Issuu on Google+

LE LIVRE D'AGGÉE

INTRODUCTION

La personne et f époque du prophète. Son vrai nom était Haggai *, La forme latine Aggseus a été calquée sur 'AYyaro; des Septante. Aggée ne nous fournit pas le moindre détail sur sa famille. Nous ne savons pas i"

«

festivus. »

même

d'une manière certaine s'il était né avant ou pendant l'exil en Judée ou quoique cette dernière hypothèse soit plus probable. Il nous apprend seulement qu'il exerça le rôle de prophète à Jérusalem, pendant la seconde année du règne de Darius, fds d'Hystaspe (520 avant J.-G.) Aggée ouvre donc la série des trois prophètes postérieurs à l'exil. Zacharie fut son contemporain; Malachie exerça son ministère environ quatre-vingt-dix ans plus tard. Gomme nous l'apprennent les six premiers chapitres d'Esdras, l'époque d'Aggée et de Zacharie était pénible, douloureuse même, car la théocralir rencontrait, du côté des hommes, de nombreux obstacles pour sortir de ses ruines; le découragement avait même atteint les Juifs au point de vue religieux c'est précisément pour ranimer leur énergie que Dieu leur envoya ses messagers qui réussirent dans leur noble mission. 2° Le sujet et la division du livre. Deux fois de suite Esdras mentionne la part très grande que les prophètes Aggée et Zacharie prirent à la reconstruction du temple de Jérusalem'; or, ce qui caractérise précisément le livre d'Aggée, c'est que tout y est rattaché à cette reconstruction, qui en forme même le centre et le thème principal*. « La nécessité de la restauration du temple ressortait, pour le prophète, de la place considérable qu'occupait le sanctuaire dans la vie de la nation privilégiée. C'était, en effet, le signe autorisé de l'alliance conclue au Sinai entre Jéhovah et Israël, le symbole de l'habitation de Dieu au sein de son peuple. Le temple renversé devait donc représenter sous une forme visible la rupture de cette alliance, la cessation plus ou moins complète des rapports qui unissaient le Seigneur à la nation tout entière et la reconstruction du sanctuaire devenait dès lors, aux yeux du prophète, une obligation sacrée entre toutes, qui devait s'imposer à la conscience des contemporains. » Les introductions historiques et chronologiques, très nettes dans leur concision qu'Aggée lui-même a placées en avant de chacune de ses prédictions ^, ,

à Babylone,

*''.

:

,

;

,

'

*

De

la racine hag fête. Les événements racontés

et vingt

1

,

passèrent durant

le

-quatre Jours. Cf.

I,

1 et

ri,

11, 21.

pf Ksdr. v, 1-2, et vi, 14-15. Ce fait est si frappant, qu'on n'a pas songé à attaquer l'authenticité des oracles d'Aggée. 3

*

tlans ce livre se court Intervalle de trois mois I

*

Cf. i,

1

;

n, 2,

11

,

21.


LE LITBB D'AGOÉÏ

642

divisent son livre en quatre petits discours, prononces en autant d'occasions distinctes, m;iis

poursuivant tous

le

même

but et ayant entre eux les relations les

plus intimes. Le premier (i, 2-ii, 1) blâme sévèrement les Juifs de leur lenteur à reconstruire le temple, et attribue à cette grave négligence la sécheresse qui avait détruit une partie notable des récoltes. Le second (n, 2-10) annonce que le

nouveau temple, si humble dans ses débuts, aura une gloire bien supérieure à du premier, bâti par Salomon et renversé par les Chaldéens. Le troisième (ii, 11-20) encourage, par la promesse d'une grande fertilité, les travaux du peuple, qui poussait avec zèle la restauration de l'édifice sacré; il blâme toutefois l'accomplissement purement extérieur de la loi. Le quatrième (ii, 21-24) prédit le rétablissement glorieux du royaume de David '. Deux de ces discours, le second et le quatrième, sont messianiques, car ils prédisent clairement, d'une part, la venue relativement prochaine du Messie, qui devait honorer de sa présence le nouveau sanctuaire, et, d'autre part, la splendeur magnifique de son règne. 3° Le genre d'Aggée comme écrivain. Son langage ne s'élève guère audessus de la simple prose. Il a des sentiments ardents, élevés; mais il ne s'inquiète pas de les revêtir d'un beau style. Néanmoins, il réussit par moments à donner plus de vie à ses discours par l'emploi du rythi^e, par dos répétitions' et des interrogations^ qui accentuent la pensée. On remarque aussi des passages d'une rigoureuse concision, faisant suite à une entrée en matière un peu diffuse* ce qui a fait dire de lui qu'il cache sous une écorce un peu épaisse un noyau petit, mais plein d'intensité, a Ajoutons, note un autre critique, qu'.Vggée a précisément dans sa simplicité, qui émane d'une situation saisissante et d'un cœur profondément ému, cjuelque chose d'extraordinairement attrayant et d'extraordinairement touchant ^. »

celle

:

' Ponr une analyse plus complète, voyez le commentaire et notre .Bibîia .'socra p. 1030-1031. * Cf. I, 6, 9-11; n, 6, 23, etc.

1

* Cf.

1,4, 9;

II,

3, 12, 13, 19.

* Cf. i,

1

1

s"),

is"»;

ii,

s*,

I9i>.

Pour les commentaires caihollques, tapage 339, note J, *

,

toj»'


AGGÉE

CHAPITRE i. La seconde année du roi Darius, le sixième mois, le premier jour du mois, la parole du Seigneur fut adressée, par l'intermédiaire du prophète Aggée, à Zorobabel, fils de Salathiel, chef de Juda, et à Jésus, fils de Josédec, grand prêtre, en ces termes

I

1. In anno secundo Darii régis, in mense sexto, in die una mensis, fectum est verbum Domini in manu Aggœi pro-

phétie, ad Zorobabel, filium Salai hiel, ducem Juda, et ad Jesum, filium Josédec, sacerdotem magnum, dicens :

:

Premier oracle Exhortation I. MENAÇANTE, POUR PRESSER LJCS JUIFS DE RE-

Sbction

:

BATIR LE TEMPLE.

I,

1

— II,

Le prophète reproche à

1.

les Chaldéens ; 11 les excite à reprendre au œuvre sacrée, s'ils ne veulent pas encourir le mécontentement du Seigneur. l» Introduction historique. I, 1. 1. Cette introduction remplace le Chap. I. titre que l'on trouve habituellement en tête des écrits prophétiques. Cf. Is. i, 1 ; Jer. i, 1 et ss.; Os. I, 1; Joël, 1, 1, etc. Elle nous fait connaître

par

plus vite cette

:

p,

fT^^

^|

D- ÀEn assyrien

:

rn rnédi^ue:

]

\

^|<y

nom

YŒ-

^-] ri-

:B-\]

--]]]< pi -

<^

^^

«-

V-

ya-

vus (mu5).

&^T^ THI

< ^i^

VA- u-

YA'

IS.

de Darias en caractères cunéiforme*.

Circonstances de temps

i-t de personnes qui à ce premier oracle. Le temps in nnno... Darii. Ce Darius ne peut être que le premier roi de ce nom, flls d'Hystaspe, qui régna simultanément sur la Terse et la Chaldée, de 521-486 avant J.-C. Cf. E.sdr. iv, 5. La forme latine Darius et la forme procque Aapïîoçsont des abréviations du persan DarayavuS, que l'hébreu DaryaveS reproduit assez exactement. La seconde année de ce prlncp correspond h l'an

les

vn, 1, etc. non pas de

la

Mense sexto. Le sixième mois, seconde année de Darius , mais de

l'année religieuse des Juifs.

On

le

nommait

'élûl.

correspondait en grande partie à notre mois de septembre. Cf. Neh. vi, 15 ; I Mach. xiv, 27. Die iina. Chez les Juifs, des sacrifices spéciaux et des assemblées religieuses étaient associés au premier Jour de chaque mois. Cf. Num. xxvni, 11 et ss.; Is. i, 13- U, etc. Il convenait donc fort bien pour le but que se proposait Factum est verbum... Par ces mots Aggée. qui seront répétés en avant de ses quatre oracles (et. n, 2, il, 21), le prophète revendique pour on livre entier l'inspiration d'en haut. Ce ne sont pas ses propres paroles qu'il va citer, mais celles de Dieu même. Cf. Jer. i, 2; ii, 1; Ez. i, 3; et

il

:

,

In manu... Les circonstances de personnes. Trois personnages sont mentionnés : le prophète et les deux destinataires Immédiats de ce premier oracle. Los mots « par la main », c.-à-d., par l'intermédiaire, sont un hébraïsBie fréquent dans la Bible. Aggœi. Sur ce nom, voyez l'Introduction, p. 541. Ad Zorobabel. Hébr. : Z'rubbâbel. Juif célèbre, an noble caractère, au zèle généreux, qui joua alors un grand rôle pour la réorganisation de la théocratie en Palestine. Cf. Esdr. i - vi Neh. vu 1 Os. 1,1, etc.

(D'après une inscription.)

se rapportent

:

5.

r^^U !:— 1<

Da-

DaJtt

y<^ ^IfC

Ra-

Avant l'exil, les prophéties étaient datées d'après l'avènement des rois de Juda elles le sont maintenant d'après celui d'un roi païen, suzerain de la Palestine. Cf. Zach. i, 1,7; Palestine.

ses coreligionnaires

leur lenteur à reconstruire le sanctuaire détruit

En perse

520 avant notre ère. Il y avait alors environ seize ans que la captivité avait pris fin et qu'un premier groupe de Juifs exilés était rentré en

;

,

Bs. Par les mots flUum Salathiel (hébr., R"n7fî>?>. Zorobabel est rattaché & la race royale

et


54^

I, 2-6.

Âoo.

2. H;i?c ait

cens

Dominas exercituum,

Populus

:

iste dicit

domus Domini

temiPiis

:

Noudum

di-

œdificandae.

Et factum est verbuni Domini in

3.

Ainsi parle le Seigneur des armées

2.

venit

Ce peuple dit Le temps de bâtir la mai son du Seigneur n'est pas encore venu :

ista

Alors la parole du Seigneur fut par l'intermédiaire du prophète Aggée, en ces termes 4. Est-ce le temps pour vous d'habiter dans des maisons lambrissées, pendant

haec dicit Dominus exerPonite corda vestra super vias

que cette maison est détruite? 5. Voici donc ce que dit le Seigneur des armées Appliquez vos cœurs à con-

manu Aggœi prophetœ,

dicens

3.

adressée,

:

<

:

4.

Numquid tempus

vobis est ut habi-

domibus laqueatis,

tetis in

et

domus

déserta? 5.

Et nunc

cituum

:

raultum, et

Seminastis

intulistis

parum; comedistis, et non estis satiati; bibistis, et non estis inebriati; operuiBtis vos, et non estis calefacti; et qui

U ét*lt descendant en droite proprement parler, Zorobabel était le fils de Phadaïa (cf. I Par. m, 19). Mais celui-ci avait sans doute contracté un mariage de lévior, rat avec la veuve de son frère Salaihlel conformément à la loi, le premier flis Issu d'une union de ce genre portait le nom du mari défunt et était son héritier direct. Cf. Deut. xxv, 8-6, et le commentaire. C'est à cause de son origine royale et de sa qualité d'héritier du trône de Juda qu'Esdras, i, 8 donne à Zorobabel le nom de « prince de Juda ». Saint Matthieu, i, 12, et saint Luc, m, 17, le comptent parmi les ancêtres

de David, dont

A

ligne.

;

,

directs

du Me-sle.

On

le

nomme

Ici

ducera

Juda. Le mot hébreu pahoh désigne ordinaireà la tête des districts de l'Assyrie, de la Chaldée et de la Perse, sous l'autorité des satrapes. Cf. III Reg. x, 25 xx, 24 Is. xxxvi, 9; Jer. li, 28, 57, etc. Zorobabel avait donc reçu de Darius le titre offlciel de gouverneur de la colonie Juive Installée naguère Jesum. En hébreu sur le territoire de Juda.

ment

les préfets placés

;

;

Thôsu/i'. Grand prêtre

:

dfstlngué, qui était le

de cette colonie, de même que Zorobabel en éult le chef civil. Il Joua, lui aussi, on rôle proéminent à cette époque si Importante 13-14. de l'histoire Juive. Cl. Eccli. xlix chef

spirituel

,

Dicens. L'heure

car

le

du message

était providentielle,

règne de Darius s'annonçait

comme devant

Exhortation

,

mêlée de reproches.

1

,

2-11.

2-6. La lenteur des Juifs à reconstruire le Hxcait... Formule temple, et son châtiment. solennelle, chère ù notre prophète (cf. vers. 5, 7, 9; II, 6, 7, 8, 9, 10. 12, 24), comme aussi à son con-

temiiorain iiacharle

(cf.

Zach.

i,

3,4, 14, 16, 17;

Le nom Z)ominu.s exercituum fait allusion aux armées célestes de Jébovah, astres, et met par conséquent les anges et les en relief la toute -puissance de ce grand Dieu. Populxu Ule. Il y a du dédain dans ce pronom. Le Seigneur est à bon droit mécontent des II,

7;

m,

7, etc.).

IHolt... Mon peuple. Juifs et ne dit pas Excuse par laquelle les Juifs essayaient de pailler :

la

6. Vous avez semé beaucoup, et vous avez peu recueilli vous avez mangé, et vous n'avez pas été rassasiés vous avez bu et vous n'avez pas été désaltérés ; ;

;

,

d'abord avec un saint enthousiasme (cf. Esdr. II, 68-69; in, 7 et ss.), avait bientôt rencontré des difficultés très graves, à cause de la Jalousie des Samaritains (cf. Esdr. rv, 1 et ss.); un décret formel de la cour persane avait même complètement arrêté les travaux (cf. Esdr. iv, 17 et ss.). Néanmoins U est évident, par ce passage d'Aggée, que les Juifs ne s'étalent pas montrés asses énergiques en face de ces obstacles. Nondum venit... L'hébreu dit avec une nuanc«> Ce n'est pas le temps de venir, le temps de bâtir la malson de Jéhovah. Et factuin est... (vers. 8). Nouvelle introduction, toute majestueuse. A l'objection du peuple, le Seigneur répond de deux manières d'abord par un argument «ad homlnem », au vers. 4; puis par l'indication du châtiment que lui a attiré sa négligence coupable,

:

:

aux

vers. 6-6.

Kumqiiid

tempus... (vers. 4).

Littéralement dans l'hébreu Est-U temps pour vous , vous... ? .11 y a beaucoup d'emphase dans :

du pronom. La r(!plique est sévère, mais bien méritée. Les Juifs prétendaient qu'il leur était actuellement impossible de relever le temple de ses ruines, et cependant Us avalent EU se construire à eux-mêmes de magnifiques habitations. In domibu."... et domus... Frappant et triste contraste. Lwjufatis. Les lambris de cèdres et d'autres matériaux précieux cette répétition

regardés comme chose luxueuse. Cf. Ponite Reg. VII, 3; Jer. xxii, 14, etc. corda... (vers. 6). Hébralsme qui signifie Faites Super vias... Autre hébralsme bien attention. sur votre conduite. Les résultats de cette conduite vont être aussitôt dépeints. Seminaétalent

III

être pacifique et libéral. 20

:

sidérer vos voies.

vestras. 6.

faute qu'ils avalent comnilec en retardant

la

rioonstructlon du temple. Cette œuvro, entreprise

:

:

Le verset

contient une petite description très vivante, qui montre combien peu avaient été récompensés leurs rudes travaux , depuis stis...

6

qu'Us s'étalent montrés négligent^ envers le sanctuaire. Comedistis, et non... Écho probable de Lev. xxvi, 26. Cf. Os. iv, 10 Mlch. vr, 14-1«. L'hébreu est i<artlcullèrement énergique dans tout ce passage, avec ses Infinitifs réitérés, qui Vous avez semé beaucoup, exiirimciit la durée manger, et point pour la saet rapporter peu tiété boire, et point pour l'Ivresse; se vêtir, et pas pour avoir chaud. Qui mercedsi....

;

:

;

;


Aqq.

I.

vous vous êtes vêtus, et vous n'avez pas été réchauffés et celui qui a amassé de l'argent l'a mis dans un sac percé. 7. Ainsi parle le Seigneur des armées Appliquez vos coeurs à considérer vos ;

Dominas exercituum

dicit

:

Ponite corda vestra super vias vestras

;

;

montez sur

8.

du

Haec

7.

:

voies

545

7-11.

mercedes congregavit, misit eas in sac culum pertusum.

bois, bâtissez

montagne, apportez maison, et elle me

la

ma

sera agréable, et je serai glorifié, dit le Seigneur. 9. Vous avez compté sur beaucoup, et

vous avez eu moins; vous l'avez porté chez vous, et j'ai soufflé dessus. Et pourquoi? dit le Seigneur des armées. Parce que ma maison est déserte, pendant que vous vous empressez chacun vers la sienne. 10. C'est pour cela que les ci eux ont été empêchés de vous donner leur rosée, et la terre a été empêchée de donner voici,

ses produits

8.

ascendite in montera portate ligna, domum et acceptabilis mihi ,

et sedificate

;

erit, et glorificabor, dicit

Dominus.

9. Respexistis ad amplius, et ecce factura est minus; et intiilistis in d(nnura,

dicit

Quam ob causam? Dominus exercituum. Quia doraua

mea

déserta est, et vos festinatis unus-

et

exsufflavi illud.

quisque in 10.

sunt

domum

suam.

Propter hoc super vos prohibiti ne darent rorem, et terra pro-

cseli

hibita est ne daret

germen suum

;

;

appelé

sécheresse sur la le blé, sur le vin, sur l'huile, sur tout ce que le sol produit, sur les hommes, sur les bêtes, et sur tout le travail des mains. 11. et j'ai

la

montagnes, sur

terre, sur les

11. et vocavi siccitatem super terram,

montes, et super triticum, et super vinum, et super oleum, et quaecumque profert humus, et super homines, et super jumenta, et super omnem et super

laborem manuum.

celui qui gagne \m salaire, pour un sac percé. Métaphore pittoresque et hardie. <c -La disette provoquait des prix élevés, de sorte que l'argent disparaismisit...

Hébr.

gagne un

:

Et

salaire

sait aussi vite qu'il était gagné. »

7-11, C'est ici

La

remède de ces maus. que retentit l'exhortation proprement cause et

le

Ponite corda... Au verset 5 cette invitation concernait le passé Voyez ce que voue avez fait; Ici, elle regarde l'avenir : Voyez ce que vous avez à faire. Ascendite..., portate..., mdiflcate... Le langage est pressant et rapide. In montem... (vers. 8). Cette montagne repréeenterait, d'après quelques interprètes, le Moriah, sur lequel on avait commencé à rebâtir le temple; d'après d'autres, le Liban, où l'on avait envoyé des ouvriers pour couper des arbres destinés à la charpente (cf. Bsdr. in, 7). Il vaut mieux prendre ici l'expression dans un sens collectif Allez sur les montagnes boisées de la contrée, et coupez -y les arbres nécessaires. Cf. Neh. ii, 8 vm, 15. Ligna. Il n'est question que de la charpente, parce que les fondements étalent déjà posés les murs en partie élevés , et les pierres sans doute préparées en grande partie et ameEt acceptabilis... Plus nées sur le terrain. fortement dans l'hébreu Et je me complairai en elle. Motif bien capable, ainsi que le suivant

dite.

,

:

:

;

,

:

du peuple. Pour donner plus de

(et glorificabor), d'exciter le zèle

Respexisti.i... (vers. 9).

force à l'exhortation, le Seigneur Insiste de nouveau sur les pertes matérielles très considérables qu'il

aux Juifs en punition de Xous avons ici (vera. a-ii) un

avpJt infligées

leur négligence.

Go VI MKNT.

VI.

commentaire du vers. 6. Ad amplius, et.„ minus. L'hébreu n'emploie pas le comparatif Vous comptiez sur (à la lettre se tourner vers)

:

:

beaucoup, et voici, peu. IntuHstis... Ce peu, après qu'ils l'avaient déposé dans leurs greniers, avait péri ou s'était amoindri sous l'effet du

mécontentement divin. La métaphore exsufflavi illud est d'une énergie extraordinaire

:

souffler

sur des récoltes pour les disperser et les anéantir. Quam ob causam... J Cette interrogation. Insérée tout à coup an milieu de la description, en rehausse singulièrement l'effet. Quia domus... Ces.t donc à cause de leur manque de zèle pour le sanctuaire que les Juifs avaient subi ces calamités. Vos festinatis... Même contraste qu'au vers. 4. Autant ils étaient négligents à l'égard du temple, autant Ils étaient empressés pour se bâtir de belles maisons. Propter hoe (vers. 10). Encore le châtiment. Cette expression est très accentuée. Prohibiti... cseli... Hébr. : Le ciel a refusé la rosée. Locution populaire. On supposait alors communément que la rosée tombait du ciel. Cf. Gen. xxvii, 39 ; Deut. xxvrii, 23, etc. Sans rosée, dans les régions brûlantes de l'Orient, les récoltes sont très compromises, puisqu'il ne pleut généralement pas depuis le printemps jusqu'à l'automne. Terra prohibita... Hébr. La terre a refusé son

.

produit.

Vocavi siccitatem... (vers. 11). La

sécheresse, répondant au divinappel, avait atteint

directement le sol (super terram, et... montes), puis Indirectement les récoltes (super triticum et...), finalement les hommes et les' animaux (super homines et..,).

18


AOG.

646 12.

Et audivit Zorobabel Jésus,

thiel, et

,

12

I,

Sala-

filius

Josedec, sacerdos

tilius

magnus, et omnes reliquiae populi, vncem Domini Dei sui, et verba Agga-i proplietae, sicutmisiteutn Dominus Deus eoruiu ad eos et timuit populus a facie ;

Domini. 13. Et dixit Aggœas, nuntius Domini de nuntiis Domini, populo, dicens Ego vebiscum sum, dicit Dominus. 14. Et snscitavit Dominus spiritum Zorobabel, filii Salathiel, ducis Juda, et :

spiritum Jesu, filii Josedec, sacerdotis magni, et spiritum reliquorum de omni populo; et ingressi sunt, et faciebant

opus in

domo Domini esercituum, Dei

Bui.

II, 2.

fils de Salathiel, Jésus, de Josédec, gr.»nd prêtre, et tous les restes du peuple, entendirent la voix du Seigneur leur- Dieu, et les paroles du prophète Aggée, que le Seigneur leur Dieu avait envoyé vers eux et le peuple fut saisi de crainte devant le Seigneur. 13. Et Aggée, messager du Seigneur, dit au peuple de la part du Seigneur Je suis avec vous, dit le Seigneur. 14. Et le Seigneur suscita l'esprit de Zorobabel, fils de Salathiel, chef de Juda, l'esprit de Jésus, fils de Josédec, grand prêtre, et l'esprit de tous les restes du peuple et ils se mirent à travailler à la maison du Seigneur des. armées, leur Dieu.

12. Zorobabel,

fils

;

:

;

CHAPITRE 1. Tn die vigesima et quarta mensis, in sexto menée, in anno secundo Darii régis.

In septimo menée, vigesima et 2. prima mensis, factum est verbum Domini in manu Aggœi prophetae dicens :

,

II

1. C'était le vingt -quatrième jour du mois, le sixième mois, la seconde année du roi Darius.

2. Le septième mois, le vingt-unième jour du mois, la parole du Seigneur fut adressée au prophète Aggée. en cea termes :

3» II,

Heureux

résaltat de l'exhortation.

I,

12

Impression d'effroi produite par cette réLes mots omnes reliquies.^ désignent du peuple juif qui était revenue d'c.xll avec Zon^babcl et Josué. Comp. le vers. 14 et H, 3. C« n'était qu'un faible reste, par comparaison avec l'état florissant de la nation théocratique aux temps anciens. Cf. Zach. vin, 6. Vocem Domini... et verba... Ces deux expressions représentent une seule et même chose dans les paroles du prophète on reconnut la voix de Dieu Ini-mème. La projwsltlon sicut misit retombe Bur « verba... prophetae » les paroles qu' Aggée avait proférées conformément à son mandat. El tlmuH... Ce gentiment d'effroi était très naturel à la suite des reproches que l'on venait 12.

vélai ion.

chefs, et, sous son Influence,

sement à l'œuvre

1.

la partie

;

:

d'entendre. 13-14. Encouragé par

le Seigneur, le peuple reprend avec eèle la constmctlon Interrompue. -• Kt dlxil... Encore une formule solennelle

d'Introduction.

— Nunlitix... denuntltji...

UVulgate:du nombre dus

D'après

messagers..., c.-à-d.,des

Messager de Jéhovah dans le message de Jéhovah ce qui signlfle Chargé par Ego voMscum... Dieu d'une mission spéclnlc. Parole des plus encourageantes. Avec Dieu les Et Juifs surmonteront tous les obstacles. ÊtueitaiHt... (vers. 14). Sur cette locution, voyei Kndr. Une grâce i, etc. 6, II Tar. XXX VI, 22; spéciale fut accordée an peuple «t k ses deux prophètes. Hébr.

:

;

:

,

:

on

mit généreu-

se

ingressi sunt (hébraïsme)

et faciebant...

Chap.

II.

— —

1.

Date à laquelle

les

travaux

Die vigesima... quarta... Vingtfurent repris. trois Jours après l'oracle qui précède. Cf. i, 1.

Pendant ces trois 6cmalne.s d'Intervalle, on s'était activement occupé de réorganiser les chantiers, de préparer du bois pour la charpente, etc. Comii.

Dans

la Bible hf'braïque, ce verset chap. i", et à bon droit, car c'est an premier oracle qu'il le rapporte et nullement au second. L, 3 et la note.

est rattaché au

II. Second oracle Lrs splendkuhb njTDRBS DU NOtJVKAU TKMPLE. II, 2-10.

Sbction

:

Ce message n'a rien que de très consolant. 1<> Introduction historique. II, 2. nouvelle révélation. 2. Époque de cette Septimo menue. Depuis l'exil on le nommait (tSri ; auparavant, 11 s'appelait 'éfânim. Cf. III Reg. VIII, 2. Il correspondait h la fin de septembre et Die vigesiaux premières semaines d'octobre. ma... prima. Par conséquent, un mois et vingt Jours après le premier oracle. Cf. i, 1. Chee les Juifs, le 21 lUri coïncidait avec le septième Jour de la fête des Tabernacles, et était accompagné do Jo3-euBes cérémonies, par lequcllcs on remerciait Dieu des récoltes de l'année. Cf. l>ev. xxoi, 34-SC. Ces récoltes ayant été si maigres cf. i, •)> et le temple étant rebâti en des proportion! ii

(


Le

roi Darius. (Bas-relief de PersĂŠpoUs.)


Aqg.

548

II, 3

7,

de Salathiel, de Josédeo, grand prêtre, et aux restes du peuple,

Loqnere ad Zorobabel, filinm Salafilmm thiel, ducem Juda, et ad Jesum, Josedec, sacerdotem magnum, et ad re-

3. Parle à Zorobabel chef de Juda, à Jésus,

liquos populi, dicens qui 4. Quis in vobis est derelictus, vidit domum istam in gloria sua prima?

et dis-leur

3.

,

Nuniet quid vos videtis hanc nunc? quid non ita est, quasi non sit in oculis

Quel

fils

:

:

4.

fils

est

parmi vous

le

survivant

qui a vu cette maison dans sa première -vous gloire? et en quel état la voyez maintenant? Ne paraît -elle pas à vos

yeux comme si elle n'était pas? -ici, Zoro5. Et maintenant fortifie _

vestris?

,

1

1

j-

Zorobabel, di5. Et nunc confortare, Jesu, fili cit Dominus; et confortare, Josedec, sacerdos magne; et confortare, omnispopulus terrœ, dicit Dominus exercituum et facile (quoniam ego vobiscum Bum, dicit Dominus exercituum) vobiscum cura 6. verbum quod pepigi ;

egrederemini de terra iEgypti, et spirinolite tus meus erit in medio vestrum ;

babel, dit le Seigneur

;

Jésus,

fortifie -to;

de Josedec, grand prêtre iortifie-toi, peuple entier du pays, dit le Seigneur buis des armées, et travaillez (car je avec vous, dit le Seigneur des années), que j'ai 6. conformément à l'alliance du faite avec vous lorsque vous sortiez fils

;

pays d'Egypte, et mon esprit sera au milieu de vous ne craignez pas. Seigneur des 7. Car ainsi parie le Encore un peu de temps, et armées ;

timere. exerci7. Quia liœc dicit Dominus tuum Adhuc uiiura modicum est, et ego comraovebo cœlum et terram, et mare, :

aridam

et

se mêlât modestes, on comprend qne la tristesse choisit préciséh la solennité. Mais le Seigneur son peuple, cette Journée pour consoler

ment

en faisant briller à ses yeux

les

glorieuses espé-

rances messianiques. 2» La prophétie. II, 3-10. les 3-6 Promesse générale Dieu encourage :

est avec eux pour Juifs, en leur certlflant qu'il et qu 11 de la reconstruction du temple,

l'œuvre

-

Et ad reliquos... Le ne les abandonnera pas. qu'aux deux premier oracle n'.ivalt été adressé Cf. J, 1. Celui-ci chefs d'une manicre directe. était

pour

derelictus

comnmnauté tout entière. — Quis.^ vous, (vers. 4). C- à - d.: Quel est, parmi la

suppose que, survivant qui aura vu...? Ce trait de Chaldée en dans le nombre des Juifs revenus en restait quelques-uns qui avaient

le

Palestine,

il

temple, contemplé de leurs propres yeux l'ancien fait n'a rien dans sa merveilleuse splendeur. Le avait Salomon d'invraisemblable. Le temple de l'an 688 avant J.-C, été détruit par les Chaldéens Ceux qui étaient nés Cl l'on était alors en 620. répoque de la en l'annîe 600 avaient douze ans à de Jérusalem, seulement quatre-vingts

ruine Domum ius lorsque cet or.icle fut proféré. Utam in gloria... Il est ù noter qii'Apgée idenavec sanctuaire nouveau ainsi dire, le

-

tlfle.pour

l'un et l'autre la l'ancien; c'est qu'ils étalent sur le maison du même Dieu, bâtis d'ailleurs même terrain et d'après un même plan général.

Kt quld (pour

«

qnalem ») tHd<M«.. r Quelle - Numles deux

différence, néanmoins, entre mais QUld non... quasi...? Hyperbole orientale, de lédlilce alors qui met bien en relief l'infériorité 1

premier temple, 11 en construction. Comparé au Et imnc... 12. n'était presque ri.n. Cf. Ksdr. in, pas qu'on se défvors. 8). Le Seigneur ne veut tout an alson courage en faisant cette compai

-

,

:

mer

j'ébranlerai le ciel et la terre, la le continent.

et

contraire, et 11 daigne lui-même, avec une touchante insistance (notez les trois confortare au adressés coup sur coup aux deux chefs et

concours peuple), garantir que son tout- puisant 13»). ne manquera point (.ego vobiscum...; cf. i,

quod... (vers. 6). Dans la Vulgate, mots dépendent du verbe /acite, dont ils

Verbum

ces

la parenthèse quoniam... exercituum. Le sens e^t donc, d'après notre version Pr.-xtlquez l'alliance que nous avons conlatine Mais cette tractée ensemble (quod pegigi...).

sont séparés par :

voici

construction h'c>t pas la véritable, et partir quelle est la traduction exacte de l'hébreu, à forts...), et agisdes mots « et faciu; » (Soyez des Seigneur le dit sez; car Je suis avec vous, que armées, (selon) la parole (c.-à-d., l'iilllance) :

J'ai

qu'il conclue avec vous. Dieu exprime ainsi

du Sinaï, n'oublie pas ses anciennes promesses Striritus meus... et qu'il est prêt h les exécuter. dn milieu La force divine elle-même sera au

-

pe'iplc,

pour

l'assister.

Sei7-10. Promesse spéciale: gloire dont le Prophétie gneur entourera le nouveau temple.

très clair,

Justement célèbre, dont l'ensemble est t C'est le malgré certaines obscurités de détail, v (F. Vigouplissage le plus important du livre, mots, quelques que reux.) « Le prophète ne dit La mais ils ont une valeur inappréciable. »

fréquemment formule haie dicit... re>ncnt plus rappeler aux que Jamais dans ce passage, pour Celui qui leur Juifs la toute -puissance infinie de

-

Dieu In.llque d'abord une si belle promesse. s'accomen termes généraux l'époque à laquelle adhur... modicum..., plira l'oracle. La phrase fait

de qui est une transcription littérale slgnine qu'entre le temps nû Aggée dont il va sait et le glorieux avenir et ne le passera qu'une période unique

l'hébreu , prophétii)arlcr.

II

uniform«


549

Aqo. II, 8-10. J'ébranlerai toutes les nations, et le Désiré de toutes les nations viendra et je remplirai de gloire cette maison, dit le Seigneur des armées. 8.

;

9. L'argent est à moi, et l'or est à moi, dit le Seigneur des armées. 10. La gloire de cette dernière maison sera plus grande que celle de la

(unum), dont

le débnt manifesté par nn ébranlement général dans la nature et parmi les peuples païens, ne devait pas tardera commencer et ego commovebo... Le langage Inspiré est loi, tout à la fols, empreint de poésie et plein de réalité. La plupart des prophètes supposent, lorsqu'ils annoncent l'ère messianique, qu'elle sera précédée de grandes perturbations dans le monde païen, pour l'amener à se courber sous la loi du yrai Dieu; or, ces perturbations sont symbolisées sons la figure de révolutions produites dans le monde matériel. Cf. Is. n, 2 ; xi, 10 etss. XIX, 16 et ss. xxiv, 1 et ss. ; lx, 1 et 88.; Dan. n, 36-45; vn, 2 et ss. Joël, n, 30 et ss. Mlch. r7, 1 et ss., etc. « Déjà la hache ,

:

;

;

;

Et movebo omnes gentes et veniet Desideratus cunctis gentibus et implebo domum istam gloria, dicit Dominus exercituum. 9. Meum est argentum, et meum est aurum, dicit Dominus exercituum. 8.

,

;

10.

Magna

vissimee plus

erit gloria domus istius noquam primœ, dicit Dominus

semble vraiment que

même

la

l'Idée soit

dans

l'hébreu que dans notre version latine, quoique d'une manière moins précise et moins personnelle. Néanmoins des exégètes modernes , assez nombreux aussi adoptent une autre interpréta,

tion, d'après

cet oracle

du Messie

,

païens. Ils

laquelle, suivant le texte hébreu,

ne s'appliquerait pas à la personne mais seulement à la conversion des donnent au mot Jfemdâh, au lieu de

primitive (« désir »), son seni splendeur » ) , et ils traduisent : La splendeur, c.-à-d. l'élite, de tontes les nation» viendra. Ou encore : Les choses précieuses, les richesses des nations viendront. Tel était déjà, sa signification

dérivé

(

« grâce

,

» le

an moins en partie, le sentiment des LXX (xal f|^et Ta r/Xe/rà uâvtwv tûv èôvwv, les choses

royaume gréco- macédonien et ceux qui se formèrent de ses débris furent constamment boule-

précieuses de toutss les nations...) et de plusieurs Pères grecs qui s'appuyaient sur la version

versés par la guerre

d'Alexandrie (comp. saint Cyrille d'Alex., InAgg., xm). Nous préférons de beaucoup la première opinion. Et implebo... : soit par la présence du Messie, soit par le pèlerinage Idéal des nations an temple, ainsi qu'il vient d'être expliqué. JUeujn est... (vers. 9). Le sens de ces mots dépend de l'interprétation qu'on aura acceptée pour le vers. 8. Si l'on admet, quant au fond, celle de saint Jérôme , Dieu voudra dire Ce n'est point de l'or et de l'argent que je demande pour l'embellissement de ce temple toutes les richesses du monde ne m'appartiennent-elles pas? Je lui réserve mol -même une gloire plus parfaite que celle que lui procureraient ces orne-

;

était placée à la racine de l'empire persan

;

Jusque vers l'avènement

da Messie. De plus, ce violent branle-bas de la nature fait évidemment aUuslon à ce qui s'était passé au Slnaï, lorsque l'alliance théocratique fut contractée. Cf. Bx. xis, 16; Jud. v,4-5, L'Inauguration de la nouvelle alliance est peinte sous les mêmes couleurs que l'institution de l'ancienne. La citation de ce passage par saint Paul, Hebr. xii, 26-29, est une de ces Intéressantes adaptations dans lesquelles U 88 complaît parfois. Et veniet Desideratvs... (vers. 8). La traduction de saint Jérôme fournit un sens très simple et très clair. Le it Désiré des nations » n'est antre, évidemment, que le Messie, comme l'affirment tous les Pères latins qui se sont occupés de ce passage et tous les commentateurs de la Yulgate. « C'est le même qui est nommé par Jacob l'attente des nations et le désir des collines éternelles. » (Calmet, h.l.;ct. Gen. xux, 10, 26, et Is. xlii, 4.) D'après cette interprétation, il s'agirait donc directement ici de la personne du Messie et la prérogative promise au second temple consisterait à avoir été honoré par la présence de Notre-Seigneur Jésusetc.

,

III, 1. Cependant l'hébreu a deux il met le verbe au plu(« viendront », au lieu de « viendra >'), et emploie le substantif abstrait ( t le désir »

Christ. Cf. M:il.

yariantes Importantes

:

riel il

)

dn concret ( « le désiré » ). Littéralement € Et veulent dcslderium omnium gentium. » Malgré cela, do nombreux interprètes, même protestants, croient que la pensée exprimée par le texte original ne diffère pas de celle que nous lisons dans la Vulgate « venlent », disent -ils, serait un pluriel de majesté, équivaau

lieu :

:

lant au singulier; ou bien, ce qui nous paraît

moins probable, < desidcrium » serait à l'accusatif de direction ( ( veulent ad deslderium... > ). U

c.

:

;

ments humains.

ment

SI

l'on

préfère

l'autre

senti-

Dieu qnl a créé tous les trésors de la terre, saura bien exciter les paTem à venir lui offrir de l'or et de l'argent dans son temple, en signe d'hommage. Cf. Ps. lxvii, Magna erit... 29 et ss. Is. lx, 5-13, etc. (vers. 10). Développement de la promesse « implebo domum... » (cf. vers. S*»). « On a prétendu que cette prophétie (Interprétée d'après la Vulgate) ne s'était pas accomplie, parce que NotreSeigneur n'était pas entré dans le second temple, mais dans le troisième reconstruit par Héiode. A cette difficulté, on répond ordinairement qu'Hérode n'avait abattu qu'en partie celui de Zorobabel. Cependant il est plus probable que le prophète entendait simplement parler (en général) du temple du vrai Dieu à Jérusalem, sang ilistlngner entre le premier et le second édifice. On applique la prophétie exclusivement au second temple, à cause des mots domus istius no,

sens sera

le

:

,

;

,

visslmse plus texte original

quam primœ. Si comme l'a fait

l'on

traduit

le

Vulgate, 11 y a une difficulté; elle disparait en traduisant droit La gloire en le autrement, comme on a la

:


Aoo.

650 exercituam

et in loco ieto

;

II,

Dominus exercituum.

dicit

11. In

vigesima et qnarta noni mensis,

anno secundo Darii régis, factura est verbuni Domini ad Aggseum prophetara,

in

dicene

:

:

Haec

12.

11-16. première, dit le Seigneur de» armées, et en ce lieu je donnerai la paix, dit le Seigneur désarmées. Ù. Le vingt- quatrième jour du neuvième mois, la seconde année du roi Darius, la parole du Seigneur fut adressée au prophète Aggée, en ces termes 12. Ainsi parle le Seigneur des armées Propose aux prêtres cette ques-

dabo pacem,

dicit

Dominus exercituum

Interroga sacerdotes legem

dicens

,

:

:

:

tion sur la loi : 13. Si un homme met un morceau de chair sanctifiée dans le coin de sonvêtement, et qu'il touche avec l'extrémité du

13. Si tulerit homo carnem sanctificatam in ora vestimenti sui, et tetigerit de Bummitate ejus panem, aut pulmentum, aut vinnm aut oleum aut omnem cibum, numquid sanctificabitur? Respondentes autera sacerdotes, dixerunt Non.

Et dixit Aggaeus Si tetigerit pollutus in anima ex omnibus his, numquid contaminabitur? Et responderunt sacer-

vêtement du pain, ou des mets, ou du vin, ou de l'huile, ou tout autre aliment, ces choses seront- elles sanctifiées? Les Non. prêtres répondirent Si un homme reprit 14. Aggée souillé par un cadavre touche toutes ces choses, seront-elles souillées? Les prêtres

dotes, et dixerunt Contaminabitur. 15. Et reepondit Aggaeus, et dixit Sic

répondirent 15. Alors

populus i6t«, et sic gens ista ante faciem

dit

de cette maison sera plus grande première (gloire). Le temple de Saloinon, celui de Zorobabel et d'Hi^-rode, sont considérés

Si Merit... (vers. 13). Lecai culte pratique. propopé revient h ceci : La sainteté d'un objet consacré à Dieu peut-elle se communiquer indéfiniment, par le simple contact, à tonte sorte

,

,

:

:

14.

:

:

:

poçtérleure

que

la

comme

le

même

édifice

».

(

Man.

Uhl.,

t.

II

,

conn. 1107, 2«.) Voyez la note du vers. 4». Le traste n'est donc pas entre les deux sanctuaires, entre mais entre les deux gloires , et par suite , les

deux époques.

— In loco

avantage accordé à et à tonte

semble des

pacem. Second nouvelle maison de Dieu D'après tout l'enl'ère dn Christ devait

la contrée Juive.

prophéties,

une ère de

être

la

,

isto...

paix. Cf. Mlch. v, 4 et

le

com-

mentaire.

TROisrèsiB oracle Promesses dk Section IIL PRoePÉRrrÉ PArrr-s aux Jctfs en rkcompesse DE LEUR zèle POUR LK TEMPLE. Il, 11-20. 1">

:

Introduction. II, 11.

C'est la même année; Date de l'oracle. mais nous passons du septième mois (coinp. le vers. 2) au neuvième, qui portait alors le nom de kisUv (cf. Neh. i, 1 Zach. tit, 1) et qui correspondait en partie à novembre, on «partie k In vlgenima et... Il y eut donc un décembre. intervalle de deux mois et trois Jours entre cette 11.

;

prophétie et la précédente. 2" Solution de deux cas

de conscience,

n,

Cas Intéressants, qn'Aggée propose au

nom du

Seigneur à ses concitoyens, pour les aider à mieux comprendre que c'était leur négligence antérieure à l'égnrd du temple qui leur avait attiré

châtiment marqué plus haut

(rf.

i

,

6 et

ss.).

Inler12-13. Premier cas de conscience. rogn unecrdotfn. Interpréter la loi formait, en pfTet, une des fonctions principales des prêtres.

Lov. X, Il ; Dcut. xvii, 8-13, etc. On s'adrcsait done à emx dta qu'il turgissait une dlfflCf.

:

Elles seront souillées. reprit la parole et Tel est ce peuple et telle est cette :

Aggée

d'objets profanes ?

Carnem

sanctlflcatam

offerte en

un morceau de viande

sacrlflce.

:

In ora vestimenti. C.-àd., dans un coin du large manteau que l'on a toujours porté en Palestine par-dessus tion, le

la

tunique (Atl. archéol,

pi.

n,

flg. 11,

Et tetigerit... Dans le cas en quesmanteau était sanctifié dès qu'il avait

14, etc.).

touché la \iande consacrée ; la loi était formelle à ce sujet (cf. Lev.vi, 20). Mais, si l'on mettait ce vêtement en contact avec du pain ou tout antre mets, ce pain, ces mets éUiient-ils sanctifiés à leur tour? Sur le côté pratique de ce cas, voyez Ez. xlh, 14; xlvi, 20 et les notes. PtUmenium. Hébr. nâztd, un aliment cait

— — Réponse

:

des prêtres Non. Si UttgeriL..t 14. Second cas do conscience. Une souillure légale se transmet-elle par un at:

sonne: cf. par lequel

PoUutus in anima. Hébraïsme impur au sujet d'une perLev. XXI, 11 et xxn, 4<'; Num. vi, 8),

touchement expressif

?

(c.-à-d.

:

les Juifs

désignaient quiconque avait

contracté une impureté légale en touchant un cadavre. (3elul qui en était atteint souillait tout conce qu'il touchait icf. Num. xix, 11 et ss.) taminabitur. Aluf 1 donc , « co qui est saint ne sanctifier peut que dans de bien étroites limites mais ce qui est souillé souille ce qui no l'est pas :

12-14.

le

:

:

tout ce qui ne l'est point. » 3" Aggée explique à ses compatriotes ces deux cas de con sel once. II, 15-20. Sic... sic... Répétition 15. L'Idée générale.

emphatique; c.-6-d.: Ainsi sont

pronoms isU

souillés...

Lea

et ista contienfient nii vif reprorho,

car Dieu, «a lat

prononçant, se

reporte à

vn


AOG. II, 16-20. nation devant ma face, dit le Seigneur, et telles sont toutes les œuvres de leurs mains tout ce qu'ils m'offrent en ce

661

meam,

Dominas, et sic omne opus manuum eorum et orania quje obtuledicit

;

runt ibi, contaminata erunt.

:

lien est souillé. 16. Et maintenant appliquez vos cœurs à ce qui s'est passé jusqu'à ce jour, avant qu'on eût mis pierre sur l>iene au temple du Seigneur. 17. Lorsque vous vous approchiez

16. Et nune ponite corda vestra a dia hac et supra, antequam poneretur lapis super lapidem in templo Domini,

cum

17.

d'un tas de blé de vingt mesures, il n'3' en avait que dix et lorsque vous veniez au pressoir pour en rapporter cinquante amphores, il n'y en avait que vingt. 18. Je vous ai frappés d'un vent brûlant j'ai frappé de la nielle et de la grêle tous les travaux de vos mains et il n'y a eu parmi vous personne qui reTÎntà moi, dit le Seigneur. 19. Appliquez vos cœurs à ce qui se fera depuis ce jour et à l'avenir, depuis le vingt -quatrième jour du neuvième mois, depuis le jour où les fondements du temple ont été jetés; applique? -y votre cœur. 20. Est-ce que la semence a déjà germé ? n'est-il pas vrai que la vigne, le figuier, le grenadier, le bois de l'olivier, n'ont pas encore fleuri ? A partir de ce

accederetis ad

modiorum

ginti

et

acervum decem

fièrent

vi-

et ut exprimeretis quinquaginta lagenas, et fiebant viginti.

intraretis

;

ad

,

;

torcular,

18. Percussi vos vento urente, et aurugine, et grandice omnia opéra manuum vestrarum et non fuit in vobis qui reverteretur ad me, dicit Dominus.

;

;

;

19. Ponite corda vestra ex die ista, et futurum, a die vigesima et quarta noni mensis a die qua fundamenta jacta

in

;

sunt templi Domini, ponite super cor vestrum.

Numquid jam semen

20.

adhuc vinea, grauatum, et lignum est, et

Ex

in

germine

et ficus, et maloolivse non floruit?

die ista benedicam.

jour, je bénirai.

temps où

les Juifs étalent

envers

culte sacré.

coupables de tiédeur 2. Quse ohtulerunt..., contayninata... Les offrandes qu'ils avalent alors présentées au Seigneur étalent à ses yeux comme souillées, parce qu'aucun rite, quelque excellent qu'il fût en lui-même, ne pouvait purifier le peuple de sa négligence. Ibi: sur l'autel des holocaustes, qu'on avait érigé sur l'emplacement de l'ancien, aussitôt après le retour le

(voyez la note). Aggée ajoute

Cf. i,

m,

3.

:

été jetés les fondements... Ce qui avait eu lieu

environ quinze ans auparavant. Cf. Bsdr. m, 10. Ponite super cor... Le prophète insiste sur la stérilité des années antérieures, pour mieux faire ressortir la prochaine abondance. Numquid jam... (vers. 20). La phrase est plus claire dans l'hébreu: Y a-t-11 déjà de la semence (c.-à-d., des provisions de blé) dans le grenier? Et même la vigne et le figuier,... n'ont pas rap-

Durant toute cette période de torpeur religieuse, ils avaient été perpétuellement désappointés au sujet du rendement de leurs champs. Acervum viçinti...: un tas de gerbes qui aurait dû, après le battage, fournir vingt mesures et qui n'en donnait que dix en réalité. Le substantif modiorum n'a rien qui lui corresponde dans l'hébreu; la mesure n'est donc pas (vers. 17).

— Ad

Mâme

désappointement au pressoir que dans la grange. Lagenas. Le mot hébreu pûrah désigne vraisemblablement loi le seau avec lequel on puisait le vin dans la euve. Percussi vos... ( vers. 18 ). Ce verset est euipranté presque littéralement à Amos, iv, 9

torcular.

On

porté.

n'avait donc alors

]

aucun espoir cerbonne récolte pour l'année suivante. Mais, ajoute brièvemen t et énergiquement le Sei-

I

gueur, ex die ista benedicam.

tain d'nne

,

spédflée.

gran-

,

tis...

et

16-18. La négligence des Juifs à rebâtir le temple a été la cause de leurs mauvaises récoltes. Ponite corda. Comme plus haut, i, 6*. A die... et supra : en remontant en arrière le cours des années à partir du Jour où ils s'étalent mis sérieusement à reconstruire le sanctuaire (antoquam... lapis...; cf. i, 14). Cum accedere-

mots

19-20. Grâce à son empressement à reconstruire la maison de Dieu, le peuple obtiendra d'excellentes récoltes à l'avenir. In futurum. L'hébreu porte '< et supra » , comme au vers. 16. C.-à-d., en remontant en arrière. A... vigesima et... C'était en ce jour même qu'Aggée recevait et promulguait son troisième oracle. Oomp. le vers. 11. Au Ueu de a die qua... jacta..., il faudrait , d'après l'hébreu Jusqu'au jour où ont

d'exil. Cf. Esclr.

les

dine.

SScnoN SBIUk

21-

17. Quatrième oracl» Zobobabbi, PABTICtTLrèaEMBNT BÉNI DB DlBU. II, :

24.

B6Ue prophétie messianique, qui complète oelle des vtirs. 7-10.« Les royaumes païens disparaîtront l'un après l'autre; mais la postérité de


Agq. TI. 21-24.

552

factum

21. Et

est

verbum

21. La parole du Seigneur fut adressé* \ggée, le vingtpour la s-econde fois quatrième jour du mois, en ces termes 22. Parle à Zorobabel, chef de Juda,

Doniiiii se-

cundo ad Aggieuni, in vigesiiua et quarta meiisis, diceus 22. Loquere ad Zorobabel, ducem Juda, Ego movebo cselum pariter et dicens

:'i

:

:

et dis-lui

:

J'ébranlerai ensemble le ciel

:

et la terre.

terram.

Je renverserai le trône des 23. royaumes, je briserai la force du régne

23. Et subvertam solium regnornm, et conteram fortitudinem regni gentium; et subvertam quadrigam et ascensoiem ejus; et descendent equi, et ascensores eorum vir in gladio fiatris sui.

des nations, je renverserai les chars et ceux qui les montent; les chevau.x s'abattront, ainsi que leurs cavaliers; chacun sera percé par l'épée de son fière. 24. En ce jour -là, dit le Seigneur des armées je te prendrai Zorobabel

,

24. In die illa, dicit

Dominus

exerci-

tuum. assumam te, Zorobfibel, fili Salathiel, serve meus, dicit Dominas; et ponani

quasi

te

signaculum,

quia

te

Dominus exercituum.

elegi, dicit

Zorobabel vivra en sécurité et sera témoin de la fldélU(^ du Seigneur » à ses promesses. 10 Iniroduciion historique. II, 21. C'est absolument la 21. Date de l'oracle.

Ils le

que pour

le

troisième oracle. Voyez le

La prophétie. II, 22-24. 22-23. Effroyable commotion dans la nature Ad Zorobabel. Cette et dans le monde païen. et Zorofols l'oracle est entièrement personnel, 2«-

3. babel en est l'objet immédiat. Comp. i, 1 et n, Movebo cmlum... Même prédiction qu'au vercontraire , set 7 , mais légèrement abrégée. Au développe oe qui suit ( et subvertam..., vers. 23 ) vers. 8 du ^ les mots « movebo omnes gentes (voyez le commentaire). La description est très Descendent equi. Ils seront rendramatique.

terre.

Vir «n gladio... Hébraïsme

:

(3hacun par l'épée de son frère. Les royaumes païens se renverseront mutuellement. 24. Glorieuse promesse pour Zorobabel. Assumam te... Le divin langage est plein de Ponam te quasi... « Le sens de

tendresse.

l'importance cette expression figurée se tire de que l'anneau à cachet (signaculum ; voyez VAtl. archéol., pi. ix,

tig.

6-9) a pour

les

comme une

Ils le

propriété h laquelle

Ils

consont

Le Seigneur veut donc dire qu'au Jour où il renversera les empires païens, U gardera Zorobaljel comme un objet très précieux, dont on ne se sépare Jamais. » Cf. Cant. vin, 6, et Jer. xxii, 24. Eccli. xlix, 11, nous entendons un écho de cet oracle. Toutefois, de l'avis commun des interprètes, il est certain que Zoro-

très attachés.

yers. 11 et la note.

versés à

portent toujours sur eux, et

servent

même

,

,

,

de Salathiel, mon serviteur, dit le Seigneur; et je te garderai comme un sceau, parce que je t'ai choisi, dit le Seigneur des armées. fils

Orientaux,

babel n'est pas

nommé

en cet endroit unique-

ment pour lui-même, mais surtout en était le chef du peuple théocralique et

tant qu'il l'héritier

en tant qu'il devait être l'ancêtre du Messie. Jéhovah, en promettant de préserver avec soin" ce prince suint et zélé, promettait avant tout de protéger son peuple et la race royale de David. C'est donc flnaleiuent en Notre- Seigneur Jésus-Christ que cette prophétie s'est accomi)lie. Notez que

David

direct de

;

par conséquent

,

Zorcbabel n'a pas assisté au cat.iclysme des n.v tions païennes, qui devait précéder la réalisa-

Quia le elegi. Motif de la tion de l'oracle. bénédiction particulière qui est promise à Zorobabel. Dieu rattache à lui, comme autrefois s David (cf. II Reg. vu, 14 e; ss.; Ps. lxxxviu, 36 , etc.) tout l'avenir messianique. ,


La Sainte Bible commentée - tome 6 - Le Livre d’Aggée