Page 1

LA PROPHÉTIE D'HABACUC

INTRODUCTION La personne

qui embrasse'.

»

puisqu'on ne

trouve

la

Cette

Son nom Habaqquq dérivé de embrassement »,ou, selon d'autres, «celui dénomination semble avoir été rare chez les Hébreux,

du prophète.

et l'époque

racine /iofcaç, embrasser, signifie

la

([u'ici et

,

,

«

Dan. xiv, 32 et

Nous manquons prestpe absolument de

ss.

détails authentiques sur l'origine et la

vie du prophète Habacuc ^. Le titre de son livre nous fait simplement connaître son rôle de nâbi, « propheta » ^. Peut-être les deux dernières lignes de son beau canti(|ue, telles qu'on les lit dans le texte hébreu *, nous donnent-elles le droit de conclure qu'il était prêtre ou tout au moins lévite puisqu'elles paraissent supposer qu'il s'occupait de chants sacrés et de la musique du temple. Il n'est guère vraisemblable qu'il faille le confondre avec son homonyme mentionné par Daniel car ce dernier appartient à une époque plus récente. Un point seulement est certain relativement à la chronologie de la vie d'Habacuc c'est qu'il composa son écrit prophétique avant l'invasion de la Judée parles Chaldéens (605 avant J.-C). En effet, nous dirons bientôt que cette invasion forme précisément le thème principal de son oracle. Ajoutons que son ministère ne doit pas remonter beaucoup au delà de cette date, puisqu'il nous annonce clairement que le malheur en question aura lieu du vivant de la génération à laquelle il s'adresse ^. D'après quehjues interprètes, il aurait prophétisé sous le roi Manassès (698-643 avant J.-C); selon d'autres, sous Josias (641-610), ou seulement sous Joakim (610-599). Il est difficile de déterminer ce point avec certitude, faute de données suffisantes ^. 2'J Le sujet et la divisio7i du livre. De même que celui de Nahum, l'oracle dHabacaïc se donne, dès sa première ligne, comme étant gros de menaces. Il annonce en effet, sous une forme très dramatique, l'invasion du royaume de Juda ,

,

,

:

'

La forme

LXX

,

'

\\j.o(x%o-J\l,

est inexacte. Saint

que

lui

Jérôme

donnent

les

et Abarbanel

le traduisent par « lutteur » ; mais cotte interprétation n'est pas confirmée par ruiagc. - Ceux qu'on lit dans quelques anciens auteurs juifs et chrétiens sur sa biographie, sa mort,

son tombeau

,

etc.,

sont à peu près de nulle va-

leur. 3

Cf. I, 1.

*

III,

I,

6

19 :

voyez le coniraentalre. < In dlebua ycstrls. >< ;

^ Fait important à remarquer si Habacuc a de sérieux reproches à adresser à ses compatriotes (cf. I, 3-4), ces reproches ne suppo-cnt point une situation morale extraordinairement mauvaise et ne signalent pas l'idolâtrie; d'oti l'on peut conclure qu'il a écrit son livre soit après la réforme religieuse du roi Manassès (veri la fin de son règne), soit après celle do Josiai :

(vers 630). 7

Cf.

Nah.

I, 5.


LA PBOPHÉTIE D'HABACUO

510

par les Chaldéens, peuple puissant, cruel, irrésistible; ennemis du peuple do Dieu.

puis la ruine future de

ces

deux parties très distinctes, écrites, l'une en prose, l'autre en La première, qui correspond" aux deux premiers chapitres (i, 2-ii, 20), prédit, dans un touchrnt dialogue qui a lieu entre le Seigneur et le prophète, d'abord le châtiment que Dieu infligera, par l'intermédiaire des Chaldéons.à son peuple dégénéré '; puis la punition des Chaldéens eux-mêmes, devnU3 comme idolâtres de leur propre puissance*. La seconde partie (m, 1-19) consiate en un psaume lyrique d'une grande beauté, dans lequel Habacuc, après avoir prédit l'arrivée terrible de Jéhovah,qui s'élance de sa demeure du ciel pour anéantir les péclieurs et pour sauver les justes ^, expose les sentiments produits dans l'âme des bons par l'exécution des célestes décrets *. Il règne une parfaite unité dans cette composition, et l'on n'a aucun motif d'affirmer, comme le font quelques critiques contemporains, qu'il dut s'écouler un certain intervalle entre la composition de la première partie et celle de la seconde, ou même, d'après d'autres auteurs, que le iii" chapitre n'est pas l'œuvre du prophète Habacuc ^. « La connexion intime des pensées, les rapports mutuels et perpétuels qui existent entre les divers groupes de versets, l'identité du style, ne laissent en réalité aucune place pour un doute raisonnable ". » 3» Comme écrivain, Habacuc est classique à la façon de Joël, de Michée et de Nahum. Son livre est vraiment un chef-d'œuvre de bon goût; il sait allier l'abondance et la vigueur aune haute sublimité du fond et de la forme. 11 peint et expose d'une manière incomparabie.il emploie un certain nombre d'expressions ou e formules rares, distinguées, qui lui appartiennent en propre, et qui produisent un effet saisissant. L'hymne de la fin est, dans la littérature sacrée, Fan des morceaux les plus admirés « pour la hardiesse de la conception, la jublimité de la pensée et la majesté de la diction ». (F. Vigouroux.) Sous le rapport de la doctrine, & Habacuc est le proi)hète de la foi. Désolé à la vue des souffrances que son peuple aurait bientôt à endurer de la part d'ennemis cruels, sensuels, idolâtres, il demeure fermement convaincu que la foi triomphera finalement» et qu'elle produira la délivrance^. Il nous peint deux royaumes en conflit le royaume de ce monde, gouverné par le roi de Chaldée, et le royaume de Dieu, gouverné par l'oint du Seigneur ^. Jéhovah aidera son oint à remporter la victoire; d'où il suit que le royaume de Dieu ne périra pas. On voit par là que, si le début du livre est menaçant pour les Juifs, la suite est très consolante à leur endroit, puisqu'elle annonce la ruine de ceux qui voulaient Il

se divise en

Ters.

:

les détruire

'

Cest

le

®.

premier paragraphe de cette partie

''

ii, 2-17).

^

C'ait le second

'

ni, 1-18.

*

m,

Toyez

paragraphe

«

(ii, 1-20).

tM •

de

II,

augel attaqué de noa Jours l'anthentl9-JO. j

Un

interprète protestant.

.

III.

célèbre parole, n, 4*

:

«i

Ju-

»

13.

que Der ProphH HabaK-uk; Einleittimj. Orundlexl v.nd Uebersetzuny nebst einem philolog,-

p. 10.'4-102G.

On a

Cf.

Fa

sua vivet.

' Pour les commentaires catholiques de la prophétie d'Habacuc, voyez la p. 339. Nous n'avons à njouter à cette liste, comme ouvrage pr<^lai.

Pour une analyse plus complète, commentaire, et notre BlUia sacra,

lC-19.

le

Comparez

stns... la flde

'

Icrttischen

und

historischen

L. Reluke, Brlzen, 1870.

Kommentar

,

par


HABACUC

CHAPITRE 1.

Oracle révélé à Habacuc,

le pro-

1.

I

Onus quod

vidit

Habacuc propheta.

phète.

Jusques à quand, Seigneur, crieraique vous m'écoutiez ? jusques à qi'.id élèverai-je ma voix vers vous, souiErant violence, sans que vous me sauviez? 3. Pourquoi me montrez -vous l'ini2.

je sans

quité et la douleur,

me

faites-vous voir

devant moi la rapine et l'injustice? Si l'on juge d'une affaire, c'est la passion

2. Usquequo, Domine, clamabo, et non exaudies ? vociferabor ad te, vim patiens et non salvabis ? ,

Quare ostendisti mihi iniquitatem prsedam et injustitiara contra me? Et factum est judicium, et 3.

et laborem, videre

contradictio potentior.

qui l'emporte.

Chap. I. Onns. En 1. Titre du livre. hébreu, massa'. Voyez Nah. i, 1 et le commentaire. Ce mot résume le sujet de l'oracle, qu'il présente

comme menaçant

et terrible.

Quod

Sur l'emploi du verbe hébreu hâzah, pour marquer une vision prophétique, voyez Is. u, 1 ; Habacuc. L'auteur du Am. I, 1, et les notes. livre. Son nom a été expliqué dans l'Introducvidit...

tion, p. 509.

une sainte hardiesse dans cette brusque apostropha. Jusques à quand le Seigneur demeurera-t-11 sourd aux cris de détresse de son prophète ? La plainte d'Habacuc montait donc déjà depuis quelque Vim, patiens. D'après la temps vers le ciel. Vulgate (et aussi les LXX), les méchants auraient donc fait violence au prophète lui-mênip. Petite variante dramatique dans l'hébreu (Jusques à quand crierai - je vers toi ) Violence C'est ainsi que l'on crie Au meurtre au secours Quare ostendisti... (vers. 2). Tableau qui peint au vif la corruption morale des Juifs contemporains

:

:

:

PREMIÈRE PARTIE, PROPHÉTIQUE Les jugements de Dieu contre les pécheurs. I, 2

II, 20.

Les pécheurs jugés et condamnés par Jéhovah, ce sont tour à tour les Juifs et les Chaldéens. Tout ce morceau est dialogué il nous communique une conversation intime qui a lieu entre le Seigneur et son prophète. ;

I

d'Habacuc. C'est à tort qu'on en a fait parfois l'application aux Chaldéens. Il a pour but de motiver la prochaine invasion du territoire de Juda par pe peuple cruel, en montrant combien la nation théocratique était digne de châtiment. Et laborem. Dans l'hébreu, ces mots sont rattachés au verbe videre, qui est employé à la seconde personne du présent de l'indicatif (Pourquoi) contemples- tu l'Injustice (sans t'émouvoir, sans y mettre ordre)? Puis les deux autres substantifs prsedam et injustitiam,, sont au nominatif et forment une phrase à part L'oppression et la violence (sont) devant toi. Et factum est... Plus clairement dans le texte original : Il a des la discorde s'élève. Proquerelles et y pter hoc... (vers. 4). « Conséquences de cet état de corruption.» La loi mosaïque (ie»; hébr.: tôrah") aurait d(i empêcher toutes ces fautes; mais elle était pour ainsi dire paralysée (ainsi dit l'béhreii.

:

A

cause de leurs crimes les Juifs seront par les Chaldéens mais non de manière à périr entièreinent. I, 2-17.

II.

I

I

,

châtié:*

,

,

entendre une plainte du prophète (vers. 2-4), la réponse du Seigneur à cette plainte (vers. 6-11), une ardente prière d'Habacuc (vers. 12-17). 1» Voix du prophète. I, 2-4. 2-4. Habacuc, s'adressant à son Dieu, se plaint du triomphe apparent de l'iniquité au sein de la naUsquequo, Domine..^ Il y a tion tbéocratique.

Ce paragraphe nous

fait

:


Hab.

512

4. Propter hoc lacerata est lex, et non perrenit usque ad finem judicium; quia impius praevalet adversus justum, propterea egreditur judicium perversuru. 5. Aspicite in gentibns, et videte; admiramini, et obstupescite quia opus factura est in diebus vestris, quod nemo ciedet cura narrabitur. ;

6. Quia ecce ego suscitabo Chaldœos, Lcntem araaram et velocem, ambulantem super latitudinenx terrae, ut possideat tabeniacula non sua.

I,

4-9. Aussi la loi est déchirée, et la jusne parvient pas à son terme parce que le méchant prévaut contre le juste, l'on rend des jugements iniques. 4.

tice

;

Jetez les yeux sur les nations et soyez surpris et frappés d'étonnement car il se produira de vos jours une chose que nul ne croira lorsqu'elle sera racontée. 6. Car voici, je vais susciter les Chaldéens, nation cruelle et impétueuse, qui parcourt la surface de la terre, pour s'emparer de demeures qui ne sont point 5.

;

ex semet-

8. Leviores pardis equi ejus, et velociores lupis vespertinis; et diffundentur équités ejus, équités namque ejus de longe

venient, volabunt quasi aquila festinaus

ad comedendum. 9. Omnes ad praedam venient faciès eorum rentus urens. et congregabit quasi ;

arenam captivitatem.

an

lieu de lacerata est), et

heureux

effets.

ne pouvait produire

— Non pervenit usqve... Cette

même

sens que la précédente. A la lettre dans l'hébreu La Justice ne sort jamais: c.-ù-d., elle demeure sans résultats. Ivipius praevalet... Hébr. : L'impie entoure le Juste. Il l'entoure d'une manière hostile, le cernant pour l'empêcher d'agir. Propterea... juproposition a

le

:

elle.

7.

Elle

;

nemo... Plus

tard, lorsqu'on racontera le

quable»... suseitaho... (vers. 6).

dune étonnante

:

la légalité.

du Seigneur.

Dieu annonce

I, 5-11.

;

:

:

:

m

nom

!-os

La menace dcvleiu

précision et entre dans des déDieu signale par leur propre

redoutables justiciers ù l'égard des Juifs

:

Chalôxos (hébr.: Edédim) peuple d'une haute antiq'iité, mentionné déjà dans la (îenèse, x, 22 .,

et XI, es. Cf. Job,

punira tons ces crimes par l'intermédiaire des Chaldéens il n'y est donc pas indifférent. As^dcite... Petit esorde très solennel (vers. 5). Il annonce les châtiments en termes généraux, mais terribles. C'est à tous les membres de la nation coupable que le Seigneur s'adresse. In gentitma. Les exécuteurs des Tengeances dl\ines devant être choisis parmi les peuples païens, les Juifs sont tout naturellement Invités ù Jeter les yeux sur la gentilité, pour olr de quel côté viendra la calamité qol les menace. Les LXX ont lu bogdlm au lieu de baçgôim: aussi ont- Ils traduit RecrardcE, contempteurs (xaTaypovr,Ta!) Salni Paul, dans un de ses discours (cf. Act. xni, 41 ), cite ce passage Bons la forme que lui ont donnée l^s traducteurs Admiramini. Hébr. Soyez étonalexandrins. Oput /iictum eft... Mieux vaudrait le aés. temps présent, cotume dans le u^itc primitif Une œuvre agit. Au temps niénin où le Seigneur faisait cette révélation t H.ibncuc (in dlebnt tvQuod réaliser. «^-M),elle commençait déjà à qu'il

fait

en question à la postérité, elle aura de la peine' à le croire, tant il lui paraîtra extraordinaire. La rapidité avec laquelle les Chaldéens soumire:it les Assyriens et se mirent à leur place est un f,ilt presque unique dans l'histoire. Ecce (particule qui souligne ce fait si remar-

tails très intimes.

5-11.

terrible,

;

par des hommes iniques, étaient naturellement au rebours de la justice (perveraum; hébr. tordu). L'injustice triomphait sous les apparences 2° Vdlx

et

et sa puissance. 8. Ses chevaux sont plus légers que les léopards et plus rapides que les loups du soir ses cavaliers se répandent partout; ils viennent de loin, ils volent comme l'aigle qui fond sur sa proie. 9. Ilï viendront tous au butin leur visage est un vent brûlant, et ils rassembleront les captifs comme le sable.

dicium... Les sentences judiciaires, prononcées

de

effroyable

est

d'elle-même viennent son droit

ipsa judicium et onus ejus egredietur.

ses

;

;

à 7. Horribilis et terribilis est

,

voyez

ï,

17.

Oentem... Portrait

remarquable des futurs conquérante de Juda (vers. G^ct ss.). Smaram et velocem crhébreu a une assonance intéressante mâr v'nimhâr), Kation amcro, c.-à-d. méchante, sans pitié. Cf. Jer. L, 42. Uapide, c.-ù-d. d'une agilité extrême dans ses conquêtes. Ambulantem fuper... Race envahissante, qui ne demandait qu'A s'élancer dans toutes les directions, pour s'emparer du domaine des antres peuples. IJorribili.'... Le verset " développe l'éplthète « aniaram » et montre combien les Chaldéens étaient méchante

:

et cruels.

ou lis

Ki

semeti}via...

Pour eux.

la justice

le droit divin (fv/iicium) ne comptait pas; ne reconnaissaient que leur propre droit, celui

de leur puissance aussi n'avatent-lls de respect pour rien. Au lieu de ot.u» ejus lisez, d'aprèi l'hébreu sa grandeur. Leviores... Le vers. 8 commente l'éplthète « velocem » (cf. vers. 6). ;

:

farfVs. L'agilité du léopard ei^t proverbiale; sa cruauté ne l'est pas moins (Ail. d'hist. nat., pi. xrrx flg. 2,71. r.upis.rf^perln'l". I.eg i loups du soir > sont partlcullèremt affamés. .


Hab. 10. Il

triomphera des rois,

I,

se de toutes et

;

tyranni ridiculi ejus erunt;

omnem munitionem

;

tabit

commence-

n'ayant rien mangé durant tout le jour; Us se précipitent donc avec plus de rage sur leur proie.

m,

;

vi,

23

;

Ez. xxin, 23

;

Nah. m,

hsec est fortitudo

:

^

:

,

Cf. Jer. IV, 29

:

spiritus, et per-

bren Et II est coupable. C'est la même pensée, comtae nous allons le dire. Hcec... fortitudo... Plus clairement dans l'hébreu Lui dont la force est son dieu. Par une transition abrupte, la seconde moitié du verset détourne notre attention de la force physique et des victoires du peuple chaldéen pour décrire d'un mot son être moral. « Les hommes ne voient en lui qu'une puissance

Diffundentur équités... La cavalerie babylonienne ressemblait, comme on l'a dit à bon droit à celles des cosaques et des uhlans, et elle répandait partout la terreur. 3.

eam.

et capiet

12. Numquid non tu a principio. Domine, Deus meus, sancte meus, et non moriemur? Domine, in judicium posuisti

ment, Seigneur, mon Dieu et mon saint? nous ne mourrons donc pas. Seigneur,

Soph.

ipse super ridebit, et compor-

Tune mutabitur

transibit, et corruet ejus dei sui.

qu'il tiendra

Cf.

aggerem,

11.

:

de son dieu. 12. N'êtes-vous pas dès le

613

Et ipse de regibus triumphabit, et

10.

des tyrans il se moquera forteresses il leur opposera des levées deteire, et il les prendra. 11. Alors son esprit changera, il passera et il tombera telle est la force rira

les

10-12.

il

2.

— De longe...: de la lointaine Chaldée jusqu'en Pa^ (AU. géogr., pi. viu). — Quasi aquila...

,

lestine

irrésistible

qui balaye la face de

,

la terre

comme

Troisième comparaison, la plus forte de toutes. Comp. Jer. rv, 13 ; XLViii, 40 ; xlix, 22 ; Thren. IV, 19, où ce même trait est aussi appliqué aux Chaldéens.

Omiies ad pradam.. Les 9-10 décrivent leur élan Irrésistible et la certitude de leur triomphe ils développent les vers.

;

mots « ambulantem super... » du vers. 6. Faciès... veiitus...

Quomodo ad

«

flatnm

venti

omnia virentia arescunt, ad aspectum eorum omnia

urentis Ita

vastabuntur » (saint Jérôme). Variante dans l'hébreu L'ardent désir ( m'gammat ; mot employé Ici seulement, et que d'autres traduisent par :1a foule) de leurs visages est en avant, Congngabit... captivitatem. L'abstrait pour le concret Il rassemblera les captifs. Qiuisi artnam est une hyperbole poétique en quantité Innombrable. Ipse de regibus,. (vers. 10). Hébr. Il se moquera des rois. Les Chaldéens, accoutumés à vaincre les princes et les rois, les :

Le lonp lyneo.

nn tourbillon et Ils sont éblouis par ce déploiement remarquable de force... Mais Habacuc pro,

:

nonce l'arrêt des oppresseurs à l'heure même de leur triomphe. Ils sont coupables !... La force brutale est leur divinité suprême. Leurs glaives et leurs lances sont, pour ainsi dire, leurs idoles

:

.

:

traitaient

comme

Tyranni

ridiculi...

des

hommes

vulgaires.

Hébr. Les nobles seront sa risée. Super... munitionem... Aucune forteresse n'arrêtera ces hardis et puissants conquérants. —' Co7nportabit... Hébr. Il amoncelle la poussière et 11 la prend (la citadelle). Allusion aux monticules de terre que les anciens avaient coutume d'élever autour des villes qu'ils assiégeaient, et grâce auxquels ils pouvaient plus facilement s'approcher des remparts, les saper et les escalader, comme aussi lancer dans l'intérleur de la place des pierres, des javelots, etc. Cf. IV Reg. XIX, 32; Jer. vi, 6; Ez. xvii, 17, et

(cf.

notes (Ail. archéol., pi. xcii, flg. 10). mutabitur... (vers. 11). Extrême mobilité des Chaldéens ils changent tout à coup d'idée et s'élancent dans une nouvelle direction (pertransibit). Et corruet. La ruine les attend \ où ils s'en doutaient le moins. D'après l'bé-

Tune

:

Comment

VI.

pourquoi celui - ci amènera sur eux

Dieu

la

;

ruine

et l'ignominie. » 3» Voix du prophète, qui implore la miséricorde du Seigneur envers les Juifs, menacés d'un

:

les

vers. 16). Ils n'ont pas glorifié le vrai

c'est

:

tel péril. I, 1.2-17.

I

i

j

;

>

;

|

i

12-17.

Naguère

(vers. 2 et ss.),

Habacuc

s'in-

dignait contre ses compatriotes, dont les crimpf excitaient son Indignation; mais, après avoir entendu le terrible arrêt qu'il n'avait que trop bien compris (vers. 5 et ss.), il s'Inquiète pour eux , et conjtire humblement Jéhovah de ne pas permettre aux Cbaldéens Impies d'anéantir la Numquid nation qu'il a daigné se choisir. nccn...T La demande est indirecte, mais très pressante. Le prophète rappelle délicatement à Dieu quelles étaient, depuis l'origine (ex principio},

ses relations pleines

bonté avec

les Juifs.

de condescendance et de Hébr. N'estu pas depuis :

17


Hab.

514

eum,

fortem, ut corrfperes, fundasti

et

eum. 13. Mundi snnt ociili tui, ne videas malum, et respicere ad iniqultatem non

poteris.

Quare

tes, et taces

respicis super iniqua agendévorante impie justiorem

se?

I,

13-16. vous avez établi ce peuple pour exercer vos jugements, et vous Favez rendu fort pour infliger vos châtiments. 13. Vos yeux sont purs pour ne pas voirie mal, et vous ne pouvez regarder l'iniquité. Pourquoi donc regardez -voua

ceux qui commettent l'iniquité, et demeurez-vous en silence pendant que l'impie dévore celui qui est plus juste

que

Et faciès homines quasi pisces maet quasi reptile non habens princi-

ris,

pem?

lui?

Et

14.

14.

pourquoi

traitez-vous

les

hommes comme les poissons de la mer, et comme les reptiles qui n'ont pas de chef?

15.

Totum

in

hamo

£ubleva^^t; traxit

nies enlève tous avec l'hameçon; entraîne dans son filet, et il les amasse dans son rets. Aussi est -il dans 15.

sagena sua, et congregavit in rete suum. Super hoc Isetabitur, et exul-

il

tabit.

la joie et

illnd in

16. Propterea

immolabit sagenae suae,

et saciificabit reti suc, quia in ipsis in-

crassata est pars ejus, et cibus ejus electus

mon Dieu , mon coraniencement Jéhovah Saint? Chacun de ces trois noms contient un motif spécial qu'avalent les Hébreux de compter sur la protection du Seigneur Jthovah était le Dieu de l'alliance (cf. Ex. in, 14; vi, 2-3); le propre Dieu de Juda, qui ne pouvait abandonner ges sujets ; le Saint par excellence auquel 11 était Impossible de favoriser les Impies , les Chaldéens le

,

:

,

Idolâtres.

El non moriemur.

Un

vif senti-

ment de

confiance éclate dans cette déduction En de telles conditions, le peuple théocratlque ne saurait périr Domine... Antre raison qu'a le entièrement. Seigneur de ne pas châtier les Juifs à outrance. tirée des pensées qui précèdent.

Pour lui, le châtiment est un moyen, et non une fln il punit pour corriger, pour améliorer Un judicium, iU corriperes), non pour détruire. Posuisti. Le pronom eum représente les Chal;

déens, désignés

ci

-dessus

comme

le

futur ins-

ForUm.„ trument des vengeances de Jéhovah. Au lieu de cet adjectif, nous lisons dans l'hébrea

le

substantif « rocher

an vocatif

:

6

Rocher)

»,

et ce

mot (qui

se rapporte à

Dieu

est lui-

ainsi nommé p«r les écrivains sacrés, d'une manière flgurée, à cause de sa force Inébranlable. Comp. Dent, xxxii, 4, 16, 18; Ps. XXXI, 3 et Lxxxix, 27; Is. xvii, 10, d'après le

même,

texte original. Mnndi sunt... (vers. 13). Comparatif & la façon h'Jbraïquo Tes j^eux sont trop purs pour voir le mal c.-à-d., pour contempler :

;

crimes des hommes, et surtout, d'après le contexte, les crimes des Chaldéens. Dieu vient d'annoncer qu'il punira les Juifs à cause de leurs péclu-s; mais les Chal<!<'-ens sont -Ils donc Innocents, ot seraient-Ils les «enls auxqur'Js II fût permis de commettre le mal f<ang avoir rien â redouter du ciel? En d'auires termes, « comment Dieu peut-Il se servir du bras des' méchants > pour humilier les

avec indifférence

les

les

dans

l'allégresse.

immolera des il victimes à son filet, et il sacrifiera à son rets car c'est par eux que sa portion est grasse et que sa nourriture est exquise. C'est pourquoi

16.

,

Juifs? Objection qne le prophète adresse délicatement au Seigneur, en vue de l'apitoyer de plus en plus. Quare re»picls..J II faut souscntendre encore sans y prendre garde, sans vous Irriter (voyez plus loin taeea). Les mots iniqua agentes et Impio représentent encore les Chaldéens. Dévorante: à la manière d'une Justiorem se. bête fauve. Image énergique. C.-à-d., le peuple juif. Non que celui-ci fût sans reproche (comp. les vers. 3-4); mais il valait, à coup sûr, beaucoup mieux que les Babyloniens. En outre, 11 y avait encore de vrais justes dans Juda, et ils allaient être englobés dans le châtiment de la nation. Et /ode»... Développant cette même pensée, le prophète va montrer à l'aide de figures très vivantes, empruntées à la vie des pêcheurs (vers. 14-17), ce qu'il y aurait en quelque sorte d'Illogique dans la conduite du Seigneur, s'il écrasait les Juifs et épargnait leurs oporesseurs. Les hommes sont comparés h des poissons sans défense, que les Chaldéens salsiiisent dans leur immense filet après quoi, ces heureux pêcheurs rendent au filet les honneurs

:

:

;

Quasi reptile (vers. 14). Le mot hébrea rémeS désigne tous les petits animaux qui Non habens prins'agitent dans les mers. cipem. Par conséquent, n'ayant pas de protecIn hamo, in sagena, in teur, de déft-nsfur. rete (vers. 16). Les divers Instruments de pêche la ligne, le grand et le petit filet. Cf. Ex. xii, 13 Jer. xvr, 16, etc. On les volt souvent figurés sur les monuments épyptlens, assyriens et babylodivins.

:

;

pi. XLi, flg. 1-8; pi. XLii, Super hoc... La joie naturelle Immobihlt sagena... (verset 16). Expression métaphorique, pour redire, sons une autre forme (vers. ?•> et 11*»), que les Chaldéens divinisaient pour ainsi dire leur puis-

niens (Atl. archénl., flg.

1

,

3

qui suit

,

le

4

).

succès.

«anrc, et qu'ils prétendaient tout accoiupllr par


Hab. 17. C'est

donc pour cela

élend

qu'il

ne cesse d'égorger les

filet et qu'il

son

17

I,

17. Propter hoc ergo expandit sagenarn suam, et semper interliceie génies

non parcet.

nations.

CHAPITRE mon poste de 1. Je me tiendrai à garde, et je demeurerai ferme sur le rempart, et je regarderai attentivement

:

leurs

2. Et respondit mihi Dominus, et dixit Scribe visum, et explana eum super tabulas, ut percurrat qui legerit eum.

:

,

sur des tablettes,

qu'on puisse

afin

le

couramment.

seules

forces.

brûle de l'encens. d'habiles pêcheurs,

— Sacrijîcabit. — Quia in

Hébr.

ipsis...

:

pour mieux se rendre coippte de ce qui se pasau dehors. Cf. II Reg. xviii 24 IV Reg.

Il

Comme

sait

doivent tout il leurs Propter hoc... expandit... (vers. 17) : filets. les encourageant à continuer. Vale succès riante dans l'hébreu Videra -t -11 pour cela son fllet, et égorgera - 1 - 11 toujours sans pitié les nations? C.-à-d. : Dieu permettra-t-U au peuple chaldéen de recommencer sans fin son œuvre de

qui

IX, 17

Pèciio à la seine.

destruction? Rien n'arrêtera-t-il ses conquêter

— Avec les

mots

phore cesse et II.

pour

et

semper

interficere

,

la

méta-

fait place à !a réalité.

A

leur tour les Chaldéens seront châtiés leurs crimes, mais de manière à être

complètement anéantis.

II, 1-20.

;

Is.

(

XXI,

6, 8,

etc.

É\idemment,

;

c'est

d'une

:

,

. .

:

Peinture égyptienne.)

après ma plainte. Habacuc donne de plainte aux représenfcitions familières et hardies qu'il s'était permis d'adresser au Seigneur. Cf. I, 12 et ss. Il se demande comment 11 pourra bien s'excuser, si Dieu lui adresse des je répliquerai le

nom

reproches, à ce sujet. 2»

doutes d'Habacuc vont être résolus par la réponse divine. Un jugement sévère est réservé aux péchés de Babylone ; en attendant son exécution, que les justes se confient en Dieu, remplis de foll » 1» Voix du prophète. II, 1. Chap. II. 1. Petit monologue dans lequel Habacuc expose ses sentiments intimes. Il a proposé h Dieu SOS objections il espère que Jéhovah, dans sa bonté, ne tardera pas à lui répondre, et 11 s'exhorte lui-même à attendre cette réponse dans le recueillement et le calme. Super eastodlam... munitiorum. On montait sur on liea élevé, ou sur uue tour, sur un rempart. « Les

,

;

manière figurée que le prophète annonce qu'il va se retirer sur une hauteur solitaire afin de ne pas manquer la visite du Seigneur et de mieux écouter ses explications. Comp. Is. xxvi, 8. Quid dicatur... Hébr. Ce qu'il ( Dieu ) me dira. Quid. ad argnenfem. Hébr. Ce que

:

5

II

1. Super custodîam meam stabo, et figam gradura super munitionem, et contemplabor ut videam quid dicatur mihi, et quid respondeam ad arguentem me.

pour voir ce qui me sera dit, et ce que je répondrai à celui qui me reprendra. 2. Alors le Seigneur me parla, et me dit Ecris ce que tu vois et marque-le lire

515

II, 2.

Voix du Seigneur, qui prédit la vengeance

qu'il est résolu à tirer des Chaldéens. II, 2-5.

La réponse divine ne se fait pas longtemps attendre ; elle est aussi satisfaisante que possible pour le prophète. 2-3. Exorde de la sentence. Et respondit.^ Cet exorde, grave et solennel, a pour but de mettre en relief l'importance et le caractère inviolable du décret qui va être prononcé. Scribe... Ce décret est important ; c'ei-t pourquoi Dieu ordonne au prophète de l'écrire bien lisiblement {explana... ; hébr. grave -le) sur des tablettes de bols, de sorte qu'on puisse le lire sans peine, même en courant (.iit percurral

:

qui...), et. Is.

Tin,

1.

Quia adhuc,.

(yeta. Z).


Hab.

516

II, 3-6.

Car ce qui t'a été révélé est encore mais cela paraîtra enfin et ne mentira pas si cela est différé, attendsle, car cela arrivera certainement et ne

Quia adhnc visus procnl; et apparebit in finem, et non mentietnr; si moram fecerit, expecta illiim, quia veniens veniet, et non tardabit.

3.

3.

lointain

:

Ecce, qui incredulus est, non erit recta anima ejus in semetipso; justus autem in fide sua vivet. 5. Et quoraodo vinum potantem decipit, sic erit \-ir superbus, et non decora4.

bitur; qui dilatavit quasi infernus anisuam, et ipse quasi mors, et non adimpletur; et congregabit ad se onines gentes, et coacervabit ad se omues po-

mam

tardera pas. 4. Voici, celui qui est incrédule n'a pas l'âme droite en lui mais le juste vivra par sa foi. 5. Comme le vin trompe celui qui en boit, ainsi l'homme orgueilleux ne demeurera pas dans son éclat il a dilaté son âme comme l'enfer, il est comme la mort et n'est pas rassasié il attire à soi toutes les nations, et réunit auprès de lui tous les peuples. 6. Est-ce que tous ceux-ci ne le prendront pas comme un sujet de fable, ;

;

!

;

|

pulos. 6. Numquid non omnes isti super eum parabolam sument, et loquelara aenigmatum ejns ? Et dicetur Vœ ei qui mul-

;

I

i

:

|

de

railleries et

d'énigmes?

On

dira

;

Mal-

Ce décret est Immuable et se réalisera certainement le temps où 11 sera exécuté est dé]à fixé (alDEl dit l'hébreu, an Heu de adhne... procul), et, s'il souffre quelque retard, il faudra attendre en toute confiance, car au moment voulu 11

V,

Remarquez la quadruple répétition apparebit ( à la lettre dans de cette pensée Il soupire vers la fin. Belle personl'hébreu nification de la prophétie, qui est supposée haletante «t s'élançant vers son accomplissement malgré tous les obstacles), non mentietur, veniens

gueilleux à l'œuvre. On croirait entendre on antre écho des Proverbes (cf. Prov. xxvii, 20, et XXX, 16). Le séjour des morts (Vulg., infernus ;

:

s'accomplira.

:

:

veniet,

non tardabit. Le principe et

motifs de la sentence. Les Chaldéens sont mauvais et tendent constamment au mal Ils portent donc en eux-mêmes un principe de ruine, tandis qu'Israël a dans sa fol une source perpétuelle de vie. Ce ne sont pas des Idées abstraites et générales qui sont exprimées dans ce passage, mais des faits très concrets, car 11 contient un nouveau portrait des Chaldéens, représentée comme un peuple oravide, souTerainement gueilleux, débauché, injuste. Ecce qui incredulus... H<'-br. Toicl, elle (scn âme) s'est enflée. Allusion à l'orgueil Hon erit démesuré des Chaldéens. Cf. i, 7, 11. recta... Le verbe devrait être mis au temps présent : Son &me n'est pas droite en lui. Celui dont on tient ce langage est donc destiné à périr. Justua autem... Antithèse frappante. Ce juste représente les Juifs, par opposition aux Chal4-5.

les

;

:

déens Iniques. Voyez i, 13* et la note. In flde.^ Tandis que les Babyloniens ne s'appuyaient que sur eux-mêmes, i>e supposant Invincibles, les Jnlfs comptaient sur Dieu sur lui seul et Bor ses promt-eses c'est cette fol qui les sauvera et le» fera vivre à Jamais, car elle est un principe de vie. Cf. I8. xxvi, 2-4. L'emploi que saint Paul s fait de cette parole sous le rapport doc-

vivet.

,

;

trinal est célèbre. Cf.

Rom.

El qvuimodo... (vers.

6

Tlii C<>

est tromjicur. trait encore,

Echo

i.

17; Gai.

Hébr.

m,

11.

plni,

le

possible de Pri.v. xx,

1.

).

:

F.t <le

malgré sa généralité,

s'a|>[>llque

dlreriomont aux Clialdécns, qui se livraient à i'irrogncrle U plu* ébontde. Corop. QntnteCarce.

Sie.- luperbus, et non... C.-à-d. que cea 1. superbes seront couverts de honte. Hébr. : L'homme superbe ne demeure pas ti^nqullle. En effet, il s'agite sans cesse et se débat dans le vide.

Dilatavit... et non...

Habacnc nous montre

l'or-

S"ôO est insatiable, comme la mort même, réclame toujours de nouvelles victimes. Ainsi en était -il des Chaldéens, que leurs conquêtes réitérées ne pouvaient satisfaire. Congregabit... omnes... omnea„ Il y a une grande force dans cette répétition. Pour le fait même, voyei hébr., et

I,

6-10, 14-17.

3» Le Seigneur, continuant de faire entendre sa voix développe sous la forme d'un chant populaire la sentence de mine qu'il vient de porter contre les Chaldéens. II, 6»- 20. 6». Formule d'introduction. Xumquid n(>n...t Tour interrogatif qui ajoute beaucoup de force à la pensée. La question suppose une réponse affirmative. De même au vers. 7. Omnes isti... C.-à-d., tous les peuples humiliés et opprirai's par les Chaldéens (comp. la fin du vers. 5). Ils sont censés chanter eux-mêmes les couplets qui suivent ,

Parabolam.„ Hébr.: un mâiâl; en d'autres passages (cf. Is. xiv, 4 ; LoqruMIch. n, 4), un chant très sarcastiqne. lam tenigmatum. D'après l'hébreu : Un épigramme, des énigmes. Les Orientaux ont tonJours goûté beaucoup ce genre de composition poétique, qui leur permet d'exprimer leur pensée à mote couvert», sans s'exposer à trop de périls. Et dieetur. Le chant se compose de cinq strophes (vers. e'-S, 9-11, 12-14, IJ-IZ, 18-20), dont chacune décrit une malédiction spéciale, qui atteindra un crime particulier des Cliaidéens. 6*-8. Première strophe Maudite soit la rap«« clt^ violente qui n'a eu pitié de personne, lore3IuUiplicat qu'il s'est açi de se satisfaire. r»i»n sua. S'ir re trait, voyez i, 8 et w. Utqvcqw). Dans l'hf^hreu, ce ni"t forme à loi •cul une phraie éloquente : Jnwjoes à qnand (œlf (vers. 6'>-20).

c.-à-d., Ici, et

:


Hab.

II,

heur à celui qui accumule ce qui n'est pas à lui. Jusques à quand amassera-t-il contre lui une boue épaisse ? 7. Est-ce qu'il ne s'élèvera pas soudain des hommes qui te mordront ? ne s'éveilleront-ils pas pour te déchirer, de sorte que tu sois leur proie? 8. Parce que tu as dépouillé des nations nombreuses, tous ceux qui seront restés d'entre les peuples te dépouilleront, à cause du sang des hommes, et des injustices exercées contre les terres de la ville, et contre tous ceux qui y

617

7-12.

non eua. Usquequo

tiplicat

et

aggravât

contra se densum lutum ?

Numquid non

7.

repente consurgent

qui mordeant te, et suscitabuntur lacérantes te, et eris in rapinam eis? 8. Quia tu spoliasti gentes multas, spoliabunt te omnes qui reliqui fuerint de populis^ propter sanguinem hominis, et iniquitatem terrae civitatis, et omnium habitantium in ea.

habitent. 9. Malheur à celui qui amasse avec une avarice criminelle pour sa maison et pour mettre son nid dans un lieu élevé, pensant qu'il se garantira de la main du mal lô. Tu as médité la honte pour ta maison tu as détruit des peuples nom,

9.

domui

qui congregat avaritiam

malam

suse, ut sit in excelso nidus ejus,

et liberari se putat

de

manu mali

!

!

,

breux, et ton 11.

Car

âme a

anima

péché.

pierre criera de la mubois qui lie la charpente du

la

raille, et le

10. Cogitasti

rum

l'iniquité

tatel

durera- 1- 11 )î Aggravât... lutum. Hébr. Et à celui qui accumule sous lui les ( malheur J gages; c.-à-d., un butin inique qu'U sera obligé de restituer. Au lieu de 'abtât en un seul mot , saint Jérôme a lu 'ab tât, nuage de boue; ce serait un nom de mépris donné aux richesses. Numquid non... (vers. 7). Châtiment de ces Qui mordeant. D'après l'héodieuses rapines. Lacébreu , mordre à la manière des serpents. rantes. Le verbe hébreu a la signification de Eris in rapinam. C'est secouer violemment. donc la loi du talion qui sera appliquée awx Quia tu... (vers. 8). Chaldéens. Cf. Jer. l, 10. SpoLa sentence divine Insiste sur ce talion. liabunt te... Cette menace fut exécutée lorsque les Médo-Perses s'emparèrent de Babylone, renversèrent l'empire chaldéen et s'enrichirent de ses dépouilles. — Reliqui... de populia. Expression significative ceux des peuples qui auront survécu ans défaites et aux souffrances que les Chaldéens leur avaient infligées. Beaucoup d'entre Propter eux avalent donc totalement péri. êanguinem... Le sang Injustement versé par les Inivainqueurs criera vengeance vers le ciel. quitatem... civitatia... Plus clairement dans l'hébreu La violence contre le pays, la ville et tous ceux qui l'habitaient. 9-11. Seconde strophe Maudit soit l'amour égoïste des Chaldéens pour leur propre empire cet empire, fondé sur la violence et la ruse, tombera. Congregat avaritiam. Hébr.: Celui qui amasse des gains iniques (avec un jeu df :

:

;

:

;

mbts

:

bo^éa' bé^a').

Comp.

le vert. 8.

Domui

multos, et peccavit

tua.

11. Quia lapis de pariete clamabit, et lignum, quod in ter juncturas œdificio-

bâtiment lui répondra. 12. Malheur à celui qui bâtit une ville avec le sang, et qui fonde une ville dans !

confusionem domui tu»,

concidisti populos

est, respondebit.

Vae qui

12.

sedificat

guinibus, et prseparat

civitatem in san-

urbem

in iniqui-

Au

figuré : pour leur empire. Ut... in Le bat de ces conquêtes injustes était (le s'élever et de se fortifier toujours. Sur la métaphore nidus, voyez Num. xxrv, 21 Jer. xlix, Liberari putat... Dans leur nid 16; Abd. 4. d'aigle, les Chaldéens se croyaient en parfaite sécurité. Que leur désespoir sera grandi Cosuse.

ej:celso...

;

Tel sera le résultat qu'ils obtiendront ils cherchent la gloire de leur nation mais ils ne recueilleront que la honte ; leurs projets orgueilleux amèneront leur ruine. Concidisti populos. Comp. Jer. l, 23, où lea Chaldéens sont appelés le marteau de toute la gitasti...

(vers. 10). :

,

terre.

Quia

lapis... (vers.

11).

Figure trèa

dans les malsons, les pierres des expressive jDurs et les poutres de la charpente, témoins de l'iniquité des constructeurs, accuseront ceux-ci à haute voix. Comparez notre locution analogue Les murs ont des oreilles. Respondebit... Les poutres répondront aux cris des pierres et protesteront dans le même sens. Les n'ont pas :

:

,

LXX

compris le mot kâfls (Vulg., lignum), qui n'est employé nulle part ailleurs et Ils ont traduit

:

,

Et

le

scarabée

(mot

insectes qui habitent

collectif

pour désigner

dans

bols des

le

les

poutres)

lui répondra...

12-14. Troisième strophe

:

Maudits soient

les

gigantesques consti-ults par les Chaldéens au prix du sang et des larmes de leurs sujets. ^diflcat... in sanguinibus. Les prisonniers de guerre et cens qui étaient employés de force à ces constructions mouraient par mllllei-s, de privation «ft db fatigue. Les monuments noue édifices


Hab.

518

II, 13-18.

13 N-iinquid non haec sunt a

populi in

exercituum? Laborabunt enim multo igné, et gentes in vacuum, cient.

le Seigneur dea pafl 13. N'est-ce traarmées qui fera cela ? Les peuples nations vailleront pour le feu, et les pour le néant, et elles seront épuisées. U. Car la terre sera remplie de la connaissance de la gloire du Seigneur, comme la mer par les eaux qm la

Domino :

et deh-

'

Quia replebitnr terra, ut cogno-

14.

aquœ

scant gloriam Domini, quasi rien tes mare.

ope-

couvrent.

c Malheur h celui qui met du tiel ami, son donne à dans le breuvage qu'il

et inebrians ut -aspiciat

suum,

tens fel

et qui l'enivre

nuditatem ejus! et consopire.

Domini

bit te calix dexterse

,

gloire.

tersanguinibus hominum. et iniquitate civitatis, et omnium habitantium rse, et

in ea.

sculptile, quia scul-

Quid prodest

18.

ima-

infigmento ginera falsam? quia speravit

les

péniblement. montrent souvent, travaillant archiol., bâton des maîtres de corvée (AU.

sous le pl. Ui,

flg. 7,

8;

LVTi, fig. 2,

pi.

-Prœ-

etc.).

Toi qui encore, ton poison.

Le le

:

se

d«/îcier.t.

Idborabnnt.. manque dans l'hébreu) et

- /n (l'ad)ectll

leurs constructions. Cf.

(amlco...;

indignement les peuples. pris à la lettre, hébr à son prochain). Ce détail, babyloniens, au mlgignlQeralt que U« soldaU llcn

objets do leurs risées

faire le»

11

'

,

:

-

I

n..Mlble,

:

«•ana hontenM dégradation

».

BU»

videra,

elle

Vastitas

est la seule

Cette strophe Chaldéens idolâtres. vm: mais cette nul ne commence point par tête du «rsj». exclamation viendra plus bas, en d abord -- Qukl pro<lest...r Le prophète relève

est

néanmoins, que oo s-dt une simple mévlcBabylone « avait fait boire h se» taphore barbare, Jusqu'à ce thno» la coupe de sa colère les profondeurs nnli. eussent été plongée dani

-

:

l'effrayera).

;

,

Ipnoblcs.

xiv. 7-8.

- De déjà la predu sang. Ces mots terminaient 8». mière strophe. Comp. le vers. . ,„ soient les Maudits 18-îO. Cinquième strophe

i

leurs vicdes orgie» qui accompafrnaient p.iur en auraient enivré Ifurs cajaifs

toires

Is.

la

-

:

Potum dat

C'est

:

I

(ituxsi

-

se

continuation de la même fait des razzias pensée les Babyloniens avaient du Liban ; ou complètes dans les gras pâturages fauves qu'Us avalent bien 11 saglt des bêtes n» dégarnies. contraintes de quitter les forêts deterrebit «os (hébr.. Payeront tout ccla:operte/.... ,ançuinilms... Mieux à cause

animaltum. '

Ut de la les eaux envahissent le aqvœ.. ; belle comparat.-on ). mer Maudits soient les 16-17. Quatrième strophe et maltraité crnnlB conquérants, qui ont humilié

Mieux, d'après

du Seigneur

:

:

-

même que (

te.

la droite

:

:

Je

Circumdabit

-

W

Quia replebitur... tigueront dans le néant. ne durera que (vers 14). Contraste. Babylone périconstructions peu de temps, et ses riches la gloire de ront en un clin d-œll au contraire, couvrira le monde entier et ii Jamais, Jéhovah

La coupe de

-

m

-

Repletus m... (vers. 16). les strophes qui préConsopire. Hébr.: Découvre-toi. Comp.

16». :

-

comme dans

lmage,voyez Ps. lxxiv, tournera vers toi. Sur cette et ss.; 9- Is. XDC, 14, et u, 17; Jer. xxv, 15 Vomitus... super... Ce qu'il Apoc. XVI, 19, etc. fouillera la gloire de Bay a de plus immonde La honte (sera) bylone L'hébreu dit seulement Iniquitas Htani (vers. 17). gloire. sur La violence contre Ilébra-Tsmc, qui équivaut à ravages que les Chaldéens le Liban. Allusion aux du Liban, dont avaient opérés dans les forêts pour les plus beaux arbres l's -avalent abattu

;

lettre.

vers

Ihébreu

multo

igné.. Il faudrait laccnfeu, qui consumera satU « in ignem » pour le sorte que le un Jour ces somptueux édifices, de vacuum. aura été travail des constructeurs emprunté ce trait Jérémle, u, 68, semble avoir s'est fait à la à Habacuc L'accomplissement se faOente» tn... Hébr. Les nations :

talion,

cèdent

.

pronom hmc

retom-

— MU-

-

..

.,

vengeance. aussi, la coupe de la divine certain : tem /el Le sens de l'hébreu n'est pas répands ton outre; ou, ta violence; ou

,

Jérémle, in iniquitaU. Môme pensée dans Xumquid xsn 13, et dans Mlchée, ni, 10. châtiment. Le (vers. 13). Annonce dn non rapporte aux détails qui suivent

parât

^

Liban 17 Car l'outrage fait au des bétea bera sur toi, et les ravages du farouches les effrayeront, à cause comsang des hommes et des injustices ville, et mises contre la terre, et la tous ceux qui y habitent. un sculp18. A quoi sert la statue qu qui se teur a faite, ou l'image fausse l'ouvner coule en fonte? Cependant

Quia iniquitas Libani operiet te; eos de vastitas animalium deterrebit

17.

conflatile, et psit illud fictor suus,

sois

aussi, et

toi

d'assoupissement. Le calice de fentourera, et un la droite du Seigneur vomissement d'ignominie couvrira ta

frappé

vomitus

ignominiae super gloriam tuam.

et

i

pour voir sa nudité! d'ignominie au

lieu de gloire. Bois,

Circuradaet

,

seras rempli

Tu

16.

ignominia pro glona.

16. Repletus es

Bibe tu quoque,

^

.

15.

mitVse qui potum dat amico suo

15.

!

tantôt ironiques, le en termes Untôt graves, sort culte. - Biles ne néant des Idolei et de leur


Hab. espère en son ouvrage et dans muettes qu'il'a formées.

II, 19

les idoles

619

III, 2.

ejus, ut faceret simnlacra muta.

fictor

19. Malheur à celui qui dit au bois Eévcille toi et à la pierre muette Lève-toi! Cette pierre pourra-t-elle instruire? Voici, elle est couverte d'or et d'argent, et il n'y a pas du tout de souf He

19. Vse qui dicit ligiio Expergiscere Surge, lapidi tacenti Numquid ipse docere poterit? Ecce iste coopertus est auro et argento, et omnis spiritus non est in :

:

:

;

;

!

visceribus ejus.

dans ses entrailles. 20. Mais le Seigneur habite dans sou temple saint que toute la terre se taise devant lui

Dominus autem

20.

8U0

:

:

sileat

in templo sancto a facie ejus omnis terra I

!

CHAPITRE 1.

Prière du prophète

Habacuc pour

1.

les ignorances.

Seigneur, et

j'ai

Oratio

Habacuc prophetse pro igno-

rantiis.

entendu votre pade crainte. Seigneur, faites vivre votre œuvre au milieu des années vous la ferez connaître au milieu des années lorsque vous serez irrité, vous vous souviendrez de 2.

role,

III

j'ai

été

saisi

;

:

Domine, audivi auditionem tuam, Domine, opus tuum, in medio annorum vivifica illiid in medio annorura notum faciès; ciim iratus fueris, 2.

et timni.

;

miseiicordiae recordaberis.

la miséricorde.

qu'uue œuvre purement humaine ( scuïpsit sculptor), qu'un mensonge eflronté (imaginein fallacem; liébr., un docteur de mensonge). Quelle folie de mettre en elle sa confiance (speravit...)\ Simulacra muta. Même sarcasme an Ps. cxin, seconde partie, 5» et 7»; cf. I Cor. xii, 2. Qui dicit... (vers. 19). Comp. les descriptions semblables d'Isaïe, xmv, 9-20, et de la lettre de Jérémie, Bar. vi, 7 et ss. Ekb iste... Quoique resplendissantes d'or et d'argent, ces vaines statues étaient complètement sans vie (et .

.

autem... (vei*s. 20). En terminant ce chant populaire, Habacuc leur oppose le vrai Dieu, Jéhovah, qui résidait dans son saint temple (de Jérusalem ou du ciel). Sileat. terra : le silence de l'adoration et de omnis...).

Dominus

.

.

l'humble sujétion.

l«Le

titre,

m,

hymnes de

Il se divise en la Bible. première (vers. 2-15) décrit l'apparition grandiose de Jéhovah, qui s'avance pour juger les peuples la seconde (vers. 16-19) peint les effets produits sur le cœur du proPro phète par cette admirable manifestation. ignorantiis. L'hébreu 'al-Hgiônôt (pluriel du substantif siggâyôn, employé dans le titre du Ps. VII et qui dérive de la racine éâgah errer)

belles

deux parties:

la

;

,

désigne, d'après l'interprétation la plus probable, un dithyrambe ( « cantio erratlca » ) , au rythme vif et agité. 2° Dieu fait son apparition pour juger les pécheurs et pour sauver son peuple. III, 2-15. Domine. 2. Prélude :1e thème du cantique.

DEUXIÈME PARTIE, POÉTIQUE I<a prière

c'est donc la continuation des prophéties qui précèdent. Ce morceau est éminemment poétique de fond et de forme. Le rythme, la diction, les images, les pensées, font de lui un vérltablo psaume, qui a sa place parmi les plus

d'Habaouo.

III, 1-19.

Habacuc, s'adressant à Jéhovah, signale en quelques mots émus le fait qui a impressionné

1.

Chap. III. 1. Ce titre est analogue à ceux que l'on trouve en tête d'un grand nombre de psaumes (voyez le tome IV, p. 8). n indique le sujet, l'auteur et le genre spécial du poème. Oratio. Hébr., ffillah (cf. Ps. xvi, 1 lxxxv, 1 Lzxxix, 1; CI, 1 et c.xli, 1). Prière dans le sens large; en effet, ce chapitre ne contient que très peu de demandes proprement dites. Cf. vers. 2. Habacuc nous y communique les sentiments excités dans son âme par les révélations qu'il venait de recevoir. De plus, il y expose, sous une nouvelle forme, les jugements divins s'cxerçunt contre les impies, et les faveurs célestes tombant avec abondnnce snr le peuple privilégié;

;

;

son

âme

et qui a servi d'occasion à sa prière.

Audivi auditionem... Ilébraïsme ce que tu m'as fait entendre (cf. Is. xx v, 6 Os, vu, 1 2, etc.). :

;

nouvelle de ce que le Seigneur se proposait d'accomplir soit contre les Juifs, soit contre Timui. Cette annonce des les Chaldéens. jugements divins l'avait naturellement rempli d'effroi. Ardente supplication du prophète Ici, la

Opus en faveur de ses compatriotes menacés tuum, viviflca... L'œuvre de Dieu, c'était, pour Habacuc, la délivrance d'Israël, renouvelée in medio annorum à toutes les époques critiques de son histoire , et spécialement à l'heure où. les :

,

(3hald(^ens allaient lui

faire ooniir

un

si

grand


Hab.

520

III, 3-7.

3. Deus ab austro veniet, et Saiictus de monte Pliarau operuit cœlos gloiia

4.

Splendor ejus ut lux erit, coruua ibi abscondita est for-

:

Son éclat est comme

4.

lumière,

la

des rayons sont dans ses mains que sa force est cachée.

manibus ejus;

titudo ejus. 5. Ante faciem ejus ibit mors, et egredietur diabolus ante pedes ejus. 6. Stetit. et mensus est terram; aspexit, et dissolvit gentes, et contriti sunt montes saeculi incurvati sunt colles raundi

Devant

5.

lui

marche

la

;

c'est là

mort, et

le

diable précède ses pas. 6. Il s'est arrêté, et il a mesuré la terre; il a regardé, et il a fait fondre les nations; les montagnes séculaires ont été brisées; les collines du monde ont été abaissées sous les pas de son éter-

;

ab itineribus

de

et le Saint

sa gloire a couvert les cieux, et la terre est pleine de sa louange.

ejus, et laudiii ejus plana est terra.

in

Dieu viendra du sud, montagne de Pliaiau

3.

la

:

aeternitatis ejus.

nité.

7.

Pro iniquitate vidi tentoria ^thio-

danger. Cf. Ps. Lxxxtx, 16-17. Les LXX ont Ici leur traduction célèbre, mais absolument inexacte èv (iéffu) S'JO Çw(i>v YV(o<TOr,(rr, (ils ont lu S'nttïm ^ayyôt, au Heu de iânim l/ayuéhu), qu'on a souvent appliquée, dans l'antiquité, à la présence de deux animaux dans l'étable de Bethléhem. :

Voyez Knabenbauer,

h.

l.

— Notum /aciea

J'ai

7.

(scll.,

TU dans

la détresse les tentes

la région du Slnaï, Jadis témoin de ralllance théocratique, que le Seigneur accoort. An lieu de ab ausiro, l'hébreu a de féman; nom propre, qui désigne la partie la plus méridionale de ridumée. De monte Pharan: la région montagneuse et sauvage qui est située au sud de la Palestine cisjordanienne (AU. géogr., pi. v). Ici, l'hébreu ajoute le mot sélah qu'on ne trouve nulle part ailleurs en dehoi-s du psautier, où il revient fréquemment. Sur sa signiacatlou , voyez la note du Ps. m, 3. Sanctus: le Saint par antonomase, Jéhovah. Ope-

de

:

,

Taudis qno Seigneur s'avance, sa

ruit... gloria... le

gloire

resplendit

au

loin

dans les sphères célestes, où il réside de son côté la teiTe

;

,

fait

retenilr des

louanges laudis... plena. Splendor... ut lux ;

(vers. 4). D'ordinaire, la splenileur n'e^t que le re-

de la lumière mais pour Dieu, elle est aussi éclatante que la lumière même. Ctornua in maflet

;

,

Tente de < optis

tonm

>)

:

noniuile^.

en manifestant très viitlblemcnt

œuvre de rédcTnptlon aux yeux de tous. — Cum iraiii^<<...niUiericordias... La colère de Dieu n'était que trop h'gltlme; aussi le suppliant faitil nn appel pressant h su mlBùrlcorde. 3-7. Jéhovah .ipparatt dans son effrayante majesté. Cette tht'ophanle, qui est une répnnsc & la prière du prophète (vers. 2>, est une des plus complète» et des plus belles de toutes celles que rencette

ferme l'Ancien Testament. Cf. Dent. xxxru,2 ; Jud. T, 4-8; Ps. XVII, 1 et ss; LXVTi, 1 et (>». Elle cmpruntcscs ornements soit à l'Imaglnailon, soit ^la réalité et à l'histoire ancienne des Hébreux. Voyez Deua (hébr., Vah. I, 3>>-6 et le commentaire. 'Èloah, forme rare et poétique) ah... C'est du ind,

nibus... L'hébreu slgnlfle plutôt : Des cornes sont à ses côtés. Le mot corne représente poétiquement les rayons lumineux qui s'échappaient de la divine apparition. Cf. Kx. xxxiv. 29-30.

m

dans cette région toute lumineuse) abscondita... Hébr. Là est l'enveloppe de sa puissance. La niilendenr qui entourait Dieu le révélait donc 12. et le cachait en morne temps. Cf. Ps. xvii Ante faciem... (vers. 6). Les rois ont leurs gardes du corps qui les précèdent et les suivent. Dieu aussi a sa milice qui l'accompagne milice (

:

,

;

surtout lorsqu'il s'agit d'exécuter ses Mors. Hébr.: les méchants. Diabolus. Hébr.: la chaleur brûla peste. lante. Saint Jérôme s'est laissé influencer par lei terrible,

Jugements contre

rabbioi,

dam

n

traduction

do ce

p.v»ni{o.

La


Hab. III, 8-10. de l'Ethiopie, les pavillons de Madian sont dans l'épouvante. 8. Est-ce contre les fleuves que vous êtes irrité, Seigneur? votre fureur estelle contre les fleuves, ou votre indignation contie la mer? vous qui montez sur vos chevaux, et qui donnez le salut par vos chars. 9. Vous préparerez votre arc, selon les serments que vous avez faits aux tribus vous diviserez les fleuves de la terre. 10. Les montagnes vous ont vu, et elles ont été prises de douleur; les masses d'eaux se sont écoulées l'abîme a fait retentir sa voix, il a levé ses mains en haut. ;

;

démon

serait

,

lui aussi

geances du Seigneur.

,

rinstrument des ven-

— Egredietur...a'nte...'BéhT.: marche avec lui. —

sort ù ses pieds. C.-à-d.,

meîisiis est... (vers.

Stetit, et

6). «

Comme un

général qui s'arrête pour examiner et mesurer de l'ennemi, ainsi Dieu observe et mesure attentivement la terre, qu'il vient juger.» DissolvU... Hébr.: n fait trembler les nations. Contriti... La nature entière éprouve devant lui des convulsions d'efiroi. Montes saseuli. C.-à-d., les montagnes qui remontent à une si les forces

— —

liante antiquité.

Inciirvati...

Les collines

flé-

chissent et s'affaissent, avant de s'écrouler entièrement. Ab itineribus seternitatis... La Vul-

gate nomme ainsi les plans éternels de Jéhovah. Ce sont eux qui mettaient alors en émoi la terre et tous ses habitants. Variante dans l'hébreu Les sentiers étemels sont à lui. C.-à-d. que Dieu va accomplir un grand prodige, semblable à ceux qu'il avait faits pour les Israélites aux jours les Vidi (vers. 7). plus anciens de leur histoire. Habacuc continue de raconter la scène merveilleuse qui se passait sous les yeux de son âme. Pro iniquitate. Mieux, d'après l'hébreu sous l'affliction. Il voyait, à l'extrême sud, l'Ethiopie dans l'angoisse sur le passage de Jéhovah. Il voyait aussi, plus au nord, le long de la côte occidentale de la mer Rouge (Atl. géogr., pi. rv, v), trembler les peaux qui recouvraient les tentes des Madianltes (au lieu de pelles, l'hébreu dit : les tapis). L'Ethiopie , dont le nom habituel en hébreu est Kûë, est appelée ici poé:

:

tiquement Kûsân. S- 11. Le jugement divin, exposé en termes figurés. Numquid...* Le vers. 8 sert de transition. S'interrompant un Instant dans sa description, le prophète demande à Dieu, avec une sainte familiarité et dans un langaçre très poétique, quel est le but de son apparition menaçante. Vient- il châtier le Nil et le Jourdain (.in fluminibus iratu^...)? Est-ce la mer Rougo qu'il veut punir (vel in mari...)7 Cf. Ps. cxiu, première partie, 3-6. Pourquoi donc a-t-11 attelé S03 coursiers symboliques (qui afcendes...)! Ces traits font évidemment allusion au passage de la mer Rouge et du Jourdain par les anciens Hébreux. Alors, le char de Jéhovah avait triom-

521

piae, turbabuntur pelles terrse Madian. 8. Numquid in fluminibus iratus es, Domine ? aut in fluminibus f uror tuus ?

vel in mari indignatio tua? qui ascendes super equos tuos, et quadrigïe tuœ salvatio. 9. Suscitans suscitabis arcum tuum, juramenta tribubus quae locutus es; flu-

vios scindes terrae. 10. Viderunt te et doluerunt montes gurges aquarum transiit dédit abyssus ,

;

;

vocem suam,

altitudo

manus

suas leva-

vit.

phé de ceux du pharaon,

et la nation théocra-

tlque avait été merveilleusement sauvée quadrigse... salvatio. Cf. Ex. xiv, 14 et ss. Maintenant encore, c'est pour délivrer son peuple que :

le

Seigneur accourt.

Stiscitans... (vers.

Après tous ces préliminaires,

commence

enfin.

tabis ai-ciim. Hébr.

le

»).

jugement divin

ShscI-

Ton

arc mis à nu; c.-à-d., tiré de son étui protecteur et préparé pour le combat. Cf. :

est

Dans la XX, 13, etc. Vnlgate le si^bstantlf juramenta dépend aussi de « suscitabis »: Dieu, en punissant les païens, accomplit les promesses qu'il avait faites sous le serment, aux jours antiques, en faveur des tribus qui formaient fon peuple (tribubv^s). Cf. (ren.xsn, 16 ; Deut. xxxii, 40-42 Ps. Lxxxviii, 50. Quelques hébraïsants modernes acceptent Ps.

,

;

traduction, d'ailleurs

cette

Jérôme. Mais l'hébreu a probablement ime autre signification, quoiqu'il soit très difficile de la déterminer. D'après quelques Les malédicinterprètes tions (sont). les verges de Arc dans son étnL (ta) parole. D'après d'au- (Bas-relief assyrien.) Les châtiments (que tres A la suite tu as) jurés selon (ta) parole, etc. des mots locutus es, nous lisons dans le texte primitif un second sélah. Voyez la note du Fluvios scindes... Hébr. (Pour) les vers. 3". fort claire, de saint

:

:

:

fleuves tu fends la terre. C'est

une autre image

pour dépeindre la colère du Seigneur, qui déchire le sol et en fait jaillir des fleuves débordants Viderunt..., et doluerunt Cf. Is. XXVIII, IS"». (hébr. et elles ont tremblé). Comp. le vers. 6*.

:

Gurges... transiit : s'écoulant avec fureur et Abyssus : renversant tout sur son passage. les

eaux marines

lemment

et les

eaux souterraines, vio-

agitées en tous sens.

Altitudo...

le-


622

Hàb. 111, li-16.

11. Sol el lutui steterunt In habitaculo

Le

11.

soleil et la

lune se sont arrêtés

6U0; in luce sagittarum tuarum ibunt, in splendore fulgurantis bastœ tuse.

dans leur demeure, ils marchent à la lueur de vos flèches, à l'éclat de votre

12. In fiemitu conculcabis terram; in furore obstupefacies gentes.

lance foudroyante. 12. Dans votre colère, vous foulerez aux pieds la terre; dans votre fureur,

vous épouvanterez

salutem populi

13. Egre-sus es in

tui,

Vous

13.

êtes

les nations.

sorti

pour

le salut

de

in sahitem cura christo tuo; peicussisti

votre peuple, pour le sauver avec votre

domo impii, denudasti fundaejus usque ad coUum.

christ; vous avez frappé le faîte de la

caput de

mentum

Maledixisti sceptris ejus, capiti venientibus ut turbo , ad dispergendum me; exultatio eorum, eicut ejus qui dévorât pauperem in abscondito. 15. Viam feci>;ti in mari equis tuis, in 14.

bellatorum ejus

luto

aquarum multarum.

16. Audi\T, et conturbatus est venter

meus; a voce contremuerunt labia mea. lugiediatur putredo iu ossibus meis, et subter me scateat, ut requiescam in die

Mieux

varie.

mains

:

En haut pitié.

Pi. LXX.VL, 17 et

(l'abime) lève ses

il

vagnos énormes. Geste

c.-à-d., ses

;

PU Implorant la

Image

8S.

d'eflrol,

très poétique. Cf.

Sol et luna... (vers. 11).

vraisemblablement au soleil arrêté par Joeué que pense notre prophète. Cf. Jos.

Cotte tols

,

c'est

In haMtaculo... Le soleil et la lune sont censés avoir dans le ciel une tente, où ils X, 12-13.

se

retirent

xvin,

6.

In

flèches et cette

symbole

éclairs,

de luire. Cf. Ps. Ixice sagittarum... hastx... Ces hache d'armes représentent les de la colère divine, devant lales plus brillants se cachent,

lorsqu'ils cessent

quelle les astres

ses princes (des princes de l'ennemi), qui se pré-

comme la teiupCte pour me disperser. Malgré leur élan, qui semblait irrésistible, les adversaires des Juifs seront frustrés dans leur espoir de les anéantir. — Ad... me... Habacuc parle ici au nom de tout Israël. Exultatio eoram... Joie maligne avec laquelle l'ennemi s'élançait au combat, sûr du succès. Sicut... qui dévorât... Écho probable de divers passages cipitent

du

psautier. Cf. Ps. ix, seconde partie, 9

XVI, 12, etc.

Viam

veUe allusion au passage de

la

;

xin, 4

;

Noumer Kouge. 0>mp.

feeisti... (vers.

16).

le vers. 8.

produits dans l'&me du prophète par cette apparition divine. III, 16-19. Ces eCCets sont de deux soi-tes : en premier lieu, la crainte la plus vive et une profonde tristesse, à cause du ravage de sa chère patrie ( versets 16-17); en second lieu, la conflance et la Joie, car il sait qu'il peut compter sur la bonté fidèle 3« Effets

effrayés.

Le Jugement

12-18.

divin, décrit au propre,

In /remUu... Hébr. Avec indisans figures. Obstupefacies... gnation tu parcours la terre. Tu écrases les Plus fortement dans l'hébreu :

:

Le but

notions.

maison de l'impie, vous l'avez ruinée de fond en comble. 14. Vous avez maudit son sceptre et le chef de ses guerriers, qui venaient comme un tourbillon pour me disperser ; ils étaient dans l'allégresse, comme celui qui dévore le pauvre en secret. 15. Vous avez fait un chemin à vos chevaux à travers la mer, à travers la boue des grandes eaux. 16. J'ai entendu, et mes entrailles ont été émues; mes lèvres ont tremblé à cette voix. Que la pourriture entre dans mes 08, et qu'elle me consume au dedans

direct de la théophanle est

donc

païens mais il consiste aussi dans egressvji... in sala délivrance du peuple Juif (Pour sauver) lutem... Christo tua. Hébr. ton maitaj. L'expression est collective dans ce

de punir

les

;

:

:

Jéhovab n'est donc pas Ici le Messie personnel, mais, ainsi qu'il ressort du parallélisme (pcipuJi lui), toute la nation Juive, envltagée comme consacrée à Dieu. Pérou»sinti caput... Expression énergique, qui rappelle Deut. xxxu, ii*' ; Ps. Lxvii, 22 et cix, e*. De domo impii: les iniples en géatlTal, et tout spécialeuicnt les CHialdéens. Leur maison, c.-à-d., leur race, sera un Jour détruite de foad en passage. L'oiut de

Dsque ad coUum : totacomble denudasti... lement de baH en haut. L'hébreu ajoute ici un troisième sélah. Voyez lu note du vers. 3«. — :

,

.Vuli'Hxisti

.•.c«'ptri«...(vcr8 14). Il

règne nuil.iue

obacurité dans ce passage. Hébr.: Tu perces avec tM verges (les vorgeë de ton peuple) la t4ie de

du Seigneur

(vers. 18-19).

16-17. Seutlments d'eflrol et de tristesse. Audivi. Brusquement, sans la moindre ti'ansltlon, le prophète revient à la sentence portée par le Seigneur contre les Juifs coupables (cf. vers. 2; 1,5 et ss.), et il décrit l'émotion douloureuse avec laquelle 11 en contemple d'avance Conturbatus... venter... Trait conl'exécution. forme t la psychologie des Hébreux. Cf. Is. xvi, 1 1 Voce : la voix de Dieu, qui Jer. IV, 19, etc. avait annoncé au prophète le ch&timent des Conlremuei-unt labia... Lès lèvres des Juifs. personnes émues sont souvent saisies d'un fréIngrediatur..., scaUat. missement nerveux. Au lieu de l'optatif, il faudrait le temps présent ou le prétérit La pourriture a pénétré dan» mes os; Je tremble sous mol La tristesse dissout, pouj alubl dli'e, lu» us du prophète, comme s'U*

;


523

Hab, III, 17-19. de moi

en repos au jour de l'affliction et que je me joigne à notre peuple i)rêt à marcher avec ,

afin

que je

sois

,

vous. 17. Car le

figuier

ne

fleurira

point,

vignes ne pousseront pas; le fruit de l'olivier mentira, et les champs ne donneront pas de nourriture; les brebis seront enlevées aux bergeries, et il n'y aura plus de bœufs dans les et les

tribulationis

,

ut ascendam ad populum

accinctum nostrum

!

Ficus enim non florebit, et non mentietur opus in vineis olivos, et arva non afférent cibum abscindetur de ovili pecus, et non erit ar17.

erit

germen

;

;

mentum

in prsesepibus.

étables. 18.

Mais moi

je

me

réjouirai dans le

Seigneur, et je tressaillirai d'allégresse en Dieu mon sauveur. 19. Le Seigneur Dieu est ma force, et il rendra mes pieds comme ceux des cerfs, et, vainqueur, il me ramènera sur mes montagnes, pour lui chanter des

18.

Ego autem in Domino gaudebo, Deo Jesu meo.

et exultabo in

19.

Deus Dominus fortitudo mea,

et

et ponet pedes meos quasi cervorum super excelsa mea deducet me victor in psalmis canentem. ;

psaumes. en putréfaction ses jambes chanpouvant plus le porter. Cf. Ps. vi, 3. Ut requiescam... L'hébreu signifie Je dois attendre en silence le jour du malheur. Hai'acuc veut dire qu'il est impuissant pour arrêter le tombaient

;

cellent, ne

:

menace ses coreUgionnalres. Ul ascendam... Hébr. Lorsque montera contre le Ficus peuple (juif celui qui) l'opprimera. enim... Détails complémentaires, pour mieux expliquer l'afflietion du prophète la Palestine sera ravagée par l'ennemi et souffrira beaucoup delà famine. Les Chaldéens, comme les Assyriens et les autres peuples de l'antiquité, coupaient les arbres fruitiers des contrées qu'ils envahissaient, les ruinant ainsi pour de longues années. (AU. archéol., pi. lxsxv, fig. 1; pi. xc, ag. 7). La loi mosaïque condamnait expressément cette coutume barbare. Cf. Deut. xx, 1 9-20. Le flguler, la vigne et l'olivier formaient trois des principéril qui

:

:

pales richesses agricoles du territoire juif. Cf. Os. II, 4; Joël, I, 10-12 ;Mich. iv, 4, etc.— Mentie-

tur opus... Métaphore élégante. Cf.

Is. lviii, 11

;

Abseinde'.ur... Le petit 13 Os. ix, 2. bétail (pecus) et le gros bétail (armentum) tom-

Jer.

III,

:

bent entre les mains des vainqueurs. 18-19. Sentiments de confiance en Dieu. « La foi reprend le dessus et bannit l'inquiétude. » Effo autem... Malgré ces sujets de tristesse, HabacQC est plein de confiance et se réjouit dans

le

Seigneur, qui accordera aux siens

— In Bio Jesu... Hébr. mon salut. Le mot yéSa' est commun. — Deus... fortitudo...

un triomphe

Dans le Dieu de ici un simple nom

filial.

:

(vers. 19).

A

part

dernière ligne, « Victor... canentem, » tout ce passage est une réminiscence du Ps. xvn, 33-34, le grand hymne triomphal de David. la

Figure de la sainte agilité avec laquelle le prophète s'élance vere Dieu, son refuge divin. Saper excelsa... « Sur ks hauPedes... quasi...

teurs de la délivrance, situées à l'extrémité du chemin de la tribulatlon. » La foi s'affirme admi-

Victor, rablement dans cette conclusion. D'après la Vulgate, ce substantif sert de sujet au verbe deducet, et désigne le Dieu libérateur, qui sauvera Habacuc et les Juifs, et leur inspirera de joyeux chants d'action de grâces. L'hébreu exprime une tout autre idée. Il met nn point après les mots a deducet me », puis il s cette formule technique qu'on trouve en tête de plusieurs psaumes: Au maître du chœur (Zom'na?féaJf) sur mes instruments à cordes {bin'ginôtaï; c.-à-d., avec mon accompagnement d'instruments à cordes). Cf. Ps. iv, 1 et les notes. Par ces mots, le prophète montre qu'il destinait ce cantique à la lltur^'ie et qu'il en avait lui-même préparé l'accompagnement, le lévite maître de chœur dft. meuraut chargé de l'exéculion mnsicala.

La Sainte Bible commentée - tome 6 - La Prophétie d’Habacuc  

La Sainte Bible (texte latin et traduction française) commentée d’après la Vulgate et les textes originaux à l’usage des séminaires et du cl...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you