai quartier de ville, apaisé et accueillant Un vrai morceau de la ville de Saint-Denis 1) La population concernée environ 15 000 habitants, et plusieurs milliers de salariés. des centaines d’enfants, de très nombreuses personnes âgées et des personnes en situation de handicap. les quartiers Joliot-Curie, Saint-Rémy, La Tournelle Saint-Louis, le nouveau quartier Menand, Barbusse, Romain Rolland, Cachin, Allende, la Digue du Croult, Politzer, Mutualité, Floréal, La Courtille, Cosmonautes, Langevin, Péri. Les pôles de forte densité de population sont : - les cités Romain Rolland, Henri Barbusse, Marcel Cachin, Saint-Rémy Nord, JoliotCurie, Allende, Cosmonautes - les résidences la Tournelle Saint-Louis, la Digue du Croult, Politzer, le parc SaintRémy sud - dans le secteur social : la résidence Croizat pour personnes âgées, une deuxième résidence pour personnes âgées et la future résidence pour les jeunes, dans le cadre du PRU Saint-Rémy, le foyer de travailleurs migrants avenue Romain Rolland, la maison de retraite Le Laurier Noble, la maison d’accueil spécialisé Le Pommier Pourpre

2) Les équipements sur le territoire - les établissements scolaires maternelle, primaire, secondaire et supérieur : les collèges Lurçat, Barbusse (les enfants de Péri/ Langevin vont à Barbusse en traversant la RN1) et La Courtille ; les groupes scolaires Saint-Exupéry/Blériot/Marville, JoliotCurie/Moulin Basset, Diez/Madigou/Saint Léger et Cosmonautes/Hautes Noëlles, l’école maternelle Vieille Mer, les lycées Paul Éluard et Bartholdi, l’université Paris8 - les centres de loisirs Lamaze et Diez, le centre ressources lecture Aladin, les antennes jeunesse Romain Rolland, Joliot-Curie, Diez et Cosmonautes. - l’Externat Médico-Professionnel et le Centre d’Aide par le Travail La Résidence Sociale, les permanences d’assistantes sociales, les crèches (hospitalière, les Hautes Noëlles, la Ribambelle) - les services publics de proximité : La Poste, la maison de quartier Romain Rolland, - les commerces dont : quatre pharmacies, deux papeteries-journaux, plusieurs bistros PMU, des restaurants, trois coiffeurs, quatre boulangeries, deux fleuristes, une laverie automatique, une supérette, quatre épiceries, deux boucheries, un magasin de bricolage-jardinerie, une clinique vétérinaire,... - un pôle santé-social de première importance : le centre hospitalier intercommunal Delafontaine, dont 1/3 des patients sont de Saint-Denis (720 lits, + de 2 900 salariés, + 1 de 8


de 35 000 entrées/an), sa maternité de niveau 3 (+ de 2 800 naissances/an), ses urgences (+ de 77 000 passages/an dont 1/3 d’enfants), ses services de soins, son accueil précarité, son école d’infirmières; le cabinet médical de permanence des soins (7 jours/7), le centre municipal de santé et la PMI, le centre de néphrologie/dialyse, le laboratoire d’analyses médicales, le centre de radiologie, des médecins généralistes et spécialistes, un dentiste, - les équipements sportifs : le gymnase La Courtille, le gymnase Pasteur, la piscine interdépartementale de Marville, le Club 93, le parc des sports Marville, le futur gymnase du collège Lurçat, une salle de boxe, les terrains de basket et de football du parc Cachin, le skate parc - les équipements paysagers : le parc Cachin, le parc départemental de La Courneuve - les salles festives et de réunions Ambroise Croizat et chemin du Moulin Basset - les lieux de culte : l’église Sainte Jeanne d’Arc de la Mutualité, la mosquée (en construction) Un vrai quartier de ville !!!

Le constat 1) Un urbanisme et une vie sociale très malmenés La vie dans ces quartiers est déterminée par l’autoroute A1, la bretelle de l’autoroute A1 et, dans une moindre mesure, par la RN1 qui la prolonge au-delà du carrefour Lamaze. L’autoroute A1, sépare le quartier des Cosmonautes de la commune de Saint-Denis. Les habitants ne disposent que de peu de services. Ils sont à l’écart de la vie de la ville de SaintDenis, sans être pour autant associés à celle de La Courneuve. La bretelle de l’autoroute A1 (l’avenue Lamaze, qui n’a d’avenue que le nom) est une véritable balafre urbaine, une déchirure insupportable, une monstruosité urbanistique entraînant une rupture sociale majeure et une accumulation des pollutions. En découlent de nombreux dysfonctionnements et aberrations qui affectent habitants et salariés de ce territoire : traversées dangereuses, cheminements piétons contraints, établissements scolaires coupés des lieux d’habitation (seule la carte scolaire saute allègrement par dessus la « frontière »). Le découpage actuel des démarches quartiers ne fait qu’encourager ce phénomène d’entrave des liens sociaux, en s’appuyant (involontairement ?) sur cette limite. La population subit tous les jours une forme de maltraitance, voire de violence, doublée d’une atteinte grave à sa santé. A l’heure où l’on parle beaucoup, pour les dénoncer, de murs, l’A1 et sa bretelle d’entrée/sortie surplombant le quartier, constituent une entrave aux liens sociaux, commerciaux, et un problème majeur pour l’aménagement futur de nos quartiers. 2) Une question de santé publique On ne mesure vraiment pas, ni au sens propre ni au sens figuré, les impacts sur la santé et la qualité de vie de la population - en particulier les enfants et les personnes âgées – de l’autoroute A1, de sa bretelle et de la RN1 : pollution chimique, nuisances sonores, dangerosité...

Collectif Lamaze

2 de 8


Nous insistons sur le fait que la pollution sonore est de plus en plus importante, et que la pollution atmosphérique est de plus en plus dangereuse. Quasiment tous les matins et tous les soirs, la bretelle d’entrée/sortie connaît des embouteillages, qui souvent se prolongent jusqu’au carrefour Cachin/Lénine, et passent devant les habitations de la Digue du Croult et Politzer. Les retours de week-end, les embouteillages sont dans l’autre sens. Il serait temps d’objectiver les pollutions par des mesures précises et d’interroger habitants, usagers et salariés sur leurs conditions de vie et de travail, ainsi que les « anciens » qui ont connu le quartier avant la balafre. Une première mesure de bruit, financée par Plaine Commune et effectuée par Bruit Parif, aura enfin lieu en février 2012.

Une demande diffuse mais constante des habitants La demande d’enfouissement de la bretelle est formulée depuis de nombreuses années (cf certains CR de DQ). Cette hypothèse, qui est réalisable mais a un coût, a toujours été repoussée par l’État. S’en suivent des solutions bricolées : on met deux rangées de feux tricolores pour ralentir les voitures qui dévalent le « toboggan », la Ville finance Partenaires Pour la Ville (PPV) pour aider à la traversée, mais seulement aux heures scolaires, on veut améliorer la traversée du tunnel reliant la cité Joliot-Curie à son école (finalement, il est fermé) . Tout cela est nécessaire mais est loin de tout régler, en particulier la traversée en deux temps reste difficile et dangereuse, y compris face à « La chaise de poste ». Plaine Commune Habitat et Plaine Commune ont fait un énorme travail de requalification de la cité Romain Rolland et de ses espaces extérieurs. Cela doit être prolongé par une amélioration globale de la qualité de vie dans le quartier.

Un territoire qui a vocation à évoluer Le carrefour Lamaze constitue une entrée de la ville de Saint-Denis. C’est le centre d’un territoire à fort potentiel d’évolution, si l’on veut bien mettre bout à bout tous les projets, ceux qui partent, ceux qui vont partir mais aussi ceux qui sont enfouis après avoir mobilisé beaucoup d’énergie et ceux auxquels rêvent les habitants. Citons : le projet de construction/démolition de la cité Saint-Rémy, et ses ramifications dans le quartier (PRU Saint-Rémy). Quelle qualité de vie environnementale pour les personnes âgées et les étudiants qui habiteront les constructions le long de l’avenue Lamaze ? le projet de réhabilitation de la cité Joliot-Curie la reconstruction du collège Lurçat, avec un internat sportif. Comment laisser des adolescents pratiquer leurs entraînements sportifs dans un environnement pollué ?

Collectif Lamaze 3 de 8


la rénovation et restructuration de l’hôpital Delafontaine et son désenclavement. Comment travailler à la restructuration de l’hôpital Delafontaine, l’hôpital de la communauté d’agglomération avec une des plus importantes maternités du département, sans exiger une véritable entrée sur l’avenue Lamaze, seul moyen d’en faciliter l'accès, tout en désengorgeant le quartier pavillonnaire mitoyen ? Comment prendre en compte les activités de l’hôpital donnant sur le chemin du Moulin Basset (accès aux urgences, école d’infirmières, relocalisation du centre d’accueil et de crise) et la nécessaire sécurisation des accès au groupe scolaire Joliot-Curie/Moulin Basset ? les travaux d’aménagement du parc interdépartemental des sports de Marville le développement de la zone d’activités du Moulin Basset le projet Mobilien de la ligne 153 la réfection complète de l’avenue Romain Rolland le réaménagement total du parc Cachin (cf atelier d’habitants il y a plusieurs années) et de la promenade de la Vieille Mer l’enfouissement de l’A1, de la Porte de Paris à La Courneuve. le règlement définitif de la circulation des camions rue Henri Barbusse la voie verte Chemin du Moulin Basset -… C’est peut-être moins évident que le Centre Ville, le quartier de la Gare ou celui de la Porte de Paris, car il s’agit d’une multitude de projets actuellement traités séparément les uns des autres, mais il faut avoir une vision globale de l’avenir de ce quartier.

Notre volonté : la suppression des nuisances de l’A1 et un (ré)aménagement global et cohérent de nos quartiers Il faut recoudre la ville, « de la Porte de Paris jusqu’à Pierrefitte », raccorder les Cosmonautes à la ville, redonner une unité urbaine et sociale à une partie non négligeable et très populaire de la population dionysienne. Dans le cadre du contrat d’action communal 2008-2014, titre III « Ville verte et durable », la municipalité s’est engagée à agir pour « obtenir de l’État la décision et le financement de l’enfouissement des autoroutes A1 et A86 dans leur traversée de Saint-Denis, en particulier Porte de Paris et quartier Saint Rémy ».

Outre la volonté d’enterrer l’A1, sa bretelle et la RN1, nous désirons un développement harmonieux des deux « rives » de la blessure urbaine, en réorientant éventuellement les projets en cours ou futurs autour des thèmes liés au développement durable, afin d’aller vers un éco-quartier : végétations abondantes (en partant du parc Cachin, par exemple) privilégier les déplacements piétons et cyclistes (liens réaffirmés et renforcés, en traversant nos quartiers, entre le parc de La Courneuve, le centre ville et le canal), énergies renouvelables (panneaux solaires, géothermie), constructions à échelle humaine, jardins potagers.

Collectif Lamaze

4 de 8


Or, les évolutions actuelles et à venir autour du carrefour Lamaze ne font pas encore l’objet d’un projet global, à moyen et long terme, de la part de la municipalité et de Plaine Commune. Nous commençons à y travailler activement dans le cadre du Comité Consultatif Lamaze. La population (les habitants et les salariés, les enfants et les adultes) devra être largement associée.

Des propositions à moyen terme le raccordement des Cosmonautes à la ville par un franchissement sécurisé de l’A1 selon l’axe Cosmonautes/Champ de courses (dossier finalisé) l’allégement du trafic Carrefour Lamaze en complétant l’échangeur A1/N301 (dossier finalisé) l’accompagnement de la réfection de la rue de Strasbourg et de l’avenue Romain Rolland par l’aménagement du Carrefour Lamaze, le réaménagement du parc Cachin et de la Vieille Mer, avec une promenade piétonne et cycliste du centre ville au parc Valbon, en passant par le cimetière (dossier finalisé) l’aménagement de l'avenue Lamaze, avec dans son prolongement le réaménagement en boulevard urbain du "boulevard des écoles" jusqu'à Pierrefitte en passant devant les groupes scolaires Joliot-Curie/Moulin Basset/, Diez/Madigou/SaintLéger, le lycée Paul Eluard, le lycée Bartholdi, l'université Paris 8 le suivi du réaménagement de l'entrée de l'hôpital Delafontaine et des différents projets : agrandissement parking, déménagement du Centre Cardiologique du Nord ( ?), accès aux urgences. Les aménagements à prévoir pour sécuriser l’entrée du groupe scolaire Joliot-Curie/Moulin Basset. le suivi du projet de reconstruction de la cité Saint-Rémy le suivi de l’élaboration du plan des voies cyclables traversant nos quartiers Pour finaliser ces propositions, nous avons besoin de nous baser sur des études à fournir par Plaine Commune : topologie du terrain, étude de circulation autos et piétonnes (secteurs scolaires, commerces, transports en commun,…), étude sur la liaison Nord/Sud de nos quartiers (liaisons de la Porte de Paris jusqu'à Stains): avenue Henri Barbusse jusqu'aux jardins Kersanté, rue Chantilly jusqu'à la cité Allende,…,foncier, recensement des projets passés, présents et futurs sur les emprises foncières,...

De premiers acquis qu’il faut amplifier un vœu adopté par le Conseil municipal en 2010, sur les nuisances autoroutières

Collectif Lamaze

5 de 8


l’étude urbaine financée par Plaine Commune, dont nous demandons maintenant l’approfondissement de l’hypothèse 3, afin de rechercher des solutions pour supprimer les nuisances de l'A1 (sonores, pollutions, visuelles, urbaines,…) ; nous pensons à l’aménagement du carrefour "Joinville" à la sortie de l'autoroute pour remplacer le toboggan l’inscription d’orientations d’aménagement pour les quartiers nord-est de Saint-Denis, dans le futur PLU le lancement de la réfection de l’avenue Romain Rolland la création et l’installation du Comité Consultatif Lamaze l’engagement par Plaine Commune d’effectuer une étude de circulation l’engagement pris par le Président de Plaine Commune d’exiger de l’État, l’inscription dans le Contrat de Développement Territorial (CDT) du financement d’une étude autoroutière. Notre pétition a recueilli, à ce jour, 1600 signatures d’habitants et de salariés, de nos quartiers et de toute la ville. Nous avons décidé de conjuguer nos efforts et d’unir nos démarches à celles des habitants de la Porte de Paris, de rencontrer les habitants de Cosmonautes, pour exiger ensemble et rechercher, les solutions attendues aux nuisances qu’entraîne l’A1 dans sa configuration actuelle.

Conclusion provisoire Nous constatons que grâce à notre mobilisation et notre travail depuis deux ans, nous avons gagné la reconnaissance par nos élus de la légitimité de nos demandes et leur prise en compte, en même temps que la reconnaissance de l’aspect citoyen de notre démarche. Nous considérons que la construction du Grand Paris et la signature du CDT constituent une opportunité à saisir par les habitants et leurs élus, pour servir de levier, poser l’ensemble des problèmes liés aux nuisances autoroutières et demander la réparation des balafres infligées sur notre territoire. Nos élus doivent s’emparer de notre exigence, nous relayer et peser dans les négociations. Nous apprécions que le Maire ait récemment affirmé qu’il considérait que la demande de réparation des balafres infligées sur notre territoire est l’un des trois enjeux dans le cadre du Grand Paris ; il reprend et confirme ainsi les engagements du Contrat d’Action Communal de 2008. Nous notons avec intérêt que la municipalité, dans son bilan de mi-mandat et dans le programme « Saint Denis avance » positionne « la réparation durable des fractures urbaines » dans ses priorités 2011-2014.

Collectif Lamaze

6 de 8


Pour concrétiser ces intentions, nous demandons que le principe de réparation soit inscrit dans le futur accord-cadre qui sera signé avec l’État courant janvier 2012 ; cela permettra de travailler dans les deux ans qui viennent, avec l’État, sur des propositions pour nos quartiers, pour rendre à la population une dignité dont elle est spoliée depuis de trop nombreuses années. Dans cette perspective, nous demandons la réalisation d’une étude de faisabilité, concernant un éventuel enfouissement de l’A1 ainsi que l’identification des synergies avec les projets du Grand Pari(s).. Nous comptons bien poursuivre notre démarche, sans relâcher notre vigilance ni nos attentes.

Victor Hugo a écrit : « Les utopies d’aujourd’hui sont les réalités de demain ». C’est à cela que nous travaillons. Et pour nous, demain commence aujourd’hui. Saint-Denis, le 9 janvier 2012

Collectif Lamaze

7 de 8


Collectif Lamaze

8 de 8

Pour un territoire unifié  

Le collectif Lamaze imagine un projet de territoire pour les quartiers Nord-Est de Saint-Denis : vers un vrai quartier de ville, apaisé et a...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you