Page 1

LE

D A N S

L E S

V O I L E S

L'entrepreneuriat local en forte croissance RAPPORT

ANNUEL

2009


MISSION ET VALEURS Le CLD de Québec mobilise et concerte les personnes et les collectivités qui renforcent l’entrepreneuriat et contribuent à un développement local durable, rentable et équitable, tant socialement qu’économiquement. Pour accomplir sa mission, le CLD de Québec s’appuie sur un ensemble de valeurs dont la pierre angulaire repose sur l’innovation, l’autonomie et la solidarité.

14,4 %

D’ENTREPRENEURS ISSUS DE L’IMMIGRATION

FA I TS SA ILLA NTS 200 9

15 % en 2008

35 % DE FEMMES

1 059 projets

d’entreprise et de développement local ACCOMPAGNÉS 849 en 2008

ENTREPRENEURES 35 % en 2008

41,5 %

D’ENTREPRENEURS ÂGÉS ENTRE 18 ET 35 ANS

2,8 M$ INVESTIS

38 % en 2008

DANS LES PROJETS D’ENTREPRISE ET DE DÉVELOPPEMENT LOCAL

849 PERSONNES

3,06 M$ en 2008

856 emplois créés et MAINTENUS

dans les projets financés

23,6 M$ D’INVESTISSEMENTS GÉNÉRÉS SUR LE TERRITOIRE 14,8 M$ en 2008

693 en 2008

intéressées par l’entrepreneuriat ont assisté à 49 séances d’information 619 en 2008

3 320 PERSONNES

ont sollicité les services d’information du CLD de Québec 3920 en 2008

TABLE DES M AT I È R ES 1 Le vent dans les voiles

9

2 Principales statistiques

21 L’entrepreneur a bon vent  (clientèles)

6 Message du maire

25 L’entrepreneuriat exposé à tout vent (secteurs)

7 Hisser les voiles pour mieux performer

34 Administration des investissements

Le vent souffle dans la bonne direction (territoire)

8 Des bénévoles engagés et un réseau bien établi

Note au lecteur Étant donné que le redécoupage des arrondissements de la ville de Québec n’est entré en vigueur qu’après les élections municipales de novembre 2009, les résultats compilés pour l’année financière 2009 et présentés dans ce rapport réfèrent à un découpage de la ville de Québec en huit arrondissements, au lieu de six comme actuellement. Note Le genre masculin est utilisé dans le seul but d’alléger le texte.


LE V E NT DANS LES VOI LES Après dix ans d’existence, soit de 1998 à 2008, pendant lesquels les résultats obtenus ont été dignes de mention, le CLD de Québec a entrepris sa deuxième décennie sur fond de crise financière et économique à l’échelle planétaire. Pour un organisme comme le CLD de Québec, dont la raison d’être s’articule autour de la promotion de l’entrepreneuriat pour permettre l’épanouissement des personnes et des collectivités, cela n’était pas nécessairement le climat idéal. Force est d’admettre, cependant, qu’à la lumière des résultats compilés en 2009, ceux-ci représentent sans conteste une performance des plus remarquables. Ainsi, il n’est pas exagéré d’affirmer haut et fort que l’entrepreneuriat a présentement le vent dans les voiles et que le CLD de Québec en fait la preuve. L’actuel rapport présente les principales réalisations et activités de développement du CLD de Québec pour l’année financière s’échelonnant du 1er janvier au 31 décembre 2009. Tenez-vous bien, ça risque de souffler fort. Bonne lecture !

P U I S Q U ’O N N E P E U T C H A NG E R L A D I R E C T I O N D U V E N T, I L FAU T A P P R E N D R E À O R I E N T E R L E S VO I L E S. JA M E S D E A N

1 _ RAPPORT ANNUEL 2009

EN PLEIN


Conseil d’administration DU CLD DE QUÉBEC

Comité exécutif Pierre Tremblay, président Alain Bridault, vice-président Micheline Boucher, secrétaire Jean-Pierre Bédard, trésorier absente Émilia Castro, admini stratrice


CONSEIL D’ADMINISTRATION Michel Mailloux, représentant Emploi-Québec Gaëtan SiouÏ, admini strateur Frédérique Langlais, admini stratrice Davender Gupta, admini strateur


CoNSEIL D’ADMINISTRATION M e Françoise Mercure, admini stratrice Christian Savard, admini strateur Stéphan Lepage, admini strateur Amira Boulmerka, admini stratrice a bs ents Marc B e rge r o n , a d m i n i st r a t eur S éb a st i en Bo i es, a d m i n i st r a t eur A n n Ging r as , ad minist rat rice C laude Lé garé , administ r a t eur J o sée V i g n ea ult , a d m i n i st r a t r i c e


Jacques Fiset, directeur général Colette Martin, directrice générale adjointe Louis-Pierre Légaré, directeur du développement local absente Anne-Marie Gervai s, coordonnatrice des ressources humaines

PERSONNEL DU CLD DE QUÉBEC

Direction générale


Personnel admini stratif et de soutien Johanne Bacque, technicienne en comptabilité Lucie Magnan, technicienne en comptabilité Pierre-Luc Fortin, responsable des ressources matérielles Pablo Palencia, technicien en comptabilité Jean-Luc Hérard, coordonnateur des services admini stratifs


Personnel admini stratif et de soutien Danielle Dupéré, commi s-réceptionni ste Richard Renaud, technicien préposé au soutien informatique Louise Courcy, commi s de bureau Geneviève Ruel, adjointe admini strative Isabelle Le Bihan, secrétaire à la direction du développement local


Communications Manon Blouin, coordonnatrice du service des communications Andréane Choinière, secrétaire à la direction générale adjointe et aux communications Pierre Trahan, conseiller en communication Amélie Pineau, conseillère en communication


Conseillères aux entrepri ses Danielle Jean, conseillère aux entrepri ses Nancy Sliger, conseillère aux entrepri ses Anne Beauséjour, conseillère aux entrepri ses Lucie Godin, coordonnatrice des services aux entrepreneurs


Conseillers aux entrepri ses, suivi et information Frédéric Potvin, conseiller aux entrepri ses Marie-Claude Bilodeau, technicienne à l’information Denise Lelièvre, technicienne à l’information et conseillère aux entrepri ses André Simard, conseiller aux entrepri ses Yolande Massicotte, conseillère EN suivi


Agents de dĂŠveloppement local

Paul St-Laurent, arts, culture et patrimoine Michelle Morin, agroalimentaire Doris Marcoux, clientèle immigrante Brigitte Labrecque, environnement


Agents de développement local Donald Perron, commercial et coordonnateur du service de développement local Pierre Corbeil, touri sme Emmanuel Caron, haute technologie Bernard Tremblay absent Mario Huard, arrondi ssement de La Cité


Agentes de développement local Dominique-Anne Chabot, arrondi ssement de La-Haute-Saint-Charles Héloïse Leclerc, arrondi ssement de Limoilou Fanny Côté, arrondi ssement de Charlesbourg Micheline Audet, arrondi ssement Les Rivières


Analystes Joanie Rollin, analyste en planification, recherche et développement Nathalie Croteau, analyste de projets Michel Légaré, analyste de projets Stéphane Gaudreault, analyste de projets René Grenier, analyste en redressement d’entrepri ses et recouvrement Martin Harrisson, analyste de projets


Chargés de projets Boubacar Sima Édith Lavallée Annick Deschênes Pierre Bouchard


w w w.c l d d e q u e b e c .qc .c a


LE V EN T DANS LES VOI LES Après dix ans d’existence, soit de 1998 à 2008, pendant lesquels les résultats obtenus ont été dignes de mention, le CLD de Québec a entrepris sa deuxième décennie sur fond de crise financière et économique à l’échelle planétaire. Pour un organisme comme le CLD de Québec, dont la raison d’être s’articule autour de la promotion de l’entrepreneuriat pour permettre l’épanouissement des personnes et des collectivités, cela n’était pas nécessairement le climat idéal. Force est d’admettre, cependant, qu’à la lumière des résultats compilés en 2009, ceux-ci représentent sans conteste une performance des plus remarquables. Ainsi, il n’est pas exagéré d’affirmer haut et fort que l’entrepreneuriat a présentement le vent dans les voiles et que le CLD de Québec en fait la preuve. L’actuel rapport présente les principales réalisations et activités de développement du CLD de Québec pour l’année financière s’échelonnant du 1er janvier au 31 décembre 2009. Tenez-vous bien, ça risque de souffler fort. Bonne lecture !

P U I S Q U ’O N N E P E U T C H A NG E R L A D I R E C T I O N D U V E N T, I L FAU T A P P R E N D R E À O R I E N T E R L E S VO I L E S. JA M E S D E A N

COMITÉ EXÉCUTIF

CONSEIL D’ADMINI STRATION MICHEL MAILLOUX, REPRÉSENTANT E BEC GAËTAN SIOUÏ, ADMINI STRATEUR FRÉDÉRIQUE LANGLAIS, ADMINI STRATRICE DAVENDER GUPTA, ADMINI STRATEUR

1 _ RAPPORT ANNUEL 2009

PIERRE TREMBLAY, PRÉSIDENT ALAIN BRIDAULT, VIC MI JEAN-PIERRE BÉDARD, TRÉSORIER ABSENTE ÉMILIA CASTRO, ADMINI ST


RÉPARTITION des 1 059 projets d’entreprise et de développement local accompagnés, dont 104 ont reçu une aide financière

PAR SECTEUR D’ACTIVITÉ (EN NOMBRE)

91

11

AGROALIMENTAIRE

20

38

2

ENVIRONNEMENT

85

7

HAUTE TECHNOLOGIE ET TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION

58

10

TOURISME

137

181

186

9

11

8

26

44

96

9

LES RIVIÈRES

143

10

SAINTE-FOY–SILLERY

87

4

CHARLESBOURG

79

7

BEAUPORT

91

11

LIMOILOU

53

6

LA HAUTESAINT- CHARLES

39

5

LAURENTIEN

18

1

L’ANCIENN ELORETTE

33

6

SAINT-AUGUSTIN DE-DESMAURES

3

1

WENDAKE

LA CITÉ

MANUFACTURIER

DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL ET COMMERCE DE DÉ TAIL

SERVICES AUX ENTREPRISES

SERVICES AUX PERSONNES ET À LA COLLECTIVITÉ 1

À ÊTRE PR ÉCI SÉ PAR L’ENTREPRENEUR 2

9

395 ARTS, CULTURE ET PATRIMOINE

191

83

PAR SECTEUR GÉOGRAPHIQUE (EN NOMBRE)

PAR MODE ÉCONOMIQUE

À ÊTRE PR ÉCI SÉ PAR L’ENTREPRENEUR 3

22

PAR STADE DE DÉVELOPPEMENT

7,3 %

2,3 %

À ÊTRE PRÉCI SÉ PAR L’ENTREPRENEUR

PRÉDÉMARRAGE

3,1 %

ACQUI S I T ION / RELÈV E

15,1 %

CONSOLIDATION

32,2 %

2 _ RAPPORT ANNUEL 2009

ÉCONOMIE SOCIALE COOP : 12,3 % OBNL : 8 7,7 %

20,3 %

EXPANSION

60,5 %

ÉCONOMIE LIBÉRALE

59,2 %

DÉMARRAGE

1

Comprend les projets concernant l’entrepreneuriat et l’économie sociale, l’entrepreneuriat et les personnes issues de l’immigration, l’entrepreneuriat et les jeunes, ainsi que le milieu de vie.

2

Projets d’entreprise et de développement local dont les secteurs d’activité n’étaient pas encore déterminés au moment de l’accompagnement par le CLD de Québec.

3

Ce chiffre correspond à des dossiers dont les entrepreneurs n’ont pas encore déterminé dans quel secteur du territoire ils vont s’établir, ainsi qu’à des dossiers provenant d’une entente dont le territoire est plus grand que celui du CLD de Québec.


RÉPARTITION des 2,8 M$ investis dans les projets d’entreprise et de développement local et des 23,6 M$ d’investissements générés sur le territoire

PAR SECTEUR D’ACTIVITÉ ( $ )

536 000

406 197

210 000

405 000

258 228

266 980

152 795

289 480

256 689

INVESTISSEMENTS GÉNÉRÉS

3 222 192

1 241 062

260 550

4 310 113

6 877 628

2 312 693

995 533

2 885 193

1 548 380

AGROALIMENTAIRE

ARTS, CULTURE ET PATRIMOINE

1 215 359

6 160 097

244 290

1 917 443

364 895

2 455 425

51 000

671 301

216 250

1 495 855

BEAUPORT

215 250

5 713 549

LIMOILOU

28 450

548 200

LA HAUTESAINT- CHARLES

200 880

1 153 376

LAURENTIEN

29 490

L’ANCIENN ELORETTE

LA CITÉ

LES RIVIÈRES

ENVIRONNEMENT

HAUTE TECHNOLOGIE ET TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION

SAINTE-FOY–SI L L ERY

CHARLESBOURG

TOUR I S M E

M A N UFACTURIER

DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL ET COMMERCE DE DÉTAIL

3 595

SERVICES AUX ENTREPRISES

SERVICES AUX PERSONNES ET À LA COLLECTIVITÉ

231 400

2 748 608

10 000

760 000

SAINT-AUGUSTINDE-DESMAURES

WENDAKE

L’effet de levier Chaque dollar investi par le CLD de Québec en 2009 a généré des investissements de 8,51 $ comparativement à 4,84 $ en 2008.

3 _ RAPPORT ANNUEL 2009

$  I N V EST IS

PAR SECTEUR GÉOGRAPHIQUE ( $ )


RÉPARTITION des 856 EMPLOIS CRÉÉS ET MAINTENUS, GÉNÉRÉS PAR LES 104 PROJETS FINANCÉS

PAR SECTEUR D’ACTIVITÉ (EN NOMBRE)

70

PAR SECTEUR GÉOGRAPHIQUE (EN NOMBRE)

AGROALIMENTAIRE

293 181

ARTS, CULTURE ET PATRIMOINE

11

ENVIRONNEMENT

93

HAUTE TECHNOLOGIE ET TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION

65

LES RIVIÈRES

50

SAINTE-FOY–SILLERY

19

CHARLESBOURG

68

TOURISME

49

BEAUPORT

52

MANUFACTURIE R

88

LIMOILOU

20

LA HAUTE-SAINT- CHARLES

70

LAURENTIEN

171

L’ANCIENN E-LORETTE

27

SAINT-AUGUSTIN-DE-DESMAURES

4

WENDAKE

190

DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL ET COMMERCE DE DÉ TAIL

43

SERVICES AUX ENTREPRISES

148

4 _ RAPPORT ANNUEL 2009

LA CITÉ

SERVICES AUX PERSONNES ET À LA COLLECTIVITÉ


L’EN T R E PR E N EU R I AT, UNE OPT ION P OUR DEVENIR AUTONOME ET CRÉER SON EMPLOI Mesure Soutien au travail autonome Le CLD de Québec gère, conjointement avec Emploi-Québec,

Formation et accompagnement en démarrage d’entreprise

la mesure Soutien au travail autonome (STA) qui offre une

Le CLD de Québec participe financièrement au projet de

allocation salariale aux personnes désirant créer ou acquérir

formation en démarrage d’entreprise, géré par le Fonds

une micro-entreprise ou devenir travailleur autonome. En

d’emprunt économique communautaire (Québec). Les

2009, le bilan s’établit comme suit :

résultats de 2009 sont :

849 personnes ont participé à l’une ou l’autre

314 participants aux séances d’information

des 49 séances d’information

383 personnes rencontrées individuellement

180 personnes ont déposé un projet STA

lors de 1 515 rencontres

124 entrepreneurs ont bénéficié du soutien financier

56 participants au Prédémarrage, programme long

pendant la réalisation de leur plan d’affaires

61 participants au Prédémarrage, programme court

114 ont profité du suivi individuel de la mesure STA

30 prêts accordés totalisant 435 072 $

94,8 % des projets présentés ont été acceptés

1 247 396 $ d’investissements générés

93,6 % des participants étaient toujours en affaires à la fin de leur participation 16,7 % de la clientèle du CLD de Québec participent

Mentorat d’affaires

à la mesure STA

Le Service d’aide aux gestionnaires et aux entrepreneurs (SAGE) qui accompagne les entrepreneurs en leur transmettant bénévolement un savoir profitable issu de la somme de leurs expériences, collabore avec le CLD de Québec dans le cadre d’une Entente de mentorat d’affaires, dont l’objectif vise la création d’une soixantaine de dyades mentorales (jumelage mentor-mentoré). Le bilan actualisé de cette entente s’établit maintenant à 83 dyades, dont 23 nouvelles créées en 2009.

UN APERÇU DE NOS

INTE RV E N T IONS Le CLD de Québec a connu une forte croissance de nouveaux dossiers en 2009. Et pour répondre à tous ces dossiers, comme à ceux qui poursuivent leur cheminement au sein de l’organisme, les professionnels du CLD ont eu recours à plusieurs types d’interventions, dont :

près de 17 % pour de l’assistance à la réalisation de projet et de plan d’affaires plus de 13 % pour du suivi de services-conseils

plus de 13 % pour de l’aide à la recherche de financement près de 10 % pour le financement de projets soumis

5 _ RAPPORT ANNUEL 2009

près de 20 % pour le suivi administratif des dossiers clients


M ESSAG E DU M A I R E Depuis plus de 10 ans, le Centre local de développement de Québec est un des moteurs importants du développement économique et social de la ville et de la région. À mi-chemin dans la mise en œuvre de son Plan local d’action concertée pour l’économie et l’emploi, les résultats obtenus par le CLD sont éloquents. Par sa mission d’accompagnement, il incite les talents à s’établir à Québec et leur offre l’appui nécessaire pour réussir. En faisant le choix de soutenir à la fois les secteurs porteurs et ceux qui se révèlent prometteurs, il participe à la diversité et à la vitalité économique de l’ensemble du territoire. Son travail en concertation avec les forces vives du milieu entrepreneurial lui assure des bases solides. La Ville de Québec est fière d’appuyer un organisme engagé au service de la collectivité. Par son action, le CLD de Québec contribue à la prospérité, au dynamisme et à la qualité de vie qui font la renommée de notre ville. Le maire de Québec,

6 _ RAPPORT ANNUEL 2009

Régis Labeaume


Hisse r les voi les pou r m i eux pe r form e r L’année 2009 a été marquée par des perturbations financières et économiques à l’échelle mondiale. Malgré tout, la région de Québec a non seulement bien résisté à la tourmente, mais le taux de chômage est à son plus bas depuis des décennies. L’attrait pour l’entrepreneuriat est en forte croissance et les investissements, tant privés que publics, se maintiennent. À l’image de la région, le CLD de Québec a su hisser les voiles pour mieux performer et les résultats 2009 le démontrent. Le CLD a enregistré la plus forte hausse annuelle de nouveaux projets déposés avec une augmentation de 30 % par rapport à l’année précédente. Cette hausse s’est traduite par un nombre jamais égalé de 1 059 projets d’entreprise et de développement local accompagnés. De ce nombre, 10 % se sont partagé des investissements de l’ordre de 2,8 M$ de la part du CLD de Québec, ce qui a généré des investissements de 23,6 M$ sur le territoire. Cette année, l’effet de levier de nos investissements s’élève à

PIERRE TREMBLAY président

8,51 $ pour chaque dollar que nous avons investi dans la collectivité. Cela est d’autant plus digne de mention que la moyenne des dernières années oscillait autour d’un dollar pour cinq. D’ailleurs, une étude réalisée récemment par la Fondation de l’entrepreneurship et traçant le portrait global de l’entrepreneuriat dans la région de la Capitale-Nationale, abordait notamment la question de l’offre en entrepreneuriat et le rôle joué par le CLD de Québec. L’étude s’est ainsi penchée sur la contribution du CLD de Québec sous l’angle des importants investissements réalisés annuellement par le CLD en prédémarrage et démarrage, du nombre d’entreprises accompagnées, ainsi qu’en fonction des sommes investies dans des dossiers d’implantation, de consolidation et d’expansion. Et le rapport de conclure qu’il s’agit « […] d’un apport considérable et le CLD de Québec peut être fier de son apport à l’entrepreneuriat local et régional! »

JACQUES F ISET DIRECTEUR G É N É RAL

Mais en quoi un organisme de développement économique local, comme le CLD de Québec, se distingue-t-il d’un autre organisme de financement ou d’aide aux entreprises ? Certes, tout le temps consacré par les professionnels du CLD aux projets soumis, et ce, tant en amont qu’en aval du financement, peut faire une différence. Mais, il y a plus encore. Ce qui distingue vraiment le CLD, c’est que le point d’arrimage de nos actions de promotion de l’entrepreneuriat, le lieu d’éclosion des projets accompagnés ou financés et la vision d’ensemble de nos actions sont tous situés au cœur de la communauté locale, et sont mis en œuvre par la communauté et au bénéfice de la communauté. Ces résultats remarquables de la dernière année, nous les devons d’abord au personnel professionnel du CLD de Québec et aux quelque 150 bénévoles dévoués qui n’ont pas ménagé leur temps et leurs efforts pour répondre adéquatement à la forte demande. Nous leur adressons nos plus sincères remerciements. Grâce à eux, le CLD de Québec est aujourd’hui un joueur incontournable, à la fois pour les entrepreneurs, les instances municipales, le gouvernement et nos partenaires des organisations socioéconomiques. Chef de file de l’entrepreneuriat local, le CLD de Québec a définitivement le vent dans les voiles et nous vous invitons à prendre connaissance du souffle de nos actions dans les

Pierre Tremblay, président

Jacques Fiset, directeur général

7 _ RAPPORT ANNUEL 2009

pages suivantes.


DES BÉ N ÉVOLES E NG AG ÉS MERC I AUX M E M BR ES DU CONSE I L D’ADM I N IST RAT ION ( EN DATE DE MARS 2 0 1 0) 516 HEU R ES D’ E NG AG E M E N T BÉ N ÉVOLE Comité exécutif Pierre Tremblay, président — collège tourisme, Président-directeur général, Global Tourisme International

Com i t és d’ éva luat ion de proj ets

Alain Bridault, vice-président — collège affaires – économie sociale/ coopératives, Président, ORION coopérative de recherche et de conseil

Marc Alarie, Ginette Benoît, Matthieu Boisvert, Jocelyne Brousseau, Michel Brulotte, Clément Carrier, Guy Dorval, Damien Gagné, Carole Garneau, Simon Garneau, Nathalie Gauvin, Serge Gignac, Joël Godin, Marie-Claude Joannette, Sylvain Noël, Claude Paradis, Caroline Plourde, Aubin Rioux

Jean-Pierre Bédard, trésorier — collège culture, Directeur administratif, Théâtre Périscope Micheline Boucher, secrétaire — collège affaires - économie sociale/OBNL, Directrice générale, École de joaillerie de Québec Émilia Castro, administratrice — collège groupes de femmes, 2e vice-présidente, Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CCQCA-CSN)

Soutien au travail autonome

Fonds local d’investissement, Fonds de développement des entreprises d’économie sociale, Fonds jeunes promoteurs et Fondation canadienne des jeunes entrepreneurs

Sébastien Boies — collège travailleurs/travailleuses, Président, CRQCA (FTQ)

Sophie Barabé, Jacques Beaudet, Élise Beaudoin, Alain Beaulieu, Frédéric Bernard, David Boivin, Jean-Philippe Bonneau, Bernard Côté, Denis Courteau, Sophie Galaise, Luc Gagné, Flavio Gavidia, Ann Gingras, Olivier Jacques, Claude Légaré, Stéphan Lepage, Josée Maltais, Marie-Josée Ouellet, Suzanne Ouellet, Réjean Perron, Jo-Ann Rivard, Michel Roy, Martin Verville, Stéphan Viau, Dominique Violette

Amira Boulmerka — collège communautés culturelles, Directrice, École d’excellence de Québec

Com i t és - conse i ls de dév e loppe m e n t lo ca l

Administratric es et a dm i n ist rat eu rs Marc Bergeron — collège éducation, Vice-président, Commission scolaire de la Capitale

Ann Gingras — collège travailleurs/travailleuses, Présidente, Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CCQCA-CSN) Davender Gupta — collège affaires - économie libérale/travailleurs autonomes, Coach, Les Entreprises Visioneering ltée Frédérique Langlais — collège jeunes, Agente de sensibilisation à l’entrepreneuriat, Carrefour jeunesse-emploi de Sainte-Foy Claude Légaré — collège santé, Organisateur communautaire, Centre de santé et services sociaux de la Vieille-Capitale Julie Lemieux — collège municipal, Conseillère municipale, Ville de Québec Stéphan Lepage — collège haute technologie et technologies de l’information, Associé et fondateur, V3-Ventures

Serge Allen, Luc Arseneault, Denis Beauchemin, Jacques Beaudet, Pierre Bellavance, Jacques Bellemare, Alain Blanchet, Pierre Bois, Micheline Boucher, Pierre Brunelle, Roger Carbonneau, Manon Caron, Pierre Côté, Julien Dallaire, Ginette Defoy, Paul Dupuis, Gisèle Dussault, Jacques Faguy, Ginette Faucher, Yves Fortin, Céline Genest, André Gérin, Steve Gignac, Lyne Gilbert, Michel Goulet, Valérie Huppé, Réjean Jalbert, Édouard Lafrance, Jocelyne Larouche, Lise Larue, Jacques Laverdière, Jean Lavoie, Jocelyn Lavoie, Claude Légaré, Claude Lirette, Michel Mailloux, Christian Marcon, Dolorès Martineau, Brigitte Miller, Yves Neveu, Danielle Nicole, Sonia Noël, Patrick Paquet, Francine Pelletier, Jean-Robert Pépin, Ginette Picard-Lavoie, Gérald Poirier, Nathalie Quirion, Érick Rivard, Benoît Songa, Pierre Tremblay, Martin Vaillancourt, Solange Veilleux, Suzanne Verreault

Me Françoise Mercure — collège affaires - économie libérale, Avocate, Cain Lamarre Casgrain Wells Avocats

UN RÉSEAU BIEN ÉTABLI

Christian Savard — collège environnement, Directeur général, Vivre en ville

Ba i lleu rs de fon ds

Gaëtan Siouï — collège territoire autochtone, Chef développement économique, tourisme et création d’emplois, Conseil de la Nation huronne-wendat Suzanne Verreault — collège municipal, Conseillère municipale, Ville de Québec

Bureau de la Capitale-Nationale, Ville de Québec, Ville de L’AncienneLorette, Ville de Saint-Augustin-de-Desmaures et Conseil de la Nation huronne-wendat

Josée Vigneault — collège agroalimentaire, Propriétaire, Vigneault Chocolatier ltée

E n t e n t e de se rv ic e

Membres non-vota n ts

Pa rt e na i r es sou t e n us pa r le C LD de Qu é bec

Michel Mailloux, Directeur, CLE de Sainte-Foy

Corporation de développement économique communautaire de Québec et Fonds d’emprunt économique communautaire (Québec)

Caroline Magnan, Conseillère-analyste, Bureau de la Capitale-Nationale

Députés provinc iaux Raymond Bernier (PLQ), Député de Montmorency Yves Bolduc (PLQ), Député de Jean-Talon Éric Caire (ADQ), Député de La Peltrie Gérard Deltell (ADQ), Député de Chauveau André Drolet (PLQ), Député de Jean-Lesage Sam Hamad (PLQ), Député de Louis-Hébert Patrick Huot (PLQ), Député de Vanier Agnès Maltais (PQ), Députée de Taschereau Michel Pigeon (PLQ), Député de Charlesbourg

Merc i à c eux qui on t c essé de siéger en cours d’a n n é e 8 _ RAPPORT ANNUEL 2009

MERC I AUX MEMBRES DES COMITÉS D’ÉVALUATION DE PROJETS ET DES COMITÉSCONSEILS DE DÉVELOPPEMENT LOCAL 661 HEURES D’ENGAGEMENT BÉNÉVOLE

Carole Bégin-Giroux, Richard Côté, Stéphane Laforest, Réjean Perron, Stéphan Shields

Emploi-Québec et les Centres locaux d’emploi de la ville de Québec

Pa rt e na i r es asso c i és Banque Laurentienne, Carrefours jeunesse-emploi de la région de Québec, Centres de formation professionnelle des trois commissions scolaires, Chambre de commerce de Québec, Concours québécois en entrepreneuriat, Coopérative de développement régional Québec-Appalaches, Fédération des caisses Desjardins du Québec et 12 caisses Desjardins, Fondation canadienne des jeunes entrepreneurs (FCJE), Inno-Centre, Jeune chambre de commerce de Québec, Jeunes entreprises Capitale-Nationale/ChaudièreAppalaches, Parc technologique du Québec métropolitain, Pôle Québec Chaudière-Appalaches, Réseau META Québec-Lévis, Ressources Entreprises, SOLIDEQ, Université du Québec, Voix des entrepreneurs en technologie de l’information de Québec (VETIQ)

E n t e n t es spéc i f iqu es ET R ÉG IONA LES Entente de partenariat régional en tourisme, Entente spécifique en matière de condition féminine dans la région de la Capitale-Nationale, Entente spécifique sur le développement agroalimentaire de la région de la Capitale-Nationale, Entente spécifique sur l’économie sociale, Entente spécifique sur le mentorat d’affaires dans la région de la CapitaleNationale, Entente spécifique sur l’établissement durable des personnes immigrantes dans la région de la Capitale-Nationale, Entente sur la relève artistique et culturelle professionnelle de la région de la Capitale-Nationale


LE SOUFFLE DANS LA BONNE DIRECTION L’ENTREPRENEURIAT ES SAIME SUR L’ENSEMBLE DU TERRI TOIR E. LE CL D DE QUÉBEC C O N T R I B U E AC T I V E M E N T A U DY N A M I S M E E T À L A V I TA L I T É D E S C O M M U N AT É S LO CA L E S. L A P R O M OT I O N D E L’ E N T R E P R E N E U R I AT S E V E U T L’ U N D E S M E I L L E U R S MOYE NS D’A S SURER LA PR I SE EN CHA RG E ET L’AUTONOMI E DES DIFFÉRENTS MI LI EUX DE VIE. E L E V E N T A S O U F F L É DA N S L A B O N N E D I R E C T I O N, P U I S Q U E L E DÉVELOPPEMENT LOCAL EST PRÉSENT PARTOUT, PLUS VIVANT QUE JAMAI S.


ARRONDI SSEMENT DE

LA C IT É

tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c r é és et m a i n t e n us

395 44 1 2 1 5 3 59   $ 6 16 0 0 9 7   $ 2 93

Mieux connaître pour mieux intervenir De concert avec la dizaine d’associations et regroupements de gens d’affaires de l’arrondissement, le CLD de Québec a réalisé plusieurs interventions découlant de demandes particulières des associations de gens d’affaires. Toutes les interventions du CLD visaient à accroître la dynamique commerciale et l’achalandage des principales artères commerciales de l’arrondissement (Place Royale/Vieux-Port, quartier Petit-Champlain, rue Cartier/axe Montcalm, rue Saint-Jean du Vieux-Québec et du Faubourg, rue Saint-Vallier, rue Saint-Joseph et secteur Saint-Roch, quartier Saint-Sacrement…). Parmi les questions abordées, plusieurs concernaient des études de marché et des analyses touchant autant la problématique du stationnement et l’enjeu lié à l’animation et à l’offre de services que la mise en valeur d’attraits à haute valeur historique et touristique.

Bien s’activer pour bien s’entourer En collaboration avec les partenaires concernés par les projets, le CLD de Québec a envisagé des pistes d’action à poursuivre ou à mettre en œuvre éventuellement. Signalons, à titre d’exemple, l’élaboration de plans d’action découlant du nouveau plan marketing adopté par la Coopérative du Quartier Petit-Champlain et du plan de visibilité pour le secteur Place Royale/Vieux-Port. Soulignons aussi la réalisation de la Fête des récoltes de Saint-Sacrement, des nouvelles éditions de Faubourg Saint-Jean en fleurs et de Saint-Sauveur en fête. À cela, s’ajoutent plusieurs activités de mobilisation et d’accompagnement du milieu qui se sont avérées des plus profitables.

Le Bivouac urbain

10 _ RAPPORT ANNUEL 2009

F e st i va l d e j e ux , d’a r t s n u m é r i q u e s e t d e m u lt i m é d i a

P l ac e d e l’ U n i v e r s i t é d u Q u éb e c, 7 au 9 ao û t 2 0 0 9

L e CLD a e n v i sag é d e s p i st e s d’ac t i o n à poursuivre et à mettre en œuvre…


ARRONDI SSEMENT

LES R I V IÈ R ES tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c r é és et m a i n t e n us

96 9 2 4 4   2 9 0 $ 1 917 4 4 3 $ 65

Un exemple de développemen t soc ial Parmi les priorités d’action inscrites au Plan local d’action concertée pour l’économie et l’emploi (PLACÉE) 2009-2011 du CLD de Québec, l’une consistait à intervenir de façon concertée avec les partenaires locaux en matière de développement social. Pour répondre à cette priorité, le CLD de Québec a soutenu le projet de démarche entrepreneuriale de la Maison de quartier – secteur Du Buisson, établie dans un local temporaire du quartier Les Saules. Ce projet permettra d’offrir à une population identifiée comme vivant une situation de défavorisation un accès équitable à des services lui permettant d’améliorer sa qualité de vie, de briser son isolement et de favoriser une prise en charge du milieu. Outre le CLD de Québec, plusieurs partenaires, dont le YMCA de Québec, le CLSC des Rivières, l’arrondissement Les Rivières et le Carrefour jeunesse-emploi de la Capitale-Nationale sont de la partie.

Une question de mobilisation Le CLD de Québec a également accompagné un regroupement de gens d’affaires de l’arrondissement afin de favoriser, notamment, l’implantation d’une association formelle dans le secteur Bastien-Neufchâtel, et ce, en commençant par se doter d’une image distinctive. Les expériences réalisées ailleurs sur le territoire semblent porter fruit et plusieurs commerçants réalisent les nombreux avantages qu’apporte la création d’un regroupement formel. La visibilité obtenue grâce à un site comme [lesruesdequebec.com] étant un

C e n ’ e s t pa s l a g i r o u e t t e q u i to u r n e , c ’ e s t l e v e n t.

Sara Porlier , co o r d o n n at r i c e p r o g r a m m e A lt e r n at i v e s u s p e n s i o n Émilie -M aude Vanier , co o r d o n n at r i c e P r oj e t IM PAQ M arie -Josée Lagacé , co n s e i l l è r e c u lt u r e , lo i s i r e t v i e co m m u n au ta i r e , a r r ONDISSEMENT L e s R i v i è r e s G inette Buist-Olivier , o r g a n i sat r i c e co m m u n au ta i r e , CSSS d e l a V i e i l l e- Ca p i ta l e M icheline Audet, ag e n t E d e d é v e lo pp e m e n t lo ca l , CLD d e Q u éb e c

E d g a r Fau r e

MAISON DE QUARTIER - SECTEUR du Buisson P r oj e t d e p r i s e e n c h a r g e d u m i l i e u a f i n d e b r i s e r l’ i s o l e m e n t e t a m é l i o r e r l a q ua l i t é d e v i e , da n s l a fo u l é e d e l a m i s e e n œ u v r e d u p r o g r a m m e A lt e r n at i v e S u s p e n s i o n ( Y MCA Q u éb e c)

11 _ RAPPORT ANNUEL 2009

de ceux-là.


ARRONDI SSEMENT DE

SAINT E -FOY– SI LLE RY tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c r é és et m a i n t e n us

14 3 10 3 6 4   895   $ 2 455 425 $ 50

La mixité commerc iale À l’exemple de l’intervention réalisée dans d’autres arrondissements, le CLD de Québec a procédé à un relevé de la mixité commerciale du chemin Sainte-Foy, dans le secteur compris entre le centre historique de Sainte-Foy (route de l’Église/côte de la Suète) à l’est, et l’autoroute Duplessis, à l’ouest. Ce relevé a permis, dans un premier temps, d’établir un portrait global de la répartition de l’occupation à vocation commerciale et résidentielle et, dans un second temps, de classer les différents commerces qui s’y trouvent par catégories et par type d’achats (courants, semi-courants et réfléchis). Cette catégorisation permettra éventuellement d’obtenir un profil de consommation détaillé en fonction des types de commerces qui se trouvent dans ce secteur.

L’entrepreneuriat, favorable aux personnes issues de l’immigration À l’issue du Forum sur le développement local, tenu en 2008 sous le thème Se concerter pour mieux développer, l’un des enjeux retenus abordait la difficulté de rétention de la population immigrante. À ce propos, l’entrepreneuriat avait été ciblé comme étant une manière particulièrement efficace de répondre à cette problématique. Le CLD de Québec a renouvelé, en 2009, le projet de La Récolte des cultures, véritable incubateur d’entreprises et de cultures. Maintenant établie dans un local permanent de Place Quatre-Bourgois, la boutique de ces entrepreneurs issus de l’immigration connaît un vif succès, facilitant ainsi davantage leur rétention.

Joliette Trâ n , p r o p r i é ta i r e

12 _ RAPPORT ANNUEL 2009

T rân Fusion art martial & mieux- être C e n t r e s pé c i a l i s é e n ta e kwo n - d o, u n i s sa n t s c i e nc e e t sa n t é , v i sa n t l e s 5 0 a n s e t p lu s w w w.t r a n f u s i o n.ca

Trân Triêu Quân (1952-2010) Le CLD de Québec désire rendre hommage à l’homme et à l’entrepreneur et souligner sa volonté et sa détermination exceptionnelles. En cela, il fut et demeure un exemple pour plusieurs. Il périt tragiquement lors du tremblement de terre du mardi 12 janvier 2010 à Haïti. Il était le père de Joliette Trân.


ARRONDI SSEMENT DE

C HA R LESBOU RG 87 4 51 000 $ 67 1 3 01  $ 19

tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c r é és et m a i n t e n us

Mise en valeur du Trait-Carré L’événement Noël au Trait-Carré a été reconnu, l’an dernier, par le Bureau des grands événements de la Ville de Québec. Cela représente, non seulement une reconnaissance de la valeur du produit, mais également une visibilité accrue pour les prochaines éditions. La 12e édition de cet événement qui s’est déroulée en 2009 a été possible grâce à la mobilisation de plusieurs partenaires et institutions du secteur, parmi lesquels se retrouvaient les sociétés artistique et historique locales, le Moulin des Jésuites, l’Église Saint-Charles-Borromée, Musique et Mascarades, les commerçants du Trait-Carré, l’arrondissement de Charlesbourg et le CLD de Québec.

Le développement des affaires L’intervention du CLD de Québec dans les arrondissements prend de multiples facettes. La principale étant la mobilisation, suivie de la concertation, puis l’accompagnement vers une autonomie complète du milieu, en passant par la promotion de l’entrepreneuriat. Le Comité des gens d’affaires du TraitCarré a lancé, en 2009, un calendrier original présentant les commerces du secteur et permettant la participation à un tirage. Ayant accompagné les gens d’affaires de SaintRodrigue dans la naissance de leur association en 2008, le CLD les a de nouveau soutenu dans la préparation d’un plan stratégique de développement des affaires à réaliser au cours des prochaines années.

Jean -Philippe Janin et C hristophe Sourd , co p r o p r i é ta i r e s Top T roc inc. Dép ôt-v e n t e d e m e u b l e s u s ag é s d e q ua l i t é

13 _ RAPPORT ANNUEL 2009

w w w.to p -t r o c.co m


ARRONDI SSEMENT DE

BEAUPORT

tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c r é és et m a i n t e n us

79 7 2 16   2 5 0   $ 1 495 8 5 5   $ 49

Agir pour contrer l’exc lusion Le CLD de Québec a poursuivi sa collaboration avec les partenaires du milieu afin d’atteindre les objectifs de lutte à la pauvreté et à l’exclusion, principalement identifiés pour les secteurs de Giffard et Montmorency. Dans le cadre d’une approche territoriale intégrée (ATI), le CLD a proposé son aide pour organiser une fête familiale intitulée Le quartier tourne à la fête. Ce projet visait, notamment, à faire connaître à la population visée les organismes communautaires présents dans le secteur et à briser l’isolement des familles et des résidants du secteur. Ce fut également le cas pour les Journées multiculturelles de Beauport qui avaient pour but de favoriser le dialogue entre les différentes cultures et le développement de lieux d’ancrage des communautés culturelles présentes dans l’arrondissement.

Persévéranc e scolaire et compétenc es entrepreneuriales L’urgence d’agir contre le décrochage et en faveur de la persévérance scolaire a récemment été identifiée par le Groupe d’action sur la persévérance scolaire et la réussite scolaire au Québec. Ce groupe, présidé par l’homme d’affaires L. Jacques Ménard, trouve d’ailleurs son écho dans le milieu. C’est ainsi que le CLD de Québec s’est joint à un groupe de partenaires œuvrant dans le milieu scolaire, de l’emploi, de la coopération et de l’intervention auprès des jeunes, afin de participer à un projet de développement des compétences entrepreneuriales. Grâce à la collaboration de deux autres CLD de la région et du Carrefour jeunesse-emploi Montmorency, ce projet vise à améliorer le taux de diplomation des jeunes qui résident à Beauport, sur la Côtede-Beaupré et à l’Île d’Orléans. Dans ce cas comme dans d’autres, le partenariat et la mobilisation demeurent les maîtres-mots qui permettront d’atteindre l’objectif visé.

Dannie Caron, p r é s i d e n t e

14 _ RAPPORT ANNUEL 2009

H D Mar keting E n t r e p r i s e d é v e lo ppa n t d e s v i t r i n e s v i r t u e l l e s i n t e r ac t i v e s av e c d e s a pp l i cat i o n s t e c h no lo g i q u e s v i d é o W e b h au t e d é f i n i t i o n w w w. m a r k e t i ng h d.ca

C e p r oj e t v i s e à a m é l i o r e r l e taux d e d i p lo m at i o n d e s j e u n e s.


ARRONDI SSEMENT DE

LimoI LOU

91 11 2 1 5 2 5 0  $ 5 7 1 3 5 49 $ 88

tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c ré és et m a i n t e n us

L’entrée des artistes Depuis quelques années, de plus en plus d’artistes et d’artisans sont attirés par Limoilou. Reconnaissant cette spécificité, le CLD de Québec soutient la mise en valeur du créneau « arts et métiers » et accompagne les acteurs du milieu dans la réalisation de projets qui vont en ce sens. Parmi les événements qui témoignent du dynamisme du secteur, mentionnons l’expo-vente La Macédoine artistique qui s’est déroulée dans le cadre champêtre du Domaine Maizerets et qui offrait des créations d’artistes et d’artisans en métiers d’art et en arts visuels ainsi que des démonstrations en public. Par ailleurs, nous ne pouvons passer sous silence l’immense succès de foule remporté par la 3e édition de Miracle sur la 3e Avenue, avec ses volets Famille et Marché des arts. Grâce à une efficace stratégie de communication, la couverture médiatique a été soutenue et importante, tant dans la presse écrite qu’électronique. Le CLD de Québec a d’ailleurs accompagné et appuyé ces deux initiatives locales.

La solidarité commerc iale L’intervention du CLD de Québec dans Limoilou s’est manifestée aussi lors de déjeuners des gens d’affaires du VieuxLimoilou auxquels une cinquantaine de commerçants ont participé, favorisant ainsi la solidarité commerciale et le sentiment d’appartenance. Cette mobilisation pourrait éventuellement déboucher sur la formation d’un regroupement formel de gens d’affaires du secteur. Avec la participation du CLD de Québec, du site Internet [monlimoilou.com] et de CKRL 89,1, les commerçants de la 3e Avenue ont amorcé une campagne promotionnelle qui a contribué efficacement au positionnement de cette artère commerciale de plus en plus fréquentée.

e

Direction 3 Avenue Sé r i e d’a n n o n c e s p u b l i c i ta i r e s fa i s a n t l a p r o m ot i o n d u c r é n e au «   A r t s. T e n da n c e s. St y l e s d e v i e   » d e l a 3 e Av e n u e à L i m o i lo u. U n e co l l a b o r at i o n CLD d e Q u éb e c, l e s i t e [ m o n l i m o i lo u.co m ] e t CKRL 8 9, 1

15 _ RAPPORT ANNUEL 2009

L e CLD d e Q u éb e c soutient la mise en va l e u r d u c r é n e au « arts et métiers ».


ARRONDI SSEMENT DE

LA HAU T E - SA IN T- C H A R LES tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c r é és et m a i n t e n us

53 6 28 450 $ 548 200 $ 20

Une mobilisation dynamique Le regroupement des gens d’affaires des artères Bastien et Racine est né en 2008 et représente un cas unique au Canada, puisqu’il réunit des entrepreneurs autochtones et non autochtones. Depuis sa création, les activités du groupe se poursuivent et donnent des résultats concrets sur le terrain. Ainsi, en 2009, le regroupement a lancé la Carte touristique et commerciale Bastien-Racine présentant les principaux attraits touristiques et identifiant les commerces du secteur. Ce lancement, qui a eu lieu à l’Hôtel-Musée Premières Nations dans le cadre d’une rencontre de réseautage, visait à renforcer les liens entre les communautés et à augmenter le nombre de membres. Il s’agit là d’un bel exemple de promotion de l’entrepreneuriat comme levier de développement, soutenu par le CLD de Québec. D’ailleurs, une démarche semblable a récemment pris naissance dans le secteur de La Faune/Saint-Émile, toujours avec l’appui du CLD de Québec.

Des perspectives d’avenir et de développement L’arrondissement a également connu, en 2009, une première foire de l’emploi. Intitulée La Route de l’emploi, l’activité visait à soutenir les commerces confrontés à la pénurie de maind’œuvre et à l’absence de relève dans certains secteurs d’activité. Fruit de la mobilisation de plusieurs partenaires du milieu, cette activité a aussi favorisé les échanges et ouvert de nouvelles perspectives d’avenir. De plus, le CLD de Québec a accompagné et soutenu la création de La Boîte animée, un projet qui met en valeur une façade du bureau d’arrondissement par la projection d’une œuvre audiovisuelle. Il a aussi participé et appuyé le Festival de canotgraphie de La Haute-Saint-Charles 2009 qui vise la consolidation et le développement du potentiel récréotouristique de la rivière Saint-Charles. Un projet à suivre La Boî te animée

dans les prochaines années.

L i e u d e d i f f u s i o n c u lt u r e l l e e t d e c r é at i o n u r ba i n e ,

16 _ RAPPORT ANNUEL 2009

Bu r e au d’a r r o n d i s s e m e n t d e l a H au t e-Sa i n t- C h a r l e s, r u e R ac i n e

Un bel exemple d e p r o m ot i o n d e l’ e n t r e p r e n e u r i at co m m e l e v i e r d e d é v e lo pp e m e n t.


ARRONDI SSEMENT

LAU R E N T I E N 39 5 2 0 0   8 8 0 $ 1 1 5 3 3 76 $ 70

tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c ré és et m a i n t e n us

Des éc hanges sur des regroupements possibles L’arrondissement Laurentien a vécu, en 2009, ses derniers moments. En effet, avec le redécoupage administratif de la ville, de huit à six arrondissements, la partie nord se retrouve avec l’arrondissement de La Haute-Saint-Charles, alors que la partie sud fait maintenant partie du nouvel arrondissement de Sainte-Foy–Sillery–Cap-Rouge. Pendant ce temps, sur le terrain, des échanges avec des regroupements informels de gens d’affaires des secteurs de Val-Bélair et de Cap-Rouge se sont poursuivis dans le but de créer une véritable association de gens d’affaires. Ces deux projets, soutenus par le CLD de Québec, impliqueraient chacun une centaine de commerçants et professionnels. Bien qu’ils en soient encore au stade du recrutement et des échanges, le projet de Val-Bélair, tout comme celui de Cap-Rouge, s’annoncent fort prometteurs pour l’avenir et la vitalité de ces artères commerciales.

Une ric hesse culturelle et artistique Fort du succès des dernières années et du soutien d’artistes, d’artisans et d’entrepreneurs du secteur, Les Ateliers d’été du Vieux-Cap-Rouge ont de nouveau offert la possibilité d’en découvrir la richesse culturelle et artistique. L’engagement d’une ressource et le soutien renouvelé du CLD de Québec ont contribué à ce succès. Il en fut de même de l’événement Cap sur l’avenir – 150e anniversaire de Cap-Rouge qui a profité de ces célébrations pour mettre en valeur le patrimoine culturel et artistique du Vieux-Cap-Rouge.

LE M arché public de Val -Bélair

17 _ RAPPORT ANNUEL 2009

Marché offrant les produits du terroir d’ u n e d i z a i n e d e p r o d u c t e u r s lo c au x ( vo i s i n d e l a B i b l i ot h è q u e Fé l i x- L e c l e r c)


VILLE DE

L’ANC I E N N E - LOR ET T E tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c r é és et m a i n t e n us

18 1 3 595   $ 2 9 49 0   $ 17 1

Maintenir le cap Au fil d’une dizaine de rencontres étalées tout au long de l’année, le CLD de Québec a aidé l’Association des gens d’affaires de L’Ancienne-Lorette à mobiliser les commerçants du secteur de la rue Notre-Dame. De plus, lors du changement de direction survenu au sein de l’association dans le courant de l’année, le CLD a également facilité la transition des mandats et des dossiers, afin de maintenir le cap sur les objectifs visés. Par ailleurs, le CLD de Québec a collaboré activement à la réalisation du populaire Concours de sculptures sur neige de L’Ancienne-Lorette qui, incidemment, célébrera son 10e anniversaire en 2010.

Lever le rideau Dans le dossier de la relance du Théâtre La Fenière, qui compte sur une nouvelle direction artistique, une nouvelle équipe administrative et un nouveau conseil d’administration, le CLD a poursuivi son travail avec d’autres partenaires impliqués du milieu. Et bien que l’organisme établi à L’Ancienne-Lorette depuis ses débuts ait récemment connu des heures difficiles, tous les partenaires s’entendent pour maintenir en activité cette institution qui a été l’un des tout premiers théâtres d’été au Québec.

Carol Cassistat, d i r e c t e u r a r t i s t i q u e Fabien L’ heureux, d i r e c t e u r a d m i n i s t r at i f

18 _ RAPPORT ANNUEL 2009

Théâtre La Feniè re P r e m i e r t h é ât r e d’ é t é au Q u éb e c e t 4 e p lu s a nc i e n n e i n st i t u t i o n t h é ât r a l e p r o f e s s i o n n e l l e au Q u éb e c w w w. l a f e n i e r e .q c.ca

L e p e s s i m i st e s e p l a i n t d u v e n t, l’o p t i m i st e e s p è r e q u ’ i l va c h a ng e r , l e r é a l i st e a j u st e l e s vo i l e s. W i l l i a m A r t h u r Wa r d


VILLE DE

SAIN T-AUGUST I N DE- DESM AU R ES 33 6 2 3 1 4 0 0 $ 2 74 8 6 08 $ 27

tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c r é és et m a i n t e n us

À caractère résolument patrimonial Deux projets de développement local ont retenu l’attention du CLD de Québec à Saint-Augustin-de-Desmaures. Tous deux sont des projets à caractère patrimonial. Ainsi, la Fondation québécoise pour la protection du patrimoine naturel a obtenu le soutien financier du CLD pour la réalisation de son superbe site Internet. Celui-ci, tout en présentant la mission et les principales actions de la fondation, vise essentiellement à sensibiliser et à mobiliser les riverains, la population et les décideurs envers la protection du paysage et du littoral patrimonial des battures de Saint-Augustin-de-Desmaures. De concert avec la Maison de la culture de Saint-Augustin, le CLD de Québec a également contribué à la réalisation d’un dépliant consacré au Circuit cyclable à caractère patrimonial comprenant des points d’observation des paysages agricoles, des sites historiques, des institutions culturelles, des bâtiments patrimoniaux et des lieux de diffusion des produits artistiques et du terroir. Ce circuit s’étend sur plusieurs kilomètres, le long de la route 138, dans les rangs, aux abords du Lac-Saint-Augustin et dans le secteur du noyau historique.

Pierre Sévigny et Jean Dupont , ac t i o n n a i r e s

Co n c e p t i o n e t lo c at i o n d’ u n au to c a r s pé c i a l e m e n t a m é n ag é p o u r l e s b e s o i n s des équipes sportives w w w.t n g 1 .c a

19 _ RAPPORT ANNUEL 2009

Transport Nouvelle G énération


TERRITOIRE DE

W ENDAK E tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c r é és et m a i n t e n us

3 1 10 000 $ 76 0 0 0 0   $ 4

Une entente et des réalisations renouvelées Le CLD de Québec et le Conseil de la Nation huronne-wendat ont non seulement renouvelé leur entente triennale de partenariat pour la réalisation de projets de développement porteurs, mais le Conseil a également augmenté la valeur de sa participation financière totale. Parmi les réalisations dignes de mention découlant de l’entente précédente, soulignons la présentation de la nouvelle édition, revue et augmentée, du Festival de canotgraphie de La Haute-Saint-Charles qui a mis en valeur le potentiel récréotouristique de la rivière Saint-Charles. Également, la présentation, en collaboration avec Tourisme Wendake, de la Mascarade de l’Halloween qui, pour l’édition 2009, a traversé le territoire de Wendake, s’étendant maintenant sur plus de deux kilomètres, et a attiré près de 40 000 personnes.

La rivière qui sépare les nations, un pont qui les unit C’est sous ce titre poétique, emprunté au Répertoire des bons coups 2009, que la Fondation Rues principales présente les avantages et les retombées découlant de la naissance du Regroupement des gens d’affaires Bastien-Racine, qui réunit des autochtones et des non autochtones. Selon la Fondation, « les membres […] ont réussi à installer un climat de confiance réciproque entre les deux peuples, favorisant ainsi un degré de coopération exceptionnel. » Le CLD de Québec est fier de collaborer étroitement à ces activités de mobilisation et de concertation du milieu et d’être associé à ce succès.

Rémy Vincent et Jean- Philippe SiouÏ , p r o p r i é ta i r e s

20 _ RAPPORT ANNUEL 2009

Les Industries N ion w entsïo E n t r e p r i s e d e t r a n s fo r m at i o n d e l a b i o m a s s e fo r e st i è r e p o u r l a p r o d u c t i o n d e l i t IÈRE ag r i co l e e t co m m e r c i a l e w w w.g r o u p e t r i f l i d e .co m

«   l e s m e m b r e s […] o n t r é u s s i à i n sta l l e r u n c l i m at d e co n f i a nc e réciproque entre les deux peuples, favorisant ainsi un degré de co o pé r at i o n e xc e p t i o n n e l .  » Rép e r to i r e d e s b o n s co u p s 2 0 0 9 Fo n dat i o n R u e s p r i nc i pa l e s


L’ENTREPRENEUR A BON

AVOIR BON VENT SIGNIFIE PROFITER DU VENT POUR A LLER LÀ OÙ L’ON VEUT ALLER. MAI S CELA N’EXPLIQUE PAS TOUT. SURTOUT PAS POURQUOI DE PLUS EN PLUS DE GENS CHOI SI SSENT L’ENTREPRENEURIAT POUR GAGNER LEUR AUTONOMIE, ET CE, DANS UN CONTEXTE ÉCONOMIQUE QUI COMPORTE PLUSIEURS INCERTITUDES. UNE QUESTION S’ I M P O S E A LO R S : À Q U E L S G R O U P E S A P PA R T I E N N E N T L E S P E R S O N N E S Q U I O N T PA R TICIPÉ À CET EXTRAORDINAIRE ÉLAN DE DÉVELOPPEMENT LOCAL OBSERVÉ EN UN REGARD DU CÔTÉ DES CLIENTÈLES PRIORITAIRES DU CLD DE QUÉBEC APPORTE JUSTEMENT CERTAINS ÉLÉMENTS DE RÉPONSE.


L’ENTREPRENEURIAT ET

LES J EU N ES

41,5 % de la clientèle du CLD de

Québec sont de jeunes entrepreneurs Plusieurs études avancent que les jeunes Québécois seraient moins nombreux à envisager l’entrepreneuriat parmi leurs choix de carrière. Comment expliquer alors que les jeunes représentent 41,5 % de la clientèle du CLD de Québec, en hausse de 3,5 % par rapport à l’année précédente ? Quel constat doit-on faire dans ce qui apparaît pourtant une nette contradiction avec les conclusions de ces études ? La transmission d’entreprise et les jeunes entrepreneurs Pour commencer, tirons une chose au clair : la relève d’entreprise n’implique pas essentiellement des jeunes. Cela dit, rien n’empêche de jeunes entrepreneurs de s’intéresser à certaines occasions d’affaires que représentent parfois les entreprises dirigées par un entrepreneur désirant en céder la direction à quelqu’un d’autre. Cependant, cette situation de « repreneur-cédant » est susceptible d’attirer quiconque demeure attentif aux bonnes occasions d’affaires qui se présentent. À titre de partenaire actif du Groupe de travail sur la transmission d’entreprise qui vise précisément «… à concerter les organismes de développement de la région de la Capitale-Nationale afin d’élaborer, de mettre en œuvre et de promouvoir une stratégie régionale en matière de relève en entreprises dans le but de sensibiliser les dirigeants d’entreprises à l’urgence de préparer leur relève (…), le tout pour assurer la pérennité des entreprises de la région, » le CLD de Québec a collaboré et participé à la création du Centre de transfert d’entreprises, dans le cadre d’un projet pilote. Au final, cette approche proactive cherche à contrer l’effet du vieillissement de la population sur les directions de petites et moyennes entreprises actuellement dirigées par des entrepreneurs qui devront passer le flambeau au cours des prochaines années, sans avoir planifié de relève.

L’entrepreneuriat pour contrer le déc roc hage scolaire Le CLD de Québec a poursuivi sa collaboration avec le continuum de services en entrepreneuriat jeunesse qui permet de mieux orienter les offres de services et les outils proposés aux jeunes entrepreneurs. Il a également participé, avec d’autres partenaires, à la mise en place d’un vaste projet de mobilisation et d’interventions ciblées, axé sur une stratégie de promotion de l’entrepreneuriat auprès de jeunes, afin de contrer le décrochage scolaire et de les inciter à poursuivre leurs études.

Patric k Gilbert, P r o p r i é ta i r e Pain & Passion Épicerie fine offrant une gamme d e p r o d u i t s f r a i s e t d e r e pa s-sa n t é p r épa r é s p o u r e m p o r t e r

22 _ RAPPORT ANNUEL 2009

w w w. pa i n e t pa s s i o n.co m


L’ENTREPRENEURIAT ET LES PERSONNES

ISSU ES DE L’ IM M IG RAT ION

15 %

Près de de la clientèle du CLD de Québec sont des personnes issues de l’immigration En faisant la promotion de l’entrepreneuriat auprès des personnes issues de l’immigration, le CLD de Québec vise à en faire un outil d’attraction favorisant la rétention des immigrants dans la région. Avec près de 15 % d’entrepreneurs immigrants en 2009, cela représente une formidable progression par rapport au pourcentage de 3 % observé en 2003, soit avant que la Ville de Québec lui demande d’en faire une clientèle prioritaire. Une stratégie d’intervention La mobilisation demeure, à ce jour, le meilleur moyen de rejoindre, d’intéresser et d’adapter l’offre de services aux entrepreneurs immigrants. La tenue d’événements ou d’activités de réseautage, selon les affinités culturelles par exemple, a déjà fait ses preuves. Ce faisant, le CLD de Québec reconnaît la spécificité des communautés culturelles, favorise leur intégration progressive et soutient leur apport à l’économie de la région. C’est ainsi qu’à la suite du forum réunissant les communautés maghrébine et nord-africaine de Québec, des pistes de solutions ont été définies. Le CLD de Québec et ses partenaires dans ce projet se pencheront sur les principales conclusions et proposeront une stratégie d’intervention adaptée aux besoins spécifiques de cette communauté.

Un véritable incubateur d’entreprises et de cultures Affirmer que 2009 a constitué une année charnière pour le projet de La Récolte des cultures est un véritable euphémisme. Ce projet, soutenu par le CLD de Québec, a reçu deux importants prix au cours de l’année : le prix d’excellence Le bon coup de l’année décerné par l’Association des CLD du Québec et une seconde place dans la catégorie Soutien à l’insertion, remis par la Chambre de commerce de Québec, lors de la Soirée Un monde à faire – Hommage à la diversité. Dans les prochains mois, ce véritable incubateur d’entreprises et de cultures devrait se transformer en coopérative de solidarité, afin d’en assurer la pérennité.

Jeanne S. M ayer , P r o p r i é ta i r e d e s i g n e r JS M ayer designer At e l i e r d e c r é at i o n s u r m e s u r e e t d e co u t u r e

23 _ RAPPORT ANNUEL 2009

w w w. j s m ay e r d e s i g n.co m


L’ENTREPRENEURIAT ET

LES F E M M ES

35 % de la clientèle du CLD de Québec sont des femmes entrepreneures

Depuis plusieurs années, le pourcentage de femmes entrepreneures représente un peu plus du tiers de la clientèle totale du CLD de Québec. Depuis 2003, année où les femmes furent identifiées comme l’une des trois clientèles prioritaires avec les jeunes et les personnes issues de l’immigration, les efforts consentis par le CLD de Québec semblent porter fruit. Un guide d’intervention adapté aux femmes entrepreneures Afin d’améliorer encore davantage l’offre de service auprès des femmes entrepreneures, le CLD de Québec a collaboré à l’élaboration d’un guide d’intervention adapté aux besoins spécifiques des femmes entrepreneures. Ce guide est destiné aux professionnels des organismes d’aide et de financement qui interviennent auprès de cette clientèle particulière. L’un des objectifs de ce guide est notamment de mettre en relief les différences quant aux besoins d’accompagnement, de financement et de soutien, afin de mieux assister la clientèle entrepreneuriale féminine. Le lancement de ce guide est prévu pour le printemps 2010.

Réussir façon femme : oser entreprendre L’un des faits marquants de l’année fut sans conteste le Colloque sur l’entrepreneuriat féminin, qui s’est tenu les 4 et 5 novembre 2009 à Québec, sous le thème Réussir façon femme, et qui a été organisé par le CLD de Québec. L’événement a rassemblé près de 150 entrepreneures qui ont notamment profité de l’occasion pour faire du réseautage et échanger sur les différentes pratiques d’affaires. Dans la foulée d’une étude dressant le portrait de l’entrepreneuriat féminin dans la région de la Capitale-Nationale et de l’Entente spécifique en condition féminine de la Capitale-Nationale, le CLD de Québec a collaboré au projet de création d’un organisme visant à répondre aux besoins spécifiques des femmes entrepreneures.

24 _ RAPPORT ANNUEL 2009

Caroline Houssieaux , d o c to r a n t e , U n i v e r s i t é L ava l Renée R ivest , p r é s i d e n t e , R e G a i n G r o u p e- Co n s e i l Marie -C laude Belleau , p r o f e s s e u r t i t u l a i r e , U n i v e r s i t é L ava l Liliane Laverdi ère , p r é s i d e n t e , C h a m b r e d e co m m e r c e d e Q u éb e c e M Françoise M ercure , a d m i n i st r at r i c e , CLD d e Q u éb e c R enée H udon , a n i m at r i c e d e l’ é v é n e m e n t Annie Létourneau , co n f é r e nc i è r e e t coac h d e r é u s s i t e G inette deFoy , d i r e c t r i c e , Y WCA d e Q u éb e c

Colloque sur l’entrepreneuriat féminin Co l lo q u e s o u s l e t h è m e Ré u s s i r faço n f e m m e 4 e t 5 nov e m b r e 2 0 0 9


L’ENTREPRENEURIAT EXPOSÉ À TOUT IMPOSSIBLE DE NIER QUE L’ENTREPRENEURIAT A ÉTÉ EXPOSÉ À TOUS LES VENTS AU COURS DE LA DERNIÈRE ANNÉE. NÉANMOINS, LES PERFORMANC VOUS, PRINCIPALEMENT DANS DES SECTEURS ÉCONOMIQUES PORTEURS DE RETOMBÉES STIMULANTES POUR LE DÉVELOPPEMENT DE L’ENTREPRENEURIAT LOCAL. E N OU T R E, L E C L D D E QU É B EC P O R T E UNE ATTENTION PARTICULIÈRE AUX ENTREPRI SES D’ÉCONOMIE SOCIALE, CONVAINCU QU’ELLES PEUVENT FAIRE UNE DIFFÉRENCE NOTABLE, ÉQUITABLE ET PLUS PROFITABLE POUR TOUTE LA COLLECTIVITÉ.


AGROA LIM E N TA I R E tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c r é és et m a i n t e n us

91 11 536 000 $ 3 2 2 2 192   $ 70

Consultation de la filière agroalimentaire De concert avec les partenaires sectoriels, le CLD de Québec a participé à l’organisation d’une journée de consultation auprès des acteurs de la filière agroalimentaire de la région, afin de déterminer les actions à mettre en œuvre dans les prochaines années. À la suite de cette activité, l’élaboration d’un plan d’action pour le développement de la filière agroalimentaire a été amorcée.

Exploration de pistes de développement Dans la même veine, le développement du secteur agricole et agroalimentaire repose sur différentes options ayant fait l’objet d’un travail de concertation de la part du CLD de Québec. C’est ainsi qu’a été étudiée l’opportunité d’implanter un autre marché public sur le territoire. En effet, les deux marchés publics actuels, c’est-à-dire celui du Vieux-Port et celui de Sainte-Foy, constituent pour les entreprises agroalimentaires des lieux privilégiés pour la vente de leur production. Toutefois, certaines études tendent à démontrer une tendance lourde favorisant le rapprochement entre les producteurs et les consommateurs, et une sensibilité accrue à la qualité des aliments. Autant d’éléments favorisant l’implantation d’un autre marché agroalimentaire. L’étude d’opportunité sur l’implantation d’un autre lieu public de distribution de la production agroalimentaire locale se poursuit donc. Le CLD de Québec participe également au projet Ferme AlimenTerre qui, en plus de favoriser l’insertion au travail de jeunes décrocheurs et de déficients légers, permettrait de fournir des aliments frais à des entreprises d’aide Karim Elabed, p r é s i d e n t Label T erre commerce équitable E n t r e p r i s e d’ i m p o r tat i o n, d e co n d i t i o n n e m e n t e t d e d i st r i bu t i o n d e p r o d u i t s é q u i ta b l e s e t b i o lo g i q u e s s o u s sa p r o p r e m a r q u e

alimentaire, comme Moisson Québec par exemple, qui les distribueraient ensuite aux personnes à faibles revenus, et ce, à coûts abordables.

26 _ RAPPORT ANNUEL 2009

w w w. l a b e lt e r r e .co m

Q u i sa i t l e v e n t, sa i t l e t e m p s.


ARTS, CULTURE ET PATRIMOINE 191 20 4 0 6 19 7 $ 1 2 4 1 0 62 $ 181

tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c r é és et m a i n t e n us

Québec Horizon Culture, plus qu’un événement Impossible de passer à côté de cet événement qui a fait date, en 2009, dans le domaine de la culture… et des affaires; l’un des buts visés étant effectivement de rapprocher le milieu des affaires et celui de la culture. L’objectif principal consistait à faire de la culture l’un des moteurs du développement économique de la région pour les cinq prochaines années, soit jusqu’en 2014. Le CLD de Québec a non seulement été un partenaire dans la préparation et l’organisation de cette journée d’échanges, mais il s’est révélé aussi un partenaire de premier plan dans la gestion, l’analyse et le suivi de plusieurs des mesures annoncées cette journée-là.

Un investissement majeur, des retombées importantes Concrètement, le CLD de Québec s’est engagé à investir 1 335 000 $ sur trois ans dans la réalisation du plan stratégique de développement de la culture de Québec Horizon Culture. C’est ainsi que le CLD de Québec participe activement à plusieurs des mesures annoncées, que ce soit à titre de porteur de dossiers (Fonds d’investissement en technoculture, Fonds ESSOR…), comme partenaire (Entente sur le financement privé de la culture), gestionnaire (Entente de partenariat portant sur la relève artistique et culturelle professionnelle…) et initiateur (Centre d’exposition en arts actuels, animation et médiation culturelle) de certaines d’entre elles. Les retombées de toutes ces mesures seront d’autant plus importantes que le secteur culturel représente déjà une part importante de l’activité économique de la région.

Jean - François Côté, D i r e c t e u r a r t i st i q u e La Bande V idéo C e n t r e d e c r é at i o n e t d e r e c h e r c h e e n a r t s m é d i at i q u e s

L e CLD d e Q u éb e c s e r év è l e u n pa r t e na i r e d e p r e m i e r p l a n da n s l a g e s t i o n, l’a n a ly s e e t l e s u i v i d e p lu s i e u r s mesures annoncées DANS LE CADRE d e Q u éb e c H o r i zo n C u lt u r e .

27 _ RAPPORT ANNUEL 2009

w w w. l a ba n d e v i d e o.co m


ENVIRON N E M E N T tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c r é és et m a i n t e n us

38 2 210 000 $ 260 550 $ 11

Refléter les valeurs de développement durable Parmi ses priorités organisationnelles, le CLD de Québec a intégré l’élaboration d’un plan de développement durable au sein même de l’organisation. Ainsi, après avoir procédé à l’analyse des pratiques et comportements actuels, un comité interne a été mis en place afin de procéder à l’élaboration de ce plan de développement durable. D’ici au dévoilement de ce plan, le CLD de Québec aura déménagé dans de nouveaux locaux, situés dans l’édifice de Fondaction et mitoyen avec la Maison de la coopération où loge partiellement le CLD. Le nouvel édifice, dont la structure principale est entièrement constituée de bois, est construit selon le programme de certification Leadership in Energy and Environmental Design (LEED). Cela signifie qu’il répond aux normes les plus avancées, non seulement en matière de construction environnementale, mais aussi en matière de gestion.

De l’écoconc eption au développement durable en action Le CLD de Québec a participé à une activité de sensibilisation à la pratique de l’écoconception qui vise essentiellement à considérer le développement durable dans toute démarche de développement de produits des entreprises manufacturières. Le but étant une diminution à la source des impacts environnementaux de manière à se démarquer avantageusement de la concurrence. Le CLD de Québec collabore activement aux rencontres du comité Développement durable en action (DDA), créé à l’initiative de la Chambre de commerce de Québec dans la foulée du forum économique sur le développement durable, qui invite la communauté d’affaires à saisir l’opportunité d’agir pour durer.

François G agnon , i n g . , a s s o c i é

28 _ RAPPORT ANNUEL 2009

G roupe Écosynergie inc. E n t r e p r i s e- co n s e i l o f f r a n t à s e s c l i e n t s d e s s o lu t i o n s g lo ba l e s t e c h no lo g i q u e s, a da p t é e s à l e u r s o pé r at i o n s, e t r ép o n da n t à l e u r s b e s o i n s e n e f f i cac i t é é n e r g é t i q u e w w w. e co syNE r g i e .co m

L e CLD d e Q u éb e c a i n t é g r é l’ é l a b o r at i o n d’ u n p l a n d e d é v e lo pp em e n t d u r a b l e au s e i n m ê m e d e l’o r g a n i sat i o n.


HAUTE TECHNOLOGIE ET TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION

85 7 4 05 0 0 0 $ 4 3 1 0 1 1 3 $ 93

tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c r é és et m a i n t e n us

Établir un lien entre c herc heurs et entrepreneurs Avant d’essayer d’établir un lien entre les centres de recherche et les entreprises, une chose demeure : une majorité de chercheurs et d’entrepreneurs travaillent en silo, parfois même en parallèle et souvent sur la même problématique. Même leurs motivations diffèrent. Dans ce contexte, le CLD de Québec, de concert avec les partenaires du milieu, travaille à créer des liens entre chercheurs et entreprises d’un même créneau, à favoriser les transferts technologiques dans une perspective de commercialisation et à créer des synergies entre chercheurs et entreprises. Concrètement, le CLD de Québec s’est impliqué et a soutenu financièrement la mise en place du Centre d’excellence de l’industrie du géospatial qui, à son tour, collabore avec le Centre de recherche GEOIDE de l’Université Laval, établissant ainsi les liens favorisant la commercialisation de certains développements technologiques.

Commerc ialiser les entreprises tec hnologiques Afin de combler les lacunes en commercialisation observées chez plusieurs entreprises en technologies, le CLD de Québec a évalué la possibilité d’offrir ce type de démarches aux entreprises en haute technologie. Pour ce faire, le CLD a d’abord validé les besoins et les solutions proposées auprès de clients et de certains partenaires afin d’évaluer le potentiel de marché. Cela s’est traduit par la mise en place d’une organisation distincte permettant d’établir une stratégie de commercialisation, de réaliser cette stratégie et de soutenir l’entrepreneur afin qu’il mette sur pied son équipe de commercialisation. De plus, le CLD de Québec travaille activement à la création de Saint-Roch Technoculture en étant porteur du nouveau Fonds d’investissement en technoculture. Parallèlement, le CLD de Québec a poursuivi son travail de référencement avec le continuum de services adapté au secteur de la haute technologie et des technologies de l’information.

Steven Ferguson , v.- p, G e st i o n d e p r o d u i t s Joan C handonnet , v.- p, F i n a nc e s Jean Pichette , v.- p, V e n t e s Nathanial Findlay , P DG Josée Morin, v.- p, G o u v e r n a nc e e t St r at é g i e M ichèle Morin , v.- p, Opé r at i o n s Martin -Pierre Roy , v.- p, R e c h e r c h e e t d é v e lo pp e m e n t Myca Santé inc.

N at h a n i a l F i n d l ay, p d g , Myca S a n t é i nc.

E n t r e p r i s e p r o p o s a n t u n e p l at e fo r m e W e b de gestion des soins de santé primaires w w w. m yc a .co m

29 _ RAPPORT ANNUEL 2009

L e CLD d e Q u éb e c a s u r e co n n a î t r e l a va l e u r d e n ot r e p r oj e t e t y d o n n e r s u i t e r a p i d e m e n t.


TOURISM E tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c r é és et m a i n t e n us

58 10 258 228 $ 6 87 7 62 8   $ 68

Une entente de partenariat régional en tourisme Cette entente triennale est le résultat d’une concertation entre le ministère du Tourisme, l’Office du tourisme de Québec, le Bureau de la Capitale-Nationale, la Conférence régionale des élus de la Capitale-Nationale et le CLD de Québec. Les principaux objectifs de cette entente sont de renforcer le pouvoir attractif de la région comme destination, d’augmenter le niveau de qualité de l’offre touristique et d’engendrer des impacts économiques significatifs pour le maintien et la création d’emplois. L’Entente vise principalement à soutenir financièrement les projets touristiques des organismes et des entrepreneurs qui désirent participer au développement de la région touristique de Québec. À cet égard, le CLD de Québec contribuera financièrement pour un total de 300 000 $ sur trois ans et participera, à titre de gestionnaire, à l’analyse et à l’évaluation des projets qui seront soumis.

DES PROJETS DE MISE EN VALEUR Le CLD de Québec collabore à l’élaboration d’un plan de développement pour la mise en valeur du Parc linéaire des rivières Saint-Charles et du Berger devant intégrer les dimensions environnementales, récréatives, touristiques et urbanistiques de la rivière. Le CLD de Québec siège aussi au sein du Comité de développement et de mise en valeur de l’Aquarium du Québec. En 2009, année du 50e anniversaire de l’Aquarium, le comité a déposé un plan de développement jusqu’en 2013. Ce plan trace les grandes lignes des investissements à réaliser afin d’améliorer l’expérience touristique des visiteurs. Finalement, signalons le soutien financier du CLD apporté au Carnaval de Québec pour la construction d’un complexe multifonctionnel qui lui permettra de regrouper toutes ses activités dans un seul et même lieu.

Carte touristique ET COM M E RC I A LE de l’artère Bastien- Racine

30 _ RAPPORT ANNUEL 2009

Ca r t e p r é s e n ta n t l e s at t r a i t s to u r i st i q u e s, h i sto r i q u e s e t co m m e r c i aux s i t u é s da n s l e s e c t e u r d e s a r t è r e s Ba st i e n e t R ac i n e

Lo r s q u ’o n n e sa i t pa s v e r s q u e l p o r t o n n av i g u e , au c u n v e n t n ’ e st l e b o n. Sé n è q u e


MANUFACTURIER 83 9 2 66 98 0 $ 2 3 1 2 693 $ 52

tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c r é és et m a i n t e n us

Une question de compétitivité Le CLD de Québec a soutenu financièrement la réalisation d’une Étude sur les besoins en matière de compétitivité auprès d’entreprises manufacturières de 5 à 50 employés. L’objectif principal de cette étude était de mieux cerner les défis, les enjeux, les priorités, les contraintes et les problématiques des dirigeants d’entreprises manufacturières non artisanales, de manière à définir, à valider et à bonifier l’offre de service permettant de soutenir une compétitivité accrue chez les entreprises manufacturières de tailles comparables de la région. Le rapport sera déposé au début de 2010 et devrait permettre d’apporter des correctifs appropriés.

À propos de diagnostic, de robotisation et de formation Le CLD de Québec a également été très actif auprès des entreprises manufacturières du territoire. En effet, une première étude, Portrait et diagnostic du secteur manufacturier, a permis de mieux connaître le secteur manufacturier et de déterminer les besoins des entreprises. Un projet pilote de robotisation du soudage a également été mis en place afin de vérifier la faisabilité et la rentabilité de la robotisation des opérations de soudage dans les usines manufacturières impliquées dans ce projet. Cette analyse comprenait notamment la rédaction d’un cahier de charges fonctionnel et d’un plan d’aménagement en vue de l’implantation de la robotisation. Puis, afin de répondre aux difficultés des entreprises manufacturières qui peinent à recruter de la main-d’œuvre spécialisée dans le domaine de l’usinage, le CLD de Québec a aussi collaboré à la réalisation d’un projet pilote de formation d’opérateur de machine-outil conventionnel en alternance étude-travail. La réalisation de toutes ces actions devrait éventuellement permettre de raffiner encore davantage l’offre de service auprès des entreprises manufacturières. A ndrée La forge , D i r e c t r i c e g é n é r a l e Hichaud inc.

w w w. h i c h au d.co m

31 _ RAPPORT ANNUEL 2009

Co n c e p t e u r , m a n u fac t u r i e r e t d i s t r i bu t e u r d e CHAUSSURES ET b ot t e s d’ h i v e r p o u r h o m m e s, f e m m e s e t e n fa n t s


DÉVELOPPEMENT COMMERC IAL ET COMMERCE DE DÉTAIL

tota l de proj ets proj ets f i na nc és Som m es i n v est i es I n v est isse m e n ts g é n é r és E m plois c r é és et m a i n t e n us

137 11 1 52 795   $ 995 5 3 3   $ 19 0

[lesruesdequebec.com] un outil de développement performant Réalisé à l’initiative du CLD de Québec, ce portail concilie tant les avantages d’un outil de développement performant que ceux d’un extraordinaire lien mobilisateur des regroupements de gens d’affaires des principales artères commerciales de Québec. À cela, s’ajoute le fait qu’il s’agit ici de la première place d’affaires électronique au Québec rassemblant des membres associatifs plutôt qu’individuels. Le lancement du site [lesruesdequebec.com], en juin 2009, a marqué une étape déterminante dans la promotion d’une dizaine d’artères commerciales qui s’y retrouvent, parce qu’elles se sont déjà dotées d’un cadre associatif formel. Comme le mentionne la Fondation Rues Principales dans son Répertoire des bons coups 2009 : « L’initiative de départ était hors du commun : construire un pont entre les regroupements de gens d’affaires de Québec et mettre en place une plateforme Web collective. » Ce portail est à la fois un outil de promotion, une vitrine sur les activités organisées sur les artères et sur les attraits des quartiers, un lieu d’échanges et d’information avec, en plus, une section réservée exclusivement à des congressistes du Centre des congrès de Québec.

Un développement commerc ial en pleine c roissanc e

MA QUALITÉ DE VIE PASSE PAR MA RUE

En janvier 2009, le CLD de Québec a invité les représentants

première entente triennale visant à contribuer au dyna-

et les gens d’affaires de la vingtaine d’artères commerciales

misme économique des artères et à stimuler la vitalité

que compte le territoire au Centre des congrès de Québec

des quartiers. Le bilan des actions réalisées en 2009 se

à une rencontre de mobilisation. Des conférences et des

présente comme suit :

Le CLD de Québec et Desjardins terminaient, en 2009, une

ateliers ont permis aux personnes présentes de prendre la mesure de l’offre de service offerte par le CLD de Québec. Elles ont également été informées des avantages des regroupements et de ce qui allait découler du lancement du portail [lesruesdequebec.com]. Tout au long de l’année,

70 projets de revitalisation, de développement

commercial, d’animation, de promotion et d’organisation du milieu

le CLD de Québec a poursuivi son accompagnement des

238 commerçants mobilisés

regroupements de gens d’affaires, tant auprès de ceux

409 000 $ en investissements générés

10 caisses Desjardins impliquées couvrant une

déjà constitués en associations formelles, qu’auprès des regroupements informels qui envisagent d’en faire autant. C’est ainsi que, dans les quatre coins du territoire, com-

32 _ RAPPORT ANNUEL 2009

vingtaine d’artères du territoire

merçants et professionnels se sont mobilisés pour prendre

en charge la revitalisation de leurs artères commerciales.

et médias imprimés) encourageant l’achat local

1 campagne publicitaire mixte (télévision


ÉCONOMIE SOCIALE En 2009, 32,2 % des entreprises ou projets appuyés par le CLD de Québec, soit 341, étaient d’économie sociale. De ce nombre, 87,7 % étaient des organismes à but non lucratif et 12,3 % des coopératives. Consolider les entreprises et dynamiser la gouvernanc e Parmi les quatre axes à forte incidence de développement, le Plan local d’action concertée pour l’économie et l’emploi (PLACÉE) 2009-2011 du CLD de Québec prévoit, notamment, la promotion de l’entrepreneuriat comme levier de développement. L’une des priorités retenues en économie sociale est de développer et de consolider l’entrepreneuriat collectif en dynamisant la gouvernance des entreprises et en améliorant les connaissances en gestion des dirigeants. C’est précisément pour répondre à cette priorité que le CLD de Québec a soutenu la réalisation et la diffusion d’une formation en gestion des ressources humaines destinée aux directions d’entreprises en économie sociale, développée par M31 Supervision du Cégep de Limoilou. Les deux formations, actuellement en cours, regroupent 33 personnes et s’échelonnent sur une année, chevauchant 2009 et 2010. De plus, le CLD de Québec a poursuivi son soutien et son accompagnement au réseau des entreprises en économie sociale par l’entremise d’activités de formation en gestion des entreprises, en gestion démocratique et comme outil de suivi. Le CLD a également collaboré, de concert avec la firme Écosol qui l’a développé, à l’implantation d’un logiciel de gestion adapté aux besoins spécifiques des entreprises d’économie sociale.

Dresser le portrait de l’économie soc iale Une autre priorité du PLACÉE était d’améliorer la connaissance du secteur de l’économie sociale (OBNL et coopératives), particulièrement par la réalisation d’un portrait de l’économie sociale dans les régions de Québec et de Chaudière-Appalaches. Le CLD de Québec a donc participé au financement de cette étude réalisée par le Centre de recherche et d’information de l’économie solidaire. Les acteurs du milieu ont déjà reçu le résultat de la recherche; ils l’analysent afin de convenir de la meilleure manière de mettre en application les mesures qui amélioreront le plus efficacement l’offre de service actuelle. Hélène Pélissier Simard, D i r e c t r i c e g é n é r a l e GALERIE TZARA L i e u d e d i f f u s i o n, d e r e n co n t r e s, d’ é c h a n g e s, d e l i b e r t é vo u é au s o u t i e n de la relève artistique w w w.g a l e r i e t z a r a .co m

33 _ RAPPORT ANNUEL 2009

L a p r o m ot i o n d e l’ e n t r e p r e n e u r i at s e v e u t l’ u n d e s m e i l l e u r s m oy e n s d’a s s u r e r la prise en charge e t l’au to n o m i e d e s personnes et des co l l e c t i v i t é s.


ADMIN IST RAT ION DES INVEST ISSE M E N TS Le CLD de Québec administre seul, en partenariat ou pour un tiers, une dizaine de fonds de développement destinés aux entrepreneurs : le Fonds local d’investissement (FLI), le Fonds de développement des entreprises d’économie sociale (FDEES), le Fonds jeunes promoteurs (FJP), la Fondation canadienne des jeunes entrepreneurs (FCJE), les trois Sociétés locales d’investissement pour le développement de l’emploi (SOLIDE) et la mesure Soutien au travail autonome (STA). Les fonds de développement administrés par le CLD de Québec sont présentés aux entrepreneurs sous forme de 14 solutions de financement correspondant à leurs besoins financiers. De plus, le CLD de Québec participe à l’Entente de partenariat régionnal en tourisme et au Fonds de l’innovation afin de soutenir des projets structurants. FONDS

$ INVESTIS 977 893 $ 901 516 107 980 90 000 457 500 171 480 75 000 2 781 369 $

FLI FDEES FJP FCJE SOLIDE (Est + Centre + Ouest de la ville de Québec) Soutien à la mobilisation des communautés Entente de partenariat régional en tourisme Total

ÉTAT DES FONDS AU 3 1 D É CEM B RE 2 0 0 9

FLI

FDEES

FJP

Affectations

Affectations

Affectations en 2009

8 328 073 $ 11 220 124 $ 787 703 930 000

Intérêts et dividendes gagnés (1998-2009)

1 831 113

(1998-2008)

Montants votés (1998-2009) (15 231 275 ) (14 307 025 ) SOLDE

(4 284 386 )

(2 156 901 )

1 541 821 $ 100 000

(1 640 510 ) 1 311

Capital dégagé (1998-2009)

15 231 275

Placements

Comptes à recevoir au 31 déc 2009

(3 775 059 )

(239 230 )

Pertes et provisions pour créances douteuses

(4 716 563 )

(418 861 )

SOLDE

6 739 653

2 455 267 $

Répartition des placements du portefeuille FLI Prêts Capital-actions Prêts participatifs Garanties de prêts

34 _ RAPPORT ANNUEL 2009

2 909 171

A Comptes conformes B Comptes exigeant un suivi C Comptes en redressement D Comptes provisionnés

2 836 905 $ 60 % 505 000 11 % 1 104 842 24 % 235 000 5 % 4 681 747 $ 3 016 679 $ 118 955 274 458 1 271 655 4 681 747 $

64 % 3 % 6 % 27 %

2 251 080 94 179 $

1 311 $

Répartition sectorielle du portefeuille FLI Agroalimentaire Arts, culture et patrimoine Développement commercial et commerce de détail Environnement Manufacturier Haute technologie et technologies de l’information entreprises Service aux Service aux personnes et à la collectivité Tourisme

1 144 753 $ 176 162

24 % 4 %

163 062 496 678 586 064

3 % 11 % 13 %

1 210 298 488 202

26 % 10 %

210 897 205 631 4 681 747 $

5 % 4 %


C r é dit p hotos La majorité des photos sont de Sophie Grenier, à l’exception de celles aux pages : 7 - Ville de Québec, 10 - Dominique Bellerose-Bart, 16 - Train d’enfer, 17 - Caroline Duchesne et 33 - Pierre Soulard.

S i vo u s vo u l ez a l l e r s u r l a m e r , s a n s au c u n r i s q u e d e c h av i r e r , a lo r s n ’ac h e t ez pa s d e bat e au : ac h e t ez u n e î l e   !

M a r c e l Pag n o l


RA PPORT DU VÉR IFICAT EUR Aux administrateurs du Centre local de développement de Québec J’ai vérifié le bilan consolidé au 31 décembre 2009 du Centre local de développement de Québec ainsi que les états des résultats et de l’évolution des soldes de fonds consolidés et des flux de trésorerie consolidés de l’exercice clos à cette date. La responsabilité de ces états financiers consolidés incombe à la direction de la corporation. Ma responsabilité consiste à exprimer une opinion sur ces états financiers consolidés en me fondant sur ma vérification. Ma vérification a été effectuée conformément aux normes de vérification généralement reconnues au Canada. Ces normes exigent que la vérification soit planifiée et exécutée de manière à fournir l’assurance raisonnable que les états financiers consolidés sont exempts d’inexactitudes importantes. La vérification comprend le contrôle par sondages des éléments probants à l’appui des montants et des autres éléments d’information fournis dans les états financiers consolidés. Elle comprend également l’évaluation des principes comptables suivis et des estimations importantes faites par la direction, ainsi qu’une appréciation de la présentation d’ensemble des états financiers consolidés. À mon avis, ces états financiers consolidés donnent, à tous les égards importants, une image fidèle de la situation financière du Centre local de développement de Québec au 31 décembre 2009 ainsi que des résultats consolidés de son exploitation et de ses flux de trésorerie consolidés pour l’exercice clos à cette date selon les principes comptables généralement reconnus au Canada. Le vérificateur général de la Ville de Québec,

François Gagnon, CA auditeur Québec, le 23 février 2010


R ÉSU LTATS ET ÉVOLUT ION DES SOLDES DE FON DS CONSOLI DÉS DE L’E X E RC I C E C LO S L E 3 1 D É C E M B RE 2 0 09 FONDS DE FONCTIONNEMENT

2009

2008

2 _ RAPPORT ANNUEL 2009

Produits Ville de Québec Fonctionnement 4 650 742 $ 4 609 246 $ Conseil de la Nation huronne-wendat 5 000 5 000 Emploi-Québec 210 562 212 664 Intérêts sur placements 26 542 14 707 Autres produits 120 216 106 371 Ventes de services 174 934 136 382 Produits - Services spécialisés aux commerçants détaillants 167 868 242 371 Solde à reporter 5 355 864 5 326 741 Charges Développement local Salaires et charges sociales (note 3) 2 610 658 2 466 243 Ententes de services 336 293 306 183 Développement de la culture entrepreuneuriale 96 208 57 204 Activités de formation 25 404 18 866 Cotisations et abonnements 17 798 18 922 Déplacements et représentations 58 978 47 619 Communications 129 923 137 776 Mesure STA 20 249 14 313 Vie associative 78 893 89 274 Subventions à l’entreprise (FDEES - PSPD - JP) 1 030 000 1 000 000 Loyer et entretien 206 566 192 060 Frais d’administration 43 246 44 198 Télécommunications 56 514 61 631 Amortissement des immobilisations 47 895 51 987 Charges - Services spécialisés aux commerçants détaillants 171 901 250 023 Solde à reporter 4 930 526 4 756 299 Frais de fonctionnement Salaires et charges sociales 311 830 294 580 Loyer et entretien 22 952 22 941 Honoraires professionnels 21 167 18 348 Frais d’administration 4 805 5 279 Télécommunications 6 279 7 361 Amortissement des immobilisations 5 322 8 044 Solde à reporter 372 355 356 553 Solde reporté - Produits Solde reporté - Charges développement local

5 355 864 4 930 526

5 326 741 4 756 299

Solde reporté - Charges frais de fonctionnement Excédent des produits sur les charges Solde du fonds au début Solde du fonds à la clôture

372 355 5 302 881 52 983 488 809 541 792 $

356 553 5 112 852 213 889 274 920 488 809 $

Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers


RÉSU LTATS ET ÉVOLU TION DES SOLDES DE FONDS CONSOLI DÉS

(SUITE )

DE L’ EX E RC I C E C LOS L E 3 1 D É C E M B RE 2009 FONDS D’ÉCONOMIE SOCIALE

2009

2008

Produits Appropriation du fonds de fonctionnement 930 000 $ 940 000 $ Charges Subventions accordées Divers projets 993 345 801 907 Couvent de Beauport 92 221 138 195 Mauvaises créances recouvrées (153 555 ) 1 085 566 786 547 Excédent (insuffisance) des produits sur les charges (155 566 ) 153 453 Solde du fonds au début 522 420 368 967 Solde du fonds à la clôture 366 854 $ 522 420 $

FONDS JEUNES PROMOTEURS

2009

2008

Produits Appropriation du fonds de fonctionnement 100 000 $ 60 000 $ Charges Subventions accordées 101 988 62 101 Insuffisance des produits sur les charges (1 988 ) (2 101 ) Solde du fonds au début 3 299 5 400 Solde du fonds à la clôture 1 311 $ 3 299 $

2009

2008

Produits Intérêts et dividendes 294 219 $ 348 694 $ Charges Mauvaises créances Radiation Prêts 49 740 Garanties de prêts 5 000 Créances recouvrées (1 666 ) (3 057 ) Provision 532 751 343 437 Honoraires professionnels 21 114 17 604 552 199 412 724 Insuffisance des produits sur les charges (257 980 ) (64 030 ) Insuffisance du fonds au début (2 627 470 ) (2 563 440 ) Insuffisance du fonds à la clôture (2 885 450 ) $ (2 627 470 ) $

Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers

3 _ RAPPORT ANNUEL 2009

FONDS LOCAL D’INVESTISSEMENT


BILAN CONSOLIDÉ AU 31 DÉC E MB R E 2 0 0 9

FONDS DE FONCTION- NEMENT

FONDS FONDS FONDS D’ÉCONOMIE JEUNES LOCAL D’INVES- SOCIALE PROMOTEURS TISSEMENT

ACTIF À court terme Encaisse 136 240 $ - $ - $ Dépôts à terme (note 4) 1 640 876 Débiteurs 175 153 Subventions à recevoir 77 916 Sommes à recevoir, sans intérêt Fonds de fonctionnement 755 699 27 311 Immeuble détenu pour revente 750 000 Frais payés d’avance 11 603 Tranche des placements échéant à court terme (note 5) 50 114 2 791 788 805 813 27 311 Placements (note 5) 164 117 Immobilisations (note 6) 90 548 2 882 336 $ 969 930 $ 27 311 $

TOTAL 2009

995 $ 137 235 $ 1 992 241 3 633 117 344 175 497 787 703 865 619 272 578 1 055 588 750 000 11 603

4 _ RAPPORT ANNUEL 2009

Sommes à payer, sans intérêt Fonds d’économie sociale 755 699 755 699 Fonds jeunes promoteurs 27 311 27 311 Fonds local d’investissement 272 578 272 578 Tranche de la dette à long terme échéant à court terme (note 9) 6 131 6 131 à être financée au cours du prochain exercice (note 9) 750 000 750 000 2 340 544 603 076 26 000 2 969 620 Dette à long terme (note 9) 9 115 775 9 115 775 2 340 544 603 076 26 000 9 115 775 12 085 395 SOLDES DE FONDS (INSUFFISANCE) Investissements en immobilisations 84 417 84 417 Grevés d’affectation (note 10) 162 137 162 137 Non grevés d’affectation (note 11) 295 238 366 854 1 311 (2 885 450 ) (2 222 047 ) 541 792 366 854 1 311 (2 885 450 ) (1 975 493 ) 2 882 336 $ 969 930 $ 27 311 $ 6 230 325 $ 10 109 902 $ Au nom du conseil d’administration Micheline Boucher, secrétaire

Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers

128 771 $ 441 932 123 435 3 124 048 2 558 422 750 000 9 463

597 694 647 808 629 643 3 651 555 7 276 467 7 765 714 2 578 770 2 742 887 3 000 087 90 548 104 323 6 230 325 $ 10 109 902 $ 10 870 124 $

PASSIF À court terme Créditeurs (note 8) 456 825 $ - $ - $ - $ 456 825 $ Subventions à payer 72 000 603 076 26 000 701 076

Jean-Pierre Bédard, trésorier

TOTAL 2008

428 311 $ 402 934 495 494 18 299 2 044 629 9 196 750 000 4 148 863 8 334 203 12 483 066

88 996 145 243 (1 847 181 ) (1 612 942 ) 10 870 124 $


FLUX DE T RÉSOR ER IE CONSOLI DÉS DE L’ EX E RC I C E C LOS L E 3 1 D É C E M B RE 2009

2009

2008

Les notes complémentaires font partie intégrante des états financiers

5 _ RAPPORT ANNUEL 2009

Flux de trésorerie liés aux activités de fonctionnement Excédent (insuffisance) des produits sur les charges (362 551 ) $ 301 211 $ Éléments sans incidence sur la trésorerie Amortissement des immobilisations 53 217 60 031 Perte sur cession d’immobilisations 778 (308 556 ) 361 242 Variation des éléments hors caisse du fonds de roulement (note 12) 2 530 883 (2 194 978 ) 2 222 327 (1 833 736 ) Flux de trésorerie liés aux activités d’investissement Variation nette des dépôts à terme (3 191 185 ) 1 787 510 Variation nette des placements 239 035 (883 064 ) Acquisition d’immobilisations (40 220 ) (42 489 ) (2 992 370 ) 861 957 Flux de trésorerie liés aux activités de financement Emprunt à long terme 787 703 787 703 Remboursement de la dette à long terme (9 196 ) (9 196 ) 778 507 778 507 Augmentation (diminution) nette de la trésorerie et des équivalents de trésorerie 8 464 (193 272 ) Trésorerie et équivalents de trésorerie 128 771 322 043 Trésorerie et équivalents de trésorerie à la clôture 137 235 $ 128 771 $


NOTES COM PLÉ M E N TA I R ES CONSOLIDÉ ES DE L’EX E RC I C E C LO S L E 3 1 D É C E M B RE 2 0 09 1. STATU T ET NAT U R E DES ACTI V I TÉS Le Centre local de développement (CLD) de Québec a été constitué selon la partie III de la Loi sur les compagnies de la province de Québec. Le CLD est une corporation régie selon la Loi du Développement économique et régionale et de la Recherche (L.R.Q., chapitre 29, 2003). Selon cette Loi, la Ville de Québec a déterminé le fonctionnement et l’autonomie du CLD par résolution CV-2004-0203 en date du 1er mars 2004. La mission du CLD de Québec consiste à mobiliser et à concerter les personnes et les collectivités qui renforcent l’entrepreneuriat et contribuent à un développement local durable, rentable et équitable tant socialement qu’économiquement.

2 . ÉNONC É DES PRINC I PALES CONV ENTIONS COM PTA BLES Principe de consolidation Étant donné que le CLD contrôle et supervise les activités de revitalisation et d’animation sur les artères commerciales du territoire de la ville de Québec sous la corporation « Services spécialisés aux commerçants détaillants », les opérations de cette dernière sont consolidées dans les états financiers du CLD de Québec pour l’exercice clos le 31 décembre 2009. Utilisation d’estimations La préparation d’états financiers conformément aux principes comptables généralement reconnus au Canada exige que la direction fasse des estimations ayant une incidence sur les montants d’actif et de passif portés aux états financiers. Ces mêmes estimations ont aussi une incidence sur la présentation des éventualités en date des états financiers, de même que sur les postes de produits et charges de l’exercice. Il est donc possible que les résultats réels diffèrent de ces estimations. Comptabilité par fonds La corporation applique la méthode de la comptabilité par fonds affectés pour comptabiliser les apports. Fonds de fonctionnement Ce fonds rend compte des activités menées par la corporation en matière de prestation de services, du fonctionnement et de l’administration. Ce fonds présente également les ressources apportées sous forme de subventions. Fonds d’économie sociale Ce fonds vise à compléter la capitalisation nécessaire pour soutenir le démarrage, le développement ou la consolidation d’entreprises d’économie sociale. Fonds jeunes promoteurs Ce fonds vise à aider les jeunes entrepreneurs à créer une première entreprise en leur offrant un support technique et financier. Fonds local d’investissement Ce fonds vise à soutenir la réalisation de projets créateurs d’emplois durables et de qualité. L’aide financière peut prendre la forme de prêts, de garanties de prêts, de cautionnement ou de participation au capital des entreprises. Constatation des produits Les subventions et les contributions financières sont constatées à titre de produits du fonds de fonctionnement lorsqu’elles sont reçues ou à recevoir si le montant à recevoir peut faire l’objet d’une estimation raisonnable et que sa réception est raisonnablement assurée. Trésorerie et équivalents de trésorerie

6 _ RAPPORT ANNUEL 2009

La trésorerie et les équivalents de trésorerie sont composés des fonds de caisse, des soldes bancaires, le cas échéant, déduction faite des chèques en circulation.


NOTES COM PLÉ M E N TA I R ES CONSOLI DÉ ES ( SU IT E) DE L’ EX E RC I C E C LOS L E 3 1 D É C E M B RE 2009 2 . É NONC É DES PRI NC I PALES CONV ENTIONS COM PTA BLES (SUI T E) Placements Les prêts aux entreprises sont inscrits à leur montant en capital, déduction faite de la provision pour prêts douteux. Puisque les prêts sont effectués à des entreprises visant la réalisation de projets créateurs d’emplois, leur récupération dépend de la capacité de ces entreprises à poursuivre leurs projets à long terme. Ces prêts sont considérés comme douteux lorsque, de l’avis de la direction, il existe un sérieux doute de recouvrement d’une partie du capital ou des intérêts. La provision sur prêts douteux, qui s’établit à 1 311 654 $ au 31 décembre 2009 (1 195 027 $ en 2008), représente la meilleure estimation faite par la direction en fonction de la situation actuelle. Immeuble détenu pour revente L’immeuble détenu pour revente est comptabilisé au prix coûtant, soit au moindre du coût ou de la valeur nette de réalisation. Immobilisations Les immobilisations sont inscrites au prix coûtant. L’amortissement est calculé selon la méthode de l’amortissement linéaire aux taux annuels suivants : Mobilier et équipement

20 %

Améliorations locatives

12 %, 14 % et 20 %

Matériel informatique

20 %

Instruments financiers La corporation a fait le choix d’appliquer le chapitre 3861, intitulé « Instruments financiers - informations à fournir et présentation ». Actifs ou passifs détenus à des fins de transaction Les instruments financiers classés comme actifs ou passifs détenus à des fins de transaction sont portés à la juste valeur à chaque date de bilan, et toute variation de la juste valeur est enregistrée aux résultats dans la période au cours de laquelle ces variations surviennent. Prêts et créances et autres passifs Les instruments financiers classés comme prêts et créances et autres passifs sont comptabilisés au coût après amortissement au moyen de la méthode du taux d’intérêt effectif. Le revenu ou la dépense d’intérêt est inclus aux résultats sur la durée de vie prévue de l’instrument.

3 . S ALA IRES ET C HARGES SOC I ALES

Services aux entreprises Financement des entreprises Mobilisation et concertation Promotion et communication

2009 1 324 764 $ 379 923 672 172 233 799 2 610 658 $

2008 1 251 481 $ 358 907 634 989 220 866 2 466 243 $

Les dépôts à terme portent intérêt à des taux variant de 0,20 % à 1,92 %, et viennent à échéance entre janvier et septembre 2010.

7 _ RAPPORT ANNUEL 2009

4. DÉ PÔTS À T ERME


NOTES COM PLÉ M E N TA I R ES CONSOLIDÉ ES ( SU IT E) DE L’EX E RC I C E C LO S L E 3 1 D É C E M B RE 2 0 09 5. PLAC E M E NTS

2009

Billets à recevoir, portant intérêt à des taux et des échéances selon les ententes signées avec les bénéficiaires

2008

4 107 349 $

4 259 757 $

Actions et parts sociales privilégiées

595 000

565 000

4 702 349 (1 311 654 ) 3 390 695

4 824 757 (1 195 027 ) 3 629 730

647 808 2 742 887 $

629 643 3 000 087 $

Provision pour prêts douteux Moins capital compris dans l’actif à court terme

6 . IMMOBILISAT IONS

Mobilier et équipement Améliorations locatives Matériel informatique

2009

Prix coûtant

2008

Amortissement cumulé Montant net  

378 709 $ 92 314 224 992 696 015 $

355 223 $ 77 437 172 807 605 467 $

23 486 $ 14 877 52 185 90 548 $

Montant net 28 646 $ 28 518 47 159 104 323 $

7. DET T E BANCA IRE La dette bancaire, dont le montant maximum autorisé est de 50 000 $, porte intérêt au taux préférentiel bancaire plus 3,50 %. Le taux préférentiel bancaire au 31 décembre 2009 est de 2,25 %. Il n’y a aucun solde de dette bancaire à la date de clôture.

8 . C R É DITEU RS Fournisseurs Charges courues Produits perçus d’avance Salaires et charges sociales

8 _ RAPPORT ANNUEL 2009

2009 143 312 $ 93 075 15 266 205 172 456 825 $

2008 160 912 $ 77 820 1 250 188 329 428 311 $


NOTES COM PLÉ M E N TA I R ES CONSOLI DÉ ES ( SU IT E) DE L’ EX E RC I C E C LOS L E 3 1 D É C E M B RE 2009 9. DET T E À LONG TERME

2009

2008

Emprunt bancaire Taux préférentiel plus 1 %, garanti par l’immeuble destiné à la vente, remboursable en versements mensuels comprenant les intérêts seulement, renouvelable en août 2010, échéant en août 2025

750 000 $

750 000 $

9 115 775

8 328 072

6 131 9 871 906 6 131 750 000 9 115 775 $

15 327 9 093 399 9 196 750 000 8 334 203 $

Bureau de la Capitale-Nationale ans intérêt et remboursable selon les modalités suivantes : S premier versement le 1er juin 2012 égal au solde du prêt consenti que le CLD n’aura pas investi au 31 décembre 2011, 5 versements annuels, le 1er juin de chaque année à compter de 2013, égaux aux sommes reçues durant la période de 12 mois précédant le 31 décembre de chaque année et un dernier versement le 1er juin 2018 égal au solde de l’évaluation du portefeuille de placements du FLI au 31 décembre 2017 Autre emprunt Sans intérêt, remboursable en versements mensuels de 766 $ comprenant capital seulement, échéant en août 2010 Moins capital compris dans le passif à court terme Moins portion à être financée au cours du prochain exercice

De l’avis de la direction, il n’y a pas de raison de croire que la société serait dans l’incapacité de refinancer la dette venant à échéance au cours du prochain exercice. Les sommes reçues du Bureau de la Capitale-Nationale sous forme de prêts au bénéfice du fonds local d’investissement doivent être utilisées uniquement pour effectuer des prêts, garanties de prêts, cautionnements, acquisitions d’obligations ou autres titres d’emprunt, participation au capital social et/ou participation au capital-actions à moins de 49 % à des entreprises en démarrage ou en expansion sur le territoire du CLD. À la date de clôture, le solde des engagements de la corporation pour des prêts, garanties de prêts, cautionnements, participation au capital social et/ou au capital-actions totalise 3 775 059 $.

9 _ RAPPORT ANNUEL 2009

Le taux préférentiel est de 2,25 % au 31 décembre 2009.


NOTES COM PLÉ M E N TA I R ES CONSOLIDÉ ES ( SU IT E) DE L’EX E RC I C E C LO S L E 3 1 D É C E M B RE 2 0 09 10. SOLDES DE FONDS GREV ÉS D’AFFECTATION - fon ds de fonct ion n em en t

2009

Services spécialisés aux commerçants détaillants

162 137 $

2008 145 243 $

1 1 . SOLDES DE FONDS NON G R EV ÉS D’AFFECTAT ION - FON DS DE FONCT ION N EM EN T

2009

CLD de Québec Services spécialisés aux commerçants détaillants

360 090 $ (64 852 ) 295 238 $

2008 242 551 $ 12 019 254 570 $

1 2 . F LUX DE TRÉSORERIE

2009

2008

Variation des éléments hors caisse du fonds de roulement Débiteurs

(52 062 ) $

Subventions à recevoir

2 258 429 (2 140 )

(1 944 346 ) 3 277

28 514 298 142

(110 174 ) (122 076 )

- 2 530 883 $

(46 726 ) (2 194 978 )  $

Frais payés d’avance Créditeurs Subventions à payer Subventions reportées

25 067 $

1 3 . J UST ES VA LEU RS DES ACTI FS ET PASSI FS FI NA NC I ERS La juste valeur d’un instrument financier correspond au montant de la contrepartie qui serait convenu dans le cadre d’une opération sans lien de dépendance entre des parties consentantes. La corporation utilise les méthodes et hypothèses suivantes pour faire une estimation de la juste valeur de chaque catégorie d’instruments financiers dont les valeurs comptables sont incluses dans le bilan consolidé comme suit : Actifs ou passifs détenus à des fins de transaction Encaisse, dépôts à terme, débiteurs, subventions à recevoir, créditeurs et subventions à payer - La valeur incluse dans le bilan se rapproche de la juste valeur compte tenu de l’échéance rapprochée de ces instruments.

10 _ RAPPORT ANNUEL 2009

Prêts et créances et autres passifs Placements - La juste valeur des placements à long terme est équivalente au prix de transaction initiale. Selon la corporation, puisque le rendement sur ces placements varie selon les taux du marché et qu’une provision pour prêts douteux est établie annuellement, il n’existe aucune modification de l’écart de taux pour permettre de conclure que la valeur du marché est sensiblement différente de la valeur initiale au prix de transaction.


NOTES COM PLÉ M E N TA I R ES CONSOLI DÉ ES ( SU IT E) DE L’ EX E RC I C E C LOS L E 3 1 D É C E M B RE 2009 1 3 . JUSTES VA LEURS DES ACTI FS ET PASSI FS FI NA NC I ERS (SUI T E) Emprunt bancaire - La juste valeur est équivalente à sa valeur comptable étant donné que le taux d’intérêt varie selon le marché. Dette à long terme au Bureau de la Capitale-Nationale - La corporation ne peut établir avec suffisamment de fiabilité les modalités de remboursement futures et ne dispose pas nécessairement d’informations concernant des transactions récentes qui lui permettrait de déterminer un taux d’actualisation en vue du calcul de la valeur actualisée. La méthode de l’ajustement du taux d’actualisation ne serait pas facile d’application étant donné la difficulté à trouver un taux d’actualisation reflétant les incertitudes quant aux remboursements futurs. La corporation est d’avis qu’il n’existe pas de certitude qui lui permettrait de fournir de l’information pertinente et valable afin de conclure que la valeur du marché est sensiblement différente de la valeur initiale au prix de transaction. Autre emprunt - La juste valeur n’est pas significativement différente de la valeur comptable.

14 . ÉVE NT UA LITÉS

À la date de clôture, la corporation se portait garante de prêts contractés par des entreprises totalisant 260 000 $ dans le cadre du fonds d’économie sociale et du fonds local d’investissement. Ces cautions sont garanties par des dépôts à terme de la corporation.

15. E NGAGE M E NTS Au 31 décembre 2009, la corporation avait approuvé le paiement des montants suivants : Fonds local d’investissement - prêts

363 595 $

Conformément à des contrats de location-exploitation à long terme expirant en 2010 et 2011, la corporation loue des locaux à divers lieux d’affaires dont les loyers minimums exigibles jusqu’à l’expiration des baux totalisent 167 659 $. Les loyers minimums à verser au cours de chacun des deux (2) prochains exercices se chiffrent à :

116  500 $ en 2010 51 159 en 2011

225 000 $ en 2010

200 000 en 2011

100 000 en 2012

11 _ RAPPORT ANNUEL 2009

Conformément à la signature d’ententes de partenariat au niveau touristique et culturel, la corporation s’est engagée à verser des sommes provenant du fonds d’économie sociale pour les trois prochains exercices. Ces engagements seront versés uniquement si les projets répondent aux critères spécifiés aux ententes. Les montants à prévoir pour les trois (3) prochains exercices se chiffrent à :


Québec (Québec) G1K 3G6 T 418.525.7771 www.clddequebec.qc.ca

Design graphique : Safran (www.safran.qc.ca)

Siège social 155, boulevard Charest Est

CLD de Quebec - Rapport annuel 2009 - Le Vent dans les voiles  

Rapport annuel 2009 du CLD de Québec sous le thème «Le Vent dans les voiles - l'entrepreneuriat local en forte croissance»