Page 1

Direction vie  des  quartiers  

Suivi :  Anne-­‐Laure  Langlais   Tél.  01  49  33  69  29   Anne-­‐laure.langlais@ville-­‐saint-­‐denis.fr  

Saint Denis  le  6  mars  2013  

Compte-rendu de la démarche quartier Cosmonautes du 5 février 2013. 9 habitants étaient présents à cette réunion. Partenaires et élus présents : Michel Ribay (adjoint au maire), Nicolas Orsi et Virginie Abautret (PCH), Maxime Hurault et Julien (Unis-cités), Camille Delaitre et Audrey Lallemand (Canal), Mustapha Guerre (DQ jeunesse), Chantal Delahousse (UT Voirie), Rémy Beauvisage (APIJ), Anne-Laure Langlais (DQ). Ordre du jour : 1- point d’étape de la réhabilitation de la cité 2- La réhabilitation des espaces publics du quartier. 3- l’animation de quartier 4- points divers

1) Point d’étape de la réhabilitation de la cité - Nicolas Orsi informe que 80% des logements de la cité ont été réhabilités, la fin de la réhabilitation des logements est pour le moment programmée fin avril. La réhabilitation des parties communes avance également, les entreprises sont au bâtiment 12. Pour le revêtement extérieur et les fenêtres, le chantier est au bâtiment 7. Sur ce point, le chantier a pris du retard du fait des intempéries hivernales et du fait du changement d’entreprise en cours de chantier. - Les habitants demandent la présence de GTM à ces réunions publiques. Nicolas Orsi explique que PCH est le donneur d’ordres et donc celui à même de répondre aux questions des habitants et de demander à GTM de changer certaines pratiques si nécessaire. L’interlocuteur des locataires est donc PCH pendant les réunions publiques. Par ailleurs, s’ils ont des remarques, ils peuvent en faire part dans les cahiers mis à disposition à la loge des gardiens, au bureau de chantier GTM. Les remarques des locataires sont reprises lors des réunions de chantier hebdomadaires par PCH. Nicolas Orsi précise également qu’une visite de levée de réserves est faite dans chaque logement, organisée par PCH et GTM et à compter de la fin du chantier, l’entreprise a un an de garantie de parfait achèvement : les locataires ont donc un peu de temps pour signaler des dysfonctionnements et les faire reprendre. La CNL précise par ailleurs que les loyers ne pourront pas être augmentés pour cause de réhabilitation, tant que l’amicale des locataires n’aura pas signé la fin de la réhabilitation. - Les locataires souhaitent faire part du défaut de ponctualité des entreprises et parfois même de leur absence au rdv fixé. - Une locataire signale qu’elle n’a pas de terre dans sa salle de bains. - Les locataires demandent un accusé de réception à la fin d’une visite OPR, de façon à garder une trace des signalements. => PCH voit pour faire une copie de l’état des lieux réalisé au cours de ces visites et de la remettre aux locataires. - Une locataire signale que l’isolation par l’extérieur a cessé au bâtiment 6 depuis 1 mois et demi, les locataires n’ont eu aucune explication et le polystyrène commence à se détacher. Ce retard est dû aux intempéries et au


changement d’entreprise, la communication est difficile sur ces sujets car PCH n’a pas de délai à donner aux locataires. - Les locataires souligne le mauvais état des parties communes et demandent si les sols, boîtes aux lettres vont être remplacés. Ils ne seront pas remplacés, par ailleurs PCH fera procéder à un gros ménage dans les parties communes en fin de chantier. En attendant, les gardiens et agents d’entretien doivent nettoyer régulièrement les cages d’escalier. Les locataires signalent que ce n’est pas le cas dans tous les halls. - Les locataires demandent à ce que les habitants qui laissent leurs sacs d’ordures ménagères dans le hall, à côté des containers soient contrôlés. L’unité de résorption des dépôts sauvages de Plaine Commune peut intervenir quand c’est sur l’espace public, sinon, c’est du ressort de PCH. - Les rats sont toujours très nombreux dans le quartier. PCH est intervenu dans les immeubles et une intervention conjointe avec le service communal d’hygiène est prochainement programmée. 2) La réhabilitation des espaces publics du quartier. - Lors de l’élaboration du budget 2013 de l’UT voirie, plusieurs problématiques soulevées par les habitants du quartier ont été retenues : ralentir la circulation Villa Montjardin, rénover les aires de jeux de la cité (celle à l’angle de la rue Grissom et de la rue Sheppard a été retenue), empêcher le stationnement sauvage, éclairer l’allée le long du terrain de foot pour les parents qui se rendent à la crèche notamment. Par ailleurs, la fontaine sera rénovée également. Un groupe de travail avec les habitants de la cité et de la villa Montjardin sera proposé pour réfléchir à la mise en œuvre de ces aménagements. Il est à noter qu’aucune distinction n’est faite entre les aménagements de la cité et ceux de la villa Montjardin ; les habitants des deux parties présents à la démarche quartier en sont satisfaits. - Il est à noter que malgré la réhabilitation du patrimoine PCH, la rénovation complète des espaces publics de la cité n’est pas prévue. Michel Ribay a interpelé le président de Plaine Commune, Patrick Braouezec, à ce sujet. Cela n’est toujours pas retenu sur le budget 2013, il importe donc de se mobiliser largement pour cette rénovation. - La question du stationnement des personnes âgées et handicapées au pied de l’immeuble où se situe le CAMSP est posée par une locataire. La priorité légale pour PCH est de laisser le passage pour les pompiers, le risque de laisser les voitures se garer temporairement est qu’elles stationnent de manière permanente et empêchent les pompiers d’accéder à l’immeuble. Michel Ribay souligne que pour les personnes âgées, la ville de Saint-Denis a mis en place la ligne bleue, qui facilite le transport notamment pour aller faire ses courses. - Un habitant signale que devant le 14 villa Montjardin, il y a un affaissement de chaussée et une stagnation d’eau. Cela a déjà été signalé à l’UT voirie. 3) L’animation de quartier - Des habitants du quartier se mobilisent ces derniers mois, pour faire vivre la cité, organiser des événements. Ainsi, Muriel Sosa de Rosario explique qu’à quelques femmes, elles souhaitent créer une association, Cité femmes Cosmonautes, pour proposer des activités, sorties pour les femmes du quartier. - Michel Ribay confirme que le fait de se créer en association facilite le fonctionnement, le soutien des institutions. Il informe les habitants que le local du 8 rue Komarov sera prochainement réhabilité complètement, une convention type d’utilisation permettra aux associations du quartier d’en profiter. - L’association Unis-Cités est présente via une équipe de 8 volontaires depuis décembre 2012. Avec le projet Mediaterre, ils proposent des temps collectifs ou individuels pour permettre aux familles de faire des économies sur leurs factures d’énergie, de moins dépenser en produits ménagers, etc. L’idée est de sensibiliser aux écogestes. Ils sont présents dans le quartier du lundi au mercredi, leur local est le LCR (dans la même tour que la salle multiactivités). Michel Ribay précise qu’il s’agit avec ce projet d’accompagner la réhabilitation BBC (Bâtiments Basse Consommation) sur les questions énergétiques, environnementales, de vie quotidienne. - Mustapha Guerre présente l’association On Peut Tous Réussir, animée par Ya Doumbia depuis mai 2012. Il souhaite s’investir dans le quartier et proposer des activités intergénérationnelles, organiser des sorties


familiales, trouver le moyen de récupérer de l’argent en organisant le barbecue de la fête de quartier. Ya Doumbia est ouvert aux propositions des habitants du quartier, il ne faut pas hésiter à le contacter. - Par ailleurs, plusieurs projets vont débuter dans les semaines qui viennent : la mise en place d’un ciné-club mensuel par le réalisateur Hugo Chesnard, la mise en place d’ateliers d’initiation à la vidéo par Lucinda Groueff pendant les vacances de mars, l’arrivée du soundsystem mobile du café culturel au printemps. Les habitants seront informés par voie d’affichage de tous ces projets. 4) Points divers - A propos de la visite du maire prévue le 6 mars, pour aborder les besoins et problématiques des adolescents et jeunes adultes, Michel Ribay explique que ce pourra être un moment d’aborder collectivement la question de l’accès à l’emploi également, mais pas seulement. Certains habitants expriment le regret que les habitants de Cosmonautes ne puissent pas travailler dans leur quartier, que ce soit dans l’animation, dans l’entretien du cadre de vie. Ils pensent que les habitants des autres quartiers trouvent plus facilement du travail dans leur quartier qu’à Cosmonautes. Michel Ribay invite ceux qui ont le BAFA à postuler auprès de la direction de l’enfance mais ils pourront être recrutés sur n’importe quel centre de loisirs. Par ailleurs, l’accès à l’emploi est aujourd’hui difficile et la ville ne peut pas satisfaire toutes les demandes. A l’échelle plus importante, Plaine Commune signe une charte entreprises et territoires avec les entreprises installées sur les 9 villes de l’agglomération pour encourager l’embauche d’habitants de Plaine Commune. - La question du devenir des commerces dans le quartier est posée. Les habitants souhaitent que le tabac soit repris, s’inquiètent du départ annoncé de la pharmacie, ne souhaitent pas que la loge des gardiens occupe un local commercial (même si leur loge actuelle est trop petite). Plusieurs habitants du quartier ont déposé des projets auprès de PCH (pizzeria, boucherie, laverie), mais il n’y a pas eu de suite ou alors, des refus. Michel Ribay propose l’organisation d’une démarche quartier à propos des commerces dans le quartier, en présence de l’adjoint au maire en charge du commerce et du service concerné à PCH.

Compte rendu démarche quartier Cosmonautes 5 02 13