Issuu on Google+

h o p i ta l saint joseph MARSEILLE

www.hopital-saint-joseph.fr

Rapport annuel 2009 1


La Direction Générale de l’Hôpital Saint Joseph remercie tous les médecins qui se sont rendus disponibles pour participer à l’élaboration de cette publication, les personnels et médecins qui ont accepté de se prêter au jeu des prises de vues photographiques durant leur travail, ainsi qu’à tous les patients qui ont été volontaires pour figurer sur les photographies du Rapport Annuel de l’Hôpital Saint Joseph de Marseille.


“Omnia possibilia sunt credenti” “Tout est possible à celui qui croit” Abbé Jean-Baptiste Fouque 1851 - 1926


......... . . . . . . . . . . . . . . . .

2

Sommaire

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

Sommaire

Le mot du Président et du Directeur Général

Le journal de l’année 2009

Les chiffres-clés de l’Hôpital en 2009

Le Groupe Saint Joseph : une association, une fondation

p. 4

p. 6 p. 8

p. 9

1

L’hopital Saint Joseph en 2009

p. 12

I - L’activité de l’année

1 - carte d’identité de l’hôpital saint joseph

p. 20 p. 22 p. 23 p. 14

2 - les faits marquants de l’année

p. 16

3 - l’activité 2009 en chiffres

4 - les ressources humaines 5 - les ressources financières 6 - Les indicateurs de performance médico-économique et le diagnostic flash hospitalier

p. 26

II - Les comptes annuels 2009

1 - bilan

p. 28 p. 29 p. 27

2 - compte de résultats 3 - tableau de financement 4 - rapport général du commissaire aux comptes

III - Les grands objectifs 2009 et leurs résultats

IV - Les grands objectifs 2010

V - Le Projet d’établissement 2010-2014

p. 32

p. 34

Une médecine innovante et humaine

p. 38

Nos orientations médicales

docteur jean-claude jouven, président de la cme

docteur bernard pol, directeur médical

p. 39

Une prise en charge soignante coordonnée

p. 40

mme geneviève noble, directeur des soins

3 0 services et unités complémentaires au service d’un Hôpital généraliste de référence

p. 41

3

p. 106

Les instances

I - Schéma d’ensemble du Groupe Saint Joseph

p. 107

II - Les Instances de l’Association

1 - les organes délibérants

p. 108

2 - l’organe exécutif de l’association 3 - les organes consultatifs

p. 110

III - L’organigramme de la Direction de l’Hôpital

IV - Le corps médical et l’encadrement soignant

p. 111

p. 30

2

4

Annexes

L’histoire de notre hôpital

p. 118

La charte des valeurs de l’hôpital

p. 119

Le modèle privé non lucratif

p. 116

3

......................


......... . . . . . . . . . . . . . . . .

4

Le Mot du Président et du Directeur Sommaire Général

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

Le Mot du Président et du Directeur Général

Antoine Dubout

Bernard Monier

L’année 2009 a été une année riche de défis. En premier lieu au niveau national, où la loi Hôpital Patients Santé et Territoires (HPST) a apporté son lot (attendu) de bouleversements. Saint Joseph et tous les établissements adhérents de la FEHAP ont su défendre le statut, la pérennité et les droits des établissements Privés à but Non Lucratif dans le nouveau paysage sanitaire français. La loi traduit les profonds changements fonctionnels des secteurs sanitaire, social et médico-social, dans lequel notre établissement entend trouver une place de choix. Et c’est ce qui constitue le fondement du Projet d’Etablissement 2010-2014, adopté il y a quelques mois par nos instances et soumis désormais à l’approbation de l’Agence Régionale de Santé. Notre ambition est de devenir l’Hôpital généraliste de recours du Sud de Marseille et le deuxième acteur de soins de l’agglomération. Notre volonté est aussi de développer les partenariats avec des institutions en amont et en aval de l’hospitalisation au service des patients. Cela nous impose des choix rigoureux, ambitieux, parfois difficiles, que la communauté joséphienne prend d’une seule voix. C’est ainsi que l’Histoire de l’Hôpital s’est écrite, hier et en 2009 ; c’est ainsi qu’elle s’écrira demain. Au prix d’un engagement collectif, tant dans la maîtrise des dépenses que pour faire face à l’augmentation nécessaire de l’activité, l’équilibre financier a pu être cette année encore atteint (hors éléments exceptionnels relatifs au redressement que l’URSSAF a opéré pour le versement de la taxe transport sur les années 2006 à 2008 dont nous étions jusqu’alors exonéré). Grâce à la qualité du travail et de l’engagement de chacun, nous avons encore écrit de belles pages de notre histoire : ouverture d’un centre de consultations pluri-disciplinaires en sénologie-chirurgie mammaire, mise en ligne de notre tout nouveau site Internet, préparation de la Certification V2010 par la Haute Autorité de Santé, élaboration du Projet d’Etablissement 2010-2014, restructuration de la Cuisine Centrale et du self du personnel, ouverture d’une nouvelle crèche, lancement de la construction du Bâtiment Administratif,… Autant de projets, d’activités, de chiffres à découvrir dans les pages suivantes.

Face aux nouveaux enjeux médicaux, économiques, mais aussi sociétaux, notre Hôpital répond par l’exigence de ses médecins et personnels à dispenser une médecine innovante, qui saura concilier humanité et technicité, dans le souci constant de l’obligation de la maîtrise des coûts et de l’efficience. Dans un système très concurrentiel lié à la T2A, où le corps médical peut répondre dans de meilleures conditions aux demandes de la population, nos bons résultats passent par ces équipes médicales de grande qualité, alliées à la collaboration active et efficace des personnels non médicaux (soignants bien sûr, mais aussi administratifs et techniques). Ceux-ci portent dans leurs relations quotidiennes avec les usagers, les valeurs de Saint Joseph et font face à l’évolution de l’activité. C’est à toute cette communauté Joséphienne que la thématique du Rapport Annuel a choisi cette année de rendre hommage : des services médicaux innovants et humains, des équipes qui travaillent solidairement, chacun à leur niveau, à la santé et au mieux-être des patients. Vous découvrirez dans les pages suivantes les 30 services et unités qui font aujourd’hui la richesse de Saint Joseph. Merci à tous. Antoine Dubout Président Bernard Monier Directeur Général

5

......................


......... . . . . . . . . . . . . . . . .

6

Le journal de l’année 2009…

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

Le journal de l’année 2009…

janvier

avril

7 janvier : La neige Marseille paralysée pendant deux jours.

1er avril : OCTIME, nouveau progiciel de planification et gestion du temps Il aide à la planification des temps de travail des salariés avec un suivi d’activité par le biais de compteurs (Congés payés, RTT, récupérations, astreintes etc..) qui permet à chaque responsable d’élaborer très en amont des plannings prévisionnels de couverture des besoins.

fevrier

3 avril :

MAI

juillet-août   

15 mai : Une nouvelle signalétique L’ensemble de la signalétique dans l’enceinte de l’Hôpital a été revue. Plus fonctionnelle et plus esthétique, elle favorise le déplacement des patients et visiteurs.

juin 26 février : Décès de M. Bruno FABRE Il avait été Président de la Fondation de 1992 à 2000.

mars 1er mars : Le laboratoire fait peau neuve. Le secrétariat-accueil a été remis à neuf et réaménagé. Des espaces de confidentialité pour les patients ont été créés, un bureau clos a été intégré pour les rendez-vous avec le médecin généticien.

Lancement du Club Mécènes pour la Fondation inauguration de la première réalisation du club mécènes, un entéroscope de très haute technologie pour le service hépato-gastro-entérologie de l’hôpital.

La doyenne des Marseillais à Saint Joseph A 107 ans, Jeanne Michel a été opérée avec succès d’une occlusion intestinale par le Dr François Granger. Construction du bâtiment Administratif A partir de mars 2011, il regroupera tous les services administratifs, libérant des espaces pour les services de soins.

28-avril Award du Développement Durable Remis dans le cadre du Congrès “Grenelle de l’Environnement et Hôpital”, il récompense notre établissement pour sa “formation et sa communication sur la gestion maîtrisée des déchets”.

octobre

23 juillet : Signature d’une convention de partenariat avec l’association AREGE AREGE gère 4 EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) à Gémenos, dans le Var (deux établissements), à Bayonne, et bientôt un cinquième à Marseille.

Classement de L’EXPRESS des hôpitaux qui traitent le mieux la douleur Saint Joseph figure parmi les 84 centres hospitaliers de plus de 300 lits (sur 223 évalués) à avoir obtenu la note A, récompensant un “excellent” niveau de gestion de la douleur.

septembre Palmarès LE POINT Pour la 13e année consécutive, l’Hôpital Saint Joseph Marseille figure dans le tableau d’honneur des 50 meilleurs hôpitaux de France, avec 21 spécialités classées. Il se classe 33e en 2009 (42ème en 2008). 

12 octobre : Ouverture d’une crèche dans l’enceinte hospitalière la crèche accueille, sur le site de l’ancien IFSI, 70 enfants, dont une trentaine de parents travaillant à Saint Joseph.

Un scanner d’avant-garde installé Le scanner Somatom Definition Flash de Siemens Healthcare ne nécessite qu’une fraction de la dose de rayonnement requise par les systèmes antérieurs pour scanner les détails anatomiques même les plus infimes, à une vitesse inégalée.

novembre

25 septembre : Colloque Inter 3C Les meilleurs spécialistes de la cancérologie de la région marseillaise se sont réunis pour le 3e colloque annuel de l’inter 3c AP-HM/Saint Joseph pour évoquer les soins de support : relation ville-hôpital et témoigner des progrès permanents dans la prise en charge des patients atteints de cancers.

16 novembre : Lancement du Nouveau Site Internet un site interactif, qui donne une information complète et transparente pour tous et qui veut, dans un proche avenir, devenir un site d’informations santé incontournable pour tout internaute. Palmarès AUJOURD’HUI EN FRANCE- LE PARISIEN sur le traitement du cancer Saint Joseph se classe 1er établissement de la région PACA pour le traitement conjugué des cancers de l’appareil digestif, de la prostate, du sein et de l’appareil ORL.

decembre 4 décembre :

anniversaire de la mort   de l’abbé fouque Présentation du Robot Sensei Système Hansen Medical En présence du Sénateur-Maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, et de l’Archevêque de Marseille, Monseigneur Pontier. 1er Colloque de la Fondation en partenariat avec le quotidien LA PROVENCE Il abordait le thème de “La prise en charge du handicap dans le monde contemporain”. 10 décembre : Saint Joseph présent au 1er Colloque Médias et Santé Le Trophée du reportage remis à un journaliste de TF1 pour un reportage réalisé à la Maternité de Saint Joseph. 21 décembre : Mise en service de la nouvelle Cuisine Centrale et Ouverture du nouveau self Une cuisine entièrement restructurée selon les normes HACCP et un Self du personnel imaginé comme un espace à part, une «parenthèse» dans le travail. Le bruit est atténué, la luminosité est idéale et le plafond est désormais clair et coloré.

7

......................


......... . . . . . . . . . . . . . . . .

8

Le Groupe Saint Joseph : une association, une Sommaire fondation

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

Les chiffres-clés de l’hôpital en 2009 1 hôpital privé à but non lucratif de france par l’activité 1 employeur privé de marseille er

er

avec ses 2 222 employés (1 798 etp) et 336 médecins exerçant dans l’établissement à titre libéral

3 établissement de santé en région paca tous secteurs confondus (après les e

deux chu de nice et marseille)

30

1 maternité de la région paca ère

Le Groupe Saint Joseph : une association, une fondation l’hôpital saint joseph est né, en 1 919, de la volonté et de l’opiniâtreté d’un seul homme : l’abbé jean-baptiste fouque. longtemps géré par la fondation hôpital saint joseph, il a, en 2003 pris la forme d’une “association hôpital saint joseph”. la fondation hôpital saint joseph se consacre pleinement au développement et à la mise en œuvre des principes de fraternité de son fondateur, avec “l’audace de la charité”.

services et unités

804

lits et places MCO installés

30

places d’Hospitalisation A Domicile

56

lits de Soins de Suite et de Réadaptation

2 222

salariés ( 1 798 ETP)

336

praticiens libéraux et 64 médecins salariés

195 M€ 222 000

journées et séances

55 800

entrées et séances

1 020 125 120

11

94,2 % 97 %

de budget de fonctionnement

consultations externes par jour interventions sous anesthésie par jour

personnes reçues aux Urgences par jour

naissances par jour pour 3 900 naissances en 2009

des patients sont satisfaits de la qualité de l’accueil du personnel (95,2 % en 2008)*

des patients conseilleraient l’Hôpital à l’un de leurs parents ou amis (96,8 % en 2008)*

* Des enquêtes de satisfaction spécifiques à l’établissement, en plus du questionnaire de sortie obligatoire pour les établissements de santé, sont envoyées au domicile de plus de 23 000 patients (près de la moitié des patients ayant séjourné dans l’établissement) de façon aléatoire statistiquement représentative.

L’association Hôpital Saint Joseph de Marseille est, au 31 décembre 2009, composée de deux entités : l’Hôpital Saint Joseph et la Maison de Soins de suite et Réadaptation Fernande Berger. Pendant de nombreuses années, elle comptait en son sein l’Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI) Victoria Desjardins.

Depuis la rentrée scolaire de septembre 2008, l’Hôpital Saint Joseph et la Croix Rouge Française ont regroupé leurs deux Instituts de Formation en Soins Infirmiers, sur le site du Camas, boulevard Chave, à Marseille. L’Hôpital conserve aujourd’hui une part active dans le fonctionnement de l’IFSI Saint Joseph-Croix Rouge Française et trois représentants de l’Hôpital participent activement aux décisions sur le fonctionnement de l’école. La Fondation et l’Hôpital ont un Président et un Directeur Général commun, Messieurs Antoine Dubout et Bernard Monier. Des administrateurs bénévoles composent l’organe délibérant et des professionnels-experts constituent l’équipe de direction.

les deux établissements de l’association > L’Hôpital Saint Joseph D’une capacité de 804 lits et places de court séjour, l’Hôpital Saint Joseph accueille, dans ses 30 services et unités, la quasitotalité des spécialités médicales, chirurgicales, obstétricales et un plateau technique des plus modernes.

> La Maison Fernande Berger Soins de Suite et de Réadaptation Située dans le quartier de La Rose à Marseille, elle compte 56 lits médicalisés. La maison de soins de suite et de réadaptation Fernande Berger assure le traitement de patients venant de leur domicile ou hospitalisés en court séjour, requérant des soins continus : des hommes et femmes adultes, relevant de chirurgie, d’affections cardio-vasculaires et médicales.

La Fondation Hôpital Saint Joseph L’Histoire de la Fondation est intimement liée à celle de l’Hôpital, puisque l’Hôpital Saint Joseph a été géré par la Fondation depuis l’origine jusqu’en 2002. Aujourd’hui, bien que la Fondation demeure un formidable outil au service des projets de l’Hôpital, leurs missions sont nettement différentes.

La Fondation gère son patrimoine immobilier (dont les murs de l’Hôpital) et développe des activités de financement ou de soutien à des œuvres médico-sociales, sociales ou humanitaires, ou soutient les projets de l’Hôpital. Elle a vocation à recevoir des dons et legs de particuliers et d’entreprises. L’Hôpital assume une activité sanitaire avec un financement assuré en grande partie par l’Assurance Maladie. Retrouvez toutes les missions et actions 2009 de la Fondation dans son Rapport Annuel distinct joint à cette publication.

9

......................


10

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

L’Hôpital Saint Joseph en

2009

10

I L’activité de l’année II Les comptes annuels 2009

III Les grands objectifs 2009 et leurs résultats

IV Les grands objectifs 2010

V Le Projet d’établissement 2010-2014


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

12

L’activité de L’année

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

I L’activité de L’année

L’Hôpital s’est engagé en 2009, durant plusieurs mois, dans la démarche d’auto-évaluation pour la Certification V2010. La visite des experts s’est déroulée du 26 au 29 janvier 2010. Sans préjuger du Rapport final de Certification qui devrait intervenir dans le courant de l'été 2010, les experts de la Haute Autorité de Santé ont souligné l’existence d’une véritable dynamique qualité au sein de l’établissement et une implication forte des professionnels.

Les autorisations particulières

1 - carte d’identité de l’hôpital saint joseph L’Hôpital Saint Joseph est l’un des acteurs majeurs du modèle hospitalier privé à but non lucratif de France avec : 804 lits et places MCO installés, 30 places d’HAD et 56 lits de Soins de Suite et de Réadaptation de l'établissement Fernande Berger Près de 220 000 journées et séances Plus de 55 000 entrées et séances 1 020 consultations externes par jour 125 interventions sous anesthésie par jour ( 32 500 par an) 120 personnes reçues aux Urgences par jour (43 800 par an) 11 naissances par jour pour 3892 naissances Un budget de fonctionnement de 195 M€.

L’Hôpital compte 2 222 salariés ( 1 798 ETP). 336 praticiens en activité libérale et 64 médecins salariés exercent dans 30 services et unité où l’ensemble des spécialités médico-chirurgicales sont prises en charge.

L’Hospitalisation 26 spécialités médicales et chirurgicales Spécialités chirurgicales : chirurgie cardiaque, cardio-thoracique, digestive, ORL, osseuse, pédiatrique, cardio-vasculaire, ophtalmologie, stomatologie, urologie. Spécialités médicales : cardiologie médicale, cardiologie interventionnelle, rythmologie, dermatologie, endocrinologie, gastro-entérologie, médecine interne, médecine d’urgence polyvalente, neurologie, rhumatologie, pneumologie, pédiatrie Gynéco–Obstétrique : maternité niveau II B, gynécologie médicale et chirurgicale, grossesse à risque  Hospitalisation de Jour : Médecine, Chirurgie et Chimiothérapie. Unité Mobile de Douleur et Soins Palliatifs.

Un plateau Technique de 20 000 m2

Blocs opératoires : 19 salles + 13 salles de bloc obstétrical + 5 salles d’endoscopies, 32 500 interventions chirurgicales Urgences adultes et pédiatriques 24 h / 24 Réanimation polyvalente et cardiaque (20 lits) Soins intensifs cardiologiques adultes (10 lits) et néonataux (6 lits) Surveillance continue adultes (26 lits) et enfants (6 lits) Imagerie Médicale : scanner, IRM, 13 salles de radiologie, 49 101 examens de radiologie, 16 003 échographies, scanner 16 coupes (15 261 examens - à noter que le scanner a été fermé quatre semaines pour procéder à son remplacement), IRM 1,5 T (8 601 examens), coronarographie (2 547 examens) Laboratoire Polyvalent (hématologie, biologie moléculaire, microbiologie, biochimie – hors cytogénétique, PMA et Anapath.) : 31,3 millions de B Laboratoire Cytogénétique : 0,8 million de B, Laboratoire d’Anapath : 2,7 millions de P Laboratoire PMA : 1,7 million de B Lithotripteur : 1 055 examens.

La Commission de Réflexion Ethique Créée en 2001 à l'initiative du Professeur J. F. MATTEI et présidée dans un premier temps par lui-même, puis, de 2003 à début 2007 par le Dr Jean-Paul Rocca Serra, elle est, depuis lors, présidée par le Dr Maud Righini, Chef du service d’Ophtalmologie de l’Hôpital. Elle a pour vocation de préserver le respect de la personnalité du malade dans une époque marquée par les évolutions très rapides de la science biomédicale.

La Certification de la Haute Autorité de Santé L’Hôpital a obtenu la Certification en version 2 en 2006, sans réserve ni recommandation.

Prélèvement d’organes (62 prélèvements de cornées en 2009 et 56 en 2008) 3 autorisations d'angiographie Centre de référence du traitement de la douleur chronique aigue 3 appareils de circulation sanguine extracorporelle (572 interventions sous CEC) Stimulateurs triple chambre et défibrillateurs cardiaques implantables 30 lits d'Hospitalisation à Domicile Centre d'implantation de valves aortiques par voie percutanée

La logistique

Surface construite (SHON) : 71 085 m2 Surface au sol de notre terrain : 40 380 m2 5 83 000 repas servis

14 324 936 kWh d'électricité (soit – 6 % par rapport à 2008) 19 944 608 kWh de gaz (soit + 1 % par rapport à 2008) 90 195 m3 d'eau (soit – 25 % par rapport à 2008) 500 tonnes de linge sous-traitées 418 tonnes de déchets des activités de soins (-1,5 % par rapport à 2008) 1 780 m3 de matériels stérilisés (+ 7 % par rapport à 2008).

L’enseignement Depuis la rentrée de septembre 2008, l'Hôpital Saint Joseph et la Croix Rouge Française ont regroupé leurs deux Instituts de Formation en Soins Infirmiers, sur le site du Camas à Marseille, pour donner naissance à l’Institut de Formation en Soins Infirmiers Saint Joseph - Croix Rouge Française.

Ce nouvel institut est géré par la Croix - Rouge Française. L’Institut prépare : Au Diplôme d'état Infirmier (633 étudiants en 2009) Au Diplôme Professionnel d'Aide-soignant (122 étudiants en 2009) Au Diplôme professionnel d'Auxiliaire de Puériculture (70 étudiants en 2009) Il assure également la préparation aux différents concours d'entrée aux écoles du secteur de la santé (221 étudiants en 2009). Au total, l'école comptait 1 053 élèves pour l'année scolaire 2009.

La Recherche 161 essais cliniques en cours en 2009 : 997 patients suivis, dont 236 inclus dans des études cliniques. Protocoles internationaux à hauteur de 49 % et nationaux à hauteur de 51 % Objectifs : démontrer l'efficacité d'une nouvelle technique ou stratégie thérapeutique (27,3 %), d’un nouveau médicament (68,3 %), d’un nouveau matériel ( 4,3 %) Promoteurs : 64 % industriels, 36 % académiques (ANRS, APHP, APHM, Sociétés Savantes, CHU ...). Autres activités de recherche : 60 publications indexées sur Medline 39 observatoires et/ou registres 1 étude médico-économique

La Sécurité Sanitaire

Score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales : 95,99 / 100 (classement en A) Score ICALIN: 100 % (classement en catégorie A) Indice de consommation de SHA : classement en catégorie A (objectif atteint à 98,80 %) pour un taux cible de 26 litres / 1 000 journées  Taux d'incidence des infectés nosocomiaux: 2,25 % pour 2009  Taux de prévalence des infectés nosocomiaux: 5,2 %.

La satisfaction des patients 23 024 questionnaires ont été adressés en 2009 au domicile des patients. Les niveaux élevés du taux de réponse à l'enquête (plus de 30 % cette année) et de leur satisfaction se maintiennent d’année en année. Exemple de taux de satisfaction à travers 3 critères : Sentiment d’avoir été traité avec considération : 95,9 % Qualité de l’accueil : 94,2 % 97 % des patients interrogés conseilleraient l’Hôpital Saint Joseph à l’un de leurs parents ou amis.

13

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

14

L’activité de L’année

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

Qualité Outre la Certification V2010 par la Haute Autorité de Santé : (cf. p14-15), l'établissement a poursuivi sa politique qualité en 2009. Les démarches qualité dans les secteurs d’activité interventionnelle : le bloc central, le bloc endoscopique, la cardiologie interventionnelle ainsi que le bloc maternité ont été progressivement amenés à : cartographier leur processus, définir leurs risques, mettre en place un plan d’action (information-sensibilisation, réorganisation, rédaction de procédures, protocoles de soins…). Ces démarches qualité ont aussi permis de : s ensibiliser-informer le personnel à la déclaration des événements indésirables, à l’hygiène et aux risques infectieux, travailler sur la check-list de l’OMS, formaliser pour certains des comités de bloc et leurs chartes ou règlements intérieurs.

2 - les faits marquants de l’année le palmarès de l’hôpital saint joseph Le palmarès de l’Hôpital Saint Joseph

1er Hôpital privé à but non lucratif de France par l’activité (source : étude FEHAP) 3 e établissement de santé en région PACA (après l’AP-HM et le CHU de Nice) 1er employeur privé de Marseille avec ses 2 222 employés (1 798 ETP),

plus 336 médecins exerçant dans l’établissement à titre libéral.

Activité  ugmentation de l’activité de plus de 6,8 % en 2009 à A périmètre constant Augmentation de 1 % du nombre de passages aux Urgences Adultes et de 8 % du nombre de passages aux Urgences Enfants.

Investissements Les principaux investissements de l'année : Restructuration de la Cuisine Centrale Rénovation du Self du personnel Création d’une nouvelle Salle de Soins Post-Interventionnelle (SSPI) Aménagement d’une salle de Capteur plan Rénovation des salles d’attente et d’accueil du laboratoire polyvalent.

Opérations de partenariat Le Groupe Saint Joseph a conclu une convention de partenariat avec l'association AREGE qui gère 4 EHPAD (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) à Gémenos, dans le Var (deux établissements), à Bayonne, et bientôt un cinquième à Marseille. Ce partenariat est motivé pour le Groupe Saint Joseph, par sa volonté de diversifier ses prestations et services non lucratifs dans le champ médico-social et pour AREGE de pouvoir s’adosser à une structure solide qui l’accompagne dans son développement.

Résultats et financements L’équilibre budgétaire est atteint en 2009, comme les années précédentes (hors éléments exceptionnels relatifs au redressement de la taxe versement transport sur les années 2006 à 2008), grâce à la poursuite d’une gestion rigoureuse. Le total des investissements de l’année s’est élevé à 11,8 M€.

Ce travail impulsé par la certification a créé une vraie dynamique au sein de ces unités. Ces secteurs ont défini et mis en œuvre des outils de suivi et d’évaluation pour pérenniser cette démarche. L’amélioration continue est un travail de tous les jours. Plan grippe : L’Hôpital Saint Joseph a été un centre de référence pour la grippe A (H1N1). Une “cellule grippe” a été constituée et un plan de prévention a été déployé. Il comprend : l’organisation des prises en charges spécifiques pour les patients à risque, la dotation en matériel et médicaments, l’organisation de la vaccination pour les patients et personnel. La bientraitance : La “bientraitance” est un nouveau concept mis en avant par la HAS lors de la certification V2010. Le projet de soins 2010-2014 consacre une partie à la “Bientraitance et le droit”. Un “Comité de bientraitance”, auquel participe un usager, a été créé en 2009. Il s’attache à promouvoir la bientraitance, prévenir la maltraitance et veiller au respect de l’intimité. Le déploiement des Evaluations des Pratiques Professionnels (E.P.P) : le développement de l’EPP est un axe prioritaire de la politique qualité de l’établissement. En 2009, le passage de la version 3 de la certification a renforcé la dynamique amorcée il y a une dizaine d’années.

Lors de la certification on recense 66 E.P.P déployées dans les différents services. Commission des Urgences et du Non-Programmé (CUNP) : créée en janvier 2009, cette commission a pour but de redéfinir les missions du service des urgences en intégrant et en articulant au sein de l’établissement l’activité dite du “non-programmé”. La commission se réunit tous les deux mois et traite en groupes pluridisciplinaires, des problèmes tels que : les admissions directes en service, la disponibilité des lits, les urgences gynécologiques, psychiatriques, les urgences en interne, l’Hospitalisation à domicile et les urgences, la coordination avec le bloc opératoire.

15

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

16

L’activité de L’année

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

3 - l’activité 2009 en chiffres

répartition par tranche d’âge des patients hospitalisés

évolution des consultations externes 300 000

(hors patients hospitalisés en Pédiatrie) 23 % 19 %

les entrées 2009

2008

2007

Entrées en hospitalisation complète

34 809

32 031

29 271

Entrées en hospitalisation de jour

21 009

18 494

18 175

Total des entrées

53 211

50 333

47 446

Chirurgie 244 lits

18 %

16 %

168 108

Médecine 9 % - 7 places

< 20 ans

20/40 ans

40/60 ans

60/70 ans

70/80 ans

80/90 > 90 ans ans

2007

34 809 entrées directes en hospitalisation complète en 2009 Chirurgie 25 % - 8 649 entrées

Gynéco-obstétrique 14 % - 4 996 entrées

Chirurgie 64 % - 48 places

18 925

21 009 journées en hôpital de jour en 2009 Médecine 37 % - 7 757 journées

C himiothérapie 38 % - 7 957 journées

18 928

2007

les accouchements

19 181 4 533

2 190

1 962

2008

Urgences pédiatriques

Chirurgie 25 % - 5 295 journées

201 268 journées en hospitalisation complète mco en 2009 Chirurgie 30 % - 59 479 journées

Gynéco-obstétrique 13 % - 25 846 journées

Néonatologie 3 % - 6 654 journées

2007

24 % des passages aux urgences adultes donnent lieu à une hospitalisation (hors l’hospitalisation en ZHCD) contre 7% des passages pour les urgences enfants.

répartition par provenance géographique des patients Département 13 hors Marseille 18 %

PACA hors 13 9%

Hors PACA 2%

Corse 2%

chiffres clés de l’activité de la maison de convalescence fernande berger

Nombre d’entrées Nombre de journées Médecine 54 % - 109 289 journées

Marseille 69 %

Durée moyenne de séjour (en jours) Age moyen des patients

3 585

3 579

3 816

2009 Urgences adultes

Urgences gynéco-obstétriques

Médecine 61 % - 21 164 entrées

2009 Consultations plateau technique

24 011

22 231

21 768 Médecine 384 lits

200 333

2008

Consultations hors plateau technique

passages aux urgences

Obstétrique 83 lits

182 077

2%

75 places en hôpital de jour C himiothérapie 27 % - 20 places

64 785

62 823

11 %

11 %

729 lits installés en hospitalisation complète Néonatologie 18 lits

65 186

2009

2008

2007

631

689

689

17 501

17 813

17 877

28

25,6

25,9

74 ans

75 ans

76,6 ans

2008

2009

17

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

18

L’activité de L’année

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

données pmsi 2009 Libellé

Système cardio-vasculaire

16,39 %

Gynécologie et obstétrique

14,40 %

Système digestif

11,67 %

Nouveau-nés

11,33 %

Le panel des pathologies traitées est large : hormis celle de la transplantation, toutes les CMD sont présentes avec 574 racines de GHM (Groupe Homogène de Malades) sur les 614 GHM que compte actuellement la nomenclature PMSI. L’indicateur de dispersion (nombre minimal de GHM permettant de réaliser 80 % de l’activité de l’Hôpital Saint Joseph) pour 2009 s’élève à 131 racines de GHM.

ensemble du court séjour (année 2009) Jours PMSI

DMS PMSI

CAT2A

ca moyen par sejour

Libellé

Effectif

Séjours ambulatoires

14 529

0

0,00

13 164 738

906

Séances

8 207

0

0,00

3 192 187

388

Affections de l'appareil circulatoire

5 666

39 987

7,06

29 692 918

5 240

Grossesses pathologiques, accouchements et affections du post-partum

4 505

24 322

5,40

10 598 991

2 352

Nouveau-nés, prématurés et affections de la période périnatale

3 917

21 576

5,51

7 421 822

1 894

Affections du tube digestif

2 849

18 687

6,56

10 418 602

3 656

Système respiratoire

9,90%

Autres

9,44 %

Système musculo-squelettique

7,23 %

Affections de l'appareil respiratoire

2 533

19 418

7,67

11 432 230

4 513

Système urinaire

6,19 %

Affections et traumatismes de l'appareil musculosquelettique et du tissu conjonctif

2 497

16 369

6,56

9 379 570

3 756

Système nerveux

4,35 %

Affections du rein et des voies urinaires

1 592

7 995

5,02

4 878 516

3 064

Maladies endocriniennes, métaboliques et nutritionnelles

3,73 %

Affections du système nerveux

1 503

9 933

6,61

5 055 800

3 363

Maladie du sang

3,35 %

Affections endocriniennes, métaboliques et nutritionnelles

1 291

6 470

5,01

3 344 603

2 590

Maladie de la peau, des tissus sous-cutanés et des seins

2,02 %

Affections du système hépatobiliaire et du pancréas

1 186

8 385

7,07

4 817 606

4 062

Total

100 %

Facteurs influant sur l'état de santé et autres motifs de recours aux services de santé

1 177

6 818

5,79

3 657 31

3 107

Affections des oreilles, du nez, de la gorge, de la bouche et des dents

890

3 462

3,89

2 046 148

2 299

Affections de l'oeil

790

2 969

3,76

1 759 619

2 227

Affections myéloprolifératives et tumeurs de siège imprécis ou diffus

737

3 386

4,59

2 014 164

2 732

Affections de la peau, des tissus sous-cutanés et des seins

698

4 302

6,16

2 302 774

3 299

Séjours de moins de 48 heures

593

593

1,00

536 249

904

Affections de l'appareil génital masculin

547

3 428

6,27

2 093 632,

3 827

Affections de l'appareil génital féminin

475

2 279

4,80

1 519 401

3 198

Affections du sang et des organes hématopoïétiques

422

2 768

6,56

1 313 236

3 111

Maladies et troubles mentaux

268

2 367

8,83

980 764

3 659

Maladies infectieuses et parasitaires

248

1 659

6,69

984 051

3 967

Traumatismes, allergies et empoisonnements

117

779

6,66

535 561

4 577

Troubles mentaux organiques liés à l'absorption de drogues ou induits par celles-ci

36

194

5,39

88 815

2 467

Maladies dues à une infection par le vih

29

227

7,83

158 137

5 453

Erreurs et autres séjours inclassables

7

45

6,43

30 736

4 390

Brûlures

6

15

2,50

19 005

3 167

Traumatismes multiples graves

3

30

10,00

16 584

5 528

57 318

208 463

100

133 453 788

2 328

Total CA moyen par séjour hors ambulatoires et séances : 3 386 e

19

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

20

L’activité de L’année

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

4 - les ressources humaines

Les Effectifs effectif total salarié (médicaux et non médicaux) au 31 décembre 2009 CDI + CDD)

nombre d’embauches cdi

2009

2008

2007

Cadres (dont médecins salariés)

270

253

253

Agents de maîtrise et Assimilés

254

245

247

1 602

1 560

1 474

Contrats aidés

50

39

56

Apprentis

46

43

39

2 222

2 140

2 069

329

329

275

Employés et Ouvriers

Total dont CDD

2009

2008

2007

Embauches en CDI

206

195

198

Départs

163

183

186

les praticiens de l’hôpital saint joseph Effectifs Praticiens libéraux temps complet Praticiens libéraux temps partiel Médecins salariés

effectif permanent au 31 décembre 2009 (CDI + CDD) en équivalent temps plein

Médecins Généralistes Hospitaliers

2009

2008

2007

Cadres

217

203

212

Agents de maîtrise et Assimilés

214

199

209

Employés et Ouvriers

1 367

1 313

1 265

Total

1 798

1 715

1 686

TOTAL

56 280

70 %

21

5,5 %

43

11 %

393

100 %

répartition de l’effectif total au 31/12/2009 par secteur Personnel technique et ouvrier 182 salariés (8 %)

Personnel administratif 262 salariés (12 %)

l’absentéisme

La rédaction du projet social 2010-2014 durant l’année 2009 a eu pour objectif de donner un nouvel essor à la politique sociale de l’établissement. Après s’être attaché dans les années passées à faire du projet social un enjeu stratégique, ce nouveau projet décline les objectifs en mesures individuelles, afin d’inscrire durablement les valeurs de référence de l’établissement. Pour ce faire, la Direction des Ressources Humaines a mené à terme en 2009 un projet important, enrichissant ainsi sa politique sociale d’un nouveau dispositif : L a signature, avec les organisations syndicales, d’un accord d’entreprise spécifique sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) et de Gestion des Âges dont la mise en œuvre est prévue en 2010. Cet accord prévoit d’accompagner les salariés dans le déroulement de leur carrière pour leurs projets d’évolution ou de reclassement professionnels. Un des axes forts de cet accord concerne la prévention des

risques professionnels, afin d’intervenir en amont sur les situations sensibles identifiées. Le volet “Gestion des Âges” met quant à lui en œuvre un certain nombre d’actions en faveur du maintien dans l’emploi des seniors : aménagement des fins de carrière et des conditions de travail (développement de nouvelles fonctions, dans le but d’alléger la charge physique de travail, dispositif de sur-cotisations retraite destiné à maintenir les cotisations retraite à taux plein lors d’un passage à temps partiel sous certaines conditions…). Par ailleurs, la mise en œuvre d’un Plan de Déplacement Entreprise s’est inscrite dans la démarche de Développement Durable sous-tendant le projet de management du projet d’établissement 2010 – 2014. L’encouragement à l’utilisation des transports publics, l’incitation au covoiturage avec un site informatique dédié développé en interne, la promotion du vélo sont quelques-unes des mesures qui figurent dans ce plan. Elles ont pour objectif d’améliorer les conditions de vie des salariés.

2009

2008

2007

Maladie

6,75 %

6,43 %

5,96 %

AT

1,51 %

1,36 %

1,37 %

2009

2008

2007

40,5

40,6

40,3

9,4

9,4

8,9

age moyen et ancienneté Age moyen (ans) Ancienneté moyenne

En % 13,5 %

Personnel médico-technique 132 salariés (6 %)

Personnel soignant, médical et social 1 646 salariés (74 %)

21

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

22

L’activité de L’année

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

5 - les ressources financières

6 - les indicateurs de performance médico-économique Le Diagnostic Flash Hospitalier

tableau comptes sociaux de l’hôpital saint joseph, présentés par groupes fonctionnels de recettes et de dépenses Nature

2009

2008

2007

169 718

159 969

146 289

8 179

8 319

7 950

14 332

13 427

14 211

2 359

3 535

3 967

194 588

185 250

172 416

D / GROUPE 1a : Dépenses de personnel médical

36 483

34 912

31 927

D / GROUPE 1b : Dépenses de personnel non médical

84 646

79 711

77 108

D / GROUPE 2 : Dépenses Médicales

44 675

39 699

36 850

D / GROUPE 3 : Dépenses hôtelières et générales

20 659

19 327

17 877

D / GROUPE 4 : Amortissements, provisions et charges financières

11 216

9 817

8 328

197 679

183 466

- 3 091

Groupe R / GROUPE 1 : Produits de l’assurance maladie R / GROUPE 2 : Produits de l'activité hospitalière

recettes

R / GROUPE 3 : Autres produits R / GROUPE 4 : Transferts de charge

Total recettes

depenses

Total dépenses

Résultat

Autres produits Hôpital Saint Joseph (groupe 3) 7 % - 14 332 K Maison Fernande Berger Produits de l'activité hospitalière Association (Groupe 2) 4 % - 8 179 K

Transferts de charges (groupe 4) 1 % - 2 539 K

Nous présentons ci-après un ensemble d’indicateurs issus du travail de la Direction de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins (DHOS), qui permet, au-delà des données strictement comptables et financières, d’avoir des éléments de compréhension de la situation financière de l’Hôpital en analysant son positionnement stratégique, la

les indicateurs financiers

Produits de l'activité hospitalière (Groupe 2) 4 % - 8 179 K

Transferts de charges (groupe 4) 1 % - 2 539 K

Dépenses médicales (Groupe 2) 23 % - 44 675 K

Dépenses hôtelières (Groupe 3) 10 % - 20 659 K

Dépenses médicales (Groupe 2) 23 % - 44 675 K

2008

3,62 %

5,34 %

Taux de marge brute

F2

Reports de charges d’exercices antérieurs

0

0

F3

Indicateur de durée apparente de la dette

0,6 an

1,1 an

F4

Taux de renouvellement des immobilisations

7,76 %

5,80 %

172 089

F5

Capacité de remboursement des emprunts

4,22 %

4,38 %

1 784

327

F6

Fonds de roulement d’exploitation en jours

56 j

64 j

- 170Produit - 161 de l’Assurance Maladie - 3 261 (groupe 1) 1 623 88 % - 169 718 K

- 93

F7

Besoin en fonds de roulement en jours de charges d’exploitation

- 19 j

-20 j

234

F8

Ratio de créances vers les particuliers émises dans l’année et non recouvrées

F9

Respect/amélioration du taux d’évolution des recettes et des dépenses par rapport à l’EPRD

40 j

41 j

2,8 M€

- 0,1 M€

2009

2008

les indicateurs activité et patient Produit de l’Assurance Maladie (groupe 1) 88 % - 169 718 K

dépenses d’exploitation Dépenses hôtelières (Groupe 3) 10 % - 20 659 K

2009 F1

recettes d’exploitation Autres produits (groupe 3) 7 % - 14 332 K

performance de ses processus majeurs et la structure de ses ressources humaines. Cette base d’indicateurs, baptisée “Diagnostic Flash Hospitalier” par la DHOS, permet d’avoir une analyse macroscopique de la performance d’un établissement de santé selon quatre axes : financier, patient, processus, Ressources Humaines.

Amortissements, provisions (Groupe 4) 6 % - 11 216 K Dépenses de personnel médical (Groupe 1a) 18 % - 36 483 K

Dépenses de personnel non médical Amortissements, provisions (Groupe 4) 6 % - 11 216 K (Groupe 1b ) 43 % - 84 646 K Dépenses de personnel médical (Groupe 1a) 18 % - 36 483 K

Dépenses de personnel

A1

Taux d’occupation net en Médecine

81 %

71 %

A2

Taux d’occupation net en Chirurgie

68%

66 %

A3

Taux d’occupation net en Obstétrique

85%

85 %

A4

PMCT relatif de l’établissement

0,86

0,93

A5

PMCT relatif de l’établissement en Chirurgie

1,12

1,12

A6

Part de marché en Chirurgie

6%

7%

A7 (a)

Taux d’hospitalisation des passages aux urgences

17 %

18%

A7 (b)

Taux d’hospitalisation des passages aux urgences adultes

27 %

28%

A7 (c)

Taux d’hospitalisation des passages aux urgences enfants

7%

7%

A8

Productivité horaire IRM

2,22

2,23

A9

Productivité horaire Scanner

4,74

4,64

A10

Nombre de prothèses de hanche

214

222

23

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

24

L’activité de L’année

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

Les indicateurs de performance médico-économique Dans le cadre des travaux menés en 2007 par l’Hôpital Saint Joseph avec un groupe d’établissements privés non lucratifs français, des indicateurs de performances ont été définis. Saint Joseph les a depuis pérennisés. Ils permettent de mesurer la performance du personnel médical et non médical, ainsi que le niveau de productivité de  l’établissement .  Ils  complètent  les  indicateurs  du Diagnostic Flash hospitalier. les indicateurs de performance médico-économique Indicateurs de performance

les indicateurs processus et organisation 2009

2008

Formule de Calcul

2 009

2008

2009 / 2008

Données de base MIGAC 100%

(avant taux de conversion)

8 652 309

5 667 240

+ 53 %

T2A 100% hors MO, DMI, MIGAC

(avant taux de conversion, MIGAC, DMI et MO)

146 824 165

142 374 894

+3%

1,07

T2A 100% yc MO, DMI, MIGAC

(avant taux de conversion)

175 481 366

166 100 362

+6%

0,91

0,91

Lits et places installés

Définition SAE

807

801

+1%

Ratio agents des services cliniques Ratio agents des services médico-techniques

24

24

9

9

Nombre d'ETP Médical

Médecins libéraux et salariés hors résidents

175

165

+0%

Non calculé

Non calculé

1 696

1 642

+3%

910 683

883 218

771

737

+5%

Non calculé

0,19

< 1%

< 1%

181 938

177 746

+2%

2 076 h

2 128 h

0,22

0,21

+5%

CA T2A 100% (hors MO, DMI, MIGAC) / ETP Médical

892 168

864 712

+3%

Coût moyen médical

Dépense G1 médical (hors résidents) / ETP médical

197 845

189 291

+5%

Productivité médicale

Production médicale / Coût moyen médical

4,51

4,57

-1%

2,10

2,05

+2%

P1

Indicateur de performance MCO

0,94

0,96

P2

Indicateur de performance DMS globale

1,05

1,06

P3

Indicateur de performance DMS Médecine

1,07

1,08

P4

Indicateur de performance DMS Chirurgie

1,05

P5

Indicateur de performance DMS Obstétrique

P6 P7 P8

Poids des dépenses administratives et logistiques

P9

Recettes rapportées aux effectifs médicaux

P10

Prix de revient du B

P11

Pourcentage de transferts depuis les urgences

P12

Temps annuel moyen de mise à disposition d’une salle d’opération hors garde et urgences *

P13

Taux d’utilisation moyen des salles d’opérations *

71 %

65 %

Encadrement médical

ETP médical / Lits et places installés

P14

Temps annuel de mise à disposition de l’IRM

3 536 h

3 536 h

P15

Temps annuel de mise à disposition du Scanner

3 536 h

3 536 h

Production médicale

* Calculé sur les 19 salles du bloc central

les indicateurs rh 2009

2008

0,41 %

0,55 %

12 %

12 %

Nombre d'ETP non médical Nombre d'ETP soignant Production T2A par lits et places installés Ratios du personnel médical

Ratios du personnel non médical Encadrement non médical

ETP non médical / Lits et places installés

Production non médicale

CA T2A 100% (hors MO, DMI, MIGAC) / ETP non médical

86 591

86 698

+0%

Coût moyen non médical

Dépense G1 nette / ETP non médical

46 968

45 720

+3%

Productivité non médicale

Production non médicale / Coût moyen non médical

1,84

1,90

-3%

Encadrement soignant

ETP soignant / Lits et places installés

0,95

0,92

+4%

Production soignant

CA T2A 100% (hors MO, DMI, MIGAC) / ETP soignant

190 532

193 260

-1%

0,99

1,02

-3%

H1

Budget intérim

H2

Budget CDD Personnel non médical

H3

Budget CDD Personnel médical

H4

Structure d’âge du corps médical (55 ans et +)

35 %

35 %

H5

Structure d’âge des personnels non médicaux (55 ans et +)

12 %

11 %

H6

Densité encadrement des personnels non médicaux

12

12

H7

Poids des gardes et astreintes

H8

Taux de départ des IDE

17 %

18 %

Ratios de productivité

H9

Taux d’absentéisme du personnel non médical

12 %

11 %

Ratio de rentabilité

Non applicable car corps médical sous statut libéral

Non applicable car corps médical sous statut libéral

NB : La définition de chaque indicateur figure au document “Diagnostic Flash Hospitalier-bases de comparaison version 2008” sur Internet : http://www.mainh.sante.gouv.fr/download.asp?download=stockfile/commun/faq/manuel_diagnostic_flash.pdf

CA T2A 100% (hors MO, DMI, MIGAC) / Nombre de Lits et places installés

Ratios du personnel soignant

(CA T2A 100% + MIGAC, MO, DMI + FAU + tissus) / Charges nettes totales

25

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

26

Les comptes annuels 2009

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

II Les comptes annuels 2009 1 - le bilan (en K€)

2 - le compte de résultats (en k€)

Actif

31/12/2009

31/12/2008

31/12/2007

2 146

2 439

2 531

Immobilisations corporelles

35 825

30 956

28 347

Immobilisations financières

78

78

1 683

38 049

33 473

32 561

4 487

4 076

3 514

34 826

20 196

17 548

6 315

14 761

10 461

236

187

218

Actif circulant

45 864

39 220

Total actif

83 913

72 693

Immobilisations incorporelles

Actif immobilisé Stocks Créances Placements et disponibilités Comptes de régularisation actif

31/12/2009

31/12/2008

31/12/2007

2 238

1 978

1 910

Production vendue de services

187 814

178 934

164 589

Chiffres d'affaires nets

190 052

180 912

166 499

34

1 092

1 313

Transferts de charges

2 691

1 955

2 991

Autres produits

2 494

2 359

2 061

195 271

186 318

172 864

Achats de matières premières

41 435

37 218

33 800

31 741

Autres achats et charges externes

53 951

50 587

47 126

64 302

Impôts,taxes et versements assimilés

7 047

6 722

6 452

85 712

80 618

77 789

7 193

6 930

6 766

45

53

6

Dotations aux provisions

862

2 655

783

Autres charges

365

667

685

Ventes de marchandises

Subventions d'exploitation

Produits d'exploitation

Charges de personnel Passif

Dotations aux amortissements sur immobilisations

31/12/2009

31/12/2008

31/12/2007

76

72

72

2 070

2 070

2 070

Report à nouveau

22 760

21 164

20 929

Résultat de l’exercice

- 3 261

1 596

235

Charges d'exploitation

196 610

185 450

173 407

418

500

550

Résultat d'exploitation

- 1 339

868

- 543

Fonds associatifs

22 063

25 402

23 856

Produits financiers

428

557

520

Fonds dédiés

11

25

3

Charges financières

55

93

95

Provisions pour risques et charges

8 301

8 175

5 762

373

464

425

2 943

2 676

2 703

696

335

601

2 990

71

244

Fonds associatifs sans droit de reprise Autres réserves

Subventions d’investissement

Dettes financières Avances nettes restant dues à la caisse pivot *

11 832

Dotations aux dépréciations sur actif circulant

Résultat financier Produits exceptionnels Charges exceptionnelles *

9 299

10 981

9 732

Résultat exceptionnel

- 2 294

264

357

Dettes fiscales et sociales

22 601

18 331

17 562

Impôts sur les bénéfices

0

0

4

Dettes d’exploitation

31 900

29 312

27 294

Total des produits

196 394

187 210

173 985

Dettes sur immobilisations et comptes rattachés

1 407

1 633

1 770

Total des charges

199 655

185 614

173 750

Autres dettes

5 456

5 470

2 914

Bénéfice ou perte

- 3 261

1 596

235

Dettes diverses

6 863

7 103

4 684

0

0

0

Dettes

53 538

39 091

34 681

Total passif

83 913

72 693

64 302

Dettes fournisseurs et comptes rattachés

Compte de régularisation passif

* suite aux instructions de la Tutelle, il s'agit du reclassement dans un compte de la dette du solde des avances restant dues à la Caisse Pivot au titre de 2005/2006, comptabilisées jusqu'alors en moins des créances.

* Charges exceptionnelles : 2 990 K€ Les charges exceptionnelles de 2009 comprennent notamment un redressement pour 2.8M € suite à un contrôle Urssaf réalisé en 2009 au titre des années 2006, 2007, 2008 ; L’URSSAF a en effet considéré que l’exonération de Taxe versement transport dont l’Association bénéficiait jusqu’à présent n’avait plus lieu d’être. L'association a introduit un recours contentieux à l'encontre de ce redressement.

27

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

28

Les comptes annuels 2009

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

3 - le tableau de financement (en k€)

4 - rapport du commissaire aux comptes

31/12/2009

31/12/2008

31/12/2007

- 3 261

1 596

235

7 194

6 930

6 766

Dotations et reprises de provisions

148

2 507

-556

Divers

- 84

- 110

-159

Capacité d'autofinancement

3 997

10 923

6 285

Variation du Besoin en Fonds de Roulement d'exploitation

- 765

1 373

-105

3 232

12 296

6 180

- 11 805

- 9 520

- 10 073

0

1 605

0

- 227

- 137

-164

9

17

66

- 12 023

- 8 035

-10 171

Dons reçus

4

0

2

Variation du besoin en Fonds de Roulement lié à l’apport IFSI

0

-9

0

Augmentation des fonds dédiés

-8

36

2

Subventions d'investissements reçues

13

57

513

- 300

- 300

- 300

- 292

- 216

217

Variation de trésorerie

- 9 083

4 045

-3 774

Trésorerie brute à l'ouverture

14 457

10 412

14 187

5 374

14 457

10 412

Résultat net Dotation aux amortissements

Trésorerie provenant de l'activité d'exploitation Acquisitions d'immobilisations corporelles Remboursement de la créance de l'article 58 Variation du Besoin en Fonds de Roulement d'investissement Encaissements sur immobilisations cédées Trésorerie provenant des opérations d’investissement

Remboursement d'emprunt Trésorerie provenant des opérations de financement

Trésorerie brute à la clôture

Comptes Annuels Exercice clos le 31 décembre 2009 En exécution de la mission qui nous a été confiée par votre assemblée générale, nous vous présentons notre rapport relatif à l'exercice clos le 31 décembre 2009, sur : le contrôle des comptes annuels de l’ASSOCIATION HOPITAL SAINT JOSEPH DE MARSEILLE, tels qu'ils sont joints au présent rapport, la justification de nos appréciations, les vérifications et informations spécifiques prévues par la loi. Les comptes annuels ont été arrêtés par votre comité exécutif. Il nous appartient, sur la base de notre audit, d'exprimer une opinion sur ces comptes.

i - Opinion sur les comptes annuels Nous avons effectué notre audit selon les normes d’exercice professionnel applicables en France ; ces normes requièrent la mise en œuvre de diligences permettant d'obtenir l'assurance raisonnable que les comptes annuels ne comportent pas d'anomalies significatives. Un audit consiste à vérifier, par sondages ou au moyen d’autres méthodes de sélection, les éléments justifiant des montants et informations figurant dans les comptes annuels. Il consiste également à apprécier les principes comptables suivis, les estimations significatives retenues et la présentation d'ensemble des comptes. Nous estimons que les éléments que nous avons collectés sont suffisants et appropriés pour fonder notre opinion. Nous certifions que les comptes annuels sont, au regard des règles et principes comptables français, réguliers et sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l'exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine de l’association à la fin de cet exercice.

ii - Justification des appreciations En application des dispositions de l’article L.823-9 du Code de Commerce relatives à la justification de nos appréciations, nous vous informons que les appréciations auxquelles nous avons procédé, pour émettre l’opinion ci-dessus sur les comptes annuels pris dans leur ensemble, et qui ont porté notamment sur le caractère approprié des principes comptables

appliqués suivis et le caractère raisonnable des estimations significatives retenues pour l’arrêté des comptes, ainsi que leur présentation d’ensemble, n’appellent pas de commentaire particulier. Les appréciations ainsi portées s’inscrivent dans le cadre de notre démarche d’audit des comptes annuels, pris dans leur ensemble, et ont donc contribué à la formation de notre opinion exprimée dans la première partie de ce rapport.

iii - Vérifications et informations specifiques Nous avons également procédé, conformément aux normes d’exercice professionnel applicables en France, aux vérifications spécifiques prévues par la loi. Nous n’avons pas d'observation à formuler sur la sincérité et la concordance avec les comptes annuels des informations données dans le rapport de gestion et dans les documents adressés aux membres de l’association sur la situation financière et les comptes annuels.

Marseille, le 11 juin 2010 Le Commissaire aux Comptes COEXCOM Guy CORNET

29

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

30

les grands objectifs de progrès 2009

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

III 1

Les grands objectifs de progrès 2009 et leurs résultats Construire et faire approuver le Projet d’établissement de l’Hôpital et de la Maison Fernande Berger pour les années 2010-2014

2

3

Réaliser de grands travaux de construction : Lancement des travaux de construction du bâtiment administratif Rénovation et mise aux normes de la cuisine centrale Construction d’une crèche (par Poussy Crèche) à l’emplacement de l’IFSI

4 5

Améliorer encore l’efficience de notre établissement pour dégager de nouvelles marges de manœuvre nécessaires au financement et à la réalisation du Schéma Directeur des locaux

Poursuivre l’optimisation du fonctionnement du bloc central et du management des lits : Atteindre un taux moyen d’occupation des salles de 70 % Réduire la Durée Moyenne de Séjour

8 9

Concevoir et mettre en service une unité de consultation pluridisciplinaire en Sénologie

Mettre en œuvre un réseau d’imagerie informatisé (PACS)

6 7

Procéder à l’auto-évaluation en vue de la Certification V2010 de la Haute Autorité de Santé (Visite des experts de la HAS en janvier 2010)

Etablir le plan de financement du Schéma Directeur des locaux, en l’adaptant au niveau des subventions éventuelles obtenues e du Ministère de la Santé dans le cadre du Plan Hôpital 2012 (2 tranche)

Augmenter l’activité en hospitalisation d’au moins 2 % (Dans le prolongement de l’augmentation enregistrée en 2008)

10

Assurer l’équilibre budgétaire de l’établissement avec un résultat favorisant l’autofinancement des investissements à venir

L’année 2009 a été consacrée à son élaboration, en collaboration avec l’ensemble des acteurs de l’Hôpital. Il a été approuvé par les instances de l’établissement le 23 avril 2010 et transmis en juin 2010 à l'ARS. Le document d’auto-évaluation a été envoyé à la HAS fin octobre 2009. L’ensemble de la procédure de certification V2010 a mobilisé un grand nombre de personnels qui s’y sont beaucoup investis. La visite des experts s’est déroulée du 26 au 29 janvier 2010 et la séance de restitution le La charpente métallique du Bâtiment Administratif est terminée Les travaux ont débuté en juin 2009 pour un achèvement au premier trimestre 2011. La Cuisine centrale terminée. La réfection totale de l’ancienne Cuisine, débutée en décembre 2008, a été terminée à la mi-décembre 2009.

dernier jour a eu lieu devant une salle comble. Sans préjuger du Rapport final de Certification qui devrait intervenir dans le courant de l'été 2010, les experts de la Haute Autorité de Santé ont souligné l’existence d’une véritable dynamique qualité au sein de l’établissement Le personnel déjeune depuis cette date dans un Self également entièrement refait à neuf. Poussy Crèche 3 a ouvert ses portes le 12 octobre 2009 La crèche accueille 70 enfants, dont une trentaine de parents travaillant à Saint Joseph, dans quatre sections plus une bientôt pour les accueils occasionnels de courte durée.

Le chantier a débuté à la mi-mai 2009 et l’ouverture de l’Unité a eu lieu le 1er mars 2010. Elle regroupe les mammographies et consultations médicales, chirurgicales et paramédicales. L’unité a bénéficié du soutien financier du Club Mécènes pour la Fondation et de la Ligue contre le Cancer. Le Cahier des charges est réalisé et la solution choisie sera déployée au cours du second semestre 2010. Cet investissement a bénéficié d'une subvention dans le cadre du Plan Hôpital 2012, à hauteur d'un tiers du coût total.

Des séminaires de réflexion visant à améliorer notre efficience se sont déroulés en 2009. Ils ont permis de retenir “33 mesures” pour développer les recettes et diminuer nos dépenses. La mise en œuvre de ces mesures se fera tout au long de l’année 2010.

Le taux d’occupation du Bloc a atteint 71 % en 2009. La Durée Moyenne de Séjour reste, quant à elle, stable à 6,1 jours.

En l’absence de subvention, à ce jour, une réflexion est en cours pour revoir le programme et le phasage des travaux en fonction des capacités de financement de la Fondation et de l’Association.

L’activité de 2009 a augmenté de + 6,8 % par rapport à 2008 (dont 2,6 % en hospitalisation complète et 13,9 % en hospitalisation de jour).

L’équilibre des comptes a été atteint en 2009, hors éléments exceptionnels (cf. compte de résultats en page 29).

31

.....................


32

Les 10 grands objectifs de l'Hôpital Saint Joseph en 2010

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

IV 1

Les 10 grands objectifs de l'Hôpital Saint Joseph en 2010

2

3

Mettre en œuvre dès la première année les orientations suivantes du Projet Médical : Restructurer le service des urgences adultes Améliorer l’activité de cardiologie et développer des techniques innovantes Réorganiser le secteur des soins critiques (réanimations et surveillance continue)

7

Engager l’Hôpital dans une politique de Développement Durable avec la mise en œuvre des actions suivantes : Réaliser un bilan carbone Installer un “banaliseur” de déchets infectieux et améliorer le tri de tous les déchets Limiter les consommations d’énergie et d’eau

4

5

6

Finaliser et présenter à l’ARS le Projet d’Etablissement de l’Hôpital et de l’établissement Fernande Berger pour les années 2010-2014

Développer des partenariats durables avec les deux associations suivantes : La clinique psychiatrique Sainte Marthe et l’Association AREGE qui gère cinq Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD)

Réaliser les grands travaux de construction suivants : Achever les travaux de construction du bâtiment administratif (mise en service début 2011) Ouvrir le centre de consultations pluridisciplinaires en sénologie

Améliorer encore l’efficience de notre établissement : Perfectionner le PMSI et les règles de la T2A pour développer nos recettes Réviser nos recettes annexes (parking, chambres particulières…) Réduire nos dépenses de pharmacie (rationalisation, contrôle des prescriptions, conditionnement unitaire, dotations par service…), nos dépenses d’économat (énergies, matériel médical, consommables informatiques...) et nos frais généraux (frais d’impression, téléphone, reprographie...)

8

9

Mettre en œuvre l’accord sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences (GPEC) et la gestion des seniors et conclure un accord sur le stress au travail

Mettre en service les nouveaux projets informatiques suivants : Réseau d’imagerie informatisé (PACS) Programmation et planification des interventions au bloc opératoire (Ultragenda) Informatisation du dossier d’anesthésie (consultations et blocs opératoires - Diane) Achèvement de l’informatisation du circuit du médicament Remplacement du logiciel Rhesus pour la gestion du laboratoire central (Glims) Dictée numérique

Moderniser la Communication Interne (création d’un nouveau portail Intranet) et la Communication Externe (réalisation d’un film de présentation de l’Hôpital pour diffusion dans les chambres)

10

Assurer l’équilibre budgétaire de l’établissement avec un résultat favorisant l’autofinancement des investissements à venir

33

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

34

Le projet d'établissement 2010-2014

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

V

Le projet d'établissement 2010-2014

le projet d’établissement 2010-2014 est constitué de 8 sous-projets (projet médical, projet de recherche clinique, projet architectural, projet de management, projet développement durable, projet de soins, projet social et projet du système d’information) déclinés en actions pour répondre à 17 grands enjeux.

une ambition

Devenir l’hôpital généraliste de recours du Sud de Marseille et le deuxième acteur de soins de l’agglomération. deux conditions

La réalisation de notre projet d’établissement est conditionnée par :

Une réflexion à mener sur l'opportunité de devenir un Établissement de Santé Privé d’Intérêt Collectif (ESPIC) conformément à nos valeurs et exigences en terme de participation aux missions de service public

la mise en œuvre du programme architectural défini au schéma directeur des locaux et dont le financement reste la condition sine qua non du développement du projet médical.

5 principes fondateurs de l’institution réaffirmés et partagés par tous les acteurs lors de l’élaboration du projet d’établissement L ’Hôpital Saint Joseph est un hôpital généraliste, offrant à ses patients les meilleurs soins de proximité et de recours, mis en œuvre grâce à un plateau technique performant. L’hôpital Saint Joseph prend en charge toutes les dimensions du soin : de l’urgence à l’ambulatoire, la prise en charge à domicile, ou encore l’éducation thérapeutique L’Hôpital Saint Joseph garantit l’égal accès de tous aux soins, y compris aux plus défavorisés, dans un continuum entre prises en charge sanitaire et sociale,

L ���Hôpital Saint Joseph se veut être à la point de l’innovation, engagé dans la recherche et attractif pour les nouveaux talents, L’Hôpital Saint Joseph recherche constamment l’efficience de son organisation et de sa gestion, gage de sa pérennité. L’Hôpital Saint Joseph s’appuie sur des valeurs d’éthique et d’humanisme vécues au quotidien. Un établissement lisible et rassurant pour les patients, un hôpital “familial”.

17 grands enjeux pour la période 2010-2014 : Adapter notre fonctionnement et notre organisation pour améliorer notre offre de soins :  ssumer clairement la prise en charge des urgences adultes A et enfants en affirmant la prise en charge non programmée, avec notamment la création d’une UHCD de 8-10 lits, la révision des circuits de prise en charge, la définition de protocoles partagés entre le service des urgences et les différents services d’hospitalisation, Construire une UHCD pour les urgences pédiatriques.  Développer la chirurgie ambulatoire substitutive pour répondre aux progrès de la chirurgie et de l’anesthésie et aux attentes des patients, avec l’ambition d’atteindre un taux d’ambulatoire de 85 % pour les 17 gestes marqueurs notés par l’ANAP et l’Assurance maladie.

 Maîtriser l’aval du court séjour pour assurer une meilleure fluidité des parcours patients et leur sécurisation, en relocalisant l’établissement de Soins de suite Fernande Berger face à l’hôpital Saint Joseph, développant les capacités de notre service d’HAD, profitant des partenariats réalisés en matière d’EHPAD, créant un service de SSIAD.  Réorganiser le secteur des soins critiques (réanimations, soins intensifs et surveillance continue) pour améliorer encore la sécurisation de l’ensemble des services cliniques :  Initier et développer la prise en charge globale de la personne âgée, par la création d’un service de court séjour gériatrique et la mise en place d’une équipe mobile gériatrique.

Augmenter nos parts de marché dans certaines spécialités médicales et chirurgicales afin de conforter notre positionnement comme 2ème acteur de soin à Marseille après l’AP-HM  Consolider la cardiologie médicale et chirurgicale, notamment en développant des partenariats en amont (Samu, SMur, Pompiers, réseaux de médecin de ville…) et en s’intégrant dans la régulation territoriale des urgences coronariennes, augmentant le nombre d’angioplasties coronariennes, ouvrant un plateau technique non invasif (échographie de stress, épreuves d’effort…), développant un projet médico-chirurgical de prise en charge de l’insuffisance cardiaque.  Développer l’activité de chirurgie gynécologique  Développer l’activité de chirurgie thoracique

 Poursuivre la dynamique en oncologie dans le cadre du partenariat initié avec l’AP-HM (développement des activités de cancérologie d’organes, promotion des prises en charge à domicile, en lien avec l’HAD).  Développer l’activité en imagerie interventionnelle, avec la mise en place d’un scanner et d'une IRM supplémentaires, le renforcement du travail avec les spécialités d’organes, l’augmentation de l’imagerie interventionnelle notamment pour les pathologies cardiovasculaires, thoraciques, digestives médico-chirurgicales, oncologiques, de l’appareil locomoteur, urologiques.  Créer un centre de consultations dédié à l’éducation thérapeutique ciblée pour améliorer la prise en charge des maladies chroniques.

Promouvoir une organisation managériale inscrite dans une démarche résolument durable pour répondre à six grandes ambitions :  Garantir durablement l’équilibre économique de l’institution en renforçant l’efficience, gage de pérennité et de développement  Concilier le modèle libéral des médecins de l’établissement et son attractivité avec les contraintes institutionnelles tenant compte des nouvelles dispositions de la loi HPST,

 Développer une culture de la Sécurité, en mettant l’accent sur la communication, autour du système global de gestion des risques ainsi que sur son optimisation par le développement de la prévention de certains risques tels que le risque infectieux, les vigilances sanitaires, le risque iatrogène, la sécurisation de la prise en charge thérapeutique du patient, les risques liés à l’identité du patient, la gestion de crise.

  Améliorer la qualité des soins en promouvant notamment les bonnes pratiques cliniques articulées avec l’évaluation des pratiques professionnelles et la mise en place d’indicateurs cliniques pour chaque spécialité, conformément aux exigences de la Haute Autorité de Santé,

 Poursuivre la modernisation de l’Hôpital, par l’indispensable mise en œuvre du schéma directeur en lien avec la démarche de construction du Projet Médical, ainsi que par celle, tout aussi impérieuse de travaux nécessaires sans délai en réponse à des impératifs médicaux, patrimoniaux ou règlementaires.  Offrir de meilleures conditions de vie au travail pour les salariés de l’Institution afin de renforcer leur attachement à la structure et la sécurité des soins prodigués.

35

.....................


36

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2009 

Une médecine et

innovante humaine 36

I Nos orientations médicales II Une prise en charge soignante coordonnée

III 30 services et unités complémentaires

au service d’un Hôpital généraliste de référence


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

38

Nos orientations médicales

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

I Nos orientations médicales

2 - docteur bernard pol, directeur médical

Un hôpital poly-disciplinaire avec des pôles d’excellence… Je suis directeur médical de l’Hôpital Saint Joseph depuis le 1er janvier 2008.

1 - docteur jean-claude jouven, président de la cme La Conférence Médicale d’établissement est formée par l’ensemble du corps médical de l’Hôpital. Son bureau qui est élu représente les médecins qui travaillent au sein de l’établissement. La CME est, avec le personnel soignant et le personnel administratif, un des trois acteurs qui supporte à différents titres l’activité de l’Hôpital. Au cours de l’année 2009, elle a donc participé à l’élaboration du projet médical 2010-2014 qui doit fixer les axes de développement de l’établissement. Exercice particulièrement difficile pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, la nécessité de définir l’évolution de l’activité dans un contexte mouvant, tant au niveau local, restructuration de l’offre de soins des établissements privés et publics, qu’au niveau national, loi HSPT dont on connaît les grandes orientations sans en mesurer encore complètement les conséquences qui vont impacter la pratique de l’activité des médecins et des établissements privés et publics. L’autre difficulté à surmonter, a été de préserver le caractère libéral de l’activité du corps médical. En effet, si cette activité libérale est un puissant moteur de développement économique dans la problématique de la tarification à l’activité, elle a du mal à s’intégrer dans un cadre de plus en plus rigide imposé par des contraintes réglementaires croissantes.

Nécessaire redéfinition du statut du corps médical Toutes ces difficultés, qui s’expliquent par l’évolution de la société tant au niveau éthique que juridique et économique, imposent une nécessaire redéfinition du statut du corps médical au sein de notre institution pour lui garder son caractère original qui associe dynamisme professionnel et qualité des rapports humains. C’est le “chantier” auquel devront s’attaquer les acteurs médicaux avec la Direction au cours des mois à venir.

Cette fonction est originale dans un hôpital français. Elle tient compte des spécificités d’un établissement privé à but non lucratif. Ma fonction s’inscrit en pleine complémentarité avec celle du président de la CME , élu par ses pairs. Membre à part entière de la Direction Générale, ma mission est d’éclairer celle-ci sur ses décisions médicales et de la conseiller sur l’organisation et les projets médicaux. Le choix du Conseil d’Administration, depuis la création de cette fonction, a été de privilégier une activité à temps partiel, par un médecin actif dans la structure, au contact de ses confrères et disposant d’un double point de vue sur l’établissement, depuis la Direction et les services de soins. Mon poste d’observation est idéal et quotidien : je suis chirurgien digestif et collabore à ce titre avec la majeure partie des services d’hospitalisation et du plateau technique. Le rôle de conseil est donc connecté aux réalités de terrain et complété par un rôle de relais entre la Direction et le Corps Médical. Le Corps Médical de notre établissement est caractérisé par un statut original, qui existe seulement dans une dizaine d’établissements privés à but non lucratif en France, avec un paiement non par un salariat (à quelques exceptions près), mais à l’activité. Ce statut original a de nombreux avantages mais apporte son lot de complexité, les médecins n’étant ni des employés de l’Hôpital ni des libéraux au sens strict. La ligne directrice de notre gestion vise à mêler les qualités d’un hôpital en termes de permanence des soins et celles d’une clinique en termes de dynamisme. La rédaction du projet médical quinquennal vient de s’achever. Ses grandes lignes sont de maintenir la vocation poly disciplinaire de l’établissement avec des pôles d’excellence présentés par les différents chefs de Service dans les pages de ce rapport, mais aussi avec une prise en compte de la chaine des soins depuis la prévention jusqu’aux soins de suites ou aux soins palliatifs, en passant bien sûr par l’hospitalisation de court séjour qui reste l’activité principale du groupe. L’Hôpital Saint Joseph qui possède son propre établissement

de soins de suite, l’établissement Fernande Berger, bientôt rapproché de l’Hôpital dans un bâtiment neuf, s’associe en ce moment avec plusieurs établissements médicosociaux et projette de créer sur le site de Fernande Berger son propre établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes. Ce projet s’inscrit dans la droite ligne de l’esprit de l’évolution réglementaire, qui a conduit les Agences Régionales de Santé à remplacer les Agences Régionales d’Hospitalisation, soulignant la nécessité d’une prise en charge globale de la personne malade, pour améliorer la qualité médicale des soins et l’efficience économique dans un environnement de plus en plus contraint par des ressources limitées. Mon rôle est prédominant dans l’Hôpital de court séjour, ce qui occupe déjà bien. La structure comporte 800 lits et places installés, 30 services ou unités, plus de 300 médecins y interviennent. Ma responsabilité est certes de contribuer à mettre en œuvre une bonne organisation quotidienne, mais aussi, et c’est le plus passionnant, d’effectuer un travail prospectif, centré sur le recrutement des meilleurs médecins et sur le développement qualitatif du plateau technique et des services. L’Hôpital est très attractif et dispose de sa côte d’amour et de sa réputation auprès des Marseillais. Mais il ne faut pas relâcher ses efforts pour favoriser les synergies entre services, orienter les bons choix de matériels, promouvoir la recherche clinique, rester au contact de l’Université. Travailler dans ce formidable outil de travail, pétri d’histoire et de valeurs humanistes, toujours en projet, toujours remodelé, constitue une chance et un honneur pour un médecin, et pour un directeur médical.

39

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

40

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

II Une prise en charge soignante coordonnée “Le projet de soins fait partie intégrante du projet d’établissement, en coordination avec le projet Médical et le projet Social avec lesquels il s’articule…”

III 30 services complémentaires

au service d’un hôpital généraliste de référence

mme geneviève noble, directeur des soins La philosophie des soins à l’Hôpital Saint Joseph est basée sur des valeurs humanistes et une approche globale de l’homme et de la santé, en relation avec les éléments essentiels de son environnement. Le patient reste au centre des préoccupations de tous les professionnels de santé pour optimiser sa prise en charge. Nous souhaitons parvenir à la satisfaction des besoins de nos patients, à maintenir ou améliorer son état, en ayant une approche biologique et physiologique (les besoins primaires), mais également psychologique et sociale (les besoins secondaires) et même spirituelle (bien-être, besoin tertiaire, homéostasie et développement personnel). Le soin est un ensemble d’actions de nature préventive, curative, éducative, technique et relationnelle, qui ont pour but de promouvoir, protéger, maintenir, restaurer la santé physique et mentale, l’autonomie des personnes et de les accompagner en fin de vie. Elles répondent aux besoins des patients et de leur entourage, dans le cadre d’un projet de soins individualisé : approche globale, adaptée et individualisée. Elles sont réalisées en équipe pluridisciplinaire, en partenariat avec le patient et son entourage. C’est dans cette perspective qu’a été développé le Dossier patient informatisé à Saint Joseph il y a près de quinze ans, en prélude à l’ensemble des dossiers informatisés qui émergent aujourd’hui dans les établissements de santé. Si l’objectif premier était de centraliser toutes les informations de soins pour optimiser notre démarche de soins, le dossier de soins informatisé a dès le début été conçu comme l’outil de travail de tous les soignants intervenant au lit du malade, devant donc répondre aux attentes tant des infirmiers, aidessoignants, qu’à celles des médecins. D’un dossier de soins informatisé, l’Hôpital est donc peu à peu parvenu à informatiser l’intégralité du Dossier Patient (gestion

administrative et financière, organisation des soins, gestion des différentes données médicales). La réflexion conduite autour du projet de soins s’enrichit constamment des échanges et des interactions entre les différents acteurs. Année après année et au fil des projets de soins successifs, de nombreux thèmes abordés (5 axes) sont développés en lien avec des comités représentatifs ou groupes de travail : 1 Un axe “Droits et parcours du patient”, axe essentiel à une prise en charge de qualité. Celui-ci développe des thèmes tels que la bientraitance et les droits, l’accueil et la sortie du patient, la gestion des urgences, la prise en charge de la douleur, les prises en charge spécifique, l’éducation thérapeutique et la fin de vie. 2 Un axe “Coordination et complémentarité avec les autres professionnels” : d’une part, l’amélioration du lien entre les unités de soins et le plateau technique : bloc opératoire, endoscopies, imagerie médicale, laboratoire ; D’autre part l’élaboration de projets spécifiques métiers (sage femme, kinésithérapeute, brancardier, psychologue, diététicien, assistante sociale). 3 Un axe “ Dossier patient” : en lien avec un groupe de travail dont l’objectif est d’améliorer la tenue, de faire évoluer et d’évaluer l’utilisation du dossier patient. 4  Un axe “Qualité et gestion des risques” avec des points forts : le respect et l’appropriation des procédures, les vigilances sanitaires et l’évaluation des pratiques professionnelles. 5  Un axe “Management” concernant l’encadrement et l’intégration des stagiaires et nouveaux embauchés, les fonctions du cadre et la continuité entre jour et nuit. Les axes de développement prioritaires de l’Hôpital constituent le fil conducteur du projet de soins en cours et à venir. Celui-ci, avec sa propre politique et philosophie de soins, est amené à évoluer en fonction des contextes et en partenariat avec le projet d’Etablissement.

L’Hôpital Saint Joseph est un établissement de santé privé à but non lucratif de 804 lits et places de court séjour qui prend en charge la quasi-totalité des spécialités médicales, chirurgicales, obstétricales et un plateau technique des plus modernes. 30 services et unités sont ci-après expliqués. Un seul n’est pas isolément présenté, le service des Consultations (notre photo), car il est présent dans chacun des services présentés dans les pages du Rapport Annuel. Il accueille 6 jours sur 7 les

patients à travers plus de 1 000 consultations externes par jour. L’équipe du pavillon des consultations est au quotidien la vitrine de l’ensemble des services et praticiens de l’Hôpital. La dernière page de cette partie sur les spécialités de l’Hôpital est consacrée à une unité, emblématique de la collaboration pluri-disciplinaire qui s’instaure au quotidien pour le mieuxêtre des patients, le tout nouveau centre de consultations pluri-disciplinaires en Sénologie (ouvert le 1er mars 2010).

Anesthésie réanimation

p. 42

Médecine polyvalente et d’urgence

p. 72

p. 44

Neurologie

p. 74

Chirurgie cardiaque

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Chirurgie générale et digestive

p. 46

Chirurgie orthopédique

p. 48

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Chirurgie thoracique & gros vaisseaux

p. 50

Chirurgie vasculaire

p. 52

Dermatologie

p. 54

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Diabétologie - nutrition - endocrinologie

p. 56

Fédération de cardiologie

p. 58

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

hospitalisation à Domicile

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p. 60

Hépato-gastro-entérologie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p. 62

Laboratoire d’anatomie et de cytologie pathologiques

p. 64

Laboratoire central

p. 66

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

le patio, unité douleur chronique et soins palliatifs

p. 68

Médecine interne

p. 70

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Oncologie hopital de jour

....................................................................

Ophtalmologie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Oto-rhino-laryngologie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p. 78

p. 80

Pôle parents enfants Sainte Monique

p. 82

Pédiatrie et néonatologie

p. 83

Chirurgie infantile

p. 85

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Gynécologie obstétrique

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p. 87

Service de médecine et biologie de la reproduction

p. 90

Pneumologie

p. 92

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Radiologie - imagerie médicale Rhumatologie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Service d’accueil des urgences

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Urologie

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

........................................................................................

p. 76

Centre de consultations pluri-disciplinaires en sénologie

p. 94 p. 96 p. 98

p. 100

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p. 102

41

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

42

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> anesthésie - réanimation

les amis de l’hopital saint joseph 54 ans d’une présence inestimable en réanimation C’est en 1955 qu’a été créée l’Association “les Amis de l’Hôpital Saint Joseph”, pour, selon ses statuts, “contribuer au perfectionnement et au développement de l’Hôpital saint Joseph, maintenir liens et amitié entre l’établissement et ceux qui y sont soignés, et apporter une aide matérielle et morale aux malades et à leur famille”.

le service présenté par le docteur bernard lalanne, chef de service Le service répartit son activité à travers trois segments principaux : la Réanimation (Unité de Surveillance Continue), les blocs opératoires (bloc central,maternité,endoscopie,radiologie vasculaire et coronarographie, urologie) et le dépôt de sang. Très classiquement, le service intervient de façon transversale dans toutes les spécialités médicales nécessitant une anesthésie. Notre force réside dans le dynamisme et l’adaptabilité permanente du service, avec une équipe soudée et polyvalente, ayant une forte implication dans l’ensemble des comités et des vigilances de l’établissement, et, une politique de prévention et de gestion des risques développée.

L’articulation urgences-bloc-soins critiques est parfaitement rodée, avec un plateau technique performant, qui permet de faire face à la majeure partie des urgences. Notre plateau technique est très performant avec des anesthésistes seniors présents sur place ou en astreinte 24h/24. Le service travaille donc dans le respect des normes en vigueur et vise toujours la qualité optimale. Ce qui est primordial c’est l’état d’esprit que je souhaite entretenir au sein du service : travailler en confiance avec toutes les compétences réunies pour poursuivre le même objectif, servir et soigner les patients. Des questionnaires de satisfaction sont régulièrement soumis aux patients. Nous avons, de plus, la chance de bénéficier de l’aide d’une association de bénévoles (cf. encadré) qui prend en charge et accompagne les familles et proches des patients. Nous restons à la disposition des familles pour les recevoir.

L’avenir du service Nous accompagnerons les projets et les activités en développement dans l’Hôpital. L’ensemble de l’équipe intègrera les modifications de la démographie régionale, s’adaptera aux nouvelles techniques diagnostiques et thérapeutiques, et, aux futurs choix de l’établissement tels que l’accroissement des activités ambulatoires ou non programmées, en veillant à la sécurité, à la qualité des soins prodigués et à l’évaluation du bénéfice/risque.

L’association, présidée par M. Jacques Faure, compte environ 200 adhérents fidèles. 18 bénévoles sont impliqués dans la vie de l’Hôpital. Ils se relaient et assurent l’accueil des familles de malades dans le service de surveillance des soins continue et en réanimation polyvalente. Les bénévoles les accompagnent durant tout leur séjour : Ils ont une écoute attentive des besoins et

2009

Entrées totales HC

Journées HC

2008

2007

391

471

547

3 094

3 627

3 228

Durée Moyenne de Séjour

7,9

7,7

Taux d’occupation réel (1)

91,0 %

89,8 %

85,12 %

surveillance continue - 10 lits

2009

2008

2007

Entrées total HC Journées HC Taux d'occupation réel (1)

5,9

804

801

736

3 241

3 260

2 702

Durée Moyenne de Séjour

4,0

4,1

91,0%

89,8%

3,7 85,12%

(1) Le taux d'occupation réel prend en compte les fermetures de lits (contrairement au taux d'occupation théorique)

les données qualité  7,3 % des personnes estiment avoir été traitées 9 avec considération. 97,3 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

Indice de Gravité Simplifiée en 2009 32 en réanimation polyvalente 24 en Surveillance Continue

Une aide précieuse pour les soignants L’action des bénévoles est rodée, permettant au personnel infirmier de se consacrer aux soins et à la surveillance des patients. La présence de l’Association les Amis de l’Hôpital Saint Joseph est à ce point ancrée que, pour tous les soignants, médecins, administratifs ou autres techniciens, les bénévoles font partie intégrante de l’établissement.

carte d’identité

l’anesthésie-réanimation en chiffres réanimation - 10 lits

souffrances de chacun. Ils s’assurent du respect des exigences tant d’hygiène que de tranquillité liées au service.

Chef de service : Dr Bernard LALANNE Adjoints : Dr Annie AMAR, secteur anesthésie obstétricale et pédiatrique au PPE, Dr Guy ANGEL, secteur réanimation et surveillance continue, Dr Patricia LEBRE, secteur anesthésie au bloc général, Dr Robert PERRIN, secteur anesthésie en cardio-vasculaire et thoracique Praticiens en réanimation cardiaque et anesthésistes : Dr David AGNEL, Dr Marie Antoinette ARGENCE, Dr Barbara BEGANI, Dr Albert CALDERON, Dr Claire CALMEJANE, Dr Martin CARVALHO, Dr Claire CHAMBON, Dr Evelyn CHOCRON, Dr Francine DIVE-BORDES, Dr Gabrielle DUQUENNE, Dr Pierre FABRE, Dr Gregory FALK, Dr Bernard GRAILLON, Dr Jean Marie GUILLOU, Dr Pierre HUGONY, Dr Thiphaine JOUGLET-BARC, Dr Joëlle LENEVEU, Dr Ayoub MDHAFAR, Dr Hélène MICHEL, Dr Jean MILLET, Dr Eliane PASSARELLI, Dr Céline RASTELLO, Dr Pascal SABY, Dr Robert SANTUNIONE, Dr Hugues VENCATASSIN, Dr Ute VENCATASSIN, Néphrologue : Dr Jean-Louis POIGNET Dr Soledad VERHOEVEN, Dr Valérie VEYRUNES LE FEVRE Praticiens en surveillance continue : Dr Jacques BERNARD-REYMOND, Dr Martin CARVALHO, Dr Eric LINDENMEYER, Dr Jean REZZI Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Thomas WAHL Cadre supérieur de santé : Christine LAUMONT Cadres de santé : - Blocs Opératoires : Corinne MARTINO, Sophie PLAINDOUX - Unité de Surveillance Continue : Anne PROVANSAL - Réanimation Polyvalente : Françoise PIGNOL - Réanimation Cardiaque et Soins Intensifs Cardiologiques : Dominique DUSSUD

43

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

44

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> chirurgie cardiaque

  Enfin,  dernier  segment   identifié,  le  traitement   de l’insuffisance cardiaque, en collaboration avec les cardiologues non interventionnels, les cardiologues interventionnels, les rythmologues, les chirurgiens cardiaques et les réanimateurs polyvalents/cardiologues.

L’Hôpital investira prochainement dans un système d’assistance circulatoire qui nous permettra de prendre en charge les infarctus massifs à la phase aiguë et permettra de compléter utilement notre collaboration avec l’APHM.

poses de valves aortiques par voie percutanée

le service présenté par le docteur jean-claude jouven, chef de service L’activité de Chirurgie Cardiaque de l’Hôpital Saint Joseph est en constante et régulière augmentation depuis des années, même si cette augmentation reste modeste eu égard à la concurrence existante. Le service fonctionne très bien, avec des médecins et personnels de qualité. L’activité peut être scindée en 4 segments :

L’ischémie myocardique, opérée en collaboration avec les  endocrinologues  (diabète,  hyper triglycéridémie, hypercholestérolémie), les cardiologues (coronarographie, dilatation, exploration non invasive), les néphrologues (hypertension, insuffisance rénale) et les chirurgiens vasculaires (polyartériels). Cette pathologie, très importante au cours des deux décennies précédentes, est actuellement à un niveau bas mais constant et il n’est pas envisageable qu’elle diminue dans les 4 ou 5 ans à venir. Le deuxième segment, la pathologie valvulaire, qu’elle soit mitrale ou aortique. Elle est en progression constante dans notre service et sur le plan national. Cette pathologie a bénéficié de la venue du Docteur Rémi HOUEL qui a développé une chirurgie mini invasive par chirurgie vidéo assistée d’une part et, d’autre part, a promu le développement des prothèses aortiques per-cutanées. Ce segment est, bien sûr, à privilégier pour être concurrentiels. Le traitement chirurgical des troubles du rythme. Le service s’y est investi depuis 2000, en particulier dans le traitement chirurgical de la fibrillation auriculaire. Le nombre de fibrillation auriculaire à traiter par méthode chirurgicale va aller croissant de manière très significative dans les années à venir. Elle va bénéficier du développement de la chirurgie vidéo assistée et elle va être un complément très utile aux échecs de l’ablation de fibrillation auriculaire par voie percutanée. Compte-tenu de l’importance du département de rythmologie de l’Hôpital, c’est bien sûr un créneau à privilégier.

L’Hôpital a été agréé le 29 décembre 2009 pour la pose de valves percutanées, avec 32 autres centres en France. Les différents intervenants de Chirurgie Cardiaque, et notamment le Docteur Houël (référent de cette technique à l’Hôpital), ainsi que ceux de Chirurgie Thoracique, se sont donc engagés dans cette technique novatrice minimalement invasive pour l’implantation de valve cardiaque, qui permet de traiter et guérir potentiellement de nombreux patients qui ne peuvent subir une opération chirurgicale traditionnelle à cœur ouvert, notamment les patients âgés ou les patients souffrant de pathologies supplémentaires. Cette nouvelle technique est aussi moins traumatisante pour le patient et elle réduit la durée de rééducation. Chaque cas est étudié et validé en staff, car la technique est réservée aux personnes ne pouvant subir d’intervention chirurgicale invasive.

la chirurgie cardiaque en chiffres Réalisé 2009 Entrées Nombre de de journées HC DMS Nombre de lits Taux d'occupation

Rapide, simple et sécurisante, elle met fin à la chirurgie lourde, ainsi qu’à la longue hospitalisation qui prévalaient jusqu’à présent.

carte d’identité Réalisé 2008

Réalisé 2007

682

648

515

7 236

7 063

6 181

4,9

5

5

22

22

22

92,7 %

93,4 %

88,6 %

Nombre de CEC

578

556

569

dont pontages

248

269

286

dont remplacements valvulaires

330

287

283

Chef de service : Dr Jean Claude JOUVEN Praticiens : Dr Laurent ACHI, Dr Valérie BECHARD, Dr Christine GATT, Dr Rémi HOUEL, Dr Olivier ROMAN, Dr Marc SIGWALT. Autres intervenants : Dr Patrice BERGERON, Dr Thierry du ROY de CHAUMARAY Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Hélène BOUIN Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadre de santé : Sylvie DAL MASO

les données qualité  98,9 % des personnes estiment avoir été traitées avec considération. 98,9 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

Quelques actes en 2009 3 poses de valves percutanées par voie fémorale 13 poses de valves percutanées par voie apicale 16 poses de valves aortiques par voie percutanée

45

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

46

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> chirurgie générale et digestive

le service par le docteur claude jacquin, chef de service : Deux activités distinctes occupent notre service : La Chirurgie Digestive, avec deux composantes majeures :  La chirurgie cancérologique (chirurgie colorectale, hépatique, pancréatique, œsophagienne) qui constitue la plus forte identité du service (voir encadré page suivante). La Chirurgie coelioscopique. En particulier, la cœlioscopie pour la chirurgie colorectale est proposée chaque fois que possible puisqu’il est désormais avéré que les résultats sont

meilleurs qu’en chirurgie ouverte, dans le respect des contreindications. C’est en outre un critère d’appréciation de la technicité de l’établissement dans les enquêtes des grands hebdomadaires, critère qui nous a permis d’être classés en 2007 et en 2008 pour la chirurgie colique et pour la chirurgie du cancer du rectum. Sur ce dernier thème nous avons été le 6° centre pour le nombre d’inclusions de patients dans une étude multicentrique nationale incluant essentiellement des CHU et des CLCC. Des interventions complexes pancréatiques et hépatiques sont réalisées sous cœlioscopie à l'Hôpital Saint Joseph. La Chirurgie Endocrinienne, chirurgie thyroïdienne, parathyroïdienne et surrénalienne (coelioscopique le plus souvent). La Chirurgie endocrinienne est également développée à travers la chirurgie de l’obésité. C’est une chirurgie dans laquelle le service s’investit car l’obésité est devenue un problème de santé publique. La surcharge pondérale excessive et l’obésité condamne les personnes à des douleurs physiques, des problèmes de santé croissants et souvent un isolement socioéconomique. Notre rôle dans la résolution de ce problème nous paraît important (cf. p59). Le service développe une prise en charge innovante par le développement de la chirugie ambulatoire. Nous privilégions les opérations de hernies en ambulatoire (sauf contre indication majeure). C’est ce vers quoi nous irons dans l’avenir.

la chirurgie des cancers du foie et du pancréas un pôle d’excellence du service La chirurgie cancérologique  est une des activités principales du service de chirurgie digestive. Il s’agit de chirurgie colorectale bien sur, mais aussi hépatique, pancréatique, oesophagienne. L’activité dépasse pour tous ces organes les seuils minimaux d’activité fixés par le plan cancer. Nous contribuons par exemple au rapport 2010 de l’Association Française de Chirurgie et avons adressé aux rapporteurs 60 dossiers d’adénocarcinomes pancréatiques réséqués dans les 5 dernières années. Cette activité est crédibilisée par le niveau de formation initiale et continue de certains d’entre nous, l’importance du plateau technique, l’engagement de la structure dans la permanence des soins, la polydisciplinarité requise permettant une collaboration précieuse avec les anesthésistes, avec la réanimation, avec des services performants d’endoscopie interventionnelle, de cancérologie spécialisée, d’anatomie pathologique et d’imagerie interventionnelle. Nous avons également progressé dans les domaines identifiés comme prioritaires par les sociétés savantes et les organismes d’accréditation avec la mise en œuvre systématique de

l’évaluation et de l’amélioration de l’état nutritionnel des patients opérés de cancers digestifs, et avec la mise en place de réunions de morbi-mortalité. Nos taux de morbi-mortalité sont conformes à ceux publiés dans la littérature avec une nette amélioration dans le temps pour la chirurgie pancréatique. Dans le classement 2010 du Figaro, nous avons confirmé les positions précédemment obtenues en chirurgie majeure colorectale (24e et 1er à Marseille). Nous sommes pour la première fois classés (25e) pour la chirurgie des cancers du foie et du pancréas.

la chirurgie générale et digestive en chiffres 64 lits

2009

2008

2007

2 524

2 472

2 104

15 332

14 459

12 927

677

498

503

6,1

5,8

6,1

Taux d’occupation (FCG)

89,5 %

86,5 %

85,1 %

Taux d’occupation (RCG)

82,1 %

77,8 %

77,7 %

(dont 10 lits d’hôpital de semaine) Entrées totales HC Nbre de journées HC Nbre de journées HDJ DMS

les données qualité  6,7 % des personnes estiment avoir été traitées 9 avec considération. 95,5 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage. Quelques actes en 2009 39 Chirurgies de cancers du rectum 18 Chirurgies de cancers de l'estomac 85 chirurgies de cancers du côlon 7 chirurgies de cancers du foie 18 chirurgies de cancers du pancréas

carte d’identité  hef de service de Chirurgie Générale : C Dr Claude JACQUIN Adjoint : Dr Dominique PEREZ Praticiens : Dr Jean Pierre AUBERT, Dr Jean-Marie BRANDONE, Dr Philippe CARISSIMI, Dr Régis COURBIER, Dr François GRANGER JOLY DE BOISSEL, Dr Xavier HANNA, Dr Bernard POL, Dr Nicolas TURRIN Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Nathalie BARDEY, Dr Juliette FEUILLARADE, Dr Hayet MASSEBOEUF, Dr Nathalie RICORD Chef de service de Chirurgie Gynécologique : Dr Alain PASCAL Praticiens : Dr Aurélie AMAR HOFFET, Dr Eric GLOWACZOWER, Dr Marc MARTINO, Dr Thomas PEREZ, Dr Joël PETIT JEAN, Dr Anne SQUERCIONI AUMONT, Dr Pierre TOURAME Cadre supérieur de santé : Véronique VERMANDEL Cadres de santé : Cécile GUILLEMIN, Sophie LAUGIER

47

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

48

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> chirurgie orthopédique

trois nouveaux axes de travail pour faire encore mieux pour différentes pathologies Le service s’est classé 37ème (sur 700 hôpitaux Français analysés) du classement national du magazine Le Point. Cette position récompense fort justement la qualité reconnue des praticiens du service et leur recherche constante d’amélioration de la prise en charge.

présentation de l’activité du service par le docteur jean-pierre franceschi, chef de service Le service d’orthopédie-traumatologie est actuellement composé de 10 chirurgiens auxquels s’ajoutent 2 médecins détachés (arthroscopie et médecine du sport). Le service fonctionne bien. Il reste soumis à une forte demande en raison, d’une part, de la réputation de l’établissement qui est à la fois reconnue au sein de la ville mais aussi dans l’ensemble du département (comme d’ailleurs le montrent les chiffres) et, d’autre part, en raison de l’augmentation liée

au vieillissement de la population, de la pathologie liée à l’appareil locomoteur et aux modifications de l’ensemble des structures hospitalières qu’elles soient publiques ou privées dans le secteur sud de Marseille. En dehors de son caractère polyvalent chaque chirurgien a une spécificité dans le domaine de l’orthopédie (chirurgie du membre supérieur, chirurgie du rachis, chirurgie de la hanche, chirurgie du genou, chirurgie du pied et de la cheville ; chirurgie traumatologique sportive). L’ensemble de la Chirurgie Orthopédique et de la Traumatologie est donc traité dans le service. Les interventions les plus fréquemment réalisées sont les suivantes : Chirurgie prothétique (Hanche, Genou) Chirurgie du rachis Chirurgie des membres supérieurs et inférieurs Chirurgie du pied Chirurgie arthroscopique Chirurgie tumorale Chirurgie traumatologique Chirurgie orthopédique infantile. Notre activité s’articule entre hospitalisation complète, hospitalisation de jour, bloc opératoire et consultations.

A ce propos, le service conduit actuellement un projet d’évolution dans la mise en place des protheses totales du genou : une reconnaissance préalable par scanner avant l’intervention de l’importance et de la typologie de la lésion du genou, afin de definir le meilleur positionnement de l’implant pour une meilleure restitution de la fonction du genou. Le praticien définit par ailleurs avant l intervention la taille exacte de la prothèse à poser. En parallèle de cette étude, une évaluation est ensuite faite des résultats sur la qualité de vie post operatoire. Autre pathologie, autre axe d’amélioration pour les patients subissant des lésions cartilagineuses. En collaboration avec le laboratoire de biothérapie de l’hôpital de la Conception, le service met en place un traitement innovant des lésions cartilagineuses chez le

sujet présentant une atteinte du cartilage du genou. L’étude porte à la fois sur les facteurs de croissance pour le traitement des lesions musculaires et tendineuses, associé à l’accélération et l’optimisation des processus de cicatrisation dans le traitement des ruptures des ligaments du genou. Enfin, un travail en collaboration avec la faculté des science du sport (Luminy) est actuellement en cours sur l’analyse de l’instabilité, conséquence des lésions ligamentaires du genou lors des contraintes sportives. L’analyse porte également sur une évaluation post-opératoire après réparation chirurgicale et détermination à court et moyen terme du degré de récupération de la performance sportive.

la chirurgie orthopédique en chiffres Réalisé 2009

Réalisé 2008

Réalisé 2007

Entrées totales HC / famille

1 138

995

939

Nombre de journées HC

6 803

6 035

5 790

137

135

149

6

6,1

6,2

25

25

25

79,8 %

77,9 %

79, 6 %

Nombre de journées HDJ DMS Nombre de lits Taux d'occupation

les données qualité  98,6 % des personnes estiment avoir été traitées avec considération. 97,9 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

Quelques actes en 2009 212 prothèses de genoux 255 prothèses de hanches 100 chirurgies ligamentaires du genou 132 arthroscopies

carte d’identité Chef de service : Dr Jean-Pierre FRANCESCHI Adjoint : Dr Jean Michel TALLET Praticiens : Dr Jean-Yves ARLAUD, Dr Richard ASWAD, Dr Stéphane AUMONT, Dr François COLONNA D’ISTRIA, Dr Joël COSTE, Dr Thomas CUCURULO, Dr Stephan DELPECH, Dr Barbara PICLET, Dr Jean-François PRUDHOMME, Dr Jean RENZULLI, Dr Abdou SBIHI, Dr Philippe TISSERAND Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Vanessa BLUM LAUXEN, Dr Aude BODOSSIAN Cadre supérieur de santé : Dominique CARVIN Cadre de santé : Muriel DESEVAUX

49

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

50

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> chirurgie thoracique et gros vaisseaux

pose d’endoprothèses aortiques Lorsque l’aorte est dilatée ou disséquée, deux options thérapeutiques sont possibles : une intervention chirurgicale classique ou un traitement par endoprothèse aortique. Le Docteur Bergeron et son équipe ont été précurseur dans l’utilisation d’endoprothèses.

le service, présenté par le docteur patrick bergeron, chef de service Selon sa dénomination, le service couvre essentiellement 2 secteurs : L’activité thoracique. L’activité aortique (Gros Vaisseaux). Dans ces deux secteurs, les praticiens ont acquis une expertise reconnue sur les plans locaux, nationaux et internationaux. L’activité du service n’a pas faibli dans ces deux domaines. Elle reste limitée dans le domaine de l’aorte thoracique du fait du non remboursement de certaines endoprothèses. En matière de chirurgie  thoracique, les interventions pulmonaires et médiastinales sont en hausse avec une prise en charge satisfaisante conjointement avec le service de Pneumologie et les réunions de RCP. La chirurgie de l’œsophage

se raréfie et s’éteindra dans le service avec le départ du Chef de service. La réparation des anomalies de la paroi thoracique pourrait être développée (pectus excavatum) mais le GHM actuel ne couvrirait pas la prise en charge du matériel prothétique. Un développement de la chimiothérapie locale intra-pulmonaire est faisable sous thoracoscopie chirurgicale et pourrait distinguer le service dans la prise en charge du cancer du poumon. Ce développement ne demande pas de nouveaux investissements. Sa réalisation sera rediscutée avec le service de Pneumo-Oncologie. Dans le domaine des Gros Vaisseaux, l’aorte depuis son origine à sa terminaison présente une pathologie spécifique accessible à un traitement endovasculaire dont le service est un centre d’excellence. C’est ainsi que les patients présentant un anévrysme ou une dissection aortique bénéficient de la pose de prothèses endoaortiques, geste mineur venant parfaitement compléter les autres modes de traitement dont la chirurgie conventionnelle. Dans ce même domaine, l’aorte ascendante devient accessible au traitement mini-invasif grâce aux “prothèses branchées et l’orifice valvulaire aortique, partie à part entière de l’aorte (gros vaisseaux) est également maintenant accessible au traitement endovasculaire ou trans-thoracique dont les praticiens du service revendiquent une expertise inégalée qui positionne le service au premier plan des acteurs de la prise en charge de cette pathologie. Le développement de cette branche est libéré de ses contraintes financières actuelles et nous comptons bien nous imposer dans cette compétition.

Pour cette pose d’endoprothèse, le principe est “simple” : l’endoprothèse est insérée dans l’aorte par voie percutanée ou via une courte incision dans le pli de l’aine, puis elle est déployée dans l’aorte afin de recouvrir la portion malade et reconstituer un vaisseau continu. Il reste ensuite à contrôler que la portion malade est bien exclue de la circulation, à retirer les cathéters porteurs, et à suturer le point de ponction ou refermer l’incision. Cette méthode remplace aujourd’hui l’intervention chirurgicale classique (efficace mais lourde, avec une éventuelle mise en place de circulation extra-corporelle) pour les patients à haut risque chirurgical.

le service en quelques chiffres

carte d’identité

Réalisé 2009

Réalisé 2008

Réalisé 2007

Entrées totales

1 135

1 248

1429

Nbre de journées HC

5 279

5 890

6137

22 lits

DMS Taux d'occupation (B2GH)

Le service du Dr Bergeron s’est engagé dans cette approche mini-invasive depuis plusieurs années, de sorte qu’aujourd’hui notre établissement est devenu une référence en la matière.

4,7

4,7

4,3

82,4 %

79,5 %

82,1 %

les données qualité  % des personnes estiment avoir été traitées 95 avec considération. 98,2 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage. Quelques actes en 2009 : 155 Chirurgies de tumeurs de l’appareil respiratoire 28 endo-prothèses de l’aorte thoracique 26 stents carotidiens (dont 6 réalisés en Chirurgie Vasculaire)

Chef de service : Dr Patrice BERGERON Praticiens : Dr Benoît CHABERT, Dr Jacques LABASTIE, Dr Vincent PIRET, Dr Thierry du ROY de CHAUMARAY. Autre intervenant : Dr Philippe RUDONDY Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Timur ADBULAMIT Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadre de santé faisant fonction : C. GARGIULO

51

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

52

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> chirurgie vasculaire

la chirurgie endovasculaire des anévrysmes aortiques une avancée de saint joseph devenue commune Le service a été l’un des premiers à proposer cette approche moins invasive de la pathologie artérielle et veineuse, plus particulièrement dans les traitements des anévrysmes de l’aorte abdominale et thoracique, les reconstructions artérielles, périphériques et carotidiennes, par voie percutanée. La chirurgie endovasculaire des anévrysmes aortiques est une technique assez récente, initiée dans les années 1990, mais aujourd’hui communément répandue dans les établissements de santé. Elle consiste à mettre en place une prothèse armée d’une prothèse métallique. Cette prothèse est introduite par une simple ponction dans l’artère fémorale au pli de l’aine : elle est repliée dans un tube (cathéter), qui progresse par l’intérieur du vaisseau (cathétérisme par voie endovasculaire) jusqu’au niveau de l’anévrisme, où elle est déployée. Sa structure métallique et des dispositifs d’attachement empêchent la migration de la prothèse et empêchent le sang de continuer à circuler dans la cavité de l’anévrisme évitant ainsi le risque de rupture. On peut penser de façon quasi-certaine que les indications du traitement endovasculaire vont

le service présenté par le docteur michel ferdani, chef de service : Le service prend en charge la chirurgie toutes les pathologies artérielles (hormis les vaisseaux du cœur et intracrâniens) et dans ce domaine, la pathologie aortique, carotidienne et des membres inférieurs prédominent. La chirurgie veineuse est essentiellement pratiquée en ambulatoire. Chaque territoire artériel peut être traité par chirurgie endovasculaire percutanée, chirurgie conventionnelle ou association des deux : chirurgie hybride. La structure du service est satisfaisante avec une unité d’hospitalisation conventionnelle, une unité de patients infectés et une unité partagée d’hôpital de semaine, ainsi qu’un département d’exploration (doppler).

L’ambulatoire est fortement développé dans la pathologie veineuse où actuellement plus de 80 % de nos patients sont opérés dans ce cadre là conformément aux recommandations de l’HAS. Le service bénéficie d’une excellente réputation, héritage des docteurs Courbier et Jausseran qui m’ont précédé à cette chefferie de service .Nous avons réussi grâce a une équipe compétente et soudée à la maintenir tant en terme de recrutement que de notoriété.

la chirurgie vasculaire en chiffres

La Chirurgie Vasculaire est une chirurgie moderne, qui avance toujours. Nous suivons cette logique d’innovation continue (nous avons ainsi été l’un des premiers établissements à faire de la chirurgie endovasculaire, désormais très répandue). Notre but dans l’avenir est donc de continuer à fonctionner de cette façon pour le bien-être et la satisfaction de nos patients, ainsi que celle de nos médecins correspondants : généralistes, angiologues et cardiologues.

28 lits

Réalisé 2009

Entrées totales HC Nbre de journées HC Nbre de journées HDJ DMS Taux d'occupation

augmenter dans les années à venir et permettre de réduire la lourdeur du traitement chirurgical classique des anévrismes aortiques. La mise en œuvre d’endoprothèses fenêtrées pour traiter les anévrysmes plus complexes étendus aux artères viscérales est une voie majeure de développement. Grâce au budget “innovation” de l’Hôpital nous pourrons en bénéficier à Saint Joseph.

carte d’identité Réalisé 2008

Réalisé 2007

1 564

1 334

1 606

9 046

7 379

8 527

161

119

99

5,8

5,5

5,3

90,8 %

81,2 %

87,1 %

Quelques actes en 2009 

197 Chirurgies de la carotide

469 Chirurgies de la varice (dont 146 en ambulatoire -31 %-).

les données qualité  98,4 % des personnes estiment avoir été traitées avec considération. 98,1 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

Chef de service : Dr Michel FERDANI Adjoint : Dr Philippe RUDONDY Chirurgiens : Dr Jean Jacques ALBRAND, Dr Jean REZZI, Dr Nicolas VALERIO Dr Patrick ACQUAVIVA (Ajaccio), Dr Claude MIALHE (Draguignan), Dr Jean DARIS (Cavaillon) Cardiologue : Dr Jean REZZI Rééducation : Dr I. CORTI Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Philippe DERUAZ, Dr Christine PARIS Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadre de santé : Isabelle RIZZO Unité d’Angéiologie r - Chef de l’unité : D Gilles RAYBAUD r r - Praticiens : D Hubert BENICHOU, D Remy GIUDUCCI, r r D Jeanne JOUVEN-SICARD, D Jean REZZI

53

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

54

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> dermatologie

dermato-pediatrie et consultation psoriasis deux nouvelles consultations pour faire mieux

présentation du service et ses spécificités par le docteur thierry gamby, chef de service : Le service est orienté vers la Dermatologie hospitalière, avec l’objectif de soins de recours et de proximité. Elle participe ainsi à la permanence des soins de l’Hôpital Saint Joseph. Le service a trois orientations majeures : Une orientation interniste qui s’explique par ma compétence initiale d’interniste. Le service était, à l’origine, intégré à celui de Médecine Interne. Il existe de ce fait un partenariat très ancien et très étroit avec la Médecine Interne, ainsi que la Rhumatologie et l’Endocrinologie. Une dermato-vénéréologie, avec une activité de dépistage, de suivi et de traitement des infections sexuellement transmissibles. Il est, en outre, à noter que le service est la référence régionale (voire nationale) pour les pathologies liées au VIH. Celle-ci s’exprime tant au niveau de la consultation que de l’hospitalisation et de la prise en charge multidisciplinaire du patient porteur de VIH (cohorte d'environ 600 patients). Une activité de Cancérologie cutanée. En matière de prise en charge du mélanome, l’Hôpital répond à la demande du public avec acuité, dans le cadre du partenariat conventionnel conclu en 2007 avec l’AP-HM, dans le cadre de l’inter 3C. Une RCP a été mise en place et l’activité du service en la matière est reconnue. Pour tous les segments de notre activité, nous privilégions une prise en charge globale, dans toutes ses dimensions (dépistage, soins, accompagnement psychosocial). Outre la dimension hospitalière, le service développe des consultations internes et externes qui permettent à l’Hôpital de proposer une offre de soins de proximité et d’élargir la pertinence et l’acuité de son offre de soins. Ainsi, pour

un patient pris en charge pour une pathologie chirurgicale ou rhumatismale, les effets secondaires cutanés dus à son opération ou son traitement trouvent une réponse rapide intra-hospitalière.

Quelles sont les orientations futures du service ? Nous créons cinq consultations qudonnent à notre service un caractère original par rapport aux autres services de la région : Nous avons créé une consultation de Dermato-pédiatrie, dédiées à l’enfant uniquement. Elle ne cesse de se développer, car la demande est exponentielle et il n’y a, actuellement pas de service de dermatopédiatrie à Marseille autre qu’à St-Joseph, et à l’AP-HM. Le service s’investit également dans la création d’une Consultation de pansements difficiles, peu pris en charge là aussi par ailleurs. Création d’une consultation spécialisée dans les psoriasis difficiles, unique dans la région PACA, peu de services français ont pris cette option (cf. encadré). Création d’une consultation de correction des lipoatrophies faciales du VIH par injection de produits de comblement. Consultation de suivi dermatoscopique avec enregistrement de données informatiques personnalisées (Fotofinder) pour les naevi difficiles, mélanomes multiples ou autres tumeurs cutanées. Ces nouvelles orientations nous permettent de sécuriser et de fidéliser de nouveaux patients en quête d’un suivi approfondi et crée de nouvelles dynamiques dans et autour de notre service.

La Dermato-pédiatrie représente une part importante de l’activité des consultations du service. Cette consultation s’adresse aux enfants porteurs d’eczéma atopique (dont l’émergence est croissante dans nos pays industrialisés) ou d’exérèses de lésions virales. Parfois véritable infirmité à retentissement psychique, scolaire et familial, source de complications infectieuses, l’eczéma atopique peut actuellement être traité en milieu hospitalier surtout, après un temps de préparation dermatologique, et en collaboration avec les pédiatres et l’équipe mobile de la douleur. Cette nouvelle consultation permet une prise en charge individualisée, personnalisée pour les enfants. La consultation Psoriasis répond de la même logique : privilégier une prise en charge individualisée, personnalisée et globale. Maladie chronique et évolutive le psoriasis suppose une prise en charge qui nécessite des visites régulières chez le

Le Dr Nathalie Quilès-Tsimaratos, initiatrice et responsable de la consultation psoriasis

dermatologue et la relation médecin-patient est l'une des clés de voute de la stratégie thérapeutique du psoriasis. Saint Joseph, comme peu d’hôpitaux en France, propose une prise en charge multi-disciplinaire.

la dermatologie en chiffres

Nb d'entrants HC Nb d'entrants HDJ Nombre d'entrants Total Nb de journées HC

2009

2008

2007

388

383

321

99

122

187

487

505

508

2 799

2 565

2 605

DMS

7,2

6,7

Nb de lits d'hospitalisation complète

10

11

8,1

Nb de places d'hospitalisation de jour partagés par la Dermatologie et la Médecine interne

3

0

0

79,5%

74,4%

69,5%

Taux d'occupation des lits d'hospitalisation complète

11

File active VIH : 574 patients

les données qualité  95,2 % des personnes estiment avoir été traitées avec considération. 100 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

carte d’identité  hef de service : Dr Thierry GAMBY C Adjoint : Dr Nathalie QUILES-TSIMARATOS Praticiens : Dr Sabine BERTRAND, Dr Christophe COMPAGNON, Dr Jean Luc LEVY(activité laser uniquement), Dr Pierrette PELLEGRIN VARTOKIAN (centre de consultations du Camas uniquement), Dr Véronique RAYBAUD, Dr Judith REYNIER-REZZI, Dr Frank TOLLINCHI (médecine générale, suivi immunitaire, responsable de l’organisation de la prise en charge du VIH). Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Régine AUGUSTE Cadre supérieur de santé : Christel CALBOU Cadre de Santé : Nathalie BAUDOUY

55

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

56

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> diabetologie - nutrition - endocrinologie

Titreprise une encadré en charge multi-disciplinaire de l’obésité L’épidémie d’obésité, responsable de plus de 55 000 décès par an, qui atteint 30 % des Américains du nord, a atteint la France. La dernière étude nationale, menée en 2006, montre en effet que près de 12,4% de la population adulte française est obèse (11,9% en région PACA), et note une nette progression de celle-ci, en moyenne de 5,7% par an sur les 9 dernières années. Elle augmente de façon exponentielle et a été qualifiée par l’OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé, de maladie épidémique du 21e siècle.

un service, trois entités, présentées par le docteur simon angeletti, chef de service Comme son nom l’indique, le service couvre trois segments plus un : Le pôle de Diabétologie : Il couvre des prises en charge variées : le diabète débutant (éducation, traitement), les complications vasculaires du diabète (dépistage, explorations et stratégies thérapeutiques (coopération avec tout le pole cardiovasculaire), ainsi que le diabète gestationnel de la femme enceinte, en coopération avec le Pôle Parents Enfants ou le suivi diabétoobstétrical en cas de grossesse chez une diabétique. Nous bénéficions également - et c’est un atout essentiel pour le service- d’une infirmière spécialisée en diabétologie qui dispense l’Education thérapeutique du diabétique de type 1 ou 2 en ambulatoire ou hospitalisation de jour. Le pôle de Nutrition : en particulier, l’obésité morbide dont la fréquence ira en augmentant. Le service a développé une prise

en charge multi-disicplinaire autour de ce problème de Santé Publique (cf. encadré parge ci-contre). Le pôle d’Endocrinologie : Nous assurons la prise en charge des tumeurs endocrines. Le service fait partie du Réseau RENATEN (réseau national de prise en charge des tumeurs neuro-endocrines malignes rares sporadiques et héréditaires) comprenant dans la région PACA les différents services du CHU de Marseille, l’Institut Paoli-Calmettes et notre établissement. Le service est également un centre d’explorations endocriniennes en hôpital de jour ou en hospitalisation conventionnelle : diagnostic des pathologies thyroïdiennes, hypophysaires, cortico-surrénaliennes ou gonadiques par un bilan clinique, biologique (tests endocriniens) et radiologique (IRM, TDM)

Les projets du service Face au vieillissement de la population diabétique et à l’augmentation des obésités, le service doit poursuivre dans sa recherche de l’excellence au service des patients : Développer l’éducation thérapeutique, en particulier dans le diabète et l’obésité, déclarés priorité de santé par les tutelles depuis 3 ans, considérés comme des fléaux responsables d’une grande part des maladies et décès cardiovasculaires dans notre pays ainsi que des amputations de membres, de cécités et d’insuffisance rénale terminale (30 % des dialysés sont diabétiques). Les nouvelles techniques diagnostiques doivent par ailleurs être affirmées (explorations cardiovasculaires, holter glycémique, tests biologiques hormonaux, diagnostic génétique) et thérapeutiques (pompe à insuline, insulinothérapie fonctionnelle, chirurgie de l’obésité morbide).

L’Endocrinologue et l’ensemble des professionnels de santé sont donc confrontés de plus en plus fréquemment à cette affection et à ses complications. Le service, sous l’impulsion du Docteur Virginie Castera, a donc mis en place une prise en charge médicochirurgicale multidisciplinaire. Endocrinologues, chirurgiens Digestifs, diététiciens, cardiologues, pneumologues, anesthésistes, gastro-entérologues, psychiatres et psychologues unissent leurs savoirs et compétences au service du patient obèse.

le service en quelques chiffres Réalisé 2009

Réalisé 2008

Réalisé 2007

Nombre d'entrants HC

1 498

1 437

1 292

174

173

195

Nombre d'entrants Total

1 672

1 610

1 487

Nombre de journées HC

7 247

7 313

6 959

DMS

4,8

5,1

5,4

Nombre de lits Hospitalisation Conventionnelle

19

19

19

Nombre de lits Hospitalisation de Jour

1

1

1

Nombre de lits Hospitalisation de Semaine

8

8

8

85,2 %

86,0 %

83,2 %

Taux d'occupation du service

A l’issue de celui-ci, une synthèse médicale est effectuée puis une décision thérapeutique définie : mesures hygiéno-diététiques systématiques bien entendu, relais éventuel vers un centre diététique (en insistant sur un suivi ultérieur nécessaire en consultation), instauration d’un traitement médical ou enfin, chirurgie bariatrique qui ne doit intervenir qu’en cas d’échec des mesures antérieures. Deux types de procédures peuvent être envisagées : des techniques dites “restrictives”, anneau gastrique et sleeve gastrectomie, ou des techniques malabsorptives, tel le by-pass gastrique. Mais dans tous les cas et solutions proposés, les professionnels privilégient une prise en charge complète, avec un suivi en amont et en aval, au sein de l’équipe pluridisciplinaire. L’accompagnement du patient doit être constant et structuré.

carte d’identité

28 lits

Nombre d'entrants HDJ

Pour chaque patient obèse, un bilan général, à la fois systématisé, mais aussi personnalisé, est réalisé en fonction de sa symptomatologie.

Chef de service : Dr Simon ANGELETTI Adjoint : Dr Jacques COHEN Praticiens : Dr Virginie CASTERA, Dr Jean-Paul COURCHIA, Dr Marie José GALEA, Dr Daniel MOUROUX Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Dominique GUILLAUME, Dr Corinne LECAMUS Dr Céline PHILIPONEAU (Hôpital de Semaine) Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadre de santé : Marie Xavière TOURRAL

les données qualité  96,1 % des personnes estiment avoir été traitées avec considération. 98,7 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage

En 2009 File active Diabète : 1 251 patients Files active Obésité : 516 patients

57

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

58

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> fédération de cardiologie

traitement des arythmies : une première nationale à saint joseph ! L’unité de Rythmologie a pu, dans le cadre d'un partenariat avec l'entreprise Saint Jude, être dotée du premier robot électromécanique pour le traitement des arythmies de France : le robot Hansen Sensei. La technologie du robot s’appuie sur un bras électromécanique prolongé par une gaine souple et un cathéter, dirigés à distance par le médecin à l’aide d’un “joystick”. Le système permet une mesure continuelle de la force de contact du cathéter sur l’endocarde et un retour de force en temps réel au niveau du Joy stick

la fédération de cardiologie en chiffres

présentation de la fédération de cardiologie par le docteur andré pisapia, coordonnateur La Cardiologie de l’Hôpital Saint Joseph est organisé depuis deux ans en Fédération. La Fédération de Cardiologie regroupe 4 unités d’hyper-spécialités : La Rythmologie interventionnelle, (stimulation et défibrillation cardiaques) La Cardiologie interventionnelle (hémodynamique et coronarographie) La Cardiologie clinique (soins intensifs, explorations non invasives, échographie cardiaque, insuffisance cardiaque, hypertension artérielle) Les explorations fonctionnelles. Ce choix a été fait pour améliorer la prise en charge du patient, car elle a l’avantage de permettre d’harmoniser les pratiques et de renforcer la collaboration de services qui, le plus souvent, sont amenés à intervenir sur le même patient. La création d’un staff médical commun hebdomadaire où sont discutés les dossiers difficiles de patients va également dans le même sens.

Les axes de développement de la Fédération de Cardiologie L’axe majeur qui a permis de développer une Fédération de Cardiologie innovante et par là-même extrêmement concurrentielle, est sans aucun doute la Recherche Clinique. Avoir été l’un des premiers services de Cardiologie à investir dans la Recherche Clinique nous a donné une confortable avance sur nos concurrents, car elle nous a permis d’améliorer toujours plus la prise en charge du patient.

C’est pour moi la condition sine qua non pour faire une médecine de qualité. Cela constitue le meilleur moyen de connaître de façon active les méthodes thérapeutiques du futur immédiat et d’avoir une action sur elle. Ne pas faire de Recherche Clinique signifie être en retard et suivre la marche, après les autres, d’une prise en charge innovante et donc de qualité. L’autre axe dans lequel nous nous sommes engagés est celui de la Communication Scientifique : l’organisation de congrès régionaux et internationaux (congrès de Rythmologie PACA en collaboration avec l'AP-HM, Congrès international Rythm,...) nous permet cet échange de savoirs indispensable là aussi à la réalisation d’une médecine de qualité. Apporter notre témoignage, écouter et voir ce qui se fait à l’international est primordial. Tout cela permet le développement d’axes innovants : l’équipement de l’unité de Rythmologie du 1 er robot électromécanique de France pour l’ablation de fibrillation atriale est une reconnaissance de la qualité de notre travail et de notre implication et nous donnera l’opportunité de faire plus et mieux encore demain (voir encadré). De même, l’autorisation que l’Hôpital a obtenu, au même titre que seulement 33 centres en France (et seulement 3 en région PACA) en décembre, d’implanter des valves aortiques percutanées (sans circulation extra-corporelle) récompense la compétence des cardiologues et chirurgiens cardiaques et l’investissement de l’établissement. L'intervention dure une heure et les hospitalisations de trois semaines n'ont plus cours. La semaine suivant les opérations, les patients sont autonomes, en convalescence.

les données qualité

2009

2008

2007

Nb de lits du service HC (B4S/G)

47

53

53

Nbr de lits d'hôpital de semaine (HSC)

11

11

11

Nbr de lits de Soins intensifs Cardiologie (SIC)

10

10

10

1 625

1 387

1 283

777

906

923

nombre de lits

entrées directes totales

Cardiologie Clinique

Coro Interventionnelle Exploration Cardiaque

52

50

54

1 193

1 057 3 400

975

3 235

10 649

10 232

9 742

Coro Interventionnelle

2 876

3 855

3 942

Exploration Cardiaque

83

116

Rythmologie

Total fédération

journées HC

Cardiologie Clinique

Rythmologie

Total fédération

dms

3 647

5 744

19 352

5 580

19 783

236 5 032

18 952

Cardiologie Clinique

6,6

7,4

7,6

Coro Interventionnelle

3,7

4,3

4,3

Rythmologie

4,8

5,3

5,2

Exploration Cardiaque Total Fédération

1,6

2,3

4,4

5,3

5,8

5,9

Service (B 4e étage Droite et Gauche) 85,3 %

88,2 %

89,3 %

Hôpital de Semaine Cardiologique

70,9 %

66,8 %

68,2 %

661

765

589

1 548

1 644

1 561

315

327

296

taux d'occupation

Soins Intensifs Cardiologiques

zoom sur certains actes réalisés Nb d'angioplasties

Nb coronarographies Nombre total AFA et autres ablations complexes défibrillateur stimulateur

73,6 %

2 249 130 251

74,0 %

2 409 130 256

(souris3D), ce qui annihile tout risque de contact excessif du cathéter entrainant des complications parfois sévères. Des avantages multiples Le robot Hansen sensei a de multiples atouts : outre la précision optimale du geste (et sa meilleure reproductibilité), il permet également d’augmenter la sécurité et l’efficacité des interventions, de réduire les temps de procédure et de réduire l’exposition aux rayons X du patient et du praticien (l’espace de travail étant placé en dehors du champ de la radiographie).

80,7 %

2 150 116 257

 % des personnes estiment avoir été traitées 95 avec considération. 96 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

carte d’identité Coordonnateur de la Fédération : Dr André PISAPIA Unité de Cardiologie Clinique et Soins Intensifs : r - Coordonnateur : D Fabrice d’HOUDAIN r - Praticiens : D Jean Luc DEBOUTIN, r D Patrick KHANOYAN, Dr Jean LEFEVRE, Dr Alexandre MAXIMOVITCH, Dr Roger ROSARIO, Dr Bertrand VILLETTE Unité de Cardiologie Interventionnelle : - Coordonnateur : Dr Patrick JOLY - Praticiens : Dr Nicolas BARRA, Dr Michel BERTHET-BONDET, Dr Jacques BILLE, Dr Frédéric COLLET, Dr Olivier COM, Dr Richard GELISSE, Dr Loïc LE TALLEC, Dr Philippe ROSSI Unité de Rythmologie : - Coordonnateur : Dr Jacques FAURE - Praticiens : Dr Michel BREMONDY, Dr Ange FERRACCI, Dr André PISAPIA Unité d’Exploration Fonctionnelle : - Coordonnateur : Dr Jean LEFEVRE r r - Praticiens : D Jean Luc BAILLY, D Henri ESCOJIDO, r r D Maryvonne GARCIA, D Roger GASS, Dr Denis HECKENROTH, Dr Alexandre MAXIMOVITCH, Dr Roger ROSARIO, Dr Emmanuel PHILIP, Dr Jean REZZI Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Laurent GARNIER, Dr Alexandra LORRANG, Dr Wendy MORIN, Dr Isabelle PAGES Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadres de santé : Marie LIGUORI et Aurélie PEREZ-MASCARAS (faisant fonction)

59

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

60

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> had - hospitalisation à domicile

une démarche Titre encadré d’amélioration constante de la qualité L’HAD Saint Joseph travaille à l’amélioration constante de la qualité des prestations offertes aux patients et leurs proches. Il n’existe pas un type unique de fonctionnement HAD. Chaque HAD a ses spécificités, liées aux modes de prise en charge, aux équipes soignantes libérales ou salariées, à son engagement dans la coordination, à l’existence d’astreinte ou pas… L’HAD de l’Hôpital Saint-Joseph a développé sa propre organisation : 1) Une HAD polyvalente (prise en charge des grossesses à risque, des pansements complexes, des chimiothérapies à domicile, des patients résidents d’EHPAD). 2) Un maintien des équipes d’infirmiers libéraux déjà en place au domicile, et/ou des intervenants soignants fixes, afin d’éviter la multiplication des

l’activité du service par le docteur amina masseboeuf, coordonnateur had L’HAD Saint Joseph a ouvert ses portes en juin 2007, avec une capacité de 30 places. Ce mode de prise en charge est devenu aujourd’hui une priorité de santé publique. Il a pour objet d’éviter une hospitalisation à temps complet ou d’en diminuer la durée. L’Hospitalisation à Domicile Saint Joseph intervient sur les quartiers Centre, Est et Sud de l’agglomération marseillaise. Elle assure la permanence et la continuité des soins.

Notre HAD est une HAD polyvalente. Nous prenons donc en charge des pathologies et situations très diverses : patients palliatifs, grossesses à risque, pansements complexes (Kalinox, thérapie à pression négative WOUNDEL…), antibiothérapie, chimiothérapies à domicile, patients en EHPAD… Nous privilégions une prise en charge adaptée au plus près de la situation et des spécificités de vie du patient et de ses proches. L’équipe mobile s’adapte à la réalité du patient et adapte en fonction la prise en charge. Je crois qu’il faut se défaire de cette idée que l’HAD est «l’Hôpital à la maison”. L’HAD doit tenir compte d’une histoire familiale complexe, de la relation du patient avec son Médecin traitant, de la capacité des aidants à vivre des situations difficiles, des décisions médicales du Médecin traitant qui reste le seul prescripteur, malgré une collaboration qui se veut la plus efficiente possible. C’est sans doute pour cette raison que l’HAD Saint Joseph est reconnue par les patients et leur famille tout autant que par les soignants libéraux impliqués, comme une HAD particulièrement humaine et à l’écoute. L’HAD reste une véritable avancée dans la prise en charge des patients, notamment pour les patients ambulatoires, pour des perfusions de médicaments à usage hospitalier, pour la réalisation de pansements complexes, les chimiothérapies, la surveillance des grossesses à risque, qui soulagent les patients d’un maintien hospitalier lourd et dépossédant.

le service en quelques chiffres 274 entrées (135 femmes et 139 hommes) Provenance des patients : 22 en EHPAD 19 directement du domicile 215 de l’Hôpital Saint Joseph (dont 89 traitements de Chimiothérapie) 16 d’autres Hôpitaux de Marseille et la région 2 patients de l’établissement de soins de suite Fernande Berger

les données qualité 100 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage. Les prises en charge les plus importantes en 2009 

65 patients pour Soins palliatifs

16 patients pour pansements complexes

12 patientes pour surveillance de grossesses à risque

11 patients pour prise en charge de la douleur

interventions soignantes dans le respect de l’intimité du patient et de sa famille. 3) Des soirées d’informations proposées aux infirmiers libéraux 4) La mise en place de RCP en lien avec l’équipe mobile de l’Unité des Soins Palliatifs.

carte d’identité Praticien : Dr Amina MASSEBOEUF Cadre de santé : Véronique ROUSSET-ROUVIERE

61

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

62

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> hépato-gastroentérologie

l’activité du service par le docteur marc bourlière, chef de service La spécialité se développe autour de trois axes qui constituent autant de points forts (auxquels il faut ajouter la Recherche Clinique qui est l’un des pôles d’excellence de l’Hôpital –cf encadré-) : l’Hépatologie, l’endoscopie et la cancérologie digestive. Entre 2004 et 2008, l’activité du service a régulièrement augmenté tant en nombre de séjours complets qu'en ambulatoire. Le développement de l’Oncologie Digestive a été largement réalisé sous l’impulsion du Dr Hervé Perrier. Dans ce domaine, hormis les RCP hebdomadaires médico-chirurgicales (formalisées au sein du dossier patient informatisé, ce qui permet une évaluation quantitative et qualitative en temps réel pour le Comité de Concertation en Cancérologie (3C)), des partenariats avec l’APHM existent notamment pour la radiothérapie, la médecine nucléaire, l'oncogénétique et la tumorothèque. La Cancérologie Digestive a été pionnière en terme d'informatisation et de sécurisation des protocoles

de chimiothérapie et a, par là même, largement contribué à la réalisation de l’Unité Centralisée de Reconstitution des Cytotoxiques (UCRC) fonctionnelle depuis mi 2006. L’unité d’endoscopies digestives représente également une part très importante de l’activité du service, avec un développement exponentiel ces dernières années sous l’impulsion du Dr Christian Boustière, avec notamment l’écho-endoscopie diagnostique et interventionnelle (plus de 2000 examens en 3 ans dont 20% de ponctions ce qui constitue une des cohortes les plus importantes en France pour cette technique). De nouvelles techniques telles que l’entéroscopie, financée grâce à l’action de la Fondation, ont cours dans le service à côté d’autres techniques interventionnelles innovantes dans le domaine du traitement endoscopique des cancers digestifs. Par ailleurs, la notoriété de cette activité est attestée, par l’accueil au sein de l’unité d’endoscopie de nouveaux médecins en formation, par le fait que l’unité d’endoscopie est le seul lieu de stage pratique privée reconnu pour le diplôme universitaire d’échoendoscopie et par la réalisation de journées de formation relayées au niveau national. L’avenir du service et de ses différentes composantes doit résolument aller vers la consolidation de nos acquis : nous sommes, et devons demeurer, leader en matière de prise en charge des hépatites, et des complications de la cirrhose ; notre activité endoscopique, importante et de qualité, doit être maintenue et développé au même niveau de qualité ; l’activité d’oncologie digestive sera encore accrue, avec la poursuite de la prise en charge pluridisciplinaire des patients.

la recherche Titre encadréclinique, pôle d’excellence de saint joseph Le développement de la recherche clinique est une réalité. De 2003 à 2009, le nombre de patients inclus dans les essais cliniques a considérablement augmenté. Le service a participé à des essais de phase III ou IV, mais aussi à des essais de phase I et II (plus de 100 patients en 2008). Le Pôle de Recherche Clinique (PRC) performant, reconnu au niveau national et international avec 10 à 15 publications par an et plus de 10 abstracts par an depuis 2003, occupe une position forte en cancérologie et nous développons la recherche en gastroentérologie. Le Pôle est reconnu comme un service de pointe et, avec l’arrivée depuis 2 ans des nouvelles molécules (antiprotéases, antipolymérases et autres inhibiteurs spécifiques du VHC) qui vont révolutionner la prise en charge de l’hépatite C dans les 5 prochaines années, il est de plus en plus sollicité pour participer à des essais de phase Ib et II au niveau international. C’est une chance pour tous nos patients.

l'hépato-gastroentérologie en chiffres

Entrées totales HC Entrées Hôpital de jour

carte d’identité

2009

2008

2007

2 275

2 193

2 115

95

37

15

11 275

11 067

11 217

DMS

5,0

5,1

5,3

Nbr de lits HC

36

36

36

Nbre de journées HC

Taux d'occupation

Les chiffres-clés de la recherche clinique menée par le Dr Bourlière  48 essais cliniques : dont de phase I : 4 de phase II : 17 de phase III : 23 de phase IV : 4 dont 27 essais internationaux  21 essais nationaux dont 32 essais industriels  16 essais académiques  310 patients suivis dont 78 inclus en 2009  12 publications internationales  7 communications nationales  4 communications internationales

86,4 %

88,7 %

84,9 %

Nbre de places en HDJ endoscopie

15

15

15

Entrées Hôpital de jour endoscopies

3 742

3 517

3 493

les données qualité  95,9 % des personnes estiment avoir été traitées avec considération. 95,9 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

Chef de service : Dr Marc BOURLIERE Adjoint : Dr Christian BOUSTIERE Praticiens : Dr Xavier ADHOUTE, Dr Souad BEN ALI, Dr Serge BENHAIM, Dr Paul CASTELLANI, Dr Patrick DUKAN, Dr Monique JULLIEN, Dr Hubert KHERROUBI, Dr Arthur LAQUIERE, Dr Olivier LE BARS, Dr Pascal LIENNE, Dr Valérie OULES, Dr Hervé PERRIER, Dr Marie Pierre PINGANNAUD, Dr Isabelle PORTAL-BARTOLOMEI Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Christelle ANSALDI, Dr Yaël TREGUIER, Dr Géraldine GASCOU-TESSONNIER, Dr Asma KAHLOUN Cadre supérieur de santé : Véronique VERMANDEL Cadre de santé : Anne Françoise SEBAN Endoscopie et hôpital de jour endoscopie r - Coordonnateur : D Christian BOUSTIERE Cadre supérieur de santé : Marie RAFFRAY IBODE F.F. : Marie Christine SEBAN

63

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

64

Des spécialités complémentaires

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> laboratoire d’anatomie et de cytologie pathologiques

la technique de fish une réactivité renforcée Le service devrait prochainement faire l’acquisition d’un microscope à fluorescence pour internaliser les examens réalisés par la technique de Fish, jusqu’alors sous traitée au service d’anatomie pathologique de l’hôpital NORD (et présente d’une façon plus générale quasi-exclusivement dans les Centres hospitalouniversitaires et les centres anti-cancéreux).

L’anatomie pathologique reste une discipline essentiellement morphologique. Notre discipline, dont l’essor va s’accroître au cours des prochaines années (augmentation de l’âge de la population, augmentation de la fréquence et du dépistage des cancers), souffre d’une méconnaissance des autorités de tutelle. Notre activité se répartit entre deux segments essentiels à visée diagnostic et préventif : L’histologie : Il s’agit de l’activité prépondérante du service. Il est d’ailleurs à noter qu’aux côtés du médecin, c’est in fine nous qui posons le diagnostic histologique de la maladie. Elle se divise en une activité en flux continu qui correspond

aux pièces opératoires, aux prélèvements endoscopiques (biopsies), aux placentas… Le deuxième pôle est constitué par les extemporanés. Se déroulant aux blocs opératoires, elles sont programmées selon des créneaux horaires pré-établis. La cytologie : Essentiellement constituée par la cytologie cervico-vaginale elle connaît une augmentation régulière, notamment secondairement à la montée en puissance du Pôle Parents Enfants. Pour ce qu’il en est des autres activités, telles que Biologie moléculaire ou imagerie cellulaire, la plupart sont externalisées (recherche de K-Ras, immunohistochimies telles que technique de Fish, immunohistochimie standard ou immunohistochimie en congélation). Par ailleurs, nous ne réalisons pas d’imagerie cellulaire. La spécificité de notre activité fait que nous détenons des bases de données très fines des maladies développées dans notre région qui sont passées au filtre de l’analyse du laboratorie d’anaphatologie et de Cytologie pathologiques. Nous sommes ainsi très souvent sollicités pour l’épidémiologie et participons à l’alimentation des tumorothèques. Notre objectif, pour les mois et années à venir, est à la fois l’adaptation à l’augmentation prévisible d’activité engendrée par la croissance intrinsèque de notre structure, ainsi qu’à celle générée par l’ouverture récente du centre de consultations pluri-disciplinaires en Sénologie ; et également d’internaliser certaines techniques, notamment la technique de Fish, qui, même si elles ne touchent qu’une petite cohorte de patients, nous permettra de réduire le délais et donc de mieux satisfaire nos patients.

Cette technique de biologie moléculaire d’Hybridation In Situ par Fluorescence fait appel à un microscope en fluorescence utilisant des sondes marquées à l'aide d'un marqueur fluorescent et utilisées sur des coupes en microscopie et en imagerie moléculaire. Le FISH est une technique de cytogénétique permettant de voir des éléments situés à l'intérieur même de la cellule. Cette technique ne touche pour l’heure qu’une petite cohorte de patients, mais elle nous permettra de

le laboratoire d’anatomie et de cytologie pathologiques en chiffres Nombre de P : 2009 : 2 751 145 2008 : 2 667 395 Cancers invasifs : 2009 : 1 728 dossiers 2008 : 1 635 dossiers

réduire les délais, et donc d’améliorer le service proposé à nos patients. Par ailleurs, l’ouverture du centre de consultations pluri-disciplinaires en Sénologie devrait conduire à une augmentation prévisible de l’activité générale, et notamment de ce type de technique.

carte d’identité Chef de service : Dr Alexandre CHOLLAT-NAMY Adjoint : Dr Marthe PIZZI Praticiens : Dr Danièle BASBOUS, Dr Pierre Olivier CALVET, Dr Alain CHAUSSINAND, Dr Jean DELGRANDE, Dr Jacques GUIDON, Dr Jean Hugues PATTE, Dr Chantal RUF Cadre supérieur de santé : Sylvie PLAT-CASANOVA Cadre de santé : Bernard MACOTTA

65

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

66

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> laboratoire central

travail Titre encadré sur les éléments primaires, l’assurance de la sécurité L’originalité du Laboratoire est de travailler sur le tube primaire, grâce à la prescription connectée. Le laboratoire n’étiquette pas le tube, il n’y a donc pas de risque d’erreur. Par ailleurs, les résultats sont exportés électroniquement directement là aussi dans le dossier informatisé du patient. Il n’y a donc pas de retranscription, ce qui annule tout risque d’erreur. L’autre avantage est également de suivre le patient dans son parcours : si le patient change de service, le résulat le suit. Ce sont quelques-uns des avantages majeurs de notre dossier patient informatisé.

le rôle du laboratoire central de l’hôpital, par le docteur jean-jacques verdot, chef de service Le laboratoire de Biologie Médicale, organise son activité entièrement sous la dépendance des prescripteurs des services hospitaliers des différentes unités de soins et de leurs volontés à prolonger cette prise en charge en externe lors de consultations. En conséquence, le laboratoire travaille à 90 % pour les patients hospitalisés dans tous les services de l’Hôpital et à 10 % pour le suivi de ces patients après leur hospitalisation et pour quelques patients externes de l’Hôpital. L’organisation du laboratoire est segmentée par type d’activité avec des modes de fonctionnement adaptés aux différents secteurs du laboratoire : Biochimie et Immunoanalyses, microbiologie, hématologie et hémostase, biologie moléculaire et auto-Immunité, cytogénétique, examens transmis et analyses s’intégrant dans le cadre du pôle de recherche clinique, prélèvement des consultants externes et secrétariat associé.

Nous traitons 500 à 600 demandes par jour, ce qui représente une grosse activité. Le laboratoire est certifié Bio-Qualité et s’engage désormais dans la nouvelle démarche qui vise à faire certifier le laboratoire par la norme ISO EN 15 189.

Les projets du service Cette nouvelle certification s’inscrit dans la parfaite continuité de celle que nous détenons déjà, avec un échelon de plus. Nous nous étions imposé l’obligation de moyens, c'est-à-dire réaliser les analyses dans la plus parfaite qualité des procédures. Nous devrons désormais nous astreindre à une obligation de résultats ; c'est-à-dire qu’au-delà des exigences techniques, nous devrons faire la preuve de nos compétences, de tout ce qui a été mis en œuvre pour vérifier que tout a été bien fait. Tous les laboratoires de France devront s’y soumettre avant 2016, sous peine de disparition. Une autre évolution à mettre en œuvre concerne plus particulièrement le secteur externe. Des travaux ont permis d’améliorer, de façon indiscutable, la prise en charge des consultants externes grâce à une amélioration des locaux et de la confidentialité. Nous souhaitons développer cet axe et considérer les patients en tant que clients où, par définition, l’entreprise se doit d’être à l’écoute. Enfin, nous avons en projet d’automatiser au mieux ce qui peut l’être pour dégager le maximum de moyens humains afin d’être opérationnel pour les techniques manuelles et nouvelles.

le laboratoire central en chiffres

Nb de millions de B

les données qualité

2009

2008

2007

32,3

32,0

28,4

répartition par activité 14,9

14,6

12,6

Lab. Hématologie

Lab. Chimie

7,3

6,9

6,4

Lab. Bactériologie

5,2

5,0

4,6

Lab. Hormones

3,4

3,5

3,0

Lab. Sérologie

0,8

0,7

0,5

Lab. Cytogénétique

0,3

0,8

0,9

Lab. Biomoléculaire

0,2

0,2

0,2

Lab. Actes à l'extérieur

0,2

0,1

0,1

 7 % des personnes estiment avoir été traitées 9 avec considération. 99 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

carte d’identité Chef de service : Dr Jean Jacques VERDOT Praticiens : Dr Marie-Pierre BRECHARD (Cytogénétique), Dr Patrick BRUNET, Mme Annie NGUYEN-MICHEL, Dr Jacqueline VALADIER, Dr Pierre YEROKINE Cadre supérieur de Santé : Sylvie PLAT CASANOVA Cadre de santé : Bernard MACOTTA

67

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

68

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> le patio, unité douleur chronique et soins palliatifs

“le Titre patio, encadré un lieu de vie,pas de fin de vie…”

le patio et l’unite douleur en chiffres 2009

2008

2007

Douleur (Hospitalisation de semaine)

8

8

8

Soins Palliatifs (Hospitalisation complète)

7

7

7

15

15

15

nombre de lits

Total nombre de lits nombre d'entrées HC Douleur

307

339

369

Soins Palliatifs

150

150

151

Total nombre d'entrées HC

457

489

520

160

113

119

nombre d'entrées HDJ Douleur

présentation du patio par le docteur brigitte planchet barraud, chef de service

Soins Palliatifs

0

0

0

160

113

119

Douleur

467

452

488

Total nombre d'entrées HDJ nombre d'entrées HC + HDJ

L’Hôpital Saint Joseph est l’un des premiers établissements de Marseille à avoir développé des Soins Palliatifs. L'unité de Soins Palliatifs baptisée Le Patio existe en effet officiellement depuis 2006, mais sa genèse est bien antérieure (1992). Le service réunit trois “entités” distinctes bien qu’étroitement imbriquées dans leur fonctionnement quotidien : Une Unité de Soins Palliatifs de 7 lits, qui prend en charge les personnes présentant des pathologies graves, évolutives et des situations complexes (physique, psychologie et sociale) qui ne peuvent plus être suivies à domicile, en établissement médico-social, ou dans leur service hospitalier d’origine. Le service assure donc l’accompagnement des personnes malades et/ou de leur entourage présentant des souffrances morales et socio-familiales complexes. Une Unité d’évaluation et de traitement de la Douleur Chronique de 8 lits, qui accueille en hôpital de semaine et/ ou jour des patients pour l’évaluation et le traitement de leur douleur chronique. Ceux-ci, adressés par des médecins généralistes et/ou des spécialistes de tout type : chirurgien, rééducateur, et toute spécialité confrontée à la problématique de la douleur chronique qui couvre un champ somatique mais aussi psychologique et social, ont été auparavant vus en consultation externe. Une équipe mobile de Soins Palliatifs qui intervient auprès des équipes devant des problématiques liées aux soins palliatifs, à la demande des services pour une prise en charge des patients en situation complexe non résolue.

Il y a bien évidemment des interactions entre ces trois entités qui partagent compétences et moyens matériels et humains. Nous sommes un des rares services de France à mener en parallèle, conjointement, les Soins Palliatifs et la Douleur Chronique.

Soins Palliatifs

150

150

151

Total nombre d'entrées HC + HDJ

617

602

639

Douleur

1 023

1 221

1 370

Quelle place pour Le Patio et l’Unité Douleur demain ?

Soins Palliatifs

2 262

2 345

2 510

Total nombre d'entrées HC

3 285

3 566

3 880

Nous avons une place de qualité dans le territoire de santé dans ces deux activités, de par notre ancienneté en la matière, la pluridisciplinarité des acteurs impliqués (neurologue, neurochirurgien, rhumatologue, anesthésiste, psychiatre, infirmière, assistante sociale, diététicien kiné, etc), les réunions de concertation pluridisciplinaire, notre attache et participation au réseau, nos liens avec les sociétés savantes et le petit nombre de structures équivalentes. L’Unité de Soins Palliatifs devrait prochainement se développer par l’augmentation du nombre de lits (de 7 à 12 lits), afin de répondre aux besoins des patients et de faciliter les séjours dits de “répit” (circulaire mars 2008) en lien avec la neurologie, l’HAD et l’oncologie. L’équipe mobile étendra également ses actions pour faciliter le développement de la “culture palliative” auprès de tous les acteurs. A tous les niveaux, nous souhaitons privilégier l’écoute de la demande du patient, la réflexion collégiale au service de son bien-être, et, jusqu’au bout et en tous cas, considérer que la vie est un don et que tout homme, quel qu’il soit, est digne de respect et doit recevoir les soins adaptés à son état.

nombre de journées HC

DMS Douleur Soins Palliatifs Total DMS

3,3

3,6

3,7

15,1

15,6

16,6

7,2

7,3

7,5

les données qualité (service douleur chronique)  98,2 % des personnes estiment avoir été traitées avec considération. 94,4 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

carte d’identité douleur chronique et soins palliatifs Chef de service : Dr Brigitte PLANCHET-BARRAUD Coordonnateurs : Dr Isabelle RUSS, Dr Nadjet SAADALLAH BOUCHEMOT Praticien : Dr Jean-Luc BARAT Cadre supérieur de santé : Dominique CARVIN IDE Coordinatrice : Raymonde GHAZAL

Le Dr Planchet Barraud évoque le sens de la prise en charge privilégié au Patio : dans l’unité de Soins Palliatifs, nous considérons la vie comme un espace dont on ne cherche pas à connaître la durée, mais plutôt à préserver la qualité. Nous travaillons sur le corps, la maladie, pour mieux privilégier ensuite l’esprit. Nous offrons à nos patients et leurs familles un espace temps de qualité pour échanger, partager des instants riches en émotions humaines. C’est une démarche qui va dans le sens de l’humanisation des hôpitaux, de la personnalisation de la prise en charge, pour laquelle Saint Joseph a été précurseur. Nous sommes aidés dans notre démarche par les associations de bénévoles présentes régulièrement dans le service. Mini-concerts de harpistes dans les couloirs du service, organisés par les bénévoles de l’association “Les Sens de Vie” (présente une demijournée par semaine), jeux de sociétés, lecture à voix haute, loisirs créatifs, ... Nous essayons, en collaboration avec nos généreux bénévoles, d’offrir à nos patients des moments de vie adaptés à leur état et leurs envies. Il en va de même de l’évaluation et du traitement de la douleur chronique. Nous privilégions une prise en charge personnalisée, pluridisciplinaire, adaptée aux cas souvent complexes de la chronicité de la douleur. Celle-ci peut avoir des causes diverses, outre le mal physique ; elle peut également avoir des répercussions diverses et enfermer le patient dans sa douleur. C’est toute cette complexité qu’il faut mettre à jour, d’où la nécessité de la pluridisciplinarité de la prise en charge pour n’occulter aucune composante. Dans un cas comme dans l’autre, nous ne faisons pas de choses magiques, mais nous écoutons, accompagnons, conseillons et par là même soignons le corps et l’âme et nous aidons ainsi le malade à mieux supporter…”

69

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

70

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> médecine interne

les maladies Titre encadrétropicales une prise en charge spécifique à développer

le rôle du service de médecine interne, par le docteur denis verrot, chef de service Spécialistes en tout premier lieu du diagnostic difficile, les médecins internistes de Saint Joseph pratiquent une médecine globale approfondie et étendue. Comme le disent certains, notre rôle est de considérer le patient comme un organisme et non pas un ensemble d’organes. Dans les diagnostics difficiles, cette approche globale du malade peut parfois éviter à celui-ci un circuit contraignant lié à l’approche par organe. C’est un véritable carrefour, entre les diagnostics, l’expertise sur les maladies systémiques et orphelines, et le traitement des maladies infectieuses, des maladies du sang et de l’immunité. Le service a une compétence particulière pour la prise en charge des maladies tropicales et a une orientation Hématologie.

Par ailleurs, nous sommes reconnu Centre de compétences régionales pour les maladies orphelines (ces maladies qui concernent moins d’une personne sur 2 000, soit en France, moins de 30 000 personnes par maladie). Le Docteur Serratrice suit ainsi actuellement 12 patients atteints de la maladie de Gaucher. Les consultations sont souvent beaucoup plus longues que dans d’autres spécialités ; il faut écouter, ausculter, toucher... C’est un mélange de très haute technicité pour tous les examens et de médecine clinique affutée et résolument “altruiste” lors des consultations. Notre prise en charge est reconnue très humaine et de qualité ; c’est un atout que nous entendons faire perdurer. La médecine interne est un travail d’équipe intra-service et inter-services. Dans le service, médecins spécialistes, médecins généralistes hospitaliers, cadre de santé, ASH, infirmières et aides soignantes contribuent au même but : prendre en charge les patients avec chaleur et humanité. En effet, le diagnostic peut être à la fois très complexe et très lent à effectuer, et le patient doit être écouté, visité, sans qu’il puisse ressentir qu’il est laissé seul dans sa maladie, entre deux examens ou deux explorations. Nous privilégions cette écoute et la complémentarité de l’équipe et des praticiens des autres services pour offrir à nos patients une prise en charge de qualité. A ce titre, nous avons une spécificité : celle de prendre en charge dans le service, en collaboration avec le service d’Ophtalmologie, les uvéites. Cette organisation permet de proposer une prise en charge pluri-disciplinaire, plus complète.

Le service a une expertise en matière de maladies tropicales (le Docteur Verrot a une spécialisation en “maladies tropicales”). S’il ne dispose pas d’une “consultations conseils aux voyageurs”, des consultations “du retour” y sont organisées. C’est la fièvre au retour d’un voyage qui incite à la consultation. La provenance du voyageur et son itinéraire, son mode de vie, ses vaccins et la prophylaxie anti-palustre suivie sont analysés pour poser un diagnostic. L’existence de cette consultation permet de développer le recrutement de pathologies tropicales de retour des voyages (paludisme, maladie de Lyme, ....).

Le Dr Doudier, infectiologue, arrivée en 2010 pour renforcer l’équipe

la médecine interne en chiffres

Nbre d'entrants HC Nbre d'entrants HDJ

2009

2008

2007

1 169

1 081

970

779

303

247

Nbre d'entrants Total

1 948

1 384

1 217

Nbre de journées HC

6 143

5 841

5 973

779

303

247

DMS

5,3

5,4

6,1

Nb de lits d'hospitalisation complète

18

19

19

3

0

0

97,0 %

98,4 %

89,7 %

Nbre de journées HDJ

Nb de places d'hospitalisation de jour partagés par la Dermatologie et la Médecine interne Taux d'occupation des lits d'hospitalisation complète

les données qualité  96,1 % des personnes estiment avoir été traitées avec considération. 96 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

carte d’identité Chef de service : Dr Denis VERROT Praticiens : Dr Aleth GRANDMOUGIN-ARNOUX (homéopathie), Dr Barbara DOUDIER (infectiologie), Dr Christian POUCEL, Dr Christine SERRATRICE Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr M’Ahmed ABADIE Cadre supérieur de santé : Christel CALBOU Cadre de Santé : Nathalie BAUDOUY

71

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

72

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> médecine d’urgence polyvalente

leTitre mup,encadré un service d’hospitalisation de transition La médecine polyvalente ne représente pas une spécialité en tant que telle, mais son fonctionnement nécessite la complémentarité de plusieurs spécialités. Elle s’inscrit dans la continuité et la complémentarité avec les services de médecine et chirurgie spécialisés de l’Hôpital. Elle permet d’assurer une prise en charge “polyvalente” de qualité pour le plus grand nombre des patients et une réorientation pour les cas nécessitant ensuite une prise en charge spécialisée. Dans quels services vont les patients du MUP/LDP ? :

D’où viennent les patients du MUP/ LDP ?

le service de médecine d’urgence polyvalente, présenté par son chef de service, le docteur gérard timpone La présence d’un service de Médecine Polyvalente est indispensable dans un établissement hospitalier qui a fait le choix d’accueillir des urgences. Il permet de faire bénéficier les patients admis par l’intermédiaire de l’unité d’accueil des

urgences, d’une prise en charge pluri disciplinaire, et de les orienter ensuite vers des services de spécialité adéquats. Nous associons actuellement la complémentarité de compétences au sein d’une même unité d’un cardiologue, urgentiste, d’un interniste, endocrinologue et gynécologue, d’un gériatre et de médecins généralistes. La prise en charge des patients se veut ainsi la plus complète possible afin d’en tirer la plus grande efficience. Nous travaillons en étroite collaboration avec le service d’accueil des urgences, même si les deux services sont distincts. Nous travaillons constamment à développer et améliorer les liens de coopération avec l’unité d’accueil des urgences (raccourcissement des temps d’admission des patients dans le service à partir de l’unité d’accueil, amélioration de la prise en charge des patients par des procédures communes aux deux services…). Le succès de notre activité tient également à la collaboration avec les services de spécialités, chargés en aval de prendre en charge nos patients Les années ont vu s’accroître le nombre de personnes âgées prises en charge et c’est sans aucun doute sur le souci d’une meilleure prise en charge de ces patients que nous allons porter nos efforts dans les années à venir. L’autre projet consiste à développer des contrats de coopération avec les structures d’aval (Hospitalisation à Domicile, établissements de Soins de suite et de Réadaptation).

Des urgences

Du LDP/MUP

Entrées directes (domicile)

D'autres services

LDP*

86%

1%

11%

2%

MUP*

7%

64%

23%

6%

Méd Interne / Dermato / Douleur : 8 %

Rhumatologie : 11 % Pneumologie : 17 %

la médecine d’urgence polyvalente en chiffres

Nbre d'entrants HDJ

carte d’identité

2009

2008

2007

1 455

1 651

1 713

0

1

1

Nbre d'entrants Total

1 455

1 652

1 714

Nbre de journées HC

8 551

9 240

8 876

6

6

5

DMS Nbr de lits MUP/ LDP Taux d'occupation MUP/ LDP

Neurologie : 22 %

Hépato-gastroentérologie : 9 %

Le service dispose de 19 “lits de porte” (LDP) qui accueille les patients pour les premiers examens à réaliser, avant transfert dans les 11 lits de “Médecine d’urgence polyvalente” (MUP) pour des explorations plus poussées.

Nbre d'entrants HC

Fédération de Cardiologie : 7 %

30

30

30

78,1 %

84,4 %

81,1 %

les données qualité  90,8 % des personnes estiment avoir été traitées avec considération. 89,9 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

Chef de service : Dr Gérard TIMPONE Adjoint : Dr Marie-Andrée ZUCHELLI-PRINCE r r Praticiens : D Françoise AGOSTINI, D Didier ORUS Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Christophe CARBONNEL, Dr Guiseppe NAVA, Dr Aurélie SANTINI Cadre supérieur de santé : Christel CALBOU Cadre de santé : Caroline JACQUET

73

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

74

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> neurologie

Titre les potentiels encadré évoqués : un examen précieux et rare Le service de Neurologie pratique un examen devenu aujourd’hui rare avec l’avènement des scanners et autres IRM : l’enregistrement des potentiels évoqués. C’est pourtant un examen qui a une réelle utilité pour le patient car il permet des mesures fines et permettent de compléter le diagnostic. L'enregistrement des potentiels évoqués permet l'étude de l'activité électrique des voies nerveuses appartenant au système de l'audition, de la vision et de la sensibilité en général. Le résultat est une réponse électrique à des stimulations des différentes natures (auditives, visuelles, sensitives).

le service présenté par le docteur françoise billé-turc, chef de service Le service est dit de neurologie générale. Toutes les maladies neurologiques peuvent être prises en charge, même s'il existe certaines orientations plus spécifiques (AVC, Parkinson, mémoire, démence, sclérose en plaques, douleur). C’est une volonté du service et de ses praticiens. Nous souhaitons privilégier une vision globale de la santé neurologique et prendre en charge un éventail large de pathologies plutôt que de s’orienter vers une hyperspécialisation.

Dans l’esprit des valeurs défendues par l’Hôpital et sa Fondation, nous privilégions une prise en charge humaine et chaleureuse. Nous souhaitons développer un projet d'unité de prise en charge des accidents vasculaires cérébraux.

la neurologie en quelques chiffres

En ce qui concerne l'Alzheimer par le biais du plan Alzheimer et à cause du vieillissement de la population, il est nécessaire de prendre en charge les nouveaux patients avec un dépistage aussi précoce que possible. Une hospitalisation de quelques jours est parfois utile pour surveiller le comportement de certains patients et faire les explorations nécessaires pour la prise en charge clinique (examen neurologique, tests neuropsychologiques), diagnostique (IRM, PL, biomarqueurs) et thérapeutique. Pour l'épilepsie, le contexte régional va conduire à une augmentation de la demande d'hospitalisation en épilepsie et à une demande accrue d'EEG conventionnels de veille mais aussi d'EEG de sieste ou de sommeil. C'est, en outre l'un de nos pôles d'excellence : des examens précieux pour les patients et de plus en plus rares sur la place. L’électro-encéphalogramme, les potentiels évoqués, l’électro-myogramme, … sont autant d’examens pointus qui aident au diagnostic.

trouvant dans un état neurologique particulièrement grave (coma entre autres) ou d'un enfant très jeune. L'enregistrement des potentiels évoqués permet quelquefois de localiser une anomalie ou de diagnostiquer certaines affections.

L'enregistrement des potentiels évoqués est indiqué quand on veut obtenir des renseignements sur une fonction sensorielle. C’est un examen qui s’avère très utile quand le patient a du mal à coopérer, qu’il s’agisse de personnes se

2009

carte d’identité 2008

2007

Nombre de lits

18

18

18

Nombre de lits hôp de semaine

16

16

16

1 092

1 061

997

72

28

3

Nombre d'entrants Total

1 164

1 089

1 000

Nombre de journées HC

7 977

7 740

7 431

Nombre d'entrants HC Nombre d'entrants HDJ

7,3

7,3

Taux d'occupation

DMS

94,8 %

99,7 %

99,3 %

7,5

Taux d'occupation hôp de semaine

76,3 %

65,5 %

90,6 %

quelques actes en 2009 

1 139 Electro-Encéphalogrammes (EEG)

1 025 Electro-Myélogrammes (EMG)

83 actes de potentiels évoqués

les données qualité  4,8 % des personnes estiment avoir été traitées 9 avec considération. 94,6 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage

Chef de service : Dr Françoise BILLE-TURC Responsable de l'Unité de Neuro-Physiologie : Dr Raymond PADOVANI Praticiens : Dr Julien Léon BENAIM, Dr Catherine COLONNE, Dr Christine DEL SANTI, Dr Frédéric DENANTE, Dr Catherine PECH, Dr Stéphane ROCHE, Dr Irène RUGGIERI, Dr Jean Denis TURC, Dr Frédéric ZAKARIAN Psychologue : Johanna VIDAL Orthophoniste : Sylvie BURNAT Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Sandrine ARNOUX, Dr élise CARBONNEL Cadre supérieur de santé : Christel CALBOU Cadre de santé : Sylvie ODDOERO

75

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

76

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> oncologie hôpital de jour

des bénévoles pour lutter “sur tous les fronts” contre la maladie… Le service d’Oncologie Hôpital de Jour mène le combat contre le cancer aux côtés de ses patients sur tous les fronts. Il apporte notamment une grande attention aux soins de supports, thématique du dernier colloque Inter 3C organisé l’année dernière à l’Hôpital avec l’AP-HM.

le docteur herve perrier presente son service Le service d’Oncologie Hôpital de Jour s’est structuré en 2007, après une réflexion stratégique menée par l’établissement à l’issue du premier Plan Cancer. La Direction Générale a souhaité disposer d’une meilleure lisibilité de son organisation. Elle a également souhaité nouer un ou plusieurs partenariat(s) pour renforcer son action.C’est ainsi qu’un partenariat conventionnel fort existe depuis deux ans avec l’AP-HM pour les activités de soins (radiothérapie, médecine nucléaire, oncogénétique, tumorothèque) et la définition de la stratégie thérapeutique (inter 3C, Recherche Clinique). Le choix a été fait d’une Cancérologie d’organes, transversale, avec la constitution de Réunions de Concertation Pluridisciplinaires (RCP). Il existe aujourd’hui 6 RCP référencées, mises en place par les services concernés et labellisées par le 3C (digestif, thoracique, Urologie, Gynécologie-Sénologie, ORL et Dermatologie). Le service assure quotidiennement des consultations spécialisées, dispose d’un secteur de soins chimiothérapique ambulatoire, la coordination du dispositif d’annonce et des soins de supports et héberge la structure de réflexion transversale 3C et un pôle de Recherche Clinique en Oncologie. L’appartenance au réseau Régional OncoPACA et l’implication des acteurs de la Cancérologie ont permis d’assurer une mise en place très satisfaisante du Plan cancer au sein de l’Hôpital. L’avancée du service informatique (l’Hôpital dispose d’un dossier patient informatisé depuis plus de 10 ans) et la collaboration de la Pharmacie Centrale de l’Hôpital ont permis la mise en place d’une organisation informatisée avec un dossier de spécialité dès le début du dossier informatisé. Parallèlement, nous avons pu développer avec la Pharmacie une protocolisation informatique sécurisée des prescriptions de chimiothérapie dans le respect des thésaurus nationaux et

du Contrat de bon usage. Dans un second temps, en 2006, une unité de préparation centralisée des cytotoxiques a été créée. Par ailleurs, le service a mis en place, à l’instar de deux ou trois autres établissements, une activité de Chimiothérapie à domicile (CAD). En 2009, près de 100 séjours ont été réalisés. Elle est, pour l’heure, réservée aux protocoles courts, aux chimiothérapies peu allergisantes, dans un secteur géographique proche.

Les priorités du service Elles sont de 4 ordres : La première priorité dégagée a été celle de l’ouverture d’une unité de Sénologie. C’est une chose faite depuis les premiers jours de 2010, en collaboration avec les services d’imagerie médicale et de Chirurgie Générale (cf. page 102). La seconde s’inscrit dans le prolongement d’une activité forte de la Cancérologie : la Recherche Clinique. Il convient de la développer car elle permet d’offrir aux patients des médicaments innovants ou des stratégies thérapeutiques prometteuses ou davantage ciblées. C’est, en outre, désormais une obligation du Plan Cancer. Le service a été sollicité pour faire partie du Comité de pilotage d’un projet de mise à disposition d’une équipe mobile de Recherche Clinique par le biais du Cancéropôle PACA au profit d’établissements privés ou d’hôpitaux généraux non dotés par les premières enveloppes budgétaires. Autre obligation du Plan Cancer, celle de développer la communication autour de l’activité et plus généralement la relation Ville-Hôpital. Enfin, un domaine lacunaire dans la prise en charge du patient apparaît en Oncogériatrie. Près de 30 % des patients accueillis ont plus de 75 ans. C’est donc un secteur à soutenir.

La socio esthétique fait ainsi partie intégrante de l'offre de soins de support et le service accueille depuis plusieurs mois des associations de bénévoles, et notamment l’association “La Vie de plus belle” (notre photo) qui propose des ateliers de soins et de maquillage gratuits à des femmes en cours de traitement contre le cancer, en dehors de leur cure, lors d’une séance, au sein du service Oncologie. Valérie Maurel Dell Amico, infirmière en Oncologie le dit : “Les patientes sont particulièrement angoissées par la perte de leurs cheveux, de l'assèchement et la fragilisation de leur peau, la modification de leur teint et les stigmates de la fatigue. Grâce à ces ateliers, une patiente traitée pour un cancer peut, malgré tout, rester “femme dans la maladie”.” Animés par des esthéticiennes professionnelles bénévoles, ces ateliers réunissent jusqu’à 12 patientes. Pendant deux heures, les patientes apprennent ou

l’oncologie hôpital de jour en chiffres

Nombre de séances Nombre de fauteuils en Oncologie

réapprennent les gestes de soins et de maquillage, autour de 12 étapes (démaquillage, application de masques, de crèmes, techniques de maquillage…). Une première en France En 2010, le service va plus loin encore, en accueillant dans ses murs la Fondation Mimi, fondation privée belge qui apporte son soutien aux patients sur le lieu même de leur traitement. L’Hôpital met à la disposition de la Fondation un local au sein du service, que la Fondation rénove et aménage complètement afin d’offrir gratuitement, dans un cadre apaisant, un accompagnement psychologique, des soins esthétiques spécifiques, des conseils en coiffure (perruques, foulards, …). L’Hôpital Saint Joseph de Marseille sera le premier hôpital en France où la Fondation Mimi sera présente pour le “mieux-être” des patients, car à Saint Joseph, comme à la Fondation Mimi, “nous croyons que mettre du soleil dans la vie d’un malade est une thérapie”.

carte d’identité

2009

2008

2007

7 954

7 066

6 421

20

14

14

File active : 849 patients ont été vus en 2009

les données qualité  95,3 % des personnes estiment avoir été traitées avec considération. 97,7 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

Chef de service : Dr Hervé PERRIER Praticiens : Dr Claude BRESSAC, Dr Michèle PIBAROT, Dr Hélène MARCHESCHi, Dr Jean Baptiste PAOLI Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Audrey FAVEYRAL, Dr Julie PETRAKIAN Cadre supérieur de santé : Marie RAFFRAY Cadre de santé : Catherine AMIEL

77

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

78

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> ophtalmologie

don de Titre encadré cornées et consultations basse vision, des initiatives humanistes

le service, présenté par le docteur maud righini-chossegros, chef de service Le service s’est volontairement développé dans le sens d’une prise en charge holistique au sein d’un Hôpital Généraliste, plutôt que vers une hyperspécialisation. Le service répond donc à des pathologies différentes : Dégénérescence Maculaire Liée à l'Age (DMLA), cataracte, glaucome, maladies ophtalmologiques dans le cadre de pathologies générales,…

L’Ophtalmologie intervient également en Pédiatrie pour dépister et corriger le strabisme et les maladies oculaires des enfants. Les ophtalmologues assurent également la surveillance ophtalmologique des prématurés. Par ailleurs, le service est équipé d'une unité de chirurgie réfractive pour traiter la myopie, l'hypermétropie et l'astigmatisme avec une salle opératoire exclusivement dédiée à cette technique. L'établissement possède également un plateau d'exploration fonctionnelle oculaire : angiographie numérisée à la fluorescéine et au vert d'indocyanine, champ visuel automatisé, électrorétinogramme, PEV, comptage cellulaire endothélial, OCT, vidéotopographe, adaptation des lentilles de contact médicalisée. La majorité de l’activité se fait par les consultations externes et en Chirurgie ambulatoire, même si une hospitalisation plus complète peut être choisie si le cas le nécessite. Le service développe une prise en charge de qualité, diversifiée, avec tous les équipements de dernière génération. Son atout réside dans le fait de rassembler sur un même plateau l’ophtalmologie chirurgicale, médicale, pédiatrique et l’exploration fonctionnelle. Notre équipe a dernièrement été sollicitée pour participer à une étude nationale sur les traitements des DMLA. C’est une reconnaissance de notre travail et cela constitue pour nous une formidable chance de faire toujours mieux et plus pour nos patients.

Nous disposons, nous, médecins, chirurgiens, orthoptistes, de moyens de plus en plus innovants pour soigner, ralentir la dégradation ou adapter la vue. C’est le sens de l’engagement des praticiens du service vers l’activité de prélèvement et greffe de cornée (62 prélèvements de cornées réalisés en 2009), comme l’implication bénévoles que nous pouvons développer dans la consultation de Basse vision. L’Hôpital Saint Joseph est ainsi agréé pour réaliser les prélèvements de cornée et les greffes de cornée, en collaboration avec la banque de tissus. Nous réalisons notamment désormais des greffes endothéliales, technique nouvelle qui réduit très significativement les complications et permettent une récupération visuelle beaucoup plus rapide. Par ailleurs, l’Hôpital, en collaboration avec la Fondation, créé une consultation Basse Vision grâce à des médecins et des professionnels de santé qui s’investissent bénévolement et personnellement. Au cours de cette journée, un bilan est réalisé par

l'ophtalmologie en quelques chiffres 10 lits Nbre d'entrants HC Nbre d'entrants HDJ

carte d’identité

2009

2008

2007

692

655

662

876

786

664

Nbre d'entrants Total

1 568

1 441

1 326

Nbre de journées HC

1 939

2 126

2 088

2,80

3,25

3,15

63,5 %

54,3 %

55,3 %

DMS Taux d'occupation

l’ophtalmologue et/ou l’orthoptiste, pour trouver l’équipement qui permettra au patient de vivre le plus normalement possible malgré son handicap t. Parallèlement, un bilan ORL vérifie qu’il n’y a pas conjointement un problème d’audition et de perte d’équilibre.

les données qualité  98,6 % des personnes estiment avoir été traitées avec considération. 97,3 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

Chef de service : Dr Maud RIGHINI-CHOSSEGROS Adjoints : Dr Michel ARNOUX, Dr Dominique CADIOU-ARZOUNI Praticiens : Dr Yannick BARRAUD, Dr Hélène COHEN, Dr Marie Emmanuelle DELANGLADE-CHALLIE, Dr Patrice GIRARD DE LANGLADE, Dr Philippe GONNET, Dr Florence JOURDAN, Dr Ghislain PITAULT Dr Frédéric QUEGUINER, Dr Isabelle RENDU PIETRI, Dr Charles André UBAUD Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Diariatou PRIME Cadre supérieur de santé : Dominique CARVIN Cadre de santé : Anne SIVAN

79

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

80

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> otho-rhino-laryngologie

le service, présenté par le docteur régis gras, chef de service L’ORL regroupe des domaines très larges et sans forcément de rapports, sachant que l’ORL et la chirurgie cervico-faciale sont et seront de plus en plus hyper spécialisées. Notre service a plusieurs domaines d’excellence, qu’il pratique parfois en collaboration avec d’autres services de l’Hôpital : La chirurgie pédiatrique (amygdalectomie), enjeu majeur, constitue toujours l’un des points forts de l’hôpital Saint Joseph. La chirurgie cervico-faciale : il s’agit surtout de la chirurgie thyroïdienne et des glandes salivaires. C’est une des grosses

activités du service. Une activité (pratiquée également dans le service de chirurgie digestive) qui bénéficie au sein de l’Hôpital d’une prise en charge de qualité (cf. encadré). Nous portons nos efforts également sur la Chirurgie otologique et plus particulièrement de l’implantologie d’oreille moyenne. Par ailleurs, L’oncologie tient et devra tenir une place essentielle. Depuis le dernier projet médical il existe une augmentation progressive des hospitalisations qui tournent autour de 100 nouveaux patients par an. Pour la prise en charge des patients, nous avons établi des ponts transversaux de façon très efficace, notamment tant au niveau de la radiologie que de la mise en place des gastrostomies, de l’alimentation parentérale et des équipes de psychologues, diététiciens et phoniatre. Nos autres domaines d’excellence résident dans la prise en charge de diverses pathologies courantes, telles que le ronflement, ou la prise en charge des vertiges et des troubles de l’équilibre, en particulier chez le sujet âgé qui est en pleine révolution et devrait entrer dans la prise en charge globale en gérontologie et de réadaptation que l’établissement souhaite développer plus largement. A ce propos, les médecins qui réalisent les explorations fonctionnelles dans le service ont l’ambition de mettre en place une plateforme de rééducation spécifique. Nous assurons une prise en charge globale, pluri-disciplinaire, considérant le patient dans toute sa complexité.

laTitre chirurgie encadré thyroïdienne et para-thyroïdienne une prise en charge complète et innovante La chirurgie de la thyroïde et des glandes salivaires est l’une des importantes activités du service (elle est aussi pratiquée dans le service de Chirurgie Générale et Digestive) . C’est également une des meilleures en France, classée régulièrement dans les 15 premiers de cette spécialité. Pour l’heure, elle est dans le service d’une centaine de cas par an, en progression de 20% par rapport aux années précédentes. Avec les nouvelles techniques il existe une diminution importante de la durée de séjour passant de 3 à 4 jours à 1 ou 2 jours. Le rapprochement des différents opérateurs tant au sein de l’équipe d’ORL que de l’équipe digestive devrait accroitre l’efficacité des hospitalisations ainsi qu’une meilleure gestion avec le service d’endocrinologie. Les chirurgiens hyper-spécialisés qui la pratiquent bénéficient d’un plateau technique de haut niveau : Du matériel de coagulation de dernière génération (Ultracision®, Ligasure®), permettant des suites opératoires simples (durée de séjour inférieure à 48 heures). Une chirurgie minimale-invasive. Un monitorage per opératoire du nerf récurrent. Un dosage per-opératoire de la parathormone. Une équipe anatomopathologique spécialisée.

l'otho-rhino-laryngologie en quelques chiffres 18 lits Nbre d'entrants HC Nbre d'entrants HDJ

2009

2008

2007

963

885

898

908

815

1 042

Nbre d'entrants Total

1 871

1 700

1 940

Nbre de journées HC

3 318

2 877

3 057

3,4

3,3

3,4

67,5 %

59,2 %

DMS Taux d'occupation

les données qualité  % des personnes estiment avoir été traitées 99 avec considération. 97,9 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

60,7 %

Le patient bénéficie d’un suivi optimal et concerté de spécialistes : réunion de concertation pluridisciplinaire. L’unité fait partie du réseau RENATEN (REseau NAtional des Tumeurs ENdocriniennes). prise en charge pluridisciplinaire (onco-psychologue, diététicien, médecin phoniatre).

carte d’identité Chef de service : Dr Régis GRAS Adjoint : Dr Jean-François LESBROS Praticiens : Dr Patrick BROUSSE, Dr Jérôme DELATTRE, Dr Philippe DEROME, Dr Jean-Charles GILLOT, Dr Michèle RAKEDJIAN, Dr Olivier ROCHE, Dr Rémy ZALTA Explorations audio-vestibulaires : Dr Catherine CANNONI, Dr Claire GILLOT-LEPETRE Phoniatre : Dr Catherine PECH Médecin généraliste hospitalier : Dr Danilo SERIO Cadre supérieur de santé : Dominique CARVIN Cadre de santé : Anne SIVAN

81

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

82

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> le pôle parents enfants

> Pédiatrie-Néonatologie le service par alain martin-laval, chef de service Le service développe une prise en charge personnalisée de qualité. Il prend en charge les nouveaux-nés dont le terme dépasse 32 semaines d’aménorrhée (niveau 2B). L’activité se décompose en quatre “segments” :

le pôle parents-enfants sainte monique est né d’un concept original : regrouper en un même lieu tous les services de maternité, pédiatrie, néonatologie, les salles de naissances et les lieux de consultations, pour plus de sécurité et de confort pour l’enfant et ses parents. conçu pour l’enfant à naître, pour l’enfant en soins, pour les parents, le pôle parents enfants prend en charge les patients dans un environnement très sécurisé : quels que soient l’heure ou le jour, une équipe de garde comportant sages-femmes, médecin obstétricien, anesthésiste et pédiatre est présente pour accompagner la prise en charge de la future maman, du bébé ou de l’enfant.

La Chirurgie Infantile

La Médecine et Biologie de la Reproduction

La Gynécologie Obstétrique

La Pédiatrie-Néonatologie

La Néonatologie, une activité en augmentation. Cela s’explique, bien sûr, par le nombre d’accouchements élevé dans notre Maternité, 1re Maternité de la Région PACA. Mais également par la collaboration étroite avec les différents partenaires du réseau Périnat Sud qui permet à l’établissement d’accueillir un nombre croissant de femmes enceintes et de nouveaux-nés d’autres hôpitaux du réseau. A l’inverse, les progrès techniques (pression positive, surfactant) nous permettent de diminuer le nombre de transferts de nouveaux-nés vers des maternités de niveau 3 (30 en 2005, 18 en 2008). De plus, sur ces 18 transferts, la quasi-totalité reviendront dans le service après quelques jours de prise en charge en réanimation. Ainsi, 99,9 % des enfants nés à Saint Joseph sortiront de Saint Joseph. Le service Pédiatrie hors Néonatologie. Traditionnellement la principale prise en charge se fait au travers des consultations programmées. Par ailleurs, de nombreuses consultations spécialisées ont été développées : Prématurés, Nutrition, psychiatrie, gastroentérologie, neurologie, Consultation d’Orientation et de Conseil en Adoption (cf encadré page suivante)… L’Unité de Soins Continus de 6 lits accueille les enfants de plus d’un mois nécessitant une surveillance scopée. Des accords ont été passés avec les Réanimations de l’Hôpital de La

Timone et de l’Hôpital Nord. Enfin, la prise en charge se fait par les Urgences Pédiatriques. Celles-ci n’ont cessé de croître ces dernières années. Les Urgences représentent près de 25 000 passages par an. Un grand projet de Zone d’Hospitalisation de Très Courte Durée est prévu pour les mois et années à venir (cf. encadré). Nous souhaitons mettre tout en œuvre pour mieux accueillir les patients et leurs familles. C’est un formidable potentiel pour l’Hôpital ; c’est avant tout un service que nous, Pédiatres, devons offrir à nos patients”.

La place du service dans le Pôle Parents Enfants Le Pôle Parents Enfants a été pensé comme un outil dédié aux parents et à l’enfant. Ce ne sont pas de vains mots et l’organisation, l’agencement même des services a été pensé dans ce sens. Le service de Pédiatrie-Néonatologie est partie prenante à tous les niveaux dans le fonctionnement de la Maternité tout autant que dans la Chirurgie Pédiatrique. Le service de suite de couches compte aussi quatre chambres “Koala” (chambres “mère-enfant”) qui viennent de s’enrichir d’une sage-femme dédiée. Les mamans y sont hospitalisées pour rejoindre leur enfant. Ces chambres sont la raison d’être du Pôle Parents Enfants. Elles sont reconnues, à juste titre, comme un modèle dans la région. De même, l’Hospitalisation en Pédiatrie Médicale se fait en cohabitation avec la Chirurgie Pédiatrique. Cela présente un avantage considérable : celui de permettre un examen très rapide du médecin comme du chirurgien.

la zhtcd “une révolution des mentalités…” Les urgences ne cessent de croître années après années. Elles continueront dans les années à venir. Saint Joseph est en passe de créer une Zone d’Hospitalisation de Très Courte Durée (ZHTCD) de 4 lits (dans un premier temps). La ZHTCD accueillera les enfants examinés aux urgences, pour un temps d’observation ou d’examens complémentaires avant le retour à domicile ou le transfert vers un service spécialisé, plutôt que d’être hospitalisé immédiatement ou plutôt que d’attendre pendant de longues heures aux urgences. “Nous souhaitons adapter le niveau de prise en charge à l’état de l’enfant et non plus de rester dans une prise en

charge trop standardisée”, explique le Dr Martin Laval. “Ce nouveau mode de prise en charge est extrêmement intelligent, générateur de moins de stress pour l’enfant et sa famille, source d’économie pour l’Assurance Maladie. Cela n’en demeure pas moins une véritable révolution des mentalités :il faut désormais admettre ne pas sortir de l’Hôpital totalement guéri. Toutes les mesures de sécurité sont prises, l’enfant est suivi au plus près, les pédiatres sont à tout instant joignables en cas d’inquiétude et une consultation post-urgence sera créée pour juger de l’évolution de l’enfant, traité ou ayant bénéficié d’un bilan en ZHTCD”.

83

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

84

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> Chirurgie Infantile

la pédiatrie-néonatologie en chiffres 52 lits

2009

2008

2007

Nombre de lits Enfants *

24

24

24

Nombre de lits Nourrissons *

24

24

24

Nombre de lits Koala (hors lits occupés par les mamans) **

4

4

4

3 580

2 289

2 270

Nombre d'entrants HC

9

12

39

Nombre d'entrants Total

Nombre d'entrants HDJ

3 589

2 301

2 309

Nombre de journées HC

13 498

10 082

9 883

3,8

4,4

4,4

Taux d'occupation lits Enfants *

66,0 %

66,9 %

64,4 %

Taux d'occupation lits Nourrissons *

77,2 %

60,6 %

60,2 %

DMS

la seule coca du département La Consultation d’Orientation et de Conseil en Adoption (COCA) pour les futurs parents ou à l’arrivée de l’enfant a été créée à Saint Joseph en janvier 2008, sous l’impulsion du Docteur Patrick François, Pédiatre à Saint Joseph et par ailleurs vice-président d’un organisme agréé pour l’adoption dans certains pays d’Asie. Un vendredi sur deux, le docteur François tient cette consultation pour accompagner les futurs parents dans leur démarche d’adoption, préparer les éléments du dossier médical et prescrire le bilan biologique de l’enfant. En passe d’être reconnue par les Ministères de la Famille et de la Santé, c’est une consultation qui augmente régulièrement.

les données qualité 94,7 % des personnes estiment avoir été traitées avec considération. 94,3 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

* Lits utilisés par les Familles Pédiatrie et Chirurgie Pédiatrique

2009

2008

Néonatologie / Soins Intensifs

1 813

564

Pédiatrie Enfants + Nourrissons

1 776

1 737

Total

3 589

2 301

8 570

4 797

détail par activité

2007

Détail du nombre d'entrées

Détail du nombre de journées Néonatologie / Soins Intensifs Pédiatrie Enfants + Nourrissons

4 928

5 285

Total

13 498

10 082

carte d’identité Chef de service : Dr Alain MARTIN LAVAL Adjoint : Dr Jean Michel BARTOLI Praticiens : Dr Valérie BERNARD, Dr Christine DUVANT FAY, Dr Nicolas FALAISE, Dr Cécile FALAISE-MAURIN, Dr Patrick FEURGARD, Dr Philippe FOUCQUETEAU, Dr Patrick FRANCOIS, Dr Cécile KOCH, Dr Denis LAPLANE, Dr Isabelle LASSMAN, Dr Julie MARCOU, Dr Cécile MARTEAU-NICOLLAS, Dr Jean Luc MAURIN, Dr Padshima MOSSLER, Dr Robert N'GUYEN, Dr François REYNARD, Dr Dominique ROCCA, Dr Francis ROUAULT, Dr Silke SCHMIDT, Dr Maurice SEBAOUN, Dr Jean Paul TOUATI Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Vérane DURANT, Dr Cécile LAURENT Cadre supérieur de santé : Béatrice ALLARD Cadre de Santé Néonatologie : Marie Geneviève OLK Cadre de Santé Pédiatrie : Florence BRUNEL

le service par le docteur gérard morisson lacombe, chef de service Le service de Chirurgie Pédiatrique a été créé en 1986. Il s’est progressivement développé et il compte actuellement 6 médecins : Deux chirurgiens viscéraux, deux chirurgiens orthopédiques, ainsi qu’un chirurgien plasticien pédiatrique qui a intégré le service dans le courant 2008 (cf. encadré) et un néphrologue pédiatre. Le service a une activité importante qui ne cesse de croître et une DMS “record” de 1,9 jour. Cette DMS très courte ne doit cependant pas laisser penser que l’établissement n’est pas aux “petits soins” avec ses “petits” patients. Le maître-mot de notre activité est l’investissement personnel et la disponibilité pour le patient. L’ensemble du service travaille dans un état d’esprit particulier : la confiance dans les compétences et les qualités de chacun au service des patients. Le travail se fait en parfaite collaboration avec nos confrères de Pédiatrie et de Gynécologie obstétrique ; à tel point que nous partageons avec le service de Pédiatrie l’équipe paramédicale et les lits d’hospitalisation. C’est, à ma connaissance, unique et cela a un avantage certain pour les malades qui sont vus rapidement par une équipe ou l’autre et peuvent changer de prise en charge sans changer de lit.

Quel sera l'avenir du service et les évolutions souhaitées ? Le service fonctionne bien et est, par certains aspects, victimes de son succès. Certains moyens, certaines compétences viennent à manquer. Outre le développement des Urgences, conjointement avec le service de Pédiatrie, et la montée en charge de la Chirurgie

plastique pédiatrique (cf. encadré page suivanteav), le service investit dans la chirurgie orthopédique. L’arrivée du Dr Yann Glard, Chirurgien orthopédiste pédiatrique permettra le développement de cette spécialité très active. L’avenir, c’est aussi les soins de suite et de rééducation infantile qui n’existent pas actuellement sur la place marseillaise alors qu’il y a une réelle demande. C’est également la Chirurgie urologique et digestive. Le développement constant de la maternité et les progrès de l’échographie de la grossesse nous permettent de voir de nombreux diagnostics prénataux surtout en urologie car cette spécialité ne nécessite que très rarement une réanimation.

85

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

86

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> Gynécologie obstétrique

la chirurgie Titre encadréplastique et réparatrice faire des prouesses chirurgicales pour les enfants… La Chirurgie Plastique et Réparatrice de l’Enfant est un domaine fabuleux de la médecine. S’occuper d’un enfant porteur de malformation, déformation, disgrâce ou meurtri par la vie, est un grand bonheur très gratifiant pour un chirurgien…” Ainsi qu’il l’exprime, le docteur Salazard, arrivé à Saint Joseph en janvier 2008, a véritablement choisi de travailler avec et pour les enfants, pour les aider à retrouver ce que la vie leur a injustement enlevé. Son art, il le pratique auprès des enfants à travers trois types d’interventions : la chirurgie de la peau de l’enfant (angiomes, naevi, séquelles de brûlures,cicatrices) ; la chirurgie de la face (bec de lièvre, oreilles, lèvres, paupières,...) et la chirurgie de la main, pour laquelle il répare les malformations et traumatismes. Il fait d’ailleurs partie des rares chirurgiens plasticiens de la région qui pratiquent cette chirurgie très spécifique et très pointue. En mai 2008, c’est sur la main d’un petit garçon de 5 ans, que le docteur Salazard s’est penché. Le petit bonhomme avait eu le pouce amputé à cause d’un cheval en août 2007.

Pour réparer cet accident, le docteur Salazard a choisi (car c’est l’intervention la plus bénéfique pour l’enfant) de transférer un orteil du pied de l’enfant à sa main. “L’opération - qui a duré près de 6 heures - a consisté à “prélever l’intégralité du 2e orteil du pied (car c’est celui qui déséquilibre le moins la marche et celui qui fait la même taille – en plus fin – que le pouce), avec une artère, deux veines, des nerfs et les tendons pour le “rebrancher” à la main, à la place du pouce”. Ce que le docteur Salazard décrit très simplement est malgré tout une belle prouesse chirurgicale, rare chez l’enfant puisqu’il n’y a guère plus de deux interventions de ce type réalisées par an en France. Une semaine après l’opération, le petit Lucas gambadait à nouveau et jouait au foot avec son frère. Ceci n’est qu’un exemple parmi tant d’autres d’une activité en plein essor. Les progrès techniques de l’échographie permettent de détecter plus précocement les anomalies et malformations anténatales ; les progrès de la Chirurgie plastique et réparatrice permettent de réparer ces anomalies congénitales et celles dues aux accidents de la vie.

les données qualité

la chirurgie infantile en chiffres

 6 % des personnes estiment avoir été traitées avec 9 considération. 96 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

12 lits d'hospitalisation complète et 5 lits d'hôpital de jour

Le service de Gynécologie Obstétrique est l’un des principaux “fleurons” de l’Hôpital Saint Joseph. 1re Maternité (de niveau 2B) de la région PACA, installée dans un beau bâtiment, récent, sécurisant, confortable, elle attire une patientèle nombreuse que nous ne pouvons tous contenter. Nous avons réalisé un peu plus de 3 800 accouchements en 2009. Pour maintenir la qualité, la sécurité, la satisfaction de notre clientèle et de notre personnel, c’est une limite que nous ne souhaitons pas dépasser actuellement. A Saint Joseph, nous “cocoonons” les mamans et leurs bébés. La qualité est notre priorité. Accoucher n’est pas un acte anodin, commun, c’est un moment essentiel de la vie auquel l’établissement tout entier accorde beaucoup d’importance. Notre taux de césarienne est très bas (18,6 %) et reste, malgré l’augmentation d’activité, inférieure aux taux des autres hôpitaux). La prise en charge est globale et de qualité bien en amont de la naissance. Le service a ainsi développé depuis de nombreuses années une imagerie pré-natale très pointue (cf. encadré page suivante).

2009

2008

2007

Nbre d'entrants HC

700

758

551

Nbre d'entrants HDJ

744

615

608

Nbre d'entrants Total

1 413

1 373

1 159

Nbre de journées HC

1 266

1 444

1 245

1,8

1,9

2,3

DMS

le service par le docteur alain pascal, chef de service

Nous travaillons en étroite collaboration avec les services de Pédiatrie-Néonatologie et de Chirurgie Infantile car, grâce à notre imagerie pré-natale de dernière génération, nous pouvons oeuvrer en synergie en amont de la naissance sur les problèmes détectés avant la naissance. Par ailleurs, dans le cadre du partenariat signé en octobre 2007 avec l’AP-HM, nous sommes un terrain de stage pour les internes en Gynécologie obstétrique. C’est un transfert de savoir très intéressant pour nous et très enrichissant et formateur aux dires des intéressés.

carte d’identité Chef de service : Dr Gérard MORISSON LACOMBE Adjoint : Dr Michel COQUET Praticiens : Dr Yann GLARD, Dr Michel JACQUEMIER, Dr Bruno SALAZARD, Dr Juliette SIMEONI-ALIAS Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Sara FABBRI Cadre supérieur de santé : Béatrice ALLARD Cadres de Santé : Florence BRUNEL, Marie-Geneviève OLK

Quel est l’avenir, les évolutions du service ?

Sans aucun doute en premier lieu, le maintien de ce niveau de qualité, de sécurité et de confort ; c’est notre première priorité. La Maternité continuera cette prise en charge de qualité, personnalisée : maintenir une hospitalisation avec une durée moyenne de séjour élevée pour préparer les mères au retour à la maison, favoriser l’allaitement maternel, tout en mettant

en place également, pour celles qui veulent, une sortie précoce (réseau d’aval). Le second est sans doute le développement de la Chirurgie Gynécologique. Les efforts ayant été concentrés ces dernières années sur le versant obstétrique de l’activité, c’est une activité qui a été quelque peu délaissée. Il convient de lui redonner sa place. Dans la continuité de l’ouverture de l’unité de consultations pluridisciplinaires en Sénologie, la volonté est de développer une activité autour de la femme, et non plus seulement la maman à venir ou actuelle. Il convient également de poursuivre nos efforts sur l’imagerie pré-natale pour devenir leader sur ce segment (cf. encadré). Les maîtres-mots du service sont ceux de l’établissement tout entier : adaptation, réactivité, qualité, technicité, dans une approche d’accueil et de dimension humaine.

87

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

88

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

une imagerie pré-natale de dernière génération L’Hôpital dispose d’une Unité d’échographies de tout premier plan. Des médecins hyper-spécialisés dans la médecine fœtale, un laboratoire et une équipe de génétique, des équipements de dernière génération développent une activité de diagnostics pré-nataux particulièrement avancés. Le service a ainsi pu être doté, en 2009, d’un échographe 3D de dernière génération, l’échographe Voluson E8, grâce à la participation financière de l’association «Les blés de l’Espérance» (et de la généreuse contribution des comédiens de la série télévisée «Plus belle la vie»). L’échographe 3D Voluson E8 offre aux praticiens une possibilité d’aide au diagnostic et une capacité de retraitement des images, même en l’absence de la

la gynécologie obstétrique en chiffres

patiente. Il permet également une exploration cardiaque du fœtus de qualité dès le 1er trimestre de la grossesse. Plus performant, plus précis, l’échographe permet donc de prévenir, diagnostiquer et traiter plus tôt les maladies. L’Hôpital Saint Joseph de Marseille fait bénéficier la maman et son futur bébé d’un suivi médical très pointu.

activité obstétricale

L’arrivée de médecins spécialisés dans l’imagerie pré-natale de dernière génération, les moyens dont dispose le service et la réactivité de la Direction, du laboratoire, de la génétique, des échographistes et cliniciens, permet au service d’avoir toutes “les cartes en mains” pour se positionner rapidement comme leader en ce domaine dans la région.

Réalisé 2009

les données qualité

Réalisé 2008

Réalisé 2007

Nombre de lits Maternité

63

63

63

Nombre de lits Grossesses à risques

18

18

18

Nbre de bébés

3 892

3 656

3 663

Nbre d'accouchements

3 816

3 579

3 585

-d  ont accouchements par voie basse

3 105

2 899

2 879

-d  ont accouchements par césarienne

711

680

706

Taux de césariennes

18,6 %

19,0 %

19,7 %

Taux de péridurales (Voies basses + Césariennes)

89,6 %

89,2 %

88,8 %

Taux de péridurales (Voies basses seules)

87,2 %

86,6 %

86,1 %

Nombre de couples gémellaires

76

77

80

Taux de grossesses gémellaires

2,0%

2,2%

2,2%

Nbre d'entrants HC

5 053

4 681

4 820

17 906

16 930

17 656

DMS

3,5

3,6

3,7

DMS Accouchements par voie basse

5,0

5,0

DMS Accouchements par césarienne

7,7

7,9

79,4 %

75,1 %

532

500

466

8

4

3

522

537

612

1 062

1 041

1 081

183

151

350

Nbre d'entrants Total HC + HDJ

1 245

1 192

1 431

Nbre de journées HC

4 222

4 159

4 950

4,0

4,0

4,6

65,3 %

69,7 %

Nbre d'entrants HC

464

409

353

Nbre d'entrants HDJ

347

342

392

Nbre d'entrants Total HC + HDJ

811

751

745

1 505

1 307

3,2

3,2

Nbre de journées HC

Taux d'occupation Maternité

Le D Quarello, responsable de l’Unité d’Echographies r

79,0 %

activité grossesses à risque Nbre d'entrants directes Nbre d'entrants en urgence Nbre d'entrants par transferts Nbre d'entrants Total HC Nbre d'entrants HDJ

DMS Taux d'occupation

77,3 %

activité chirurgie gynécologique

Nbre de journées HC DMS

 7,3 % des personnes estiment avoir été traitées 9 avec considération. 97,2 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

carte d’identité Chef de service : Dr Alain PASCAL Adjoints : Dr Eric GLOWACZOWER, Dr Marc MARTINO Praticiens : Dr Nicole BERDAH, Dr Marc BERNARDINI, Dr Jean Marc CHINCHOLE, Dr Emmanuelle CRISTOFARI-MARQUAND, Dr Raoul DESBRIERE, Dr Geneviève ELOFF-FAVRE, Dr Nathalie FRANDJI-BARBIER, Dr Béatrice GRAVIER, Dr Brice GURRIET, Dr Corinne HASSAN, Dr Anne LUCIANI-PASTRE, Dr Chantal MELONE-GALICE, Dr Christiane NACASS-COTRONAKIS, Dr Thomas PEREZ, Dr Joël PETITJEAN, Dr Edwin QUARELLO, Dr Véronique ROBERT, Dr Betty ROSSIN, Dr Anne SQUERCIONI-AUMONT, Dr Pierre TOURAME, Dr Dominique VIARD Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Thi Tam TRUONG Cadre supérieur de santé : Béatrice ALLARD Cadres de santé : Janique COSTA, Laure COTRONIS-SANTELLI Ariane SANCHEZ, Sophie SCHIANO-LOMORIELLO (Faisant Fonction)

89

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

90

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> Médecine et Biologie de la Reproduction

la vitrification des ovocytes une innovation majeure au service des femmes… La vitrification des ovocytes consiste en leur refroidissement ultrarapide (environ 1 minute), afin de solidifier la solution (ovocyte, soluté et cryoprotecteur) : les mouvements internes des molécules sont ralentis, comme dans une congélation lente (> 1 heure), mais sans endommager les cellules. Les recherches sur cette technique de congélation ultrarapide ou vitrification sont mises en application en Assistance Médicale à la Procréation dans plusieurs pays étrangers. Le premier bébé “ovocyte vitrifié”, Sophie, est né au Japon en 2002. Le premier bébé américain est né en 2003.

La Médecine et Biologie de la Reproduction est un service de thérapeutique de l’infertilité ; c’est-à-dire que nous mettons en œuvre des actes de Procréation Médicalement Assistée découlant de diagnostics externalisés. L’activité a débuté en 2004 et est, depuis lors, en pleine expansion. Notre pôle d’excellence se situe dans la maîtrise de techniques de pointe. Nous avons été en effet l’un des premiers services permettant de choisir le meilleur ovocyte et le meilleur spermatozoide), à maîtriser des techniques telles que l’ICSI ou l’IMSI (micro-manipulation permettant de choisir le meilleur ovocyte et le meilleur spermatozoïde) ou la culture prolongée des embryons et nous avons d’excellents résultats en la matière (24,4 % d’accouchement par ponction, contre 17,3 % pour un transfert classique). Nous avons été, de plus, pionniers dans la technique de la culture prolongée des embryons que nous implantons

jusqu’à J + 5 jours (alors que la plupart des centres réalisent les implantations à J+2). Cette technique a l’avantage d’une meilleure maîtrise des grossesses multiples et un meilleur taux de réussite). Ce savoir-faire nous assure notoriété et crédibilité auprès des patients et des autorités de tutelle comme en témoigne la participation active de plusieurs membres de l’équipe à des commissions ou groupes de travail auprès de l’Agence de Biomédecine. Nous continuons dans cette voie et le développement de techniques innovantes est toujours à l’ordre du jour particulièrement au sein du laboratoire. Nous avons renoncé, pour des raisons d’ordre éthique, à des pratiques comme le don de gamètes ou d’embryons, nous souhaitons offrir en revanche l’ensemble des techniques avancées disponibles dans le cadre de la procréation intraconjugale (IMSI, Vitrification –cf encadré-).

Les premiers résultats montrent une grande amélioration de la prise en charge. Comme le dit le Docteur Boyer, “la vitrification des ovocytes représente une révolution de la discipline de Médecine et Biologie de la Reproduction. Outre le point essentiel des résultats bien meilleurs de la technique, la vitrification donne une chance et un choix plus grands aux femmes : la chance de vitrifier ses ovocytes face à une maladie cancéreuse, avant un traitement lourd et souvent infertilisant ;

le service de médecine et biologie de la reproduction en chiffres 2009

Les docteurs Boyer et Tourame portent le dossier au plus haut niveau depuis maintenant trois ans pour faire valider cette technique en France. Le dossier est actuellement encore dans les mains de l’AFSSAPS qui, à terme, émettra un avis avant la décision ultime de la Direction Générale de la Santé qui autorisera ou non l’utilisation de cette technique dans notre pays.

carte d’identité

2008

2007

Nombre de FIV

662

572

561

dont FIV conventionnelles

324

264

356

dont ICSI

le choix de vitrifier des ovocytes et non plus de congeler des embryons issus d’une FIV qui peuvent ensuite se révéler en surnombre”.

338

308

334

Taux de réussite FIV conventionnelle *

30 %

28 %

28 %

Taux de réussite ICSI *

33 %

36 %

34,9 %

* La moyenne nationale se situe à 21 % pour une FIV conventionnelle et 24 % pour une ICSI (Intra Cytoplasmic Sperm Injection). Les très bons taux de réussite du service s’explique par la culture prolongée des embryons.

les données qualité  7,2 % des personnes estiment avoir été traitées avec 9 considération. 98 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

 hefs de service : Dr Pierre TOURAME, C Dr Pierre BOYER Adjoint : Dr Betty ROSSIN Praticiens: Dr Aurélie AMAR HOFFET, Dr Marie-José GERVOISE BOYER, Dr Robert PONTIER, Médecins Cliniciens agréés AMP : Dr Paul ALBERT, Dr Nicole BERDAH, Dr Corinne HASSAN, Dr Marc MARTINO, Dr Chantal MELONE-GALICE, Dr Alain PASCAL Filière de soins d’Aix : Dr François AUDIBERT, Charlotte DEMERLE ROUX, Jean-Philippe GALLAND, Vanessa LUBIN, Brigitte PFISTER, Dominique THIERS BAUTRAND Cadre supérieur de santé : Béatrice ALLARD  Cadre de santé : Laure Cotronis-Santelli

91

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

92

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> pneumologie

extra-hospitalier des insuffisants respiratoires, en lien avec les maisons de rééducation respiratoire et de développer l’éducation thérapeutique de l’insuffisant respiratoire. L’Hôpital a su compenser l’absence de certains équipements

techniques (petscan, médecine nucléaire) en nouant des partenariats solides. La qualité de notre service est d’avoir des médecins, spécialisés et disponibles pour une prise en charge rapide et pointue.

un écho-endoscope Titre encadré pour une précision diagnostique optimale Le service de Pneumologie bénéficie, grâce à une subvention de l’oeuvre Anti-tuberculeuse des Bouchesdu-Rhône, de la présence d’un appareil de grande qualité –rare en France- pour les diagnostics cancéreux, l’écho-endoscope bronchique. L’appareil permet une échographie au plus près de ce qu’on veut voir, grâce à une sonde endoscope qui possède une caméra flexible à 90°, qui permet un examen approfondi des ganglions et de leur état. Cet appareil permet de préciser de façon optimale le stade d’un cancer et d’adapter en conséquence les thérapeutiques à employer.

le service par le docteur alain poisson, chef de service L’activité du service se développe selon quatre axes qui couvrent tous les champs de la pneumologie. la Cancérologie, axe historique, c'est aussi l'activité la plus importante du service : nous bénéficions des compétences pointues d’oncologues rattachés au service (ce qui est rare). Notre activité est, de plus, adossée à une Réunion de concertation pluridisciplinaire exceptionnelle en multicompétences et en nombre de malades. Elle se fait en collaboration avec l’APHM, dans le cadre du partenariat que l’Hôpital a signé avec l’Assistance Publique notamment dans

le domaine de la cancérologie et de l’accès aux examens de Médecine Nucléaire de l’Hôpital de La Timone. Nous avons également mis en place des “staffs Soins d’accompagnement” hebdomadaires qui réunissent au besoin des représentants du service des Soins palliatifs, de la Douleur, un psychologue, un kinésithérapeute, une diététicienne, un onco-psychologue, une infirmière, un représentant de l’HAD Saint Joseph. Ces réunions de concertation nous permettent d’offrir une prise en charge complète et personnalisée au patient, à chaque étape de sa maladie, dans et hors l’Hôpital. L’insuffisance respiratoire : Là aussi, la prise en charge se fait à tous les niveaux : en prévention, dans le cadre des consultations anti-tabac ; par le dépistage (bilan VO2 max, polysomnographie pour les apnées du sommeil, …) ; thérapeutique en hospitalisation. L’allergologie : La plupart des pneumologues sont également allergologues. L’activité se fait en consultation ou en hospitalisation courte. C’est une activité en constante augmentation. Les urgences : Le service prend bien évidemment en charge les urgences, qu’elles soient adressées en consultation par les médecins de ville ou issues du service des Urgences. Mon projet pour le service est de continuer à assurer une prise en charge globale de qualité et personnalisée pour chaque patient. Nous avons notamment en projet d’améliorer le suivi

C’est une avancée énorme pour le service, et par là, l’essentiel, pour ses patients.

le service en quelques chiffres

45 lits

Entrées totales HC Entrées en Hôpital de jour Nombre de journées HC DMS Taux d'occupation Nombre d'endoscopies bronchiques

L’association, fidèle soutien de l’Hôpital Saint Joseph, avait déjà financé l’achat d’un écran plat pour les consultations de pneumologie, qui a permis au service de développer une première éducation thérapeutique du patient.

carte d’identité

Réalisé 2009

Réalisé 2008

Réalisé 2007

2 666

2 456

2 317

448

280

310

14 826

14 200

13 718

5,6

5,8

5,9

88,73 %

90,37 %

90,96 %

1 464

les données qualité  7 % des personnes estiment avoir été traitées 9 avec considération. 97,6 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage Quelques actes en 2009 352 patients atteints de cancers de l'appareil respiratoire 235 patients atteints de BPCO

Chef de service : Dr Alain POISSON Adjoint : Dr Georges THOMAS Praticiens : Dr Luc DUSSART, Dr Bruno ESCARGUEL Dr Françoise LAGIER-TESSONNIER, Dr Michèle PIBAROT, Dr Françoise PORRI, Dr Andrée PUISAIS-HEE, Dr Mireille ROCCA SERRA, Dr Bernard SEITZ, Dr Cécile TCHOUHADJIAN Tabacologue : Dr Arlette VAUTHIER KOBLET Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Arnaud BOURNAILLIE, Dr Frédéric MILLION Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadre de santé Faisant Fonction : Nadine GOCHGAGARIAN

93

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

94

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> radiologie - imagerie médicale

Titre un scanner encadré révolutionnaire à saint joseph ! Depuis le 1er septembre 2009, le service est doté d’un scanner de dernière génération : le Somatom Definition Flash de Siemens Healthcare. Cet appareil atteint un niveau d’innovation remarquable et seuls quatre établissements en France en sont dotés. Saint Joseph est le seul établissement généraliste privé à le posséder.

le service de radiologie imagerie médicale, présenté par son chef de service, le docteur olivier bayle L’activité du service est extrêmement soutenue. Environ 80 personnes interviennent chaque jour dans le service (ASH, aides-soignantes, infirmières, secrétaires, manipulateurs, cadres et radiologues) pour, chacun à son niveau, contribuer au bon fonctionnement d’un service que nous souhaitons dédié aux autres services. Nous réalisons annuellement plus de 90 000 examens pour la quasi-totalité des 29 services de l’Hôpital : Radiologie générale, échographie (sauf échographies obstétricales réalisées au sein du Pôle Parents Enfants et échographies cardiaques réalisées dans les unités de la Fédération de Cardiologie), radiologie vasculaire et interventionnelle et scanner-IRM : L’Echographie : l’activité est réalisée sur 2 salles. Elle est générale et spécialisée (osteo-articulaire, gynécologique …) aussi bien que diagnostique et interventionnelle (biopsie, drainage, infiltration, radiofréquences hépatiques…) La Radiologie générale : cette activité classique fonctionne bien, même si les examens de radiologie générale sont parfois substitués par des examens échographiques ou par l’imagerie en coupes. La Radiologie vasculaire et interventionnelle : l’activité est en forte augmentation en particulier depuis 2 ans. Il existe en fait une baisse de l’activité de radiologie vasculaire diagnostique au profit des explorations non invasives (angioscanner et angioIRM) et par contre une importante augmentation des actes de radiologie interventionnelle réalisés en salle vasculaire (tels que les actes de radiologie vasculaire viscérale, le digestif interventionnel ou la radiologie osseuse interventionnelle lourde telle que la vertébroplastie).

Cette activité va continuer à augmenter car la radiologie interventionnelle devient de plus en plus fréquemment une alternative thérapeutique. Le Scanner : nous bénéficions d’un équipement de dernière génération (cf. encadré). Plus de 15 000 examens sont réalisés par an au scanner avec une activité polyvalente et des patients souvent très lourds (oncologie, urgences, réanimations…). Nous avons fait le choix pour 2009 de diminuer l’activité externe pour éviter d’augmenter les délais de rendez-vous pour les patients hospitalisés. L’IRM : là aussi, le service est doté d’un outil de pointe (l’IRM Magnetom Avanto i-class 1,5 tesla de la société Siemens médical) avec une imagerie très haute résolution et très complète pour le plus grand bénéfice des patients. L’activité est forte (plus de 8 000 examens par an) et l’IRM saturée. Pour répondre à cette demande croissante d’examens, à l’augmentation du niveau des urgences et à l’évolution constante de l’imagerie interventionnelle, nous déposerons prochainement une nouvelle demande d’autorisation pour un second scanner et un second appareil d’IRM à nos autorités de tutelles. Nous travaillons dans le service à l’amélioration constante de nos pratiques. C’est, en outre, le coté passionnant de la spécialité qui, grâce aux évolutions technologiques incessantes, nous offre une amélioration constante des possibilités diagnostiques. Nous, radiologues, travaillons de plus en plus à nous spécialiser sur quelques organes, afin d’offrir à nos collègues praticiens, et par là bien sûr, à nos patients, une expertise diagnostique.

Le système ne nécessite qu’une fraction de la dose de rayonnement requise par les systèmes antérieurs pour scanner les détails anatomiques même les plus infimes, à une vitesse inégalée (toute la région thoracique peut par exemple être scannée en seulement 0,6 seconde). Le Somatom Definition Flash, scanner à double source, comprend deux tubes radiogènes qui tournent simultanément autour du corps du patient. Les patients ne sont donc plus obligés de retenir leur respiration au cours de l’examen comme c’était le cas auparavant.

La vitesse exceptionnelle de l’appareil offre des avantages décisifs, en particulier pour l’examen des structures en mouvement, telles que le cœur ou le thorax. Un balayage du cœur entier peut être réalisé en 250 millisecondes seulement, soit moins de la moitié d’un battement cardiaque. Les médecins ont en outre la possibilité d’afficher de manière fiable un cœur dont les pulsations sont rapides ou irrégulières sans devoir utiliser des bêta-bloquants, ce qui simplifie le flux de travail et offre des avantages cliniques et financiers. Autre développement technique non négligeable : la réduction des rayonnements et la possibilité de protéger certaines zones contre les rayonnements (telle que la poitrine de la femme). Pour ce faire, le tube radiogène est éteint au cours de la phase de rotation pendant laquelle les régions anatomiques concernées sont le plus directement exposées aux rayons.

carte d’identité

le service en quelques chiffres Activité

2008

2009 Externe Hospit.

Total

Externe Hospit.

2007 Total

Externe Hospit.

Total

Echographie

8 839

7 164 16 003

9 381

6 919 16 300

9 189

5 865 15 054

IRM*

5 990

2 611

5 028

1 981

6 097

1 752

Radiologie

7 009

7 849

19 852 29 249 49 101 20 413 28 505 48 919 19 946 27 571 47 517

Scanner **

5 848

Vasculaire

73

TOTAL

8 601

9 413 15 261 1 189

1 262

7 284 35

9 332 16 616 1 168

1 203

7 729 22

8 053 15 782 1 125

1 147

40 602 49 626 90 228 42 141 47 905 90 046 42 983 44 366 87 349

* l’IRM a été arrêtée durant 3 semaines en juillet-août 2008 pour procéder à son remplacement ** Le scanner a été fermé 4 semaines en août 2009 pour procéder à son remplacement

les données qualité  98,6 % des personnes estiment avoir été traitées avec considération. 97,9 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

Chef de service : Dr Olivier BAYLE Adjoint : Dr Patrick BEAURAIN Praticiens : Dr Robert AIMINO, Dr Brigitte BOURLIERE-NAJEAN, Dr Yves BOURREL, Dr Stéphane CARASSET, Dr Jean CASABIANCA, Dr Anne Claire CHABROL-PRADO, Dr Christian CHEVROT, Dr Michel COHEN, Dr Marc DESANTI, Dr Valérie DOUCET, Dr Michèle ESCOUTE, Dr Sandra GIRAUD-RIBIERRE, Dr Christine LE BAIL-ROUBAUD, Dr Olivier LEVRIER, Dr Marie Dominique METRAS, Dr Olivier MONNET, Dr Eric PHILIP, Dr Daniel RIITANO  Cadre supérieur de santé : Sylvie PLAT-CASANOVA  Cadres de santé : Caroline BASTIEN et Catherine LAMBOLEZ (Faisant fonction)

95

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

96

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> rhumatologie

Titre encadré la rhumatologie au service des enfants La Rhumatologie pédiatrique est une spécialité récente. Peu d’équipes s’occupent actuellement de ce domaine médical. En mai 2010, le service développera cette activité, ce qui fera de Saint Joseph le seul Hôpital du secteur privé de Marseille à proposer cette spécialité. r Le D Hélène Boudinet-Gascon (notre photo) tiendra une consultation par semaine au sein du bâtiment des consultations de pédiatrie. Il y a une réelle demande de parents d’enfants atteints de rhumatismes inflammatoires, d’arthrite chronique juvénile qui peinent à trouver un spécialiste en la matière. Il est de notre devoir de répondre à cette demande.

le service de rhumatologie, présenté par son chef de service, le docteur denis arniaud Le service est un service de Rhumatologie générale ; nous prenons donc en charge tous les aspects et donc tous les patients de cette spécialité médicale. L’activité du service s’est développée de façon importante ces dernières années : Nous avons, en premier lieu, une grosse activité pour les pathologies inflammatoires que nous avons orientées vers l’Hôpital de jour. Nous réalisons chaque année une centaine de biothérapies en Hôpital de Jour. L’autre grosse activité du service est l’activité interventionnelle. La pratique des arthroscopies prend une part importante de cette activité interventionnelle.

Nous réalisons également de plus en plus des vertébroplasties et des kyphoplasties (10 par an). Un partenariat a d’ailleurs été développé avec le centre Paoli Calmettes qui nous adresse régulièrement des patients qui nécessitent une de ces techniques. La recherche clinique est, depuis 2002, une part importante de notre activité puisque nous sommes le premier centre rhumatologique marseillais dans ce domaine avec actuellement 12 études de phase II et III en cours. En 2010, le service devrait avoir un véritable Pôle de Recherche Clinique, avec des locaux dédiés. La gestion de l’ostéoporose s’est elle aussi considérablement développée, et a bénéficié de l’apport de la densitométrie osseuse, examen indispensable pour le diagnostic et le suivi de la maladie. En juin 2010, l’appareil de densitométrie osseuse rejoindra le service, dans le Pôle de Recherche Clinique, ce qui devrait permettre à l’activité de se développer grâce au développement de la Recherche Clinique en la matière. Enfin, l’éducation thérapeutique occupe une place importante dans notre fonctionnement, grâce à la présence d’une infirmière d’éducation thérapeutique qui suit nos patients et les “éduque” au traitement que le praticien va leur délivrer et qu’ils devront ensuite par la suite s’administrer eux-mêmes. Cet accompagnement est très important à nos yeux pour faire du patient un acteur à part entière de sa prise en charge.

le service de rhumatologie en chiffres 24 lits (18 en hospitalisation complète, 3 en hôpital de jour et 6 en hôpital de semaine)

Réalisé 2009

carte d’identité

Réalisé 2008

Entrées totales HC

1 187

1 138

1 031

Nbre de journées HC

7 388

6 937

6 907

720

315

178

6,3

6,0

6,7

Taux d'occupation Hospitalisation complète

94,9 %

92,3 %

97,6 %

Taux d'occupation HDJ et Hôpital de semaine

71,6 %

68,7 %

90,5 %

Nbre de journées HDJ DMS

Chef de service : Dr Denis ARNIAUD Praticiens : Dr Jean Pierre ARNAL, Dr Hélène BOUDINET-GASCON, Dr Joël COSTE, Dr Alain MATTERA, Dr Minh Duc NGUYEN, Dr Jean NIBOYET, Dr Olivier ROTH, Dr Jean Louis ULMANN. Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Caroline GUILLIBERT Cadre supérieur de santé : Christel CALBOU Cadres de santé : Sandra LAMI

Réalisé 2007

les données qualité  96,5 % des personnes estiment avoir été traitées avec considération. 95,3 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

la rhumatologie en films L’accueil et l’accompagnement dans le service est un souci de chaque instant pour toute l’équipe médicale, soignante et paramédicale. Lorsque le patient intègre sa chambre, un film de présentation de l’ensemble du service et de tous ses intervenants l’accueille. Du chef de service à l’ensemble des médecins par spécialité, en passant par la secrétaire médicale, l’Agent de service Hospitalier ou la cadre de santé ; le patient fait connaissance avec l’équipe qui va le prendre en charge.

Le service a été pionnier en la matière et bientôt chaque service de l’Hôpital aura sa présentation télévisuelle. Par ailleurs, en complément de la présence de l’infirmière d’éducation thérapeutique, des films autour des thématiques de l’arthrose, l’ostéoporose et la kyphoplastie ont été réalisés. “Voir et comprendre ce dont on souffre et la façon dont on va être pris en charge et, à mon sens, essentiel pour mieux appréhender, et par là même accepter, la pathologie et l’intervention r des médecins” (D Denis Arniaud).

97

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

98

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> accueil des urgences adultes

uhcd,encadré Titre vers une optimisation de la prise en charge Le problème majeur des urgences c’est l’hospitalisation. Organiser l’aval des urgences est donc capital.

portrait-robot du service par les docteurs eric lindenmeyer et richard ferrer, coordonnateurs du service Le service des urgences a pour missions d'accueillir, de traiter et au besoin d'orienter les personnes qui nécessitent des soins d'urgence. Notre rôle est d’accueillir sans sélection vingt-quatre heures sur vingt-quatre, tous les jours de l'année, toute personne se présentant en situation d'urgence, et la prendre en charge, notamment en cas de détresse et d’urgence vitale. Chaque année, nous recevons environ 20 000 personnes par an (soit en moyenne 120 personnes par jour), un chiffre en augmentation régulière depuis plusieurs années.

Tous nos médecins urgentistes sont des médecins seniors, gage d’une prise en charge pointue. Nous bénéficions, de plus, d’un plateau technique de grande qualité et d’une proximité qui permet de réduire les temps de prise en charge des patients, ce qui, pour beaucoup, est extrêmement appréciable. Enfin, autre spécificité du service, la prise en charge systématique de la Douleur : il faut savoir que 70 % des consultations aux Urgences sont motivées par la Douleur. L’infirmière d’Accueil et d’Orientation (IAO) évalue systématiquement, suivant un protocole précis, la douleur de toute personne se présentant à l’accueil des urgences. Nous privilégions une prise en charge de qualité, humaine, basée sur l’écoute. Notre service fonctionne bien et il est reconnu sur la place marseillaise. Le service d’accueil des Urgences est la vitrine de l’Hôpital tout autant que son “service après vente”, puisqu’elle accueille tout à la fois des personnes qui ne connaissent pas l’Hôpital comme des personnes ayant déjà été hospitalisées et y revenant pour une urgence. Nous nous assignons donc le devoir de représenter la qualité de la prise en charge de l’ensemble de l’établissement.

Dans les textes, l’UHCD – ZHCD (Unité/Zone d’Hospitalisation de Courte Durée) est une “Unité d’hospitalisation non conventionnelle, dont la Durée Moyenne de Séjour est exprimée en heure et doit être inférieure à 24 h et l’hospitalisation jamais supérieure à 48h”. Sans être une unité de réanimation, elle doit être une unité d’observation. Le personnel y travaillant doit être le même que celui de l’unité d’accueil, ceci pour une meilleure compréhension mutuelle des problèmes. Après l’accueil aux urgences, l’orientation s’envisagera selon quatre possibilités : ZHCD pour les patients pour lesquels la sortie dans les 48h est certaine (traumatisme crânien, ivresse aigue, mais aussi pathologie du vieillard pouvant se “bilanter” en 2 jours avant un retour vers un EHPAD ou un SSR, colique néphrétique, toute pathologie dont le malade pourra sortir ou être transféré vers un long séjour dans les 24-48h). Service de Médecine d’Urgence Polyvalente pour les patients plus lourds nécessitant une hospitalisation et

pour lesquels quelques heures aux urgences sont bien souvent insuffisantes pour une bonne orientation. Hospitalisation en service de spécialité après tri aux urgences. Retour à domicile. Elle permet, en protocolisant certaines pathologies, de diminuer le temps d’hospitalisation. L’exemple des coliques néphrétiques est le plus parlant : il s’agit de recevoir toute cette pathologie en ZHTCD et la “bilanter” en 24 à 48 heures avec un protocole établi par les équipes des services d’urologie et d’urgences permettant une sortie au domicile avec des rendez vous, soit en externe, soit en hospitalisation réglée dans les délais impartis à cette unité.

le service en quelques chiffres

carte d’identité

Réalisé 2009

Réalisé 2008

Réalisé 2007

Nombre Passages aux Urgences Adultes

19 181

18 928

18 925

dont non suivis d'une hospitalisation

12 878

12 947

13 677

5 115

4 890

4 691

26,7 %

25,8 %

24,8 %

1 188

1 091

557

dont suivis d'une hospitalisation (hors UHCD)* Taux d'hospitalisation Nombre d'hospitalisations UHCD*

* UHCD : Unité d’Hospitalisation de Courte Durée

les données qualité  86,5 % des personnes estiment avoir été traitées avec considération. 82,9 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

 oordonnateurs du service : Dr Richard FERRER, C Dr Eric LINDENMEYER Praticiens : Dr Jacques BERNARD-REYMOND, Dr Marie Caroline DOMAS, Dr Gilles GAMBINI, Dr Nicolas GRIVET, Dr Eric LAMI, Dr Didier MARCELLIN, Dr El Yazid MEKHLOUFI, Dr Bozéna MICHALAK, Dr Marie-Françoise MIRANDA, Dr Stéphanie MOSSER, Dr Patrick QUARTINI, Dr Richard SAMUELIAN Cadre supérieur de santé : Christel CALBOU Cadre de santé : Elisabeth LILAMAND

99

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

100

Des spécialités complémentaires

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> urologie

Lors de la dernière enquête nationale du magazine LE POINT, le service a été au tableau d’honneur pour 4 de ses prises en charge : 2e place pour le traitement des calculs urinaires. 7e pour le traitement de la tumeur de la vessie. 10e pour le traitement du cancer de la prostate. 26e pour le traitement de l’adénome de la prostate. Le service entend maintenir et améliorer encore la qualité générale de l’offre de soins urologiques.

L’allongement de l’espérance de vie voit apparaître un quatrième âge qui va constituer une cohorte importante de nos patients. La prise en charge spécifique de ces patients doit être optimisée en collaboration avec nos collègues gériatres. De la même manière, il faut améliorer la prise en charge des patients en fin de vie dans notre service en association avec l’unité de la douleur et les gériatres, afin d’optimiser cette approche dans un souci de plus grand humanisme.

le seul ablatherm fixe de la région

le service, décrit par son chef de service, le professeur michel hermanowicz Le service d’Urologie se déploie à travers 4 axes, sur lesquels il est très bien positionné au plan régional, voire national : La Lithiase Urinaire, secteur phare de notre activité avec la réalisation actuelle d’environ 1 000 lithotrities annuelles. L’évolution de la prise en charge de la lithiase a imposé de s’équiper d’un générateur Laser Holmium adapté à la fragmentation des calculs du rein et de l’uretère par l’intermédiaire d’un urétéroscope souple. Cette technique d’évolution et de développement récents permet de traiter des calculs inaccessibles aux autres techniques et doit faire partie du panel thérapeutique d’un centre de traitement de la lithiase digne de ce nom.

La Cancérologie : cette prise en charge revêt plusieurs pathologies : - le Cancer de la prostate, avec la mise en place, conformément au Plan Cancer, d’une RCP (réunion de concertation pluridisciplinaire) régulière et efficace, une collaboration chirurgiens-oncologues-radiothérapeutes performante au service d’une prise en charge diligente et adaptée du patient. Le Développement de l’utilisation de l’ABLATHERM qui a pris toute sa place dans le traitement du cancer localisé de la prostate et dont nous avons maintenant l’expérience la plus importante dans la région PACA (cf encadré). - Le cancer du rein, pour lequel nous sommes centre reconnu et pour lequel nous souhaitons développer la chirurgie partielle par voie laparoscopique. Notre expérience dans l’abord laparoscopique nous permet d’optimiser ce type de chirurgie. - Le Cancer de la vessie, avec une prise en charge complète à la fois chirurgicale avec l’évolution de l’endoscopie et de la chirurgie laparoscopique et également pluridisciplinaire avec une collaboration efficace avec le service d’Oncologie médicale. ­­ L’Hypertrophie Bénigne de la Prostate (HBP), où, là aussi, nous sommes un des acteurs majeurs régionaux pour cette activité. Notre  équipe  est   formée  de  chirurgiens  reconnus ­­e t expérimentés. Nous avons su développer les nouvelles techniques chirurgicales et nous situer notamment parmi les équipes françaises ayant une grande expérience en chirurgie laparoscopique.

Grâce à l’installation avant-gardiste en décembre 2001, de cet équipement, l’équipe d’urologie, a pu traiter près de 500 patients avec l’Ablatherm. Ce traitement du cancer de la prostate par ultras sons focalisés ne nécessite que quelques jours d’hospitalisation. Cette technique donne des résultats comparables à ceux de la radiothérapie et de la curiethérapie tout en étant moins invalidante. De plus, une seule séance suffit pour éradiquer la tumeur, là où les séances de Radiothérapie ne sont efficaces que multipliées quotidiennement.

le service en quelques chiffres Réalisé 2009

Réalisé 2008

Réalisé 2007

nombre de lits Nombre de lits en HC

20

20

20

Nombre de lits en Hospitalisation de semaine

19

19

19

9

9

9

Entrées totales (HC) / famille

2 048

2 166

2143

Nombre de journées HC

9 172

9 188

8 932

Nombre de journées HDJ

2 093

2 134

2269

4,5

4,2

4,2

En Hospitalisation Complète

75,7 %

77,6 %

75,8 %

En Hospitalisation de semaine

71,2 %

71,0 %

68,6 %

Nombre lithotrities

1 057

1 103

1245

Nombre de lits en HDJ

DMS

taux d'occupation

Quelques actes en 2009 1 057 lithotrities 415 tumeurs des reins et des voies urinaires 174 adénomes et cancers de la prostate

les données qualité  98,9 % des personnes estiment avoir été traitées avec considération. 97,3 % des gens conseilleraient ce service à leur entourage.

carte d’identité Chef de service : Pr Michel HERMANOWICZ Adjoint : Dr Paul ALBERT Praticiens : Dr Thierry BONNIN, Dr Denis BRETHEAU, Dr François BRETON, Dr Xavier BRETON, Dr Joëlle CHAMPIGNY CONTE, Dr Gérard DUQUESNE, Dr Christophe LEGON, Dr Gilles PEREZ, Dr Gérard PONS, Dr Noëlle SALVO-MORIN, Dr Jean Luc VAILLANT Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Annick BAGDADLIAN, Dr Yoel ESKENAZI Cadre supérieur de santé : Véronique VERMANDEL Cadre de santé Urologie : Annie GUEYDON

101

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

102

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2009 

> centre de consultations pluri-disciplinaires en senologie

une unité au service de la femme Le centre de consultations pluridisciplinaires en sénologie est un projet qui a vu le jour de façon collégiale. Plusieurs services ont, en effet, été partie prenante dans la naissance du projet : l’imagerie médicale pour le volet imagerie diagnostic, l’Oncologie pour les traitements et soins anti-cancéreux, la chirurgie, corollaire interventionnel des soins d’Oncologie.

Le centre a ouvert le 1er mars 2010. Cette nouvelle unité, exclusivement dédiée à la prise en charge des différentes pathologies du sein ainsi qu’au dépistage systématique organisé ou prescrit, est un grand espace moderne et facile d’accès au rez-de-chaussée de l’hôpital, près du hall d’accueil où règne un environnement accueillant et serein. L’unité possède les nouveaux équipements de dernière génération, comme un mammographe numérique, un échographe, une table de stéréotaxie pour la macrobiopsie du sein et un Mammotome. Il fonctionnera de la même façon collégiale, avec les compétences adjointes de différentes spécialités. L’équipe médicale en place, spécialiste du sein, comprend en effet des chirurgiens, des médecins oncologues, des radiologues et des anatomo-pathologistes, des radiothérapeutes, un psychologue, qui analysent ensemble chaque dossier. Le but est de proposer et mettre en route une prise en charge et un traitement le mieux approprié, basé sur les référentiels validés ou pouvant entrer dans le cadre d’essais cliniques en cours. Elle a aussi comme mission d’assurer la surveillance

et le suivi alterné pluridisciplinaire des patients atteints de pathologie mammaire en particulier de cancer du sein, d’améliorer le dépistage et la qualité des soins. Cette nouvelle unité a bénéficié des subventions de la Ligue contre le Cancer qui a subventionné le mammographe numérique et financé l’équipement des salons d’attente et du “Club Mécènes pour la Fondation” qui a financé le Mammotome et sa table Mammotest.

carte d’identité Chirurgien Digestif : Dr Jean-Marie BRANDONE Radiologues : Dr Anne-Claire CHABROL-PRADO, Dr Didier COWEN, Dr Michèle ESCOUTE, Dr Sandra GIRAUD RIBIERRE Chirurgien Gynécologues : Dr Jean-Philppe ESTRADE, Dr Brice GURRIET, Dr Marc MARTINO, Dr Guillaume POLLET, Dr Véronique VAINI-COWEN Oncologues : Dr Claude BRESSAC, Dr Cyril FOA Onco-Psychologue : Gilles CHARVIN Cadre supérieur de santé : Sylvie PLAT-CASANOVA Cadre de santé : Caroline BASTIEN


104

Sommaire

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2009 

Les instances 104

I Schéma d’ensemble du groupe Saint Joseph II Les instances de l’association

III L’organigramme de l’Hôpital

IV Le corps médical et l’encadrement soignant Annexe 1

L’histoire de l’hôpital Saint Joseph

Annexe 2

e Hôpital Saint Joseph de Marseille : Nos valeurs pour le XXI siècle

Annexe 3

Le modèle privé non lucratif

105


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

106

Les instances de l’association

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

I Schéma d’ensemble du groupe Saint Joseph

II Les instances de l’association

Antoine Dubout, Président

Fondation Hôpital Saint Joseph

Association Hôpital Saint Joseph de Marseille

Stéphane Campagnola Bernard Pol Directeur Directeur Médical Administratif

Sidonie Lascols Directeur des services Économiques et Logistiques

1 - les organes délibérants de l’association

L’Assemblée Générale de l’Association

Assemblée Générale

Conseil de Surveillance

Présidée par Antoine DUBOUT, Président du Conseil de Surveillance, l’Assemblée Générale donne quitus des orientations décidées pour l’association. Elle s’est réunie quatre fois en 2009, avec un taux de participation moyen de 61 %. Elle entérine les rapports qui rendent compte de la gestion et de l’activité de l’hôpital et donne pouvoir aux présidents du Conseil de Surveillance et du Comité Exécutif pour qu’ils signent tous les actes et contrats nécessaires à la bonne marche de l’association. Elle est composée de membres “votants” (membres fondateurs et membres actifs de la Fondation / Association) et de membres qui ont voix consultative (les membres d’honneur, les membres du Comité Exécutif, les représentants des salariés membres du Comité d’Entreprise – un représentant par collège – et les représentants de la Commission Médicale d’Etablissement). Membres ayant voix délibérative

Direction du Développement et des Partenariats

Geneviève Noble Directeur des Soins

la gouvernance de l’hôpital est caractérisée par la présence d’un organe délibérant dont les membres, bénévoles et indépendants, délèguent les pouvoirs de gestion et de direction de l’association hôpital saint joseph à un comité exécutif composé actuellement de six membres et présidé par le directeur général.

Bernard Monier Directeur Général

Bureau

Florent Rovello Directeur Général Adjoint

le groupe saint joseph comprend, d’une part, la fondation hôpital saint joseph, reconnue d’utilité publique par décret de 1984, et d’autre part, l’association hôpital saint joseph de marseille, gestionnaire de l’hôpital et de la maison fernande berger. statutairement le président de la fondation ou son vice-président préside l’assemblée générale de l’association.

Antoine Dubout Président

Conseil d’Administration

Bernard Monier Directeur Général

Comité exécutif

Mgr Georges PONTIER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Archevêque de Marseille ou son représentant Antoine DUBOUT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Président Alain STORIONE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vice Président Pol LEPOUTRE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Trésorier Jean Pierre FABRE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur Isabelle LAUGA. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur

M. Françoise LE DIZES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur

Guy NASSI. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur r D J. Paul ROCCA SERRA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur

Membres ayant voix consultative Membres du Comité Exécutif : Bernard MONIER

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur

Général

Florent ROVELLO. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Général Adjoint

Stéphane CAMPAGNOLA. . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Administratif r D Bernard POL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Médical

Geneviève NOBLE * . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur des Soins

Sidonie LASCOLS *. . . . . . . . . . Directeur des Services Économiques et Logistiques

* Suppléantes en cas d’absence de l’un des autres membres du Comité Exécutif

Membres du Comité d’Entreprise : Philippe CILLER

Josiane FERRARI

Patrick MASURE Représentants de la Commission Médicale d’Etablissement : Dr Jean Claude JOUVEN. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Président

r D Pierre YEROKINE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vice-Président

107

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

108

Les instances de l’association

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

Le Conseil de Surveillance de l’Association Le Conseil de Surveillance, quant à lui, exerce le contrôle permanent de la gestion de l’association par le Comité Exécutif. Il s’est réuni huit fois en 2009, avec un taux de participation moyen de 71 %. Il définit la politique et les orientations générales de l’association, nomme et révoque les membres du Comité Exécutif, avec l’accord préalable du Conseil d’Administration de la Fondation et présente le rapport moral et financier à l’Assemblée Générale Ordinaire. Antoine DUBOUT. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Président Alain STORIONE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vice-Président Pol LEPOUTRE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Trésorier Jean Pierre FABRE Isabelle LAUGA M. Françoise LE DIZES Guy NASSI Dr J. Paul ROCCA SERRA Commissaire aux comptes : . . . . . . . . . . . . . COEXCOM, Guy CORNET

Dr Bernard POL. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Médical Geneviève NOBLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur des Soins Sidonie LASCOLS. . . . . . . . . . . . . Directeur des services Économiques et Logistiques

3 - les organes consultatifs de l’association En vertu de l’article 11 des Statuts de l’Association, il est prévu que « des commissions internes puissent être créées (…). La composition et le fonctionnement de ces commissions sont décidés par le Conseil de Surveillance ». Ces Commissions sont chargées de rendre un avis et de rapporter les analyses de dossiers, afin de répondre aux questions des membres du Conseil de Surveillance, de l’Assemblée Générale de l’Association, du bureau et du Conseil d’Administration de la Fondation pour éclairer leur décision.

La Commission Médico-Administrative Elle rend un avis sur les recrutements de médecins.

2 - l’organe exécutif de l’association Par délégation du Conseil de Surveillance, le pouvoir exécutif relève du Comité Exécutif. Bernard Monier, Directeur Général de l’établissement, le préside, assisté de Florent ROVELLO, Directeur Général Adjoint, Stéphane CAMPAGNOLA, Directeur Administratif, du Docteur Bernard POL, Directeur Médical, de Sidonie LASCOLS, Directeur des services Economiques et Logistiques, et de Geneviève NOBLE, Directeur des Soins. Il est investi des pouvoirs les plus étendus pour gérer l’association et agir en toute circonstance au nom de cette dernière et met en œuvre la stratégie décidée par l’Assemblée Générale. La pluridisciplinarité des membres du Comité Exécutif et son fonctionnement collégial constituent des atouts pour des prises de décision dans un environnement de plus en plus complexe. Il s’est réuni vingt-deux fois en 2009, avec un taux de participation moyen de 91 %. Le Comité Exécutif : Bernard MONIER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Général, Président du Comité Exécutif Florent ROVELLO. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Général Adjoint Stéphane CAMPAGNOLA. . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Administratif

Elle est composée de : Isabelle LAUGA. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur M. Françoise LE DIZES. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur Dr J. Paul ROCCA SERRA. . . . . . . . . . . . . . . Administrateur (suppléant) Alain STORIONE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur Bernard MONIER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Général Dr Bernard POL. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Médical Ainsi que de représentants de la Commission Médicale d’Etablissement.

La Commission des Finances Elle rend notamment un avis sur : L’état prévisionnel des recettes et des dépenses (EPRD) et le Plan Général de Financement Pluriannuel (PGFP) Le financement des acquisitions et fusions Les emprunts Les placements. Elle prépare en outre le rapport financier annuel soumis au Conseil de Surveillance et présenté à l’Assemblée Générale ordinaire annuelle d’approbation des comptes. Elle est composée de : Pol LEPOUTRE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Trésorier de la Fondation et de l’Association, Président Me Jean PERRUCHOT TRIBOULET. . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur Bernard MONIER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Général

Florent ROVELLO. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Général Adjoint Ainsi que du Directeur Fonctionnel concerné, qui en assure le secrétariat.

La Commission des Travaux et des Développements Elle rend, notamment, un avis sur les opérations de travaux et notamment le schéma directeur et les projets de développement. Elle est composée de : Bruno VERGOBBI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Président Jean Pierre FABRE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur Henri MERCIER. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur Guy NASSI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur Bernard MONIER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Général Florent ROVELLO. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Général Adjoint Ainsi que du Directeur Fonctionnel concerné, qui en assure le secrétariat.

La Commission d’Appels d’offres Elle est compétente pour les marchés d’importance supérieurs à 1 million d’euros, entendus par opération (d’équipement, de fournitures, de services, et de travaux), afin d’assurer la transparence et la pluridisciplinarité des décisions d’attribution des marchés. Elle est composée : Antoine DUBOUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Président Alain STORIONE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur Paul ROUX. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur Bernard MONIER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Général Florent ROVELLO. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Général Adjoint Y assistent également le Responsable du Pôle Logistique et le Responsable Achats, chargés de présenter les dossiers et d’assurer le secrétariat, ainsi que de toutes personnes que les membres de la Commission jugeront utile d’entendre. Ces commissions se réunissent autant que nécessaire.

109

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

110

Le corps médical et l’encadrement soignant

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

IV le corps médical et l’encadrement soignant

III L’organigramme de l’Hôpital

le bureau de la cme

Geneviève Noble

Bernard Monier

Directeur des soins

Muriel Touboul

Qualité, Gestion des risques et Relations avec les Usagers

Bernard Pol

Directeur Général

Nathalie Beytout Achats

Stéphane Campagnola Directeur Administratif

Coordonnateur du pôle Gestion des personnels, relations sociales, Affaires juridiques-Etablissements

Karine Yessad

Relations presse et Communication

Directeur Médical

Sidonie Lascols

Florent Rovello

Directeur Général Adjoint Coordonnateur du pôle T2A-Gestion financière

Pole gestion des personnels et relations sociales, affaires juridiques et etablissements

Pôle T2AGestion financière

S. Magnan Direction des ressources humaines

I. Salesse-Lavergne Direction des systèmes d’information et de l’organisation

F. Pascal Administration personnels et paie L. Fouquet Affaires Sociales P. Theuriau Formation

G. Noble Direction des soins Dr G. Bugeon, Dr P. Martin Médecine du travail V. Loubier-Aldias Affaires juridiques R. Pascal Hospitalisation à domicile (HAD) J. Lalain Etablissement Fernande Berger

Membres du Comité Exécutif

Dr B. Debry Département d’information médicale V. Vialard Direction Financière S. Gerbeau Comptabilité V. Vialard, K. Brement Contrôle de Gestion J. Pierorazio Gestion patients

Dr M.C. Barnoux Pharmacie

Coopération sanitaire

Sidonie Lascols Recherche clinique

Sidonie Lascols

Directeur des services économiques et logistiques Coordonnateur du pôle logistique

Pôle ressources logistiques R. Pascal Service économat M. Burki Travaux et patrimoine L. Verneret Génie technique et ateliers S. Frohn Génie biomédical O. Coulomb Sécurité des biens et personnes J. P. Thorez Prévention des risques P. Masure Services hôteliers J.M. Chaumery Approvisionnements

Le rôle de la CME est de donner un avis sur les questions relatives à l’organisation médicale et au fonctionnement des services hospitaliers, ainsi que sur les dossiers individuels concernant les médecins susceptibles d’être recrutés à l’Hôpital Saint Joseph. Il est élu pour un mandat d’une durée de deux ans renouvelable. Le Bureau de la CME Dr Jean-Claude JOUVEN. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Président Dr Pierre YEROKINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vice-Président Dr Abdou SBIHI. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Secrétaire

Dr Michel ARNOUX Dr Nathalie BARDEY Dr Olivier BAYLE Dr Marc BOURLIERE Dr Jacques COHEN Dr Michel FERDANI Dr Claude JACQUIN Dr Eric LINDENMEYER Dr Roger ROSARIO Dr Georges THOMAS Dr Pierre TOURAME

le corps médical par spécialités et l’encadrement soignant Médecins et Cadres de santé (au 30 avril 2010) Anesthésie Réanimation

Chef de service : Dr Bernard LALANNE Adjoints : Dr Annie AMAR, secteur anesthésie obstétricale et pédiatrique, Dr Guy ANGEL, secteur réanimation et surveillance continue, Dr Patricia LEBRE, secteur anesthésie au bloc central, Dr Robert PERRIN, secteur anesthésie dans le secteur thoraco-cardio-vasculaire Praticiens : Dr David AGNEL, Dr Marie Antoinette ARGENCE, Dr Barbara BEGANI, Dr Albert CALDERON, Dr Claire CALMEJANE, Dr Martin CARVALHO, Dr Claire CHAMBON, Dr Evelyn CHOCRON, Dr Francine DIVE-BORDES, Dr Gabrielle DUQUENNE, Dr Pierre FABRE, Dr Gregory FALK, Dr Bernard GRAILLON, Dr Jean Marie GUILLOU, Dr Pierre HUGONY, Dr Thiphaine JOUGLET-BARC, Dr Joëlle LENEVEU, Dr Ayoub MDHAFAR, Dr Hélène MICHEL, Dr Jean MILLET, Dr Eliane PASSARELLI, Dr Céline RASTELLO, Dr Pascal SABY, Dr Robert SANTUNIONE, Dr Hugues VENCATASSIN, Dr Ute VENCATASSIN, Dr Soledad VERHOEVEN, Dr Valérie VEYRUNES LE FEVRE Dr Jean Louis POIGNET, néphrologue. Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Thomas WAHL Cadre supérieur de santé : Christine LAUMONT Cadres de santé : BLOCS OPERATOIRES : Corinne MARTINO, Sophie PLAINDOUX USI : Anne PROVANSAL F.F. REA POLYVALENTE : Françoise PIGNOL IADE Responsable REA. CARDIAQUE et SIC : Dominique DUSSUD

Chirurgie cardiaque Chef de service : Dr Jean Claude JOUVEN Praticiens : Dr Laurent ACHI, Dr Valérie BECHARD, Dr Christine GATT, Dr Rémi HOUEL, Dr Olivier ROMAN, Dr Marc SIGWALT. Autres intervenants : Dr Patrice BERGERON, Dr Thierry du ROY de CHAUMARAY Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Hélène BOUIN Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadre de santé : Sylvie DAL MASO

Chirurgie thoracique & gros vaisseaux Chef de service : Dr Patrice BERGERON Praticiens : Dr Benoît CHABERT, Dr Jacques LABASTIE, Dr Vincent PIRET, Dr Thierry du ROY de CHAUMARAY Autre intervenant : Dr Philippe RUDONDY Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Timur ADBULAMIT Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadre de santé F.F. : C. GARGIULO

111

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

112

Le corps médical et l’encadrement soignant

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

Chirurgie vasculaire

Chirurgie orthopédique

Fédération de cardiologie

Laboratoires

Chef de service : Dr Michel FERDANI Adjoint : Dr Philippe RUDONDY Praticiens : Dr Jean Jacques ALBRAND, Dr Jean REZZI, Dr Nicolas VALERIO Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Philippe DERUAZ, Dr Christine PARIS Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadre de santé : I. RIZZO

Chef de service : Dr Jean-Pierre FRANCESCHI Adjoint : Dr Jean Michel TALLET Praticiens : Dr Jean-Yves ARLAUD, Dr Richard ASWAD, Dr Stéphane AUMONT, Dr François COLONNA D’ISTRIA, Dr Thomas CUCURULO, Dr Stephan DELPECH, Dr Barbara PICLET, Dr Jean-François PRUDHOMME, Dr Jean RENZULLI, Dr Abdou SBIHI, Dr Philippe TISSERAND Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Aude BODOSSIAN, Dr Vanessa LAUXEN - BLUM Cadre supérieur de santé : Dominique CARVIN Cadre de santé : Muriel DESEVAUX

Coordonnateur de la Fédération : Dr André PISAPIA

Chef de service : Dr Jean Jacques VERDOT Praticiens : Dr Patrick BRUNET, Mme Annie NGUYEN-MICHEL, Dr Jacqueline VALADIER, Dr Pierre YEROKINE Laboratoire cytogénétique : Dr Marie Pierre BRECHARD

Unité d’Angéiologie

Chef de l’unité : Dr Gilles RAYBAUD Praticiens : Dr Hubert BENICHOU, Dr BRUN Monique, Dr Remy GIUDUCCI, Dr Jeanne JOUVEN-SICARD

Chirurgie infantile Chef de service : Dr Gérard MORISSON LACOMBE Adjoint : Dr Michel COQUET Praticiens : Dr Yann GLARD, Dr Michel JACQUEMIER, Dr Bruno SALAZARD, Dr Juliette SIMEONI-ALIAS Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Sara FABBRI Cadre supérieur de santé : Béatrice ALLARD Cadre de Santé : Florence BRUNEL

Chirurgie générale et digestive Chef de service : Dr Claude JACQUIN Adjoint : Dr Dominique PEREZ Praticiens : Dr Jean Pierre AUBERT, Dr Jean-Marie BRANDONE, Dr Philippe CARISSIMI, Dr Régis COURBIER, Dr François GRANGER, Dr Xavier HANNA, Dr Bernard POL, Dr Guillaume POLLET, Dr Nicolas TURIN, Dr Véronique VAINI-COWEN Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Nathalie BARDEY, Dr Juliette FEUILLARADE, Dr Hayet MASSEBOEUF, Dr Nathalie RICORD Cadre supérieur de santé : Véronique VERMANDEL Cadres de santé : Cécile GUILLEMIN, Sophie LAUGIER

Chirurgie maxillo faciale et stomatologie Praticiens : Dr Yves MACIA, Dr Nicole PANUEL, Dr Pierre Yves WALLER. Chirurgien dentiste : Dr Christian GARCIN Cadre supérieur de santé : Marie RAFFRAY Cadre de santé consultations : Anne France MAUGEIN

Département d’information médicale Chef de service : Dr Brigitte DEBRY Dr Philippe RAOUX

Dermatologie

Unité de Cardiologie Médicale :

Coordonnateur : Dr Fabrice d’HOUDAIN Praticiens : Dr Jean Luc DEBOUTIN, Dr Patrick KHANOYAN, Dr Jean LEFEVRE, Dr Alexandre MAXIMOVITCH, Dr Roger ROSARIO, Dr Bertrand VILLETTE

Unité de Cardiologie Interventionnelle :

Coordonnateur : Dr Patrick JOLY Praticiens : Dr Nicolas BARRA, Dr Michel BERTHET BONDET, Dr Jacques BILLE, Dr Frédéric COLLET, Dr Olivier COM, Dr Richard GELISSE, Dr Loïc LE TALLEC, Dr Philippe ROSSI

Unité de Rythmologie :

Coordonnateur : Dr Jacques FAURE Praticiens : Dr Michel BREMONDY, Dr Ange FERRACCI, Dr André PISAPIA

Unité d’Exploration Fonctionnelle :

Chef de service : Dr Thierry GAMBY Adjoint : Dr Nathalie QUILES Praticiens : Dr Sabine BERTRAND, Dr Christophe COMPAGNON, Dr Jean Luc LEVY, Dr Pierrette PELLEGRIN VARTOKIAN, Dr Véronique RAYBAUD, Dr Judith REYNIER, Dr Frank TOLLINCHI Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Régine GOUGET - AUGUSTE Cadre supérieur de santé : Christel CALBOU Cadre de Santé : Nathalie BAUDOUY

Coordonnateur : Dr Jean LEFEVRE Praticiens : Dr Jean Luc BAILLY, Dr Henri ESCOJIDO, Dr Maryvonne GARCIA, Dr Roger GASS, Dr Denis HECKENROTH, Dr Alexandre MAXIMOVITCH, Dr Roger ROSARIO, Dr Emmanuel PHILIP, Dr Jean REZZI Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Laurent GARNIER, Dr Alexandra LORRANG, Dr Wendy MORIN, Dr Isabelle PAGES Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadres de santé : Marie LIGUORI, Aurélie PEREZ-MASCARAS F.F.

Diabétologie - nutrition - endocrinologie

Hépato-gastro-entérologie

Chef de service : Dr Simon ANGELETTI Adjoint : Dr Jacques COHEN Praticiens : Dr Virginie CASTERA, Dr Jean-Paul COURCHIA, Dr Marie José GALEA, Dr Daniel MOUROUX. Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Dominique GUILLAUME, Dr Corinne LECAMUS Dr Céline PHILIPONEAU (Hôpital de Semaine) Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadre de santé : Marie Xavière TOURRAL

Chef de service : Dr Marc BOURLIERE Adjoint : Dr Christian BOUSTIERE Praticiens : Dr Xavier ADHOUTE, Dr Souad BEN ALI, Dr Serge BENHAIM, Dr Paul CASTELLANI, Dr Patrick DUKAN, Dr Monique JULLIEN, Dr Hubert KHERROUBI, Dr Arthur LAQUIERE, Dr Olivier LE BARS, Dr Pascal LIENNE, Dr Valérie OULES, Dr Hervé PERRIER, Dr Marie Pierre PINGANNAUD, Dr Isabelle PORTAL-BARTOLOMEI Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Christelle ANSALDI, Dr Yael TREGUIER Cadre supérieur de santé : Véronique VERMANDEL Cadre de santé : Anne Françoise SEBAN

Douleur chronique et soins palliatifs Chef de service : Dr Brigitte PLANCHET-BARRAUD Praticiens : Dr Jean Luc BARAT, Dr Nadjet SAADALLAH BOUCHEMOT, Dr Isabelle RUSS Cadre supérieur de santé : Dominique CARVIN IDE Coordinatrice : Raymonde GHAZAL

Endoscopie et hôpital de jour endoscopie Coordonnateur : Dr Christian BOUSTIERE Cadre supérieur de santé : Marie RAFFRAY IBODE F.F. : Marie Christine SEBAN

Laboratoire d’Anatomie et Cytologie Pathologiques

Chef de service : Dr Alexandre CHOLLAT-NAMY Adjoint : Dr Marthe PIZZI Praticiens : Dr Danièle BASBOUS, Dr Pierre Olivier CALVET, Dr Alain CHAUSSINAND, Dr Jean DELGRANDE, Dr Jacques GUIDON, Dr Jean Hugues PATTE, Dr Chantal RUF Cadre supérieur de santé : Sylvie PLAT-CASANOVA Cadre de santé : Bernard MACOTTA

Médecine interne Chef de service : Dr Denis VERROT Praticiens : Dr Aleth GRANDMOUGIN-ARNOUX (homéopathie), Dr Barbara DOUDIER (infectiologie), Dr Christian POUCEL, Dr Christine SERRATRICE, Médecin Généraliste Hospitalier : Dr M’Ahmed ABADIE Cadre supérieur de santé : Christel CALBOU Cadre de Santé : Nathalie BAUDOUY

Médecine polyvalente et d’urgence Chef de service : Dr Gérard TIMPONE Adjoint : Dr Marie Andrée ZUCHELLI-PRINCE Praticiens : Dr Françoise AGOSTINI, Dr Didier ORUS. Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Christophe CARBONNEL, Dr Guiseppe NAVA, Dr Aurélie SANTINI Cadre supérieur de santé : Christel CALBOU Cadre de santé : Caroline JACQUET

Médecine du travail Dr Ghislaine BUGEON Dr Pascale MARTIN

Neurologie Chef de service : Dr Françoise BILLE-TURC Responsable de l’Unité de Neuro-Physiologie : Dr Raymond PADOVANI Praticiens : Dr Julien Léon BENAIM, Dr Catherine COLONNE, Dr Christine DEL SANTI, Dr Frédéric DENANTE, Dr Catherine PECH, Dr Stéphane ROCHE, Dr Irène RUGGIERI, Dr Jean Denis TURC, Dr Frédéric ZAKARIAN Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Sandrine ARNOUX, Dr Elise CARBONNEL Cadre supérieur de santé : Christel CALBOU Cadre de santé : Sylvie ODDOERO

113

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

114

Le corps médical et l’encadrement soignant

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

Oncologie

Pédiatrie et neonatologie (suite)

Chef de service : Dr Hervé PERRIER Adjoint : Dr Cyril FOA Praticiens : Dr Claude BRESSAC, Dr Michèle PIBAROT, Dr Hélène MARCHESCHI, Dr Jean Baptiste PAOLI Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Audrey FAVEYRAL, Dr Julie PETRAKIAN Cadre supérieur de santé : Marie RAFFRAY Cadre de santé : Catherine AMIEL

Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Vérane DURANT, Dr Cécile LAURENT Cadre supérieur de santé : Béatrice ALLARD Cadre de Santé Néonatologie : Marie Geneviève OLK Cadre de Santé Pédiatrie : Florence BRUNEL

Ophtalmologie Chef de service : Dr Maud RIGHINI-CHOSSEGROS Adjoints : Dr Michel ARNOUX, Dr Dominique CADIOU-ARZOUNI Praticiens : Dr Yannick BARRAUD, Dr Hélène COHEN, Dr Marie Emmanuelle DELANGLADE-CHALLIE, Dr Patrice GIRARD DE LANGLADE, Dr Philippe GONNET, Dr Florence JOURDAN, Dr Ghislain PITAULT, Dr Frédéric QUEGUINER, Dr Isabelle RENDU PIETRI, Dr Charles André UBAUD. Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Dariatou PRIME Cadre supérieur de santé : Dominique CARVIN Cadre de santé : Anne SIVAN

Oto-rhino-laryngologie Chef de service : Dr Régis GRAS Adjoint : Dr Jean François LESBROS Praticiens : Dr Patrick BROUSSE, Dr Jérôme DELATTRE, Dr Philippe DEROME, Dr Jean Charles GILLOT, Dr Michèle RAKEDJIAN, Dr Olivier ROCHE, Dr Rémy ZALTA. Explorations audio-vestibulaires : Dr Catherine CANNONI, Dr Claire GILLOT-LEPETRE Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Deniso SERIO Cadre supérieur de santé : Dominique CARVIN Cadre de santé : Anne SIVAN

Pédiatrie et neonatologie Chef de service : Dr Alain MARTIN LAVAL Adjoint : Dr Jean Michel BARTOLI Praticiens : Dr Valérie BERNARD, Dr Christine DUVANT FAY, Dr Nicolas FALAISE, Dr Céline FALAISE-MAURIN, Dr Patrick FEURGARD, Dr Philippe FOUCQUETEAU, Dr Patrick FRANCOIS, Dr Cécile KOCH, Dr Denis LAPLANE, Dr Isabelle LASSMAN, Dr Julie MARCOU, Dr Cécile MARTEAU-NICOLLAS, Dr Jean Luc MAURIN, Dr Padshima MOSSLER, Dr Robert N’GUYEN, Dr François REYNARD, Dr Dominique ROCCA, Dr Francis ROUAULT, Dr Silke SCHMIDT, Dr Maurice SEBAOUN, Dr Jean Paul TOUATI

Pharmacie Chef de service : Dr Marie-Céline BARNOUX Mme Michèle DALMAS Mme Christine LEMAGNER Mr Pascal MARTEL Mr Vincent PROVITOLO

Pneumologie Chef de service : Dr Alain POISSON Adjoint : Dr Georges THOMAS Praticiens : Dr Luc DUSSART, Dr Bruno ESCARGUEL, Dr Françoise LAGIER-TESSONNIER, Dr Michèle PIBAROT, Dr Françoise PORRI, Dr Andrée PUISAIS-HEE, Dr Mireille ROCCA SERRA, Dr Cécile TCHOUHADJIAN. Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Arnaud BOURNAILLIE, Dr Frédéric MILLON Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadre de santé F.F. : Nadine GOCHGAGARIAN

Pôle Parents Enfants Sainte Monique gynécologie obstétrique Chef de service : Dr Alain PASCAL Adjoints : Dr Eric GLOWACZOWER, Dr Marc MARTINO Praticiens : Dr Nicole BERDAH, Dr Marc BERNARDINI, Dr Jean Marc CHINCHOLE, Dr Emmanuelle CRISTOFARIMARQUAND, Dr Raoul DESBRIERE, Dr Geneviève ELOFF-FAVRE, Dr Jean Philippe ESTRADE, Dr Nathalie FRANDJI-BARBIER, Dr Béatrice GRAVIER, Dr Brice GURRIET, Dr Corinne HASSAN, Dr Anne LUCIANI-PASTRE, Dr Chantal MELONE-GALICE, Dr Christiane NACASS-COTRONAKIS, Dr Thomas PEREZ, Dr Joël PETITJEAN, Dr Edwin QUARELLO, Dr Véronique ROBERT, Dr Betty ROSSIN, Dr Anne SQUERCIONI-AUMONT, Dr Pierre TOURAME, Dr Dominique VIARD. Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Thi Tam TRUONG Cadre supérieur de santé : Béatrice ALLARD Cadres de santé : Janique COSTA, Ariane SANCHEZ, Sophie SCHIANO-LOMORIELLO F.F

Service de médecine et biologie de la reproduction Chefs de l’unité : Dr Pierre TOURAME, Dr Pierre BOYER Adjoint : Dr Betty ROSSIN Praticiens : Dr Aurélie AMAR HOFFET, Dr Marie-José GERVOISE BOYER, Dr Robert PONTIER. Médecins Cliniciens agréés AMP : Dr Paul ALBERT, Dr Nicole BERDAH, Dr Corinne HASSAN, Dr Marc MARTINO, Dr Chantal MELONE-GALICE, Dr Alain PASCAL Cadre de santé : Laure COTRONIS-SANTELLI

Radiologie - imagerie médicale Chef de service : Dr Olivier BAYLE Adjoint : Dr Patrick BEAURAIN Praticiens : Dr Robert AIMINO, Dr Brigitte BOURLIERE-NAJEAN, Dr Yves BOURREL, Dr Stéphane CARASSET, Dr Jean CASABIANCA, Dr Anne Claire CHABROL-PRADO, Dr Christian CHEVROT, Dr Michel COHEN, Dr Marc DESANTI, Dr Valérie DOUCET, Dr Michèle ESCOUTE, Dr Sandra GIRAUD-RIBIERRE, Dr Christine LE BAIL-ROUBAUD, Dr Olivier LEVRIER, Dr Marie Dominique METRAS, Dr Olivier MONNET, Dr Eric PHILIP, Dr Daniel RIITANO. Cadre supérieur de santé : Sylvie PLAT-CASANOVA Cadres de santé : Caroline BASTIEN – Catherine LAMBOLEZ F.F.

Rhumatologie Chef de service : Dr Denis ARNIAUD Praticiens : Dr Jean Pierre ARNAL, Dr Hélène BOUDINET-GASCON, Dr Joël COSTE, Dr Alain MATTERA, Dr Minh Duc NGUYEN, Dr Jean NIBOYET, Dr Olivier ROTH, Dr Jean Louis ULMANN. Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Caroline GUILLIBERT Cadre supérieur de santé : Christel CALBOU Cadre de santé : Sandra LAMI

Unité d’accueil des urgences Responsables d’unité : Dr Richard FERRER, Dr Eric LINDENMEYER Praticiens : Dr Jacques BERNARD-REYMOND, Dr Marie Caroline DOMAS, Dr Gilles GAMBINI, Dr Nicolas GRIVET, Dr Eric LAMI, Dr Didier MARCELLIN, Dr El Yazid MEKHLOUFI, Dr Bozéna MICHALAK, Dr Marie-Françoise MIRANDA, Dr Stéphanie MOSSER, Dr Patrick QUARTINI, Dr Richard SAMUELIAN. Cadre supérieur de santé : Christel CALBOU Cadre de santé: Elisabeth LILLAMAND

Urologie Chef de service : Pr Michel HERMANOWICZ Adjoint : Dr Paul ALBERT Praticiens : Dr Thierry BONNIN, Dr Denis BRETHEAU, Dr François BRETON, Dr Xavier BRETON, Dr Joëlle CHAMPIGNY CONTE, Dr Gérard DUQUESNE, Dr Christophe LEGON, Dr Gilles PEREZ, Dr Gérard PONS, Dr Noëlle SALVO-MORIN, Dr Jean Luc VAILLANT. Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Annick BAGDADLIAN, Dr Yoel ESKANAZIS Cadre supérieur de santé : Véronique VERMANDEL Cadre de santé : Annie GUEYDON

Consultations de tabacologie Praticien : Dr Arlette VAUTHIER

Maison de soins de suite et de réadaptation Fernande Berger Praticiens : Dr Catherine BAGOURD, Dr Christiane NIETO Cadre de santé : Jocelyne SOUCHON

Had Praticien : Dr Amina MASSEBOEUF Cadre de santé : Véronique ROUSSET-ROUVIERE Kinesithérapie et brancardage Kinésithérapeute Cadre : Georges EL GHOBEIRA

Unite d’hygiène Cadre supérieur de santé : Sylvie PLAT-CASANOVA Coordinatrice des Vigilances sanitaires: Sylviane JAUSSERAN

Encadrement nouveaux et étudiants Cadre de Santé : Christelle GRANDRIE

Service social Assistante Sociale Référente : Evelyne COLLOMB

115

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

116

Annexe 1 > L’histoire de l’hôpital Saint Joseph

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

Annexe 1

L'histoire de l’hôpital Saint Joseph L’Hôpital Saint Joseph La volonté d’un homme, l’abbé Fouque, et d’“hommes de bonne volonté”…

L’

Hôpital est né de la volonté de l’Abbé Jean-Baptiste Fouque de créer, à Marseille, un grand Hôpital Catholique gratuit pour les nécessiteux, accueillis par des religieuses et où, de surcroît, on réaliserait les derniers progrès de la médecine et de la chirurgie. L’abbé Fouque se lança, avec l’aide de quelques familles marseillaises, dans l’aventure de la transformation de l’ancien couvent des Sacramentines en Maison d’Hospitalisation du Prado, inaugurée le 20 mars 1921.

“Tout est possible à celui qui croit… (Omnia possibilia sunt credenti) Les difficultés seront nombreuses, les travaux seront longs et coûteux,l’organisation demandera beaucoup de temps et de soins. Mais tout sera surmonté parce que Dieu sera avec nous, et qu’avec son aide, il nous suffira d’être des hommes de bonne volonté...

Victor REGIS 1919-1932

Joseph DE VERVILLE 1933-1937

Sans moyens financiers, l’abbé s’engagea à reprendre tout le matériel laissé sur place par les soldats Américains qui avaient, lors de la Guerre de 1914-1918, réquisitionné les locaux pour y installer un Hôpital pour leurs troupes. Il fit appel à des médecins bénévoles pour assurer les soins et aux industriels et commerçants de la ville pour l’aider dans cette tâche et lui apporter les financements nécessaires.

Emile RASTOIN 1938-1942

Jean-Baptiste ROCCA 1943-1951

Georges BRENIER 1951-1952

Il confia la gestion de l’établissement aux sœurs Dominicaines de la Présentation de Tours. Ces dernières sont restées présentes dans l’Hôpital jusqu’en 1981. Le 24 avril 1924, l’Hôpital Saint Joseph (alors officiellement dénommé Association Hospitalière du Prado) est reconnu d’utilité publique, malgré l’opposition du Conseil Municipal de l’époque à l’existence d’un Hôpital d’origine confessionnel. En fait, l’Hôpital “accueille toutes les religions, toutes les classes, toutes les races, car on y prend tout ceux qui souffrent.” Transformée en Fondation reconnue d’utilité publique en 1984, l’Association Hospitalière du Prado devient alors la Fondation Hôpital Saint Joseph. En 2003, l’Association Hôpital Saint Joseph de Marseille est créée pour prendre en charge la gestion des activités sanitaires (Hôpital,Maison de Soins de suite) et de formation (Insitut de Formation des Soins Infirmiers) de l’Hôpital, la Fondation se consacrant à la recherche des dons et legs et aux oeuvres caritatives, tout en conservant son patrimoine immobilier qu’elle loue depuis à l’Association. Le 5 décembre 1926, l’Abbé Fouque est mort à Saint Joseph, son hôpital, mais la mémoire de ce “téméraire de la Charité” ne s’est jamais éteinte et sa tombe se trouve au cœur de l’Hôpital, près de la Chapelle.

l’Hôpital Saint Joseph, le 1er Hôpital Privé à But non Lucratif que l’on connaît aujourd’hui. De Monsieur Victor REGIS, 1er Président de la Fondation, à Monsieur Antoine DUBOUT, actuel Président du Conseil d’Administration et par ailleurs Président de la FEHAP, ils ont écrit les chapitres de l’Histoire de notre Hôpital et de sa Fondation. Plus de 80 ans après, la devise de l’abbé Fouque est toujours en vigueur à Saint Joseph et reprise en credo dans la Charte des Valeurs de l’Hôpital, que vous trouverez en page 120 de ce Rapport. L’Hôpital et sa Fondation restent aujourd’hui fidèles à l’esprit du fondateur de l’institution Saint Joseph, mettant l’Homme au centre de leurs préoccupations, soignant l’Homme tout autant que la maladie.

Avec lui et après lui, des “hommes de bonne volonté” ont continué son action bénévole et désintéressée pour faire de

Edouard RASTOIN 1952-1985

Maître Frédéric BOUDES Bruno FABRE 1986-1992 1992-2000

... Omnia possibilia sunt credenti (Tout est possible à celui qui croit). Telle sera notre devise à tous qui, toujours en tout temps et en toute chose nous guidera pour nous faire mener à bien l’œuvre entreprise…” Abbé Jean-Baptiste FOUQUE (1851 - 1926)

Alain STORIONE 2000-2003

Antoine DUBOUT 2003-

117

.....................


......... . . . . . . . . . . . . . . . . .

118

Le modèle privé non lucratif

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

Hôpital Saint Joseph de Marseille e Nos valeurs pour le XXI siècle

Annexe 2

Annexe 3

Le modèle privé non lucratif

préambule L’Hôpital Saint Joseph est une institution marseillaise qui fonde son action sur des valeurs partagées par tous ses acteurs. Hôpital privé à but non-lucratif, Saint Joseph a été créé par l’abbé Jean-Baptiste Fouque en 1920 pour prendre en charge tous les malades sans discrimination. Nous faisons nôtre, sa devise : “Omnia possibilia sunt credenti” (“Tout est possible à celui qui croit”). L’éthique sociale catholique guide notre action, une action ouverte à tous, tolérante et rigoureuse. Depuis toujours, les personnels, médecins et salariés,

1. Un accueil bienveillant Le patient qui entre à l’Hôpital Saint Joseph a besoin de soins de qualité, mais aussi d’être reconnu comme une personne dans sa globalité, comme un être écouté, respecté, entendu. Chacun participe à un accueil bienveillant dans un esprit d’ouverture à l’Autre. Le patient est acteur de sa prise en charge en coopération avec l’équipe soignante et dans le respect des règles de fonctionnement de l’Hôpital. Il trouve ainsi des repères et des clés pour comprendre sa situation, pour rassembler ses forces et affronter la maladie.

2. Une convivialité entretenue Saint Joseph est un « village » dans la ville. Nous refusons l’anonymat et l’indifférence, la qualité de la vie de l’Hôpital dépend de chacun de nous. Tous ceux qui entrent à Saint Joseph, patients, familles et visiteurs, médecins, salariés, bénévoles et équipes d’aumôneries, concourent à la convivialité, à la tranquillité de chacun, à la chaleur et à la sérénité du lieu. L’Hôpital ménage à cet effet, des espaces d’accueil et de dialogue avec les patients hospitalisés et leurs parents.

3. Des services solidaires L’Hôpital Saint Joseph est organisé en services légitimement spécialisés, mais qui partagent leurs savoirs, leurs outils, leurs expériences. Ils manifestent leur solidarité, leurs liens, leur appartenance par des échanges transversaux réguliers. Chacun a son poste, son rôle, des droits et des devoirs et tous contribuent, de jour comme de nuit, à égalité d’engagement, à la même mission.

religieux et laïcs, les associations de bénévoles, les administrateurs, ont apporté aux patients ce supplément d’humanité qui est la marque de Saint Joseph. “Soigner la personne dans sa globalité, écouter et informer, mobiliser soignant et soigné pour surmonter la maladie dans une relation de confiance”, telle est la mission que se donne notre institution. Cette Charte concerne et engage chacun d’entre nous sur sa façon de vivre l’Hôpital, sur la mise en œuvre de l’esprit joséphien : tolérance et convictions, accueil de tous et qualité des soins, bénévolat et performance.

La considération et le respect marquent nos relations. La qualité de la relation entre équipes médicales et paramédicales favorise une meilleure information du patient.

4. Des projets construits entre équipes Le projet de soins réunit l’ensemble des acteurs concernés. Il naît d’échanges réguliers entre cadres, médecins, personnels soignants, administratifs et techniques dans la complémentarité des approches. L’esprit d’équipe prime à Saint Joseph. Les acteurs sont particulièrement attachés à l’écoute des besoins dans un souci de réactivité optimale, propre à l’hôpital. Toute démarche se décline selon un processus consultatif et dynamique, chaque acteur se devant de porter ces valeurs.... La rigueur dans la gestion de nos ressources, l’économie au service des meilleurs soins sont l’affaire de tous.

5. Des bonnes pratiques partagées Confrontés quotidiennement au patient dans une relation impliquée et sensible, dans une organisation tendue par les contraintes économiques, les personnels soignants, administratifs et techniques ont besoin de trouver des espaces et des temps de paroles, d’échanges et de réflexions éthiques. Des normes qualité, des circulaires, la réglementation encadrent nos activités. Elles sont indispensables, mais ne disent pas tout. De la Charte découlent des Cahiers de bonnes pratiques de Saint Joseph qui valorisent ce qui se fait de mieux et de plus humain à l’Hôpital. Écrits par tous, ils donnent du sens à cette Charte et sont la preuve de l’exemplarité de chacun.

En France, le système de protection sociale est géré par trois acteurs : > Le secteur Public (hôpitaux et autres établissements) >  Le secteur Privé commercial ou lucratif (cliniques et établissements) > L e secteur Privé Non Lucratif - PNL - (hôpitaux, cliniques et autres établissements sociaux et médico-sociaux) La FEHAP (Fédération des Établissements Hospitaliers et d’Aide à la Personne Privés non lucratifs) regroupe des milliers d’établissements privés à but non lucratif. Elle est présidée, depuis février 2008, par Monsieur Antoine Dubout.

La FEHAP, en chiffres 

3 421 établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux,

174 099 professionnels salariés

224 789 lits et places

Plus de 2,5 millions d’usagers/an

Les établissements PNL sont caractérisés par une organisation interne très flexible. Le pouvoir de décision appartient au Conseil d’Administration de l’établissement qui peut en déléguer l’exercice au Directeur Général. L’absence de but lucratif, l’absence de rémunération d’actionnaires, permet aux établissements Privés Non Lucratifs de réinvestir les bénéfices au profit des usagers et d’améliorer les conditions de travail des personnels.

Un modèle de gestion tourné vers l’avenir, qui allie une mission d’intérêt général... Participant au Service Public Hospitalier (PSPH) ou remplissant des missions d’intérêt général et d’utilité sociale, les établissements et services du Privé Non Lucratif sont soumis à des obligations qui sont celles du secteur public :  Garantie de l’accès aux soins pour tous, de jour comme de nuit,  Permanence et continuité des soins,  Assurance de la prise en charge tout au long de la vie, - de toutes les pathologies ; - de tous les handicaps et de la perte d’autonomie.

la fehap - fiche d’identité Président : Antoine Dubout Directeur Général : Yves-Jean Dupuis Fédération des Etablissements Hospitaliers d’Aide à la Personne privés non lucratifs 179 rue de Lourmel - 75015 Paris Tél : 01 53 98 95 00 / Fax : 01 53 98 95 02 Mail : contact@fehap.fr Site internet : www.fehap.fr

... à un mode de gestion privé Plus souple et plus équilibré que le mode de gestion des structures publiques et établissements publics. Un statut Privé Non Lucratif, reposant sur une gestion désintéressée et un réinvestissement des excédents au service des usagers. La FEHAP, fédération de référence du secteur Privé Non Lucratif, est une association loi 1901 créée en 1936. Elle réunit plus de 1 600 associations, fondations, congrégations et mutuelles, regroupant ainsi 3 421 établissements et services adhérents.

la charte des valeurs de la FEHAP 

Par ses valeurs humanistes, elle place la primauté de la personne avant toute autre considération. Par sa volonté de partage, elle développe, entre ses membres, une culture de solidarité et de service du public. Par son engagement social, elle favorise la qualification, la professionnalisation et la promotion des personnels, la qualité des soins et des services. Par son esprit d’ouverture, elle favorise les complémentarités et transversalités des expériences. Par l’affirmation de ses responsabilités, elle tient pour essentielle la reconnaissance des usagers, des familles, des professionnels et bénévoles comme partenaires de l’élaboration, du choix et de l’évaluation des prestations.

119

......................


......... . . . . . . . . . . . . . . . .

120

Hôpital Saint Joseph Rapport annuel 2009 

Un “modèle invisible” qui compte lits et places établissements sociaux et médico-sociaux

lits et places établissements sanitaires

7%

67 %

34 %

59 %

11 %

21 %

PNL (privé non lucratif)

Privé commercial

Publié par : L’hôpital Saint Joseph Marseille Direction 26 Boulevard de Louvain 13285 Marseille Cedex 08 Tél. : 04 91 80 65 00 Internet : www.hopital-saint-joseph.fr Mail : direction@hopital-saint-joseph.fr

Public

les établissements fehap adhérents

nombre lits et places

nbre salariés en etp

Établissements sanitaires

642

58 604

90 484

Soins de Suite et de Réadaptation - SSR

209

22 839

Soins de longue durée - USLD

31

3 692

Médecine - Chirurgie - Obstétrique - MCO

127

15 641

Dialyse

42

14 996 patients

Hospitatisation A Domicile - HAD

50

4 811

Psychiatrie

116

11 523

Autres sanitaires

67

98

Établissements sociaux et médico-sociaux

2 779

166 185

83 615

Établissements et services pour personnes âgées

1 218

90 652

38 950

Établissements et services pour personnes handicapées

1 060

56 172

34 649

Établissements et services pour personnes en difficulté sociale

245

12 132

6 500

Autres établissements

256

7 229

3 516

Contact Presse : Karine YESSAD Responsable de la Communication - Groupe Saint Joseph Marseille Tél. : 04 91 80 68 68 Port. : 06 16 96 23 32 kyessad@hopital-saint-joseph.fr Rédaction et coordination : Direction Générale En collaboration avec les services Conception maquette et réalisation :

Design in Situ, Marseille (designinsitu.com) - Pierre-Marie Gély Imprimerie : Delta Color Photographies : José NICOLAS Lisa RICIOTTI Fabrice SERRARIO Stacha KOKOT HAMADA Service Communication Juin 2010 Tous Droits Réservés

Ce Rapport Annuel est téléchargeable sur le site Internet de l’Hôpital Saint Joseph Marseille :

www.hopital-saint-joseph.fr


H么pital Saint Joseph

26 Boulevard de Louvain - 13285 Marseille Cedex 08 T茅l : 04 91 80 65 00 direction@hopital-saint-joseph.fr

www.hopital-saint-joseph.fr


Le Rapport Annuel 2009