Issuu on Google+

St Giniez letin Le Bul

"I

Novembre -Décembre

"Il y avait un mariage à Cana"

l y avait un mariage à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples" (Jn 2,1-2). Pourquoi Jésus se rend-il présent à un mariage ? La même question se pose au baptême : à Jean-Baptiste qui s'étonne, Jésus fait comprendre qu'il fait sienne la réalité du baptême, mais pour la sanctifier, pour la mener à sa perfection. Lorsque Jésus prend notre nature humaine, lorsqu'humblement il repose à la crèche entre les mains d'un père et d'une mère, lorsqu'il se soumet dans l'obéissance à leur éducation, lorsqu'il se rend présent à un mariage, il fait sienne la réalité humaine, mais pour l'élever à sa plus grande dignité, pour la mener à sa perfection, pour la sanctifier. Aujourd'hui, les projets annoncés par le gouvernement attaquent les fondements mêmes du mariage dans son essence la plus naturelle : la complémentarité de la différence sexuée qui appelle à l'union, à la communion, qui porte un fruit de vie. On a voulu faire croire qu'une spiritualité cherchait à imposer sa doctrine ("La République ne se laisse pas imposer par une spiritualité ce qu’elle doit faire" Jean-Marc Ayrault) or toutes les spiritualités – juive, musulmane, chrétienne – Editorial ............................................1 Prière ................................................2 Vie paroissiale ..............................3-4

2012

édito

N°330

N otr e pa r oi s s e

se sont prononcées contre ce projet parce qu'il est d'abord contre nature. Les pages qui suivent reprendront quelques éclairages et nous aideront à nous former. Seule une antispiritualité militante laïque veut imposer à tous ce qu'on doit faire. L'enjeu est très grave. Il concerne la manière dont seront formées les générations de demain. Voulez-vous qu'on mette sur un même plan l'union entre un époux et une épouse et une relation entre deux hommes ou deux femmes ? Voulez-vous qu'on enseigne à vos (petits-)fils et à vos (petites-)filles dans les manuels de biologie, dans les cours de philo: "Mon fils (ma fille), que tu te maries avec un homme ou une femme, c'est pareil, c'est toi qui choisis !". Si vous ne le voulez pas, alors, réagissez, bougez-vous, écrivez, manifestez. Etre chrétien nous oblige à regarder les choses dans la perspective de la vie éternelle, du Ciel, à défendre ce qui est Saint. Mais comment défendre ce qui est Saint sans défendre d'abord ce qui est humain ? Jésus est descendu dans la réalité humaine la plus belle pour révéler qu'elle prépare des noces plus belles encore : les noces éternelles. "Il y avait un mariage à Cana". Il était là.

sommaire

Témoignages ...................................5 Dossier : l’année de la foi ............6-7 Dossier : projet de loi mariage....8-9 -1-

P. Yann POINTEL

Flashes infos.............................10-11 Calendrier.......................................12


Prière Prière pour l’ouverture de l’Année de la FOI

S

e i gn e u r n ot r e Di e u , v oi s t on Egli se q u i e st à Mar se i lle . Elle se t ou r n e v e r s Toi e n ce début d’Année de la Foi et en cet anniversaire d e l’ouverture du concile Vatican II.

Ouvre les oreilles et le cœur de chacun de ses membres pour que nous T’entendions frapper à notre porte.

Donne-nous de reconnaître ton regard d’amour posé sur chacun de nous et sur tout homme.

Donne-nous la lucidité et la confiance pour choisir de T’ouvrir.

Répands sur nous ton Esprit de sagesse et d’intelligence, Lui, le Maître de l’impossible. Qu’Il fasse de nous en ce temps qui est le nôtre les serviteurs dont Tu as voulu avoir besoin pour témoigner que Tu es le Dieu de la vie et de l’amour.

Fais-nous marcher à la suite du Fils bien-aimé qui, d u r an t sa v i e t e r r e st r e , n ’ a pas r e v e n d i q u é d ’ ê t r e traité à l’égal de Dieu mais qui s’est anéanti pour que vive l’homme.

Béni sois-Tu, Toi notre Dieu, Toi l’ami des hommes, Toi pour qui rien n’est impossible, Toi qui peux ouvrir le s cœu r s f e r mé s. Me r ci pou r t on r e gar d d ’ amou r . Merci à Toi qui veux que les hommes aient la vie et l’aient en abondance. Amen.

Prière extraite de l’homélie prononcée par Mgr P O N T I E R , lors de la messe de rentrée à la cathédrale de La Major, le 14 octobre2012 Novembre

Intentions du Pape

* Pour que les évêques, les prêtres et tous les ministres de l’Evangile rendent un témoignage courageux de fidélité au Seigneur crucifié et ressuscité * Pour que l’Eglise, pèlerine sur la terre, resplendisse comme lumière des nations.

Décembre

* Pour que les migrants soient accueillis dans le monde entier, spécialement par les communautés chrétiennes, avec générosité et charité authentique.

* Pour que le Christ se révèle à toute l’humanité avec la lumière qui émane de Bethléem et qui se reflète sur le visage de son Eglise.

-2-


Vie paroissiale

L

OÙ EN SONT LES FINANCES DE LA PAROISSE ?

E CONSEIL PAROISSIAL pour les affaires économiques s’est réuni au début du mois de juin 2012, après la clôture et la validation des comptes des paroisses par les services comptables du Diocèse. L’équipe de bénévoles, chargée durant toute l’année de la gestion des finances de la paroisse, lui a présenté le bilan financier de l’année 2011 et le budget prévisionnel pour 2012. Les comptes ont été validés. Notre situation financière pour 2011 a été juste équilibrée. Les comparaisons avec les chiffres des années précédentes font apparaître une baisse significative du résultat due notamment à des dépenses d’entretien exceptionnelles.

Voici en quelques chiffres la situation de nos finances à la fin de l’année 2011 :

Total des produits ...................................................................125.880 € Dont pour les postes principaux :

. Quêtes paroissiales (dominicales, fêtes et cérémonies)...........58.260 € . Dons pour baptêmes, mariages, obsèques ..............................14.700 €

. Don divers...................................................................................2.990 €

. Revenus des immeubles ..........................................................29.600 €

. Marché de Noël ........................................................................10.140 €

. Catéchèse.............................................................................3.550 € . Veilleuses..............................................................................3.590 €

Total des charges....................................................................123.886 € Dont pour les postes principaux :

. Contribution à la vie du Diocèse ...............................................36.700 €

. Salaires et charges sociales (organiste et femme de service...25.000 € . Charges de fonctionnement (eau, chauffage, électricité, télécommunications,produits d’entretien, fournitures,

affranchissement etc…) ...........................................................16.160 €

. Impôts (fonciers, taxes d’habitation, impôts s/sociétés)...........11.020 €

. Assurance ...................................................................................1.810 €

. Travaux, entretien et maintenance .............................................9.190 € . Dons divers (dont Amgore 1.500 €) ......................................1.810 € . Catéchèse............................................................................2.730 €

. Veilleuses et ciergerie...........................................................2.560 €

. Honoraires cabinets immobiliers et gestion du personnel ....2.520 €

. Amortissements (travaux antérieurs dont orgue)..................9.890 €

- Résultat dégagé pour 2011 :..............................................+ 1.994 €

Comme vous le remarquez, nos finances sont principalement alimentées par : - les quêtes paroissiales (comprenant les messes dominicales, les baptêmes, mariages et obsèques) qui sont honorées avec sérieux et régularité, - le marché de Noël qui a été, cette année encore, très réussi et qui permet d’équilibrer nos comptes. - les célébrations de baptême, mariage et obsèques où les familles versent leurs dons et offrandes, - les loyers de l’école Notre Dame de l’Huveaune et de 3 petits appartements dont la paroisse est la gérante qui représentent 24 % des produits, - les inscriptions au catéchisme dont les recettes et dépenses sont équilibrées. Cette année, nous avons ainsi pu faire face : - aux dépenses incontournables que sont les salaires, le chauffage et l’électricité de l’église et du presbytère, et aux frais de fonctionnement de l’ensemble de la paroisse, - à la contribution à la vie du Diocèse qui représente près de 29 % de nos recettes, - à d’importants travaux exceptionnels (toiture, chaudières, peinture, etc…) Pour 2011 nous constatons que nos comptes sont tout juste équilibrés grâce aux revenus des immeubles et au Marché de Noël. Le total des quêtes paroissiales ne suffit pas à assurer l’équilibre des comptes de la paroisse. En 2012, notre budget prévisionnel table sur un résultat plus positif en serrant au maximum nos dépenses et en comptant toujours sur votre fidèle concours. Comme vous le constatez, la fragilité de l’équilibre de nos comptes ne nous permettant pas de financer la rénovation des salles paroissiales, une souscription a dû être lancée. Pour vivre, la paroisse compte plus que jamais sur votre fidélité et votre générosité !

L’équipe «Finances» E. Gérard - J.M. Besse – A.Asti – A.Micheau – D. Baron

«Rappelez-vous que lorsque vous quitterez cette terre, vous n’emportez rien de ce que vous avez reçu, uniquement ce que vous avez donné.» St. François d’Assise -3-


Vie paroissiale

Des échos du parcours Zachée

L

E " Parcours Zachée " a démarré avec une quinzaine de participants très motivés. Nous nous réunissons environ 2 fois/mois. Les exposés sur quelques points de la doctrine sociale de l’Eglise dans un premier temps, et les échanges en 2 petits groupes de partage la fois suivante, permettent d’apporter un éclairage évangélique sur nos activités, nos responsabilités, nos relations. La vie professionnelle, mais aussi la vie de famille ou les activités de loisirs ou de bénévolat, sont ainsi reconsidérées avec recul, bienveillance et lucidité. Zachée, c’est ce petit bonhomme

monté dans un arbre, à qui Jésus dit : " Il faut que je vienne demeurer chez Toi ! " (Luc 19). Nous découvrons nous aussi l’actualité de cet évangile en laissant Jésus venir nous visiter dans l’ordinaire de nos jours, de nos activités, de nos relations. Le livret d’accompagnement est un vrai " manuel " pour faire toute une série d’exercices qui peuvent sembler fastidieux au départ, mais qui finalement nous aident à nous poser les bonnes questions et à y apporter un regard d’espérance et des réponses concrètes, modestes, mais constructives.

ouverture de « l’année de la Foi »

C’

est par la messe de semaine du soir du jeudi 11 octobre dernier que notre paroisse est entrée dans cette année, avec une démarche particulière. Avant la messe, le curé nous a invités à nous rassembler sur le parvis, où il a exhorté la cinquantaine de participants à bien vivre toute cette démarche à l’aide des propos du Saint Père dans sa lettre " Porta Fidei ". Puis il nous a proposé de franchir le seuil de l’église, comme la porte de la foi, pour aller aussitôt tremper notre main droite dans la cuve baptismale disposée là au fond, et pleine d’eau bénite, et de nous signer en invoquant à haute voix et dis-

tinctement les Trois Personnes Divines : " Au Nom du Père, et du Fils et du SaintEsprit, Amen ! ". Si souvent, nous passons cette porte un peu trop machinalement, mais là, ce jour-là, en communion avec les chrétiens de par le monde, nous avons repris conscience de ce que l’Eglise nous fait vivre, nous transmet, nous annonce, pour nous renvoyer ensuite témoigner dans le monde cet amour qui nous est révélé, cette foi qui nous éclaire, et cette espérance qui nous encourage. Alors… à tous :

« Bonne et Sainte Année … de la Foi ! »

Souscription pour financer la rénovation des salles paroissiales.

Merci aux 55 donateurs qui se sont déjà manifestés. Nous atteignons à ce jour plus de 12.200 €. Il en faudra au moins 4 fois plus pour s’engager dans une première tranche de travaux. COurAGE ! Nous rappelons qu’un reçu fiscal pour l’année 2012 sera remis à tout donateur qui aura fait un versement avant la fin de l’année. La déduction est de - 66 %. Les bons de participation à la souscription doivent être remis sous enveloppe à la paroisse.

N’hésitez pas à prendre des tracts et à les transmettre autour de vous. « Les petits ruisseaux font les grandes rivières ». - 4-


Témoignages... La Vierge Marie, notre Maman du Ciel

Croyez en Elle, et priez-là aussi souvent que possible. C’est une excellente compagnie. Elle ne fait pas de bruit. Elle écoute et elle agit en silence.

Cet été, j’ai passé le plus clair de mon temps dans les hôpitaux.

Entre ceux qui étaient en vacances et ceux qui ne savaient pas mon état de santé, je me suis sentie bien seule. Mais avec mon chapelet, tout s’est bien passé,

et même les résultats de laboratoires qui m’inquiétaient ont été rassurants.

Marie, je L’aime de tout mon coeur. Je crois qu’Elle continue à me prendre dans ses bras, quand je crois que rien ne va plus et qu’Elle me donne le courage qui parfois me manque.

Croyez en la Vierge Marie, et surtout, priez avec Elle. Vous serez étonné du bien-être qu’Elle vous apporte. Et ne jamais oublier son époux St Joseph. Lui aussi fait des merveilles dans vos familles. C’est mon « meilleur ami », ... apès Jésus bien-sûr !

Jacqueline PALINACCI Octobre 2012

"P

Dès la confirmation, le CEP témoigne sur les ondes !

AR LE SACREMENT de Confirmation, le lien des baptisés avec l'Église est rendu plus parfait, ils sont enrichis d'une force spéciale de l'Esprit Saint et obligés ainsi plus strictement à répandre et à défendre la foi par la parole et par l'action en vrais témoins du Christ" (Lumen Gentium 11 – Catéchisme 1285) Les jeunes du CEP qui ont été confirmés dimanche 7 octobre ne s'attendaient peut-être pas si vite à avoir une occasion pour témoigner du Christ, mais voilà, l'Esprit Saint – qui prend au sérieux leur démarche et leur "oui"–, par la providence d'une rencontre et par l'esprit attentif de Micheline Delmont, leur a proposé de faire un pas concret : témoigner sur radio Dialogue. Tous, ils ont répondu présent, et ont découvert l'univers jusque là un peu mystérieux des studios d'enregistrement. une certaine appréhension manifestait tout le sérieux de la démarche. Nous avons pris le temps de préparer ensemble, et là, tout le fond de ce qui avait été vécu a pu ressortir. unanimement, tous ont trouvé que la

célébration était belle. L'un a retenu le fait de faire la lecture, l'autre le moment de l'onction, l'autre encore le fait de boire de sang du Christ, l'autre la présence de l'évêque lui-même. un autre a été sensible au soutien de sa famille ce jour-là. A la radio, ils ont témoigné à quel point cette démarche était importante pour eux: "c'est moi qui ai voulu faire ma confirmation", et ils étaient heureux de s'y être bien préparés. L'un est alors revenu sur un moment marquant avec les autres aumôneries de lycées publics à Lourdes en avril dernier. L'autre est revenu sur des témoignages entendus à Branguier : un prêtre, les religieuses de la librairie St Paul en retraite, deux jeunes du rocher. La rencontre personnelle avec l'évêque peu de temps avant a beaucoup marqué les jeunes : ils ont été sensibles à ce qu'il leur a partagé de son histoire : comment il est devenu prêtre, comment la foi a permis de surmonter des difficultés survenues dans sa famille ("son histoire m'a touché" a dit l'un)… mais surtout, ils ont noté la grande simplicité de cette ren- 5-

contre. L'une a dit: "On a l'impression que c'est un ami et qu'on le connaît depuis toujours" – et un autre a renchéri : "Mais c'est normal, quand on est avec Jésus, on est un ami de tous"… il est beau que cela transparaisse ! Sur les ondes, les jeunes ont ainsi témoigné de leur joie d'avoir pu approfondir leur relation avec le Christ à l'aumônerie. Questionnés sur comment ils y sont venus et ce qu'ils font pour que d'autres y aillent, l'un a dit y être venu grâce à un autre qui l'a invité: "Viens, tu verras, c'est bien". Souhaitons que ce "bien" s'approfondisse toujours, et que le témoignage lumineux des confirmés ne cesse de porter du fruit. En remerciant aussi ceux qui permettent de diffuser de bonnes choses en animant une radio chrétienne, espérant qu'ils apportent au monde une onde de joie… sur 89.6 !

p. Yann poiNteL

Note : L'émission du CEP aura été diffusée sur Radio Dialogue (89.6) lundi 12/11 10h19h30 et dimanche 18/11 11h.


Dossier : l’année de la Foi... Le Concile une boussole pour aujourd’hui Le Concile Vatican II : 50 ans au mois d’octobre (suite)

Commencée dans le précédent numéro du bulletin, nous continuons, dans ce numéro et les suivants, la série d’articles, d’une part l’exposé sur Vatican II et d’autre part «la foi à l’école des saints». es participants aux deux groupes de la paroisse travaillant le livret " le Concile Vatican II, une boussole pour notre temps " ont mis à profit deux rencontres déjà pour retrouver l’originalité de ce concile à portée pastorale, un concile se donnant pour but de nouer un dialogue nouveau entre l’Eglise et le monde, et de favoriser la réception de l’évangile. Jean XXIII avait convoqué le Concile sans lui indiquer de problèmes concrets ou de programme. Ce fut la grandeur et en même temps la difficulté de la tâche qui se présentait aux Pères du Concile se mettant à l’écoute de l’Esprit Saint pour un aggiornamento, non une rupture avec la Tradition mais une ‘mise au jour’ de ce qui était peut-être oublié, une ‘mise à jour’ permettant de proposer toute la richesse de la foi dans l’aujourd’hui de notre temps. L’esprit saint suscitait un désir de renouveau dans toute l’eglise bien avant le Concile. Les prémices d’un renouveau pastoral étaient visibles dans les mouvements d’Action Catholiques et les divers mouvements de laïcs nés dans la première moitié du XX° siècle (équipes ND, scoutisme, christianisme social). un renouveau biblique se manifestait dans la naissance d’une exégèse biblique catholique, jusqu’alors loin derrière l’exégèse protestante. L’école biblique de Jérusalem fondée par le père Lagrange en 1890 en était le premier signe. Pie XII, dans l’encyclique Divino Afflante Spiritu (1943), reconnaissait la légitimité de la méthode his-

L

torico-critique dans l’analyse des textes bibliques, comme pour les textes profanes, la valeur des sciences sacrées et profanes dans la précision de la figure du Christ était reconnue.

une grande attente se faisait entendre dans la vision de l’Eglise. Des théologiens comme Yves Congar, Karl rahner, développaient l’idée que le Pape avait une place prépondérante dans l’Eglise, et simultanément que la collégialité des évêques n’était pas suffisamment mise en lumière. Le laïcat était reconsidéré : il ne pouvait subsister une coupure entre Eglise enseignante et Eglise enseignée. un mouvement liturgique se développait. Pie X demandait la participation active des fidèles, rappelant que la liturgie doit être l’action commune de tous les fidèles, non du seul prêtre. Pie XII prenait acte des essais déjà entrepris de messes en langue vernaculaire. Sur le plan de l’œcuménisme, prélats et théologiens prenaient la mesure du drame de la séparation et des initiatives étaient prises. Des responsables protestants et orthodoxes furent invités au Concile et présents en tant qu’observateurs. -6-

si la constitution Lumen Gentium ne fut promulguée que le 21 novembre 64 lors de la 3ème session du Concile, la question de l’eglise fut cependant l’épine dorsale de tout le Concile. C’est pourquoi nous nous sommes attelés à travailler d’abord cette constitution dogmatique sur l’Eglise. Le plan finalement retenu pour celle-ci diffère radicalement du schéma proposé aux Pères du Concile Vatican I, interrompu par la guerre francoallemande de 1870. Ne sont plus évoquées successivement des questions indépendantes les unes des autres mais est présenté un texte cohérent faisant comprendre l’Eglise dans sa double relation à Dieu et au monde. Dès les premiers mots de Lumen Gentium, le Concile rappelle que " le Christ est la lumière des peuples ", et que " l’Eglise [est], dans le Christ, en quelque sorte le sacrement, c’est-à-dire à la fois le signe visible et le moyen de l’union intime avec Dieu et de l’unité de tout le genre humain ". La présentation du mystère de l’Eglise dans un premier chapitre dévoile que celle-ci est une réalité concrète et visible, mais comme née de la Trinité, provenant de la manifestation du mystère de Dieu dans l’histoire du salut (cf. Eph 1). Bien des images scripturaires décrivent la mission dévolue à l’Eglise d’annoncer le royaume et de l’instaurer en rendant le Christ présent au monde. L’image du Corps mystique, empruntée à saint Paul (1 Co 12, 13 ; rom 12, 5), signifie que nous sommes tous membres de l’Eglise. (Suite bas page 7)


Dossier : l’année de la Foi... La foi à l’école des saints

Mère Teresa de Calcutta

G

Agnès est née en 1910 à Skopje, dans les Balkans. Eduquée dans une famille pauvre, marquée par la mort de son père alors qu’elle a 8 ans, elle est cependant élevée avec amour et fermeté et s’engage dans la paroisse jésuite. À l’âge de 18 ans, poussée par le désir de devenir missionnaire, Gonxha quitte la maison et entre à l’Institut des sœurs de Lorette. Elle reçoit là le nom de Sœur Mary Teresa. Elle part pour l’Inde et arrive à Calcutta le 6 janvier 1929. Après avoir fait ses premiers vœux, elle est envoyée enseigner à l’école des jeunes filles. Le 24 mai 1937, Sœur Teresa fait oNxha

(Suite de la page 6)

En effet, l’Eglise est aussi Peuple de Dieu (chapitre II), qui peut certes être décrit comme constitué de ministres ordonnés (III) et de laïcs (IV), mais qui est surtout réuni dans un appel universel à la sainteté (V). À cet appel répondent d’une part les religieux (VI), d’autre part ceux qui pérégrinent dans la foi au milieu du monde et dans l’espérance de la vie glorieuse, en union avec l’Eglise du ciel (VII).

(III)

ses vœux perpétuels, devenant selon ses propres termes " l’épouse de Jésus pour toute l’éternité ". Elle continue à enseigner et devient directrice d’école. Mais le 10 décembre 1946, en route pour sa retraite annuelle à Darjeeling, Mère Teresa reçoit son " appel dans l’appel ". Ce jour-là, la soif de Jésus d’aimer et sa soif pour les âmes prend possession de son cœur. Après deux ans d’épreuves et de discernement, elle a enfin la permission de commencer une œuvre nouvelle et fonde avec quelques compagnes " les sœurs missionnaires de la Charité ". Le 17 août 1947, elle quitte son couvent de Lorette et revêt son sari blanc bordé de bleu. Le cri de Jésus sur la croix, " J'ai soif " (Jn 19, 28), qui exprimait la profondeur de la soif de Dieu pour l'homme, a pénétré l'âme de Mère Teresa et a trouvé un terrain fertile dans son cœur. Étancher la soif d'amour et d'âmes de Jésus, en union avec Marie, la mère de Jésus, était devenu l'unique objectif de l'existence de Mère Teresa et la force intérieure qui la faisait se dépasser elle-même et " aller en toute hâte " à travers le monde pour œuvrer en vue du salut et de la sanctification des plus pauvres d'entre les pauvres.

une autre parole de Jésus nourrissait le cœur de Mère Teresa : "Dans la mesure où vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait " (Mt 25, 40). Ce passage de l'Évangile est crucial pour comprendre le service de Mère Teresa auprès des pauvres ; il était à la base de sa conviction emplie de foi selon laquelle en touchant les corps brisés des pauvres, c'était le corps du Christ qu'elle touchait. Tout service auprès de ceux qui ont faim, soif, qui sont étrangers, nus, malades et prisonniers, était pour Mère Teresa comme un acte d'amour rendu à Jésus lui-même. On imagine avec quelle dévotion elle prodiguait ses soins aux malades, servant ainsi le Christ. L’œuvre lancée par Mère Teresa au service des plus pauvres se développa jusqu’à sa mort en 1997, malgré de grandes épreuves d’obscurité intérieure, de nuit douloureuse. Se sentant constamment séparée de Dieu, même rejetée par Lui, elle avançait cependant dans un désir toujours croissant de vivre dans l’amour de Dieu. Sa réputation de sainteté largement répandue, elle fut béatifiée par le Pape Jean-Paul II le 19 octobre 2003.

Le Concile a voulu présenter dans un dernier chapitre (VIII) le rôle de la Vierge Marie dans le mystère de la venue du Fils de Dieu dans notre chair, mais aussi dans l’Eglise. " De l’Eglise [ ] la Mère de Dieu est le modèle dans l’ordre de la foi, de la charité et de la parfaite union au Christ. En effet, dans le mystère de l’Eglise, qui reçoit elle aussi à juste titre le nom de Mère et de Vierge, la bienheureuse Vierge Marie occupe la

première place, offrant [ ] le modèle de la vierge et de la mère. " C’est à la Vierge Marie, notre Mère à tous, que nous adressons nos prières afin d’approfondir les grâces que Dieu a voulu donner à son Eglise dans le Concile, et à chacun de nous pour grandir dans l’amour de Dieu et des hommes.

-7-

père eric Longuemare

père eric Longuemare


Dossier

S

Le

projet De Loi sur Le mariaGe et L’ aDoptioN

ANS reprendre tous les débats actuels, notre bulletin paroissial se doit au moins de relayer les prises de position très claires de nos évêques de France qui se sont exprimés à Lourdes la semaine dernière. On se reportera donc avec profit au document de l’épiscopat de septembre 2012 (disponible à l’accueil paroissial) ou sur le site : http://www.eglise.catholique.fr/getFile.php?ID=20797 On trouvera ci-dessous et page suivante l’argumentaire proposé par l’hebdomadaire Famille Chrétienne, que nous reproduisons avec l’autorisation de l’éditeur. On rappelle ici aussi le discours d’ouverture du Cardinal Vingt-Trois à la conférence des évêques de France à LOURDES (03/11/2012) : http://www.eglise.catholique.fr/getFile.php?ID=21011 dont nous avons extrait ces paragraphes :

…" Le projet législatif concernant le mariage n'est pas simplement une ouverture généreuse du mariage à de nouvelles catégories de concitoyens, c'est une transformation du mariage qui toucherait tout le monde. Ce ne serait pas le ‘ mariage pour tous’ (étrange formule

Dix

qu'il ne faut sans doute pas prendre au pied de la lettre !). Ce serait le mariage de quelques-uns imposé à tous. (…) La question fondamentale est celle du respect de la réalité sexuée de l'existence humaine et de sa gestion par la société. Alors que l'on prescrit la parité stricte dans de nombreux domaines de la vie sociale, imposer, dans le mariage et la famille où la parité est nécessaire et constitutive, une vision de l'être humain sans reconnaître la différence sexuelle, serait une supercherie qui ébranlerait un des fondements de notre société et instaurerait une discrimination entre les enfants. (…) Nous devons d'abord inviter à prier puisqu'il s'agit de provoquer et soutenir la liberté de conscience de chacun. Comme pasteurs de notre Église, il nous incombe d'éclairer les consciences, de dissiper les confusions, de formuler le plus clairement possible les enjeux. (…) Nous continuons d'appeler les chrétiens, et tous ceux qui partagent notre analyse et nos questions, à saisir leurs élus en leur écrivant des lettres personnelles, en les rencontrant et en leur exprimant leurs convictions. Comme citoyens, ils peuvent, et peut-être doivent, utiliser les moyens d'expression qui sont

ceux d'une société démocratique, d'une ‘démocratie participative’, pour faire connaître et entendre leur point de vue." Et le discours de clôture : http://www.eglise.catholique.fr/conference-des-eveques-de-france/texteset-declarations/discours-de-cloture-del-assemblee-pleniere-de-novembre2012-15242.html, dont nous avons extrait ce paragraphe : … " Nous nous réjouissons que, dans le cadre de la légalité et dans le respect des personnes, de nombreuses initiatives soient prises par nos concitoyens, croyants ou non, pour s'opposer au projet du gouvernement dans son état actuel. Beaucoup de catholiques s'engagent dans ce sens avec des personnes d'autres courants de pensée ou d'autres religions. Pardelà les clivages politiques, légitimes dans une démocratie, il s'agit bien d'un engagement pour la promotion d'un bien commun pour notre société. Que les catholiques de notre pays sachent que leurs évêques les encouragent à parler, à écrire, à agir, à se manifester... Ils ont le droit de témoigner de ce qui, dans la lumière de notre foi et selon la logique de la raison et du bon sens, leur semble essentiel pour le présent et pour l'avenir. "…

arGumeNts pour uNe riposte

proposés par l’hebdomadaire FamiLLe ChrétieNNe (n° 1812 du 6 au 12 octobre 2012) 1

« Il s’agit d’une question d’égalité de droits et de non-discrimination des personnes homosexuelles. »

2

« On ne peut refuser le mariage à des personnes qui s’aiment. »

(avec l’aimable autorisation de l’hebdomadaire : www.famillechretienne.fr)

En réalité, cette argumentation contredit un principe du droit: des situations différentes ne peuvent être traitées de façon identique ni générer des droits semblables. Or il y a bien une différence de nature entre un couple hétérosexuel et une union homosexuelle - ce qui ne met aucunement en cause l’égale dignité des personnes. Par ailleurs, un mariage étendu aux personnes de même sexe ne serait pas pour autant «pour tous», comme le prétend l’intitulé du projet de loi : demeureront les critères d’âge, et la notion d’empêchement (maladie mentale avérée par exemple). Ce qui prouve qu’indépendamment de la question homosexuelle, l’inégalité des personnes devant le mariage est une réalité indéniable. Bien davantage, parce qu’il ouvre à l’adoption, le «mariage » homosexuel constituerait une nouvelle discrimination à l’égard des enfants adoptés éventuels, que l’on priverait délibérément d’un père ou d’une mère.

La question n’est pas celle de la capacité des sujets homosexuels à aimer. Elle est celle de l’institutionnalisation, c’est-à-dire de la codification par la loi, d’une structure familiale nouvelle. Le mariage n’est pas d’abord la célébration sociale de l’amour, mais l’inscription de la filiation dans une institution stable, notamment pour protéger la mère - ce qu’indique l’étymologie du mot « mariage »(du latin matrimonium, ce qui est relatif à la mère).

-8-


Dossier

a r g u m e n t a i r e proposés par l’hebdomadaire FamiLLe ChrétieNNe (suite)

3 « Le mariage n’est

qu’un simple contrat entre deux personnes. »

4 « Ce n’est pas bien

5

grave, cela ne va concerner que quelques milliers de couples. »

« Deux hommes ou deux femmes peuvent faire de très bons parents. » 6

« La différence homme/femme est une construction psychologique, deux personnes de même sexe peuvent donc se répartir les rôles dans l’éducation. »

7 « Ne soyons pas

hypocrites, des célibataires peuvent déjà adopter. »

8

« Grâce à l’adoption homosexuelle, davantage d’orphelins trouveront une famille. »

9

« L’État ne peut pas être soumis à une vision religieuse du mariage, l’Eglise n’a pas à s’occuper de ça. »

10

Les français ont déjà approuvé la réforme en votant pour François Hollande.

(avec l’aimable autorisation de l’hebdomadaire : n° 1812 du 6 au 12 octobre 2012 - www.famillechretienne.fr )

En droit, il est à la fois une institution sociale (ce qui signifie qu’il a partie liée à l’intérêt de la société et que ses règles sont prédéfinies par la loi) et un contrat entre deux personnes (l’accord de deux volontés). Même si les altérations récentes tendent à tirer le mariage vers son aspect contractuel (facilitation du divorce...).

« L’idée que l’on peut ouvrir le mariage sans le transformer est une illusion», avertit Mgr Vingt-Trois. D’un simple point de vue juridique, l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe a un impact sur l’ensemble des mariages, puisqu’elle implique de modifier le code civil en supprimant les termes « homme » et «femme », « père »et «mère », remplacés par «époux» et «parents». De nombreux psychologues et psychanalystes rappellent que l’amour ne suffit pas à la construction de l’enfant. Celui-ci a besoin d’un jeu d’identification et de différenciation avec ses deux instances, paternelles et maternelles. Leur absence a des conséquences notoires sur le développement de l’enfant. Quant aux études scientifiques sur les populations d’enfants élevés par des personnes homosexuelles, elles sont biaisées par la faiblesse des échantillons (de 11 à 38 personnes), et parce qu’elles ne s’appuient que sur les réponses données par les « parents ». Dans la mesure où les spécialistes ne sont pas tous d’accord sur le sujet, ouvrir le droit à l’adoption représente une expérimentation hasardeuse. Le principe de précaution, par ailleurs appliqué en matière d’environnement et de santé, doit donc d’autant plus prévaloir qu’il s’agit d’enfants. S’il est vrai qu’il y a une dimension psychologique et culturelle dans la construction de l’identité sexuelle de la personne, il n’en reste pas moins que la réalité biologique en est le fondement incontournable. Donc, une union entre personnes de même sexe est différente d’un couple homme-femme. Ce n’est pas parce que l’un tente d’adopter le rôle du père et l’autre de la mère que l’enfant trouvera pour autant l’équilibre nécessaire. La possibilité de l’adoption par des célibataires est liée à des circonstances historiques exceptionnelles puisqu’elle remonte aux lendemains de la guerre, et s’explique par un déficit de partenaires masculins pour les femmes et par une recrudescence du nombre des orphelins. Elle n’a donc pas de valeur universelle. En réalité, cette question ne se pose pas puisque le nombre d’enfants adoptables est moins important que celui des demandes de parents adoptifs. De plus, un certain nombre de pays refusent que leurs ressortissants soient adoptés par des parents provenant de pays où l’adoption par des partenaires de même sexe est autorisée. S’il y avait une légalisation en France, un grand nombre de pays interrompraient l’adoption internationale vers notre pays, ce qui pénaliserait les couples hétérosexuels demandeurs.

Par l’histoire comme par le nombre de ses fidèles, l’Église catholique apporte à la société un héritage consistant. L’Église — comme les autres instances religieuses — est donc légitime à défendre une vision de l’homme jusquelà largement partagée, sans passer d’ailleurs par des arguments de foi. En ignorant la vision des principales religions - des représentants de l’islam et du judaïsme ont redit leur opposition au projet-, l’État prend le risque d’une désaffection du mariage civil, et d’un accroissement des communautarismes, qu’il entend par ailleurs combattre. Enfin, en ouvrant le mariage aux personnes de même sexe, l’État redéfinit la famille. De sorte qu’il contredit la neutralité philosophique dont il se réclame.

Certes, le projet faisait partie des mesures annoncées dans le programme du président de la République. Mais il a été élu à une très courte majorité. Et rien ne dit que ses électeurs approuvaient tous les éléments de son programme. Ce point, qui correspond à la requête d’une minorité, a en tout cas été très peu présent dans le débat public, notamment entre les deux tours. Or il représente un enjeu majeur pour la société, puisqu’il touche à des repères fondamentaux. Il mérite une discussion large, comme cela a été fait pour le projet de loi bioéthique.

- 9-


Flashes infos... PONTmaIN

Le

p è L e r i N a G e pa r o i s s i a L

2013

Du MArDI 9 Au VENDrEDI 12 AVrIL 2013 Nous irons à

p oNtmaiN, oNtmaiN Lisieux et

au moNt

prix (*) : 374 € si 30 participants 344 € si 40 participants

st miCheL

LISIEux

mONT ST mIChEL

Venez nombreux, parlez-en autour de vous !

(*) Non compris le voyage TGV Marseille-rennes A/r

traCts (avec les renseignements utiles) et buLLetiNs D’iNsCriptioNs à L’aCCueiL i n s crip t io n s a van t le 17 d écem b re 2 01 2

Vendredi 30/11 : 14h - 19h samedi 1/12 : 9h30 - 20h Dimanche 2/12 : 9h30 - 13h

Dans les coulisses du marché de Noël… J’étais de permanence à l’Accueil lorsqu’une dame toute frêle mais très élégante entra dans le bureau, les bras chargés de paquets. Elle me dit : « Monsieur, j’apporte du linge et des objets pour les Ateliers, où se trouvent-ils exactement ? ». Je m’empressai de l’aider et je lui répondis que les Ateliers étaient là-haut dans les salles paroissiales. Toutefois, vu l’importance de « son chargement » je lui proposai de l’accompagner, ce qu’elle accepta volontiers. Après avoir réussi l’exploit de traverser la rue (car c’était l’heure de sortie de l’école Notre Dame d’Huveaune) nous montâmes les escaliers au milieu des feuilles mortes et nous arrivâmes enfin dans les salles paroissiales. Là, régnait une activité intense ! Certaines dames coupaient des tissus, d’autres essayaient de recoller les ailes d’un ange, d’autres enfin ouvraient de grands cartons de vaisselle et de décorations de Noël, tout en nettoyant des objets de bronze, de porcelaine ou de verre. Partout régnait une atmosphère de bonne humeur. Armelle tel un chef d’orchestre sans baguette, orientait les unes et les autres vers telle ou telle activité. Je compris très vite en voyant briller les yeux de notre donatrice que cette année encore le marché de Noël serait une réussite ! Alors, parlez-en autour de vous, amenez votre famille et vos amis et dites leur bien qu’à Saint Giniez du 30 novembre au 2 décembre ce sera Noël tous les jours… - 10-


Flashes infos...

int Giniez Eglise Sa 20h cembre à é d 6 i d u Je

Veillée pour la vie Naissante samedi 1er Décembre à 20h15

dans la basilique

mo Na s t è r e sa i Nt e CL a i r e

jeudi 13 décembre : 20h : Veillée de prière à la Miséricorde Divine Dimanche 9 décembre : 14h : Chapelet à Marie qui défait les noeuds. 15h : L’Heure de la Grande Miséricorde. Le Groupe de prière “Le Cénacle”

- tous les lundis à 20h30

du sacré-Cœur

(Groupe de prière charismatique)

TEMPS de l’AVENT

MESSES DE L’AURORE À 6H45

mardis 4 - 11 et 18 décembre

Temps d’attente et temps de préparation pour la venue du Seigneur, Venons nombreux aux

suivies du petit-déjeuner dans les salles paroissiales

Directeur de la publication : Père Jean-Christophe Leurent - rédacteur en chef : Francis Cauwe Comité de rédaction : Blandine Crama, Bruno Dulauroy, Jean Pellegrino, Claude roche. Maquette et impression : Bruno Dulauroy Courrier des lecteurs : Paroisse Saint Giniez, 31, avenue Frédéric Mistral, 13008 Marseille - Tél : 04-91-23-01-10.

- 11 -


Calendrier 17 Novembre-15 Décembre 2012 Novembre

33ème dimanche du temps ordinaire (année B)

w

WE : Journées Nationales du Secours Catholique. Les quêtes paroissiales y seront affectées (quête impérée).

samedi 17: Dimanche 18 : Mardi 20 : Mercredi 21 : Samedi 24 :

messe anticipée à 18h30 (messe des familles animée par la catéchèse) messes à 9h, 10h30 et 19h. Après la messe de 10h30 : REPAS PAROISSIAL. (Chacun est invité à apporter de quoi garnir le buffet en salé, sucré, pain, boissons).

20h30, Conseil pastoral. 20h30, 3° réunion du Parcours Zachée (salles paroissiales). 15h, mariage de Félix LESSArD et Quitterie CAuwE.

w

samedi 24 : Dimanche 25 : Mardi 27 : Vendredi 30 :

solennité du Christ, roi de l’univers (année B)

messe anticipée à 18h30 messes à 9h, 10h30 et 19h. Marche de nuit sous la lune. rV à 19h45 sur le parvis de l’église. 14h-19h, Marché de Noël (voir aussi samedi 1er et dimanche 2).

Du 30 novembre au 8 décembre : Neuvaine de prière de l’Immaculée Conception. Décembre

1er dimanche de l’avent (année C)

w

marché de Noël messe anticipée à 18h30 (messe des familles) Samedi 9h30-20h _ Dimanche 9h30-13h messes à 9h, 10h30 et 19h. 6h45, messe de l’Aurore suivie du petit déjeuner (salles paroissiales). 20h30, 3° réunion du Parcours Zachée (salles paroissiales). 20h30, réunion des parents du catéchisme. 20h, concert de Noël en notre église, organisé par le Conseil Général : «Noëls du Delta », avec notamment raphaël IMBErT, saxophoniste (voir page 11). solennité de l’immaculée Conception, messe solennelle à 9h.

samedi 1 : Dimanche 2 : Mardi 4 :

Mercredi 5 : Jeudi 6 :

samedi 8 :

2ème dimanche de l’avent (année C)

w

samedi 8 : Dimanche 9 :

messe anticipée à 18h30. messes à 9h, 10h30 (participation de l’ensemble choral ‘Beata Musica’ et d’André ROSSI) et 19h. 11 h 45, baptême de Marie GuILLEMIN. 16h, concert de Noël avec l’ensemble choral ‘Beata Musica’ et d’André ROSSI, programme de musique baroque (voir page 11). 6h45, messe de l’Aurore suivie du petit déjeuner (salles paroissiales). 15h, rencontre du 1er groupe pour l’étude du livret « le Concile Vatican II, une boussole pour aujourd’hui » avec le Père Eric dans les salles paroissiales. 19h15, nuit d’adoration jusqu’au vendredi 7h30. 20h30, groupe de prière, animé par la Communauté de l’Emmanuel, à la paroisse St Henri.

Mardi 11 : Jeudi 13 :

w

samedi 15 : Dimanche 16 : Mardi 18 : Jeudi 20 :

3ème dimanche de l’avent (année C)

messe anticipée à 18h30 (messe des familles). messes à 9h, 10h30 et 19h. Après la messe de 10h30 : REPAS PAROISSIAL. (Chacun est invité à apporter de quoi garnir le buffet en salé, sucré, pain, boissons).

6h45, messe de l’Aurore suivie du petit déjeuner (salles paroissiales). 20h30, rencontre du 2ème groupe pour l’étude du livret « le Concile Vatican II, une boussole pour aujourd’hui » avec le Père Eric dans les salles paroissiales.

En semaine - Lundi -

* 18h30 : messe

f - mardi à vendredi * 17h. à 18h15 : adoration du Saint Sacrement * 18h30 : messe

f - samedi -

* 9h. : messe * 9h30 à 10h30 : adoration du Saint Sacrement

f - Dimanche -

* 17h30 à 18h45 : adoration du Saint Sacrement

f - Confessions -

Pendant les temps d’adoration ou dans le bureau des prêtres

f - aux grandes fêtes * 18h15 : Vêpres

Repas paroissiaux 2012 : 18/11 - 16/12 2013 : 13/01- 03/02

24/03 - 28/04 - 09/05 07/06 (19h30)

adoration

2012 : 13/12 2013 : 10/01 - 7/02 7/03 - 4/04 - 2/05 - 6/06

Parcours Zachée

2012 : 21/11 - 4/12 - 18/12 2013 : 8/01 - 22/01 - 5/02 19/02 - 5/03 - 18/03 - 2/04 16/04 - 7/05 - 21/05 - 4/06 Prochaines publications FIP : 15/16 décembre Bulletin : 19/20 Janv.2013

paroisse saint Giniez - tél : 04 91 23 01 10 - adresse postale : 31, avenue Frédéric mistral 13008 marseille accueil paroissial : 19bis bd emile sicard - du lundi au samedi, 9h.-12h. et 15h.-18h30

- 12 -


330 nov déc2012