Issuu on Google+

VOICI MA VILLE

Voici ma ville. Entrent la pluie et le vent Balaient balaient Le sol et la poussière Les traces Et les éclats de verre Des fenêtres de ma ville Comme des tessons, des diamants de misère Des étoiles éclatées arrachées à la nuit. Voici ma ville. Entrent la pluie et le vent L’eau plus tard Pour laver les visages Des vieillards et des mères Au bas des murs de pierre Des ruines de ma ville Des vieillards comme des tessons Des mères, des larmes affûtées Des étoiles égarées arrachées à la nuit. Voici mon pays. Moi sous le pin parasol Et le soleil toujours Quoiqu’il pleuve Sous les cèdres parapluies La pluie et le vent Balaient balaient Même l’ombre bienveillante. Voici mon pays. Voici ces quelques miettes Sous ce ciel transpercé de mitrailles C’est la fin Et c’est le bruit qui enfle sous le sable Qui gonfle les fleuves d’or Qui souffle sur mon pays qui brûle C’est la fièvre.


Voici ma maison. Entrent la pluie et vent Balaient balaient Ce qu’il reste de moi Des traces dans la poussière De la poussière dans les mains Sur les yeux, dans la bouche Et ce fleuve dans la gorge Qui enfle sous le sable Qui gonfle les fleuves morts Qui souffle sur mon pays en flammes C’est la rage. Voici ma maison. Sous le pin parasol Sous le cèdre transpercé de mitrailles Entrent la pluie et le vent Balaient balaient Ceux qui ont toujours faim Ceux qui sont assoiffés Ceux qui avaient et qui n’ont plus Ceux qui ont tenu jusqu’à ce que. Car voici ma maison. Simple écharde dans la main qui égorge Entrent la pluie et le vent Etranger prends un siège Et sers le thé entre tes doigts, brûlant. Car voici ma ville. A peine entaille sur la face du monde Entrent la pluie et le vent Etranger remonte ses ruelles Et bois le thé entre tes lèvres sèches. Car voici mon pays. Ventre béant et ses entrailles aux chiens Entrent la pluie et le vent Etranger maintenant que tu as vu Creuse la terre avec tes ongles propres Jusqu’à trouver la porte de ma maison. Car voici ma porte Debout. Et voici ma fenêtre Ouverte. Voici mes murs Solides et blancs.


Voici ma famille et mes rêves Les mêmes que les tiens. Voici mon jardin Sous le ciel étoilé Juste avant qu’il ne tombe Sur ma maison, ma ville et mon pays. Alors entrent la pluie et le vent Balaient balaient Les traces et la poussière Le sol Les étoiles, ce sont du verre pilé arraché à la nuit.

SABRINAMESSING 29.08.2006


Voici ma ville