Page 1

9:58

Page 1

2007

7/08/08

l

Chemise Saint Joseph 55Lx493h bat

groupe saint joseph www.hopital-saint-joseph.fr

Rapport annuel 2007


“Omnia possibilia sunt credenti” “Tout est possible à celui qui croit” Abbé Jean-Baptiste Fouque 1851 - 1926


........................

2

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

Sommaire p. 4

Le mot du Président et du Directeur Général

p. 6

Le modèle privé à but non lucratif

p. 8

Le journal de l’année 2007

p. 10

Les chiffres-clés de l’Hôpital en 2007

p. 11

Un Groupe : une Association, une Fondation

1 p. 14

L’Hôpital Saint Joseph en 2007 I - L’activité de l’année

p. 23

1 - carte d’identité de l’hôpital saint joseph 2 - les faits marquants de l’année 3 - l’activité 2007 en chiffres 4 - les ressources humaines 5 - les ressources financières 6 - les indicateurs de performance médico-économique

p. 26

II - Les Comptes Annuels 2007

p. 16 p. 17 p. 20 p. 22

p. 29

1 - bilan 2 - compte de résultat 3 - tableaux de financement 4 - rapport général du commissaire aux comptes

p. 30

III - Bilan du projet d’établissement 2004-2008

p. 27 p. 28

p. 32 p. 33

1 - le projet médical 2 - le partenariat ap-hm/ saint joseph

p. 34

IV - Perspectives 2008 - Les grands objectifs

2

Un Système d’information précurseur

p. 39

I - l’informatique pour mieux soigner

p. 41

A - Une prise en charge et un suivi améliorés

p. 46

1 - avant l’hospitalisation 2 - l’accueil du patient en hospitalisation 3 - la prise en charge du patient par l’équipe soignante 4 - la prise en charge médicale du patient 5 - le confort du séjour du patient 6 - la sortie du patient 7 - le transfert du patient à la maison de soins de suite fernande berger 8 - la communication du dossier médical

p.47

B - Des solutions originales

p. 48

1 - zooms sur le plateau technique 2 - un archivage des dossiers patients sur microfilms

p. 42

p. 43 p. 44 p. 45


Sommaire

p. 48

p. 51

3 - la gestion technique centralisée 4 - des “petites” solutions informatiques pour plus d’efficience 5 - le circuit du médicament 6 - une discipline en exemple : l’oncologie 7 - les soins palliatifs ou comment la technique devient humaine…

p. 52

II - L’informatique pour mieux piloter et décider

p. 53

1 - pilotage médico-économique 2 - département d’information médicale 3 - ressources humaines

p. 55

III - L’informatique pour mieux communiquer

p. 49 p. 50 p. 50

p. 56

p. 58

p. 60 p. 61

p. 63 p. 64

3

1 - L’accès distant e-s@nté 2 - wi-fi 3 - intranet 4 - internet

IV - Un service informatique novateur 1 - l’évolution du système d’information à Saint Joseph depuis vingt ans 2 - aujourd’hui - organisation et compétences 3 - la couverture fonctionnelle - présentation sommaire 4 - la hotline 5 - les plans sécurité 6 - les projets 2008 / 2009

Les Instances

p. 68

I - Schéma d’ensemble du groupe Saint Joseph

p. 69

II - Les instances de l’association

p. 70

les organes délibérants l’organe exécutif

p. 71

III - L’organigramme de l’hôpital

p. 72

IV - Le corps médical et l’encadrement soignant

p. 76

Annexe I - L’histoire de l’Hôpital

p. 78

Annexe II - L’informatique à l’Hôpital Saint Joseph : l’histoire d’une réussite

p. 80

Annexe III - Charte des valeurs

3

........................


........................

4

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

Le Mot du Président

Antoine Dubout

et du Directeur Général

Bernard Monier

Le premier Rapport Annuel du Groupe Saint Joseph est paru il y a un an. Par souci d’information, par devoir de transparence, c’est un exercice que nous avons le plaisir de renouveler. Au-delà du bilan de l’année 2007, il nous a paru intéressant d’analyser l’activité de l’Hôpital sous l’angle de son système d’information. A l’occasion des dix ans du dossier patient informatisé, nous avons décidé de mettre en valeur le système d’information de Saint Joseph. Pourquoi faire de l’informatique l’un des volets de notre Rapport Annuel ? Pourquoi le sujet a priori complexe d’une fonction au service des autres, sur laquelle on ne s’interroge que rarement, hormis lorsque la belle mécanique ne fonctionne pas et que l’on s’impatiente face à ces “machines” qui ne répondent pas assez vite, cette informatique qui nous fait défaut lorsque l’on en a le plus besoin ? Parce qu’à l’Hôpital Saint Joseph, nous travaillons depuis des années au “tout informatisé”. Parce que cela fait dix ans que l’intégralité du Dossier Patient est informatisée et que nous travaillons avec l’objectif du “zéro papier”. Parce que, aussi et surtout, à l’Hôpital Saint Joseph, le développement de l’informatique, à travers le dossier patient, est parfaitement représentatif de l’identité et de la particularité de l’établissement : sa naissance et son développement ont été portés à ses débuts par un groupe de soignants, soutenus par la Direction Générale, qui ont su fédérer autour d’eux l’ensemble du personnel, avec le corps médical, pour en faire un projet particulièrement réussi. À Saint Joseph, l’informatique a été développée avec pour objectif le bien-être du patient et l’amélioration de sa prise en charge. Le dossier patient informatisé, construit et enrichi grâce à la solution ACTIPIDOS, a été et demeure très innovant. Il a permis de construire une démarche de soins aboutie et efficace. L’Hôpital Saint Joseph utilise l’outil informatique pour accroître l’efficacité de la structure, la sûreté du soin, privilégier les valeurs défendues dans l’établissement et réaffirmées dans notre Charte des Valeurs. La technicité, la performance, l’innovation sont mises au service de l’efficacité accrue pour le patient et de ce supplément d’humanité que nous souhaitons rester la marque de Saint Joseph (Cf.“Nos valeurs pour le 21e siècle” - Annexe III).


Le Mot du Président et du Directeur Général

2007 a été une année riche en événements et réalisations… De nombreux dossiers ont été menés à bien au niveau stratégique (Schéma Directeur, Contrat Pluriannuel d’Objectifs et de Moyens, coopérations hospitalières) projetant l’établissement dans le futur. D’autres événements ont émaillé cette année de moments forts et “novateurs” pour la vie de notre Hôpital : l’ouverture de 30 places d’Hospitalisation à Domicile au 1er juillet 2007 ; la mise en service du portail Internet sécurisé E-S@nté Saint Joseph au bénéfice des médecins de ville pour consultation depuis leur cabinet des résultats d’examens et comptes-rendus d’hospitalisation de leurs patients. Une année riche, réussie, où la volonté, la rigueur de chacun, médecins, personnels soignants, administratifs et techniques, et l’implication des administrateurs et de l’ensemble des bénévoles, ont permis de faire avancer notre Hôpital vers l’excellence que nous nous devons de toujours viser. En 2007, une nouvelle fois et comme les années précédentes, l’équilibre budgétaire a été atteint grâce aux efforts de tous. L’activité de l’Hôpital a augmenté de 3 %. Les projets menés à bien ont été nombreux pour le bien-être, nous l’espérons, des patients qui nous accordent leur confiance. Cette recherche permanente de la performance et de la transparence à travers un projet ancré sur des valeurs fortes, portées et partagées par l’ensemble de la communauté de Saint Joseph a été saluée par Mme Annie Podeur, Directrice de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins, au cours d’une visite réalisée dans l’établissement le 19 décembre 2007. Cette reconnaissance constitue un bel encouragement pour tous les acteurs de l’Hôpital Saint Joseph et vient récompenser leur grande implication et leur force de conviction.

Antoine Dubout Président Bernard Monier Directeur Général

5

........................


........................

6

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

Le modèle privé non lucratif En France, le système de protection sociale est géré par 3 types d’acteurs : > Le secteur Public (hôpitaux et autres établissements) > Le secteur Privé commercial ou lucratif (cliniques et établissements) > Le secteur Privé Non Lucratif - PNL - (hôpitaux, cliniques et autres établissements sociaux et médico-sociaux) Moins connu du grand public, ce dernier acteur dont l’Hôpital Saint Joseph fait partie –baptisé le “modèle invisible” par l’Institut Montaigne*- est présent dans les trois champs : le sanitaire, le social et le médico-social et a fait la preuve de sa performance. La FEHAP (Fédération des Etablissements Hospitaliers et d’Aide à la Personne privés non lucratifs) regroupe des milliers d’établissements privés à but non lucratif. Elle est présidée jusqu’en février 2008 par Emmanuel Duret (depuis février 2008, la FEHAP est présidée par Antoine Dubout, également Président de l’Association Hôpital Saint Joseph de Marseille, qui souhaite “défendre et porter au plus haut les valeurs du modèle privé non lucratif, qui donne chaque jour la preuve de ses perfomances”). La FEHAP, en chiffres ● 3 141 établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux ● 187 048 professionnels salariés ● 205 153 lits et places ● 2,630 millions d’usagers/an “Les établissements privés non lucratifs donnent chaque jour la preuve de leurs performances. Ils empruntent au secteur privé le meilleur de leurs méthodes de gestion -management volontariste, recherche de la productivité et culture de résultat- pour les mettre au service des valeurs d’humanisme, de partage et d’engagement social qui nous rassemblent. Ma conviction très ferme est que le secteur privé non lucratif est au cœur des enjeux sanitaires, sociaux et médico-sociaux de notre pays” Antoine Dubout Président de la FEHAP (depuis 2008) Président de l’Association Hôpital Saint Joseph de Marseille Président de la Fondation Hôpital Saint Joseph Les établissements PNL sont caractérisés par une organisation interne très flexible. Le pouvoir de décision appartient au Conseil d’Administration de l’établissement qui peut en déléguer l’exercice au Directeur Général ou tout autre Comité de Direction. * Cf.in. Hôpital Le Modèle Invisible, de Denise Silber (avec Laurent Castra, Pascal Garel et Ahmad Risk). Note juin 2005

la fehap - fiche d’identité Président : Emmanuel Duret jusqu’en 2008 (Antoine Dubout depuis février 2008) Directeur Général : Yves-Jean Dupuis Fédération des Etablissements Hospitaliers d’Aide à la Personne privés non lucratifs 179 rue de Lourmel - 75015 PARIS Tél : 01 53 98 95 00 / Fax : 01 53 98 95 02 Mail : contact@fehap.fr Site internet : www.fehap.fr

L’absence de but lucratif,l’absence de rémunération d’actionnaires permettent aux établissements Privés Non Lucratifs de réinvestir les excédents au profit des usagers et d’améliorer les conditions de travail des personnels.

Un modèle de gestion tourné vers l’avenir, qui allie une mission d’intérêt général... Participant au Service Public Hospitalier (PSPH) ou remplissant des missions d’intérêt général et d’utilité sociale, les établissements et services du Privé Non Lucratif sont soumis à des obligations qui sont celles du secteur public : Garantie de l’accès aux soins pour tous, de jour comme de nuit, Permanence et continuité des soins, ● Assurance de la prise en charge tout au long de la vie, - de toutes les pathologies ; - de tous les handicaps et de la perte d’autonomie . ● ●

LA CHARTE DES VALEURS DE LA FEHAP ●

Par ses valeurs humanistes, elle place la primauté de la personne avant toute autre considération.

Par sa volonté de partage, elle développe, entre ses membres, une culture de solidarité et de service du public.

Par son engagement social, elle favorise la qualification, la professionnalisation et la promotion des personnels, la qualité des soins et des services.

Par son esprit d’ouverture, elle favorise les complémentarités et transversalités des expériences.

Par l’affirmation de ses responsabilités, elle tient pour essentielle la reconnaissance des usagers, des familles, des professionnels et bénévoles comme partenaires de l’élaboration, du choix et de l’évaluation des prestations.


Le modèle privé non lucratif

... à un mode de gestion privé Plus souple et plus équilibré que le mode de gestion des structures publiques et établissements publics, le statut Privé Non Lucratif, repose sur une gestion désintéressée et un réinvestissement des excédents au service des usagers.

La FEHAP, fédération de référence du secteur Privé Non Lucratif, est une association loi 1901 créée en 1936. Elle réunit 1 500 associations, fondations, congrégations et mutuelles, regroupant ainsi 3 141 établissements et services adhérents.

Un “modèle invisible” qui compte lits et places établissements sociaux et médico-sociaux

lits et places établissements sanitaires

9% 66 % 35 %

56 %

15 %

19 %

PNL (privé non lucratif)

Privé commercial

Public

les établissements fehap adhérents

nombre lits et places

nbre salariés en etp

Établissements sanitaires

639

58 801

89 350

Soins de Suite et de Réadaptation - SSR

214

22 888

Soins de longue durée - USLD

33

5147

Médecine - Chirurgie - Obstétrique - MCO

141

15860

Dialyse

38

14428 patients

Hospitatisation A Domicile - HAD

47

3164

Psychiatrie

118

11355

48

387

Établissements sociaux et médico-sociaux

2 512

146 352

72 202

Établissements et services pour personnes âgées

1 124

78 594

31 781

Autres sanitaires

Établissements et services pour personnes handicapées

986

51 589

32 164

Établissements et services pour personnes en difficulté sociale

227

10 224

5 497

Autres établissements

175

5 945

2 760

7

........................


........................

8

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

Le journal de l’année 2007… janvier

La fonction Restauration classée 1ère en France par la MEAH (meilleur rapport qualité-hygiène, nutrition, variété- sur coût de revient).

fevrier

10 avril Obligatoire pour tous les établissements de santé, le Contrat Pluriannuel (5 ans) d’Objectif et de Moyens (CPOM) a été signé avec l’ARH PACA. “Contrat de confiance entre les pouvoirs publics et les gestionnaires”, le CPOM vise à privilégier une réflexion partagée sur la situation des établissements et services et sur leur avenir, en dressant un programme d’objectifs prioritaires pour les cinq ans à venir.

crise, placée sous l’autorité du Directeur Général, a piloté les opérations. Cet exercice a permis de dresser la liste des axes perfectibles, mais aussi de faire l’inventaire des points de satisfaction.

11 avril Le Patio reconnu Unité de Soins Palliatifs par l’ARH pour 7 lits Cette reconnaissance permet une prise en charge des patients plus globale, un meilleur accompagnement des patients et leurs familles.

20 juin

29 juin Approbation du nouveau statut du corps médical Après plusieurs années de travail conjoint entre la Direction Générale de l’établissement et les membres de la CME, le nouveau statut du corps médical de Saint Joseph est adopté, consacrant le mode d’exercice libéral.

1er juillet Un comité de coordination en cancérologie (appelé 3 C) est mis en place, pour harmoniser les pratiques, accroître la qualité des soins dispensés aux patients et répondre au Plan Cancer. Le Dr Perrier en est le coordonnateur.

mars

Les experts de la Haute Autorité de Santé ont certifié, en version 2, l’Etablissement de Soins de Suite et de Réadaptation Fernande Berger.

Lancement du site e-santé hôpital-ville www.esante-saint-joseph.fr Le portail internet sécurisé destiné aux médecins correspondants est officiellement lancé. Il leur permet de consulter en toute confidentialité grâce à leur carte CPS, depuis leur cabinet, les résultats et comptesrendus d’hospitalisation de leurs patients.

L’Hospitalisation à Domicile Saint Joseph ouvre ses portes Avec une capacité de 30 places, véritable alternative à l’hospitalisation traditionnelle, l’HAD Saint Joseph assure au domicile du patient des soins médicaux et paramédicaux de qualité.

28 juin

Juillet

Un plan blanc “grandeur nature” Saint Joseph a simulé l’afflux massif de plus de 80 victimes après une explosion à la foire de Marseille. En présence, en qualité d’observateurs, de responsables de la DDASS, la cellule de

Climatisation intégrale des services d’hospitalisation Seul le bâtiment Rastoin restait à équiper pour parvenir à un hôpital intégralement climatisé. C’est désormais chose faite pour toutes les chambres de l’Hôpital !


Le journal de l’année 2007…

août

21 septembre

12 décembre

1er colloque Inter 3 C Saint Joseph - APHM : le dispositif d’annonce Dans le cadre du plan cancer et du partenariat signé avec L’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille, l’APHM et l’Hôpital Saint Joseph ont réalisé leur premier colloque commun à Saint Joseph, sur le thème du dispositif d’annonce. Une immense fresque pour distraire les enfants, financée par l’Opération “Pièces Jaunes” et “croquée” par Laurence Cleyet-Merle.

25 octobre 1er forum régional Maladies Rares, sous la présidence de M. Christian Dutreil, DARH PACA et de Jean Chappellet, DRASS.

5 septembre Réhabilitation du 5e étage du bâtiment BUES chirurgie cardiaque et fédération de cardiologie L’équipe médicale de chirurgie cardiaque a été installée le 5 septembre dans des locaux confortables et lumineux, comptant 22 lits. Le 24 septembre, c’est l’hôpital de semaine de la fédération de cardiologie qui s’installait sur le côté droit du service, avec 11 lits.

26 octobre

Acquisition d’un mammographe numérique et de deux endoscopes numériques subventionnés par la Ligue contre le Cancer Saint Joseph s’est doté d’un mammographe numérique de dernière génération et de deux vidéo-echoendoscopes électroniques, grâce à la participation de la Ligue Contre le Cancer (60% des coûts d’achat). Ces équipements de pointe aideront les praticiens dans le dépistage et le traitement des cancers du sein et des cancers digestifs.

19 décembre

7 septembre - 20 octobre

Coupe du monde de rugby : Saint Joseph, hôpital de repli pour les sportifs et officiels Des médecins, des soignants et un cadre de direction ont été de garde pour les 6 matches - et entraînements- marseillais de la coupe du monde de rugby. L’IRB (International Rugby Board) avait en effet choisi notre établissement pour traiter les éventuels problèmes physiques de joueurs ou d’officiels.

Signature d’un accord de partenariat entre l’AP-HM et Saint Joseph Un accord pluridisciplinaire de partenariat, pour une plus large coopération hospitalière, a été signé le 26 octobre par Monsieur Jean-Claude Gaudin, SénateurMaire de Marseille et Président de l’AP-HM, et Monsieur Antoine Dubout, Président de l’Hôpital Saint Joseph, en présence des deux directeurs Généraux (Guy Vallet –DG de l’AP-HMet Bernard Monier –DG de l’Hôpital) et Présidents de CME (le professeur Moulin et le Dr Morisson Lacombe) des deux partenaires. Les conventions concernent la cancérologie, la recherche clinique, l’enseignement –notamment la gynécologie-obstétrique-, la chirurgie cardiaque et la néphro-pédiatrie.

Madame Annie Podeur, DHOS, en visite à Saint Joseph Notre établissement était honoré de recevoir Madame Annie Podeur, Directrice de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins au Ministère de la Santé, venue découvrir les recettes et les outils qui font la spécificité et la performance de Saint Joseph. Reçue par la Direction et le Président de la CME, Madame Podeur a apprécié les richesses et les originalités du “projet stratégique, basé sur la recherche de la performance et de transparence, et ancré sur des valeurs fortes portées et partagées par l’ensemble de la communauté hospitalière”.

9

........................


........................

10

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

Les chiffres-clés de l’hôpital en 2007 1er Hôpital privé à but non lucratif de france par l’activité 1er employeur privé de marseille avec ses 2 069 employés (1 686 ETP…) et 324 médecins exerçant dans l’établissement à titre libéral. 3e établissement de santé en région PACA (après l’AP-HM et le CHU de Nice)

26

services et unités

808

lits et places installés MCO

56

lits SSR

2069

salariés (1 686 ETP)

324

praticiens libéraux

63

médecins salariés

172 M€

de budget de fonctionnement

206 000

journées et séances

48 000 897 107

111 3 665

95,3 % 97 %

entrées consultations externes par jour interventions sous anesthésie par jour

personnes reçues aux Urgences par jour naissances

des patients sont satisfaits de la qualité de l’accueil du personnel (93,5 % en 2006)*

des patients conseilleraient l’Hôpital à l’un de leurs parents ou amis (98 % en 2006)*

* Des enquêtes de satisfaction spécifiques à l’établissement, en plus du questionnaire de sortie obligatoire, sont envoyées au domicile de plus de 20 000 patients (près de la moitié des patients ayant séjourné dans l’établissement) de façon aléatoire, statistiquement représentative.


Un Groupe : une Association, une Fondation

Un Groupe : une Association, une Fondation l’hôpital saint joseph est né, en 1 919, de la volonté et de l’opiniâtreté d’un seul homme : l’abbé jean-baptiste fouque. longtemps géré par la fondation hôpital saint joseph, il a, en 2003, pris la forme d’une “association hôpital saint joseph de marseille” et son rôle a été identifié par rapport à celui de la fondation hôpital saint joseph. l’association hôpital saint joseph de marseille est aujourd’hui composée de trois établissements : l’hôpital saint joseph, la maison de soins de suite et réadaptation fernande berger et l’institut de formation en soins infirmiers (ifsi) victoria desjardins. sa gouvernance est assurée par des administrateurs bénévoles (qui composent l’organe délibérant) et des professionnels-experts (qui constituent l’équipe de direction).

1

2

1 > l’Hôpital Saint Joseph D'une capacité de 808 lits et places de court séjour, l’Hôpital Saint Joseph accueille, dans ses 26 services, la quasi-totalité des spécialités médicales, chirurgicales, obstétricales et un plateau technique des plus modernes. L’Hôpital a obtenu la certification en V2 de la Haute Autorité de Santé en février 2006, sans réserve.

2 > la Maison Fernande Berger Soins de suite et de réadaptation Située dans le quartier de La Rose à Marseille, elle compte 56 lits médicalisés. La maison de soins de suite et de réadaptation Fernande Berger assure le traitement de patients venant de leur domicile ou hospitalisés en court séjour, requérant des soins continus : des hommes et femmes adultes, relevant de chirurgie, d'affections cardio-vasculaires et médicales. Elle a obtenu la Certification en V2 de la Haute Autorité de Santé en mars 2007, sans réserve.

3 > l’institut de formation en soins infirmiers (IFSI) Victoria Desjardins Situé dans l’enceinte de l’Hôpital, l’IFSI Victoria Desjardins a ouvert ses portes le 1er octobre 1958. Il y aura 50 ans en 2008. L’IFSI a formé en 2007 plus de 488 étudiants dans divers domaines : ● Infirmiers ● Aides-soignants ● Auxiliaires de puériculture.

3

4

L’IFSI Victoria Desjardins part demain vers une nouvelle aventure : un établissement de formation, géré conjointement par Saint Joseph et la Croix Rouge sur le site de l’ancien Hôpital du Camas (boulevard Chave à Marseille), ouvrira ses portes pour la rentrée scolaire 2008/2009. Place désormais au nouvel IFSI “Saint Joseph-Croix Rouge Française”.

4 > la Fondation Hôpital Saint Joseph La Fondation Hôpital Saint Joseph est à l’origine de la naissance de l’Hôpital Saint Joseph. Son histoire est donc intimement liée à celle de la vie de l’établissement. Depuis 2003, une Association Hôpital Saint Joseph a été créée, distincte pour assurer la gestion de ses trois établissements, grâce au financement de l’Assurance Maladie et des collectivités territoriales. Cette distinction Fondation / Hôpital a permis la transparence financière souhaitée par tous les acteurs, et notamment les autorités de tutelle. La Fondation a vocation à recevoir des dons et legs (de particuliers et d’entreprises) et développe, directement ou indirectement, des activités nouvelles dans la perpétuation de l’œuvre de l’abbé Fouque. Ses missions et ses actions de l’année 2007 font l’objet d’un rapport annuel distinct de celui de l’Hôpital, joint à celui-ci.

11

........................


........................

12

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

L’Hôpital Saint Joseph en

2007

12


13

I L’activité de l’année II Les éléments financiers 2007 III Bilan du projet d’établissement 2004-2008 IV Perspectives 2008 - Les Grands Objectifs

........................


........................

14

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

I L’activité de L’année

1 - carte d’identité de l’hôpital saint joseph L’hospitalisation

Les autorisations particulières

26 spécialités médicales et chirurgicales ● Spécialités chirurgicales : chirurgie cardiaque, cardio-thoracique, digestive, ORL, osseuse, pédiatrique, cardio-vasculaire, ophtalmologie, stomatologie, urologie. ● Spécialités médicales : cardiologie médicale, cardiologie interventionnelle, rythmologie, dermatologie, endocrinologie, gastro-entérologie, médecine interne, médecine d’urgence polyvalente, neurologie, rhumatologie, pneumologie, pédiatrie ● Gynéco–Obstétrique : maternité niveau II B, gynécologie médicale et chirurgicale, grossesse à risque ● Hospitalisation de Jour : Médecine, Chirurgie et Chimiothérapie ● Unité Mobile de Douleur et Soins Palliatifs.

Un plateau Technique de 20 000 m2 Blocs opératoires : 19 salles + 13 salles de bloc obstétrical + 5 salles d’endoscopies, 28 000 interventions chirurgicales ● Urgences adultes et pédiatriques 24 h / 24 ● Réanimation polyvalente et cardio-vasculaire (20 lits) ● Soins intensifs cardiaques adultes (10 lits) et néonataux (6 lits) ● Imagerie Médicale : scanner, IRM, 13 salles de radiologie, 52 395 examens de radiologie, 12 755 échographies, scanner 16 coupes (19 564 examens), IRM 1,5 T (7 811 examens), coronarographie (1848 examens) ● Laboratoire Polyvalent (hématologie, biologie moléculaire, microbiologie, biochimie - hors cytogénétique, PMA et Anapath.) : 27,6 millions de B (dont 24,1 millions pour l’Hospitalisation) ● Laboratoire Cytogénétique : 0,9 million de P ● Laboratoire d’Anapath : 2,3 millions de P ● Laboratoire PMA : 1,5 millions de B ● Lithotripteur : 1 245 examens. ●

Prélèvement d’organes (64 prélèvement de cornées en 2007 et 156 en 2006). ● Centre de référence du traitement de la douleur chronique ou aiguë ● 3 appareils de circulation sanguine extracorporelle (569 interventions sous CEC). ● Stimulateurs triple chambres et défibrillateurs cardiaques implantables. ● 30 lits d'hospitalisation à domicile (mise en service le 1er juillet 2007).

La Commission de Réflexion Ethique Créée en 2001 à l'initiative du Professeur J. F. MATTEI et présidée dans un premier temps par lui-même, puis, de 2003 à début 2007 par le Dr Jean-Paul Rocca Serra, elle est, depuis le 15 janvier 2007, présidée par le Dr Maud Righini, Chef du service d’Ophtalmologie de l’Hôpital. Elle a pour vocation de préserver le respect de la personnalité du malade dans une époque marquée par les évolutions très rapides de la science biomédicale. En 2007, les membres de la Commission de Réflexion Ethique ont abordé plusieurs problématiques,dont l’éthique et les médicaments. Le groupe a également réfléchi sur les actions à mener pour améliorer la connaissance de la loi Léonetti et le travail à conduire sur la personne de confiance.

La Certification de la Haute Autorité de Santé La Certification a été obtenue en 2006 pour l’Hôpital Saint Joseph et en 2007 pour la Maison de Soins de Suite Fernande Berger. L’Hôpital se prépare pour sa troisième certification, V2010. La prochaine visite des experts de la Haute Autorité de Santé est prévue en janvier 2010.


L’activité de l’année

La logistique Surface construite (SHON) : 71 085 m2 2 ● Surface au sol de notre terrain : 40 380 m ● 563 318 repas servis ● 14 861 838 kWh d'électricité consommés ● 20 756 142 kWh de gaz 3 ● 111 576 m d'eau utilisés ● 555 tonnes de linge sous-traitées ● 476 tonnes de déchets des activités de soins 3 ● 1 638 m de matériels stérilisés. ●

L’enseignement 488 élèves pour l'année scolaire 2007/2008, dont : ● 240 élèves infirmiers répartis en 3 promotions ● 50 élèves aides-soignants ● 40 élèves auxiliaires de puériculture ● 158 élèves en prépa concours

La Recherche 109 essais cliniques en cours en 2007 : ● Objectifs: démontrer l'efficacité d'une nouvelle technique ou stratégie thérapeutique (48 %), d’un nouveau médicament (47 %), d’un nouveau matériel (3 %). ● 698 patients suivis, dont 285 inclus dans des études cliniques commençant en 2007. ● 41,28 % sont issus de protocoles internationaux, 58 % nationaux, 59 % de promoteurs industriels et 40 % académiques ( ANRS, APHP, APHM, Sociétés Savantes, CHU...). Autres activités de recherche : ● 34 publications indexées sur Medline, ● 44 observatoires et/ou registres, ● 2 études médico-économiques.

La sécurité sanitaire ● ●

Score ICALIN : 100% (classement en catégorie A) Indice de consommation de SHA: 13,7 litres/1000 j (classement

en catégorie C) pour un taux cible de 26 litres / 1 000 journées Taux d'incidence des infectés nosocomiaux: 1,77 % ● Taux de prévalence des infectés nosocomiaux: 2,63 %. ●

La satisfaction des patients 20 000 patients ont été sondés en 2007. Exemple de taux de satisfaction à travers 3 critères : ● Sentiment d’avoir été traité avec considération : 95,61 % ● Qualité de l’accueil : 95,3 % ● 97 % des patients interrogés conseilleraient l’Hôpital Saint Joseph à l’un de leurs parents ou amis

Journée Hygiène des mains

15

........................


........................

16

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

2 - les faits marquants de l’année 2007 Résultats et financements Équilibre budgétaire atteint en 2007, comme en 2006, grâce à la poursuite d’une gestion rigoureuse et au passage à 50 % du taux de T2A. ● Total des investissements de l’année de 10,2 M€. ●

Qualité Expérimenteur pour la Haute Autorité de Santé du projet IPAQH (Indicateur de Performance sur l’Amélioration de la Qualité Hospitalière). Les thèmes retenus pour le test ont été la tenue du dossier du patient, la tenue du dossier anesthésique et le respect des bonnes pratiques de prise en charge hospitalière de l’infarctus du myocarde. La généralisation de ces indicateurs pour tous les établissements MCO s’effectuera au 4e trimestre 2008.

Activité Augmentation de l’activité de 3 % en 2007, conséquence notamment de l’intégration en année pleine de l’Hôpital du Camas (Croix-Rouge Française). ● Augmentation de 6 % du nombre de passages aux Urgences Adultes et de 5,5 % du nombre de passages aux Urgences Enfants. ● Signature d’un partenariat pluridisciplinaire avec l’AP-HM, pour “faire plus et mieux encore pour les patients” dans les domaines de la Cancérologie, la Recherche Clinique, la Chirurgie Cardiaque, la Néphro-pédiatrie. ● Démarrage de l’activité d’Hospitalisation à Domicile au 1er juillet 2007 ● Certification en Version 2 par la Haute Autorité de Santé de la Maison de soins de suite Fernande Berger, dans d’excellentes conditions. ●

Constructions et travaux Création d’un Hôpital de Semaine médico-chirurgical au 1er étage du bâtiment Buès. ● Climatisation : achèvement du programme de climatisation de toutes les chambres de l’Hôpital. ● Ouverture du service de Chirurgie Cardiaque et Cardiologie au 5e étage du bâtiment Buès. ● Poursuite de l’élaboration du schéma directeur des locaux à 10 ans. ●

Opérations de restructuration ●

Après l’intégration de l’activité de l’Hôpital du Camas, mise en œuvre du second volet du partenariat entre Saint Joseph et la Croix-Rouge, avec le regroupement des deux instituts et l’ouverture d’un IFSI Saint Joseph/Croix-Rouge Française sur le site du Camas, prévue en septembre 2008.

Exercice Plan Blanc grandeur nature. Cet exercice s’est déroulé, en juin 2007, selon un scénario pré établi (gardé secret) avec des victimes jouées par les étudiants de l’Institut de Formation en Soins Infirmier Victoria Desjardins. Cette évaluation a concerné la mise en place et le fonctionnement de la cellule de crise et du poste médical avancé, le transfert des victimes et la gestion de l’afflux des victimes au niveau des services. Deux observateurs de la D.D.A.S.S ont assisté à l’exercice.

● Réorganisation de la Gestion Globale des Risques. Une nouvelle fiche unique de risque a été élaborée en 2007. Elle regroupe les différentes fiches précédentes (chutes, lymphangite, acte de violence, vigilances sanitaires) afin de faciliter la déclaration, le suivi des actions et pour parvenir à une gestion globale des risques dans l’établissement. Parallèlement à cette démarche, la cartographie des risques de l’hôpital a été revue.

Formation Grippe aviaire de tout le personnel. Une formation du personnel à la grippe aviaire a été réalisée début 2007. Cette formation a touché 1299 personnes (soit 80 % du personnel), tous métiers confondus. L’objectif était d’informer le personnel, d’une part sur la grippe aviaire et d’autre part sur l’organisation mise en place à l’hôpital Saint-Joseph pour faire face à une telle crise. ●


L’activité de l’année

3 - l’activité 2007 en chiffres nombre de lits installés en hospitalisation complète : 694 lits

les entrées

Chirurgie 225 lits

Néonatologie 18 lits

2007

2006* 2005

Entrées en hospitalisation complète

29 271

28 649 25 645

Entrées en hospitalisation de jour

18 175

17 415 13 589

Total des entrées

47 446

46 064 39 234

er

* Hors activité Camas 1 semestre 2006

nombre de places en hôpital de jour : 84 places Obstétrique 81 lits

Médecine 370 lits

Médecine 13 % - 11 places

C himiothérapie 17 % - 14 places

nombre d’entrées directes en hospitalisation complète : 29 271 entrées Gynéco-obstétrique 16 % - 4 643 entrées

Chirurgie 27 % - 7885 entrées

Chirurgie 70 % - 59 places

nombre de journées en hôpital de jour : 18 175 journées

Médecine 57 % - 16 743 entrées

Médecine 32 % - 5 787 journées

C himiothérapie 35 % - 6422 journées

nombre de journées hospitalisation complète mco : 187 599 journées Chirurgie 29 % - 55 256 journées

Gynéco-obstétrique 14 % - 25 804 journées

Néonatologie 3 % - 4 823 journées

Chirurgie 33 % - 5966 journées

répartition par tranche d’âge des patients hospitalisés Médecine 54 % - 101 716 journées

(hors patients hospitalisés en Pédiatrie) 23 % 20 %

répartition par provenance géographique des patients 17 %

Département 13 hors Marseille 16 %

PACA hors 13 10 %

Hors PACA 2%

18 %

Corse 2%

11 % 10 %

1%

Marseille 70 %

> 20 ans

20/40 ans

40/60 ans

60/70 ans

70/80 ans

80/90 > 90 ans ans

17

........................


........................

18

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

évolution des consultations externes

passages aux urgences

18 920 65 610

20 639

21 768

65 186

61 541

17 313 147 306

2005

2006

2007

2005 Consultations plateau technique

3 5 23

3 585

1 579

Maternité Sainte-Monique

2007 Maternité La Renaissance

chiffres clés de l’activité de la maison de convalescence fernande berger 56 lits installés

Nombre d’entrées Nombre de journées Durée moyenne de séjour (en jours) Age moyen des patients

2007 Urgences adultes

27,7 % des passages aux urgences adultes donnent lieu à une hospitalisation contre 7,3 % des passages pour les urgences enfants.

1 619

2006

2006

Urgences pédiatriques

les accouchements

2005

18 925

168 108

171 097

Consultations hors plateau technique

17 858

2007

2006

2005

689

673

660

17 877 25,9

17 715 17 899 26,4

27,1

75 ans 73,5 ans 75 ans


L’activité de l’année

données PMSI 2007 Activité en hospitalisation complète (GHM* classés) Système cardio-vasculaire Gynécologie et obstétrique Nouveau-nés Système digestif Système musculo-squelettique Système respiratoire Système urinaire Système nerveux Maladies endocrinienne, nutritionnelle et métabolique Maladies du sang Maladie de la peau et des tissus sous-cutanés (dont chir obésité)

18 % 16 % 13 % 10 % 7% 7% 6% 4% 4% 2% 1%

33% de l'activité en hospitalisation classique relève de la prise en charge de pathologies dites lourdes : ● 44 % de la prise en charge chirurgicale ● 31 % de la prise en charge médicale ● 21 % de la prise en charge obstétricale Le panel des pathologies traitées est large : hormis la CMD de la transplantation, et les activités de Neuro-Chirurgie et de Réanimation Néonatale, toutes les CMD sont présentes avec 667 GHM (Groupe Homogène de Malades) sur les 773 GHM que compte la nomenclature PMSI. L’indicateur de dispersion (nombre minimal de GHM permettant de réaliser 80 % de l’activité, y compris CMD 24) de l’Hôpital s’élève à 136 pour l’année 2007.

nombre de courts séjours par groupes de pathologies libellé

effectif

% effectif

DMS**

CA moyen (€) par séjour

15767

30,9%

0,2

921

Chimiothérapie - transfusion

6456

12,6%

0

423

Affections de l'appareil circulatoire

5175

10,1%

7,5

5 494

Grossesses pathologiques, accouchements et affections du post-partum

4115

8,1%

5,9

2 484

Nouveau-nés, prématurés et affections de la période périnatale

3667

7,2%

5,8

1 817

Affections du tube digestif

2171

4,2%

7,4

4 148

Affections de l'appareil respiratoire

2032

4%

8,8

5 471

Affections et traumatismes de l'appareil musculo-squelettique et du tissu conjonctif

1903

3,7%

7,8

4 276

Affections du système nerveux

1417

2,8%

7,7

3 991

Affections endocriniennes, métaboliques et nutritionnelles

1284

2,5%

5,8

2 933

Affections du rein et des voies urinaires

Activité dite ambulatoire

1268

2,5%

5,7

3 551

Affections du système hépato-biliaire et du pancréas

831

1,6%

8,9

4 874

Facteurs influant sur l'état de santé et autres motifs de recours aux services de santé

805

1,6%

7,6

4 294

Affections myéloprolifératives et tumeurs de siège imprécis ou diffus

791

1,5%

4,8

3 091

Affections de la peau, des tissus sous-cutanés et des seins

598

1,2%

7,2

3 830

Affections des oreilles, du nez, de la gorge, de la bouche et des dents

549

1,1%

4,4

2 678

Affections de l'oeil

519

1%

4,6

2 758

Affections de l'appareil génital masculin

490

0,9%

6,8

4 427

Affections du sang et des organes hématopoïétiques

353

0,7%

7,3

3 892

Affections de l'appareil génital féminin

351

0,7%

5

3 043

Maladies infectieuses et parasitaires

201

0,4%

7,9

3 762

Maladies et troubles mentaux

187

0,4%

7

3 762

Troubles mentaux organiques liés à l'absorption de drogues ou induits par celles-ci

38

0,1%

6,9

2 464

Maladies dues à une infection par le VIH

37

0,1%

13,3

7 757

Traumatismes, allergies et empoisonnements

36

0,1%

12,6

9 176

2

0,0%

9,5

11 290

Traumatismes multiples graves Erreurs et autres séjours inclassables TOTAL * GHM : Groupe Homogène de Malades, ** DMS : Durée Moyenne de Séjour

1

0,0%

51 044

100 %

10

5 762 2 482

19

........................


........................

20

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

4 - les ressources humaines Le service des Ressources Humaines a inscrit son action pour l’année 2007 dans le cadre du Projet d’Etablissement 2004-2008. En 2007, le service a conduit deux grands “chantiers” : L’enquête sociale auprès du personnel (conduite tous les trois ans), pour mieux connaître et prendre en compte les perceptions des employés de l’Hôpital sur leurs conditions de travail et plus largement la “vie” de l’Hôpital. Les résultats ont ensuite été analysés et la Direction a mis en place un plan d’actions pour répondre aux attentes exprimées.

L’amélioration de la couverture mutuelle et prévoyance du personnel, avec la mise en concurrence de plusieurs prestataires. Au final, la Direction des Ressources Humaines a pu obtenir une meilleure couverture pour des tarifs moins élevés.

Le service mène également un travail de longue haleine pour l’amélioration des conditions de travail et la réduction des accidents du travail. Chaque accident est analysé et l’Hôpital conduit depuis plusieurs années une politique de prévention (formateur “maison”, chargé de prévention, actions correctives mises en place, …).


1-Saint Jo-Rapport activite? 13OK:Saint Jo-Rapport activité 07-07

12/08/08

15:32

Page 21

L’activité de l’année

Les effectifs effectif total salarié (médicaux et non médicaux) au 31 décembre 2007 (CDI + CDD) : 2007

2006

2005

Cadres (dont médecins salariés)

253

244

211

Agents de maîtrise et Assimilés

247

245

214

1 474

1 446

1 260

56

50

Employés et Ouvriers Contrats aidés

2007 198 186

Embauches en CDI Départs

2006 186 138

2005 95 124

répartition de l’effectif total au 31/12/2007 par secteur

39

24

24

Total

2 069

2 009

1 709

Dont CDD

275

255

259

Apprentis

nombre d’embauches cdi

Personnel technique et ouvrier (9 % - 173 pers.)

Personnel administratif (12 % - 244 pers.)

effectif permanent au 31 décembre 2007 (CDI + CDD) en équivalent temps plein : 2007

2006*

2005

Cadres

212

209

181

Agents de maîtrise et Assimilés

209

210

180

1 265

1 236

998

1 686

1 655

1 360

Employés et Ouvriers Total

* Opérations de regroupement du personnel de la Clinique La Renaissance et de l’Hôpital du Camas.

Personnel médico-technique (7 % - 137 pers.)

Personnel soignant et social (72 % - 1 413 pers.)

l’absentéisme hors maternité 2007 2006 2005 5,96 % 5,81 % 5,51 % 1,37 % 0,89 % 1,05 %

Maladie AT

les praticiens de l’hôpital saint joseph Effectifs

En %

Médecins généralistes hospitaliers

54 270 19 44

14 % 70 % 5% 11 %

Total

387

100 %

Praticiens libéraux temps plein

age moyen et ancienneté Praticiens libéraux temps partiel Age moyen (ans) Ancienneté moyenne

2007 40,3 8,9

2006 39,7 9

2005 40 9,1

Médecins salariés

63 Médecins généralistes hospitaliers et autres praticiens salariés 16 %

54 Praticiens libéraux temps plein 14 %

270 Praticiens libéraux temps partiel 70%

21

.....................................


........................

22

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

5 - les ressources financières tableau des comptes sociaux de l’hôpital saint joseph, présentés par groupes fonctionnels de recettes et de dépenses nature

groupe (en milliers d’euros) R / groupe 1 : Produits de l’assurance maladie R / groupe 2 : Produits de l'activité hospitalière

Recettes

R / groupe 3 : Autres produits R / groupe 4 : Transferts de charge Total recettes D / groupe 1a : Dépenses de personnel médical

Dépenses

2007

2006

2005

146 289

144 776

122 247

7 950

7 583

7 091

14 211

12 941

11 251

3 967

3 073

1 567

172 417

168 373

142 156

31 927

30 993

25 830

D / groupe 1b : Dépenses de personnel non médical

77 108

75 870

61 999

D / groupe 2 : Dépenses Médicales

36 850

36 285

32 204

D / groupe 3 : Dépenses hôtelières et générales

17 877

17 846

14 348

8 328

7 718

7 733 142 114

D / groupe 4 : Amortissements, provisions et charges financières

172 090

168 712

Résultat Hôpital Saint Joseph

327

- 339

42

Résultat Maison Fernande Berger

- 93

- 56

- 60

Résultat Association

234

- 395

- 18

Total dépenses Résultats

recettes d’exploitation Produits de l'activité hospitalière (Groupe 2) 5 % - 7,9 M€

Produits subsidiaires (groupes 3 et 4) 10 % - 18,2 M€

Produit de l’Assurance Maladie (groupe 1) 85 % - 146,3M€

dépenses d’exploitation Amortissements, provisions (Groupe 4) 5 % - 8,3 M€

Dépenses hôtelières (Groupe 3) 10 % - 17,9 M€

Dépenses de personnel médical (Groupe 1a) 19 % - 31,9 M€

Dépenses de personnel non médical (Groupe 1b ) 45 % - 77,1 M€

Dépenses médicales (Groupe 2) 21 % - 36,8 M€


L’activité de l’année

6 - Les indicateurs de performance médico-économique Le Diagnostic Flash Hospitalier Nous présentons ci-après un ensemble d’indicateurs issus du travail de la Direction de l’Hospitalisation et de l’Organisation des Soins (DHOS), qui permet, au-delà des données strictement comptables et financières, d’avoir des éléments de compréhension de la situation financière de l’Hôpital en

analysant son positionnement stratégique,la performance de ses processus majeurs et la structure de ses ressources humaines. Cette base d’indicateurs, baptisée “Diagnostic Flash Hospitalier” par la DHOS, permet d’avoir une analyse macroscopique de la performance d’un établissement de santé selon quatre axes : financier, patient, processus, ressources humaines.

les indicateurs financiers 2007

2006

2,93 %

4,34 %

0%

0%

F1

Taux de marge brute

F2

Reports de charges d’exercices antérieurs

F3

Indicateur de durée apparente de la dette

0,3 an

0,3 an

F4

Taux de renouvellement des immobilisations

7,06 %

5,44 %

F5

Capacité de remboursement des emprunts

4,48 %

4,79 %

F6

Fonds de roulement d’exploitation en jours

58 j

60 j

- 21 j

-22 j

36 j

44 j

- 0,5 M€

- 0,3 M€

2007

2006

F7

Besoin en fonds de roulement en jours de charges d’exploitation

F8

Ratio de créances vers les particuliers émises dans l’année et non recouvrées

F9

Respect/amélioration du taux d’évolution des recettes et des dépenses par rapport à l’EPRD

les indicateurs activité et patient A1

Taux d’occupation net en Médecine

75 %

77 %

A2

Taux d’occupation net en Chirurgie

66 %

63 %

A3

Taux d’occupation net en Obstétrique

85 %

85 %

A4

PMCT* relatif de l’établissement

1, 00

0,97

A5

PMCT* relatif de l’établissement en Chirurgie

1,14

1,16

A6

Part de marché en Chirurgie

39 %

35 %

A7

Taux d’hospitalisation des passages aux urgences

16 %

16 %

A8

Productivité horaire IRM

2,21

2,07

A9

Productivité horaire Scanner

5,53

4,91

204

168

A10 Nombre de prothèses de hanche

* PMCT : Poids Moyen du Cas Traité

23

........................


........................

24

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

indicateurs processus et organisation 2007

2006

P1

Indicateur de performance MCO

0,98

1

P2

Indicateur de performance DMS globale

1,11

1,01

P3

Indicateur de performance DMS Médecine

1,15

1,04

P4

Indicateur de performance DMS Chirurgie

1,13

1,01

P5

Indicateur de performance DMS Obstétrique

0,86

0,86

P6

Ratio agents des services cliniques

24

24

P7

Ratio agents des services médico-techniques

P8

Poids des dépenses administratives et logistiques

P9

Recettes rapportées aux effectifs médicaux

P10

Prix de revient du B

P11

Pourcentage de transferts depuis les urgences

P12

Temps annuel moyen de mise à disposition d’une salle d’opération hors garde et urgences

9

8

18 %

18 %

1 036 583

1 062 640

0,21

0,21

Négligeable

2 326 h

Négligeable

2 326 h

P13

Taux d’utilisation moyen des salles d’opérations

65 %

65 %

P14

Temps annuel de mise à disposition de l’IRM

3 536 h

3 536 h

P15

Temps annuel de mise à disposition du Scanner

3 536 h

3 536 h

2007

2006

0,99 %

0,32 %

12 %

11 %

les indicateurs ressources humaines H1

Budget intérim

H2

Budget CDD Personnel non médical

H3

Budget CDD Personnel médical

H4

Structure d’âge du corps médical (55 ans et +)

25 %

25 %

H5

Structure d’âge des personnels non médicaux (55 ans et +)

12 %

11 %

H6

Densité encadrement des personnels non médicaux

13

14

H7

Poids des gardes et astreintes

H8

Taux de départ des IDE

H9

Taux d’absentéisme du personnel non médical

Non applicable car corps médical sous statut libéral

Non applicable car corps médical sous statut libéral

18 %

14 %

10,4 %

10,2 %

La définition de chaque indicateur figure au document “Diagnostic Flash Hospitalier-bases de comparaison version 2007” sur Internet : http://www.mainh.sante.gouv.fr/download.asp?download=stockfile/commun/faq/manuel_diagnostic_flash.pdf


L’activité de l’année

Les indicateurs de performance de l’observatoire économique de la FEHAP Dans le cadre des travaux menés par l’hôpital Saint Joseph avec un groupe d’établissements privés non lucratifs français, des indicateurs de performances ont été définis.

indicateurs de performance

Ils permettent de mesurer la performance du personnel médical et non médical, ainsi que le niveau de productivité de l’établissement.

formule de calcul

2007

2006

données de base : DAC 100%(avant taux de conversion)

0

129 812 216

5 190 493

4 473 468

MIGAC 100%

(avant taux de conversion)

T2A 100% hors MO, DMI, MIGAC

(avant taux de conversion, MIGAC, DMI et MO)

139 185 528

136 435 358

T2A 100% yc MO, DMI, MIGAC

(avant taux de conversion)

159 665 898

157 135 634

Lits et places installés

Définition SAE

792

783

Nombre d'ETP Médical

Médecins libéraux et salariés hors résidents

162

160

1 576

1 540

710

696

175 739

174 247

0,20

0,20

Nombre d'ETP non médical Nombre d'ETP soignant Production T2A par lits et places installés

CA T2A 100% (hors MO, DMI, MIGAC) / Nombre de Lits et places installés

ratios du personnel médical Encadrement médical

ETP médical / Lits et places installés

Production médicale

CA T2A 100% (hors MO, DMI, MIGAC) / ETP Médical

861 137

852 188

Coût moyen médical

Dépense G1 médical (hors résidents) / ETP médical

172 922

171 594

Productivité médicale

Production médicale / Coût moyen médical

4,98

4,97

Encadrement non médical

ETP non médical / Lits et places installés

1,99

1,97

Production non médicale

CA T2A 100% (hors MO, DMI, MIGAC) / ETP non médical

88 322

88 594

Coût moyen non médical

Dépense G1 nette / ETP non médical

45 403

45 772

Productivité non médicale

Production non médicale / Coût moyen non médical

1,95

1,94

Encadrement soignant

ETP soignant / Lits et places installés

0,90

0,89

Production soignant

CA T2A 100% (hors MO, DMI, MIGAC) / ETP soignant

196 033

195 971

ratios du personnel non médical

ratios du personnel soignant

ratios de productivité Potentiel de croissance

CA T2A 100% (hors MO, DMI, MIGAC) / DAC à 100%

n/a

1,05

Ratio de rentabilité

CA T2A 100 % + MIGAC, MO, DMI + FAU + TISSUS / Charges nettes totales

1,03

1,03

25

........................


26

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

II Les comptes annuels 2007 1 - le bilan de l’association (en K€)

Actif

31/12/2007

31/12/2006

31/12/2005

2 531

2 194

972

Immobilisations corporelles

28 347

25 388

23 116

Immobilisations financières

1 683

1 683

1 683

32 561

29 265

25 771

3 514

3 418

3 306

Immobilisations incorporelles

Actif immobilisé Stocks Créances

17 548

16 176

9 574

Placements et disponibilités

10 461

14 188

17 457

218

266

148

Actif circulant

31 741

34 048

30 485

Total actif

64 302

63 313

56 256

31/12/2007

31/12/2006

31/12/2005

Fonds associatifs sans droit de reprise

53 168

53 168

53 144

Autres réserves

22 793

22 793

29 200

2 298

429

-850

Résultat de l'exercice

234

- 395

- 18

Subventions d'investissement

550

90

79

Fonds associatifs

23 856

24 027

22 306

Fonds dédiés

3

52

0

Provisions pour risques et charges

5 762

5 373

4 616

Dettes financières

2 703

2 922

3 516

Dettes fournisseurs et comptes rattachés

9 732

8 932

8 560

Dettes fiscales et sociales

17 562

17 115

13 521

Dettes d'exploitation

27 294

26 047

22 081

Dettes sur immobilisations et comptes rattachés

1 770

1 935

1 768

Autres dettes

2 914

2 880

1 969

Dettes diverses

4 684

4 815

3 737

Comptes de régularisation actif

Passif

Report à nouveau

0

77

0

Dettes

34 681

33 861

29 334

Total passif

64 302

63 313

56 256

Compte de régularisation passif


Les comptes annuels 2007

2 - le compte de résultat de l’association (en K€)

31/12/2007

31/12/2006

31/12/2005

1 910

2 065

1 667

Production vendue de services

164 589

162 426

137 645

Chiffres d'affaires nets

166 499

164 491

139 312

Subventions d'exploitation

1 313

1 042

604

Reprises sur amortissements et provisions, transferts de charges

2 991

1 491

1 666

Autres produits

2 061

2 335

1 861

172 864

169 359

143 443

Achats de matières premières

33 800

33 272

30 302

Autres achats et charges externes

47 127

45 890

37 707

6 452

6 209

5 194

77 789

76 441

62 412

6 766

6 593

5 842

6

3

37

Dotations aux provisions

783

419

1 942

Autres charges

685

913

462

Ventes de marchandises

Produits d'exploitation

Impôts,taxes et versements assimilés Charges de personnel Dotations aux amortissements sur immobilisations Dotations aux dépréciations sur actif circulant

Charges d'exploitation

173 407

169 740

143 898

Résultat d'exploitation

- 543

- 381

- 45

Produits financiers

520

385

280

Charges financières

95

96

10

Résultat financier

425

289

270

Produits exceptionnels

601

154

214

Charges exceptionnelles

244

453

47

Résultat exceptionnel

357

- 299

167

4

4

Total des produits

173 985

169 898

143 937

Total des charges

173 750

170 293

143 955

Bénéfice ou perte

234

- 395

- 18

Impôts sur les bénéfices

Nota : Le bilan et le compte de résultat de l’Association intègrent les données financières consolidées des trois établissements (Hôpital, Maison de Soins de Suite et IFSI).

27


28

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

3 - le tableau de financement de l’association (en K€) 31/12/2007

31/12/2006

31/12/2005

234

-395

-18

Dotation aux amortissements

6 766

6 325

5 841

Dotations et reprises de provisions

- 556

292

1 619

Résultat net

Divers

- 159

153

Capacité d'autofinancement

6 285

6 375

7 445

Variation du Besoin en Fonds de Roulement d'exploitation

-105

-1 808

5 501

6 180

4 567

12 946

- 10 073

-10 060

-8 257

- 164

167

1 078

66

15

18

-10 171

-9 878

-7 161

Trésorerie provenant de l'activité d'exploitation Acquisitions d'immobilisations corporelles Variation du Besoin en Fonds de Roulement d'investissement Encaissements sur immobilisations cédées Trésorerie provenant des opérations d'investissement Dons reçus

2

35

35

Augmentations des fonds propres issues du Camas et de la Renaissance

0

2 532

0

Augmentation des fonds dédiés

2

90

0

513

41

28

Subventions d'investissements reçues

0

0

3 000

-300

-300

0

217

2 398

3 063

Variation de trésorerie

-3 774

-2 913

8 848

Trésorerie brute à l'ouverture

14 187

17 100

8 252

Trésorerie brute à la clôture

10 412

14 187

17 100

Souscription d'emprunt Remboursement d'emprunt Trésorerie provenant des opérations de financement


Les comptes annuels 2007

4 - rapport général du commissaire général aux comptes (extraits) Comptes Annuels Exercice clos le 31 décembre 2007 En exécution de la mission qui m’a été confiée par votre assemblée générale, je vous présente mon rapport relatif à l'exercice clos le 31 décembre 2007, sur : ● le contrôle des comptes annuels de l’ASSOCIATION HOPITAL SAINT JOSEPH DE MARSEILLE, tels qu'ils sont joints au présent rapport, ● la justification de mes appréciations, ● les vérifications spécifiques et les informations prévues par la loi. Les comptes annuels ont été arrêtés par le conseil de surveillance. Il m’appartient, sur la base de mon audit, d'exprimer une opinion sur ces comptes.

I. Opininion sur les comptes annuels J’ai effectué mon audit selon les normes professionnelles applicables en France ; ces normes requièrent la mise en œuvre de diligences permettant d'obtenir l'assurance raisonnable que les comptes annuels ne comportent pas d'anomalies significatives. Un audit consiste à examiner, par sondages, les éléments probants justifiant les données contenues dans ces comptes. Il consiste également à apprécier les principes comptables suivis et les estimations significatives retenues pour l'arrêté des comptes et à apprécier leur présentation d'ensemble. J’estime que mes contrôles fournissent une base raisonnable à l'opinion exprimée ci-après.

Je certifie que les comptes annuels sont, au regard des règles et principes comptables français, réguliers et sincères et donnent une image fidèle du résultat des opérations de l'exercice écoulé ainsi que de la situation financière et du patrimoine de l’association à la fin de cet exercice. Sans remettre en cause l’opinion exprimée ci-dessus, j’attire votre attention sur la note de l’annexe, en page 13, qui expose le changement de méthode comptable relatif à la comptabilisation de charges sociales sur la provision pour indemnités de départ à la retraite, en application de la loi de financement de la Sécurité Sociale 2008.

II. Justification des appréciations En application des dispositions de l’article L.823-9 du Code de Commerce relatives à la justification de nos appréciations, je vous informe que les appréciations auxquelles j’ai procédé,

pour émettre l’opinion ci-dessus sur les comptes annuels pris dans leur ensemble, et qui ont porté notamment sur le caractère approprié des principes comptables appliqués suivis et le caractère raisonnable des estimations significatives retenues pour l’arrêté des comptes, ainsi que leur présentation d’ensemble, n’appellent pas de commentaire particulier. Les appréciations ainsi portées s’inscrivent dans le cadre de ma démarche d’audit des comptes annuels, pris dans leur ensemble, et ont donc contribué à la formation de mon opinion exprimée dans la première partie de ce rapport.

III. Vérifications et informations spécifiques J’ai également procédé, conformément aux normes professionnelles applicables en France, aux vérifications spécifiques prévues par la loi. Je n'ai pas d'observation à formuler sur la sincérité et la concordance avec les comptes annuels des informations données dans le rapport financier et dans les documents adressés aux membres de l’association sur la situation financière et les comptes annuels. Marseille, le 16 juin 2008 Le Commissaire aux Comptes Guy CORNET

29


........................

30

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

III

Bilan du

projet d’établissement 2004-2008

le projet d’Etablissement 2004-2008, approuvé en novembre 2004 par l’agence régionale d’hospitalisation (ARH), a réaffirmé 9 choix majeurs, aujourd’hui tous aboutis ou en cours de finalisation :

> Affirmer la vocation généraliste de l’Hôpital Saint Joseph, doté de presque toutes les disciplines médicales et chirurgicales, organisé autour de pôles de référence, fédérations, activités transversales et de proximité animé par un corps médical essentiellement composé de médecins libéraux. > Organiser l’hôpital en pôles et fédérations pour une prise en charge plus efficiente du patient et en optimisant les ressources provenant de la T2A. > Consolider et structurer les activités de références (pôle parents-enfants, cardiaque vasculaire et thoracique, viscéral médico-chirurgical) pour atteindre les masses critiques d’activités et garantir le rôle majeur de l’hôpital Saint Joseph sur son territoire de santé. > Clarifier l’organisation du service des urgences et des activités non programmées au sein de l’hôpital.

> Améliorer l’accueil des patients en mettant en œuvre un nouveau schéma directeur des locaux : c’est ainsi que le Pôle Parents-Enfants Sainte Monique a été construit pour une prise en charge optimale des bébés, des mamans et de leurs familles et certains services ont été partiellement ou totalement rénovés (Fédération des Cardiologies, le Patio des Soins Palliatifs, …). > Créer une structure d’Hospitalisation à Domicile (30 places d’HAD ont été créées le 1er juillet 2007) et poursuivre le développement des alternatives à l’hospitalisation complète (ouverture d’un service d’Hôpital de jour Endoscopie). > Contribuer aux grands enjeux de Santé Publique aux côtés de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM), en mettant en œuvre de nouveaux partenariats, participant ainsi aux réseaux et filières de soins, aux missions de service public et à la recomposition de l’offre de soins. L’Hôpital a signé, le 26 octobre 2007, une convention de partenariat multidisciplinaire (voir page 33).


Bilan du projet d’établissement 2004-2008

> Faire évoluer le management en poursuivant la mise en place d’un système innovant et performant pour tirer le meilleur parti de la T2A. Cela s’est donc notamment concrétisé par : ● l’établissement d’un organigramme de direction en pôles autonomes (cf. page 71) ● Le renforcement de la politique qualité pour réussir la nouvelle procédure d’accréditation, satisfaire au mieux les patients et assurer une gestion et une prévention globale des risques. ● L’évolution du statut des médecins qui consacre le mode d’exercice libéral ● La création de nouveaux outils de pilotage médicoéconomique adaptés à la T2A et le développement de la comptabilité analytique pour connaître avec précision les coûts par pôle, par service, par GHM et par séjour. > Développer des actions pour un hôpital plus humain, dans le sens de la mission que Saint Joseph s’assigne depuis toujours : “Soigner l’Homme autant que la maladie”. Un hôpital au service de ses patients, avec le soutien de la Fondation Saint Joseph et des associations de bénévoles. C’est le sens de l’écriture de la Charte des Valeurs de Saint joseph pour le 21e siècle, qui réunit tous les acteurs de l’Hôpital autour des valeurs fondatrices et fondamentales de l’établissement (cf. annexe III). Saint Joseph est, et souhaite rester, un hôpital plus humain. L’établissement multiplie donc les “outils” d’évaluation et d’amélioration de la satisfaction des publics : outre le questionnaire de sortie, obligatoire, (remis en même temps que le livret d’accueil aux patients), des enquêtes de satisfaction trimestrielles, spécifiques à l'établissement, sont envoyées en complément au domicile de plus de 20 000 patients (près de la moitié des patients ayant séjourné dans notre hôpital), de façon aléatoire et statistiquement représentative (et donc exploitable). Par ailleurs, un cadre supérieur de Santé, sous la responsabilité du Directeur Général, prend en charge la gestion des relations avec les usagers : réclamations, satisfactions, renseignements divers, … En lien avec ce travail, cette même personne anime la “Commission des Relations avec les Usagers et de la Qualité de la prise en charge” (CRUQ) qui propose des actions d’amélioration d’accueil et de prise en charge des usagers de l’établissement, en réponse aux points majeurs d’insatisfaction relevés par les 3 outils de mesure (réclamations, questionnaires de sortie et enquêtes de satisfaction) ●

DES AGENTS D’ACCUEIL En 2 000, Saint Joseph a été précurseur en créant des postes d’agents d’accueil et de communication pour améliorer l’accueil du patient à l’hôpital, l’accompagner dans la prise en charge des formalités administratives. Un Agent d’accueil et de communication par service est là pour accueillir le patient, permettre son admission dans le service et lui faciliter toutes les formalités administratives, vérifier la mise à jour des documents et informations (carte vitale, mutuelle, nom du médecin référent, désignation de la personne de confiance, …), Ces postes permettent de porter une attention particulière au patient, de vérifier le bon état de toutes les prestations proposées dans les chambres (télévision, téléphone…), d’être une présence pour pallier l’isolement du patient ou la difficulté de l’hospitalisation. Les résultats d’enquêtes de satisfaction démontrent que les patients sont satisfaits de la présence de ces agents. C’est une initiative dont l’Hôpital est particulièrement fier !

31

........................


........................

32

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

le projet médical 3 pôles de référence régionale : D’une logique de services éclatés dans l’établissement, le projet médical repose désormais sur une logique géographique de pôles, pour une meilleure prise en charge des patients. ● Le Pôle Parents-Enfants Sainte Monique qui regroupe Obstétrique, Pédiatrie Médicale et Chirurgicale, Néonatologie, Médecine et Biologie de la reproduction. ● Le Pôle Cardio-Vasculaire et Thoracique avec la Cardiologie médicale et interventionnelle, la Chirurgie cardiaque, vasculaire et thoracique, la pneumologie et l’endocrinologie. ● Le Pôle Viscéral, comprenant la Chirurgie digestive, la Gastroentérologie, la Gynécologie médicale et chirurgicale et l’Urologie.

Une Fédération des Médecines favorisant la prise en charge des patients et regroupée en 4 secteurs : Médecine interne-Dermatologie, Neurologie-Rhumatologie, ● Médecine d’Urgence polyvalente, ● Soins palliatifs et douleur. ● ●

Des spécialités chirurgicales : ●

Urgences générales Zone de surveillance de très courte durée

Urgences pédiatriques Pôle Parents-Enfants ● ● ● ●

Obstétrique niveau IIb Pédiatrie Chirurgie infantile Néonatologie Médecine et biologie de la reproduction

4 activités transversales sont définies dans le projet médical, caractérisées par l’intervention d’équipes mobiles médicales et paramédicales : ● La prise en charge oncologique avec un hôpital de jour d’oncologie. ● La prise en charge de la douleur chronique et des soins palliatifs. ● La prise en charge gériatrique (en projet). ● Les prélèvements de tissus et d’organes. L’ensemble du corps médical et des cadres de santé figurent en fin de rapport ●

ORL, ophtalmologie, Ortho-traumatologie.

Le développement et l’optimisation d’activités transversales :

Pôle cardio-vasculaire et thoracique

Pôle viscéral ● ● ● ● ●

Hépato-gastro-entérologie Chirurgie digestive Urologie Gynécologie médico-chirurgicale

Urgences

● ● ● ● ●

Cardiologie Chirurgie cardiaque Chirurgie vasculaire Chirurgie thoracique Pneumologie Endocrinologie

Activités de référence régionales

Prise en charge oncologique Prise en charge de la douleur et des soins palliatifs

Prise en charge gériatrique (en projet)

Activités transversales

Prise en charge de l’activité de prélèvement de tissus et multi-organes Fédération des médecines (4 secteurs) ● ● ● ●

Médecine Interne-Dermatologie-Gériatrie aigüe Neurologie-Rhumatologie Médecine d’urgence polyvalente Douleur chronique - Soins palliatifs

Spécialités chirurgicales ● ● ●

Ortho-traumatologie Ophtalmologie ORL, Stomatologie

Activités de proximité et autres missions de santé publique


ZOOM

Bilan du projet d’établissement 2004-2008

partenariat ap-hm / saint joseph :

une coopération gagnant-gagnant Le 26 octobre 2007, L’hôpital saint joseph, par la signature du président de son conseil d’administration, antoine dubout, scellait un accord de partenariat historique avec l’assistance publique hôpitaux de marseille. Initié en 2005 par le Conseil d’administration et la Direction de l’Hôpital, pour répondre aux attentes des autorités de tutelle dans le cadre du développement des coopérations en matière de cancérologie, ce partenariat s’est développé vers un projet de collaboration pluridisciplinaire avec l’AP-HM. “Un accord historique qui permet aux deux établissements de faire plus et mieux encore pour les patients, un partenariat Public/Privé qui va dans le sens de l’Histoire”(Antoine Dubout).

Cette coopération porte sur les protocoles de Recherche Clinique à visée méthodologique ou conceptuelle et sur l’évaluation des technologies nouvelles de recherche pour servir le diagnostic et le traitement des pathologies.

L’Enseignement la Cancérologie À la demande de l’ARH, les deux établissements ont constitué un Inter-Comité de Coordination en Cancérologie (Inter-3C) qui réunit les 3C de chaque établissement, afin d’y mettre en œuvre une organisation et une démarche qualité commune. ● Les patients de Saint Joseph ont accès aux services de Radiothérapie et de Médecine Nucléaire de l’Hôpital de la Timone. ● Le corps médical a accès à la Tumorothèque de l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille. ● Saint Joseph organise une Consultation d’Oncogénétique, mensuelle dans ses locaux pratiquée par un professeur du département de Génétique Médicale de l’Hôpital de la Timone.

La Chirurgie Cardiaque ●

Collaboration des praticiens et valorisation des actions de Recherche des deux entités.

La Convention vise à améliorer la prise en charge des patients en insuffisance cardiaque aigüe grave hospitalisés à Saint Joseph : assistance respiratoire extra-corporelle sur place par l’équipe de l’Unité Mobile d’Assistance Circulatoire (UMAC) de l’AP-HM ; organisation du transfert des patients vers le service de Chirurgie Cardiaque adulte de l’AP-HM pour la poursuite de la prise en charge.

La Néphro-pédiatrie ●

La Recherche Clinique

Le service Gynécologie-Obstétrique de Saint Joseph accueille désormais chaque semestre deux internes (voir photo ci-dessous).

Saint Joseph organise une Consultation mensuelle de néphropédiatrie dans ses locaux réalisée par un praticien du service de Pédiatrie Générale Multidisciplinaire de l’Hôpital de la Timone de l’AP-HM.

33

........................


........................

34

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

IV Perspectives 2008 : IV

Les 10 gra

1

Finaliser le plan de financement et le calendrier d’exécution des projets du Plan Hôpital 2012, en l’adaptant au niveau des subventions éventuelles obtenues du Ministère de la Santé

2

Augmenter l’activité en hospitalisation d’au moins 4 %

3

Poursuivre l’optimisation du fonctionnement du bloc central : atteindre un taux moyen d’occupation des salles de 65 % et réécrire la charte du bloc

4

Ouvrir 2 nouvelles unités : un hôpital de semaine médico-chirurgical (de 20 lits) et une unité de sénologiechirurgie mammaire (de 15 lits) dans le service de chirurgie générale

5

Conclure un nouvel accord d’intéressement innovant pour la période 2008 à 2010


Les 10 grands objectifs

nds objectifs 6

Démarrer la réalisation de grands travaux de construction : ● ● ●

construction du dépositoire au sous-sol Lancement des travaux de construction du bâtiment administratif Rénovation et mise aux normes de la cuisine centrale

7

Mettre en œuvre les actions d’amélioration de l’organisation du secteur des soins critiques (réanimations et soins intensifs), en tenant compte des conclusions de l’audit démarré en 2007.

8

Préparer la certification en version 3 de la Haute Autorité de Santé, en développant notamment l’évaluation des pratiques professionnelles et le recueil des indicateurs de performance qualité.

9

Engager la réflexion pour la réalisation du projet d’établissement 2009-2013

10

Équilibrer le compte d’exploitation et le plan de financement sans grever la trésorerie

35

........................


........................

36

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

Un système d’information

précurseur 36


37

I L’informatique pour mieux soigner II L’informatique pour mieux piloter et décider III L’informatique pour mieux communiquer IV Un service informatique novateur


........................

38

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

Les 10 ans du Dossier Patient Informatisé “Innover, ce n’est pas avoir une nouvelle idée mais arrêter d’avoir une vieille idée” [Edwin Herbert Land]

l’hôpital saint joseph a développé, depuis une dizaine d’années, une informatique efficiente, novatrice, toujours à la recherche de l’optimisation des outils. 2007 est l’année du 10e anniversaire du dossier patient informatisé. c’est également l’année de l’ouverture de notre site internet sécurisé “e-s@nté saint joseph” au service des médecins de ville qui peuvent ainsi consulter de leur cabinet les résultats et documents médicaux de leurs patients. La réussite du Dossier Patient informatisé et de l’informatique à l’Hôpital Saint Joseph doit être attribuée, bien sûr, à la Direction du Système d’information et d’Organisation, mais aussi à l’ensemble de la communauté de Saint Joseph. C’est la force de la conviction d’un groupe de soignants, à une époque où l’informatique était peu développée dans les hôpitaux, qui a fait naître l’idée de la pertinence d’un Dossier Patient informatisé. C’est le soutien de la Direction Générale qui a adhéré au projet et lui a donné les moyens nécessaires à son développement. C’est l’adhésion de tous qui a permis à l’informatique de “s’implanter” à Saint Joseph et de se développer. La Direction du Système d’Information de l’Hôpital Saint Joseph a mis peu à peu à la disposition des services de soins des outils de travail fiables, ergonomiques et mobiles facilitant la démarche de soins et la prescription d’actes, un dossier patient sécurisé, partagé, disponible à tout moment, n’importe où dans l’établissement. Elle a également développé des solutions innovantes pour mieux gérer et piloter la gestion de l’Hôpital. Les différentes évolutions ont permis de doter les médecins, les personnels soignants, administratifs et techniques d'outils efficaces tous tournés vers un but unique : le service au patient. Cette “culture informatique” à tous les niveaux a permis aux importants investissements informatiques de se concrétiser et de parvenir au “zéro papier” et à un Système d’Information Hospitalier parmi les plus performants.

Mais Performance signifie aujourd’hui et demain Exigence : Exigence d’une informatique ultra-sécurisée, car en créant cette omniprésence de l’Informatique qui contribue à la performance de l’Hôpital, l’établissement s’est aussi créé une importante dépendance. La Direction du Système d’Information et d’Organisation assure une veille technologique, pour assurer une maintenance des systèmes et outils constamment renouvelée, pour trouver les solutions les plus sûres, les plus innovantes du marché. Exigence d’une Informatique innovante, inventive au service du patient. En consacrant annuellement au minimum 2 % du budget, l’Hôpital a la volonté de poursuivre sa progression. Par exemple, en offrant demain au patient une informatique optimale à son chevet : pouvoir d’un simple touché sur son écran multimédia, choisir ses chaînes de télévision, téléphoner, louer un film en pay-per-view, jouer à un jeu vidéo, surfer sur Internet et consulter sa messagerie, accéder à des programmes d’éducation thérapeutique, travailler en bureautique comme s’il était au bureau, commander son journal, ou plus simplement son repas du lendemain, appeler l’infirmière, … Toutes les solutions nécessaires existent déjà. Certains hôpitaux, en Amérique du Nord par exemple, en sont déjà dotés. C’est cette grande aventure que nous vous proposons de découvrir dans ce dossier spécial.


L’informatique pour mieux soigner

I L’informatique pour mieux soigner

un dossier de soins informatisé avant l’heure L’Hôpital dispose d’un Dossier Patient informatisé depuis 1998. Le projet a débuté à Saint Joseph, en 1993, grâce à la volonté d’un groupe de soignants, qui a souhaité utiliser la démarche de soins comme support d’organisation et créer un Dossier de Soins Informatisé, avec des objectifs précis : ● L’amélioration de la cohérence de la prise en charge des patients ● Un système d’information hospitalier totalement intégré. ● Un meilleur suivi et le pilotage des différentes activités. Un groupe de travail (composé de cinq cadres de santé et deux infirmières de différents services d’hospitalisation, un cadre pédagogique de l’IFSI et la Directrice des Soins) a donc été constitué en veillant à obtenir une bonne représentativité des différentes problématiques de soins rencontrées dans l’établissement. “L’objectif premier était de centraliser toutes les informations de soins pour optimiser notre démarche de soins”, comme le dit Geneviève Noble, Directeur des Soins (à la tête du groupe de travail de 1994). “L’Hôpital Saint Joseph était engagé, depuis plusieurs années déjà, dans une démarche d’amélioration des pratiques ;

il nous a semblé naturel d’informatiser immédiatement notre Dossier de Soins”. Le projet a nécessité : ● Une implication forte de la Direction des Soins ● Une mobilisation de l’ensemble des personnels de l’établissement ● Une organisation rigoureuse dans les unités de soins ● Une excellente communication avec des phases préalables puis un déploiement généralisé à tout l’établissement ● Une forte mobilisation de l’ensemble de l’établissement ● Un effort de formation significatif ● Un accompagnement interne du projet par les soignants et les médecins ● Une dotation de matériels mobiles pour tous les services de soins et les praticiens ● Un soutien sans faille de la Direction Générale. Le dossier de soins informatisé a été conçu comme l’outil de travail de tous les soignants intervenant au lit du malade. “Un dossier unique, exploitable donc de la même façon par tous les soignants, qui permet une traçabilité parfaite : c’est ce que nous avons souhaité faire à Saint Joseph pour toujours mieux prendre en charge et soigner le patient” (G. Noble). Il devait donc répondre aux attentes tant des infirmières, aides-soignantes, qu’à celles des médecins, dont les besoins ont été intégrés au dossier informatisé. La solution retenue n’était alors qu’un concept proposé par la société STYLUS, retenue pour son originalité et son ergonomie. ACTIPIDOS était en effet la seule solution qui permettait alors aux praticiens et aux soignants de remplir le dossier du patient informatiquement, tout en privilégiant la relation avec le patient. Une équipe conjointe composée de développeurs de STYLUS et d’informaticiens de l’hôpital a permis de concrétiser le projet de Saint Joseph.

Geneviève NOBLE, Directeur des Soins

39

........................


........................

40

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

Le groupe de travail “Dossier de Soins et informatisation” (1994) : de gauche à droite - Hélène Amic (Cadre de Santé), Antoinette Pietri (Cadre de Santé), Annie Champion (Cadre de Santé), François-Xavier Gavalda (Informaticien, prestataire extérieur), Eliane Bessone (Cadre Supérieur de Santé), Marie Raffray (Cadre de Santé), Dominique Guérini (Infirmière), Elisabeth Fouquet ( Cadre Supérieur de Santé), Yolande Inghilleri (Cadre Supérieur de Santé), Geneviève Noble (Directeur des Soins)

Les médecins réalisent toutes leurs prescriptions sur ACTIPIDOS (traitements thérapeutiques, examens, actes), consultent tous les résultats, accèdent au dossier transfusionnel de leur patient, dictent leurs comptes-rendus,… Certains praticiens ont même conduit avec le service informatique une réflexion pour le développement de dossiers médicaux de spécialités. Ainsi, la Cardiologie, la Chirurgie Cardiaque, l’Endocrinologie, la Néonatologie, l’Oncologie et l’Ophtalmologie en disposent aujourd’hui. Trois services volontaires avaient été choisis en 1998 pour tester, amender, améliorer le dossier et celui-ci a été peu à peu étendu à tout l’Hôpital jusqu’en avril 1999. D’un dossier de soins informatisé, l’Hôpital est donc peu à peu parvenu à informatiser l’intégralité du Dossier Patient : ● l’organisation des soins, ● la gestion des données médicales : dossier médical individuel du patient, données issues des plateaux techniques (imagerie, ...), échanges entre professionnels de santé ; Aujourd’hui ce projet est toujours en évolution constante : un groupe de soignants a déjà élaboré un nouveau cahier des Charges (en fonction de ses besoins) des nouvelles fonctionnalités à intégrer au dossier ; des praticiens s’investissent régulièrement pour mener à bien des projets d’informatisation de leur activité en liaison avec le dossier patient (ex. gestion des cures de chimiothérapie, gestion de l’activité d’imagerie, etc.).

Le but est le même qu’initialement : parvenir à un dossier patient complet qui recense toutes les informations nécessaires pour mieux accueillir, soigner et servir le patient.

“Le tout informatisé à Saint Joseph est un formidable outil de travail pour nous, médecins. Le dossier patient informatisé permet de tout savoir du patient en temps réel. Dans tout l’Hôpital, à tout moment, et même désormais de l’extérieur, on peut suivre l’état de santé de notre patient. On peut également avoir cette vision exhaustive au lit du malade, grâce aux ardoises mobiles. Cela nous permet, à mon sens, de mieux soigner, d’être plus réactif pour notre patient. C’est un formidable outil, mais la réussite du Dossier Patient informatisé tient aussi à la culture qui perdure ici et pousse chacun de nous, médecins, soignants, personnels administratifs, à apporter sa petite pierre à l’édifice, à communiquer, renseigner les informations nécessaires dans les dossiers informatiques pour les rendre performants…” [ Dr Bernard Pol Chirurgien Digestif à l’Hôpital Saint Joseph) Directeur Médical depuis le 1er janvier 2008 ]


L’informatique pour mieux soigner

A Une prise en charge et un suivi améliorés Le dossier patient constitue le support unique retraçant toute la prise en charge du patient au sein de l’établissement, dès la consultation de pré-hospitalisation, jusqu’à son retour au domicile ou en établissement d’aval en permettant un suivi facilité pour le médecin traitant ou l’équipe médicale concernée. Il doit donc contenir toutes les informations pertinentes sur les problèmes de santé, les soins infirmiers, les observations pendant le séjour, les feuilles de transmissions infirmières, les interventions de soins, les fiches de liaison interservices, la fiche de synthèse élaborée à la sortie du patient et la fiche de liaison pour les modalités de suivi. Le patient a été appréhendé de façon “pragmatique”, chronologique, en analysant les principaux “moments” de son hospitalisation ou de son passage dans l’établissement. Le dossier est ainsi entièrement dématérialisé (à l’exception des images, projet prévu en 2009) et trace absolument toutes les actions réalisées et événements intervenus au sein de l’établissement.

1 - avant l’hospitalisation Lorsqu’un patient sollicite un rendez-vous de consultation, la prise de rendez-vous est faite informatiquement, grâce au logiciel ULTRAGENDA (société ULTRAGENDA). Le jour de la consultation, le dossier administratif est enregistré dans le logiciel HOPI 400 (SIEMENS HEALTH SERVICES), via le lecteur de carte Vitale. Le patient est alors enregistré

sous un numéro d’identification unique (IPP) qu’il conservera pour toute hospitalisation ou consultation ultérieure. Le médecin peut ensuite accéder au dossier du patient sur ACTIPIDOS (société ARES). Il y porte toutes ses observations et conclusions sur une synthèse qui peut ensuite être transmise au médecin traitant. Il peut également scanner des résultats (de laboratoire ou autre exploration ou lettre de confrère) que lui apporte le patient au moment de cette consultation. Après la consultation, la facturation se fait grâce à HOPI 400 et le dossier est clôturé sur le logiciel ULTRAGENDA. Un courrier est éventuellement saisi et envoyé au médecin correspondant ; une copie est archivée électroniquement dans le dossier du patient.

“Pour ma part, je fais tout à partir de l’informatique et n’ai aucun dossier papier. Le grand avantage du dossier patient informatisé, c’est de pouvoir à tout moment, à tout endroit de l’Hôpital, consulter les informations sur un patient, ajouter un commentaire, une prescription, … Le dossier patient informatisé nous a responsabilisés, nous médecins. Nous avons dû préciser nos prescriptions, s’imposer la rigueur de l’informatique. Au final, c’est le patient qui y gagne et c’est là l’essentiel. L’informatique est l’avenir, et cela est vrai dans tous les domaines. C’est un passage obligé par lequel tout le monde devrait être passé. A Saint Joseph, nous maîtrisons l’outil informatique. Cela tient à l’état d’esprit qui prévaut ici, au groupe de soignants et à la Direction qui a initié le projet, aux médecins et soignants qui ont “suivis”. C’est un outil toujours perfectible et nous y travaillons constamment ici. Bientôt, les radiographies devraient toutes être numérisées et incluses dans le dossier patient ; ce sera, à Saint Joseph, la grande avancée de demain. [ Dr Gérard Morisson Lacombe Chef du service de Chirurgie Infantile à l’Hôpital Saint Joseph - Président de la CME en 2007 ]

41

........................


L’informatique pour mieux soigner

Après un mois de familiarisation avec l’informatique, il y a une grande facilité d’utilisation. Avec l’accès à des informations complètes, on peut assurer une meilleure prise en charge au patient. Aujourd’hui, on ne pourrait plus se passer du Dossier Patient Informatisé. [ Vanessa Maillet Infirmière en Cardiologie, depuis 2007 à l’Hôpital Saint Joseph ] Le dossier patient informatisé permet de centraliser et de mettre à disposition de tous les acteurs concernés l’ensemble des données concernant le patient, y compris celles relatives aux consultations et hospitalisations précédentes. Il devient l’outil unique de travail de tous les soignants et médecins intervenant au lit du malade et permet une prise en charge globale et efficace du patient. Le dossier patient informatisé contribue donc à une meilleure prise en charge des problèmes de santé du patient, une plus grande sécurité dans l’exécution des soins, une traçabilité exhaustive des événements, une prise en charge plus efficiente.

On peut assurer une meilleure surveillance du patient grâce au dossier informatisé, puisqu’on a accès à plus d’informations le concernant. Nous n’entrons pas beaucoup de données dans le dossier (les toilettes, les diurèses), mais nous consultons les informations entrées par les infirmières. C’est très utile. [ René Pelletier Aide-Soignant en Cardiologie, depuis mars 2008 à l’Hôpital Saint Joseph ] Saint Joseph a été précurseur dans la mise en place du dossier de soins informatisé. Depuis, ACTIPIDOS a évolué pour répondre aux besoins successifs de l’établissement : dossier médical, dossiers de spécialités, transmissions ciblées, consultations externes, etc.

C’est l’hôpital qui a demandé la création de certaines fonctionnalités, voire même qui les a réalisées et intégrées dans le logiciel, comme cela a été le cas pour le dossier Kinésithérapeute qui permet désormais à celui-ci, en un clic, de connaître les patients qu’il doit suivre et d’inscrire les actions qu’il met en œuvre à son niveau pour le suivi et l’amélioration de l’état de santé du patient. L’accès à tous les renseignements en temps réel, partout permet d’offrir un service au patient et à sa famille, plus sûr et plus personnalisé. Tout est noté, archivé. La traçabilité est optimale. Si le moindre souci intervient, on peut immédiatement en trouver l’origine. Si la famille veut rencontrer le cadre de santé ou un soignant, on a toujours et en tout lieu une bonne connaissance du dossier du patient. [ Christine Laumont - Cadre Supérieur de Santé Bloc Réanimation, depuis 2005 à l’Hôpital Saint Joseph ]

4 - la prise en charge médicale du patient Dès l’admission du patient, le médecin résident réalise la prise en charge du patient via ACTIPIDOS : motif d’hospitalisation, antécédents, historique de la maladie, questionnaire médical, etc. Il réalise ensuite directement ses prescriptions (protocoles, thérapeutiques, demandes d’examens d’imagerie, programmation d’interventions chirurgicales, demande d’examens de laboratoire, de consultations de spécialistes…). Il peut aussi consulter les séjours et consultations antérieurs du patient et prendre connaissance des résultats d’examens de laboratoire, d’imagerie, d’anapath, grâce à la Gestion Electronique de Documents (GED) – (Solution ATLAS de la société IMNET) . Outre la connaissance immédiate du contexte patient, l’accès aux résultats et examens réalisés peut également éviter les examens redondants. La prescription comme la consultation s’effectuent en temps réel au chevet du patient, grâce aux ardoises et ultra portables. L’interconnexion d’ACTIPIDOS avec le plateau technique permet d’obtenir en retour dans le dossier du patient, en temps réel dans la majorité des cas, le créneau réservé au patient (ex. examen d’imagerie, créneau de bloc, coronarographies, etc.).

43

........................


........................

44

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

Aussitôt la visite du médecin terminée, les infirmières prennent en compte les prescriptions thérapeutiques, les soins à réaliser et les prélèvements à effectuer pour le laboratoire. Cet accès en temps réel à l’information permet une prise en charge immédiate du patient pour son plus grand bénéfice, tout en optimisant à la fois son séjour à l’hôpital, ainsi que l’occupation du plateau technique.

C’est un outil très convivial qui facilite notre travail et permet la traçabilité de tous les actes. D’où que l’on soit dans l’Hôpital, on peut consulter les informations, les antécédents sur nos patients, inscrits par nos confrères. La prise en charge du patient est meilleure. [ Dr Patricia Lebre - Médecin-Anesthésiste, depuis 1979 à l’Hôpital Saint Joseph ]

5 - le confort du séjour du patient L’ambition de Saint Joseph est de soigner l’Homme autant que la maladie. Le bien-être du patient passe, après la prise en charge de sa pathologie, par la qualité de l’accueil et le confort de son hospitalisation. La présence bienveillante des agents d’accueil et de communication y contribue ; le confort hôtelier qui est offert à chaque patient également. En plus de sa qualité de soins, l’Hôpital Saint Joseph est reconnu pour la qualité de son service Restauration qui fabrique environ 650 000 repas / an toutes activités confondues (repas en chambre pour les patients, restauration du personnel au self, à l’internat, activité traiteur pour les réceptions et colloques, cafétéria publique ouverte aux personnels et au public), et qui a été classé à la première place en France par la MeaH (Mission nationale d’expertise et d’audit Hospitaliers) sur 140 établissements audités. Grâce à son logiciel HESTIA (prochainement remplacé par WINREST de la société FSI), les cuisiniers, employés, diététiciens, aides-hôtelières, servent une prestation restauration de qualité, intégrant 20 régimes possibles et des dizaines de modes de préparation, textures et grammages différents. La prise de commande de repas est réalisée au chevet du patient, au plus près de sa consommation.

Le logiciel récupère, depuis ACTIPIDOS, tous les patients présents ainsi que les régimes et les contre-indications alimentaires liés au choix de chaque plat. Chaque jour, ce sont 9 officières qui font choisir, via l’utilisation d’un i-paq, leur repas aux patients, parmi 2 menus et de nombreuses variantes.

La prise de commande des repas via l’I-paq apporte à la fois un confort de travail à l’officière et un confort au patient. En quelques clics, on fait défiler les aversions du patient, ses régimes, ses éventuelles allergies alimentaires (tout ça indiqué par le diététicien ou le personnel soignant). On gagne un temps fou. Moi qui ai connu la prise de commande non informatisée, je n’y vois que des avantages. Avant, on cochait, collait et recollait des étiquettes sur la fiche bristol de commande du patient, on collait les pastilles de couleur selon les régimes ; puis, il fallait ranger, classer les fiches… Le seul petit inconvénient, s’il faut en trouver un, c’est l’écran de l’I-paq qui est un peu petit et force un peu les yeux pour la lecture, mais, à part ça, je ne vois que des avantages à ces mini-ordinateurs nomades… [ Monique Lasala Officière à l’Hôpital, Depuis 1985 à l’Hôpital Saint Joseph ]

UN “ROOM SERVICE” EN SOINS PALLIATIFS Ainsi, le service s’est engagé, dans le cadre du dispositif d’appui conseil délivré par la MeaH sur le thème “l’organisation de la fonction restauration dans les hôpitaux et clinique”, à adapter les prestations de restauration et de service hôtelier au service des soins palliatifs. Les menus y sont déclinés en “menus plaisir” pour (re)donner au patient le goût de manger : le patient peut ainsi choisir les plats qui lui font plaisir, voire même obtenir une collation spéciale selon son envie. Le service s’est doté d’un nouveau logiciel qui permet d’assurer une sorte de “room service” et de servir le patient comme il le désire 2 heures seulement après qu’il ait passé commande.


........................

46

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

8 - la communication du dossier médical E-S@nté Saint Joseph, la technique au service du médecin et de son patient L’Hôpital Saint Joseph privilégie les solutions innovantes pour renforcer et développer la communication avec ses patients. En 2004, suite à une enquête lancée auprès des médecins correspondants de l’établissement, Saint Joseph a développé une solution informatique pour rendre accessible aux médecins, depuis leur cabinet, les résultats et comptes-rendus d’hospitalisation de leurs patients. Grâce au portail Internet sécurisé E-S@nté Saint Joseph, les médecins de ville ont accès à une véritable “photographie” de la santé de leur patient, avec une mise à jour en temps réel par les autres professionnels de santé qui le prennent en charge (cf. chapitre IV “L’informatique pour mieux communiquer”).

Le Département d’Information Médicale (DIM) pour les patients La Loi du 4 mars 2002, relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, indique que “le droit du patient à l'information s'exerce a priori à l'occasion des soins et postérieurement à l'acte médical ou au cours du traitement de la maladie, par l'accès aux informations établies et détenues par le professionnel ou l'établissement de santé. Ces deux temps de l'information sont indissociables, la bonne qualité du premier facilitant l'exercice du deuxième”. Après sa sortie, le patient peut donc demander à obtenir l’ensemble de son dossier médical auprès du Département d’Information Médicale de l’Hôpital. La qualité et l’exhaustivité des informations transmises sont optimales à Saint Joseph grâce à l’informatisation de l’intégralité du dossier patient et au stockage de l’ensemble des documents dans la Gestion Electronique des Documents.


L’informatique pour mieux soigner

B Des solutions originales 1 - zooms sur le plateau technique L’Imagerie Médicale 12 décembre 2007 : L’Hôpital Saint Joseph organise l’inauguration de trois équipements subventionnés par la Ligue Contre le Cancer - Comité des Bouches-du-Rhône, dont un appareil de mammographie numérique. Outre les avantages directement liés à l’appareil (meilleure performance diagnostique, constance de la qualité des images liées à la numérisation, émissions de rayons X réduites de 20% par rapport à la technique analogique, temps d’examen divisé par deux, …), ce nouvel équipement de mammographie numérique de troisième génération permet au service d’imagerie médicale de l’Hôpital Saint Joseph de Marseille d’atteindre une cohérence médicale et technique par le tout numérique au service des patients et des soignants. C’est dans cette optique que le service a été doté, en avril 2007, d’un logiciel (XPlore de la société EDL) spécifiquement dédié à la gestion du dossier patient en Imagerie. Les praticiens et soignants gèrent l’intégralité du dossier en Imagerie via XPlore, qui est directement en lien avec Actipidos. Les données administratives du patients sont automatiquement récupérées via HOPI. Les cliniciens réalisent leurs prescriptions d’actes d’imagerie dans ACTIPIDOS au cours de leur visite ; celles-ci sont ensuite transmises en temps réel à XPLORE. Ces demandes d’examens sont planifiées dans XPLORE qui transmet à ACTIPIDOS la date et l’heure de l’examen. Le radiologue dicte ses comptes-rendus via la dictée numérique. Aussitôt tapés et validés, les comptes-rendus sont stockés dans la Gestion Electronique de Documents, accessible depuis ACTIPIDOS.

Le Laboratoire Central Le laboratoire a été le premier service, en 1988, à être informatisé. La prescription connectée est une pratique solidement ancrée dans les services de soins. 90% des demandes d’analyses proviennent des services de soins (10% du service des Consultations Externes). Aussitôt la visite du médecin terminée, l’infirmière valide les prélèvements à effectuer, édite les étiquettes nécessaires pour étiqueter les tubes à acheminer au laboratoire. Lorsque le prélèvement arrive étiqueté, il est analysé, le résultat est validé et

acheminé, via ACTIPIDOS au service demandeur, directement accessible dans le dossier du patient ou édité automatiquement sur l’imprimante du service lorsqu’il s’agit de résultats urgents.

Le Bloc et la Salle de Réveil Les exigences en matière de traçabilité des interventions chirurgicales et du matériel utilisé sont de plus en plus fortes. Par ailleurs, l’Hôpital se doit d’optimiser le taux d’occupation des salles. C’est pourquoi, l’ensemble des blocs de l’établissement (bloc général, bloc maternité, bloc endoscopies et bloc urologie) ont été équipés de la solution OPTIM Bloc (société OPTIM). Cette solution permet de tracer toutes les opérations, au niveau le plus fin souhaité (patient, salle, intervenants,

LE PROJET 2009 : UN RÉSEAU D’IMAGES ILLIMITÉ En 2009, l’Hôpital se portera acquéreur d’une solution qui permettra au service d’imagerie d’interpréter, diffuser et archiver les images, réduisant d’autant la consommation de films et les délais de mise à disposition des images auprès des cliniciens. Les quelque 120 000 examens réalisés par an par le service pour tous les patients externes et hospitalisés de l’Hôpital pourront désormais être archivés, classés et diffusés de façon pérenne. Ce sont autant d’éléments qui pourront venir compléter définitivement le dossier patient. Ces images pourront être consultées par tous les intervenants habilités au sein de l’Hôpital et par des médecins correspondants via notre site E-S@nté Saint Joseph.

47

........................


........................

48

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

intervention réalisée, étapes horodatées de l’intervention, dispositifs posés et DMS utilisés). L’interconnexion avec la solution OPTIM Stérilisation utilisé par notre prestataire OMASA permet de tracer tous les dispositifs stériles utilisés, ainsi que le processus de pré-décontamination. Les informations relatives au dépistage Creuzfeld Jacob sont transmises à OMASA. Chaque salle de bloc est équipé d’ACTIPIDOS pour permettre au chirurgien de consulter à tout moment le dossier du patient et à l’anesthésiste de saisir ses protocoles d’anesthésie et de prescrire les protocoles à réaliser en salle de réveil. La salle de réveil disposera, en 2009, ainsi d’un poste de travail à chaque place, avec des claviers Tactys homologués pour les salles blanches. Ce poste permettra de tracer les constantes du patient et de saisir les prescriptions à prendre en compte lors du retour en service de soins. Le service Informatique recherche désormais une solution spécifique adaptée au suivi particulier des patients de réanimation et de salle de réveil qui permettra de récupérer les données vitales des moniteurs et de réaliser les prescriptions complexes. Cette solution devra, bien évidemment, être interconnectée avec le dossier ACTIPIDOS de manière à assurer la continuité avec les services de soins.

2 - un archivage des dossiers patients sur microfilms Depuis 2004, l’hôpital dispose d’une solution d’archivage électronique qui a permis de dématérialiser l’intégralité du dossier papier (à l’exception de l’imagerie) et donc de désengorger les archives de l’hôpital. Cette solution est basée sur le logiciel ATLAS (société IMNET) et sur du matériel KODAK. Elle permet de numériser les dossiers papier (ou de récupérer les dossiers patients électroniques depuis ACTIPIDOS) et de générer les microfilms correspondants. A l’inverse, elle permet de remettre en ligne, à disposition des médecins et soignants, des dossiers microfilmés et archivés A noter qu’au 31 décembre 2007, 240 000 dossiers patients ont été archivés numériquement et microfilmés (séjours hospitalisés et externes) grâce à 4 serveurs virtuels en parallèle, soit 63 % des dossiers. A cette date, le temps de traitement restant a été estimé à 160 jours pour traiter l’intégralité des dossiers.

3 - la gestion technique centralisée Les services techniques et logistiques se sont appuyés sur les dernières technologies de l’Information et de la Communication pour développer une Gestion Technique Centralisée.

Rien n’est laissé au hasard pour pouvoir apporter en temps réel les solutions techniques que chaque “incident” appelle et pour, en amont, prévenir l’incident et optimiser le fonctionnement des services techniques au service de l’Hôpital.

La Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur (G.M.A.O.) La G.M.A.O., grâce au logiciel AssetPlus (de la société General Electric), permet le suivi complet du cycle de vie de tous les matériels et dispositifs en agissant comme un microscope pour identifier, analyser et corriger les dysfonctionnements. Ce nouveau logiciel permet à chaque service de faire part de ses demandes d’interventions aux services techniques. En quelques clics, le service indique le type de demande d’intervention par l’intermédiaire de champs pré-remplis et/ou en saisie libre et le service logistique directement concerné reçoit immédiatement la demande. Le service peut ensuite suivre l’évolution de sa demande. Asset Plus a, par ailleurs, des fonctionnalités très variées qui permettent d’accroître l’efficacité des services techniques : ● Statistiques sur les coûts de la maintenance ● Suivi des cycles de vie des matériels et équipements et donc diminution du nombre d’interventions curatives ● Optimisation des stocks ● Quantification de la charge de travail de maintenance réglementaire ● Optimisation des plannings et de la charge de travail Les services techniques et logistiques ont élaboré une base de données commune avec le secteur biomédical, chacun gérant en propre et en exclusivité son secteur. Le biomédical peut donc lui aussi gérer de manière prospective sa charge de travail de maintenance réglementaire et régulière, ainsi que les demandes de maintenances curatives.

La Gestion Technique des Bâtiments (G.T.B.) L’Hôpital est équipé d’un logiciel de supervision, In Touch, qui permet à tout instant de visualiser - et de modifier en tant que de besoin - l’intégralité des réseaux et équipements de l’Hôpital : éclairage, arrosage, ascenseur, climatisation,… D’un seul clic, tous les corps de métiers techniques visualisent les éventuels défauts d’installation et peuvent les corriger, à distance ou sur place. L’Hôpital dispose de 18 000 points d’indication. Ce logiciel ergonomique, avec des outils de développement et une technologie moderne, permet de définir différentes configurations et particularités propres à chaque site ou matériel (définition par exemple des heures d’arrosage différent selon les endroits) et des déclenchements d’alarmes selon différents seuils.


L’informatique pour mieux soigner

Un ascenseur défectueux au 2e étage d’un bâtiment situé à l’autre bout de l’Hôpital ? L’ascensoriste l’identifie en temps réel et peut corriger l’incident dans les meilleurs délais. In Touch permet aussi de lancer un arrosage supplémentaire non programmé des jardins en quelques clics ou de corriger la température de climatisation dans un service.

La Gestion Technique Electrique (G.T.E.) Le logiciel PC Vue, de la Société Schneider Electric, permet de superviser et gérer l’ensemble du réseau électrique de l’Hôpital. Le service peut ainsi gérer les puissances et consommations électriques de l’Hôpital. Par ailleurs, le logiciel permet, d’un seul coup d’œil, d’identifier un défaut d’isolement et de le corriger très rapidement.

sont accessibles en temps réel sur Intranet, n’importe où dans l’établissement. D’un simple clic, on peut avoir une vision d’ensemble de toutes les gardes de la semaine en cours et à venir.

Le plan d’occupation des lits informatisé Le plan d’occupation des lits est déterminé toutes les 15 minutes et permet de visualiser l’état des lits pour chaque service : lits ouverts / fermés, lits occupés, admissions prévues sur les cinq prochains jours (H/F) et lits disponibles. Cette application est principalement utilisée par les services d’urgence en prévision d’une hospitalisation, et par les cadres de garde.

La gestion des événements indésirables La Gestion Technique d’Accès (G.T.A.) Le logiciel Micro Sésame de Till Technology gère les différents accès à l’Hôpital pour le personnel : Gestion du parking, gestion des accès dans différentes parties de l’Hôpital, … Chacun des quelque 2 000 employés et médecins de l’Hôpital a ainsi accès au parking de l’Hôpital.

4 - des “petites” solutions informatiques pour plus d’efficience Le tableau des gardes et astreintes Tous les tableaux de gardes et astreintes (corps médical, personnel soignant, Direction, cadres de santé, services techniques)

La réglementation impose désormais la mise en place d’un système coordonné de gestion globale des risques. La sécurité des soins est un objectif majeur des établissements de santé et dépasse aujourd’hui les seuls champs délimités de la réglementation. Pour répondre au mieux à cette obligation et développer une gestion globale des risques optimale, le service QualitéGestion des risques a développé avec la Direction du Système d’Information et d’Organisation une application informatique simplifiée et ergonomique qui permet à chacun de déclarer un risque ou un “incident” : les domaines à risques de l’établissement ont été répertoriés et cartographiés dans une interface très simplifiée pour l’utilisateur.

49

........................


........................

50

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

Il suffit de cliquer sur le type d’incident concerné et de déclarer informatiquement l’incident. Cette déclaration est alors envoyée au responsable de “secteur” de risque concerné qui traite le problème. La Responsable de la Qualité-Gestion des risques, également destinataire de l’ensemble des déclarations des risques, assure la supervision du suivi et de la résolution du problème. La personne qui a déclaré le risque ou incident peut aussi, grâce à l’application informatique, suivre sa demande et la mise en place des actions correctives et préventives. Elle reçoit, en outre, un message pour l’informer du suivi et de la conclusion du “dossier”.

Le circuit du médicament est totalement intégré au dossier patient informatisé : ● recueil à l’entrée du patient de ses traitements de ville, antécédents et allergies (y compris aux urgences), ● prescription systématique dans le dossier du patient, basée sur les référentiels en ligne de l’établissement, ● traçabilité des indications et de l’analyse bénéfice – risques ● traçabilité de l’administration / non administration dans le dossier de soins, ● consommation par molécule, par séjour, par patient, par service à partir du plan de soins, ● outils d’évaluation.

La gestion documentaire

Le praticien réalise sa prescription en toute connaissance de cause, après accès instantané à toute l’information nécessaire (y compris au chevet du patient) : ● historique des séjours antérieurs, ● antécédents, ● traitements en cours, ● allergies / contre indications, ● résultats (laboratoire, anapath, imagerie, explorations fonctionnelles, etc.), ● comptes rendus opératoires.

L’Hôpital a déployé, depuis plusieurs années déjà, une application informatique de gestion électronique documentaire (GEDOC) pour la gestion des documents du système qualité. Tous les documents en vigueur sont en ligne sur cette application, dès lors qu’ils ont été mis à jour et validés par la Direction de la Qualité et les personnes compétentes. Les services disposent donc de procédures, protocoles et autres documents, sûrs, validés et mis à jour en temps réel.

5 - le circuit du médicament Lorsqu'un médecin hospitalier rédige une ordonnance, un processus s’enclenche : prescription > dispensation > distribution > administration > post-administration. La Haute Autorité de Santé (HAS) a préconisé les bonnes pratiques pour optimiser l’organisation du circuit du médicament, dans lesquelles l’établissement s’est bien entendu inscrit. À Saint Joseph, la prescription connectée est généralisée à tous les services depuis 10 ans et contribue à sécuriser le circuit du médicament.

Ses prescriptions sont immédiatement prises en compte par les soignants et il peut s’assurer de la bonne administration des traitements prescrits. La concertation pluridisciplinaire est facilitée grâce au dossier partagé, support des réunions de staff ou de concertation. Après 2008, le contrat de bon usage devrait permettre de finaliser l’informatisation du circuit du médicament avec : ● l’analyse et la validation pharmaceutique, ● la délivrance nominative, ● les commandes de pharmacie des services, en liaison avec les prescriptions et les dotations par service. Une étude préalable de faisabilité permettra de déterminer avec quels moyens (humains) et dans quelles conditions ce projet pourra être réalisé.

6 - une discipline en exemple : l’oncologie L’Oncologie représente aujourd’hui 20 à 25% de l’activité de l’Hôpital. Dépister, soigner, accompagner, former, comprendre et découvrir : tels sont les objectifs du Plan Cancer que le service La pharmacie et le Dr Marie-Céline BARNOUX, Pharmacien - Chef de service


Saint Joseph Un hôpital / groupe différent ●

L’équipe de l’Hôpital de Jour Oncologie

d’Oncologie Hôpital de Jour du Dr Hervé Perrier a fait siens. Le service utilise toutes les ressources possibles pour optimiser la prise en charge de ses patients : signature d’un partenariat avec l’AP-HM (notamment pour bénéficier des équipements de radiothérapie), création d’un Comité de Coordination en Cancérologie et d’un inter-3C, utilisation de logiciels de pointe pour optimiser la prise en charge du patient et de son traitement,…

7 - les soins palliatifs ou comment la technique devient humaine…

Un partenariat plus large s’est organisé à travers le réseau ONCOPACA qui permet de fédérer les compétences d’environ 200 établissements de la région au service du patient. Des Réunions de Concertation Pluridisciplinaires (RCP) sont organisées régulièrement pour statuer sur les nouveaux dossiers de patients atteints de cancer et mettre au point ensemble une stratégie diagnostique et thérapeutique. En amont une fiche de RCP est élaborée et envoyée à chaque membre pour nourrir la discussion et la décision. L’Hôpital Saint Joseph est l’un des rares établissements du réseau à disposer d’une fiche de RCP informatisée via le logiciel Actipidos. Celle-ci est donc élaborée en temps quasi-réel et remontée au réseau ONCOPACA après validation par le médecin responsable de la RCP et sous réserve de l’accord explicite du patient. Un gain de temps non négligeable dans un combat contre la maladie où chaque jour compte.

Un portable équipé d’une webcam est mis à la disposition des patients des Soins Palliatifs, qui peuvent ainsi maintenir le contact avec leur famille quelquefois éloignée. Ce dispositif permet, à l’envi, de discuter, d’échanger, en “tête à tête” avec ses proches.

Par ailleurs, dès lors que le traitement choisi a été validé, il peut être prescrit, reconstitué et administré dans les meilleurs délais grâce à la solution CHIMIO (Computer Engineering). Une Unité de Préparation Centralisée des Cytotoxiques a, en effet, été créée par la Pharmacie Centrale de l’Hôpital en 2006. Grâce à ce nouveau dispositif, le patient peut recevoir son traitement de chimiothérapie une demi-heure après la prescription : une fois que le protocole est validé, l’oncologue qui reçoit le patient en consultation déclenche informatiquement, via le logiciel CHIMIO, la demande de préparation de la poche à la Pharmacie. La prescription est centralisée, sécurisée et formalisée selon un thesaurus.

L’utilisation de l’informatique faite dans ce service est l’illustration même de ce que veut être l’Informatique à Saint Joseph : un outil au service de plus d’humanité, de plus de chaleur, de plus de bien-être pour le patient.

Cette utilisation est une “prestation” que le service Informatique peut proposer dans d’autres services d’hospitalisation. Elle a notamment déjà été proposée aux mamans éloignées de leurs bébés nés prématurément au Pôle ParentsEnfants Sainte-Monique.

51

........................


........................

52

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

II L’informatique pour mieux piloter et décider

1 - le pilotage médico-économique L'hôpital dispose d'un infocentre mis à jour mensuellement et contenant des informations de natures différentes : ● données d'activité classiques (entrées, journées, durées moyennes de séjour, taux d'occupation) ● les actes médicaux et chirurgicaux, ● les dipositifs médicaux implantés, ● le détail des interventions réalisées au bloc via le logiciel OPTIM, ● les données issues de la comptabilité analytique et générale, ● les données relatives au personnel (paie, planning, gestion des contrats). A partir de ces informations, des tableaux de bord ont été mis en place et déclinés selon les différents axes d'analyse : établissement, pôle, service, spécialité. Ces tableaux de bord, rafraîchis mensuellement 10 jours ouvrés après la fin du mois précédent, sont accessibles sur l'Intranet et mis à la disposition de la Direction, des gestionnaires et des cadres de santé qui peuvent ainsi suivre mensuellement leurs indicateurs et mettre en place le cas échéant des actions correctives. Par ailleurs, le Contrôle de Gestion réalise des requêtes ad hoc sous Business Objects afin de collecter les données nécessaires aux analyses ; les études très poussées qui en découlent permettent des comparaisons pertinentes et précieuses pour l'évaluation médico-économique d'un nouveau projet ou d'un nouvel achat. Le Contrôle de Gestion a mis en place une comptabilité analytique qui permet de dégager les coûts complets du niveau le plus haut (pôle) au niveau le plus fin (service, unité, famille). Une application informatique dédiée (VISASYS de la Société

WELLINGTON) permet l'intégration des données issues de la comptabilité analytique, des données directement affectées aux patients (actes, examens, dipositifs médicaux implantés, molécules onéreuses, produits sanguins, temps passé au bloc etc) et des données du PMSI. Il en résulte des coûts et des recettes détaillés par séjour que l'on peut consolider pour établir des comptes d'exploitation par Unité médicale et par GHS. L'aboutissement de ce projet permet à l'Hôpital de participer depuis 2006 à l'ENCC (Etude Nationale des Coûts à méthodologie Commune). Un Contrôle de Gestion efficace, un système d'information performant sont les éléments clés d'un pilotage médico-économique réactif pour une gestion optimale de l'Etablissement.

2 - le département d’information médicale (dim) Le DIM est une structure transversale de l'hôpital, un service ressource au même titre que le service du Contrôle de Gestion. Le DIM organise le recueil, la circulation et le traitement des données médicales sous l'autorité d'un médecin Responsable du DIM. Son rôle en matière de centralisation des informations médicales est prévu par l'article L.710.5 du Code de la Santé Publique. Il a trois types de missions hospitalières : ● La gestion du PMSI (Programme de Médicalisation des Systèmes d’Information) pour le court séjour MCO (médecine, chirurgie obstétrique), les Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) ● L’Hospitalisation À Domicile (HAD) ● Les archives, la gestion des archives médicales. ● La transmission des dossiers médicaux aux anciens patients ou à leur médecin traitant, le cas échéant.


II L’informatique pour mieux piloter et décider

3 - les ressources humaines

Le Dr Brigitte DEBRY, Chef de Service du DIM

Le DIM contrôle et transmet toute l’activité de l’hôpital (logiciels ACTIPIDOS et CORA, puis WEB100T en 2008). Il conduit les analyses et la réflexion permettant d’améliorer la qualité de la base de données. Chaque acte opéré sur un patient est donc codé et répertorié. À Saint Joseph, le DIM fournit un travail très pointu, appuyé sur des données informatiques extrêmement complètes grâce au dossier patient informatisé. Les médecins bénéficient régulièrement de statistiques et d’analyses très fines sur les résultats générés par leur activité. L’originalité de l’établissement réside dans un codage décentralisé au niveau des médecins : les diagnostics tout autant que les actes sont codés dans les services, par les médecins eux-mêmes. Le DIM met à leur disposition des outils d’aide au codage (thesaurus, logiciel de contrôle qualité) et accompagne leur codage par un travail à postériori de contrôle de l’exhaustivité et de la pertinence des codages effectués.

La Direction des Ressources Humaines dispose d’un Système d'information de gestion des ressources humaines, sorte de “maillage” de logiciels reliés entre eux qui a permis à l’établissement de mettre en place une gestion des Ressources Humaines souple et réactive. Il combine la Gestion des Ressources Humaines basique (paie, gestion administrative), la gestion des plannings, avec les moyens mis à disposition par les Technologies de l’Information et de la Communication (logiciel LOCUS de formation, logiciel d’Accident du travail de la Société PW SOL,...) Les informations issues de différentes origines, de différents logiciels, sont reliées entre elles, à travers des modules intégrés dans une seule application et une base de données unique. À travers PRSO de la Société SIEMENS, le module de gestion administrative de chaque employé est ainsi directement relié au module de planning, lui-même relié au module de paie. L’originalité de l’Hôpital est d’avoir privilégié une gestion décentralisée des plannings : ce sont les cadres qui assurent la gestion du temps de leurs salariés. Ils rentrent donc euxmêmes chaque mois dans le planning les différents “événements” ( jours de congés payés, jours d’arrêts maladie, Accidents du Travail, …) de chaque employé de leur service. Au moment de l’établissement de la paie, une interface automatique se fait entre le module Planning et le module paie et chaque événement est inscrit alors dans une “rubrique” particulière de la paie. Les avantages d’une telle gestion décentralisée sont triples : un gain de temps non négligeable –et crucial lorsque l’on doit

le parcours de production et transmission des informations du dim

Gestion administrative

Identité du patient séjour Mouvement

PHARMACIE

Éléments Patient Mouvement (UM) Codes diag et actes GHM GHS

Identité Patient Mouvement Droits Taux de PC Prestations … VIDHOSP Titre

PMSI

RSA

FICHCOMP

Facture

RSFACE

DMI par séjour Outils ATIH Médicaments par séjour

TG

CPAM,…

ATIH e-PMSI > DHOS >ARH

53

........................


........................

54

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

éditer plus de 2 000 bulletins de paie par mois- dans le traitement des différents “événements” de la vie des salariés ; une gestion en temps réel pour les cadres responsables de service de leurs personnels ; un moyen d’assurer au salarié une paie plus juste par la répercussion quasi-immédiate des événements qui impacte le salaire (heures supplémentaires, par exemple). Enfin, Business Object a permis d’élaborer des tableaux de bord (suivi des effectifs, nombre de CDD, …) à partir des données issues de PRSO, très utiles pour un pilotage en temps réel des Ressources Humaines par chaque cadre. Par ailleurs, la Direction des Ressources met à disposition des employés de l’Hôpital un Portail d'Information du service des Ressources Humaines de l'Hôpital Saint Joseph sur Intranet, une mine d’informations pour tous : ● Des informations sur l'organisation du service, son mode de fonctionnement, ses membres... ● Des informations sur l'ensemble des pratiques administratives disponibles, ainsi qu'une possibilité d'impression des formulaires de demandes diverses en ligne. ● Un catalogue des formations disponibles. ● Toutes les Actualités, Informations diverses et Archives. La Direction des Ressources Humaines a à cœur de développer l’information et l’accessibilité à l’information du personnel de l’Hôpital, à travers l’utilisation d’outils informatiques.


L’informatique pour mieux communiquer

III L’informatique pour mieux communiquer

1 - l’accès distant e-s@nté saint Joseph : quand l’hôpital vient aux médecins… www.esanté-saint-joseph.fr Souvent, les médecins de ville se plaignent d’un trop grand isolement par rapport aux établissements de santé qui ne leur permet pas de rester en lien avec leurs patients hospitalisés, avoir des informations de leurs hospitalisations, des soins qu’ils ont reçus, des interventions qu’ils ont subies… L’Hôpital Saint Joseph a souhaité répondre à cette attente par la création du portail “E-S@nté Saint Joseph” www.esantesaint-joseph.fr, facilitant l’accès aux médecins correspondants de l’Hôpital, en temps choisi, aux documents médicaux de leurs patients (CR d’examens et d’analyse, CR opératoires, Fiches RCP, CR d’hospitalisation, …). Le site “E-s@nté Saint Joseph”, portail Internet sécurisé destiné aux médecins correspondants, a été lancé le 20 juin 2007. Il permet désormais aux médecins de consulter, depuis leur cabinet, les résultats d’examens et comptes-rendus d’hospitalisation de leurs patients, au moment de leur choix. Grâce à E-s@nté Saint Joseph, le patient peut dès à présent bénéficier, via son médecin traitant, d’un suivi coordonné et d’une sécurité diagnostique et thérapeutique renforcée.

Le fonctionnement Le projet e-s@nté a été possible grâce à l’existence du dossier patient ACTIPIDOS (de la société ARES) entièrement informatisé depuis dix ans à Saint Joseph, et grâce à l’archivage de tous les comptes rendus au sein d’une GED (Gestion Electronique des Documents) avec le logiciel Atlas. La Direction du Système d’Information et d’Organisation a développé un mode d’emploi volontairement simplifié et interactif pour les médecins :

1 > Le bureau des entrées recueille auprès du patient les coordonnées de son/ses médecin(s) traitant(s), ainsi que son accord pour la communication des données médicales le concernant à son médecin correspondant. 2 > Le médecin s’inscrit sur le portail internet E-S@nté Saint Joseph avec sa carte CPS et renseigne son adresse de messagerie. 3 > Il reçoit des messages (s’il a fourni une adresse mail au GIPCPS ou lors de l’inscription sur le site e-s@nté) signalant la fin de séjour d’un de ses patients à J+2 4 > Il accède au portail internet sécurisé, grâce à sa carte CPS, où il peut consulter tous les documents produits au cours de l’hospitalisation des patients dont il a la charge (et qui ont donné leur accord), et ceci dès la sortie du patient. Une campagne de communication spécifique a été faite lors de la phase de lancement du projet : Envoi d’un sticker à tous les médecins correspondants et une troisième enquête auprès de ces derniers à été lancée pour connaître leur point de vue général sur l’établissement et en particulier sur le site e-s@nté. Après quelques mois, 70 médecins se sont déjà inscrits et consultent régulièrement le site. Une nouvelle campagne de communication est en cours pour faire mieux connaître ce nouveau service aux médecins correspondants et à leurs patients.

55

........................


........................

56

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

2 - le réseau wifi

3 - l’intranet

Le Wifi est opérationnel au sein de l’hôpital Saint Joseph depuis 1998, simultanément à la mise en place d’Actipidos et du Dossier Patient Informatisé.

Le site Intranet de l’hôpital, opérationnel depuis 2 000, compte en moyenne 800 à 1.000 accès quotidiens.

Chaque service est doté d’un parc d’ardoises et d’ultra-portables en fonction du nombre de lits installés. Les postes mobiles ● 96 ardoises ● 20 ultra portables ● 12 IPaq utilisés par les officières de repas Le réseau Wifi est constitué de 90 points d’accès pilotés par deux contrôleurs. L’architecture mise en place est hautement disponible et sécurisée : ● authentification forte ● détection de bornes pirates ● partage de charge ● optimisation du réseau et de la couverture

Tout salarié et médecin de l’hôpital peut accéder à de multiples informations et outils : ● Actualités quotidiennes de l’Hôpital Saint-Joseph ● Annuaire ● Photothèque ● Informations d’ordre général (Organigramme, Plan Blanc, Bilan chiffré annuel, Statuts) ● Applications intranet (Gestion documentaire, 17 applications médicales, 8 dossiers bureautiques, 6 applications administrative, messagerie) ● Présentation et documents de travail par service ● Loisirs (CE, Association sportive, self, etc.) La refonte de l’Intranet est prévue pour 2008.

4 - le site internet Le site actuel est en ligne depuis bientôt 8 ans et a été conçu pour répondre aux besoins d’information de deux “cibles”: les patients et les visiteurs. Début 2007, l’hôpital a entrepris la refonte du site Internet.


L’informatique pour mieux communiquer

Le nouveau site sera articulé autour de cinq espaces, selon le public ou le domaine concerné : ● Grand public (patients, visiteurs) ● Professionnels de santé ● Médias ● Fournisseurs et partenaires ● Recrutement et offres d’emploi Deux espaces concernent directement les entités du Groupe Saint Joseph : ● L’établissement de soins de suite et de réadaptation Fernande Berger ● La Fondation Hôpital Saint Joseph

Une rubrique “Votre avis et vos suggestions nous intéressent”. Un accès direct à la rubrique “Devenez donateur” (bénévolat, dons et activités de la Fondation) ● Un moteur de “recherche” par mots clés… ● ●

Le nouveau site Internet aura vocation à promouvoir l’accueil des patients et les savoir-faire de l’établissement, démystifier l’hospitalisation, fournir des outils et informations aux patients, aux professionnels de santé, aux médias, aux fournisseurs et prestataires de l’établissement. La mise en ligne est prévue pour début 2009.

À travers ce nouveau site, l’hôpital souhaite élargir son public, au-delà des patients et leur famille, et s’attachera à fournir une information pertinente et de qualité. La volonté a été de privilégier un site attractif, interactif, où différents publics pourront très rapidement et convivialement trouver les informations qu’ils viennent y chercher : Un espace “actualité” quotidiennement mis à jour avec un historique. ● Un espace “agendas, colloques, manifestations, Enseignements Post-Universitaires, évènements”. ● Un bandeau avec accès direct à l’espace “recrutement” : Saint Jo recrute, offres d’emplois… ● Un accès direct au portail e-santé hôpital ville de Saint Joseph ● Des réponses en ligne sur un questionnaire à compléter. ●

Le nouveau site en projet

Le site Internet actuel de l’Hôpital

57

........................


........................

58

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

IV Un service informatique novateur

l’informatisation et la qualité du système d’information a toujours été une priorité pour l’hôpital saint Joseph. L’hôpital a ainsi été l’un des premiers établissements en france à se doter d’un dossier patient informatisé, accessible à tous les médecins et personnels soignants au chevet du patient, grâce à des PC portables connectés en WI-FI au réseau de l’hôpital (installé depuis 1998).

Depuis, l’informatique n’a cessé de progresser avec des objectifs qui sont restés une préoccupation constante : ● faciliter le travail des équipes médicales et soignantes auprès du patient, ● mettre la technologie au service du patient. cette volonté permanente permet aujourd’hui à l’établissement de disposer d’un système d’information qui couvre toute la prise en charge du patient et qui s’appuie sur des technologies performantes.

1 - l’évolution du système d’information à saint joseph depuis vingt ans > avant

1987 - Une informatique de gestion

Une informatique essentiellement dédiée à la gestion quotidienne, avec le système IBM 36. > De 1987 à 1996 - Phase de recherche

vers le dossier patient Développement de l’application Rhesus par une équipe informatique en régie : début de l’informatisation des services (imagerie médicale, laboratoire, prescription thérapeutique dans les services). Travail sur l’informatisation du Dossier de Soins. Mise en place du 1er serveur bureautique sous Windows en 1994.

Le groupe de formatrices ACTIPIDOS pour les personnels médical, de soins et administratifs (1998). Gauche puis droite (du 1er plan au dernier plan) : Cécile GUILLEMIN, Sylvie DALMASO, Noëlle BIJON, Eliane BESSONE, Marie-Geneviève OLK, Florence PIERI GUERIN


Un service informatique novateur

> de 1997 à 1999 - Un Dossier Patient

informatisé

Une équipe informatique intégrée au personnel de Saint Joseph. Lancement du logiciel Dossier Patient informatisé Actipidos et l’EAI (Entreprise Application Intégration) APILINK et de l’architecture technique. Mise en place d’une messagerie électronique MS / Mail.

graphique d’équipements en postes informatiques depuis 1987 100 20 >

120

> de 2000 à 2007

- La sécurisation, l’informatisation du plateau technique et l’informatique au service du Management

Amélioration de la sécurité Amélioration de la disponibilité du service Informatique avec la création d’une Hotline disponible 7 jours sur 7. ● Installation et développement de nombreux logiciels autour d’Actipidos (GED, Atlas, Optim, Chimio, Ultragenda, .. ;) ● Mise en place d’une infomatique de Communication (Intranet, Internet, E-S@nté) ● L’informatique au service des gestionnaires avec Business Object et Infocentre.

350

115 115

800

> En annexe, l’historique complet des grandes étapes de l’informatique de l’Hôpital Saint Joseph.

630

600

550

100 40

1987

1988

1999

2003

2006

2007

Écrans passifs

Ardoises

Ultra portables

PC

Clients légers

Tablets PC

De gauche à droite : Debout : Hervé Marcy, Erlend Corvisier, Jean-Christophe Radius, Sauveur Daniele, Jean-David Radius, Christian Hoos, Tayeb Bouabdallah, Frédéric Ingrassia, Boris Royer - Au premier rang : Patrice Garro, Gilles Ganzin, Isabelle Salesse Lavergne, Isabelle Limozin, Carine Sanchez, Michèle Mattone Et en médaillon : Paul Fargier et Jean-Marie Aguilera

59

........................


........................

60

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

2 - aujourd’hui, organisation et compétences

L’INFORMATIQUE EN CHIFFRES 2 salles machines 1000 postes de travail, dont 350 clients légers (HP et Wyse) ● 96 ardoises mobiles (Motion Computing) ● 404 imprimantes (LEXMARK – EPSON – HP) ● 76 scanners ● 76 serveurs HP / Windows ● 18 serveurs virtuels VMWare ● 2 fermes CITRIX comprenant 8 lames chacune ● 89 bases de données (Oracle et SQL Server) ● 1 IFive ● 14 To stockés sur une baie EVA 8000 ● 4 To stockés sur une baie EVA 4000 (baie de secours répliquée) ● Une centaine de switch et routeurs - Backbone Gigabit - Réseau Ethernet - Switch 3COM - Redondance des liens et des matériels réseau ● 90 bornes Wi-Fi 3COM / 2 switch 3COM intégrés au backbone ● 1 000 comptes de messagerie (Exchange 2003) ● Plus de 150 logiciels différents ● 500 appels par mois à la hotline (24H/24 et 7j/7), dont 85% traités en premier niveau ● Une équipe de 17 personnes ● ●

Le service Informatique compte aujourd’hui 17 personnes. coûts informatiques en 2007 : 3 262 K€ Personnel : 1 255 K€

Budget de fonctionnement : 1 211 K€

Dotations aux amortissements des investissements informatiques : 796 K€

RATIOS-CLÉS DE LA FONCTION INFORMATIQUE Les coûts informatiques représentent 2 % du total des dépenses de l’établissement. ● Le coût d’exploitation par poste et par an est de 2 965 € (2 242 € hors dotations aux amortissements). ● Le nombre de techniciens informatiques pour 100 postes (postes de travail, clients légers, ardoises mobiles) est de 0,4. Les Investissements de l’année se sont élevés à 1 241 K€ (contre 740 K€ en 2006 et 634 K€ en 2005). L’année 2007 est marquée notamment par la mise en service d’une seconde salle machine. ●

> Le Département Etudes et Développements a en charge la mise en œuvre des différents logiciels, en réponse aux besoins des utilisateurs. Il prend en charge les projets de mise en œuvre et l’accompagnement des utilisateurs. Il assure ensuite le support de second niveau aux utilisateurs, prend en charge

organigramme de la direction des systèmes d’information et d’organisation

direction informatique

gestion administrative

(I. Salesse-Lavergne)

(P. Garro)

production études et développement

(H. Marcy)

support utilisateurs

Médical : . . . . . . . . . . . . . . . M. Mattone / I. Limozin J.M. Aguilera (Dossier Médical / Bureautique) Gestion : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . P. Garro S. Daniele (Ressources Humaines/Comptabilité) Intégration : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . J.C. Radius

Exploitation/Gestion Parc : . . . . . F. Ingrassia T. Bouabdallah C. Hoos-Cauvin J.D. Radius Administration/ Syst. & Réseaux & BDD : . . . . . . . . . . . . . G. Ganzin B. Royer F. Ingrassia Architecture/Mise en Édition : . . H. Marcy G. Ganzin E. Corvisier Sécurité : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . B. Royer

Formation- Assistance : . . . . . . . . . C. Sanchez HotLine : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . F. Ingrassia Webmaster : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . P. Fargier


Un service informatique novateur

les relations avec l’éditeur, l’identification des demandes d’évolution et les changements de version. La cellule d’intégration réalise les échanges inter applications grâce à l’EAI JEEBOP de l’éditeur WRAPTOR, qui permet d’assurer l’intégration de toutes les applications médicales et médico-techniques, soit plus d’une soixantaine. Les besoins sont formalisés dans les projets d’établissement quinquennaux et découlent directement des projets médical, de soins, des ressources humaines et management. Tous les ans, un plan “projets” est défini conjointement avec les services et la Direction Générale. Le service réalise chaque année entre 50 et 70 projets nouveaux de plus de 20 jours/hommes, tout en assurant le support et l’exploitation quotidienne du parc installé. > Le Département Production définit l’architecture technique, prépare et assure l’intégration, la mise en œuvre, l’administration, l’exploitation quotidienne et la maintenance des matériels, systèmes, réseaux et bases de données. Le dispositif interne est complété par une société extérieure, la société SEA, qui assure le télé pilotage de nuit, week-end et jours fériés. Le service assure une astreinte 24H/24 – 7J/7. Le responsable Sécurité propose des dispositifs de sécurisation, met en œuvre le plan d’action sécurité et surveille le niveau de sécurité du système d’information. > La formation et l’accompagnement des utilisateurs sont assurés par une Infirmière à mi-temps (pour le personnel soignant) et par un membre du service (une secrétaire médicale qui a rejoint le service informatique) à temps plein (pour les médecins et secrétaires). Cette personne a vocation à apporter un support de proximité dans les services pour faciliter l’utilisation des applications médicales par les médecins et les équipes soignantes.

Pour chaque logiciel installé, un chef de projet utilisateur et un chef de projet informatique sont désignés. Le chef de projet utilisateur est ensuite considéré comme le responsable du traitement. Le chef de projet informatique a en charge le support de second niveau (le premier niveau étant assuré par la hotline), la relation avec l’éditeur, les changements de version et l’identification des évolutions fonctionnelles qui sont soumises à l’éditeur ou au club utilisateurs.

4 - la hotline La hotline est assurée par un prestataire extérieur, la société SEA : ● du lundi au vendredi, de 7H à 18H, un opérateur est physiquement présent à l’hôpital pour prendre les appels ● de lundi au vendredi, de 18H à 7H, les week-ends et jours fériés, les appels basculent sur la plateforme de notre sous-traitant. De janvier à décembre 2007 : ● 6 201 appels reçus sur la plateforme de l’hôpital, soit 516 appels par mois (0,46 appels par poste installé) ● 5 676 appels reçus sur la plateforme de la société SEA, soit 473 appels par mois (0,43 appels par poste installé)

3 - la couverture fonctionnelle présentation sommaire Fin 2007, le système d’information de l’hôpital compte 150 logiciels : ● 63 logiciels médicaux ● 26 logiciels médico-techniques ● 41 logiciels de gestion ● 13 applications infocentre ● 3 logiciels pour les autres établissements (Fernande Berger, IFSI et HAD) ● 1 EAI ● 3 applications de pilotage des échanges

LES PRINCIPAUX TYPES D’INCIDENTS QUI MOTIVENT LES APPELS À LA HOTLINE Problèmes d’imprimante Dysfonctionnements logiciel Actipidos ● Problèmes profil utilisateur ● Problèmes d’ordinateur de bureau ● Dysfonctionnements AS 400 ● Problèmes de connexion au réseau ● Problèmes bureautique ● Problèmes de messagerie électronique ● ●

61

........................


........................

62

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

la couverture fonctionnelle informatique

gestion administrative (Identité unique du Patient)

système d’information patient ●

Admission en unité de soins / Mouvements Dossier Patient Dossiers de spécialité (PMA, cancérologie / RCP, Cardiologie) PMSI GED Archivage / Microfilmage HAD Qualité Serveur d’actes

système d’information médico-technique ●

EAI ●

Gestion de rendez-vous Laboratoire Imagerie (RIS) Bloc (Général et Maternité) Banque du sang Anapath Biomédical Rétrocession

système d’information pilotage Infocentre BO

système d’information administratif et gestion

système d’information logistique ●

Facturation Paie / GRH Paie des médecins Comptabilité / Finance Contentieux Services Économiques

Restauration / Cafeteria Lingerie TV / Téléphone Demandes d’intervention Services Technique et Biomédical Commandes matériel et pharmacie


Un service informatique novateur

5- Les plans sécurité

Sécurité physique Mise aux normes des locaux techniques, des baies de câblage et de la salle machine ● Création d’une seconde salle machine de back-up ●

La sécurité du système d’information est une préoccupation constante de l’hôpital. En effet, le niveau d’intégration et de couverture de notre système d’information est tel qu’un arrêt prolongé deviendrait préoccupant pour assurer dans les meilleures conditions la continuité des soins. Il devient donc fondamental de se préoccuper de la disponibilité des applications et de la sécurité physique des machines. Dès 2004, un responsable Sécurité a été désigné. Il participe à l’élaboration de la politique Sécurité, en assure la mise en œuvre et le suivi. En 2004 / 2005, un audit sécurité a été réalisé par une société extérieure et a abouti à l’élaboration d’un plan d’action sécurité :

Organisation, management et ressources humaines Elaboration et diffusion d’une charte d’utilisation du système d’information ● Désignation systématique d’un responsable d’application (utilisateur) pour chaque logiciel ● Identification d’une ressource informatique en back-up du chef de projet informatique pour les applications critiques ● Mise en place d’une procédure de gestion des entrées / sorties (corps médical et personnel salarié). ● Réorganisation de la gestion du parc matériel ● Définition de procédures de mise au rebut ●

Administration et exploitation Signature d’une clause de confidentialité par les prestataires extérieurs ● Renforcement de la sécurité du réseau Wifi et de la plateforme IFive ● Amélioration de la gestion des mots de passe ●

Continuité de service ●

Formalisation et tests de procédures de continuité de service pour les applications critiques

L’année 2007 a été essentiellement consacrée à l’ouverture d’une seconde salle machine et à la sécurisation des accès distants via une Citrix Access Gateway. Désormais, les médecins de l’hôpital peuvent accéder en toute sécurité aux principales applications médicales depuis n’importe quel poste de travail équipé d’une connexion ADSL et d’un navigateur. Cela leur permet d’accéder au dossier du patient ou à la prise de rendez-vous depuis leur cabinet, ou depuis leur domicile en cas d’urgence. Les personnels administratifs ont la même possibilité d’accès à leurs fichiers à distance.

63

........................


........................

64

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

6- Les projets informatiques 2008 / 2009 scanner qui lui permettra de numériser tous les documents utiles apportés par le patient. En cas d’hospitalisation prévue, le médecin disposera des outils qui lui permettront de fournir toutes les informations nécessaires à son cadre de santé et de saisir toutes les prescriptions à réaliser à l’entrée du patient > Généralisation de l’accès distant sécurisé pour les médecins et personnels administratifs : chaque médecin pourra accéder au dossier du patient depuis son cabinet, son domicile, … dès lors qu’il sera équipé d’un PC ou Mac, d’une connexion ADSL et d’un navigateur. L’authentification se fera dans un premier temps avec un Token, pour ensuite laisser place à la carte CPS, conformément au décret de confidentialité. > Informatisation de Fernande Berger : dès la rentrée 2008, Fernande Berger disposera d’un dossier patient informatisé pour l’ensemble de ses patients.

Promouvoir les échanges au sein du territoire de santé L’Hôpital Saint Joseph souhaite occuper toute sa place au sein du Territoire de santé. Après la mise en place d’E-s@nté qui permet de communiquer avec les médecins de ville et tout médecin hospitalier disposant d’une carte CPS, l’établissement souhaite s’inscrire pleinement dans la dynamique d’échange avec tous les acteurs de la région PACA puis, plus particulièrement avec le réseau ONCOPACA.

Faciliter la continuité des soins > Informatisation de la salle de réveil : chaque place de la salle de réveil sera équipée d’un poste informatique qui permettra au personnel soignant de prendre immédiatement connaissance des prescriptions per-opératoires dès la sortie de bloc du patient, de suivre et tracer les constantes et de prendre en charge le patient conformément aux prescriptions de l’anesthésiste. > Équipement informatique de chaque box de réanimation et de soins intensifs (40 postes) : les deux services seront équipés de postes client léger, de manière à assurer le suivi du patient à son chevet. > Généralisation de l’informatisation pour les consultations externes et les préadmissions : en 2008, chaque cabinet de consultation sera équipé a minima d’un poste de travail et d’une imprimante, de manière à ce que le praticien puisse accéder au dossier du patient, tracer sa consultation et établir son ordonnance. S’il le souhaite, il pourra également disposer d’un

> La plateforme régionale TELESANTE PACA : Saint Joseph participera activement, en tant que l’un des dix établissements expérimentateurs, au projet de mise en place d’une plateforme régionale d’échange porté par l’ARH PACA. Cette plateforme, véritable portail de santé PACA, permettra aux professionnels de santé de dématérialiser leurs principaux flux d’échange, de disposer d’une messagerie sécurisée et d’accéder à tous les services proposés par l’ARH (ex. serveur de veille sanitaire, serveur d’urgence, etc.) > ONCOPACA : courant 2008, toutes les RCP de l’établissement saisiront, pour chaque patient, la fiche RCP conformément au modèle proposé par l’INCa. Avec l’accord du patient et après validation du médecin responsable, ces fiches seront transmises au réseau régional de cancérologie ONCOPACA et alimenteront une base de données régionale. Cette base de données permet aux professionnels de santé d’accéder aux informations de santé des patients qui leur sont nécessaires pour assurer la coordination et la continuité de leur prise en charge.


Un service informatique novateur

Améliorer les outils de pilotage et de gestion Les tableaux de bord d’évaluation médicale viendront compléter les tableaux de bord médico-économiques qui sont utilisés depuis plusieurs années à l’hôpital. Ces outils viendront en appui des processus d’Evaluation des Pratiques Professionnelles.

Poursuivre l’évolution de notre architecture technique et renforcer la sécurité du système d’information > Généralisation de la virtualisation VMware : le projet de virtualisation a démarré en 2007 et a permis de virtualiser 37 serveurs sur deux machines physiques. Quatre serveurs supplémentaires seront alloués à ce projet pour la montée en charge de la virtualisation. > Optimisation du stockage et des sauvegardes : la mise en service de la seconde salle machine en 2007, a permis de mettre en place une seconde baie SAN de secours qui permet de répliquer 4 To correspondant aux données les plus sensibles. Compte-tenu des volumes de plus en plus importants à sauvegarder, l’hôpital prévoit la mise en place d’une librairie virtuelle de sauvegarde qui permettra d’augmenter les capacités et performances de sauvegarde. > Evolution de l’architecture réseau : l’hôpital est confronté à la nécessité d’interconnecter de plus en plus de réseaux (dont des réseaux virtuels) pour pouvoir intégrer à terme les images et les données biomédicales dans le dossier patient. Cette interconnexion devra se faire en toute sécurité et comporter un débit suffisant, notamment pour la partie imagerie. Il est donc prévu de faire évoluer à la fois l’architecture et les équipements sécurité du réseau, sur les deux années à venir. > Plan de Continuité de Service : Après l’ouverture d’une seconde salle machine, le service Informatique entreprend la formalisation d’un Plan de Continuité de Service pour 2009.

Mettre en place un réseau d’imagerie et de données biomédicales accessibles aux acteurs du territoire de santé Depuis maintenant 10 ans, l’hôpital dispose d’un dossier patient informatisé utilisé par tous les praticiens et tous les services de soins, à tous les stades de la prise en charge du patient : consultation, pré-admission, hospitalisation. Il reste désormais une dernière étape à franchir dans la montée en charge de dossier patient en y ajoutant les images et les données biomédicales, avec l’objectif de mettre ces informations à disposition de toute personne intervenant dans la prise en charge du patient au sein de l’établissement, mais également à l’extérieur (Exemple - praticien dans un autre établissement pour avis ou prise en charge du patient, réseaux de soins, médecin de ville ou médecin spécialiste en charge du patient et établissements d’aval). Nous serons ainsi en situation d’alimenter le futur DMP dans toute sa complétude. Au sein de l’établissement, le dossier sera entièrement dématérialisé. Le projet concerne toutes les images produites au sein de l’établissement (images statiques et dynamiques, y compris les endoscopies et coelioscopies), ainsi que les données biomédicales issues des appareils tels que les moniteurs de bloc, les holters cardiaques et tensionnels, les ECG, les angiographies rétiniennes, etc. Ce projet permettra à d’autres établissements d’accéder au plateau technique de Saint Joseph et d’assurer la continuité des soins grâce à la consultation en temps réel des résultats et à l’hôpital de développer la coopération avec les autres acteurs du territoire et notamment de participer aux réseaux d’urgence. Ce projet a fait l’objet d’une demande de subvention dans le cadre des enveloppes destinées à renforcer les systèmes d’information du Plan Hôpital 2012.

65

........................


........................

66

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 â—?

3

Les instances

66


Les comptes annuels

I Schéma d’ensemble du Groupe Saint Joseph II Les instances de l’association III L’organigramme de l’Hôpital IV Le corps médical et l’encadrement soignant

67

........................


........................

68

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

I Schéma d’ensemble Fondation Hôpital Saint Joseph

Association Hôpital Saint Joseph de Marseille

Antoine Dubout Président

Conseil d’Administration

Assemblée Générale

Bureau

Conseil de Surveillance

Direction des Partenariats et du Développement

Comité exécutif


Les instances de l’association

II Les instances de l’Association

Antoine Dubout, Président

Bernard Monier Directeur Général

Florent Rovello Directeur Général Adjoint

Stéphane Campagnola, Directeur Administratif

Bernard Pol** Directeur Médical

les organes délibérants de l’association le groupe saint joseph comprend, d’une part, la fondation hôpital saint joseph, reconnue d’utilité publique par décret de 1984, et d’autre part, l’association hôpital saint joseph de marseille, gestionnaire de l’hôpital, de la maison fernande berger et de l’ifsi victoria desjardins. statutairement, le président de la fondation ou son vice-président préside l’assemblée générale de l’association. la gouvernance de l’hôpital est caractérisée par la présence d’un organe délibérant dont les membres, bénévoles et indépendants, délèguent les pouvoirs de gestion et de direction de l’association hôpital saint joseph à un comité exécutif composé actuellement de quatre membres et présidé par le directeur général.

L’Assemblée Générale de l’Association Présidée par Antoine DUBOUT, Président du Conseil de Surveillance, l’Assemblée Générale donne quitus des orientations décidées pour l’association. Elle s’est réunie 5 fois en 2007, avec un taux de participation moyen de 76 %. Elle entérine les rapports qui rendent compte de la gestion et de l’activité de l’Hôpital et donne pouvoir aux présidents du Conseil de Surveillance et du Comité Exécutif pour qu’ils signent tous les actes et contrats nécessaires à la bonne marche de l’Association. Elle est composée de membres “votants” (membres fondateurs et membres actifs de la Fondation / Association) et de membres qui ont voix consultative (les membres d’honneur, les membres du Comité Exécutif, les représentants des salariés membres du Comité d’Entreprise –un représentant par collège- et les représentants de la Commission Médicale d’Etablissement). Membres ayant voix délibérative Mgr Georges PONTIER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Archevêque de Marseille ou son représentant Antoine DUBOUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Président Alain STORIONE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Vice Président

Christian CARASSOU MAILLAN * . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Trésorier Bruno FABRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur Jean Pierre FABRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur Isabelle LAUGA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur M. Françoise LE DIZES . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur Guy NASSI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur Dr J. Paul ROCCA SERRA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Administrateur

Membres ayant voix consultative Membres du Comité Exécutif : Bernard MONIER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Général Florent ROVELLO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Général Adjoint Stéphane CAMPAGNOLA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Directeur Administratif Dr Marc DUPONT ** . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .Directeur Médical Membres du Comité d’Entreprise : Josyane BEQUIER *** Hélène BOURDELIN Patrick MASURE Représentants de la Commission Médicale d’Etablissement **** : Dr Gérard MORISSON LACOMBE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Président Dr Roger ROSARIO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vice-Président

69

........................


........................

70

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

Le Conseil de Surveillance de l’Association Le Conseil de Surveillance,quant à lui,exerce le contrôle permanent de la gestion de l’Association par le Comité Exécutif. Il s’est réuni 6 fois en 2007, avec un taux de participation moyen de 85 %. Il définit la politique et les orientations générales de l’Association, nomme et révoque les membres du Comité Exécutif, avec l’accord préalable du Conseil d’Administration de la Fondation et présente le rapport moral et financier à l’Assemblée Générale Ordinaire. Antoine DUBOUT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Président Alain STORIONE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vice- Président Christian CARASSOU MAILLAN * . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Trésorier Bruno FABRE Jean-Pierre FABRE Isabelle LAUGA M. Françoise LE DIZES Guy NASSI Dr J. Paul ROCCA SERRA Commissaire aux comptes : Guy CORNET

l’organe exécutif de l’association Par délégation du Conseil de Surveillance, le pouvoir exécutif relève du Comité Exécutif. Bernard Monier, Directeur Général de l’établissement, le préside, assisté de Florent Rovello, Directeur Général Adjoint, Stéphane Campagnola, Directeur Administratif, et du Docteur Marc Dupont**, Directeur Médical. Il est investi des pouvoirs les plus étendus pour gérer l’association et agir en toute circonstance au nom de cette dernière. La pluridisciplinarité des membres du Comité Exécutif et son fonctionnement collégial constituent des atouts pour des prises de décision dans un environnement de plus en plus complexe. Il s’est réuni 30 fois en 2007, avec un taux de participation de 95 %.

* Depuis le 1er juillet 2008, M. CARASSOU MAILLAN a été remplace par M. Pol LEPOUTRE en qualité de Trésorier de l’Association. ** Depuis le 1er janvier 2008, le Dr Marc DUPONT a été remplacé par le Dr Bernard POL en qualité de Directeur Médical. *** Depuis le 1er juillet 2008, M. Philippe CILLER remplace Mme Josyane BEQUIER. **** Les représentants de la CME ont changé : le Dr Jean-Claude JOUVEN remplace le Dr MORISSON LACOMBE et le Dr Pierre YEROKINE remplace le Dr Roger ROSARIO.

Le Comité Exécutif en 2008 - De gauche à droite : Bernard MONIER (Directeur Général, Président du Comité Exécutif), Florent ROVELLO (Directeur Général Adjoint), Stéphane CAMPAGNOLA (Directeur Administratif), le Dr Bernard POL** (Directeur Médical)


l’organigramme de la direction de l’hôpital

III l’organigramme de la direction de l’hôpital [au 1er juillet 2008] Dans sa mission, le Directeur Général est assisté, au-delà du Comité Exécutif, par une équipe de Direction. Elle comprend deux conseillers experts pour les politiques d’organisation médicale et des soins, ainsi que les représentants de différentes délégations qui répondent à des priorités de management et de stratégie de l’hôpital.

Trois pôles sont coordonnés par le Directeur général adjoint (Pôle T2A-gestion financières), le Directeur administratif (Pôle Gestion des personnels et relations sociales, Affaires juridiques et établissements) et le Directeur des services Economiques et logistiques (Pôle Ressources logistiques).

organigramme de direction - association hôpital saint joseph de marseille

Geneviève Noble

Bernard Monier

Dr Bernard Pol*

Directeur des soins

Directeur Général

Directeur Médical

D. Carvin Relations usagers

M. Touboul Qualité, Certification et Gestion des risques

N. Beytout Achats

Karine Yessad

Sidonie Lascols

Sidonie Lascols

Relations presse et Communication

Coopération sanitaire

Recherche clinique

Florent Rovello Stéphane Campagnola Directeur Administratif Coordonnateur du pôle Gestion des personnels, relations sociales, Affaires juridiques-Etablissements

Pole gestion des personnels et relations sociales, affaires juridiques et établissements

Directeur Général Adjoint

Sidonie Lascols

Coordonnateur du pôle T2A-Gestion financière

Directeur des services économiques et logistiques Coordonnateur du pôle logistique

Pôle T2AGestion financière

S. Magnan Direction des ressources humaines et de la formation

I. Salesse-Lavergne Direction des systèmes d’information et de l’organisation

G. Noble Direction des soins

Dr B. Debry Département d’information médicale

Dr G. Bugeon, Dr P. Martin Médecine du travail V. Loubier Affaires juridiques R. Martin IFSI Victoria Desjardins R. Pascal Hospitalisation à domicile (HAD) J. Lalain Etablissement Fernande Berger

S. Gerbeau Finances-Comptabilité K. Brement, V. Vialard Contrôle de gestion J. Pierorazio Gestion patients Dr. M.C. Barnoux Pharmacie

Pôle ressources logistiques R. Pascal Investissement mobilier M. Burki Travaux et patrimoine L. Verneret Génie technique et ateliers P. Léger Génie biomédical O. Coulomb Sécurité des biens et personnes J. P. Thorez Prévention des risques P. Masure Services hôteliers J.M Chaumery Approvisionnements

* Depuis le 1er janvier 2008, le Dr Bernard POL remplace le Dr Marc DUPONT en qualité de Directeur Médical

71

........................


........................

72

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

IV Le corps médical et les cadres de santé [au 1 juillet 2008] er

le bureau de la CME Le rôle de la CME est de donner un avis sur les questions relatives à l’organisation médicale et au fonctionnement des services hospitaliers, ainsi que sur les dossiers individuels concernant les médecins susceptibles d’être nommés à l’Hôpital Saint Joseph. Il est élu pour un mandat d’une durée de deux ans renouvelable.

Le Bureau de la CME de 2006 à 2008 Dr Gérard MORISSON LACOMBE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Président Dr Roger ROSARIO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vice-Président

Dr Annie AMAR MILLET Dr Michel ARNOUX Dr Olivier BAYLE Dr Marc BOURLIERE Dr Claude JACQUIN Dr Alain PASCAL Dr François PHILIP JOET Dr Pierre YEROKINE

Le Bureau de la CME depuis février 2008 Dr Jean-Claude JOUVEN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Président Dr Pierre YEROKINE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Vice-Président Dr Abdou SBIHI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Secrétaire

Dr Michel ARNOUX Dr Nathalie BARDEY Dr Olivier BAYLE Dr Marc BOURLIERE Dr Jacques COHEN Dr Michel FERDANI Dr Claude JACQUIN Dr Eric LINDENMEYER Dr Roger ROSARIO Dr Georges THOMAS Dr Pierre TOURAME

Le Dr JC. JOUVEN, Président de la CME depuis février 2008 et Chef de service de Chirurgie Cardiaque

le corps médical par spécialités Médecins et Cadres de santé (au 1er juillet 2008) – Médecins généralistes hospitaliers Anesthésie Réanimation Chef de service : Dr Bernard LALANNE Adjoints : Dr Annie AMAR MILLET, secteur anesthésie obstétricale et pédiatrique, Dr Guy ANGEL, secteur réanimation et surveillance continue, Dr Patricia LEBRE, secteur anesthésie au bloc central, Dr Robert PERRIN, secteur anesthésie dans le secteur thoracocardio-vasculaire Praticiens : Dr David AGNEL, Dr Marie Antoinette ARGENCE, Dr Barbara BEGANI, Dr Albert CALDERON, Dr Claire CALMEJANE, Dr Martin CARVALHO, Dr Claire CHAMBON, Dr Evelyn CHOCRON, Dr Francine DIVE-BORDES, Dr Gabrielle DUQUENNE, Dr Walter ELLIS, Dr Pierre FABRE, Dr Gregory FALK, Dr Bernard GRAILLON, Dr Jean Marie GUILLOU, Dr Pierre HUGONY, Dr Thiphaine JOUGLET-BARC, Dr Joëlle LENEVEU, Dr Ayoub MDHAFAR, Dr Hélène MICHEL, Dr Jean MILLET, Dr Eliane PASSARELLI, Dr Céline RASTELLO, Dr Pascal SABY, Dr Robert SANTUNIONE, Dr Hugues VENCATASSIN, Dr Ute VENCATASSIN, Dr Valérie VEYRUNES LEFEVRE, Dr P. VIDAL Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Soledad VERHOEVEN Cadre supérieur de santé : Christine LAUMONT Cadres de santé : - BLOCS OPERATOIRES : Corinne MARTINO, Sophie PLAINDOUX - USI : Elisabeth LILAMAND - REA POLYVALENTE : Françoise PIGNOL - IADE Responsable REA. CARDIAQUE et SIC : Dominique DUSSUD

Chirurgie cardiaque Chef de service : Dr Jean Claude JOUVEN Praticiens : Dr Laurent ACHI, Dr Christine GATT, Dr Rémi HOUEL, Dr Olivier ROMAN, Dr Marc SIGWALT

Praticiens perfussionnistes : Dr Valérie BECHARD, Dr Benoît CHABERT, Dr Olivier ROMAN Autres intervenants : Dr Patrice BERGERON, Dr Thierry du ROY de CHAUMARAY Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Hélène BOUIN Médecin vacataire : DR C. GATT-BARRAL Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadre de santé : Sylvie DAL MASO

Chirurgie thoracique et gros vaisseaux Chef de service : Dr Patrice BERGERON Praticiens : Dr Benoît CHABERT, Dr Pierre COULON, Dr Jacques LABASTIE, Dr Vincent PIRET, Dr Thierry du ROY de CHAUMARAY Autre intervenant : Dr Philippe RUDONDY Médecin Généraliste Hospitalier : DrTimur ABDULAMIT, Dr Stéphanie RANQUE GARNIER Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadre de santé Faisant Fonction (F.F.) : C. GARGIULO

Chirurgie vasculaire Chef de service : Dr Michel FERDANI Adjoint : Dr Philippe RUDONDY Praticiens : Dr Jean Jacques ALBRAND, Dr Jean REZZI, Dr Nicolas VALERIO Rééducation : Dr I. CORTI Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Philippe DERUAZ, Dr Christine PARIS Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadre de santé : Marie-Xavière TOURRAL


Le corps médical et les cadres de santé

Unité d'Angéiologie Chef de l'unité : Dr Gilles RAYBAUD Praticiens : Dr Hubert BENICHOU, Dr BRUN Monique, Dr Vincent CREBASSA, Dr Remy GIUDUCCI, Dr Jeanne JOUVEN-SICARD

Chirurgie Pédiatrique Chef de service : Dr Gérard MORISSON LACOMBE Adjoint : Dr Michel COQUET Praticiens : Dr Michel JACQUEMIER, Dr Bruno SALAZARD, Dr Juliette SIMEONI-ALIAS Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Sara FABBRI Cadre supérieur de santé : Marie-Pierre de CLARENCY Cadre de Santé : Florence BRUNEL

Chirurgie digestive et générale Chef de service : Dr Claude JACQUIN Adjoint : Dr Dominique PEREZ Praticiens : Dr Jean Pierre AUBERT, Dr Jean AUDIFFRET, Dr Jean-Marie BRANDONE, Dr Philippe CARISSIMI, Dr Régis COURBIER, Dr François GRANGER JOLY de BOISSEL, Dr Xavier HANNA, Dr Bernard POL, Dr Nicolas TURRIN Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Nathalie BARDEY, Dr Kleanthi KARRA, Dr Hayet MASSEBOEUF, Dr Nathalie RICORD Cadre supérieur de santé : Véronique VERMANDEL Cadres de santé : Michèle BONACORSI, Cécile GUILLEMIN

Chirurgie maxillo faciale et stomatologie Praticiens : Dr Y. MACIA, Dr N. PANUEL, Dr P.Y. WALLER, Dr. TAILLAN Chirurgien dentiste : Dr Christian GARCIN Cadre supérieur de santé : Marie RAFFRAY Cadre de santé consultations : Anne France MAUGEIN

Chirurgie orthopédique Chef de service : Dr Jean-Pierre FRANCESCHI Adjoint : Dr Jean Michel TALLET Praticiens : Dr Jean-Yves ARLAUD, Dr Richard ASWAD, Dr Stéphane AUMONT, Dr François COLONNA D'ISTRIA, Dr Thomas CUCURULO, Dr Barbara PICLET, Dr Jean-François PRUDHOMME, Dr Jean RENZULLI, Dr Abdou SBIHI Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Vanessa LAUXEN Cadre supérieur de santé : Sylvie PLAT-CASANOVA Cadre de santé : Isabelle RIZZO

Département d’information médicale Chef de service : Dr Brigitte DEBRY Dr Philippe RAOUX

Dermatologie Chef de service : Dr Thierry GAMBY Adjoint : Dr Nathalie QUILES-TSIMARATOS Praticiens : Dr Sabine BERTRAND, Dr Christophe COMPAGNON, Dr Jean Luc LEVY, Dr Françoise PELLEREY-HERMANOWICZ, Dr Pierrette PELLEGRIN VARTOKIAN, Dr Véronique RAYBAUD, Dr Judith REYNIER-REZZI, Dr Frank TOLLINCHI Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Régine GOUGET Cadre supérieur de santé : Lysiane JOUVENEAUX Cadre de Santé : Nathalie BAUDOUY

Diabétologie - nutrition - endocrinologie Chef de service : Dr Simon ANGELETTI Adjoint : Dr Jacques COHEN Praticiens : Dr Virginie CASTERA, Dr Jean-Paul COURCHIA, Dr Marie José GALEA, Dr Guy MARMOTTANT, Dr Michel MATTOUT, Dr Daniel MOUROUX Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Marie-Dominique LE NAY CARUELLE, Dr Corinne LECAMUS Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadre de santé F.F. : Laurence JULIEN

Douleur chronique et soins palliatifs Chef de service : Dr Brigitte PLANCHET-BARRAUD Praticiens : Dr Nadjet SAADALLAH BOUCHEMOT, Dr Isabelle RUSS Cadre supérieur de santé : Dominique CARVIN IDE Coordinatrice : Raymonde GHAZAL

Fédération de cardiologie Coordonnateur de la Fédération : Dr André PISAPIA Unité de Cardiologie Clinique et Soins Intensifs : Coordonnateur : Dr Fabrice d’HOUDAIN Praticiens : Dr Jean Luc DEBOUTIN, Dr Patrick KHANOYAN, Dr Jean LEFEVRE, Dr Alexandre MAXIMOVITCH, Dr Roger ROSARIO, Dr Bertrand VILLETTE Unité de Cardiologie Interventionnelle : Coordonnateur : Dr Loïc LE TALLEC Praticiens : Dr Nicolas BARRA, Dr Michel BERTHET BONDET, Dr Jacques BILLE, Dr Frédéric COLLET, Dr Guy DUPORT, Dr Richard GELISSE, Dr Patrick JOLY, Dr Philippe ROSSI Unité de Rythmologie : Coordonnateur : Dr Jacques FAURE Praticiens : Dr Michel BREMONDY, Dr Ange FERRACCI, Dr André PISAPIA Unité d’Exploration Fonctionnelle : Coordonnateur : Dr Jean LEFEVRE Praticiens : Dr Jean Luc BAILLY, Dr Henri ESCOJIDO, Dr Maryvonne GARCIA, Dr Roger GASS, Dr Fabrice HABASQUE, Dr Denis HECKENROTH, Dr Gérard JULLIEN, Dr Alexandre MAXIMOVITCH, Dr Roger ROSARIO, Dr Emmanuel PHILIP, Dr Jean REZZI, Dr Patrick VITTOT, Dr Olivier WATTINNE Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Arne DENKENA, Dr Franck DURAND, Dr Laurent GARNIER, Dr Alexandra LORRANG, Dr Isabelle PAGES Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadres de santé F.F. : Caroline JACQUET

Hépato-gastro-entérologie Chef de service : Dr Marc BOURLIERE Adjoints : Dr Christian BOUSTIERE, Dr Gérard LAMBOT Praticiens : Dr Xavier ADHOUTE, Dr Souad BENALI, Dr Serge BENHAIM, Dr Pierre BLACHERE, Dr Paul CASTELLANI, Dr Paul CHAPOY, Dr Richard DANIEL, Dr Patrick DUKAN, Dr Monique JULLIEN, Dr Hubert KHERROUBI, Dr Arthur LAQUIERE, Dr Olivier LE BARS, Dr Pascal LIENNE, Dr Robert LOYER, Dr Valérie OULES, Dr Hervé PERRIER,

73

.........................


........................

74

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

Dr Marie Pierre PINGANNAUD, Dr Isabelle PORTAL-BARTOLOMEI Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Céline DURANT PHILIPONEAU, Dr Yael TREGUIER Cadre supérieur de santé : Véronique VERMANDEL Cadre de santé : Sandra LAMI Endoscopie et hôpital de jour endoscopie: Coordonnateur : Dr Christian BOUSTIERE Cadre supérieur de santé : Marie RAFFRAY Cadre de santé : Sylviane JAUSSERAN

Laboratoires Chef de service : Dr Jean Jacques VERDOT Praticiens : Dr Patrick BRUNET, Mme Annie NGUYEN-MICHEL, Dr Jacqueline VALADIER, Dr Pierre YEROKINE Laboratoire cytogénétique : Dr Marie Pierre BRECHARD Service d’Anatomie et Cytologie Pathologiques : Chef de service : Dr Alexandre CHOLLAT-NAMY Praticiens : Dr Danièle BASBOUS, Dr Pierre Olivier CALVIER, Dr Alain CHAUSSINAND, Dr Jean DELGRANDE, Dr Jean GUIDON, Dr Jean Hugues PATTE, Dr Marthe PIZZI, Dr Chantal RUFF Cadre supérieur de santé : Sylvie PLAT-CASANOVA Cadre de santé : Bernard MACOTTA

Médecine interne Chef de service : Dr Denis VERROT Praticiens : Dr Christian POUCEL, Dr Christine SERRATRICE Médecin Généraliste Hospitalier : Dr M’Ahmed ABADIE Cadre supérieur de santé : Lysiane JOUVENEAUX Cadre de Santé : Nathalie BAUDOUY

Médecine polyvalente et d’urgence Chef de service : Dr Gérard TIMPONE Praticiens : Dr Françoise AGOSTINI, Dr Didier ORUS, Dr Marie Andrée ZUCHELLI-PRINCE, Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Christophe CARBONNEL, Dr Guiseppe NAVA Cadre supérieur de santé : Lysiane JOUVENEAUX Cadre de santé : Christel CALBOU

Médecine du travail Dr Ghislaine BUGEON, Dr Pascale MARTIN

Neurologie Chef de service : Dr Françoise BILLE-TURC Responsable de l'Unité de Neuro-Physiologie : Dr Raymond PADOVANI Praticiens : Dr Julien Léon BENAIM, Dr Catherine COLONNE, Dr Christine DEL SANTI, Dr Jean Louis MASSE, Dr Catherine PECH, Dr Stéphane ROCHE, Dr Irène RUGGIERI, Dr Jean Denis TURC, Dr Frédéric ZAKARIAN Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Sandrine ARNOUX-FABRE, Dr Amina MASSEBOEUF Cadre supérieur de santé : Lysiane JOUVENEAUX Cadre de santé : Sylvie ODDOERO

Oncologie Chef de service : Dr Hervé PERRIER Praticiens : Claude BRESSAC, Dr Philippe DALIVOUST, Dr Cyril FOA, Dr Michèle PIBAROT Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Hélène MARCHESCHI-BRUNETEAU Cadre supérieur de santé : Marie RAFFRAY Cadre de santé : Marie-Thérèse GREGOIRE

Ophtalmologie Chef de service : Dr Maud RIGHINI-CHOSSEGROS Adjoint : Dr Michel ARNOUX Praticiens : Dr Yannick BARRAUD, Dr Dominique CADIOU-ARZOUNI, Dr Hélène COHEN, Dr Marie Emmanuelle DELANGLADE-CHALLIE, Dr Patrice GIRARD DE LANGLADE, Dr Philippe GONNET, Dr Florence JOURDAN, Dr Frédéric QUEGUINER, Dr Isabelle RENDU PIETRI, Dr Charles André UBAUD Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Dariatou PRIME Cadre supérieur de santé : Dominique CARVIN Cadre de santé : Anne SIVAN

Oto-rhino-laryngologie Chef de service : Dr Régis GRAS Adjoint : Dr Jean François LESBROS Praticiens : Dr Patrick BROUSSE, Dr Jérôme DELATTRE, Dr Philippe DEROME, Dr Jean Charles GILLOT, Dr Michel PAOLINO, Dr Michèle RAKEDJIAN, Dr Olivier ROCHE, Dr Rémy ZALTA Phoniatre : Dr Catherine PECH Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Stefano TROVATO Cadre supérieur de santé : Dominique CARVIN Cadre de santé : Anne SIVAN

Pédiatrie et néonatologie Chef de service : Dr Alain MARTIN-LAVAL Adjoint : Dr Jean Michel BARTOLI Praticiens : Dr Valérie BERNARD, Dr Christine DUVANT FAY, Dr Patrick FEURGARD, Dr Philippe FOUCQUETEAU, Dr Patrick FRANCOIS, Dr Cécile KOCH, Dr Denis LAPLANE, Dr Isabelle LASSMAN, Dr Jean Luc MAURIN, Dr Padshima MOSSLER, Dr Robert N'GUYEN, Dr François REYNARD, Dr Dominique ROCCA, Dr Francis ROUAULT, Dr Silke SCHMIDT, Dr Maurice SEBAOUN, Dr Jean Paul TOUATI Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Vérane DURANT, Dr C. LAURENT Cadre supérieur de santé : Marie-Pierre de CLARENCY Cadre de Santé Néonatologie : Marie Geneviève OLK Cadre de Santé Pédiatrie : Florence BRUNEL

Pharmacie Chef de service : Dr Marie-Céline BARNOUX Mme Michèle DALMAS, Mme Christine LEMAGNER M. Vincent PROVITOLO


Le corps médical et les cadres de santé

Pneumologie

Rhumatologie

Chef de service : Dr François PHILIP JOET Adjoint : Dr Alain POISSON Praticiens : Dr Luc DUSSART, Dr Françoise LAGIER-TESSONNIER, Dr Michèle PIBAROT, Dr Françoise PORRI, Dr Andrée PUISAIS-HEE, Dr Mireille ROCCA SERRA, Dr Bernard SEITZ, Dr Georges THOMAS Tabacologue : Dr Arlette VAUTHIER KOBLET Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Yoel ESKANAZIS, Dr Frédéric MILLION Cadre supérieur de santé : Brigitte PELLETIER Cadre de santé F.F. : Nadine GOCHGAGARIAN

Chef de service : Dr Jean GODDE Praticiens : Dr Jean Pierre ARNAL, Dr Denis ARNIAUD, Dr Joël COSTE, Dr Virginie LEGRE DAUMEN, Dr Alain MATTERA, Dr Minh Duc NGUYEN, Dr Jean NIBOYET, Dr Jean Louis ULMANN Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Olivier ROTH Cadre supérieur de santé : Lysiane JOUVENEAUX Cadre de santé : Muriel DESEVAUX

Pôle Parents Enfants Sainte Monique Gynécologie obstétrique et Chirurgicale Chef de service : Dr Alain PASCAL Adjoints : Dr Eric GLOWACZOWER, Dr Marc MARTINO Chef de l’Unité d’échographie : Dr Paul Jean CRISTOFARI Praticiens : Dr Betty AMAR-ROSSIN, Dr Yves BOURREL, Dr Nicole BERDAH, Dr Marc BERNARDINI, Dr Jean Marc CHINCHOLLE, Dr Valérie DOUCET, Dr Geneviève FAVRE-ELOFF, Dr Jean Raymond GOUDARD, Dr Béatrice GRAVIER, Dr Corinne HASSAN, Dr Anne LUCIANI-PASTRE, Dr Chantal MELONE-GALICE, Dr Christiane NACASS-COTRONAKIS, Dr Joël PETITJEAN, Dr Robert PORTO, Dr Edwin QUARELLO, Dr Véronique ROBERT, Dr Anne SQUERCIONI-AUMONT, Dr Pierre TOURAME, Dr Dominique VIARD Médecin Généraliste Hospitalier : Dr Thi Tam TRUONG Cadre supérieur de santé : Marie-Pierre de CLARENCY Cadres de santé : Janique COSTA, Ariane SANCHEZ

Service de médecine et biologie de la reproduction Chefs de l’unité : Dr Pierre TOURAME, Dr Pierre BOYER Adjoint : Dr Betty AMAR-ROSSIN Praticiens : Dr Aurélie AMAR HOFFET, Dr Marie-José GERVOISE BOYER, Dr Robert PONTIER, Dr Gérard TOURAME Médecins Cliniciens agréés AMP : Dr Nicole BERDAH, Dr Corinne HASSA, Dr Marc MARTINO, Dr Chantal MELONEGALICE, Dr Alain PASCAL Sage Femme référente : Laure COTRONIS

Radiologie - imagerie médicale Chef de service : Dr Olivier BAYLE Adjoint : Dr Philippe FARNARIER* Praticiens : Dr Robert AIMINO, Dr Brigitte BOURLIERE-NAJEAN, Dr Yves BOURREL, Dr Stéphane CARASSET, Dr Jean CASABIANCA, Dr Anne Claire CHABROL-PRADO, Dr Christian CHEVROT, Dr Michel COHEN, Dr Alain DEBAENE, Dr Marc DESANTI, Dr Valérie DOUCET, Dr Christine LE BAIL-ROUBAUD, Dr Olivier LEVRIER, Dr Marie Dominique METRAS, Dr Olivier MONNET, Dr Eric PHILIP, Dr Daniel RIITANO, Dr Lyse THOMASSIN Cadre supérieur de santé : Sylvie PLAT-CASANOVA Cadre de santé : Bruno BENQUE * Remplacé depuis le 27 juin 2008 par le Dr Patrick BEAURAIN

Unite d’accueil des urgences Responsables d’unité : Dr Richard FERRER, Dr Eric LINDENMEYER Praticiens : Dr Jacques BERNARD-REYMOND, Dr Arthur CALOUSTIAN, Dr Marie Caroline DOMAS, Dr Gilles GAMBINI, Dr Nicolas GRIVET, Dr Eric LAMI, Dr Didier MARCELLIN, Dr El Yazid MEKHLOUFI, Dr Bozéna MICHALAK, Dr Marie-Françoise MIRANDA, Dr Stéphanie MOSSER, Dr Patrick QUARTINI, Dr Richard SAMUELIAN Cadre supérieur de santé : Lysiane JOUVENEAUX Cadre de santé F.F. : Sophie LAUGIER

Urologie Chef de service : Pr Michel HERMANOWICZ Adjoint : Dr Paul ALBERT Praticiens : Dr Alex ALTOBELLI, Dr Philippe BARNAUD, Dr Thierry BONNIN, Dr Denis BRETHEAU, Dr François BRETON, Dr Xavier BRETON, Dr Joëlle CHAMPIGNY CONTE, Dr Gérard DUQUESNE, Dr Alain IVALDI, Dr Christophe LEGON, Dr Gérard PONS, Dr Noëlle SALVO-MORIN, Dr Jean Luc VAILLANT Médecins Généralistes Hospitaliers : Dr Annick BAGDADLIAN, Dr Karine FRANCESCHETTI Cadre supérieur de santé : Véronique VERMANDEL Cadre de santé : Annie GUEYDON

Maison de soins de suite et de readaptation fernande berger Praticiens : Dr Catherine BAGOURD, Dr Christiane NIETTO Cadre supérieur de santé : Lysiane JOUVENEAUX Cadre de santé : Jocelyne SOUCHON

HAD Coordonnateur : Dr Luc VERHOEVEN Cadre de santé : Véronique ROUSSET-ROUVIERE

Kinesithérapie et brancardage Kinésithérapeute Cadre : Georges EL GHOBEIRA

Unité d’hygiène Coordonnateur : Dr Patrick BRUNET Cadre supérieur de santé : Sylvie PLAT-CASANOVA Coordinatrice des Vigilances : Pascale POZUELOS

Encadrement nouveaux embauchés et étudiants Cadre de Santé : Christelle GRANDRIE

Service social Assistante Sociale Référente : Evelyne COLLOMB

75

........................


........................

76

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

Annexe 1 :

L’histoire de l’Hôpital… “L’histoire de l’Hôpital Saint Joseph tient de la Légende Dorée, de la foi de l’abbé Jean-Baptiste Fouque en la Providence...”

L’Abbé Fouque et les dames patronnesses

C’est ainsi qu’Henri Bordeaux, de l’Académie Française résumait, dans son livre (L’Abbé Jean-Baptiste Fouque, paru en 1930 aux éditions Flammarion) l’histoire de la création de l’Hôpital Saint Joseph. L’Hôpital est né de la volonté de l’Abbé Jean-Baptiste Fouque qui voulait créer, à Marseille, un grand Hôpital Catholique gratuit pour les nécessiteux, accueillis par des religieuses et où, de surcroît, on réaliserait les derniers progrès de la médecine et de la chirurgie.

“Omnia possibilia sunt credenti” “Tout est possible à celui qui croit… Les difficultés seront nombreuses, les travaux seront longs et coûteux, l’organisation demandera beaucoup de temps et de soins. Mais tout sera surmonté parce que Dieu sera avec nous, et qu’avec son aide, il nous suffira d’être des hommes de bonne volonté. Omnia possibilia sunt credenti . Telle sera notre devise à tous qui, toujours en tout temps et en toute chose nous guidera pour nous faire mener à bien l’œuvre entreprise”. C’est ainsi que l’abbé Fouque se lança, avec l’aide de quelques familles marseillaises, dans l’aventure de la transformation de l’ancien couvent des Sacramentines en Maison d’Hospitalisation du Prado, inaugurée le 20 mars 1921. Sans moyen financier, mais avec l’aide de la Providence, l’abbé installa son Hôpital avec le rachat (financé providentiellement par un généreux donateur) de tout le matériel laissé sur place par les soldats Américains qui avaient, lors de la Guerre de 1914-1918, réquisitionné les locaux pour y installer un Hôpital pour leurs troupes. La Pharmacie de l’Hôpital fut, quant à elle, généreusement remplie de médicaments offerts par la veuve d’un pharmacien de la ville qui préféra offrir à l’abbé Fouque les fonds et matériels de la pharmacie de son époux plutôt que de le revendre à son successeur au prix dérisoire qu’il lui offrait ! Il fit par ailleurs appel à des médecins bénévoles pour assurer les soins et aux industriels et commerçants de la ville pour l'aider dans cette tâche et lui apporter les autres financements nécessaires. Une multitude de femmes ont généreusement pris leur part du fardeau dans l’œuvre de l’abbé Fouque, de façon permanente ou éphémère ; quelques-unes sont connues, beaucoup demeurent inconnues.


La naissance de l’Hôpital…

Elles l’ont notamment assisté à travers l’œuvre d’assistance aux jeunes filles (qui veille à “préserver les jeunes filles appartenant au monde du travail des dangers auxquels les expose l’isolement et de leur fournir à des prix modiques les moyens de subsistance.”), l’œuvre de L’Enfance délaissée (qui deviendra L’Œuvre des Saints-Anges),dans son prolongement, la Maison de relèvement pour jeunes délinquants de Saint-Tronc, et, plus tard, l’œuvre de L’Enfance anormale de Montfavet, l’ouverture d’une maison d’accueil de La Protection de la Jeune Fille. Parmi elles, on peut distinguer essentiellement : Les religieuses, les paroissiennes et pénitentes de l’église de la Sainte Trinité (la Palud) et les dames patronnesses qui, à Hôpital Saint Joseph elles seules, furent une institution. Enfin, pour l’Hôpital Saint Joseph, les sœurs Dominicaines de la Présentation de Tours, à qui il confia la gestion de l'établissement. Ces dernières sont restées présentes dans l'hôpital jusqu'en 1981.

Une Fondation Reconnue d’Utilité Publique et une Association Le 24 avril 1924, l’Hôpital Saint Joseph (alors officiellement dénommé Association Hospitalière du Prado) est reconnu d’utilité publique, malgré l’opposition du Conseil Municipal de l’époque à l’existence d’un Hôpital d’origine confessionnel. En fait, l’Hôpital “accueille toutes les religions, toutes les classes, toutes les races, car on y prend tout ceux qui souffrent.” Transformée en Fondation reconnue d’utilité publique en 1984, l’Association Hospitalière du Prado devient ensuite la Fondation Hôpital Saint Joseph. En 2003, l’Association Hôpital Saint Joseph de Marseille est créée pour prendre en charge la gestion des activités sanitaires (Hôpital, Maison de Soins de suite) et de formation (Insitut de Formation des Soins Infirmiers) de l’Hôpital, la Fondation se consacrant à la recherche des dons et legs et aux œuvres caritatives, tout en conservant son patrimoine immobilier qu’elle loue depuis à l’Association, la Maison de Soins de suite Fernande Berger et à l’Institut de Formation aux Soins Infirmiers. Le 5 décembre 1926, l’Abbé Fouque est mort à Saint Joseph, son hôpital, mais la mémoire de ce “téméraire de la Charité” ne s’est jamais éteinte et sa tombe se trouve au cœurde l’Hôpital, près de la Chapelle. Plus de 80 ans après, la devise de l’abbé Fouque est toujours en vigueur à Saint Joseph et reprise en credo dans la Charte des Valeurs de l’Hôpital, que vous trouverez en page 80 de ce Rapport. L’Hôpital et sa Fondation restent aujourd’hui fidèles à l’esprit du fondateur de l’institution Saint Joseph, mettant l’Homme au centre de leurs préoccupations, soignant l’Homme tout autant que la maladie. Saint Joseph est aujourd’hui ce qu’aurait souhaité son fondateur : Un acteur engagé, social et citoyen, un acteur éthique, chrétien et catholique, mais non-confessionnel. Depuis près d’un siècle, Saint Joseph entreprend, investit, innove -avec “l’audace de la charité” pour guide- pour le progrès humain, social et médical.

77

........................


........................

78

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

Annexe 2 :

L’informatique à l’Hôpital Saint Joseph :

Le calendrier > jusqu’en 1987

> 1994

Système 36 Gestion administrative, financière, stocks - Module Clinique de Pyrénées Informatique Gestion des rendez-vous développée en interne Service informatique composé de 3 personnes St-Joseph

1er serveur bureautique sous Windows - Migration des bureautiques médicales sous Word

> 1996

Consolidation de l’équipe informatique en place avec équipe informatique d’une société extérieure ‘Hoptimis France’ composée de 10 personnes.

Intégration de l’équipe informatique au personnel St-Joseph Démarrage de l’informatisation de l’anapath (APIX) Mise en place de la gestion des stocks (SHS – Ex Pyrénées Informatique) Début de la réflexion sur l’informatisation du dossier patient avec la mobilité : spécifications générales et consultation du marché

> fin 1987

> 1997

Acquisition IBM 9121 - CICS SQL Début des développements avec l’équipe en place Démarrage d’une application baptisée RHESUS Module Gestion administrative et facturation ≈ 40 écrans passifs

Définition de l’architecture technique Choix des principaux logiciels dont ACTIPIDOS, APILINK Mise en place de la 1ère messagerie électronique MS/Mail

> courant 1987

> 1998

Démarrage RHESUS Module Gestion des stocks + Prescription thérapeutiques (+ prescription dans les services)

Passage à la dotation globale pour l’activité hors honoraires médecins : module HOPI/400 de Pyrénées Informatique. Cohabitation de 2 systèmes de facturation : type PSPH pour les recettes liées à l’établissement et type Clinique pour l’activité honoraires Développements techniques ACTIPIDOS Acquisition de l’EAI APILINK : Intégration des logiciels du futur SIH Formation des utilisateurs à ACTIPIDOS et à la manipulation des ardoises Novembre 1998 : Démarrage ACTIPIDOS dans 3 services pilotes (Médecine interne, Chirurgie cardiaque et Pédiatrie) Mise en place du 1er réseau sans fil Wifi Proxim Mise en place de HESTIA : commande des repas Environnement technique : Backbone réseaux ATM (IBM) / Token-Ring Cluster Microsoft MSCS Oracle FailSafe pour ACTIPIDOS

> 1999

> 1999

Démarrage RHESUS Module Gestion de la Microbiologie (+ prescription dans les services)

Migration de la plateforme 9121 vers AS400. Avril 1999 : fin du déploiement d’ACTIPIDOS dans tous les services Migration An 2000 des applications RHESUS développées en interne 550 PC - 115 ardoises - 33 scanners - 280 imprimantes - ≈ 20 serveurs Fin 1999 : Inclusion des honoraires dans la Dotation Globale

> 1988 Démarrage RHESUS Module Gestion du Laboratoire (+ prescription dans les services) Connexion des automates avec solution Unina ≈ 100 écrans passifs

> 1990 Démarrage RHESUS Module Gestion de l’Imagerie Médicale (+ prescription dans les services) Démarrage de la 1ère bureautique (Famille Assistant) – ≈ 20 PC installés dans les secrétariats médicaux

> 1991

> 1993 Début d’informatisation du DIM : Intégration de la saisie des actes et des diagnostics dans RHESUS


Le calendrier d’une réussite

d’une réussite > 2000

> 2006

Janvier 2000 : Mise en place de la Hot-Line interne (personnel informatique de Saint-Joseph) Mise en place des 1ers tableaux de bord avec Business Object Informatisation de la clinique de la Renaissance (laboratoire et imagerie) Mise en place de la Gestion Electronique des documents Poséidon Mise en place Intranet et du site Internet Saint-Joseph Environnement technique : Réseau Wifi SymbolCluster Oracle Parallel Server 8i pour Base de Données ACTIPIDOS

Microfilmage de l’intégralité du dossier patient, y compris séjours antérieurs, dès la clôture du dossier Démarrage de l’UCRC avec le logiciel CHIMIO Début migration vers Architecture serveurs en Lames / Boot ou SAN Mise en production Ferme Citrix Presentation Server 4.0

> 2001 Démarrage de VALAB (validation automatique des résultats) Démarrage du projet de remplacement de la Gestion des Rendez-vous : constitution du groupe de travail et consultation du marché

> 2007 Mise en place de la gestion des rendez-vous Ultragenda 1ères connexions eSanté Mise en place du RIS XPLORE à l’imagerie médicale en remplacement de RHESUS module Imagerie Informatisation de l’HAD avec SANOHAD Démarrage de l’accès distant avec Citrix Access Gateway Mise en production Cluster VMWare ESX 3.0 Création d’une salle informatique de secours

> 2008 > 2002 Juillet 2002 : Démarrage du projet Ville-Hôpital (futur esanté) Mise en place de CURSUS à la banque de sang

> 2003 Avril 2003 : Décentralisation de la Hot-Line en partenariat avec SEA Migration de l’EAI (JeeBop) Mise en place d’Oncobaze Mise en place de la dictée numérique ZENIDOC Mise en place de la gestion des blocs opératoires OPTIM

> 2004 Juillet 2004 : Remplacement de la GED Poséidon par ATLAS Environnement technique : Backbone Gigabit 3COM XRN Cluster Oracle 9i RAC pour Base de Données ACTIPIDOS Mise en production S.A.N

> 2005 Mise en place de CardioReport Démarrage du PMSI CORA (remplaçant de SIM Millenium) Environnement technique : Réseau Wifi 3COM

17 collaborateurs au service informatique 982 PC et Clients légers - 116 Ardoises et Ultraportables - 404 imprimantes - 76 scanners - ≈ 100 serveurs Environnement technique : Cluster Oracle 10G RAC pour BDD ACTIPIDOS Cluster Microsoft MSCS Oracle 10G pour consolidation BDD Oracle Intégration Réseau d’Imagerie Médicale Début du plan de continuité de service Remplacement du logiciel de restauration Hestia par WINREST Remplacement du logiciel de PMSI CORA par WEB100T avec intégration dans ACTIPIDOS Informatisation de l’activité de soins de suite dans l’établissement Fernande Berger avec logiciel SANOCOM Remplacement de la gestion du temps de SHS par OCTIME Démarrage du projet de remplacement de RHESUS modules Laboratoire et Microbiologie

79

........................


........................

80

Groupe Saint Joseph Rapport annuel 2007 ●

Annexe 3 :

Hôpital Saint Joseph de Marseille Nos valeurs pour le XXIe siècle PRÉAMBULE L’Hôpital Saint Joseph est une institution marseillaise qui fonde son action sur des valeurs partagées par tous ses acteurs.

religieux et laïcs, les associations de bénévoles, les administrateurs, ont apporté aux patients ce supplément d’humanité qui est la marque de Saint Joseph.

Hôpital privé à but non-lucratif, Saint Joseph a été créé par l’abbé Jean-Baptiste Fouque en 1920 pour prendre en charge tous les malades sans discrimination.

“Soigner la personne dans sa globalité, écouter et informer, mobiliser soignant et soigné pour surmonter la maladie dans une relation de confiance”, telle est la mission que se donne notre institution.

Nous faisons nôtre, sa devise : “Omnia possibilia sunt credenti” (“Tout est possible à celui qui croit”). L’éthique sociale catholique guide notre action, une action ouverte à tous, tolérante et rigoureuse. Depuis toujours, les personnels, médecins et salariés,

1 > Un accueil bienveillant Le patient qui entre à l’Hôpital Saint Joseph a besoin de soins de qualité, mais aussi d’être reconnu comme une personne dans sa globalité, comme un être écouté, respecté, entendu. Chacun participe à un accueil bienveillant dans un esprit d’ouverture à l’Autre. Le patient est acteur de sa prise en charge en coopération avec l’équipe soignante et dans le respect des règles de fonctionnement de l’Hôpital. Il trouve ainsi des repères et des clés pour comprendre sa situation, pour rassembler ses forces et affronter la maladie.

2 > Une convivialité entretenue Saint Joseph est un “village” dans la ville. Nous refusons l’anonymat et l’indifférence, la qualité de la vie de l’Hôpital dépend de chacun de nous. Tous ceux qui entrent à Saint Joseph, patients, familles et visiteurs, médecins, salariés, bénévoles et équipes d’aumôneries, concourent à la convivialité, à la tranquillité de chacun, à la chaleur et à la sérénité du lieu. L’Hôpital ménage à cet effet, des espaces d’accueil et de dialogue avec les patients hospitalisés et leurs parents.

Cette Charte concerne et engage chacun d’entre nous sur sa façon de vivre l’Hôpital, sur la mise en œuvre de l’esprit joséphien : tolérance et convictions, accueil de tous et qualité des soins, bénévolat et performance.

La considération et le respect marquent nos relations. La qualité de la relation entre équipes médicales et paramédicales favorise une meilleure information du patient.

4 > Des projets construits entre équipes Le projet de soins réunit l’ensemble des acteurs concernés. Il naît d’échanges réguliers entre cadres, médecins, personnels soignants, administratifs et techniques dans la complémentarité des approches. L’esprit d’équipe prime à Saint Joseph. Les acteurs sont particulièrement attachés à l'écoute des besoins dans un souci de réactivité optimale, propre à l'hôpital. Toute démarche se décline selon un processus consultatif et dynamique, chaque acteur se devant de porter ces valeurs… La rigueur dans la gestion de nos ressources, l’économie au service des meilleurs soins sont l’affaire de tous.

5 > Des bonnes pratiques partagées

3 > Des services solidaires

Confrontés quotidiennement au patient dans une relation impliquée et sensible, dans une organisation tendue par les contraintes économiques, les personnels soignants, administratifs et techniques ont besoin de trouver des espaces et des temps de paroles, d’échanges et de réflexions éthiques.

L’Hôpital Saint Joseph est organisé en services légitimement spécialisés, mais qui partagent leurs savoirs, leurs outils, leurs expériences. Ils manifestent leur solidarité, leurs liens, leur appartenance par des échanges transversaux réguliers. Chacun a son poste, son rôle, des droits et des devoirs et tous contribuent, de jour comme de nuit, à égalité d’engagement, à la même mission.

Des normes qualité, des circulaires, la réglementation encadrent nos activités. Elles sont indispensables, mais ne disent pas tout. De la Charte découlent des Cahiers de bonnes pratiques de Saint Joseph qui valorisent ce qui se fait de mieux et de plus humain à l’Hôpital. Écrits par tous, ils donnent du sens à cette Charte et sont la preuve de l’exemplarité

Nota : Cette charte, établie par un groupe de travail plurisdisciplinaire, a été approuvée par la Commission de Réflexion Ethique du 3 mars 2008 et le Conseil d’Administration du 13 mars 2008..


Rapport 2007  

Rapport 2007 de l'Hôpital Saint Joseph

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you