Issuu on Google+

Clés pour ...

LE PREMIER EMPLOI

Juin 2008

Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale


Cette brochure peut être obtenue gratuitement ✓ par téléphone au 02 233 42 14 ✓ par commande directe sur le site du SPF: http://www.emploi.belgique.be ✓ par écrit à la Cellule Publications du Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale rue Ernest Blerot 1 1070 BRUXELLES Fax: (02)233 42 36 E-mail: publications@emploi.belgique.be Cette brochure peut également être consultée sur le site Internet du SPF: http://www.emploi.belgique.be Deze brochure is ook verkrijgbaar in het Nederlands.

©SPF Emploi, Travail et Concertation sociale Tous droits réservés pour tous pays. Il est interdit, sauf accord préalable et écrit de la Direction de la communication du SPF Emploi, Travail et Concertation sociale, de reproduire totalement ou partiellement la présente publication, de la stocker dans une banque de données ou de la communiquer au public, sous quelque forme que ce soit. Toutefois, si la reproduction de textes de cette brochure se fait à des fins informatives ou pédagogiques et strictement non commerciales, elle est autorisée moyennant la citation de la source et, s’il échet, des auteurs de la brochure

AVERTISSEMENT En raison des fréquentes modifications qui interviennent dans la réglementation, les brochures de la série "Clés pour ..." font l’objet de mises à jour régulières, quasi annuelles. Au cas où vous souhaiteriez bénéficier d’un droit ou d’un avantage décrit dans cette brochure, vous devriez, par prudence, vérifier si cette brochure est bien la dernière édition disponible. Vous pouvez obtenir cette information en vous adressant à la Cellule Publications du Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale. Par ailleurs, cette brochure de vulgarisation expose des réglementations parfois fort complexes. Dès lors, il se pourrait que certains cas spécifiques n’y soient pas traités. Aussi, en cas de doute ainsi que pour obtenir des explications complémentaires sur les matières exposées dans cette brochure, il faut s’adresser aux services et institutions renseignés dans la dernière partie de la brochure. C’est pour cette raison également que l’attention du lecteur doit être attirée sur le fait qu’aucun droit ne peut être exigé sur base de cette brochure: pour ce faire, il faut se référer aux textes légaux et réglementaires.

La rédaction de cette brochure a été achevée le 31 mai 2008 Coordination: Direction de la communication Supervision graphique et couverture: Hilde Vandekerckhove Mise en page: Rilana Picard Fond de couverture: Isabelle Rozenbaum Impression: Imprimerie Bietlot Diffusion: Cellule Publications Editeur responsable: SPF Emploi, Travail et Concertation sociale

Dépôt légal: D/2008/1205/38

H/F Les termes “étudiant”, “jeune”, “travailleur” et “employeur” utilisés dans cette brochure désignent les personnes des deux sexes.


Clés pour … le premier emploi

Avant-propos

V

ous allez bientôt quitter les bancs de l’école ou les auditoires de l’université ou d’une haute école à moins que vous ne soyez déjà à la recherche d’un emploi. C’est un cliché mais l’entrée dans le monde du travail est vraiment une étape importante de la vie.

I

l n’existe pas de recette miracle pour trouver du travail! Celui qui se prépare convenablement aura un avantage certain. De plus, de nombreuses institutions peuvent vous aider dans la recherche d’un boulot. Et, en tant que jeune diplômé, vous entrez en ligne de compte pour certaines mesures d’aide pour l’emploi.

C

ette brochure donne un maximum d’informations concernant les différentes étapes à suivre après la fin des études et lors de la recherche d’un emploi. Dans la brochure sont mentionnés également une série de droits et devoirs qu’il importe de connaître lorsque vous aurez trouvé un emploi. On y consacre aussi un chapitre au travail à l’étranger. Et finalement, on trouve des informations utiles si le chômage persistait.

3


Clés pour … le premier emploi

Table des matières 1 1.1 1.2

L’âge du travail .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9 L’obligation scolaire à temps plein . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9 L’obligation scolaire à temps partiel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .10

2 2.1 2.2 2.3

Les perspectives d’emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11 L’importance des études . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11 La nécessité d’une adaptation permanente . . . . . . . . . . . . . . . . . .12 La disparition des unilingues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14

3 3.1 3.1.1 3.1.2 3.1.3 3.1.4 3.1.5 3.2 3.2.1 3.2.2 3.2.3 3.2.4 3.3

Fin des études: démarches nécessaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15 L’inscription comme demandeur d’emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15 Pourquoi? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .15 Où? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .16 Quand? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .17 Comment? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .18 Convention de premier emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19 L’inscription auprès d’un organisme assureur . . . . . . . . . . . . . . . .21 Pourquoi? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21 Où? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22 Quand? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22 Comment? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22 Les allocations familiales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22

4 4.1 4.2 4.3

Les possibilités d’emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25 Le secteur privé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .25 Le secteur public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .27 Le travail indépendant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .28

5 5.1 5.2 5.3 5.4 5.5 5.6 5.6.1 5.6.2

La recherche de l’emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29 Le bilan individuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .29 Le moment propice pour commencer une recherche d’emploi . . .31 Les pistes à suivre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .32 Le curriculum vitae (CV) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .36 Les entretiens et les tests . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .39 Exemples de CV et de lettre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41 La lettre d’accompagnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .41 Le curriculum vitae de type chronologique décroissant . . . . . . . . .42

5


Clés pour ... 6

Clés pour … le premier emploi

6 6.1 6.1.1 6.1.2 6.1.3 6.1.4 6.2 6.2.1 6.2.2 6.2.3 6.2.4 6.2.5

Le travail salarié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .43 Le secteur public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44 Le recrutement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44 Le stage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44 La carrière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .44 La rémunération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .45 Le secteur privé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46 Le contrat de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .46 Le règlement de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .47 Les conventions collectives de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .48 La rémunération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49 Les vacances et le pécule de vacances . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .49

7 7.1 7.2 7.3 7.4 7.4.1 7.4.2 7.4.3 7.5 7.5.1 7.5.2 7.5.3 7.5.4 7.6 7.6.1 7.6.2 7.6.3 7.7 7.7.1 7.7.2 7.7.3

Le travail indépendant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51 Condition d’âge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .51 Inscription en tant qu’entreprise commerciale ou artisanale . . . . .52 Inscription en tant qu’entreprise assujettie à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .52 Obligations diverses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53 Commerçant ambulant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53 Carte professionnelle pour étrangers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .53 Autres obligations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .54 Plan jeunes indépendants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55 Jeunes visés par cette mesure . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55 Fonds de participation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55 Procédure à suivre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .55 Prêt lancement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .56 Sécurité sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .57 Les cotisations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .58 Les prestations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .58 Les dispenses . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .58 Créer une société? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59 Vade-mecum de l’entreprise . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59 Brochures d’information générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .59 Autres sources d’information . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .60

8 8.1 8.2 8.3

Et l’Europe? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .61 La libre circulation des travailleurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62 La reconnaissance des diplômes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .62 La recherche d’un emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .63


Clés pour ... 8

Clés pour … le premier emploi

8.4

Les programmes en faveur des jeunes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .64

9 9.1 9.2 9.2.1 9.2.2 9.2.3 9.2.4 9.2.5 9.3

Le travail à l’étranger . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .67 Les atouts nécessaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .67 Les relais indispensables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .68 La coopération au développement gouvernementale . . . . . . . . . .68 La coopération au développement non gouvernementale . . . . . .69 Les organismes internationaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70 La fonction publique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .70 Le secteur privé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .71 Les possibilités de stage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .72

10 10.1 10.1.1 10.1.2 10.1.3 10.1.4 10.2 10.3 10.4 10.5 10.6

Si le chômage se prolonge . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .75 La demande d’allocations de chômage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76 Où? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76 Comment? Quand? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .76 Conditions supplémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .77 Montant des allocations d’attente . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78 Les aides à l’emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .78 Le travail intérimaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .80 Carrefours emploi formation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .81 Les formations complémentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .82 Travailler comme indépendant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .82

11 11.1 11.2 11.3 11.4 11.5 11.6 11.7 11.8 11.9

Adresses utiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .85 Services publics de l’emploi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .85 Bureaux régionaux du chômage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .89 Maisons de la Défense . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .90 Contrôle des lois sociales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .91 Sécurité sociale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .93 Institutions utiles pour le travail indépendant . . . . . . . . . . . . . . . .93 Institutions utiles pour le travail à l’étranger . . . . . . . . . . . . . . . . .95 Autres institutions publiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .97 Autres institutions privées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .98


Clés pour … le premier emploi

1 L’âge du travail

Le progrès social s’est traduit par une augmentation progressive de l’âge auquel on peut mettre des jeunes au travail car simultanément, l’augmentation des richesses a permis de développer l’enseignement et d’instaurer l’obligation scolaire. Depuis 1983, l’obligation scolaire a été prolongée jusqu’à l’âge de 18 ans. Les jeunes doivent fréquenter l’école à temps plein jusqu’à l’âge de 15 ou 16 ans, puis au moins à temps partiel jusqu’à l’âge de 18 ans.

1.1

L’obligation scolaire à temps plein

Le jeune doit suivre un enseignement à temps plein jusqu’à l’âge de 15 ans. Quand il a atteint l’âge de 15 ans, il n’est plus soumis à l’obligation scolaire à temps plein pour autant qu’il ait terminé (sans nécessairement avoir réussi) les deux premières années de l’enseignement secondaire de plein exercice. En aucun cas, l’obligation scolaire à temps plein ne se prolonge au-delà de 16 ans.

9


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

1.2

L’obligation scolaire à temps partiel

L’obligation scolaire à temps partiel vise à donner une formation complémentaire d’au moins 360 heures par an aux jeunes de moins de 16 ans, et d’au moins 240 heures par an aux jeunes âgés de 16 à 18 ans. Pour satisfaire à cette obligation, le jeune a la possibilité: ✒ Soit de poursuivre un enseignement à temps plein; ✒ Soit de suivre un enseignement à temps partiel. Le jeune qui choisit la deuxième possibilité parce qu’il ne désire plus suivre d’études à temps plein peut alors: ✒ Soit suivre un enseignement à horaire réduit ou une formation reconnue comme répondant aux exigences de l’obligation scolaire. Cet enseignement ou cette formation à temps partiel peut être complété par un emploi à temps partiel (par exemple, dans le cadre d’une convention de premier emploi). Toutefois, la somme des heures de cours et des heures de travail ne peut pas dépasser la durée d’un travail à temps plein; ✒ Soit conclure un contrat d’apprentissage de professions de salariés; ✒ Soit suivre une formation donnée dans le cadre de l’apprentissage des Classes moyennes.

10


Clés pour … le premier emploi

2 Les perspectives d’emploi

Il n’est guère réaliste aujourd’hui d’établir des prévisions sur l’évolution du marché du travail. En effet, l’accélération du progrès technique et scientifique et l’internationalisation de l’économie créent une très grande incertitude en cette matière. Cette évolution influence constamment le profil qu’on attend des jeunes sur le marché du travail.

2.1

L’importance des études

On n’insistera jamais assez sur l’importance pour les jeunes qui recherchent un emploi de posséder un diplôme ou un certificat d’études. En effet, l’évolution technique et scientifique de tous les secteurs de l’économie nécessite une main-d’œuvre plus qualifiée et exige dans de nombreux cas des compétences très spécifiques. Avant de quitter l’école, il est judicieux de réfléchir à son projet professionnel, de bien cerner le métier ou la fonction que l’on aimerait exercer et de se renseigner sur les exigences des employeurs potentiels. Cette démarche permet de choisir d’arrêter ou de poursuivre sa formation en connaissance de cause. Si le coût des études est un obstacle, il ne faut pas oublier qu’il est possible sous certaines conditions de bénéficier d’allocations et de prêts d’études (voir adresse du service au point 11.8).

11


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

Si vous avez déjà quitté l’école et que vous vous rendez compte que votre projet professionnel ne peut se réaliser sans diplôme de l’enseignement secondaire, inférieur ou supérieur, il vous reste toujours la possibilité d’essayer de l’obtenir en présentant des examens devant un jury. La Direction de l’enseignement à distance du Ministère de la Communauté française organise des cours par correspondance qui préparent à ces examens (voir adresses au point 11.8). Certes, la détention d’un diplôme ne vous garantit pas l’obtention immédiate d’un emploi. Mais elle facilite grandement l’insertion dans le monde du travail. Pour discuter de son projet professionnel et obtenir des informations sur les métiers et les études y préparant, on peut s’adresser au centre PMS dont dépend la dernière école fréquentée ou à un des services renseignés au point 11.9.

2.2

La nécessité d’une adaptation permanente

En raison de la rapidité du progrès technique mais aussi de l’instabilité du marché du travail, les jeunes qui entrent aujourd’hui dans la vie professionnelle doivent s’attendre à changer tout au long de leur carrière soit de fonction, soit de secteur d’activité. Ceci nécessite de leur part une attention très grande aux évolutions qui les entourent (par les médias, Internet, des rencontres avec des professionnels mais également des visites en entreprises ou au sein des Centres de compétences du FOREM (voir adresses au point 11.1)) et une remise en question régulière de leurs acquis par le biais notamment de la formation permanente.

12

Pour compléter ou adapter sa formation aux exigences du marché, le FOREM est à l’écoute de chacun soit via ses conseillers en accompagnement professionnel soit via ses “Carrefours emploi formation”. Ces derniers mettent à la disposition de tous des informations sur les formations organisées tant par le FOREM que par d’autres institutions (voir adresses au point 11.1). Des informations sont également accessibles sur le site Internet: www.leforem.be.


Eric Audras


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

2.3

La disparition des unilingues

La globalisation de l’économie et surtout l’approfondissement de l’intégration européenne mettent en concurrence tous les jeunes européens. Dans cette compétition, ceux qui s’en sortent le mieux sont les jeunes capables de communiquer, non seulement dans leur langue maternelle mais également dans une, deux voire trois autres langues. L’importance de l’apprentissage des langues étrangères a fait l’objet ces dernières années de nombreux rappels. La lecture des offres d’emploi dans un journal vous confirmera cette exigence en matière linguistique. Pour répondre à ces besoins, les possibilités d’apprentissage des langues étrangères sont nombreuses: les centres PMS et les services renseignés au point 11.9 pourront vous les indiquer. Pour apprendre une langue dans un pays étranger, il existe de nombreux stages parrainés par les institutions officielles (Union européenne et services de l’emploi des Etats membres). On peut se renseigner sur ces stages auprès des services renseignés au point 11.1 ainsi que sur le site Internet de l’Union européenne: http://europa.eu. Divers organismes proposent également des possibilités de stage, de travail au pair, de job, de volontariat... Les coordonnées des organismes compétents pour ces matières sont reprises dans la brochure “Bouger en Europe” qu’on peut obtenir gratuitement auprès du Comité pour les relations internationales de jeunesse (CRIJ), boulevard Léopold II 44 à 1080 Bruxelles, tél.: 02 413 29 30, fax: 02 413 29 31, e-mail: info@cjef.be. Des informations sont également accessibles sur le site Internet: www.cjef.be.

14


Clés pour … le premier emploi

3

Fin des études: démarches nécessaires 3.1

L’inscription comme demandeur d’emploi

Tout jeune désireux d’entrer dans la vie active a intérêt à s’inscrire comme demandeur d’emploi.

3.1.1 Pourquoi? L’inscription comme demandeur d’emploi permet: ✒ De se faire connaître sur le marché du travail et d’officialiser sa recherche d’un travail; ✒ De bénéficier de tous les services d’appui à la recherche d’emploi du FOREM ou d’ACTIRIS (voir point 3.1.2); ✒ De bénéficier de certains plans d’actions soutenant l’insertion des jeunes, comme par exemple la convention de premier emploi (voir point 10.2 et 11.1); ✒ De bénéficier, sous certaines conditions, de formations organisées par le FOREM ou par Bruxelles-Formation (voir point 3.1.2 et 11.1); ✒ De recevoir un soutien financier pour continuer la recherche d’emploi si, après un certain temps on n’est pas occupé à plein temps dans une activité (salarié, indépendant). Ce délai varie selon l’âge au moment de l’inscription (voir point 10.1);

15


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

✒ De bénéficier éventuellement de certains avantages matériels dans sa recherche d’emploi (réductions sur tarifs de transports en commun pour se présenter chez un employeur, intervention financière dans les frais d’un déménagement nécessaire pour obtenir un emploi, tarifs réduits pour les certificats fournis par les communes); ✒ De préserver ses droits sociaux (chômage, soins de santé, allocations familiales, pension...); ✒ De bénéficier de réductions avantageuses sur le minerval de certains cours du soir et de certaines formations.

3.1.2 Où? Au FOREM ou chez ACTIRIS Historiquement, les missions de l’Office national de l’emploi (ONEM) se partageaient entre trois grands volets: chômage, placement et formation professionnelle. Depuis la réforme de l’Etat, le volet “placement” appelé maintenant “emploi” et le volet “formation professionnelle” ont été confiés aux communautés et aux régions tandis que le volet “chômage” est resté de compétence fédérale. L’emploi est pris en charge par le FOREM (Office wallon de la formation professionnelle et de l’emploi) en Wallonie; à Bruxelles, par ACTIRIS (Office régional bruxellois de l’emploi); en Flandre, par le VDAB (Vlaamse Dienst voor Arbeidsbemiddeling en Beroepsopleiding) et en Communauté germanophone, par le ARBEITSAMT (Office germanophone de l’emploi). (Voir adresses au point 11.1). La formation professionnelle est prise en charge par le FOREM en Région wallonne et par l’ARBEITSAMT en Communauté germanophone; par Bruxelles Formation pour les francophones de la Région de Bruxelles-capitale; par le VDAB en Communauté flamande. Enfin, la gestion de l’assurance chômage est toujours du ressort de l’ONEM. (Voir adresses des bureaux régionaux du chômage au point 11.2).

16

Concrètement, l’inscription comme demandeur d’emploi doit s’effectuer auprès du FOREM pour les jeunes domiciliés en Wallonie, chez ACTIRIS pour les jeunes domiciliés dans la Région de Bruxelles-Capitale, au VDAB pour les jeunes domiciliés en Flandre et au ARBEITSAMT pour les jeunes de la Communauté germanophone domiciliés en Région wallonne.


Clés pour … le premier emploi

3.1.3 Quand? Pour pouvoir être inscrit comme demandeur d’emploi, le jeune doit être disponible pour le marché du travail, c’est-à-dire qu’il doit être en mesure de commencer immédiatement un travail à temps plein ou à temps partiel. Ceci signifie qu’un jeune qui termine des études peut s’inscrire comme demandeur d’emploi dès qu’il est disposé à accepter un travail et qu’il en a la possibilité, même si ses études ne sont pas entièrement terminées (par exemple, un jeune qui a rendu son mémoire mais qui n’a pas encore présenté sa défense) et indépendamment de la période d’attente (voir 5e tiret du point 3.1.1). Pour éviter la perte de certains droits (voir point 10), il est conseillé d’effectuer cette démarche: ✒ En cas de cessation définitive d’études à la fin de l’année scolaire: • Au plus tard le 8 juillet si le jeune est âgé de moins de 18 ans lors de son inscription; • Au plus tard le 8 août si le jeune est âgé de 18 ans ou plus lors de son inscription.

17


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

✒ En cas de cessation définitive d’apprentissage au 30 juin: • Au plus tard le 8 juillet. ✒ En cas d’arrêt d’études ou d’apprentissage à une autre date: • Le premier jour ouvrable qui suit l’arrêt des études ou de l’apprentissage. La date d’inscription telle que définie ci-dessus sera prise en compte pour le calcul de la période de stage avant l’octroi d’éventuelles allocations d’attente (voir point 10). Dans le cadre de son inscription comme demandeur d’emploi, le jeune qui a au moins 18 ans reçoit un formulaire C109/36 qu’il pourra utiliser plus tard comme formulaire de demande des allocations de chômage, s’il n’est plus soumis à l’obligation scolaire. Les modalités de demande d’allocations proprement dites sont décrites au chapitre 10.

3.1.4 Comment? En Wallonie, 3 possibilités: ✒ en se rendant dans un bureau du Forem ou dans une Maison de l’Emploi ✒ en s’inscrivant via le site du Forem (www.leforem.be) ✒ en s’inscrivant par courrier en renvoyant le document d’inscription complété. On peut se procurer ce document d’inscription en passant à l’accueil des bureaux du Forem / des Maisons de l’Emploi. L’inscription comme demandeur d’emploi met en principe le jeune dans les conditions de la convention de premier emploi (voir point 3.1.5). A Bruxelles, les jeunes peuvent s’inscrire sur le site Internet d’ACTIRIS: www.actiris.be, en cliquant ensuite sur la bannière MON ACTIRIS (s’ils ne disposent pas d’un accès Internet, ils peuvent utiliser les ordinateurs mis à leur disposition dans les différentes antennes d’ACTIRIS) ou se rendre dans une antenne d’ACTIRIS. En Flandre, l’inscription comme demandeur d’emploi peut se faire soit en se rendant dans un bureau du VDAB, soit par un des terminaux WIS installés dans les bureaux du VDAB et dans certains centres culturels et bibliothèques, soit par l’Internet (www.vdab.be).

18


Clés pour … le premier emploi

3.1.5 Convention de premier emploi Cette mesure a pour but principal de permettre à chaque jeune de faire son entrée sur le marché de l’emploi, le plus vite possible après sa sortie de l’école, en lui facilitant l’accès à un emploi seul, à un emploi combiné avec une formation ou encore à un apprentissage et ce auprès d’un employeur privé ou public. Tous les jeunes, qualifiés (diplôme de l’enseignement secondaire supérieur ou de l’enseignement supérieur) ou non qualifiés, peuvent bénéficier d’une convention de premier emploi pour autant qu’ils répondent aux deux conditions suivantes: ✒ être âgés de moins de 26 ans; ✒ être inscrits comme demandeurs d’emploi. Les jeunes concernés peuvent déjà avoir travaillé. Une convention de premier emploi doit être conclue dans le cadre: ✒ soit d’un contrat de travail à durée déterminée ou indéterminée (d’au moins un mi-temps). Dans ce cas, on parle de convention de premier emploi de type I; ✒ soit d’une combinaison d’un contrat de travail à durée déterminée ou indéterminée (d’au moins un mi-temps) et une formation dans un régime d’alternance. Dans ce cas, on parle de convention de premier emploi de type II; ✒ soit d’un contrat d’apprentissage, de stage de chef d’entreprise ou d’insertion socioprofessionnelle. Dans ce cas, on parle de convention de premier emploi de type III. Pour bénéficier d’une convention de premier emploi, le jeune doit présenter à son employeur au moment de son entrée en service une carte de premier emploi valable qu’il peut obtenir auprès du bureau de chômage de l’ONEM dont il dépend afin de démontrer qu’il satisfait aux conditions. Cette carte a une durée de validité maximale de douze mois, renouvelable et limitée quoiqu’il arrive au jour qui précède le 26e anniversaire du travailleur. Une fois engagé sous convention de premier emploi, le jeune travailleur bénéficie du même statut et des mêmes droits (notamment en matière de rémunération ou d’indemnité) que ceux dont bénéficie un travailleur, apprenti ou stagiaire ordinaire engagé dans le cadre du même type de contrat (travail, apprentissage, stage ou insertion) et pour la même fonction.

19


Clés pour … le premier emploi

Si l’opportunité d’un autre emploi s’ouvre au jeune durant la première année sous convention de premier emploi, il peut s’absenter pour y répondre et ce tout en maintenant sa rémunération. En outre, si durant la première année sous convention de premier emploi, il a trouvé un autre emploi, le jeune travailleur peut mettre fin à sa convention de premier emploi (contrat de travail ou contrat d’apprentissage d’une profession de salarié) moyennant un préavis de sept jours. Le jeune peut bénéficier d’une ou plusieurs convention(s) de premier emploi. Il peut donc passer d’un type de convention de premier emploi à un autre soit auprès du même employeur, soit auprès d’un autre employeur.

3.2

L’inscription auprès d’un organisme assureur

Le jeune est couvert par l’assurance soins de santé et indemnités de ses parents jusqu’à l’âge de 25 ans. L’entrée dans la vie active signifie que le jeune va devoir s’assurer lui-même auprès d’un organisme assureur. Le jeune de moins de 25 ans, qui entame une activité de travailleur indépendant et, ce faisant, acquiert la qualité de titulaire travailleur indépendant, ne peut plus rester personne à charge pour les gros risques.

3.2.1 Pourquoi? Pour bénéficier de l’assurance soins de santé et indemnités, le jeune qui termine ses études est obligé de s’inscrire auprès d’un organisme assureur. Cette inscription lui donne droit: ✒ Aux remboursements des soins de santé (médicaments, honoraires médicaux, hospitalisation...); ✒ Aux indemnités d’incapacité de travail (pour remplacer la perte de revenu quand le jeune n’est plus capable d’aller travailler ou de se présenter au pointage des chômeurs).

21


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

3.2.2 Où? A la mutualité de son choix ou à un Office régional de la Caisse auxiliaire d’assurance maladie-invalidité (CAAMI). Consulter les Pages d’or de l’annuaire téléphonique à la rubrique “Mutualités” ou encore le site de l’Inami (Institut national d’assurance maladie): http://inami.fgov.be/secure/fr/insurers/contacts.htm

3.2.3 Quand? Dès que le jeune a obtenu la qualité de titulaire (c’est-à-dire dès qu’il a décroché son premier emploi ou dès que son stage d’attente prend fin), il lui est conseillé de prendre contact avec sa mutualité le plus tôt possible.

3.2.4 Comment? Le jeune doit se rendre à la mutualité de son choix ou dans un office régional de la CAAMI, muni de sa carte d’identité sociale. Il devra faire la preuve de sa qualité d’ayant-droit à l’aide d’une attestation qui établit qu’il est assujetti à la sécurité sociale. Cette attestation est délivrée par son employeur ou par l’organisme de paiement des allocations de chômage.

3.3

Les allocations familiales

L'inscription en tant que demandeur d'emploi permet de préserver les droits sociaux. Lorsqu'on n'est plus aux études ou lorsqu'on est âgé de plus de 25 ans, l'affiliation auprès d'une mutualité est nécessaire afin de bénéficier de l'assurance soins de santé et indemnités. Mais qu'en est-il des allocations familiales ?

22

Les allocations familiales (régime des travailleurs salariés) sont accordées: ✒ sans condition jusqu’au 31 août de l’année civile au cours de laquelle le jeune atteint l’âge de 18 ans; ✒ jusqu’à 25 ans: • pour les jeunes qui ont conclu un contrat d’apprentissage: le montant de la rémunération brute et/ou de la prestation sociale qu’ils


Clés pour … le premier emploi

perçoivent ne peut dépasser 471,05 € par mois (montant valable au 1er mai 2008); pour les jeunes qui suivent un enseignement à temps plein, l’activité lucrative n’est pas un obstacle à l’octroi des allocations familiales: 1. lorsqu’elle est exercée durant les mois de juillet, août et septembre; 2. pour chaque mois du premier, du deuxième et du quatrième trimestre civil, si elle n’excède pas 240 heures par trimestre; 3. durant les dernières vacances d’été des étudiants qui ont terminé ou arrêté leurs études, l’activité lucrative n’entraîne pas la suspension de l’octroi des allocations familiales si elle n’excède pas 240 heures durant le trimestre civil dans lequel elles s’inscrivent. pour les jeunes qui ne sont plus soumis à l’obligation scolaire et qui suivent une formation reconnue ou un type d’enseignement secondaire à horaire réduit, pour autant que leur rémunération brute et/ou la prestation sociale qu’ils perçoivent ne dépasse pas 471,05 € par mois (au 1er mai 2008). pour les étudiants qui effectuent un stage nécessaire à l’obtention d’un diplôme, certificat ou brevet reconnu légalement, par décret ou ordonnance ou réglementairement, la rémunération mensuelle brute due pour ce stage n’entraîne pas la suspension des allocations familiales si elle ne dépasse pas le montant de 471,05 € par mois (au 1er mai 2008). pour les jeunes qui ne poursuivent plus un enseignement à horaire complet et préparent un mémoire de fin d’études supérieures; la période d’octroi débute après les dernières vacances d’été et finit à la date de la remise du mémoire - cette période d’octroi ne peut toutefois excéder un an; une activité lucrative n’entraîne pas la suspension de l’octroi des allocations familiales si elle n’excède pas 240 heures par trimestre. pour les jeunes qui ont terminé leurs études, un apprentissage ou un programme de formation ou qui y mettent fin dans le courant de l’année scolaire ou académique, à la condition qu’ils soient inscrits comme demandeur d’emploi et qu’ils aient introduit une demande d’allocations de chômage ou d’attente. Les allocations familiales sont accordées pendant une période de 270 ou 180 jours civils, selon que le jeune a ou non atteint l’âge de

23


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

18 ans au moment de sa demande d’allocation de chômage ou d’attente. La période de 270 jours ou de 180 jours civils est prolongée d’un mois au maximum lorsque, après la fin des études ou de l’apprentissage, il a été lié, durant le troisième trimestre civil, par un contrat d’occupation d’étudiants. La période de 270 jours ou de 180 jours civils est réduite de trois mois au maximum lorsque, après le 30 juin 2005, soit, il a effectué un travail d’étudiants sans cotisations de sécurité sociale et au cours du premier, deuxième et quatrième trimestre civil, soit, il a effectué des prestations de travail normales, situées au cours de la période préalable à la fin des études ou de la période d’apprentissage. L’octroi des allocations familiales est suspendu pour tout le mois durant lequel il perçoit un revenu brut tiré d’une activité lucrative ou une prestation sociale, ou les deux, de plus de 471,05 € par mois (montant au 1er mai 2008). • pour les jeunes qui effectuent un stage pour pouvoir être nommés à une charge publique, le jeune ne peut bénéficier d’indemnité ou de salaire pour ce stage; l’activité lucrative n’entraîne pas la suspension de l’octroi des allocations familiales si elle n’excède pas 240 heures par trimestre. Dans tous les cas, les allocations familiales ne sont jamais accordées pour des jeunes qui ont plus de 25 ans. Si les parents ont un autre statut que celui de travailleur salarié et pour toute autre question relative aux allocations familiales, s’adresser aux organismes renseignés au point 11.8.

24


Clés pour … le premier emploi

4 Les possibilités d’emploi

On distingue deux types de travail: le travail salarié (ouvrier ou employé) et le travail indépendant. ✒ Soit le jeune offre ses services à un employeur contre rémunération, il s’agit alors de travail salarié: le jeune travaille pour le compte d’un patron en tant qu’ouvrier ou employé. Ce type de travail peut s’exercer dans le secteur privé ou dans le secteur public. ✒ Soit le jeune préfère créer son “affaire” ou exercer une profession libérale, il s’agit alors de travail indépendant: le jeune travaille pour son propre compte.

4.1

Le secteur privé

Le secteur privé est constitué surtout de petites et moyennes entreprises (les “TPE” et “PME”), d’artisans et de commerçants et, dans une moindre mesure, de grandes entreprises. Dans ce secteur, les métiers se diversifient de plus en plus. Les meilleurs débouchés varient d’une année à l’autre. Aussi, pour les découvrir, il s’agit de se montrer actif car l’information ne tombe pas du ciel!

25


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

Afin de s’informer sur les tendances du marché, sur les entreprises et sur les emplois offerts, plusieurs actions simples et efficaces peuvent être réalisées: ✒ Se rendre dans l’établissement d’enseignement que l’on a fréquenté. Des offres d’emploi sont souvent affichées sur des valves prévues spécialement à cet effet; ✒ Rejoindre le réseau des anciens de l’établissement que l’on a fréquenté. Généralement, de nombreuses offres d’emploi passent par ce canal; ✒ Rencontrer des employeurs lors de bourses à l’emploi ou lors de salons; ✒ Lire des revues professionnelles; ✒ Consulter des périodiques et des journaux; ✒ Consulter les sites Internet des grandes entreprises; ✒ Consulter les sites Internet spécialisés tels que celui du Forem, d’Actiris, Références, Jobat, …; ✒ Se rendre dans les centres de compétences du FOREM (voir adresses au point 11.1). Les Carrefours emploi formation du FOREM et de ses partenaires mettent gratuitement à la disposition de tous, journaux, revues, documentation sur les métiers et les entreprises, accès Internet, téléphones, photocopieuses, etc. (voir adresses au point 11.1). Comment procéder si l’on souhaite appréhender la diversité des exigences des employeurs ? La consultation des offres d’emploi peut se révéler être une démarche intéressante. D’autre part, diffuser son CV sur Internet permet d’apprécier l’adéquation entre son profil et les exigences des employeurs. Le site Internet du FOREM offre cette possibilité: en effet, au-delà de la diffusion du CV, on peut suivre l’intérêt qu’il suscite en prenant connaissance du nombre d’employeurs (et de leur secteur respectif) qui l’a consulté (www.leforem.be).

26

On peut également mener une enquête personnelle en se renseignant auprès de son entourage (famille, amis voisins, anciens professeurs, diplômés de l’établissement qu’on a quitté...) ou auprès d’organismes (FOREM, VDAB, ACTIRIS ou ARBEITSAMT, Centres PMS ou SIEP (voir adresses au point 11.9), INFOR JEUNES...) qui connaissent bien le marché privé de l’emploi.


Clés pour … le premier emploi

Les offres d’emploi du secteur privé de la Région de Bruxelles Capitale peuvent être consultées via le site d’ACTIRIS (www.actiris.be). Un système de sélection permet une recherche d’offres d’emploi qui correspondent au profil du demandeur d’emploi. Via un espace personnel ‘MON ACTIRIS’ sur le site, le chercheur d’emploi peut gérer sa propre recherche d’emploi, et garder son dossier à jour. L’ensemble des données sont reprises dans un document nommé ‘Pro-file’ qui, si le demandeur d’emploi a donné son accord, peut être consulté par des employeurs intéressés par son profil. Sur le site ACTIRIS on retrouve des renseignements sur les différents services utiles aux chercheurs d’emploi et employeurs, ainsi qu’un accès aux didacticiels qui peuvent aider le chercheur d’emploi à rédiger son cv ou une lettre de motivation.

4.2

Le secteur public

Pour entrer dans le secteur public, il existe un canal obligé: le SELOR (Bureau de sélection de l’administration fédérale). Le SELOR organise en collaboration avec les services publics fédéraux ou autres organismes publics des concours de recrutement par grade en vue d’engager des personnes comme statutaires. Pour de plus amples informations sur ces concours, on peut consulter le site Internet du SELOR (www.selor.be), le site portail fédéral (www.belgium.be), les annonces dans la presse écrite, le télétexte de la RTBF ou les systèmes d’information du FOREM et d’ACTIRIS. D’autres organismes publics affichent les postes vacants dans les bureaux de poste, les gares ou leurs agences locales. Ceux qui sont intéressés par une carrière à l’armée doivent s’adresser à un bureau d’une Maison de la défense (voir adresses au point 11.3) ou consulter le site de la Défense: http://www.mil.be. Par ailleurs, pour pouvoir poser sa candidature et prendre part à des examens en vue d’un engagement éventuel, il est parfois exigé de produire certains documents comme un extrait de casier judiciaire, une copie des diplômes... Les communes délivrent généralement les documents gratuitement ou à prix réduit quand il s’agit d’obtenir un emploi. Renseignez-vous le cas échéant! De même, sur présentation d’un formulaire A14 délivré par le FOREM ou ACTIRIS, la SNCB accorde une réduction de 75% sur le trajet à effectuer pour se rendre à un examen d’embauche.

27


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

4.3

Le travail indépendant

Le travail indépendant recouvre un ensemble très varié de professions et d’activités. On trouve notamment les catégories suivantes: ✒ Les commerçants; ✒ Les artisans (considérés comme tels et non comme commerçants s’ils ne livrent qu’exceptionnellement du matériel au client); ✒ Les professions libérales (avocats, médecins, pharmaciens, architectes...); ✒ Les agriculteurs; ✒ Les associés actifs, les administrateurs et les gérants d’une société commerciale qui ne sont pas salariés. (Voir partie 7 pour plus d’informations). Les Carrefours emploi formation offrent la possibilité de faire le point sur son projet de création d’activité, de s’informer sur le statut d’indépendant et sur les organismes susceptibles d’aider à mettre son projet en œuvre.

28


Clés pour … le premier emploi

5 La recherche de l’emploi Voici une série de conseils pour vous permettre d’ordonner les démarches que vous allez entreprendre et vous donner un maximum de chances de succès dans votre recherche d’un emploi.

5.1

Le bilan individuel

Tout d’abord, il est important de se présenter à l’employeur en tant qu’offreur de services et non en tant que demandeur d’emploi … il s’agit d’une attitude différente mais qui sera déterminante ! Pour cela, prenez rendez-vous avec vous-même pour procéder à l’inventaire de vos compétences, pour dresser la liste de vos points forts et de vos points faibles, pour identifier vos “atouts” et les particularités qui vous singularisent. L’important est de mettre votre esprit en alerte et de prendre conscience: ✒ de tout ce que vous êtes capable de faire; ✒ de la manière dont vous menez vos activités; ✒ de vos préférences, vos motivations; ✒ des environnements de travail qui vous conviennent le mieux. Ce moment de vérité vous permettra: ✒ De vous aider à voir plus clair en vous, de savoir ce pour quoi vous êtes fait, de mieux préciser le genre d’emploi que vous cherchez et

29


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

d’apparaître aux yeux des recruteurs comme quelqu’un qui sait ce qu’il vaut et ce qu’il veut; ✒ D’identifier les éléments qui méritent de figurer dans votre curriculum vitae (CV) ainsi que dans votre lettre de motivation; ✒ De mieux sélectionner les offres d’emploi qui correspondent à votre profil personnel. Cet inventaire porte en général sur cinq domaines: Mes connaissances Dans quelle branche suis-je le plus fort? Qu’ai-je appris à l’école et en dehors celle-ci (par moi-même, par des stages, des voyages ou des rencontres...) et qui pourrait être mis en valeur dans mon CV en regard du poste pour lequel je postule? Mes capacités et compétences Qu’ai-je appris à l’école et en dehors de celle-ci (par des jobs d’étudiant, par des intérims, par le sport, par les loisirs, par ma participation à des activités bénévoles...) et qui constitue un atout pour ma candidature? Quelle est ma pratique des langues étrangères? Mes goûts Qu’est-ce que j’aime faire? Quel est le genre de travail qui m’attire? Au-delà des actions qui caractérisent votre futur job, quelles sont les motivations professionnelles que vous recherchez? Travailler dans un bureau, à l’extérieur, à l’étranger? Rencontrer des gens, travailler seul? Exercer une activité répétitive, à responsabilités, rassurante? Travailler à horaire fixe, variable? Un emploi saisonnier, à temps plein? Travailler dans une PME, une multinationale? Ma personnalité Qui suis-je? Qu’est-ce qui me caractérise le plus? Quels sont mes avantages sur les plans physique, intellectuel, caractériel?

30

Comment suis-je perçu par les gens de mon entourage? Pour le genre d’emploi souhaité, quels sont mes atouts à mettre en évidence?


Clés pour … le premier emploi

Mon avenir A quoi voudrais-je arriver plus tard? Ai-je déjà une vision claire de mon avenir professionnel? Pour mettre de l’ordre dans vos idées, consacrez quelques heures à remplir des feuilles: analytiques d’abord (réponses aux questions), synthétiques ensuite (points forts et points faibles). Confrontez votre auto-analyse avec l’opinion de gens de votre entourage. N’hésitez pas également à en parler auprès des conseillers des services publics de l’emploi ou auprès des conseillers des Carrefours formation du FOREM et de ses partenaires ou des Maisons de l’emploi (voir adresses au point 11.1). Ne vous braquez pas sur vos points faibles mais axez-vous surtout sur vos points forts. Diplôme ou non en poche, certaines connaissances peuvent ne pas être suffisantes pour décrocher un emploi dans le secteur que vous désirez. Dans ce cas, n’hésitez pas à envisager une formation complémentaire (langues, informatique, gestion ...) (voir point 10.6).

5.2

Le moment propice pour commencer une recherche d’emploi

Décrocher son premier emploi peut prendre un certain temps. Il ne faut pas s’impatienter et surtout ne pas se décourager. Trier les petites annonces, rédiger des CV et lettres de motivations, attendre les réponses, contacter les employeurs, se rendre aux entretiens, attendre les résultats de ces derniers…, ça ne se fait pas du jour au lendemain. Armez-vous donc d’une bonne dose de patience.

31


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

5.3

Les pistes à suivre

Alors, cet emploi, comment allez-vous le débusquer? Il existe plusieurs pistes d’action: A. Par le marché visible: la lecture des offres d’emploi Jour après jour, vous épluchez les annonces publiées dans les journaux nationaux, toutes-boîtes, spécialisés, vous écoutez les annonces à la radio ou à la TV, vous lisez les annonces sur le télétexte ou sur l’Internet (consulter le site du FOREM ou d’ACTIRIS, des grandes entreprises et de certains journaux: certaines adresses de sites sont reprises dans le point 11.9), à l’affût de celles qui se rapprochent de votre profil. Mais comment faire le tri, discerner les plus sérieuses, repérer les annonces bidon? Comment aussi découvrir l’entreprise qui se cache derrière une annonce anonyme? Une seule manière: vous astreindre à en dépouiller un grand nombre, à les comparer systématiquement et à pêcher les informations manquantes par téléphone auprès de l’annonceur ou de l’entreprise elle-même. Attention aux annonces qui promettent des gains importants sans fournir de détails! Si d’aventure vous y répondiez, vous recevrez probablement quelques jours plus tard une réponse vous expliquant qu’avant de pouvoir gagner beaucoup d’argent, vous devez verser une certaine somme pour frais de dossier ou droit d’entrée: vous vous trouvez alors sans doute devant une escroquerie. En effet, demander de payer pour obtenir un emploi est totalement illégal. Méfiez-vous quand une annonce parle de “profits exceptionnels”, de “salaires extraordinaires”, “d’activités indépendantes à domicile”... ou quand l’adresse de contact est une simple boîte postale. Il ne faut pas oublier les services du FOREM et d’ACTIRIS qui affichent également des offres d’emploi et notamment les Carrefour emploi formation, les Maisons de l’emploi et les Espaces Ressources Emploi qui permettent de trouver toute information et de disposer gratuitement du matériel nécessaire à la recherche d’un emploi (voir point 11.1). On peut également prendre connaissance de ces offres par le biais d’ordinateurs vocaux: le service téléphonique d’ACTIRIS à Bruxelles au 02 505 77 00 et consulter également les sites Internet: www.leforem.be et www.actiris.be.

32


Clés pour … le premier emploi

Pour répondre aux annonces sérieuses, une fois que votre curriculum vitae est prêt et adapté au poste à pourvoir, rédigez ensuite une lettre d’accompagnement en respectant quelques règles: ✒ Mentionnez les références de l’annonce(dans l’en-tête, juste au-dessus de vos coordonnées); ✒ Dans le premier paragraphe, accrochez l’employeur en montrant que vous connaissez l’entreprise et son secteur d’activité. Marquez donc votre enthousiasme pour la fonction à pourvoir et/ou l’entreprise; ✒ Exprimez ensuite votre motivation à exercer cet emploi et vos points forts par rapport aux exigences précisées dans l’offre (ou exigences que vous connaissez grâce à la lecture d’ouvrages, la rencontre de professionnels …); ✒ Sollicitez ou proposez un rendez-vous; ✒ Concluez par une formule de politesse; ✒ N’oubliez surtout pas de signer votre lettre mais veillez à indiquer en dessous de votre signature votre prénom et votre nom en toutes lettres. Cette lettre sera toujours concise (maximum une page). Un exemple de lettre d’accompagnement se trouve au point 5.5. Vous l’adresserez à l’auteur de l’annonce: le journal, le cabinet de recrutement, l’entreprise elle-même. N’ayez crainte de répondre même si vous ne correspondez pas parfaitement à toutes les exigences posées. Oser est une qualité qui est parfois appréciée. Et si l’on ne vous répond pas? Cela arrive à des centaines d’autres que vous. Relancez l’entreprise contactée mais attendez au moins une semaine avant de le faire, téléphonez pendant les heures de bureau et restez courtois. Si votre démarche reste sans succès, ne vous obstinez pas et essayez ailleurs, sans jamais vous décourager. B. Par le marché caché: démarches spontanées auprès des employeurs Parce que vous avez lu un article élogieux sur une entreprise, ou parce que vous y connaissez quelqu’un, vous êtes particulièrement intéressé à y tenter votre chance. Un moyen s’offre à vous, celui de la candidature spontanée. Son avantage: c’est une démarche plus personnelle qui ne subira pas de concurrence. Son inconvénient: il est peu probable qu’il y ait à ce moment un emploi disponible pour vous. Mais, à défaut d’un engagement immédiat, vous pourrez peut-être faire partie de la réserve de

33


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

recrutement. Pour envoyer des candidatures spontanées, vous pouvez consulter des annuaires spécialisés regroupant des adresses d’entreprises. Des adresses figurent par exemple dans le KOMPASS (Annuaire de l’économie de la Belgique et du Luxembourg) ainsi que dans le TRENDS Top 500. Ces annuaires ainsi que d’autres sources d’informations sur les entreprises sont mis gratuitement à la disposition de tous au sein des Carrefours emploi formation du FOREM et de ses partenaires ainsi qu’au sein des Maisons de l’emploi et des Espaces Ressources Emploi. On les trouve également sur l’Internet. (Voir adresses au point 11.1) Par ailleurs, faites valoir que vous êtes dans les conditions requises pour une convention de premier emploi. Les employeurs sont tenus d’en engager un certain nombre: vous tomberez peut-être à pic! Rappelez également que vous êtes peut-être dans les conditions pour bénéficier d’une aide à l’emploi (voir point 10.2). Quant à la lettre d’accompagnement, elle sera la même que la réponse à une annonce, sauf que le début de la lettre se référera au fait précis qui vous amène à postuler. Dans les deux cas, évitez dans vos lettres les banalités, les indiscrétions, les flatteries, l’humour mal placé. Un travail temporaire, une mise en situation professionnelle, un stage d’acculturation… même de courte durée, peuvent constituer une occasion intéressante de se frotter aux exigences du milieu professionnel tout en perfectionnant les acquis scolaires (voir point 10.4 et adresses au point 11.1). Ces expériences sont évidemment à valoriser, et cela d’autant plus dans le cadre de la recherche d’un premier emploi. C. Par le marché émergent De quoi s’agit-t-il ? Le marché émergent constitue la part du marché de l’emploi qui n’a encore aucune lisibilité. Des circonstances politiques, économiques, sociales, etc… peuvent conduire les employeurs à augmenter leurs ressources humaines. Mais, parfois, ces derniers n’ont pas encore pris conscience de la nécessité de recruter de nouvelles compétences ou du moins, n’ont pas encore mis en place des moyens d’y répondre. Explorer le marché émergent consiste donc à détecter les circonstances qui provoquent la création d’emploi: on se situe en amont du besoin exprimé.

34


Clés pour … le premier emploi

Afin d’approcher ce marché, il s’agit d’anticiper les besoins d’une entreprise avant qu’elle ne les exprime. Pour ce faire, il est primordial de faire preuve d’une grande curiosité en traquant l’information, en surveillant les différents médias, en lisant les journaux, en surfant sur Internet, etc. Exemple: ✒ un journal local annonce l’implantation prochaine d’une grande surface dans votre région. L’information amène à penser qu’il y aura des besoins importants en matière de ressources humaines. D. Postuler on line Il existe deux manières pour trouver du travail sur l’Internet. Vous pouvez mettre votre CV en ligne afin que les employeurs potentiels puissent le consulter. Il est également possible de diffuser votre curriculum vitae gratuitement via “CV en ligne” sur le site Internet du FOREM. A Bruxelles, ACTIRIS permet, via la création d’un compte ‘MON ACTIRIS’ sur le site www.actiris.be, de compléter votre dossier on line. L’ensemble des données sont reprises dans un document nommé « Pro-file », qui, si vous avez donné votre accord, peut être consulté par des employeurs intéressés par votre profil. Vous pouvez également chercher activement sur les sites du FOREM et d’ACTIRIS, mais aussi sur les sites de certaines entreprises (voir point 11.9) et solliciter directement via e-mail. Le contenu du CV électronique est identique à celui en papier mais diffère dans la manière de se présenter: il faut aller directement au but et veiller à attirer l’attention dès le début. N’indiquez pas comme objet de votre e-mail “à la recherche d’un emploi” ou “lettre de candidature”. Présentez de façon simple votre CV. Si vous possédez les compétences techniques nécessaires vous pouvez également construire votre propre site et proposer un lien pour y accéder. Le contenu de votre CV doit contenir les informations essentielles. Mentionnez à côté de votre adresse e-mail, votre adresse postale et votre numéro de téléphone. Si vous postulez spontanément par e-mail, faites attention à envoyer votre CV à la bonne personne. N’oubliez pas de joindre à l’envoi du CV votre lettre de motivation.

35


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

5.4

Le curriculum vitae (CV)

Pièce maîtresse de votre recherche, il doit vous faire franchir le barrage de la pré-sélection sur dossier et vous faire accorder un entretien. Conçu comme une annonce publicitaire, il résume, en une à deux pages au maximum, vos atouts pour vous mettre en valeur. Il doit se démarquer des autres CV mais en même temps être votre reflet (original si vous l’êtes aussi et sobre si vous vous sentez plus à l’aise comme cela). Dans tous les cas, il doit reprendre des informations que vous jugez utiles de donner à l’employeur concernant vos coordonnées personnelles, vos formations, vos expériences professionnelles, vos connaissances en langues, en informatiques, vos hobbies… Mettez vos atouts en évidence, mais rien ne sert de mentir. N’oubliez pas non plus de mentionner uniquement ce qui va intéresser l’employeur à qui vous écrivez. Il sera également très soigné quant à la présentation, la forme et le fond. Les différents types de CV: chronologique décroissant Il existe différentes façons d’organiser les informations contenues dans un CV. Etant à la recherche de votre premier emploi, il est préférable de construire votre CV de façon chronologique. Le CV chronologique peut être croissant ou décroissant. Les expériences professionnelles et la formation peuvent être mentionnées des plus récentes au plus anciennes ou à l’inverse des plus anciennes au plus récentes. Actuellement, le CV chronologique décroissant est le plus traditionnel pour les jeunes sortant des études. Notons également l’existence d’une autre possibilité d’organisation du CV: l’organisation thématique. Cette dernière permet de mettre en avant certains aspects de son expérience ou de sa formation en les classant par thème. Ainsi, le CV thématique reste plus avantageux lorsqu’on veut mettre en avant certaines formations ou expériences secondaires qui ajoutent une plus value au poste pour lequel on postule.

36


Clés pour … le premier emploi

Présentation Ce sont les caractéristiques de votre CV qui sautent aux yeux en le manipulant: en général on utilise le format DIN A4, papier blanc de qualité, textes aérés, concis, clair et accrocheur. Les couleurs peuvent être utilisées pour mettre en évidence certaines rubriques du CV. Néanmoins, il ne faut pas tomber dans l’excès. On évitera donc que celui-ci ne ressemble à un arc-en-ciel. Si vous postulez pour un poste qui demande de la créativité, n’hésitez pas à en faire preuve dans la présentation de votre CV ou de votre lettre de motivation. Forme Ce sont les caractéristiques qui apparaissent à une lecture sommaire: orthographe parfaite, paragraphes courts, vocabulaire précis, absence de répétition de mots, sigles traduits en clair, dates, soin de l’accentuation et de la ponctuation. Contenu C’est l’ensemble des données révélées par une lecture complète et attentive. En général, un CV comporte 6 rubriques principales: 1. Vos coordonnées complètes: elles doivent permettre à l’employeur de vous contacter rapidement. 2. Votre accroche: il s’agit d’un texte court (très bref !) qui résume votre CV. 3. Votre formation: rien ne sert de mentionner vos études primaires si vous avez une formation secondaire ou supérieure. 4. Expériences professionnelles: s’agissant de votre premier emploi, il est indispensable de mettre en avant les jobs d’été et/ou les stages ayant le rapport le plus étroit possible avec le poste convoité. Il est cependant important d’en faire un chapitre en soi; même courte, chaque expérience doit figurer avec dates et réalisations. Mais restez crédible, ne pas bluffer avec des expériences imaginaires. 5. Connaissances informatiques / linguistiques: les mentionner si vous pensez qu’elles constituent un « plus » … mais bannissez les indications trop vagues “notions, B (bon), TB (très bien), bonnes connaissances, etc.”. 6. Loisirs: si vous pensez que vos hobbies peuvent être un plus pour l’emploi, indiquez ceux que vous exercez régulièrement.

37


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

Parfois, vous pouvez également faire figurer une rubrique « Informations complémentaires » si vous souhaitez apporter des précisions supplémentaires (célibataire, en possession d’une voiture, etc.). Il est déconseillé de mentionner le salaire souhaité; cela vous empêcherait de le négocier à la hausse lors de l’entretien. Vie privée: éliminer les détails inutiles, ne pas exposer ses malheurs. Il faut éveiller l’attention du destinataire par une mise en page intégrant l’avantage déterminant, qui peut vous démarquer des autres candidats. Des entreprises vous enverront leur modèle de CV-type. Remplissez-le tel quel et ajoutez, en feuille annexe, votre CV ou un complément si vous jugez cela nécessaire. La lettre d’accompagnement a pour but d’appuyer votre CV, de le compléter sur un point jugé important et, surtout, de le personnaliser en fonction du destinataire. Vous adresserez ces deux documents au directeur ou au chef du personnel (grandes entreprises), au directeur général ou au gérant (PME, artisans, commerçants). Dans tous les cas, essayez de connaître le nom et le titre exact du destinataire. Si vous n’obtenez pas ces renseignements, commencez votre lettre par “Madame, Monsieur”. Un exemple de CV et de lettre d’accompagnement se trouve au point 5.6. Il va de soi qu’il ne reflète pas la diversité des CV et des lettres d’accompagnement. Pour vous aider à réaliser votre CV et/ou votre lettre d’accompagnement, vous pouvez vous adresser aux conseillers des Carrefours emploi formation du FOREM et de ses partenaires, ou aux conseillers en recherche d’emploi auprès du Service guidance recherche active d’emploi d’ACTIRIS, ainsi qu’aux Espaces Ressources Emploi du FOREM (voir adresses au point 11.1).

38


Clés pour … le premier emploi

5.5

Les entretiens et les tests

Si l’envoi de votre CV ou l’appui de vos relations a suscité chez un employeur l’envie de vous rencontrer, il vous reste une partie serrée à jouer: celle de l’entretien. Si vous avez rédigé votre lettre de façon manuscrite, elle aura peut-être été analysée par un graphologue, néanmoins, cette pratique se perd peu à peu. Votre comportement physique, tenue vestimentaire, contact humain, expression verbale seront passés au crible. Habillez-vous comme il est de tradition dans le secteur que vous visez, bannissez le chewing-gum; ne fumez pas; asseyez-vous dans le fond du siège; gardez le contact visuel; exprimez-vous de manière à extérioriser votre motivation. Soyez ponctuel, arrivez même quelques minutes avant l’heure fixée. Si vous ne savez absolument pas vous rendre à l’entretien au jour et à l’heure fixée, téléphonez pour vous excuser et demander un autre rendez-vous. Les entretiens de sélection ne sont pas des examens mais des dialogues entre adultes. Leur but est de: ✒ Vérifier si vous présentez bien les qualités requises pour le poste à pourvoir; ✒ Vous comparer aux autres candidats et déceler ce que vous offrez de plus ou de différent; ✒ Vous motiver à accepter l’emploi si vous êtes jugé le candidat le plus intéressant. Les questions qui vous seront posées porteront sur votre formation et votre expérience, vos attitudes à l’égard de la fonction et de l’entreprise, vos centres d’intérêt, votre personnalité, votre vie familiale, vos loisirs et hobbys, la rémunération souhaitée. Autres conseils ✒ Confirmez au préalable vos entretiens; ✒ Préparez-vous soigneusement; ✒ Montrez que vous vous êtes informé sur le poste et l’entreprise; ✒ Ecoutez attentivement mais n’hésitez pas à poser des questions; ✒ Remettez-vous en tête votre bilan individuel; ✒ Connaissez par coeur les termes de l’annonce; ✒ Emportez avec vous tout document sur l’entreprise que vous aurez cherché à vous procurer;

39


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

✒ Ne cherchez pas à bluffer mais ne mettez pas non plus en évidence vos faiblesses. Ces entretiens ne se déroulent pas toujours en tête-à-tête. Parfois, vous serez plusieurs à être interviewés en même temps ou vous serez interviewé par plusieurs personnes à la fois. Si après quelques semaines, vous n’avez toujours pas de réponse suite à un entretien, n’hésitez pas à recontacter la personne qui vous a interviewé. Les tests sont désagréables parce que leur pertinence n’est pas toujours évidente. Ne les refusez cependant pas et développez à leur endroit une attitude positive. Sachez qu’il existe: ✒ Des tests de connaissance qui s’apparentent à des examens scolaires; ✒ Des tests d’intelligence qui mesurent vos facultés intellectuelles; ✒ Des tests de capacité qui détectent vos performances manuelles ou cérébrales; ✒ Des tests de personnalité qui sondent vos caractéristiques personnelles. Conseils: ✒ Mettez-vous en bonne forme physique et mentale pour les affronter; ✒ Passez-en autant que possible pour vous familiariser avec eux; ✒ En cas “d’insuccès”, demandez à en connaître les résultats. Si vous souhaitez en savoir plus sur les tests, n’hésitez pas à prendre contact avec les conseillers en recherche d’emploi auprès du Service guidance recherche active d’emploi d’ ACTIRIS, les conseillers en recherche d’emploi ou les conseillers en orientation professionnelle du FOREM (voir adresses au point 11.1).

40


Clés pour … le premier emploi

5.6

Exemples de CV et de lettre

5.6.1 La lettre d’accompagnement Jean Haan Rue Pol Hallier, 9 9999 Ici 099 44 47 19 0444 00 00 00 Ici, le 16 mai 2008 A l’attention de Madame Bulot Directrice du Personnel PHABRIK, S.A. Avenue des entreprises, 33 8888 Labas Objet: candidature spontanée à un poste de conseillère commerciale. Madame Bulot, Deux critères principaux orientent le choix de mon premier emploi: intégrer une grande entreprise qui poursuit des objectifs d’efficacité et de rentabilité et opter pour un « métier d’avenir ». Lors de la foire qui s’est déroulée ce 30 juin à Dissis, j’ai pu remarquer que votre entreprise répond à ces deux attentes puisque le groupe développe toute une gamme de produits répondant aux exigences d’une forte concurrence. De plus, elle se donne les moyens d’être présente sur les marchés en forte progression et à haut potentiel. De présentation irréprochable, je possède l'esprit commercial et suis capable de résister au stress. Précise dans l'exécution de mes tâches, j’aime livrer un travail de qualité. Lors du stage effectué dans le cadre de mon graduat en marketing, j’ai prospecté et visité une clientèle de particuliers à domicile et en entreprises (banque, assurances, grands magasins,...) afin de leur vendre des produits de parfumerie. Dans ce cadre, mon maître de stage a mis en évidence, mes aptitudes sociales qui m’ont permis d’acquérir aisément la confiance des clients et d’établir de nouveaux contacts. Une entrevue vous permettrait d’évaluer mes compétences en regard de vos exigences. Je serai donc heureux de vous rencontrer dans le cadre d’un entretien. Veuillez agréer, Madame, l’expression de mes salutations distinguées. Jean Haan

Annexe: 1 curriculum vitae

41


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

5.6.2 Le curriculum vitae de type chronologique décroissant

Jean Haan Rue Pol Hallier, 9 - 9999 Ici 099 44 47 19 - 0444 00.00.00 24 ans jean.haan@mail.be

COMPTABLE Formation • 09.2003–06.2007: Graduat en Comptabilité – Option gestion (Haute Ecole Tom Balot - Dissis) Stage de fin d’études: Bureau Conseil TopCompta Travail de fin d’études: L’évolution du secteur financier belge • 09.1995–06.2003: Humanités Sciences – Mathématiques (Athénée Royal Jules – Dissis) Expérience Professionnelle • Janvier–juin 2007: Entreprise « Toutcompter » (Charleroi) Fonction: Comptable général (contrat de remplacement) Activités: tenue de la comptabilité de l’entreprise, établissement de documents comptables, aide à la rédaction de procès verbaux (Conseil d’administration) et préparation de documents relatifs aux appels d’offre et à la passation des marchés. • Août–décembre 2006: Entreprise « Comptabien » (Bruxelles) Fonction: Comptable général (contrat de remplacement) Activités: gestion comptable et financière de l’entreprise. Jobs étudiants • 2002 - 2006 Garage Rossignol (Waterloo) Activités: encodage pour le Service Comptabilité (factures entrées, sorties,...) Connaissances informatiques • Windows: 98 et XP, Vista • Office: Word, Excel, Access et Powerpoint • Comptabilité: Bob Software, Popsy, Cubic, EasyFisk, Edivatpro et Praxis (logiciel de gestion de stock) Connaissances Linguistiques • Anglais: lire et comprendre un texte simple et entretenir une conversation courante • Néerlandais: comprendre une conversation simple et/ou liée au domaine de la comptabilité Hobbys • Basket (pivot, en provinciale B) • Musique

42

Informations complémentaires • Célibataire • Titulaire du permis B et en possession d’une voiture


Clés pour … le premier emploi

6 Le travail salarié

Le travail salarié peut s’effectuer tant dans le secteur privé que dans le secteur public. Les conditions de travail des travailleurs du secteur public sont réglées par différents textes qui forment le STATUT des agents de l’Etat. Ce statut détermine les règles de recrutement, de nomination, de pension... de ces agents. Il faut noter toutefois que les services publics engagent aussi des personnes de façon contractuelle. Ces personnes sont alors soumises, en partie, à la législation du travail et non au statut. Les conditions de travail des travailleurs du secteur privé sont réglées par un ensemble de lois et d’arrêtés qui forment la LEGISLATION DU TRAVAIL. Cette législation détermine les règles en matière de contrat de travail, de durée du travail, d’hygiène et de sécurité du travail, de bien-être au travail... et s’applique à tous les employeurs et tous les travailleurs du secteur privé. La législation du travail est complétée par de nombreuses conventions collectives de travail conclues au sein des commissions paritaires. Les commissions paritaires rassemblent, pour chaque secteur d’industrie ou de service, les représentants des employeurs et les syndicats en nombre égal. Ces commissions concluent pour le secteur qu’elles représentent des conventions collectives qui règlent les salaires minima, la durée du travail, certains avantages sociaux et financiers...

43


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

6.1

Le secteur public

Par secteur public, il faut entendre l’ensemble: ✒ Des administrations de l’Etat, des Communautés et des Régions, en particulier les services publics fédéraux; ✒ Des organismes d’intérêt public, comme l’ONEM, l’ONSS, la RTBF...; ✒ Des administrations communales et provinciales, des CPAS...; ✒ Des corps spéciaux comme l’enseignement, l’armée, la Cour des comptes, l’Ordre judiciaire. Les quelques règles que nous rappelons ci-après concernent les personnes qui travaillent dans les administrations fédérales de l’Etat. Les règles qui régissent le recrutement et la carrière dans les autres services publics peuvent varier d’une institution à l’autre mais restent guidées par les mêmes principes généraux.

6.1.1 Le recrutement L’engagement d’un agent statutaire ou contractuel est lié à la réussite obligatoire d’une sélection (voir point 4.2).

6.1.2 Le stage Avant d’être nommée définitivement, la personne qui a réussi une sélection statutaire doit effectuer un stage dont la durée varie selon le niveau de l’emploi: un an pour les niveaux A, B et C et trois mois pour le niveau D.

6.1.3 La carrière

44

Les agents de l’Etat sont désignés par des grades ou des classes dont la hiérarchie comprend quatre niveaux. Le niveau détermine la place que le fonctionnaire occupe dans la hiérarchie suivant la formation et la capacité exigées pour être titulaire de ce grade. Vue dans son ensemble, la division en niveaux correspond à la division suivante de l’enseignement. ✒ Niveau A: enseignement universitaire et enseignement supérieur de type long; ✒ Niveau B: enseignement supérieur de type court;


Clés pour … le premier emploi

✒ Niveau C: enseignement secondaire supérieur; ✒ Niveau D: pas de condition de diplôme. Au sein de ces quatre niveaux, les agents statutaires peuvent développer leur carrière en suivant des formations, en réussissant des mesures de compétence ou en obtenant des promotions hiérarchiques pour le niveau A. Ils peuvent aussi monter de niveau suite à la réussite d’un examen d’accession au niveau supérieur.

6.1.4 La rémunération Les agents ont droit à une rémunération déterminée par leur grade ou classe et leur ancienneté ainsi qu’à un certain nombre d’indemnités: allocation de fin d’année, pécule de vacances, éventuellement allocation de foyer ou de résidence pour les traitements inférieurs,... La rémunération peut être complétée d’une allocation de compétences. Pour ce faire, il faut réussir un test de compétences ou une formation certifiée, à échéance régulière. Le traitement et les indemnités sont liés à l’index. Grade ou titre Attaché Attaché -ingénieur, -médecin et -informaticien Expert ICT Expert technique Expert administratif Assistant administratif et assistant technique Collaborateur administratif Collaborateur technique Collaborateur Restaurant/nettoyage

Niveau

Rang

Salaire mensuel brut

A A

A 11 A 21

2.604,08 € 3.422,91 €

B B B C

BI 1 BT 1 BA 1 CA 1

2.055,89 1.999,95 1.799,77 1.698,80

D D D

DA 1 DT 2 DT 1

1.532,25 € 1.569,92 € 1.486,64 €

€ € € €

Ce tableau précise dans sa dernière colonne le montant du salaire mensuel brut de certains agents en début de carrière (montants au 1er février 2008).

45


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

6.2

Le secteur privé

Le secteur privé est constitué d’un ensemble d’entreprises très diverses: de la PME à la multinationale, du complexe pétrochimique à l’atelier de gravure, les entreprises sont innombrables dans notre pays. Toutes ces entreprises sont tenues de se conformer à la législation du travail dont les éléments les plus importants sont rappelés ci-après.

6.2.1 Le contrat de travail Le contrat de travail est le contrat par lequel une personne, le travailleur, s’engage, contre rémunération, à mettre son activité au service d’une autre personne, l’employeur. Le contrat se caractérise par la subordination du travailleur à l’égard de l’employeur. Il existe différents types de contrats: ✒ Le contrat de travail d’ouvrier, quand l’activité exercée est essentiellement manuelle; ✒ Le contrat de travail d’employé, quand l’activité exercée est essentiellement intellectuelle; ✒ Le contrat de travail de représentant de commerce; ✒ Le contrat de travail domestique; ✒ Le contrat d’occupation d’étudiants; ✒ Le contrat de travail de sportif rémunéré; ✒ Le contrat d’occupation de travailleur à domicile... Ces contrats peuvent également varier en fonction de leur durée et de leur contenu. On distingue alors: ✒ Le contrat à durée indéterminée, où la fin de l’engagement n’est pas précisée; ✒ Le contrat à durée déterminée, qui précise le début et la fin de l’engagement; ✒ Le contrat pour un travail nettement défini, où la fin de l’engagement correspond à l’achèvement du travail; ✒ Le contrat de remplacement, qui indique l’identité et la fonction de la personne remplacée ainsi que la raison et la durée du contrat (maximum 2 ans).

46

Tous ces contrats sont des contrats de travail. A ne pas confondre avec le contrat d’entreprise qui consiste dans la fourniture d’un travail déterminé


Clés pour … le premier emploi

sans qu’il existe un lien de subordination (ex.: L’entrepreneur qui construit une maison). Il existe également un contrat de travail intérimaire par lequel un intérimaire s’engage vis-à-vis d’une entreprise de travail intérimaire à effectuer chez un utilisateur un travail temporaire contre rémunération. Par ailleurs, certains employeurs proposent des contrats d’indépendant. Ce ne sont pas de vrais contrats de travail. Il convient d’ailleurs de bien réfléchir avant de signer de tels contrats car ils signifient que les cotisations sociales et le précompte professionnel seront à charge du travailleur et devront donc être soustraits de la rémunération brute versée par l’employeur. De plus, l’indépendant engagé dans un tel contrat ne pourra bénéficier des préavis ou des indemnités compensatoires en cas de rupture du contrat (sauf si le contrat le prévoit), du salaire garanti pendant la période d’incapacité de travail suite à un accident ou à une maladie (Voir partie 7). Bien que ce ne soit pas obligatoire quand il s’agit d’un contrat conclu à durée indéterminée, le travailleur a intérêt à demander un contrat de travail écrit. Si par contre, il s’agit d’un contrat conclu à durée déterminée, un contrat pour un travail nettement défini, un contrat de remplacement ou un contrat de travail à temps partiel, alors le contrat doit obligatoirement être écrit. Le ✒ ✒ ✒ ✒ ✒ ✒ ✒

contrat contient en général les informations suivantes: Noms et adresses de l’employeur et du travailleur; Date du commencement du travail (et éventuellement de fin); Lieu du travail; Description du travail à effectuer; Rémunération et mode de calcul; Durée de la période d’essai éventuelle; Durée et horaire du travail...

6.2.2 Le règlement de travail Le règlement de travail est un document par lequel l’employeur définit les droits et les obligations respectives des travailleurs et de l’employeur. Il doit préciser notamment: ✒ Le commencement et la fin de la journée de travail;

47


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

✒ Le moment et la durée des intervalles de repos; ✒ Les jours d’arrêt régulier du travail; ✒ Les délais de préavis ainsi que les motifs graves pouvant justifier la rupture du contrat sans préavis; ✒ Les modes de mesurage et de contrôle du travail en vue de déterminer la rémunération; ✒ Le mode, l’époque et le lieu de paiement de la rémunération; ✒ Les pénalités, le montant et la destination des amendes et les manquements qu’elles sanctionnent; ✒ La date des vacances annuelles collectives... Une copie du règlement doit être remise à chaque travailleur.

6.2.3 Les conventions collectives de travail Les conventions collectives de travail sont des accords conclus entre les représentants des travailleurs (syndicats) et les représentants des employeurs. Ces conventions règlent, pour un secteur déterminé, les principaux aspects de la rémunération et de l’organisation du travail. Ainsi, les différentes catégories de salaire selon la qualification, l’ancienneté et l’âge de même que leur indexation, les suppléments pour le travail en équipes, les différentes primes (prime de fin d’année, prime syndicale...), la durée du travail, les jours de repos compensatoire, les congés supplémentaires, les congés de circonstance... sont fixés par les conventions collectives de travail conclues par les commissions paritaires. Les conventions collectives traitent aussi de plus en plus de problèmes d’emploi (embauche et formation de certaines catégories de demandeurs, réglementation des licenciements multiples, maintien du volume de l’emploi...). Les conventions collectives de travail conclues dans les secteurs depuis le 1er janvier 2000 sont mises à disposition sur le site Internet du Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale: www.emploi.belgique.be. De telles conventions peuvent également être conclues au niveau d’une entreprise entre l’employeur et les représentants des travailleurs.

48


Clés pour … le premier emploi

6.2.4 La rémunération Pour la plupart des secteurs, les salaires sont fixés dans des conventions collectives de travail (voir point 6.2.3). Le Contrôle des lois sociales peut fournir des renseignements sur les barèmes fixés (voir adresses au point 11.4). S’il n’existe pas de barème spécifique, le travailleur a droit au revenu minimum garanti (actuellement 1.335,78 € brut). Les jeunes de moins de 21 ans ont seulement droit à un salaire légal réduit. Ce salaire varie suivant l’âge et est exprimé en un pourcentage du revenu minimum garanti. Le tableau suivant donne un aperçu du salaire minimum interprofessionnel brut exprimé en salaire mensuel et en salaire horaire, lequel est valable depuis le 1er mai 2008. Age 21 20 19 18 17 16

%

Salaire mensuel 100 94 88 82 76 70

1.335,78 1.255,63 1.175,49 1.095 1.015 935,05

€ € € € € €

Salaire horaire Salaire horaire (38h semaine) (39h semaine) 8,12 7,63 7,14 6,65 6,17 5,68

€ € € € € €

7,90 7,49 6,96 6,48 6,00 5,53

€ € € € € €

Pour les travailleurs âgés d’au moins 21 ans et demi et ayant six mois d’ancienneté, le salaire mensuel est de 1.371,88 €. Pour les travailleurs âgés d’au moins 22 ans et ayant douze mois d’ancienneté, le salaire mensuel est de 1.387,92 €.

6.2.5 Les vacances et le pécule de vacances A. Principe La durée des vacances est proportionnelle aux jours de travail effectifs (et aux jours d’inactivité qui y sont assimilés comme les jours de maladie par exemple, à concurrence des douze premiers mois) de l’année civile qui précède (dénommée exercice de vacances) l’année des vacances. Ainsi, si l’employé justifie d’une année complète de travail dans le cadre d’un régime à temps plein (exercice de vacances), il ouvre le droit à 24 jours de vacances (régime de six jours semaine) ou à 20 jours de vacances (régime de cinq jours semaine) l’année suivante (année de vacances). Pour les travailleurs manuels, la réglementation prévoit un barème de jours de vacan-

49


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

ces déterminé par tranche de jours de travail effectif normal et de jours assimilés ; les vacances légales ne peuvent excéder quatre semaines. Ces vacances donnent droit à un pécule de vacances versé par une caisse de vacances ou par l’Office national des vacances annuelles pour les ouvriers. Pour les employés, c’est l’employeur qui verse directement le pécule de vacances. Le pécule de vacances des ouvriers est égal à 15,38% des rémunérations de l’année précédente portées à 108% et, éventuellement, majorées d’une rémunération fictive pour les jours assimilés. Le pécule de vacances des employés comprend la rémunération normale afférente aux jours de vacances promérités (dénommé simple pécule) et un supplément (dénommé double pécule) égal, par mois presté ou assimilé de l’année précédente, à 1/12e de 92% de la rémunération brute du mois pendant lequel les vacances débutent. Le double pécule de vacances est versé à l’employé lors de la prise des vacances principales. B. Vacances jeunes Depuis le 1er janvier 2001, une nouvelle réglementation est d’application en vue de l’octroi, sous le respect de certaines conditions, de jours de vacances supplémentaires aux jeunes travailleurs qui ont été engagés au cours de l’année civile pendant laquelle ils ont terminé leurs études. Ce système relève de l’assurance chômage. Auparavant, un jeune travailleur qui avait été engagé dans les quatre mois à dater de la fin de ses études, bénéficiait de congés et d’un pécule de vacances comme s’il avait été au travail pendant toute l’année. La nouvelle réglementation maintient le droit à quatre semaines de congé, tandis que le pécule de vacances payé par la caisse de vacances (ouvriers) ou par l’employeur (employés) est uniquement calculé en proportion du nombre de mois de l’exercice de vacances pendant lequel le travailleur a été en service. En ce qui concerne les jours de vacances pour lesquels il n’est pas payé de pécule de vacances, le travailleur peut prétendre à une allocation (65%) à charge du régime de chômage. Exemple: ✒ Un employé ayant terminé ses études le 30 juin et étant engagé le 1er octobre, a désormais uniquement droit au pécule simple et double pour une semaine. Pour les trois semaines qui lui restent, il peut demander une allocation de vacances-jeunes.

50

Pour des explications plus détaillées sur cette matière, il faut s’adresser aux services renseignés au point 11.5.


Clés pour … le premier emploi

7 Le travail indépendant

S’établir comme indépendant, créer son entreprise, c’est marquer clairement son désir de prendre son destin en main. Mais il faut bien préparer l’activité à laquelle vous vous destinez. Nous avons rappelé au point 4.3 les activités qui relèvent du travail indépendant. Voici quelques conditions importantes à remplir pour les jeunes désireux de se lancer dans une telle activité.

7.1

Condition d’âge

Pour pouvoir exercer une activité indépendante, il faut être majeur, c’està-dire être âgé de 18 ans au moins. Néanmoins, pour l’exercice d’une activité d’artisan (prestation d’un service sans livraison de marchandises), l’âge minimum requis est de 16 ans. Toutefois, l’autorisation des parents ou du tuteur est obligatoire.

51


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

7.2

Inscription en tant qu’entreprise commerciale ou artisanale

Avant d’entamer une activité indépendante, il faut s’adresser à un guichet d’entreprises agréé afin de vérifier si l’activité envisagée est de nature commerciale ou artisanale (voir adresses au point 11.6). Si c’est le cas, le guichet d’entreprises inscrit l’entreprise dans la Banque-carrefour des entreprises en tant qu’entreprise commerciale ou artisanale, après avoir vérifié que l’entreprise satisfait aux conditions d’accès à la profession et possède ainsi les capacités entrepreneuriales, c’est-à-dire les connaissances de gestion de base et, en cas d’exercice d’une activité réglementée, la compétence professionnelle la concernant. Dès que l’entreprise est inscrite dans la Banque-carrefour des entreprises, elle reçoit un numéro d’identification unique. Ce numéro d’entreprise devra figurer sur tous les documents commerciaux.

7.3

Inscription en tant qu’entreprise assujettie à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA)

Après s’être adressé à un guichet d’entreprises, il y a lieu de prendre contact avec l’Office de contrôle de la TVA compétent afin de vérifier si cette activité est ou non assujettie à la TVA. Si c’est le cas, l’Office de contrôle inscrit l’entreprise dans la Banque-carrefour des entreprises en tant qu’entreprise assujettie à la TVA. L’Office de contrôle compétent est celui du domicile fiscal (en principe, il s’agit du lieu d’habitation repris au registre national) s’il s’agit d’une personne physique et celui du siège administratif principal s’il s’agit d’une personne morale. Les adresses de ces services sont renseignées sous la rubrique “Service public fédéral - Finances” de l’annuaire téléphonique ou sur le site Internet: www.fiscus.fgov.be, rubrique “Guide des administrations fiscales fédérales”.

52

L’entreprise peut, contre paiement, demander au guichet d’entreprises de prendre contact à sa place avec l’Office de contrôle de la TVA.


Clés pour … le premier emploi

7.4

Obligations diverses

7.4.1 Commerçant ambulant Pour pouvoir exercer une activité ambulante, c’est-à-dire la vente au domicile du consommateur, sur la voie publique ou sur les marchés publics ou privés, il faut être âgé de 18 ans et être en possession, au préalable, d’une autorisation d’activités ambulantes. Cette autorisation doit être demandée auprès d’un guichet d’entreprises agréé (voir adresses au point 11.6).

7.4.2 Carte professionnelle pour étrangers Si vous n’êtes pas ressortissant de l'un des états de l'Espace économique européen ou de la Suisse et désirez exercer une activité professionnelle indépendante sur le territoire belge, en personne physique ou dans le cadre d’une société ou d’une association de droit ou de fait, que l’activité soit ou non rémunérée, vous devez être titulaire d’une carte professionnelle.

53


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

La demande se fait par l’intermédiaire de l’administration communale de votre domicile lorsque vous résidez en Belgique et que vous disposez de l’un des deux titres de séjour suivants, en cours de validité: soit un certificat d’inscription au registre des étrangers (CIRE), soit une attestation d’immatriculation, modèle A. Si vous n’êtes pas titulaire d’un tel titre de séjour ou si vous résidez hors de la Belgique, vous devez introduire votre demande auprès du poste diplomatique ou consulaire belge du pays dans lequel vous êtes autorisé à résider. La carte professionnelle est octroyée par le SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie et délivrée par le guichet d'entreprise que vous avez désigné dans votre demande.

7.4.3 Autres obligations Une autorisation préalable en matière d’hygiène et de santé est nécessaire pour l’exercice de certaines professions. Cette obligation vaut pour tous les établissements qui fabriquent et/ou vendent des denrées alimentaires. L’autorisation est octroyée par l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) (voir adresses au point 11.6). Pour pouvoir exercer certaines activités, une licence est requise. La liste des activités soumises à une telle obligation peut être demandée auprès d’un guichet d’entreprises agréé (voir adresses au point 11.6). Par ailleurs certaines activités qualifiées de dangereuses, insalubres ou incommodes sont soumises à une licence spéciale d’exploitation (commodo-incommodo). Ce sont les administrations communales qui peuvent fournir des renseignements à ce sujet. Certains titulaires de professions libérales doivent s’affilier à un Ordre (par exemple : médecins, avocats,…). Des informations à ce sujet peuvent être demandées auprès du SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie. Les indépendants sont tenus d’ouvrir un compte à vue auprès d’une banque ou d’un autre organisme financier (une caisse d’épargne ou la Poste, p. ex.). Le compte réservé à l’activité professionnelle doit être distinct du compte privé. Le numéro de ce compte doit être mentionné sur tous les documents commerciaux de l’entreprise.

54

Les indépendants sont également soumis à des obligations comptables. Celles-ci diffèrent selon la taille de l’entreprise.


Clés pour … le premier emploi

7.5

Plan jeunes indépendants

Cette mesure consiste à encourager les jeunes de moins de 30 ans à se lancer comme indépendant ou à créer leur entreprise. Elle prévoit l’octroi d’un prêt à un taux préférentiel et l’assistance des jeunes dans leurs démarches.

7.5.1 Jeunes visés par cette mesure Tous les jeunes de moins de 30 ans: ✒ qui n’ont pas encore été indépendants; ✒ inscrits comme demandeurs d’emploi; ✒ qui acceptent un appui préalable, supervisé par des structures agréées par le Fonds de participation.

7.5.2 Fonds de participation Le Fonds de participation est un organisme public qui favorise l’accès au marché des crédits professionnels pour les indépendants débutants. Grâce à lui, les jeunes peuvent lancer leur entreprise à des conditions avantageuses.

7.5.3 Procédure à suivre ✒ Le jeune introduit un formulaire de « première présentation » de son projet auprès du Fonds de participation, qui marque son accord et l’invite à choisir une structure d’appui agréée, en vue de la préparation du projet. ✒ Après l’élaboration d’un « plan d’appui », le jeune est aidé et conseillé pendant une période de trois à six mois par une des structures agréées par le Fonds de participation. L’appui est gratuit et « à la carte », c’està-dire en fonction des besoins du jeune. Son objectif est de maximiser les chances de réussite tant pour obtenir le prêt que pour lancer le projet. Le jeune peut ainsi suivre des cours de gestion, de comptabilité, d’informatique, de langues, être sensibilisé et informé sur le secteur d’activité qu’il a choisi… Pour plus d’informations, consulter le site Internet du Fonds de participation: www.fonds.org.

55


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

Pendant la période d’appui, les allocations des jeunes chômeurs indemnisés sont maintenues et le stage d’attente des jeunes demandeurs d’emploi continue à courir. Pour les jeunes qui n’ont aucun revenu (pas d’allocation d’attente, par exemple), un défraiement mensuel de 375 € est offert pendant la préparation du projet, ainsi qu’une allocation d’établissement octroyée par l’ONEM. Ceux qui perçoivent une allocation d'attente pourront la cumuler avec le défraiement mensuel de 375 € du Fonds de participation.

7.5.4 Prêt lancement Après cette période, la structure agréée qui a supervisé l’appui établit un rapport, joint à la demande de prêt. Le Fonds de participation examine alors cette demande et décide d’octroyer ou non le prêt lancement. A. La subordination du prêt Le prêt lancement est un prêt “subordonné”, c’est-à-dire que si le bénéficiaire du prêt a d’autres créanciers et qu’il rencontre un problème de remboursement de ses dettes, le Fonds de participation passe, en principe, en dernier lieu après que les autres créanciers aient été remboursés. C’est un avantage intéressant pour négocier d’éventuels autres prêts nécessaires à l’entreprise, puisque le prêt lancement peut quasiment être assimilé à des “fonds propres” du bénéficiaire. Remarque Pour les jeunes en situation de précarité, un micro-crédit peut être accordé pour financer l’apport propre. B. Les montants prêtés Le montant du prêt lancement s’élève à un maximum de 30.000 €. Le bénéficiaire du prêt apporte un quart du montant du prêt demandé, provenant de fonds personnels ou d’un prêt complémentaire accordé par une institution financière de son choix.

56

Selon la nature du projet, le prêt s’étend sur 5, 7 ou 10 ans. Le taux d’intérêt est fixe de 4%. Toutefois, une réduction du taux à 3% est accordée les deux premières années si le bénéficiaire suit effectivement l’accompa-


Clés pour … le premier emploi

gnement qui lui est proposé gratuitement dans l’une des structures d’appui. Aucune garantie n’est demandée. C. La tranche de subsistance Les jeunes ont la possibilité d’emprunter une « tranche de subsistance » dans leur prêt. En d’autres termes, en attendant que son activité commence à rapporter, le jeune peut obtenir un prêt (4.500 €) pour subvenir à ses besoins pendant les premiers mois de l’activité. Ceci permet au jeune de vivre dignement pendant qu’il démarre. Les conditions de cette tranche de prêt sont les suivantes: 0% d’intérêt et le remboursement ne doit commencer qu’après 5 ans. D. Accompagnement La même structure reste aux côtés du bénéficiaire du prêt lancement et assure la continuation de l’appui pendant les 18 premiers mois de son activité indépendante (24 mois dans le cas d’un Plan jeunes indépendants). S’il y a échec ou arrêt de l’activité indépendante, le jeune est directement réadmis au chômage. Pour les anciens chômeurs complets indemnisés, il n’y a donc pas de période de carence. La seule condition est que le retour au chômage se fasse dans les neuf ans après le début de l’activité indépendante.

7.6

Sécurité sociale

Toute personne qui exerce une activité indépendante, à titre principal ou à titre complémentaire, est tenue de s’affilier dans les 90 jours consécutifs au début de l’activité et de cotiser à une caisse d’assurances sociales pour travailleurs indépendants de son choix (voir les Pages d’or de l’annuaire téléphonique sous la rubrique « Lois sociales-Bureaux conseils ») ou auprès de la Caisse nationale auxiliaire d’assurances sociales pour travailleurs indépendants (voir adresses au point 11.6). En outre, le travailleur indépendant doit être affilié à une mutualité ou inscrit à la Caisse auxiliaire d’assurance maladie-invalidité pour bénéficier de l’assurance soins de santé.

57


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

7.6.1 Les cotisations La cotisation qui est perçue au cours des trois premières années d’activité est provisoire. Celle-ci est ensuite régularisée après trois ans sur base des revenus professionnels qui ont été recueillis au cours des années concernées et qui ne sont connus qu’à ce moment. A partir de la quatrième année d’activité, la cotisation est calculée sur base des revenus professionnels de la troisième année qui précède celle pour laquelle elle est due.

7.6.2 Les prestations L’inscription et les cotisations donnent essentiellement droit: ✒ Aux allocations familiales, de naissance et à la prime d’adoption; ✒ Aux indemnités de maladie “gros risques” (opérations, hospitalisations ...). Depuis le 1er janvier 2008, les travailleurs indépendants sont également couverts pour les “petits risques” (honoraires du médecin, dentiste, médicaments ...); ✒ Aux indemnités d’incapacité de travail ou d’invalidité et à l’assurance en cas de maternité; ✒ A l’aide à la maternité en faveur des travailleuses indépendantes ayant accouché depuis le 1er janvier 2006; ✒ A une allocation d’adoption depuis le 1er février 2007 ; ✒ A une pension de retraite et de survie; ✒ A l’assurance sociale en cas de faillite.

7.6.3 Les dispenses Les indépendants qui se trouvent dans un état de besoin peuvent bénéficier d’une dispense de cotisation sociale. Cette demande doit être introduite auprès de la Caisse d’assurances sociales à laquelle l’indépendant est affilié, soit par lettre recommandée à la poste, soit par le dépôt d’une requête sur place. Il faut renseigner notamment ses noms, adresse et numéro d’affiliation. Il faut ensuite remplir un formulaire sur base duquel une Commission ad hoc accordera la dispense ou non.

58


Clés pour … le premier emploi

7.7

Créer une société?

L’activité que vous voulez exercer nécessite peut-être la réunion d’associés et de capitaux tels que la création d’une véritable société soit requise. Il n’est pas possible dans le cadre de cette brochure de rappeler toutes les obligations et les avantages qu’entraîne la création d’une société. Le Service public fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie vous propose divers outils d’information.

7.7.1 Vade-mecum de l’entreprise Le Vade-mecum de l’entreprise est un guide pratique qui répond aux questions des chefs d’entreprise et des particuliers face aux formalités et réglementations à observer lorsqu’il s’agit de créer une entreprise ou d’exercer un métier d’indépendant. Cet ouvrage vise notamment des formalités à accomplir pour l’exercice en Belgique d’une activité artisanale, commerciale ou industrielle, de la législation fiscale, de la législation sociale, les aides aux entreprises et les institutions publiques (organismes d’encouragement et d’aides). On peut consulter ce vade-mecum gratuitement sur le site Internet du Service public fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie: www.economie.fgov.be sous la rubrique “ Entreprendre”.

7.7.2 Brochures d’information générale Le Service public fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie publie plusieurs brochures d’information générale à destination des candidats entrepreneurs (sur les démarches à accomplir pour s’installer à son compte, sur la SPRL, sur le choix entre une entreprise individuelle et une société). Il est possible de les commander auprès du point de contact unique: 0800 120 33 (numéro vert) ou de les consulter sur le site Internet: www.economie.fgov.be sous la rubrique “ Entreprendre”.

59


Clés pour ... 60

Clés pour … le premier emploi

7.7.3 Autres sources d’information Les travailleurs indépendants peuvent, dès la phase de démarrage de leur activité mais aussi tout au long du développement de leur affaire, trouver également d’utiles et précieux renseignements pratiques et services auprès des différentes organisations interprofessionnelles de travailleurs indépendants (voir adresses point 11.6).


Clés pour … le premier emploi

8 Et l’Europe?

Cinquante ans après les premiers pas de la construction européenne, au début des années 50, le processus d’intégration a franchi une nouvelle étape, avec l’achèvement du marché intérieur pour 495 millions de citoyens européens et l’intégration d’une série de nouveaux pays pour arriver à un total de 27 (janvier 2007). Il n’y a plus, dans cet espace, de frontières pour les personnes, les marchandises, les services et les capitaux. L’euro est devenu la monnaie unique de 15 Etats membres de l’Union européenne. La construction européenne est pourtant loin d’être achevée. En effet, l’Union européenne doit encore développer une réelle politique sociale et agir efficacement en matière d’emploi. Elle doit pouvoir s’appuyer sur une politique étrangère efficace. De plus, de nombreux autres pays veulent se joindre à l’Union. Plus que jamais, l’avenir est européen!

61


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

8.1

La libre circulation des travailleurs

Le principe de la libre circulation des travailleurs et le droit d’établissement pour les professions libérales a été consacré par le traité de Rome signé en 1957. Le principe de la libre circulation des travailleurs est dans l’ensemble bien appliqué. Toutefois, il se heurte encore, pour une série d’emplois, à deux barrières précises: ✒ Dans la plupart des pays membres de l’Union européenne, de nombreux emplois du secteur public restent réservés aux “nationaux”; ✒ L’exercice d’une série de professions demeure impossible pour les ressortissants des autres pays membres dans la mesure où les diplômes acquis à l’étranger ne sont pas reconnus. Dès lors, une série de directives ont été édictées afin de permettre, notamment aux médecins, infirmiers, dentistes, vétérinaires, sages-femmes, architectes et pharmaciens, d’exercer, dans certaines limites, leur profession dans les autres pays de l’Union européenne. Par ailleurs, une grande partie des emplois de fonctionnaires sont désormais accessibles aux citoyens des autres pays. Cependant, les carrières dans la police, la justice, l’armée et les services des Finances restent un domaine réservé des citoyens du pays. Pour vous informer en pratique sur les questions liées à vos droits dans l’Union européenne, vous pouvez consulter le service Europe Direct, institué par la Commission européenne, en composant le numéro unique gratuit (depuis les 25 Etats membres): 00 800 67 89 10 11 ou en consultant le site Internet: http://ec.europa.eu/europedirect.

8.2

62

La reconnaissance des diplômes

Depuis la mise en œuvre CEE des directives générales relatives à la reconnaissance professionnelle des diplômes, tout ressortissant de l’Espace Economique Européen peut introduire auprès des autorités compétentes des différents états composant cet espace, un dossier de demande de reconnaissance professionnelle des diplômes d’enseignement supérieur d’une durée minimale de trois ans. Cette procédure ne vise que les diplômes menant à l’exercice d’une profession dite “réglementée”.


Clés pour … le premier emploi

Pour toutes les autres professions “non réglementées” pour lesquelles, par exemple, l’employeur exige du candidat à l’embauche l’obtention de l’équivalence de ses titres étrangers d’enseignement supérieur à un titre délivré par le système d’enseignement du pays d’accueil, il existe la filière de la reconnaissance académique. Tout renseignement complémentaire peut être obtenu auprès des services repris au point 11.7.

8.3

La recherche d’un emploi

Toute personne a le droit de circuler dans un Etat membre de l’Union européenne pendant trois mois sans autre pièce qu’un passeport ou une carte d’identité nationale en cours de validité. Par ailleurs, toute personne peut s’inscrire dans les agences pour l’emploi de son choix. Aucune condition de résidence ne pourra lui être opposée en principe, et ces agences lui fourniront la même aide qu’aux chercheurs d’emploi nationaux. En outre, la personne qui bénéficie d’allocations de chômage en Belgique peut continuer à en bénéficier pendant trois mois maximum tout en cherchant un emploi dans un autre Etat membre aux conditions suivantes: ✒ Bénéficier depuis au moins quatre semaines d’allocations de chômage en Belgique; ✒ Introduire la demande au préalable quatre semaines avant le départ auprès de l’ONEM, au moyen du document E303; ✒ S’inscrire comme demandeur d’emploi dans les pays de déplacement dans les sept jours de l’arrivée et y accepter tout emploi convenable; ✒ Se soumettre au contrôle organisé par l’Etat où l’on séjourne. Si vous n’avez pas trouvé de travail et que vous souhaitez préserver vos droits aux allocations de chômage en Belgique, il faut y revenir avant la fin des trois mois. Par ailleurs, toute personne à la recherche d’un emploi (ainsi que toute personne ayant trouvé un emploi dans un autre Etat membre que son pays d’origine), peut faire appel aux services du réseau EURES. Institué en collaboration avec la Commission européenne et les administrations de l’emploi, ce réseau est constitué de plus de 500 “euro-conseillers” répartis à

63


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

travers l’ensemble de l’Espace économique européen. Formés aux tâches d’information, de conseil et de placement, les Euro-Conseillers peuvent être contactés auprès des agences pour l’emploi. En Belgique, le FOREM, ACTIRIS, le VDAB, l’ARBEITSAMT, les organisations syndicales ainsi que les associations professionnelles disposent d’euro-conseillers. Pour plus d’informations, consultez les sites de la Communauté européenne: http://europa.eu/eures http://europass.cedefop.europa.eu. Il y a aussi quelques sites spécialisés dans la recherche d’emploi en Europe (voir adresses point 11.9)

I 8.4

Attention! Si vous désirez résider ou travailler plus longtemps dans un autre pays de l’Union, il vous faudra probablement faire la demande d’un permis de travail et de séjour.

Les programmes en faveur des jeunes

Il faut également signaler l’existence de programmes européens qui ont pour objectif de stimuler une coopération communautaire en matière de formation et d’éducation. Ces programmes permettent notamment à de nombreux jeunes d’accroître leur formation et leur expérience dans un autre pays de l’Union européenne. Le site portail Ploteus (http:/ec.europa.eu/ploteus), géré par la Direction générale Education et culture de la Commission européenne propose des informations sur les opportunités d’études, de formation, les programmes d’échange, les bourses… dans les différents pays européens. Le programme LEONARDO vise à améliorer la formation professionnelle, y compris par la coopération entre universités et entreprises, à développer les compétences linguistiques et à diffuser les innovations dans le domaine de la formation. (Contact: Cellule Fonds social européen-Agence Leonardo da Vinci, rue de la Loi 15 (2e étage) à 1040 Bruxelles, tél.: 02 234 39 40, site: http://ec.europa.eu/education/programmes/llp/leonardo/index_fr.html

64


Eric Audras


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

Le programme SOCRATES est destiné à promouvoir la dimension européenne dans l’enseignement, de l’école primaire à l’université. Il offre diverses possibilités de contact avec les autres pays européens pour les professeurs et pour les étudiants. Parmi ces possibilités, on trouve notamment le programme Lingua qui permet des échanges linguistiques avec mobilité d’étudiants de 14 à 25 ans ou de futurs professeurs de langue (Contact: Ministère de la Communauté française, Cellule Socrates, bd Léopold II 44 à 1080 Bruxelles, tél.: 02 413 40 43, fax: 02 413 40 42, e-mail: socrates@cfwb.be, site: www.cfwb.be/socrates). On trouve également le programme Erasmus qui octroie des bourses pour étudier dans une université d’un autre Etat membre pendant trois mois à un an (Contact: Agence francophone belge Erasmus, place du Parc 20 à 7000 Mons, tél.: 065 37 36 60, fax: 065 37 36 62, e-mail: agence.erasmus@umh.ac.be, site: http://ec.europa.eu/education/index_en.html. Le programme “Jeunesse” appelé aussi “YOUTH” s’adresse lui à tous les jeunes européens de 15 à 25 ans et vise à développer les échanges afin de montrer aux jeunes ce qui se passe dans les autres pays, de leur apprendre à communiquer avec des personnes de cultures différentes et de leur faire prendre conscience des intérêts communs. (Contact: Bureau International de Jeunesse, rue du Commerce 20-22 - 4ème étage à 1000 Bruxelles, tél.: 02 219 09 06 ou 0800 25 180, fax: 02 218 81 08, site Internet: www.cfwb.be/bij). Par ailleurs, la Région wallonne ainsi que la Région de Bruxelles Capitale participent au programme “Eurodyssée” conçu dans le cadre de l’Assemblée des régions d’Europe. Le programme permet aux jeunes de 18 à 30 ans d’acquérir une première expérience d’insertion professionnelle par un stage de trois à sept mois dans une entreprise d’une autre région d’Europe (Contact: Direction générale des relations extérieures du Ministère de la Région wallonne, Espace international Wallonie-Bruxelles, place Sainctelette 2 à 1080 Bruxelles, tél.: 02 421 86 20, fax: 02 421 87 63, e-mail: M.Delsaux@mrw.wallonie.be, site Internet: www.eurodyssee.net ou www.wbri.be). Pour la RBC: le service Brussels International Job Center (BIJOB), Boulevard Anspach 69 à 1000 Bruxelles, tél : 02/505 78 68, e-mail: bijob@actiris.be.

66


Clés pour … le premier emploi

9 Le travail à l’étranger Le monde ne se limite pas aux frontières de l’Union européenne. Certains désirent travailler dans d’autres régions du globe, sous des cieux parfois plus cléments. Il faut également savoir que le travail à l’étranger peut s’exercer sous différentes formes: soit dans le cadre de la coopération gouvernementale ou du volontariat, soit en se mettant au service d’organismes internationaux ou encore en travaillant pour le secteur privé. Par ailleurs, les jeunes chômeurs peuvent désormais effectuer un stage à l’étranger pendant leur stage d’attente.

9.1

Les atouts nécessaires

La plupart des pays imposent des conditions très strictes à l’immigration de ressortissants étrangers. Les jeunes qui désirent s’installer à l’étranger en tant que coopérant, salarié ou indépendant auront d’autant plus de chances d’atteindre leur objectif s’ils remplissent les conditions suivantes: ✒ Avoir une bonne formation, une qualification prouvée et bénéficier d’une certaine expérience; ✒ Connaître plusieurs langues dont notamment celle du pays d’accueil; ✒ Témoigner d’une grande capacité d’adaptation; ✒ Etre pourvu d’une bonne santé. Dans tous les cas, il est utile avant le départ de se renseigner auprès de l’ambassade ou du consulat du pays de destination sur la période de séjour autorisée, sur les obligations pour pouvoir s’installer comme travailleur indépendant ou salarié, sur les vaccinations éventuelles ...

67


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

9.2

Les relais indispensables

Les personnes intéressées par un emploi à l’étranger pourront le rechercher activement en prenant d’abord contact avec les organisations renseignées ci-dessous. Les adresses de tous ces organismes sont renseignées au point 11.7.

9.2.1 La coopération au développement gouvernementale La coopération au développement gouvernementale concerne principalement l’exécution de programmes de développement dans le cadre d’accords de coopération conclus entre la Belgique (Etat fédéral et Communautés) et d’autres pays. Les possibilités sont peu nombreuses et concernent essentiellement l’enseignement technique, la médecine, l’agriculture, le développement social et des domaines spécialisés (agronomie, ingénieur civil ...). Au niveau fédéral La Direction générale de la coopération au développement (DGCD) planifie les programmes et formule les projets de coopération de l’Etat fédéral: ✒ dans le cadre d’accords directs conclus entre la Belgique et les pays intéressés; ✒ par le canal d’accords directs passés avec les organisations spécialisées des Nations unies. L’Etat belge confie l’exécution et la gestion de ces actions de développement à une société anonyme de droit public, la Coopération Technique Belge (CTB). Elle est chargée de l’engagement du personnel nécessaire à la bonne marche de ces projets, suivant des critères de sélection définis en fonction du type d’action développée. Le siège de la CTB est situé rue Haute, 147 à 1000 Bruxelles (tél.: 02 505 37 00, fax: 02 502 98 62, e-mail: info@btcctb.org, site: http://www.btcctb.org). Au niveau de la Communauté française et de la Région wallonne

68

1. L’Association pour la promotion de l’éducation et de la formation à l’étranger (APEFE) a pour objectif de coopérer à l’organisation et au développement de tout programme d’enseignement, d’éducation et de formation avec les pays du Sud essentiellement. Dans un esprit de partenariat avec ceux-ci, elle apporte son appui à des projets concernant


Clés pour … le premier emploi

principalement l’enseignement de base et la formation professionnelle et technique. Sauf rares exceptions, les coopérants recrutés doivent avoir un diplôme de l’enseignement supérieur. La synergie avec les programmes de la Communauté française et de la Région wallonne est recherchée pour garantir la pérennité des échanges créés. Sur base de ces critères, l’APEFE est présente actuellement dans les régions suivantes: Maghreb (Maroc, Tunisie), Afrique subsaharienne (Bénin, Burkina-Faso, Burundi, Congo-Brazzaville, Rwanda, Sénégal et République démocratique du Congo), Asie du sud-est (Vietnam), Amérique latine (Bolivie, Chili), Proche-Orient (Liban, Palestine, Israël) et Caraïbes (Haïti). Elle collabore également à l’enseignement dans les écoles à programmes belges en République démocratique du Congo, au Rwanda et au Burundi. 2. En matière de coopération culturelle, le Commissariat général aux relations internationales de la Communauté française (CGRI) a tissé à l’étranger un réseau de lecteurs au sein des universités et de formateurs dans l’enseignement maternel, primaire et secondaire. Les lecteurs exercent leur mission auprès d’universités en Europe centrale et orientale ainsi qu’en Espagne, Italie, Portugal et Allemagne. Ils doivent être porteurs d’un diplôme d’agrégé en philologie romane ou de traducteurs ou de traducteurs-interprètes. Quant aux formateurs, ils enseignent soit le français, soit d’autres matières en français dans les lycées bilingues en Hongrie, Tchéquie et Slovaquie et doivent dès lors posséder les diplômes requis. Ils peuvent également enseigner en Louisiane le français langue étrangère dans l’enseignement préscolaire, primaire et secondaire inférieur ainsi que dans le cadre des programmes d’immersion: dans ce cas, ils doivent être porteurs d’un diplôme d’instituteur maternel ou primaire ou être régents en français ou en langues germaniques.

9.2.2 La coopération au développement non gouvernementale La coopération au développement non gouvernementale consiste en la mise en œuvre de projets d’aide aux populations des pays en développement. Ces projets sont développés par des organisations non gouvernementales (ONG) reconnues par la DGCD.

69


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

L’ASBL ACODEV est la fédération des ONG francophones et germanophones. Certaines de ces ONG sont spécialisées dans l’envoi de coopérants. La fédération est un organe de concertation des ONG, elle est l’interlocuteur du ministre de la Coopération au développement et de la DGCD et représente aussi ses membres dans différentes instances nationales ou internationales.

9.2.3 Les organismes internationaux Les Communautés européennes recrutent du personnel par concours annoncés dans la presse et dans le “Journal officiel des Communautés européennes”. L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a notamment pour objet de faciliter l’émigration d’Europe des personnes désireuses de s’installer en Amérique Latine et d’aider à son développement par leur haute qualification (techniciens, ingénieurs, enseignants). Le programme pour les experts associés est destiné aux jeunes diplômés (âgés de moins de 32 ans lors de la sélection), de nationalité belge et détenteurs d’un diplôme d’un niveau d’enseignement supérieur non universitaire au moins. Le niveau requis dans l’appel des Nations Unies est déterminant; une expérience professionnelle significative de deux ans est exigée, ainsi que des aptitudes spécifiques (pour plus de renseignements, contacter la DGCD au 02 519 05 43).

9.2.4 La fonction publique La Belgique est représentée à l’étranger et auprès des organisations internationales par les missions diplomatiques et consulaires: ambassades, représentations permanentes, consulats généraux et consulats.

70

Pour la plus grande partie, le personnel de ces missions est au service du Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement. Il y a, d’une part, le personnel statutaire qui est composé par les agents de la carrière du service extérieur et de la carrière des attachés de la Coopération internationale (niveau A) ainsi que des agents de la carrière de chancellerie (niveaux A, B et C). Ces agents sont recrutés par des examens organisés par le Service public fédéral


Clés pour … le premier emploi

Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement et par le SELOR. D’autre part, il y a le personnel contractuel qui peut soit être recruté depuis Bruxelles par le SPF Affaires étrangères pour être affecté dans ses missions à l’étranger soit directement sur place par ces mêmes missions (secrétariat, chauffeur…) A côté du personnel du Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement, les missions diplomatiques et consulaires comprennent également du personnel qui est au service d’autres départements fédéraux, tels que la Défense nationale et l’Agriculture, ainsi que des Communautés et des Régions.

9.2.5 Le secteur privé Le secteur privé offre de réelles possibilités d’emploi à l’étranger. Cela peut être l’occasion pour un jeune diplômé de s’insérer dans la vie professionnelle et d’acquérir une ouverture internationale. Certaines entreprises appartenant notamment aux secteurs de la construction, du génie civil et de l’exploitation de ressources naturelles, ou encore des bureaux d’ingénieries et des ensembliers industriels, engagent régulièrement de jeunes diplômés disposés à s’expatrier pour un certain temps. Ces entreprises le font savoir généralement par voie de presse ou également sur leur site Internet. Il y a aussi quelques adresses de sites spécialisés dans la recherche d’un emploi à l’étranger (voir adresses point 11.9). De même, les ambassades et les chambres de commerce étrangères installées en Belgique participent au recrutement pour le compte de leur gouvernement ou d’entreprises de leur pays dont elles représentent les intérêts. L’Union francophone des belges à l’étranger est une association qui peut également être d’une grande aide. L’UFBE défend en Belgique les intérêts des belges expatriés et les aide pour une série de problèmes pouvant se poser tant avant le départ qu’après le retour (formalités en matière de sécurité sociale, recherche des équivalences des diplômes ...). Elle diffuse également des informations sur les entreprises qui engagent en dehors de nos frontières, qu’il s’agisse de filiales de sociétés belges ou d’entreprises étrangères.

71


Clés pour ... 72

Clés pour … le premier emploi

9.3

Les possibilités de stage

Le jeune demandeur d’emploi peut, pendant sa période d’attente (voir 3.1.1), effectuer à l’étranger un stage pour accroître ses possibilités de s’insérer sur le marché du travail. Si ce stage est accepté par le directeur du bureau du chômage, le total des journées de séjour à l’étranger pour le stage entrera en ligne de compte pour le calcul de la période d’attente et ne prolongera donc pas celle-ci Pour prendre sa décision, le directeur du bureau du chômage prend en considération notamment l’âge de l’intéressé, les études suivies, les aptitudes, le passé professionnel, la nature de la formation et l’augmentation des possibilités d’insertion sur le marché du travail que le stage offre. Les services publics de l’emploi (ACTIRIS, FOREM, Arbeitsamt et VDAB) organisent des stages à l’étranger: immersion linguistique, stages en entreprises… (adresses voir point 11.1). D’autres organismes offrent également des possibilités de stages à l’étranger: ✒ L’AWEX, l’Agence wallonne à l’exportation propose plusieurs formes de stages: le programme Eurodyssée (stage en entreprise dans une région d’Europe), Inter nation (formations courtes qui visent à mettre l’interculturalité au service des métiers de l’international), Explort (différentes formes de stage en entreprise)… Contact: AWEX, Place Sainctelette 2 à 1080 Bruxelles, tél.: 02 421 82 11, fax: 02 421 87 87, site Internet: www.awex.be. ✒ Le BIJ, le Bureau international de la jeunesse, vous offre également diverses formules de stages et d’échanges. Contact: BIJ, rue du Commerce 20-22 à 1000 Bruxelles, tél.: 0800 25 18 0 ou 219 09 06, fax: 02 218 81 08, site Internet: www.lebij.be. ✒ Le Commissariat général aux relations internationales (CGRI) peut aussi vous offrir une bourse pour étudier ou faire de la recherche scientifique à l’étranger si vous avez moins de 30 ans. Contact: CGRI, place Sainctelette 2 à 1080 Bruxelles, tél.: 02 421 82 11, fax: 02 421 87 87, site Internet: www.wbri.be. ✒ Le Comité pour les relations internationales de la jeunesse (le CRIJ) peut également vous offrir une aide financière pour des stages ou des bourses d’échanges internationaux. Contact: CRIJ, boulevard Léopold II, 44 à 1080 Bruxelles, tél.: 02 413 29 30, fax: 02 413 29 31, e-mail: info@cjef.be et site Internet: www.cjef.be. ✒ La Direction générale de la coopération au développement (DGCD) donne aux jeunes qui quittent l’école et aux jeunes demandeurs d’emploi la possibilité d’avoir une première expérience professionnelle dans


Clés pour … le premier emploi

le cadre d’un projet d’une organisation non gouvernementale reconnue (ONG). La première expérience professionnelle dans le cadre de la coopération au développement a une durée minimale de quatre mois et une durée maximale de 12 mois. Le stage s’adresse aux chômeurs complets indemnisés qui ont droit aux allocations d’attente, c’est-à-dire aux jeunes qui, après avoir quitté l’école, ont accompli un stage d’attente et perçoivent des allocations d’attente. Au cours de son séjour dans le cadre de la coopération au développement, le jeune candidat coopérant continue à percevoir chaque mois une allocation d’attente. La période de coopération au développement n’est pas considérée comme une période de chômage pour l’application de la réglementation relative au chômage de longue durée. En tant que chômeur indemnisé, le jeune reste tout à fait en ordre en matière de sécurité sociale (assurance maladie, pension ...). Il reçoit en plus une indemnité mensuelle de 110,66 e et a droit par ailleurs à une prime unique de 276,64 e comme indemnité pour les frais occasionnés par le départ. Enfin, le billet d’avion vers le lieu du séjour est également payé au jeune et l’ONG souscrit en sa faveur une assurance contre les accidents, les accidents du travail et pour le rapatriement. Pour effectuer sa première expérience professionnelle dans le cadre de la coopération au développement, le jeune doit contacter une ONG qui est disposée à intégrer des jeunes pendant quelques mois dans le cadre d’un projet de coopération. Ensuite, le candidat demande une attestation de chômeur indemnisé (formulaire C63) auprès du bureau du chômage de l’ONEM. Le formulaire C63 doit mentionner clairement que l’intéressé a droit à des allocations d’attente. Il conclut avec l’ONG un contrat d’envoi pour un projet déterminé, par lequel l’ONG prend la responsabilité de sa première expérience professionnelle. Le jeune complète alors avec cette ONG une demande de dispense en tant que “coopérant jeune demandeur d’emploi” (formulaire C97B). Il doit envoyer celle-ci à son organisme de paiement (syndicat ou Caisse auxiliaire de paiement des allocations de chômage). Il conserve ainsi son droit aux allocations d’attente pendant son absence de Belgique, mais il est dispensé de chercher du travail. Pour être bien informé et préparé à agir sur le terrain, le jeune doit suivre au préalable un cycle de formation de quelques jours et réussir un test. Pour plus d’information sur la première expérience professionnelle dans

73


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

le cadre de la coopération au développement, on peut s’adresser à la DGCD (voir adresse au point 11.7) ou à un bureau de l’ONEM, du FOREM, d’ACTIRIS ou de l’ARBEITSAMT.

TRAVAILLER DANS LA COOPERATION AU DEVELOPPEMENT: UNE PRECIEUSE PUBLICATION Le Service communication de la Direction générale de la coopération au développement publie chaque année la brochure “Travailler dans la coopération au développement” qui vous fournira gratuitement plus d’informations sur les possibilités de travail dans le monde, ailleurs que dans la société industrielle occidentale. Qui peut partir? Pour que faire? A quelles conditions? Autant de questions qui y trouvent une réponse, afin de vous guider parmi les différentes possibilités existantes. Les avantages et les inconvénients de chaque statut, de chaque formule sont chaque fois indiqués. Adresses utiles, personnes à contacter, téléphones et fax, tous ces renseignements sont également repris dans la brochure. La brochure peut être obtenue gratuitement sur demande écrite auprès du Service communication de la DGCD du Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coorpération au développement, rue des petits Carmes 15 à 1000 Bruxelles, tél.: 02 501 81 11, site Internet: www.dgcd.be.

74


Clés pour … le premier emploi

10 Si le chômage se prolonge

Il se pourrait que, malgré de nombreuses démarches, vous restiez sans travail après un certain temps de chômage. Il ne faut pas vous décourager! En attendant de trouver un travail, vous avez droit aux allocations de chômage. Il convient sans doute de faire à nouveau un certain “bilan” à l’image de celui proposé au chapitre 5 et d’essayer de trouver ce qui “cloche”. Suis-je suffisamment formé pour le travail que je cherche? N’ai-je pas des prétentions démesurées? Le secteur dans lequel je voudrais travailler me convient-il? Est-ce que je me présente à mon avantage lors de mes rendezvous? ... Ce bilan pourra vous conduire à envisager d’entreprendre une formation complémentaire, de type professionnel ou de développement personnel. Si le chômage se prolonge, il convient également d’examiner si certaines mesures d’incitation à l’embauche ou certains programmes d’emploi mis en place par l’Etat ou par les régions ne peuvent pas procurer une première expérience professionnelle. Enfin, il convient de voir dans quelle mesure le travail intérimaire n’apporte pas de solution intéressante.

75


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

10.1 La demande d’allocations de chômage Au terme de la période d’attente, les jeunes qui n’ont pas trouvé de travail peuvent, pour la plupart, bénéficier d’une allocation d’attente. La durée de cette période d’attente varie principalement en fonction de l'âge. Mais la nature des contrats prestés en tant que travailleur étudiant, les périodes de stages, de séjour à l’étranger ou encore les périodes d’incapacité de travail peuvent influencer le calcul du stage d’attente. L'ONEM ou votre organisme de paiement vous renseigneront précisément.

10.1.1 Où? La demande d’allocations doit être introduite auprès d’un organisme de payement agréé par l’ONEM. Il en existe quatre: ✒ Soit un des trois grands syndicats: • La Fédération générale du travail de Belgique (FGTB); • La Confédération des syndicats chrétiens (CSC); • La Centrale générale des syndicats libéraux de Belgique (CGSLB). ✒ Soit la Caisse auxiliaire de paiement des allocations de chômage (CAPAC) qui est un organisme public (site Internet: http://www.capac.fgov.be). On peut trouver les adresses de ces organismes dans l’annuaire téléphonique. Les adresses du siège central des trois grands syndicats sont également renseignées au point 11.9.

10.1.2 Comment? Quand? Il suffit de se présenter à l’un des organismes agréés avec son formulaire de demande C109/36. L’organisme délivre alors une carte de contrôle appropriée.

76

A Bruxelles, il faut ensuite confirmer son inscription comme demandeur d’emploi en se rendant chez ACTIRIS (voir adresses au point 11.1) qui complétera une des rubriques du C109/36. Cette confirmation doit se faire au plus tôt 28 jours avant la date de fin de la période d’attente et au plus tard huit jours après.


Clés pour … le premier emploi

En Wallonie : ✒ soit le FOREM convoque le jeune inscrit après la fin ou l’arrêt de ses études dans le courant du neuvième mois de son inscription, pratiquement dans le mois-calendrier précédant la date théorique de demande d’allocations, ✒ soit le jeune se présente spontanément après avoir introduit sa demande auprès de son organisme de paiement, dans les mêmes délais. Lors de l’entretien, le jeune reçoit une attestation d’inscription valable deux mois et couvrant au moins la période entre l’entretien et la date de demande d’allocations. De ce fait, le jeune ne doit plus confirmer son inscription lors de la demande d’allocations. Depuis janvier 2006, les chômeurs complets indemnisés n'ont plus à se présenter au contrôle communal. Ils remplissent leur carte de contrôle eux-mêmes avant de l'introduire à la fin de chaque mois auprès de leur organisme de paiement afin d'être indemnisés régulièrement. Les travailleurs à temps partiel continueront de faire valider leurs formulaires de contrôle C3 temps partiel tous les trimestres.

10.1.3 Conditions supplémentaires Pour bénéficier des allocations de chômage ou d’attente, il faut également, outre être inscrit comme demandeur d’emploi: ✒ Avoir soit terminé des études de plein exercice du cycle secondaire supérieur ou la troisième année de l’enseignement secondaire professionnel, artistique ou technique, soit obtenu un diplôme ou un certificat de fin d’études devant le jury central, soit terminé un apprentissage effectué en exécution d’un contrat d’apprentissage; ✒ Ne plus suivre d’études de plein exercice parce que toutes les activités imposées par le programme d’études sont terminées ou parce qu’il y a été mis fin par le jeune et qu’il n’accomplit plus d’apprentissage; ✒ Avoir travaillé comme salarié ou avoir été inscrit comme demandeur d’emploi pendant une période équivalente au total de la période d’attente (voir 3.1.1); ✒ Etre âgé de moins de 30 ans au moment de la demande.

77


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

10.1.4 Montant des allocations d’attente Situation du jeune

Montant par jour

Montant mensuel

Chef de famille

36,30 €

943,80 €

Isolé âgé de - moins de 18 ans - de 18 à 20 ans - de 21 ans et plus

10,31 € 16,21 € 26,84 €

268,06 € 421,46 € 697,84 €

Cohabitant • ordinaire - moins de 18 ans - de 18 ans et plus

8,84 € 14,10 €

229,84 € 366,60 €

• avec conjoint n’ayant que des revenus de remplacement - moins de 18 ans€ - de18 ans et plus

9,36 € 15,03 €

243,36 € 390,78 €

Ces montants sont valables depuis le 1er mai 2008

10.2 Les aides à l’emploi Il existe des aides, des programmes et des incitants qui ont été mis en place par les pouvoirs publics afin de permettre à un maximum de demandeurs d’emploi de trouver un travail.

78

Ces mesures sont prises aussi bien par le gouvernement fédéral que par le gouvernement de votre Région. Il peut s’agir d’aides à l’embauche (plans ACTIVA) ou de programmes d’emploi (APE en Région wallonne par exemple). Ces aides et programmes concernent tantôt un groupe particulier de demandeurs d’emploi tel les jeunes ou les demandeurs d’emploi de longue durée, tantôt un secteur d’activités tel le non-marchand ou encore les employeurs décidés à engager leur premier travailleur. Toutes ces mesures sont décrites sur le site Internet www.autravail.be.


Clés pour … le premier emploi

Un jeune qui cherche un premier emploi a intérêt à demander sa carte de premier emploi au bureau de chômage de l’ONEM dont il dépend (voir point 3.1.5.). Cette carte atteste à l’employeur potentiel que le jeune demandeur d’emploi entre en ligne de compte pour le respect de ses obligations de la convention de premier emploi. Cette carte indique aussi les réductions de cotisations sociales dont peut bénéficier l’employeur qui engage le jeune concerné. Ainsi cette carte constitue un atout pour le jeune dans sa recherche d’un premier emploi. Il existe aussi des incitants, tels l’allocation de formation et l’allocation de stage qui facilitent l’entrée dans le monde professionnel aux jeunes demandeurs d’emploi en stage d’attente par exemple. Pour mieux connaître la nature de ces aides et les possibilités éventuelles d’emploi qu’ils peuvent vous offrir, il convient de se renseigner auprès du FOREM , du VDAB, d’ACTIRIS ou de l’ARBEITSAMT (voir point 11.1). Des informations sont également disponibles auprès de l’ONEM (voir point 11.2).

79


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

10.3 Le travail intérimaire La formule du travail intérimaire n’est pas à rejeter a priori. En effet, travailler comme intérimaire, c’est mettre un pied dans une entreprise et il n’est pas rare qu’un contrat temporaire aboutisse à la signature d’un contrat à durée indéterminée si la société qui vous occupe est satisfaite. Les modalités d’inscription sont simples. Les agences se spécialisent de plus en plus et présentent un éventail de jobs beaucoup plus large que par le passé. ACTIRIS dispose d’une agence: le T. Service Interim; Trace est l’agence wallonne de travail intérimaire qui a une vocation sociale. D’autres agences sont gérées par le secteur privé. Pour connaître les adresses de ces agences, publiques ou privées, on peut consulter les Pages d’Or de l’annuaire téléphonique aux rubriques “Intérimaires-Travail intellectuel” “Intérimaires-Travail manuel”.

80


Clés pour … le premier emploi

10.4 Carrefours emploi formation Les Carrefours Emploi Formation sont des espaces ouverts d’information et de conseil sur toutes les questions liées à l’emploi et à la formation. Ils sont implantés dans les grandes villes et offrent gratuitement un service en libre accès. Dans un Carrefour Emploi Formation, des conseillers spécialisés sont à votre disposition pour vous aider dans vos démarches et vous apprendre, si nécessaire, à utiliser les outils et ressources disponibles (ordinateurs, téléphones, fax, photocopieur, presse, offres d’emploi et de formation). Une vaste documentation y est rassemblée et mise à jour pour faciliter vos recherches. Si vous le souhaitez, les conseillers vous renseignent sur la façon d’accéder à l’information utile. Ce lieu de rencontre peut répondre à beaucoup de vos questions telles que : comment trouver une formation, trouver un emploi, choisir son orientation, créer sa propre activité, travailler ou se former à l’étranger. Les partenaires du Forem dans les Carrefours Emploi Formation: Agence Wallonne pour l’Intégration des Personnes Handicapées(AWIPH), Entreprises de Formation par le Travail (EFT), l’Enseignement de Promotion sociale, FOREM Formation, Institut Wallon de Formation en Alternance et des indépendants et des Petites et Moyennes Entreprises (IFAPME), Missions Régionales pour l’Emploi (MIRE), Organismes d’Insertion SocioProfessionnelle (OISP).

81


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

10.5 Les formations complémentaires Les difficultés rencontrées pour trouver du travail peuvent provenir principalement d’une insuffisance de formation. On peut distinguer trois types de formation qui peuvent favoriser l’insertion professionnelle: ✒ Formations centrées sur l’acquisition ou le renforcement de compétences: langues étrangères, gestion, informatique, bureautique, spécialisation manuelle ou technique, vente... ✒ Formations centrées sur le développement personnel: prise de parole en public, séminaire de recherche d’emploi... ✒ Formations qualifiantes axées sur l’acquisition d’un métier. De nombreux organismes tant publics que privés organisent des formations. Certaines sont gratuites, d’autres sont très chères. Certaines permettent d’obtenir des diplômes ou certificats reconnus, d’autres ne conduisent à aucun diplôme ou titre reconnus. Il convient donc d’évaluer le plus correctement possible si la formation envisagée est sérieuse et peut combler efficacement une lacune ou favoriser l’acquisition des compétences recherchées. Il faut être particulièrement prudent avec les formations proposées par démarchage. Les services du FOREM et Bruxelles Formation peuvent vous informer sur les possibilités qu’ils offrent. Par ailleurs, les centres PMS et certains organismes privés peuvent également vous conseiller avec rigueur (voir adresses au point 11.9).

10.6 Travailler comme indépendant Face aux difficultés pour trouver du travail ou dans la perspective de sortir du chômage, certains demandeurs d’emploi sont tentés de créer leur propre emploi, c’est-à-dire de démarrer une activité sous le statut d’indépendant.

82

Le Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale a édité dans ce cadre une brochure expliquant les formalités et obligations et les dispositifs d’aide aux chômeurs candidats-indépendants.


Clés pour ... 84

Clés pour … le premier emploi

La brochure “Clés pour... sortir du chômage en créant son emploi” est disponible gratuitement à la Cellule Publications du Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale, rue Ernest Blerot 1 à 1070 Bruxelles, tél.: 02 233 42 14, fax: 02 233 42 36 et e-mail: publications@emploi.belgique.be.


Clés pour … le premier emploi

11 Adresses utiles

11.1 Services publics de l’emploi En Wallonie: Le FOREM ✒ Accueil FOREM Conseil Arlon: rue Diekirch 38 - 6700 ARLON Charleroi: rue de l’Ecluse 16 - 6000 CHARLEROI Huy: chaussée de Liège 49/51 - 4500 HUY La Louvière: rue de la Closière 36 - 7100 LA LOUVIERE Liège: Quai Banning 4 - 4000 LIEGE Mons: rue des Canonniers, 32 - 7000 MONS Mouscron: rue du Midi 61 - 7700 MOUSCRON Namur: Avenue Prince de Liège, 137 - 5100 JAMBES Nivelles: rue de Soignies 7 - 1400 NIVELLES Tournai: rue Childeric 53 - 7500 TOURNAI Verviers: rue du Collège 1/3 - 4800 VERVIERS

Tél.: 063 67 03 11 Tél.: 071 23 05 11 Tél.: 085 27 08 27 Tél.: 064 23 52 11 Tél.: 04 229 11 11 Tél.: 065 38 20 11 Tél.: 056 85 51 00 Tél.: 081 48 68 11 Tél.: 067 28 08 11 Tél.: 069 88 28 11 Tél.: 087 59 03 11

✒ FOREM Formation Arlon: avenue Herbofin 37 - 6800 LIBRAMONT Charleroi: avenue des Alliés 14/18 - 6000 CHARLEROI Huy: avenue Ch & L Godin 5 - 4500 HUY La Louvière: rue du chemin de fer 37 - 7100 LA LOUVIERE Liège: rue du Bois d’Avroy 27 - 4000 LIEGE Mons: rue des Verts pâturages 10 - 7000 MONS

Tél.: 061 22 80 05 Tél.: 071 27 45 89 Tél.: 085 25 21 74 Tél.: 064 23 63 15 Tél.: 04 225 57 10 Tél.: 065 40 21 12

85


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

Namur: rue JB Brabant 56 - 5000 NAMUR Nivelles: rue du Progrès 5 - 1400 NIVELLES Hainaut occidental: rue du Moulin de Marvis 7/9 - 7500 TOURNAI Verviers: rue Coronmeuse, 53/55 – 4800 VERVIERS

Tél.: 081 23 45 45 Tél.: 067 28 52 49 Tél.: 069 88 16 00 Tél.: 087 32 42 80

✒ Carrefours Emploi Formation Arlon: rue de Diekirch 38 -Espace Didier - 6700 ARLON carrefouremploiformation.arlon@forem.be

Tél.: 063 67 03 32 Fax: 063 67 02 95

Charleroi: rue de l’Ecluse 16 - 6000 CHARLEROI carrefouremploiformation.charleroi@forem.be

Tél.: 071 23 05 03 Fax: 071 79 79 49

Huy: place Saint Severin 5A - 4500 HUY

Tél.: 085 27 41 31 Fax: 085 25 04 85 Tél.: 085 27 09 80 Fax: 085 27 09 89

chaussée de Liège 51 - 4500 HUY carrefouremploiformation.huy@forem.be La Louvière: rue de Brouckère 20 - 7100 LA LOUVIERE

86

rue de la Closière 36 - 7100 LA LOUVIERE carrefouremploiformation.lalouviere@forem.be

Tél.: 064 23 90 Fax: 064 84 81 Tél.: 064 23 52 Fax: 064 34 23

Liège: quai Banning 4 - 4000 LIEGE carrefouremploiformation.liege@forem.be

Tél.: 04 254 57 42 Fax: 04 254 40 19

Marche-en-Famenne: rue Victor Libert, 1 6900 MARCHE-EN-FAMMENE carrefouremploiformation.marche@forem.be

Tél.: 084 24 58 61 Fax: 084 24 58 99

Mons: rue des Canonniers, 32 - 7000 MONS carrefouremploiformation.mons@forem.be

Tél.: 065 38 21 00 Fax: 065 38 21 97

Mouscron: rue du Midi 61 - 7700 MOUSCRON carrefouremploiformation.mouscron@forem.be Namur: Avenue Prince de Liège, 137 - 5000 NAMUR carrefouremploiformation.namur@forem.be

Tél.: 056 85 51 50 Fax: 056 85 51 93 Tél : 081 48 67 07 Fax: 081 48 69 88

Nivelles: rue de Soignies 7 - 1400 NIVELLES carrefouremploiformation.nivelles@forem.be

Tél.: 067 28 08 43 Fax: 067 28 08 98

Tournai: rue des Puits l’eau 10 - 7500 TOURNAI

Tél.: 069 88 11 00 Fax: 069 88 11 19 Tél.: 069 88 28 40 Fax: 069 88 28 50 Tél.: 087 59 03 00 Fax: 087 63 94 40 Tél.: 010 68 67 50 Fax: 020 68 67 98

rue Childeric 53 - 7500 TOURNAI carrefouremploiformation.tournai@forem.be Verviers: rue du Collège 1/3 - 4800 VERVIERS carrefouremploiformation.verviers@forem.be Wavre: avenue Einstein 4 - Parc d’Affaires - 1300 WAVRE carrefouremploiformation.wavre@forem.be

50 64 73 04


Clés pour … le premier emploi

Avec Le FOREM se sont créées les Maisons de l’Emploi. Vous trouverez leurs adresses et heures d’ouverture sur le site Internet du FOREM: www.leforem.be. Pour trouver une adresse du FOREM, vous pouvez former le 0800 93 947.

En Communauté germanophone: Arbeitsamt Saint-Vith:

Aachenerstrasse 73-77 4780 SANKT-VITH

Tél.: 080 28 00 60

Eupen:

Hütte 79 4700 EUPEN

Tél.: 087 63 89 00

boulevard Anspach 65 1000 BRUXELLES info@actiris.be www.actiris.be Guidance Recherche active d’emploi: Projet professionnel Espace Langues: BIJOB (Brussels International Jobcenter)

Tél.: 02 505 14 11 Fax: 02 511 30 52

A Bruxelles: ACTIRIS Bruxelles-Ville:

Tél.: 02 505 15 04 Tél.: 02 505 16 91 Tél.: 02 505 11 97 Tél.: 02 505 78 68

Les services d’ACTIRIS sont accessibles du lundi au vendredi de 8h30 à 12H15 et de 13h30 à 16h. Fermé le jeudi matin. Site Internet: www.actiris.be Antennes Schaerbeek:

rue Gallait 36 1030 BRUXELLES E-mail: schaerbeek@actiris.be

Tél.: 02 245 08 50

Saint-Gilles:

Rue de Mérode 143 1060 BRUXELLES E-mail: saintgilles@actiris.be place du Champ de Mars 1 1050 BRUXELLES E-mail: ixelles@actiris.be

Tél.: 02 563 20 00

Ixelles:

Tél.: 02 563 22 20

87


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

Anderlecht:

Rue de Birmingham 225 1070 BRUXELLES E-mail: anderlecht@actiris.be

Tél.: 02 563.20.20

Auderghem :

Avenue du Paepedelle 87 1160 BRUXELLES E-mail: auderghem@actiris.be

Tél.: 02 563 20 90

Forest :

Avenue Général Dumonceau 56 bte 13 1190 BRUXELLES E-mail: forest@actiris.be

Tél.: 02 563 20 50

Molenbeek :

Rue Vandenboogaerde 91 1080 BRUXELLES E-mail: molenbeek@actiris.be

Tél.: 02 800 43 33

Berchem-Sainte-Agathe

Chaussée de Gand 1154 Tél : 02/563 21 30 1082 BRUXELLES E-mail: berchemsainteagathe@actiris.be

Les Espaces Ressources Emploi Les ERE sont accessibles les lundi, mardi, mercredi et vendredi de 8h30 à 16h30; le jeudi de 13h00 à 16h30. ERE Molenbeek

rue Vandenboogaerde 91 (2e étage) 1080 BRUXELLES E-mail: eremolenbeek@actiris.be

Tél.: 02 800 43 43 Fax.02 800 43 98

ERE Royale

rue Royale 93 (2e étage) 1000 BRUXELLES E-mail: ereroyale@actiris.be

Tél. 02 563 21 80 Fax.02 563 21 88

Centre:

place de Brouckère 26 1000 BRUXELLES

Tél.: 02 511 23 85 Fax: 02 514 09 09

Uccle:

chaussée d’Alsemberg 764 1180 BRUXELLES

Tél.: 02 333 26 00 Fax: 02 376 80 77

Schaerbeek:

Grande rue au Bois 156 1030 BRUXELLES

Tél.: 02 733 10 61 Fax: 02 733 17 06

T. Service Intérim:

88

Les services du T. Service Intérim sont ouverts le lundi, mardi, jeudi et vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h00. Site Internet: www.tserviceinterim.be - E-mail: info@tserviceinterim.be


Clés pour … le premier emploi

En Flandre: services subrégionaux du VDAB Pour plus d’information sur les services subrégionaux du VDAB: Tél.: 0800 30 700 (de 8h à 20h) Site Internet: www.vdab.be

11.2 Bureaux régionaux du chômage Site Internet: www.onem.be Bureaux régionaux du chômage 6700 Arlon rue Gén. Molitor 8A 1060 Bruxelles chaussée de Charleroi 60 6000 Charleroi rue du Pont neuf, 7 4500 Huy avenue des Fossés 9D 5100 Jambes chaussée de Liège 219 7100 La Louvière rue G. Boël 19

Eric Audras

Tél.: 063 24 57 11 Tél.: 02 542 16 11 Tél.: 071 27 08 40 Tél.: 085 71 04 10 Tél.: 081 23 50 80 Tél.: 064 23 62 70

89


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

4020 Liège 7000 Mons 7700 Mouscron 1400 Nivelles 7500 Tournai 4800 Verviers

rue Natalis 49 place des Archers 8 rue du Bilemont 225 rue Saint-Georges 2 rue du Crampon 14 Galerie des 2 places place Verte 12

Tél.: 04 349 28 61 Tél.: 065 39 46 39 Tél.: 056 39 19 50 Tél.: 067 89 21 50 Tél.: 069 88 95 11 Tél.: 087 39 47 50

11.3 Maisons de la Défense Les centres d’information des Maisons de la Défense (tout renseignement utile sur les différentes carrières militaires à l’armée) sont ouverts tous les jours ouvrables de 9h à 17h et le premier samedi du mois (sauf en juillet et en août) de 9h à 17h. Site Internet: www.mil.be 6700 Arlon

rue des Déportés 3

1000 Bruxelles 4000 Liège

place de la vieille Halle aux blés 27 bd. de la Sauvenière 72

7000 Mons

rue des Capucins 8-10

5000 Namur

rue Bas de la Place 30

1300 Wavre

rue Haute 9

Tél.: 063 21 69 60 Fax: 063 21 99 76 Tél.: 02 502 65 04 Fax: 02 502 40 22 Tél.: 04 223 68 11 Fax: 04 223 65 83 Tél.: 065 36 31 37 Fax: 065 36 31 38 Tél.: 081 22 12 12 Fax: 081 22 17 40 Tél.: 010 84 20 92 Fax: 010 84 58 75

Les Maisons de la Défense tiennent également des permanences dans les principales communes de chaque province. On peut obtenir les jours et heures de ces permanences en s’adressant au centre d’information de sa province.

90


Clés pour … le premier emploi

11.4 Contrôle des lois sociales Les bureaux régionaux du Contrôle des lois sociales sont à la disposition des travailleurs et des employeurs pour toute information utile, conseils et plaintes concernant la réglementation du travail. Voici les adresses des différents bureaux du Contrôle des lois sociales. Ils sont accessibles au public chaque mercredi de 9h à 17h sans interruption. Pour connaître les autres heures d’ouverture ou pour prendre un rendezvous à un autre moment, il faut contacter directement le service concerné. 6700 Arlon 1070 Bruxelles 6000 Charleroi

4020 Liège

7000 Mons 5000 Namur 1400 Nivelles 7500 Tournai 4800 Verviers

Centre administratif de l’Etat Tél.: 063 22 13 71 E-mail: cls.arlon@emploi.belgique.be rue Ernest Blerot 1 Tél.: 02 235 54 01 E-mail: cls.bruxelles@emploi.belgique.be Centre Albert - 9e étage Tél.: 071 32 93 71 place Albert 1er 4 - bte 8 E-mail: cls.charleroi@emploi.belgique.be rue Natalis 49 Tél.: Nord: 04 340 11 60 E-mail: cls.liege.nord@emploi.belgique.be Tél.: Sud: 04 340 11 70 E-mail: cls.liege.sud@emploi.belgique.be rue du Miroir 8 Tél.: 065 35 15 10 E-mail: cls.mons@emploi.belgique.be place des Célestines 25 Tél.: 081 73 02 01 E-mail: cls.namur@emploi.belgique.be rue de Mons 39 Tél.: 067 21 28 24 E-mail: cls.nivelles@emploi.belgique.be rue des Soeurs noires 28 Tél.: 069 22 36 51 E-mail: cls.tournai@emploi.belgique.be rue Fernand Houget 2 Tél.: 087 30 71 95 E-mail: cls.verviers@emploi.belgique.be

91


Clés pour … le premier emploi

11.5 Sécurité sociale Pour des questions relatives à la sécurité sociale: ✒ écrire au Service public fédéral Sécurité sociale place Victor Horta 40 bte 20 à 1060 Bruxelles ✒ ou s’adresser à un service régional de l’Inspection Bruxelles rue Stevens 7 (20e étage) 1000 BRUXELLES Hainaut rue Verte 13-1er étage 7000 MONS Liège Potiérue 2 4000 LIEGE Namur rue Lucien Namèche 16 Brabant wallon 5000 NAMUR Luxembourg Grand rue 67 6800 LIBRAMONT

sociale: Tél.: 02 545 06 70 Fax: 02 545 06 75 Tél.: 065 22 11 66 Fax: 065 22 11 77 Tél.: 04 230 17 30 Fax: 04 222 92 32 Tél.: 081 25 02 60 Fax: 081 25 02 61 Tél.: 061 22 44 00 Fax: 061 23 24 49

✒ ou consulter le site du Service public fédéral: http://socialsecurity.fgov.be

11.6 Institutions utiles pour le travail indépendant Pour des questions relatives à l’activité indépendante: ✒ Service public fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie Multimedia Contact Center Rue du Progrès 50 – 1210 Bruxelles Site Internet: www.economie.fgov.be Le point de contact unique est accessible chaque jour ouvrable de 9h à 12h et de 13h à 17h soit par : Tél. (numéro vert) : 0800 120 33 - Fax (numéro vert): 0800 120 57 E-mail: info.eco@mineco.fgov.be Direction générale Politique des P.M.E. WTC 3 - Boulevard S. Bolivar 30 - 1000 Bruxelles Téléphone : 02 277 51 11 Site Internet: http://economie.fgov.be

93


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

✒ Guichets d’entreprises agréées La liste complète des guichets d’entreprises agréés est accessible sur le site du SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie: www.economie.fgov.be, sous la rubrique « Entreprendre », dans le module « Guichets d’entreprises ». ✒ Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) Boulevard Simon Bolivar 30 1000 Bruxelles Tél.: 02 208 34 11 ou (numéro vert): 0800 135 50 E-mail: info@afsca.be Site Internet: www.afsca.be Pour des questions relatives au statut social des indépendants: ✒ Service public fédéral Sécurité sociale Direction générale Indépendants - Service obligations Place Victor Horta 40 bte 20 - 1060 Bruxelles Tél.: 02 528 64 50 - Fax: 02 528 69 77 E-mail: zelfindep@minsoc.fed.be Site Internet: www.socialsecurity.fgov.be ✒ Institut national d’assurances sociales pour travailleurs indépendants (INASTI) 1000 Bruxelles place Jean Jacobs 6 Tél.: 02 546 42 11 Fax: 02 511 21 53 E-mail : info@rsvz-inasti.fgov.be Site Internet: www.inasti.be ✒ Bureaux régionaux de la Caisse auxiliaire nationale 1000 Bruxelles boulevard de Waterloo 77 Tél.: 02 546 42 11 Fax: 02 511 21 53 7000 Mons rue de la Halle 1 - 5 Tél.: 065 37 54 11 Fax: 065 37 54 99 4000 Liège rue des Guillemins 113 Tél.: 04 241 50 11 Fax: 04 241 50 99 6600 Libramont rue Jarlicyn 5 Tél.: 061 29 52 11 Fax: 061 29 52 99 5000 Namur rue Godefroid 35 Tél.: 081 42 51 11 Fax: 081 42 51 99

94


Clés pour … le premier emploi

4960 Malmedy 1300 Wavre

rue devant les Grands Moulins 72 place des Carmes 12 btes 108-110

Tél.: 080 79 41 11 Fax: 080 79 41 49 Tél.: 010 68 55 11 Fax: 010 68 55 99

11.7 Institutions utiles pour le travail à l’étranger ✒ Direction générale de la coopération au développement (DGCD) du Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement 1000 Bruxelles rue des Petits Carmes 15 Tél.: 02 501 81 11 Site Internet: www.dgic.be Coopération Technique Belge (BTC) 1000 Bruxelles rue Haute 147 Tél.: 02 505 37 00 Fax: 02 502 98 62 Site Internet: www.btcctb.org E-mail: info@btcctb.org ✒ Association pour la promotion de l’éducation et de la formation à l’étranger (APEFE) 1080 Bruxelles place Sainctelette 2 Tél.: 02 421 83 83 Fax: 02 421 83 86 Site Internet: www.apefe.be Email: apefe@cgri.cfwb.be ✒ Commissariat général aux relations internationales de la Communauté française de Belgique 1080 Bruxelles place Sainctelette 2 Tél.: 02 421 82 11 Fax: 02 421 87 87 Site Internet: www.wbri.be ✒ ACODEV 1080 Bruxelles

Boulevard Léopold II 184D

Tél.: 02 219 88 55 Fax: 02 217 99 63 Site Internet: www.acodev.be

95


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

✒ Service public fédéral Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement - Service P&O 1000 Bruxelles rue des Petits Carmes 15 Tél.: 02 501 81 79 ou Tél.: 02 501 39 58 Site Internet: www.diplomatie.be ✒ Organisation internationale pour les migrations 1000 Bruxelles rue Montoyer 40 Tél.: 02 282 45 60 Site Internet: www.iom.int ✒ Union francophone des Belges à l’étranger (UFBE) 1000 Bruxelles avenue des Arts 19 Tél.: 02 217 13 99 Fax: 02 218 44 36 E-mail: ufbe@skynet.be Site Internet: www.ufbe.be ✒ Pour la reconnaissance académique et pour enseigner à l’étranger: Ministère de la Communauté française Administration générale de l’enseignement et de la recherche scientifique Direction générale de l’enseignement non-obligatoire et de la recherche scientifique 1080 Bruxelles rue Adolphe Lavallée 1 Tél.: 02 690 87 03 Site Internet: www.enseignement.be/infosup ou www.enic-naric.net ✒ Pour les autres professions réglementées: Services fédéraux des affaires scientifiques, techniques et culturelles M. Jean NELIS Coordonnateur national pour l’application des directives de reconnaissance générale des diplômes à des fins professionnelles 1000 Bruxelles rue de la Science 8 Tél.: 02 238 34 54 Fax: 02 230 59 12 ✒ Quelques sites Internet présentant des offres d’emploi à l’étranger: • www.cadresonline.com • www.references.be • www.talent4europe.com • www.monster.be

96


Clés pour … le premier emploi

11.8 Autres institutions publiques ✒ Concernant le recrutement dans le secteur public SELOR 1000 Bruxelles boulevard Bischoffsheim 15

Tél.: 0800 505 55 Fax: 02 788 68 44 E-mail: info@selor.be Site Internet: www.selor.be

✒ Concernant l’enseignement à distance Direction de l’enseignement à distance du Ministère de la Communauté française 1000 Bruxelles boulevard du Jardin Tél.: 02 690 82 82 Botanique 20-22 Fax: 02 690 82 99 E-mail:ead@cfwb.be Site Internet: www.ead.cfwb.be ✒ Concernant les allocations et les prêts d’étude Direction des allocations et prêts d’étude Ministère de la Communauté française 1080 Bruxelles bd Léopold II 44 Tél.: 0800 20 000 Site Internet: www.allocations-etudes.cfwb.be ✒ Concernant les allocations familiales Office national d’allocations familiales pour travailleurs salariés (ONAFTS) 1000 Bruxelles rue de Trèves 70 Tél.: 02 237 21 12 Fax: 02 237 24 70 Site Internet: www.onafts.fgov.be Service public fédéral Sécurité sociale Direction générale Politique sociale 1060 Bruxelles place Victor Horta 40 bte 20 Tél.: 02 528 63 00 Fax: 02 528 69 70 E-mail: dg-soc@minsoc.fed.be Site Internet: www.socialsecurity.fgov.be

97


Clés pour ...

Clés pour … le premier emploi

11.9 Autres institutions privées ✒ Service d’information sur les études et les professions Le SIEP est une asbl pluraliste qui collecte, traite et diffuse auprès des jeunes, des parents, des adultes et des demandeurs d’emploi de l’information sur les études, les formations, les professions et les métiers. Le SIEP dispose de plus de 40 publications permettant de réaliser des choix de formations et de métiers. SIEP Bruxelles

rue de la Poste 109 1030 Bruxelles SIEP Charleroi boulevard Janson 35 6000 Charleroi SIEP Liège rue Forgeur 25 4000 Liège SIEP Mons boulevard Masson 2 7000 Mons SIEP Namur rue Saintraint 12 5000 Namur Sites Internet: www.siep.be et www.metiers.be.

Tél.: 02 640 08 Fax: 02 646 80 Tél.: 071 33 12 Fax: 071 30 11 Tél.: 04 222 08 Fax: 04 221 04 Tél.: 065 33 48 Fax: 065 33 99 Tél.: 081 25 14 Fax: 081 24 10

32 08 06 59 78 44 22 83 00 69

✒ Centre de documentation et d’information sur les études et professions Le CEDIEP est un lieu d’information gratuit et ouvert à tous; des informateurs y sont à votre disposition. Des guides sont à consulter sur place, à emporter ou à commander. Un numéro de téléphone pour recevoir des réponses rapides à des questions précises. CEDIEP

avenue E. Mounier 100 Tél.: 02 649 14 18 1200 Bruxelles Fax: 02 649 94 90 Site Internet: www.cediep.be E-mail: secretariat@cediep.be

Le CEDIEP est accessible du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 13h à 17h. ✒ Organisations syndicales Centrale générale des syndicats libéraux de Belgique (CGSLB) 1070 Bruxelles boulevard Poincaré 72-74 Tél.: 02 558 51 70 Site Internet: www.cgslb.be

98


Clés pour … le premier emploi

Confédération des syndicats chrétiens de Belgique (CSC) 1031 Bruxelles chaussée de Haecht 579 Tél.: 02 246 31 11 Site Internet: www.acv-csc.be Fédération générale du travail de Belgique (FGTB) 1000 Bruxelles rue Haute 42 Tél.: 02 506 82 11 Site Internet: www.fgtb.be ✒ Quelques sites Internet du secteur privé présentant des offres d’emploi en Belgique et/ou à l’étranger: www.references.be www.vacature.be www.monster.be www.jobstoday.be www.jobpilot.be www.stepstone.be www.emploi-international.org www.eurodesk.org www.vivrealetranger.com www.euroguidance.net ✒ Quelques sites portails: www.crefac.com www.arbajob.com

99


Clé pour le premier emploi